Partagez | 
 

 [FB] La foire de la trouille (ft Rain)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Kanäe Toupex
MidoriSasori
avatar
Messages : 1143
Race : Humain
Équipage : Inquisition

Feuille de personnage
Niveau:
43/75  (43/75)
Expériences:
189/500  (189/500)
Berrys: 12.816.000 B

MessageSujet: [FB] La foire de la trouille (ft Rain)   Sam 6 Jan - 10:56

CLa drogue, c'est mal !

Ah que la vie pour être douce, appréciable, joyeuse et enjouée sur cette petite île East Blue. Comme un grand nombre d’île sur les Seas Blues et sur Grand Line, celle-ci avait une spécialité qui fondait sa différence face à toutes les autres. Si certains favorisaient l’artisanat ou autre méthode de fabrication comme la célèbre Funéria et sa spécialité avancée en matière d’obsèques ou encore la belle Patagato, île uniquement dédiée à la préparation de la meilleure pâte à tarte de toutes les mers… uniquement de la tarte, pas de sa garniture. L’île sur laquelle se trouvait maintenant la verte était à classer dans un tout autre style, une île qui était parvenue à rendre le bonheur lucratif, les sensations fortes sympathiques et la nourriture incroyablement onéreuse mais toujours indispensable.

En effet, quelques heures auparavant, la lieutenante Toupex avait débarqué sur la belle « Ohohoh Park » : une terre entièrement constituée d’un complexe forain avec une annexe hôtelière uniquement accessible par navette marine. La foire en question s’étendait sur plusieurs kilomètres carrés et l’on pouvait y trouver tous les styles d’attractions pour la plus grande joie des tous petits ou des très vieux ! Du plus grand roller coaster des mers à la plus belle des cascades magiques, le territoire était empli d’attractions aussi belles qu’horrifiantes. Finalement, le plus bel exemple de la diversité venait de son nom, qui était aussi celui du propriétaire de l’île : Ohohoh. Un « oh » d’amusement sans fin, un « oh » de plaisir gustatif et un « oh » de frayeur totale : il y avait tout.

Si la fête battait son plein sans interruption, nuit et jour et chaque jour de la semaine sur le corps principal de l’île, l’annexe hôtelière permettait aux visiteurs de prendre un repos bien mérité après plusieurs jours d’amusement total. Cette annexe se trouvait situé sur une île beaucoup moins grande que la première et bénéficiait d’une ceinture rocheuse naturelle qui parvenait à bloquer le son provenant de la foire perpétuelle. C’était d’ailleurs pour cette seconde île que la belle gouvernementale avait été dépêchée et l’endroit où elle se trouvait dorénavant.

Présente sur East Blue, et herboriste de profession, la marine avait été mandatée par Shawn Ohohoh, propriétaire de « Ohohoh Park » et de l’annexe hôtelière qui faisait face depuis quelques temps à des problèmes de champignon. Ces « putains de saloperie » avaient envahi quelques-unes des chambres et n’étaient pas vraiment du goût de son « aimable clientèle de casse-couille ». Si cela relevait plus d’une mission ménagère que d’une intervention guerrière, le gouvernement était soumis aux désirs de cet homme charismatique et particulièrement riche. La faction avait donc décidé d’envoyer une professionnelle des végétaux, capable de trouver une solution sur le long terme et de ne pas uniquement se débarrasser de cette nuisance de façon temporaire. L’heureuse élue fut donc Kanäe Toupex, lieutenante émérite…

Bien évidemment, la principale intéressée avait été outrée par de tels ordres mais n’avait eu le choix, elle avait donc embarqué, avait débarqué sur l’île de la fête – quelque chose qui ne l’intéressait absolument pas – et avait rejoint l’aile infestée par les champignons et spores associés. Après plusieurs heures de travail, elle était parvenue à élaborer un antifongique suffisamment puissant pour exterminer totalement la menace végétale, seul problème elle avait été largement exposée à ces substances.

La « Ephemeria inhitetris », également nommée « poudre de bonheur » par les clients peu scrupuleux qui aimaient prendre des trips hallucinogènes. Elle avait pour principale caractéristique de retirer le filtre émotionnel qui pouvait se trouver dans l’esprit de toute personne, un drogué perdait alors toute sensation de mesure et ressentait par principe une joie immense. Dans les premiers temps, la verte ne ressentit absolument pas les effets des végétaux mais après plusieurs dizaines de minutes, alors qu’elle attendait le contrôle de son patron du jour, elle sentit une douce chaleur l’envahir.

Soudain, un homme apparu à la réception de l’hôtel, il revenait de la zone infectée et portait un masque le protégeant de toute substance aérienne extérieure, chose que la verte avait eu aussi ; le sien devant être trouvé apparemment.




Mademoiselle ! Je suis très satisfait ! Pour vous remercier, et en plus de l’excellent rapport que je fournirai à vos supérieurs, je vous invite à profiter des joies de notre parc gratuitement. Une chambre double sera également mise à votre disposition. Tenez.


L’homme particulièrement exubérant tendit alors à la gradée deux colliers couleur or avec un petit pass pendu à son extrémité.

Ceci vous permettra d’accéder à toute attraction ou toute restauration gratuitement et en priorité. Je vous en laisse deux, si vous trouvez un ou une ami sur place.


Le riche propriétaire n’attendait rien de plus que des remerciements solennels mais fut particulièrement surpris de la réaction de son interlocutrice qui lâcha une larme et lui sauta dans les bras. Etrange pour une lieutenante non ?

La jeune femme pleurait à chaudes larmes, de joie, et sautillait dans les bras de celui qui avait pu être son employeur pour quelques instants.

Merciiiiiiiiiiiiiiii ! T’es trop gentil comme mec !


Et avant même qu’il ne puisse répondre, elle disparut en courant vers la sortie et a fortiori, vers la navette qui l’emmènerait en direction de l’île de tous les plaisirs. Une fois dedans, la Toupex prévoirait de s’arrêter à l’arrêt « La cascade arc-en-ciel ». L’endroit, au nom sympa et attrayant pour une jeune femme droguée, était connu et reconnu pour être le plus grand rassemblement d’établissement à débit de boisson de tout East Blue. Peut-être y ferait-elle d’intéressantes rencontres ?

