Partagez | 
 

 Et c'est reparti pour un tour ! [PV Daisuke]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
PNJ (Gouvernement)

avatar
Messages : 657

Feuille de personnage
Niveau:
0/0  (0/0)
Expériences:
0/0  (0/0)
Berrys: Beaucoup

MessageSujet: Et c'est reparti pour un tour ! [PV Daisuke]   Ven 6 Avr - 14:07



Contre-amiral Strongue et colonel Vervenne.

-ET PAF, DANS TA MOUILLE !

Artos le Sanguin était très mal tombé. Ce brigand, primé à 55 millions de berrys, s'était cru capable de s'élancer dans le Nouveau Monde afin d'y tenter sa chance. Certainement espérait-il rejoindre la flotte d'un Yonkou afin de gravir les échelons précipitamment... Force était d'admettre que cette petite frappe, issue de South Blue, avait toujours été surveillée plus ardemment vis-à-vis de sa capacité à tuer et à éviscérer tout ce qui lui manquait de respect, d'une manière ou d'une autre, plutôt que vis-à-vis de son intelligence défaillante. S'il avait pris la décision de se la jouer profil bas, Shabondy n'aurait été qu'une escale comme une autre qui n'aurait en aucun cas pu entraver le reste de son périple... mais il avait eu la sottise de tenter un casse, chose regrettable en présence du contre-amiral Strongue, en faction dans le coin depuis désormais plusieurs années. Inexorablement, le gradé s'était avéré être l'un des marines les plus efficaces du coin, malgré la réputation de Jasmine qui faisait à la vérité la majeure partie du sale boulot à sa place... Tant et si bien que lorsqu'il avait vu l'opportunité d'interrompre la carrière d'un pirate de plus, il ne s'était pas vraiment gêné et n'avait pas même pris le temps d'y penser. Quelques droites plus tard, voilà qu'Artos et ses quelques sous-fifres s'en étaient allés quérir Morphée, avec quelques os fébriles et quelques hématomes supplémentaires. Rien de bien grave, en tout cas : cette fameuse petite bande pourrait s'en aller directement à Impel Down, où elle était attendue de pied ferme. Shabondy, en ce moment, était paradoxalement assez calme : si les grandes têtes y abondaient, dans un sens comme dans l'autre, et si Uxas et le Phoenix avaient pris la décision d'y transiter approximativement au même moment, le Gouvernement Mondial faisait en sorte d'éviter soigneusement ces deux pointures afin d'assurer une répression stricte quant aux autres criminels, afin de dissuader toute hypothétique alliance ou tout mouvement conjoint. Les deux grands forbans étaient des cibles trop audacieuses, qui auraient nécessité un déploiement de forces conséquentes et efficaces... Mais les parasites qui gravitaient autour, en revanche, en véritables opportunistes, ne représentaient ni plus ni moins qu'une perspective en or pour les justiciers de faire parler d'eux.

-HEP ! COLONEL ! EN V'LA UN DE PLUS !

Ses poings puissants agrippèrent le primé encore assommé, à même le sol, et le projetèrent en direction du subordonné du contre-amiral qui, agilement, parvint à le réceptionner et à lui passer les menottes. Vervenne aussi avait pu monter d'un cran au sein de la hiérarchie de la marine, sous conseil de son supérieur qui appréciait sa discrétion. Force était d'admettre qu'il était consciencieux, de surcroît, et qu'il mettait un point d'honneur à seconder le cyborg au mieux... Les deux agents du Gouvernement Mondial ne pouvaient que faire un duo de légende ! Tandis que le reste de leurs soldats finissaient de saucissonner les hors-la-loi restants à grand renfort de cordes et de chaînes, les deux gradés se rapprochèrent l'un de l'autre en observant le champ de bataille où avait pris place ce conflit bref et terne. Cela n'avait été ni plus ni moins qu'une exécution sommaire, et mis-à-part quelques impacts de balles dans les racines environnantes, rien ne laissait entendre le combat qui s'y était épanoui un instant durant. La journée était déjà fructueuse mais ne touchait pas encore à sa fin : il devait y avoir d'autres crapules qui avaient pu leur glisser entre les doigts... Aussi le contre-amiral destina-t-il un ordre simple à son subordonné qui, sans trop hésiter, acquiesça d'un mouvement de la tête franc avant de se mettre en action.

-COLONEL ! OCCUPEZ-VOUS DE CHERCHER DES RESCAPÉS ! ON NE SAIT JAMAIS !
-Bien !

Sans plus tarder, Vervenne fit un signe de la main à l'attention d'un commandant qui, lui-même, ne tarda guère à retranscrire l'ordre à une bonne poignée de soldats, lesquels brandirent leurs fusils avant de se mettre en branle. Le contingent mené par le colonel s'écarta donc du reste de la scène tandis que, de son côté, Strongue observait l'arrestation des forbans d'un air quasiment paternel et, en tout cas, extrêmement fier. C'était précisément pour ce genre d'opérations qu'il avait choisi de rejoindre la marine, et voir qu'il était capable de placer de dangereux forfaiteurs derrière les barreaux avait toujours de quoi le gonfler d'orgueil...



Une petite mise en place :
En gros, une scène d'arrestation. Artos le Sanguin (55 millions de berrys) et ses sous-fifres sont KO. Le contre-amiral Strongue surveille les soldats qui leur passent les menottes pendant que le colonel Vervenne et d'autres soldats s'éloignent un peu pour fouiller les environs à la recherche d'hypothétiques fuyards.
Revenir en haut Aller en bas
Daisuke Aurola
Sergent-chefSergent-chef

avatar
Messages : 1170
Race : Humain
Équipage : Escouade anti-décima

Feuille de personnage
Niveau:
37/75  (37/75)
Expériences:
278/350  (278/350)
Berrys: 105.598.000 B

MessageSujet: Re: Et c'est reparti pour un tour ! [PV Daisuke]   Sam 7 Avr - 0:02

« Et c'est reparti pour un tour »
Feat MJ
C’était un jour nouveau qui se levait, tandis que tout un chacun finissait ses activités ou les commençait. Pour Daisuke, c’était une nouvelle étape dans sa quête, il devait en finir une bonne fois pour toute avec sa folie vengeresse, mais les mauvaises habitudes étaient difficiles à perdre. Et malgré que la discussion avec Nakata eût pu le stimuler ne serait-ce que pour lui remémorer des souvenirs d’antan qu’il avait préféré cacher au fond de sa mémoire, il sentait toujours en lui cette colère gronder. Cette envie irrépressible de se faire justice soi-même, sorte de pugilat intérieur entre sa bonne conscience et sa féroce animosité en l’encontre de l’équipage de Kiruyo.

A chaque fois qu’il se baladait sur les grooves de Shabondy, il ressassait inéluctablement les quelques secondes qui l’avaient séparé à jamais de ses amis. Tout avait été trop rapide pour lui, mais alors qu’il marchait dans la steppe de l’archipel il revoyait le massacre comme s’il se rejouait sans cesse autour de lui. Soupirant, essayant de passer à autre chose, comme lui avait conseillé son interlocuteur d’il y a quelques jours, il se frotta les cheveux qui, ressentant à peine son corps. Toujours incapable de bouger sa partie gauche, il la transformait depuis son combat contre le capitaine pirate en fumée. En plus de le soulager légèrement, ça l’empêchait de faire des mouvements avec ses membres incapable de bouger. Il avait tout simplement perdu l’usage total de son bras, de sa jambe. Il ne pouvait plus remuer son œil gauche, qui restait fixe et presque sans vie. Sa vue, de cet œil c’était pas mal brouillé, il y voyait flou tout simplement. Il préférait donc le transformer lui aussi en fumée pour éviter d’être lésée à cause de sa mauvaise vision. Finalement, il se servait à la fois de celui de droite et de son haki de l’observation pour distinguer le monde l’entourant.

C’est de cette manière qu’il avait pu vivre les quelques semaines qui le séparaient de sa défaite cuisante face au forban. Finalement, il ne s’en sortait pas si mal, vu l’état dans lequel il était. D’aucun ne qui le connaissait aurait été surpris de le voir ainsi, mais ses péripéties avaient fait de lui cet être atroce, à la limite de la vie humaine. Prit de mélancolie, il se rappela comment pouvait être la vie avant tout ça. Comment tout ça avait-il pu changer, en quelques échanges ? Il ne saisissait pas encore la portée de toutes les paroles qu’il avait pu échanger avec le pirate aux cheveux d’or, mais il lui avait fait une promesse : celle d’être présent, quoi qu’il lui en coutait, si jamais le Phénix devait faillir. Et il devait s’y tenir, pas pour lui. Pas pour ses amis disparus, ni même pour ceux toujours présents. Il le devait pour cet idéal, juste, altruiste, noble, qu’il s’était fixé il y a longtemps et qu’il s’évertuait à oublier ces derniers temps.

C’est dans cette optique que, toujours lancé dans sa quête finale, l’ex-contre-amiral entendit trois coups de feu. C’était distinct, un combat avait lieu non loin de là où il se trouvait. Sans aucune hésitation, il se dirigea vers les lieux, sans pour autant avoir l’intention d’intervenir, ne sachant pas qui étaient les protagonistes de la rixe armée. Il ne tarda pas à arriver non loin de la scène qui s’achevait. Voyant un cyborg rétamer plusieurs types qui semblaient être des bandits, il comprit rapidement que c’était un affrontement entre marine et pirate qui avait rapidement tourné à l’avantage du gouvernement.

« COLONEL ! OCCUPEZ-VOUS DE CHERCHER DES RESCAPÉS ! ON NE SAIT JAMAIS !
- Bien !
»

Il n’en fallut pas plus pour l’ancien marine pour s’éloigner du régiment qui partait dans sa direction. Il remarqua alors qu’il n’était pas seul à se faire la male. En déduisant donc qu’il était soit accompagné par d’autres marines, exilés volontaires comme lui, soit par des hors-la-loi désireux d’échapper à la même sentence que ceux saucissonnés non loin. Saisissant un moment pour se rapprocher des types qui fuyaient, il les suivit dans une petite ruelle, pour les interpeler.

