Partagez | 
 

 Envie pressante. [PV Chapter]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Heziel Coffe
The Juggernaut
avatar
Messages : 1546
Race : Humain
Équipage : Aucun

Feuille de personnage
Niveau:
43/75  (43/75)
Expériences:
419/500  (419/500)
Berrys: 61.706.000 B

MessageSujet: Envie pressante. [PV Chapter]   Mar 7 Nov - 23:41





Parfois, ça ne se contrôle pas !


Parcourant les rues du complexe hôtelier avec un air embarrassé, Heziel cherchait des yeux quelque chose. Son regard, furetant d'un point A à un point B, puis à un point C, puis à encore un autre point de l'alphabet, semblait empli de hâte. Il houspillait dans son coin tandis que ses mains se portaient presque instinctivement à son bas ventre. Nom de dieu, il n'aurait jamais cru qu'une boisson puisse le mettre dans un tel état. On lui avait dit qu'il ne fallait pas en abuser... un truc local. Il n'avait pas compris quand on lui avait dit "ça ne se boit pas, ça s'emprunte". Maintenant, il saisissait l'ampleur de cette information. Même qu'il allait sans doute rendre le breuvage avec des intérêts ! Le "Peeyoself" qu'ils appelaient ça !

Les Dokugan s'étaient arrêtés sur l'île après avoir croisé à nouveau la route de Erwin Dog, chef de l'inquisition. Ce dernier avait eu l'amabilité de les transporter de la voie 1 à la voie 3 en utilisant son fruit de la téléportation, et ils avaient décidé de passer un peu de bon temps ensemble à Holiday Island, en souvenir de leurs aventures passées et pour pouvoir se retrouver un peu. L'équipage, actuellement dans l'une des nombreuses piscines de ce dédale touristique, vaquait à un peu de détente bien méritée après l'aventure aussi bizarre que compliquée que ses membres avaient eu l'occasion de vivre à Little Garden. Le Coffe, lui, avait décidé de visiter un peu de son côté, friand des merveilles que pouvaient receler cet endroit. Même si il ne touchait qu'avec les yeux ! Sauf que voilà, il avait un petit problème...

- Punaise, faut que je piiiiiiiiisse !

Avec sa grâce et son style habituel, il zigzaguait entre les passants à la recherche de toilettes publiques qui ne l'auraient pas forcé à vendre leur caravelle pour faire ses besoins. Car c'était ça le problème de cet endroit : tout était AFFREUSEMENT cher ! Il aurait pu s'offrir un manoir à Loguetown avec le prix de certains articles ! Enfin, pas forcément, puisque la ville était partiellement en ruine suite à leur dernier passage et à la guerre entre la Marine et les hors a loi et... hum. Passons.

Au détour d'une ruelle, il pensa cependant avoir trouvé son sauveur : un homme se baladait là, avec un étrange masque d'ours sur la figure. Sans doute l'une des peluches géantes qui animaient l'endroit ! Un employé du complexe, donc ! Sauvé ! Il était sauvé ! Se dépêchant de le rejoindre, il glissa presque au sol devant lui avant de faire du sur place tel un jogger. Sauf que lui, il avait besoin de perdre un peu d'eau par un autre moyen qu'une sudation excessive due à un séance de sport âprement menée. Il s'enquit donc d'une solution à son problème, sans chercher à savoir si il n'importunait pas un mec qui... porterait un masque d'ours... dans la rue... sans raison... non, c'était impossible !

- Excusez moi, monsieur l'ours du complexe hôtelier ! Vous ne sauriez pas où je peux trouver des toilettes ? Et sans avoir à vendre mes deux reins, si possible !

Visiblement pressé, il fixa intensément l'individu, espérant obtenir ne fut-ce qu'un début de réponse utile. Ça devenait urgent !


_________________




Revenir en haut Aller en bas
Eden Chapter
Unbearable
avatar
Messages : 120
Race : Humain
Équipage : Dead-End

Feuille de personnage
Niveau:
18/75  (18/75)
Expériences:
0/100  (0/100)
Berrys: 4.631.000 B

MessageSujet: Re: Envie pressante. [PV Chapter]   Dim 19 Nov - 16:21

Envie pressante


D’un pas lent et prudent, l’ours avançait entre les bâtiments à l’apparence luxueuse. Son regard parcourait le décor, à la recherche de plus en plus désespérée d’un indice en sa faveur. Mais plus le temps passait, plus il était forcé de se rendre à l’évidence : c’était encore une fois le singe qui avait raison. Il était peu probable, comme l’avait supposé le fossoyeur initialement, que le paysage de l’île ait à ce point changé durant les six années qui avait suivi son départ. Non, la vérité était beaucoup plus simple : ils n’étaient tout bonnement pas sur Cactus Island.

Leur arrivée sur Grand Line avait été pour le moins mouvementée. La petite barque dans laquelle il voguait avait eu beaucoup de mal à maintenir sa forme au passage de Reverse Mountain, et l’intérieur du château avait subi quelques dommages durant les secousses qui en avaient résulté. Entre les meubles renversés, ils s’étaient tous réunis autour de la grande table, à fixer l’aiguille magnétique qui y reposait par-dessus les bouts de verre brisé, et qui malgré leurs espoirs avait refusé d’indiquer la moindre direction.

Le fossoyeur s’était donc fié à son instinct et sa mémoire pour les guider, répétant à qui voulait l’entendre que son lien privilégié avec Whiskey Peak ne pouvait pas le trahir. Son cerveau était un Eternal Pose pour l’île… Ce qu’il confirma d’un air satisfait lorsqu’ils virent un bout de terre se profiler à l’horizon.

Il avait fallu un long moment à arpenter les rues d’une ville qu’il ne reconnaissait pas, pour que son acolyte simiesque commence à se douter de quelque chose. Et face au refus de l’Eden à reconnaître son erreur, celui-ci avait fini par s’énerver et quitter la maison en trombe, prétextant qu’il se mettrait à la recherche d’un nouveau Log Pose. Il n’était pas revenu depuis. Les enfants, quant à eux, avaient été relégués dans leur chambre, comme toujours lorsque leur père s’absentait.

