Partagez | 
 

 [Mission]Tournoi à Glaglapolis

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Shiki M. Eiki
Capitaine de division
avatar
Messages : 215
Race : Humain
Équipage : Inquisition

Feuille de personnage
Niveau:
26/75  (26/75)
Expériences:
121/200  (121/200)
Berrys: 600.000 B

MessageSujet: [Mission]Tournoi à Glaglapolis   Jeu 15 Juin - 2:52

  • Shiki
  • Mission Solo
Tournament ?


Ma libération avait été un événement important, je ne peux le nier et les informations que j’avais eues suite à celles-ci l’étaient toutes autant. En effet, j’avais dans ma poche de quoi contacter une certaine Kanae Toupex, ex-colonelle de la marine récemment déserteuse de ce camp pour une raison que j’ignore. La seule chose que je savais, c’est qu’elle a visiblement participé à un gros coup avec une célébrité révolutionnaire : Erwin Dog. La suite ? Elle est à écrire, mais avant de contacter ces personnes, pouvoir parler de vive voix avec le Dog et qui sait, peut-être le rejoindre ( ? ), je comptais bien m’entraîner un peu. Hors de question d’entrer dans un quelconque groupuscule sans posséder ma propre force. Quel intérêt aurais-je à être un boulet pour les autres ? Autant faire cavalier seul le temps que mes forces augmentent et être digne de le contacter, plutôt que forcer le destin. Tout vient à point qui sait attendre comme on dit, et c’est exactement ce que je comptais appliquer.

Ainsi, mon périple avait débuté sur les mers des Blues. Grand Line était une destination prévue pour mon futur, mais en aucun cas pour mon présent actuel. Je n’avais ni l’étoffe ni la force de pouvoir me mesurer à des gens de là-bas... Pas sans protection, mais j’avais horreur de ça. Être impuissant est quelque chose qui me laisse un arrière-goût en bouche horrible et là encore, il est hors de questions que mes aventures se terminent toutes avec ce genre de d’arrière-goût en bouche. Sortant de mes pensées, je repensais à cette annonce que j’avais entendue, cette rumeur qui errait à travers la mer du Nord. De ce que j’avais compris, une personne du nom de Gaihakuna Chishiki organisait un tournoi spécial uniquement réservé aux épéistes. Jusque-là, rien de bien particulier, même si de ce qu’on raconte, l’homme en question a un bon passé en terme d’épéiste. Cependant, ce qui m’attirais là où avait lieu le tournoi, ce n’était pas le fait d’avoir la possibilité de rencontrer d’autre utilisateur d’épées, mais bien de peut-être pouvoir approcher un homme qui d’après certain ragot désirerait en réalité trouver un “ successeur “. Vérité ? Simple fantasme ? Je n’avais pas la réponse à cette question, mais dans le doute, j’avais donc décidé de tenter ma chance.

Et si l’homme désirait vraiment trouver un “ élève “ ? Quand bien même ce n’est pas l’ex Sword Master, ou le Sword Master actuel de cette ère, l’apprentissage de la part d’un homme ayant un réel talent dans le domaine est une chose importante à mes yeux et c’est avec cette logique que je m’étais décidé à combattre. J’espérais arriver à temps, car les voyages en mer seul étaient difficiles, et parfois, le temps était capricieux... Une tempête me fit prendre quelques jours de retard, mais heureusement, ce qui me sauva était mon assurance et le fait d’avoir pris de la marge pour manœuvrer. C’est comme cela qu'à l’aube de la veille de l’ouverture du combat, mon petit bateau gentiment prêté par des marins arrivait enfin à bon port : Glaglapolis.
Glaglapolis n’était pas connu sur North Blue pour ses guerriers, son dirigeant ou une quelconque affaire possible... Non, cette île était reconnue par les habitués de North Blue pour une seule chose : Son chocolat chaud. Ce dernier était d’un goût si doux et puissant à la fois, qu’on dit qu’il aurait des vertus thérapeutiques. Vérité ou mensonge ? Là encore, c’est un mystère, mais je notais dans un coin de ma tête que je me devais d’y goûter. Curieux et gourmand comme je suis, il fallait absolument que j’y succombe.

Arrivé à bon port, je me dirigeais donc vers le lieu où auraient lieu les combats en masse. Il n’y a pas à dire, aussi petite, soit l’île, cet événement avait clairement attiré du monde et cela se ressentait. Des centaines de participants pullulaient sur l’île, mais heureusement, les organisateurs et notamment le vieil homme avaient tout prévus. Suite à mon inscription, on m’avais expliqué que dans un premier temps, il y aurait des éliminatoires, suite à quoi, sur la centaine de participants, il n’en resterait que ... Huit. L’écrémage allait aussi impitoyable que les combats entre les huit derniers, mais là encore, on me précisais bien que c’est l’organisateur qui désirait cela. Y a-t-il une raison particulière à part l’argent ? Les rumeurs seraient-elles fondées ? Obtenant donc mon “ numéro “, à savoir le numéro 57, j’avais jusqu’à demain pour me reposer et me balader sur l’île. L’avantage du tournoi était que l’organisateur lui-même offrait un asile à ses participants et donc un lieu où dormir ce qui était fort sympathique. Cependant, certains y verraient un gros bémol dans ce geste très appréciable : les participants se retrouvaient logés au même endroit et plus particulièrement logés par deux. Cela pouvait vite devenir source de conflits, mais moi, je ne m’en faisais pas.

Après une belle après-midi à voyager dans le lieu, je me dirigeais vers mon lieu de repos et quand j’ouvris la porte, je vis une silhouette pendue la tête en bas en train de faire des exercices très physiques. Suant, clairement exténué, il continuait inlassablement et cela forgeait presque le respect. J’ignorais même les gens qui semblaient “ murmurer “ des choses en voyant où j’entrais. Loin d’imaginer la réputation de mon “ colocataire “ j’entrais alors que ce dernier s’arrêta pour alors m’observer alors qu’il avait la tête à l’envers.


???

“ Alors tu es mon colocataire ? Enchanté très cher. “
“ Enchanté aussi. “

Tandis qu’un léger froid qu’on pourrait plus attribuer à de la timidité voyait le jour, une petite chose me tira de mon silence en me surprenant. Un écureuil manqua de me croquer le croupion quand j’ai manqué de m’asseoir dessus. Aussitôt, l’homme interpella son ami.

“ Ah Sparky !!! Ne fais pas fuir notre compagnon voyons... “ dit-il à l’animal qui s’approchait timidement de moi. L’inconnu se tourna vers moi, en quittant ce qui lui servait de perchoir. “ Excuse le, il est encore un peu sauvage et a la sale tendance à être cleptomane, même si cela m’arrange “ “ Lors de période de creux et que le porte-monnaie est vide ? “

S’arrêtant immédiatement de sembler joyeux, l’homme me regarda avec une certaine intensité et tandis que je craignais le pire, celui-ci me lança un regard amusé, taquin. Se pourrait-il que j’aie fait mouche et que celui-ci comprend qu’on est peut-être pareil sur certains points ? Ricanant de façon amicale, l’homme me lança une pomme venant de son sac.

“ Tient... Cadeau. “

Croquant dans la pomme, je vis le petit animal “ fouiller “ ma poche et je me permis de l’écarte de mon précieux contenant sans pour autant l’effrayer. Doux avec les animaux, s’était mon credo.

“ Tu viens pour le tournois hein ? Je veux pas paraitre hautain, mais si on est ensemble lors des éliminatoires... Je suis navré de te dire que tu seras éliminé héhé. “

Oh ? Un concurrent sûr de lui ? D’ordinaire, une leçon orale aurait été de mise, mais son comportement général rattrapait ses dires et je ne pu m’empêcher de mettre en évidence mes sabres dont mon plus précieux.

“ Si cela est un challenge, alors je ferais en sorte de te prouver le contraire. “

Tendant la main à cet homme, aussi idiot cela puisse-t-il paraitre, je signais là la naissance d’une certaine rivalité sans que ça en soit une officielle. On ne connaissait pas nos noms, mais juste nos numéros. Moi le 57 et lui le 1. Suite à cette poignée de main simple, virile et amicale, chacun de nous coupa le contact pour se reposer. Moi dans le lit de droite, tandis que lui prenait celui de gauche en se servant de son compagnon comme d’une peluche - cette dernière se montrant très obéissante pour un animal sauvage - ce qui me faisait sourire.

Ce tournoi promettait d’être riche en émotions me disais-je.


Dernière édition par Shiki M. Eiki le Lun 19 Juin - 17:53, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Shiki M. Eiki
Capitaine de division
avatar
Messages : 215
Race : Humain
Équipage : Inquisition

Feuille de personnage
Niveau:
26/75  (26/75)
Expériences:
121/200  (121/200)
Berrys: 600.000 B

MessageSujet: Re: [Mission]Tournoi à Glaglapolis   Jeu 15 Juin - 4:10

  • Shiki
  • Mission Solo
Préliminaires


Les heures étaient passées et aussi con cela soit-il, je n’avais pas réussi à dormir correctement sans que cela ne nuise à mon état mental ou sans doute, mes capacités physiques. J’étais juste excité à l’idée de participer à ce tournoi et rencontrer ces gens venant de toutes horizons. Quand les rayons du soleil commencèrent à envahir la pièce, je ne pue qu’être heureux et visiblement, le compagnon animal de l’inconnu aussi. Encore une fois, il était fourré dans mon sac à chercher quelque chose. Hm ? Ouvrant ce dernier, je compris ce qu’il cherchait après y avoir réfléchi : mes noisettes. J’avais fait le plein lors d’une escale sur une certaine île dernièrement et c’est donc avec plaisir que je partageais mon butin avec lui en attendant le réveil de l’autre homme. Il nous restait encore trois petites heures avant la cérémonie d’ouverture et la première journée de préliminaires.

Délaissant mon compagnon de chambre, j’allais prendre mon déjeuner dans la salle prévue à cet effet et seul dans mon coin, je fus interpellé par des murmures. Des gens me regardaient étrangement et quand je crus comprendre le mot “ tricheur “, je ne pue que froncer les sourcils. De quoi parlaient-ils ? N’y tenant pas, je mis les pieds dans le plat en allant m’expliquer directement avec les concernés. Et que de révélations... D’après les gens, mon compagnon de chambre était “ reconnu “ pour être un tricheur. En effet, celui-ci ne se battait pas de manière loyale tel un vrai épéiste. Il se battait via des gadgets et parfois même via son animal de compagnie. Ainsi, sa participation n’était pas bien vue et je me contentais de hausser les épaules. Moi, natif de Wa No Kuni, j’osais affirmer que “ chacun a sa façon de se battre “, suite à quoi, je laissais ce petit groupe continuer leurs commérages au sujet de mon autre compagnon. Terminant mon repas, je n’avais pas fait comme tous les autres, à savoir préparer mes affaires en cas d’élimination aujourd’hui. Suis-je présomptueux ? Non, mais je ne comptais pas partir de là si facilement.

