Partagez | 
 

 [Présent] Cage the Beast. [PV: Dokugan ; Groupe : 2]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Heziel Coffe
The Juggernaut
avatar
Messages : 1492
Race : Humain
Équipage : Aucun

Feuille de personnage
Niveau:
43/75  (43/75)
Expériences:
86/500  (86/500)
Berrys: 61.706.000 B

MessageSujet: Re: [Présent] Cage the Beast. [PV: Dokugan ; Groupe : 2]   Mar 8 Aoû - 14:08





Il y a un monstre en chacun de nous.


Se détendre... quelle blague. Lié comme il l'était à l'endroit, il lui était impossible de se détendre. Pour la première fois depuis un moment déjà, une appréhension coriace s'emparait de ses entrailles : pour Nescafé, mais également pour lui même. Cela faisait un moment qu'il n'avait pas craint pour sa propre survie ou son avenir. Ces questions, il en était la plupart du temps oublieux et avait tendance à faire passer les autres devant lui. Mais maintenant qu'il se retrouvait enchaîné et prêt à se livrer aux expérimentations sans doute malsaines d'un individu vicieux, il en venait à avoir peur pour sa propre personne. Deviendrait-il une bête comme celle qu'il avait affronté avec ses camarades ? S'en prendrait-il à eux, à des innocents ? Qu'allait-il advenir de lui ? D'un geste vif de la tête, il chassa momentanément ces craintes de son esprit, telles des petites créatures ténébreuses aux mâchoires voraces repoussées par la luminosité violente d'une torche. Après une longue attente, dans le couloir, derrière la lourde porte en bois, des bruits commencèrent à se faire entendre. Un rythme constant, clair et rapide, suivi de pas lourds et d'un grognement familier.

Une série de tintements métalliques s'éleva dans les airs, se réverbérant dans l'immensité de l'endroit, avant qu'un claquement distinct en provenance de la porte ne se fasse entendre. Deux tours complets plus tard, la clé utilisée pour déverrouiller l'entrée avait fait son office. La lourde porte grinça alors qu'elle s'ouvrait, vers l'extérieur, dévoilant une silhouette svelte, un peu maigre, fondue dans les replis amples d'un vêtement sombre intégral. Ses cheveux, d'un rouge vivace, n'étaient contrastaient avec une peau pâle. Un léger sourire trônait sur son visage, entre suffisance et satisfaction. Dans son dos, la bête d'un peu plus tôt guettait le moindre geste du forban avec une attention toute particulière. Heziel détermina rapidement que dans son état, toute tentative de fuir ou de combattre aurait été un échec retentissant.


- Monsieur Coffe. Je vous remercie de votre coopération.

D'un pas presque chaleureux, comme si il accueillait un ami de longue date, il pénétra dans la cellule glauque en écartant les bras. Il semblait tout à fait content de voir la situation se dérouler selon sa volonté : pour peu, on l'aurait presque cru sincère. L'artiste martial garda le silence et le lorgna d'un mauvais œil alors qu'il s'affairait par la suite à défaire les liens dans son dos... du moins, la partie qui le reliait au mur : pour sa part, il était toujours menotté. Revenant vers la sortie de la cellule, celui qui semblait être à l'origine de son enlèvement n'avait pas émis la moindre crainte : à cause du tranquillisant, Heziel n'aurait pas pu lui faire de mal. Le bras de la bête disposait de suffisamment d'allonge pour balayer la cellule, bien qu'elle ne fut pas capable d'entrer entièrement entre les quatre murs. Prendre en otage le scientifique était une entreprise perdue d'avance, et à son grand dam, le second de l'équipage du Borgne le savait.

- Permettez moi de répondre à l'une de vos questions précédentes, maintenant que nous sommes en face à face. Je m'appelle Klaus. Klaus Clamely. Je suis... une sorte de biologiste, si vous voulez.

Il se fendit d'une courbette agaçante à souhait pour le brun qui était son captif, avant de lui indiquer la porte avec un sourire. Klaus Clamely... ça ne lui disait rien. Mais c'était toujours bien de pouvoir mettre un nom sur un visage : ça lui permettait d'identifier clairement qui il devait tabasser pour satisfaire sa vendetta. Car si il sortait d'ici, le cuistancier marin comptait bien faire regretter à ce vaurien son penchant pour les enlèvements. En passant à côté de la chose monstrueuse qui aurait tout aussi bien pu lui arracher la vie, le Coffe ne manqua pas de ressentir un frisson lui parcourir l'échine. Il se sentait si vulnérable qu'il avait l'impression de pouvoir se briser à chaque pas.

- J'ai cru comprendre qu'elle vous avait un peu chamboulé en vous ramenant ici. Mes plus plates excuses. Elle est fidèle et efficace, mais un peu trop zélée, parfois. Ce n'est pas le cas de tous mes sujets...

- Qu'avez-vous fait à cette... ce... qu'est-ce qui s'est passé ?

- Oh, c'est ma plus grande réussite pour l'heure. Mais ce n'est pas encore assez, loin s'en faut. Je ne suis pas là pour créer des animaux. Ce qu'il me faut est plus précis que cela.

Cette idée glaça le sang d'Heziel. Si cette bête n'était pas "encore assez", alors il avait du mal à se représenter ce qui pourrait être pire. Lui qui était déjà hors du commun s'était fait balayer comme un fétu de paille pendant la plupart du combat, alors même que la créature s'affairait à pourchasser Kraehe ou Pumori. Alors que se passerait-il, si ce fameux Klaus parvenait à créer un "meilleur" résultat ? À le dupliquer ? Il n'avait aucune idée de ce qui se passait réellement ici, mais il était désormais persuadé de plusieurs choses : premièrement, c'était complètement contre nature. Deuxièmement, c'était très dangereux. Il en vint à rapidement regretter sa décision et ses peurs se renforcèrent, mais il était désormais trop tard : il devait aller jusqu'au bout de sa parole. En espérant que le rouquin tienne la sienne... ce qui n'était qu'une supposition parmi tant d'autres.

- Où m'emmenez vous ?

Un sourire dérangeant répondit à cette question, suivit d'une simple réponse dont l'aspect presque banal transpirait une indicible perfidie.

- Dans mon petit jardin secret. Nous y serons plus confortablement installés pour discuter... et pour collaborer, bien sûr.

Les pas se succédèrent alors que le mormoilnien ravalait sa salive. Dans quel pétrin s'était-il fourré ...?


_________________






Revenir en haut Aller en bas
Kraehe
Sombre Chacal
avatar
Messages : 88
Race : humain
Équipage : Borgne

Feuille de personnage
Niveau:
22/75  (22/75)
Expériences:
30/120  (30/120)
Berrys: 100.000 B

MessageSujet: Re: [Présent] Cage the Beast. [PV: Dokugan ; Groupe : 2]   Mar 8 Aoû - 14:25




    L'obscurité avait été, de tout temps, la plus grande amie de Kraehe. Il aimait ce coté calme, reposant, silencieux que les ténèbres offraient, loin des déboires du monde. La souffrance, les sentiments, l'histoire et le temps n'existait plus. Seul regnait le silence. Seul regnait sa consciencealors qu'il s'échappait de son corps frêle, bien trop faible comme le lui rappelait si méchamment à tout instant ses camarades de voyages.
    Ils ne pouvaient pas comprendre ce que cela faisait d'être faible physiquement. Tous, sans exceptions, détenaient une forme physique qui lui était de loin supérieur. Son intellect était le seul moyen pour lui de s'en sortir, et cela le fatiguait. Devoir toujours recourir à des plans, qui, dans certains cas, ne servait à rien.
    Il n'y avait qu'a contempler le pourquoi il etait dans cet état. Une force de la nature, un colosse, s'était débarasser de lui comme on se débarrassait d'une fourmi. Le phenix avait fait preuve autrefois de la même puissance écrasante face à laquelle sa tête et ses méthodes ne servait à rien.

    A l'intérieur, au fond des ténèbres ou le médecin reposait, une rage immense commeçait à croître. Ce désir de rester faible, en soit, mais dans le seul but de faire chuter le fort. Un désir de vaincre, d'humilier, de démolir, d'anéantir.
    De se baigner dans le sang du dragon. De se pârer du voile de l'innocence et de l'incapable en tranchant la gorge de ceux qui l'ont offensé. De briser le diamant.
    C'était impossible, il le savait. Et cela l'agaçait d'autant plus. Il était de plus en plus difficile pour lui de se présenter comme utile parmi les membres de son propre équipage. Leur forme physique et leur résistance rendait nombre de ses opérations et de se sbesoins médicaux au mieux comme un accélérateur, au pire comme une gêne. Si tant est qu'ils se prenaient des coups létaux. Une fois, face à Arnold, il avait réussit à sauver Heziel il est vrai.
    Mais en avait-il vraiment eu besoin? Kain était la, aussi solide que depuis le début de l'aventure. Une force , une tempête dévastant tout sur son passage.
    Le dévastant lui.

    Quelque chose, en lui, hurlait. Quelque chose de plus vicieux, lui susurrant à l'oreille que tout cela n'était rien. Quelque chose qui lui avait susurré jusque la que, face au sommeil, tous étaient égaux. Qu'une gorge tranché dans le silence -sa plus grande force létale- était un destin commun à tous. Et puis, n'avait-il pas un fruit du démon?
    Pourtant, face au phenix, cela ne servirait à rien. Face à celui qui les avaient rétamés tout les trois, cela ne servirait à rien. Immortalité. Régénération. Solidité. Puissance.
    Le Joker lui-même n'est qu'une fourmi face à tout cela. Une fourmi ne peut pas tuer un homme. Il en avait la la douloureuse réalisation.
    Aussi douloureuse que le réveil fut doux.

    Au départ, tout allait presque bien. Couché, dans une demeure, on l'avait changé. Un premier oeil dirait qu'il avait été mis en sécurité.
    Néanmoins, il ne sentait du coup plus ses scalpels, et il était lié. Et ce n'était pas un lit sur lequel il reposait.
    Ah, et il n'était vétu que d'un drap aussi.
    L'ensemble de la pièce, et plus important encore, des bocaux, le renseigna bien vite sur son hôte inconnu. Ce dernier menait des expériences plus que douteuses, surement responsable de la chose inhumaine qui trainait et qui les avait tous rétamé.
    Bien vite, il réalisa que cela lui permettrait de troquer de l'intellect contre une puissance écrasante. Qui qu'il soit, il avait décidé de mettre au point quelque chose pour transformer un simple individu en une force phénoménal.
    Le désir était tentant, il fallait le reconaitre. Très, très tentant. Succomber à une puissance incroyable, supérieur à la chose qui les avait attaqué, simple civile, pour une force plus grande encore. Devenir inarrétable. Inspirer la crainte et le désespoir.

    Gardant son fruit comme atout, il se décida cependant à ne pas s'en servir. Si le génie fou qui reposait ici le remarquait, il serait plus qu'un cobaye, mais un encuvé. Hors de question. Par contre...
    Un bruit résonna près de la porte. Des bruits de pas.
    Ma foi, pourquoi pas faire cela avec des manières? Il attendit patiemment que la porte s'ouvre, en réprimant en lui le désir de trancher tout ce qui était à porté de vue.
    Notamment parce que il n'avait pas de lame, malheureusement.


    Bonjour, cher confrère. Je suppose que je dois et mon état et ma position à votre existence?
    Comment vous portez-vous?

    Notez que j'aurai apprécié toutefois converser avec une meilleur... tenue.


    Civilité et politesse. C'était important. Mais quelque chose clochait dans sa voix.
    D'ailleurs, ou était passé son chapeau noir?
Revenir en haut Aller en bas
Dokugan No Ichimi

avatar
Messages : 27

Feuille de personnage
Niveau:
0/0  (0/0)
Expériences:
0/0  (0/0)
Berrys: 73.600.000 B

MessageSujet: Re: [Présent] Cage the Beast. [PV: Dokugan ; Groupe : 2]   Mar 8 Aoû - 16:45




Cage the Beast








Pumori avait été bien plus malin que ces rats qui étaient persuadés d'avoir affaire à une créature inofensive. Après tout, elle était tombée comme une mouche et ils avaient bel et bien négligés ses attaches. Le marmot fit preuve d'une efficacité redoutable. Les rats avaient été pris par surprise. Poursuivant le morceau de viande qui bougeait afin de l'amener vers le potage. Malheureusement pour ces rats, même s'ils avaient été humains autrefois, ils n'avaient pour la plupart qu'une intelligence très limitée. Certains étaient dotés de la parole, on pouvait entendre au loin un rat qui semblait plus âgé que les autres hurler sur ses confrères.

Homme-Rat : Mais tuez-le bande d'incapables ! Continuez de le tuer jusqu'à ce qu'il soit mort !

Le comble pour eux fut lorsque le cadet de la famille Dokugan retourna leur marmite contre-eux. Certains d'entre eux, plus téméraires que les autres se jetèrent sur le marmot dans le but de le taillader avec leurs lames empoisonnées. Mais leurs canifs ne pouvaient pas s'attaquer à cette marmite était plus dangereuses pour une lame que la meule de Tony. Les assaillants furent repoussés les uns après les autres, certains volant sur leurs congénères. La situation était délicate, le déjeuner était plus dangereux qu'il n'y paraissait. Les rats les plus craintifs étaient un peu en retrait en se jetant entre-eux des petits regards discrets. Il était coutume que le rat qui était capable d'abattre la proie avait l'opportunité de se servir avant les autres et donc de prendre les parties de choix. Malheureusement ce petit gringalet était trop fort pour eux. Certains d’entre-eux se réunirent en cercle, loin de la toupie rousse dévastatrice avant de hurler à l’unisson.

Une seconde de silence s’ensuivit où les courageux rats tentaient encore de sauter sur le chaudron. Tous se regardèrent entre-eux, il fallait avoir ce gamin au plus vite. Mais la réponse à cet appel de détresse se fit entendre sans attendre. Des hurlements de rats parvenaient de par tous les coins et recoins que pouvaient posséder ces égouts. Les égouts semblaient trembler tout autour du jeune garçon, mais ce n’était pas la faute de Kain. Cette fois, il s’agissait bien du piétinement incessant des rats qui accourraient sur la zone de la confrontation. Les premiers ne tardèrent pas à arriver sur les lieux de l’affrontement, déchaînés avec leurs lames fraîchement aiguisées. Mais ce n’était pas ça qui devait inquiéter le jeune pirate. L’odeur qui était déjà bien plus immonde que la poubelle que les gens avec de mauvaises manières laissent traîner durant des mois entier sembla empirer drastiquement.




Snah Telvor


 ???: Alors comme ça on a fait appel à moi ? Gahahahahaz...

Le vieux rat qui avait commandité tantôt le meurtre du jeune rouquin s’approcha alors du nouvel arrivant.

Vieux rat: Snah Telvor, tu n’es pas le bienvenu ici… Pars tout de-

Celui qui répondait au nom de Snah lui éclata alors une petite bille verdâtre au visage. Un petit nuage fut humé par le vieux rat qui s’arrêta net dans sa tirade. Il fit un pas en arrière. Bien que son teint était difficile à discerner avec la faible luminosité des égouts, on pouvait clairement distinguer que ce dernier se portait au plus mal. Il se mit alors à éternuer, puis à cracher du sang. Une seconde supplémentaire avait suffi, son visage était devenu livide et ses yeux s’étaient vidés de toute lueur de vie. Il s’écroula dans l’eau croupie de tout son long, mort. Snah regarda son œuvre et suivit du regard la chute de celui qui avait osé l’interrompre. Derrière son masque à gaz, il était impossible de connaître sa réaction, mais il ne tarda pas à la faire savoir.

Snah Telvor: Gahahahahahaz! Cette décoction est parfaite pour me débarrasser de ces vauriens. Mais je ne vais pas l’utiliser sur ce petit tas de chair fraîche. Ça a tendance à donner un mauvais goût de pourrie à la viande qui a assimilé ce poison.

Snah se tourna alors vers le pirate qui lui faisait face.

Snah Telvor: Dis-moi, tas de viande, est-ce que tu as déjà entendu parler de la solution finale ? Gahahahahaz, j’ai très envie d’essayer mon nouveau gaz nerveux...

Il sortit alors de derrière son dos deux nouvelles billes de gaz, il était aux aguets et était près à les décocher sur le jeune garçon. Certains rats avaient pris peur en reconnaissant Snah Telvor et ceux qui ne faisaient pas parti de sa bande attitrée avaient commencé à faire quelques pas en arrière. Mais le tonnerre de la horde qui s’approchait se faisait de plus en plus grand. Pumori était dans une situation délicate.





Au même moment, quelque part dans le château






Jack Scerate

Il était finalement arrivé à la porte, son travail auprès du docteur Clamely était enfin terminé. Il pouvait s’adonner à son jeu préféré. Il plaça délicatement la clef de ses appartements personnels dans la porte dédiée. Le petit cliquetis le fit frissonner de plaisir. Il attrapa de sa main libre l’écharpe qu’il portait autour du cou avant de tirer dessus, s’étouffant quelques instants par la même occasion. Cela lui procura un plaisir qu’il n’était pas capable d’expliquer. La porte s’ouvrit dans un grincement strident et à son plus grand plaisir, son cobaye du jour était finalement réveillé. Il écouta attentivement les propos de Kraehe qui était toujours couché sur sa table d’opération. L’hôte prit finalement la parole.

Jack Scerate: Oooh, Docteur Kongvist, je dois vous avouer que je suis enchanté de faire finalement votre connaissance… Je vous prie de bien vouloir vous excuser pour vos vêtements, mais ils ont été soigneusement rangés. Après tout, vous n’allez plus en avoir besoin, mais ne vous en faîtes pas, je prendrai soin de votre délicieux chapeau.

Il referma alors la porte derrière lui. Kraehe n’était pas en mesure de le voir, mais le sourire carnassier qui se dessinait sur son visage s’était à nouveau agrandi alors que cela ne paraissait même plus possible. Tout en conservant ce sourire dérangeant, il plaça les mains dans son dos avant de descendre les quelques marches qui menaient à la porte par laquelle il venait de passer. Il reprit alors son monologue glacial.

Jack Scerate: Vous savez, Kongvist-san, je suis un médecin, mais surtout un chercheur. J’ai ce besoin insatiable de comprendre tout ce qui se trouve autour de moi. Mon travail dans cette enceinte était au début de maintenir les cobayes du docteur Clamely en vie le plus longtemps possible. Puis, j’ai pu avoir un accès complet aux cadavres de ses… échecs. C’était tout bonnement fascinant. Cet homme est un véritable magicien, je n’ai jamais été autant épanouie que depuis que je l’accompagne. Mais aujourd’hui, vous êtes arrivés.

