Partagez | 
 

 [FB] Sweet Symphonie [Feat Aggaddon]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Raki Goshuushou
Le Régicide
avatar
Messages : 431
Race : humain
Équipage : Paradise

Feuille de personnage
Niveau:
31/75  (31/75)
Expériences:
3/250  (3/250)
Berrys: 3.483.000 B

MessageSujet: [FB] Sweet Symphonie [Feat Aggaddon]   Jeu 14 Déc - 23:50




Sweet Symphonie


Spoiler:
 

Le vent soufflait dans mes cheveux tandis que j’observais l’étendu océanique qui se développée aux pieds de la falaise au bord de laquelle j’étais assis. Je pouvais sentir l’odeur saline et l’humidité des embruns projetés par le fracas de la houle sur la roche infaillible et qui dans un sens s’affaiblissait assaut après assaut à cause de l’érosion. Je ne pouvais m’empêcher d’admirer les forces naturel en puissance et leurs sonorités marines qui m’évoquaient une mélodie presque volatile appelant à l’aventure et au réconfort.

Nous venions juste de bruler les restes de notre mère que Gunther avait gardé, Pernica et moi étions venu ensuite sur cette falaise rependre ses cendres au vent. D’aussi loin que je m’en rappelais cet ange gardien qui m’avait tant donné avait toujours apprécié cet endroit où elle m’emmener jouer régulièrement. Etait-ce ces souvenirs chaleureux qui me faisaient penser ainsi, où le fait que j’avais défait l’emprise de mon père définitivement de mon île natale ? Je n’en savais strictement rien tout ce que je voulais pour l’instant c’était profiter de ces instants de quiétude dans la tempête qui s’ouvrait devant moi. J’avais toujours vécu comme je l’entendais, et je ne souhaitais pas que cela change c’était d’ailleurs ce qui m’avait poussé à exprimer clairement qu’il n’y aurait pas de « chef » a proprement parler. Toutes personnes douées d’intelligence avait son avis, ses envies et ses objectifs et je ne me voyais pas imposer les miens a tous, s’ils voulaient me suivre soit, si non qu’ils fassent ce que bon leurs semble. Je ne me voyais ni comme un père ou une mère juste comme un homme avide de liberté pour lui-même et ses semblables, rien de plus rien de moins.

Je m’allumais une cancéreuse en pensant à tout ça et tandis que je laissais les vapeurs acres s’échapper de mes lèvres je commençais à sourire en repensant à ce vieux Magnus, qu’aurait-il pensé de moi ? Je n’en savais foutrement rien en ce moment de tranquillité. Je pensais juste à ce que je désirais en espérant que lorsque je le rejoindrais il serrait fier de ce que j’aurais accomplis. Je me promettais alors de vivre pleinement chaque instant, afin que moi-même je ne regrette rien. C’était sur ces belles pensées que je continuais de scruter l’horizon en commençant à réfléchir à la marche à suivre pour développer ce que nous étions entrain de construire.





Code by Wiise sur Never-Utopia



_________________
Revenir en haut Aller en bas
Aggaddon Médixès
L'éternel
avatar
Messages : 508
Race : Humain
Équipage : Paradise, Dead-End, Allié de l'Inquisition

Feuille de personnage
Niveau:
31/75  (31/75)
Expériences:
188/250  (188/250)
Berrys: 26.078.000 B

MessageSujet: Re: [FB] Sweet Symphonie [Feat Aggaddon]   Ven 15 Déc - 0:32






Sweet Symphonie
feat Raki Goushuushou





Face à l’océan, en plein milieu d’une balade onirique, Aggaddon Séraphin Hyppolyte Apollinaire Médixès laissait voguer son esprit sur un océan de trouble et de tension. Slanders était peut-être la main d’Ahura Mazda. Sa disparition causerait certainement du tort à celui que le savant considérait comme un ennemi à abattre dans sa quête nobiliaire. Reprendre le marquisat à son frère ainé et affronter les troupes du colonel Mazda qui s’avérait être un autre seigneur de l’île d’origine du mathématicien ne serait pas une mince affaire. Il devait encore progresser pour atteindre ce premier palier. En effet, il ne s’agira là que l’amorce de sa vie, l’annihilation de tout les problèmes liés à son passé. L’ancien noble s’arrêta de marcher quelques instants et plongea son regard dans l’immensité qui se présentait face à lui. Les kyrielles de vagues océaniques, les souffles délicieusement glaciales du vent du Grand Nord, l’horizon éminent, majestueux, inatteignable… Cet empire naturel maritime dominant ce monde était une bien belle œuvre transcendantale à l’immanente fougue pouvant exploser dans une colère cataclysme, plongeant flottes et hommes sous les eaux tumultueuses des affres de Neptune. La chevelure flottant dans la brise, Aggaddon repris sa marche en direction des hauteurs d’Iron Fall sur un fond du requiem volubile de la divine infinité liquéfié inhibitrice des pouvoirs des reliques démoniques appelés fruits du démon.

Le Médixès commença son ascension, allant de périgée en apogée, en espérant trouver Raki. Il connaissait à peine celui qu’il considérait comme son patron. Le mathématicien était plutôt du genre solitaire, mais la nécessité d’alliés s’imposait à lui et ceux qu’il avait rejoint pour reprendre cette île aux doigts méphitiques de Gunther, le paternel esclavagiste de celui qu’Aggaddon tentait de rejoindre. Il ne partageait absolument pas les idées du groupuscule, néanmoins il avait fait de son mieux pour faire paraître l’inverse et activement participer à la victoire, alors qu’il n’avait que faire de ces trafics. Étant lui-même agent de la pègre sous couvert de l’identité de « L’éternel », homme masqué mythique traversant les époques par la transmission secrète de ce rôle au sein de North Blue, ce genre d’affaire était même quelque chose de plutôt habituel. Mais là n’était pas la question d’une implication idéologique. Le savant avait trouvé des alliés, il les aiderait le temps qu’il faudrait. Il avait donc souhaité s’entretenir un peu plus avec le chef des opérations de cette révolution qu’il n’avait que croisé avant le lancement des hostilités et avait donc demandé où il pourrait le trouver. On lui avait simplement rétorqué que Raki était partit « dans cette direction ». Atteignant enfin le promontoire au sommet des falaises. Il interpela le boss qu’il apercevait alors.

-Bonjour ! Désolé de venir vous déranger, mais je voulais un peu discuter avec vous, histoire de faire plus ample connaissance. Si vous êtes en pleine méditation, je peux m’en aller ne vous inquiétez pas.



©️ Jawilsia sur Never Utopia

Revenir en haut Aller en bas
Raki Goshuushou
Le Régicide
avatar
Messages : 431
Race : humain
Équipage : Paradise

Feuille de personnage
Niveau:
31/75  (31/75)
Expériences:
3/250  (3/250)
Berrys: 3.483.000 B

MessageSujet: Re: [FB] Sweet Symphonie [Feat Aggaddon]   Dim 17 Déc - 23:57




La mélodie du vent !



J’étais concentré dans mes pensées et dans ma contemplation lorsqu’Aggaddon arriva, je ne l’avais pas entendu venir et je n’avais surtout pas chercher a l’entendre. Le jeune noble commença a m’aborder en me vovoyant ce qui me fit doucement sourire. Je n’avais pas l’habitude de vouvoyer plus que de raison personnelement et ça ne me serrais pas venu instinctivement d’utiliser cette façon de parler a l’égard d’une personne qui avait combattut a mes cotés. Cela me mettais mal a l’aise plus qu’autre chose et je répondais rapidement a en le regardant d’un air malicieux tout en continuant de fumer ma cigarette :

« Avant toute choses c’est TU et pas VOUS. Pour ce qui est de la méditation t’inquiète pas pour ça ce n’est pas mon fort, j’écoutais juste la délicate mélodie que forme le vent et l’eau s’entrelaçant pour former un doux chant tendre et féroce a la fois…. »


Je laissais ma réponse en suspens profitant une dernière fois des tonalité marine qui me parvenait de la où je me trouvais et me redressant alors je fermer les yeux pour m’impregnait de la moindre parcelle de cette musicalité délicate et naturel qui se déployait librement devant moi. Pour enfin reprendre :

« Déjà je souhaiterais te remercier pour l’aide que tu as pu nous apporté, j’ai cru comprendre que Slanders avait pas été des plus tendre, suffit de voir les blessur de Kabi-yo pour le comprendre. Si non j’aimerais ton avis, que penses tu de ce spéctacle que nous avons devant nous ? »

Je passais peut être a priori pour un fanatique ou un abrutis fini obsédé par la nature, mais au fond je pensais avant toute choses mesurer la nature profonde de la personne que j’avais en face de moi, je ne voulais pas m’arreter a la possible d’un noble exilé incapable de se faire une raison que m’inspiré le port de ses vétements soyeux et richement ornés. D’après ce qu’avait pu me dire Kabi-yo je pensais pouvoir avoir un minimum confiance en cet homme mais je voulais me faire ma propre opinion et tout dépendrais de ce qu’il me répondrait.




Code by Wiise sur Never-Utopia



_________________
Revenir en haut Aller en bas
Aggaddon Médixès
L'éternel
avatar
Messages : 508
Race : Humain
Équipage : Paradise, Dead-End, Allié de l'Inquisition

Feuille de personnage
Niveau:
31/75  (31/75)
Expériences:
188/250  (188/250)
Berrys: 26.078.000 B

MessageSujet: Re: [FB] Sweet Symphonie [Feat Aggaddon]   Lun 18 Déc - 1:09






Sweet Symphonie
feat Raki Goushuushou



Aggaddon écouta la revendication de Raki. Il n’était pas très habitué au tutoiement, mais il devait faire des efforts pour s’intégrer à ce groupe. La chose intéressante à relever était que le boss de Paradise semblait apprécier la beauté fantastique qui se cachait au sein de Dame Nature. Le patron évoqua rapidement Slanders tout en remerciant le mathématicien pour son aide. Il enchaîna alors immédiatement sur une question de jugement… Qu’est ce que ce spectacle fabuleux lui inspirait.




