Partagez | 
 

 Chronique d'un Manchot [Pv PNJ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Kabayochi.M.Kiru
Pirate
avatar
Messages : 2820
Race : Humain
Équipage : Deadly Sins

Feuille de personnage
Niveau:
42/75  (42/75)
Expériences:
389/500  (389/500)
Berrys: 341.428.650 B

MessageSujet: Chronique d'un Manchot [Pv PNJ]   Lun 26 Mar - 13:08


A Bout de Forces!


Une lueur blanche l'aveugla un court instant tandis qu'il traversait la fermeture vers laquelle il venait de se jeter comme si sa vie en dépendait. La lumière intense de l'extérieur de la faille contrastait vivement avec l'aspect relativement sombre de la salle du trône de Mars. Son corps heurta lourdement le sol tandis qu'il relâchait la jeune femme qu'il tenait dans son bras gauche, laissant le corps de celle-ci rebondir un peu plus loin. Il était à bout de forces ! Chaque mouvement semblant être un objectif inatteignable pour ses membres meurtries qu'il ne tarderait probablement pas à ne plus pouvoir bouger. Des bruits parvinrent à ses oreilles autour de lui, le forçant à tenter de se reprendre en main, concentrant ses forces pour se relever avec difficulté, son bras gauche solidement agrippé à son bras droit tranché. Il remarqua alors seulement l'étrange texture du sol, dont le blanc immaculé était désormais sali par les tâches de sang vermeil que laissait le Golem derrière lui. Mais plus que cela ce sol semblait être mou, tranchant totalement avec tout ce qu'il connaissait. S'il avait pu déjà observer des matériaux mous par le passé, et encore de manière assez rare, jamais il n'avait foulé un sol qui détenait les mêmes propriétés. Jetant un regard derrière lui il constata que la fermeture avait disparue, dévoilant simplement une étendue de forêt placée sur cet étrange sol. Regardant finalement enfin devant lui il constata la présence d'habitants de l'île où il venait de débarquer d'une manière pour le moins étrange.

Ses yeux s'écarquillèrent alors tandis qu'il découvrait de ses yeux embués de fatigue les personnes qui se présentaient devant lui, des hommes et des femmes à l'allure particulière dont la principale particularité visible était une paire d'ailes de petite taille dans le dos. Kiru cligna des yeux, se sentant défaillir tandis qu'il se persuadait qu'il commençait à halluciner. Certes il y avait toute sorte de lieu et de races dont il ne connaissait rien autour de ces mers mais entre ce sol et ces ailes le doute était trop grand, il divaguait sans aucun doute. Malgré tout les personnes étaient là, semblant ne pas réagir à la présence du nouvel arrivant à moins que sa vision ne parvienne simplement plus à lui rendre une image suffisamment nette pour qu'il puisse tout voir. Pourtant il avait besoin d'aide, c'était une certitude que s'il n'était pas rapidement soigné il mourrait ! Tentant de faire un pas en avant il trébucha, tombant à genou devant les quelques personnes qui lui faisaient face sans remarquer leur réaction. Ses dernières forces le quittaient il ne pouvait même plus se déplacer, ce n'était qu'une question de secondes avant qu'il ne s'évanouisse purement et simplement. Son regard se redressa vers les inconnus, semblant implorer de l'aide alors qu'il ne semblait même plus en état de parler. Il ne savait pas qui ils étaient, il ne savait pas où il se trouvait, il n'était même pas sûr que tout cela soit la réalité.

Ses pensées s'emmêlèrent entre elles tandis que son cerveau semblait à son tour rendre les armes. Avait-il gagné ou avait-il été vaincu, s'en sortirait-il ou sa vie se terminerait-elle sur ce sol étrange devant un public imaginaire ? Tout se bousculait dans un désordre complet dans son crâne, une douleur familière lui revenant, semblant finalement outrepasser tout le reste. Cela faisait un moment que son haki ne s'était pas manifesté de la sorte, mais il semblait qu'il n'avait même plus la force de contrôler celui-ci. Ses souvenirs lui revinrent tous d'un trait, les événements de Mars se mêlant à ceux de Saint John tandis qu'il revivait perpétuellement la perte de son bras. Une larme vint perler sur son visage tandis que ses yeux se fermaient finalement, ne laissant plus que l'obscurité à observer devant lui. Il sentait sa tête tourner et tout son corps défaillir, se sentant tanguer comme s'il n'était plus qu'un objet quelconque en faible équilibre que le moindre coup de vent suffirait à envoyer au sol. Dans tout cet imbroglio sans nom un visage lui revint en mémoire, celui d'un homme qu'il avait peu côtoyé et auquel il était pourtant étroitement lié moralement, que ce soit par son frère ou non. Un visage, un homme, un nom ! Celui qu'il prononça dans un dernier souffle :

Ghetis !

Comme une dernière promesse le nom avait claqué de manière assez forte pour être bien entendu et compris autour de lui sans pour autant que ça soit le but. Comme une annonce finale le Golem lâcha finalement prise, laissant son esprit sombrer dans l'inconnu tandis qu'il perdait pied totalement. Il sentit son corps se balancer dangereusement vers l'avant, créant une sensation d'apesanteur fugace avant que la nuit ne tombe. Il ne sentit pas son corps s'étaler sur le sol, il ne perçu rien de ce qui se passa après, il s'était évanoui !




Ce rp se déroule directement à la suite du Mini-Event de Mars

_________________
Revenir en haut Aller en bas
PNJ [Révolutionnaire]

avatar
Messages : 213

Feuille de personnage
Niveau:
0/0  (0/0)
Expériences:
0/0  (0/0)
Berrys: 0 B

MessageSujet: Re: Chronique d'un Manchot [Pv PNJ]   Lun 26 Mar - 15:58



Beredith Sibel, révolutionnaire, 97.000.000 berrys.

Lorsqu'elle reprit conscience, ce fut avec un sentiment de paix intérieur si puissant si viscéral qu'il lui semblait étourdissant. Tout avait été noir pendant si longtemps que la jeune femme eut besoin d'un long moment pour enfin ouvrir les yeux, s'abandonnant encore quelque peu à la rassérénante sensation d'un repos fortifiant. Elle n'avait plus aussi bien dormi depuis des années... Ses paupières se soulevèrent finalement, en même temps que sa poitrine qui était investie d'une respiration stable et profonde. Elle put détailler un plafond puis une salle à l'intérieur de laquelle elle se trouvait et qui ne lui évoquait aucun souvenir. Elle était sur quelque chose de duveteux, d'étonnamment confortable, et elle se redressa finalement avec un grommellement, portant une main à son visage pour se le frotter plus ou moins énergiquement. Ce fut à cet instant qu'une foule de souvenirs revinrent à la charge, lui rappelant plus ou moins ce qu'elle avait vécu ces derniers mois durant, puis pendant l'altercation avec les intrus, au siège de Mars. Les cauchemars avaient disparu, pour la première fois depuis si longtemps qu'elle avait bien du mal à s'en souvenir précisément... Avec un brin d'hésitation, elle se mit à bouger ses bras indépendamment l'un de l'autre, appréhendant la réaction qui pourrait naître de ces mouvements. Pourtant, rien ne vint. Toujours sur ses gardes, Sibel fronça ses sourcils, la mine anxieuse, avant d'expirer puissamment. Était-elle tiré d'affaire ? C'était en tout cas ce qu'elle espérait ardemment, mais elle se souvint sans peine du tempérament plus terre à terre et plus pragmatique de ses trois compagnons d'infortune, devenus au rythme des jours de véritables amis sur qui elle pouvait compter. Ils lui auraient certainement conseillé de rester sur ses gardes, de conserver la tête froide, de ne pas se laisser aller à un sentiment d'euphorie trop vif... Sans quoi le risque de rechute n'était que plus titanesque et que plus terrifiant. D'autant que la Beredith ne savait ni où elle se trouvait, ni pourquoi elle se trouvait là... Les gouvernementaux avaient réussi à la bloquer et à l'endormir, oui. Mais tout cela s'était passé dans la salle du trône de Kokuwo Makui... Et, à la place, elle se trouvait dans une chambre assez simple, immaculée, éclatante même. Un regard supplémentaire fut suffisant pour qu'elle se rende compte que ses épées ne se trouvaient nulle part. Avait-elle été finalement capturée par la marines ? Si tel était le cas, alors cela signifiait fort probablement que Makui et les siens avaient perdu... Et, à ce titre, elle n'éprouvait rien d'autre qu'un sentiment de soulagement et même de joie.

Cependant, cela n'expliquait pas grand chose. Si c'étaient bel et bien les justiciers qui lui avaient mis le grappin dessus... Pourquoi était-elle encore libre de ses mouvements, même désarmée ? Elle était mise à prix, et approchait même les cent millions de berrys... Le Gouvernement Mondial ne pouvait pas se permettre de laisser une telle pointure parfaitement libre de ses mouvements. Alors, quelqu'un d'autre s'était-il occupé d'elle ? Peut-être que Mars n'était finalement pas tombé. Peut-être l'avaient-ils éloigné de la salle du trône après que les intrus aient été vaincus... Peut-être attendaient-ils seulement son réveil pour la renvoyer sur le front. Cette pensée quelque peu paranoïaque l'angoissa et elle porta un pouce à ses lèvres, qu'elle se mit à ronger nerveusement. Finalement, la jeune femme décida de quitter le lit où elle avait été installée d'un bond, s'orientant momentanément vers la seule porte qui se trouvait dans la pièce. Toutefois, avant qu'elle n'arrive à l'atteindre, Sibel fut coupée dans son élan lorsque ladite porte s'ouvrit, laissant apparaître une enfant haute comme trois pommes, âgée de dix ans tout au plus, et suivit de près par un homme plus mûr, certainement son père. Tout deux portaient des ailes et, devant son air sidérés, ils réagirent avec un ton amical et bienveillant qui achevèrent de la rendre absolument abasourdie.

-Oh, mademoiselle, vous êtes réveillée !
-'pa ! 'pa ! Elle est debout !

Tandis que l'enfant lui offrait une risette adorable, son père lui tapotant le haut du crâne avec tendresse, la révolutionnaire demeura muette et silencieuse, acquiesçant d'un simple mouvement de la tête positif mais hésitant. Que lui voulaient-ils ? Qui étaient-ils ? Où étaient-ils ? Encore trop de questions sans réponses... Qui, pourtant, risquaient d'être élucidées en partie par la surenchère de son interlocuteur, qui l'invita à les suivre hors de la chambre avec un sourire toujours plus sympathique, convivial et chaleureux.

-Venez par ici. Votre ami et vous êtes arrivés dans un sale état, par une espèce de portail... Il se repose dans la pièce d'à côté.

Son ami ? Galaad ? Jorgen ? Un espoir insondable vint naître dans le cœur de la demoiselle qui espérait désormais ardemment que les trois autres aient également pu se tirer d'affaire, grâce à l'intervention des forces du Gouvernement Mondial au sein de la dimension de Mars. Peut-être s'étaient-ils tous enfuis... Peut-être Makui lui-même était-il mort ? Au final, si Jorgen avait décidé de prendre la poudre d'escampette à cause de sa mise-à-prix en l'entraînant avec lui, peut-être que la demoiselle et le Nebula pourraient se remettre du traumatisme qu'ils avaient vécu petit-à-petit, trouvant ici bas la paix tant espérée... Aussi, pleine d'espérance, la Beredith se mit-elle en route conformément à la demande de son hôte aimable et charitable au possible.


Revenir en haut Aller en bas
Kabayochi.M.Kiru
Pirate
avatar
Messages : 2820
Race : Humain
Équipage : Deadly Sins

Feuille de personnage
Niveau:
42/75  (42/75)
Expériences:
389/500  (389/500)
Berrys: 341.428.650 B

MessageSujet: Re: Chronique d'un Manchot [Pv PNJ]   Mar 27 Mar - 13:32


Mon Bras!


