Partagez | 
 

 [FB] La Flotte Noire (feat Aggaddon Médixès et Sairento Satsujin)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Ishtar De Lérhane
Archange du Typhon
avatar
Messages : 133
Race : Ange de Bilca

Feuille de personnage
Niveau:
20/75  (20/75)
Expériences:
99/100  (99/100)
Berrys: 100.000 B

MessageSujet: [FB] La Flotte Noire (feat Aggaddon Médixès et Sairento Satsujin)   Lun 7 Mai - 1:39




feat Aggaddon et Sairento

La Flotte Noire



Au milieu des arcades marines qu’étaient les vagues de North Blue, Puerto Havana était une cité très particulière sur ces mers. Elevé au milieu d’un détroit entre deux îles richement boisées profitant chacune d’un port qui se révélaient être antagoniste par leurs positions géographiques, cette ville marchande était constitué d’une muraille circulaire érigé sur un banc se sable situer à vingt mètres de profondeurs. La paroi extérieure formait un cercle d’un rayon de deux kilomètres et demi alors que celle intérieure formait le même objet géométrique, mais avec un rayon de deux kilomètres. Cela avait ainsi permit de construire à l’intérieur de cette muraille gigantesque une véritable cité avec ses centres commerciaux, ses institutions, ses bibliothèques… Le choix de ce lieu ne sait pas fait par hasard, c’était en effet à l’époque un passage important de la Route du Tabac. En érigeant un mur depuis Puerto Havana jusqu’aux îles, les neuf familles marchandes ayant fondé la ville commerçante ont ainsi contraint les navires à passer par chez eux pour continuer leur route sans devoir contourner l’une des deux îles. C’est ainsi que Puerto Havana s’imposa comme un centre névralgique du commerce de la région.

Les âges passèrent et le bastion demeura inébranlable aux assauts du temps. Malheureusement, ce ne fut pas le cas des familles fondatrices dont seul deux existaient encore en 1505 : les Del Sylvio et les Heisenbach. À cause de l’ère chaotique dans lequel le monde était entré, Puerto Havana ne pouvait décemment pas demeurer indépendante et le conseil des cinq Doges accepta de passer sous la bannière du Gouvernement Mondial. En gage de leur bonne foi, la famille Del Sylvio, qui avait prit l’ascendant sur les Heisenbach, firent une promesse à l’entité politique siégeant à Marijoa. En effet, les marchands devraient offrir à chaque génération un membre de leur famille à la Marine afin d’en faire un officier, ce qui scinda officiellement leur lignée en deux branches. Néanmoins, cet acte de protectionnisme allait peut-être signer la fin de la puissante dynastie dont le négoce était surnommé « la Flotte Noire ». C’était cette journée qui le dirait.

Les voiles d’un navire provenant tout droit d’Okalmoa étaient en vue de la forteresse des commerçants. Dessus, Ishtar était assise en position de lotus, se trouvant en plein méditation. Entendant que les piaillements des matelots croissaient en nombre, elle sortit de son état second afin de découvrir la raison de tout ceci. Se levant, elle toisa involontairement tous les hommes d’équipage grâce à sa taille largement supérieure à la moyenne, avoisinant même les trois mètres de haut. De plus, ses quatre ailes issues de malformation génétique s’étiraient dans son dos en lui donnant encore plus d’envergure. Les prunelles argentées de la bilcane observèrent l’immense structure singulière afin d’en analyser l’architecture féodale dont le style se rapprochait de celui utilisé à l’époque des croisades. C’était très imposant de se retrouver face à une telle construction dont la hauteur atteignait les cent cinquante mètres de haut, cachant bientôt le soleil à la vue des marins. La lumière passait cependant en un endroit où il n’y avait pas de muraille : l’entrée du port. Les deux majestueuses et lourdes portes en basalte mesurant quatre mètres d’épaisseurs, pour une trentaine de largeurs, était ouverte. Leurs dimensions étaient à l’image de la ville, s’élevant jusqu’aux hauteurs célestes des remparts et s’enfonçant jusqu’au banc de sable sur lequel reposait Puerto Havana, permettant ainsi de parer à tout type d’éventualité. La seconde entrée se trouvait dans l’axe de la première et permettait de sortir de l’autre côté du détroit afin de rejoindre la suite de l’antique Route du Tabac.

La raison de la venue d’une ange dans cette cité était assez simple. Elle cherchait à rejoindre Grandline, plus particulièrement Jaya, et cherchait un navire s’y rendant. Malgré ses pérégrinations dans plusieurs ports, elle n’était pas parvenue à en trouver et espérait y arriver dans une haute place du commerce comme Puerto Havana. La raison derrière le souhait d’une telle odyssée était profond et lointain. Une rumeur au sujet d’un moyen de rejoindre la mer blanche depuis Jaya c’était répandu et la demoiselle à la chevelure d’or voulait déterminer si elle voulait retrouver les siens à Bilca ou si elle le désir développer sa passion pour le combat était plus fort. Le doute l’avait assailli depuis quelques temps et elle savait qu’elle ne pourrait trancher et trouver la réponse uniquement en faisant face à la réalité de cette rumeur si elle était avérée. C’était après sa rencontre avec Tylor V. Alexander et les événements qui s’en était suivi qu’elle avait entendu parler de Puerto Havana. Cependant, elle ne s’attendait pas à la vision qui s’offrit à elle quand le vaisseau sur lequel elle se trouvait entra dans le port intérieur de la cité marchande. En plus des pontons qui s’étendait tel des tentacules de chacun des côtés de l’axe centrale, on trouvait une myriade de navires amarrés aux quais formant une très grande flotte. Il n’était pas étonnant que les négoces prospérassent aux vues de leur nombre, les échanges se reflétant ainsi dans leur quantité. Cependant, le cœur du spectacle était tout autre. Il s’agissait de la fameuse « Flotte Noire » qui se reconnaissait à la couleur des coques et des voiles des bateaux dont le chef des Del Sylvio étaient les armateurs ainsi que les propriétaires. Le pavillon de cette puissante famille flottait fièrement au sommet des voiliers que la De Lérhane pouvait apercevoir. Il s’agissait d’un drapeau représentant un lion ailé tenant un livre ouvert au cœur d’un carde digne d’une peinture d’où partait des bandes de tissus aux motifs similaires. Le tout donnait une aura mystérieuse à ces navires qui osaient arborer cette égide, donnant à la Compagnie Sylvio une aura d’empire commerciale. Cependant, ils avaient beau dominé Puerto Havana, avoir une certaine influence et richesse, la première lignée dynastique de la ville dans les remparts était loin des géants qu’étaient les véritables nations.

Observant les différents navires de tous horizons affrétés en ces lieux, Ishtar se dit que ses chances de trouver un vaisseau à destination de Grandline étaient grandes et c’est ainsi qu’elle descendit sur le ponton avec un pas assurée. Il ne restait plus qu’à gagner la muraille de cette Venise où les canaux étaient de bois et où les terres étaient les eaux destinés à accueillir des bateaux.






©️ By Halloween



Turn Order : Ishtar, Aggaddon, Sairento
Vu que tu m'a dis de te pousser au c** pour que tu post, il y a 120 heures pour poster à chaque tour de chacun. :X

Informations niveaux :
 
Carte :
 


Dernière édition par Ishtar De Lérhane le Lun 14 Mai - 16:27, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Aggaddon Médixès
L'éternel
avatar
Messages : 438
Race : Humain
Équipage : Paradise

Feuille de personnage
Niveau:
30/75  (30/75)
Expériences:
135/200  (135/200)
Berrys: 25.366.000 B

MessageSujet: Re: [FB] La Flotte Noire (feat Aggaddon Médixès et Sairento Satsujin)   Lun 7 Mai - 4:16

La Flotte Noire


Le seigneur Médixès regardait l’invitation sous ses yeux. C’était une lettre envoyée par Adrien Lugnabach qu’Aggaddon avait rencontré en juillet de l’année précédente au domaine de Justinien Cassandre Démétrios de Bourbon, un colonel véreux de la Marine organisant des réunions avec d’autre membre de la noblesse ayant tenté de s’approprier les richesses de ses invités, même ceux avec qui ils entretenaient des relations depuis longtemps. Le Lugnabach était un riche marchand de Shivering Island qui passait énormément de temps à Puerto Havana. C’était en effet un des proches collaborateurs du chef actuel de la famille Heisenbach, rival de celui des Del Sylvio. Un autre membre de l’assemblé du Bourbon, Lord Gregor Cheerwind, vigneron de Micqueot, avait établi un lien étroit avec les capitaines au service d’Heisenbach qui s’occupait de l’exportation de ses millésimes et avait également envoyé un pli afin d’enjoindre le Médixès à soutenir le marchand afin de lui donner l’ascendant sur toute la cité à la muraille et, surtout, sur la Flotte Noire. Les deux négociants de North Blue proposaient à Aggaddon, en contrepartie, un accord commercial qui avantagerait ce dernier. Le mathématicien en avait aisément conclu que le Heisenbach devait avoir une influence certaine pour contraindre ses deux contacts à trouver de l’aide. C’était donc dans l’optique de trouver en cet armateur un allié qui devrait être redevable que le Médixès voguait en direction de Puerto Havana et non pas pour répondre aux sollicitations des deux bourgeois corrompus.

Le Black Egg, le sloop sur lequel naviguait Aggaddon et sa compagne de voyage Vazguardia, voguait en direction du détroit entre la Isla Calvez et la Isla Del Calia. Ils s’étaient arrêtés à l’hispanique El Toro pour la nuit et rejoignait la massive entrée du bastion par l’ouest alors que la De Lérhane était arrivé par l’est. Le savant scrutait la structure architecturale très ancienne des remparts. À l’époque où elle fut érigée, elle avait été élevée au rang de chef d’œuvre au vu de la complexité se cachant derrière le fait de construire pareil monument. En bon érudit instruit dans l’océan du Grand Nord, Aggaddon avait déjà étudié certains aspects de Puerto Havana et s’y était déjà rendu afin de visiter certains lieux de la ville. De plus, la coalition marchande du marquisat dont il était originaire avait des partenariats avec certains négociants venant régulièrement dans cette grande place mercantile. Il connaissait donc plus ou moins le coin même s’il n’avait jamais eu affaire à l’un des cinq doges, les plus influents membres de la Compagnie des Indes Septentrionales, nom officiel de la fédération de la citadelle, formant la plus haute autorité des lieux.

Amarrant son embarcation à quai, le Médixès offrit à la demoiselle qui l’accompagnait dans ses pérégrinations quartiers libres afin de profiter de la richesse et de la diversité des produits des boutiquiers du coin. Le mathématicien prit la direction d’une des entrées de l’intérieur de la muraille, remontant ainsi les pontons jusque là s’en prêter attention aux vaisseaux sombres des Del Sylvio qu’il ne voyait pas pour la première fois, loin de là. Il pénétra donc dans le rez-de-chaussée de la partie nord des remparts. C’était une avenue commerçant donnant accès en certains points aux escaliers permettant de descendre dans les sous-sols, là où se trouvaient les habitations, ainsi que monté pour découvrir davantage de magasins de tout types.

