Partagez | 
 

 Dig Into The Underworld [Pv : Fudo]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
PNJ [Civils]

avatar
Messages : 99

MessageSujet: Dig Into The Underworld [Pv : Fudo]   Mer 7 Juin - 19:08


    - Il est là ?
    - Tu rigoles... il n'est pas là. Il n'est jamais là.
    - Ouais, enfin il pourrait être là quand même.
    - Non, non, tu n'y penses pas...
    - Si, si, j'y pense. Il pourrait.
    - Ce serait étonnant.



Arthus Caramel, dit 'Jacquouille'

Terese, début de l'année 1506. Les événements des mois précédents avaient secoué un monde en pleine déchéance du point de vue de la criminalité de West Blue. Alors que les révolutionnaires perdaient du terrain, grâce à l'intervention de plus en plus de forces gouvernementales sur la mer, les hors-la-lois voyaient dans ce nouveau rapport de force une source de crainte quant à leurs activités futures : bientôt, ils seraient les seuls ennemis sur cette mer, et les moyens employés pour les abattre seraient déployés en masse. Fort heureusement, ou malheureusement, les employés du journal local de Terese étaient en première ligne pour s'approprier les informations qui concourraient à cette chute de la population véreuse. L'article que préparait Jacquouille, de son nom de plume, promettait de vendre du rêve : ce serait la plus complète liste des organisations criminelles et de leurs contacts, et lui seul avait accès aux informations qu'il comptait publier. Cela faisait de lui une cible privilégiée pour les hors-la-lois, les marines et toute autre faction... Bien que ses projets soient encore nébuleux, dans les intentions relatées par le journal "Le Canard Boiteux", connu pour une neutralité exemplaire jusqu'à présent.

Pourtant, il osait encore se promener en annonçant à tue-tête que son réseau était si important que même certains éminents personnages ne pourraient pas s'en prendre à lui. Il pensait bien sûr à Konan, dont les intérêts pour cette mer étaient relativement pauvres. Mais aussi et surtout à l'une des organisations les plus puissantes du monde underground : la Triade. Révélée par les événements de Calm Belt dans la marine, les bureaux de Marineford n'avaient pas tardé à fuiter de partout. Résultat : cette information qui valait de l'or lui permettait de faire les derniers recoupements dont il avait besoin sur le sujet.

Dans son bureau de style détective privé, il recevait régulièrement les témoignages de personnes qui prétendaient avoir été en relation avec ces malfrats. Lui-même, qui avait élu domicile dans une ville de hors-la-lois, était au courant de la désinformation qui régnait dans ces milieux. Il en jouait, et s'en amusait à outrance.

    - Apporte-moi un café, Jane, et fais entrer mon prochain rendez-vous.

Le journaliste était overbooké. Il posa ses pieds sur le bureau, dévoilant des bottes imposantes. Sa chemise à carreau lui donnait un air sérieux, contrasté par ses cheveux d'un rose sale et ses boucles d'oreille proéminentes. Il passa sa main sur son une pile de papier et attendit que Jen ne fasse entrer la prochaine personne qui avait demander à le voir.


Enjoy !
Revenir en haut Aller en bas
Fudo
Le Roi Fou
avatar
Messages : 499
Race : Humain
Équipage : Shadow Ghost

Feuille de personnage
Niveau:
31/75  (31/75)
Expériences:
99/250  (99/250)
Berrys: 353.899.000 B

MessageSujet: Re: Dig Into The Underworld [Pv : Fudo]   Jeu 8 Juin - 10:50



- Dig Into The Underworld -


Un voile obscur se dressait droit devant nous, il s'étirait petit à petit, à mesure que nous nous approchions, dévorant l'horizon.

Je m'étais fourvoyé. C'était là le terrible constat face auquel je me retrouvais dorénavant. Le néfaste n'avait pas pu entièrement quitter mon être. Ce qu'il se déroula lors de ma confrontation avec les Banana Boyz n'avait été qu'un premier pas vers une réelle renaissance : je m'en rendis compte bien assez tard. Comment effacer un peu moins de vingt années en quelques instants, voire quarante-huit heures de sommeil ? Le temps avait déjà œuvré sur moi et une grande partie de ce que je haïssais s'était profondément ancrée dans mon être, si bien que je ne pus le régurgiter lors de cet événement. Comment pouvait-on se séparer si aisément d'une chose qui était devenue, bien malgré nous, une partie de notre essence ? Je ne pourrais faire corps avec mon véritable moi qu'une fois cette chose extraite de mes entrailles : l'éducation m'avait bien eu et même les ténèbres dans lesquels je m'évertuais à me façonner ne pouvaient rien y faire. Il me fallait donc régler mon actuel problème afin de finir une bonne fois pour toute ce que j'avais débuté sur Luvneel.

Durant mon enfance je m'étais imprégné des moeurs et de la culture de la société dans laquelle j'avais grandi. J'appris là-bas le ba-ba, écrire, compter, lire et finalement penser. Je devins ce que l'on appelait un sujet, au sens d'un être conscient et libre. Mais cette liberté était erronée, et cette faculté de penser se voyait restreinte par les chaînes que l'on m'imposait tout au fil de ce parcours de l'enfant innocent au sujet aliéné. La liberté dans cette foutue île ? Il s'agissait de choisir soi-même ses propres chaînes. Tout un chacun pouvait l'admettre, mais cela ne semblait déranger personne : tous étaient déjà profondément atteints par le néfaste, et sans un déclic je l'aurais été moi aussi. Le terme déclic, il me parut obsolète. Insuffisant.

Les ténèbres vinrent nous engouffrer, annihilant toute lumière naturelle. Tout devint obscurité.

Il s'agissait là d'un éveil de ma conscience. Mes parents, mes professeurs, la milice, les dirigeants de l'île, et toute instance rentrant en jeu dans ce processus nocif pour le déploiement de ma nature : un tas de maîtres. Par le biais d'un travail de longue haleine ils voulurent me détourner d'elle et je fus sauvé, à la différence d'un grand nombre, seulement parce qu'elle se montra à moi par le biais d'une inclination primale, non altérée par ces maîtres. La lecture des histoires de criminels, seul ça réussissait à m'éblouir et rompre l'austère monotonie que prenait peu à peu ma vie. C'était là sa première apparition, sa première forme : l'émerveillement. Et, quand bien même je n'avais pas réussis à mettre le doigt dessus à l'époque, elle créa en moi la volonté de me soulever avec vigueur contre les acteurs de cette atteinte ontologique. Ainsi, Fudo le voyou de pacotille, le même qui abandonna son île, naquit.

Des voix s'agitèrent en contrebas, des petites flammes apparurent subitement dans mon champ de vision. L'obscurité les souffla de son haleine glaciale.

Malgré ça mon mode de fonctionnement avait été grandement défini par ce regrettable système éducatif. Un reboot était donc nécessaire afin que je puisse me définir moi-même, conformément à ma nature. Cette manifestation n'avait été qu'un prémisse, il y en avait eu d'autres lors de mon périple. Elles me guidaient en quelque sorte, m'indiquaient où je me situais par rapport à ma nature. Ainsi, lorsqu'au seuil de la mort je vis cet enfant s'étouffer dans un bouillon de sanglots il s'agissait d'un autre signal : j'avais fait fausse route. Vint ensuite, quelques semaines après, le moment où je brandis mon arme vers les représentants du gouvernement mondial : je me sentis, étrangement, grandir. Mais de ces ponctuelles manifestations de ma personnalité unique, la plus puissante, la plus pure, celle qui me marqua à jamais était celle qui me brûla les tripes pour débuter cette purge. Quand elle eut lieu, je surplombais Elème.

Mes yeux se fermèrent.

Mon objectif était donc évident. Il me fallait faire corps avec cette essence primaire, non frelatée par les conneries que l'on m'avait inculquées. Je devais retrouver cette petite voix qui tendait peu à peu à se perdre dans le brouhaha émanant de cette néfaste société. Attendre patiemment un autre signal aurait été vain, je n'aurais jamais été indépendant et complet en faisant ça. Pour m'accomplir en tant qu'être nouveau, comme j'avais désiré le faire sur Luvneel, il me fallait être en perpétuel contact avec elle. Ainsi, accompagnée d'elle, je pourrais tracer ma sinueuse route vers le trône sans jamais douter de ce que j’entreprendrais. Elle constituait ma lumière créatrice.

Une secousse vint ébranler mon sombre théâtre intérieur. Une faible lumière filtrait à travers mes paupières. Elles s'ouvrirent donc et me laissèrent découvrir un décor inédit.

Sans plus attendre je fis passer la lanière de mon sac en travers de mon torse, puis me laissai glisser le long du mat afin de rejoindre le pont de la caravelle. Ici les commerçants houspillaient tout en effectuant leur travail, acheminer des marchandises jusqu'à la débarcadère. Puisque j'avais respecté ma part du marché, j'adressai un simple hochement de tête au maître des lieux et passai par dessus la rambarde.

Mon pied toucha sol. Une douce vague de chaleur se propagea depuis mon talon jusqu'au sommet de mon crâne. J'étais sur le point de me confronter à une nouvelle manifestation. Elle me permettrait en ce début d'année de voir une chose qui m'était naguère hors de portée. J’ôtai donc ma capuche et m'engouffrai dans les ruelles étriquées constituant cette nouvelle scène.

Térèsse.



Revenir en haut Aller en bas
PNJ [Civils]

avatar
Messages : 99

MessageSujet: Re: Dig Into The Underworld [Pv : Fudo]   Dim 11 Juin - 10:44


    - Il est là ! Je l'ai vu !
    - Arrête tes conn...
    - …
    - Oh mais tu as raison ! C'est lui ! Putain, j'suis excité comme un puceau maintenant !
    - Arrête, tu vas partir trop vite ! Ohoh, c'était drôle, t'as compris ? Parce que tu vas éj...
    - Ta gueule. Non, vraiment, ta gueule.
    - …


Ashia

La nuit éternelle de Nighty Town semblait bien décidée à ne laisser percer qu'une lumière filtrée, passée à travers la couche sombre qui obscurcissait les cieux. Avec un regard perdu dans le vide, une jeune femme avait observé l'arrivée du primé sur l'île, assise sur le toit d'une maison. Elle avait le visage à moitié masqué, et pourtant, même si son air sinistre l'avait laissé penser, nulle affiche ne portait ses traits. Elle était là, comme une banale civile qui attendait que sa vie s'éteigne lors d'un affrontement de hors-la-lois. Se détachant de son piédestal, elle retomba sur le sol avec une grâce qui n'avait pourtant rien d'humain. Ses oreilles montées étaient le signe de son appartenance à la race des hommes-démons. Avec un habit de coton noir, de simple facture, elle agrémentait ses déplacements de quelques petits tours sur elle-même.

C'était une observatrice. Elle connaissait beaucoup de choses sur cette île. Elle connaissait parce que, contrairement aux autres, elle regardait. Ses yeux ne se fermaient pas à la première observation, et son corps entier ne se crispait pas à la proximité d'une bataille. C'est ainsi qu'elle n'avait eu aucun mal à accepter qu'un homme associé à la mort et au désespoir de cette île, ou plutôt d'Eleme, ne parvienne ici. Les Shadow Ghosts, tristement renommés pour leurs actions violentes à l'égard de quiconque s'opposait à eux... Mais aussi promis à un sort funeste s'ils continuaient à s'exposer avec autant de nonchalance. Croyaient-ils qu'ils étaient dans des endroits neutres, ici, dans le monde des pourris ?

Quelques pas feutrés plus tard, elle arriva à hauteur du nouvel arrivant. Son regard d'un bleu profond chercha celui de l'homme à la batte, et elle s'arrêta. Alors, derrière son masque, à travers les mailles de son masque, là où on pouvait observer une peau brûlée, elle fit :

    - Je peux avoir un autographe ? C'est pour ma collection.

Sortant de son dos un stylo et une feuille posée sur un carton, elle les tendit à l'homme sans tirer un sourire, sans trembler.

Revenir en haut Aller en bas
Fudo
Le Roi Fou
avatar
Messages : 499
Race : Humain
Équipage : Shadow Ghost

Feuille de personnage
Niveau:
31/75  (31/75)
Expériences:
99/250  (99/250)
Berrys: 353.899.000 B

MessageSujet: Re: Dig Into The Underworld [Pv : Fudo]   Dim 11 Juin - 14:34



- Dig Into The Underworld -


Du néant me provenaient deux rangées de miteuses bâtisses. Leurs façades délabrées se relayaient anarchiquement, s'imbriquaient de façon toute aussi chaotique en laissant place à mainte failles, parfois comblées par de la moisissure. Le tout était éclairé d'une lumière ambrée, dégueulée par des lampes à huile qui valsaient au gré du vent. C'était là un décor peu conventionnel dans lequel j'aimais déambuler. Il contrastait avec l'organisation qui se voulait parfaite des quartiers de ma ville natale. Ici, dans ces ruelles étriquées où semblait s'entasser toute la pourriture de Nighty Town, refoulée par Elème, je discernais un germe de mon futur. Térèsse dégorgeait une ambiance obscure, pesante, caractéristique de sa population : une grande partie de la lie de l'humanité y était massée. Cette atmosphère happa mon corps légèrement engourdi par le froid. Mais, à chaque fois que l'un de mes pieds vint mollement s'écraser sur les pavés brisés de ces dédales, je ressentais un doux frisson caresser mon squelette. Je me sentais bien. Peut-être ce ressenti n'était qu'illusoire, peut-être me voilais-je la face. Qu'importait, les faits étaient là : je me trouvais dans mon élément. Ce sinistre climat constituait mon terreau.

Lorsqu'une partie des Shadow Ghost attaqua Elème afin de tenir occupée une grande partie des forces gouvernementales, Yao s'occupa de gérer Térèsse. Il avait pour objectif de se confronter au soi-disant leader des lieux, un certain BigJack, afin de prendre sa place. Son plan échoua, tout comme le reste de l'organisation à l'autre bout de l'île. Nous avions, au final, que répandu un peu plus de chaos, semer la discorde et se faire d'autres ennemis.

