Partagez | 
 

 [FB] MDBFTDGOTSS. [PV Drake]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
PNJ [Gouvernement]

avatar
Messages : 496

Feuille de personnage
Niveau:
0/0  (0/0)
Expériences:
0/0  (0/0)
Berrys: Beaucoup

MessageSujet: [FB] MDBFTDGOTSS. [PV Drake]   Mer 13 Déc - 18:56




Contre-Amiral Sejtek, Capitaine des MDBFTDGOTSS (Mecha Demons Born From The Dirty Ground Of The Southernmost Sea)

-HAHAHA ! ENCORE UN JOUR CLAIR POUR LE GLORIEUX SEJTEK ! FONCEZ, MES BRAVES ! DEPLOYEZ NOS VOILES, PORTEZ-MOI JUSQU’À MON GALVANISANT DESTIN ! HAHAHAHAHAHA !

Il avait défoncé la porte de sa cabine, qui menait directement sur le pont principal, d'un coup de pied puissant. Puis il avait hurlé à s'en époumoner, brandissant ses poings en direction des cieux azurés, riant aux éclats en pensant avoir à faire face à des subordonnés reconnaissants et admiratifs... Avant de se rendre compte que personne ne travaillait. Certes, le vent les portait, mais la vitesse de leur navigation était dérisoire... Et ils devaient pourtant se rendre sur le Nouveau Monde ! Le contre-amiral, l'air charismatique, fronça les sourcils et prit une pose autoritaire avant de se racler la gorge. Puis, après un instant de vocalises, il hurla de plus belle :

-OOOOÏ ! FELICIA ! IGIRAM ! QU'EST-CE QUE VOUS FOUTEZ !

Il posa une main sur la rambarde et se mit à descendre les escaliers qui menaient vers le pont inférieur, lorgnant ce dernier avec méfiance. Seuls quelques matelots se trouvaient là... Quand c'était aussi calme, c'était forcément que Felicia et Igiram trafiquaient quelque chose. Alors... Ils l'évitaient ? Lui, le prodigieux Sejtek, qui avait reçu sa promotion sur les conseils de l'omnisciente Amirale-en-Chef Chairoka en personne ? Lui, dont l'épée était considérée comme étant la plus tranchante de la marine ? Lui, qui avait à d'innombrables reprises été capable de terrasser Wakai Tsuki et Mifune en même temps ? Impossible. Cela étant, il devait reconnaître que ses deux subordonnés manquaient singulièrement d'engouement et d'ardeur. Alors qu'ils auraient dû se montrer euphoriques à l'idée d'arpenter le Nouveau Monde pour mettre la main sur des criminels tous plus dangereux les uns que les autres sous la gouverne de leur surpuissant capitaine, ils avaient contesté ouvertement sa décision en le qualifiant d'allumé ou d'ahuri...

-AH ! MAIS C'EST ÉVIDENT ! ILS SONT JALOUX DE MA GRANDEUR ! Je les comprends... Je n'ai pas assez d'empathie pour me rabaisser à leur position, et je dois me montrer vexant de temps à autres... HAHAHA, J'AI COMPRIS ! COMME TOUJOURS ! CAR JE SUIS LE GRAAAAAAAAAAND.... SEEEEEEEEEJTEEEEEEEEK !
-La ferme, abruti de capitaine. Tu fais trop de bruit.
-Oh, tu es réveillé, Sejtek ?
-Je ne suis pas réveillé, ma jolie Felicia. Car je ne dors jamais. Je demeure en transe, connecté à mon Destin... Je l'observe, pour ne jamais être pris par surprise !


Colonels Igiram et Felicia.

Les deux colonels étaient sortis de l'intérieur du navire après avoir entendu les hurlements de leur supérieur, signe de son éveil et de sa reprise d'activités. Il était du genre très extraverti, sinon carrément hyperactif, et ne pouvait jamais tenir en place, contrairement à son apparence reposée et presque flegmatique... C'était d'ailleurs comme cela qu'il avait piégé Felicia et Igiram, en les faisant venir dans son équipage naissant. Ils n'avaient pas eu besoin de beaucoup de temps pour se rendre compte de la supercherie et de son idiotie apparente... Mais avaient fini par s'attacher à son comportement irresponsable et à sa fâcheuse tendance à extrapoler ou à exagérer ses propres qualités et exploits. Lui ne semblait jamais se rendre compte de la lucidité des gens à son égard : il se sentait fréquemment obligé de surenchérir, et cette journée n'allait probablement pas y faire exception.

-Vous êtes prêts à passer sur le Nouveau Monde, je l'espère ? Vous vous êtes entraînés ?
-Sejtek, je sais que tu y tiens, mais on pourrait pas décaler ça à plus tard ?
-Plus tard ? Mais pourquoi faire, Felicia ? AUCUN DANGER NE PEUT ME RÉSISTER ! Il n'y a aucune raison qu'on retarde notre voyage ! Nous allons juste faire un détour par Time End pour déposer cet abruti et... ENSUITE, A NOUS LA GRANDE VIE !
-Au risque de te vexer, capitaine, je pense que ton objectif est légèrement inatteignable...
-COMMENT ? TU DOUTERAIS DE TA CAPACITÉ A M'EPAULER, IGIRAM ? VOYONS ! TOUT LE MONDE SERA CAPABLE DE M'OBSERVER TRIOMPHER DU DANGEREUX YONKOU, LIGA D. TENGEN !
-Tu délires...
-JE N'AI DE CESSE QUE DE M'ENTRAÎNER EN VUE DE CETTE RENCONTRE DEPUIS QUE LE DESTIN M'A ANNONCÉ L'IMMINENCE DE CE COMBAT ET...
-TU AS ECRIT SON NOM AVEC LA MIE DE TON PAIN !
-Non. Son nom s'est écrit tout seul avec la main de mon pain. Nuance, mon petit Igiram. HAHAHAHAHAHA !

Les deux colonels se frappèrent le front de concert en considérant la stupidité crasse de leur supérieur. Ils allaient avoir bien du mal à survivre à leur capitaine, à cette allure... Un bon nombre des matelots avaient déjà décidé de quitter l'équipage, peu envieux à l'idée de se rendre dans le Nouveau Monde. Ils feraient peut-être mieux de les imiter pour leur propre sécurité, non ?



Revenir en haut Aller en bas
Maxwell Thompson
Révolutionnaire
avatar
Messages : 546
Race : Humain

Feuille de personnage
Niveau:
36/75  (36/75)
Expériences:
5/350  (5/350)
Berrys: 39.701.750 B

MessageSujet: Re: [FB] MDBFTDGOTSS. [PV Drake]   Ven 15 Déc - 10:33

Time-End fut éprouvante, mais j'avais su avoir raison d'elle. Tout ce bordel était maintenant terminé. J'avais pu récupérer l'antidote contre le mystérieux mal qui avait frappé l'île, jusqu'à arriver à Kaiten-Su par bateau. Avec le remède, les malades du village avaient pu être sauvés, et je ne pouvais dès lors plus faire grand chose à part espérer une rémission totale. J'avais accompli la mission que Jonas m'avait donnée et il ne me restait dès lors plus qu'à rentrer à la base. D'autant plus que j'avais quelques broutilles à régler au bastion de la Révolution... Défoncer la gueule du plus bourrin des deux Kichikos quoi. Ma défaite contre lui avant de quitter l'île n'était toujours pas passée. Et je n'allais clairement pas passer plus de temps dans ce trou du cul du monde qu'était Time-End. À part de la neige, il n'y avait rien, et encore moins de chose à faire maintenant que ma mission était réalisée. Et puis, ce n'était pas comme si j'avais un compte-rendu à faire au boss de la Révolution, en plus de retourner à Kuraigana... Je n'avais pas le temps de prendre du repos.

Ni une, ni deux, je me retrouvais sur le dos de Fafnir, après un bon repas, pour reprendre mon envol. Il faisait froid, et j'étais pressé de retrouver la bon climat de Kaiten-Su, voire même de Kuraigana. Il n'y paraissait pas comme ça avec son atmosphère lugubre, mais il y faisait quand même bon vivre ! Après tout, j'avais un château pour moi seul, tout un bataillon de singes tarés derrière moi, et une bibliothèque avec un savoir incommensurable à l'intérieur. J'avais des projets pour cette île, et bientôt, plus personne ne la reconnaîtrait. Toutes les portes commençaient à s'ouvrir à moi. Non seulement, il y avait cette île où j'étais seul pour régner en maître, mais le navigateur de l'équipage de Gol D. Roger lui-même, cet homme qui put guider l'Oro Jackson jusqu'au bout des mers, m'avait ouvert les portes de Wanokuni, la Terre des Samouraïs, pour que je puisse passer le test qui me permettrait ou non de brandir Masamune... Une seconde lame presque légendaire, encore plus que Shûsui. Un second trésor des samouraïs à dresser pour se battre ? Le bretteur que j'étais n'allait pas laisser passer cette opportunité.