Il passa alors sur le côté de la table, à un mètre tout au plus de cette dernière avant de se tourner vers Kraehe. Il allait enfin pouvoir découvrir le visage démoniaque de la personne qui lui faisait face. D’un physique svelte et d’une corpulence relativement faible, il portait pourtant une blouse blanche bien épaisse. Un démon avec un visage d’ange. Pour tenter de camoufler son excitation, il était en train de se tourner les pouces dans son dos à une vitesse plus que préoccupante. Mais un assassin ne pouvait pas se voiler la face, surtout pas face à un de ses confrères. Après une brève inspiration, le médecin reprit ainsi la parole.

Jack Scerate: Je vais vous découper vivant monsieur Kongvist. Je vais prendre un malin plaisir à toucher vos entrailles encore chaudes avec mes mains fraîchement nettoyées. Lécher votre tibia et retirer organe par organe ce qui fait votre enveloppe physique. Je ne peux m’interdire ce plaisir après tout ce temps. J’ai besoin de sang et j’aime votre chaire. Mais ne vous en faîtes pas, je sais déjà où vous trônerez pour l’éternité une fois mon affaire avec vous terminée.

Il montra alors le haut de l’étagère qui se trouvait en face du pirate et il y avait effectivement de la place.

Jack Scerate: Votre visage à moitié déchiré dans un bocal prônant sur cette étagère avec votre chapeau par-dessus serait de très bon goût, n’est-il-pas ? Ne m’en voulez pas si je mange un morceau ou deux de votre corps, je suis quelqu’un de gourmand...

Le cannibale attrapa alors les deux pans de sa blouse de les révéler face à Kraehe. Une vision de l’horreur pour tout patient se dévoilait face au médecin des Dokugans… Des scalpels par dizaines se trouvaient dans tous les coins et recoins du vêtement de Jack. Canines protubérantes dehors, le fou posa une question rhétorique à son cobaye fraîchement acquis.

Jack Scerate: Est-ce que l’on commence?











Résumé du poste :

Pumori :
Ton action est réussite, tu as réussi à repousser les rats qui voulaient te croquer tout cru ! Mais ils appellent du renfort et une horde de rat est en train de grouiller dans les égouts. Un rat beaucoup plus inquiétant et au demeurant cruel que ses congénères te fait face. Tu n’as aucune idée de ses capacités, si ce n’est qu’il semble utiliser du gaz. Cependant, vu les bruits que font les rats, tu as un peu de temps devant toi avant que la horde n’arrive.

Kraehe :
Tu fais finalement face à ton confrère qui s’avère être un véritable psychopathe cannibale accroc au sang avec un fort désir de jouer avec ton corps sans avoir recours aux anesthésiants ! Quoi que tu fasses, il attaquera au prochain tour.

Snah Telvor : Niveau inconnu
Jack Scerate : Niveau inconnu
Les rats ont un niveau variant de 15 à 20 environ.



Revenir en haut Aller en bas
Pumori Fulgen
P'tit Rouge
avatar
Messages : 449
Race : Humain
Équipage : Dokugan no Ichimi

Feuille de personnage
Niveau:
34/75  (34/75)
Expériences:
96/250  (96/250)
Berrys: 15.751.000 B

MessageSujet: Re: [Présent] Cage the Beast. [PV: Dokugan ; Groupe : 2]   Jeu 10 Aoû - 23:29






Cage the beast


Faire preuve de courage


Les rats se prenaient pour des oiseaux… Avec mon aide, ils pouvaient enfin réaliser leur rêve et, grâce à Air Dokugan, pouvaient s’envoler ! Je pense que j’offrais un service très plaisant puisqu’ils n’hésitaient pas à revenir, parfois seuls ou avec des amis ! Mais comme aucun d’entre eux ne m’offrait le moindre berry pour utiliser ce service, je les envoyais simplement un peu plus loin dans les égouts. Par contre, je pense que tout ceci avait trop bien marché. Bien rapidement, le bouche-à-oreille1 avait fait son chemin et de nombreux rats arrivaient en renfort. J’en profitais pour arrêter mon tourbillon, aussi bien pour déposer le chaudron quelques instants et pour éviter d’être trop étourdis. Je tentais de ne pas le laisser paraitre, mais je sentais déjà les effets négatifs de cette tactique. Heureusement, ils se dissiperaient rapidement ! Je devais simplement faire attention pour ne pas en abuser.

Mais pour le moment, je gardais le dos droit. Je sais que c’était difficile, mais j’étais à présent seul : j’étais le seul qui pouvait représenter les dokugans face à cette colonie d’hommes-rat. Je me doutais qu’il serait impossible de raisonner avec eux, mais je pouvais bien tenter un ou deux trucs. Enfin, c’est ce que je pensais avant l’arrivée du ''pestirat''… J’ai rapidement appris qu’il y avait différents groupes de rats ici et, par conséquent, des conflits dans les égouts. Je pouvais voir le groupe du vieux rat, celui envers lequel je m’étais défendu, être privé de leur chef. Rapidement, le commandement avait changé et les rats se regroupaient sous Snah Telvor. Aussi bien par respect ou par peur de ce chef, les autres rats reculaient et lui laissaient la place. Sans broncher, je choisis la bonne solution à ce problème :

La raillerie.

- Donner un goût de pourri ? Ça m’étonne que vous puissiez faire la différence avec une telle odeur ici ! Vous savez, odorat et sensation de goût sont liés. Si ça sent mauvais ici, ce que vous mangerez le sera autant. Remarque, ça donnerait probablement meilleur goût à ce ragout que vous tentiez de faire. Je suis peut-être un amateur en cuisine, mais je pense que d’utiliser l’eau dans les égouts doit laisser un mauvais… goût…

Heureusement, ils semblaient écouter ce que je disais, ce qui me permettait d’agir. Rapidement, je fouillais dans mes poches pour y trouver deux bouchons. C’était toujours bien d’être préparé à toute éventualité. J’avais déjà combattu un utilisateur de poison auparavant. Si je ne respirais pas le gaz, j’étais en sécurité. Bon, normalement j’utilisais ses bouchons dans mes oreilles, mais la situation était grave. Je devrais en retrouver d’autres plus tard. Et en plus, ça schelingue dans les égouts ! Ce ne serait pas du grand luxe d’épargner mon pauvre petit nez ! Une fois que mon nez était en sécurité, je n’avais qu’à faire attention pour retenir ma respiration s’il me lançait des billes de ce gaz. Mes mains étaient encore en bon état, mais je sentais bien que mon bras espérait un peu de repos. Il faut vraiment que je trouve un moment pour me soigner…1

- J’espère que tu as d’autres idées en réserve, ce n’est pas la première fois que je combats des gens comme toi ! Tu verras ce qu’est la toute-puissance des dokugans !

En me saisissant de mon arme, je recommençais à tourner sur moi-même. Cependant, plutôt que de m’avancer vers mon adversaire, je restais sur place pour quelques moments. Une fois à pleine vitesse, je lâchais l’énorme chaudron qui était propulsé vers Snah. Mais de façon plus importante, j’ai lancé cette marmite pour qu’elle bloque l’entrée derrière lui. C’est à ce moment que j’en suis venu à une conclusion : bon, c’est le moment de partir. Je n’étais pas fou et je ne pouvais simplement pas attaquer une armée seul ! Surtout qu’avec un rat tel le dénommé Snah ici, rien ne me prouvait qu’il n’avait pas d’autres complices encore plus dangereux. Et s’il y avait une chose en laquelle j’avais confiance, c’était la vitesse de mes jambes ! Je m’élançais déjà vers la sortie, passant le mur de rat avec dix petits coups de pied au sol. Une fois passé, je pouvais tenter de les distancer et trouver la sortie. Tout était mieux que de rester ici !

-----
1-Qui avait été fait probablement par Kain. Donc c’est encore de sa faute assurément !
2-Et de préférence loin d’ici ! Non seulement tous les gens que j’ai rencontrés ici veulent me manger, mais si on pense à l’environnement impropre et à la faune locale… Je suis persuadé d’avoir vu des petits rats par terre… Ce sont des enfants ou juste des rats d’ailleurs ?





Revenir en haut Aller en bas
Kraehe
Sombre Chacal
avatar
Messages : 88
Race : humain
Équipage : Borgne

Feuille de personnage
Niveau:
22/75  (22/75)
Expériences:
30/120  (30/120)
Berrys: 100.000 B

MessageSujet: Re: [Présent] Cage the Beast. [PV: Dokugan ; Groupe : 2]   Ven 11 Aoû - 13:57





    Dès l'apparition de son collègue, Kraehe sut que quelque chose clochait. Sans parvenir à mettre le doigt dessus, cependant. Et au début, il n'y eu absolument rien à signaler. Hormis un petit quelque chose qui était rentré en même temps que lui et sur laquelle il ne parvenait pas à saisir la nuance. De l'air frais? Oui, un tantinet.
    Cependant, dès que l'homme eu fermer la porte, Kraehe commença à augmenter la température de son corps...
    Un individu quelconque aurait songé que baisser la température était plus efficace. Cela était une erreur. Une corde gelée était beaucoup plus dur qu'avant. Une corde soumise à très forte température, en revanche, se ramollissait, voir pouvait brûler. N'avez-vous jamais approcher une corde au-dessus d'un volcan? L'association de gaz et de chaleur brulait la corde comme si c'était un fétu de paille. Ce qui tombe bien, car il s'agit bien la de la conception d'une corde. Cc'est pour cela que c'était des cables qui étaient utilisés, réalisés avec des composants différents.

    Gardant un certains focus au niveau de ses liens, la température du reste de son corps resta aussi moyenne que possible, au cas ou il ne soit “que” brulé s'il s'avisait de le toucher. Ce que son vis-aàvis ne fit point. A un détail près.
    Le ton.
    Le ton du médecin n'était pas de ceux qui avaient fait le serment d'Hippocrate. C'était de ceux qui jouissaient de leur profession d'une façon différente.
    Quand il s'approcha , il plaça enfin ce qui manquait.
    De la chaire fraiche. Cet homme sentait la chaire humaine et le sang.
    Et quand il vit, enfin, ledit médecin au-dessus de lui, il eut dans spn nez la pleine odeur de mélange de dentifrice bon marché et de chaire humaine.
    Un cannibale.
    Son sourire, son regard, son air était exactement le même que lui, Kraehe, avait parfois lorsque le Joker refaisait surface. La suite n'était pas nécessaire. Le docteur au chapeau noir avait deviné depuis longtemps à quoi il avait affaire. Cela se voyait trop bien.
    Et, comme un miroir opposé, un sourire fendit les lèvres du pirate. Et il ne put s'empêcher de répondre au tac au tac.


    Tss stsss... vous manquez de talent artistique. Quitte à me mettre en figuration dans un bocal, vous pourriez AU MOINS rendre la partie intact. Déja que l'on ne verra que mon beau visage...
    Je veux dire, quitte à dévorer le reste... Vous pourriez au moins faire un effort artistique.


    Il eu un profond soupir. Alors que l'homme dévoilait ce qu'il cachait sous sa blouse, un détail que le médecin du borgne avait depuis longtemps reléger au second plan en contemplant le reste, la température de son corps s'accrut d'un coup.
    Un léger bruit d'éclatement apparut au niveau des liens. Un bruit assez comique, en soit d'ailleurs. Comme le bruit de brisure d'une tendinite pour les experts. Ce qui n'était pas loin de la vérité. Certaines parties internes à la corde avait éclaté sous la température, manquant de peu de l'embraser.
    La voix de Kraehe s'éleva, alors que son sourire se fit miroir de son vis-à-vis. Pourtant, même pour le Joker, quelque chose le dérangeait chez cet homme. Les deux avaient une différence fondamentale.
    Ah, oui. La perversité. Lui étais pervers dans la souffrance. Le docteur en face l'étais dans le sexe.
    Il lui manquait ce coté artistique.
    Lorsqu'elle s'éleva, en revanche, le Joker réagit avec une étonnante virulance. Un étrange plaisir également.


    Et moi qui espérait le pouvoir... Je vais plutôt danser avec vous...
    dansons, dansons, cher confrère...
    Je vais insérez directement dans votre chaire ce que signifie le plaisir!


    Et, alors que son vis-a-vis s'apprétait à dégainer, il plaqua l'ensemble de son poid sur ses fesses et tira au niveau des poignets, alors que il tenta de ramener ses pieds vers lui.
    Le résultat fut que les cordes au niveau des poignets ne cédèrent point. En revanche, un claquement finale eu lieu auprès de ses pieds, alors que le bas du corps , sous la force exercée, se propulsa au niveau de la tête. Le résultat serait sans appel: si il ne réagissait pas rapidement, plus rapidement que ne l'était son mouvement, le docteur allair se prendre deux pieds dans le visage. Pusiqu'il désirait tant que cela abimer le visage du joker, lui-même n'hésiterais pas.
    Et à température suffisemment forte pour le bruler dans l'instant.
    D'ailleurs, il commençait a faire très chaud dans la pièce d'un coup...


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Heziel Coffe
The Juggernaut
avatar
Messages : 1492
Race : Humain
Équipage : Aucun

Feuille de personnage
Niveau:
43/75  (43/75)
Expériences:
86/500  (86/500)
Berrys: 61.706.000 B

MessageSujet: Re: [Présent] Cage the Beast. [PV: Dokugan ; Groupe : 2]   Mer 16 Aoû - 14:35





Il y a un monstre en chacun de nous.


Klaus Clamely


Cette simili marche funèbre avait amené le forban à traverser ce qui lui sembla être une grande partie de la bâtisse. Ayant discuté avec quelques villageois, il avait une idée d'où il se trouvait : le château de Mont Esquieux, du Duc du même nom, abandonné depuis bien longtemps. Il servait visiblement désormais de repaire à l'homme qui avançait à ses côtés avec un sourire satisfait. Les migraines du Coffe l'avaient repris avec une nouvelle intensité : ils n'étaient pas seuls dans ce château, loin de là. Autour de lui, dans une zone qu'il n'aurait su définir, il pouvait sentir les voix méconnaissables s'élever de concert. Une cacophonie de l'âme qui lui semblait de plus en plus insupportable au fil des minutes. Il lui arrivait parfois de trébucher, affaibli par la drogue qu'on lui avait injecté tout autant que par le brouhaha mental dont il était l'infortunée victime. Mais la bête veillait au grain. Même lorsqu'il tentait de trouver une alternative du regard, il voyait rapidement que c'était inutile. La chose qui les suivait, Klaus et lui, n'était pas juste un chien de garde : elle l'observait méticuleusement, seconde après seconde, prête à se saisir de lui au moindre mouvement n'entrant pas dans la catégorie "avancer tout droit". Son agréable nouvelle connaissance capta rapidement son malaise.

- Inquiet ? Ne vous en faites pas, elle m'obéit au doigt et à l'oeil. Elle est ... ma sentinelle. Avec laquelle je peux communiquer.

Il mima un bouchon d'oreille et Heziel observa plus attentivement l'une des oreilles difformes de la bête au travers de la fourrure. Il discerna finalement un petit appareil : on aurait dit un Den Den Mushi, même si il semblait avoir été modifié pour pouvoir s'accrocher dans les replis de l'oreille monstrueuse. La vision lui glaça le sang : jusqu'où pouvait aller la folie d'un homme seul ?

- Elle est "programmée" pour m'amener de nouveaux sujets. Particulièrement si ils parviennent à la blesser : comme vous, par exemple. C'est grâce à des gens comme vous que je peux faire progresser la recherche, vous savez ? Et si je fais progresser la recherche, cela profite à tous mes collègues.

Le pugiliste émit un léger rire, à mi-chemin entre nervosité, désillusion et incrédulité. La fatigue se lisait sur ses traits. Il n'avait ni récupéré du combat précédent contre la bête, ni trouvé un moyen gracieux d'encaisser les effets du calmant lui ayant été administré. Pour seuls témoins de son état second, quelques bougies ornant les murs, de vieilles statues rouillées -certaines d'ailleurs incomplètes-, des rideaux à moitié arrachés et les pavés froids et durs. D'une certaine façon, l'endroit semblait effectivement abandonné : en tout cas il n'était pas entretenu.

- Vos "collègues" ? Attendez, ne me dites pas qu'il y en a d'autres comme vous ?

Un rictus moqueur et suffisant naquit sur le visage du rouquin alors qu'il plaçait les mains dans son dos, tournant sur la droite au bout d'un corridor, suivi par son animal de compagnie monstrueux et le prisonnier que constituait le second des Dokugan.

- Avez-vous déjà entendu parler d'Evolve, monsieur Coffe ?

Un silence prolongé du brun montra son ignorance en la matière, même si son esprit lui criait qu'il s'agissait sans doute d'un groupuscule de fous furieux avec des bistouris. Il se garda bien de partager sa pensée : il n'avait pas la force de répondre à une frappe punitive, aussi allait-il s'en passer.

- C'est normal. Personne ne nous connait, et nous comptons rester dans l'ombre. Les seuls à avoir des informations sont les membres, ou les... volontaires, tels que vous.

- Volontaires... ces gens qui disparaissent... que vous enlevez, ils n'ont rien de volontaires ! Je ne suis pas...

S'emportant trop vite en besogne, Heziel s'écroula sur ses genoux, les sentant céder sous son poids alors qu'une quinte de toux le prenait soudainement. La créature plaça sa patte griffue au dessus de lui, mais fut empêchée d'agir par un simple mouvement de la main du scientifique. Il s'amusait toujours de la bien pensance qui amenait ses prisonniers à se mettre des œillères telles qu'ils ne pouvaient pas voir la réussite derrière les atrocités : le pirate à genoux lui reprochait de détruire des vies humaines, d'arracher des gens à leurs familles. Ce qu'il était incapable de reconnaitre, c'était ce qu'il avait pu apporter à ces gens : des sens décuplés, une solidité nouvelle, des compétences particulières. Bien entendu, le procédé était imparfait... mais avec l'aide du brun, il pourrait tester d'une façon plus approfondie ses nouvelles solutions. Il était rare d'attraper une proie d'une telle envergure et il comptait bien en tirer parti. La bête poussa le brun dans le dos, le poussant à reprendre sa marche.

- Le monde a besoin d'évoluer, monsieur Coffe. Depuis que l'homme sait mettre un pied devant l'autre, il n'a eu de cesse de révolutionner ce qui l'entoure, d'adapter son environnement à sa volonté. Mais l'homme s'habitue vite à son propre confort grandissant : montrez une lampe à huile à quelqu'un dans la rue, vous n'obtiendrez pas la moindre réaction de surprise. Montrez là aux premiers hommes, et vous serez un dieu. Car c'est bien de cela qu'il est question, très cher : dieu. Et au delà de dieu, il s'agit de créer, de manipuler...

