Partagez | 
 

 Forger son histoire. [PV Shiki]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
PNJ [Civils]

avatar
Messages : 98

MessageSujet: Forger son histoire. [PV Shiki]   Dim 2 Juil - 17:11







Chishiki Gaihakuna

Les récents événements n'avaient pas été de tout repos. Organiser un tournoi de cette envergure était déjà une charge considérable, aussi bien au niveau de la gestion des participants que de l'élaboration des gains, de l'arène et de ses différentes versions. Cela était sans compter l'attaque qui avait eu lieu par la suite : si le vieil homme n'était pas né de la dernière pluie, il n'en restait pas moins que le comportement dont avaient fait preuve ces forbans était intolérable. Un tel coup dans le dos... fort heureusement pour lui, la nouvelle génération regorgeait de personnages hauts en couleur. Des jeunes pousses prêtes à éclore pour porter au travers des mers des valeurs morales qu'il considérait comme étant essentielles. Le capitaine Nixon arrêté, le calme était revenu et le tournoi s'était soldé par la victoire de Doku, une cornue aux pouvoirs particuliers. La compétition laissait l'ancien épéiste satisfait de son oeuvre : il avait trouvé ce qu'il cherchait.

Terminant de tailler au millimètre prêt l'arbre bonsaï qui reposait sur la table basse en face de lui, cela à l'aide de ciseaux à la fois élégants et simples, il redressa la tête vers les portes coulissantes qui menaient à cette pièce. D'un style purement japonais, ce Dojo qui était également sa demeure n'avait pas accueilli d'élève depuis longtemps. Néanmoins, cela n'avait en rien émoussé les sens de l'ancêtre. Il se redressa, poussa délicatement le pot accueillant l’arbuste sur le côté, et attendit patiemment que les quelques coups mesurés sur la paroi n'arrivent à ses oreilles. Ce qui fut le cas bien rapidement.




Kizuna

- Oui ?
- Gaihakuna-sama, l'homme que vous vouliez voir est arrivé. Pouvons nous entrer ?
- Je t'en prie, Kizuna-kun.

Les portes glissèrent dans un bruit timoré de chaque côté, laissant apparaître une belle jeune femme au teint pâle et aux cheveux d'un noir corbeau intense. Ses traits fins et naturels dégageaient une certaine retenue, une certaine discrétion humble, sans pour autant renvoyer à la moindre fragilité. Dans son dos se trouvait le jeune homme que le sabreur avait voulu rencontrer : Shiki M. Eiki, arrivé en deuxième position du tournoi. En plus d'utiliser une technique spécifique, ce dernier se battait avec conviction et force d'esprit. Son bras valeureux et son mental intègre étaient les raisons principales de sa présence. Le lorgnant d'un œil qui ne trahissait qu'un calme sans faille, le vieil homme entama la discussion.

- Bienvenue et merci d'être venu. Installe toi.

Sur ces mots, il pointa de sa main ouverte, paume vers le plafond, la place libre devant la table basse à laquelle il était assis en tailleur à même le sol. Il était temps pour lui de jauger avec un peu plus de profondeur cet élément brillant de la jeunesse nouvelle. Peut-être que sa quête prendrait un nouveau tournant en ce jour.




Le vieil homme t'a donc convoqué, quelques temps après le tournoi, pendant que tu te reposais de ce dernier. Tu n'as pas vraiment eu plus d'explication que cela. Son domaine se situe dans les hauteurs de l'île, sur un plateau dans les montagnes. L'ascension, si tu veux la détailler, n'est pas très dure mais un peu longues : un grand escalier taillé dans la roche conduit à sa demeure. Kizuna t'a accueilli à ton arrivée pour te mener jusqu'à la salle où tu rencontres Chishiki.
Revenir en haut Aller en bas
Shiki M. Eiki
Capitaine de division
avatar
Messages : 216
Race : Humain
Équipage : Inquisition

Feuille de personnage
Niveau:
26/75  (26/75)
Expériences:
121/200  (121/200)
Berrys: 600.000 B

MessageSujet: Re: Forger son histoire. [PV Shiki]   Dim 2 Juil - 18:12

  • Shiki
  • Pnj Civil
Great honor


Quel allait être mon avenir ? Quand je levais les yeux vers le ciel, c’est la question que je me posais. Qu’il fasse nuit, jour, qu’il pleuve ou qu’il vente, qu’il fasse beau ou qu’il y ait de l’orage, cette question existentielle revenait sans cesse.. Selon mon humeur, il m’arrivait parfois d’ajouter quelques questions à cette question, rendant chaque fois plus chaotique ma réflexion. La réponse était évidente : je ne savais pas.
Certaines personnes pensent que tout est écrit à l’avance, mais moi, je n’en fais pas partit. L’avenir ne peut pas être décidé à l’avance, sans quoi, la vie n’a plus aucun sens réel. Quelle utilité qu’être l’acteur d’une pièce dont on connait déjà la fin ? À mes yeux, il est tellement plus beau de se dire que chacun a son propre rôle. Important ou non, il est mieux de pouvoir se dire qu’on peut grimper ou descendre en terme d’importance dans cette histoire. Quand bien même devenir un héros est une sorte de fantasme, un rêve que je ne suis pas sûr d’atteindre, qui sait si au final, ce job ne sera pas celui de ma descendance ? Ces petites pensées me faisaient moins culpabiliser sur le fait de ne pouvoir avoir une réponse précise à ma première question. Au final, quand je me demandais quel était mon avenir, après la tempête de pensées qui s’entrechoquent vient le vide absolu. Après la tornade vient le calme.

