Partagez | 
 

 Sera ~ If red is for anger and rage, pink is the color of a soft burning passion

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Sera Kyoshi

avatar
Messages : 2

MessageSujet: Sera ~ If red is for anger and rage, pink is the color of a soft burning passion   Dim 15 Avr 2018, 22:56


Pseudo

  • Nom : Kyoshi
  • Prénom : Sera
  • Surnom : ...
  • Âge : 22
  • Sexe : Femme
  • Race : Humaine
  • Lieu de naissance : Old Trail Town
  • Camp : Chasseur de primes
  • FDD / Arme : (En attente de l'évaluation)
  • Buts / Rêves : Explorer le monde


Description Physique



Tes yeux sont trop grands, on voit ton cœur à travers quand tu ris.


Parler du physique de Sera ? Vous voulez ma mort c’est ça ? Ou alors vous promettez de ne rien dire et que cela reste entre nous... Sinon elle va me faire la peau, et à vous aussi.

Sérieusement c’est aussi bateau qu’épineux comme sujet. Que vous dire... Au premier abord Sera a tout ce qu’il y a de plus normal. Une jeune femme dans la fleur de l’âge, de taille relativement convenable. Du moins ce n’est pas quelqu’un de petit, elle rivalise facilement avec plusieurs hommes et c’est plutôt un avantage selon elle. En parlant toujours de son apparence elle est relativement fine ce qui lui permet d’être toujours au top. Elle sait se déplacer de manière assez fluide et rapide grâce à ça, faisant d’elle une redoutable combattante au corps à corps.

Après je pourrais vous parler de ses formes et risquer encore plus ma vie… Il y a peu à dire à ce sujet, dirais-je honnêtement. Sera ne fait pas partie de ces femmes pulpeuses, aux formes généreuses. Non elle n’a pas été spécialement gâtée par la nature de ce côté-là, ça la complexe un peu mais selon moi c’est déjà parfait ainsi. Puis ce n’est pas comme si elle ne se mettait pas en valeur. Elle aura toujours tendance à mettre ses formes en exergue même si elles ne sont pas extraordinaires, et c’est ça qui les rendra attirantes. Elle aura toujours une préférence pour les vêtements près du corps que pour des vêtements larges. Et surtout je ne vous parle pas de son amour des couleurs foncées. Après elle est toujours très féminine mais elle n’oublie jamais le côté pratique. A noter qu’elle a quelques faiblesses pour les bijoux également, notamment les boucles d’oreilles.

Oui je dirais que Sera est un peu passe-partout des épaules aux pieds, rien de bien surprenant bien qu’elle sache très bien comment vous faire tourner la tête.

Après les choses deviennent relativement plus intéressantes et pimentées aux niveaux de son visage et de ses cheveux. Si on reconnait Sera entre milles c’est bien grâce à ses cheveux et ses yeux.
Les premiers sont d’une couleur rose parsemés de différents reflets selon la lumière. Plus jeune elle avait tendance à les dissimuler et ne pas les assumer. Progressivement elle en fit un de ses atouts et les arbora fièrement. Ses cheveux qui étaient quand même assez courts quand elle était adolescente lui arrivent désormais bien au milieu voire au bas du dos. Ne lui parlez pas de les couper, c’est devenu une coquetterie à laquelle elle n’est pas prête de renoncer. Pour souligner son visage, et selon moi pour aussi durcir un peu ses traits, elle porte une frange qu’elle coiffe au gré de ses envies. Par certains jours elle la porte droite, tout comme elle peut la mettre de côté.

Pourquoi selon moi elle a cette frange pour durcir ses traits ? Tout simplement parce qu’elle a un visage de poupée je trouve. Presque enfantin par moments. Bien qu’elle tente de camoufler ce fait par différents stratagèmes, comme par les différents trous de boucles d’oreilles qu’elle possède par exemple. Mais je suis sûr que malgré tout cela, si on lui faisait des couettes on ne la prendrait plus du tout au sérieux. Déjà que beaucoup de personnes ont tendance à la sous-estimer…
Après ses yeux nous rappellent bien vite à la réalité. Et ils font d’elle cette personne si particulière. Ses yeux sont d’une couleur rouge écarlate. Mais le plus frappant pour moi dans son regard c’est loin d’être cette couleur rouge sang. Non. C’est tout ce qui transparait dans ses yeux. Elle a le regard d’un sage qui en aurait trop vu pour son si jeune âge. Vous pouvez facilement vous perdre dans ses yeux, ils semblent d’une profondeur infinie.

C’est d’autant plus frappant puisque Sera est souvent inexpressive, toutes ses émotions passent par ses yeux. Quelques haussements ou froncements de sourcils plus tard, vous vous retrouvez à regarder ses yeux plus qu’autre chose. Je vous l’accorde qu’elle a plus souvent l’air blasée ou grognon mais elle est vraiment capable de faire de très beaux sourires… Ce n’est pas une blague.


Description Mental



Penser à toi, c'est comme jeter des flocons dans un feu. Il est une certaine forme de bonheur qui me fait peur à peu près pour toujours.



Le caractère de Sera ? En voilà une question épineuse… Cependant je pense que vous vous adressez à la bonne personne pour en parler.

Au premier abord Sera a toujours une attitude détachée. Elle parait même un peu en retrait. Mais ne vous y fiez pas, ce n’est vraiment qu’un semblant. En réalité elle analyse beaucoup ce qu’il se passe. Peu importe les situations ou les personnes qui se présentent à elle, elle restera discrète pour tirer le maximum d’informations. Cependant elle est toujours quelqu’un de très curieux. Et après… Tout dépend de ce qu’elle en a conclu. Elle juge rapidement, peut-être même trop vite… Soit elle se dévoilera plus, soit vous êtes mal barré.

Dans le premier cas, elle restera toujours assez sage mais vous parlera beaucoup plus qu’au premier abord. Avec un peu de chance vous découvrirez qu’elle sait se montrer gentille et sympathique. Tout ce qu’il y a de plus normal. Si vous vous attirez ses faveurs elle tentera peut-être même de vous aider. Cependant elle peut aussi le faire par pure curiosité ou par l’appât du gain.
Sera restera dans tous les cas encore un peu sur la réserve, bien qu’elle se mette à échanger avec vous, elle ne dévoilera rien de personnel. Et elle est assez douée pour éluder les questions, croyez-moi sur parole. Si elle n’a pas envie, vous n’en tirerez rien. C’est son plus gros défaut. Elle ne se confie pas, et a même tendance à fuir tout ce qui est sentimental et tout ça…

Si en revanche vous commencez à être important pour elle, je ne sais par quel moyen, alors vous verrez à quel point elle se cache plus derrière une carapace qu’autre chose. Car oui Sera n’ira jamais d’elle-même vers les gens pour se lier à eux, elle préfère connaître peu de personnes mais que celles-ci soient de confiance plutôt que d’avoir des tonnes d’amis, qui pourraient potentiellement la trahir. Elle est loin d’être dupe, elle n’a jamais pleinement confiance en qui que ce soit. Justement pour se protéger elle a mis très jeune cette carapace en place.
Une fois plus à l’aise avec vous, elle parlera plus librement. Ayant toujours tendance à peser ses paroles, il faut vraiment qu’elle se sente bien pour ne plus réfléchir à quoi dire ou répondre. Oui elle réfléchit beaucoup trop. Mais une fois cette précaution levée, Sera a l’air plus adorable je dirais. Sauf quand elle se permet carrément de vous emmerder comme ce n’est pas permis. Et oui quand elle se sent à l’aise elle ne le fait pas à moitié. Elle a même un tempérament assez joueur, mais il faut vraiment bien la connaître pour y avoir droit. Sachez que dans tous les cas elle sait se montrer gentille certes, mais elle est plus souvent assez cassante, voir moqueuse dans ses paroles. Surtout ne soyez pas choqué de son côté provoquant. Et quand je dis provoquant c’est vraiment sous tous les sens du terme… Dieu qu’elle nous faisait des soucis avant avec ça. Elle n’a pas sa langue dans sa poche. Je ne vous parlerai même pas de son rire moqueur, vous en ferez bientôt les frais je pense, peu importe qui vous êtes.

