Partagez | 
 

 Voyage, lendemain de folie. [PV Lili]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Fenice Nakata
The Phoenix
avatar
Messages : 14433
Race : Humain
Équipage : Tengoku no Seigi

Feuille de personnage
Niveau:
51/75  (51/75)
Expériences:
486/1000  (486/1000)
Berrys: 2.240.026.002 B

MessageSujet: Voyage, lendemain de folie. [PV Lili]   Dim 08 Avr 2018, 09:32

img_rp
Voyage, lendemain de folie.
Den Den.
feat Lilianna





T'es prêt ?



T'appréhendes ? T'en fais pas, je vais me retenir.



Très drôle !


A quelques dizaines de mètres de l'Aldébaran, les deux hommes se foncèrent brusquement l'un sur l'autre. Le premier, armé uniquement de ses poings et de ses pieds, semblait glisser sur le sol avec une rapidité exaltante et effarante, laquelle remuait ses cheveux dorés avec ferveur. Le second, sur la défensive, portait un katana et arborait une posture de garde impeccable, rodée par des années d'expertise et d'entraînements. Ce fut à Nakata, donc, d'entamer les hostilités... Et il n'y alla pas de main morte. Son premier coup de poing, recouvert d'une plaque noire du haki de l'armement, son adversaire ne put l'esquiver que d'un poil grâce à l'atout indéniable que lui conférait le haki de l'observation. Il tenta de profiter de l'ouverture devinée pour empaler son ennemi sur son épée, sans le moindre succès : le Phoenix aussi disposait de ce fâcheux don de prescience et ne s'encombra pas bien longtemps de cette menace, qui ricocha sur son ventre protégé de l'armement. Damon grommela et bondit en arrière au moment où il pied risquait de faucher son visage : son capitaine était expert dans les domaines des hakis, depuis le temps qu'il s'évertuait à les maîtriser contre des ennemis plus puissants que lui. Le vigie jurait même que le combat avec Groogal, qui s'était déroulé seulement quelques heures auparavant, avant su être prolifique au possible. Comme d'habitude, le Fenice avait su tirer des enseignements de cette lutte âpre avec une justesse et un brio décourageants... Comment égaler un homme aussi doué ? Mais le bretteur savait depuis longtemps que son vieil ami disposait de bien plus de ressources que lui : il ne se serait pas jeté dans un entraînement avec lui s'il avait estimé n'avoir rien à apprendre, après tout. Un geste horizontal envoya à l'attention de son capitaine une lame d'air rougeoyante, que ledit capitaine balaya comme un fétu de paille, d'un revers de la main négligent et nonchalant. Cela permit néanmoins au brun de retrouver des appuis stables, lui offrant ainsi un gain de temps considérable. Se laisser dépasser par les événements, face à une telle pointure, serait sans nul doute son ultime erreur...

Interrogatif, Damon arqua un sourcil en voyant que le musicien s'était immobilisé. L'instant suivant, une sonnerie d'escargophone lui parvint distinctement tandis que son opposant du jour tirait le gastéropode de l'intérieur de son manteau de capitaine. Encore du boulot ? Le vigie, sourire aux lèvres, rengaina momentanément, patientant calmement jusqu'à ce que l'autre homme retrouve quelques disponibilités. Nakata, quant à lui, était légèrement moins assuré et moins confiant que son collègue. Il était curieux quant à l'identité de la personne qui voulait manifestement le joindre, n'attendant pour l'heure pas vraiment d'appel. Son cœur se serra d'appréhension, et peut-être d'un instinct prémonitoire, mais cela ne l'empêcha pas de prendre la parole d'une voix assurée une fois le combiné décroché.



Allô ? C'est Nakata. A qui ai-je l'honneur ?




