Partagez | 
 

 Les bons sentiments de l'Impératrice

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
PNJ [Pirate]

avatar
Messages : 273

Feuille de personnage
Niveau:
0/0  (0/0)
Expériences:
0/0  (0/0)
Berrys: 0 B

MessageSujet: Les bons sentiments de l'Impératrice   Mer 13 Sep - 19:19



Erika Orato, l'Impératrice. Hash, le Sempiternel.

La fléchette atteignit le portrait de Kokoro Kururu, accroché au mur. En plein dans l’œil.

    - C'est insensé...

Un regard noir, plus sombre que la plus ténébreuse des nuits, lancé par l'Impératrice en personne vers l'un de ses lieutenants favoris. L'homme releva la tête et fit mine de l'ignorer. Il était plongé dans les derniers journaux qui évoquaient les tristes exploits de la jeunesse de Paradise et des mers bleues. Un article entier était consacré à la défaite de Horion face aux terribles Dokugans, tandis qu'un autre faisait l'état des lieux de la criminalité décadente, avec en tête de proue des criminels comme Ren Tao. En revanche, seule une brève était consacrée à Tenshi et au Vice-Amiral Tom, décédé par son épée. Cela était sûrement du à l'exécrable caractère du vieillard qui était déjà en train d'être relégué au second plan de l'amirauté avant sa mort.

Ce n'était cependant pas les seuls articles dans la pièce. L'un d'entre eux pendait au mur, à côté du portrait de la toute jeune Capitaine Corsaire. La diamétralement opposée Némésis autoproclamée d'Erika Orato avait reçu l'un des titres les plus prestigieusement détestés offerts par le Gouvernement Mondial. À côté de son visage angélique, un pigiste du CP8 avait rédigé un article élogieux sur le comportement exemplaire d'une pirate « d'une nouvelle ère » pourtant « puissante » et « inspirant respect et compassion ». Ces mots, ces marques de faiblesses, rendaient Erika malade. Elle haïssait cette faiblesse, et plus encore, ceux qui la représentaient.

Reprenant une fléchette, elle la lança, plus énervée encore. Cette fois-ci, elle visait le nez. Ce fut le mur qui partit avec l'affiche, laissant un trou béant trois murs derrière elle. Se levant brusquement, l'Impératrice commença à se diriger dehors. Elle fut interrompue par la voix grave et sombre de Hash :

    - Qui aurait pu croire que tu en arriverais là, à haïr une gamine mielleuse...
    - Tais-toi ou je t'arrache la langue, Hash.
    - Demander à son Conseiller de se taire, c'est un tort.

Si une autre personne lui avait parlé de la sorte, elle aurait certainement fini dans les geôles de son Empire. Cependant, Hash occupait une place toute particulière. À l'image de Kouji, il avait lui-même été Empereur, longtemps auparavant. Il inspirait la terreur à ses ennemis, et ses alliés n'étaient avec que par crainte et non par dévotion. Il aurait pu conquérir le monde, si Roger ne l'avait pas fait ployer. Il était bien le seul à ne pas avoir voulu reconnaître sa puissance, sûrement par mauvaise foi, et c'est ce qui lui coûta son titre. À présent, il n'était plus qu'un vague souvenir pour les plus émérites des érudits, et son nom n'inspirait aux nouvelles générations que le souvenir d'un exemple à ne pas suivre. Seule Erika tolérait sa présence, du point de vue militaire plutôt qu'humain. Il était la raison de sa subsistance après les événements désastreux d'Impel Down qui lui avaient appris une bonne leçon : il ne fallait pas prendre à la légère les institutions gouvernementales.

    - Impératrice ! Impératrice... Ils sont tous arrivés.

Aux paroles du vigile qui venait juste de pénétrer dans le couloir, un sourire dévisagea la jeune femme. Elle était prête à remonter la pente, à écraser ses ennemis sans leur laisser le temps de se reconstruire. Personne au monde, ni Hadès et ses stupides fanfarons, ni Tengen et son incorrigible flotte, et encore moins Eko et sa faible armée ne sauraient empêcher son ère d'arriver. Hash se leva, prenant la direction vers laquelle Erika s'empressait d'aller, mimant un pas lent là où son être entier trépignait d'impatience. Arrivée devant une haute porte en chêne, assez grande pour accueillir un géant, ses petits bras vinrent pousser l'édifice avec aisance. Elle pénétra dans la salle avec toute la prestance et la grandeur que son titre inspiraient.