Laissant le temps s’écouler, je vins simplement à marcher au milieu de cette foule qui approchait de ce qui ressemblait à un immense Colisée. Les héros entraient en scène, mais avant d’être dispatchés en groupes égaux, un homme fit un discours et qui d’autre que l’organisateur en question.


Gaihakuna Chishiki / Organisateur du tournois

“ Je vous remercie d’avoir répondu à mon invitation. J’espère que votre séjour à Glaglapolis se déroule pour le mieux. Cependant, trêve de cérémonies, nous savons tous, tant vous combattants que vous spectateur ce pour quoi nous sommes là. Moi, Gaihakuna Chishiki, j’ai organisé ce combat afin d’offrir aux habitants de l’île un spectacle de choix. J’attends de vous un show sans précédent. Laissez vos styles de combat parler pour vous, démontrez votre force au monde et amusez vous. Les qualifiés pour la prochaine étape se verront attribués une récompense compensatoire de 500 000 Berrys. Mais le gagnant lui, aura droit à une récompense de 2 Millions de Berrys. Sans plus tarder, vous pourrez voir à l’extérieur du bâtiment la liste des groupes organisés et leurs heures de passage. Là, tout de suite, vous êtes une centaines... Mais à la fin de la journée, il n’en restera que huit. Donnez vous donc à fond. Bonne chance à tous, et que le spectacle commence ! “

L’habit ample de l’homme volant au gré du vent, à la fin de son discours, des artifices volèrent dans le ciel pour annoncer le début du tournoi. Les habitants et les visiteurs des îles voisines et toutes les personnes ayant eu vent de la compétition s’installèrent déjà dans les gradins alors que combattants allaient à l’extérieur pour voir l’ordre de passage, les différents rounds et attendre dans la salle commune d’attente où chacun pourrait patienter ou intimider les autres en s’exerçant. Après tout, démontrer sa force en soulevant un poids peut-être psychologique sur des adversaires, tout comme moi et mes trois sabres par exemple. Bref, passant dans le groupe A, si je gagnais, je serais confronté aux gagnants du groupe C et D. L’écrémage allait avoir lieu.

La foule était en délire, le soleil illuminait le ring qui était spécial. En effet, à chaque combat qui serait organisé, celui-ci pourrait être modifié afin d’ajouter du challenge aux opposants, mais pour débuter en douceur, ce terrain pour les préliminaires était simple. Un ring, tout ce qu’il y a de plus normal. Les combattants entraient en scène et je suivais, fermant la marche de ceux de mon groupe. Prenant place dans l’arène, les combats débutaient donc avec violence. Véritable mêlée générale, on peut dire que les spectateurs en avaient pour leur argent - même s’ils n’avaient pas payé pour venir voir ce spectacle - et c’est ainsi que je passais le premier round sans grande difficulté, cependant, ce premier round m’avait prouver que me hisser en haut de la liste finale serait difficile, surtout si les prochains adversaires seraient plus coriaces. Tandis que les gagnants de mon groupe s’adonnaient à de la tactique et de l’analyse en observant les combats adverses, moi pour ma part, j’allais goûter à ce délicieux chocolat chaud. Il n’y a pas à dire, il était délicieux, et même si sa réputation thérapeutique était peut-être fausse, son goût en revanche était à mourir. Je pourrais perdre maintenant, je serais heureux d’avoir au moins goûté à ce breuvage.

Le même scénario se répéta une seconde fois dans la journée.

Mais trêve de plaisanterie, après plusieurs heures à combattre et me reposer, l’heure du dernier clash de la journée sonna. Les gens qui entraient cette fois en scène étaient clairement plus expérimentés que les gens normaux d’avant. Semi-géants, longs-bras, déjà, on pouvais noter des gens spéciaux et l’une d’elles me tapait dans l’œil.


???

Son physique était sans doute le plus attirant chez elle plutôt que ses capacités martiales. En effet, en plus d’être cornue, elle avait une peau de couleur violette ce qui tape dans l’œil. Mais pas assez de temps devant moi pour réfléchir, le combat débutait et là, on pouvait dire que les choses sérieuses commençaient. En effet, désormais plus que vingt dans le groupe, les spectateurs commençaient à avoir déjà des favoris et l’un d’eux frappa le premier.

Le plus grand compétiteur de la compétition était dans le groupe. Kotariko Amaza, armé d’un bouclier important et d’une épée faisant aisément le double de ma taille tenta de faucher la plupart des compétiteurs, mais voilà, la plupart évitèrent l’offensive. Trois personnes se firent éjecter du ring, faisant grimper le suspens. De cette bataille d’une vingtaine de personnes, seules deux en sortiraient vainqueur. Décompte commencé, nous ne sommes plus que dix-sept. Tandis que j’avais esquivé en sautant, alors que je me redressais, je vis la demoiselle qui se tenait en équilibre sur la lame du géant. Qu’allait-elle tenter ?
Pas le temps de voir, des gens me prenaient pour cible et c’est donc une bataille houleuse qui s’annonçait. Deux contre un, c’est toujours délicat, mais comparé à mes ex-combats, cette fois, je me décidais à user d’un de mes atouts : le style à deux sabres. Dégainant ma deuxième lame et laissant ma plus imposante dans mon dos, je laissais mes adversaires se faire surprendre. Maintenant, une grosse pression entre nos quatre lames, je rageais un peu de ne pouvoir voir les autres combattants et noter leurs capacités. Forçant sur nos prises, je débloquai la situation et profitai de l’ouverture pour défaire mes opposants. Plus que quin[...]. Alors que je commençais à faire les pronostics, un immense bruit sourd se fit entendre et un tremblement léger eu lieu : le demi-géant venant de tomber raide sous les yeux effarés des spectaculaire et gens qui avaient eu le privilège de voir ce qui s’était passé. Un favoris du tournoi venait de tomber au combat et cela créa comme un silence n’annonçant rien de bon. Le temps semblait presque se figer et j’en profitai pour alors attaquer de face quelques adversaires pas assez concentrés sur le combat. Le chiffre quatorze descendit en flèche, et je n’eus pas le temps de compter la suite d’ailleurs.

Lors d’un assaut du genre presque final, un de mes coups fut stoppé par une très longue lame dont un liquide s’écoulait. Une goutte de ce liquide toucha ma peau et me brûla, mais alors que je cherchais le ou la responsable de ce coup, je ne pue voir que deux iris jaunes, avant que finalement, je remarquai la fille de tout à l’heure me foncer dessus. Un face-à-face ? Tout ce que j’aime. Tandis que nos lames étaient mises vers l’arrière, promettant un tintement du fer exceptionnel et intense, une voix rauque se fit entendre, ordonnant la fin du combat.
Sans qu’on s’en rende compte... Nous avions été les deux seuls derniers debout. Se détournant chacun l’un de l’autre au dernier moment, l’attaque était annulée et les gens applaudissaient. L’annonce était officielle : Shiki et Doku étaient qualifiés.

Nous étions priés de partir alors en coulisse pour laisser place au prochain grand clash des titans alors que les équipes médicales étaient en train d’évacuer les perdants de ce round. Tandis que nous quittions la scène, je vins alors à interpeller la miss qui fut étonnée de me voir lui parler.

“ Hey attends ! “
“ Hm ? Que veux tu ? “
“ .. Doku c’est ça ? Félicitation pour ce combat. “
“ Merci. Shiki ? “
“ Exact. Cela fait longtemps que tu utilises un Nodachi comme le tient ?”
“ ... Tu as l’oeil hm ? Depuis toute petite. Sur ce, ce n’est pas que je ne veux pas te parler, mais je vais aller me reposer. “
“ Hey... “
“ Quoi encore ? “

La laissant se tourner vers moi, la demoiselle ne cachait pas son étonnement suite à l’envi de parler et qui plus est, à elle, la fille que les autres surnommaient “ le monstre “. Affichant un sourire heureux et fier, je lui tendais ma main.

“ Si on se croise lors des vrais phases du tournois... J’espère qu’on combattra royalement. “
“ Si tu le dis... “

Ne comprenant pas vraiment sa froideur, elle osa me serrer la main de façon brève et pour cause, à peine avait-elle maintenu le contact avec ma main que celle-ci me brûla légèrement. Son regard se faisant fuyant, elle quitta les lieux et partit dans un coin. Dans un coin des couloirs, une silhouette se fit voir et d’ailleurs, comment le louper, lui, sa coupe bicolore et son écureuil sur l’épaule.

“ Joli combat Shiki. “

Le remerciant du regard, mon “ ami “ me félicitait et je me mis à jouer son petit jeu de personne “ hautaine “ pour provoquer la personne qu’on attend plus tard.

“ Je t’attends... “

Je le laissais se diriger vers la scène et allais me reposer. Encore une fois, je ne m’amusais pas à stalker mes autres compagnons et laissais le destin faire son œuvre. Le soir venu, un immense festin fut organisé pour fêter la liste officielle des huit combattants retenus pour être les représentant à ce show d’épéiste. Et c’est avant d’aller me coucher dans ma nouvelle chambre - désormais individuelle - que je jetais un œil discret à la liste.


Shiki M. Eiki / Kōkatsuna Sentōki / Doku Fugu / Kyata Fenishiro / Keisan Akaruidesu / Hanako Toba / Mugoidesu Nansei / Oshinobi Ryōsei

Une belle brochette de combattants me disais-je avant d’aller finalement faire un peu d’exercice seul dans ma chambre. Visiblement, je n’étais pas seul avec cette idée, car en effet, en allant me coucher, je pue voir via ma fenêtre que dehors, une certaine cornue s’entraînait au corps-à-corps et l’utilisation d’un nodachi. Dansant seule, elle démontrait là une maîtrise des plus redoutable. Doku hein ? Elle serait à surveiller prochainement.


