Partagez
 

 [Présent] A l'orée des Mythes. [Pv Erwin et Kyoshiro]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Fenice Nakata
The Phoenix
Fenice Nakata
Messages : 15024
Race : Humain
Équipage : Tengoku no Seigi

Feuille de personnage
Niveau:
[Présent] A l'orée des Mythes. [Pv Erwin et Kyoshiro] - Page 2 Left_bar_bleue52/75[Présent] A l'orée des Mythes. [Pv Erwin et Kyoshiro] - Page 2 Empty_bar_bleue  (52/75)
Expériences:
[Présent] A l'orée des Mythes. [Pv Erwin et Kyoshiro] - Page 2 Left_bar_bleue879/1000[Présent] A l'orée des Mythes. [Pv Erwin et Kyoshiro] - Page 2 Empty_bar_bleue  (879/1000)
Berrys: 2.235.426.002 B

[Présent] A l'orée des Mythes. [Pv Erwin et Kyoshiro] - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: [Présent] A l'orée des Mythes. [Pv Erwin et Kyoshiro]   [Présent] A l'orée des Mythes. [Pv Erwin et Kyoshiro] - Page 2 Icon_minitimeVen 18 Aoû - 21:57

Liberté...
feat. Erwin Dog et Kyoshiro.
Réfléchis avec lenteur, mais exécute rapidement tes décisions. Isocrate.


Si ce type était indubitablement louche et n'inspirait qu'une confiance très modérée chez le blondinet, il fallait néanmoins reconnaître sa lucidité et ses compétences pour le moins particulières... Ainsi se proposait-il pour une place d'informateur ? Les termes étaient encore bien loin d'être fixés, mais ce qu'il semblait vouloir décrire comme étant un échange de bons procédés apparaissait aux yeux du Phoenix comme étant un échange possiblement plus douteux et moins prolifique pour l'équipage des forbans que pour ce hors-la-loi solitaire. L'homme était clairvoyant, et considérait d'entrée de jeu qu'il n'avait aucun moyen de prouver son hypothétique loyauté vis-à-vis des idéaux de Nakata. Il admettait presque, en demie-teinte à tout le moins, qu'il finirait par ailleurs tôt ou tard à entrer en confrontation ou à minima en contradiction avec leurs ambitions héroïques, justes et bienveillantes... C'était ainsi raisonnable que de le qualifier de courageux. Son honnêteté était honorable, quand bien même il prenait manifestement un malin plaisir à continuer à se montrer nébuleux lorsque cela risquait de lui coûter cher à terme. Désormais, le zoan mythique n'avait plus qu'à prendre une décision, par le biais des quelques informations qu'il avait pu dénicher durant cette prise de parole. Libérer cet homme et tenter de profiter de ses pouvoirs, quels qu'ils puissent être, s'avérait pour le moins risqué... Quand bien même les conséquences pouvaient également s'avérer finalement fertiles et encourageantes. Jouer la sécurité se présentait donc comme étant l'issue la plus sage et la plus respectable pour un homme brandissant de telles convictions et ayant le poids de tant et tant de devoirs et d'obligations sur les épaules. Il avait à sa charge la sécurité des habitants de Graou Island, mais aussi plus vastement le bien-être des citoyens du Monde entier. Comment aurait-il pu prétendre être l'incarnation d'un nouvel âge, le héraut d'une époque meilleure et plus pure s'il n'était lui-même pas capable d'en établir les fondements ? Le Fenice devait peser minutieusement le pour et le contre de chacune de ses décisions. C'était encore plus valable et plus véridique lorsqu'il s'agissait de l'hypothétique libération d'un criminel de haut rang, dont l'existence et les souvenirs eux-mêmes avaient été purement et simplement annihilés de l'histoire de l'humanité.
A ce titre, le maudit ne put trancher d'entrée de jeu. Il s'agissait là d'une décision trop âpre et trop épineuse, et il ne pouvait décemment pas s'y livrer avant un examen approfondi. De facto, deux facettes de sa propre personne s'affrontaient fatalement dans une lutte idéologique et émotionnelle bien particulière : l'aventurier et le combattant reconnaissait sans conteste la superbe et l'ardeur de son interlocuteur, tandis que l'artiste et l'humaniste redoutait son côté visiblement retors et les crimes auxquels il avait pu se livrer durant son existence passée et prématurément achevée. Sa voix, cinglante, vint donc à nouveau s'imposer pour prolonger le discours mitigé de Dario.

-Et qu'est-ce qui te fait croire que j'ai besoin d'un espion, d'un informateur, ou de quoi que tu sois d'autre ? Qu'est-ce qui te fait seulement croire que j'ai des ennemis ?

La réponse à la seconde interrogation s'imposait d'elle-même mais c'était surtout à la première que le garnement allait accorder la plus haute et froide importance. Il attendait de la part de Dario de véritables arguments... Et, pourquoi pas, des informations qu'il n'était pas censé détenir au sujet de Tengoku no Seigi. Les ambitions du Phoenix, celles de ses camarades, les ennemis qu'ils s'étaient générés et ceux qu'ils n'allaient pas tarder à provoquer... Si cet homme était capable d'en dire autant, alors le mythique serait contraint de reconnaître son talent. Dans le cas contraire, il s'avérerait finalement que sa petite astuce n'était pas aussi effarante qu'il n'avait voulu tenter de le faire croire... Ce qui signifierait dans le même temps que la véritable raison de son incarcération au plus bas des étages ne se trouvait pas là.

-----

-Asseyez-vous là. Iliana va aller vous chercher le nécessaire.

La jeune femme s'était effectivement discrètement éclipsée durant leur ascension dans les escaliers de la résidence, et Kernoza s'était occupé du transfert du prisonnier seul. De toute manière, il n'y avait rien à craindre : le pauvre bougre était, comme l'ensemble de ses anciens co-détenus, dans un état piteux et aurait grand besoin de repos et de nourriture avant de retrouver sa forme initiale. Aux yeux du sabreur, le Phoenix se donnait bien trop de mal et prenait la chose bien trop au sérieux. Enfin, il était difficile de lui en vouloir, à ce sujet : Graou Island lui appartenait et à ce titre, la sécurité de l'ensemble des habitants lui pesait directement sur les épaules. Tandis qu'il avait indiqué à Ken un sofa confortable, dans le coin de la pièce, le capitaine affilié à Tengoku no Seigi prit lui-même place dans un siège opposé et prit la parole posément, ne souhaitant pas livrer son interlocuteur à un interrogatoire avant l'heure.

-Vous avez pris notre parti assez rapidement, si je ne me trompe pas... Puis-je vous demander pourquoi ?

Évidemment, la simple perspective de quitter Impel Down à tout jamais avait dû en faire fantasmer plus d'un... Mais la majorité des anciens prisonniers n'avaient pas pour autant décidé de se plier aux règles de Tengoku no Seigi. Ils étaient indomptables, sauvages et sanguinaires, tout comme le laissait présager leurs réputations disparues. Trop dangereux pour être remémorés... Cela donnait une vague idée de leurs monstrueux potentiels, ou tout bêtement des atrocités qu'ils avaient commises à la pelle.

-----

-Voilà. Je suis désolé, ce n'est pas du grand art, mais... C'est mieux que rien, j'imagine.

Considérant leurs appétits sans doute affûtes par plusieurs mois d'incarcération dans des conditions épouvantables, Juon avait préféré épargner leurs estomacs en leur concoctant une bête soupe à base de légumes. C'était léger, et cela aurait au moins le mérite de les requinquer. S'ils demeuraient à leurs côtés plus longtemps, ils auraient tôt ou tard l'occasion de se délecter de mets plus appétissants... Si, toutefois, les patrons les en jugeaient dignes. Il déposa délicatement une assiette devant chaque prisonnier, leur permettant ainsi de l'attraper sans être entravés dans leurs mouvements par leurs menottes. Il s'en retournerait ensuite dans un coin de la salle pour observer sans piper mot : il n'était pas homme à décider et avait encore beaucoup à apprendre, en terme de diplomatie...





Bref récap des PNJs (côté TnS) qui sont avec nous au sous-sol :
Christ Wallallapu - Lvl 32
Preston Humblet - Lvl 24 (pour l'instant inconscient)
Jikin Monica - Lvl 38
Muhichi Hagero - Lvl 21

A l'étage (Avec Kars et Titia) :
Musashi Miyamoto - Lvl 35
Vlind Jeck - Lvl 36
Danaé Frey - Lvl 38
Héléna Stompasky - Lvl 36
Juon Muhaya - Lvl 22

A l'hosto :
Digren Fordrag - Lvl 33
Renald Machiggan - Lvl 36

Dans le bureau :
Echileon Kernoza - Lvl 40
Ariza Iliana - Lvl 34

_________________
Called to the ring, Taking me round by round
It hurts and it stings, Taking me down, down, down
You think that you caught me, I can hear you taunt me
Fractured and I'm falling down, My enemy is watching me bleed

But I'm not dead yet
So watch me burn.
[Présent] A l'orée des Mythes. [Pv Erwin et Kyoshiro] - Page 2 Nak_si10



Dernière édition par Fenice Nakata le Jeu 21 Sep - 20:34, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Tadake Kyoshiro
Pirate
Tadake Kyoshiro
Messages : 1797
Race : Humain
Équipage : Tengoku no Seigi

Feuille de personnage
Niveau:
[Présent] A l'orée des Mythes. [Pv Erwin et Kyoshiro] - Page 2 Left_bar_bleue47/75[Présent] A l'orée des Mythes. [Pv Erwin et Kyoshiro] - Page 2 Empty_bar_bleue  (47/75)
Expériences:
[Présent] A l'orée des Mythes. [Pv Erwin et Kyoshiro] - Page 2 Left_bar_bleue226/750[Présent] A l'orée des Mythes. [Pv Erwin et Kyoshiro] - Page 2 Empty_bar_bleue  (226/750)
Berrys: 66.560.000 B

[Présent] A l'orée des Mythes. [Pv Erwin et Kyoshiro] - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: [Présent] A l'orée des Mythes. [Pv Erwin et Kyoshiro]   [Présent] A l'orée des Mythes. [Pv Erwin et Kyoshiro] - Page 2 Icon_minitimeVen 18 Aoû - 23:42

À l'orée des Mythes
pv Nakata & Erwin | Graou Island



Que ce soit par modestie ou par un sentiment d'apitoiement sur lui-même il n'y avait que peu de choses que le jeune maudit se savait capable de faire, mais parler faisait partie de ces rares exceptions. Il n'était pas le plus charismatique ni le plus brillant – sans son fruit en tout cas – ou le plus retord mais mettre les gens n de bonnes dispositions en leur parlant : ça, il savait le faire. Au cours des derniers mois le jeune homme avait fait un nombre impressionnant de concessions dans l'espoir que ce qu'il aidait à construire allait changer les choses et améliorer la vie des gens, il s'était battu alors qu'il détestait cela, il avait participé à la création du chaos alors qu'il ne désirait qu'aider et apporter la lumière, il avait jeté aux orties tout ce en quoi il croyait pour suivre cet homme aux cheveux couleur soleil. Avait-il vu le moindre changement réel depuis son arrivée dans cet équipage ? Non, le monde était exactement le même et il se demandait parfois si ses sacrifices avaient été utiles.
Mais aujourd'hui ce qu'il pensait importait peu car il avait l'occasion de se poser de nouveau et discuter calmement sans pression d'aucune sorte, il n'était pas là pour intimider quelqu'un ou bêtement pour assister en hochant la tête de temps en temps : il était là pour mener une conversation. Les actions pouvaient changer drastiquement les choses, le maudit avait compris cela depuis un moment déjà mais cela ne l'empêchait pas de croire en la puissance des mots. Ces mots étaient capables d'apaiser les esprits et de détendre l'atmosphère, ces mots étaient capables de guérir les blessures de l'esprit que la médecine moderne ne pourrait jamais réparer. Peut-être que sa gentillesse faisait de lui quelqu'un de peu fiable et faible mais au moins il avait la capacité de toucher le cœur des gens et d'apaiser leur souffrance en leur transmettant un peu de cette chaleur qui brûlait dans ses yeux et éclairait son visage.

En rentrant dans cette pièce le jeune épéiste avait finalement compris qu'un grand homme n'avait pas besoin que son bras-droit soit le plus grand et implacable guerrier, il n'avait pas besoin d'une machine à tuer mais de quelqu'un capable de porter le poids de ses conviction et la force de se battre pour ces dernières aussi ardemment qu'il le ferait lui-même. Kyoshiro était-il cet homme ? Non, il n'était pas cet homme et ne désirait pas prétendre l'être, il ne se prétendait pas aussi fort et passionné que son capitaine mais il aspirait à le devenir un jour et c' était tout ce qui comptait à ses yeux. Même s'il en avait voulu pendant longtemps à son capitaine de le laisser de côté de la sorte, faisant de lui un second couteau de luxe, le lumineux épéiste désirait un jour devenir aussi intrépide, passionné et charismatique que son capitaine . Un beau rêve, n'était-ce pas ? Mais quelques mois plus tôt il n'aurait jamais espéré rencontrer un des quatre empereurs et pourtant cela s'était réalisé.

Tout était possible dans ce monde.

Conscient de ses nouvelles responsabilités le garçon s'installa donc auprès des deux prisonniers avec l'intention de calmer la tension naissante et de les mettre dans de bonnes dispositions. Après tout les personnes ici présentes avaient besoin de tous les alliés possible pour accomplir leurs objectifs respectifs. Alors que l'homme fit preuve d'une froid honnêteté en demandant à partir, le garçon se tourna vers lui et lui répondit par un sourire avenant cachant difficilement une certaine gêne.

« Je suis navré mais je vais vous demander un peu de patience. Vous allez d'abord devoir vous reposer un peu pour retrouver vos forces. »


L'absence de mouvements et l'enfermement pouvaient avoir un impact sur la puissance musculaire d'un individu et sa santé de manière générale, avant de libérer ces personnes dans le monde il convenait à leurs hôtes de s'assurer qu'ils étaient en bonne santé. Vint ensuite la question fatidique : dans quels camps étaient-ils ? Le jeune homme fit mine de chercher ses mots et finit par répondre :

« Moi ? Je suis pour la liberté et la paix. Et cela n'en est pas le reflet.»


Joignant le geste à la parole le jeune homme pointa du doigt les menottes toujours accrochées aux poignets de son interlocuteur. Il savait très bien que parler si ouvertement de paix et de liberté le ferait certainement passer pour le plus grand des naïfs mais il ne voulait pas se mentir à lui-même. Si Kyoshiro voulait gagner la confiance de ces deux personnes alors il devait commencer par être honnête envers elles.
Avant même qu'il puisse enchaîner le jeune homme fut coupé par l'arrivée de la nourriture sous la forme de deux grands bols d'une soupe aussi chaude que parfumée. Remerciant son camarade - assez prévenant pour amener lui-même les bols – d'un franc sourire, le jeune épéiste laissa le silence s'installer pour laisser à ses interlocuteurs le plaisir de se remplir l'estomac de nouveau.
Après quelques secondes qui se transformèrent en minutes, le garçon décida de poursuivre son speech

« Pour être franc je ne sais pas pourquoi vous avez été enfermés, je ne connais probablement pas non plus les exactions commises par le gouvernement mondial aussi bien que vous, mais je suis quelqu'un qui le peut. Il sait que le monde ne tourne pas rond et a assez d'arrogance en lui pour oser faire quelque chose à ce sujet, pour corriger ce qui peut l'être. »


Faisant une courte pause, Kyoshiro ponctua son intervention par :

« Je ne vous demande pas de nous faire aveuglément confiance, je vous demande de me laisser l'opportunité de vous connaître. Et je commencerai par vous poser une question personnelle, puisque je ne vous connais pas. Contre qui avez-vous des griefs ? À qui en voulez-vous le plus dans ce monde ? »


Demander de parler d'eux n'était pas ce qui posait problème au jeune homme, ce qu'il craignait était d'entendre des noms qu'il ne connaissait pas et d'être incapable de trouver une réponse cohérente à cela. Mais c'était trop tard, la question était lancée et n’attendait plus que la réponse.