- ... contrôler...

Ils arrivèrent devant un grand escalier en pierre qui descendait sur plusieurs dizaines de mètres dans les profondeurs du château. Au fond, une large et épaisse porte en bois noir était visible. Suite à la remarque du martialiste, le docteur laissa un petit rire éclater. Le trio entreprit de descendre les marches rugueuses alors que l'homme de science reprenait la parole.



- Vous comprenez vite. L'homme adore des dieux, des figures, des symboles, lorsqu'il ne parvient pas à comprendre quelque chose. Il donne une dimension inaccessible aux origines des évènements sur lesquels il n'a pas le contrôle. Car il a peur de l'inconnu. Alors pourquoi continuer de révolutionner le monde autour de nous afin de limiter nos craintes ? Dompter nos peurs ? Pourquoi prévenir un éboulement, si les rochers se brisent sur notre peau ? Pourquoi craindre un incendie, si les flammes ne peuvent pas nous atteindre ? Vous voyez, monsieur Coffe... voilà ce que je fais. Je tente, jour après jour, d'amener ce postulat à la réalité. Pour l'heure...

Il déverrouilla à l'aide d'une large clé la porte surplombée d'une arche, avant de pousser lentement mais sûrement le bois qui la constituait pour dévoiler un endroit à mi-chemin entre le terrible et le fascinant : un grand laboratoire. Des fioles, partout. Des fioles et des outils chirurgicaux. Une odeur inconnue s'empara des narines de Heziel, qui réprima difficilement une envie de vomir soudaine. À mi-chemin entre alcool et produits inconnus, l'odeur qui flottait n'inhibait que passablement le remugle de chair sous-jacent. Il n'était pas le premier à venir ici. Le docteur n'était pas le seul. La créature, elle, en sortait peut-être. Au centre de la pièce, une large table d'opération dotée de plusieurs appendices étranges semblait trôner royalement, augure de désespoir entre ces quatre murs de folie. Elle était entourée d'une large cage d'un matériau très lourd, semblable à du titane. Comme si il fallait contenir ce qui en sortait...

- ... bienvenue dans mon "bureau".

Ce n'était cependant pas tout : un bruit l'interpella alors qu'il reprenait ses esprits. Plusieurs, en réalité. D'abord, le tambourinage sur une cage. Puis, le gémissement étrange qui suivit dans la foulée. Il leva la tête vers le fond de la pièce, où une cellule avait été placée. Une pauvre créature frappait contre les barreaux avec l'énergie du désespoir. De nombreuses traces de mutilation la marquaient encore. Malgré son aspect inhumain, Heziel se surprit à rapidement à éprouver de l'empathie pour elle. Les conditions dans lesquelles elle était entreposée là semblaient atroces. Aucune trace de Nescafé : qu'était-il advenu de lui ?

- Où est le hamster ? Qu'en avez vous fait ?

Klaus balaya cette question comme on balaie une poussière de son épaule.

- Je vous ai promis de ne pas lui faire de mal. Rien de plus. Il sortira d'ici en meilleure forme que jamais.

- Espèce de ...!

Le seul et unique pas en avant d'Heziel fut accueillit par une douleur cuisante et une coupure nette dans sa respiration alors que le poing massif de la bête le frappait en plein estomac. Il s'écroula presque immédiatement en crachant de la bile au sol alors que le "biologiste" affichait un air à mi-chemin entre peine et déception.

- Vous vous apprêtez à faire avancer l'humanité, monsieur Coffe. Pouvez-vous oublier deux minutes ce satané rongeur ? Votre sens des priorités me laisse perplexe.

Il fit signe à la créature l'accompagnant, et celle-ci adopta un comportement étrangement humain : lentement, elle souleva le corps du brun du sol, avant de le transporter délicatement jusqu'à la grille massive, dans laquelle elle pouvait aisément rentrer une fois l'accès ouvert. Elle déposa soigneusement un Heziel encore sonné sur la table, avant de reculer presque révérencieusement. Klaus, de son côté, laissa un rictus de mauvaise augure s'échapper alors qu'il scellait le destin d'Heziel, attache après attache, sur ce billard qui allait à jamais changer sa vie.

- Vous comprendrez bientôt.



_________________








Dernière édition par Heziel Coffe le Jeu 23 Nov - 13:33, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Dokugan No Ichimi

avatar
Messages : 27

Feuille de personnage
Niveau:
0/0  (0/0)
Expériences:
0/0  (0/0)
Berrys: 73.600.000 B

MessageSujet: Re: [Présent] Cage the Beast. [PV: Dokugan ; Groupe : 2]   Ven 18 Aoû - 18:33




Cage the Beast








Snah Telvor

Le mioche qui se trouvait en face de Snah avait beaucoup de toupet. Il ne savait faire preuve d’aucune politesse envers ses aînés et ses élucubrations ne passaient pas dans les oreilles protubérantes d’un sourd. Un tic nerveux avait saisi l’antagoniste qui se trouvait en face du rouquin. Personne ne pouvait faire face à ses poisons si ce n’était son roi. Après tout, ses poisons étaient assez virulents pour pénétrer chaque pore de la peau d’un être vivant. Il possédait un gaz qui donnait à la victime une envie de se gratter irrésistible… De se gratter jusqu’au sang. Ses poisons étaient le fruit d’un dur labeur, il était le génie des rats parmi les génies.

Sans s’en rendre réellement compte, Snah avait déjà sorti ses griffes métalliques enduites de poison, prêt à s’en servir face à cet énergumène qui n’allait peut être pas finir en tant que repas.

Snah: Viens ici sale petit morveux…

Pumori avait décidé d’attraper à nouveau la marmite afin de recommencer à faire sa toupie. Ce qui fit ricaner Snah, un tel artifice n’allait pas marcher contre lui. Même si l’attaque était désespérée pour venir à bout du rouquin, il avait réussi à prendre par surprise Snah. Lorsqu’il vit l’objet volant bien identifier arriver droit devant lui, quelques-uns de ses sbires se jetèrent droit devant lui afin de bloquer ledit objet. Cherchant du regard le mioche, il s’effraya en constatant qu’il n’était plus à sa place. Les rats se hurlèrent entre-eux en voyant ce dernier qui était en train de… Prendre les jambes à son cou !

Snah: RATTRAPEZ-LE!

Tous s’élancèrent alors à la poursuite du gamin avec une nervosité redoublée. Mais Pumori était bien trop rapide pour les rats qui s’étaient lancés à sa poursuite. Il était cependant possible que notre pirate puisse rencontrer un ou deux rats sur son chemin, mais rien de bien méchant. Par contre, alors qu’il continuera sa course, il arrivera finalement à la croisée des chemins.

Trois possibilités pour ce dernier. Un couloir, celui sur la gauche qui peut sembler extrêmement bruyant. Les rats de la horde de toute à l’heure semblent parcourir les environs, mais rien n’est sûr pour le gamin. Le chemin du milieu par contre, est beaucoup moins avenant que le premier. D’étranges totems se trouvent de part et d’autres du chemin, des totems mettant en scène des cadavres mutilés de rats et de biens d’autres espèces animales. Quelque chose de lugubre se dégageait de ce second chemin. Enfin, le troisième et de loin le plus étonnant de tous, le chemin de droite. Celui-là était parfaitement silencieux, impossible de deviner ce que Pumori pourrait bien découvrir sur sa route. Mais le temps le pressait, Snah qui était bien décidé à lui faire sa peau ne se trouvait pas bien loin. Il allait devoir prendre une décision rapidement afin de pouvoir les semer !


De retour sur Kraehe...




Jack Scerate

Alors que Jack prenait son temps pour pouvoir profiter de son futur sujet de recherche ET dîner, Kraehe gâcha la totalité de l’ambiance. Son attaque venait de prendre par surprise le cannibale qui reçut directement les pieds dans la figure. L’effet de la chaleur avait été instantanée, à l’instar de quelqu’un qui aurait posé sa main sur une plaque chauffante à chaud, notre scientifique eut un mouvement de recul. Il se mit à hurler sous la douleur, personne ne lui avait dit qu’il possédait un fruit du démon. Redoutable semblait-il qui plus est. Son sourire s’était momentanément estompé, mais revint de plus belle une fois que les tics liés à la douleur étaient passés.

Jack Scerate:  Nous allons jouer au jeu du mouton à l’abattoir…

Sans plus attendre il lança quelques scalpels avec l’envie très nette de les planter dans le corps de Kraehe. La précision de son jet était redoutable, mais en un seul clin d’oeil, Jack venait d’user d’une technique que certains membres des Dokugans connaissaient voir maîtrisaient. On aurait dit l’équivalent d’un Soru. Quoi qu’il en était, Jack était déjà dans le dos de Kraehe avec ce qui semblait être une scie de chirurgien dans les mains. Et sans crier gare et tout en conservant son rire malsain, le scélérat abattit sa lame avec la ferme intention de décapiter le médecin des Dokugans.







Résumé du poste :

Pumori : Tu as donc décidé de fuir et grâce à un jet du destin tu y parviens, mais trois chemins vont s’opposer à toi.
Un qui semble très bruyant avec la horde de rat qui pourrait peut-être tourner aux alentours.
Un qui est bien lugubre avec ses cadavres totémiques.
Enfin, un dernier qui est parfaitement silencieux. Tu ne peux pas regarder ce qu’il y a dans chaque chemin, tu n’en as pas le temps, il faut donc que tu en choisisses un et tu sauras ce qui t’y attendra lors du prochain poste !

Kraehe : Quant à toi, ton attaque à réussie, tu l’as sacrément énervé. Il a mal au visage, mais ce n’est que superficiel, il t’envoie donc quelques scalpels avant de se retrouver dans ton dos avec l’équivalent d’un Soru. Son but est simple, te couper la gorge de manière nette et précise avec sa scie de chirurgien.


Vous ne connaissez pas le niveau de Snah Telvor.
Jack Scerate est niveau 23.


Revenir en haut Aller en bas
Heziel Coffe
The Juggernaut
avatar
Messages : 1492
Race : Humain
Équipage : Aucun

Feuille de personnage
Niveau:
43/75  (43/75)
Expériences:
86/500  (86/500)
Berrys: 61.706.000 B

MessageSujet: Re: [Présent] Cage the Beast. [PV: Dokugan ; Groupe : 2]   Mar 22 Aoû - 11:52





Il y a un monstre en chacun de nous.


Klaus Clamely

Pris au piège. Fait comme un rat. Mené en bateau. Il n'avait plus qu'à assumer les conséquences de sa propre bêtise, accompagné en tout et pour tout par son amertume. Heziel n'avait jamais été méfiant plus que de raison : au contraire, il aimait à croire que tout un chacun pouvait être digne de confiance. Il aimait à penser que les gens qui l'entouraient ne nourrissaient pas forcément d'idées malsaines à son égard ou à l'égard de ceux qu'il aimait. Il voulait croire en un monde où la paix et la sérénité pourraient être un crédo compris et accepté par tous. Certes, il était lui même un combattant : il avait son lot de torts dans les bras. Mais il avait toujours combattu pour une cause qu'il pensait juste, pour un objectif qu'il pensait noble, important. Il s'était toujours élevé en rempart entre les faibles et ceux qui profitaient d'eux, même lorsque cela impliquait de se mettre gravement en danger. Pourquoi ? Parce qu'il croyait qu'un jour, il n'aurait plus besoin de le faire. Il pensait naïvement que les actions les plus sombres cachaient des motifs incompris. Il refusait la plupart du temps de constater que le mal existait, parfois sous sa forme la plus pure : il existait et il n'y avait pas d'autre façon de le combattre que de l'écraser, purement et simplement. C'était ces œillères qui l'avaient amené dans de nombreuses situations comme celle-ci : à ceci près qu'il en se sentait pas capable de se dépêtrer de celle là. Il ne pouvait plus compter que sur ses compagnons.

- Libérez-moi !

Plusieurs mouvements frénétiques de bras firent trembloter légèrement l'ensemble alors qu'il déployait une énergie renouvelée à s'extraire de ce carcan d'acier froid et sordide. Mais c'était trop tard : même si ses muscles reprenaient de leur superbe, les sangles et les attaches étaient d'une solidité sans pareille. La cage autour de lui semblait être faite de la même trempe, et la créature n'était pas bien loin. La situation était très, très mauvaise. Serrant les dents, retenant les injures et la colère justifiée qui montaient dans sa gorge et dans son être, le Coffe n'arrêta cependant pas de se débattre. Le billard remuait, sans succès. Il semblait irrémédiablement pris au piège.

- Ne vous énervez pas. Cela rend le processus plus douloureux. Je préconise que vous gardiez votre calme : voyez le bon côté des choses. Le précédent sujet était bien plus frêle que vous... le sérum, même raffiné, l'a tué en l'espace de quelques minutes. Mais vous pouvez encaisser cela, pas vrai ?

Une peur qui grandissait au même titre que la rage dans les entrailles du cuistancier prit momentanément le dessus. Il ne voulait pas mourir : pas comme ça. Pas ici, dans un château d'histoire d'horreur, sur une île perdue de Grand Line. Enchaîné comme un cochon qu'on abat à une table d'opération qui était en réalité un bloc d'expérimentation. Il ne voulait pas perdre la vie en devenant le cobaye d'un scientifique aux intentions contre-nature. Il ne s'était pas battu depuis son plus jeune âge afin de terminer en boite de pétri grandeur nature. L'idée de disparaitre dans l'ombre avait quelque chose d'effrayant, d'humiliant, et de terrifiant : lui qui avait depuis longtemps vécu en combattant, la tête haute et les épaules droites, se dirigeait tout droit vers la fin qu'on réservait au bétail le plus simple.

- C'est... c'est de la folie ! Arrêtez ça ! Arrêtez ça tout de suite !

Un sourire à vous en glacer les os accueillit sa demande.

- J'estime vos chances de survie à environ 30 pourcents. Ne soyez pas effrayé ou triste : même si vous mourrez, les analyses toxicologiques et les paramètres biologiques que j'en retirerai me fourniront un pas de géant dans mes recherches.

Durant un cours instant, Heziel ne su quoi craindre le plus : ce qui se passerait si il ne supportait pas le traitement... ou ce qu'il se passerait si, au contraire, il y survivait. Il repensa à la monstruosité qui l'avait abattu dans la forêt et avala sa salive. La nausée lui monta rien qu'à l'idée. Son ventre se serra. Son cœur s'accéléra. Dans son esprit, le sentiment de terreur grandissant jouait des coudes avec la colère se faisant fureur. L'envie de s'arracher de cette table et d'étrangler Klaus sans la moindre once de pitié. Désormais immobile, restreint par les liens qui semblaient s'être resserrés, il constata le glas sonné par le bruit de la machinerie médicale se mettant en route. Un système d'injection simple, mais efficace : en plusieurs points de son corps, les aiguilles se préparèrent au signal. Les pupilles du bras droit du Borgne s'étrécirent.

- Commençons.

Klaus manipula la machinerie de son côté, depuis un tableau de bord spécifique. Les bras mécaniques s'avancèrent vers la peau offerte. Le pugiliste tenta bien de se déloger, mais il était irrémédiablement maintenu en place. Fatigué. Drogué. Assommé. Il n'était pas en état de combattre les circonstances... et bientôt, il serra les dents alors que les tiges d'acier s'enfonçaient dans son épiderme, dans ses muscles, dans ses veines. Au bout de ces aiguilles, une fioles semblait engoncé dans l'ensemble, contenant un étrange liquide verdâtre. Avant qu'Heziel ne puisse se faire la moindre idée, ce dernier lui fut injecté d'une façon radicale. Ses yeux s'écarquillèrent alors que les appendices se retiraient, le laissant seul sur la table d'opération. En premier lieu, il ne comprit pas. Il resta quelques instants dans l'expectative, puis finit par croire en l'espoir fou que le procédé ait échoué d'une quelconque façon.

Puis elle arriva. La douleur.

Une douleur telle qu'il n'en avait jamais connue. Après des années à se battre et à subir des blessures plus gravissimes les unes que les autres, il n'avait jamais ressenti pareille souffrance. C'était comme si ses os s'étiraient et explosaient de l'intérieur. Comme si ses muscles se déchiraient et adoptaient une position anormale. Comme si sa peau brûlait, comme si ses yeux fondaient. Comme si son crâne était soumis à une pression incommensurable de l'intérieur, mais refusait de céder. Lui qui était habitué à encaisser cessa de réfléchir réellement au bout de quelques minutes à peine : il abandonna, purement et simplement. Son corps se tendait sous la douleur, avec une virulence telle que certaines attaches bougèrent. La table pencha d'un côté, puis de l'autre. Et les cris... étaient-ce ses cris ? Il ne savait pas. Il ne savait plus. La douleur avait avalé tout le reste de sa perception. Cette voix qui hurlait lui semblait bien familière... mais il n'était pas capable de dire à qui elle appartenait. Il n'était plus capable de penser à Klaus, à Pumori, à Kraehe ou Nescafé. Plus capable de penser aux autres Dokugan, à leur mission profonde. À sa famille, à ses amis. Plus capable de ressentir autre chose que cette souffrance immonde qui le détruisait petit à petit, alors que l'injection abjecte modifiait à tout jamais son existence. Il cru demander pitié à un moment : il n'aurait su dire si il l'avait vraiment fait. Son corps tout entier n'était plus qu'un seul et unique point d'agonie. Comme une plaie sur laquelle, après avoir appliqué du sel, on appuierait sans retenue jusqu'à provoquer les larmes. Les larmes ? En avait-il seulement assez ? Il ne sentait plus son visage, de toute façon.

Il ne vit pas le sourire satisfait du docteur qui l'observait. La mine terrorisée de la créature dans la cage, au fond de la pièce. Il ne distingua même pas la silhouette massive du "chien de chasse" du Clamely alors qu'il restait aux aguets. Il n'entendit pas l'acier plier dans un grincement terrible alors qu'il appliquait une force telle en se démenant dans sa souffrance que même ses liens commençaient à céder.

Bientôt, le Coffe n'eut plus qu'un seul et unique souhait, alors que son esprit commençait à sombrer dans une spirale infernale.

Mourir.



