Partagez | 
 

 C'est cher ou Chiro ? [Mission FB][PV Joshua]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Francis Levignac
The Artist
avatar
Messages : 54
Race : Artiste.
Équipage : Aucun pour le moment.

Feuille de personnage
Niveau:
20/75  (20/75)
Expériences:
27/100  (27/100)
Berrys: 100.000 B

MessageSujet: C'est cher ou Chiro ? [Mission FB][PV Joshua]   Mer 07 Juin 2017, 15:13

Intitulé de la mission :
Spoiler:
 

”Celebrate while you still can”



Un véritable artiste ne se repose jamais bien longtemps. Force était de constater, pour Francis, que l'inactivité -à savoir, l'abstinence de meurtre haut en couleur- constituait la pierre angulaire d'un ennui morbide. Aussi avait-il abandonné son étal de peinture, monté quelques temps plus tôt afin de récupérer tranquillement du meurtre du prince Al, pour se lancer dans de nouvelles occupations plus entraînantes. Et il n'avait pas été déçu ! Flirtant avec la populace, il avait raidement appris qu'une grande fête se préparait dans la noblesse. Les majordomes, femmes de ménage, nourrices et autres serviteurs devenaient extrêmement généreux en information lorsqu'ils étaient sous l'effet de l'alcool. Surtout lorsque leurs maitres agissaient d'une façon qu'ils jugeaient fortement incorrecte et abusive : là, les langues se déliaient tellement qu'il était possible d'apprendre tous les détails sur la vie d'un nobliau en l'espace d'une soirée.

Ainsi, le croquis d'un tableau s'était dessiné dans l'esprit du Levignac : Malab'Ar, diplomate réputé pour son efficacité, arriverait bientôt sur Trader afin de signer des accords commerciaux qui avaient pour objectif d'améliorer encore la puissance financière indécente qui étendait ses tentacules dans l'île toute entière. Cela ne faisait cependant pas la joie de tous, d'après ce qu'il avait pu comprendre : en effet, si certaines filiales risquaient de voir leur production décoller et leurs revenus exploser, d'autres en pâtiraient. C'était une loi d'équilibre simple : quand un gâteau est coupé en parts inégales, il y a forcément des perdants. Maintenant, imaginez qu'avoir une grosse part signifie en obtenir une plus grosse encore au prochain gâteau, et que l'inverse soit vrai. Vous vous retrouvez rapidement avec une situation sans fin dans laquelle des commerces plus humbles meurent... au profit de géants qui se gavent sans cesse.

Tout cela semblait bien futile et idiot à notre tireur. Tout ce qui captivait le pistolero, c'était d'établir un nouveau spectacle qui prendrait place lors de cette réception. De grandes têtes de l'île seraient là, ainsi que de nombreux témoins : en d'autres termes, c'était une occasion de frapper tout ce petit monde par la beauté, la qualité et l'unicité de ses pièces. Il s'était donc donné de tout son être pour créer la parfaite représentation. Cela avait commencé par l'étude du terrain : les festivités se dérouleraient dans ce que l'on appelait "La Coupole Grégoirienne". C'était un grand bâtiment dont l'appellation dévoilait la forme, situé à une vingtaine de minutes à pieds de la mer, au sud de l'île. L'emplacement surélevé, qui permettait de dominer la ville tout en fermant les accès sud par la présence d'une falaise escarpée, avait été sagement choisi par le fameux Grégoire Wolestrite, un marchand connu il y a plusieurs siècles pour sa capacité inédite à acheter et vendre des choses avec une vitesse de réflexion et une efficacité telle qu'il s'en sortait toujours gagnant. Pour vous dire : il avait désormais un bâtiment portant son nom, qui était un véritable monument, ici, à Trader. Le symbole d'un commerçant accompli.