Le noir apparu de nouveau, comme s'il ne s'était rien passé, comme une continuité avec le moment où il s'était étalé sur le sol, à cela près qu'il semblait à présent apaisé. Combien de temps s'était-il déroulé ? Une seconde ? Une Heure ? Un Jour ? Une Semaine ? Ou bien plus encore ? Le Golem n'en avait strictement aucune idée et paraissait simplement reprendre ses esprits tandis que ses paupières s'ouvraient lentement. La lumière éblouissante l'aveugla, la noirceur faisant place à la clarté avec une certaine douleur tandis qu'il se rendait compte qu'il ne parvenait pas à lever le bras droit qu'il avait voulu placer par réflexe devant ses yeux. Les souvenirs rappliquèrent alors comme un choc dans sa mémoire ! Mars, Rika, la perte de son bras, les gouvernementaux qu'il avait croisé là-bas, les personnes qu'ils avaient affrontés. Ses yeux s'habituèrent finalement à la lumière, son regard commençant à détailler une pièce modeste aux allures particulières, éclairée d'une clarté qu'il n'avait encore croisé nul-part. Il doutait même qu'être en plein soleil sur West Blue puisse en amener autant. Retournant en grimaçant sa tête sur la droite il observa pendant de longues secondes en silence le bandage qui avait été fait sur son épaule droite, demeurant immobile tandis qu'il ne semblait pas vouloir accepter ce que ses yeux lui montraient. Son bras droit n'était plus ! Il avait été séparé de son corps comme ça avait déjà été le cas auparavant mais cette fois-ci son pouvoir n'y était pour rien, et il ne pourrait pas le recoller comme ça. Pour autant il ne l'acceptait pas, il avait quitté Mars en emportant son bras et ferait en sorte de le conserver en bonne condition jusqu'à ce qu'il trouve un moyen de le rattacher à son corps. Et il le trouverait peu importe le temps que ça lui prendrait, peu importe ce que ça lui coûterait. Cette pensée était forte en lui, inébranlable et indéniable, il était dans la phase du déni. L'acceptation de son infirmité était loin et même inenvisageable à cet instant, ceux qui abandonnaient étaient des lâches, s'il le faisait lui-même alors il ne pourrait plus se regarder en face.

Ses yeux s'écarquillèrent soudain tandis qu'il retournait violemment sa tête vers la gauche, sentant son corps endolori protestait tandis qu'il grimaçait, regrettant instantanément cette réaction soudaine. Néanmoins ses yeux affolés parcoururent la pièce qui l'entourait à la recherche de son membre amputé, jusqu'à ce qu'il soit sorti de la fermeture il se rappelait s'y être accroché comme si sa vie en dépendait mais à présent qu'en avaient fait ceux qui l'avaient recueilli ? Tentant de se redresser tandis que la douleur reprenait sa place dans son corps affaibli il aperçu alors un visage paraître dans l'encadrement de la porte sans pour autant le reconnaître. Sans chercher à comprendre ou à savoir qui était ces individus, où il était, il se propulsa hors du lit, posant ses pieds sur le sol en leur lançant une simple question d'une voix effrayée :

Où est mon bras ?!

Il était sorti de son lit, faisant fi des douleurs et de ses articulations endolories ou encore de ses muscles encore affaiblis. Il s'était jeté en avant dans un élan de frayeur et de désespoir, il avait beau savoir que son bras lui avait été tranché, séparé de son corps contre son gré, il n'était pas aisé d'accepter la séparation avec une partie de soi qui ne l'avait jamais quitté en plus de vingt ans. Néanmoins se furent ses jambes qui le trahirent, encore trop faible pour le tenir et incapable de supporter son poids elles plièrent dès lors qu'elles touchèrent le sol. Laissant le Golem s'étaler à terre de nouveau, grommelant il força sur son bras gauche pour s'asseoir sur le sol, essuyant lentement la poussière qui s'était placée sur son visage il redressa son regard vers ceux qui pénétraient dans la pièce à présent, réitérant sa demande sur un ton presque suppliant tandis que ses nerfs craquaient :

Mon bras ?!



_________________
Revenir en haut Aller en bas
PNJ [Révolutionnaire]

avatar
Messages : 213

Feuille de personnage
Niveau:
0/0  (0/0)
Expériences:
0/0  (0/0)
Berrys: 0 B

MessageSujet: Re: Chronique d'un Manchot [Pv PNJ]   Mer 28 Mar - 11:34



Beredith Sibel, révolutionnaire, 97.000.000 berrys.

-Allons, calmez-vous... Je l'ai mis en lieu sûr, au frais, pour qu'il ne se dégrade pas. Je suis médecin...
-C'est toi...

Alors que le médecin se rapprochait du blessé pour l'aider à s'en retourner sur le lit qu'il venait de quitter, considérant qu'il n'était toujours pas suffisamment en forme pour s'en sortir de la sorte s'il ne se reposait pas davantage, Sibel quant à elle fronça les sourcils et plissa les yeux, ne pouvant évidemment pas occulter sa déception. Elle s'était attendue à trouver Jorgen, et retrouvait finalement l'homme qui était entré en même temps que les gouvernementaux... Dans un bien piteux état. Cela, plutôt que de répondre à quelque question que ce fut, en précipita au contraire une myriade d'autre. Il avait tenté de s'enfuir avec elle ? Probable, plausible. Il avait dû passer dans le premier portail ouvert, sans trop réfléchir, en l'entraînant avec lui... Dans ce cas de figure, pourquoi avait-il pris la peine de s'enfuir ? Il avait pourtant l'air d'être en bon terme avec les gouvernementaux. Est-ce que ceux-ci avaient finalement perdus et péris ? Les espoirs dont elle s'était affublée un instant plus tôt en prirent un sacré coup et elle se mordit la lèvre inférieure avant de serrer les poings. Si tel était le cas, Galaad, Jorgen et Sonia se trouvaient sûrement encore au siège de Mars, à obéir aux lubies de cette chose qui avait eu une emprise certaine sur eux... C'était là la pire chose possible pour cette ancienne révolutionnaire qui, si elle ne pouvait décemment pas demeurer immobile et impassible tant que ses amis étaient prisonniers et esclaves de Mars, n'avait pas souhaité reprendre les armes aussi tôt. De toute manière, comment diable la Beredith pouvait-elle s'avérer utile ? Ses efforts ne sauraient être fructueux tant qu'elle ne trouvait pas un moyen de s'infiltrer à nouveau dans la salle du trône. Et comment y parvenir ? Avec quels alliés ? Seule, elle ne serait absolument d'aucune utilité... Angoissée, elle se mit à se ronger l'ongle du pouce avant d'être finalement frappée par une évidence. Elle devait d'abord connaître le fin mot de cette histoire et c'est ainsi qu'empressée elle prit la parole en questionnant sans plus attendre le Kabayochi.

-Qu'est-ce qu'il s'est passé ? Pourquoi es-tu dans cet état ? Pourquoi est-ce que tu m'as sorti de là-bas ?

Elle était suspendue à ses lèvres, et n'attendait qu'une seule et unique chose : qu'il daigne lui répondre. Pudique, le médecin prit la main de sa fille et l'entraîna à l'extérieur de la chambre, respectant un moment d'intimité pour les deux patients qui semblaient se connaître. Tant qu'ils ne faisaient pas de folies, il n'avait de toute façon aucune protestation à maugréer : il leur fallait avant toute autre chose un repos conséquent, et ça n'était pas une discussion pour éclaircir leur situation qui allait les entraver à ce titre, bien au contraire. Ils avaient besoin d'être sereins, de ne pas se laisser tourmenter outre mesure par la situation dans laquelle ils étaient plongés... Et cela impliquait le fait de connaître la vérité pour Sibel qui pas un instant ne perdit Kiru du regard. Lorsque la porte fut refermée derrière elle, elle resta immobile et impassible un bref instant avant de surenchérir, orientant son regard vers le sol comme si elle craignait d'ores et déjà d'entendre une telle réponse.

-Makui... il a gagné ?

Le Renégat était puissant. Son ennemi avait l'air d'être un vice-amiral solide et efficace, mais il était illusoire d'espérer qu'il puisse venir à bout du logia des neutrinos aussi aisément... Quelque chose avait dû mal se dérouler. Une anxiété sourde vint investir son cœur où s'était envolé l'espérance, et elle demeura pendue aux lèvres de l'autre criminel, attendant patiemment qu'il lui fournisse les réponses qu'elle était venue chercher. Pour le meilleur comme pour le pire...



Réponse bien plus courte ce tour, mais je vois pas trop quoi dire de plus !
Revenir en haut Aller en bas
Kabayochi.M.Kiru
Pirate
avatar
Messages : 2820
Race : Humain
Équipage : Deadly Sins

Feuille de personnage
Niveau:
42/75  (42/75)
Expériences:
389/500  (389/500)
Berrys: 341.428.650 B

MessageSujet: Re: Chronique d'un Manchot [Pv PNJ]   Mer 28 Mar - 12:50


Mars!


Un soulagement relatif pu se percevoir sur le visage tendue du maudit tandis qu'on lui annonçait avoir conservé son bras au frais. Il n'avait aucune raison de douter de ces gens qui l'avaient recueilli et visiblement soigné mais après tout il ne les connaissait pas. La méfiance constante demeurait la marque des combattants, probablement ne serait-il pleinement rassuré que lorsqu'il aurait retrouvé le membre en question. Grimaçant tandis que le vieil homme venait l'aider à se redresser il s'assied sur le lit en étant étonnamment essoufflé. Ces quelques efforts, bien qu'assez simples et sans difficultés particulières, l'avaient vidés du peu de forces qu'il avait pu récupérer. Il avait poussé son corps à bout dans ce combat, tentant de demeurer debout jusqu'à la dernière seconde, atteignant la limite de ce qu'il pouvait supporter. Désormais il ne parvenait même plus à bouger sans assistance, étant obligé d'avoir recours à l'aide d'autrui pour le faire. Il lui faudrait probablement quelques jours de récupération et de rééducation afin de pouvoir retrouver une aisance normale au niveau de ses muscles. Reposant finalement son regard sur la jeune femme aux cheveux roses qu'il avait amené avec lui en ces lieux inconnus il sembla finalement se rappeler de sa présence. Un sourire incontrôlé apparu sur son visage, il ne la connaissait pas personnellement, simplement via quelques informations du réseau révolutionnaire mais ne l'avait jamais rencontré. Néanmoins voir un visage qu'il connaissait, même si cela ne datait que de Mars, avait quelque chose de rassurant. Venant passer sa main gauche sur son front il le frotta lentement avant de déclarer à la jeune femme :

Makui est mort ! Ses deux lieutenants également !

Kiru fit une pause afin de reprendre son souffle, même l'action de parler quelques secondes avait un caractère épuisant. Baissant les yeux comme pour tenter de remettre de l'ordre dans les événements de Mars dont la fin était particulièrement floue, ses idées n'étant d'ores et déjà plus très claire alors qu'il perdait beaucoup de sang. Finalement il poursuivit :

Après leurs morts d'autres gouvernementaux ont débarqués, il était dangereux de rester sur place, et j'avais une dette envers Jonas, ou plutôt envers Aurore.

Posant le bras sur son oreiller afin de se soutenir tandis qu'il se sentait pencher dangereusement en arrière il repensa au moment où l'allié du Kichicko lui avait rendu Riku, son allié capturé lors de l'attaque de Las Camp sans rien lui demander en retour. Il avait conscience que c'était là un signe d'apaisement et même s'il avait alors décliné l'offre de la Révolutionnaire il n'en demeurait pas moins toujours aussi proche de leurs idées, et ne comptait pas leur faire la guerre. En ce sens il considérait avoir une dette qu'il venait de payer en sortant l'une des alliés de Jonas de ce mauvais pas. Comprenant néanmoins que ces informations seraient bien faible il tacha de se montrer plus précis, plus rassurant :

Les autres épéistes allaient bien quand nous sommes partis, ils semblaient maitrisés et je suis certain que le gouvernement prendra soin d'eux.

En réalité il n'en savait rien, lorsqu'il était parti son état était bien trop grave pour pouvoir conserver une vision globale de la scène. Ils semblaient avoir le dessus et l'arrivée de renforts ne pouvait que leur être bénéfique. Il ne savait absolument pas ce qui serait la suite mais était simplement heureux de ne pas y être convié de force comme l'aurait été le fait de demeurer sur place. Il voulu tendre son bras droit en direction de la jeune femme avant de se rendre à nouveau compte de son infirmité, il n'en avait pas encore parlé car il ne l'acceptait toujours pas. Il lui faudrait probablement de longs mois avant qu'il ne le fasse. Une larme perla sur son œil droit, commençant à couler le long de sa joue tandis qu'il tournait à nouveau son visage vers la jeune femme en arborant un sourire faussement joyeux et sûr de lui dont les larmes qui se multipliaient à présent prouvaient la véritable nature :

Une victoire demande des sacrifices...



_________________
Revenir en haut Aller en bas
PNJ [Révolutionnaire]

avatar
Messages : 213

Feuille de personnage
Niveau:
0/0  (0/0)
Expériences:
0/0  (0/0)
Berrys: 0 B

MessageSujet: Re: Chronique d'un Manchot [Pv PNJ]   Jeu 29 Mar - 12:00



Beredith Sibel, révolutionnaire, 97.000.000 berrys.