Je me figeai sur place, et auscultai d'un regard torve la foule environnante.

Judal m'avait déjà fait la remarque lorsque nous débarquâmes sur une île paumée de North Blue. S'avancer le visage découvert en territoire inconnu et potentiellement hostile, surtout lorsqu'on avait une prime comme la mienne, frisait la folie. C'était s'exposer inutilement aux vicieux rapaces qui désiraient se faire un nom en s'attaquant à plusieurs à une grosse proie isolée. J'avais balayé sa mise en garde d'un stupide discours, mais qui contenait une bribe de réalité. Un type qui aspirait à devenir le roi de ce monde ne pouvait éternellement se dissimuler dans l'ombre, n'avait pas le droit de craindre de potentiels rivaux. Il devait les écraser, s'imposer aux autres et les forcer à s'adapter à lui. En ce sens je partageais sans doute l'avis de Ren Tao. Cependant hurler ses ambitions à tort et à travers, s'en prendre à des cartels sans même connaître leur envergure, ça, ça relevait de la démence.

Deux lames bleutées vinrent trancher mon regard.

La jeune femme me tendit un carton et un stylo. Sa requête me décontenança quelque peu. Un autographe ? J'examinai son visage tout en soupesant le sens de chaque mot. Gamin j'aurais très bien pu tenir le même discours si j'en avais eu l'opportunité. Recevoir un artefact quelconque de la part d'une de ses idoles était le rêve de tout enfant. Peut-être était-elle comme moi, cette personne avait sans doute une passion pour les criminels. Et quand bien même j'étais un novice dans ce monde, ma prime assez conséquente pour les blues me mettait probablement sur un piédestal dans son esprit. Je pris alors un air affable tout en saisissant ce qu'elle me tendait.

-Ta collection ?

Je ramenai le carton, sur lequel était disposée une feuille, au niveau de mon buste. Après quelques instants la mine du stylo se posa sur le papier. Mes yeux se fixèrent alors sur le visage à moitié noyé dans un masque sombre, puis je posai une dernière question afin de réaliser ce qu'elle m'avait demandé.

-C'est pour ?

En attendant d'obtenir son prénom pour lui dédier l'autographe, je contemplai ses étranges oreilles puis les brûlures qui ornaient ses lèvres derrière le léger maillage de son masque. Elles piquèrent ma curiosité.





Revenir en haut Aller en bas
PNJ [Civils]

avatar
Messages : 99

MessageSujet: Re: Dig Into The Underworld [Pv : Fudo]   Dim 11 Juin - 15:49


    - On le contacte du coup...

*Berepberepberepberep... Berepberepberepberep... Berepberepberepberep... Katcha.*

    - M'sieur, m'sieur ! Vous êtes arrivé !
    - Oh, t'as cru ? Merci pour l'évidence, ducon.
    - Attendez ! J'ai un truc à vous dire.
    - Vas-y, aboule.
    - Y'a une couille dans l'potage.


Ashia

Qu'il était jeune ! Qu'il semblait plat ! La constatation fit suite à une courte réflexion de la part de la demoiselle. Elle penchait la tête sur le côté en observant la musculature de son interlocuteur, ainsi que ses cheveux. Elle n'en avait que rarement vu de tels. En quelques instants, elle venait de catégoriser cet homme : un hurluberlu. Au moins, il n'avait pas encore tenté de lui arracher la tête comme quelques-uns des criminels qui avaient croisé son chemin. N'arrachant toujours pas un sourire derrière le bout de tissu qui lui masquait le visage, la jeune femme s'avança d'un pas pour qu'il puisse mieux l'entendre une fois qu'elle répondrait à ses questions, ses courtes questions laconiques.

    - Ashia. Je collectionne les hors-la-lois.

C'était une phrase qui, comme ça, pouvait avoir l'air menaçante. Fort heureusement, elle eut le réflexe de sortir un autre autographe de sa poche pour prouver qu'elle était de bonne foi : celui d'un dénommé « Mousse ». Si cela pouvait ne rien dire à Fudo, ce n'était pas vrai pour les autres pourritures du coin. « Mousse » était connu quelques années plus tôt comme étant l'un des plus performants nettoyeurs de la base de Eleme. Il l'astiquait, et prenait ce travail très au sérieux, ayant développé une force plus qu'intéressante. Un jour, alors qu'il continuait ses tâches, on exigea de lui qu'il s'investisse plus dans la marine en devenant Sergent. Mais un sergent, ça ne nettoie pas les toilettes, ça n'astique pas tous les coins de la baraque. Alors que ses collègues insistaient, il péta un câble et détruisit le secteur dans lequel il se trouvait, rien qu'avec sa force brute. Il transita par Terese et on perdit sa trace peu de temps plus tard. Il n'était primé qu'à 19.000.000 de berrys, mais les blagues qui le concernaient étaient devenues des bouts d'histoire de l'île.

En tournant sur elle-même, la jeune fille quitta un instant le hors-la-lois du regard. Et pendant son tour, elle aperçut quelqu'un qui, derrière elle, semblait la regarder avec insistance. Était-ce elle ou l'autre hurluberlu ? Sans s'en inquiéter, elle attendit qu'il lui signe son autographe. Puis elle lui demanderait d'un ton nonchalant :

    - Tu fais quoi ici ? Ou, meilleure question, tu vises quoi ici ?

On ne venait pas d'aussi loin sans raison. Les récents événements qui avaient mené les Shadow Ghosts à se replier sur eux-mêmes étaient intrigants pour les populations locales. Avec un peu de temps, ils allaient finir par revenir, terminer ce qu'ils avaient entamé. Était-ce déjà le cas ? Non, Ashia sentait que cette étape n'en était qu'une parmi tant d'autres. Sourire intrigué.

Revenir en haut Aller en bas
Fudo
Le Roi Fou
avatar
Messages : 499
Race : Humain
Équipage : Shadow Ghost

Feuille de personnage
Niveau:
31/75  (31/75)
Expériences:
99/250  (99/250)
Berrys: 353.899.000 B

MessageSujet: Re: Dig Into The Underworld [Pv : Fudo]   Lun 12 Juin - 19:32



- Dig Into The Underworld -


La gamine au faciès figé s'approcha de moi afin de répondre à mes brèves questions. Mes yeux ne quittèrent pas les siens, seule une lueur pâle y était logée. La fille trucida alors le brouhaha ambiant d'une voix apathique.

Ma mâchoire se verrouilla.

Une image me vint en tête. J'eus une vision. Ou plutôt une hallucination. Les rouages de ma pensée s'actionnèrent d'eux-mêmes, mon cerveau avait réagit immédiatement pour me mettre en garde. Le visage de Jorogumo se confondit à celui de cette fille, cette Ashia, durant un court laps de temps. Mes muscles s'étaient raidis cet instant-là, avant qu'elle ne me tende un autre papier. Je le lorgnai rapidement puis me raccrochai au regard froid de la collectionneuse.

"Mousse".

Intense crispation.

-Je vois.

Accablée par une fulgurante montée en pression, la mine du stylo n'eut d'autre choix que de s'enfoncer dans le carton au travers de la feuille.

-Je n'en ai jamais entendu parler.

La pointe perfora le carton lorsque la force imprégnée dans mes doigts devint suffisamment forte pour rompre les maintes liaisons liant les différents composants du matériau. Lorsque je m'en rendis compte, il était déjà trop tard. Le mal était fait.

-Ah ! -m'écriai-je tandis que la gamine pivota sur son pied.

Elle ne l'avait peut-être pas remarqué.

C'était là une grossière erreur de ma part. Je n'avais pas réussi à rester maître de moi-même, je m'étais fait submergé par un flot émotionnel. Cela composait l'un de mes plus grands défauts, il avait été mis en exergue lors de ma rencontre avec la Zoan et, en ce jour, il me fit encore des siennes.

Qu'importait. Il fallait comprendre mon erreur pour la corriger ou du moins éviter de la commettre ultérieurement. Pourquoi avais-je adopté une telle réaction ?

« Je me suis senti insulté. Je ne suis pas un déchet. »

Pour sûr, la vie ici devait être compliquée. Cette atmosphère, quand bien même je m'y complaisais désormais, avait quelque chose de malsain pour l'homme lambda. Il fallait se l'avouer, cette ville était propice à l'avilissement de tout à chacun. La débauche et le vice omniprésents, la populace se nourrissait sans cesse de ce qu'il y avait de plus bas moralement et, au bout du compte, finissait par rejoindre les rebuts jonchant les rues sans même s'en apercevoir. Ainsi, dès leur naissance, les nouveau-nés étaient déjà condamnés : ils s'abreuvaient depuis leur premiers jours du lait maternel de la racaille, ce qu'on pouvait autrement qualifier de "hors-la-loi de seconde zone", de la pourriture et rien de plus, de sombres déchets.

De la merde.

Cette gamine était sûrement en train d'en faire l'expérience, à moins d'être une exception, de surpasser le lambda. Ce n'était pas une hypothèse à exclure, les singularités existaient bel et bien et peut-être que l'actuel leader des lieux en était une, ce fameux Big Jack. Toutefois, d'après ce que m'avaient raconté Tet et Yao, à l'orée de notre assaut sur Nighty Town, ce criminel ne semblait guère originaire de cette ville. Il était visiblement dit qu'il débarqua avec son groupe et réussit à instaurer sa propre ère, qui durait depuis un bon moment dorénavant. Si cela était vrai, et qu'il n'était donc pas de l'ordre de la singularité, mon excitation ne pouvait qu'être revigorée. Je me voyais effectivement ravi de ne pas provenir d'un tel lieu, j'avais eu ainsi le temps de me forger ma propre puissance ailleurs de sorte à être apte à survivre aux tribulations basiques qui tourmentaient le peuple de Térèsse. Et, puisque je n'avais plus à m'en faire pour cela, il me restait seulement à apprendre à nager dans les eaux boueuses et obscures qui se déversait continuellement dans ces ruelles. Je pourrais alors atteindre la position du patron de la pègre locale en traçant ma route que m'indiquait cette voix avec laquelle je venais de reprendre contact. Je fendrais ce torrent de tourment et mettrais la main sur l'objet de mon désir, ce qui m'était destiné, l'attribut du roi : la couronne. Térèsse était typique de notre monde. Les faibles constituaient des pions moisis qui n'avaient de sens seulement quand leur souverain leur faisait part de ses directives.

Ce qui allait se dérouler un jour sur Térèsse, lorsque je serais à même de réaliser ce sublime dessein, n'était qu'un début. Si je réussissais, je reproduirais ce que j'aurais appliqué à cette ville à une plus grande échelle en acquérant toujours plus d'expérience, en engrangeant toujours plus de pouvoir à force de tisser des liens et ensuite, une fois que la populace toute entière me connaîtra, une fois que mon nom ferait de l'ombre à Konan, il serait trop tard.

Mon cul serait déjà sur le trône.

J'étais une véritable singularité. Celle qui avait pour vocation de devenir le monarque de ce monde.

«Vocare»



Un rictus étira mon faciès, la pointe sortit du trou et s'apposa une nouvelle fois sur la feuille. D'un vif geste j'écrivis mon message puis le tendis à la gamine.

-Bien, Ashia ! J'ai abîmé ta feuille, mais ce n'est pas grave.

Mes pensées étaient rentrées en ébullition, la puissante mécanique de ma pensée pouvait désormais se refroidir. A cet effet le vacarme au sein de ma tête, provoqué par les rouages de cette pensée, s'estompa peu à peu tandis que ces pièces décélérèrent.

Mon champ de vision s'élargit, je n'avais plus à calculer cette jeune fille. Je les vis alors. Deux yeux gémirent d'une ombre vorace. Le bruit d'un loquet qui se ferme retentit dans ma boîte crânienne, mon regard s'était figé sur eux. De son côté, la gamine pouvait lire mon mot.

Celui que le monde a appelé.




Revenir en haut Aller en bas
PNJ [Civils]

avatar
Messages : 99

MessageSujet: Re: Dig Into The Underworld [Pv : Fudo]   Mar 13 Juin - 13:17


    - Comment ça, « une couille dans le potage » ?
    - Une couille dans l'potage quoi...
    - Parle, imbécile. Qu'est-ce qui se-
    - Ashia est là, patron.
    - Putain.

L'escargophone raccrocha. Les deux hommes se regardèrent et firent rentrer le périscope sous l'eau.


Ashia

Il avait signé. Enfin pas vraiment, il avait marqué un mot, mais c'était plus que suffisant. La jeune fille prit la feuille et acquiesça. Elle tourna sur elle-même en regardant l'écriture de son interlocuteur. Son air neutre se déforma par un sourire paisible. Rangeant la feuille, elle se mit à tourner la tête et à siffloter avec ferveur. Le bruit étouffé derrière son masque fit frisonner l'homme dans l'ombre qui eut un mouvement de recul, trébucha et tomba. Il faisait trop de bruit. Elle n'aimait pas ça. « Mousse » ne faisait pas autant de bruit. Se retournant, son regard venait de prendre le bleu de la nuit, celui qui indique que la mort toque à la porte. D'un geste vif, elle franchit la distance qui la séparait de cet homme caché dans l'ombre, abattit sa main d'un geste net et arracha le cœur de ce pauvre bougre dont l'identité resterait certainement un secret.

Alors elle se retourna vers Fudo. Lâchant à terre le cœur, elle tourna sur elle même. Le sang vint recouvrir les murs et le sol dans son tourbillon de bonheur. Alors que son œuvre venait de se terminer, ses paroles furent finalement adressées au hors-la-loi :

    - Ais-je oublié de le préciser ? Ashia, Agent du CP9. Je ne m'intéresse pas à toi, mais tu peux m'intéresser, Fudo.

Elle s'arrêta là, se dirigeant vers l'homme qui, s'il tentait de fuir, devait sentir qu'un grand malheur risquait de s'abattre sur lui. Une agente du CP9 ici-même ? Quel intérêt ? C'était une blague ? Qu'importe les véritables raisons qui auraient pu penser à croire que c'était une blague, Ashia n'était connue que d'une poignée de personnes qui pourraient confirmer ses dires. Elle était discrète, même si de toute évidente, elle n'était que des plus efficaces dans certains domaines... Le meurtre par exemple.

