Partagez | 
 

 Le Roi et la Rose.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Sairento Satsujin
Trafiquant
avatar
Messages : 246
Race : Humain

Feuille de personnage
Niveau:
29/75  (29/75)
Expériences:
159/200  (159/200)
Berrys: 275.844.000 B

MessageSujet: Re: Le Roi et la Rose.   Mer 14 Mar - 0:09


Perte de Sens !


L'assassin grimaçait tandis que le bois compressait son dos, son corps pris entre le souffle de l'explosion et le mat en perdition sans qu'il ne puisse rien y faire. Il était comme immobilisé par l'objet dur qui se massait contre sa colonne vertébrale, le retenant face au souffle chaud venant lui caresser le visage. Néanmoins la gravité fit soudain son office, l'homme sentant son corps se libérer lentement de l'emprise qui le plaquait contre le mat. Il se mit à flotter dans les airs, quelques centimètres au dessus du bois qui lui servait encore de soutien quelques secondes auparavant tandis que sa chute s'accélérait. Se redressant dans un cri silencieux tandis que son corps endolori par le choc précédent se rappelait à lui il frappa le mat dessous lui du talon pour s'élancer vers l'avant. Il se mit alors à courir le long de la vergue qui penchait de plus en plus dangereusement vers les flots que le maudit surplombait désormais. Il tenta d'accélérer tandis que la pente augmentait, chaque pas se révélant plus dure que le précédent, parvenant finalement d'un bond à se propulser sur l'extrémité de la voile tandis que le mat s'écroulait sur le pont dans un fracas sonore, la totalité de la structure étant alors prise d'une violente secousse. Perdant momentanément l'équilibre tandis qu'il sentait la partie supérieure du mat se briser sous le choc, prête à rejoindre les abysses, il bondit une nouvelle fois dans les airs avant que son support ne se dérobe violemment. Il sautait dans le vide, littéralement, seul l'eau semblait demeurer sous lui tandis que le liquide bleuté engloutissait chacun des débris sur lesquels il s'était jadis reposé.

Soudain il vit une boule de flamme passer à côté de lui, rapidement suivi par une forme qui sembla retomber vers le navire aussi vite qu'elle était montée. Néanmoins la boule en question avait tranchée une corde attachée à l'autre mat du navire, la délivrant de l'attache qui l'entrainait vers les profondeurs. Agrippant celle-ci sans hésiter Sairento fut alors projeté dans les airs, son moyen de transport improvisé le ramenant vers le navire en un instant. Il commença à décrire un large arc de cercle dans les cieux tandis que la corde semblait s'enrouler autour du navire, captant finalement du regard l'homme qui avait l'étonnante capacité de se transformer en dragon. Celui-ci semblait être assez énervé de ne pas le trouver, à en croire ses paroles tout du moins, et commençait d'ores et déjà à se venger sur le navire. Décrivant un arc de cercle dans le dos de l'allié de la Rose il lâcha finalement la corde, se retrouvant propulsé derrière l'homme. Une zone de silence se créa alors autour de l'assassin, celui-ci la limitant à sa personne afin que sa cible ne se doute pas de son arrivée. Son pied se posa sur le bastingage, la Main Silencieuse se propulsant en avant sans un bruit sans pour autant sortir la moindre lame. Les écailles qui recouvraient encore le corps de l'individu étaient probablement bien trop résistantes pour qu'il puisse les percer aussi facilement, il devait viser autre chose pour le moment.

Ses mains s'écartèrent doucement, une légère lueur blanche venant y tournoyer tandis qu'il faisait passer ses pieds par dessus sa tête, effectuant un salto dans les airs. Il se retrouva alors parfaitement droit tandis qu'il passait au-dessus de l'homme aux écailles, son crâne venant frôler celui de son adversaire comme dans un prolongement parfait alors que ses mains venaient s'apposer un court instant sur les oreilles de celui-ci, y déposant les sphères de silence qu'il venait de créer. Son corps poursuivi sa rotation tandis qu'il continuait sa progression, se réceptionnant sur ses deux jambes quelques mètres devant celui qu'il venait de priver d'un de ses sens majeurs. Les sphères de silence qu'il avait placé dans ses oreilles allaient le rendre sourd pour quelques temps, si cela n'avait rien de définitif la durée serait bien assez longue pour qu'il n'entende plus rien de la suite de leur combat. Mais l'aspect important était la manière dont sa capacité allait agir sur l'oreille interne de l'inconnu, son équilibre, sa notion de position dans l'espace, tout allait disparaître, tout serait faussé, il serait totalement désorienté.





Ses yeux lui donneraient une information mais son oreille interne en donnerait une autre, et son cerveau ne saurait laquelle prendre en compte, le faisant trébucher et le rendant incapable d'avoir des actes coordonnés. Le Silencieux s'apprêtait déjà à profiter de cet avantage nouveau pour repartir à l'assaut lorsque le cri du monstre marin retentit, semblant faire trembler l'embarcation pendant un instant. Aussitôt l'hésitation apparu dans le regard du maudit, indécis quant à ce qu'il devait faire. Son regard observa les événements alentours et il ne lui fallu pas longtemps pour comprendre qu'ils étaient en train de perdre la partie. Néanmoins il ne pouvait abandonner de la sorte, hochant les épaules à l'intention de celui qui lui faisait face il se propulsa alors avec vigueur en direction de la capitaine corsaire, elle demeurait encore et toujours sa mission, et il n'y avait qu'un seul moyen acceptable d'échouer à cette mission, si celle-ci mourrait !




Résumé:
 
Revenir en haut Aller en bas
Kokoro Kururu
La Princesse de Coeurs
avatar
Messages : 972
Race : Humaine
Équipage : L'Alliance Rose

Feuille de personnage
Niveau:
35/75  (35/75)
Expériences:
142/250  (142/250)
Berrys: 31.795.001 B

MessageSujet: Re: Le Roi et la Rose.   Jeu 22 Mar - 23:24




C’était la panique à bord du Tsukimi. Entre la cheffe prise en otage, Livi qui pleurait au den-den, Joe qui dirigeait du mieux qu’elle pouvait le navire en l’absence du navigateur officiel et du logia et l’aide à la manoeuvre du bâtiment pirate, les dernières recrues étaient utilisées à leur maximum. La majorité étant des anciens esclaves, ils étaient presque content d’avoir la brune pour les diriger d’une main de fer en plus de Mamie Sonia. Elle n’était pas très sympathique, mais d’un autre côté, elle restait probablement la personne la plus zen à bords. Et c’était rassurant. Beaucoup plus que Yoki qui venait de s’écrouler sur le sol. Deux personnes s’empressèrent de le ramasser pour l'emmener à l’infirmerie.

Peu après, un énorme monstre marin apparut de nulle part sans aucune raison! Et le navire était toujours en train de foncer droit vers ceux ennemis. Pour leur premier combat maritime, l’Alliance Rose mettaient les petits plats dans les grands. Parfois la peur provoque des réactions étranges. Une jeune fille qui aidait Kururu avec ses animaux, décida de renverser le contenu complet d’une boîte contenant la nourriture de Bulle. Appâter le monstre marin pour faire partir le nouveau était probablement une idée un peu rassurante.


De son côté Kururu était rassurée de ne plus avoir Livi à ses côtés. Elle se concentra tranquillement sur la collecte d’infos en attendant sagement son sauvetage. Un petit sourire en coin se dessina sur ses lèvres quand sa surveillante parla de ses amis. Mais son explication sur son monarque la laissa un peu dubitative. Il s'appellerait Centes Decima et serait un monarque bon. Ses objectifs seraient un monde de paix sans crimes ni guerre. Pour le coup, la jeune fille ne pouvait pas nier rechercher le même objectif. Elle n’avait jamais privilégier les affrontements. S’il avait choisi de meilleur méthodes pour son entrevue, les deux camps n’en seraient pas à ce stade.

Ce qui perturbait plus la demoiselle était le prénom Centes. Pour une fois, elle en avait déjà entendu parler. D’après Teddy, c’était aussi un pseudo-monarque en plus méchant que cette description-ci. Si c’était la même personne, alors il avait des comportements différents. Sinon, les personnes possédant ce nom appréciaient vraiment les statuts royaux. Enfin, il était trop tôt pour le dire. alors, elle se contenta de répondre à son interlocutrice.

-C’est normal qu’ils essayent de le faire. Après tout, votre méthode n’est particulièrement bonne pour une simple entrevue. Surtout si votre roi est aussi bon que vous semblez le croire. Et puis je suis certaine que vous feriez pareil. Si votre cher Centes venait à se faire enlever devant vous, ne tenteriez-vous pas de le récupérer?

Question simple, mais efficace. En soi, Kururu connaissait sa propre réponse. Évidemment qu’elle le ferait. Dans l’Alliance Rose, cela se passait de cette manière. Chaque membre était présent pour sauver ses amis s’il le fallait. Dans le cas où ce groupe serait similaire au sien, alors il n’y avait aucune raison que leur réaction diffère. Par contre, une plus grosse explosion attira son attention. Sur le côté, la cheffe des roses pu voir le dragon en mauvaise posture. Le mat lui tombait dessus! Heureusement, elle le vit s’en dégager. Elle n'observe pas la suite de l’action car un peu plus loin, elle vit Dante au dessus de l’eau. Ses yeux devienne grands comme des soucoupes. Il allait tomber à l’eau. Ce serait terrible pour un maudit. Sauf que le blondinet avait de la ressource et elle pouvait lui faire confiance pour se sortir de ce mauvais pas. Une explosion plus tard, il était de retour sur le pont.

Soudain, une voix s’adressa à Kururu. La cuisinière se retourna pour apercevoir une jeune femme avec des cornes. Dans l’agitation, elle n’avait pas remarqué son arrivée. La nouvelle arrivante demanda calmement à sa prisonnière si elle pouvait marcher pour son transfert. La corsaire n’avait pas vu le second bateau ennemi. En même temps, son embarcation s’était déroulée en quelques secondes et elle n’avait pas eu l’occasion de faire le tour du propriétaire en admirant la vue. Alors la demoiselle répondit le plus innocemment du monde:

-Nous sommes déjà arrivé? C’était beaucoup plus rapide que ce que je croyais. Mais oui, je penses pouvoir marcher.

Kururu commençait à fatiguer. Mais elle ne voulait pas se faire porter ou soutenir par ce qui était normalement un ennemi. Elle était Shishibukai et surtout capitaine de l’Alliance Rose! Elle resterait digne au sein du camp adverse pour elle, ses amis et pour que Kilik soit fière d’elle. Doucement, elle entreprit de se relever.

A peine debout, un grand cri retenti. Ce n’était pas le bruit d’explosion et de flammes propres à son équipage. Ce n’était pas non plus le bruit d’un canon ou d’une attaque. Et même si ses compagnons pouvaient donner de la voix, elle les reconnaitrait entre mille. Surtout face à celui qui venait de se faire entendre. Un seul regard suffit pour voir un monstre géant s’approcher à vive allure. L’esprit de Kururu se vida en une fraction de seconde. Ses amis étaient proches. Si cette créature fonçait sur eux, ils seraient également pris dans cet assaut imprévu. Sans réfléchir à sa situation, la demoiselle tenta de se précipiter à leur secours.

-Shura! Dante! Derrière-vous!







_________________

Revenir en haut Aller en bas
PNJ [Decimas]

avatar
Messages : 85

MessageSujet: Re: Le Roi et la Rose.   Sam 24 Mar - 15:01




Nagawa Arroh et Nagawa Liarra.


Il était naïf. Terriblement naïf. Logia et impétuosité faisaient mauvais ménage. Ces gars avaient tellement l'habitude de vaincre facilement grâce au potentiel indéniable des pouvoirs dont ils étaient affublés qu'ils en oubliaient de réfléchir, de songer, de dresser des stratagèmes, de s'adapter seulement aux ennemis qui étaient les leurs. Ils ignoraient jusqu'à leurs faiblesses, agissant d'une manière certes irrationnelle mais aussi et surtout stupide, débile et dangereuse. Le sacrifice de soi était une qualité indubitable mais qui n'excusait pas l'inconscience et l'insouciance dont Dante ne tarda guère à faire preuve. Le dragon ne pouvait pas lui venir en aide, et il refusait de se laisser porter à nouveau jusqu'au navire de l'Alliance Rose... Il n'y avait plus qu'une seule option, et celle-ci peinait Arroh autant qu'elle le rendait méprisant et hautain à l'égard de l'homme incandescent qui tentait si vertement de lui causer du mal. Certes, l'incendie avait pris et n'allait pas tarder à ravager la première embarcation des Decimas qui, de toute manière, risquait d'être immobilisée maintenant que le mât commençait à s'effondrer. Pour autant, cela valait-il la peine de s'exposer autant ? Non. Car un second navire les attendait d'ores et déjà... Le haki de l'observation du vieillard l'avertit des ambitions funestes de Dante avant que ce dernier n'explose. Alors comme ça, il voulait lutter contre le vent, lors même que la vitesse de propulsion de son fruit du démon n'était pas une qualité primordiale mais une conséquence malheureuse de ses pouvoirs ? Il allait s'en mordre les doigts. Et le vieillard ne tarda guère à le lui faire comprendre. Avant même que le logia n'explose, l'homme aux éventails répéta le même mouvement que précédemment, balançant vers ledit logia une bourrasque conséquente. Si Dante explosa bel et bien, ce ne fut pas suffisant pour contrecarrer la virulence des vents auquel il fut exposé... Tant et si bien qu'il fut tout simplement balayé et tomba à l'eau.
C'était malheureux, mais c'était là la seule finalité envisageable dans un bras de fer stupide de cette teneur. Le pouvoir d'Aroh se basait seulement et uniquement sur le vent : il était illusoire de tenter de le contrer de la sorte, et son haki de l'observation était également une arme affûtée dont il savait se servir avec intelligence et pragmatisme. Une fois plongé dans l'eau, le logia serait contraint de se tenir tranquille, au moins jusqu'à ce que l'un de ses amis vienne lui prêter main forte... Et il s'agirait fort probablement de l'un des membres de l'Alliance Rose encore en retrait sur le Tsukimi, chose qui ralentirait passablement l'avance inexpugnable dudit bâtiment naval.


Uesugi Shibata, primé à 34.343.000 berrys, Fou Decima.

Shibata, sourcils froncés, assista depuis sa position privilégiée à la myriade d’événements qui eurent lieu plus ou moins simultanément. Le grand mât de l'autre navire Decima chuta lourdement, empêchant de ce fait ce bateau-là de jamais revoir Grand Line, tandis qu'un incendie généralisé commençait à s'y développer. Apparemment, ils étaient arrivés juste à temps... Restait néanmoins l'apparition soudaine d'un monstre marin colossal, qui risquait de leur mettre des bâtons dans les roues et de les ralentir, voire de rajouter un problème épineux et incontrôlable à ce combat qui s'annonçait et qui l'était déjà bel et bien. Le Fou n'éprouvait pas le moindre doute quant aux compétences d'Ernest et de Irissa, et ne savait que trop bien qu'ils sauraient s'en tirer d'une manière ou d'une autre, mais il préférait éviter de subir des dommages dès à présent : d'autres alliés de la corsaire pourraient finir par leur tomber dessus avant qu'ils ne la livrent à Centes, après tout... Restait donc à agir avec perspicacité. Chose qu'il ne tarda pas à faire, expédiant un ordre à l'attention de l'homme-cornu avant que celui-ci ne pose la moindre question :

-Laisse tomber les monstres marins ! Occupe-toi des marines !

Les mouettes étaient leur priorité du moment. Le Dragon qui s'était posé sur le navire d'Aroh et de Liarra n'était pas un danger suffisant pour canaliser toute leur attention : ils pourraient s'en occuper bien assez tôt. Les justiciers, en revanche, risquaient de s'immiscer sur son propre bateau d'un instant à l'autre : mieux valait donc les tenir à distant tant qu'il en était encore temps. Quant au gargantuesque monstre marin ? Le Uesugi se contentait de conserver la tête froide. Il y avait le navire de la marine, le navire enflammé de leurs alliés, et le leur. Une chance sur trois d'être la cible donc, sans compter le fait que les navires secoureurs de Kokoro Kururu se joindraient bientôt à la mêlée... Et risquaient de s'attirer l'ire et le courroux du prédateur tout aussi bien que les trois actuellement entremêlés. Restait à voir si la chance allait leur sourire, car elle était aussi, parfois, une donnée fondamentale dans le bon déroulement de batailles de cette teneur et de cette intensité...

Tandis que les pions s'adaptaient à la nouvelle situation, menaçant de prendre les armes pour défendre fièrement leur embarcation contre toute intrusion de la part des justiciers, Ernest quant à lui, toujours en garde, maugréa quelques mots inaudibles à la suite des dires du Fou et lorgna en direction des rangs des gouvernementaux à la recherche de gradés susceptibles de l'intéresser. Fracasser des mousses à tour de bras, c'était une chose. Puiser une véritable satisfaction dans un combat, c'en était une autre... Mais une réponse bienheureuse ne tarda guère à éclater lorsqu'il aperçut distinctement trois silhouettes qui semblaient être annonciatrices d'une rixe à tout le moins divertissante. Sans plus attendre, ses deux avants-bras couverts de plaques du haki de l'armement, l'homme bête se jeta à leur rencontre avec un rictus de bien mauvais augure, faisant du jeune officier fringant sa première cible, menaçant de le percuter d'un coup en plein abdomen d'un instant à l'autre et d'ici le balancer par-dessus bord, sans plus de cérémonie, du poing gauche.

-Aller, on se remue !

Liarra, de son côté, fronça les sourcils en voyant le conflit entre le dragon et l'homme-silencieux se prolonger. Elle aurait voulu leur prêter main forte, comme à son vieux père, mais elle préférait demeurer étrangère au conflit qui s'amorçait : la capitaine corsaire avant de la ressource et elle devait rester sur ses gardes, à ses côtés, pour assurer sa tranquillité. Ainsi, quand Kururu s'inquiéta du danger qui représentait le monstre marin, elle essaya de l'attraper par le poignet mais fut coupée dans son élan. Très rapide et parfaitement alerte, Irissa se plaça devant la Rose et lui indiqua le navire de Shibata de l'index droit, prenant une expression faciale plus intransigeante et nettement plus sévère.

-Dépêchez-vous. Ce navire va couler, et je n'ai pas envie d'aller vous chercher dans l'eau.


Si la capitaine pirate refusait d'obéir docilement, alors la femme-cornue ne tarderait guère à la pousser vers cette destination désignée un petit peu plus tôt, dans le but de l'y faire parvenir d'autant plus vite. Elles n'avaient plus de temps à perdre... Liarra, quoi que silencieuse, ne tarderait guère à les suivre et Aroh, lui-même délesté de son propre adversaire, tenterait de les rattraper d'un pas lent et mesuré.



Alors !
Dante > Comme indiqué dans le poste précédent, le choix que tu as fait... ne faisait pas partie de l'équation ^^' Le style d'Aroh est bien trop efficace en matière de répulsion pour qu'un logia tel que le tien parvienne à s'y opposer. Je prends donc la décision d'interrompre ton poste vu que l'écart de lvl et le haki sont également des facteurs déterminants. Sans parler évidemment du terrain sur lequel vous vous affrontez (qui est juste l'origine de ce bras de fer). Ce n'est pas "grave" vu que Joe et les autres pourront te repêcher en arrivant à ton niveau, mais cela va vous ralentir et permettre aux Decimas, éventuellement, de reprendre un peu d'avance.
Là-dessus, Shibata donne des ordres.

Ernest engage le combat en bondissant vers les trois gradés. Il tente de donner un coup de poing gauche couvert de haki dans l'abdomen de Gewutz Fritz.
Ensuite, Irissa se met devant Kururu pour la pousser plus ou moins délicatement (selon si Kururu obéit ou pas) vers Shibata, pour qu'elle monte sur l'autre navire. Aroh et Liarra les suivent.

Akor Ernest est niveau 36.
Aroh est niveau 35.
Liarra est niveau 34.
Revenir en haut Aller en bas
Shura Tatsuki

avatar
Messages : 79
Race : Humain
Équipage : Alliance Rose

Feuille de personnage
Niveau:
25/75  (25/75)
Expériences:
74/120  (74/120)
Berrys: 0 B

MessageSujet: Re: Le Roi et la Rose.   Ven 30 Mar - 16:55

Hardship

Malgré mes provocations, et les dommages grandissant que j’infligeais au navire, mon adversaire ne se montrait pas. Même si cela me navrait de ne pas briser chaque os de son corps pour qu’il souffre au moins autant que son subordonné que j’avais sauvé de justesse. Sans compter la terreur que la pauvre Livi avait du ressentir entre ses griffes. Je voulais qu’il paie ! Mais c’était là la partie primitive, reptilienne – la majeur partie à en juger selon ma frangine – qui parlait. En réalité, chaque instant où je ne devais pas me battre était un pas de plus vers la libération de nos nakamas. Entre le bazar que Dante et moi mettions sur l’embarcation adverse, le mât brisé et une partie de l’équipage inconscient ou au combat, nos alliés et camarades de l’Alliance Rose allaient forcément se joindre à la fête. Et il me semblait vaguement avoir aperçu un navire de la Marine également en approche...

Kururu ! Livi ! Où êtes vous ?!

Cependant, après que j’aie fini de percer une brèche dans le pont, mais avant que je puisse descendre en cale pour aller les chercher, étant donné que c’était l’endroit le plus sûr pour enfermer des prisonniers ou otages, je ressentis brièvement un mouvement au niveau de ma tête avant que ce soit le silence soudain. Je vis le Décima qui avait obligé notre capitaine à le suivre atterrir quelques mètres devant moi. Je fis un pas dans sa direction pour le charger et frapper, mais ma démarche était devenue hasardeuse, hésitante, comme si j’avais bu. Je faillis même tomber à la renverse alors que j’étais pris de nausée. Et toujours, ce silence complet, désarçonnant. Était-ce l’effet d’un Fruit du Démon ? En tout cas, c’était vraiment déstabilisant et handicapant. On m’avait entraîné à me débrouiller provisoirement si j’étais privé de la vue, me reposant justement sur mon ouïe, mais ici, j’avais perdu plus qu’un sens : mon équilibre lui-même était menacé, et chaque pas n’était pas vraiment devant l’autre.
J’aperçus mon ennemi près à m’attaquer avec un avantage flagrant, quand il s’arrêta soudain et tourna la tête sur le côté, exprimant de l’hésitation, et peut-être même, fugacement, de la peur. Je suivis son regard, même si ce simple geste me donnait le tournis, et aperçus un énorme monstre marin dont la tête surplombait le chaos qu’était devenu ce champ de bataille. Un roi des mers, ici ? Ce n’était pas normal. Mais je n’avais pas le temps de m’en préoccuper pour le moment. Dans mon état de faiblesse, j’avais besoin de me concentrer entièrement sur celui en face de moi et confier le reste à ceux qui combattaient à mes côtés.