Certes, la route n'allait pas être des plus faciles pour y arriver. Mais qu'était-ce vraiment en comparaison ? En plus de mettre la main sur l'une des 12 Ô Wazamono, j'allais être propulsé sur le Nouveau Monde. Il ne suffisait plus qu'à apprendre à maîtriser parfaitement mon Fluide de l'Armement, et mon style de combat pour forcer le passage n'en deviendrait que plus violent... Jusqu'à pouvoir effleurer le pommeau de Masamune. Mes pensées s'étaient perdues alors que Fafnir s'était contenté de suivre son plan de vol, en continuant régulièrement à battre lourdement ses ailes d'acier, comme s'il était réglé sur un véritable métronome. Ce rythme avait le don de m'hypnotiser, à chaque fois que je me retrouvais sur son dos à traverser les mers. Couplé au bruit des flots, je me retrouvais le regard dans le vide, perdu dans mes pensées. Il s'agissait certainement de l'un des rares moments où je n'étais pas excité, et où je n'avais pas non plus cette irrépressible envie de me battre. Il fallait savoir en profiter.

Mais cette fois-ci, le moment ne dura pas bien longtemps. Un grognement menaçant de Fafnir vint alors me tirer ma torpeur. Et je me rendis très vite compte de ce qui lui avait mis dans cet état presque d'excitation... Un navire du Gouvernement venait d'apparaître à l'horizon, nous narguant presque de ses motifs tant caractéristiques. Quelle erreur avait-il fait en apparaissant de la sorte dans notre sillon... Il allait en prendre pour son grade. Par principe quoi ! Et mon dragon et moi allions nous faire un véritable plaisir de le couler par le fond de la manière la plus violente possible. Mon attitude elle-même avait catégoriquement changé, à l'instar de Fafnir. Un mélange d'excitation, de sadisme, et une irrépressible envie de mettre le bordel et tout casser, voilà ce que c'était. Le dragon, comme un monstre de rage et d'acier, prit alors de l'altitude. Plus nous prenions de la hauteur, mieux nous pourrions frapper avec une chute en piqué. Il ne crachait pas du feu, mais de l'acide, et, au fond, ce n'était pas plus mal. Nous allions leur montrer une autre version de l'enfer.

À cette hauteur, presqu'au même niveau que les nuages eux-mêmes, Fafnir semblait être un second soleil, tant ses écailles de métal reflétaient chaque infime rayon de l'astre diurne. Voir un démon brillant au-dessus des flots était certainement de mauvaise augure pour ceux qui pouvaient l'apercevoir. D'autant plus lorsque ledit démon se mettait à foncer la gueule grande ouverte vers eux. Alors qu'il avalait presque littéralement l'altitude, qui descendait à une vitesse faramineuse, je m'accrochai fermement pour ne pas me laisser emporter. J'ordonnai alors à ma monture de cracher tout son venin, tout cet acide qu'il pouvait produire, et de faire fondre mât et voiles. Ainsi, ils n'auraient plus d'autre choix que de passer en position de combat, ne pouvant plus avancer. Je garderai probablement une seconde tournée pour faire fondre les principaux canons. Et même, avec un peu de chances, l'acide ferait tomber quelques braves soldats. J'étais comme une nouvelle version d'un Chevalier de l'Apocalypse, brandissant fièrement sa lame prête à faire tomber de temps, sur le dos de son dragon, et recouvert de sa cape. La faux avait été remplacée par une lame noire comme les ténèbres.

Lorsque Fafnir arriva à une altitude correcte au-dessus du navire, ce fut alors à moi d'entrée sur scène. Ils auraient pu croire qu'il s'agissait simplement d'un simple dragon belliqueux ; mais il s'agissait en réalité d'un dragon apprivoisé, rien que ça. Et le résultat pouvait être tellement pire... Toujours encapuchonné, pour que l'on puisse le moins possible me reconnaître, je sautai du dos de la créature ailé. Je me laissai alors emporté par mon poids, la main agrippant fermement le pommeau de Shûsui. Une lame sombre telle la nuit, voilà ce qu'ils verraient avant que leur navire ne coule pitoyablement. Avant même de poser le pied sur le bateau, je dégainai la lame pour libérer une lame aérienne qui aurait tôt fait d'abîmer le pont du bateau. Il ne s'agirait alors que de la première entaille d'une série qui allait mener ce navire vers les fonds marins, une sorte d'avant-gout, ou de provocation au choix. Au moins ils sauraient que je n'étais pas venu ici pour faire la causette.

« Bonjour ! Je recherche des gens pour faire la fête et s'amuser avec moi, ça vous tente ? Non ? Allez soyez sympa quoi. Un hold-up en pleine mer c'est devenu rare de nos jours. Enfin, bien que j'm'en tape carrément de votre marchandise. Bref vous foutez quoi ? Du nerf là ! » Le cynisme, jusqu'au bout.
Revenir en haut Aller en bas
PNJ [Gouvernement]

avatar
Messages : 496

Feuille de personnage
Niveau:
0/0  (0/0)
Expériences:
0/0  (0/0)
Berrys: Beaucoup

MessageSujet: Re: [FB] MDBFTDGOTSS. [PV Drake]   Ven 15 Déc - 18:29




Contre-Amiral Sejtek, Capitaine des MDBFTDGOTSS (Mecha Demons Born From The Dirty Ground Of The Southernmost Sea)



Même si devoir allait l'obliger à faire une halte sur Time-End d'ici quelques heures, halte dont il se serait bien passé, l'illustre épéiste n'avait qu'une hâte : mettre enfin les pieds dans le Nouveau Monde. Ce serait l'occasion pour lui de se mesurer enfin à des adversaires à sa hauteur et cette seule perspective lui faisait bomber le torse de fierté. Il n'était pas peu fier de sa maîtrise du sabre et le criait à qui voulait bien l'entendre mais, jusqu'à maintenant, rares étaient ceux qui avaient été à même de le mettre en difficulté lors d'un combat singulier. Alors pourquoi rester dans le bac à sable alors que la cour des grands lui tendait fièrement les bras ? Décidément il ne comprenait vraiment pourquoi ses subordonnées ne partageaient pas son enthousiasme mais, de toute façon, ils seraient bien obligés d'ouvrir les yeux sur les sommets de grandeurs qui les attendraient une fois qu'ils seraient sur place. À ce moment là ils se rendraient compte de leur erreur et demanderaient pardon à leur illustre supérieur pour leur attitude négative. Il ne pouvait en être autrement.
Mais avant cela ils devaient s'arrêter et se débarrasser de l'autre chiant. Enfin.

Alors que le jeune officier allait enjoindre ses deux subordonnés à s'entraîner pour se préparer à ce qu'ils affronteraient bientôt, il fut distrait par cette massive forme volante se dirigeant vers son navire. Un gros oiseau ? Un gros oiseau aux reflets métalliques ? Non, c'était autre chose. Lorsque la grosse bestiole s'approcha du navire pour éructer cet étrange liquide, la petite colonel à la crinière grisâtre bondit et, tranchant l'air d'un coup de pied fulgurant, généra une massive lame d'air qui dispersa ce liquide corrosif. Malheureusement, comme ce jet était important, quelques amas d'acide tombèrent sur le pont du navire et commencèrent à attaquer le bois à une vitesse fulgurante.
S'indignant d'une telle action, le Contre-Amiral bondit avant de s'écrier :


-QUI OSE ENDOMMAGER MON MAGNIFIQUE NAVIRE ?

La réponse ne se fit pas attendre car un épéiste lui tomba littéralement dessus et, voyant une attaque venir à lui, l'illustre épéiste dégaina sa lame et généra une puissante lame qui vint rencontrer celle du Kotori. L'attaque de cet inconnu était puissante mais pas assez pour inquiéter le grand Sejtek. Celui-ci posa d'ailleurs un regard méprisant sur cet inconnu et, quand celui-ci annonça ses intentions, le marine ouvrit des yeux ronds comme des queues de pelle.
Pris d'un doute, il se tourna vers ses deux camarades et leur demanda :

-Felicia, Igiram, est-ce à moi que ce gueux s'adresse ?



Colonels Igiram et Felicia


Soupirant de lassitude face à cette attitude qui pouvait être prise autant comme de la bêtise que du mépris, Igiram prit la parole :

-Apparemment.

Surprise qu'un inconnu ait l'audace de lui parler avec ue telle familiarité, le Contre-Amiral bomba le torse et, posant une main sur sa poitrine comme le faisaient certains acteurs lors de tirades émouvantes, s'écria :


- Qui es-tu donc, toi qui ose barrer la route du GRAAAAAAAAAAAAAAAAND SEJTEK ? Le firmament m'appelle et je n'ai pas le temps de faire la fête avec toi. DU VENT, CLOPORTE !
-Capitaine, j'crois qu'il vient nous attaquer,. Pas s'amuser.
-Mais...je le savais ! ÉVIDEMMENT ! C'était pour vous si vous suiviez ! Et c'est ton cas, Felicia, c'est très bien ! Mais je n'en attendais pas moins de ta part !

Le colonel Igiram s'avança et, désireux de prendre de nouveau la parole, s'adressa à l'inconnu

-En clair on n'a pas le temps de jouer avec toi. Alors t'es gentil, tu montes sur ta bestiole et tu vas emmerder quelqu'un d'autre. Merci.

Peut-être était-ce le fait de côtoyer Sejtek qui avait rendu le colonel irascible à ce point mais, clairement, aujourd'hui il n'était pas d'humeur à supporter un crétin de plus. Il avait largement son compte avec l'autre illuminé qui traçait le nom de ses adversaires dans de la MIE DE PAIN ! FRANCHEMENT !




