Partagez | 
 

 [FB] Le Serpent à Plumes : Le Temple du Soleil (Solo)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Aggaddon Médixès
L'Éternel
Aggaddon Médixès
Messages : 531
Race : Humain
Équipage : Paradise, Dead-End, Allié de l'Inquisition

Feuille de personnage
Niveau:
32/75  (32/75)
Expériences:
230/250  (230/250)
Berrys: 26.078.000 B

MessageSujet: [FB] Le Serpent à Plumes : Le Temple du Soleil (Solo)   Sam 2 Déc - 23:34






Le Temple du Soleil
Le Serpent à Plumes





L’astre du jour irradiait le firmament de ses rayons pacificateurs, déposant de tendre baisés enflammés sur la peau de l’originaire de North Blue non habitué au climat estival. La magnificence calme de l’océan se reflétait au fond des orbites scintillant de passion d’Aggaddon. Cette chaleur infernale avait beau peser à son âme, il ne pouvait que constater la splendeur d’une mer beignant dans la douceur solaire. Les volatiles angéliques croisaient les nuages, ces vaisseaux des cieux aux morphologies variés, dans un chant animal des plus envoutant. La brise marine caressait sa peau, l’enveloppant dans un manteau intangible. La kyrielle de vagues venant rencontrer la caravelle berçait agréablement l’ancien noble posait à la proue. L’éternel roulement suscitait en lui un écho lointain venant sublimer l’atmosphère d’harmonie régnant sur ce paysage. Des exocets jaillirent de l’eau formant ainsi une nuée recouvrant l’eau à la manière les fleuves traversant les terres. L’enchanteresse South Blue était d’un exotisme extrême pour cet enfant de North Blue. Les pensées du savant en devenaient volubiles. Son corps pulsatile vibrait au rythme du souffle des flots.

Au centre du soleil couchant, ayant pour auréole l’étoile suprême elle-même, l’île Tezcatlipoca apparut à l’horizon, frontière métaphorique entre le monde physique et l’infinité ésotérique. La motivation derrière cette petite odyssée était l’exploration archéologique de cette île jadis habitée par une civilisation aborigène. Dans ce but, Aggaddon avait volé un artefact provenant d’Ohara qui contenait de précieuses informations linguistiques pouvant être mises à profit dans la découverte de la culture de cet ancien peuple éradiqué par le Gouvernement Mondial. L’expédition était dirigée par l’archéologue Maximilien de la Vérendrye, expert dans les populations disparus, secondé par la biologiste Mila Gorbova. L’assistant Andrew Stockia prenait de nombreuses notes durant cette traversé onirique. C’était un petit génie du dessin qui mettrait son art au service de la description des lieux visités. Yaroth Tardigan faisait de nombreux allés et venus sur le pont du navire. Étant chargé de la sécurité, il surveillait tout ce qu’il pouvait se passer, tenant d’ailleurs à l’œil Aggaddon et ses compagnons Vazguardia, Jodonone et Charles ainsi que John Sacramento. Leur loyauté restait encore à prouver, surtout le dernier qui avait débarqué sur la caravelle à l’heure du départ.



Mila Gorbova, Maximilien de la Vérendrye, Andrew Stockia

N’aillant que faire de la présence du responsable de sa surveillance, l’ancien noble délaissait pour la première fois de sa vie les questions existentielle qui le hantait pour se concentrer uniquement sur la sensation du moment présent, préférant offrir au vent le privilège de faire valser sa conscience au cœur d’un ballet se déroulant sur l’autel mystique du plaisir paisible plutôt qu'enterrer l'humanité sous une montagne de réflexions contre la liberté. C’était donc lors de ce voyage qu’apparut l’essence artistique de sa vie : retranscrire ce qui apparaissait à son esprit à l’instant même du vécu. Sa dichotomie intérieure était naissante : d’un côté se trouvait le savant rigoureux en quête d’omniscience qui ne réfléchissait qu’à l’avenir et de l’autre un artiste passionné se laissant habité par le ressentit de son âme. Ces deux facettes de la personnalité d’Aggaddon n’étant pourtant pas si divergente, elles se rapprocheraient de plus en plus dans l’avenir, jusqu’à ce qu’il considère les domaines intellectuels comme de l’art et arrivant à « incarner » les sciences qu’il théorisait durant la rédaction d’une preuve.

Le vaisseau expéditionnaire fendait gracieusement les flots en direction de sa destination. Avoir enfin l’objectif en vue motiva tout les hommes et femmes présents, les faisant redoubler d’activité pour fouler de leur pied le sable de cette île tropicale. La jungle la recouvrant possédait tant de secrets mythiques à découvrir, tant d’espèce à dénombrer, tant de mystères à élucider. Lorsque l’ancre plongea dans la baie, ce fut la délivrance pour ces êtres avides de connaissances. L’heure était enfin venue de tout savoir sur cette forêt tropicale dont ils attendaient l’exploration depuis bien trop longtemps.


©️ Jawilsia sur Never Utopia



Dernière édition par Aggaddon Médixès le Ven 12 Jan - 23:34, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Aggaddon Médixès
L'Éternel
Aggaddon Médixès
Messages : 531
Race : Humain
Équipage : Paradise, Dead-End, Allié de l'Inquisition

Feuille de personnage
Niveau:
32/75  (32/75)
Expériences:
230/250  (230/250)
Berrys: 26.078.000 B

MessageSujet: Re: [FB] Le Serpent à Plumes : Le Temple du Soleil (Solo)   Sam 9 Déc - 3:17






Le Temple du Soleil
Le Serpent à Plumes





Le campement avait été dressé sur cette étendue de sable fin, vision paradisiaque à l’orée de cette forêt tropicale conquérante. Loin du quotidien excrémentiel de la corruption méphitique du système éducatif, cette odyssée sauvage était l’occasion de plonger dans tout ce qui fait le caractère extatique du métier d’archéologue. La Lune luisait au cœur de l’immatériel océan infini aussi sombre que l’abysse et illuminaient par une multitude d’étoile jouant le rôle des poissons des profondeurs jouant loin des vaisseaux, ces nuages fendant la surface erratique de cette mer n’ayant ni commencement ni littoral. Le brasier crépitant venait caresser de ses doigts incinérateurs les membres de l’expédition amassés là. Aggaddon, qui ne se sentait pas très bien à cause de la chaleur insupportable de South Blue, était assis pas loin du capitaine de cette brigade de savants. La biologiste Mila, l’assistant Andrew, le vieux John et Yaroth Tardigan étaient aussi assis à ses côtés. Les sujets abordés furent divers, des travaux de Maximilien à ceux de la Gorbova, et le mathématicien vulgarisa un principe de la théorie de Galois, arrivant jusqu’à aborder l’irréductibilité d’un polynôme X^p-a. Pour ne pas perdre son auditoire, il avait placé quelques jeux de mots et anecdotes amusantes. La conversation continua d’évoluer par la suite.


Yaroth Tardigan, John Sacramento

-Parlez-nous un peu de vous monseigneur Médixès, lança John.

-Oh et bien, j’ai été élevé par un précepteur dans le château de ma famille. Suite à divers évènements, dont la mort de mon petit frère, mon père m’a envoyé à la marine. J’ai fait la rencontre des mes trois compagnons là-bas. Lorsque nous avons pris connaissance d’un incendie s’étant déclaré au marquisat, ils m’ont convaincu de déserter avec eux. Rattraper, nous nous somme battu et avons été contraint de tuer le colonel. Pour fuir, nous somme venu à South Blue et nous vous avons rencontrer par le hasard du destin. Plus le temps passe et plus je pense que le Gouvernement Mondial est nocif… Enfin voilà… Et vous ? Je n’ai pas pris vraiment l’initiative de bavarder durant le voyage, vous m’en voyez désolé.

-Comme vous, j’ai été plongé dans les études étant petit afin de continuer la tradition familiale, même si en réalité je rêvais de devenir explorateur afin de découvrir de nouveaux horizons
, commença la Vérendrye. J’ai retrouvé cet aspect de découverte dans l’archéologie et c’est le moteur qui me motive à chercher les populations disparus dont tout le monde se fiche. Durant ma scolarité, j’ai malheureusement cédé au piston… pour conserver l’honneur de ma famille je ne pouvais pas refuser… J’en ai honte et c’est pourquoi j’ai décidé de devenir l’antagoniste de ce système rongé jusqu’à la moelle. À la base, j’ai justement pris Andrew sous mon aile car il n’avait pas les moyens de se payer les cours et que les riches dirigeants de l’académie refusaient de laisser un élève inconnu issue de classes non aisées, qui n’apporterait aucun prestige par sa présence, avoir le droit à l’enseignement supérieur. Enfin bref…

L’assistant lança un regard nerveux vers Aggaddon. Ce fut au tour de Mila de raconter son histoire.

-Personnellement, je voulais être chasseuse de prime quand j’étais enfant. Je rêvais de « vaincre les méchants et faire régner l’harmonie dans le cœur des gens ». Ah ! Les idéaux niais de l’enfance. J’ai changé de nombreuses fois de voie durant mes études avant de tomber littéralement amoureuse de la biologie. Je n’avais jamais eu d’animal de compagnie ou de jardin, donc j’ai découvert mon gout pour la faune et la flore très tard. J’ai continué simplement mes recherches et me suis associé à Maximilien car tout deux nous préférions louer le mérite plutôt que le sang.

-Moi.. Hum hum… … … commença John avant de rassembler son courage. J’étais un vagabond devenu pirate par manque d’argent. J’ai navigué sur South Blue pendant plusieurs décennies jusqu’à en perdre de vue mes objectifs d’indépendances pour la cupidité. Cela m’a rattrapé : j’ai été capturé et vendu à un membre de la pègre. J’ai réussi à fuir peu avant de tomber sur votre navire prêt à partir.

Les autres lui lancèrent un regard suspicieux sauf Aggaddon qui se doutait qu’il pouvait s’agir de la vérité, ayant reconnu l’homme qu’il avait assommé pour récupérer le livre d’Ohara. Yargoth décida qu’il ne devrait pas quitter le Sacramento d’une semelle. Un ange passa.

-Qu’espérez-vous trouvez précisément dans cette mer de végétation ? demanda l’ancien noble.

-Les ruines de cité ou de lieux de culte afin d’en apprendre plus sur ce peuple victime d’un injuste génocide. C’est si excitant de découvrir le quotidien d’une autre civilisation ainsi que l’architecture de leur société et leurs croyances. Il ne faut quand même pas perdre de vue que nous devrons certainement faire face aux dangers extrêmes de la jungle. La faune et la flore sont très développer et diverses animaux ou bestioles pourraient nous tomber dessus, commença le chef du corps expéditionnaire.

-La richesse biologique de cette île est assez exceptionnelles. Sa diversité est incroyable, comme le prouve la présence de membracides, ces insectes exotiques aux formes et couleurs variés qui sont en eux même un trésor scientifique à eux seuls. Il existe encore de nombreux genres de la famille Membracidae à classifier ! Bien évidemment, les fleuves les arbres et herbes abritent d’autres espèces tout aussi mystérieuses et peu connus : des caïmans aux pirarucus, des perroquets, comme celui de Max’, aux toucans en passant par les harpies féroces, une race d’aigles, et les ibis rouges, des jaguars aux singes, continua Mila avec un visage rayonnant et en regardant le magnifique oiseau bleu posé sur l’épaule de Maximilien.

-Cela va me faire beaucoup de chose à écrire et dessiner, soupira l’assistant Andrew en s’imaginant déjà la tendinite qu’il attraperait.

Yaroth demeurait silencieux. Aggaddon tourna la tête pour voir ses trois compagnons de voyage s’amuser avec leurs nouveaux amis. Cela lui faisait bizarre de participer à ce genre de voyage. Il avait passé sa jeunesse à étudié car il aimait ça, mettant ainsi de côté les jeux avec des gens de son âge. Même durant son service à la Marine, il ne s’était pas montré très sociable. Cette vie en communauté était quelque chose de nouveau pour lui et la chaleur ambiante ne l’aidait pas à faire face à cette situation.

-Richard va certainement tenter de nous arrêter. Je suis prêt à parier qu’il a envoyé des hommes à notre poursuite, lâcha l’homme au perroquet au milieu d’un long silence. Déjà que la traversée de la forêt demande beaucoup de prudence, s’occuper de ce genre de choses va encore rajouter un poids sur nos épaules.

-Il ne faut pas démoraliser les gars Max’… Allons-nous coucher. À l’aube, nous nous engouffrerons dans ce royaume de la mère Nature, déclara la biologiste.

Chacun retourna dans sa tente. Dans quelques heures, le grand moment serait arrivé. Aggaddon passa cependant une mauvaise nuit. Il avait trop chaud pour bien dormir et gesticula beaucoup. Il tomba de fatigue peu avant l’aurore alors qu’il s’était roulé en boule. Finalement, les rayons pourfendeurs du Soleil se déposèrent sur sa peau, le réveillant brutalement. Il secoua la tête et regarda cette boule de lumière en se disant qu’il devrait lutter pour éviter l’insolation.



©️ Jawilsia sur Never Utopia



Dernière édition par Aggaddon Médixès le Ven 19 Jan - 21:52, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Aggaddon Médixès
L'Éternel
Aggaddon Médixès
Messages : 531
Race : Humain
Équipage : Paradise, Dead-End, Allié de l'Inquisition

Feuille de personnage
Niveau:
32/75  (32/75)
Expériences:
230/250  (230/250)
Berrys: 26.078.000 B

MessageSujet: Re: [FB] Le Serpent à Plumes : Le Temple du Soleil (Solo)   Dim 10 Déc - 18:41






Le Temple du Soleil
Le Serpent à Plumes



La chaleur insupportable faisait transpirer Aggaddon et ses compagnons de North Blue comme des porcs. Ils espéraient que la possible humidité de l’immensité sylvestre les rafraichirait un temps soit peu. Alors que le départ était imminent, Mila réitérer ses mises en garde quant à l’ubiquité du danger sauvage de la jungle. Maximilien de son côté laissa son perroquet sur le navire. Tout le corps expéditionnaire devrait s’armer de courage pour faire face à toutes les menaces, peu importe leurs tailles. En effet, des agiles félins aux vers dévoreurs d’intestin ou même les plantes carnivores, tout n’était qu’instigation de leur péril. Faisant dos au Soleil levant, ils entrèrent dans la kyrielle arborescente.




Au sein de l’empire végétale, les aventuriers avançaient prudemment. Malgré l’exotisme et la majesté de cette environnement semblant paradisiaque, la Grande Faucheuse patienté derrière chaque racine, chaque liane et chaque feuille. Le Médixès profitait pleinement de ce tableau peint par la déesse de la nature. Il traversait une merveille énigmatique, fantastique, féérique ! Quelques lucioles flottaient encore dans l’air, rentrant chez elle après leur virée nocturne. Les arbres tropicaux grimpaient dans le ciel comme s’il s’agissait d’une voute dont ils étaient les mirifiques piliers. Certains oiseaux aux couleurs multiples se laissaient porté par le vent et voguaient de végétaux en végétaux. De petits insectes grouillaient sur certaines feuilles. Des escarmouches invisibles à l’œil nu se dérouler pourtant là devant eux : des araignées affrontant des fourmis, des membracides se faisant passer pour ce qu’ils ne sont pas, des serpents glissant silencieusement sur le sol en semant la mort. L’ancien noble ne put qu’imaginer tout l’occultisme que cet univers à la fois pesant, intriguant et en apparence accueillant pouvait générer dans l’esprit fantasque d’une population autochtone. À ses yeux, il ne pouvait en aucun cas faire preuve d’apostasie à propos de la charmante étrangeté mystique se dégageant de cette jungle onirique se trouvant loin de toute intention mercantile. L’écho lointain des affrontements bestiaux et d’une cascade mirobolante résonnaient dans l’âme des explorateurs. Certains furent pris de frissons, d’autre était la cible de cet envoutement qui rendrait presque Aggaddon affable. Cela inspirerait grandement les méditations bucoliques futures du Médixès qui accorderait tout une région de son palais mentale à cette odyssée incarnant allégoriquement désormais pour lui le concept d’exotisme. C’était pour ainsi dire un parangon de fantaisie extrême à ses yeux.

Chaque pas nécessitait une grande intention pour ne pas se faire attaquer par une nuée insectoïde. Le regard oppressant de bon nombre de créatures tapis dans les recoins des mangroves, cimes, racines ou de la pleine forêt infligeait un vif poids psychologique sur l’esprit des membres du corps expéditionnaire. La tension était palpable. Chacun était en état de stress intense. Le danger pouvait surgir à tout moment. La densité extraordinaire de la végétation étouffait le groupe, la tension les faisant suffoquer. Certains en venait à penser que derrière le paradis se cachait le véritable enfer. Malheureusement, tout ne pouvait pas se passer comme prévu et plusieurs des hommes de Maximilien succombèrent à l’assaut de différents ennemis. Jaillissant de nulle part, la sauvagerie animal faisait succomber les pauvres aventuriers. Une fois il ce fut un puma ayant sauté des hauteurs, ensuite l’un d’eux tomba de barques improvisées pour traverser un canyon et fut dévoré par les piranhas. Plus tard ce fut en se prenant une branche que quelqu’un tomba sur un nid de fourmis rouges et que des larves suceuses de sang rassasièrent leur faim. L’un d’eux s’écroula subitement, dévoré de l’intérieur par un ver tout comme le suivant qui fut victime d’un candiru ayant remonté son urine. Le dernier fut gobé par une immense plante carnivore. Chacune de ces morts fut traumatisante pour les membres de l'expédition, sauf Aggaddon qui restait de marbre face aux actes de la Grande Faucheuse, les rendant parfois paranoïaque. L’omniprésence de la dangerosité n’était pas exagérée. Tout était propice à tuer.

À la fin de la journée de marche, tout le monde était exténué et une pause s’imposa pour éviter que des morts arrivent par une inadvertance provoquée par la fatigue. Tout le monde préparait son hamac pour dormir. La Vérendrye repensa à ce qui c’était passé ce jour-là. Il espérait qu’ils trouveraient bientôt quelque chose permettant d’étudier les rituels des anciens habitants de Tezcatlipoca. Durant ce premier jour, ils étaient tombés sur des groupements de huttes et des cabanes primaires construire sur les falaises ou les arbres et reliés par des ponts de singe. Ces constructions n’avaient pas été épargné par le temps et ne contenaient que peu de chose. Il trouva quand même quelques bijoux fabriqués à partir des produits de la chasse. Après quelques fouilles en profondeurs, il avait retrouvé des ustensiles et différentes reliques de jadis, mais rien ne semblait correspondre à des objets cérémoniels.

