Partagez
 

 Folie, lendemain d'amour [FB - Lilianna et Nakata]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Fenice Nakata
The Phoenix
Fenice Nakata
Messages : 15026
Race : Humain
Équipage : Tengoku no Seigi

Feuille de personnage
Niveau:
Folie, lendemain d'amour [FB - Lilianna et Nakata] - Page 2 Left_bar_bleue52/75Folie, lendemain d'amour [FB - Lilianna et Nakata] - Page 2 Empty_bar_bleue  (52/75)
Expériences:
Folie, lendemain d'amour [FB - Lilianna et Nakata] - Page 2 Left_bar_bleue879/1000Folie, lendemain d'amour [FB - Lilianna et Nakata] - Page 2 Empty_bar_bleue  (879/1000)
Berrys: 2.235.426.002 B

Folie, lendemain d'amour [FB - Lilianna et Nakata] - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Folie, lendemain d'amour [FB - Lilianna et Nakata]   Folie, lendemain d'amour [FB - Lilianna et Nakata] - Page 2 Icon_minitimeJeu 8 Mar - 9:48

Folie, lendemain d'amour.
feat. Lilianna
Plus l'amour est parfait, plus la folie est grande et le bonheur sensible. Erasme.



La tension retomba bien vite et le poison qui coulait dans les veines de Lilianna sembla s'apaiser, au moins temporairement, tandis qu'elle se livrait aux caresses tendres du jeune Phoenix, non sans se laisser ébranler par un soupir d'aise. La chose poussa le pirate à persister et à persévérer, continuant machinalement et mécaniquement à parcourir son dos de caresses lascives et langoureuses, se laissant étourdir toujours davantage par son odeur, si suave, si sucrée, si agréable. Il se perdit un instant dans la seule contemplation de son cou, comme lui-même enivré, et se perdit sur son épaule en la berçant avec méticulosité et minutie, dans le seul but d'apaiser le mal dont elle souffrait, sans nulle pensée malsaine sous-jacente. Avec le temps, Nakata avait lui-même réussi à retrouver un état plus stable, moins déluré et moins excité : c'était comme si la retrouver ainsi était tout ce qu'il avait jamais attendu... Comme si ce contact, quoique pudique, reconstituait son être et lui rendait sa toute globalité. Tout aussi réceptif aux gestes de la doctoresse que dispensier de ses propres caresses, il ne put contenir un nouveau frémissement tandis que la main de la demoiselle imitait la sienne, parcourant son flanc exposé et dévoilé sans qu'il ne cherchât à s'en prémunir. Tout au contraire, le forban fit en sorte de décaler légèrement davantage son dos du mur contre lequel il était exposé, offrant plus de terrain à sa compagne romanesque et délicate au possible. Vinrent finalement ces mots qui, s'il ne les attendait assurément pas, eurent d'autant plus d'impact que l'étreinte mélodieuse dont il était partie. Ces mots qui vinrent ceindre son cœur comme un doux serpent, qui lui fournirent un nouveau frémissement et le forcèrent à ouvrir à nouveau les paupières juste à temps pour observer du coin de l’œil les lèvres de Lilianna qui, franches, se posaient sur sa tempe gauche, orientée vers la doctoresse. Cette accumulation de petites attentions le touchèrent éminemment, et le Fenice eut besoin d'un moment pour reprendre pleinement conscience de l'instant présent et du rôle qui lui incombait, non sans afficher un sourire croissant, assurément revigoré. Les doutes l'avaient tiraillé longtemps durant, quant à l'origine des sentiments de la demoiselle. Il se doutait bien que celle-ci ne savait être pleinement catégorique quant à l'attraction qu'elle ressentait à son égard, puisque l'île se gardait bien de leur dévoiler ses secrets, mais il était seulement et simplement heureux de savoir que, comme lui, elle avait établi un constat simple : tout ne pouvait être usurpé, exacerbé, déformé. Si leurs émotions étaient si fortes, si prenantes, si désarçonnantes, si transcendantes... C'était probablement parce qu'elles avaient a minima une base solide sur laquelle s'appuyer.

-Lilianna...

Son nom glissa instinctivement, sans qu'il n'ait véritablement l'intention de le prononcer, comme si sa langue était mue par une volonté propre. Comme elle venait de déposer sa tête sur celle du mythique, ce dernier n'osa dans un premier temps pas bouger, se contentant d'apprécier les gestes tendres qu'elle générait à son égard, sa main impétueuse s'engouffrant si généreusement dans la crinière indomptable du légendaire. Nakata, toutefois, ne sut demeurer de marbre bien longtemps : la révélation et le baiser l'avaient estomaqué, et c'était son corps tout entier qui, désormais ardent, lui implorait de rendre la pareille à la demoiselle, ne fut-ce que pour lui manifester la réciproque, ne fut-ce que pour lui montrer sans détour ni artifices que lui aussi l'estimait au plus haut point, et qu'à ce titre, Attraction Town et ses folies passionnées n'avaient rien à lui envier. Le musicien décida dans un premier temps de désunir leurs doigts s'étant croisés, non sans regrets, estimant à tout le moins qu'il valait mieux rompre ce contact-ci plutôt que celui de leurs toisons blondes. Il aventura sa main jusqu'au cou de la belle, effleurant malencontreusement l'un de ses seins, privé de son don de vision par la posture qui était la leur. Ses doigts se déposèrent finalement auprès de la mâchoire et de la joue de la doctoresse, la caressant suavement tandis que son autre main, qui glissait jusqu'alors paresseusement dans son dos, venait se caler près de ses lombaires pour plaquer leurs abdomens l'un contre l'autre, avec un désir presque entièrement recouvré. A dire vrai, le Fenice ne comprit même pas, sur l'instant, la portée érotique de cette union assurément plus éloquente que la majorité des autres actions qu'il avait su entreprendre : il la désirait. Pas seulement en tant que partenaire, pas seulement en tant que danseuse... Mais en tant qu'être à part entière. Tout chez elle le fascinait au plus haut point, et il se sentait indéniablement envoûté en sa présence. La proximité folle qui était la leur ne faisait que puissamment accentuer ce constat déjà saisissant et troublant.

-Je suis désolé... Si désolé... Qu'on ne se soit pas croisé à une autre occasion...

Car il le savait, et déjà le redoutait, ce constat froid qu'était leur séparation à venir. Ils n'avaient pas la même vie, n'avaient pas les mêmes buts, ne suivaient pas les mêmes chemins. Lui aurait tôt ou tard à rejoindre Raphaël, à se joindre à lui dans un périple redoutable et dangereux, bercé de milles péripéties et d'ennemis vigoureux. Elle était doctoresse d'un équipage assurément plus modeste, et ne pouvait être mise en danger et exposé aux menaces comme le Phoenix pouvait lui-même l'être... Cette perspective effrayante poussa à nouveau le musicien à se montrer plus audacieux et plus intrépide : il voulait conserver des souvenirs quasiment oniriques de ce séjour laconique mais puissant, des souvenirs qui sauraient le rendre fébriles à chaque instant, qu'il cultiverait jour après jour avec un sérieux presque religieux. Il voulait transformer cette simple rencontre, éphémère au possible, en une romance faste dont les sentiments s'écouleraient encore des années plus tard...
C'est dans cette optique qu'il fit glisser son visage jusqu'au creux du cou de sa somptueuse compagne, prenant garde à ne pas la brusquer pour lui permettre de laisser sa tête là où elle était, si elle le désirait. Une fois ayant atteint la peau nue de la demoiselle, il l'y couvrit de baisers suaves, tantôt laconiques, tantôt plus généreux, joignant bientôt ses dents au ballet en lui offrant quelques mordillements joueurs. Ses mains, qui tâchèrent de ne pas rester inactives, reprirent bientôt leurs occupations respectives : la première, dans le dos, vint subrepticement se glisser sous le vêtement de Lilianna pour parcourir sa peau directement, tandis que la seconde, plus pudique, se contentait dans un première temps de caresser sa joue, son oreille, puis ses longs cheveux soyeux. Comme si la moindre des parties de son corps n'était ni plus ni moins qu'un instrument, le Phoenix lui livra une véritable symphonies d'émotions et d'amour, d'un amour vif et prenant, qu'il était désormais persuadé de ressentir à son égard. Il l'aimait, la chérissait si tendrement que vivre sans elle serait assurément un martyr qui, semblable au poison qui s'écoulait actuellement dans les veines de la jeune femme, finirait par l'étourdir et mettre à mal jusqu'à sa raison elle-même.


_________________
Called to the ring, Taking me round by round
It hurts and it stings, Taking me down, down, down
You think that you caught me, I can hear you taunt me
Fractured and I'm falling down, My enemy is watching me bleed

But I'm not dead yet
So watch me burn.
Folie, lendemain d'amour [FB - Lilianna et Nakata] - Page 2 Nak_si10

Revenir en haut Aller en bas
Lilianna Windspell
Pirate
Lilianna Windspell
Messages : 227
Race : Humaine

Feuille de personnage
Niveau:
Folie, lendemain d'amour [FB - Lilianna et Nakata] - Page 2 Left_bar_bleue25/75Folie, lendemain d'amour [FB - Lilianna et Nakata] - Page 2 Empty_bar_bleue  (25/75)
Expériences:
Folie, lendemain d'amour [FB - Lilianna et Nakata] - Page 2 Left_bar_bleue52/80Folie, lendemain d'amour [FB - Lilianna et Nakata] - Page 2 Empty_bar_bleue  (52/80)
Berrys: 1.010.000 B

Folie, lendemain d'amour [FB - Lilianna et Nakata] - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Folie, lendemain d'amour [FB - Lilianna et Nakata]   Folie, lendemain d'amour [FB - Lilianna et Nakata] - Page 2 Icon_minitimeDim 11 Mar - 10:48





Folie, lendemain d'amour



"Au lendemain de notre rencontre, notre lien fut mis à l'épreuve
par les tumultes de la vie"



Un nouveau frémissement venant du jeune homme. Nouveau car ce n'était pas le premier, n'est-ce pas ? La première fois, Lilianna n'avait pas relevé, se disant que son esprit troublé lui jouait des tours et accentuait tout contact qui lui parvenait avec une malice à peine dissimulée. Aurait-il seulement tremblé de sa présence ? Peu de chances. Ou bien, il était simplement aussi nerveux qu'elle de cette situation où il avait plongé pour lui tendre une main salvatrice. Alors pourquoi... ? Pourquoi avait-il prononcé son prénom du bout des lèvres avec une douceur qui eut le don de saisir la blondinette. Sa voix d'ordinaire si agréable et mélodieuse était devenue presque trop chaude et profonde à ses oreilles. Mais que faire ? Que faire quand on était victime d'un poison que l'on essayait de déjouer en jouant avec le feu ? Elle ne pouvait restreindre les sensations éprouvées car c'était justement ce que le duo recherchait avec l'espoir de la libérer de cette luxure factice. Mais présentement, c'était comme essayer de brûler une corde liant des mains avec une source de flammes trop importante, sans toucher à la peau. Comme demander à un possesseur de fruit du démon de s'aventurer dans la mer au possible alors qu'une vague, plus sournoise, aurait pu menacer d'achever sa vie à tout instant. En d'autres termes, c'était pour la doctoresse de se laisser gagner par le plaisir que provoquait chaque geste, chaque parole et chaque initiative du phénix, sans que la situation ne dégénère.