©️ Codé par Kari Crown


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Rainbow Dieulegrand
La rose
avatar
Messages : 820
Race : Humaine
Équipage : Aucun

Feuille de personnage
Niveau:
24/75  (24/75)
Expériences:
28/120  (28/120)
Berrys: 1.393.000 B

MessageSujet: Re: [FB] La foire de la trouille (ft Rain)   Sam 6 Jan - 19:30


La foire de la trouille






Je ne me qualifierai jamais d’alcoolique. Sauf une fois, au chalet… et encore. J’avais 12 ans, et Marzia nous avait clairement montré que c’était écrit mirabelle sur la bouteille ! Comment des gosses sont sensés deviner qu’il ne s’agit pas de jus de fruit? Pour une fois qu’on faisait une fête, que Leora nous avait laissé faire… Tant est qu’on en a plus jamais fait après, surtout quand elle a vu qu’on était tous beurrés, même la petite Maryse du haut de ses 9 ans. C’est pas comme si on avait réussir à descendra la bouteille, nos foies étaient pas bien gros… Enfin bon. Cela me fait juste penser au fait que commencer jeune ne veut rien dire. C’est pourquoi je ne comprends pas pourquoi on ne m’a pas laissée boire ma fée verte tranquille avec Roberto ! Ou plutôt : pourquoi il m’a trouvé ce petit boulot?… Je sais que je fais pitié en ce moment, que je viens extrêmement rarement. Mais de là à me présenter à ce mec qui distille sa propre gnôle en mode « c’est une aubaine »?… Roberto lève un sourcil. Et merde, j’étais tellement concentrée sur mes souvenirs que j’ai pas fait attention. Je remarque le verre tendu d’une substance rouge étrange, et comprends que je suis sensée le boire. Bon. Plus vite c’est bu, plus vite c’est réglé.

« Y’a pas de soucis, je vous dis quoi. »

J’attrape le verre, et engloutis son contenu sous l’oeil effrayé du mec et l’oeil hyper amusé de Roberto. Ma première réponse achève le type en face de moi. quoique, je sais pas s’il est plus effrayé ou impressionné. Sans doute les deux.

« Boarf ca va, c’est pas trop fort en fait votre truc.
 

-C’est un alcool traitre vous savez, on ne sent pas le…

-Ouais ouais, Roberto me disait la même pour la fée verte, et ça me tourne pas facilement la tête !

-Je confirme, la p’tite souris là est une force de la nature, faut pas s’fier à sa taille. Elle battra un type qui fait deux fois sa carrure à un jeu d’alcool c’est sûr, mais elle a le charisme et le foie. »

Je regarde Roberto et hausse un sourcil. Tu vas me vendre vieux? J’espère pas ! Oublions donc cette fameuse fois où… Roh punaise, on avait dit pas les dossiers. Ce type m’avait mise au défi sérieux, on achève pas un chihuahua à terre… Tiens? Je me sens détendue.

« Bref. Votre truc, ça détend, ça donne de l’énergie, sucré sans trop l’être, ça devrait plaire à tout le monde, et comme c’est léger, je pense que vous atteindrez autant les hommes que les femmes ! Puis rouge, ça fait couleur de l’amour. Faut le vendre comme un élixir d’amour, ça se vendra comme des petits pains.

-Je vous l’avais dit ! »

Le type me dévisage comme si j’étais le saint graal. J’ai juste dit ce que je pense?…

« Bien sûr ! Le philtre d’amour ! Ca sera son nom. Vous êtes formidable, je vous engage !

-Engage? Que… Quoi?… »

Le sourire de Roberto me fait comprendre que j’aurais dû être plus attentive quand le mec en face de moi expliquait ce qu’il attendait de moi.

« En plus, vous avez les cheveux qu’il faut, croyez-moi. Vous ferez un travail extraordinnaire, j’en suis sûr. Il ne me tuera pas, je suis sauvé ! »

Il?… Son patron?… Roh bordel, c’est… Il regarde sa montre. Je le sens mal. Très mal. Il me dévisage. Moi. Il se lève, et m’emboite le pas et se retourne en voyant que je ne suis pas.

« Vous venez? Le bateau va bientôt partir ! J’ai une tenue qui devrait vous convenir sur le bateau qui nous mènera à Ohoho Park. »

J’écarquille les yeux, pense à refuser, regarde Roberto, et me dis que si je ne le suis pas je vais me faire étriper. En me levant, je sens quelque chose de léger, de doux. Comme si chaque parcelle de mon corps avait une puissance nouvelle, une puissance douce, généreuse… Avec une pointe de folie. Sans m’en apercevoir, je suis déjà à bord du bateau. J’entends les paroles du type par parcelles, en enregistrant les mots arc-en-ciel, verres offerts, ou d’autres choses que j’ai juste pas envie de notifier. Je suis indic’, comment j’ai pu me retrouver embrigadée là dedans? Si j’avais des parents, ils auraient honte. Leora … Ne pense pas à Leora, tu vas chialer, espèce d’abrutie. Je suis d’un sensible, soudainement ! Faut que je me reprenne. Arrivée face-à-face avec ma tenue, je me dis que ça pourrait être pire. Bon. Je vais devoir vendre de l’alcool et faire la promotion de ce nouveau produit sensé relancer la consommation? Et tout ça dans… Ce tailleur en cuir verni bleu entrecoupé d’arc-en-ciels et de nuages, avec… Une cascade dans le dos de la veste. Je… Crois qu’il y a un thème. c’est cool. J’enfile la chose, et sors sous les yeux de mon patron d’une fois.

« Vous êtes parfaite ! Croyez-moi, si ça marche, vous serez payée grassement. Tout ce qu’on vous demande, c’est d’arriver vendre notre nouvelle création. Nous prendrons en charge tout débordement si les clients boivent trop, enfin… Disons que vous ne serez pas responsables pour eux. Parfait ! PAR-FAIT ! »

Euh… ok. Ca fait des vagues dans ma tête. Des vagues de bien-être. Un peu plus tard me voilà affublée de quelques topettes de la liqueur enfin… Du philtre d’amour, à côté d’un comptoir. J’ai l’impression d’une certaine manière d’être revenue au point de départ. Le type m’informe que je devrais sortir pour essayer de faire rentrer les gens et les amener à consommer. Ceci dit, je suis livrée à moi-même, avec un stock hallucinant de la liqueur.

Soudain, je comprends.

« J’crois que j’suis un peu pompette. Mais... C'est pour le travail. »

Une lumière s’allume dans mon esprit. Je me mets à sourire. Je suis pompette, et je me dis qu’une deuxième petite topette devrait être parfaite ! J’en attrape une et fait tout un spectacle devant les passants, en la buvant et en gesticulant de manière amoureuse et trop kawaii. J’ignore si ça a l’effet escompté, mais les gens et surtout les couples s’approchent de moi amusés pour gouter. Le « Cascaderia » derrière moi se remplit, et ma barquette désemplit doucement. Pas que les passants soient nombreux à gouter, disons qu’on ne laisse jamais les gens boire seuls. Bah oui quoi ! Faut les accompagner ! Je me mets à danser et inventer un petit jingle rien que pour le philtre d’amour, jingle que je chante à absolument tous les passants, en envoyant des bisous volants.

« L’amour et la joie vous sourirons ! Mouaaah ! D'ailleurs... Je vous aime ! »

En disant ça, je pointe la première personne qui passe devant moi. Comment ça pourrait mal finir? Je vais bien, tout va bien !

CODE DE PHOENIX O'CONNELL POUR NEVER UTOPIA



Dernière édition par Rainbow Dieulegrand le Dim 7 Jan - 19:06, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Kanäe Toupex
MidoriSasori
avatar
Messages : 1143
Race : Humain
Équipage : Inquisition

Feuille de personnage
Niveau:
43/75  (43/75)
Expériences:
189/500  (189/500)
Berrys: 12.816.000 B

MessageSujet: Re: [FB] La foire de la trouille (ft Rain)   Dim 7 Jan - 9:40

Copiiine !