© ANARCISS sur epicode


Dernière édition par Kyoshiro le Jeu 28 Sep - 18:26, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Maître-Jeu

Maître-Jeu
Messages : 2167

Feuille de personnage
Niveau:
[Présent] A l'orée des Mythes. [Pv Erwin et Kyoshiro] - Page 2 Left_bar_bleue0/0[Présent] A l'orée des Mythes. [Pv Erwin et Kyoshiro] - Page 2 Empty_bar_bleue  (0/0)
Expériences:
[Présent] A l'orée des Mythes. [Pv Erwin et Kyoshiro] - Page 2 Left_bar_bleue0/0[Présent] A l'orée des Mythes. [Pv Erwin et Kyoshiro] - Page 2 Empty_bar_bleue  (0/0)
Berrys: 0 B

[Présent] A l'orée des Mythes. [Pv Erwin et Kyoshiro] - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: [Présent] A l'orée des Mythes. [Pv Erwin et Kyoshiro]   [Présent] A l'orée des Mythes. [Pv Erwin et Kyoshiro] - Page 2 Icon_minitimeJeu 21 Sep - 17:40






[Présent] A l'orée des Mythes. [Pv Erwin et Kyoshiro] - Page 2 1496580431-kars[Présent] A l'orée des Mythes. [Pv Erwin et Kyoshiro] - Page 2 1496580431-titia
Kars Makram & Titia Lae

- La liberté ET la paix ? Bonne chance, coco.

La remarque du Makram était claire et dénuée d’ambiguïté, du moins à son sens : si le sabreur voulait obtenir la paix, alors il allait devoir fouler la liberté d'un certain nombre de personnes pour le faire. Et si la liberté lui importait tant que cela, alors il devrait faire une croix sur la paix, car elle ne plaisait pas à tous... lui même ne saurait se satisfaire d'un monde sans conflits, plat et insipide. L'idée de se lever tous les matins pour dire bonjour à son charmant voisin lui donnait l'envie de vomir. L'idée de lui enfoncer une épée entre les deux côtes avait un charme différent et tout particulier.

D'abord circonspects, les deux anciens taulards finirent par craquer devant la nourriture qui leur avait été offerte : même si ça n'avait rien d'extravagant, ça valait toujours mieux que la purée informe servie à Impel Down. Carencés comme ils étaient, les deux anciens Nebula ne pouvaient que se repaître d'un repas si âprement mérité... quelques furent leurs doutes ou inquiétudes. Titia fut la première à se plonger dans sa soupe, laissant Kars jubiler d'avance d'un massacre qu'il imaginait sans doute sanglant et plein de tripes. Finalement, il répondit à l'assertion du détenteur du Logia de la lumière.

- Si ça te gêne de nous voir menottés, c'est pas moi qui vais t'empêcher de les retirer...
- C'est la meilleure.

Devant la franchise sans détour de l'épéiste sanglant, l'ancienne pirate affichait un sourire agréable. Cette discussion, aussi étrange fut-elle, était la première depuis bien longtemps à lui arracher un rictus satisfait. En plus, elle ne se soldait pas par la perte d'un bout d'ongle ou une brûlure sur la langue... même si rien n'était joué. Enfin, pour l'heure, on leur demandait de se remettre de leurs émotions et on leur offrait le repas. Ces gens avaient l'air d'être des types biens : autant dire que ça ne pouvait pas vraiment être pire, pour maintenant.

De son côté, le Makram réagit vivement à la demande de l'épéiste lumineux, lorsque ce dernier lui demanda vers qui sa rancune était dirigée. Il redressa la tête de sa soupe, qu'il avait avalée goulûment malgré son instinct de conservation premier, avant d'afficher un rictus animal qui ne transpirait que de dégoût et de haine.

- Le vieux fils de pute qu'on appelle Hadès Tenryon.

Sa voix tomba comme un couperet. Dans ses yeux, une flamme dansait avec malfaisance : il n'y avait pas que de la colère pure dans ces iris, mais bien une volonté plus sombre. Celle de blesser. Celle de voir souffrir. Celle d'infliger le malheur. Heureusement, cependant, ces volontés perverses étaient tournées vers un adversaire spécifique, auquel il réservait les pires châtiments si il parvenait à mettre la main dessus. Sa défaite précédente aux mains d'acier du plus vieux des Empereurs ne l'avait pas refroidi : au contraire, Kars supportait très mal l'échec. Encore plus quand ça impliquait la perte de son équipage, puis un affaiblissement subséquent l'ayant amené dans les geôles. Des années de torture et de sévices n'avaient fait qu'enrager le chien malade qui dévorait son cœur, et dieu seul savait ce qui pouvait résider au fin fond de sa psyché : pas une histoire pour enfant, pour sûr. De son côté, la demoiselle affichait un air navré et se contenta de garder le silence pendant un instant avant de reprendre tristement, son cœur tourné vers de vieilles amitiés depuis trop longtemps perdues.

- Le vieux s'est fait pas mal d'ennemis, depuis le temps...

Sur ces mots, elle retourna à sa soupe, visiblement peu désireuse d'aborder le sujet.



[Présent] A l'orée des Mythes. [Pv Erwin et Kyoshiro] - Page 2 1496584373-dario
Dario Josta

- Qui me le dit ?

Sur ces mots, Dario éclata d'un rire franc, qui ne trahissait pas la moindre moquerie. Plutôt une sorte de surprise complètement avouée. Avait-il seulement besoin de ses capacités spéciales pour déduire que le blondinet en face de lui avait désormais son lot d'ennemis ? Bien sûr, il avait capté des bribes intéressantes depuis son éveil dans la prison... des bribes qui, décortiquées correctement, étaient plus parlantes qu'un discours. Mais pour l'heure, c'était juste une question de bon sens.

- Vous avez pénétré dans Impel Down, vidé le niveau 6, et affronté Satan dans le procédé. Si vous n'avez pas d'ennemis, alors je suis en train de rêver et je vais me réveiller dans ma bave, puisque c'est la seule chose qu'on parvienne à produire dans les spores de cet abruti d'homme champignon.

Il mima un geste quelque peu dégoûtant puis reprit la parole, plus posément, sans se départir de son air assuré.

- Le gouvernement vous cherche déjà. Un pirate qui aide un leader de la révolution, s'engageant dans un conflit au sein du complexe pénitentiaire le mieux gardé au monde, provoquant l'évasion la plus spectaculaire de son histoire... vous m'avez tout l'air de l'association de malfaiteur parfaite, aux yeux de ces chères têtes bleues et blanches. Si vous n'avez pas encore d'ennuis, ça va débuter sous peu.

Il s'étira quelques instants tout en continuant à parler. Miséricorde, ce que ça faisait du bien de pouvoir faire travailler ses muscles à nouveau ! Et d'autres capacités aussi, qui s'étaient rouillées avec le temps... une détention si longue ne pouvait que laisser des traces néfastes sur l'efficacité de ses sens. Même derrière ces barreaux, il vivait une véritable bouffée d'air frais.

- Toi et ton ami de l'inquisition, vous êtes ennemis du Gouvernement Mondial. Et si tu as deux sous de jugeote, ce que je pense être le cas, tu sais qu'un conflit idéologique revient au même qu'un conflit armé avec ces radicaux de la bien bienpensance. Cela te fait déjà un ennemi. Sauf que... tu as l'air de te battre pour un idéal, une cause que tu considères juste. Protéger les innocents. Pour protéger les innocents, il faut se débarrasser de ceux qui les exploitent. J'ai une belle liste de noms en tête... tous ces gens, à un moment ou à un autre, seront tes ennemis. Peut-être est-ce déjà le cas ?

Il soupira avant de s'asseoir à nouveau, tandis que le calme était revenu dans les cellules. Les quelques arriérés désireux d'action avaient définitivement été douchés par l'extraction de Ken Shuri, qui avait disparu en compagnie de Kernoza et d'Iliana. Le vampire baissa d'un ton, reprenant avec un sérieux un peu plus inquiétant.

- Vous choisissez vos alliés selon leur compatibilité avec vos idéaux, car vous craignez un retournement de situation en votre défaveur : et pour cause ! Vous traitez avec des personnes qui sont pour la plupart très puissantes. Pourquoi vous encombrer de chiens fous que vous ne pouvez tenir en laisse, si ce n'est pour diriger leurs mâchoires vers vos adversaires ? Ne me fais pas croire qu'Uxas Apokolips va vous servir à protéger les innocents en priorité. Tout comme Kars Makram, d'ailleurs. Une épée reste une épée : qu'elle défende ou qu'elle attaque, elle a été faite pour tuer en premier lieu.

Il s'approcha des barreaux, toisant le Phoenix, le détaillant. Il y avait quelque chose de similaire entre eux, quelque chose d'étonnamment semblable et de tout à la fois très différent. Cela ne faisait que décupler son intérêt pour son geôlier actuel, qui serait peut-être l'agent de son renouveau... ou le commanditaire d'une nouvelle éternité en prison. En tout cas, il appréciait de ne pas avoir à se cacher. Il avait affaire à un jeune homme qui lui semblait tiraillé. Comme si une partie de lui, encore innocente et naïve, tentait d'esquiver ce compromis dangereux, tandis que l'autre soupesait le pour et le contre à la manière d'un homme d'affaire avisé. Il ne restait qu'à faire pencher la balance chez le businessman ... et lui montrer qu'à ses côtés, il pourrait faire de grandes choses. Il pouvait bien l'aider à construire tout ou partie de son utopie : le chaos naissait toujours de la tranquillité amenée par l'ordre. Le chaos dans lequel il s'épanouissait comme une fleur dans la rosée.

- Je pense, Nakata Fenice, que tu as de nombreux ennemis. Il me suffit de te voir, de t'écouter, et d'être attentifs à toutes ces... informations que je recueille, pour le savoir. Le but que tu poursuis, si il aspire à faire régner la paix, ne pourra s'achever que par la guerre. Et dans une guerre, le moins informé des camps est celui qui perd à la fin.



[Présent] A l'orée des Mythes. [Pv Erwin et Kyoshiro] - Page 2 1497255261-ken-shuri
Ken Shuri

Après quelques secondes, Ken décida finalement de s'asseoir dans le sofa qui lui avait été indiqué par son hôte. Le confort... une notion qu'il avait oublié, comme beaucoup d'autres, depuis son incarcération. Il était intérieurement dépité de voir que la sauvagerie des hommes pouvait l'emporter aussi aisément sur leur bon sens. Tous ceux qui s'étaient conduits comme des animaux, en bas, resteraient dans ces cellules pour de bon... finiraient ailleurs, ou seraient même exécutés, peut-être. L'idée le fit frissonner, mais il devait laisser tout cela derrière lui : il avait désormais l'occasion de réparer ses erreurs passées et de faire justice pour ceux qui, par sa faute, n'avaient plus de voix.

- Je croyais autrefois au gouvernement. J'ai eu tort. Protéger les innocents, cependant, est une cause en laquelle je place toujours ma confiance.

Il garda par la suite un silence éloquent, regardant sans ciller son interlocuteur. Certes, son corps était actuellement une ombre pâle de ce qu'il avait pu être autrefois -bien qu'il resta plus impressionnant que la majorité des hommes présents-, mais ses entrailles, elles, brûlaient d'une nouvelle flamme. Il espérait juste que cette flamme serait usitée à bon escient.



-----------


Dans la cour, le discours du Rouquin ne fut ni ovationné, ni applaudit. Un silence de plomb s'était abattu alors qu'il effectuait sa propagande. Etait-ce de la propagande ? Ces mots avaient-ils encore un sens, après tant d'années d'emprisonnement, après un échec aussi cuisant, une expérience aussi traumatisante ? Ces hommes et ces femmes, devant lui, étaient-ils encore capables de servir le mouvement révolutionnaire ? Le voulaient-ils seulement ? En se jetant ainsi devant l'inconnu, le roux avait pris un pari sur l'avenir. Alors qu'il détaillait la liste de ses alliés, certains regards s'éclaircirent. Certains yeux s'écarquillèrent. Globalement, les noms les plus anciens étaient les plus connus, tandis que les plus jeunes semblaient tomber dans le vide. Néanmoins, les révolutionnaires n'avaient pas oublié leurs anciens camarades : c'était déjà un bon point.

Le silence fut finalement percé lorsqu'un individu, dans la force de l'âge, s'avança. Ses yeux bruns étaient partiellement cachés par ses cheveux mi-longs et dans un sale état, alors que son bras bandé récemment reposait sur sa poitrine. Il prit la parole, d'un ton grave.

- J'ai tout donné pour cette cause. Des années entières de ma vie. Mon amour pour ma famille. Ma peine pour la mort de mes amis. J'ai vécu et respiré au travers de ces termes : Révolution. Changement.

Il se tourna ensuite vers ses camarades, puis vers le jeune homme. Il semblait le jauger gravement, avec un air sévère.

- Qu'est-ce qui a changé, depuis tout ce temps ? A-t-on vraiment avancé ? Va-t-on réussir à faire quelque chose de cet idéal ? Combien de pertes un homme peut-il subir, pour les idées qui habitent ceux qu'il suit par conviction ?

Il soupira et son torse s'affaissa lentement. Il était faible, mais son esprit était encore solide et fier. Ses mots, pour le moment, n'avaient pas été tendres à l'égard du rouquin : ouvertement, il remettait en doute l'existence même du mouvement révolutionnaire. Un mouvement pour lequel il avait traversé l'enfer... tout ça pour rien, apparemment.

- Si ce mouvement veut continuer à progresser, il lui faut un chef fort, capable de fédérer ceux qui croient en ses idéaux.

Son regard dur se fixa dans les prunelles du Dog. Il respira lourdement. Son coeur battait la chamade alors qu'encore une fois, il sentait l'adrénaline d'évènements à venir s'emparer de son corps. Une sensation connue de tout soldat, de tout homme qui se battait pour quelque chose de plus grand que lui.

- Tu es encore un gamin...

Alors que des protestations commençaient à s'élever devant l'impact des mots employés, il leva le poing en l'air. L'ex-Maréchal Silvester Stanford semblait encore avoir une forme d'autorité sur les hommes rassemblés dans son dos, puisque tous se turent immédiatement, malgré des regards consternés. Finalement, un sourire paisible naquit sur ses lèvres alors qu'il regardait le Dog d'un air toujours aussi vigoureux, bien qu'adouci.

- Un gamin capable de mettre Impel Down en déroute, de se mettre à ce point en danger pour préserver la cause qui lui semble juste... c'est ce que j'appelle un grand homme en devenir. Alors... ne nous déçois pas.

Une approbation générale s'ensuivit : la flamme de la révolution ne s'était pas éteinte dans le cœur de ces hommes, qui comptaient parmi ceux qui la chérissaient le plus au monde.