Tout était aller très vite. En effet, il y a quelques jours de ça, je m’apprêtais à partir. Après tout, mon séjour ici s’était terminé en beauté avec ce tournoi, mais je n’avais plus de raisons valables de rester. Mes amis et ex-compagnons n’étaient plus là, que ce soit Doku ou Koka’ ou les autres. Et le vent me susurrait de reprendre mon chemin, en quête d’aventure, de raisons de me battre et d’écrire quelques lignes en plus à mon récit qui sera - ou pas - légendaire. Mais, voilà qu’un revirement du destin m’avait frappé. En effet,alors que je comptais prendre congé de cette île, j’avais eu une requête me disant d’aller sur le domaine de l’organisateur de l’île.Au départ, bien sûr que j’avais pensé à une blague, mais quand j’avais eu la preuve qu’il ne s’agissait pas d’une supercherie, j’en avais eu les bras qui me sont tombés... Pourquoi ? Bien des choses se passaient dans ma tête, mais comment refuser une telle offre ? Qu’allait-il me demander ? Peut-être est-ce une simple rencontre qu’il désire, mais je comptais bien honorer sa demande et c’est favorablement que je répondu à l’appel.

Habillé chaudement pour palier au froid qui mordait la peau de quiconque n’était pas assez protégé, je me dirigeais alors vers la direction qu’on m’avais dite oralement. Traversant le village et me dirigeant vers cet endroit j’étais sûr de moi en faisant face à cet escalier de pierre. Ce paysage ressemblait énormément à certaines zone de l’île de Wa No Kuni et cet état de fait me rendit plus mélancolique que jamais. Effleurant avec la main le manche de mon épée principale dans le dos, comment ne pas penser à ma famille ? Instantanément, la nostalgie retomba pour laisser place à un peu de tristesse que je m’empressais d’enfouir en moi. Je ne devais pas penser à “ ça “, mais bel et bien avancer.
Gravissant les marches unes à unes, j’arrivais alors à la demeure de l’homme. Une sorte de dojo à la taille importante prouvant qu’il s’agissait bien d’un lieu de vivre. Impressionné, je resta sans voix pendant bien quelques secondes avant de me décider à avancer et me présenter à une personne qui semblait attendre. Cette femme me montra où aller et je pris soin de retirer mes chaussures pour ne pas salir le parquet des plus propres à mes yeux. Aussi étrange cela soit-il, je me sentais dans mon élément.

Avançant dans ce qui pouvait être imaginé comme un temple de l’épée, je retins mon souffle quand la guide fit glisser une porte pour entrer quand l’homme nous en avait donner l’occasion. Humblement, je m’abaissais pour ne pas me prendre la tête et j’avançais à pas lent. Arrivant face à la table, je m’inclinais alors pour laisser ma voix se faire entendre.

“ Je vous remercie de votre invitation, j’en suis grandement honoré. “

Trop formel ? Cela se ressens dans le style de combat que j’avais montrer lors de ce tournoi : droit et juste. Parfois, quelques touches de folies venait l’agrémenter, mais dans l’ensemble, une grande politesse affirmait que moi aussi je l’étais. L’épée fait le sabreur mais le sabreur fait surtout l’épée comme on dit.
Tandis que le vieil homme était en tailleur, pour ma part, je me mis sur les genoux. Posant mes mains sur mes cuisses, j’attendais qu’il prenne la parole, ne sachant la réelle raison de ma venue. Une simple envie de boire le thé et discuter ? L’idée était tout aussi plaisante, mais étrangement, au fond de moi, j’avais l’envie qu’il m’apprenne quelque chose. Après tout, il est un ancien épéiste non ? Retenant l’envie brûlante que de poser la question, je fixais ses yeux d’une couleur chocolat, allant presque au rouge selon la lueur de l’astre solaire. Il n’était peut-être pas le père du maître de l’île de Wa’, mais son âge le rendait tout aussi charismatique. À moins que ce soit mon côté respectueux des vieux hommes ? Allez savoir.
Revenir en haut Aller en bas
PNJ [Civils]

avatar
Messages : 98

MessageSujet: Re: Forger son histoire. [PV Shiki]   Lun 3 Juil - 11:16







Chishiki Gaihakuna & Kizuna

Humilité, patience et respect. Trois traits de caractère qui ressortaient indéniablement dans le lot des qualités en ce qui concernait le vieux maitre de l'épée. Ces notions, tout sabreur se devait de les intégrer et de les manier avec autant d'efficacité, si ce n'était plus, que sa propre lame. L'arrogance, la précipitation et l'irrévérence étaient des fléaux solides et tenaces, capables de créer des failles dans les techniques les plus aiguisées, dans les armures les mieux polies. Il avait de nombreuses fois vu la mort faucher un homme parce qu'il s'était pensé hors de son atteinte, de nombreuses fois il avait assisté à la destruction prématurée d'une vie, d'un avenir. Le jeune homme qui lui faisait face semblait manier ces éléments de façon naturelle. Les avait-il réellement intégrés ? En d'autres temps, le doute aurait sans doute subsisté, mais ce qu'il avait vu lors du tournoi ne le trompait guère : les actes de son jeune homologue ne portaient guère ombrage à sa parole.

- Du chocolat chaud ?

Si le jeune homme acceptait, son aîné ferait un signe à la demoiselle, l'invitant à poser deux tasses sur la petite table basse avant de les remplir délicatement du fameux breuvage sucré. Pour sa part, le Gaihakuna en était un consommateur régulier. Si toutefois Shiki refusait, il n'en prendrait pas offense et se contenterait de continuer la conversation.

- Je désirais faire ta connaissance suite à ta participation au tournoi.

Il porta tranquillement sa tasse, encore fumante, à ses lèvres. Dans un bruit discret, il sirota une petite gorgée de la boisson phare de Glaglapolis avant de fermer les yeux, reposant le récipient avant de croiser les bras.

- Néanmoins, c'est la moindre des politesses que de se présenter en premier lieu. Je suis Chishiki Gaihakuna, épéiste et protecteur de l'île. Il est possible que tu ais déjà entendu les habitants parler de moi sous les termes de "Tranche-Lune". Enchanté de te recontrer.