Bien sûr, c'était toujours chose plus facile à dire qu'à faire et il fallait bien évidemment, dans ce genre d'instant, que cette volonté que l'on souhaitait sans faille ne soit mise à mal quelques secondes plus tard. Elle ne ferait pas exception à la règle cette fois-ci. Mais comprenez, l'homme pour qui son cœur était en train de battre à la fois de sentiments purs et de désir incontrôlé venait en geste doux et ferme de plaquer la main au bas de son dos, unissant leurs corps trop soudainement. La demoiselle eut un léger sursaut dans les bras de son compagnon en voyant ce contact se transformer si vivement en une étreinte presque trop intime que se seraient normalement réservés les couples dont le besoin d'exprimer leur amour nécessitait un dialogue que les mots ne savaient plus satisfaire. Et que dire avant cela de cette autre main qui avait quitté ses doigts pour se rendre à son visage pour le caresser, glissant involontairement sur sa poitrine laissant le ventre de la belle se nouer si délicieusement à ce contact fugace. Autant dire que la créature dont l'existence avait pour seul but de pousser la demoiselle à s'unir s'exaltait de l'audace de l'oiseau mythique et aurait déjà poussé son hôte à surenchérir si celle-ci ne se faisait pas violence, réunissant les morceaux de conscience et de volonté qui lui restaient. Savourer pour se libérer était une chose. Initier quelque chose dont ni elle ni peut-être même le forban aurait le contrôle était juste une folie. Ce n'était pas là le but de la manœuvre. Elle s'était promis de tenir au maximum la vile créature et s'y acharnait avec une férocité presque surprenante.

C'est à ce moment que le musicien partagea des excuses d'un genre particulier à son amie. Cela aurait pu paraître exagéré de le voir demander pardon d'une chose sur laquelle il n'avait aucune influence. Toutefois, le médecin pensait pouvoir comprendre car elle avait une pensée similaire. S'ils s'étaient rencontrés ailleurs, à un autre moment, les choses auraient pu être différentes. Qui sait. Ne serait-ce que s'ils avaient rejoint un même équipage. Si elle avait été une jeune citoyenne, elle aurait pu quitter sa vie quotidienne pour vivre ses journées au même rythme que celles du blondinet, rire avec lui et ses amis. Au final, c'était encore possible dans l'absolu. Elle pourrait aller à la rencontre de son capitaine, le remercier de tout ce qu'il avait fait, de l'avoir accueilli sur son navire pour ensuite retrouver le jeune homme. La vie était pleine de changements. La demoiselle n'avait jamais eut une ambition particulière à rejoindre un équipage spécifique mais aurait une raison désormais de suivre une personne avec laquelle il lui semblait partager quelque chose de puissant, privilégié et unique. Oui... les choses auraient pu éventuellement se passer ainsi.

Dans une autre vie.

Lilianna savait qu'elle ne quitterait pas l'équipage de Tora. Leur relation là aussi était particulière. C'étaient eux qui partageaient son quotidien pour le moment. Et elle voulait continuer à voyager en leur compagnie. De plus, cela aurait été malsain de quitter ses amis et rejoindre un nouvel équipage pour cette raison même si la force des sentiments présentement aurait pu l'y conduire. Non. Ils devraient se séparer sous peu. Chacun devrait reprendre sa route. Vivre ses propres expériences et grandir de son côté. Et si ce qu'ils ressentaient l'un pour l'autre était sincère, si l'avenir permettait à leur chemin de se croiser à nouveau, alors ils n'avaient rien à craindre. De grands mots qui, dans les faits, peinaient à adoucir la douleur provoquée par une séparation que le duo savait indéniable.

Si perdue qu'elle était dans le labyrinthe de ses pensées que teintaient des émotions aux couleurs aussi variées les unes que les autres, Lilianna ne sentit pas dans un premier temps la tête du phénix se mouvoir. Les lèvres du jeune homme dans son cou la ramenèrent brutalement à la réalité, offrant au passage une nouvelle salve de tremblements. Plus longue. Plus vive. Et encore s'il s'était contenté d'un unique baiser comme celui qu'elle avait donné peu après son réveil quand elle se trouvait encore à semi-consciente de ce qu'elle faisait. Oh non... Il s'acharnait avec une douceur et une langueur qui étourdirent sa victime. Son esprit, entièrement accaparé par ces affections, analysait avec minutie chaque nouveau baiser de cette sérénade tendre auquel il ajouta bientôt de nouveaux accords. Ceux d'une petite taquinerie revêtant la forme de mordillement joueurs. Volontairement ou non, il jouait dangereusement avec ses limites comme le démontra bientôt un petit gémissement trop honnête sur l'état de fébrilité dans lequel il la plongeait. Lui résister en l'état semblait si futile comme tentait de lui faire comprendre le poison muant les douleurs en des sensations plus exquises qui parcouraient son corps, cherchant à lui fournir plus d'arguments en faveur d'un abandon total.

Le pire dans tout cela était que ses sentiments personnels, l'espace d'un instant, semblèrent s'accorder harmonieusement à l'effet de l'élixir. La preuve que la personne en face d'elle n'avait pas été choisi par hasard pour l'aider à passer cette étape. Aussi sûrement que le soleil et la lune brillaient dans le ciel, la jeune femme savait que le pirate était et serait une personne précieuse à ses yeux. L'histoire qu'ils écrivaient aujourd'hui à deux malgré les péripéties survenues était de ces instants qui survivraient au temps. Pourquoi lui ? Elle était dans l'incapacité de fournir une explication rationnelle et juste à cela. Mais des explications étaient-elles vraiment nécessaires ? Lilianna en doutait. Elle savait seulement à l'heure actuelle qu'à l'instar leur rencontre, de leur soirée et de tout le reste, les instants présents resteraient gravés en elle. Ce seraient peut-être les derniers passés en compagnie du phénix. Cette pensée participa certainement à lui faire lâcher un peu plus prise. Comme les doigts du musicien qui avaient lâché les siens, désormais occupé à caresser le visage de la blondinette ainsi que ses cheveux. Occasionnant de nouvelles craquelures dans ses barrières, elle sentit finalement l'autre main de l'oiseau mythique se glisser sous ses vêtements pour passer délicatement les doigts sur la peau nue.

Les doigts qui avaient temporairement cessés de jouer dans la chevelure dorée de Nakata du fait de cette suite d'actions toutes plus entreprenantes les unes que les autres sans que jamais il cessa d'être doux, resserrèrent un tantinet leur prise. Elle prit garde à ne pas lui faire mal. Mais elle ne pouvait s'empêcher de se sentir quelque peu effrayée malgré l'exaltation qui tentait de noyer tout ce qui n'était pas plaisir et désir combinés. Elle était effrayée de l'interrompre et de faire potentiellement échouer leur stratagème. Mais elle était également apeurée d'une certaine manière de la tournure que prenait les évènements. Qui saurait quand arrêter si ce n'était eux ? Personne. Qui serait là pour les interrompre si les choses allaient trop loin ? Personne. Être en partie responsable de ce qui allait se produire dans les prochaines minutes participait à l'effarouchement de la demoiselle.


- J'ai peur... souffla-t-elle. Je ne sais pas quoi faire...

Peur était peut-être un bien grand mot mais la main restée libre qui saisit la chemise du phénix dans son dos était un élément assez révélateur de l'angoisse qu'elle éprouvait. Comprendrait-il cette angoisse ? Celle de le quitter sans peut-être jamais le revoir. Celle de voir les limites s'effacer. Celle d'une jeune femme qui avançait à travers le brouillard se dirigeant vers une falaise avec le risque permanent de faire le pas de trop qui la précipiterait vers une chute certaine. Les sensations devenaient trop plaisantes à tel point que ça en devait effrayant également. Elle était confuse de tant de choses qu'il lui aurait fallu un livre entier pour expliquer ce qu'elle ressentait et essaya de placer des mots à la suite les uns des autres avec un besoin irrépressible. Lilianna récupéra la main qui serrait le vêtement pour porter son index aux lèvres du forban, le glissant entre elles et son cou. Ne le laissant qu'un bref instant, elle posa ensuite sa main sur celle de l'oiseau mythique qui caressait son visage. La manœuvre se répéta ensuite, la blondinette passant la main derrière son propre dos pour aller frôler la seconde main de son ami soulevant au passage malencontreusement un peu plus du vêtement.

- Ça... ça... et ça... c'est... c'est très agréable. Mais tout est si nouveau pour moi... J'ignore comment réagir...