-Pays de l'achat et de la vente, me voilà !



feat Ishtar et Sairento
Revenir en haut Aller en bas
Sairento Satsujin
Trafiquant
avatar
Messages : 238
Race : Humain

Feuille de personnage
Niveau:
29/75  (29/75)
Expériences:
56/200  (56/200)
Berrys: 275.844.000 B

MessageSujet: Re: [FB] La Flotte Noire (feat Aggaddon Médixès et Sairento Satsujin)   Jeu 10 Mai - 4:52


Puerto Havana!


Sairento détaillait la créature aux allures étranges de son oeil droit, le gauche demeurant fermé pour faire la mise au point sur son fusil de précision. De loin il avait d'abord cru qu'il s'agissait d'une figure de proue, largesse de quelque marchand fantasque de North Blue. Pendant un temps cette théorie s'était vérifié, la chose demeurant immobile tandis qu'il en détaillait les traits fins en se disant que celui qui l'avait sculpté avait réalisé un chef d'œuvre. Puis alors qu'il s'apprêtait à reporter son attention autre part elle avait bougée ! Se levant pour dévoiler une carrure étonnamment grande et des ailes comme il n'en avait jamais vu, grandiose simplement. Il n'était pas plus étonné que cela, et donner dans le sentimental n'était pas réellement l'habitude de l'assassin, mais il devait avouer que l'inconnue surpassait bien des choses qu'il avait vu sur Grand Line. Comme quoi même les Seas Blues renfermaient quelques pépites ! Un léger sourire apparu sur son visage au moment où il appuya sur la gâchette de son arme, mimant avec ses lèvres la détonation caractéristique de son tir tandis que le silence demeurait. Il cligna des yeux et jubila lorsqu'une gerbe de sang vint jaillir du visage de sa cible, la force de l'impact lui faisant reculer la tête et voler ses cheveux autour d'elle. Un instant il se délecta de la symphonie du blond d'or et du rouge carmin comme immortalisés dans la ville de Puerto Havana, la délicieuse apparition éternellement immobile comme une statue au milieu de ces eaux. Il cligna une nouvelle fois des yeux et la scène revint à la normale, la créature humanoïde bougeant normalement sans qu'aucune balle n'ait été tirée. Son arme était vide, pour le moment, et le Silencieux se contentait de faire passer le temps avec cette technique de relaxation bien personnelle. Il n'aurait pour autant pas hésité une seconde à presser la détente normalement, mais il était ici pour affaires, et ne pouvait guère s'amuser tant qu'il n'avait pas réglé cela, c'était mauvais pour le business paraissait-il.

Se retournant en ramenant à lui son fusil dans la vigie du navire où il se situait il s'arrêta un instant pour regarder l'homme qui lui tenait compagnie en cet endroit, avachie contre le bois de l'étroit refuge. Ses yeux étaient encore brillants des larmes qui coulaient sur ses joues tandis que ses lèvres semblaient tantôt vouloir crier à l'aide et tantôt supplier son tortionnaire sans jamais y parvenir. Une trace de sang sur le bois à côté de lui prouvait qu'il avait tenté de se relever, probablement pour alerter les autres membres de l'équipage. Mais il avait été trop faible pour faire même cela ! A présent ses mains ne tentaient même plus de retenir sa blessure, gisant à côté de son corps tandis que ses lèvres continuaient inlassablement le même mouvement. Dans ses yeux on pouvait voir la résignation, il poursuivait ses vaines tentatives de paroles plus comme une routine à laquelle il s'accrochait, le dernier espoir qu'un miracle puisse se produire, plus que parce qu'il y croyait vraiment. Entreprenant de ranger son arme en la démontant tranquillement sans prêter attention au mourant face à lui il constata finalement en redressant son regard quelques secondes plus tard que l'homme avait rendu son dernier souffle. Cette vision lui fit presque un pincement au cœur, il aimait voir la souffrance de ses victimes transpirer par chacun des pores de leur peau. Cet état de mort leur donnait une apparence bien trop paisible à son goût, comme un sentiment de travail inachevé.

Secouant la tête il se redressa légèrement, contemplant le drapeau qui flottait au dessus du navire sur lequel il se trouvait ainsi que ceux qui l'entouraient, des lions ailés tenant chacun un livre semblaient le toiser partout où il regardait. Il échappa une grimace, ce drapeau n'était assurément pas le moins attrayant qu'il ait jamais vu, mais Sairento ne pouvait s'empêcher d'y voir une confirmation que les nobles avaient vraiment des goûts bizarres. Jetant un regard par dessus la barrière de la vigie il observa le pont relativement calme, personne ne pensait à regarder vers la vigie, après tout pour quelle raison l'auraient-ils fait alors même qu'ils étaient amarrés.






S'assurant qu'aucune autre vigie ne surveillait les alentours sur les autres navires de la flotte la Main Silencieuse s'avança lentement sur le grand mât, profitant de la voile pour se masquer en partie. S'arrêtant finalement il observa quelques instants la ville et les différents navires qu'il pouvait voir de sa position avantageuse, demeurant immobile. Il déclara alors pour lui-même dans un murmure :

Del Sylvio hein ?


Revenir en haut Aller en bas
Ishtar De Lérhane
Archange du Typhon
avatar
Messages : 133
Race : Ange de Bilca

Feuille de personnage
Niveau:
20/75  (20/75)
Expériences:
99/100  (99/100)
Berrys: 100.000 B

MessageSujet: Re: [FB] La Flotte Noire (feat Aggaddon Médixès et Sairento Satsujin)   Jeu 10 Mai - 12:05




feat Aggaddon et Sairento

La Flotte Noire



Ishtar se mit à arpenter de dédale de pontons en questionnant à droite ou à gauche les marchands sur les destinations de leurs futurs voyages. Cependant, vu la quantité de vaisseaux amarrés de ce côté de Puerto Havana, il lui faudrait plusieurs heures pour demander à tout le monde. Ce n’était clairement pas la bonne méthode. Fronçant les sourcils, elle entendit quelqu’un abordé la ville qui se situait à l’intérieur des murailles. Découvrant ce fait étonnant qu’elle ignorait jusqu’alors, elle se mit en quête d’une des entrées pour la cité marchande, sachant désormais qu’elle n’était que sur les quais de celle-ci. C’est ainsi qu’elle demanda son chemin et tenta de retenir toutes les indications qui lui était donné. Tournant à gauche, elle tenta de se remémorer la marche à suivre : droite, droite, gauche, en face, gauche, droite, gauche, gauche, et ensuite ? Trop d’indications ! Soupirant, elle constata un mouvement de population et se retourna pour voir trois vaisseaux de la Marine s’approcher. Il y avait là une caraque et deux chebecs de petites tailles.

-Tout les Del Sylvio de la Marine sont venus cette fois-ci, déclara un vieux bougre tenant une bouteille de rhum à la main à la grande femme aux yeux argentés se tenant devant son échoppe de vaisselles.

Alors que l’étendard de la noble famille commerciale flottait à divers endroits en affichant fièrement son lion, un vieillard fut le premier à descendre de son vaisseau en lançant des regards noirs à ces pavillons qu’il maudissait.


Amareno Del Sylvio

Jadis colonel, cet instructeur de la Marine était le premier Del Sylvio a être offert au Gouvernement Mondial en échange de la protection de ce dernier ainsi que d’une affiliation plus ou moins implicite vu que les marchands conservait officiellement une indépendance avec une certaine marge de manœuvres. Fidèle à l’armée navale qu’il avait servie pendant plus de soixante années, le vieil homme plus proche de la mort que quiconque aux alentours avait refusé de prendre sa retraite et avait donc été envoyé formé des recrues à North Blue. Même s’il avait bien vite remarqué que son enseignement n’avait en aucun cas permis à des soldats de finir avec des grades prestigieux, le plus haut obtenu étant lieutenant, il considérait que sa seule réussite était son fils qui, selon les termes de l’accord avec la Marine, avait vécu sa jeunesse au côté du Del Sylvio de la branche principale en étant élevé par le frère d’Amareno. Avançant difficilement au milieu de la foule, devant marcher avec une canne pour contrebalancer ses problèmes articulaires, il fut bien vite toisé par une demoiselle descendue de l’autre chebec et qui avait eut le temps de faire le tour.

-Tu avance vieux croulant ?! On arrivera jamais à rattraper père…


Enéla Del Sylvio

La lieutenante trépignait d’impatience de faire face au garçon avec qui elle avait grandit. Ce dernier avait eu le malheur de naître dans la branche principale et s’était ainsi éloigner des bonnes grâces du Gouvernement Mondial. Elle désirait absolument voir la déchéance de son lointain cousin qu’elle haïssait désormais avec une ardeur non dissimulée. C'était la raison pour laquelle elle ne supportait donc pas la lenteur de son grand-père en cet instant. Elle avait un certain dégout pour celui-ci et le traiter avec un certain mépris. En effet, Enéla était une femme au tempérament fort et à l’égoïsme non dissimulé, ce qui lui permettait de se faire rapidement mépriser par certains des marins sous son commandement qu’elle traitait souvent comme des esclaves. Son regard impatient se déporta de son papy pour regarder ces vaisseaux noirs.

-Assez ! Je pars devant !

-Attendez votre grand père quand même !
ralla l’assistant d’Amareno qui eu le droit pour seul réponse un mouvement de la tête de l’instructeur, son visage étant recouvert d’une expression pleine de tristesse, qui savait qu’on ne pourrait pas la faire changer d’avis.

La bilcane s’approcha du marchand de vaisselles qu’elle questionna rapidement.

-Qui sont ces gens ?

-Vous n’êtes pas du coin vu qu’ils viennent souvent ces derniers temps… Enfin, remarquez, vu vos ailes et votre taille je me serai facilement souvenu de vous. Ce sont les membres des Del Sylvio rattaché à la Marine. D’après les rumeurs que j’ai entendues, ils feraient pressions sur la banche principale de leur famille.

-Les Del Sylvio ce sont bien ceux qui dirige cette grande flotte de vaisseaux noirs ?
questionna la maudite.

-Oui mam’zelle !

-Intéressant... Ils pourraient peut-être m’aidé vu la quantité de navires qu’ils ont.

-Je ne sais pas ce dont vous parler, mais vous pouvez bien me remercier pour ces informations en m’achetant quelques assiettes venant tout droit de l’Archipel Orgao d’East Blue !
proposa avec enthousiasme le vendeur.

-Non merci. À moins que vous connaitriez un bateau partant pour Grandline.

-Malheureusement non. Bonne journée à vous dans ce cas.

-Pareillement monsieur.


Faisant ainsi ses aurevoirs à ce charmant négociant, l’Archange du Typhon se décida à suivre les membres de la Marine fraichement débarqués qui se dirigeait assurément vers son nouvel objectif. Cela lui permettrait assurément de remonter le chemin menant à la muraille qui était en réalité la ville, fait qu’elle trouvait toujours aussi marrant quand elle y repensa. Elle n’y aurait jamais pensé elle-même, mais c’était vrai que c’était astucieux vis-à-vis du détroit. Au bout de très longues minutes, le groupe aux ordres d’Enéla atteignit l’une des portes principales. La bilcane s’exposa alors, même si la foule ne la cachait que très peu au final, afin de pénétrer dans l’avenue intérieur du rez-de-chaussée où elle fit face à un magasin de chaussure ainsi qu’une boutique de produits de bien-être. Tournant la tête elle aperçut rapidement la lieutenante qui se dirigeait vers les escaliers. La femme aux pouvoirs de zoan tenta d’accélérer le pas afin de ne pas se retrouver perdu au milieu des marches en se demandant à quel étage s’était arrêté la Del Sylvio qu’elle prenait en filature.