Cette dernière phrase résonna avec une certaine placidité et sans la moindre trace d'ego. Si les civils de l'île s'accordaient à lui prêter une gloire certaine - dont, objectivement, il ne déméritait pas -, il restait pour sa part peu attaché aux sobriquets et autres surnoms. La raison pour laquelle il était ainsi nommé restait pour l'heure un mystère, mais comme toute légende a sa base, cette appellation tirait sans doute ses racines d'une histoire véridique plus ou moins déformée par ceux qui en avaient été témoins. Après quelques secondes de silence, le vieil homme reprit la parole.

- J'ai autrefois parcouru le monde afin de prêter mon épée là où elle était demandée, tout en suivant les préceptes fondamentaux du Kendo. Le temps passant, j'ai finalement posé bagage sur cette belle île, afin d'en assurer la sécurité et d'y transmettre mon savoir.

Malgré sa dernière affirmation, le Dojo restait terriblement vide et chaque silence émit par l'ancien mettait en exergue l'absence de sons aux alentours. Était-ce une période de creux ? Refusait-il désormais de prendre des élèves ? De nombreuses questions pouvaient être tirées de cet état de fait, mais une chose était sûre : l'activité actuelle était très lointaine de ce qu'elle avait pu être à son apogée. Autres temps, autres mesures, sans doute.

- Jeune homme, si tu l'acceptes, j'aimerais connaitre ton histoire. Qui es-tu et d'où viens tu ?


Revenir en haut Aller en bas
Shiki M. Eiki
Capitaine de division
avatar
Messages : 216
Race : Humain
Équipage : Inquisition

Feuille de personnage
Niveau:
26/75  (26/75)
Expériences:
121/200  (121/200)
Berrys: 600.000 B

MessageSujet: Re: Forger son histoire. [PV Shiki]   Lun 3 Juil - 15:34

  • Shiki
  • Pnj Civil
Great honor


Ainsi face à cet homme, je me demandais ce qui allait se passer. Le fixant sans trop insister, j’admirais la pièce sobre. La lumière circulait naturellement dedans et s’était très reposant. En soit, on peut dire que cet endroit le représentait, lui comme la plupart des “ vrais “ épéistes. Droits, simples et justes. Un fin sourire s’étirait le long de mes lippes en ayant une petite pensée pour moi.
Je revins à moi quand ses paroles atteignaient mes mirettes. Un chocolat chaud ? Celui de l’île était réputé, alors comment dire non ? Certes, dans ce genre d’endroit j’aurais plus vu un bon thé, mais la spécialité étant le chocolat chaud et non le breuvage classique qu’est le thé, je me pliais à cela sans rechigner, nullement dérangé.

“ Avec grand plaisir, la gourmandise est un vilain défaut, mais je dois avouer que ce breuvage ici est une vraie merveille. “

Rougissant face à mes dires un peu trop personnels, je me grattais doucement la nuque. Les tasses arrivaient et je ne tardais pas à souffler sur la mienne pour alors porter le nectar marron à mes lèvres. Le goût de celui que j’avais goûté tantôt était succulent, mais celui-ci dépassait toutes mes espérances. L’équilibre était parfait entre le côté amer du chocolat et le sucré qui l’accompagnait. Idem pour la chaleur qui permettait aux arômes de s’exprimer avec intensité. Bref, mon sourire ne faisait que s’intensifier, traduisant une joie sans limite rien qu’en profitant de ce petit truc pourtant si simple en un sens.

“ C’est un délice. Pardonnez ma blague... Mais je pense que quitte à voler, ces brigands auraient mieux fait de voler votre recette du chocolat chaud, plutôt que l'argent du tournoi. “

Le remerciant via une petite courbette, je le laissais donc m’annoncer le pourquoi de ma présence. Ainsi donc, il voulait faire ma connaissance ? J’en étais honoré plus que jamais et continuais de sourire.
Avec un sérieux des plus intrigant, il se présentait à moi me donnant envie de lui poser mille questions et pour cause, son surnom avait de quoi attirer l’attention. Tranche-lune ? J’avais entendu des murmures à son sujet, mais jamais je n’aurais imaginé qu’il s’agissait de lui. Écarquillant les yeux, je montrais clairement que j’étais impressionné et non stoïque. Alors quelle apothéose quand celui-ci me demanda de me présenter à mon tour. S’intéresse-t-il vraiment à un simple jeunot comme moi ? Cela avait de quoi choquer et je vins à cligner plusieurs fois des yeux avant de réaliser la situation. Prenant une grande respiration, je reposais ma tasse à moitié vide.

“ Je n’ai pas grand chose d’intéressant à raconter vous savez... Mon histoire ne fait que commencer en un sens. “

Souriant de façon mélancolique, comment ne pas penser à mes petits débuts avec ce petit tournoi aux conséquences pourtant si importantes pour moi ? Après un silence des plus apaisant, je me décidais malgré tout à faire part de ma vie qui ne faisait que commencer si l’on compare avec lui.

“ J’ai vu le jour sur l’île du Nouveau Monde qu’est Wa No Kuni. Sans doute que cela va vous mettre le puce à l’oreille, mais aussi chanceux sois-je... Je n’avais pas prévu de devenir épéiste au grand dam de mon père. Je suis le fils de Sakura Sakumoto et Hanata Eiki. C’est ce dernier qui a tenté de me mettre dans le bain, puisque les hommes dans la famille étaient samouraïs de père en fils. Mais disons que moi... j’avais d’autres préoccupations à l’époque. La chasse, la survie en milieu naturel ainsi que l’art était ma passion et l’est toujours. Malheureusement, ma mère ne disait rien à ce sujet, mais mon père n’aimait pas vraiment que je prenne ce pas, plutôt que celui qu’il avait voulu me tracer.
Avec le temps, il alla jusqu’à me renier et c’est donc en partie pour ça, plus mon envie de liberté qui me fit partir de l’île, devenant un voyageur à la recherche de soit.
J’ai donc commencer un long périple depuis quelques années pour me faire une idée du monde. “


Est-ce tout ? Et comment en suis-je venu à porter mes épées allait-il sans doute me dire ? Attendant qu’il affiche le genre de regard qui annonce la demande, je ne lui laissais guère ce temps, dévoilant certains de mes secrets, simplement pour me dévoiler et non me faire plaindre.