Elle laissa finalement sa main regagner celle du jeune homme qui se trouvait sur son visage et posa à nouveau la paume sur le dos de sa main, fermant les yeux. Elle avait honte de ces quelques révélations supplémentaires mais tenait avant tout à lui partager tout de ces moments avec la plus grande des sincérités pour compenser les plus bas instincts dont le poison voulait qu'elle soit la victime.






_________________


Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Fenice Nakata
The Phoenix
Fenice Nakata
Messages : 15026
Race : Humain
Équipage : Tengoku no Seigi

Feuille de personnage
Niveau:
Folie, lendemain d'amour [FB - Lilianna et Nakata] - Page 2 Left_bar_bleue52/75Folie, lendemain d'amour [FB - Lilianna et Nakata] - Page 2 Empty_bar_bleue  (52/75)
Expériences:
Folie, lendemain d'amour [FB - Lilianna et Nakata] - Page 2 Left_bar_bleue879/1000Folie, lendemain d'amour [FB - Lilianna et Nakata] - Page 2 Empty_bar_bleue  (879/1000)
Berrys: 2.235.426.002 B

Folie, lendemain d'amour [FB - Lilianna et Nakata] - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Folie, lendemain d'amour [FB - Lilianna et Nakata]   Folie, lendemain d'amour [FB - Lilianna et Nakata] - Page 2 Icon_minitimeLun 12 Mar - 13:56

Folie, lendemain d'amour.
feat. Lilianna
Plus l'amour est parfait, plus la folie est grande et le bonheur sensible. Erasme.



Que faire, que dire, que penser seulement de cette inextricable union, de cette fusion à la fois hypocrite, manipulée, et porteuse pourtant de sentiments véritables, limpides et évidents, qui cristallisaient des émotions si pures et si omniprésentes qu'elles généraient chez les deux jeunes gens frissons et délices ? Le mythique se trouvait lui-même être quelque peu manipulé par son ardeur, par son ambition de céder définitivement à l'étreinte qui était la leur, qui leur offrait une douceur et un amour qu'il n'aurait su imaginer de prime abord, y compris dans ses rêves oniriques les plus fous et les plus inavoués. Nakata avait la ferme impression de n'avoir jamais ressenti pareil phénomène, de n'avoir jamais été précipité dans l'abîme de l'amour à une vitesse telle, avec une précocité si extravagante, si marquante. Car, petit-à-petit, le musicien en était venu à se faire une raison : si ça n'était pas de l'amour, qu'est-ce que cela pouvait bien être ? Bien entendu, le pirate n'avait jamais été sot : il se connaissait mieux que quiconque, se savait romantique, se savait intuitif et instinctif. Pour autant, il ne se souvenait pas avoir éprouvé telle passion, avoir enduré de tels frémissements et des caresses si ardentes et délicates à la fois. Son corps, plus réceptif que jamais, s'accordait au moindre frison qui émanait de Lilianna pour s'en complaire avec une méticulosité dense et quasiment indécente. Et toutefois, des doutes et des peurs ne tardèrent pas à raviver son incertitude, à la placer à nouveau au premier plan tandis qu'un constat glaçant émanait des lèvres de la belle, qui répondait à grand peine aux mouvements tendres dont il avait été l'auteur indiscipliné et impétueux : elle-même admettait ostensiblement être effrayée par la tournure de la situation et ne tarda guère à pointer plus spécifiquement les gestes adroits dont elle avait fait l'objet comme étant vecteurs d'une inquiétude farouche et que le Fenice lui-même devinait croissante. Son odeur l'avait mis-à-mal, l'atmosphère enivrante et passionnelle de l'île l'avait mis-à-mal, la perspective seule de ce poison qui coulait dans les veines de la belle et la poussait à se montrer plus audacieuse que jamais l'avait mis-à-mal aussi... mais que demeurait-il au final de ce déferlement d'excitation exaltante ?

L'artiste était certain de posséder à l'égard de Lilianna des sentiments d'une noblesse franche et certaine, indiscutable et indubitable. Sa propre crainte, mordante et dévorante, le poussait sans aucun doute à se montrer plus audacieux qu'il n'aurait pu l'envisager en temps normal. Ils allaient devoir se quitter... Que resterait-il donc de leur union s'il se contentait de jouer le rôle d'un ami doux et à l'écoute ? Saurait-il seulement s'en contenter ? N'y avait-il de surcroît pas de demie-mesure plus honnête à adopter ? Jouer ainsi avec le ressenti exacerbé de la demoiselle n'était-il pas au final un moyen d'abuser d'elle tout en se déculpabilisant au maximum ? Ces interrogations sourdes le percutèrent d'autant plus frontalement qu'elles se confrontèrent sans plus tarder avec un regain de désir tandis que son imagination, taquine et débordante, lui laissait vaguement entrevoir les visions lascives qui s'offriraient à lui s'il se décidait à céder et à transporter la blondinette vers un horizon de débauche et d'un plaisir vif. Le musicien en avait l'absolue conviction : s'ils se laissaient aller à leur étreinte, elle pourrait retrouver son état normal sans peine. Telle cure devrait définitivement briser l'effet pervers de l'aphrodisiaque dont elle avait à souffrir... Et aurait de surcroît l'intérêt de leur offrir doux souvenirs romanesques et jouissance hédoniste certes fugace et éphémère mais non moins vibrante. Pour autant, cette issue devait-elle être déterminée comme étant la plus légitime ? Comme étant inévitable ? Et était-il seulement souhaitable qu'ils se laissent aller au doux poison dont un autre avait voulu se délecter, dans sa malfaisance crasse ? En agissant de la sorte, le criminel n'était-il pas, à la fin des fins, ni plus ni moins qu'un complice indirect de ce forfait abject, odieux, détestable et condamnable ?

-Je suis désolé, je... Je ne veux pas... Je ne...

Il avait parlé avant d'en être absolument convaincu. Que voulait-il, dans les faits ? Son désir mâle et l'île en elle-même suppliaient assurément le mythique et sa douce muse de se laisser aller au déferlement libidinal donc ils étaient les proies... Mais de quelles teintes étaient les reflets de leurs âmes eux-mêmes ? Le forban se figea, l'espace d'un instant, songeant à tout ce qu'il avait pu éprouver aux côtés de Lilianna. Leur proximité était encore trop récente pour qu'il ne puisse s'accorder un véritable réalisme clairvoyant à cet égard. Il ne pouvait savoir ni à quel point l'intensité des sentiments qui les unissait était fondée, ni à quel point les circonstances jouaient sur les émotions qu'ils avaient su tisser instinctivement, se trouvant simplement dans une posture fusionnelle l'un l'autre. Néanmoins, avec ces pensées, une certitude déconcertante vint prendre place dans le cerveau du mythique, éclosant avec promptitude pour prendre le pas sur tout le reste, pour occulter même ses doutes les plus obscurs et les plus glaçants.

Tu penses bien trop, pauvre crétin...

Oui. Ils allaient se séparer, ce jour-ci, le lendemain, ou au mieux au cours de la semaine qui suivrait. Oui, leurs émotions étaient probablement à tout le moins en partie usurpées, glorifiées par l'exquise douceur de ce poison vicieux et sournois. Oui, l'île toute entière se jouait probablement d'eux...
Mais oui. Il avait la certitude de l'aimer. De vouloir la chérir, de vouloir l'embrasser, de vouloir la protéger, de vouloir la connaître seulement, avec simplicité et candeur, avec une naïveté proprement amoureuse, débile et irréfléchie, stupide mais limpide. Parce que c'était lui... Parce que c'était elle. La gorge nouée, le cœur en suspend, le Phoenix prit finalement sa première véritable initiative depuis que la solitude les avait gagné tout deux, les plongeant à corps perdus dans une étreinte plus sulfureuse qu'ils n'auraient pu l'imaginer. Ses lèvres vinrent gagner celles de Lilianna, lui offrant un baiser puissant, vigoureux, symbole des sentiments purs et étourdissants qu'il lui vouait, symbole de l'amour inconditionnel dont il se sentait épris à son égard.
Elle. Seulement elle. C'était tout ce qu'il désirait, tant dans son corps que dans son âme...



_________________
Called to the ring, Taking me round by round
It hurts and it stings, Taking me down, down, down
You think that you caught me, I can hear you taunt me
Fractured and I'm falling down, My enemy is watching me bleed

But I'm not dead yet
So watch me burn.
Folie, lendemain d'amour [FB - Lilianna et Nakata] - Page 2 Nak_si10

Revenir en haut Aller en bas
Lilianna Windspell
Pirate
Lilianna Windspell
Messages : 227
Race : Humaine

Feuille de personnage
Niveau:
Folie, lendemain d'amour [FB - Lilianna et Nakata] - Page 2 Left_bar_bleue25/75Folie, lendemain d'amour [FB - Lilianna et Nakata] - Page 2 Empty_bar_bleue  (25/75)
Expériences:
Folie, lendemain d'amour [FB - Lilianna et Nakata] - Page 2 Left_bar_bleue52/80Folie, lendemain d'amour [FB - Lilianna et Nakata] - Page 2 Empty_bar_bleue  (52/80)
Berrys: 1.010.000 B

Folie, lendemain d'amour [FB - Lilianna et Nakata] - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Folie, lendemain d'amour [FB - Lilianna et Nakata]   Folie, lendemain d'amour [FB - Lilianna et Nakata] - Page 2 Icon_minitimeJeu 15 Mar - 20:19





Folie, lendemain d'amour



"Au lendemain de notre rencontre, notre lien fut mis à l'épreuve
par les tumultes de la vie"



Dis-moi Nakata... pourquoi t'excuses-tu ? C'est ce qui traversa l'esprit de Lilianna alors qu'elle se pinçait les lèvres, son cœur se serrant doucement. Elle n'avait certainement pas voulu le mettre mal à l'aise. Mais comment ? Comment lui faire comprendre autrement que les gestes du jeune homme, sa douceur, elle les appréciaient au-delà du charme combiné de l'île et de la drogue. C'était une proximité délicieuse et effrayante à la fois de par sa pureté et sa véracité. La demoiselle voulait trouver un moyen de lui faire comprendre qu'elle n'était pas indifférente à cette étreinte sans qu'il ne l'associe à quelque finalité perverse. Il fallait qu'elle trouve. Avant qu'ils ne se disent au revoir, peut-être pour quelques mois. Peut-être quelques années. Peut-être pour toujours. Elle savait que si elle ne trouvait pas la manière de lui communiquer ce sentiment, elle le regretterait.