©️ By Halloween



Informations niveaux :
 


Dernière édition par Ishtar De Lérhane le Sam 12 Mai - 8:16, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Aggaddon Médixès
L'éternel
avatar
Messages : 438
Race : Humain
Équipage : Paradise

Feuille de personnage
Niveau:
30/75  (30/75)
Expériences:
135/200  (135/200)
Berrys: 25.366.000 B

MessageSujet: Re: [FB] La Flotte Noire (feat Aggaddon Médixès et Sairento Satsujin)   Jeu 10 Mai - 14:15

La Flotte Noire


Alors que les nefs de la Marine arrivait au port de Puerto Havana, Aggaddon arrivait enfin au dernier étage de la muraille, complétement essoufflé. Grimper tout l’escalier s’était avérer une tâche beaucoup plus ardue que ce que le mathématicien imaginait plus tôt. Les dernières instructions des lettres qui l’invitait en ces lieux lui disait qu’après cette ascension, il n’aurait plus qu’à trouver la section que possédait la Coalition Heisenbach. En effet, l’avenue de cet ultime étage était non pas composée de boutiques et de commerces, mais bel et bien des sièges des différentes compagnies commerciales basés à Puerto Havana, ce qui expliquait que seulement quelques personnes la traversaient alors que les habitants de la ville s’afféraient dans rues marchandes du reste des remparts. Reprenant finalement son souffle, le savant se leva et se mit à la recherche du comptoir commercial abritant les locaux du second membre le plus influent du conseil des doges derrière le puissant Del Sylvio. Il fallut pas mal de temps au mathématicien pour le trouver, mais ce ne fut finalement pas si compliqué puisque la devanture était bien mise en avant, notamment avec ses enseignes. Aggaddon pénétra dans les lieux sous le regard surpris des employés qui se demandait ce que cet étranger faisait là. Un homme imposant approcha le Médixès, toisant le nouveau venu de sa stature avant de sourire en coin.



Grigorovitch Heisenbach


-Seigneur Aggaddon Médixès je présume. Vous ressembler à la description que m’a fait Lugnabach à quelques détails près.

-Monsieur le doge Heisenbach j’imagine. Enchanté de faire votre connaissance.

-Vous tombez à point nommé vous savez ?! Amareno et les siens sont venu en personne aujourd’hui ce qui fait que nous n’avons que très peu de temps pour discuter, mais surtout que vous ne devrez pas attendre plusieurs jours avant de passer à l’action.

-Je tiens à préciser que je veux être rémunéré pour cette alliance, ainsi que certains profits commerciaux.

-Cela va de soit monsieur Médixès. Vous êtes un habitué de ce genre d’affaires après tout. Suivez-moi dans mon bureau.


Les hommes autour se lancèrent des regards incompréhensifs avant de se remettre au boulot. Ils savaient qu’il ne fallait pas chercher à en savoir plus sur les activités de l’ambitieux Grigorovitch, chef de la maison Heisenbach depuis plus de quarante ans. Les deux nobles pénétrèrent le grand bureau aux murs recouverts d’ornements diverses. Ce qui remplissait La bibliothèque était certainement des dossiers et des contrats. La lumière rentrait grâce à une meurtrière assez large vu la taille de l’édifice. Seul le dernier étage était pourvu de ces ouvertures, le reste de la citadelle se servant de roche lumineuse pour éclairer toute la cité. Ces minéraux s’appelaient des Lemparias et avait été directement importé de Grandline à la construction de Puerto Havana.

-Bien… Pour quelle raison avait vous voulut que je vienne vous prêter main forte ?

-Il s’avère que mes plus gros concurrents, politique comme économique, les Del Sylvio, sont dans une mauvaise passe. La branche de leur famille implantée dans la Marine menace de détruire purement et simplement le fondement propre de leur commerce. Je n’ai pas plus de détails car les informations sont filtrées, mais si cela peut leur nuire au point de les reléguer à un rang de marchands de bas étage, je ne peux pas laisser ces ordures s’en sortir. J’aimerais donc que vous apportiez votre soutien au colonel Del Sylvio afin de faire ployer son petit-cousin et, ainsi, propulser les Heisenbach à la tête de Puerto Havana !!! Bien évidemment, vous aurez vos parts sur le négoce qui s’occupera d’occuper le marché perdu par les Del Sylvio. Cela vous convient-il ?

-C’est en effet tentant, mais je désire une garantie !


Aggaddon était habitué au monde de l’ombre et aux magouilles de la noblesse, en étant lui-même un adepte. Il était donc très suspicieux quant aux belles paroles d’un tel personnage. Cependant, avant d’être des nobles, les dirigeants de cette forteresse mercantile étaient avant tout des marchands. Les accords commerciaux étaient leur dada. Autant il pouvait inclure des clauses les avantageant, autant ils étaient prêt à prendre le risque de céder une partie des richesses qu’ils pouvaient obtenir pour s’assurer la victoire, pouvant tout à fait trouver le moyen d’évincer la personne ayant aider à posteriori via la voie diplomatique.

-J’ai déjà rédigé les contrats. Vous n’avez qu’à signer et notre alliance sera officialisé, ainsi que les rentes dont vous bénéficierez.

D’abord dans le doute, une lecture attentive du document suffit au Médixès pour se convaincre que le document ne comportait rien qui le mettrait en difficulté. Son interlocuteur devait être au-courant de ce qui c’était passé au château du Grand Comte Justinien de Bourbon d’Eau-Claire et donc que tentait de berner le mathématicien à coup de piège entre les lignes ou en notes écrites en petits caractères s’avéreraient certainement inutile et ferait perdre toute relation de confiance qui aurait pu s’établir par la suite. Affichant un sourire en arrivant à la dernière page, il posa le document avant de demander tout simplement :

-Où est la plume pour que je signe ?


feat Ishtar et Sairento


Pour toutes infos sur les 3 autres doges (géographiquement, un est dans ses bureaux, un est sur ces quais ci et la dernière se trouve sur les quais de l'autre côté de l'axe de symétrie), tu peux bien sûr me demander. ^^
Revenir en haut Aller en bas
Sairento Satsujin
Trafiquant
avatar
Messages : 238
Race : Humain

Feuille de personnage
Niveau:
29/75  (29/75)
Expériences:
56/200  (56/200)
Berrys: 275.844.000 B

MessageSujet: Re: [FB] La Flotte Noire (feat Aggaddon Médixès et Sairento Satsujin)   Lun 14 Mai - 16:17


Puerto Havana!


L'assassin les lèvres mi-fermées, émit soudain un sifflement si aigu qu'il était à peine perceptible à une oreille humaine, attendant quelques secondes avant de quitter son perchoir, se laissant chuter du grand mât en toute confiance. Une ombre le rattrapa en volant à ras de la voile, s'élevant aussitôt que son cavalier fut en place, disparaissant rapidement dans les cieux pour les quelques badauds qui auraient pu capter sa présence. Une fois hors d'atteinte dans les airs Sairento serra légèrement ses jambes autour du corps du Volia qui le transportait, l'animal se mettant aussitôt à décrire un rond de quelques mètres au dessus de Puerto Havana. L'attention du Silencieux se reporta alors sur les murailles de cette cité si particulière, l'homme semblant faire un point global de la situation. Cela faisait déjà deux jours qu'il se cachait dans les bas-fonds de cet endroit, prenant soin de préparer son passage à l'acte avec précision, et en profitant pour repérer les lieux, la connaissance du terrain pouvait s'avérer être un avantage particulièrement important. Sairento s'étira nonchalamment, il était étonnamment serein en cet instant, sa petite tuerie avait calmé le Satsujin qui ne semblait pas avoir envie d'intervenir, pour le moment tout du moins. Finalement il dirigea le Volia juste au-dessus de la large muraille qui encerclait la ville, lui faisant alors signe de descendre.

Ses mains vinrent agripper deux couteaux de lancers dans son manteau tandis que des silhouettes commençaient à se dessiner vaguement sous lui, effectuant une ronde sur la muraille afin de surveiller les abords de Puerto Havana probablement. Le sommet de l'immense édifice était très peu aménagé, les légers rebords d'une muraille classique protégeant un large chemin de ronde de cinq cent mètres sur lequel on ne trouvait comme constructions que de larges tours tournées vers l'extérieur. Les gardes étaient peu nombreux du côté de la muraille interne, éparpillés tout du long de l'immense protection de la ville certainement plus en prévention qu'en volonté d'être réellement efficace. En réalité il avait entendu dire que chaque Doge ou marchand avait ses propres gardes, rien n'appartenait à la ville elle-même. Les temps étaient plus paisibles depuis l'alliance avec la marine et la simple muraille dissuadait la plupart des offensives d'ampleur. Certes des mouvements en interne demeuraient mais alors les personnes responsables étaient à l'intérieur de la muraille. Alors qu'il n'était plus qu'à une dizaine de mètres au dessus de ses cibles il lança rapidement ses deux couteaux vers les silhouettes se trouvant sur ses côtés. Le Volia plongea alors subitement en direction du troisième homme qu'ils surplombaient, jusqu'à ce que l'assassin ne saute de sa monture, une dague à la main. Les deux gardes périphériques s'écroulèrent soudainement mais avant même que le garde central ne puisse s'en rendre compte il se retrouva violemment plaqué au sol par son assaillant. D'un geste expert la dague vint lui trancher la gorge, le combattant ne pouvant qu'émettre qu'un léger son étouffé par le sang qui emplissait sa gorge en regardant son meurtrier les yeux écarquillés, avant de succomber.

Le Silencieux s'avança jusqu'au rebord interne de la muraille, observant rapidement la position de l'entrée la plus proche vers l'intérieur de la muraille. Sa mission de repérage avait été compliqué et il avait dû s'y reprendre à plusieurs fois avant d'être sûr de lui, l'obligeant à passer un temps non négligeable au milieu de la foule en devant se retenir d'y faire un massacre. Appelant l'oiseau qui le transportait d'un geste il sauta finalement dans le vide, se réceptionnant sur celui-ci et le faisant descendre juste en dessous des meurtrières, rasant la muraille au plus près qu'il le pouvait. Levant alors les yeux en laissant le soin à sa monture de demeurer au plus proche de l'édifice pour limiter les regards curieux il repéra la meurtrière placée au-dessus de l'entrée de la muraille, se mettant alors à compter les meurtrières qui suivaient. Seul le dernier étage en était équipé ce qui avait rendu le repérage compliqué mais au final il lui avait suffi d'avoir accès à une meurtrière et de calculer la distance entre chaque pour déterminer laquelle donnait sur sa cible.




Finalement après quelques secondes il repéra la meurtrière en question, s'assurant de venir y placer son oiseau en silence sous celle-ci afin que son ombre ne vienne pas trahir leur présence. Le vent extérieurs soufflait fort à cette altitude, rendant impossible le fait d'entendre les voix de ceux présents dans la muraille, mais le pouvoir du hors-la-loi y remédia rapidement. Subitement il créa un cône de silence, l'englobant simplement et se rendant jusqu'à l'intérieur du bureau en longeant le plafond pour se placer au-dessus de ce qui devait être le milieu de la pièce, assez large pour capter tous les sons qui y étaient produits. Les personnes à l'intérieur ne verraient aucun changement le couloir de silence ne les affectant pas, mais les sons qu'ils produiraient, protégés des sons parasites habituels via son pouvoir, lui parviendraient comme s'il était assis avec eux.