Kanäe se baladait, le cœur léger, au milieu de ce quartier majoritairement rempli de personnes alcoolisées ou en passe de l’être dans les vingt prochaines minutes. Au milieu de tous les ivrognes ou simples visiteurs se trouvaient de très nombreux videurs ou gardes, tous vêtus d’un merveilleux t-shirt rose portant en son dos une majestueuse inscription : « Ohohoh Park ». Lorsque que la verte vit le premier d’entre eux, elle se présenta à lui et le détailla de haut en bas d’un regard inquisiteur. Un grand brun, humain, largement baraqué et au visage aussi aimable et avenant qu’une porte de prison. A l’instar de certains gardes, le molosse ne bougeait pas d’un pouce et ne regardait même pas la jeune visiteuse qui l’observait. Il n’était payé, gracieusement, que pour deux choses : rester stoïque et intervenir lorsque l’un des clients apparaissait comme « un peu trop bourré ». D’ailleurs, ce même garde brun avait dans le collimateur depuis quelques minutes une jeune femme qui portait, elle aussi, une tenue homologuée par le park, il devait donc s’agir d’une rabatteuse. Elle semblait déjà bien avancée dans son état alcoolique mais peut-être ne faisait elle que son travail. Il hésitait donc, devait-il ou non aller la cueillir ?

Toutes ses interrogations disparurent lorsqu’il reçut un grand coup de pied dans le tibia, chose qui le mit en rage et le poussa à se concentrer sur la cause d’un tel désagrément. Devant lui donc, une jeune femme à la chevelure verte faisait la moue en rabaissant le pied qu’elle venait de lui éclater dans la jambe. Ni une ni deux, le videur leva sa main, prêt à l’abattre sur le col de son agresseur pour la ramener à l’entrée de l’île mais au dernier moment, sa main se stoppa. Une goutte de sueur perla alors de son front et vint s’écraser mollement sur le sol devant une Toupex toujours aussi contrariée. L’homme semblait maintenant très stressé et ne s’embêtait plus à savoir si oui ou non il allait sortir cette personne. Cette dernière n’avait plus aucun filtre, à cause des champignons qu’elle avait inhalé, et expliqua alors à son interlocuteur la cause de son malheur.

Ton haut ! Il est pas beau ! Le rose de tes copains il est plus rose donc c’est mieux. Le tien, il est tout délavé.


Sans quitter sa moue de circonstance, le regard fixe et sérieux, la chevelure battant au gré du vent, la lieutenante semblait totalement imperturbable et incroyablement convaincu de ce qu’elle venait de dire. Au fond d’elle, cette différence de couleur lui causait un souci effroyable ! Comment pouvait-il ne pas avoir de haut assorti à tous ses copains !? Allait-il pouvoir s’intégrer dans ce groupe de gros bras s’il ne portait pas le rose adéquat ? Non, la verte en doutait très fortement et ne pouvait laisser ça se produire, elle se devait d’intervenir. Ah bah non, elle l’avait déjà fait… Elle se trouvait très tête en l’air aujourd’hui. Ce fut donc avec la même détermination qu’elle poursuivit et donna son instruction.

Faut me changer ça hein !


Devant elle, le principal intéressé était de plus en plus en nage, il ne savait plus où se mettre et surtout, ne savait pas comment réagir. Au bout de quelques secondes d’une apparente frayeur, il parvint à bafouiller un « Ou…ou.o…o…i… oui… » et s’excusa avant de décamper en vitesse vers le poste de surveillance, là où les T-shirts de rechange se trouvait.

***


Sur le chemin, il porta sa main à son oreille droite, là où se trouvait son oreillette de sécurité et prévint son supérieur, Dédé le chef des gardes. Il venait de passer très très près de l’irréparable et heureusement que sa main s’était arrêté avant de toucher cette cliente précise.

Dédé, j’ai quitté la zone C2.


Dédé commençait déjà à hurler dans l’appareil lorsque le fier Franky le coupa directement pour expliquer la cause de son départ.

Attends Dédé, tu sais mon uniforme. Bah il est passé à force de le laver, et du coup, ça a attiré les foudres d’une privilège plus. J’ai eu chaud mon Dédé. Prépare-moi un rechange, j’arrive.


Dans son poste de surveillance, à plusieurs dizaines de mètres plus loin, Dédé accusait le coup. Pauvre Franky, il avait eu chaud ! Une privilège plus, on ne rigolait pas avec ces gens-là.

***


Pour ce qui en était de la Toupex, et une fois le sourire retrouvé devant l’attitude très responsable de sa première victime, elle décida de reprendre son bout de chemin en se retournant vers …

OUAAAAAAAH !


Alors qu’elle s’était seulement retournée vers la foule, dans la direction que surveillant Franky quelques secondes plus tôt, la gouvernementale croisa des yeux une chevelure incroyable. Ce n’était un secret pour personne, Kanäe portait une importance toute particulière à ses propres cheveux, elle les adorait et s’en occupait avec beaucoup de précaution. Cet amour capillaire n’était pas seulement égocentrique, oh non, elle appréciait toutes les belles coiffures. En l’occurrence, et si dans son état normal elle n’aurait rien fait de plus, elle décida de marcher d’un pas franc et décidé vers celle qui attirait tellement son attention. Une chevelure coloré, ordonnée, libre et majestueuse ! Elle n'en avait jamais vu de telle, quelle beauté.

Arrivée à quelques mètres de l’objectif, elle commença à percevoir ce que racontait la belle arc-en-ciel. Quelle chance ! Elle disait qu’elle l’aimait ! Kanäe préférait les hommes, certes, mais un amour amical avec une femme n’était pas à exclure alors pourquoi s’en priver. Sans attendre, elle accéléra le pas et sauta en direction de celle qui attisait tant sa curiosité capillaire. Elle visait ses bras dans le but de lui faire un gros câlin et accompagnait le tout d’un harmonieux et « so kawai » :

Copiiiiiiiiiiiiiine !


Apparemment, la chasseresse verte était maintenant très heureuse !