La nuit passa péniblement. Les aventuriers eurent du mal à fermé l’œil, guettant tout éventuelle menace qui poindrait. Ce fut le cas par trois fois. En cause, une araignée goliath dont la tentative fut avortée, un serpent fer de lance tuant violemment un homme et enfin une chauve-souris vampire infectant un des membres de l’expédition qui découvrirait qu’il est victime de la rage plusieurs jours plus tard. Le dernier mort de la nuit fut celui qui tomba malencontreusement de son hamac et chuta sur des grenouilles dard de poison d’une espèce extrêmement dangereuse. Cela convainquit toute la troupe qu’il faudrait trouver un abri pour dormir paisiblement le lendemain, ce qui ne serait pas une mince affaire.

Perdu au sein de cette forêt tropicale s’étendant à perte de vu, ils vagabondèrent plusieurs jours. Chaque journée fut une source d’émerveillement pour le mathématicien ainsi qu’une attaque de plus à son mal être dût à la température ambiante ainsi qu’une source découverte pour Mila qui prenait plaisir à étudier les bêtes, quitte à être en retard sur le reste du groupe avec Andrew qui était chargé de les dessiner. Comprenant de plus en plus comment fonctionnaient les animaux de Tezcatlipoca, ils parvinrent finalement à réduire le nombre de victimes au minimum.




Au beau milieu de l’après-midi du sixième jour, après des centaines de mètres de marches, Maximilien poussa une branche et découvrit une superbe pyramide en pierre à l’architecture précolombienne caché au milieu d’une clairière. Perdu dans les arbres alentours, on pouvait deviner la présence d’autres temples pyramidaux. Puisque le ciel était découvert, ils purent apercevoir que pas loin de là se trouvait une autre structure qui elle dépassait les cimes car elle avait été bâtie sur une des rares collines de l'île. Cette construction ressemblait à la pyramide du devin et servait de lieu rituel pour les sacrifices humains, la hauteur permettant à l’âme qui s’échappe de choisir si elle s’envole avec les oiseaux où rejoins les créatures sylvestres rampantes. La vue de ces édifices tout à fait extraordinaire charma encore plus Aggaddon et Maximilien qui restèrent ébahit face à la splendeur extrême et mythique qui se dégageait de cette ensemble. Les ruines grandiose, magique voir phénoménal d’une civilisation aussi ancienne qu’inconnu était là devant leurs yeux pétillant de joie et d’allégresse. L’art architectural de toute une culture avait séduit simultanément les deux scientifiques et ce n'était pas tous ce qu'ils allaient y découvrir qui allait estomper leur bonheur. Ils pénétrèrent dans la pyramide et admirèrent le temps de la contemplation la salle de cérémonie religieuse qui se présentaient à eux. Aggaddon repéra, au sein des innombrables gravures murales et fresques, en face de l’entrée, un masque d’orichalque incorporé au mur. Le jeune le pointa. L'archéologue le repéra à son tour et ouvrit l'artefact d'Ohara.


©️ Jawilsia sur Never Utopia



Dernière édition par Aggaddon Médixès le Sam 20 Jan - 2:55, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
Aggaddon Médixès
L'Éternel
Aggaddon Médixès
Messages : 531
Race : Humain
Équipage : Paradise, Dead-End, Allié de l'Inquisition

Feuille de personnage
Niveau:
32/75  (32/75)
Expériences:
230/250  (230/250)
Berrys: 26.078.000 B

MessageSujet: Re: [FB] Le Serpent à Plumes : Le Temple du Soleil (Solo)   Dim 10 Déc - 22:18



Le Temple Du
Soleil



Tzeliuhtlicue
Quatrième Apôtre

Si tu es diligent et sage, ô étranger, calcule le nombre de têtes du troupeau du soleil qui autrefois vivait dans les champs de Thalcatlopac. Le dieu soleil possède un troupeau de lamas dont une partie est dorée, une partie est cuivré, une partie est beige et une partie est marron. Il y a là plus de mâles que de femelles. Les relations entre ces parties sont décrite ainsi :

-Le nombre de mâles dorés dépasse le nombre des marrons de la moitié plus un tiers du nombre des mâles cuivrés.
-Le nombre de mâles cuivrés dépasse le nombre des mâles marrons d'un quart plus un cinquième du nombre des mâles beiges.
-Le nombre de mâles beiges dépasse celui des jaunes d'un sixième plus un septième du nombre des mâles dorés.
-Le nombre de femelles dorés est égal au tiers augmenté du quart du nombre total des lamas cuivrés.
-Le nombre de femelles cuivrés est égal au quart augmenté du cinquième du nombre total des lamas beiges.
-Le nombre de femelles beiges est égal au cinquième augmenté du sixième du nombre total des lamas marrons.
-Le nombre de femelles marrons est égal à un sixième plus un septième du nombre des lamas dorés.
-De plus, la somme des mâles dorés et cuivrés est un carré parfait là où la somme des mâles beiges et marrons est triangulaire.

Lorsque tu auras trouvé le nombre de bêtes, le chemin vers la vérité de Quetzalcóatl s'ouvrira à toi.




Dernière édition par Aggaddon Médixès le Sam 13 Jan - 0:02, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Aggaddon Médixès
L'Éternel
Aggaddon Médixès
Messages : 531
Race : Humain
Équipage : Paradise, Dead-End, Allié de l'Inquisition

Feuille de personnage
Niveau:
32/75  (32/75)
Expériences:
230/250  (230/250)
Berrys: 26.078.000 B

MessageSujet: Re: [FB] Le Serpent à Plumes : Le Temple du Soleil (Solo)   Mer 13 Déc - 1:41






Le Temple du Soleil
Le Serpent à Plumes



Maximilien tourna lentement la tête vers Aggaddon, un sourire malicieux apparaissant au fur et mesure sur son visage.

-Il semblerait que ce soit le destin qui vous a amener à nous pour que vous puissiez résoudre ce problème.

-Peut-être bien. Redite-moi le tout, que je le note et fasse mes calculs.


Le Médixès posa son carnet de brouillons sur l’autel, se mit à genoux et commença à noter ce que lui disait l’archéologue. Une fois ceci fait, il admira la magnificence des diverses productions ornant les murs, le sol et les différents objets de cette pièce. C’était d’un raffinement tribal hors du commun. Considérant qu’ils avaient le temps, alors qu’il était surexcité, il lança un regard à son collaborateur.

-Avant de percer cette énigme et de découvrir l’enjeu qui en découle, nous devrions peut-être allez à la découverte des secrets du reste des ruines pour garder le plus gros morceau pour la fin.

-Quelle idée brillante ! Décidément, vous prenez goût à l’archéologie !


La Vérendrye avait raison, le mathématicien avait découvert tout une nouvelle science d’exploration et de merveilles qui le séduisait totalement. Laissant là Mila et Andrew, les deux comparses sortirent du temple central pour se diriger vers les autres bâtiments. L’archéologue prit quand même le temps de donner un « ordre ».

-Andrew ! Il faut que tu retranscrives toute cette salle. C’est un trésor archéologique pour ce qui concerne cette civilisation. C’est très important. Je voudrais allez jusqu’à faire de l’anthropologie autour de ce peuple ethnique.




De son côté, la biologiste alla à la rencontre du reste des membres de l’expédition en pleine expectation au milieu des escaliers de la pyramide. Ils savaient que le danger les guettait encore. Yaroth, responsable de la sécurité assumant les échecs des différents morts précédentes, se trouvait tout en bas afin de jouer son rôle et protéger les siens. Mila, qui avait bien avancé dans ses analyses, découvrant même que les moustiques Palantae Disthrobis étaient anthropophage, décida de rester un peu avec eux, les ayant délaissés pendant la majorité de la traversé de la forêt pour se concentrer sur l’étude de toutes les bestioles qu’elle rencontrait. Ses réflexes et ses capacités lui permettait d’esquiver toutes les attaques des créatures qu’elle étudiait.

-Et donc vous travaillez dans la menuiserie à l’origine, demanda la biologiste à un dénommé Joachim.

-Oui. Ma femme m’a quitté et suite à ma dépression j’ai pris goût à l’adrénaline. Je me suis donc porté volontaire pour partir à l’aventure.

-Et vous ? Que comptez-vous faire de votre vie maintenant ?
lança-t-elle à John Sacramento.

-… Je chercherai un endroit où vivre tranquillement ma retraite. Je ne veux plus courir le monde… J’en ai assez de tout ça. Je suis fatigué…

-ATTENTION !!!


La voix de Yaroth résonna à travers la clairière, mais c’était trop tard. La lame du protecteur frappa la pierre, échouant à toucher sa cible. Le serpent corail glissa arriva à une vitesse folle et planta ses crocs pourfendeuses de vie dans le bras de sa proie, Joachim. Mila se précipita pour attraper le terrible assaillant par l’arrière du crâne, rendant la menace impuissante. Malheureusement, il était déjà trop tard pour la pauvre victime qui était condamné, la neurotoxine faisant son œuvre.

-Joachim !! Reste-avec nous, hurla Vazguardia en voyant Hadès venir chercher l’âme du damné.

Quelques-uns versèrent une larme là où d’autres étaient en pleurs. Un instant de silence fut accorder alors que Yaroth, énervé par cette nouvelle faute, se tenait sur le qui-vive en position d’attaque.

Loin de tout ceci Aggaddon et Maximilien traversaient toutes les structures du coin, esquivant par leur état de fascination et d’empressement les assauts des différents animaux. Ils découvrirent une carte du ciel sculptée à même la roche, visible uniquement depuis la hauteur d’un des sanctuaires dont les murs permettaient de comprendre comment interpréter cette dernière pour découvrir quel était la disposition observable à la nuit tombée, abritant un spéos. L’entrée de ce dernier nécessitait de faire descendre les plaques de roches à l’aide d’un mécanisme actionnable depuis le même sanctuaire que précédemment. À l’intérieur, les deux explorateurs purent admirer une représentation du système céleste, avec ses planètes telluriques comme gazeuse ainsi que le fier astre solaire au centre. Les mécanismes fonctionnant en permanence grâce à l’eau détourné des rivières via des canaux souterrains, les roues à aube avaient souffert de l’érosion. Elles fonctionnaient cependant encore plus ou moins et la modélisation en face d’eux continuait de fonctionner, mais très lentement.

-D’après mes connaissances en astronomie, ce système m’a l’air valide ! s’écria Aggaddon enjoué.

Ce fut là une introduction à l’ingénierie pour l’ancien noble, le début de nouvelles recherches de connaissances et d’expérimentations. Après avoir découvert les autres temples, leurs rituels, leurs divinités et quelques coutumes de la population de Tezcatlipoca, les deux collaborateurs retournèrent à leur point de départ où ils découvrirent que la mort avait encore frappé. Pendant que Maximilien s’occupait d’organiser des funérailles pour Joachim, le Médixès entra dans le sanctuaire en sortant son carnet de brouillon. Andrew était encore là, secouant son poignet en espérant diminué la douleur ressentie en dessinant tous les détails de ces murs. Le mathématicien plongea dans la résolution du système à sept équations à huit inconnues constituant la première étape de ce lourd problème calculatoire. Pendant qu’il se farcissait l’ensemble des calculs, l’archéologue repassa dans la salle, après avoir informé Mila de leurs découvertes, pour voir Andrew.

-Monsieur… J’ai découvert que par endroits il y a des boules avec différents symboles qui sont inséré dans les murs et que l’ont peut légèrement bouger, chuchota l’assistant pour ne pas embêter le savant plonger dans son carnet.

-Ah bon ? Je ne vois pas l’utilité de tels mécanismes.

Aggaddon, distrait par la discussion, se trompa de ligne et dû se poser quelques instants afin de pouvoir reprendre convenablement. Au bout d’une petite heure de calcul, il trouva que le troupeau avait pour taille un multiple de 50 389 082. Il tira donc les deux dernières hypothèses pour passer à la partie théoriquement plus complexe. La condition sur le carré parfait fut facilement utilisée pour trouver que le résultat était dans 224 571 490 814 418 N. Le nombre triangulaire posé un plus gros problème. En effet, le Médixès devait résoudre 1+410 286 423 278 424q^2 = p^2, une équation dite de Pell-Fermat. Il lui fallut une extrême concentration, l’obligeant même à entrer en transe et faire abstraction de tout ce qui se passait autour de lui, pour aboutir au résultat. Ce dernier était d’environ 25194541/184119152 (109931986732829734949866232821433543901088049 + 505494852234315033074477819735540408986340(4729494)^(1/2))^4658, soit à peu près 7.76 quattuortrigintilliquattuorvigintiquadringentillions, c’est-à-dire 7.76 fois 10^(206 544). Il souffla après cette série d’approximation pour éviter d’avoir à écrire ce nombre relativement faramineux sur les 52 pages qui restait à son cahier... Et encore ! Il lui aurait fallu faire chaque chiffre avec des petites dimensions. Cela demeurait « relativement petit » car comparé à un gogolplex ou, encore pire, au nombre de Graham, cette solution était ridiculement insignifiante.

-Voilà ! J’ai finis ! lança-t-il heureux à l’archéologue qui traduisait quelques gravures et à Andrew qui reposait sa main.

Il n’avait pas remarqué Mila qui était accoudé à l’encadrement de l’entrée.

-Bien ! Comment cela va nous faire avancer selon vous ?

Aggaddon resta silencieux. Il n’en avait strictement aucune idée.

-Ces globes qui sont pivotable portent des chiffres, vous pensez que l’on doit interagir avec eux ? demanda Maximilien qui avait largement eut le temps d’étudier la salle de ce temple.

-Cela me parait aberrant de retranscrire ce nombre via quelques boules… déclara l’ancien noble en s’approchant du dit système. Quoique… Montrez-moi la partie du livre sur les chiffres.

Arrachant presque l’artefact d’Ohara des mains du chef de l’expédition, le Médixès se plongea dans l’ouvrage avant d’en ressortir avec un regard interrogateur.

-Maximilien… Vous aviez raison… Ça sent l’anthropologie à plein nez pour comprendre ceci. Ils avaient un système de numération similaire au notre, mais avez vingt chiffres. Ils comptaient ainsi en base vingt.

-En base vingt ? lança Mila en levant un sourcil.

-Oui. Nous avons un système décimal. Décimal signifie dix et nous comptons en base dix. Nous avons en effet dix chiffres : zéro à neuf. Cela veut dire que quand on écrit et que l’on passe à l’entier au-dessus de neuf, on fait un paquet de dix. Nous n’écrivons alors plus avec un seul chiffre, mais deux. Le un de 10 signifiant qu’il y a un seul paquet de dix et le zéro qu’il n’y a rien en plus. À 11, nous avons un paquet de dix et un seul objet tout seul et ainsi de suite jusqu’à 19. Au passage à 20 on a deux paquets de dix et on recommence à faire un nouveau paquet. De même pour 30, 40 et compagnie. Arrivé à 99, on ne peut plus faire de paquet de dix car nous n’avons plus assez de chiffre. On fait donc un énorme tas d’une centaine pour refaire les tas de dizaine à côté. On continue comme cela pour remplir tout les entiers.

-Je crois comprendre…, lâcha Maximilien.

-Dans une base vingt, on n'a pas des tas de dix mais des tas de vingt avant de recommencer un tas ou d’avoir vingt tas avant de les rassembler en un gros tas. En base deux, on fait ça avec des tas de deux seulement, donc on grimpe très vite. Ce qui donne que le 0 et le 1 reste inchangé, le 2 s’écrit 10, le 3 s’écrit 11, le 4 s’écrit 100, le 5 s’écrit 101, le 6 s’écrit 110, le 7 s’écrit 111, le 8 s’écrit 1000 et ainsi de suite. Représentez-vous des tas de bâtonnets et vous devriez comprendre visuellement comment ça marche. Il faut associer un tas d’une certaine taille à ce qui lui ai associé, une « dizaine », une « centaine », un « millier » et ainsi de suite. 2 c’est une dizaine car nous avons dit que nous formons des tas de 2. 4 c’est la centaine car lorsque l’on a deux tas de 2 on doit regrouper le tout, ce qui fait quatre. De même, avec deux tas de « centaine », on forme le tas du « millier » donc on obtient 8.

-Et où voulait vous en venir ? demanda Mila.

-C’est très simple ! il n’écrivait pas les nombres comme nous, donc il faut convertir le résultat que j’ai obtenu de la base dix à la base vingt pour pouvoir déterminer ce que l’on peut faire du résultat. En plus au lieu de mettre de mettre les chiffres des dizaines et cetera à gauche, ils les mettaient au-dessus de celui des unités. Ils lisaient donc les nombres non pas de gauche à droite, mais de haut en bas. Intéressant !

-Je vois
, répondit Maximilien qui avait compris l’explication.

-Il faut aussi que je garde le livre pour pouvoir utiliser les symboles qu’ils utilisaient en chiffres.

Aggaddon plongea de nouveau dans d’intenses réflexions et au bout de vingt minutes de combat acharné, il sortit la transcription en base vingt du nombre de lamas dans le troupeau, plus qu’imaginaire vu ce que cela représentait. L’archéologue, la biologiste et le mathématicien se penchèrent dessus pour comprendre comment exploiter ceci avec les globes dans les murs. Andrew s’approcha discrètement. Réfléchissant pendant une petite minute, il fut illuminé par une épiphanie et s’adressa alors aux trois intellectuels qui planchaient encore sur la question.

-Il y autant de symboles dans ce nombre là que de boules sur la parois.

Les yeux du Médixès s’illuminèrent.

-Mais tu as raison ! L’exposant convient et permet de donner l’ordre de grandeur du nombre. Avec la complexité mathématique de ce problème, la probabilité de se tromper et tomber sur la même puissance de vingt est très faible. Bien joué petit !

Alors que l’assistant souriait, l’ancien noble resta statique après s’être approché des sphères. Comment les manier pour former le nombre. À priori, il fallait respecter la lecture de haut en bas, mais lequel des chiffres étaient validé lorsque la boule était dans une certaine configuration. C’est alors que Mila pointa des petits triangles situés sur les rebords des globes.