Mais le jeune phénix lui montra une fois de plus, sans le savoir sûrement, qu'elle n'était pas la seule à se débattre avec ses sentiments. Des quelques mots qu'il venait de prononcer suivit un acte que Lilianna ne put anticiper. C'est avec une lenteur démesurée que la blondinette vit le musicien approcher son visage du sien. Et si l'idée inévitable de ce qu'il s'apprêtait à faire resta latente dans son esprit, elle fut trop décontenancée pour réagir. Son cœur manqua un battement -peut-être même deux- à peu près en même temps que ses yeux s'élargirent de surprise tandis que ses lèvres rencontraient celles du forban. C'était un contact à la fois doux et intense. Il ne fallut qu'une demi-seconde pour que le cerveau de notre amnésique favorite cesse de fonctionner. Une demi-seconde de plus pour lui permettre de s'éveiller à nouveau du choc reçu.

L'initiative entreprise par l'oiseau mythique méritait réflexion. Il ne fallait pas oublier qu'ils étaient dans cette chambre à cause de l'état de la demoiselle. De plus, s'ils se retrouvaient ainsi l'un contre l'autre dans une position laissant place à beaucoup d'imagination pour qui les aurait surpris en cet instant, c'était pour défaire la jeune femme du sort dont elle était victime. Jusque-là, tout allait bien. Rien "d'anormal" si on pouvait qualifier la scène de normale. L'étreinte, d'accord. Les caresses, c'était compréhensible. La main sous son vêtement, surprenant. Les baisers dans le cou, éreintant mais efficace. Ce baiser en revanche... avait de quoi la laisser en émoi. Il ne semblait pas homme à profiter de la situation, sinon le duo en serait à un stade plus avancé. Alors pour quelle raison était-il venu cueillir ses lèvres ? Était-ce dans la continuité de cette aide qu'il avait accepté de lui fournir ? Pensait-il que cela serait une attaque suffisamment foudroyante pour se débarrasser de la maléfique créature qui souhaitait à tout prix prendre possession de la belle ? Difficile de dire si elle était définitivement partie mais elle semblait tout du moins s'être temporairement tue, mise en retrait par l'orage de sentiments naît chez son hôte. À l'instar d'un cyclone, Lilianna se sentait prise dans les vents violents et la pluie battante incertaine de comprendre ce qu'il se passait réellement. Pourtant, comme dans l’œil du cyclone, elle se sentait apaisée comme si son cœur approuvait pleinement la résolution du phénix. Était-ce le cas ?

C'était... possible. Oui. Quelque part, au fond d'elle, la demoiselle sentait qu'elle n'en voudrait jamais au blondinet pour cela. Bien au contraire. Il était sincère. C'est ce qu'elle avait décidé de croire. Et si elle y croyait, alors ce baiser devait avoir un sens plus profond pour lui que celui de simplement vouloir la délivrer. Sans quoi, il ne l'aurait pas fait. C'est peut-être pour cette raison qu'elle se senti étrangement rassurée. D'une certaine manière, il venait de réussir à lui faire comprendre qu'il était là, avec elle, qu'il tenait à elle, et que Attraction Town ou pas ce sentiment-ci resterait inchangé. C'est avec autant de simplicité que Nakata venait de faire passer son message en emportant avec lui le premier baiser de la jeune femme.

Il s'agissait maintenant d'apporter une réponse au musicien car si elle avait déjà tenté de s'exprimer par les mots, ce moyen de communication plus intime méritait une réponse. Néanmoins, celle-ci semblait déjà en partie décidée. Si la demoiselle avait répugné ce contact, si c'était une chose qu'elle ne pouvait accepter, elle l'aurait déjà repoussé avec virulence. Or, ce n'était pas le cas. Son inaction était déjà une première preuve de la voie adoptée. L'inaction était cependant insuffisante. Le phénix méritait une véritable réponse donnée sans retenue. C'est donc avec une certaine timidité, fermant lentement les yeux, que Lilianna répondit à son baiser. Son rythme cardiaque s'accéléra un tantinet de ce sentiment grisant, si délectable, si enivrant. De cette manière, elle pouvait le lui communiquer à son tour, ce bien-être qu'elle ressentait en sa compagnie malgré leur récente rencontre, comme s'ils ne s'étaient pas connu la veille mais étaient plutôt des connaissances de longue date. Partager ce désir de se souvenir de lui, à l'avenir même lorsqu'ils seraient loin, très loin de cette île où l'attirance régnait en maître. La main de la demoiselle se posa au sol pour qu'elle puisse y prendre appui tandis qu'elle savourait la douceur des lèvres du blondinet, sans ressentir un empressement quelconque à voir cet échange exquis prendre fin. Au contraire, celui-ci avait une telle tendance à la ramener au calme qu'elle vint de sa main libre effleurer délicatement son bras du bout des doigts glissant de son coude jusqu'à son épaule.

Quand le duo s'éloignerait finalement l'un de l'autre, la jeune femme plongerait ses yeux framboises dans les prunelles de son compagnon, un léger rose perceptible sur les joues. Après quelques secondes, elle lui adresserait un simple mot dans un murmure.


- Merci...






_________________


Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Fenice Nakata
The Phoenix
Fenice Nakata
Messages : 15026
Race : Humain
Équipage : Tengoku no Seigi

Feuille de personnage
Niveau:
Folie, lendemain d'amour [FB - Lilianna et Nakata] - Page 2 Left_bar_bleue52/75Folie, lendemain d'amour [FB - Lilianna et Nakata] - Page 2 Empty_bar_bleue  (52/75)
Expériences:
Folie, lendemain d'amour [FB - Lilianna et Nakata] - Page 2 Left_bar_bleue879/1000Folie, lendemain d'amour [FB - Lilianna et Nakata] - Page 2 Empty_bar_bleue  (879/1000)
Berrys: 2.235.426.002 B

Folie, lendemain d'amour [FB - Lilianna et Nakata] - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Folie, lendemain d'amour [FB - Lilianna et Nakata]   Folie, lendemain d'amour [FB - Lilianna et Nakata] - Page 2 Icon_minitimeVen 16 Mar - 10:10

Folie, lendemain d'amour.
feat. Lilianna
Plus l'amour est parfait, plus la folie est grande et le bonheur sensible. Erasme.



Il se sentit transporté. Le contact qu'il venait d'initier, celui-là même qu'il pensait refléter la sincérité, la puissance et la véracité de ses sentiments, ceux qu'il éprouvait sans n'être manipulé par quelque donnée factice que ce fut, l'ébranla et le fit frissonner d'aisance et de plaisir. Goûter aux lèvres sucrées de Lilianna le plongea en extase, le fit vibrer puissamment, et il sembla l'espace d'un instant trouver au résonnement de son âme un épanouissement qu'il n'avait jamais pu approcher seulement. Sa tête lui tourna, son souffle coupé, et son cœur retrouva bien vite ses marques, demeurant néanmoins lent et tranquille, comme si c'était précisément cette marque d'amour inconditionnel qu'il avait attendu si ardemment. Toutefois, tout cela n'était rien comparativement à ce qui vint le saisir lorsque la blondinette passa du rôle de cible de toute cette attention à actrice de ce baiser éperdu : lorsque la main de la belle effleura son bras, lorsque ses lèvres vinrent enlacer celles du forban avec une application quelque peu maladroite et farouche, Nakata sentit son estomac se nouer et il se figea, l'espace d'un instant, se contentant purement et simplement de profiter, soulagé, de la réponse qu'elle lui expédiait. Il voulait croire que cette réponse n'était pas motivée par quelque poison que ce fut, par quelque folie temporaire et passionnée insufflée par Attraction Town, mais que c'était bien là le reflet pur et transparent des émotions qu'il avait su peindre sur le cœur de la mirifique jeune femme qui lui tenait tête. Leur solitude put s'ancrer dans le présent avec délice, les secondes défilant et se succédant sans que ni l'un, ni l'autre des amoureux transis ne daigne rendre sa liberté à sa moitié tout juste découverte. Le Phoenix lui-même se complut à cet échange délectable et s'y abandonna éperdument, ivre de l'odeur et des gestes doux qui émanaient d'elle, et qui n'en finissaient plus de le marquer de manière indélébile. Si la perspective de s'en aller n'avait malheureusement été qu'ombragée par ce contact inespéré et exceptionnellement intense, elle n'avait pu qu'être tapie dans l'ombre, prête à resurgir dans son esprit pour lui communiquer une crainte quant à l'avenir, quant à leur séparation imminente. Pour autant, ce baiser-là apportait à leur au revoir inévitable et incontournable une dimension plus saine, plus sereine, plus tranquille... Car, désormais, le Fenice ne le savait que trop bien. Ce n'était pas une simple affection qui les liait l'un l'autre, et le concours de circonstances qui avait provoqué leur rencontre finirait tôt ou tard par les réunir, quelqu'en soient les conjonctures et les conditions. Car il ne pouvait décemment pas ignorer à quel point elle le fascinait.