Dernière édition par Shiki M. Eiki le Lun 19 Juin - 17:20, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Shiki M. Eiki
Capitaine de division
avatar
Messages : 215
Race : Humain
Équipage : Inquisition

Feuille de personnage
Niveau:
26/75  (26/75)
Expériences:
121/200  (121/200)
Berrys: 600.000 B

MessageSujet: Re: [Mission]Tournoi à Glaglapolis   Ven 16 Juin - 2:51

  • Shiki
  • Mission Solo
Premier tour


Le jour se levait sur cette île et les festivités promettaient d’être grandioses. En effet, aujourd’hui, était le premier tour officiel de ce tournoi. Chaque participant s’était préparé de façon drastique et la plupart prêts à faire un carnage. Sourire aux lèvres, une annonce fut faite pour annoncer l’ordre des combats et qui combattrait qui. De ce fait, les noms des duos étaient enfin officiels :
- Mugoidesu Nansei VS Kōkatsuna Sentōki
- Doku Fugu VS Oshinobi Ryōsei
- Hanako Toba VS Keisan Akaruidesu
- Shiki M. Eiki VS Kyata Fenishiro
C’est suite à cette annonce officielle que les paris étaient déjà ouverts. Restais à savoir qui irait au prochain tour et qui perdraient ? Cette fois-ci, je me décidais à être quelque peu stratégique et observer chaque combat en compagnie de mes compagnons. Allant donc m’installer dans la pièce servant d’attente, je pue voir que notre “ loge “ était bien placée. En hauteur, idéalement placée, c’est comme si l’organisateur lui-même voulait qu’on apprécie le spectacle autant que ceux qui l’observent ailleurs.

------------------------



Mugoidesu Nansei VS Kōkatsuna Sentōki

Entrant dans l’arène, la première sur place était ni plus ni moins la première fille de ce groupe de huit personnes. Semblant jeune, sa lame dans son dos était un katana tout ce qu’il y a de plus simple. Quel était donc son secret pour s’être hissé jusque-là ? Allez savoir... En tout cas, les hurlements de joie et applaudissement faisaient dire qu’elle était une chouchoute du public. Mais cela changea presque du tout au tout quand le second compétiteur entra en scène. Habillé d’une sorte de poncho, le rouquin qui entrait en scène était comme hué. Les gens n’appréciaient pas vraiment sa personne et sans doute est-ce à cause de son fameux style de combat ? Repensant aux dires des ex participants lors du premier jour, je me demandais bien ce qui faisait son soit disant déshonneur ? En tout cas, malgré ce différent en terme de favoritisme, le show n’était pas annulé et l’ambiance était électrique. Sur un terrain classique avec divers petits reliefs rocheux, le ring offrait une multitude de possibilités tant offensive que défensive. Pour peu que je m’y imaginais, j’étais prêt jaloux de ne pas pouvoir participer à ce match.
Levant haut les bras, le rouquin aux allures fofolles laissa voir son petit animal de compagnie se faire voir et quitter le ring. Il ne se battrait pas et tant mieux, qui sait ce qui peut arriver à une telle petite chose. Fier de lui, il ne perdit pas de temps pour pointer du doigt la demoiselle en face de lui qui dégainait son arme et s’apprêtait à foncer pour l’affronter.

“ J’espère que tu es prête, car je suis Kōkatsuna Sentōki, l’homme le plus doué du monde, et je vais gagner ce combat ainsi que tournois. “

Tandis que le gong retentissait, la demoiselle fonça vers son adversaire en utilisant les reliefs comme d’un camouflage. Disparaissant de la vue de son adversaire, le rouquin de son côté attendait. Sortant de son poncho son arme, son épée était bien étrange. Massive et en bois ? Intrigué, je me mis à observer son arme et soudain, le premier clash eu lieu. Bondissant de derrière une roche, la demoiselle tenta une offensive aérienne, mais à la surprise générale, l’homme para le coup et ne se retrouva pas coupé en deux. Oh ? Visiblement, une part métallique se trouvait dans l’arête de l’épée, lui offrant bien une partie coupante à défaut de paraitre tranchante. Pour repousser la jeune fille, le rouquin donna un coup de pied à la demoiselle avant de saisir son poncho et le lancer vers elle. Découpant ce dernier, la demoiselle tombait dans le panneau. Le rusé Koka’ venait d’user cela comme une diversion et se faufila autour des reliefs pour l’attaquer par-derrière. Coup de masse-épée et coup de genou, l’homme ne relâchait rien, mais malgré les assauts qu’elle essuyait, elle n’abandonnait pas. Dès qu’elle eu retrouvée ses moyens, elle fonça vers lui avant de remarquer sa tenue. Il portait comme des holsters sur tout le corps et une drôle de ceinture. Est-il vraiment épéiste ? C’est la question que l’on pouvait se poser. Tombant encore dans son piège, Koka’ saisit sa ceinture, la défit et tourna sur lui-même pour libérer une bonne vingtaine de bombes de petite taille qui relâchèrent une belle quantité de fumée. Aveugler l’adversaire ? Ingénieux. Le combat était désormais invisible aux yeux nus et quand enfin le manteau de purée de pois se dissipa... Nous pouvions voir l’homme victorieux contre la demoiselle.

En effet, durant l’épaisse fumée, il avait fait une prise à la belle pour la désarmer et ainsi la mettre hors d’état de nuire. La foule était séparée en deux. D’un côté, les gens qui appréciaient le spectacle et de l’autre ceux qui n’aimaient pas ce genre de gens. Pour ma part, je restais stoïque. Le jeu est le jeu après tout. Quoi qu’il en soit, aussi lâche puisse-t-il paraitre pour certains, Koka’ en restait quelqu’un de plaisant et pour cause, il proclama à haute voix ces paroles.

“ Voyez ! Je suis l’homme le plus fort et je vais gagner. “

Suite à ces paroles, on pourrais croire qu’il allait partir, mais non, il aida la demoiselle à se redresser. Présomptueux peut-être, mais bon joueur au moins. Le premier combat venait de se terminer.

Pas de changement de terrain prévu n’ayant pas été trop endommagé, le second combat allait s’enchaîner.


Doku Fugu VS Oshinobi Ryōsei

La foule en délire acclamait les deux combattant(e)s qui entraient dans l’arène. D’un côté, la “ monstre “ répondant au nom de Doku Fugu et de l’autre, le mystère avec pour prénom et nom Oshinobi Ryōsei. Comme lors du dernier combat en liste, Doku possédait un immense nodachi et en face, son opposant(e) possédait une lance, un Yari. Se foudroyant du regard, les deux personnes ne tardaient pas à entrer dans le vif du sujet et c’est la drôle de miss qui ouvrait le bal. Avec une dextérité exceptionnelle, elle créa une lame d’air si grande qu’elle eut clairement pour but de couper net la plupart des élévations rocheuses. Belle tactique que voilà, couper la possibilité de se cacher ou prendre par surprise. Contrant la lame d’air via son Yari, l’adversaire s’élança dans les airs en plantant son arme dans le sol. Utilisant son arme telle un bâton pour se projeter, la personne alla directement à l’affrontement direct. S’en suivit d’une véritable joute sans merci. Ni Doku ni Oshinobi ne relâchaient la pression, mais doucement et sûrement, la femme aux gênes de femme poisson et cornue prit le dessus. En effet, sa “ capacité “ spéciale rendait ses enchaînements au corps-à-corps - aidé de son arme - redoutable et pour cause, son “ poison “ naturel commençait à brûler son adversaire et ce dernier eu un moment de mal, lâchant son arme par inadvertance. L’inattention fut immédiatement sanctionnée d’un enchaînement redoutable de la part de Doku, envoyant valser son adversaire dans le décor. Un combat rapide et intense qui montrait bien là un niveau intéressant chez la Fugu. Une ennemie redoutable que voilà. Les applaudissements se faisaient entendre et je devais avouer que la pression montait en moi. Bientôt, ce serait mon tour.
Comparé à l’ex-combat, Doku ne serra pas la main à son adversaire, elle s’en alla comme désoler de sa victoire. Froide personne que voilà me disais-je, mais cela ne me choquait pas. J’irais sans doute lui parler plus tard. En tout cas, j’étais de ces personnes qui tapaient dans leurs mains tant le spectacle avait été plaisant. Mais trêve de plaisanterie, cette fois, il y avait un entracte d’environ dix minutes, le temps que le terrain soit prêt.


Hanako Toba VS Keisan Akaruidesu

Le ring, cette fois bien prêt, cette fois-ci, les combattants auraient droit à une sorte de mini zone forestière avec un sol herbeux et quelques arbres pour faire office de perchoir. Que ce soit combat aérien ou terrestre, les possibilités étaient encore une fois intéressantes à noter. Les deux combattants entraient et l’homme dit sans gêne que ce n’est pas parce que l’adversaire était une femme qu’il allait se retenir. Tant mieux répondait la demoiselle avec une douceur qui la caractérisait. Le tacticien sortit une lame des plus imposante, une trancheuse de tête à la taille démesurée, digne d’un géant, alors que la demoiselle en face, telle la veuve noire sortit une lame plus fine, une sorte de fleuret. La brute contre la bonne ? Là encore, mon attention était dirigée vers les combattants, alors que mon adversaire m’observait depuis un coin de la pièce dans laquelle nous étions.

Quand le gong retentit, la demoiselle recula, se dirigeant vers le coin où les arbres pouvaient être un atout. Son ennemi en revanche fonçait sur elle avec une vitesse impressionnante compte tenu du poids que devait faire son arme. Il courait comme si son arme ne pesait rien et tenta de la frapper. En vain via une esquive des plus délicate de la demoiselle. Aurait-elle ... N’ayant pas bien vu, je me concentrais sur la rousse alors qu’elle continuait d’esquiver. Plus le temps passait et plus je comprenais sa technique : elle dansait. Ses pas étaient similaires à ceux d’une danse sensuelle, des mouvements légers qui ne laissaient pas à désirer. L’homme se faisait avoir en beauté, ou du moins, il le laissait croire. S’enfonçant avec elle dans le petit-bois, son arme imposante devenait presque gênante. Est-ce l’objectif de la miss ? L’emmener exprès ici pour l’empêcher d’utiliser sa lame ? Astucieux me disais-je. Aussitôt en place, elle débuta des mouvements plus rapides, usant des arbres comme tremplins, elle lançait des assauts fins, rapides et précis en donnant du fil à retordre à son homologue masculin. Elle prenait le dessus, jusqu’à ce que finalement, l’homme se décide à sourire. Enfonçant sa lame dans un tronc sans le découper - bien qu’il dût en avoir la capacité - il s’en servit comme d’une marche pour éviter un assaut frontal et enchaîna avec un coup de pied dans le poignet. Sa position était totalement effroyable et son corps-à-corps monstrueux vu ce qu’il venait de faire. Désarmée, la demoiselle alla vite chercher sa lame tandis que l’homme inversait les rôles. Quittant le coin de forêt, il fonça sur la rouquine et commença à la harceler de coups. Le fleuret avait beau sembler résistant, il ne pouvait pas tenir face à une telle lame, mais elle n’avait pas dit son dernier mot. La lame de l’ennemi avait un trou vers le haut du bout de métal et la demoiselle planta son fleuret violemment dedans pour stopper l’adversaire par surprise. Elle laissa l’homme sembler surpris et tenta une lame d’air à bout portant, mais... dans le feu de l’action, elle oublia une chose et cela allait lui jouer des tours. Totalement dans l’alignement du plus gros tronc dans l’arène, l’homme esquiva la lame d’air qui alla couper le tronc et menacer l’arbre de tomber en avant. Se jetant sur le côté avec sa lame, l’homme observa la belle faire de même et c’est ainsi qu’il l'a vaincu, allant la cueillir après son esquive précipitée. Un combat mêlant brutalité et ingéniosité, cet homme était un adversaire potentiellement dangereux me disais-je.