Une chose est sûre en tous cas. Si vous vous rangez de son côté et prenez le temps de la connaître vous gagnerez une alliée. La demoiselle est quelqu’un de loyal, qui n’a qu’une parole envers ceux qu’elle considère dignes. Et elle ne reculera devant rien pour les épauler.

Cependant... Si vous tombez dans le deuxième cas. Si vous ressemblez à une menace pour elle ou vous présentez de la sorte, elle n’hésitera pas. Vous la verrez alors tout aussi détendue et sympathique, elle se mettra à vous sourire également mais pour mieux vous endormir. Si une chose est sûre avec Sera et les années, c’est qu’elle a appris à être une très bonne comédienne. Elle peut facilement se créer des rôles et tromper son monde. L’avantage de vous analyser est qu’elle sait pertinemment le comportement qu’elle doit adopter pour mieux vous tromper. Si vous ne vous attirez pas ses grâces elle peut simplement vous éconduire tout comme elle peut vous utiliser. Osez vous positionner comme son ennemi et elle n’aura aucune pitié. Sera ne reculera devant aucuns stratagèmes ou méthodes pour vous détruire. C’est quelqu’un de tenace et qui ne sait pas vraiment s’écouter. Alors si je peux vous donner un conseil, ne vous dressez pas sur sa route. Elle n’aura aucun scrupule.

La jeune femme sait arborer plusieurs visages. Que cela soit celui d’une enfant, d’une séductrice au sourire ravageur ou celui d’une demoiselle dure et sans cœur. Entre nous, vous la verrez plus souvent avec un air blasé ou sceptique. Elle a toujours et le tic d’hausser un sourcil, pour un peu tout et n’importe quoi. Et pour le coup pas besoin d’analyser quoi que ce soit pour qu’elle en hausse un…
Malgré tout elle reste généralement assez impassible intérieurement, cachant ses véritables sentiments et intentions. Le reste dépend simplement de vous.

Quelle position allez-vous adopter ?


Histoire



Ce n'est plus une sauce piquante notre histoire, mais une soupe aux hérissons.




Parler de Sera, c’est compliqué. En soi, ce n’est pas parce que c’est une histoire longue ou épineuse. Non, loin de là. Le problème est qu’elle est insaisissable vu le peu qu’elle se confie.

Durant les années qu’on a passées côte à côte, elle n'a évoqué que très peu de fois son passé. Ce que je peux dire avec certitude, et pour commencer, c’est qu’elle est née dans une famille qui avait tout pour que tout se passe le plus normalement possible. Il y avait quelques tensions au sein de sa famille et je pense qu’elle en fit bêtement les frais bien trop tôt.

J’ai du mal à imaginer Sera comme une petite fille joyeuse et innocente. Pourtant du peu qu’elle a raconté elle était ainsi dans les premières années de sa vie. Une simple enfant qui ne demandait qu’à grandir comme les autres. Elle me confia même un jour que son rêve était de découvrir le monde. Elle se plongeait souvent dans des livres ou des cartes. Mais très vite cela devint un refuge pour elle plus qu’un rêve. Dans les cartes elle fuyait son père. Ce dit père qui la considérait comme la raison de tous ses problèmes. Pour lui, avoir de tels yeux rouges n’était pas un signe anodin, elle ne lui apportait que malédiction. Les tensions montantes de plus en plus à la maison, elle finit par s’éloigner de sa famille au complet. En toute logique, on penserait qu’elle n’était pas seule, qu’il y avait toujours le reste de la famille. Malheureusement personne ne lui tendit la main ou l’épaula. Non, il semblerait même qu’ils se rangèrent du côté de son père, le suivant dans sa folie et l’accusant de tous leurs maux. Sûrement pour se protéger à leur tour et ne pas finir également comme bête noire de la famille. Je suis d’accord que les yeux de Sera ont toujours eu quelque chose de particulier, je ne peux vraiment pas le nier. Mais moi je n’y voyais pas de mal, j’étais même plutôt captivé. Il y avait dans son regard une sorte de sagesse, tout comme une tristesse à peine perceptible… Moi, j’y voyais surtout un avenir très prometteur, une rage de vivre et d’exister comme j’en avais rarement vu.

Il ne faut pas se voiler la face non plus. Avec toute cette haine son regard ne pouvait que se durcir et s’assagir. De l’enfant roi elle passa à celui du déshonneur. J’ignore ce qu’il se passait exactement à la maison. Si elle était battue ou pire. Tout ce qu’elle laissait transparaitre c’est qu’on lui avait mis beaucoup de choses sur le dos. Les faillites, les maladies, les disputes… C’était comme si elle avait tout attiré sur cette famille. Je me suis toujours demandé à quoi pouvait ressembler une famille d’idiots pareille. Et si tout simplement elle n’appartenait pas vraiment à cette famille ? Il me semblait fou qu’elle partage réellement le même sang qu’eux. Elle était loin de partager leur manière de penser et leur vision du monde.

Elle avait pourtant tenté de faire de son mieux durant des années. Malheureusement, rien ne s’était arrangé. Exceller à l’école ? Elle n’en tirait pas plus de reconnaissance. Être polie ? Serviable ? Aimante ? Attentionnée ? Aucune considération ou signe d’affection. C’est donc fatiguée par tant d’efforts et de reproches qu’elle finit par se renfermer et leur donner de quoi la blâmer. Puis être excellente ce n’était pas son truc. Elle n’a jamais aimé répondre à des critères précis. Son changement d’attitude était une manière d’enfin s’affirmer, ainsi qu’une armure plus efficace pour se protéger des reproches qu’on lui adressait. Quitte à être détestée, autant leur donner de bonnes raisons. Appelez ça une rébellion ou ce que vous voulez mais je pense que c’est ainsi qu’elle commença à s’exprimer, à chercher à se sentir plus vivante. Sera commença à s’aventurer sur d’autres chemins, à chercher plus les ennuis également. C’était comme si être chez elle la tuait à petit feu, en comparaison à la vie à l’extérieur qui lui redonnait un souffle inespéré. Elle arrêta donc simplement d’essayer d’être la fille parfaite que les codes sociaux lui imposaient d’être. Elle ne voulait plus faire plaisir à sa famille, de toute évidence elle n’y arriverait jamais. Alors elle devint plus sauvage, plus violente, plus dévergondée dans ses mots et ses actions. Mais ça ne régla rien évidemment et c’était peut-être un peu son but.

J’ignore exactement si c’était un trop plein ou un événement particulier qui lui fit quitter le domicile familial du jour au lendemain. Une chose restait sûre, personne ne vint la chercher. Jamais. La jeune femme ne me parla jamais de ce qui c’était passé exactement entre elle et son père ce jour-là. Il n’y avait rien à en tirer. Impossible de savoir si elle en avait juste eu assez, s’ils avaient eu une dispute assez violente, s’ils en étaient venus aux mains ou pire encore… Rien. Je sentais quand on abordait le sujet que c’était une corde sensible alors avec le temps j’appris à ne plus insister. De manière générale, parler de sa famille la mettait toujours mal à l’aise… Alors oui je laissais bien vite tomber. Je me mis juste à remercier cette fugue. Grâce à ce geste désespéré, c’était une nouvelle vie dans les rues qui avait commencé pour elle. Un nouveau souffle. Ça ne l’effraya et ne l’affecta jamais, et même moi en ayant connaissance de son passé je n’étais pas triste de la tournure des évènements. C’est donc dans ces dites rues que je fis la rencontre de cette gosse au regard trop sage pour son âge et que notre histoire commune démarra.