Un sourire coquin apparut au coin de ses lèvres avant qu’il ne les ouvre en s’approchant du bord de la falaise avec assurance. Les embruns marins secouèrent ses cheveux pour ensuite les faire flotter derrière son crâne alors qu’il regardait tout droit en direction de l’astre solaire.

-La fresque d’ambre tapissant l’infini,
Le seigneur de lumière se couche paisiblement.
Gloire soit faite à son éminente hégémonie,
Apportant la vie par son serment.

Les flots azurés reflétant les blancs vaisseaux
Sont la surface de ses rites universaux.
La mère de toute chose est cette déesse,
La génitrice des saintes poétesses.

Omniprésente en ce monde,
Invincible faces aux dévoreurs,
Elle dresse son éternité profonde
Pour faire face aux pourfendeurs.

Rien ne résiste à son courroux,
Des navires de guerres aux roues.
Avec elle, l’Odyssée est quotidienne,
L’aventure toujours aborigène.

Ô gracieuse entité inspiratrice,
Séduit l’humanité colonisatrice.
Que ton souffle à jamais demeure,
Au palais que forme nos cœurs.

Il prit une inspiration avant de faire volteface. Son crâne cachant le Soleil Couchant lui offrait là une auréole mystificatrice de quelques instants.

-J’essaierais de vous… de te tutoyer. Ne … t’inquiète pas pour le combat. Cela faisait partie de mon « contrat » avec Akira. Slanders semble lier au colonel de la base dans laquelle j’ai servie la Marine en tant que mousse autrefois… J’en saurais plus lorsque je serais en mesure de reconquérir le marquisat de ma famille. En ce qui concerne… ceci.

Il ouvrit les bras pour désigner l’immensité harmonieuse. Le monde humain représentait par la mer rencontrait là-bas le ciel, l’océan métaphysique infini du psychisme.

-La Nature est une source d’inspiration très important pour les artistes et savants. C’est de là que nait l’imagination primaire. C’est la source d’inspiration de la majorité d’entre nous. Je resterais toujours émerveillé par la beauté majestueuse, sacré voir divine, de la mer universelle... Le monde regorge de secrets resplendissant… L’océan n’en ai qu’un parmi tant d’autre. Du volcan de neige nommé la Gorge Polaire à la jungle merveilleuse, mais mortellement dangereuse, de Tezcatlipoca, les éruptions gelées et les myriades d’espèces exotiques sont d’autres de ses grandeurs de la Nature demeurant éparpillé de par le monde. J’aime de nombreuses architectures humaines, des ruines au style précolombien aux cathédrales ouvragés de Nortis, mais elles sont toutes inspiré de Dame Nature. La transcendance artistique passe par l'appréciation de tout notre univers...



©️ Jawilsia sur Never Utopia

Revenir en haut Aller en bas
Raki Goshuushou
Le Régicide
avatar
Messages : 431
Race : humain
Équipage : Paradise

Feuille de personnage
Niveau:
31/75  (31/75)
Expériences:
3/250  (3/250)
Berrys: 3.483.000 B

MessageSujet: Re: [FB] Sweet Symphonie [Feat Aggaddon]   Mar 19 Déc - 21:14




Sweet symphonie !



Le moins que l’on puisse dire c’est que le noble avait le sens de la théatralité, pour début de réponse me sortir de but en blanc un poéme imagé discourant de la beauté et de la férocité de l’océan. Franchement, il en faisait un peu trop a mon gout mais ça avait au moins l’avantage de me faire sourire doucement. Tout ça prouvé au moins une choses l’homme semblait possédé plusieurs corde a son arcs, en plus de savoir manier son arme il avait certainement du recevoir une certaine éducation pour faire des analogies et des figure de style poussé comme il pouvait le faire.

Je dois bien avouer que même si ses vers était d’un gout certain il n’était pas spécialement a mon gout, mais comme l’on dit tous les gouts son dans la nature et je ne me formalisais pas d’avantage de ça. J’appris également autres choses a son sujet, il avait dut voyager un minimum pour me cité ces divers style architecturaux ou encore ces lieux tous plus coloré les uns que les autres. En un sens tout cela me faisait penser a mon propre exile qui venait juste de prendre fin, un longue attente durant laquel au lieux de découvrir divers choses environnemental ou topographique je m’étais attelé a la tache de la découverte de la nature humaine. Ce a quoi je lui répondais d’un ton calme et sympathique :


« On dirait que t’as bien crapahuter dit donc ! Je te mentirais en disant que ça n’as pas était mon cas, mais j’y ai plutôt découvert la nature humaine profonde, pouvant aller de l’extrème bonté et gentillesse, a la sauvagerie des plus primaires. Personnelement ce sont ces états d’ésprit, ces opinions, les différents concept moraux ou immoraux qui m’inspire… »

Je laissais ma phrase un peu en suspens tendis qu’une volute acre s’envoler de mes lèvres prenant son envole dans le vent frais du matin. Je continuais alors d’un ton toujours aussi sympathique :


« A mon sens et avec ce que j’ai vue et découvert de ces rencontres, il n’y a pas de bien ou de mal, tout n’est qu’une question d’idéologie. J’ai croisé un homme il y a quelque temps qui trempé dans les magouille de Gunther, a l’époque je m’amusais a traquer ses hommes par pure idée de vengeance et folie meurtrière. J’ai fait en sorte d’attirer le lascar dans un bar en me servant de sa fille comme appat, et je l’ai bruler vif dans ce bar, en revanche ce que je garde de ce souvenir n’est pas la satisfaction de la vengeance ou de ses cris de douleur et de peur montant dans la nuit. Mais bien le désir de cet homme de protéger sa fille. Il trempé certes dans les magouilles de mon père mais pour nourrir sa famille. A sa place qu’aurais-je fait ? certainement la même choses, mais je m’égard, tant que je t’ai sous le coude tu m’as dit venir de Nortis avant que la bataille ne commence. Est-ce que tu connaitrais pas un certain Ahura Mazda ? »




Code by Wiise sur Never-Utopia



_________________
Revenir en haut Aller en bas
Aggaddon Médixès
L'éternel
avatar
Messages : 508
Race : Humain
Équipage : Paradise, Dead-End, Allié de l'Inquisition

Feuille de personnage
Niveau:
31/75  (31/75)
Expériences:
188/250  (188/250)
Berrys: 26.078.000 B

MessageSujet: Re: [FB] Sweet Symphonie [Feat Aggaddon]   Mar 19 Déc - 22:45






Sweet Symphonie
feat Raki Goushuushou





L’ancien noble garda le silence en attendant que son boss s’exprime. Ce dernier disait avoir bien plus observé la psyché humaine que la cristallisation terrestre de la beauté. Tout cela semblait porté bien davantage vers la tragédie que vers le poétisme. Raki exposa ensuite sa façon de penser sur laquelle rebondit le Médixès.

-Voyager implique généralement de croiser les différents courants de pensées qui coulent en ce bas monde. L’empathie et l’égoïsme sont deux phases entremêlées d’une même substance, tout comme la conceptualisation du bien et du mal. Est-ce que le tyran souhaitant relever son pays en lui imposant des réformes et en exterminant la vermine peut être qualifier d’égoïste alors que cela part d’une intention altruiste ? Est-ce que celui qui usent de moyens non légaux, prétendument immoral, comme le vol dans un but désintéressé afin de nourrir sa famille ou une population opprimée peut être incriminer du qualificatif « malfaisant » ? C’est quelque chose d’intéressant à disserter et qui peux difficilement trouver de réponse. Une vieille connaissance croiser sur Shivering Island, Nakata, t’aurait lâché qu’il n’y existe pas de système politique parfait. On en revient là justement à l’absence d’absolutisme et de perfection des notions employés par les humains hors des domaines théoriques. Que peut-on faire face à la conceptualisation qui en effet de tout un chacun ? Pouvons-nous en vouloir ceux dont l’image qu’il s’en font nous semble déviante ? Peut-on calmer les ardeurs humaines pour canaliser leurs vecteurs idéologiques et apporter plus d’harmonie à une société ? … Et en effet je connais Ahura Mazda. Je ne sais pas si tu connais Nortis, mais il s’y trouve quatre seigneuries. Je fais partie de la famille dirigeant le marquisat, Ahura de celle du baronnet. J’ai lié quelques relations avec la comtesse, mais pour le duché cela me parait pour l’instant encore compliqué… Donc oui je connais l’actuel baron de Mazda. C’est un colonel de la Marine et il tient énormément à l’honneur familiale. Il voue sa vie à faire de sa dynastie la plus « glorieuse » d’entre toutes celle de North Blue. C’est pour cela que diriger une caserne miteuse oublié de l’état-major ne le ravi que très peu. Je pense qu’il doit être prêt à recourir à des moyens peu recommandables afin d’arriver à son objectif et voudra en éliminer toute trace pour que cela n’entache pas son sacrosaint « honneur ». Dans ma quête de reconquête du marquisat, ce sera certainement le plus gros antagoniste. Certes officiellement je ne dois vaincre que mon frère ainé, mais Ahura me pourchassera pour éliminer les traces de désertions qui l’ont amené à son poste actuelle, puisque c’est moi et mes compagnons qui avions tuer le colonel de la base durant la fuite. Pourquoi cette question ?



©️ Jawilsia sur Never Utopia

Revenir en haut Aller en bas
Raki Goshuushou
Le Régicide
avatar
Messages : 431
Race : humain
Équipage : Paradise

Feuille de personnage
Niveau:
31/75  (31/75)
Expériences:
3/250  (3/250)
Berrys: 3.483.000 B

MessageSujet: Re: [FB] Sweet Symphonie [Feat Aggaddon]   Sam 13 Jan - 0:55




L'homme est un animal !



