Partagez | 
 

 [FB] Histoire de tireur (PV Element)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Nook Yamaka
Pervcook
avatar
Messages : 198
Race : Humain âgé de 15 ans
Équipage : Tengoku No Seigi

Feuille de personnage
Niveau:
26/75  (26/75)
Expériences:
99/200  (99/200)
Berrys: 100.000 B

MessageSujet: [FB] Histoire de tireur (PV Element)   Dim 18 Mar - 14:32

Préoccupations
feat. TnS


Nook venait de se coucher dans son lit après une dure journée de labeur. Il avait subi un nouvel entrainement difficile de la part de Damon, s’était lui-même mis à l’épreuve en sollicitant son fruit du démon plusieurs fois, notamment comme assistant de combat et de cuisine et avait préparé les repas pour tous ses Nakamas. Quelques jours plus tôt, il avait d’ailleurs mis au point la situation de la cuisine avec la belle Crown pour finalement décider qu’il serait le chef principal, la rousse apparemment heureuse de pouvoir profiter de ses enseignements. La journée avait donc été bien remplie, comme la majorité des jours précédents malgré le stationnement du navire sur Shabondy et le cuistot trouvait rapidement le sommeil chaque soir ; sauf ce soir. Le brun avait trop d’idées en tête pour pouvoir paisiblement tombé dans un sommeil réparateur.

La plupart des idées en question étaient bien évidemment lubriques, perverses et largement orientées sur des problématiques voyeuristes comme l’installation d’un double fond dans le mur de la salle de bain des femmes, l’établissement d’une cache dans le plafond ou encore une ouverture de vue externe sur ladite pièce. Accrocher ses bras de laine au bastingage et se laisser pendre jusqu’au hublot des filles semblait être une idée particulièrement intéressante sauf que Damon était souvent dans son perchoir, il verrait donc probablement son jeune apprenti et lui collerait une déculotté. S’il lançait des travaux d’installation dans la salle de bain il s’exposait à ce que l’une des filles de l’équipage se pointe en pleine œuvre, s’il s’agissait d’Alidia le cuistot passerait un sale moment. Alors comment faire ? Et cela valait-il réellement le coup ? Après tout, le phénix avait d’ores et déjà annoncé un changement de navire alors autant porté tous ses espoirs vers la nouveauté non ?

Prochainement, les travaux de gros œuvres seraient terminés et le cuisinier pourrait se rendre sur place pour superviser l’élaboration de sa cuisine. Aussi, à ce moment-là, le paramecia tenterait d’apercevoir ou de subtiliser les plans de la salle de bain des filles pour y ajouter une pièce « placard à balai incrusté dans le mur », ou un truc du genre : un coup de génie du voyeurisme. A ce moment-là, il ne se doutait pas qu’il n’y arriverait jamais à son plus grand désespoir, comme si le phénix avait donné des instructions.

Quoiqu’il en soit, si la majorité des idées étaient lubriques, quelques prières à son dieu pervers étaient à ajouter mais aussi une préoccupation. Depuis la rencontre avec Groogal, que Nook n’approchait jamais parce qu’il avait bien trop peur du mythique, le maudit repensait beaucoup à ses propres combats. Certes, il l’avait emporté mais uniquement grâce à l’aide de Kari, sans elle, il n’aurait pu rien faire de mieux que de se protéger en attendant l’arrivée de son capitaine. Il y avait là des leçons à tirer… Bon, il était devenu titulaire grâce à ça : Nook Yamaka, cuisinier titulaire des Tengoku no Seigi ! Mais au final, l’issue restait la même : il devait gagner en puissance et en expérience pour pouvoir assumer les épreuves du Nouveau Monde, pour pouvoir aider ses camarades et pour pouvoir attirer la renommée, et les femmes.

Améliorer ses compétences était déjà en cours par l’usage quotidien et répété de son fruit du démon mais il ne s’agissait plus là de la seule ressource du jeunot. Depuis peu, et majoritairement depuis leur arrivée sur l’archipel, Nook s’était familiarisé avec les armes à feu et pouvait compter sur l’appui de son œil pervers et affuté pour déceler les cibles dans son environnement.