Constat mitigé, en fin de compte. Certes, les espoirs de la demoiselle avaient été vulgairement tués dans l’œuf, puisqu'elle avait trouvé Kiru au lieu de Jorgen, mais les nouvelles qu'il avait à lui rapporter n'étaient pas fondamentalement mauvaises. La bataille s'était bien déroulée... Et Makui était mort. L'ancien révolutionnaire l'avait probablement entraînée à l'extérieur de la dimension pour empêcher les gouvernementaux de lui mettre le grappin dessus, et ça n'était en soi pas plus mal. Elle connaissait Galaad et Sonia, et les connaissait bien : ils n'auraient jamais accepté de laisser les marines l'envoyer à Impel Down, quitte à y être envoyés avec elle. Ils auraient pu combattre les intrus si cela lui avait donné une infime chance de s'en tirer libre... Cependant, ce qui lui semblait un peu plus sombre, c'était évidemment ce qui attendait le Nebula s'il se faisait capturer à la suite de cette bataille. Certes, il était compétent et meilleur combattant qu'elle, et il était de surcroît plutôt débrouillard, mais il était plutôt complexe d'imaginer qu'il parviendrait à s'en sortir seul et sans peine si les justiciers commençaient à lui tourner autour... Pour autant, la jeune épéiste ne pouvait en aucun cas lui venir en aide : elle n'aurait été ni plus ni moins qu'un boulet, elle le savait, et n'avait de toute manière aucun moyen de savoir où il avait été emmené ou même de rejoindre la dimension de Mars s'il s'y trouvait encore. Voilà pourquoi, du point de vue de la Beredith, la chose restait plus amère même s'ils avaient réussi à se tirer d'affaire grâce à l'infirme qui lui faisait face, et qui disait avoir une dette à entretenir à l'égard de Jonas et d'Aurore. Cela faisait si longtemps qu'elle ne les avait plus vu... La sabreuse avait d'ores et déjà l'envie de s'en retourner sur Kaiten-Su, même si l'idée de combattre ne risquait plus de la frôler avant un bon moment. Elle avait simplement envie de se poser un petit peu, de retrouver une vie plus stable et plus sereine... Et d'avoir quelques nouvelles rassurantes de la part de ses trois amis également manipulés par la force étrange qui les avait contraints à agir par le passé, et qui semblait avoir déserté son corps.

-Je... je vois. Merci...

C'était bien la moindre des choses que de le remercier quant aux risques encourus, même si cela semblait faible a priori : elle ne voyait pas trop quoi lui dire d'autre. Elle le connaissait à peine, et ne pouvait rien faire quant au bras dont on l'avait manifestement délesté... Si l'homme qui les avait accueilli était médecin, il pourrait certainement le lui remettre dans les heures qui suivraient, s'il en éprouvait le désir légitime. Quant au reste, elle n'avait rien de plus à faire ici. Elle ne connaissait pas cet endroit, et entendait bien le quitter dès qu'elle en aurait l'occasion. Après tout, rien ne la retenait ici et, contrairement à son sauveteur, elle n'avait en aucun cas besoin d'un temps de convalescence : au final, elle n'avait pas été blessée pendant les combats...

-Tu sais où nous sommes ? Je n'avais jamais vu... D'ailes, comme ils ont dans leurs dos.

Elle évoquait bien entendu le physique particulier du médecin et de sa fille, qui étaient pour le moins dépaysants. La réponse qu'elle craignait le plus de s'entendre rétorquer, c'était bien évidemment le Nouveau Monde : elle ne possédait pas de compétences suffisantes pour s'y aventurer décemment et dignement. Jorgen avait souvent tué le temps en leur racontant tout ce qu'il avait pu y trouver et les aventures les plus folles que son équipage et lui-même avaient pu mener à son terme. Et elle était ainsi bien placée pour savoir que les dangers mortels qu'il avait su éviter grâce à son indéniable expertise auraient pu la tuer d'innombrables fois... Sibel, donc, attendit patiemment une réponse de son interlocuteur en surveillant toutefois précautionneusement son état d'un regard attentif. S'il montrait des signes ostensibles de faiblesse, elle ne tarderait guère à lui fausser compagnie : elle n'avait guère envie de l'empêcher de se remettre de la blessure dont il avait à souffrir puisque c'était lui qui l'avait sauvée. Et comme la demoiselle ne voyait pas trop comment lui venir en aide ou le remercier plus tangiblement, la meilleure des façons de procéder restait encore de le laisser tranquille pour le moment...


Revenir en haut Aller en bas
Kabayochi.M.Kiru
Pirate
avatar
Messages : 2820
Race : Humain
Équipage : Deadly Sins

Feuille de personnage
Niveau:
42/75  (42/75)
Expériences:
389/500  (389/500)
Berrys: 341.428.650 B

MessageSujet: Re: Chronique d'un Manchot [Pv PNJ]   Jeu 29 Mar - 12:43


Rémission Forcée !


Kiru cligna des yeux en entendant la demande de la jeune Révolutionnaire, des ailes ? Il était tellement obnubilé par son bras qu'il n'avait jamais prêté attention à l'apparence de ceux qui l'avaient accueilli. Néanmoins il se remémora son arrivée sur l'île, tentant de tirer au clair des informations supplémentaires dans sa mémoire embuée. Ainsi il n'avait pas rêvé ! Sibel avait également vu les ailes dans le dos de ces gens et elle n'avait aucune raison d'avoir halluciné, et comment aurait-elle pu inventer quelque chose d'aussi gros ? Tentant de retrouver d'autres détails la seule chose qui lui revint en tête fut le sol particulièrement mou qu'il avait foulé en arrivant, mais cela ne lui apprit rien de plus. Relevant le regard vers la jeune femme qui semblait totalement perdu il s'étonna de ne pas l'être autant qu'elle au vu de la situation. Pourtant il ne savait absolument pas où ils se trouvaient et avait perdu un membre au cours de ce combat, mais était-ce la fatigue ou le soulagement d'en être sorti vivant, il ne parvenait pas à s'inquiéter. Il ne réfléchit donc pas plus longtemps avant de déclarer :

Je ne sais pas où nous sommes. Je me suis évanoui à bout de forces juste après avoir passé la faille.

Il n'avait pas quitté son ancienne collègue révolutionnaire des yeux en s'exprimant, prenant seulement conscience du peu d'entrain que risquaient de provoquer chez elle ses paroles. Du peu qu'il avait cru en voir elle semblait d'une nature peureuse et méfiante, et il s'était montré peu rassurant dans son intervention. Un léger sourire apparu sur son visage tandis qu'il détaillait la jeune femme, chose qu'il n'avait pas réellement eut le temps de faire sur Mars. Elle lui rappelait Gaya, la fille de Jiro avec laquelle il avait passé plusieurs années et dont Caril et lui s'occupaient à présent. Un élan de sympathie et d'émotion monta soudain en lui tandis que son instinct paternel lui criait d'aider la jeune femme. Il ne la connaissait pas et pourtant il l'appréciait déjà, et puis elle pourrait être utile auprès de Jonas dans le futur. Sans lui laisser le temps de répondre il poursuivit alors avec empressement :

Je crois qu'il est temps de discuter avec nos hôtes !

Sur ces mots un halo blanchâtre entoura le Golem qui brilla un court instant avant de reprendre son teint habituel. La fatigue qu'il venait de diviser dans son corps diminua drastiquement, lui provoquant aussitôt une sensation de bien-être qu'il n'avait plus connu depuis un moment. Il se redressa alors avec une force nouvelle, parvenant à se maintenir debout sans réelle difficultés en comparaison de sa première tentative. Il grimaça néanmoins en commençant à marcher en direction de la porte tandis que ses muscles endoloris se rappelaient à lui. Il n'aimait pas trop user de cet aspect de son pouvoir à tout va, s'il avait divisé la fatigue qui le clouait au lit afin de pouvoir se mouvoir même sans une fluidité exceptionnelle, le contrecoup serait toujours aussi dangereux. Il forçait son corps à agir avant que celui-ci ne soit proprement remis, ne lui laissant pas le temps de se soigner. En faisant cela il aggravait son état et risquait fort de le payer si cela venait à durer trop longtemps. Il avait beau diviser la fatigue celle-ci reviendrait, encore plus forte, encore plus douloureuse, et alors il regretterait ses actes. Il n'y avait nul échappatoire à un repos forcé, et plus on le repoussait plus il deviendrait compliqué. Passant le pas de la porte en serrant les dents il tentait de conserver une stature à peu près droite, tentant de ne pas laisser paraître l'instabilité de son pied gauche qui semblait prêt à le lâcher à chaque instant. Il ne se retourna pas pour voir si son allié de circonstance l'avait suivi, se contentant d'entrer dans la première pièce où il entendu du bruit et de demander simplement :

Je vous remercie d'avoir pris soin de nous, mais nous ne pouvons tarder pouvez-vous nous dire où nous nous trouvons ?



_________________
Revenir en haut Aller en bas
PNJ [Révolutionnaire]

avatar
Messages : 213

Feuille de personnage
Niveau:
0/0  (0/0)
Expériences:
0/0  (0/0)
Berrys: 0 B

MessageSujet: Re: Chronique d'un Manchot [Pv PNJ]   Ven 30 Mar - 0:03



Beredith Sibel, révolutionnaire, 97.000.000 berrys.

Elle l'avait suivi et ils avaient pu pénétrer dans une petite cuisine et un couple et l'enfant étaient installés. Deux places avaient été libérés pour eux et comme on les leur désignait aimablement, elle prit place sur l'une des chaises, toujours autant perdue dans ses pensées. Alors comme ça, Kiru lui-même ne savait pas où ils avaient bien pu atterrir... Les locaux, ou à tout le moins les gens qui les avaient recueilli semblaient être de bonne foi et plutôt charitables. Ils auraient pu tenter de leur nuire pendant leur inconscience, après tout, s'ils l'avaient voulu... Ils ne semblaient donc pas être du côté du Gouvernement Mondial, ou à tout le moins pas aveuglément. Ou peut-être n'avaient-ils tout simplement pas conscience de la condition de primés des deux criminels ? S'ils étaient sur le Nouveau Monde, c'était plausible : les mises-à-prix étaient légions, pour le peu que la révolutionnaire en savait, et leurs réputations n'étaient pas assez grandes pour que leurs noms aient été portés jusqu'en des terres lointaines et reculées, dépendant de l'influence omnipotente d'un Yonkou ou d'un autre... Mais, petit-à-petit, une hypothèse s'était insinuée chez Sibel qui, si elle paniquait aisément, n'en était pas moins douée d'intelligence comme tout un chacun. A tête reposée, elle savait se montrer perspicace et pertinente et elle ne tarda guère à le démontrer : certes, tout lui semblait étrange, à commencer par la faculté que l'ancien révolutionnaire semblait posséder et qui lui permettait manifestement de passer outre la fatigue, néanmoins elle n'en était pas pour autant reléguée à l'état de poupée stupide et indolente... Ses méninges cogitaient et elle parvint ainsi à anticiper les dires du docteur, qui ne fit par conséquent rien de plus qu'hocher la tête affirmativement, avec conviction.

-Nous sommes sur les Mers Blanches... C'est ça ?
-Oui, absolument. Cet endroit d'appelle Bilca ! Je suis médecin par ici. Enfin, restez tranquilles. Mangez donc un peu !

Si on leur servit une assiette de soupe, la Beredith n'y accorda qu'un regard très machinal et même quelque peu désintéressé. Elle n'avait pas faim, et se montrait à la vérité trop anxieuse pour que cela ne se manifeste chez elle... Comprenant sans peine ce qui la chagrinait sans pouvoir y répondre d'aucune manière, ayant lui-même un certain nombre de questions à leur soumettre et qui se reflétaient sans peine sur son faciès interrogatif, le médecin prit cette fois-ci les devants et eut bientôt une réponse parcellaire de la part de l'épéiste, qui ne chercha guère à s'attarder sur le sujet abordé.

-Mais d'où venez-vous, vous ? Nous avons vu une fermeture s'ouvrir, vous en êtes sortis, vous avez dit le nom du vice-amiral Ghetis Archer, et puis... Je vous ai amené jusqu'ici.
-Nous étions... A Mars.

