Partagez | 
 

 [FB] Comme une étoile

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Edward Lawrence
Pirate
avatar
Messages : 211
Race : Humain de grande taille (3m)
Équipage : Deadly Sins

Feuille de personnage
Niveau:
29/75  (29/75)
Expériences:
28/200  (28/200)
Berrys: 191.819.000 B

MessageSujet: [FB] Comme une étoile    Mer 18 Oct - 0:01











Le murmure des fidèles assujettis à la même cause grimpait lentement vers les hauteurs, grignotant l’espace qui s’offrait à eux, comme affamés par la nécessité de répandre leur bonne parole. Si bien qu’ils venaient s’échoir sur les voûtes taciturnes du bâti. Dressés au garde à vous, d’épais piliers de pierre s’étiraient vers les sommets, soutenant les embouchures du plafond arrondi, comme s’il s’était trop gavé des rumeurs quotidiennes qui nourrissaient les lieux. Enracinées au sol, des structures de bois émergeaient, disposées avec une symétrie parfaite. Recroquevillées chacune près des colonnes, les rangées de bancs semblaient comme soumises à leurs imposants voisins. Il était fréquent d’y voir germer une présence humaine. Aujourd’hui, d’ailleurs, une poignée de ces individus s’étaient attablés à leurs positions habituelles. Un passage central venait trancher les assises en deux : l’aile gauche et l’aile droite, toutes deux dotées d’une symétrie irréprochable. Le sol y était dallé et brillait d’une teinte orangée. De toute évidence, celui-ci était astiqué régulièrement par les occupants des lieux. Mais l’ensemble de ces éléments n’avaient cependant qu’une unique visée. Tout semblait converger vers un même point, vers une même zone. Au centre de tout, au fond de ces murs solidement édifiés se trouvait un véritable sanctuaire. Une sorte de dôme qui dégageait une aura mystique. Un homme se tenait en son sein. Lorsque son intonation redescendit, il leva un regard sévère vers l’assemblée. Un silence de marbre oppressa soudainement les lieux. Un sinistre grincement s’éleva timidement. En face de lui, les épaisses portes taillées dans le bois venaient de prendre vie, s’écartant de part et d’autre. Le maitre des lieux n’eut pas à interroger son don intérieur pour savoir qu’il avait de la visite.


________________


Un homme toisait la ville de son regard hautain, armé de ses viles intentions. Il était songeur face à ces nombreuses structures qui perçaient le sol de leur architecture, comme si elles espéraient menacer le ciel. Ses yeux s’abaissèrent finalement, animés d’une sombre lueur. Quelques frissons firent frémir mon épiderme. L’une de mes dents vint agresser ma lèvre inférieure. La situation était tendue. L’une de ses mains flirtait non loin de la position supposée arme à feu, sans doute dissimulée sous ses apparats. Ou peut-être pire. Mes yeux glissèrent vers mon acolyte. Son visage était crispé. Ses doigts serraient fermement l’épaisse tige de fer cylindrique qui lui servait à défendre ses idéaux. Nous nous tenions prêts à agir, au cas où la situation dégénérerait. Une goutte de sueur émergea de mon front. Mes muscles se raidirent. Était-il vraiment nécessaire d’en arriver là ? Mon cœur palpitait furieusement, prêt à exploser à tout instant. Mes nerfs, quant à eux, étaient sur le point de rompre. Au moindre faux pas, tout volerait en éclat.






Dernière édition par Edward Lawrence le Mar 14 Nov - 12:14, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Fudo
Le Roi Fou
avatar
Messages : 534
Race : Humain
Équipage : Shadow Ghost

Feuille de personnage
Niveau:
31/75  (31/75)
Expériences:
137/250  (137/250)
Berrys: 353.905.000 B

MessageSujet: Re: [FB] Comme une étoile    Jeu 19 Oct - 15:57


Comme une étoile

Les lourdes portes se muèrent dans un grincement sourd, laissant une fine silhouette se faufiler dans le bâtiment. L'atmosphère extérieure l'accompagna de son souffle frais, faisant valser quelques de ses dreadlocks argentées.

Lorsque Ève posa son second pied dans le narthex, elle sentit s'estomper la tension qui pesait jusqu'alors sur sa nuque. Mais il n'y avait rien de miraculeux ou de mystique dans ce phénomène, rien à voir avec ce lieu supposément sacré dans lequel elle venait de rentrer : la cause en était tout autre. Il s'agissait là d'un effet de la substance fichée dans le cylindre qu'elle portait à ses lèvres tel un grand cru. Elle savourait chaque parcelle de la douce vapeur qu'elle aspirait, sans aucun filtre, à partir de ce joint. Après quelques inhalations, Ève entreprit de pénétrer plus en profondeur les lieux. Ainsi, elle s'avança dans l'allée qui fendait la nef en deux d'une démarche vacillante. Son buste valsait continuellement de gauche à droite, rythmé par ce qu'elle sifflotait.