Contre-Amiral Sejtek : Level 35
Colonel Felicia : Level ???
Colonel Igiram : Level ???
Revenir en haut Aller en bas
Maxwell Thompson
Révolutionnaire
avatar
Messages : 546
Race : Humain

Feuille de personnage
Niveau:
36/75  (36/75)
Expériences:
5/350  (5/350)
Berrys: 39.701.750 B

MessageSujet: Re: [FB] MDBFTDGOTSS. [PV Drake]   Mer 20 Déc - 10:23

Un peu de fun dans la vie, ça ne cassait clairement pas trois pattes à un canard. Bon, sauf quand on attaquait un navire de la marine... Auquel cas les trois pattes pouvaient rapidement être brisées en mille morceaux. Mais n'était pas Drake Kotori qui voulait, ce formidable sabreur qui avait su tenir tête à un vice-amiral de la Marine, accompagné de ses trois cent soldats... Mais qui pourtant gardait un Wanted minable. Sérieux quoi, on en parle de ce Wanted ? Soixante-dix mille aux dernières nouvelles... J'aurais dû lui enfoncer sa lance dans son derche à ce Vice-amiral. Après être retourné sur la voie 6, j'allais tellement mettre le bordel, qu'ils seraient alors obligé de me l'augmenter pour flatter un peu mon orgueil. Au fond, il y avait du bon comme du mauvais. Avec un Wanted aussi « peu » élevé (tout n'était qu'une question de perspectives), je pouvais en surprendre plus d'un. Et puis, avec une prime qui me plaçait toujours dans le camp des Pirates pour l'instant, peu se doutaient de ma présence chez les Révolutionnaires !

Comme eux, par exemple. S'ils venaient à voir mon visage, ils allaient probablement voir Drake le Pirate, alors que la réalité était tout autre. Et puis, pourquoi en donner de l'importance ? De toute façon, ils avaient rendez-vous avec les fonds marins, et à part s'il y avait des hommes-poissons parmi eux, ils ne reverraient pas le soleil. Ils ne reverraient rien en fait. D'ailleurs, j'étais venu ici pour m'amuser, mais j'étais maintenant déterminé à faire des dégâts et à laisser parler ma rage. Je n'y avais pas vraiment réfléchi, mais il semblait se trouver sur ce navire un individu que j'allais pouvoir prendre plaisir à ratatiner. Pourquoi cela ? Parce qu'il était bon. C'était indéniable. Il avait réussi à disperser tout l'acide de Fafnir d'un simple, unique, et puissant Rankyaku. Quelques gouttes d'acide allèrent ronger le bois du pont, mais pas assez pour qualifier ce premier assaut de réussite : c'était le mât que je voulais faire tomber. Il en fut de même pour la lame d'air que j'avais projetée pour dévaster le pont. L'inconnu, probablement un gradé, vint l'arrêter avec une seconde lame d'air. Il était alors lui aussi épéiste, et d'autant plus assez fort pour arrêter mon lame d'air... J'aurais dû y aller à pleine puissance.

Et s'il était aussi bon qu'il n'y paraissait, alors j'allais me faire un plaisir de l'ouvrir en deux avant de m'occuper du reste de son équipage. De temps en temps, je pouvais me permettre d'être sanglant. Surtout avec l'attitude de ce gars... En plus de me lâcher un regard méprisant, il me traita de gueux. Non mais, pour qui il se prenait ce guignol ? Il osait gâcher mon entrée fracassante sur scène comme ça ? Juste pour ça, il allait tellement s'en prendre plein la gueule... Et j'allais faire les choses dans les règles de l'art. Déjà buter ce gradé qui semblait être le capitaine à bord, ensuite s'occuper des autres potentiels officiers ou sous-officiers et finir sur les matelots. À vrai dire, je n'allais même prendre la peine de m'occuper de ces derniers. Fafnir allait finir le travail : avec un gros trou en plein milieu du pont, le navire allait sombrer en un temps record, et ils couleraient avec. Et en parlant des officiers qui accompagnait Monsieur Tête-De-Noeud, ceux-ci ne furent pas difficiles à trouver : ceux à qui le capitaine s'était directement adressé. « Felicia » et « Igiram » : au moins déjà deux noms.

S'en suivit alors une discussion entre eux, comme si je n'étais simplement pas là. J'en profitais alors pour analyser la situation. Et en plus d'avoir une belle tête de con, le Capitaine semblait avoir des chevilles énormes et un égo surdimensionné. Et ce qui était bien avec ce genre d'ego, c'était qu'on pouvait s'amuser à les détruire, puis les piétiner. Il s'appelait Sejtek, un prénom de merde pour une tête de gland quoi ! Et en plus, il parlait trop. Encore plus que moi, c'était pour dire... Me raclant la gorge pour prévenir que j'étais toujours là, et alors même qu'ils étaient en train de discuter, je lâchai un simple, mais tranchant « Au pire, vous la fermez ? ». Le ton était donné : je m'en foutais complètement d'eux. Si j'étais ici, c'était avant tout pour faire mumuse, voir un peu de sang couler, des têtes voler, des bras tomber... Tout ça, tout ça... À tel point que quand Igiram s'approcha de moi pour simplement me faire comprendre de me barrer, un sourire s'afficha presque sur mon visage ! Et ce sourire devient très vite carnassier. Sous ma capuche, l'on pouvait presque apercevoir une expression sadique. Le monstre était dors et déjà lâché.

Aussitôt, qu'il avait terminé de me narguer, je disparus à sa vue. Je venais d'utiliser l'une de mes techniques de célérité le plus efficace, mon Gōsutou~ōku , qui me permettait de me déplacer de manière quasiment instantanée pour un œil qui n'y était pas habituée. Et évidemment, je m'étais retrouvé dans son dos, avec la discrétion d'un félin. Je lâchai alors un puissant coup de pied en direction de son crâne pour tenter de le faire valdinguer plus loin. Shûsui était quant à elle déjà prête pour parer à une éventuelle riposte ou toute attaque de Felicia ou Sejtek. Suite à ce merveilleux coup de pied décoché dans sa caboche, je lâchais un simple « De rien. » en réponse à ses remerciements. Croyait-il vraiment que j'allais libérer les lieux ?

« Je pense que c'est clair maintenant. Bon, à qui le tour ? »
Revenir en haut Aller en bas
PNJ [Gouvernement]

avatar
Messages : 496

Feuille de personnage
Niveau:
0/0  (0/0)
Expériences:
0/0  (0/0)
Berrys: Beaucoup

MessageSujet: Re: [FB] MDBFTDGOTSS. [PV Drake]   Mer 20 Déc - 22:15





Colonels Igiram et Felicia


Du temps en temps le Contre-Amiral tombait toujours sur un illuminé qui se prenait pour un héros ou pour le futur Seigneurs des pirates, pensant être assez fort pour vaincre le formidable épéiste gouvernemental, mais à chaque fois ces rêves prenaient une tournure plutôt cauchemardesque lorsque la réalité reprenait ses droits. Si cela pouvait paraître comme une corvée de repousser tous ces gamins en mal de gloire, le Contre-Amiral voyait cela comme le simple reflet de sa grandeur : des hommes puissants attiraient toujours la jalousie et la convoitise des plus modestes.
Mais aujourd'hui c'était un homme sorti de nulle part qui débarquait sur le pont du navire du Contre-Amiral et, en plus d’abîmer ce beau navire, ce gueux avait le culot d'attaquer les troupes qui s'y trouvaient ? Non mais où se croyait-il, à la fin ? Si le colonel Igiram tenta de rembarrer le garçon en lui donnant une chance de rebrousser chemin, chance que beaucoup ne se voyaient pas offrir, l'ingrat ne sembla pas réceptif à l'opportunité qui lui était donnée. Fronçant les sourcils face à la grossierté dont faisait preuve son interlocuteur , Igiram répliqua par :
- On ne t'a jamais appris à ne pas couper les adultes quand ils parlent ?

Non mais sans déconner, comment étaient éduqués les jeunes d'aujourd'hui ? Avant que le colonel ne put rajouter une autre réplique cinglante, son interlocuteur disparut de son champ de vision. En un réflexe salvateur issu d'années d'expériences, l'homme levé ses mains gantelées au niveau de sa tête et de sa nuque pour protéger son plus évident point faible. Malheureusement l'attaque - quoique absorbée en partie - vint tout de même et le colonel fut projeté en avant, s'écrasant contre l'épaisse rambarde du navire en expulsant un râle de douleur.
- Le p'tit trou du cul.




Contre-Amiral Sejtek, Capitaine des MDBFTDGOTSS (Mecha Demons Born From The Dirty Ground Of The Southernmost Sea)

-Tu devrais me remercier de daigner perdre mon temps avec toi. Ce n'est pas tout le jours que le GRAAAAAAAAAAAAAAAAAND SEJTEK accepte de donner une leçon.

Ne montrant aucune panique face au sort de son subordonné, le Contre-Amiral s'avança face à son adversaire du moment, extirpant sa lame immaculée de son fourreau avec une patience infinie. Celle lame n'était peut-être pas renommée mais elle avait su servir correctement son possesseur durant plusieurs années et, aujourd'hui encore, elle serait trempée dans le sang de ce trouble-fête. Sans crier gare le Contre-Amiral bondit en avant et, prenant une posture d'estoc, s'écria :
- MARVELOUS..SPIKE !

Son premier assaut prit la forme d'un estoc si puissante et rapide que sa lame sembla disparaître un court instant, avant de reprendre forme en se dirigeant vers le torse de cet intrus. Sachant pertinemment que ce n'était là qu'une entrée en matière pour donner le ton, c'est avec entrain que Sejtek enchaîna avec :
- MARVELOUS..ARROWS !

