Partagez | 
 

 [FB] Huis Clos au Château (Solo)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Aggaddon Médixès
L'éternel
avatar
Messages : 524
Race : Humain
Équipage : Paradise, Dead-End, Allié de l'Inquisition

Feuille de personnage
Niveau:
32/75  (32/75)
Expériences:
34/250  (34/250)
Berrys: 26.078.000 B

MessageSujet: [FB] Huis Clos au Château (Solo)   Sam 24 Mar - 17:24











Cher Seigneur Aggaddon Séraphin Hyppolyte Apollinaire Médixès,
frère du marquis Akothopis Thalutan Kushal Tuthis Médixès,




Je vous envoie ce pli afin de vous inviter dans ma demeure à la seigneurie d ’Eau-Claire dans les eaux de North Blue afin de participer à une rencontre entre personnes de noble extraction où nous pourrons converser et parler de nos projets pour le monde. Ce serai un honneur pour nous que vous acceptiez de nous rejoindre avant le 13 juillet de cette année. La présente lettre vous sera demandé à votre arrivé à mon domaine afin d ’effectuer une simple vérification protocolaire. Une chambre vous est d ’ores et déjà préparé afin que vous puissiez choisir votre date de débarquement. Les majordomes et autres serviteurs ont reçu pour ordre de répondre à toutes vos demandes avec diligence. Pour toutes questions supplémentaires ou modifications de notre programme, ils vous répondront avec minutie et précision.


Nous vous prions de faire acte de réponse sous peu afin que nous puissions déterminer si nous devons préparer des invitations pour les personnalités présentes sur la liste d ’attente de notre petite assemblée. Bien entendu, vous pouvez vous désister ultérieurement en révoquant votre réponse par un pli de justification. Si vous refusez d ’exprimer les raisons de votre annulation, il se pourrait que vous vous retrouviez exclu de tous autres rassemblements de notre groupe.


Puissiez-vous trouver la voie vers mon île. Au cas-où, vous trouverez avec cette invitation une carte indiquant comment la rejoindre. Je ne doute pas qu 'aucun d 'entre vous ne souffre de problèmes de transport. En ma qualité d 'hôte, je souhaite vous voir bientôt pour vous faire passer un agréable séjour sur mes terres.




Je vous prie de croire en ma parfaite considération,
Grand Comte Justinien Cassandre Démétrios de Bourbon de Chatroie-Eau-Claire







Rédigé le 6 juin 1504 au Château d 'Eau-Claire
par Yohanès Shal, secrétaire du Grand Comte





Revenir en haut Aller en bas
Aggaddon Médixès
L'éternel
avatar
Messages : 524
Race : Humain
Équipage : Paradise, Dead-End, Allié de l'Inquisition

Feuille de personnage
Niveau:
32/75  (32/75)
Expériences:
34/250  (34/250)
Berrys: 26.078.000 B

MessageSujet: Re: [FB] Huis Clos au Château (Solo)   Dim 25 Mar - 15:26

Huis Clos au Château


Le Black Egg voguait sur les eaux de North Blue en direction de l’île indiqué sur la carte que tenait à la main Aggaddon en dirigeant sa compagne de voyage, Vazguardia. L’averse tombait abondamment sur les flots en cette journée orageuse. De plus, le contexte nocturne n’aidait pas à se diriger convenablement. Le Médixès avait reçu son invitation quelques semaines auparavant, se demandant même comment le fameux Grand Comte d’Eau-Claire avait pu obtenir l’adresse à laquelle il logeait pendant cette période. Il trouvait cette histoire louche. Son regard se porta sur l’énorme rocher sortant des flots aux falaises acérer sur lequel avait été construit un incroyable manoir dans le plus pure style architecturale baroque. Cependant, au travers de la nuit épaisse et du rideau de pluie ne paraissait que les fenêtres des salons éclairés. Au prix de beaucoup d’intention et de mouvement de multiples essaies, Aggaddon, ayant prit la barre, parvint à amener son petit sloop jusqu’à la crique où se trouvait les quais. Il avait regardé d'un mauvaise œil le drapeau de la Marine qui flottait à l'entrée de cette baie. Deux serviteurs, tout d'orange vêtue, avancèrent sur le ponton en bois en tenant fermement un parapluie au-dessus d’eux. Ils s’adressèrent au mathématicien qui s’afférait à amarrer son bateau.

-Nous vous avons vu arriver monsieur.

-Si monsieur veux bien se donner la peine d’aller jusqu’au bâtiment en pierre que vous voyez là. Il nous sert de réception et nous allons vérifier si vous êtes habilité à rejoindre la château.


Le Médixès répondit positivement d’un simple signe de la tête. Il alla rapidement récupérer la lettre lui servant de justificatif de participation avant d’aller avec Vazguardia à la rencontre des deux domestiques qui devaient patienter là malgré le temps orageux. Ces derniers observèrent rapidement le pli afin de faire une vérification protocolaire, puis ils indiquèrent aux deux voyageurs qu’ils pouvaient suivre les escaliers pour rejoindre la demeure du Grand Comte. Les deux majordomes allèrent s’occuper de monter les bagages des deux invités pendant que ces derniers remontaient la falaise grâce aux marches sculpté à même la roche. La silhouette du château se dessinait fébrilement dans la nuit noire. Les deux convives ne pouvaient pas en savourer toute la complexité. Ils montèrent les dernières marches afin de rejoindre les deux imposantes portes d’entrées qui se retrouva éclairer par un trait de foudre qui traversait les cieux. Dans un crissement de lourdeur, elles s’ouvrirent pour les laisser entrée dans l’antichambre du hall. Quelques pas supplémentaires leur permirent de pénétrer dans la grande pièce d’accueil. De très beau lustres ornées de cristaux tombaient du plafond dans une pièce à la décoration murale fournie. Un feu brûlait dans la cheminée afin d’apporter de la chaleur aux invités présent dans un salon improvisé dans ce hall permettant aux convives d’attendre les nouveaux arrivants. Se dirigeant vers cet endroit où se trouvait déjà quatre nobles, un serviteur interpella Vazguardia.