_________________
“Tout obstacle renforce la détermination. Celui qui s’est fixé un but n’en change pas.” Léonard de Vinci
“Tu dois, donc tu peux. Une volonté libre et une volonté soumise à des lois morales sont une seule et même chose.” Emmanuel Kant


Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Lilianna Windspell
Pirate
avatar
Messages : 149
Race : Humaine

Feuille de personnage
Niveau:
20/75  (20/75)
Expériences:
38/100  (38/100)
Berrys: 60.000 B

MessageSujet: Re: Voyage, lendemain de folie. [PV Lili]   Jeu 12 Avr 2018, 22:52




Just hear your voice



Les petites branches craquaient sous l'assaut des langues de flammes. Un petit crépitement qui se joignait aux sonorités de la mer qui inlassablement venait et repartait. Assise sur la plage, non loin du feu qu'elle s'était confectionnée, Lilianna regardait l'océan. Dans cet environnement calme, elle avait l'impression de pouvoir penser un peu plus sereinement. Et penser, il le fallait bien. Elle avait atteint le premier objectif qu'elle avait en tête, à savoir rejoindre Kuraigana. Mais qu'adviendrait-il après qu'elle ait réalisé ce qu'elle était venue faire ici ? Repartirait-elle ? Pour aller où ? Une question qui la rongeait. Une question à laquelle la demoiselle n'avait encore aucune réponse pour le moment car elle s'accompagnait toujours du souvenir de ce qui s'était passé à peine quelques mois auparavant. Si elle avait décidé de poursuivre sa vie et sa voie en tant que pirate, la jeune femme n'en répugnait pas moins l'idée de devoir s'associer à nouveau avec d'autres personnes. Pas maintenant. Mais que faire toute seule ? La réflexion finalement ne dépassait jamais ce stade.

À défaut de trouver une solution, elle farfouilla dans son sac sous le regard de son ami à plume de toujours qui était perché sur une buche. Après quelques secondes, Lilianna en ressortit son journal. Elle n'avait rien à faire et plutôt que de repartir dans un débat qu'elle savait vain, la belle préférait se plonger dans la nostalgie de ses souvenirs. Feuilleter les pages de sa vie si soigneusement couchée sur le papier. Elle tourna les pages l'une après l'autre entre ses doigts, ses yeux parcourant les lignes d'écriture. Parfois, ses yeux captaient une suite de mots, lui faisant lire une phrase avant de finalement la faire s'attarder sur des passages. Un mince sourire étirait ses lèvres, l'espace de quelques secondes. Puis, elle recommençait à tourner les pages.

- ...

Coincé entre les deux pages qu'elle avait désormais sous les yeux, un petit morceau de papier, plié, un tantinet froissé par le temps et l'usage. Si elle prit la peine de le déplier, la pirate à la chevelure d'or en connaissait déjà le contenu et pourtant, peut-être avait-elle besoin de s'assurer qu'elle ne se trompait pas. Sur la feuille, un numéro inscrit. Ce n'était pas son écriture. Cela étant, elle savait très bien à qui il appartenait. Oh oui. Les choses étaient différentes de cette fois où ils s'étaient croisés à Bulgemore et que sa mémoire lui avait joué l'un de ses vils tours. Quand le tout lui était revenu par la suite, elle avait momentanément trouvé détestable ces troubles de la mémoire l'ayant privé de retrouvailles qui auraient autrement été plus émouvantes. Certes à cette époque la situation ne le permettait pas mais elle n'avait pu se l'empêcher. Comme elle n'avait pu s'empêcher un moment de lui en vouloir d'être resté si évasif sur la nature de leur relation. Aujourd'hui, ce n'était plus le cas. La doctoresse ne lui en tenait plus rigueur car elle comprenait que la situation ne se prêtait guère à ce genre de confessions. Au contraire, le fait de revoir ce papier lui serra le cœur. Depuis combien de temps n'avait-elle pas entendu sa voix ? Plus elle y pensait, plus elle avait envie de l'entendre. Pas forcément pour parler de ses malheurs. Non, elle imaginait simplement qu'il serait agréable de pouvoir lui parler. Juste l'entendre. Et au fond, peut-être en avait-elle besoin. Peut-être qu'une partie d'elle recherchait inconsciemment son aide.