Lorsqu'elle s'assit sur son trône la cinquantaine de personnes présentes dans la pièce, dont les primes dépassaient les 300.000.000 de Berrys chacun, se posèrent à leurs tours. La longue table rectangulaire avait en chaque bout un Oratio : le frère se situait à l'extrême opposé de sa sœur, Slay, l'un des pirates les plus redoutés de sa génération.

    - Le Conseil de Guerre peut commencer, annonça la voix froide de Hash tandis que les guerriers jubilaient.

Revenir en haut Aller en bas
PNJ [Pirate]

avatar
Messages : 273

Feuille de personnage
Niveau:
0/0  (0/0)
Expériences:
0/0  (0/0)
Berrys: 0 B

MessageSujet: Re: Les bons sentiments de l'Impératrice   Dim 24 Sep - 10:34




Kyo Kara, 640.000.000 berrys, et Fryja Honula, 520.000.000 berrys.

-Si tu n'avais pas Enora dans ton équipage, j'aurais catégoriquement refusé de te rencontrer, Kyo. Même ici.
-Je ne le sais que trop bien, et je te remercie de t'être déplacée.

Le jeune blond, les pieds à demi enfoncés dans le sable fin d'une plage dorée, jeta à la femme-poisson un regard franc et sincère. Elle était quant à elle à moitié enfouie dans la mer, à quelques mètres de lui, et se montrait plus distante, plus perplexe et plus méfiante. Elle ne le connaissait pour l'heure que de réputation, mais le connaissait à ce titre trop bien : ce gamin impétueux était une forte tête, et il avait des ambitions disproportionnées. Nul n'ignorait, sur le Nouveau Monde, qu'il projetait de s'emparer d'un des titres de Yonkous si hautement convoité... Le problème, c'est que certains pariaient allégrement sur sa victoire, et que cela ne faisait qu'accentuer sa fierté et son orgueil. Les forbans orgueilleux étaient généralement les plus pénibles : ils se pensaient invincibles, et agissaient fréquemment par idiotie et par bêtise, sans prendre le temps de réfléchir aux conséquences de leurs actes... Cela étant, Honula savait pertinemment que son homologue criminel n'était pas à prendre à la légère : il n'avait pas gravi les échelons en étant si jeune par pur hasard. Il avait une bonne dose de sagesse, malgré son apparence juvénile... Et savait en user à bon escient, de manière destructrice pour le moindre de ses opposants. Tandis que le gamin s'allumait une cigarette, manifestement à ses aises, l'autre primée se renfrogna en jetant un bref regard en arrière, à son propre navire et à ses compagnons demeurés à bord. Ils avaient pour ordre de demeurer à distance tant que la situation ne dégénérait pas... Mais seraient plus prompts à réagir, si cela devait effectivement dégénérer, que les compagnons du blondinet. Ceux-ci, largement plus en retrait, lorgnaient l'échange du haut d'une colline alentour, exception faite de la prénommée Enora, la seconde de Kyo, qui ne se trouvait qu'à quelques mètres de lui. Mais d'elle, la femme-poisson n'en faisait que peu de cas... Car elles étaient représentantes de la même race.

-Tu te méfies trop de moi. Je ne te veux aucun mal.
-Tu es un pirate. Tu es un homme. Et tu es un humain. Ce sont trois merveilleuses raisons de rester sur mes gardes.
-Je le conçois volontiers. Mais tu es dans l'eau. Si bataille il devait y avoir, tu aurais l'avantage... D'autant plus que tes amis n'ont pas l'air franchement jouasses.
-Ce n'est pas parce que je suis en sécurité maintenant que je le serai encore dans dix minutes.
-Sage remarque. Mais c'est une perte de temps. J'ai un cadeau à te faire. Enora, amène-le.


Enora, bras-droit de Kyo Kara, 450.000.000 berrys.

La jeune femme s'exécuta, après avoir brièvement hoché la tête. Elle s'éloigna du duo, se dirigeant calmement en direction du reste de l'équipage, sous le regard suspicieux d'Honula qui demeura néanmoins de marbre. Il ne fallut aux deux capitaines qu'une bonne minute de silence avant qu'elle ne commence à repointer le bout de son nez. Elle n'était cependant cette fois-ci plus toute seule : elle tenait une chaîne colossale et sans aucun doute lourde de plusieurs centaines de kilos qui ceignait bras et jambes de l'homme qui la suivait. Ce dernier, bâillonné, ne tarda cependant guère à remarquer Honula : il sembla alors arborer une expression déconfite et ahurie, quoique notablement camouflée par la terre et le sang qui lui maculaient les traits et emplissaient ses cernes, témoins d'une captivité peu épanouissante.
A la vue de ce tristement célèbre individu, le sang de la capitaine femme-poisson ne fit qu'un tour. Elle le reconnut sans le moindre mal, malgré sa carrure indéniablement diminuée : c'était Maverik Sajohns, un lieutenant d'Erika primé à 312 millions de berrys. Après qu'elle eut refusé l'offre de l'Impératrice de se joindre à sa flotte, l'Orato avait décidé de se venger à sa manière : elle avait envoyé Maverik sur l'île des hommes poissons, et c'en était suivi la plus grande razzia depuis des décennies. Cette ordure avait capturé un nombre colossal de ses contemporains pour les amener directement sur Shabondy, où il les avait vendus aux plus offrants... Et si elle avait longtemps tenté de lui mettre le grappin dessus, la Fryja n'avait jamais pu y parvenir. Jusqu'à ce jour, manifestement... Glaciale et le visage bien peu avenant, elle décocha donc à Kyo une réplique acerbe.