HRP :
Spoiler:
 

_________________






Revenir en haut Aller en bas
Pumori Fulgen
P'tit Rouge
avatar
Messages : 449
Race : Humain
Équipage : Dokugan no Ichimi

Feuille de personnage
Niveau:
34/75  (34/75)
Expériences:
96/250  (96/250)
Berrys: 15.751.000 B

MessageSujet: Re: [Présent] Cage the Beast. [PV: Dokugan ; Groupe : 2]   Mer 23 Aoû - 2:42






Cage the beast


Pleins les poches


Je ne restais pas inactif pendant ma fuite. N’importe qui fuyant un adversaire se devait d’être actif s’il désirait ne pas être rattrapé après tout. Mais ce n’était pas spécialement le point que je désirais faire en racontant tout ça… Je savais que les rats étaient à mes trousses et qu’ils pouvaient facilement me traquer. Après tout, si je ne pouvais pas supporter l’odeur des lieux, les hommes-rats y étaient habitués. Avec leurs nez, s’ils ne pouvaient pas me pister, c’est parce qu’ils étaient plus qu’incompétent. Je pouvais bien tenter de couvrir mon odeur en me baignant dans les ordures liquides, mais je n’avais aucune certitude que ça fonctionnerait. Et le pire dans tout ça, c’est le nombre de douches que l’on va me forcer à prendre en revenant sur le Youthful Demon !1 Du coup, ma meilleure option était de gagne le plus de temps que je le pouvais. Comme je savais que la horde était derrière moi, je fouillais rapidement mes poches pour semer les nombreuses billes dans mes poches. Le sol était glissant et l’eau verdâtre parcourant les tunnels m’arrivait presque aux chevilles. Juste assez opaque pour dissimuler les billes au sol !

Ça leur ferra bien les pieds ! Ils n’avaient qu’à me laisser tranquille et arrêter de tenter de me manger ! J’espérais que lorsqu’un rat tombe, qu’il en entraine quelques-uns avec lui. Qui sait, les rats finiraient peut-être par grimper aux murs ? Mais pour le moment, ils marchaient au sol comme moi. Alors, pourquoi ne pas tenter le coup ? Mais je me retrouvais face à une impasse bien rapidement. Ou plutôt à la croisée des chemins. Trois chemins s’offraient à moi et aucun d’eux ne me semblait sécuritaire. Je pouvais déjà dire que le chemin menant à des totems était complètement et entièrement peu rassurant… Celui dans lequel il y avait des centaines de voix de rat présageait un combat et je serais probablement encerclé. Le troisième était silencieux… Trop calme dans ses égouts… Un lieu que les rats semblaient éviter… Ou du moins c’est l’impression que j’en avais. Et c’était par ce chemin que je m’enfuirais ! Avant de m’engouffrer dans ce chemin, je lançais une dernière poignée derrière moi. Je pourrais la lancer dans un autre chemin, mais dès que les rats remarqueraient l’absence de bille, ils se demanderont si je n’ai pas lancé des billes sur un autre chemin pour les induire en erreur. Donc, en utilisant cette logique, ils douteront que j’aie réellement utilisé ce chemin !2

- Espérons que je ne me jette pas dans la gueule du loup… Rat… Rout ou Laup ? Dans tous les cas, un truc qui n’a pas trop de dents !

-----
1- Je suis persuadé que je ressemblerais à un raisin tout plissé une fois que l’on me laissera sortir de la salle de bain ! Et qu’une odeur de lavande et de bergamote m’étouffera dans mon sommeil par la suite ! C’est inutile de toute façon les bains, on finit toujours par devoir en reprendre plus tard…

2- Ils finiront par me retrouver, mais je gagnerais de précieuses secondes dans ma fuite. Ou du moins je l’espérais. Ils étaient aussi stupides que le tas de boue sous mes souliers, ils pouvaient très bien ignorer ses signes et continuer dans le chemin malgré la nouvelle absence de bille. Ou ils pouvaient tout simplement se diviser en plusieurs groupes. Ce qui serait un signe d’une intelligence supérieure à celle du tas de boue je suppose…




Revenir en haut Aller en bas
Kraehe
Sombre Chacal
avatar
Messages : 88
Race : humain
Équipage : Borgne

Feuille de personnage
Niveau:
22/75  (22/75)
Expériences:
30/120  (30/120)
Berrys: 100.000 B

MessageSujet: Re: [Présent] Cage the Beast. [PV: Dokugan ; Groupe : 2]   Ven 25 Aoû - 22:48




    Miaaam. Il était tellement satisfaisant de sentir son pied s'écraser contre un visage. De sentir de la peau subir les effets de son fruits, des os subir son énergie cinétique, et pour compléter le tout, un égo se faire rincer dessus pas le médecin.
    Se servant de son visage comme appuie, Kraehe bascusa sur le coté, faisant ainsi céder ses derniers liens le reliant à la table. Néanmoins, ce n'était pas une sinécure pour autant. Son vias-à-vis était toujours doté de remarquables lames, et lui était toujours désarmé, à la merci de son semblable.
    Mais cela ne faisait que lui procurer un immense plaisir. Pour une fois, il avait la sensation de pouvour se défouler avec quelqu'un qui le comprenait, qui était comme lui. Hors de question de rebrousser chemin.
    De plus, lui était un tueur entrainé, même sans arme. Un médecin élevé par le Cipher Pol, qui...

    Le Joker revit son jugement à l'instant même où Jack s'empara de ses scalpels. On n'apprend pas à un veiux singe à faire des grimaces, et ce qu'il lui servait , l'homme au chapeau noire le servait tout les jours à ses camarades de classes.
    Il regarda a quel hauteur il positionna sa main pour le jet, constata l'angle du poignet, la posture des doigts, et avec la même déduction qu'on faisait pour deviner la trajectoire d'une balle ou d'une flèche, imagina la suite du geste.
    Son corps avait déja reçu l'ordre de bouger. Enfin, pour être précis, se tenait prêt à réagir lors de l'élément déclencheur. Son plan d'action était déja en place.

    Enfin, jusqu'à ce que Jack disparut, avec un bruit étouffé que Kraehe ne connaissait que trop bien. Il connaissait cette technique, il avait grandit avec. Il s'entraiiner à la maitriser lui-même. Il avait pu admirer Heziel l'apprendre, et surtout, avait fait de cette technique son prochain objectif. Seule sa faiblesse physique encore trop présente l'empêchait de l'utiliser.
    La voir ainsi provoqua au Joker un sentiment de prémonition. Enfin, quelque chose se rapprochant. Qu'aurait-il fait à sa place, en tant qu'assassin, en ayant disparut de vue?
    Frapper depuis les cieux avec son fruit ou un scalpel bien placé?
    Viser les côtés? L'incapaciter au niveau de la colonne vertébrale?
    Frapper dans le dos quand on en avait la possibilité était une sorte de B-A-BA d'assassins. Prévisible.
    Dans tout les cas, le Médecin nu plongea vers le sol. Dans deux des actions, il se protégeait pour les côtes et la colonne vertébrale, et permettait surtout aux scalpels lancés de continuer leur chemin droit derrières lui.
    Il sentit quelque chose passer proche, très proche de sa boite crânienne. Il aurait réagit un peu plus tôt, il aurait été décapité. Un peu plus tart, et son cerveau aurait finit réparti dans les murs de la pièce. L'avantage des scies de chirurgien appliqués ainsi, c'était que il n'y avait pas de choix: c'était le coup létal ou la vie.
    La vitesse du geste n'épargna cependant point ses cheveux, qui furent coupés méchamment.
    Une occasion future pour Goldie de s'entrainer à la coiffeuse. Ca la changerait.

    Sous son impulsion soudaine vers le bas, il plaça ses mains sur le sol comme appuie.
    Tout individu sensé aurait frappé vers le haut. Le Joker le savait. Et il savait se faire le poirier arrière était le meilleur moyen de s'offrir face à un adversaire plus rapide et aussi vicieux que lui. Il le voyait venir. Il savait ce qu'il allait faire. En temps normal, Kraehe l'aurait fait pour forcer l'individu à reculer ou tout du moins à le sonner pour enchaîner derrière.
    Frapper la machoire du pied en inversé était la situation la plus optimale, et tout assassin le savait.
    Faucher était la deuxième option, mais elle était prévisible, et jack s'en doutait déja sans nul doute. Remonter pour donner un coup de coude serait trop lent... Inapplicable, donc.

    … ah mais attendez
    depuis quand Kraehe avait une conscience?
    Le pied du Joker, sous une température devenu fortement chaud, s’abattit sur les appareils génitaux de Jack.


    Il faut refroidir vos ardeurs mon cher ami!



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Dokugan No Ichimi

avatar
Messages : 27

Feuille de personnage
Niveau:
0/0  (0/0)
Expériences:
0/0  (0/0)
Berrys: 73.600.000 B

MessageSujet: Re: [Présent] Cage the Beast. [PV: Dokugan ; Groupe : 2]   Mar 29 Aoû - 20:13




Cage the Beast








Pumori avait été malin et avait réussi à semer la plupart de ses poursuivants grâce à son astuce. Pris par le temps, il avait décidé de prendre le chemin des plus silencieux. Qu'est-ce qui l'attendait plus loin ? En voyant le petit panda partir, un rat qui était resté tapis dans l'ombre depuis le début décida de se laisser tomber de son perchoir. Il était vexé, le gamin était parti dans la seule aile qu'il refusait d'explorer davantage. Le rat était en train de se tourner les pouces et il ne tarda pas à recevoir la visite d'un rat qui était à bout de souffle.


Snah Telvor[/img]

Snah : Où est parti ce satané gamin ?

Rat espion : Il a emprunté le chemin qui mène à la tanière d'Ogronch monsieur.

Snah : QUOI ?! Et tu l'as laissé s'en aller comme ça ?

Le rat espion n'avait pas eu le temps de trouver une excuse potable que Snah l'avait déjà attrapé par le col avant de le rosser de coups de poings. Le pauvre rat qui n'était déjà pas très élégant était désormais totalement défiguré par la colère de l'alchimiste. Se relevant, Snah prit le temps de jouer avec ses ongles avant de lâcher une ultime raillerie à travers son masque à gaz.

Snah : Bah, laissons-tomber, il me reste encore de la nourriture dans ma tanière et je n'ai vraiment pas envie de revoir ce gros plein de soupe.

Pumori semblait sauvé, ses poursuivants avaient décidé de lâcher l'affaire. Mais le jeune homme n'était pas tiré d'affaires pour autant. Alors qu'il était toujours en train de progresser dans les couloirs, le voilà qu'il s'apprêtait à rentrer dans une salle immense. L'odeur était nauséeuse et cette partie des égoûts semblait beaucoup moins bien entretenue que ce qu'il avait pu voir jusqu'alors. Les murs étaient fragilisés. On pouvait voir de nombreuses fissures dans ces derniers. Pumori allait peut être remarquer les cadavres de quelques rats qui étaient en train de pourrir dans un coin de la pièce. Mais l'heure n'était pas à la contemplation. Sur les dédales de pierres latérales, on pouvait très distinctement voir de la lumière qui pénétrait dans les égouts. Une échelle rouillée remontait à ce qui semblait être une sortie ! Mais une étrange cage de métal bloquait l'accès. Impossible de savoir s'il s'agissait de Kairoseki ou d'un métal tout à fait banal. Le sol était crasseux, ainsi, impossible de l'éviter.

Ce qui semblait être un objet métallique tomba alors sur le sol. Invisible aux premiers abords, ce qui s'apparentait à une silhouette se mit à se mouvoir. Quelque chose d'énorme, plus grand que Kain encore. Une respiration anormalement lourde, des bras massifs pour de courtes pattes. Il s'approcha lentement du pirate, reniflant son odeur depuis sa position. C'était alors qu'il se plaça sous la lumière de l'échelle.... Un rat aux dimensions époustouflantes, le Kain parmi les rats. Une véritable force de la nature, Ogronch, le rat-géant.



Ogronch


Ogronch s’approcha un peu plus de Pumori avant de lui parler avec un volume qui s’approchait plus du hurlement que de la simple conversation.

Ogronch: POURQUOI TOI VENIR VOIR OGRONCH ?!



___
*Au château*



Jack Scerate


Le médecin avait plus d’un tour dans son sac, une véritable chasse où le chat et la souris inversaient les rôles à chaque rixe. Kraehe avait été malin et avait été capable d’esquiver le coup létal qui lui était destiné. Sa tentative avait également du sens, mais c’était sans compter sur le fait que Jack était au moins aussi vicieux que le chirurgien des Dokugans. Au lieu de stopper son geste de découpage, il utilisa l’élan afin d’effectuer un saut périlleux avant. Il esquiva de fait le coup qui lui était destiné et profita de sa rotation pour lancer dans la foulée quelques scalpels dans la direction de Kraehe.

Mais lorsque Jack posa le pied à terre, ce qui lui semblait anodin au début se transforma en véritable enfer. La température ambiante de la pièce était devenue à en crever. C’était à la limite de l’insupportable, il était en train de suer à grosses gouttes. Que se passait-il ? Il jeta un coup d’oeil au thermomètre qui était posé devant lui s’affoler. Ses yeux s’écarquillèrent et il se retourna directement vers sa précieuse collection. La chaleur était en train de faire souffrir ses plus beaux trésors. Les mains du Scerate étaient tremblantes. Comment est-ce qu’il pouvait oser faire cela ? C’était sensé être un massacre sans appel et il était en train de se battre comme un lion et de réduire à néant des années de luxure. Rouge de rage, Jack Scerate se mit à tourner sur lui-même, lançant des scalpels à toute vitesse sans même prendre la peine de viser le Kongvist. Qu’importe si cette attaque faisait mouche ou pas, la chaleur était en train de le tirailler.
Jack n’avait désormais plus qu’une seule idée en tête, mettre la main sur un bout de chaire pour espérer « calmer » sa colère.




Résumé du poste :
Pumori : Tu arrives à t'échapper et Snah et sa troupe abandonnent la course-poursuite car...
Tu fais face à un nouveau personnage, un rat de plus de trois mètres de haut très musclé qui s'appelle Ogronch. Tu ne connais pas son niveau.

Kraehe : Jack arrive à esquiver ton attaque et en profite pour faire une riposte rapide avant de péter une durite. Là, il se met à tourner autour de lui en lançant un grand nombre de scalpels sans faire attention à toi. Il désire plus que tout mettre la main sur de la viande humaine, en mettant un petit point d'honneur s'il s'agit de la tienne. Il subit également les effets de la chaleur.

Jack Scerate est niveau 23



Revenir en haut Aller en bas
Pumori Fulgen
P'tit Rouge
avatar
Messages : 449
Race : Humain
Équipage : Dokugan no Ichimi

Feuille de personnage
Niveau:
34/75  (34/75)
Expériences:
96/250  (96/250)
Berrys: 15.751.000 B

MessageSujet: Re: [Présent] Cage the Beast. [PV: Dokugan ; Groupe : 2]   Mer 30 Aoû - 4:11






Cage the beast


Pourparlers


Je m’étais engagé sur le chemin le plus silencieux… Et après quelque temps, je n’entendais plus les rats qui me poursuivaient. Une partie de moi était rassurée que la horde ne soit plus un problème. L’autre, qui était un peu plus réaliste et forte en expérience acquise avec le temps, restait sur ses gardes. Si les rats ne venaient pas ici, c’est parce que quelque chose les empêchait de venir. Si l’empoisonneur ne s’aventurait pas ici, c’est probablement parce qu’il y avait un danger ou des individus plus fort que lui. Un autre rat peut-être ? Ou une créature telle que je l’avais vu dans la forêt…1 Dans tous les cas, s’il y avait du silence, ce n’est pas parce que l’endroit était calme ! Avec un rapide coup d’œil, je pouvais aisément comprendre pourquoi personne n’était ici.

L’endroit avait vu de meilleurs jours et un bon nombre de corps pouvaient être retrouvés. Je mis ma main devant ma bouche simplement par dégoût. Malgré mon pince-nez improvisé, l’odeur était bien plus forte et au moins 15615422 fois pire que les autres passages que j’avais visité auparavant. Mais si la vue qui s’offrait semblait désagréable, mon but était à portée de main ! Une échelle pour remonter à la surface ! Loin de ce système de canalisation et près de mes amis ! Il semblait y avoir une grille qui bloquait la sortie, mais j’étais confiant pour la détruire. Après tout, j’avais sur moi des heat dials chauffés par la chaleur de Tony ! Si le feu d’une forge ne pouvait rien faire, je… Je trouverais un autre moyen, c’est tout ! Je devais faire vite, je n’avais pas le temps pour ne pas avoir de solution !

Par contre, je devais prendre le temps pour régler le problème qui arrivait à grands pas…

Quelque chose tomba sur le sol derrière moi, m’obligeant à me retourner. Une respiration se fit entendre vers l’échelle, quelque chose qui s’était dissimulé hors de ma vue. J’étais persuadé que, si je regardais par-dessus mon épaule, il y avait deux orbes rouges qui me fixaient. Un pas lourd se fit entendre et, honnêtement, je le reconnaissais relativement bien. J’avais passé assez de temps avec Kain et Tony pour savoir que ce qui se trouvait derrière moi était un poids lourd. Dans les faibles rayons de lumière sortant du sol, je pouvais apercevoir la masse de muscle et de fourrure qui se trouvait devant la sortie. Et rapidement, la créature commença à discuter avec moi. Ce qui était vraiment très surprenant. Je pensais qu’il m’attaquerait directement, désirant me dévorer comme tous les autres hommes-rats présents ici ! Il parlait fort et avec des paroles simples, mais avait fait preuve d’une plus grande civilité que tous les autres. Peu importe l’intelligence d’une personne, si elle ne désirait pas parler, rien ne pouvait être accompli avec un dialogue. Étrangement, le dénommé Ogronch était le rat le plus intelligent que j’avais rencontré aujourd’hui. C’est pour cette raison que j’ai décidé d’être franc avec lui; tenter de jouer de ruse me semblait plus risquer que de lui dire la vérité.

- Je suis venu pour chercher la sortie. Je ne voulais pas te déranger et je dois sauver mes amis au plus vite. Est-ce que je peux t’offrir quelque chose en échange de ton aide ?

S’il voulait de la nourriture, je peux lui offrir ce que j’avais sur moi, mais je pouvais aussi lui promettre un festin digne de ce nom. Heziel peut nous faire un festin après cette aventure, pas vrai ? S’il voulait partir d’ici, je pouvais l’inviter sur le navire pour un voyage. Si son choix était de se débarrasser de compétiteurs dans la hiérarchie des rats ou simplement exterminer les gens du château, je suis sûr qu’un arrangement pouvait être fait… Dans le pire des cas, je pouvais prendre la poudre d’escampette si la grille était impossible à ouvrir.