-Si madame la domestique de monsieur veux bien me suivre jusqu’à la chambre de monsieur.

Elle s’y attendait, mais cela lui faisait malgré tout mal de se voir rabaisser à une simple servante de son compagnon de voyage. C’était pourtant le seul moyen qu’elle bénéficie des chambres chaleureuses du château, devant attendre le Médixès au bateau dans le cas contraire. D’un geste de la main, Aggaddon fit comprendre qu’ils se reverraient plus tard, certainement au moment de se coucher.



Gregor Cheerwind en pyjama, Monseigneur Giovanni Piagini


-Oh ! Voilà une nouvelle personne qui rejoint notre prestigieux groupe. Je me présente ! Lord Gregor Cheerwind, propriétaire de quelques vignobles de Micqueot. Veuillez m’excusez pour mon accoutrement, je m’apprêtais à rejoindre ma couche quand une affaire pressante m’a contraint à retrouver son éminence ici présente.

-Cardinal Giovanni Piagini, missionnaire Constantiniste habitant pour l’instant à Kawaii Kazan Shima, même si j’attends de pouvoir retourner dans la noble cité de Marijoa. Ravi de vous rencontrer monseigneur… ?

-Seigneur Aggaddon Séraphin Hyppolyte Apollinaire Médixès, pour vous servir.

-Vous êtes donc le frère du marquis de Médixès ? Bien, bien. J’espère que nous aurons le temps de faire affaire mon cher. Le fait que nous nous trouvions sur la même mer est un bon point pour organiser quelques petits trafics
, déclara le Cheerwind avec un clin d’œil.

Le mathématicien resta avec ses deux nouvelles connaissances, écoutant leur discussion autour d’une cargaison de vins servant à dissimuler des bouteilles de poisons pour aider le Piagini dans son extermination de ses ennemis politiques. Il jeta un regard en direction des deux autres nobles, qui étaient venu ensemble du royaume de Goa, qui étaient assis dans un des canapés mis à disposition des invités pour attendre les nouveaux arrivant. La date officielle de la rencontre étant le surlendemain, les derniers convives devaient arriver le jour suivant. Comprenant que Gregor et Giovanni avaient fini leur discussion, Aggaddon se permit d’intervenir avant que le vigneron ne retourne à sa chambre.

-Excusez-moi mon cher. Suis-je le dernier invité à être attendu ?

-Non non non. Ne vous inquiétez pas monsieur Médixès, nous attendons encore une riche demoiselle d’Alabasta ainsi que le roi de Maniralie de West Blue. Si vous voulez bien me pardonner, je dois y aller avant que le sommeil ne m’emporte.


Maniralie ? Le savant se souvenait avoir été invité là-bas par son souverain, en raison de relation qu’il entretenait jadis avec le père du Médixès, et avoir assisté à la chute de ce dernier suite à un grand conflit à la fois politique et militaire, l’intervention d’un groupe de pirates et des révolutionnaires de l’île ayant joué un rôle capital dans les événements. Une fois le Cheerwind partit, le Constantiniste engagea la conversation avec le nouvel arrivant.

-J’espère que vous serez heureux parmi nous. Vous verrez que les réunions de notre petit groupe peuvent faire grandement avancer chacun et nous rapporter beaucoup. Ne vous inquiétez pas non plus sur le fait que le Grand Comte soit un colonel de la Marine et qu’il utilise son domaine comme base. Faite néanmoins attention de ne pas évoquer de sujets sensibles devant les gardes qui sont les soldats de la Marine ici. Vous les reconnaitrez à leur tenue rouge. Seul le commandant, qui porte la fameuse veste de la Marine sur ses épaules est au courant des affaires qui se trament secrètement ici.

-Je vois. Merci pour ces précisions
, répondit le Médixès.

-De rien mon ami. C’est normal de mettre les nouveaux au parfum. Si vous n’y voyais pas d’inconvénient, je vais moi-même aller me coucher.

-Je vous accompagne. Le voyage a été long, je dois aussi aller trouver le repos.


Après un bref coup d’œil en direction des fenêtres pour voir que l’orage grondait toujours, Aggaddon suivit l’influent missionnaire en le questionnant sur le point de vue du monde qu’offrait le Constantinisme. La décoration baroque s’étendait à tout le bâtiment, chambres comme couloir. C’était donc dans un luxe des plus appréciables que le mathématicien souhaita un bon sommeil au Piagini et entra dans sa suite. Chacun des invités avait le droit à un ensemble de pas moins de quatre pièces : une chambre, un bureau, un petit salon et une seconde chambre, pour des domestiques ou des enfants. Un sourire en coin apparut aux lèvres du nobliau en apercevant Vazguardia dormir dans un bon lit douillet et moelleux. Le savant se dirigea vers la chambre principale où il ne tarda pas à sombrer dans le sommeil sous le regard des nombreuses majestueuses toiles ornant les murs de la pièce.