Troisième combat terminé, le prochain combat allait être le mien et cette fois-ci, le terrain prévu était... D’un plat ennuyeux. Une zone pour un face-à-face à la loyale ? J’avais hâte de m’y rendre.


Shiki M. Eiki VS Kyata Fenishiro

Quittant le couloir en compagnie de mon compagnon de bataille, nous entrions dans l'arène comme deux guerriers tout ce qu'il y a de plus simple. Les présentations étaient faites, moi, comme étant l'inconnu du tournoi, tandis que mon acolyte faisait déjà un peu parler de lui et pour cause, il se faisait passer pour le successeur de Fenice Nakata ET Kyoshiro. Oh ? Alors que je marchais vers mon côté du ring, voilà que l'homme se la jouait un peu comme mon ex compagnon de chambre. Un petit discours pour inaugurer son entrée en scène ?

" Tu vas voir. Mon style de combat est aussi extrême en terme d'endurance tel celui du Phénix et aussi rapide que Kyoshiro. "

Mais alors que je m'attendais à une seule épée classique, voilà qu'il termina de trainer une sorte d'immense sac contenant facilement quinze katanas. Intrigué, je me demandais s'il ne copiait pas là le fameux Mifune. Drôle de crise d'identité me disais-je, mais je me devais d'être sérieux désormais non ? Tandis que les gens devaient s'attendre à ce que je dégaine mes deux premières armes, je ne fis rien de cela. Pour répondre à l'ouverte provocation de mon adversaire, je dégainai cette fois ma lame fétiche. D'une couleur bicolore, le noir et le rouge se faisaient voir aisément. Il ne s'agissait pas là d'une épée ordinaire et les plus connaisseurs s'en rendraient vite compte : il s'agit d'une lame des 50. Concentré sur mon adversaire, je ne notais pas certains regards pouvant être intéressants, tel celui de l'organisateur par exemple.

Faisant signe d'approcher, je me mis en garde. Ne tenant pas en plus, mon adversaire ne se fit pas attendre et via un geste violent, il fit voler son sac qui éjecta ses sabres de part et d'autre du terrain, formant presque une cage indirecte autour de nous. Quinze épées, cela signifie-t-il qu'il maîtrise le Jugotoryu ? Le style à quinze lames ? Ce serait là une véritable expérience des plus intéressantes et donc par curiosité, je le laissais débuter l’assaut en premier. Avec une seule lame en main, il se propulsa avec moi avec une certaine rapidité. Visiblement, il ne se comparait pas à certaines célébrités pour rien, bien que sa vitesse soit loin de celle du mangeur du logia de la lumière. Arrivant à mon niveau, il entama un assaut simple, puisqu’il effectuait un coup vertical que je contrais sans difficulté avec mon arme imposante comparée à la sienne. Me permettant juste de reculer, je ne voyais pas que je me retrouvais entre trois lames et c’est là que sa danse débuta. Tournant sur lui-même, il donna un coup dans une lame plantée dans le sol et celle-ci s’envola dans les cieux. Regardant cette dernière, je mordais à l’hameçon tandis qu’il lança sa propre lame vers celle dans le ciel pour détourner sa trajectoire et pendant que je regardais bêtement, il se rua vers une lame au sol. Son style de combat était visiblement constitué de feintes, d’actions à retardement et si on peut faire cela avec seulement quinze lames, je n’osais guère imaginer la possible technique de l’homme aux mille lames.

Revenant à moi, je me penchai en avant pour esquiver un coup d’estoc, mais je me pris son coup de pied qui me projeta un peu plus loin. Il n’était pas débutant, je devais le reconnaitre, mais je n’allais pas rester sur la défensive indéfiniment. Dans un premier temps, je jouais sur la défense, laissant presque croire qu’il prenait le dessus de façon écrasante. Même mon ami rouquin se permit de hurler pour me motiver à reprendre la main. Entendant son encouragement, je me contentais donc suivre le conseil.
Tandis que mon ennemi formait un véritable barrage de coups et s’apprêtait à m’avoir avec une attaque en ciseau bien pensée, je fis en sorte que ma lame se divise en deux me permettant de contrer ce que je n’aurais pas du. Décontenancé, la contre-attaque s’entamait. Divisée, ma lame perdait en poids et me donnait droit à un style offensif plus agressif et précis. Il se pensait rapide ? Mes attaques étaient aussi rapides que les siennes. Essayant d’écarter les lames qui pourraient lui servir, je démantelais toute sa technique petit à petit avant de lui-même le coincer dans un coin et saisir l’opportunité que je me créais moi-même. C’est ainsi que je décrochais la victoire en désarmant mon adversaire de façon magistrale. Lame sous la gorge en prise ciseau, je venais de passer le premier tour officiellement.

“ Perdu. “

La foule se levait suite à ce show plaisant visiblement et je me sentais flatté intérieurement d’une telle réaction. Dans la loge en revanche, l’ambiance était plus tendue. Les éliminés reconnaissaient le talent et applaudissaient tandis que les autres se montraient plus soucieux. Et si... Je devenais une menace pour eux ?

------------------------

Le premier tour se terminait et la journée avait riche en émotions. Que ce soit les perdants ou les gagnants, chacun avait fait rêver à sa façon et ça, s’était le but premier de cet événement. Encore une fois, nous étions tenus de nous rendre à l’arène le lendemain pour le second tour et là, les choses allaient être encore plus sérieuses. Quartier libre une fois de plus, cette fois, la “ résidence “ se faisait beaucoup plus vide et les seules personnes qu restaient étaient donc : Moi, Doku Fugu, Keisan Akaruidesu et Kōkatsuna Sentōki. Chacun dans ses quartiers, ce n’est que lors d’une ballade nocturne que je croisais une tête connue. Jouant avec son écureuil, je ne pue que sourire et approcher de lui.

“ Et bien alors ? On fait de la méditation ? “
“ Hahaha... Très drôle. Tu n'aurais pas fait l’école du rire dernièrement ? “
“ Cela se saurait. Stressé pour demain ? “
“ Pas vraiment. Exciter serait un terme plus adéquat. “

Soupirant d’aise, je me mis à côté de lui et regardai la lune.

“ C’est pareil pour moi, tu sais ? “

Sourire aux lèvres, l’homme se fit mélancolique avant de simplement souffler.

“ Tu te bats tel un samouraï pas vrai ? “
“ Cela se voit tant que ça ? “
“ ... Disons que tes attaques se font presque prévisibles. Toujours en face, jamais par-derrière. Et les coups sont très net, presque sans freestyle. “
“ Toi en revanche... “

Sans le savoir, j’avais comme dit une chose qu’il ne fallait pas dire et il se contenta de hausser les épaules, devenant presque plus froid.

“ Un conseil... Si tu tombes sur Doku, méfie-toi non pas de sa lame, mais simplement elle. Sa race lui donne un net avantage tant en terme de force que possibilité martiales. Quant à Keisan... Il a beau sembler neutre, il a toujours des idées en tête, méfie toi de ne pas croire que la situation est sous contrôle. “
“ Et si... Je me trouve contre toi ? “
“ Tu seras perdant. “

Le laissant dire, je détournais les yeux pour alors fixer les siens. Un air de défi, je me redressais pour alors tendre le poing. Mais alors que je m’attendais à un contact presque fraternel, il me sourit tristement avant de partir. Cacherait-il quelque chose comme Doku ? De façon silencieuse, je le regardais partir avant de simplement dire de façon presque sûre.

“ Je t’attendrais à la finale. “
“ ... Tu me retires les mots de la bouche “ murmura-t-il entre ses lèvres.

Une amitié ? Rivalité ? Qui sait...


Dernière édition par Shiki M. Eiki le Lun 19 Juin - 17:30, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Shiki M. Eiki
Capitaine de division
avatar
Messages : 215
Race : Humain
Équipage : Inquisition

Feuille de personnage
Niveau:
26/75  (26/75)
Expériences:
121/200  (121/200)
Berrys: 600.000 B

MessageSujet: Re: [Mission]Tournoi à Glaglapolis   Ven 16 Juin - 5:03

  • Shiki
  • Mission Solo
Deuxième tour


Le lendemain était vite arrivé et pour cause, je n’avais que très peu dormi. Très tôt à l’aube, je m’étais vite dirigé vers le Colisée pour voir la liste des combats. Qui allais-je affronter ? Alors que je me pensais seul, la liste n’était guère affichée, mais alors que j’allais partir, voilà qu’une personne jouant le rôle de messager m’interpella. Sourire aux lèvres, le diseur de bonnes ou mauvaises nouvelles afficha alors l’affiche qui promettait d’être intéressante, mais voilà... Devant l’affiche, je ne pue que m’amuser à sourire presque tristement. Finalement, le destin nous réunit bien plus vite qu’on pourrait le croire. Les combats étaient dans cet ordre :
Matin : Doku Fugu VS Keisan Akaruidesu
Après-midi : Shiki M. Eiki VS Kōkatsuna Sentōki

Ainsi donc, je ne me retrouvais non pas face à le prodige, ou le tacticien, mais bel et bien, le fourbe, mais aussi mon ami ? Quittant les lieux, je me permis une balade se voulant bienfaitrice. Réfléchissant quelque peu, je me remémorais déjà les bons moments passés ici, comme si je doutais quelque peu de ma capacité à gagner. Est-ce que je craignais Koka’ ? Non... Secouant la tête et me mettant une baffe mentalement, je me mis à regarder le ciel et tendre le poing. Je ne pouvais pas reculer, même si cela signifie clairement briser son possible rêve. Une chose était sûre, je ne partirais pas de là en mauvais terme avec qui que ce soit et encore moins avec lui. Espérant qu’il ne prenne pas mal cette nouvelle, j’étais loin d’imaginer certaines réactions. Nos deux possibles futurs adversaires se disaient que ce serait intéressant, tandis que le public lui était plus unanime : enfin le tricheur se ferait virer.
Ce n’est qu’en début de matinée que j’en pris conscience en entendant quelques encouragements pour le moins clairs à ce sujet. Je n’étais pas encouragé pour faire un bon combat, mais bien l’expulser du tournoi. Dilemme, désormais, devais-je réaliser ce fantasme des spectateurs ? Ou écouter mon cœur ? Me mordant la lèvre, j’allais me réfugier dans la loge où les ex participants se trouvaient, à l’exception de mon futur adversaire. Intrigué, je me mis alors à regarder en bas vers l’arène spéciale. Une multitude de murettes avaient été mises en place, comme pour former un champ de ruine mixé avec un labyrinthe. Intrigué, je savais que ce serait aussi mon terrain de jeux aujourd’hui.


