Partagez | 
 

 Ottavi D. Attila [U.C]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Ottavi D. Attila

avatar
Messages : 2
Race : Humain
Équipage : None

Feuille de personnage
Niveau:
0/0  (0/0)
Expériences:
0/0  (0/0)
Berrys: 0 B

MessageSujet: Ottavi D. Attila [U.C]   Jeu 1 Mar - 18:55

© Arrogant Mischief sur Never Utopia
OTTAVI D. ATTILA

   « L'argent, ça démolit l'cœur ; quand ça manque, ça démolit l'cul »


   


۞ NOM : Ottavi D.
   ۞ PRÉNOM(S) : Attila
   ۞ AGE : 22 ans
   ۞ SEXE : Masculin
   ۞ RACE : Humaine
   ۞ LIEU DE NAISSANCE : Une île paumée de South-Blue
   ۞ CAMP : Pirate
   ۞ MÉTIER : Entrepreneur... si on veut.
   ۞ FDD | ARME : Shio Shio No Mi - Fruit du sel
   ۞ ÉQUIPAGE : None
   ۞ BUTS | RÊVES : Marquer l'Histoire puis passer à autre chose.

PHYSIQUE
Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Etiam accumsan pharetra nisi et vestibulum. Suspendisse volutpat consectetur libero. Duis euismod luctus neque. Aliquam fringilla massa justo. Praesent turpis mauris, volutpat nec maximus at, aliquet ut dui. Nullam rutrum condimentum rutrum. Pellentesque ex metus, porttitor sed quam a, aliquet euismod est. Sed eu leo eget enim condimentum cursus. Vivamus lobortis scelerisque porttitor. Proin rutrum porta nunc vel commodo. Pellentesque vitae sagittis lorem, vitae dapibus arcu. Ut bibendum mi consectetur purus placerat, dictum commodo orci condimentum. Aliquam elementum nulla in augue varius, eu cursus nisi suscipit. Phasellus ac dolor at nulla maximus dapibus ut eget orci. Aenean vulputate malesuada aliquam. Orci varius natoque penatibus et magnis dis parturient montes, nascetur ridiculus mus.

Pellentesque dapibus eros diam, efficitur imperdiet neque gravida non. Donec non eros eget neque imperdiet finibus ac nec lectus. Donec feugiat, lorem vel congue porta, augue lorem sodales enim, bibendum ultrices est odio quis lorem. Nulla ultrices sollicitudin ullamcorper. Praesent facilisis, ipsum et laoreet commodo, nisi risus semper enim, eu pulvinar nunc nisi sed leo. Nunc lobortis laoreet suscipit. Maecenas justo purus, interdum vitae elit vitae, varius commodo dolor. Maecenas non efficitur tellus, quis sagittis nunc. Suspendisse semper tempus nunc, in fringilla turpis congue a. Ut a vulputate orci. In rhoncus massa ac ante imperdiet malesuada. Duis tristique venenatis tellus, vel mattis ex tincidunt et. Aenean posuere dui a enim hendrerit tristique. Mauris nunc massa, aliquet cursus placerat a, rhoncus et risus.

Integer id aliquet ipsum. Fusce dignissim euismod turpis et sollicitudin. Vestibulum nec mollis neque. Nam vel blandit risus, ac sagittis tellus. Duis nulla orci, pellentesque eget volutpat at, feugiat et quam. Pellentesque orci sem, venenatis vitae sodales at, cursus a quam. Proin fringilla sapien id tristique cursus. Aenean consectetur condimentum dapibus. Nam eu lorem eget est consequat lacinia ac ac arcu. Maecenas at fringilla justo. Nullam nisi mauris, elementum at tortor sit amet, vestibulum varius metus.

Praesent congue mattis condimentum. Aenean pretium, mi id imperdiet molestie, nisl metus suscipit arcu, nec efficitur quam nunc nec ipsum. Nullam at turpis sit amet lorem condimentum dictum at eget mi. In hac habitasse platea dictumst. Duis commodo faucibus massa in fringilla. Duis at quam sed justo lacinia placerat. Quisque varius ex mi, ac bibendum metus tempus at. Nulla quis velit tortor. Vestibulum semper non tellus id sollicitudin.

