Partagez | 
 

 Voyage, lendemain de folie. [PV Lili]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Fenice Nakata
The Phoenix
avatar
Messages : 14699
Race : Humain
Équipage : Tengoku no Seigi

Feuille de personnage
Niveau:
52/75  (52/75)
Expériences:
175/1000  (175/1000)
Berrys: 2.240.026.002 B

MessageSujet: Voyage, lendemain de folie. [PV Lili]   Dim 8 Avr - 9:32

img_rp
Voyage, lendemain de folie.
Den Den.
feat Lilianna





T'es prêt ?



T'appréhendes ? T'en fais pas, je vais me retenir.



Très drôle !


A quelques dizaines de mètres de l'Aldébaran, les deux hommes se foncèrent brusquement l'un sur l'autre. Le premier, armé uniquement de ses poings et de ses pieds, semblait glisser sur le sol avec une rapidité exaltante et effarante, laquelle remuait ses cheveux dorés avec ferveur. Le second, sur la défensive, portait un katana et arborait une posture de garde impeccable, rodée par des années d'expertise et d'entraînements. Ce fut à Nakata, donc, d'entamer les hostilités... Et il n'y alla pas de main morte. Son premier coup de poing, recouvert d'une plaque noire du haki de l'armement, son adversaire ne put l'esquiver que d'un poil grâce à l'atout indéniable que lui conférait le haki de l'observation. Il tenta de profiter de l'ouverture devinée pour empaler son ennemi sur son épée, sans le moindre succès : le Phoenix aussi disposait de ce fâcheux don de prescience et ne s'encombra pas bien longtemps de cette menace, qui ricocha sur son ventre protégé de l'armement. Damon grommela et bondit en arrière au moment où il pied risquait de faucher son visage : son capitaine était expert dans les domaines des hakis, depuis le temps qu'il s'évertuait à les maîtriser contre des ennemis plus puissants que lui. Le vigie jurait même que le combat avec Groogal, qui s'était déroulé seulement quelques heures auparavant, avant su être prolifique au possible. Comme d'habitude, le Fenice avait su tirer des enseignements de cette lutte âpre avec une justesse et un brio décourageants... Comment égaler un homme aussi doué ? Mais le bretteur savait depuis longtemps que son vieil ami disposait de bien plus de ressources que lui : il ne se serait pas jeté dans un entraînement avec lui s'il avait estimé n'avoir rien à apprendre, après tout. Un geste horizontal envoya à l'attention de son capitaine une lame d'air rougeoyante, que ledit capitaine balaya comme un fétu de paille, d'un revers de la main négligent et nonchalant. Cela permit néanmoins au brun de retrouver des appuis stables, lui offrant ainsi un gain de temps considérable. Se laisser dépasser par les événements, face à une telle pointure, serait sans nul doute son ultime erreur...

Interrogatif, Damon arqua un sourcil en voyant que le musicien s'était immobilisé. L'instant suivant, une sonnerie d'escargophone lui parvint distinctement tandis que son opposant du jour tirait le gastéropode de l'intérieur de son manteau de capitaine. Encore du boulot ? Le vigie, sourire aux lèvres, rengaina momentanément, patientant calmement jusqu'à ce que l'autre homme retrouve quelques disponibilités. Nakata, quant à lui, était légèrement moins assuré et moins confiant que son collègue. Il était curieux quant à l'identité de la personne qui voulait manifestement le joindre, n'attendant pour l'heure pas vraiment d'appel. Son cœur se serra d'appréhension, et peut-être d'un instinct prémonitoire, mais cela ne l'empêcha pas de prendre la parole d'une voix assurée une fois le combiné décroché.



Allô ? C'est Nakata. A qui ai-je l'honneur ?




_________________
“Tout obstacle renforce la détermination. Celui qui s’est fixé un but n’en change pas.” Léonard de Vinci
“Tu dois, donc tu peux. Une volonté libre et une volonté soumise à des lois morales sont une seule et même chose.” Emmanuel Kant


Revenir en haut Aller en bas
Lilianna Windspell
Pirate
avatar
Messages : 222
Race : Humaine

Feuille de personnage
Niveau:
25/75  (25/75)
Expériences:
52/120  (52/120)
Berrys: 60.000 B

MessageSujet: Re: Voyage, lendemain de folie. [PV Lili]   Jeu 12 Avr - 22:52




Just hear your voice



Les petites branches craquaient sous l'assaut des langues de flammes. Un petit crépitement qui se joignait aux sonorités de la mer qui inlassablement venait et repartait. Assise sur la plage, non loin du feu qu'elle s'était confectionnée, Lilianna regardait l'océan. Dans cet environnement calme, elle avait l'impression de pouvoir penser un peu plus sereinement. Et penser, il le fallait bien. Elle avait atteint le premier objectif qu'elle avait en tête, à savoir rejoindre Kuraigana. Mais qu'adviendrait-il après qu'elle ait réalisé ce qu'elle était venue faire ici ? Repartirait-elle ? Pour aller où ? Une question qui la rongeait. Une question à laquelle la demoiselle n'avait encore aucune réponse pour le moment car elle s'accompagnait toujours du souvenir de ce qui s'était passé à peine quelques mois auparavant. Si elle avait décidé de poursuivre sa vie et sa voie en tant que pirate, la jeune femme n'en répugnait pas moins l'idée de devoir s'associer à nouveau avec d'autres personnes. Pas maintenant. Mais que faire toute seule ? La réflexion finalement ne dépassait jamais ce stade.

À défaut de trouver une solution, elle farfouilla dans son sac sous le regard de son ami à plume de toujours qui était perché sur une buche. Après quelques secondes, Lilianna en ressortit son journal. Elle n'avait rien à faire et plutôt que de repartir dans un débat qu'elle savait vain, la belle préférait se plonger dans la nostalgie de ses souvenirs. Feuilleter les pages de sa vie si soigneusement couchée sur le papier. Elle tourna les pages l'une après l'autre entre ses doigts, ses yeux parcourant les lignes d'écriture. Parfois, ses yeux captaient une suite de mots, lui faisant lire une phrase avant de finalement la faire s'attarder sur des passages. Un mince sourire étirait ses lèvres, l'espace de quelques secondes. Puis, elle recommençait à tourner les pages.

- ...

Coincé entre les deux pages qu'elle avait désormais sous les yeux, un petit morceau de papier, plié, un tantinet froissé par le temps et l'usage. Si elle prit la peine de le déplier, la pirate à la chevelure d'or en connaissait déjà le contenu et pourtant, peut-être avait-elle besoin de s'assurer qu'elle ne se trompait pas. Sur la feuille, un numéro inscrit. Ce n'était pas son écriture. Cela étant, elle savait très bien à qui il appartenait. Oh oui. Les choses étaient différentes de cette fois où ils s'étaient croisés à Bulgemore et que sa mémoire lui avait joué l'un de ses vils tours. Quand le tout lui était revenu par la suite, elle avait momentanément trouvé détestable ces troubles de la mémoire l'ayant privé de retrouvailles qui auraient autrement été plus émouvantes. Certes à cette époque la situation ne le permettait pas mais elle n'avait pu se l'empêcher. Comme elle n'avait pu s'empêcher un moment de lui en vouloir d'être resté si évasif sur la nature de leur relation. Aujourd'hui, ce n'était plus le cas. La doctoresse ne lui en tenait plus rigueur car elle comprenait que la situation ne se prêtait guère à ce genre de confessions. Au contraire, le fait de revoir ce papier lui serra le cœur. Depuis combien de temps n'avait-elle pas entendu sa voix ? Plus elle y pensait, plus elle avait envie de l'entendre. Pas forcément pour parler de ses malheurs. Non, elle imaginait simplement qu'il serait agréable de pouvoir lui parler. Juste l'entendre. Et au fond, peut-être en avait-elle besoin. Peut-être qu'une partie d'elle recherchait inconsciemment son aide.

Avant qu'elle ne se rende compte de ce qu'elle avait fait, sa main avait composé le numéro.

*Et s'il ne répond pas ? Et s'il est occupé ? Et s'il ne se souvient pas de moi ?*

Après tout, il avait une vie à mener et si elle voulait un instant croire qu'il ne l'avait pas complètement chassé de son esprit, c'est une chose qui aurait été naturel. Et puis, comment répondrait-elle ? Que dire ? "Oh bonjour. Ça faisait longtemps. Oh, je t'appelle simplement parce que... je ne sais pas en fait, je n'ai pas réfléchi." En effet... c'était ridicule. Il fallait qu'elle raccroche.

Ses yeux s'ouvrirent plus grand lorsque son interlocuteur décrocha et qu'elle put entendre sa voix. Certes, il y avait quelques nuances apportées par leur moyen de communication mais elle fut surprise de voir qu'elle ne lui était pas inconnue. Une voix familière, un peu plus grave, plus profonde qu'à l'époque mais c'était la sienne. Lilianna se sentit soudain nerveuse car il aurait été impoli de raccrocher et que maintenant qu'elle l'avait embêté, quelques mots échangés n'étaient pas de refus. Mais l'appel avait été fait si spontanément qu'elle ne savait toujours pas ce qu'elle devait lui dire. Et finalement, la demoiselle prit la parole la voix incertaine comme si elle n'arrivait pas encore à réaliser ce qu'elle venait de faire.

- ...Nakata ? C'est bien toi... ?

Puis, se souvenant qu'il attendait encore de savoir à qui il avait affaire, sentant la méfiance dans sa voix, elle s'empressa d'ajouter.

- C'est... c'est Lilianna. Je ne sais pas si tu te souviens encore de moi mais...

La fin de sa phrase s'étouffa dans sa gorge. Son ventre se noua, attendant de savoir si ce nom lui parlait ou la réaction qu'il aurait. Lilianna ne savait pas si elle devait se jeter des fleurs ou se maudire intérieurement de son geste irréfléchi. Le phénix le lui ferait bientôt savoir.



Revenir en haut Aller en bas
Fenice Nakata
The Phoenix
avatar
Messages : 14699
Race : Humain
Équipage : Tengoku no Seigi

Feuille de personnage
Niveau:
52/75  (52/75)
Expériences:
175/1000  (175/1000)
Berrys: 2.240.026.002 B

MessageSujet: Re: Voyage, lendemain de folie. [PV Lili]   Dim 15 Avr - 9:18

img_rp
Voyage, lendemain de folie.
Den Den.
feat Lilianna



Les longs instants de silence qui succédèrent à la question du Phoenix laissèrent les deux hommes dans un silence de plomb, lourd et éreintant. De qui diable s'agissait-il ? Le nombre de personnes possédant le numéro de Nakata avait invariablement cru au fil des ans et des pérégrinations, et il y avait même fort à parier qu'il ne connaisse pas l'identité exacte de tous ceux qui l'avaient en leur possession. Néanmoins, son incertitude gourde fut balayée d'un revers de la main lorsque celle de son interlocutrice résonna par le biais de l'escargophone : il se figea d'autant plus, sa respiration se coupant sèchement, comme s'il tâchait de déceler la moindre intonation, le moindre éclat dans cette voix féminine qu'il aurait pu reconnaître et à laquelle il aurait pu attribuer un visage, un nom, une splendeur, des teintes. Si la chose fut aisée ? Plutôt, malgré le temps. Il était des souvenirs qui restaient parfois intacts, quand bien même ils dépeignaient des événements à la fois lointains et fugaces. Bien sûr, l'ancien corsaire aurait pu espérer qu'il s'agisse là de nouvelles de la part des femmes qui avaient bercé sa vie ces derniers mois durant, et ce dans tous les sens du terme. Méliandre, Holly, Elisabeth, Chairoka, Andromède... Une foule de noms pouvaient être invoqués, mais aucun n'aurait produit chez lui autant d'euphorie et de soulagement à la fois. Pourquoi n'était-il pas capable de ressentir à ce sujet la moindre frustration ou le moindre regret ? Parce qu'il n'y avait pas lieu d'en ressentir un quelconque. Elle. Lilianna... Il avait attendu de ses nouvelles de longs mois durant. Au fil du temps, il avait préféré l'oublier, ou plutôt l'omettre, la placer de côté. Mais elle avait marqué ses voyages en tant que jeune pirate débutant et fringant, avait gravé des souvenirs jusque dans son cœur, qu'il portait et brandissait avec une fierté indélébile. Le nom donné concorda avec l'impression tenace qui venait de le saisir et il ne jubila pas davantage : son visage prit simplement des traits posés et pondérés, retranscrivant à la perfection la joie simple qui l'habitait. Et lorsqu'il répondit, Damon comprit qu'il aurait été indiscret de demeurer planté là : aussi s'esquiva-t-il discrètement, amusé par la tournure de cette situation.



Lilianna... Bien sûr que je me souviens de toi.


Elle était modeste. Comment aurait-il pu en être autrement ? Néanmoins, la cause du soulagement et de la satisfaction du Phoenix était toute autre. Ce n'était pas de ses propres songes dont il avait peur... Mais de ceux de la blondinette. Elle l'avait oublié envers et contre tout une première fois : elle aurait pu le faire une seconde. Le Fenice avait décidé de lui laisser un numéro pour qu'elle puisse le joindre à tout moment, en cas d'envie comme de besoin, mais il n'avait eu de cesse de craindre et de redouter qu'elle ne l'oublie à nouveau, comme elle avait pu le faire avant que le Destin ne les conduise à se voir à nouveau, sur Bulgemore. Contre toute attente, le Phoenix se rendit alors compte de la sérénité vive et assourdissante qui se dégageait de ce constat : elle se souvenait de lui. Des mots simples mais qui, pourtant, produisaient en lui un sentiment de bien-être tel qu'il eut grand besoin d'un instant de silence et de quiétude supplémentaire, yeux clos, avant de formuler quelques paroles bienveillantes et chaleureuses.



Je suis heureux de voir que tu aies pris le temps de me contacter. Que me vaux ce bonheur ?


Une entrée en matière sans doute maladroite, mais le légendaire aurait eu du mal de faire plus naturel. Nonchalamment et distraitement, conservant son esprit tout entier vissé sur la discussion qui allait s'ébaucher puis prendre vie par la grâce de leurs mots, le jeune forban alla s'asseoir contre l'une des racines de l'Archipel qui s'extirpait quelque peu du paysage bucolique et sauvage de Shabondy. Il sentait avec une certitude poignante qu'il allait avoir grand besoin de demeurer tranquille et quelque peu à l'écart du reste de Tengoku no Seigi, dans l'immédiat. Non pas qu'il craignait que ses camarades et subordonnés fassent preuve d'irrespect à son égard, mais bien qu'il avait l'envie de se focaliser sur Lilianna, maintenant qu'elle semblait être revenue s'immiscer dans sa vie, fut-ce fugacement. Pour le coup, il était tout ouïe, et cela allait même encore plus loin : il lui était entièrement dévoué, et n'aurait pas accepté que quoique ce soit le détourne de cette conversation qu'il avait si ardemment désirée, au fil des semaines et des années. S'il voulut ajouter quelque chose, il sentit instinctivement que cela risquait fort de s'avérer superflu : il ne devait pas confondre vitesse et précipitation et, en l'occurrence, il le savait pertinemment... Elle n'allait pas disparaître. Pas imminemment. Tout viendrait bien assez tôt, l'artiste le devinait sans peine...



_________________
“Tout obstacle renforce la détermination. Celui qui s’est fixé un but n’en change pas.” Léonard de Vinci
“Tu dois, donc tu peux. Une volonté libre et une volonté soumise à des lois morales sont une seule et même chose.” Emmanuel Kant


Revenir en haut Aller en bas
Lilianna Windspell
Pirate
avatar
Messages : 222
Race : Humaine

Feuille de personnage
Niveau:
25/75  (25/75)
Expériences:
52/120  (52/120)
Berrys: 60.000 B

MessageSujet: Re: Voyage, lendemain de folie. [PV Lili]   Lun 16 Avr - 1:30




Just hear your voice



En entendant la réponse du phénix, Lilianna se sentit soudain bête. Lui demander s'il l'avait oublié alors que c'était elle qui était affublée d'un odieux problème de mémoire. Petite confession qu'elle avait par ailleurs faite au blondinet, des années plus tôt et dont il avait été la malheureuse victime par la suite. Pourtant, la jeune femme ne l'avait pas fait exprès. Quand elle avait prononcé ces mots, elle s'imaginait surtout que les années avaient pu ranger les souvenirs qu'il avait de sa personne dans un petit coin de sa tête. Cela faisait si longtemps qu'ils ne s'étaient parlés à nouveau. Aussi, l'entendre dire qu'il se remémorait encore la jeune femme fit naître un sentiment de soulagement chez cette dernière.

Sentiment qui fut bousculé par la honte lorsque la doctoresse entendit que Nakata semblait heureux de cet appel. Un appel qu'elle avait tardé à passer. Ils avaient vécu des moments précieux ensemble et si elle ne pouvait être pleinement désignée coupable de l'oubli causé par son mal, il n'en était pas moins malheureux qu'elle ait gardé si longtemps le silence. Trop de temps s'était écoulé avant qu'elle ne reprenne à nouveau le contact. Et à la suite de quoi ? Un simple hasard ? Un moment de nostalgie ? Rien de volontaire ? Comment le prendrait-il ? Elle ne voulait pas le décevoir ou assombrir une conversation qui aurait pu simplement les voir échanger des nouvelles. Néanmoins, elle sentait qu'elle avait besoin de s'excuser auprès de lui. La demoiselle baissa la tête même s'il ne pouvait la voir, les yeux rivés sur le sable à ses pieds.

