Partagez | 
 

 [FB] De la poudre aux yeux

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Massy Umbra
Death Shade
avatar
Messages : 296
Race : Humain
Équipage : Deadly Sins

Feuille de personnage
Niveau:
23/75  (23/75)
Expériences:
60/120  (60/120)
Berrys: 5.580.000 B

MessageSujet: Re: [FB] De la poudre aux yeux   Ven 5 Jan - 12:23



De la poudre aux yeux
Lorsque Bell eut sa réponse, un seul sentiment lui vint à l’esprit, celui qu’elle ressentait à chaque fois qu’elle apprenait de nouvelles choses : l’excitation. Aux yeux du médecin de bord, c’était la plus palpitante des sensations, car le savoir était le plus inestimable des trésors. Toutefois, son bonheur fut éphémère puisque tout d’un coup, monsieur Lawrence se mit à hurler avant de jeter deux sacs de pièces d’or en l’air. Cela rappela d’ailleurs à la jeune fille qu’elle devait lui rendre sa bourse, mais elle n’en eut pas le temps. En effet, Edward saisit ses deux armes à feu et tira dans les sacs précédemment cités, libérant une véritable pluie de pièces d’or. Tout de suite après, il saisit le bras de la tireuse et l’invita à s’enfuir avec lui, ce à quoi elle n’opposa aucune résistance malgré sa confusion.

-« Où va-t-on ? » Demanda-t-elle sur le chemin.


Massy, Erik sur son dos, courrait dans les rues de la ville en tâchant de mettre la plus grande distance possible entre lui et les policiers. Les deux pirates venaient tout juste d’échapper de peu à une véritable pluie de balles. Cependant, l’épéiste n’en était pas soulagé pour autant, car les civils aux alentours avaient dû en recevoir. Les pensées du jeune homme oscillaient entre la colère extrême et un profond dégoût envers ce Jack. Comment une personne telle que lui pouvait se prétendre servir la justice ? Cet homme représentait une des choses que le maudit haïssait le plus au monde. À mesure que des pensées noires emplissaient sa tête, son regard s’assombrissait et il ralentissait. Finalement, il s’arrêta complètement, déposant le vieillard au sol.

-« Mais pourquoi est-ce que tu t’arrêtes au juste, gamin ?! » Dit le navigateur, affolé. « Je te rappelle qu’on est poursuivis, là ! Ce n’est pas le moment de faire une pause ! »
-« Erik… J’ai une affaire urgente à régler. » Lui répondit le zoan. « Tu veux bien rentrer seul au bateau ? »
-« Tu es fou ou quoi ? » S’écria le barbu. « Je n’ai aucune chance de m’en sortir seul contre des flics ! Et puis, c’est quoi cette urgence dont tu parles ? »
-« Ne t’inquiète pas pour la police, c’est un vieil homme barbu m’accompagnant qu’ils recherchent. Tout seul, ils ne risquent pas de te reconnaître. » Expliqua le sabreur. « Pour ta question, je compte tout simplement chercher Bell. »
-« Et en quoi ma présence t’empêcherais de faire ça ? » S’étonna le vieux.
-« Si tu es sur mon dos, je suis moins efficace parce que je dois faire attention à ta sécurité. » Rétorqua le concerné. « Bon, je te laisse du coup, à plus tard. »

Le bretteur donna les sacs de pommes de terre au vieillard et s’éclipsa en un clin d’œil, l’empêchant de lui donner le moindre contre-argument. Le navigateur soupira, lassé, et se dirigea vers leur bateau en tâchant de se faire le plus discret possible.

-« C’est bien ma veine… » Pensa-t-il.

Ça ne plaisait pas tellement que ça à l’ancien esclave de mentir à son ami. Toutefois, c’était nécessaire parce qu’il savait pertinemment qu’il aurait tenté de le dissuader de faire ce qu’il avait en tête. Et le descendant du clan de l’ombre ne pouvait accepter qu’on lui mette de bâtons dans les roues, il devait faire en sorte que ce Jack ne nuise plus à personne. Cet homme, de par son abus de pouvoir, blessait des innocents et se croyait tout permis. Pire encore, il se considérait comme le bras armé de la justice, la loi elle-même. Ses crimes ne pouvaient pas rester impunis, ce policier mégalomane allait payer, qu’il le veuille ou non.