Nam faucibus quis tellus sit amet malesuada. Phasellus malesuada est et fringilla molestie. Nulla porttitor nisl justo, vel maximus lorem euismod in. Curabitur laoreet nec metus et venenatis. Aliquam imperdiet erat et arcu volutpat, eget viverra erat semper. Praesent tempus neque at est bibendum bibendum. Suspendisse nibh nisi, porttitor in sodales nec, cursus eu leo. Etiam quis vehicula ipsum. Nulla dapibus nec magna ac dapibus.


PSYCHÉ
Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Etiam accumsan pharetra nisi et vestibulum. Suspendisse volutpat consectetur libero. Duis euismod luctus neque. Aliquam fringilla massa justo. Praesent turpis mauris, volutpat nec maximus at, aliquet ut dui. Nullam rutrum condimentum rutrum. Pellentesque ex metus, porttitor sed quam a, aliquet euismod est. Sed eu leo eget enim condimentum cursus. Vivamus lobortis scelerisque porttitor. Proin rutrum porta nunc vel commodo. Pellentesque vitae sagittis lorem, vitae dapibus arcu. Ut bibendum mi consectetur purus placerat, dictum commodo orci condimentum. Aliquam elementum nulla in augue varius, eu cursus nisi suscipit. Phasellus ac dolor at nulla maximus dapibus ut eget orci. Aenean vulputate malesuada aliquam. Orci varius natoque penatibus et magnis dis parturient montes, nascetur ridiculus mus.

Pellentesque dapibus eros diam, efficitur imperdiet neque gravida non. Donec non eros eget neque imperdiet finibus ac nec lectus. Donec feugiat, lorem vel congue porta, augue lorem sodales enim, bibendum ultrices est odio quis lorem. Nulla ultrices sollicitudin ullamcorper. Praesent facilisis, ipsum et laoreet commodo, nisi risus semper enim, eu pulvinar nunc nisi sed leo. Nunc lobortis laoreet suscipit. Maecenas justo purus, interdum vitae elit vitae, varius commodo dolor. Maecenas non efficitur tellus, quis sagittis nunc. Suspendisse semper tempus nunc, in fringilla turpis congue a. Ut a vulputate orci. In rhoncus massa ac ante imperdiet malesuada. Duis tristique venenatis tellus, vel mattis ex tincidunt et. Aenean posuere dui a enim hendrerit tristique. Mauris nunc massa, aliquet cursus placerat a, rhoncus et risus.

Integer id aliquet ipsum. Fusce dignissim euismod turpis et sollicitudin. Vestibulum nec mollis neque. Nam vel blandit risus, ac sagittis tellus. Duis nulla orci, pellentesque eget volutpat at, feugiat et quam. Pellentesque orci sem, venenatis vitae sodales at, cursus a quam. Proin fringilla sapien id tristique cursus. Aenean consectetur condimentum dapibus. Nam eu lorem eget est consequat lacinia ac ac arcu. Maecenas at fringilla justo. Nullam nisi mauris, elementum at tortor sit amet, vestibulum varius metus.

Praesent congue mattis condimentum. Aenean pretium, mi id imperdiet molestie, nisl metus suscipit arcu, nec efficitur quam nunc nec ipsum. Nullam at turpis sit amet lorem condimentum dictum at eget mi. In hac habitasse platea dictumst. Duis commodo faucibus massa in fringilla. Duis at quam sed justo lacinia placerat. Quisque varius ex mi, ac bibendum metus tempus at. Nulla quis velit tortor. Vestibulum semper non tellus id sollicitudin.

Nam faucibus quis tellus sit amet malesuada. Phasellus malesuada est et fringilla molestie. Nulla porttitor nisl justo, vel maximus lorem euismod in. Curabitur laoreet nec metus et venenatis. Aliquam imperdiet erat et arcu volutpat, eget viverra erat semper. Praesent tempus neque at est bibendum bibendum. Suspendisse nibh nisi, porttitor in sodales nec, cursus eu leo. Etiam quis vehicula ipsum. Nulla dapibus nec magna ac dapibus.