    - Que cherches-tu ici ?

Revenir en haut Aller en bas
Fudo
Le Roi Fou
avatar
Messages : 499
Race : Humain
Équipage : Shadow Ghost

Feuille de personnage
Niveau:
31/75  (31/75)
Expériences:
99/250  (99/250)
Berrys: 353.899.000 B

MessageSujet: Re: Dig Into The Underworld [Pv : Fudo]   Mer 14 Juin - 17:04



- Dig Into The Underworld -


Le cœur était sûrement l'un des organes les plus splendides de notre corps, le plus captivant et exemplaire. Il constituait une fabuleuse pompe organique qui travaillait perpétuellement sans réellement faiblir et, à l'instar de son hôte, sans jamais se plaindre. Mais ce qui le rendait fantastique n'était guère ces caractéristiques, non le plus fabuleux était que, malgré sa puissance, il s’efforçait de réaliser cette tâche vitale à l'insu de tous, silencieusement terré au centre de sa geôle thoracique.

Pourtant, ce cœur, aussi grandiose fut-il, gémissait dès que la peur, la terreur, l'angoisse ou une quelconque once de stress pointait le bout de son nez. Voilà ce qui le différenciait d'une pompe mécanique, il avait cette caractéristique purement humaine imprimée en lui.

Le mien fit montre de cette humanité en rompant son labeur l'espace d'une seconde. Il fut chamboulé par l’infâme spectacle qui se présentait à quelques mètres de moi, un de ses semblables oscillait lentement sur le bitume glacée, au seuil de l'agonie.

Ce muscle cardiaque vint alors, dans une ultime contraction, ponctuer d'un sanglant crachat les dires de son meurtrier .

Mon cœur s'insurgeait donc à sa façon tandis que mon regard vint redécouvrir le visage d'Ashia. De la satisfaction ? C'était en tout cas ce que ce léger rictus semblait indiquer. Ses mots prirent finalement forme dans ma boîte crânienne et la machine se relança dans un soudain vacarme, noyant de ce fait les derniers pleurs de mon organe sensible.

«CP9 ?»

Les ciphers pol... ils s'arrêtaient au huit.

Un neuvième ? Impossible. On en aurait entendu parler quelque part et, que cela soit une rumeur ou un fait avéré, ce se serait ébruité et aurait fait le tour des blues.

Était-ce une farce ?

Les flaques écarlates environnantes et les tumultueuses palpitations au sein de ma poitrine m'indiquèrent le contraire. Ashia avait choisi ce moment-là pour me faire cette annonce. Son action la propulsa d'une collectionneuse quelque peu ennuyante à une criminelle froide et dangereuse. Elle fit le nécessaire pour capter toute mon attention. La comparaison avec Jorogumo n'était pas absurde, je retrouvais dorénavant un aspect similaire que partageait les deux jeunes femmes.

Il me fallait réfléchir. L'intéresser ? Ce que je désirais faire en venant ici ? Peut-être que ce CP9 était une organisation criminelle qui investissait Térèsse dans l'ombre. Ainsi cet agent me fut envoyée pour voir si j'étais un danger ou non ? En cela l'autographe constituait-il un test ? Ou un élément qui lui était nécessaire d'obtenir avant de m'en dire plus ?

Bordel.

Mon raisonnement ne mènerait à rien, pas maintenant. Le doute m'empêchait de réfléchir correctement, il engluait ma mécanique cérébrale et la rendait obsolète. Il fallait que je me débarrasse de cette mélasse. Pour ce faire je n'avais qu'une seule solution, avoir l'audace de poser cette question. Mais, au vu de ce fulgurant gain en hostilité, je devais agir avec mesure. Me plier, ne serait-ce qu'un temps, à cette Ashia. Répondre à cette question qu'elle répétait avant d'entreprendre la moindre action.

Mes poings se fermèrent. Une de mes canines vint perforer ma lèvre inférieure.

«Inacceptable»

Je ne courberais jamais l'échine.

-Mon objectif c'est le trône que tous semblent attribuer à Konan. Pour l'atteindre je dois effectuer différents essais, notamment ici. Renverser un type comme Harishigawa Konan ne s'improvise pas, il faut se faire la main, acquérir de l'expérience, du savoir et surtout du pouvoir. Qu'importe le temps que ça prendra, je parviendrai à mes fins.

Je soupirai après m'être légèrement défoulé. Je me recentrai finalement sur ce qui enlisait mes réflexions.

-Je n'ai jamais entendu parler du CP9. Qu'est-ce ?



Revenir en haut Aller en bas
PNJ [Civils]

avatar
Messages : 99

MessageSujet: Re: Dig Into The Underworld [Pv : Fudo]   Sam 17 Juin - 16:04

[quote="PNJ [Civils]"]


Ashia

La pression artérielle, battements du cœur, sueur, tout était nécessaire au décryptage des émotions des interlocuteurs pour comprendre à la fois comment s'adresser à eux et comment les torturer psychologiquement. Il y avait, parmi les outils des assassins, différentes manières de procéder dans l'approche d'un inconnu qui pourrat s'avérer bénéfique pour l'avenir du Gouvernement Mondial. Même s'il fallait enfreindre quelques lois. Par exemple, le meurtre d'un civil, l'assassinat pur et simple d'un simple manant qui observait une scène avec trop d'attention – ou s'agissait-il d'un espion, Ashia l'avait de toutes les manières déjà oublié. Avec attention, elle écouta, décortiqua chaque parole de son interlocuteur. Elle ne lui sourit pas, elle ne décocha pas une once d'intérêt devant ses plans d'avenir ambitieux. Au contraire, sa seule réaction fut un soupir de déception. Un de plus. Sa langue fourcha alors, tandis qu'elle s'exprima sans aucun filtre :

    - Si je pouvais t'y mettre, cet empire tomberait bien plus vite.

Un empire. La seule raison pour laquelle Konan Harashigawa n'avait pas le titre d'Empereur, c'était cette pâle histoire de piraterie. Il était à la tête du plus grand cartel actuellement connu du monde underground. La Guilde Marchande peinait à s'étendre suite à la perte de ses liens avec Marijoa, tandis que la plus grande puissance du marché noir restait en tête de lice... Du moins, c'était la version officiel que rien ne semblait contredire.

    - Le CP9 est... Tu ne sais pas ce que c'est ? Qu'importe. J'ai une mission.

Elle sortit un ordre de mission. Pas de sceau, pas de marque distinctive au premier abord. Dans ce papier roulé, il était fait état d'une liste de hors-la-lois sur laquelle l'agent contacté devait mettre la main. Ashia observa l'homme en face d'elle et dit sur un ton des plus sérieux :

    - La protection renforcée de « Jacquouille » m'empêche de l'atteindre directement. Tu pourrais m'être utile, avec ta zone de transfert.

S'arrêtant un instant, l'agente ne reprit pas immédiatement son monologue. Elle s'arrêta, réfléchissant. L'information devait être obtenue, mais pour quelle raison ? Il était évident qu'il devait s'agir soit d'infiltrer ces cartels hors-la-lois pour les détruire de l'intérieur, soit de porter un grand coup à ceux-ci sur West Blue en envoyant plusieurs assassins à leur rencontre. Le CP9 était plein de ressources et d'ambition, cependant cela, Fudo ne le savait pas encore. Il apprendrait très vite, peut-être à ses dépends, qu'il fallait choisir ses alliés avec soin.

    - Intéressé ?

S'il acceptait, elle lui expliquerait le détail du plan. Elle lui donnerait rendez-vous le lendemain, à midi pétante, devant les locaux du journal « Le Canard Boiteux ». Il recevrait le reste de ses instructions une fois sur place : la récompense, si elle n'était pas précisée serait sûrement d'une grande qualité. Ashia n'était pas du genre à prendre sans donner. Mais cela, Fudo l'ignorait aussi.
Revenir en haut Aller en bas
Fudo
Le Roi Fou
avatar
Messages : 499
Race : Humain
Équipage : Shadow Ghost

Feuille de personnage
Niveau:
31/75  (31/75)
Expériences:
99/250  (99/250)
Berrys: 353.899.000 B

MessageSujet: Re: Dig Into The Underworld [Pv : Fudo]   Sam 17 Juin - 18:30



- Dig Into The Underworld -


Mes muscles se détendirent, mes doigts se démêlèrent et pendouillaient désormais librement dans les airs. Je venais de faire un constat et il était pour le moins affligeant. Néanmoins, il me permit de juguler mes pulsions primales en retrouvant un instant de lucidité. Ce que cette petite faisait n'était que de la provocation, il ne fallait pas tomber dans son jeu une nouvelle fois. Jorogumo m'avait déjà mis en garde, Judal aussi et je n'en avais fait qu'à ma tête, je m'étais comporté stupidement en me défoulant de la sorte. Je pensais m'être débarrassé de ce bas caractère, et bien visiblement un être ne pouvait vraiment pas changer en si peu de temps. Qu'importait. Cette voix retrouvée me ferait parcourir un chemin qui, à terme, me transformerait en le hors-la-loi que j'aspirais être. Pour l'instant, orgueilleux comme je l'étais, je n'avais qu'un seul avenir, et les chances pour survivre jusqu'à celui-ci étaient minces : devenir un simili Ren Tao et ainsi faire plaisir à mes détracteurs qui ne me considéraient que comme son engeance.

Je me contentai d'imiter mon interlocutrice en soupirant, suite à quoi mes orteils se dressèrent. Ma semelle allait se détacher de la putride dalle sur laquelle elle était écrasée, ma marche s'apprêtait à débuter. C'était là la meilleure solution. Ignorer les nuisibles et avancer vers son objectif. En l’occurrence, me lancer dans une phase d'apprentissage. Apprendre à déceler les rouages de notre monde, les comprendre, puis ensuite les manipuler dans une ultime étape.

«CP9»

A ce mot la plante de mes pieds embrassa violemment le sol. Ashia venait de détourner l'ensemble de mes pensées en citant l'inconnue sur laquelle mon esprit butait. La curiosité écarquilla mes yeux alors que ses lèvres se muèrent, mon regard était pendu à ses celles-ci comme si elles étaient sur le point de me révéler le secret de la vie éternelle.

La déception fut grande.

Ashia put voir la flamme de mon intérêt s'éteindre, mes pupilles se dérobèrent, mon mollet s'actionna. Mais, encore une fois, la machine se stoppa. Elle venait de rallumer le feu.

De tous les mots prononcés, seul un harponna mon esprit, forçant celui-ci à analyser le reste de sa phrase. Cet agent du CP9, quoique c'était, farce ou organisation criminelle, venait d'avancer l'un de ses pions. Elle présenta les choses de sorte à me pousser à répondre par la positive. Les informations, l'objet de sa mission, visiblement liées au CP9, servit d’appât. Il lui fallait alors de quoi ferrer le poisson, quelque chose de suffisamment robuste pour tenir le coup. Ma malédiction ne constituait en rien un secret, cependant, les termes utilisés me permettait aisément de comprendre que cette Ashia avait préalablement effectué un travail de recherche à mon propos. Dans la fin de réaliser cette mission, ou simplement dans le but de se tenir au courant du danger que représentait les nouveaux hauts-primés sur les blues. De ces deux propositions la dernière me parut être la plus plausible. Elle n'aurait pu prévoir mes déplacements, je n'étais qu'une providence pour son job. En tout cas une chose était certaine : elle disposait d'un réseau d'informateur, celui de cette organisation, le CP9.

Le faciès formé par mes pensées se fendit.

-Intéressé.

Les paroles de Jorogumo abreuvèrent une nouvelle fois mon esprit, cette femme avait décidément une énorme longueur d'avance sur moi. Ainsi je laisserais Ashia m'utiliser pour mettre la main sur ce «Jacquouille» et j’obtiendrais l'initiative. A partir de ce point-là j'aurais toute latitude pour coiffer Ashia sur le poteau. Oui, c'était sans doute ce que cette jeune femme voulait que je pense.

_______

Je lorgnai une énième fois la montre que j'avais achetée quelques heures plus tôt. Dans une dizaine de minutes je devrais jaillir dans l'artère et me rendre devant le bâtiment où siégeait la cible d'Ashia, et donc, par extension, la mienne. En une soirée et matinée je ne pus récolter grand-chose sur le journaliste, si ce n'était qu'il semblait se targuer de disposer d'informations alléchantes. Peut-être était-ce ce que désirait Ashia, en tout cas il me faudrait agir intelligemment pour la battre à son propre jeu. Elle pourrait de cette façon mieux comprendre ce que je comptais faire de BigJack et de tous les autres leaders existants. Il n'y avait de place que pour un seul, et quand bien même ce dernier accusait d'un sérieux retard, il finirait bel et bien par acquérir son dû.





Revenir en haut Aller en bas
PNJ [Civils]

avatar
Messages : 99

MessageSujet: Re: Dig Into The Underworld [Pv : Fudo]   Dim 18 Juin - 19:46



Ashia

La jeune fille était déjà arrivée sur les lieux de l'opération. Son Den Den Mushi, en ligne protégée, venait de s'éteindre. Elle avait peaufiné les derniers détails de son plan qu'elle jugeait, sinon parfait, au moins passable. Il n'avait pas besoin d'être parfait : les personnes qu'elle visait n'étaient pas les plus vigilantes et les plus expertes du monde underground. Seul problème, et il n'était pas des moindres, le journaliste. C'était un homme perspicace sous les apparences qu'il se donnait. Parfois un peu « teubé », parfois un peu « crunchy », il montrait dans sa manière d'être un parfait demeuré aux yeux du peuple. C'est pour cela qu'il n'inquiétait pas les principaux hors-la-lois. Cependant, la liste qu'il possédait pouvait changer le cours des affaires de cette mer. Et Ashia était certaine qu'une faction en particulière allait profiter de cette situation en affaiblissant la concurrence. Elle devait donc mettre la main sur cette liste et contrer les plans de cette foutue faction en remontant les informations qu'elle possédait jusqu'aux différentes sources.