Profitant de la poussée que lui conférait son attaque précédente, ce fut une pluie d'estoc qui déferla sur l'autre sabreur qui allait devoir rapidement trouver un plan de repli. Ce n'était pas bien compliqué de comprendre que si la vitesse était le principal atout du sabreur de la marine, en terme de force ainsi que de précision et de technique il n'était clairement pas en reste.
Et pendant ce temps là, que feraient les autres ? Felicia irait relever son collègue et, ensemble, ils s'occuperaient de la bête volante si elle faisait mine d'approcher de nouveau. Pour le moment ils ne voyaient pas d'utilité à aider leur supérieur : celui-ci pouvait largement s'occuper seul de ce gêneur.



Contre-Amiral Sejtek : Level 35
Colonel Felicia : Level 28
Colonel Igiram : Level 29
Revenir en haut Aller en bas
Maxwell Thompson
Révolutionnaire
avatar
Messages : 546
Race : Humain

Feuille de personnage
Niveau:
36/75  (36/75)
Expériences:
5/350  (5/350)
Berrys: 39.701.750 B

MessageSujet: Re: [FB] MDBFTDGOTSS. [PV Drake]   Mar 26 Déc - 10:24

Un beau vol plané contre la rambarde du bateau... On pouvait quand même mieux faire. Mais je n'allais pas me plaindre, ça faisait un de moins. S'il ne pouvait pas parer un coup aussi simple, je n'allais pas m'enticher avec lui. Au suivant. Et le suivant vint directement à moi. C'était plaisant de voir comme ils m'évitaient d'aller les chercher. Mine de rien, il s'agissait de bons hôtes ! Mais rien n'y changeait. Qu'ils venaient à moi, ou que j'allais à eux, le résultat restait le même : ils allaient simplement se faire déglinguer. Malgré tout, une telle fougue de la part de ce Sejtek était amusante. Il semblait être autant sur-excité qu'imbu de lui-même, mais qu'en était-il vraiment sur le terrain ? Pour l'instant, tout ce qui semblait avoir de l'importance chez lui, ou tout simplement être grand, c'était sa grande gueule. La première vertu que devait avoir un vrai guerrier, était l'humilité. À trop vouloir prendre de l'altitude pour se prouver que l'on était au-dessus de tout, la chute n'en serait que plus douloureuse. Et puis, à trop l'ouvrir pour ne rien dire, il ne faisait que perdre en crédibilité. Sérieux, il croyait vraiment être intimidant là ? Il n'y avait qu'un moyen de juger : se le faire. 

« Tout ce que y'a de grand chez toi, c'est ta grande gueule. J'vais t'apprendre l'humilité et ne pas l'ouvrir dire de la merde moi, gamin. »

Aussitôt, mon pied glissa vers l'arrière pour que je puisse prendre appui, et fièrement présenter Shûsui devant lui. Il sembla lui aussi déterminé, à partir du moment où il dégaina sa lame avec lenteur, et prestance, il fallait aussi se l'avouer. Je restai patient, contrôlant ma respiration, me concentrant, et me préparant. J'étais aussi figé qu'une statue, mais pourtant, il ne lui suffirait que d'un mouvement brusque pour laisser parler tous mes réflexes. Je n'allais pas donner le La, je n'allais pas lui faire cet honneur d'attaquer le premier. J'allais simplement me tenir prêt. Dans un duel cliché, nous nous regardions dans les yeux, comme des simples bêtes féroces lorgnant sur une pièce de viande, la main agrippant fermement les pommeaux de nos lames. Puis, il bondit. Il semblait très pressé pour se jeter sur moi de la sorte. Quant à moi, je gardais mon attitude stoïque, la posture inébranlable. Et je souriais, comme un gamin. Il était rapide et agile, un œil attentif et expérimenté comme le mien pouvait très facilement le remarquer. Et cela rajoutait du challenge ! Il était rapide... Mais l'était-il autant que moi ? 

Alors qu'il prenait une position d'estocade en s'élançant vers moi, ma hanche pivota, mon poignet tourna, et je pris moi-même une posture d'estoc. À la seule différence près : la manière dont il s'était jeté sur moi montrait qu'il voulait m'attaquer directement, pour ma part, j'avais seulement besoin de frapper l'air pour percer à distance. « Kabe o doriru . Ces simples mots sortirent d'entre mes lèvres, alors qu'une onde de choc perçante quitta la pointe de ma lame pour aller contre la sienne. Toujours est-il qu'il m'avait surpris avec cette attaque, dont je ne m'attendais pas à ce qu'elle lui donne autant d'élan. Il était déjà là, devant moi, prêt à attaquer une seconde fois. Non, je n'allais pas me replier. Ce serait trop simple. Si j'avais attaqué ce navire, c'était pour me sentir vivre, pas pour fuir devant les coups. Dans un élan de lucidité, qui ne me permettait pas de prendre trop de temps à réfléchir, je décidai de faire d'une pierre plusieurs coups. Ma main était allée se réfugier sous ma cape, attrapant alors Yubashiri. J'aurais pu simplement frapper de front, mais c'était accepter de perdre en efficacité. Ainsi, tournant sur mon talon, dans un seul mouvement circulaire, je dégainai mon sabre, et libérais une lame circulaire pour trancher tout autour de moi : il était malheureusement dans l'axe de mon Hanketsu. Le manque d'appui avait provoqué un manque certain de puissance dans l'attaque, mais elle resterait tout de même suffisamment solide pour repousser Sejtek avant qu'il ne parfasse son attaque. Du moins, l'espérais-je... Et pour mettre toutes les chances de mon côté, j'avais même profité de la fin du tour sur moi-même pour envoyer ma cape au visage du soldat, après l'avoir mêlé dans mon point pour pouvoir la projeter au mieux. Oh, certes, elle allait se faire découper, mais dans l'état où elle était devenue, je ne perdrai pas grand chose. 

Monsieur Grande Gueule avait su profiter d'un meilleur élan que moi. Ainsi, il avait déjà commencé sa technique avant même que je ne lance la mienne, dont l'effet escompté n'avait été que de rompre sa lancée. Ainsi, le premier de ses estocs effleura mon bras alors que je tentais de m'écarter. Je fus assez vif pour parer ceux qui suivirent de mes lames. Quelques-unes d'entre elles vinrent faire perler quelques gouttes de sang, ou en faire jaillir quelques faisceaux. Rien de bien méchant. Ce picotement si caractéristique à la blessure, cette sensation que laissait le sang chaud sur la peau, il n'y avait rien de plus excitant. Au fond, c'était cela qui me donnait envie de continuer à me battre. Savoir que ma vie ne tenait qu'à un fil avait quelque chose de grisant. Ce qui ne me tuait pas me rendait plus fort, et cette première attaque ne m'avait pas tué. La pluie d'estocs continua à me marteler. Et dans une danse rythmée par le choc des lames entre elles, je jouais la défense. Il était très rapide. Mais rien qui ne puisse me déstabiliser, bien que quelques coups portés réussissaient parfois à échapper à mon œil attentif. Mais il manquait de quelque chose... De grâce, vraisemblement. Il semblait vouloir simplement frapper. À y ajouter grâce et agilité, il pourrait être bien plus efficace. Probablement, était-ce pour cela que je pouvais parer la majorité de ses coups. Que de la gueule. 

Une fenêtre d'action parvint alors à mes sens. Aussitôt, je réussissais à m'échapper de son assaut en laissant une image rémanente devant lui. Évidemment, je m'étais retrouvé dans son dos. J'aurais pu simplement m'éloigner, mais c'était maintenant à mon tour d'attaquer. Croisant mes lames devant moi, je ne perdis pas de temps pour laisser partir Shûsui et Yubashiri en direction de son dos pour tenter de le lacérer en profondeur. Une blessure au dos était probablement l'une des pires humiliations pour un sabreur, et j'allais m'amuser à briser son ego pour le laisser en miette. Il avait décidé de tout donner d'entrée de jeu, cela s'était vu... Mais ce ne serait, pour une fois, pas la même stratégie pour moi. Comme un chat avec une souris, j'allais prendre le temps. J'allais prendre mon temps pour le vider de son sang. J'avais d'autant plus de motivation à le trancher, le découper, et le percer, puisqu'il avait réussi à m'atteindre au flanc. Une tâche carmin maculait mon vêtement, prenant de plus en plus de place. Entre la douleur et une sensation de toute-puissance... Mais j'allais quand même lui casser la gueule. 