©️ Codé par Kari Crown


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Rainbow Dieulegrand
La rose
avatar
Messages : 820
Race : Humaine
Équipage : Aucun

Feuille de personnage
Niveau:
24/75  (24/75)
Expériences:
28/120  (28/120)
Berrys: 1.393.000 B

MessageSujet: Re: [FB] La foire de la trouille (ft Rain)   Lun 8 Jan - 11:05


La foire de la trouille






Jamais on aura autant repoussé mes déclarations ! Je ne sais pas si la population m’entourant est impressionnée ou choquée, mais dans tous les cas, je ne les comprend absolument pas. La vie, c’est l’amour ! Tout est beau ici ! Le ciel est radieux, la bonne humeur règne… L’amour règne ! Je distribue les fioles pour faire goutter même les plus jeunes, et certaines personnes responsables me font remarquer qu’ils n’ont pas forcément l’âge de boire. J’essaye de rétorquer tant bien que mal que le bonheur ne nécessite pas d’avoir un âge précis, mais ils refusent de me croire ! J’ai une pêche d’enfer, personne ne pourra me l’enlever. J’aperçois un peu plus loin un incompréhensif aux airs pour le moins assez aigris, et décide de l’ignorer en lâchant au passage un regard meurtri. Je tourne sur moi-même, et continue à lancer mon amour à tous les gens qui m’entourent, les abreuvant de la somptueuse mixture rouge autant que j’en ingère. A tel point, que je me retrouve presque à court… Je prends une dernière fiole en réserve que je fourre dans mon décolleté et continue mon petit boulot qui me plait à présent beaucoup plus que prévu. ce qu’on se sent bien ! Je sens l’amour monter en moi. Il est chaud, très chaud. Et il tourne, tourne, tourne ! Je vente les mérites de l’élixir et pointe du doigt une jeune femme en train de remettre le rabat-joie à sa place. De ma plus belle voix, je me déclare à elle, toute heureuse de la voire vaincre la ringardes. Cette déclaration voluptueuse a pour effet quelque chose d’aussi inattendu qu’absolument joyeusement génial.

C’est avec grâce et joie que la magnifique jeune femme à la longue chevelure virevoltante se précipite vers moi suite à mes déclarations enflammées. Je peux très clairement voir les regards à la fois effrayés mais intéressés des personnes qui nous entourent, et je les ignore. Ils ne comprennent rien à l’amour… Cette belle jeune fille, si ! Elle sait à quel point l’amour est beau, insaisissable ! Il est pur, brut comme un diamant. Je ne sais pourquoi, mon gosier se met soudainement à répondre comme par magie ! C’est la magie de l’amour…

« Hiiiiiiiiiiiiiiii! »

J’ouvre grand les bras et la cueille avec une des embrassades les plus girly qu’on aie jamais vues.

« Taupiiiiiiiiiiiiiiiine ! »

Tellement de joie à partager. Trop? NOOOOOON. Y’a jamais assez d’amour ! il en faut plus, toujours plus ! Je tente de sautiller malgré l’alcool en la serrant tant que je peux et ceci fait, je l’éloigne comme je peux de moi pour lui faire clairement face, et la regarder si j’y arrive. Après tout, je ne suis plus trop sûre de ce qui est en train de m’arriver.

« Je sens l’énergie, la flamme en toi ! Il faut qu’ils comprennent, on ne peut pas laisser ça comme ça ! Allons répandre l’amour dans cette foule d’incompris !!!! »

Je tente lamentablement de pointer du doigt la direction à suivre pour rejoindre l’attraction la plus proche. J’indique surtout le sol, mais je sais qu’elle comprendra. Tout est dans la foi, il faut croire en l’amour. C’est l’amour qui nous guidera jusqu’à notre destination, jusqu’à notre destin. Je remarque au sol une affiche représentant cette fameuse attraction où il faut frapper avec un marteau pour fair un gros score et remporter le lot. Plus précisément, c’est une affiche sensée représenter à quelle point cette attraction est mal pour les animaux : j’aperçois la tête taillée dans le bois d’un écureuil trop mignon brisée en deux. En lettres majuscule, je déchiffre « JUSTICE FOR SQUIRRELL » et me dit que ça m’a tout l’air d’être une cause juste ! Bah oui, pour les animaux, forcément. J’insiste auprès de ma compagne d’aventure et de love.

« Par là !!!! Vite !!!! C’est notre DES-TIN ! »

Je conclus avec un triomphant :

« Justice for SQUIRREEEEEEELL ! »

CODE DE PHOENIX O'CONNELL POUR NEVER UTOPIA

Revenir en haut Aller en bas
Kanäe Toupex
MidoriSasori
avatar
Messages : 1143
Race : Humain
Équipage : Inquisition

Feuille de personnage
Niveau:
43/75  (43/75)
Expériences:
189/500  (189/500)
Berrys: 12.816.000 B

MessageSujet: Re: [FB] La foire de la trouille (ft Rain)   Lun 8 Jan - 11:54

Répandre !!!

Oh cette jeune femme était hyper douce et en plus elle sentait hyper bon ! Telles furent les deux premières remarques qui vinrent à l’esprit de la lieutenante de la marine lorsqu’elle se sentit enlacée par les bras de sa nouvelle amie pour la vie. Elle l’accompagna dans ses tentatives de petits sauts même si, pour la Toupex, l’entreprise apparut comme beaucoup aisée. En effet, si elle était passablement droguée par les effets non-désirés de ces « belles petites merveilles hallucinogènes de la nature », sa perception physique des choses n’avait absolument pas été altérée. Mieux encore, il semblait que tous ses sens étaient aux aguets et se mettaient au service de cette hilarité globale pour lui offrir toujours plus de sensations agréables.

Aussi, les cheveux de l’inconnue, sa peau, son odeur, le rythme maladroit de ses sauts ou encore l’étrange bruit de bouteille pleine provenant de son décolleté : elle les percevait tous avec une acuité presque démoniaque. En principe, et dans la vie de tous les jours, la mouette ne se serait jamais permise de fraterniser aussi... facilement… avec une parfaite inconnue. Mais là, les choses ne la dérangeaient pas, elle passait un excellent moment et adhérait parfaitement à la suite possible des événements. Aussi lorsqu’elle fut « repoussée » parce sa nouvelle meilleure amie, la gradée planta son regard d’émeraude dans les iris de l’autre. Elle s’attendait à tout mais aussi à rien, pourtant elle comptait bien l’écouter avec tout le sérieux que la situation imposait. En tous les cas, elle ne fut absolument pas déçue ! Cette jeune femme était tellement intelligente sur ce coup-là, elle avait parfaitement raison : qu’y avait-il de plus important que répandre l’amour dans le monde !

Toujours mue par ses impressions biaisées, et après avoir fini d’écouter le petit discours, la verte revint sur le mot répandre. Etrangement, un sourire candide prit place sur son visage, les champignons aidant, la maudite trouvait que ce mot « répandre » était hyper drôle ! Aussi, pour seule première réponse, elle regarda toujours plus intensément sa camarade avec tout le sérieux du monde, délaissant son sourire amusé. Puis, lorsqu’elle ouvrit finalement la bouche, elle reprit tout l’amusement qui pouvait exister dans un être humain en répondit en hurlant comme une adolescente :

REPANDRE !!! Ouiiiiii !


Soudain, elle suivit le regard de son acolyte pour finalement tomber sur cette affiche au sol. Elle vit la même chose que Rain, à une exception près. En effet, les champignons commençant réellement à faire action, Kanäe crut voir une larme couler de l’œil du pauvre animal brisé en deux. D’ailleurs, contrairement à l’autre, elle ne comprit pas comment on pouvait aussi nettement briser le crâne d’un animal vivant. Enfin, elle ne retint pas l’information bien longtemps et vint à accompagner l’arc-en-ciel dans son délire libérateur.

Ouais ! Justice for… truc !