Sur le chemin du retour, le sabreur rencontra plusieurs représentants de la loi. Beaucoup tentèrent de le capturer, mais ils apprirent bien vite à leurs dépens qu’ils n’étaient pas de taille à lutter face à lui. Massy laissait littéralement une traînée d’agents inconscients sur son passage. Il était donc plutôt facile de le suivre pour qui en avait le courage, bien sûr. Bizarrement, plus beaucoup de policiers étaient d’attaque pour ça, il fallait croire que voir leurs camarades en piteux état était suffisant pour les décourager. Après un certain temps passé à courir dans les rues de Greenfield, le musicien finit enfin par trouver sa cible. Le shérif était accompagné de cinq hommes environ, ça devait être les seuls ne s’étant pas pris de balles. Le fils Podebane fut tout d’abord surpris de voir son ennemi juste à côté, il ne s’attendait visiblement pas à ce qu’il vienne à sa rencontre. Cependant, cela ne l’empêcha pas de sourire, il devait penser que cela lui faciliterait la vie.

-« Comme on se retrouve ! » Fit-il, sûr de lui. « Alors, as-tu enfin compris que cela ne servait à rien de fuir ? J’imagine que tu es venu te rendre en espérant que j’épargne tes complices, ou quelque chose du genre, n’est-ce pas ? Si c’est le cas, tu risques d’être déçu, je ne fais pas de quartier. Mais il se peut que je me montre magnanime et que je… »
-« La ferme. » Fut la seule réponse de l’épéiste. « Je ne suis pas venu pour t’entendre déblatérer sur ta personne. Je suis venu pour te faire payer tes crimes. »
-« Mes crimes ? Elle est bien bonne celle-là ! » Rétorqua le concerné, se retenant difficilement de rire. « C'est plutôt à moi de dire ça, mais je dois reconnaître que tu as raison sur un point : trêve de bavardages. Messieurs, abattez cet homme ! »

Les policiers avec lui s’avancèrent, s’apprêtant à tirer. Le kangourou leur répondit en passant en forme totale avant d’user de sa technique Zigzag Jumping. Les balles fusèrent, mais aucune ne toucha le marsupial dont les déplacements rapides et agiles en zigzag étaient difficiles à suivre. Au final, les représentants de la loi vidèrent leurs chargeurs dans le vide, ce qui en fit des proies faciles pour Death Shade. Nul doute que ces hommes avaient été entraînés au combat pour protéger leur île. Toutefois, c’était loin d’être suffisant pour en faire une quelconque menace à l’égard d’un combattant aguerri tel que le maudit. Ce dernier les balaya aisément avec sa technique Comet Punch, et se tourna vers leur chef, lui lançant un regard faisant froid dans le dos.

-« À nous deux, maintenant. » Fit-il en reprenant forme humaine et en faisant craquer ses doigts.



Code by Edward Lawrence




Dernière édition par Massy Umbra le Ven 5 Jan - 20:33, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Edward Lawrence
Pirate
avatar
Messages : 443
Race : Humain de grande taille (3m)
Équipage : Pirates d'Hadès le Yonkou

Feuille de personnage
Niveau:
35/75  (35/75)
Expériences:
106/250  (106/250)
Berrys: 263.772.000 B

MessageSujet: Re: [FB] De la poudre aux yeux   Ven 5 Jan - 17:37






Une île de West Blue ~ Milieu 1504





Mon corps s’affaissa sur lui-même, ankylosé par l’effort intensif que je venais de lui imposer. Puis, remarquant enfin que ma main était encore en contact avec celle de Bell, j’entrepris de la ramener vers moi afin de rompre le contact cutané. D’une part, j’étais ravi de mon petit stratagème qui m’avait permis de nous esquiver brutalement, d’un autre côté… j’avais dû renoncer à pas mal d’argent pour ce faire, ce qui n’était pas quelque chose de très positif. Mais au fond, avais-je eu le choix ? Ma discrétion et ma volonté de préserver le secret de ma malédiction étaient plus importantes que cette monnaie futile, au fond. Et pis, je ne pouvais pas me permettre d’agir comme un criminel et attirer l’attention sur ma personne : ce serait une entrave à mes projets.