Revenir en haut Aller en bas
Fenice Nakata
The Phoenix
Fenice Nakata
Messages : 15024
Race : Humain
Équipage : Tengoku no Seigi

Feuille de personnage
Niveau:
[Présent] A l'orée des Mythes. [Pv Erwin et Kyoshiro] - Page 2 Left_bar_bleue52/75[Présent] A l'orée des Mythes. [Pv Erwin et Kyoshiro] - Page 2 Empty_bar_bleue  (52/75)
Expériences:
[Présent] A l'orée des Mythes. [Pv Erwin et Kyoshiro] - Page 2 Left_bar_bleue879/1000[Présent] A l'orée des Mythes. [Pv Erwin et Kyoshiro] - Page 2 Empty_bar_bleue  (879/1000)
Berrys: 2.235.426.002 B

[Présent] A l'orée des Mythes. [Pv Erwin et Kyoshiro] - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: [Présent] A l'orée des Mythes. [Pv Erwin et Kyoshiro]   [Présent] A l'orée des Mythes. [Pv Erwin et Kyoshiro] - Page 2 Icon_minitimeJeu 21 Sep - 20:04

Liberté...
feat. Erwin Dog et Kyoshiro.
Réfléchis avec lenteur, mais exécute rapidement tes décisions. Isocrate.


Ce type savait réfléchir, cela, le Phoenix le savait déjà... Et il avait désormais l'indubitable certitude qu'il savait parler. Se construire une pensée était une chose : l'exposer de manière cohérente et concise en était une autre. Pour être un grand amateur de l'art oratoire et pour avoir toujours tenté de se mettre en avant par ce petit procédé, Nakata savait pertinemment à qui il avait affaire. Il s'agissait là presque d'un miroir déformant, grossier et malfaisant, qui tordait et distordait son être jusqu'à ses tréfonds pour lui rendre des ambitions plus noires et des desseins plus sombres. Pour autant, le mythique n'avait pour l'heure rien d'autre que son instinct affûté pour lui crier de se méfier de ce type : il ne le connaissait pas encore, pas même de nom ou de réputation, et ne possédait donc aucune véritable preuve de la noirceur qui pourrissait son cœur... Mais ses pressentiments, à eux seuls, lui suffisaient. Il avait trop souvent croisé le chemin d'être odieux ou insipides, de brutes sanguinaires qui ne savaient s'élever au-delà de leur condition misérable et basse qu'on leur avait jadis octroyé, par quelques concours de circonstances. L'artiste avait à d'innombrables occasions observé la bestialité humaine, la pire de toutes, se déchaîner et déferler sur des innocents au nom d'un égocentrisme flamboyant, d'un instinct grégaire déroutant, d'un désir et d'une pulsion irréfrénables et irréfrénés. Ce type d'individus là était par ailleurs le plus menaçant, le plus redoutable pour le précaire équilibre qu'il tentait d'instaurer depuis une bonne décennie de combats désintéressés : c'étaient eux qui justifiaient la gangrène qui rongeait actuellement le Gouvernement Mondial. Si personne ne s'opposait à ses lois, furent-elles tyranniques, les civils pourraient vivre en paix. Les sévisses et les maux causés par les Tenryubitos n'étaient par ailleurs pas bien différents de ceux que pouvait hypothétiquement causer un Dario Josta tout juste sorti de sa prison : les uns étaient simplement protégés et justifiés, là où les autres demeuraient critiqués acerbement et ouvertement. Le Fenice, donc, se trouvait bel et bien tenaillé par deux visions, deux perceptions qui s'imposaient à lui et l'empêchaient de prendre une décision immédiate. Celle à court terme lui sommait de libérer ce malfrat, aussi dangereux fut-il, tant qu'il demeurait ne fut-ce qu'une chance de s'en faire un allié afin de tenir tête aux myriades d'opposants qu'il lui restait. Celle à long terme, en revanche, lui indiquait sagement qu'il ne s'agissait là ni plus ni moins que d'un ennemi en devenir. Avec un sourire arrogant et impertinent, comme il savait si bien les faire, le capitaine forban passa une main dans ses cheveux et ponctua la tirade logique de son interlocuteur d'un ricanement impatient.

-Tu as raison. Si tout se passe bien, je serai d'ici quelques jours seulement perçu comme la figure suprême de la nouvelle ère des pirates. Et si tout se passe bien, d'ici quelques semaines, Erwin régnera sur la Révolution, qu'elle s'étende sur les Seas Blues ou ici, sur Grand Line. Et effectivement, cela ne tardera pas à nous ajouter des adversaires... Même si nous n'en manquons pas encore.

Le rictus de l'ancien Schichibukai, cependant, ne tarda guère à se figer, puis à flétrir. Cet état de fait imposé, restait encore la principale proposition de son arrogant homologue... Lequel ne manquait assurément ni de culot, ni de lucidité. Effectivement, les sacrifices allaient être nécessaires, dans un premier temps : faire s'effondrer un système véreux vieux de plusieurs siècles n'était pas une prouesse que l'on réalisait légèrement, du jour au lendemain. Il allait leur falloir pour ce faire livrer bataille... Et chaque bataille imposait la mort, celle du juste comme celle du tyran. C'était pour cela que s'il ne libérait que ceux qui pouvaient hypothétiquement lui rendre service, le légendaire ne s'arrêtait pas seulement à ceux qui, comme Ken, allaient promptement et sans discuter lui prêter allégeance tant que leurs idéaux concordaient. Le philosophe en herbe avait souvent fréquenté des personnes dérangées et instables, pétries de haine et de colère... Et il savait dorénavant comment elles fonctionnaient. A la vérité, ces êtres incandescents étaient généralement les plus aisément manipulable, tant que l'on conservait un brasier ardent pour canaliser leurs néfastes intentions. Nakata allait allumer devant Kars un brasier si soudain et si puissant, allait entretenir des braises et des charbons si denses et si anciens qu'il allait dans un premier temps garantir sa loyauté, quand bien même celle-ci serait inconsciente. Puis, dès lors que le feu de sa vengeance s'éteindrait, sa liberté prendrait fin : le blondinet n'avait aucune raison de laisser d'envisageables criminels vaquer à leurs occupations, furent-ils des alliés chers par le passé. Il devait se montrer intraitable et objectivement inflexible pour conserver sa justice intacte et inébranlable... C'était pour cela, en finalité, que l'idée de libérer Dario ne lui plaisait qu'à moitié. Il ne savait pas si un brasier aveuglait l'autre blondinet, ou si ce dernier n'était ni plus ni moins qu'un fin stratège... Cela ne l'empêcha cependant pas de reprendre la parole fièrement, tout en croisant les bras posément.

-L'information est utile. Elle l'est d'autant plus avec un but comme le mien. C'est pour ce faire que je suis devenu corsaire. Que j'ai libéré Graou et Armaggeddon des criminels qui les oppressaient et des guerres qui les saignaient. Pour ce faire que j'ai investi des milliards ici, afin de construire routes, écoles, parcs... Et pour ce faire que j'ai si durement combattu aux côtés du Gouvernement Mondial, amenant les miens sur le champ de bataille pour affronter Centes et ses sbires. Là où même la marine avait échoué, là où même les Cinq Étoiles se trouvaient découragées, nous avons triomphé. Le Monarque, qui n'avait eu à subir aucune déconvenue majeure depuis son émergence... A pour la première fois trouvé un adversaire susceptible de lui faire poser genoux à terre. Je suis devenu un héros. Pas pour les soldats, pas pour les pirates... Pour les petites gens. Et dès lors que je suis devenu un héros, j'ai légitimé ma lutte, mes actions les plus glorieuses comme les plus sottes. Le Gouvernement Mondial et son système de censure vont tout faire pour gommer cette idée préconçue du crâne de ceux dans lesquels ils l'ont enfournée. Mais le mal est fait. Car tout un chacun en a désormais conscience : il existe des alternatives. La Révolution en est une. Centes en est une. J'en suis une. Alors effectivement, je ne nierai pas cette évidence. L'information est capitale. Mais elle n'est ni ne sera jamais l'unique clé de résolution d'un conflit.

Lorsque Dario établissait cette grossière généralité en instaurant le mieux renseigné comme étant le vainqueur, le Fenice ne pouvait pas s'empêcher d'en frissonner. Si tel était le cas, comment diable pouvait-il prétendre à vaincre le Gouvernement Mondial ? Ses systèmes d'espionnage et de surveillance étaient si élaborés, si durement et dûment réfléchis que nul n'aurait jamais pu ne fut-ce qu'esquisser un système équivalent. Les Yonkous eux-mêmes ne demeuraient pas cloîtrés sur le Nouveau Monde par hasard : c'était le seul endroit où la marine et ses chiens n'avaient pas prise, le seul endroit où ils pouvaient demeurer Empereurs sans être harcelés d'assauts interrompus. Mais le pouvoir, la puissance et la victoire n'étaient pas qu'une donnée binaire, fallacieusement résumée à une équation simplette et simplissime. Avec un sourire amusé, le mythique s'approcha encore des barreaux d'un pas, se rapprochant significativement de son interlocuteur. Il déclara alors fièrement, éclatant et lumineux, demeurant l'absolu opposé du hors-la-loi qui lui tenait tête.

-Je suis Nakata Fenice. Ancien capitaine corsaire, ancien révolutionnaire, ancien marine. J'ai été le compagnon de Raphaël, lui-même ex-Schichibukai, et j'ai été épaulé tour-à-tour par Tsukiyo no Hato, mon défunt frère d'armes, et par Kyoshiro, mon plus talentueux et prometteur ami. Je règne ici, sur Graou Island. Je suis abhorré par John Pacifique et par Mozero, apprécié par Elisabeth Reina et Andromède Elpa. J'ai vaincu Harushige, j'ai vaincu Wakai Tsuki, et j'ai même tenu Akainu en échec, en tuant l'un de ses protégés sous ses propres yeux. Je suis l'allié d'Erwin Dog et celui de Valentine D. Kain, l'amant d'Holly Wate et le pire cauchemar d'Hadès Tenryon. Je suis le musicien doré, le renégat, le Phoenix... Tu sais tout cela, alors même que j'ignore tout de toi. Et pourtant, si je le décidais, ici et maintenant... Ta vie prendrait fin.

Cette déferlante d'informations et de renseignements en tout genre avaient probablement interloqués Dario au début, mais il aurait tôt ou tard fini par comprendre où le Schichibukai voulait en venir. L'information était importante, assurément. Mais la force, qu'elle s'exerce physiquement et directement, ou mentalement et indirectement, demeurait avant toute autre chose la principale condition d'une victoire éclatante comme d'une extraordinaire défaite. En finalité, face à l'autorité comme face à l'argent, à la gloire ou à l'intelligence, c'était l'épée qui tranchait, et qui octroyait la victoire à son plus brillant manieur. Rien de plus, rien de moins. Une fois cette leçon de réalisme imposée à toutes et tous, le blondinet s'approcha de la cellule et, d'un geste posé, l'ouvrit. Il fit alors signe, d'un geste de la tête, à Dario de sortir, et explicita promptement cette décision certainement désarçonnante.

-Mais j'imagine que si tu peux me permettre de gagner en minimisant les dommages collatéraux... Tu peux avoir une espèce d'utilité. Fais en tout cas en sorte que je ne le regrette jamais... Car, si tel venait à être le cas, tu retrouverais bien vite la torpeur et l'angoisse desquelles je t'ai aujourd'hui extrait.





Bref récap des PNJs (côté TnS) qui sont avec nous au sous-sol :
Christ Wallallapu - Lvl 32
Preston Humblet - Lvl 24 (pour l'instant inconscient)
Jikin Monica - Lvl 38
Muhichi Hagero - Lvl 21

A l'étage (Avec Kars et Titia) :
Musashi Miyamoto - Lvl 35
Vlind Jeck - Lvl 36
Danaé Frey - Lvl 38
Héléna Stompasky - Lvl 36
Juon Muhaya - Lvl 22

A l'hosto :
Digren Fordrag - Lvl 33
Renald Machiggan - Lvl 36

Dans le bureau :
Echileon Kernoza - Lvl 40
Ariza Iliana - Lvl 34

_________________
Called to the ring, Taking me round by round
It hurts and it stings, Taking me down, down, down
You think that you caught me, I can hear you taunt me
Fractured and I'm falling down, My enemy is watching me bleed

But I'm not dead yet
So watch me burn.
[Présent] A l'orée des Mythes. [Pv Erwin et Kyoshiro] - Page 2 Nak_si10

Revenir en haut Aller en bas
Tadake Kyoshiro
Pirate
Tadake Kyoshiro
Messages : 1797
Race : Humain
Équipage : Tengoku no Seigi

Feuille de personnage
Niveau:
[Présent] A l'orée des Mythes. [Pv Erwin et Kyoshiro] - Page 2 Left_bar_bleue47/75[Présent] A l'orée des Mythes. [Pv Erwin et Kyoshiro] - Page 2 Empty_bar_bleue  (47/75)
Expériences:
[Présent] A l'orée des Mythes. [Pv Erwin et Kyoshiro] - Page 2 Left_bar_bleue226/750[Présent] A l'orée des Mythes. [Pv Erwin et Kyoshiro] - Page 2 Empty_bar_bleue  (226/750)
Berrys: 66.560.000 B

[Présent] A l'orée des Mythes. [Pv Erwin et Kyoshiro] - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: [Présent] A l'orée des Mythes. [Pv Erwin et Kyoshiro]   [Présent] A l'orée des Mythes. [Pv Erwin et Kyoshiro] - Page 2 Icon_minitimeJeu 28 Sep - 18:25

À l'orée des Mythes
pv Nakata & Erwin | Graou Island



Il serait illusoire de penser pouvoir faire adhérer quelqu'un à son point de vue en quelques minutes, le jeune homme le savait pertinemment, mais cela ne l'empêcherait pas de tout faire pour que cela se réalise. Pourquoi ? Parce que le conflit n'était pas sa tasse de thé, que cela se passe au travers des mots ou des poings : un conflit en restait un et il en engendrait généralement beaucoup d'autres. C'était sans doute assez étrange de croiser un épéiste si meurtrier et destructeur tenir autant au concept de diplomatie, surtout dans un monde où la loi du plus fort régnait, mais c'était justement cette oppression et le caractère absolu de la puissance qui justifiait sa lutte. Beaucoup de petites gens n'avaient pas le droit à la parole et leurs réclamations étaient rapidement perdues dans le vent, ces misérables devaient se contenter des miettes qu'on daignait leur laisser sans pouvoir espérer obtenir plus. Pourquoi ? Parce que ce monde était injuste et qu'il devait cesser de l'être, telle était la façon que l’épéiste lumineux avait de voir le monde qui l'entourait.
On lui avait demandé de décider du sort de deux individus et, bien que le concept le mette particulièrement mal à l'aise, il se devait de prendre ses responsabilités très au sérieux et d'aller jusqu'au bout de cette toute première tâche comme bras droit de Nakata Fenice.