-Qu'est-ce que tu espères en échange de ce barbare ?
-Rien.
-Quoi ?

Posément, le jeune homme attrapa sa cigarette, avala une franche bouffée de tabac puis s'en débarrassa, la lâchant sur la plage avant de l'écraser du talon droit. Il attrapa ensuite son captif par le poignet et le jeta à la mer, droit dans la direction d'Honula, qui le lorgna se débattre tandis qu'il tentait d'échapper à la noyade sans franchement y parvenir, puisqu'entravé. Avec un sourire qui se voulait amical mais qui apparaissait cependant comme étant clairement arrogant et impitoyable, le blondinet rétorqua avec satisfaction :

-Il est tien, que tu sois avec ou contre moi pour la suite des événements. Enora voulait sa peau tout autant que toi. C'est d'une pierre deux coups : je permets à ma plus fidèle amie de rendre justice, et je te prouve ma sympathie et mon honneur.
-Et la suite des événements ? Quelle est-elle ?
-En échange de ton accord, je mettrai en place, après être devenu Yonkou, un avant-poste militaire fortifié directement sur l'île des Hommes-Poissons. Cela évitera à ton peuple de souffrir davantage de la bêtise du mien. Je te laisserai ton autonomie et je jurerai de ne jamais m'en prendre à toi, quel qu'en soit le prix.
-Et de qui veux-tu prendre la place ?
-Erika.
-Alors j'en suis.

Il n'y avait pas eu l'ombre d'une hésitation dans leur dialogue, de quelque côté que ce fut. Et il y avait une bonne raison à cela : ils étaient tous deux des capitaines émérites, des pirates valeureux, remarquables et déterminés. Ils n'avaient désormais plus la moindre raison de se détester l'un l'autre : leurs objectifs étaient effectivement complémentaires.


Revenir en haut Aller en bas
PNJ [Pirate]

avatar
Messages : 273

Feuille de personnage
Niveau:
0/0  (0/0)
Expériences:
0/0  (0/0)
Berrys: 0 B

MessageSujet: Re: Les bons sentiments de l'Impératrice   Lun 9 Oct - 12:50




Kyo Kara, 640.000.000 berrys, et Cleto Montgri, 296.000.000 berrys.

-Les rumeurs disaient donc vraies. Vous êtes ici.
-Nous sommes ici, oui.
-Vous ne m'attaquez pas ? Je suis seul.
-A quoi bon ? Même seul, tu pourrais nous vaincre.

Cleto était lucide. L'homme qui venait de pénétrer dans la grotte qu'ils habitaient depuis quelques semaines, lui et ses plus fidèles hommes de main, n'était pas aussi frêle et sans défense qu'il n'y paraissait. Il avait beau être jeune et inexpérimenté, Kyo Kara jouissait d'une réputation solide dans le Nouveau Monde... A dire vrai, même les Yonkous le tenaient à l’œil, même s'ils se vantaient à tout va de ne pas le craindre. Même à quinze, les pirates de Montgri n'étaient pas assez redoutables pour en venir à bout... Certes, ils possédaient également leur petite renommée, puisqu'ils voguaient ici bas depuis quelques mois dorénavant, mais ils n'avaient jamais eu l'occasion de conquérir leur propre île ou d'harceler la flotte d'un Empereur totalement impunément. Même l'endroit où ils venaient de s'installer n'était qu'un très partiel havre de paix : il se trouvait en vérité en bordure du territoire d'Hadès, et même si le vieillard n'avait jamais été ouvertement hostile à leur égard, ils savaient qu'il ne valait mieux pas trop s'attarder dans le coin. Pour l'heure, l'ancêtre focalisait toute son attention sur Eko Taka, mais si l'envie lui prenait d'écraser quelques moucherons, il aurait tôt fait de les remarquer... Et de les massacrer jusqu'au dernier. En cela, l'apparition du blondinet était aussi exaltante que désespérante : cela signifiait qu'il avait quelque chose derrière la tête, qu'il attendait quelque chose d'eux. Une promesse de sécurité relative au beau milieu d'une tumultueuse tempête... Kyo, totalement décontracté, s'approcha encore de quelques pas de son interlocuteur tandis que celui-ci demeurait posément assis sur un rocher. Ses compagnons semblèrent se tendre un court instant, mais n'agirent aucunement : tant que le capitaine ne pipait mot, ils ne semblaient pas disposés à se jeter sur ce formidable Nebula, à la carrière naissante et pourtant d'ores et déjà conséquente. Cela aurait au final été synonyme d'une bien déshonorante déculottée... De fait, tant qu'il leur était possible d'éviter cette funeste et triste issue, ils n'allaient pas s'en priver. Ainsi, lorsque le blondinet cessa enfin sa progression, ses mots furent captés par l'entièreté de l'assemblée, qui demeurait étonnamment placide si l'on considérait qu'il s'agissait là d'un banc de forbans sanguinaires et à la réputation déplorable.