J’aperçus alors ce dernier me regarder dédaigneusement avant de hausser les épaules, et de se détourner pour bondir en direction...de la capitaine qui se trouvait désormais non loin mais toujours sous bonne escorte. Je criai son nom pour l’avertir, mais sans entendre les sons qui sortaient de ma propre bouche, je ne fus même pas sûr de ce que j’avais prononcé. Et dans cet état, je ne me faisais pas confiance pour attaquer les Décima sans blesser mon amie.


Sûrement pas salopard !

Poussant un cri de rage, je bondissais à mon tour en direction de Kururu et de ses gardes, espérant, si pas l’agripper elle et Livi pour les mettre à l’abri, au moins ajouter à la confusion et ainsi les aider. Je luttais contre les hauts-le-coeur que ce mouvement brusque provoquaient et serrai les dents pour que ça passe. Si c’était bel et bien issu des aptitudes d’un Maudit comme je le supposais, cela finirait par se dissiper, et alors les choses seraient plus égales...



Shura est addecté par le pouvoir et manque de tomber à chaque mouvement qu'il fait. Il bondit vers Kururu pour essayer de gêner ses gardes et/ou Sairento et ainsi lui offrir une opportunité de s'échapper avec Livi, ou du moins de se dégager et participer davantage.
Revenir en haut Aller en bas
Kiyo Yoki
Pirate
avatar
Messages : 43
Race : Humain

Feuille de personnage
Niveau:
16/75  (16/75)
Expériences:
1/100  (1/100)
Berrys: 100.000 B

MessageSujet: Re: Le Roi et la Rose.   Sam 7 Avr - 11:45









Il ne la connaissait pas encore bien, mais Yoki avait compris que la compassion et la douceur n'étaient pas les qualités première de Joe. Celle-ci l'avait à peine regardé se vider de son sang avant de demander a des membres de l'équipage de l'emmener à l'infirmerie.
Le garçon s'attendait à un peu plus de compassion, mais remit très vite les choses dans l'ordre. Depuis le début de son aventure, le Gecko n'avait été qu'un poids pour Joe qui l'avait déjà sauvé à plusieurs reprises. De plus, la mission était plus importante, il était question de notre capitaine et elle a évidemment plus de valeur que le dernier arrivé.

Une fois à l'infirmerie, le binoclard prit quelques bandages, se fit un pansement sommaire avant de repartir sur le pont. Du moins, c'était la théorie. Sa perte de sang couplé a la douleur lui donna quelques baisses de tensions qui le forçait à s'asseoir quelques instants. Il lui fallait retrouver ses forces afin de pouvoir aider ses alliés, il se dirigeait alors vers les cuisines afin de prendre quelque chose à manger rapidement pour éviter de tomber en plein feu de l'action. Il ne trouva qu'un fruit, mais cela ferait l'affaire. Ni une ni deux, il le mangea avant de repartir sur le pont.

Une fois en haut, le spectacle était quasi apocalyptique. Des bateaux de toutes parts, ça pétait dans tous les sens. Dante avait l'air déchaîné à en juger par la quantité de magma dispersé sur l'embarcation qu'il avait pris d'assaut. Une tempête se formait au loin, en direction de toutes les embarcation. La vue défaillante de base du garçon couplé au flou provoqué par la douleur rendait la compréhension de la scène compliquée pour l'archéologue. Il plissait les yeux afin d'essayer d'y voir plus clair, mais ce n'était pas très efficace. Il continua tout de même son tour d'horizon et ne put manquer le mastodonte sorti du tréfonds de l'océan, dressé face à ce qui semblait être une barque.

« Bah oui... Il ne manquait plus que ça.. » Se dit Yoki.

« Je suis de retour, quel est le plan avec tout ce bordel ? » dit il a Joe. 






Revenir en haut Aller en bas
Alliance Rose
Pirate
avatar
Messages : 7

Feuille de personnage
Niveau:
0/0  (0/0)
Expériences:
0/0  (0/0)
Berrys: 18.917.000 B

MessageSujet: Re: Le Roi et la Rose.   Sam 7 Avr - 23:03




Bulle nageait tranquillement. Les autres poissons fuyaient en sentant son horrible odeur. Mais le Beurktopus avait l’habitude. la majorité des créatures marines restaient à une distance de sécurité respectable. Ce qui arrangeait bien l’animal. Pour un monstre marin, la femelle préférait de loin sa petite vie tranquille. Depuis qu’elle s’était faite une amie humaine, elle avait même droit à de la bonne nourriture facile et des jeux. Elle avait même appris à repérer ce bonus alimentaire. Et elle ne restait jamais très loin de son bout de bois de la surface.

Lorsqu’une énorme quantité de son encas préféré tomba dans l’eau, le monstre marin ne se priva pas une seule seconde. Bulle fonça vers son dîner. Une vague un peu plus forte et une bouchée plus tard, le repas avait disparu des flots. A ce moment là, un plouf étrange perturba l’eau salée. Intriguée, Bulle se tourna vers la source de cette perturbation supplémentaire. Il fallait avouer qu’il y en avait déjà plusieurs, mais l’appel du ventre avait été plus fort.

Une forme semblable à celles des habitants de la surface s’enfonçait doucement vers les profondeurs. Probablement sa main nourricière qui venait jouer un peu! En se rapprochant, Bulle remarqua que ce n’était pas tâche habituelle. Ce n’était pas non plus la nouvelle qui l’accompagnait de temps à autre depuis peu. Elle ne le connaissait pas. Pourtant, le monstre marin fonça dessus. N’écoutant que son devoir et sa douceur naturelle, le Beurktopus souleva ce pauvre marin perdu dans les flots. D’un coup de nageoir, elle remonta le corps à la surface juste à côté du Tsukimi. L’animal était fière de sa trouvaille, même si elle était un peu déçue de ne pas percevoir une tâche rosatre au dessus de son point nourriture.

Pourtant, l’apparition du monstre marin ne passa pas inaperçu. La dompteuse qui l’avait appelé remarque directement la créature. Elle poussa un cri d’effroi en voyant ce qu’elle pensait être un cadavre sur le dos de Bulle. Sans plus attendre, le pauvre malheureux fut rapidement remonter. Heureusement, certains anciens esclaves étaient agiles et avec l’appui efficace d’Aslan et de Lana, l’opération ne prit que quelques minutes. Pendant ce temps Bulle suivait gentiment le navire et celui-ci ne perdit pas en vitesse.

Une fois à bord, une troupe se forma autour du naufragé. Jusqu’au moment où il ouvrit les yeux et qu’une question crucial se posa. Qu’est ce que l’équipage allait faire maintenant pour rattraper leur capitaine. Le monstre marin servi pour tirer le navire un peu plus vite… Mais en soit peu de personnes à bord savaient se battre. Et même parmi eu seuls les anciens et l’homme au cheveux pourraient vraiment influencer le cours des choses.





HRP : j'ai l'accord du MJ
Revenir en haut Aller en bas
Pyras D. Dante
Ryuu no Me | Ryuutei
avatar
Messages : 310
Race : Humain
Équipage : L'Alliance Rose / La Révolution

Feuille de personnage
Niveau:
32/75  (32/75)
Expériences:
211/250  (211/250)
Berrys: 14.837.500 B

MessageSujet: Re: Le Roi et la Rose.   Sam 21 Avr - 11:55

King's Path

Il commençait sérieusement à me les briser le papy. Non-seulement il n'était pas à un niveau de puissance exceptionnel quand on regardait de mon point de vue, mais en plus, son habitude à me prendre de haut était sérieusement en train d'amenuiser le peu de patience dont le ciel m'avait doté. Son équipage venait kidnapper notre Capitaine, et en plus il n'avait pas la décence de me laisser foutre un pied sur son navire pour n'avoir ne serait-ce qu'une chance de lui fracasser le crâne. Il poussait un peu trop grand-mère dans les orties.

Rentrer sur le Tsukimi ou me noyer ? Il était sérieux l'animal ? Il croyait que quoi ? Que la vie était un choix manichéen où on te donne seulement deux options ? Et quoi encore ! Cette vision des choses est tout juste bonne quand on souffre d'un complexe divin, et encore. Pour un vieux sac "plein d'expérience", on dirait qu'il n'avait pas connaissance des choses de la vie et des imprévus de celle-ci, ou même de la capacité de ses congénères à trouver une voie qu'il n'aurait même pas été capable d'entrevoir. Il pensait sérieusement que j'étais le genre de personne à me laisser dominer de la sorte et à dire "Okay, alors je choisis...", et prendre une des deux options qu'il me donnait, sans avoir ce que je voulais ? Réveille-toi grand-père ! En ce bas-monde, ton point de vue est le même que chacun, tes désirs sont les mêmes que chacun... Si tu veux qu'ils prévalent, alors il va falloir te battre avec tout ce que tu as. Penser que le combat est gagné parce que tu le veux, c'est sous-estimer grandement les gens en face de toi...

Et ça peut être fatal !

Alors que je tombais en mer, malgré la faiblesse de mon corps à cause de ma condition de maudit, ma rage et ma colère me tenaient éveillé. Je perçus alors une forme pour le moins inhabituelle s'approcher de moi alors que j'étais toujours à proximité du navire décima qui commençait à ressembler à un joli feu de joie. Il ne fallait pas être physionomiste pour reconnaître l'un des familiers de Kururu. Ce dernier m'empêcha de m'enfoncer davantage dans les abysses, me remontant à la surface. Mais alors que je pensais qu'il allait me reconduire vers le vaisseau où la Capitaine était toujours captive, il commença à me ramener vers le Tsukimi.

Malgré le fait que je reprenais encore mon souffle, j'agrippais fermement l'un des tentacules de la bête comme je le pouvais, le serrant si fortement que cela ne devait certainement pas lui faire du bien. Nous étions toujours à portée du navire ennemi, à porté de Kururu. Il était hors de question que je reste là à regarder l'un des proches de cette dernière m'éloigner d'elle.


Tu vas où le poulpe... Retourne vers ce navire... Maintenant...

La bestiole ne semblait pas spécialement vouloir m'écouter, ce qui fit monter davantage toute la rage et la colère que j'avais en moi. Je l'ignorais encore... Mais cela allait avoir des répercussions dont je n'allais pas me rendre compte... Mais qui changeraient à jamais les choses. Mon étreinte sur le tentacule se fit plus agressive, et je voyais également un serpent de mer géant se rapprocher de nous, comme un monstre enragé. Tout cela... Commençait sérieusement à venir à bout de mon stock de patience. Le poulpe qui refuse de m'aider à sauver sa maîtresse... Le vieux qui m'empêche d'avoir une chance de le faire... La faune locale qui ramène sa fraise alors qu'on ne lui a rien demandé. Tout ce beau monde qui mettait son nez dans nos affaires... C'était trop... Beaucoup trop. En voyant que rien n'allait, que c'était une guerre totale, ma patience disparut... Complètement. Toute cette rage, mélangée à un désir de sauver Kururu, donnant naissance à l'extériorisation d'une volonté brûlante, rendant l'air presque difficilement respirable, avant que tout n'explose d'un seul coup.

RAMÈNE MOI IMMÉDIATEMENT SUR CE NAVIRE !!!

Une violente onde de choc se propagea alors, comme si une bombe venait d'exploser, brisant la houle, les flots et même le vent. Le beurktopus s'immobilisa brusquement, comme terrifié, alors que le serpent de mer fut sous le coup du même sort. Je l'ignorais à ce moment-là, mais l'onde de choc qui rasa les flots frappa une partie du navire Décima, laissant plusieurs marins tomber dans les vapes avec de l'écume leur sortant de la bouche. Certains membres du Tsukimi furent également frappé des mêmes maux malgré la distance.

Le corps tremblant du beurktopus réagit une seconde après, finissant par brandir le tentacule par lequel il me tenait, avant de me projeter de toutes ses forces en direction du navire où Kururu se trouvait. Cette fois-ci, ce n'était pas direction du pont, mais bel et bien en direction des cabines. Si papy pouvait deviner ce que j'allais faire quand j'étais en face de lui, je n'avais qu'à contourner le vieux schnok. Mon objectif était Kururu... Même si je devais foutre ce navire à feu et à sang. Mon corps s'embrasa alors que je percutais le vaisseau comme un véritable boulet de canon humain... Ou volcanique.

Un brouhaha et un impact plus tard, alors que la sciure de bois et la fumée retombait, au milieu des flammes générées par mon arrivée, je regardais autour de moi. Kururu d'un côté, Shura de l'autre... Et plein de dommages collatéraux qu'on appelle "équipage ennemi" ici et là.


Fini les conneries... On rentre chez nous... Sinon tu leur expliques que je suis pas du genre patient !

J'ignorais encore que je venais d'utiliser un instant plus tôt ce pouvoir que l'on nomme Haki Royal. J'ignorais si cela avait pu perturber les combattants présents, même si l'onde de choc avait été assez puissante pour être ressentie sur une très longue distance. J'ignorais aussi si cela avait pu avoir un effet sur la bête qui s'approchait. Mais à dire vrai, j'étais trop occupé à me concentrer sur le sauvetage de Kururu pour en avoir quelque chose à foutre. Lorsque je m'étais adressé à cette dernière, elle avait dû comprendre que j'allais sérieusement faire cramer tout ce putain de navire qui commençait sérieusement à me sortir par les yeux si jamais un guignol venait encore à se foutre sur notre route !

Malgré les flammes qui commençaient à ronger le vaisseau, on pouvait voir par le trou que j'avais fait que le Tsukimi se rapprochait à grande vitesse, tiré par Bulle qui semblait encore quelque peu traumatisée par ce qui s'était passé auparavant. Joe qui tenait toujours la barre sentait que le moment de l'abordage approchait. Inutile de dire que la proximité entre les deux navires serait bientôt suffisante pour permettre une évacuation... Restait à savoir ce qui allait se passer durant le laps de temps qui séparait le retour de la Capitaine auprès des siens. Mais si un guignol de l'équipe d'en face avait le malheur de prononcer des paroles malheureuses... Ca risquait de sentir encore plus le crâmé qu'à l'heure actuelle.




Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
PNJ [Gouvernement]

avatar
Messages : 626

Feuille de personnage
Niveau:
0/0  (0/0)
Expériences:
0/0  (0/0)
Berrys: Beaucoup

MessageSujet: Re: Le Roi et la Rose.   Jeu 3 Mai - 22:10



Bagger Alteinstein - Gewutz Fritz - Loren Robrecht



Fritz était bien emmerdé... et c'était peu de le dire ! Son cher et tendre bocal de cornichons avait été projeté comme une vulgaire munition en direction du navire Decima et, depuis, plus aucune nouvelle ! Il gardait espoir, bien sûr, mais au fond de lui il connaissait déjà la triste réalité : sa précieuse pitance était déjà répandue à même le sol... prête à être piétinée au lieu d'être savourée avec délectation, infamie ! Foutue Loren ! Il en pleurerait presque. En fait, non, il pleurait déjà. Tout à sa tristesse, Gewutz Fritz n'aperçut même pas le coup venir. À dire vrai, même si sa recherche frénétique de bocal de cornichons n'avait pas accaparé ses pensées, en aucun cas il n'aurait pu rivaliser avec la vitesse du monstre qui lui arrivait en plein dedans, poing boosté au Haki en direction des cotes.

Ca allait faire mal !

Le vieux Bagger crachat un glaviot verdâtre par dessus le bastingage, de quoi soulager ses nerfs. Comme il l'avait redouté, les Decimas avait du répondant. Non seulement ils avaient un homme capable de repousser « La Foreuse » lancée à pleine vitesse, mais en plus et surtout, sa technique d'approche favorite avait capoté. Foutredieu ! Ils allaient le payer ! De ses yeux acérés, l'ancêtre repéra bien vite un homme à la stature altière qui semblait se positionner en retrait, comme pour diriger les troupes. Le colonel fronça les sourcils et, sans même se soucier de donner des ordres, passa à l'action. Dans cette situation, Loren savait parfaitement diriger les troupes et ne manquerait pas de commander l’assaut ! Lui avait un affront à laver : on ne contrait pas son bébé impunément !


- Soru !


Dix frappes consécutives au sol. L'apparent vieil homme sembla disparaître pour surgir en face de la tête de limace aux cheveux bleus qui avait du commanditer l'impardonnable. Les yeux exorbités, Baggrn balança son poing à toute vitesse pour frapper au plexus ce morveux tout juste sorti des couches de sa mère. Il allait lui apprendre !


- Ah ! Une arrivée plus en douceur que prévu... Colonel, je suis touchée, vous m'avez écoutée... Euh ? Colonel ?


Loren s'attendait à se faire arrêter avant de finir sa deuxième phrase, mais repéra du coin de l'oeil son supérieur exécuter un Soru sans lui lancer sa fameuse réplique. Un pincement au cœur la surprit. C'est qu'elle s'y était habituée ! Elle l'attendait, la demandait même à demi-mot cette réplique ! Tristesse. Mais elle avait d'autres chats à fouetter ! Les yeux de Loren s'étrécirent et elle doubla son ordre préalablement lancé :


- À l'abordage !


Immédiatement, les matelots lancèrent leurs grappins vers le bastingage ennemi afin de lier dans une danse mortelle les deux navires. Bientôt, le fer planté dans le bois et les cordes nouées eurent raison des flots : la foreuse était harnachée ! Sans plus attendre, Loren sortit son arme personnelle : un canon portatif. Ni une ni deux, la jeune Commandante appuya sur la gâchette et lança un premier boulet explosif en plein vers la seule femme Decima qu'elle avait repérée de loin. Cette grognasse était plutôt pneumatique et, en plus, avait des cornes ! L'attrait de l'exotisme pouvait faire fondre le coeur de pierre du colonel, ou elle avait peur de cette possibilité en tout cas. Et aucune chance qu'elle laisse cette pouffiasse lui voler son Bagger ! Elle allait lui arranger le portrait vite fait, bien fait ! D'ailleurs, à y regarder de plus prêt, c'était elle en plus d'une autre petite pimbêche qui retenaient la capitaine corsaire ! Elle allait régler tout ça en y ajoutant son grain de sel.


- CanonBall Kiss ! scanda-t-elle alors que la détonation couvrait son cri.


Les hostilités étaient lancées pour de bon !




Fritz n'est absolument pas en mesure de suivre les mouvements rapides d'Ernest et il ne peut donc même pas se protéger contre le coup qui arrive à vitesse grand V vers son abdomen. Pis il a d'autres soucis pour le moment !

Bagger et Loren sont déjà en train de foncer dans le tas, chacun à sa manière:
Bagger tente un coup de poing boosté au Soru pour frapper celui qu'il a identifié comme le chef du navire : Uesugi Shibata.

Loren sort un canon portatif et commence à tirer dans le tas en direction d'Irissa un boulet explosif. Elle cherche à ménager une ouverture pour Kururu tout autant qu'à défigurer Irissa ou Liarra (pour des raisons personnelles).

Les mousses / matelots, après avoir accroché les bateaux à l'aide de grappins, commencent à sortir leurs armes et s'élancent pour combattre dans la mêlée !



Bagger Alteinstein (colonel) - Niveau: 30
Gewutz Fritz (lieutenant) - Niveau: 23
Loren Robrecht (commandant) - Niveau: 28
Revenir en haut Aller en bas
Maître-Jeu

avatar
Messages : 1417

Feuille de personnage
Niveau:
0/0  (0/0)
Expériences:
0/0  (0/0)
Berrys: 0 B

MessageSujet: Re: Le Roi et la Rose.   Jeu 3 Mai - 23:13



Dagon Jim – Kisuke Sousuke


Le chasseur de primes soupira d'un air dépité, recrachant par la même occasion un nuage de fumée nauséabond. Il grogna sous l'effort en tendant un bout à son maximum, toujours pour tenter de gagner un peu de vitesse. La grand voile prit un peu plus de vent et le navire sembla accélérer encore un peu plus grâce aux mousses pirates et au chasseur de primes. Maintenant son effort, il grogna de nouveau, mais cette-fois ci en appréciant de spectacle au loin.


- C'est pas joli, commenta sobrement Kisuke.
- Putain c'est peu de le dire ! cracha presque Jim. Cet abruti tente de la sauver mais il risque de la tuer avec tout ce merdier...
- Je ne pense pas que la capitaine corsaire soit aussi faible.
- Mouais... lui concéda le brun en tirant de nouveau sur sa cigarette.


Après quelques manœuvres supplémentaires sous les ordres de Nagisa - ironique pour un chasseur de primes ! - le pugiliste lança malgré tout :


- N'empêche qu'il fait chier ! Une tempête et un monstre marin... rien que ça !


Kisuke sourit en apparté, étonné par les remarques du partenaire de l'empêcheur de tourner en rond le plus connu des blues.


Fuimi Nagisa - Aiba Kisumi


- C-c-c-capitaine ! hurla un mousse en pointant un doigt tremblant droit devant.
- Je sais, j'ai vu ! répliqua sur le même ton Nagisa.


La tempête, passait encore... ils en avaient vu d'autre ! Mais ce monstre marin était tout simplement démentiel ! À dire vrai, le duo de femmes était presque soulagé. Avec tant d'emmerdes à gérer pour les Decimas, peut être que cela leur fournirait une diversion suffisante pour secourir Kururu sans avoir à combattre des heures ! D'ailleurs, Dante et Shura semblaient déjà en train de s'activer en ce sens. Leur propre navire gagnait de plus en plus de terrain, la faute en incombait aux flammes et à la voile démise du navire Decima. Cependant, ils étaient loin de relâcher leurs efforts : ils la sauveraient coûte que coûte !