Old Trail Town – Année 1498



Si je dois vous parler de Sera autant vous parler de notre rencontre non ? Comment oublier. C’était partit pour être un jour des plus banaux pour moi. Je cherchais du travail pour au moins gagner quelques pièces et survivre, comme toujours. Je rentrais d’ailleurs souvent bredouille, ce jour-là ne faisait pas exception. En somme c’était la routine la plus normale jusqu’au moment où je vis un attroupement au loin. Il ne fallait pas être un génie pour se douter qu’ils étaient en train de tabasser quelqu’un. Il n’y avait pas de nouveauté là-dedans. J’allais comme à mon habitude passer mon chemin. Cependant quelque chose de rose attira mon regard. Jamais je n’ai osé avouer à Sera l’origine de mon intervention, sinon c’est elle qui aurait peut-être fini par me tuer. Mais les faits étaient-là, c’étaient ces mêmes cheveux qu’elle acceptait difficilement à l’époque qui piquèrent ma curiosité.

J’ignorais qui elle était mais très vite je me doutais qu’elle devait être quelque chose. Vu l’état de certains et la fureur de leurs coups, elle n’avait pas dû être en reste avant de finir ainsi. Certes elle avait tout de la gosse plus riche que nous, mais on frappait rarement les gens de la sorte pour si peu. J’appris bien plus tard qu’elle avait, soyons francs, beaucoup de gueule et c’était tout. Je ne sus jamais ce qu’elle avait bien du dire pour les énerver de la sorte, mais je jure que la situation fut dure à calmer. Une fois les bourreaux dispersés je posais à nouveau mon regard sur la demoiselle et soupirais. J’ignorais bien ce que j’allais faire d’elle. Mon premier instinct aurait été de profiter de la situation et la dépouiller… Mais ses yeux. Oui, ses yeux réveillaient quelque chose en moi. Mon instinct me criait de l’aider, de lui donner une chance. Nos regards se croisèrent et elle sembla reprendre un peu plus ses esprits.


« …. Merci. »


C’est sceptique que j’acceptais ses remerciements. J’avais comme l’impression que c’était un mot qu’elle n’avait pas l’habitude de prononcer. J’avais envie de répondre que ça avait l’air de lui arracher la bouche mais que je le méritais quand même bien, car sans moi ça aurait pu être pire. Certes cela devait être dur de s’être perdue ici mais ce n’était pas une raison pour paraître si hautaine. Je compris plus tard que ce « merci » était surtout dur parce que les personnes autour d’elle ne lui venaient jamais en aide. Et elle n’espérait plus rien du genre humain là-dessus.
Vu ses affaires qu’elle peinait à rassembler je compris très vite qu’elle n’était pas juste en balade. Je les ramassais pour elle et l’embarquais sans vraiment d’explications. J’avais juste l’impression d’être tombé sur un chaton abandonné que je ne pouvais laisser seul. Je m’attendais à ne serait-ce qu’un peu de résistance de sa part ou une protestation mais elle se montra assez docile… Son état devait aussi y jouer. Heureusement pour moi.

On était tout un groupe dans la même situation. Du moins il y avait plein de gamins des rues comme nous, plusieurs clans pour être précis. Je la ramenais dans celui auquel j’appartenais. Je me surprends encore à penser qu’elle fut intégrée avec une facilité déconcertante. Et surtout qu’elle se sentit comme chez elle tout aussi rapidement. Elle avait pourtant tout ce qu’on méprisait, ou plutôt pour être honnête tout ce qu’on avait forcément un jour ou l’autre convoité. Elle avait eu un toit, une famille, de quoi manger à sa faim, également tout pour vivre suffisamment à l’abri par rapport à la majorité des membres de notre groupe. Mais on ne la jalousait pas. Non, je pense que chacun lisait dans ses yeux qu’elle avait dû en baver. On se doutait tous qu’on ne quittait pas une vie de confort sur un coup de tête et encore moins que devenir comme nous soit un soulagement tout à fait normal. Ce qui ressemblait à un rêve pour nous, était ce qui l’avait détruit à petit feu. Puis couverte de coups comme elle l’était, aucun n’avait osé s’attarder sur d’autres sujets que les basiques.

Contrairement à nous Sera semblait trouver cette vie dans les rues presque… plus plaisante. Les ruelles sombres ne la dérangeaient pas plus que ça, elle en profitait même pour s’y dissimuler. Notre vie dénuée de confort ne semblait pas non plus contraignante pour elle. C’était presque comme si elle était trop arrangeante parfois. Je pense surtout qu’elle n’osait pas se plaindre, ce n’était pas son genre.

Même avec le temps, jamais elle ne nous expliqua en détails de quoi était faite sa vie d’avant. Tous nous avions notre interprétation et elle ne nous corrigeait pas. Peu importe qu’on lui soumette les pires théories ou les plus loufoques. De même, les premiers temps nous comprîmes que ses cheveux et ses yeux étaient un sujet sensible. Sera ne s’acceptait pas, et si elle avait pu choisir d’être autrement elle l’aurait sûrement fait. Le nombre de fois qu’elle mettait une capuche sur sa tête pour mieux se dissimuler, je ne les comptais plus. Mais tout aussi vite qu’elle, je pris mes habitudes. Ou devrais-je dire elle me permit de le faire, parce qu’aucun autre n’y arrivait. Je lui enlevais cette maudite capuche dès que je pouvais, je ne voulais pas qu’elle se cache avec nous. Une chose était sûre chez nous, chacun pouvait être ce qu’il voulait. Nous avions peu mais nous nous sommes toujours tous aimés et soutenus comme une vraie famille.

Bon, bien sûr, si je dois parler de Sera, pas de secrets, elle nous fit des soucis comme nous n’en avions jamais eu. Il fallait tout lui apprendre, et surtout elle l’ouvrait beaucoup trop facilement. Malgré tout elle apprenait vite. Bientôt, le chaton que j’avais ramassé et qui ne savait que miauler se transforma en tigresse, si on peut dire. Elle gagna le respect de nos pairs et s’intégra pour de bon dans le décor. Oui, Sera était douée c’était indéniable. Chacun à notre manière on lui apprenait à se débrouiller, à se battre, à voler, à arnaquer… A survivre en somme. Et elle nous le rendait bien. Les débuts ne furent pas faciles, c’étaient des nouveaux concepts pour elle mais elle restait attentive. Progressivement elle fit plus attention à ce qu’elle disait, ou du moins légèrement plus attention, quand elle se rendit compte qu’on subissait toutes les retombées de ses actes. Je pouvais voir dans ses yeux qu’elle s’en voulait parfois mais elle n’en exprima jamais rien.

La première fois qu’elle revit ses bourreaux elle ne put s’empêcher de les interpeller. Bien sûr elle ne comptait pas sur notre soutien, mais on ne comptait pas la laisser se faire tabasser à nouveau… Alors oui elle les traita de tous les noms et au bout d’un moment on ne tenta plus de l’arrêter. La menace était palpable et grandissante, mais elle ne se démontait toujours pas. Elle était un peu trop tête brûlée à l’époque. Surtout qu’à ses débuts avec nous, elle ne savait vraiment pas se battre. A la limite, se défendre.
On finit tous plus ou moins en sale état et ce fut un déclencheur pour elle. Sera ne s’excusa pas mais je la vis se mordre suffisamment fort la lèvre pour y arriver au sang. Un petit ébouriffement de cheveux plus tard et une protestation étouffée, et elle sembla se rendre compte que j’avais compris. Elle se mit juste à rougir comme une gamine puis fila aider ceux qui en avaient le plus besoin. Durant les jours qui suivirent je sentis plusieurs fois qu’elle voulait dire quelque chose malheureusement elle n’en fit jamais rien. Elle finit juste par venir vers moi au bout d’une semaine.

