Partagez | 
 

 [FB - 7 ans] Les oeuvres écarlates (Ft Francis)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Kanäe Toupex
MidoriSasori
avatar
Messages : 1657
Race : Humain
Équipage : Inquisition

Feuille de personnage
Niveau:
44/75  (44/75)
Expériences:
60/500  (60/500)
Berrys: 12.819.000 B

MessageSujet: [FB - 7 ans] Les oeuvres écarlates (Ft Francis)   Mar 25 Avr - 21:03

Une famille en or


Ma fleur, ne reste pas si près du bord tu vas tomber à l’eau !


Tu me prends vraiment pour une gamine abrutie… J’ai déjà pris le bateau avant aujourd’hui, tu deviens gâteux ma parole…


Mais non ma petite fleur, tu sais bien que tu es la fille que je n’ai jamais eu.


Que tu n’as pas eu ?! Et Marina ? Tu te moques de qui, t’as une fille.


Oui mais je parle de fille de la marine. Marina n’aime pas toutes les affaires gouvernementales, tu le sais bien.


T’as vraiment une case en moins Bart.


Oh ma petite fleur, je t’ai déjà dit de m’appeler Papa.


Plus de réponse mais un très long soupir provenant de la jeune recrue passablement énervée par l’homme qui l’avait prise sous son aile des années bien plus tôt, Bartholomew Jonas, commandant de la marine et dirigeant d’une sous base sur Marijoa.


L’homme d’environ soixante ans avait une très grande expérience du gouvernement mondial et savait comment fonctionnait les institutions de la marine, il savait éviter les pièges, pactiser avec les bonnes personnes et saisir ses chances. Aujourd’hui mission facile qui lui faisait encore gagner quelques points pour finir ses jours au sein de l’amirauté ; Contre-Amiral lui suffirait amplement mais il fallait déjà y arriver. Il avait donc saisi une nouvelle chance en se chargeant d’une mission sur le royaume de Luvneel où sévissait un groupe hors-la-loi d’importance non-négligeable. La mission n’était pas si simple pour un homme d’un niveau médian, mais Bartholomew n’était pas n’importe qui. Il possédait un haki de l’observation tout à fait correct, avait une parfaite maîtrise de son corps et disposait d’une technique de retour à la vie complexe et très utile.

Enfin, quoiqu’il en soit, il avait pris la décision de prendre sa petite protégée parmi le bataillon qu’il avait emmené sur l’île. Quelques hommes étaient déjà en poste sur l’île et avait préparé les lieux pour l’arrivée du chef d’expédition et des forces d’intervention. La traversée maritime avait été passablement longue au goût de la verte mais incroyablement joyeuse pour le chauve qui avait pu profiter de sa petite fleur pendant plusieurs jours, dans cet environnement exigüe et propice aux confidences entre père adoptif et jeune encore un peu rebelle (selon lui). Au final, le sans-cheveu avait été très heureux même si ses attentes n’avaient pas été comblées ; la verte n’ayant pas répondu à ses questions sur un éventuel petit copain ou petite copine et autres histoires de cœur.

Kanäe ! Reviens ! On arrive ! Reste près de moi sur l’île que je puise protéger mon petit bébé !


Alors que Kanäe revenait de l’arrière du navire, rouge comme un coquelicot à cause du nouveau surnom trouvé, un des hommes de Bart se mit à rire pour la même raison. Immédiatement, l’homme en question sentit une main s’abattre sur sa nuque et le serrer avec une force monstrueuse. Il remonta le bras qu’il le tenait en remarquant la grosseur des muscles de l’homme en question pour finalement finir sur un visage bien trop connu, celui de son chef, le Jonas.

Comm.. an… dant…


La voix de l’homme montrait toute sa souffrance et la puissance du vieux qui lançait des regards noirs et affichait un sourire carnassier.

Quelque chose à redire sur mon éducation Mitch ?


Le pauvre Mitch ne put que décliner de la tête entre deux respirations étouffées et sentit la prise se relaxer. A un pas de là, le vieux avait reçu un coup de pied monumental derrière la tête de la part de l’herboriste, lui faisant comprendre qu’il devait arrêter de cogner tout le monde pour un rien. Elle réagissait de cette façon alors qu’elle était absolument pareille, toujours à péter les bras d’éventuels prétendants en cas d’insistance un peu trop entreprenante. Et finalement le maître des mouettes s’était retourné tout sourire vers sa petite fleur.

Eh ! Mais c’est que tu tapes de plus en plus fort. Tu vas bientôt me mettre à genoux.


Si je vais te mettre à genoux, je demande à Elisabeth…


Elle faisait ainsi référence à la femme du chauve, une femme menue, gentille, douce mais d’une poigne sans nom lorsqu’il s’agissait de son mari. La remarque avait également eu le mérite d’entrainer un fou rire vite calmé par un nouveau regard destructeur de la coquille d’œuf. Le bateau accostait tranquillement dans cette ambiance mi tendu mi détendu sous l’égide d’un meneur charismatique et très peu patient.

Bon aller les jeunes, on y va…

© Codé par Kari Crown

Revenir en haut Aller en bas
Francis Levignac
The Artist
avatar
Messages : 73
Race : Artiste.
Équipage : Aucun pour le moment.

Feuille de personnage
Niveau:
22/75  (22/75)
Expériences:
76/120  (76/120)
Berrys: 151.000 B

MessageSujet: Re: [FB - 7 ans] Les oeuvres écarlates (Ft Francis)   Ven 28 Avr - 16:22

”Crimson... Crimson everywhere !”



La maîtrise. La maîtrise demande du temps. De la patience, de la conviction, du dévouement... des efforts. La maîtrise demande de l'abnégation et un but. La maîtrise amène à l'obligation de moyen et de résultats à la fois. La maîtrise est le but de tout artiste... et tout artiste, à un certain moment de sa vie, s'est cherché, s'est exploré afin de trouver ce qui lui permet de se sentir vivant. Ce qui le fait vibrer. Tout créateur expérimenté a un jour affronté ses propres défauts et ses travers, aussi diverses furent-ils, pour devenir meilleur. Pour devenir un virtuose.

Francis est également passé par cette étape. Il y a sept années de cela, il n'était pas exactement le même... à n'en pas douter. Plus jeune et inexpérimenté, ses productions manquaient de finesse, de doigté, de contrôle. On pouvait le sentir bien plus sauvage et désordonné, indiscipliné, soumis à ses propres émotions plutôt qu'à une éthique professionnelle quelconque. Après son passage sur Shivering Island et le véritable bain de sang qui en avait découlé, le tireur d'élite était donc parti en mer afin de se rendre dans un nouvel endroit à bénir de ses "spectacles". En l'occurrence, il s'agissait du royaume de Luvneel.

D'abord enclin à rapidement trouver un rassemblement de foule pour y semer la zizanie, la mort et l'extase du massacre, le futur maestro s'était heureusement ravisé : il avait rapidement entendu parler d'un groupe de malfrats assez influents, qui parvenaient malgré certaines arrestations à tenir les forces du royaume en échec dans un bras de fer qui durait depuis plusieurs mois déjà. Autrement dit, si ils venaient à disparaître, tous le sauraient... et la découverte de leurs corps encore chauds, criblés de balles et fumants moult vapeurs de mort ne ferait qu'amplifier le fracas déjà important d'un tel acte. En d'autres termes, l'artiste pourrait se faire connaitre dans une opération coup de poing et surtout partager son art : il ne lui en avait pas fallu plus pour faire son choix. De nombreuses vies avaient sans doute été épargnées par ce concours de circonstance... du moins, des vies "innocentes".

Son plan ? Comme la majorité de ses représentations de l'époque : surgir, annoncer la sentence et abattre chaque intervenant dans le but de produire le plus de couleur possible, d'agrémenter la scène de sons et de laisser aux spectateurs une image marquante de sa propre intervention. Grâce à son intellect, qui ne souffrait heureusement pas pour lui de ses pulsions sanglantes, il n'avait pas été très difficile pour le pistolero de trouver un rat de cette fameuse organisation, un type un peu trop avenant qui avait pensé bon de le détrousser dans une ruelle en compagnie de l'un de ses loustics de compagnie. Le Levignac avait apprécié se glisser dans le rôle de la victime, se rendre dans cet endroit dont il connaissait pertinemment la "dangerosité" afin d'y attirer le chasseur... pour le changer en proie. Les aveux avaient été obtenus rapidement, la torture aidant toujours : le groupe sévissait dans un entrepôt situé au sud ouest de la capitale, sous couvert d'un stockage et d'un acheminement important d'huile de baleine. Hautement inflammable, elle était utilisée à diverses fin mais permettait principalement d'allumer des torches, lanternes et fanion en haute-mer malgré des vents parfois virulents et un froid mordant. Les flux financiers provoqués par cet endroit étant reversés en partie au pouvoir, ce dernier n'avait pour l'heure pas découvert la cachette des hors-la-loi. Eux-mêmes avaient certainement gagné cette planque par la menace, mais faisaient profil bas dans cette zone depuis, tandis que leurs hommes faisaient parler d'eux au nord-est... ils n'étaient pas si bêtes que ça. Peut-être que leur peinture serait plus belle que la précédente ?