Doku Fugu VS Keisan Akaruidesu

Chacun entrant à l’opposé de l’autre, ils étaient directement livrés à eux-mêmes, incapable de se voir. Sans réfléchir, la cornue s’enfonça donc dans ce drôle de terrain et commençait à chercher son adversaire. Ce dernier ne bougeait absolument pas, semblant attendre. Que faisait-il ? Quel serait son plan pour essayer de vaincre l’ennemie à abattre dans ce tournoi ? Le monstre allait-il être vaincue par le tacticien ? Alors qu’elle approchait dangereusement, l’homme se décida enfin à agir. Dégainant sa lame totalement démesurée, il fit tournoyer sa lame au point de presque créer un véritable cyclone soulevant un magnifique manteau de poussière, seulement, depuis les gradins, nous pouvions encore apercevoir les silhouettes. Seuls les combattants n’avaient pas la possibilité de bien se distinguer. Camouflage dans la poussière, intéressant. Il bougeait, changeait de place, mais au lieu d’emprunter les chemins formés par les murettes, lui, il semblait clairement utiliser le haut de ces dernières pour se déplacer et prendre de la hauteur. Petit à petit, la poussière retombait et la visue des épéistes redevint potable, mais trop tard pour Doku, son adversaire sautait sur elle tel un félin, épée la première. Un bond en arrière sauva la cornue, mais l’épée du stratège créa un léger tremblement en plus de briser net le sol, montrant un poids non-négligeable. Comment allait riposter la demoiselle ? Reculant, celle-ci débutait un jeu de chat et de la souris en s’enfuyant. La nouvelle star du tournoi reculait ? Je me mettais à chercher le pourquoi du comment d’une telle manœuvre, mais je ne voyais pas... Je ne comprenais pas l’intérêt de fuir l’ennemi qui allait la traquer. À moins qu’elle espérât prendre le chasseur à son propre jeu ?
Me frottant le menton, dans les spectateurs, un vieil homme se frottait la moustache en analysant leurs façons d’agir. Pour l’homme, il n’y avait aucun doute, il s’agissait là d’une bataille semblable à une partie de shogi. Un jeu où la stratégie est la clé de tout. Le moindre mouvement et sacrifice compte.

Le très sournois et rusé adversaire de la Doku entama donc sa traque, profitant de sa hauteur pour repérer aisément la cornue. Là encore, celui-ci tentait de l’affronter directement de façon brutale et destructrice. En soit, s’était ingénieux, car leurs lames étaient toutes deux imposantes en terme de taille, mais de façon purement puissante, l’épée du tacticien écrasait celle de Doku. Comment allait-elle gérer cela ? À la surprise générale, plutôt que fuir, cette fois-ci, la cornue résista aux impacts fracassants de l’épée adversaire. Lors d’esquives, elle utilisait des lames d’air pour façonner le terrain, le changer. Tantôt des gravats venaient gêner les mouvements de l’ennemi, alors qu’elle, elle s’offrait une marge de manœuvre plus large. Mais alors que dans un combat normal les jeux seraient faits, le stratège décida de se replier et démontra une fois de plus ses astuces et son sens de la logique. S’il la laissait maîtriser le terrain, il perdrait son avantage. Les rôles s’inversaient et cette fois, c’est le brutal homme de logique qui se fit prendre en chasse. Attirant la belle vers un coin très étroit, il espérait réellement la dépasser sur la surprise et le corps-à-corps. Alors qu’ils se courraient après, l’homme planta son arme dans une murette pour faire barrage via le manche et sauta vers l’arrière pour tenter une attaque coup de pied sauté arrière, mais malheureusement pour lui, la demoiselle lue clair dans son jeu et para le coup, attrapant sa cheville et le blessa au passage. Elle grappillait petit à petit du terrain et l’avantage devenait évident. Désarmé, le tacticien n’avait pas d’autre choix que récupérer sa lame, mais la cornue refusait de le laisser faire et via des coups précis et vifs, elle réussit à défaire l’homme face à elle.
Le monstre avait vaincu le tacticien.

------------------

Le combat était terminé et le champ de bataille bien endommagé, mais nous allions devoir faire avec moi et Koka”. Soupirant en douceur, je me mis à la recherche de ce dernier, jusqu’à ne las le trouver, mais l’heure fatidique arrivait. Je devais me présenter au plus vite sur l’arène et je le fis. Des hurlements se faisaient entendre, une foule en délire semblait m’adorer et pour cause, l’homme en face de moi était le fameux vilain petit canard de la compétition. Mais allais-je laisser faire ça ? Non... Hors de question. Malheureusement, je n’avais pas le temps de parler avec mon ami n’est-ce pas ? Les secondes défilaient et finalement alors qu’un abandon allait être prononcé, voilà qu’une silhouette et une voix retentirent. Des civils s’exclamaient et ordonnent de regarder en l’air. Du haut d’un large pilier de l’arène, une ombre se dessinait. Poncho flottant dans les airs, la silhouette se jeta dans le vide et fit une belle pirouette pour être dans l’arène, en face de moi, indemne. Quelle entrée en scène me disais-je. Koka’ était enfin là.

“ L’homme le plus fort de cette compétition vient d’entrer en scène ! Préparez-vous au spectacle. “

Lui souriant tristement, je dégaine mes deux lames principales tandis que lui comme lors de son premier combat, se contenta de rester neutre ne dégainant pas sa drôle d’arme. Rien que ça déclenchait déjà quelques exclamations du public, mais je n’en faisais rien. Lui, il souriait, mais est-ce un vrai sourire ? Je me devais de le savoir. Ainsi, rentrant mes lames, j’étonnais le monde en allant face à lui pour discuter sans que les gens puissent vraiment nous entendre.

“ ... Koka’ ? “
“ Hm ? ... Shiki ? Qu’y a-t-il ? N’es tu pas enjoué de pouvoir me combattre ? Huhu. Je vais pouvoir te prouver ma supériorité héhé. “
“ ... Sache juste une chose... Ne retiens pas tes coups. Soit toi-même ok ? “

Lisant dans son regard comme dans un livre ouvert, visiblement, mes mots avaient fait mouche. Je lui avouais que je ne le jugeais pas et qu’importe son style, je ne comptais pas me retenir. Et c’est pour cela que je dégainais ma lame fétiche.

“ Je ne me retiendrais pas sache le. Alors ne me fais pas de cadeau ok ? “

Soupirant de lassitude, il baissa la tête avant de simplement tendre le poing. Joignant le mien au siens, j’affirmais ne pas lui en vouloir pour la dernière fois et il était clair que certaines personnes ne comprenaient pas ce qui se passait, à l’exception de peut-être une vieille personne. Un guerrier de renom sait accepter les fautes d’autrui en plus des siennes, c’est une marque de sagesse. Désormais à ma position, je faisais signe que le combat pouvait commencer officiellement.
Le jeune espoir de la compétition allait affronter le pseudo-tricheur, l’incompris, l’ingénieux et spécial du tournoi.


MShiki M. Eiki VS Kōkatsuna Sentōki

Tandis que la population alentour était en ébullition, je me mis à fermer un bref instant les yeux. Le sang parcourant mes veines, l’adrénaline commençant à prendre possession de moi, j’étais aux anges. Ce n’était pas la finale, mais je ressentais une telle sensation actuellement, j’aimais ça. Est-ce que mon adversaire aussi ? Ce dernier semblant plus neutre cette fois-ci, il caressa son compagnon animal avant de l’envoyer ailleurs pour sa sécurité. Souriant face à l’image, je me permis une petite blague.

“ Si tu gagnes... Je donnerais ma réserve de noisettes à ton ami. “

Amusé, l’homme rigola un instant avant de se concentrer. Le début du combat se fit officiel et il s’élança vers moi. Usant du relief, il essayait d’être imprévisible, réalisant une charge usant de nombreuses feintes. Ne le quittant pas des yeux, je commençais par faire un pas, puis deux... Avant de moi aussi m'élancer vers lui. Tandis que nous étions juste à environ à quelques mètres l’un de l’autre, celui-ci sortit une sorte de grenade qu’il me lança dessus, mais je coupais celle-ci, dessus en accélérant brutalement. Mouvement de célérité, je tranchais net l’objet avant de continuer ma course en cherchant à viser son bras droit ( sa droite ), mais voilà, il avait plus d’un tour dans son sac et c’est donc avec ingéniosité qu’il contra mon coup sans que je puisse deviner. En effet, son arme se trouvait de ce côté-là et para naturellement mon coup, m’empêchant de couper sa personne. Prit au dépourvu, je fus donc une proie à un coup de coude qui fit mouche. Me reculant de force, je commençais à tâter mes armes et je me rendis compte d’une chose : l’une d’elles manquait à l’appel. Tournant mon regard vers l’ennemi, je remarquais que celui-ci tenait l’un de mes katanas en main. Le fourbe, il m’avait en partie désarmé. Il était doué pour agir rapidement et sans un bruit. Ravalant ma salive, je me contentais de sourire en coin.