Mais pour changer les choses il fallait des alliés et c'était exactement pour que cela que le groupe avait fait une petite virée dans la prison la plus sécurisée du monde, pour ramasser les pires et les plus puissantes crapules de ce monde qui avaient été mises à l'ombre depuis bien trop longtemps. Le but était donc de leur donner une seconde chance, de leur donner une chance de goûter de nouveau au nectar qu'était la liberté en échange de leur force pour les événements à venir. Quels étaient-ils ? Kyoshiro avait une liste en tête, depuis son entretien avec son capitaine, mais il n'était pas prêt à révéler ces informations à ce parterre d'inconnus.
La première réponse lui vint, l'homme n'hésita pas à se moquer ouvertement du désir de paix et de liberté qu'entretenait le jeune épéiste. Ce dernier ne préférant pas rebondir sur cette raillerie qui n'apportait rien de bon, il se contenta de hausser les épaules tout en répondant :

« La chance n'a rien à voir là-dedans. Si je compte sur elle seulement les choses ne risquent pas de changer. »


Peut-être que la chance avait une toute petite place dans l'ordre des choses mais au final seules les paroles et les actions permettaient de forger et modifier le monde, pour le meilleur ou pour le pire. Bien sûr que le jeune homme savait que son optimisme passait pour une naïveté enfantine et un évident signe de faiblesse mais il n'en n'avait cure, préférant cette option à celle de broyer du noir en ne faisant rien de concret. Bien vite la discussion s'enchaîna sur le thème de la libération des prisonniers et, une fois encore, Kyoshiro tint à se montrer parfaitement clair :

« Je le ferai. Quand je serai certain que vous libérer ne causera pas plus de mal que de bien. Ce n'est pas encore le cas.»


Il n'aimait pas le fait de voir quelqu'un aux fers mais n'était pas assez stupide pour libérer le premier criminel venu sur un coup de tête, libérer quelqu'un le rendait responsabilité des actions de ce quelqu'un. Quelques vérifications d'usage étaient plus que nécessaires dans ce genre de situation, surtout face à des criminels d'un tel gabarit. Être gentil ne voulait pas dire être stupide ou inconscient, mais si ces deux individus se montraient un peu plus ouverts à la discussion alors ils auraient une chance de sentir de nouveau le soleil sur leur peau.

Puis vint enfin le moment fatidique, si la demoiselle resta silencieuse son homologue masculin n'hésita pas à afficher son inimitié envers Hadès, un nom déjà entendu de a bouche du Phoenix sur Time End. Se faisant violence pour ne pas afficher un sourire qui mettrait Kars sur la voix, Kyoshiro demanda le plus simplement du monde :

« Si je vous disais que vaincre cet homme est sur notre liste de choses à faire, consentiriez-vous à joindre vos forces aux nôtres ? »


Préférant user le conditionnel pour ne rien annoncer de définitif, choisissant de rester évasif, le maudit de la lumière se tourna ensuite vers la demoiselle n'ayant rien révélé d'elle ou de ses objectifs profonds. Peut-être que cela la gênait d'en parler tout comme Kyoshiro était gêné de devoir se montrer aussi curieux que cela, mais elle allait tout de même devoir se mettre à table si elle espérait pouvoir se débarrasser de ses menottes. Ce n'était malheureusement pas négociable.

« Et vous ? »



© ANARCISS sur epicode
Revenir en haut Aller en bas
Erwin

Erwin
Messages : 4240
Race : Humain

Feuille de personnage
Niveau:
[Présent] A l'orée des Mythes. [Pv Erwin et Kyoshiro] - Page 2 Left_bar_bleue56/75[Présent] A l'orée des Mythes. [Pv Erwin et Kyoshiro] - Page 2 Empty_bar_bleue  (56/75)
Expériences:
[Présent] A l'orée des Mythes. [Pv Erwin et Kyoshiro] - Page 2 Left_bar_bleue769/1250[Présent] A l'orée des Mythes. [Pv Erwin et Kyoshiro] - Page 2 Empty_bar_bleue  (769/1250)
Berrys: 148.349.469.666 B

[Présent] A l'orée des Mythes. [Pv Erwin et Kyoshiro] - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: [Présent] A l'orée des Mythes. [Pv Erwin et Kyoshiro]   [Présent] A l'orée des Mythes. [Pv Erwin et Kyoshiro] - Page 2 Icon_minitimeJeu 19 Oct - 18:26

A l'orée des Mythes [9]

Il lui avait donné une réponse, à la fois étonnante et emplie d'espoir pour le rouquin. Sa rencontre avec ces personnes allait lui changer la vie : il était révolutionnaire dans l'âme, à présent, mais eux l'avaient été depuis bien plus longtemps que lui. Son sourire calme et reconnaissant vint faire place à sa mine d'un sérieux déconcertant. Il adressa un premier « Merci » sincère et ajouta à mi-mots qu'il ne les décevrait pas. Ses efforts étaient récompensés. Arthur, de son côté, nota la simplicité de la réponse de son chef. Il n'allait pas rajouter une ovation à ces braves guerriers qui devaient à présent se reposer. S'avançant, le jeune homme lança sur un ton cette fois-ci plus ferme :

- L'Inquisition va prendre en charge votre réhabilitation. Nous allons y mettre un milliard de berrys pour que vous puissiez vous équiper, obtenir les navires dont vous avez besoin et que vous puissiez retrouver des hommes. Bien qu'il ne soit pas plaisant de se le dire, l'argent reste un des nerfs de la guerre. Nous possédons aussi deux navires de guerre à votre disposition sur North Blue. Je vous ferai part de nos plans immédiats une fois que vous vous serez un peu plus remis sur pied.

Il était alors impensable de ne pas prendre en compte une offre aussi « généreuse » mais que chacun savait totalement intéressée. Il leur avait fait cette proposition en les mettant sous sa coupe, d'un certain point de vue, bien que du sien, plus niais. Le garçon indiqua à Arthur de venir à ses côtés et le présenta brièvement aux membres de la Révolution en face de lui :

- Veux-tu bien t'occuper de nos nouveaux compagnons, Arthur ? J'imagine qu'il y a beaucoup d'informations qu'ils souhaiteraient obtenir sur notre fonctionnement intérieur. Je dois aller voir les Légendes, et Reynault Close, je reviendrai plus tard pour nous emmener à la Base.

Il observa les réactions des membres de la Révolution à l'évocation de ce nom, son Haki tout autant en alerte. Il lui fallait savoir s'il se dirigeait vers un homme de confiance ou vers un problème en devenir. Bah, il allait de toutes les manières devoir composer avec : cet homme était le père de Fon. Il s'agissait donc à la fois d'un nouveau lien avec les Cinq Légendes et d'une manière d'appâter la jeune femme vers les idéaux de son père, si ses combats contre le Gouvernement Mondial ne l'avait pas rangé du côté des révolutionnaires – ce qu'Erwin aurait compris, les héros arrivaient de temps à autres à ne pas avoir les mêmes idéaux que les résistants.

Saluant amicalement les révolutionnaires qui avaient rejoint ses côtés, le rouquin se déplaça à l'intérieur de l'hôpital pour retrouver les Cinq Légendes. Il avait expressément demandé à ce que les chambres des trois prisonniers qui l'intéressaient, Mister L, Irr et Reynault. Cela permettait aussi à Fon et Ganesh d'être au chevet des trois en même temps. Entrant dans l'hôpital, il put apercevoir Ruby, une révolutionnaire qui avait récemment rejoint ses rangs. C'était une jeune femme originaire de Graou Island, mais qui s'était entichée des idéaux de la Révolution. Si elle respectait le Phoenix, son caractère bien trempé l'avait amené à faire un choix différent de ceux de l'ancien corsaire.

Elle dirigea le rouquin vers la chambre des concernés lorsqu'il le lui demanda. Elle était postée à l'hôpital pour servir de lien, et avait jusque-là fait son travail. Les membres de l'Inquisition présents sur l'île étaient peu nombreux mais suffisamment pour compléter les objectifs du rouquin : à la prison, avec les prisonniers, aux abords de l'île... Ils avaient investi les points stratégiques dans le but de renforcer les effectifs de Graou Island, et se replierait seulement à la fin de l'opération.

Toquant à la porte des blessés, le rouquin vint d'abord aux côtés de Reynault et Mister L. Il savait qu'il allait devoir s'exprimer plus à eux qu'aux autres Légendes.

- Bonjour, fit-il sur un ton apaisant. Vous ne m'avez peut-être pas vu quand je vous ai sortis d'Impel Down, mais je suis Erwin Dog. Pour vous deux, fit-il en regardant les deux légendes qui étaient peut-être encore alitées, nous nous sommes rencontrés à la réunion avant Baltigo. Je ne sais pas si vous vous en souvenez, mais à cette époque vous avez obtenu l'amitié de Mike Tay. C'est principalement grâce à lui que Fon et Ganesh ont pu être affilié à l'opération, mais je vous prie de croire que si Mike s'est retiré, vous pouvez toujours compter sur le soutien de l'Inquisition.

Il les salua simplement et se tourna vers Reynault :

- Quant à vous, Reynault Close... Je suis le chef de l'Inquisition, un mouvement révolutionnaire sur North Blue qui a pour ambition d'allier les autres mouvements révolutionnaires pour pouvoir progresser ensemble dans l'affrontement contre le Gouvernement Mondial. Je vous souhaite de vous rétablir et de profiter des retrouvailles avec votre fille.

Il ajouta aux membres présents :

- Je vous ferai une simple proposition à tous : j'aimerais que vous nous rejoignez, mes camarades et moi. Je sais que vous, Les Légendes, avez pour objectif de retrouver Wave, et je pense que vous affiliez à nous vous permettre d'obtenir un soutien nécessaire à cette opération, tout en combattant le Gouvernement Mondial qui vous a trahi et menace les civils. Et vous, Reynault, pouvez poursuivre la lutte que vous aviez engagé de votre temps, aux côtés de la nouvelle génération, ainsi qu'aux côtés de certains de vos camarades révolutionnaires.

Il s'arrêta ici, n'espérant pas obtenir une réponse immédiate. S'ils avaient besoin de temps, il leur en donnerait autant que possible : il leur fallait sûrement du repos et une concertation pour se mettre d'accord.

_________________________

Stan Kubrique était monté aux côtés de Ken Shuri et s'était installé près de lui. Il avait observé cet homme dans le silence, et avait pu voir la ferveur qu'il mettait dans ses convictions. C'était une tête brûlée, un homme de terrain : il ferait un bon combattant dans la lutte contre le Gouvernement ou contre Hadès, en fonction des choix qu'il ferait. Le vieil homme était certain qu'il serait fidèle à ses engagements : c'était quelqu'un de toute évidence d'une honnêteté naïve, comme l'avait prouvé sa manière de se mettre en danger au milieu des autres prisonniers.

- Nous avons deux propositions à vous faire, Ken Shuri : vous pouvez rejoindre la Révolution, ou plus exactement pour le moment l'Inquisition. C'est un mouvement révolutionnaire dirigée par Erwin Dog, une tête montante de notre époque. À ses côtés, et de fait aux nôtres, vous pourriez vous confronter aux tyrans que vous avez jadis côtoyer...

Il s'arrêta là pour donner matière à réflexion puis continua :

- D'un autre côté, une lutte va s'engager contre l'Empereur Hadès Tenryon : vous n'êtes pas sans savoir qu'il est l'un des hommes de fer les plus virulents de la piraterie. L'opposition qui va se jouer contre lui permettra de bouter ses troupes dans quelques recoins du Nouveau Monde, et d'ériger un nouvel Empereur en la personne de Nakata Fenice, l'homme que vous avez rencontré en bas du bâtiment. C'est un lutte qui permettra d'assurer la sécurité de civils sur le Nouveau Monde, et de les libérer d'une autre forme d'oppression.

À nouveau il s'arrêta. On faisait rarement deux propositions aussi prestigieuses à un même homme, mais Stan en était sûr : le Shuri saurait faire valoir un choix qui lui permettrait d'aller au front tout en étant utile. Et si ces deux propositions étaient à l'étude, elles avaient toutes deux un avantage : elles permettaient de rejoindre des troupes déjà en grandes partie constituées et prêtes à passer à l'action.


Erwin va vers les Légendes et Reynault, et leur fait une proposition. S'ils ne sont pas en état de l'entendre, il ne parle pas ou seulement à ceux qui sont capables de l'entendre, c'est juste pour faire avancer les choses.
Stan propose deux choses à Ken Shuri.
Revenir en haut Aller en bas
Maître-Jeu

Maître-Jeu
Messages : 2167

Feuille de personnage
Niveau:
[Présent] A l'orée des Mythes. [Pv Erwin et Kyoshiro] - Page 2 Left_bar_bleue0/0[Présent] A l'orée des Mythes. [Pv Erwin et Kyoshiro] - Page 2 Empty_bar_bleue  (0/0)
Expériences:
[Présent] A l'orée des Mythes. [Pv Erwin et Kyoshiro] - Page 2 Left_bar_bleue0/0[Présent] A l'orée des Mythes. [Pv Erwin et Kyoshiro] - Page 2 Empty_bar_bleue  (0/0)
Berrys: 0 B

[Présent] A l'orée des Mythes. [Pv Erwin et Kyoshiro] - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: [Présent] A l'orée des Mythes. [Pv Erwin et Kyoshiro]   [Présent] A l'orée des Mythes. [Pv Erwin et Kyoshiro] - Page 2 Icon_minitimeMar 7 Nov - 19:18






[Présent] A l'orée des Mythes. [Pv Erwin et Kyoshiro] - Page 2 1496580431-kars[Présent] A l'orée des Mythes. [Pv Erwin et Kyoshiro] - Page 2 1496580431-titia
Kars Makram & Titia Lae

Kars montra visiblement son dégoût de la façon de penser de l'épéiste lui faisant face, via une grimace qui ne laissait planer aucun doute. Il considérait cela comme de la naïveté pure. Il ne croyait pas un tel changement possible, pas de main d'homme : et quand bien même le rêveur atteindrait son objectif, pour combien de temps ? Si ces idiots parvenaient à créer leur petit monde parfait, ça ne durerait pas. Tout édifice était destiné à s'écrouler à l'instant même où ses premières fondations s'ancraient dans le sol. Tout enfant était destiné à mourir à l'instant même où il était né. Le Makram n'avait pas l'esprit d'un constructeur, mais bien d'un destructeur : à cet égard, il ne voyait aucune solution pérenne aux conflits qui criblaient le monde. Il préférait largement y prendre part... quitte à vivre dans un monde en guerre, il serait assis sur chaque mont de cadavres plutôt qu'être entassé à la base.

Néanmoins, une lueur vint allumer son regard lorsque le simplet qui lui faisait face annonça clairement qu'Hadès était l'une de leurs cibles. Ils cherchaient à faire tomber ce vieil enfoiré, eux aussi ? Une chose était certaine : il était hors de question pour lui de se faire voler sa vengeance... d'un autre côté, il avait envie de se dégourdir les jambes, et la liberté de faire ce qui lui plaisait lui manquait. Ces menottes l'agaçaient.

- Vous voulez la tête de ce vieux débris... et vous proposez quoi, concrètement ?

Un sourire carnassier se frayait malgré tout un chemin sur son visage, qu'il tentait en vain de garder neutre. L'idée de se venger du Yonkou était alléchante, d'autant plus que cela lui permettrait de jouir d'une latitude de mouvement tout à fait appréciable. Et puis, il n'avait qu'un seul objectif, ressassé depuis des années... voir le vieillard mourir, son épée entre les côtes.

- Je... veux juste retrouver mon équipage. M'assurer qu'ils vont bien. Cela fait si longtemps...