-Bien vu ! lâcha Aggaddon en effectuant la bonne combinaison.

Un grondement retentit et le monument se mit à trembler. Le mécanisme se faisait vieux et les rouages peinaient à tourner, mais cela marcha. Le pan du mur où se trouvait le masque et l’inscription glissa dans le sol. La Vérendrye siffla pour appeler tout le monde et attrapa une torche à l'entré du couloir révélé pour l'allumer. Il était temps de s’engouffrer dans les profondeurs de cette intrigante pyramide. Après avoir descendu un escalier en colimaçon, le chef du groupe fis face à une petite statue, mesurant environ un mètre de haut, sur laquelle se trouvait un autre texte, gravé au sommet sur ce qui semblait être la coiffe. Le mathématicien, qui sentait ici un air stagnant beaucoup plus accueillant que la chaleur à l'extérieur, tendit le livre à Maximilien pour qu’il découvre l’épreuve de cet étage.


©️ Jawilsia sur Never Utopia



Dernière édition par Aggaddon Médixès le Ven 12 Jan - 23:21, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
Aggaddon Médixès
L'Éternel
Aggaddon Médixès
Messages : 531
Race : Humain
Équipage : Paradise, Dead-End, Allié de l'Inquisition

Feuille de personnage
Niveau:
32/75  (32/75)
Expériences:
230/250  (230/250)
Berrys: 26.078.000 B

MessageSujet: Re: [FB] Le Serpent à Plumes : Le Temple du Soleil (Solo)   Mer 13 Déc - 2:05



Le Temple Du
Soleil



Pachatulkan
Troisième Apôtre

Toi qui a démontré la puissance de ton esprit, soumet toi à cette nouvelle épreuve. Traverse le dédale de Cuthaltalhan afin de trouver en son sein la réponse qui t'ouvrira la voie.

Cuthaltalhan, Ah Puch, Chaac, Tlaloc et Manco Capac habitent cinq palais formant une ligne à laquelle vous faites face. Chacun d'eux possèdent une couleur de palais, une gemme, un concept qu'il aime et un animal protecteur de palais différent.

-Chaac habite dans le palais rouge
-L’animal protecteur du palais de Manco Capac est le lama
-Ah Puch aime les sacrifices
-Le palais vert est situé juste à gauche du palais blanc
-Le propriétaire du palais vert aime les festins
-Le palais abritant un rubis possède pour animal protecteur le serpent.
-La gemme caché dans le palais jaune est une topaze
-Celui habitant le palais au centre de la ligne aime la pluie
-Cuthaltalhan habite le premier palais en partant de la gauche
-Celui qui possède un saphir à pour voisin celui dont le palais est protégé par le jaguar
-Le palais protégé par le caïman est voisin à celui abritant une topaze
-Celui qui possède un diamant aime combattre
-Tlaloc a une émeraude.
-Cuthaltalhan habite juste à côté du palais bleu
-Celui qui possède un saphir est voisin de celui qui aime l’architecture.

Quelle est la divinité dont le palais a pour animal protecteur l’araignée ?




Dernière édition par Aggaddon Médixès le Sam 13 Jan - 0:00, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Aggaddon Médixès
L'Éternel
Aggaddon Médixès
Messages : 531
Race : Humain
Équipage : Paradise, Dead-End, Allié de l'Inquisition

Feuille de personnage
Niveau:
32/75  (32/75)
Expériences:
230/250  (230/250)
Berrys: 26.078.000 B

MessageSujet: Re: [FB] Le Serpent à Plumes : Le Temple du Soleil (Solo)   Mer 10 Jan - 2:43






Le Temple du Soleil
Le Serpent à Plumes





-J’ai noté le tout, déclara Aggaddon en refermant son carnet.

-Moi aussi ! assura Andrew ravi d’avoir recopié aussi rapidement que le mathématicien.

-Donc revoyons le plan. Mila et Yaroth partent de leur côté, tout comme Andrew et Aggaddon. Les autres vous me suivait. On se répartie les trois carnets et les trois torches et le premier groupe qui atteint la sortie résout l’énigme là-bas en appelant ceux n’ayant pas trouvé le bon passage, expliqua Maximilien.

Les chefs de groupes approuvèrent. Cependant, quelques regards inquiets se croisèrent.

Plusieurs minutes plus tard, deux silhouettes marchaient dans l’un des couloirs.

-Que faites vous ? demanda le jeune assistant de l’archéologue.

-Si le labyrinthe ne contient pas de « cycle », en gardant la main sur le mur en continue, que ce soit droite ou gauche, on trouvera la sortie. En fonction de la complexité de la structure, cela peut prendre beaucoup de temps cependant, donc il est possible que j’abandonne cette technique au bout d’un moment.

Alors qu’Andrew se disait que c’était bien pratique d’avoir un mathématicien avec soit pour résoudre des casse-têtes, la main du Médixès appuya avec son pied sur une plaque de pression. C’est alors qu’une partie du mur pivota avec le sol qui l’entourait. Les deux collaborateurs se retrouvèrent ainsi de l’autre côté.

-Un labyrinthe mouvant ? Et bien ma solution ne marchera pas non plus dans ce cas-ci. Il ne nous reste plus qu’à prier. Pourquoi ne pas discuter pour passer le temps en attendant ?

-Bonne idée !

-Dis-moi… Comment se passe tes études ?
demanda le savant en se remémorant la discussion sur la plage.

-À vrai dire… Très mal… Les autres étudiants ne m’aiment pas beaucoup. Pour eux je ne suis que l’élève de la Vérendrye, « un serf de la populace ». Je ne suis bon qu’à recevoir des coups, être insulté et perdre mon goût pour l’archéologie…

-Ne laisse pas ces personnes vaniteuses te faire perdre la passion qui t’habite. Beaucoup d’universitaire et d’homme de science doivent lutter pour maintenir en permanence la fibre de leur amour pour le domaine dans lequel il travaille le plus. C’est cette étincelle qui motive et qui anime. Il faut vivre ta passion jusqu’au bout. Même dans des moments anodins, une idée incroyable peut surgir de ton esprit et te motiver. Si tu perds cela, tu ne deviendras pas un savant. Tu ne le seras qu’officieusement.

-Peut-être que je n’ai simplement pas le talent pour être archéologue.

-Et tu penses que Maximilien aurait quand même placé sa foi en toi malgré ça. S’il croit en toi, c’est certainement car il a décelé ton potentielle et ton amour pour ce métier. J’ai beau à peine le connaître, cela m’étonnerait qu’un professeur comme lui mette sa carrière en jeu, puisqu’il va à l’encontre du système, sans prendre un élève qu’il ne juge pas digne de devenir un véritable archéologue.


Les paroles du Médixès réchauffèrent le cœur d’Andrew qui laissa un sourire apparaitre sur son visage. Il repensa à sa rencontre avec la Vérendrye et l’accueil chaleureux que ce dernier lui avait fait. Une ou deux minutes plus tard, il arrêta de rêvasser pour reprendre la parole.

-On devrais peut-être commencer à réfléchir à ce problème.

-Tu as raison. J’imagine que cette civilisation n’incluait pas la logique dans les domaines mathématiques.



Les heures avait défilé et Mila avait réussi à atteindre la pièce situé au cœur du labyrinthe. Sa voix résonnait entre les murs à la recherche du chef de l’expédition qui répondait de la même manière. Le groupe principal avait enfin trouvé la sortie. Plusieurs personnes se laissèrent tomber au sol en attrapant leur gourde. Maximilien lui s’approcha des murs et sortit le livre d’Ohara que lui avait confié Aggaddon. Il s’en était d’ailleurs discrètement servit pour décrypter ce qui était écris sur les murs à l’étage du dessus. C’était principalement des prières, des récits de cérémonies ainsi que des histoires évoquant quatre apôtres et un certains Serpent à Plumes.

-Max’… Il faut que l’on comprenne comment résoudre cette énigme et en quoi on peut avancer grâce à ça ! lança Mila en s’approchant de son confrère.

-Mais on est là aussi pour découvrir l’histoire de ce peuple, alors sollicite les autres mais moi je fais mon travail.

La jeune femme leva les yeux au ciel même si elle savait qu’il avait raison. Elle ne s’était pas fait prier pour faire de même dans la jungle en étudiant la faune et la flore. L’archéologue plissa les yeux et entreprit la traduction.

« Les quatre apôtres, hommes devenus esprits, furent les protecteurs du Serpent à Plumes durant sa vie et le sont dans sa mort. Accompagné du dieu né homme, ils firent de nous des êtres meilleurs. Par la sagesse et par la grandeur, les tribus se sont unifiées. À jamais, les louanges sacrées de ces héros seront chantées. » était la traduction approximative qu’il était parvenu à tirer.

-Chef… On en a marre, c’est trop dangereux. Abandonnez cette folie et rentrons, lâcha nerveusement un homme dont la femme était enceinte.

-Tout se passe bien. Pourquoi vous inquiétez-vous ? répondit Maximilien en sortant de sa lecture.

-La forêt est trop dangereuse et ces… souterrains sentent la mort. On a un mauvais pressentiment, répondit un autre.

-Aucune mutinerie ne sera toléré, affirma Yaroth en tant que responsable de la sécurité.




Les murmures se turent et Mila se massa le front en relisant l’énigme. Attristé de voir son amie comme ça, le chef expéditionnaire se dirigea vers la jeune femme pour l’aider.

-Prenons les choses points par points, proposa-t-il.

Attrapant le carnet, il dessina alors un tableau en mettant 6 lignes et 6 colonnes. En premier, il nota les numéros de positionnement de gauche à droite. La seconde ligne était accordé aux noms des dieux, la troisième aux couleurs, la quatrième aux gemmes, la cinquième à ceux qu’appréciait le dieu y résidant et la sixième aux animaux protecteurs.

-Fonctionnement méthodiquement, déclara la biologiste alors que les autres membres de l’expédition sortaient leurs repas de leur sac.

Elle ajouta des numéros à chacune des lignes du problème ce qui donnait cela :

1-Chaac habite dans le palais rouge
2-L’animal protecteur du palais de Manco Capac est le lama
3-Ah Puch aime les sacrifices
4-Le palais vert est situé juste à gauche du palais blanc
5-Le propriétaire du palais vert aime les festins
6-Le palais abritant un rubis possède pour animal protecteur le serpent.
7-La gemme caché dans le palais jaune est une topaze
8-Celui habitant le palais au centre de la ligne aime la pluie
9-Cuthaltalhan habite le premier palais en partant de la gauche
10-Celui qui possède un saphir à pour voisin celui dont le palais est protégé par le jaguar
11-Le palais protégé par le caïman est voisin à celui abritant une topaze
12-Celui qui possède un diamant aime combattre
13-Tlaloc a une émeraude.
14-Cuthaltalhan habite juste à côté du palais bleu
15-Celui qui possède un saphir est voisin de celui qui aime l’architecture.


-Bon le 9 nous donne directement le positionnement de Cuthaltalhan. De même, la 8 remplis une case sans besoin d’autre information. Grâce à ça, il est limpide que la 14 donne que c’est le deuxième palais en partant de la gauche qui est bleu. Déjà, trois cases remplis ! expliqua la Vérendrye.


Ils relurent activement chaque indications. Mila dessina soudainement un bout de tableau en rassemblant les propositions 4 et 5. Elle nota les colonnes n et n+1 en pensant au mathématicien qui aurait été d’une grande aide là-dessus une nouvelle fois.


-Le seul endroit où ton schéma passe c’est au bout à droite, remarqua Maximilien.


Ils replongèrent dans la lecture quand Yaroth, qui s’était mis à lire par-dessus leurs épaules, donna son avis.

-Chaac habite dans le palais rouge selon la première ligne. Il reste que deux places de couleurs possibles et l’une de ces places est sous Cuthaltalhan. Du coup, Chaac est au milieu et la couleur du palais de Cuthaltalhan c’est jaune. Donc d’après la 7, c’est dans ce palais jaune qu’il y a une topaze.

Après avoir froncé les sourcils, Maximilien hocha la tête. Toutes les couleurs avaient était attribué.


C’est alors que survint un moment très délicat. Les minutes s’écoulèrent à lire et relire alors que de plus en plus de personnes s’attroupaient derrière le duo qui raya et recommença pour retomber sur la même configuration. Les propositions fusaient, mais aucunes d’entre elles n’aboutissaient. Soudain, l’archéologue ouvrit grand les yeux et exulta. Une épiphanie !

-Regardez ! D’après la 3, Ah Puch aime les sacrifices. Quant au reste, accrochez-vous : d’après la 12 celui qui aime combattre à un diamant et d’après la 13 Tlaloc a une émeraude et on sait que Cuthaltalhan a une topaze et Chaac aime la pluie, donc Manco Capac a le diamant et aime combattre. En effet, les seules colonnes où il n’y a pas simultanément une gemme et un « aime » sont la 2 et la 5 et comme on vient de dire que Tlaloc a une émeraude et qu’Ah Puch aime les sacrifices donc il ne reste que Manco Capac de disponible. Enfin ! Grâce à la 2 on sait qu’il a pour animal le lama.

Certains hochèrent la tête doucement en fronçant les sourcils en essayant de suivre.



La Vérendrye souffla un grand cou en se laissant légèrement tombé en arrière. C’était éprouvant à trouver car c’était là le point clé pour tout résoudre. Mila prit la parole.

-Donc si j’ai bien suivi, avec la 15 qui dit que l’on a une « diagonale » saphir-architecture, Manco Capac ne peut pas aller dans la deuxième colonne. Donc il est à la cinquième position. Ce qui place Ah Puch en deuxième et Tlaloc dans le palais restant. Du coup c’est Chaac qui a le rubis.


-En suivant la 6 place le serpent ce qui implique que le 10 dit que le jaguar est au premier palais. Le 11 dit que la caïman se trouve au palais ayant le saphir, ajouta Yaroth.

-Le dieu ayant une araignée comme animal protecteur pour son palais est donc…, commença l’archéologue en s’épongeant le front.[/b]

-Tlaloc ! acheva la voix d’Aggaddon en débarquant dans la salle centrale du labyrinthe.


-Vous avez fait la méthode par la logique à ce que je vois. J’ai personnellement préféré faire par intégramme, rigola le mathématicien.

-Mais ça ne nous arrange pas tout cela, râla l’un des hommes de l’expédition.

-Il était dit que c’est le « dédale de Cuthaltalhan », déclara Maximilien en agitant l’index.

-Donc ? demanda la biologiste.

-Donc s’il est référencé dans l’énigme, peut être que les autres dieux ont aussi à voir avec ce lieu.

L’archéologue se précipita vers l’un des murs. Il regarda rapidement le livre d’Ohara et balaya du regard les écritures et formes jusqu’à avoir une exclamation. Un sourire sincère apparut sur les lèvres de la biologiste qui était heureuse de voir la Vérendrye ainsi.

-Chaac là ! Avec une prière de vénération de la pluie et la représentation du dieu…

Un bouton était incorporé à la gravure. Il tomba ensuite sur Manco Capac, puis arriva enfin à Tlaloc sur l’autre mur. Il observa la sculpture de la divinité et y trouva également un bouton en lieu et place du nez. Se tromper lors du choix de la réponse serait certainement mortel, mais il avait confiance dans la conclusion. Il ferma les yeux et appuya. Un vrombissement retentit, suivit d’une machinerie. Le mur en face du couloir menant au labyrinthe s’abaissa pour révéler un autre corridor au bout duquel ils trouvèrent des escaliers. Ils débarquèrent alors dans une immense salle au milieu de laquelle trônait une statue beignant dans du feu qui éclairait fébrilement la pièce… Il était étonnant qu’un combustible tienne autant de siècles…


©️ Jawilsia sur Never Utopia



Dernière édition par Aggaddon Médixès le Dim 14 Jan - 18:25, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Aggaddon Médixès
L'Éternel
Aggaddon Médixès
Messages : 531
Race : Humain
Équipage : Paradise, Dead-End, Allié de l'Inquisition

Feuille de personnage
Niveau:
32/75  (32/75)
Expériences:
230/250  (230/250)
Berrys: 26.078.000 B

MessageSujet: Re: [FB] Le Serpent à Plumes : Le Temple du Soleil (Solo)   Mer 10 Jan - 3:16



Le Temple Du
Soleil



Teotihuacan
Deuxième Apôtre

Tu as prouvé ta sagesse et ton intelligence. Pour t'élever vers la grandeur de Quetzalcóatl il te faudra encore montrer ta valeur. À toi de faire preuve de finesse afin d'atteindre la porte qui te conduira vers l'ultime épreuve. Le chemin vers l'élévation spirituelle et physique est ardue et tu te confronte désormais aux plus physiques d'entre elles. Prend garde car la purification attends celui qui échoue. Lorsque tu te sentiras prêt, monte sur la plaque qui se trouve derrière moi. Vas et alimente le brasier céleste, fait de courage, qui m'entoure.


Revenir en haut Aller en bas
Aggaddon Médixès
L'Éternel
Aggaddon Médixès
Messages : 531
Race : Humain
Équipage : Paradise, Dead-End, Allié de l'Inquisition

Feuille de personnage
Niveau:
32/75  (32/75)
Expériences:
230/250  (230/250)
Berrys: 26.078.000 B

MessageSujet: Re: [FB] Le Serpent à Plumes : Le Temple du Soleil (Solo)   Dim 14 Jan - 4:39






Le Temple du Soleil
Le Serpent à Plumes



Pendant la lecture du socle, Aggaddon s’approcha de la statue. Comme certains des membres de l’expédition, il s’intéressait plus en cet instant à ce mystérieux phénomène conservant la sculpture dans un flot perpétuelle de flammes. Il amena sa main au niveau des flammes en fronçant les sourcils, amenant ceux faisant attention à ses mouvements à être surpris de se comportement. L’hypothèse du Médixès se vérifia en constatant que le feu ne le brulait pas alors qu’il émettait de la chaleur. Il s’agissait d’une roche provenant d’un type très rare de météorite. Dans les archives du château de sa famille, il avait été fait mention de deux d’entre elles tombés il y a plusieurs siècles. La particularité de cette pierre était sa réaction chimique avec l’air. En effet, l’entrée en contact du diazote, gaz majoritaire dans la composition de l’air terrestre, avec les molécules du matériau déclenchait une combustion du minerai de météorite qui était ensuite désamorcé par une réaction inverse ramenant la particule rocheuse à l’endroit où elle se trouvait. Ce cycle se répétait, montrant visuellement une combustion en continue alors qu’il s’agit d’une succession de deux réactions chimiques s’annulant étrangement. Cela donnait donc la pression que les flammes ne brûle pas alors qu’en réalité c’est la rapidité de la réaction qui absorbait à chaque fois la flamme avant qu’elle n’ait pu faire des dégâts. Bien entendu, la chaleur extrême dégagé pouvait bien entendu brûler quelqu’un, mais personne ne prendrait feu. Cela lui semblait donc pertinent qu’un peuple aborigène attribut une caractéristique divine à ce genre d’artefacts... Mais de là à tenter de sculpter une pierre incendiaire ? Parmi les glyphes muraux de cette salle se trouvait enfaite un passage dédié à Teotihuacan s’approchant de la météorite et maniant le feu déclarant qu’à sa mort son esprit entrerait en symbiose avec la pierre. C’est pour cela que les plus talentueux sculpteur avait rivalisé d’ingéniosité pour parvenir au résultat se trouvant au centre de la pièce et déplacé là afin que l’âme de l’apôtre demeure avec celle de ses compagnons.