« Bon, heureusement on les a semés… je suppose que vos compagnons ont dû mettre un sacré boxon de leur côté… »

Annonçais-je à ma vis-à-vis d’une voie encore essoufflée. Mon corps assez massif n’était pas forcément très adapté à des épreuves d’agilité qui impliquaient un gros effort cardiaque : après tout, je caressais plutôt l’espoir de devenir un tireur d’élite. Pourtant les choses ne se passaient pas toujours comme prévu, bien que je refusais toujours de l’accepter. Alors, mon échine se redressa, me permettant ainsi de toiser l’étendue aride qui s’étendait devant mes yeux. Cette zone qui m’avait vaincu lors de mon premier passage.

« Je suppose qu’on devrait regagner votre bateau pour nous préparer à quitter l’île ? Et qu’il faut traverser tout ça… Je… »

Une certaine appréhension s’empara de mon être. La première fois, ma rencontre avec la chaleur et le sable ne s’était pas bien déroulée. Alors certes, j’étais désormais en bonne compagnie et j’avais des piments pour m’hydrater au cas où. Pourtant, un léger doute subsistait. Comme un élément que j’aurais omis de considérer lors de mes réflexions.

Alors que nous nous apprêtions à partir, le bruissement de la végétation déporta mon attention. Un vieil homme à la barbe grisonnante s’extirpant de la verdure qui l’oppressait de toute part. Une nouvelle contrariété vint assombrir mes pensées : nous n’étions plus seuls. Le dénommé… Erik ? Venait de nous rejoindre.


_______________




_________________


Membre du club officiel des "Victimes d'Erwin le vicieux" et des "Victimes de Pumori".


Dernière édition par Edward Lawrence le Sam 6 Jan - 19:16, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Massy Umbra
Death Shade
avatar
Messages : 296
Race : Humain
Équipage : Deadly Sins

Feuille de personnage
Niveau:
23/75  (23/75)
Expériences:
60/120  (60/120)
Berrys: 5.580.000 B

MessageSujet: Re: [FB] De la poudre aux yeux   Sam 6 Jan - 2:36



De la poudre aux yeux
Bell ne tarda pas à comprendre qui ils fuyaient, c’est-à-dire les forces de l’ordre. Massy et Erik avaient dû faire quelque chose de pas très malin, s’ils en étaient à ce niveau-là. En tout cas, le médecin de bord décida de suivre ce cher monsieur Lawrence jusqu’au bateau. Cela valait bien mieux pour eux, vu que son ami était parfaitement capable de se défendre. Par contre, elle se faisait pas mal de soucis pour le navigateur qui était loin de pouvoir le faire. Enfin, il était avec l’épéiste, ça devrait donc aller. Après environ une demi-heure de course non-stop, ils finirent par arriver à la plage.

Une petite pause plus tard, la tireuse s’apprêtait à continuer son chemin, mais elle remarqua alors quelque chose d’étrange. En effet, Edward se comportait bizarrement, il semblait hésitant, effrayé même. Ayant étudié la psychologie, elle en conclut directement à un choc post-traumatique. Cette étendue de sable devait rappeler au grand homme l’état piteux dans lequel il se trouvait. Échapper de peu à la mort, comme il l’avait fait grâce à eux, était une grande chance, mais il n’empêche que cela devait laisser des séquelles. Se souvenant parfaitement de ce qu’il fallait faire dans un cas de figure comme celui-ci, la jeune fille allait tenter quelque chose pour l'aider. C’est alors qu’ils entendirent le bruit caractéristique d’une personne se déplaçant dans les fourrés. La jeune fille, sur ses gardes, mit la main dans son sac à main, saisissant son arme à feu. Si jamais il s’agissait d’un ennemi, elle était prête à le dissuader de les attaquer, sans trop le blesser si possible. Heureusement, ce ne fut pas un agent de police qui sortit des vergers, mais bel et bien Erik.