Par une nuit orageuse


L'inspiration du Château d'Eau-Claire est le Château de Rundale dont la cour aurait était remplacé par un jardin avec un allée centrale.
Un bref aperçu ci dessous.

Rundale Palace:
 


Dernière édition par Aggaddon Médixès le Mer 28 Mar - 4:48, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Aggaddon Médixès
L'éternel
avatar
Messages : 524
Race : Humain
Équipage : Paradise, Dead-End, Allié de l'Inquisition

Feuille de personnage
Niveau:
32/75  (32/75)
Expériences:
34/250  (34/250)
Berrys: 26.078.000 B

MessageSujet: Re: [FB] Huis Clos au Château (Solo)   Dim 25 Mar - 17:54

Huis Clos au Château




Lord Gregor Cheerwind, Adrien Lugnabach


-Ah ! Monsieur Médixès !

La voix de Gregor avait résonné dans la salle à manger où quelques-uns des invités s’étaient retrouvé autour de l’immense table de banquet afin de prendre leur petit déjeuner. Le soleil apparaissait à l’horizon à travers les fenêtres de cette salle tout aussi imposante et luxueuse que le reste de la bâtisse. Il suffit de quelques secondes pour voir que le missionnaire n’était pas présent et qu’un seul des deux nobles de Goa était là. Lord Cheerwind, quant à lui, discutait avec une personne que le Médixès pensait connaître sans pouvoir remettre un nom sur son visage. Pour le reste des personnes présentes, on voyait aussi deux originaires de Luvneel, un bourgeois militaire et un véritable noble.

-Je vous présente monsieur Lugnabach, un riche marchand de Shivering Island, déclara Gregor en invitant le mathématicien à les rejoindre.

Voilà donc d’où ils se connaissaient. Le savant avait sans doute fait la connaissance d’Adrien lors d’un de ses nombreux voyages vers l’île recouverte d’un épais manteau de nuages. Croiser des habitants et des commerçants y était assez facile.

-Je crois que nous nous déjà croisé par le passé, déclara le marchand.

-C‘est ce qu’il me semblait aussi. Ravi de faire plus ample connaissance avec vous.

-Bien. Nous parlions affaire. Vous seriez aussi intéressé par du vin monsieur Médixès ? Je peux m’arranger pour y dissimuler quelques produits illicites si vous le désirez.

-Non merci Lord Cheerwind.


Le mathématicien s’empara d’un verre d’alcool qu’il ingurgita promptement. Toutes les personnes présentes devaient toucher de prêt ou de loin au milieu de la pègre. Ce rassemblement devait servir à tout le monde pour effectuer des transactions en plus de mettre en commun leurs intérêts pour que leur alliance perdure en leur apportant richesse et prospérité. Peut-être cela pouvait même servir d’initiation aux affaires aux futurs générations des différentes familles importantes présente. Il continua de manger et observa l’arriver des retardataires. Un homme originaire de Senzai Sazoka, la fameuse île où autrefois un contingent d’habitant de Wa c’était installé, précéda son éminence le Constantiniste Piagini ainsi que l’autre homme de Goa. Aggaddon pensait pouvoir voir apparaître le Grand Comte Justinien, mais ce ne fut aucunement le cas.

-Pourquoi notre hôte ne vient-il pas se sustenter avec nous ? murmura discrètement le Médixès à Gregor.

-Le Comte est très occupé. Nous ne le verrons pas avant demain. C’est ce qu’il m’a dit tout à l’heure.

Lord Cheerwind cachait bien comment il avait pu obtenir cette information. Lui et Justinien ainsi que le cardinal Piagini étaient des libertins qui se retrouvaient souvent pour s’amuser. Si le missionnaire était devenu trop vieux pour participer à ces jeux, Gregor et le Grand Com d’Eau-Claire profitait encore de ce rassemblement annuel pour prendre du plaisir. Ils espéraient également pouvoir convaincre la noble d’Alabasta de participer, les femmes participant à cet événement nobiliaire et mafieux étant assez rare. D’ailleurs, la demoiselle ne tarda pas à pénétrer dans la salle à manger.

-Madame Hatchemapsout tout juste arrivé parmi nous, déclara un valet qui la suivait.

Tous le monde la salua avant de repartir à ses discussions. Lord Cheerwind s’excusa afin d’aller s’entretenir avec la femme de Grandline, laissant le Médixès et le Lugnabach seuls. Tout le monde semblait s’entretenir plus ou moins avec tout le monde alors Aggaddon ouvrit la conversation avec le riche négociant de Shivering Island afin de savoir quel genre de commerce il faisait. Ce dernier révéla qu’il faisait principalement de l’importation d’autres mers ce qui expliquait le prix élevé de ses produits et sa richesse. Cela lui servait également de couverture pour faire du transport de marchandise pour la pègre ou ses amis ici présent. Il était notamment l’armateur officiel des vignobles de Gregor. Il expliqua aussi rapidement qu’il lui arrivait de transportait de la marchandise humaine, des esclaves en somme. Il avait d’ailleurs eu un contrat avec le précédent roi de Maniralie, dont la chute était arrivée en présence du Médixès, et son chambellan. Un domestique entra alors dans la salle pour faire une annonce.

-Nous venons d’apprendre que le dernier de ces messieurs les invités arrivera dans le courant de l’après-midi, certainement vers quatre heures d’après son navigateur. Nous vous informons donc que nous vous préparerons une collation pour que tout le monde puisse se retrouver et converser lorsque sa majesté de Maniralie sera arrivée. Vous serez donc prier, si cela vous intéresse, de rejoindre la cour intérieur, son éminence le Grand Comte ayant jugé bon que cela se déroule dans un cadre agréable tel que le jardin de cette cour.