Il agit alors rapidement, attrapant le premier homme par le pied, pour le retourner violemment, tandis qu’il laissa le pied du second le traverser pour ensuite l’écraser à proximité de l’autre, déjà à terre. Un troisième homme profita de l’action pour s’enfuir à toute jambe, dans la direction opposée, rebroussant chemin. Il tenait alors les deux hommes, l’un avec une main de fumée – la gauche – et l’autre avec sa seule main valide. Les bandits étaient bien sages, se laissant maltraiter calmement. Daisuke en profita alors pour leur poser quelques questions.

« C’est comme le vélo… ça s’oublie pas. Dites-moi ce qui vous fait peur ? C’est le contre-amiral qui vous fait cet effet-là ? Vous avez quelques choses à cacher ? »


Il laissa un petit sourire s’afficher sur son visage, attendant les réponses de ses deux interlocuteurs obligés.
Fiche par Sánsa ; sur Never-Utopia

_________________


Ao Haruya:
 


Domination:
 


Dernière édition par Daisuke Aurola le Dim 8 Avr - 18:19, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
PNJ (Gouvernement)

avatar
Messages : 657

Feuille de personnage
Niveau:
0/0  (0/0)
Expériences:
0/0  (0/0)
Berrys: Beaucoup

MessageSujet: Re: Et c'est reparti pour un tour ! [PV Daisuke]   Sam 7 Avr - 19:08



Colonel Vervenne.

-Mon supérieur a toujours été assez intimidant, effectivement. Commandant ? Passez-leur les menottes.

Vervenne avait capté les mouvements de Daisuke et des autres fuyards. Accompagnés d'une petite poignée d'hommes, il avait su les filer efficacement et guider les soldats jusqu'à cette ruelle où l'ancien gouvernemental avait mis la main sur lesdits fuyards, les plaquant au sol avec expertise. Comprenant que ce type était apparemment de leur côté, le gradé n'avait pas perdu l'ombre d'un instant et son subordonné, conformément à sa demande, se lança auprès des malheureux pour les appréhender, leur passant les menottes en remerciant cet étrange individu vêtu d'une cape ample lui conférant une aura si mystérieuse. Tandis que l'arrestation était menée à bien, le colonel quant à lui se rapprocha donc de cet illustre inconnu, non sans donner quelques directives supplémentaires à ses sous-fifres : il avait vu un troisième homme s'enfuir quelques instants seulement avant leur arrivée, et il valait mieux qu'ils ne le laissent pas déserter Shabondy, même si les têtes d'affiches de l'équipage d'Artos avaient d'ores et déjà toutes été vaincues et rendues inconscientes... On n'était jamais trop prudents, et les groves de non droit recelaient déjà suffisamment de crétins agressifs et de criminels véreux, sans foi ni loi. Mieux valait empêcher la population hors-la-loi qu'accueillaient les Yarukimans de croître encore et toujours, sempiternellement, jusqu'à ce qu'elle ne devienne ingérable... Même si ça n'était assurément pas à l'ordre du jour. Après tout, tant que Jasmine et Dereto, les deux célèbres chasseurs de primes, demeuraient dans le coin, ils ne risquaient pas de voir quelconque pirate hausser seulement le ton. Le jeu n'en valait pas la chandelle et les risques étaient clairement trop grands pour les primés du coin...

-Au nom de la marine de Shabondy, je vous remercie chaleureusement pour votre aide, monsieur... ?

Il laissa les remerciements en suspend, arquant un sourcil en scrutant Daisuke, sans pour autant réussir à le reconnaître. Quelle était sa véritable identité ? Vervenne l'ignorait et aurait été bien en peine de le savoir, dans les faits : force était d'admettre que l'ancien contre-amiral était méconnaissable. Les hypothèses, donc, se bousculaient généreusement sans qu'il ne parvienne à en privilégier une. Un autre chasseur de primes fuyant les tumultes du Nouveau Monde ? Possible, considérant son sale état apparent : il avait l'air d'avoir enduré quelques graves blessures... Un ancien gouvernemental, voire un agent bel et bien en fonction, mais secrètement ? Possible également : les Cipher Pol, notamment, raffolaient d'agents sous couverture civile. Ou bien un personnage en finalité plus louche ? Cela, en revanche, semblait être plus difficile à croire, en l'occurrence. Pourquoi ? Tout simplement car cet étranger ne se serait pas donné la peine de s'en prendre aux sous-fifres d'Artos s'il n'avait pas eu d'intérêt à le faire... Intérêt expliqué en grande partie, donc, par son hypothétique appartenance aux différentes institutions et branches de métier qui servaient plus ou moins directement la justice du Gouvernement Mondial.
Enfin, il n'était pas vraiment très utile, dans l'état des choses, que de tirer des plans sur la comète. Qu'il soit de leur côté ou pas, il venait de toute manière de leur tirer une épine du pied et l'arrestation de ces deux branquignoles était donc désormais actée. Il n'allait pas pouvoir en récupérer quelque fruit que ce soit, puisque ni l'un ni l'autre des rigolos ne possédaient de prime sur leur tête : ils faisaient partie de ces insectes qui gravitaient autour des primés sans parvenir pour autant à réaliser le moindre coup d'éclat susceptible de les tirer hors de la plèbe grouillante où ils demeuraient figés. Autrement dit, s'il était bel et bien un chasseur de primes attiré par l'appât du gain, il risquait fort d'être déçu... mais s'il était un véritable justicier comme un autre, qui ne souhaitait que permettre à la marine de réaliser son travail, alors il méritait bien les honneurs que Vervenne était capable de lui adresser.



Une petite mise en place :
En gros, une scène d'arrestation. Artos le Sanguin (55 millions de berrys) et ses sous-fifres sont KO. Le contre-amiral Strongue surveille les soldats qui leur passent les menottes pendant que le colonel Vervenne et d'autres soldats s'éloignent un peu pour fouiller les environs à la recherche d'hypothétiques fuyards.
Revenir en haut Aller en bas
Daisuke Aurola
Sergent-chefSergent-chef

avatar
Messages : 1170
Race : Humain
Équipage : Escouade anti-décima

Feuille de personnage
Niveau:
37/75  (37/75)
Expériences:
278/350  (278/350)
Berrys: 105.598.000 B

MessageSujet: Re: Et c'est reparti pour un tour ! [PV Daisuke]   Dim 8 Avr - 18:07

« Et c'est reparti pour un tour »
Feat MJ
Ao Haruya ? Daisuke Aurola ? Laquelle de ses identités étaient celle qui devait annoncer ? Le Daisuke d’antan n’était plus, mais les raisons pour lesquelles il s’était dissimulé derrière le nom du busard bleu n’étaient plus. Pourquoi, alors, la conserver ? Ne serait-ce que pour expier ses pêchés, tirer un trait sur ce qu’étaient ces deux personnes à la fois identiques et pourtant si différentes. Non, la réponse était simple et claire, il était Daisuke, quoi qu’il en dise, quoi qu’il ait pu faire, quoi qu’il voulût laisser derrière lui. Ses amis, sa famille, son passé, tout lui était revenu les derniers jours, et ce n’était pas Ao qui réfuterait cela, car il était aussi Daisuke.

Pour faire simple, il s’était réfugié sous cette identité d’emprunt pour ne pas ressentir ce trouble que l’on appelait doute. Cette appréhension, concernant exclusivement sa propre responsabilité. Il avait commencé sa descente aux enfers en tant qu’Ao, il ne pouvait pas laisser Daisuke s’écrouler avec. Pourtant, c’était littéralement impossible de dissocier les deux parts de lui-même, étant tout simplement lui. Cet instant de doute, cumulé avec les douleurs qui le lancinaient toujours plus, le laissa silencieux. Le moment d’après, tandis que le commandant s’affairait à menotter les deux hommes qu’il avait réussi sans trop de mal à appréhender, il se releva avec un long soupir. Il s’était décidé, son long moment d’égarement devait cesser, et c’était aujourd’hui qu’il faisait le premier pas – des nombreux qu’il espérait – vers sa rédemption, vers sa révélation.

« Daisuke Aurola, Colonel. »

C’était vrai, peu importe pour qui il essayait de se faire passer, il resterait à jamais cet homme. Malgré ses erreurs, malgré ses haut-faits, rien n’y changerait, il resterait Daisuke. Avec ou sans cape, avec ou sans déguisement, il ne pouvait tout simplement pas modifier la réalité. Il se tourna alors complètement face à son ancien homologue. Aurait-il plaisir à porter de nouveau cet uniforme qu’il avait abandonné, quelques mois auparavant ? Voyant la tenue de son ancien équivalent, il ne pu s’empêcher de rêver de ces anciennes aventures en tant que Colonel. Tel des souvenirs fugaces, mais pourtant si vivaces, il se remémora sa quête de justice dans laquelle il s’était lancé, bien avant sa déchéance.

Saisissant sa chance, il s’avança vers le gradé, sans montrer aucun signe d’hostilité. Cela n’aurait été d’aucune utilité, il sentait en lui monter des envies de revenir à son ancienne situation. Même si Kazuma, Okita et les autres n’étaient plus là, il devait toujours aider son prochain. C’était (re)devenu sa nouvelle doctrine, mais avant d’être accepté par ses pairs, il devait faire son retour, s’expliquer et prendre les choses en main. Il ne devait plus être le solitaire en quête de la justice parfaite, ni même celui à la poursuite de chimère sanguinaire. Son alter Ao n’avait plus aucune raison d’exister, sa tenue de combat, qui était le signe le plus révélateur de sa double nature devait par extension devenir une preuve de son trauma et non un souvenir sur lequel il pourrait se reposer en repensant à ses déboires.

« Je suis de retour… »


Il voulut ajouter autre chose, mais ses mots restèrent coincés quelque part au fond de ses pensées. Les choses ne pouvaient pas être aussi simple. Ses doutes n’étaient pas infondés, il avait tué, menti, trahi en quelque sorte le gouvernement à plusieurs reprises, comment pouvait-il simplement revenir les mains vides, sans rien avoir accompli ? Ses combats réguliers avec les pirates avaient-ils réellement eu un impact sur la vie des citoyens de ce monde. Le gouvernement avait-il seulement une raison cohérente à revoir un individu tel que lui de leur côté ? Ne l’aurait-il pas préféré en totale neutralité plutôt qu’en boulet devant être surveillé ? Pourquoi s’embarrasserait-il d’un homme qui l’avait abandonné au grès de ses envies de vengeance meurtrière ?