Avant qu'elle ne se rende compte de ce qu'elle avait fait, sa main avait composé le numéro.

*Et s'il ne répond pas ? Et s'il est occupé ? Et s'il ne se souvient pas de moi ?*

Après tout, il avait une vie à mener et si elle voulait un instant croire qu'il ne l'avait pas complètement chassé de son esprit, c'est une chose qui aurait été naturel. Et puis, comment répondrait-elle ? Que dire ? "Oh bonjour. Ça faisait longtemps. Oh, je t'appelle simplement parce que... je ne sais pas en fait, je n'ai pas réfléchi." En effet... c'était ridicule. Il fallait qu'elle raccroche.

Ses yeux s'ouvrirent plus grand lorsque son interlocuteur décrocha et qu'elle put entendre sa voix. Certes, il y avait quelques nuances apportées par leur moyen de communication mais elle fut surprise de voir qu'elle ne lui était pas inconnue. Une voix familière, un peu plus grave, plus profonde qu'à l'époque mais c'était la sienne. Lilianna se sentit soudain nerveuse car il aurait été impoli de raccrocher et que maintenant qu'elle l'avait embêté, quelques mots échangés n'étaient pas de refus. Mais l'appel avait été fait si spontanément qu'elle ne savait toujours pas ce qu'elle devait lui dire. Et finalement, la demoiselle prit la parole la voix incertaine comme si elle n'arrivait pas encore à réaliser ce qu'elle venait de faire.

- ...Nakata ? C'est bien toi... ?

Puis, se souvenant qu'il attendait encore de savoir à qui il avait affaire, sentant la méfiance dans sa voix, elle s'empressa d'ajouter.

- C'est... c'est Lilianna. Je ne sais pas si tu te souviens encore de moi mais...

La fin de sa phrase s'étouffa dans sa gorge. Son ventre se noua, attendant de savoir si ce nom lui parlait ou la réaction qu'il aurait. Lilianna ne savait pas si elle devait se jeter des fleurs ou se maudire intérieurement de son geste irréfléchi. Le phénix le lui ferait bientôt savoir.



Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Fenice Nakata
The Phoenix
avatar
Messages : 14433
Race : Humain
Équipage : Tengoku no Seigi

Feuille de personnage
Niveau:
51/75  (51/75)
Expériences:
486/1000  (486/1000)
Berrys: 2.240.026.002 B

MessageSujet: Re: Voyage, lendemain de folie. [PV Lili]   Dim 15 Avr 2018, 09:18

img_rp
Voyage, lendemain de folie.
Den Den.
feat Lilianna



Les longs instants de silence qui succédèrent à la question du Phoenix laissèrent les deux hommes dans un silence de plomb, lourd et éreintant. De qui diable s'agissait-il ? Le nombre de personnes possédant le numéro de Nakata avait invariablement cru au fil des ans et des pérégrinations, et il y avait même fort à parier qu'il ne connaisse pas l'identité exacte de tous ceux qui l'avaient en leur possession. Néanmoins, son incertitude gourde fut balayée d'un revers de la main lorsque celle de son interlocutrice résonna par le biais de l'escargophone : il se figea d'autant plus, sa respiration se coupant sèchement, comme s'il tâchait de déceler la moindre intonation, le moindre éclat dans cette voix féminine qu'il aurait pu reconnaître et à laquelle il aurait pu attribuer un visage, un nom, une splendeur, des teintes. Si la chose fut aisée ? Plutôt, malgré le temps. Il était des souvenirs qui restaient parfois intacts, quand bien même ils dépeignaient des événements à la fois lointains et fugaces. Bien sûr, l'ancien corsaire aurait pu espérer qu'il s'agisse là de nouvelles de la part des femmes qui avaient bercé sa vie ces derniers mois durant, et ce dans tous les sens du terme. Méliandre, Holly, Elisabeth, Chairoka, Andromède... Une foule de noms pouvaient être invoqués, mais aucun n'aurait produit chez lui autant d'euphorie et de soulagement à la fois. Pourquoi n'était-il pas capable de ressentir à ce sujet la moindre frustration ou le moindre regret ? Parce qu'il n'y avait pas lieu d'en ressentir un quelconque. Elle. Lilianna... Il avait attendu de ses nouvelles de longs mois durant. Au fil du temps, il avait préféré l'oublier, ou plutôt l'omettre, la placer de côté. Mais elle avait marqué ses voyages en tant que jeune pirate débutant et fringant, avait gravé des souvenirs jusque dans son cœur, qu'il portait et brandissait avec une fierté indélébile. Le nom donné concorda avec l'impression tenace qui venait de le saisir et il ne jubila pas davantage : son visage prit simplement des traits posés et pondérés, retranscrivant à la perfection la joie simple qui l'habitait. Et lorsqu'il répondit, Damon comprit qu'il aurait été indiscret de demeurer planté là : aussi s'esquiva-t-il discrètement, amusé par la tournure de cette situation.