Il s’inclina avant de s’éclipser. Le mathématicien resta là quelques instants à se remémorer ce qu’il savait sur son hôte. Justinien était originaire d’une branche secondaire de la famille de Bourbon, la ligné de Chartroie-Eau-Claire. D’après les rumeurs voyageant au sein de la pègre, après être entré dans la Marine, Justinien aurait éliminé les membres de la branche principale afin de récupérer les titres et les terres de sa famille. Ayant rapidement fait quelques recherches suite à la réception de son invitation, Aggaddon avait découvert que la séparation des de Bourbon et des de Bourbon de Chartroie-Eau-Claire s’était faite face à une grave erreur politique de la part de l’ainé de la famille à l’époque. Le mathématicien se demandait si Justinien n’avait pas perpétré l’assassinat de sa lignée cousine en jugeant que par le sang c’était la sienne qui devait régner. En tout cas, il était clair que cet homme était comme beaucoup prêt à tout pour parvenir à ses fins. Avec les fonds dont il bénéficiait et sa place au sein de la Marine, il avait une couverture idéale pour agir. Bien entendu, comme l’avait suggéré le missionnaire Piagini la veille au soir, ses soldats ne pouvaient pas être au courant car certains avait sûrement rejoins la Marine pour défendre leurs idéaux de justice. Le Médixès espérait pouvoir découvrir ce que mijotait le Grand Comte avec ces assemblées, car, après tout, il avait suffisement d’argent pour vivre fastueusement dans la prospérité la plus totale toute sa vie. Y avait-il d’autres motivations qui se cachait derrière le choix du Bourbon de se construire un groupe d’alliés fidèles ?

Veille du grand jour


Les personnages :
 
Revenir en haut Aller en bas
Aggaddon Médixès
L'éternel
avatar
Messages : 524
Race : Humain
Équipage : Paradise, Dead-End, Allié de l'Inquisition

Feuille de personnage
Niveau:
32/75  (32/75)
Expériences:
34/250  (34/250)
Berrys: 26.078.000 B

MessageSujet: Re: [FB] Huis Clos au Château (Solo)   Mer 28 Mar - 1:29

Huis Clos au Château


Le mathématicien entra dans la suite luxueuse qui lui était attribué en refermant la porte derrière lui. Il lança un regard en direction de Vazguardia qui hocha la tête, déclarant par cela qu’il n’y avait aucun domestique avec eux.

-Tu as fouillé comme je te l’ai demandé ? questionna le nobliau sur un ton des plus sérieux.

-Oui. Les autres valets n’ont pas prêté attention à ma présence et j’ai put trouver quelques informations intéressantes.

La compagne de voyage du Médixès était bien déterminé à savoir si leur vie était vraiment en danger. En effet, Aggaddon l’avait informé à leur réveil qu’il soupçonnait un coup de poignard orchestré par l’un des invités. Vazguardia avait également un mauvais pressentiment et comptait bien découvrir la vérité et empêcher tout ces riches de se languir de leurs richesses. Elle ne se doutait pas que le savant qu’elle accompagnait possédait en lui une noirceur bien plus grande que l’avarice des autres nobles réunis au château d’Eau-Claire en cette journée d’intrigues et de complots.

-Je suis parvenu à pénétrer dans les chambres de Piagini, Cheerwind, Won Gütter, Lugnabach et Sambourg. Le missionnaire Constantiniste a mis toutes les chances de son côté pour se sortir d’une situation difficile. J’ai retrouvé dans son courrier une lettre provenant tout droit d’une jeune sergente-chef de la Marine de Seppen Town désireuse de monter en grade, Lyna Steele. Elle lui dit que si une affaire éclate, elle sera heureuse de pouvoir l’aider et monter en grade en mettant fin aux agissements d’un colonel corrompu, remerciant finalement le religieux pour l’avoir mis au courant de la possibilité que le rassemblement ne finisse mal. Il n’est donc pas serein à propos de cette réunion, ce qui commença à confirmer nos suspicions.

Le Médixès ignorait que cette membre de la Marine mentionné dans la correspondance participerait à la Royal Snow Battle à Seppen Town l’année suivante. Cependant, comme il ne la rencontra pas durant les événements, s’alliant surtout avec Eden Chapter un fossoyeur au masque d’Ours, et ne put donc pas deviner que cette dernière concourrait pour démanteler l’organisation des Ombres se cachant derrière cette compétition.

-En ce qui concerne votre ami de Micqueot… Il semblerait qu’il soit venu pour faire des affaires. J’ai néanmoins trouvé quelque chose d’intriguant durant ma fouille. Il a amené avec lui cinq fusils ainsi que des tonnelets de poudre. Il avait caché le tout sous son lit. Je n’ai aucune idée de ce qu’il prépare, mais ça ne sent pas bon.

-Nous allons devoir le garder à l’œil
, déclara Aggaddon en fronçant les sourcils tout en lançant un regard au jardin intérieur par la fenêtre.

-Le baron Won Gütter ne cache rien de très mystérieux… mis à part bien sûr la mention de complots internes à sa propre ville. De ce que j’ai compris, les deux nobles de Goa sont venus trouver du soutien extérieur à leur patrie pour appuyer leurs manigances. Le Grand Comte leur aurait promit de les aider à rallier les autres membres du rassemblement à leur cause.