-----
1-Peut-être un des hommes de main du savant qui avait capturé Heziel et Kraehe, mais c’était peu probable. Simplement parce que je ne pense pas qu’un individu talentueux venant de ce groupe resterait dans les égouts infestés de rats. Avec l’odeur, ce serait assez pour créer une mutinerie !
2-Environs, à vue de nez.




Revenir en haut Aller en bas
Kraehe
Sombre Chacal
avatar
Messages : 88
Race : humain
Équipage : Borgne

Feuille de personnage
Niveau:
22/75  (22/75)
Expériences:
30/120  (30/120)
Berrys: 100.000 B

MessageSujet: Re: [Présent] Cage the Beast. [PV: Dokugan ; Groupe : 2]   Sam 9 Sep - 0:18




    Le médecin au chapeau noir grimaça en sentant des lames fortement aiguisés se planter au niveau de ses épaules. Il avait pu redresser la tête suffisamment vite pour réaliser que Jack était au-dessus de lui, mais pas assez pour se glisser hors de sa portée d”attaque, et en payait à présent le prix avec son sang.
    Fort heureusement, une des lames avait glissé contre l'os, rendant la blessure très superficielle. L'épaule gauche, en revanche, une d'entre elle s'était plantée en profondeur.
    Très rapidement, Kraehe descendit la température de son corps, afin d'atténuer la blessure, la cicatrisé quitte à la rouvrir plus tart, et surtout à geler le scalpel. Si ce dernier sortait maintenant, le sang perdu serait de trop dans son combat.
    De plus, jouer avec la température de son corps était le seul moyen à sa disposition de neutraliser un quelconque poison. Il n'était pas stupide. Même si le nécrophile en face de lui se devait de garder certaines lames intact pour le découpage, avec des moyens comme ceux d'ici il aurait également pu développer des armes empoisonnés au cas ou, comme à présent, cela s'envenimait.

    Toutefois, c'est ce que lui aurait fait.
    Sa main glissa attraper le scalpel qui l'avait blessé légèrement, son regard toujours fixé sur Jack, et l'empoigna.
    Toutefois, la réaction de son adversaire ne fut pas celle escomptée. Il avait remarqué tôt, trop tôt, que la température avait été déréglé par le Kongvist, et surtout, avait constaté que certaines de ses... œuvres d'arts ne prenaient pas cela très bien. Tout du contraire même. Et il commença à faire quelque chose que Kraehe connaissait, mais ne s'attendait pas à revoir ainsi.
    Piquer une crise. Cela lui rappela l'espace d'un instant les périodes ou le Joker sortait trop violemment. Lui aussi avait piqué de ses crises autrefois. Même si c'était par gourmandise et non par luxure. Même si... même si les deux médecins partageaient la une certaine tendance à craquer quand le sang devait être coulé.
    D'ailleurs, à propos du Joker, celui-ci se montrait bien calme actuellement. La dérouillée du Phoenix n'avait pas été bon pour son morale et son désir de tout massacrer. La peur du massacre mutuelle, sans doute. La conscience de se savoir devenu proie. Enfin bref.
    Il avait un soucis bien plus urgent que les consciences d'âmes du Joker, à savoir Jack Scerate.
    Alors il décida de pousser le bouchon un peu plus loin.
    Changeant le scalpel dans sa main blessée afin de pouvoir le tenir -de toute façon, à cause de son épaule, le bras gauche ne servirai pas à grand-chose-, et il tendit la main sur le coté.
    Quand celle-ci revint dans sa direction, ce fut en tirant l'ensemble de ses “trésor” entre lui et Jack, avec suffisamment de violence pour qu'elles se mettent entre les deux médecins.
    Ses scalpels frapperaient ses propres trésors. Splendide.
    Puis, doucement, silencieusement, le scalpel dont il s'était emparé se glissa vers son vis-a-vis, pointe en avant...

    le tout, de son coté, sans aucun bruit pour chacun de ses gestes.





Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Dokugan No Ichimi

avatar
Messages : 27

Feuille de personnage
Niveau:
0/0  (0/0)
Expériences:
0/0  (0/0)
Berrys: 73.600.000 B

MessageSujet: Re: [Présent] Cage the Beast. [PV: Dokugan ; Groupe : 2]   Dim 17 Sep - 15:07




Cage the Beast








Ogronch


On ne savait pas vraiment ce qui était le plus étonnant dans cette situation. Est-ce que c'était le jeune mousse qui n'avait même pas sursauté de peur face à ce mastodonte, force de la nature ? Ou est-ce qu'il s'agissait de sa proposition encore plus que farfelue ? Cependant, les paroles du jeune mousse firent mouches. De toute sa vie, Ogronch avait été quelqu'un d'un peu à part. Toujours plus fort que ses congénères rats, il n'avait malheureusement pas été gâté par dame nature pour son intellect. Son cerveau faisait à peu près la taille d'un poichiche. On pouvait même le comparer au capitaine écervelé qui servait de leader pour les Dokugans. De ce fait, de toute son enfance, il n'avait jamais hérité du copinage des autres rats, voir même de la compétition. Il était évident qu'Ogronch était tellement fort de base, que se hisser au sommet de la hierarchie des rats, juste en dessous du roi, n'aurait pas été chose ardue. Pourtant il n'en n'était rien. Il avait toujours été gentil pour un rat. Il n'avait jamais essayé de voler la nourriture d'un autre et appréciait les petits plaisir de la vie. Malheureusement, sujet à des moqueries interminables, il a été toujours maltraité par ses compères. Profitant de son manque d'intelligence pour le rabaisser afin que tous puissent se sentir supérieur à ce qui pouvait s'apparentait à l'incroyable rat. Cette situation avait duré pendant un moment, jusqu'au jour où ce qui lui semblait être un ami l'avait trahi. Il lui avait volé le peu de nourriture qu'il avait réussi à récupérer lors d'un repas et en avait profité pour réduire le pauvre Ogronch encore plus bas que terre. Ce jour-là, Ogronch entra dans une colère tellement noir, qu'il fut quasiment inarrétable. Il avait massacré ses congénères par dizaines. Il a fallut que le roi des rats lui-même descende dans les égoûts afin de lui mettre une correction. Correction qui reste désormais gravée dans le dos d'Ogronch, une balafre qui partait de son épaule avant de redescendre jusqu'au niveau de son bassin. Depuis ce jour, Ogronch avait été banni dans ce coin des égoûts, éloigné de tout contact vivant. Seul quelques rats courageux lui apportaient de la nourriture tous les trois jours. Le colosse était affaibli, mais le fait de rencontrer un petit bonhomme comme Pumori lui avait fait le plus grand bien. Mais Pumori devait faire attention, l'innocence du rat ogre était à l'égal de sa dangerosité. Il pouvait se faire applatir sans même que ce dernier ne puisse s'en rendre compte.

Ogronch inspira profondément, il songeait à ce qu'il allait bien pouvoir demander au jeune mousse. Il posa alors son postérieur et fit trembler la totalité de la pièce au passage. Sa main protubérante vint alors au niveau de son menton, puis, utilisa son ongle cornu afin de se gratter le crâne. Mais une fois sa réflexion faite, il se mit à sourire et regarda Pumori avant de lui faire savoir ce qu'il souhaitait.

Ogronch : J'aimerai que toi rester avec Ogronch et être ami d'Ogronch.

... Il avait zappé la moitié des paroles de Pumori.



Jack Scerate


Jack ne se souciait pas de son environnement, la destruction pure et simple de son adversaire était devenu sa priorité première. Son attaque avait fait mouche, il le sentait. La température ambiante devenait davantage supportable. Cette odeur de sang qui atteignait ses narines était d’une douceur délicate. Quelle aubaine, Jack allait enfin pouvoir se délecter de la chaire de ce scélérat qui avait osé lui lever la main dessus. Il reprenait progressivement ses esprits, mais, soudainement, un son particulier venait d’atteindre ses oreilles. C’était le bruit d’un verre qui venait de se briser. Très distinctement, Jack avait été à même d’entendre cet éclat qui avait eu l’effet d’une explosion dans son coeur, du moins, ce qu’il en restait. Son attaque s’était ralenti et il put voir avec effroi ce que le Joker avait fait. Ses précieux trésors, il osait les utiliser comme bouclier ! L’attaque morale du Kongvist avait fonctionnée.

Jack: NONNNNNNNNNN

Il se jeta à terre avec l’intention de rattraper l’un de ses précieux bocal, mais, au moment où il fit ça, le projectile que Kraehe avait envoyé fila à toute allure et vint se ficher dans l’œil de l’éventreur. Ce dernier fut projeté en arrière, dans un râle. La douleur brûlante était en train de cisailler sa chaire, comment un effronté pareil avait été à même d’utiliser ses propres armes contre lui ?! La douleur était telle, qu’il ne s’empêcha de hurler comme un porc. Que faire dans cette situation ? Il n’y avait pas dix milles solutions pour notre homme. Il attrapa quelque chose de sa poche qu’il garda dans le creux de sa main. Son visage était tordu par la douleur qui lui lacérait l’œil. Il attrapa alors le scalpel du bout de ses doigts et l’arracha sans autre forme de procès dans un nouvel hurlement tonitruants. Chancelant, il jeta dans la foulée ce qui était cachée dans le creux de sa main. Quelques petites billes fumigènes afin de pouvoir se donner les premiers soins. Il se jeta dans le fond de la pièce, attrapant une gaz ainsi qu’une ceinture, il se fit un bandage improvisé. Cet homme, il n’allait pas le laisser s’en sortir comme ça. Son précieux trésor, sa douce et délicate collection, il l’avait pas détruite. Ses désirs de l’apporter comme pièce maîtresse de vitrine avaient été changés par un simple besoin d’annihilation totale et radicale…

Jack:… Je vais te massacrer, Kraehe Kongvist...

Jack ne l’avait pas remarqué, mais son attaque tournoyante de tantôt avait découpé inopinément ce qui semblait être la fermeture d’une armoire qui se trouvait dans le dos du Kongvist. La porte s’était entrouverte dans un crissement. À l’intérieur, surprise, il y avait toutes les affaires de Kraehe. Dans la précipitation, Scerate n’avait même pas pris la peine de retirer toutes les armes que pouvait camoufler le médecin des Dokugans. Mais, le temps pressait…

La fumée commençait petit à petit à se dissiper. Kraehe allait pouvoir découvrir Jack Scerate dans un coin de la pièce, s’il n’avait pas tenté de s’enfuir. Jack était recroquevillé, tenant quelque chose dans ses mains… Ce quelque chose, c’était un bras, relique de l’un de ses nombreux trésors. Il était en train de dévorer son morceau de viande dans un coin de la pièce, son regard qui, bien que colérique, semblait toujours lucide auparavant ne laissait désormais place qu’à un regard blanc empreint de rage et de violence sans nom.







Résumé du poste :

Pumo : Ogronch ignore la moitié de tes phrases, pas grand-chose à rajouter si ce n’est la ligne de dialogue. C’est donc à toi de la jouer finement.

Kraehe: Ton attaque a fait mouche et pas qu’un peu, Jack est désormais borgne (comme l’équipage). Par contre, ta petite manipulation l’a rendu bien plus que fou furieux. Il utilise des fumigènes pour se cacher et se donner dans le même temps les premiers secours. Grâce à l’attaque tournoyante du psychopathe, tu trouves finalement tes précieuses affaires qui t’avaient été volées.
Mais Jack est en train de s’adonner à du cannibalisme dans le fond de la pièce, il t’attaquera au prochain tour dans tous les cas. Tu ne sais pas encore exactement ce que c’est, mais ce n’est pas un bon signe… du tout.

Ogronch : Niveau inconnu.
Jack Scerate : … Niveau 23 ?



Revenir en haut Aller en bas
Pumori Fulgen
P'tit Rouge
avatar
Messages : 449
Race : Humain
Équipage : Dokugan no Ichimi

Feuille de personnage
Niveau:
34/75  (34/75)
Expériences:
96/250  (96/250)
Berrys: 15.751.000 B

MessageSujet: Re: [Présent] Cage the Beast. [PV: Dokugan ; Groupe : 2]   Lun 18 Sep - 14:40






Cage the beast


Mon ami est l’ami de mes amis !


C’était avec un certain soulagement que je voyais l’ogre-rat s’assoir sur le sol et qu’il commençait à réfléchir. Définitivement, c’était l’homme-rat le plus intelligent que j’avais vu aujourd’hui. Et je le pensais vraiment ! Même s’il n’était pas aussi rusé que les autres, il avait fait ce qu’aucun autre n’avait fait : tenter de parler. Il n’avait pas simplement décidé de me dévorer à vue, mais avait pris le temps de me poser une question et même tenter de trouver une réponse. C’était probablement la seule bonne chose qui était arrivée de la journée honnêtement. Ce serait probablement très facile de le manipuler pour qu’il agisse comme je le désire. Après tout, des adultes plus rusés et considérés plus intelligents tombaient souvent dans mes pièges. Mais en entendant qu’il voulait simplement que je sois son ami, je ne pouvais pas m’imaginer agir de façon aussi sournoise avec lui. Ma conscience me l’interdisait ! C’est comme si je voulais mentir à un autre enfant simplement pour lui voler ses trucs !

Ou promettre un morceau de viande à Kain sans jamais lui donner1… Ce sont des choses qui ne se font pas dans la vie !

Dans tous les cas, un simple contact m’avait fait voir les choses d’un œil différent. Pour le moment, je le considérais comme un ami ! Une aide inespérée ! Je serais franc avec lui et malgré son apparence, je le considèrerais comme un allier ! S’il voulait m’aider, alors je l’aiderais aussi ! Je lui répondais donc sans la moindre malice, simplement content de trouver quelqu’un de sensé parmi les hommes-rats !

-Je veux bien être ton ami ! Je te présenterais mes autres amis aussi ! Mais je dois les aider, ils sont en danger !

J’aimerais bien lui proposer de faire du pillage dans la cuisine du château, de faire un tour dans les égouts pour régler des comptes à d’autres rats ou simplement sortir prendre une bonne bouffée d’air frais ! Mais pour le moment, l’heure n’était pas à la rigolade. Je devais agir vite : je n’avais aucune idée du temps qui s’était écoulé entre ma capture et mon réveille ! Kraehe n’était probablement pas dans une bonne situation et pour Heziel… J’espérais qu’il soit encore en bon état ! Sinon, la colère du panda roux sera terrible !2

-Je ne peux pas les abandonner ! Ils ont été capturés ! Ils sont dans le château en haut d’ici.

Je pointais le grillage qui était vers le haut, signifiant que je voulais passer par là. C’était un peu petit, mais avec sa force, Ogronch pouvait probablement se frayer un chemin. Sinon, je pouvais aviser…
-----
1- Je vous jure, on se sent tellement mal par la suite. Pas que Kain est violent, mais la tristesse dans son regard… Toute la déception qui luit dans ses yeux… Le petit soupir qui signifie la fin de l’espoir, de l’un de ses grands rêves du moment ! L’affaissement de ses épaules et la petite larme d’homme qui glisse sur la joue. Je jure que je n’ai jamais couru aussi vide chez le boucher pour lui acheter un beau sanglier des mers ! Le capitaine avait repris ses forces en quelques secondes lorsqu’il sentit l’odeur de la viande grillée !

... Ça arrivait environ une fois par semaine… Kraehe était vraiment méchant parfois !

2-Vous avez déjà vu un panda roux en colère ? Croyez-moi, ça fait peur !




Revenir en haut Aller en bas
Kraehe
Sombre Chacal
avatar
Messages : 88
Race : humain
Équipage : Borgne

Feuille de personnage
Niveau:
22/75  (22/75)
Expériences:
30/120  (30/120)
Berrys: 100.000 B

MessageSujet: Re: [Présent] Cage the Beast. [PV: Dokugan ; Groupe : 2]   Mer 27 Sep - 23:57




    Si son attaque avait fait mouche, Kraehe n'aimait pas trop l'idée que son vis-a-vis ai employé une fumigène pour disparaitre. Surtout qu'il ne s'était pas rué vers la porte pour sortir, preuve que Jack prévoyait quelque chose de précis et sans nul doute fortement létal.
    Il devait se dépecher. En faisant en partie demi-ttour, son regard se porta sur ses vêtements à la dérobé, avant de s'arrêter au niveau de la porte. Hum.
    Jack, pour aussi fort et surtout méchant qu'il soit, était devenu fou de rage non?
    Le plan du Kongvist allait dépendre intégralement de cela, en songeant, au final, qu'il se pouvait bien, au vu de ce qu'il avait vu que de son déchainement de violence, que le médecin lui aussi ai subit les opérations sensé offrir puissance au détriment de la raison. Bonne nouvelle, la basse température lui avait permi de cicatriser. Bien.
    S'emparant d'un pot donc il vida le contenu solide pour conserver le liquide visqueux d'une main, de sa veste qu'il s'enfila dans un mouvement rapide de l'autre, il dénigra le plus proprement du monde son falzar pour se ruer vers la porte. Une partie du liquide finit sur la serrure. Un cinquième a peu prêt.
    S'emparant d'un scalpel, il le planta dans la dite serrure, sous température minimale, avant de forcer brusquement, main gelante sur le mécanisme.
    Le bruit de brisure se fit entendre en peu de temps, et la porte commença a s'ouvrir.

    Ce fut a cet instant précis que Kraehe accompli le plan le plus foireux, débile, inconcevable, borgne jamais conçu dans son esprit de dégénéré. Un plan si débile que même les génies ne pourraient jamais y penser. Un pari.
    Un très gros pari basé sur une théorie
    même s'il sortait, Jack le suivrait? Hors, ce dernier connaissait le chateau comme sa poche, et plus vicieux encore, le suivrait sans doute en partie a l'odeur. Même si il sortait, il suffirait que le hall soit un minimum droit pour que son adversaire ne le rattrape, cela c'était un fait. Et en terme de vitesse, l'homme avait prouvé etre plus rapide que lui.
    Comptant sur l'odeur du formol pour camoufler la sienne -il ne connaissait pas beaucoup d'autres liquides de conservation-, ou tout du moins du liquide associé, il se l'aspergea sur le dos.
    Débile, n'est-ce pas? Stupide, même. Il puerait assez pour attirer la bête a des lieux a la ronde.
    Sauf que celui-ci ne savait pas qu'il s'était aspergé, donc cela lui laissait une marge pour ce qu'il voulait faire.