« Tout ce que t'as ? Après ça j'étais pas sensé être dans un état pitoyable ? Un peu de nerf là ! » 

Ce n'était pas drôle si je passais à l'offensive tout de suite. Il était clairement préférable de rester sur la défensive pour l'instant.
Revenir en haut Aller en bas
PNJ [Gouvernement]

avatar
Messages : 496

Feuille de personnage
Niveau:
0/0  (0/0)
Expériences:
0/0  (0/0)
Berrys: Beaucoup

MessageSujet: Re: [FB] MDBFTDGOTSS. [PV Drake]   Ven 29 Déc - 1:28

[Gouvernement]"]



Contre-Amiral Sejtek, Capitaine des MDBFTDGOTSS (Mecha Demons Born From The Dirty Ground Of The Southernmost Sea)

Selon le Contre-Amiral pour être un bretteur reconnu il ne suffisait pas d'avoir un sourire éclatant, des punch line d'enfer et une chevelure sublime. L'apparence physique ne comptait que pour moitié dans la naissance d'une légende comme celle qu'il était en passe de devenir. Être beau servait à donner aux gens un modèle auquel se référer, une colosse à idolâtrer, mais pour que les combattants du monde entier en viennent à le jalouser il fallait quelque chose de plus. Que pouvait donc être cette petite chose en plus que les bretteurs de seconde zone – comme cet intrus bien trop sûr de lui – manquaient ? Du talent. S'il était indispensable pour un bretteur de s'entraîner tous les jours pour se maintenir en forme, selon le Contre-Amiral rien ne pourrait remplacer les prédispositions naturelles avec lesquelles certains individus avaient la chance de naître.
Mais au fond, était-ce vraiment de la chance ? Non, ce talent naturel était la façon qu'avait la vie de montrer à ces élus quel pourrait être le destin, de leur montrer quels sommets de grandeurs ils pourraient atteindre s'ils s'en donnaient les moyens. Ce n'était pas de l'arrogance que de se dire supérieur aux autres dans un domaine, c'était simplement l'acceptation d'une grandeur latente qui n'attendait que d'être reconnue pour s'éveiller. Le Sejtek avait accepté cette grandeur très tôt dans sa carrière, au moins où il était passé lieutenant très rapidement, et depuis il n'avait cessé d'enchaîner les exploits jusqu'à mériter le poste qu'il occupait actuellement.

Allait-il s'arrêter en aussi bon chemin ? Bien sûr que non, il savait que son destin allait l'amener à combattre des Yonkous et les vaincre : il ne pouvait en être autrement. En faire moins que cela reviendrait à gâcher cet incroyable talent.
Cependant, ponctuellement, la vie décidait de mettre à l'épreuve ce brillant individu comme pour s'assurer qu'il était toujours sur les rails, comme pour s'assurer qu'il n'avait rien perdu de sa superbe. Aujourd'hui ce test prenait la forme de cet étrange individu désireux d'attaquer le navire simplement parce qu'il en avait envie, comme c'était souvent le cas de ces racailles qui sillonnaient les mers en attendant d'être capturés et emmenés à Impel Down.
Oh certes celui-ci semblait se débrouiller un peu, du moins suffisamment pour mettre à mal les subordonnés du Sejtek, mais ce dernier n'était pas plus inquiet que cela. Ses subordonnés étaient bons, certes, mais le maître à bord était d'un tout autre niveau.

Malheureusement, fort de cette première attaque, l'inconnu commença à se sentir plus fort qu'il n'était en réalité. Pensait-il vraiment pouvoir donner une leçon au Sejtek alors que son premier assaut avait été aussi prévisible qu'inutile ?

- Tu serais incapable de reconnaître la grandeur même si elle te frapper en pleine figure, paysan. Je ne m'attends pas à ce que tu prennes conscience de ton ignorance autrement que dans la douleur.

La plupart des jeunes bretteurs ne comprenaient leur place qu'après avoir reçu une correction digne de ce nom à leur en retourner le cerveau et, de ce qu'il voyait, Sejtek estimait que cet intrus n'avait pas été suffisamment cogné quand il était petit pour apprendre le respect des autres. Quid du gouvernemental ? Non, cela n'avait rien à voir, le Contre-Amiral n'était pas soumis à ces règles de bienséance car sa grandeur le plaçait au-dessus des autres, à un niveau où l'humilité ne faisait plus loi.
Se retenant de sourire en voyant son adversaire prendre la même posture d'estoc que lui, le Sejtek poursuivit son assaut sans sourciller, ne bronchant pas même lorsque sa lame rencontra une onde de choc : intéressante attaque. Suffisante pour le stopper ? Évidemment que non, le destin ne pouvait pas être arrêté ! Si l'attaque suivante de l'intrus laissa une marque indélébile sur le pont, oblitérant une partie de de l'entrée vers les niveaux inférieurs du navire, la pluie du Sejtek empêcha cette attaque d'atteindre le mât du navire. Même si cela lui faisait du mal de constater que son navire souffrait, le bretteur voulait bien passer outre ces dégâts pour peu que le navire soit encore en mesure de l'amener jusqu'à bon port : pour cela le mât devait être sauvé à tout prix.

La lame du contre-amiral caressa la peau de son adversaire en de bien trop rares occasions sans provoquer de dommages critiques, réduisant à néant un bout de tissu en un clin d’œil, jusqu'à ce que l'assaut ne se stoppe. Il fallait bien reconnaître que l'intrus en face possédait une force certaine doublée d'une défense solide, si bien que le contre-amiral se surprit à observer un certain tremblement parcourir le bras tenant sa lame. Ces attaques furent-elles si puissantes que ce glorieux corps avait des difficultés à s 'en remettre ? Impensable, cela ne devait être qu'un coup de mou passager.
Relevant la tête pour voir son adversaire totalement immobile, ce n'est qu'en sentant le bruissement de l'air que le bretteur protégeait son dos en y dirigeant sa lame. La puissance du coup le projeta en avant mais, à la différence de son subordonné, il se réceptionna sans difficulté. Fronçant les sourcils tout en sentant une vive douleur se répandre dans son dos, reflet de l'impact du coup bloqué, il se fendit d'une tirade :

- Allons, allons, ce n'est pas sérieux. Les techniques de déplacement n'ont pas de secret pour mon auguste personne.

Cet intrus pensait-il pouvoir battre le Sejtek sur son propre terrain ? Ignorant la réponse, le bretteur se pencha en avant et, pliant les jambes, empoignant son arme à deux mains. Soufflant comme pour faire le vide dans son esprit, il débuta enfin son assaut à une vitesse digne de sa personne :

-MARVELOUS...

L'instant d'après le jeune homme avait disparu, réapparaissant sur le flanc droit de son adversaire, lui asséna un coup de tranche rapide :

-STEPS !

Puis le Contre-Amiral disparut de nouveau, faisant surface dans le dos de Drake et l'attaquant de nouveau avant de disparaître à nouveau. Une successions de déplacements rapides et d'attaques tout aussi redoutables : l'une des techniques favorites de ce sublime épéiste. Combien de temps pourrait-il tenir le rythme ? Il ferait une dizaine d'attaques pour commence et, au final, referait surface dans le dos de son adversaire.

-MARVELOUS KILL !

Prenant son sabre en position inversée, le bretteur bondirait pour asséner un coup de tranche à une vitesse et une force prodigieuse, dans le dos de son opposant. C'était amusant un instant de jouer avec un gueux, mais on l'attendait ailleurs.


Colonels Igiram et Felicia.



- Il se rend compte que ça serait plus efficace s'il arrêtait de gueuler ses techniques avant de les lancer ?
- J'en doute. Lui et la subtilité, ça fait deux.
- Tu crois qu'on devrait intervenir ?
- Du tout. Regarde, il s'amuse avec l'autre touriste. Si jamais il en arrive à sortir sa carte maîtresse, là on interviendra. Pour l'instant reste-là et prépare-toi. Sait-on jamais.

Revenir en haut Aller en bas
Maxwell Thompson
Révolutionnaire
avatar
Messages : 546
Race : Humain

Feuille de personnage
Niveau:
36/75  (36/75)
Expériences:
5/350  (5/350)
Berrys: 39.701.750 B

MessageSujet: Re: [FB] MDBFTDGOTSS. [PV Drake]   Lun 1 Jan - 19:20

Des fois, je ne me comprenais moi-même pas. Qu'y gagnais-je à attaquer de la sorte un navire de la marine ? Je vivais assez d'adrénaline pour éviter à sortir l'excuse du besoin de danger dans ma vie. Et au fond, toutes les raisons que je pouvais trouver ne tenaient pas la route. Elles ne faisaient qu'exprimer la facette brutale de ma personnalité. Entre le besoin de foutre le bordel et celui de défier la marine, entre l'envie d'un peu d'action pour animer ma journée et un bon bain de sang après avoir tranché la gorge des ennemis qui ne méritaient pas de survivre, n'importe qui pouvait dresser comme portrait de moi un être exécrable, violent, sanguinaire. C'était à moitié vrai ! À vrai dire, c'était ce qu'il y avait de beau dans la voie du Bushido : on pouvait l'interpréter à peu près comme on le voulait. Et à bien y regarder, je ne trahissais pas cet enseignement qui m'avait été donné. Je respectais chacune des branches de cet enseignement, je savais préserver ceux qui n'étaient pas capables de se défendre, je savais faire « le bien ». Mais à côté, il y avait eux, ces trous du cul du gouvernement, qui s'opposaient irrémédiablement à moi. Pour eux, j'étais l'un des méchants de l'histoire, pour moi, ils étaient les pourris... Personne ne pouvait avoir vraiment raison. Une chose était sûre : ils restaient mes adversaires. Et le Bushido ne disposait en rien du traitement qu'il fallait réserver à ses adversaires. Cette appréciation me revenait ainsi logiquement. Qu'est-ce qui m'empêchait alors de faire voler leurs têtes, de les vider de leur sang, de laisser leurs cadavres en pâture pour les monstres marins ? Rien. Oui, j'étais peut-être un monstre. Mais je restais fidèle à moi-même et à la voie que je suivais. Qui pouvait me juger ? J'étais peut-être un monstre, mais pas le genre de monstre que l'on se faisait à l'idée. Le surnom que l'on avait pu m'attribuer retraçait fidèlement cela : le Taureau aux sept cornes. Et aujourd'hui, le monstre allait être d'une particulière violence. 