C'est ainsi qu'après s'être débarrassé de ses indicateurs, le Levignac décida de prendre d'assaut la quartier général des fameux brigands. Les "Frostbite", comme ils se faisaient appeler, allaient avoir l'occasion de participer dans une pièce de première qualité... une pièce qui restait encore dans les mémoires de l'artiste comme l'une des plus belles qu'il eut eu l'occasion de peindre avant son changement de méthodes.

- Mesdames et messieurs... le spectacle va bientôt commencer... ricana-t-il pour lui même.

Son ombre gracieuse et toute en finesse se faufila dans les allées entourant l'entrepôt. La lune éclaira la scène avec patience et intérêt, n'attendant que de voir ce que l'artiste parviendrait à produire de magnifique sous son éclat timoré. Quelques gardes lui coupaient pour l'heure l'accès à l'intérieur, mais ils n'étaient que des figurants de seconde zone. Leur "disparition" était toute scriptée...


Revenir en haut Aller en bas
Kanäe Toupex
MidoriSasori
avatar
Messages : 1657
Race : Humain
Équipage : Inquisition

Feuille de personnage
Niveau:
44/75  (44/75)
Expériences:
60/500  (60/500)
Berrys: 12.819.000 B

MessageSujet: Re: [FB - 7 ans] Les oeuvres écarlates (Ft Francis)   Ven 28 Avr - 18:43

Ahah, trouvé


Ils sont où tes potes mon gars ?


Comment tu veux qu’il te réponde vieux fou ? T’es en train de l’étrangler !


Ma petite fleur, ne m’embête pas quand je travail, regarde comment on fait pour avoir des informations.


Bartholomew tenait dans sa main droite le cou d’un homme qui semblait un peu paumé, il avait déjà le front en sang et l’œil passablement gonflé. Quelques minutes plus tôt, l’homme en question se trouvait au milieu d’un groupe un peu plus grand, un groupe de sept pour être exact. Ces idiots jouaient paisiblement aux cartes et vendaient des produits peu recommandés aux personnes qui cherchaient à en acquérir. Le plus gros manque de chance pour eux avaient été la présence du commandant de la marine et de son haki de l’observation. Il avait entendu les pensées du meneur de ce petit détachement et avait appris, entre autre, que le fier vendeur d’opiacé était un membre peu éminent du groupe qu’il recherchait. Il n’était certainement pas un cadre de l’organisation mais saurait très probablement où se trouvait tout ce beau monde. Initialement, le chauve avait pris parti pour ne pas frapper l’ennemi outre mesure mais de simplement user de son fluide perceptif pour glaner cette information tant recherchée. Mais étrangement, il n’y parvenait pas, comme si cette raclure faisait exprès de penser à autre chose, de ne pas songer à ses boss, un problème donc.

Finalement, le Jonas avait mandaté ses hommes ainsi que sa petite fleur pour aller mettre hors d’état de nuire les six acolytes pendant que lui se chargeait du plus concerné. Toute cette joyeuse rencontre s’était finalement soldée par une victoire écrasante de la marine, et le début du passage à tabac de celui qui prendrait bientôt le rôle d’indic. Il se faisait secouer comme un prunier et cogner comme un sac de frappe, pourtant il ne crachait rien.

Ma petite chérie, tu vois, quand l’ennemi résiste, qu’est ce qu’on fait ? Eh bien, on ne tape pas plus fort, c’est inutile. Si l’atteinte physique ne fonctionne pas, on attaque l’esprit.


Je casse le bras d’un des prétendants que tu m’envoies toutes les semaines, je pense savoir comment faire du mal à quelqu’un.


L’intervention de Kanäe venait de donner une idée au vieux gradé, les prétendants qu’il envoyait effectivement à sa gamine avaient tous un point commun : il se faisait péter le bras. Plus que la blessure physique, tous avaient une blessure morale ; conséquence de ce rejet brutal sans doute. Il se tourna donc vers l’illustre inconnu et lui susurra quelques mots doux à l’oreille. Une promesse pour être plus exact, celle selon laquelle, en échange de son entière coopération, il n’allait pas le plongé dans un bain de poison confectionné par sa petite. L’important dans ce serment n’était pas tant la menace de mourir, mais celle de souffrir.

La promesse fit mouche, et les langues se délièrent. Sans attendre davantage, le groupe de mouette de mit donc en route vers un entrepôt situé au Sud-Ouest de la capitale.
© Codé par Kari Crown

Revenir en haut Aller en bas
Francis Levignac
The Artist
avatar
Messages : 73
Race : Artiste.
Équipage : Aucun pour le moment.

Feuille de personnage
Niveau:
22/75  (22/75)
Expériences:
76/120  (76/120)
Berrys: 151.000 B

MessageSujet: Re: [FB - 7 ans] Les oeuvres écarlates (Ft Francis)   Mer 10 Mai - 23:14

”Crimson... Crimson everywhere !”




- Mais c'est qui, ce clown ?! Hurla un premier alors que son camarade le plus proche tombait d'une balle dans la tête, sa cervelle se répandant sur le pilier dans son dos.

- Qu'est-ce que j'en sais ?! Tire ! Enchaîna un deuxième avant de prendre un projectile en pleine main, lui faisant lâcher son arme.

Une représentation comme on en faisait plus ! Francis dansait au milieu des autres figurants, se démarquant par sa grâce, son doigté, sa dextérité... son talent, tout simplement. Il virevoltait comme une ballerine dans la pièce, prenant appui dans le décor, l'utilisant à ses propres fins et provoquant la mort des autres interprètes avec une précision peu commune. Derrière son masque, un grand sourire marquait son visage inconnu. L'excellence ! La beauté ! Oui, oh oui ! Il adorait ça !

Comment était-il entré en scène ? C'était très simple : il s'était attelé à "neutraliser" -en les privant d'avenir, tout simplement- les gardes du dehors sans utiliser ses armes à feu. La proximité de pavés résidentiels aurait pu attirer du monde tout en nuisant à sa production... il était certes enthousiaste et en oubliait parfois certaines notes de sécurité, mais ce n'était pas un idiot. S'infiltrant dans le bâtiment tout en emportant l'un des corps, il s'était vite retrouvé dans un grand entrepôt au plafond très haut, pouvant accueillir moult marchandises. Un petit instant d'observation lui avait permis de remarquer qu'en contrebas, les bandits étaient rassemblés autour d'un chariot, surmonté par une sorte de conduit qui permettait d'acheminer rapidement de l'étage du dessus des objets plutôt lourds. Ils semblaient y avoir entassé des substances illicites... rien qui ressembla réellement à de l'huile de baleine, fort malencontreusement. Mais ce détail avait donné au Levignac une idée pour son entrée en scène : bientôt, le conduit vint vomir le cadavre frais d'un des leurs, ce qui les plongea dans une panique totale alors qu'il s'élançait dans les airs tel un ange, prêt à leur offrir une mort remarquable.

- Acte premier ! Terreur et remue-ménage ! Avait-il alors clamé haut et fort, afin que son auditoire entende bien l'annonce.