La voix, désormais quelque peu timide, provenait de la demoiselle. Hadès, c'était du passé. Plus loin elle se trouvait de l'empereur et mieux c'était. Non, l'important, c'était de retrouver ses camarades. Ils avaient du l'attendre... elle espérait qu'ils étaient encore en vie et en bonne santé. Elle avait tout donné pour les protéger, leur permettre de fuir l'affrontement qui l'avait vue tomber. Le reste... si c'était possible, elle s'en passerait bien. Mais si il fallait passer par là pour gagner sa liberté...

Elle devait analyser cette possibilité.



[Présent] A l'orée des Mythes. [Pv Erwin et Kyoshiro] - Page 2 1496584373-dario
Dario Josta

- Grand prince.

Une remarque simple, suivie d'une courbette légèrement exagérée lorsque la porte s'ouvrit devant lui. Une première étape de passée. Néanmoins, ce jeune paon avait de la jugeote : effectivement, Dario se savait en position de faiblesse dans leur échange. Cela ne voulait pas dire qu'il ne pouvait pas tirer son épingle du jeu. Néanmoins, il devait agir avec prudence : sa liberté conditionnelle ne tenait qu'à un fil, et le Fenice semblait apte et prompt à appliquer une sentence si il le jugeait nécessaire. En d'autres termes, il lui fallait réduire le danger qu'il représentait, à défaut de gagner les faveurs de son nouvel "employeur". Même si pour sa part, il voyait plus cela comme un partenariat.

Il fit quelques pas en dehors de la prison, sous les protestations de certains taulards, qui se ravisèrent ensuite en se souvenant des résultats néfastes de leur dernière saute d'humeur. Pour sa part, le vampire affichait un sourire satisfait, visiblement pas le moins du monde intimidé par la tirade du Phoenix. Même si cela ne signifiait pas qu'il ne la prenait pas en compte, loin de là... à partir de maintenant, il marcherait sur des œufs. Une situation à laquelle il était somme toute habitué. Il avait d'abord pris cette tirade comme un éclat de fierté de la part du forban, avant de rapidement comprendre le sens de ce déballage de sac. Il était cependant fort utile de savoir qu'il disposait d'une dulcinée...

Il se tourna vers Cid et Katia, avec un signe de main amical et un air presque aimable.

- Vous voyez, pas de quoi s'inquiéter. Je suis inoffensif !

Puis, il observa les prisonniers avec une moue de déception. Tant d'hommes capables, rejetés en prison. Ou pire ! Quel dommage que leur intellect n'ait pas pu suivre la courbe de leur dangerosité... autrement, ils seraient pour la plupart sur la voie bienveillante de la réadaptation sociale. Au travers d'une guerre qui promettait d'être fort intéressante. Il se tourna ensuite vers le Phoenix, naturellement et sans gêne.

- Je ne veux pas m'installer trop vite ou paraître encombrant, mais je pense que tu as remarqué mes petites dents pointues. Je suis négativement affamé, et il serait utile et agréable pour moi d'avoir une petite... transfusion ?

Il amenait la chose avec un faux air d'inconfort. Il se doutait néanmoins que son cas ne serait pas prioritaire : il était, pour l'heure, un élément potentiellement dangereux, un joyau brut aux rebords tranchants que Nakata s'emploierait à tailler dans le sens de ses idéaux et de ses plans. Aussi, faire des demandes pouvait paraître audacieux... et ça l'était, sans doute. Mais l'audace était un trait dominant de la personnalité de l'ancien boss de l'underground.



[Présent] A l'orée des Mythes. [Pv Erwin et Kyoshiro] - Page 2 1497255261-ken-shuri
Ken Shuri

Les deux propositions étaient intéressantes. Néanmoins, celle de rejoindre l'inquisition ressortait clairement du lot. Si mettre au pouvoir un homme qui aiderait le peuple était un objectif louable, il était réticent à participer à une guerre entre pirates afin d'élire un empereur... cela prenait une dimension tout à fait différente. Néanmoins, rejoindre la révolution semblait être un choix logique et raisonnable. Il avait longtemps été du côté des forces du gouvernement, se battant sans remettre en cause les croyances auxquelles on l'enchaînait petit à petit. Ces jours étaient révolus.

- Que les pirates règlent leurs affaires entre eux. Je garderait mes opinions biaisées pour moi, mais être à l'origine de l'ascension d'un Yonkou ne m'intéresse pas. Surtout si je viens à le regretter. Les gens changent.

C'était précisément ce qui le gênait : si le Fenice se montrait actuellement enclin à aider les petites gens, il ne restait, de sa fenêtre, qu'un forban. Puissant, certes, mais un forban malgré tout. Une fois qu'il aurait goûté au pouvoir, qu'adviendrait-il de lui ? C'était un chemin sinueux et plein d'embûches. Les mêmes qui avaient corrompu tant et tant d'hommes au sein du Gouvernement Mondial lui même.

- Si l'Inquisition m'accepte, je serai fier de combattre pour ceux qui ont besoin d'être défendus.

Simple, efficace : des qualités qui étaient indéniablement siennes.



[Présent] A l'orée des Mythes. [Pv Erwin et Kyoshiro] - Page 2 1510076841-fon[Présent] A l'orée des Mythes. [Pv Erwin et Kyoshiro] - Page 2 1510076841-ganesh[Présent] A l'orée des Mythes. [Pv Erwin et Kyoshiro] - Page 2 1510076834-maitre-l[Présent] A l'orée des Mythes. [Pv Erwin et Kyoshiro] - Page 2 1510076835-irr[Présent] A l'orée des Mythes. [Pv Erwin et Kyoshiro] - Page 2 1510076428-reynault
Fon, Ganesh, Maitre L, Irr (membres des 5 légendes) & Reynault Close

Alors que les troupes fraîchement acquises se préparaient déjà mentalement à un retour au sein des opérations, le rouquin avait quitté l'effervescence des révolutionnaires pour le calme des chambres d’hôpital de Graou Island. Suivant sa demande, le personnel avait regroupé les cinq légendes et Reynault Close dans la même salle, afin que Fon puisse veiller à la fois au chevet de ses camarades et de son père, en compagnie de Ganesh. La demoiselle gardait un air maussade, tandis que son compagnon constamment sous forme hybride avait grand mal à ne pas casser quelque chose. Il manqua d'ailleurs de faire tomber du matériel médical lorsque le chef de l'Inquisition rentra dans la pièce, qu'il reposa de façon brinquebalante avant de mettre les mains dans son dos.

- Pas touché.

De leur côté, les blessés récupéraient à des vitesses différentes. Irr semblait toujours inconscient, tandis que Sokyu avait repris connaissance. La plus jeune des légendes se tenait d'ailleurs à ses côtés et semblait en train de lui expliquer la situation. Elle laissa Erwin détailler les faits lorsqu'il prit la parole. Fon, forte de son tempérament vivace, entreprit de répondre.

- Ecoutez, je sais qu'ils vous doivent leur présence ici, mais vous devriez les laisser se ...

- C'est bon, Fon.

Difficilement, l'homme se redressa de son lit afin de pouvoir observer le Dog sans paraître trop alité. Il était encore faible, mais il était vivant et libéré d'Impel Down : il ne comptait pas rester au lit bien longtemps. Une fois que lui et Irr seraient de nouveau en selle, ils passeraient à l'action.

- Je suppose que des remerciements s'imposent. Alors merci.

Il se gratta la nuque et soupira. Bordel, son corps lui faisait un mal de chien.

- Je me rappelle de vous, oui. Votre proposition est fort aimable. Néanmoins, nous allons avoir besoin de temps pour y réfléchir. Nous sommes avant tout là pour aider les civils, pas prendre part à votre conflit. Mais le Gouvernement...

Il serra les poings. Ces chiens les avaient dupés, en beauté. Cela révisait largement l'opinion qu'il avait de la place des cinq légendes dans le monde, mais il n'était pas encore prêt à couper le cordon de leur neutralité. Pas ici, pas sans consulter les autres.

- ... nous allons y réfléchir.

De son côté, Reynault émergeait doucement et avait écouté la proposition du maudit de la téléportation avec autant de concentration que possible. Finalement, il plaça une main sur son front en laissant un gémissement lui échapper. La lumière lui criblait les yeux et lui vrillait le crâne. Néanmoins, un élément le marqua. La demoiselle qui l'observait avec insistance depuis son retour dans le monde du conscient. Il avait du mal à saisir jusque là, mais son cerveau retrouvait en vigueur. Elle ressemblait trait pour trait à une version plus âgée de...

- ... Fany ? C'est toi ?

Interloqué, il la fixa avec stupéfaction tandis que la demoiselle se redressait, les poings serrés. Du haut de son jeune âge, ses émotions conflictuelles pour son géniteur ne souffraient d'aucune restriction raisonnable. Partagée entre le ressenti de ces années en tant qu'orpheline et la joie de savoir son père en vie, elle bascula finalement du côté sombre de ses émotions.

- Je m'appelle Fon, maintenant.

Elle lui jeta un regard froid puis quitta la pièce hâtivement, dans le silence général. Reynault, dans son lit, laissa s'échapper un soupir malheureux et se massa les tempes. Trop d'information d'un coup... il allait avoir besoin d'un peu de temps pour assimiler tout cela.

- Merci de votre sollicitude, mais pour les retrouvailles on repassera...

Il tenta lui aussi de gagner en posture, de se redresser et de dégager plus de confiance qu'il n'en disposait réellement. Il avait déjà connu cette situation désagréable autrefois, de nombreuses fois : lorsque les questions de sa filles sur ses absences le touchaient en plein cœur, il se donnait à fond dans son travail. Au delà de ses convictions, c'était une façon pour lui de justifier ses piètres aptitudes en tant que père.

- Je vais avoir besoin d'un débrief... j'ai raté pas mal de choses, semble-t-il. Qu'en est-il de la révolution ? Le Maréchal Oulanov est-il encore sur le terrain ? Que...

Il toussa subitement, se clouant tout seul au lit. Il devait se ménager, et il s'était passablement emporté dans ses questions. Tant de choses à apprendre, si peu de temps... il se calma graduellement, avant de reprendre d'une voix cassée, son corps carencé portant encore les séquelles de son passage à Impel Down.

- Un peu de repos ne sera pas... de refus. Et le peu de temps que ma fille voudra bien m'accorder...

Il se fustigea intérieurement de son zèle combattif, aussi bien sur son aspect déraisonnable que sur sa pertinence. Il y avait plus important à faire. C'était l'occasion pour lui de s'amender auprès de sa petite fille. Pour une fois, juste une seule... il fallait qu'il fasse correctement les choses. Mais comment ? Elle avait tellement grandi...



Revenir en haut Aller en bas
Erwin

Erwin
Messages : 4240
Race : Humain

Feuille de personnage
Niveau:
[Présent] A l'orée des Mythes. [Pv Erwin et Kyoshiro] - Page 2 Left_bar_bleue56/75[Présent] A l'orée des Mythes. [Pv Erwin et Kyoshiro] - Page 2 Empty_bar_bleue  (56/75)
Expériences:
[Présent] A l'orée des Mythes. [Pv Erwin et Kyoshiro] - Page 2 Left_bar_bleue769/1250[Présent] A l'orée des Mythes. [Pv Erwin et Kyoshiro] - Page 2 Empty_bar_bleue  (769/1250)
Berrys: 148.349.469.666 B

[Présent] A l'orée des Mythes. [Pv Erwin et Kyoshiro] - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: [Présent] A l'orée des Mythes. [Pv Erwin et Kyoshiro]   [Présent] A l'orée des Mythes. [Pv Erwin et Kyoshiro] - Page 2 Icon_minitimeMar 7 Nov - 20:45

A l'orée des Mythes [10]

La réponse du Shuri ne tarda pas à faire la lumière sur ses idéaux. Intérieurement, l'ancêtre était dubitatif : il ne savait pas encore s'il pouvait faire confiance à cet homme. Tout ce qu'il affichait étaient des paroles, et un jour, peut-être au moment fatidique, il pourrait les trahir. C'était peu probable, cependant : les années passées à Impel Down avaient laissé des cicatrices qui seraient inscrites durablement dans son âme. Le type de cicatrices qui poussait à la vengeance plus qu'à la trahison. Fermant les yeux, Stan Kubrique finit par soupirer longuement. Il avait l'avantage de l'âge sur la personne en face de lui, il doutait d'avoir l'avantage de la force, même s'il était dans cet état. Et puis ces forts caractères...

- Vous rejoindrez donc les rangs de l'Inquisition, sur mes conseils auprès d'Erwin Dog. Vous avez l'air de suivre les mêmes idéaux que notre leader, c'est bon à entendre.

Le vieillard regarda alors à nouveau son interlocuteur. Il l'invita à prendre du repos, lui ferait apporter ce qu'il désirait et attendrait qu'Erwin vienne le rencontrer a posteriori pour vérifier que ses intentions n'étaient pas néfastes. Ce n'était qu'une mesure pour lui laisser une certaine latitude de mouvements.

_________________________

L'espion raccrocha après avoir remercié Andromède pour ses informations. Son cœur battait subitement la chamade : ce n'était pas tous les jours qu'on avait affaire à une mine d'informations aussi précieuses. Berk Town... Il devrait prendre contact avec Kichiko Jonas pour obtenir plus de nouvelles, cependant l'idée de traiter avec cet homme le mettait mal à l'aise... Et il pourrait lui couper l'herbe sous le pied pour retrouver la commandante avant lui. Non, il allait devoir aller sur place, ou envoyer quelqu'un d'autre mener l'enquête. Fermant les yeux paisiblement, Maow expira un grand coup. Il fallait contacter Erwin, mais d'abord... Retournant dans la chambre où il avait laissé Fafarona Taguel, il entra après avoir pris la politesse de frapper.

- C'est à nouveau moi. J'ai eu Andromède, une révolutionnaire cheffe de la Révolution du Nouveau Monde. Votre fille aurait été aperçue il y a un mois près de Berk Town. Nous allons envoyer des hommes vérifier l'information... et mener l'enquête. En attendant, l'Inquisition prendra soin de vous. Si vous souhaitez rejoindre le combat... Bah, vous connaissez la démarche.

Il hésita un instant. Il ferma les yeux, et ajouta en se mordant la joue :

- Ce combat que vous avez mené toute votre vie... Il continuera. Il sacrifiera des enfants, des innocents. Pas les vôtres. Ceux de personnes que vous ne connaissez pas, de personnes qui ne peuvent pas se battre. C'est... C'est pour eux qu'Erwin se bat. Des personnes qui ne peuvent pas se défendre. Vous pouvez toujours en faire autant.

Il se tut. Il partirait, après avoir vu si ses paroles l'avaient touché. Lui-même ne se battait pas foncièrement pour la Révolution, mais il était sensible à la cause que son leader avait choisi. Il ne l'aurait pas suivi dans tous les chemins.

_________________________

Erwin avait observé la scène. Il avait compris qu'il n'aurait pas du évoquer l'information qu'il avait subtilement volée quand Fon avait découvert son père à Impel Down. Il ne fit cependant pas état de ce fait : il aurait fini par le découvrir. Et à vrai dire, c'était de bien tristes retrouvailles qui se déroulaient sous ses yeux. Quand la Légende quitta la pièce, le jeune homme ne parut pas ébranlé par cette réaction. Il se tourna simplement, l'observant s'éloigner progressivement. Se tournant vers Maître L, il répondit :

- Si vous nous rejoignez, ne le faîtes pas par faveur, faîtes le par conviction. Aux yeux du Gouvernement, après Impel Down, vous ne serez plus jamais neutre, souvenez-vous en. À défaut de nous rejoindre, vous pouvez trouver refuge dans un de nos fiefs, je ne vous demanderai rien en échange. Quand vous serez prêts, faîtes-le moi savoir. En attendant, je vous transporterai sur Shivering Island, pour que vous puissiez y guérir.