Lilianna... Bien sûr que je me souviens de toi.


Elle était modeste. Comment aurait-il pu en être autrement ? Néanmoins, la cause du soulagement et de la satisfaction du Phoenix était toute autre. Ce n'était pas de ses propres songes dont il avait peur... Mais de ceux de la blondinette. Elle l'avait oublié envers et contre tout une première fois : elle aurait pu le faire une seconde. Le Fenice avait décidé de lui laisser un numéro pour qu'elle puisse le joindre à tout moment, en cas d'envie comme de besoin, mais il n'avait eu de cesse de craindre et de redouter qu'elle ne l'oublie à nouveau, comme elle avait pu le faire avant que le Destin ne les conduise à se voir à nouveau, sur Bulgemore. Contre toute attente, le Phoenix se rendit alors compte de la sérénité vive et assourdissante qui se dégageait de ce constat : elle se souvenait de lui. Des mots simples mais qui, pourtant, produisaient en lui un sentiment de bien-être tel qu'il eut grand besoin d'un instant de silence et de quiétude supplémentaire, yeux clos, avant de formuler quelques paroles bienveillantes et chaleureuses.



Je suis heureux de voir que tu aies pris le temps de me contacter. Que me vaux ce bonheur ?


Une entrée en matière sans doute maladroite, mais le légendaire aurait eu du mal de faire plus naturel. Nonchalamment et distraitement, conservant son esprit tout entier vissé sur la discussion qui allait s'ébaucher puis prendre vie par la grâce de leurs mots, le jeune forban alla s'asseoir contre l'une des racines de l'Archipel qui s'extirpait quelque peu du paysage bucolique et sauvage de Shabondy. Il sentait avec une certitude poignante qu'il allait avoir grand besoin de demeurer tranquille et quelque peu à l'écart du reste de Tengoku no Seigi, dans l'immédiat. Non pas qu'il craignait que ses camarades et subordonnés fassent preuve d'irrespect à son égard, mais bien qu'il avait l'envie de se focaliser sur Lilianna, maintenant qu'elle semblait être revenue s'immiscer dans sa vie, fut-ce fugacement. Pour le coup, il était tout ouïe, et cela allait même encore plus loin : il lui était entièrement dévoué, et n'aurait pas accepté que quoique ce soit le détourne de cette conversation qu'il avait si ardemment désirée, au fil des semaines et des années. S'il voulut ajouter quelque chose, il sentit instinctivement que cela risquait fort de s'avérer superflu : il ne devait pas confondre vitesse et précipitation et, en l'occurrence, il le savait pertinemment... Elle n'allait pas disparaître. Pas imminemment. Tout viendrait bien assez tôt, l'artiste le devinait sans peine...