« - Apprends-moi à me défendre !
- T’oublies un mot magique tu sais… »


Je la vois encore se stopper net comme pétrifiée, et je n’en ris que d’avantage. J’allais presque devoir éduquer une enfant, je m’en rendais bien compte. Malgré cette corvée, j’étais curieux. Je n’insistai pas plus et lui fit un entrainement des plus durs. Je mis tout en œuvre pour au moins lui apprendre à se défendre. C’était toujours ça de pris pour une femme. Puis elle était motivée à apprendre tout et n’importe quoi qui aurait pu l’aider.
Le mot « désolé » ne sortit jamais de sa bouche à la suite de cet épisode. Ni même un merci quand j’y repense… Sa seule manière de s’exprimer fut de redoubler d’efforts pour enfin s’assumer et redonner des coups au centuple. Une fois ce but atteint elle ne garda plus sa langue dans sa poche. Ce n’est que par la suite qu’elle finit par se faire respecter, pour son plus grand plaisir et le mien.

Pour parler un peu de notre relation… Nous devînmes tous les deux très complices avec une rapidité assez fulgurante également. C’était assez étrange l’espèce de respect qu’il y avait entre nous. Ce qui devait importer c’est que j’étais celui qui lui posait moins de questions sur son passé. J’étais plus intéressé de voir ce qu’elle allait devenir, pour ça j’étais prêt à vraiment tout lui apprendre pour qu’elle s’en sorte, qu’elle oublie pour de bon sa vie d’avant. Effectivement j’étais celui qui lui apprenait le plus de choses, la laissant rarement en paix. Je sentais aussi que pour elle j’étais le plus proche, elle me confiait plus de choses sur son passé et sur ce qu’elle ressentait qu’elle ne le faisait avec les autres. Elle était toujours très discrète sur elle ou ses sentiments de manière générale, mais on savait tous qu’on pouvait compter sur elle. Je pense aussi que le fait qu’on était à peu près du même âge jouait beaucoup… On avait le même esprit d’aventure, ou presque. Je l’avais plutôt contaminée selon certains. Du moins on avait la même personnalité un peu piquante et espiègle. On se retrouvait à faire plusieurs coups ensemble et je ne peux mentir, on était bons. En tant que partenaires de crimes, on était terribles. Sans avoir à s’étaler on savait exactement comment apporter du soutien à l’autre ou le suivre dans son plan. On multiplia très vite des plans plus audacieux que les autres.



Old Trail Town – Année 1499




Si je dois vous parler un peu plus amplement de tous les coups qu’on a pu faire. Un me revient toujours en tête. Il est comme gravé au plus profond de ma mémoire, comme si chaque sensation, détail ou même odeur n’arriveraient jamais à s’effacer.

En réalité les premières escapades avec Sera furent assez tranquilles pour elle. Elle me suivait presque tous les jours et me servait plus de vigie, de soutien au cas où, qu’autre chose. Ça ne semblait pas l’embêter plus que ça puisque je n’avais jamais aucune réelle, et encore moins audible, protestation. Le plus souvent il s’agissait de vols tout bêtes comme dépouiller des passants ou voler sur les étalages. Rien de bien exceptionnel.
Un jour cependant, j’entendis parler par un petit blond d’un merveilleux chargement de bijoux qui allait débarquer en ville. Apparemment un des plus gros bijoutiers de la ville avait fait une belle affaire et s’apprêtait à mettre le tout en vente. L’idée folle de dérober le butin pour le revendre au plus offrant me vint.

J’avais beau proposer divers plans à mes compagnons, personne ne voulait se mouiller. Personne sauf Sera évidemment. Je redoutai d’ailleurs un peu qu’elle accepte de me suivre, je ne voulais pas la mettre en danger plus que ça. Cependant l’appât du gain était trop grand. Certes si on arrivait à mettre la main sur les bijoux, on allait au-devant de gros soucis. On allait pour sûr se faire rechercher et les bijoux allaient vite susciter un grand intérêt… Il fallait donc se montrer patients. On ne pourrait revendre seulement le tout que d’ici quelques temps. Cela m’importait peu en réalité, c’était tout de même s’assurer quelques meilleurs jours que cela soit immédiatement ou plus tardivement. Sera partageait mon avis à défaut des autres. C’est pour cela qu’elle ne démordait pas de l’idée de m’aider.

Pendant des jours j’attendis que le chargement arrive et en profitais pour monter divers plans, toujours en essayant de ne pas trop impliquer la demoiselle. J’ignorais pourquoi je me sentais tant responsable d’elle. Après tout c’était une jeune femme qui pouvait parfaitement s’assumer. Je n’étais pas son père, c’était bien le cas de le dire…. J’avais beau voir ses regards désapprobateurs à chaque plan, je ne changeais pas d’idée. Je maintenais sa position de renfort.
Nous attendîmes quelques jours après que les bijoux soient arrivés à bon port pour passer à l’action. Le plan était des plus basiques. Une fois le bijoutier partit pour voir ses plus gros clients, il ne me restait plus qu’à m’infiltrer dans l’arrière-boutique par une petite fenêtre, un peu en hauteur. Le jour J, je la fracturai sans mal sous le regard toujours désapprobateur de Sera. Cette dernière était simplement chargée de faire le guet. Notre code était simple, si je l’entendais siffler il était temps pour moi de filer.

Une fois dans la boutique, j’ignore encore si la demoiselle était vraiment sur ses gardes ou pas, si elle se faisait un sang d’encre ou encore, même si j’en doute, s’était détendue… Mais j’imagine très bien la tête qu’elle put faire quand elle se mit à siffler et qu’elle ne me vit pas ressortir. Elle devait être folle de rage et avoir envie de m’étriper. Je l’avais très bien entendue mais je jugeais que j’avais encore du temps pour filer. Un sifflement plus fort et vif se fit entendre. Cette fois-ci je sentais vraiment son énervement et je m’apprêtais à ressortir par la petite fenêtre à l’aide d’une bête commode à pousser, quand la porte de la boutique s’ouvrit. Il était trop tard. Si je déplaçais le meuble, le raclement allait se faire entendre. Je jurais intérieurement et je voyais déjà très bien les barreaux qui allaient bientôt devenir mon seul paysage. Par réflexe, je filais me cacher et entendais déjà le type se rapprocher. J’étais cuit.

C’était sans compter le carillon de la porte qui résonna de nouveau. La voix qui interpella le bijoutier me glaça le sang. C’était Sera.

« Excusez-moi Monsieur. »

Me doutant que ce dernier devait désormais être plus concentré sur la nouvelle venue, j’en profitai pour trouver un angle de vue et regarder ce qui se passait. Je croisai le regard de Sera rapidement et lui lança à mon tour un regard désapprobateur avec un air des plus courroucés. La demoiselle fit mine de n’avoir rien vu et resta focalisée sur l’homme d’âge mur.