C’est avec toutes ses questions qu’il libéra son visage de sa capuche. A moitié effacé derrière une fumée dense, il n’aurait pas fallu longtemps à une personne proche de la marine pour le reconnaitre. Malgré sa partie gauche manquante, l’on pouvait reconnaitre le visage de l’ancien contre-amiral et ce malgré les blessures qui parsemaient le reste droit de son corps. Il n’était plus ce qu’il était, mais restait tout de même qui il était.

« Je… »


Fiche par Sánsa ; sur Never-Utopia

_________________


Ao Haruya:
 


Domination:
 
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
PNJ (Gouvernement)

avatar
Messages : 657

Feuille de personnage
Niveau:
0/0  (0/0)
Expériences:
0/0  (0/0)
Berrys: Beaucoup

MessageSujet: Re: Et c'est reparti pour un tour ! [PV Daisuke]   Mar 10 Avr - 13:29



Colonel Vervenne.

Tandis que ses propres subalternes procédaient à l'arrestation des sous-fifres d'Artos, Vervenne s'intéressa donc à l'identité véritable de l'homme qui avait manifestement décidé de leur offrir un coup de main pour le moins fructueux, parvenant ainsi à mettre la main sur deux des trois fuyards dans le but de les intercepter. Si le colonel avait tissé tout un tas d'éventualités et s'il avait pu les affiner après un bref instant de réflexion, force était d'admettre qu'il ne s'attendait pas à la vérité qui le percuta finalement, quelques secondes plus tard seulement. Daisuke Aurola. Cet homme dans un bien piteux état et qui ne tarda guère à dévoiler l'entièreté de son visage ainsi qu'une part de son pouvoir de logia, qui semblait de surcroît relativement hésitant et inconsistant, n'était ni plus ni moins qu'un ancien très haut gradé de la marine s'étant couvert d'opprobre et de honte après l'incident de Baltigo, qui avait bien failli coûter la vie de Chairoka mais qui n'en avait pas moins réduit du tiers les effectifs de l'institution justicière du Gouvernement Mondial. Il avait été contre-amiral avant d'être relégué, pour le peu que le colonel de Shabondy en savait, relégué au rang bien moins prestigieux de sergent-chef à la suite de cette bavure dramatique... Puis il s'était fait plus discret, disparaissant des journaux qui avaient durant longtemps placardé des articles concernant ses exploits dans leurs pages les plus consultées de leurs gros tirages. Vervenne avait simplement cru qu'il avait décidé de s'en retourner vaquer à des occupations moins risquées, qu'il s'était contenté de vivre selon les préceptes et les devoirs qui incombaient au bas gradé qu'il était redevenu de force... Néanmoins, force était d'admettre que cela n'avait manifestement pas été le cas, si l'on en croyait son état physique manifestement misérable et souffrant. S'il eut besoin d'un instant pour recouvrer tout son sang froid, le colonel ne tarda guère à secouer la tête énergiquement comme pour revenir dans l'instant présent : nul besoin de se laisser désarçonner davantage. Il ne savait pas trop comment réagir, mais il allait sans dire que son supérieur, quant à lui, allait avoir une raison à cette énigme... S'assurant du fait que le commandant trimbalait bel et bien les deux futurs prisonniers d'Impel Down de manière sécurisée, le jeune gradé fit signe à l'ancien contre-amiral de le suivre, non sans ajouter quelques paroles polies et courtoises.

-Venez avec moi, je vous prie...

Qu'ajouter de plus ? Il n'y avait rien à dire, dans l'absolu. Vervenne ne connaissait aucunement la procédure pour ce genre de cas de figure rarissime et il doutait même qu'il en existât jamais une. C'était, selon lui, du jamais vu... Et il manquait assurément de poids ou d'influence pour prendre une décision, de son côté. Joindre sans plus tarder Marineford était une option viable qu'il aurait en temps normal certainement décidé de mettre à profit, mais dans l'état des choses, le contre-amiral Strongue devait attendre son retour impatiemment, en fulminant de n'être pas parti à leurs côtés pour les accompagner... Plus ils le faisaient attendre et plus le cyborg risquait d'être explosif et impulsif lorsqu'ils pointeraient le bout de leur nez. Ainsi, souhaitant ménager aussi bien son supérieur que le sergent-chef manifestement repentant, le colonel prit les devants sans plus tarder, espérant que Daisuke le suivrait sans piper mot. De toute façon, si ça n'était pas le cas, le jeune gradé ne voyait pas trop comment convaincre cet homme-fumée qu'il n'était pas même capable de toucher...
Si l'Aurola décidait de suivre le mouvement, dans tous les cas, il ne tarderait pas à retrouver la scène qu'il avait quitté, un instant auparavant. Strongue, toujours aussi énergique, lèverait ses bras en hurlant sa satisfaction lorsqu'il poserait son regard sur les deux captifs interceptés par les forces de la marine, heureux de voir que son subordonné n'avait pas failli à sa tâche. Il se montrerait néanmoins plus silencieux lorsqu'il remarquerait la présence de Daisuke et lorsqu'il comprendrait de qui il s'agissait, mais cela ne serait valable qu'un court instant. Par la suite, il redoublerait d'excitation et se mettrait simplement à hurler à l'attention du blondinet :

-VOUS ! QUE FAITES-VOUS ICI ? QU'EST-CE QUE VOUS NOUS VOULEZ ?

Vervenne, de son côté, demeurerait en retrait volontairement. Il savait que les manières décomplexées et extraverties de son supérieur risquaient d'incommoder Daisuke, mais il n'avait de toute manière pas vraiment son mot à dire : il respectait fermement sa hiérarchie, après tout.



Revenir en haut Aller en bas
Daisuke Aurola
Sergent-chefSergent-chef

avatar
Messages : 1170
Race : Humain
Équipage : Escouade anti-décima

Feuille de personnage
Niveau:
37/75  (37/75)
Expériences:
278/350  (278/350)
Berrys: 105.598.000 B

MessageSujet: Re: Et c'est reparti pour un tour ! [PV Daisuke]   Mar 10 Avr - 22:32

« Et c'est reparti pour un tour »
Feat MJ
Alors que le commandant attrapait les deux gusses qu’il venait d’arrêter, l’ancien marine se releva. Les regardant, ils avaient l’air typique de bandits lambdas. Il se remémora alors sa descente aux enfers, ressemblait-il alors à ces gars-là ? Aurait-il pu finir aussi mal ou bien serait-il tombé plus bas encore ? Ces questions se bousculaient encore en son fort intérieur. Il s’était ensuite tourné vers le Colonel, puis s’était présenté. Son hésitation fut perceptible, même pour son interlocuteur, et il semblait déjà regretter d’avoir donné sa réelle identité si facilement, pourtant il se convainquait que c’était le bon choix, le seul choix qu’il avait dans cette situation.
Il le savait, dès lors qu’il avait choisi de renier sa quête vengeresse pour revenir sur le « droit chemin », il se devait de respecter son choix, acceptant par la même occasion tous ses travers antérieurs. Il releva alors le vouvoiement du bonhomme, même si dans l’état actuel, ce n’était qu’un détail. L’invitant à le suivre, Vervenne prit le chemin à l’envers pour retourner à l’endroit où les badauds, toujours nombreux, entourés le contre-amiral. De loin, on pouvait le distinguer au centre de la foule, il semblait exulter.

Daisuke vit les hommes se faire emporter par les hommes de Strongue, ils les amenaient forcément à Impel down. Cette fameuse prison où les plus grands criminels étaient amenés. Cependant, il se posa la question toute simple : « Ont-ils réellement leurs places là-bas ? ». La question se dirigeait à sa propre réflexion, et ne visait évidemment que les suiveurs, car les plus grosses têtes de l’organisation d’artos y avait clairement une cellule à leur nom. Mais pourquoi ne pas trouver une utilité à ces petites gens, du mal certes, mais qui pouvaient s’avérer précieux dans certains travaux. Il imaginait bien se servir de ces gens, lors de besogne d’intérêt commun, pour soulager les plus nécessiteux. Pourquoi ne pas revaloriser leur temps restant plutôt que de les laisser croupir dans une cellule, surveillée en permanence ? Méritaient-ils réellement leur sort, d’ailleurs ? N’y avait-il qu’une seule prison dans le monde ? C’était vrai qu’il n’en avait jamais vu d’autre que celle qu’il avait créé pour l’équipage de Kiruyo.

Il suivait toujours le Colonel qui approcha du grand dadais. Le colosse de métal dépassait facilement la taille du blond et il sembla très content de voir son subordonné, mais il se calma un instant à l’approche de Daisuke. Cela ne dura qu’un temps, puis il s’exclama à son attention.

« VOUS ! QUE FAITES-VOUS ICI ? QU'EST-CE QUE VOUS NOUS VOULEZ ? »

Au début, l’Aurola ne sut quoi répondre. Le contre-amiral avait une façon bien particulière de s’exprimer, pour autant, l’ancien marine ne savait pas s’il lui parlait en le reconnaissant ou s’il pensait être juste une personne passant par là. Le blond avait déjà vu plusieurs fois le contre-amiral Strongue dans les journaux. Souvent, c’était pour lire une de ses nouvelles prouesses, toujours dans l’ombre de la fameuse chasseuse de prime, qui avaient le mérite d’être claires : le contre-amiral ne laissait personne faire ce qu’il souhaitait sur l’archipel. Alors pourquoi ? Pourquoi n’avait-il pas été présent ce jour-là ? Il voulait lui demander, demander à toutes ces personnes qui se revendiquaient membre de la marine, protecteur des plus faibles. Qu’avaient-ils fait, ce jour-là, de plus important que d’aider leur camarade en train de se faire écraser ? Il se ravisa bien rapidement, se disant simplement qu’il fallait laisser le passé au passé et avancer, comme lui avait conseillé son homologue pirate. S’il n’avait qu’une idée en tête ç’aurait été d’aller de l’avant, arrêtant définitivement de regarder en arrière pour remuer cette plaie purulente qu’était la mort de ses amis.