Le grand homme profitait donc de la solitude dont il n’avait pas pu bénéficier depuis plusieurs semaines. La frustration croissante de réaliser qu’il n’avait pas atteint sa destination tant prisée en était d’autant plus supportable. Il savait qu’il finirait bien par trouver un moyen. Et c’était bien cela l’important, le temps que cela lui mettrait n’était que très secondaire.

L’occasion se présenta cependant plus tôt que prévu, lui fonçant pratiquement dessus à toute vitesse. Le garçon n’était visiblement pas d’ici, ce qui impliquait selon toute probabilité qu’il ait les moyens matériels de se déplacer sur cette mer. De plus, si Chapter n’était pas en mesure de comprendre l’urgence de certains besoins physiologiques chez les adultes, puisque lui-même n’était que très rarement concerné par ces nécessités et ne sut donc pas pourquoi le jeune homme était si désespérément à la recherche de toilettes, il pouvait en revanche aisément remarquer l’empressement de celui-ci en ce sens. Ce qui impliquait forcément qu’il serait disposé à beaucoup de choses pour trouver une solution à son problème. L’occasion était beaucoup trop belle pour être manquée.

-Oui, en fait. J’en connais des superbes. Tu as un bateau ? Je vais te guider.

Les toilettes de la taverne où il avait passé sa jeunesse semblaient parfaites pour la quête du jeune homme. Il lui permettait de trouver ce dont il avait visiblement si désespérément besoin, et se faisait escorter jusqu’à Whiskey Peak ; tout le monde en sortait indubitablement gagnant. Le fossoyeur ne voyait pas comment son interlocuteur pourrait refuser une telle offre.





Revenir en haut Aller en bas
Heziel Coffe
The Juggernaut
avatar
Messages : 1546
Race : Humain
Équipage : Aucun

Feuille de personnage
Niveau:
43/75  (43/75)
Expériences:
419/500  (419/500)
Berrys: 61.706.000 B

MessageSujet: Re: Envie pressante. [PV Chapter]   Lun 20 Nov - 13:19





Parfois, ça ne se contrôle pas !


- Des toilettes qui s'atteignent en empruntant la mer ? C'est pas un peu long ?

La réponse de la mascotte décontenança quelque peu le forban, qui s'attendait tout simplement à être aiguillé vers des toilettes terrestres assez basiques : une cabine, un trou, et voilà... visiblement, l'ours avait monts et merveilles à lui proposer : des toilettes qui s'atteignaient en bateau ! Néanmoins, il n'avait pas les moyens d'accepter ce genre de compromis : il allait craquer durant le voyage, en plus de ne pas avoir de navire personnel. Ben oui, les Dokugan partageaient le Youthful Demon, et si celui-ci était actuellement en train de roupiller paresseusement dans l'un des ports de Holiday Island, il était hors de question de le sortir de sa pause bien méritée. D'autant plus que malgré tout, c'était vachement louche comme histoire, quand même.

- Je crois que vous ne comprenez pas... j'ai pas le temps de prendre le bateau, ça va sortir à tout instant !

Il mima un homme en train de faire ses besoins de la façon la plus maladroite possible. Sans doute son interlocuteur ne comprendrait-il pas le jeu de signes inhérents. Observant rapidement autour de lui, l'oeil de plus en plus paniqué, le Coffe cherchait désespérément un endroit où se libérer de ce fardeau. Mais quel micmac ! Même les ruelles les plus timides étaient constamment empruntées par d'autres touristes ! Il ne voulait pas faire mauvaise impression auprès des locaux, surtout si c'était pour avoir des ennuis... de plus, il doutait fortement que faire ses besoins contre un mur soit autorisé dans un endroit au standing aussi élevé. Il fit un tour sur lui même tout en joggant, comme si ça pouvait l'aider à se concentrer et retarder l'inévitable.

- Les chutes d'eau ! La pluie ! Le tuyau d'arrosage ! Vous voyez ce que je veux dire, non ? S'il vous plait, indiquez moi les toilettes les plus proches !

Un petit pas de côté, un autre petit pas de côté. Tel une ballerine maudite, Heziel essayait désespérément de gagner le combat virulent l'opposant à sa vessie. Il était tombé dans un piège odieux et il en dégustait désormais les amères conséquences : bientôt, il serait forcé d'uriner dans un coin comme un malpropre, si personne ne lui apportait la réponse tant espérée...

- Pitié, ça urge !


_________________




Revenir en haut Aller en bas
Eden Chapter
Unbearable
avatar
Messages : 120
Race : Humain
Équipage : Dead-End

Feuille de personnage
Niveau:
18/75  (18/75)
Expériences:
0/100  (0/100)
Berrys: 4.631.000 B

MessageSujet: Re: Envie pressante. [PV Chapter]   Mer 6 Déc - 13:33

Envie Pressante



Contre toute attente, le jeune homme ne semblait pas satisfait de sa proposition. Trop pressé pour pouvoir se permettre le moindre déplacement? Mis à part chez les quintuplés, qui avaient l’excuse de l’âge et qu’il suspectait de toute façon d’exagérer systématiquement leurs problèmes, Chapter n’avait pas souvenir d’avoir déjà vu une telle chose. Tout cela ne semblait pas normal. Que voulait donc son interlocuteur ?

Interlocuteur qui entama d’ailleurs une sorte de danse incompréhensible devant lui, que le fossoyeur supposait sensée appuyer ses propos. Si la gestuelle ne transmit pas le message escompté, elle eut au moins l’effet d’interpeller l’Eden. Un tel empressement, une telle avalanche de mouvements parasites, cela avait de quoi le perturber. Et même provoquer en lui l’ombre d’un agacement. Pourquoi avait-il besoin de s’agiter à ce point ? C’était stressant. Au point que le grand homme envisagea la possibilité de réellement aider l’inconnu, en espérant que cela suffirait à le tranquilliser. S’il était comme les gamins, il se tairait aussitôt qu’il aurait eu ce qu’il voulait… au moins pour quelques minutes.

Cependant, cela ne réglerait pas son propre problème. Or le brun venait de lui confirmer qu’il possédait bel et bien un bateau et que le manque de temps était le seul problème qui se présentait devant lui. Il devrait bien pouvoir en profiter d’une quelconque façon… mais les gesticulations incessantes et le flot de paroles insensées du jeune homme qui s’obstinait à lui expliquer son problème l’empêchaient de se concentrer.