Voilà que maintenant, il se déhanchait au travers des balles adverses tout en rendant des coups aussi précis que meurtriers. Décidément, ses amateurs de seconde zone auraient presque pu gâcher son spectacle si ils n'avaient pas été aussi authentiques dans leurs réactions ! Chaque cri, chaque dernier soupir était d'une vérité sans pareille, qui arrivait aux oreilles du peintre de l'outre-monde comme le fumet délicieux d'un repas aux narines d'un affamé. Il avait vraiment trop attendu et voilà qu'il se laissait un peu emporter... un brigand tenta de la ceinturer, mais il le repoussa d'un coup de pied avant de lui décocher un tir en pleine poitrine. La balle traversa son corps qui se ramollissait déjà pour transpercer un tonneau d'huile de ces grosses créatures maritime, venant recouvrir son corps puis s'étaler au sol. D'un geste rapide, le masqué effectua une rotation sur lui même tout en assénant un autre tir à l'un de ses adversaires, lui explosant un genou dans le procédé. Le pauvre hère hurla sa douleur avant de tomber contre la table, se cognant salement le front sur le coin de cette dernière. Voilà qui devait faire mal... c'était tragique ! Il n'avait pas été tué par son arme, mais le hasard avait voulu que ce qui l'entourait attente à sa vie ! Pendant un instant, le tireur d'exception se perdit dans ces émotions qui l'envahissaient. Le rouge dans lequel il avait plongé les pieds tant de fois ruisselait de nombreuses blessures, sur de nombreux corps désormais refroidis par ses soins. Les quelques survivants tentaient de trouver une couverture mais, tel un envoyé de l'au-delà, il les retrouvait toujours.

- Non ! Pitié ! Le pria l'un des vauriens. Une supplique que son bourreau n'entendit guère... ou à sa façon, puisqu'un tir dans la trachée fut tout ce qu'il récolta.

- On perd le rythme ! Qui vous a dit de ralentir ? Prestissimo ! PRESTISSIMO ! Héla presque hystériquement le masqué.

Cette remarque fut suivie par un vrai déluge de balles aux quatre coins de la pièce. Face à des adversaires plus coriaces, un tel comportement aurait sans doute été dangereux : néanmoins, la prestance du Virtuose et la rapidité dont il disposait pour recharger vinrent combler cette lacune. Malgré les chargeurs de huit balles, il semblait ne jamais tomber à court de munitions, emporté dans un élan frénétique. Le peu de voyous qui restaient dans cette large pièce rectangulaire, à la fois aussi bien embarrassée par des marchandises et des cargaisons que par des cadavres, allait sans doute se réduire puis disparaître comme peau de chagrin... à moins qu'une intervention extérieure ne change les choses ?


Revenir en haut Aller en bas
Kanäe Toupex
MidoriSasori
avatar
Messages : 1657
Race : Humain
Équipage : Inquisition

Feuille de personnage
Niveau:
44/75  (44/75)
Expériences:
60/500  (60/500)
Berrys: 12.819.000 B

MessageSujet: Re: [FB - 7 ans] Les oeuvres écarlates (Ft Francis)   Jeu 11 Mai - 19:24

Une pessimiste artistique

Ma petite fleur, je compte bien sur toi pour ne pas passer au premier plan, ça peut être dangereux. Reste derrière moi, mon Tekkai te protégera. Si tu veux je t’en laisserai un ou deux vers la fin.


Bart, je n’arrive pas à t’imaginer comme un combattant sérieux sachant que je t’ai déjà vu avec le tablier rose à fleur d’Elisabeth pour faire la vaisselle.


Je suis un homme moderne qui assume sa virilité et ne doute pas de son amour pour sa femme, je l’aide donc dans l’accomplissement des tâches ménagères et j’ose mettre un tablier. Oui, je suis un homme du siècle prochain.


Ouais t’es surtout un gros vantard qui ne sait pas dire non à sa femme, et qui n’ose pas surtout.


Encore une fois, un homme moderne. Je laisse à ma chère épouse une place égale à la mienne dans notre ménage.


Egale à la tienne ? Laisse-moi rire…


Le groupe de mouette avançait tranquillement en direction de l’entrepôt où se trouvait la bande de bandit que Bartholomew Jonas et son troupeau de guerrier devaient exterminer. Au final, il y avait une quinzaine d’homme qui accompagnait le duo presque père-fille, une quinzaine d’homme entrainé par Bart, une quinzaine de combattant qui n’aurait pas peur de l’affrontement et surtout, une quinzaine qui connaissait parfaitement la méthode de combat du vieux baraqué. Ils savaient pertinemment que le puissant vieillard n’était pas un homme qui se souciait des blessures physiques, qui restait en arrière et laissait le travail à ses subordonnés ou qui se contentait du minimum. Non, tous les hommes en présence savaient que le Jonas était un homme d’action, un homme entreprenant, résistant et incisif.

Chemin faisant, l’un des hommes de la troupe crut entendre un bruit particulier, un coup de feu. En réalité, il entendait une succession de coup de feu en provenance de leur destination. Il en informa rapidement le chef de fil qui se mit à tendre l’oreille sous le quolibet de sa protégée qui remettait en doute ses capacités auditives, notamment du fait de son âge. Au final, et quelques mètres plus loin, tout le monde parmi les mouettes put entendre ces bruits de coup de feu en rafale entrainant une course fantastique du meneur du groupe. La verte avait emboité le pas de son père adoptif et lui collait au train, elle avait bel et bien prévu de se battre et pas seulement de rester derrière un tekkai solide. Le reste de la bande gouvernementale suivait le duo de sprinteur. Ils prenaient néanmoins du retard, tous alourdis par le poids de leur équipement et notamment de leurs armes à feu ; handicap que Kanäe et Bartholomew n’avaient pas.

Moins d’une minute plus tard, le balourd arrivait devant une grande porte en bois, totalement intacte, ou presque. Y figurait seulement un trou de la taille d’un doigt, une balle probablement. A l’intérieur, quelques tirs se faisaient toujours entendre même si ceux-ci semblaient moins nombreux que par le passé. La Toupex était aussi de la partie et se demandait bien ce qu’il se passait à l’intérieur ; un règlement de compte en bande ? Un homme voulant devenir le seul chef ? Un élément extérieur ? Il y avait beaucoup de possibilité mais une seule façon de le savoir.

Sans attendre plus longtemps, et notant l’arrivée au compte-goutte de ses hommes, Bart activa son Tekkai et enfonça la forte d’un seul coup de pied.

Qu’est-ce qui se passe ici ?


En même temps que le mentor hurlait et que la porte s’ouvrait, la botaniste put enfin apercevoir ce qu’il convenait d’appeler maintenant un enfer sur terre. Dans l’entrepôt se tenait un seul et unique homme debout, l’on entendait des gémissements un peu partout, il y avait des impacts de balle dans tous les sens et surtout, surtout, une mare de sang qui semblait s’étendre sur toute la superficie des lieux. Pour l’un, cela était une œuvre écarlate, pour l’autre il ne s’agissait que d’un acte de barbarie gratuit. Kanäe devait finalement être une grande pessimiste artistique.
© Codé par Kari Crown

Revenir en haut Aller en bas
Francis Levignac
The Artist
avatar
Messages : 73
Race : Artiste.
Équipage : Aucun pour le moment.

Feuille de personnage
Niveau:
22/75  (22/75)
Expériences:
76/120  (76/120)
Berrys: 151.000 B

MessageSujet: Re: [FB - 7 ans] Les oeuvres écarlates (Ft Francis)   Lun 29 Mai - 17:44

”Crimson... Crimson everywhere !”




- Pi...pitié... S'éleva un râle dans les airs.

- Un bien grand mot pour un souhait si simple, Rétorqua l'artiste.

Au moment même où la Marine entrait, Francis décida d'accorder à cet homme une place plus précise dans sa trame : il serait le représentant de l'espoir fou, de la supplique désespérée, inutile et létale. D'un mouvement théâtral, il leva souplement l'un de ses bras armés jusqu'à la hauteur de son épaule, avant d'incliner souplement son corps dans une pose gracieuse. Son autre poignet vint cacher son regard, comme si il ne voulait pas voir ce qu'il s'apprêtait à faire. Cela ajoutait un peu de drame à son intervention et il en était friand. Les doigts de son autre main raffermirent leur prise, jusqu'à ce que le canon de son arme à feu droite vienne cibler le front du blessé suppliant. Ce dernier écarquilla les yeux et n'eut le temps de marquer qu'une unique négation paniquée avant que la détonation ne l'emporte comme tant de ses camarades, qui gisaient majoritairement morts au sol. Certains, blessés, gémissaient dans leur coin et se tenaient encore plus à carreau maintenant que les représentants des forces de l'ordre étaient de la partie.

- À moins peut-être que je n'ai mal interprété sa demande ? Poursuivit-il, presque décontenancé. Non... dans le pire des cas, c'est juste qu'il n'était pas très bon dans son jeu d'acteur, trancha-t-il finalement avant de ricaner sous son masque de façon démente.