Après quelques longues minutes de réflexion, le brun trouva finalement le sommeil, un sommeil doux et réparateur aux rêves remplis de formes féminines.

Le lendemain, aux aurores et après avoir préparé un petit déjeuner copieux que tout l’équipage pourrait trouver dans la salle de repas, le jeunot sorti sur le pont avant de retrouver le plancher des vaches de Shabondy. Un instant plus tard, les divers habitants de l’Aldébaran qui se réveillaient pourraient entendre quelques coups de feu à répétition. Dehors, Nook s’entrainait à mettre des balles dans divers cibles dessinées à même un arbre. S’il semblait plutôt à l’aise et surtout, plutôt précis, les coups n’avaient pas une cadence exceptionnelle : le jeunot débutait seulement cet apprentissage.

©️ Codé par Kari Crown

Revenir en haut Aller en bas
Element D Emishi
Pirate
avatar
Messages : 75
Race : Humaine
Équipage : TnS

Feuille de personnage
Niveau:
36/75  (36/75)
Expériences:
277/350  (277/350)
Berrys: 29.000 B

MessageSujet: Re: [FB] Histoire de tireur (PV Element)   Dim 18 Mar - 19:31


Putain, mais ça sent la poudre !?

Si les mots peuvent révéler une identité, seul les poings et la poudre peuvent faire parler l'âme.

Le matin, celui qui se dessine dans le ciel, plongeant le monde dans un voile doré, réconfortant et rassurant. Il n’en fallait pas plus à Element pour qu’elle se réveil avec le sourire. En vérité, elle s’était à peine assoupie. Le départ de sa fille la veille l’avait quelque peu exténuée et elle avait profité de la soirée pour discuter avec Kyoshiro, se conter un peu les histoires des temps passés. Elle était en attente, assise contre un arbre, attendant que le Phénix et son bras droit viennent à elle pour l’emmener faire ses présentations avec le reste de l’équipage. Elle était anxieuse, c’était indéniable, et se sentait le besoin de casser des choses pour pouvoir se détendre. Elle se sentait comme étouffée, enveloppée dans un voile d’encre sans pouvoir se mouvoir à sa guise, elle semblait entendre des voix et y répondre sans même entrouvrir ses lèvres. L’anxiété est une bête sombre et torturée qui aime faire des hommes des être assujetties. Ce qui l’effrayait plus que tout, c’était la peur de se faire rejeter, ou de voir ses amis souffrir. Reprendre la mer signifiait faire parti d’une tout, elle ne pouvait plus penser égoïstement comme elle le faisait quand elle devait uniquement prendre soin de sa fille, c’était la raison principale de son tracas, elle s’était trop longtemps désocialisée.

Elle se redressa en s’époussetant en voyant Nakata sortir de l’habitation qui lui faisait face. Elle le salua d’un signe de tête en souriant, faisant de même pour Kyoshiro qui le suivait de près. Ils avancèrent alors vers le bateau des Tengoku, et chaque pas semblait lui faire souffrir le martyr, elle le sentait ce besoin de taper, de se défouler, d’évacuer sa frustration et sa peur par les poings. C’était une thérapie assez brutale mais elle avait déjà fait ses preuves sur la demoiselle par le passé. C’était des souvenirs douloureux et dont elle n’était que peu fière, mais il fallait s’avouer une chose, c’était quand même très efficace. Alors qu’ils s’approchaient du rivage, ils pouvaient entendre des coups de feu venant de la direction qu’empruntait le groupe, Nakata sembla tiquer un instant avant de soupirer doucement, lâchant simplement qu’il s’agissait du cuistot. La demoiselle eut un léger haut le cœur de trac, et cela n’échappa au phénix qui lui sourit, ce genre de sourire se voulant rassurant et protecteur, mais elle ne pouvait s’empêcher de se questionner. Quelle était la meilleure façon de se présenter ? Elle le savait déjà et balbutia en direction de Kyoshiro et du blond qui se retournèrent l’air agar, lâchant simplement :

« Hein… ? » en balançant la tête sur le côté.