   


Dernière édition par Ottavi D. Attila le Lun 11 Juin - 9:10, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Ottavi D. Attila

avatar
Messages : 2
Race : Humain
Équipage : None

Feuille de personnage
Niveau:
0/0  (0/0)
Expériences:
0/0  (0/0)
Berrys: 0 B

MessageSujet: Re: Ottavi D. Attila [U.C]   Sam 3 Mar - 18:46

© Arrogant Mischief sur Never Utopia

Tequila Wolf – East Blue
Quelques heures plus tôt...


Il marchait, encore et toujours, sur ce putain de pont cramé par le Soleil pour surveiller les péquenauds travaillant sur le périmètre qu'on avait assigné à lui, Brian Téou. Le marine en avait ras-le-bol ce jour là, comme tous les jours en fait, et ce n'était que le début de l'après-midi. Sur cet immense chantier, cette prison à ciel ouvert, sa seule tâche consistait à faire des allers-retours entre les rangées de prisonniers enchaînés les uns aux autres pour s'assurer qu'ils travaillaient dur et efficacement. C'était pénible, c'était chiant, autant pour eux que pour lui, ça, Brian le savait. Mais du ressenti des autres, notre petit marine grassouillet s'en tapait royalement.

-Fais soif, soupira-t-il au détour d'un énième virage.

La mouette sortit donc sa petite gourde de l'arrière de son pantalon pour se désaltérer sans aucune gêne à la vue de tous. Et si les regards noirs et grondements se firent abondants, personne n'osa réellement se plaindre. Après tout, ici, Brian avait sa petite réputation : si vous le faisiez chier il vous tannerait lui-même la peau à coup de fouet, et ce n'était pas le Pacifista à l'autre bout du pont qui allait l'en empêcher.  Aussi, le Téou put reprendre le cours de sa sempiternelle marche en se délectant du spectacle que la météo lui offrait : des corps usés par l'effort, asséchés par un Soleil ardent et brutal, et parfois encore marqués au cuir qu'il se trimbalait constamment dans sa main gauche. Quant au vent, celui-ci aspirait plus qu'il ne soufflait : il vous retirait la moindre trace d'eau en vous sans retour aucun, si ce n'était, de temps à autres, un moustique crevé. Autant dire que la condition physique de ces mécréants n'était pas pour déplaire au petit homme compact.

-Arrête de geindre et fais passer ce putain de caillou ! entendit subitement Brian.

Soudain, un pavé apparut dans le champ de vision du Téou. Le bloc de pierre fut, pour une raison qu'il devinait, projeté dans la mer. Son visage se froissa alors, sa poigne se resserra autour de son fouet, puis il se mit à trottiner jusqu'à la source du problème.

-Il se passe quoi ici ? balança-t-il en arrivant sur place, le souffle presque coupé.

Le garde se redressa quelque peu pour se figer devant le colosse se trouvant juste en face de lui. Un homme-bête de forte constitution qui devait au moins faire le double de sa taille. Cette sous-race restait plantée là, ignorant sa présence, à visiblement fixer un autre gars. Les poings de la mouette se crispèrent tandis que la colère le dévisageait. Prenant une grande inspiration pour gueuler de plus belle, le marine se figea une nouvelle fois : une voix cristalline fit vibrer ses tympans.

-Espèce de... baisse les yeux et à genoux avant que j'te bute !

Les yeux du Téou roulèrent sur l'imposante silhouette du prisonnier qu'il venait d'interpeller. Un éclat blanc vint alors frapper sa rétine quand le garde découvrit celui sur lequel l'attention du premier était focalisée. Portant sa main en visière, la mouette découvrit un jeune homme au torse dénudé, sur lequel la lumière s'abattait de sorte à le faire briller comme une flamme blanche. Ce gaillard à la chevelure bicolore restait planté devant le colosse, il le matait avec haine. Des tintements métalliques vinrent alors ponctuer la scène, les bracelets qui cernaient ses poignets blessés s'entrechoquaient tant ses bras tremblotaient. Sa rage semblait si grande qu'on aurait pu la saisir à deux mains.

-Toi ! Arrê...
-J'ai déjà les yeux baissés, nabot. -rétorqua l'autre en coupant Brian.