_________________
“Tout obstacle renforce la détermination. Celui qui s’est fixé un but n’en change pas.” Léonard de Vinci
“Tu dois, donc tu peux. Une volonté libre et une volonté soumise à des lois morales sont une seule et même chose.” Emmanuel Kant


Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Lilianna Windspell
Pirate
avatar
Messages : 149
Race : Humaine

Feuille de personnage
Niveau:
20/75  (20/75)
Expériences:
38/100  (38/100)
Berrys: 60.000 B

MessageSujet: Re: Voyage, lendemain de folie. [PV Lili]   Lun 16 Avr 2018, 01:30




Just hear your voice



En entendant la réponse du phénix, Lilianna se sentit soudain bête. Lui demander s'il l'avait oublié alors que c'était elle qui était affublée d'un odieux problème de mémoire. Petite confession qu'elle avait par ailleurs faite au blondinet, des années plus tôt et dont il avait été la malheureuse victime par la suite. Pourtant, la jeune femme ne l'avait pas fait exprès. Quand elle avait prononcé ces mots, elle s'imaginait surtout que les années avaient pu ranger les souvenirs qu'il avait de sa personne dans un petit coin de sa tête. Cela faisait si longtemps qu'ils ne s'étaient parlés à nouveau. Aussi, l'entendre dire qu'il se remémorait encore la jeune femme fit naître un sentiment de soulagement chez cette dernière.

Sentiment qui fut bousculé par la honte lorsque la doctoresse entendit que Nakata semblait heureux de cet appel. Un appel qu'elle avait tardé à passer. Ils avaient vécu des moments précieux ensemble et si elle ne pouvait être pleinement désignée coupable de l'oubli causé par son mal, il n'en était pas moins malheureux qu'elle ait gardé si longtemps le silence. Trop de temps s'était écoulé avant qu'elle ne reprenne à nouveau le contact. Et à la suite de quoi ? Un simple hasard ? Un moment de nostalgie ? Rien de volontaire ? Comment le prendrait-il ? Elle ne voulait pas le décevoir ou assombrir une conversation qui aurait pu simplement les voir échanger des nouvelles. Néanmoins, elle sentait qu'elle avait besoin de s'excuser auprès de lui. La demoiselle baissa la tête même s'il ne pouvait la voir, les yeux rivés sur le sable à ses pieds.

- Pardonne-moi... J'aurais dû... J'aurais dû appeler plus tôt. Donner des nouvelles. Au moins te faire savoir que je ne t'avais pas oublié.

Alors pourquoi ne l'avait-elle pas fait ? Outre les derniers mois qui avaient été assez éprouvant moralement, quelle excuse avait-elle de ne pas l'avoir recontacté ? Il serait faux de faire porter le tort à une seule et même raison. La notion du temps qui s'écoule plus vite que ce que l'on s'imagine. La crainte de déranger comme maintenant. La crainte de se rendre compte à mesure qu'on entendait quelques nouvelles ici et là que la personne de qui on avait été si proche était finalement si loin de nous, vivant dans un tout autre monde.

- Je vais être honnête. Je ne pensais pas du tout appeler... J'ai agi sans réfléchir. J'étais simplement au coin du feu à relire tranquillement mon journal et... et je suis tombée sur ton numéro. J'avais bien conscience que c'était le tien. Mais... je n'avais pas l'intention de te déranger !

Alors pourquoi ? Pourquoi espérait-elle que la conversation se prolonge ? Qu'il puisse lui accorder quelques minutes de son temps. La solitude était parfois pesante et si la présence de Mistral lui était un précieux réconfort sans lequel elle aurait peut-être craqué avant, cette solitude venait à certains moments la ronger à petit feu. Retrouver chez le forban la chaleur familière d'un lien précieux que le temps avait enfoui sans parvenir à l'entacher, était réconfortant pour Lilianna. Et si malgré l'imprévu de son geste, elle était heureuse de le retrouver, c'était pour pouvoir s'il le voulait bien, l'entendre donner de ses nouvelles et l'écouter parler de lui. Cette nuit, elle pourrait s'endormir en imaginant dans quelle aventure s'était lancé l'oiseau légendaire. Ce jeune homme qu'elle avait connu épris d'aventures et de libertés, pétillant de joie de vivre. Pour une fois en ces temps troubles, elle n'aurait pas à laisser son esprit dériver à quelque pensée sombre.