Une douce mélodie hachée par les inspirations de la belle.

Dans ses orbites ses deux émeraudes, piégés dans un marbre légèrement zébré d'éclairs rouges, faisaient des va-et-vient. Elle détaillait l'immense salle dans laquelle elle se trouvait, son regard roulant sur les collatéraux de la cathédrale, puis ils se laissèrent aller par la substance : montant plus en hauteur. Elle les vit alors, les divers vitraux jonchant les parois de la bâtisse.

Ève se figea, un rictus fendant son visage.

Ses phalanges vinrent alors comprimer le cylindre, refermant cette substance verte, pour l'extirper de l'emprise de ses lèvres. Une épaisse fumée blanche s'évada lentement de sa cavité buccale. Elle s'estomperait bien assez rapidement, et seule sa tendre flagrance persisterait ainsi, souillant ce lieu saint telle une honteuse salissure.

Cette pensée intensifia la joie illusoire d’Ève, son sourire s'accentua alors que ses mirettes se baladait sur les différentes symboliques dépeintes sur ces toiles translucides. De celles-ci, la jeune femme s'en fichait royalement. Seules l'harmonie des couleurs, rompue par endroit par quelques brisures, l'intéressait. Ainsi la blonde platine observait le voile nocturne, constellé d'étoiles par le biais de ce filtre de verre coloré. Un nouveau point de vue du monde s'offrait à elle. Et la promesse tacite du chanvre qu'elle consommait fut encore une fois tenue.

Cette plante verte lui permettait, encore une fois, de voir la vie en rose.

_______

La porte heurta son cadre de plein fouet, me laissant ainsi seul dans la spacieuse chambre que l'on avait réservée le temps de mettre notre plan d'action au clair. La pièce était assez grande pour accueillir le trio que l'on constituait, bien plus même. Il s'agissait d'un choix mûrement réfléchi, de faire dans le si luxueux, il fallait au minimum ça pour canaliser Ève. Lui offrir une cage dont elle ne pouvait cerner les barreaux.

Sur le bord d'un des lits, je zieutai le cylindre de toile posé à mes pieds. Celui-ci, à moitié ouvert, semblait être au bord de l'explosion tant il y avait de choses à l'intérieur. Une batte de baseball confortablement installée dans son cocon de journaux et d'avis de recherches, dans lequel se trouvait, ponctuellement, plusieurs balles de baseball. Celles-ci étaient bel et bien dispensables pour mener à bien mon projet, mais les violentes confrontations entre criminels constituaient un obstacle pour tout un chacun désirant le pouvoir. C'était d'une logique imparable : pour monter en grade il fallait bien faire tomber quelqu'un.

Et j'étais justement sur le point de lancer un projet qui me permettrait d'effectuer une ascension fulgurante. Cela justifiait donc la présence de ces sphères de cuirs au sein du sac.

Ma main s'engouffra finalement dans ce bagage, elle y saisit un escargophone. L'autre, quant à elle, dépliait le bout de papier froissé sur lequel était encré un numéro, précédé d'un nom.

Edward Lawrence.

Judal m'avait demandé de ne plus y compter, de ne plus introduire de paramètre dans ce projet dont l'envergure nous dépassait déjà. Surtout quand on ne savait même pas si ce personnage se révélerait être fiable ou non.

Et pourtant, j'avais le pressentiment que ce type pouvait bel et bien être le levier de vitesse qui accélérerait tout le processus.

Mes passages à Powder Island étaient faits ainsi, chacun m'apportait de quoi avancer. Et ce type ne dérogerait pas à la règle, j'en étais sûr.

Le numéro fut donc composé, et le gastéropode se mit à fredonner son air irritant.

_______

Judal attendait, tapant du pied, devant les portes vitrées de l'imposant établissement. Il devinait déjà ce que son camarade risquait de faire, si cela n'avait pas déjà était fait. Le basané se retourna donc pour s'engouffrer de nouveau dans le bâtiment. Il s'inséra sans plus attendre dans la cage d'escalier pour y débuter une longue et pénible ascension avec une mine légèrement distordue par son mécontentement. Ils n'avaient pas de temps à perdre, le laisser filer serait une grande erreur : le duo se devait de rattraper Ève pour éviter qu'elle, encore plongée dans ses délires, leur attire des ennuis.

Et, encore une fois concernant cette femme, les pensées de Fudo et de l'espion étaient déphasées. Une chose à laquelle l'Ouri devrait vite s'habituer.

Le brunet savait déjà où se trouvait l'ange déchu avec lequel il fut contraint de se lier. Il ne se souciait donc aucunement d'elle pour l'heure : c'était sa première fois sur West Blue, il fallait lui laisser le temps de s'acclimater. Et puis, le malfrat savait déjà où la jeune femme s'était rendue. Après tout il avait remarqué à quel point la construction lui avait tapé dans l'oeil, lorsqu'ils passèrent devant avant de se terrer de longues journées dans cet hôtel.