S'il fut sidéré, puisqu'il ne comprit pas à un seul instant le sens de cette réponse, il ne tarda guère à capituler. De toute façon, cela ne lui changeait pas grand chose que de savoir d'où venaient deux de ses patients. Même si l'homme semblait blessé et que la femme avait quant à elle principalement l'air exténuée, ils n'avaient pas l'air d'être de mauvais bougres, ce qu'avaient pu craindre les autres habitants en les voyant surgir de prime abord. Il avait eu raison de leur offrir le gîte et le couvert, et c'était bien là tout ce qui comptait.
Tandis que la gamine s'acharnait sur une clémentine, Sibel, de son côté, la scruta un court instant avant d'afficher un sourire légèrement attendri. Une pensée fugace et étonnamment désespérante surgit alors : depuis combien de temps n'avait-elle pas eu l'occasion d'observer une scène à la fois si anodine et si innocente ? Cette question à la réponse bien trop lointaine la fit frissonner un instant et elle tâcha de revenir à l'instant présent, ayant encore bien trop de questions demeurées sans réponse. Elle ne tarda guère à en reposer une, plongeant son regard dans celui du docteur avec une teinte de crainte.

-J'ai... Déjà entendu parler des Mers Blanches mais... Je croyais que ce n'était qu'un mythe. Où est-ce que c'est, précisément ?
-Oh. Elles s'étendent partout, à la vérité. Mais, si je ne me trompe pas, elles sont tout de même concentrées au-dessus de ce que vous nommez Grand Line.

Pour elle ? Ce n'était jusque-là qu'un mythe lointain, qu'une affabulation supplémentaire à ajouter à tout un folklore que des siècles et des siècles avaient contribué à garnir. Après tout, les aventuriers qui s'en allaient par-delà Red Line revenaient bien souvent les bras chargés d'or et de contes, qu'ils livraient aux Rois comme aux enfants, généreux et dispensiers. Et si toutes les légendes avaient une origine véritable et irréfutable, elles n'en demeuraient pas moins de vulgaires légendes, des affabulations erronées qui n'avaient vu le jour que dans le seul but de faire rêver des peuples sédentarisés au possible. Sauf que... Sauf qu'elle avait vécu sur Paradise. Qu'elle avait sillonné Paradise. Et qu'elle avait passé le plus clair de ces dernières semaines à converser avec un Nebula, lequel lui avait parlé de choses bien plus fantastiques et incroyables que de simples îles suspendues dans les cieux... Dès lors, comment aurait-elle pu demeurer surprise exagérément ?


Revenir en haut Aller en bas
Kabayochi.M.Kiru
Pirate
avatar
Messages : 2820
Race : Humain
Équipage : Deadly Sins

Feuille de personnage
Niveau:
42/75  (42/75)
Expériences:
389/500  (389/500)
Berrys: 341.428.650 B

MessageSujet: Re: Chronique d'un Manchot [Pv PNJ]   Ven 30 Mar - 4:45


La Bonne Soupe !


Kiru avait pris place sur la chaise qu'on lui présentait non sans un certain soulagement, malgré l'absence de fatigue qui lui donnait l'illusion d'une énergie débordante il sentait chacun de ses muscles gronder contre ces efforts forcés. Il pouvait avancer et se mouvoir de manière à peu prés correcte, et pourrait probablement faire illusion suffisamment longtemps pour retourner sur West Blue, mais il sentait que son corps souffrait de chaque mouvement, ne semblant tenir qu'à un fil avant que les blessures dont il aurait du se remettre ne s'aggravent encore plus. Il reporta son attention sur les personnes qui leur faisaient place, qui les avaient recueilli et soigné alors qu'ils ne les connaissaient ni d'Eve ni d'Adam, de quoi vous redonner foi en l'humanité. Ou en une toute autre race ! Ses yeux s'attardèrent sur les petites ailes caractéristiques qui ornaient le dos de leurs hôtes, semblant bien trop petites pour avoir une réelle utilité. Néanmoins se fut les paroles que prononcèrent la jeune révolutionnaire à ses côtés qui l'étonnèrent le plus, surtout lorsque le vieil homme sembla la conforter dans ses propos, laissant un Kiru incompréhensif au milieu de tout cela. Les Mers Blanches ?! Il n'avait jamais entendu ce mot et ne comprenait pas ce qu'il signifiait, certes il n'avait rien d'un navigateur mais il pensait connaître la totalité des mers qui couvraient ce globe, y compris la légendaire All Blue qui ne semblait n'être qu'un simple mythe. Pourtant celle dont il était question aujourd'hui lui était totalement inconnue, si sa collègue semblait être soudain plus éclairée lui demeurait dans un noir encore plus complet qu'auparavant.

Préférant se taire en continuant d'écouter les informations délivrées peu à peu par les différents protagonistes il regarda l'assiette de soupe d'un oeil suspicieux, mais son corps se rappela à lui, semblant visiblement bien moins soucieux de ce qu'on lui servait que son cerveau. De toute façon il en avait besoin pour reprendre des forces et se voyait mal faire le difficile au vu de son état, tout son corps semblait crier son besoin d'aliments. Remerciant d'un geste la personne qui venait de lui servir à manger il demeura néanmoins interdit devant son incapacité à prendre la cuillère qui lui avait été présenté du fait de sa double infirmité. Refusant l'aide de la femme qui venait de le servir il parvint à caler la cuillère au creux de son coude, parvenant avec difficulté et de manière peu orthodoxe à engouffrer une première cuillère dans sa bouche, tout son être semblant réagir d'un bloc à la nourriture comme s'il s'agissait d'un met divin. A tel point qu'il ne réagit pas lorsque la jeune femme prononça le nom de l'endroit dont ils s'étaient extirpés in-extremis. S'empressant d'enfourner une seconde bouchée dans son gosier, un peu de soupe venant couler le long de sa joue tout en s'appliquant tant bien que mal à ne pas paraître mal-élevé. Continuant à manger avec un certain empressement et une difficulté à moitié camouflé il ne perdit pour autant rien de la discussion qui avait lieu entre le médecin et Sibel, notant les quelques informations pour finalement poser sa cuillère et reprendre un air sérieux au moment où la dernière explication était donnée. D'après la femme aux cheveux roses ces Mers Blanches n'étaient qu'un mythe pour elle, et le simple fait qu'ils se trouvent dans les cieux était encore difficile à croire pour le Golem, bien que cela explique les ailes. Il ne comprenait pas bien comment cela pouvait être possible mais n'était pas extrêmement surpris pour autant, ce monde semblait encore et toujours dévoiler de nouvelles surprises à chaque instant, et Kiru ne parvenait pas vraiment à saisir tout le côté exceptionnel que cette nouvelle représentait. Reposant le regard sur le vieil homme il se redressa finalement, repoussant son assiette pour finalement déclarer :

Nous vous remercions énormément pour nous avoir recueilli et aider de la sorte. Pouvons-nous faire quelque chose pour vous remercier ? Je m'excuse de mon empressement mais avez-vous un moyen de redescendre sur Grand Line ? Ou d'atteindre directement les Blues, il faut que je trouve rapidement un moyen de relier mon bras à mon corps !

En disant cela le Golem s'était redressé, sa main venant finalement s'appuyer sur le dossier de sa chaise pour se maintenir tandis qu'il regrettait instantanément la rapidité de son geste. Il ne savait pas trop ce que tout cela signifiait mais les personnes qui leur avait ouvert leur maison semblaient avoir réagi au nom du Vairon, qu'il avait prononcé avant de tomber dans les pommes. Cela avait été un réflexe, comme une dernière parole dans son cerveau embué, pourtant en ces lieux dont il ne soupçonnait même pas l'existence quelques secondes auparavant le Vice-Amiral était connu. S'ils tardaient trop celui-ci et le Gouvernement Mondial seraient probablement mis au courant de leur présence en ces lieux, et alors tout serait à refaire. Surtout il n'était clairement pas en capacité de se battre, si la marine venait pour eux leur destin demeurerait entre les mains de celle qui l'accompagnait à présent. Se reconcentrant sur Sibel il lui déclara d'une voix plus faible :

Si tu veux tu peux rentrer avec moi sur West Blue afin de laisser de côté l'agitation de Grand Line, le temps de te ressourcer. Ma famille sera ravie de t'accueillir et je suis sûr que tu adorerais ma fille.

Un sourire sincère apparu sur le visage du Golem tandis qu'il repensait à Gaya, la fille de Jiro qu'il avait adopté avec Caril comme le père de la jeune fille l'avait jadis fait avec lui. Il ne pouvait pas imaginer ce qu'avait pu vivre la jeune femme au cours des derniers mois mais il se sentait une responsabilité désormais qu'il l'avait extrait de Mars. Peut-être voudrait-elle retourner voir Jonas, mais si elle souhaitait se reposer dans un endroit plus calme il serait prêt à l'accueillir sur Powder Island le temps qu'elle le souhaiterait. Faisant mine de tanguer dangereusement il rapprocha sa bouche du visage de la jeune femme pour finalement murmurer à celle-ci de sorte que leurs hôtes ne les entendent pas :

Il ne faut pas traîner ici.

Kiru serait bien volontiers resté à cet endroit au moins quelques jours de plus, il était indéniable qu'il avait besoin d'un long repos, mais s'ils étaient chez des alliés du Vairon leur temps était compté, surtout qu'ils semblaient coincés dans les cieux. Leur priorité était de se sortir de là, il aurait tout le temps une fois cela fait de se reposer et de se remettre de ses blessures.



_________________


Dernière édition par Kabayochi.M.Kiru le Dim 1 Avr - 1:04, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
PNJ [Révolutionnaire]

avatar
Messages : 213

Feuille de personnage
Niveau:
0/0  (0/0)
Expériences:
0/0  (0/0)
Berrys: 0 B

MessageSujet: Re: Chronique d'un Manchot [Pv PNJ]   Ven 30 Mar - 10:56



Beredith Sibel, révolutionnaire, 97.000.000 berrys.

Face à l'empressement de Kiru, les réponses furent diverses. Si le médecin, sa femme et sa fille demeurèrent immobiles, même si les deux adultes eurent l'air vivement inquiétés l'espace d'un instant par les gesticulations peu prudentes et précautionneuses du criminel, Sibel quant à elle arqua un sourcil interloqué et interrogatif. Pourquoi était-il si pressé à l'idée de quitter cet endroit ? Elle pouvait comprendre qu'il se sente mal-à-l'aise de dépendre de la générosité d'autrui, ou encore qu'il essaye de s'en retourner auprès des siens aussi vite que possible, mais il ne s'en mettait pas moins en danger, dans les faits... Son état était encore précaire et plus il se mouvait de manière brusque, plus il risquait de posséder une rechute virulente, avec ou sans malédiction étrange pour lui venir en aide. Lorsqu'il évoqua la possibilité qu'elle l'accompagne jusqu'à West Blue, elle demeura encore interdite et muette, incapable de lui offrir la moindre réponse dans l'état des choses. Elle n'avait pas songé à la possibilité de s'orienter vers les Seas Blues, à la vérité, même si cela semblait effectivement être la perspective la plus apaisante et la plus saine... Les combats n'étaient pas forcément abondants par là-bas, et au moins les belligérants n'étaient pas de véritables monstres capables de la couper en deux d'un seul geste... A contrario, elle ne savait que trop bien dans quel état précaire se trouvait la Révolution, à l'heure actuelle. Même Kaiten-Su pouvait être dans le viseur de la Marine, et si tel était le cas, elle ne serait pas en sécurité si elle décidait de rallier ce bastion pour revenir auprès de Jonas et des autres. Elle avait été témoin de la force de Makui et considérait que les gradés qui s'étaient aventurés jusqu'à Mars n'étaient pas moins redoutables s'ils avaient été capables de mettre un terme à sa folie. Difficile à croire, dans ces conditions, que les révolutionnaires avaient la moindre chance de l'emporter sur un champ de bataille... Ainsi, même si elle ignorait encore beaucoup de choses quant à la politique mondiale, elle admit sans peine qu'il était effectivement plutôt raisonnable de s'orienter avant toute autre chose vers West Blue, a minima le temps de s'informer et de se requinquer quelque peu. Ensuite, elle n'aurait qu'à aviser, une fois revigorée... Quoique surprise par le conseil discret que Kiru venait de lui glisser, elle se décida donc à hocher la tête lentement, sans un mot.

De son côté, le médecin se redressa à son tour, anxieux, et regarda tour-à-tour ses deux patients, éberlué. Ils songeaient vraiment à partir, alors qu'ils devaient encore être à bout de force ? C'était complètement fou de leur part... Cela étant, il ne pouvait décemment pas les enchaîner pour les forcer à se remettre posément des blessures qui étaient les leurs... Il tâcha toutefois de les appeler au calme et à la modération en se tournant tout particulièrement vers Kiru, le plus sévèrement touché des deux et celui qu'il aurait a priori dû conserver sous sa surveillance au moins pendant plusieurs jours pour évaluer l'évolution de ses blessures et de l'état général de son corps.