« Je veux… Vous… Enfin Nakata, je peux aller me présenter à ma manière… ? Vous m’attendez ici je ne veux pas qu’il pense que je suis avec vous, je veux voir qui il est… Je ne connais une personne qu’en me battant avec. C’est face à l’adversité que l’on se dévoile, et j’ai besoin qu’il comprenne, comme j’ai besoin de le comprendre et… » Nakata coupa la brune en rigolant. « Soit, fais toi plaisir. Mais évite de taper trop fort, il a déjà fait ses preuves ! Et puis, c'est notre cuisinier, donc à moins que tu ne veuilles prendre sa place derrière les fourneaux... » Element sembla soudainement bien plus à l’aise et elle ouvrit ses valises, saisissant ses armes pour les mettre tantôt à sa ceinture, tantôt dans son dos. Enfin, elle donna ses affaires à Kyo en lui souriant « Prends en soin ! Et ne regardez pas mes sous-vêtements ! Ou je vous casse la gueule !» et partie en courant dans la direction de l’embarcadère evec une fougue encore cachée jusque-là. Elle la sentait au fur et à mesure qu’elle bouffait le terrait à grande enjambée, cette adrénaline, ce frisson qui lui avait tant manqué, ce bonheur qu’est celui de parler par la poudre, de se mettre à nu, de dénuder l’autre en le poussant dans ses retranchements. Avant même qu’elle ai eu le temps de finir son introspection du moment, elle arriva au point de rendez-vous. Elle prit son gun dans la main et le pointa devant elle, juste pour s’annoncer. Elle attendit que le tireur en face lance une salve dans l’arbre pour tirer au même moment, celui ou elle apperçue le chien descendre pour engager la balle. Sa balle vint fracasser celle du cuistot dans les airs, laissant des éclats de métal s’enfoncer dans l’arbre, d’autres au sol en soulevant de la poussière.

« Hey. Je m’ennuyais un peu alors j’ai décidé de venir m’amuser avec toi…. Par contre je te conseil d’être sérieux. »

Elle plongea son regard dans le sien sans dire plus de mots. A compter de cet instant, elle ne parlerait plus ou très peu, ce qu’elle voulait, c’était se dépenser et combler le vide qui s’est créé en elle durant plus de quatre années. Quatre longues années à fuir, éviter le conflit de peur d’être reconnue, de peur de mettre en péril les siens. Ses mains tremblaient, faussant légèrement sa visée, mais ce n’était là qu’un détail qui serait bien vite surmonté. Elle souffla doucement en lui adressant un sourire sincère, pointant son arme dans sa direction.

« Amuse-moi. »


(c) AMIANTE



Nakata a été PNJisé par lui même pour ses paroles !



Dernière édition par Element D Emishi le Mer 21 Mar - 14:58, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Nook Yamaka
Pervcook
avatar
Messages : 198
Race : Humain âgé de 15 ans
Équipage : Tengoku No Seigi

Feuille de personnage
Niveau:
26/75  (26/75)
Expériences:
99/200  (99/200)
Berrys: 100.000 B

MessageSujet: Re: [FB] Histoire de tireur (PV Element)   Dim 18 Mar - 21:35

Oh un canon !
feat. Element


Nook rechargeait tranquillement le simple pistolet qu’il tenait entre les mains, sa veste sur le dos et son air détendu et concentré focalisé sur la cible la plus haute qu’il avait dessiné dans l’arbre. Une fois son chargeur plein, il visa en tenant l’arme avec une seule main, bras tendu vers l’objectif, le souffle long et la main sûre. Soudain, il relâcha la pression d’un coup en même temps que son doigt appuyait sur la gâchette et que l’arme relâchait une nouvelle fois un bruit de détonation caractéristique. A sa plus grande joie, mais sans réelle surprise alors, la balle prenait très distinctement la direction du cœur de cible et s’apprêtait à s’enfoncer dans l’écorce pourtant…