D’un geste sec, il posa une main sur chacune des épaules du garçon, espérant le maintenir en place durant quelques instants. Au moins le temps de remettre ses idées en place.

-Calme toi, gamin. J'suis pas bon en charades.

Soupirant lourdement, il laissa échapper un « Incroyable » tout en réfléchissant à la suite de la conversation. Il connaissait très bien les toilettes les plus proches, elles se trouvaient juste en face du jeune homme. Cela faisait bien longtemps que le château ambulant avait dépassé l’impression initiale de dégoût lorsque quelqu’un utilisait ses facilités, à fortiori depuis que cinq enfants en bas âge l’habitaient. Le seul problème dans l’affaire était sa réticence à révéler sa particularité à n’importe qui… mais le prix était bien faible s’il obtenait en échange l’accord qu’il désirait avec le jeune homme.

-Ecoute, si je t’aide ça f'ra de nous des amis, non? Et les amis rendent l’aide qu’ils ont reçu, pas vrai ?

Le garçon ne semblait pas réellement en mesure de négocier les conditions. Mais s’il décidait de trahir leur contrat, il se retrouverait de toute façon forcé de le respecter une fois entré dans le domaine du fossoyeur.

-J'te sors du pétrin, et tu m’emmènes sur Whiskey Peak. D’accord?

Soulevant sa main droite de l’épaule du gamin, il la plaça face à lui, paume vers le ciel, une petite trappe de quelques centimètres s’ouvrant au milieu de celle-ci. Si son nouvel ami décidait de serrer sa main pour conclure le pacte, il se retrouverait dans un long couloir de pierre grise, face à une simple porte de bois qui répondrait sans doute à ses attentes.



Revenir en haut Aller en bas
Heziel Coffe
The Juggernaut
avatar
Messages : 1546
Race : Humain
Équipage : Aucun

Feuille de personnage
Niveau:
43/75  (43/75)
Expériences:
419/500  (419/500)
Berrys: 61.706.000 B

MessageSujet: Re: Envie pressante. [PV Chapter]   Mer 13 Déc - 22:08





Parfois, ça ne se contrôle pas !


Gesticulant de tout son long, Heziel arrivait à sa limite. Et voilà que l'ultimatum tombait : pas de trajet à Whisky Peak, pas de toilettes. Pas de toilettes... soit un accident, soit une mésaventure qui l'amènerait à être viré du complexe hôtelier, à coup sûr. Il n'avait aucune idée de comment régler la situation et cela l'embêtait : il ne pouvait décemment pas promettre à l'homme lui faisant face de l'emmener de but en blanc sur cette île dont ils avaient tout juste réchappé. C'était impossible d'embarquer tous les Dokugan dans ce pétrin, et il le savait. Néanmoins, il pouvait toujours lui filer un coup de main substantiel : il avait de l'argent, et l'île était un point névralgique de la voie numéro trois. Il était tout à fait probable de trouver un navire mouillant au port, qui partirait pour l'île des chasseurs de prime. Il se demanda d'ailleurs si l'homme lui faisant face ne risquait pas de lui amener des problèmes : il était recherché, et si il avait accepté, il se serait jeté dans la gueule du loup. Néanmoins, son corps ne lui laissait pas le choix.

- Heu... écoutez, je vous promet de voir ce que je peux faire ! Ça vous va, hein ? Pas vrai ?

Au bord du préci-pisse, le Coffe avait l'impression d'affronter le pire ennemi de son existence. Si l'homme acceptait, alors il lui serrerait la main sans hésiter. Il disparaitrait donc du monde physique commun pour se retrouver dans un grand couloir de pierre. Sans même se poser de question, bien trop obnubilé par son envie pressante, il se ruerait jusqu'à la porte cachant la terre promise, pour y découvrir le Graal tant recherché : des toilettes fonctionnelles ! Alors viendrait la délivrance. Alors viendrait le salut. Débraillé, assis sur les toilettes si simplettes et pourtant si divines, il pourrait relâcher les conséquences de cette boisson démoniaque sans se retenir, vivant une expérience si soulageante et satisfaisante qu'il resterait sans doute plusieurs minutes assis à ne rien faire, perdu dans le bien être subséquent. Cela, jusqu'à reprendre conscience pleinement de sa situation... jusqu'à comprendre qu'il était désormais dans un château bien étrange et inconnu, là où plus tôt se serait tenu la mascotte singulière. Des questions en entraînant d'autres, il finirait par balbutier, étonné mais sauvé de son mal.

- Mais... quel est cet endroit ?

Puis viendrait le temps d'honorer sa dette. Si d'aventure l'homme n'acceptait pas sa maigre promesse... alors il serait contraint de faire quelque chose de bien malpoli, et tenterait de le faire de la façon la plus discrète possible. Ce qui, sur Holiday Island, revenait presque à diviser par zéro. Trouver un coin "tranquille", y faire son "affaire" puis disparaitre avant d'être vu. Pour cela, une seule option s'offrait actuellement à lui : monter sur un toit, ce qu'il risquait de faire de la façon la plus comique et ridicule possible, assailli par la malédiction du Peeyoself.


_________________




Revenir en haut Aller en bas
Eden Chapter
Unbearable
avatar
Messages : 120
Race : Humain
Équipage : Dead-End

Feuille de personnage
Niveau:
18/75  (18/75)
Expériences:
0/100  (0/100)
Berrys: 4.631.000 B

MessageSujet: Re: Envie pressante. [PV Chapter]   Ven 22 Déc - 18:17

Envie Pressante



Il y avait une forme d’accord. Le jeune homme ne l’avait admis qu’à demi-mot, puisque Dieu seul savait quelle raison semblait lui interdire de l’annoncer clairement, mais l’Eden n’était pas dupe : il venait de recevoir la promesse qu’il attendait. Il hocha donc doucement la tête, satisfait, tandis que le marin serrait sa main et pénétrait dans le château avec empressement.

Satisfait de la tournure que prenaient les événements, il repris son avancée tranquille parmi les rues de la ville, tout en fredonnant un air léger qui résonnerait autour de son invité pendant qu’il faisait sa petite affaire. Il ne remarqua évidemment pas les quelques regards interrogateurs qui s’étaient attardés sur lui et ses environs. Dans une telle foule, il était bien facile de perdre quelqu’un des yeux… Il n’y avait sans doute aucune conclusion à en tirer.