D'ordinaire, l'ensemble était accessible de tout le public : certains marchés s'y faisaient même, dans le respect de l'idée Grégoirienne. Les marchandises filaient à vue d’œil et il était aisé de se faire un petit pactole au détriment de son voisin. Pour sa part, Francis s'intéressait bien plus à l'architecture du bâtiment et cela l'aiderait sans aucun doute dans son entreprise : d'un style architectural néo-classique dans l'ensemble, la Coupole Grégoirienne disposait malgré tout d'un "westwerk", une entrée ouest monumentale qui était plus typique du Gothique ou du Carolingien. Ce mélange de styles intéressant lui donnait un aspect unique et impressionnant, ce qui avait sans doute fait sa gloire dès la construction. En d'autres termes, cette entrée serait largement surveillée : le maestro gageait aisément que l'accès serait réservé aux bourgeois les plus avilis par la fortune. La plèbe n'avait pas sa place dans ce genre d'évènement. Il faudrait sans doute présenter patte blanche, ce qui ne serait pas mince affaire si il estimait correctement l'importance de cette fête. Autrement dit, il devrait se faire sa propre entrée...

Pour ce faire, il avait remarqué lors d'une visite préalable que la partie supérieure de la coupole était flanquée, en son intérieur, d'une plateforme assez étroite pour laisser passer un homme à la fois. Cette plateforme était elle même affublée de quelques statures décoratives, qui donnaient l'impression d'observer les gens en contrebas. En d'autres termes, c'était la planque parfaite. Mais ce n'était pas le mieux ! Certains accès avaient été laissés là suite à la construction, car il aurait été impossible de travailler avec une telle dextérité l'intérieur du bâtiment sans eux. Aussi avaient-ils été conservés pour des raisons d'entretien et de rénovation. Pour être totalement inconnu, il devait passer par le toit, puis s'engouffrer dans la brèche. Murissant ce plan pendant plusieurs jours, il finit par se rendre, le soir des festivités, sur les lieux de son prochain tableau.

C'est par le sud qu'il commencerait son ascension, alors que la majorité des effectifs de gardes s'occupaient de repousser les trop nombreux envieux tentant de passer par l'entrée ouest.

- La diplomatie sans les armes... c'est comme la musique sans les instruments... s'affirma-t-il à lui même pendant que ses bras tiraient sur les rochers pour l'envoyer toujours plus haut, un grappin fermement attaché à sa taille pour la suite des évènements.



Revenir en haut Aller en bas
Joshua Anderson
Mujou no Ō
avatar
Messages : 34

Feuille de personnage
Niveau:
19/75  (19/75)
Expériences:
24/100  (24/100)
Berrys: 6.766.000 B

MessageSujet: Re: C'est cher ou Chiro ? [Mission FB][PV Joshua]   Sam 10 Juin 2017, 20:48

C'est Cher ou Chiro ?


Beaucoup de philosophes et autres penseurs s'accordaient à dire qu'il fallait régulièrement prendre le temps de s'arrêter pour contempler les merveilles de ce monde, pour se rendre compte de tout ce qu'on pouvait avoir et du caractère précieux de l'existence tout un chacun. Prendre le temps de s'arrêter, respirer et regarder autour de soi, prendre le temps de réfléchir posément aux actions à venir avant d'agir, voilà ce qu'un individu équilibré se devrait de faire. Équilibré ? Ci cela était la recette de l'équilibre alors cela expliquerait la psyché pour le moins désordonnée du jeune homme.
Pour faire simple ce jeune homme privé de lumière était aux antipodes du calme et de la réflexion suggérés un peu plus tôt, il était comme un enfant hyperactif qui avait besoin d'une constante stimulation pour son propre bien-être, il lui était impossible de rester en place pendant quelques secondes sans rien faire car son corps et son esprit semblaient toujours désireux d'assouvir une énième pulsion sortie de nulle part. Il devait donc être le plus déséquilibré des hommes de ce monde sans même s'en rendre compte, après tout un fou se rendait-il compte qu'il l'était ?