- Pardonne-moi... J'aurais dû... J'aurais dû appeler plus tôt. Donner des nouvelles. Au moins te faire savoir que je ne t'avais pas oublié.

Alors pourquoi ne l'avait-elle pas fait ? Outre les derniers mois qui avaient été assez éprouvant moralement, quelle excuse avait-elle de ne pas l'avoir recontacté ? Il serait faux de faire porter le tort à une seule et même raison. La notion du temps qui s'écoule plus vite que ce que l'on s'imagine. La crainte de déranger comme maintenant. La crainte de se rendre compte à mesure qu'on entendait quelques nouvelles ici et là que la personne de qui on avait été si proche était finalement si loin de nous, vivant dans un tout autre monde.

- Je vais être honnête. Je ne pensais pas du tout appeler... J'ai agi sans réfléchir. J'étais simplement au coin du feu à relire tranquillement mon journal et... et je suis tombée sur ton numéro. J'avais bien conscience que c'était le tien. Mais... je n'avais pas l'intention de te déranger !

Alors pourquoi ? Pourquoi espérait-elle que la conversation se prolonge ? Qu'il puisse lui accorder quelques minutes de son temps. La solitude était parfois pesante et si la présence de Mistral lui était un précieux réconfort sans lequel elle aurait peut-être craqué avant, cette solitude venait à certains moments la ronger à petit feu. Retrouver chez le forban la chaleur familière d'un lien précieux que le temps avait enfoui sans parvenir à l'entacher, était réconfortant pour Lilianna. Et si malgré l'imprévu de son geste, elle était heureuse de le retrouver, c'était pour pouvoir s'il le voulait bien, l'entendre donner de ses nouvelles et l'écouter parler de lui. Cette nuit, elle pourrait s'endormir en imaginant dans quelle aventure s'était lancé l'oiseau légendaire. Ce jeune homme qu'elle avait connu épris d'aventures et de libertés, pétillant de joie de vivre. Pour une fois en ces temps troubles, elle n'aurait pas à laisser son esprit dériver à quelque pensée sombre.

- Quoiqu'il en soi, je suis... je suis heureuse d'entendre ta voix. Si tu as quelques minutes de ton temps à m'accorder, cela me ferait plaisir d'entendre de tes nouvelles.



Revenir en haut Aller en bas
Fenice Nakata
The Phoenix
avatar
Messages : 14699
Race : Humain
Équipage : Tengoku no Seigi

Feuille de personnage
Niveau:
52/75  (52/75)
Expériences:
175/1000  (175/1000)
Berrys: 2.240.026.002 B

MessageSujet: Re: Voyage, lendemain de folie. [PV Lili]   Lun 16 Avr - 17:39

img_rp
Voyage, lendemain de folie.
Den Den.
feat Lilianna



Damon lui avait faussé compagnie, et le mythique lui en était reconnaissant. Non pas qu'il estimait avoir quelque chose à cacher en la personne de Lilianna, mais il n'avait pas envie d'entraver leurs retrouvailles, même simplement vocales, par la proximité de l'un de ses amis. Nakata préférait se sentir libre et avoir l'opportunité de lui dire ce qu'il avait sur le cœur s'il ne ressentait le désir : ainsi libéré de ce carcan intangible que représentaient les siens, il fit face à cette discussion à venir avec un sentiment d'ataraxie plutôt croissant. L'attente prenait fin, même s'il avait passé le plus clair de son temps, en finalité, à se leurrer lui-même : force était d'admettre qu'elle l'avait marqué de manière pour le moins durable, sinon indélébile, à en croire le sourire béat qui venait de se graver sur ses lèvres et qui risquait de ne pas les quitter de si tôt. Et la conversation, d'ailleurs, prit la direction qu'il aurait pu fantasmer s'il avait songé encore et encore à cet entretien tant désiré au préalable. Elle s'excusa, toujours aussi délicate et prévenante, et tâcha de le mettre à l'aise en assurant ne pas vouloir le déranger. Était-ce la popularité de l'ancien corsaire qui ne lui facilitait pas la tâche ? Sans doute imaginait-elle qu'il n'avait pas l'ombre d'un instant pour lui, au vu de ses méfaits les plus récents... Et, d'une certaine manière, elle n'aurait pas vraiment eu tort. Il était rare que le musicien n'en vienne à se prélasser et s'il avait un moment de libre, ici, sur Shabondy, c'était uniquement parce que son équipage était contraint de demeurer en stand by tant que le projet du changement de navire n'avait pas pu aboutir. Autant dire qu'ils étaient encore là pour quelques nombreuses semaines... Qui pouvaient au moins être rassérénantes. Le zoan mythique l'espérait ardemment, tout du moins. Il tâcha en tout cas de se rendre aussi agréable que son interlocutrice et de la mettre dans de bonnes dispositions pour prolonger leur petit appel, de sorte qu'ils ne se sentent nullement pressés par le temps.


Ne t'en fais pas ! Je ne t'en veux pas. On a tous les deux nos vies... Et je suis tout à toi. Je peux même t'accorder ma journée, si l'envie t'en dit.


Il eut un rire clair en se demandant où elle pouvait bien se trouver. Leur première rencontre s'était déroulée sur West Blue, mais c'était plusieurs années auparavant... Et elle lui avait à cette époque dit provenir de Grand Line, chose appuyée par leurs retrouvailles sur Bulgemore. Elle avait parlé d'un feu... Alors, était-ce parce qu'il faisait froid ou parce qu'il faisait nuit ? Face à son incapacité à répondre à une telle question, l'ancien capitaine corsaire décida d'entamer les choses sérieuses en amenant une discussion sur la table, songeant qu'il aurait de toute manière bien assez vite l'occasion d'en apprendre davantage sur les dernières péripéties qu'elle avait pu traverser. Aussi le Fenice prit-il la parole, tout sourire et enjoué comme rarement ces derniers temps, insouciant même.


De mes nouvelles ? Je n'ai pas grand chose à dire qui sorte de ce que tu auras déjà pu entendre, à dire vrai ! Je suis sur Shabondy, en ce moment. Je m'apprête à passer dans le Nouveau Monde, et... J'imagine que c'est à peu près tout.


Il était réaliste et connaissait indéniablement sa condition médiatique, mais tâchait de ne pas trop s'enorgueillir. Rien de ce qu'il n'avait fait n'avait pour l'heure été incroyable et époustouflant au point de mériter d'être ainsi cité. Lilianna avait probablement entendu parler de ses principaux faits d'armes, si elle avait tâché de suivre son parcours par le biais de la presse : la capture de certains pions Decimas à Alabasta, l'incursion à Impel Down... Tout cela n'avait été possible qu'avec un soutien logistique ou stratégique conséquent. A Alabasta, le Gouvernement Mondial avait beaucoup prémâché le travail de Nakata en lui indiquant où frapper et à Impel Down, c'était Erwin qui avait eu un rôle clé, leur permettant de s'y introduire à moindre risques. Certes, à chaque fois, le Phoenix avait eu quelques combats à assumer... Mais c'était là sa fonction première : livrer bataille. Autrement dit, rien qui ne sortait de son domaine de prédilection... D'autant que les combats avaient été grossièrement facilités. Wakai Tsuki, sur Alabasta, ne jouissait pas de son libre arbitre puisque Centes l'en avait privé : il avait été aisé à défaire, à ce titre. Satan avait été redoutable et pugnace, mais leur lutte s'était abrégée promptement... Tant et si bien que l'oiseau n'avait pas eu le temps de lui adresser les coups qu'il lui destinait, politesses d'usages mis-à-part, en guise d'échauffements.
Mais si le Fenice était aussi médiatisé, ça n'était pas du tout le cas de l'équipage auquel Lilianna appartenait, assurément plus modeste. Aussi le blondinet n'avait pas du tout eut le loisir d'en apprendre davantage quant aux prouesses de la séduisante doctoresse... Sans perdre un instant, ne se doutant pas même l'ombre d'un instant qu'il s'attaquait là à un sujet pour le moins sensible, l'artiste sauta les deux pieds dans le plat, s'engouffrant sur un terrain glissant avec une naïveté qui ne seyait guère à un forban de son envergure.


Mais toi ? Tu as eu l'occasion de reprendre la route depuis Bulgemore, non ? Tu es où, actuellement ?




_________________
“Tout obstacle renforce la détermination. Celui qui s’est fixé un but n’en change pas.” Léonard de Vinci
“Tu dois, donc tu peux. Une volonté libre et une volonté soumise à des lois morales sont une seule et même chose.” Emmanuel Kant


Revenir en haut Aller en bas
Lilianna Windspell
Pirate
avatar
Messages : 222
Race : Humaine

Feuille de personnage
Niveau:
25/75  (25/75)
Expériences:
52/120  (52/120)
Berrys: 60.000 B

MessageSujet: Re: Voyage, lendemain de folie. [PV Lili]   Lun 23 Avr - 17:47




Just hear your voice



Il était toujours aussi facile de lui parler et Lilianna retrouva un peu plus d'aisance au fil des secondes, à mesure qu'elle se détendait, retrouvant chez le phénix une compagnie des plus agréables. Et ce malgré, le fait qu'il soit un individu relativement connu en dépit de tout ce qu'il avait beau en dire. Il était certainement plus au courant de la vérité et peut-être ces exploits n'étaient pas aussi grands que ce qui se disait ici et là au travers des rumeurs grandissantes. Après tout, comment savoir si tout ce que la jeune femme avait pu apprendre était la stricte vérité ? À quelle point celle-ci avait-elle été déformée ? Mieux valait encore demander à ceux qui avaient participé à ces évènements devenus publics, ce qui s'était réellement passé. Or, elle avait cette chance de connaître la personne en question. Le résumé qu'il lui avait fait relatait brièvement les dernières nouvelles et elle ne put s'empêcher de sourire, admirative face au long chemin qu'il avait certainement parcouru.

Pour elle, le Nouveau Monde n'était qu'un endroit inconnu, rempli de mystère et de dangerosité. Il s'agissait presque d'une légende qu'elle ne verrait sans doute jamais de sa vie. Savoir qu'il allait bientôt naviguer sur ces eaux avaient quelque chose d'irréel. Irréel et dangereux. Si le musicien savait sûrement mieux qu'elle les risques que comportaient la voie empruntée, elle ne put empêcher l'écho de l'inquiétude lui parvenir du fond de son cœur. Pour être arrivé aussi loin, la demoiselle ne doutait pas de sa force mais qui sait ce qu'il trouverait de l'autre côté ? Elle ne pouvait plus croire à une phrase de l'ordre du "Tout ira bien" ou "Il n'y a pas à s'inquiéter". Pour autant, la blondinette n'avait aucun droit d'intervenir sur ses choix. Les seules choses qui lui étaient permises étaient de l'encourager en priant pour sa sécurité.

- Le Nouveau Monde... C'est impressionnant ! Mais tu seras prudent, n'est-ce pas ? Il paraît que c'est dangereux là-bas et je serais triste d'apprendre qu'il t'est arrivé malheur.

Malgré ses propos, elle essayait d'avoir l'air détendu en adoptant un ton léger. Celui d'une personne qui souhaite juste voir ses proches en parfaite santé. Et pas celui de quelqu'un pour qui ces paroles prenaient une autre dimension. Une personne qui avait encore trop récemment à son goût, connue une tragédie qu'elle refusait de voir se répéter.

Combien de temps pourrait-elle garder cette tonalité ? Elle ne le savait pas. Lilianna était heureuse de pouvoir parler au capitaine des Tengoku no Seigi mais le fait est que la discussion prenait une tournure inévitable même si elle cherchait à l'éviter au possible. Son pied botté frotta nerveusement dans le sable, créant une trace aux travers des innombrables grains de sable tandis qu'elle répondait après un moment de silence à la question de son ami.

- Quant à moi, je suis sur Kuraigana présentement... Après Bulgemore, j'ai en effet repris la mer. Contrairement à toi, je n'ai pas spécialement accompli de grandes choses depuis notre dernière rencontre. Je doute donc de pouvoir t'impressionner de quelque manière que ce soit à ce sujet.

Ce sur quoi la jeune femme émit un petit rire en espérant que cela détendrait l'atmosphère ou plus particulièrement, elle-même. En annonçant le lieu où elle se trouvait en premier et en enchainant ensuite, peut-être que le phénix ne relèverait pas. Le médecin savait qu'elle serait incapable de lui mentir s'il l'interrogeait et mettait à jour les évènements survenus. Toutefois, s'il lui était offert de ne pas aborder ce sujet, ils pourraient simplement avoir une conversation normale au bout de laquelle, ils raccrocheraient, peut-être en se promettant un futur appel. Pourquoi tenait-elle à éviter le sujet ? Pour ne pas lui fournir une source de préoccupation. Parce qu'il n'aurait de toute manière rien pu changer aux faits et que cela aurait obligé la demoiselle à faire part de moments assez pénibles.

C'est pourquoi elle espéra qu'il ne tilterait pas à l'annonce de Kuraigana. Avec un peu de chance, il ne connaissait pas cette île. S'il avait ne serait-ce qu'entendu parler d'elle, il se demanderait peut-être la raison l'ayant poussé à se rendre ici. Ce morceau de terre n'était pas un lieu touristique. Aucun intérêt à vouloir aller dans cet endroit désolé. C'était même l'inverse. Malgré que ce ne soit pas l'île la plus dangereuse au monde, celle-ci restait assez inhospitalière.



Revenir en haut Aller en bas
Fenice Nakata
The Phoenix
avatar
Messages : 14699
Race : Humain
Équipage : Tengoku no Seigi

Feuille de personnage
Niveau:
52/75  (52/75)
Expériences:
175/1000  (175/1000)
Berrys: 2.240.026.002 B

MessageSujet: Re: Voyage, lendemain de folie. [PV Lili]   Jeu 26 Avr - 15:17

img_rp
Voyage, lendemain de folie.
Den Den.
feat Lilianna



La sollicitude et l'inquiétude palpables dans la voix de la blondinette suffirent à transpercer le cœur du musicien d'une vague paradoxale de remords et de regrets. Il aurait aimé lui affirmer que les choses allaient se dérouler naturellement, sans encombres, avec une tranquillité sempiternelle et ineffable... Mais il n'était plus assez stupide ou sot pour ignorer les dangers qui se dressaient déjà à l'horizon. Combien d'ennemis, au-delà de Red Line, attendaient de croiser leur route pour les expédier par le fond ? Certes, le Phoenix s'était élevé plus haut qu'il n'avait jamais pu l'être et espérait sincèrement pouvoir offrir aux siens la protection qu'ils méritaient ardemment... En était-il seulement capable, toutefois ? Difficile à dire. Trop. Il afficha donc simplement une moue légèrement désemparée, quoique rassurante, dans une moindre mesure. Il avait conscience de la nature imprévisible du Nouveau Monde et n'allait pas chercher à la minimiser ou à se focaliser uniquement sur le positif, sur l'enthousiasmant. Nakata était devenu un vrai capitaine, avec tout ce que cela impliquait de responsabilités et de sens du devoir désintéressé. Quant à la question de la blondinette, la réponse était finalement assez franche et certaine : il ne tarda par ailleurs pas trop à l'apporter, se concentrant ensuite plus particulièrement sur ce qu'elle avait apporté comme réponse à la propre interrogation qu'il avait lui-même soulevé vis-à-vis du parcours de la belle qu'il devinait à grand peine, tant les options étaient innombrables et drastiquement opposées.


Je serai prudent, oui. Mais je ne serais pas arrivé là où je le suis sans l'être, tu sais !


Il ne l'avait pas toujours été. Pareil à la bête fabuleuse qu'il incarnait grâce à sa malédiction, il avait souvent brillé d'un courage trop éclatant pour son propre bien. Il avait à plusieurs reprises manqué singulièrement de précipiter sa propre perte... Comment diable pouvait-il affirmer que cela ne serait plus jamais le cas ? Difficile à dire. Mais entre tous ses doutes cinglant désormais une certitude qu'il devinait intacte et indéniable : le Fenice avait mûri. La chose était d'autant plus flagrante lorsque l'on comparait le jeune homme sage et sagace qu'il était devenu au garnement flamboyant et impulsif qu'il était, lors de sa prime rencontre avec Lilianna. Certes, il souffrait toujours d'un désir d'adrénaline irrépressible et certes, il lui arrivait encore d'agir sous le coup de l'émotion, comme cela avait toujours été le cas pour cet artiste expressif au possible... Cela ne l'empêchait toutefois pas, d'une certaine manière, d'avoir vieilli grâce aux nuées d'épreuves terribles et glaçantes qu'il avait dû affronter. Sans se douter un seul instant du fait que le profil de la doctoresse était à ce titre bien plus similaire au sien qu'il ne pouvait l'imaginer, conformément à ses souvenirs précieusement conservés et cultivés, le forban s'attarda donc sur le parcours de la belle dont il voulait naïvement en découvrir davantage.


Tous les voyages ne sont pas impressionnants, en effet. Mais tous méritent d'être évoqués. C'est parce qu'on a toujours quelque chose à retirer de nos diverses expériences qu'on n'arrive pas à demeurer dans l'inaction éternellement...


