Partagez | 
 

 Le vent du changement

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Vincent W. Turen
Wardog
avatar
Messages : 260
Race : Inconnu
Équipage : Inconnu

Feuille de personnage
Niveau:
29/75  (29/75)
Expériences:
32/200  (32/200)
Berrys: 27.651.000 B

MessageSujet: Le vent du changement   Ven 21 Avr - 15:44



Après la promotion, la réconciliation ?! Une séance d'entrainement pour les Psycho Circus !

♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦

J’ai toujours eu du mal à raconter les histoires. C’est vrai. En fait, quand je raconte une histoire, je sais ce qu’il s’est passé avant et même après – sans quoi je ne serais sans doute pas là aujourd’hui – mais ce n’est pas le cas de la personne à qui je raconte, du coup, je ne sais pas dans quel ordre commencer. Par exemple, l’histoire dont je vais parler à un « corps », dirais-je. C’est le centre de l’histoire, mais si je n’explique pas comment j’en suis arrivé à ce point, cela deviendra totalement incompréhensible. C’est là que ça devient compliqué – pour moi en tout cas. Est-ce que je dois commencer par raconter ce qu’il s’est passé avant, quitte à me décentrer de l’histoire ou tout simplement égrainer les explications au fur et à mesure que l’histoire se déroule.
Du coup, pour faire simple… Je raconte une histoire plutôt lointaine avant une histoire plutôt récente ou je raconte l’histoire plutôt récente accompagné de détail de l’histoire plutôt lointaine… J’aimerais avoir l’avis de certains, mais ça m’embêterait d’avoir l’avis de plusieurs personnes – surtout si leurs avis divergent, car je ferais sans doute un « malheureux » qui n’aura pas son choix effectués. Dans tous les cas, mon idée principale était de faire la première méthode, cependant, avec mon petit… Comment dire… Exposé, je me suis rendu compte que je préférais en fait la seconde. Du coup, c’est parti !

Après cette petite introduction, je peux revenir au moment où, après avoir quitté Shell Town avec Rin, Kizuro, Raki et tous les autres, nous allions en direction de l’ile de Dawn. En effet, maintenant que vous connaissez un peu l’histoire des psychos, vous devez savoir les conneries que l’on y a faites ainsi que le dénouement assez catastrophique pour nous qui en a découlé. Dans tous les cas, cette histoire se passe avant, quelques jours après ma monté en grade au sein de l’équipage. Tout nouvellement second des Circus, je prenais le temps d’une journée pour me reposer, après la grosse rouste que l’on s’était prise récemment. J’étais déjà pas mal guéris, mais je préférais ne pas trop forcer pour éviter d’empirer ma blessure, je restais donc assis, adossé au bastingage, observant les autres.

Si, comme Shizuo et Millia, le temps était à la détente et au réconfort d’une journée banale, ce n’était pas le cas de tout le monde. En face de moi, il y avait les deux capitaines de l’équipage, Rin et Kizuro, qui, dans des jeux de jambes très bien coordonnés, s’entrainaient. Aux premiers abords, cela ressemblait à un combat des plus classiques. Deux sabreurs, épées à la main, s’affrontaient avec toute leur hargne. Mais il n’en était rien, il ne fallait pas être dupe pour comprendre qu’ils n’y allaient pas à fond – je crois que c’est ce que je leur ai toujours reproché, je crois.

Même s’ils avaient des coups puissants, des initiatives intéressantes, aucun d’eux ne tentaient de dérouter l’autre, à croire qu’ils se complaisaient dans leur « amusement », ce n’était – pour moi en tout cas – ça un entrainement. Lors d’un combat d’entrainement, il fallait tenter, innover, quitte à perdre, ce n’était pas lorsque l’on affronté Pierre, Paul ou Jacques que l’on devait imaginer, triturer son esprit à établir une stratégie nouvelle. Il fallait en permanence se remettre en question et l’entrainement était le moment où l’on pouvait se libérer des chaines de la peur et y aller franco.