J’écoutais ce que le jeune homme me disait, il ne manquais nullement d’éducation et sa façon quasie phylosophique de présenter les choses me semblait presque un peu trop enjolivé. A mes yeux, contrairement au sien, le bien et le mal n’éxistaient pas. Il n’y avait pas de place sur cette terre pour de telles notion lorsque l’on savait l’homme capable des pires atrocités. Il me parla de Nakata, le souvenir de mon confrère me réchauffa un peu le cœur en même temps que je pensais a cette triste soirée qui avait plonger ce bar dans une nuée infernale. Je le laissais terminé pour a mon tour prendre la parole, un sourire désabusé sur le visage :

« Le bien le mal entremélés tu dis ? A mon sens ces notions n’éxiste pas, l’homme est un animal, instinctif, violent, envieux, jaloux. Mais également protecteur vis-à-vis de ses proches, la seul choses qui nous différencie de nos congénère que nous admirons en cage, n’est que la soumission dont ils font preuve. Akira connais le fond de ma pensée, l’homme comme tout animal a besoin d’éprouver la peur pour révéler sa nature profonde. Le courage, n’est que le fruit d’une pulsion gardienne envers sa progéniture. Le mal, n’est qu’une idée apposé sur ce que les biens pensant juge inaproprié, le bien quand a lui favorise l’hypocrisie et la paresse. Ne pas tuer, ne pas frapper, toutes ces choses favorise l’individualisme au détriment d’un ésprit de corps et de protectorat… »


Je fumais un peu plus, plongeant mon regard dans celui du jeune noble. En mon fort intérieur je brulais de faire découvrir ce feu au monde. Je m’embrasais de tout mon être de ces instinct que je réprimais constament. Cette envie de meurtre a l’égard de mon géniteur qui croupissait dans les geôles de sa propre villa. L’envie de boire jusqu’à plus soif, ou de faire ce dont j’avais envie, ce que mes pulsions me dictais tout simplement. Détournant le regard vers l’horizon j’expirais la fumée en souriant de façon sincère, je repris la paroles d’un ton déterminé :

« Concrètement, je n’oblige personne a me suivre et sa vaux également pour toi, a mon sens tout homme est libre de voguer a sa guise, me trahir ou non ne fait que partis du jeu. Manger ou être manger tel est la dur loi naturel des choses. L’homme a trouvé une parade en tissant des liens sociaux fort et sincère, et en toute honneté je tenais a te remercier Aggaddon. En ce qui concerne ton Mazda, j’ai trouvé des documents qui devrait t’interesser le concernant dans le bureau de mon père. Il semblerait qu’il est eux besoin de ses services plusieurs fois dans divers affaires a la limites de la légalité. Je te filerais les dossiers si tu veux, sache juste que si un jour tu souhaite lui faire la peau, je serrais plus que ravi de t’accompagner ! »





Code by Wiise sur Never-Utopia



_________________
Revenir en haut Aller en bas
Aggaddon Médixès
L'éternel
avatar
Messages : 508
Race : Humain
Équipage : Paradise, Dead-End, Allié de l'Inquisition

Feuille de personnage
Niveau:
31/75  (31/75)
Expériences:
188/250  (188/250)
Berrys: 26.078.000 B

MessageSujet: Re: [FB] Sweet Symphonie [Feat Aggaddon]   Sam 13 Jan - 1:37






Sweet Symphonie
feat Raki Goushuushou





À son tour, Aggaddon écouta patiemment l’homme parler, fixant les yeux de son interlocuteur. Il remarqua le petit sourire de Raki. Le Médixès se dit alors qu’ils étaient le même genre de personne. Ils avaient des convictions qu’ils voulaient tenir coûte que coûte et dont ils étaient totalement convaincus. Le mathématicien apprécia ce petit discours et retint même un rire à un moment. Alors que le fils de Gunther venait de terminer sa phrase, le nobliau se rapprocha davantage du bord de la falaise et garda son regard fixé vers l’horizon.

-Le bien et le mal n’existe pas ? C’est ce que tu dis donc… J’ai une vision plus mathématique de la chose… Chacun définit les notions à sa façon. Ce que quelqu’un considère comme étant le bien découle généralement des mœurs et donc, comme tu le dis, de ce que les hautes autorités ont imposé comme codes à la société par divers moyens comme la religion ou la loi. Pourquoi des choses aussi personnelles que le courage, quelque chose qui vient de l’être et pas de son environnement donc qui est un principe immanent à l’individu, pourrait être étendu à d’autre domaines par des lois de compositions d’un ensemble ambiant dans lequel l’homme est un simple sous-ensemble. Ainsi, je définis personnellement le bien et le mal comme intersection des mœurs usuelles plus ou moins uniformément répandu. Bien évidement ce n’est pas quelque chose d’absolue. C’est ma définition. L’axiomatique que je prends pour base de la théorie de pensée précédemment développé. Néanmoins, je dois bien avouer que cette interprétation que tu fais… que ces notions n’ont pas de substance… qu’elles sont inexistantes… est tout à fait valide et validable sous une certaine structure algébrique ne nécessitant pas la définition de notions humaines... Quand au fait que l’homme soit un animal. C’est à la fois vrai et faux à mon sens. D’un point de vue totalement scientifique les humains, les hommes-poissons, les géants ou encore les gnomes sont des animaux et en possède toutes les caractéristiques biologiques. Cependant, il ne faut pas négliger la conscience de l’humain. C’est elle qui donne à l’humanité la capacité de poser ses définitions sur le monde intérieur comme extérieur. Le raisonnement de l’humain pousse le traitement des informations beaucoup plus loin que les espèces plus « animales » au sens usuel. Cela pousse à se donner des barrières, faire naître des dilemmes, amplifié ou restreindre des comportements animaux, encore une fois utilisé au sens usuel… L’humain est bien animal avec des possibilités cérébrales accrus et qui ne le prive pas donc de la majorité des caractéristiques animales, mais la conscience est un véritable problème poussant l’individu à se considérer soit et donc par égoïsme amoindrir l’importance du bien commun. Enfin c’est ainsi que j’analyse les propros que vous… que tu viens de me dire.

Il marqua une pause pour rechercher dans sa mémoire la seconde tirade de Raki.

-Je voyagerai avec vous… Akira et toi. Du moins pour un temps. Ce n’est pas forcément parce que je ne suis pas physiquement avec vous que je ne pas agir en votre nom d’ailleurs. Vous… …. … Tu n’as pas besoin de me remercier. C’est à moi de le faire pour l’aide que tu désire m’apporter pour affronté Mazda et certainement mon dernier frère au passage.

Aggaddon s’efforçait de garder une mine grave alors qu’intérieurement il était ravi d’avoir obtenu ce qu’il voulait. La douce brise de la victoire soufflait dans son palais mental. Il avait des alliés qui faciliterait le passage d’un cap dans sa quête : la reconquête du marquisat, ce qui était équivalent à la fin des ennemis provenant de son passé.


©️ Jawilsia sur Never Utopia

Revenir en haut Aller en bas
Raki Goshuushou
Le Régicide
avatar
Messages : 431
Race : humain
Équipage : Paradise

Feuille de personnage
Niveau:
31/75  (31/75)
Expériences:
3/250  (3/250)
Berrys: 3.483.000 B

MessageSujet: Re: [FB] Sweet Symphonie [Feat Aggaddon]   Sam 13 Jan - 2:14




La conscience !


Le moins que l’on puisse dire c’est qu’il avait le verbe facil et fourni par-dessus le marché. Il ne pouvais voir mon sourcil s’arquer durant son discour lorsqu’il employa des termes que mon éducation de basse extraction m’empéchait de comprendre. Cela étant je comprenais la majeur partis de son discour qui relever plus d’une analyse scientifique pur qu’autre choses. La conclusion étant la suppression pur et simple d’une inconnue pour permettre a l’équation de fonctionner correctement. Le temps d’un instant fugace un sourire dément apparut fugacement, plus de conscience ? Certes elle pousser a l’avarice, l’égocentrisme, l’égoisme, mais comme son nom le sous entendait elle permettait une prise de conscience induite par un stimuli extérieur puissant.

J’effacer ce sourire aussi rapidement qu’il était apparut, cela n’avait durer quelque seconde. Et inspirant une nouvelle fois au travers de ma cancéreuse je laissais échapper un rire chaleureux, pour enfin reprendre la parole, une lueur folle perlant au fond des ténèbre de mon regard :


« Supprimer une inconnue pour permettre la résolution de l’équation. Tu m’excuseras je ne suis pas doué en mathématique, personnelement je vois plus les choses comme l’utilisation justement de cette conscience. Un stimuli extérieur puissant induit une réaction, c’est a la base de toute choses. Un animal ne s’en prend pas a un plus fort car il est conscient de son infériorité. Si l’on parle de conscience l’animal comme l’humain en sont pourvu, l’homme n’as que la capacité intellectuel en plus. Tu le démontre toi-même par ton résonnement, selon ta logique tu es prés a détruire toute conscience réduisant ton semblable a un être inférieur a l’animal. Les soucis de se monde ne peuvent pas être résolus, du moins pas avec des lois, des éthiques morales et dogmatique et encore moins des gouvernements capricieux et omnipotent. Une prise de conscience vis-à-vis d’agissement monstrueux et dramatique, la peur, la colère, l’amour, la tristesse. Tous ces sentiments et émotions poussé a l’extrème par un actes terrifiant, nous n’avont pas besoin de décret décimas ! Pas besoin de conseil des cinq étoiles et encore moins de gouvernement mondial ou de royauté ! La seul conscience de tout un chacun est amplement suffisante ! »


Je souris d’avantage, tandis que la mer commençait a s’agitée un peu plus annonciatrice d’une tempète a venir. Je m’allumais une nouvelle cancéreuse attendant patiement ce que le noble aurait a répondre.