    - Il est là, marmonna la jeune femme en sortant un arc.

Du haut de son perchoir, elle tira une flèche qui alla se ficher dans le mur à côté de Fudo. Elle avait déjà disparu, laissant la lettre attachée à cette flèche comme seule indicatrice. Lorsqu'il l'ouvrirait, le hors-la-loi obtiendrait l'ordre de mission précis qui le concernait. Son premier objectif, et peut-être le seul, était de voler la tête de « Jacquouille ». Ashia s'occuperait des défenses et de ceux qui pourraient se mettre en travers de son chemin, s'ils étaient nécessairement plus puissants que lui. Cependant, dans le cas contraire, il devrait se débrouiller seul. Elle aurait toujours un regard sur lui, et une longueur d'avance sur leurs ennemis. Mais pour avoir ce regard omnipotent, et elle ne l'avait pas précisé dans sa lettre, il lui fallait un appât. Rôle que jouerait à la perfection le jeune primé.


Arthus Caramel, dit 'Jacquouille'

Le journaliste était dans son bureau. On lui avait rapporté un fait divers qu'il inscrivait de manière satirique dans son torchon, pour l'édition du lendemain matin. Après les chiens de Madame Durand retrouvés congelés chez Monsieur Bragt, voilà les chats de gouttière qui envahissaient le voisinage et menaçaient les poubelles des grands restaurateurs de la ville – c'est à dire les bicoques qui servaient de la viande pas fraîche et des poissons avariés. Avec ça, il avait au moins le mérite de faire un job tout juste bon pour un pigiste, mais il était tellement centré sur son article qu'il en oubliait souvent qu'il était rédacteur dans ce journal. Semaines après semaines, il avait délégué de plus en plus de tâches à sa secrétaire, affalée sur son bureau et piquant de toute évidence un somme juste à l'extérieur de la case qui lui servait de lieu d'entretien.

Attablé, à peine inquiet de sa sécurité, il regardait le vide. Son esprit avait commencé à divaguer entre deux blagues salaces sur les mangeurs de chats, ce peuple d'homme-démons qui siégeait sur une île de Grand Line. En dehors de lui et de sa secrétaire, le bâtiment semblait cependant vide. Les journalistes étaient tous partis sur le terrain. Une demi-douzaine de bureaux était aux abonnés absents. Des liasses de papiers, des articles entamés mais jamais finis, l'odeur de tabac et de renfermé, de transpiration. Le charme d'une maison de presse en pleine effervescence.
Revenir en haut Aller en bas
Fudo
Le Roi Fou
avatar
Messages : 499
Race : Humain
Équipage : Shadow Ghost

Feuille de personnage
Niveau:
31/75  (31/75)
Expériences:
99/250  (99/250)
Berrys: 353.899.000 B

MessageSujet: Re: Dig Into The Underworld [Pv : Fudo]   Lun 19 Juin - 18:32



- Dig Into The Underworld -


Une flèche me tira hors de ma torpeur. Elle s'était plantée dans le mur, à quelques centimètres de ma tête, sans que je n'eus le temps de m'en rendre compte. Un papier se trouvait enroulé autour de sa hampe, je me contentai de le récupérer. Ashia était visiblement elle aussi en avance. Mes yeux s'écarquillèrent légèrement lorsque je découvris le contenu du message, l'objet de ma mission : récupérer la tête du journaliste. Était-ce métaphorique ou Ashia ne désirait que la tête ? Si oui, inerte ou pleine de vie ? Il n'y avait aucun intérêt à lui ramener une partie de cadavre pour en extraire des informations, à moins qu'elle ne possédait une malédiction lui permettant un tel exploit. Dans le cas contraire, cela signifiait potentiellement qu'elle était au courant de l'aptitude que je venais de découvrir, quelques semaines auparavant, sur North Blue.

Qui était-elle pour savoir une telle chose ?

La question sans réponse vint nourrir mes doutes.

Qu'importait, avant d'arriver à un tel stade il me fallait déjà mettre la main sur ma cible. L'opération débuta donc lorsque je me rendis en catimini dans la ruelle adjacente à la maison de presse. Là, tapis dans l'ombre, je pus débuter la première partie du plan que je brodais au fur et à mesure. Accroupi dans la petite ruelle, je jetai un rapide coup d’œil à une fenêtre pour y voir le rez-de-chaussée du bâtiment. Je déployai finalement ma zone, envergure maximale, afin d'englober la totalité de la battisse. Dans une telle obscurité le bleu de la partie externe de la sphère n'était que très peu visible depuis la rue, le temps jouait peut-être en ma faveur. La zone, elle, était si grande qu'il aurait été difficile pour les personnes en son sein de se rendre compte qu'elles se trouvaient désormais dans mon terrain de jeu. Elles auraient simplement pu s'en apercevoir au moment de la naissance de celui-ci.

Première étape réussie, la seconde serait plus longue et éprouvante malgré ma maîtrise accrue de mon fruit, depuis mes débuts sur cette même île.

Je débutai effectivement un scan de toute ma zone, si de l'extérieur on pouvait se douter qu'il y avait seulement trois étages, je préférai commencer par scanner la partie inférieure de la sphère avant de remonter jusqu'à son point culminant. Ainsi, se trouvait en dessous de la maison de presse un réseau de tunnels, de tuyaux : des égouts basiques où s'agitaient maintes silhouettes. Des rongeurs, des cancrelats, rien de bien inquiétant. Cela fait je pus m'occuper du plus gros. Pour chaque étage j'effectuai un premier scan grossier, me permettant de me faire une idée de la structure interne de l'édifice, puis je m'attardai sur les différents systèmes occupant ces niveaux. Plusieurs minutes furent nécessaires pour réaliser cette étape. Et malgré la dépense énergétique que cela représentait, puisqu'il me fallait maintenir la zone en plus d'effectuer ce repérage, ce temps allait pour sûr être rentabilisé. Je ne comptais pas merder une autre fois, les conseils de Judal avaient fait mouche, mon esprit était aux aguets, j'étais conscient d'être en territoire hostile. En plus de ça, il me fallut tirer des leçons de ce qui s'était déroulé la veille aussi, peu importait à qui j'allais faire face je le considérerais comme un ennemi mortel. Voici ce que je pensais être un bon état d'esprit, adapté à la délicate situation dans laquelle je me trouvais. Une fois le scan finalisé je pus en venir à la conclusion suivante : il n'y avait que deux silhouettes humaines présentes dans ce bâtiment. Cela pouvait s'expliquer simplement, aux environs de midi les autres personnes devaient probablement être en pause déjeuner. Quoiqu'il en soit, ces deux silhouettes étaient assez proches, séparées d'une dizaine de mètres, la première se trouvant devant la pièce où je localisai la seconde.

Bien, deuxième étape terminée.

Essuyant les quelques gouttelettes de sueurs qui perlèrent sur mon front, je pouvais finalement passer à la troisième étape. J'ouvris la fermeture éclair de mon sac et y engouffrai ma main droite afin d'en extraire deux balles. Elles trouvèrent leurs places dans les poches de mon gilet, suite à quoi je tirai un coup sur la bandoulière pour faire passer le sac dans mon dos. Ma main vint saisir d'une poigne de fer le manche de ma batte, tandis que mon esprit se concentra sur ce que je déduisis être une corbeille.

Mes yeux se fermèrent.

Une corbeille.

Deux silhouettes, une supposée être ma cible.

Un rat.

Lorsque mes paupières s'ouvrirent le panier d'ordures apparut subitement au milieu de la sombre ruelle dans laquelle je me situais jusqu'alors. Mes yeux fusillèrent la femme étalée sur une table localisée devant une pièce, celle où se trouvait donc le fameux Jacquouille. Mes phalanges se croisèrent une seconde fois, expédiant la somnolente dans les profondeurs de la ville. Le rat gémit quelque peu quand il fut extirpé de son atmosphère humide et ténébreuse. Je le dégageai du bureau d'un revers de la main gauche, tout en examinant brièvement la table en quête d'un coupe papier, d'une paire de ciseaux ou tout objet du même genre. Si je repérai une telle chose je l'aurais mise dans la poche gauche de mon pantalon ou dissimulée dans mon dos, derrière mon gilet, si elle était trop grande pour rentrer dans une simple poche.

Ma zone s'estompa désormais, elle ne m'était pour l'instant plus utile. J'entrai alors, sans toquer, dans ce que je pensais être le bureau du journaliste.

Mon regard se posa sur le décoloré, visiblement perdu dans ses pensées. Je pris donc la parole tout en refermant la porte derrière moi afin de débuter une étape, qui ne plairait guère à Ashia. Il me fallait être sûr d'une chose la concernant, elle n'était pas qu'une simple fan, je l'avais bel et bien compris. Peut-être même qu'elle observait le bâtiment de l'extérieur, non, j'en étais sûr, elle le faisait.

-J'aurais sans doute dû prendre un rendez-vous, mais le temps m'a fait défaut. Jacquouille, c'est ça ? J'ai quelques questions à vous poser.

J'humectai mes lèvres et m'approchai de lui tout en observant la moindre réaction de sa part. Puis, au bout de quelques secondes, quand il aurait fini de réagir et serait fin prêt pour la suite, je continuerais sur ma lancée.

-La première concerne le CP9. Qu'est-ce ?

Lorsqu'il me répondrait et si je n'avais pas trouvé quoique ce soit de coupant, j'ausculterais rapidement du regard son bureau afin de voir si il y en avait ici.




Revenir en haut Aller en bas
PNJ [Civils]

avatar
Messages : 99

MessageSujet: Re: Dig Into The Underworld [Pv : Fudo]   Mer 21 Juin - 19:24



Arthus Caramel, dit 'Jacquouille'

L'homme avait finalement apposé ses lunettes sur son nez. La mauvaise vue qui le suivait était due à l'âge dans son cas : un épuisement de certaines parties de ses yeux, potentiellement ce qui reliait ceux-ci au reste de son corps. Il n'avait pas compris ce que son médecin tentait de lui dire. Ainsi lorsqu'il se sentait fatigué, il était obligé d'en venir à mettre ces ridicules verres. Un instant, il crut voir une barrière bleu autour de lui. Il se frotta les yeux comme s'il rêvait, et continua à travailler. La somnolente secrétaire à l'extérieur disparut. De son côté, Ashia était en position, elle observait de loin ce qui se passait et constatait avec un certain bonheur que les choses allaient bon train. Bientôt, elle pourrait s'intégrer à une mission beaucoup plus importante que celle qu'elle menait actuellement. Son patron attendait de plus des résultats rapidement : autant donner à Shadow ce qu'il voulait.

Quelqu'un entra. Au début persuadé qu'il s'agissait de sa secrétaire qui se faufilait pour prendre quelques dossiers, le journaliste ne prit pas la peine de lever la tête. On lui aurait annoncé une arrivée sinon. Et quand il leva les yeux, un instant de stupeur le figea. Il avait déjà fait le lien entre ce visage et celui du Wanted qui traînait sous une tonne de paperasse dans la pièce d'à côté. Un sourire illumina son visage et il se leva :

    - Bienvenue ! Fit-il avec énergie. Si j'avais su... Oh, asseyez-vous ! Ne restez pas debout !

Il parlait avec une grande politesse. Il remarquait que son interlocuteur était pressé, mais lui n'en avait cure : une occasion comme ça, il ne pouvait que sauter dessus. Il avait son article du lendemain : « Le criminel en puissance : Fudo ». Une perle. Il n'y avait pas Ren Tao ? Bah, qu'importe. Celui qu'il voudrait surnommer « Le destructeur de sous-marins » était dans son bureau, et il pourrait justement s'informer sur ce menu détail colporter par quelques marines qui avaient participé aux opérations sur le port.

    - Oh, le Cipher Pol 9...

Il réfléchit un instant et alla chercher un petit dossier scellé dans son armoire. Cette armoire, c'était toute sa vie. Elle était chargée d'une centaine de dossiers sur des organisations hétéroclites. En réalité, même les Shadow Ghosts avaient leur place ici. Heureusement pour lui, il ne conservait de manière évidente que ce qui ne pouvait porter défaut à ses investigations. Le Cipher Pol 9...

    - J'ai ce dossier, mais j'aimerais vous interviewer pour un article. Je vous donne ce que je sais sur eux, et vous me donner un article, d'accord ?

Ashia, du haut de son perchoir, regardait la scène avec intérêt. Elle se demandait de quoi ils pouvaient bien parler. Sortant la feuille qu'avait signé Fudo de son plein gré, elle y observa quelques écritures qui n'étaient pas là avant. Elle la rangea dans sa poche avant de hausser les épaules : il allait de toutes les manières obtenir les informations qu'il désirait, autant le laisser mordre à l'hameçon.
Revenir en haut Aller en bas
Fudo
Le Roi Fou
avatar
Messages : 499
Race : Humain
Équipage : Shadow Ghost

Feuille de personnage
Niveau:
31/75  (31/75)
Expériences:
99/250  (99/250)
Berrys: 353.899.000 B

MessageSujet: Re: Dig Into The Underworld [Pv : Fudo]   Jeu 22 Juin - 18:08



- Dig Into The Underworld -


Le journaliste me prit par surprise lorsqu'il fit montre de tant d'excitation à mon propos. Je trouvai alors un point d'ancrage, afin de canaliser l'éventuelle joie que j'étais susceptible de ressentir en ces instants, par le biais de ma recherche. Elle fut cette fois-ci fructueuse, mon regard embrassa un ouvre-lettre disposé sur le bureau du bonhomme ébahi. Un rictus en coin étirait mes lèvres tandis que je me délestai d'un certain poids en délaissant le manche de ma batte. Ma main droite vint s'agripper au dossier de la chaise désignée par Jacquouille. J'y pris place dans un raclement tonitruant tout en faisant passer mon sac sur mes genoux. Tout semblait se passer pour le mieux, les éléments dont j'avais besoin étaient rassemblés ici-même. En m'appropriant cette pièce par le biais de ma malédiction, j'aurais été en mesure d'accomplir la mission que Ashia m'avait octroyée. Mais je ne le fis point, du moins pas pour l'instant. Il me restait une seule chose à faire. Découvrir ce qu'était l'organisation d'Ashia.