Il se tourna finalement vers les spectateurs de dernière minute, qui débarquaient à la fin de l'action. Quelle était cette manie de certains de ses fans d'arriver en fin de spectacle, de gâcher sa concentration et de se priver des parties les plus plaisantes et entraînantes ? Décidément, il n'arrivait pas à saisir ce genre de comportement... il trouvait cela profondément irrespectueux, en plus d'être idiot et dénué de bon sens. Quel féru d'art se rendrait à une exposition à l'heure où le musée se ferme, le laissant sur le pas de la porte, désoeuvré et insatisfait ? Quel mélomane assisterait uniquement aux dernières minutes du concerto de son artiste favoris, n'ayant accès qu'aux notes culminantes sans avoir senti la tension monter, les briques d'émotion s'enchâsser les unes dans les autres ? Quel... raaah ! Tout cela n'avait ni queue ni tête, en plus de perturber son art !

Mais... peut-être qu'il pouvait ... ?

- Oui... soupira-t-il sombrement.

Il commença à étirer ses bras de chaque côté, d'une façon élégante et raffinée, avant d'effectuer une courbette digne des valets les plus expérimentés. Son accoutrement, sa stature, ses activités et son comportement provoquaient cet effet désagréable de beauté fatidique, de rassérénant glas, d'un danger palpable mais pourtant si agréable à contempler. Sa tête se redressa légèrement alors qu'il observait la scène de sa vision exercée : plusieurs barils d'huile avaient été percés par la fusillade, répandant un contenu visqueux et inflammable dans la pièce. Ses balles ne seraient pas suffisantes pour allumer le brasier, mais les torches situées de toute part n'attendaient qu'un tir bien placé pour tomber de leur socle... efficace, simple. Restait à voir si le charnier se compléterait avant de devenir un grand feu de joie, où si il emporterait des victimes encore vivantes. Pour savoir cela, il ne lui restait guère d'autre option qu'incorporer ces malotrus à son oeuvre.

- Vous avez raté une bonne partie du spectacle, c'est dommage... être un retardataire n'apporte jamais rien de bon, vous savez, affirma-t-il avant de souffler légèrement. Ceci étant, je vous propose une activité ludique et tout à fait rafraîchissante à mes côtés ! Le but ? Continuer notre pièce alors que j'allais la clore... vous donnant l'occasion d'être des participants grandeur nature ! Qu'en dites vous ? Vous acceptez ? Demanda le tireur avec enthousiasme tout en tournant sur lui même, pointant les corps à proximité. Suis-je bête ! Bien sûr, que vous acceptez !

Sur ces derniers mots qui sonnèrent le passage à l'acte, l'artiste funeste dégaina ses outils de mort avant de les pointer en direction du peloton. Plusieurs tirs retentirent presque à l'unisson en direction des forces de la Marine. Si certains visaient le leader des opérations, nul doute quant au fait qu'en cas d'esquive il viendrait à mettre ses subordonnés en danger... progresser parmi les cadavres ne serait pas aisé pour la majorité des troupes, là où le Levignac se changeait en véritablement ballerine d'outre-tombe dans un terrain de cette configuration. Si les choses tournaient mal, il pourrait allumer le feu prématurément, ce qui aurait tôt fait de faire s'écrouler l'ensemble de l'entrepôt de par une explosion en fanfare. Tout ce qu'il lui restait à savoir, c'était à qui il avait affaire... et quelles étaient ses marges de manœuvre.


Revenir en haut Aller en bas
Kanäe Toupex
MidoriSasori
avatar
Messages : 1657
Race : Humain
Équipage : Inquisition

Feuille de personnage
Niveau:
44/75  (44/75)
Expériences:
60/500  (60/500)
Berrys: 12.819.000 B

MessageSujet: Re: [FB - 7 ans] Les oeuvres écarlates (Ft Francis)   Lun 5 Juin - 18:37

Une mauvaise nouvelle n'arrive jamais seule

Mais qu’est-ce qu’il raconte bordel ? On dirait Elisabeth quand elle a pris un peu trop de champagne dans les réunions des gradés.


Fais le malin et profite qu’elle ne t’entend pas.


Kanäe et Bart se trouvaient encore tous les deux dans la porte de l’entrepôt alors que le reste du groupuscule gouvernemental s’était retranché derrière les murs de chaque côté de l’ouverture après le début des rafales. La verte avait quant à elle décidé d’aller beaucoup moins loin et s’était retranchée derrière le dos massif et protecteur de son mentor.

Ça tient pas mal ton Tekkai.


Merci ma petite fleur.


Effectivement, la protection issue du Rokushiki offrait à cet homme une dureté corporelle absolument indéniable, les balles semblaient rebondir sur la peau du mastoc et tombaient à ses pieds dans un concert métallique. Les secondes passaient, les balles s’échappaient des canons des armes du tireur et chacune venait rebondir sur la peau du colonel ou se ficher dans le mur derrière le groupe de mouette.

Bon, on va pas y passer la nuit non plus.


Sans plus de cérémonie le gradé se mit en tête de s’occuper de ce qu’il avait pu qualifier par le passé de « bordel ». Il jeta un regard derrière lui pour voir où en étaient ses hommes, en l’occurrence il ne vit rien. Il s’enquit donc d’obtenir quelques informations auprès des principaux concernés qui l’informèrent que l’un d’entre eux avait pris une balle dans la jambe mais qu’il n’y avait pas eu d’autres pots cassés. La brute saisit alors son élève, et fille adoptive en passant son bras dans son dos et la lança en direction d’une pile de caisse, et plus précisément, derrière un amas de caisse. Il allait devoir entrer en action et ne pouvait donc laisser Kanäe sans protection aucune.

Ma petite fleur, reste là pour le moment. Les gars, on va peut-être pensé à tirer aussi, blessez le moi ce con là !


Les balles ne perforaient pas la peau durcie de Bart mais il les sentait quand même. Il cachait cette douleur sous cette mine sérieuse et dure mais ne pouvait que déplorer son âge progressant. Plus jeune, un tir de canon ne lui arrachait même pas une grimace, aujourd’hui un tir de pistolet lui faisait ressentir une petite piqure relativement désagréable.

Alors que les tirs du côté marine commençait à se faire entendre, le chef d’opération se mit finalement en marche, pas par pas, grimace commençant à se faire voir et, surtout, les poings de plus en plus serrés. Il voulait réellement dévisser la tête du corps de l’artiste fusilleur.

D’un autre côté de l’entrepôt, proche d’une sortie qu’elle n’avait jusqu’alors pas remarqué, la Toupex se relevait en grimaçant et en maudissant le Jonas. Ce vieux fou avait balancé sa protégée sans ménagement aucun, risquant ainsi de la blesser inutilement. Elle connaissait la puissance du chauve et savait qu’il aurait simplement pu se décaler pour permettre à l’apprentie de se glisser derrière une protection. Loin d’avoir eu cette intelligence, elle se retrouvait donc les fesses au sol, au milieu d’un amas de marchandises étranges et surtout observant un liquide visqueux se propager dans l’intégralité du bâtiment. Elle trempa son doigt dans la matière glissante et porta le tout à son nez, prenant alors une mine beaucoup plus dure… l’huile de baleine. La belle avait eu l’occasion d’en utiliser dans le cadre de ses travaux sur les poisons mais avait dû abandonner pour cause de propriété beaucoup trop inflammable.

Bart ! Huile de baleine !


Merde…


Sans rien ajouter, le mastodonte passa de la marche à la course, prêt à éclater l’ennemi d’un coup de poing. Sa course était ralentie par la présence de cette huile et laissa amplement le temps à Francis de réagir.
© Codé par Kari Crown

Revenir en haut Aller en bas
Francis Levignac
The Artist
avatar
Messages : 73
Race : Artiste.
Équipage : Aucun pour le moment.

Feuille de personnage
Niveau:
22/75  (22/75)
Expériences:
76/120  (76/120)
Berrys: 151.000 B

MessageSujet: Re: [FB - 7 ans] Les oeuvres écarlates (Ft Francis)   Mer 7 Juin - 11:29

”Crimson... Crimson everywhere !”




- Dansons ! AHAHAHAHAHA ! Scandait l'artiste alors que ses balles fusaient dans la pièce.