- Quoiqu'il en soi, je suis... je suis heureuse d'entendre ta voix. Si tu as quelques minutes de ton temps à m'accorder, cela me ferait plaisir d'entendre de tes nouvelles.



Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Fenice Nakata
The Phoenix
avatar
Messages : 14433
Race : Humain
Équipage : Tengoku no Seigi

Feuille de personnage
Niveau:
51/75  (51/75)
Expériences:
486/1000  (486/1000)
Berrys: 2.240.026.002 B

MessageSujet: Re: Voyage, lendemain de folie. [PV Lili]   Lun 16 Avr 2018, 17:39

img_rp
Voyage, lendemain de folie.
Den Den.
feat Lilianna



Damon lui avait faussé compagnie, et le mythique lui en était reconnaissant. Non pas qu'il estimait avoir quelque chose à cacher en la personne de Lilianna, mais il n'avait pas envie d'entraver leurs retrouvailles, même simplement vocales, par la proximité de l'un de ses amis. Nakata préférait se sentir libre et avoir l'opportunité de lui dire ce qu'il avait sur le cœur s'il ne ressentait le désir : ainsi libéré de ce carcan intangible que représentaient les siens, il fit face à cette discussion à venir avec un sentiment d'ataraxie plutôt croissant. L'attente prenait fin, même s'il avait passé le plus clair de son temps, en finalité, à se leurrer lui-même : force était d'admettre qu'elle l'avait marqué de manière pour le moins durable, sinon indélébile, à en croire le sourire béat qui venait de se graver sur ses lèvres et qui risquait de ne pas les quitter de si tôt. Et la conversation, d'ailleurs, prit la direction qu'il aurait pu fantasmer s'il avait songé encore et encore à cet entretien tant désiré au préalable. Elle s'excusa, toujours aussi délicate et prévenante, et tâcha de le mettre à l'aise en assurant ne pas vouloir le déranger. Était-ce la popularité de l'ancien corsaire qui ne lui facilitait pas la tâche ? Sans doute imaginait-elle qu'il n'avait pas l'ombre d'un instant pour lui, au vu de ses méfaits les plus récents... Et, d'une certaine manière, elle n'aurait pas vraiment eu tort. Il était rare que le musicien n'en vienne à se prélasser et s'il avait un moment de libre, ici, sur Shabondy, c'était uniquement parce que son équipage était contraint de demeurer en stand by tant que le projet du changement de navire n'avait pas pu aboutir. Autant dire qu'ils étaient encore là pour quelques nombreuses semaines... Qui pouvaient au moins être rassérénantes. Le zoan mythique l'espérait ardemment, tout du moins. Il tâcha en tout cas de se rendre aussi agréable que son interlocutrice et de la mettre dans de bonnes dispositions pour prolonger leur petit appel, de sorte qu'ils ne se sentent nullement pressés par le temps.


Ne t'en fais pas ! Je ne t'en veux pas. On a tous les deux nos vies... Et je suis tout à toi. Je peux même t'accorder ma journée, si l'envie t'en dit.


Il eut un rire clair en se demandant où elle pouvait bien se trouver. Leur première rencontre s'était déroulée sur West Blue, mais c'était plusieurs années auparavant... Et elle lui avait à cette époque dit provenir de Grand Line, chose appuyée par leurs retrouvailles sur Bulgemore. Elle avait parlé d'un feu... Alors, était-ce parce qu'il faisait froid ou parce qu'il faisait nuit ? Face à son incapacité à répondre à une telle question, l'ancien capitaine corsaire décida d'entamer les choses sérieuses en amenant une discussion sur la table, songeant qu'il aurait de toute manière bien assez vite l'occasion d'en apprendre davantage sur les dernières péripéties qu'elle avait pu traverser. Aussi le Fenice prit-il la parole, tout sourire et enjoué comme rarement ces derniers temps, insouciant même.