Code by Wiise sur Never-Utopia



_________________
Revenir en haut Aller en bas
Aggaddon Médixès
L'éternel
avatar
Messages : 508
Race : Humain
Équipage : Paradise, Dead-End, Allié de l'Inquisition

Feuille de personnage
Niveau:
31/75  (31/75)
Expériences:
188/250  (188/250)
Berrys: 26.078.000 B

MessageSujet: Re: [FB] Sweet Symphonie [Feat Aggaddon]   Sam 13 Jan - 3:29






Sweet Symphonie
feat Raki Goushuushou



Aggaddon se retourna en restant sur place pour regarder l’homme qui reprenait la parole. Il ne pipa mot. Lorsque Raki eut fini son argumentation, il se repositionna comme il l’était durant son monologue précédent. Un sourire de résiliation apparut au coin de ses lèvres. Cette discussion ne mènerait à rien.

-Prise de conscience hein… Prise de conscience… … Tu as raison ! Je me suis peut-être égaré dans la rhétorique. Désolé, mais Vazguardia m’attends. Passe une bonne nuit Raki, on reparlera demain si tu veux, lança-t-il en donnant une tape sur l’épaule de son nouvel allié.




Son cerveau bouillonnait, ses pas étaient remplis d’une incertitude, ses grommèlements ne formaient aucun mot… Cet homme lui causerait-il des problèmes ? C’était incertain. Les formules volaient autour de lui, dans son champ de vision, dans son palais mental. Comment déterminer le plan parfait pour éradiquer cette maudite conscience de l’existence. Malgré l’hypothétique solution qu’il avait imaginée dans un despotisme total et absolu privant les gens de toute liberté pour tenter de les privés d’individualité, la vraie solution était l’extermination absolue de toutes formes de vie qui soit. Alors que la Lune irradiait les cieux nocturnes au milieu d’une fresque étoilé, le Médixès arriva finalement dans la demeure où il logeait durant cette période de transition entre la victoire sur Iron Fall et le départ en direction de West Blue. Il vérifia si Raki ne l’espionnait pas. Au cas-où, il attendit une heure et douze minutes avant de ressortir avec ses affaires, surveillant constamment son environnement. Il arriva sur la plage, affublé du masque de L’éternel, après s’être assuré que personne ne se trouvait aux alentours. Apprès avoir trouvé un coin sombre, il posa au sol le bébé qu’il tenait dans les bras. Il avait pénétré par effraction chez une famille, utilisant sa faculté à maîtriser son poids pour réduire au minimum les sons produits par ses pas, et avait choisi cet enfant. Il sortit sa machette qu'il planta dans le sable et continua de border le nourrisson.

-Prise de conscience ? On m’en dira tant ! L’humain est un être irrécupérable condamné au chaos et aux conflits. Il existera toujours des gens insensibles à cela ! La conscience de soi même pousse à l’individualisme, à la mise en avant de soit et à la mise en abime du bien commun. Oui, l’humain utilise sa conscience partout, mais sa capacité à raisonner le corrompt… LA VIE EST LE MAUX, LA CONSCIENCE LE PÊCHÉ, LA LIBERTÉ L’APPÂT. Ô Majora acceptez mon offrande en attendant mon retour à Baphomet… Donnez-moi la force de vaincre mon humanité.

Il inspira et murmura un cantique occulte.



La lame de son arme s’enfoncerait alors dans le bouche du petit être chétif. Aggaddon lèverait le cadavre embroché afin que son sang tombe dans la mer. Il demeurerait silencieux, méditant intérieurement... Les restes du nourisson chuteraient dans l'immensité bleu et le Médixès s'en retournerait à sa demeure pour dormir et retrouver Raki le lendemain.




©️ Jawilsia sur Never Utopia

Revenir en haut Aller en bas
Raki Goshuushou
Le Régicide
avatar
Messages : 431
Race : humain
Équipage : Paradise

Feuille de personnage
Niveau:
31/75  (31/75)
Expériences:
3/250  (3/250)
Berrys: 3.483.000 B

MessageSujet: Re: [FB] Sweet Symphonie [Feat Aggaddon]   Sam 13 Jan - 22:31




Why so serious ?!


Je dois bien admettre que le changement brusque d’opinion du jeune noble me surpris de prime abord. Il expliquer s’être perdu en pur réthorique mais même ainsi, l’on ne changer pas de point de vue aussi facilement du moins c’était mon avis, et je le conservais pour moi. Il n’y avait nul besoin de remuer le couteau dans la plait. Peut-être ne souhaitait-il tout simplement pas débattre sur le sujet.



Je le laissais s’en allais ne pipant pas un seul mot, restant la a admirer jusqu’à des heure tardive le ciel commencer a étinceler de mille feu, se parant des étoiles comme une portée de note et de rythmique divers et varié je me perdais dans cette contemplation astrale. Jusqu’au moment ou je décidais enfin de me diriger vers la villa, callant ma cigarette entre mes lèvres et mes mains dans mes poche mes doigts éffleurer doucement les rebords de mon masque se trouvant dans ma poche intérieur. Je sentaiscette folie me gagner un peu plus lorsque je gagnais les abord de la ville, non loin du port et de la plage. J’arpentais les ruelles sombres, laissant leur ténèbres insidieuse s’insinuer de plus en plus jusqu’au moment où au détour d’une ruelle donnant sur la plage je vis un homme masqué brandir une machette sur un nourisson en pleur.

Spoiler:
 

Je réagis instinctivement, j’attrapais un cailloux que je lançais de mes ténébres, celui-ci vola et ricocha sur la lame la déviant de sa trajectoire. Dans le même temps instinctivement je sortais mon masque pour l’enfiler et relacher cette folie brut qui me ronger. Je ne voulais pas révéler mon identité a un homme masquer présent dans nos rang et quoi de mieux pour ça que de lacher le mockingbird ?

Une fois le masque enfiler je transformais mes yeux, laissant une lueur féline et sadique pulser des orbite rieuse de mon faciés. Sans le vouloir réelement je laissais un rire dément s’échapper de ma gorge et s’envoler en écho de la ruelle, comme cette sensation de liberté était divine. Pas d’attache, pas de chaine juste moi, mes pulsion et cet autres masqué pour m’amuser. Je transformais mes ongle en griffes les raclants en un son strident et macabre contre le pierre des batiments de la ruelle. De la où l’homme se trouvais il ne pouvais percevoir que mes pupilles, le son de mes griffes et mon rire omniprésent.

J’avançais a sa rencontre, ne laissant apparaitre que mon visage et sa lueur jaunatre gangréné de folie suintante de chaque parcelle de mon être. Je pris alors la parole en tournant la tête sur le coté en un angles bizarroïde, et laissant mon rire s’évanouir peu a peu je lui dit d’un ton limite pervers :


« On dirais que j’ai trouvé un camarade de jeu, regarde comme il est beau, comme il est clinquant ! Des os tous neuf a briser et de la chair fraiche a mutiler. Oh ! mon ami je sens que toi et moi allons nous amuser comme des petit fou…. »


Je laissais ma veste tomber au sol laissant mes cicatrices luisante a l’air libre. Et me propulsais en sa direction, usant de toute ma vitesse je me placer derrière lui. Pour lui dire un simple :

« Mais pourquoi cet air si sérieux ? »

A la suite de quoi je lui envoyais un coup de pied dans le thorax qui l’enverrais au sol sans causer plus de dégats que ça, le tout accompagner d’un rire dément.





Code by Wiise sur Never-Utopia



_________________
Revenir en haut Aller en bas
Aggaddon Médixès
L'éternel
avatar
Messages : 508
Race : Humain
Équipage : Paradise, Dead-End, Allié de l'Inquisition

Feuille de personnage
Niveau:
31/75  (31/75)
Expériences:
188/250  (188/250)
Berrys: 26.078.000 B

MessageSujet: Re: [FB] Sweet Symphonie [Feat Aggaddon]   Sam 13 Jan - 23:51






Dark Symphonie
feat Raki Goushuushou




Troisième tenue de L’éternel

Son arme avais été repoussé. Il se retourna alors cherchant quelqu’un qui l’aurait observé alors qu’il avait vérifier les alentours. Ses pensées bouillonnaient, fulminant de colère. L’avait-on entendu ? Cela pourrait faire facilement un rapprochement entre ses deux identités, c’était clairement hors de question. Il devrait éliminer l’intru, coute que coute. Il ne pouvait se permettre aucune erreur sinon cela pourrait mettre tout en péril. Sous ses amples vêtements flottant autour de lui, un de ses doigts monta vers le haut alors qu’un autre descendait vers le bas. Cela lui donnait un certain air spectral. L’heure n’était cependant plus à la réflexion. La peur, l’horreur ! Voilà ce qui envahissait son corps alors que l’apocalypse que représenterait l’échec déferlait dans son imagination, bouleversant son palais mental comme rarement jusque-là. Il refusait. Le chaos ne devait pas se répandre. La liberté ne devait pas triompher. Les idéaux de Raki ne devait recouvrir le monde. Des tics nerveux supplémentaire survinrent, ils étaient néanmoins invisibles de l’intervenant puisqu’étant camouflé par la longue tenue de l’agent de la pègre. Un brasier infini apparu au cœur de ses yeux également imperceptible derrière le masque aux ouvertures restreintes. Un rire fou atteignit alors ses oreilles. Il découvrit alors deux yeux félins. Un tel regard… Était-ce un possesseur de fruit du démon ? Pour le vérifier, il suffirait de se servir de l’eau de mer… L’homme masqué s’approcha. Il n’eut que le temps de remarquer L’esprit d’Aggaddon se restreignit alors. Tous les plus noires pulsions qu’il refoulait surgissait en un instant pour dominait son âme. Après quelques paroles insignifiantes, l’assaillant se retrouva dans le dos du Médixès et lui donna un puissant coup de pied. Il avait clairement plus puissant que lui… Plus puissant que l’écart qu’il y avait entre lui et Azuriale Kérubien à Seppen Town ? Non, mais vu qu’il s’était amélioré depuis, c’était possible que l’ennemi se rapproche de ce niveau. L’envie de tuer relativement absente de cette attaque soulignait aussi une différence à noter et à ne pas sous-estimer. Cependant, réutiliser la tactique utiliser pour repousser Azuriale dans de tel conditions étaient suicidaire et aboutirait à la découverte de son identité. Se laissait transpercer n’était donc pas la solution… Malheureusement, les sursauts de consciences n’influeraient pas la suite des choses. La simple idée de fuir ne vint même pas s’introduire dans la folie pulsatile ramenant sur le devant de la scène tant d’émotions repoussé lors de sa quête de perte d’humanité.