Ce Sejtek réveillait ma bestialité. Il était le cri, j'en étais l'écho. Jusque-là, je m'étais presque retenu, et il arriverait bientôt le point de rupture où j'allais simplement vouloir raser l'entièreté du navire. Il avait une grande gueule, mais il n'était pas si mauvais. Je n'avais agi qu'en défense pour l'instant, cherchant simplement à le pousser dans ses retranchements, alors même que le duel venait de débuter. La grandeur... Savait-il seulement ce qu'était la grandeur ? Il n'était pas grand chose au sein de la marine. De la chair à canon tout au plus, j'avais déjà croisé le chemin de quelques vice-amiraux, j'avais déjà tenu tête à l'un d'entre eux, tout en voulant faire face à tout un bataillon de plusieurs centaines de soldats, avant que Mori ne me ramène à la raison. J'avais déjà croisé d'illustres monuments de la piraterie, comme un ancien Sword Master, ou l'ancien navigateur de Gold Roger lui-même. Et lui, ce petit pion d'un jeu qu'il dépassait l'entendement, d'un jeu où son être n'était rien que de la poussière. Il ne savait pas ce qu'était la grandeur. Mais rien ne valait de vouloir le remettre à sa place. Souvent, les mots ne pouvaient raisonner les plus bornés. C'était comme attaquer toute une forteresse impénétrable avec un simple homme. Elle était impénétrable, rien n'y faisait. Il suffirait qu'il s'en rende compte lui-même. La douleur que l'on s'infligeait soi-même était toujours la plus intense. 

Malgré tout les défauts que je pouvais lui relever, il était fort, agile, et avait une expérience certaine du combat. Cette manière tout à fait fluide qu'il eut pour parer mon attaque dans son dos le pouvrait. Oh oui, les techniques de déplacements n'avaient peut-être aucun secret pour lui, mais là où il se trompait, était que je n'utilisais pas quelques vulgaires « techniques de déplacements ». Là où lui n'était que rapide, le Bushido, qui était avant tout ma première arme, avait su pousser le déplacement à son paroxysme. Lui, était rapide, mais pouvait-il aller jusqu'à tromper l'œil ? À en voir son style de combat, il n'était qu'un vulgaire épéiste. Il ne suivait vraisemblablement une quelconque voie ; tout ce qu'il souhaitait était de montrer qu'il était le plus fort. Une technique de déplacement, concernait simplement les déplacements : une logique implacable. La maîtrise des techniques de célérité, quant à elle, pouvait se décliner quel que soit le mouvement : elles ne concernaient pas que mes jambes, elle pouvait concerner chacun de mes gestes, jusqu'au maniement de ma lame. Je pouvais frapper directement avec ma maîtrise de ces techniques de célérité. Il allait être surpris de l'erreur qu'il venait de faire. 

Et comme pour me narguer, il disparut. Il ne me suffit que d'une infime fraction de seconde pour comprendre. Pourquoi ne pas s'amuser ? S'il voulait vraiment me défier pour savoir qui serait plus rapide, j'allais répondre avec joie. Il ne me suffit de pas plus de temps pour faire le vide dans mon esprit. Les réflexes allaient dès lors être salvateurs. Et c'était à partir de ce moment précis que tous les sens joueraient pour combattre. Il arriva sur ma droite. Quelle débilité de crier avant d'attaquer alors que sa vitesse lui donnait un clair avantage de surprise. Shûsui vint se poser en défense pour parer son coup, créant alors deux étincelles. Comprenant alors qu'il allait se servir de son élan pour continuer, j'adoptai la même stratégie que lui. Sa deuxième attaque frappa une image rémanente et la traversa simplement. À partir de ce moment précis, nous combattions alors à parfaites armes égales. Alors à ma même vitesse, nous nous entrechoquions par moment, comme si des chocs se faisaient dans l'air. Un œil lambda aurait alors eu énormément de mal à nous suivre. À chaque fois que nous nous frappions, j'armais une nouvelle lame. J'en rajoutais alors une dans ma bouche, puis une à chacun de leurs emplacements habituels, préparant mon Shishitoryu à chaque frappe. Et à chacune d'entre elles, il y eut toujours plus d'étincelles, comme si un énorme feu se préparait à flamber. Sur un strict pied d'égalité, aucun de nous ne fut blessé par l'autre au cours de ce duel de vitesse, je me contentais de bloquer chacun de ses coups, pour simplement lui prouver qu'il n'était pas le plus rapide. Pour le coup, il était vrai que je ne l'étais pas non plus, et c'était là le plus intéressant dans ce combat. Alors que, jusque-là, nous nous étions battus comme si aucun n'était plus fort que l'autre, vint le moment de l'ultime tentative. 

Entendant un énorme « Marvelous Kill » retentir, je ne cherchai même pas à définir par où il allait arriver. Je l'avais laissé venir à moi. Dès lors que mes sept lames étaient en position, je pouvais me défendre quel que soit l'angle par lequel il avait choisi de m'attaquer. Crépitant alors dans l'air, un claquement sec se fit quand mes lames commencèrent à se saturer en électricité, jusqu'à briller autour de moi. « Raijin no Mesame... » Un chuchotement à peine perceptible, mais qui allait exploser comme la rage d'un démon. Et c'était à ce moment là que la défense se transformait en attaque. Tournant ma hanche, j'entraînais alors tout mon corps en tournant sur moi-même. Mes lames pourraient alors me protéger à 380 degrés, entraînant alors un courant électrique qui le ferait très mal s'il cherchait à m'atteindre directement. Ce courant n'allait pas l'arrêter s'il cherchait à m'ouvrir en deux, mais il allait lui mettre sa misère, simplement. La défense était parfaite : il risquait probablement de se faire empaler, découper, trancher, ou électrocuté, voire tout à la fois, s'il se laissait surprendre. « Tsukiakari - Yoru no shukufuku » Dans un délan de rage, j'avais libéré ma voie pour le cueillir et le rôtir sur place. Pour qui se prenait-il ? 

Au loin, Fafnir revenait à la charge, rasant les nuages pour venir lui aussi prendre part au combat. Bien que je ne le souhaitais pas, il allait dès lors être difficile de l'arrêter... Il fallait d'abord que je le remarque. Je n'avais pas le temps de m'occuper de lui. Cette douleur aux muscles était simplement superbe, à tel point que je ne devais resserrer ma poigne sur mes lames pour ne montrer aucune faiblesse. Nous allions combattre à l'usure.

Revenir en haut Aller en bas
PNJ [Gouvernement]

avatar
Messages : 496

Feuille de personnage
Niveau:
0/0  (0/0)
Expériences:
0/0  (0/0)
Berrys: Beaucoup

MessageSujet: Re: [FB] MDBFTDGOTSS. [PV Drake]   Ven 5 Jan - 1:00

[Gouvernement]"]



Contre-Amiral Sejtek, Capitaine des MDBFTDGOTSS (Mecha Demons Born From The Dirty Ground Of The Southernmost Sea)


Même si la carrière de cette épéiste était assez courte il avait déjà eu son lot de combat, il avait pu regarder droit dans les yeux les pires raclures engendrées par ce monde et beaucoup avaient connus une fin tragique grâce à la lame qu'il tenait dans sa main droite. Combien encore connaîtraient un sort similaire avant que le monde ne soit définitivement débarrassé de cette engeance ? Des dizaines, peut-être même des centaines et cela le mettait en joie. Il n'était nullement motivé par une quelconque pulsion sanguinaire mais par le devoir et par le désir de faire profiter au monde de son immense talent. Le jeune contre-amiral ne prétendait pas comprendre comment un criminel pensait, il n'était pas adepte du concept de connaître son ennemi pour le vaincre, aussi ne comprenait-il vraiment pas ce que ce touriste venait faire ici. Cherchait-il à se prouver quelque chose ? À tuer le temps ? À causer une destruction aussi totale qu’aléatoire ? Décidément un être aussi sublime que le Sejtek n'arrivait pas à s'abaisser au niveau de ces sauvages, même avec tous les efforts du monde.

À défaut de ne pouvoir comprendre ce touriste, le formidable épéiste pouvait au moins faire en sortir qu'il ne soit plus une menace pour personne. L'expédier à Impel Down ? Il aurait pu le faire mais un destin plus grand l'attendait, il n'avait pas le temps de faire un détour aussi important pour une simple racaille trop confiante. Le gouvernemental se contenterait donc de lui couper les deux bras et de jeter ce qui resterait de sa carcasse à la mer, avec un peu de chance il finirait noyé avant d'être dévoré par les bêtes tapies dans les fonds marins.
Le combat reprit son cours et, à sa grande surprise, le jeune marine ne domina pas son adversaire autant qu'il l'aurait voulu. Pire encore, il ne parvint même pas à le blesser en recourant à une technique de déplacement dont il avait le secret ! Était-ce de la chance ou simplement un adversaire moins quelconque que le Sejtek ne l'avait jugé de prime abord ? Alors que ses attaques successives n'eurent aucun effet, le contre-amiral lança son ultime assaut contre un homme qui déploya une défense aussi solide que soudaine.

Les deux hommes se rencontrèrent et, même si le contre-amiral se décala au dernier moment pour éviter de percuter son adversaire de face, le choc fut violent et résonna à des kilomètres à la ronde. L'instant d'après les deux hommes furent chacun de leur côté, indemne pour ce qu'ils pouvaient en juger. Afficha un sourire aussi narquois que satisfait, le marine se redressa et, ne semblant pas avoir été touché par cette défense électrique, leva son bras et fit reposer sa lame sur son épaule tout en répondant


- Bonne défense, paysan. Mais tu ne peux rien contre le prodigieux épéiste ! Il est temps de sortir le grand jeu ! Approche !