Quelle était donc cette chose : « squirrel » ? Ca elle devait avouer qu’elle ne savait pas, mais ça devait être super bien vu que sa copine d’amour semblait galvanisée par la chose. Elle lui emboita le pas lorsqu’un éclair de lucidité intervint dans son petit esprit. Le plus important ! Elle ne savait même pas comment s’appelait sa copine ! Elle reporta donc une nouvelle fois son attention sur elle en souriant, comptant bien lui demander son prénom. Mais au dernier moment, son esprit lésé décida de faire un sale coup à la Toupex et changea complétement de zone de priorité.

Copiiiine ! Attend j’ai un cadeau ! C’est moche mais le Monsieur il a dit qu’on aura tout gratuit avec !


Sans attendre, elle sortit de sa poche le second pass couleur or qu’elle vint glisser autour du coup de sa copine tout en le réajustant sur elle. A cet instant précis, les autres visiteurs, surtout les hommes pourraient être heureux. Faisant fi de toutes les convenances, la Toupex n’hésitait pas à tripoter sa collègue pour que son collier soit le moins moche possible, tant pis si la principale intéressée n’était pas d’accord après tout !

Cette phase perverse ne dura que quelques secondes, au grand dam d’un jeune homme d’environ dix-huit ans qui ne lâchait plus les deux belles des yeux, espérant que les choses iraient plus loin entre elles, au milieu de cette ruelle remplit d’alcoolique. Décidemment, il y a vraiment des personnes complétement dérangées dans ce monde !

Quoiqu’il en soit, et après avoir ajusté la pose du pass, la verte suivit l’arc-en-ciel capillaire jusqu’à la première attraction : le plan justice for truc était maintenant lancé.

Lorsqu’elles arrivèrent devant le stand, la verte fut horrifiée de la situation. Devant elles, un jeune homme d’une douzaine d’années s’amusait à frapper sur des petites taupes en bois à l’aide d’un maillet fait du même matériau. Le gamin brisait tête sur tête en riant toujours plus à chaque nouvelle victime. Devant ce terrible spectacle, Kanäe ne put se retenir, elle attrapa le gamin par l’épaule en le retournant pour venir le serrer dans ses bras, lui explosant par la même le nez au niveau de ses côtes. Pauvre gosse, s’il avait eu quelques centimètres en plus il aurait atterri dans une zone bien plus sympathique. La verte repoussa ensuite sa victime, ignorant totalement les quelques gouttes de sang qui perlaient maintenant de son nez, elle poursuivit.

Non ! C’est pas bien On doit pas taper les pauvres animaux ! Hein copine ?


Totalement perdu devant sa douleur et la folle qui était en train de l’enguirlander, le jeune articula difficilement une ou deux phrases expliquant à son agresseur que les taupes n’étaient pas de vrais animaux mais seulement des pièces de bois. Il conclut en disant qu’il s’agissait seulement d’une attraction.

Changeant diamétralement de comportement, la Toupex en revint à Rain, elle était tout excitée par la suite possible des événements. Elle retira le marteau des mains du gosse en le tendant à son amie pour la vie.

AAAAAAANHHHHH ! C’est qu’un jeu !!! Viens on essaye ça a l’air trop bien ! En plus on peut gagner des trucs peut-être !


Le forain observait la scène du coin de son stand mais n’osait pas bouger. Il avait immédiatement remarqué les deux cartons dorés et se demandait maintenant pourquoi les privilèges plus étaient toujours les pires des débiles. Si les demoiselles souhaitaient donc essayer, il viendrait rapidement remplacer les statues brisées et inviterait les belles à jouer.

Rain pouvait se le permettre, elle défendait la cause des écureuils mais là c’était des taupes !
©️ Codé par Kari Crown


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Rainbow Dieulegrand
La rose
avatar
Messages : 820
Race : Humaine
Équipage : Aucun

Feuille de personnage
Niveau:
24/75  (24/75)
Expériences:
28/120  (28/120)
Berrys: 1.393.000 B

MessageSujet: Re: [FB] La foire de la trouille (ft Rain)   Jeu 11 Jan - 16:37


La foire de la trouille






J’accueille la réaction de ma nouvelle amie avec joie et bonheur. Si je m’attendais à ça, une fille qui me saute dans les bras et qui comprend tout tout de suite ! C’est le pied ! On doit être reliées par le fil rouge du destin, c’est O-BLI-GÉ. Sinon pourquoi nous serions-nous rencontrées en cette soirée? Pendant quelques instants, je sens mon esprit se remettre à l’endroit. Je suis en train de partir en vrille? Avec une belle inconnue? Je… Et aussitôt non, j’en ai plus rien à faire. Les miettes de lucidité n’ont rien d’amusant ! J’ai été trop dépressive ces derniers temps, pour une fois que je me farci un petit boulot bien sympa et que je me fais une copine, y’a pas de raison de se gâcher le plaisir ! Ce soir et cette nuit, je suivrai mon instinct et mes pas me guider sur les traces de ma destinée. J’entends l’intérieur de ma tête rigoler. De manière machiavélique. Non, non, tout va bien. Hein? Pendant ce court moment d’introspection, j’ai loupé ce qui se passait dans le monde réel avec ma taupine ! Elle m’a mis un collier autour du cou, et de ce que j’ai vaguement entendu vu que j’essayais de réfléchir, ça ma tout l’air d’être un collier magique qu’il faut surtout pas enlever ! C’est un beau cadeau, ça, cette fille est tellement adorable…

« Merciiiiiiii ! »

Je ne manque pas les regards des hommes ayant assisté par la scène que j’ai à moitié loupé, tous ont l’air extrêmement touchés, et la raison me parait tout simplement évidente : c’est la magie de l’amitié ! Bah oui, l’amitié c’est magique, et du coup maintenant ils sont ensorcelés. C’est beau… Je voudrais voir cette expression plus souvent sur leur visage ! tant est que nous avons une mission, et nos colliers étant maintenant assortis, on peut aller en direction de la JUSTICE. Le fait est que nous sommes comme deux mignons petits poneys de l’amour et de l’amitié dévalant la colline pour aller aider nos amis les petits animaux. Une fois arrivées à destination, je me statufie devant les agissements ma meilleure amie. Si je suis contre la violence? Mais non voyons ! Je réfléchis juste un instant à la chose la plus appropriée à faire. Et ma conclusion est que si elle s’occupe du meurtrier, je dois aller auprès de la victime pour m’assurer de sa survie. Je me précipite donc en direction du stand, dévouée à toutes ces petites… Taupes?… Mais… Je lève la tête, et voit Squirrell, la mascotte de ce jeu où on doit écraser les taupes. C’est d’un barbarisme ! Je ne peux m’empêcher de penser que celui qui a choisi ce nom avait visiblement bu ou fumé quelque chose ne lui convenant pas.

« Mes petites… Ne vous inquiétez pas, nous allons vous sauver avec la magie de l’AMOUR ! »

Je regarde ma compagne qui m’interpelle, le vil joueur sans coeur légèrement ensanglanté dans les mains et hoche la tête.