De mes nouvelles ? Je n'ai pas grand chose à dire qui sorte de ce que tu auras déjà pu entendre, à dire vrai ! Je suis sur Shabondy, en ce moment. Je m'apprête à passer dans le Nouveau Monde, et... J'imagine que c'est à peu près tout.


Il était réaliste et connaissait indéniablement sa condition médiatique, mais tâchait de ne pas trop s'enorgueillir. Rien de ce qu'il n'avait fait n'avait pour l'heure été incroyable et époustouflant au point de mériter d'être ainsi cité. Lilianna avait probablement entendu parler de ses principaux faits d'armes, si elle avait tâché de suivre son parcours par le biais de la presse : la capture de certains pions Decimas à Alabasta, l'incursion à Impel Down... Tout cela n'avait été possible qu'avec un soutien logistique ou stratégique conséquent. A Alabasta, le Gouvernement Mondial avait beaucoup prémâché le travail de Nakata en lui indiquant où frapper et à Impel Down, c'était Erwin qui avait eu un rôle clé, leur permettant de s'y introduire à moindre risques. Certes, à chaque fois, le Phoenix avait eu quelques combats à assumer... Mais c'était là sa fonction première : livrer bataille. Autrement dit, rien qui ne sortait de son domaine de prédilection... D'autant que les combats avaient été grossièrement facilités. Wakai Tsuki, sur Alabasta, ne jouissait pas de son libre arbitre puisque Centes l'en avait privé : il avait été aisé à défaire, à ce titre. Satan avait été redoutable et pugnace, mais leur lutte s'était abrégée promptement... Tant et si bien que l'oiseau n'avait pas eu le temps de lui adresser les coups qu'il lui destinait, politesses d'usages mis-à-part, en guise d'échauffements.
Mais si le Fenice était aussi médiatisé, ça n'était pas du tout le cas de l'équipage auquel Lilianna appartenait, assurément plus modeste. Aussi le blondinet n'avait pas du tout eut le loisir d'en apprendre davantage quant aux prouesses de la séduisante doctoresse... Sans perdre un instant, ne se doutant pas même l'ombre d'un instant qu'il s'attaquait là à un sujet pour le moins sensible, l'artiste sauta les deux pieds dans le plat, s'engouffrant sur un terrain glissant avec une naïveté qui ne seyait guère à un forban de son envergure.


Mais toi ? Tu as eu l'occasion de reprendre la route depuis Bulgemore, non ? Tu es où, actuellement ?




_________________
“Tout obstacle renforce la détermination. Celui qui s’est fixé un but n’en change pas.” Léonard de Vinci
“Tu dois, donc tu peux. Une volonté libre et une volonté soumise à des lois morales sont une seule et même chose.” Emmanuel Kant


Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Lilianna Windspell
Pirate
avatar
Messages : 149
Race : Humaine

Feuille de personnage
Niveau:
20/75  (20/75)
Expériences:
38/100  (38/100)
Berrys: 60.000 B

MessageSujet: Re: Voyage, lendemain de folie. [PV Lili]   Hier à 17:47




Just hear your voice



Il était toujours aussi facile de lui parler et Lilianna retrouva un peu plus d'aisance au fil des secondes, à mesure qu'elle se détendait, retrouvant chez le phénix une compagnie des plus agréables. Et ce malgré, le fait qu'il soit un individu relativement connu en dépit de tout ce qu'il avait beau en dire. Il était certainement plus au courant de la vérité et peut-être ces exploits n'étaient pas aussi grands que ce qui se disait ici et là au travers des rumeurs grandissantes. Après tout, comment savoir si tout ce que la jeune femme avait pu apprendre était la stricte vérité ? À quelle point celle-ci avait-elle été déformée ? Mieux valait encore demander à ceux qui avaient participé à ces évènements devenus publics, ce qui s'était réellement passé. Or, elle avait cette chance de connaître la personne en question. Le résumé qu'il lui avait fait relatait brièvement les dernières nouvelles et elle ne put s'empêcher de sourire, admirative face au long chemin qu'il avait certainement parcouru.