Confiant, il n’en perdait cependant pas toute prudence pour autant. Tandis que le garçon se concentrait sur son soulagement personnel, la porte qui l’avait vu pénétrer dans le château disparut tout bonnement, laissant place à un large cadre affichant le portrait grossier d’une petite fille aux cheveux noirs, serrant dans ses bras un ours en peluche plus grand qu’elle. Lorsque le visiteur sortirait de son précieux refuge, il pourrait sans doute constater que la tête du jouet était sensiblement identique à celle qui cachait le visage du grand homme, qui se trouverait à présent également dans ce couloir.

-Bienv’nue chez moi ! C’est joli non ? J’ai fait la déco moi-même!

Peu importait qu’à l’exception du tableau et de quelques lampes éclairant les lieux, l’inconnu ne pourrait observer dans le long couloir que de la pierre grise et des portes de bois brut. Le châtelier était fier de son domaine, et cela se voyait. Il laissa son hôte admirer la vue quelques instants, sans dire un mot. S’il constatait que le regard de celui-ci s’attardait sur le grand portrait à côté duquel il se tenait, il expliquerait d’une voix étonnamment douce.

-Ma fille, Page. Sacrée gamine, qu’elle était ! T’as déjà vu une telle beauté, hein? Ah, sacrée gamine, ça oui... Elle savait ce qu'elle voulait, elle aussi!

Il était bien plus bavard qu’à son habitude. C’était là sa façon de se montrer aussi convivial que possible. Ce qui se rapprochait le plus, selon ses capacités, d'une conversation famillière. Il fallait bien prouver ses dires : après ce service rendu, l’homme était devenu son ami. Un ami sur lequel il plaçait à présent beaucoup d’attentes. Mais celui-ci ne semblait pas vouloir dire les choses trop ouvertement, comme il l'avait montré en n'assumant pas pleinement sa promesse. Chapter allait donc devoir jouer son jeu, et faire preuve de subtilité pour mener la discussion.

-Un truc de famille ça, savoir c'qu'on veut. Très heureux d'avoir pu t'rendre service d'ailleurs, ça m'fait plaisir. Comme j'l'ai dit hein, entre amis c'est normal, pas vrai?

La finesse à l'état le plus pur. Il n'y pouvait rien, il avait toujours été maître dans l'art de la discrétion et du non-dit. Un indéniable talent naturel, qui avait bien de quoi laisser envieux.




Revenir en haut Aller en bas
Heziel Coffe
The Juggernaut
avatar
Messages : 1546
Race : Humain
Équipage : Aucun

Feuille de personnage
Niveau:
43/75  (43/75)
Expériences:
419/500  (419/500)
Berrys: 61.706.000 B

MessageSujet: Re: Envie pressante. [PV Chapter]   Jeu 4 Jan - 19:01





Parfois, ça ne se contrôle pas !


- C'est... un fruit du démon ?

Côtoyant depuis un bout de temps ce genre de phénomène, Heziel n'avait pu en arriver qu'à cette conclusion. Le décor changeant devant lui une fois son affaire finie et l'apparition de l'homme à la tête d'ours l'avaient poussé sur cette piste, la seule qui lui paraissait crédible à l'instant même. Néanmoins... il était encore épaté. Si ce n'était pas l'oeuvre d'un de ces mets maudits, alors qu'est-ce que ça pouvait bien être ? Il resta béat quelques instants suite à sa propre question, observant le tableau avec un peu plus de minutie et constatant la ressemblance frappante entre la tête de la peluche et celle arborée par sa nouvelle connaissance. Lorsque celui-ci commença à lui expliquer qu'il s'agissait de sa fille, le Coffe se frotta l'arrière de la tête et le laissa terminer sa phrase avant de répondre, d'un ton tout à fait sincère.

- Effectivement... elle est jolie sur ce tableau.

Il ne poussa pas la question plus loin. L'emploi de l'imparfait par son interlocuteur suggérait que leur relation avait pris fin, d'une façon ou d'une autre. Il ne souhaitait pas forcément connaitre la suite de l'histoire, d'autant plus que ça aurait été passablement indiscret et malpoli de sa part de creuser ce sujet qui ne le regardait pas le moins du monde. En tout cas, le costumé semblait relativement doux en abordant le sujet, attendri même. Il enchaîna sur le fait que ça avait été un plaisir de filer un coup de main au Coffe, que c'était normal entre amis. Sa bonhomie provoqua un sourire honnête sur le visage du pugiliste, qui se rapprocha sereinement avant de s'incliner prestement et respectueusement. Ce n'était pas tous les jours qu'un inconnu se montrait aussi courtois avec lui.

- Merci beaucoup ! J'ai bien cru que je n'allais pas m'en sortir avec cette affaire !

Il se tourna vers les pierres et le bois brut qui constituaient son entourage : cette forteresse était tout à fait fascinante, à vrai dire. Sa contemplation dura quelques instants avant qu'il ne se souvienne de sa part du marché : il devait aider l'homme à atteindre Whisky Peak. Ce ne serait pas une mince affaire... mais bon, autant faire les choses dans le bon ordre pour commencer, non ? Aussi fit-il un signe de main à l'homme à la tête d'ours, gardant à l'esprit qu'il sortait tout juste du petit coin et qu'il y avait un minimum de bienséance à respecter, même en se retrouvant dans un château perdu au milieu de nulle part.

- Je m'appelle Heziel ! Heziel Coffe ! Ravi de faire votre connaissance !

Ce nom ferait peut-être écho à quelques souvenirs chez son interlocuteur : non pas que le mormoilnien fut un forban de très grande renommée, mais son équipage avait été sous les feux des projecteurs récemment. Entre leur progression démentielle sur East Blue et leurs altercations avec la Marine, leur fuite fructueuse face aux forces massives de Loguetown, puis leur passage sur l'île des chasseurs de prime auxquels ils avaient échappé avec succès et non sans remue-ménage... il était possible que le possible maudit eut déjà entendu parler des Dokugan. De son côté, Heziel ne se posait même pas la question : il n'était pas encore habitué aux conséquences du fait d'avoir une prime à son nom et agissait de façon bien inconsciente de temps à autres.

- Vous vouliez aller sur Whisky Peak ? Personnellement, j'en reviens presque, donc je ne pourrais pas vous accompagner... mais si vous voulez de l'aide pour vous trouver un transport, je suis votre homme ! Je serai ravi de vous rendre votre coup de main !