Alors que ses cibles se mettaient à couvert -bien qu'il fut certain d'avoir vu l'émanation rougeâtre légère et caractéristique marquer plusieurs touches-, le Levignac concentra ses tirs sur la tête du groupe de Marine qui se présentait devant lui. Il tira, tira, tira encore, alors que le vieil homme progressait en faisant fi des balles comme si elles n'avaient guère plus d'impact que des piqures d'insecte. Loin de s'en décourager, le maestro rechargeait en boucle, alternant les tirs afin de forcer cet individu à maintenir sa posture. Il ne savait pas par quel biais la montagne de muscle parvenait à ignorer ses attaques, qui étaient pourtant étudiées pour sonner un glas fatal et irrépressible à chaque traction de gâchette. Cela l'agaçait et l'intéressait tout à la fois. Finalement, lorsque les hommes qui lui faisaient face ouvrirent le feu, il attrapa par le col un des survivants qui gisait à ses pieds et qui marchait à quatre pattes pour s'enfuir, pensant sans doute être passé inaperçu dans la cohue et la fusillade qui en était à l'origine. Bien mal lui en prit.

- C'est ta dernière performance, rends la belle ! Lui hurla-t-il alors que les balles sifflaient dans son corps, achevant sa vie et préservant celle du masqué. Peut mieux faire ... poursuivit-il avec déception.

Il était vraiment passé de vie à trépas sans la moindre once de grâce. Gargouillant et inspirant désespérément comme si un peu d'air allait refermer ses blessures, il avait fini par convulser sa dernière mimique ridicule avant que le peintre de la mort ne jette négligemment son cadavre, l'ayant au préalable traîné sur plusieurs mètres afin de se placer sous le couvert d'une large benne métallique. Les balles rebondirent sur cette dernière dans un fracas assourdissant. Rechargeant ses armes tout en jetant un sporadique coup d'oeil pour vérifier la progression du vieil homme à l'épreuve des balles, notre bon Francis s'accorda un petit instant de jérémiades.

- Je savais que cet armurier m'avait vendu de la camelote. Ces balles ne répondent pas à toutes mes attentes ! Clama-t-il dans le brouhaha. Tout bien réfléchi, c'est sans doute pour ça que je l'ai tué ! Conclut-il avant de se redresser.

Il observa rapidement la situation : d'un côté, l'huile de baleine se répandait abondamment dans le complexe, ce qui rendrait la note finale tout à fait délicieuse. Il aurait voulu attendre de la voir prendre une forme plus précise, de se mixer à grand mal avec le sang ferreux qui se dilapidait contre le sol poussiéreux de l'entrepôt. Néanmoins, le fait que le représentant de la justice en chef n'accélère vers lui le força à improviser un moyen de gagner du temps. Sa tête pivota frénétiquement jusqu'à trouver un moyen... oui, ça pouvait fonctionner. Il pouvait faire d'une pierre deux coups !

- Que la lumière soit ! Lança-t-il, sarcastique, avant de lever son arme vers le plafond.

Un tir précis et sans bavure fila vers le haut, avant de venir se ficher dans la chaine métallique relativement fine d'un grand chandelier qui, par ce biais, se trouvait fixé au plafond. Un grincement lourd s'ensuivit et le candélabre céda finalement dans un claquement alors que la chaine remontait naturellement, libérée de son entrave, avant de pendre mollement vers le sol. Francis avait calculé la manœuvre : vis à vis de la vitesse du vieillard, ralenti par les corps, le mobilier et l'huile de baleine, il était fort probable que l'objet lui tombe droit dessus... à défaut de le blesser, ça pourrait le ralentir et l'étonner, ou le forcer à s'esquiver. Sauf que l'huile de baleine aurait droit à son étincelle de gloire, qui se changerait en un vrai brasier : les chandelles allumées, si certaines pouvaient s'éteindre, le resteraient en majorité lors de la chute. Puis les quelques petites flammèches qui constituaient une partie de la luminosité de l'endroit auraient de quoi grandir, grandir, grandir encore...

Il ne perdit cependant pas la moindre seconde suite à ce geste : les incendies étaient toujours bien plus beau à voir de l'extérieur. C'était également plus confortable : le Duc de Gasquière, un personnage fictionnel tiré du fameux roman "La brique de trop" et rédigé par Constance Boniface, se faisait la même réflexion tandis qu'on le hissait sur le bûcher et que les premières flammes lui léchaient les orteils. Suivant ce conseil littéraire avisé, le tireur d'élite se recula, prit son élan, puis fonça droit vers la benne. D'un bon gracieux, il se retrouva au dessus de cette dernière, sur le bord, avant de reprendre une impulsion en direction d'une colonnade toute proche. Dans son envol, il ne manqua pas d'adresser ses salutations aux Marines qui ne bénéficiaient désormais plus de couverture : il les voyait d'en haut, tandis qu'eux seraient sûrement encore captivés par les flammes nouvelles. Finalement, il se raccrocha à la colonne et l'escalada du plus rapidement qu'il pu.

L'étage supérieur l'attendait, et donc, son billet de sortie pour observer sa production d'un peu plus loin, s'abandonnant, se prélassant dans la vision jouissive d'un travail exécuté avec brio.




Revenir en haut Aller en bas
Kanäe Toupex
MidoriSasori
avatar
Messages : 1657
Race : Humain
Équipage : Inquisition

Feuille de personnage
Niveau:
44/75  (44/75)
Expériences:
60/500  (60/500)
Berrys: 12.819.000 B

MessageSujet: Re: [FB - 7 ans] Les oeuvres écarlates (Ft Francis)   Jeu 8 Juin - 22:10

Oeuvre incendiaire

L’ultime réplique de cet artiste fou sonna comme un glas à l’oreille de la recrue de la marine, elle savait que son mentor se trouvait en plein milieu de la zone considérée comme inflammable. Ses collègues artilleurs, ainsi qu’elle, n’avaient rien à craindre des flammes pour le moment ; tous protégés par un obstacle ou proche de l’entrée. Bart quant à lui avait immédiatement activé son retour à la vie, celui qui faisait en réalité toute sa puissance : Le Retour à la Vie Réflexe agissant sur les yeux, les muscles des articulations et l’étirement maximum des tendons. Ce triple retour à la vie n’offrait en réalité aucun avantage de puissance, de vitesse ou d’agilité mais bien une capacité d’anticipation et d’esquive surhumaine. Cette technique nécessitait une concentration maximale et était incroyablement gourmande en énergie, mais elle pourrait sauver la vie de son utilisateur en l’espèce.

Lorsque le candélabre lâcha droit sur lui, le Jonas n’eut le temps que d’anticiper à minima et, ne pouvant plus esquiver, il s’accroupit légèrement en position de flexion, bras écarté vers le ciel. Un choc métallique eut lieu.

Kanäe, sous le dernier coup de feu de Francis, grimpa sur la première caisse et répéta le mouvement plusieurs fois pour arriver au-dessus de la pile qui la protégeait jusqu’alors. A un mètre et demi à peine du second étage où se tenait maintenant le tireur fou. Son attention n’était néanmoins pas tournée vers lui mais bien en direction du tour de force qui se déroulait maintenant à même le sol. La brute de la marine avait ni plus ni moins intercepté le lustre gigantesque en fer, à la seule force de ses bras. Dans un râle bestial, le monstre se releva très lentement avant de commencer à pencher son corps vers la gauche, et alors qu’une première bougie tombait au sol, le chauve se projeta alors d’un coup vers la droite en relâchant la pièce qu’il tenait alors. Ce geste plein de virilité eut un résultat démentiel : le lustre quitta les bras du costaud pour se diriger à vive allure en direction du second étage, tel le disque d’un lanceur olympique. Seul problème, le balourd n’était pas un tireur d’élite et si la hauteur était bonne, l’axe n’était pas fantastique ; Francis pourrait esquiver relativement facilement mais le mur derrière lui serait éventré dans ménagement.

Enfin, la bougie rencontra le sol et créa une vague de feu qui encerclait petit à petit le chef de fil du groupe gouvernemental.

Ah c’est la merde …


Tout était relativement bien résumé…

Au premier, il n’y avait plus un mais bien deux habitants, Kanäe ayant rejoint l’étage supérieur, dagues à la main et cachée derrière ce qui devait être un chariot de mineur relié à une poulie, sans doute un système d’ascenseur pour monter les marchandises. Elle n’avait pas l’avantage face à cet ennemi utilisant la distance comme une arme, mais elle disposait de l’avantage du nombre.

Un bruit monstrueux déchira le hangar, le lustre venait d’exploser le mur ; Francis avait-il été touché ?

Qui es-tu criminel ?