Puis il se tourna vers Reynault :

- Oulanov est sur le Royaume de Luvneel, Arias est mort. La Révolution telle que vous l'avez laissé a disparu. Ce sont des mouvements diffus que j'essaye de réunir à présent... Quoiqu'il en soit, nous serons amenés à échanger. Je vous transmettrai les informations que vous souhaitez dès que vous serez en état de les recevoir.

S'excusant finalement, et leur souhaitant un prompt rétablissement, le rouquin s'éloigna dans le couloir et finit par disparaître dans la direction où il sentait la présence de Fon. Quand il la retrouverait, il s'approcherait simplement et lui dirait sur un ton apaisé :

- Tout ça, cette campagne de recrutement, je ne suis vraiment pas doué avec ça...

Il s'arrêterait, regarderait autour de lui et ferait signe aux personnes présentes de s'éloigner. Ce qu'il allait dire... Cela compromettrait peut-être ses chances d'affilier les Cinq Légendes, cependant il espérait que Fon pourrait considérer l'idée de parler à son père. Elle avait l'air perturbée : peut-être que ses paroles pourrait l'apaiser et l'aider à ne pas voir son père comme le monstre qu'elle devait imaginer.

- Tu sais... Mon père m'a hypnotisé quand j'avais dix ans et m'a utilisé pour d'affreux actes pendant un an... Je ne m'en souviens presque plus, et pourtant je le sais. Quand il a fini de m'utiliser, il a tenté de me tuer. Aujourd'hui encore...

Il ferma le poing. Cet homme qu'il appelait son « père »... Quel salopard. Il le haïssait, et il le savait vivant, quelque part, là où il aurait souhaité le voir dans la tombe. Il déglutit :

- Je ne sais pas quelle relation tu as avec ton père mais... c'est un véritable désespoir de savoir que celui qui nous a donné la vie souhaite nous la reprendre... Même si ta famille c'est les Légendes maintenant, tu peux choisir de garder les liens avec ton père, sans les trahir...

Le rouquin rougissait, il n'aimait pas se livrer, et il faisait transparaître à travers ses paroles son fort désir de trouver un père aimant, qu'il n'aurait malheureusement jamais. À dix-neuf ans, il était encore un grand jeune homme qui souhaitait que son père l'aime plus qu'il ne le déteste. Se tournant, il se mit à partir dans la direction opposée. Il ne pouvait plus rien ajouté.

_________________________

Katia et Cid frissonnèrent devant l'air presque sympathique du vampire. Ils ne l'aimaient pas. Et pourtant, la stratège de l'Inquisition savait qu'il pourrait être utile.

Stan parle à Shuri et l'inclut dans l'Inquisition.
Maow parle à Fafarona pour lui redonner un peu d'espoir.
Erwin parle à Fon de son père.
Katia et Cid frisonnent, il fait froid dans ces putains de geôles.
Revenir en haut Aller en bas
Fenice Nakata
The Phoenix
Fenice Nakata
Messages : 15024
Race : Humain
Équipage : Tengoku no Seigi

Feuille de personnage
Niveau:
[Présent] A l'orée des Mythes. [Pv Erwin et Kyoshiro] - Page 2 Left_bar_bleue52/75[Présent] A l'orée des Mythes. [Pv Erwin et Kyoshiro] - Page 2 Empty_bar_bleue  (52/75)
Expériences:
[Présent] A l'orée des Mythes. [Pv Erwin et Kyoshiro] - Page 2 Left_bar_bleue879/1000[Présent] A l'orée des Mythes. [Pv Erwin et Kyoshiro] - Page 2 Empty_bar_bleue  (879/1000)
Berrys: 2.235.426.002 B

[Présent] A l'orée des Mythes. [Pv Erwin et Kyoshiro] - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: [Présent] A l'orée des Mythes. [Pv Erwin et Kyoshiro]   [Présent] A l'orée des Mythes. [Pv Erwin et Kyoshiro] - Page 2 Icon_minitimeMar 7 Nov - 23:44

Liberté...
feat. Erwin Dog et Kyoshiro.
Réfléchis avec lenteur, mais exécute rapidement tes décisions. Isocrate.


L'air impertinent persistait sur le visage de Dario. Il était absolument inexpugnable... Le Fenice ne le savait que trop, puisqu'il avait la fréquente habitude de revêtir le même. Dans ces moments là, même lui briser les deux jambes ne pouvait s'avérer productif : cette soif de provocation et cette attitude constamment altière était précisément là pour irriter et tester la patience de ses contradicteurs. En l'occurrence, il n'avait pas de temps à perdre en plaisanteries ou en arrogance quelconque : il avait encore bien assez de pain sur la planche, et c'était d'ailleurs sans compter sur la suite du voyage qui les attendait déjà. Ils auraient tout juste le temps de se reposer une nuit ou deux avant de reprendre leur chemin... Après tout, Mewi n'allait certainement pas tarder à projeter Graou Island dans son champ de protection. Le blondinet ex-Schichibukai se détourna donc en direction de Preston après avoir écouté les doléances de son interlocuteur et entreprit de réveiller son subordonné à grands renforts de claques bien senties. Certes, il était celui qui l'avait projeté dans cet état d'inconscience, mais le pauvre homme avait eu bien assez de temps pour se ressaisir. Le basané, après une bruyante inspiration, sembla très péniblement recouvrer ses esprits. Entre deux grommellements, il entreprit de se masser la tempe d'un air lourd et fatigué. Le Phoenix lui accorda quelques instants tout en pivotant pour faire face au reste des criminels encore derrière les barreaux. Il lui décerna ensuite un ordre sommaire et efficace, dardant les prunelles de Dario de son regard impétueux et inquisiteur.

-Preston, amène notre invité à l'hôpital. Demande-leur une poche de sang. Une seule. C'est tout ce dont tu auras droit. Ensuite, je te demanderai de quitter l'île. Ne le prend pas personnellement, mais mes alliés ne voient pas tous ta liberté d'un bon œil... Et je dois admettre qu'ils ont leurs raisons. Mais n'oublie jamais l'identité de ceux qui t'ont tiré de ta morne cellule. Et n'oublie surtout pas le sort que je réserve à mes ennemis. Tu n'auras aucun mal à te renseigner à ce sujet, maintenant évadé.

Si la menace était déjà suffisante tacite, Nakata avait préféré se montrer absolument clair et précis à cet égard. Il était certain que le vampire ne tenterait rien sur Graou : ils étaient trop nombreux, et aucun de ses potentiels alliés ne savait pour l'heure qu'il se trouvait ici. De surcroît, il était bien placé pour savoir qu'ils possédaient la capacité de défier l'espace, et celle de tenir tête à Satan sur cette même île... De quoi calmer les ardeurs du plus idiot des criminels lui-même. Si la décision de le libérer aussi simplement sembla fortement troubler Christ et Monica, ils n'en montrèrent rien : leurs attentions demeuraient absolument focalisées sur le reste des primés maintenus sous bonne surveillance. C'est vers eux que le capitaine pivota ensuite, leur faisant à nouveau face. Même s'il n'avait probablement plus le moindre allié parmi eux, il n'était pas un monstre et entendait bien les traiter avec plus de déférence qu'Impel Down. Il annonça donc d'une voix audible et courtoise, satisfait de remarquer qu'ils avaient su se tenir à peu près à carreaux les derniers instants durant :

-Mesdames et messieurs, je vais demander à mes subordonnés de vous apporter de quoi boire et manger. Je crains que nous n'ayons pas de restaurant gastronomique dans le coin, mais j'imagine que n'importe quelle nourriture vous suffira. Je reviendrai une fois que vous aurez pu vous sustenter... Et que j'aurais eu le temps de m'occuper de mes petites affaires.

Après un bref signe de la tête, le mythique prit le chemin des escaliers qu'il se mit à gravir, avec moins d'empressement qu'il ne l'aurait cru. Il profita par ailleurs de cette ascension pour respirer un peu et faire le point sur la situation. Les Légendes avaient pratiquement toutes été tirées d'affaire : n'en demeurait qu'une pour que leurs effectifs soient à nouveau au grand complet. Ils allaient certainement accepter de s'allier à la Révolution d'Erwin... Au même titre que la vieille dame, apparemment assimilée à Oulanov et aux vieilles figures d'antan. Ken Shuri faisait figure d'interrogation : Nakata n'était pas certain de le voir voguer à ses côtés sur le Nouveau Monde, pas plus que de le voir lutter contre le Gouvernement Mondial pour permettre au rouquin d'asseoir davantage encore sa domination. En revanche, il était certain que cet homme à l'apparence robuste et résolue leur serait d'un précieux secours, d'une manière ou d'une autre. Tout n'était donc pas perdu. Dario, quant à lui, allait certainement s'avérer d'une aide nettement plus approximative. Si le Phoenix était quasiment certain qu'il ne s'en prendrait pas à lui frontalement, il savait également pertinemment que ce mafieux de l'ombre ne l'aiderait qu'à condition que cela puisse d'une manière ou d'une autre servir ses propres intérêts. L'égoïsme était un instinct tenace dans ces franges de la criminalité... Ne demeuraient donc plus que les deux pirates qu'ils avaient placé à la salle de réunion et avec lesquels Kyoshiro devait actuellement s'entretenir. Ils étaient la plus grosse inconnue de cette équation, si l'on escomptait les derniers soutiens hypothétiques qu'il pourrait dénicher parmi les prisonniers restants ainsi qu'Uxas dont l'état avait certainement été plus que stabilisé par les médecins de l'île. Le Fenice espérait qu'ils accepteraient de leur prêter main forte dans leur guerre face à Hadès, mais il ne se berçait pas d'illusions : ils seraient encore peu, trop peu... Même en comptant sur le soutien d'Elisabeth, d'Andromède et d'Erwin, la flotte du vieillard était composée d'un trop grand nombre de guerriers aguerris et vigoureux. Il leur faudrait encore et toujours tisser des liens...

Ses pas finirent enfin par le guider jusqu'à la porte de la salle de la réunion, qu'il décida de franchir sans plus attendre. Dans un premier temps discret, il choisit toutefois de demeurer légèrement en retrait afin de laisser à Kyoshiro l'opportunité de dire ce qu'il avait à dire... Ou, à défaut, de lui laisser la main.



Preston va guider Dario jusqu'à l'hosto.
Nak retourne aux côtés de Kyoshiro et des autres.

Bref récap des PNJs (côté TnS) qui sont avec nous au sous-sol :
Christ Wallallapu - Lvl 32
Preston Humblet - Lvl 24
Jikin Monica - Lvl 38
Muhichi Hagero - Lvl 21

A l'étage (Avec Kars et Titia) :
Musashi Miyamoto - Lvl 35
Vlind Jeck - Lvl 36
Danaé Frey - Lvl 38
Héléna Stompasky - Lvl 36
Juon Muhaya - Lvl 22

A l'hosto :
Digren Fordrag - Lvl 33
Renald Machiggan - Lvl 36

Dans le bureau :
Echileon Kernoza - Lvl 40
Ariza Iliana - Lvl 34

_________________
Called to the ring, Taking me round by round
It hurts and it stings, Taking me down, down, down
You think that you caught me, I can hear you taunt me
Fractured and I'm falling down, My enemy is watching me bleed

But I'm not dead yet
So watch me burn.
[Présent] A l'orée des Mythes. [Pv Erwin et Kyoshiro] - Page 2 Nak_si10

Revenir en haut Aller en bas
Tadake Kyoshiro
Pirate
Tadake Kyoshiro
Messages : 1797
Race : Humain
Équipage : Tengoku no Seigi

Feuille de personnage
Niveau:
[Présent] A l'orée des Mythes. [Pv Erwin et Kyoshiro] - Page 2 Left_bar_bleue47/75[Présent] A l'orée des Mythes. [Pv Erwin et Kyoshiro] - Page 2 Empty_bar_bleue  (47/75)
Expériences:
[Présent] A l'orée des Mythes. [Pv Erwin et Kyoshiro] - Page 2 Left_bar_bleue226/750[Présent] A l'orée des Mythes. [Pv Erwin et Kyoshiro] - Page 2 Empty_bar_bleue  (226/750)
Berrys: 66.560.000 B

[Présent] A l'orée des Mythes. [Pv Erwin et Kyoshiro] - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: [Présent] A l'orée des Mythes. [Pv Erwin et Kyoshiro]   [Présent] A l'orée des Mythes. [Pv Erwin et Kyoshiro] - Page 2 Icon_minitimeMer 8 Nov - 0:24

À l'orée des Mythes
pv Nakata & Erwin | Graou Island



En écoutant le jeune homme parler du plus profond de son cœur beaucoup seraient tentés de le taxer de naïveté voire même de stupidité, peut-être certains d'entre eux seraient-ils même dans le vrai, mais ce serait un raccourci bien trop rapide que de coller l'étiquette d'ignorance et d'aveuglement sur le front de cet épéiste lumineux. Le jeune maudit avait peut-être bien trop tendance à essayer de voir le meilleur en chaque personne, mais ces derniers mois avaient au moins eu le mérite de lui montrer qu'il existait aussi une part d'ombre que la meilleure volonté du monde ne pourrait jamais gommer. Cela l'empêchait-il d'être optimiste pour autant, au point de sembler se bercer de douces illusions ? Bien au contraire, c'était justement parce qu'il était pleinement conscient de la noirceur présente dans le cœur de chaque homme qu'il redoublait d'efforts pour lutter contre elle.
Au fil des mois il avait fini par reconnaître cette expression qu'affichait ce prisonnier, cette expression d'un dédain évident face à ses propos paraissant trop enfantins et naïfs pour un monde aussi sombre que celui-ci. Qu'en avait-il à faire, au fond ? Il préférait nettement s'accrocher à l'issue la moins sombre possible plutôt que de devenir un vieux guerrier cynique n'attendant plus rien de ce monde et de la vie.
Non, il savait que c'était son optimisme et son abnégation qui avaient tapé dans l’œil de son capitaine. C'était parce qu'il était lui-même qu'il était devenu le bras-droit de Nakata Fenice.

Alors que le jeune homme allait se tourner vers la demoiselle semblant moins hostile à ses paroles, il capta un sourire sur le visage du prisonnier à l'évocation de l'objectif de son capitaine : vaincre Hadès. Peu importait l'opinion que cet homme avait du lumineux maudit, il ne pouvait aisément masquer ses pensées profondes et celles à l'encontre d'Hadès ne semblaient guère douces. Écoutant la demande concernant le plan pour vaincre un tel ennemi, Kyoshiro décida de couper court en lâchant :

« Le plan sera révélé en temps et en heure. Ma question est on ne peut plus simple. Le jour où nous affronterons Hadès et que nous aurons besoin de votre force, répondrez-vous à l'appel ? Je vous laisse quelques instants pour réfléchir »

Bien sûr que le jeune homme n'était pas au courant du plan car il n'était pas encore totalement dessiné, il n'était guère plus qu'un tas de gribouillis sur un post-it pour le moment, mais il finirait par se faire un peu plus précis dans les mois qui viendraient. Et puis de toute façon en quoi le plan pourrait-il faire changer d'avis à ce prisonnier ? Le concept seul de vaincre Hadès devrait être suffisant pour l'aider à prendre sa décision.