Il se retourna pour faire par de son expertise et de sa conclusion à la troupe, mais un homme était entrain de se jeter sur une épée et menaçait Maximilien avec.

-Vous comprenez ce que cela implique ? demanda-t-il apeuré. On peut mourir ! Il est hors de question que je tente la chose !

-Moi non plus ! lança un autre.

-Mutinerie ! hurla une voix.

-Trop c’est trop ! continua le marié à une femme enceinte s’étant inquiété précédemment.

-STOP ! lança l’archéologue en arrêtant le mouvement du responsable de la sécurité silencieux qu’était Yaroth. Je suis conscient que cela est bien trop dangereux et qu’engager la vie d’autant de monde serait irresponsable. C’est pourquoi seul ceux désirant venir descendront avec moi. Je fais confiance à Yaroth pour vous protéger au cas où par grand malheur des animaux parviendrait à descendre jusqu’ici en suivant le même chemin que nous.

Il marqua un temps de pause pour que son message reste imprimé dans l’esprit de chacun.

-Qui se joint à moi ? reprit-il finalement.




Andrew avança directement, déterminé à prouver sa valeur d’archéologue à son mentor, mais également aux restes des universitaires qui le jugeait un digne d’être étudiant. Mila suivit. Elle était la cofondatrice de l’expédition et était prête à allez au bout de ce périple afin de soutenir son collègue même si ce qu’elle cherchait dans ce voyage était l’étude de la faune et la flore. La lutte qu’ils menaient contre la corruption méritait de s’engager et de se tenir aux côtés de ses compagnons. Aggaddon avança à son tour. Un goût pour les domaines historiques et la découverte archéologique était né à l’entrée de cette cité en ruine et ne cessait de s’accroître. Le silence plana quelques instants. À la grande surprise général, John Sacramento, l’ancien pirate arrivé sur le navire à l’heure du départ ayant ainsi put s’extraire à la pègre qui l’avait réduit en esclavage, rejoignit le groupe des courageux.

-S’il n’est pas trop tard, j’aimerais participer à l’accomplissement de quelque chose dans ma vie. Je suis prêt à venir avec vous… expliqua-t-il sur un ton peu assuré, voir timide.

Ce geste convainquit alors trois autres personnes de se joindre au groupe.

-Ceux restant ici, reculez. On ne sait pas ce que va déclencher ce mécanisme. Si dans une journée nous ne somme pas remonter, considérez-nous comme mort et repartez, termina le chef d’expédition.

Après qu’Aggaddon ait donné sa torche au chef de la sécurité du voyage, ils attendirent le départ des hommes et de la femme placés sous la responsabilité de Yaroth. Le Médixès avait d'ailleurs complétement oublié la présence de ses compagnons de voyages, Vazguardia, Charles et Jodonone, étant trop concentré sur l'exploration de la structure et la résolution des énigmes. Le trio ne s'était d'ailleurs pas proposé, préférant laissé leur ami s'amuser avec ses compagnons d'archéologie pour ce qui concerne l'archéologie, tout comme il le laissait discuter science avec les hommes de science.

-Faudra aussi qu’on aborde le fait qu’on recrute pas de femme pour accompagner et participer au maniement du bateau dans les expéditions, murmura Mila en se rappelant qu’elle voulait faire la remarque à son confrère.

Ils se placèrent sur la dalle qui rentra dans la pierre, déclenchant ainsi le dispositif. Toute la structure trembla alors que les mécanismes dans les murs s’activaient. Hormis la plaque sur laquelle il se trouvait, du sol de la salle ne demeura que quatre grandes lignes reliant le socle de la statue aux murs. Des inscriptions, non étudié par l’archéologue à cause de l’empressement causé par la révolte, aux extrémités faisaient comprendre que ces segments étaient des repères indiquant les points cardinaux. Tout le reste du sol avait coulissé progressivement dans les murs. Ils découvrirent donc que la statue du second apôtre se trouvait non pas sur un socle, mais au sommet d’un pilier centrale auquel leur grande dalle était rattachée, le système de poids étant caché dans ce qui soutenait la plaque de pierre et la reliait au dit pilier. En dessous de leur niveau, de nombreuses autres lignes reliaient les murs. Certaines d’entre elles avait souffert du temps, quelques morceaux s’étant effondré. L’épreuve n’était pas des plus explicites.

-Peut être devons-nous descendre d’étage en étage en sautant, se demanda Aggaddon.

-C’est irréalisable ! s’écria Andrew l’assistant.

-Le but de l’épreuve est peut-être de comprendre l’épreuve ? s’interrogea un des hommes ayant rejoint le groupe suite aux paroles du vieux pirate.

-Mais les inscriptions ne sous-entendait-elle pas que c’était une épreuve plus physique que les précédentes, plutôt mentales ? répondit justement John, le forban.

-Je vois un bassin en bas. Je crois qu’il y a de l’eau, déclara Mila en plissant les yeux.

-En effet, confirma Maximilien en faisant de même.

-Vous ne pensez tout de même pas qu’il faut sauter ? demanda un des autres hommes ayant suivi le mouvement après les propos de John.

-Avec la vitesse de chute, le moindre contact avec l’une de ces tiges serait violent… voir mortel… commenta Andrew dont la sueur commençait à perler sur le front.

-Hey bien… Espérons que ça soit vrai… J’y vais en premier. Je suis un vieillard. Je me suis déjà fait une raison sur ma vie… Cela permettra de vérifier si c’est la bonne hypothèse, dit John avant de sauter, ne laissant à personne le temps d’essayer de l’en dissuader.

Andrew, prit d’une frayeur pour le vieil homme, ne put regarder cela et se cacha les yeux après quelques instants. Le bruit de pénétration de l’eau retentit.

-C’est bien cela ! déclara la voix de John après une attente courte, mais des plus interminables.

L’assistant de l’archéologue poussa un soupir de soulagement.

-Bon.. À mon tour.

Après avoir placé un regard en coin à la biologiste, Maximilien lança sa torche, ce qui fit ensuite Mila, et se jeta dans le vide, suivit de Mila et d’un pauvre malheureux qui percuta malheureusement avec sa tête l’une des lignes de pierres. Son cadavre tomba avec fracas sur le sol en bas. L’écho de l’impact sonna aussi la tristesse gagnant le cœur des membres de l’expédition qui voyait là une nouvelle victime s’ajouter à celle de cette aventure dangereuse. Le regard d’Andrew fixa le vide devant lui. Comment se déplacer dans les airs en pleine chute ? Comment tenter d’éviter tous ces dangers ? Fallait-il que de la chance ? La peur le paralysait. Aggaddon se décida à employer la méthode qu’il avait initialement proposé, à savoir descendre de tige en tige pour rejoindre les profondeurs. Ses talents d’acrobate et d’équilibriste lui évitant ainsi l’incertitude de survie de cette chute. L’inconvénient était que cela lui prendrait plus de temps. Il ne restait donc plus que l’assistant et deux hommes. L’un de ces deux accompagnateurs suivit une tournée un peu moins funeste que celui plus tôt : sa cage thoracique rencontra une des lignes qui rompit et retourna l’homme à peine conscient pour qu’il vienne briser sa colonne vertébrale sur une autre tige situé au dernier niveau avant le sol. Il glissa sur la surface du briseur de dos et s’éclata le nez contre le sol. Ses différents hurlements de douleur résonnèrent jusqu’au groupe protégé par Yaroth. Celui dont la femme était enceinte frissonna. Ils n’avaient aucune idée de la situation des volontaires. La dernière des personnes s’étant décidé suite aux propos de l’ancien forban arriva néanmoins sans encombre au dos. Avec Maximilien, il aida son prédécesseur qui découvrit sa paraplégie alors que l’écho de ses chocs martelait l’intérieur de son crâne.

-Il ne reste plus que toi Andrew ! lança Mila après avoir tristement constaté l’état du pauvre homme.

L’assistant avala péniblement sa salive. Il devait le faire. Il devait le faire. Quelque pas le ramenèrent en arrière. Il inspira doucement. Andrew s’imagina les professeurs le féliciter pour son implication dans la découverte des secrets de cette civilisation. Un instant de courage suffit pour lui permettre de se lancer. Son départ de la dalle activa le mouvement inversé du mécanisme pour que le sol de la pièce de la statue revienne à son état d’origine. Malheureusement pour le jeune étudiant, une fois dans les airs les regrets furent fulgurants. Il ouvrit la bouche et hurla de terreur à s’en déchirer les cordes vocales. Alors qu’il s’approchait du bassin d’eau qui se dessinait entre les quelques lignes restantes, l’une d’elle grossissait à vue d’œil. Il allait tout droit à sa rencontre. Comment changer de trajectoire ? Quel mouvement faire ? Il plaça ses mains devant ses yeux, refusant de voir la mort en face. Sentant une étreinte autour de lui, il leva doucement ses paupières. Aggaddon, debout sur ladite tige, avait par chance justement sauté sur ce dernier palier le séparant de l’eau au moment où le jeune homme s’approchait de la mort. Il en avait ainsi profité pour attraper l’assistant au passage. Le sourire du mathématicien apaisa les battements fous du cœur d’Andrew. Maximilien avait retenu son souffle devant ce spectacle et était désormais soulagé. Le savant descendit donc au niveau des autres.

-La suite se trouve par là je crois, déclara John qui lui aussi avait observé avec angoisse les différentes chutes.

Le vieil homme avait déposé le corps du mort durant cette épreuve prêt d’un encadrement de porte, qu’il jugeait mener à l’ultime étage, afin de pouvoir le ramener et lui offrir une sépulture descente comme ceux n’ayant pas survécu à la traversée de la jungle. Les autres opinèrent du chef.

-Comment va-t-on remonter en revanche ? s’inquiéta soudainement Mila.

Un doute apparut dans le cœur des personnes présentes. John fila alors vers le corridor qu’il avait indiqué pour abaisser difficilement un levier qu’il avait examiné. C’est alors qu’une partie du sol coulissa. Cela n’aurait donc été qu’un palier ? Heureusement non. Du trou formé par l’espacement entre le carré des parties ayant coulissé et le pilier central jaillit un escalier qui les ramèneraient en haut, le mécanisme de la dalle s’étant également vu activé. C’est de nouveau le soulagement qui apparut sur le visage des aventuriers. Leur salut se profilait sous de meilleurs augures. Profitant de ces moments pour se reposer quelques peu des émotions traversaient, offrant également à Maximilien l’occasion d’utiliser sa torche pour trouver des inscriptions sur les murs, Aggaddon expliqua enfin ce qu’il savait sur la roche de météorite dans laquelle avait été sculpté l’apôtre. Il n’y en avait malheureusement pas là. Soudain, un nouveau tremblement se déchaîna dans la solide structure. L’escalier redescendit dans les profondeurs alors que le sol du plafond se refermait de nouveau. C’était toute une ingénierie très complexe qui permettait à cette épreuve de fonctionner telle qu’elle avait été théorisée. Un temps suffisant été accordé pour remonter, mais pour que l’épreuve soit à nouveau à réaliser il avait fallu faire en sorte que le tout se referme. Le groupe quitta finalement la pièce, l’homme ayant précédé Andrew dans les sauts s’occupant de porter le paraplégique. John nota que le levier était revenu à sa position initiale.

-Faudra qu'on m'explique en quoi c'était physique en revanche, commenta la biologiste.

S'il avait lu les glyphes de la salle à la statue de feu, Maximilien aurait put lui dévoiler que pour ce peuple la chance était une énergie interne à l'homme dont une part était spirituel et une physique, la répartition variant d'un individu à l'autre.

Le corridor n’était pas bien profond et les aventuriers descendirent à l’étage inférieur. Une salle grande en largeur, mais peu profonde les attendaient. La dernière représentation d’un apôtre se tenait devant leurs yeux. C’était un gravure murale accompagné du propos de l’épreuve finale qui était inséré entre deux immenses et lourdes portes de pierre, tel un sceau retenant l’ouverture de ces dernières.


©️ Jawilsia sur Never Utopia



Dernière édition par Aggaddon Médixès le Dim 14 Jan - 17:57, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Aggaddon Médixès
L'Éternel
Aggaddon Médixès
Messages : 531
Race : Humain
Équipage : Paradise, Dead-End, Allié de l'Inquisition

Feuille de personnage
Niveau:
32/75  (32/75)
Expériences:
230/250  (230/250)
Berrys: 26.078.000 B

MessageSujet: Re: [FB] Le Serpent à Plumes : Le Temple du Soleil (Solo)   Dim 14 Jan - 5:45



Le Temple Du
Soleil



Viracochaca
Premier Apôtre

Tu fais désormais face au terme de ton périple. Derrière-moi se trouve le grand Quetzalcóatl dont je fus le frère. En tant que premier des apôtres, je vais te confronter à un ultime défi. Il s'agira de la dernière preuve de ta valeur. Révèles-toi digne de tes succès passés. Tu t'élèvera alors pour faire partie des plus grands chamans, tu seras un Mu, ceux s'assurant leur place dans le monde de la mort, héritiers de la volonté des apôtres et possesseur de la bénédiction de Quetzalcóatl. Il est encore l'heure pour toi de faire machine arrière et renoncer. L'échec te mènera au plus funeste des destins. Prépares-toi et affronte Pachacamac en te plaçant sur la plaque au centre de la salle.  




Dernière édition par Aggaddon Médixès le Dim 22 Juil - 15:23, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Aggaddon Médixès
L'Éternel
Aggaddon Médixès
Messages : 531
Race : Humain
Équipage : Paradise, Dead-End, Allié de l'Inquisition

Feuille de personnage
Niveau:
32/75  (32/75)
Expériences:
230/250  (230/250)
Berrys: 26.078.000 B

MessageSujet: Re: [FB] Le Serpent à Plumes : Le Temple du Soleil (Solo)   Dim 14 Jan - 20:00






Le Temple du Soleil
Le Serpent à Plumes



-Mes amis… J’ai bien peur que nous allons nous confronter à un grave danger. Le message appuie bien trop sur le fait qu’il y a un risque de mort. Je comprendrais que vous voudriez partir, déclara le chef de l’expédition après la lecture.

Personne ne répondit. Ils restèrent silencieux, se demandant quelle curiosité les attendaient encore. Le paraplégique fut déposé à l’entrée de la salle car il était clair qu’il ne pourrait rien faire.

-Si nous sommes tous prêt, plaçons-nous sur cette grande dalle, proposa Aggaddon avec hésitation.

Ils se rassemblèrent fébrilement autour de ce qui allait ouvrir la voie vers ce défi colossale. Ils se lancèrent des regards angoissés. L’inconnu les attendait. Mila inspira et fut la première à avancer.

-Il est trop tard pour reculer, déclara-t-elle.

Les autres aventuriers suivirent, se plaçant sur la plaque qui s’enfonça petit à petit dans le sol. Cela impliquait des moments de nervosités, l’attente étant interminable. Il s’agissait d’un lapse de temps laissé au cas où la peur gagner finalement le cœur du pèlerin s’étant placé sur la voie de la divinité Quetzalcóatl. Andrew ferma les yeux et serra les dents. Ils mourraient d’envie de sauter et faire machine arrière, mais c’était aller contre ses engagements et annuler toutes chances d’être enfin reconnu. Finalement, ils s’enfoncèrent sous terre. Le Médixès observa rapidement les rails permettant de faire fonctionner cet ascenseur primaire. Le groupe s’enfonçait encore et encore sous terre, la vitesse lente de la descente et les coups abruptes survenant régulièrement à cause de l’état du système n’aidaient pas à garder son calme. Après de longues minutes, la dalle s’arrêta subitement de descendre, déséquilibrant tous ses passagers au moment du choc.

-Il ne manquerait plus que le mécanisme soit trop détérioré pour continuer, pesta Maximilien en prenant peur.

Ils seraient condamnés à mourir ici du manque de nourriture et d’eau qu’ils avaient laissé à l’autre groupe. Le mathématicien savait qu’il aurait pu remonter tout en haut en sautant d’une paroi à l’autre grâce à ses talents d’acrobate, mais il n’aurait pu sauver aucun de ses compagnons. C’est alors que la descente repris, mais sans rails. Un gigantesque pilier de pierre s’était levé pour récupérer la dalle et descendre à nouveau dans le sol du grand plateau se trouvant sous eux. Les aventuriers découvrirent avec étonnement une pièce immense dont la hauteur entre ledit plateau et le plafond en forme de dôme était d’aux moins quarante mètres, voir cinquante. Des pierres présentes naturellement dans la constitution rocheuse de l’île, les Luminaris, qui était dispersé uniformément dans le dôme émettait une lumière oranger qui permettait de voir toute la salle. Une quantité astronomique de rouages attendaient d’être enclenché et obstruaient parfois la lumière des roches luminescentes. Un colosse de pierre attendait là en face d’eux. Imposant et effrayant, c’était surement là l’épreuve qui se dévoilerait bientôt sous leurs yeux. La plaque arriva enfin dans le sol dans lequel elle s’imbriqua parfaitement. Un grand bruit résonna alors et le mécanisme s’amorça. L’intégralité des rouages de mirent à tourner et quatre immenses bras de pierres apparurent aux quatre coins du plateaux, sortant de l’ensemble mécanique très complexe en contrebas. Le colosse sembla s’éveiller.