“ Durant mon voyage, j’espérais avoir l’envie de revenir à mon île natale et rendre fier mon père, mais j’avoue que l’idée m’a été un peu retiré de la tête suite à des incidents récents sur l’île et leurs conséquences, dont la mort de mon père. “

Tenant fébrilement du bout des doigts un des manches de mes trois lames, pas besoin de mots pour lui laisser deviner la suite. Finalement, ma voie de l’épée est une sorte de pensée perpétuelle envers mon père. Histoire touchante ? Je n’avais pas d’avis là dessus, me contentant de parfois conter l’histoire mais ne jamais demander d’avis. Reprenant possession de mes moyens, je revenais à moi quittant mes lames pour alors terminer mon chocolat tiédit et regarder l’homme. Que pensait-il de l’homme en face de lui désormais ? Est-ce que l’histoire colle avec le personnage ? Ravalant ma salive, je me laissais alors à quelques questions qui me brûlaient les lèvres.

“ Sans vouloir changer de sujet, loin de moi cette idée... Pourquoi ‘ tranche-lune ‘ ? On m’a toujours dit que derrière les surnoms, les comparaisons, il y a des histoires ou de simples anecdotes. Serait-il possible d’entendre la votre si ce n’est pas profité de votre présence Gaihakuna-Sama. “

Le fixant, je me demandais bien ce qu’il allait me dire. Déjà sur mon histoire s’il avait un commentaire à faire puis enfin sur sa propre histoire. Un échange de bon procédés en quelque sorte.
Revenir en haut Aller en bas
PNJ [Civils]

avatar
Messages : 98

MessageSujet: Re: Forger son histoire. [PV Shiki]   Lun 24 Juil - 15:40







Chishiki Gaihakuna & Kizuna

L'ancien écouta attentivement le plus jeune, sans esquisser le moindre geste. Il l'écoutait et buvait ses paroles, désireux de connaitre les racines de ce jeune homme qui lui avait semblé si prometteur lors du tournoi, doté d'une certaine grandeur d'âme et du maniement du fer qui convenait pour porter ses convictions envers les plus violents de ses détracteurs. Un héritier de Wa no Kuni... la patrie. Cela lui manquait, mais il avait mieux à faire que de retourner à ses propres origines. Il faisait bien plus de bien en restant ici qu'en voguant ailleurs : de cela, il était convaincu depuis bien longtemps. Finalement, il s'inclina légèrement dans un geste maitrisé avant de reprendre la parole, une fois la prise de parole de son jeune interlocuteur terminée.

- Mes condoléances pour ta perte. Malgré les désaccords, ceux qui nous sont proches restent à jamais une partie de nous-même...

Son regard se perdit dans son breuvage quelques instants, puis il en reprit une nouvelle gorgée avant de fixer à nouveau Shiki droit dans les yeux. L'instant de trouble qui était lisible une fraction de secondes plus tôt dans ses vieilles iris avait désormais disparu : le visage parcheminé de l'ancien sabreur était redevenu imperméable à tout déséquilibre, retrouvant la paix et la sérénité qui le caractérisaient habituellement.

- Ta démarche n'a rien de déplacé, ne t'en fais pas. Néanmoins, c'est un fait que tu apprendras sans doute en temps voulu... car il est vrai que ce titre que l'on me donne n'est pas qu'une invention.

Son refus était tempéré par la possibilité de le voir devenir une approbation, tout autant que par le ton apaisant qu'il avait employé pour le formuler. Ce jeune bretteur avait finalement bien une faille, simple et commune : la curiosité que l'on pouvait développer alors même que le corps et l'esprit se développaient encore, l'ardente curiosité de la jeunesse. Ses interrogations trouveraient des réponses, mais pour l'heure, il n'en était qu'aux prémices de ce que son histoire pouvait lui réserver. Peut-être auraient-ils l'occasion de l'écrire ensemble ?

- Tu parlais des voleurs. Qu'as-tu ressenti lorsqu'ils sont passés à l'acte ? Vindicte ? Rétribution ?

Il était facile de s'offusquer. D'être outré devant une situation injuste. Enfant, adolescent, adulte ou ancien, la vilénie pouvait tous les toucher. Témoin d'une action malfaisante, il était facile de dégainer l'épée et de céder à des pulsions revanchardes ou même à une colère que beaucoup auraient qualifiée de juste. Néanmoins, les finalistes de son tournoi lui avaient semblé... différents, sur ce point. Un certain recul qui l'avait impressionné.

- Toi qui me demandait de relâcher l'ours, l'as-tu fait par pitié ?

Il pensait avoir assez bien cerné son jeune homologue pour affirmer ceci : ses deux phrases trouveraient une réponse négative et légèrement plus complexe que les analyses brutes qu'il venait d'offrir. Néanmoins, il n'était pas infaillible... mais si ce garçon était bien celui qu'il pensait, alors ils pourraient passer à l'étape supérieure.