« Je ne souhaite rien d’autre qu’aider mon prochain. »


C’était une réponse claire, qui respectait plus ou moins son nouveau mode de vie. Restant toujours empli d’un imbroglio mental, il se forçait à être celui qu’il voulait devenir. Un homme bon. Un homme droit dans ses bottes, qui pouvait se regarder dans une glace, malgré ses doutes. Il n’avait rien à ajouter, pas même une question, car il ne savait pas du tout ce qui pouvait se passer maintenant qu’il s’était révélé à une tête haute du gouvernement. Il ne pouvait dès lors plus faire demi-tour. Il allait assumer ses actes, faisant preuve de toute la bonne volonté qu’il pourrait avoir et respectant, sans doute pour la première fois de sa vie, les ordres qu’on lui donnerait…
Fiche par Sánsa ; sur Never-Utopia

_________________


Ao Haruya:
 


Domination:
 
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
PNJ (Gouvernement)

avatar
Messages : 657

Feuille de personnage
Niveau:
0/0  (0/0)
Expériences:
0/0  (0/0)
Berrys: Beaucoup

MessageSujet: Re: Et c'est reparti pour un tour ! [PV Daisuke]   Mer 11 Avr - 20:34



Contre-amiral Strongue et colonel Vervenne.

La réponse de Daisuke fut à peine apportée aux interrogations inquisitrices et spontanées du contre-amiral que ce dernier et Vervenne échangèrent un regard empreint d'un scepticisme certaine. Le second haussa les épaules, communiquant au premier son incompréhension et son incapacité à mettre de l'ordre dans les idéaux véritables et ceux que feignait hypothétiquement le logia blessé. Comment savoir que cet homme qui avait failli atteindre les sommets, qui avait failli culminer tout en haut de l'armée régulière de la marine et qui avait tout perdu en l'espace d'une bataille était bel et bien mu par le sens de la justice qu'il avançait posséder ? Le cyborg, d'une main balourde et hésitante, fit signe à l'un de ses subordonnés, un matelot sans le moindre grade, de s'approcher légèrement. L'homme s'exécuta tandis que le reste du contingent du Gouvernement Mondial achevait d'entraîner les primés et leurs sous-fifres jusqu'à la base la plus proche, où ils pourraient les placer jusqu'à ce qu'un navire pénitencier les amène à Impel Down, l'ultime destination de leur vie de fieffés forbans. Quand son soldat fut à portée de main, le titanesque cyborg tendit l'un de ses membres couvert d'innombrables plaques d'acier où fut déposé un escargophone, sur lequel le soldat composa un numéro. Tandis que la tonalité résonnait et que la sonnerie commençait à se faire entendre, le titanesque contre-amiral prit la parole d'une voix toujours aussi ferme et tonitruante, ne sachant manifestement pas calibrer le bruit qu'il générait.

-JE VAIS AVERTIR MARINEFORD, DANS CE CAS ! JE N'AI PAS LE POUVOIR DE DÉCIDER OU NON DE VOTRE RÉINTRODUCTION !

Le contre-amiral, effectivement, ne connaissait pas suffisamment le cas Aurola et ne pouvait pas prendre de décision particulière au sujet de son possible retour... Le colonel, quant à lui, ne cherchait pas non plus à prendre la parole dans un sens ou dans l'autre. Au final, il était manifestement plus sage de reléguer cette tâche préoccupante aux autorités compétentes... A savoir celles de Marineford, le prestigieux quartier général de la Marine. Ainsi, une voix grave et professionnelle eut à peine le temps de s'annoncer que le contre-amiral vociféra, avant de se faire couper dans son élan par Vervenne qui vint subtiliser l'escargophone dans le but de résumer la situation à sa manière tout en épargnant gracieusement les tympans des personnes présentes dans les environs... Ainsi qu'à l'autre bout du fil, bien entendu.

-Commandant Rushmore. J'écoute.
-CONTRE-AMIRAL STRONGUE A L'APPAREIL ! JE VOUS APPELLE AU SUJET DE...
-Colonel Vervenne. Excusez-nous, commandant.

Si le contre-amiral demeura immobile et silencieux, scrutant son subordonné en plissant les paupières derrière son casque opaque, il ne pipa mot ni ne formula la moindre remarque, semblant presque soulagé d'être délesté de ce type de formalités. Finalement, il haussa les épaules et s'en retourna auprès des matelots pour beugler des ordres et des directives supplémentaires, laissant ainsi Vervenne, Daisuke et le Den Den Mushi seuls, dans l'état des choses. Cela permit au colonel de se concentrer plus assidûment sur sa tâche, chose dont il se sut heureux immédiatement.

-Le... Sergent-Chef Aurola nous a aidé à capturer des pirates affiliés à Artos le Sanguin.
-Aurola ? Hmm... Attendez un instant, s'il vous plaît.

L'appel fut momentanément mis en suspend, laissant les deux gradés dans un silence de plomb. Cela ne fut toutefois qu'une attente de courte durée : une autre voix reprit soudain la parole, monopolisant toute l'attention des deux hommes. Estomaqué et effaré, Vervenne écarquilla les paupières, ouvrant la bouche sans réussir à rien faire d'autre que balbutier quelques syllabes sans véritable sens dans un premier temps.

-Amirale-en-chef Chairoka. J'écoute.
-Ami...rale... Je... Comment...

Pour le coup, le colonel était tout-à-fait dépassé par la tournure des événements : il ne s'attendait pas à ce que la première tête d'affiche de la marine prenne cette affaire en main elle-même... Et pourtant, qui diable était au final mieux placer qu'elle, celle-là même qui avait eu à souffrir de l'erreur grossière et malencontreuse de Daisuke ? Restait à savoir si ce dernier allait se faire discrète face à cette intervention surprenante... Ou s'il allait plutôt décider de prendre la parole, quel qu'en soit l'objectif.


Revenir en haut Aller en bas
Daisuke Aurola
Sergent-chefSergent-chef

avatar
Messages : 1170
Race : Humain
Équipage : Escouade anti-décima

Feuille de personnage
Niveau:
37/75  (37/75)
Expériences:
278/350  (278/350)
Berrys: 105.598.000 B

MessageSujet: Re: Et c'est reparti pour un tour ! [PV Daisuke]   Jeu 12 Avr - 0:06

« Et c'est reparti pour un tour »
Feat MJ
Il se laissa guider par le Colonel puis, après la discussion très rapide avec le contre-amiral, qui saisit un escargophone, une intervention de Marineford eu lieu. Alors que Strongue était quelque peu désorienté par la situation, Daisuke se retrouva un peu en lui. Se remémorant des évènements atypiques qui échappaient à toutes sortes d’entrainements, des conjonctures inédites qui méritaient d’appliquer une vision personnelle de la loi. Des moments d’incertitudes, tout hauts gradés avaient un jour ou l’autre à devoir y faire face et c’était dans ces occasions qu’ils pouvaient prouver leur sens du devoir et leur efficacité.
Cependant, à l’instar de l’ex-marine, le gradé ne semblait pas à l’aise avec des cas moins dangereuses qu’une simple rixe de quartier. Ils étaient faits pour le terrain, pas pour ce genre de contexte, où il fallait faire preuve de diplomatie et d’expertise. S’il avait été à sa place, pour sûr qu’il n’aurait pas trouvé meilleure solution que de joindre le QG principal de la marine lui aussi. C’était donc avec une inquiétude supplémentaire qu’il entendait la tonalité du gastéropode et patientait jusqu’à ce qu’un homme du nom de Rushmore répondît. Un autre commandant de la marine, en réalité.
L’interlocuteur à la voix grave ne resta pas, cependant, longtemps derrière l’appareil et à l’énonciation du nom de l’Aurola, il s’extirpa de la conversation pour aller quérir une autre personne plus qualifiée. Et qui c’était… La tête pensante même de l’organisation gouvernementale. Chairoka en personne. Avait-elle donné quelques ordres que ce soit à la mention du nom du destitué de son poste ? A moins qu’elle fût juste présente à proximité à l’instant de la communication. La question n’était pas réellement importante et Daisuke ne s’encombra pas l’esprit de tout ceci.

Au-delà de cette question, des souvenirs plus désagréables encore que ses difficultés à tenir un rôle d’autorité refirent surface. La scène se passait sur Baltigo, au moment même où il venait de découvrir le pot-au-rose concernant les facéties de l’amirale en chef. Recourant à son pouvoir de contrôle mental, elle s’était servie de civil « innocent » pour se débarrasser d’un ennemi des plus puissant, Arias, le gouverneur de l’armée révolutionnaire. Faisant face à ce danger aux côtés des manipulés, alors que l’homme-météore fonçait sur eux, Daisuke avait agi sans réfléchir aux conséquences, faisant fi des ordres de ladite directrice des forces gouvernementales, achevant dès lors tous les préparatifs qu’elle avait mis en œuvre pour la réussite de la mission.
A cette époque, le blond n’avait pas accepté le simple fait qu’elle puisse avoir un sens cohérent à ses actions. Refusant même la vérité en face, celle qu’il avait désobéi à un ordre direct, sans se poser de question. Pour lui, ç’avait été un choix facile à faire, ne connaissant aucunement les intentions – probablement louable – de l’amiral-en-chef, il n’avait tout simplement pas foi en ses actions et lui avait fait remarquer de la plus mauvaise des manières.

Contredisant toutes ses anciennes idées de refuser toute autorité de la part de Chairoke, Daisuke ressentit comme une anxiété nébuleuse. Il ne savait déjà plus sur quel pied danser. Avait-il seulement l’intention d’accepter d’être commandé par cette femme qui avait utiliser de simples civils lors d’une bataille pourtant si importante ? D’un autre côté, il se mit à sa place un instant, se posant la question suivante : « avait-elle réellement le choix ? ».

C’était une question qu’il ne s’était jamais vraiment posé, s’étant totalement buté contre elle, la maudissant même parfois dans son lit quand il revoyait le spectacle épouvantable qui avait suivi la sécurisation de Wave. La mort de toutes ces femmes, de tous ces hommes, qui s’étaient jurés de suivre Asya Lida dans cette guerre où seule la mort les attendait. Il l’exécrait au plus haut point, la tenant pour responsable de toutes ces morts, alors qu’il avait sans doute une plus grande part de responsabilité.


« Amirale-en-chef ? Daisuke Aurola à l’appareil. »

Tendant le bras en direction du Colonel qui paraissait bien trop décontenancé pour avoir une conversation cohérente, l’ancien marine l’invitait à lui passer le combiné. Dans l’éventualité où le gradé acceptait, il attraperait et le remercierait d’un geste de la tête. Il sentait son corps vibrer sous une pression inconnue, c’était la première fois qu’il lui parlerait directement. Il avait tant de chose à lui dire, mais ce n’était pas le bon moment. Peut être que ce temps ne viendrait jamais, mais ce n’était pas important. Alors qu’il avait l’escargophone, il enchainerait immédiatement.