« - En quoi puis-je vous aider mademoiselle ?
- J’ai vu quelques boucles d’oreilles en vitrine qui m’intéressent. Pouvez-vous m’en montrer ? »


Je fronçai les sourcils. Elle avait l’air parfaitement à l’aise. Même trop. Souriante comme jamais, sa maudite capuche rabattue en arrière d’elle-même… C’était plutôt surprenant.
Alors que le type commençait à faire son boulot et lui faire voir divers produits sur un écrin des plus luxueux, je vis Sera me faire signe discrètement. Il fallait l’avouer, elle n’était vraiment pas bête. À demander de voir les bijoux elle avait réussi à placer l’ennemi de dos, me laissant l’occasion de filer par la grande porte. Il ne me restait plus qu’à être rapide. D’autant plus vu le mouvement de main que Sera me faisait dans son dos. Mais je restais bêtement cloué sur place, presque admiratif. On aurait dit une autre fille devant mes yeux.
Une jeune femme presque trop coquette et qui riait à la moindre remarque de ce lourdaud de bijoutier. Je ne la pensais pas capable de paraître si… mignonne. J’ignorais bien ce que pouvait penser Sera à cet instant mais j’aurais tout donné pour savoir. Heureusement la suite ne me laissa pas sur ma faim.

J’ignore encore comment la situation dérapa si vite. D’un simple échange, les évènements prirent un aspect gênant. Mon sang ne fit qu’un tour quand je vis cet imbécile remettre une mèche de cheveux derrière l’oreille de Sera alors que celle-ci essayait tranquillement des boucles d’oreilles, toujours dans son rôle. Je la vis également s’arrêter, se demandant bien ce qu’il se passait tout à coup.

« Tu es la fille Kyoshi n’est-ce pas ? »

Sera resta d’autant plus figée sur place, comme si ce nom avait eu le don de la pétrifier. Il ne fallait pas être un génie pour comprendre qu’il la connaissait ou du moins l’avait reconnue. Elle eut un mouvement de recul, balayant la main de l’homme au passage.

« J’ai donc vu juste…»

Il se mit à s’avancer au lieu de la laisser en paix. Milles idées commençaient à passer dans ma tête. J’ignorais comment intervenir. Le devais-je ? C’était risqué. Peut-être pouvait-elle encore s’en sortir seule. Je lui fis signe de s’en aller, mais elle n’en fit rien. Elle s’arrêta enfin de reculer quand elle buta contre un comptoir. Elle me jeta un bref coup d’œil et se focalisa de nouveau sur son interlocuteur.

« - Je ne comprends pas très bien Monsieur.. Vous faites sûrement erreur. Et je pense que vous devriez reculer.
- Ce n’est pas très gentil ce que tu as fait à ton père tu sais… Je ne peux pas te laisser filer comme ça.»


Cet idiot n’en faisait rien. Sera semblait plus pâle que jamais à la mention de son père. C’en était trop pour moi. Non seulement il l’avait acculée contre le comptoir mais il lui bloquait désormais la route, un bras de chaque côté d’elle, lui rappelant à coup sûr d’horribles souvenirs. Je fis immédiatement un pas vers elle pour lui porter secours mais la suite me figea sur place. Au lieu de simplement crier, fuir, se débattre ou je ne sais quelle autre réaction qui aurait été des plus normales…. Elle leva les mains et les posa sur ses épaules. Un sourire que je n’avais jamais vu auparavant naquit sur ses lèvres.

« Si tu savais à quel point je suis une vilaine fille… Si on s’arrange… Tu ne diras rien ? »

J’écarquillai les yeux quand ses mains montèrent à sa nuque. Je me demandais bien ce qu’elle était en train de faire, le draguer n’allait pas la sauver. Je m’avançais de nouveau dans sa direction pour vraiment l’aider quand soudainement… Elle lui mit un coup de boule. J’ouvris la bouche sous le choc. Le bijoutier se mit à l’injurier tandis que le sourire de Sera disparaissait. Elle l’écouta lui cracher à la figure quelques insultes puis leva les yeux au ciel. Sans crier gare elle l’attrapa de nouveau et lui fit embrasser assez violemment le comptoir. Cette fois-ci un calme étrange s’installa dans la boutique. En même temps, son propriétaire n’était plus trop en état de s’exprimer. La demoiselle soupira un coup puis me lança un regard noir.

« Quoi ? Qu’est-ce que tu regardes comme ça avec un air si débile ?»

Je fermais à nouveau la bouche et n’osais piper mot. Le type commençait à gémir de plus en plus. Sans demander mon reste je filais vers la porte avant d’être le prochain sur sa liste. Elle m’emboita le pas avant de s’arrêter à mi-chemin.

« Attends deux secondes s’il te plait. J’ai oublié quelques petites choses. »

Sans attendre elle fit demi-tour, récupéra quelques boucles d’oreilles et en profita pour faire un dernier cadeau au bijoutier. Un bon coup dans les parties qui lui arracha un cri des plus sinistres. Une fois cela fait et satisfaite, elle me rejoignit enfin. Nous ne perdîmes pas de temps à disparaitre à nouveau dans l’ombre de nos rues…

Je mis un certain temps avant de reparler de ce plan foireux. Une chose était sûre pour moi ce soir-là. Ou plutôt deux. La première c’était qu’on allait vraiment devoir être discrets pendant un sacré bout de temps. La seconde était qu’il ne fallait absolument pas provoquer Sera… J’ignorais qu’elle était capable d’une telle violence. D’ailleurs je me demandais bien d’où elle pouvait provenir. Pire encore. Si elle en avait effectivement usé avec son père vu ce qu’avait dit le bijoutier… Mais je ne lui fis jamais l’affront de poser la question. Je tenais à mon intégrité. On se mit un peu à l’ombre pendant quelques semaines, histoire de se faire oublier.

Néanmoins c’est à partir de ce violent épisode que nous commençâmes à vraiment travailler ensemble. Elle avait su me montrer qu’il ne fallait pas la sous-estimer. D’ailleurs elle semblait toujours étrangement satisfaite de son coup quand on en reparlait.





Old Trail Town – Année 1503




Le temps s’écoula plus ou moins le plus normalement du monde. Les années remplies de divers incidents et de périlleuses missions. On grandit passant l’âge adulte pour la plupart. Mais quand je regardais la bande il me semblait voir les mêmes bouilles qu’avant. Même Sera qui faisait plus femme qu’avant me semblait toujours être la petite dernière gamine. Mais son assurance ne trompait pas. Avec le temps, elle avait appris à s’accepter. Et j’avais l’espoir que c’était en grande partie grâce à nous. Nos coups étaient toujours aussi profitables. Et en tant que jeune femme, Sera s’essayait toujours plus à de nouveaux jeux. Oui, elle semblait prendre un malin plaisir à tromper ses victimes. Pour ma part cela me faisait assez rire avec le temps. Moi-même je l’avais prise pour une pauvre fille en détresse la première fois, comme dit un chaton inoffensif. Et c’était presque trop souvent qu’on la voyait encore ainsi si on ne la connaissait pas… Elle ne le savait que trop bien. Elle laissait ses victimes se bercer dans leurs douces illusions pour mieux les mettre à sa merci. Ses cheveux et ses yeux qu’elle semblait tant détester en arrivant dans nos rues étaient désormais des atouts pour elle. Elle les assumait et les revendiquait. Oui, au fil des années j’étais fier de l’avoir ramenée chez nous et de la compter dans nos rangs… Puis en vérité, qui d’autre à part nous aurait réussi à la supporter et gérer les problèmes qu’elle générait ? Personne. A 20 ans elle gérait désormais tout toute seule. D’ailleurs chacun prenait plus ou moins sa propre route. Du moins quand c’était possible.