Dans un premier temps aucun son ne fut produit, le silence prenant place et trahissant le fait que personne n'était présent dans le bureau. Patiemment le maudit attendit, tentant de conserver un vol quasi-stationnaire sous la meurtrière en surveillant de temps à autres que personne ne s'intéresse à eux de trop près du bas de la muraille. Après quelques minutes il devint plus hésitant, si sa cible n'arrivait pas rapidement le temps alloué par la mort des gardes au-dessus de la muraille allait arriver à son terme. Dès lors que leurs corps seraient trouvés l'alarme serait sonnée et sa fenêtre de tir se refermerait. Puis finalement le bruit de la porte et des pas se firent entendre, Sairento retenant son souffle tandis que des hommes prenaient place à l'intérieur. Il écouta en silence les paroles échangées, notant soigneusement ces informations jusqu'à ce que le silence reprenne place, celui que le doge avait appelé Médixès devant certainement examiner les contrats. Aussitôt le Silencieux étendit son pouvoir, le faible cône se transformant aussitôt en une chambre de silence où aucun son ne pouvait-être produit. Peut-être les hommes se rendraient-ils compte de la chose mais il ne lui fallait que quelques secondes pour pouvoir agir. S'asseyant en tailleur il se concentra alors, demeurant aux aguets de la moindre irrégularité dans la chambre de silence qu'il avait créé, cherchant à déterminer les positions exactes de chacun. Le souffle, les mouvements aussi imperceptibles soient-ils, tout émettait des sons plus ou moins forts, et tous trahissaient la présence d'un être lorsque le maudit se concentrait suffisamment.

Rapidement il pu visualiser la pièce et les positions des deux personnages, redressant la tête tandis qu'une perturbation plus forte se faisait sentir. Le Médixès venait de tenter de parler, mais dès lors qu'aucun son ne sortirait de sa bouche il se rendrait compte du silence qui l'entourait. Aussitôt d'un geste calculé l'assassin attrapa un caillou qu'il lança par la meurtrière en direction de la tête du Doge, l'attaque n'avait rien de méchant, le caillou étant particulièrement petit et la force avec laquelle il le lançait relativement faible. L'homme sentirait simplement le projectile rebondir sur son crâne, cela le gratterait à peine mais attirerait son attention, lui prouvant que le Silencieux aurait pu l'atteindre comme il le souhaitait. Sans attendre Sairento créa un chemin dans la chambre de silence reliant sa bouche et la pièce de manière à ce que le son semble parvenir de tous les endroits à la fois. Sa voix résonnerait dans la pièce sans qu'on ne puisse en déterminer la provenance exacte, si ce n'était pour ce caillou.

Si j'étais venu vous tuer vous seriez déjà mort. Vous devriez revoir votre système de sécurité Mr le Doge !


Revenir en haut Aller en bas
Ishtar De Lérhane
Archange du Typhon
avatar
Messages : 133
Race : Ange de Bilca

Feuille de personnage
Niveau:
20/75  (20/75)
Expériences:
99/100  (99/100)
Berrys: 100.000 B

MessageSujet: Re: [FB] La Flotte Noire (feat Aggaddon Médixès et Sairento Satsujin)   Lun 14 Mai - 18:30




feat Aggaddon et Sairento

La Flotte Noire



Alors que les déboires d’Aggaddon et Grigorovitch avec Sairento étaient déjà passé, le temps de l’ascension la séparant temporellement de cette scène, Ishtar arriva au dernier étage alors que des gardes commençaient à courir dans les couloirs, l’ascension de l’escalier avait été assez éreintante. C’est donc essoufflé qu’elle continua de suivre Enéla qui traversa l’avenue pendant quelques minutes avant de rejoindre son père qui, avec certains de ses hommes, faisait face au groupe administratif dirigeant la Flotte Noire. Le regard de chacun des deux hommes était assuré. Ils se toisaient l’un l’autre pendant que la lieutenante Enéla demeurait silencieuse, préférant éviter d’intervenir. La bilcane, quant à elle, approcha en gardant ses distances afin de suivre la conversation qui avait lieu.


Pizarro Del Sylvio
Le Conquistador au Panache Rouge

L’homme de la Marine qui avait repris la base à Camerciada, la ville au sud de Puerto Havana situé sur l’Isla Calvez et qui n’était autre que la rivale principale de la cité aux remparts, mesurait un peu plus d’un mètre quatre-vingt-dix. La moustache et la chevelure grisonnante du fils d’Amareno indiquait son âge avancé, même s’il était bien sûr beaucoup plus jeune que le vieillard tremblant au visage ridé qui était encore entrain de grimper les marches à l’heure qu’il était. Sa cicatrice était une marque qu’il avait hérité d’un combat de sa jeunesse face à un pirate primé à plus de cinquante millions de berrys, ce qui l’avait propulsé au grade qu’il avait depuis lors.

-Il est temps d’arrêter de refuser ma demande, cher fils de mon cousin, entama le colonel. Si tu continu à t’obstiner à refuser, je serai contraint de réquisitionner toute ta flotte directement. Il est bien plus simple que tu me la cède, cela ne requérait alors peu de formalité et cela serait la juste ultime tribu de Puerto Havana au Gouvernement Mondial. La Flotte Noire est très bien armée et jouera un rôle majeur dans la lutte contre la piraterie, tu devrais comprendre que c’est un honneur de faire ce type d’offrande. De plus, l’Arsenal Sylvio parviendra à te reconstruire quelques navires en quelques mois.


Anafesto Del Sylvio
Le Sérénissime Lion Septentrional

Toujours aussi majestueux dans ses riches vêtements, l’homme à la tête des derniers membres de la branche principale des Del Sylvio rageait de devoir traiter convenablement la pourriture qui lui faisait face. Il savait pertinemment que si son prédécesseur à la tête de la Flotte Noire, son père, était mort c’était à cause de Pizarro qui ne reculait devant rien pour venger toute la lignée mineure qui avait été offerte en pâture au Gouvernement Mondial. Même s’ils étaient parfaitement convaincus du bien fondé de la cause de la Marine, ils ne s’étaient jamais remis d’être marchandé ainsi, comme du bétail, pour des négociations servant prétendument à apporter la paix au petit archipel de la Meditarana, composé seulement d’Isla Calvez et Isla Del Calia. Le blond à la chevelure flottante qui arborait la fameuse corne ducale des Del Sylvio n’était pas prêt à céder un mètre à Pizarro.

-Vous m’en voyez navré, mais il est hors de question que je vous laisse ainsi détruire la Flotte Noire. Si nous n’avons plus de navire, notre négoce s’écoulera avant même que l’arsenal ne parvienne à fournir le moindre vaisseau. Votre vengeance ne sera pas si aisée, je puis vous l’assurée. De plus, j’ai bien remarqué qu’il y a de moins en moins de vos bateaux qui surveillent ces eaux. Je suis véritablement surpris que vous ayez abandonné vos rêves de récupérer Puerto Havana et que vous ayez accepté de devenir de simples toutous aux ordres de Florencia Boccanegra en vous soumettant à un de ses contrats. Je suis déçu de votre manque d’honneur. Votre quête de vengeance vous à véritablement poussé à des extrêmes.

-Je ne te permets pas de parler comme ça !
hurla Enéla en s’extirpant de ses confrères de la Marine.

-Ce n’est pas car nous avons été élevé ensemble dans un premier temps que vous avez ainsi le droit de m’interrompre. Dite à votre fille de se tenir tranquille Pizarro, je n’ai pas envie qu’un incident entre la Marine et Puerto Havana est lieu.

-Car cela rendrait caduque l’accord avec le Gouvernement Mondial n’est ce pas
, répondit le colonel en souriant. Je prends votre réaction pour un acte d’agression qui rompt le pacte. Anafesto, vous êtes en état d’arrestation et tous les navires sous le contrôle de la Compagnies des Indes Septentrionales seront réquisitionné afin d’être reconvertit en vaisseaux de guerre. Si vous refusez de vous conformer à mes indications, nous nous verrons dans l’obligation d’utiliser la manière forte.

Anafesto serra les dents et s’écarta, se préparant à lutter pour la défense de ce que des générations de négociants avaient prit leurs vies à bâtir. Alors que Pizarro s’apprêtait à lancer une attaque en constatant le refus d’obtempération des personnes en face de lui, Ishtar s’élança et s’interposa, à la grande surprise des soldats de la Marine.

-Dégagez la route ou vous serez mise aux fers en même temps que ces rebelles.

-Non. C’est un abus de pouvoir flagrant. Je suis prêt à prendre la défense de ces pauvres gens pour lutter contre cette injustice.


Cette intervention de la bilcane fit sourire le Lion du Nord qui intervint alors pour soumettre une proposition.

-Ne veux tu pas gagner en beauté et te délecter de ma défaite Pizarro ? Ce ne serai pas mieux comme vengeance ? Je te propose de faire un duel entre deux champions que nous aurons chacun sélectionner et que l’on devra convaincre de notre cause. Le camp gagnant imposera sa volonté à l’autre.

-Hmmmm. Ce pourrait être intéressant oui. Faire reposer votre perte sur les épaules d’une seule personne et te contraindre à regretter éternellement cette idée…

-Ne vous laissez pas embobiner père ! Massacrons-le sans plus attendre.

-Tais-toi Enéla ! Depuis que père a rejoint la Marine, nous attendons ce moment. Il est venu l’heure d’en profiter.


Anafesto fur ravi et il ne lui restait qu’une chose à faire : tester les compétences martiales de cette femme ailée titanesque dont l’apparence semblait témoigner d’une force physique certaine. Le colonel fronça les sourcils avant de faire volteface.

-Bien je me retire pour partir en quête d’un champion.

-Rendez-vous dans deux heures sur le sommet des remparts.


La pluie se mit alors à tomber à l’extérieure pendant qu’Ishtar se tournait, intriguée, vers le marchand influent.

-Alors, êtes-vous capable de lutter pour ma cause mademoiselle ?