-Hmmmm. Que mijote Justinien… Ce ne peut pas être totalement désintéressé. Que peut-il bien y gagner.

-Je n’en ai pas la moindre idée. J’ai toujours essayé de me tenir loin de toutes ces intrigues politiques lorsque j’étais au marquisat sous la tutelle de mon père. C’est bien parceque c’est toi que j’ai accepté de te suivre sur ce coup. Bon. Pour Lugnabach, c’est principalement des magouilles marchandes et du trafic. Rien au sujet de ce qui pourrait se passer durant la réunion. Enfin, je n’ai rien trouvé dans les appartements de Sambourg et du bourgeois qui l’accompagne… Pour le coup, c’est étrange. Pourquoi ne rien amener à une rencontre qui offre des opportunités d’affaires.

-Il a peut-être trouvé une cachette…
réfléchit le mathématicien. Une telle bâtisse doit abriter des passages secrets. Si cela fait plusieurs fois qu’il vient, il en a peut-être découvert un. Les passages avec les bibliothèques c’est classique, mais il faudrait essayer pour voir. En tout cas merci d’avoir prit le risque.

-Tu sais on peut en parler. Je ne suis pas venue pour faire partie des murs.

-Je sais que ça doit être ennuyant, mais je ne peux pas me permettre de t’accorder trop d’importance en présence de ces personnes qui ne doivent pas tenir en très haute estime des personnes comme toi, à l’apparence de roturière. Bon, tu ne m’en voudras pas, mais je dois vite retourner avec les autres. On en reparlera un peu avant l’arrivée d’Octavianne.

-… À plus tard.


Elle adressa un simple signe de la main à son compagnon de voyage. Il avait qu’à se démerde s’il ne voulait pas d’aide. Elle s’occuperait elle-même de chercher ses propres indices et se préparer aux événements qui pourrait arriver.

Veille du grand jour


Les personnages :
 
Revenir en haut Aller en bas
Aggaddon Médixès
L'éternel
avatar
Messages : 524
Race : Humain
Équipage : Paradise, Dead-End, Allié de l'Inquisition

Feuille de personnage
Niveau:
32/75  (32/75)
Expériences:
34/250  (34/250)
Berrys: 26.078.000 B

MessageSujet: Re: [FB] Huis Clos au Château (Solo)   Lun 2 Avr - 6:12

Huis Clos au Château


Les feuilles dansantes flottaient comme un plafond mouvant, presque organique, au-dessus de la tête du regroupement des éminentes personnalités rassemblées en un peloton sélectionné par une main des plus méticuleuse. Son absence est d’or, son écho est d’argent. Le tourbillon protocolaire emportait toutes discussions en étant accompagné par la brise des malversations secrètes. Manipulations et secrets sont l’encre de ce monde si transcendant de la noblesse. Une fureur muette ne pouvait s’écouler alors que les cheveux du conquérant aux mains de marquis suivaient le courant des palabres sournoises s’immisçant dans les âmes des conspirateurs. Sectaire était le qualificatif de cette univers nobiliaire aux manies discriminantes. Sourire aux lèvres, mauvaise foi au cœur, les mouvements accompagnaient les gestes de l’esprit dans une bataille insonore où les attributs venaient se confrontaient à la volonté. De la genèse, le serpent n’était qu’une allégorie. Se faufilant jusqu’aux âmes des plus faibles, le venin tentait de s’enfoncer dans les larves de cet empire de marchandage. Traitement incomparable de la satisfaction incommensurable de l’indicible rivalité, l’œil servait à la fois de référence et de trompeur. C’était ici que se construisait les limbes écarlates de dizaines d’âmes.

Les prunelles du Médixès se dévoilèrent à l’assemblé alors qu’il contenait un sourire. Transactions par ci, arrangements par là. C’était là l’enfer paradisiaque de l’élite. Assurément, ce genre de réunion avait lieu de par le monde parmi différents groupes d’importance notable. C’est ainsi que se construisait les réseaux. C’est ainsi que se construisait les empires. Le commerce ne pouvait que fleurir de tels partenariats. Le mathématicien reprit sa conversation avec Octaviane tout juste arrivé de Maniralie. Ils évoquèrent rapidement et discrètement les événements de jadis qui avait vu s’effondrer tout un gouvernement par la force des choses. C’est une question qui taraudait ses lèvres qui interrompit cette conversation. Le comte Charles de Sambourg prit rapidement la parole pour s’adresser à Lord Cheerwind, l’un des hommes les plus proches du Grand Comte au sein de ce groupuscule.

-Quand est ce que notre hôte viendra nous rejoindre mon cher Gregor ?

-Je ne puis vous répondre sir Charles. Il s’avère que Justinien est accaparé par le travail et ne peux se permettre de perdre un instant. Ne vous inquiétez pas. Il ne nous fera pas attendre éternellement.


Des regards suspicieux se levèrent vers le vigneron qui ne flancha pas. Il savait que tous étaient présent pour écouter les projets fous du Grand Comte d’Eau-Claire dont les conseils s’avérait souvent précieux en affaire. Si certains avait déjà rentabilisé leur voyage en tissant diverses transactions avec les autres invités, le Médixès s’impatienter légèrement de cette attente. La peur que quelque chose de louche se préparait le rongeait de l’intérieur. Il tenta de tirer quelques informations à ses confrères au sujet du seigneur des lieux.

-Que pouvez vous me dire sur le Grand Comte monseigneur Piagini ?