-Attendez... Vous ne devriez pas partir maintenant ! Vous risqueriez le pire... Votre bras, je n'ai même pas eu le temps de me pencher dessus... La coupure est nette, avec l'aide nécessaire je pourrais sûrement vous le remettre en place, à condition que vous restiez ici en convalescence... Si vous partez, vous risquez d'aggraver la blessure ou, au contraire, de la cicatriser ! Et si le bras s'abîme...

Il n'eut pas besoin de finir sa prise de parole. Les conséquences étaient évidentes, même pour Sibel qui comprit sans peine que la blessure dont Kiru avait à souffrir risquait de s'avérer éternelle. Certaines personnes étaient parfois capables de créer des prothèses d'une efficacité déroutante, bien entendu... Cependant, ça n'était rien de comparable avec la sensation d'un vrai membre de chaire et d'os. La femme du médecin, quant à elle, tâcha de ramener le duo à la réalité en évoquant un autre problème : ils ne pouvaient pas espérer quitter la Mer Blanche dans leur état, sans rien connaître de la situation ni de leur chemin...

-Nous autres Bilcans sommes des sédentaires... Vous ne trouverez personne qui acceptera de vous escorter jusqu'à la Mer Bleue. Mais le chemin est dangereux...

D'une certaine manière, ils étaient coincés ici. Et si la Beredith comprenait sans peine l'empressement de Kiru, elle ne pouvait pas accepter de courir des risques inconsidérés dans le seul but de s'en retourner à un havre de paix relatif... Que trouverait-elle, sur West Blue ? Il était un pirate primé, après tout. Lui aussi devait posséder son lot d'ennemis... Hésitante, elle décida donc de demeurer en retrait, souhaitant en premier lieu savoir ce que le Kabayochi avait à répondre à leurs deux gracieux hôtes. Ce ne serait qu'à partir de là qu'elle prendrait une décision tangible...


Revenir en haut Aller en bas
Ghetis Archer
Vice-amiralVice-amiral

avatar
Messages : 1916
Race : Humain
Équipage : La Couronne

Feuille de personnage
Niveau:
47/75  (47/75)
Expériences:
386/750  (386/750)
Berrys: 8.903.252.528 B

MessageSujet: Re: Chronique d'un Manchot [Pv PNJ]   Ven 30 Mar - 21:06

Chronique d'un Plus-Manchot

Ore Wa Kurohebi Da !





Pride, Membre de la Section Scientifique niveau 40. Agon Akem, Colonel niveau 40.

Voici quelques heures que Ghetis et Caligula avait quitté Bilca pour s’engouffrer dans la gueule du Kokuwo, laissant un équipage anxieux et confiant à la foi. Tous faisaient confiance à l’Archer et au Spown, mais ils savaient tous que Makui avait mis un terme à la gueurre de Drum par sa seule présence. Certes il avait été accompagné par l’ancien amiral Kizaru, mais il demeurait tout de même gênant.

Pride et Agon, tous deux participants de la guerre de Drum en savaient quelques choses. En ce qui concernait la malédiction de la Kokuwo Nala, le duo n’en connaissait que les propos du Wenham à ce sujet. Ils savaient uniquement que cette femme ouvrait des fermetures éclairs vers une autre dimension et qu’elle avait pu en ouvrir une dans l’arène du Kurohebi.

L’équipage avait malgré tout lancer sa politique de grand ménage, si bien que les marines affluaient un peu partout dans l’île pour aider la construction.

Le duo solide que formaient le scientifique et le trancheur était également le duo médical de l’équipage. Le cyborg étaient un scientifique ayant lieu même pratiqué une grande partie de la chirurgie qui lui permit une modification pointilleuse son corps.

Chaque membre de La Couronne avait été affecté à la construction lié à son domaine de prédilection. Madi, la dresseuse s’occupait de l’animalerie par exemple. Ainsi, Agon et Pride s’occupait de la pharmacie. C’était donc dans cette optique qu’ils pénétrèrent dans la maison de la petite famille.

- Nous sommes arrivés. Annonça Agon d’une voix calme, mais forte.

Le duo ne tarda à pénétrer l’établissement. L’accueil était vide, ce qui laissait supposer que la famille s’occupait des salles de soin. Ce fut de cette façon que le duo se retrouva à ouvrir la porte de la chambre où se trouvait toute l’active.

Les yeux du trancheur s’ouvrant brusquement alors que sa main alla de suite sur le manche de sa hache placer dans son dos. Le cyborg, laissant déjà les orifices de ses mains s’ouvrirent, prêt à agir en soutien de son camarade.

- Kiru Kabayochi… ? Dit un Pride surpris.
- Et une criminelle..

En effet, Pride et Agon étaient proches de Ghetis depuis toujours, ainsi ils n’ignoraient que rarement les alliés de l’Archer. Le Kabayochi, le Fenice ou encore le Thalasa, ils connaissaient énormément d’alliés du Vairon. Pour le Kabayochi, ils savaient uniquement que l’homme partageait avec le Kurohebi une envie d’écraser un certain révolutionnaire…

En ce qui concernait la phrase d’Agon sur Sibel, cela s’expliquait de façon assez simple. Tout comme Ghetis, il avait été un chasseur de primes. Cependant l’Archer avait cette fâcheuse manie à ne s’intéresser qu’au prime supérieures à cent millions et méconnaissaient les primes inférieures, ce qui obligea le trancheur à s’y intéresser de près. Ainsi, lorsque l’équipage devint Marine, l’habitue demeura. Il ne retenait pas les noms pour autant, uniquement les visages, c’est pourquoi il ne put sortir que le mot « criminelle ».


Alors le Colonel Akem Agon, ôta sa main du manche de son arme et se redressa, Pride imitant le geste…

- Ils doivent venir d’une faille comme celles qui ont permis à Ghetis et Caligula d’entrer dans le siège de Mars..
- Mars est donc fini ?
- Ils nous le diront bien assez tôt…
- Il va falloir les prendre en charge, regarde son bras… Ghetis n’aimerait pas qu’un allié reparte avec un bras en moins…
Se dirent les deux comparses à voix basse.

Agon, porta alors son regard sur la famille et rétorqua d’une voix calme, l’atmosphère retombant.

- Vous les avez déjà plus ou moins pris en charge je suppose... A-t-il encore son bras ? Une greffe est possible sur notre bateau s’il a été conservé…

-Sinon nous lui ferons une prothèse…


Les membres de la justice venaient donc en paix pour le moment…

DEV NERD GIRL



Ouesh c'est chez moi ici huhu.
Revenir en haut Aller en bas
Kabayochi.M.Kiru
Pirate
avatar
Messages : 2820
Race : Humain
Équipage : Deadly Sins

Feuille de personnage
Niveau:
42/75  (42/75)
Expériences:
389/500  (389/500)
Berrys: 341.428.650 B

MessageSujet: Re: Chronique d'un Manchot [Pv PNJ]   Dim 1 Avr - 4:03


Patient Impatient !


Le visage du Golem sembla devenir plus grave tandis que la réponse du médecin et de sa femme parvenait à ses oreilles. Il était vrai que si ces lieux n'étaient qu'un mythe pour la plupart des personnes cela signifiait qu'on y accédait pas aussi facilement que cela. Pourtant le Vairon y était parvenu, ce qui signifiait qu'un véritable moyen existait. Il sembla ouvrir la bouche pour rétorquer quelque chose lorsque les regards se détournèrent de lui tandis que deux nouveaux arrivants émergeaient dans la pièce. Kiru sentit sa tête commencer à tourner, se sentant pris de vertige alors que son corps tanguait dangereusement, espérant que l'arrivée impromptu des deux hommes fasse passer sa faiblesse momentanée inaperçu. Il se stabilisa finalement, mettant néanmoins quelques secondes à reprendre ses esprits, demeurant immobile tandis que son cerveau tentait d'analyser les informations qu'il découvrait devant lui. Son poing se serra tandis que les deux hommes qui semblaient alors prêt à se battre relâchait finalement leur posture de combat, s'ils avaient agit vite il n'aurait rien pu faire, il ne les aurait même pas vu venir. Un instant il songea à réagir, à tenter de prendre les devants sur les hommes qui étaient visiblement des défenseurs des lieux afin de tenter son va-tout. Mais il se ravisa finalement tandis qu'il comprenait que ces hommes l'avaient reconnus, son cerveau semblant avoir du mal à analyser les paroles qui étaient échangées devant lui, les réactions du primé arrivant ainsi avec quelques secondes de décalage. Ils étaient manifestement des alliés de l'Archer, et par conséquent aussi bien de potentiels alliés qu'adversaires. Tentant de montrer une contenance qu'il n'avait plus la force de maintenir il déclara alors aux deux hommes :

Makui a été tué par le Vice-Amiral Archer. D'autres gouvernementaux étaient présents je crois qu'ils avaient à parler.

Le Golem tentait de faire illusion, il ne connaissait pas les hommes qui se trouvaient devant lui mais au vu de leur réaction eux-mêmes ne paraissaient pas le voir comme une cible. Sa phrase prononcée de la sorte pouvait presque sonner comme un soldat gouvernemental faisant un rapport à ses supérieurs, peut-être que cela permettrait d'obtenir une ouverture auprès des alliés du Vairon. Néanmoins il ne se faisait guère d'illusion, s'ils étaient alliés à l'Archer il aurait probablement eut du mal à se défaire de ces hommes en pleine forme, alors dans son état ! Tournant le regard vers la jeune révolutionnaire qui était fatalement devenu son allié de circonstance il tenta de lui faire comprendre par son regard de lui faire confiance. En réalité il était totalement perdu et ne savait absolument pas quoi faire, mais ce qui était certain était que cette pièce était bien trop confinée à son goût pour être coincé par autant d'inconnus potentiellement hostiles. Repensant aux dernières paroles du duo si particulier il enchaina alors en tentant de se montrer aussi sûr de lui que possible :

Nous devons redescendre sur les Mers Bleus au plus vite. Si vous avez un moyen de relier mon bras à mon corps nous vous suivons sans plus tarder.

Sur ces mots il entreprit de faire le tour de la table pour rejoindre la porte par laquelle venaient d'entrer les deux hommes. Il ne savait absolument pas quelle serait la réaction de tous ces gens, et si cette promesse n'était pas qu'un sombre piège à son attention. Mais il sautait sur l'occasion de récupérer son bras et de se retrouver à l'extérieur plus libre de ses mouvements qu'actuellement. Cela n'était peut-être rien mais s'il devait combattre il défendrait sa peau jusqu'à en mourir, littéralement.



_________________
Revenir en haut Aller en bas
PNJ [Révolutionnaire]

avatar
Messages : 213

Feuille de personnage
Niveau:
0/0  (0/0)
Expériences:
0/0  (0/0)
Berrys: 0 B

MessageSujet: Re: Chronique d'un Manchot [Pv PNJ]   Lun 2 Avr - 9:56



Beredith Sibel, révolutionnaire, 97.000.000 berrys.

Lorsque deux inconnus d'invitèrent, Sibel fronça les sourcils un court instant, plus incompréhensive et surprise que véritablement inquiète. Elle comprit néanmoins que la situation était possiblement inextricable et anxiogène lorsque Kiru sembla se raidir et que les deux hommes également menacèrent de passer aux choses sérieuses sans plus attendre. Elle, de son côté, n'eut pas le réflexe de réagir d'aucune sorte : elle demeura immobile, et plus ou moins patiente, dépassée par la tournure de la situation. De toute manière, elle n'aurait en aucun cas pu être en mesure de se défendre : elle était désarmée, ses épées étant restées au siège de Mars... Le médecin, de son côté, se redressa assez prestement, prêt à intervenir en faveur de ses patients qu'il ne souhaitait pas exposer à davantage de blessures, dans l'état des choses : il se fichait de leur nature de criminels, ils étaient pour l'heure sous sa protection. Toutefois, il n'en eut finalement pas vraiment le besoin, puisque les choses semblèrent s'apaiser d'elles-mêmes... Alors que les deux inconnus menaient une discussion à son terme et tandis que Kiru y répondait, le premier, non sans informer la jeune révolutionnaire de ses intentions par le biais d'un regard, le docteur hocha la tête en prenant la parole à la suite de la question que l'un des deux nouveaux arrivants venait de lui soumettre.