- Du nerf ! On y est presque ! Étarquez moi ce bout ! Il flotte beaucoup trop !


Pendant ce temps, Kisumi jouait un air gai afin de booster les troupes, les préparant mentalement et physiquement aux affrontements à venir. Car, malgré toute leur bonne volonté, leurs corps venaient de subir des affrontements violents. Ils auraient besoin de toute leur énergie s'ils voulaient réussir.




Lark John - Yato Shiruge


- Ooooh ! Mais c'est que ça devient de plus en plus intéressant ! s'enthousiasma John.
- Intéressant, ouais... grogna Yato en promenant un regard autour de lui. Je m'attendais à pire.
- Ah mais on ne fait que commencer, j'en suis sûr ! lâcha avec un clin d'oeil espiègle le blondinet.


Dès lors, un mauvais pré sentiment tarauda Yato. Il activa donc son Haki de l'observation afin d'au moins éviter toute mésaventure humaine. De facto, une foultitude d'informations vinrent confirmer ses prémonitions les plus pessimistes, mais une bien plus urgente que les autres attira son attention : un officier marine allait se faire étaler ! Son adversaire semblait bien plus fort que lui et, comme si cela ne suffisait pas, avait utilisé l'armement pour renforcer son attaque. Malgré sa fainéantise chronique, Yato ne refusait jamais un combat qui semblait vaguement intéressant. Aussi, ne serait-ce que pour s'éloigner un peu de John, le chasseur de primes bondit afin de s'interposer entre le pauvre chercheur de cornichons et la brute épaisse qui avait empêché la collision des deux navires. Il para le coup sans difficulté en insufflant dans son bras gauche son propre haki de l'armement. Le geste maîtrisé jouait sur l'élan de son adversaire pour le déséquilibrer en avant.


- Même pas mal, glissa l'air de rien Yato.


Curieux de nature, il voulut tester le répondant de cet homme cornu. Ainsi, il pivota pour asséner un violent coup de pied retourné dans l'abdomen de sa cible, non sans renvoyer la politesse à ce dernier : une plaque noirâtre venait de recouvrir sa jambe. Cependant le monde sembla chavirer. Trop tard, il se rendit compte qu'il venait de glisser sur un petit cornichon... à la con ! Il s'étala et son coup initialement prévu pour l'abdomen dut être totalement dévié de sa course initiale, en plus d'être bien affaibli par cette chute risible.


- Même pas mal ! grinça le maudit.


De son côté, John avait repéré la murène et, se désintéressant totalement des combats, s'avança dans sa direction pour l'étudier de plus prêt. Ce n'était pas tous les jours qu'on avait l'occasion de s'amuser avec une anguille carnivore aussi colossale ! D'ailleurs, il avait bien une petite idée pour jouer avec ce gros poisson... ça risquait d'être drôle ! Et puis, ça mettrait un peu d'ambiance !

Au loin, la tempête semblait croître petit à petit. Un amas de nuage noirs et de vents violents secouaient la mer non loin de la bataille navale. Curieuse situation, ils semblaient tous converger vers les navires au coude à coude... lentement mais surement.




Monstre marin


Les yeux de la bête avaient repéré plusieurs masses. L'une d'entre elle la rebuta d'instinct, du fait des flammes qui la dévoraient. Néanmoins, le tintamarre qui s'élevait non loin de là attira fatalement l'attention du monstre marin. Aussi il émergea de l'eau en poussant un hurlement aussi grave qu'inquiétant, juste derrière le navire des marines. La foreuse fut donc prise à partie et la bête plongea dans l'optique de faire chavirer le bâtiment naval ! Cette coque de bois était bondée d'humains et, forcément, l'un d'entre eux devait être responsable de l'état de sa progéniture.

D'un coup de tête formidable, la murène géante fit tanguer le vaisseau marine dangereusement, entraînant par la même occasion le navire Decima dans la secousse. Furieuse d'avoir échoué une première fois, la bête replongea sous l'eau. Elle resurgirait bien assez tôt, pour réitérer son attaque ! Et ce jusqu'à ce qu'elle vienne à bout de cette fichue embarcation.

Ordre de passage: MJ CdP et Pirates - Sairento - Kururu - MJ Decimas - Shura - Kiyo - Dante - MJ Marines.


"Flowers Pirates":
Fuimi Nagisa (prime: 31.000.000) - Niveau: 30
Aiba Kisumi (prime: 19.000.000) - Niveau: 24
Kisuke Sousuke (prime: 21.000.000) - Niveau: 27


Duo de chasseurs de primes :
Lark John (prime : 90.000.000) - Niveau : ??
Dagon Jim (prime : 72.000.000) - Niveau : 30


Shiruge Yato (prime: 280.000.000) - Niveau : 41



Résumé :
Temps avant apocalypse : post numéro dos.

La réaction du monstre et le temps avant la tempête ont été tirées aux dés :

La tempête semble se diriger vers vous... vous serez pris dedans dans : 3 tours (z'êtes lucky au jet de dé... ça aurait pu être moins !)

Le monstre se dirige vers le navire des marines et attaque pour tenter de le couler !

Yato réagit à l'attaque d'Ernest et bloque avec son propre Haki, avant de tenter de repousser d'un coup de pied... mais se viande en glissant sur un foutu cornichon ! Le coup est bien moins puissant qu'il ne devrait l'être à cause de la chute.
John se balade sans se battre pour le moment, et se retourne pour jouer avec le monstre marin dans l'optique de le rendre chèvre lorsqu'il reviendra.

Les Flowers Pirates sont presques arrivés au niveau du bateau en flammes (ils le seront normalement au prochain tour).
Revenir en haut Aller en bas
PNJ [Decimas]

avatar
Messages : 85

MessageSujet: Re: Le Roi et la Rose.   Lun 7 Mai - 13:11




Akor Ernest, primé à 75.000.000 berrys.


Du point de vue d'Ernest, la bataille contre les marines était déjà gagnée. Même s'il avait été seul à livrer bataille, il ne voyait pas trop comment un équipage d'illustres inconnus issus de l'une des Seas Blues pouvait hypothétiquement tâcher de lui tenir tête : ni leurs fusils, ni leurs épées, ni même leurs canons ne sauraient leur être d'une grande aide face à son haki de l'armement solide et vif. Il le maîtrisait depuis belle lurette et avait su le parfaire, avec le temps... En revanche, l'homme-cornu demeurait légèrement plus inquiet vis-à-vis de la Schichibukai et des larbins de cette dernière. Certes, Irissa s'était directement rendue sur place et allait probablement gérer la situation d'une main de fer, mais il n'en était pas moins aux aguets : c'était une raison formidable pour évincer la menace gouvernementale avant de se rabattre sur d'autres ennemis, plus farouches opposants.
Sauf que tout ne se déroula pas comme prévu : alors que son coup aurait dû balayer la maigre présence du bas gradé qu'il avait décidé de cibler en premier lieu, il fit face à une muraille érigée soudainement, et sans qu'il ne parvienne à l'anticiper d'aucune manière. Un bras gauche vint parer son offensive en tâchant de le déséquilibrer quelque peu, manœuvre compensée sans soucis par la réactivité de l'homme-cornu qui modifia quelque peu ses appuis en jetant un coup d'oeil au visage qui venait de s'interposer. Yato Shiruge, le chasseur de primes... Un sourire dément vint couvrir les lèvres de l'Akor et les déformer. Pour le coup, c'était là un ennemi formidable et qu'il allait prendre un malin plaisir à réduire en charpie...

Quand le coup de pied du chasseur menaça son abdomen, le massif Decima ne broncha pas et se surprit à réagir avec un instinct formidable. Le haki défensif vint y prendre place, comme il savait qu'il n'avait aucune chance d'esquiver ou de se dérober à l'assaut soudain : ses appuis n'étaient pas assez bons pour cela, à cause du léger désagrément dont il avait eu à souffrir lors de sa charge déviée. Sauf que... Sauf que Yato Shiruge glissa et que l'axe de son assaut fut modifié du tout au tout. Incompréhensif, Ernest vit le coup de pied venir le cueillir en plein visage, là où aucun haki n'avait été dressé en guise de protection. Son nez craqua bruyamment et il fut repoussé en arrière généreusement, tâtonnant précipitamment des talons jusqu'à se retrouver à demi adossé contre le bastingage. Qu'est-ce que c'était que cette connerie ? Certes, le coup n'avait pas été aussi violent que le Decima n'aurait pu l'envisager jusque là... Mais il n'en éprouvait pas moins une douleur lancinante contre laquelle il ne pouvait pas faire grand chose. Sinon se venger...

-Toi...

Ses deux bras se couvrirent momentanément du haki de l'armement et, n'écoutant que son ardeur, il sauta en direction du chasseur de primes pour tirer profit de son déséquilibre manifeste. Le but de l'attaque était simple et assez limpide : fournir au chasseur deux coups de poings simultanément, en plein dans le ventre, histoire de lui rendre la gentillesse qu'il venait tout juste de lui décerner.


Uesugi Shibata, primé à 34.343.000 berrys, Fou Decima.

Un claquement de langue plus tard, Shibata constatait avec désolation qu'Ernest allait avoir les bras pris par un ennemi largement à sa hauteur. Les marines allaient avoir le champ libre, dans ces conditions... Mais ça n'était même pas le pire. Le monstre marin progressait et s'il semblait pour l'heure vouloir s'en prendre au navire de la marine, ils allaient potentiellement être les prochains sur la liste. A cela s'ajoutaient les pirates et les chasseurs de primes qui se rapprochaient sans cesse... Il devait de toute urgence réorganiser les troupes, les rapprocher les unes et des autres, et utiliser la capitaine corsaire pour forcer ses alliés les plus proches à s'éloigner et à leur laisser un instant paisible et bienvenu... Sauf qu'il n'en eut jamais l'occasion. L'un des marines, qui parvint de fait à contourner l'homme-cornu, usa d'un déplacement instantané pour se retrouver juste face au stratège qui, surpris, amorça un geste de recul maladroit avant de se ressaisir, un instant trop tard néanmoins. Ce vieillard semblait doué, assez en tout cas pour le tenir en échec sur le plan strictement martial... S'il interposa ses bras sur la trajectoire du coup qu'on tentait de lui porter, il se rendit bien vite compte du fait que la parade n'allait pas être une solution éternelle non plus : il fut projeté vers l'arrière avec une puissance désarçonnante et il heurta une première cloison de bois, qui donnait vers les entrailles du navire, et qu'il traversa de part en part comme s'il s'était agi d'une paroi de carton. Un toussotement plus tard et il entreprenait de se redresser, non sans chanceler quelque peu, agacé. Il allait avoir grand besoin d'aide et d'un soutien digne de ce nom...


Nagawa Arroh.

Leur navire était à jeter, à peu de choses près. Les multiples affrontements l'avaient déjà suffisamment ébranlés, et la tempête qu'il n'allait manifestement pas tarder à essuyer allait certainement l'achever définitivement. Cette échéance, le vieil Arroh la redoutait au final bien plus que l'arrivée imminente de leur myriade d'ennemis qui pourraient toujours être repoussés... mais à quel prix ? En tout cas, les renforts Decimas semblaient débrouillards : il n'y avait qu'à constater la poigne de la femme-cornue et la virulence de son frère qui s'en donnait à cœur joie pour le savoir pertinemment. Lui et sa fille pourraient très certainement parachever ce tableau et mettre ainsi toutes les chances de leur côté...
Le but était donc désormais d'escorter la Capitaine Corsaire jusqu'à l'abri et de laisser leur navire sombrer petit-à-petit, en guise de simili-diversion, le temps qu'ils se dépatouillent enfin avec les marines qui les assaillaient. En parlant de marine, la présence de la jeune femme qui menaçait Irissa n'échappa guère à l'oeil alerte, quoique fatigué, du vieil homme qui décida de prendre les devants. S'il ne doutait pas de la capacité de la demoiselle à se défendre elle-même, il préféra dégainer son large éventail, une fois de plus, et déployer une rafale de vent juste assez ample et efficace pour dévier le boulet, qui s'en irait probablement heurter la surface de la mer un petit peu plus loin.

-Je n'ai pas fini de combattre, on dirait...

Allait-il devoir s'occuper des gouvernementaux en personne ? Fort plausible. Avec un froncement de sourcils, il darda en tout cas la commandante d'un regard tranquille, mais néanmoins sévère. Restait à savoir si ce premier échange allait la pousser à capituler momentanément ou si elle allait faire preuve d'une volonté en acier trempé, de sorte qu'elle puisse revenir à la charge immédiatement...


Akor Irissa, primée à 74.000.000 berrys et Nagawa Liarra.

Si Irissa parvint bien entendu à remarquer la réaction d'Arroh à une offensive qui semblait la viser directement, elle préféra dans un premier temps demeurer concentrée sur la capitaine corsaire qu'elle devait impérativement guider jusqu'au navire de Shibata pour organiser son transfert dans les délais les plus brefs. Ainsi, lorsque Kururu pivota pour s'avancer dans la direction de Dante, lequel avait été expédié parmi les flots suite à sa bravade, la femme-cornue se dressa sur son chemin, inébranlable et solide, poings serrés. Elle fut bien vite rejointe par Liarra qui, elle aussi, souhaitait se montrer aussi utile que possible. Son fruit du démon était absolument dérisoire, en haute mer, mais elle n'en était pas moins une combattante formidable, capable de se défendre au corps-à-corps et donc d'immobiliser la pirate si elle en percevait le besoin et qu'elle en saisissait l'opportunité... La voix d'Irissa fut la première à se prononcer, sèche et sourde, implacable comme jamais, pour tâcher de ramener la capitaine aux cheveux roses dans le droit chemin.

-Je vous l'ai dit. Direction l'autre navire. C'est mon dernier avertissement.



Du coup je n'ai pas évoqué l'effet du royal de Dante simplement parce que dans l'absolu, les "cadors" (donc les personnages que j'incarne directement) n'auraient pas été touché. Ca laisse plus de liberté au noteur pour juger de la validité ou non de cet éveil ^^

J'ai légèrement PNJisé Kururu, mais ça a été vu en PV a priori, évidemment.
J'ai également "oublié" de parler du retour de Dante puisque Kururu voulait exploiter son absence dans son RP (et ça aurait donné un paradoxe chelou/un simili retour dans le temps si j'en avais parlé du coup).

Ernest vs Yato : Ernest est surpris et se prend le coup de pied déséquilibré dans le nez puis repart à l'assaut.

Shibata vs Bagger : Bagger balaye Shibata sans trop de soucis, la faute à l'effet de surprise et à sa force claaairement supérieure. Shibata se relève toutefois !

Aroh vs Loren : C'est Aroh qui dévie le projectile d'un puissant courant d'air, mais qui reste passif outre cela !

Irissa se met devant Kururu pour lui bloquer la route. Elle est rejointe par Liarra dans la foulée !

Akor Ernest est niveau 36.
Aroh est niveau 35.
Liarra est niveau 34.
Uesugi Shibata est niveau 26.
Revenir en haut Aller en bas
Kokoro Kururu
La Princesse de Coeurs
avatar
Messages : 972
Race : Humaine
Équipage : L'Alliance Rose

Feuille de personnage
Niveau:
35/75  (35/75)
Expériences:
142/250  (142/250)
Berrys: 31.795.001 B

MessageSujet: Re: Le Roi et la Rose.   Lun 7 Mai - 21:59




Dante avait disparu. Après l'apparition du monstre marin, la demoiselle ne vit plus le jeune homme. Et sa dernière vision ne présageait rien de bon. De ce qu'elle avait vu, le volcan tombait derrière le bastingage...Directement dans l'océan. La capitaine s'imagina tout de suite le pire. De son point de vue, c'était impossible d'atteindre le Tsukimi d'ici. Et à part une énorme quantité d'eau salée, rien n'attendait le musicien. C'était bien la le problème! Il était maudit. Et le mélange mer et fruit du démon ne fonctionnait décidément pas.

Kururu imaginait déjà le combattant immobile, en train de se faire engloutir doucement par les flots sans possibilités de réagir. Elle avait aperçu Shura... Mais le navigateur ne pouvait rien faire pour l'aider. La jeune femme était la seule à pouvoir le sortir de sa situation mortelle. Et elle n'avait pas une seconde à perdre! Elle allait tout faire pour le sauver. Ils retournent ensemble au Tsukimi et l'Alliance Rose ferait sa fête sur la plage comme si de rien était. Inquiète, ses pas changèrent instinctivement de direction. Le navire de ses ravisseurs étaient totalement à l'opposé de son objectif immédiat : Réunir sa famille au grand complet, saine et sauve.

Cette idée chassa en une seconde ses doutes.. L’urgence de sa situation lui permit de faire abstraction de sa fatigue et de la douleur de son bras. Non Kururu ne souhaitait pas essayer de sauver Dante. Elle allait définitivement le faire. C’était son rôle et surtout son désir le plus cher à cet instant précis. Et ce serait pareil pour Shura qui était venu jusque là. Elle allait tous les aider comme ils étaient venus pour elle. C’était une des plus grandes valeurs que la demoiselle défendait.

Alors, quand la femme cornue s'interposa, Kururu ressenti un certain agacement. Qui était-elle pour l'empêcher d'aider un de ses proches? Et le pire dans tout ça, c'est que cette inconnue ne lui demandait même pas son avis. Elle devrait le laisser couler, comme ça, sans rien faire. E pourquoi? Parce que madame l'avait dit d'un ton sec et sans appel? Parce que son roi voulait la rencontrer en s'abaissant à des prises d'otages à la place de suivre le protocole qui incombait à son supposé statut? Mais Kururu ne le connaissait même pas. Pour la rose, son souhait était la dernière de ses priorités. Surtout après cette approche désastreuse.

Mais cette femme semblait sûr d'elle. Son attitude supposait une victoire. Peut-être pensait-elle que son combat était gagné d'avance? Ou que dans sa situation, son otage resterait la plus docile du monde? Si son ennemie le pensait, alors elle se trompait. Dans d'autre circonstance, la curiosité de Kururu l'aurait probablement emporté et elle aurait certainement suivi juste pour savoir la raison de tout ça. Mais ce groupe avait fait une grosse erreur. Ils avaient maltraité sa pauvre Livi. Et maintenant, au lieu de simplement combattre et de mettre à terre le perdant... Ils venaient de tenter une mise à mort lente et douloureuse de son musicien.

C’était la goutte d’eau qui fit déborder le vase. Elle ne les laisserait pas attendre le but. Car ils avaient oublié un détail. Kururu ferait n’importe quoi pour ses amis. Et même si elle devait endurer de grandes souffrances, même si à la fin elle devait disparaître, la jeune femme était prête à tout pour que chaque membre de l’Alliance Rose regagné leur foyer.

- Votre roi n’a cas s’y prendre de la bonne manière… J’en ai marre de jouer aux otages avec vous. Je n’ai plus le temps pour ça...Dégagez de mon chemin!

Adieu doux sourires, adieu ton sympathique et ouvert à la discussion. Si la cornue pouvait avec ce ton implacable, elle dut remarquer très vite que Kururu n'en avait rien à faire de ses directives. Le duo de femmes à présent devant la rose pouvait très facilement comprendre que même la capitaine des roses pouvait aussi jouer au petit chef. Ses yeux plongés dans ceux de son interlocutrice, la cuisinière avait soutenu son regard froid par un similaire. Fait rare, les kidnappeurs avaient réussi à énerver leur otage. Sauf que cette dernière ne donna pas de secondes de réflexions et encore moins d'avertissement.

C’est vrai que Kururu était attachée. Résultat, elle ne pouvait pas utiliser ses armes classiques. Mais pour se forcer un passage, elle n’avait pas besoin de ça. Après une mauvaise expérience face à la force d’un homme à corne sur Military Island, elle se rabattit sur l’autre. A peine finit-elle de parler, que la jeune fille s’élança sur sa gauche. La combattant plaça toute sa force pour bousculer la brune sur le côté. Par acquis de consciences et pour tenter de bien faire, elle tenta d’utiliser l’espèce de force de renforcement… Ca marchait presque jamais… Mais sur un malentendu ça pouvait peut-être renforcer son attaque. En tout cas, c’était toujours plus utile dans sa situation que les voix incompréhensibles dans sa tête. Il faudrait qu’un jour elle aille voir un psy pour ça…

Bref, il y avait deux buts à sa bousculade. L'objectif évident était de se frayer un passage de force vers la mer. Et donc se rapprocher le plus vite possible de Dante. Le second était de déstabiliser ses deux adversaires. Et avec un peu de chance, les deux entreront en collision avec un effet domino! Dans tous les cas, seul sa pauvre victime put percevoir un petit "Désolé" qui lui était adressé. Au fond, Kururu n'avait pas spécialement envie de rentrer en conflit avec eux. Mais elle avait des priorités plus importantes, immédiates et prioritaires.

La jeune fille essaya d’avancer le plus loin possible. Soudain, Dante perça le navire et apparut devant ses yeux. Un sourire de soulagement apparut sur son visage. Il était vivant. Pendant une seconde, elle baissa sa garde en découvrant cette heureuse nouvelle.

-Oui, rentrons!

Kururu ne savait pas comment il était revenu. Et sincèrement, c'était le cadet de ses soucis. L'important, c'est qu'il était là.

Par contre, sur le navire, l'équipage se serait bien passé des coups d'éclats du volcan. Déjà, il avait blessé la pauvre Bulle qui venait de le sauver. L'animal l'avait même éjecté au loin à cause de la douleur... elle qui était si douce. De plus, l'homme avait fait un truc étrange en hurlant. Personne ne savait pourquoi, mais juste en criant, le monstre marin avait paniqué et quelques membres d'équipage s'étaient évanouis. Le corps de la dompteuse était même tombée en dehors du Tsukimi! Heureusement que Lana était en bas pour la réceptionner et tenter de calmer la pauvre bête. Bon pour le deuxième point, cela n'avait pas fonctionné... A la place, le duo avait presque coulé avant de remonter difficilement vers le pont par la corde tendue. Le seul point positif était la direction prise par le monstre marin.