Au cas où, il fallait tenter non ? Et une réponse était finalement synonyme de vie pour cet inconnu qui semblait particulièrement nombriliste.
© Codé par Kari Crown

Revenir en haut Aller en bas
Francis Levignac
The Artist
avatar
Messages : 73
Race : Artiste.
Équipage : Aucun pour le moment.

Feuille de personnage
Niveau:
22/75  (22/75)
Expériences:
76/120  (76/120)
Berrys: 151.000 B

MessageSujet: Re: [FB - 7 ans] Les oeuvres écarlates (Ft Francis)   Sam 10 Juin - 19:17

”Crimson... Crimson everywhere !”




Il s'en était fallu de peu.

Sans pour autant défier ses prédictions, le vieil homme à la tête de ses poursuivants l'avait largement surpris. Qu'il résista à la chute du candélabre était un fait possiblement attendu, bien qu'en soit farfelu. Mais se le voir renvoyé droit au visage avait fait office de surprise à la fois stimulante et assez effrayante. Néanmoins, la peur était un concept très particulier pour le peintre sanglant, qui la traduisait tantôt par une hâte insoutenable, une nécessité de bouger et d'agir, tantôt par une contemplation imperturbable. Dans ce cas, l'objet métallique lui arrivant droit dans le visage avait fait office de stimulant plutôt que de support d'observation, aussi l'artiste s'était-il effacé sur le côté d'une roulade très juste en termes de timing. Le tout l'amenant à se retrouver étalé sur le sol, une position qui le ne plaisait guère. Se redressant en grognant légèrement à cause du choc, il s'épousseta.

- Ces personnes âgées... toujours réfractaires à la nouveauté, maugréa-t-il.

Il constata par la suite avec une admiration mêlée à un sentiment d'humilité distordue que le mur du hangar avait été éventré par l'impact. Pour son âge, ce représentant des forces de l'ordre envoyait encore de sacrés coups ! Il venait néanmoins de reconfigurer la pièce d'une façon dont le tireur d'élite pourrait tirer avantage : tandis qu'à l'étage inférieur, le feu consumait lentement l'ensemble de la pièce, il venait de se voir offerte une porte de sortie taillée presque sur mesure, à quelques pas seulement de lui. Voulait-il rester et profiter un peu du spectacle de plus près ? Pas spécialement. Aussi s'avança-t-il vers l'ouverture irrégulière, avant d'être interpellé par une voix féminine. "Criminel" ? Comment pouvait-on être aussi bête ?

- Pardon ? Non, non, non, vous n'y êtes pas du tout, mademoiselle, répondit-il vivement. Ces hommes qui gisent au sol, en contrebas, oui, ceux-là mêmes sont des criminels. Moi... je suis un artiste ! s'exclama-t-il en écartant les bras vigoureusement, avec une sorte de grâce teintée de folie.

Selon l'orientation de la voix, l'inconnue l'ayant questionné devait se trouver derrière un chariot assez large qui se trouvait dans son champ de vision. Un modèle assez simple, dans les faits : un réceptacle et quelques roues avec un cran de sécurité évitant à l'ensemble de dégringoler à cause de la gravité. D'une certaine manière, ça rappelait les chariots de mine classique, chose que ne manqua pas de remarquer non pas l'artiste délicat, mais bien l'ingénieur astucieux qui se cachait dans le cortex cérébral tourmenté du Maestro. En l'occurrence, les crans étaient visibles sur une partie du chariot de sa position, ce qui impliquait qu'il puisse les désamorcer à distance. En bas, le feu gagnait du terrain. Si il évaluait correctement la distance qui séparait les deux étages, alors la chute du système de poulie entraînerait une tension ferme sur la partie du cordage qui reliait le chariot au reste. Si une partie des roues était capable de tourner, alors il pourrait faire pivoter la couverture sommaire de la gouvernementale afin de la mettre à nu... et de la saluer à sa façon, puis prendre la fuite. C'était un pari, mais il était prêt à le prendre : après tout, quel était l'intérêt d'un spectacle sans un peu de danger ?

- Mais si cela vous intéresse vraiment, vous pouvez m'appeler Francis. Et croyez bien que vous me voyez... commença-t-il en visant les freins visibles d'une main.... très, très peiné... Son autre main se leva vers le système de poulie, qui était pour sa part assez classique.... de votre manque de discernement.

Deux tirs. Le premier alla se ficher au dessus de la roue de la poulie, sur la chaîne qui solidarisait l'ensemble à une poutre au plafond. Et alors que l'ensemble s'effondrait, le deuxième tir vint cueillir les freins arrières du chariot. À partir de là, tout n'était que spéculation : la chute du mécanisme et la tension de la corde, couplées à la défaillance du système de freinage, pourraient déplacer l'objet. Voire complètement le faire tomber à l'étage inférieur. Pendant ce temps, le Levignac se tiendrait prêt à tirer à vue sur celle qui voulait museler sa créativité et ce, sans ménagement. Si cela ne fonctionnait pas... eh bien, il disposerait malgré tout d'un tir de couverture. Dans tous les cas, il se déplacerait vers la sortie improvisée afin de rapidement évaluer la praticabilité du terrain... le tout pour prendre congés en bonne et due forme !



Revenir en haut Aller en bas
Kanäe Toupex
MidoriSasori
avatar
Messages : 1657
Race : Humain
Équipage : Inquisition

Feuille de personnage
Niveau:
44/75  (44/75)
Expériences:
60/500  (60/500)
Berrys: 12.819.000 B

MessageSujet: Re: [FB - 7 ans] Les oeuvres écarlates (Ft Francis)   Lun 12 Juin - 10:15

Un justicier peu commun

Un artiste ? Un excentrique ça ne faisait aucun doute mais quel genre d’artiste pouvait bien tuer sans vergogne s’il n’était pas un criminel ?

Cet homme masqué aurait, comme il a justement sous-entendu, pu passer pour un héros, un sauveur de l’île qui avait su frapper la gangrène d’un noble territoire ; il aurait pu prétendre à rejoindre les rangs de la marine à un bon grade pour ce service. Mais le tireur était complétement timbré, une saleté qui n’avait que pour seule passion le don de la mort à ses congénères humains. Certes, il avait tué des criminels mais il avait ouvert le feu sur les forces du gouvernement mondial et en conséquence, lui aussi était un criminel. Son analyse était donc tout à fait mauvaise.

Plus encore, cet homme était un mégalomane fantastique, il ne semblait penser qu’à monter et construire sa propre légende … Francis donc. Enfin, deux coups de feu vinrent déchirer le silence et mettre en mouvement la planque de la belle. La Toupex avait son épaule posée contre ce wagon minier et le sentit se mettre en mouvement à la suite du double tir de l’ennemi. Sans attendre d’être complétement à découvert, la belle se jeta en direction du mur pour se poser derrière l’un des piliers de métal qui soutenait le toit de l’entrepôt. Dans son saut latéral, la verte lança une seringue sur Francis, remplie d’un liquide jaunâtre : un poison paralysant. Le mécanisme n’allait pas se déclencher automatiquement mais le peu de poison qui se trouvait déjà sur la partie métallique de la seringue pourrait envahir l’organisme du tireur. Une si petite dose ne le paralyserait pas mais pourrait à tout le moins ralentir ses réactions ; si l’aiguille se plantait effectivement dans sa hanche. Malheureusement, ce saut latéral offrait un petit temps d’exposition face aux coups de feu de ce fou masqué, et en particulier au niveau des jambes qui avaient pu trainer hors de l’abri que représentait ce poteau quelques instants de plus que le reste du corps.

Si une balle entrait dans sa chair, le reste des évènements serait plus difficile et notamment la fuite depuis ce premier étage, là encore le trou dans le mur pourrait également lui profiter. Si aucun projectile n’entrait en contact avec son corps, elle aviserait et envisagerait une poursuite en cas de fuite de l’ennemi. Et si la chance était réellement de son côté, le poison se développerait dans la jambe de l’ennemi et le ralentirai énormément dans son échappée belle. Kanäe devait donc gagner du temps, permettre à sa substance, si elle portait, d’agir ; ou à ses acolytes de cueillir l’ennemi.

Un manque de discernement ? De ma part ? Suis-je réellement celle qui manque de discernement ? Je ne mets pas le feu dans un entrepôt dans lequel je suis enfermée moi-même.



Au rez-de-chaussée, le chauve avançait en direction de la sortie, il devait souffrir des flammes qui venaient lui lécher les pieds et les jambes mais profitait de sa puissance dorénavant prouvée pour frapper le sol avec puissance à chaque pas. Ce faisant, l’huile de baleine en feu était repoussée par l’onde de choc au sol et limitait grandement les brûlures qui pouvaient l’atteindre.