Revenir en haut Aller en bas
Shiki M. Eiki
Capitaine de division
avatar
Messages : 216
Race : Humain
Équipage : Inquisition

Feuille de personnage
Niveau:
26/75  (26/75)
Expériences:
121/200  (121/200)
Berrys: 600.000 B

MessageSujet: Re: Forger son histoire. [PV Shiki]   Mar 25 Juil - 3:07

  • Shiki
  • Pnj Civil
Great honor


L’écoutant répondre à mes paroles, je le remerciais d’un simple regard. Il semblait aussi attentif que moi aux plus simples détails, une vieille personne des plus honorables me disais-je. Pour sûr, s’il était encore plus âgé, je n’aurais aucune honte à le surnommer “ grand-père”. Ses dires étaient sages et pour cause, mon père m’avait toujours dit cela. Les choses que l’on perd quand on y tient ne sont jamais vraiment perdues et désormais, ces paroles avaient un réel sens. Quand je prends mon katana, c’est clairement mon père qui m’épaule et non simplement mon instinct. Je l’imagine me conseiller, me guider, m’évaluer. Tant de choses en un simple mouvement ou toucher.

Par la suite, il me donna l’eau à la bouche en m’apprenant que les rumeurs ne sont pas que des rumeurs. Une part de vérité sous entendait-il ? Mes yeux avaient presque des étoiles en eux tant ce genre de révélations m’impressionnaient. Pourquoi le tranche lune ? Aurait-il déjà tranché une partie de celle-ci ? Donner cette impression ? Usait-il de cette dernière pour effectuer des attaques meurtrières ? C’est si... Cool ?

Puis nous en venions à des sujets plus sérieux. Il me demandait mon avis sur les choses qui se sont passées. Qu’avais-je ressentis face à l’acte de vol des vilains de la dernière fois ? Est-ce un test ? Quoi qu’il en soit, je devins immédiatement pensif, touchant le manche de mon arme comme si cette dernière pourrait me souffler la réponse que je devais dire. La réalité était que je me remémorais l’instant pour que ma réponse soit aussi réelle que juste. Après m’être gratté le menton, ma voix se fit entendre.

“ Un mélange classique... De la colère, comme tout le monde je pense. Cependant, la suite a été naturelle. Pourquoi avoir agis ? Par vengeance ? Pour leur faire payer ? Pour me faire mousser ? Non... Rien de tout ça. “

La vérité était si difficile à exprimer. C’est un sentiment qui vous prends aux tripes. Mes mots allaient sans doute l’étonner me disais-je.

“ Je ne sais pas... J’ai agis de moi même en pensant bien faire. Cela me paressais naturel d’empêcher ces gens de mal faire. Ils avaient peut-être des motivations louables selon le point de vue, mais la méthode n’était pas la bonne... C’est pourquoi dans le doute j’ai préférer les arrêter plutôt que laisser passer cet acte. “

Au final, je ne traitais pas vraiment ces voleurs de méchants voleurs. Je remettais juste en doute leurs motivations et laissais clairement planer la possibilité de leur pardonner. Car le pardon, tout le monde devrait y avoir droit. J’en étais convaincu. S’en suivit d’une autre question qui complétait l’ancienne. Souriant de façon neutre, je me mis à expliquer ma demande.

“ ... Est-ce qu’un voleur est forcément malveillant ? Je suis convaincu que non.. Parfois, on fait des choses à cause de la nécessité. Un exemple un peu extrême est un meurtrier. Certains ne tue pas par plaisir, mais car ils ont un besoin de s’en sortir, seulement, parfois ça dérape. Mais est-ce que dans ce cas, la personne est forcément machiavélique ?
C’est le même raisonnement pour l’ours. Finalement, mon instinct me disait qu’il était juste sur une mauvaise pente, poussé à agir à cause de mauvaises personnes, influencé. Puis, d’une certaine façon, je ressentais cette sorte de douleur, sans doute est-ce à force de côtoyer des animaux... “


Repensant à la bête que j’avais demander de libérer, je poussais un léger soupire.

“ J’espère juste que sa sauvagerie n’est plus irréversible. Que les mauvais actes de ses soit disant maîtres ne l’auront pas corrompu jusqu’à la moelle. “

Soupirant en douceur, je terminais ma tasse pour alors regarder l’homme et lui poser une question en un sens assez crucial.

“ ... Leur en voulez-vous ? “
Revenir en haut Aller en bas
PNJ [Civils]

avatar
Messages : 98

MessageSujet: Re: Forger son histoire. [PV Shiki]   Mer 2 Aoû - 11:59







Chishiki Gaihakuna & Kizuna

Comme il s'y attendait, le jeune homme lui faisant face lui exprima un point de vue contraire à ce qu'il avait tenté de tirer de lui par ses questions largement orientées. Bien. Le sabreur en herbe étaya son propos de façon cohérente et concise. Ainsi, il savait voir au travers de ses émotions, percer le voile réactionnaire de la nature humaine pour aller chercher la repentance et le pardon là où on les pensait usuellement impossibles. Cette générosité était un don rare qu'il se devrait de cultiver, d'autant plus si il voulait suivre la voie du sabre avec toute l'assiduité et le sérieux que cela impliquait. Car avant d'être des guerriers, les épéistes étaient également des hommes... portant tous les fardeaux que cela devait impliquer. À ceci près que ceux qui se réclamaient du bushido devaient apprendre à tempérer leurs désirs et leurs envies pour quelque chose de plus grand, pour un idéal. Car si les corps pouvaient être transpercés, si le sang pouvait être versé, les idées étaient pour leur part à l'épreuve des lames.

- L'animal primaire en moi te répondra que oui. L'homme raisonnable, lui, est au delà de ce genre de considération. Mon devoir m'enjoignait à défendre cette île et je m'en suis acquitté.

Une réponse franche et directe. Il aurait été mentir que de prétendre à une réaction neutre vis à vis de l'acte de ces malfrats : quelques furent leurs raisons, ils avaient mis en danger la population, manqué de gâcher le tournoi qui avait réuni tant de gens dans la joie et la bonne humeur, et manqué profondément de respect à tous ceux auxquels ils avaient causé du tort. En ces circonstances, ressentir de la rancœur n'était qu'un mécanisme logique : mais il avait depuis longtemps appris à maîtriser ses sentiments et à prendre du recul. Le fait que ce jeune homme en fut déjà capable était un très bon point pour la suite.