Revenir en haut Aller en bas
Edward Lawrence
Pirate
avatar
Messages : 211
Race : Humain de grande taille (3m)
Équipage : Deadly Sins

Feuille de personnage
Niveau:
29/75  (29/75)
Expériences:
28/200  (28/200)
Berrys: 191.819.000 B

MessageSujet: Re: [FB] Comme une étoile    Ven 20 Oct - 9:53











La tension qui régnait jusqu’alors venait d’être destituée de son trône. Était-ce là le faux pas tant redouté ? L’air vibrait, rythmé par une onomatopée des plus déroutantes. Les trois acteurs semblaient tétanisés par cet évènement inattendu. Et bien entendu, cela n’augurait rien de bon, bien au contraire…

* PULUPULUPULUP. PULUPULUPULUP. *

___________________

Des regards inquisiteurs se posèrent sur la silhouette qui venait troubler l’accalmie des lieux. À mesure qu’elle progressait dans le sanctuaire, elle était scrutée, analysée de toute part, ses mouvements décryptés. Il s’agissait de savoir si elle présentait une menace ou non.

Nombreuses avaient été les intrusions en ce lieu sacré, ces derniers temps. Les hors-la-loi, pirates et autres raclures ne voyaient pas toujours d’un œil avisé de ce qui se tramait dans cette imposante bâtisse. Pour la plupart, ils ne comprenaient tout simplement pas la dévotion au divin. Ils n’étaient que de vils barbares, des païens qui se montraient menaçants pour l’Église.

L’évêque soupira. La jeune femme progressait d’un pas chancelant, comme troublée. De toute évidence, il s’agissait d’une brebis égarée. Ses bras s’ouvrirent et un sourire bienveillant se dessina lentement sur son visage aux contours fermes. Et sa voix résonna langoureusement entre les murs du bâti.

« Venez, mon enfant, approchez. Nous allons vous absoudre de vos péchés. Vous êtes en sécurité dans ce lieu sacré. Dieu vous protégera. »

___________________


* PULUPULUPULUP. PULUPULUPULUP. *

Le gastéropode continuait son concert. Sans interruption. J’esquissai un regard à mon acolyte. Il tremblait. Il semblait visiblement être au bord de la rupture. Ce n’était pas bon. Nous ne devions pas céder à la tentation. Des gouttes de sueur perlaient sur nos visages respectifs. Et finalement, l’appel demeura sans réponse. Nous ne pouvions nous permettre de nous laisser distraire dans un moment aussi capital.





Dernière édition par Edward Lawrence le Mar 14 Nov - 12:37, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Fudo
Le Roi Fou
avatar
Messages : 534
Race : Humain
Équipage : Shadow Ghost

Feuille de personnage
Niveau:
31/75  (31/75)
Expériences:
137/250  (137/250)
Berrys: 353.905.000 B

MessageSujet: Re: [FB] Comme une étoile    Sam 21 Oct - 10:44


Comme une étoile

Une ligne verte vint pourfendre le corps de cet homme, dont la voix avait assailli l'apaisant silence régnant jusqu'alors en ces lieux. Ses émeraudes s'étaient abaissés d'un coup, arrachés du ciel pour revenir à la terre, quand les paroles de ce type parvinrent à ses oreilles.

Une volute de fumée fut recrachée au moment où l'intervenant eut fini de prononcer ses palabres, Ève le regardait de haut un instant, le visage figé. Puis son talon quitta une dalle orangée pour débuter son avancée, vers le fond du vaisseau, pour s'arrêter à la croisée du transept, juste devant l'autel.

-Dieu ?

Un rire épris la jeune femme pendant un instant, son ombre projetée sur les parois alentours s'étirait puis se courbait tel un démon vicié. Puis Ève se raidit d'un coup et ses traits se déformèrent alors qu'elle écrasait le cul de son joint sur l'autel marbré, tâchant celui-ci d'une note noire.

Cet homme l'emmerdait. Et son actuel état empirait les choses.

Il se permettait de la juger d'un simple regard, tirait ses propres hypothèses quant à elle et les considérait comme des vérités. Elle, qui s'était exclue du rythme social pour ces mêmes raisons, se sentit insultée. Ses paupières se rabattirent alors, une image venant effacer ses sombres pensées, il s'agissait du regard de cet homme au sein duquel elle avait discerné le reflet de son âme. Un être qui l'acceptait, qui comprenait ses tourments, qui portait le poids de ses crimes. Il lui avait présenté sa main là où les autres la repoussaient. Ce type était bien réel, tout comme le pacte qui les liait désormais.

Elle était sa chose.

Et il était sienne.

-Dieu ne saurait me protéger.

