Partagez | 
 

 [Présent] Yellow Box (RP PNJ)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Fudo
Le Roi Fou
avatar
Messages : 632
Race : Humain
Équipage : None

Feuille de personnage
Niveau:
33/75  (33/75)
Expériences:
177/250  (177/250)
Berrys: 325.405.000 B

MessageSujet: [Présent] Yellow Box (RP PNJ)   Dim 1 Oct - 18:37


Yellow Box


Judal Ouri

Les négociations avaient été longues et ennuyantes, mais Judal était parvenu à ses fins à coup de liasse de billets. Plusieurs dizaines pour convaincre le gars sur le moment, en attendant les autres centaines promises. Un investissement que le basané n'eut aucun mal à réaliser, après tout ces billets, cet argent, ne lui appartenait pas : ils étaient à son collègue, Fudo. Et le criminel à la chevelure gominée n'avait donné comme seul mot d'ordre à l'Ouri de mettre en place un premier point d'entrée dans le commerce underground au sein de ce royaume. Judal possédait donc carte blanche, et armé d'un amas conséquent de berrys, d'un den-den mushi normal et blanc, il s'était élancé vers Illusia accompagné d'Eve dans le but de respecter les directives du brunet.

Que pouvait-il dire quant à cette mission qui lui avait été octroyée ? Il venait de finir, du moins il venait d'acheter le commerce d'un gaillard pour y apporter quelques modifications. Pour sûr, Judal dut promettre au marchand plusieurs choses : il aurait le droit à une augmentation salariale, pour payer son silence et surtout pour qu'il laisse la future main d'oeuvre faire son travail en ces lieux. Il ne s'agissait pas de grand-chose, seulement investir l'une des chambres froides de la succursale afin d'y effectuer deux-trois trucs en cachette. Illégal ? Ca, le type, un certain Bill, pouvait le deviner. Mais Judal avait été clair, il n'avait pas le droit de le voir, ni de perturber les va-et-vients de ses gars. Sans quoi Bill serait sorti du circuit en faveur d'un autre, plus coopératifs. Bien sûr, le sens de ces derniers mots pouvaient être interprétés de bien des façons, mais le basané s'était assuré d'être suffisament clair à l'égard du commerçant. De ce fait, jamais il n'aurait rompu cet accord.

-C'est long, c'est chiant. -balança Ève à l'attention des deux énergumènes qui lui tournaient le dos, trop occupé à observer le bâtiment.

Judal ignora la remarque de la jeune femme, il se contentait d'écouter le discours du propriétaire des lieux. Celui-ci lui avait été facile à trouver, il avait simplement à composer le numéro gravé sur le panonceau à l'entrée de l'entrepôt abandonné. Le bonhomme avait répondu bien rapidement au Judal et lui fixa un rendez-vous dans la foulée afin de régler les deux trois opérations administratives. Marcel Dupont, le proprio, était arrivé en trombe face aux deux personnes qui l'attendaient adossés contre la bâtisse. Il avait sous le bras une pochette avec un contrat dedans, sa mission du jour, de l'année même, était de convaincre le duo de le signer et de lui filer un bon pactole. Un véritable défi, en considérant l'état des lieux. Un entrepôt excentré, isolé du reste du port, aux façades métalliques usées par le temps. On aurait dit que celles-ci allaient s'envoler au premier coup de vent. Puis il fallut entrer, passer par cette petite porte à la poignée rouillée, qui grinçait énormément, pour découvrir la misère se trouvant dans la pièce. L'humidité avait attaqué la peinture des différentes parois, des flaques d'eaux jonchaient le sol affaissé par endroit. Seul une table et deux chaises contrastaient avec le reste de la pièce tant elles étaient propres et en bonne état. Elles venaient d'être achetées après tout, la veille de l'entretien que passait désormais Judal. Marcel le zieutait d'un oeil inquiété durant tout son speech concernant les diverses réparations qu'il faudrait apporter, il pouvait le nier ça y'en avait une masse à apporter : ça avait un certain coût et rebutait généralement les potentiels acheteurs. Déjà qu'ils se faisaient rares... Ce fut à la fin de ce long monologue que Judal se stoppa, juste devant l'une des chaises.

-Ça me semble correct, on va le prendre.
-lâcha-t-il, sans grand enthousiasme.

Marcel perdit de sa contenance. Il n'y croyait pas. Et pourtant, quelques minutes plus tards, deux trois raclements de chaises, une signature et une ferme poignée de main après il quittait les lieux, tout guilleret, une mallette pleine de berrys en main.

A l'intérieur, Judal soupira longuement avant de sortir de ses poches les deux den-den mushi dont il disposait. Il avait un appel à mener pour satisfaire pleinement les besoins de Fudo, concernant son futur, leur avenir donc. Mais un nouveau beuglement de sa collègue lui empêcha de se lancer dès maintenant. Il attendrait ainsi que la blonde platine se calme, voire mieux, quitte les lieux pour qu'il puisse mener son appel dans le plus grand des calmes.

Une fois cet appel effectué, il ne restait à Judal qu'une chose à faire pour conclure sa mission en bonne et due forme. Acquérir un moyen de locomotion et rentrer en contact avec son camarade à la chevelure gominée. Ce qui ne serait chose aisée étant donné que le bonhomme ne disposait d'aucun den-den mushi, il n'en avait qu'un mini : ce n'était ainsi pas vraiment utile.

-Il revient quand ?