« C’est assez surprenant, je ne pensais pas qu’il serait si facile de vous joindre directement. Fit-il en ricanant un peu, mais il reprit avec plus de sérieux. Ma mission n’est pas terminée. Je souhaiterais faire amende honorable et, si vous le permettez, reprendre du service pour le bien commun. »


Il n’avait pas du tout réfléchi à l’éventualité où ce serait lui qui proposerait à nouveau ses services. A vrai dire, ça n’avait jamais été lui qui s’était avancé pour monter en grade, les choses s’étaient faites à la volée, sans qu’il n’ait rien à faire. Même lorsqu’il était rentré dans la marine, c’était plus une infiltration déguisée. Il ne savait absolument pas comment pouvait réagir l’amiral-en-chef. Ce qu’il espérait, c’était qu’elle ait laissé de l’eau couler sous les ponts et qu’elle accepterait d’avoir un boulet comme lui dans ses rangs. Ce ne serait pas aussi simple, une conversation téléphonique ne serait évidemment suffisante pour qu’il puisse avoir une quelconque chance d’être restitué, cependant, cela pouvait marquer le début d’une nouvelle collaboration. Il fallait simplement attendre la réponse de la chef d’armée, quelque soit la réaction première du Colonel...
Fiche par Sánsa ; sur Never-Utopia

_________________


Ao Haruya:
 


Domination:
 
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
PNJ (Gouvernement)

avatar
Messages : 657

Feuille de personnage
Niveau:
0/0  (0/0)
Expériences:
0/0  (0/0)
Berrys: Beaucoup

MessageSujet: Re: Et c'est reparti pour un tour ! [PV Daisuke]   Ven 13 Avr - 20:45



Amirale-en-chef Chairoka et colonel Vervenne.

Il était complètement dépassé par la situation, et comment aurait-il pu en être autrement ? Qui diable aurait pu lui en vouloir, par ailleurs ? Vervenne n'était qu'un soldat parmi tant d'autres. Combattant compétent et soldat endurci, il n'était ni plus ni moins qu'un homme de terrain. Certes, il avait l'habitude d'être plongé dans des batailles et des situations à la fois effervescentes et inextricables, mais ce n'était jamais ni plus ni moins qu'un nid d'adrénaline dans lequel il avait appris à se conforter. Cette fois-ci, c'était autre chose : il faisait face à un héros déchu et à la première tête d'affiche de la Marine, sinon du Gouvernement Mondial. Ainsi, lorsque l'ancien contre-amiral tenta de s'emparer de l'escargophone, le colonel fut plus que ravi de le lui céder : complètement estomaqué, il recula même d'un pas généreux, comme si s'éloigner de si peu allait lui permettre de retrouver un rythme cardiaque et une respiration plus stables. Il fut bientôt contraint à se faire une raison, à ce titre : il n'en était rien. Pour autant, il décida de demeurer à côté de cette discussion qui n'allait pas tarder à s'amorcer : c'était un moment important après tout, et il ne pouvait pas se montrer lâche ou faible d'esprit face à une surprise de ce type. Certes, la chose était étonnante et pour le moins inattendue... Mais il devait s'y faire. Il n'aurait jamais cru de prime abord atteindre le rôle de colonel : c'était dorénavant chose faite. Il ne serait assurément jamais l'ombre d'un diplomate ou d'un stratège, sans nul doute... Mais il devait savoir faire face aux choses les plus étonnantes avec flegme et sérieux. Cette détermination dérisoire gagnée et bien en main, il fit alors face aux mots qui s'échangèrent les deux cadors avec une appréhension certaine : comment savoir si tout cela allait bien se dérouler... ou si la situation allait prendre une tournure des plus regrettables ?

Les premiers mots de Daisuke, en tout cas, semblaient être teintés d'une humilité respectable et honorable. S'il se montra railleur dans un premier temps, il revint finalement à la charge avec une proposition plus décente, souhaitant simplement se mettre à nouveau au service de la Marine. L'escargophone, qui retransmettait le faciès et l'expression de l'amirale-en-chef, le sembla pas surpris ou désarçonné, pas une seule seconde durant. Pourtant, la première chose sur laquelle Asya Lida insista fut bien sa surprise... Même si elle prit la parole d'une voix traînante, basse, quasiment lasse.

-Et bien. Je ne m'attendais pas à vous entendre aujourd'hui, sergent-chef Aurola. Pas plus qu'hier ou que demain, d'ailleurs.

Elle pensait qu'il était mort, ou qu'il avait fait en sorte de disparaître de manière définitive et irrémédiable. Manifestement, il n'en était rien, mais elle n'était pas sûre de savoir comment prendre cette nouvelle. Bien sûr, en tant que tête d'affiche de la Marine, elle était heureuse et soulagée de savoir qu'un élément brillant était de retour, quelque soit son identité. Avant de causer un désastre sur Baltigo, l'homme-fumée avait été un soutien talentueux et prometteur... D'où ses multiples montées en grade, d'ailleurs. En revanche, personnellement, elle aurait été hypocrite d'avancer qu'elle l'avait apprécié ou seulement estimé. Il était un soldat indépendant et assez indomptable : il n'aimait pas les ordres, et elle n'aimait pas les électrons libres. Cette nouvelle ère comptait un certain nombre de fortes têtes et la docilité était définitivement une qualité rare... Mais comment leur en vouloir ? Les jeunes gens souhaitaient tous changer le système pour le modeler selon leurs ambitions propres. Elle aussi avait longtemps versé dans ce travers regrettable avant de se rendre compte que son pragmatisme et sa sagacité froide étaient tout ce qu'elle avait jamais nécessité pour faire parler d'elle et pour gravir les échelons... Cela n'empêchait pas Lida de faire preuve de miséricorde, toutefois, comme elle ne tarda guère à le souligner en fermant les paupières d'un air posé et serein.

-Je crois que rares et sots seraient ceux qui s'opposeraient à votre retour en fonction, Sergent-chef... Nous manquons toujours de bras volontaires. En revanche, votre disparition soudaine et ce laps de temps écoulé depuis lors ne manqueront pas d'inquiéter les plus sceptique d'entre nous. Puis-je savoir ce qui vous a poussé à tant de discrétion ?

C'était là une précaution assez évidente... Et incontournable. Les dangers étaient multiples, y compris du point de vue de la Marine, dans ce vaste Monde. Peut-être l'Aurola avait-il été capturé et manipulé par des Pirates, des Révolutionnaires ou pire, des Decimas ? Dans l'état des choses, Chairoka n'aurait aucune certitude tant qu'elle ne le croiserait pas personnellement... Ce qu'elle n'était pas vraiment pressée de faire, sans vouloir l'éviter pour autant. Cette conversation allait donc s'avérer à la fois particulièrement importante et pertinente, à ce titre...


Revenir en haut Aller en bas
Daisuke Aurola
Sergent-chefSergent-chef

avatar
Messages : 1170
Race : Humain
Équipage : Escouade anti-décima

Feuille de personnage
Niveau:
37/75  (37/75)
Expériences:
278/350  (278/350)
Berrys: 105.598.000 B

MessageSujet: Re: Et c'est reparti pour un tour ! [PV Daisuke]   Sam 14 Avr - 16:48

« Et c'est reparti pour un tour »
Feat MJ
Sergent-chef. Pour lui, ce mot n’avait plus aucune valeur. Certes, il représentait sa fonction, mais il ne se limitait plus à un grade ou à un titre. Il n’était plus que Daisuke Aurola, un homme qui tentait de faire le bien, ni plus ni moins. Cependant, l’entendre de la bouche de l’amirale en chef avait comme un son d’acceptation, à peu près autant que si elle avait déjà accepté son retour. Bien sûr, rien n’était acté, rien n’était validé, mais le Colonel avait accepté, sans aucune réticence, de lui passer l’escargophne. La discussion entre lui et Chairoka avait donc lieu sans que personne alentour ne vienne les importuner.

« Après Baltigo… »

Le sujet qu’il allait aborder lui tenait trop à cœur. Le décès prématuré de ses amis le touchait encore aujourd’hui, et c’était en grande partie dû à leur disparition qu’il avait décidé de se faire passer pour mort.

« Après Baltigo, j’ai retrouvé mon équipage, après une longue période d’errance solitaire. A ce moment-là, je recherchais un sens véritable au mot justice. J’ai remarqué que, trop souvent, pouvoir rimait avec domination, influence, tromperie et j’en passe. Je ne pouvais supporter de voir certains des nôtres user de leur position pour opprimer les faibles et les nécessiteux. »


Cette partie de sa vie, il ne la regrettait absolument pas. Voir la face cachée du gouvernement lui avait ouvert les yeux, plus que le retour de sa mémoire lors de sa rencontre avec la révolutionnaire Harlock Zora, ou même face à des pirates de grande envergure. Le plus grand danger avait été alors pour lui son envie de régler tout, tout seul. A cette époque, il avait rejoint un groupe de hors-la-loi, le Seigi No Kage, qui luttait, dans l’ombre, contre l’injustice. Visant particulièrement les gouvernementaux pourris et leurs homologues forbans qui profitaient de la faiblesse de la population lambda.

Il savait pertinemment que ses actes étaient hors-limite des lois, que ses agissements allaient à l’encontre de ce qui était inculqué aux jeunes recrues, pourtant et en toute connaissance de cause, il affirmait que son choix était bon. Il revint intérieurement sur certains évènements qui l’avait marqué, comme son premier combat contre un membre de la marine. Un colonel qui usait de sa condition pour thésauriser allègrement sur le dos de la plèbe.

