Partagez | 
 

 Prune-chan. [U.C]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Prune Stanfield

avatar
Messages : 1
Race : Humaine
Équipage : Aucun

MessageSujet: Prune-chan. [U.C]   Jeu 1 Mar - 0:03


Prune Stanfield





  • Nom : Stanfield.
  • Prénom : Prune.
  • Surnom : Aucun en particulier.
  • Âge : Dix-huit ans.
  • Sexe : F.
  • Race : Humaine.
  • Lieu de naissance : Chunktown, North Blue.
  • Camp : Civile.
  • Métier : Médecin en herbe.
  • FDD / Arme : Jiki Jiki no Mi - Paramécia du Magnétisme.
  • Équipage : Aucun en particulier.
  • Buts / Rêves : Démocratiser les soins pour tous. Parvenir à s'affirmer.




Ma belle enfant…

« Prune ressemble beaucoup à sa mère. Où que soit ma tendre Alice, elle doit être si fière de voir comment notre fille a grandi. Elles ont beaucoup en commun, en réalité. Même si notre petite n’a pas le même tempérament que feu ma femme, il n’en reste pas moins qu’elle est son portrait craché dès que l’on en vient au sujet du physique. De l’extérieur, elle ne semble pas capable de faire de mal à une mouche, et ça la représente bien : vous savez, elle fait partie de ces gens à qui on donnerait le bon dieu sans confession ! À dire vrai, je ne vois même pas ce qui pourrait faire douter quiconque la concernant… jusqu’à quel point faut-il être tombé dans les abysses du doute et de la suspicion pour traiter une fille comme ma petite Prune avec méfiance ?

Elle n’a jamais été bien grande, ma petite libellule. Un mètre-soixante, tout au plus. Je me revois encore, dans son enfance, lui prêter assistance pour attraper des objets en hauteur, ou ouvrir le placard à confiseries… elle a toujours été discrète. Il faut dire qu’avec sa carrure de papillon, elle n’a jamais vraiment eu le choix : elle doit peser, en exagérant un peu, une cinquantaine de kilogrammes. C’est vous dire à quel point elle est frêle… une brindille. J’ai toujours eu l’impression qu’elle aurait pu s’envoler au moindre coup de vent un peu trop vindicatif… ça ne m’a jamais aidé à être rassuré dès lors qu’elle quittait mon champ de vision. C’est que, vous comprenez, depuis le décès de sa mère, elle est tout ce qui m’importe… »


L’homme est soudain pris d’une quinte de toux, qui change l’inquiétude dans son regard en une lueur de peine mêlée à la surprise de cette réaction corporelle. Il a du mal à se calmer. Après quelques pénibles secondes d’une respiration saccadée, il se calle de nouveau contre son oreiller et vous regarde, faisant fi de la sueur sur ses tempes.

« C’est une petite beauté, ma Prune. C’est pour ça que j’ai toujours eu peur de la voir s’aventurer toute seule, là, dehors. Le monde peut être cruel pour les êtres innocents et purs comme elle… d’autant plus lorsqu’on voit toutes ces affiches de prime qui circulent. Lorsque ma condition se dégrade, je pense fort à elle, vous savez ? Ses cheveux oscillants entre le jais et le corbeau, semblables à de la soie noire et délicate découpée par les mains expertes d’un artiste inconnu et cruellement talentueux, tombant de façon légèrement ondulée et anguleuse jusqu’à la terminaison de sa mâchoire. Ces mêmes cheveux, encadrant son petit visage aux angles doux et charmants. Son teint lisse et éclatant, lumineux, vivant. Elle a toujours été rayonnante, ma petite Prune. Elle a longtemps complexé sur ses lèvres assez discrètes, qu’elle n’a jamais voulu mettre en valeur : des histoires de fille, pas vrai ? Mais je l’ai toujours trouvée plus belle comme ça : sobre et fidèle à elle-même. Enfin, vous me direz, en tant que père… mon avis n’a que peu d’objectivité.

Mais ce qui est indiscutable, c’est son regard. Comment résister à des yeux aussi pétillants ? Ces yeux, tantôt ronds quand elle se laisse aller à la curiosité ou à la surprise, tantôt plus acérés quand elle se laisse aller à son esprit de déduction. C’est de ses yeux qu’elle tient son prénom, ma petite libellule. Ses jolies iris couleur prune, qui viennent souligner ses pupilles dans lesquelles peut tout aussi bien danser la lueur joyeuse de son innocence, tantôt la sévérité des situations les plus sérieuses… elle en a hypnotisé, des gens, avec son regard. Dans son enfance, tout le monde la pouponnait. Il faut dire que cette couleur n’est pas vraiment commune ! En ce qui me concerne, ce sont ses yeux qui me manquent le plus… son regard, je donnerais n’importe quoi pour le revoir. Qu’il fût surmonté par n’importe quelle expression animée par ses sourcils fins et délicats. »


La note de tristesse qui s’éteint avec la fin de sa phrase est à vous en crever le cœur. L’homme se replace douloureusement dans son lit.