Quand ses yeux se rouvrirent, sa main gauche se fourrait déjà dans l'arrière de son pantalon, la pulpe de ses doigts caressaient un instant la crosse du beretta, puis l'amer regard porté sur sa face la poussa à tirer celui-ci d'un coup.

Le canon s'interposa entre elle et lui, sciant le visage de la première dans un sourire blanc. Une lueur malsaine tapis dans le reflet des pierres précieuses plantées dans ses yeux.

-Pourrait-il au moins sauver un de ses fervents serviteurs ?

Vingt-et-un grammes sacrés contre huit grammes de plomb. Ève s'en léchait l'intérieur des lèvres.

_______

L'escargophone se tut finalement, laissant le silence reprendre place au sein de la pièce. Le commerçant qu'il prétendait être ne me répondit pas, peut-être était-il occupé, encore une fois. L'envie de réessayer m'étreignit alors, tant ce que ce Lawrence pouvait m'apporter. Mon index se redirigea vers le corps du gastéropode sis dans ma main, le numéro en tête j'entrepris de le composer une seconde fois.


La porte de la chambre s'ouvrit, laissant Judal s'avancer à ma hauteur, ses lames bleutées découpant l'escargophone.

-Tire une croix dessus -balança-t-il dans un souffle -On a plus important sur le feu.

Ses yeux ne me lâchant guère, j'engouffrai le den-den mushi dans l'une de mes poches avant de passer la lanière de mon sac au dessus de mon épaule. Une impulsion me suffit pour suivre l'agent d'Aben'Gal qui avait quitté la pièce lorsqu'il me vit procéder ainsi. Je fis de même dans un claquement sourd.

Lorsque nous sortîmes de l'établissement, l'air frais de la nuit nous accueillit chaleureusement.

-Il faudrait se séparer. Instable comme elle, elle pourrait très bien...

-Je sais déjà où elle est.


Et notre marche débuta sans même que l'Ouri ne me pose la moindre question. Comme si sa confiance m'était déjà acquise.




Revenir en haut Aller en bas
Edward Lawrence
Pirate
avatar
Messages : 211
Race : Humain de grande taille (3m)
Équipage : Deadly Sins

Feuille de personnage
Niveau:
29/75  (29/75)
Expériences:
28/200  (28/200)
Berrys: 191.819.000 B

MessageSujet: Re: [FB] Comme une étoile    Sam 21 Oct - 12:49













Iscar Lote

Iscar Lote était l’évêque en charge de ces lieux sacrés. Sa proposition envers la brebis égarée était sincère. C’était là la volonté de Dieu, après tout. Pourtant, celle-ci montra de la résistance, elle refusait de s’assujettir à une noble cause. Elle refusait la main pleine de compassion tendue vers elle. Tragique dénouement. Les traits qui animaient le visage de l’homme de foi se durcirent tandis que son regard s’assombrit. Cette situation n’était pas à son goût. Refuser la foi était un acte répréhensible, certes. Mais souiller ce lieu sain en était une autre. Un fait absolument inacceptable. Cette pécheresse finirait donc comme tous les autres païens qui s’étaient attaqués au Sacré. Crucifiée puis brulée vive.

Et pourtant, contre toute attente, les actes provocateurs et belliqueux de la dévergondée allaient provoquer son salut. Iscar Lote semblait même se réjouir de se retrouver face au canon meurtrier d’une arme. Un petit rire lui échappa. C’était une aubaine.

« Ridicule... Nos vies sont entre les mains de Dieu. »

Toujours aussi peu décontenancé par la menace qui planait sur lui, l’évêque attrapa un des tissus qui composait son apparat cérémonieux et le drapa sur sa tête, se ôtant ainsi la vue. Il écarta les mains et prononça son discours d’un ton solennel.

« Vois par toi-même, pécheresse ! Vois quel sort Dieu réserve à son fidèle serviteur ! Et quand bien même il déciderait de me rappeler auprès de lui, sache que je deviendrais un martyr. Il n’y a pas de plus grand privilège. Tire donc ! Tu pourras ainsi contempler la volonté de Dieu ! »

Et Iscar attendit patiemment le jugement divin. Il n’avait de toute évidence pas peur de ce qui pouvait advenir, sa foi demeurant inébranlable.

___________________


Le silence pesait désormais. Le calme avant la tempête, sans doute. Et la tension était de retour après avoir été écarté par l’appel. Une catastrophe aurait très bien pu se produire. Mais nous étions parvenus à rester de marbre. Nous campions sur nos positions. Peut-être que notre détermination suffirait à dissuader l’individu que nous tenions en joug. C’était là-dessus que je fondais mes espoirs.