-Deto, c'était ton frère, hein ?
-Ça l'est toujours. Mais plus pour longtemps. Nous n'acceptons pas la trahison. Elle n'aboutit qu'à l'exécution.

Deto Montgri était autrefois capitaine de cet équipage conjointement avec son frère, Cleto. En tant que frère aîné, il semblait néanmoins avoir le déçu, comme en témoignait sa prime légèrement supérieur, plafonnant à 307 millions de berrys. Cependant, sa présence auprès de l'équipage était révolue depuis plusieurs jours : il leur avait honteusement tourné le dos, préférant renier tous ses principes et les codes éthiques fondamentaux qui les avait porté jusqu'au Nouveau Monde. Il avait décidé d'accepter l'offre d'Erika de se joindre à elle... Et avait renié la totalité de ses compagnons lorsque ceux-ci avaient refusé de concert. Il ne s'était par ailleurs pas privé de piéger le navire, tuant une petite partie d'entre eux avant de prendre la poudre d'escampette, désormais certain de ne pas pouvoir être suivi. D'aucuns disaient qu'il avait volontairement attendu que son frangin ne s'en aille pour passer à l'action, afin de ne pas avoir à l'affronter... Cleto n'était pas aussi naïf. Ses relations conflictuelles avec son fraternel ne l'auraient en aucun cas poussé à se montrer miséricordieux à son égard : tout n'avait été que pur hasard. La rancœur qu'il conservait donc à son égard était tenace... Et c'est elle qui anima ses mots suivants.

-Je te suis.
-Tu ne sais pas encore ce que je vais te demander...
-Peu importe. Tant que j'ai l'opportunité de nous venger, je me contrefous des risques qu'on prend.
-Tu l'auras, c'est certain. Tu ne veux pas régner ?
-Ce serait faire montre d'un orgueil démesuré. Je n'arrive pas à nous trouver une île... Alors en conserver et en pacifier des dizaines sous mon seul contrôle ? Impossible. Non, tu peux bien devenir Yonkou à la place de l'autre tarée. Je m'en contre-branle.
-Bien.
-Qui d'autre, à part nous ?
-Fryja Honula.
-C'est tout ?
-C'est suffisant.

Les réponses laconiques de Kyo ne semblèrent qu'à moitié satisfaire Cleto, mais celui-ci abandonna finalement en haussant les épaules. Honula était une femme-poisson compétente et redoutable, pour le peu qu'il avait pu en entendre... Il n'avait jamais eu la chance de la croiser personnellement, mais cela faisait également plusieurs mois qu'elle écumait les mers en harcelant les navires des Yonkous qui avaient le malheur de la croiser d'un peu trop près. Au même titre que Kyo, ou que Doji dans un registre différent, elle était l'une des rares Nebulas à être ostensiblement hostile aux Empereurs et à pourtant survivre sans la moindre difficulté apparente. Un sacré talent, qui risquait de leur être indispensable s'ils espéraient mettre l'armada d'Erika en pièces...


Revenir en haut Aller en bas
 

Les bons sentiments de l'Impératrice

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Alix l'impératrice
» Sysy l'impératrice ♫
» Kazuma (renom, honneur, prime)
» Ce qu'il se passera dans le tome 8. (spoilers ;D)
» De quoi parlera le tome 8 ? (Mettez ici vos idées !)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
One Piece Seken :: Le monde de One Piece :: Le Nouveau Monde-