Le volcan avait fait un gros trou dans le navire décima. Si on regardait bien, une petite tâche rose était visible. L'équipage ne savait pas si le monstre de leur capitaine l'avait reconnue avec la couleur ou si c'était simplement de la chance... Dans tous les cas, la femelle semblait foncer droit sur sa maîtresse pour retrouver un peu de réconfort après sa terrifiante expérience.





HRP administratif : Je confirme mon accord avec le MJ Décima.

Shigo m'a donné l'autorisation de poster avant Sai

HRP Résume : Sur le Tsukimi ça a été un peu la panique à cause de Dante. Mais sinon ça avance.

Pour Kururu, elle veut tenter de sauver Dante. Mais d'abords, elle charge Liarra pour se faire un passage. Elle est passée en mode sauvetage et pas contente donc si vous jugez que c'est bon vous pouvez faire l'eveil de mon haki la dessus

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Sairento Satsujin
Trafiquant
avatar
Messages : 246
Race : Humain

Feuille de personnage
Niveau:
29/75  (29/75)
Expériences:
159/200  (159/200)
Berrys: 275.844.000 B

MessageSujet: Re: Le Roi et la Rose.   Mer 9 Mai - 23:44


Promesse Mortuaire!


D'un geste expert la Main Silencieuse lança un couteau qui traversa les airs en sifflant légèrement jusqu'à rencontrer un boulet qui explosa violemment à l'entrée du bateau Decima, ébranlant également l'embarcation gouvernementale par le souffle de celle-ci. Même au milieu de cette cohue il ne lui avait fallu aucun délai pour reconnaître le bruit de la détonation qui avait eut lieu, et en déterminait rapidement la provenance, jetant simplement un léger coup d'oeil sur le côté en continuant de courir. C'était l'avantage du silence, lorsque l'on y passait la plupart de son temps certes ce genre de situation pouvait paraître rapidement assourdissante mais avec un peu d'entrainement on devenait capable de reconnaître le moindre bruit. Par son intensité et sa gamme on pouvait même en définir une direction, voire une position. La suite était simple, son titre de sniper ou de tireur d'élite n'était en rien usurpé et il faudrait bien plus que cela pour le prendre à défaut. Sans regarder il sourit en entendant les cris des hommes, marines comme decimas, qui venaient de subir la chaleur de l'explosion et dont la douleur témoignait de la chair brûlée qui ne tarderait pas à emplir l'air environnant. Le sourire disparu néanmoins presque aussitôt, la folie du Satsujin avait beau être présente ni lui ni le Sairento ne laisseraient quoi que ce soit se mettre en travers de leur chemin.

Ses deux Saïs apparurent soudainement dans ses mains, l'assassin les faisant tournoyer un instant d'un geste expert tandis que ses yeux demeuraient à présent plantés sur sa cible, comme ne pouvant s'en détâcher. Les silhouettes de deux autres femmes lui barraient la route, ses alliés il paraissait, il secoua la tête un instant, elles l'étaient, du moins pour le moment. Il lâcha un grognement en sentant la folie du Satsujin le submerger à nouveau, la laissant s'emparer de lui en la concentrant sur la capitaine corsaire. Cet objectif il ne devait pas en dévier, s'il le faisait il pourrait laisser le Satsujin prendre totalement le contrôle, et alors il n'y aurait plus d'alliés ou d'ennemis, il ne resterait plus que des êtres, et la Grande Faucheuse !

La jeune femme aux cheveux roses sembla s'agiter soudainement, se substituant un instant à la barrière corporelle de ses deux geôlières pour tenter de leur fausser compagnie, probablement pour tenter de s'enfuir et de rejoindre ses alliés. D'un bond les deux Saïs s'abattirent sur son chemin, prêt à se planter dans son dos si elle poursuivait son action, le premier visant son côté gauche tandis que le second visait la blessure causée par la balle du Silencieux un peu plus tôt dans une attaque perverse. Les deux armes se dérobant finalement une fois leur office achevée Sairento fit barrage de son corps pour empêcher la Rose d'avancer. Son visage était brillant, couvert de sueur tandis que ses yeux rouges exorbités venaient se planter dans ceux de celle qui avait été sa prisonnière. La totalité du corps du maudit tremblait tandis que son souffle irrégulier semblait trahir une instabilité certaine, sa folie transpirant par tous les aspects de son être. Une bulle de silence se plaça alors autour des quatre combattants, les isolant du reste des combats et laissant aussitôt le silence reprendre ses droits en ces lieux. Là où quelques secondes auparavant l'on entendait les crépitements des flammes, le bruit des flots qui les entouraient et les cris et bruit de fer des combats qui faisaient rage une voix s'éleva simplement. D'un ton aigu et désagréable semblable au crissement d'une craix sur un tableau elle déclara comme tremblante et sifflante sans pour autant qu'aucune hésitation ne transparaisse dans ses propos :

Je vous assure capitaine, que si vous n'êtes pas sur ce navire dans les secondes à venir notre entière existence n'aura plus que pour but que de retrouver cette Livi et de la tuer, quoi qu'il en coûte.







Il se pencha légèrement en avant comme pour lui chuchoter à l'oreille mais sa voix se fit entendre de manière audible pour les deux femmes Decima également présente :

Sachez que je tiens toujours mes promesses capitaine.


Miro Kuron

Miro passa par dessus le bastingage et atterris sur le pont à bout de souffle. Il avait usé de toutes ses forces pour pouvoir s'extirper des flots déchainés et grimper le long du navire qu'il avait quitté quelques instant auparavant, il était rincé. L'Aligato lui aurait été d'une aide précieuse si quelque chose d'inconnu ne l'avait pas soudainement effrayé. Il avait sifflé autant qu'il pouvait mais l'animal n'était pas revenu, il devrait revoir son dressage dès qu'ils sortiraient de cette histoire. Relevant le regard ses yeux s'écarquillèrent soudain et il dégaina son katana comme par instinct. Visiblement dans sa précipitation et sa fatigue il s'était trompé de bateau, et tous ceux qu'il voyait devant lui à présent arboraient les couleurs du Gouvernement Mondial, de la Section Scientifique pour être exact. Le bretteur pesta contre sa malchance, au lieu de se mettre en sécurité comme il l'avait cru voilà qu'il venait littéralement de se jeter dans la gueule du loup. Jetant un regard derrière lui il hésita un instant à repartir de là où il venait et de retourner dans les flots, mais balaya rapidement cette possibilité. L'eau était beaucoup trop agitée et sa fatigue trop grande pour qu'il puisse user de son sabre efficacement, et sans l'Aligato il risquait plus de finir noyé qu'autre chose. Reportant son attention sur le navire et ses occupants il se rendit compte que personne ne semblait l'avoir encore remarqué, mais cela ne tarderait sûrement pas pour autant. Tous les regards semblaient divisés entre les embarcations Decima et une masse sombre qui s'approchait à grande vitesse du navire.

Resserrant son emprise sur son katana il serra les dents en tentant d'évaluer ses possibilités, peut-être parviendrait-il à profiter de la cohue générale que provoquait l'assaut en cours pour retourner du bon côté du champ de bataille, si tant est qu'il en reste un. Se préparant mentalement à se battre jusqu'à l'épuisement pour tenter de survivre il capta un mouvement vif des yeux, frappant aussitôt avec son katana pour trancher en deux le cornichon qui le menaçait. Retenant son souffle sans trop comprendre d'où venait l'attaque il demeura quelques secondes immobile, son arme devant lui à attendre avec angoisse la suite du combat qu'un inconnu venait de lancer contre lui, mais rien ne se passa.






Alors qu'il semblait simplement se détendre quelque peu un violent choc ébranla le navire tandis que la masse noire semblait avoir frappée, sans comprendre ce qu'il se passait il se retrouva soudain projeté en avant, ses pieds quittant le sol tandis que son côté du navire se relevait brusquement sous l'impact. Miro se demanda si son envolée soudaine était un coup du destin, et s'il s'agissait d'une chance ou d'un fléau? Dans tous les cas il fonçait à présent à travers le navire qui inversait lentement son inclinaison n direction de la liberté. Ainsi lorsque la silhouette d'un gouvernemental qui semblait pleurer pour une raison inconnue apparue devant lui il n'hésita pas une seconde, plaçant son arme devant lui il s'apprêta à lui rentrer dedans, katana en avant pour le frapper en plein milieu du dos !



Résumé:
 
Miro = lvl 23
Revenir en haut Aller en bas
PNJ [Gouvernement]

avatar
Messages : 626

Feuille de personnage
Niveau:
0/0  (0/0)
Expériences:
0/0  (0/0)
Berrys: Beaucoup

MessageSujet: Re: Le Roi et la Rose.   Mar 19 Juin - 21:13




Bagger Alteinstein  -  Gewutz Fritz  -  Loren Robrecht



Fritz en avait vu sur les Blues, des horreurs, des scènes touchantes, des batailles et des capharnaüms sans nom. Mais là, c'était sans doute son top trois. Il venait d'être sauvé d'une attaque qu'il n'avait même pas vu venir par un mec sorti de nulle part de son point de vue ! Ça s’enchaînait beaucoup trop vite pour lui ! Une secousse énorme du bâtiment naval le jeta à terre, tandis qu'il voyait Yato et le Decima s'affronter sans s'en soucier.


- Merci bien, « Le Démon » !


Ce fut à ce moment précis qu'il le vit se retourner comme une crêpe en glissant sur un cornichon. Retenant le juron qu'il réservait habituellement aux ignobles vermines qui piétinaient ses chers et tendres, il s'exclama :


- Et pardon pour le cornichon !


N'espérant pas une réponse du chasseur de primes, Fritz jeta un coup d'oeil expert autour de lui. Loren attira évidemment toute son attention lorsqu'elle hurla son attaque favorite. Et il vit avec un intérêt certain l'obus en question être dévié par la rafale du vieux dragon Decima... mais également un couteau de lancer qui avait suivi le même dessein ! Fronçant les sourcils il remonta le long de la trajectoire approximative de l'arme de jet, jusqu'à tomber sur un petit malin qui, apparemment, se planquait pour attaquer de loin ! Ni une ni deux, le scientifique sourit d'un air espiègle avant de sortir une petite fiole qu'il lança vers le tireur embusqué de toutes ses forces. Si la fiole explosait au contact de quoi que ce soit, elle dégagerait un nuage à base de jus de cornichon, extrêmement acide, qui ferait pleurer à n'en plus pouvoir quiconque serait dans les environs !


Le vieux loup de mer grogna de dépits en voyant son attaque porter. Il s'était attendu à mieux, vu ce que le jeunot avait montré en séparant les deux navires ! Mais qu'à cela ne tienne, il n'était pas là pour faire de l’esbroufe. Il avait une mission à remplir. Ni une ni deux, Bagger s'élança vers sa proie et poussa son avantage de façon mesquine. À peine la tête d'asperge se serait relevée qu'elle devrait faire face à un vilain coup de pied dans le flanc ! Mais le vieux rusé avait une toute autre idée en tête. Il allait dévier son coup et tenter de faucher une jambe - voire les deux ! - du loustic pour le recaler à terre aussitôt ! Et une fois étalé, il aurait tout le loisir de l'assommer avec sa spéciale : GrandFather Headshot ! Autrement dit, un énorme coup de boule en pleine poire.


De son coté, Loren venait d'être éconduite de la plus horrible des façons : tous les hommes du navires semblaient protéger la petite garce vulgaire ! Elle fulminait encore devant ce raté, lorsque l'attaque de la murène la prit par surprise. Elle fut jetée à terre comme une vulgaire serpillière, ce qui mit le feu aux poudres. Instantanément, la canonnière se releva en hurlant :


- CANNONBALL BLASTER !


Une multitude de boulets de canons fusèrent vers la petite pimbêche qui avait été précédemment sauvée. On verrait bien comment elle allait s'en tirer avec ça ! Cependant, loin de succomber totalement à la jalousie, Loren gardait un mental d'acier grâce aux enseignement de son colonel. Malgré toutes ses frasques, la jeune femme restait une professionnelle. Elle avait bien entendu remarqué l'intervention d'Aroh et, cette fois ci, allait tenter de le prendre de court. Il avait mis quelques instants à répondre, ce qui supposait que son attaque devait être "chargée"... aussi, la canonnière tira une dernière cartouche droit vers le vieillard, avec pour but de le surprendre pendant son temps de recharge, si tel était bien le cas !


De leur coté, les mousses avaient terminé d'arrimer les deux navires l'un à l'autre et s’apprêtaient à investir les lieux avec toute la force de la marine ! Cependant... le monstre marin en avait décidé autrement. Tous sans exception furent jetés cul par dessus tête par l'attaque de la murène, laissant bosses et bobos fleurir sur les corps meurtris de ces mouettes. Les matelots se remettraient bien vite debout et commenceraient à soutenir leurs officiers dès que possible !




Fritz se rend compte qu'il vient d'être sauvé par Yato et le remercie chaudement, avant de s'excuser platement devant la glissade dûe à son cornichon ! Il remarque les contre attaques de Sairento et Aroh, grâce à sa position en retrait et au fait qu'il se sente en sécurité avec Yato qui le défend. Après avoir été un peu secoué par l'attaque de la murène géante, il décide d'asticoter Sairento, vu les capacités d'Aroh qui contreraient les siennes.

Bagger gère la secousse du navire sans souci, puis pousse son avantage et tente un coup de pied au flanc, qui est en fait une feinte. Il va tenter de dévier sa jambe vers le bas et de faucher Shibata pour le coller à terre et essayer de l'assommer d'un énorme coup de boule.

Loren voit que tout le monde protège l'autre greluche, puis est jetée à terre par la secousse du bateau. Elle pète un cable et balance une floppée de boulets explosifs vers Irissa ! Puis, vu qu'elle a calculé le temps qu'avait mis Aroh à répondre la fois d'avant, attaque avec un dernier boulet explosif le vieux décima dans ce qu'elle estime être son "temps de recharge".

Les mousses / matelots s'élancent pour investir le navire Decima, mais sont désarçonnés par l'attaque de la murène géante qui fait virevolter la foreuse : leur attaque est reportée au prochain tour.



Bagger Alteinstein  (colonel) -  Niveau: 30
Gewutz Fritz (lieutenant) -  Niveau: 23
Loren Robrecht (commandant) - Niveau: 28
Revenir en haut Aller en bas
Maître-Jeu

avatar
Messages : 1417

Feuille de personnage
Niveau:
0/0  (0/0)
Expériences:
0/0  (0/0)
Berrys: 0 B

MessageSujet: Re: Le Roi et la Rose.   Sam 23 Juin - 22:35



Dagon Jim – Kisuke Sousuke


La chemise de Jim était trempée par les embruns et sa propre sueur, mais il voyait enfin ses efforts payer. À ses cotés, Sousuke arc-boutait pour donner le maximum du navire, lui aussi, et un sourire s'affichait peu à peu : ils touchaient au but. Le fier bâtiment naval filait comme le vent sous les ordres de Kisume et Nagisa, mais également le dur labeur des matelots.


- On va se préparer à l'abordage ? demanda Jim par dessus son épaule.
- Quand la capitaine le dira ! répliqua Sousuke, avant de se rappeler à qui il parlait. Enfin, toi ça sera différent, bien sûr...


L'ironie de la situation n'avait pas fini de les surprendre, mais les deux hommes qui s'étaient affrontés par le passé continueraient d'avancer ensemble lors de cet aventure rocambolesque. Bientôt, un cri s'éleva à l'arrière du bateau ; les deux combattants échangèrent un regard enjoué avant de se délier les muscles : ils allaient effectivement se battre très bientôt !

De leur coté, les mousses s'activaient de leur mieux pour maintenir une bonne allure mais les navires Decima et Marine au coude à coude étaient à moins d'une dizaine de mètres : le choc était imminent...

Mais la capitaine en avait décidé autrement !


Fuimi Nagisa - Aiba Kisumi


La voix de Nagisa porta sur tout le batiment naval :

- Les combattants, tenez vous prêt à sauter lorsque les deux navires seront au coude à coude. Nous ne sommes pas équipés pour foncer tête baissée comme les marines, alors saisissez votre chance dès que vous l'aurez !


Se tournant vers sa musicienne, la capitaine n'eut besoin que d'un regard pour lui faire comprendre ce qu'elle comptait faire. Kisumi hocha la tête et se lança dans une mélopée bien plus rythmée, qui allait redonner du cœur à l'ouvrage à tout l'équipage pour le sprint final. Quelques instants plus tard, « Paquerette » manœuvrait son navire et l'amena flanc à flanc contre celui d'Aroh et Liarra. La ménestrel le posa religieusement son instrument de musique dans son étui peu avant le petit choc qui marqua l'instant crucial.


- MAINTENANT ! hurla Nagisa en s'élançant elle même.


Immédiatement, Kisumi arrêta de jouer et prit la barre ! De leur coté, Sousuke et Jim avait déjà sauté et les trois combattants se retrouvèrent sur le bateau ennemi en proie aux flammes. Malgré l'atmosphère cauchemardesque, ils repérèrent bien vite quelques têtes connues : Aroh, Liarra, Dante, Shura, mais également d'autres qu'ils ne connaissaient pas ou peu : Kiyo, les renforts Decima... mas aussi Yato, le célèbre chasseur de primes ! Et au loin... sur l'autre navire Decima, Nagisa reconnut la tignasse rose de Kururu. Dès lors, elle passa le mot et les pirates s'élancèrent entre les flammes pour tenter de se joindre à la fête ! De son coté, Jim chercha plutôt John des yeux pour l'éloigner de Yato à tout prix !



Lark John - Yato Shiruge


Le Haki de l'observation de Yato le renseigna en une fraction de seconde sur les intentions d'Ernest. Il appréciait ce tempérament ardent et cette volonté d'en découvre malgré la différence de puissance entre eux ! Cependant... une autre voix lui parvint : celle d'un homme qui s'était fait propulser vers l'adorateur de cornichon et qui risquait de le percuter ! Et, bien entendu... ce dernier ne s'était encore une fois rendu compte de rien ! En tant que chasseur de primes expérimenté, Yato savait que sa position l'obligeait à porter assistance aux marines qui l'entourait, et que la possible mort d'un officier pourrait lui retomber dessus avec sa malchance légendaire... Aussi choisit-il le moindre mal.

Une plaque noire apparut aux endroits visés par le Decima et, par réflexe, « Le Démon » s'éleva un tout petit peu dans les airs... de manière à se faire propulser lui aussi ! Le coup lui causa une certaine douleur, témoignant de la force titanesque de son adversaire ! Cependant, la majeure partie des dommages avaient été réduits grâce à la différence de Haki de l'armement. Néanmoins, comme il n'avait opposé nulle résistance à cette attaque frontale, le corps du chasseur de primes percuta celui du Decima qui allait lui mettre le dos en vrac !

Le choc fut rude.

Les deux hommes se rencontrèrent à quelques dizaines de centimètres de Fritz. Ce dernier sursauta et se gratta l'arrière du crane d'un air bête en découvrant que Yato l'avait encore sauvé. Habitué à subir des attaques puissantes, le chasseur de primes se releva en grommelant, perclus de bleus et de petits élancements partout sur le corps à présent... Son Haki de l'observation toujours activé, il s'évertua à lire les futures actions des personnes présentes afin d'aider l'empoté qui s'était mis dans ses pattes.


De son coté, John s'amusait comme un petit fou ! Il avait repéré l'ombre qu'il avait identifié comme le monstre marin et l'asticotait de son mieux. Pour ce faire, il utilisait son épée comme un miroir pour lui renvoyer les rayons du soleil en plein dans les yeux et la faire enrager... ce dans le but de devenir la cible prioritaire de son ire animale ! La murène, vu sa taille, devait vivre dans les profondeur et ne pas apprécier le traitement qu'elle subissait à cause d'un simple petit humain. Dans son esprit, John allait donc déclencher une réaction disproportionnée de la bête pour pimenter encore un peu plus sa journée !

Pour bien maximiser ses chances, il avait prévu d'agiter sa cape rouge en tous sens, un peu comme avec le King Bull quelques dizaines de minutes plus tôt !

Il avait hate.


Monstre marin


La bête ondulait sous l'eau, prête à jaillir de nouveau et à frapper ce maudit tas de bois pour l'envoyer par le fond ! Elle fusa en direction du navire mais, au moment où elle s'apprêtait à ajuster sa trajectoire, un rayon éblouissant la percuta directement dans les yeux et la fit gémir de rage ! L'événement indésirable provoqua une contorsion inattendue. La murène géante manqua son impact qui, au lieu d'être provoquée de plein fouet, toucha la coque de biais. La tête lourde de la murène rebondit sur la solide paroi de bois dans un grincement sinistre... et une secousse bien minime par rapport à ce qu'elle prévoyait ! Cela gênerait à peine les combattants des deux navires.

Furieuse, elle sortit tous crocs dehors dans une gerbe monumentale d'eau, prête à gober l'impudent qui semblait jouer avec les reflets du soleil pour l'aveugler et attiser sa colère ! Elle repéra sans mal un freluquet aux couleurs vives qui semblait se moquer d'elle avec des grands gestes, et l'attaqua sans réfléchir, par pur instinct animal. Elle allait le gober tout cru et recracher ses os au fond de l'océan !


Au loin, la tempête semblait gagner peu à peu la zone des combats et ne tarderait pas à venir électriser l'ambiance.

Ordre de passage: MJ CdP et Pirates - Kururu - Sairento - MJ Decimas - (PNJ alliance Rose) - Shura - Dante - MJ Marines.


Kiyo m'a fait part de son désir d'être retiré du post event, faute de temps IRL pour y participer. Il peut être PNJsé par le compte "PNJ alliance rose" suite à une discussion avec l'intéressé et la capitaine de l'équipage.
Modification de l'ordre de passage suite à des échanges sur skype avec tous les partis. Le tour des PNJs de l'alliance rose peut sauter en fonction des besoins, discussion skype à l'appui.