“ Ne t’y accroche pas trop, je vais venir la reprendre. “

Faisant signe d’approcher, j’allais à lui directement, lançant divers assauts. Coups feintés, attaques frontales, attaques rotatives, je le déshabillais doucement en déchirant de part et d’autre son poncho et cette fois, sa ceinture de petites bombes était plus massive. Comptait-il user de l’aveuglement pour moi ? Gardant mon sang-froid, je me disais que le mieux était de le garder à l’œil, mais trop tard, je notais tardivement qu’une petite bombe manquait sur la ceinture. Ce dernier la lançait vers mes pieds et une épaisse fumée m’empêcha de voir les alentours. Allait-il tenter le même coup qu’avec son ex-adversaire ? Hors de question... Dégainant ma seconde lame, je me mis à faire un mouvement brutal de rotation pour créer une lame d’air autour de moi et faire en sorte qu’elle dissipe cette fumée tout en forçant Koka’ à se reculer. Bingo, mon coup fonctionna, m’empêchant de peut-être perdre bêtement...
Mais il ne faut pas vendre la peau de l’ours avant de l’avoir tué comme on dit... Alors que je me félicitais presque, celui-ci n’abandonnait pas l’idée de me battre et d’un geste vif, il utilisa la lame comme un javelot. M’écartant et tournant immédiatement mon regard vers ma lame, je ne vis pas venir les dix petites bombes fumigènes qui cette fois me donnaient droit à un fumigène plus puissant. Impossible d’avoir les pleins pouvoirs, mes yeux me piquaient fortement et mon souffle était presque coupé. Restant en garde, je débutais un mouvement de recul avant de me dire que cela était trop prévisible. Immédiatement, je me tournais pour encaisser un coup armé. L’arme de mon ami frappait ma garde croisée me faisant valser plus loin. Quittant la zone sous l’effet des fumigènes, je me mis à tousser quelque peu avant de reprendre pleinement conscience de mes moyens.

Certains seraient outrés d’un tel combat, mais rien n’interdisait l’utilisation de gadgets, alors en soit, il est dans ses droits. Jouer “ mauvais “ a du bon en soit, cela entraînais mes capacités de prévisions et anticipations. Et à la fin du combat, je ne manquerais pas de le remercier pour cet entraînement. Que je sois gagnant ou perdant, je savais que j’aurais grandi et ça, ça n’a pas de prix. En plus de m’être fait des amis.

Le temps s’écoulait et les coups s’enchaînaient. Nous nous rendions coup pour coup et je devais avouer que l’épuisement commençait à se faire sentir entre lui et moi. De niveau clairement équivalent, je rompis un clash entre nous pour reprendre mon souffle. Quel adversaire quand même. Je venais enfin de venir à bout de ses “ munitions “. Il allait devoir se concentrer sur le combat réellement armé non ? J’attendais qu’il me montre ses réelles capacités et finalement, il vint à moi. Toujours avec son arme et la mienne, il tenta de m’avoir, mais je divisais ma lame des 50 pour avoir deux lames tout comme lui. Lisant son engouement dans son regard, je lui rendais ce dernier avant de débuter un échange tactique et réfléchit. Menaçant de le tailler à un poignet, il lâcha de force ma lame et je donnai un coup de pied dans le manche pour forcer celle-ci à remonter vers lui. Il désirait du free-style ? Le voilà servi. Esquivant d’un bond en arrière ce justesse, quelques cheveux tombaient au sol. Aussitôt, je tentai ma chance. Allant face à lui, je tentais d’asséner de nombreux coups pour tourner autour de lui et le forcer à reculer dans le sens inverse, mais alors que cela se produisait, une surprise retombait du ciel : mon katana. Lui faisant un clin d’œil, je terminai mon enchaînement en tentant un coup à l’épaule, mais à ma grande surprise, il attrapa ma lame avec ses deux mains. Impressionné, un duel de force s’opérait et à ma grande surprise, il dévia ma lame. Immédiatement ; profitant de l’action, il saisit ma lame et tenta de me porter un coup en traitre, mais ma seule action défensive fut de me tourner. Son coup horizontal rencontra la dureté de ma lame dans mon dos et terminant ma rotation, je me saisis à mon tour de son poignet pour alors l’immobiliser et porter ma lame à sa gorge.

Un long moment de silence se fit entendre, mais aucun vainqueur ne fut nommé. En effet, sans que je ne l’aie vu faire, il s’était saisi d’une petite lame et l’avait placé au niveau de mon cœur. Match nul ? Non... On ne pouvait pas finir ainsi. Le règlement nous força donc à nous écarter et reprendre nos positions. Lui souriant, exténué tout comme lui, je vins alors à montrer mes lames et lui en lancer une. Comprenant ma petite idée, celui-ci se fit joueur.

“ Tu veux jouer à ça hein ? “
“ ... Autant finir en beauté non ? “

Acceptant mon défi, à la surprise général, il se mettait en garde pour réaliser ce “ duel “ que je lui imposais. Faisant de même, chacun prenait sa pose avant de s’élancer, hurler sa rage et nous croiser. Mouvement éclair, clash véritablement violent, aucun de nous avait réussit à toucher l’autre. Je me retournais pour lancer une lame d’air qui fut contrée et reprit une charge contre lui. Ce genre d’enchaînement se répéta quelques fois avant de finalement arriver à un croisement à bout portant classique entre samouraïs. Cette fois, une trace de sang se fit voir au sol. Chacun de nous confiant en ses capacités rangea sa lame et tandis que du sang s’écouler au niveau de mes côtes... Le pseudo-tricheur s’effondra le sourire aux lèvres, K.O.
Toussant et essayant de masquer ma blessure légère bien qu’inquiétante si on n’est pas médecin ou prit vite en charge, je ne réalisais pas encore ce qui venait de se passer. Peu de temps après, alors que mon nom fut cité comme nom du vainqueur, je tombais dans les pommes, épuisé par cet affrontement.

------------------

Sur mon lit de soin, des gens autour de moi m’observaient et quand je me réveillais, je vis quelques personnes que je reconnaissais. Le rouquin Koka’ était proche de moi, et à ma plus grande surprise, la cornue se trouvait sur le pas de la porte. D’autres participants et des médecins étaient là, mais certains s’écartaient pour me laisser reprendre mes esprits. Des médecins essayaient de me parler et ce n’est qu’après un long moment à me concentrer que je compris leurs baratins. On m’avait cousu suite à une coupure, mais en rien mon état n’était affolant. La chaleur et la fatigue y était pour grande chose, mais malgré tout, j’étais celui qui affronterait Doku Fugu en finale. Souriant à celle-ci, la demoiselle se mit à quitter les lieux. Quelque peu déçu, je discutais avec les gens, jusqu’à ce qu’ils me laissent me reposer pour demain. Mais à ma grande surprise, quand Koka’ sortit, quelques minutes plus tard, une visite imprévue se passa : Doku.

La demoiselle au pas de la porte me regardait en douceur avant d’approcher. Elle semblait si dure et pourtant si timide à la fois. Intrigué, j’allais parler quand finalement elle cracha le morceau.

“ L’autre roux m’a dit de venir te voir... Tu es de nature bavarde parait-il. “

Ricanant légèrement, je fis une légère moue de douleur avant de me redresser quelque peu.

“ ... Je voulais te parler oui. Simplement te connaître. “
“ Pourquoi faire ? Quelle utilité ? “
“ Et pourquoi pas ? Si tu te dis que ça ne sert à rien car demain on s’en ira chacun de son côté et on ne se reverra plus, en un sens tu n’as pas tors. Mais d’un autre côté, je pense pas ainsi. Toutes les rencontres sont bonnes à réaliser. Que ce soit durable ou éphémère, je n’hésite pas à plonger tête la première. “
“ Pourquoi moi ? Je n’ai rien de plus que les autres... “
“ ... Bien au contraire. Comme tous, tu es unique. Hm... Se pourrait-il que... Tu soit de nature solitaire ? “

Son drôle de regard se posa sur moi. Froide, elle en vint à soupirer et hausser les épaules. Qu’elle utilité de savoir ça ? J’allais répondre à cela, mais elle me coupa dans ma phrase.

“ Qui voudrait connaitre un danger comme moi hein ? Un monstre ? “
“ ... Je t’arrête. Si tu parles de ton physique, il ne me dérange pas... “
“ Admettons. Mais qui aimerait quelqu’un qui ne peut pas vous toucher sans vous faire du mal hein ? “
“ Que veux-tu dire ? “

Montrant sa main, en observant de plus près, je pouvais voir comme une légère substance suinté de ses pores. Secrèterait-elle quelque chose ? Elle ouvrit la bouche pour s’expliquer.

“ De par mes gênes, je produis une sorte d’acide, on peut comparer la substance à de l’acide. Je brûle les choses organiques que je touche. Système immunitaire défaillant, gênes pas très socialement corrects, les comparaisons ne manquent pas et cela fait de moi ce que je suis.. Un mons[...] “
“ Une personne unique. “

Lisant sa surprise, je la fixais, prouvant que j’avais foi en ce que je disais. Sur ces mots, elle essaya de partir, mais aussi dangereux cela soit-il, je prenais son poignet entre mes doigts, m’infligeant une brûlure lente et douloureuse. Se débattant, elle me regarda longuement avant d’étouffer un simple “ merci “ et partir. Je ne m’en rendais pas compte, mais j’avais littéralement touché une corde sensible. Tandis que moi, je me laissais aller à un peu plus de repos, alors que Doku allait s’offrir un peu de méditation.


Dernière édition par Shiki M. Eiki le Lun 19 Juin - 17:40, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Shiki M. Eiki
Capitaine de division
avatar
Messages : 215
Race : Humain
Équipage : Inquisition

Feuille de personnage
Niveau:
26/75  (26/75)
Expériences:
121/200  (121/200)
Berrys: 600.000 B

MessageSujet: Re: [Mission]Tournoi à Glaglapolis   Sam 17 Juin - 17:10

  • Shiki
  • Mission Solo
Finale


Plus le temps passe et plus l’énergie me revient. Finalement, mon affrontement de la veille avait été éreintant, mais je pouvais prétendre pouvoir participer au combat. Il aurait été idiot d’être disqualifié ou reporter le combat pour si peu. En réalité, je me mentais à moi-même et refusais de risquer quoi que ce soit. J’allais participer et un point c’est tout, quitte à mettre en danger mon propre organisme. Ainsi, alors que le combat officiel à l’affiche spectaculaire était annoncé à quinze heures, il me restait tout cinq heures pour m’entraîner. Une fois debout, j’allais donc échauffer mes muscles pour le futur affrontement. Exercices simples, étirements, soulèvement de poids et mouvements de bases pour les parfaire, tout y passait avant de finir par de la méditation. Avoir l’esprit clair était une nécessité lors de ce genre de moment. Une finale de tournois, ce n’est pas rien, surtout quand l’ennemi en face est logiquement plus fort que vous. J’étais loin de me douter de ce qu’elle était. Le secret de cette miss résidait dans sa race mêlée la rendant naturellement dangereuse. Couplé à ses capacités martiales, pour sûr que plus tard, elle sera une personne redoutable.