Ma question avait été posée, elle fit visiblement mouche. Le journaliste se leva après avoir laissé quelques mots lui échapper, il se dirigea donc vers une armoire de laquelle il tira un dossier. Le décoloré retourna à sa place initiale tandis que mes yeux scrutèrent le meuble rempli de documents. Lorsque ma cible me proposa son deal, mon regard se détacha finalement de la commode durant un court laps de temps. Il fit alors un va-et-vient entre le journaliste et l'armoire. J'oscillais entre deux idées diamétralement opposées. Ce meuble semblait contenir un tas d'informations qui pourraient m'être très utiles à l'avenir. Et, à la vue de paperasse, Judal et moi aurions de quoi faire pour les prochains mois. Décortiquer les documents à la recherche de la perle rare, tout en s'abreuvant de ce flot de connaissances jaillissant de chaque feuille de cet amas de dossiers. En choisissant cette option, je me mettais à dos Ashia comme le journaleux. D'un autre côté, Jacqouille me proposait un deal somme toute acceptable. Il m'offrirait ce que je désirais en échange d'une interview. Après celle-ci il m'aurait suffit de rapporter à Ashia sa tête. Et, j'y gagnais quoi ? Pas grand chose de prime abord. Seul un élément pouvait me permettre de couper la pomme en deux, et c'était justement ce que me proposait le gaillard.

-Ca marche. L'article contre le dossier.

Il me suffisait désormais de prendre possession des lieux sans pour autant éveiller les soupçons de Jacquouille. Concernant ce dernier point, il venait de m'ouvrir la voie. Je voulus sourire, ça se passait franchement bien pour une mission que j'avais jugée dangereuse. Je contins mon envie de tendre ma main vers le publiciste afin de lui réclamer le dossier dès maintenant. Il ne fallait pas céder, dans quelques instants il me tendrait la sienne pour que je puisse le récupérer.

-De mes débuts à mes futurs projets, en passant par ma malédiction. Vous saurez tout ce que vous désirez à mon sujet, en l'échange de vos précieuses informations.




Revenir en haut Aller en bas
PNJ [Civils]

avatar
Messages : 99

MessageSujet: Re: Dig Into The Underworld [Pv : Fudo]   Dim 25 Juin - 11:05



Arthus Caramel, dit 'Jacquouille'

Sa demande acceptée, Arthur Caramel était aux anges. Il prit un calepin, s'installa dans sa chaise et posa le dossier sur son bureau. Levant les yeux vers l'homme en face lui, il griffonna quelques mots avant de commencer sa série de questions pointues. Il interrogea le garçon en face de lui sur ses origines, ses motivations, ses buts. Il voulait tout savoir : de la manière dont il avait appris à se battre à la façon dont il envisageait de devenir l'un des rois ou le roi du monde underground. Tout ce qu'il récoltait comme information, il l'organisait déjà pour construire un article pertinent sur ce hors-la-loi en puissance. Et il aurait pu parier que cela intéresserait des milliers de personnes qui se rueraient sur son bout de papier, un torchon pour certains, le Graal pour d'autres. Levant la tête, il se gratta le menton à plusieurs reprises. Puis la porte explosa après un instant de silence. L'interview n'avait pas forcément eu le temps de beaucoup progresser, mais derrière cette porte détruite, quelqu'un avait remonté les étages pour finalement retrouver sa place auprès de son protégé.


Secrétaire

L'odeur d'égouts était pestilentielle. Sans attendre, et d'un pas très lest, la secrétaire avait rejoint la place au niveau d'Arthur. Elle semblait habile et agile, et le regard stupéfait du journaliste laissait à penser qu'il n'était pas au courant de cette situation. Apparemment, il était pris entre plusieurs feus.

    - Comm-
    - Tais-toi, Arthur. Ce gars va sûrement vouloir te tuer, imbécile. Deux mois d'infiltrations pour trouver ces putains de dossiers. Deux mois. Et que des feuilles blanches.

La jeune femme tapa dans le dossier du CP9 sur la table. Alors que les feuilles auraient du afficher de nombreuses informations concernant cette organisation, elles étaient en réalité totalement vierges. Nouvel instant de surprise pour le journaliste qui resta pantois. Il se fit plus petit encore dans son fauteuil. Quelle étrange situation.

    - Qu'importe, soupira finalement la nouvelle venue. Tous veulent ces informations. Où sont-elles ?!

Se tournant vers Jacquouille, la tempête aux cheveux verts semblait prête à l'égorger sur le champ s'il ne répondait pas à sa question. De l'autre côté de la rue, Ashia observait avec curiosité la suite des événements. Il aurait peut-être été bénéfique qu'elle intervienne, mais celle qui venait d'apparaître était assez gênante pour qu'elle ait du faire appel à un hors-la-loi pour s'occuper du journaliste. Elle ne pouvait y aller de front. Pour l'instant, elle devait attendre l'instant propice... Et le saisir.
La Secrétaire est niveau 32.
Revenir en haut Aller en bas
Fudo
Le Roi Fou
avatar
Messages : 499
Race : Humain
Équipage : Shadow Ghost

Feuille de personnage
Niveau:
31/75  (31/75)
Expériences:
99/250  (99/250)
Berrys: 353.899.000 B

MessageSujet: Re: Dig Into The Underworld [Pv : Fudo]   Lun 26 Juin - 19:27



- Dig Into The Underworld -


L'interview débuta finalement. Dans quelques questions je pourrais me saisir du dossier et assouvir ma soif de connaissance. Apaiser mon esprit tourmenté par l'acronyme d'une seule organisation. Jacquouille commença par le plus simple, et dès lors je dus m'appliquer à ne pas commettre la moindre erreur, il était hors de question de rendre ma duperie visible. Une main dans mon sac de sport, sur mes genoux, l'autre empoignant la balle dans la poche gauche de mon gilet, je pris soin de paraître le plus naturel possible. Me convaincre que ce que je racontais n'était guère un mensonge, cela m'était quelque peu facilité depuis ce qu'il s'était déroulé lors de mon affrontement avec la troupe de Menma.

-Je suis né sur l'île de Diminuto, fils unique. J'y ai vécu une enfance des plus normales.

Néanmoins, je ne pouvais trop déformer la réalité. En masquant l’existence de mes frères je me gardais de livrer deux faiblesses à tout ceux qui liraient le papier une fois celui-ci publié. Concernant l'île de laquelle je provenais, il me parut trop risqué de mentir. Ce journaliste n'était pas à prendre à la légère, en témoignait l'important nombre de documents dont il disposait ainsi que la mission que m'avait attribuée Ashia. Ainsi, cette information donnée, un tour dans ma ville natale était nécessaire afin de détruire les maints dossiers à mon nom, entassés dans les archives de mes anciens établissements scolaires et de l'hôtel de ville. Cela m'aurait permis de ne pas mettre en péril la vie de ma famille

Vint ensuite le plus intéressant, le moment si attendu, celui où une nouvelle phase de mon plan débuta. J'expliquai succinctement le début de mon périple à Jacquouille, ma course vers Shabondy afin d'être mis en relation avec Ayabusa, celui qui me recruta dans l'organisation du Tao. Je m'attardai alors sur l'obtention de mon fruit du démon, chose que j'avais réussie grâce à l'aide d'un camarade désormais décédé, en doublant Ayabusa ainsi qu'un criminel désireux de vendre l'artefact maudit à de vulgaires riches.

Ma main gauche se présenta alors au journaliste, poing fermé. La balle reposait encore dans ma poche. Mes doigts s'écartèrent finalement. Une bulle bleutée apparut au sein de ma paume.

-Mon pouvoir me permet de former une sphère telle que celle-ci. Je peux l'agrandir jusqu'à une certaine taille.

Dans un spasme, la zone vint englober toute la pièce. Elle faisait à peu près la même taille qu'à l'attaque d'Elème, il y avait plusieurs mois de ça. Une quinzaine de mètres de diamètre.

Le compte à rebours fut lancé.

-Au sein de celle-ci, j'ai la possibilité de transposer deux systèmes, ou encore d'en faire léviter un certain nombre.

Je restais simplement cohérent avec ce dont j'avais fait montre durant mes différentes confrontations avec les forces gouvernementales. Il était inutile d'en révéler plus, cela lui serait amplement suffisant.

-Pour la transposition, il me suffit de me focaliser sur les deux objets en question, et cela s'effectue.

Un de ces stylos, délaissé dans un recoin de sa table, fut échangé par une des différentes balles reposant jusqu'alors dans mon sac. La manœuvre permettant ce maudit tour de passe passe avait été effectuée de ma main droite, à l'insu du gaillard. Quelques secondes s'écoulèrent alors, mon poignet droit s'activai au sein de mon sac tandis que mon index gauche pointa la balle qui venait d'apparaître. Mon auriculaire droit s'était dressé et la balle désignée s'éleva dans les airs. Mes yeux se fermèrent un court instant, il pouvait le prendre comme il le désirait. Je devais m'assurer d'une chose. L'orientation devait être impeccable.

-Vous voyez ?

Lorsque j'eus enfin fini, mon attention se recentra sur ma cible. J'extirpai ma main droite du sac et lui présentai son stylo tout en souriant en coin. Je le lâchai et laissai ma main disparaître de son champ de vision. Elle se faufila une nouvelle fois dans mon sac. Nous pûmes enfin reprendre l'interview tranquillement. Il était encore trop tôt pour m'approprier cet ouvre-lettre.

Après avoir rapidement passé en revu mes premiers faits d'armes sur Nighty Town, en occultant ma grossière erreur, je revins finalement sur cette histoire d'île détruite. Je m’interdisais de briser le voile de mensonges qu'avait mis en place la marine, et qui m'était autant favorable qu'à Ren, tout en racontant ma version des faits. La marine, pour nous ne savions quelles raisons, avait investi l'île avant notre arrivée. Lorsque celle-ci passa à l'action, nous dûmes prendre d'assaut le port où était réuni une grande partie de leurs troupes. Nous abattîmes alors plusieurs gradés avant de se faire subitement stopper par Pacifique. Nous comprîmes donc, en le voyant débarquer avec ses hommes, qu'il était nécessaire d'anéantir l'île afin de s'en sortir, tout en faisant potentiellement tomber l'une des illustres figures du gouvernement mondial.

-Et désormais, sans ma personne, il est impossible aux Shadow Ghost de reproduire un tel miracle. - je soupirai tout en laissant à mon interlocuteur le temps de digérer les informations, pour reprendre quand il eut fini de les encrer- Ren Tao est fort. Mais il n'a rien d'un véritable souverain. Voyez ce qu'il se passe sur l'archipel Banaro quand il est absent. Il ne jure que par cette incroyable puissance qu'il possède, néanmoins celle-ci n'est en rien ce qui fait d'une personne un roi. Le pouvoir, lui seul, le permet. Et concernant ce dernier, sachez qu'il n'en a que peu et qu'il sait difficilement en faire bon usage.

Ma main vint violemment s'apposer sur son bureau, mes yeux s'écarquillèrent, je détachai chaque syllabe.

-Il m'était nécessaire de le quitter, c'était prévu dès le début de mon périple. J'ai doublé son bras-droit pour obtenir un fruit du démon, je le doublerai sans problème dans cette course effrénée vers le trône.

Après avoir fini de mettre sur papier ce que je venais de raconter, le journaliste sembla se perdre dans ses pensées. Peut-être imaginait-il déjà la forme que prendrait l'article. L'agencement des différentes informations, un titre tapageur pouvant susciter un plus grand engouement, tout cela m'aurait été bénéfique, en quelque sorte. Mais qu'importait ces réflexions du second ordre, je décelai surtout en ces moments de flottement l'opportunité de récupérer la lame avec laquelle je comptais délester l'homme de sa tête.

Mes phalanges se nouèrent dans l'obscurité du cylindre de toile, un morceau de journal fut transposé avec l'objet désiré. Mes doigts s'activèrent habilement de sorte à ce que le manche se fit en partie engouffrer dans mon gilet. Seule une partie du coupe-papier était à l'air libre, accolée à mon poignet. Je sortis finalement ma seconde main, recroquevillée sur elle-même afin qu'il ne pût se rendre compte de mon stratagème. Je m'apprêtai alors à désigner la feuille nouvellement apparue, sur laquelle étaient inscrites mes coordonnées, de l'index. Mes lèvres se détachèrent, ma langue était prête à débuter cet acte ultime.

Un éclat de bois vint m'ôter les mots, ma chaise fut assaillie, tout comme ma tête, par des bouts de porte brisée.

Une atroce flagrance titilla mes narines, je me figeai. Mes iris se déplacèrent lentement vers la source. Elle apparut à mes côtés, me passa comme si je n'existais pas, pour finalement se camper aux côtés du décoloré. En si peu de temps elle parvint à remonter ici ?

« Co-»


Ses mots vinrent perforer mes tympans, sa main s'abattit sur le dossier, sur mon dossier justement gagné.


Rien.

Rien.

Rien !

Je m'étais fait dupé.

Je m'étais fait avoir comme un bleu.

«Comme un mousse !»

Je pouffai, mes pensées s'emballèrent.

Le moindre de mes muscles se raidit, mon faciès était au summum de la crispation. Mâchoire et poings verrouillés, mon membre droit fut rétracté tandis que mes iris papillonnaient dans leurs orbites.

Il avait osé. Moi. Je m'étais encore fait...

Mes yeux se fermèrent. Ils s'engouffrèrent dans les noirceurs de mon être.

Ce n'était pas possible.

Ce n'était pas acceptable.

Ce n'était même pas envisageable.

Je ne pouvais laisser passer un tel acte.

Lorsqu'ils se rouvrirent, je me retrouvais au sein d'un nouveau décor. Une pièce aux parois écarlates, jonchées de veines frémissantes, battantes.