Il eut, bien malgré lui, un sourire amer à cette pensée fugace. Lui-même avait été inactif durant quelques mois, justement sur l'Archipel Shabondy qui l'accueillait actuellement. C'était déjà un exploit que de demeurer tranquille aussi longtemps pour un homme aussi bouillonnant... Mais le mythique savait pertinemment que l'immobilisme ne seyait pas à grand monde. Il s'agissait là de la meilleure méthode pour cultiver de noires idées, et pour s'en encombrer maladivement... C'était potentiellement pour cette excellente raison, aux yeux du musicien, que les Hommes tâchaient si constamment de bousculer la quiétude de leurs vies pour en retirer de fraîches et nouvelles sensations, revigorantes à souhait. Certains se contentaient de déménager, de changer d'air, de partir en vacances, même, voire de changer de cadre de vie, de travail... D'autres, plus déraisonnables, à son instar, prenaient la mer et frayaient leurs chemins au travers des glorieux et sinistres champs de bataille, à chanter les louanges des figures qui les inspiraient et à blâmer celles qu'ils abhorraient le plus. Lilianna elle-même aurait probablement pu trouver une petite île où installer son cabinet et où demeurer placidement, en tant que doctoresse compétente, alerte et empathique au possible. L'avait-elle fait ? Non, aux dernières nouvelles... Même si elle semblait être restée dans les prémices de Grand Line. Kuraigana n'évoquait pas de superbes souvenirs à l'artiste, qui jurait y être passé, naguère... A quelle occasion ? Il prit la parole tout en essayant de se remémorer cette expérience inédite, au fil de ses mots.


Kuraigana... J'y suis passé il y a... Quatre ans ? Cinq ans ? Quelques mois seulement après notre première rencontre, sur Attraction Town...


Mais le Phoenix ne continua pas davantage. Au contraire, il s'immobilisa sèchement et plongea dans un mutisme gêné à l'évocation de cette escale, qu'il avait volontairement occulté lors de leurs retrouvailles à Bulgemore. Lilianna avait eu à souffrir de son amnésie, par le passé... Mais était-ce encore le cas, ou se souvenait-elle de la moindre de leurs étreintes, à la fois timides et effervescentes ? La passion qui les avait liée fut soudainement et sourdement ramenée à la surface chez l'artiste qui se terra encore davantage dans le silence, son teint se parant de quelques rougeurs évocatrices. Il aurait pu songer, avec le temps, que de telles émotions s'étaient ternies et s'étaient estompées... Il n'en était rien. Nakata se souvenait toujours d'elle, comme au premier jour... Et comme à l'époque, il en vibra momentanément avant de recouvrer son sang froid. La chose était trop ancienne, et il avait peur d'idéaliser à la fois les souvenirs ressassés puis volontairement oubliés, chassés, mis de côté, et cette jeune femme qui, de son côté, avait certainement mûri à son tour, et changé, volontairement ou non. Appartenaient-ils encore seulement au même Monde ?



_________________
“Tout obstacle renforce la détermination. Celui qui s’est fixé un but n’en change pas.” Léonard de Vinci
“Tu dois, donc tu peux. Une volonté libre et une volonté soumise à des lois morales sont une seule et même chose.” Emmanuel Kant


Revenir en haut Aller en bas
Lilianna Windspell
Pirate
avatar
Messages : 222
Race : Humaine

Feuille de personnage
Niveau:
25/75  (25/75)
Expériences:
52/120  (52/120)
Berrys: 60.000 B

MessageSujet: Re: Voyage, lendemain de folie. [PV Lili]   Ven 27 Avr - 14:23




Just hear your voice



Il marquait un point. S'il avait vraiment négligé la prudence à ce point, les ennuis auraient eu tôt fait de l'engloutir comme bien d'autres avant lui. Mais était-ce tout ? Même les gens les plus prudents voyaient parfois leur route se finir brutalement. Certains pour leur plus grand malheur n'étaient pas parvenu à s'octroyer les bonnes grâces du Destin. Est-ce que le fait de devenir plus fort permettait de déjouer ce genre de fatalité ? Sûrement que cela était une aide non négligeable mais si on avait demandé son avis aujourd'hui à Lilianna, elle n'aurait probablement pas été convaincu que ce soit suffisant. Ce Destin, quel qu'il fut, avait en tout cas accordé à la blondinette la faveur de ne pas aborder un sujet sensible. Si le phénix ne le savait pas, la jeune femme écoutait chacune de ses phrases avec une nervosité toujours présente, vis-à-vis de cette discussion tournant autour d'une révélation qu'elle aurait aimé ne pas avoir à formuler.

Ce n'est pas l'envie pourtant qui lui manquait de lui répondre.

*Non... tous ne méritent pas d'être évoqués. Ou plutôt, à quoi bon les évoquer quand ils n'évoquent que douleurs et peines ?*

Mais la demoiselle devait lui donner raison une nouvelle fois sur un point. Du moins en partie. Elle avait été incapable de demeurer inactive. Sans quoi, elle ne se trouverait pas là où elle se trouvait aujourd'hui. Pourtant, est-ce qu'elle avait quelque chose à retirer de cette expérience ? La doctoresse aurait bien voulu poser la question au forban. Il aurait peut-être quelque réponse à ce sujet. Néanmoins, la question eut été trop amère car si elle avait la curiosité de savoir ce qu'il en pensait vraiment, la jeune femme ne voulait pas se montrer agressive envers lui, même involontairement, car elle ne croyait pas avoir quoique ce soit à retirer de cette sombre expérience. Aussi, elle se pinça les lèvres pour se retenir de mettre les pieds dans le plats, le laissant continuer à parler.

Il s'arrêta néanmoins bien vite quand il fut question d'Attraction Town. Lilianna ne pouvait lui en vouloir après tout. À cause de son amnésie, ses souvenirs de cette période s'étaient envolés. Si la mémoire lui était revenue, Nakata, lui n'en savait encore rien et sans doute pensait-il avoir dit un mot de trop. Cette pensée fit naître un mince mais sincère sourire sur les lèvres du médecin qui se demandait bien l'expression qu'il devait avoir. Cette distraction la détourna momentanément de pensées moins agréables. Elle hésita même un moment à le taquiner un peu et finit finalement par céder au bout de quelques secondes.

- Attraction Town ? commença-t-elle faisant mine d'être surprise. Oh, tu parles de cette Attraction Town sur laquelle, après une rencontre fortuite, deux jeunes personnes ont passé deux jours plutôt... mouvementés ensemble ?

Mouvementé. Il y avait peut-être plus précis mais si on voulait résumer l'affaire en un mot, celui-ci n'était pas si mal au final. Les malentendus, les bons moments, des sentiments se succédant les uns aux autres, les péripéties, les étreintes... Fermant les yeux, elle laissa passer quelques secondes, laissant au musicien le temps de vivre à sa manière cette nouvelle. Puis, Lilianna reprendrait doucement.

- Oui, je me souviens de tout cette fois.

Et elle espérait bien ne pas oublier une fois de plus. C'est bien pour cela que son journal lui était si précieux. Elle ouvrit de nouveau les yeux, laissant l'un de ses doigts dessiner dans le sable.

- Cette époque me manque...

Une confession qu'elle ne s'attendait pas à faire mais qu'elle ne craignait pas car il s'agissait de ce qu'elle ressentait vraiment. Est-ce qu'il lui en aurait voulu de se confier un peu ? Oui, cette époque lui manquait parce qu'il serait faux de dire que les moments passés avec le phénix étaient dérisoires. Même si cette rencontre avait eu lieu il y a plusieurs années de cela, les sentiments ressentis alors étaient réels et mémoire ou pas, rien ne pouvait effacer ce qu'elle avait vécu. De plus, ces moments faisaient partis d'une époque où elle était encore aux débuts de ses voyages, insouciante, vivant d'espoir et de rêves, pensant avoir vu pleins de choses mais ignorante d'encore tant d'autres. Désormais, elle avait un peu plus mûri mais surtout, elle avait à son tour été marqué par les aléas de la vie.



Revenir en haut Aller en bas
Fenice Nakata
The Phoenix
avatar
Messages : 14699
Race : Humain
Équipage : Tengoku no Seigi

Feuille de personnage
Niveau:
52/75  (52/75)
Expériences:
175/1000  (175/1000)
Berrys: 2.240.026.002 B

MessageSujet: Re: Voyage, lendemain de folie. [PV Lili]   Sam 28 Avr - 10:36

img_rp
Voyage, lendemain de folie.
Den Den.
feat Lilianna



Deux jours mouvementés ? Si c'était bel et bien un qualificatif acceptable pour leur petit séjour en commun, ça n'était pas nécessairement le mot sur lequel le choix de l'artiste se serait porté s'il avait eu à y songer. Deux jours passionnés, peut-être... Fastes en émotion, à coup sûr, car épris d'une fougue à la fois calme, lente et dévorante. Avec le recul, et même si l'affaire aurait pu connaître une conclusion nettement plus sordide, le blondinet ne retirait de ce petit fragment de sa vie que des sentiments exaltants, qu'il avait songé devoir mettre de côté de longs mois durant, au point de tromper l'ennui et le manque par le biais des combats et de l'acharnement. S'il avait connu bien des romances, généralement très éphémères, se laissant fréquemment dicter sa conduite par ses émotions plus que capricieuses, celle entretenue avec Lilianna, quoique pudique, ne manquait pas de le plonger en émoi à chaque fois qu'il la ressassait. Cette fois-ci n'y fit pas exception : sachant désormais pertinemment que cette expérience douce et sucrée était revenue s'instiller dans l'esprit de la belle et qu'elle ne comptait pas la quitte une fois de plus, l'artiste se sentit quelque peu gêné et eut une réaction épidermique, son visage rougissant momentanément, d'autant plus. Avait-il eut raison de lui cacher la vérité, sur Bulgemore ? Nakata en demeurait convaincu. Tout mettre en lumière et tout lui souffler n'aurait été qu'un moyen grossier et stupide de la mettre en péril. Les conditions ne leur souriaient guère, à l'époque, et s'appesantir dans une relation aussi niaise et naïve n'aurait pu conduire qu'à bien des tourments... Pour autant, ne devait-il pas s'excuser ? D'une certaine manière, c'était un manquement grave que de cacher la vérité à une âme à laquelle on s'était senti lié. Mais lié à quel point ? Lorsqu'il entreprit de trouver un qualificatif à Lilianna vis-à-vis de son propre point de vue, le Phoenix butta silencieusement. Était-elle une amie ? Non, pas vraiment. Ou plutôt elle l'était par défaut : il avait l'impression que ce qu'ils avaient entretenus mutuellement pendant deux jours outrepassait très largement cette condition. Pour autant, devait-il la considérer comme une âme sœur ? Ou comme une conquête achevée ? Si la doctoresse ne l'avait pas tiré de ce bourbier de songes, il aurait potentiellement fini par s'y noyer, tant cet appel brusque et inattendu le remuait en profondeur. Aussi accueillit-il ces derniers mots soufflés d'un sourire triste et navré, ne tardant guère à lui opposer une réponse évidente, la seule qui vaille le coup d'être formulée à un tel instant.


Elle me manque aussi, à dire vrai...


Elle lui manquait ? Il ne s'était jamais vraiment posé la question, mais ses lèvres avaient parlé à sa place. Toutefois, était-ce bel et bien cette époque qui lui manquait, ou tout ce qui gravitait autour, tout ce qu'il insinuait et impliquait ? A cette époque, Raphaël et les autres attendaient encore d'être rencontrés. L'équipage des Raiu no Kaizoku n'avait pas pris forme. Et même si le blondinet en personne n'était pas prêt de devenir capitaine de sa propre formation, il ne manquait ni d'audace ni d'assurance... C'était un temps désormais lointain où le Phoenix battait des ailes sans jamais craindre de se les brûler : un naguère évanoui qui l'avait vu succomber, et qui aurait pu ne jamais le voir se relever. Le Fenice demeura silencieux, l'espace d'un instant, serrant le poing avec frustration. Le chemin parcouru lui apportait une fierté exaltante. Il n'en finissait plus de crouler sous les éloges des uns et des autres et en puisait une satisfaction surpuissante, explosive. Mais était-ce vraiment là la vie dont il avait toujours rêvé ? Avec le recul, le musicien se rendait compte du fossé monumental qui le séparait de ses souhaits d'antan. Jeune homme, sa principale préoccupation était certes de lutter contre le crime pour pousser autrui à jouir des libertés individuelles qui étaient les leurs, et pour leur offrir le bonheur de la vie quotidienne... Mais cela n'avait jamais été fondamentalement désintéressé. Lui aussi espérait autrefois s'offrir une existence bordée par les rires et les chants naïfs de compagnons simplement joyeux. Avec le temps, il avait comme la terrible certitude de s'être oublié lui-même...


Enfin, n'y pensons plus. Elle est derrière nous. Seul l'avenir nous appartient...


Il se voulait rassurant, tant à la voix que par le biais de son faciès, mais il ignorait franchement qui avait le plus besoin de sa sollicitude, entre Lilianna et lui. Un léger soupir vint franchir ses lèvres tandis que l'artiste tâchait de chasser ces pensées funestes, harassé par ces mois d'errance et de péripéties survenues inlassablement, interminablement. Le futur leur souriait à pleines dents : ils n'avaient qu'à le saisir au vol pour en tirer bénéfices...


Kuraigana, donc, c'est bien cela ? Tu... T'y entraînes, j'imagine ?


La question était à la fois sotte et naïve et le blondinet ne se rendit pas compte du fait qu'il mettait le doigt sur un problème assurément plus épineux qu'il ne le devinait candidement. Comment aurait-il pu en être autrement ? Grand optimiste, il n'aurait jamais pu seulement songer que Lilianna ait traversé la même épreuve terrible qu'il avait lui-même écumé jadis... Or, il lui semblait qu'à l'exception de ces singes redoutablement armés, rien n'était susceptible d'attirer l'attention de pirates au sein de ces ruines miséreuses. Mais sans doute en ignorait-il bien trop...



_________________
“Tout obstacle renforce la détermination. Celui qui s’est fixé un but n’en change pas.” Léonard de Vinci
“Tu dois, donc tu peux. Une volonté libre et une volonté soumise à des lois morales sont une seule et même chose.” Emmanuel Kant


Revenir en haut Aller en bas
Lilianna Windspell
Pirate
avatar
Messages : 222
Race : Humaine

Feuille de personnage
Niveau:
25/75  (25/75)
Expériences:
52/120  (52/120)
Berrys: 60.000 B

MessageSujet: Re: Voyage, lendemain de folie. [PV Lili]   Mar 1 Mai - 17:16




Just hear your voice



Un avenir ? Elle n'était pas pessimiste au point de croire qu'aucun avenir ne lui était plus permis. Mais présentement, la jeune femme ignorait ce qu'elle désirait pour celui-ci. Elle s'était tant et tant habituée à naviguer avec ses compagnons ces dernières années qu'elle avait fini par vivre de cette petite routine sur les mers agrémentée de découvertes et d'aventures en tout genre. Depuis qu'elle voyageait à nouveau en la seule compagnie de Mistral, elle s'était concentrée sur de petites choses. Des objectifs à court terme. Son arrivée sur Kuraigana en faisait partie. Alors oui, elle était ici pour s'entraîner. C'est du moins ce qu'elle avait envisagé. Mais qu'adviendrait-il ensuite ? C'était toujours la même question qui revenait car finalement, elle s'était contentée de suivre la troupe. Elle ne connaissait pas assez bien les mers pour se permettre de vagabonder comme ils le faisaient. Et elle se rendait compte qu'elle n'avait aucun rêve ou objectif à réaliser qui l'aurait poussé dans une quelconque direction.

Comment avait-il fait lui pour arriver où il en était ? Comment avait-il pris ses propres décisions ? Pouvait-il seulement la conseiller sur la marche à suivre. Au moins lui donner un début de piste. Cela aurait été synonyme de lui avouer le sujet car elle ne voyait pas comment lui annoncer qu'elle voyageait désormais seule sans en venir à aborder ce qu'il était advenu de son équipage.

Se rendant soudainement compte qu'elle n'avait pas encore répondu à sa question et qu'il devait se demander pourquoi elle gardait le silence, elle s'empressa de faire entendre sa voix, espérant que celle-ci ne trahirait pas trop les doutes qui l'assaillaient.

- Ah ! Oui, oui. Je suis venue m'entraîner. Ça ne me ferait pas de mal et j'ai... je me suis rendue compte... que c'était nécessaire.

Plus que nécessaire. Le champ de fleurs lui revint en mémoire, les évènements de cette journée, les marines, son impuissance. Surtout son impuissance. Peu importe ce qu'on lui aurait dit, elle se sentait toujours en partie responsable. Est-ce que les choses auraient pu être différentes ? Une réponse que le passé ne lui apporterait jamais. Mais peut-être pouvait-elle aujourd'hui faire en sorte que les choses ne se répètent pas.

- Être faible... sur ces mers... ça n'apporte rien de bon.