C’est d’ailleurs un sujet que j’allais bientôt devoir aborder avec elle alors qu’on rentrait tranquillement d’un énième coup, butin en poche. Un sourire presque nostalgique passa sur mes lèvres. Depuis notre rencontre je ne rentrais presque plus bredouille. Et pourtant qui aurait dit que c’était elle qui allait changer ça… Je lui jetai un coup d’œil. Oui vraiment elle avait changé, elle s’épanouissait toujours et moi j’avais l’impression de rester au même point. Mais ce que j’avais à lui dire attendrait… Je lui coupais la route pour avoir tout son attention.


« J’ai quelque chose pour toi. »

Je vis à son incompréhension qu’elle cherchait une raison à ça. J’en riais juste. On n’avait pas vraiment l’habitude de fêter les anniversaires par chez nous… Mais les rencontres particulières je considérais qu’il ne fallait pas les oublier. Oui ce jour-là, il y a 5 ans, c’était celui de notre rencontre. A sa tête je me doutais qu’elle avait clairement oublié. Je rentrai dans notre planque et lui fit signe de me suivre. Sans surprise, notre planque, ou « QG » pour faire plus classieux, n’avait rien de luxueux justement. Il y avait le strict minimum mais ça nous convenait. On avait plus ou moins partagé l’espace au hasard se moquant bien de délimiter une zone pour les filles et une pour les garçons par exemple. Il fallait aussi dire que chacun se débrouillait. Certains dormaient sur des lits qu’ils avaient réussis à dégoter, quand d’autres se contentaient du strict minimum. Pour ma part j’étais difficile si on peut dire. J’avais donc opté pour un lit vers lequel je me dirigeais. Sera ne se fit pas prier et s’installa tranquillement sur le matelas alors que je tirais une malle du dessous. Toujours à son habitude, elle haussa un sourcil et je m’empressai de lui mettre ma trouvaille grossièrement emballée d’un tissu dans les mains.

« C’est pas grand-chose… Mais je m’étais souvenu que tu aimais ça. Puis aujourd’hui c’est particulier. »

Je prenais place à ses côtés, la regardant déballer avec une grande attention. Je restais surpris face à son expression de joie. Oui j’avais retenu, la seule fois qu’elle en avait parlé, qu’avant elle se plongeait souvent dans les cartes ou les livres. C’était clairement un luxe qu’on n’avait pas dans nos pauvres ruelles.. Ici on était coupés du monde, ou presque dans un autre univers. Malgré ça j’avais réussi à en trouver quelques-uns à lui offrir pour cette occasion. Vu sa tête je vous jure que ça valait le coup. La demoiselle mit longtemps à répondre, préférant regarder presque religieusement les ouvrages et les examiner, effleurant parfois le papier comme pour vérifier que c’était réel.

« Ca fait 5 ans c’est ça ? … Merci »

Ce même premier mot qu’elle m’avait adressé lors de notre première rencontre, cela lui arracha un sourire que je lui rendis bien. Ce à quoi je m’attendais moins, ce fut l’étreinte qu’elle me donna. Gêné et surtout peu habitué à ça venant d’elle, je ne savais pas vraiment quoi faire... Mais je lui rendis du mieux que je pus.

« Tu sais... Tu vas peut-être bientôt pouvoir utiliser ces cartes… »

Curieuse, elle se détacha de moi et me fixa, cherchant où je voulais en venir. Un sourire de gamin dû passer sur mes lèvres car elle me regarda plus étrangement.

« - Tu sais, je veux partir d’ici. Et on pourrait partir ensemble.
- Huh ? Et pour aller où ? Ça ne sera pas mieux qu’ici tu le sais. Enfin, on est bien là...»


Oui, c’était indéniable qu’on avait nos routines. Mais j’étais las. Fêter nos 5 ans d’amitié me faisait réaliser qu’il y avait surement plein de choses à accomplir pour nous. Je n’arrivais pas à ignorer son regard inquiet et attrapa ses mains dans les miennes. Il était vrai qu’elle connaissait plus le monde extérieur que moi mais c’était mon rêve. Partir d’ici. Essayer de construire une autre vie. C’était mon espoir idiot à moi et je m’y accrochais tant bien que mal. Peut-être même trop.

« Regarde ce qui reste du groupe Sera. Une partie n’est plus la et ne reviendra pas. Je ne veux pas être le prochain. Je ne te force pas à venir avec moi. Disons que si tu le fais... Ça serait bien ? »

Je la sentis interdite à ma proposition. Les années étaient passées, et quand nous avions tous les deux la chance de nous lancer dans des entreprises risquées mais victorieuses... Pour les autres ce n’était pas forcément le cas. Je me revois encore soupirer face à ce constat. Je revois parfaitement cette discussion et j’entends encore les mots que Sera prononça. Le regard qu’elle m’adressa.

« J’ai une proposition pour un... Boulot. A Trader. Tu sais on a été remarqué le mois dernier avec le vol qu’on a fait. On veut nos services. Encore une fois je ne t’oblige à rien si tu ne veux pas.
- On ? »


Je la vois encore distinctement s’arrêter et hausser un sourcil comme elle avait si bien l’habitude de le faire. Une autre chose avec Sera, après ces 5 ans, je ne pouvais rien lui cacher.

« C’est des trafiquants qui veulent nos services c’est ça ? »

Elle marqua une pause comme si elle pesait le pour et le contre. Ce fut rapidement fait vu la manière dont elle enchaina.

« C’est hors de question. C’est trop risqué. »

Elle avait toujours eu les pieds plus sur terre que moi. Oui je pense qu’elle savait mieux que nous tous ici de quoi retournait vraiment le monde en dehors des rues. Ce qu’était réellement les jeux de pouvoirs, et à quel point les gens pouvaient être vicieux. Elle employa tous les arguments qu’elle put pour me dissuader. Mais mon choix était fait. Je m’en moquais bien si je devais bosser pour la pègre ou autre. J’allais quitter cette île, bosser pour eux puis quitter le crime tout court. Au passage peut-être arnaquer un ou deux pigeons, mais c’était tout. Nullement plus compliqué.

J’étais confiant, pas comme Sera. Bonne amie comme elle l’était, elle n’insista pas plus et fit même ce que je n’osais plus espérer de sa part. Elle me suivit. Elle emporta simplement le peu de ses affaires et ses nouvelles acquisitions.




Trader – Année 1505





Nous avons passé 2 ans à Trader. Les débuts avaient été difficiles. On ne pensait pas être si déstabilisés par une ville. Ici il n’y avait aucune règle, notre bonne vieille île nous semblait bien loin. Déjà qu’on pensait vivre dans un milieu du crime, ce n’était rien par rapport à Trader. Certes chez nous les rues étaient plus sombres mais elles étaient plus calmes. Nous avions nos terrains de jeux, nos endroits cachés où on pouvait se mettre à l’abri de n’importe quel danger ou inquiétude. Mais ici à Trader... On n’avait plus que l’un et l’autre. C’était maigre mais cela devint beaucoup au fil des mois.

Je pourrais vous parler en long en large de toutes les aventures que nous avons eues. De tous les coups que nous avions montés et réussis avec brio. Oui je pourrais largement vous en conter des milliers mais je ne le ferais pas. Seule la morale de tous nos actes et de nos choix reste la plus importante.

Nous avions eu nos années de succès. On nous appréciait pour notre efficacité et surtout nos résultats. Mais ça devenait presque comme une drogue. Il n’y en avait jamais assez. Il fallait toujours faire plus grand, plus risqué, plus dur. En contrepartie, on se sentait toujours plus vivant après. On avait comme plan d’amasser le plus d’argent possible, de gagner en influence puis de mettre les voiles quand on jugerait qu’il serait temps. Malheureusement, nos employeurs étaient aussi de plus en plus gourmands. Vers la fin, je voyais Sera consulter ses cartes de plus en plus souvent. Mais il n’y avait plus l’étincelle dans ses yeux comme avant. On aurait dit qu’elle se résignait. Pour elle ça devenait un rêve inaccessible de jours en jours alors que moi je continuais à m’enfoncer de plus en plus dans la pègre.