-« Vieux débris ! » S’écria la jeune fille en allant à sa rencontre. « Tu vas bien ? Qu’est-ce qui s’est passé au juste pour que la police soit à nos trousses ? Je ne vois pas Massy, où est-il ? »
-« Doucement, gamine ! » L’arrêta le vieillard. « Ne pose pas plus de questions, ou tu vas m’embrouiller ! Bon, dans l’ordre, oui, je vais bien, merci de t’en soucier contrairement à l’autre abruti qui m'a laissé revenir seul. Ensuite, la situation à quelque peu dégénérée entre nous et la famille et, pour une fois, ce n’est pas de la faute du gamin. En tout cas, pour faire court, le shérif local est leur fils aîné, et il veut notre peau juste parce qu’il est la loi ou une connerie du genre. Pour ta dernière question, le gamin est parti vous chercher. »
-« Attends, cela veut dire qu’il est toujours en ville en ce moment même ? » S’étonna la brune. « Il faut aller l’aider ! »

Avant que le vieillard ne puisse rétorquer quoi que ce soit, de nombreux bruits de pas venant de la forêt se firent entendre. Tout de suite après, ce fut au tour des buissons de bouger brusquement. Stressée, Bell saisit son revolver et le pointa directement là où elle repérait du mouvement. C’est alors qu’elle vit une créature bipède au poil roux surgir à toute vitesse des fourrées.

-« Massy, c’est toi ? » Demanda-t-elle, surprise.
-« Oui, fuyez vite ! » Répondit-il sans arrêter sa course.

En entendant les bruits de pas qui se faisaient de plus en plus forts, les trois concernés n’eurent pas à se le faire dire deux fois. Ils suivirent directement l’homme kangourou, ce qui les sauva d’un véritable raz-de-marée de policiers. Il devait bien y en avoir une cinquantaine qui leur courrait après tout en tirant dans leur direction. Heureusement, aucune balle ne les toucha sur la longue route qui les séparait du bateau. Étant donné que le zoan arriva en premier, il poussa le petit navire aussi loin que possible. Lorsque l’eau lui arriva à peu près à la taille, il monta dans leur embarcation tant bien que mal. Par chance, la moitié de ses forces étaient suffisantes pour cette action basique. Tout de suite après, ce fut au tour des trois autres de le suivre dans la barque. Le sabreur arracha le couvercle d’une de leurs caisses et l’utilisa pour ramer aussi vite que possible tandis que leurs ennemis les mitraillaient en continue. Au final, le maudit réussit à éloigner leur embarcation assez rapidement pour que les tirs ne représentent plus la moindre menace.

-« On a eu chaud… » Souffla Bell, exténuée par ces émotions fortes. « Bon, je peux savoir en détail ce qui s’est passé, du coup ? »
-« Erik te l’expliquera bien mieux que moi. » Répondit le musicien, regardant vers le lointain.

Pendant que le navigateur racontait entièrement les évènements qui les avaient menés à cette situation, Massy était à l’ouest. Son esprit était tellement ailleurs qu’il n’avait même pas remarqué que l’imposant Edward Lawrence se tenait à l'autre bout du bateau. En effet, le jeune sabreur était au beau milieu d’une réflexion intense, et de temps en temps, des bribes de mémoire lui revenaient. Des souvenirs dont il était très loin d'être fier...
____________________________________________________________


Death Shade s’approcha du policier véreux, une soif de vengeance intarissable dans les yeux. Des innocents avaient été blessés par la faute de cette créature pitoyable se prétendant œuvrer pour la justice et être la loi. Cette pensée même lui donnait envie de vomir, et c’est pour cela qu’il devait lui faire payer son impudence. Le coupable leva son arme, prêt à tirer, mais l’épéiste saisit un sabre et, d’un mouvement aussi rapide que précis, lui coupa la main. Le condamné poussa un hurlement atroce qui se fit entendre à des lieux de là. Toutefois, l'homme à la fois juge et bourreau n’en avait pas fini avec lui, il rengaina son arme et prit sa forme hybride.