"Flowers Pirates":
Fuimi Nagisa (prime: 31.000.000) - Niveau: 30
Aiba Kisumi (prime: 19.000.000) - Niveau: 24
Kisuke Sousuke (prime: 21.000.000) - Niveau: 27


Duo de chasseurs de primes :
Lark John (prime : 90.000.000) - Niveau : ??
Dagon Jim (prime : 72.000.000) - Niveau : 30


Shiruge Yato (prime: 280.000.000) - Niveau : 41



Résumé :
Temps avant apocalypse : post numéro... UNO DOS TRES ! Hum... bref. Post 3.

Yato lit l'offensive d'Ernest avec son observation. Il applique des plaques de Haki aux endroit qu'Ernest va toucher mais n'oppose aucune résistance au coup en dehors de cela. Il est donc projeté en direction de Miro qu'il percute pour l'empêcher de blesser Fritz.

John utilise son épée comme un miroir, pour rendre fou furieux le monstre marin et l'empêcher de faire chavirer le navire. Il devient la cible prioritaire du monstre. Le monstre manque son attaque à cause de John et, en réponse, tente de le gober tout cru.


La tempête semble se diriger vers vous de plus en plus. Elle sera là dans 2 tours.



Les Flowers Pirates débarquent ! Ils font un rapide tour de la bataille ce tour ci pour tenter de démêler le bordel ambiant. Ils réagiront aux actions de chacun au prochain tour.
Revenir en haut Aller en bas
Kokoro Kururu
La Princesse de Coeurs
avatar
Messages : 972
Race : Humaine
Équipage : L'Alliance Rose

Feuille de personnage
Niveau:
35/75  (35/75)
Expériences:
142/250  (142/250)
Berrys: 31.795.001 B

MessageSujet: Re: Le Roi et la Rose.   Lun 25 Juin - 21:28




Dante était en un seul morceau. Sa capitaine était tellement contente de le voir. Surtout qu’il était porté disparu depuis le lancement des combats. Elle était vraiment inquiète pour lui. Maintenant que les roses étaient là, tout irait bien. Enfin, c’est ce que Kururu se plaisait à croire. Inconsciemment, la jeune fille sous-estima la situation dans laquelle elle était. De toute manière, elle était trop heureuse de ses retrouvailles. Elle n’avait qu’une envie, c’était de rentrer sur son navire avec ses amis, aller chercher Livi et faire leur sanglier grillé. Pourtant le danger était imminent. Un mal de tête l’assaillit. Généralement, il arrivait quand il y avait un ennemie ou parfois c’était aléatoire. Alors elle décida de l’ignorer. Après tout, elle pourrait se reposer dans sa cabine une fois sur le navire. Ce n’était pas pour quelques secondes.

Soudain, la réalité de sa situation la rattrapa. Kururu ne pu s'empêcher de hurler. Une vive douleur s’empara de son bras à deux endroits. La jeune femme avait l’impression que quelque chose venait de lui déchirer son côté gauche. C’était presque ça. Son membre déjà blessé s’était placé devant son flan pile au moment ou deux lames arrivaient. C’est lui qui avait tout pris. Enfin, c’est ce qu’elle déduisait de ce qui se trouvait face à elle. Il y avait une autre tête blonde, à quelques pas à peine. Pourtant ce n’était pas Dante. La douleur lui troubla la vue quelques secondes.

Dans tous les cas, sa course s’était arretée net. Elle avait presque perdu l’équilibre à cause de la surprise. Enfin, elle n'eut pas de mal à distinguer son agresseur. Il avait deux armes ensanglantées en main.Il était confiant à se tenir aussi près de la rose. Enfin, son piteux état n’aidait pas à impressionner. Surtout son bras qui commençait à dégouliner de sang à cause de ses deux blessures. Heureusement, ses oreilles étaient toujours totalement opérationnelle. Pourtant, elle en doutait un peu quand le bruit assourdissant du combat navale se retrouva remplacé par le silence.

Au moins, Kururu reconnu plus facilement la voix de l’homme. C’était celle de ce psychopathe de Sairento. Ce son était tellement insupportable, mais ses propos l’étaient encore plus. Il lui ordonna d’aller directement sur le second navire. La jeune femme n’en avait pas envie, son équipage l’attendait. Donc il avança un argument très convaincant. Si elle n'obéissent pas, il traquera Livi pour la tuer peu importe le prix. L’esprit de la rose devient blanc une fraction de seconde.

Quoi? Il parlait bien de SA Livi? Après tout ce qu’il lui avait fait subir, ce type voulait encore la faire souffrir? Pire! Il comptait la tuer? La cheffe des roses ne le connaissait pas bien. La seule chose dont elle était certaine à propos de son adversaire, c’est son amour du meurtre. Cette annonce était loin d’être une menace en l’air. Sa motivation pour un but pourrait être admirable. La demoiselle n’avait pas assez de force pour ça. Dans le cas présent, elle voyait plus ça comme un danger imminent. Elle avait pour seul avantage qu’il tenait ses promesses? C’est ce qu’il venait de déclarer en s’avançant vers elle un peu trop en confiance.

Le corps de Kururu réagit avant sa parole. Utilisant son pieds gauche pour tenter de le faire tomber, sa main totalement valide fonçant droit sur le jeune homme. Elle visa ce qui était le plus proche… Sa tête. Enfin dans l’idéal, elle préférait le saisir à la gorge. C’était plus pratique pour le plaquer violemment face contre terre. Actuellement, Kururu cherchait à lui faire mal, à laisser la marque rouge de sa main sur sa peau blanche. Il le méritait tellement. L’attitude de la demoiselle se voulait aussi menaçante que possible. Ou au moins, elle tentait de profiter d’une position plus dominante qu’une seconde plus tôt.

Son visage était fermé. La shishibukai n’était plus du tout ouverte à la discussion. Son regard acéré fixait le jeune homme. Si elle aurait pu le tuer en le regardant, elle l’aurait peut-être fait. Il avait de la chance que Kururu avait des principes. Jamais elle ne se placerait au niveau des gens de son espèce. Pourtant, elle ne laisserait pas passer ça. Cette fois, c’est la voix de la belle qui perça le silence.

- Très bien ...

Sa voix était glacial et sans appel. Il y avait également une légère pointe de mépris à l’égard de l’être abjecte qu’elle tenait.

- Regarde moi bien monter sur ce navire et tiens ta promesse. A partir du moment où mes pieds le toucheront, tu laisseras Livi en paix.

La prise de Kururu se ressera. Elle avait un message très important à faire passer. Elle serait intransigeante dessus. Et s’il venait à mal comprendre, il risquait de le payer très cher. Alors elle avait utiliser un peu plus de violence puisque c’était le seul langage qu’il semblait connaître.

- Et tu n’as plus intérêt à menacer une de mes roses avec tes promesses. Toi, ou n’importe qui d’autre. C’est clair?!

Sur ses mots, la rose le lâcha. Elle espérait avoir été assez compréhensible pour son pauvre petit esprit. Personne n’avait le droit de toucher à son équipage pour le blesser. Personne! Cette fois, il avait été trop loin. Kururu pensa même à renier ses principes juste pour lui. Elle était très douce et adorable. Elle pouvait pardonner. Sauf que sa bonté avait une limite. C’était la dernière chance du blondinet. Avant de partir, la demoiselle adressa un dernier mot aux deux filles, toujours sur le même ton.

- Ca vaut aussi pour vous.

Puis elle se dirigea dans une petite trainée de sang vers le navire en question. En effet, Kururu ne plaça pas sa main sur sa blessure. A la place, elle fit signe à Dante. Il avait deux signification. La première, c’était qu’ils changeaient de navire. Elle n’avait pas l’intention d’être séparé une seconde fois de ses amis. La deuxième signification était de tout cramer. Surtout leur navire de destination. Ce n’était pas une option de voyager en dehors de Tsukimi avait de si mauvais hôtes. Puis, elle plaça la main dans sa poche et chercha après une nouvelle sphère ronde.Cette fois, le bonbon était rouge. De loin personne ne pouvait voir les détails qui le différencient des autres sucreries rouges de sa pochette. Seul Dante et Shura pouvait se douter des effets de ce dernier. En effet, la cuisinière leur avait expliqué posséder un bonbon pour résister au feu. C’était un détail important lorsque la cheffe de l’Alliance Rose se battait au côté de deux lances flammes. Enfin Dante savait très bien que cela ne changeait rien face à un coup de magma direct. Pour le moment, la jeune femme garda l’objet en main et déclara à Sairento.

- Content?





MJ, j'ai changé d'avis. Si Kururu débloque le haki de roi, c'est dans ce poste. Ca m'a l'air mieux

Petit résumé.

Kururu se prend les deux attaques de Sai dans le bras gauche. (Qu'est-ce que mon pauvre bras vous à fait T_T)

Elle décide de stopper net l'attitude trop confiante de Sai en le plaquant au sol. Sil tu ne te fait pas plaquer au sol, cela ne change absolument rien à sa tirade dans j'ai continué pour plus de fluidité.

Kururu va donc sur le navire après un avertissement à Sai reporté aussi aux décimas présent.

Et elle fit signe à Dante pour qu'il la suive et crame tout

_________________

Revenir en haut Aller en bas
PNJ [Decimas]

avatar
Messages : 85

MessageSujet: Re: Le Roi et la Rose.   Dim 1 Juil - 15:41




Akor Ernest, primé à 75.000.000 berrys, et Nagawa Arroh.

Ernest répondait avec fermeté et virulence au premier coup qu'il avait été contraint d'endurer. Yato était, de réputation en tout cas, un adversaire redoutable qui risquait fort de lui donner du fil à retordre : voilà pourquoi il n'y allait pas de main morte et pourquoi il décidait d'opter pour un assaut certes frontal, mais qui ne manquait assurément pas de poigne. Son ennemi, s'il prenait le parti d'endurer sans précaution aucune, risquait fort de s'en mordre les doigts... L'idée du Decima était la suivante : il devait en finir au plus vite avec cet importun afin de se consacrer plus amplement à la mise à mort des troupes de la justice, susceptibles de leur causer du tort à cause de leur nombre. Les envoyés du Monarque étaient en sous-nombre marqué et risquaient fort de se retrouver submergés d'une minute à l'autre s'ils n'endiguaient pas promptement l'intervention des forces de l'ordre... Il fallait donc en éliminer un maximum avant que les renforts ne puissent se joindre à la danse, et fausser compagnie à tout ce petit monde en s'élançant en direction de Grand Line. Toutefois, des imprévus semblaient être à considérer : l'homme-cornu le comprit dès qu'il vit que Yato avait bel et bien l'intention d'endurer son coup... Mais de le bloquer malgré tout. Le haki de l'armement pour seule défense fébrile et précaire, l'homme se mit en effet à bondir, se laissant tout bonnement porter par la puissance brute qui émana du primé. S'il ne comprit pas vraiment pourquoi son ennemi agissait de la sorte, l'Akor eut une fulgurance lorsqu'il remarqua que la trajectoire embrassée par le désormais projectile humain visait un de leurs alliés, qui menaçait un gradé du Gouvernement Mondial. Le chasseur de primes s'était sérieusement mis en danger pour venir en aide à l'un de ses alliés ? Tant pis. En une passe d'armes, Ernest avait compris que lui tenir tête risquait d'être une perte de temps, et d'un temps qui s'avérait nettement trop précieux. Il allait devoir faire en sorte de précipiter la chose... Le Shigure attendrait.

De son côté, Aroh remarqua bien vite la ténacité dont la jeune officière faisait preuve : elle ne voulait pas lui lâcher la grappe, ou plutôt celle d'Irissa, et elle la bombardait de nouveau, sans relâche. Pénible et pugnace, deux défauts dont souffraient une bonne frange des gradés de la Marine... Sans plus tarder, à l'instar de la tentative précédente, le vieil homme balaya les cieux d'un geste impérieux, lequel enfanta une large bourrasque. Au même titre que jadis, les boulets s'élevèrent trop haut, déviés de leur prime trajectoire, et s'en firent jusqu'à la courbure de l'océan où ils s'écrasèrent lourdement. Qu'elle n'en lance qu'un ou qu'elle en lance mille, le résultat serait constat et similaire si le vieil homme se trouvait sur son chemin : il avait juste à projeter une puissante vague aérienne pour rendre les attaques à distance parfaitement caduques... Sauf que bientôt, la gamine décida de surenchérir en le prenant cette fois-ci pour cible directe. Aussi vite ? Ce n'était pas un hasard... L'attaque précédente avait été une feinte ? Oui, certainement. En constatant qu'elle n'allait pas pouvoir s'occuper de la femme-cornue dans l'état des choses, cette marine avait voulu vérifier l'efficacité des compétences du vieillard secoureur qui l'avait aidée précédemment... Et elle voulait désormais le mettre au défi ! Maligne, trop pour être prise à la légère... Les sourcils du Nagawa se froncèrent, mais il n'eut jamais l'occasion de contrer cette offensive dont il était la proie... Et pour cause : un morceau du bastingage du navire gouvernementale faucha le boulet de canon en pleine course. D'une œillade brève, Aroh se rendit compte que c'était Ernest qui, désormais libre de ses mouvements, avait balancé un morceau de la rambarde qu'il venait d'arracher sur la trajectoire du boulet. De quoi le happer de sa ligne originelle et de quoi rendre l'assaut de Loren absolument inutile... Comprenant qu'il s'agissait là d'une chance en or qui ne se répéterait pas de si tôt, le vieillard réalisa un ample mouvement de l'éventail, générant une bourrasque titanesque qui allait s'en aller jusqu'à la jeune femme pour la propulser vigoureusement en direction de l'océan si rien n'était fait pour l'y soustraire.

-Ryujin Ibuki, Hakyoku !

Aroh n'allait pas tarder de se rapprocher des troupes du Gouvernement Mondial en clopinant. Ernest, de son côté, allait simplement se remettre en garde en surveillant les mouvements de Yato. Il était conscient du fait qu'il s'agissait là de l'ennemi le plus solide dont disposaient actuellement les Decimas... Et donc de la menace à éradiquer au plus vite. Et tant pis pour Shibata qui, de son côté, avait l'air de passer un bien sale quart d'heure... Ça le rendrait peut-être moins imbuvable, de bouffer une branlée digne de ce nom.


Uesugi Shibata, primé à 34.343.000 berrys, Fou Decima.

Il avait enduré un premier choc, et il s'attendait à ce que le second ne tarde pas : les marines étaient comme des chiens errants et lorsqu'ils apercevaient une faille, ils ne tardaient pas de la surexploiter jusqu'à ce que victoire s'en suive. S'il avait du répondant, Shibata n'était pas vraiment célèbre pour son talent martiale : il excellait en stratégie et en tactique, pas au corps-à-corps... Il en fit d'ailleurs les preuves l'instant qui suivit. Le coup de pied dont il était la cible, trop prompt, lui faucha les jambes sans lui laisser la moindre des chances de s'en soustraire : la feinte, de toute manière, l'aurait réduit à l'impuissance. En revanche, il conserva son sang froid et parvint à anticiper le coup de boule dont le gradé ennemi tenta de le gratifier. Il interposa momentanément des deux avants-bras, qu'il érigea et croisa fermement devant lui pour opposer à cet ennemi une protection inexpugnable. Le choc parvint à lui endolorir quelque peu les avants-bras, justement, mais pas assez pour le faire faillir... En revanche, c'était là le retour à la case départ, puisqu'il était allongé et que son ennemi le dominait très largement. Si personne ne venait lui filer un coup de main dans les plus brefs délais, il risquait fort d'en subir les conséquences... Sans plus tarder, il fit claquer un ordre pour attirer l'attention d'un pion qui, s'il passait par là, ne semblait pas inquiet de voir son supérieur se faire maltraiter de la sorte : stupides automates, qui n'étaient même plus capables de faire preuve d'un tantinet d'intelligence et d'esprit...

-Toi ! Aide-moi, attaque-le dans le dos !

Voilà une offensive qui risquait fort de manquer de discrétion... Si le pion obéit bel et bien, il fit montre d'une lenteur que l'ennemi risquait de mettre à profit : il se dirigea en effet sur l'ancêtre en dégainant son épée et tenta tout simplement de lui offrir un coup vertical, de haut en bas, pour lui infliger une estafilade des plus cuisantes. Le Uesugi, de son côté, toujours avachi voire quasiment allongé, tâcha de précipiter cette rencontre en filant un coup de pied au vieux colonel pour le projeter en direction dudit pion. Avec un peu de chance, il allait gagner suffisamment de temps pour se redresser et récupérer un semblant de prestance... Liarra et Irissa n'allaient pas tarder à venir lui prêter main forte, il en était convaincu !


Akor Irissa, primée à 74.000.000 berrys et Nagawa Liarra.

Si Liarra avait effectivement été légèrement prise de court par l'animosité soudaine de Kururu, Irissa quant à elle s'attendait à une telle bestialité : dans les faits, elle ne connaissait pas assez la capitaine de l'Alliance Rose et ne pouvait donc pas être étonnée par une sauvagerie aussi soudaine. En revanche, elle ne leva pas le petit doigt en remarquant que Sairento prenait le problème à bras le corps. Elle se contenta de demeurer en retrait, observant l'échange du coin de l’œil et laissant même la pirate se montrer véhémente à l'égard de son collègue : cela lui importait peu, tant que la situation se résolvait intelligemment. Et cela fut le cas : la Kokoro semblait accepter l'ordre de Sairento, même si elle n'avait manifestement pas dit son dernier mot à ce sujet. Elle entendait se montrer belliqueuse dès qu'elle serait sur l'autre navire ? Ce n'était pas un problème, du point de vue de l'Akor qui restait relativement focalisée sur Dante et sur les renforts de la Marine. Son frère était doué, et le vieillard qui était allé lui prêter main forte avait également l'air de posséder quelques capacités intéressantes, mais Shibata était actuellement aux prises avec un opposant solide qui risquait de le défaire d'une minute à l'autre... L'urgence, à cause du sous-nombre, était de se regrouper pour former un bloc compact susceptible de rendre aux ennemis désorganisés coup sur coup. Les chasseurs de primes, les pirates et les gouvernementaux menaient tous l'assaut indépendamment, chacun de leur côté, sans vraiment se soucier de l'aide que pouvait leur apporter leurs alliés de circonstances... Tant pis pour eux ! C'était une grossière erreur que la primée entendait bien mettre à profit. Tandis que la capitaine corsaire se mettait en route, s'en retournant au second navire Decima, la cornue ne tarda guère à la suivre de près, Liarra finalement sur ses talons. Dès que les trois jeunes femmes seraient à bord, elle prendrait la parole, autoritaire au possible, d'abord à l'attention de Liarra puis à celle de Kururu, nullement impressionnée par l'énervement croissant de cette dernière.

-Toi, tu restes avec elle jusqu'à la fin du trajet. Tu ne la lâches pas d'une semelle et, s'il le faut, tu l'immobilises par la force. Je vous prierais de rester tranquille, mademoiselle. Nous n'avons rien contre vos amis : s'ils abandonnent et s'ils lâchent l'affaire, nous ne leur destinerons aucunes représailles et vous serez même tôt ou tard autorisée à les revoir. Nous ne voulons pas vous séquestrer : notre Monarque veut seulement vous rencontrer.

Là-dessus, elle retourna simplement au niveau du bastingage, encore à moitié uni avec celui du navire qui avait porté Aroh, Liarra, la Corsaire et Sairento jusqu'ici. Ce bateau-là était condamné, comme l'homme volcan s'y trouvait, mais il n'empêchait qu'il s'agissait de la manière passerelle possible pour mener un abordage frontal : aussi, il fallait sécuriser ce point de passage tant que les deux coques étaient relativement proches. Et c'était à elle que ce rôle incombait, bien entendu...



Ernest file un coup de main à Aroh : après qu'Aroh ait évacué les boulets qui menaçaient Irissa, il balance un morceau du bastingage vers le boulet qui menaçait le vieux. Là-dessus, il reste sur la défensive pendant qu'Aroh le rejoint lentement.

Shibata endure le coup de pied mais bloque le coup de boule. Un pion se joint à la mêlée et il essaye d'aider le pion en frappant Bagger d'un coup de pied.

Liarra reste avec Kururu mais Irissa surveille le point de passage entre les deux navires Decimas pour couper la route à Dante et des chasseurs de primes.

Akor Ernest est niveau 36.
Aroh est niveau 35.
Liarra est niveau 34.
Uesugi Shibata est niveau 26.
Le pion est niveau 10.
Revenir en haut Aller en bas
Sairento Satsujin
Trafiquant
avatar
Messages : 246
Race : Humain

Feuille de personnage
Niveau:
29/75  (29/75)
Expériences:
159/200  (159/200)
Berrys: 275.844.000 B

MessageSujet: Re: Le Roi et la Rose.   Mer 4 Juil - 2:24


Le Réveil du Satsujin!


Les deux lames de l'assassin commencèrent à s'enfoncer dans le bras gauche de la capitaine corsaire, progressant lentement dans la chair jusqu'à venir glisser le long de ses os pour finalement stopper leur avancée. Un sentiment de jouissance emplit le corps du Silencieux tandis que lui seul semblait entendre chaque son produit par les armes destructrices dans le corps de son adversaire. Il jubila tandis qu'un son de succion que personne d'autre n'entendrait parvenait à ses oreilles tandis que l'acier quittait la peau, mélange de son ouïe surdéveloppée par son accoutumance au silence et de la folie qui le caractérisait. Il se tint immobile tandis qu'il prononçait ses promesses, laissant ses Saïs dégouliner du sang de la femme devant lui sur le sol sans dévier son regard, un éternel sourire de joie morbide demeurant planter au milieu de son visage. C'est alors que tout changea ! La Rose jusqu'alors si calme sortit finalement de ses gonds, tronquant sa docilité depuis leur embarquement pour une réaction impulsive, enfin ! Sairento sentit ses appuis s'effacer tandis que la main de la Shishibukai venait le prendre à la gorge, venant le plaquer contre le bois du pont du navire violemment. Aussitôt une douleur se fit sentir à l'arrière du crâne du maudit contre le choc qu'il venait de subir, mais rien ne changea pourtant dans son attitude. En réalité cette position, la main de la corsaire sur son coup ainsi que la colère et la rage qu'il percevait chez celle-ci avaient quelque chose d'excitant !