A l’extérieur, les hommes de la marine s’étaient mis en mouvement et avaient quitté la porte de l’entrepôt pour se déporter vers la seconde zone de fuite. La porte ne pouvait plus servir de point de fuite, l’incendie l’ayant déjà submergé. Les issues de secours semblaient s’amoindrir de minutes en minutes et le piège se refermait sur le masqué.
© Codé par Kari Crown



Dernière édition par Kanäe Toupex le Mer 28 Juin - 18:04, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Francis Levignac
The Artist
avatar
Messages : 73
Race : Artiste.
Équipage : Aucun pour le moment.

Feuille de personnage
Niveau:
22/75  (22/75)
Expériences:
76/120  (76/120)
Berrys: 151.000 B

MessageSujet: Re: [FB - 7 ans] Les oeuvres écarlates (Ft Francis)   Mer 28 Juin - 17:08

”Crimson... Crimson everywhere !”





- Votre définition de l'enfermement me semble bien réductrice, répondit-il presque à regret.

Outre le fait qu'il était désormais en position pour sortir sans la moindre difficulté, la fermeture d'esprit de ces naïfs qui l'entouraient était accablante. Qui avait-il de si terrible à étendre des corps dans une arabesque si savamment dessinée, avec tant de cœur et de volonté de surprendre l’œil ? Qu'est-ce qui pouvait bien clocher dans le périmètre minimaliste et plein de bien-pensance de ces gens armés qui prétendaient arrêter le danger qu'il représentait en utilisant les mêmes méthodes que lui ? Qu'est-ce qui leur donnait le droit de parler de justice et de le prétendre fou et anormal ? De son point de vue, il n'était en aucun cas le responsable direct de leur bêtise, encore moins du fait qu'ils en firent l'usage. La vision limitée de leurs esprits étriqués n'était en aucun cas de son fait : la demoiselle lui faisant face ne faisait pas exception à cette règle. En attendant, il était temps pour lui de prendre congés.

- Au moins, ça, c'était digne d'intérêt, poursuivit-il en pointant du doigt la seringue éclatée en morceaux au sol.

Quelle étrange façon de combattre. Francis n'aimait pas spécialement les aiguilles : pour lui, il s'agissait de balles au rabais, qui limitaient la personne les manipulant à des efforts de précision insensés pour un résultat qui n'était pas forcément au rendez-vous. Autant utiliser des munitions plus dignes de confiance. De plus, il trouvait l'empreinte de ces petites choses bien trop timorée. Non assumée, en quelques sortes. Abattre quelqu'un avec une arme à feu était un acte visible, ostensible. Véritable. Toujours était-il qu'il n'avait guère était atteint par la demoiselle : sa seringue avait été ciblée et éliminée en plein vol, l'empêchant de porter directement atteinte à l'intégrité physique de la Toupex. Si il venait à en avoir l'occasion, néanmoins, il en ferait une de ses fameuses œuvres... elle venait de gagner ce droit.

- Dites au vieil homme d'éviter ce genre d'activité, reprit-il d'un ton morbide. Les maladies de la peau se développent facilement, à cet âge.

D'un simple geste de la main, il prit congés avant d'emprunter la sortie dans un large bond qui lui permit d'atteindre le grillage en pleine volée, l'enjambant sans difficulté avant d'atterrir de l'autre côté dans une roulade parfaitement exécutée. Sur ce, il se mit tout simplement à courir à toute vitesse, le plus loin possible. Avec toutes ces futilités, il avait laissé le temps à l'huile de baleine de devenir réellement dangereuse. Or, certains contenants qui en étaient remplis n'avaient jusque là pas été touchés par l'incendie volontaire. Si il ne se trompait pas, l'entrepôt devrait bientôt... oh, la jolie rouge !

Dans un spectacle de lumière et un bruit de déflagration terrible, la bâtisse implosa alors que sa cargaison se transformait en combustible parfait. Bientôt, le dioxygène contenu dans l'air du complexe de stockage fit son oeuvre en tant que comburant, et l'explosion résultante engouffra tout ce qui se trouvait aux alentours. Des débris s'envolèrent dans le ciel avant de retomber aux alentours. Y avait-il eu des blessés ? Des morts ? Ces questions n'effleuraient même pas l'esprit de l'artiste funeste. Non, tout ce qui l'intéressait, c'était de répondre au questionnement suivant : le spectacle avait-il été assuré ? La réponse lui plaisait assez, même si il n'était pas foncièrement friand de pyrotechnique. Néanmoins, il devait avouer que le résultat était plutôt réussi ! Il ne lui restait plus qu'à filer à l'anglaise, comme il devait le faire à chaque fois pour éviter la popularité inhérente à ce genre de représentation unique. La question était... serait-il rattrapé, ou aurait-il semé ses opposants ?



Revenir en haut Aller en bas
Kanäe Toupex
MidoriSasori
avatar
Messages : 1657
Race : Humain
Équipage : Inquisition

Feuille de personnage
Niveau:
44/75  (44/75)
Expériences:
60/500  (60/500)
Berrys: 12.819.000 B

MessageSujet: Re: [FB - 7 ans] Les oeuvres écarlates (Ft Francis)   Mer 28 Juin - 20:17

Un problème n'arrive jamais seul

Par chance, la verte n’avait été touché ; par malchance, le Levignac non plus. En fin de compte, ce tour de combat entre les deux opposants n’avait rien changé à la donne initiale : Kanäe se trouvait à l’abri derrière un obstacle que les balles du hors-la-loi ne pouvaient franchir, et ce dernier avait une zone d’évacuation possible et une marine aux trousses. Mais dans cet échange a priori inutile, quelque était né du côté de la mouette, mais apparemment aussi du côté du criminel : une estime de l’adversaire.

La simple réplique de ce Francis sur l’intérêt de l’utilisation des poisons avait mis la chasseresse verte devant un fait indéniable, lui aussi était digne d’un intérêt tout particulier. Elle ne pouvait qu’imaginer croiser le masque de cet inconnu sur une petite affichette du gouvernement dans les années à suivre. Celui qu’elle considérait comme une raclure de la pire espèce à cet instant précis semblait suffisamment intelligent, organisé, passionné et timbré pour marquer de sa croix le monde de l’art morbide. Elle ne parvenait pas à comprendre la façon de penser de cet homme, et surtout, sa façon de voir l’art. Pour elle, l’art devait nécessairement apporter de la joie à ceux qui l’observaient ou au moins, ne pas les placer dans un état de mort prématurée. Mais finalement, nombreux étaient les formes d’art qui ne recueillaient pas la validation de tous et au contraire, souvent la haine de la majorité.

Quoiqu’il en soit, il n’était plus deux énergumènes opposés par leurs idéaux mais bien deux combattants s’affrontant en considération de leurs personnes et plus seulement en considération d’une faction ou d’un idéal. Enfin, le masqué se permit une vanne sur le pépé de la marine, Bart avait du mal en bas et, très honnêtement, le mouette n’était pas en complet désaccord avec ce délinquant.

Oui ça je ne peux te contredire Francis, il se fait vieux mais se prend pour un jeune ; probablement de la sénilité précoce.


Mais alors que la recrue se joignait à son adversaire pour se moquer du chef de fil de tout ce groupe gouvernemental, ce dernier s’effaça vers la sortie pour échapper à son groupe de bourreau. La Toupex s’approcha de rebord du premier étage pour interpeller le colonel de la marine.

Oye Bart ! Le tireur vient de se barrer, je le suis, bouge-toi pour sortir.


Dans une dernière grimace, le chauve se mit à marcher un peu plus vite en levant le pouce à sa petite fleur, signe qu’il s’en sortirait, peut-être.

Sans plus de cérémonie, Kanäe se retourna et se mit à sprinter en direction du trou dans le mur, au moment où elle sauta, où elle sortait du bâtiment, elle entendu un premier bruit sourd. Tournant la tête, elle vit le Jonas arriver dans la porte mais elle vit surtout les flammes qui grossissaient, les détonations qui s’accentuaient pour qu’enfin, le bâtiment soit réduit en l’état de planches volantes de toutes parts. Le souffle de l’explosion repoussa la belle qui était encore dans les airs et l’envoya en direction du grillage qu’avait enjambé quelques secondes plus tôt l’artiste sanglant. Elle heurta donc le maillage métallique avec force sans pour autant prendre trop de dégâts. Elle était un peu sonnée du fait de l’explosion et fut finalement relevé par deux des hommes du groupe de tireur.