©️ By Halloween



Informations niveaux :
 


Dernière édition par Ishtar De Lérhane le Mar 15 Mai - 22:33, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Aggaddon Médixès
L'éternel
avatar
Messages : 438
Race : Humain
Équipage : Paradise

Feuille de personnage
Niveau:
30/75  (30/75)
Expériences:
135/200  (135/200)
Berrys: 25.366.000 B

MessageSujet: Re: [FB] La Flotte Noire (feat Aggaddon Médixès et Sairento Satsujin)   Lun 14 Mai - 19:37

La Flotte Noire


Les yeux du Médixès s’exorbitèrent en découvrant que seul le silence régnait malgré sa volonté de s’exprimer pour signer le partenariat. Sans attendre il dégaina sa rapière, s’attendant à ce que l’on attaque. Calmant sa respiration, il resta patient là où Grigorovitch s’affola en découvrant l’absence de sons quand il essaya de demander « Qu’est-ce qu’il vous arrive ? ». Méfiant, le mathématicien vit le caillou voler en direction du doge. Sachant pertinemment qu’il ne serait pas suffisement rapide pour saisir le projectile, il tenta de l’arrêter avec sa lame. Cependant, il manqua de rapidité et le caillou se retrouva dévier et non stopper, touchant l’épaule du marchand au lieu de rebondir sur sa tempe, ce qui fondamentalement ne changeait que très peu le résultat. Aggaddon plissa les yeux en écoutant les mots de Sairento, ne parvenant pas à saisir d’où ils provenaient. Avec ses notions de physique, il espérait parvenir à le faire, mais il semblait que les pouvoirs de l’assaillant, puisqu’il semblait en avoir vu qu’il devait être responsable du mutisme des deux collaborateurs, ne permettait pas de le repérer. Bien évidemment, il tenta de répondre. Comme il s’y attendait, rien ne sortit de ses lèvres. De son côté, l’Heisenbach prenait ses jambes à son cou, perdant complétement son sang-froid. Si les marchands étaient l’équivalent de la noblesse des autres pays au sein de la citadelle de Puerto Havana, leurs manigances étaient bien moins violentes que celle de la haute société traditionnelle des royaumes affiliés au Gouvernement Mondial. L’assassinat n’était pas vu d’un bon œil et les négociants mettaient un point d’honneur à vaincre leurs adversaires commerciaux et politiques non pas par le meurtre et la violence, mais par la ruse et le marchandage. Se retrouver ainsi dans une position de faiblesse avec la possibilité de se faire tuer lui faisait perdre totalement, la peur de la mort prenant le pas sur le reste et empêchant la compréhension du fait que le potentiel assassin ne voulait pas le tuer.

Surpris de voir Grigorovitch fuir, le Médixès resta quelques instants sur place avant de décider de suivre ce dernier. Au milieu de l’immense office du négoce de l’Heisenbach, le doge se remettait de ses émotions au milieu de ses employés qui le protégeait sans le vouloir en formant un cercle autour de lui. Le Médixès resta sur ses gardes pour pallier à une éventuelle attaque. Les minutes semblaient défilées et, si Sairento n’attaquait pas, le souffle d’un cor de chasse résonnerait, avec une douceur loin d’un déferlement extrême, dans les remparts. Ishtar étant bien trop concentré à palier mentalement à la fatigue de la montée des escaliers, elle ne le perçu que comme un écho lointain. Sur la muraille, un garde sonnait l’alarme en étant surpris de voir qu’on les attaquait. La richesse commerciale de la cité était très attirante, mais tout navire militarisé n’arborant pas le pavillon de la Marine était refusé afin d’éviter, même si ça arrivait de temps à autres, des assauts depuis l’intérieur, comme cela avait pu être le cas trois cents ans plus tôt. Cependant, beaucoup de marins de Puerto Havana était habitué au combat, défendant leur cargaison corps et âmes. C’est ainsi qu’on pouvait trouver des combattants aguerris, comme le Commandant de la Garde, Cortès Laguerra, qui se dirigea promptement vers l’origine de l’alarme.

-Hmmm. Faites fermer les portes et décrétez l’état de surveillance maximale. Nous allons débusquer le rat s’étant infiltré chez nous. Prévenez la Milice des Quais ainsi que les doges. Lancez des fouilles de navires amarrés également. Contactez moi par escargophone en cas de besoin, j’ai la Marine à gérer aussi de mon côté.


feat Ishtar et Sairento


Personnages secondaires :
 
Revenir en haut Aller en bas
Sairento Satsujin
Trafiquant
avatar
Messages : 238
Race : Humain

Feuille de personnage
Niveau:
29/75  (29/75)
Expériences:
56/200  (56/200)
Berrys: 275.844.000 B

MessageSujet: Re: [FB] La Flotte Noire (feat Aggaddon Médixès et Sairento Satsujin)   Mar 15 Mai - 5:20


Puerto Havana!


Le large sourire du Silencieux disparu au moment où il ôta sa zone de silence pour entendre alors les pas du Doge qui fuyait hors de son bureau. Il n'avait pas réellement prévu cela de cette manière, en un sens il espérait pouvoir s'entretenir avec l'homme, peut-être celui-ci aurait-il pu lui faire une contre-proposition décente à celle qu'il avait reçu. Une moue déçue apparu sur son visage tandis que les pas du second protagoniste du bureau s'éloignaient à présent, moins pressés que ceux de son prédécesseur. Probablement aurait-il du simplement tuer cet homme, certes cela n'était pas du tout sa mission mais au moins il n'aurait pas ce sentiment de frustration à présent. Et puis éliminer le principal concurrent de son commanditaire ne pouvait pas être une mauvaise chose. Il pesta en silence, il avait mis du temps à préparer cette mise en scène pour tenter de jouer double-jeu, et au final cela avait fait un grand flop. Tapotant le flanc du Volia sur lequel il se trouvait toujours avec son pied il laissa celui-ci plonger subitement vers les quais en tentant de trouver du positif dans ce coup raté. Il avait tout de même pu récolter quelques informations, des informations que certains paieraient sans doute cher pour connaître. Se remémorant le nom du Médixès il s'attarda quelque peu sur celui auquel il n'avait jusqu'alors prêté aucune attention. L'homme malgré son apparition soudaine et mystérieuse et la réaction apeurée de son hôte était demeuré vif et alerte, sans paraître plus nerveux que cela. L'homme était sans nul doute un combattant aguerri pour avoir réagi de la sorte ou ne serait-ce qu'être appelé pour une telle affaire.

Sairento sauta au sol, se réceptionnant sans difficultés devant quelques badauds qui observaient d'un œil surpris le large oiseau qui remontait rapidement dans les airs. Il avait traversé une partie de la ville intra-muros par les airs à toute vitesse avant de parvenir à cette autre entrée dans les murailles. S'il avait pu se montrer discret jusqu'alors son arrivée s'était quant à elle effectuée d'une manière assez visible par ceux qui avaient daignés lever la tête à son approche. L'assassin avait tout de même pris la peine de recouvrir son visage d'une capuche, histoire d'éviter tout problème de reconnaissance tandis qu'une corne s'élevait au loin sur une autre partie de la muraille. Les corps avaient sans aucun doute étaient trouvés et son temps était désormais compté. Sans s'attarder il s'engouffra dans la muraille, se dirigeant aussitôt vers les escaliers qu'il entreprit de gravir d'un pas pressé. Il baissa rapidement le rythme devant l'ampleur de la tâche à accomplir, comprenant sans difficulté qu'à ce train là le souffle risquait de lui manquer. Après avoir gravi quelques étages il s'arrêta, s'écartant légèrement du passage pour laisser passer un important contingent marine qui semblait particulièrement pressé de descendre. Conservant sa capuche il fit mine de s'intéresser à l'échoppe qui lui faisait face en espérant que personne ne prête attention à lui. Cela ne posa aucun problème puisque la totalité de l'attention était captée par le passage de la branche marine des Sylvio, les chuchotements se faisant à peine entendre au milieu du bruit de leurs pas.

Dès que les hommes furent passés il reprit son ascension, laissant tomber son manteau à capuche au milieu de l'escalier dès qu'il fut seul, progressant à visage découvert. Si jamais les villageois faisaient un rapprochement entre son arrivée par les airs et l'alarme, ce qui risquait de ne pas être le cas avant un moment, les gardes chercheraient une personne voulant se dissimuler. Il grogna de mécontentement en montant un autre étage, ces Doge ne pouvaient pas essayer d'avoir des bureaux au rez-de-chaussée ?! Ou au moins un moyen de monter plus vite cet immense bâtiment ?! Soudain il se stoppa net au milieu de sa progression, un marchand qu'il venait de dépasser s'agaçant un instant de la gêne occasionné par ce soudain arrêt imprévu. Mais le maudit n'y prêta pas attention un instant, le léger agacement qu'il venait de soulever avait réveillé un sentiment familier en lui. Il effectuait beaucoup d'efforts à cet instant, et peu de gens en mourraient, cela risquait de ne pas convenir à tout le monde.





Serrant les dents il se remit à monter les marches en accélérant le pas, courant presque dans l'escalier en dépit de la fatigue et de la douleur de ses jambes. Le Satsujin s'éveillait lentement en lui, il devait arriver au Doge Del Sylvio avant que l'envie de sang ne le gagne complétement.


Revenir en haut Aller en bas
Ishtar De Lérhane
Archange du Typhon
avatar
Messages : 133
Race : Ange de Bilca

Feuille de personnage
Niveau:
20/75  (20/75)
Expériences:
99/100  (99/100)
Berrys: 100.000 B

MessageSujet: Re: [FB] La Flotte Noire (feat Aggaddon Médixès et Sairento Satsujin)   Mar 15 Mai - 22:20




feat Aggaddon et Sairento

La Flotte Noire



-Alors, êtes-vous capable de lutter pour ma cause mademoiselle ?

En posant cette question, le doge avait avancé d’un pas vers la créature céleste tout en observant la lame d’Ashunera, la claymore que portait la bilcane.

-Votre courage presque héroïque et vos apparentes convictions me plaisent. Je voudrais voir si vous êtes en mesure d’être ma championne pour le défi que j’ai lancé au colonel. C’est pourquoi…

L’homme à la tête de la famille Del Sylvio s’inclina, posant un genou au sol.

-… je vous demande humblement d’être mon poing armée face à l’oppression de Pizarro si vous réussissais un simple test.

Les quelques amis et employés d’Anafesto qui l’entourait restèrent silencieux face à cette demande solennelle en adéquation avec l’aspect majestueux que voulait dégager le doge, ce qui était à l’origine de l’adjectif « Sérénissime » présent dans son surnom. Face à ce spectacle étonnant, Ishtar resta stupéfaite quelques instants avant de reprendre possession de ses moyens.

-Et bien… Je voudrais en savoir davantage sur ce conflit d’intérêt avant.

-Suivez-moi s’il vous plait.


Se relevant il fit volteface pour se diriger au comptoir commercial général de la Flotte Noire qui se trouvait non loin de là.

-Il s’avère que le cousin de mon père compte vengé sa ligné de la décision d’évincer cette branche secondaire de la famille des affaires en faisant d’eux des soldats à la solde de la Marine. C’était malheureusement le meilleur moyen d’assurer l’affiliation de Puerto Havana au Gouvernement Mondial. Paradoxalement, ils adorent servir au nom de Marijoa mais ne supportent pas que leur destin soit dicté par la décision de la branche dite principale. C’est pour cela qu’ils tentent de nous détruire. Ils vivent dans le passé alors qu’il faut se tourner vers l’avenir. Je compte bien finir par les convaincre de se satisfaire de leur condition et de vivre en paix avec eux même, mais pour l’heure il me faut juste repousser la menace que Pizarro fait peser sur la Flotte Noire.

Ayant écouté attentivement les explications du marchand, la De Lérhane comprit rapidement que le Del Sylvio avait raison au sujet de l’égarement de sa lignée cousine. La haine et la vengeance était bien deux moteurs détestables qui pourrissaient la vie de tellement de gens.

-Soit. J’accepte de vous aider, mais en échange j’aimerai pouvoir monter à bord d’un navire à destination de Jaya à Grandline.

-Ce ne sera pas difficile. Marché conclu.


L’ange fut soulagé. Elle avait enfin découvert un moyen de se rendre sur l’île où se trouverait un moyen de monter aux îles célestes de la mer blanche. Cette satisfaction fut vite balayée par la nécessité de la victoire en combat singulier qui en découlait. Le groupe se dispersa en atteignant le quartier général d’Anafesto.