« J’y ai découvert des choses magnifiques, mais aussi des histoires sinistres et je me suis demandé comment on pouvait laisser faire tant et tant de choses. Au final, je crois que j’ai fini par comprendre quel était réellement le rôle du gouvernement dans tout ça et… J’ai l’impression que nous ne faisons rien pour eux… Et ce n’est pas notre faute, mais bien celle des brigands que nous nous efforçons à appréhender. Ils accaparent toutes nos pensées, toute notre énergie… Je ne peux aider les gens à vivre mieux. Je ne peux pas les aider à avoir une vie meilleure, mais je peux les débarrasser des vermines qui souillent leurs terres, qui saccagent leurs villes. C’est pour cette raison que je suis revenu, pour aider à l’arrestation d’Arias, sur Baltigo… »

Et ce qu’il y avait vécu l’avait ébranlé. Pas un seul jour après, il avait eu le sommeil léger. Les erreurs, les morts… Toutes ces choses lui avaient retournés le cerveau. Ne sachant pas comment réagir aux agissements de chacun. Arias. Chairoka. Tous. Ils manœuvraient pour le « bien », alors comment pouvaient-il se comporter de la sorte ? Arias était capable de tuer des centaines de personnes, révolutionnaires compris, pour réussir dans sa quête, tandis que son antagoniste principale avait été capable de se servir de civil comme bouclier. Toutes ses manigances avaient pourfendu les idéaux même du sergent-chef. Il avait du mal à accepter cette fatalité.

« Comme je disais. Après Baltigo, j’ai rejoint mon équipage, ici même, sur Shabondy. Nous avons traqué des décimas, nous nous sommes confrontés au Tetsu no Ken et avons réussi à défaire un colonel de l’emprise de Centes. Cependant… »

Il eut un moment de silence. Son visage semblait s’être éteint, et il regarda le colonel d’un œil presque sévère, comme s’il le tenait pour responsable de ce qui s’était passé ensuite. Les choses n’avaient été que folie après cette affaire.

« … Tous mes amis sont morts de la main d’un équipage pirate. Ceux-là même que j’ai tenté, en vain, de capturer. Dans ma quête, j’y ai laissé des plumes. Je voulais m’en sortir seul. Me venger. Rien n’avait plus d’importance… J’ai… J’étais perdu… »

Toutes ces semaines à les traquer. Toutes ces personnes qu’il avait agressées pour des informations. Tous ces combats qu’il avait dû mener l’avaient marqué. Jamais un jour ne s’était passé sans que ses blessures morales ne l’accablent. A aucun moment ses lésions physiques n’arrêtèrent de le tyranniser. Encore aujourd’hui, l’on pouvait clairement le voir, il était en piteux état et ce n’était que sa force mentale qui lui permettait encore aujourd’hui de se tenir droit.

« … Vous parliez de scepticisme ? Voilà pourquoi j’ai préféré agir seul. Je n’avais foi en personne à ce moment-là. Je me sentais trahi… Je ne voyais en la marine qu’une ignominie… Un système sans notion de bien commun, qui écrasait les plus faible pour imposer sa vision des choses… Aujourd’hui encore je ressens cette sensation, mais je me suis retrouvé. Je sais ce que je dois faire, maintenant. Le monde a besoin, je crois, de gens de bien. Je pense en être et je veux faire mon possible pour améliorer notre société… »

Fiche par Sánsa ; sur Never-Utopia

_________________


Ao Haruya:
 


Domination:
 
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
PNJ (Gouvernement)

avatar
Messages : 657

Feuille de personnage
Niveau:
0/0  (0/0)
Expériences:
0/0  (0/0)
Berrys: Beaucoup

MessageSujet: Re: Et c'est reparti pour un tour ! [PV Daisuke]   Dim 15 Avr - 16:58



Amirale-en-chef Chairoka et colonel Vervenne.

Et bien au moins, personne ne risquait de critiquer la sincérité manifeste de Daisuke, pas plus que sa franchise directe et assumée... Polie et pleine de tact ainsi que de bon sens, la prestigieuse gradée conserva son mutisme et ses yeux clos tandis que les mots s'enchainaient et que les raisons de cette disparition mystérieuse s'enchaînaient et se supplantaient, s'additionnaient. L'ancien contre-amiral en avait bavé et ce n'était certainement pas Vervenne, qui assistait à ce spectacle depuis les premières loges, qui allait avancer le contraire. Le colonel n'avait jamais été très physionomiste mais il allait sans dire que l'homme fumée souffrait ostensiblement et ouvertement, et que cela sautait aux yeux. Même lui s'en rendait compte avec une aisance désarçonnante et déstabilisante, chose qui réveillait en lui une empathie rarement éprouvée. Alors pour Chairoka ? Certes, la jeune femme semblait très, voire trop fréquemment impassible. On lui avait de très nombreuses fois reprochés sa neutralité affichée, son calme ineffable et indélébile qui couvrait son visage d'une expression réfléchie, laquelle pouvait à tort être considérée comme une espèce de mépris hautain. Il arrivait, bien sûr, qu'Asya Lida fasse montre de tels sentiments, sinon parfois même de pitié... Mais ce n'étaient pas la douleur ou la mélancolie qu'elle fustigeait d'un regard si acerbe et si critique. Au contraire. Elle respectait ceux qui bravaient les traumatismes qui les accablaient car elle savait pertinemment que c'étaient la volonté et la bravoure qui formaient les grandes âmes : on ne quittait jamais son patelin natal si l'on ne se sentait pas capable de faire preuve de détermination. Il fallait une noblesse et un courage certain pour s'enrôler au sein de la marine, également, voire même pour devenir pirate... Abhorrer certaines personnes ne signifiait pas réprouver et nier leurs qualités apparentes. Et, en l'occurrence, l'amirale-en-chef n'avait pas de véritable raison d'en vouloir au sergent-chef. Il lui avait bien sûr causé une blessure personnelle gravissime et avait causé la mort de nombreux de ses subalternes envoyés sur Baltigo à ses côtés... Mais tout cela n'étaient nés que d'un tempérament naïvement chevaleresque et de bonnes intentions malheureuses. Il était trop tard pour revenir sur ces sordides événements... Mais il était encore temps de les rattraper et de gommer leurs conséquences, s'il s'en donnait le mal.

Un soupir échappa des lèvres de la gradée qui, néanmoins, ne rétorqua pas immédiatement. Elle s'octroya quelques secondes de silence avant de répliquer, d'un ton peut-être moins autoritaire et austère qu'à l'accoutumée. Avant d'être une machine de guerre et une tacticienne de génie au sang froid légendaire, elle était une jeune femme qui déplorait les morts et les désastres...

-Vous avez mes condoléances, sergent-chef, même si je crains fort qu'elles ne vous soient d'un grand secours. Quant au reste, je n'irai pas jusqu'à assumer que le Gouvernement Mondial est un système parfait et dénué de tous problèmes. Vous et moi le savons pertinemment : la Marine n'est-elle même pas constamment irréprochable. Mais ce en quoi je crois, c'est qu'il s'agit là d'un moindre mal. Et pas seulement quant à la politique que nous défendons... Les sacrifices que nous commettons pour maintenir notre suprématie sont, eux aussi, de moindres maux.

Cela n'allait possiblement pas plaire à Daisuke... En tout cas, cela n'aurait assurément pas plus à l'idéaliste qu'il avait été. Mais l'amirale-en-chef ne voyait pas sa fonction comme une simple condition sévère qui l'amenait à fustiger ses subordonnés manquant singulièrement de pragmatisme ou de sang froid. La vérité était bien loin... Les supérieurs devaient également guider leurs subalternes à travers les océans de doute qu'ils pouvaient parfois écumer. Il était regrettable que l'homme fumée ait choisi de s'isoler plutôt que de trouver du soutien parmi ses pairs : certes, la Marine était une organisation si titanesque et tentaculaire qu'elle se déshumanisait parfois, inévitablement, mais elle n'en était pas moins formée d'individus différents, distincts et spécifiques, qui vivaient des épopées parfois aux antipodes les unes des autres et qui, surtout, en tiraient des enseignements bien opposés, mais toujours formateurs et emplis d'une certaine sagesse. Si le logia avait décidé de recourir à l'aide d'un autre gradé, sans doute aurait-il pu panser ses plaies plus aisément, et se remettre de cette incommensurable déconvenue avec davantage d'aisance... Mais il était encore trop tard pour le constater ou en être convaincus. Aussi Asya Lida délaissa-t-elle cette question-ci, se contentant d'ouvrir les paupières à nouveau pour adresser à Daisuke quelques mots francs et qui, pour le coup, pouvaient être interprétés de bien des manières.

-L'important est d'offrir aux petites gens un Monde dans lequel ils peuvent s'épanouir sans craindre pour leur vie. Cela nous conduit parfois à prendre des décisions regrettables, et nous n'avons par ailleurs pas tous la même perception des choses ou la même visée sur le long terme. Il n'est ni question de légitimité, ni de bonté. Il est, je le crois, question de devoir.

Restait à savoir si ces mots allaient trouver une résonance particulière chez Daisuke, ou si le logia n'allait pas être très satisfait quant à ce verdict pour le moins mitigé. Dans tous les cas, le point de vue de Chairoka semblait être assez clair : on ne gouvernait pas par le biais de bons sentiments et de candeur. Les sacrifices devaient être réalisés perpétuellement pour assurer le bien-être de la masse écrasante... Et, d'une certaine manière, elle assumait le choix qu'elle avait pris d'exposer les 5 Légendes à Baltigo.


Revenir en haut Aller en bas
Daisuke Aurola
Sergent-chefSergent-chef

avatar
Messages : 1170
Race : Humain
Équipage : Escouade anti-décima

Feuille de personnage
Niveau:
37/75  (37/75)
Expériences:
278/350  (278/350)
Berrys: 105.598.000 B

MessageSujet: Re: Et c'est reparti pour un tour ! [PV Daisuke]   Lun 16 Avr - 13:45

« Et c'est reparti pour un tour »
Feat MJ
Le devoir d’un marine était, pour le blond, une conception assez complexe, qui déterminait souvent ses actions, pour la plupart à l’encontre des principes fondateurs de l’ordre. En effet, et même si on le niait assez fréquemment, le gouvernement étaient sous les ordres d’une entité totalement immorale, qui avait fait des choix, comme Chairoka, pour prospérer et ainsi assoir sa domination totale sur la quasi-intégralité du globe. Pour lui, le sens du mot justice avait toujours eu une consonnance particulière, que ce soit à l’époque même où il luttait ouvertement contre le gouvernement, lors de mission révolutionnaire orchestrer par son grand frère, entre autres, ou même lorsqu’il était au sein même de l’organisation étatique.