Comment ?

Comment devais-je agir ?

Comment pouvais-je le punir ?

Il apparut. Le gamin à la sombre tignasse ébouriffée. Ses pas se firent au gré des cognements, il tenait dans sa main cet ouvre-lettre.

Je compris.

Mais oui, c'était clair.

La main du gosse sembla se mettre en mouvement une fois à ma portée.

Mes paupières s'ouvrirent alors subitement. D'une violente extension de mon avant-bras droit je propulsai la lame vers ma main, tandis que mes yeux se posèrent sur la secrétaire. Elle n'avait pas sa place.

Aucun d'eux.

-EXPLIQUE MOI COMMENT ! -baragouinai-je avec haine en me levant dans un raclement de chaise.

L'objet avait précédemment débuté sa course vers ma paume. Mes doigts s’enlacèrent autour du manche, ceux de ma main gauche s'entremêleraient alors de sorte à transposer cette femme avec la chaise du journaliste. Dès lors, la lame aurait débuté une terrible course, tranchant tout ce qui se trouve dans sa continuité sur sa route. Un mouvement horizontal qui visait à trancher en deux la gorge de mon enflure de cible.

Si le monde ne souhaitait guère aligner les corps célestes pour son souverain, je venais d'aligner trois corps humanoïdes. Et au vu de nos positions respectives, de l'inclinaison de mon mouvement, la jeune femme se verrait aussi probablement coupée en deux.

Mon sac avait chuté et heurté le sol dans un fracas métallique. Une partie des balles s'était déversée dans la pièce, elles roulèrent au sol et vinrent heurter le bureau de Jacquouille. Sur l'une d'entre elle était inscrit un prénom. Était-elle sortie du bagage ? Qu'importait. Il n'était plus question de continuer un quelconque plan, il me fallait corriger cette anomalie !

Je ressentis une sensation nouvelle.

Le froid assaillit mes tripes.

J'avais mal.



Techniques utilisées:
 
Revenir en haut Aller en bas
PNJ [Civils]

avatar
Messages : 99

MessageSujet: Re: Dig Into The Underworld [Pv : Fudo]   Jeu 29 Juin - 20:43



Arthus Caramel, dit 'Jacquouille', Secrétaire

L'homme s'était retrouvé piégé au milieu d'un scénario qui le dépassait largement. Tout cela était bien plus grand que lui seul : son sourire s’effilocha seulement au moment où il comprit qu'il n'était qu'un des innombrables pions de l'échiquier qui s'était installé depuis des années sur Nighty Town. Ses recherches, tout ce qu'il cherchait à faire jusqu'à présent... Il n'aimait pas la façon dont les choses lui échappaient. Une infiltrée ? Un hors-la-loi trop entreprenant ? Qu'importe, tout cela n'était que le début. Il publierait cet article, il s'en était fait la promesse... Et il s'y tiendrait. Observant avec attention les mouvements de Fudo, il fit montre d'une très étonnante vivacité et se déporta sur le côté. La secrétaire, dont la position avait été échangée avec la chaise, ne s'était de toute évidence pas encombrée d'une esquive. Sa jambe, recouverte du Haki de l'Armement, la protégea suffisamment et interrompit la course de la lame. Elle n'en perçut pas les effets : elle ne comprit pas ce qu'il comptait faire actuellement.

    - Petite enflure, fit-elle se craquant la tête. Voyons ce que tu as dans le ven...

La fenêtre explosa à ce moment-là, laissant apparaître Ashia derrière les carreaux. La jeune femme envoya immédiatement une lame d'air sur la secrétaire, démontrant ainsi l'utilisation d'une des techniques du Rokushiki. Ses paroles, maugréées, s'adressèrent à Fudo tandis qu'elle entrait en scène :

    - Le journaliste ! Sa tête !

Très peu d'informations, mais assez pour que la femme aux cheveux verts ne comprennent que sa cible n'était pas que SA cible. Elle était aussi celle d'autres vauriens. Ou du moins, c'est ce qu'elle pensait. Sa langue fourcha en baragouinant quelques paroles qui auraient pu être incompréhensibles pour le commun des mortels :

    - Dégage, CP9.
    - Shadow te salue... Triade.
    - Comment ?

Le sourire de la jeune femme grandit comme pour indiquer une victoire devant cette révélation. L'information, c'est le pouvoir. Après les événements qui avaient mené les Thalassa à découvrir l'existence de la Triade, des enquêtes avaient été menées par les différents Cipher Pol. Des informations avaient filtré, rien de compromettant sur l'identité réelle de la Triade, mais au moins quelques noms, quelques personnes qui s'apparentaient à cette organisation. En bas de l'échelle, les exécuteurs n'étaient cependant pas en contact avec les grands patrons. Ainsi cette femme ne devait rien connaître de la structure de l'organisation : elle avait juste une mission, Ashia en était persuadé.

Pendant cette petite scène, « Jacquouille » en avait profité. Il s'était élancé par la fenêtre et avait sauté de l'étage où il se trouvait. En bas, il s'étala sur le sol sans pour autant subir de dommages supplémentaires. Après tout, son corps était devenu résistant depuis sa tendre jeunesse.

    - J'dois me barrer... J'dois me barrer. Vite.

Il commença à se diriger vers le port. En haut, l'affrontement entre Ashia et la secrétaire venait de commencer.
La Secrétaire est niveau 32. Arthur Caramel est niveau 23.
Revenir en haut Aller en bas
Fudo
Le Roi Fou
avatar
Messages : 499
Race : Humain
Équipage : Shadow Ghost

Feuille de personnage
Niveau:
31/75  (31/75)
Expériences:
99/250  (99/250)
Berrys: 353.899.000 B

MessageSujet: Re: Dig Into The Underworld [Pv : Fudo]   Ven 30 Juin - 10:37



- Dig Into The Underworld -


D'un banal déplacement ma cible esquiva ma technique sans aucune peine. Quant à l'autre, cette secrétaire à la flagrance irritante, elle se la prit de plein fouet sans pour autant en subir les effets. Une écaille noirâtre avait recouvert sa jambe en quelques secondes, réceptionnant la lame aérienne. Mes dents grincèrent telles deux plaques de schistes frottées l'une contre l'autre, le crissement résonna dans mon crâne. Mes yeux écarquillés fusillaient la pièce dans son entièreté, faisant d'innombrables va-et-vient entre le journaliste, son employée, le dossier de feuilles blanches et ma main droite. La situation venait de déraper, tout avait basculé, et, une nouvelle fois, je perdis la maîtrise de ce qui se déroulait au sein de mon territoire.

Un lourd martèlement fendait mon crâne régulièrement, les battements s'amplifièrent, leur cadence allait en augmentant. Puis soudain, dans un énième parcours, mon regard se figea sur la fenêtre. La lumière me parvint bien avant que le son ne put le faire. Une sombre et fine silhouette, celle de mon associée du jour, risquait de passer au travers de cette vitre.

Mes tripes se firent une nouvelle fois poinçonner par un froid brûlant.

A cet effet mes genoux fléchirent et, dans un réflexe presque reptilien, ma paume gauche s'apposa sur le cylindre métallique, à moitié sorti de mon sac.

Quand l'éclat sonore assaillit mes tympans, ce fut d'une puissante impulsion que je me redressai, batte en main, plissant les yeux face au déluge de bris de verre.

Le poinçon glacial se retira de mon ventre. L'air s'engouffra dans la plaie béante.

Le temps sembla se dilater, je me retrouvais au sein d'une bulle de tension. Ashia la fit vibrer de sa voix déformée, ralentie, ses mots se massèrent en une sphère sonore qui éclata au niveau de mes oreilles.

«Le journaliste»

Je déglutis tandis que mes iris se muèrent frénétiquement au milieu de mes orbites, ils cherchèrent cette enflure qui s'était jouée de moi. Mais, la curiosité était trop grande, quand la secrétaire vociféra un premier mot mon regard se déporta d'un coup sur elle. Mes lèvres se détachèrent alors, reliées par un fin filet de bave. La pression comprima la bulle dans laquelle j'étais. Ma mécanique cérébrale se stoppa, les martèlements cardiaques se suspendirent. Un souffle atrophié balaya le filament de salive.

-Qu'est-ce...


Je ne connaissais rien. J'étais un ignorant. J'étais perdu.

Une secousse remua alors mon être tout entier, une main bouillante pénétra mon estomac. Elle le tordit avec violence, forçant mon attention à se reporter sur un point de la pièce. Jacquouille s'était faufilé jusqu'à la fenêtre éclatée, il sauta. Une roue dentée se mit timidement en mouvement, le temps retrouva son court.

La bulle éclata donc, ma cible disparut dans les ténèbres nocturnes de Nighty Town. Piégé de cette exubérance nerveuse, je n'eus d'autre choix que de plonger à sa suite. Un désir aveugle prit le dessus, je venais de passer en pilotage automatique tandis que mon poing droit, dans lequel se trouvait la petite lame, se plaqua contre le bureau. Je l'enjambai puis m'élançai dans les airs. Un sombre vide me séparait du sol, mes canines se plantèrent dans ma lèvre inférieure tandis que mon regard embrassa la silhouette du décoloré. Le gaillard s'était déjà relevé et se mit à cavaler tel un dératé. J'étais en chute libre, le regard scotché sur cette cible fuyante. Elle constituait mon point d'ancrage, la solution à mes maux et tourments.

Mes tripes furent comprimées par le corps ardent, je lâchai alors ma batte sous cette impulsion viscérale. Mon poing se ferma donc, tendu vers Jacquouille, avant de s'ouvrir brutalement. Une rage chauffée à blanc fracassait mes tempes, le bleu se noya dans les ténèbres nocturnes de Nighty Town, j'avais déjà échoué une fois ici, je n'avais pas le droit d'échouer une seconde fois !

Ma zone s'étendait avec vivacité, elle avalait la distance la séparant du cancrelat humanoïde, ma malédiction était bien plus rapide qu'un simple humain. Dès lors qu'elle le rattrapa, mes doigts se tordirent douloureusement, ils s’entremêlèrent une ultime fois. Mon pied droit fut le premier à se planter dans le sol, il le labourait tout en me freinant. Je pivotai alors, une rotation de 180°, mes yeux harponnèrent la silhouette de Jacquouille. Il allait s'écraser incessamment sous peu, peut-être même avant ma batte.

Un signal électrique parcourut tout mon système nerveux, du cerveau au mollet, je m'élançais à toute vitesse en direction de cette cible, de son point de chute. Mon bras droit s'agita alors frénétiquement, remuant le coupe-papier vers ma cible. Peu m'importait de découper précisément sa tête, il me fallait déjà l'immobiliser. Les semblant de lames d'airs fendirent le ciel dans la continuité de l'ouvre-lettre, sur toute l'étendue de ma zone. Je me fichais de faire des dégâts, de couper des passants, ou des bâtiments.

Si le journaliste avait atteint le sol alors que j'arrivais à sa hauteur, je plaquerais ma main gauche sur son crâne. Si sa tête avait été découpée durant sa chute, je freinerais ma course et croiserais mes doigts tout en tournant ma paume droite vers le ciel, afin de transposer ce crâne avec le coupe-papier au sein de ma main. Dans pareil cas, je viendrais plaquer ma main gauche au sommet de son crâne afin d'améliorer ma prise, puis lèverait la tête à hauteur de mes yeux afin de les plonger dans les siens.

-J'ai répondu à tes questions, tu vas respecter ton foutu deal maintenant ! Le CP9, tu vas me dire ce que tu sais, tout de suite !



Techniques utilisées & léger résumé:
 
Revenir en haut Aller en bas
PNJ [Civils]

avatar
Messages : 99

MessageSujet: Re: Dig Into The Underworld [Pv : Fudo]   Ven 7 Juil - 9:07



Arthus Caramel, dit 'Jacquouille'

La course ne dura pas longtemps. Alors que le hors-la-loi sortait du bureau en suivant le journaliste, celui-ci n'avait pas fait trois-cent mètres qu'il sentit son corps disparaître et reparaître au dessus du jeune homme. Il sentit alors son corps se découper en plusieurs endroits, sans pour autant comprendre la raison pour laquelle il ne mourrait pas. Sa tête arriva pile poil devant les pieds de Fudo. Bien que complète, elle n'était pas ravie de se retrouver là. Le reste du corps retomba mollement en plusieurs morceaux autour du maudit, dans sa zone de découpe. Cette information sur son pouvoir... C'était assez inédit en réalité.

    - Comment... Oh, je suis vivant. Je suis vivant...

Il marmonna cela tandis que, un instant plus tard, la question du criminel arrivait à ses oreilles. Il déglutit, un instant, avant de tourner son regard un peu bas vers celui de Fudo. Ce dernier était sérieux, il voulait l'information. Là, sa vie était en jeu. Il devait agir rapidement, il devait expliquer ce qu'il savait...

    - Le CP9 est le dixième Cipher Pol, c'est la branche du Gouvernement spécialisée en infiltration et en assassinat. Elle est dirigée par un homme de l'ombre, Shadow, et n'est connue que des gradés du Gouvernement Mondial... Ils ont pour mission de faire le sale boulot, en gros.

Une petite information pour certains, mais il s'agissait en réalité d'une description plutôt détaillée. Le Cipher Pol 9 était une entité capable de bien des choses : son pouvoir était étonnement grand, au final. Moins que celui d'autres entités gouvernementales, mais plus chirurgical, plus précis. Shadow possédait le monopole décisionnaire de cette branche. Déglutissant, Arthur Caramel comprit qu'il avait besoin de donner d'autres informations. Il le fallait... Argh, son travail.

    - Que dois-je faire maintenant pour obtenir ta clémence ?