La jeune femme avait le regard rivé sur l'océan alors qu'elle prononçait ces paroles, la voix un tantinet plus tremblante. C'eut été le moment parfait où une larme aurait roulé le long de sa joue. Si elle en avait été capable. Mais Lilianna n'arrivait tout simplement pas à pleurer. Son corps pouvait frémir, sa voix se briser mais les larmes se refusaient à sortir. Ce n'était pas la première fois ces temps-ci.

Peut-être en avait-elle trop dit mais au final, il ne s'agissait rien de plus qu'une vérité. Même s'il voulait se montrer optimiste, le phénix ne pourrait lui donner tort à ce sujet. Il avait lui-même certainement assez vécu pour s'en rendre compte. Soupirant doucement, elle secoua la tête avant de reprendre finalement la voix un peu plus calme que précédemment mais malgré tout voilée d'un brin de tristesse.

- Quoiqu'il en soit, ce n'est pas très réjouissant alors changeons de sujet. Après tout, ce cas ne te concerne pas... Dis-moi plutôt, tu penses rester encore longtemps à Shabondy ?



Revenir en haut Aller en bas
Fenice Nakata
The Phoenix
avatar
Messages : 14699
Race : Humain
Équipage : Tengoku no Seigi

Feuille de personnage
Niveau:
52/75  (52/75)
Expériences:
175/1000  (175/1000)
Berrys: 2.240.026.002 B

MessageSujet: Re: Voyage, lendemain de folie. [PV Lili]   Mer 2 Mai - 11:48

img_rp
Voyage, lendemain de folie.
Den Den.
feat Lilianna



Quelque chose n'allait pas. Tombait-il dans une paranoïa tenace et sordide qu'il imaginait toujours le pire scénario possible ? Le plus sanglant ou le plus rance ? La voix de Lilianna, ou plutôt sa tonalité sombre n'avait pas pu lui échapper. Comment aurait-il pu en être autrement ? Il n'était plus seulement concentré sur le moindre de ses mots ou de ses intonations : il en dépendait. C'était comme si son être tout entier n'était désormais plus tourné que vers cet appel. Eut-il été victime d'une attaque déloyale et lâche qu'il y aurait indubitablement succombé... Était-ce excessif ? Probablement. Dans les faits, l'ancien corsaire avait toujours apporté un soin considérable et assumé à ses relations et à ses interactions avec autrui, a fortiori lorsqu'ils évoquaient à son for intérieur des souvenirs chatoyants et lumineux, du genre à le guider au travers de ses élans nostalgiques et mélodramatiques. C'était bien là la moindre des politesses : une manière, quelque part, de leur rendre la monnaie de leur pièce et de leur fournir la bonté et la générosité qu'ils avaient parfois involontairement octroyé au Phoenix. Ce dernier, donc, était plongé dans une écoute plus qu'attentive des dires de la belle : ses hésitations, le choix de ses mots, les variations du timbre de sa voix, il fut absorbé par tout cela sans pouvoir rien y changer. Dès lors, seule une seule et unique question demeura gravée dans son esprit.

Elle ne l'avait pas appelé par hasard. Sans doute le fait de découvrir, au détour d'une lecture distraite de son journal intime, le numéro de ce galant pirate l'avait poussé à composer ce numéro et à le joindre... Mais ça n'était pas la seule et unique raison de cet appel, le mythique en avait désormais l'absolue et inébranlable conviction. Quoi d'autre ? A cette interrogation, en revanche, il se trouvait être impuissant et incapable d'ébaucher seulement quelque élément de réponse que ce fut. Un constat glacé et terne l'inonda alors : il ne la connaissait pas assez. Ils s'étaient perdus de vue, chose inévitable pour deux âmes certes unies d'une même passion fougueuse, celle de la jeunesse et de la candeur, mais qui n'avaient jamais eu l'occasion de voyager communément et de vivre quelques épopées côte-à-côte. Bien sûr, Nakata et Lilianna avaient eu l'opportunité de s'entrelacer et de célébrer, certes timidement et pudiquement, mais néanmoins charnellement les liens étranges qui les avaient unis... Toutefois, cela s'arrêtait là. S'ils en savaient beaucoup l'un sur l'autre, force était d'admettre, fut-ce en grinçant des dents, qu'ils n'étaient pas intimes et qu'ils ne savaient en aucun cas anticiper les songes et les motivations de l'autre. C'était là privilège réservé aux âmes mêlées...

Alors, que faire ? L'artiste, plongé dans sa psyché, fut tout juste capable de saisir le sens de la question qui lui fut opposée. Ignorer ses craintes et tâcher d'offrir à la doctoresse un instant hors du temps, une discussion certes récréative et possiblement amusante, mais superficielle seulement ? Imaginer qu'il n'était simplement pas le mieux placé pour converser avec elles des hypothétiques déconvenues qu'elle traversait ? Hors de question. A cette idée, le Fenice fut catégorique : ça n'était pas lui. Il n'était pas un lâche, un petit être sinistre qui plaçait son propre bonheur avant celui d'autrui. Il n'avait ni le devoir, ni même le droit de laisser la doctoresse à son malheur, de l'abandonner aux idées sombres qui la rongeaient peut-être. Exagérait-il le mal-être qu'il avait pourtant clairement ressenti ? C'était aussi chose possible. Mais c'était une question qui lui semblait à la vérité terriblement abstraite. S'il existait la moindre probabilité, la plus infime même, pour que Lilianna l'ait appelé dans le but vain de chasser ses misères, alors il se devait de lui tendre une main secoureuse... Comme elle l'avait fait, certes sans le vouloir et très naïvement, lorsqu'ils s'étaient croisés sur Bulgemore à la suite de la mort de Raphaël et des autres. C'est pour cette raison que l'artiste évacua la question dont il avait été la cible d'un revers de la main, d'une voix basse et grave, le visage rongé par l'inquiétude et l'angoisse, s'attardant plutôt sur le cas de son interlocutrice et tâchant d'en savoir plus sur elle et sur ce qu'elle avait vécu, et qu'elle semblait lui cacher, en lui soumettant l'interrogation qui n'en finissait plus, jusque-là, de lui brûler les lèvres.


Nous allons rester quelques semaines, sans doute, mais... Lilianna... Tout va bien ?


Il avait peur d'être intrusif. C'était évident. Et si elle refusait de lui parler, ou d'évoquer seulement ce qui la tiraillait ainsi ? Elle lui avait laissé des indices, mais qui était-il pour affirmer qu'elle souhaitait les voir exploités ? Il n'avait pas le moindre droit de se montrer inquisiteur ou curieux à son sujet... Il l'était, pourtant. Sans doute étaient-ce là ses émotions et ses sentiments, estompés ou chassés, qui revenaient à la charge en se manifestant à sa place de son intellect... Risquait-elle de lui raccrocher au nez, sans plus de cérémonies, lassée de devoir expliciter ce dont elle avait à souffrir ? Plausible. Peut-être ne cherchait-elle en lui qu'un moyen de se détendre, de se changer les idées, de s'aérer l'esprit... De cesser de ressasser ce qui la faisait souffrir. Mais souffrait-elle encore ? Il s'en était convaincu, encore et encore. Pouvait-il en avoir une once de certitude de manière légitime ? Hésitant, le mélomane s'apprêta à rajouter quelques mots mais s'auto-censura, refermant la bouche piteusement, comme il avait pu l'ouvrir. Tant pis. Les dés étaient jetés... Qu'il soit pris pour un fou ou un damné ne le dérangeait guère. S'il pouvait offrir une main salvatrice à Lilianna, il la lui tendait sans hésiter. C'était le genre homme qu'il était, qu'il avait toujours été...
L'homme qu'elle avait aimé, fut-ce fugacement, et par la faute d'une île ensorcelée.



_________________
“Tout obstacle renforce la détermination. Celui qui s’est fixé un but n’en change pas.” Léonard de Vinci
“Tu dois, donc tu peux. Une volonté libre et une volonté soumise à des lois morales sont une seule et même chose.” Emmanuel Kant


Revenir en haut Aller en bas
Lilianna Windspell
Pirate
avatar
Messages : 222
Race : Humaine

Feuille de personnage
Niveau:
25/75  (25/75)
Expériences:
52/120  (52/120)
Berrys: 60.000 B

MessageSujet: Re: Voyage, lendemain de folie. [PV Lili]   Mar 8 Mai - 14:58




Just hear your voice



Elle resta bien... de longues secondes sans répondre à sa question. Malgré ce changement de sujet, elle n'en ressentait pas moins une certaine curiosité quant à ce qui se passait de son côté à lui. Savoir qu'il allait être là-bas encore quelques semaines. Si elle en avait eut l'opportunité, la jeune femme se serait bien rendue sur Shabondy pour lui rendre visite avant qu'il ne se lance sur le Nouveau Monde, car une fois cette étape passée, elle doutait de pouvoir le rejoindre de quelque manière que ce soit. Et s'il y avait un ami pour qui elle aurait pu faire cette route, c'était bien lui. Malheureusement, même quelques semaines seraient sans doute insuffisante pour s'y rendre à temps. Cela équivaudrait à couper court à son entraînement et d'une certaine manière, elle s'y refusait. De plus, rien ne garantissait que le chemin vers ce passage obligé d'avant le Nouveau Monde serait sans risque. En y allant seule et mal préparée, il était possible qu'elle n'arrive tout simplement pas à destinations. Leurs retrouvailles attendraient donc plus longtemps. En considérant que cette glace de plusieurs années venait de fondre grâce à cet appel, le duo devrait à l'avenir se contenter de ce seul moyen de communication.

Cette vérité sans doute participa à la plonger dans ce mutisme pensif. Mais surtout, elle demeurait incapable de fournir une réponse spontanée à Nakata dans la seconde. Elle voulait lui parler avec naturel et sans mensonges. Mais comment ne pas mentir quand on ignorait soit-même la réponse à la question qui nous était posée. Repliant ses jambes contre elle, la jeune femme reprit finalement la parole sans se questionner davantage, sachant que cela ne l'aiderait pas à démêler ses sentiments.

- Pour être honnête avec toi, je ne sais pas...

C'est sans doute effectivement ce qui se rapprochait le plus de ce dont elle était sûre. Sûre de ne pas savoir. La doctoresse ne sachant comment lui faire comprendre ce qu'elle ressentait essaya malgré tout de placer des mots sur ses sentiments.

- Ce serait exagéré de dire que je vais mal à ce point. J'aurais l'impression de mentir. Il y a des gens qui ont des raisons d'aller bien plus mal que moi. C'est juste... c'est juste qu'il s'est passé des choses récemment et que je ne sais pas vraiment comment gérer tout ça...

La mort était en effet quelque chose qui n'était malheureusement pas rare, encore moins dans la voie qu'ils avaient emprunté. D'un point de vue extérieur, voir que tel ou tel criminel se faisait arrêter, se faisait exécuter ou était tout simplement mort au combat, devenait presque une banalité. Lilianna concevait bien que le monde ne s'arrêterait pas de tourner parce que cette fois-ci, c'était elle qui avait perdu des proches. Pas plus qu'il ne s'était arrêté quand d'autres en avaient perdu. Une part d'elle-même pragmatique comprenait donc qu'il n'y avait pas matière à s'apitoyer ou se faire apitoyer par quelqu'un. De toute manière, cela ne ramènerait pas les disparus. Cependant, sa part émotive ne pouvait simplement rejeter les évènements comme s'il ne s'était rien passer. Ce n'était pas parce que mille personne étaient mortes devant soi que la mort de la suivante était moindre. Deux sentiments qui s'affrontaient perpétuellement en ce moment chez elle, quand elle se prenait à y penser. Cependant, d'une certaine manière, elle trouvait un certain réconfort dans la part pragmatique qui au moins lui permettait de continuer à avancer.

C'est cette pragmatique Lilianna qui prit d'ailleurs le dessus, guettée de loin par sa compère plus sensible donnant quelque nuance à la question qu'elle posa au phénix, tout en serrant un bras autour de ses jambes.

- Tu as dû en voir des choses toi aussi... Des choses plus pénibles que d'autres. Si oui, comment as-tu réussi à le surmonter, toi ?



Revenir en haut Aller en bas
Fenice Nakata
The Phoenix
avatar
Messages : 14699
Race : Humain
Équipage : Tengoku no Seigi

Feuille de personnage
Niveau:
52/75  (52/75)
Expériences:
175/1000  (175/1000)
Berrys: 2.240.026.002 B

MessageSujet: Re: Voyage, lendemain de folie. [PV Lili]   Mer 9 Mai - 12:00

img_rp
Voyage, lendemain de folie.
Den Den.
feat Lilianna



Le silence pesant s'installa et prit confortablement ses aises. Pourtant, il fut en tout point comparable à une réponse exhaustive et assumée, du point de vue du musicien, qui prit cela pour un terrible aveu de la part de la blondinette. Si elle avait été en forme, elle n'aurait guère tardé à le lui faire savoir dans le but de le rassurer et de chasser ses sombres pensées, ses inquiétudes et ses angoisses qu'il cultivait pour celle qu'il avait tendrement chérie et qui, désormais, se trouvait si loin de lui. Mais elle n'en fit rien. Cette perspective suffit amplement à instiller au sein du cœur du mélomane un sentiment d'autant plus conséquent d'impuissance et de dégoût à son propre égard.



Oh... Lilianna...


Ce furent les seuls mots brisés et éraillés qu'il parvint à lui communiquer, dans un premier temps, en comprenant sans peine les sous-entendus et les significations des mots qu'elle peinait franchement à camoufler. Nakata comprit sans peine qu'une fois de plus, une personne qui lui était chère avait eu à subir les affres de cette société morbide et brutale où seule la mort était l'aboutissement de la liberté recouvrée et de l'insouciance assumée. Le Phoenix aurait probablement donné tout ce qu'il avait en sa possession pour avoir le privilège de se tenir aux côtés de la doctoresse, dans le but simple et transparent de lui tenir compagnie, de lui offrir une épaule sur laquelle se reposer, et une main à saisir. S'il n'avait pour l'heure pas l'ombre d'une chance de comprendre précisément ce qui était advenu de la merveilleuse jeune pirate qu'il avait croisé des années auparavant, l'ancien capitaine corsaire n'en demeurait pas au moins bien au fait des innombrables déconvenues qui pouvaient survenir au cours d'une épopée de jeunes et intrépides fringants pirates. Lui-même en avait fait partie, en des temps désormais reculés, et lui-même avait eu à en souffrir des moins durant, portant seul des balafres spirituelles qui avaient mis longtemps à se refermer et qui, encore aujourd'hui, se rouvraient sporadiquement pour le rappeler à son état malheureux et vaniteux de mortel égaré au sein d'un Monde qui, en tout point, dépassait sa misérable et sotte condition personnelle. Aussi un mauvais pressentiment se mit-il à croître en lui, sans que le Fenice ne parvienne à le réprimer et à le contrôler de quelque manière que ce fut. Et si Lilianna avait eu à traverser exactement les mêmes épreuves que celles qui avaient bien failli le briser ? Paupières closes, le faciès empli d'une empathie quasiment palpable tant le simple fait d'évoquer ces souvenirs enfouis dans les méandres les plus obscurs de sa mémoire suscitaient chez lui des réactions épidermiques, l'artiste entreprit d'apporter à la doctoresse des éléments de réponses qui, malheureusement, n'étaient pas aussi optimistes et insouciants qu'il n'aurait pu l'espérer de prime abord.



Je... Je n'ai rien surmonté. Rien du tout.


Et cela ne signifiait pas, bien entendu, qu'il n'avait jamais rien vécu de traumatisant ou de glauque : la blondinette pouvait en avoir une idée fiable et précise rien qu'en prêtant attention à la tonalité de sa voix, plus chargée sentimentalement parlant que jamais. S'il eut besoin d'un long soupir pour recouvrer son sang froid et éviter de s'embourber dans le pessimisme moribond qu'il avait longtemps cherché à réprimer sans y parvenir totalement toutefois, du moins le zoan mythique reprit-il finalement la parole, imaginant que c'était le moment où jamais d'être présent pour elle et de lui offrir mécaniquement le peu de réconfort qu'il pouvait bien tâcher de lui apporter.



C'est le temps qui estompe... Et les souvenirs heureux. Rien d'autre.


Comment était-il passé à autre chose ? Comment avait-il pu s'élancer au travers de Grand Line, désormais en tant que capitaine de son propre équipage, lors même qu'on connaissait de par le monde le destin funeste du premier qui l'avait accueilli ? Six mois d'errance sur Shabondy et des semaines à tâcher de tuer son pessimisme, s'évertuant à rencontrer de nouvelles personnes chaque jour, à nouer des liens véritables et amicaux avec des crapules comme d'honnêtes gens. Mais finalement, c'était surtout sa vie au sein de Tengoku no Seigi, sa propre formation, qui lui avait permis de panser ses plaies d'une manière plus durable et plus efficiente. Il avait tant de souvenirs joyeux en compagnie d'Hato que la mort de ce dernier ne pourrait jamais suffire à tous les occulter... Et il était loin d'être le seul camarade et ami que Nakata avait eu la chance de côtoyer, à cette époque. Encore aujourd'hui, les moments les plus heureux et les plus naïfs qu'il traversait lui permettaient généralement d'endormir tout ce qui le rongeait. Ce n'était sous bien des aspects ni plus ni moins qu'un vulgaire placebo, mais c'était une maladie incurable que la mort. On ne guérissait pas de celles de proches comme ceux-ci ne pouvaient pas en revenir : c'était un allé simple, y compris pour ceux qui restaient et qui devaient, au final, en supporter toutes les conséquences. Son parcours était finalement jonché du cadavre de ceux qui avaient voulu l'aider à accomplir son objectif... Et c'était bien la première chose glaçante qu'il remarquait à chaque fois qu'il se tournait vers le naguère, grisé par une mélancolie morne et nostalgique. A voix basse, le musicien se risqua donc à poser une nouvelle question, la nuançant cette fois-ci rapidement dans le but de ne pas sembler trop invasif.