Aucun ricanement. Aucune envie de s’amuser. Aggaddon n’était qu’une chose : un désir de détruire ce qui menaçait tout ses plans. Il se releva, serrant le poing. Ses ongles pénétraient la chaire de ses mains, libérant un liquide rouge qui humidifia le vêtement porté par le Médixès. Ses pensées devenaient un fracas de visions apocalyptiques. L’échec… L’échec… L’ÉCHEC…. Ce mot horrible. Cette sensation indicible. Cette envie de tuer pour effacer toutes traces, tout indices. Son besoin d’effacer de l’existence tout ce qui pourrait l’entraver. N’y avait-il que lui ? Devait-il éliminer chaque personne se trouvant sur l’île ? Chaque personne se trouvant sur cette mer ? Chaque personne se trouvant en ce monde ? La fin de ses plans. La fin de ses ambitions. La fin de son utopie. NON !!! NON !!!! HORS DE QUESTION !!! Au diable la puissance ! Au diable sa domination ! S’il devait mourir en cet instant, c’est que Majora aurait jugé que la mission de ses adeptes sur terre prenait fin. Plutôt mourir que de se laisser s’échapper l’étincelle qui met le feu aux poudres, même si rien ne garantissait qu’il puisse le faire. Il était donc l’heure de relever le défi envoyé par le Dragon du Néant… Le défi de se confronter à la mort !!!!!




Se saisissant de sa machette, une parole sortit de sa bouche et fut transformé en une voix métallique par le modificateur incorporé aux trois masques de L’éternel.

-Soit.

Il s’élança en direction de l’eau, l’existence de l’hypothèse concernant le fruit du démon parvenant à se mêler aux flux de pulsions refoulés. Il effectua une roulade dans l’eau et tenterait d’effectuer une salve d’attaques horizontale. Il se tenait prêt à utiliser sa technique Mange-poussière, tout en faisant confiance à son agilité pour parvenir à le faire malgré la vitesse adverse, afin d’esquiver d’éventuelles attaque. Mange-poussière consistait à maintenir en place toute la partie inférieure au genoux, ancré fixement dans le sol pour descendre tout le reste à sa guise, permettant ainsi de se dérober sous l’ennemi pour l’attaquer d’en bas. Qu’il soit repoussé ou nom, il ferait quelques pas en arrière pour se rapprocher inconsciemment des eaux profondes. Il respira intensément avant de lancer sa technique suivante.

-FANTÔMES DES SOLS

Son corps tout entier tomba vers l’avant, formant un angle très aigu entre lui et les pieds. Ainsi il frôlait le sol, mais étant une chute perpétuelle vers l’avant, il devait avancer. Il essaya d’assener des coups de machette vif sans direction prédéfini pour lacérer les jambes de son adversaire, à défaut de parvenir à les trancher. Là encore, s’il se faisait repousser ou non, il reculerait un peu plus. Pour ne pas être reconnaissable dans sa manière de combattre, Aggaddon avait fait en sorte d’être très aérien, presque en perpétuelle acrobatie céleste, en tant normal et d’être très proche du sol, en tentant d’imiter une ombre, lorsqu’il portait le masque. Sa rage explosa complétement. Il poussa un cri, immobile au milieu de l’eau. Il s’élança vers son adversaire, vers ce misérable, vers cette étincelle. Il abattit son arme de toute ses forces et de toute sa discorde mentale.



©️ Jawilsia sur Never Utopia



Dernière édition par Aggaddon Médixès le Mar 23 Jan - 2:22, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Raki Goshuushou
Le Régicide
avatar
Messages : 431
Race : humain
Équipage : Paradise

Feuille de personnage
Niveau:
31/75  (31/75)
Expériences:
3/250  (3/250)
Berrys: 3.483.000 B

MessageSujet: Re: [FB] Sweet Symphonie [Feat Aggaddon]   Lun 15 Jan - 23:27




Sucré !



A couvert du masque je prenais plaisir a voir l’homme se faire projetter, ça m’en donner presque des frisson, j’en voulais plus. Je voulais sentir l’odeur du sang, apprécier sa consistance poisseuse et son gout ferreux. Je voulais me délecter de ses cris de douleurs, de la rage de mon adversaire et surtout je voulais lui faire regretter amérement sa décision de tuer un enfant.

En parlant d’enfant j’avais laissé de coté mon adversaire pour m’accroupir devant le petit être chétif et lui chatouillé le ventre le tout accompagné d’un rire sordide. Reussissant a décrocher un léger sourire du moutard je lachais un rapide :


« Mais oui gamin ! Tonton Bird t’apprendra a casser des doigts a et a évisécer les gens en les gardant en vie ! »

Je me trounais alors vers l’arlequin qui semblait avoir décidé d’aller barboter, grand bien lui fasse, je le laissait lancé sa première attaque tandis que je ramassais la pierre que j’avais utilisé plus tôt pour la lancé en direction du genoux de l’adversaire qui repartis bien vite jouer dans la marre au canard. Tout ce manège me fit doucement rire, Il revient a la charge cette fois ciblant mes pieds, je m’empressais de faire un rapide saut en arrière que je conjuguer a un second saut en avant pour lui envoyer un coup de pied en direction du visage alors que je me trouvais toujours en l’air. Mon petit rire de base se transforma une nouvelle fois en rire sadique et dément. Je pris la parole alors qu’il s’appretait a fondre une nouvelle fois :

« T’as pas bientôt finit t’es vas et vient arlequin ? on est pas dans un bordel tu sais ! »

J’entendis alors le cris rageur, et mes yeux félin m’apprirent que l’homme charger fou furieux, il était temps ! Je pris alors juste le temps de laissé échapper un rictus malsain en faisant signe de la main au masqué d’approcher. Je le laissais fondre ne bougeant pas d’un poil, lui laissant croire a sa victoire jusqu’au moment ou la lame s’abbatis. Je me décalais de manière a ce que la lame ne passe qu’a quelque centimêtre de mon épiderme, j’enchainais ce mouvement circulaire en toute fluidité, stoppant le bras d’arme de l’homme je lui envoyais un coup de poing a pleine puissance dans l’articulation de l’épaules lui luxant et le forçant a lacher son arme que je récupérais en vols dans un autre mouvement circulaire. Je laissait la course de ce mouvement se finir dans un fin éclaire rougeoyant qui révéla une fine entaille au niveau que l’articulation déboiter. Pas suffisament profonde pour causé d’hémorragie, mais assez pour saigné légèrement. Je commençais alors a jouer avec l’arme, la soupesant et jonglant avec comme un bouffon de bas étage je finis par tourner le dos au masqué pour soulever l’égérement mon masque et porté le sang présent dessus a mes lèvre et le gouter, je finis alors par dire d’un ton déçu :

« Sucré ! C’est pas mon préféré, tu comprends sa colle au dents et au palet, c’est d’un chiant a laver après ! »






Code by Wiise sur Never-Utopia




PNJisation d'agg vue avec lui

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Aggaddon Médixès
L'éternel
avatar
Messages : 508
Race : Humain
Équipage : Paradise, Dead-End, Allié de l'Inquisition

Feuille de personnage
Niveau:
31/75  (31/75)
Expériences:
188/250  (188/250)
Berrys: 26.078.000 B

MessageSujet: Re: [FB] Sweet Symphonie [Feat Aggaddon]   Mar 16 Jan - 0:30






......................
...





L’échec… L’échec… L’échec… Tout tourbillonnait. La défaite était inéluctable. Aucune échappatoire. Ce n’était pas la Royal Snow Battle. Ce n’était pas Azuriale. Elle n’affrontait pas Diksein. Il n’y avait pas de civil. Pas de docteur pour me sauver. Pas d’espoir… Les larmes coulent de mes joues. Jamais je n’avais ressenti cela ainsi. Tout s’effondrait. Les pierres de mon palais mentale jonchaient le sol. Les livres et parchemins étaient déchiré. J’avais donné tout ce que j’avais et cela n’avais rien fait. Je ne fais pas le poids. Je suis misérable. Comment pourrais-je réaliser une seule seconde ce que je veux. Je suis pitoyable. Faible… Faible… Faible… Mes mains s’étaient posées dans le sable sous l’eau. La tenue noire est complétement imbibée. Cela n’a pas d’importance. Je vais me faire emporter dans les abysses. Je ne suis pas digne. Je ne suis rien. Un misérable insecte qui n’aura pas mérité…. pas mérité… Le cycle ne prendrait jamais fin. Le liquide coulait sur mes joues. Je sentais dans les profondeurs de mon être que quelque chose c’était rompu. Je n’émettrais aucun mot… que ma dernière image soit digne… C’est tout ce qu’il me restait. Acculer… Perdition… Pas d’absolution…Mon regard est embrumer… Pourquoi est-ce que je vois floue ? Les larmes de ma déchéance me passent-elle un message ? Je sens les mains de la Grande Faucheuse se resserrer sur mon cou. Même la douleur de la luxation n’est rien à côté de la souffrance psychique. Malgré le masque, je dois tenter de tenir mon visage entre mes mains. Peut-être que lorsque mes doigts s’enfonceront dans ma chair, cela surpassera cette douleur immense, infini… Cette désillusion… Si ceux qui vivait une trahison amoureuse ressentait cela, je voulais bien comprendre l’envie de se suicider. Ma main droite se posa sur mon cœur sous vêtement ample. Il n’y a rien à faire. Mes ongles ne s’enfoncent pas suffisamment. Il ne me reste plus qu’à me griffer pour que cela passe. Scarifié dans la mort ? Encore plus misérable. Je ne suis qu’une loque attachée à un passé que ce monde va oublier. J’ai perdu toutes ses années à errer, perdre mon temps pour une cause qui ne gagnera pas. Ma fin signe la défaite complète de la paix sur la liberté individuelle. Impardonnable… Je suis impardonnable. Pourquoi m’avoir abandonné ? Pourquoi me délaisser, m’abandonner à l’échec ? Majora ? C’est injuste… Comme la vie… Ce monticule inutile qu’est la vie… Pourquoi vivre ? Pourquoi devoir découvrir ces souffrances, ces déplaisirs ? Pour un bonheur futile s’envolant à cause des personnes suivant leur cœur et choisissant de répondre à leurs pulsions ? Combien de personne brisée ? Combien d’histoire tragique ? Combien de … de …. de……. de……………….