Dernière édition par Edward Lawrence le Mar 14 Nov - 12:49, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Fudo
Le Roi Fou
avatar
Messages : 534
Race : Humain
Équipage : Shadow Ghost

Feuille de personnage
Niveau:
31/75  (31/75)
Expériences:
137/250  (137/250)
Berrys: 353.905.000 B

MessageSujet: Re: [FB] Comme une étoile    Sam 21 Oct - 14:08


Comme une étoile

L'index de la blonde platine s'engagea dans le pontet pour se coller à la queue de détente alors que les mots de l'homme se répercutaient dans les pavillons de ses oreilles. Ceux-là lui parvinrent de manière déformée, la hauteur de la voix, sous l'effet de la substance qu'elle venait d'inoculer, oscillant constamment entre le grave et l'aigu. Ça l’agaçait.

D'une sèche pression le système meurtrier fut enclenché, le percuteur s'abattant sur l'amorce.

Une détonation déchira la sainte atmosphère de la bâtisse, coupant court au discours fanatique de l’évêque.

_______

Nous marchions ainsi dans cette ville, à la recherche du dit bâtiment. Celui-ci était pourtant imposant, mais au beau milieu cette pléthore de constructions de la même envergure nous ne pouvions le discerner de loin. S'élevant depuis le sol, chacune effritait le ciel à sa manière, se plaçant bien des fois sur la trajectoire insensée des nuages.

Dans pareil contexte, il était bien difficile de se repérer. Et pourtant, ce que redoutait Judal sembla se produire. Un coup de feu vint cueillir nos oreilles au détour d'un virage, celui-ci faisant presque céder mes genoux tant son origine me parut évidente.

Un croisement de regard nous suffit, et nous nous mîmes tout deux à cavaler vers la source du bruit.

Ruelles se firent moindre, celles-ci se faisaient relayer par des rues de plus en plus larges, jusqu'à atteindre une avenue. Au loin nous pûmes cette fois-ci voir le bâtiment, celui-ci se distinguant de par cette rosace présente au sommet d'une de ses façades. Si s'engager dans cette artère de la cité pour rejoindre au plus vite la cathédrale constituait le moyen le plus rapide de rejoindre Eve, celui-ci n'était pas le plus sûr. Judal s'arrêta donc, me barrant la route de son bras, avant d'énoncer une évidence.

-C'est elle, il faut l'extirper d'ici et rejoindre le port Sud avant de se faire remarquer.

Il faudrait agir avec précaution. La capuche de mon gilet vint alors couvrir la banane noir ornant mon crâne, tandis que nous bifurquâmes dans une autre branche du système artériel de la ville.

_______

La cordite se mêlait désormais au parfum du chanvre.

Il n'y eut de fait pas de flash lors du tir, assurant une sombre pénitence au croyant.

Du fait du recul, le bras gauche d’Ève s'était quelque peu replié, déviant le canon de sa cible touchée. La balle s'était logée au beau milieu du sanctuaire duquel s'était manifesté Iscare, toujours voilé. Le projectile n'avait ainsi guère fit mouche, il n'avait qu'éraflé l'épaule du pauvre homme, bras tendus.

Devant pareille vision, Ève s'emporta quelque peu. L'image du sanctuaire renvoyée par ses yeux était distordue. Les différentes lignes définissant chaque objet en mouvement, constamment déformées par ce avec quoi elle s'était enfumé les poumons. Le corps du pauvre homme, terré au sein de son lieu sacré, se dilatait ainsi.

Elle douta un instant, avant de se mordre la lèvre inférieure. Cela ne pouvait être possible. Cette créature n'était qu'un mythe, une histoire créée de toute pièce par les désespérés.

En une enjambée de l'autel, Ève réduisit la distance la séparant du bonhomme. Cette fois-ci, elle ne le raterait pas. A bout portant, elle ne prit même pas la peine de viser correctement.

Durant cette marche jusqu'au sanctuaire, la culasse revint donc plusieurs fois à sa place. Il s'agissait là d'une vidange, celle d'un chargeur.

L'odeur métallique du sang rejoindrait alors les deux autres flagrances, pour former un subtil mélange.


Revenir en haut Aller en bas
Edward Lawrence
Pirate
avatar
Messages : 211
Race : Humain de grande taille (3m)
Équipage : Deadly Sins

Feuille de personnage
Niveau:
29/75  (29/75)
Expériences:
28/200  (28/200)
Berrys: 191.819.000 B

MessageSujet: Re: [FB] Comme une étoile    Sam 21 Oct - 23:02













Iscar Lote

Et la lumière ne fut plus. En se privant ainsi de sa vue, Iscar espérait convaincre la brebis égarée du bienfondé du divin. Après tout, il avait déjà réussi pareil exploit, par le passé. Combien de ces rustres païens avaient attenté à sa vie ? Et pourtant, il demeurait toujours, continuant à prêcher la bonne parole autour de lui. Et aujourd’hui, il avait de nouveau l’occasion de mettre en valeur le pouvoir de son dieu.