-Oh ! Et bien c’est un colonel de la Marine qui ne s’implique que peu dans l’état-major du Gouvernement Mondial. Il se sert surtout de sa place pour cacher certains trafics, fraudes et autres mouvements illégaux et ainsi nous permettre de prospérer. Il use de son influence pour étendre son réseau au-delà de nos mers. C’est également un collectionneur et un passionné de peinture.

-Et au niveau du caractère ?
demanda ensuite le nobliau au missionnaire.

-C’est un homme plutôt sérieux, mais aimable. Il se montre entreprenant et il maîtrise bien l’art des coups bas. Cependant, vous pouvez lui faire confiance. Entre membre de notre petit groupe, nous pouvons compter les uns sur les autres.

Le Médixès en doutait fortement. Pourquoi recevait-il une invitation spécialement cette année ? Pourquoi le nombre de personnes participant à l'événement était accrue ? Tant de questions. Il allait devoir fouiller par lui même. Les paroles d'un homme, tout de rouge vêtue arborant quelques décorations le distinguant du reste de la garnison, le tirèrent de ses pensées. Ses yeux s'exorbitèrent en entendant les propos de ce dernier.

-Monseigneur Médixès. Votre domestique est accusée de meurtre.



Lieutenant Max Velvif



Veille du grand jour


Les personnages :
 
Revenir en haut Aller en bas
Aggaddon Médixès
L'éternel
avatar
Messages : 524
Race : Humain
Équipage : Paradise, Dead-End, Allié de l'Inquisition

Feuille de personnage
Niveau:
32/75  (32/75)
Expériences:
34/250  (34/250)
Berrys: 26.078.000 B

MessageSujet: Re: [FB] Huis Clos au Château (Solo)   Lun 2 Avr - 9:07

Huis Clos au Château


Aggaddon tournait en rond dans une bibliothèque étonnement petite pour un si grand souverain que le Grand Comte d’Eau-Claire. Le Médixès se demandait bien ce que Vazguardia avait fait. Il voyait mal la jeune fille tuer quelqu’un. En attendant que le commandant de la garnison et chef de la garde seigneuriale vienne prendre sa déposition et le questionner, le mathématicien avait le temps de faire le point sur les informations dont il disposait au sujet de ses camarades convives.



En premier lieu, il fallait bien évidement parler de Gregor Cheerwind. Magnat du vin de Micqueot qui avait capitalisé sur son héritage en rachetant un domaine viticole, le Lord était assurément quelqu’un de vil et un mafieux de premier plan. Grâce à son identité d’agent de la pègre, le Médixès savait que le Cheerwind baignait dans plusieurs trafics en tout genre et qu’il tentait de prendre de l’importance. C’était un homme avec beaucoup de moyen qui écrasait ses ennemis pour mieux les racheter par la suite. Il s’était ainsi accaparé plusieurs domaines et avait grandit en influence jusqu’à avoir une place de choix au sein de l’assemblée secrète de Justinien d’Eau-Claire. L’armement que Vazguardia avait trouvé en fouillant dans sa chambre indiquait qu’il était là pour autre chose que les affaires. Souhaitait-il écraser l’un des invités et le soumettre ?



Ensuite venait la seconde personne qu’il avait rencontré en arrivant la veille, le missionnaire Constantiniste Giovanni Piagini. Le religieux était un vieux de la vieille qui avait fait son temps. Autrefois requin de la finance et fougueux aventurier qui faisait collection des objets exotiques, l’originaire de Marijoa s’était ranger et ne représentait plus une menace pour quiconque parmi la cour de Justinien. Il y tenait d’ailleurs un rôle de conseiller ainsi qu’une certaine rente en somme. Le fait qu’il ait demandé la protection d’une lieutenante de la Marine en cas de pépin pouvait amener à penser qu’il était au courant de quelque chose, mais qu’il n’avait pas d’emprise sur les événements.



Le Baron William Won Gütter et Ser Oosdworf, les deux nobles de Goa, était venu pour trouver du soutien pour leur tentative de coup d’état. C’était les deux personnes avec les objectifs les plus clairs. Le Médixès doutait qu’ils étaient venus pour une affaire plus sordide, mais cela n’excluait pas leur implication dans de potentiels événements néfastes. Si Won Gütter était quelqu’un d’assez droit et fier, Oosdworf était plus vicieux et réputé dans le milieu mafieux pour ses parties de cartes truqués. Il pouvait donc garder une carte dans sa manche sans en avoir informé son compatriote dont les affaires étaient limpides quant à ses motivations.



Adrien Lugnabach avait-il des raisons de venir mettre un meurtre sur le dos de Vazguardia ? Tout comme les autres, il avait pu découvrir qu’elle avait fouillé sa chambre si la compagne de voyage du Médixès avait été imprudente. Le Lugnabach était un marchand sérieux qui avait donné sa vie à son travail. Nul doute que mettre en péril ses négociations pourrait le mettre dans une rage suffisante pour faire inculper Vazguardia. En tout cas, la personne qui visait la demoiselle devait vouloir l’atteindre lui. Etait-ce une mise en garde ? Cela ne ressemblait pas vraiment au style du Lugnabach qui éliminait au plus vite la menace pour se concentrer sur ses affaires.