La Secrétaire est niveau 32. Arthur Caramel est niveau 23.
Revenir en haut Aller en bas
Fudo
Le Roi Fou
avatar
Messages : 499
Race : Humain
Équipage : Shadow Ghost

Feuille de personnage
Niveau:
31/75  (31/75)
Expériences:
99/250  (99/250)
Berrys: 353.899.000 B

MessageSujet: Re: Dig Into The Underworld [Pv : Fudo]   Dim 9 Juil - 21:38



- Dig Into The Underworld -


Les diverses parties découpées s'abattirent en choeur sur le bitume, je m'étais accroupi et contemplais la surprise gravée sur cette tête solitaire à mes pieds. Quelques secondes se faufilèrent dans l'entrelacement muet de nos regards, et, enfin, l'homme se décida à m'apporter l'élément manquant, celui qui me permettrait de mieux comprendre mon actuelle situation. Mes maux allaient prendre fin, un semblant de rictus s'esquissa tandis que ses lèvres se mirent en mouvement, mes yeux s'écarquillèrent quand ses paroles affluèrent à mes tympans. Mes mains s’apposèrent sur les tempes du journaliste tandis qu'un large sourire lui laissa percevoir ma dentition. Je soulevai le crâne à hauteur de ma tête, une phrase se glissa entre mes incisives.

-C'est gé...

Puis je percutai.

Tout ce temps-là, tout ce que je fis jusqu'à maintenant, et ce que je m'apprêtais à réaliser. J'étais en train d’œuvrer pour le gouvernement. Je lui rendais service. En ces lieux, je n'avais été qu'un vulgaire pion ignorant, désarmé de la plus puissante arme qui soit. Je ne constituais qu'un simple outil voué à être balancé après s'être fait utilisé.

Ma lèvre supérieure s'étira en coin, un gloussement passa au travers du filtre d'émail lorsque je fus confronté à cet horrible constat. Personne ne me mit dans cette position, ni Ashia qui s'était présentée à moi en tant qu'agent du CP9, ni Jacquouille. Le seul et unique responsable de cette incapacité dans laquelle je me trouvais, dans cette situation bancale, c'était bel et bien moi. Moi, le connard qui manquait cruellement de savoir.

«Et maintenant, que dois-je faire ?»

Mes entrailles frissonnèrent, elles furent remuées par ce poing désormais tremblant plongé dans mon estomac. La cadence des secousses alla crescendo, au gré de mes clignements d'yeux. Les images se mêlèrent, le monde et mon esprit se succédèrent dans une course insensée. Un mécanisme était sur le point de s'enclencher, je le sentais. L'ultime goutte, celle qui débuterait la fin de mon monde intérieur, était en train de se former et menaçait de choir depuis le sommet de cette pièce interne. Mais, étrangement, les mots de Jacquouille me ramenèrent à la réalité et suspendirent le processus en englobant ce monde, au bord de l'implosion, d'une sphère cotonneuse.

La réponse vint d'elle-même.

-Tu peux répondre à mes prochaines questions. Mais comme tu as pu le comprendre, nos destins sont désormais plus ou moins liés. Si tu souhaites vivre et retrouver ton corps en bon état je te conseille d'être coopératif. Je n'ai pas assez de connaissances pour mesurer l'ampleur du merdier dans lequel nous sommes, mais j'imagine que toi tu peux le faire aisément. Alors parle.

Ainsi, je conservais la tête du décapité dans ma paume droite désormais tournée vers les cieux, tandis que je retirai mon gilet. Après quelques secondes, je pus disposer le crâne de ma soi-disant cible au sein du sombre tissu que je manipulais afin de concevoir, en me basant sur un porte-bébé, un porte-tête dorsal. J'avais, évidemment, pris soin d'entailler mon vêtement via l'ouvre-lettre afin que Jacquouille puisse respirer. Cela constituait le minimum vital. Une fois le tout correctement effectué, la tête du journaliste bien tenue dans cette sacoche improvisée, je m'activai et fonçai vers les parties séparées de son corps. J'avais pris soin de ranger la petite lame dans une de mes poches de pantalon.

Une de mes mains attrapa la jambe gauche de Jacquouille. Chaque partie avait son importance, chaque détail, chaque mot pouvait était susceptible de m'apporter une solution.

-Ta secrétaire a été surprise quand Ashia l'a nommée Triade. J'aimerais que tu m'éclaires sur ce point.

Je reconstituai grossièrement la partie basse de son corps tandis que je continuais l'interrogatoire.

-Quel est ton lien avec cette Triade ?

Les bras du décoloré étaient désormais accolés à son ventre, quant à son tronc, il était correctement disposé sur ses hanches. En somme le bas de son corps était normal et opérationnel, le reste l'était... un peu moins.




Revenir en haut Aller en bas
PNJ [Civils]

avatar
Messages : 99

MessageSujet: Re: Dig Into The Underworld [Pv : Fudo]   Ven 28 Juil - 13:46



Arthus Caramel, dit 'Jacquouille'

La prise d'otage avait l'air de bien se passer pour le Fudo qui comprenait progressivement dans quelle situation il se trouvait. Il était à présent en position de force vis à vis d'Arthur Caramel. Celui-ci semblait ballonné, trop peu habitué à ce qu'on lui trimballe la tête comme il le faisait. Fort heureusement, une porte de sortie semblait exister : l'ignorance de son interlocuteur. Il devait se rendre indispensable, il devait être la source de savoir de cette personne pour conserver la vie qu'il lui restait. Ainsi, il pourrait sinon s'évader, au moins continuer à être l'homme de presse qu'il avait toujours été : gourmand et gourmets des informations les plus intéressantes qu'on puisse avoir. De l'autre côté de la rue, le combat vint déclencher un épais nuage de fumée au niveau du bureau du Caramel. Il ne se faisait pas d'illusion quant à l'état des papiers qui devaient être publiés dans le journal de demain, mais qu'importe : s'il survivait, il aurait une édition spéciale à faire, qui vanterait le pouvoir ou la hargne de son ravisseur. Sinon... Il préférait ne pas y penser.

    - Triade... Les Trois Yeux, parfois surnommée la Corneille. On lui attribue bien des fantasmes, moi-même je n'ai que peu d'informations sur elle. Il s'agit d'une organisation criminelle dont le siège est situé quelque part au-delà de Reverse Mountain, et peut-être même derrière Marijoa... ou à Marijoa, qui sait. Ce que je peux dire, c'est qu'elle est suffisamment puissante pour intervenir de manière insidieuse dans tous les conflits : l'attaque de Nighty Town, même des événements inconnus jusqu'alors comme la disparition de Maria, une trafiquante d'enfants à destination des Dragons Célestes...

Il ne s'arrêtait plus, déblayant sa mémoire pour retrouver quelques informations confuses. Il savait que la Triade était une organisation criminelle, fait avéré depuis les événements qui avaient opposé les Thalassa aux Décimas sur une île de Calm Belt – et il avait eu grand mal à obtenir cette information ! Enfin, il ne s'en souciait plus. Encapuchonné comme il était, il risquait de ne plus pouvoir faire jouer ses relations très longtemps. Mais qu'importe, il ne répondait pas entièrement à la question de son interlocuteur, et pour sa survie, il se devait d'être précis.

    - Je pense que la Triade, comme plusieurs autres organisations, veulent que je finisse mes recherches sur les criminels de West Blue. Avoir leur localisation, des informations sur eux, c'est pouvoir les recruter et prendre de l'ampleur... ou les éliminer.

Qui sait ce qu'ils avaient derrière la tête. Il n'était même pas sûr que la Triade avait pour but de les recruter. C'était plus facile d'éliminer la concurrence, et si leurs fonds étaient aussi importants que leur réputation inexistante, ils devaient avoir les moyens de poser leurs pions sur chaque commerce illégal de cette mer.

    - Quoiqu'il en soit, ils ne sont pas réellement mes alliés. Leur but, c'est de m'empêcher de mettre à nue la criminalité de cette mer... Au risque que tout le monde en profite.

Les plus rapides seraient les vainqueurs. Bientôt, de toutes les manières, le CP9 et la Triade finiraient pas s'entretuer, ou l'un gagnerait ce qui serait un grand désespoir pour la tête volante. Il n'y aurait alors plus qu'à envisager un nouveau tournant dans cette situation.
La Secrétaire est niveau 32. Arthur Caramel est niveau 23.
Revenir en haut Aller en bas
Fudo
Le Roi Fou
avatar
Messages : 499
Race : Humain
Équipage : Shadow Ghost

Feuille de personnage
Niveau:
31/75  (31/75)
Expériences:
99/250  (99/250)
Berrys: 353.899.000 B

MessageSujet: Re: Dig Into The Underworld [Pv : Fudo]   Dim 30 Juil - 11:16



- Dig Into The Underworld -


Une fois la reconstitution grossière du corps de Jacquouille terminée, je me dirigeais vers ma batte tandis que ma zone s'estompa. Quelques pas me suffirent à atteindre mon arme, mes doigts vinrent se poser sur son manche alors que le journaliste me répondait bien gentiment. Mes premières phalanges heurtèrent silencieusement la batte avant de se figer, mes yeux médusés se perdirent dans le sol, brouillant la forme cylindrique. Les palabres de l'homme affluaient à mes tympans, noyant presque mon esprit pris par surprise. Et pourtant, en ces instants, je ne pus qu'être submergé par un tas de questions. Une organisation criminelle, dont le siège serait localisé près de Marijoa, comment fonctionnait-elle ? Comment était-elle structurée ? Comment les décisions étaient-elles prises ? Comment les membres interagissaient entre eux ? Et, pour couronner le tout, comment faisait-elle pour demeurer méconnue de tous malgré son ampleur à première vue, du moins de ce qu'en disait Jacquouille, colossale ? Si ces nouvelles connaissances me fascinaient au plus haut point, un premier constat s'imposa de lui-même et coupa court à cette curiosité fiévreuse : j'étais dans une merde sans pareil, à la charnière entre deux entités jusqu'alors inconnues et pourtant semblant être les plus dangereuses qui soient. Deux options firent surface d'elles-même alors que mon attention se déportait sur la maison de presse. La Triade ou le CP9, de par la possession de Jacquouille je m'étais octroyé la possibilité de faire pencher la balance d'un côté. Mais un tel choix ne pouvait se faire hâtivement, il y avait d'autres zones d'ombres à éclaircir afin de pouvoir prendre la meilleure décision concernant mon avenir, et non celui de ces incroyables organisations.

Je devais gagner du temps et continuer mon piteux interrogatoire.

D'un vif mouvement je vins fermer ma prise sur ma batte avant de me diriger vers la mosaïque corporel de mon cru. Je tirai l'un des bras de Jacquouille dans une direction spécifique.

-Comme tu peux le constater, tu peux encore sentir et contrôler ton corps malgré ta situation. Tout à l'heure, tu t'es mis à courir dans cette direction. Avais-tu un moyen de t'en sortir en allant par là, ou était-ce une action désespérée ? - je fis plusieurs pas en remorquant le bras de ma cible, le forçant à se mouvoir - Quoiqu'il en soit, nous allons pour l'instant nous diriger vers là-bas, concentre toi sur tes jambes, un pas après l'autre, suit mon mouvement et répond moi, c'est pour l'heure tout ce que tu as à faire pour t'en sortir à mes côtés.

Il lui faudrait sûrement un temps pour s’accommoder à son nouvel état d'homme découpé, je le lui accorderais tout en lui forçant la main. Nous bifurquerions ensuite dans une ruelle adjacente pour finalement continuer notre route dans la direction qu'il avait choisie de suivre après sa chute. Si le journaliste avait remarqué ma manœuvre et s'inquiétait de savoir s'il allait bien arriver à bon port, je couperais court à ses interrogations en lui expliquant qu'il était préférable de ne pas rester dans l'allée dans laquelle Ashia ou sa secrétaire débarquerait après être sortie vainqueur du combat. De là nous pouvions reprendre notre discussion. Il ne me restait qu'un seul élément sur lequel je devais me renseigner pour peut-être pouvoir trouver la bonne issue.

-Dis-moi, tu connais une certaine Ashia ? C'est la membre du CP9 qui vient tout juste de débarquer dans ton bureau, celle qui m'a demandé de prendre ta tête.

Le fait que le CP9 et la Triade s'intéressaient tous deux au savoir de Jacquouille rendirent ce dernier bien plus puissant qu'il ne m'avait jusqu'alors semblé. Posséder une telle liste, une telle connaissance des diverses entités criminelles constellant l'Underworld de West Blue, revenait à avoir accès à une partie de sa matrice. De ce fait, le listing du décoloré offrait la faculté d'altérer le monde comme on le souhaitait. Il constituait une arme non négligeable qui me permettrait d'atteindre le trône, si je m'en servais intelligemment. Il me fallait mettre la main dessus, peu importait la finalité de Jacquouille.

-Tu connais mes ambitions, Jacquouille. Quel genre de souverain je serais si je venais à travailler avec de telles personnes pour acquérir cette position ? Te tirer de cette situation est possible, mais pour réussir une telle chose j'ai besoin de savoir de quoi sont capables ceux qui désirent nous priver de notre liberté et, à terme, de nos vies.

Sous mon impulsion, nous obliquerions dans d'autres allées par le biais d'étroites ruelles, un coup à gauche, un autre à droite, toujours en suivant cette ligne directrice imposée quelques instants auparavant par Jacquouile. Du moins c'était la théorie et ce que je pouvais raconter au journaliste. En fonction de ses réponses, nous pourrions très bien bifurquer vers une toute autre direction.



Revenir en haut Aller en bas
PNJ [Civils]

avatar
Messages : 99

MessageSujet: Re: Dig Into The Underworld [Pv : Fudo]   Dim 30 Juil - 22:42



Arthus Caramel, dit 'Jacquouille'

Le port... Ils se dirigeaient à présent vers le port, ce qui relevait du miracle ou de l'absurde. Un sentiment de déception s'insinua alors dans l'esprit de Jacquouille qui, d'un geste brusque, sentit son corps avancer loin de sa tête. Il le fit suivre le mouvement, tentant de concentrer ces nouvelles sensations et de ne pas interrompre le flot de paroles de Fudo. Il n'avait pas de véritable réponse à la question que lui avait posé le criminel, alors il lâcha bêtement :

C'est le moyen le plus sûr de quitter l'île.