« Elle est devenue belle, vraiment. Un joli brin de femme, ma petite fille. Elle a dû en faire tourner, des têtes, dans le village. Mais personne n’aurait voulu se mettre à dos le forgeron et je suppose que j’ai toujours eu tendance à la surprotéger… si vous avez des enfants, vous savez certainement de quoi je parle. Mais il faut avouer qu’elle a certainement des atouts pour paraître charmante auprès des garçons. Elle est bien sculptée, ma Prune : elle a de longues jambes fuselées, des hanches visibles sans être proéminentes, une taille de guêpe et des formes qui doivent en faire déglutir certains. Ses épaules légèrement tombantes en ont supporté, du poids, cette année. Croyez-moi. Des événements difficiles, qu’elle a su prendre en main et avec doigté… de ses doigts fins et graciles, semblables à ceux d’une fée de verre. Mais ce qui est le plus marqué chez elle, c’est sa prestance naturelle : malgré son caractère, elle a toujours eux cette façon de se tenir droite. Un maintien spécial. Je l’appelais souvent « ma petite princesse » car au-delà de l’affection portée dans ce surnom, elle me donnait parfois vraiment des airs de royauté… vous devez trouver ça bête. Pardonnez mes divagations, j’ai du mal à réfléchir de façon correcte ces derniers temps.

Elle n’a jamais été bien difficile, en termes vestimentaires. Dieu merci, elle a aussi hérité ça de moi et non de sa mère… j’aurais bien eu du mal à assurer mon travail tout en la couvrant de fanfreluches et de fripes à tout bout de champ. La plupart du temps, elle se baladait dans le village avec une simple jupe blanche dont la partie supérieure était noire, au col arrondi et aux épaules blanches légèrement bouffantes. Le tout avec des ballerines elles aussi claires. C’est un peu sa marque de fabrique à la base, à notre petite Prune… j’ai toujours trouvé que ça mettait son regard en valeur. Mais peut-être qu’encore une fois, je ne suis pas le meilleur interlocuteur pour ce genre de jugement. Toujours est-il que ça, c’était avant qu’elle n’entreprenne sérieusement de devenir médecin. Depuis qu’elle s’est lancée dans ces études complexes, ma brave petite s’habille presque comme une femme d’affaire : je ne sais pas si c’est une manière pour elle de se mettre dans le bain, de s’imprégner de la gravité de ce qu’elle manipule… la vie d’autrui, c’est important, vous savez ? En tout cas, elle est nettement plus professionnelle dans ces habits-là : un tailleur noir simple mais élégant, avec une chemise blanche et des souliers noirs. Elle n’a jamais été fan des talons aiguille : sans doute parce qu’elle passait son temps à tomber, dans son adolescence, lorsqu’elle a été prise de la lubie de mettre ceux de sa mère pour lui ressembler… »



… Ma douce enfant…

« Prune a toujours été une gentille fille. Ce n’est même rien de le dire, pour être tout à fait transparent avec vous. J’aimerais pouvoir me targuer qu’elle tient cela de moi, mais je dois avouer que moi-même je me suis retrouvé sidéré maintes fois par sa patience et ses capacités à faire preuve d’empathie… c’est une véritable pépite d’or en termes de relation humaine. Si tout le monde pouvait être comme ma petite prune, je ne forgerais sans doute plus jamais une seule lame de ma vie, je vous assure ! Pourtant, vivre avec un tel caractère dans le monde d’aujourd’hui n’est pas une sinécure, même si la vie à Chunktown n’est pas la pire de North Blue… mais elle a toujours avancé dans la vie en conservant ces mêmes principes, des principes qu’elle s’est auto-inculqués autant que des princes que je lui ai transmis.

Elle est capable de voir le meilleur chez les gens, même lorsqu’ils se présentent sous un jour uniquement mesquin, perfide et fourbe. Elle cherche toujours à comprendre ce qui peut motiver les autres, pourquoi ils agissent comme ils agissent, quel est leur but profond. Elle reste persuadée que quoi qu’il arrive, on ne peut pas être intégralement bon ou intégralement mauvais : c’est une façon de penser qui lui fait honneur tout autant qu’elle est susceptible de la mettre en danger… peut-être est-ce lié à sa disparition ? Je ne saurais pas vous le dire, mais c’est probable. Elle a tendance à occulter ce qui est mauvais chez les gens, le temps de pouvoir les tirer vers la lumière, vers ce que la morale considère juste. Vers ce sens de la compréhension des autres inné que tout être humain possède et qui nous pousse aussi à partager et à échanger plutôt qu’à tenter de nous entretuer. De ce fait, elle est également extrêmement naïve. Elle est capable de croire les sornettes de quelqu’un voulant la duper assez aisément. Sans doute à cause de son jeune âge et de sa vision un peu trop rose de la réalité, j’imagine. En tout cas, je crains chaque jour qu’elle n’ait été trompée par quelqu’un d’assez manipulateur pour vouloir l’utiliser pour une quelconque fin. Elle est très impressionnable aussi, vous savez… et… »


Une nouvelle quinte de toux cloue l’homme dans ses draps. Il place devant sa bouche un mouchoir usé. Du sang tâche le tissu.