-Bien sûr, je l'ai gardé de côté... Venez avec moi...

Tandis qu'il quittait la salle, prenait la direction de sa pièce frigorifiée où le bras devait reposer en l'attente d'une greffe imminente, la Beredith quant à elle se redressa lentement, non sans jeter à la femme et à la fille du médecin un regard chaleureux et empli d'une certaine gratitude. Il semblait qu'elle n'allait pas pouvoir demeurer ici bien plus longtemps... Mais elle était heureuse d'avoir pu croiser ces trois personnes, si promptes à dispenser de l'aide et du soutien à ceux qui en éprouvaient le besoin. Cela faisait du bien de constater que les gens étaient encore capables de protéger leurs prochains sans visée égoïste et égocentrique latente...

Ainsi donc, tandis que le docteur amenait le reste de la petite bande jusqu'à la salle en question, où il dénicha le bras avant de proposer aux deux inconnus une aide pour l'opération à venir, Sibel, quant à elle, demeura en retrait en scrutant posément les trois hommes qui, manifestement, se connaissaient déjà, ne fut-ce qu'indirectement. Les deux inconnus semblaient être des alliés ou des subordonnés du vice-amiral Ghetis Archer, lequel avait apparemment tué Makui... Ils étaient donc des gouvernementaux, mais ne semblaient pas vouloir massacrer des criminels dès qu'ils les croisaient. C'était un bon point. Pour autant, rien ne garantissait qu'ils ne décideraient pas de livrer la collègue de Jonas à Impel Down... Après tout, sa prime était assez haute, et si le Kabayochi connaissait manifestement personnellement le vice-amiral, ça n'était absolument pas son cas. Comment diable pourrait-elle tenter de se prémunir d'une telle capture si l'idée les piquait ? De facto, l'idée de descendre en leur compagnie ne la galvanisait pas vraiment. Elle n'avait aucune raison de leur faire confiance, et vice versa... Par ailleurs, elle avait passé trop de temps privée de sa liberté et de son libre arbitre pour que cela ne lui laisse aucune séquelle. Elle ne pouvait pas s'empêcher de se méfier à outrance de ces deux nouveaux intervenants, affiliés manifestement au Gouvernement Mondial. Et si tout cela n'était finalement ni plus ni moins qu'un piège ? Les méninges de la pauvre demoiselle ne cessèrent de s'agiter, l'espace d'un instant, avant qu'elle n'en vienne finalement à renoncer et à capituler. Si tel était le cas, cela ne changeait rien, strictement rien à son apparente impuissance. Elle aurait pu tenter de leur fausser compagnie, mais à quoi bon ? S'ils étaient sur Bilca, c'était forcément qu'ils connaissaient cette île, qu'ils n'y étaient pas étrangers... Étaient-ils les régents de la Mer Blanche ? Elle ne pouvait décemment pas se cacher ici si elle ignorait jusqu'à la réponse à cette question élémentaire... Aussi la Beredith se fit-elle une raison et décida-t-elle de demeurer, certes, sur la défensive, mais de se montrer aussi docile et disciplinée qu'elle le pouvait. Tant que la situation ne dégénérait pas, elle allait tâcher de conserver son sang froid...



Réponse courte mais en gros, le médecin vous donne le bras et Sibel suit le mouvement.
Revenir en haut Aller en bas
Ghetis Archer
Vice-amiralVice-amiral

avatar
Messages : 1916
Race : Humain
Équipage : La Couronne

Feuille de personnage
Niveau:
47/75  (47/75)
Expériences:
386/750  (386/750)
Berrys: 8.903.252.528 B

MessageSujet: Re: Chronique d'un Manchot [Pv PNJ]   Lun 2 Avr - 13:51

Chronique d'un Plus-Manchot

Ore Wa Kurohebi Da !





Pride, Membre de la Section Scientifique niveau 40. Agon Akem, Colonel niveau 40.

Les membres de La Couronne avaient tout naturellement adopté cette posture défensive en présence d’inconnus n’appartenant pas à la population des îles célestes. Qui plus est, avec un ennemi aussi discret que les Décimas, il fallait être à l’affût de toute chose, le moindre détail entrainant son lot de significations et de préventions.

Heureusement, cela n’empêcha pas les interlocuteurs de prendre la parole, annonça aux deux hommes une nouvelle très réjouissante, mais peu loquace malgré tout. En effet, si Ghetis avait gagné, pourquoi n’était-il pas remonté dans le ciel immédiatement ?

Dans une situation aussi précaire que celle-ci, l’équipage devait rapidement descendre en direction des Mers bleues pour avoir plus de moyens pour agir. Une fois plus bas ils auraient les idées un peu plus claires sur ce qui se tramait, car une chose était sûre : si ces deux criminels étaient ici et pas l’Archer, cela signifiait qu’il venait de perdre son ticket pour Bilca et finirait n’importe où ailleurs, ce qui risquait de gêner grandement l’équipage. Ils avaient déjà rencontré ce problème lorsque le marine fut transporté à Water Seven par le maudit de la téléportation. Il était hors dde question de perdre le Kurohebi une énième fois.

- Il faut que nous retournions rapidement à la base. Nous laisserons des hommes sur place avec nos deux Contre-Amiraux et Atsu.
- Le plan me parait judicieux.


Tout en récupérant le bras du golem, le duo réfléchit sur la marche à suivre pour redescendre. Mais c’était assez simple en vérité. Tout comme avec le homard express qui menait jusqu’au ciel, il y avait une pieuvre géante qui s’agrippait aux bateaux sortants et leur servait de montgolfière

Le plan à adopter fut élaboré assez rapidement dans l’esprit du trancheur qui répondit négativement à la proposition d’aide du médecin, ajoutant un :

- Les travaux de reconstruction du village viennent de commencer, les blesser durant les constructions sont récurrents, il serait donc préférable que vous restiez. Nous serons de retour dans quelques jours. Nous laissons une unité compétente pendant ce temps pour protéger durablement l’île.

Revenant alors vers Kiru et la jeune inconnue, le trancheur fixa d’un air sérieux le duo et reprit la parole.

- Plus une minute à perdre ! Nous allons devoir te placer dans un de nos incubateurs rapidement et te greffer. Suivez-nous.

Saluant brièvement la petite famille tout en la remerciant chaleureusement, le groupe contourna un peu la ville et se dirigea ainsi jusqu’à l’Eventail de Chasse, navire principal de La Couronne. De là, quelques membres furent surpris de voir un criminel à la prime aussi bien fourni que le Kabayochi. Le groupe se montrant hostile un court instant, une simple parole d’Agon suffit à changer la donne.

- Il vient de servir la Marine dans une victoire contre Mars au côté de nôtre capitaine.

Cependant, il avait employé le singulier pour une bonne raison….

Il y avait un peu tout le monde sur le bateau, tous se trouvaient sur le pont à ce moment, Agon se tournant vers Sibel pour poser son regard des plus perçants sur elle, avant de la pointer du doigt.

- Tu n’as pas dit un mot depuis ton arrivée jeune femme. Qu’étais-tu pendant Mars ? Alliée ou Ennemie ?

Il pivota alors son index vers Kiru et conclu par :

- Appartiens-tu à son équipage ?

DEV NERD GIRL



Ouesh c'est toujours chez moi ici huhu.
Revenir en haut Aller en bas
Kabayochi.M.Kiru
Pirate
avatar
Messages : 2820
Race : Humain
Équipage : Deadly Sins

Feuille de personnage
Niveau:
42/75  (42/75)
Expériences:
389/500  (389/500)
Berrys: 341.428.650 B

MessageSujet: Re: Chronique d'un Manchot [Pv PNJ]   Lun 2 Avr - 15:13


Eboulement !


C'est une alliée !

La voix du Golem s'éleva, la faiblesse de celle-ci trahissant l'état physique qu'il tentait de masquer tant bien que mal. Néanmoins aussi faible que fut sa voix sa réponse avait claqué dans l'air comme une certitude, il ne laissait en aucun cas le doute quant au camp de Sibel et à ses intentions. Certes le terme allié n'avait pas forcément était exactement le cas durant Mars mais si le gouvernemental avait usé du passé le Golem avait répondu au présent, car désormais plus aucun doute ne pouvait lui être imputé. La jeune femme aurait probablement pu s'expliquer elle-même mais Kiru préférait couper court à toute suspicion éventuelle. Cela ne serait qu'une perte de temps, chose qu'il n'avait plus ! De plus les deux hommes semblaient prompt à réagir, disposant probablement d'un moyen de quitter ces mers blanches rapidement. Certes leur destination serait probablement une base marine lourdement gardée mais ils pourraient peut-être quitter le navire avant cela, ou peut-être aurait-il récupéré suffisamment de force pour forcer leur fuite. Reprenant une inspiration il poursuivit, visiblement décidé à ne laisser aucun doute concernant la jeune révolutionnaire :

Elle est sous ma protection !

Le regard du Golem se fit intense sur les deux hommes afin de s'assurer qu'ils avaient bien compris ses paroles. Certes la jeune femme n'avait pas accepté son offre et partirait probablement rejoindre Jonas à Kaiten-Su mais l'homme demeurait plus proche d'elle et de ses valeurs que les deux personnes devant lui dont il exécrait l'uniforme. Et pourtant ces deux inconnus semblaient sur le point de lui permettre de récupérer son bras, c'était pour dire. En réalité sa vision envers les bleus évoluerait probablement s'ils tenaient leurs promesses, le maudit demeurant toujours sceptique à cette idée, et il développerait une dette envers l'Archer. Pour autant il était méfiant à l'idée de cet 'incubateur', qu'était- ce à part une prison vitrée? Malheureusement il n'avait pas le choix, le contrecoup de son pouvoir commençait à se faire sentir, forçant le primé à grimacer. En réalité en l'absence de main et au vu de son état il aurait même probablement été incapable de briser une vitre normale, alors si cet incubateur était effectivement une prison il deviendrait sans aucun doute son cercueil. Sentant finalement la fatigue revenir en lui et la douleur des muscles qu'il avait maltraité depuis plusieurs minutes se manifester il éleva le ton lançant d'une voix grave et presque rocailleuse une phrase tel un ordre :

Un conseil !

La phrase avait claqué comme un cri bien que le Golem n'ait pas cherché à s'égosiller, toute sa douleur s'exprimant dans ces deux mots. Alors sa stature qu'il avait tenté de maintenir droite et inébranlable sembla fléchir une fraction de seconde, ses traits durs et sérieux retombant tandis que son énergie le quittait à nouveau. Dans un souffle qui trancha avec sa prise de parole précédente il déclara :

Magnez-vous...

Finalement il abandonna le combat, tous ses muscles se relâchant dans une symbiose parfaite tandis que ses yeux roulaient vers le haut de ses paupières. Kiru s'écroula soudain à quelques mètres à peine de la solution miracle qu'on lui avait promis, une tâche rouge sembla poindre au niveau de son bras comme si la blessure un moment cicatrisé s'était rouverte. Il avait besoin de soins et d'un repos intensif, et cette fois-ci même son cerveau ne pouvait le dénier.



La PNJsation de Kiru jusqu'au bateau avait été vu avec Ghetis

_________________
Revenir en haut Aller en bas
PNJ [Révolutionnaire]

avatar
Messages : 213

Feuille de personnage
Niveau:
0/0  (0/0)
Expériences:
0/0  (0/0)
Berrys: 0 B

MessageSujet: Re: Chronique d'un Manchot [Pv PNJ]   Mar 3 Avr - 9:09



Beredith Sibel, révolutionnaire, 97.000.000 berrys.