Une première balle fusa. Un filament écarlate se détacha de l’homme aux pupilles étouffées. Un contraste saisissant du fait de la morosité des lieux. Mais l’aveugle ne broncha pas, comme s’il ne s’était rien passé. Visiblement outrée par ce premier échec, la droguée réitéra son offensive. Et plusieurs balles vinrent fendre rageusement l’air de leurs têtes acérées telles des rasoirs.

La cible esquissa de légers mouvements, tentant vraisemblablement d’ajourner son billet pour l’au-delà. Mais comment aurait-elle pu s’absoudre à sa létale destinée ? Après tout, il n’était pas humainement possible d’esquiver ces ogives qui fondaient vers lui sur une distance aussi courte. Ainsi s’achèverait donc la vie de l’évêque Iscar Lote. Un martyr de plus dans ce monde résolu fermé à l’avènement de leur culte.

Une légère exhalaison de poudre émanait du canon encore chaud de l’arme du crime. De part et d’autre de l’assemblée, les regards s’agitèrent, cherchant les effluves écarlates à l’odeur ferraillée. Lorsqu’ils eurent trouvés, un silence pesant s’installa l’espace d’un instant. Puis, des chants s’élevèrent parmi les croyants postés face à la scène. Ils accompagnèrent leurs voix passionnées de signes de croix, donnant à la scène un côté solennel.

« Vois par toi-même... Contemple donc la réponse de Dieu ! Aucune balle ne peut m’atteindre. Aucune lame ne peut me blesser. Telle est la volonté de notre seigneur. »

Une ébauche de sourire se crayonna sur le visage d’Iscar Lote. Un sourire grave. La victoire devait être acquise, désormais. Il imaginait mal la péquenaude réprimer sa proposition après une telle démonstration. L’évêque songea aux appendices laissés par les munitions qui s’étaient vidées dans sa direction. Les impacts avaient endommagé quelque peu cette architecture si particulière et si raffinée qui se trouvait derrière lui. C’était fâcheux, sans aucun doute.

« Maintenant, repend toi de tes pêchers et Dieu te pardonnera tes offenses… »

___________________


Mes paupières s’affaissèrent, l’espace d’un instant : son discours venait de changer, il se voulait plus tranchant, plus menaçant. Je tentai donc de le raisonner, de le délester de ses viles intentions. Et mon comparse comprit en entendant ma voix que la situation s’était dégradée. Son calme commença alors à vaciller, rongé par cette pression qui lui intimait de passer à l’action. Pourtant, mon acolyte ne devait pas se résoudre à un tel choix. Ce serait mettre le feu aux poudres. Ce serait risquer de perdre ce que nous voulions protéger.

Mes dents vinrent pourfendre ma lèvre inférieure. Intérieurement, je m’efforçais de soutenir mentalement mon compagnon. Et puis, je me laissai transporter par une vague de souvenirs. Je songeai alors à notre toute première rencontre, survenue un peu plus tôt. Je me souvenais de son visage aux traits fins, ses yeux d’un bleu saphir, sa chevelure qui brillait d’un blond or. Et ce sourire envoutant qui semblait être à toute épreuve. Sa musculature saillante, parfaitement définie, était là pour rappeler que c’était quelqu’un de fort physiquement. Un corps de rêve, un corps d’Apollon qui rendrait folles bon nombre de femmes. Cependant, son mental demeurait son point faible. Et en cet instant, il subissait pleinement la situation. Il était à deux doigts de craquer face à notre ennemi. Je le sentais. Son visage d’ordinaire si pur était déformé par le désespoir. Son esprit était blessé, asphyxié par la pression. Et son cœur, peu à peu, se laissait abandonner aux ténèbres. Et puis, le brave Adam, brisé, se contenta de demander d’une voix lourde :

« Pourquoi ..? »





Dernière édition par Edward Lawrence le Mar 14 Nov - 18:39, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Fudo
Le Roi Fou
avatar
Messages : 534
Race : Humain
Équipage : Shadow Ghost

Feuille de personnage
Niveau:
31/75  (31/75)
Expériences:
137/250  (137/250)
Berrys: 353.905.000 B

MessageSujet: Re: [FB] Comme une étoile    Mar 24 Oct - 21:26


Comme une étoile


Sa vision se mit à lui jouer des tours, le sanctuaire s'éloignait d'elle, les distances s'en retrouvaient dilatées. Elle voulut s'approcher de celui-ci afin de contempler le résultat de son oeuvre macabre, mais son avancée fut bien vite interrompue. De part et d'autre de la nef, un brouhaha s'éleva tandis que des vagues boisées prirent d'assaut la pièce tout autour d'elle.

Quand ses yeux découvrirent ce qui l'entourait, il était déjà trop tard. Elle se retrouvait là au beau milieu de ce tourbillon religieux. Et l'immensité des lieux, la disposition de la pièce, empirait sa situation.