Ignorant les prochaines paroles de son interlocuteur, le garçon se tourna vers la demoiselle pour l'écouter parler avec son cœur. Elle n'avait pas d'autre objectif que de retrouver les siens et de s'assurer qu'ils allaient bien. Y avait-il plus louable cause que celle-ci ? Y avait-il un objectif auquel le jeune homme serait plus sensible et réceptif que celui-ci ? Probablement mais il ne serait pas simple à trouver.
Plongeant sa main dans sa poche pour en sortir des clés, le garçon s'approcha doucement de la demoiselle et, d'un ton aussi posé et neutre que possible, il lança :

« C'est tout à votre honneur. J'espère juste que vous vous souviendrez de ce geste et répondrez présente, le jour où nous aurons vraiment besoin de vous. »


Joignant le geste à la parole il plongea la clé dans la fente et, d'un mouvement de poignet, libéra la demoiselle de ses entraves. Elle était libre à présent par la seule volonté de l'épéiste lumineux, ce dernier espérait qu'elle n'oublierait pas ce fait.
Tandis que les menottes tombaient par terre dans un bruit sourd, la porte de la pièce s'ouvrit pour laisser passer le des lieux. Celui-ci était-il venu par simple courtoisie ou pour surveiller le travail de son nouveau bras-droit ? La raison importait peu, elle ne changerait rien au travail de Kyoshiro. Hochant la tête pour accueillir discrètement son supérieur, le maudit se tourna d'ailleurs vers Kars et, sans pour autant le narguer en gigotant la clé sous le nez du prisonnier, lui demanda clairement :

« Alors ? Votre liberté contre la promesse de nous aider. C'est assez équitable, non ? »

Le jeune homme savait pertinemment que si le prisonnier ne donnait pas une réponse positive alors ses chances de revoir un jour le sommeil s'envoleraient comme autant de feuilles au vent. Mais que pouvait-il faire de plus ? Il avait offert une proposition équitable et, à présent, la balle n'était plus dans son camp. Il ne lui restait qu'à espérer que ce belliqueux prisonnier range son orgueil de côté et accepte la proposition, sans cela il devrait le ramener en cellule sans y prendre le moindre plaisir.
Il était celui qui devait libérer les gens, pas les enfermer.


© ANARCISS sur epicode
Revenir en haut Aller en bas
Maître-Jeu

Maître-Jeu
Messages : 2167

Feuille de personnage
Niveau:
[Présent] A l'orée des Mythes. [Pv Erwin et Kyoshiro] - Page 2 Left_bar_bleue0/0[Présent] A l'orée des Mythes. [Pv Erwin et Kyoshiro] - Page 2 Empty_bar_bleue  (0/0)
Expériences:
[Présent] A l'orée des Mythes. [Pv Erwin et Kyoshiro] - Page 2 Left_bar_bleue0/0[Présent] A l'orée des Mythes. [Pv Erwin et Kyoshiro] - Page 2 Empty_bar_bleue  (0/0)
Berrys: 0 B

[Présent] A l'orée des Mythes. [Pv Erwin et Kyoshiro] - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: [Présent] A l'orée des Mythes. [Pv Erwin et Kyoshiro]   [Présent] A l'orée des Mythes. [Pv Erwin et Kyoshiro] - Page 2 Icon_minitimeMer 8 Nov - 17:21





[Présent] A l'orée des Mythes. [Pv Erwin et Kyoshiro] - Page 2 1497255261-ken-shuri[Présent] A l'orée des Mythes. [Pv Erwin et Kyoshiro] - Page 2 1492373775-fafarona
Ken Shuri & Fafarona Taguel


Alors que Ken relâchait finalement son attitude rigoureuse pour s'adonner à un peu de repos, Fafarona s'accrochait à l'espoir de revoir sa fille en vie un jour. Elle se sentait si fatiguée, si lasse. Le monde n'offrait guère un beau tableau à ses vieux yeux, qui voyaient dans ces conflits sans fin la marque d'une terrible fatalité. Tout ce qui comptait pour elle, c'était de retrouver Minako saine et sauve. Le reste... ça n'avait aucune forme d'importance.

Elle n'avait que trop entendu les paroles prononcées par Maow. Des paroles qui provenaient du cœur, certes, mais qui avaient été détournées en véritables outils de propagandes par le camp qu'elle avait longtemps servi. Ils résonnaient creux, vides. Peut-être qu'elle avait trop sacrifié pour prendre le risque d'être à nouveau blessée à cause de ces convictions qu'elle avait longtemps entretenues. Peut-être que le temps guérirait ses traumas... ou qu'elle s'abandonnerait à ses failles.



[Présent] A l'orée des Mythes. [Pv Erwin et Kyoshiro] - Page 2 1496580431-kars[Présent] A l'orée des Mythes. [Pv Erwin et Kyoshiro] - Page 2 1496580431-titia
Kars Makram & Titia Lae


- Ho, Tu me prends pour un abruti, ou quoi ...?

Le sourire de Kars s'était changé en rictus menaçant. "Ma question est on ne peut plus simple". Il le prenait pour un demeuré ou quoi ? Si seulement il avait eu son équipement à la place de ces menottes, il aurait fait comprendre à ce partisan de la paix que sa patience avait des limites... mais là n'était pas le pire. Devant la réponse puant l'eau de rose de Titia, il la libéra de ses entraves sans même y réfléchir une seconde fois ! S'agitant un peu sur sa chaise, le Makram s'agaça de cette situation qui lui semblait débile. Ils cherchaient des guerriers, ou des hippies ?!

- Hé ! C'est quoi ce délire ? Et moi ?!

- Je vous remercie... du fond du cœur. Je n'oublierai pas votre geste.

Le sourire chaleureux de l'ex-Nebula fut adressé directement à Kyoshiro, alors qu'elle remarquait la silhouette du maitre des lieux en arrière plan. Elle s'écarta du forcené encore enchaîné et du détenteur du Pika Pika no Mi, avant de s'approcher de Nakata, encore incertaine de la personne à laquelle elle s'adressait. Néanmoins, le hochement de tête de la part du sabreur semblait indiquer une collaboration, à minima... ou un lien de subordination.

- Êtes vous... Nakata Fenice ?

Elle avait loupé beaucoup d'évènements depuis son incarcération, comme la plupart des autres détenus qui avaient été libérés par la coalition entre les forces du Phoenix et celles de l'Inquisition. Elle aurait certainement fort à faire pour se débarrasser de cette ignorance tenace provoquée par l'isolement du niveau six. Elle attendrait une réponse et, si elle se révélait positive, enchaînerait sur ces propos :

- Je vous remercie pour ce que vous avez fait. Je vous suis redevable. Néanmoins, j'ai une faveur à vous demander. J'ai besoin de m'instruire sur les évènements qui ont suivi mon incarcération, ainsi que trouver des indices sur la position de mes camarades. M'offrirez vous l'hospitalité pour ce faire, le temps d'un ou deux jours ?

De son côté, Kars grommela un instant devant la proposition de l'épéiste de lumière. Elle ressemblait bien plus à un couperet sous la gorge qu'à une forme de diplomatie quelconque : après tout, il signait le contrat sans même en connaitre les clauses. Bien entendu, l'idée de s'en prendre à Hadès était un argument de poids pour le faire flancher... mais c'était sans compter son ego, sa fierté de combattant et le fait qu'il était relativement en colère d'être traité comme un animal dont on analysait la dangerosité.

- Hé... pour un pacifiste, tes méthodes ressemblent fortement à celles du type que vous voulez combattre.

Il ricana devant une telle ironie. L'homme qui était devant lui, dans toute sa candeur insupportable, en était malgré tout réduit à user d'un rapport de force en son avantage pour tirer des réponses satisfaisantes de l'ex-Nebula. Comme quoi...

- Je vous aiderai. Toute occasion est bonne à prendre, dès qu'il s'agit de détacher la tête de ce vieux con de ses épaules. Alors, vous pouvez me débarrasser de ces machins maintenant ?

Il tendit les bras, visiblement impatient de pouvoir les remuer sans être réfréné par ces stupides chaines en granite marin. Pour l'heure, il avait l'air d'être relativement pacifique. En tout cas, aussi pacifique qu'un chien de chasse de sa trempe fut capable de paraître.



[Présent] A l'orée des Mythes. [Pv Erwin et Kyoshiro] - Page 2 1496584373-dario
Dario Josta

- Une bonté fort appréciable. Des inquiétudes compréhensibles. Et dire que pouvoir voyager un peu me gêne serait mentir.

Les chose se déroulaient à merveille pour lui. Une fois le sang ingéré, il serait capable de se priver durant une période bien plus étendue, au regard de son contrôle de ses propres pouvoirs vampiriques et de sa nature profonde. Cela tout en regagnant une partie appréciable de ses forces perdues... encore mieux : là où il pensait être mis sous bonne surveillance afin de servir d'atout stratégique, ce qui lui aurait semblé être le plus logique, le Phoenix le relâchait dans la nature. Un simple avertissement allait de paire avec cette libération. Soit l'autre blond lui mentait éperdument, s'apprêtant à le marquer afin de rester au fait de ses mouvements : cela aurait été cohérent avec son désir de sauver les petites gens. Soit il estimait que garder le vampire à ses côtés serait une source de tensions trop importante dans ses rangs, et que le jeu n'en valait pas la chandelle. Soit il croyait réellement être capable de l'arrêter aussi aisément qu'il le prétendait en cas de nécessité... mais Dario ne le pensait pas assez bête ni fier pour croire en une sottise pareille, quand bien même une intimidation était de rigueur.

Par précaution, il utiliserait durant son départ de l'île les différentes capacités à sa disposition afin de s'assurer de ne pas être suivi ou tracé d'une quelconque façon : il risquait déjà d'avoir les Cipher Pol sur le dos... inutile de s'encombrer de la vigilance policière de quelques bienpensants. Même si ils s'étaient montrés très agréables, en l'occurrence. Il était temps pour lui de prendre congés désormais, et il comptait bien le faire avec toute la légèreté à sa disposition.

- Ce fut un plaisir, Phoenix...

Il accompagnerait donc Preston jusqu'à l'hôpital afin de récupérer de quoi se sustenter, avant de trouver une embarcation quittant Graou Island dans la journée. Sa route restait une grande inconnue, qu'il garderait secrète pour plusieurs raisons. Néanmoins, Nakata Fenice venait de relâcher dans la nature un homme capable de changer durablement le monde du crime.

Le Souverain des Ombres était libre, et il avait un empire à reconstruire.



[Présent] A l'orée des Mythes. [Pv Erwin et Kyoshiro] - Page 2 1510076841-ganesh[Présent] A l'orée des Mythes. [Pv Erwin et Kyoshiro] - Page 2 1510076834-maitre-l[Présent] A l'orée des Mythes. [Pv Erwin et Kyoshiro] - Page 2 1510076835-irr[Présent] A l'orée des Mythes. [Pv Erwin et Kyoshiro] - Page 2 1510076428-reynault
Ganesh, Maitre L, Irr (membres des 5 légendes) & Reynault Close


- Arias, mort ?!

Cette nouvelle percuta Reynault comme un marteau en pleine poitrine. La situation s'était dégradée à ce point ? Si Arias était tombé, si la révolution avait volé en éclat... il resta silencieux suite à sa surprise évidente, se plongeant dans ses songes. Décidément, le réveil était bien difficile pour celui qu'on appelait autrefois Planner. La révolution avait besoin de frapper vite, fort, et là où ça faisait mal : domaine dans lequel il se trouvait particulièrement doué, et dans lequel il avait appris de son erreur fatidique.

De leur côté, les légendes restèrent silencieuses. Ganesh observait bêtement le matériel médical, Erwin étant à nouveau parti à la suite de Fon. Il faisait néanmoins attention à ne rien casser avec ses gros doigts bourrus. Maitre L, lui, méditait les paroles du Rouquin. Il n'avait pas tort... il faisait même preuve d'une lucidité certaine.

- On devrait l'écouter...

Interloqué, il se tourna vers la couchette médicale de Irr, qui semblait ne pas avoir bougé d'un pouce. Visiblement, il était conscient depuis le début : tout du moins depuis assez longtemps pour avoir capté l'essentiel de la conversation.

- Irr... tu as tout entendu ?

- Assez... pour comprendre où se situe notre intérêt...

- Notre intérêt...

- Tu réfléchis trop, Sokyu... protéger les innocents tout en restant neutres... ce n'est plus à notre portée. Nous avons toujours fait de l'injustice notre ennemi. Nous pensions veiller sur ceux qui en avaient besoin, le regard tourné vers l'infamie. Mais peut-être étions nous aveugles depuis le début...

Sur ces mots lourds de sens, Irr se mura dans le silence alors que la première des cinq Légendes observait Ganesh, l'air inquiet. Son camarade taciturne avait raison. Il était peut-être temps de redéfinir les priorités du groupe... et de redéfinir ses ennemis. En tout cas, il fallait avant tout s'assurer que chacun soit en sécurité. La sécurité de ses compagnons... elle nécessiterait des relations.



[Présent] A l'orée des Mythes. [Pv Erwin et Kyoshiro] - Page 2 1510076841-fon
Fon


Fon était restée silencieuse, jetant d'abord un regard à mi-chemin entre curiosité et envie de solitude au Dog qui s'était placé à ses côtés. Pour cause : ses yeux, rougis de quelques larmes, semblaient témoigner d'une douleur conflictuelle en son sein. Dans sa tête, tout se mélangeait. Des souvenirs joyeux. Lorsqu'elle le voyait rentrer de mission, et qu'elle pouvait enfin lui montrer son dernier dessin. Lorsqu'il prenait le temps de s'amuser avec elle, ou de lui lire une histoire bien maladroitement. Des souvenirs tristes, également. Ce jour où elle l'avait attendu dehors pendant des heures durant, à presque en mourir de froid, avant d'être récupérée par des amis de la famille. Le soir où elle avait compris qu'elle ne le reverrait plus jamais. La rancœur qu'il n'ait pas tenu sa promesse de toujours lui revenir... et l'idée contradictoire que d'une certaine façon, c'était chose faite. La tempête émotionnelle qui la balayait ne lui laisser que peu d'énergie pour la patience et l'écoute, aussi s'apprêtait-elle à envoyer Erwin voir ailleurs lorsque celui-ci déballa son sac, la coupant dans son élan.

Lentement, la défiance laissa place à de l'empathie alors que le chef de l'Inquisition lui dévoilait ses propres problèmes de famille. Il semblait également avoir souffert de sa situation... elle ne parvenait pas réellement à s'imaginer ce qu'il avait vécu : malgré ses absences et sa disparition, son père avait toujours été bon avec elle. Quel genre de monstre utiliserait son enfant pour ses propres intérêts ? l'idée même la dégoûtait.

Elle resta silencieuse devant toute la tirade du révolutionnaire, pesant et sous-pesant chacun de ses mots, mise en confiance par cette ouverture que le Dog lui avait laissée vers ses pensées les plus profondes. Quelqu'un de plus âgé aurait pu voir là une opportunité pour le rouquin de la rallier à son père, qui lui même servirait à nouveau le mouvement révolutionnaire : un outil de plus pour s'arroger le soutien des cinq Légendes. Peut-être était-ce le cas... peut-être que non. Pour sa part, cela n'avait même pas effleuré son esprit. Et alors que le Dog s'en allait, sa voix triste s'éleva dans les airs.