Lorsque leurs lèvres rompirent péniblement le doux contact auquel les deux jeunes pirates avaient su s'acclimater sans peine, le blondinet en profita pour caresser la joue de Lilianna d'une main délicate et pudique, comme si la seule perspective d'intenter à sa beauté le meurtrissait et l'épouvantait. Il demeura simplement là, pendu à ses lèvres, captant sans peine le mot solitaire qu'elle évoqua et qui l'envahit d'un bonheur sourd et dense. Cette réponse n'était pas causée par le poison, il ne le devinait qu'aisément : si elle avait été motivée par cet aphrodisiaque malsain et détestable, elle n'aurait pas daigné s'arrêter en si bon chemin, n'aurait eu de cesse de se montrer plus entreprenante... Et, il le savait pertinemment, il l'aurait terriblement mal vécu. Ce simple remerciement, à la fois timide et indéniablement expressif, ne pouvait signifier que deux choses... Soit elle avait réussi à reprendre le dessus, fut-ce de manière parfaitement éphémère, soit elle en avait d'ores et déjà fini avec ce produit effervescent et ardent. Dans un cas comme dans l'autre, lui ne pouvait qu'être soulagé : c'était là une preuve éclatante du fait que leurs sentiments étaient entrés en communion, et que la prime intention de ce geste fou et impensable n'avait pas été mésinterprétée.
S'il ouvrit la bouche pour tenter de lui apporter une réponse orale, le musicien ne parvint pas à formuler le moindre mot. A la vérité, il ne savait que dire : l'essentiel avait d'ores et déjà été communiqué et même lui, l'homme de lettres, songeait que la moindre parole risquait de se montrer si futile et si dérisoire en comparaison qu'il craignait d'être couvert de ridicule. Ainsi, sagement et judicieusement, il décida tout bêtement de faire glisser sa main jusqu'à l'arrière de la tête de Lilianna qu'il amena jusqu'à lui, auprès de son épaule, afin qu'elle s'y place affectueusement. Lui, de son côté, ferma les paupières et se contenta de retrouver une sérénité et un calme qui l'avaient déserté depuis que le baiser s'était rompu, profitant purement et simplement de la proximité de la doctoresse jusqu'à satiété, sans pour autant savoir s'il parviendrait un jour à se lasser de cette étreinte merveilleuse.

Avant qu'il ne s'en rende compte, une larme solitaire s'échappait de l'un de ses yeux, s'aventurant sur sa joue avec malice, resplendissant d'une honnêteté désarçonnante et détonante. Le Fenice se rendit alors compte du sentiment de plénitude qui l'habitait et du soulagement dingue qui s'était abattu sur lui, l'ôtant de leur réalité l'espace d'un instant. Il n'avait pour l'heure besoin de rien d'autre que de la sentir contre lui, après avoir cru que le pire était arrivé en constatant l'effroi de Mistral, après avoir été séparé d'elle par le mauvais présage de cette statue pernicieuse. Il lui fallut ensuite une paire d'instants supplémentaires pour enfin daigner glisser quelques mots à sa partenaire, sans pour autant hausser la voix : loin de lui l'idée de troubler la quiétude enivrante qui s'était saisie d'eux...

-Ne me remercie pas... Reste simplement... encore un peu avec moi. Encore un peu...

Un aveu d'impuissance lucide et limpide face à ce qui régissait leurs vies respectives, face à ce qui n'allait pas tarder à les séparer dans le tumulte et le fracas des âmes brisées et des sentiments maltraités. Pour l'heure, le primé souhaitait demeurer à ses côtés aussi longtemps que possible, profondément électrisé par l'odeur et les attentions de Lilianna...


_________________
Called to the ring, Taking me round by round
It hurts and it stings, Taking me down, down, down
You think that you caught me, I can hear you taunt me
Fractured and I'm falling down, My enemy is watching me bleed

But I'm not dead yet
So watch me burn.
Folie, lendemain d'amour [FB - Lilianna et Nakata] - Page 2 Nak_si10

Revenir en haut Aller en bas
Lilianna Windspell
Pirate
Lilianna Windspell
Messages : 227
Race : Humaine

Feuille de personnage
Niveau:
Folie, lendemain d'amour [FB - Lilianna et Nakata] - Page 2 Left_bar_bleue25/75Folie, lendemain d'amour [FB - Lilianna et Nakata] - Page 2 Empty_bar_bleue  (25/75)
Expériences:
Folie, lendemain d'amour [FB - Lilianna et Nakata] - Page 2 Left_bar_bleue52/80Folie, lendemain d'amour [FB - Lilianna et Nakata] - Page 2 Empty_bar_bleue  (52/80)
Berrys: 1.010.000 B

Folie, lendemain d'amour [FB - Lilianna et Nakata] - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Folie, lendemain d'amour [FB - Lilianna et Nakata]   Folie, lendemain d'amour [FB - Lilianna et Nakata] - Page 2 Icon_minitimeLun 19 Mar - 20:21





Folie, lendemain d'amour



"Au lendemain de notre rencontre, notre lien fut mis à l'épreuve
par les tumultes de la vie"



Ce ne furent pas des paroles qui répondirent aux remerciements de la jeune femme mais bel et bien un acte tout aussi révélateur. En effet, la belle sentit la main de son compagnon se poser derrière sa tête pour l'attirer à lui. Lilianna n'éprouva aucunement l'envie de lui résister et vint au contraire répondre à cette invitation en se blottissant contre lui. Ses mains se posèrent sur le torse du forban alors qu'elle enfouissait son visage au creux de l'épaule de ce dernier après avoir fermé les paupières. Si durant le baiser, son cœur avait légèrement augmenter la cadence, le calme du phénix l'avait ensuite rapidement enveloppée toute entière, l'enjoignant à l'apaisement. Cette sérénité l'accompagnait encore tandis qu'elle se faisait doucement étreindre. La créature qui l'avait habité depuis son réveil semblait gémir en donnant de petits assauts dans le ventre de son hôte. Cependant, ceux-ci se faisaient moins virulent. Fut-ce dû à la proximité des corps qu'entretenait le duo ? Le temps faisait-il son œuvre, offrant un remède salvateur à la demoiselle qui ne verrait pas obligée de se soumettre à un illusoire désir charnel ? Le baiser échangé et la puissance de leurs véritables sentiments avaient-ils réussi à contrer les vils effets de l'aphrodisiaque ? Ou était-ce encore un mélange de deux voir des trois raisons tout juste énoncées ? Qui sait.

Dans tous les cas, elle profita simplement de la présence de son ami, inspirant profondément humant son odeur au passage. Si ses yeux clos et sa position ne lui permirent pas de voir la larme dévalant le visage du musicien, elle n'eut en revanche, aucun mal à percevoir ses mots. Rester... un peu plus longtemps. Ses mots ne faisaient que les rapprocher davantage de cette séparation si redoutée. Cependant, elle préféra chasser promptement cette pensée de son esprit considérant préférable de se concentrer uniquement sur lui. Retenir le moindre détail de sa personne, de ces instants, de ces deux derniers jours. Deux jours seulement hein... Le temps est une notion si étrange. Parfois, on voit des instants filer plus vite que ce qu'ils auraient dû. D'autres fois, ce sont des moments qui s'étirent à l'infini au point qu'on semble ne jamais atteindre la seconde suivante. Et finalement, il arrive qu'on perde tout bonnement cette notion du temps. C'est d'ailleurs cette dernière éventualité que vivait le médecin.

Une minute ou une heure aurait pu passer, Lilianna aurait donc été incapable de le dire. La seule chose qui la tira de ce cocon paisible que lui offrait la présence et l'étreinte du phénix, furent le bruit de voix provenant de l'extérieur. Dans un premier temps, elle n'y avait même pas porté grande attention. Après tout, peu importe ce dont il s'agissait. Cela n'avait sur elle que l'effet d'un brouhaha en fond sonore similaire à celui qu'aurait produit le marché hebdomadaire. Néanmoins, la demoiselle devint plus attentive à la mention d'un oiseau géant azure et or, tout de feu, survolant Attraction Town. Oh, il aurait pu être question au marché de la rumeur d'un tel oiseau, rumeur qui aurait des raisons de s'étendre rapidement d'un bout à l'autre des étales. Toutefois, il était question de recherche et capture ce qui fit définitivement relever la tête de la blondinette.


- Ils parlent de toi... commença-t-elle.

Lilianna n'avait pas pris la peine de lui demander s'il avait entendu lorsqu'elle avait prit la paroles car les mots leur était parvenus assez distinctement de la rue, allant jusqu'à réussir à attirer son attention. Si sa voix semblait incertaine lorsqu'elle énonça ces quelques mots, c'est qu'elle avait subitement recoupé plusieurs informations, ensuite prise d'un doute qu'elle aurait aimé voir infondé. Aussi, lorsqu'elle recula son visage pour le placer face à celui de son compagnon et planter ses prunelles dans les siennes, ses sourcils se manquèrent pas de se froncer doucement d'inquiétude.


- Rassure-moi... ta forme de phénix n'est pas connue des marines... n'est-ce pas ?

L'intéressé aurait pu lui mentir à ce moment-là. Tout comme il aurait pu lui dire la vérité. Cependant, les deux jeunes gens partageaient une connexion qui ne s'effacerait plus de la sorte et la belle était encore trop attentive à tout ce qui concernait son ami présentement. Son rythme cardiaque, sa respiration, le moindre frémissement de son corps ou un infime changement dans son expression. Elle risquait fortement de le percevoir. Peut-être était-il bon comédien et saurait passé outre son analyse mais si elle s'en rendait compte d'une manière ou d'une autre, elle en serait attristée. Elle préférait le voir honnête même s'il pensait lui causer du soucis. Après ce qu'ils venaient de partager, qu'il ne puisse s'ouvrir à elle semblait impensable. Il devrait accepter qu'elle s'inquiète pour lui comme il s'était inquiété pour elle. C'est le message qu'elle voulut lui faire passer quand elle posa son front contre le sien en déclarant à mi-voix :

- S'il y a quoi que ce soit que je puisse faire pour t'aider, dis-le.

À cet instant, elle ne s'en était pas encore rendue compte mais quand les paroles furent prononcées, le poison ne faisait plus effet. Lorsqu'elle s'en rendrait compte, elle serait même incapable de déterminer depuis quand il avait disparu. Mais rien ne lui importait plus pour l'heure que le jeune homme qui lui faisait face.