Est-ce que tu veux m'en parler davantage ? Je suis là, si tu t'en sens le besoin...




_________________
“Tout obstacle renforce la détermination. Celui qui s’est fixé un but n’en change pas.” Léonard de Vinci
“Tu dois, donc tu peux. Une volonté libre et une volonté soumise à des lois morales sont une seule et même chose.” Emmanuel Kant


Revenir en haut Aller en bas
Lilianna Windspell
Pirate
avatar
Messages : 222
Race : Humaine

Feuille de personnage
Niveau:
25/75  (25/75)
Expériences:
52/120  (52/120)
Berrys: 60.000 B

MessageSujet: Re: Voyage, lendemain de folie. [PV Lili]   Lun 14 Mai - 14:01




Just hear your voice



Lui non plus, malgré le chemin parcourut n'avait pas encore trouvé de remède miracle permettant de soigner pleinement ce genre de blessures. Au final, ce n'était pas si différent d'une plaie physique, qui si elle était assez profonde, pouvait se refermer mais gardait à vie une trace sur une peau désormais marquée. Psychologiquement, c'était donc les souvenirs heureux selon lui qui, avec le temps, permettaient de panser les plaies et soigner le mal. Et il n'avait pas tort. Tant que la vie continuait, de belles journées pourraient se présenter à elle. Sans compter que pour ceux qui n'avaient plus cette chance, elle devait continuer à vivre. Vivre pleinement lui était encore difficile mais au moins ne se laissait-elle pas aller à un état de coquille vide, de zombie qui n'aurait rien de plus vivant que ceux pour qui l'aventure s'était arrêtée.

- Les souvenirs heureux et le temps... Tu as sûrement raison. Ça ira probablement mieux à l'avenir. Je l'espère en tout cas.

Or, pour aller mieux, n'était-il pas une bonne chose de pouvoir partager son expérience avec quelqu'un ? Le phénix venait de lui proposer d'être une oreille attentive. De plus, il était trop tard pour croire encore qu'elle pouvait simplement laisser aller. Il avait à l'heure actuelle déjà compris assez pour pourvoir s'imaginer Dieu sait quel scénario. Oh, elle n'entrerait pas dans les détails. Peut-être pas cette fois. Mais elle pouvait au moins répondre à quelques questions qu'il devait se poser.

- Oh tu sais... Il n'y a pas grand chose à en dire. Nous étions en train de naviguer sur Grand Line. Nous avons fait escale sur une petite île et en avons profité pour faire un pique-nique. Even, notre cuisinière s'en était donné à cœur joie !

Lilianna eut un bref et petit sourire. Même si cela faisait un moment, cette journée était tellement gravé dans sa mémoire qu'elle se souvenait encore jusqu'au moindre détail de ce que la Davis avait préparé, de Thomas et Ario qui s'amusaient à côté, de sa discussion avec Tora, de la beauté inoubliable des champs de fleurs... bientôt la scène de combats.

- Malheureusement, des marines sont arrivés. Ce n'était pas la première fois... Et même si j'étais un peu inquiète... je nous avais déjà vu sortir de ce genre de situation. Tora était un bon combattant. Les autres aussi. Pourtant... cette fois, nous avons trouvé plus fort que nous.

Quelques images moins agréables qui avaient suivi le pique-nique voulurent forcer la barrière pour défiler dans sa tête. Cependant, en se mordant la lèvre, interrompant momentanément son histoire, elle se concentra sur l'instant présent. La mer calme. Le sable. Mistral en train de commencer à somnoler sur son perchoir à côté d'elle, le feu se reflétant à quelques endroits sur son sublime plumage immaculé. La jeune femme prit quelques secondes avant de continuer. D'ailleurs, elle savait déjà qu'elle s'arrêterait ici. Bien qu'elle douta des capacités de ses canaux lacrymaux à fonctionner récemment, la demoiselle ne voulait pas risquer de fondre en larmes devant le musicien ou de l'inquiéter outre mesure. Il était déjà de nature trop gentil et déjà, elle craignait d'en avoir dit suffisamment. Après tout, comme elle l'avait dit plus tôt, ce n'était pas son problème et il n'avait aucun devoir envers elle. En tant qu'ami, il en faisait déjà plus que nécessaire en écoutant une histoire aussi sordide quand il pourrait simplement avoir une conversation plus agréable ou retourner à ses activités. Raison de plus qui encouragea Lilianna à se reprendre pour savourer un peu plus longtemps la compagnie de l'oiseau mythique.

- Ça s'est passé il y a quelques mois. Quoiqu'il en soit... Depuis, j'ai repris la route avec Mistral. Je ne sais pas encore ce qu'on va faire par la suite mais avant tout, je trouvais primordial qu'on gagne en force. Parce que... je ne pouvais pas me résoudre à simplement abandonner cette vie de pirate.



Revenir en haut Aller en bas
Fenice Nakata
The Phoenix
avatar
Messages : 14699
Race : Humain
Équipage : Tengoku no Seigi

Feuille de personnage
Niveau:
52/75  (52/75)
Expériences:
175/1000  (175/1000)
Berrys: 2.240.026.002 B

MessageSujet: Re: Voyage, lendemain de folie. [PV Lili]   Lun 14 Mai - 14:30

img_rp
Voyage, lendemain de folie.
Den Den.
feat Lilianna



Elle avait vécu la même chose que lui, des années auparavant. Cette certitude déstabilisante et même glaçant le stupéfia et le pétrifia, laissant Nakata muet et immobile jusqu'au moindre de ses doigts tandis que les dires de Lilianna insinuaient la fin tragique de son ancien équipage. La respiration du blondinet se coupa tandis qu'accablé par sa puissante empathie, il se remémorait lui-même la perte des siens et sa fastidieuse errance dans le but vain de retrouver un semblant de bonhomie et d'insouciance. Son deuil s'était allongé sur une période colossale, longue de plus de six mois, et l'avait meurtris à un point tel qu'il imaginait encore fréquemment les fantômes de ses défunts camarades à ses côtés, là, quelque part, à épier le moindre de ses faits et gestes et à en retirer une satisfaction ou une frustration gargantuesques. Bien des choses avaient alors accompagné sa déroute, et la plus omniprésente d'entre elle avait indéniablement été la solitude. Cette solitude là, brisée par les éclats de voix de ses compagnons d'alors, qui avait récupéré ses droits et qui avait plongé l'âme de l'effervescent musicien dans un calme qu'il n'avait jamais su que redouter, dans une tranquillité crasse dont il ne voulait pas même entendre parler. Dans les faits, c'était certainement pour cela qu'il avait alterné luttes et conflits avec un dévouement absolu, faisant passer son objectif et la sécurité des petites gens avant son propre repos. C'était certainement pour cela qu'il ne s'enfermait dans sa chambre que très rarement, et qu'il tâchait autant que possible de voir ses journées peuplées par les bravades et les chamailleries incessantes de ses camarades de plus en plus nombreux. C'était certainement pour cela qu'encore aujourd'hui, il redoutait ces moments quiets où les échos des voix de naguère se laissaient porter jusqu'à l'orée de ses souvenirs, l'interpellant d'une nostalgie mélancolique des plus lourdes et des plus intolérables.
La vérité était là. Lilianna avait vécu la même chose que lui, parcourait le même traumatisme qui l'avait jeté à bas et duquel il n'avait jamais su se remettre pleinement. Et il n'imaginait que trop bien l'état de détresse dans lequel elle avait été plongée...



Lilianna... Viens sur Shabondy. Viens avec nous. Viens avec moi.


La proposition était née, impulsivement, mais elle avait été formulée avec un autoritarisme et une audace qui soulignait d'autant plus le caractère bien trempé du musicien, qu'on ignorait souvent bien trop. Il n'était pas devenu un capitaine pirate respecté par hasard : il savait faire montre d'une poigne et d'une ambition parfois démesurées lorsque la situation s'y prêtait. Et le Fenice estimait justement que la situation actuelle ne l'y poussait que trop totalement.

Avait-il pris le temps de songer aux mots qu'il avait formulé ? Nullement. Il s'était montré émotif et impulsif, comme c'était trop fréquemment le cas et comme on pouvait généralement le lui reprocher. Il laissait son jugement s'obscurcir par ses désirs, par ses envies, par ses caprices, y compris les plus candides ou les plus immatures. Il avait toujours été ainsi : du genre à réprouver la raison et l'équilibre, la tempérance et la satisfaction. Il était un avare éternel, un homme aux désirs constants qui, pourtant, s'avérait à la fois grandiose et désintéressé. Car il était aux antipodes même de l'égoïsme, il ne pouvait pas s'empêcher de vouloir, de désirer... mais de désirer pour autrui.
Nakata n'avait à l'esprit qu'une seule vanité, qu'une seule obsession, pour l'heure. Celle de faciliter sa vie à Lilianna. Celle de lui offrir un lendemain plus tranquille et plus serein, celle de tromper son ennui et sa douleur comme Hato, Holly et Méliandre avaient pu tromper les siens, à l'époque de la formation de Tengoku no Seigi. Il ne lui avait pas demandé de les rallier car il en éprouvait lui-même le plaisir... Mais car il imaginait qu'elle en éprouvait le besoin. Un besoin impérieux et irrépressible, celui de fuir ses démons, même momentanément, même ponctuellement, et de s'offrir à des moments tendres, savoureux et chaleureux, qui pourraient enfin révéler à ses jours vécus une lumière absente et dérobée depuis trop longtemps.



Je... j'ai des amis qui pourraient venir te chercher. Tu ne dois pas rester isolée... Tu dois vivre.


Il était franc, frontal et spontané, car il estimait que c'était là le moindre de ses devoirs. Nakata ne souhaitait absolument pas enrober ses paroles d'intentions mielleuses, de considérations obséquieuses qui n'auraient fait que gommer la simplicité de ses dires et de ses ambitions. Il était désintéressé et il l'assumait, en quelque sorte, en demeurant fidèle aux pensées qui traversaient son esprit et en les formulant à l'instant même où elles se faisaient remarquer. Allait-ce suffire pour la convaincre qu'il s'agissait là de la manière la plus viable de procéder ? Il n'en avait pas l'ombre d'une assurance, mais il n'en démordrait pas. Tant qu'elle lui offrait l'opportunité de lui tendre la main, il s'acharnerait à le faire inlassablement jusqu'à ce qu'elle la balaye... Ou qu'elle la saisisse. Car, en fin de compte, le choix lui revenait directement. Acceptait-elle de tâcher d'outrepasser ses démons... Ou voulait-elle se complaire à leurs côtés, en évoluant dans un présent d'ores et déjà achevé et évanoui ? Lui avait, par la force des choses et par sa seule persévérance, prit le parti d'opter pour la première des deux options. Restait à savoir si la doctoresse serait à même de s'en sortir avec le même panache...



_________________
“Tout obstacle renforce la détermination. Celui qui s’est fixé un but n’en change pas.” Léonard de Vinci
“Tu dois, donc tu peux. Une volonté libre et une volonté soumise à des lois morales sont une seule et même chose.” Emmanuel Kant


Revenir en haut Aller en bas
Lilianna Windspell
Pirate
avatar
Messages : 222
Race : Humaine

Feuille de personnage
Niveau:
25/75  (25/75)
Expériences:
52/120  (52/120)
Berrys: 60.000 B

MessageSujet: Re: Voyage, lendemain de folie. [PV Lili]   Lun 14 Mai - 15:17




Just hear your voice



- C'EST HORS DE QUESTION !!!

Silence. Silence horrifié de par cette réponse qui semblait résonner encore en écho depuis les quelques secondes où elle avait violemment quitté son être. La doctoresse était d'abord choquée d'avoir fait montre d'une telle violence. À cela suivi plus rapide que jamais, un remord sans fin. Elle se frotta la main sur le visage, s'en voulant à ne plus en pouvoir. Comment avait-elle pu lui crier ainsi dessus ? Était-ce la proposition faite avec un brin trop d'autorité ? Un ordre qu'elle ne pouvait accepter parce qu'il n'était pas encore son capitaine et n'avait aucun droit à l'obliger à faire quoique ce soit ? Ou était-ce simplement la nature même de la proposition qu'elle avait rejeté aussi violemment dès qu'elle l'avait entendu ? La réponse semblait évidente quand après s'être repris, elle présenta ses excuses au blondinet, la voix légèrement éraillée d'avoir crié avec autant de violence.

- Excuse-moi... Je suis sincèrement désolée... Je n'aurais pas dû te crier dessus. C'est juste que... je ne peux pas.

C'est là que n'y tenant plus, elle s'effondra en larmes. Décidément, ce n'était pas la première fois. Malgré les années passés, il avait conservé une facilité à accéder à son côté émotif. À dire vrai, la proposition de Nakata avait rendu la jeune femme trop heureuse et c'est sans doute cela qui l'avait encouragée à l'éconduire. Sachant que de toute manière, elle ne pourrait pas franchement se faire plus ridicule, elle ne prit pas la peine de dissimuler ses pleurs outre mesure. Ses pensées étaient juste tournées vers le fait de s'expliquer. De lui dire pourquoi elle l'avait rejeté avant qu'il ne raccroche et ne coupe définitivement le lien entre eux. Si ce n'est définitivement, au moins temporairement. Mais elle aurait pu comprendre qu'il soit lui-même étonné, si ce n'est vexé de se faire ainsi traité alors qu'il venait simplement apporter du soutien. C'est donc sous les yeux d'un Mistral réveillé par le cri et qui regardait sa maîtresse sans comprendre que celle-ci s'expliqua à son interlocuteur.

- Ta proposition m'a fait plaisir... Tu ne peux pas savoir à quel point... En d'autres circonstances, j'aurais vraiment aimé voyagé avec toi. Mais c'est impossible... Je sais que ça peut paraître bête et que ça fait déjà plusieurs mois. Mais si j'accepte... si je te dis oui. J'aurais l'impression de les trahir. Que ce sera vraiment... fini...

Si elle vivait aujourd'hui, c'était grâce à eux. Elle savait bien que son ancien capitaine n'aurait pas apprécié de la voir ainsi se morfondre et sangloter comme elle le faisait présentement. Cependant, elle se sentait incapable de retrouver un équipage. C'était trop tôt et cela lui faisait peur. Pourtant, ce n'était pas n'importe qui. Lilianna savait qu'elle ne pouvait rêver mieux que de voyager avec le phénix qu'elle connaissait déjà. Voyager avec lui, comme elle aurait pu le faire lorsqu'ils s'étaient rencontrés sur Attraction Town. À l'époque, elle avait choisi de rester avec Tora pour plusieurs raisons. Aujourd'hui, cette opportunité lui était de nouveau présentée. Et théoriquement, rien si ce n'est elle-même ne l'empêchait d'accepter. Elle en avait bien conscience et cela ne faisait qu'accroître son sentiment de remord. La demoiselle ne savait pas quoi faire. Elle essuya ses larmes pour que d'autres viennent de nouveau prendre leur place. Ce corps savait décidément se moquer d'elle. Il lui fallut bien encore un peu de temps avant de se reprendre à peu près pour pouvoir parler à nouveau.

- Je veux vivre Nakata... Sinon, je ne serais pas ici. Mais j'ai peur d'avancer vraiment. C'est pour ça que je ne peux pas rejoindre d'équipage pour l'instant.

Mais une question évidente se posait et elle se refusait pourtant à y penser. Si ce n'était pas maintenant qu'elle se relevait, alors quand ? Si ce n'était pas maintenant qu'elle y arrivait, pourquoi le pourrait-elle plus tard ? À cela s'ajoutait d'autres craintes. Comment pourrait-elle se présenter à l'équipage du phénix qui probablement comptait des gens fabuleux ? Alors qu'elle, prise dans ses craintes et les tourments, ressemblerait davantage à un petit chaton abandonné qu'on aurait ramassé qu'à un véritable membre d'équipage. À l'heure actuelle, elle ne pouvait pas porter fièrement ses couleurs à lui.