Sans la moindre once d'embarras, Heziel venait d'affirmer sa volonté de venir en aide à son bienfaiteur. Quitte à devoir lui payer le trajet, si ils trouvaient une quelconque navette : la découverte du trésor sur Little Garden avait doté l'équipage du Borgne d'une coquette fortune, du moins vis à vis de leur train de vie habituel. Le second de l'équipage n'aurait donc aucune difficulté à offrir le passage jusqu'à la première voie de Grand Line à son nouvel ami. Restait à voir comment ils allaient se débrouiller pour procéder : de son côté, le martialiste désirait à tout prix éviter les ennuis. Erwin les avaient amenés ici de bon coeur, et ils se reposaient tous après des aventures âprement disputées. Hors de question de troubler la quiétude de ses compagnons. Et puis, peut-être qu'ils auraient l'occasion de discuter ensemble sur la route !


_________________




Revenir en haut Aller en bas
Eden Chapter
Unbearable
avatar
Messages : 120
Race : Humain
Équipage : Dead-End

Feuille de personnage
Niveau:
18/75  (18/75)
Expériences:
0/100  (0/100)
Berrys: 4.631.000 B

MessageSujet: Re: Envie pressante. [PV Chapter]   Mer 28 Fév - 15:38

Envie Pressante



Si le nom sonna comme vaguement connu, probablement entendu au détour d’une taverne, l’Eden ne pouvait y lier aucune information supplémentaire. Pas que cela ne l’aurait intéressé outre mesure. Il répondit d’un hochement de tête à la présentation de son nouvel ami, puis s’avança le long du couloir, enjoignant le jeune homme à le suivre d’un signe de la main.

A l’extérieur, le grand homme continuait à avancer tranquillement au milieu de la foule. Il se dirigeait par le chemin le plus direct vers le port de plaisance où était restée sa petite embarcation, aux côtés d’autres navires autrement plus imposants. Une petite flaque jaunâtre se forma au sol derrière lui, évacuée à travers son talon après y avoir été amenée par les canalisations du château, créées pour l’occasion. Quelqu’un jura, mais l’Ours ne se retourna pas.

Ils passèrent plusieurs portes en bois identiques à la première, avant d’enfin arriver dans un large salon bien mieux éclairé. La pièce était dans un état déplorable : des étagèrent étaient renversées au sol, y étalant tout leur contenu. Des livres, des cadres, et une quantité astronomique d’autres babioles jonchaient le large tapis rouge qui recouvrait une grande partie du plancher de la pièce. Soupirant, le fossoyeur regarda son invité d’un air embarrassé.

-Oh, pardon. J’fais pas bon hôte, comme ça !

Il se tourna à nouveau vers la pièce, et inspira. Soudain, le mobilier commença à se liquéfier jusqu’à se fondre avec le sol, tandis que les objets divers y disparurent, comme absorbés. Une seconde plus tard, la disposition revint à son état normal, les étagères et les commodes, en parfait état, se formant contre les murs de la salle, alors que leur contenu en émergeait, parfaitement ordonné. Seule la grande table centrale, couverte de papiers et de fragments de verre et de porcelaine, resta intacte.

Dans la grande cheminée à leur droite furent amenés par les murs du manoir deux larges bûches, rapidement recouvertes par du petit bois qui sembla s’embraser seul. Devant le feu naissant apparut une petite table basse, accompagnée de deux confortables fauteuils de velours rouge.

Voilà qui était bien mieux. Ouvrant une petite commode de bois clair, l’hôte se munit d’une flasque opaque et de deux gobelets de terre cuite, avant d’aller s’installer devant le feu, attendant que son invité en fasse de même. Après avoir rempli d’un épais vin rouge les deux verres, il s’enfonça plus confortablement dans son fauteuil, fouilla sa poche pour en sortir une cigarette et une allumette, puis tira une longue bouffée de fumée avec satisfaction.

-Tu disais que tu v’nais de Whiskey Peak? s’enquit-il finalement d’une voix intéressée.

Car c’était bien cela, outre la perspective de son aide, qui valait au Coffe ce traitement de marque. Malgré sa relation extrêmement conflictuelle avec la ville des chasseurs de prime, le vieil homme avait toujours un faible pour le lieu dans lequel il avait passé la grosse majorité de sa vie. Et puisqu’il n’en avait eu qu’un très bref aperçu, durant les vingt-cinq dernières années, il chérissait précieusement la moindre nouvelle qu’il pouvait en obtenir.

-Raconte au vieux Chap ! C’t’ait comment ? T’as rencontré Cantus?

Que son mentor, ancien maire du village, ait été enterré sur la colline voici plus d’une décennie, le vieillard ne l’avait même pas envisagé. Le grand chasseur barbu était intemporel, et il ne faisait nul doute qu’il était encore et toujours à sa recherche.

-Ooooh, mais bien sûr que t’as rencontré Cantus ! C’pour ça qu’tu peux pas y r’tourner ! Il a pas changé, hein ! Alors, t'as fait comment pour lui échapper ? Raconte!

Dans l’imagination de l’Eden, le jeune homme venait de gagner hautement en intérêt. Personne n’avait jamais échappé à Cantus.




Revenir en haut Aller en bas
Heziel Coffe
The Juggernaut
avatar
Messages : 1546
Race : Humain
Équipage : Aucun

Feuille de personnage
Niveau:
43/75  (43/75)
Expériences:
419/500  (419/500)
Berrys: 61.706.000 B

MessageSujet: Re: Envie pressante. [PV Chapter]   Mer 4 Avr - 16:14





Parfois, ça ne se contrôle pas !


L'homme à la tête d'ours impassible ne sembla pas relever la curiosité exprimée par le cuistancier, qui ne s'en offusqua guère : après tout, il y avait d'autres sujets plus importants à mettre sur la table, y comprit la manière dont il allait payer sa dette, aussi bénigne fût-elle. C'est avec une surprise non feinte que le Coffe continua à suivre son hôte au travers d'un dédale de pièces différentes les unes des autres, qui semblaient avoir été façonnées par l'individu dont il venait de faire la rencontre. Les créait-il à volonté ? Y avait-il des conditions ? Fallait-il forcément que ça ressemble à un château ? L'esprit pratique du membre de l'équipage du Borgne tournait à plein régime, aussi bien par simple envie d'en savoir plus que dans l'éventualité de devoir sortir d'ici en urgence : après tout, on ne pouvait pas se plaindre d'en savoir plus que son voisin... en l'occurrence, ce serait bien difficile, mais observer son environnement ne pouvait pas lui faire de mal.