Sans plus attendre, le pied du détenu partit en direction du torse de celui qui venait de l'insulter. Pour sûr qu'il allait le crever, tout comme il comptait crever le groupe d'idiots de l'autre rangée qu'il lorgnait en lançant son attaque. Celle-ci ne toucha cependant pas son but : les lumières s'éteignirent bien avant, quand le fouet de Brian vint percuter la tempe du mécréant.



Paradise Island – South Blue
Mars 1490


-Prend toi ça Charon : EX-PLO-SO-... Fiouuuuuuuuu... ESPÈCE DE...Fiouuu... NAAAN... PUNCH ! BOUUUUUUM !

Charon vint sèchement percuter la baie vitrée tant l'offensive du terrible Tenryon fut puissante. Alors un rire enfantin assiégea l'immense pièce, celle-là était très haute de plafond en plus d'être grande en superficie : tout ça pour donner un impressionnant volume dans lequel on pouvait apercevoir un jacuzzi creusé dans le sol, constamment illuminé par des spots qui éclairaient son fond boisé, ainsi qu'une mezzanine. Au bord de cette derrière, accoudée à la rambarde, une jeune femme observait froidement la petite silhouette trônant au beau milieu d'une masse de figurines amochées sinon cassées. La belle brune, une certaine Agnès, porta l'escargophone qu'elle avait tendu en contrebas à ses lèvres.

-Comme vous pouvez l'entendre, il est en pleine forme.

Elle entendit la réponse de son interlocutrice puis opina mécaniquement du chef avant de se diriger vers l'escalier en colimaçon. Ses talons annoncèrent son arrivée au bonhomme à qui était dédiée cette suite bien trop grande pour un si petit être, et pourtant souvent trop étroite pour contenir ses plus basses humeurs. Lorsqu'Agnès fut sur le point de pénétrer le cercle de figurines maltraitées dans lequel était inscrit l'enfant, elle retint son pied en hauteur : le gamin, aux épaules recouvertes par une fourrure verdâtre, s'était retourné brusquement pour la mater du regard. La nourrice posa son pied en retrait pour ensuite se pencher  vers lui.

-Maman veut te parler, Atti. lança-t-elle d'un ton enjoué.
-Agnès ! brailla-t-il, tout extasié par sa séance de jeu. Il m'en faut d'autres, elles sont toutes cassées !
-Toutes ?

Un gargouillement retentit alors, les yeux de l'Ottavi D. se dilatèrent à vue d'oeil. Il se leva d'un saut  pour s'avancer vers Agnès, écrasant le moindre jouet se trouvant sur son chemin. Une fois à hauteur de sa nourrice, Attila vint tirer le bas de son t-shirt tout en plongeant son regard avide dans le sien.

-J'ai faiiiiiim, y'a quoi à manger ?
-Rien pour le moment, mais si tu veux on peut demander au chef Gaïl de te concocter un casse-croûte.
-Un festin ! Oui, Salti va m'péparer un festin, pas vrai Agnès ?

Les pommettes et lèvres de la brunette frémirent subrepticement. Une déglutition plus tard, elle s'abaissa au niveau du capricieux, un sourire faussé sur les lèvres.

-Bien sûr !

Les deux personnes se rendirent alors, l'une tenant l'autre par la main, à la cuisine ultramoderne de l'hôtel pour y trouver le fameux Salti Gaïl. Dès qu'il le vit, Attila se défit de l'emprise de sa nourrice pour accourir jusqu'au cuistot.

-Salti ! Salti ! J'veux manger !

Le Den-den mushi s'endormit enfin après avoir filtré un rire féminin.



-Excusez moi, gloussa la créatrice, où en étions ?
-Si les retours concernant votre précédente collection vous ont orienté lors de la conception de celle à paraître ce prochain été.
-Ah, oui ! Et bien...