Buste de Pachacamac

L’enfer se dévoilait devant eux. Les bras gigantesques frappèrent le sol simultanément. L’un d’eux se scinda en trois autres bras qui donnèrent un violent coup d’estoc. La paume d’une autre de ces assemblages mécaniques vint s’écraser à l’endroit où se trouver les aventuriers, les contraignant à faire une roulade sur le côté pour esquiver la terrible attaque. Pendant ce temps-là, le système des deux membres du colosse se mirent en marche difficilement à cause de la rouille et de la mousse ayant recouvert certaines parties. La main ouverte s’élança vers le plateau où elle fit voler quelques pavés. La chaîne qui la reliait au bras tira alors le projectile pour le ramener à sa place. Le mouvement de balancier provoqué au moment du passage dans le vide de la main effrita une partie de la structure du plateau. De l’autre côté, plusieurs tubes placés les uns dans les autres se déplièrent rapidement pour amener l’autre poing sur l’arène de combat à une vitesse éblouissante.

-Qu’est-ce-que c’est que cette machinerie ! hurla Maximilien en perdant plusieurs fois l’équilibre tout en essayant de fuir vers un endroit non balayé par l’un des bras géants, laissant ainsi tomber la torche qu'il tenait en main. Comment une population ethnique a pu faire tout ça !

Qu’il s’agisse d’une construction du plus grand génie de l’histoire de ce peuple ou un héritage laissé par une civilisation évolué ancienne, il était certains qu’il serait difficile dans réchapper. Les attaques se suivaient sans suivre de pattern, mais en répétant malgré tout certaines actions de manière erratique. Le cerveau à l’origine de cette colossale construction de mécanique primaire utilisé de manière complétement innovante et étonnante était en fait parvenu à simuler un pseudo hasard dans un mécanisme sophistiqué dont il avait équipé chacune des cinq entités quasi robotique, simulant ainsi une intelligence artificielle basique se contentant d’actions prédéfini ayant l’air sélectionné. Dire que cet assemblage gargantuesque était un chef d’œuvre était un euphémisme ! Tout cela fonctionnait à partir de la simple dalle placée dans le sol qui exerçait la pression suffisante pour faire fonctionner le tout.

Andrew se jeta au sol et prit la tête dans ses mains, évitant ainsi de justesse un des bras géants toute la structure se scinda en un millier bras de tailles humaines venant qui vinrent donner des coups en étant déplié à la manière du poing provenant du buste de Pachacamac. Le seul des hommes ayant rejoint ce groupe suite aux propos du vieux pirate John n’eut pas cette chance. Un des balayages d’un bras l’envoya voler à la rencontre d’une paroi du dôme. Le choc brisa ses os et la face avant de son corps explosa, laissant une tache rouge sanguinolente non loin d’une des pierres lumineuses. John quant à lui se dirigea vers l’une des quatre tours carrés se trouvant aux coins du plateau, tout comme Aggaddon qui faisait signe à Mila de suivre le mouvement. Les yeux de Maximilien se posèrent alors sur l’un des quatre bras en action après avoir éviter le poing lié au buste par une chaîne de justesse. Il repéra une sorte de levier sur la surface non loin des composants apparents de la machinerie. C’est alors que l’un des bras se scinda en trois et le projeta directement sur l’une des fameuses tours. Encastré dans le mur, il eut du mal à sortir et tomba à genoux. La douleur était trop vive et il sentait que certaines de ses côtes s’étaient brisés. L’archéologue leva péniblement la tête et hurla en voyant une main se diriger sans sa direction. Mila l’attrapa alors et le tira sur le côté pour qu’ils roulent ensemble et évite l’attaque. Yeux dans les yeux, ils restèrent plantés là, gêné par la situation et leurs sentiments l’un pour l’autre tout juste naissant. Ils n’avaient cependant pas de temps à perdre, la mort les guettant. Elle l’aida à se relever pour commencer l’ascension de la tour dont le sommet se trouvait à quatre mètres au-dessus du sol du plateau. John quant à lui parvint avec du mal à achever son ascension et se laissa tomber sur le sol histoire de se reposer. Aggaddon quant à lui utilisa sa technique centrale de l’escrime acrobatique, le Seigneur des Contorsions, pour sauter, planter sa lame dans la pierre et resauter derrière, atteignant également le sommet de sa tour. Ils avaient ainsi presque tous atteint ces terrasses plates de pierre en hauteur. La Vérendrye, tout juste arrivé, se tourna vers son assistant qui se relevait. Ce dernier tendit la main vers l’archéologue en murmurant.

-Professeur…

L’ombre planant au-dessus de lui s’abattit. Son corps fut compressé en quelques instants, le laissant souffrir qu’une seconde.

-ANDREEEEEEEEEEEEEEEEEEEEWWWWWWWWWWWWWWW !!!! hurla Maximilien les larmes coulant de son visage.

Mila plaça sa main devant sa bouche retenir son crie d’horreur. Une goutte perla au coin de l’œil d’Aggaddon. Dans ces instants, même la lutte contre sa part d’humanité et ses émotions ne pouvait le protégé d’un déchirement.

-Pauvre petit… lâcha John très affaibli physiquement et désormais moralement.

Cette aventure était un carnage. Il n’était guère étonnant qu’un ou deux aborigènes seulement parvinrent à survivre aux trois dernières épreuves, la solution à la première étant conservé par les chefs de tribu pour permettre aux nouvelles générations de la sauter et la seconde.

Le Médixès secoua à la tête et se plaça sur la plaque au milieu de la terrasse en pierre. Cette dernière s’enfonça dans le sol, sans que rien ne change. Il fit un pas de côté et remarqua qu’elle se relevait pas. John fit de même en s’asseyant par hasard dessus alors qu’il commençait à déprimer. Mila attrapa la Vérendrye aux épaules alors que celui-ci déverser des litres de pleurs sur le sol.

-Max’… Max’… Nous devons continuer… Pour lui… Il faut réussir… Que ce ne soit pas vainc…

-Au diable ! J’ai supporté le poids de la mort de ces hommes que je ne connaissais que trop peu, prêt à accepter mes responsabilités lorsque l’on serait rentré, mais là c’est trop. Andrew… Un jeune si prometteur… Tout est ma faute…


Le désespoir planait dans les airs. Cette entité mécanique dominait pleinement l’affrontement. Le bruit tonitruant des rouages ne permettait pas de communiquer entre les tours, même en hurlant. C’est donc la biologiste, voyant qu’elle ne parvenait pas à consoler la Vérendrye, qui remarqua la dalle et l’enfonça dans le sol en appuyant avec sa main. Le fait qu’elle ne ressorte pas lui semblait convainquant et elle prit sa décision envoyant que personne ne se trouvait sur la dernière tour.

-Je ne veux pas te laisser Max’… mais j’ai choisis de me relever et de me battre…

Elle sauta pardessus le bord de la terrasse et se servit des appuis ayant permit d’escalader pour faire le chemin inverse. Elle s’élança vers son objectif, glissant sur le sol pour esquiver le balayage d’un bras monumentale. Elle s’arrêta de justesse pour éviter le poing dépliable du buste de Pachacamac qui avait continué à marteler l’arène pendant tout ce temps, laissant de nouveaux impacts marquer le plateau. Pour un guerrier aborigène seul, ils auraient fallut faire cela pour activer toutes les plaques. De plus, le temps avait permis de rendre plus difficile les mouvements des bras mécanique, entre ralentissement et saccade, facilitant ainsi la progression. Les supplications de l’archéologue commençait à être couvertes par la musique mécanique assourdissante des rouages.

-MILAAAAAAAAAAAAAA !!! NONNNNNN !!! Je ne veux pas te perdre non plus… Tu es tout ce qu’il me reste dans cette vie misérable…

Aggaddon qui était entrain de se gratter la tête en observant la plaque enfoncé se retourna et vit la jeune femme courir non pas à sa perte, mais à sa victoire. Attendant suffisamment longtemps pour reconnaitre un mouvement de bras qu’elle avait déjà analysé plus tôt, elle courut et atteignit l’ultime tour. Grimpant hâtivement dessus, trouvant de la force en se remémorant le visage d’Andrew et en évitant de penser à son cadavre qu’elle avait ignoré durant sa traversée, elle actionna la dernière plaque. Un grand brouhaha résonna dans l’immense pièce. C’est alors que le buste de Pachacamac cessa de bouger. Ses paupières de pierre se soulevèrent pour dévoiler des Luminaris taillées faisant office de yeux.




Regard de Pachacamac

Selon les mythes de l'île, la divinité à laquelle les aventuriers se confrontaient dévoilait ses yeux uniquement lorsqu'elle était en mauvaise posture. Cela voulait dire que le groupe avait triomphé d'une des deux parties assaillantes. Il restait encore les bras géants faisant partie intégrante de la structure du plateau. Le regard du Médixès se posa sur ces assemblages mécaniques pendant que Mila savourait sa victoire et que Maximilien tentait de comprendre pourquoi le buste s’était arrêté. C’est alors qu’il aperçut les mêmes leviers repérés par la Vérendrye plus tôt. Vu la situation alarmante, malgré le fait qu’ils soient en sécurité aux sommets des tours ils ne pouvaient toujours pas s’échapper et s’assurer de survivre, il s’arrêta à sa première hypothèse en espérant que ce soit la bonne. Il supposa que ce chaque levier arrêtait le bras sur lequel il était et passa à son tour à l’action. Avec ses aptitudes acrobatiques, il était le mieux placé pour parvenir à se déplacer sur ces membres de géant en pierre et métaux.

Il descendit de sa terrasse et atterrit en douceur sur le sol. Ni une ni deux, il plia les jambes et sauta dans les airs. Vrillant ses jambes par rapport à son torse, il atterrit finalement sur un premier bras géant qui commença à se scinder en trois. Même avec ses aptitudes d’équilibriste, il fut contraint de se propulser sur l’un d’eux et y planter sa rapière. De là, accroché en équilibre au-dessus du vide, il sortit un pistolet à silex et visa comme il le pouvait, n’étant pas expert en la matière, le levier. Malheureusement la balle passa bien à côté. Les mouvements du membre sur lequel il se trouvait le forcèrent à se concentrer sur sa prise d’appui et il posa son bras tenant l’arme à feu à côté de l’endroit où était planté sa lame. Il haleta quelque peu et fut contraint de retirer ce nouvel appui en voyant que les parties allez se rassembler pour ne recomposer qu’un seul et unique membre. Mila observait la scène la peur au ventre tandis que John essayer de comprendre ce que faisait le Médixès, étant trop loin pour décrypter ce qu’il se passait. Aggaddon replaça son pistolet à sa ceinture pour prendre le deuxième. Par chance, la balle toucha sa cible et le levier bougea. Ce n’était cependant insuffisant. Le mathématicien fut ainsi contraint de se tracter jusqu’au dessus des composants apparents. Avançant petit à petit, plantait sa lame à chaque fois pour garder un appui solide et ne pas chuter dans le vide, ce qui l’aurait amener à mourir compresser entre les rouages. Après de très longues secondes, peut-être même quelques minutes, il poussa lui-même le levier. Le vrombissement secoua le dôme. Le bras s’était arrêter net. Le savant descendit à toute vitesse, courant sur le bras avant de sauter et se réceptionner avec une roulade sur le sol de plateau. Il put observer l’assemblage se rétracter et descendre dans le vide.

Il était l’heure de passer à un autre bras. L’acrobate sauta sur le suivant dont la surface s’était transformé en une myriade de membres mécaniques plus petit. Ses talents naturels lui furent de grande aide, lui permettant se sauter de poing en poing pour remontrer jusqu’au levier. Celui là avait été nettement plus facile pour lui. Le Médixès avait cependant dut utilisé beaucoup d’énergie et en descendant sur le plateau il fit une pause pour récupérer des forces. Il lança un regard à John qui n’avait pas la forme physique pour faire quoi que ce soit d’autre vu son âge. Le vieux forban se sentait particulièrement inutile. Il se disait qu’il aurait dut mourir à la place d’Andrew. Le ciel était bien injuste avec les humains. Pourquoi refuser de prendre quelqu’un qui n’avait plus rien à accomplir plutôt qu’un jeune homme ayant toute la vie devant lui et qui aurait put marqué la société de son empreinte. John ne pouvait pas rester là sans rien faire. Il devait tenter d’agir. S’il échouait, ce ne serait pas grave, comme pour son saut dans le bassin d’eau. Il descendit lentement sa tour et approcha péniblement d’un bras commençant à balaya sa portion du plateau. Le vieillard ouvrit les bras et saisit le membre gargantuesque, trois de ses dents se faisant briser dans l’action. Maximilien observait ses camarades. Même John luttait. Il ne pouvait continuer à pleurer la mort d’Andrew sans rien faire, il devait se relever de cette épreuve et encaisser. Défaillir le condamnerait lui et sa cause. Si son étudiant était mort pour la cause, il ne fallait pas que ça soit pour rien. Mila avait raison.

Il imita ce qu’avait fait Mila précédemment pendant que le vieux flibustier avançait lentement en s’accrochant fermant à tout ce qu’il pouvait trouver. Un sourire illumina le visage d’Aggaddon et Mila en découvrant que l’archéologue c’était ressaisit. La Vérendrye fit face au dernier bras, utilisant à la manière du Médixès son épée pour s’accrocher au membre, après être passé sous le mouvement de balayage. L’archéologue parvint à rattraper John et les deux appuyèrent sur les leviers presque simultanément. Cependant, le vieillard lâcha prise et dégringola le long du membre. Heureusement pour lui, le mathématicien c’était préparé à cela et attrapa John dans ses bras. Une fois des deux dernières entités mécaniques disparut, tout les regards se posèrent sur le buste. Les yeux de Pachacamac se refermèrent alors qu’un nouveau tremblement secouait le tout. La dalle de pierre leur ayant servit d’ascenseur sortit légèrement du sol, signifiant la réussite de l’épreuve. Personne ne parla. Les aventuriers étaient trop exténué pour tenter de commenter ou discuter. Seul Maximilien s’approcha des restes de son élève.

-Je suis désolé, murmura-t-il de manière imperceptible.

Le corps n’était pas reconnaissable, mais il souhaitait quand même offrir une sépulture à l’étudiant et s’occupa donc de porter le cadavre comme il pouvait. Ils grimpèrent sur la plaque et la différence de poids, repéré grâce aux pistons, activa le grand pilier qui amena la dalle jusqu’au tunnel verticale où elle s’arrêta. La plaque fut à nouveau connecté aux rails et remonta très lentement jusqu’à l’étage le plus bas de la pyramide. S’il n’avait pas triompher, tout ce serait remis en place au bout d’une journée.

-Que s’est-il passé ? Tout n’arrêtait pas de trembler et j’entendais un vacarme indescriptible sortir de ce puit, demanda le paraplégique avant de constater l’absence de son collègue et la mort de l’assistant.

Le silence régna de nouveau alors que les deux énormes portes coulissaient dans le mur, la droite possédant la partie où se trouvait la gravure du premier apôtre. Le groupe s’avança pour découvrirent ce que cachait la pyramide.

©️ Jawilsia sur Never Utopia



Dernière édition par Aggaddon Médixès le Ven 19 Jan - 17:17, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Aggaddon Médixès
L'Éternel
Aggaddon Médixès
Messages : 531
Race : Humain
Équipage : Paradise, Dead-End, Allié de l'Inquisition

Feuille de personnage
Niveau:
32/75  (32/75)
Expériences:
230/250  (230/250)
Berrys: 26.078.000 B

MessageSujet: Re: [FB] Le Serpent à Plumes : Le Temple du Soleil (Solo)   Dim 14 Jan - 22:03



Le Temple Du
Soleil



Quetzalcóatl
Le Serpent à Plumes

De l’obscurité naquit la lumière. Au cœur de la pierre, à chaque étage, une fente s’ouvrit, de petits cercles coulissant dans les sols et plafonds. Le rayon traversa le bâtiment pour tomber dans un prisme au plafond du sanctuaire. La lumière irradia le centre de la pièce comme un astre étincelant, le système de miroirs et cristaux se transformant en un éclairage mirifique. Au centre de la salle, entre les colonnes s’élevant jusqu’au haut plafond, se trouvait un sarcophage somptueux, fait de jade aux reflets d’émeraude, sculpté par les meilleurs artisans d’une époque ancienne. Au milieu de la fresque qui avait été gravé sur le contour, le nom du dieu né homme maître du Soleil apparaissait en trois glyphes aborigènes. Sur les murs plongés dans la pénombre, les gemmes incrustés dans les parois brillaient de mille feux au sein des ténèbres, les peintures splendides comptaient le récit mythologique de la vie de cet incroyable être et les richesses spirituelles de tout un peuple, des quipus aux masques rituels, étaient amassés dans des coffres de marbre gravé dissimulé parmi les bas-reliefs. Au fond, en face de la porte désormais ouverte, une statue de pierre intégré au mur représentait le Serpent à Plumes dans toute sa splendeur, deux braseros, allumés grâce à des lentilles convergentes intelligemment placé, éclairant la majesté de cette figure mythologique. Devant elle se trouvait un parchemin en bandes plié en accordéon, un codex précolombien, posé sur un petit piédestal entre deux statuettes de la déité reposant en ces lieux.