Revenir en haut Aller en bas
Fenice Nakata
The Phoenix
avatar
Messages : 14699
Race : Humain
Équipage : Tengoku no Seigi

Feuille de personnage
Niveau:
52/75  (52/75)
Expériences:
175/1000  (175/1000)
Berrys: 2.240.026.002 B

MessageSujet: Re: Voyage, lendemain de folie. [PV Lili]   Lun 14 Mai - 15:44

img_rp
Voyage, lendemain de folie.
Den Den.
feat Lilianna



S'il sursauta, profondément touché et effaré par la virulence de la réponse apportée par la blondinette, il n'en demeura pas moins silencieux et interdit, tâchant de faire le tri dans ses propres pensées avant de riposter, quelle qu'en fut la manière et la teneur. Une incompréhension sourde et vibrante lui remua les entrailles et il eut même un ersatz de haut-le-cœur, tant la férocité bestiale et colérique qui s'était extirpée des pensées de Lilianna l'avait puissamment déstabilisé. Le forban ne bougea finalement pas davantage lorsque les excuses et les sanglots se mirent à pleuvoir, même s'il y puisa une source de réconfort terriblement paradoxale. Il était soulagé de savoir que ça n'étaient pas ses propres dires qui avait poussé la jeune femme à se montrer si agressive, si belliqueuse, à lui objecter une réponse si viscérale... Il ne pouvait en revanche minimiser le sentiment de culpabilité qu'il entendait distinctement dans les pleurs qui la secouait et qui, d'une certaine manière, incriminait directement le soulagement qui l'accablait dorénavant et le rendait d'autant plus mal-à-l'aise. Nakata serra les mâchoires tandis que le silence s'instaurait, enfin, suite à toutes les explications que la jeune femme avait pu lui apporter. Elle avait peur. Simplement peur. Elle était terrifiée, même, terrorisée à l'idée de devoir passer à autre chose, de devoir franchir un cap des plus symboliques, à devoir quitter irrémédiablement la formation que Tora avait conduit jusqu'à son destin funeste, dans l'ignorance et la naïveté. Pouvait-il lui en tenir rigueur ? La question était caduque et non avenue. Il était évident que, quelque fut la vision des choses que la doctoresse partageait, il n'avait d'autre choix que de la respecter. Pouvait-il toutefois s'en satisfaire, de son côté ? C'était là un tout autre son de cloche, et une toute autre réponse...
Non, il ne pouvait s'en satisfaire. Il n'avait d'autre choix que celui de se sentir révolté, d'une certaine manière, par la conduite de la doctoresse désespérée qui se laissait aller à sa tristesse et à sa névrose sans chercher à la combattre. Néanmoins, le Phoenix n'était plus le jeune homme totalement impulsif et incontrôlable qu'elle avait pu avoir la chance de côtoyer : avec le temps, il s'était aseptisé, et il avait su apprendre à se montrer plus prudent, plus précautionneux, à faire preuve de davantage de tact également. Ainsi, il ne souhaita pas riposter vigoureusement, critiquant allégrement la passivité qui risquait de ronger la demoiselle et de la tourmenter d'autant plus. Il se contenta de bénéficier d'un court instant qu'il mit à profit pour achever de mettre un peu plus d'ordre dans ses méninges, décidément bien secouées par le cri et les pleurs de la pirate qu'il devinait sans peine effondrée... Son visage paré d'une teinte empathique et attristé, il répondit enfin dans un murmure, tâchant dans un premier temps de lui apporter le réconfort dont elle devait avoir besoin, lors même que leur conversation à distance ne l'y aidait guère.


Calme-toi, Lilianna... Reprends ton souffle. Tu n'as pas à t'en faire, à t'inquiéter ou à t'angoisser au sujet de ton avenir. Tu dois rester fière et forte...


C'était facile à dire, et peut-être même que ce conseil simpliste et attendu allait réveiller la colère sourde de Lilianna... Mais le Fenice se sentait obligé d'évoquer ces insignifiances que l'on oubliait trop aisément, précipité face à son propre malheur. Les conduites des gens tristes n'étaient pas souvent rationnelles, et leurs pensées l'étaient rarement plus... Si l'envie de persévérer quant à sa proposition lui brûlait les lèvres, le Phoenix, pour l'heure, se contint et s'en empêcha, songeant qu'il n'était guère nécessaire, dans l'état des choses, de remuer davantage le couteau dans la plaie. A contrario, il demeura là, bête et silencieux, pendant quelques instants encore. Il sentit sa gorge se nouer, tant les pleurs de la jeune pirate lui brisaient le cœur, mais parvint de son côté à tenir bon en repoussant aussi vaillamment que possible les souvenirs de son être brisé qu'elle ramenait involontairement à sa mémoire. Finalement, il sut apporter quelques dires supplémentaires, non sans prendre un ton aussi doux et tendre que possible, dans le but d'accorder à la doctoresse toute la chaleur humaine dont elle pouvait avoir ardemment besoin et qu'il pouvait lui-même lui dispenser.


Ne pense plus à rien. Fais le vide dans ton esprit. Ménage-toi... Tu ne dois pas te laisser abattre. Ils ne l'auraient pas souhaité, pas vrai ? La plus belle vengeance que tu puisses avoir, pour l'heure, c'est encore de sourire...


Que pouvait-il affirmer de plus ? Pas grand chose, dans les faits. Absolument rien, même. il était trop loin pour tenter de lui apporter une présence physique qui, pourtant, aurait pu s'avérer réconfortante à souhait pour la demoiselle. Il ne connaissait Tora que de nom, n'ayant jamais eu la chance de croiser sa route personnellement, et ne se sentait guère suffisamment confortable pour parler en son nom et à sa place. Il avait peur, enfin, d'apporter à Lilianna un trop-plein de banalités qui, plutôt que de la rassurer, risquait de la pousser à exploser davantage, plus furibonde que jamais. Le Fenice ne pouvait donc, par conséquent, rien faire d'autre que de patienter, que de demeurer là, à son service, et à son écoute. Cette impuissance aussi contribuait à lui briser le cœur... Mais que pouvait-il y faire ? Il n'était qu'un homme, à peine plus glorieux et plus vertueux que les autres. Il n'avait aucun remède miracle pour contrer la mort ou le deuil, sans quoi il aurait été le premier à tâcher d'en bénéficier et d'en tirer profit... Oui. Dans le fond, l'ancien capitaine corsaire était démuni, comme au premier jour, face à la crise de tristesse et de désespoir que la doctoresse affrontait, ce jour-là.



Prends le temps qu'il te faudra pour le faire, mais sèche tes larmes... D'accord ?


Il restait doux et délicat, prenant garde à ne pas élever la voix pour te pas la secouer plus que nécessaire. Et, même si cela lui semblait insurmontable, il tâcha de sourire légèrement, conférant sans doute à son intonation une chaleur qu'il mésestimait...



_________________
“Tout obstacle renforce la détermination. Celui qui s’est fixé un but n’en change pas.” Léonard de Vinci
“Tu dois, donc tu peux. Une volonté libre et une volonté soumise à des lois morales sont une seule et même chose.” Emmanuel Kant


Revenir en haut Aller en bas
Lilianna Windspell
Pirate
avatar
Messages : 222
Race : Humaine

Feuille de personnage
Niveau:
25/75  (25/75)
Expériences:
52/120  (52/120)
Berrys: 60.000 B

MessageSujet: Re: Voyage, lendemain de folie. [PV Lili]   Lun 14 Mai - 16:45




Just hear your voice



Un avenir ? En avait-elle un pour le moment ? C'était une chose incertaine car l'avenir se construisait de ses propres mains et pour le moment, celles du médecin tremblaient en tenant le combiné. Son interlocuteur pourtant, loin de rajouter une couche à son malaise, se montra très patient à son égard ce qui encouragea Lilianna à fournir quelques efforts supplémentaires pour retrouver un semblant de décence et cesser d'importuner le phénix de sanglots qu'elle ne pensait pas voir aujourd'hui encore. Comme quoi, la vie réservait des surprises. Serrant les lèvres pour les empêcher de trembler, la doctoresse hocha la tête à chaque conseil que son ami lui fournissait. Aussi, il pourrait donc l'entendre inspirer et expirer lentement, les yeux fermés, à la recherche d'une sérénité enfouit profondément. L'affaire n'était pas si simple car maintenant qu'elle y était, elle sentait la crise capable de ressurgir à chaque seconde. La présence de Nakata qui l'encourageait avait à la fois quelque chose de réconfortant et de gênant. Parce que malgré tout ce qu'il pouvait dire, elle s'en voulait de lui avoir fait vivre pareille scène. Quand on va mal, les pensées sombres ont cette tendance à en attirer d'autres naturellement.

Essayer. Elle devrait malgré tout essayer de suivre ses conseils parce qu'il avait raison. Ils n'auraient pas voulu la voir dans cet état. Petit à petit, elle s'obligea donc à un silence radio total quant à ce qui a trait à tous les souvenirs qui pouvaient venir la hanter, à toutes les pensées futiles qui pouvaient l'accompagner. Elle mit de côté les hésitations, les craintes, et tout ce dont elle se sentait capable de se séparer pour le moment. Quand elle fut à nouveau capable de reprendre une conversation, la première chose qu'elle fit ne fut pas la plus étonnante.

- Merci... Ça va un peu mieux pour le moment. Je suis désolée que tu ais assisté à pareil emportement. Je ne pensais pas réagir aussi fort. Tu es toujours aussi prévenant...

Sans doute parce que j'aurais eu envie d'accepter, aurait-elle ajouté mais elle se retint. Pourquoi lui donner de faux espoirs alors qu'elle venait de le rejeter aussi brutalement ? Sans doute avait-il changé d'avis et d'une certaine manière, cela aurait été plus facile. Plus facile ? Vraiment ? C'est cela qu'elle recherchait ? Alors pourquoi ne pas avoir tout laissé tomber ? Cela aussi aurait été plus facile. Oh oui, elle ne manquerait pas de rencontrer des difficultés si elle voulait continuer à avancer. Lui dire oui. Pas facile. Ne pas dépendre de lui une fois qu'elle l'aurait rejoint ? Pas facile. Devoir rencontrer ceux qui seraient ses futurs compagnons et qu'elle aurait bien du mal à ne pas les associer sans cesse à ses anciens camarades ? Pas facile. Réussir à se faire une place parmi eux et reprendre une vie normale, retrouver pleinement la joie de vivre ? Pas fa... Presque impossible à concevoir dans l'état des choses. Ce futur plus radieux semblait si proche et loin de portée. Le phénix lui ouvrait la voie, rien de l'obligeait à l'emprunter. Il lui tendait la main, rien ne l'obligeait à s'accrocher à lui. Cela ne dépendrait que d'elle si elle se complaisait dans le statut de chaton recueillit ou devenait un véritable membre d'équipage. Et pour cela, elle ne devait pas non plus attendre qu'il la supplie de les rejoindre. Non.

- À propos de ta demande...

Considérant la précédente injonction comme telle. Toutefois, si elle devait envisager cette proposition avec un tantinet plus de sérieux, elle devait en savoir davantage, quitte à devoir prolonger la réflexion pendant le reste de l'appel.

- Je sais que je ne donne pas beaucoup l'impression de pouvoir me débrouiller. Mais je ne veux pas que ce soit la seule raison qui te pousse à m'inviter. Qu'est-ce que je pourrais bien apporter concrètement à ton équipage ? Un médecin, tu dois déjà en avoir un depuis le temps... Peut-être avec de meilleures compétences que les miennes.

Ce n'était pas une histoire de se plaindre ou de se dénigrer, mais un fait. Après tout ce qu'il avait vécu et la notoriété acquise, il serait surprenant que dans son entourage, il n'ait pas déniché une personne plus que compétente. Après tout, plus on gagnait en notoriété, en puissance et autre, plus on attirait alliés et ennemis, des personnes de sa stature. Au mieux en ce cas pourrait-elle servir d'assistance mais ce serait encore une fois, beaucoup profiter de la générosité du blondinet. Ce serait foncièrement injuste.

Il avait proposé. Il avait voulu qu'elle arrive à se calmer. Soit. Elle avait répondu à la deuxième demande. Elle avait maintenant l'esprit plus clair pour pouvoir se concentrer sur la première sans laisser un flot d'émotions tarir le fil de ses pensées. Cela en revanche, n'impliquait pas une acceptation directe. Une invitation de ce genre ne se prenait pas à la légère. Et autant, cela était ridicule de sa part à elle de refuser en premier lieu, même involontairement, à cause d'une explosion d'émotions la rendant irrationnelle. Autant, Lilianna ne pouvait accepter s'il n'avait pas une justification qui tenait la route. Peut-être en avait-il une et elle ne demandait désormais qu'à l'entendre. Le fait qu'il ait prononcé ses paroles à ce moment-là après tout, ne voulait pas forcément dire que de prendre en charge ce pauvre chaton était la seule raison qu'il avait. Mais jamais il aurait envisagé cette possibilité s'il n'avait pas su pour la disparition de son équipage. Cette pensée ne pouvait donc pas dater de si long.



Revenir en haut Aller en bas
Fenice Nakata
The Phoenix
avatar
Messages : 14699
Race : Humain
Équipage : Tengoku no Seigi

Feuille de personnage
Niveau:
52/75  (52/75)
Expériences:
175/1000  (175/1000)
Berrys: 2.240.026.002 B

MessageSujet: Re: Voyage, lendemain de folie. [PV Lili]   Lun 14 Mai - 18:19

img_rp
Voyage, lendemain de folie.
Den Den.
feat Lilianna



Elle semblait progressivement retrouver son calme et sa sérénité... C'était là une excellente chose et le musicien, à son tour, en vint à se détendre progressivement. La situation était déjà assez dramatique en elle-même : il n'était guère nécessaire d'y rajouter des éclats de voix, et il priait pour que l'emportement de Lilianna n'en vienne pas à se réitérer avant un long moment. Il comprenait néanmoins que sa proposition, maladroite en l'état, ait amené à une réaction aussi viscérale et soudaine... Et il le déplorait. Nakata allait désormais tâcher de faire montre d'un tact irréprochable, dans le but évident de ne pas précipiter la jeune femme hors de ses gonds. Elle avait incontestablement besoin d'empathie, après tout. Le compliment qu'elle accorda finalement à l'ex corsaire ne fit que fortifier brièvement le sourire de ce dernier, qui secoua immédiatement la tête négativement en fermant les paupières pour lui glisser quelques mots en guise de réponse rapide.



Ne t'excuses pas. Et c'est la moindre des choses, de ma part.


Il aurait été un bien piètre ami et un bien piètre pirate, de surcroît, s'il s'était montré inconséquent ou grossier. S'il avait seulement malmené la jeune femme ou piétiné ses états d'âmes, il aurait a minima mérité le qualificatif de gros crétin... Sauf qu'il avait grand cœur, et qu'il tâchait constamment d'être de bon conseil. C'était certainement là le moyen le plus fiable et le plus aisé à mettre en oeuvre pour conserver un semblant d'humanité et de bonté, quelles que soient les circonstances et les cibles de ces douces attentions. Ayant eu la malchance de souffrir d'un cheminement manifestement similaire à celui sur lequel s'était engagée la doctoresse bien malgré elle, c'était bien la moindre des choses que de tâcher de mettre les enseignements qu'il avait su en retirer à profit en les dévoilant à la demoiselle... Quand bien même ils demeuraient maigres, chétifs et décharnés. Le Fenice, finalement, revint à l'instant présent tandis qu'elle évoquait à nouveau le sujet de la proposition qui, pourtant, avait eu le don de la faire éclater d'indignation un instant auparavant. Légèrement interloqué par ce rétropédalage, qu'il accueillit néanmoins avec un bref hochement de la tête, quasiment imperceptible, le capitaine de Tengoku no Seigi se montra alerte et attentif tandis qu'elle revenait plus en avant sur le fond de la proposition, tâchant d'en savoir davantage quant aux motivations qui avaient pu pousser le Phoenix à se montrer sous un jour si protecteur et abrupt à la fois.


Et bien, oui, j'ai déjà un médecin, mais... Ce n'est pas comme si c'était là une place réservée.


Il se fit songeur, l'instant suivant, comme s'il cherchait à comprendre où elle voulait en venir. Dans l'absolu, il ne lui semblait pas incompatible que deux pirates aux mêmes fonctions évoluent dans le même équipage, comme il venait tout juste de le souligner vocalement. D'autant plus qu'ils se rendaient sur le Nouveau Monde et que leur petite bande commençait à s'élargir : il était par conséquent toujours plaisant et réconfortant d'avoir plusieurs experts à disposition, y compris dans des domaines proches ou même simplement similaires. Si leur route croisait celle d'un Empereur, alors ils risquaient fort d'avoir bien des blessés sur les bras, et plus des docteurs compétents se trouvaient à bord de son propre navire, plus Nakata pouvait se montrer serein quant à la suite des opérations. Surcharger un seul professionnel pouvait avoir des conséquences indéniablement regrettables...
Au-delà de ça, toutefois, il devait admettre à contre-cœur n'avoir pas songé à recruter la jeune femme. Il lui avait lancée la proposition sans y réfléchir à deux fois, impulsivement, simplement car il la sentait plongée dans une angoisse mordante et dévorante dont il voulait la prémunir autant que possible. Ce n'était, sous cet aspect précis, pas vraiment responsable de sa part : il était censé être un capitaine et, de ce fait, songer à tout avant de formuler une phrase. Prendre son rôle à la légèreté pouvait l'amener à réaliser de grossières erreurs... Pourtant, cette fois-ci, précisément, le mythique ne regrettait strictement rien. Car la proposition de ce recrutement l'avait souvent taquinée... A chaque fois, à dire vrai, qu'il avait songé, même distraitement, à l'épopée qu'ils avaient vécu conjointement. Il s'était senti envahi d'un tel bien-être à ses côtés, sur Attraction Town, qu'il avait littéralement eu toutes les peines du monde à l'y abandonner...