La puissance du tourbillon m’emporte. Le vide… Mon palais mental est devenu le vide dans le quel je tombe à l’infini. Me moquant totalement de l’environnement autour de moi, je me place à genoux, attendant le coup de grâce… Pour partir avec un brin d’honneur. Les larmes redoublaient d’intensité. Je ne voulais pas… Je ne voulais pas non… Pas quitter ce monde… ces gens… ces cœurs…. Mais je dois me résigner. Ce n’est pas fait pour moi. Pourquoi dois-je me farcir tout cela ? Pourquoi toutes ces émotions jaillissent et me bouscule, me font valser pour me déchiqueter. Pourquoi dois-je connaitre l’existence. Pourquoi suis-je né ? POURQUOI ??? Dîtes-moi… Dîtes-moi… Pourquoi vivre pour découvrir cela… Pourquoi construire pour que tout s’ébranle, pour que le monde ne ressemble qu’à une fleur flétrie, desséché et honteuse ? Je refuse de regarder un instant de plus l’echec, la trahison, le foutu amour qui fait s’attacher à des gens qui détruisent ta vie entière alors que tu avais placé tout tes espoirs en eux ? Pourquoi t’accroches-tu à elle alors que tu sais que tu vas être briser, éparpillé, étriper…. Ton cœur offert si généreusement traverser par la lame du nouvel amour naissant, de la page tournée si facilement, d’un futur rayé d’un coup de stylo, de quelques doigts pianotant sur des touches… La cruauté sans nom a arracher à mon être l’espoir, la violence indicible a carbonisé ma volonté de croire… Il n’y a plus que cela, la souffrance… La souffrance qui t‘emporte qui te mord avec ses dents pour te rendre exsangue et s’amuser sur ton cadavre en t’insultant de tous les noms, en te reniant et en faisant comme si tout ces moments n’étaient que du vent, de la poussière, des mots sans sens ni but… Je voulais tout détruire, me détruire, me consumer, m’affranchir de cette putain de vie qui m’emmerdait, qui m’a tout pris pour me prendre plus que ceux que je pensais avoir à prendre. Plus qu’un instant, la fin de tout, la fin des temps, la fin d’un sentiment, l’un fin d’une ère, la fin, l’échec, l’incompréhension, l’absence, l’avidité dévorante du retour, une absence, un besoin de se scarifier pour trouver une échappatoire à la torture mentale, à ce désastre, au choix, à ces idéaux libéraux, la liberté, ta liberté, ton envie, ton désir, TA LIBERTÉ, TA PUTAIN DE CONNASSE DE LIBERTÉ QUI BOUSILLE TOUT ENCORE PLUS AFFREUSEMENT QUE LA FIN DU MONDE !!!!!!!!! ENTENDS MA VOIX !!!!! ENTENDS LÀ !!!!!! RÉPOND !!!!! FAIS-MOI COMPRENDRE !!!!! REPREND MOIIIIIIIIIIIIIIIIIIII !!!! MOIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIII !!! MOIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIII !!!!!! … Moi…. Moi moi moi…. Pourquoi ce n’est pas moi …. Pourquoi … Pourquoi … Viens ici et dis-moi pourquoi…. Je refuse cette simplicité…. Accepte-moi… Je ferais tout… Même pour être tout ce que tu veux que je sois… Pourquoi cela ne te suffit pas ? Ces mots n’étaient habités que d’une essence passagère ? Que d’un besoin fugace dans une éternité ? Qu’un parmi tant d’autres ? Tu me disais que j’étais l’élu. J’ai sacrifié jusqu’à mon être pour te plaire, pour faire ce que tu voulais, pour rester prêt de toi, pour profiter de chaque instant, chaque millième de seconde, chaque micro seconde, chaque centième de millième de centième de micro de nano de centillion de quarantaine de gilgamesh d’Argunis de véracité de péripatriocalamatiosacolata… Au diable, nom d’un dieu vas crever dans la chaire que je laisserais avec ma dépouille malodorante. Regarde mon corps, les restes de ton passage, ton œuvre, TON OEUVREEEEEEEE…. Il n’y aura pas de réponse, cela va continuer, je vais continuer de ressentir toute ses choses qui me démange, qui me déchire, me craquelle, m’assassine à répétition, dans un cycle sans aucun sens… ALLEZ Y !!! JE NE VEUX PLUS !!! JE M’AVOUE VAINCU !!!! PRENDS-MOI !!! PLUVERISE-MOI !!!! JE VEUX DISPARAITRE !!! PLSU DE CONSCIENCE !!!! PLUS DE SOUFFRANCE !!!! PLUS DE MAUX !!!!! RIEN QUE LE NÉAAAAAAAAAAAAAAAAAAAANNNNNNNNNNNNNNNNNNNNNNNNNNNNNNNNNNNNNNNNNNNNNNNNNNNNNNNNNNNNNNNNNNNNNNNNNNNNNNNNNNNNNNNNNNNNNNNNNNNNNNNNNNNNNNNNNNNNNNNNNNNNNNNNNNNNNNNNNNNNNNNNNNNNNNNNNNNNNNNNNNNNNNNNNNNNNNNNNNNNNNNNNNNNNNNNNNNNNTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTT !!!! TUE-MOOOOOOOOOIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIII…



©️ Jawilsia sur Never Utopia

Revenir en haut Aller en bas
Raki Goshuushou
Le Régicide
avatar
Messages : 431
Race : humain
Équipage : Paradise

Feuille de personnage
Niveau:
31/75  (31/75)
Expériences:
3/250  (3/250)
Berrys: 3.483.000 B

MessageSujet: Re: [FB] Sweet Symphonie [Feat Aggaddon]   Mer 17 Jan - 0:03




La vie est belle !




Je tournais le dos dans un premier temps au masqué, ce gout sucré m’avait déjà légèrement agacé, si en plus de ça je ne m’amuser pas correctement avec un adversaire qui s’éffondrait a la moindre égratignure qu’est ce que je faisait concrétement la ? Je me retournais alors serrant un peu plus la machette pour aller tuer l’homme au sol dans un accés de rage meurtrière. Je stoppais mon geste furieux a quelque centimètre du cou de ma victime lorsqu’un plan bien plus tordu me vint en tête. Je plantais dans un geste fluide la lame dans le sable et plaquant mon acolyte masqué au sol je lui aggriper le bras effectuant une traction vive sur son membre luxé, je réamboiter l’articulation certe non pas sans douleur, mais au moins il aurait a nouveau la motricité de son bras.
Je laissais échapper un rapide rire dément incontrolé pour enfin reprendre la parole d’un ton fou :


« Tuer un adversaire soumis, ça n’as rien d’excitant enfin ! Du nerf camarade ! Bref, tout ça pour te dire, la prochaine fois souvient toi de tout ce qui t’es passer par la tête avant que dans mon immense bonté je te laisse en vie ! Puise en ça, fuis ces pensée si tu le souhaite, impregne toi de tout ça ou cherche a le désintégrer je m’en contre-fou. Dis toi juste que c’est de bonne guerre…. »

Je m’étais éloigné un peu plus de lui m’approchant du bébé pour le prendre dans mes bras et repartir par la ruelles engluer de ténèbre par laquelle j’étais venu. Je braquais alors mon regard vers lui par-dessus mon épaules lui sussurant des mots doux :


« Sache que je te vois, et suivrais tes progrés avec grand interret ! Ce n’est pas tout les jours qu’on rencontre quelqu’un suffisament fou pour vouloir tuer un gosse. Sur ceux, sourit l’ami, la vie est belle ! »


Je m’enfonçais dans les ténèbres, ramassant ma veste au passage et remontant les ruelles pour déposer le nourrisson devant une maison, toquant a la porte et m’enfuyant rapidement pour que personne ne me vois. Je regagnais les orées de la ville, pour gagné une colline boisée et y retiré mon masque, je regagnais alors la falaise que j’avais quitté, réstant la jusqu’au petit matin a fumée cancéreuse sur clope et clope sur cigarette pour calmer les pulsions que j’avais immanquablement réveiller cette nuit la.





Code by Wiise sur Never-Utopia



_________________
Revenir en haut Aller en bas
Aggaddon Médixès
L'éternel
avatar
Messages : 508
Race : Humain
Équipage : Paradise, Dead-End, Allié de l'Inquisition

Feuille de personnage
Niveau:
31/75  (31/75)
Expériences:
188/250  (188/250)
Berrys: 26.078.000 B

MessageSujet: Re: [FB] Sweet Symphonie [Feat Aggaddon]   Mer 17 Jan - 1:57






Blood Symphonie
feat Raki Goushuushou




Le mouvement qui replaça l’épaule sonna comme une détonation dans l’âme complétement anéantit du Médixès. La prison autour de son cœur et qui avait céder pour déverser un flot de désespoir et d’abandon commença à se refermer. Il s’agissait de la seule lueur brillant encore dans son palais mental transformé en un néant presque absolu. Le cube de pierre se reforma en premier avant d’être entouré de quatre anneaux d’acier tournant autour de la lumière désormais caché dans le parallélépipède de roche. Des profondeurs de l’abime, les différents matériaux surgirent pour petit à petit reformer ce qui se trouvait là avant. D’un geste psychique, Aggaddon scella de nouveau le traumatisme de son passé en enfonçant transformant le cube en tesseract pour le faire descendre dans les profondeurs abyssales du gouffre caché sous la structure servant de château au sein de son palais mental. Les grilles d’acier se refermèrent ainsi que les différents mécanismes sophistiqués tout droit sorti de ses souvenirs de Tezcatlipoca.