- Les émotions sont des armes à double tranchant. La passion renforce la concentration. L'amour tire le corps au delà de ses limites. La colère et la vengeance enhardissent la lame... néanmoins, il est n'y a pas de finalité à être plus concentré, plus endurant ou plus fort lorsqu'on se bat pour une cause que l'on ne devrait pas défendre.

Sur ces mots, il termina son chocolat chaud et se leva, faisant un signe à la plantureuse femme à la peau pâle qui était silencieusement restée dans un coin de la pièce durant la discussion. Cette dernière vint récupérer sa tasse avec délicatesse alors que le Gahakuna, lui, observa Shiki.

- Suis moi, s'il te plait.

Sur ces mots, il tira les deux volets de la paroi lui faisant face, dévoilant une large cours intérieure. En s'y engageant à sa suite, le jeune M. Eiki ne manquerait pas de pouvoir en apprécier la beauté : malgré la fraicheur hivernale, de nombreuses plantes subsistaient là, sans doute par le fruit de soins constants et prodigieux. Des spirales florales agrémentaient le large rectangle formant la cours de coloris diverses. Au sol, des dalles de pierre semblables à de larges galets polis sophistiquaient le chemin sans pour autant le dénaturer. Certains arbres aux couleurs chaleureuses lâchaient sporadiquement certaines de leurs feuilles dans le vent timoré, donnant une apparence de rêve éveillé à l'ensemble. Le bruit apaisant d'un cours d'eau caressait toutes les oreilles, tandis que son origine traversait en son centre l'endroit, surmonté par un petit ponton de bois rustique mais solide. Néanmoins, certains grands espaces étaient visibles : des espaces dans lesquels autrefois, de nombreux aspirants à la voie du sabre venaient s'entraîner. Chishiki s'arrêta dans l'un d'eux, à plusieurs mètres de son invité.

- Cet endroit a vu de nombreux affrontements. Des échecs, des victoires. L'abandon et la ténacité. À l'instant où nous parlons, certaines lames dont le maniement a été perfectionné en ces lieux défendent sans doute ce en quoi nous croyons.

Le vieil homme marqua une pause, son regard se perdant sur l'un des pétales en train de chuter fatalement jusqu'à l'herbe fraiche. Cela faisait si longtemps... il croyait que son tour était définitivement passé, mais il aurait sans aucun doute l'occasion de transmettre ses idéaux et son savoir une dernière fois. Peut-être qu'ainsi il ne terminerait pas sur un échec... et qui sait ? Un jour, peut-être, leurs destins se croiseraient et il parviendrait à le changer.

- J'apprécie ta façon de penser, ainsi que ta dévotion à tes principes. Tu manies ta lame avec droiture et tu sembles savoir tempérer l'ardeur de ton cœur. Tu as également l'air d'être doué avec une épée. Néanmoins, il est une chose tacitement admise entre les épéistes de tout horizon. Tu ne connais jamais mieux un homme... qu'une fois que tu as croisé le fer avec lui.

Sur ces mots, il écarta la partie inférieure de son kimono, finement travaillé, dévoilant le fourreau pas moins détaillé de sa propre lame. Se saisissant de la poignée, il dégaina avec calme et patience avant de se mettre en garde face au jeune homme lui faisant face.

- Prépare toi, Shiki M. Eiki. Lorsque ce pétale touchera le sol, nous serons adversaires.

Au même instant, le pétale qu'il observait un peu plus tôt passa devant le visage des deux hommes, s'interposant entre leurs regards entremêlés. Au moment où il toucherait le sol froid, l'ancien s'avancerait d'un seul et unique pas, mais il laisserait au jeune homme l'initiative de l'offensive. Il cherchait avant tout à le jauger de lui même. De cette façon, il aurait une idée bien plus précise de ses capacités et de la motivation qui le poussait à brandir son arme qu'en l'observant depuis le confort d'un gradin.

Finalement, le pétale termina sa chute.

Revenir en haut Aller en bas
Shiki M. Eiki
Capitaine de division
avatar
Messages : 216
Race : Humain
Équipage : Inquisition

Feuille de personnage
Niveau:
26/75  (26/75)
Expériences:
121/200  (121/200)
Berrys: 600.000 B

MessageSujet: Re: Forger son histoire. [PV Shiki]   Jeu 3 Aoû - 2:15

  • Shiki
  • Pnj Civil
Great honor


Donnant mes réponse à l’organisateur du tournois, je le regardais boire mes paroles respectueusement. À aucun moment il ne semblait vouloir bailler, détourner les yeux ou autre. Sa sincérité naturelle et qui se ressentait me faisait chaud au coeur et c’est ainsi que je me dévoilais comme il me le demandait. Qu’elle allait être la suite ? Je le verrais bien, mais pour l’heure,il répondit à ma question. Comme imaginé, il me fit part de deux réponses. L’une étant celle liée aux émotions les plus classiques et celle liée à ses émotions contrôlées. Des dires bien sage venant d’un homme comme lui était d’une banalité des plus admirable me disais-je. Cet interlocuteur m’intriguait au plus haut point et en un sens cela me rassure de voir que des gens sont encore bon tout entier. Le coeur, l’âme... Tout semble pur chez lui, malgré ses possibles fantômes qu’il cache, tout comme moi, tout comme tout être humain qui se respecte.

Une tirade me fit tilter et me laissait rêveur : La passion renforce la concentration. L'amour tire le corps au delà de ses limites. La colère et la vengeance enhardissent la lame.Au final, en prenant en compte ses dires, quand j’y repense un épéiste - et principalement le swordmaster tel que je l’imagine - est une personne qui maîtrise tout ceci en créant son propre savant mélange. L’être parfait n’existe pas, mais s’il existait, il aurait un contrôle parfait sur un mélange équitable de toutes ces émotions. Pour ma part, sans doute que la colère était ce qui me faisait le plus défaut.
Ma gentillesse n’est plus à prouvée, mes envies de changements dans ce monde aussi, mais la méthode à adopter n’est pas encore trouvée. Tout commence par un rugissement de l’âme, mais celui-ci n’ose pas sortir. Tel est mon gros point noir que je n’arrive pas à remarquer. Mais qui sait si cet homme ne le remarquera pas via la suite de notre entretient.