« Ottavi D. Luna, la fée de la mode. Une personne dont la success story avait été relatée par l'ensemble de la presse de South Blue. L'histoire d'une femme qui sut faire son bonhomme de chemin jusqu'au sommet du domaine de la mode. Une parfaite inconnue qui débarqua du jour au lendemain, avec son lot de créations fantaisistes,  pour s'accaparer l'attention des plus grands créateurs. Nombreux journalistes s'étaient intéressés à son parcours afin de pondre le meilleur papier, ils eurent tous la même réponse. D'un milieu très précaire sur East Blue, sans grande précision dans les interviews, jusqu'ici sur Trader, dans les hautes sphères du commerce. A l'époque la créatrice subvenait à ses besoins par le biais d'un grand nombre de petits jobs, à côté de ça elle continuait de réaliser ses croquis, mettre en image ce qu'elle avait en tête. Puis, lorsque son enfant naquit, voyant que la précarité de sa situation ne lui permettrait pas de survivre, Luna se lança malgré le fait qu'elle n'était pas satisfaite de ses dessins.

Au final le succès lui sourit !

Et maintenant, nous la retrouvons pour sa neuvième collection sobrement nommée “ Roses d'été ”. Elle a décidé, pour cette saison, de créer des vêtements richement brodés avec des roses et des abeilles. Elle a également prévu un motif exclusivement floral, sans insecte cette fois-ci, inspiré d'une vielle tapisserie provenant du royaume d'Alabasta. Une chose est sûre, même sans les abeilles, les regards seront tout aussi bourdonnants quant à cette si attendue collection mêlant encore une fois féminité à romance.

Luna nous fait aussi part de son questionnement quant aux retours qu'elle a pu avoir de ses précédentes collections. La question de la sobriété avait été soulevée par beaucoup de ses fans ne pouvant guère porter des vêtements aussi riches toute l'année. Aussi, l'idée de pièce aux détails plus modestes traversa l'esprit de la créatrice. Une robe n'aurait alors arboré que quelques fleurs à l'encolure plutôt qu'un corsage parsemé de roses brodées. “ Ça ne me convenait pas ”  rebondit-elle, ses créations étant un “ simple moyen de cristalliser dans la réalité ”  les innombrables idées germant dans sa tête. »

-La fée de la mode, hein ? C'est médiocre, tant sur la forme que sur le fond. Ton adoration pour cette femme exsude au travers de ce simili article mal organisé, c'est mauvais. Puis il y a pas mal de répétitions et de longueurs, c'est ennuyant je trouve. En l'état tu comprendras que je ne peux toujours pas te publier. Mais qui sait... tu as un certain potentiel.

Filipo Etchobezko, rédacteur en chef du T.T.T, The Trader Times, balança ces mots à l'adolescent lui faisant face tout en laissant choir le papier dans une des nombreuses assiettes, à moitié remplies, ornant son bureau.

-Sinon, sais-tu quand ta mère avait prévu de revenir de l'enquête qu'elle mène sur Kawaii Kazan Shima ? J'aurais besoin d'elle... pour un article.

Et il lui resservit le discours habituel.


ⅠⅠ



Paradise Island – South Blue
Octobre 1493

Le garnement venait à peine de poser le pied dans la cuisine qu'il se mit à brailler son humeur au chef Gaïl. Celui-ci, finissant de nouer son tablier à sa taille, se tourna avec surprise vers l'enfant accompagné de sa patiente nourrice. Encore une fois il lui fit le même coup. Celui de se pointer à neuf heures, l'estomac grondant sa faim. Le cuistot se saisit alors de sa toque tout en s'approchant d'Attila, une fois à sa hauteur il la positionna au sommet de son crâne : bientôt il devrait se mettre au travail, alors qu'il venait juste d'arriver, comme souvent avec ce gamin.

-Je vois ça mon petit gars, qu'est-ce que je te fais aujourd'hui ? finit-il par répondre en se courbant vers l'enfant, mains posées sur les hanches.
-Hmm... du porc ! Non ! Du poulet, oui du pou... le petit être s'interrompit un instant, portant son index sur sa lèvre inférieur. Après un court moment de réflexion, il s'écria finalement : les deux !
-C'est qu'il a faim le bougre, Agnès se posta dans le dos d'Attila en posant sa paume contre l'arrière de son crâne. Et on dit quoi au gentil chef ?
-Hmm... avec des frites, tout plein de frites ! beugla-t-il le ventre frémissant.