Les adieux au médecin et à sa petite famille furent bientôt d'actualité et ce fut à regret que Sibel leur adressa quelques prompts et concis remerciements, touchée d'avoir pu compter sur le soutien indéfectible et bienveillant de ce couple si affable. Par la suite, le trajet jusqu'à l'embarcation que les marines semblaient avoir préparé se fit assez rapidement, et ils y furent bien assez tôt. Ce ne furent toutefois qu'à compter de ces moments que les ennuis revinrent pointer le bout de leur nez, et la révolutionnaire en eut l'intime conviction dès lors que l'un des sbires d'Archer se tourna dans sa direction pour la menacer plus ou moins directement. Elle en eut de légère sueurs froides, sachant pertinemment que le moindre faux pas risquait de la précipiter vers un destin bien peu enviable : elle n'était pas armée et ne possédait même pas forcément les compétences nécessaires pour tenir tête à tant de gradés simultanément. Son cœur se remit à battre, d'angoisse, tandis qu'elle captait sans peine l'importance capitale que revêtait un tel moment. Si elle ouvrit la bouche mécaniquement, elle eut néanmoins besoin d'une poignée d'instants pour réussir à formuler des mots cohérents à adresser à ses interlocuteurs si méfiants... Instants que Kiru mit à profit en intervenant d'entrée de jeu, la classant momentanément parmi ses alliés et prenant les devants en se plaçant en tant que protecteur de la demoiselle. Celle-ci, plutôt surprise, posa sur lui un regard muet et incompréhensif, ne comprenant pas trop ce qu'il avait à y gagner. Après tout, Ghetis et lui semblaient de toute manière être en bon terme : il n'y avait que peu de chances pour que les gouvernementaux ne finissent par s'en prendre à lui... La demoiselle, en revanche, ne possédait pas cette chance, et en tâchant de s'affilier à elle, ou plutôt de l'affilier à lui, il prenait un certain risque car il risquait de frustrer ou d'énerver leurs hôtes. Pour autant, la Beredith tâcha de conserver le silence, dans l'état des choses : elle ne souhaitait pas réduire ses efforts à néant, après tout. Cependant, cela ne fut rendu possible qu'un temps : lorsque le pirate s'effondra finalement, à bout de forces et sa blessure n'en finissant plus de l'affaiblir, elle fut bien obligée de se défendre toute seule...

-Je... Ne veux plus me battre. Je ne le ferai plus jamais...

Cet argument ne semblait pas vraiment en être un, étant donné qu'il pouvait tout-à-fait s'agir d'un mensonge inventé sur le tas. Pourtant, si les subordonnés de Ghetis s'en donnaient la peine, ils pourraient sans le moindre mal déceler dans son regard une honnêteté et une franchise absolument transparente. Sibel avait été la première à se convaincre de cet état de fait : les champs de bataille n'étaient pas faits pour elle. Elle paniquait bien trop facilement et, une fois son sang froid perdu, réalisait des lots d'erreurs trop conséquentes. Elle courrait à sa perte, si elle décidait de persister sur cette voie... Elle n'avait pas les nerfs assez solide. Par conséquent, la jeune femme allait devoir se faire oublier, se terrer à un endroit où personne ne la connaissait, pas même de réputation, et se contenter d'y vivre dans le dénuement et la modestie, sans faire de vague ni faire parler d'elle. C'était quelque chose qu'elle avait dorénavant accepté docilement, et qu'elle était même empressée à l'idée d'appliquer. Mars et ses événements a priori l'avaient épuisée.
Néanmoins, cela, elle n'avait strictement aucun moyen de le prouver et, dans les faits, la demoiselle en était consciente. Pour autant, plus fataliste que déterminée, elle comprenait aussi que sa résolution n'y changerait rien : si les ennemis voulaient la tuer ou la capturer, ils y parviendraient sans la moindre peine. Autrement dit, la Beredith ne pouvait compter que sur leur soutien. Elle espérait également, peut-être quelque peu candidement, que les mots formulés par Kiru avant qu'il ne s'effondre puissent jouer en sa faveur. Cela, dans les faits, elle n'allait pas tarder à le savoir, d'une manière ou d'une autre...



Sibel reste calme et annonce son intention de rester tranquille pour le restant de sa vie !
Revenir en haut Aller en bas
Ghetis Archer
Vice-amiralVice-amiral

avatar
Messages : 1916
Race : Humain
Équipage : La Couronne

Feuille de personnage
Niveau:
47/75  (47/75)
Expériences:
386/750  (386/750)
Berrys: 8.903.252.528 B

MessageSujet: Re: Chronique d'un Manchot [Pv PNJ]   Mer 4 Avr - 0:27

Chronique d'un Plus-Manchot

Ore Wa Kurohebi Da !





Pride, Membre de la Section Scientifique niveau 40. Agon Akem, Colonel niveau 40.

La question du membre de La Couronne pouvait avoir des airs de menace pour certains, mais la question permettait surtout de savoir si la demoiselle ferait partie du voyage en vérité. Si l’intention d’Agon avait été de la capturer, il l’aurait fait depuis bien longtemps. Elle avait une prime et le Colonel n’avait donc pas besoin de plus pour réagir. Il avait été facile de cerné un certain lien entre elle et le Kabayochi après tout. Ainsi le trancheur voulait simplement avoir une information claire.


Cela fut d’autant plus appréciable de voir la détermination avec laquelle le pirate la défendit, montrant une ardeur sans pareille pour servir la cause de la jeune femme, cette dernière ne semblant même pas comprendre ce geste.


- Même si elle avait été ennemie, nous ne lui aurions rien fait… puisqu…. Trop tard, le blessé venait de chuter.

- Puisqu’il paraissait logique qu’elle soit sous votre garde Kabayochi.


Code d’honneur pour un ancien chasseur de primes après tout…. On ne vole pas les proies de ses collègues et Kiru était un collègue.

Pride prit alors la relève sans plus tarder, ordonnant aux individus présents de prendre en charge l’ex-révolutionnaire rapidement. Les hommes s’attelant à le mettre sur un brancard alors que le cyborg les suivait, lâchant une dernière parole à l’intention d’Agon et Sibel avant de pénétrer dans le navire.

- Je m’occupe de lui n’ayez pas d’inquiétude, il sera sur pieds dans quelques heures.

Ainsi l’homme glissa dans le bateau, les soldats menant l’individu dans la pièce où Ghetis laissait pousser quelques plantes sur le long terme. Notamment sa trouvaille la plus utile médicalement : La Carnivore Heal. Cette plante se nourrissant des peaux mortes, du sang coagulé et ce genre de choses, tout en refermant soigneusement les plaies de sa proie ensuite avant de la recracher, évitant ainsi que sa « proie » ne meurt de ses blessures et ne puissent la nourrir un autre jour ! Elle préserve sa nourriture en somme !

Ce fut donc dans une de ses plantes carnivores que le Kabayochi fut placé après que lui ai été injectée une drogue antidouleur par Mei, la chimiste et biologiste de l’équipage. La Couronne ne brillait pas uniquement d’un équipage de guerrier, mais aussi de métiers variés permettant une certaine adaptation à la majorité des situations.

Une fois le travail de la plante achevé, Mei et Pride placerait l’homme sous anesthésie générale pour passer à la greffe, tout en sachant qu’il ne pourrait pas avoir usage de ce membre pendant plusieurs jours.


~

De retour sur le pont….

Le calme semblait être revenu plus ou moins après le départ de Pride… Néanmoins, une chose fit tiquer Agon. Le Kabayochi s’était empressée de parler de la demoiselle comme une alliée, comme s’il voulait éviter que toute méprise soit faite. Ce genre de comportement laissant présager un lien précaire en général, les personnes « alliées » n’ayant que rarement besoin de telles exclamations pour en présenter un.

Ajoutant à cela les paroles de la demoiselle… Celle-ci semblait assez franche et dégoûtée de l’envie de se battre. Pour un homme ayant déjà participé de façon active à la guerre de Drum, mais aussi au prétendu « Buster Call » lancer par son capitaine sur Whiskey Peak… Ajoutant à cela d’autres évènements disparates, comme l’éradication de tous les pirates de Jaya… Agon connaissait la guerre et ce genre de réaction des individus plus ou moins anéantis par la guerre.


Posant son regard sur l’horizon pour en observer la grande mer blanche, il pointa celle-ci du doigt.


- Cette mer n’est pas régit par les mêmes lois que la mer bleue. Ici les gens ignorent la quasi-totalité des primes des mers bleues. Qui plus est… cette mer est assez pacifique et moins peuplée que la bleue tu y seras tranquille.

Il pivota alors son doigt vers le village de Bilca.

- Ce village est certainement le plus paisible de l’île, il est en phase de reconstruction et les habitants ont besoin de l’aide de bonnes personnes. Ils t’accueilleront dignement.

Finalement il joignit ses mains dans le bas de son dos et fit quelques pas vers l’avant du bateau, tournant le dos un instant à Sibel.

- N’y vois pas une tentative de « recrutement », mais je pense que tu devrais rester ici si tu ne veux plus te battre. Nous souhaitons améliorer le niveau de vie des habitants de cette mer indépendant des factions de chacun. Un jour nous en ferons une mer aux îles unies.

C’est après cette phrase que son visage pivota pour donner son profil à la demoiselle, posant un regard franc sur elle.

- Alors si tu aspires réellement à la tranquillité, descends du navire et rejoint cette cause. La révolution, la piraterie, le banditisme, une fois qu’on y a baigné, notre vie est menacée sur la mer bleue, chasseur de primes et marines nous pourchasse. Ici, ce ne sera pas le cas.


Il marqua un temps d’arrêt et conclu par ton plus aventureux.

- Démarres-y une nouvelle vie.

DEV NERD GIRL



Ouesh c'est bientôt à moi cette mer huhu
Techniques:
 
Revenir en haut Aller en bas
PNJ [Révolutionnaire]

avatar
Messages : 213

Feuille de personnage
Niveau:
0/0  (0/0)
Expériences:
0/0  (0/0)
Berrys: 0 B

MessageSujet: Re: Chronique d'un Manchot [Pv PNJ]   Mer 4 Avr - 18:51



Beredith Sibel, révolutionnaire, 97.000.000 berrys.

Pendant que l'un des deux membres du duo décidait de prendre en charge le Kabayochi, l'autre demeura sur le pont, aux côtés de Sibel, tâchant de prendre la parole en réponse à son affirmation indubitable et sincère. Instinctivement, et peut-être maladroitement, cette dernière se détendit par ailleurs légèrement : la perspective d'être constamment en sous-nombre s'était quelque peu estompée, même si cela n'était ni plus ni moins qu'une illusion et qu'elle en avait conscience. Outre les matelots qui s'affairaient, les alliés du marine devaient abonder dans les entrailles du navire et, de surcroît, la mer blanche semblait être sur le point de leur appartenir, pour le peu qu'elle en comprenait. Autrement dit, la révolutionnaire n'était pas sotte et ne savait que trop bien qu'où qu'elle aille, elle risquait fort de tomber sur un os. Cela la poussait certainement à demeurer calme et quiète, mais à délaisser toutefois progressivement sa posture défensive : de toute manière, s'ils décidaient de l'emmener jusqu'à Impel Down, elle ne pourrait rien y changer... Cet espèce de fatalisme fut toutefois temporairement chassé tandis que l'inconnu affilié à Ghetis Archer évoquait la possibilité de reprendre une vie plus stable et plus saine ici, sur Bilca, afin d'aider les locaux dans leur entreprise de reconstruction. Apparemment, elle n'avait pas grand chose à craindre de la prime placée sur sa tête par le Gouvernement Mondial, si les allégations de cet inconnu étaient fondées et véritables... Cela, pourtant, ne la rassura que très modérément. C'était la guerre qui l'effrayait, pas seulement sa mise-à-prix, et les civils aussi finissaient tôt ou tard par l'éponger. Entre les Decimas, les Révolutionnaires et les Pirates, les instances de la justice avaient fort à faire pour maintenir ses civils dans une paix sécuritaire et rassurante... Et si la Beredith ne doutait pas vraiment de la puissance colossale dont disposait la marine, elle savait toutefois que certaines îles pouvaient être ravagées par des incursions adverses avant que la moindre armée ne puisse réagir en bonne et due forme. Oui, d'une manière générale et large, la jeune femme songeait tout bêtement qu'elle ne serait absolument en sécurité nulle part et, même si la famille du docteur semblait amicale et adorable, elle ne se voyait pas bâtir quelque chose ici, si loin des siens et de tous ceux qu'elle avait pu connaître au fil de son existence. Ce fut cela, donc, qui la poussa à articuler une réponse brève mais argumentée tout en secouant la tête négativement, morne et désabusée.

-Je vous remercie mais... Je n'ai rien à faire ici. Les Seas Blues... Je m'y retrouverai sûrement mieux.