II ne faudrait qu'un œil au révolutionnaire pour remarquer que la lame de son adversaire n'était plus étincelante mais noire comme la plus sombre des nuits. Il avait suffisamment tenu tête au marine pour que celui-ci daigne enfin réveiller son haki, c'était un fait assez rare pour être noté si bien que le touriste devrait se sentir honoré par ce geste.
Concentrant son énergie combative dans la lame qu'il tenait fermement, le Sejtek fit signe à son adversaire d'approcher, l'attendant de pied ferle avec une vitesse et une force renouvelée. Il voulait apporter la destruction sur ce navire ? Le marine l'enverrait dire bonjour aux poissons !




Colonels Igiram et Felicia.



- Le prodigieux épéiste. Qui est-ce qui l'appelle comme ça, déjà ?
- Lui, juste lui.
- Tu peux me rappeler pourquoi on l'a suivi, déjà ?
- Ne m'demande pas, ça me déprime rien que d'y penser. Bon, on s'occupe de la bestiole ?
- Ok mais cette fois c'est mon tour. T'es beaucoup trop lourd.

Sur ces belles paroles le jeune colonel agrippa sa camarade d'une de ses mains gantées avant de la projeter en direction de la bestiole qui, si elle s'approchait trop, se prendrait un puissant coup de pied qui lui ferait regretter son attaque de tout à l'heure.

Pendant ce temps-là, grâce au grabuge créé par l'affrontement sur le pont de ce navire, une présence s'éveilla depuis la cale du navire.

Revenir en haut Aller en bas
Maxwell Thompson
Révolutionnaire
avatar
Messages : 546
Race : Humain

Feuille de personnage
Niveau:
36/75  (36/75)
Expériences:
5/350  (5/350)
Berrys: 39.701.750 B

MessageSujet: Re: [FB] MDBFTDGOTSS. [PV Drake]   Mar 9 Jan - 15:35

Puissance, rage, précision, violence. Tant d'ingrédients justement dosés pour faire naître un cocktail des plus explosifs. Mes muscles tremblaient, à tel point que je ne savais plus s'il s'agissait de la douleur, de l'adrénaline, ou d'un savant mélange de l'un et l'autre à la fois. Cette sensation, aussi désagréable aurait-elle dû être, était revitalisante, grisante. J'avais devant moi un adversaire à ma taille. Un adversaire certes à la grande gueule, mais qui avait su me faire sortir toutes mes lames. Dès lors, il était clair que ce duel allait se transformer en un concours de celui qui en avait la plus grosse. L'efficacité de son style était clairement non négligeable, mais tiendrait-il le coup devant mon Shishitoryu acrobatique, rapide, et violent ? Il s'agissait de l'unique question qui planait dans mon esprit. Je m'étais retenu, et j'allais maintenant pouvoir me défouler. Cette sensation quasi-indescriptible qui parcourait mes muscles, si caractéristique au plus éprouvant des combats et donc aux meilleurs d'entre ceux-ci, allait bientôt être convertie en force. Alors qu'il se tenait là, devant moi, et que je le défiai fièrement de ma posture de combat, mon visage s'était remis à exprimer un certain sadisme, avec ce sourire carnassier qui réapparaissait toujours au plus fort du combat. Il venait de réveiller un démon. Un démon de foudre, pourvu de griffe. Il souhaitait passer aux choses sérieuses ? Ainsi soit-il. 

L'espace d'un instant, alors que je me tenais droit devant lui, le temps s'était figé dans mon esprit, et l'espace autour de nous s'était grisé. Et je profitai de ce moment, qui sembla durer une éternité dans les limbes de mon esprit alors que pourtant, il ne s'était écoulé que deux secondes à tout casser, pour mettre en place mon prochain schéma d'attaque. Aucun de nous ne s'était fait blesser dans cette succession de chocs tonitruants, preuve d'une balance équilibrée de part et d'autre. Pour ce qu'il en était de ma défense, il fut visiblement surpris : le choc fut assez pour libérer une formidable détonation dans l'air, mais pas assez pour simplement le cuire. Il avait su se décaler au bon moment, dans un réflexe salvateur. Un duel de plus en plus gratifiant. Au vu de cette séquence attaque-défense, les coups puissants et directs ne serviraient en rien. Si je voulais faire évoluer l'affrontement, il allait falloir que j'adopte une autre façon de se battre : rapide, mais peu puissant. Et la moindre puissance serait contre-balancée par une exécution d'enchaînement vifs, ce qui me permettrait d'augmenter le nombre de coups portés. Si je ne pouvais lui briser les os, alors j'allais l'avoir à l'usure, jusqu'à percer sa défense, et le tailler en petits morceaux. Et l'avantage d'un tel style de combat était aussi que l'on pouvait y trouver le juste équilibre entre attaque et défense : s'il décidait de passer à l'assaut, il me suffirait simplement d'utiliser cette fameuse rapidité d'exécution pour parer, encore et toujours. Il allait comprendre tout ce dont un paysan était capable.

À peine sortais-je de ma torpeur je m'élançais sur Sejtek comme une torpille, remarquant par la même une lame devenue noire comme la nuit. Il avait décidé de révéler son haki de l'armement, montrant lui-même qu'il ne me laisserait certainement pas filé. Et c'était tant mieux. Je ne maîtrisais peut-être pas totalement mon haki, mais j'avais tout de même largement de quoi compenser. Et cela prenait la forme de l'électricité. Ma course fut ponctuée d'un simple « Ne sous-estime pas un paysan. » Il ne fallait tout de même pas oublier que c'était eux qui avaient le plus de ressource, pour ne pas être né avec une vulgaire cuillère en argent dans la bouche et pour pouvoir se débrouiller en quelconque situation. Un pas, puis deux, enfin un troisième, et je décollais, littéralement. Par moult acrobaties, j'allais prendre assez de vitesse pour non seulement pouvoir frapper tout en maintenant une vitesse constante, mais assez accumuler assez de force de frapper pour le destabiliser au premier coup. Dans ma course, des étincelles me suivirent, avant que mes lames ne se mirent à nouveau à briller d'électricité. Ma frappe allait être d'autant plus efficace. Je mis tout mon poids dans ma première attaque, espérant bien rencontrer sa défense pour mieux lui faire son équilibre : et pour cela, j'avais pris le soin d'utiliser la lourdeur de Shûsui pour porter mon coup. À l'instar d'un essaim d'abeilles, tournant autour de leur cible pour frapper de toutes parts, voire même un chat jouant avec une souris jusqu'à son trépas, je tournai autour de lui, jouant de mes lames, de mes sauts et de mes salto pour le frapper, tout en respectant le style de combat que j'avais décidé d'adopter. Autant de frappes que possible pour compenser en manque de puissance certain : et avec qu'une lame dans ses mains, il aurait sans conteste du mal à tout parer. J'allais l'avoir à l'usure. 

Vint ensuite le moment où mon pied toucha le sol, jusqu'à presque s'enraciner fermement. Avec mes appuis, rien ne m'était impossible. J'entamai alors un coup pour le faire décoller, avant de compléter par une attaque verticale, tout en tournant sur moi-même avec mes lames électrifiées pour l'emmener dans mon ascension et par la même tenter de le lacérer, de le saigner jusqu'à la moelle. J'aimais particulièrement mon Jōbu no tamashī, puisqu'il permettait dans une moindre mesure de priver l'adversaire de ses appuis en l'emmenant dans les airs pour en le lacérant. Et comme si ce n'était pas suffisant, une fois cela fait, je pris appui sur lui avec mon pied, et je poussai. Cette manœuvre me permit deux choses : le repousser du mieux que je pus vers le sol, et prendre d'autant plus de hauteur en même temps. De quoi pouvoir directement enchaîner avec mon Taka no Rasshu en retombant, et ainsi essayer d'aggraver les dégâts sur lui. Il voulait passer aux choses sérieuses ? Il était simplement servi. 

Et, parallèlement à ce duel, il y avait Fafnir. Trop épris dans mon combat, je ne pouvais plus l'arrêter. Ainsi, je n'allais pas pouvoir bénéficier du monopole du sac qui allait être infligé à ce bateau. Le dragon était simplement inarrétable. Il avait entamé sa dangereuse descente. Et étonnement, ces misérables humains avaient décidé de lui tenir tête, à lui, ce majestueux dragon. Un simple coup de pied ? C'était comme ça qu'elle avait cherché à lui tenir tête ? Fafnir en salivait déjà par avance. Littéralement... De sa menaçante gueule avait commencé à dégouliner de l'acide en guise de salive. Quiconque aurait le malheur de se trouver au mauvais endroit au mauvais moment le regretterait amèrement. Il en profita d'ailleurs pour en cracher une salve sur les deux fous qui s'étaient dressés contre lui. Quant à ce coup de pied, il s'était contenté de dresser ses dangereuses serres d'acier devant cette femme. Le coup rencontra ses écailles métalliques, déstabilisa son vol et lui fit tirer un beau râle, entre la douleur et la colère. Pour le reste, il se contenterait de déchiqueter la femme avec ses griffes.