« … excusez-moi, il semblerait que mon cas ne s’arrange pas. C’est aussi à cause de cela que ma petite libellule s’est lancée dans la médecine, vous savez ? Je souffre depuis bien longtemps déjà, mais elle s’est mise en tête qu’elle parviendrait d’une façon où d’une autre à enrayer cette maladie. Je crains qu’elle ne se fourvoie… même si je n’ai pas l’intention de me laisser abattre bien facilement. Vous me voyez dans l’un de mes mauvais jours… mais c’est aussi cela qui caractérise ma petite Prune : sa propension à voir le pire à venir lorsqu’il s’agit des gens qu’elle aime. C’est une fille inquiète, vous savez ? Même si elle ne le montre pas, ou plutôt même si elle tente maladroitement de la cacher, elle s’inquiète beaucoup pour son entourage de façon générale. Pas besoin d’être très proche d’elle pour cela, d’ailleurs… comme je vous le disais, sa capacité à faire preuve d’empathie dépasse l’entendement. Même si cela la pousse parfois à se mêler de sujets qui ne la regardent pas, chose que je lui ai toujours déconseillé. Enfin, elle sait malgré tout faire preuve de respect pour la vie privée d’autrui : il faut cependant être assez claire avec elle pour qu’elle prenne conscience des barrières auxquelles elle doit se plier.

Ma fille a toujours été assez timide sur les bords et elle manque clairement de confiance en elle. Si vous couplez ça à sa maladresse dans le quotidien, elle n’a pas réellement une haute opinion d’elle-même… elle évite la plupart du temps d’utiliser son fruit du démon au-delà de ses limites connues pour cette raison. Elle s’imagine qu’elle serait alors plus une catastrophe ambulante que quelqu’un de véritablement fiable et a énormément de mal à s’affirmer. Malgré tous mes encouragements ! Mais d’un autre côté, elle sait aussi utiliser ce trait de caractère à son atout, inconsciemment : elle fait preuve d’une certaine humilité avec les gens, en général. Une humilité qui, quelque part, force le respect ou en tout cas la sympathie. Elle sait s’adresser aux gens sans les prendre de haut, ni les mettre mal à l’aise : comme si elle pouvait, de façon naturelle, s’adapter à son interlocuteur en écoutant purement son cœur et son instinct. De manière générale, elle a toujours été dotée d’un sens du social évident.

Dès lors que l’on passe dans le cadre médical, cependant, elle devient quelqu’un de différent. D’après ce que j’ai entendu dire… et ce que j’ai moi-même vécu ! C’est une doctoresse dévouée et prête à faire le nécessaire pour s’assurer du bien de son patient, y compris si ce dernier se montre réfractaire ou joue de stupidité. Une fois dans son cabinet, vous êtes dans son domaine : hors de question pour vous de tenter de prendre l’ascendant sur elle dans ces conditions. S’il y a bien un terrain sur lequel elle sait qu’elle peut avoir confiance en ses capacités, c’est le monde médical. Elle se montre alors très autoritaire, directive et étonnamment imperturbable : elle fait usage de chaque cellule de matière grise dont elle dispose pour résoudre le problème de la manière la plus logique, mais également la plus pertinente possible : c’est avec cette façon de fonctionner qu’elle est devenue adorée dans le coin. Elle ne laisse rien au hasard et n’hésite pas à employer les grands moyens pour traiter un simple rhume : il faut endiguer le mal tant qu’il est possible de le faire et c’est une leçon qu’elle a parfaitement retenue… notamment à cause du décès de sa mère.

C’est une grande adoratrice des peluches, tout particulièrement de « Poyo Poyo, le plus petit des supers héros ». Une vieille bande dessinée de son enfance que nous avons ramené d’un voyage à South Blue, alors qu’elle n’était pas en âge de nous accompagner… une sorte de canard mis en scène dans des situations diverses et variées. Elle en garde de nombreux exemplaires là où elle officie. C’est en quelques sorte sa façon à elle de gérer son stress, j’imagine. Mais le fait est que depuis qu’elle n’est plus là… tout ceci a perdu de son sens. »


Il vous regarde droit dans les yeux. Malgré le souffle dans sa voix, malgré le soulèvement difficile de sa poitrine et malgré son teint cireux, il a l’air prêt à bondir hors de son lit si sa fille venait à passer le pas de la porte.

« Vous allez m’aider, n’est-ce pas ? Vous allez retrouver ma petite Prune ? »



… partie depuis trop longtemps.

Minimum 30 lignes


Revenir en haut Aller en bas
 

Prune-chan. [U.C]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» fate testarossa,vita chan et les autres.
» La philosophie du coquillage (Shiina-chan + you ! (libreuh))
» ♣ The Presentation of Karin-chan ♣
» Hebi-chan
» Joyeux anniversaire Misaki-chan !!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
One Piece Seken :: Préface - Les Bases :: Personnage :: Présentations-