Dès que son dernier mot fut prononcé, le chef étoilé se releva en acquiesçant dans un rire nerveux. Cependant, il demanda à son bourreau du matin de patienter le temps de préparer correctement ses ustensiles pour enfin débuter la préparation de son repas. Cette annonce ne manqua pas de décevoir Attila, attendre n'était pas son grand fort, aussi Agnès, toujours aussi exaspérée, lui proposa de sortir s'aérer le temps qu'on lui prépare son festin du matin. Quoiqu'il en était, le désir du môme avait encore une fois été entendu et bientôt il aurait de quoi se remplir la panse.

Un petit jardin intérieur dédié aux enfants accueillit ainsi la nourrice et le petit fléau qu'était Attila. Il pesta dès que son pied foula l'herbe, ici il n'avait pas grand-chose à faire, surtout sans ses figurines. De toute façon celles-là étaient trop usées pour lui. Il lui en fallait des nouvelles, ça faisait deux jours qu'il en avait réclamées mais rien ne lui était parvenu. Deux jours, c'était long, inhabituellement long. Agnès lui avait déjà dit que le magasin était probablement en rupture de stock, qu'était-ce cette sombre connerie ? Il voulait juste jouer lui... le plus rapidement possible. Remarquant le mécontentement du gamin, la jeune femme lui proposa de se rendre au bac à sable là où il aurait de quoi s'amuser en attendant que Salti lui prépare son repas. L'Ottavi D. accepta d'un soupir et se laissa traîner par la main de la brune. Une fois là-bas, face à l'étendue de sable jonché de toboggans et de toiles à grimper, une sonnerie retentit. Agnès extirpa un escargophone criant de son jean avant de décrocher. Elle invita alors Attila, d'une tape dans le dos, à faire le tour des petites attractions et éventuellement réaliser quelques constructions dans le sable.

-Tu peux préparer toute une arène pour accueillir tes figurines lorsqu'elles viendront. Qu'est-ce que t'en dis ? C'est une bonne idée non ? Haha ! essaya-t-elle maladroitement avant de tourner les talons. Madame ?

Délaissé et condamné à une longue attente, ce fut un Atti' grimaçant qui marqua le bac à sable de ses traces de pas. Il en fit le tour bien assez rapidement, zieutant d'un regard éteint les diverses attractions dans lesquelles il ne trouvait aucun intérêt. Lui qui autrefois adorait gravir les divers filets mis à disposition ici s'était lassé avec le temps. Le gamin, sa fétiche fourrure verte toujours posée sur les épaules, traîna avec ennui dans l'espace délimité par de petites barrières écarlates. Au bout de plusieurs minutes, un bruit vint alors cueillir son attention. Il s'agissait d'un rire enfantin. Dès lors, les pupilles du petit fléau retrouvèrent un éclat candide, il fendit l'endroit d'une marche déterminée pour finalement atteindre l'origine du bruit. Un gamin bien moins âgé que lui s'attelait, armé de sa pelle et de seaux de formes différentes, à construire un château de sable plutôt conséquent assisté par ce qui semblait être son paternel. Ce château en imposait, il devait faire un demi-mètre de haut. Il n'en fallut pas plus pour que la lueur de la convoitise virevolte dans les yeux d'Attila. Les paroles d'Agnès résonnèrent alors dans son étroite caboche, oui c'était parfait.

-Dites , lança-t-il après s'être avancé à hauteur du duo, je peux avoir le château pour mes figurines ?
-Comment ? répondit gravement l'adulte.
-Ce château... bava le capricieux en tendant sa main vers l'objet de son désir, il est cool... je le veux !

Le bambin, surpris, s'interrompit dans son mouvement pour découvrir le faciès du nouvel arrivant. Ses petits yeux roulèrent sur le  visage d'Attila, celui-ci était sciée par un rictus démoniaque qui traduisait les intentions du garnement. Puis ce regard sévère et avide lui faisait peur. Aussi le petit "o" formé par les fines lèvres du gamin se froissa bien rapidement avant de se dilater complètement. Les larmes se mirent enfin à dégouliner dans un cri cristallin.