Invité par le propriétaire de la bâtisse, je le suivis sans piper mots. Arrivant dans un lieu semblant être une cours je découvris rapidement une beauté qui appel violemment à la sérénité. Une telle ambiance avait le pouvoir de m’amadouer aussi rapidement que le plus toxique des poisons et pour cause, si demain je devais réfléchir à un lieu où vivre mes derniers jours, c’est sans aucun doute dans un lieu comme celui-ci que je voudrais séjourner. Respirant l’odeur des fleurs et me laissant caresser par les quelques brises qui arrivaient à s’infiltrer ici, je manquais d’ouvrir mes bras comme si je désirais que chaque choses que la nature à à m’offrir puisse se faire immédiatement ressentir sur moi, en moi, telle une éponge à sensations ne demandant qu’à ressentir encore et toujours plus.

Revenant au tranche-lune, je l’écoutais me faire part de ses souvenirs. Imaginant des gens s’entraîner ici, une fois de plus je fermais les yeux pour me laisser titiller par la brise légère pouvant parfois se montrer féroce. Le regardant cette fois quand il me fit face, je l’observais alors dévoiler une lame immaculée. Il voulait me tester ? Acceptant son défi, plutôt qu’utiliser ma lame noire ou blanche, je me décidais à prendre mon arme fétiche, ma lame des 50. Comme il l’avait affirmé, c’est en croisant le fer qu’on connait une personne et pour cause mon simple premier geste lui donnait déjà quelques indices : présenter une arme se voulant importante est un signe de respect par exemple. Mon regard affirmé l’hypothèse S’il comptait me tester, j’allais donc répondre à l’offensive comme il se doit, tel l’adversaire qu’il affirmait être.

Ainsi donc, il ne fit qu’un pas vers moi. La pétale venait de toucher le sol et je ne perdis donc pas de temps. Il ne me faudrait que cinq pas pour arriver à lui, c’est donc avec vitesse que je me précipitais vers lui. Dès le premier pas, je mis vers l’arrière droite ma lame tout en tenant mon manche à deux mains. Une lame comme celle-ci ne se maniait pas comme un katana léger après tout. Pourtant, si on est fin observateur, on pouvais noter seulement deux doigts de chaque mains qui se tenaient différemment que contre le manche. Il s’agissait d’un détail, mais pour un épéiste de renom habitué à divers coups, c’est une annonce officielle de la suite. En effet, le coup qui aurait dut être horizontal de la droite vers la gauche ne se fit pas totalement. En effet, seule une de mes mains avait bougé et la moitié de mon arme avait frappé. Le but de la manœuvre était simple mais réfléchit : ma lame pouvait se dissocier en deux pour m’offrir plus de maniabilité et de possibilité et là, le coup se scindait en deux attaques. La première pour handicaper son arme et l’empêcher de m’attaquer, alors que mon autre main était libre de frapper. Tactique simple, mais qui pouvait avoir raison des plus crédules. Est-ce que je le sous-estime avec cette ruse simpliste ? Seul mon regard montrait que non, même si j’agissais avec sûreté et sans hésitations, j’étais clairement au courant qu’il pourrait peut-être contrer et je me demandais bien comment. Apprendre ses propres faiblesses est un enseignement que tout épéiste se doit de faire pour devenir plus grand et qui sait si ce jour n’était pas celui-ci.

Ma deuxième main menaçait donc de frapper l’homme au niveau des côtes;
Revenir en haut Aller en bas
PNJ [Civils]

avatar
Messages : 98

MessageSujet: Re: Forger son histoire. [PV Shiki]   Jeu 21 Sep - 18:41







Chishiki Gaihakuna & Kizuna

Dans l'ombre de la bâtisse, à l'abri du climat, la demoiselle observait avec un air placide le combat se déroulant devant elle. L'attaque du jeune homme avait été pensée intelligemment, en plus de pouvoir s'avérer mortelle en cas de besoin : c'est sans doute pour cela qu'elle souriait désormais. Elle souriait de voir le vieil homme reprendre ainsi du poil de la bête, alors qu'il entamait une contre-attaque dont le jeune Shiki risquait de se souvenir.

Lorsque la lame fila vers lui, Chishiki resta stoïque et ne bougea que de façon subtile, sans trahir la moindre intention. Ses yeux âgés n'étaient plus ce qu'ils étaient... il les maudit presque pendant un instant, mais resta concentré sur la tâche à venir. Ses pupilles détaillèrent la prise de son adversaire sur sa lame. L'inclinaison de ses doigts, la pression exercée par ses muscles, le contact entre sa peau et le pommeau de son épée. Pour un épéiste aguerri, ces détails étaient usuels : il était plus facile pour lui de les remarquer, en considérant que son adversaire restait un novice. Un novice très puissant, mais un novice tout de même, si on le comparait à de plus grands noms. Aussi, il su d'avance que quelque chose dans sa position clochait : si il tenait sa lame ainsi, elle lui échapperait lors du choc... Or, ce qu'il avait montré dans le tournoi contredisait une pareille négligence.