-L’alarme ayant retentit, restez tous sur votre garde jusqu’à nouvel ordre. Que quelqu’un me tienne informé de l’évolution de la situation en appelant régulièrement Cortès. Il faut aussi que quelqu’un s’occupe de contacter l’arsenal pour qu’ils protègent les navires en construction. Faite circuler l’information parmi les capitaines stationnant aux quais afin qu’ils fouillent leurs navires ou nous soumettent les personnes susceptibles de lancer un semblant d’attaque sur notre cité. Etant donné la situation, je ne pourrais pas apporter ma contribution dans l’immédiat, mais dès que cette affaire avec Pizarro sera régler je m’y attèlerait immédiatement.

Le doge dirigeait avec fermeté et simplicité ses hommes. Il émanait de lui une assurance alors qu’il distribuait des ordres tout en amenant la confiance à chacun. Ils étaient habitués à cela et c’est avec bonheur qu’ils servaient la personne la plus importante de la cité, l’un des meilleurs négociants de toutes les Blues selon la rumeur. C’était pour cela qu’ils étaient prêts à tout pour lui apporter leur soutien et le défendre face à la quête de vengeance des héritiers du vieil Amareno, qui de son côté s’était arrêté à un niveau intermédiaire avec ses hommes car il était trop fatigué pour terminer l’ascension dans l’immédiat.

La bilcane constatait tout cela avec un certain émerveillement. Elle avait rarement croisé des leaders de cette trempe hors du domaine des combattants. En vérité, elle découvrait que la réussite dans le monde du commerce dépendait d’attraits semblable à ceux utile dans le monde de la guerre. Il lui semblait évident que la Flotte Noire était devenue puissante et influente grâce aux talents des Del Sylvio et non pas par chance. L’Archange du Typhon afficha un sourire. C’était assez intéressant de découvrir ce monde et de participer à la défense de cette compagnie commerciale qui apportait la prospérité à des milliers de personnes, partant des employés aux habitants de Puerto Havana qui jouissaient de l’investissement des doges dans la cité. De plus, le Del Sylvio semblait enclin à envoyer des navires aux quatre coins du monde vu la réponse qui lui avait donné, donnant l’impression que le souhait d’Ishtar n’était qu’une simple formalité. Il pouvait donc rapporter des richesses exotiques à tout ceux qui étaient clients de son groupe commercial. En vérité, l’ange à la chevelure d’or et aux yeux d’argent commençait à se demander si elle ne pourrait pas convenir d’un arrangement avec le doge pour pouvoir voyager sur n’importe quel navire de son armada marchande si elle venait à en croiser qui aurait la même destination qu’elle. Se serait une alliance bien avantageuse pour elle.

-Bien… Montons sur le chemin de ronde, même si vu ses dimensions c’est plus qu’un chemin, pour que je puisse vous tester.

Si Sairento avait poursuivi sa monté sans interruption, il interviendrait certainement à ce moment-là. Sinon, il pourrait, à priori, les rattraper rapidement.





©️ By Halloween



Informations niveaux :
 


Dernière édition par Ishtar De Lérhane le Sam 19 Mai - 18:59, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Aggaddon Médixès
L'éternel
avatar
Messages : 438
Race : Humain
Équipage : Paradise

Feuille de personnage
Niveau:
30/75  (30/75)
Expériences:
135/200  (135/200)
Berrys: 25.366.000 B

MessageSujet: Re: [FB] La Flotte Noire (feat Aggaddon Médixès et Sairento Satsujin)   Mar 15 Mai - 23:15

La Flotte Noire


Grigorovitch, une fois calmé, se leva et s’adressa à l’homme qu’il avait convoqué.

-Je vais essayer de retrouver Cortès pour qu’il me protège. Même s’il est à la botte d’Anafesto, il est obligé de me défendre en raison de ma qualité de doge et de membre d’une des familles fondatrices de Puerto Havana. Vous, vous devez trouver le colonel Del Sylvio pour lui apporter votre soutien.

-Je pense que vous n’aurez pas besoin monsieur
, déclara un employé qui regardait l’avenue.

En effet, Pizarro accompagné de deux sergents s’approchait du négoce de l’Heisenbach.

-Ah vous voilà monsieur ! Comme promit dans notre correspondance, voici quelqu’un qui pourra vous aider à défaire ce maudit Anafesto.

-Je comptais bien là-dessus Grigorovitch. Votre némésis m’a proposé un duel entre deux personnes que nous aurions réussi à ramener à notre cause. Puisque je savais que vous comptiez m’apporter votre aide au travers d’un combattant, j’ai accepté. Sa défaite sera d’autant plus agréable. On pourra lire la peur sur son visage qui se décomposera à mesure du massacre. Enfin, si votre guerrier est un combattant suffisement aguerri.

-Je peux vous le certifier colonel !

-Je vous fais confiance. Puis-je savoir votre nom monsieur ?

-Aggaddon… Aggaddon Médixès.


Surpris, l’homme de la Marine demeura quelques instants silencieux. De plus, il ne semblait pas vouloir demander des preuves de capacités martiales au mathématicien, jugeant que le doge devait être en mesure d’évaluer correctement ses dernières et donc que s’il avait amené le savant ici c’était en connaissance de ses aptitudes.

-Médixès comme dans le marquisat de Médixès ? Je ne m’attendais pas à voir un membre de la famille souveraine d’un état, si mineure soit-il, d’une autre île prêter main forte à ce Heisenbach. Vous m’étonnez Grigorovitch. Je ne m’attendais pas à ce que vous soyez si bon négociateur.

Aggaddon demeura stoïque alors que le marchand répondait comme s’il avait dû batailler d’arrache-pied pour faire ployer le nobliau à ses exigences. Décidément, ce vieux négociant ne perdait pas une occasion de se mettre en valeur quitte à mentir. C’était très niais comparé aux stratagèmes compliqués de la noblesse. Il fallait dire que du moment où l’on refuse d’apporter la mort à son ennemi, les stratégies devenaient bien plus complexes à être mise en œuvre. C’était certainement cela qui était à l’origine de cette sensation de lenteur de l’évolution des intrigues politiques au sein de cette citadelle. En tout cas, le Médixès demeurait intrigué par ce qu’il s’était passé dans le bureau du commerçant. Ce dernier semblait d’ailleurs avoir oublié ce qui l’avait terrifié plusieurs minutes plus tôt, certainement une sensation de sécurité procurée par cette histoire d’absence de menace mortelle dans les simili complots. Le mathématicien se demandait ce que voulait la personne. C’est intention n’était peut-être pas néfastes, mais la réaction de l’Heisenbach avait été trop violente pour déterminer quoi que ce soit. Est-ce que l’intru était toujours dans les parages ? Il n’avait aucun moyen de s’en assurer.


feat Ishtar et Sairento


Personnages secondaires :
 


Dernière édition par Aggaddon Médixès le Sam 19 Mai - 20:09, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Sairento Satsujin
Trafiquant
avatar
Messages : 238
Race : Humain

Feuille de personnage
Niveau:
29/75  (29/75)
Expériences:
56/200  (56/200)
Berrys: 275.844.000 B

MessageSujet: Re: [FB] La Flotte Noire (feat Aggaddon Médixès et Sairento Satsujin)   Sam 19 Mai - 18:33


Puerto Havana!


Ses jambes étaient en feu et ses poumons quasiment vidés lorsqu'il parvint finalement au dernier étage de la muraille, se stoppant quelques secondes pour reprendre son souffle. Il avait souffert pour monter à cette vitesse mais n'avait pas défailli, conservant son allure malgré la douleur qui s'était emparé de son corps, désormais le contrecoup était particulièrement violent. Un instant il regretta presque d'avoir tué les trois gardes de l'autre côté de Puerto Havana pour faire son petit jeu avec le Doge Heisenbach. Après tout sans cela il n'y aurait pas eut d'alarme et il aurait pu se contenter d'atterrir sur le toit avec son Volia pour finalement descendre ici. Le Satsujin le reprit aussitôt ! Balayant ces regrets en un instant il poussa le silencieux à se rappeler la première règle d'un assassin, un meurtre ne se regrettait jamais, on s'en délectait ! Son sourire si caractéristique reparu sur son visage au souvenir des derniers meurtres qu'il avait commis, cette simple pensée semblant soudain lui redonner un élan d'adrénaline et une force retrouvée. Se redressant d'un trait il se remit à avancer d'un pas certain comme si la douleur de ses muscles avait soudainement disparu. Il se déplaçait avec désormais pour unique trace de l'effort qu'il venait d'effectuer la transpiration qui faisait luire son front. Parvenant rapidement devant les bureaux de la famille Del Sylvio il repoussa l'envie de faire jouer sa lame sur la peau à l'allure si douce de la jeune secrétaire qui se présenta à lui.

Je voudrais voir le Doge Del Sylvio j'ai un message important pour lui, c'est à propos du Doge Heisenbach.

Sairento avait tenté de dire cela d'une manière normale, presque solenelle pour lui bien qu'il ne soit pas réellement sûr de ce que cela était. Il tentait de conserver un sourire à l'apparence amicale bien que l'expression de la jeune femme semblait indiquer que la chose n'était pas réellement réussie. Sa main gauche vint subitement se placer sur le poignet de son bras droit, sans que son expression ne change, rien à part ce mouvement soudain venant trahir l'action qu'avait tenté le Satsujin, et dont Sairento l'avait stoppé juste avant qu'il ne dégaine son arme. Après quelques secondes d'hésitation la secrétaire lui indiqua finalement que l'homme qu'il recherchait venait tout juste de partir sur le toit avec une combattante. A cette nouvelle le maudit grogna, la jeune femme reculant d'un pas par réflexe en arborant un air inquiet, il était clair que l'homme ne lui inspirait pas confiance. Se contentant de lever la main en guise de remerciements l'assassin repartit aussitôt d'un pas pressé dans la direction du toit, pestant contre lui-même de ne pas être venu par oiseau. Alarme ou pas le temps qu'il y aurait gagné aurait largement valu la peine, et cette colère qu'il sentait grandir en lui au fur et à mesure de ses pas risquait de ne pas aider à garder la tête froide aujourd'hui. Le Satsujin serait de la partie aujourd'hui cela ne faisait plus aucun doute à présent, restait à savoir combien de temps il pourrait le retenir.

Il parvint rapidement sur le toit, deux hommes armés le regardant passé avec suspicion sans pour autant l'en empêcher, probablement trop surpris de voir quelqu'un ici. La large étendue que formait le chemin de ronde dont on n'apercevait même pas l'autre extrémité était quasiment vide, à l'exception d'un petit groupe de personnes à quelques dizaines de mètres. Sans hésiter Sairento se dirigea vers eux, ne prêtant aucune attention à ce qui était en train de se passer il prit alors la parole dès qu'il fut à proximité :

Doge Del Sylvio je dois vous parler !

La première réaction à son intervention soudaine fut celle des gardes de l'homme qui, devant l'arrivée d'un intrus, dégainèrent leurs armes et se placèrent devant leur employeur, tenant en joue l'inconnu.