La culpabilité du Capitaine Sullivan Blake et du Comte Charles de Sambourg était loin d’être non nul. L’absence totale d’effets personnels en rapport avec les transactions propre à ces réunions était surprenante. Si Sullivan était un bourgeois plein de fouge, jeune officier militaire de la défense d’une institution de sa propre île, il se faisait introniser par son ainé comte. L’implication du Blake pouvait donc être à relativisé, mais le Sambourg avait pu faire appel à lui pour l’aider. Charles était un membre de la vieille aristocratie mais qui, à l’inverse du missionnaire Piagini, restait au fait du monde criminel actuel. Il s’était fait remarquer d’un des clients du Médixès au sein de la pègre en contraignant plusieurs marchands à rejoindre sa flottille en tant qu’armateur amateur. Son ancienneté permettait d’assoir sa position, mais il craignait clairement la jeunesse. C’est en cela que la collaboration entre lui et Sullivan surpris plusieurs des autres convives. Le mathématicien ignorait que le comte considérait le bourgeois plus comme un homme de main que comme un collaborateur.



Hatchemapsout et le roi Octaviane Del Gunray de Maniralie étaient, à l’instar de Giovanni Piagini, deux personnes qui ne venaient pas de North Blue. Par conséquent, le Médixès n’avait pas beaucoup d’information sur eux. En effet, même si le savant était au fait de l’accession au pouvoir du Del Gunray, il ignorait beaucoup de choses sur le monarque peu expérimenté de West Blue. En ayant discuté avec ses collègues invités, Aggaddon avait appris que ces deux-là étaient également deux nouveaux dans les réunions du Grand Comte. Il était certainement difficile pour eux de tâter le terrain. La noble d’Alabasta avait un tempérament de feu et suintait d’hyperactivité. En quelques heures elle avait déjà réprimandé cinq valets au sujet de broutilles alors qu’elle s’emportait. Cependant, elle présentait ses excuses une fois calmé. C’était la seule observation qu’il avait fait à son propos. Octaviane étant à peine arrivé, c’était peu probable qu’il se soit impliqué.



Le dernier convive, en dehors de Justinien, était Wuzan Kokawari, un noble des descendants du contingent de Wa s’étant installé sur l’île Senzai Sazoka. Mystérieux, il s’était à peine exprimé depuis le début de matinée et semblait rester renfermé même lorsqu’il s’agissait d’affaires. Il devait être animé d’une timidité naturelle assez compliqué à gérer pour le yakuza qu’il était. Tout ce qui le concernait ne pouvait être que supposition. Il n’avait rien de réellement concret à son sujet.

Le Médixès se retourna en entendant une porte s'ouvrir. Une cape de la Marine flottait posé sur les épaules de l'homme à cause du déplacement d'air engendré par le mouvement, une cape signant la distinction de l'officier vis à vis de ses hommes aborant la même tenue que lui.

-À nous deux "Seigneur" Aggaddon.



Commandant Philippe Velvif



Veille du grand jour


Les personnages :
 
Revenir en haut Aller en bas
Aggaddon Médixès
L'éternel
avatar
Messages : 524
Race : Humain
Équipage : Paradise, Dead-End, Allié de l'Inquisition

Feuille de personnage
Niveau:
32/75  (32/75)
Expériences:
34/250  (34/250)
Berrys: 26.078.000 B

MessageSujet: Re: [FB] Huis Clos au Château (Solo)   Mer 9 Mai - 17:34

Huis Clos au Château


Le commandant Velvif s’approcha d’une table à laquelle il s’assaillit en invitant, d’un signe de la tête, son interlocuteur à faire de même, ce dont ce dernier ne se priva pas.

-Bon… Monseigneur Médixès… Autant dire que vous êtes en mauvaise posture. Nous avons trouvé votre domestique en présence du cadavre d’un serviteur du Comte Charles de Sambourg. Pour avoir introduit cette personne dangereuse, il y a rupture du contrat de confiance de votre invitation.

-Contrat ? Je n’ai rien signé à ce que je sache. De plus, vous n’avez avancé aucune preuve pour confirmer vos hypothèses. Ce meurtre n’incombe certainement pas à Vazguardia qui ne sait pas se battre
, déclara le Médixès en fronçant les sourcils.

-Il s’agit quelque chose de tacite évidemment. Vous êtes sur les terres du Grand Comte. C’est lui qui établit les règles. Vous n’avez donc pas votre mot à dire sur les lois immanentes à ces réunions. Concernant nos conclusions, sachez que vous ne faite pas figure d’autorité et qu’en tant que membres de la Marine nous gérons notre enquête comme nous l’entendons.

-…

-Afin de rétablir des relations cordiales, il faut que vous acceptiez de nous laisser votre domestique… ainsi que signer un document proclamant l’alliance entre vous et le colonel.

-Alliance ? Et la discussion sur ses clauses alors ?

-Officiellement vous êtes un déserteur de la Marine, même si avec le temps et votre place en bas de l’échelle on vous à oublier. Pensez-vous réellement être en mesure de discuter les souhaits du maître des lieux alors qu’il peut vous mettre aux fers et vous faire exécuter ? Non. Vous n’êtes pas en mesure de parlementer. Acceptez cette réédition. En échange, nous vous aiderons à prendre l’ascendant sur votre frère pour récupérer le marquisat.

-Vraiment ? Et quelle entourloupe se cache là-dessous ?


Aggaddon commençait à saisir ce qui se passait. Son hôte menait des malversations contre ses invités afin de tirer profit d’eux. Il n’y avait plus aucun doute sur le fait que le meurtre n’était qu’un complot visant à mettre le Médixès en position de faiblesse pour le contraindre à capituler devant une offre d’alliance totalement désavantageuse.