Lorsqu’il avait tiré, Nook avait clairement perçu une seconde détonation qui ne provenait pas de lui, il avait gardé le regard sur sa balle grâce à son acuité visuelle et la vit donc se faire prendre par une autre balle juste avant l’écorce. Il avait pu voir par où venait ledit projectile mais n’eut pas à remonter la piste bien longtemps avant que son attention se fasse prendre par une voix… de femme ! Il s’empressa alors de regarder dans la direction de cette voix sensuelle aux oreilles du Yamaka pour finalement poser les yeux sur une créature sublime.

- OH !


Difficile de retenir son étonnement et son contentement devant la vue d’une beauté pareille. Une chevelure noire comme l’ébène, des yeux de félins, des traits fins, un physique harmonieux et un air fermé et violent : une brute sexy ! Tout ce qu’il aimait. Enfin, en principe, Nook aimait toutes les femmes sans de réelles distinctions donc si elle avait été d’une douceur impérieuse, blonde et petite ; le résultat aurait été le même. Par contre, petit problème afférant non plus au physique mais au comportement, cette belle jeune femme semblait vouloir en découdre avec le jeunot et vu la balle qu’elle avait tiré juste avant, elle était douée.

Il ne fallait pas donc être spécialement intelligent pour comprendre que le paramecia était particulièrement dans une situation compliquée, autrement appelée « dans la merde ». Nook commença à réfléchir, à peser le pour et le contre d’une telle situation. D’un côté, il s’agissait d’une femme et le cuistot n’aimait pas frapper une femme sans raison réellement fondée. De plus, il avait quand même un peu la trouille de se prendre une légère mais néanmoins cuisante branlée. Enfin, toujours du côté des contres, il y avait le problème majeur en cas de victoire : il abimerait le corps merveilleux de l’inconnue.

De l’autre côté, du côté des pours donc, il y avait le fait que refuser pouvait être synonyme d’une balle dans la tête. Il y avait aussi le fait que le bateau n’était pas loin et que les TnS pourraient accourir en vitesse après le début des combats, il fallait donc faire du bruit. Enfin, et c’était aussi l’argument majeur : Nook se devait, plus que toute autre chose, combler les désirs des femmes et celle-ci voulait être distraite par un duel entre tireurs.

Bon bah, le choix fut fait, il restait plus qu’à espérer que l’inconnue était sympa dans le fond et qu’elle n’essaye pas de l’étriper mais seulement de s’amuser. Il pointa donc son arme vers la belle et tira deux balles : l’une visant la tête et la seconde la jambe gauche. Vu le crash entre balles qu’elle avait causé, il se doutait qu’elle pourrait bloquer le tir vers la tête sans souci, ainsi il l’étonnerait peut-être avec ce tir vers la jambe. Ces deux tirs n’étaient que les amuse-gueules d’un échange de projectiles et le maudit n’hésiterait pas à se servir de son fruit du démon s’il le fallait. Pour l’heure, il allait voir la réaction et faire avec mais il le sentait : elle était forte.

©️ Codé par Kari Crown

Revenir en haut Aller en bas
Element D Emishi
Pirate
avatar
Messages : 75
Race : Humaine
Équipage : TnS

Feuille de personnage
Niveau:
36/75  (36/75)
Expériences:
277/350  (277/350)
Berrys: 29.000 B

MessageSujet: Re: [FB] Histoire de tireur (PV Element)   Mer 21 Mar - 14:56


Putain, mais ça sent la poudre !?

Si les mots peuvent révéler une identité, seul les poings et la poudre peuvent faire parler l'âme.

- OH !