Apeuré et agonisant, le blessé s'enfuit, des larmes de peur et de douleur coulant aussi abondamment que son sang. À son passage, les citoyens hurlèrent de terreur, certains voulurent l’aider, mais s’abstinrent en voyant le monstre qui le poursuivait lentement. L’ombre mortelle savait que sa proie allait finir par s’épuiser et à ce moment-là… Jack devra payer le reste de sa dette envers les pauvres innocents morts par sa faute et, surtout, leurs proches qui jamais ne les reverraient. Au bout de quelques minutes, ce qui devait arriver, arriva, la « loi » comme il aimait se faire appeler, finit par se tourner vers une impasse. Umbra avança vers lui, aussi lentement que précédemment, chacun de ses pas résonnant à travers l’étroite ruelle.

Le coupable se mit alors à genoux devant son bourreau, le suppliant d’épargner son insignifiante petite vie. Un rire froid vint l’interrompre, tout de suite suivit d’une promesse, celle de ne pas le tuer. Un soulagement apparent se substitua à la crainte précédemment éprouvée par le condamné, se prosternant devant le juge. Cependant, ce dernier répondit par un coup de pied facial, enchaîné par bien d’autres attaques plus violentes les unes que les autres. Et puis, des hurlements, beaucoup d’hurlements de terreur et de souffrance. Au final, il ne resta du fils Podebane qu’un corps défiguré, ensanglanté, et semblant désarticulé comme une vieille marionnette. Ses deux mains désormais manquantes assurant que plus jamais il ne puisse exercer son métier. Toutefois, comme promis, le maudit ne l’avait pas tué, il s’était même assuré via des garrots qu’il ne meurt pas d’hémorragie.

Sortant de la ruelle avec le coupable, le juge s’avança vers les forces de l’ordre qui le tenaient en joue. Parmi elles, une jeune femme plus haut-gradée que les autres, en pleurs devant le jeune homme ayant été châtié. De sa bouche sortirent des mots qui vinrent sceller le destin du condamné, une pluie de balle s’abattit, ne touchant que l’inconscient qui ne pouvait bouger. Death Shade, lui était déjà parti, lorsque sa victime rendit son dernier souffle. Il ne voulait pas sa mort, il voulait juste qu’il arrête de blesser les gens et de prétendre servir la justice. C’étaient les seuls désirs du bretteur noir lors de son expédition punitive. Alors, pourquoi était-il allé si loin ? Pourquoi ne l’avait-il pas emmené avec lui dans sa fuite ? Pourquoi l’avait-il laissé mourir ? Tant de questions qui se bousculaient dans sa tête.

Alors qu’il se reposait devant une flaque d’eau croupie, il le vit… Son visage sur lequel on pouvait lire son crime grâce aux gouttes de sang y ayant giclé. Déconcerté, il contempla donc ses mains, totalement ensanglantées. Ceci, suffit à lui faire comprendre qu’il était allé trop loin. À cet instant, une révélation le frappa comme la pire des sentences possibles et imaginables : il était devenu ce qu’il haïssait. Comme pour se purifier de son acte abject, il tâcha de se nettoyer avec ce liquide noirâtre. Peut-être allait-il sentir mauvais après coup voir tomber malade, mais n’était-ce pas là la juste punition pour un pécheur tel que lui ? Le juge déchu, à cet instant, fit le serment de ne plus jamais commettre pareilles horreurs. Et de cette promesse faite à lui-même, naîtra plus tard son désir absolu de repentance, son vœu de ne plus tuer, et sa dévotion à libérer tous ceux qui, comme lui, étaient susceptibles d’en arriver là. En d’autres termes, c’est ce jour-là que son rêve pris tout son sens, c’est ce jour-là qu’il décida que chaque parcelle de sa vie allait désormais être dédiée à l’utopie de cette femme si douce qui l’avait recueilli. Oui, en cette journée, il décida d’enfin revenir dans la voie tracée par celle qu’il considérait encore comme sa seule et unique mère.