Le chant se répercutait sur les murs de la cathédrale pour revenir vers la belle, amplifié par ce phénomène et par ses oreilles, dont la sensibilité semblait accrue par les vapeurs qu'elle inhalait depuis le début de soirée. Le résultat était terrifiant : une cacophonie amorphe compressait désormais son crâne.

L'horizon vacilla quand les mots du supposé mort trouvèrent le chemin vers son système auditif, au travers de la mêlasse de voix ternes qui crachaient leurs prières mécaniquement.

Les paroles d'Iscar, portées par le brouhaha, se fracassèrent contre le frêle marbre constituant les bases d’Ève, fêlant les joyaux implantés dans ses orbites. Son visage se crispa quand elle comprit que son offensive avait échouée, laissant son joint choir au sol dans un giclement de cendres alors que les murs se muaient petit à petit.

Elle se retrouvait dans l’œil d'un monstre qui lui était inconnu, c'était du moins l'impression qui frappa Ève. Une profonde angoisse vint s'abattre sur ses épaules, rompant sa respiration.

Ses dents claquèrent sèchement : il ne pouvait être en vie, et pourtant ça semblait bien être le cas. L'angoisse montante la saisit finalement alors qu’Ève essayait de trouver une solution rationnelle à cela.

Le bruit l'empêchait de raisonner.

Ses muscles se raidissant, sa main se referma sur la crosse de son arme. Ses yeux, embués, se dirigèrent vers celle-ci. Elle retira le chargeur d'un geste gauche, puis fourra sa main libre dans l'une de ses poches. La blonde en extirpa plusieurs munitions qu'elle tenta alors d'engouffrer dans le chargeur : sa maladresse les fit tomber une-à-une au sol, dans un fracas métallique annonçant l'arrivée de son jugement. Le constat fut sans appel : il n'en restait qu'une.

Ève chambra finalement le réceptacle de cette ultime balle avant d'adresser son canon à l'évêque.

Il lui faisait face, solidement ancré dans son sanctuaire, étiré par la vision altérée de la criminelle. Ce géant ne pouvait être abattu par quelque gramme de métal, jamais elle n'aurait pu le vaincre.

La jeune femme voulait qu'on lui vienne en aide. Qu'une main se pose avec délicatesse sur son épaule, que des lèvres lui souffle à l'oreille quelques directives.

Son regard dégoulina ainsi sur l'une des rangées de croyants. Elle pouvait les voir désormais, bien que leurs sources étaient déformés, les regards emplis de haine qu'on lui adressait. Ève voulut les esquiver, se trouver un point d'ancrage, puis elle les vit : les deux petits yeux d'un enfant. Il l'agressait d'un regard mêlant peur à innocence. Ève se faisait juger par ce gosse, cette entité immaculée. Son âme souillée par le vice se ratatinait devant cet être, elle était mise à nu.

Et les percutions d'un cœur troublé atteignirent ses tempes. Ses yeux se dérobèrent alors pour se figer sur la gueule de l'arme qu'elle tenait en main.

La solution venait d'apparaître sous ses yeux : un trou dans le crâne duquel goutteraient ses souffrances.

Il fallut quelques secondes, malgré son état de stress avancé, pour que la balle parte dans un souffle sourd.



Revenir en haut Aller en bas
Edward Lawrence
Pirate
avatar
Messages : 211
Race : Humain de grande taille (3m)
Équipage : Deadly Sins

Feuille de personnage
Niveau:
29/75  (29/75)
Expériences:
28/200  (28/200)
Berrys: 191.819.000 B

MessageSujet: Re: [FB] Comme une étoile    Mar 14 Nov - 20:25













Iscar Lote

Un démon s’était immiscé en ces lieux. Armé de ses viles intentions, il avait déambulé en ce lieu saint, déterminé à le souiller : c’était désormais un fait établi. Tel était le constat amer qui empoisonnait les pensées de l’homme de foi. Son visage se plissa, faisant apparaitre des rides amères. Il était totalement désabusé, trahi, désemparé. Et impuissant. Comment empêcher une telle tragédie ? Comment enrayer un acte aussi ignoble ? Comment chasser le malin hors de ces lieux ?

Iscar était tourmenté par cette situation, affaibli par la funeste destinée à laquelle il était associé. Mais sa foi ne pouvait vaciller. Il tenta donc de se calmer et murmura quelques palabres inaudibles pour le reste de l’assemblée. Puis, ses mains s’assemblèrent. Des prières pour son dieu. Une quête d’assistance : il avait besoin de la force de Dieu pour affronter ces épreuves. Seul, il échouerait. Il en était convaincu.