Oh ? C’était là tout le possible des réactions de son quotient émotionnel face à quelqu’un qui le provoque ouvertement pour se battre. La demoiselle baissa légèrement son arme, comme décontenancée, avant de le remettre en jouc en étouffant un rire amusé, bien qu’un peu frustrée. C’était un original, et elle adorait ça. Elle tira une balle simple à ses pieds, attendant une réaction un peu plus violente qu’un OH fortement intéressé. Le jeune homme ne se fit pas prier. Il leva la main devant lui et sans dire plus de mot, il tira en direction d’Element deux coups successifs, dans le but formel de tuer sans l’intention de donner la mort. Etrange ? Pas dans ce monde. Il devait savoir qu’elle serait en mesure d’esquiver ses coups sans fournir trop d’efforts et même si il parvenait à la blesser, bah… La première balle la tuerait surement ! Mais rien n’était si simple. La demoiselle prit une impulsion profonde et puissante sur le sol en soufflant « Soru… » Et passa dans le dos du jeune homme, laissant les balles qu’il venait de tirer s’écraser dans l’arbre derrière son emplacement précédent. Il l’avait finalement fait. Elle pensait qu’il se contenterait d’essayer de calmer les choses en faisant vaguement le mec lourd et séducteur, mais il n’en était rien.

D’ailleurs, elle fut même rassurée de la tournure qu’avaient pris les choses, car dans le cas d’un intéressement vain, il serait passé pour suicidaire, au mieux, sinon pour rien d’autre qu’un incorrigible débile n’ayant pas peur de la mort ! Et en ce monde, ne pas craindre la mort c’est se faire happer par un plus gros poisson que soi, et souvent durant son sommeil. Combien de fois avait-elle donnée la mort par le biais de méthode détournée comme celle-ci pour se sortir de situation compliquées ? Même les plus forts, même le maître de ce monde se doit de craindre la mort, sans pour autant en avoir peur. C’est ainsi que l’on parvient à s’en protéger et s’en prémunir, évitant les imprudences pour que l’ange noir armé de sa faux reste le plus loin possible des habitations et des couches qui sont les siennes. Arrivée dans son dos donc, elle prit le temps de lui parlé.

« J’ai cru que tu allais me décevoir, pendant un instant… Je suis heureuse de constater que tu as décidé de me distraire ! Tâchons de nous amurer ensemble ! Liu Lingying - Phen Chak Sylla»

Finalement, elle prit appuie sur sa jambe en se baissant avant de se redresser violement, projetant son pied libre en direction des cotes de son adversaire d’un instant. Elle hésita un moment, mais décida de ne pas donner à son coup plus d’impact qu’il ne le devait, Nakata avait était parfaitement clair quand il lui avait demandé de ne pas lui faire de mal, tant est bien qu’elle se résigna presque, abaissant sa force. Elle espérait simplement que l’homme en face d’elle ne prendrait pas ça comme une insulte, si tant est qu’il pouvait le remarquer. Un soupir agacé suivit un pincement de lèvre à l’instant ou son pied allait toucher sa cible et elle accompagna son mouvement avec son pompe chargé de bille de caoutchouc dont elle tira les balles sur l’individu. Ça allait être fortement douloureux, mais clairement pas mortel. Elle le savait, elle utilisait ces balles-ci pour s’entraîner et non pour combattre. Il devrait surement s’en rendre compte, c’était un combat biaisé et bridé par un facteur inconnu qu’il ne tarderait pas à découvrir.



(c) AMIANTE



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Nook Yamaka
Pervcook
avatar
Messages : 198
Race : Humain âgé de 15 ans
Équipage : Tengoku No Seigi

Feuille de personnage
Niveau:
26/75  (26/75)
Expériences:
99/200  (99/200)
Berrys: 100.000 B