Les lames se rencontrèrent dans un choc sec et précis, alors que le plan du jeune sabreur prenait tout son sens : sa lame se sépara en deux, ce qui aurait pu s'avérer dangereux pour lui. Néanmoins, l'épéiste avait en sa faveur l'expérience et une connaissance fortuite de certains réflexes de combat. Aussi, lorsque la deuxième main du jeune homme vint le menacer au niveau des côtes, il leva rapidement une jambe et frappa de sa sandale gauche en plein dans le poignet droit de son adversaire du jour. Cela maintint son bras à distance alors que, prenant une impulsion sur son pied droit et la lame de son adversaire, le vieillard s'élevait dans les airs et tournait plusieurs fois sur lui même avant de redescendre telle une toupie tranchante. Sa lame fila dans l'air en sifflant, comme une veille funèbre, alors que le coup menaçait de frapper le jeune homme de plein fouet. Si il parait, le choc permettrait au vieil homme de reprendre appui, car il serait difficile pour son adversaire de dévier le coup. Si il s'esquivait, il laissait du temps à son adversaire de respirer : une faute que le Gaihakuna ne manquerait pas de fustiger.

- Tu te débrouilles bien.

Alors que leurs lames allaient se rencontrer, cette simple phrase lui échappa dans la tempête de leurs corps. Intérieurement, l'ancêtre s'abandonnait à un sentiment de satisfaction qu'il n'avait pas éprouvé depuis longtemps. Aujourd'hui, il en était certain, il allait finalement se convaincre de reprendre ses attributions : ce Dojo avait besoin d'un successeur, d'un élève ultime capable de porter ses valeurs au delà des océans. Ce Dojo avait besoin d'un représentant, lorsqu'il ne serait plus là... tout comme lui avait besoin d'un héritier, maintenant qu'il n'en avait plus.

Finalement, la lame arriva à l'emplacement du jeune révolutionnaire, prête à sévèrement le blesser si il restait bêtement sur place, pris de cours.



[HRP : désolé pour l'attente ! J'ai eu très peu de temps à consacrer au RP depuis mi-aout :/]
Revenir en haut Aller en bas
Shiki M. Eiki
Capitaine de division
avatar
Messages : 216
Race : Humain
Équipage : Inquisition

Feuille de personnage
Niveau:
26/75  (26/75)
Expériences:
121/200  (121/200)
Berrys: 600.000 B

MessageSujet: Re: Forger son histoire. [PV Shiki]   Ven 22 Sep - 2:05

  • Shiki
  • Pnj Civil
Great honor


Me pliant à l’exercice que le vieil homme m’imposait, j’attaquais donc ce dernier avec tout le sérieux dont je pouvais faire preuve. S’il avait eu le surnom de “ tranche lune “ pour sûr qu’il doit y rester des choses en lui. Il ne semblait pas faible et c’est pour cela que j’y allais sérieusement. Je faisais confiance en l’homme pour voir mon potentiel et qui sait, en débloquer une nouvelle partie en apprenant de sa lame et son expérience. Je ne posais plus de questions à ma propre cervelle et j’attaquais avec toute la force que j’avais. Mais alors que je pensais faire mouche, l’homme contre-attaqua avec une technique réfléchit, subtile et gracieuse. Alors que ma seconde main allait le piéger, son pieds rencontra mon poignet et m’empêcha de terminer mon mouvement. Sur le coup, j’annulais mon coup et serrait mon manche pour ne pas lâcher mon arme, mais en faisant ceci, il avait un sérieux appuie pour s’élancer dans les cieux.

“ Wow... “

Me retournant pour ne pas être prit par surprise, j’écarquillais les yeux en voyant qu’il commençait à tournoyer telle une toupie. Bien qu’armée d’une seule arme, sa rotation était telle qu’il m’était difficile de voir clairement où était la lame. Analysant au maximum ce qui se passerait selon x ou y action, je vins alors à prendre appuie sur ma jambe droite - qui se plaçait vers l’arrière - et croisa mes lames devant moi pour éviter une découpe horizontal. J’allais malmener ma jambe d’appui, mais je devais encaisser ce coup plutôt qu’esquiver et me mettre en danger inutilement. Recevant ses coups multiples qui ne cessaient d’avoir lieu, j’attendais que la rotation perde en vigueur pour essayer de briser son attaque et reprendre la main.

Concentré sur nos actions, j’en laissais de côté le compliment qui avait traversé ses lèvres. Poussé déjà dans quelques uns de mes retranchements, je força brutalement sur ma jambe quand j’eus l’impression d’avoir assez affaiblit son offensive et je poussa violemment sa lame pour briser sa rotation. Pas le temps de constater si oui ou non ça avait marché, je vins alors à attaquer avec une attaque simple mais se voulant efficace.
Mon bras gauche se mis vers l’arrière pour préparer un coup tandis que ma main droite se tendit brusquement pour tenter de le toucher au niveau du buste. Bien entendu, le but n’était pas de le tuer, mais bien de toucher son torse. Contre un réel ennemi, le but serait de l’embrocher et le blesser suffisamment pour arrêter le combat à défaut de pas le tuer. Une fois que mon bras gauche fut prêt, il entama un mouvement en écharpe pour le frapper horizontalement au niveau de l’épaule et si le coup passait outre me permettre de pouvoir retenter ma chance en dépliant simplement mon bras.

Attaquer tout en anticipant le prochain assaut... De prêt on croirais un simple échange entre deux épéistes, mais de loin et en analysant on pourrais clairement voir que chacun réfléchissait à ses coups telle une partie de shogi où chaque actions - qu’elles soient réussites ou non - avaient une importance capitale dans un plan minutieusement ficelé et pour mener à la victoire.

Seul un petit détail pourrait étonner plus d’une personne : malgré mon sérieux, un sourire radieux se figeait sur mes lèvres. J’apprenais énormément, mais en plus de ça je m’amusais.
Revenir en haut Aller en bas
 

Forger son histoire. [PV Shiki]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Pages d'histoire des hommes et des femmes d'Haiti et leurs épisodes
» Page d'histoire: Tiresias Augustin Simon Sam, president.
» Petite histoire aux grandes aventures :D
» Une petite histoire ... pour se remonter le moral !
» « Mais j'trouve pas de refrain à notre histoire... »

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
One Piece Seken :: Le monde de One Piece :: Seas Blues :: North Blue-