Finalement, il s’était trompé : l’envoyée de Satan lui était restée fidèle et ses vils desseins avaient demeurés. Chacune de ses respirations était nocive : elle était un poison, ce fléau qui venait ternir la bonté du monde. Cette créature ne méritait pas de vivre. Et ainsi, elle s’était avancée. Ainsi, elle avait de nouveau braqué son arme sur leurs croyances. Et elle avait encore fait feu, sans la moindre hésitation. Mais elle avait changé de cible au dernier moment. Dans une sinistre détonation, le coup était parti, délivrant son ultime ogive transperçant l’air de sa funeste trajectoire. Le crâne de l’enfant qui se trouvait dans la ligne de mire fut transpercé et son fluide sanguin éclaboussa les alentours. Des cris fusèrent de toute part et résonnèrent dans l’antre de Dieu. Le mal venait de remporter sa bataille. Désormais, il pourrait se saisir du cœur des hommes. Désormais, il allait pouvoir régner.

Non. Iscar Lote ne pouvait accepter une telle finalité, une telle conclusion à sa vie pieuse. Dieu était plus fort que le malin. Dieu était la lumière qui perforait les ténèbres. Il ne saurait permettre une telle abomination, il donnerait à ses fidèles les armes pour vaincre cette épreuve, Iscar en était persuadé. Et puis, le visage du religieux fut déformé par la haine. Il était le gardien de ces lieux sacrés. Et il ne laisserait personne porter atteinte à leur pureté.

Ainsi, l’homme aux yeux bandés plongea ses doigts sous ses apparats, retirant une petite croix dont l’argent qui la composait étincelait de pureté. Son bras s’éleva vers son oreille opposée tandis que son coude se pliait, contractant ses muscles. Et puis, il réprima violemment l’objet acéré, le faisant ainsi tournoyer dans les airs. Ainsi, le projectile lancé tel un shuriken traversa l’assemblée à une vitesse folle et alla se ficher dans sa cible. Le sang jaillit, découvrant une plaie dans l’épaule de la criminelle qui lâcha son arme dont le canon métallique fumait. La balle avait eu le temps de partir.

Le sang de l’évêque se glaça et son cœur se figea lorsqu’il avait entendu le coup de feu. Avait-il échoué ? Après de courts instants, il put cependant l’entendre. La voix de la victoire. L’enfant était indemne. Ou du moins, il n’avait pas été touché mortellement. La balle avait effleuré son visage, y traçant une cicatrice ensanglantée. Et il demeura tétanisé, comme le reste des fidèles.

Iscar eut un soupir de soulagement. Dieu lui était venu en aide finalement, il avait entendu ses prières. Il s’avança alors d’un pas lourd et triomphant vers la damnée. Désormais, il ne pourrait plus lui accorder son pardon. Son corps de pécheresse serait éviscéré et elle brulerait plutôt deux fois qu’une.


_______________



La question d’Adam demeura en suspens, comme si elle venait de figer le temps. Ce serait l’élément déclencheur, le point de non-retour allait être franchi. L’homme questionné eut un sourire malsain. « Pourquoi pas ? » se contenta-t-il de répondre sur air de défi. Ses pieds pivotèrent et son regard se plongea sur sa cible. « Ils bruleront tous. Je suis l’envoyé de l’apocalypse », ajouta-t-il dans un souffle. L’impensable fut alors sur le point de se produire.

Avec le recul, je me sentais coupable de la situation. Coupable de n’avoir pas réagi. Coupable de ne pas avoir empêché la situation. J’aurais pu le faire. J’aurais dû le faire. Pourtant, mon corps était resté figé, comme tétanisé par quelque chose de plus grand. Était-ce là l’œuvre du destin ? Était-ce là un évènement immuable que nous ne pouvions éviter ? Des questions qui avaient fait vaciller mes convictions, qui avaient inséminé le doute dans mon esprit. C’était ma concentration qui s’était dérobée, à ce moment-là, troublée par l’apparition d’une nouvelle variable dans l’équation. Un homme encapuchonné qui progressait dangereusement vers la cathédrale. Un homme terriblement dangereux. Et je ne pouvais faire taire cette intuition qui grandissait inlassablement en moi. Cet homme n’était pas là pour faire le bien.

À mes côtés, Adam venait de perdre son sang-froid. Une violente haine fulminait en lui, faisant bouillir son sang. Il avait atteint sa limite, il ne pourrait plus la contenir plus longtemps. Il devait la libérer. Et ainsi, mon acolyte s’embrasa, réduisant en cendres nos espoirs. Les espoirs d’une issue pacifique.






Iscar Lote est lvl 28
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
 

[FB] Comme une étoile

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Les étoiles brillent, mais pas autant que mes yeux quand je te vois.
» Comme quoi, la peinture a aussi du bon [PV Masaki]
» Du nouveau sur la toile--L'autreTV.com
» [Jeu stupide comme d'hab] J'envie X parce que...
» 04. Des cupcakes pas comme les autres - Oxanna/Sue/Alejandro

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
One Piece Seken :: Le monde de One Piece :: Seas Blues :: West Blue :: Île de St Johns-