    Le plus rapidement qu'il pu, d'un mouvement proche du Razor, il plaça le pied sur le mur et utilisa son moon walk pour MONTER dessus.
    Une fois au niveau du plafond, il gela son corps, puis se jeta dessus dos au plafond.
    C'était très risqué, en réalité. Même avec ses formidables capacités de calcul, le gel du liquide prit quelques instants, durant lequel il glissa légèrement. Le but était d'atteindre le centre afin de mélanger l'odeur au formol, sachant que son Boundary Field camouflerait la source de température. De plus, difficile de sentir avec le gel. Si le calcul fut réussit, il adressa un court instant une prière à la Reine des Neiges pour la remercier de conserver sa posture grace au froid, et surtout il remercia mentalement son couturier.
    Honnêtement, les couturiers sont vos meilleurs amis. Maintenant c'était une certitude.

    Une porte ouverte, signe d'échappatoire, une zone gelante gênant les sens, et son être caché … en haut.
    On dit souvent que les gens ne regarde jamais en haut. Kraehe pria l'espace d'un instant que ce fut vrai.
    Tant de simplicité en ce plan dirait certains. Mais parfois, les plus surs sont ceux qui offrent les meilleurs chances de survie, et dans le cas suivant... il aurait fuit Jack l'aurait rattrapé, connaissant sa direction et les lieux. Il serait resté la cela aurait été gênant.
    La seule bonne nouvelle est que si Jack le trouvait malgré tout, la hauteur lui laisserait a peu prêt une seconde de latence pour réagir.
    En théorie.

    Kraehe retint son souffle.
    La fumée se dissipa enfin...


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Dokugan No Ichimi

avatar
Messages : 27

Feuille de personnage
Niveau:
0/0  (0/0)
Expériences:
0/0  (0/0)
Berrys: 73.600.000 B

MessageSujet: Re: [Présent] Cage the Beast. [PV: Dokugan ; Groupe : 2]   Mar 7 Nov - 0:21




Cage the Beast









Escouade des Rats Tisseurs

Chef d’Escadron: Une, deux, une, deux, une, deux, RATS TISSEURS ! ON SE MAGNE !

Si les rats étaient d’ordinaires à suivre un chef de clan et étaient en bandes plus ou moins désordonnées, il était une escouade d’élite qui avait une discipline quasi-militaire. L’escouade des rats tisseurs était lourdement armée. De hallebardes, d’épées, mais également d’armures qui avaient été matelassées et rafistolées dans l’unique optique de s’adapter à leur corps. En effet, contrairement à la plupart des rats qui dépassaient rarement le mètre vingt, eux avaient la taille d’un être humain adulte. Leurs yeux rouges ne laissaient rien présager de bon. Les rats en avaient plus qu’assez de ce petit homme qui s’amusait à se balader impunément dans leur égout et il fallait y remédier au plus vite. Ces véritables soldats n’avaient pas froid aux yeux et n’hésiteraient pas à faire face au capricieux Ogronch s’il s’avérait être récalcitrant. Tout en suivant le rythme bruyant du chef d’escadron, les Rats Tisseurs pénétrèrent dans l’aile qui recueillait la tanière du rat ogre.



Ogronch

Pumori ne semblait pas être tant perturbé que ça par l’absence flagrante d’intelligence d’Ogronch. C’était une aubaine, parce qu’il savait apparemment comment s’adresser aux personnes qui étaient considérées comme étant assez… premier degré. À croire qu’il y avait été habitué ! Ogronch qui avait été habitué à la solitude se vit, pour la première fois de son existence, considéré comme un véritable ami ! Les yeux pleins d’innocence du Fulgen ne semblaient pas mentir. Le rat disproportionné qui avait pris l’habitude de voir ses confrères hypocrites l’avaient immunisés à la « plupart » des mensonges. Peu importe si le jeune garçon lui mentait ou pas, cette petite lueur d’espoir ravivait la flamme du rat et il semblait touché par le discours de ce dernier. Ogronch se gratta le menton avant de répondre.

Ogronch: C’est vrai que s’ils sont avec professeur, eux courir grand danger !

Le nouvel ami de Pumori écouta attentivement ce que lui disait le petiot. Apparemment, il devait monter là-haut et il devait passer par la petite grille qui servait d’ouverture. Ogronch ne comprenait pas vraiment pourquoi ce maigre obstacle le bloquait. Après tout, il ne s’agissait pour lui guère plus d’un vulgaire capuchon que l’on retirerait d’un pot de confiture. Mais le rat comprenait cette situation délicate. S’ils étaient aux prises du professeur, la vie de ses amis étaient belles et bien en danger. Et les amis de son ami, sont ses amis ! Le rat se mit alors à sourire (comme il le put) au pirate.

Ogronch: D’accord, moi suivre toi pour aider amis ! Eux être aussi ami à Ogronch maintenant !

Tout joyeux, il était aux anges, il allait partir pour une mission de sauvetage amusante ! Du moins… C’était ce qu’il pensait. Ogronch qui avait l’ouïe fine entendit comme un rythme qui battait l’eau croupie de son tunnel. Sa tête se tourna en direction de ce dernier et son sourire venait de faire place à un grognement carnassier à en glacer les os du plus téméraire des aventuriers. Le rat gargantuesque jeta un dernier regard à Pumori avant de scruter à nouveau la bouche d’égout. Il attrapa le jeune pirate de sa main colossale, prenant soin de ne pas le serrer avant d’utiliser sa main de libre afin d’attraper le grillage qui faisait obstacle. Il parvint à détruire la grille sans le moindre effort et déposa le jeune enfant à l’intérieur du château. Il lança un dernier sourire au pirate avant de lancer sa dernière tirade.

Ogronch : Ogronch rester pour pas que méchants rats embêter toi ! Ogronch venir après t’aider ! Promis !

Il fit signe à Pumori de s’en aller d’un petit geste de la main. Puis sa délicatesse laissa place au féroce animal qu’il était, se tournant en direction du seul accès à son antre, le rythme des bottes cloutées se faisant de plus en plus fort…


Si le jeune pirate décidait de l’écouter, il n’aurait qu’à s’en aller et explorer les environs. Mais il se rendrait vite compte qu’il n’y avait pas beaucoup de chemins à emprunter. Seul un unique choix se poserait devant lui, en arrivant à un carrefour, il aurait le choix entre deux portes bien distinctes. L’une semblait miteuse tandis que l’autre était d’autant plus luxueuse. De belles parures, mais également dans un métal peint d’un rouge vif qui ne passait pas inaperçu ! S’il ne voulait pas non plus attirer l’attention, il devrait faire attention aux quelques gardes qui se trouvaient dans les alentours. Bien qu’ils n’étaient pas bien fort par rapport au mousse, sonner l’alerte n’était qu’une question de secondes…



Jack Scerate


Jack ...

De la fumée semblait s’échappait du recoin de ses lèvres. Aucun mot n’en sortait. Son regard empli de rage, le visage déformé par la colère, il décida ne voyait pas sa victime. Pris d’une rage folle il se précipita vers la sortie. La porte, bien qu’entrouverte, fut la première à subir la colère de Jack. Huit scalpels apparurent entre ses doigts et d’un geste barbare, la porte vola en un éclat, découpée en plusieurs petits morceaux. Il se stoppa net à la sortie de la porte, où était passé Kraehe Kongvist ?! Le fait de ne pas avoir quelque chose à découper rongeait de plus en plus celui qui venait de passer à l’état de berserk. Il se mit à humer l’air à la recherche de son odeur, comme un chien enragé.

Mais il fut interrompu. Deux gardes mi-homme mi-bête apparurent à l’embouchure du couloir qui lui faisait face. Lorsqu’ils virent ce visage familier, ils lui firent tout sourire.

Garde: Hoy Scerate-sama !

L’un d’eux remarqua alors l’entourloupe… Il vit le médecin des Dokugans qui était collé tel un escargot au plafond du château. Son doigt tremblotant se leva en direction du plafond avant de parler à son collègue.

Garde 2: hé, vous avez-vu ç-…

Garde: Hmmm ? Vu quoi ?

Le premier se retourna et sursauta. Son collègue de travail avait été décapité de manière grossière. Il fit volte-face et remarqua que Jack Scerate n’était plus à sa place. Le temps de cligner des yeux et il avait traversé tout ce couloir… Il ne comprit que trop tard ce qui se tramait avec l’assistant du professeur. Il était rentrait en mode berserk et était incapable de différencier un ami d’un ennemi ! Ce fut les dernières pensées de ce garde avant qu’il ne se fasse lui aussi découper par le médecin fou qui se jeta sur les deux cadavres, la tête la première, afin de les dévorer…

La zone semblait assez labyrinthique, il allait être difficile pour Kraehe de se repérer à l’intérieur du château. Il allait devoir ruser, peut-être utiliser un placard à balais pour se cacher. Dans tous les cas, il était actuellement dans le visuel de Jack, mais ce dernier était actuellement absorbé par son repas. Il allait devoir se faire discret s’il ne voulait pas avoir affaire à son némésis, surtout dans cet état-là. Un idiot se serait rendu compte qu’il était bien plus fort qu’il y a peu. Gambate, Kraehe !






Résumé du poste :
Pumori :
Ogronch te libère la voie et te laisse partir en disant qu’il va s’occuper des Rats Tisseurs. Tu es libre de tes actions, si tu décides de partir à l’exploration, tu auras le choix au bout d’un moment fatidique des deux portes. Tu es libre dans le déroulement du reste, si tu décides de croiser un garde, selon tes actions, je jugerai si oui ou non ils arrivent à sonner l’alarme.

Kraehe :
C’était tellement débile, mais également génial que ton plan a fonctionné à merveille ! Tu as pu constater l’évolution de Jack de tes propres yeux. À toi de voir ce qui te semble bon de faire. Sache juste que si tu décides de t’enfuir, Jack se mettra à roder dans les couloirs pour tuer tout ce qui bouge. Bienvenue dans un survival horor de type Rp juste pour toi:D

Jack : … niveau 23 ?



Revenir en haut Aller en bas
Pumori Fulgen
P'tit Rouge
avatar
Messages : 449
Race : Humain
Équipage : Dokugan no Ichimi

Feuille de personnage
Niveau:
34/75  (34/75)
Expériences:
96/250  (96/250)
Berrys: 15.751.000 B

MessageSujet: Re: [Présent] Cage the Beast. [PV: Dokugan ; Groupe : 2]   Mer 8 Nov - 14:51






Cage the beast


L’ombre du panda roux


Le professeur ? Je me souvenais à présent de la conversation que j’avais eue avec cet homme dans la forêt. Oh, ça ne sentait vraiment pas bon cette histoire… J’en oubliais presque l’odeur des égouts ! Si je pensais au monstre de la forêt, Rick le pustuleux et les rats qui étaient sous le château, ce personnage me semblait être un scientifique complètement fou ! Je ne savais toujours pas exactement où se trouvaient mes amis… Et si le rat géant me disait que je devais me dépêcher, je le croyais sur parole ! Si possible, en plus de retrouver Heziel et Kraehe, je devais tenter d’aider les pauvres malheureux qui étaient dans cet endroit… Comme Rick par exemple. Mais la situation n’était pas désespérée avec l’aide de mon nouvel ami ! Il semblait vouloir m’aider, ce qui me mit le sourire aux lèvres.

-Super ! Merci Ogronch !

Avec une telle force de la nature de notre côté, je devenais enfin positif. Rien ne pourrait nous résister dans ce château ! Je nous voyais bien, arrachant des portes, enfonçant des gardes dans des murs… Tout ça en se terminant avec un gros plan de notre groupe marchant avec l’explosion du château en arrière-plan… Je le sentais bien ! Tout irait bien, je le sentais au plus profond de moi ! Enfin, jusqu’au moment où tout ce beau rêve tombe en morceau à chaque pas qui s’approchait. Ogronch n’avait pas pris de temps à l’entendre lui aussi, grognant contre la menace. Saperlipopette ! J’avais complètement oublié les autres hommes-rats ! Je pensais les avoir perdus… Ils étaient enfin de retour. Avant que je puisse réagir, il me saisit dans son énorme main avant de détruire le grillage de l’autre. Il tentait de se faire rassurant en me disant qu’il les retiendrait et qu’il viendrait me rejoindre plus tard. J’avais envie de contester, mais il avait réussi à survivre tout ce temps en les combattants. Il avait probablement toutes les chances de son côté. Je n’avais pas d’autres choix que de lui faire confiance pour le coup.

-Promis alors ! On se retrouve plus tard ! Fais attention à toi ! Il y en a un qui attaque avec du gaz !

En lui donnant un dernier avertissement, concernant le rat qui avait tenté de m’abattre lors de la bataille du chaudron, je me dirigeais enfin vers l’extérieur des égouts. Je refermais le passage derrière moi, enfin à l’air libre. Ah, de l’air qui ne sentait pas aussi mauvais ! Je pouvais enlever mes bouchons. Une bonne respiration s’imposait ! Aaaaaaaah… Ça fait du bien ! Bon, finis de rigoler maintenant. J’espérais sincèrement qu’Ogronch n’aurait pas trop de problèmes, mais je devais continuer sans m’arrêter. J’étais dans un couloir unique qui, à première vue, n’était que très faiblement protégé. J’entendais bien quelques bruits de pas, et ce n’étaient pas ceux des hommes-rats en bas. C’était très bien isolé question bruit. Je n’entendais pas les cris de guerre de mon allié ni ceux de peur des autres hommes-rats. Je me demandais même si c’était le cas pour l’entièreté du château… J’étais peut-être à côté d’une chambre de torture et je ne le saurais jamais !

Mais pour l’heure, pour éviter le même sort que mes coéquipiers, je devais éviter de me faire capturer et de profiter des équipements de tortures cinq étoiles qu’il y avait ici. Premièrement, j’étais très visible avec ma fourrure rousse. En me concentrant, la couleur de ma fourrure commença à changer pour devenir blanche/grisâtre. Tout comme la fourrure de bébés pandas roux ! Je me demandais même si ma fourrure avait changé de couleur en vieillissant ou si j’ai toujours naturellement possédé la couleur que je porte normalement… Enfin, des questions pour plus tard tout ça ! Je n’avais pas entièrement le temps d’attendre la transformation, alors je devais me contenter d’un changement progressif pendant mon approche. Mais pour être furtif, j’étais un as ! Après quelques essais, j’avais appris une technique de Kraehe ! J’étais limité à une vitesse de marche, mais je me fondais avec le décor. Personne ne pouvait entendre le moindre de mes pas, ni ma respiration, ni même les pensées que je possédais. Car bon, si c’était le cas, je pense qu’ils pourraient facilement comprendre que je suis en train de me faire discret avec tout ce que je décrivais dans ma propre tête !

Heureusement, je ne croisais pas de garde sur mon chemin. Je restais quand même prudent, préfèrent me cacher si j’entendais un drôle de bruit. Mais bien vite, j’étais devant deux portes. Un nouveau choix s’offrait à moi et je ne savais pas quoi en penser. S’ils gardaient des captifs, la porte miteuse semblait être utilisée pour garder des gens emprisonnés. Comme la porte pour aller au donjon. L’autre, par contre, était rouge et très luxueuse. Peut-être les quartiers du savant fou ou pire encore : une chambre de torture qui était sa chambre privée !

C’était probablement stupide… Non pas que j’imaginais mal un scientifique fou s’endormir sous les cris de douleurs de captifs, mais plutôt que ses quartiers soient au premier étage. En repensant aux possibles cobayes et captifs de cet endroit, je décidais cependant d’ouvrir la porte miteuse. Pourquoi pas, après tout ?






Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Kraehe
Sombre Chacal
avatar
Messages : 88
Race : humain
Équipage : Borgne

Feuille de personnage
Niveau:
22/75  (22/75)
Expériences:
30/120  (30/120)
Berrys: 100.000 B

MessageSujet: Re: [Présent] Cage the Beast. [PV: Dokugan ; Groupe : 2]   Mar 21 Nov - 0:05





    Au départ, le médecin des Dokugan félicita son intellect supérieur. En effet, la vision de ce qu'était devenu Jack était loin d'être encourageante, et le jeune homme n'avait guère envie de se retrouver devant une bête sauvage aussi déchainée que Kain quand il n'a pas son ratio de viande dans la journée.
    En moins musclé et beaucoup plus vicieux. De fait, il décida de se garder d'agir pour l'instant afin d'observer un minimum les actes de son vis-a-vis. Sait-on jamais.
    Bon. Bonne nouvelle, elle s'était laissée bernée et s'était lancée sur les traces qu'il avait laissén à savoir la porte, qu'il découpa en morceau tellements petits que le docteur aurait pu tout aussi bien les tenirs d'une main pour les lancer comme des projectiles. Peu efficaces comme projectiles, tout de même.

    Aussi félicita-t-il la présence d'esprit professionnels chez les gardes du bâtiments. Pour deux raisons : primo, le... truc avait commencé à renifler l'air, ce qui ne présageait jamais rien de bon pour la suite des évènements dotés d'un minimum de furtivités. Secundo, il pouvait ainsi jauger de la chute du niveau intellectuelle au bénéfice du talent à tuer de Jack Scerate.
    Intérieurement, Kraehe eu une pointe de regret. Voir un de ses confrères, même aussi taré, finir avec un quotient de refleion égale à celui d'une poule était un désastre. Même s'il compensait par un cannibalisme notoire...
    Se réchauffant un peu, Kraehe fit fondre un bout qui le retenait en l'air, pour chuter dans la salle à nouveau. L'avantage du repas, à présent qu'il s'était retombé, était qu'il avait une vision profitable sur le dos de Jack.

    Un instant de reflexion passa entre ses oreilles, comme une sorte de plan mis en place. Tout à l'heure, il avait pu constater la rage de Jack, mais également un réflexe peu commun, lui permettant de déduire que son vis-à-vis était devenu une sorte de... prédateur à forme humanoide ? Il manquait de cerveau, mais compensait avec ses sens devenus surdéveloppés.
    Et malheureusement, la porte d'entrée était sa seule sortie. Mais pourquoi donc ce fou n'avait-il pas eu la présence d'esprit de mettre ue bouche d'aération ? L'odeur aurait été bien plus agréable... et cela lui aurait fait une porte de sortie.
    Kraehe ferma un moment les yeux... qu'aurait fait le Joker de l'hémoglobine dans cette situation ?
    Avec un rire intérieur, le Tueur « proposa » au médecin de le laisser faire. Une survie mutuelle en échange de son âme. Lui avait déjà une solution.
    Hors de question. Kraehe était donc livré à lui-même. Mmmh, si tel était le cas...
    D'abord, il devait éloigner Jack. Celui-ci était trop prêt et bouchait sa sortie.
    D'un autre coté, même si se cacher quelque part était une idée charmante, c'était également ce qu'on appelle généralement un piège à con. Impossibilité de fuir si trouvé, et odeur stable. Il devait jouait avec son odeur...

    cette idée puait la merde.