Revenir en haut Aller en bas
Aggaddon Médixès
L'Éternel
Aggaddon Médixès
Messages : 531
Race : Humain
Équipage : Paradise, Dead-End, Allié de l'Inquisition

Feuille de personnage
Niveau:
32/75  (32/75)
Expériences:
230/250  (230/250)
Berrys: 26.078.000 B

MessageSujet: Re: [FB] Le Serpent à Plumes : Le Temple du Soleil (Solo)   Ven 19 Jan - 20:33






Le Temple du Soleil
Le Serpent à Plumes





Des étoiles brillaient dans les yeux des aventuriers qui découvraient la splendeur des lieux. Aggaddon s’approcha silencieusement et avec prudence du sarcophage. Il observa longuement la fresque en faisant le tour. Les autres étaient tout aussi discrets. L’émerveillement leur avait coupé souffle et paroles. Ils se déplaçaient dans cette pièce à moitié éclairé en tentant de percer les ténèbres. Même le Médixès était surpris des connaissances des bâtisseurs. Placer tout ces mécanismes, les imaginer, trouver suffisamment de place en gardant la solidité de la structure… Cet édifice était l’apogée du savoir de ce peuple, la construction la plus complexe qu’ils eurent jamais faite. Maximilien commença à s’approcher du codex qu’il déplia. Il ouvrit grand les yeux, les laissant presque sortirent de leurs orbites. La conservation du document, les couleurs utilisés, les dessins effectués… C’était d’une beauté archéologique sans nom. On ne pouvait rêver mieux pour travailler sur un texte ! Ouvrant le livre d’Ohara sur le sol pour entamer la traduction en manipulant le parchemin sur son piédestal, la Vérendrye constata l’étendue de l’importance de leur trouvaille. Il se retourna pour voir d’où provenait un bruit lourd. Aggaddon et Mila avaient sortit l’un des coffres de la paroi et l’avait déposé sur le sol afin d’examiner son précieux contenu. Les dizaines de quipu était indéchiffrables pour eux, mais l’archéologue se chargerait de ça en tant voulut. La biologiste prit le temps d’observer un masque de rituel ornée de représentation d’animaux pendant que le mathématicien observait comme il pouvait les peintures murales en réfléchissant la lumière sur le mur à l’aide de la lame de son épée. Une exclamation sortit de la bouche de la Vérendrye.

-C’est… C’est… incroyable… Il y a la toute l’histoire de leur mythologie… La place qu’ils accordent aux Mus... Tout bonnement impressionnant...

Il se gardait la traduction complète pour plus tard… Cela prendrait peut-être même des années pour en percer tous les détails, le livre d’Ohara ne retranscrivant pas toutes les règles de cette langue. De plus, le tout était rédigé dans une rédaction plus ancienne que celle répertorié dans l’ouvrage et comportait donc des différences. Il publierait le résultat de ce travail linguistique, certainement très volumineux, marquant ainsi le monde de l’Histoire des civilisations disparus de sa patte.

-Cela pourrait t’intéresser Max’, déclara Mila en lui tendant l’immense quipu caché tout au fond du premier coffre.

L’archéologue en profita pour observer les peintures que regardait Aggaddon avant de secouer la tête. Une chose à la fois. Il déplia le quipu sur le sol et se recula, observant la structure circulaire que cela formait. Il était beaucoup plus familier de ce codage grâce aux notes de ses ancêtres ayant travaillé sur cette civilisation aborigène. Il se gratta le menton, tourna en rond autour, puis se stoppa. Un sourire de satisfaction apparut sur son visage.

-C’est un calendrier… Le cercle extérieur comprend les jours, celui du milieux les années, et celui intérieur les cycles du monde. Je suis prêt à parier qu’il existe un moyen de le plier de manière à obtenir la date du jour… C’est ingénieux comme utilisation de ce système de numération…

-Le génie de certains des leurs n’est plus à remettre en question depuis un moment
, déclara Aggaddon en s’approchant. Quel est cette histoire de cycles.

-Ce peuple pensait que l’univers était créé et était détruit à intervalle plus ou moins régulier.

-Ah, je vois… C’est donc logique de combiner ça aux autres classes d’équivalence configurant le passage des années et des jours. Je vais regarder si je ne peux pas trouver un pliage mettant en évidence la date.


Il se positionna devant l’ensemble de cordelette et passa en revue mentalement les pliages possibles en se fiant aux explications de Maximilien sur les placements des numéros. Mila les regarda avant de retourner à l’observation de la pièce. Elle passa sa main sur certaines pierres précieuses placés dans les murs dans les représentations des dieux pour les différencier des humains ou simplement pour parer la dernière demeure du dieu né homme d’une beauté digne de sa stature.

-C’est ça ! déclara le Médixès en se lançant sur le quipu pour démontrer la façon de faire. Il fallait déplacer ce nœud là en faisant ce mouvement pour se diriger vers celui de l’année, puis avec l’autre main prendre celui du cycle comme ceci… afin de marquer la journée. Le nœud du bas est ainsi déplacé d’une journée dans le sens de l’avancée, que tu ma précisé. Il y a aussi une technique similaire pour déplacer ceux des autres cercles.

-Fascinant…
lâcha l’archéologue en essayant de comprendre comment son collègue avait trouvé la solution grâce aux mathématiques.

-Tu pourrais essayer aussi de décrypter ce qu’il y a d’écrits aux murs ? demanda Aggaddon.

La Vérendrye se tourna vers les murs que le Médixès éclaira plus ou moins avec sa méthode de réfraction de la lumière. De longues minutes passèrent alors que l’archéologue passé de son livre à la paroi.




-De ce que j’en comprends… Quetzalcóatl a toujours montré des aptitudes innées dans de nombreux domaines et partit un jour à travers la forêt pour répondre à l’appel des dieux accompagné de quatre chamans qui auraient entendu les voix divines leur ordonnant de le suivre, ceux qui deviendrait ses apôtres. Quetzalcóatl revint alors sous la forme d’une déité pouvant maîtriser la météo et en particulier faire apparaître le Soleil en dissipant les nuages, sachant qu’il pouvait reprendre forme humaine quand il le souhaitait. Le récit présenté pour expliquer cela montre l’aborigène affronter quatre épreuves pour pouvoir rencontrer les seigneurs célestes qui lui aurait offert ses pouvoirs et l’auraient reconnu comme leur nouveau roi qui devrait les guider dans ce cycle. Il a dès lors était considéré comme un messie, le dieu né homme. Il aurait dirigé le peuple d’une main ferme, mais juste. La cité resplendissait durant son règne, les arts, les sciences et l’agriculture étant poussé à leur paroxysme. Lorsqu’il abandonna son enveloppe corporelle pour siéger dans leur panthéon, ses quatre apôtres guidèrent leur civilisation grâce à leurs communications psychiques avec leur seigneur. Ils ont ensuite commandé la construction du Temple du Soleil, où nous nous trouvons, pour servir de lieu de pèlerinage et d’hommage à leur nouveau dieu le plus important. Chaque apôtre se serait chargé des plans de son épreuve… Les épreuves que devrait affronter les êtres voulant recevoir la bénédiction du Serpent à Plumes et avoir l’honneur de saluer le corps physique de Quetzalcoàlt. Vu l’importance de l’édifice et la complexité de la construction, ils sont morts avant et les rois suivant se sont concentrer à finir leur tâche… Cela reste assez brumeux. C’est un mythe en même temps.

-… Aurait-il découvert un fruit du démon ? Cela expliquerait sa transformation… Ça correspond aux Zoans… Mais ces pouvoirs sur la météo…
s’interrogea le mathématicien.

Ils restèrent là encore un moment, à contempler la pièce, à observer la culture de ce peuple. Maximilien se décida d’ailleurs à emporter l’une des deux statuettes en pierre qui entouraient le codex sur le piédestal. De leur côté, le paraplégique et John n’avait pas fait grand-chose. Ils avaient surtout écouté, n’osant pas interrompre les savants dans leurs offices. Le vieux pirate s’était aussi occupé de compléter le carnet de croquis d’Andrew en reproduisant cette salle.

-Il faudrait peut-être penser à remonter… lâcha finalement l’handicapé au bout de trois heures.

La mine triste, les trois collègues approuvèrent. Toutes ces péripéties les avaient plus ou moins rapproché et les soupçons de Mila sur John et Aggaddon commençaient à disparaître. Le vieillard s’occupa de nouveau de l’homme à la mobilité réduite alors que Maximilien se penchait sur le corps de son assistant.

-On y est arrivé finalement… J’aurais aimé que tu vois ça de tes propres yeux… murmura-t-il avant de l’attraper et le poser sur son épaule.

Ils remontèrent lentement les marches de la pyramide en laissant le mausolée derrière eux, les portes se fermant vingt quatre heures après leur ouverture. Les moments de cette aventure achevé repassèrent dans leur esprit… Ils abaissèrent le levier en passant, activant l’escalier qui sortait du sol pour retourner à la statue en feu. Le groupe traversa le corridor qui les amena au cœur du dédale précédemment traversé.

-Mais qu’est-ce que … ? s’écria Maximilien en découvrant ce qui se trouvait devant lui.


©️ Jawilsia sur Never Utopia

Revenir en haut Aller en bas
Aggaddon Médixès
L'Éternel
Aggaddon Médixès
Messages : 531
Race : Humain
Équipage : Paradise, Dead-End, Allié de l'Inquisition

Feuille de personnage
Niveau:
32/75  (32/75)
Expériences:
230/250  (230/250)
Berrys: 26.078.000 B

MessageSujet: Re: [FB] Le Serpent à Plumes : Le Temple du Soleil (Solo)   Ven 19 Jan - 22:38


Le Temple du Soleil



Ygor Mickaelov

-Bonjour Maximilien.

L'un des quatre dirigeant de South Blood, le militaire s'occupant de l'économie et de la formation des recrues de l'organisation criminelle, se tenait au milieu de la salle centrale du labyrinthe, les hommes de l'expédition étant à genoux menacés par la lame des soldats.

-Richard se doutait que tu ferais des bêtises. C’est pour cela que je suis là. Tu ne retireras aucune gloire de tout ça. Cela n'ajoutera aucun crédit à ta volonté d'offrir des places universitaires à des gens d'ascendance non noble. Nous allons faire croire que l’expédition a été décimé en forêt et que nous sommes arrivés trop tard pour vous sauver. Cela blanchira Richard des soupçons que tu as tenté de faire planer sur lui en prétextant que s’il t’arrivait quelque chose ici, il serait certainement impliqué. Alalala… Pauvre Maximilien… Une telle famille s’achevant avec toi qui refuse de laisser les rangs académiques aux sangs pur… Quelle tristesse…

-Comment nous avez-vous retrouvé ?
pesta la Vérendrye en s’approchant, le regard brûlant de rage.

-Nous avons eut un petit coup de pouce… répondit froidement le militaire.


Virius Lester

-John ! Tu es là !

Virius pointa l'ancien pirate avec son arme. Le dos du vieillard frémissait déjà. Il savait déjà qu'il flancherait sous les assauts de son maître. Allait-il réellement retrouver sa condition d'esclave... C'est alors que le fouet du Lester entoura sa gorge et, d'un mouvement sec du bras, John se retrouva trainé au sol tout en étant étrangler. L'homme ayant rejoint South Blood suite au vol de l'artefact d'Ohara posa un pied sur le vieux tout en rapprochant son visage.

-Maintenant, nous pourrons bientôt jouer à "Ce n'est pas bien de s'enfuir".

Aggaddon tira sa rapière et s'avança en direction d'Ygor. Il ne vit aucunement arriver le coup qui lui lacéra le bras. Ce furent les paroles de l’archéologue qui révélèrent l’identité de l’assaillant avant même que le Médixès ne fasse volteface.

-Yaroth ?! Mais… Pourquoi ?

Le responsable de la sécurité de l’expédition laissa s’échapper un grommèlement.

-Les deux années de servitude et de dévotion que je vous ai offert n’était que de la poudre aux yeux. J’ai toujours été un disciple de messire Ygor et j’avais été envoyé pour vous assistez dans le but d’éviter qu’un projet que celui-ci aboutisse. En vérité, je ne m’appelle même pas Yaroth. C’est l’identité que j’ai volée. L’homme de West Blue que vous aviez engagé est mort de ma main. Je suis Riviera Lacosta.

Ce fut au tour de Maximilien de se précipiter vers le traître, mais le fouet de Virius s’enroula autour de la main de l’archéologue qui fut projeté contre le mur. Mila laissa s’échapper un cri d’horreur. D’un signe de la tête, l’espion à la solde des criminels indiqua aux hommes de main de s’occuper d’elle. La Vérendrye tenta de sa relever, mais le pied de Riviera le maintenait au sol. Il stoppa l’attaque d’Aggaddon avec son épée batarde. Ygor, quant à lui, fit tournoyer sa canne et donna un coup dans le crâne du Médixès qui vacilla. Le militaire tourna sur lui-même et donna un coup de pied dans le torse du nobliau qui roula bientôt au sol. Le regard de Maximilien cloué sur place était tourné vers son collègue dont les cheveux étaient désormais tenus par les mains d’Ygor. Ce dernier frappa le sol avec le crâne du mathématicien, le faisant tomber dans l’inconscience.



©️ CN.JUNE, NEVER UTOPIA




Dernière édition par Aggaddon Médixès le Dim 21 Jan - 16:29, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Aggaddon Médixès
L'Éternel
Aggaddon Médixès
Messages : 531
Race : Humain
Équipage : Paradise, Dead-End, Allié de l'Inquisition

Feuille de personnage
Niveau:
32/75  (32/75)
Expériences:
230/250  (230/250)
Berrys: 26.078.000 B

MessageSujet: Re: [FB] Le Serpent à Plumes : Le Temple du Soleil (Solo)   Dim 21 Jan - 2:32






Le Temple du Soleil
Le Serpent à Plumes





Les yeux d’Aggadon se réouvrirent péniblement. Il massa son crâne qui lui faisait souffrir le martyr alors qu’il relevait son buste. Il découvrit ainsi qu’il se trouvait avec certains de ses compagnons de l’expédition dans une grande cage d’acier. Sa main toucha sa ceinture. Évidement on lui avait retiré ses armes.

-Comment allez-vous monsieur Médixès ? demanda Maximilien en regardant le sol devant lui.

-Ça pourrait aller mieux..

Le mathématicien rejoignit le silence et la résolution ambiante. Personne n’avait le courage de luter, ce qui était compréhensible vu la situation. Il leva les yeux pour voir le cadavre du paraplégique non loin de là dans la même cage.

-Il a été dévoré par des vers… répondu Mila en devinant la question de son confrère.

Elle se rapprocha de l’archéologue.

-Max’…

-Oui ?

-Tu sais… Nous en avons vécu des choses ensemble… Cela créé un rapprochement…

-En effet…

-J’aimerai… savoir ce que tu ressens en toi…


La Vérendrye leva ses yeux en direction de la jeune femme, prolongeant son silence.

-Je… je ne sais pas… Je me sens proche de toi, mais… Comment dire… Je…

-Je pense savoir…
déclara-t-elle en posant sa main sur le cœur de son ami et en approchant doucement ses lèvres des siennes.

Le contact résonna dans un écho inaudible dans leur geôle. Tout le monde les observait, ressentant cela comme une perturbation dans leur désespoir. Aucune réaction ne perla. Ils étaient tous dans un état presque dépressif. Ils avaient lutté de toutes leurs forces pour mener à bien cette expédition, pour finalement y trouver la fin de leur vie. Alors que la langue de la jeune femme tournait dans la bouche de l’archéologue, Aggaddon ferma les yeux, refusant d’observer les sentiments étalés devant lui comme s’il s’agissait d’un marchand tentant de refourguer sa camelote. Des larmes commencèrent à couler le long du visage de Mila, libérant ensuite son ami de son étreinte.

-Nous sommes pitoyable

Maximilien posa sa main sur la joue de la biologiste.

-Nous avons vécu pour changer le système. Nous échouons ici ensemble… Alors profitons de cette attraction ensemble… C’est tout ce qu’il nous reste…

Le visage d’Andrew lui revint en tête. Les hommes de South Blood avaient balancé son cadavre dans la forêt pour détourner l’intention d’un groupe d’animaux. Une fin bien trop pitoyable…

-J’aurais dut laisser son corps dans le tombeau... lâcha-t-il en serrant les dents.

Mila posa son front sur celui de l’homme.

-Je suis sûr que là où il est, il ne t’en veut pas.

-À cause de moi sa vie a été un enfer… Il a vécu dans une guerre contre le système, renié par ses pairs… Si je ne l’avais pas entraîné là-dedans en vain, il aurait pu choisir une autre voie bien plus paisible…

-Je pense qu’Andrew est fier de ce qu’il a accompli
, déclara le Médixès en regardant les arbres dehors.

Maximilien posa son front sur l’épaule de Mila et l’enlaça avant de laisser toute sa frustration explosait dans un torrent de larmes. Il les avait tous mené à la mort… Les chants des oiseaux ne pouvaient pas dissiper sa peine. À quoi servait la vie en fin de compte ? S’il n’était destiné qu’à souffrir, pourquoi naître ? Le vide sonore plana de nouveau comme un spectre étouffant sous la déprime tous les prisonniers. Ils n’avaient aucun espoir, aucune échappatoire…

Tel une goutte troublant une immensité liquide par ses encyclies, un son jaillit du néant. Le perroquet que Maximilien avait laissé sur le bateau fondait vers eux en descendant depuis les cieux.

-Qu’est ce que tu fais là Riptide ? s’exclama l’archéologue avant de s’approcher des barreaux. Va attraper la clé à ces hommes là-bas, expliqua-t-il en faisant plusieurs gestes.

Grâce à son dressage, l’animal comprit qu’il devait aller chercher un objet sur les soldats, caché entre les arbres une trentaine de mètres plus loin, désignés par son maître. L’oiseau s’approcha doucement en battant des ailes. Le garde fronça les sourcils en s’entend l’air bougé autour de lui.

-Mais qu’est ce que… lâcha le garde en se retournement subitement, affolant le perroquet par la même occasion. Revient par ici sac à plumes !

Évitant de justesse une balle de fusil, l’oiseau disparut dans la jungle au grand dam de Maximilien qui passa de l’excitation à la dépression en quelques instants, lâchant les barreaux qu’il tenait pour que sa tête vienne rencontrer l’acier les retenant dans ces geôles. Étaient-ils devenus du simple gibier à revendre pour les dirigeants de l’organisation criminelle ? Ils se trouvaient bien dans ce qui ressemblait à des cages à animaux à après tout. De son côté Aggaddon trouvait de la satisfaction dans cet enfermement. Cela le rassurait quant à la possibilité d’écarter le danger de ses affaires. Enfermer des éléments perturbateurs dans un lieu dangereux serait un châtiment délicieux qui nuirait le morale et la psyché des victimes. Il devait néanmoins trouver un plan pour sortir d’ici. Il se doutait du destin d’esclave auxquelles ils pouvaient aboutir ainsi que la menace bestial pesant sur eux, le serpent s’insinuant dans l’autre cage en face et décimant les pauvres hommes confirmant les craintes ouvertes par la mort du paraplégique. Alors que les cris des proies de la Nature résonnaient dans la forêt, dans l’indifférence des hommes de main et l’effroi de leurs compagnons, le Médixès lança un regard en direction de Vazguardia, Jodonone et Charles. Les trois personnes avec qui il voyageait semblait être tout aussi désespéré de la situation. Ils étaient sans aucun doute entrain de regretter la désertion de la Marine dans laquelle ils avaient entrainé le mathématicien, qui lui s’était contenté de saisir l’offre afin de quitter plus facilement un système dont il jugeait ne pas pouvoir tirer grand-chose en l’état. C’est en faisant passer son regard d’une prison à l’autre qu’il se rendit soudainement compte de l’absence de John. Le vieux pirate était certainement livré aux mains de son ancien maître.