Techniques utilisées:
 
Revenir en haut Aller en bas
PNJ [Gouvernement]

avatar
Messages : 496

Feuille de personnage
Niveau:
0/0  (0/0)
Expériences:
0/0  (0/0)
Berrys: Beaucoup

MessageSujet: Re: [FB] MDBFTDGOTSS. [PV Drake]   Jeu 11 Jan - 18:14

[Gouvernement]"]



Contre-Amiral Sejtek, Capitaine des MDBFTDGOTSS (Mecha Demons Born From The Dirty Ground Of The Southernmost Sea)


Sans être totalement aveugle à ce qu'il se passait tout autour de lui, l'épéiste gouvernemental ne comprenait vraiment pourquoi lui et ses frères d'armes pouvaient être accueillis sur une île avec peur et méfiance. N'était-ce pas le but de tels individus que s'instiller la confiance et la sécurité tout autour d'eux, pour que cette peur finisse par disparaître du cœur du citoyen moyen ? Si au début il avait pensé que c'était peut-être l'arme à sa ceinture qui lui valait des regards craintifs, le commun des mortels fuyant comme la peste toute démonstration de violence quelle qu'elle soit, il se rendit bien vite à l'évidence que cet effet-là venait plus de l'uniforme et de ce qu'il représentait dans l'imaginaire collectif.
Et pourtant cet uniforme bleu et blanc représentait la sécurité et l'ordre dont le monde avait besoin pour enfin connaître la paix que ses citoyens méritaient. Alors pourquoi cette crainte envers ceux qui étaient censés tous les protégés ? Pourquoi ce pas en arrière à chaque fois que la route du contre-amiral croisait celle d'un citoyen aussi impressionné qu'apeuré ? Il s'en était écoulé du temps avant que la réponse ne saute finalement aux yeux du formidable épéiste.
Par ce qu'il était et ce qu'il représentait le jeune épéiste s'était créé une cible sur le front, cet uniforme bleu et blanc était visible à des centaines de mètres à la ronde pour attirer l'attention sur lui. Pour quoi ? Pour que les ennemis de la justice et les sauvages s'en prennent à lui plutôt qu'aux civils innocents, pour qu'il canalise vers lui toute la barbarie et la cupidité qui résidaient dans chaque personne ayant choisi de cracher sur les lois de ce monde. C'était probablement le plus ingrat des boulets car les remerciements étaient rares et les médailles allaient à ceux qui ne reviendraient jamais plus, c'était un boulot épuisant et il ne trouverait du repos que dans la mort, mais il n'imaginait pas faire autre chose de sa vie.

Qu'ils y viennent ces barbares, ces dégénérés ! Qu'ils se présentent à lui pour essayer de détruire tout ce qu'il représentait ! Il vaincrait un par un tous ces monstres qui se présenteraient devant lui avec dans le regard une lueur d'arrogance à l'idée de penser pouvoir le vaincre ! Il montrerait qu'il n'avait pas usurpé son rang et que rien ne lui était impossible ! Et ce touriste qui venait de débarquer sur son navire ? Il ne serait qu'un nom de plus dans une liste déjà très longue.
Oh oui il était rapide et avait de la force, il attaquait avec panache et ténacité mais il en fallait bien plus pour devenir un épéiste de renom ! Le style seul ne suffisait pas, il manquait un talent naturel et essentiel à ce triste individu. Mais il n'aurait pas le temps de le découvrir, plus maintenant.

Alors oui ce triste sir semblait vouloir paraître impressionnant avec toutes ces lames et son style probablement virevoltant mais, si on laissait de côté le show, on se trouvait face à un style acrobatique mais qui consommait surtout beaucoup plus d'énergie. Coordonner le maniement d'autant de lames en même temps demandait une concentration impressionnante et puisait davantage dans l'énergie de ses muscles si bien qu'un tel style ne pouvait être maintenu sur la durée.
Eh oui, sous son air de vantard orgueilleux on oubliait souvent que Sejtek était véritablement doué dans ce qu'il faisait. Celui-ci tenait fermement sa lame noire dans la lame et, en entendant son adversaire l'enjoindre à ne pas le sous-estimer, répliqua simplement :

-Force-moi.

Observant son adversaire se ruer vers lui en faisant preuve d'une certaine acrobatie, le contre-amiral n'eut besoin que d'un seul coup d’œil pour comprendre ce que le Kotori cherchait à faire. En bougeant dans tous les sens de la sorte il gagnerait en vitesse et celle-ci s'accompagnait d'une certaine force de frappe. C'était le principe de l'énergie cinétique.

C'était donc conscient de cette force que le garçon força sur ses jambes pour se décaler et esquiver la toute première attaque, celle qui portait bien plus de forces que les autres et qui aurait pu aisément le projeter en arrière. Avec une telle ouverture créée, il n'aurait pas été difficile pour le Kotori de faire couler son sang. Mais il n'en fut rien, au lieu de cela le jeune contre-amiral tint fermement sa position et, plutôt que d'user uniquement de ses yeux, laissa aussi ses autres sens venir à son aide pour l'aider à sentir les attaques qui venaient de tous les côtés.
Contre toute attente le Sejtek tint bon mais fut trop concentré pour faire une quelconque remarque à ce sujet. Sa lame noire bloquait une partie du courant électrique généré par son adversaire mais, s'il pouvait bloquer toutes les autres pour le moment, il devait bien avouer qu'un tel exercice consommait son énergie à grande vitesse. Oui le prodigieux épéiste était très rapide, mais rester sur la défensive à subir les coups n'était pas son truc.

Lorsque son adversaire cessa de tourner autour de lui pour passer à un assaut plus direct, le Sejtek fit une erreur de jugement. Au lieu d'esquiver le coup de son adversaire il tenta de le bloquer et fut projeté en l'air, quelques éclairs parvenant à provoquer une vive douleur dans tout son corps.

-Espèce de...

Avant de pouvoir finir sa phrase le jeune homme fut projeté contre les planches en bois du pont, grâce à un coup de pied de son opposant. Se retenant de lâcher un râle de douleur pour ne pas offrir cette victoire à son adversaire, le gouvernemental se releva et brandit son sabre au-dessus de sa tête au tout dernier moment. Les deux lames s'entrechoquèrent dans un tintement aussi violent que sourd. Serrant les dents pour supporter la puissance de cette attaque, le choc des titans dura pendant une bonne dizaine de secondes avant que le garçon ne se sorte enfin suffisamment les tripes pour repousser son adversaire.
Son regard ne reflétait plus son assurance naturelle mais bien une colère contrôlait comme la plus puissante des armes. Ce n'était pas la première fois qu'il était confronté à un adversaire potable, pas la première fois non plus qu''un individu était si proche de faire couler son sang, mais cela ne l'empêchait pas de sentir cette frustration grandir en lui comme un cancer. Serrant fermement son sabre jusqu'à en faire blanchir ses extrémités, l'instant d'après le garçon fut à moins d'un mètre de son opposant, le frappant horizontalement si rapidement que son bras et sa lame n'étaient plus qu'un flou à peine visible. Son adversaire voudrait du spectacle ? Il lui en donnerait. Il le frapperait encore et encore à une vitesse tout bonnement surhumaine pendant plusieurs dizaines de secondes et, quand finalement ses assauts répétés créeraient une faille, il s'engouffrerait dedans et frapperait une fois. Une seule et unique fois. Une frappe verticale si puissante et rapide que son adversaire aurait le choix d'être écrasé par sa puissance ou emporté et projeté en arrière par le souffle qu'elle créerait.

Ce n'était que le début.



Colonels Igiram et Felicia.

Si les colonels s'en seraient donné à cœur joie d'habitude, argumentant que leur supérieur était rentré dans une colère similaire quand un commandant l'avait confondu avec une femme, la grosse bestiole qui volait non lui du bateau accaparait toute leur attention. Si le premier coup de la demoiselle porta il n'eut que peu d'effet, moins qu'espéré en tout cas mais fort heureusement son collègue était toujours là pour sauver ses fesses. Une attaque de vent vint disperser dans l'air l'attaque d'acide du dragon, frappant et repoussant également la bête métallique en arrière, donnant à sa jeune proie l'opportunité de s'écarter avec une successions de Geppos bien sentis.

- C'est pas passé loin.
- Meuh non, c'est juste un gros poulet. Pas de quoi s'alarmer.
- Peut-être mais j'ai encore sauvé tes fesses.
- Bon, t'as fini ? Occupons-nous de ce poulet et fissa. L'autre boulet va finir par tout détruire, si ça continue.


Les deux officiers bossaient depuis suffisamment longtemps ensemble pour être un duo bien rodé, cette bête était peut-être impressionnante mais bien trop lente et prévisible pour être un véritable danger. Sans un mot le jeune homme frappa l'air de ses poings, créant un projectile venant percuter la bestiole et la repousser puis, juste derrière, un puissant rankyaku viendrait tenter de trancher la bête et sa carapace métallique.
Qu'elle s'approche encore plus, qu'elle vienne embrasser son trépas.

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: [FB] MDBFTDGOTSS. [PV Drake]   

Revenir en haut Aller en bas
 

[FB] MDBFTDGOTSS. [PV Drake]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [FB] MDBFTDGOTSS. [PV Drake]
» Renom et honneur du marine Walter C Drake
» contre et dans la tempète... Que de plaisir... [PV Drake et libre ]
» Drake Hvardsson et l'oeil Cristallin (réservé)
» Iceberg [...ou les chroniques de Bobby Drake] (Fiche terminée)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
One Piece Seken :: Le monde de One Piece :: Grand Line :: Voie Numéro 7-