Pour elle, le Nouveau Monde n'était qu'un endroit inconnu, rempli de mystère et de dangerosité. Il s'agissait presque d'une légende qu'elle ne verrait sans doute jamais de sa vie. Savoir qu'il allait bientôt naviguer sur ces eaux avaient quelque chose d'irréel. Irréel et dangereux. Si le musicien savait sûrement mieux qu'elle les risques que comportaient la voie empruntée, elle ne put empêcher l'écho de l'inquiétude lui parvenir du fond de son cœur. Pour être arrivé aussi loin, la demoiselle ne doutait pas de sa force mais qui sait ce qu'il trouverait de l'autre côté ? Elle ne pouvait plus croire à une phrase de l'ordre du "Tout ira bien" ou "Il n'y a pas à s'inquiéter". Pour autant, la blondinette n'avait aucun droit d'intervenir sur ses choix. Les seules choses qui lui étaient permises étaient de l'encourager en priant pour sa sécurité.

- Le Nouveau Monde... C'est impressionnant ! Mais tu seras prudent, n'est-ce pas ? Il paraît que c'est dangereux là-bas et je serais triste d'apprendre qu'il t'est arrivé malheur.

Malgré ses propos, elle essayait d'avoir l'air détendu en adoptant un ton léger. Celui d'une personne qui souhaite juste voir ses proches en parfaite santé. Et pas celui de quelqu'un pour qui ces paroles prenaient une autre dimension. Une personne qui avait encore trop récemment à son goût, connue une tragédie qu'elle refusait de voir se répéter.

Combien de temps pourrait-elle garder cette tonalité ? Elle ne le savait pas. Lilianna était heureuse de pouvoir parler au capitaine des Tengoku no Seigi mais le fait est que la discussion prenait une tournure inévitable même si elle cherchait à l'éviter au possible. Son pied botté frotta nerveusement dans le sable, créant une trace aux travers des innombrables grains de sable tandis qu'elle répondait après un moment de silence à la question de son ami.

- Quant à moi, je suis sur Kuraigana présentement... Après Bulgemore, j'ai en effet repris la mer. Contrairement à toi, je n'ai pas spécialement accompli de grandes choses depuis notre dernière rencontre. Je doute donc de pouvoir t'impressionner de quelque manière que ce soit à ce sujet.

Ce sur quoi la jeune femme émit un petit rire en espérant que cela détendrait l'atmosphère ou plus particulièrement, elle-même. En annonçant le lieu où elle se trouvait en premier et en enchainant ensuite, peut-être que le phénix ne relèverait pas. Le médecin savait qu'elle serait incapable de lui mentir s'il l'interrogeait et mettait à jour les évènements survenus. Toutefois, s'il lui était offert de ne pas aborder ce sujet, ils pourraient simplement avoir une conversation normale au bout de laquelle, ils raccrocheraient, peut-être en se promettant un futur appel. Pourquoi tenait-elle à éviter le sujet ? Pour ne pas lui fournir une source de préoccupation. Parce qu'il n'aurait de toute manière rien pu changer aux faits et que cela aurait obligé la demoiselle à faire part de moments assez pénibles.

C'est pourquoi elle espéra qu'il ne tilterait pas à l'annonce de Kuraigana. Avec un peu de chance, il ne connaissait pas cette île. S'il avait ne serait-ce qu'entendu parler d'elle, il se demanderait peut-être la raison l'ayant poussé à se rendre ici. Ce morceau de terre n'était pas un lieu touristique. Aucun intérêt à vouloir aller dans cet endroit désolé. C'était même l'inverse. Malgré que ce ne soit pas l'île la plus dangereuse au monde, celle-ci restait assez inhospitalière.



Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Voyage, lendemain de folie. [PV Lili]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Voyage, lendemain de folie. [PV Lili]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Les gens du voyage
» La folie des BAM ! [FINI]
» Voyage de Bougainville
» Voyage dans le foin...
» Haiti en Marche parle du voyage de Preval dans le Centre

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
One Piece Seken :: Le monde de One Piece :: Den Den Mushi-