Ils se retrouvèrent bientôt dans une salle en proie à un fatras de bordel assez incommensurable. Des étagères étaient étalées par terre, vomissant des tonnes de livres entrouverts qui reposaient paresseusement sur le sol. Des bricoles hétérogènes se baladaient librement sur le tapis rouge épais et moelleux superposé aux lattes de bois qui constituaient le sol. Alors que le noiraud laissait fureter ses yeux sur la quantité astronomique de babioles qui trainaient là, une apostrophe de son interlocuteur destinée à lui même marqua le début d'une métamorphose surprenante des lieux. Bientôt, les contours de la pièce se modifièrent, les objets disparurent, puis... ils se retrouvèrent au coin du feu, dans un décor assez intimiste. La seule chose épargnée par ce grand déménagement, qui semblait indiquer un contrôle mental de la mascotte humaine sur cet environnement, fût bientôt la grande table centrale qui... oh.

Peiné par ce qu'il y vit, le Coffe s'y dirigea par réflexe. Une si belle porcelaine, en morceaux... il n'aimait pas cette vision. Enfin, il ne pouvait pas s'inviter chez les autres et y faire sa loi, c'était passablement incorrect. Mais... c'était quand même moche. Délicatement, il rassembla les fragments en prenant garde à ne pas se couper au passage. Contrairement à ce que Chapter pouvait attendre, le brun ne le rejoignit pas dans les sièges certainement confortables qui étaient tournés vers l'âtre, ni même devant le verre appétissant de vin rouge qui lui avait été offert : il écouta d'une oreille évasive ce que son interlocuteur avait à dire, pouvant enfin poser un début de prénom sur un visage -si on pouvait l'appeler ainsi-, avant de répondre tout aussi distraitement.

- Heu... on a eu quelques soucis avec des chasseurs de prime, puisqu'on est des pirates et que du coup... les chasseurs de prime et tout ça, je vais pas vous apprendre l'histoire, mais... non, je ne connais pas de Cantus, désolé, monsieur Chap...

Il manqua de peu de se sectionner le doigt sur un fragment plus capricieux à saisir que les autres, avant de se tourner et de se gratter l'arrière de la tête, relativement mal à l'aise devant le gâchis qui obnubilait son regard sur la grande table principale.

- Excusez-moi, vous n'auriez pas un ramasse poussière et une poubelle, que je puisse nettoyer ça ? C'est que... j'ai du mal avec la vaisselle brisée. Déformation professionnelle.

Ce qui était totalement faux, étant donné que son amour de la faïence remontait à bien avant son entrée officielle dans les rangs vastes des cuisiniers du monde entier. Mais bon... c'était plus facile à expliquer en ce sens, y compris pour lui. La facilité, parfois, ça avait du bon. Si son interlocuteur lui offrait ce qu'il désirait, il terminerait de nettoyer cette vision de chagrin avant de venir s'installer à son tour pour continuer la conversation, un poil plus concentré et jovial suite à ce travail dûment accompli.

- Du coup... ce serait effectivement une mauvaise idée de ma part d'y retourner ! Les gens là-bas ne doivent pas beaucoup m'apprécier, puisqu'ils capturent les forbans à vue... par contre, s'il faut vous aider à trouver un transport, je suis votre homme !




_________________




Revenir en haut Aller en bas
Eden Chapter
Unbearable
avatar
Messages : 120
Race : Humain
Équipage : Dead-End

Feuille de personnage
Niveau:
18/75  (18/75)
Expériences:
0/100  (0/100)
Berrys: 4.631.000 B

MessageSujet: Re: Envie pressante. [PV Chapter]   Jeu 9 Aoû - 18:04

Envie Pressante



-Oh, je vois.

La déception du grand homme était évidente, même sans pouvoir observer son visage. Sur les Blues, où il avait passé la quasi-totalité de ces quatre dernières années, les personnes possédant la moindre bribe d’information concernant Grand Line étaient une rareté. Celles qui l’avaient visité récemment, des trésors introuvables. Cela faisait donc une éternité que Chapter n’avait pas pu obtenir le moindre écho de son île natale. Et voilà aujourd’hui, certes plus sur les mers bleues, qu’il croisait un jeune marin qui en revenait tout juste ? La chance était inespérée. Le vieux fossoyeur s’était donc bien trop facilement laissé emporter par l’excitation… Uniquement pour être brutalement ramené sur terre tout aussi vite.

Ses épaules se baissèrent brusquement tandis qu’il s’affalait dans son siège, fixant d’un air morne le fond de son godet. La possibilité avait été trop belle, d’entendre la moindre nouvelle sur le vieux chasseur qui avait autrefois été ce qu’il y avait de plus proche d’une figure paternelle pour lui. Ainsi donc, le Coffe n’avait pas rencontré Cantus. C’était probablement ce qui expliquait qu’il fut encore libre pour pouvoir ne pas en parler aujourd’hui. Un mal pour un bien, sans doute.

Bougon, il ne prêta pas grande attention à l’affairement du jeune pirate autour de sa table. Lorsque celui-ci lui demanda de quoi nettoyer, il tourna cependant la tête en sa direction, pensif. Bien sûr, il ne possédait ni balai ni brosse ; ils auraient été parfaitement inutiles dans un lieu dont la moindre parcelle était soumise à sa volonté. Haussant les épaules, il balaya l’air de la main d’un geste distrait, comme pour indiquer à son invité de laisser tomber sa tâche. Elle n’avait pas à l’inquiéter, après tout.

Si le jeune homme put croire que la grande table commençait à s’incliner, c’était en réalité la portion de sol sur laquelle elle était posée qui s’était désolidarisée du reste pour ployer dangereusement, laissant la gravité faire le reste. Tout ce que supportait le meuble en terme de verroterie, de paperasse ou de faïence se mit doucement à rouler sur son long pour s’enfoncer mollement et disparaître dans le sol au moment du contact avec celui-ci, si Heziel ne tentait pas de le rattraper. Après quoi, la table vide reprendrait sa position habituelle, et la pièce ressemblerait à nouveau à n’importe quel grand salon de manoir, niant fermement avoir un jour bougé d’un pouce.