Lors même qu’il s’était évaporé une première fois, laissant le commandement de son navire à son ami Kazuma, il était parti à la recherche d’une justice équitable, une sorte de quête d’identité en somme. Définir ce qu’il fallait être pour enfin de le devenir… Cependant, il s’était perdu en route, ayant à subir les aléas de la vie, il avait eu à endurer des déconvenues des plus impartiales. C’est pour cette raison qu’il ne dit mot quand l’amirale en chef parla de manière détournée de ses actions sur Baltigo. Certes, à l’époque des faits, il aurait fulminé, la fustigeant de son hypocrisie. Néanmoins, il s’était modéré, assagi. Il avait compris dans les mots de Chairoka une chose qui était en train de naitre en lui, une nouvelle façon de voir les choses.

C’était vrai, Daisuke était déjà un homme de bien, ne choisissant ses amis et collègues que dans l’intérêt commun. Ainsi, même s’il était du côté du gouvernement, il n’hésitait pas à s’entourer de pirate, de révolutionnaire ou tout autre type de hors-la-loi tant qu’ils œuvraient pour une cause juste. C’est d’ailleurs l’un de ces forbans qui l’avait quelque peu remis sur le droit chemin et c’était en partie grâce à ces gens amicaux qu’il était toujours en vie aujourd’hui et qu’il avait pu aller si loin par le passé. Il savait pertinemment qu’il n’y avait pas que du blanc et du noir, qu’il y avait tant et tant de nuances qu’il y avait de personnes. Il avait ses principes, Chairoka avait les siens et il ne pouvait, en tant que simple sergent-chef, aujourd’hui, rien lui reprocher ouvertement. Cependant, ce n’était pas, selon lui, de son devoir d’user de stratagème aussi abject que de se servir de civil pour imaginer rivaliser avec une armée adverse.

Eux, qui étaient censés être les garants de la sureté et du bien-être de ces mêmes citoyens, comment pouvaient-ils s’en servir comme bouclier ? Une visée sur le long terme ? Un « petit » sacrifice pour le plus grand nombre ? C’était en quelques sortes ce qu’on lui avait répondu lors du lourd débriefing qu’eut lieux après la cuisante déconfiture de Baltigo. C’était aussi ce qu’elle essayait, de manière beaucoup plus, polie et détournée, de faire comprendre à Daisuke. Lui, qui n’était qu’un simple sous-fifre, n’avait probablement la vision pas assez lointaine sur les évènements. C’était vrai qu’il n’avait pas toute une armée sous son commandement, qu’il n’avait pas autant de responsabilité qu’elle, mais pour autant, il se considérait sur le même bateau, une même association. Les actes d’une personne, aussi éminente que l’amirale-en-chef, se répercutent forcément sur les choix et les agissements de ses compères et Daisuke ne pouvait, même aujourd’hui, accepter que l’on suive une voie telle que celle-ci.

Cela dit, ses nouvelles convictions ne s’ébranleraient pas pour autant. Il n’allait pas revenir sur ce qu’il s’était promis, agir du mieux qu’il pouvait pour aider les autres, et c’était ce qu’il allait faire. Revenir au sein du gouvernement était la première étape, obligatoire selon lui, pour y parvenir. Il n’avait pas les fonds nécessaires, ni même la puissance adéquate – et il en avait fait les frais récemment – pour mener à bien ses idéaux. C’est donc dans cette optique qu’il reprit l’ascendant sur ses pensées révolutionnaires et qu’il entama de nouveau la discussion.

« Mon devoir est de me mettre au service du bien public, je le sais maintenant et peu importe les agissements de mes compères, je jure de servir mes idéaux jusqu’au bout. J’ai bien saisi, durant mon exil, la dureté et les causes de vos choix. Je ne suis pas à même de les juger et, pour cela, je m’excuse profondément de mes agissements antérieurs. Par ailleurs, j’ai aussi pris conscience que la menace actuelle la plus importante à mes yeux était Centes. Dans cette optique, et j’en appelle à votre confiance, j’aimerais si possible me rapprocher de Monsieur Finley, pour apporter mon aider à l’AOI, en espérant pouvoir profiter de votre soutien dans ma démarche. »

De manière détournée, lui aussi, usant de toutes ses capacités de pourparlers, il montrait indirectement son envie d’en finir avec Centes et par extension à la place qu’occupait l’amirale en chef. Une fois la menace Décima éteinte elle n’aurait, normalement, plus aucune raison de garder sa position et il deviendrait dès lors beaucoup plus légitime de la détracter. Aujourd’hui, il n’était pas dans une posture assez privilégier.

L’orientation que prendrait la conversation aurait alors une importance capitale pour le blond, qui espérait du plus profond de son âme pouvoir réintégrer les rangs de l’armée gouvernementale. Il souhaitait reprendre sa place dans le monde, place qu’il avait perdu quelques mois auparavant.

Fiche par Sánsa ; sur Never-Utopia

_________________


Ao Haruya:
 


Domination:
 
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
PNJ (Gouvernement)

avatar
Messages : 657

Feuille de personnage
Niveau:
0/0  (0/0)
Expériences:
0/0  (0/0)
Berrys: Beaucoup

MessageSujet: Re: Et c'est reparti pour un tour ! [PV Daisuke]   Mar 17 Avr - 8:30



Amirale-en-chef Chairoka et colonel Vervenne.

Elle aurait pu tenter de s'attarder un peu plus quant à leurs différentes visions du monde et de la nécessité d'agir, ou encore quant au drame qui s'était produit sur Baltigo, mais l'amirale-en-chef ne voyait pas ce qu'elle aurait pu ajouter et que l'ancien contre-amiral aurait de son côté ignoré. La chose avait été expliquée, explicitée, et il avait désormais un mince aperçu des ambitions qui avaient dicté sa conduite à Asya Lida : que cela lui plaise ou non, les choses s'étaient déroulées ainsi. De facto, lorsqu'il décida de changer de sujet, la gradée ne protesta pas l'ombre d'un instant. Il y avait plus important, et il ne tarda pas à le prouver en lui faisant part de son projet de s'en prendre plus frontalement aux Decimas. Quelque peu intéressée, elle arqua un sourcil interloqué, brisant avec son habituelle froideur rigoureuse et sérieuse. Pour le coup, cette nouvelle tombait à pique, et elle se demandait si le logia n'avait pas eu cette idée par le biais de la presse : il avait été dévoilé que les amiraux allaient dorénavant être quatre et que Wakai Tsuki, de son côté, allait être attribué à la traque des Decimas, dans un effort conjoint avec les soldats de l'AOI. Etait-ce cela qui avait poussé l'homme-fumée à revoir sa position au sein de l'armée de Chairoka ? En tout cas, telle proposition tombait nécessairement à pique. La jeune femme, de son côté, ne pouvait que tâcher de la saisir au vol : s'en abstenir aurait été une grossière erreur. Après tout, même s'il avait commis une bavure monumentale, l'Aurola n'en était pas moins monté au rang de contre-amiral une fois par le passé : il était doté de compétences indéniables, qui pouvaient s'avérer utile quant à la lutte contre les hordes de Centes Decima.

-Dans ce cas, j'ai une proposition à vous faire, de mon côté. L'Amiral Sorafuka conduira à l'avenir une troupe de choc contre les Decimas. La chose sera dangereuse, je ne vais pas vous mentir, mais ce sera à l'évidence la méthode la plus efficace pour vous en prendre à Centes, si tel est votre objectif.

Etait-ce du volontariat ? Oui et non. Si un marine possédait des dispositions et des capacités incontournables pour mener ce genre de missions à son bien, alors Asya Lida l'attribuerait d'office à cette branche restreinte sans hésiter un traître instant. Mais Daisuke Aurola était différent : sa présence n'était pas nécessaire, mais souhaitable auprès de Wakai Tsuki. Leur union ne pouvait déboucher que sur de concluants résultats, songea l'amirale-en-chef, d'autant plus que leurs mouvements n'allaient plus être aussi intrépides et stupides que lors de l'assaut de Merveille. Le Monde tout entier avait eu ce jour-là un aperçu des pouvoirs dantesques du Monarque, et savait désormais ce qu'il fallait éviter à tout prix pour ne pas tomber sur un os... Elle était suffisamment fine d'esprit et brillante tacticienne pour éviter de commettre à nouveau une aussi grossière erreur. Ainsi, dans le cas de figure où le logia acceptait, Chairoka ne tarderait guère à offrir à l'Aurola d'autres directives quant à la marche à suivre pour qu'elle puisse de la sorte rejoindre sa nouvelle affectation.

-Le colonel Vervenne mettra une embarcation à votre disposition pour que vous puissiez rejoindre Marineford. Il nous faudra nous entretenir, et j'en profiterai pour vous présenter vos futurs collègues, ainsi que l'amiral en personne. Vous dépendrez de son autorité directe, tant que je constaterai pas de nécessité à m'impliquer personnellement.

Mais allait-elle le faire ? Difficile à dire, d'aussi loin : tant que les opérations n'étaient pas actées et tant que leurs conclusions n'étaient pas connues, la jeune femme préférait ne pas trop s'avancer. Il était capital qu'elle demeure sur la défensive, cloîtrée à Marineford et à l'entière disposition d'Aston Finley, si ce dernier souhaitait la téléporter à un endroit ou à un autre. En revanche, de manière exceptionnelle et a fortiori si le Monarque était lié à l'affaire, elle était la seule à pouvoir intervenir sans prendre de risques démesurés... C'était sans compter, par ailleurs et de surcroît, sur le fait qu'elle percevait effectivement Centes comme étant la première menace, et ce depuis la disparition d'Arias. Certes, les Yonkous possédaient des mouvements plus unis et une force nettement plus colossale que celle du petit Roi, mais ils étaient loin, dans le Nouveau Monde, et se contrebalançaient eux-mêmes par le biais de leur influence guerrière. Tant que Mifune, et surtout Mijushike demeuraient en stand by, prêts à intercepter le moindre de ces forbans, la Marine demeurait tranquille sur ce flanc-là...


Revenir en haut Aller en bas
Daisuke Aurola
Sergent-chefSergent-chef

avatar
Messages : 1170
Race : Humain
Équipage : Escouade anti-décima

Feuille de personnage
Niveau:
37/75  (37/75)
Expériences:
278/350  (278/350)
Berrys: 105.598.000 B

MessageSujet: Re: Et c'est reparti pour un tour ! [PV Daisuke]   Mer 18 Avr - 0:07

« Et c'est reparti pour un tour »
Feat MJ
Sa proposition, tout d’abord, sembla surprendre l’amirale-en-chef. C’était une première pour l’Aurola, de la voir – même indirectement – avec une expression du visage différente de l’impassible Asya Lida que le commun des mortels connaissait. Son léger déplacement de sourcil avait été rapide et subtil, mais le blond l’avait remarqué, sans toutefois en faire une quelconque et hypothétique réflexion. Il laissa cette situation évoluer et écouta avec attention les dires de sa supérieure. Sa demande d’intégrer l’AOI semblait ne pas intéresser tout simplement l’amirale-en-chef. Pour autant, le marine savait que certains désaccords pouvaient être d’actualité, il lui suffisait juste de se remémorer son dernier entretien avec des hauts gradés de la marine et de l’AOI pour s’en rendre compte : Ils n’avaient pas la même vision des choses.