Sinon... Ma réponse risque de ne pas te convenir outre-mesure, mais je n'estime pas avoir besoin d'une raison valable et digne de ce nom pour proposer à quelqu'un que j'affectionne de rejoindre mon équipage. Une paire de bras supplémentaire est toujours utile, et puis... Je pense qu'il me serait profitable, à moi aussi, d'avoir l'occasion de te revoir.


Il formula cet ultime aveu à mi-voix, comme s'il avait peur de ce que cela impliquait que de le prononcer de la sorte, mais il ne l'assuma pas moins, achevant sa courte réponse sur cet état de fait. Le Fenice n'était pas homme à enfouir ses sentiments bien longtemps et il avait besoin que Lilianna sache jusqu'au plus profond de son âme que lui aussi éprouvait une certaine satisfaction à l'idée de renouer le contact avec elle. Au final, il n'était ni plus ni moins qu'un égoïste lorsqu'il l'écoutait si patiemment et recueillait ses larmes avec autant de précautions... Car il n'oubliait jamais qu'elle finirait par le lui rendre, et qu'à ce titre, leur relation était mutuelle. Il imaginait naturellement pouvoir lui faire confiance et il espérait candidement ne pas se tromper. Oui, elle ne devait pas croire qu'elle ne serait jamais ni plus ni moins qu'un boulet si elle acceptait sa proposition et si elle décidait de se rendre sur l'Archipel Shabondy pour vivre quelques aventures à ses côtés : lui pourrait puiser dans sa proximité un sentiment de confort et de quiétude qui l'avait déserté depuis trop longtemps.



_________________
“Tout obstacle renforce la détermination. Celui qui s’est fixé un but n’en change pas.” Léonard de Vinci
“Tu dois, donc tu peux. Une volonté libre et une volonté soumise à des lois morales sont une seule et même chose.” Emmanuel Kant


Revenir en haut Aller en bas
Lilianna Windspell
Pirate
avatar
Messages : 222
Race : Humaine

Feuille de personnage
Niveau:
25/75  (25/75)
Expériences:
52/120  (52/120)
Berrys: 60.000 B

MessageSujet: Re: Voyage, lendemain de folie. [PV Lili]   Lun 14 Mai - 19:16




Just hear your voice



Un médecin ou plusieurs. Elle pensait qu'il comprendrait ce qu'elle voulait dire à savoir qu'il n'avait plus besoin d'autres personnes exerçant cette profession. Il y avait un équilibre à atteindre entre le nombre nécessaire et un "surplus". Peut-être n'en était-il pas encore à cette seconde catégorie après tout. C'était fort possible. Elle n'était pas là pour juger. Or, comme il s'y attendait, elle fit une petite moue à la mention de ses autres raisons. Oui, il n'avait peut-être pas besoin de justification supplémentaire pour accueillir une personne qu'il affectionnait, mais elle avait ce besoin de justification. Certainement que les tâches ne devaient pas manquer sur son navire. Si ses compétences en médecine n'étaient pas requises tous les jours, elle pourrait trouver une autre manière de se rendre utile. Mais tout cela semblait si... instable. Elle avait besoin d'un environnement sûr ces temps-ci. Et puis, qu'avait-il dit ? Que des amis à lui pourraient venir la chercher ? Recevoir un traitement de la sorte, quand bien même aurait-il l'habitude de l'accorder à ceux qu'il considérait comme des proches, était quelque chose de trop gênant pour notre amnésique favorite.

Néanmoins, envers et contre tout, elle ne pouvait lui reprocher entièrement ce comportement parce qu'elle aussi avait caressé l'idée de pouvoir le revoir. Pas en tant que futur capitaine. Mais en tant qu'ami avec qui elle aurait eut plaisir à converser face-à-face. D'une certaine manière, elle avait eut envie de le revoir. Le nier serait mentir. Et si lui pouvait se permettre de prendre ce genre de mesure pour exaucer cette envie, est-ce qu'elle-même avait véritablement le droit de répondre aussi simplement ? Il avait bien dit que cela lui serait profitable de la revoir. Avait-elle une manière de rendre à ce jeune homme la gentillesse dont il faisait preuve aujourd'hui ? Une chose était sûre, elle avait plus de chances de pouvoir le remercier en étant près de lui qu'à mille lieu où peut-être jamais elle ne pourrait l'atteindre.

- Je ne peux pas te promettre de ne pas regretter ton choix. Je vais être honnête. Présentement, je ne me vois pas être heureuse en rejoignant un équipage, même s'il s'agit du tien.

Il fallait en passer par là c'est indéniable. Elle n'était pas une girouette et il ne pouvait s'attendre à la voir changer d'avis aussi simplement.

- Mais moi aussi... j'aimerais te revoir.

Nouvelle vérité. Était-ce le bon chemin à prendre, elle ne le savait pas et sentait la crainte lui tordre le ventre. Elle entendait des voix différentes d'une part l'encourager à continuer et de l'autre, lui ordonner d'arrêter avant de faire une bêtise. Ces dernières lui assuraient que si elle ne trouvait pas ce qu'elle recherchait, elle n'en ressortirait qu'encore plus mal. Les premières lui soufflaient que lui et son équipage seraient le meilleur environnement dont elle pouvait rêver. Une cacophonie emplissant à nouveau son esprit qu'elle transforma en un simple fond sonore pour être sûre d'entendre chacune des paroles qu'elle allait prononcer pour l'oiseau mythique.

- Une période d'essai. C'est ce que je demande. Continuer alors que je ne me sentirais vraiment pas à ma place, je présume que tu ne me le souhaiterais pas. Alors accorde-moi quelques temps. Si tout se passe bien, j'accepterai définitivement ta proposition de vous rejoindre. Sinon, je partirai.

Voilà, elle l'avait dit. Depuis qu'il avait fait son offre, une part de son cerveau avait en arrière plan commencé à méditer. Et au fur et à mesure qu'elle se détendait au son de la voix de Nakata, elle continuait inconsciemment à réfléchir à ce qui lui semblait un compromis acceptable pour eux deux. Ainsi, elle pourrait accepter sa proposition sans s'enchaîner mentalement à ce nouvel équipage même si cela impliquait de passer le reste de sa vie en allant mal. En revanche, dans le meilleur des cas, le musicien comme ses compères sauraient l'aider à retrouver un équilibre de vie et un jour, elle pourrait le leur rendre. Tout cela évidemment si le phénix acceptait et cela n'était pas dit pour autant. Son idée pouvait tout aussi bien lui déplaire. D'autant que la demoiselle avait une autre demande à formuler à ce potentiel futur capitaine.

- J'ai une autre requête à formuler avant que tu ne me donnes ta réponse. Un mois. Accorde-moi un mois avant qu'on ne se retrouve. Je voudrais m'entraîner ici comme je l'avais initialement prévu. Et... cela me donnera le temps nécessaire pour mettre les choses au clair dans ma tête.

Se taisant finalement, la jeune femme pouvait désormais entendre la réponse du blondinet, quelle qu'elle fut. Elle avait peut-être été gourmande en conditions mais il lui fallait au moins cela. Il ne s'en rendait peut-être pas compte mais il lui en demandait beaucoup car finalement, elle ne savait pas ce qui lui avait permis d'avancer. Mais une chose était sûre. Elle n'était pas lui. Et là où il avait passé certains cap d'une certaine manière, elle avait besoin de le faire à la sienne. S'il acceptait de lui accorder même à l'avenir le temps dont elle avait besoin, et qu'il comprenait qu'elle avait sa manière de faire, alors c'est qu'elle venait de trouver un très bon capitaine.



Revenir en haut Aller en bas
Fenice Nakata
The Phoenix
avatar
Messages : 14699
Race : Humain
Équipage : Tengoku no Seigi

Feuille de personnage
Niveau:
52/75  (52/75)
Expériences:
175/1000  (175/1000)
Berrys: 2.240.026.002 B

MessageSujet: Re: Voyage, lendemain de folie. [PV Lili]   Lun 14 Mai - 19:51

img_rp
Voyage, lendemain de folie.
Den Den.
feat Lilianna



La situation semblait aboutir à un résultat concluant et vraisemblablement satisfaisant : le Phoenix se permit un léger sourire de plus tout en entendant les remarques de Lilianna, déjà moins catégorique qu'au préalable. Sa proposition avait fait son petit bonhomme de chemin, apparemment, et elle ne se contentait plus de la fouler du pied sans y réfléchir davantage... Chose qui prouvait que son indignation évanouie était davantage liée aux démons qu'elle traînait comme autant de boulets accrochés à ses pieds qu'à la proposition bienveillante de Nakata en elle-même. Néanmoins, tout ne devenait pas forcément rose et illusoire pour autant : elle tenait à modérer l'enthousiasme de ses propos en se conservant le droit de revenir sur sa décision à l'avenir, en amenant une notion de période d'essai afin qu'elle tente de s'intégrer progressivement à l'équipage sans pour autant avoir à forcer la chose. Le zoan mythique n'avait dans l'absolu aucune raison de s'y opposer, puisque c'était une condition tacite qui l'unissait au moindre de ses subordonnés : il ne supportait pas l'idée de brimer leurs libertés lors même qu'il entendait combattre pour protéger celle des citoyens du Monde. Toutefois, cela n'empêcha pas son cœur de se pincer un bref instant à la pensée qu'elle puisse décider de lui fausser compagnie, chose qui reviendrait purement et simplement à annoncer l'échec éclatant du légendaire à lui faire tourner la page. Il comprenait sans peine qu'il s'agissait là d'une maigre précaution de la part de la doctoresse, qui préférait prendre les devants en se montrant réfléchie, réaction intelligente à un moment tel que celui-ci où l'affect semblait prédominer et régir la moindre de leurs phrases... Cela ne l'empêchait par contre pas de se sentir légèrement frustré qu'elle en vienne à envisager cette probabilité comme étant plausible. Enfin, il ne restait au Fenice qu'à lui prouver qu'il serait capable de la faire passer à autre chose... Une tâche à laquelle il allait devoir s'atteler sérieusement, à n'en pas douter. Il n'avait pas la prétention de pouvoir lui faire oublier Tora et les autres, oh que non, mais il espérait simplement pouvoir lui montrer que la piraterie ne s'arrêtait pas qu'à ses amis dramatiquement disparus et qu'elle pouvait toujours trouver au sein de ce mouvement large un semblant de résurrection de son insouciance évanouie...



Très bien. Cela me convient.


Il n'avait dans l'absolu pas vraiment son mot à dire à ce sujet... Pas davantage, d'ailleurs, qu'au laps de temps qu'elle exigeait avant qu'elle ne se sente prête à monter à nouveau à bord d'un navire. Elle voulait prendre le temps de se ressourcer en solitaire, et de s'entraîner sur l'île inhospitalière et sinistre de Kuraigana ? L'artiste ne pouvait que saluer sa ténacité, dans l'absolu. La solitude lui avait beaucoup pesé, dans son cas, mais il imaginait sans peine que tout le monde n'était pas foncièrement régit par les mêmes règles que lui. Peut-être qu'un brin de calme et de sérénité offrirait à Lilianna l'occasion de tourner la page d'elle-même... Même s'il n'y croyait pas vraiment, à la vérité.


Je comprends. Prends le temps dont tu auras besoin. J'ai beaucoup de choses à régler ici, donc tu ne nous retarderas pas.


Et dans les faits, même les retarder n'aurait pas été dramatique. Tengoku no Seigi avait recruté bien des membres et avait besoin de nouer un contact fiable et respectable entre ces nouvelles têtes et les anciens pirates, déjà bien implémentés au sein de leur organisme criminel. De plus, Nakata avait personnellement repoussé cette échéance durant un laps de temps quasiment incalculable : entre la guerre qu'il avait décidé de livrer promptement à Centes Decima ou encore celle dans laquelle il avait été enrôlé de force par le Gouvernement Mondial, contre la révolution d'Arias, il avait eu à plus d'une reprise l'occasion de décaler généreusement son arrivée sur l'ultime et le plus redoutable des océans... Quelques jours de plus ou de moins n'allaient donc pas le bouleverser outre mesure. D'autant qu'avec la venue imminente du nouveau navire, il préférait encore prendre son temps de s'accoutumer à cette nouvelle embarcation et de peaufiner son organisation, ainsi que de le personnaliser quelque peu... Les charpentiers de Galley-la faisaient un boulot formidable, il n'en doutait pas un traître instant, mais de là à fournir à un navire une âme qui concordait avec celle de son capitaine et de l'équipage qu'il portait ? C'était une toute autre affaire...
Dans tous les cas, l'ancien corsaire avait donc très largement de quoi s'occuper, chose qui allait permettre à la demoiselle de se consacrer à son entraînement sans avoir à craindre d'être oubliée ou mise de côté. Par ailleurs, le Phoenix ne tarda guère à revenir rapidement sur les amis qu'il avait très sommairement évoqué auparavant et qu'il détailla un peu plus.


Les amis qui viendront te chercher... ils sont dans le coin. Début Grand Line, je veux dire. Ils ont un morceau de ma Vivre Card. Ils pourront me pister à la trace et me retrouver plus facilement que tu ne le ferais.


Il imaginait sans peine qu'elle devait se sentir mal à l'aise en imaginant qu'elle sollicitait tout un tas de ressources... Alors il tenait à la réconforter quelque peu. Dans l'absolu, pour l'heure, Kernoza et les autres n'avait pas de tâche particulière à assumer : ils se contentaient de vaquer à leurs occupations sans rendre de compte à Tengoku no Seigi. La possibilité de rejoindre Nakata en allant en ligne droite leur faciliterait également grandement la tâche et pourrait leur permettre de mener Lilianna à bon port en un éclair... Il aurait été stupide, par conséquent, de se refuser cette possibilité. Le capitaine n'était pas assez sadique pour laisser la jeune femme traverser la Route de tous les Périls de fond en comble dans le seul but de rejoindre son équipage...



_________________
“Tout obstacle renforce la détermination. Celui qui s’est fixé un but n’en change pas.” Léonard de Vinci
“Tu dois, donc tu peux. Une volonté libre et une volonté soumise à des lois morales sont une seule et même chose.” Emmanuel Kant


Revenir en haut Aller en bas
Lilianna Windspell
Pirate
avatar
Messages : 222
Race : Humaine

Feuille de personnage
Niveau:
25/75  (25/75)
Expériences:
52/120  (52/120)
Berrys: 60.000 B

MessageSujet: Re: Voyage, lendemain de folie. [PV Lili]   Jeu 17 Mai - 15:39




Just hear your voice



Est-ce qu'elle ne venait pas de commettre une erreur ? Est-ce qu'elle serait seulement capable de se présenter à lui le jour venu ? Est-ce que d'ici là, sa peur irrationnelle ne reprendrait pas le dessus au point de la pousser à se cacher lorsque les amis de Nakata se présenteront ? Certes, le fait de savoir qu'ils n'étaient pas loin et que cela ne représentait peut-être pas un énorme détour pour eux avait quelque chose de rassurant. Mais tout de même. Déjà qu'elle allait avoir du mal les premiers temps à se tisser de nouveau un lien avec tous ces inconnus dont elle ne savait rien. Elle avait l'impression de sauter à pied joint dans une véritable purée de pois. Elle ne se voyait tellement pas dans cet équipage qui serait le sien dans un mois. Comment dire ? Même ce capitaine qu'elle avait pourtant par le passé, renfermait une part de mystère. Après tout, elle ne l'avait pas vu depuis si longtemps... Rien que de renouer avec lui lui prendrait peut-être un peu de temps. Évidemment, parler via Den den mushi ou se voir face-à-face, vivre une vie commune... c'était une toute autre histoire ! Alors, si elle avait autant de peine avec le fait de revoir un ami, comment allait-elle s'intégrer dans une troupe de gens qu'elle ne connaissait pas du tout. Une détresse qu'elle essaya de canaliser en s'informant un peu plus auprès du phénix.

- Et... et tes amis, comment sont-ils ? Et l'équipage ? Est-ce qu'il y a des choses que je devrais savoir avant d'arriver ?

Bon d'accord, encore une fois le succès était plutôt mitigé. Nerveuse et à la fois curieuse, la demoiselle avait enchaîné ses questions avant même d'attendre la réponse du blondinet. Il fallait bien d'une manière ou d'une autre essayer d'y voir un peu plus clair sur le chemin qu'elle allait emprunter. La demoiselle était sûre d'avoir encore tout un ensemble de question mais elle se rendit bien vite compte qu'il lui fallait faire des pauses si elle voulait des éléments de réponses. Lui en fournirait-il ? Jusqu'à quel point irait-il satisfaire sa curiosité ? Un mois. Dès lors qu'elle se plongerait dans son entraînement, Lilianna savait qu'elle aurait la tête assez occupée pour ne pas passer ses journées à angoisser. Mais qu'en serait-il du soir ? De ces moments comme maintenant où elle avait tout le loisir de laisser ses pensées vagabonder. Les journées passeraient vite. Les soirées peut-être moins. Son univers à peine stable qu'elle avait réussi à reconstruire, restant pourtant fragile venait de se faire balayer par un vent puissant. Désormais, il lui fallait s'en remettre et également comme il le lui avait précisé, se mettre les idées au clair pendant cette période. Elle ne pouvait garantir d'être la meilleure partenaire possible dans les premiers temps mais si elle pouvait au moins leur éviter le genre de crise dont Nakata venait d'être témoin, ce serait un bon début. Et c'est surtout cela qu'elle craignait. Si elle venait à craquer devant eux alors qu'elle venait juste d'arriver dans leur équipe, comment rattraper cela par la suite ?