Certes ces marchands étaient plus habitués aux magouilles administratives qu'aux combats réels ou assassinats mais on pouvait voir sur le visage de ces gardes une tension toute particulière. Nul doute que tous savaient que la situation entre les deux branches des Del Sylvio était prête à exploser, et cela créait une tension inhabituelle chez eux. Sans leur prêter attention le Silencieux s'avança encore un peu pour déclarer simplement d'une voix sûre :

Je suis au regret de vous informer que le Doge Heisenbach s'est allié à Pizarro Del Sylvio pour vous faire tomber. Il a embauché un certain Médixès pour qu'il appuie votre concurrent.



Revenir en haut Aller en bas
Ishtar De Lérhane
Archange du Typhon
avatar
Messages : 133
Race : Ange de Bilca

Feuille de personnage
Niveau:
20/75  (20/75)
Expériences:
99/100  (99/100)
Berrys: 100.000 B

MessageSujet: Re: [FB] La Flotte Noire (feat Aggaddon Médixès et Sairento Satsujin)   Sam 19 Mai - 20:00




feat Aggaddon et Sairento

La Flotte Noire



Ishtar roula sur le sol avant de plonger la main dans celui-ci pour courir en direction du doge qui esquiva aisément, ses larges manches et sa cape flottant suite à son mouvement. Tournant sur lui-même il déplia sa jambe et frappa l’ange dans les côtes avant qu’elle ne puisse réagir. La différence de niveau entre les deux étaient conséquente, mais le Del Sylvio s’y attendait. Après tout, il était le meilleur combattant de la cité et avait formé lui-même le chef de la garde, Cortès. Il faisait jeu égal avec Pizarro et c’était la raison pour laquelle un affrontement entre eux n’aurait pas résolu leur différent, puisque cela avait déjà eu lieu par le passé. La De Lérhane serra les dents et encaissa le coup pour le plus grand plaisir du marchand qui constatait sa détermination en plus de ses capacités, elle avait à peu près le même niveau que le chef de la milice des quais et du charpentier en chef de l’Arsenal Sylvio. Sachant que seul le doge et le commandant de la garde se situait au-dessus d’eux au sein de Puerto Havana, Anafesto jugeait qu’elle était une excellente candidate puisque le colonel ne pourrait décemment pas trouver de guerrier de cette trempe au sein de la cité, à moins qu’il trouve miraculeusement quelqu’un au port. Le négociant attrapa le poing de la femme titanesque dans la paume de sa main et ne put que constater la force surprenante que la bilcane possédait. N’étant pas un combattant au corps à corps à la base, Anafesto était très sensible à ceci et la différence de strate entre lui et l’Archange du Typhon se réduisait sur ce plan là.

La De Lérhane fut contente de voir que l’homme qu’elle allait défendre ployait petit à petit face à sa puissance physique. Elle conservait sa malédiction secrète pour l’instant afin de la sortir en carte maîtresse pour un coup dur. Elle savait désormais qu’elle devait acculer le Del Sylvio pour remporter la victoire dans cette confrontation amicale, ou d’entrainement selon le poing de vue de la blonde au regard d’argent qui comptait bien revenir un jour pour demander au Del Sylvio de l’entrainer. Son objectif à court terme était d’à nouveau réduire la distance entre elle et le magnat. Cela n’allait pas être une tâche aisée vu la rapidité dont faisait preuve Anafesto. Cependant ce fut lui qui perça sa défense en premier, usant de sa corpulence et de son agilité pour passer au travers de la garde de la guerrière usant des arts martiaux des Wans. Voyant le coup arrivé, la demoiselle décala sa tête sur le côté durant que le bras du commerçant tenter de franchir la différence de taille pour venir l’atteindre. Elle esquiva ainsi et donna un coup de coude dans le ventre du Del Sylvio qui s’était trop pressé durant cette action. Ayant user jusqu’alors du Huǒ dàolù, elle passa au fluide Shuǐ dàolù qui pourrait lui permettre de retourner la force de son adversaire contre lui-même et esquiver plus facilement. Seulement, elle fut interrompue par un appel. En effet, quelqu’un semblait réclamer le doge qui tourna la tête en direction de la voix.




-Je vous écoute mon brave, répondit le négociant en s’approchant, bientôt imiter par la bilcane. Baissez vos armes vous autres, mais gardez les à porté de main.

Anafesto écouta attentivement les propos de Sairento, tout comme Ishtar qui comprenait l’enjeu de tels informations.

-Je vous remercie pour ces informations étranger. J’ignore ce qui vous motive à m’aider, mais j’apprécie votre geste. Vous aurez droit à quelques milliers de berrys pour cela. Je ne pensais pas qu’Heinsenbach avait les moyens de ramener à sa cause des nobles étrangers. Les Médixès viennent d’une nation mineure, mais ce sont avec ce genre de petits états que nous, marchands, jouons. Enfin, je ne sais pas si cette famille représente un réel danger, mais cela signifie qu’il pourrait s’agir du champion qu’élira Pizarro. Cela pourrait remettre en cause les fondements de mon jugement…

Ishtar fronça les sourcils en observant le regard en coin du Del Sylvio tourné vers elle.

-Vous vous appelez comment ? demanda l’ange à cet informateur sorti de nulle part. Vous pourrirez peut-être nous prêter main forte.

-Bonne idée mademoiselle. Vous pourriez former un binôme pour contrer les agissements de Pizarro. Si vous vous avérez meilleur que mademoiselle, vous pourriez peut-être devenir le champion à sa place.


L’ange plongea son regard dans celui de Sairento en attente d’une réponse. Elle n’avait aucunement l’intention de passer à côté de l’opportunité d’avoir un navire la conduisant tout droit à Jaya. Elle était prête à collaboré bien évidemment, mais se faire prendre sa place pour un duel alors que cela faisait neuf ans qu’elle désirait approfondir sa passion pour le combat c’était bien trop dur à accepter. Elle lutterait pour demeurer l’élu d’Anafesto si cet inconnu voulait également tenter le coup. Serrant le poing, elle décida de reprendre la parole.

-Il nous faudrait éventuellement des informations sur ce « Médixès » si vous voulez mettre toutes les chances de notre côté, lança l’ange au magnat qui était plongé dans ses pensées.

En vérité, il commençait à craindre d’avoir eu une mauvaise idée de proposer ce défi sur lequel tout son avenir allait reposer, cependant il repensa à la volonté de la blonde et la spontanéité de l’informateur. Même face à plus fort qu’eux, ils pourraient peut-être prendre le dessus grâce au mental. Enfin, pour Sairento, rien n’était garantit puisqu’il ne le connaissait pas. De toute manière, pour l’heure, il restait sur son premier choix.

-Je désire faire de Puerto Havana une toute nouvelle cité, le cœur d’une thalassocratie qui aurait à sa coupe des cités entières. On pourrait alors étendre nos activités et proposer des services comme la construction de muraille, à véritable but défensive et non d’habitation comme pour notre ville, ou encore créer une compagnie commerciale d’arsenaux basé sur celui de la Flotte Noire. Notre influence grandirait alors pour dominer ces cités sur le plan commercial, on pourrait peut-être même négocier des exclusivités. Alors, nous n’avons intérêt à ne pas perdre car cela compromettrait l’avenir de la future République Maritime de La Havana. Je compte sur chacun d’entre vous pour s’assurer que la Marine ne ruine pas tous les plans de notre négoce !

Ishtar saisissait un peu mieux les projets de la personne qu’elle avait accepté d’aider en échange d’un service. Le négociant ne cherchait donc pas qu’à conserver sa fortune ou à l’accroitre, il avait des projets pour sa cité et pas des moindre. Il avait des grandes ambitions, c’était indéniable. Cela pourrait certainement être bénéfique à certaine population, mais elle n’était pas certaine que ce le soit pour toute. Restant ainsi assez sceptique sur la finalité des choses, la bilcane pensait cependant qu’Anafesto était loin d’être une pourriture, ou tout du moins le genre de pourritures ne pensant qu’à eux même et leur propre profit au détriment de tout le reste.






©️ By Halloween



Informations niveaux :
 
Revenir en haut Aller en bas
Aggaddon Médixès
L'éternel
avatar
Messages : 438
Race : Humain
Équipage : Paradise

Feuille de personnage
Niveau:
30/75  (30/75)
Expériences:
135/200  (135/200)
Berrys: 25.366.000 B

MessageSujet: Re: [FB] La Flotte Noire (feat Aggaddon Médixès et Sairento Satsujin)   Sam 19 Mai - 20:45

La Flotte Noire


Le Médixès suivait Pizarro dans l’avenue. Grigorovitch avait décidé de terminer certaines affaires à régler avant de venir assister au combat qui allait sceller le sort de la Flotte Noire. Le nobliau était assez surpris que le colonel ne le mette pas à l’épreuve afin de s’assurer de son niveau ou même lui demander des informations autres que son nom et son prénom. Il avait bien trop confiance selon l’avis du mathématicien qui était un manipulateur préférant s’assurer les choses plutôt que de faire confiance à qui que ce soit.

-Laissez encore cinq ou six minutes à Enéla, puis appelez là pour lui dire de laisser la gestion de l’alerte aux gardes de la ville. Ils ont beau être affilié au Gouvernement Mondial, s’ils refusent d’aller au-delà de cette alliance nous n’avons aucune raison de leur porter assistance. Ils n’ont qu’à accepter de rallier l’union des nations plutôt que de s’entêter à suivre Anafesto.

Rien qu’avec ces mots, le savant était en mesure de sentir toute la rancœur que le colonel éprouvait pour la branche principale de sa famille. S’en était presque drôle. Il s’entêtait au plus haut point, complétement aveuglé par cette colère que lui avait transmit son père. Remarque faite, le Médixès ne pouvait s’empêcher de penser aux liens sombres qui le reliaient à son passé amoureux. La rage destructrice qui l’envahissait à chaque fois, et qu’il sentait d’ailleurs bouillir au fond de lui en pensant à cela même si c’était de manière vague, était du même acabit et allait beaucoup plus loin car il perdait la raison durant ces crises. Le nobliau serra les dents et essaya de changer mentalement de sujet pour apaiser son cœur qui battait la chamade, repoussant le visage de cette maudite femme aux confins de son âme dans une brume d’ignorance passagère faisant office de sceau cérébral.

-Dites aux sergents de se préparer à intervenir. Dès la victoire, je veux que l’on procède au démantèlement de l’Arsenal Sylvio et que l’on récupère les navires de la Flotte Noire. Il faudra aussi récupérer les numéros d’escargophone des différents capitaines dispersés à travers le monde pour leur dire qu’ils sont désormais au service de la Marine et qu’ils doivent rentrer immédiatement. Nous allons faire de Puerto Havana une puissante forteresse militaire servant de centre névralgique pour des opérations de la Marine requérant l’utilisation de nombreux navires. Peut-être même pourrons nous en produire pour le Quartier-Général, ce serait un si grand honneur ! Le Castello de la Real Havana sera magnifique !

Le mathématicien se demandait si la vision qu’avait le colonel de l’avenir était réalisable. Soupirant, il continua de suivre les soldats en espérant que le temps ne passerait pas trop lentement d’ici l’affrontement.


feat Ishtar et Sairento


Personnages secondaires :
 
Revenir en haut Aller en bas
Sairento Satsujin
Trafiquant
avatar
Messages : 238
Race : Humain

Feuille de personnage
Niveau:
29/75  (29/75)
Expériences:
56/200  (56/200)
Berrys: 275.844.000 B

MessageSujet: Re: [FB] La Flotte Noire (feat Aggaddon Médixès et Sairento Satsujin)   Aujourd'hui à 6:37


Puerto Havana!