Elle se rendit compte après coup que l'inconnu pouvait tout-à-fait mal interpréter ses propos et croire à tort qu'elle envisageait d'ores et déjà de retrouver les révolutionnaires qu'elle avait pu côtoyer par le passé, mais elle ne chercha pas à se justifier davantage. Cela n'aurait été que d'autant plus suspicieux, et ça n'était de toute façon pas à l'ordre du jour : elle l'avait énoncé clairement, elle ne souhaitait plus combattre. Or, pour le peu qu'elle en savait, la majorité des révolutionnaires étaient à l'heure actuelle confrontés à l'effervescence des troupes de la justice, violemment requinquées par le recrutement massif de nouvelles troupes issues de la religion guidée par Saint Constantin... Ou le seraient bientôt. Centes Decima était encore, à n'en pas douter, la cible prioritaire du Gouvernement Mondial... mais lorsqu'il tomberait, qui diable entrerait dans la ligne de mire ? Probablement Jonas Kichiko et Kaiten-Su, à dire vrai : ils étaient les criminels les plus simples à atteindre parmi les grandes têtes de la criminalité... Plus groupés qu'Eken Sor et ses alliés, plus exposés que les Yonkous, et bien moins redoutables que l'île de Konan Harishigawa. De fait, là-bas non plus, Sibel n'était pas certaine d'y remettre un jour les pieds. Ou éventuellement de passage, dans le but de renouer avec ceux qu'elle avait pu côtoyer autrefois, afin de les convaincre de changer de vie, eux aussi... Dans l'immédiat, elle n'allait pas se donner ce genre de tâches, oh que non. Elle allait simplement se contenter de se reposer quelque peu, à l'abri des conflits...



Pour ma part, c'est une fin, sauf si vous me relancez ^^
Revenir en haut Aller en bas
Kabayochi.M.Kiru
Pirate
avatar
Messages : 2820
Race : Humain
Équipage : Deadly Sins

Feuille de personnage
Niveau:
42/75  (42/75)
Expériences:
389/500  (389/500)
Berrys: 341.428.650 B

MessageSujet: Re: Chronique d'un Manchot [Pv PNJ]   Jeu 12 Avr - 2:22


Fin du Manchot !


Les yeux du Golem demeuraient clos tandis que la plante dans laquelle il avait été placé inconscient terminait de refermer ses plaies, stoppant l'hémorragie de manière plus efficace que les bandages qui l'avaient recouverte jusqu'alors. Un sentiment de mouvement sembla l'emplir tandis qu'il demeurait dans un état semi-comateux, incapable de déterminer là où s'arrêtait son imagination et où commençait la réalité. A l'extérieur sans qu'il n'en ait conscience les marines s'affairaient activement et précautionneusement, le transférant en dehors de la plante jusqu'à un lit d'opération. Là des personnes qu'il n'aurait pu reconnaître même s'il avait été réveillé se mirent à commencer leur lourde tâche. Les hommes de la Couronne, Pride, Agon et Mei, s'activèrent comme s'il s'était agit d'un de leurs précieux compagnons de combat, ne semblant à aucun moment hésiter au vu de la nature prétendue anti-gouvernementale de leur patient. Mei commença par mettre fin à son état semi-comateux, lui administrant un anesthésiant puissant qui laissa le noir complet reprendre place dans le crâne de Kiru. Pendant qu'il demeurait complètement endormi Agon et Pride s'affairèrent, le chirurgien de talent parvenant après de longues heures de travail à reconnecter le bras préalablement tranché à tous les nerfs et éléments de l'épaule du Golem. La chance de celui-ci était probablement que la coupe réalisée par la hache de Rika avait été nette et sans bavure, laissant derrière elle une séparation nette qu'il était possible de reconnecter.

Une lumière aveuglante accompagna le réveil du maudit alors que ses yeux n'avaient plus vu celles-ci depuis de nombreuses heures, ses pupilles le brûlant légèrement et mettant quelques minutes à s'accoutumer à cette luminosité. Il commençait à s'agiter légèrement tandis que son corps encore endormi lui procurait une sensation particulière, comme si quelque chose avait changé, ou plutôt le complétait à nouveau. Par réflexe il tourna la tête vers son bras droit, découvrant alors avec surprise un long plâtre recouvrant la totalité de son flanc droit, celui-ci englobant son bras ainsi que son épaule pour lui bloquer quasiment la moitié du torse. Laissant ses yeux redescendre sur son ventre il constata que le plâtre en question était retenu par des sangles au reste de son corps, assurant ainsi qu'il demeure en place même en cas de mouvements brusques. Empli d'espoir Kiru voulut tenter de bouger son bras à l'intérieur de sa prison artificielle mais seule la douleur se fit sentir, lui faisant à nouveau grimacer. Ce fut seulement à ce moment qu'il remarqua les infirmiers présent dans la salle où il se trouvait, s'affairant en le regardant par moment, rapidement un homme à l'aura plus importante, probablement un chirurgien, entra suivit des infirmières venues le prévenir du réveil de son patient. Il plaça une lampe torche devant les yeux du Golem, l'aveuglant une nouvelle fois sans qu'il ne soit en réelle capacité de s'écarter de la source lumineuse. Il poursuivit avec plusieurs examens sans piper mot et l'homme de pierre s'y plia sans broncher, après tout si ces hommes venaient de lui permettre de sauver son bras sa dette envers eux était immense, la moindre des choses était donc de ne pas faire un mauvais patient.

Finalement la voix de celui qui semblait l'examiner sous toutes les coutures s'éleva tandis qu'il avait placé une cuillère dans sa bouche afin d'observer la gorge de l'ancien Révolutionnaire. Il lui expliqua que son bras avait été recousu de manière parfaite et que si tout se passait correctement il pourrait au final l'utiliser de manière normale comme s'il ne s'était jamais rien passé. Mais pour cela le chemin serait assez long ! Il devrait déjà conserver son bras immobile dans le plâtre qui l'entourait et attendre deux semaines avant de pouvoir l'en libérer. Commencerait alors la rééducation, l'homme semblait moins certain sur cet aspect, mentionnant le fait que celle-ci pouvait durer à peine deux mois pour certains et quelques années pour d'autres. Il faudrait probablement un moment au Golem avant de pouvoir réellement se servir de son membre comme avant, il allait avoir tout un apprentissage à refaire. Dans une position plutôt inconfortable tandis que l'ustensile du docteur demeurait une durée imprévue dans sa cavité buccale il se contenta d'hocher légèrement la tête avec un bruit indistinct tandis qu'il ne pouvait parler correctement. Ôtant l'objet en question de sa bouche l'homme rajouta alors qu'ils se trouvaient à présent sur Grand Line, ayant rejoins les mers bleus à l'aide d'un poulpe pendant la récupération postopératoire du maudit. Kiru demanda alors des précisions sur leur position exacte que l'homme lui donna rapidement. Finalement on le laissa tranquille, chaque personne de la pièce la quittant petit à petit jusqu'à ce qu'il se retrouve enfin seul. Son regard semblait hypnotisé par le plâtre, tentant d'apercevoir le membre retrouvé à travers celui-ci tandis qu'une joie inexpressible l'avait empli à présent. Il ne lui fallut néanmoins pas longtemps avant de rejoindre à nouveau les limbes du sommeil. Mars et les blessures qui en avaient découlées, aggravées par l'impatience de Kiru l'avaient littéralement vidé et il avait encore besoin de beaucoup de repos.

Il se réveilla à peine quelques heures plus tard, une énergie nouvelle emplissant son corps tandis que l'anesthésiant qui lui avait été injecté avait finalement perdu ses effets. Profitant de cette force retrouvée il observa les alentours de sa chambre, repérant rapidement la chaise où l'on avait placé ses affaires. Tentant de se redresser afin de les prendre il sentit aussitôt la douleur de son corps qu'il avait poussé à la limite se rappeler à lui et sa tête tourner. Aussitôt il retomba d'un coup, constatant néanmoins avec satisfaction que le plâtre suivait parfaitement ses mouvements et que ceux-ci ne semblaient pas gêner sa récupération. Tournant le regard vers l'infirmière qui pénétrait en vitesse, alertée par ses mouvements soudain, il lui expliqua rapidement quoi faire, la jeune femme lui déposant son Den Den Mushi devant lui après avoir décroché le combiné avant de partir prévenir ses supérieurs. Attendant d'être seul Kiru lança finalement l'appel, contactant le bureau de Dead-End en tâchant d'être succinct :

Ici Mr A je suis sur Grand Line, envoyez un navire me récupérer à ces coordonnées.

Grâce aux informations données par Pride le Golem avait rapidement fait le point des forces de Dead-End et avait tâché de trouver des coordonnées adaptées à la route que prenait leur navire actuel. Il avait demandé à l'infirmière d'informer ses supérieurs de l'arrivée d'un navire allié à ces coordonnées et espérait que cela serait accepté, après tout il demeurait sur un navire marine, pour un homme primé à 105 millions de berrys c'était rarement bon signe. Néanmoins aucun problème ne sembla se poser et après seulement quelques heures on venait le chercher dans sa chambre, deux infirmières le déplaçant avec précaution pour l'aider à se redresser. Ses premiers pas furent hasardeux et il manqua de tomber, rattrapé in-extremis par les infirmières. Mais finalement il sentit l'énergie affluer dans ses muscles, la douleur demeurant présente mais suffisamment supportable pour qu'il puisse être autonome. Il effectua quelques mouvements en souriant satisfait de voir que la rigidité du plâtre lui permettait de se reposer sur sa hanche droite lorsqu'il était debout, assurant une stabilité totale à toute la structure. On l'accompagna jusque sur le pont où il pu constater l'imminence de l'arrivée du bateau battant pavillon marchand pour l'occasion qui venait les récupérer. A cette pensée il tourna la tête vers Sibel qui semblait avoir décidé de l'accompagner sur West Blue au moins dans un premier temps, il semblait clair que la jeune femme avait beaucoup de temps à passer à se ressourcer avant de pouvoir envisager de faire quoi que ce soit d'autre. Si l'expérience de perdre un bras avait été traumatisante, il ne pouvait imaginer ce que la Révolutionnaire avait vécu sous le contrôle de Makui. Pride rejoint les deux soldats sur le pont, administrant quelques derniers conseils à Kiru qui les écouta en acquiesçant, conservant un sourire large face à celui qui avait tant fait pour lui aujourd'hui. S'il avait été plus en forme et ailleurs qu'au milieu d'un navire du Gouvernement Mondial il l'aurait probablement pris dans ses bras et remercier chaleureusement. Néanmoins tandis que son navire se préparait à effectuer le transfert, les marins présent à bord visiblement peu rassurés de se trouver aussi proche de la marine, il se contenta d'un adieu formel :

Dîtes au Vairon que je lui envoie mes remerciements, j'ai une dette envers votre équipage.

Repoussant alors les infirmières gentiment en les remerciant il s'éloigna finalement, étant pris en charge par ses propres soldats dès qu'il passa le pont improvisé entre les deux embarcations, aussitôt suivit par Sibel. D'un geste de la tête il indiqua à ses hommes de repartir aussitôt, se retournant alors pour faire face au navire de la Couronne. Les événements récents s'étaient enchainés à une vitesse folle, trop pour qu'il réalise vraiment ce qui venait de se passer, mais une chose était sûre, ces hommes l'avaient sauvés et pour cela il leur en était reconnaissant. Probablement pourrait-il envisager de combattre à leurs côtés un jour, bien qu'il sache au fond de lui que le destin joueur les mettrait probablement plus vite dans un affrontement face à face. Un sourire toujours présent il porta son bras gauche orphelin d'une main au niveau de sa tempe, effectuant un salut militaire en direction de ceux qui les avait pris en charge tandis que le navire s'éloignait. Il se détendit alors, se courbant légèrement sous le poids de ses blessures, il jeta un coup d'œil rapide à Sibel qui semblait préférer le laisser se remettre avant de venir le voir, la jeune femme avait de toute manière ses propres blessures à soigner, certes mentales mais bien présentes. Le mental du Golem quant à lui se tourna vers ses alliés, il les avait laissé au plein milieu d'une prise de pouvoir sur Saint John, il allait falloir qu'il appelle pour savoir ce qu'il en était. Mais le retour sur la mer de l'Ouest leur prendrait au minimum une semaine, il aurait tout le temps de faire cela le moment venu. Pour l'instant il avait besoin de récupérer.



Le premier paragraphe avec les PNJ de Ghetis est convenu avec lui hrp afin de lui éviter de reposter, j'y explique sommairement la méthode de rattachement du bras.
Ceci est la conclusion du rp vu avec Nak que Sibel suit Kiru sur West Blue (Powder Island pour être précis) mais sera géré par le staff en cas de besoin.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Chronique d'un Manchot [Pv PNJ]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Chronique d'un Manchot [Pv PNJ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Je souffre de bordelisme chronique et de flemingite aigue. [JAKE]
» [Alexandre Ruiz] "La chronique d'Alexandre Ruiz"
» Chronique de voyage d'un albinos.
» La chronique effrayante de Lucy ~
» Chronique Vampire Masquerade : "City of Black Miracles" (2)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
One Piece Seken :: Le monde de One Piece :: Les Îles Célestes :: Bilca-