Lester, lui, était capable de prendre son temps lorsqu'il s'agissait de préparer un mauvais coup ou d'avoir des idées toutes plus tordues les unes que les autres, son sadisme naturel lui permettait de prendre du recul afin de réfléchir à la façon la plus inventive d'infliger les pires blessures à un adversaire. Malheureusement Joshua pouvait très difficilement supporter cette attente et il lui arrivait plus d'une fois de prendre le large sans prévenir, laissant son esprit guider ses pas vers la première personne ou le premier endroit qui susciterait son intérêt déviant. Aujourd’hui était un de ces jours où le jeune psychopathe préférait sortir et laisser ses pas le guider plutôt que de rester enfermer à faire les cents pas tel un lion en cage, attendant que son compagnon d’infortune se décide à lui dévoiler les détails de son prochain plan pour leur remplir les poches.
Un tel plan pouvait bien attendre un jour de plus, non ? Ils étaient tous deux destinés à faire de grandes et terribles choses, Joshua en était certain, le monde pouvait donc bien les attendre un jour de plus, l’attente ne ferait qu’augmenter la tension.


Les mains dans les poches, un t-shirt rouge vif et un short blanc pour seule tenue, l’aveugle erra donc pendant plusieurs heures à travers la ville, laissant ses sens être saturées d’odeurs plus douces les unes que les autres jusqu’à ce que son chemin le mène jusqu’à cette énorme bâtisse à laquelle il ne s’était jamais intéressé jusqu’à présent. Pourquoi s’était-il arrêté devant, aujourd’hui, dans ce cas ? Parce que ses narines avaient capté une puissante odeur d’eau de Cologne et un concert de voix au ton étonnement irritant. Levant le nez en l’air comme un chien essayant de capter une odeur, il s’approcha un peu avant de réaliser :

« C'est moi ou ça pue le bourgeois ? »

Bien entendu il n’y avait pas que les bourgeois qui se parfumaient et avaient des voix irritantes, mais Joshua aimait prendre des raccourcis et aller à la conclusion la plus simple ne pas s’embêter de réflexions inutilement compliquées. Que faisaient donc ces coincés ainsi rassemblés ? Pourquoi y avait-il une foule de pouilleux qui essayait désespérément de pénétrer dans ce bâtiment ? Joshua n’en savait rien mais il était décidément curieux d’en connaître la réponse.

Si dans un premier temps le jeune homme à la tignasse blanche joua des coudes à travers la foule de gueux pour se faire une petite planche, suffisamment confiant en ses capacités physiques pour pouvoir repousser quelques faiblards, il se rendit bien vite compte que la file semblait presque sans fin. Combien de pouilleux étaient donc venus ici ? Il stoppa assez vite son avancée pour lâcher un :

« Meh, trop de monde. »

Tout motivé qu’il était il n’y avait rien de pire que de devoir attendre dans une file qui n’avançait pas d’un pouce, il prit donc la décision de faire demi-tour et de faire le tour de la bâtisse pour trouver une entrée dérobée ou des portes un peu moins gardées que celles-ci. Vers où se dirigeait-il ? Le sud, il fallait bien commence par quelque part.


Fiche par Sánsa ; sur Never-Utopia

Revenir en haut Aller en bas
Francis Levignac
The Artist
avatar
Messages : 54
Race : Artiste.
Équipage : Aucun pour le moment.

Feuille de personnage
Niveau:
20/75  (20/75)
Expériences:
27/100  (27/100)
Berrys: 100.000 B

MessageSujet: Re: C'est cher ou Chiro ? [Mission FB][PV Joshua]   Mer 28 Juin 2017, 16:44

”Celebrate while you still can”



Une nouvelle traction sur les rochers irrégulières lui permit de se hisser un peu plus haut dans son ascension. Une fois la falaise escaladée, il lui faudrait user de son grappin pour effectuer l'escalade du bâtiment. Il avait déjà remarqué les points d'accroche possibles, et une certaine corniche sortait du lot de par sa proximité avec les colonnades extérieures -qui offraient un couvert appréciable- et la facilité qu'il aurait à y accéder. Soupirant après quelques nouveaux mètres, il réfléchit au fait qu'avoir un peu plus misé sur son physique par le passé aurait pu l'aider dans ce genre de situation, puis ravala cette sottise : l'art s'exprimait au travers de lui. Il ne pouvait donc pas être affublé d'un défaut aussi grossier qu'une masse musculaire défaillante. Après tout, c'était un travers bien trop simplet pour être considéré comme une véritable faiblesse : d'autant plus que malgré son allure longiligne, il n'en restait pas moins plus capable que la majorité des hommes qu'il croisait. Mais son esprit devant s'amuser d'une quelconque réflexion, il ne parvint pas à se débarrasser de ce questionnement ridicule jusqu'à ce qu'il arrive finalement au sommet de la falaise.