MessageSujet: Re: [FB] Histoire de tireur (PV Element)   Mer 21 Mar - 23:33

Amie ou Ennemie ?
feat. Element


Alors que ses balles se perdaient dans l’air, le maudit comprit que son adversaire du jour n’était définitivement pas n’importe qui, il avait eu un mal fou à suivre cette course vive qui s’était terminée dans son dos. Pourtant, une telle difficulté ne lui était pas tellement habituelle si l’on considérait ses yeux de pervers entrainé, ce « soru », technique connue, était bien maîtrisé et permettait maintenant à ce canon de dicter les règles du prochain assaut. Dans un premier temps, le Yamaka, qui l’avait pensé tireuse d’élite, ne l’imaginait pas l’engager au corps-à-corps, et pourtant, elle s’y trouvait. Lorsque sa jambe se leva brusquement, la paramecia comprit qu’il n’aurait pas le temps ou le loisir d’utiliser son arme pour bloquer l’assaut, pourtant il ne pouvait pas ne rien faire. Il utilisa sa seconde arme, son second atout comme le faisait manifestement la beauté fatale qui voulait l’expulser au loin.

Au niveau du ventre, le T-Shirt de Nook se mit subitement à gonfler avant de se déchirer sous la tension de la laine créée sous l’habit, alors, la tireuse verrait une masse rosâtre et dense couvrir le corps de son ennemi, et venir accueillir son pied avec plus de douceur pour le cuistot de phénix. En même temps, le laineux ne put que voir ce canon sortir un flingue et viser son corps, un fusil à pompe en plus. Sur le coup, les yeux du voyeur sortirent de leurs orbites. Si son fruit pouvait éventuellement le prémunir d’un coup de feu, et ce n’était même pas certain à son niveau, ce ne serait que dans le cas où l’épaisseur et la condensation de la laine serait à son niveau maximal : une technique qui lui prenait habituellement du temps, beaucoup plus que ce simple gilet moelleux qu’il venait de créer.

Il en fut donc sûr l’espace d’un instant : si elle tirait, elle le tuait, tout simplement. Comment était-ce possible ? Si proche de l’Aldébaran, si proche de ses camarades, si proche de l’accomplissement de ses rêves les plus fous… Non il ne put le permettre. Dans l’urgence, Nook reprit sa génération mais sur l’intégralité de son corps sans exception avant de manipuler la totalité de la masse créée pour la centraliser sur un seul et unique point de son physique encore un peu faiblard : la zone visée par cette folle. Finalement, c’était la jambe qui était visée, il ne mourrait peut-être pas, mais pire : sans sa jambe, comment être assez mobile pour espionner des femmes ! Définitivement, tout cela n’était pas permis.

L’instant suivant, il encaissa le double coup. Tout d’abord, ce pied vif et violent, bien qu’un peu lent aux yeux du jeunot qui pensait la belle plus rapide que ça. Prit dans la peur de se faire tuer, il ne pansa alors pas que cette dernière se retenait, il avait alors bien trop à penser pour préserver sa vie. Plus encore, lorsque le membre de la Emishi entra en contact avec son tapis de laine, il sentit l’intégralité de sa couche protectrice s’enfoncée et venir exercer une pression sèche et détonante au niveau de ses côtes. Alors certes, sa laine avait préservé son corps et avait évité une fracture de la cage thoracique mais elle ne permettait pas d’effacer totalement le coup sur l’organisme de Pervcook qui sentit son souffle se couper d’un coup net et sec avant de se sentir projeter vers l’arrière.

Mais alors que l’addition paraissait déjà plus que salée, le coup de feu visant la cuisse droite de Nook résonna d’un coup étouffé qui aurait étonné le jeune tireur si celui-ci ne venait pas de se faire sonner, et s’il ne préparait son propre coup. Pour le coup, les balles en caoutchouc arrivèrent avec puissance sur l’épaisse couche de laine en armure mais avec un souci majeur pour notre paramecia : il ne l’avait pas assez condensé, il n’avait pas eu le temps. Les projectiles furent donc ralentis et adoucis par la couche protectrice mais réussirent néanmoins à se frayer un chemin jusqu’à la cuisse, l’impact fut plus que douloureux mais Nook ne lâcha pas le moindre cri. Il ne pouvait céder à la douleur mais devait garder un sang-froid exemplaire pour contre-attaquer immédiatement.