« Voui ! Faut pas taper les pauvres petites bébêtes, elles sont toutes gentilles alors on doit partager notre amour avec elles ! »

C’est le moment que choisis le fautif pour tenter de s’expliquer, et j’en profite pour tenter de caresser les taupes qui n’arrêtent pas de me fuir… Ce pauvres bêtes ! Elles ont tellement peur qu’elles ne sont même plus capable d’accepter des caresses !… Elles… Refusent mon amour… Les larmes commenceraient presque à remplis mes yeux quand j’entends la belle jeune femme s’expliquer avec le jeune exterminateur de taupes. Mes yeux s’agrandissent, et mes neurones arrêtent un instant de bouger.

Un grand vide.

UN JEU?! Et qui plus est, un jeu où on peut gagner, et pour ça il suffit de taper des animaux en bois. Ces taupes n’étaient donc pas réelles? Une exclamation de soulagement vient ponctuer le moment où mes neurones calculent enfin l’information : nous nous sommes fourvoyées, tout ceci n’était qu’une mascarade. Le marteau tendu vers moi, je l’attrape avec douceur et détermination et somme l’homme de mettre en place le jeu. Juste avant que le tout démarre, je dis avec le plus grand sérieux, comme si on m’avait confié une mission divine :

« J’ai compris taupine. C’est comme les cartes Moképon. Il faut tous les attraper ! »

Un ding dong retentit, et les taupes commencent à sortir de leurs trous. Ce moment d’une grande intensité et l’adrénaline ne sont cependant rien face à ma mémoire. Je me trompe et loupe les taupes aux premières sorties de trou, mais je retiens sans le vouloir l’ordre dans lequel elles apparaissent. Prenant conscience que certaines apparaissent forcément en même temps je décide d’utiliser la première chose pas loin pour pouvoir taper sur les taupes également avec ma main gauche. Ce qui m’amène très vite à une conclusion : les bananes ne sont pas résistantes face à des taupes en bois ! L’homme qui passait par là n’ose même pas demander de compensation, il se contente d’observer la purée de fruit recouvrant maintenant une partie du terrain de jeu. Plus qu’une seule solution, il faut demander la rescousse.

« Taupine !!! Vite, il faut tous les attraper !!!!!!! »

J'attrape donc la seconde chose qui me passe sous la main, appartenant à un gamin bien trop impressionné par l'aura de notre amour que par son bien et lui tend. Il s'agit certes d'un jouet en plastique peu épais, mais ça reste un énorme marteau ! L’exercice n’est pas commencé depuis longtemps, mais je sais que le temps est compté. Pour y arriver, il faudra que l’on donne vraiment tout l’amour qu’on a dans nos tripes.

CODE DE PHOENIX O'CONNELL POUR NEVER UTOPIA

Revenir en haut Aller en bas
Kanäe Toupex
MidoriSasori
avatar
Messages : 1143
Race : Humain
Équipage : Inquisition

Feuille de personnage
Niveau:
43/75  (43/75)
Expériences:
189/500  (189/500)
Berrys: 12.816.000 B

MessageSujet: Re: [FB] La foire de la trouille (ft Rain)   Jeu 11 Jan - 18:34

Un marteau ? Pfff j'ai mieux !

L’amitié, la défense de la bonne cause, les cheveux arc-en-ciel, les champignons et le massacre d’animaux en bois spécifiquement prévus à cet effet… un cocktail détonnant qui finalement plaisait beaucoup à une Kanäe qui voyait tout d’un œil nouveau. Cet œil, précisément, était maintenant braqué sur la belle qui l’accompagnait et sur la détermination qui pouvait prendre place dans un si petit corps. Si la verte ignorait ce que pouvait être ces « cartes Mokepon », elle avait noté toute la force morale dont avait fait preuve sa camarade dans la mission de destruction qui était maintenant la sienne. La Toupex en était certaine, même un amiral de la marine sur un champ de bataille avait moins de prestance que sa copine lorsqu’elle décida de réaliser un génocide au milieu de ses animaux de bois.

Lorsqu’elle s’était emparée de la banane, la mouette comprit immédiatement qu’en plus d’être puissante et déterminée, il s’agissait également d’une jeune femme incroyablement intelligente. Mais bien sûr, fortes de ses jeunes années de chasse en forêt tropicale, la lieutenante avait tout compris : quelle idée ingénieuse d’écraser un appât sur la tête de l’une des bêtes pour attirer toutes les autres à sortir de leurs tanières ! Certes, l’idée était plus excellente mais en même temps, la verte oublia légèrement que les cibles de leur courroux étaient factices et que, donc, le parfum de la banane n’allait pas changer grand-chose à l’œuvre. Mais qu’importe ! La vivacité de Rain était telle que la verte ne pouvait prononcer le moindre mot – enfin, elle, elle le voyait comme ça alors que frappeuse en loupait effectivement un nombre non-négligeable – et observait ce génocide majestueux du peuple forestier.

Pourtant, toute talentueuse qu’elle était, la première joueuse eut bientôt besoin d’un renfort et en vint à héler l’aide de la chasseresse verte. Quoi de plus normal après tout ? Elle était meilleures amies pour la vie non !? Aussi, fière d’être ainsi appelé en renfort, la maudite chercha du regard un second maillet de bois, sous le regard inquiet du propriétaire de l’attraction. Pourtant s’il semblait réellement stressé, le pauvre homme ne semblait absolument pas enclin à partager ses inquiétudes, le regard toujours fixé sur les deux colliers dorés représentant tellement de chose sur cette île de joies et de jeux.

En réalité, et il fallait le savoir pour comprendre son stress, les attractions du parc n’appartenait qu’en partie à Ohohoh. Chaque attraction était en effet tenue par une personne qui était, selon la nature de la chose, propriétaire du stand mais locataire de l’emplacement. Cela offrait au parc un revenu régulier et évitait de subir les périodes de dépression de l’activité. Pour les manèges de très grandes tailles, ils appartenaient souvent au parc mais avaient été construits grâce au sponsoring de certaines entreprises à travers le monde. En somme, et par ce procédé, l’homme d’affaire rencontré plus tôt par la mouette s’assurait un maximum de stabilité et de profit pour un minimum de dépenses. Il édictait les règles générales du parc, gérait l’entrée et les sorties, les partenariats et ne connaissaient pas le stress d’un manège en panne car après tout, ce n’était pas lui qui en pâtissait le plus.

Quoiqu’il en soit, et pour en revenir à nos héroïnes, lorsque la Toupex vit l’instrument tendu par Rain, elle eut une idée merveilleuse. Car après tout, pour gagner le plus possible, il fallait éclater toutes les taupes, peu importait vraiment le moyen.

Un marteau ? Pousse toi copine, j’ai mieux.


Alors, et une fois seulement que Rain aurait laissé un peu d’espace, la Zoan prendrait sa première forme hybride et exposerait alors à tous sa malédiction. Mais au même moment, et retrouvant un air diaboliquement sérieux, la verte se tourna encore vers Rain pour lui poser une question essentielle, la mémoire lui étant revenue.