Le grand ours quant à lui s’en détournerait mollement, se tournant vers le feu ouvert en trempant à peine les lèvres dans sa boisson. Si son invité se satisfaisait du rangement peu scrupuleux et venait le rejoindre, Chapter l’écouterait calmement… Et prit la décision cruciale de ne pas se laisser dépiter pour si peu. Certes, il n’était pas question du vieux chasseur barbu, mais la bande du Coffe semblait malgré tout avoir subi quelques difficultés sur l’île. Le vieux maire de Whiskey Peak n’avait donc pas laissé sa ville sans la moindre précaution. C’était, mine de rien, un savoir important… Et qui lui donna une idée. Il lui répondit donc en se redressant, d’une voix bien trop enjouée pour sembler naturelle.

-M’enfin, non ! Tu t’inquiètes pour rien. J’viens d’là-bas, tu sais ? Si t’es avec moi, tu risques vraiment rien. Promis !

C’était bien évidemment un mensonge éhonté. La dernière fois que Chapter avait vu les chasseurs de Cactus Island, plus de vingt-cinq ans auparavant, ils se tenaient au bord du trou au fond duquel il était saucissonné, et dans lequel il attendait sagement d’être enterré vivant ; c’était là sa punition pour avoir dérobé le précieux butin de ses prétendus collègues – butin dans lequel ils étaient à présent confortablement installés. Il fallait bien admettre que pour un bien aussi rare qu’un fruit du démon, il y avait de quoi condamner un homme à mort – même sur une île d’entrée de Paradise.

Il y avait donc fort à parier que ses anciens camarades ne sauteraient pas de joie en le voyant. Peut-être même tenteraient-ils de le remettre à la place qu’ils jugeaient légitime – sur la colline, à droite de son père et de ses autres prédécesseurs. Une perspective qui ne l’enchantait guère… Et c’était là qu’intervenait Heziel Coffe. Il ne savait pratiquement rien du bougre, et il s’en fichait à peu près. Ce qu’il savait lui suffisait amplement : l’homme avait échappé aux chasseurs de tête, une chose qu’ils étaient connus pour détester. S’il arrivait sur l’île avec, dans sa cargaison, un type qui avait ri au nez et à la barbe des hommes de Cantus… Le pirate pourrait très bien s’avérer être son ticket de retour. Et ce serait bien la moindre des choses. Entre amis, on s’entraidait.

Le château tangua légèrement lorsque le grand homme pris enfin place dans son canot bien amoché par le voyage, avant de se mettre à ramer, longeant lentement la côte de l’île.

-Bon alors, l’est où ton bateau du coup ? T’vas voir, c'est l'meilleur endroit au monde pour passer une soirée! 'Fin quand on est pas poursuivi, quoi.

Cela en revanche, ce n’était nullement un mensonge. Les habitants de Whiskey Peak savaient faire la fête, c’était indéniable. Ils la faisaient simplement aux dépends de personnes telles que son nouvel ami.




Revenir en haut Aller en bas
Heziel Coffe
The Juggernaut
avatar
Messages : 1546
Race : Humain
Équipage : Aucun

Feuille de personnage
Niveau:
43/75  (43/75)
Expériences:
419/500  (419/500)
Berrys: 61.706.000 B

MessageSujet: Re: Envie pressante. [PV Chapter]   Ven 24 Aoû - 15:43





Parfois, ça ne se contrôle pas !


Avant qu'il ne puisse mener à bien l'intégralité de son travail, le sol se mit à faire des siennes. Comme une trappe qui s'inverse, ce qui était en équilibre dessus jusque là sembla inexorablement s'enfoncer vers le plancher des vaches, avant d'y disparaitre promptement. Si Heziel eu un mouvement automatique de tentative d'attrapage de porcelaine, il ne put rien en faire. Cela l'avait trop déstabilisé et surpris pour qu'il réagisse à temps. Il resta relativement abasourdi avant de se tourner de nouveau vers l'étrange homme au masque d'ursidé exagéré. Mais qui était-il ?

Décidément, ce Chapter avait clairement en tête l'idée de retourner non seulement à Whisky Peak, mais bien accompagné de surcroit : malgré les explications du Coffe qui auraient du suffire à lui démontrer l'inadéquation de sa présence sur l'île des Chasseurs de Primes, il n'en démordait pas. Il était borné... c'était même étrange. Son enthousiasme avait quelque chose de surjoué, mais il était impossible d'en avoir le coeur net tant qu'il ne verrait pas son véritable visage. Voilà maintenant qu'il tentait de le convaincre de la bonhommie des habitants de l'île aux cactus, sans doute pour l'incliner à céder en sa faveur. Le brun avait du mal à saisir cet entêtement... s'il lui trouvait un navire, il pourrait sans doute monnayer un passage avec un équipage marchand quelconque afin de retourner sur les lieux. Non ?

- Je ne pense vraiment pas... écoutez, c'est gentil, mais je ne peux pas quitter cette île, de toute manière. Nous repartirons bientôt, avec mes nakama, et je ne peux pas les faire attendre. En plus, je suis primé...

Pour la première fois, cet état de fait le laissa songeur alors qu'il terminait son explication. L'homme venait de Whisky Peak... il connaissait visiblement des locaux qui avaient une réputation sans doute assez terrible pour être mentionnée dans leurs cercles privés... il voulait absolument y retourner avec lui... tous ces éléments, empilés les uns sur les autres, commençaient à lui faire froid dans le dos. Il n'avait pour l'heure pas douté une seule seconde de la bienveillance de cet homme qui l'avait accueilli au sein de cet étrange château afin de pouvoir se soulager, sans le connaître ni d'Eve ni d'Adam. Mais maintenant qu'il commençait à se demander comment sortir d'ici, une terrible pensée traversa son esprit : si cette forteresse n'était pas un domaine dans lequel il était vraiment invité, pouvait-il se changer en prison à son insu ?

- ... par contre, je suis prêt à vous dédommager en vous payant une traversée jusque là... mais maintenant que mon petit soucis est réglé, vous pourriez m'indiquer la sortie ? Autant que je vous guide moi même.