-Papa i' fait peu' le grand !
-Oh Timmy, ne t'en fais pas hein ? Il ne fera rien à ton beau château, papa est là pour toi. Aller viens dans mes bras.
Une fois la tête de Timmy logée contre la poitrine de son papounet, ce dernier ne manqua pas de laisser dégouliner un regard teinté de haine sur la silhouette du fléau. Ecoute gamin, tu ferais mieux de retourner auprès de ta baby-sitter et de ne plus t'approcher de Timmy, tu m'as bien compris ?

Cela faisait plus de sept ans qu'Attila vivait ici, pour sûr qu'il avait sa petite réputation dans le coin. Il ne fallut au père du bambin qu'un simple coup d'oeil et quelques mots prononcés de la part de son interlocuteur pour savoir à qui il avait affaire. Le gamin pourri jusqu'à la moelle par la gâterie.

-Me suis-je bien fait entendre ? Surenchérit l'adulte en constatant l'absence de réaction du môme.

Le visage d'Atti changea du tout au tout, ses lèvres se cousirent, courbure devint ligne, puis il se figea dans une expression que seul Agnès lui connaissait. Celle du déni. Alors, le talon du petit bonhomme s'éleva dans les airs avant de brusquement se plonger au milieu d'un petit cratère de sable. Il avait débuté sa marche, ses pupilles vides fixées sur la construction enfantine.

-Si. Je. Ne. Peux. Avoir. Ce. Château. Perso...
-Atti' !  Une main vint saisir l'un des poings crispés du gamin. Ton repas est prêt, Salti te conseille de vite venir sinon il va refroidir.

L'enfant cessa subitement son avancé avant de lentement tourner sa tête vers Agnès qui venait de l'interrompre. Il la mata un instant, comme il en avait l'habitude, puis sa bouche s'ouvrit en grand. Alors la pression retomba d'un coup et la terreur des bacs à sable se laissa guider jusqu'à son festin, objet de son premier caprice de la journée.

Une fois face à ce dernier, la jeune femme laissa le garnement dévorer son repas bien garni pour s'afférer à d'autres tâches. Elle demanda, afin de ne pas laisser seul le fléau, à l'un des divers majordome de le surveiller. La personne à qui on attribuait cette tâche fut bien surprise, qu'Agnès laisse seul Attila un si grand nombre de fois durant cette semaine l'interpellait. Il avait bien raison, quelque chose d'anormal se tramait et lui comme le principal concerné ne tardèrent pas à le découvrir lorsque le majordome raccompagna, à sa demande, le petit fléau chez lui. Tous deux tombèrent sur une Agnès qui se battait pour fourrer nombre d'affaires au sein d'une énième valise jonchant la salle de séjour.

-Agnès ? Qu'est-ce que tu fais ?  Lança le plus jeune d'une voix trahissant son incompréhension.
-Tu vas retourner auprès de maman, Atti'. Elle...  bafouilla-t-elle en écrasant un bagage de tout son poids afin de le fermer ...souhaite te voir plus souvent.
-Mais on l'a déjà vue cinq fois ce mois, c'est bon non ?

La nourrice se releva finalement, puis quémanda l'assistance du majordome d'un simple regard. Celui-ci ne tarda à se mettre en action pour rassembler tous les bagages tandis que la belle brune se posta en face d'Attila. Alors elle s'abaissa et posa ses mains sur les épaules du gamin.

-Tu vas aller vivre sur Trader auprès de maman. On embarque en fin de matinée.
-N... non ! Je veux rester ici moi !
-Ce n'est pas de ton ressort, Atti'.
-J'ai dit  non ! On partira pas d'ici ! Défais mes valises, aller !

Ce fut au tour du faciès d'Agnès de se froisser. Elle avait fini par perdre patience, elle aussi. La femme se redressa d'un coup puis se dirigea vers la grande porte en prenant la parole d'un ton glacial qu'Attila n'avait jusqu'alors jamais entendu.

-C'est déjà décidé, on part bientôt.

Alors les petites phalanges du capricieux vinrent étreindre le poignet d'Agnès. Elle s'arrêta, lui demanda de la lâcher pour qu'elle puisse finaliser les préparatifs de leur départ. L'emprise du fléau se resserra, alors la jeune femme commença à mouvoir son bras dans tous les sens pour s'en défaire.