Soldats, quel est l’état de la troupe ?


L’un des tireurs du Jonas prit l’initiative de répondre à la protégée de son patron. Il lui expliqua que le blessé à la jambe du début du récit avait perdu la vie, ne pouvant s’échapper suffisamment rapidement. Elle apprit encore que d’autres étaient blessés grièvement ou légèrement mais elle apprit surtout une chose plus inquiétante : Bartholomew Jonas était introuvable.

© Codé par Kari Crown

Revenir en haut Aller en bas
Francis Levignac
The Artist
avatar
Messages : 73
Race : Artiste.
Équipage : Aucun pour le moment.

Feuille de personnage
Niveau:
22/75  (22/75)
Expériences:
76/120  (76/120)
Berrys: 151.000 B

MessageSujet: Re: [FB - 7 ans] Les oeuvres écarlates (Ft Francis)   Mer 2 Aoû - 14:36

”Crimson... Crimson everywhere !”




Chatoyante, chaleureuse, pleine de vivacité et d'orgueil. La flamme de son triomphe retentissant s'élevait dans le ciel, ses courbes plantureuses se métamorphosant à mi-chemin en un volute nocif et empoisonné de fumée opaque et dense. Ayant pris un peu de distance vis-à-vis du lieu de l'explosion, le masqué se délectait de la lumière vive que son brasier artistique projetait dans les ombres de la nuit. L'explosion initiale avait été des plus délicieuses. En plus de cela, la pression provoquée par l'imminence de la détonation l'avait sauvé d'un sacré guêpier : les forces de la Marine n'étaient plus à ses trousses. Avec un peu de doigté, elles auraient peut-être servi de ressource à l'incendie... qui savait ? Ah, encore une histoire en queue de poisson pour ce public difficile, sans aucun doute. Mais à quoi bon exercer un métier plein de dangers et de risques si l'on se trouvait incapable d'apprécier à sa juste valeur un peu de piquant ?

S'observant rapidement, il dénota quelques éraflures dans sa tenue, ainsi que quelques impacts de balle qui avaient manqué de peu de faire mouche. Néanmoins, il n'y avait qu'une seule conclusion à tirer de cela : ses arabesques étaient de loin trop bien étudiées pour la visée passable de ces tireurs en herbe... en d'autres termes, il avait été meilleur qu'eux, point final. Un rire s'échappa de sa gorge, un rire malsain et moqueur, alors qu'il remuait frénétiquement l'un des impacts balistiques ayant manqué de percer ses chairs. Puis il soupira, avant de tourner à nouveau son regard vers la torche grande comme une structure qui crépitait dans l'air nocturne. Des bruits commençaient à se faire entendre, de l'agitation. Bientôt, des services publics seraient sur place pour éteindre l'incendie, à n'en pas douter. Les civils inquiets s'éveillaient afin de contempler la magnificence de son tableau. Des enfants, des vieillards, des personnalités dans la force de l'âge. Tous étaient concernés par sa définition unique de l’œuvre. Ce soir, elle avait été écarlate, puis ardente et assourdissante. Demain, comment la présenterait-il ? Il n'en avait aucune idée, mais il trouverait bien assez vite.

- Assez de nombrilisme, s'exclama-t-il en effectuant un large signe de la main. Je ne dois pas être en retard pour ma prochaine production...

C'est ainsi que telle une ombre, il s'engouffra dans les allées les plus sombres et discrètes de la ville, avec l'agilité féline d'un chat en pleine chasse et la grâce d'un danseur de ballet. S'effaçant aux yeux du monde, il entreprit de disparaitre dans la nature. Il lui serait aisé de trouver un moyen de locomotion quittant l'île afin de se rendre ailleurs pour un nouveau spectacle... et puis, si jamais il se voyait restreint dans ses mouvements, le royaume de Luvneel ne manquait pas de spectateurs à envoûter. À cette idée, un sourire se dessina sous le masque au rictus à la fois calme et cruel : l'avenir, il le voyait teinté de rouge.




HRP :
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Kanäe Toupex
MidoriSasori
avatar
Messages : 1657
Race : Humain
Équipage : Inquisition

Feuille de personnage
Niveau:
44/75  (44/75)
Expériences:
60/500  (60/500)
Berrys: 12.819.000 B

MessageSujet: Re: [FB - 7 ans] Les oeuvres écarlates (Ft Francis)   Mer 2 Aoû - 16:20

Conclusions sur une artiste singulier

Kanäe avait entendu la remarque narquoise de cet artiste étrange qu’elle ne pouvait pas poursuivre du fait de son état … précaire. En plus de cet état physique compliqué suite à l’explosion, la belle devait faire face à des inquiétudes plus que marquées par l’absence vivante du chef de fil du groupe gouvernemental. Non, dans son état physique et mental, elle ne pouvait pas se résigner à lâcher les hommes de son « père adoptif » pour partir à la poursuite d’un être qu’elle n’aurait, de toute façon, pas pu rattraper. Elle regarda donc les deux tireurs qui l’avaient secouru quelques instants plus tôt et pris les choses en main : il fallait retrouver le Jonas.

Bon, débrouillez-vous pour maîtriser le feu en attendant des professionnels. Bart est solide, il ne mourra pas dans une simple explosion mais on va devoir aller l’aider s’il est encore à l’intérieu…


Alors que la Toupex parlait, un mur de l’entrepôt encore faiblement debout vola en éclat pour laisser apparaitre un homme âgé à la musculature imposante partiellement caché sous un chariot minier métallique. Il était brûlé sur une bonne partie de chaque jambe et présentait une importante contusion sur l’épaule gauche. Pourtant, le colonel était toujours aussi chaud et avait envie de faire payer le criminel qui lui avait indirectement causé ces blessures.

Il est où l’autre con ? Je vais le défoncer !


La verte ne put qu’admettre que son mentor était quand même un homme dur, il avait survécu à l’explosion d’un bâtiment alors qu’il se trouvait à l’intérieur ; peu de personne pouvait se vanter d’une telle prouesse. Cependant, la vérité était déprimante à entendre pour le vieux et elle sortit de la bouche de sa petite-fleur, aucun subordonné osant avouer à leur supérieur que l’objet de sa colère avait réussi à se barrer.

Il est parti, on a rien pu faire il a tout fait exploser et on s’est pris les contrecoups… Et je suis désolé, un de tes hommes est mort. Celui qui avait pris une balle dans la jambe… Eliott je crois.


A l’annonce de cette nouvelle, le gradé se mit en colère contre le destin, il ne pouvait en vouloir à sa fleur, il ne pouvait en vouloir à ses hommes et il ne pouvait pas réellement s’en vouloir à lui donc il ne pouvait en vouloir qu’à la providence. Il ne supportait pas ce genre de personnage, un timbré narcissique qui ne vouait son existence qu’à la destruction et au meurtre… Un connard, encore un.

De son côté, les sentiments de la verte étaient beaucoup plus mitigés. La recrue voyait en cet homme un justicier légèrement fou qui utilisait des méthodes peu reluisantes pour vider le monde de personnes relativement peu recommandables. Certes, au titre du gouvernement mondial, il portait l’étiquette d’un criminel mais aux yeux de la Toupex il s’agissait là d’un excentrique, enfin, d’un assassin excentrique. Il était un hors-la-loi, ça ne faisait que peu de doute, mais il était un hors-la-loi pas si extrême que ça, ou en tout cas pas si destructeur que d’autres. La conclusion la plus grande était de savoir si lors d’une prochaine rencontre, Kanäe affronterait-elle cet homme ou se retrouverait-elle de son côté.

Enfin, le Jonas se calmait et les pompiers arrivaient, bientôt le temps serait venu de mettre les voiles et de rentrer à Marijoa.
© Codé par Kari Crown

HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: [FB - 7 ans] Les oeuvres écarlates (Ft Francis)   

Revenir en haut Aller en bas
 

[FB - 7 ans] Les oeuvres écarlates (Ft Francis)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Le théâtralisme dans les oeuvres de Tolkien
» Volac aux mains écarlates
» LES OEUVRES DE JAMES TISSOT
» Hommage bien mérité à Gérard-Pierre Charles un grand mapou
» Suivi de la mise en oeuvre de la Convention sur l’Éliminatio

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
One Piece Seken :: Le monde de One Piece :: Seas Blues :: North Blue :: Royaume de Luvneel-