Sera finit par revenir à la réalité plus tôt que moi. Progressivement elle lâchait les missions puis un jour elle lâcha tout. On avait pourtant l’habitude de risquer nos vies, de revenir parfois en mauvais état mais une fois fut de trop.


« J’arrête. »

Ces mots aussi je ne pourrais jamais les oublier. Sa voix résonne encore en moi quand j’y repense. J’avais eu l’impression que mon cœur ratait un battement. Intérieurement je savais qu’elle avait raison, il était temps qu’on se range. On avait de quoi mettre nos projets à exécution si on le voulait. Mais non il en fallait toujours plus et on nous en demandait toujours plus… Non plus exactement, pour être franc, il m’en fallait toujours plus.

Chacun, on refusait de bouger de nos positions. Elle était décidée à arrêter, j’étais buté à continuer. La suite de notre altercation ce jour-là me reste floue cependant. Sûrement parce que mes mots avaient dépassé ma pensée. Je revois juste ses yeux qui me suppliaient de la suivre mais ses lèvres qui n’en faisaient rien. Oui, ce n’était pas le genre de Sera de demander quoi que ce soit pour son propre intérêt. Pas même de demander à son ami de tout laisser tomber, de rester en vie, de ne pas la laisser seule juste pour ses beaux yeux.

À la suite de cet accrochage, Sera avait fini par partir et je ne l’avais pas suivie. Elle avait senti le vent tourner, son instinct lui criait de se retirer et je ne pouvais pas cracher sur ça. Elle avait essayé de me mettre du plomb dans la cervelle, à sa manière, une dernière fois. Mais rien n’y avait fait. Elle avait vraiment fini par partir avec ses cartes et ses rêves comme si les mots qu’on avait échangés étaient trop lourds pour elle. Son départ fut quelque peu comme une trahison pour moi, tout comme mes mots furent un coup de poignard pour elle. Mais nous pourrions regretter toute notre vie que ça ne changerait rien. Elle était donc partie et je me retrouvais seul, toujours avec mes mêmes rêves d’idiots.

Cette même année je ne tardais pas à entendre à nouveau parler d’elle par hasard. Sera se lançait apparemment dans une carrière de chasseur de prime. L’idée n’était pas bête. Elle avait les aptitudes pour s’épanouir dans ce milieu. J’aurais pu aussi. Mais non, je continuais mes affaires avec la pègre, à m’enfoncer. Ces mêmes personnes qui n’avaient pas tant appréciées le départ de Sera. J’essayais de gommer ça en continuant au même rythme que quand nous étions à deux. Quel idiot. Il ne fallait pas être fou ni être aveugle pour se rendre compte que rien n’allait plus sans elle. Le pire, c’était à quel point elle me manquait. Mille fois j’eus l’occasion de raccrocher également, mais je n’en fis rien. Plus, il m’en fallait toujours plus. C’était la différence entre Sera et moi, elle savait quand il était temps de tirer sa révérence. Sur ça j’aurais terriblement dû apprendre d’elle. J’étais aussi borné à cause de ma fierté, je ne voulais pas rentrer et admettre sa victoire. Bien qu’il n’y ait jamais eu question d’un vainqueur et d’un perdant…

Alors qu’enfin je pensais voir la fin du tunnel, que je m’imaginais déjà retourner auprès de Sera lui criant que j’avais enfin assez pour vivre librement à l’abri, qu’on pouvait enfin utiliser ses maudites cartes… Tout vola en éclat.

L’image de nos retrouvailles et de mon air victorieux se changea en une image de Sera m’assommant d’un « Je te l’avais bien dit ». J’avais été naïf de croire que c’était notre porte de sortie. Encore plus idiot de croire qu’il me fallait toujours plus d’argent, de réputation et de missions à mon actif. Alors que j’avais envie de lui dire qu’elle avait eu raison il était trop tard.

La vie continuait assez bien pour elle, elle progressait tranquillement dans un nouveau milieu… De toute façon je ne m’inquiétais pas pour elle, vu ce qui transparaissait de ses yeux je savais qu’elle s’en sortirait toujours. Avec ou sans moi. J’ignorais cependant si elle regardait toujours ses cartes tristement ou à nouveau avec espoir de les utiliser. Moi qui l’avait ramenée chez nous, entrainée, aidée, soutenue… Oui, ce même moi qui avait finalement dédié plus de temps que je ne l’aurais jamais pensé à Sera, me retrouvais à l’abandonner. Elle allait m’en vouloir comme jamais. Je le savais. Elle allait aussi très sûrement faire comme d’habitude, tout garder pour elle et ne rien dire… Allait-elle pleurer seule dans un coin en apprenant les nouvelles ? Et encore, si elle venait à être au courant. De toute façon elle devait déjà bien me maudire depuis son départ… Des regrets j’aurais pu en avoir des centaines, c’était sans mal, ils étaient là mais bien enfouis. Juste un en particulier prenait le dessus. Ces maudits livres et cartes... J’aurais tellement aimé lui faire découvrir le monde. Ou à défaut lui en ramener plus…




Dernière édition par Sera Kyoshi le Mer 18 Avr 2018, 01:21, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
Kanäe Toupex
MidoriSasori
avatar
Messages : 1289
Race : Humain
Équipage : Inquisition

Feuille de personnage
Niveau:
43/75  (43/75)
Expériences:
354/500  (354/500)
Berrys: 12.816.000 B

MessageSujet: Re: Sera ~ If red is for anger and rage, pink is the color of a soft burning passion   Dim 15 Avr 2018, 23:49

Bonjour et bienvenue à toi.

N'hésite pas à mentionner que tu as terminé ta présentation lorsque ce sera le cas.

Je m'occuperai alors de ta présentation au plus vite.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Kanäe Toupex
MidoriSasori
avatar
Messages : 1289
Race : Humain
Équipage : Inquisition

Feuille de personnage
Niveau:
43/75  (43/75)
Expériences:
354/500  (354/500)
Berrys: 12.816.000 B

MessageSujet: Re: Sera ~ If red is for anger and rage, pink is the color of a soft burning passion   Lun 16 Avr 2018, 20:08



Présentation et premier RP
A lire attentivement !

Indice de notation des présentations

La présentation sera toujours cotée sur 15 comme ceci:

La qualité du texte sur 7/10

L'originalité 0.5/2
La mise en page 2/2
La cohérence du récit 2/2
La narration 1.5/2
L'avis personnel 1/2

Le respect du français 9.5/10

Le vocabulaire 2/2
La grammaire 2/2
L'orthographe 2/2
La conjugaison 2/2
La ponctuation 1.5/2

La quantité du récit 4.5/6

Un poil moins de 4500 mots.

Points bonus 2.5/6

Score final 23.5/32


23.5/32*15= 11.01 = 11 lvl

Bonjour et bienvenue à toi !

Bon et bien entrons dans le vif du sujet avec le français qui est franchement très très solide et pour lequel je n'ai retiré qu'un demi point au titre de la ponctuation. Mais je vais m'expliquer. En réalité, j'ai retiré ce demi-point pour l'intégralité des rubriques de français, les autres n'étant pas, individuellement, trop impacté par les coquilles. Mais pourquoi la ponctuation ? Parce que c'est dans cette rubrique qu'on trouve le plus de souci sans que ça soit la cata. En gros, il manque une bonne dizaine de virgule.