Mais il ne voulut pas lâcher prise. Ses petits ongles vinrent enfin se planter dans la chair de la nourrice et le sang se mit à poindre au niveau de ses doigts.

-Lâche-moi ! Gronda-t-elle en se débattant. Tu me fais mal !
-J'ai dit non !

Le majordome se rua alors sur lui pour le séparer de sa baby-sitter. Alors Attila serait tenu à l'écart de toute autre personne durant la matinée, puis conduit contre son gré dans le navire qui le mènerait à Trader. Cela ne manqua pas de nourrir une colère noire à l'encontre de tous ceux qui s'opposaient à lui.

C'était la première fois qu'il avait, emporté par ses caprices, blessé quelqu'un.

Ce ne serait pas la dernière.


ⅠⅠⅠ



Royaume de Trader– South Blue
Décembre 1493

-Piouuuu...

A peine avaient-elles été sorties de leur boîte que les deux figurines à l'effigie de deux nouveaux supernovas rentrèrent brutalement en contact. Encore et encore, jusqu'à ce que l'un des forbans, Edouardo Lorenzo, perdit malencontreusement son bras lors d'un violent choc. Dès qu'il fut-il démembré, le pirate se fit balancer sans plus de considération contre un mur criblé de petites marques. Le corps de Lorenzo éclata alors au contact de la surface boisée, puis les divers fragments vinrent rejoindre toute une pile de morceaux de sculptures miniatures brisées.

-Ah...

La main droite d'Attila s'était posée derrière lui, là où il conservait les cartons des jouets que sa mère lui avait commandés à sa demande. Il fut étonné de tomber sur une boîte vide, aussi il délaissa la reproduction du supernova restant pour se tourner vers l'empilement d'emballages. Après un moment à farfouiller, il constata que tous étaient vides.

-Agnès... -souffla-t-il par coutume

Il n'eut qu'un long silence pour seule réponse. Cela ne manqua pas de le contrarier un peu plus, aussi il brisa lui-même le survivant avant de se relever. Sa routine recommençait, il se dirigea, traînant des pieds, vers la porte de sa nouvelle chambre bien trop petite à son goût. Cela faisait un mois qu'Attila avait débarqué chez sa mère et tout autant de temps qu'il n'avait pas revu sa nourrice. Lorsqu'il arriva, Luna, sa maman, libéra sa chambre pour qu'elle puisse accueillir son rejeton.  Quand il découvrit son nouveau chez lui et l'absence de celle qui jusqu'alors exécutait sans broncher le moindre de ses caprices, l'enfant se mit à bouder. Il se terra ainsi dans une boucle qui se répétait constamment, chaque itération nourrissant un peu plus son impatience.

-...les brider encore plus ?
-Oui, vaut mieux vendre à perte que de ne...

Alors la porte du bureau s'ouvrit, laissant jaillir un petit démon criard. Il découvrit ainsi un bonhomme qu'il n'avait jamais vu auparavant, un colosse de deux mètres de haut dont la calvitie et les lunettes rectangulaires ne lui inspiraient que dégoût. Ce type semblait constituer un mur entre lui et sa maman, aussi Attila fit quelque pas sur le côté avant de se pencher pour découvrir la face figée de sa mère. Quand ses mirettes croisèrent les siennes, le visage de Luna vint étrangement s'illuminer à la vue de cette petite bouille capricieuse.

-Oui mon bébé, maman va s'occuper de te commander de nouvelles figurines. Mais avant maman doit finir sa discussion avec Ted -ses yeux perdirent enfin de leur éclat en se posant à nouveau sur le nommé - En attendant tu peux me faire ta petite liste, il doit y avoir un catalogue en bas, maman l'avait zieuté ce matin. Ça te va, chou ?


Revenir en haut Aller en bas
 

Ottavi D. Attila [U.C]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» ET LA VERITE SORT DU PUIT/SOU MENSONGE DANS GNB CONTRE ATTILA
» Inscription d\'Attila Ebdartàn
» L' armée d' orks d' Attila (WIP)
» Je suis un menteur et je m'autopunis !!! [Attila]
» !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!! TOTAL WAR ATTILA !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
One Piece Seken :: Préface - Les Bases :: Personnage :: Présentations-