Et il s'en arrêta là. Le port, le moyen le plus sûr de quitter l'île, c'était d'une logique imparable. Sans failles. Il y avait donc un piège, forcément, mais le journaliste lui-même ne semblait pas savoir de quoi il s'agissait. Ainsi il continua la course. Enfin les questions reprirent, une fois qu'il fut habitué à sa nouvelle situation – étrangement son cerveau s'en était fort bien accommodé.

Ashia... Agente du CP9, elle est connue et redoutée pour manipuler les gens avec brio. Elle leur fait faire ce qu'elle veut, dans les termes qu'elle le décide. Il me semble qu'elle a un pouvoir lié à l'écriture, mais je n'en sais pas plus.

Bizarrement, pour un membre du Cipher Pol, elle était plutôt connue. Son affiliation était en général la plus sombre partie de son curriculum, mais les hors-la-lois la débectaient pour la vénéraient : elle pouvait être le halo de lumière pour certains, les plus basses frappes, et l'épée de Damoclès au-dessus des autres.

    - Tout ce que je sais sur ces deux organisations, c'est que le CP9 possède un grand nombre de membres dans l'ombre du Gouvernement, qu'ils sont prêts à tout et que leur Q.G se situe à Enies Lobby, du moins dans la théorie. Quant à la Triade, si elle est dangereuse, elle accomplit de grandes choses en manipulant certaines personnes pour réaliser leurs besoins. On dit même que les Dragons Célestes...

Une lame d'air perça la nuit tandis que le criminel s'était approché trop près du port. Prévisible, ou du moins esquivable, elle n'avait que pour but de faire dévier le maudit. Ainsi, d'un simple pas rapide, l'ennemi inconnu viendrait attaquer le batteur au niveau du flanc et lui infligerait moult dégâts, suffisants pour le rendre vulnérables quelques instants. S'il se relevait, il subirait les foudres du nouveau venu.


Zen Amar

Des yeux rouges, des cheveux clairs, l'ennemi était reconnaissable entre mille. Il s'agissait d'un criminel surnommé « L'Anguille », en raison de sa capacité à filer entre les pattes de la marine à chaque occasion. Primé à 37.000.000 de Berrys, Zen Amar représentait clairement une partie de la pègre montante de la mer. Son épée était le symbole de sa réussite : une création de maître de la part de forgerons de Dwarf Town, experts en la matière. Ses activités crapuleuses étaient souvent en relation avec des détournements de marchandises, et il s'était fait ennemi de la Guilde Marchande tout comme des navires transporteurs de la marine. Il avait cependant à plusieurs reprises été interpellé pour d'autres méfaits, comme coups et blessures, ou détournement de mineurs – même si en réalité peu de preuves avaient été retenues à sa charge, et que la jeune femme était « consentante ».

    - Alors, on ose prendre « Jacquouille » comme ça ? Il appartient à tout le monde, ce gars-là.

Zen Amar est niveau 29. Il t'attaque de nul part - à cause de la nuit c'est difficile de le discerner - avec une lame d'air puis utilise une sorte de Soru et t'attaque de flanc pour t'éjecter pendant ta conversation avec Arthur.

La Secrétaire est niveau 32. Arthur Caramel est niveau 23.
Revenir en haut Aller en bas
Fudo
Le Roi Fou
avatar
Messages : 499
Race : Humain
Équipage : Shadow Ghost

Feuille de personnage
Niveau:
31/75  (31/75)
Expériences:
99/250  (99/250)
Berrys: 353.899.000 B

MessageSujet: Re: Dig Into The Underworld [Pv : Fudo]   Mar 1 Aoû - 11:48



- Dig Into The Underworld -


Concis, bien trop pour ce genre de situation. C'était là mon avis concernant sa première réponse. Elle ne me plaisait guère, me dérangeait quelque peu. Alors la décision fut prise, mes changements constants de ruelles seraient réalisés de sorte à lentement dévier de notre actuelle trajectoire. Mais la seconde réponse du journaliste vint troubler mes pensées, si bien que mon corps se figea.

«L'autographe.». Ce mot flotta dans mon esprit plusieurs instants durant.

Jacquouille venait de m'apporter la pièce manquante, celle qui permettait d'expliquer le comportement d'Ashia lors de notre première rencontre. Elle avait patiemment attendu que je réponde à sa requête primaire avant de me révéler sa véritable identité, une partie tout du moins. Peu importait ce qu'était son pouvoir, une probable malédiction, ma situation allait de mal en pis, ou plutôt je découvrais petit à petit l'ampleur du merdier dans lequel je me trouvais : bien plus grande que je ne l'avais cru. La balance se pencha alors naturellement vers un côté grâce à ce nouveau poids. En plus de trouver un moyen de m'en sortir avec ce que je désirais obtenir de ma cible, il me fallait, à défaut de la comprendre, me soustraire à la probable malédiction d'Ashia. Ces deux actions me semblaient incompatibles, le nœud coulant se resserrait petit à petit autour de mon cou. Un frisson naquit donc au niveau de ma nuque, il descendait alors, griffant ma colonne vertébrale dans tout son long. Les paroles suivantes de Jacquouille ne firent qu'accentuer ce mal être naissant, d'une simple déglutition se forma une lourde boule compacte dans mon estomac, mon esprit se brouillait sous l'action de ces infâmes choses qui venaient de s'immiscer insidieusement dans mon être, encore une fois. L'effroi. L'incompréhension. La peur, celle de ne pas s'en tirer libre. Et, ultimement, celle d'y rester. Tous mes plans étaient vains, face à tel constat je me remis à courir, plus rapidement, de manière moins réfléchie. Mon rythme cardiaque allait en augmentant, imposant une cadence nouvelle à ma respiration. L'air marin s'engouffra dans mes narines.


Un amas de cet air vint freiner ma course, me coupant littéralement l'herbe sous le pied alors que la brûlure stomacale se raviva violemment, me forçant à faire un maladroit pas en arrière. Mon talon ripa sur les dalles, je perdis l'équilibre. Mon regard se planta dans le ciel, l'amas de nuage défilait sous mes yeux alors qu'une silhouette vint sèchement percuter mon flanc. Mon corps valsa lors de cette propulsion. Mon dos menaçait d'heurter la façade d'un bâtiment, ce qui aurait de facto causé d'innombrables dégâts à la tête du journaliste. D'un soudain effort, je réalisai une légère rotation de mon buste douloureux pour présenter mon bras gauche au mur, afin qu'il rencontre les briques avant le crâne du décoloré. Après les avoir heurtées avec violence, je retombai sur les fesses, découvrant timidement le gaillard se présentant à moi, épée en main. Je me redressai quelque peu en m'appuyant sur mon poing gauche, puis laissai le dos de mon crâne reposer contre la façade. Ma vision troublée ne me permettait pas de distinguer ses traits avec précision. Ses mots fendirent mes réflexions, ma bouche s'activa promptement sans me laisser le temps de penser à ce que je racontais.

-Le prendre ? - je pointai la direction du bureau de Jacquouille avec l’extrémité de ma batte, tremblotante, sur laquelle ma main droite s'était agrippée, comme si ma vie en dépendait. - Je fais de mon mieux pour ne pas qu'il tombe entre les griffes du gouvernement oui !

Après un moment de suspens, mes pensées se relancèrent pour se succéder, énoncées par une voix cristalline.

«Comment sait-il qu'il s'agit de Jacquouille ? A-t-il reconnu ses fringues ? Non, c'est pas possible. Ce n’est pas suffisant. Le connait-il ? Il sait que sa tête repose dans cette sacoche dorsale. Il se trouvait là-bas, c'est sûr. Il m'a vu le découper, m'a-t-il vu ? Il m'a vu l'embarquer.»

Était-il avec Ashia ? Constituait-t-il un moyen de s'assurer que je ne lui fasse pas fausse route ? Et cette malédiction alors, lui servait-elle à autre chose que de garantie ? Non, non, ce n'était pas possible ! Pour m'en sortir, que devais-je faire ?

«Pourquoi penser à ça ? C'est inutile.»

D'un geste chancelant, je dirigeai ma batte vers mon assaillant. Mes doigts se décollaient du manche, la pointe de l'arme s'orientait vers le sol.

«C'est ça, quoique je fasse, je suis hors jeu»

J'en avais marre : c'était peine perdue. Et, encore une fois, des paroles s'extirpèrent de ma bouche.

-Ecoute, on a pas à en venir aux mains. - «N'est-ce pas ?» - Tu veux récupérer Jacquouille ? Seul moi peut le reconstituer, tu ne pourras pas replacer ses bras et sa tête sans mon pouvoir. T'as qu'à prendre ma batte le temps que je le fasse.

J'avais abandonné. J'étais vaincu. Alors, la goutte finit par tomber.

Épaisse. Carmine. Elle s'écrasa sur le sommet de mon crâne, éclaboussant le visage du gamin. Ses pupilles tourbillonnaient au sein de ses deux orbites enfoncées dans son crâne, striées de larmes rougeâtres provenant de la goutte. Sa main ardente s'activait dans mon bide troué. Elle était entravée par mon tube digestif. Mon visage s'affaissa, ma mâchoire s'était décrochée d'elle-même. Je regardais timidement le mioche, fébrile. L'ouvre-lettre qu'il tenait, maculé de mon sang, fut lâché et heurta le sol bouillant de la pièce. Des bulles pourpres se formèrent à sa surface, gonflèrent, puis éclatèrent dans un son strident. La mâchoire du brunet tomba, elle aussi, alors que ses yeux se firent noyés dans un bouillon sanguinolent. Ses pupilles se déportèrent vers le plafond dans un mouvement saccadé, puis ses yeux se révulsèrent. Sa glotte sembla vibrer un instant.

Le même sort m'était réservé. Le sang ruisselant sur mon front atteignit mes cavités orbitaires. Il s'y amassa, s'y logea peu à peu puis assiégea mes iris de tous les côtés. Mon champ de vision se restreignait en un cercle lumineux. Celui-ci se réduisit bien rapidement jusqu'à atteindre la taille d'un point. Je perçus finalement l'ultime râle du mioche, émanant de sa gorge aux parois désormais déchirées.

Cette voix.

Le dernier grain de lumière disparut. La suite était toute écrite, le sang coagulerait, scellant ma vision une bonne fois pour toute. Me condamnant aux ténèbres froides et austères de ce monde. J'avais voulu jouer avec. Je perdis.



Revenir en haut Aller en bas
PNJ [Civils]

avatar
Messages : 99

MessageSujet: Re: Dig Into The Underworld [Pv : Fudo]   Lun 7 Aoû - 14:50



Zen Amar

La surprise se lit sur le visage du primé. « Il ne savait pas ? ». En réalité, il était peut-être au courant, mais la façon dont il s'était exprimé laissait penser qu'il n'avait pas immédiatement fait le lien, l'évident lien... Ou alors peut-être ne le connaissait-il pas. Ce qui serait une aubaine : les informations sur lui, sur ses aptitudes, sur ses planques, il était certain que « Jacquouille » et son putain de réseau d'informateurs les avait obtenues. Il n'aimait pas se savoir vulnérable devant quiconque. Pis encore, il n'avait pas pour objectif de prendre le contrôle de cette mer, et n'avait pas pour objectif de laisser quelqu'un d'autre de faire – personne n'était assez méritant pour cela, révolutionnaires, marines comme hors-la-lois. Zen Amar voulait juste une chose : sa petite vie tranquille de contrebandier. Et avec ce qu'avait menacé de faire le journaliste, cela faisait des semaines qu'il ne rêvait que d'une chose : le faire disparaître.

Ainsi lorsqu'il avait compris cela, il avait envoyé quelques uns de ses hommes dont les cadavres furent retrouvés dans des égouts à proximité. Qu'avait-il d'autre à faire que de venir en personne pour affronter les forces qui lui voulaient du mal ? Et quelle ne fut pas sa surprise lorsque ses hommes, qui observaient les événements à partir du port, avaient localisé Ashia, et un primé ! Il s'était alors dit qu'il n'aurait plus aucune chance d'approcher le fameux zigoto, sinon... Sinon profiter d'une discorde entre les différentes personnes qui composaient l'opération qui visait à prendre « Jacquouille ».

    - C'est drôle, finit par dire Zen, le visage fermé et inexpressif. J'aurais parié sur un autre dénouement. En réalité, j'imagine que personne n'a compris comme fonctionnait « Jacquouille ». Il a au moins le bénéfice de la folie pour lui.

Il le savait. Il connaissait les méandres de l'esprit de cet homme mieux que quiconque, ou du moins le pensait-il. Il aurait d'ailleurs parié que personne d'autre n'avait compris où se cachaient les informations que ce journaliste récoltait. Les papiers blancs, les dossiers vides... Alors qu'il les lisait avec conviction, une lueur de mal-être perçait dans son esprit.

    - Je n'ai aucune envie de voir ce gars reprendre possession de son corps. Il n'a jamais été aussi vulnérable. À cause de lui, je risque de quitter ma petite vie tranquille, et de me faire ravir mon commerce... Enfin, peu importe. Remets-moi la tête, et je la fendrai en deux.

C'était une demande assez explicite. Une mise à mort. En ville, une puissante explosion retentit et quelques lampes à huile illuminèrent des fenêtres qui donnaient sur le lieu. Si Fudo refusait, Zen s'élancerait vers lui pour le trancher en deux. S'il tentait de le prendre de court, il le saurait : ses aptitudes le lui permettaient.

Zen Amar est niveau 29.
La Secrétaire est niveau 32. Arthur Caramel est niveau 23.
Revenir en haut Aller en bas
 

Dig Into The Underworld [Pv : Fudo]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» [UPTOBOX] Underworld : Nouvelle ère [DVDRiP]
» Fudo [Fiche Technique]
» [UPTOBOX] Age of Heroes [DVDRiP]
» KEN KELLY
» 2013 ¤ Hong Kong ¤ Ciara F. Keegan

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
One Piece Seken :: Le monde de One Piece :: Seas Blues :: West Blue :: Nighty Town-