Les gardes firent mine de ranger leurs armes, aucune d'entre elles ne rejoignant son fourreau pour autant tandis que tous semblaient prêt à réagir au moindre de ses mouvements. L'homme gloussa en silence à cette vision, il aurait probablement pu les tuer tous avant même qu'ils ne puissent utiliser les armes qu'ils tenaient si fermement. Mais l'illusion de protection suffisait parfois à calmer les esprits de certains, ou à les faire se sentir fort. Le Silencieux s'arrêta net tandis qu'il avait finalement capté l'attention du Doge Del Sylvio, écoutant d'une oreille distraite la réponse de celui-ci. Il savait que tout ce petit manège était nécessaire à sa mission du jour mais il n'avait pas l'habitude d'effectuer ce travail bien trop diplomatique à son goût. Ses méthodes impliquaient plus souvent une discrétion méticuleuse et un assassinat rapide avant de disparaître. Nombre de ses employeurs n'avaient jamais vu son visage, et encore moins nombreuses étaient ses victimes ayant pu apercevoir leur bourreau. Se dévoiler n'était pas réellement dans ses habitudes, après tout un assassin connu était généralement un assassin qui n'avait pas bien fait son boulot. Tandis que l'homme poursuivait ses déclarations le maudit laissa dériver son regard vers la créature qu'il avait vu arriver en ville par bateau plus tôt dans la journée. La perfection de cet être étrange semblait d'autant plus impressionante à présent qu'il se trouvait juste devant elle, une beauté et une apparition à couper le souffle auraient dit certains. Il cligna des yeux et une goutte de sang vint perler sur la tempe de la jeune femme, bientôt suivi d'autres tandis que le liquide carmin coulait le long de sa joue, passant lentement sur son cou pour finalement disparaître au creux de sa poitrine. Sairento ferma les yeux de manière plus longue à cette vision, rouvrant seulement ceux-ci au moment où la jeune inconnue prenait la parole. Une sensation peu familière se manifesta dans son entre-jambe tandis que la colère montait soudainement en lui. Il savait quels sentiments s'élevaient en lui et il les haïssait de tout son être. En d'autres circonstances il aurait probablement tué la jeune femme et brûlé son corps afin de satisfaire les besoins primitifs qui le prenaient pour cible sans qu'aucun attachement ne puisse avoir lieu. Chassant ces pensées il recula d'un pas tandis qu'il déclarait en réponse à ses interlocuteurs d'un ton amusé :

Vous pouvez garder vos berrys mon employeur me paye bien assez pour mes services.

Sa réponse aurait pu paraître étonnante lorsque l'on ne connaissait que son métier ou sa réputation, les assassins courraient généralement après le moindre sou et ne refusaient jamais une récompense. Mais le Silencieux s'il savait apprécier les plaisirs de l'argent était à la recherche de quelque chose que l'argent ne pouvait lui fournir, l'excitation du meurtre, la jouissance de la torture, l'orgie du massacre. Il jeta un rapide coup d'oeil derrière lui tandis que le Doge exposait ses projets pour la ville de Puerto Havana, beaucoup de paroles inutiles aux yeux du Sairento qui paraissait plus enclin à juger de la distance le séparant du rebord interne de la muraille. Il effectua un nouveau pas en arrière tandis que l'homme qu'il était venu rejoindre terminait son exposé, celui-ci semblait l'inclure dans ses projets immédiat mais, si l'assassin allait y être étroitement lié, ceux-ci différaient tout de même.

Malheureusement je ne peux me rallier à vous, mais je ne serais pas loin. Par chance certaines personnes semblent tenir à votre survie et à celle de votre commerce.

Tandis qu'il parlait ce qui n'avait alors été que de légers pas en reculant, presque hésitants, s'était soudainement fluidifié pour qu'il se mette subitement à reculer d'un pas pressé, son attention demeurant focaliser à ceux qu'il gardait devant lui. Les gardes ne semblèrent pas réagir, ayant plutôt craint une tentative de rapprochement de l'intrus et paraissant à la limite soulagés de le voir s'éloigner.





Le regard du Silencieux glissa du Doge jusqu'à la jeune femme qui l'accompagnait tandis qu'il déclarait d'une voix forte afin de couvrir la distance grandissante qu'il créait entre eux :

Je vous ais dis ce que vous deviez savoir, bon courage pour votre combat !

Il se stoppa d'un coup, s'immobilisant tandis que ses pieds se retrouvaient désormais au bord du vide comme s'il hésitait un instant. Un large sourire apparu sur son visage, de ceux dont l'aura n'avait absolument rien de rassurante, alors que l'assassin poursuivait simplement :

Si vous avez besoin de moi suivez les cadavres !

Son expression changea un court instant tandis que ses lèvres se rapprochaient comme pour siffler sans qu'aucun son ne puisse être entendu sur cette surface venteuse. Rapidement son sourire réapparu tandis qu'il se laissait tomber en arrière dans le vide, disparaissant finalement au regard de ses interlocuteurs. Une masse blanche passa à sa suite à peine quelques secondes après le début de sa chute, plongeant en piqué à toute vitesse. Si l'un des gardes prenait la peine de regarder au bord de la muraille il pourrait voir l'animal et son étrange cavalier plonger vers les quais et disparaître au détour d'un navire.


Revenir en haut Aller en bas
Ishtar De Lérhane
Archange du Typhon
avatar
Messages : 133
Race : Ange de Bilca

Feuille de personnage
Niveau:
20/75  (20/75)
Expériences:
99/100  (99/100)
Berrys: 100.000 B

MessageSujet: Re: [FB] La Flotte Noire (feat Aggaddon Médixès et Sairento Satsujin)   Aujourd'hui à 10:39




feat Aggaddon et Sairento

La Flotte Noire



Employeur ? Voilà un mot qui fit tiquer autant le doge que la De Lérhane qui était déjà méfiante vis-à-vis de cet étrange personnage surgit de nulle part pour donner quelques informations. Ses pas en arrières étaient synonymes d’une retraite qu’il préparait. Le regard de l’ange se dirigea vers le Del Sylvio qui avait semble-t-il également comprit ce petit manège que montait l’assassin. Elle serait bien intervenue pour empêcher ce dernier de fuir, mais elle préférait éviter que cela soit prit pour une agression. De plus, si le négociant ne réagissait pas, il n’y avait aucune raison qu’elle s’occupe elle-même de cette affaire. Elle se demandait malgré tout quels étaient les raisons de l’employeur de ce sordide étranger pour rallier le projet de prise d’influence d’Anafesto. Bien sûr, la réponse vint facilement. La prospérité de la Flotte Noire était bénéfique à la fois aux partenaires commerciaux et aux personnels dépendant de ce commerce. Il était légitime que certains d’entre eux soient prêt à défendre ces intérêts mis à mal par Pizarro qui menaçait tout un réseau marchand par son acte de vengeance.

Lorsque vint le refus de la proposition émise par le Del Sylvio, Ishtar se retrouva soulagé. Son corps se décrispa quelques instants. Cependant, elle se retrouva à nouveau tendu très rapidement. Cet individu louche était-il dangereux. Son air naturellement impassiblement se transforma peu à peu en un visage méfiant et brutale qui tentait de lire au travers de l’âme de Sairento qui continuait son repli qui devenait de plus en plus limpide, pour la plus grande tension des gardes qui ne savaient pas comment réagir. Voyant le regard de l’assassin glisser du doge vers elle, ses yeux d’argents s’infiltrèrent dans les iris de l’étranger sous la forme d’un reflet, ce qui faisait passer clairement le message qu’elle se méfiait hargneusement de lui. Lorsqu’elle était dans de telle situation, prête à combattre, déterminé et suspicieuse, une aura bestiale émanait des pupilles de la guerrière, comme s’ils allaient virer à la couleur or d’un instant à l’autre. C’était là tout un effet lié aux pouvoirs zoans qui habitaient au sein du corps de l’Archange du Typhon. Semblant imperturbable, le magnat de Puerto Havana et la championne céleste qu’il avait désigné s’avancèrent vers lui à un rythme de marche normale alors que Sairento avait atteint le bord de la muraille. La bilcane jeta des coups d’œil régulier au marchand afin de savoir si ce dernier comptait réellement laisser cet énergumène partir. Ishtar et Anafesto grimpèrent sur les créneaux afin d’observer la décente de l’assassin à bord de son fidèle destrier des airs.

-Voulez-vous qu’on le poursuive ? demanda un des gardes pendant que la De Lérhane s’imaginait déjà la réponse du doge.

-Appelez les différents groupes de garde, fournissez leur le descriptif de cet homme et dites leurs que s’il s’attaque à n’importe qui, ils ont le droit de l’exécuter. Je ne laisserait pas un meurtrier fanfaronner dans notre ville alors que cela pourrait ruiner des commerces et nuire à la cité.

-Mais, vous auriez pu l’arrêter facilement avec vos pouvoirs monseigneur
, ajouta un autre soldat.

-Je préfère éviter de m’en occuper personnellement alors que Pizarro est là aujourd’hui. Si jamais vous ne parvenez pas à l’arrêter, alors à ce moment là vous pourrez m’appeler pour que je m’en occupe.

Ishtar constata facilement que les gardes se turent. Manifestement, le respect qu’ils éprouvaient pour l’homme le plus influent de la ville était telle qu’ils faisaient confiance en sa parole et ne doutaient pas de ses décisions. La puissance de son leadership devenait de plus en plus clair aux yeux de l’ange. Il avait réellement l’air d’être le souverain de l’île. Peut-être que tous les doges avaient un tel pouvoir après tout. Elle l’ignorait, mais ce n’était clairement pas le cas. Grâce à l’importance de la Flotte Noire, Anafesto dominait clairement les autres membres du conseil de la ville, que ce soit l’actuel maître de la maison Heisenbach ou les trois autres : Cin Quin, Lawrence Beauford et Al-ba’in Kah-atcha.

-Il ne reste plus qu’à attendre ce fameux duel, déclara la bilcane en se disant qu’elle aurait aimé posé des questions au mystérieux informateur pour en savoir davantage, mais les jeux du destin étaient ainsi fait que cela ne semblait pas être prévu à l’ordre du jour.

-Prête et impatiente de rentrer dans l’arène à ce que je vois. Nous allons essayer de voir ce que nous pouvons trouver sur ce Médixès, mais il faut éviter de le prendre à la légère, lança le magnat.

-Bien évidemment. Comptez sur moi.

Elle s’assaillit en position du lotus et effectua quelques mudras avant de passer dans la méditation. Cela apaiserait son esprit et la préparerait à être limpide face à son adversaire, tout en récupérant les forces utilisées pour réussir le test d’Anafesto. L’heure du combat était plus proche que jamais alors qu’en bas, aux quais, les troupes s’activaient, notamment le chef de la milice qui désirait mettre la main sur cet étrange informateur dont il avait reçu le descriptif.






©️ By Halloween



Informations niveaux :
 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: [FB] La Flotte Noire (feat Aggaddon Médixès et Sairento Satsujin)   

Revenir en haut Aller en bas
 

[FB] La Flotte Noire (feat Aggaddon Médixès et Sairento Satsujin)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
One Piece Seken :: Le monde de One Piece :: Seas Blues :: North Blue-