_________________


Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Fenice Nakata
The Phoenix
Fenice Nakata
Messages : 15026
Race : Humain
Équipage : Tengoku no Seigi

Feuille de personnage
Niveau:
Folie, lendemain d'amour [FB - Lilianna et Nakata] - Page 2 Left_bar_bleue52/75Folie, lendemain d'amour [FB - Lilianna et Nakata] - Page 2 Empty_bar_bleue  (52/75)
Expériences:
Folie, lendemain d'amour [FB - Lilianna et Nakata] - Page 2 Left_bar_bleue879/1000Folie, lendemain d'amour [FB - Lilianna et Nakata] - Page 2 Empty_bar_bleue  (879/1000)
Berrys: 2.235.426.002 B

Folie, lendemain d'amour [FB - Lilianna et Nakata] - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Folie, lendemain d'amour [FB - Lilianna et Nakata]   Folie, lendemain d'amour [FB - Lilianna et Nakata] - Page 2 Icon_minitimeMer 21 Mar - 13:57

Folie, lendemain d'amour.
feat. Lilianna
Plus l'amour est parfait, plus la folie est grande et le bonheur sensible. Erasme.




Des voix. De vulgaires voix. Si le Phoenix se surprit à la maudire, il comprit bien vite que ces nuisances manifestées et tapageuses ne tarderaient guère à avoir le dernier mot, à l'arracher à la paix qui était celle qu'ils venaient de s'octroyer mutuellement en se livrant à une douceur extrême, à une délicatesse romantique et colossale. Lilianna et Nakata avaient certes su s'isoler du reste du Monde et de leurs préoccupations extérieures, des devoirs qui leur incombaient tout deux, mais ceux-ci n'avaient pas vraiment manqué l'occasion de les rattraper quelques minutes ou quelques heures plus tard, pour le peu que le musicien parvint à en considérer. Difficile, dans ces conditions, de savoir combien de temps s'était écoulé et combien d'instants s'étaient succédés pour les observer là, tapis dans leur adoration naïve, chaleureusement unis et bienveillants au possible. Toujours était-il que les voix, quant à elles, n'en étaient pas moins clairement et limpidement audibles : on risquait de les arracher à leur douce contemplation d'un instant à l'autre... Cette évidence sembla également percuter la doctoresse qui, la première, trouva la force et la volonté nécessaire pour briser le contact qui était le leur et auquel l'artiste s'était si doucereusement acclimaté qu'il eut l'espace d'un instant le plus grand mal d'accepter de s'en passer. Finalement, lorsqu'ils échangèrent tout deux un regard et qu'un brin d'inquiétude vint pourvoir les traits de la demoiselle, le combattant se mordit la lèvre inférieure de regrets et de culpabilité sèche. Il avait été stupide. Il avait été déraisonnable. Il l'avait su en agissant, mais c'était désormais chose encore plus certaine... Car il avait tué. Le forban, emporté par des tourbillons sentimentaux d'une virulence et d'une intensité rare, n'avait eu d'autre choix que de laisser la bête en son sein prendre l'ascendant, que de laisser ce carnassier sourd le posséder effrontément et le pousser à l'agressivité. Et même le philosophe qu'il tâchait le plus souvent de tenir éveillé s'était tu, trop malmené et tourmenté par le désir impétueux que cette île lui prodiguait, par ses émotions exacerbées et dénudées, écorchées. C'était une ironie encore plus dévorante pour le Fenice que de se rendre compte, froidement, qu'il allait être directement impliqué dans leur séparation, allant même jusqu'à en être le commanditaire indirect et involontaire. Ainsi, il détourna les yeux, incapable d'affronter avec la bravoure dont il se montrait généralement digne le faciès endolori de la belle Windspell, et il prononça un mot simple qui, à lui seul, suffirait sans nul doute à lui exposer l'étendue dramatique et tragique de la vérité.

-Désolé...

Il aurait pu s'appesantir davantage. Lui rappeler qu'il avait été de la marine, révéler qu'une prime, quoi que modeste, trônait actuellement sur sa tête, bien que sa présence sur West Blue ne soit pas encore connue du grand public et des services de renseignement du Gouvernement Mondial. Souligner le fait que le Décret Decima, impitoyable au possible, risquait de l'entraîner avec lui s'il venait à tomber, et qu'elle devait à ce titre à tout prix se préserver de sa présence autant que possible, voire quitter l'île définitivement et irrémédiablement pour éviter qu'un témoin oculaire trop bavard de leurs déambulations n'ait la fâcheuse idée de lui causer du tort. Mais le pirate n'en eut pas l'occasion. Lorsque la doctoresse vint unir leurs fronts, n'en finissant plus de dévorer ses prunelles du regard, il se sentit tressaillir et ne put que constater le fait que son cœur se resserrait d'instant en instant. Finalement, comme elle prenait la parole dans le but de lui offrir un secours à sa vie clandestine qu'elle devinait très certainement pénible, le musicien déforme son faciès en le munissant d'un sourire navré, attristé. Nakata le lui avait déjà dit, mais il le pensait d'autant plus amèrement : il regrettait que tout cela soit arrivé de la sorte, ne pouvait que se maudire d'avoir été si imprudent... Ne pouvait que s'excuser auprès de dette délicieuse inconnue aimée si tendrement de son tempérament impulsif, et de la grossière erreur qu'il avait pu commettre, rongé par la peur et par la haine, par la crainte de la voir mise-à-mal et par la colère de se tenir face à celui qui avait tenté de lui nuire dans la bassesse de son désir libidinal et égoïste.

Le Fenice, la gorge nouée, parvint toutefois à desceller ses lèvres pour fournir à la doctoresse une réponse plus loquace, qu'elle méritait plus qu'évidemment. A son tour, un brin d'inquiétude et d'hésitation ne tarda guère à paraître au creux de son regard, renseignant immédiatement Lilianna quant à l'empathie qu'il pouvait éprouver à son égard, quant à la frayeur viscérale qu'il pouvait seulement ressentir quant à la perspective de la quitter sans vraiment posséder la certitude que, de son côté, absolument tout irait pour le mieux.

-Tu ne peux pas m'aider... Tu dois partir, toi aussi. On nous a vu ensemble. C'est dangereux, trop, de rester par ici... Tu... Tu es en état de le faire ?

Le jeune criminel se doutait bien évidemment que le danger était partout, mais qu'il aurait, si Lilianna se sentait capable de s'en retourner parmi son propre équipage, l'occasion de détourner l'attention acerbe et acérée des justiciers sur lui-même le temps de permettre à la belle de prendre la poudre d'escampette. Après tout, c'était lui que les gouvernementaux désiraient capturer et enfermer, pas la jeune femme sur laquelle ils ne pourraient jeter leur dévolu qu'après une enquête quelque peu approfondie et qu'après avoir recoupé des témoignages, chose qui leur prendrait assurément un peu de temps et leur demanderait quelques efforts... S'il jouait sur leur frustration en apparaissant devant eux et en leur fournissant une chance de lui mettre le grappin dessus, le Fenice pourrait très probablement les détourner de la doctoresse. Il comptait d'ores et déjà procéder de la sorte, à la vérité, mais souhaitait avant toute autre chose savoir si elle avait été libérée du malsain produit l'ayant envoûté auparavant... Il s'agissait de ne pas mettre sa sécurité en péril en agissant dans la précipitation : il était peu probable que les marines fouilleraient cette auberge en priorité. Après tout, la ville était plutôt vaste...


_________________
Called to the ring, Taking me round by round
It hurts and it stings, Taking me down, down, down
You think that you caught me, I can hear you taunt me
Fractured and I'm falling down, My enemy is watching me bleed

But I'm not dead yet
So watch me burn.
Folie, lendemain d'amour [FB - Lilianna et Nakata] - Page 2 Nak_si10

Revenir en haut Aller en bas
Lilianna Windspell
Pirate
Lilianna Windspell
Messages : 227
Race : Humaine

Feuille de personnage
Niveau:
Folie, lendemain d'amour [FB - Lilianna et Nakata] - Page 2 Left_bar_bleue25/75Folie, lendemain d'amour [FB - Lilianna et Nakata] - Page 2 Empty_bar_bleue  (25/75)
Expériences:
Folie, lendemain d'amour [FB - Lilianna et Nakata] - Page 2 Left_bar_bleue52/80Folie, lendemain d'amour [FB - Lilianna et Nakata] - Page 2 Empty_bar_bleue  (52/80)
Berrys: 1.010.000 B

Folie, lendemain d'amour [FB - Lilianna et Nakata] - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Folie, lendemain d'amour [FB - Lilianna et Nakata]   Folie, lendemain d'amour [FB - Lilianna et Nakata] - Page 2 Icon_minitimeMar 27 Mar - 10:18





Folie, lendemain d'amour



"Au lendemain de notre rencontre, notre lien fut mis à l'épreuve
par les tumultes de la vie"



Elle avait craint une réponse de ce genre, ce qui lui permit peut-être d'accuser le coup plus facilement. Son "Désolé..." déjà avait sonné comme l'aveu fataliste d'une réalité à laquelle elle s'attendait malheureusement mais qui n'en était pas moins difficile à accepter pour autant. Elle aurait vraiment fait de son mieux pour l'aider même si cela impliquait de prendre quelques risques de son côté. Mais le phénix ne le voyait visiblement pas de cet œil. Partir. Voilà la solution la plus prudente. Certes. Mais cette solution impliquait que leur séparation ne se précipite et cela fit l'effet d'une douche froide à notre blondinette. Sans séparer leurs fronts pour autant, ayant plus que jamais besoin de ces contacts dont elle serait bientôt privée, Lilianna baissa le regard. Protester était inutile, elle le savait. Au contraire, cela rendrait la tâche plus difficile à l'oiseau mythique qui, à n'en pas douter au vu de son expression et du ton de sa voix, ne se faisait pas plus une joie qu'elle de devoir mettre fin à cette rencontre magique.