Ce qui lui plaisait dans l’idée d’intégrer l’AOI c’était, et il pouvait à peine s’en cacher, de ne plus être sous les ordres directs de Chairoka et ainsi avoir tout le plaisir de s’attacher à sa mission principale sans avoir cette femme, qu’il n’arrivait pas à comprendre, toujours à ses talons. Non pas qu’elle serait derrière son dos, elle lui disait clairement d’ailleurs, mais elle manipulerait les pièces de telles sortes qu’elle ait tout de même une main mise sur les décisions de l’amiral Sorafuka. Autant dire que retourner dans la marine, pour intégrer une escouade directement dirigée par un des trois plus grands membres de l’organisation avait quand même de quoi l’intéresser.

Alors même qu’il réfléchissait, l’amirale-en-chef enchérissait. Ajoutant tout simplement les moyens qu’elle mettrait à sa disposition pour que, dans les prochains jours, il puisse se rencontrer en face à face, chose qu’il ne souhaitait vraiment pas, mais ses objectifs passaient bien avant ses envies et il se contenta d’appuyer sa concentration sur son but à « court terme » : s’occuper des Décimas.


« Je suppose que nous travaillerons de concert avec l’AOI, alors ça me va. Je vais prendre la route dès que j’aurais vu avec le Colonel Vervenne les détails. Je vous remercie de l’invitation. »

Avec cette phrase, il tendit à nouveau l’escargophone au Colonel. Il sentait alors une envie d’en découdre monter en lui, espérant qu’un Décima apparaisse pour en démordre avec ces individus sans passer par la case Marineford. Un semblant d’excitation qu’il n’avait pas ressenti depuis des lustres. Vagabondant à la recherche des meurtriers de ses amis, il n’avait alors en tête que ses idées vengeresses, sans aucune réelle conviction derrière. Maintenant, la donne avait changé et il était devenu un autre homme. Un homme certes similaire à son ancien lui, mais tout de même différent. Il était devenu plus mur, plus serein et même si tous ses doutes subsistaient toujours en lui, il faisait tout pour les repousser, les confronter à ses idéaux renouvelés.

Cependant, c’est avec appréhension qu’il irait en direction de Marineford. La dernière fois qu’il y était allé, ça ne s’était pas réellement bien passé et les choses avaient pris une tournure désastreuse pour le blond qui ne cessait de douter, se demandant si ce n’était pas là que sa déchéance avait débutée. Apothéose… C’aurait dû être le climax de sa vie de marine, résumé éhonté d’une vie de combat contre le mal. Il aurait pu tout simplement devenir l’une des têtes d’affiche de cette nouvelle ère. Néanmoins, il avait fauté, échoué, détruisant les espoirs de certains et affirmant finalement les dires des plus récalcitrant à son ascension fulgurante. Certains l’avaient déjà pressenti, Pacifique, par exemple, le lui avait fait remarquer à plusieurs reprises. Il n’avait pas écouté, simplement. Mais qu’en était-il, aujourd’hui ? Cette façon, inébranlable, de contester l’autorité, avait-il véritablement tirer un trait dessus ? Il ne pouvait le savoir que d’une seule et unique manière, y être confronté et ça avait le mérite de lui filer la chocote.

Encore, avec Aston, il avait une estime totalement différente. Voyant en cet homme une personne bien plus apte que l’Asya Lida qu’il connaissait. Même si, avouons-le, il ne les connaissait à tout le moins pas du tout. Il semblait avoir plus de respect pour cet homme qui, malgré les fautes de Daisuke avait tout simplement tiré un trait dessus pour avancer. Le blond avait alors eu la bêtise de refuser, accablant encore un peu plus son cerveau d’hésitations. Il voyait cependant son voyage vers Marineford d’un œil, bien que très retissant, légèrement empreint d’optimisme. Il retournerait vers les strates qu’il avait foulé, un endroit qu’il connaissait et qui avait eu l’occasion de le transformer à de multiples reprises. C’était un passage obligé, c’était son passage obligé pour son grand retour.

Retour qui ne serait pas nécessairement fracassant, mais qui aurait le mérite de poser des bases un peu plus stables qu’à sa première visite. Il était un nouvel homme et il comptait le prouver, le montrer pour qu’un jour il soit capable de se retourner et voir ses amis, au loin, le sourire aux lèvres…


« Alors… Que fait-on, Colonel ? »



Fiche par Sánsa ; sur Never-Utopia

_________________


Ao Haruya:
 


Domination:
 


Dernière édition par Daisuke Aurola le Mer 18 Avr - 15:26, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
PNJ (Gouvernement)

avatar
Messages : 657

Feuille de personnage
Niveau:
0/0  (0/0)
Expériences:
0/0  (0/0)
Berrys: Beaucoup

MessageSujet: Re: Et c'est reparti pour un tour ! [PV Daisuke]   Mer 18 Avr - 13:02



Amirale-en-chef Chairoka et colonel Vervenne.


-Très bien. Vos futurs collègues et moi-même vous y attendrons. A bientôt, sergent-chef.

Là-dessus, l'escargophone retrouva son mutisme et son repos habituels, laissant enfin le colonel récupérer le den den mushi en question tout en reprenant bruyamment son souffle. Il était resté silencieux tandis que les grands noms s'étaient enchaînés et succédés, et tandis qu'il avait compris sans peine que le sergent-chef Aurola allait être lié à une unité d'élite dont le principal objectif était la chasse aux Decimas. Il allait sans dire qu'avec ou sans rétrogradation, la plupart des hauts-gradés du Gouvernement Mondial continuaient à fonder de gros espoirs sur l'homme-fumée et sur ses capacités... L'amirale-en-chef elle-même s'était montrée étonnamment tranquille et bienveillante, chose plutôt rare. Sans doute l'échange avait-il été facilité par la souffrance que Daisuke disait avoir traversé... L'empathie poussait bien souvent à la pondération ! Toujours était-il, donc, qu'on venait de lui accorder une tâche : celle de planifier le départ de l'ancien contre-amiral pour Marineford, où une réunion se tiendrait certainement pour informer ce dernier quant aux missions qu'ils auraient à mener et quant aux soutiens qu'il pourrait espérer. Ainsi, lorsque le logia lui demanda ce qui était prévu pour la suite des opérations, le colonel ne perdit pas l'ombre d'un instant et, relativement anxieux, quoique fortement dynamisé par son professionnalisme coutumier, il fit un hochement de la tête mécanique avant de répondre sans plus attendre, invitant l'autre marine à le suivre.

-Nous allons retourner à la base pour planifier votre départ dans les heures à venir. Un gradé devrait bien faire le trajet sous peu...

Le point fort de la marine, c'était certainement la mobilité de ses troupes... Et c'était chose naturelle si l'on considérait que la majorité de leurs plus grands ennemis, les pirates, jouissaient de cette dite mobilité pour frapper où bon leur semblait. Depuis Shabondy, la route maritime à emprunter en direction de Marineford était assez courte... Ainsi, avec un petit peu de chance, Daisuke aurait atteint son prochaine objectif en l'espace de quelques dizaines d'heures tout au plus, lui permettant de passer aux choses sérieuses sans plus attendre. Quant à la suite, Vervenne n'en aurait probablement jamais vent, et il le savait pertinemment. De toute façon, il ne cherchait pas à en savoir davantage : Centes Decima, c'était là un mal qui le dépassait très largement et qu'il ne cherchait même pas vraiment à combattre... Sur l'archipel, il avait déjà bien assez à faire avec les crapules habituelles qui pullulaient et tyrannisaient les populations locales, en jouant notamment sur l'impunité des crimes éconduits au sein des groves de non-droit !

A Marineford, Chairoka afficha de son côté un sourire amusée et satisfaite par la tournure improbable de la situation. Certes, le retour en fonction de Daisuke Aurola était déjà désarçonnant en soi, mais le savoir prêt à combattre face à Centes Decima était d'autant plus intéressant. Elle avait hâte de constater les efforts que l'ancien contre-amiral allait bien pouvoir déployer pour tenter de venir à bout de ce fléau qu'ils traînaient depuis bien trop longtemps... Et elle avait également hâte de savoir si Sorafuka en personne allait accepter le soutien de celui que bon nombre d'autres hauts-gradés pointaient du doigt, telle une brebis galeuse. Quant au reste, elle ne doutait pas vraiment de la bonne volonté du désormais sergent-chef, ou de son honnêteté : il était effectivement probable, compte tenu de son tempérament idéaliste, qu'il abhorre le Monarque plus que quiconque. Ils étaient nombreux, après tout, à exécrer Centes et à l'avoir affronté dans le but de promouvoir leur propre vision de la liberté... Et ils le seraient encore certainement un long moment durant. Jusqu'à ce que le stratagème qu'elle était en train de mettre sur pied vienne à bout de ce petit Roi, a minima... Car la plus grossière erreur réalisée par le chef de file des Decimas n'avait pas été de s'en prendre à la justice, mais bel et bien de s'en prendre à la sacro-sainte liberté que même les criminels défendaient becs et ongles. Voilà qui donnait au Gouvernement Mondial bien assez de latitudes pour préparer un plan susceptible de mettre un point final à cette menace ayant été ignorée trop longtemps...



Du coup, je relance à Marineford !
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Et c'est reparti pour un tour ! [PV Daisuke]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Et c'est reparti pour un tour ! [PV Daisuke]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Et c'est reparti pour un tour ! | Apprenti => Crèp
» sarattie;; ❝ et c'est reparti pour l'échange de salive ❞
» Aide pour la Tour Céladopole
» [Jeu] Les Pronos Biques - On repart pour un Tour ?
» Et c'est repartis pour un tour ✘ Nudge

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
One Piece Seken :: Le monde de One Piece :: Grand Line :: Archipel Shabaody-