Lentement il relâcha ses armes pour porter ses mains sur le poignet de celle qui le maintenait au sol, prête à l'étrangler sans pour autant en esquisser la moindre intention. Doucement il referma ses mais autour du bras de la jeune femme et se mit à forcer avec elle, rajoutant de la pression sur sa gorge comme pour aider Kokoro à agir tandis qu'elle resserait son emprise après sa première phrase. Alors seulement tandis que la pression et la douleur se faisaient plus présentes sur son cou son large sourire se brisa pour laisser sortir un rire sonore en seule réponse à ses palabres, empreint de toute sa folie, le rire du psychopathe que rien ne pouvait raisonner. Puis d'un coup son visage devint sérieux et il cracha au visage de la capitaine pirate, ses mains relâchant alors son bras pour se mettre sur ses côtés tandis que son sourire reprenait sa place. Il regarda sa cible se redresser tandis qu'elle avait relaché son emprise tout en demeurant au sol en brisant sa sphère de silence, la douleur toujours présente derrière sa tête et sur son cou sans qu'il n'en montre rien. Finalement il se redressa, ramassant ses armes avant de regarder la Kururu passer sur le second navire, toujours entourée de ses gardiennes. Penchant la tête sur le côté comme pour mieux l'observer il lui lança finalement à travers les tumultes des combats sans pour autant forcer sa voix ou user de son pouvoir, comme s'il se fichait qu'elle entende ses paroles :

J'ai promis de tuer votre amie si vous n'alliez pas sur ce navire, pas de l'épargner si vous y alliez !

Alors seulement il se retourna, esquivant de justesse une fiole qui vint s'écraser à quelques mètres derrière lui, libérant aussitôt un gaz qui s'éparpilla rapidement. L'assassin pesta  contre lui-même de ne pas avoir été suffisamment vigilent pour voir l'assaut venir, se projetant aussitôt en arrière sans parvenir à se soustraire au nuage qui l'engloba. Tout de suite il se boucha le nez, refusant d'inhaler un potentiel poison mortel, mais se furent ses yeux qui se mirent à lui brûler soudainement. Jetant un rapide coup d'oeil aux alentours tandis qu'il sentait l'acidité du gaz le brûler il vit tout d'abord que le nuage coupait désormais l'accès des alliés de la Rose à leur capitaine, le logia en premier devant désormais traverser le gaz pour la rejoindre. Fort de ce constat il se précipita aussitôt vers le seul endroit où il ne risquait pas de voir le gaz ramené vers lui par le vent, le navire des marines.






La Main Silencieuse accéléra sur quelques pas avant de finalement sauter dans le vide séparant encore les deux embarcations, se réceptionnant en roulant sur le pont du navire de la section scientifique. Sans plus attendre il se redressa à l'affut, un grognement incontrôlé s'échappant de sa bouche. Ses yeux rougis par le nuage de jus de cornichons se posèrent alors sur une blonde avec un gros canon, celle qui avait tiré ce boulet un peu plus tôt ! Néanmoins la rougeur de ses yeux était désormais accentuée par la couleur de ses iris, également passés subitement au rouge sanglant. Le Satsujin était là ! Tout dans l'attitude de l'assassin criait à présent cette évidence, le grognement rauque qui semblait accompagner chacune de ses respirations, la posture presque bestiale qu'il avait à présent adopter, ou la manière animale dont ses yeux venaient percer celle qui était désormais sa proie. D'un bond il se jeta sur elle, son Saï gauche frappant lattéralement pour tenter d'écarter le canon tandis que son Saï droit venait tenter de l'embrocher frontalement. La Mort était lâchée dans l'arène !


Miro Kuron

Le dos de sa cible s'approchait à toute vitesse, le bretteur projeté tel un missile avançant inexorablement afin de précipiter la fin tragique de ce membre du Gouvernement Mondial. Déjà il serrait les dents, s'apprêtant à encaisser le choc du moment où il heurterait de plein fouet le corps du pauvre hère. Mais ce fut finalement sur ses côtes que le choc se produisit, lui coupant immédiatement le souffle et le projetant au sol avec violence. Miro se roula aussitôt de douleur en se tenant le flanc tandis que la douleur affluait en lui, serrant les dents et le poing en tentant de respirer sans le pouvoir, la panique s'installant devant ce fait. Finalement après quelques secondes d'impuissance l'air pénétra à nouveau dans ses poumons, le Decima l'ingurgitant à gorge déployée tandis qu'il se sentait encore totalement sous le choc. Alors seulement il se tourna, relevant son regard sur les hommes qui se tenaient à proximité. Celui qu'il s'était vu tuer était là, tout comme Ernest l'un des renforts Decima, mais il ne parvenait pas à remettre un nom sur celui qui lui tournait le dos, pourtant sa simple silhouette lui semblait étrangement familière.



Résumé:
 
Miro = lvl 23
Revenir en haut Aller en bas
PNJ [Gouvernement]

avatar
Messages : 626

Feuille de personnage
Niveau:
0/0  (0/0)
Expériences:
0/0  (0/0)
Berrys: Beaucoup

MessageSujet: Re: Le Roi et la Rose.   Mer 25 Juil - 22:49




Bagger Alteinstein  -  Gewutz Fritz  -  Loren Robrecht



Fritz avait toujours été le cerveau de la bande. Relativement plus faible physiquement que Bagger ou même Loren, il compensait son manque de physique par une analyse de terrain prompte et attentive. En d'autres termes : il savait quand il était un boulet, et s'employait alors à se sortir les doigts du bocal de cornichons ! Aussi, en voyant Yato lutter pour étaler un combattant des Blues et se prendre des coups à sa place, à cause de son étourderie, Gewutz Fritz claqua sa langue contre son palais.


- Oi ! Yato ! Je vais me débrouiller maintenant, concentrez vous sur vos adversaires ! On doit surtout récupérer la capitaine corsaire ! Ne vous en faites pas pour moi, je vais gérer !


Joignant le geste à la parole, Fritz se colla à lui même une paire de claques avec ses deux mains, geste sensé le tirer de sa torpeur et l'empêcher de réitérer ses erreurs ! Car si son précédent lancer de cornichon avait manqué sa cible, apparemment le nuage urticant allait également gêner les alliés de Kururu... Il valait mieux que ça ! Il le savait ! Après s'être rattrapé tant bien que mal suite à la secousse inopportune, le jeune homme se ressaisit. Instantanément, l'officier jeta un coup d'oeil aux alentours et trouva un adversaire à sa mesure : celui que Yato avait percuté. Ni une ni deux, il se saisit d'une petite fiole et la balança dans la direction du brun encore à moitié sonné, dans l'espoir de restreindre ses mouvements. Cette fiole-ci contenait un jus bien plus concentré, presque gluant qui, s'il touchait Miro, empêtrerait ses pieds au sol et ferait coller ses chaussures au pont à chacun de ses pas... ralentissant d'autant ses mouvements.


- Eh ! L'épéiste du dimanche ! C'est moi ton adversaire, alors ramène-toi !


C'est qu'il en avait dans le froc ! Surtout qu'il ne savait pas en réalité, mais alors absolument pas, comment il gérerait la situation si le combat au corps à corps venait à s'engager... Il allait devoir ruser !


De son coté, le vieux Bagger laissait parler l'expérience. Dès que son adversaire avait appelé le pion, il sut qu'il allait se faire prendre en tenaille. Néanmoins, savoir ce que l'adversaire aller tenter et réussir à s'en sortir restaient deux choses bien différentes ! Ce Decima semblait s'apparenter au même type de combattant que Fritz : palier son manque de compétences martiales par son intellect. Cependant, le colonel savait que le danger était double dans cette situation : s'il ne réagissait pas à l'attaque mécanique du pion, il allait sans doute devoir écoper d'une blessure sévère... mais s'il se détournait trop de Shibata, il risquait d'y laisser plus que quelques plumes ! C'était comme ça que le Decima devait percevoir la situation, non ?


- Petit marmot... Tu sous estimes la marine. Admire !


Dans son esprit, le vieux Bagger allait se contorsionner pour attraper le crane du pion et s'en servir comme d'un marteau pour fracasser la tête du pauvre sot qui l'avait cru tout juste bon pour l'hospice ! D'un geste brusque, le loup de mer se retourna... mais la secousse du navire rendit la manœuvre incertaine et fit craquer son dos. Devant l'urgence de la situation il retint le juron bien senti, qu'il réservait pour ce genre de douleur aiguë : un couteau arrivait droit sur lui ! Il grinça des dents et réussit in extremis à attraper le poignet du pion, dont l'attaque téléguidée avait rendu la manœuvre plus simple. d'un coup de boule bien senti, il envoya valser ce dernier ! Mais, ce faisant, il laissa une ouverture énorme dans sa garde... son vieux dos l'avait trahi au pire moment !


Loren sourit en voyant la tête du vieux machin : elle avait vu juste ! Il allait se manger son boulet en pleines dents ! C'était sans compter un bout de navire qui passait par là... Qu'est ce que c'était que cette histoire, encore ?! Décidément, elle n'avait pas de bol aujourd'hui ! Elle voulait juste défigurer l'autre greluche pour réduire toutes ses chances avec Bagger. Pourquoi personne ne la laissait faire ?

Mais avant qu'elle ne puisse faire le moindre mouvement, une secousse imprévue lui fit perdre ses appuis ! Elle fut projetée en l'air par la contre attaque du vieillard sans rien pouvoir faire ! La jeune femme enragea devant son impuissance. Toutes ses attaques avaient été contrées et, à présent, elle subissait le retour de flammes. C'était pas juste !


De leur coté, les matelots hésitèrent un instant après la secousse mais, voyant le navire se remettre d’aplomb, ils se ragaillardirent bien vite ! Dès lors, ils se ruèrent à l'assaut des pions Decimas pour tous les maîtriser, conformément au protocole. Trois matelots plus courageux ou plus bêtes que les autres décidèrent conjointement de se diriger en toute hate vers la capitaine corsaire. Ils espéraient pouvoir se défaire de la jeune démone qui l'accompagnait et libérer Kururu de ses entraves au plus vite ! Le premier tira une balle dans le pied de la jeune femme, tandis que les deux autres attaquèrent de front en balançant leurs sabres pour trancher la jeune femme de part et d'autre, chacun l'attaquant d'un coté !




Fritz comprend qu'il est un boulet pour Yato et que ce dernier tente de le protéger, raison pour laquelle il a tant de mal à combattre. Il lui assure qu'il va s'occuper de sa sécurité tout seul et demande au chasseur de primes de sauver Kururu. Fritz fait alors face à Miro qui est à terre et tente de lui balancer dus jus de cornichon gluant pour tenter de l'occuper.

Bagger comprend qu'il va se faire prendre en tenaille, mais son vieux dos lui joue un tour et il n'esquive l'attaque du pion que de justesse... mais laisse ainsi une ouverture à Shibata.

Loren voit ses attaques contrées, mais comprend que la tactique était peut être bonne puisque quelqu'un est venu en aide au vieillard ! Simplement, elle est projetée sans rien pouvoir faire en l'air avant d'avoir le temps d'attaquer de nouveau !

Les mousses / matelots se lancent dans la mêlée et foncent vers les pions pour les maitriser. Trois d'entre eux se dirigent vers la capitaine corsaire pour tenter de lui prêter main forte ! Ils sont tous lvl 8.



Bagger Alteinstein  (colonel) -  Niveau: 30
Gewutz Fritz (lieutenant) -  Niveau: 23
Loren Robrecht (commandant) - Niveau: 28
Revenir en haut Aller en bas
Maître-Jeu

avatar
Messages : 1417

Feuille de personnage
Niveau:
0/0  (0/0)
Expériences:
0/0  (0/0)
Berrys: 0 B

MessageSujet: Re: Le Roi et la Rose.   Jeu 26 Juil - 22:54




Dagon Jim – Kisuke Sousuke



L'oeil acéré du bretteur repéra bien vite la chevelure rose bonbon de la capitaine corsaire. Sur son chemin, néanmoins, il compta un nombre d’embûches croissantes : nuage aux allures toxiques, flammes en liesses, combats épars et plusieurs silhouettes qui semblaient se dresser entre lui et la prisonnière de guerre. Une Decima à cornes, en particulier, semblait vouloir s'interposer, juste devant le bastingage, pour empêcher quiconque de secourir la Rose. Sousuke plissa les yeux et, d'un bond, se lança à l'assaut. Il aperçut sa capitaine sur sa gauche qui, elle aussi, semblait vouloir en découdre avec la jeune cornue.

Le pirate fonça au travers du nuage en tentant de le trancher d'un coup vertical, souhaitant en dissiper les volutes... mais le coup ne fut pas suffisamment puissant. Diminué par les précédents affrontements, Sousuke manquait de puissance et son attaque ne laissa qu'un mince couloir au lieu de disperser la brume de cornichon. Les yeux du jeune homme se mirent alors à le piquer et le faire pleurer, rendant sa vision bien plus floue en quelques instants seulement. Il ne se démonta pas et tenta de se débarrasser de la gêne à l'aide de sa manche, avant de soutenir l'attaque de sa capitaine qui ne saurait tarder. Il trancha en direction des pieds de la Decima, afin de la forcer à esquiver et à ainsi ménager une ouverture !


De son coté, Jim focalisa toute son attention sur John et s'élança dans sa direction au plus vite, avec pour unique objectif de l'éloigner sans tarder de ce merdier infâme ! Cependant, l'avenir en décida autrement. Alors qu'il fusait à toute vitesse en direction du chasseur de primes, son observation l'informa d'un détail alarmant : une âme venait d'être projetée dans sa direction sans aucune réponse face à une attaque trop puissante pour elle. D'un vif coup d’œil, il repéra la canonnière marine voler en direction de l'océan... et jura. Il dévia de sa course instantanément et voulut sauver Loren d'une baignade aussi inopinée que dangereuse. Ce n'est qu'à cet instant, Loren pratiquement rattrapée, que son Haki l'informa qu'elle était prise pour cible par une autre attaque en plein vol. L'homme au faciès presque bestial souhait clairement la poinçonner de ses deux Saïs ! Le chasseur de primes s'interposa en un éclair.

Jim dévia les deux attaques à l'aide de ses gantelets en métal blanc et tenta de repousser son adversaire d'un coup de pied direct. Le but n'était pas tant de le blesser, surtout vu que ses forces avaient déjà été sapées, mais surtout de le renvoyer loin de la jeune femme qui, de son coté, termina son vol plané dans l'océan tumultueux ! En bon chasseur de primes, Jim avait déjà reconnu son adversaire et ne se priva pas de le lui faire comprendre:


- On s'en prend aux femmes sans défense maintenant, Sairento Satsujin ?


Fuimi Nagisa  -  Aiba Kisumi



Paquerette, n'écoutant que son courage, fonça vers Kururu. Pourtant, à l'instar de Sousuke, la pirate remarqua bien vite qu'un obstacle allait la gêner dans sa course endiablée : la decima aux cornes d'ébène et aux formes généreuses. Sans se laisser démonter, Nagisa redoubla d'ardeur et lança par dessus son épaule :


- Sousuke ! Occupe toi de la garce pendant que je rejoins Kururu !


L'instant d'après, le bretteur lançait son attaque vicieuse afin de déséquilibrer la démone. Nagisa en profita pour passer à coté d'elle... et pivoter d'un coup sec pour lui administrer un coup de poing directement dans la face :


- Rossignol Directo !


Loin d'être une enfant de chœur, Nagisa restait avant tout une pirate. Forban usée à l'art du combat et des manœuvres fourbes pour tenter de remporter la victoire, envers et contre tout ! Dans quel but ? Profiter, jusqu'à la fin de sa vie, de son trésor le plus cher : vivre libre. Car si elle perdait, si elle laissait un adversaire plus fort qu'elle la réduire à néant, elle mourrait au combat au mieux... serait incarcérée dans le pire des cas ! Non contente de son attaque en traître, Nagisa ne lâcha pas son adversaire des yeux, à l’affût d'une éventuelle contre-attaque. Son Haki de l'observation était déjà bien déployé, non seulement pour ajuster sa frappe mais réagir à une éventuelle contre attaque. Seulement, elle sentait déjà poindre un début de céphalée, signe qu'elle approchait de sa limite... la capitaine avait un peu trop tiré sur la corde aujourd'hui !


De son coté, la musicienne reprit les commandes du navire à la seconde où son "paquet" avait été livré. Son but, à présent, était de s'éloigner du navire en feu pour éviter d'apporter la ruine à sa propre embarcation ! Secouant les puces des mousses, Kisumi tenta de reprendre le vent pour mettre autant de distance entre elle et la future épave... jusqu'à ce que ses yeux se posent sur l'horizon. La jeune femme écarquilla les yeux, puis déglutit avec difficulté en apercevant la tempête qui menaçait de tous les engloutir sous peu. Elle allait devoir jouer serrer !

- Du nerfs, les mousses ! On se rapproche de l'endroit où Kururu est détenue, on la récupère et on file loin de ce bordel !


C'étaient du moins pour la réalisation de ce vœu que la pirate s'évertua à prier dès à présent. Car elle aurait besoin d'un sacré coup de bol pour en ressortir entière !



Lark John - Yato Shiruge



Soulagement. Yato en éprouva un sacré morceau, de ce sentiment là, lorsque le jeune marine maladroit l'enjoignit à se concentrer sur ses adversaires. Non seulement il allait pouvoir profiter d'un combat qui semblait intéressant contre ce decima à la force de brute, mais en plus... bah il commençait à avoir la flemme de sauver encore et toujours le marine ! C'était un officier, quand même ! Le démon se concentra bien plus sur Ernest et, voyant que ce dernier avait profité de la vague accalmie pour aider Nagawa Aroh, il plissa les lèvres en une moue contrariée. D'une main assurée, il attrapa son fouet et le fit claquer pour se saisir de la jambe du combattant... avant de le tirer d'un coup sec vers lui. Sans attendre de voir le résultat de la manœuvre, le Démon fonça vers son adversaire pour lui asséner un coup de poing gonflé au Haki de l'armement en plein estomac.

Et cette fois-ci, il n'y était pas allé de main morte.


De son coté, John s'amusait comme un petit fou. Il avait réussi à retrouver Yato, les événements rocambolesques s’enchaînaient toujours un peu plus et, à présent, son plan pour faire tourner en bourrique le monstre marin s'était soldé par un succès retentissant ! Décidément, il était en veine aujourd'hui. D'un coup d’œil aux alentours, le chasseur de primes s'assura tout de même que la corsaire n'était pas au fond de l'océan ou déjà aux griffes des décimas et, voyant les Flowers Pirates en action, estima qu'il pouvait s'amuser encore un peu !

Sauf que la poiscaille ne l'entendait pas de cette oreille... À la seconde où John se ré-interessa à son adversaire monstrueux, il se retrouva nez à nez avec une gueule béante prête à le happer.


- Ah oui, quand même... eut-il le temps de lacher avant de se faire engloutir.



Monstre marin



La murène savoura cet instant de triomphe comme il se devait. Enfin ! Elle avait gobé le salopard qui tentait de la ridiculiser depuis tout à l'heure... elle allait le laisser mariner dans sa salive corrosive un petit instant, le trimbalant dans sa bouche en tous sens à l'aide de sa langue puissante... elle lui broierait peut être un ou deux de ses os fragiles avant d'enfin l'avaler !

Son plan machiavélique en tête fut néanmoins stoppé nette lorsque quelque chose entra en contact avec sa luette. Trois fois.

Immédiatement, le monstre marin rendit tripes et boyaux sur le pont du navire, lachant au passage un rale outré et douloureux ! John se releva comme une fleur et tenta d'éponger avec ses mains le fluide visqueux dont il était recouvert... ne parvenant pas à s'en débarasser, il haussa les épaules et remit son chapeau plein de salive sur sa tête comme si de rien n'était.


- Si on peut même plus rigoler... lâcha le blondinet d'un air contris.


Tandis que la bête retournait dans les profondeurs en crachotant et vomissant de nouveau, John repéra jim aux prises avec un Decima maudit: Sairento Satsujin. Il décida de le laisser s'amuser lui aussi et, plutôt que de rester sans rien faire, décida d'aller faire un tour du coté de la capitaine corsaire avec qui il entama la conversation, sans même se préoccuper du merdier ambiant :


- Oi ! Kururu ! Quand vous aurez un instant faudra qu'on cause, quand même...


Au fond de l'océan, la rage du monstre marin venait de passer un nouveau cap. Il calmait pour l'instant ses maux d'estomac et ses nausées mais, bientôt, ressortirait toutes dents dehors pour repérer quelqu'un ou quelque chose sur qui passer ses nerfs...

Les quelques observateurs attentifs qui prétaient encore attention à la météo pourrait remarquer que les voiles, qui n'avait pas été rangées, commençaient à se déchirer. Les vagues grossissaient à vue d'oeil. Le monde commençait à tanguer sérieusement... La tempête était bientôt sur eux.


Ordre de passage: MJ CdP et Pirates - Kururu - Sairento - MJ Decimas - (PNJ alliance Rose) - Shura - Dante - MJ Marines.



"Flowers Pirates":
Fuimi Nagisa (prime: 31.000.000) -  Niveau: 30
Aiba Kisumi (prime: 19.000.000) -  Niveau: 24
Kisuke Sousuke (prime: 21.000.000) -  Niveau: 27


Duo de chasseurs de primes :
Lark John (prime : 90.000.000) - Niveau : ??
Dagon Jim (prime : 72.000.000) - Niveau : 30


Shiruge Yato (prime: 280.000.000) - Niveau : 41



Résumé :
Temps avant apocalypse : post numéro 4.


Sousuke et Nagisa foncent vers la Decima qui bloque le passage vers Kururu. Sousuke attaque au sabre vers les jambes pour tenter de la désarçonner, Nagisa annonce qu'elle va foncer vers Kururu, mais frappe en traitre d'un gros coup de poing dans laggle ! Elle use de son Haki de l'observation pour lire les mouvements d'Irissa et mieux réagir à sa contre attaque éventuelle.

Jim tente de sauver Loren mais son observation l'informe que Sairento veut la tuer. Il choisit finalement de s'interposer pour bloquer l'attaque de Sairento et tenter de le renvoyer d'un frontal Kick avant de le taunt un peu.