Code by Edward Lawrence


Revenir en haut Aller en bas
Edward Lawrence
Pirate
avatar
Messages : 443
Race : Humain de grande taille (3m)
Équipage : Pirates d'Hadès le Yonkou

Feuille de personnage
Niveau:
35/75  (35/75)
Expériences:
106/250  (106/250)
Berrys: 263.772.000 B

MessageSujet: Re: [FB] De la poudre aux yeux   Sam 6 Jan - 19:46






Une île de West Blue ~ Milieu 1504





Erik, oui c’était bien ça : le nom de cet homme défiguré par la vieillesse et qui s’était extirpé de la brousse afin de se mettre en travers de mon chemin. Je pestai intérieurement alors que ma main droite cramponnait fermement la crosse de mon arme à feu. Cette apparition soudaine était mal venue et me contraignait à repousser une nouvelle fois la mission que je m’étais confiée. Mes paupières oscillèrent et je tentai de retrouver mon calme. Je n’aimais pas du tout quand les évènements ne se pliaient pas à ma volonté. C’était toujours très… fâcheux. Comme l’accident qui risquait de survenir à tout instant, songeais-je. Rien ne m’empêchait de les abattre tous deux, après tout.

D’une pierre deux coups. Oui, c’était une possibilité des plus envisageables en considérant l’estimation de leur niveau de combat, bien loin du mien. Seul le troisième homme, le dénommé… Machis ? Massite ? Massif ? Enfin, l’épéiste Zoan aux deux épées, s’il avait été là, aurait éventuellement pu être un problème.

Mais il ne l’était pas, me laissant ainsi l’opportunité d’en finir avec ce poison qui consumait peu à peu mon âme, m’enveloppant dans ses ténèbres. Non, je ne devais pas faiblir devant la tentation naissante de m’absoudre de mes objectifs. L’enjeu était trop grand. Enfin, c’est ce que je croyais.

Alors, mes tergiversations face à cette finalité, cette prise de décision que je repoussais sans cesse, me menèrent à une conclusion en somme toute logique : il s’agissait là d’un échec. Une silhouette humaine se détacha de la verdure et se hâta de nous rejoindre, la respiration haletante. Et je compris qu’il était trop tard : ma fenêtre de tir venait de se refermer. Un échec sur toute la ligne.

Cet homme n’était pas le bienvenu parmi nous tant les nouvelles qu’il avait apportées avec lui étaient mauvaises. Des bruits de pas. Beaucoup de pas. L’imbécile venait de diriger tous les représentants de l’ordre public vers nous, compromettant ainsi notre sécurité. Il ne méritait rien de plus qu’une balle en pleine tête. D’ailleurs, plusieurs de ces projectiles fusèrent bientôt dans notre direction, nous contraignant ainsi à quitter les lieux au plus vite. Une balle m’érafla l’épaule gauche tandis qu’une autre écorcha l’un de mes flancs. Mon grand gabarit était une cible un poil plus alléchante. Je dus résister à la tentation de me donner en spectacle en brulant ces hérétiques.

Une fois la côte en vue, le jeune bretteur s’engouffra partiellement dans l’eau afin de lancer leur navire de fortune vers de nouvelles aventures. Nous ne tardâmes pas plus à nous hisser dans celui-ci afin de nous éloigner de ce tumulte. Ce fut ainsi que je m’étais retrouvé en compagnie de ces trois individus.


_______________




_________________


Membre du club officiel des "Victimes d'Erwin le vicieux" et des "Victimes de Pumori".
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: [FB] De la poudre aux yeux   

Revenir en haut Aller en bas
 

[FB] De la poudre aux yeux

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

 Sujets similaires

-
» [Validée]ne le regardez pas dans les yeux!
» Aux yeux du souvenir...
» [Nouvelle Règle] Baril de Poudre noire
» >>. J'ai cru voir une flamme dans tes yeux... [PV Nuage de Citron et Nuage d'Ecureuil]
» me noyer ? plutôt dans tes yeux qu'ici... [ A ]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
One Piece Seken :: Le monde de One Piece :: Seas Blues :: West Blue-