- Il faisait beau. Chaud, même. Le soir arrivait, je m'en rappelle. L'un des rares moments où l'on pouvait être ensemble, et où il s'occupait de moi. J'avais trouvé une fleur et je voulais lui montrer. Il discutait au Den Den Mushi, sans que je ne comprenne ce qu'il disait. Mais il semblait... en hâte.

Elle soupira, s'adossant au mur, avant de finalement se laisser glisser sur le sol.

- Il m'a ramené à notre foyer. Il m'a pris dans ses bras, m'a dit qu'il reviendrait. Il me l'a promis... et il est parti pour ne plus jamais revenir. J'avais cinq ans.

Elle serra les poings, une larme coulant sur sa joue. Une larme partagée entre tristesse et colère.

- Toutes ces années à affronter le monde seule, à me battre... j'espérais pouvoir le retrouver un jour. J'espérais pouvoir être digne de ce qu'il me disait, petite : "Fanny, les gens ont besoin que les gentils les protègent des méchants". Et maintenant que je l'ai trouvé... je ne sais pas quoi faire...

Elle serra sa tête entre ses mains. Tout ça était si dur... à peine réunie avec son père, elle avait l'impression que tout les séparait.



Revenir en haut Aller en bas
Erwin

Erwin
Messages : 4240
Race : Humain

Feuille de personnage
Niveau:
[Présent] A l'orée des Mythes. [Pv Erwin et Kyoshiro] - Page 2 Left_bar_bleue56/75[Présent] A l'orée des Mythes. [Pv Erwin et Kyoshiro] - Page 2 Empty_bar_bleue  (56/75)
Expériences:
[Présent] A l'orée des Mythes. [Pv Erwin et Kyoshiro] - Page 2 Left_bar_bleue769/1250[Présent] A l'orée des Mythes. [Pv Erwin et Kyoshiro] - Page 2 Empty_bar_bleue  (769/1250)
Berrys: 148.349.469.666 B

[Présent] A l'orée des Mythes. [Pv Erwin et Kyoshiro] - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: [Présent] A l'orée des Mythes. [Pv Erwin et Kyoshiro]   [Présent] A l'orée des Mythes. [Pv Erwin et Kyoshiro] - Page 2 Icon_minitimeMer 8 Nov - 21:14

A l'orée des Mythes [11]

Le rouquin avait la gorge serrée après les révélations qu'il avait fait à l'égard de Fon. Il était vrai qu'en terme d'âge, ils étaient bien plus rapprochés que la grande majorité de ses collaborateurs. Et quand ceux-ci avaient le même âge que lui, bien souvent ils étaient nés et avaient vécu révolutionnaires : d'une certaine manière, ils ne connaissaient que cette vie trépidante de combats et d'aventures, au point d'en oublier leurs propres idéaux, pourquoi ils se battaient. Le chef de l'Inquisition s'en souvenait. Il se souvenait du tournant décisif qu'avait été la prise d'otage de sa famille par le Cipher Pol, il se souvenait de la mort de cette enfant sur cette île, tué par un Cid trop entreprenant. Il en éprouvait encore de la rancœur : toute une famille massacrée pour menacer le roux de mener à bien une opération dont il s'était débiné. Et s'il avait tenu parole, peut-être que le gamin aurait survécu... Mais les parents étaient déjà morts depuis longtemps. Le Cipher Pol 9 était une abomination, même pour le Gouvernement Mondial.

Ainsi, fort heureusement le père de Fon l'avait rendu heureuse. Il était le type de père qu'on aimait avoir, un père aimant, mais malheureusement sur ce tableau s'affichait la tâche de son absence. Le cœur du rouquin se serra : il n'aurait jamais d'enfant. C'était son plus grand malheur, dans le bonheur qui l'unissait à Hope.

- Je ne peux pas te dire quoi faire... Je peux juste te dire que ton père n'est pas parti de son plein gré, et que peu importe vos combats, peu importe ce qui vous sépare, il a l'air d'un père aimant, tel que tu me le décris...

Il s'arrêta, déglutit et termina finalement en disant :

- Je peux juste te donner un conseil. Quand on grandit, on finit par ne revenir vers nos parents que de temps à autres. Même si tu n'as pas eu ton père à tes côtés pendant ton enfance, tu peux profiter des moments qui vous sont offerts aujourd'hui. Tu te les dois peut-être à toi-même, Fon.

Il s'éloigna finalement en saluant la jeune fille. Elle avait sûrement besoin d'être seule, ou de retourner vers ses amis, sa famille. C'était quelque chose d'essentiel ce retour aux sources : à ce qu'elle aimait, ce qu'elle chérissait actuellement. Elle avait beau être la plus jeune, Erwin la voyait telle qu'elle était, telle que les autres s'en souviendraient : elle était entrée dans la Légende.

Quelques dizaines de minutes s'écoulèrent. Après un dernier regard vers les personnes qui étaient condamnées à rester prisonnières du niveau six d'Impel Down, Cid, Katia et les derniers membres de l'Inquisition présents avaient pris quelques images, quelques dessins et étaient revenus au niveau de l'hôpital. Erwin aurait un peu de travail à ramener chacun de ces hors-la-lois dans une base de la marine qui les accepterait avec crainte. Malgré les recommandations de Stan qui jugeait que l'atout stratégique que les menottes en granit marin représentait ne pouvait être négligé, il laisserait attaché à leurs poignets les fameux outils qui créditaient sur leur dos de nouvelles années d'enfermement, sûrement jusqu'à la mort cette fois-ci. Il récupérerait cependant la moitié des autres menottes, avec un double des clefs. Celles enlevées aux révolutionnaires et aux autres prisonniers libérés. Cela pourrait s'avérer utile.

Après un temps de réflexion, le rouquin ferait rapatrier à l'hôpital de Shivering Island les blessés suivants : les Légendes, les révolutionnaires, Uxas et Ken. Il leur proposerait l'hospitalité, tout en leur précisant qu'ils pourraient bénéficier de son soutien, et qu'il attendait d'eux un même répondant. Il leur prouverait qu'il serait un leader digne de ce nom, à travers la protection des peuples et la déchéance du Gouvernement Mondial. Puis, quand Maow lui indiquerait les informations qu'il avait reçu d'Andromède, il enverrait un ordre de mission.

Quand Nakata Fenice serait prêt, il l'extrairait de l'île avec Kyoshiro et tout ce dont il avait besoin. Son équipage, qu'importe, ils devraient prendre le large pour laisser l'île s'isoler. Ils allaient recevoir la visite de ce très cher Mewi Taguel, pirate émérite, vieux de la vieille. Cet homme avait vu le bout du monde, et Erwin se priverait au moment où les derniers membres des Tengoku auraient quitté l'île de poser une question vide de sens : il ne voulait pas voir le trésor que le monde cherchait, il ne voulait pas connaître le One Piece. Pour des personnes comme Kain, Heziel et leurs amis, il se jurait à lui-même de ne pas faire perdre pied à leur quête.

Enfin, il retournerait à son foyer, blessé par la guerre qu'il venait de mener, et dormirait aux côtés de l'homme qu'il aimait. Il avait besoin d'un peu de repos pour se remettre de sa blessure, et la douleur s'inviterait dans ses songes, l'en tirerait. Ah, cette douleur, cette amie qu'il ne voyait que si peu souvent... Il la chérissait à présent. Elle était le souvenir éphémère de ce que le Gouvernement Mondial était capable de lui infliger. Il fermerait les yeux, se souviendrait des raisons de sa lutte.


Post de conclusion pour ma part ! Merci pour l'animation, c'était cool !
Revenir en haut Aller en bas
Fenice Nakata
The Phoenix
Fenice Nakata
Messages : 15024
Race : Humain
Équipage : Tengoku no Seigi

Feuille de personnage
Niveau:
[Présent] A l'orée des Mythes. [Pv Erwin et Kyoshiro] - Page 2 Left_bar_bleue52/75[Présent] A l'orée des Mythes. [Pv Erwin et Kyoshiro] - Page 2 Empty_bar_bleue  (52/75)
Expériences:
[Présent] A l'orée des Mythes. [Pv Erwin et Kyoshiro] - Page 2 Left_bar_bleue879/1000[Présent] A l'orée des Mythes. [Pv Erwin et Kyoshiro] - Page 2 Empty_bar_bleue  (879/1000)
Berrys: 2.235.426.002 B

[Présent] A l'orée des Mythes. [Pv Erwin et Kyoshiro] - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: [Présent] A l'orée des Mythes. [Pv Erwin et Kyoshiro]   [Présent] A l'orée des Mythes. [Pv Erwin et Kyoshiro] - Page 2 Icon_minitimeVen 10 Nov - 0:38

Liberté...
feat. Erwin Dog et Kyoshiro.
Réfléchis avec lenteur, mais exécute rapidement tes décisions. Isocrate.


Un sourire d'amusement et de satisfaction naquit sur les lèvres de Nakata tandis qu'il scrutait Kyoshiro dans ses interactions. Son désormais bras-droit mettait à l'évidence du cœur à l'ouvrage et prenait son rôle très au sérieux... Une preuve que le choix du blondinet s'était porté sur la bonne personne. Certes, l'homme lumineux manquait peut-être encore d'un peu d'assurance et d'orgueil, a fortiori pour faire face à des fortes têtes de l'envergure de Kars, mais il était déjà bien assez habile et adroit pour traiter avec eux et prendre les décisions les plus saines et les plus sages. Sans commenter quoi que ce soit, le capitaine demeura dans l'ombre, à l'instar de tous les autres forbans présent dans la pièce, tandis que Titia recouvrait sa liberté. Cette jeune femme avait l'air honorable et honnête, pour le peu qu'il avait pu en juger... Et c'était une excellente nouvelle. Avec un peu de chance, elle finirait par devenir une alliée sur le long terme... Et peut-être même un soutien de poids dans la domination du Nouveau Monde et sa pacification. La loyauté de l'autre Nebula sembla en revanche nettement plus discutable : le Phoenix lui-même n'était pas certain de vouloir le voir libre. Les têtes brûlées et les arrogants n'étaient jamais d'excellents subordonnés... La seule manière de l'utiliser à bon escient semblait donc être de le manipuler. Un recours lâche et fallacieux, mais apparemment pas compliqué à mettre en oeuvre au vu de l'intellect apparemment pour le moins discret de cette forte gueule... L'ancien Schichibukai se concentra néanmoins sur la demoiselle lorsque celle-ci s'avança dans sa direction, avec un air solennel et formel. Le Fenice ne fit rien pour désamorcer la gravité apparente de la situation, et se contenta d'un bref signe de la tête pour accueillir son interrogation quant à son identité. La suite s'y succéda tout naturellement : elle demandait simplement un asile de courte durée afin d'avoir le temps de se remettre de la fatigue, de localiser les siens et de se mettre à la page quant à la nouvelle géopolitique mondiale. Une précaution rusée, qui ne semblait pas même avoir effleurée l'esprit de l'autre pirate... Avec un sourire cordial et chaleureux, le mythique hocha la tête et répondit à ces questionnements avec une simplicité claire et lucide.

-Musashi va vous trouver une chambre où vous installer. Je serai dans le manoir pour la nuit encore, certainement. Si vous voulez que je vous renseigne moi-même, n'hésitez pas à venir me trouver. Sinon, n'importe quelle personne par ici saura vous tenir au courant des nouveautés. Malheureusement, l'île risque d'être isolée dans les jours à venir... C'est long à expliquer, mais il vous faudra la quitter avant que cela n'arrive, si vous ne voulez pas vous retrouver piégée ici. Oh, et si nous ne nous recroisons pas, prenez ceci. Vous pourrez me joindre sans difficultés, ainsi.

L'ancien gouvernemental tendit à son interlocutrice un petit bout de papier sur lequel était inscrit son numéro de Den Den Mushi. Ce petit bout de papier n'était néanmoins pas tout-à-fait banal, et Titia n'allait pas tarder à s'en rendre compte : il allait pivoter dans le creux de sa main quand Nakata allait la contourner pour rejoindre Kyoshiro et Kars. Il s'agissait effectivement d'un morceau de sa vivre card : l'ex Schichibukai l'avait préparé en prévision d'un allié sûr et fiable. Il l'avait manifestement trouvé... Tout en priant pour qu'elle ne lui fasse pas faux bond à un moment crucial. Toujours était-il qu'elle risquait d'avoir besoin de repos... Et surtout de recontacter ses amis pour s'assurer de leur sécurité. Musashi l'enjoignit donc à le suivre et la guida sans plus attendre dans la direction de l'une des chambres vacantes afin qu'elle puisse s'y installer à ses aises.
Le légendaire, quant à lui, en vint enfin à atteindre l'épéiste encore et toujours menotté. Il prit la liberté de lui répondre, non sans malice, en constatant la comparaison avec Hadès dont ils avaient à souffrir.

-Les méthodes importent peu. La fin justifie les moyens. N'importe quel Nebula peut le reconnaître, n'est-ce pas ?

Il lui adressa néanmoins un sourire qui se voulait amical tandis qu'il libérait enfin le prisonnier de ses fers. Il entreprit alors de lui offrir un morceau de papier, banal cette fois-ci, sur lequel était également inscrit son numéro de Den Den Mushi. Il préférait réserver ses morceaux de Vivre Card aux personnes de confiance... Ce que Kars n'était pas, à l'évidence. Néanmoins, cela ne l'empêchait pas d'avoir une possible efficacité dans la guerre à venir. Le Fenice aurait grand besoin de main d'oeuvre, et pour s'être retrouvé au sixième étage, son homologue pirate devait nécessairement être un cador, d'une manière ou d'une autre... Restait à espérer qu'il ne s'agisse pas là que d'un grossier hasard, et que sa renommée évanouie était bel et bien témoin d'une puissance personnelle des plus colossales.

-Tu as l'air plus pressé que la demoiselle... Mais si tu veux rester ici pour reprendre des forces, c'est largement envisageable.

La proposition se voulait plus courtoise et civilisée qu'autre chose : le musicien savait d'instinct que Kars n'était pas homme à demeurer tranquille, et ce encore moins après des années d'une incarcération brutale et douloureuse... Il avait certainement envie de rappeler aux marines qu'il n'était pas un simple séquestré... Et à ce titre, le maudit ne pouvait espérer qu'une seule et unique chose : qu'il laisserait au Gouvernement Mondial l'opportunité de regretter pleinement l'affront qu'ils avaient fait au capitaine de Tengoku no Seigi.


Voilà pour la fin du RP de mon côté !

_________________
Called to the ring, Taking me round by round
It hurts and it stings, Taking me down, down, down
You think that you caught me, I can hear you taunt me
Fractured and I'm falling down, My enemy is watching me bleed

But I'm not dead yet
So watch me burn.
[Présent] A l'orée des Mythes. [Pv Erwin et Kyoshiro] - Page 2 Nak_si10

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


[Présent] A l'orée des Mythes. [Pv Erwin et Kyoshiro] - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: [Présent] A l'orée des Mythes. [Pv Erwin et Kyoshiro]   [Présent] A l'orée des Mythes. [Pv Erwin et Kyoshiro] - Page 2 Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 

[Présent] A l'orée des Mythes. [Pv Erwin et Kyoshiro]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
One Piece Seken :: Le monde de One Piece :: Grand Line :: Voie Numéro 7 :: Graou Island-