Il ne comptait d'ailleurs pas se dérober à sa parole : avec le trésor que l'équipage du Borgne avait récupéré sur Little Garden, il n'aurait aucun mal et aucun regret à venir financièrement en aide à son mécène du jour, si ce dernier se montrait bel et bien à la hauteur de sa propre gentillesse. Néanmoins, il craignait désormais secrètement avoir manqué de vigilance, du fait de cette période de détente qu'ils s'étaient tous offerte au sein de l'équipage des Dokugan. Si tel était le cas, il lui faudrait réagir avec célérité, n'ayant aucune notion du temps à l'extérieur de cette maisonnée dantesque dans laquelle il avait été convié.


_________________




Revenir en haut Aller en bas
Eden Chapter
Unbearable
avatar
Messages : 120
Race : Humain
Équipage : Dead-End

Feuille de personnage
Niveau:
18/75  (18/75)
Expériences:
0/100  (0/100)
Berrys: 4.631.000 B

MessageSujet: Re: Envie pressante. [PV Chapter]   Jeu 6 Sep - 23:41

Envie Pressante



Le jeune homme n’en démordait pas ; il ne voulait en aucun cas retourner sur l’île des chasseurs de prime. Une position certes tout à fait compréhensible, mais qui n’arrangeait pas le moins du monde le vieil ours qui claqua la langue, frustré. Quel genre d’ami s’entêtait à refuser d’aider les siens ? Il reprit avec un léger rire forcé, croisant les bras en un mouvement qui se voulait théâtral mais dont la tension n’était pas feinte.

-Dis, ça s’fait beaucoup d’refuser l’hospitalité comme ça, par chez toi ? Tes amis sont les bienv’nus aussi, pour sûr ! Plus on est d’fous...

D’un geste distrait du menton, il balaya cette idée. Si l’équipage entier aurait bien entendu une valeur bien plus importante aux yeux de ses anciens compagnons, le vieux fossoyeur n’avait pas la prétention de capturer à lui seul tout le groupuscule. Malgré une maîtrise tout à fait respectable de sa malédiction, il n’avait jamais été un combattant émérite, et les années passées en isolement avaient rendu son corps fragile et lent à se remettre de ses traumas. Non, le Coffe devrait suffire à son accueil bienveillant… Et si ce n’était pas le cas, cette chasse se ferait comme Cantus le lui avait appris : précautionneusement, lentement, en planifiant soigneusement chaque étape. Le brun l’amènerait certainement à ses compagnons, si la nécessité s’en faisait ressentir.

Restait donc, encore et toujours, le problème du déplacement. Sa propre embarcation était hors de cause ; naviguer en barque sur Paradise était peu envisageable, cette journée avait pris soin de le lui rappeler. Le navire du Coffe, lui aussi, était hors de portée ; ses compagnons seraient un obstacle avec lequel il ne souhaitait pas s’encombrer. Restait donc la proposition de son jeune ami : s’offrir, ou se faire offrir, une traversée sur une ligne commerciale. L’idée ne lui déplaisait pas, mais nécessitait de faire débourser l’argent au jeune forban sans lui laisser l’occasion de quitter le château ; chose qu’il aspirait visiblement à faire dans les plus brefs délais. Etait-il possible qu’il se doute de quelque chose ? Peu probable, considérant la bienveillance affichée par l’hôte, mais la prudence ne serait pas de trop : s’il sortait du bâtiment, il n’était pas certain que le vieil homme parviendrait à l’y faire entrer à nouveau.

-D’accord, d’accord, suis donc l’vieux Chap’.

Posant son godet sur la table basse devant lui, il se leva en s’appuyant de deux mains sur les accoudoirs de son fauteuil. Dans le même temps, derrière lui, sur ce qui était jusque là un simple mur de pierre grise s’ouvrit une porte coulissante qui menait à une étroite cabine. Il y prendrait tranquillement place, invitant le forban à en faire de même.

Si celui-ci l’y rejoignait, les portes du monte-charge se fermeraient, avant que celui-ci ne se mette à descendre avec tout le flegme dont était capable son créateur. Elles s’ouvriraient de longues secondes plus tard sur un nouveau couloir bien plus sombre que les précédents, dont les murs noirs n’étaient éclairés que de quelques bougies. Ignorant les éventuelles protestations de son invité, le vieux fossoyeur s’avancerait de quelques pas dans le boyau, donnant rapidement sur une vaste salle de pierre ornée, soutenue par d’épais piliers gravés. Ils se trouvaient dans la jambe droite d’Eden Chapter – ou pour ce qui en concernait le Coffe, dans les cryptes du château.

Devant eux, plus grande que le propriétaire des lieux, se dressait la statue de marbre blanc d’une enfant aux traits fins et sévères ; Heziel n’aurait probablement pas de mal à reconnaître la fillette dont il avait pu admirer le portrait un peu plus tôt le portrait. Aux pieds de celle-ci, entre une dizaine d’oursons en peluche taillés dans diverses roches colorées et aux yeux incrustés de ce qui semblait être des rubis, une longue pelle noire se tenait droite, le fer planté dans le sol affichant sobrement le nom d’Eden Page.

Le propriétaire des lieux resterait un long moment à observer le monument en silence. Si le brun venait se placer à ses côtés, il se tournerait enfin vers lui, pour prendre la parole de cette même voix calme et douce, étrangement pleine d’émotion.

-Elle aussi, elle vient d’là…C’fait longtemps, elle a b’soin d’être parmi les siens. Tu comprends?

A l’extérieur de la forteresse, la petite embarcation secouée par les flots continuait paisiblement sa route. Déjà, son occupant pouvait apercevoir devant lui les grandes voiles qui mouillaient dans le port de plaisance. Lequel de ces navires les emmènerait vers leur destination ?



Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Envie pressante. [PV Chapter]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Envie pressante. [PV Chapter]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Une envie pressante... Dans les mauvais Toilettes!
» [Toilettes de Mimi Geignarde] Envie pressante !!
» Une envie pressante d'automail [PV Elyana Connor]
» [Jeu stupide comme d'hab] J'envie X parce que...
» ♦ Juste une envie d'oublier ... [ Libre ]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
One Piece Seken :: Le monde de One Piece :: Grand Line :: Voie Numéro 3 :: Holiday Island-