Judal cligna des yeux lorsque les mots d’Ève parvinrent à ses tympans. Il ne savait pas réellement si le criminel allait revenir. Nighty Town pouvait lui réserver bien des surprises, surtout quand on connaissait les ambitions et le comportement du sans nom à l'égard de ses homologues criminels, désireux de lui mettre des bâtons dans les roues ou encore de qualifier d'irréalisable ce qu'il voulait entreprendre. Mais l'Ouri désirait revoir son comparse, quand bien même celui-ci lui ramenait d'autres problèmes. Un type aux ambitions démesurées comme lui allait le mener loin, il en était sûr. Et ce que lui et Fudo avait prévu pour s'implanter dans le commerce underground lui plaisait, le maudit lui avait apporté une bonne idée qu'il eut aucun mal à préciser à l'aide de son expérience et de ses connaissances apportées par le temps passé aux côtés d'Aben'Gal.

Ils allaient prendre de cours le trafic de drogue, en considérant un point capital : la vente.

Fudo souhaitait disposer d'une vente sans entraves. Faire en sorte que ces produits fussent destinés à la consommation de masse, proposer différentes gamme de pureté permettant de combler les demandes de tout un chacun. Cela nécessiterait une sacrée organisation, mais à terme c'était réalisable. Il fallait s'en donner les moyens, utiliser son temps à bon escient.

Une bonne partie des drogues n'était dores et déjà plus utilisée uniquement en tant que substance récréative mais de façon quotidienne. Ces substances trouvaient une utilité certaine suite à de longues journées, dans la fin de se relaxer, ou dans celle de tenir encore plusieurs heures debout. Puis d'autres l'utilisaient autrement que pour passer outre la fatigue, elles avaient des effets anesthésiants et surtout maquillaient la réalité en octroyant à son consommateur une vision distordue du monde, leur procurant un bonheur illusoire.

La drogue était donc devenue une ressource. La base d'un marché qui élargissait ses horizons au fil des années. Pour s'insérer dans un tel commerce, pour dompter un tel engin, Fudo comptait apporter ses propres modifications à la vente de ces produits. Rendre celle-ci plus malléable, l'éloigner de la dureté qu'imposait bien souvent les activités criminelles de ce genre.

Fudo et Judal étaient ici tombés d'accord, il fallait opter pour la libéralisation de ce commerce si particulier. Ainsi, afin de toucher un plus grand nombre de personne, ils se focaliseraient sur la vente de lots de taille moyenne dans le but de pousser des petits groupuscules ou de nouveaux dealers à se lancer dans ce marché, ainsi ils trouveraient de nouveaux clients et disposeraient, à terme, d'un réseau aux nombreuses ramifications. Le marché ouvrirait alors ses portes à tout le monde, et dépasserait l'underground en atteignant potentiellement le foyer de tout un chacun. Ce duo serait la base de nombreux entrepreneurs, indépendants, qui pourraient négocier les quantités et les prix, utiliser la marchandise comme ils le voulaient et où ils le souhaitaient. Etre plus flexible constituait donc un point d'importance.

N'importe quel gars pourrait accéder à ce marché et obtenir les quantités voulues. Et lorsque leur système serait enfin établi, le dit gars n'aurait même pas à passer par l'une des deux figures que constituaient Fudo et Judal. Il y aurait, de façon compréhensible, une pléthore d'intermédiaire, lié d'une façon ou d'une autre à ces deux gaillards, mais pas pour autant sous leurs ordres.

Les deux criminels percevaient en ce mode de fonctionnement le renouveau de ce marché. Ils estimaient que, une fois correctement mis en place, celui-ci se régulerait lui-même. Leur objectif était donc limpide : attirer le plus de petits, désireux de mettre en place leur propre commerce, pour répandre leur influence.

Cependant, ce stade là leur était pour l'instant hors de portée : il y avait beaucoup de chose à faire. Trouver une main d'oeuvre qualifiée, des endroits où disposer leurs locaux où seraient produits les diverses substances grâce aux formules d’Ève, d'autres places où seraient stockés ces produits, et, finalement, définir les routes maritimes et terrestres que devraient parcourir ces derniers pour passer de la production à la consommation, de la verrerie de haute précision aux narines de n'importe quel type.

Le duo s'était fixé deux premiers points d'essais. Le commerce que venait de racheter Judal servirait à tester la qualité de leurs produits en ayant un "feedback" de leurs premiers clients. Il s'agirait ici d'une vente au détail donc, une étape qui était plus que nécessaire : obligatoire. Le Yellow Box, lui, serait le premier entrepôt où arriveraient les marchandises fraîchement produites. Quant au lieu de production, le point de départ de la came et surtout de cette nouvelle aventure, de cette conquête d'un marché à ciel ouvert, s'étendant sur toute une mer, Fudo l'avait choisi lui-même. Une place recluse, délaissée par la marine depuis un bon moment. Cependant, pour pouvoir mettre sur pied son quartier général, place où il comptait organiser son ascension et bâtir ses premiers laboratoires, il lui fallait réaliser une dernière chose : s'installer, et cela se ferait, sans aucun doute, par le biais de la force.

Revenir en haut Aller en bas
 

[Présent] Yellow Box (RP PNJ)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Page Jaune haitienne ? ( Yellow page)
» AUSTRALIAN DESTINY & YELLOW TRICYLE :)
» YELLOW ✿ Fiche de pub
» tuto haradrim, opération désert
» tuto peinture de boyz

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
One Piece Seken :: Le monde de One Piece :: Seas Blues :: West Blue :: Royaume d'Illusia-