Mais trêve de plaisanterie... L’heure approchait à grand pas et c’est donc en avance que je me dirigeais vers le champ de bataille. Arrivé dix minutes plus tôt, je vis une silhouette tout aussi sérieuse que moi. Doku était là, elle aussi stressée visiblement. Ravalant ma salive, j’approchais pour jeter un coup d’œil au type de terrain qu’on allait devoir dompter. Un ring creusé avec un sol en verre épais. Sous le verre se trouvait une véritable piscine de quelques mètres de profondeur. Un toit avait été installé pour pouvoir laisser pendre de nombreuses lianes et divers supports pour pouvoir s’y battre. Un combat qui se jouerait entre ciel et mer. Essayant d’imaginer bien des choses, je savais déjà sur quel genre de terrain je devrais jouer.

“ ... Stressée ? “
“ Non... “

Souriant à celle-ci, je vins alors à lui faire signe que je l’étais aussi. Rougissant quelque peu, je ne disais rien de plus. Les spectateurs entraient, l’ambiance devenait sulfureuse et finalement on fit l’appel. Me tournant vers elle, prenant les devants, j’approchais de cette sortie lumineuse. L’invitant à me suivre, nous entrions dans l’arène.


Gaihakuna Chishiki / Organisateur du tournoi

Dans sa tenue traditionnelle, un large kimono, l’homme présidait depuis sa loge à bonne hauteur et se leva pour alors commencer un discours aussi sérieux que lors de la cérémonie d’ouverture.

“ Je tiens à vous remercier d’avance pour ce que vous avez fait. Gagnants, perdants, rien n’est plus important que l’effort, le spectacle offert à nos habitants. Doku Fugu, Shiki M. Eiki, ne rougissez pas de la suite des événements, quel que soit le résultat de ce combat qui je l’espère sera splendide, soyez fier de votre évolution au cours des événements. “

Suivi d’applaudissement, le discours de l’homme âgé avait fait son effet et d’un geste salvateur, il nous invita à commencer. Dégainant mes lames, la demoiselle face à moi fit de même le regard terriblement sérieux.

“ Donne moi tout ce que tu as. “


Doku Fugu VS Shiki M. Eiki

Sourire radieux, je voulais la convaincre de ne pas avoir pitié, car ce tournoi avait beau être sérieux, en un sens, je m’amusais aussi, et ça, il ne fallait pas l’oublier : l’amusement qu’on a à participer à ce genre de moment. Ainsi, prête mentalement, la demoiselle fit ce que j’imaginais. D’un coup, plantant sa langue dans l’épais verre au sol, elle brisa cette couche pour supprimer une grande partie du support pour moi. Combat aquatique ? Hors de question... Tandis qu’elle plongeait dans l’eau, moi, je me saisis d’une liane et grimpai sur une des plateformes pour rester sur quelque chose de stable et avantageux. La mer contre les cieux, qui allait gagner ?

La cherchant du regard, une tâche violette commença à se déplacer à vitesse importante sous l’eau. La traçant du regard, quand elle s’immobilisa quelques secondes, j’eus le réflexe de me tenir prêt à bondir sur le côté et je faisais bien. De l’eau jaillissait une dizaine de petites lames d’air. Changeant de plateforme en jouant à faire Tartian ( un homme connu de l’île Naturosinges sur Grand Line ) en utilisant des lianes, je me remis à la chercher. Quand une nouvelle salve de lames d’airs se mirent à émerger de l’eau, je les contrais via une des miennes, plus massive, annulant son attaque.
Allions-nous jouer longtemps à ça ? Non... Et alors que j’allais plonger pour aller à elle finalement - tout en prenant une certaine précaution ingénieuse - c’est elle qui fit le premier pas. Sortant de l’eau comme une roquette, elle se trouvait dans les airs à ma merci me disais-je. Mais alors que je tentais un coup à courte portée, elle se saisit d’une liane pour se tirer et esquiver. Merde !!!
Se balançant avec agilité, elle approcha brutalement de moi et enroula la liane autour de mon bras avant de me pousser dans le vide. Me pendre par le bras pour être sa proie ? Non. D’un geste vif, je coupai la liane et tombai dans l’eau, et elle, elle me suivit m’ayant emmené où elle voulait. Tournant autour de moi tel un requin, elle commençait un combat aquatique en usant de sa lame. Ralentit, j’avais clairement du mal à contrer ses coups et les blessures superficielles se multipliaient. Entre les coups de lame et frôlement de sa peau contre la mienne provoquant une légère brûlure, mon être ne pourrait pas tenir longtemps.

Une fois sur un bord, je tentais de gagner du temps via une lame d’air importante. Réussissant à quitter l’eau et la retarder, je recommençais à grimper via les lianes. Ce serait difficile de gagner dans ces conditions... Merde, je devais trouver une solution. Et alors que je réfléchissais, dans la loge de l’organisateur, des choses étranges se déroulaient. En effet, un homme annonça au vieillard que des ex combattants avaient volé les récompenses monétaires. Un vol ? L’annonce qui devait être discrète se fit presque via des hurlements de la part de l’annonciateur. Exaspéré, le vieillard grommela quelques paroles n’ayant jamais imaginé que des gens oseraient voler cet argent. Mais le pire restait à venir. En effet, au sommet du Colisée, quatre formes se faisaient voir au grand jour : quatre ombres qui surplombaient tout le monde et ces dernières se mirent à lancer des objets à effet fumigène massif. Pire que ceux de Koka’. Une attaque ? Tout devenait flou et incompréhensible. Est-ce que l’attaque était pour assurer que les autres s’enfuient avec l’argent ? Quatre objets recrachant du gaz violet tombaient vers les spectateurs. Lançant une lame d’air maîtrisée, je coupais les objets pour les arrêter dans leurs courses et à ma grande surprise, ce fut pareil pour les deux autres. Doku entrait en scène. Mais pas que... Alors que les silhouettes remettaient ça, d’autre gens se mirent à entrer en scène : les ex combattants honnêtes. Koka’, Oshinobi, Hanako et j’en passe. Les civils commençaient à être évacués et tant mieux que ce furent des bombes qui étaient jetées avant que ces malfrats tentent de s’en aller.

“ Il faut agir !!! “

Invitant les autres à me suivre, je partis à la recherche de ces quatre malfrats. La panique générale était un peu de mise, mais je traversais la foule pour poursuivre ces malfaiteurs. Suivi par mes acolytes, je me demandais bien qui était derrière tout ça. Finalement, après une course-poursuite ridicule, les quatre ombres commençaient à se faire voir.


Kyata Fenishiro,Kotaru Fushia, Corso Maltaise, Smokey Edy

Quatre figures connues pour certaines et d’autres moins. Cependant, le point commun entre eux tous étaient le fait d’avoir participe au tournoi. Le premier homme était mon premier adversaire, tandis que les autres s’étaient fait m’être hors d’état de nuire pendant les préliminaires. Quel complot était-ce ? Tandis que l’organisateur cherchait des réponses de son côté, il comprit pourquoi ces gens faisaient ça : ils faisaient partie d’un équipage pirate et le capitaine n’était autre que...


Nixon Erick, alias Keisan Akaruidesu

De son vrai nom Nixon Erick, le capitaine des Black Crow s’était fait passer pour autrui. Pas de primes, peu de reconnaissance, sans doute est-ce pour ça que tout le monde y avait vu que du feu. Ainsi donc, les quatre larrons essayaient de s’échapper avec la fin du butin. Mais alors que je pensais que j’allais devoir combattre seul contre eux, les combattants honnêtes se mirent entre moi et eux, m’offrant une chance d’aller à l’avant. Ainsi, sans que les acolytes de Nixon puissent y faire quoi que ce soit, j’avais le champ libre. Suivis de Doku, nous avancions jusqu’au navire qui s’apprêtait à partir. Étonné de nous voir, l’homme grogna de mécontentement libérant son animal de compagnie : un ours brun apprivoisé. Nous attendant sur le pont puisqu’il n’avait pas assez de temps pour s’éloigner suffisamment, il ordonna à son animal de nous combattre. Doku s’élança vers son ex adversaire dans le tournoi, convaincu qu’elle pourrait encore le vaincre, mais cette fois-ci, plus difficilement. En effet, il avait ajouté un electro dial à son épée, rendant les coups électrique. Moi de mon côté, confronté à cette bête, je ne pouvais qu’être gêné... Cette bête semblait souffrir, et je me refusais de la blesser. Contrant ses coups, à plusieurs reprises, j’étais repoussé violemment. Un ours n’est pas un chien ou un chat... Là, un simple coup permettait à me propulser contre le mat par exemple. Sur la défensive, je me demandais bien quoi faire et je tentais de lui faire comprendre que je n’étais pas son ennemi, mais en vain. Sans coup de pouce, s’était peine perdue, et même si j’étais une âme proche des animaux, je n’avais aucun pouvoir particulier sur eux...

Doku de son côté se fit blesser par un coup sournois et propulsé dans l’eau. Se faisant passer pour K.O, elle récupérait de son assaut sous l’eau. Nixon convaincu de l’avoir vaincu se tourna alors vers moi, sourire aux lèvres.

“ Alors petit ? On veut s’amuser ? Roxo, termine le !!! “

S’élançant vers moi, il tenta de me fracasser avec sa lame alors que je devais aussi gérer les coups de son animal. Alors que j’aurais pu repousser l’animal contre lui, le risque qu’il se fasse blesser était trop gros et je décida d’encaisser exprès le coup de l’ours, me donnant droit à une griffure importante au corps. Encastré entre plusieurs planches, je cherchais à trouver une porte de sortie à cette situation, mais en vain. Zut... Allait-il me donner le coup de grâce ? Les autres allaient-ils réussir à s’en sortir ? Ou bien les autres compagnons de Nixon aussi allaient se ramener ? Ce serait le pire des scénarios.

Mais alors que le coup de grâce allait m’être donné, un kimono vola au gré du vent, s’interposant. Une silhouette cachée par l’habit contra avec aisance le coup, repoussant le capitaine voleur. Qui était-ce ? Relevant le regard, je vis une chevelure blanche/grise. Le... L’organisateur ? Armé d’un simple katana en bois, l’homme rangea son arme comme s’il rengainait avant de m’adresser quelques mots. Ces gens-là ne devaient en aucun s’enfuir, ils avaient osé violer ce tournoi et il était temps d’infliger une sévère punition à ces malfaiteurs. Visiblement en colère mais pas découragé pour autant, le forban s’élança sur nous avec son imposante épée. Le doyen s’accroupit et alla derrière lui pour me couvrir, empêchant l’ours d’approcher alors que moi, je me retrouvais face à face avec Nixon. Esquivant sa lame de peu, son geste vers l’avant se suivit d’un mouvement à l’horizontale, cherchant à me pousser vers le bord du navire et me faire tomber. Contrant pour ne pas me faire couper, je me retrouvais comme il l’espère, poussé vers le rebord du navire. Usant de toutes mes forces pour retarder l’inévitable, je repensais à une botte secrète que quelqu’un avait utilisée et je dégainai ma lame blanche pour la planter dans le trou de la lame, l’empêchant de l’utiliser. Se devant la soulever pour quitter ce qui faisait gêne, j’avais là une ouverture parfaite que j’utilisais pour couper net. Bondissant tel un tigra, le revers de ma lame ne fit qu’un aller vers lui et non-retour pour le mettre K.O, ou essayer. Relâchant sa lame, celui-ci tituba avant de grogner de mécontentement.