- Désolée pour toutes les questions... Je me sens juste un peu nerveuse, tu l'auras compris. Même si on se connait, rien ne garantit que l'équipage m'appréciera aussi... Si je ne réagis pas bien, je ne saurais pas comment me justifier auprès d'eux.

Elle n'attendait pas de lui après tout qu'il la couvre à chaque fois que des sautes d'humeur se présenteraient. En plus, elle ne savait rien de ses futurs compagnons et de leurs caractères respectifs. Autant, il y aurait des personnes patientes, autant certaines le seront moins. Le but en allant là-bas n'était pas de créer des conflits au sein de l'équipage du phénix. Il avait sûrement mieux à faire que de régler ce genre de problèmes à longueur de journée, surtout à la veille de leur entrée sur le Nouveau Monde.

Finalement, ce lot de pensées fit pousser un soupir à la jeune femme. Elle devait vraiment avoir trop de temps libre pour pouvoir ainsi s'inquiéter autant des choses. S'il y a bien une chose qu'elle espérait, c'est que ce mois serait suffisant pour la préparer mentalement à accepter sa future vie.



Revenir en haut Aller en bas
Fenice Nakata
The Phoenix
avatar
Messages : 14699
Race : Humain
Équipage : Tengoku no Seigi

Feuille de personnage
Niveau:
52/75  (52/75)
Expériences:
175/1000  (175/1000)
Berrys: 2.240.026.002 B

MessageSujet: Re: Voyage, lendemain de folie. [PV Lili]   Jeu 17 Mai - 16:37

img_rp
Voyage, lendemain de folie.
Den Den.
feat Lilianna



Elle était adorable. Avec un sourire doux sur les lèvres, le Phoenix l'écouta tandis qu'elle enchaînait les questions, manifestement angoissée à l'idée de cette échéance qui risquait d'approcher à grand pas et de la précipiter dans une direction qu'elle ne maîtrisait pas et que, de ce fait, elle ne pouvait que redouter. Il aurait aimé pouvoir la guérir de ses maux et de ses peines, mais il ne savait que trop bien que tout cela était incurable. Tout ce qu'il pouvait faire, c'était tâcher de l'accompagner et de lui tenir la main jusqu'à des jours meilleurs, plus optimistes et plus joyeux... Plus naïfs, d'une certaine manière. Pour ce faire, il n'avait, en l'état des choses, rien d'autre à faire qu'accueillir ses craintes et que les broyer, les mettre à mal, lui montrer qu'elles étaient infondées et qu'elles ne menaient nulle part. D'une voix chaude et réconfortante, Nakata profita d'un instant de silence au détour d'un soupir égaré pour apporter à Lilianna quelques éléments de réponses qu'elle avait avidement souhaité dénicher en l'inondant d'un flot colossal d'interrogations en tout genre.

Tu n'as pas à les craindre. Ils sont comme moi. Ils ont accepté de me suivre parce qu'ils sont habités par les mêmes convictions, par la même honnêteté et le même idéalisme. Ils veulent faire le bien, protéger la liberté et promouvoir l'égalité. Mon équipage porte bien son nom, tu n'as pas à t'en faire. Ils feront en sorte de t'accueillir gentiment, crois-moi. Ils ont toute ma confiance, à ce stade.


Il aurait bien sûr pu les citer, énumérer leurs vertus et leurs qualités... Mais à quoi bon ? Lilianna ne tarderait guère à les rencontrer, en fin de compte. L'humilité de Kyoshiro, l'écoute attentive de Damon, la simplicité d'Alidia, la sollicitude de Nook seraient autant de traits caractériels qu'elle pourrait saisir dès le premier regard, dès les premiers mots échangés. Son jugement s'affinerait au fil du temps, bien sûr, mais tous avaient rejoint Tengoku no Seigi dans le but d'instaurer leur propre vision de la justice. De faire prédominer l'équité absolue entre les peuples et les gens, dans leur individualité la plus sommaire comme dans leur globalité la plus diversifiée et la plus hétérogène. Tout un chacun était différent. Mais c'était précisément pour cela que tout un chacun méritait des droits et des devoirs... La force ne pouvait pas garantir la survie ou la domination éternellement. Eux avaient décidé de mettre leur existence au service des faibles qui n'étaient pas susceptibles de se prémunir des abus dont ils risquaient d'être victimes... Cela incluait fondamentalement un désintérêt et un dévouement colossaux, magistraux. Avec le recul, le Fenice ne pouvait qu'être fier à l'idée d'avoir généré une telle bande, et de la coordonner depuis des mois et des mois. Il n'avait jamais entendu parler d'un équipage à la fois si singulier et si bon, si pur. Il était absolument convaincu du fait qu'elle allait s'intégrer à merveille, le temps remplissant son office, et qu'elle allait s'épanouir promptement si elle décidait de leur accorder la chance qu'ils méritaient tous. Il y veillerait, en tout cas.


A moins que les années ne t'aient métamorphosées en un espèce de mégère insupportable et imbuvable, crois-moi, ils n'auront aucune raison de te refouler ou de te mépriser. La jeune femme adorable que j'ai connu sur Attraction Town saura sans aucun doute les convaincre de sa gentillesse...


Après tout, elle était prévenante et douce, dans ses souvenirs. C'étaient là des qualités incontournables, les plus nécessaires pour un médecin... Et au sein d'une bande aussi loufoque et curieuse, elles allaient lui permettre de s'intégrer promptement, d'attirer l'attention et les faveurs des pirates qui constituaient son équipage. Dans les faits, le Phoenix savait même pertinemment qu'il n'aurait pas besoin un traître instant de leur demander d'être délicats et bienveillants à l'égard de la blondinette : ils allaient forcément tous l'être, d'instinct. Car la Windspell n'était pas le genre de personnes qui réveillait l'animosité ou la méchanceté chez ceux qu'elle côtoyait, elle risquait de trouver un havre de paix des plus épanouissants auprès de Tengoku no Seigi... Du moins l'ancien capitaine corsaire l'espérait-il aussi ardemment qu'il en était capable.


Ne te prends pas la tête avec les formalités et tout le reste. Je te recontacterai en temps et en heure pour ce faire. Profite de Kuraigana pour te requinquer convenablement. C'est la plus grande des urgences.




_________________
“Tout obstacle renforce la détermination. Celui qui s’est fixé un but n’en change pas.” Léonard de Vinci
“Tu dois, donc tu peux. Une volonté libre et une volonté soumise à des lois morales sont une seule et même chose.” Emmanuel Kant


Revenir en haut Aller en bas
Lilianna Windspell
Pirate
avatar
Messages : 222
Race : Humaine

Feuille de personnage
Niveau:
25/75  (25/75)
Expériences:
52/120  (52/120)
Berrys: 60.000 B

MessageSujet: Re: Voyage, lendemain de folie. [PV Lili]   Jeu 17 Mai - 17:34




Just hear your voice



Comme souvent, elle devait lui accorder le point. Elle ne doutait pas de la gentillesse à proprement parler des compagnons de Nakata. S'il leur faisait confiance, elle n'avait aucune raison de le faire. Et peut-être pensaient-ils tous un peu de la même façon, eux qui avaient choisi cette si singulière personne en tant que capitaine. Raison de plus pour ne pas ternir l'image de l'oiseau mythique. Mais au moins ses paroles eurent le don de lui arracher un sourire. Une petite part d'elle en effet, avait presque envie de voir le temps défiler plus vite afin de rencontrer cette nouvelle famille. Cela ne suffirait peut-être pas à chasser toutes ces peurs mais quand elle y serait, peut-être qu'elle finirait par trouver sa place comme le blondinet semblait le croire. C'est une petite poussière brillante d'espoir qu'il avait réussi à lui faire parvenir de là où il se trouvait. Sans nul doute, il avait un don naturel pour ce genre de choses et c'est l'un de ces traits qui finissaient par mettre les gens à l'aise en sa présence.

Elle put même avoir une nouvelle réaction que fit naître la suite de son discours.

- Q-que... Mégère insupportable et imbuvable ?! répéta-t-elle bêtement. Non ! Tu exagères...

Elle se sentait outrée, offusquée presque que cette idée ait seulement pu lui traverser l'esprit. Elle n'était plus habitée de cette colère nerveuse et terrifiée. La demoiselle était simplement redevenue l'espace d'un instant une jeune femme capable de rester muette de stupéfaction et capable de se vexé gentiment de ce genre de remarque. C'est quelque chose que le phénix ressentirait bien assez vite à sa tonalité temporairement allégée. Et peut-être cela lui permit-il en partie de ne pas rougir trop brusquement du compliment qui s'en suivi. Adorable, adorable. Elle agissait simplement comme elle jugeait bon de le faire. On l'avait éduqué de sorte à ce qu'elle ne voyait absolument aucune raison de vouloir faire du mal à quelqu'un ou même se montrer agressif ou désagréable sans raisons. De plus, à l'époque où il l'avait rencontré, elle se souvenait d'être encore une jeune fille très naïve et s'émerveillant de tout, très spontanée et innocente dans ses réactions. N'aurait-elle pas perdu un peu de ce côté là avec le temps ? Ce serait lui qui serait apte à comparer avec son souvenir quand il la verrait pourtant, ne pouvant s'en empêcher, le médecin demanda à mi-voix.

- Sans parler d'être une mégère, c'est possible que je ne sois plus celle que tu as trouvé adorable à cette époque.

C'était un fait, elle ne pouvait être celle qu'elle était à l'époque car trop de temps était passé et les gens changent avec le temps. Alors, fut-ce en bien ou en mal, c'était là une toute autre question. Cependant, autant elle avait changé, autant elle ne devait pas s'attendre à ce que Nakata soit exactement le même jeune homme que celui qu'elle avait connu.

- Mais oui, je vais essayer de... relâcher un peu la pression. Ce serait malheureux qu'à notre prochaine rencontre tu ais à affaire avec une mégère !

Ce sur quoi, elle pouffa doucement. Un petit éclat de rire bref mais plutôt joyeux. Celle-là, elle ne risquait pas de l'oublier dans les jours à venir ! Peut-être même qu'un jour, elle le lui rappellerait au cours d'un de leurs futurs voyages. Une perspective qui lui semblait encore si irréelle mais que les jours finiraient bien par transformer en réalité. Finalement, cet appel malgré ses rebondissement finissait par l'entraîner vers un état de tranquillité plutôt agréable. Nul doute que cette nuit, elle dormirait bien.

- Quoiqu'il en soit... je tenais à te dire merci. Pour tout. Pour l'appel, la proposition. Et aussi pour m'avoir apporté l'opportunité de te revoir.



Revenir en haut Aller en bas
Fenice Nakata
The Phoenix
avatar
Messages : 14699
Race : Humain
Équipage : Tengoku no Seigi

Feuille de personnage
Niveau:
52/75  (52/75)
Expériences:
175/1000  (175/1000)
Berrys: 2.240.026.002 B

MessageSujet: Re: Voyage, lendemain de folie. [PV Lili]   Jeu 17 Mai - 22:16

img_rp
Voyage, lendemain de folie.
Den Den.
feat Lilianna



Sa réaction épidermique et quasiment scandalisée face au qualificatif dont l'affubla le Phoenix eut le don d'apporter sur le visage de ce dernier un sourire épanoui. Il était ravi de voir qu'il était capable de faire mouche, envers et contre l'état déplorable que la jeune femme avait affiché au tout début de leur appel. Et il était honoré d'être le moteur de cette joie de vivre revigorée brusquement, certes probablement fébrilement, mais qui rappelait à Lilianna que tout espoir n'était pas mort et que si la douleur demeurait présente et ineffable, elle avait néanmoins la possibilité de la tromper et de l'estomper. C'était probablement la tâche à laquelle l'artiste allait le plus se consacrer, durant leurs voyages à venir : lui montrer que la souffrance ne lui demeurait enchaînée corps et âme qu'à partir du moment où elle tolérait ces chaînes, et où elle les entretenait. Elle aurait toujours, même des années plus tard, la désagréable sensation de traîner un boulet, cristallisant la charge émotionnelle que renfermeraient sempiternellement cette tragédie dramatique... Mais, à terme, elle arriverait à se mouvoir sans en ressentir la lourdeur. Oui, le zoan avait bon espoir qu'un jour, elle en viendrait à comprendre que la vie se prolongeait par-delà la mort, par le biais des souvenirs ressassés constamment... Aussi décida-t-il de ne pas renchérir outre mesure sur cette petite taquinerie qui l'avait gentiment offensée. Pas plus, en tout cas, que par le biais de son sourire toujours dûment affiché.
Lorsque vint l'heure des remerciements, en revanche, le mythique ne put demeurer de marbre. Il eut un moment de gêne et de timidité, à entendre la voix de Lilianna muer et se charger d'un tel sérieux, d'une sincérité transparente, limpide, à toute épreuve. Qu'avait-il fait pour mériter de tels honneurs ? Rien d'autre que décrocher le combiné qu'elle avait fait sonner, en fin de compte : il n'avait été que lui-même... De ce fait, Nakata ne tarda guère, cette fois-ci, à la reprendre. Il s'y sentait obligé, et se serait senti crasseux de réceptionner ces bons sentiments sans rendre honneur à celle qui les prononçaient si ouvertement.


Je n'ai rien fait pour mériter tes remerciements... C'est toi qui m'a appelée. Et je te l'ai dit. J'ai, moi aussi, envie de te revoir. De naviguer à tes côtés. D'en apprendre plus sur toi. J'en ai l'envie depuis trop longtemps. Alors je suis simplement heureux que cela puisse se réaliser maintenant.


Il aurait préféré, bien entendu, que tout cela prenne racine dans un moment d'allégresse et d'euphorie plutôt qu'au détour de pleurs et d'une hécatombe... Mais le bonheur surgissait parfois des tréfonds des enfers, dans une gerbe miraculeuse et resplendissante. C'était la mort de Raphaël qui l'avait poussé à rencontrer Hato, à construire Tengoku no Seigi, à retrouver Damon et à sympathiser avec tout un tas d'autres visages qui, aujourd'hui, lui étaient plus que familiers. C'était la mort d'Hato qui l'avait poussé à se rapprocher de Kyoshiro, d'Holly, d'Alidia, et à prêter davantage attention aux désirs des siens, à leur volonté propre. Tout événement, même le plus funeste, était parfois formateur et pédagogue, pour peu qu'on accepte d'écouter les leçons qu'il souhaitait nous communiquer... Et si le prix était parfois trop fort, si l'on se sentait lésé et délesté d'une partie de nous-même, on avait toujours l'opportunité de se reconstruire et de resurgir, entier et vigoureux comme jamais. L'être humain se démarquait des autres membres du règne animal par sa colossale faculté à s'adapter à son environnement, mais aussi aux drames qui ponctuaient sa vie et la ternissaient. Le Phoenix n'était que la quintessence de cette réincarnation perpétuelle à laquelle se livraient tous les êtres vivants, dès qu'ils acceptaient le concept de la mort...


Si tu as envie de me joindre, avant de venir jusqu'à Shabondy, n'hésite pas. J'aurai bien l'occasion de te dégager un peu de temps libre, tu sais !


Et même s'il ne l'avait pas, il allait faire en sorte de l'avoir. Maintenant qu'il savait dans quel état elle se trouvait, et quels dangers elle avait dû côtoyer, il n'avait pas l'ombre d'une envie de la délaisser, de lui donner le sentiment de l'abandonner et de lui tourner le dos. Au-delà du futur capitaine, il voulait rester proche d'elle en tant qu'ami, en tant que confident privilégié. Elle devait le savoir là pour elle, en tout temps et en toute heure, quelles qu'en soient les circonstances. Car c'était là la moindre des choses que de s'avérer disponible et prévenant, lorsqu'on lui adressait suffisamment de confiance pour se dévoiler et se dénuder, même parcellairement, comme elle avait pu le faire. Il aurait été le pire et le plus odieux des crétins s'il n'y avait pas accordé une once d'importance...
De sa voix douce et ensoleillée, l'ancien capitaine corsaire reprit la parole en se redressant pesamment, profitant de l'occasion pour s'étirer quelque peu, se délectant des agréables rayons du soleil qui lui semblaient autrement plus savoureux qu'au début de l'appel.


Et ne te malmène pas trop. La clé du progrès, en entraînement, c'est la tempérance. Ecoute ton corps. Il te le rendra.


C'était bien l'un des seuls domaines où l'artiste martial se permettait d'être catégorique, en l'occurrence : personne n'aurait pu remettre en doute ses connaissances en la matière...



_________________
“Tout obstacle renforce la détermination. Celui qui s’est fixé un but n’en change pas.” Léonard de Vinci
“Tu dois, donc tu peux. Une volonté libre et une volonté soumise à des lois morales sont une seule et même chose.” Emmanuel Kant


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Voyage, lendemain de folie. [PV Lili]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Voyage, lendemain de folie. [PV Lili]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» Les gens du voyage
» La folie des BAM ! [FINI]
» Voyage de Bougainville
» Voyage dans le foin...
» Haiti en Marche parle du voyage de Preval dans le Centre

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
One Piece Seken :: Le monde de One Piece :: Den Den Mushi-