Au fait, c’est quoi ton prénom copine ?


Une fois sa réponse obtenue, et galvanisée par l’annonce du nom mélodieux, elle prit un peu d’élan avec sa queue et vint l’abattre avec une violence inouïe sur le bloc contenant toutes les taupes en bois. Le caisson contenant le mécanisme, lui aussi en bois, céda alors sans opposer la moindre résistance et vola en éclat causant alors une belle pluie de débris en direction du stand et de son propriétaire. Ce dernier, qui n’avait pu que lever une main suppliante au moment où il avait vu l’appendice du scorpion s’abattre sur son bien, semblait maintenant totalement désemparé, une larme perlait déjà sur sa joue.

En face de lui, la verte était au contraire incroyablement heureuse :

POPOPOOOOOO ! T’as vu copine ! On a gagné ! Toutes cassées ! Même le Monsieur il en pleure de joie !


L’amour et l’amitié de ces deux jeunes femmes avaient su réveiller les sentiments de ce vieux au cœur de pierre, la cause de ses larmes n’étant pas du tout la perte de son gagne-pain, évidemment. Kanäe avait hâte de voir si Rainbow était aussi heureuse qu’elle, et d’ailleurs, en tant que bonne « BFF », elle lui laisserait choisir le lot qu’elle désirait. Car oui, elles obtiendraient le lot de leur choix malgré la destruction totale de l’attraction.

Pour le reste, le propriétaire, comme tous ses collègues qui regardaient maintenant dans leur direction, savait pertinemment qu’il ne pouvait rien dire. Les clientes étaient des privilèges plus et s’il s’opposait à elles, il risquait de subir le courroux et une punition magistrale du démon qui régissait ces lieux : Shawn Ohohoh. Il accepterait donc de céder n’importe quel lot de son échoppe et ne pleurerait à chaudes larmes qu’une fois les joueuses loin.

©️ Codé par Kari Crown


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Rainbow Dieulegrand
La rose
avatar
Messages : 820
Race : Humaine
Équipage : Aucun

Feuille de personnage
Niveau:
24/75  (24/75)
Expériences:
28/120  (28/120)
Berrys: 1.393.000 B

MessageSujet: Re: [FB] La foire de la trouille (ft Rain)   Ven 19 Jan - 11:42


La foire de la trouille






Mieux qu’un marteau? CHALLENGE ACCEPTED. Je reste concentrée un instant sur les bestioles sortant des trous, bien qu’impatiente de voir l’arme salvatrice qui pourrait nous permettre à toutes deux d’exploser le score. Je m’écarte alors judicieusement pour que ma compagne d’aventure puisse briller en ce monde avec… Avec… OH MON DIEU. Je regarde ma taupine avec des yeux tellement ouverts que l’arrière de ma tête doit être ridée, jusqu’à mes fesses. Sans compter ma bouche. Je dois ressembler à une carpe, ou alors peut-être à une truite arc-en-ciel ! OH OUIIIIII ! Une truite arc-en-ciel ! C’est trop beau ! J’entends la question qui m’est adressée et répond sans même en avoir complètement conscience, car trop admirative.

« Rainbow… »

Ma bouche de carpe se transforme en un énorme sourire fier. Bah oui, quoi, ma taupine, elle est giga trop forte ! C’est la meilleure ! J’observe la scène avec une détermination non feinte : avec cet atout, nous allons gagner, c’est certain. Je retiens mon souffle alors que la jeune femme semble prendre de l’élan, et laisse ma joie se muer en un court cri hystérique sous l’action qui se déroule devant mes yeux ébahis. Je sautille et tape des mains en même temps, puis tente quelques enchainements pour manifester mes encouragements, mais je me stoppe en comprenant ce qu’il vient d’arriver : nous avons gagné ! L’attraction semble ne plus émettre aucun bruit, ne fait plus aucun mouvement, toutes les taupes sont défractées, émiettées… Je me remets directement à sautiller en applaudissant avec ferveur cette fois, fière de cette destruction de taupe expéditive. Je n’ai plus aucun doute sur un point : ma taupine, elle assure, elle a une force de tous les dieux.

« VouiiiiiiiiiiIIIIIIIIIIIII !!!!! J’ai vu ça ! Les taupes n’ont plus qu’à dévoiler le drapeau blanc ! »

Et me tournant vers le monsieur, je continue un instant mon spectacle d’otarie hystérique en constatant ses larmes de bonheur. Nous sommes parvenues grâce à ce miracle à rendre l’homme heureux au point de pleurer ! Notre quête peut donc continuer, cette victoire n’est bien que le début de nos aventures… Ma taupine me laissant choisir le lot, je m’avance joyeusement vers le monsieur pour lui prendre les mains avec douceur après avoir observé un instant le stand.

« S’il vous plait, j’aimerais bien les bracelets licorne, monsieur ! »

Ne semblant pas comprendre pourquoi je lui prenais les mains, il les retire aussitôt, bien que doucement, dès que j’ai énoncé ma demande. C’est pourtant évident que maintenant qu’il a su recevoir notre joie et notre amour, nous pouvons être tous heureux en harmonie ! Enfin bon, ça n’est pas bien grave. Je reçois les deux bracelets assortis à l’effigie du parc, avec des dessins de licorne rose dessus mais surtout des moitiés de coeur complémentaires sur chacun d’eux. Je me tourne vers mon aventurière et lui tend un des deux bracelets, toute heureuse.

« Comme ça, on a à la fois le collier et le bracelet assorti ! Teheh ! »

J’enfile mon bracelet, toute guillerette et lève la tête pour regarder les environs, décidée à trouver un nouvel endroit où nous puissions remplir notre mission. J’énonce à haute voix les possibilités, qui me font toutes envies.

« Pour la suite de notre mission… Y’a un stand de barbe-à-papa, parce que comme on dit l’amour ça passe par l’estomac. Mais y’a aussi les trampolines, et la maison hantée !!!! Tant de gens qui ont besoin de nous… On va où…? »

Je me rend compte que je ne lui ai pas demandé comment elle s’appelait, et en profite pour continuer ma phrase.

« Et d’ailleurs, tu m’as pas dit, tu t’appelles comment taupine? »

Dès que j’aurai eu une réponse, je la suivrai vers le stand qui lui plaisait, en chantant joyeusement.

« J’aiiii jamais euuuuuuu les pieds sur TEEEEEEEEEERRRE ! Moi j’vous dis j’suis une oiseauuuuuuuuuuuu….. J’vole comme un moineauuuuuuuuu……. »

CODE DE PHOENIX O'CONNELL POUR NEVER UTOPIA

Revenir en haut Aller en bas
Kanäe Toupex
MidoriSasori
avatar
Messages : 1143
Race : Humain
Équipage : Inquisition

Feuille de personnage
Niveau:
43/75  (43/75)
Expériences:
189/500  (189/500)
Berrys: 12.816.000 B

MessageSujet: Re: [FB] La foire de la trouille (ft Rain)   Ven 19 Jan - 15:39

Choisir c'est renoncer !