D'un geste habile, il s'élança vers le haut et se hissa au rebord avant de souffler un coup. Ne profitant cependant pas d'une petite minute de confort, il se redressa prestement et s'épousseta avec minutie. Être couvert de poussière pierreuse ne faisait guère partie de ses hobbies... dieu, que ce travail pouvait être salissant, parfois ! Il était bien difficile de faire retentir la mélodie lancinante et envoûtante de ses oeuvres sanglantes sans avoir à donner de sa personne de façon aussi basse. Qu'il s'implique dans un carnage orchestré et savamment détaillé n'était pas un inconvénient. Se crotter comme le premier paysan venu restait quelque chose qu'il avait en horreur. Cela dit, être l'heureux concepteur d'une scène poignante, d'un assemblage unique de formes et de motifs, ou même d'une partition qui survivrait pendant des années, demandait un minimum de compromis. N'est-ce pas ?

Observant la façade, il recula d'un pas, se mettant tout contre le rebord, alors qu'il portait sa main gauche à sa ceinture afin de se saisir du grappin précédemment acquis pour préparer la deuxième phase de sa montée sur le toit. C'était sans compter un éclat de voix qui lui parvint d'en contrebas, le poussant à se plaquer contre la paroi de la Coupole Grégoirienne : une patrouille, à n'en pas douter. Fichtre, celle là l'avait prise par surprise. Ce n'était qu'un contretemps, mais si elle venait à se poser ici, elle risquerait de lui rendre la tâche ardue. Il pouvait escalader le bâtiment en étant aussi discret que possible, certes : le faire au nez et à la barbe de ses protecteurs relevait d'une audace qu'il considérait trop proche de la bêtise pour être valable. Néanmoins, il remarqua également un homme étrange qui se déplaçait en direction des gardes. Il était... particulier. Les tons criards de son habillage agressèrent les yeux de l'artiste, mais le bandeau qui semblait indiquer un quelconque handicap visuel capta son regard. Comme n'importe qui resterait songeur face aux malformations de la nature, le peintre sanglant resta dans l'expectative d'un dénouement inconnu à sa situation : il pouvait largement tirer profit de ce fait, en réalité. Si ce présumé aveugle pouvait attirer l'attention de la garde suffisamment longtemps, alors il pourrait sans doute escalader sans encombre...

- Les modifications tardives de script sont parfois les meilleures, constata-t-il d'un ton amusé, se préparant à bondir sur l'occasion dès que l'inconnu aurait été accosté par les hommes d'arme.





HRP :
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Joshua Anderson
Mujou no Ō
avatar
Messages : 34

Feuille de personnage
Niveau:
19/75  (19/75)
Expériences:
24/100  (24/100)
Berrys: 6.766.000 B

MessageSujet: Re: C'est cher ou Chiro ? [Mission FB][PV Joshua]   Jeu 29 Juin 2017, 22:41

C'est Cher ou Chiro ?