Kisumi tente de manoeuvrer le bateau des Flowers Pirates pour éviter qu'il brule lui aussi, puis commence à se diriger vers l'endroit où Kururu est comme elle peut.


Yato tente de se saisir de la jambe d'Ernest avec son fouet pour le désiquilibrer, puis lance une attaque frontale gonflée au Haki de l'armement pour lui démonter l'estomac.

John fait le con, puis tente d'établir la communication avec Kururu !

La tempête semble se diriger vers vous de plus en plus. Elle sera là au prochain tour.
Revenir en haut Aller en bas
Kokoro Kururu
La Princesse de Coeurs
avatar
Messages : 972
Race : Humaine
Équipage : L'Alliance Rose

Feuille de personnage
Niveau:
35/75  (35/75)
Expériences:
142/250  (142/250)
Berrys: 31.795.001 B

MessageSujet: Re: Le Roi et la Rose.   Dim 5 Aoû - 12:50




Parce qu’elle pouvait percevoir la noirceur du coeur de son ennemi, sentir sa main être resserrée sur son cou, Kururu s’était ressaisie. Jamais, elle ne voudrait devenir comme lui. Pourtant la tentation restait forte. La jeune femme se dirigea quand même vers le navire pour protéger Livi. Sairento lui annonça une terrible nouvelle par rapport à sa promesse. Au fond c’était regrettable. Malgré tout, elle ne regrettait pas son choix. Dans l’éventualité d’un retour, elle ferait tout pour continuer à déjouer ses plans sanglants. Au final, la cheffe des roses ne pouvait plus qu’attendre.

- Je reste convaincue que ce n’était pas la bonne méthode pour une simple discussion.

Après une réponse à peine audible, Kururu resta sagement sur le bord du navire. Elle était appuyer sur le bastingage à cause de son état de fatigue. Elle était également proche de l’entrée. Bien qu’elle ne bougeait pas, elle regardait ses amis de l’autre côté. Son regard se posa rapidement sur la situation. Il y avait des combats de toutes parts. Dans un sens, c'était tellement triste. Pourquoi devrait-on en arriver là pour simplement communiquer. Une conversation autour d’une tasse de thé était tellement plus productive. Soudain, elle remarqua un élément jusqu’à la caché pour elle.

Au loin, la jeune femme pouvait voir les signes d’une énorme tempête. Absorbée par la situation, elle n’avait rien vu avant. Pourtant les navires allaient être piégés dans le phénomène climatique dans peu de temps. C’était mauvais, très mauvais. Pour aider la princesse, Kururu s’était éloignée de Dante. Malheureusement, le navire était en train de brûler. Si lui ou Shura tombait à l’eau, la capitaine serait trop loin pour les aider. La demoiselle ne voulait absolument pas les voir se noyer. Ils devaient retourner au Tsukimi. Tant pis pour leur mini banquet, la sécurité d’abords! Et vu sa tirade, elle doutait que miss cornes allaient les laisser venir sur ce navire-ci.

- Dante, Shura, rentrez! Une tempête arrive.

Kururu tenta de prévenir tout le monde du danger imminent. Au même moment, le Tsukimi arriva à portée. Lana décida d’aller voir ce qui se passe. La voleuse était la plus discrète du groupe. Elle pouvait traverser sans se faire repérer. Entendant les cris de sa capitaine, elle pensa dans un premier temps aller l’aider. Sauf que le passage était complètement bloqué. Alors, elle suivit les ordres de sa cheffe. Elle chercha du regard les deux maudits pour les aider dans une éventuelle évacuation. Pendant ce temps le navire restait à une distance de sécurité. Les voiles avaient été rangées pour éviter des dégâts imprévus. Le vent était terriblement fort et leur navigateur n’était pas présent à bords. Il vallait mieux éviter tout risque en l’absence des membres compétents. En cas de problème dans le camp ennemi, Lana pourrait éviter une noyade tragique d’un membre de l’Alliance Rose.

Bulle aussi était là pour repêcher les voyageurs. C’était dans sa nature. Actuellement, elle s’occupa d’un autre bipède doré. L’animal avait ressenti les mouvements spécifiques d’une chute dans l’eau. Elle nagea dans la direction du corps dans le but de le remonter à la surface. Le monstre marin resta prudent, mais ne s'inquiéta pas d’un éventuel congénère. L’odeur putride qui l’entourait et commençait à contaminé l’ensemble de la zone avait toujours fait fuir même les plus dangereux.

Kururu ne se doutait pas de l’aide de son animal de compagnie. A la place, elle faisait de son mieux pour regarder la scène malgré son envie de repos. Soudain, une voix l’interpella au dessus des échos de batailles. Elle leva la tête et aperçu une personne. Celle-ci avait besoin de parler.

- Ce serait avec plaisir, mais je doute que le cadre soit idéal.






_________________

Revenir en haut Aller en bas
Sairento Satsujin
Trafiquant
avatar
Messages : 246
Race : Humain

Feuille de personnage
Niveau:
29/75  (29/75)
Expériences:
159/200  (159/200)
Berrys: 275.844.000 B

MessageSujet: Re: Le Roi et la Rose.   Sam 11 Aoû - 17:56


Le Réveil du Satsujin!


Le Satsujin avançait inexorablement, son corps propulsé par la dernière secousse du navire tandis que ses armes s'apprêtaient à frapper sa cible. Néanmoins seul le bruit du métal s'entrechoquant résonna alors tandis qu'un nouvel arrivant intervenait à la rescousse de la gouvernementale, tentant de repousser ses Saïs. Pour autant aucune réaction n'apparue sur le visage de l'assassin, il ne réfléchissait pas à ses mouvements et ne réagissait pas à ceux des autres. Il vivait le combat, il était le combat ! Il répandait la mort, il était la mort ! Il insufla une dernière poussée à ses armes au moment même où elles rencontraient les gants de son adversaire, juste de quoi repousser ses bras un court instant, où prendre le risque de ne plus les bloquer en laissant la jeune femme encaisser le coup. Lâchant aussitôt la garde de ses armes il replia ses bras tendus en les abaissant vers le sol, il sentit les deux couteaux coincés dans les revers supérieurs de ses manches glisser le long de son bras tandis qu'il ne les pressait plus, les libérant de leur fourreau improvisé. Ils glissèrent le long de son bras, passant sur le dessus de sa main avant qu'il ne les fasse rouler entre ses doigts. Tendant alors de nouveau les bras dans le même mouvement il lança ses projectiles de chaque côté du corps de celui qui s'était interposé. S'ils n'étaient pas stoppés les deux couteaux viendraient frapper la gouvernementale à l'épaule et sur le flanc avant même qu'elle ne pénètre dans l'océan. Pour autant le Silencieux n'en avait pas fini !

Continuant de descendre les bras en direction des jambes du chasseur de prime qui tentaient de le repousser en arrière il effectua une pression avec ses doigts repliés après le lancer des couteaux sur son poignet. Aussitôt deux lames se déployèrent en prolongation de ses avants-bras, prêtes à venir trancher les jambes de Jim. Son mouvement avait été spontané et rapide, ne laissant que peu de choix à celui qui lui faisait face, sauver la gouvernementale ou ses jambes ?

Projeté par le coup de pied dans tous les cas la Main Silencieuse se réceptionna sans difficultés tandis que son adversaire du jour lui lançait une première phrase, la dernière. Le Satsujin se mit à rire, un rire empleint de folie tandis que son sourire dévoilait toutes ses dents et que son regard perçait l'âme de son opposant. A quel moment n'avait-il pas tué une femme sans défense ? C'était là son quotidien, sa raison d'être ! Même Sairento ne s'arrêtait pas à ce genre de détails fallacieux, et pourtant il était le plus raisonné des deux. Celui qui lui faisait face connaissait peut-être son nom, mais c'était bien là la seule chose qu'il savait de lui pour lui servir pareilles inepties. Sans cesser de rire il porta alors le doigt à sa bouche, mimant de souffler dessus tandis que le silence se faisait autour d'eux, sa sphère englobant même une partie des combats extérieurs. Continuant à rire sans qu'aucun son ne parvienne à son vis-à-vis il ne bougea pas, attendant que la chaire à canon se jette dans la gueule du loup.





Miro Kuron

Le bateau fut de nouveau secoué par les événements, projetant le Decima au sol un peu plus loin et le poussant à se remettre sur ses jambes. Miro était parvenu à reprendre son souffle de manière suffisante pour agir mais les conséquences du choc violent qu'il avait subi se faisaient encore sentir. La douleur persistait sur son thorax à tel point qu'il se demanda s'il n'avait rien de cassé, cependant dès lors qu'il se redressa il cru sentir un mieux et oublia alors cela, il ne pouvait s'y attarder dans sa situation. Alors qu'il tentait de se remettre d'aplomb pour pouvoir repartir au combat un bruit de verre brisé se fit entendre devant lui, aussitôt ses yeux se posèrent sur le sol où une matière visqueuse venait englober ses pieds. Sans réfléchir il voulu bondir en arrière, s'extraire sans plus tarder de ce liquide suspicieux. Alors il parvint à reculer de quelques centimètres, la matière visqueuse s'étirant un instant avant de coaguler sur et sous ses pieds. Incompréhensif il tenta de lever les pieds, constatant aussitôt que chaque mouvement lui paraissait bien plus difficile, comme si un poids intense était posé sur ses jambes et le retenait vers le sol. Son regard se redressa alors sur l'homme qui s'adressait à lui, visiblement l'auteur de cet handicap soudain et il ragea, agissant sans réfléchir en tentant de lui foncer dessus. Soulevant ses pieds lentement tandis que chacun de ses pas devenait lourd et difficile il se mit à effectuer une pseudo course vers le gouvernemental, son épée prête à frapper le malheureux qui s'en était pris à lui. Néanmoins à cet instant il ressemblait plus à un pêcheur en bottes tentant de s'extirper de la boue à chaque pas que d'un réel danger, encore fallait-il donc qu'il parvienne à atteindre le membre du Gouvernement Mondial.


Résumé:
 
Miro = lvl 23
Revenir en haut Aller en bas
PNJ [Decimas]

avatar
Messages : 85

MessageSujet: Re: Le Roi et la Rose.   Mar 14 Aoû - 11:35




Akor Ernest, primé à 75.000.000 berrys, et Nagawa Arroh.

Ils étaient deux. Cette idée suffisait à mettre Ernest en confiance : le chasseur de primes qui lui tenait tête était un combat solide, à défaut d'être adroit, et il commençait à croire que la situation ne se prêtait guère à un combat singulier et honorable. Le transfert de la capitaine corsaire jusqu'à Merveille devait se dérouler dans les meilleures conditions envisageables... Ils ne pouvaient pas échouer. Et cet affrontement, précisément, mettait cette mission en péril sérieux. Non pas parce que l'homme-cornu craignait de perdre : a priori, il songeait toujours sa victoire comme étant plausible, mais parce que la majorité de ses collègues étaient quant à eux submergés d'assaillants et que ce constat risquait de s'égrainer sévèrement au fil des minutes. Les ennemis étaient en surnombre, puisqu'ils étaient liés à maintes factions diverses qui, à l'accoutumée, n'étaient guère du genre à fricoter ensemble... Circonstances exceptionnelles, coalition exceptionnelle. Malheureusement pour les Decimas, les choses se gâtaient, donc : les ennemis étaient trop nombreux et risquaient de profiter des monstres marins ou de la tempête à venir pour les happer une bonne fois pour toutes. Les meilleurs combattants du côté des troupes du Monarque se comptaient finalement sur les doigts d'une main... Là où les gradés gouvernementaux, le chasseur de primes et les alliés les plus proches et les plus fougueux de la corsaire étaient aisément deux fois plus nombreux. En somme, la lutte n'était pas équilibrée, pas le moins du monde : il était donc urgent d'évincer les fortes têtes des forces adverses, de manière à démoraliser le reste des troupes et à se dépêtrer enfin de leur oppressante proximité. Vaincre Yato Shiruge, c'était l'assurance de se faciliter la tâche grandement, sur ce plan : sa renommée serait à double tranchant puisque les agents du Gouvernement Mondial qui seraient témoins de sa défaite seraient nécessairement déprimés puissamment... De quoi ouvrir une faille à saisir sans plus attendre.

Malheureusement, le duo nouvellement formé n'eut guère l'initiative : leur adversaire démontra toute l'étendue de sa vélocité formidable en s'en prenant à l'homme-cornu, sans lui laisser cette fois-ci l'ombre d'une chance de s'en extraire sans casse maladroite. Le fouet s'enroula autour de la jambe d'Ernest qui ne perçut cette sourde menace que trop tardivement. Attiré vers son assaillant, il écarquilla ses paupières, stupéfait, en comprenant en un éclair l'objectif actuel du chasseur de primes. Il allait sans dire que si l'assaut touchait à son but, l'Akor allait passer un bien sale quart d'heure : il devait s'en prémunir, d'une manière ou d'une autre. Et il le fit : il croisa ses bras devant son abdomen, les couvrit d'une plaque opaque du haki de l'armement, puis n'eut rien d'autre à faire que de serrer les crocs. De toute manière, il était loin de pouvoir surenchérir ou répliquer, en l'état des choses, et il ne pouvait l'ignorer. Son assaillant l'avait pris de vitesse... Lorsque le choc eut lieu, l'homme cornu fut heureux d'avoir été aussi précautionneux et prévenant. S'il avait choisi de négliger sa défense pour se consacrer sur une riposte imminente, il aurait certainement été contraint d'arrêter le combat dès à présent... Il avait sévèrement sous-estimé son ennemi et il commençait tout juste à s'en mordre les doigts : le coup de poing le rabattit sur le pont avec une virulence sensationnelle qui, non contente de lui couper le souffle et d'endolorir ses deux bras du bout des doigts jusqu'aux épaules, le fit bientôt traverser les planches de bois qui l'avaient lourdement réceptionné. Voilà qu'il avait disparu de la surface du navire...
Aroh, de son côté, avait pu assister impuissant à ce déferlement de rage et de violence de la part de leur ennemi. Il avait pu estimer très vaguement les compétences d'Ernest et ne s'inquiétait donc pas trop à son sujet, considérant qu'il en faudrait certainement plus pour triompher de l'homme-cornu une bonne fois pour toute, mais il commençait en revanche à s'inquiéter pour le reste des Decimas rassemblés dans les environs. Si l'Akor était incapable de se charger de Yato Shiruge, nul n'y parviendrait : il fallait le tenir en respect avant qu'il ne cause trop de dégâts. Et comme il était le seul combattant apparemment susceptible de le faire, il ne songea pas davantage et balaya les cieux d'un mouvement impétueux, toujours accompagné par son éventail massif franchement déployé. Il ne prit pas même la peine d'énoncer le nom de sa technique : son sérieux et sa concentration étaient quasiment palpables, sur son visage. Une puissante bourrasque naquit et surgit en direction de Yato en vociférant, et en tranchant les quelques aspérités ou les quelques marines qui auraient eu l'idée saugrenue de se tenir sur sa trajectoire. Ce n'était pas là seulement une lame d'air : c'était comme une nuée de couteaux qui, bien qu'intangibles, menaçaient de déchirer le chasseur de primes de la tête aux pieds et de ne laisser en son lieu et place qu'un vulgaire tas de chaire sanguinolent et macabre.


Akor Irissa, primée à 74.000.000 berrys et Nagawa Liarra.

-C'est une perte de temps...

Trois matelots. Trois ineptes, trois suicidaires, trois ahuris qui croyaient possible de défaire la femme-cornue pour venir en aide à la capitaine corsaire désormais placée en terrain ennemi. Ne leur apprenait-on pas le bon sens, durant leurs formations écourtées afin de s'enrôler ? Tant pis pour eux... Avec une vindicte sanguinaire et impitoyable, elle décida de marquer le coup : il était temps de montrer à quiconque que les Decimas ne plaisantaient pas et que s'en prendre à eux était généralement synonyme de décès brutal et invariable. La balle, elle n'en fit que peu de cas : elle leva simplement son pied, ne gratifiant son tireur que d'un regard nonchalant. Elle focalisa en revanche davantage d'attention sur les épées qui, furieuses, semblaient élancées dans sa direction pour la gratifier d'un tranchant des plus acerbes. Sournoise et vive, elle attrapa les poignets des deux bougres et usa de sa jambe actuellement levée pour les balayer vers l'horizon d'un coup de pied circulaire. Si tout fonctionnait tel qu'elle l'entendait, ce qui risquait fort d'advenir considérant la faiblesse apparente de ses assaillants, les deux bougres allaient être simplement soufflés et allaient en lâcher leurs armes... Armes qu'elle allait tout naturellement expédier en direction du tireur qui avait tenté de l'handicaper, en visant tantôt le front, tantôt le poitrail. Dans tous les cas, il y avait fort à parier que cette menace soit expédiée et nettoyée promptement... Ce qui ne serait en revanche guère le cas de l'autre danger qui planait dorénavant sur elle. Vigoureuse, elle fit face à l'irruption de Sousuke et de Nagisa d'un coup d'un seul, aussi sèchement que possible, n'ayant guère perdu de vue son objectif initial, à celui de réaliser un blocus au niveau de la passerelle. Elle crut comprendre promptement que si le premier entendait bel et bien la terrasser, la seconde souhaitait en revanche se focaliser sur la libération de Kokoro Kururu. Sourcils froncés, elle mira la lame qui, furieuse, menaçait de lui trancher les tibias d'une seconde à l'autre. Un épéiste... Voilà qui n'arrangeait pas ses affaires.

Son premier réflexe fut exactement celui qu'attendaient les forbans : elle bondit à pieds joints, laissant simplement l'offensive passer sous la plante de ses pieds sans jamais la mettre sérieusement en péril. Elle comprit bien vite la grossière erreur qui résidait dans son empressement lorsqu'elle remarqua la seconde silhouette, manifestement bien déterminée à l'idée de profiter de cette ouverture qu'elle venait de générer malgré elle. Que faire ? Tenter une parade semblait être l'option à la fois la plus évidente et la plus saine : endurer un tel choc ne semblait guère conseillé, pas même pour son frère, pas frontalement à tout le moins... Toutefois, Irissa n'eut curieusement pas l'occasion de s'inquiéter outre mesure. Elle n'était pas seule... Liarra, jusqu'à présent cantonnée à la surveillance de la capitaine de l'Alliance Rose, surgit à son tour, furibonde. Elle n'en pouvait plus de demeurer sur la défensive, voire passive, lors même que ses alliés se faisaient tailler en pièces par des adversaires plus nombreux et quasiment mieux organisés qu'eux. Ni la déconvenue récente d'Ernest ni la débâcle de Shibata n'avaient bien sûr pu lui échapper : elle entendait donc rééquilibrer l'affrontement, quitte à lever momentanément la surveillance dont Kururu était jusqu'à présent gratifiée. Elle surgit, donc, dépassant la femme-cornue sur la gauche et balançant son pied en direction de l'abdomen de Nagisa. L'idée était la suivante : si la pirate entendait bel et bien frapper la Decima, elle allait devoir s'exposer sévèrement, à son tour, et endurerait probablement le coup de pied... De quoi rééquilibrer les circonstances de cette confrontation musclée. Dans le cas contraire, si elle misait sur la défensive, l'Akor pourrait retrouver une posture plus stable et plus fiable dans les instants qui suivraient sans réellement être entre temps mise en danger. La balle était, en tout cas, dans le camp des envahisseurs...


Uesugi Shibata, primé à 34.343.000 berrys, Fou Decima.

C'était le moment où jamais. Shibata jubilait : il n'avait pas cru que l'intervention fortuite et soudaine de ce vulgaire pion parviendrait à déstabiliser de la sorte son gargantuesque ennemi... C'était une aubaine pour ce stratège qui, en l'occurrence, y voyait franchement l'opportunité d'inverser la tendance. S'il parvenait à cogner son ennemi et à prendre l'ascendant, à lui dicter le rythme de leur danse, il allait irrémédiablement le prendre de court et l'enchaîner jusqu'à ce que mort ou inconscience s'en suive. Or, ce vieux marine était un gradé : il allait sans dire que sa défaite entraînerait de graves répercussion sur tout le reste du conflit, et que ses subordonnés perdraient un large pan de leur superbe et de leur audace. Ainsi donc, il tâcha de mettre cette ouverture inespérée à profit de la plus brutale des manières : un coup de pied, pour débuter les hostilités, suffirait à jouir du déséquilibrage dont souffrait l'ancien pour le projeter dans une posture d'autant plus précaire. La suite s'avérerait particulièrement jouissive... Mais cette suite, précisément, n'arriva pas, justement parce que le coup de pied formidable dont il était question ne parvint jamais à atteindre son objectif. A contrario, il fut bloqué par un avant-bras, interposé là par une tierce personne qui, plutôt que de l'extérieur du navire, semblait s'être invitée depuis l'intérieur de ce dernier. Shibata comprit immédiatement de qui il s'agissait et, le souffle coupé, manifestement désarçonné, se recula précipitamment en bredouillant de vagues excuses qui furent coupées par la voix de l'intrus, posée et tranquille, lequel ne sembla faire aucun cas de l'offensive qu'il venait d'endurer indirectement.

-A ce rythme, personne ne gagnera... N'êtes-vous pas d'accord, marine ?


Zakka Li, Quatrième Chevalier de l'Ordre Decima, primé à 170.000.000 berrys.

Jusqu'à présent, il n'avait pas senti de nécessité à intervenir... mais il comprenait dorénavant que le temps jouait contre eux. Le statu quo lui convenait, manifestement : c'était pour cela, d'ailleurs, qu'il avait pris la décision d'interrompre l'offensive de Shibata plutôt que d'y participer. Il posa son regard placide sur le marine, comme pour l'inviter à sonner la fin des hostilités et à mettre sur la table la diplomatie et le dialogue. Bien sûr, c'était aux intrus de reculer afin de laisser quelque peu les Decimas respirer : c'était donc une décision difficile à prendre... Mais qui semblait pour l'heure être la plus saine et la plus intelligente d'entre toutes. Après tout, qui diable semblait être en mesure de tenir tête à Zakka Li, l'un des meilleurs combattants parmi les proches amis de Centes Decima, le prestigieux Monarque ? Une seule réponse était envisageable : Yato Shiruge. D'ailleurs, ce fut sur lui que Zakka Li déposa bientôt un regard tranquille et pacifiste. Restait à savoir si le gradé du Gouvernement Mondial, le redoutable chasseur de primes et le maître à bord des Decimas allaient trouver un accord... Ou si la tempête allait finir par tous les engloutir.