-Bon je vais tenter quelque chose, lança Aggaddon en se levant.

Il s’approcha des barreaux sous le regard curieux de ses camarades. Il passa son pied, puis le bas de sa jambe de l’autre côté de la grille en attrapant l’une des tiges métalliques avec chacune de ses mains. Inspirant, il leva l’autre pour également le passer et le maintenir dans les airs.

-Mais qu’est-ce que tu fais ! s’exclama Maximilien n’arrivant pas à concevoir que le Médixès essaye de passer entre deux barreaux.

Le mathématicien s’était retrouvé en grand écart latérale avec un pied touchant la ferraille en haut. Il pivota son bassin pour passer en écart faciale, le dessus de son pied crochetant ainsi un barreau. Le savant lâcha la tige arrière pour attraper une seule de ces barres métalliques à deux mains. Il allait devoir faire appelle à toute sa souplesse pour se sortir de cette situation. Il fit vibrer ses muscles en faisant des micromouvements, permettant ainsi de faire passer très très lentement ses jambes de l’autre côté. Gardant toujours ses mains sur un seul barreau, il contracta ses abdominaux pour passer ses jambes à l’horizontale et amener ses pieds sur l’une des tiges de fer afin de pousser dessus avec la force de ses quadriceps.

-Poussons-le, s’écria Mila en se dirigeant vers lui.

Ils s’attroupèrent tous autour du contorsionniste dont le buste commençait à passer. Cela dura de longues et pénibles minutes, contraignant Aggaddon à faire de petites pauses en relâchant la contraction pour inspirer de l’air. C’est lorsque la tête atteignit l’autre côté que le cri de victoire fut lancé. Entrainé par la traction de ses pieds qu’il avait exercée en continuant, le Médixès roula sur le sol sur quelques mètres. Il pensait se reposer quelques instants de ces efforts prolongés ayant nécessité toute sa concentration et l’implication de tout les muscles de son corps. Malheureusement, alerté par le hurlement de victoire, un soldat qui faisait sa ronde s’approcha.

-Qu’est ce qu’il vous arrive bande de rats… Hey mais comment es-tu sortit toi ?

-Vite Aggaddon ! Courrez !
hurla Maximilien en refusant de voir s’effondrer l’espoir de fuite.

Cependant, le mathématicien était dans un trop piteux état pour faire quoi que ce soit. La dépense d’énergie pour réaliser l’exploit, que dire le miracle, l’avait complétement affaibli. Il trembla, tentant péniblement de ramper, en vain. La main du soldat attrapa ses vêtements.

-Tu vas me suivre toi !

©️ Jawilsia sur Never Utopia



Dernière édition par Aggaddon Médixès le Lun 22 Jan - 1:08, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Aggaddon Médixès
L'Éternel
Aggaddon Médixès
Messages : 531
Race : Humain
Équipage : Paradise, Dead-End, Allié de l'Inquisition

Feuille de personnage
Niveau:
32/75  (32/75)
Expériences:
230/250  (230/250)
Berrys: 26.078.000 B

MessageSujet: Re: [FB] Le Serpent à Plumes : Le Temple du Soleil (Solo)   Dim 21 Jan - 16:26


Le Temple du Soleil


Ygor Mickaelov, Virius Lester

Aggaddon, les mains liés par une corde, fut amené dans la tente du dirigeant de South Blood. Les quelques armes que portaient les membres de l’expédition étaient rassemblés devant eux, ainsi que la statuette et le codex qu’Ygor voulait offrir à Richard.

-Chef ! Voici un homme qui est parvenu je ne sais comment à sortir de la cage.

Ygor se retourna alors en direction du Médixès alors qu’il discutait de ses plans avec Virius.

-Qu’avons-nous là ? Un fuyard essayant lâchement de fuir seul et qui s’est fait prendre ? Je déteste les déserteurs, il ne mérite que la potence. Qu’on le mette à mort.

-Je n’ai aucune idée de qui vous êtes, mais sachez que l’un des vôtres aimerait certainement me voir survivre.

-Comment ?

-Je suis le frère d’Akothopis Médixès.

-En effet, Jarilian a des relations avec ce marquis et Ziedrich… Je vais te ramener à lui pour savoir ce que nous allons faire de toi
, termina le Mickaelov avant de se retourner.

Les yeux du mathématicien croisèrent ceux de John dont les mains étaient tout aussi enchaîné que les siennes. Le pauvre avait le visage recouvert de marque de martinet. Virius lui lançait de temps à autre des regards intensifs pour vérifier qu’il ne tente rien d’insensé.

-Je suis désolé mon vieil esclave, mais je ne pourrais plus te garder sachant que tu m’a déjà trahi une fois, tu vas être envoyé aux travaux forcés.




Les deux hommes ayant oublié de donner de nouvelles directives concernant Aggaddon, le soldat qui était là attendit patiemment. Un seul regard fut suffisant pour que John et le Médixès se comprennent. Le vieillard se lança sur l’homme de main pour l’étrangler avec ses liens. Cela laissa une ouverture à l’acrobate pour se saisir d’un de ses pistolets qui était sur la table pendant qu’Ygor et Virius faisaient volteface, ayant entendu les tentatives de hurlement du garde. Le savant tira une balle qui vint se loger dans la jambe du Mickaelov qui aurait certainement put esquiver s’il n’avait pas été surpris parce qu’il découvrait. Cela laissa un temps suffisant pour que le nobliau récupère sa rapière et son deuxième pistolet. En soulevant ainsi ses armes, le fourreau de son épée tomba au sol, ce qui lui permit de trancher les liens de John en plantant comme il pouvait sa lame dans le corps du soldat. Le vieux forban sortit l’arme du corps pour trancher à son tour la corde retenant les mains du Médixès. Virius avait contourné la table pendant ces courts instants. John choisit de faire face à son ancien maître enfonça un coup de poing dans le ventre de l’homme. Ce dernier n’étant pas un combattant, cela le déstabilisa. Aggaddon utilisa alors son second pistolet en visant l’épaule du Lester. Ils avaient l’occasion de fuir, même si tout le camp avait été alerté par les coups de feu. Après que le mathématicien ait récupérer la statue et le parchemin si précieux en terme archéologique et que John ait attrapé les clés à la ceinture de Virius, les deux camarades s’élancèrent dehors à toute allure pour rejoindre les cages où la désolation régnait sur le visage des membres de l’expédition. Leur apparition messianique fit ainsi apparaître un ultime espoir sur le visage des malheureux prisonniers. Alors que les portes s’ouvraient et que les hommes se dirigeaient vers la forêt, Ygor, se servant de sa canne pour avancer malgré l’état de sa jambe, hurla à plein poumons ses ordres.

-RATTRAPEZ-LES ET TUEZ-LES TOUS !!! Je ne parlerai en rien de cela à Jarilian, ce bouffon vient toujours interrompre mes enseignements pour y mettre son grain de sel. Ce sera ma petite vengeance. Héhéhé.

La voix de Riviera Lacosta, l'homme s'étant fait passé pour Yaroth, sortit d'une tente.

-Ne vous inquiétez pas monsieur. J'enfile mon armure et je m'occupe d'eux.

©️ CN.JUNE, NEVER UTOPIA


Dernière édition par Aggaddon Médixès le Dim 21 Jan - 21:19, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Aggaddon Médixès
L'Éternel
Aggaddon Médixès
Messages : 531
Race : Humain
Équipage : Paradise, Dead-End, Allié de l'Inquisition

Feuille de personnage
Niveau:
32/75  (32/75)
Expériences:
230/250  (230/250)
Berrys: 26.078.000 B

MessageSujet: Re: [FB] Le Serpent à Plumes : Le Temple du Soleil (Solo)   Dim 21 Jan - 18:13






Le Temple du Soleil
Le Serpent à Plumes





Le perroquet de Maximilien débarqua de nulle part, poursuivit par un puma. La lame d’Aggaddon s’enfonça alors dans le dos du félin pour permettre à l’oiseau de voler aux côtés de son maître pendant que les coups de feu des hommes de mains de South Blood résonnaient. Le groupe détalait comme des lapins au milieu de cette jungle. Le Médixès restait à l’arrière pour s’occuper des gardes en tenue de conquistador si jamais ils parvenaient à les rattraper. Mila et la Vérendrye étaient en tête du groupe, espérant qu’ils fonçaient dans la bonne direction. Rien n’était moins sûre.

-Revenez ici ! hurla un des poursuivants aux poursuivis.

Le mathématicien, terminant à l’instant de recharger une de ses armes à feu, répondit par un tir dans la direction du soldat. La balle ne toucha malheureusement pas. John, quant à lui, se rapprochait de la tête du groupe et sortit le carnet de dessins d’Andrew qu’il montra à l’archéologue.

-Sa mémoire ne sera pas plus bafoué, déclara le vieillard qui commençait déjà à faiblir.

Il n’était plus en âge de suivre un tel rythme de course. La course de John ralentit et il se retrouva bientôt au niveau d’Aggaddon qui esquivait les balles tout en sautant d’arbres en arbres, de branches en branches. Ses mouvements fluides et concentrés lui permettaient de passer au travers de la muraille naturel des assauts animaliers. Le mathématicien quitta soudainement les hauteurs qu’il gagnait peu à peu pour secourir le forban. Atterrissant avec légèreté sur le sol, il dégaina sa rapière pour repousser une balle qui allait toucher John. Il sauta ensuite vers l’avant, plantant l’extrémité de son arme dans le sol pour amener ses pieds à la rencontre du soldat qui se rapprochait. Il roula au sol et trancha la jambe d’un second, puis fit demi-tour. Un tir le toucha au bras, lui faisant lâcher un cri. Combattre serait vain, il fallait réellement fuir. Il se rapprocha du vieillard en rengainant sa rapière. Il attrapa finalement l’ancien pirate et le posa sur son épaule. Cela ralentit son rythme. Le Médixès chercha au fin fond de lui-même la force de repousser les limites de sa force pour ne pas se faire distancer par le reste du groupe qui disparaissait au fur et à mesure entre les feuillages. Le bruit d’un puissant courant d’eau commença à se rapprocher alors qu’Aggaddon se sentait de plus en plus épuisé. Il ne pouvait pas se permettre de ralentir, leurs ennemis les talonnaient. Ils pouvaient en prendre pour preuve les coups de feu pas si lointain.

-Je suis désolé… soupira John en se sentant être un poids.

-Nous irons jusqu’au bout, quoi qu’il en coûte, répondit simplement son porteur avant de dégainer son arme dans le but de trancher la tête d’un serpent leur fonçant dessus.

C’est alors que la lumière perçante du jour commença à apparaître derrière la végétation luxuriante. Ils se trouvaient aux abords d’une cascade, en amont, sur les rives d’un violent fleuve. L’avance des membres de l’expédition leur avait permis d’entamer la traversé à l’aide d’un chemin de pierres. La première chose que vit le Médixès en arrivant face à la rivière fut un malheureux dont le pied glissa sur la roche mouillée. Il fut alors entrainé par le courant et disparut dans les eaux de la cascade. Chacun lui adressa une rapide prière avant de reprendre leur route, il ne pouvait pas s’attarder même si c’était, une nouvelle fois, un triste événement qui venait de se dérouler. Aggaddon s’élança sur les pierres. Dès que son pied se posa sur la première, il vacilla, prêt à tomber. Portant le vieillard sur son épaule, la maîtrise de son propre poids ne lui permettait pas de rester aussi agile et sûr de ses appuis qu’à l’accoutumé.

-Si je chute, tout ce que nous avons découvert… toutes ces mémoires, légendes et secrets disparaîtront avec nous John… déclara le mathématicien en fermant les yeux pour se concentrer pleinement.

En effet, il portait la statuette et le codex dans ses affaires alors que John avait le carnet d’Andrew. L’acrobate avança prudemment, faisant abstraction des grommèlements des hommes de mains s’approchant dangereusement. Alors qu’il lui restait quelques rochers à franchir, un des soldats lui tira dans la jambe. Le Médixès, grâce à ses réflexes, attrapa avec sa main la pierre et, par un effort consommant beaucoup de son énergie, il balança le vieux pirate sur la rive avant qu’il ne tombe à l’eau. Heureux d’avoir réussi son action, Aggaddon arriva à son tour sur la terre ferle et le groupe reprirent leur course pendant que les soldats entamaient leur traversée, laissant ainsi le temps à Riviera de les rejoindre.



©️ Jawilsia sur Never Utopia

Revenir en haut Aller en bas
Aggaddon Médixès
L'Éternel
Aggaddon Médixès
Messages : 531
Race : Humain
Équipage : Paradise, Dead-End, Allié de l'Inquisition

Feuille de personnage
Niveau:
32/75  (32/75)
Expériences:
230/250  (230/250)
Berrys: 26.078.000 B

MessageSujet: Re: [FB] Le Serpent à Plumes : Le Temple du Soleil (Solo)   Dim 21 Jan - 21:13


Le Temple du Soleil




Ygor Mickaelov, Virius Lester

-Ceci signe un nouvel échec pour remplir votre tableau Virius ! Le prochain signera votre mort !

-Mais je n’ai rien fais !

-C’EST VOUS QUI AVEZ DEMANDÉ À CE QUE VOTRE ANCIEN ESCLAVE RESTE LÀ AVEC NOUS !!! S’il n’avait pas été là, ils ne seraient pas en pleine fuite
, hurla le membre de South Blood en levant sa canne pour frapper l’homme qui était venu l’assisté pour réparer sa précédente erreur qui était d’avoir laissé le livre d’Ohara être volé.

Ygor se reconcentra sur lui-même pour terminer de sortir la balle plantée dans son corps. À peine cela fut fait qu’il utilisa sa canne pour frapper une araignée qui se jetait sur lui. Il grommela un grand coup. C'était définitivement pas sa journée. Il avait terminé la journée de la veille en attrapant ses cibles et voilà que dès le matin elles étaient parvenu à s'échapper. De surcroît, les plans de South Blood commençaient à être entraver par des concurrents. Le Mickaelov s'en voulait de ne pas pouvoir être avec ses confrères pour tenter de résoudre la crise.

-Nous voilà dans de beaux draps. Il faut lever le camp et rentrer rapidement à Kawaii Kazan Shima pour essayer de les rattraper et les éliminer.

Il commença à avancer en boitant légèrement. Les animaux de la forêt se mirent à l’entourer, ayant terminé de s'occuper des quelques hommes de main n'étant pas partit à la poursuite des prisonniers. Le criminel serra les dents. Depuis qu'ils étaient arrivés, un grand nombre de ses hommes avaient péri à cause de la forêt, mais il n'y avait pas eu un tel raid bestial. Il n'était pas prêt de l'accepter. Leur existence n'allait pas remettre en cause le but que défendait ardemment le malfrat. Il refusait de se soumettre aux règles de la nature pour son beau plaisir alors que là-bas dans le monde civilisé, son organisation attendait son apogée.

-Je me laisserais pas faire bande de larves ! South Blood prospérera et sera à l’origine d’un nouveau tournant économique ! En tant que soldat, je me battrais jusqu’au bout pour ma cause ! APROCHEZ SI VOUS L’OSEZ.

Virius passa par l’arrière de la tente pour tenter de retrouver les gardes qui avait fui, ayant trop peur de mourir pour se confronter aux bestioles étranges de l’île.

Un véritable ballet de moustiques fendait les airs pour atteindre Ygor qui sortit la lame de sa canne-épée, tranchant ainsi les êtres ailés à portée. L’extrémité de son arme s’enfonça dans une araignée au sol afin de la balancer sur un puma. Il tourna sur lui-même avant de donner un coup d’estoc qui perfora l’œil du félin. Un caïman surgit dans son dos et, d’un puissant coup de pied, le malfrat repoussa le reptile. Il perfora le serpent qui commençait à s’enrouler autour de sa cheville et enfonça son poing dans la figure d’un jaguar qui ne broncha pas. Le criminel envoya alors son pied à la rencontre du félin, mais celui-ci l’intercepta avec sa gueule et enfonça ses crocs dans le membre du Mickaelov. Ce dernier essaya de retirer son pied de l’emprise de son adversaire animal. Il vit alors la nué de serpents et araignées se diriger vers ses jambes en grouillant autour de lui. Le malfrat ferma les yeux et se trancha la jambe comme il pouvait. Il s’y reprit à trois fois avant d’y parvenir. Il tomba alors au sol et son visage fut rapidement recouvert par insectes, larves, vers et biens d’autres joyeuseté qui n’attendait que sa défaite. Les hurlements de terreur du malheureux décrivirent à la fois sa peur et son refus de mourir. Son champ de vision se réduisait à mesure que les fourmis recouvraient ses yeux. Il tenta de se débattre, de lutter contre la puissance colossale de la mère Nature. Etait-ce sa punition ? Ygor ne songea cependant pas à la rédemption, tentant même de donner quelques coups de canne-épée dans le vide. La souffrance l'immobilisa petit à petit et des bestioles profitèrent de ses cris pour pénétrer dans son corps. Des larmes de tristesses coulèrent de ses yeux. La mort venait saisir ses tripes, ses entrailles, sa peau, sa gorge et bientôt son âme. La jungle impitoyable avait été plus forte que le malfaisant militaire dans une confrontation direct.
©️ CN.JUNE, NEVER UTOPIA


Dernière édition par Aggaddon Médixès le Lun 22 Jan - 1:25, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Aggaddon Médixès
L'Éternel
Aggaddon Médixès
Messages : 531
Race : Humain
Équipage : Paradise, Dead-End, Allié de l'Inquisition

Feuille de personnage
Niveau:
32/75  (32/75)
Expériences:
230/250  (230/250)
Berrys: 26.078.000 B

MessageSujet: Re: [FB] Le Serpent à Plumes : Le Temple du Soleil (Solo)   Lun 22 Jan - 1:04






Le Temple du Soleil
Le Serpent à Plumes



La vitesse de la course des fuyards se réduisait petit à petit. Les signes de fatigue et la douleur commençait à se faire sentir. Mila s’arrêta même pour reprendre son souffle, suivit d’autres compagnons.