De plus, elle se rendit compte que le poison qui avait parcourut ses veines tout ce temps avec le malin plaisir de déclencher une tempête de désir s'était finalement dissipée. La jeune femme en ressentit un bref mais sincère soulagement. En d'autres conditions, elle aurait été plus qu'heureuse de se voir débarrassée de ce produit malsain à cause duquel, elle serait tombée dans les draps d'une luxure et d'une passion déjantée, intense, trop superficiel. Même si cela aurait eut lieu avec Nakata qu'elle appréciait et avec qui elle partageait quelque chose de magique, de secret dont eux seuls étaient les détenteurs sans pouvoir décrire la nature de cette relation, franchir cette barrière et entrer à ce jour dans le monde des plaisirs charnels n'était pas envisageable. À l'inverse, elle n'eut pas à subir plus longuement les néfastes effets d'un refus à l'abandon. Elle avait plongé dedans l'espace de quelques instants et cela lui avait amplement suffit. Cette conclusion était donc la plus enviable et celle qui normalement lui aurait apporté le plus de joie. Seulement voilà, ne plus être victime de l'aphrodisiaque était aussi la réponse à la question du musicien. Parce que oui, désormais elle était en état de s'enfuir, regagner son navire et donc le quitter. Pour une fois, la jeune femme eut envie de faire preuve d'égoïsme et de mentir. Si elle n'était pas rétablie, il ne prendrait probablement pas le risque de le faire. C'est notamment le pourquoi de son silence. Une hésitation entre la sincérité et le mensonge. Une manière de gagner quelques secondes de plus.

Mais soyons honnêtes. Quel genre de monstre deviendrait-elle si elle commençait à mentir à ce jeune homme pour qui elle avait tant d'affection ? Elle ne pouvait décemment pas penser à elle seule. D'une part, cela impliquerait de teinter leur lien si nouvellement trouvée d'un odieux mensonge. Et d'autres part, en lui faisant avaler des couleuvres, la doctoresse les mettrait tous deux en danger. Même si son statut de pirate n'était pas révélée, avec le Decret Decima présentement en vigueur, elle pouvait finir en prison, simplement pour avoir côtoyé un ex-marine reconvertit en pirate et avoir trouvé sa compagnie agréable plutôt que de le fuir en allant chercher les forces de l'ordre pour l'arrêter, tout en lui vouant une haine viscérale. La prison. Mais c'était potentiellement un sort plus souhaitable que ce qui attendrait le phénix. Or, elle ne savait absolument pas ce que ferait la marine si elle mettait la main sur son compagnon. Et d'une certaine manière, elle ne tenait pas à le savoir. Non, mentir n'était pas une option. Finalement pour la troisième et bonne raison qu'il ne méritait pas cela. Aussi, lorsqu'elle releva les yeux, ceux-ci traduisaient un brin de douleur, un autre de tristesse tandis qu'elle répondait la bouche sèche.


- Oui... Je suis parfaitement en état de le faire...

Et même plus. Il fallait le faire au plus vite. À mesure que le temps filait, les marines étaient en traque et si la ville était somme toute assez vaste pour ne pas être passée au peigne fin en dix minutes, qui pouvait savoir quand cette auberge serait fouillée. Sans compter qu'ils pouvaient tomber sur ces justiciers de blanc et de bleu vêtus n'importe quand s'ils sortaient. Ils ne retrouveraient leur sécurité, pour peu qu'une vie de pirate puisse être sécuritaire, quand ils se seraient éloignés d'Attraction Town. Le plus tôt serait le mieux.

*Plus tôt on sera parti... mieux ça vaudra...*

À cette pensée, comme si elle avait achevé de faire craquer quelque chose, la demoiselle se jeta au cou de Nakata, croisant les bras sur sa nuque pour l'étreindre. Elle enfouit son visage entre le cou du forban et son propre bras, le serrant un peu plus contre elle. Lilianna se sentit étrangement incapable de pleurer. Aucune larme ne roula sur sa joue dans cette étreinte affectueuse teintée de cette intensité inimitable qui était celle des ultimes contacts.

Ce serait le dernier.

C'est pourquoi, Lilianna ne le prolongea pas plus de quelques secondes avant de prendre sur elle et de rompre l'étreinte. Rompre leur proximité en se reculant suffisamment. Elle ne voulait pas avoir le temps de s'en délecter. Il ne fallait pas retomber dans cette douce sérénité qui les avait enveloppé précédemment. Non. C'était un au revoir.







_________________


Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Fenice Nakata
The Phoenix
Fenice Nakata
Messages : 15026
Race : Humain
Équipage : Tengoku no Seigi

Feuille de personnage
Niveau:
Folie, lendemain d'amour [FB - Lilianna et Nakata] - Page 2 Left_bar_bleue52/75Folie, lendemain d'amour [FB - Lilianna et Nakata] - Page 2 Empty_bar_bleue  (52/75)
Expériences:
Folie, lendemain d'amour [FB - Lilianna et Nakata] - Page 2 Left_bar_bleue879/1000Folie, lendemain d'amour [FB - Lilianna et Nakata] - Page 2 Empty_bar_bleue  (879/1000)
Berrys: 2.235.426.002 B

Folie, lendemain d'amour [FB - Lilianna et Nakata] - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Folie, lendemain d'amour [FB - Lilianna et Nakata]   Folie, lendemain d'amour [FB - Lilianna et Nakata] - Page 2 Icon_minitimeMar 27 Mar - 13:31

Folie, lendemain d'amour.
feat. Lilianna
Plus l'amour est parfait, plus la folie est grande et le bonheur sensible. Erasme.




Son cœur se serra tandis qu'épouvanté, il accueillait la dernière étreinte qui les unirait avant leur séparation, la prenant dans ses bras lui-même en fermant les paupières. La gorge nouée, il aurait aimé pouvoir ouvrir la bouche pour prononcer quelques paroles douces, lesquelles auraient hypothétiquement pu adoucir la virulence aigre de leur séparation imminente... mais que dire ? L'artiste était démuni face à une certitude aussi glaçante : ils n'allaient pas tarder à se quitter, et de façon probablement irrémédiable. Le Monde était vaste, trop pour que le hasard ne les guide l'un à l'autre de façon continuelle... Peut-être se reverraient-ils à nouveau, au détour de leurs propres périples, de leurs propres voyages, mais dans combien de temps ? Et dans quelles conditions ? S'il imaginait sans peine que le capitaine de Lilianna ne devait pas non plus compter parmi les plus odieux pirates que recelaient les mers, il en ignorait trop à son sujet pour songer sans incertitude ni doute que Raphaël et lui s'affectionneraient ou, à défaut, se toléreraient. Les frictions entre criminels étaient presque aussi fréquentes qu'avec les gouvernementaux. Qu'adviendrait-il d'eux s'ils avaient à se retrouver sur un champ de bataille, en tant qu'ennemis ? C'était certainement la pire éventualité, et également l'une des plus improbables, mais le Phoenix ne pouvait s'empêcher d'être tétanisé à cette seule pensée angoissante. Il ne voulait pas même imaginer que le Destin puisse s'avérer aussi pernicieux à leur égard... Et pourtant ! Tout s'était déroulé sur Attraction Town de sorte que leur attirance naturelle et instinctive les fasse souffrir, les tourmente. Certes, à l'issue de ces innombrables péripéties inattendues et imprévisibles, leurs sentiments semblaient s'être fortifiés et ils avaient eu le courage de jouer franc jeu, resplendissant l'un comme l'autre d'une sincérité honorable, mais pouvaient ils l'un comme l'autre envisager que cela serait éternellement le cas ? Non... Dans les faits, le musicien préférait partir sur un constat triste et terrible, mais certainement plus probable. Ils ne se reverraient jamais. Attraction Town, qui avait eu la primeur de leur amour, en conserverait également jalousement les vestiges. La vie était ainsi faite : même les histoires les plus mirifiques et mélodieuses prenaient parfois des allures cauchemardesques et cataclysmiques. Car ils avaient égoïstement choisis l'illégalité et la réclusion, ils ne pouvaient décemment pas espérer vivre dans la joie et l'épanouissement constant...

Finalement, Lilianna prit la pénible décision de rompre cette ultime étreinte, forçant Nakata à rouvrir les yeux et à se délecter une dernière fois de la beauté pure qui émanait d'elle. Ainsi proches l'un de l'autre, et ainsi confrontés à la proximité de son départ, le forban ne pouvait qu'être subjugué par ladite beauté transcendante qu'il percevait et qui l'irradiait. Tandis qu'elle se reculait péniblement, lui se contenta de demeurer à sa place, les bras ballants et les lèvres scellées dans un premier temps, comme s'il tâchait de conserver autant que possible le goût sucré du baiser qu'ils avaient échangé. Il détailla ces pupilles ardentes qui l'avaient envoûtées, cette cascade de cheveux blonds qui encadraient cette silhouette fine et harmonieuse, ce nez discret et cette bouche malicieuse qui se fendaient jusque-là d'un sourire charmeur mais qui s'accordait désormais avec le terrible constat de leur séparation à venir. Il aurait pu demeurer là des heures et des heures sans vouloir bouger d'un pouce, à la contempler, simplement, à apprécier la moindre de ses aspérités, le moindre de ses traits. Mais il n'en avait pas le loisir, et ne le savait que trop bien... Finalement, il détourna le regard, à grand peine, sachant que le temps passant et défilant ne l'aiderait en aucun cas et irait même probablement jusqu'à rendre sa peine plus grande et plus insoutenable encore. Le Phoenix passa une main hébétée sur son visage, essayant vainement de se secouer quelque peu, puis remit maladroitement un peu d'ordre dans sa chevelure avant de murmurer les seuls mots qui lui passaient par l'esprit.

-Je... J'aimerais... Te revoir. Un jour. Je ne sais pas quand, ni comment, ni pourquoi... Ni où. Mais... Je te le promets. Je ferai parler de moi. Tu pourras me retrouver, quand tu le voudras.