Oh elle s'appelait Rainbow ! Comme l'arc-en-ciel ! Alors oui, Kanäe ne savait pas ce que voulais dire squirrel mais Rainbow, elle connaissait. Sa sœur adoptive, enfin la fille de l'homme qui l'avait élevé après son exil de son île natale – oui ce n'est pas simple à suivre – avait une peluche licorne qu'elle avait appelé Rainbow, ou Arc-en-ciel. De fait, la Zoan connaissait la signification de ce mot bien compliqué mais qui allait parfaitement en tant que dénomination pour sa super copine de foire ! D'ailleurs, après avoir explosé l'attraction, et avec l'avenir de son propriétaire, après avoir vu quel lot la petite taupine avait pris, elle ne put s'empêcher de rire aux éclats : un rire franc, joyeux et qui se voulait communicatif.

C'est trop bien ! Tu t'appelles Rainbow ! T'as les cheveux arc-en-ciel ! Et t'as pris des super bracelets licornes ! Tout comme la peluche de Tsuki ! Elle était arc-en-ciel, elle s'appelait Rainbow et … tu devineras jamais ! C'était une licorne !!!


Que de magnifiques confessions en ce soir de fête ! Les problèmes de pauvreté, la faim dans le monde ou la fin du monde, les horreurs hors-la-loi et des dragons célestes ; tout cela n'avait finalement que si peu d'importance devant de telles coïncidences !

Bref, la verte se moquait actuellement de tout événement qui n'était pas le fait pour elle de vite s'assortir à sa copine en enfilant ce sublime bracelet licorne qu'elle ne porterait probablement que cette seule fois tout au long de sa vie. Elle ne se fit donc pas prier et enfila la bête avant de s'intéresser aux autres activités proposées tout en se joignant à Rain dans sa danse de la joie d'être assorties. Sautillant sur place au même rythme que sa compagne du moment, la Toupex réflechissait aux propositions de la Dieulegrand. Puis enfin, après moultes réflexions, la verte décida d'emprunter un chemin détourné, une voix annexe ou comme l'on dit souvent dans le domaine de la guerre : une faille !

Elle s'arrêta immédiatement de sauter, plongea ses deux iris vertes dans les yeux roses de sa BFF et déclama aussi sérieusement que possible la théorie suivante :

Choisir c'est renoncer !


Alors, reprenant un air niais et amusée, en bonne ambassadrice de l'amour qu'elle était, la verte se saisit des mains de la seconde émissaire pour lui expliquer son plan, elle était excitée comme une puce.

L'amour ne renonce jamais, donc nous non plus ! On choisira pas ! Va nous chercher deux ENORMES barbes à papa, je m'occupe des trampolines et on se retrouve devant la maison hantée !


Sur ce, et sans plus de cérémonie, la chasseresse lâcha les mains de son acolyte et partit à toute vitesse en direction du stand de saut sur trampolines. Elle avait toute confiance en sa copine de toujours, enfin de presque toujours, et était donc certaine qu'elle remplirait sa mission avec brio. Très objectivement, et loin du cerveau embrumé de la mouette, Rainbow ne pouvait pas louper ; elle avait le pass privilège plus. Alors si elle voulait une barbe à papa aussi grande qu'elle, elle l'aurait. Et gratuitement s'il vous plait.

D'un coup, elle se retourna.

Mon nom c'est Kanäe au fait !


Quoiqu'il en soit, et laissant donc sa fidèle copine pour la vie à sa mission, elle arriva rapidement sur le stand qui avait été pointé du doigt quelques secondes plus tôt. Devant elle s'étalait des trampolines de toutes tailles. Les plus petits, clairement pour les plus jeunes, ne disposaient pas de système de sécurité anti-chute, pas besoin vu la hauteur. Pour les plus grands, il en était tout autrement, chacune des usagers de ce service était harnaché au niveau de la taille et soutenu par deux mousquetons qui permettaient de se garder dans l'axe. Parmi tous, il y en avait un pour deux personnes, un trampoline jaune avec quatre barres où étaient accrochés les liens et les mousquetons. En dessous de la chose, un écriteau : « Envoyez-vous en l'air à deux ! ».

Bien loin de comprendre le jeu de mot, et voyant que l'objet de sa convoitise était totalement libre de toute présence humaine, la verte monta dessus et commença à sauter de plus en plus haut. Elle ne s'amusait pas, oh non, elle testait. Soudain, elle sentit une prise sur sa cheville qui l'obligea à retrouver la pesanteur. Vexée, elle se tourna pour faire face à son détracteur et tomba devant un brave gaillard qui perdit tout à coup toute consistance.

Gégé, cousin germain de Dédé le chef de la sécurité du quartier de la picole, était le fier propriétaire de ce parc à trampoline. Attention, en tant que mon cousin, la première de ses règles, la règle d'or avant tout autre, celle qu'il ferait respecté au prix de sa vie : la sécurité. Lorsqu'il avait vu une jeune femme sauter sans attache, il avait vu rouge et s'était rapidement élancé pour mettre un terme au danger. Problème, il venait de poser la main sur quelqu'un portant le saint graal : le privilège plus. Devant une telle action, il décida de jouer le tout pour le tout. Il lâcha rapidement sa cible et s'inclina devant elle.

Mademoiselle ! Que puis-je faire pour vous ? Voulez-vous essayer une modèle plus grand ? Plus rebondissant ?


Il s'attendait à tout : une acceptation, un refus, un appel direct au directeur du parc et un licenciement... Mais il ne s'attendait pas à la réponse qu'il obtint.

Ah super ! Je voulais te trouver Monsieur Trampoline. Nan, j'en veux pas un autre, je veux ça !


La cliente descendit tout en pointant du doigt le trampoline sur lequel elle venait de sauter. Son visage était agréable mais démontrait une certaine force et surtout, une grande conviction. Une goutte de sueur perla bientôt du crâne chauve de Gégé, il ne pouvait refuser.

D'accord, aucun problème. Où dois-je le faire livrer Mademoiselle ?


Devant la réponse positive, la droguée se jeta dans les bras d'un Gégé bouche-bée qui le fut encore un peu plus lorsque le petit bout de femme devant lui se saisit du large et imposant matériel pour le trainer dans son sillage.

Ne t'inquiète pas, je m'en occupe !


Après un ultime blanc, elle se retourna encore et lâcha avec conviction un simple :

L'amour me guide !


Et elle partit, trainant derrière elle son trampoline grâce à sa force de Zoan, en direction de la maison hantée. Tout sourire, elle ne pouvait s'empêcher de se dire une chose : « Ils sont quand même vachement sympa les gens ici ! »

©️ Codé par Kari Crown

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: [FB] La foire de la trouille (ft Rain)   

Revenir en haut Aller en bas
 

[FB] La foire de la trouille (ft Rain)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Foire d'Eghezée avec rassemblement vieux tracteurs 14 Août 2011
» Foire de la montagne : mettre en valeur les potentialités
» La Foire St Michel
» Fiche de Rain Maniko
» Foire Aux Questions

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
One Piece Seken :: Le monde de One Piece :: Seas Blues :: East Blue-