Lorsque la main de l’étranger perdit contact avec le corps de L’éternel, la lumière réapparut dans les yeux de ce dernier, la reconstruction de son esprit s’étant déroulé en quelques instants. Il écouta alors les paroles de cet ennemi qui s’en alla en volant l’offrande tandis que la pluie commençait à s’abattre sur l’endroit où il se trouvait. Le regard du Médixès, enragé par tout ce qui venait de se passer, se posèrent sur la silhouette disparaissant dans la ville. Il se releva et attrapa son masque pour le balancer à terre en se retournant pour faire face à la mer. Il donna plusieurs coups de poings dans le sable alors que sa tenue noire tombait sur le sol. Ses yeux étaient injectés de sang à cause des larmes versés et de la colère qui l’habitait. Sur le seuil de la mort, il avait complétement ouvert la porte à ce qui était enfoui au plus profond de lui et qu’il voulait voir disparaître. Sa main continua de se serrer tout comme ses dents. Il attrapa la machette et donna de grands coups dans l’eau avec.

-Espèce de connard. Lorsque je serai devenu plus fort, tu verras ce qu’il adviendra de toi et de ta grande gueule. Majora ma sauvé de cette mauvaise passe en l’obligeant à m’offrir sa clémence, j’ai eu tort de douter de lui et de m’ouvrir à cette lumière au fond de mon cerveau.

Ses mains tremblés de l’envie de dépecer cet homme. Il lança un regard dans la direction où se trouvait l'île Baphomet.

-Vous aurez votre offrande ô mon dieu.

Il remit sa tenue noire dans un mouvement fluide, rangea le troisième masque afin de sortir le second.




Deuxième tenue de L’éternel

L’éternel traversa un fenêtre, réveillant ainsi toute la maisonnée. Ne prenant aucun instant de répit, il monta les marches quatre à quatre pour sauter sur l’homme qui s’était lever en trombe pour voir ce qui se passait. D’un mouvement de machette il lui ouvrit la gorge avant de prendre appui sur ses mains afin d’envoyer ses jambes de l’autre côté pour arriver de la position du pont. Il contracta ses abdominaux pour se relever et avancer dans la direction de la mère. Il planta sa lame dans son ventre et empoigna les intestins pour tirer un grand coup. Le masqué se retourna, puis abattit violement sa lame dans la bouche de la demoiselle. Il envoya alors la lame de planter dans le crâne du fils qui s’était approché en hurlant « Maman ». Il courut en direction de l’escalier, retirant son arme de la tête du gamin pour passer au-dessus de la rampe et atterrir. Quelques voisins alerté par le bruit de fenêtre s’étant brisé tapèrent à la porte.

-Comment ça va ? demanda un homme dans la trentaine.

La porte s’ouvrit violement et avant qu’il n’ait eu le temps de réagir, l’ombre du spectre se faufila parmi eux en donnant de façon erratique des coups. Arrivé de l’autre côté, il prit appui sur le mur pour faire un tour sur lui-même en l’air et retomber en faisant face aux personnes apeurés. Le Médixès sortit un de ses deux pistolets d’ormes, différent de ceux qu’il utilisait usuellement en tant qu’Aggaddon, et l’enfonça dans l’œil de la première personne à sa portée avant de tirer et tourner sur lui-même pour venir trancher la tête d’un autre. Grâce à sa seconde arme à feu, il tira dans la cuisse d’une femme entrain de s’enfuir. Il s’approcha d’elle et enfonça sa machette dans la cage thoracique de la pauvre dame en passant par le haut. De là, il sauta sur le mur le plus proche pour tourner sur lui-même et venir donner un coup de pied à l’homme derrière lui qui voulait le planter avec une pioche. Il attrapa ensuite la tête du vieil homme et l’enfonça dans le mur, une fois, puis deux, puis trois, attendant que le sang gicle. Ses coups de feu avaient certainement alerté tout le monde. Il se faufila alors dans les ombres. Il aurait voulu étriper chaque habitant de l’île un à un… Mais il aurait pu tomber sur Raki, Akira, Pernica ou Kabi-Yo. Son regard féroce laisser transparaître son désir de massacrer. Il était entrain de recouvrir le sentiment d’humiliation par la domination de ces malheureux qui n’avait péché par aucune manière. Se servant de l’espace entre les deux murs dans une ruelle sombre et escarpé, il utilisa ses talents d’acrobate pour atteindre le toit et regarder toutes ces petites vies s’affoler. Toutes ces personnes qui étaient aussi facile à éliminer pour lui qu’il l’avait été pour cette homme. L’envie d’hurler lui démanger la poitrine, mais L’éternel se devait de rester silencieux. Il vola de toiture en toiture en direction du lieu de son hébergement qui était un peu à l’écart du reste.

Il pénétra silencieusement dans la petite bicoque qu’on lui avait prêté à lui et Vazguardia, sa compagne de voyage. Il referma la porte délicatement. Retenant sa respiration, il plaça son oreille sous sa couverture. Subitement, il attrapa le cou de la jeune femme qu’il souleva et plaqua contre le mur. La peur se lisait dans le regard de la femme qui ne pouvait pas parler à cause de sa gorge compressée. Il plaça son doigt devant sa bouche alors qu’elle observait les formes du masque et l’apparente absence des yeux, ces derniers étant cachés par le tissu sombre. Il fit un signe de la tête pour montrer le lit dans lequel il dormait.

-Si tu ne veux pas que ton ami et toi mourriez, tu devras écrire à ton père et lui donner rendez-vous dans deux mois sur l’îlot de Lacruste. Venez-ensemble également, se serait bête que ton ami rate le spectacle, chuchota le masqué.

Il la lança alors par la fenêtre. Pendant que Vazguardia crachait en essayant de respirer correctement, étant passé à deux doigts de la mort par étranglement, Aggaddon retira sa tenue en quelques instants et la planqua rapidement dans ses affaires de voyage, cachés comme à l’habitude dans sa multitude indénombrable de notes, cahiers et livres. Après s’être fait trois ou quatre coupures mineures un peu partout, il planta sa machette entre deux de ses côtes en hurlant à la mort avant de la ranger et de sortir en trombe par la porte. Il avança à quatre pattes, puis en rampant, vers sa compagne de voyage déjà affoler par le vacarme et qui se retrouva horrifié en relevant la tête après avoir enfin reprit son souffle.

-Il est partit par là… déclara le mathématicien en pointant la route qui partait dans la direction cachée par la maison.

-Je vais… je vais allez te chercher un médecin… déclara-t-elle en panique, cherchant une solution. Tiens le coup s’il te plait… Ne meurt pas… On doit rentrer au marquisat tu te souviens ?...

-Va chercher… Kabi-Yo…


Aggaddon perdit conscience à cause du manque de sang, en ayant bien trop perdu au court de la nuit.


©️ Jawilsia sur Never Utopia



Dernière édition par Aggaddon Médixès le Sam 27 Jan - 19:13, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Aggaddon Médixès
L'éternel
avatar
Messages : 508
Race : Humain
Équipage : Paradise, Dead-End, Allié de l'Inquisition

Feuille de personnage
Niveau:
31/75  (31/75)
Expériences:
188/250  (188/250)
Berrys: 26.078.000 B

MessageSujet: Re: [FB] Sweet Symphonie [Feat Aggaddon]   Sam 27 Jan - 19:10






Night's Symphonie
feat Raki Goushuushou




Les yeux d’Aggaddon se réouvrirent. Il ne savait pas combien de temps était passé depuis sa mise en scène servant à s’innocenter des menaces porté à Vazguardia. Le flou cédant sa place à des couleurs claires, le Médixès baissa son regard en direction de sa compagne de voyage et de Kabi-Yo qui se tenait dans le coin. Il eut l’air d’être soulagé que le nobliau se réveil.

-Fait attention à toi la prochaine fois gamin… déclara-t-il avant de quitter les lieux.

Un simple échange de regard entre les deux hommes fut suffisant pour se rassurer mutuellement.

-Tu as perdu beaucoup de sang apparemment. Le médecin a dit que c’est pour cela que tu t’es évanouit et que sans la transfusion tu y serais passé, soupira de soulagement la jeune femme.

-Excuse-moi… J’ai fait ce que j’ai pu… Mais je ne suis pas encore assez fort. Qu’est ce qu’il ta dit avant que je ne me réveille ?

-Il a dit qu’il veut que nous deux et mon père devons nous trouver sur l’îlot de Lacruste dans deux mois. J’ai peur que nous n’ayons pas le choix et que nous devons suivre ses ordres pour ne pas nous faire réellement tuer. Apparemment, il a massacré plusieurs habitants dans la nuit…. Certainement pour nous adresser un message, pour nous dire qu’il ne plaisante pas.


Le mathématicien sourit intérieurement avant de répondre à sa compagne de voyage.

-Je crains que tu as raison. Nous allons devoir nous plier à ses exigences… Combien de temps dois-je rester au lit ? Et depuis combien de temps est-ce que je dors ?

-Tout s’est passé la nuit dernière. Il est actuellement dix-huit heures. Le docteur a dit que tu dois te reposer encore une ou deux journées pour te remettre complétement de la perte de sang. Raki et Akira sont passé voir comment tu allais aussi.

-C’est gentil de leur part
, déclara Aggaddon.