Cette résolution soudain déterminée trancha puissamment avec son hésitation précédente et vint fournir à ses yeux une lueur de témérité qui semblait inexorable. Le Fenice ne le savait que trop bien : Raphaël n'était pas homme discret et, tôt ou tard, leurs efforts conjugués finiraient par les hisser au sommet de la piraterie. Dès lors, la doctoresse pourrait discrètement épier ses progrès et leurs hauts faits. Elle pourrait se délecter d'obtenir de lui des nouvelles régulières... Ce serait déjà une excellente revanche prise contre la vie, contre le hasard, contre ce que certains nommaient Destin. Si Attraction Town ne voulait pas leur permettre d'apprendre à se connaître et d'apprendre à s'aimer... Ils n'auraient qu'à le faire à l'avenir, au fil de leurs aventures personnelles, sans même avoir à se côtoyer.

Conscient qu'il s'agissait dorénavant du moment ou jamais pour quitter cette maudite île sans faillir ni faiblir, le maudit commença à se redresser avant d'interrompre le mouvement, incapable de s'en aller sans lui destiner une dernière touchante attention. Fugacement, il vint déposer ses lèvres sur le front de la belle, fermant les paupières pour apprécier ce contact à sa juste valeur, puis il se leva enfin et prit la direction de la fenêtre d'un pas lourd et chancelant mais néanmoins irrépressible. Il devait le faire. Pour eux deux... pour elle. Plus ils passaient de temps côte-à-côte et plus elle risquait d'être suspectée de complicité à son égard... Plus elle risquait d'être prise pour cible par les troupes du Gouvernement Mondial également. C'était intolérable, et le Phoenix ne pouvait pas laisser cela arriver.
D'un geste ferme et certain, il ouvrit la fenêtre et, la mort au cœur, s'enflamma puissamment pour prendre son envol, quittant cette auberge qui les avait vu converser naïvement puis s'unir fougueusement, dans l'étreinte fébrile de leurs lèvres passionnées...


_________________
Called to the ring, Taking me round by round
It hurts and it stings, Taking me down, down, down
You think that you caught me, I can hear you taunt me
Fractured and I'm falling down, My enemy is watching me bleed

But I'm not dead yet
So watch me burn.
Folie, lendemain d'amour [FB - Lilianna et Nakata] - Page 2 Nak_si10

Revenir en haut Aller en bas
Lilianna Windspell
Pirate
Lilianna Windspell
Messages : 227
Race : Humaine

Feuille de personnage
Niveau:
Folie, lendemain d'amour [FB - Lilianna et Nakata] - Page 2 Left_bar_bleue25/75Folie, lendemain d'amour [FB - Lilianna et Nakata] - Page 2 Empty_bar_bleue  (25/75)
Expériences:
Folie, lendemain d'amour [FB - Lilianna et Nakata] - Page 2 Left_bar_bleue52/80Folie, lendemain d'amour [FB - Lilianna et Nakata] - Page 2 Empty_bar_bleue  (52/80)
Berrys: 1.010.000 B

Folie, lendemain d'amour [FB - Lilianna et Nakata] - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Folie, lendemain d'amour [FB - Lilianna et Nakata]   Folie, lendemain d'amour [FB - Lilianna et Nakata] - Page 2 Icon_minitimeMer 28 Mar - 10:21





Folie, lendemain d'amour



"Au lendemain de notre rencontre, notre lien fut mis à l'épreuve
par les tumultes de la vie"



Difficile d'entendre ses derniers mots. Elle aussi avait envie de le revoir. C'était une telle évidence que la question ne s'était pas posée. Pourtant, la jeune femme avait été dans l'incapacité de la formuler, se raccrochant seulement au mince espoir naît de sa promesse. Le médecin resterait aux aguets de la moindre nouvelle, suivant son parcours, ses exploits, son trajet si faire se peut. Et un jour peut-être, le destin les réunirait-il à nouveau ? Et s'il ne le faisait pas ? Eh bien, elle le forcerait comme elle le lui avait dit à la fontaine. Le moment et le lieu était encore inconnu. La cause tout autant. Mais elle refusait que l'idée que cette première rencontre soit leur dernière. Peut-être en ayant l'espoir de pouvoir le voir à l'avenir quitte à aller contre ce que le monde avait prévu pour eux, était une chimère de jeune femme trop naïve. Toutefois, si elle ne se raccrochait pas à cette douce éventualité, au moins le temps qu'ils se séparent, la belle aurait été incapable de lui faire ses adieux.

Ses yeux se fermèrent l'espace de quelques secondes quand il approcha pour déposer sur son front un baiser, bref mais qui manqua de faire monter les larmes à la blondinette. Ce n'est qu'en se forçant qu'elle réussit à contenir cette eau salée qui avait menacé de s'échapper de ses yeux. Elle serra les doigts, enfermés dans son poing pour ne pas céder à une folie qu'ils ne pouvaient se permettre. Il devait partir. Elle devait partir. Lilianna se le répéta mécaniquement pour ne pas laisser la place dans son esprit à une quelconque autre alternative. Aussi, même si cela lui rendait la tâche plus ardue de le voir se diriger vers la fenêtre qu'il ouvrit, s'enflammer et prendre son envol, elle regarda du tout au tout, sans en perdre la moindre miette. Si elle avait détourné le regard par facilité et faiblesse, elle aurait par la suite éprouvé des regrets à n'en pas douter.

Les pleurs n'ayant pas encore abandonné l'objectif de surgir, furent retenus une seconde fois par la demoiselle qui ne voulait pas gâcher le précieux temps accordé par le phénix. Certes ils devaient éviter d'être pris ensemble mais en revêtant cette forme, il avait de fortes chances d'attirer le regard et c'était peut-être justement là son but. Si elle perdait les trente prochaines minutes à s’apitoyer, ce serait du beau gâchis. Il y avait mieux à faire, à savoir : regagner le navire. C'est avec cette optique que le cœur serré, la demoiselle tendit le bras pour ramasser la photo qu'elle avait confié à Nakata pour pouvoir le rencontrer à nouveau quand un élément perturbateur les avait séparé. Une part d'elle aurait aimé le voir conserver ce souvenir d'elle. Mais c'était trop tard désormais. Il était parti. Notre amnésique favorite rangea donc le cliché, récupéra ses affaires et leva les yeux vers l'oiseau blanc perché sur le haut de l'armoire.


- Allez mon grand, fit-elle la voix brisée, empreinte de tristesse. Il est l'heure de partir.

L'Elanion à queue blanche qui avait suivi les deux blondinets dans la chambre, craignant pour sa maîtresse s'était installé sur son perchoir, attendant silencieusement de voir comment le garçon pourrait aider sa belle qui semblait souffrir. Il se savait impuissant mais personne n'aurait pu l'empêcher de rentrer dans cette pièce pour couver du regard l'évolution de l'état de Lilianna. Il avait été le témoin silencieux de ce qui s'était passé ici et comprit donc la raison de la tristesse de la jeune femme. Elle appréciait énormément l'oiseau bleu et or. Mistral lui-même avait fini par montrer une certaine forme d'affection pour lui, même s'il était bien moins atteint que Lilianna par son départ. Ce qui l'atteignait, c'était la peine de cette jeune femme sur laquelle il vint se poser, sur son épaule, frottant sa tête contre la joue de cette dernière pour tenter de lui remonter le moral. Le résultat fut mitigé. Si elle adressa un sourire à son compagnon à plume, celui-ci ne reflétait pas moins son chagrin, et ses yeux une douleur bien lisible.

C'est donc sans bruit et sans joie que le duo quitta la chambre. Lilianna régla les détails concernant l'auberge avant de sortir à l'extérieur, jetant un regard prudent à droite et à gauche. Pour le moment, aucun marine n'était à proximité. Ils avaient peut-être décidé de chercher dans un autre secteur. Ou bien... ils auraient vu le bel oiseau de feu si caractéristique dans le ciel et se seraient lancés à sa poursuite. Non. Mieux valait ne pas penser à ce genre de choses. Le musicien s'en sortirait. Secouant la tête comme si cela allait lui remettre les idées en place, elle reprit son chemin en direction de son navire et des Iruka no Umi. Heureusement pour elle, tout l'équipage était à bord quand elle arriva, s'occupant de divers activités. Si Tora l'accueillit de loin avec une plaisanterie selon laquelle ils allaient bientôt partir à sa recherche croyant qu'elle avait trouvé l'amour et décidé de s'installer sur Attraction Town, il retrouva bien vite son sérieux en voyant que sa doctoresse, au lieu de lui répliquer avec son énergie coutumière, lui avait juste demandé s'il était possible de lever les voiles bientôt, le regard sérieux, presque suppliant. Le manieur de Naginata resta un instant silencieux avant de hocher la tête. Ce n'était que ce qu'elle attendait. Après quoi, elle se dirigea vers ses quartiers, ne souhaitant pas qu'on l'interroge que ce soit d'inquiétude ou innocemment, sur son expérience de l'île. La prote fut refermée sans un brin d'énergie et tandis que le rapace regagnait son précieux perchoir, la pirate adossée à la porte, se laissa glisser le long de celle-ci. Le cœur serré, les yeux levés vers le plafond et surtout vers un ciel qu'elle ne pouvait voir où un phénix volait peut-être majestueusement, Lilianna adressa une prière à haute voix.


- Pitié... laissez-nous nous revoir.






_________________


Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


Folie, lendemain d'amour [FB - Lilianna et Nakata] - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Folie, lendemain d'amour [FB - Lilianna et Nakata]   Folie, lendemain d'amour [FB - Lilianna et Nakata] - Page 2 Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 

Folie, lendemain d'amour [FB - Lilianna et Nakata]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

 Sujets similaires

-
» [UPTOBOX] Les Charlots en folie : À nous quatre Cardinal! [DVDRiP]
» [UPTOBOX] Le Retour des bidasses en folie [DVDRiP]
» [UploadHero] La Folie des grandeurs [DVDRiP]
» Un nouveau logis...[hentaï /terminé]
» Un coucher de soleil avec toi (pv Aisuru) (Hentaï possible)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
One Piece Seken :: Le monde de One Piece :: Seas Blues :: West Blue :: Attraction Town-