Ernest réussit à se protéger. Il n'en traverse pas moins le pont, soufflé par la puissance exceptionnelle de Yato. Aroh essaye d'en profiter pour atteindre Yato en déployant une multitude de lames d'air simultanément, dans sa direction.

Irissa gère les matelots puis est surprise par l'arrivée de Sousuke. Elle saute pour esquiver et risque de prendre le coup de Nagisa quand Liarra arrive en renfort. Liarra essaye de donner un coup de pied à Nagisa pour la forcer à avorter son attaque... Ou pour la lui rendre, à défaut.

Shibata veut frapper Bagger mais il est interrompu par Zakka Li !

Akor Ernest est niveau 36.
Aroh est niveau 35.
Liarra est niveau 34.
Akor Irissa est niveau 33.
Uesugi Shibata est niveau 26.
Le pion est niveau 10.
Revenir en haut Aller en bas
PNJ [Gouvernement]

avatar
Messages : 626

Feuille de personnage
Niveau:
0/0  (0/0)
Expériences:
0/0  (0/0)
Berrys: Beaucoup

MessageSujet: Re: Le Roi et la Rose.   Jeu 13 Sep - 17:17




Bagger Alteinstein  -  Gewutz Fritz  -  Loren Robrecht



Fritz, cerveau aussi incorruptible que loufoque, était un fier officier de la marine. Son cerveau recelait autant d'idées farfelues que ses muscles manquaient de dynamisme. Aussi, lorsqu'il vit le bretteur réussir à braver peu à peu les décoctions sensées le clouer sur place... il ouvrit une bouche béante et deux yeux ronds comme des soucoupes : de toute sa vie, ce n'était jamais arrivé ! Mais, après tout, il s'agissait là d'une autre trempe d'adversaire que la piétaille dont il avait l'habitude de s'occuper. Un instant, il pensa fuir et se cacher derrière Yato, mais en voyant tous les mousses foncer au combat à bras raccourcis, il déglutit. Il était un marine, sacredieu ! Pas un rat de bibliothèque ! S'il s'était engagé, c'était pour devenir un fier défenseur de la Justice et pas un pauvre théoricien qui mouillait son froc !

Ainsi donc, il effectua un retrait stratégique aussi vif qu'extravaguant.

Fritz courut donc aussi vite que le vent... loin de l'épéiste qu'il avait agressé. Lançant semblait-il au petit bonheur la chance des fioles similaires à la précédentes sur son chemin, il se réfugia derrière quelques tonneaux après avoir couru seulement quelques mètres ! Après tout, avec tout le bordel ambiant et la bataille qui faisait rage, il s'agissait déjà là d'un bon sprint pour lui ! Le lieutenant de la marine reprit son souffle et espéra que Miro le suivrait. Pour s'en assurer, il sortit rapidement la tête et tira la langue à son adversaire, avant de lancer un dial... qui manqua complètement sa cible ! Mimant une mine apeuré, il regagna alors la sécurité relative  de son abri, tout en sortant un briquet d'une main. Le coeur battant, il se concentra sur les bruits de succion que feraient immanquablement les bruits de pas du brun à la mine surement très énervée à l'heure qu'il était.


« Pourvu que ça fonctionne ! », croisa-t-il les doigts en silence.



De son coté, le vieux Bagger venait de vivre un ascenseur émotionnel plutôt intense. Tout d'abord la joie de se faire sauver la mise par une tierce personne. Puis la déconfiture de reconnaître Zaka Li, le chevalier Décima qu'il se savait, au plus profond de lui, incapable de vaincre. Mais la fierté du vieux briscard l'entendait autrement ! Ses tripes lui envoyèrent une décharge d'adrénaline, prêt à combattre l'homme dont il eut soudain un peu de mal à comprendre le geste... juste avant que ce dernier ne s'explique. La question purement rhétorique du combattant surprit le vieux loup de mer, aussi il recula un bref instant pour apprécier la situation dans son ensemble. Après un bref soupir, il déclara d'une voix rocailleuse :


- Ça dépend du point de vue, gamin. Mais je suppose que t'as une proposition à me faire, si t'attaques pas dès le début ? Avec l'âge, on apprend à écouter quand il le faut... mais ça intérêt à en valoir la peine.


À ces mots, le colonel crachat un mollard verdâtre sur le coté, signe de son irritation. Il reprit d'une voix sans concession :


- Attaquer un capitaine corsaire, passe encore ; j'ai jamais trop apprécié ces bêtes là ! Un pirate reste un pirate, même s'il a des airs aussi mignonnets et doux que Kokoro Kururu. Mais obstruction à la justice et soutien d'un mouvement dissident qui menace tout l'ordre mondial ? Ça, gamin, c'est bien plus grave.


Jetant un regard lourd de sens au duo, Bagger soupira une nouvelle fois avant de répliquer :


- Alors, qu'est ce que t'as à proposer ?



De son coté, Loren vivait un véritable cauchemar. Projetée comme une fétu de paille, elle avait cru être sauvée par un inconnu, juste avant de voir un décima tenter de l'achever. Le justicier aux cheveux noir s'était rapidement interposé mais, alors qu'elle soupirait d'aise, elle sentit deux lames s'enfoncer dans son corps. Un hoquet de douleur plus tard, les flots la recouvraient et la panique la gagna. En bon officier, elle n'avait pas oublié la présence du monstre marin. Et en bonne guerrière des mers, elle ne méconnaissait pas l'effet du sang sur ce genre de créature. La brûlure des deux lames d'acier fichées dans son corps augmentait tandis que celle, bien plus sourde et pernicieuse, de l'eau de mer remplissant peu à peu ses poumons la terrorisait bien plus. Mourir noyée. Une fin tragique pour une femme pleine de vie ! Sa dernière pensée fut pour Bagger qu'elle adorait tant taquiner, juste avant qu'une ombre énorme ne la happe.



Les mousses un peu trop vaillants, ou trop bêtes, pour réaliser le danger de la situation furent exterminés avant même de le réaliser. Ceux, bien plus pragmatiques, qui avaient décidé de suivre les ordres s'échinaient toujours à maîtriser les pions les plus faibles, les assommant ou en restreignant leurs mouvements à l'aide de menottes aux bras et aux chevilles.


Avec mes excuses pour le retard, soucis IRL. Le post MJ arrive ce soir.



Fritz panique, comprenant que son adversaire est assez fort pour se défaire de son jus de cornichon spécial et qu'il continue à avancer ! Il parsème tout le trajet du même fluide et tente  de reculer le plus possible pour se cacher derrière des tonneaux. Une fois planqué, il sort un briquet et tend l'oreille pour repérer les bruits de sucions pour se repérer...

Bagger recule de quelques pas et écoute Zaka Li, avant de faire une contre proposition.

Loren se retrouve dans l'eau, les deux armes de Sairento fichés dans son corps, et avant qu'elle ne puisse bouger elle voit une énorme ombre grossir extrêmement vite autour d'elle et la happer.

Les mousses / matelots tentent toujours de maitriser les pions. Les trois "sauveteurs" de Kururu sont décé-décédés.



Bagger Alteinstein  (colonel) -  Niveau: 30
Gewutz Fritz (lieutenant) -  Niveau: 23
Loren Robrecht (commandant) - Niveau: 28
Revenir en haut Aller en bas
Maître-Jeu

avatar
Messages : 1417

Feuille de personnage
Niveau:
0/0  (0/0)
Expériences:
0/0  (0/0)
Berrys: 0 B

MessageSujet: Re: Le Roi et la Rose.   Jeu 13 Sep - 23:24


[/color]


Dagon Jim – Kisuke Sousuke


Cet homme allait être une plaie à combattre, Jim le sentait déjà. Son Haki de l'observation ne percevait qu'une seule et unique émotion : la soif de sang. Il soupira intérieurement en ressentant les intentions de son adversaire. S'il avait été en pleine possession de ses moyens, peut être aurait-il pu dévier la course des lames et esquiver l'attaque de Sairento dans le même mouvement, mais les affrontements précédents avaient prélevé leur dîme. D'expérience, il savait qu'il ne pourrait plus aider la marine, ou en tout cas pas sans perdre sa jambe... et ça n'en vallait pas le coup selon lui. En un battement de cil, l'artiste martial réagit pour contrer l'offensive de l'assassin. Tout en enfonçant son pied dans le corps de son adversaire, Jim contracta ses abdominaux et sa jambe d'appui pour gagner en stabilité. Il para les deux attaques au couteau grâce à ses deux gants en métal, dans le prolongement de son mouvement précédent avant de reculer d'un petit bond.


- Pas très loquace, hein ? Bah, pour ce que j'en ai à faire !


Se remettant en garde, Jim fit craquer ses articulations, son Haki pleinement déployé, prêt à recevoir la charge de son adversaire qui ne tarderait pas à venir, il en était totalement persuadé. Le chasseur de primes eut malgré tout un petit pincement au coeur en sentant la voix de Loren s'éteindre, happée par le monstre marin qui revenait à la charge au beau milieu de la tempête qui venait de s'abattre sur eux. Quelle journée de merde !



Sousuke avait tout d'abord souri en voyant la réaction de la femme cornue : elle avait plongé les deux pieds en plein dans le piège. Néanmoins, il surprit un mouvement trop vif pour lui qui lui fit ravaler son air guilleret : l'attaque de sa capitaine avait été contrée par la femme aux cheveux rouge, démontrant un clair potentiel de combat. L'épéiste serra les dents et, tandis qu'il pensait la femme démon distraite, voir désavantagée par son saut, poussa son assaut. Il vit vriller sa lame, cette dernière prit alors une trajectoire oblique pour revenir trancher l'air là où elle avait forcé la décima à sauter, un battement de coeur avant. C'est alors qu'une tornade prit de court tous les combattants.



Fuimi Nagisa  -  Aiba Kisumi


Paquerette enrageait. Alors qu'elle pensait prendre par surprise la décima, un détail qu'elle avait négligé manqua de la prendre par surprise : celle qu'elle prenait pour un pion sans cervelle avait réagi pour défendre sa coéquipière ! Son Haki de l'observation n'y avait rien changé : après le combat contre Léo, elle n'avait pas été en mesure de réagir à temps pour passer outre. Mais en aurait-elle seulement été capable en temps normal ? Son instinct lui disait que non. Soudain, une information capitale traversa l'esprit de la capitaine, le fluide lui annonçant un désastre en approche.


- Sousuke ! voulut-elle le prevenir. Attention !


Un rien trop tard.



De son coté, la musicienne avait bien fait avancer le navire, à la force des bras des mousses qui poussaient leur effort encore un peu plus, se relayant de leur mieux pour braver la tempête à présent ! Les vagues bousculaient le batiment naval, les vents fouettaient le visage et des trombes d'eau s'annonçaient à moins d'une demi encablure d'eux ! Le déluge s'accompagna bientot du grondement du tonnerre... Mais Kisumi resta inflexible :


- Du nerf ! Vous vous reposerez quand vous serez morts !


À force de grognements, l'équipage des Flower's Pirates avançait peu à peu vers le navire où se trouvait Kururu, dans l'espoir de la récupérer...



Lark John - Yato Shiruge


Que c'était bon de se défouler ! Yato avait pu se consacrer totalement à son adversaire cette fois-ci, le gratifiant d'un coup de poing frontal que ce dernier avait choisi d'encaisser en bloquant, une bien sage décision. Malgré tout, la différence de niveau lui avait fait traverser le plancher ! Mais le démon n'eut pas le temps de savourer sa victoire, il sentait la voix de son vaillant adversaire encore tenace, mais surtout celle du vieillard qui l'avait rejoins en train de fomenter un mauvais coup ! Alors que les multiples lames d'air fonçaient sur lui, le chasseur de primes s’apprêtait à contre attaquer lorsqu'une violente embardée lui fit perdre l'équilibre ! Il s'affala au beau milieu des lames d'air, n'ayant d'autre choix que de se protéger in extrémis avec ses bras et une très fine couche de Haki de l'armement posée à la va-vite et de manière inégale...


- Même pas mal ! hurla-t-il presque pour lui même.


Et pourtant, de multiples plaies clairsemaient ses vêtements et sa peau à présent. Rien qui ne pourraient attenter à sa vie, mais bien assez pour le mettre de mauvais poil ! Il concentra donc un peu plus son attention sur le vieillard, plein de ressentiment malgré ses bravades. D'ailleurs, grand émotif par nature, Yato ne put réprimer une larme de rage et un rictus mauvais. Ce vieillard aimait jouer avec l'air ? Parfait ! Soudain, une énorme aile rouge et noire surgit de son dos et, en une fraction de seconde, balaya l'espace devant lui d'un coup sec. La très violente bourrasque qui en résultat balaya tout sur son passage, en plus d'arracher une partie de la voilure du navire.


- Ah... oups, lacha Yato, tout penaud.



De son coté, John s'amusait bien plus ! Il avait enfin pu repérer et accoster la capitaine corsaire comme il se devait. Il admira le calme et la présence d'esprit de la jeune femme, raison pour laquelle il accueillit la remarque de Kururu d'un simple :


- Pertinent, pertinent... Et bien, remédions à cela.


Soudain, John se retrouva non loin de la mêlée entre les trois femmes et Sousuke. Avec un sourire coquin, il fit un clin d'oeil à Nagisa, avant de lancer une lame d'air tournoyante tout en passant son chemin :


- Clover Hurricane, lacha-t-il à mi voix.


Instantanément, une grand bourrasque repoussa tes quatre combattants loin de Kururu, tandis que John se frayait un chemin en sifflotant vers elle. Arrivé juste en face d'elle, il s'inclina d'une révérence maniérée et déclara d'une voix tout à fait calme au milieu de tout ce tumulte :


- Madame la capitaine corsaire, bien le bonjour ! Auriez vous besoin d'aide pour vous tirer de ce mauvais pas ?


Un sourire malicieux sur son visage, John n'en oubliait pourtant pas qu'il était sur un champ de bataille : il se tenait prêt à réagir en cas de besoin... ou en tout cas laisserait probablement sa chance légendaire agir.




Monstre marin


La murène savourait enfin le début de sa vengeance. Elle broyait la première victime dans ses puissantes mâchoires et l’entraînait dans les fonds pour le moment, mais reviendrait très bientôt à l'attaque de ces misérables vauriens !


La tempête gagnait encore en puissance. Bientôt, des éclairs strièrent le ciel et les vagues virent tanguer de plus en plus les hommes et les navires. Les voiles non rabattues se déchirèrent un peu plus sous les vents de plus en plus puissants, ralentissant d'autant les bateaux de guerre au coude à coude. Dans quelques instants, une pluie drue finirait de rendre chaotique toute la scène.


Ordre de passage: MJ CdP et Pirates - Kururu - Sairento - MJ Decimas - (PNJ alliance Rose) - MJ Marines.

Suite à des concertations HRP, Dante et Shura sont retirés du post event. Kururu peut les PNJser avec le compte alliance Rose si elle le souhaite.



"Flowers Pirates":
Fuimi Nagisa (prime: 31.000.000) -  Niveau: 30
Aiba Kisumi (prime: 19.000.000) -  Niveau: 24
Kisuke Sousuke (prime: 21.000.000) -  Niveau: 27


Duo de chasseurs de primes :
Lark John (prime : 90.000.000) - Niveau : 34
Dagon Jim (prime : 72.000.000) - Niveau : 30


Shiruge Yato (prime: 280.000.000) - Niveau : 41



Résumé :
Temps avant apocalypse : post numéro 5.


Sousuke tente autant que possible de dévier son épée d'une contorsion pour profiter malgré tout de l'ouverture de la décima. Nagisa sent le contre de Liarra venir, mais n'arrive pas à modifier sa trajectoire à temps.

Jim ne peut pas sauver Loren, cette dernière se fait transpercer par les lames puis happer par la murène géante. Il arrive néanmoins à kicker Sairento comme prévu et contrer ses lames à l'aide de ses gants en acier grâce à son Haki. Il se tient ensuite en garde, prêt à en découdre.

Kisumi manoeuvre de son mieux pour approcher le navire de Kururu.


Yato trébuche, encaisse l'attaque d'Aroh de son mieux, puis contre attaque d'une énorme bourrasque causée par une aile sortie tout droit de son dos sans crier gare !

John fait le con, puis tente de repousser les deux décimas et les deux pirates loin de Kururu avant de s'approcher d'elle pour discuter.

La tempête est sur vous ! Ça va commencer à franchement tanguer sur les navires. Les vagues montent. Les vents se durcissent, les éclairs arrivent. La pluie est là au prochain tour.
Revenir en haut Aller en bas
Kokoro Kururu
La Princesse de Coeurs
avatar
Messages : 972
Race : Humaine
Équipage : L'Alliance Rose

Feuille de personnage
Niveau:
35/75  (35/75)
Expériences:
142/250  (142/250)
Berrys: 31.795.001 B

MessageSujet: Re: Le Roi et la Rose.   Hier à 20:55




Lana ramena dans un premier temps Shura. Le dragon était le membre de l'Alliance Rose le plus facilement repérable. Tout le monde sur le navire lui sauta littéralement dessus. C'était un peu la panique à bords! Le Tsukimi était en pleine tempête. Après quelques instants, le navigateur donna ses consignes pour garder le bateau en un seul morceau. Surtout qu'une voile menaçait de se déchirer. Heureusement, certains matelots de l'équipage étaient d'anciens acrobates. Monter en hauteur sur une surface instable n'était pas si difficile pour eux. Le repli des voiles s'effectue rapidement une fois la tâche bien définie.

Pendant ce temps, la jolie brune était repartie chercher Dante. Le volcan avait pris quelques secondes de trop pour comprendre le signe de son amie. Résultat, les Flowers Pirates avaient fait leur apparition. Ce facteur en plus, avait fait hésiter le volcan. Sa capitaine s'était prise d'amitié avec ce groupe. Lana le tira presque de force vers le navire. Mais elle avait un argument de choix. Le jeune homme ne savait pas nager et la tempête se faisait de plus en plus forte. Si Kururu apprenait qu'il était resté sur ce bateau avec de très forte chance de couler et qu'il venait à sombrer dans l'eau sans que la rose ne sache venir l'aider… Alors, cela détruirait probablement la cheffe des roses. Cette dernière préférait rester aux mains ennemies plutôt que de perdre un ami proche par sa faute.

Pourtant, Dante ne pouvait rester les bras croisés. Alors qu'il venait de poser son pied sur le navire des Roses, il fixa le navire détenant la rose de son regard de braises. Une seconde plus tard, une boule de magma passa au niveau des coques pour finir sa course dans celle du second bateaux décimas. Personne n'emportera au loin sa capitaine. Il se fichait totalement des dégâts collatéraux. Surtout qu'il savait que Kururu finirait par s'en sortir d'une manière ou d'une autre.

Pendant ce temps, la cible de toutes les attentions était sur le bateau décima. Le blond inconnu approuva sa remarque. Du coup, il semblait décidé à rendre le terrain plus calme. L'homme fonça vers le premier bateau où se trouvait la femme cornue, son alliée qui venait également de bouger et...oh Nagisa et Sousuke! Kururu ne les avaient pas vus arrivé comme son attention avait été attirée par la discussion avec l'inconnu. Ce dernier tenta de repousser le groupe entier. Puis il salua dans les formes la capitaine corsaire avec une jolie révérence. La jeune femme lui sourit en réponse. Enfin quelqu'un de poli depuis les Flowers Pirates. C'était très agréable.

- Bonjour Monsieur. Av

Kururu aurait souhaité accepter son offre avec plaisir. La demoiselle avait des choses plus importe à faire que de rester ici. De plus ses amis étaient retournés sur le navire. Ils lui faisaient confiance pour monter à bords et elle ne comptait pas les décevoir. Un barbecue les attendait… Bon après la tempête qui faisait rage par contre. Malheureusement, la rose ne réussit pas à finir sa phrase. Un choc violent sur le navire, la pluie qui s'intensifie de plus en plus chaque seconde, les vagues de plus en plus grosses qui faisaient tanguer l'embarcation… Tous ces facteurs combinés étaient beaucoup trop forts pour le peu d'équilibre de la jeune femme. Sur un mouvement trop brusque du navire décima, elle tomba, tout simplement. Elle essaya de se rattraper en vain. Sa main glissa et elle manquait cruellement de force. A part une grimace et l'impression que son bras allait se décrocher, sa tentative n'eut aucun effet. La cheffe de l'alliance Rose n'avait pas vraiment eu de chance ou alors celle-ci n'était pas encore visible. Sa chute l'amenait droit vers l'océan.




J'ai inclus tous les pnjs dans mon poste par facilité, Shura et Dante inclus (surtout qu'ils n'étaient apparut depuis longtemps.

Donc :

Shura est ramené au navire et il coordonne les matelots pour la survie du bateau

Dante aussi est ramené au navire. Avant d'y monter totalement, il envoi une boule de magma pour cramer la coque du navire sur lequel se trouve Kururu.

Bulle attend que quelqu'un tombe à l'eau en dessous des bateaux pour le récupérer et retourner directement avec vers le Tsukimi.

Kururu veut saluer Lark John (même si elle est probablement la seule à ne pas le connaitre), mais elle perd l'équilibre à cause du climat et si ça touche la boule de magma de Dante. Sa blessure est trop importante pour se rattraper. Elle tombe entre les deux bateaux, vers l'eau. Allez-y battez-vous pour attraper Kururu sinon c'est Bulle qui l'aura Smile

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Le Roi et la Rose.   

Revenir en haut Aller en bas
 

Le Roi et la Rose.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

 Sujets similaires

-
» Oscar et la dame Rose
» La fête de la rose à Chaalis
» Rose gage d'amour éternelle et des lys gage de tendresse [Viktor]
» Rose Ecarlate - Forum RPG hentaï [pour public averti]
» Le labyrinthe de la Panthère Rose

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
One Piece Seken :: Le monde de One Piece :: Seas Blues :: South Blue-