    Profitant du repas de Jack, Kraehe calcula le temps que son odeur s'étende dehors avec la température. Il avait quelques minutes, au final, protégé par la basse température de la salle de son Boundary Field.
    Il s'empara d'une des fioles de Jack, et appliqua litérallement son idée.
    Il pissa dedans.
    Alors même qu'a côté des bruits de mastication dévorait, la fiole finit par se remplire d'une liqueur dorée très facilement reconnaissable.
    Et fort odorante.

    Le contenu finit sur la tête de Kraehe. Litérallement recouvert de pisse pour gêner le sens de Jack. Si celui-ci connaissait son odeur, cela le cachait, et dans tout les cas, il serait révulsé par cela.
    Enfin, il l'espérait.
    Si un seul Dokugan l'apprenait, le médecin serait sans doute la risée de tous. Et sans doute fort propice à balancer des scalpels sur ses camarades.

    Puis, s'emparant d'un de ses scalpels, il l'envoya. Loin, fort, au-dessus de Jack.
    Il n'était pas fou. Les sens de cet individu était deveu suraiguisé. Mais il le traquait en suivant ses sens. Le but était qu'il entende le sifflement d'air une fois au-dessus de lui , puis qu'il se focus sur l'arme planté plus loin. Ainsi pourrait-il l'éloigner de la sortie.
    Une variante de la technique de la boutelle, en somme. En misant sur le fait que son quotient intelectuel ou son nez le révulse à venir vers l'ORIGINE du sifflement.
    Rudimentairement camouflé derrière des restes de tables et d'armoires, il attendit la réaction de Jack pour ensuite pouvoir sortir vers la direction opposé. En espérant que son pari marche. Technique de la bouteille. Se glisser vers la direction opposé à la sienne alors que lui se mouvoie. Synchroniser ses pas au siens pour ne pas choquer son ouie. Ne pas songer au résultat si trouvé.
    La respiration de Kraehe se calma, comme s'il s'adaptait à ce danger...

    Pourtant...
    Pourtant, un plaisir intense l'envahit. Depuis quand le Joker n'avait pas prit autant de plaisir dans une traque inversée ?
Revenir en haut Aller en bas
Dokugan No Ichimi

avatar
Messages : 27

Feuille de personnage
Niveau:
0/0  (0/0)
Expériences:
0/0  (0/0)
Berrys: 73.600.000 B

MessageSujet: Re: [Présent] Cage the Beast. [PV: Dokugan ; Groupe : 2]   Mer 22 Nov - 1:55




Cage the Beast







Escouade des Rats Tisseurs

Ogronch


Lieutenant des Rat Tisseurs: Ne reculez pas ! Continuez à l’attaquer, il ne doit pas pouvoir s’échapper ! Attaquez-le sans relâche !

Ogronch: VOUS PAS TOUCHER AMI OGRONCH !

Le rat colossal se battait férocement. Un coup maladroit de lance ne pouvait pas suffire à terrasser la bête. Ogronch avait attrapé un rat qui s’était approché de trop près pour lui enfoncer sa lance dans les omoplates, sans réel succès. Il le mordit fatalement avant de le lancer vers ses compères. Tel un véritable ange gardien pour permettre à Pumori de gagner le temps nécessaire d’aider ses amis, il s’établissait en véritable muraille entre l’escouade d’élite et l’entrée vers le château. Frappant du poing sur le sol, cela n’en dissuada pas moins ses adversaires qui se ruaient les uns après les autres. Êtres de sang-froid, ils étaient de véritables soldats et se lançaient corps et âmes dans une bataille qui s’annonçait difficile pour eux. Les rats apparaissaient de tous les recoins possibles du repère d’Ogronch. Une véritable armée rampante où chaque nouveau prétendant enjambait les cadavres meurtris de leurs compères. La bête infatigable qui luttait au péril de sa vie n’avait qu’une seule idée en tête, respecter la promesse qu’il avait faite à son ami.


~ Pumori ~


Le jeune pirate avait réussi à se faufiler astucieusement jusqu’à l’intersection fatidique. Une étape malheureuse où il devait faire un choix… Mais avait-il fait le bon ? Peut-être que lui ne le savait pas vraiment. Alors qu’il pénétra dans la pièce, il remarqua que la pénombre régnait à l’intérieur. L’air ambiant semblait humide. Un rat qui se trouvait dans un coin de la pièce faite de pierre moisie remarqua l’arrivée du panda roux et prit la fuite par la petite crevasse qu’il avait emprunté à son arrivée. Au fond de cette pièce, à une dizaine de mètres environs, le pirate pouvait voir une étrange porte en fer forgé. Il était facile de voir tous les détails de cette dernière du fait des deux torches qui avaient été accrochées de part et d’autres de l’engin de métal. La porte sembla se refermer d’elle-même, comme si les griffes de la mort venaient enfermer le mousse dans son piège. Il n’était pas seul dans cette pièce… Quelqu’un… ou plutôt quelque chose se cachait là, dans la pénombre. On pouvait entendre une étrange respiration bovine… La bête attendit quelques instants avant de se lever de toute sa hauteur. Vraisemblablement inhumaine du fait de ses deux cornes qui ornaient sa tête, le monstre qui n’était apparemment dénué d’intelligence se déplaça de telle sorte qu’il était possible de finalement percevoir sa forme physique apocalyptique…



Nathanaël Oswald Cratius of Wonderlands alias N.O.C.O.W


Ce qui pouvait ne pas s’apparenter à un homme-vache dévisagea pas de son regard le petit mousse ne prit pas la parole.

Nocow: Je ne vous salue pas. Je ne tiens tout d’abord pas à être poli, ni à faire ma présentation. Je ne m’appelle pas Nathanaël Oswald Cratius of Wonderlands. Je ne possède pas non plus les titres de Roi des vaches du Wonderlands, du bourreau sanguinaire à la hallebarde, du clair de fleur de lait, du meilleur pelage bovin du XVIème siècle, de la splendide couronne, fils des dieux bovidés, du sabot d’airain, de gardien officiel du patrimoine culturel bovin du Wonderlands, du protecteur des fourrages, du mister seiken élu d’office, du prix Nobaile sur la recherche laitière, du plus grand fromager des blues, de l’anneau nasale le plus massif, de maître en art martial en kung fu bovin, d’ami honorable des fuchiens mormoilmiens, d’élève secret du maître, de gardien de la prison du château de Londo, de la négation et enfin de gardien des clefs. Je ne vois pas non plus ce que vous ne venez pas faire dans ce château qui n’existe pas. Je ne vous prierai donc pas de quitter immédiatement cette pièce sans quoi je me verrai obligé de ne pas vous amener vers la sortie de cette pièce… Quelle pièce ? Aucune pièce avec le grand Nathanaël Oswald Cratius of Wonderlands Roi des vaches du wonderlands, du bourreau sanguinaire à la hallebarde, du clair de fleur de lait, du meilleur pelage bovin du XVIème siècle […] et de gardien des clefs n’existe après tout.

Il n’arrêta pas de ne pas fixer le jeune homme qui devait probablement ne pas être décédé d’un mal de crâne qui n’existait pas…



~ Derrière la porte de métal rouge vif ~



Une pièce magnifique qui n’avait rien à voir avec le reste du château. Des étagères avec des livres qui semblaient être pour la plupart des romans fantastiques. Un fauteuil d’un cuir brillant était placé devant une cheminée dont le feu avait été allumé. De sa lumière, il dévoilait une petite table à côté du fauteuil où était posé un livre dont le titre était illisible. Un marque-page dépassait soigneusement de l’ouvrage. Quelqu’un était assis près du feu. On ne pouvait pas le voir directement, seul ses coudes dépassaient des accoudoirs du meuble en plumes. Un chapeau avec une plume ancienne reposait également sur l’armature de l’objet. Apparemment en pleine méditation, il ne fut pas étonné de l’arrivée depuis les ombres d’un être aux yeux rouges qui avait une odeur rappelant les égouts… La créature qui n’était pas humaine s’exprima avec une révérence plus que respectueuse.

Voix dans l’ombre: Ô notre Roi, il faut que vous nous veniez en aide… Nous n’avons pas pu nous débarrasser de votre présent... et nous avons rencontré… un problème majeur qui nécessiterait votre… * squick * … intervention…

 ??? : … Allons-y… Nous passerons par son atelier, ce sera plus rapide.

Voix dans l’ombre: Il sera fait selon votre bon plaisir… ô notre Roi...

Les jeux étaient faits… Le monarque entamait sa marche.



~ Kraehe ~




Jack Scerate



Le berserk dévorant ses proies se lassa rapidement. Les morceaux de viandes qu’il avait goulûment avalé ne lui suffisaient plus. Mais, alors qu’il était en train d’engloutir ce dernier doigt qui lui avait donné du fil à retordre, une odeur étrange parvint jusqu’à ses narines. Lorsqu’il était dans cet état, Jack n’était plus capable de différencier ses amis de ses ennemis, il attaquait à l’aveugle tout ce qui lui passait sous le nez. Il gagnait même un certain instinct animal… Une fine odeur d’urine parvint jusqu’à ses narines et il ne s’agissait pas de la vessie putride qu’il venait de nonchalamment déchiqueter. Sa rage était encore loin d’être assouvie.

Contrairement à l’épisode de la dernière fois, il n’utilisa pas sa vitesse ahurissante qui le caractérisait tant. C’était d’un pas lent, se balançant de droite à gauche tout en avançant qu’il se dirigeait vers son atelier. Quelque chose n’allait pas, une nouvelle odeur était apparue, qu’importe de quoi il s’agissait. Un gamin qui s’était caché ici par crainte ou un chat qui n’avait pas été capable de trouver sa litière, le médecin n’en n’avait cure.

L’attente pouvait paraître longue avant qu’il ne pose un pied à l’intérieur de son atelier. L’odeur était toujours dans les parages, il ne faisait aucun doute que le sujet de ses recherches se trouvait toujours dans les environs. Cherchant à l’aide de son regard, mais également de son odorat, il allait fondre sur le Dokugan d’une seconde à l’autre…

Mais à l’autre bout du couloir, un homme au chapeau de plume apparut accompagné de plusieurs homme-rats, passant par-dessus les cadavres des gardes du château.





Homme-Rat: On dirait que monseigneur -squick- a fa-fait, une autre crise, ô notre Roi…




Frantz Bermann – le Roi des rats



Frantz: Ne te méprends pas… Il n’est pas seul dans son laboratoire…

Parfaitement calme et en possession de tous ses moyens, il ne lui avait pas été difficile de déceler la présence de deux âmes dans la pièce qui leur faisait face… Fermant les yeux avec un certain dédain, il se dirigea vers le laboratoire de Jack Scerate.

Pendant ce temps, Jack descendit doucement les marches de son escalier, se rapprochant de cette odeur de pisse qui respirait le désespoir. Malgré cette odeur nauséeuse, il détruisait généralement tellement bien ses proies qu’aucune goutte de ce liquide jaunâtre ne pénétrait son système digestive. Son visage se tourna soudainement vers Kraehe avec un sourire carnassier, les scalpels entre les doigts et prêt à s’en servir d’un moment à l’autre. Croisant ses bras, il se mit en position, près à fondre sur le médecin des Dokugans. Il fit un bond en sa direction sans prévenir avec la même vitesse fulgurante que l’œil d’un simple humain ne pourrait tout bonnement pas percevoir. Mais il se stoppa en pleine course, car au même moment, l’homme au chapeau fit un pas à l’intérieur de la pièce. Dans un réflexe qu’un état de berserk n’aurait normalement pas dû voir, il se jeta sur le côté. Comme terrifié par la personne qui venait de rentrer en cette demeure. Le visage crispé par la rage du chirurgien de l’extrême fit comprendre qu’il n’avait toujours pas recouvré ses esprits. Il se dirigea naturellement vers la créature la plus forte de cette pièce avec toute la force et la rapidité dont il était capable.

L’action se déroula en un instant, la joue du médecin rencontra le poing ganté de l’homme au chapeau de plume. D’autres y verraient un simple mouvement, mais la force avec laquelle l’antagoniste du pirate fut projetée était hors normes. Il fut envoyé tel une fusée au travers de tout son laboratoire, traversant tables et meubles avant d’aller se ficher dans le mur d’en face… inerte et vaincu en un coup. Frantz qui avait su gagner le respect des hommes-rats du fait de sa seule puissance se trouvait en face de Kraehe et le regarda du coin de l’oeil. Il claqua alors des doigts avant de faire venir des hommes-rats qui apparurent tout autour de lui, tel de véritables assassins. L’un d’entre-eux tenait dans ses mains une paire de menottes que l’ancien membre du gouvernement serait capable de reconnaître entre-milles malgré la faible luminosité de la pièce. C’était de la pierre marine… Les jeux étaient faits. Sans avoir besoin de prononcer un mot, le Roi des Rats venait de faire passer son message au membre des forbans.



...



De son côté, Ogronch continuait de lutter, se répétant l'unique promesse qu'il avait faite à Pumori. Espérant de tout cœur au fond de lui de pouvoir s'amuser avec les amis du jeune enfant pour qu'ils deviennent eux-aussi ses amis...




Résumé du poste : Ce poste est tellement cool que je ne vous ferai pas de résumé. Lisez-le bande de fous.


Vous ne connaissez pas le niveau de Nocow, ni de Frantz Bermann… Mais le second à l’air vachement fort quand même.
Jack Scerate est hors d'état de nuire.





Revenir en haut Aller en bas
Pumori Fulgen
P'tit Rouge
avatar
Messages : 449
Race : Humain
Équipage : Dokugan no Ichimi

Feuille de personnage
Niveau:
34/75  (34/75)
Expériences:
96/250  (96/250)
Berrys: 15.751.000 B

MessageSujet: Re: [Présent] Cage the Beast. [PV: Dokugan ; Groupe : 2]   Mer 22 Nov - 18:22






Cage the beast


Ne pas être négatif


J’avais donc choisi la porte la plus miteuse et je regrettais presque immédiatement mon choix. Une pièce très sombre et humide se dressait devant moi. Ça ne semblait pas très gai comme endroit. La porte se referma derrière moi, ajoutant une bonne ambiance sinistre. Mais ce n’était pas encore fini ! Si Londo m’avait appris quelque chose, c’est que la situation devenait toujours plus sinistre et toujours plus angoissante ! La seule source de lumière de cette pièce était les deux torches illuminant la porte de fer.

Mais ce n’était jamais aussi simple. Une pièce ne pouvait pas être simplement vide. Toujours quelqu’un qui se cache dans l’ombre… Ce que je trouvais d’ailleurs très malsain. Vivre toujours dans le noir devait être très mauvais pour quelqu’un ! La peau devait être très blanche, on devait avoir mal aux yeux devant la moindre source de lumière, l’humidité devait être très mauvaise pour les os… L’alternative la plus saine était sur un navire. On voit beaucoup de paysage, il y a beaucoup de soleil et plusieurs pirates à affronter ! Tout ce qui était nécessaire pour conserver une bonne santé ! Enfin, ça et une diète équilibrés, de l’exercice, éviter le cabinet du docteur…

Mais pour le moment, il y avait bien quelqu’un qui vivait mal sa vie dans l’ombre de ses lieux. Et ce n’était pas n’importe qui, c’était un monstre ! Massif, il était très grand et super balèze. Il me fit immédiatement penser à cette bestiole rencontrée dans la forêt ! Mais ce n’était pas des bois qu’il avait sur la tête, mais bien des cornes pointues et les traits d’un taureau. Une sorte de minotaure ou d’homme-steak selon les récits de Kain. Puis, il commença à parler comme si nous étions le jour des contraires.

C’était peut-être le cas, je n’avais pas vérifié sur mon calendrier…

Mais sa présentation m’apprenait beaucoup de chose, mais posait beaucoup de questions aussi. Il était donc le gardien des clés et gardien de la prison de ce château… Ça pouvait être utile. Par contre, mister seiken ? C’est quoi d’abord un seiken ? Comment connaissait-il les fuchiens de l’île natale de Kain ? C’est quoi le Wonderlands ? Et nous étions au 16e siècle ? Comme on est dans les années 1500, on ne devrait pas être au 15e siècle ? C’était logique, non ? Bon, pas de panique. Il parle peut-être de façon étrange, mais je pouvais m’en sortir ! J’étais un expert de la journée des contraires !

-Alors je ne te rends pas la politesse, Nathanaël Oswald Cratius of Wonderlands, Roi des Vaches du Wonderlands, bourreau sanguinaire à la hallebarde, clair de fleur de lait […] et gardien des clefs. Mon nom n’est pas Pumori Fulgen. Je possède des titres qui rivalisent avec les tiens. Je souhaitais vous déranger plus longuement, ce n’est pas ma première journée de travail ici. On ne m’avait pas confié le travail de nourrir les prisonniers et de ne pas vous aider selon votre requête. Comme je suis habitué aux lieux, ma première idée n’était donc pas de vous voir pour ne pas vous demander service. Mais comme vous n’êtes pas occupé, je ne peux pas retourner vers lui pour ne pas vous laisser le champ libre. Après tout, je désire surtout vous nuire…

Je n’espérais donc pas que… Pardon ! J’espérais donc que mon petit mensonge passerait inaperçu. Un nouveau serviteur dans un château, ce n’était pas quelque chose d’impossible. Dans le pire des cas, je devrais combattre le minotaure. Mais si je pouvais me faire accepter, je pourrais glaner une ou deux informations pour mieux me diriger ici. Et qui sait, peut-être retrouvez la trace de mes amis !






Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Kraehe
Sombre Chacal
avatar
Messages : 88
Race : humain
Équipage : Borgne

Feuille de personnage
Niveau:
22/75  (22/75)
Expériences:
30/120  (30/120)
Berrys: 100.000 B

MessageSujet: Re: [Présent] Cage the Beast. [PV: Dokugan ; Groupe : 2]   Ven 8 Déc - 20:30




    Du gros fail. C'est ainsi que Kraehe aurait pu résumé ses actions précédentes. Sa tentative de leurrer son camarade de jeu avait été réduit à néant, à la source, et semblait même avoir renseigner ce dernier sur sa position.
    A trop réfléchir, il avait été pris au piège par son propre plan , et malgré sa planque, il sentait Jack s'approcher et regarder dans sa direction. Il avait mal calculé quelque chose, forcément. Un détail. Sans doute le point de détail infime mais capable de réduire à néant une opération chirurgicale de longue haleine. Une subtilité qui...
    La suite se déroula plus vite que ce dont Kraehe put juger l'étendue. Jack s'était rué sur lui. Un scalpel dans chaque doigts, il avait attendu lui-même à ce que son adversaire explose sa couverture pour le recevoir en avance, lames en avant, afin de défendre chèrement sa peau. Mais, avant même que cela ai lieu, il vit l'ombre de la bête s'écarter de sa trajectoire. Il faisait donc le tour de la table?
    Non. C'était pour être dos à lui. Pour regarder quelqu'un d'autre. Un inconnu qui provoqua un frisson dans les os du médecin. Il n'avait pas envie de savoir. Mais Jack le jugeait suffisemment dangereux.
    Et, tel un magnifique escalator de puissance brut, l'homme mystérieur donna le coup de poing de l'existence du médecin. Une frappe digne de Kain, ça, certainement. En fait, à comparer les deux puissances de frappes, Kraehe n'était même pas sûr que son capitaine soit de force suffisante. Encore une fois, un monstre de puissance qui lui faisait réaliser de son incapabilité martiale. De ses crocs de Joker émoussé. De sa puissance d'antan qu'il avait perdu pour devenir un médecin et plus un tueur. De son impuissance , lui, subtile et délicat, face à la puissance brut, face à la violence incommensurable.

    Lorsque Jack vola dans la pièce, le regard de Kraehe glissa sur lui lors de son trajet, se relevant lentement. C'était absurde. Illogique. Ignoble. Monstrueux.
    Et de toute évidence, le mec en face avait une tête. Il le sentait dans son regard. Il ne serait pas leurrer par le médecin.
    Il n'avait plus qu'une seule chose à faire.

    Kraehe s'approcha de l'encastré, prétant un mince regard à aux rats ninjas.


    ... Je suppose que c'est la ou je n'ai plus d'options...

    C'était humiliant. Face au nouvel inconnu, il avait été réduit à l'impuissance sans même être touché. Jack, lui était encastré dans le mur, Kraehe le regardant , boyant ses orbites vide sous l'inconsciences. Le choc avait été si terrible que même ce monstre métamorphosé était inconscient.
    Doucement, il posa une main sur l'homme.


    ... et je ne suis pas assez idiot pour imaginer qu'un otage vous impressionne. Très bien, je me rend.

    Tirant légèrement Jack ver lui, il le fit tomber vers le sol...
    Non sans projeter un scalpel dressé au dis endroit avant. Et de lui planter un scalpel dans chacun de ses yeux lors de son trajet avant de lui exploser la tete sur le sol, bouche ouverte pour faire rentrer ledit scalpel à l'intérieur.
    Ce n'était pas un meurtre. C'était un assassinat. En bonne et due forme. Une exécution sommaire réalisée en sachant pertinnement que ce serait inutile.
    Mais c'était par acquis de conscience.


    ...

    Sans un mots, il se redressa après l'exécution, face aux rats et à leur leader, pour tendre la main. Droit, fier, les mains tendus pour qu'ils lui passent les menottes, il avait fait son travail. Qu'importe si les ninjas rats ou leur leader avait voulu sauver Jack, il aurait agit ainsi de toute manière. Car il restait un tueur. Un assassin. Et que il valait mieux mour...

    Un mince sourire étira ses lèvres. Une idée était apparut en tête, mais il l'avait ignoré. Trop d'inconnus rendait cela dangereux, et le regard perçant de son adversaire lui signalait que cela ne marcherait pas. Il avait deja vu ses yeux, avec Heziel. Le même regard qui fixait une direction sans rien regarder. Ce regard dont il avait lui-même étudié l'intérêt avec d'autres quand il travaillait à Cipher Pol. Le regard qui ne laisse rien échapper.


    ... Désolé, conscience professionnel...
    Si j'en suis à mes derniers instants, je me permet de vous demander tout de même une douche. Question de principe.


[HRP]
J’achève Jack.

Et oui je sais c’est gratuit et ca sert a rien, mais putain ca soulage.

Et après jme rend.[HRP]
Revenir en haut Aller en bas
Dokugan No Ichimi

avatar
Messages : 27

Feuille de personnage
Niveau:
0/0  (0/0)
Expériences:
0/0  (0/0)
Berrys: 73.600.000 B

MessageSujet: Re: [Présent] Cage the Beast. [PV: Dokugan ; Groupe : 2]   Mar 19 Déc - 23:04




Cage the Beast









Nathanaël Oswald Cratius of Wonderlands alias N.O.C.O.W

L’être bovin était en train d’écouter avec un réel sérieux les paroles du jeune Fulgen. Il était plus qu’agréablement surpris d’apprendre que quelqu’un daignait vouloir rester un tant soit peu de temps avec lui. Surtout que la plupart des prisonniers tombaient généralement dans les paumes lorsqu’il se lançait dans ses quelques monologues. Nocow était persuadé que la raison était probablement liée à leur condition de prisonnier. Notre protagoniste avait bien essayé d’en faire part au docteur, mais ce dernier n’avait même pas voulu entrouvrir la porte pour lui laisser le temps de dire quoi que ce soit. Mais c’était normal, après tout, il était très occupé notre cher médecin. L’homme-vache attendit que Pumori termine son monologue et laissa s’écouler quelques secondes, l’air pensif. Avant de prendre finalement la parole sur un ton plus que solennel.

Nocow: Je ne te remercie pas pour ne pas avoir été clair et concis. Moi qui ne suit pas  Nathanaël Oswald Cratius of Wonderlands. Je ne possède pas non plus les titres de Roi des vaches du Wonderlands, du bourreau sanguinaire à la hallebarde, du clair de fleur de lait, du meilleur pelage bovin du XVIème siècle, de la splendide couronne, fils des dieux bovidés, du sabot d’airain, de gardien officiel du patrimoine culturel bovin du Wonderlands, du protecteur des fourrages, du mister seiken élu d’office, du prix Nobaile sur la recherche laitière, du plus grand fromager des blues, de l’anneau nasale le plus massif, de maître en art martial en kung fu bovin, d’ami honorable des fuchiens mormoilmiens, d’élève secret du maître, de gardien de la prison du château de Londo, de la négation et enfin de gardien des clefs. Je ne vais pas te demander de me suivre, ni de faire ce que je ne te demanderai pas.

Il se dirigea alors sur le côté de la pièce et sortit de sa poche une clef. L’enfonçant dans la porte, le petit cliquetis significatif retentit et Nocow ouvrit le meuble derechef. Il fit signe au jeune Mousse d’approcher. Il pourrait ainsi découvrir un simple vestiaire, il avait de quoi prendre ce qui semblait s’apparentait à une cape miteuse. Sur le côté se trouvait un balais avec les dernières brindilles de pailles qui luttaient difficilement contre la boue dans laquelle elles étaient enfoncées à mi-corps. Nocow reprit finalement la parole et invita Pumori à se changer avec sa méthode bien à lui.

Nocow attendit un petit peu, le temps que Pumori soit « fin-prêt » à exécuter cette tâche déshonorante. Il guida alors le petiot jusque l’énorme porte de fer qui se trouvait au fond de la pièce. Il sortit alors un nouveau trousseau de clef et chercha avec une minutie exaspérante la bonne. Il avait horreur de se tromper, il avait peur d’imaginer la honte qu’un tel échec engendrerait. Et c’était après 15 bonnes minutes d’intense réflexion qu’il parvint finalement à ouvrir la porte… du premier coup ! Satisfait, il referma la grille de métal derrière le jeune garçon afin de reprendre son travail de gardien.


Ce n’était qu’au bout d’un petit escalier en colimaçon que le jeune pirate parvint à atteindre les véritables cachots du château. Il avait été armé d’une torche et d’un balais afin de « nettoyer » la zone. Bien évidemment, la tâche était impossible, car l’insalubrité régnait en maître mot dans la pièce. Parmi les quelques prisonniers délabrés qui se trouvaient dans cet endroit, une personne au fond de la pièce interpella Pumori sur ces quelques mots…


Max Wattson

Max: Hey, mais t’es pas Nocow toi! ‘Chanter, moi c’est Max !


Pendant ce temps, du côté du défu-*le narrateur se prend une claque*, de Kraehe...



Frantz Bermann – le Roi des rats

Frantz avait assisté à l’exécution de Jack sous ses yeux. Ne l’avait-il pas vu venir ? Bien sûr que si, il avait été ressentir cette frustration de la part de ce fameux Kraehe Kongvist. Un criminel notoire qui accompagnait cette racaille de Valentine D. Kain. La question de savoir s’il aurait pu éviter un tel « désastre » ne se posait pas. S’il le souhaitait, il pouvait écraser le crâne de cet être en un clin d’œil. Sa démonstration de force avec le rejet de Jack avait été suffisamment éloquente. Il ne prononça cependant pas un mot, hochant de la tête il ferma les yeux. Nul ne savait à ce moment-là ce qu’il avait vraiment en tête. D’un simple claquement de ses doigts, les rats se jetèrent sur le médecin des Dokugans afin de le menotter, n’hésitant pas par la même occasion à le rouer de coup afin de se défouler un petit peu. Frantz se rapprocha de Kraehe d’un pas monotone avant de lui saisir le bas du menton avec son pouce et son index. Effectuant de léger mouvements avec sa main, il décortiqua chaque ligne du visage de la personne qui lui faisait face. Puis, il recula comme si ne rien n’était, lâchant un petit « hmm » sonore. Il n’était peut-être pas possible de voir le bas de son visage dans son accoutrement actuel, mais l’unique phrase qu’il prononça fut suffisamment éloquente pour faire état de son dépit pour le Dokugan.

Frantz: Il est de coutume d’attacher les chiens qui essayent d’aboyer.

Puis, sans dire un mot supplémentaire, il se dirigea vers l’une des parois du laboratoire du défunt. Il posa alors son index sur une des briques avant d’appuyer sur cette dernière. Un mécanisme secret était caché dans ce mur ! Les choses étaient bien faites, une porte de pierre se révéla devant les protagonistes. Un escalier descendant d’où émanait une odeur putride. Son épée qui faisait plus office d’un rasoir démesuré était tremblante, comme si elle avait un désir insatiable de sang.
Ce fut d’un simple geste de la main que les rats emmenèrent Kraehe au loin, tandis que le mur de pierre se refermait sur le Roi des rats. Le médecin pouvait s’en doutait, il allait probablement avoir la vie sauve et serait amené à faire la connaissance de Nocow. Mais il allait devoir vivre avec un fardeau de faiblesse encore plus fort où même le Joker avait les arguments pour rester terrer au fond de son trou pour un moment. Après tout, il n’était même pas digne d’être tué selon Frantz Bermann…


Quelques minutes plus tard, dans les égouts



Ogronch

Le rat ogre avait fait preuve d’une forme phénoménale. Complètement époumoné, sa vision était troublée. Mais il avait été capable de gagner le combat de sa vie. Les rats se comptaient par dizaines autour de lui. Tous inconscients ou décédés. Les blessures étaient nombreuses sur le corps musculeux du mastodonte. Il s’autorisa une petite pause, posant ses fesses volumineuses sur les rebords des égouts, laissant tremper ses pieds (étonnamment petits par rapport à sa masse corporelle) dans l’eau croupie. Il n’allait pas tarder à vagabonder dans les ruelles du château à la recherche de son ami afin de l’aider dans sa quête qu’il savait très importante. L’air pensif ne lui allait pas, aussi prit-il le temps de secouer sa tête avant de fermer le poing, requinqué d’une motivation nouvelle !

Un bruit de pas monotone s’entendait cependant dans le couloir qui menait à sa tanière. Ce bruit de pas monotone qu’il était capable de reconnaître parmi des milliers. Un froid glacial sembla s’emparer de tout son corps, Ogronch était en train de trembler d’effroi lorsqu’il vit apparaître dans l’embouchure de sa demeure la silhouette de son Roi…



Frantz Bermann – le Roi des rats


Frantz:… Je suis extrêmement déçu par toi Ogronch… Je savais que tu étais sot, mais à ce point-là…

Ogronch était incapable de parler, le bas de sa mâchoire n’était capable d’effectuer qu’un simple cliquetis nerveux. Pourquoi est-ce que cet homme était-il descendu maintenant se disait-il ? Pourquoi fallait-il que ce soit lui qui vienne le voir ?

Frantz: … Tu as fait preuve d’une grande force Ogronch, jusqu’à maintenant.

Ce fut dans un élan de désespoir que l’ami de Pumori fit appel aux quelques onces de force qui lui restait. Se jetant à corps perdu dans une bataille dont l’issu était plus que certain désormais. Fermant les yeux, le Roi fit un pas sur le côté avant de laisser passer la masse devant elle. Sans aucun geste parasite, il attrapa la poignée de son rasoir et trancha profondément dans la chaire du rat qui lâcha un râle tonitruant qui aurait dû être capable de raisonner dans tous le château… Si cette explosion incroyable n’avait pas retentit tout en haut. Les murs se mirent à trembler, les égouts commençaient à s’effondrer.

Frantz dû faire un léger saut en arrière pour éviter de justesse une pierre à la taille démesurée. Il n’eut pas le temps de crier gare qu’un éboulis le séparait déjà de sa proie. Déçu, il était cependant intrigué parce qui pouvait bien se passer là-haut. Son instinct lui disait de partir, que ce qui était en train de se passer n’allait pas être des plus agréable. Haussant les épaules, il décida de partir dans les profondeurs des égouts, cherchant dans son manteau le numéro d’un dendenmushi.


~Dans la salle d’opérations, peu avant l’explosion~

Pendant que le docteur était en train de finaliser son travail, il n’avait pas pensé à cette première expérience extraordinaire qu’il avait mené tantôt. Sur une table de travail, loin de tout, quelque chose était en train de gigoter.

Quelque chose de gênant et de protubérant se trouvait dans le humble postérieur de cette célèbre créature. Une seringue « gigantesque ».

Nescafé: PUTAIN J’AI MAL AU FIONN!

Grenouille: Qwak !

Nescafé: Qu’est-ce que t’as teme ?! Tu peux pas m’aider plutôt à retirer cet énorme machin de mon auguste postérieur plutôt que de… AAAAAAAAH !

La grenouille s’était exécutée avant que le hamster n’ai terminé son monologue vindicatif. Attrapant la seringue avec sa langue, l’aiguille fut retirée non sans un certain brio de l’anus du rongeur ninja. Ce dernier se releva sur ses pattes et fit un peu de cloche-pied avant de se ressaisir. Se massant le postérieur, il fit une salutation respectueuse, digne de la tradition ninja avant d’effectuer un saut périlleux arrière en direction du sol.

Nescafé: Qu’est-ce que je fous là, moi au faite… AH OUI ! HEZIEL JE VIENS TE SAUVER!

Se retournant, il fit fasse à l’énorme pied poilu de la bête qui avait amené le Coffe de force dans la pièce. La mascotte lâcha un petit squick avant de peser le pour et le contre d’une possible intervention… Son courage lui disait qu’il devait faire quelque chose… Mais quoi ? Du coin de son œil de l’aigle, il vit ce qui pouvait probablement tout chambouler. S’il ne pouvait pas faire face à ces gros gaillards directement, il était néanmoins capable de foutre un bordel incroyable !
Il se rapprocha alors du fameux objets, un enchevêtrement de ce qui s’apparentait à des tuyaux en face de lui. Il s’en approcha discrètement et… Ce ne fut pas sans un certain narcissisme qu’il se lança dans son attaque ultime qui bousilla la plupart du matériel impuissant devant lui. L’effet escompté était arrivé, toute la machinerie autour de lui semblait devenir folle.

Nescafé fit un pouce en l’air en direction d’Heziel qui était toujours inconscient avant de s’enfuir le plus vite possible par un trou à rat qui se trouvait dans le coin du mur. Il réapparut plus loin dans un couloir avant de se mettre à hurler à lui-même…

Nescafé: Il est l’heure de prendre la poudre d’escampette ! Mouhahahaha !

Garde 1:

Garde 2:

Garde 1: Dis-moi, c’est moi ou ce hamster parle ?…

Garde 2:… Toi aussi tu as entendu qu’il comptait prendre la poudre d’escampette?…

Garde 1:… hahaha on délire grave nous hein ! Un hamster qui parle, elle est bien bonne ! Manquerait plus qu’il puisse jouer du saxophone tant qu’on y est hahaha

Une explosion tonitruante ne tarda pas à faire trembler le château tout entier… Nescafé qui était devenu un hamster parlant sans s’en rendre compte attrapa sa petite tête entre ses deux pattes avant de partir en pleurant.

Nescafé: NAONNNNNN, j’ai tué Hezieeeeeel BOUUUUUUUHOUUUUUUUH…

Garde 3: Qu’est-ce qu’il se passe bon sang ?!

Garde 4: Tu as vu ? Un hamster qui p-…

Garde 3: On s’en fout ! Bouge-toi !




~ Quelque part dans la forêt à l’extérieur du château~



dendenmushi: * bulupbulupbulup * * katcha ! *

Frantz: C’est moi, je viens exécuter l’ordre 66…

Dendenmushi:

Quelques secondes s’écoulèrent avant qu’un léger ricanement ne vienne interrompre ce silence morbide.

Personne au dendenmushi: Je vois… Zehehehe… Tu es donc le bienvenue parmi-nous… Frantz. Prends les quelques acolytes avec toi que tu jugeras digne et rejoins-nous au plus vite. À plus !

L’appel avait été court, mais les faits étaient là. Frantz regardait l’horizon l’air pensif avant d’être interrompu par une voix dans son dos.

Snah: Maître… Où allons-nous ?

Plusieurs personnages restaient dans l’ombres se trouvaient en place, derrière l’homme au chapeau. Impatient de suivre leur chef de fortune. Frantz clama le signe du départ avant de lâcher une unique information à l’attention de ses acolytes.

Frantz: Au repaire de la Xcution...



TO BE CONTINUED.




Résumé du poste :

Dernier poste MJ, j’ai eu l’autorisation des membres pour les pnjiser un petit peu afin de placer le scénario pour la suite des aventures !



Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: [Présent] Cage the Beast. [PV: Dokugan ; Groupe : 2]   

Revenir en haut Aller en bas
 

[Présent] Cage the Beast. [PV: Dokugan ; Groupe : 2]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

 Sujets similaires

-
» The Beauty & the Beast
» BELGIQUE (La Louvière): cage 14 croisée (griffon) épagneul
» Joueur cherche groupe D&D ou Vampire ou Exalted ou SW
» BLINK-182[Groupe de Musique Punk Rock]
» MJ Dédale[Groupe Matt]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
One Piece Seken :: Le monde de One Piece :: Grand Line :: Voie Numéro 3-