-Vous n’êtes pas stupide, reprit le commandant. J’imagine que vous vous douté de quelque chose donc je ne vous cacherez pas que la raison derrière ce soutien et la récupération complète et intégrale des territoires qui seront conquises, comprenant le marquisat et le reste de l’île. Le colonel contre s’arranger avec son collègue du baronnet de Mazda pour partager l’île en deux.

-C’était donc cela la raison de ma venue à cette réunion ?

-Tout à fait. Et pour des raisons que vous comprendrez facilement, nous allons vous confiner dans les cellules des souterrains afin de vous empêchiez de communiquer avec le reste des invités.

-Vous comptez faire le coup à d’autres j’imagine. Le coup d’état de Goa serait également une occasion d’étendre le territoire de Justinien, mais jamais le Gouvernement Mondial acceptera ce changement de dirigeant si facilement.


Un sourire illumina le visage du fidèle complice de l’hôte.

-C’est pour cela que nous les manipulerons une fois qu’ils auront obtenu la tête de leur royaume afin de vider ce dernier de ses richesses avant qu’il ne débarque comme une fleur pour réhabiliter l’autorité gouvernemental sur l’île. En tout cas, si après avoir quitté cette demeure vous tentez de communiquer avec qui que ce soit au sujet de nos ambitions, notre vengeance sera terrible.

Le Médixès se retint bien de commenter en disant qu’il n’y avait aucun bien ni aucune personne qui lui importait réellement, sauf peut-être sa collection de livres. Malgré tout, les conséquences d’une telle trahison envers le Grand Comte pourrait mettre celui-ci en travers de la route du mathématicien. Aggaddon se retrouvait malgré lui bloquer au bord du gouffre. La seule solution serait d’éliminer le commandant Velvif, puis le Bourbon, mais Aggaddon savait qu’il n’avait pas le niveau pour affronter des ennemis ayant ces grades pour l’instant.

-Bien… Je me plierai à votre volonté.

-Voilà une sage décision. Suivez-moi.


Philippe se leva et mena Aggaddon à travers les couloirs pour l’amener jusqu’à un salon du rez-de-chaussée où, en appuyant sur une décoration murale, il ouvrit un mur, dévoilant un passage s’enfonçant sous la bâtisse. Le Médixès jeta un regard à travers les vitres et fit alors volteface, cessant de suivre le commandant qui s’arrêta en se demandant ce qu’il se passait.

-Hé oh ! Descendez !

-Vous devriez regarder ce qu’il se passe à l’extérieure. Je savais que des coups bas se préparaient, mais je ne m’attendais pas à ça…
déclara le mathématicien en lançant un regard malicieux et plein d’assurance à son geôlier qui s’empressa de remonter les marches pour sortir et rejoindre l’assemblée des invités.

Aux pieds de Sullivan Blake, qui protégeait le comte de Sambourg, se trouvait le cadavre sans vie du missionnaire Piagini. Les autres membres du groupe se toisaient les uns les autres alors que Max Velvif, fils du commandant, arrivait en courant accompagné de trois soldats.

-Messeigneurs Blake et Sambourg, vous êtes en état d’arrestation, déclara le jeune lieutenant qui ignorait tout des malversations de son paternel et du Grand Comte.

-Je refuse de me faire manipuler par une bande de cachalots dans votre genre, commença le noble de Luvneel. Si Justinien ne vient pas m’offrir l’acte de propriétés de ces terres ainsi que tout ses biens, j’éliminerai un à un le reste des invités.

Profitant de la situation qui dégénérait, le Médixès disparut dans les souterrains à la recherche de Vazguardia qu’il ne tarda pas à trouver vu que les cachots étaient à proximité de l’entré. Elle était retenue prisonnière dans une cellule aux côtés de cadavres recouverts de riches vêtements. Nombreux devaient êtres les victimes qui désiraient rejoindre les réunions du groupe mené par le Bourbon et tombait ainsi dans le piège. Le mathématicien libéra sa compagne de voyage afin de retourner dans le château pour fuir l’île. Alors qu’ils terminaient l’ascension des marches, ils furent témoins de la fin de la situation problématique. Lord Cheerwind, le vigneron de Micqueot, avait sortit subitement un pistolet de l’intérieur de sa veste et avez ainsi tuer le capitaine Blake sur le coup. Le Comte de Sambourg, surpris par cela, se retourna pour prendre la fuite, mais fut arrêté par Max Velvif qui lui saisit le poignet.

-Vous êtes en état d’arrestation.

-Pourquoi as-tu fais ça Charles ?!
hurla Adrien Lugnabach à son vieux collaborateur.

-Piagini était prêt à nous vendre à la Marine pour assurer sa survie. De plus, je sais ce qui va se passer. J’ai découvert des choses sur la scène du meurtre de mon domestiques.

-Parle !
cria Hatchemapsout, la femme venu tout droit d’Alabasta.

Cependant, elle n’eut aucune réponse, l’homme de Luvneel se murant définitivement dans le silence.



Veille du grand jour


Aggaddon était lvl 14 à ce moment là.

Les personnages :
 
[/quote]
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: [FB] Huis Clos au Château (Solo)   

Revenir en haut Aller en bas
 

[FB] Huis Clos au Château (Solo)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» GN du 16 mai 2005 - historique du monde
» La Nuit du Huis Clos
» L'Eléonor [ RPG futuriste - Huis clos ]
» Le château de Fougères
» Festin au château (suite)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
One Piece Seken :: Le monde de One Piece :: Seas Blues :: North Blue-