Les plus sages des hommes ne cessaient de réciter que la curiosité était un vilain défaut qui n'amenait rien de bon, poussant les hommes à mettre leur nez dans des affaires qui ne les concernaient pas jusqu'à leur apporter tout un tas d'embêtement pouvant aller jusqu'à la plus tragique des fins. Cependant, pour un individu aussi simple que Joshua, la curiosité était plus un art de vivre qu'autre chose. Quoi ? Simple ne serait pas le mot qui vous viendrait à l'esprit pour décrire cet homme ? Et pourtant derrière cet amas de dépravation et de violence se cachait un homme qui vivait par le plus simple des crédos : faire ce qu'il voulait, où il voulait, quand il voulait et à qui il voulait. Pouvait-on vraiment faire plus simple que cela ? Un jour où pouvait se promener en ville avc l'envie soudaine d'éclater la gueule d'un crétin à même le pavé parce qu'il n'aimait pas son rire gras mais, aujourd'hui, le jeune homme était mû par la simple envie de savoir ce qu'il se passait dans cette bâtisse.
Une fois rentré peut-être se ferait-il chier comme un rat mort ou peut-être était-il en train de rater la plus grosse fête de bourgeois de la décennie, l'un ou l'autre il avait grandement besoin d'être fixé sur ce point car avoir des regrets ne faisait pas partie de sa façon d'être.
Jouant des coudes à travers la foule de coincés du cul, Joshua se déporta jusqu'à une entrée secondaire bien moins bondée que la première mais, tout de même, accueillant une petite fille d'attente qui allait grandement mettre à mal sa patience. Fronçant les sourcils devant cette attente qu'il jugeait interminable, Joshua n'hésita pas à écraser les convenances et se frayer un chemin à travers la file d'attente, ignorant les jérémiades et les hoquets d'indignation qui fusaient çà et là.
Quoi ? Être aussi pété de thunes avait fini par priver ces nantis de leurs testicules ou quoi ? Ne pouvaient-ils pas agir comme des hommes au lieu de geindre comme des fillettes ? C'en était tristement pathétique mais Joshua s'en contentait, ça lui évitait au moins d'avoir à distribuer des mandales à tout va, lui faisait gagner de précisions secondes.

Finalement, après quelques dizaines de secondes d'une mêlée interminable, le jeune homme arriva devant les deux gardes en uniformes tirés à quatre épingles qui semblèrent avoir un manche à balais coincé à un endroit qui n'était prévu à cet effet. Ignorant ces gardes, les considérant tout au plus comme une distraction passagère, Joshua s'avança mais fut rapidement interpellé et bloqué par ces deux distractions. Le premier d'entre eux, un petit homme à l'apparence sèche, lui lança sur un ton cassant :


« Vous ne pouvez pas entrer ici sans une invitation »

D'ordinaire le jeune homme se serait amusé à se demander si son apparence trahissait sa non-appartenance à cette bande de coincés mais, aujourd'hui, il était d'humeur à devenir un peu plus taquin. Ce fut donc avec le plus grand je-m'en-foutisme du monde qu'il lâcha :

« J'crois bien que si. »

Le garde se figea sur place devant cette outrecuidance qui n'avait pas sa place ici et, frappant sèchement le sol de son pied droit, s'avança pour débuter une légitime protestation.

« N'insistez pas, vous ne... »

Joshua ne lui laissa pas le temps de finir sa phrase et, l'attrapant par le col, le souleva et l'envoyer percuter l'autre garde dans un râle étouffé par le choc.

« J'pense pourtant être clair quand je parle. Je rentre, point. »

Mettant un pied devant l'autre jusqu'à dépasser les portes d'entrée, Joshua afficha un sourire satisfait en imaginait ce qu'il pourrait bien trouver ici mais, avant même de pouvoir le découvrir, un sifflet retentit à travers la résidence. Était-ce ainsi que l'alerte était donnée ici ? Il entendait déjà les pas résonner ici, bientôt des renforts arriveraient pour voir ce qu'il se passait et, à cette idée, Joshua ne put que conclure son intervention par :

« J'pensais avoir été poli, pourtant. Bah tant pis. »


Fiche par Sánsa ; sur Never-Utopia
Revenir en haut Aller en bas
 

C'est cher ou Chiro ? [Mission FB][PV Joshua]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Rapport : Mission de bataille à 1500 points ork vs tyty
» Première mission
» Une mission pour changer la face d'Haïti !
» Libellé de la lettre officielle de démission du Commissaire Claudy Gassant
» Mort d'un jeune journaliste/Adieu Bien-Cher, adieu mon ami

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
One Piece Seken :: Le monde de One Piece :: Seas Blues :: South Blue :: Royaume de Trader-