Il commençait à connaitre son corps et ses réactions face aux blessures d’entrainement, il savait donc qu’avec les deux coups qu’il avait pris si rapidement, le reste de l’affrontement serait extrêmement tendu, pour ne pas dire perdu d’avance. Aussi, il ne pouvait laisser la belle à chevelure d’ébène sans tenter la moindre répondre. Alors, les yeux grands ouverts au cours de la projection vers l’arrière, le cuistot leva son bras déjà relevé par le mouvement de lancer, par réflexe, et une fois la beauté dans sa ligne de mire, il appuya une seule et unique fois sur la détente. Il espérait que le mouvement double initié par Elément ne lui permettrait pas de reprendre sa position d’esquive trop rapidement et ainsi, de ne pouvoir esquiver pleinement la balle qui partait vers elle.

Si le jeunot aurait aimé viser une zone plus centrée du corps ennemi, ma douleur, la projection et l’anxiété ne lui permirent que de viser à « la va-vite », la balle fusa donc en direction du haut de la hanche gauche de la tireuse d’élite. Si elle touchait, elle ne ferait qu’entrée pour immédiatement ressortir sans faire de dégâts monstrueux. Elle arracherait juste une belle douleur à l’expérimentée.

Pour le reste, en plein air, Nook garda le calme qu’il avait affiché au moment de son tir, se rappelant des leçons de son instructeur, Damon. La vigie lui avait dit des dizaines de fois que la concentration devait être perpétuelle dans un combat ouvert, même s’il fallait faire des sacrifices, il fallait garder une concentration totale. Donc, à peine avait-il tiré, que Pervcook lâcha son arme, qui vola sur le côté de la zone d’affrontement, et replia les bras devant lui en créant un maximum de laine par la paume des mains. La laine viendrait l’enveloppé pour réduire le choc au sol qui arriva quelques secondes après.

Nook roula au sol dans son carcan de laine en lâchant enfin un râle de douleur : le choc au sol, le coup de pied et les balles sur la cuisse : il fit un forfait complet dans ce cri de rage douloureuse. Essayant alors de se redresser, il remarqua tout simplement que sa cuisse ne le portait plus, la moindre contraction lui arrachant une souffrance bien trop grande. Il ramena donc sa jambe valide devant lui à « demi-genoux », se débarrassa de sa couche de laine en la laissant glisser au sol, se mit en position de tir fixe et sortit alors une seconde arme de sa ceinture, visible depuis que son T-Shirt avant implosé dévoilant son torse ciselé par son entrainement. En jouc, la belle l’était, blessée ou pas par le premier tir, mais le Yamaka se retint d’appuyer sur la détente pour laisser place au dialogue. Enfin, à un simili de dialogue.

- Mais bordel ! T’es qui toi ? Tu viens, tu me defies, tu me défonces en jouant avec des balles factices ; t’es quoi ? Amie ou Ennemie ?


Habituellement gros loveur avec les femmes aussi bien dans les gestes que dans la parole, ici il dut se mettre à nu, tout simplement. Il ne comprenait pas, n’en revenait pas et ne savait finalement pas s’il devait la cribler de balle ou la remercier de ne pas avoir usé de balles réelles. Tout ça se résumait en une question : Amie ou Ennemie ?

©️ Codé par Kari Crown

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: [FB] Histoire de tireur (PV Element)   

Revenir en haut Aller en bas
 

[FB] Histoire de tireur (PV Element)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Pour en savoir plus sur l'histoire de Wolf Element
» Pages d'histoire des hommes et des femmes d'Haiti et leurs épisodes
» Page d'histoire: Tiresias Augustin Simon Sam, president.
» Une petite histoire ... pour se remonter le moral !
» « Mais j'trouve pas de refrain à notre histoire... »

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
One Piece Seken :: Le monde de One Piece :: Grand Line :: Archipel Shabaody-