Quoiqu'il en soit, on trouve aussi cinq/six fautes de conjugaison, un mot manquant entre autre. En soit, le tout ne mérite pas plus qu'un retrait de 0.5.

Pour la qualité, entrons aussi directement dans le gros de la bête avec le "point noir" si je puis dire : l'originalité. Une enfant riche qui quitte sa famille méchante pour rejoindre les orphelins des rues pour finir dans la pègre et s'enfuir finalement. C'est très très classique sur le fond mais je t'ai attribué 0.5 pour deux choses. L'originalité de forme avec le point de vue du narrateur et l'originalité de fond avec le choix de CdP derrière une vie comme ça.

Mise en page et cohérence, aucun souci.

Pour la narration, j'ai bien apprécié le point de vue externe du narrateur relégué ici au rang de PNJ ce qui est assez intéressant et original. Pour le reste, la narration est simple, fluide et montre une plume appliquée et sûre. J'ai un regret cependant sur la narration, on retrouve très très peu d'introspection pour une grosse dose de description.

Enfin, mon avis personnel, j'irai assez rapidement. Au final, je suis un peu resté sur ma faim sur quelques points. Tout d'abord, l'absence d'introspection : on ne connait finalement que très peu la psyché de ton perso et ses réactions face aux épreuves. Enfin, la seconde chose, et la plus importante, on retrouve quelques tranches de vie ici mais assez peu de description en profondeur. Il n'y a pas d'anecdote précise ou pas de retour sur un épisode spécifique. C'est un peu dommage et ça permet pas de connaitre davantage le mental de ta Sera dans différentes situations. Du moins, ça n'en reste pas moins une présentation sympathique et très bien écrite. Je pense également que tu conserves du grain et que tu monteras en puissance en jouant directement ta Sera !

Tu atteins le niveau 11, félicitation !

Tu peux à présent faire un choix parmi les suivants :
-> Corriger ta présentation et gagner quelques niveaux.
-> Entrer directement dans le monde du RP au niveau .
-> Passer directement au test RP pour gagner jusqu'à 5 niveaux supplémentaires.





© Copyright Propriété de One Piece Seken


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Sera Kyoshi

avatar
Messages : 2

MessageSujet: Re: Sera ~ If red is for anger and rage, pink is the color of a soft burning passion   Mer 18 Avr 2018, 00:26

Hello ! Et tout d'abord merci ^^

Je tiens également à te remercier pour les compliments ça me fait vraiment plaisir ! D'ailleurs ça m'a même encouragée à pousser un peu plus loin (normalement j'aurais laissé tel quel x) puis j'ai un bon coach derrière moi je l'avoue... B. si tu passes par là, thank you again !)

J'ai donc édité ma fiche. J'ai essayé de revoir la ponctuation, mais j'ai l'habitude que ça soit un point faible chez moi... Y a pas mal d'erreurs corrigées également.

Concernant le côté cliché, oui je l'avoue humblement... Mais je vais t'expliquer pourquoi. Je ne connais rien du tout de One Piece .w. J'ai donc pallié mes lacunes en choisissant une trame simple.

Pour revenir à l'édition, j'ai surtout rajouté une partie à l'histoire et remanié quelques petites choses. J'ai essayé d'aller plus dans de l'introspection.. Mais autant dire que prendre un point de vue externe d'une autre personne, c'est assez dur de décrire un ressenti qui resterait cohérent. Tu avais vu juste également, c'était aussi pour laisser plus de mystère sur le personnage. J'ai fais de mon mieux pour revenir sur les points que tu avais soulevé et j'espère que ça te plaira.

Puis cette fois-ci, il y a peut-être plus un avant goût de ce que pourra donner Sera en RP. Enfin j'espère !

Je veux bien également le test RP pour la suite~ 
Revenir en haut Aller en bas
Kanäe Toupex
MidoriSasori
avatar
Messages : 1289
Race : Humain
Équipage : Inquisition

Feuille de personnage
Niveau:
43/75  (43/75)
Expériences:
354/500  (354/500)
Berrys: 12.816.000 B

MessageSujet: Re: Sera ~ If red is for anger and rage, pink is the color of a soft burning passion   Mer 18 Avr 2018, 18:41



Présentation et premier RP
A lire attentivement !

Indice de notation des présentations

La présentation sera toujours cotée sur 15 comme ceci:

La qualité du texte sur 7.5/10

L'originalité 0.5/2
La mise en page 2/2
La cohérence du récit 2/2
La narration 1.5/2
L'avis personnel 1.5/2

Le respect du français 10/10

Le vocabulaire 2/2
La grammaire 2/2
L'orthographe 2/2
La conjugaison 2/2
La ponctuation 2/2

La quantité du récit 6/6

Plus de 6800 mots d'histoire et de belles descriptions !

Points bonus 4/6

Score final 27.5/32


27.5/32*15= 12.89 = 13 lvl

Bon bon bon ! Seconde lecture ! Allons y les kikis !

Pour le français, je vais aller encore plus vite que par le passé : c'est toujours aussi bon sur les fautes (y'en a des nouvelles avec l'ajout de texte mais c'est très faible donc aucun souci). Tu auras enfin remarqué le demi-point en plus sur la ponctuation, il y a encore quelques virgules manquantes mais un vrai effort a été fait donc c'est très bien !

Pour la qualité, j'ai valorisé ton introspection sur divers points à commmencer par mon avis perso et dans les points bonus. Alors que manque t-il a la narration ? Pas grand chose ! En réalité, j'ai hésité longtemps à te mettre la note maxi mais je ne l'ai pas fait pour deux raisons : ça ne changeait pas la note principale et il me manquait une petite chose. Une intro plus poussée, une pointe d'humour, une extériorisation de la colère sur sa famille.. Je sais pas vraiment, je suis une personne étrange !

Enfin, je vais te parler de mon avis et du bonus pour te dire que je suis très content ! Les ajouts sont pertinents, utiles, bien emmenés sur le devant de la présentation et permettent surtout de bien mieux connaitre ta perso à l'issue de la lecture. Non franchement, je trouve ta correction très bien !

Tu atteins le niveau 13, félicitation !

Pour ton test RP le voici :

Citation :
Au cours de tes opérations de chasseuse de prime, tu entends parler d'un jeune primé intéressant, une proie facile qui est, en réalité, surcôté : quelque chose de rare sur les mers où l'on connait plus souvent des primes en-deçà de la vérité de puissance d'un individu. Donc, forcement, tu t'y rends. En arrivant sur place, tu pourras suivre une trace plutôt discrète mais que tu peux facilement trouvé, comme si elle t'étais familière. Au final, tu peux trouver l'homme, ou pas d'ailleurs, et il s'agira de quelqu'un que tu connais, ton ami d'enfance, un hors-la-loi qui vole beaucoup trop et qui a volé les mauvaises personnes : le narrateur de ta présentation.

Que feras-tu ?

Raconte nous cette épopée !



© Copyright Propriété de One Piece Seken


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Sera ~ If red is for anger and rage, pink is the color of a soft burning passion   

Revenir en haut Aller en bas
 

Sera ~ If red is for anger and rage, pink is the color of a soft burning passion

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Will day of rage in Saudi Arabia send oil prices up to $200 per barrel?
» FLASH - Aristide sera de retour le 17 Mars 2011
» « La mission sera accomplie et le mandat respecté », affirme Michel Martelly
» GERARD ROUZIER, INGÉNIEUR OU GERVAIS CHARLES AVOCAT QUI SERA LE PREMIER MINISTRE
» SWTOR sera telechargeable digitalement que sur EA Origin.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
One Piece Seken :: Préface - Les Bases :: Personnage :: Présentations-