“ Tu ne partiras nul part, forban ! “

Préparant une fuite, un tout pour le tout, alors qu’il commençait à s’approcher du bord, une silhouette sortit de l’eau pour faire barrage : Doku. Surpris tout autant que Nixon, son attaque surprise fit mouche, le faisant tomber en arrière. Profitant de la déstabilisation, je sortais toutes mes lames pour les planter à divers endroits dans ses vêtements sans le transpercer. Piqué au sol, il ne pouvait plus fuir et surtout pas quant au final, tout le monde sortait vainqueur de cet affrontement. Les autres arrivant aussi, il n’avait plus aucune chance, lui et ses sbires avaient perdu.

“ C’est terminé... “

N’aimant pas la défaite, mais se devant de la reconnaitre, l’homme murmura quelques jurons, s’avouant vaincu. Nous venions d’éviter le vol de plusieurs millions de berrys.

Alors que les forbans étaient emprisonnés en l’attente de l’arrivée de marine dans les jours à venir dès que possible, je vins à m’approcher du doyen pour essayer quelque chose.

“ ... S’il vous plait, faites en sorte que l’ours soit relâché... Je suis sûr qu’une fois de nouveau sauvage, il pourrait être plus utile. “

M’affirmant qu’il y réfléchirait, il me posa une simple question, me demandant ce qu’on devrait faire des parts de compensations qui étaient destinées à Nixon et son autre acolyte. Tandis qu’il faisait plusieurs propositions telles que le fait d’ajouter ce gain à celui du gagnant ou au perdant de la final, j’émis alors une idée me paraissant simple mais efficace.

“ Donnons là aux pauvres de cette île ? Pour améliorer leur quotidien ? Ou des gens dans le besoin ? “

Notant ma proposition, l’homme repartit dans ses quartiers pour réfléchir à comment faire la finale. La rejouer ? La repousser ? Cela ruinerait l’ambiance ? Finalement, en présence de Doku, nous eûmes la même idée pour que la fatigue de l’un et chez l’autre ne soit pas un souci. Que le match soit équitable : un duel comme lors de ma fin de combat contre Koka’. L’idée fut alors acceptée.

---------------------


Doku Fugu VS Shiki M. Eiki

Se tenant sur une plateforme tout comme moi, bien à la vue de tous, je souriais à celle-ci, laissant le vent caresser nos chevelures. Regard l’un dans l’autre, je vins à rigoler soudainement, étonnant la belle avant de m’excuser alors qu’elle ne comprenait pas pourquoi je riais.

“ ... Je me rends compte que ce tournoi a été une belle opportunité. Vraiment, je ne pensais pas que ça aurait été si intense en si peu de temps. Que ce soit ces nuits à imaginer les futurs combats, ces instants à réfléchir en cherchant la meilleur tactique ou simplement faire la connaissance de gens... Je me suis bien amusé et je suis même un peu triste quand je réalise que c’est la fin. “
“ Il fallait bien que ça arrive ... Non ? “
“ ... Oui ... Et non. “
“ C... Comment ça ? “

Dégainant ma lame tout comme elle, je me faisais sérieux en la foudroyant droit dans les yeux.

“ Rien ne nous empêche de rester en contact. Toi... Moi... Koka’... Les autres. Ce monde est si petit tout en étant immense. “

Ne s’y étant pas préparé, elle fut surprise et ne le cacha pas. Mais assez de plaisanteries et de politesses, il fallait terminer ce combat après tout. Lui lançant un sourire provocateur, l’invitant à donner tout ce qu’elle avait, d’un geste d’un seul, nous nous propulsions l’un vers l’autre. Lames en arrières, ce n’est que lors du croisement que tout se passa en un éclair. De loin, on a l’impression que tout se fait instantanément et pourtant, pour nous, c’est différent. La chair de poule se fait ressentir, l’air mord notre peau comme si un large frisson parcourait notre échine, le sang ne fait qu’un tour, pulsant violemment dans nos veines, notre souffle devient presque douloureux et difficile à supporter. C’est agréable, je ne me lasse pas de cette adrénaline.

Le clash a lieu, le temps reprendre son cours et les lames se rangent, chacun ne se tournant pas vers l’autre, jusqu’au dernier moment où je jette un regard vers elle. Nos lèvres bougent simultanément. Elle avec un léger sourire, alors que moi, je m’avoue un peu déçu.

“ Bravo...“ / “ Bravo...”

Finalement, la silhouette qui tombe n’est pas celle de la semi-méduse, semi-cornue. C’est bien le mien. La lueur de vie quitte mes yeux, épuisé et K.O. Elle avait réussit à me vaincre et gagner le tournoi par la même occasion.


Dernière édition par Shiki M. Eiki le Lun 19 Juin - 17:49, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Shiki M. Eiki
Capitaine de division
avatar
Messages : 215
Race : Humain
Équipage : Inquisition

Feuille de personnage
Niveau:
26/75  (26/75)
Expériences:
121/200  (121/200)
Berrys: 600.000 B

MessageSujet: Re: [Mission]Tournoi à Glaglapolis   Lun 19 Juin - 3:43

  • Shiki
  • Mission Solo
What's next ?


La voie du sabre, ce n’est pas que le respect, l’honneur et ce genre de choses. Selon moi, c’est aussi le plaisir de se confronter à autrui. Parfois, certaines personnes essaient d’utiliser cet art pour faire le bien, mais d’autres souillent cet art ancestral pour faire le mal ou à mauvais escient. Ce tournoi m’avait ouvert les yeux comme quoi tout n’est pas toujours mauvais. Il y a des gens qui semblent mauvais et qui pourtant sont blanc comme neige, tel Koka’. Bien des personnes sont des perles, telle Doku, et la conclusion de cette compétition - même si je l’avais perdu - était le fait que j’avais rencontrer des personnes formidables.

Ouvrant doucement les yeux, je sentis quelque chose d’étrange sur moi. Alors que ma vue arrêtait d’être floue, je vis un petit animal renifler ma personne, mais il manqua de sursauter quand il remarqua que j’étais éveillé. Amusé, je tendais la main pour le caresser alors que je captais une personne à mes côtés. Pas penché sur moi, il semblait plutôt... Occupé à vérifier le contenu d’un petit paquet laissé pour moi. Penchant la tête, il fit semblant de ne rien avoir fait alors que du chocolat trônait sur ses lèvres.
Incorrigible hein ? Ne disant rien sur le fait de piquer dans mon cadeau, je vins alors à capter. Qui avait bien pu ?

“ ... Doku a laissait ça. “

Me tendant la boite de chocolats, je mettais de côté le petit mot ajouté à ce présent et j’ouvris la boite. Aussitôt, le rouquin laissa entendre sa voix.

“ Elle... Elle a fait tomber la boite, alors j’essayais de la refermer.”

Pouffant de rire face à ce mensonge, je leva un bras pour pointer le doigt et retirer moi-même l’excédant de cacao avant de poser une simple question franche.

“ Ils sont bons ? “
“ C’est toujours bon quand c’est offe... Ah !! Euh... Je sais pa.. Rho puis merde... “

Rigolant de bon cœur, je montrais que je ne lui en voulais pas. S’en suivit d’une petite discussion. Il me racontait ce qui c’est passé suite à ma défaite. Tombé dans les pommes, j’avais clairement tout donné et cela fut salué lors de la cérémonie de fermeture et suite à cela, Doku est partie. Mais avant de s’en aller, elle avait laissé ces fameux chocolats. De plus, lui et elle avaient discutés avant qu’elle s’en aille. Elle espérait que je me rétablisse vite pour une revanche un jour. Une promesse de retrouvailles ? Je ne savais pas, mais quoi qu’il en soit, je souriais bêtement en imaginant la scène. Mais après un moment pensif, l’homme me tira de mes pensées, commençant à me souhaiter bonne chance. Il allait aussi partir ? Intérieurement, je sentais mon cœur se serrer et je le retins.

“ Attends... “

Le laissant se retourner, je vins alors à le voir étonné. Me redressant quelque peu, je lui souris.

“ Tu ne me laisses aucun moyen de te contacter ? “

Un silence se fit et sans savoir pourquoi, je me mis à me justifier.

“ Je me fiche du regard des autres. Que tu sois un pseudo-tricheur, quelqu’un qui utilise des moyens peu respectable ou autres, moi, je m’en fiche... J’ai vu ce dont tu es capable, je t’ai affronté, je t’ai côtoyé. Alors je te l’affirme, je veux être... Ton ami. Tout comme avec Doku... Elle a beau être spéciale, rejetée, je m'en fiche, car ce que j'ai vu moi, ça me plaît. “

Coeur d’artichaut ? Sans doute. Me mordant une lèvre, celui-ci masqua son léger sourire, gardant sa fierté. Notant sur un papier les informations précises, je pris le papier avant de le regarder s’en aller. J’étais loin d’imaginer le bien que je venais de lui faire, lui, le petit solitaire souvent rejeté. Ailleurs aussi, une personne d’ordinaire seule pensait quelque peu à moi avant de reprendre sa route vers de nouvelles aventures.

Pour ma part, je commençais à soupirer et repenser à tous ces événements. Mon arrivée, mon inscription, mes combats, mes rencontres et la finalité de tout ça. Avais-je perdu du temps ? Non.... J’ai grandi et j’en étais conscient. J’espérais juste que tout ceci ne soit pas une simple parenthèse. Ces gens que j’ai rencontrés, je veux les retrouver au plus vite. Koka’, Doku... Et peut-être même ceux que je n’ai pas côtoyés comme j’aurais pu le faire ?

“ Quelle aventure... “

Me reposant, je refermais les yeux, sans me demander pour une fois quelle sera la suite de mon histoire.
Revenir en haut Aller en bas
 

[Mission]Tournoi à Glaglapolis

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» BADMOONZ 3000 pts pour tournoi Haguenau 2010
» Rapport : Mission de bataille à 1500 points ork vs tyty
» Première mission
» Liste pour tournoi 1500pts avec resctriction
» Une mission pour changer la face d'Haïti !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
One Piece Seken :: Le monde de One Piece :: Seas Blues :: North Blue-