C’est alors que Vazguardia décida de parler de quelques souvenirs lointains avec son ami pour passer le temps. En plein milieu de l’évocation de leur désertion, des bruits de pas se firent entendre.


©️ Jawilsia sur Never Utopia



PNJisation de Kabi-Yo, Raki et Akira vu via skype.
Revenir en haut Aller en bas
Suzuran Akira
Satanas Dolly
avatar
Messages : 411
Race : Cornu
Équipage : Psycho Circus

Feuille de personnage
Niveau:
28/75  (28/75)
Expériences:
36/200  (36/200)
Berrys: 10.285.000 B

MessageSujet: Re: [FB] Sweet Symphonie [Feat Aggaddon]   Dim 28 Jan - 21:00

Le cornu avait eu vent de ce qu’il s’était passer. Il avait eu vent qu’Aggaddon avait été malmené et qu’il dormait. Il était venu le voir une fois, et là il retournait le voir. C’était le soir, il fallait lui lire une petite histoire avant d’aller dormir et aussi pour s’excuser les deux fois où il lui était rentré dedans pace qu’il était pressé par le temps. Akira s’approchait donc de là où se trouvait Aggaddon, en arrivant un livre à la main il avait pris une chaise et la posait là près du lit du noble.

« Bon alors Aggaddon, on s’est fait malmener. D’ailleurs je voulais m’excuser les autres fois où je t’ai quelques peu bousculer, j’étais un peu pressé. »

Akira ouvrit le livre et souriait à Aggaddon.

« Je vais te lire une histoire sur un garçon rejeter et évincer de sa famille et qui plusieurs années trouva une nouvelle famille qui était prêt a tout pour lui et qui l’aiderai à se venger de son ancienne famille ! »

Le cornu lisait l’histoire, elle ressemblait fortement à celle du noble, mais sauf que e personnage principal était une personne de bas étage. Alors qu’Akira était presque à la fin de l’histoire, son ventre s’était mis à gargouiller mais pas de la même façon que d’habitudes.

« Excuse-moi, j’dois aller faire un tour au toilette ! Et une personne m’attend surement je dois me dépêcher si je ne veux pas me faire frapper ! Je te laisse le livre pour finir l’histoire toi-même ! »

Akira était partit en quatrième vitesse après avoir dit cela.
Revenir en haut Aller en bas
Aggaddon Médixès
L'éternel
avatar
Messages : 508
Race : Humain
Équipage : Paradise, Dead-End, Allié de l'Inquisition

Feuille de personnage
Niveau:
31/75  (31/75)
Expériences:
188/250  (188/250)
Berrys: 26.078.000 B

MessageSujet: Re: [FB] Sweet Symphonie [Feat Aggaddon]   Dim 28 Jan - 22:30






Book's Symphonie
feat Raki Goushuushou




Le nobliau regarda le cornu pénétrer dans la pièce et s’excuser. Il retint un soupir, afin de lancer un sourire à son camarade.

-Ce n’est pas grave. Merci de venir voir mon état. C’est sympathique.

C’est alors que le Médixès vit Akira ouvrit son livre. Il allait sérieusement lui lire une histoire ? Il n’y avait rien d’autre à faire après tout. Il resta donc là à écouter cette histoire étrangement similaire à sa propre vie à quelques détails près, notamment le fait qu’il ne considérait pas Paradise comme une famille. Il fronça les sourcils à plusieurs reprises alors qu’Akira était concentré dans sa lecture. En lisait-il souvent ? D’où lui était venu l’idée ? Était-ce juste un moyen de se faire pardonner pour les bousculades ? S’inquiétait-il réellement pour lui ? Tant de questions mystérieuses qui ne trouvait pas de réponses. Cependant, l’ami de Raki repartit aussi rapidement qu’il était venu. Qui avait-il bien de si pressant ? Le mathématicien n’avait en effet aucune idée des relations des deux fondateurs de Paradise avec Pernica, mis à part que cette dernière était la sœur du fils de Gunther. Vazguardia qui s’était allongé dans son propre lit pour écouter l’histoire ouvrit grand les yeux pour voir le cornu s’en aller. Elle était assez surprise aussi de ce départ précipité. La compagne de voyage du noble s’approcha pour finir la lecture du récit. Le Médixès ferma les yeux et laissa la voix de la demoiselle atteindre ses oreilles. Après tout, d’ici peu il la tuerait, elle et son père. La mort d’un des principaux armateurs de la compagnie navale du marquisat allait réduire les défenses et rendrait l’assaut plus facile. Un sourire se dessina inconsciemment sur ses lèvres à l’idée d’une telle issue. Vazguardia prit cela pour un signe de satisfaction vis-à-vis de l’histoire du livre.

-Je vais aller lui ramener, déclara-t-elle avant de partir à son tour.

Le silence s’installa dans la pièce. Aggaddon effaça le visage d’Argunis de son esprit, comme ses trois frères il était mort et ne pourrait plus entraver ses plans. Il ne restait plus que deux cibles sur sa liste : son grand frère Akothopis et le colonel Ahura Mazda.

-Hahahaha Ha Ha Ha Ha HAHAHAHAHAHAHA !

Le rire du Médixès remplit l’air en quelques instants avant de retomber. Tout semblait se dérouler parfaitement pour l’instant. Il se demandait comment Raki prendrait le massacre d’habitants, mais c’était sans importance. Il avait même fait attention à changer de masque pour que l’individu qui l’avait humilié ne fasse pas le rapprochement. Néanmoins, il devait rester clouer au lit pour encore quelques temps. Il soupira donc avant d'essayer de se rendormir.





Gayla Canondor ("Uni"), Jayarla Canondor ("Bi"), Gohma Canondor ("Tri")

Trois fillettes se poussant les unes les autres débarquèrent en trombe avant de sauter sur le lit du souffrant, surprenant ce dernier qui eut un sursaut. Elles furent suivies d’une autre jeune demoiselle naine qui était leur grande sœur. Cette dernière amena sa main à la rencontre de son propre visage, réalisant ce que l’on appel communément un facepalm.


Médolie Canondor ("Tétra")

-Les filles calmez-vous… soupira l’aînée.

-Mais grande sœur… commença Bi.

-…cela fait longtemps que… continua Tri.

-…nous n’avons pas vu Aggaddon la mémé ! termina Uni.

Le Médixès détesté ce surnom provenant des deux premières lettres de son prénom. Les triplettes restaient plongées en enfance depuis l’horrible mort de leurs parents, une manière de nier la réalité en s’enfermant dans un monde de naïveté et surtout d’insouciance. C’était donc Médolie qui gérait un peu tout depuis qu’elles étaient devenu un groupe de pirates itinérants tentant de défendre les populations des nombreux forbans qui n’avait pas d’honneur.

-Merci d’être venu Médolie. Tu as donc reçu ma lettre, déclara le nobliau en repoussant les assauts de curiosité des trois petites.

-Oui Agga… Je vois que tu es mal en point. Qu’est-il arrivé ? Et où est Vaz’ ?

-Vazguardia est partit il n’y a pas longtemps et nous nous sommes faits attaquer dans la nuit et j’ai perdu beaucoup de sang. L’agresseur en a après Vaz’ et son père apparemment. Il a surement dû se servir de moi comme un avertissement pour qu’elle lui obéisse.

-C’est fâcheux en effet
, lâcha la Canondor en levant les yeux au ciel en remarquant les trois petites démones sauter sur le matelas de l’autre couche en chantonnant gaiement. Tu as besoin que l’on t’aide où que l’on reste pour t’aider à te rétablir ?

-C’est une gentille intention, mais j’ai une mission très importante à te confier. Tu trouveras dans mon sac plusieurs lettres avec le nom de différentes personnes ainsi que les îles où elles se trouvent. J’aimerai que tu t’occupe de leur donner et de leur expliquer la position du point de rassemblement que j’ai écrit dans la lettre que je t’ai envoyée. Je te confie la tache de tout coordonner avant mon retour afin de surprendre Akothopis. La comtesse Mathilde m’a donné un numéro d’escargophone. Lorsque tous les préparatifs seront prêts de mon côté, je l’appellerai et nous lancerons l’assaut. C’est pour cela que tout nos alliés devront se trouver à proximité. Je te fais confiance, c’est d’une importance capitale.

-Je comprends Agga… Nous allons partir tout de suite, car cela va prendre un moment, même si je m’inquiète pour toi. Remets-toi bien sur pied et j’ai hâte que nous célébrions enfin la victoire de la justice sur les fourberies de ton frère aîné.

-Merci Médolie… Désolé il faut que je me repose…
déclara-t-il en lançant un sourire à la demoiselle.

-À bientôt… Les filles, on y va ! lança la Canondor en attrapant Tri pour faire comprendre le message au trio.

-Mais on… bafouilla Uni.

-Agga… tenta Bi.

-Nous n’avons pas le temps ! s’écria Médolie.

-Au revoir mémé ! lancèrent les triplettes en cœur avant de disparaitre derrière la porte, poussés par leur grande sœur.

-Re…pose…toi….bien, siffla l’aînée en poussant les diablotines.

Le mathématicien laissa apparaitre un sourire sur son visage avant de se tourner et de s’endormir petit à petit.

©️ Jawilsia sur Never Utopia

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: [FB] Sweet Symphonie [Feat Aggaddon]   

Revenir en haut Aller en bas
 

[FB] Sweet Symphonie [Feat Aggaddon]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» MON AMI ANTI ELECTION SAYO EST -IL DEVENU UN SWEET-MICKISTE OU UN MARTELLISTE ??
» MICHEL OU MIRLANDE ? SWEET MICKY OU GRAND MA ?QUI VEUT,QUI PEUT FAIRE MIEUX ??
» Voici le laeader Sweet Miki
» Quand Michel Martelly fait du Sweet Miki....
» ON NE FAIT PAS LE BIEN DANS LE DESORDRE...MARTELLY EST-IL TOUJOURS SWEET MICKY ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
One Piece Seken :: Le monde de One Piece :: Seas Blues :: North Blue-