-Ils semblent plutôt loin. Profitons en pour nous reposer. Même en supposant que lors de notre traversé de la forêt nous avons fait beaucoup de détour, la plage doit se trouver relativement assez loin, déclara Maximilien en s’assaillant sur un tronc, oubliant totalement la menace animale.

C’est John, qu’Aggaddon venait de poser à terre, qui sauva l’archéologue in extremis en le tirant vers l’avant.

-Encore un serpent, soupira le vieillard.

Quelques minutes passèrent tranquillement, les uns et autres reprenant leurs forces et leur souffle. Soudain, le mathématicien fronça les sourcils en entendant un bruit métallique résonner. La menace jaillissant petit à petit du néant commençait à recouvrir le lieu de repos temporaire, inquiétant les membres de l’expédition de façon fulgurante. Ils se remirent ainsi rapidement en marche, mais l’intensité du bruit augmentait et les cris des soldats venaient se rajouter à cela pour former un vacarme tonitruant.

-ILS SONT LÀ !!! hurla un homme de main.




Riviera Lacosta dans son armure

Le Médixès jeta un regard derrière lui et un frisson le parcourut instantanément. L’homme en armure qui se déplaçait pourtant dans l’immensité végétale sans aucune difficulté en enchaînant les foulés se rapprochait dangereusement du groupe. L’heure de la confrontation, semblant inévitable, arrivait. Aggaddon inspira et dégaina sa rapière alors que le traitre arrivait à son niveau.

-Pourquoi as-tu fais-cela ? demanda le savant.

-Pour le travail et pour qu’ils sauvent ma sœur. Ils m’emploient pour faire ce boulot et je n’ai donc aucune raison pour ne pas abuser de tous les moyens possibles afin de parvenir à mes fins. De plus, ma sœur étant affecté par une maladie mortelle, ils ont promis de trouver un remède pour la soigner si je faisais ce travail. Je n’ai absolument aucune raison d’avoir des scrupules.

-Je comprends ton raisonnement et je ne t’en veux pas, mais tu me vois désolé de devoir t’arrêter.


Les lames s’entrechoquèrent brutalement. Le regard de Riviera passa dans sa visière pour croiser la détermination sans faille du nobliau qui avait bien l’intention de découvrir l’étendue du contenue du codex. Les deux ennemis se toisèrent ainsi par le fer et l’esprit durant une seconde éternel, le temps nécessaire pour se juger. Aggaddon sauta vers un arbre sur lequel il s’appuya avec le pied gauche avant de partir à droite pour atterrir avec le pied correspondant sur un autre végétal arborescent. De là, il effectua une roulade en l’air, lame dégainée, se transformant en une scie rotative. Riviera para l’attaque quand son adversaire lui tomba dessus de cette façon. Il se laissa repousser pour tourner sur lui-même et repartir de plus belle, tout comme le Médixès qui atterrit à pied joints afin de se propulser vers l’avant. En quelques pas, il arriva derrière le traitre et fit pleuvoir les coups. Le Lacosta jongla entre les esquives et des demi-tours à répétitions pour ne pas se faire toucher et repousser la lame. Aggaddon effectua une roulade sur le sol pour se servir de la remonter comme élan de son saut suivant. Il passa au-dessus de son ennemi et vrilla tout son corps en l’air pour bloquer le sabre de cavalerie du Lacosta d’un pied pendant que sa rapière frappa l’une des pièces d’armure de Riviera. Le nobliau enchaîna en partant sur le côté dans le but de reprendre sa course. Les hommes de mains les talonnaient.

En pleine courses, ils croisèrent le fer dans quelques passes d’armes complexe. Un coup vers le haut par ci, un vers le bas, en diagonale, en tournant… Comme si leurs lames dansaient la salsa et leurs corps suivaient le rythme endiablé de l’affrontement. Ils entamèrent petit à petit un duel de tango à mi-chemin entre l’escrime et la danse remplaçant les contacts de main par l’entrechoquement de l’acier des épées virevoltants dans un florilèges de notes métallique faisant vibrer leurs ames. Le mathématicien mêlait d’habile coup de pieds à son adversaire en usant parfois de tactique de rapprochement, semblant devenir le porté et le chevalier le porteur. Les soldats suivant derrière essayaient tant bien que mal de ne pas observer ce combat des plus harmonieux et esthétiquement aboutit. Aggaddon attrapa entre ses deux jambes la tête de l’homme en armure afin d’exécuter un mouvement de balancier et toucher le plastron sur le côté tout en revenant à terre. Un pas à droite, un à gauche, un grand écart latéral, une strangulation permettant de reprendre le positionnement d’origine en passant dans le dos de Riviera, un choc d’épée, une roue sans les mains pour éviter des racines d’arbres alors que le Lacosta glissa avec son postérieur sur elles… L’acharnement des deux duellistes se ressentait dans chacun de leurs coups alors qu’ils traversaient la forêt en courant. Le paysage avait beau défilé, ont aurait put croire qu’ils demeuraient dans un plan fixe. La brutalité et la puissance du mercenaire de South Blood et l’agilité et la rapidité du savant de North Blue se compensaient presque parfaitement dans cette danse endiablée mêlant technique et artistique. Petit à petit, leur rythme s’intensifia, comme si le temps ralentissait autour d’eux alors que les minutes passaient, dépassaient, trépassaient. Les deux combattants s’épuisaient physiquement. Néanmoins ils tenaient bon pour se raccrocher à la vie, à leurs espoirs, à leur but. Le Médixès grimpa sur un arbre et en redescendit en fondant sur son adversaire qui l’accueillit avec une attaque horizontale. Il s’agissait en réalité d’une feinte et Aggaddon termina en une roulade avant de déplier sa jambe pour frapper de son pied le Lacosta. Ce dernier fit donc quelques pas en arrière avant de reprendre la poursuite malgré la chaleur accablante qui commençait à le faire suer à grosse gouttes sous sa lourde armure. Le savant de son côté souffrait du même problème, au lieu d’être handicapé par un poids trop grand, son habitude du climat polaire du Nord lui faisait une nouvelle ressentir bien trop fort la chaleur de cette jungle. Le moment d’arrêter leur course pour se faire face sans la gêne du mouvement se faisait ressentir comme proche. Cela laisserait le temps aux membres de l’expédition de faire une pause si les soldats s’arrêtaient également. Le Médixès parvenait à les voir faiblir pendant qu’il effectuer certains mouvements.

Trente longues et intenses minutes étaient passés depuis le début de ce duel intense. Ils étaient à peu prêt du même niveau et Aggaddon sentait qu’il avait une meilleure endurance. Cependant ses mouvements coutaient plus d’énergie et le mettait ici en position de faiblesse étant beaucoup plus fatigué que l’adversaire. Ses yeux se plissèrent alors qu’il parvenait de moins en moins à détourner les violentes attaques de Riviera. Il fit de nouveau une roulade pour arriver sur le chemin de course du Lacosta et le contraindre à arrêter de courir.

La symphonie métallique reprit de plus belle alors que le mathématicien commençait à peiner, esquivant les assauts de justesse. De son côté, le traitre se sentait ankylosé et avait une sensation de tiraillement dans les muscles. Il avait peur que la tendinite pointe le bout de son nez si ce duel durait encore plusieurs minutes. Ils étaient donc tout deux décidés à en finir. Ils s’élancèrent l’un contre l’autre. Le sabre de cavalerie coupa une mèche d’Aggaddon dont la rapière eu vite fait de rebondir sur l’armure du mercenaire. Le Médixès fit un tour sur lui-même, déplia sa jambe et frappa le casque au niveau du menton. Un grommèlement se fit entendre et le malfrat tomba à la renverse. Le nobliau planta alors sa lame dans le bras de son ennemi. Ce dernier saisit la lame avec la main du côté touché pour abattre de l’autre son arme sur la cuisse du mathématicien qui laissa s’échapper un hurlement. Il tituba pendant que le Lacosta se relevait. Riviera attrapa son pistolet à silex, jugeant que c’était l’occasion d’en finir. La balle se planta dans l’épaule du savant dont l’arme tomba au sol.

-Ne me crois pas vaincu, marmonna la cible en attrapant une de ses propres armes à feu.

Le projectile traversa sans mal la plaque d’acier et s’enfonça dans le poumon de l’homme rêvant de voir sa sœur arraché aux griffes de la Grande Faucheuse. Aggaddon récupéra sa rapière et l’abattit au niveau du coup de son adversaire qui contra le coup au dernier instant. Le Lacosta chargea son ennemi en enfonçant son épaule dans le ventre du savant. Ce dernier en profita pour passer son bras autour du cou de l’adversaire et plonger sa lame dans le dos du criminel par l’interstice du plastron. L’affrontement tendait ainsi à devenir plus bestiale, ce que confirma le coup de genou du Médixès dans le casque de Riviera avant de lâcher son cou. Les épées se percutèrent de nouveaux pour former une nouvelle mélodie plus percutante que la précédente. L’essoufflement des deux antagonistes était audible. C’est alors que le mercenaire pénétra la peau de son rival du jour au niveau de la blessure par balle qu’il avait infligé plus tôt. Aggaddon serra les dents et donna un coup de pied entre les jambes de l’autre duelliste avant de l’amener ensuite à la rencontre du casque qui se déforma à l’impact, l’acier se tordant suite aux nombreuses attaques reçus. Les soldats autours se demandaient s’il devait reprendre la poursuite des fuyards, mais un signe de la main d’un d’entre eux indiqua qu’il n’était pas encore prêt à repartir à la chasse. Le Médixès alla chercher dans son corps ses ultimes forces afin de repousser la mort, bientôt imité par le Lacosta qui fit de même. Ils se lancèrent l’un sur l’autre. Un nouveau coup résonna pendant que les deux ennemis avaient échangé leur place. Cette action fut répétée, une, deux, puis trois fois. Le mathématicien pesta et fit semblant de repartir dans le même mouvement afin de sauter en l’air. Il tourna sur lui-même autour d’un axe en diagonal afin d’amener avec plus de puissance sa lame contre celle de son adversaire. Cela eu pour effet de baisser le sabre de cavalerie, permettant à Aggaddon de contracter ses abdominaux afin d’envoyer ses deux pieds sur le plastron du malfrat.

-Regarde-moi Hélène… Je combats pour toi… Donne-moi la force… pria Riviera en se relevant misérablement.

Ils arrivaient à la fin de l’échange. Le Lacosta inspira et fonça droit vers le Médixès pour essayer de l’embrocher, mais l’acrobate prit appuis sur le bras de l’homme en armure pour se propulser plus loin. Il revint immédiatement à la charge en plongeant sa rapière dans le bras indemne du mercenaire. Par chance, Riviera esquiva et se releva en donnant un coup de poing à son adversaire pour ensuite planter sa lame dans le ventre du mathématicien. Il n’eut pas le temps de terminer son mouvement, la rapière le décapitant au passage. Alors qu’il sentait les doigts glacés du destin traverser son cou, Riviera revit le visage de sa sœur endormi qui attendait d’être secouru. Les larmes volèrent dans les airs avec la tête quelques instants après que quelques mots résonnèrent dans les oreilles d’Aggaddon.

-Désolé Hélène…

Le Médixès tomba au sol, complétement lessivé par l’affrontement et la douleur de toutes ses blessures le paralysant vu l’état de fatigue. Alors que les hommes de main hurlaient de tirer en voyant leur meneur vaincu, Maximilien sortit de la végétation pour attraper l’acrobate et le porter pour la poursuite qui allait reprendre dans un découragement palpable des soldats.

©️ Jawilsia sur Never Utopia

Revenir en haut Aller en bas
Aggaddon Médixès
L'Éternel
Aggaddon Médixès
Messages : 531
Race : Humain
Équipage : Paradise, Dead-End, Allié de l'Inquisition

Feuille de personnage
Niveau:
32/75  (32/75)
Expériences:
230/250  (230/250)
Berrys: 26.078.000 B

MessageSujet: Re: [FB] Le Serpent à Plumes : Le Temple du Soleil (Solo)   Lun 22 Jan - 20:06






Le Temple du Soleil
Le Serpent à Plumes



Les fuyards perdaient la notion du temps. Est-ce qu’une heure était passé ? Deux ? Six ? Huit ? L’espoir de la survie les poussaient à avancer. Mila, grâce à des connaissances en médecine qu’elle tenait de la période où elle n’avait pas encore choisi sa voie, s’occupa de sauver la vie d’Aggaddon. Ce dernier continuait à souffrir et ne parvenait pas à bien se déplacer, mais sans une partie du matériel du médecin qui était sur le bateau il ne pouvait pas recevoir tous les soins nécessaires. Le docteur, lui, avait été l’une des premières victimes de la forêt lors de la traversé.




La délivrance apparut entre les arbres. La plage ! Un sourire de joie illumina les visages des aventuriers qui découvrirent qu’ils étaient à cinq cents mètres de leur caravelle. Ils avaient apparemment perdu beaucoup de temps à avancer à l’aveuglette lors de leur voyage dans l’empire vert en direction des ruines. Même si la gaieté était au rendez-vous, ils ne devaient pas oublier qu’ils étaient poursuivis. Les hommes de mains sortirent à leur tour de la forêt, dévoilant ainsi qu’ils avaient trois cents mètres de retards à cause de quelques pauses longues qu’ils avaient effectué. Sur un lieu dégagé comme ici, il n’y avait aucune végétation qui restreignait les possibilités de tirer au fusil. C’est pourquoi ils commencèrent à appuyer sur la gâchette tout en essayant d’arriver au navire avant que les membres de l’expédition aient tous le temps d’embarquer.

-John, prends-ça, déclara le Médixès en tendant le codex et la statuette à son camarade, les deux étant à la traine à cause de leur état physique. Je vais les repousser pour que vous ayez le temps de préparer le navire.

-Mais…
tenta d’objecter le vieux pirate.

-Il a raison, nous allons les retenir. Mila ! Dirige tout le monde pour que le navire soit prêt ! lança Maximilien en dégainant le sabre de Riviera qu’il avait récupéré en secourant le mathématicien.

Les deux savants se tinrent prêt à accueillir les soldats qui n’avaient plus de poudre ou de balles et voulant combattre au corps à corps. La rapière traversa une épaule pendant que le sabre repoussait une hachette.

-Toutes voiles dehors ! Armés les canons et repoussons ses mitrailleurs ! hurla la biologiste.

-BRANLE-BAS DE COMBAT BANDE DE LIMACES !!! ENVOYONS CES CANAILLES PAR LE FOND ET SORTONS NOUS DE LÀ !!! hurla John en arrivant sur le pont, la situation et la tension réanimant ses instincts de forban endormis au fond de lui depuis quelques années.

Les deux chefs improvisés des survivants sur le navire participèrent activement à la préparation alors qu’une pluie de balles de mousquet s’abattait sur le pont et la coque. Une lame, puis deux, puis trois, lacérèrent le Médixès qui avait regagné quelques forces, mais qui n’était clairement plus en l’état de se défendre correctement. Maximilien faisait de son mieux pour aider son allié, mais les renforts qui arrivaient n’aidaient pas. C’est alors que le tonnerre jaillit de la caravelle, le boulet explosa en plein milieu du sable en percutant deux tireurs. Plusieurs autres volèrent, alors que ceux qui affrontaient la Vérendrye et le Médixès se retournèrent pour comprendre ce qu’il se passe. L’archéologue et le mathématicien se dirigèrent immédiatement vers la corde qui trainait encore dans l’eau afin de grimper sur le pont pendant que les voiles étaient déroulées et prenaient le vent. Aggaddon resta allongé sur le pont, haletant et tentant de rester conscient. Les uns et les autres se mirent à l’abris pour se protéger des balles de plomb alors que John continuait à tirer dans le tas et que Mila faisait son possible pour soigner le mathématicien.




La victoire ! La survie ! L'espoir céda sa place à la satisfaction et au soulagement général. L'absence de menace réchauffa leurs cœurs ternit par la faim, la soif et l'envie de repos. Leurs sentiments bouillonnants explosaient. Il n'existait aucun mot pour décrire une telle sensation, une telle allégresse... Ils étaient parvenus à quitter les lieux en emportant souvenirs et trésors sans périr des mains de South Blood ou de la jungle. Tous n’en avaient pas eu la chance. C’est pour cela que les hurlements de joie furent suivis de moments de recueillements. Les visages de tous les personnes mortes sur l’île apparurent dans l’âme des survivants. Cela avait été une belle et horrible aventure, avec ses moments d’émerveillements et ses sombres retournements. Elle marquerait à jamais l’esprit de chacune des personnes présentes sur la caravelle ce jour-là, quand le navire s’éloignait de Tezcatlipoca. Malgré son état et les beuglements de la biologiste, Aggaddon se releva à l’aide de ses bras. Il observa une dernière fois l’île, cette jungle, ce monde rempli de secrets qui avait redéfini sa vision du concept de l’exotisme. Ses yeux se refermèrent sur cette vue d’un enfer paradisiaque, chutant dans l’inconscience pour s'en relever que le jour suivant. Ils avaient tous mérités de se reposer après cette lutte interminable. Les uns et les autres rejoignirent progressivement le mathématicien au pays des songes où ils retrouveraient peut-être le sourire d'un jeune homme. Alors que tout le monde commençait à tomber de fatigue, les larmes coulaient des yeux de la Vérendrye pendant que Mila écoutait silencieusement et tristement.

-Andrew... Puisse-tu me pardonner... Repose en paix...

©️ Jawilsia sur Never Utopia


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: [FB] Le Serpent à Plumes : Le Temple du Soleil (Solo)   

Revenir en haut Aller en bas
 

[FB] Le Serpent à Plumes : Le Temple du Soleil (Solo)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» LE TEMPLE DU SOLEIL (ORISSA, INDE)
» Deux cheveux de feu au temple du soleil
» Un temple sous terre [PV Kusari]
» Salazar le Seigneur-Serpent. (UC)
» Un Serpent Royal

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
One Piece Seken :: Le monde de One Piece :: Seas Blues :: South Blue-