De ce côté-là, Kizuro était légèrement plus extravagant que son jumeau. Etait-ce parce qu’il était moins fort et moins rapide que son frère ? Je ne saurais pas le dire, mais il savait qu’il devait trouver quelque chose, ne serait-ce qu’une petite feinte, un petit passement de jambe différent, qui pourrait lui permettre d’atteindre le corps de son double. Malheureusement… Je ne voyais pas assez de changement, il ne serait jamais capable de dépasser son frère en essayant si peu, comme si simplement le suivre lui suffisait, ça me déprimait…

Alors, je les regardais se battre entre eux… Ils avaient relativement les mêmes techniques – c’est sans doute le cas de tout jumeaux qui s’entrainaient constamment ensemble – et les réutiliser outrageusement, comme s’ils voulaient les montrer. A quoi bon, quand même, tant elles étaient simples à lire, à comprendre et à contrecarrer. Le seul atout qu’ils avaient, c’était leur maniement des poisons et des médicaments. Je restais perplexe devant leur danse démonstrative, mais à aucun moment je ne sentis arriver Raki à mes côtés… Je me tournais vers lui, d’un air surpris avant de le saluer comme il se devait…

Revenir en haut Aller en bas
Raki Goshuushou
Le Régicide
avatar
Messages : 415
Race : humain
Équipage : Paradise

Feuille de personnage
Niveau:
30/75  (30/75)
Expériences:
111/200  (111/200)
Berrys: 3.483.000 B

MessageSujet: Re: Le vent du changement   Sam 22 Avr - 10:45




Un deux contre deux ?


Spoiler:
 

J'étais levais depuis tôt ce matin la, je ne savais pourquoi mais je n'avais sut dormir convenablement, laissant ce passé si acre et lancinant me tourmenté tandis que les ombre nocturne donnaient vie a mes cauchemares les plus noir. Je n'avais même plus le froid réconfort que pouvais me procurer le corps doux et sublime de Moka, depuis Shell Town elle ne me parlait pas, elle m'évité même depuis ce baisé volé elle m'en voulais et ça pouvais ce ressentir constamment dans sa façon de me regarder.

Tout ça pour dire que je m'etais levé pour sortir de ma cabine et aller prendre un café. Je m'étais ensuite appuyais contre le bastinguage sur le pont pour observer la danse mélodieuse que formaient les langues lumineuses de l'astre royale qui prenais son essort pour nous offrir une autres journées sur ce monde corrompu. Je ne pouvais m'empècher de fredonnais doucement tout en observant ces entrechat sensuel, cette dualité si complémentaire, ce duel éternel qui en définitive n'était autre qu'une empoignade a la fois sauvage et emplis de tendresse entre deux amant éloignés depuis longtemps. Toutes ces réfléxion et cette contemplation m'avais totalement asorbé, au point que je n'avais pas fait attention a l'arrivais des jumeaux et du second.

Ce fut la mélodie martiale des entrechocs que formais leur sabre qui me sortie de cette réverie, je souris de façon ironique en les voyant. A mes yeux il ressemblait plus a deux enfant jouant avec des batons de bois plus qu'a deux personne s'entrainant, mais je n'avais aprés tout aucune notion du sabre ou du combat conventionnel en général, a vrai dire je n'avais jamais eux l'occasion de pratiquer ce genre d'activité, la vie avait fait que les fois ou je m'étais battut c'était toujours pour sauver ma peau ou détruire Gunther. Mais tout ça est une autres histoire. Pour le moment concentrons nous sur le présent !

Je m'étais approché du Warlord, allumant une cigarette tout en le saluant je lui souris de façon amical pour enfin lui dire d'un ton amusé:


" Ils sont comique tu trouve pas ? On dirait des enfants qui joue avec des batons, s'en est presque risible...."

J'eux alors une idée pour une nouvelle fois provoquer le semblant de trone de notres pseudo capitaine. Souriant cette fois de façon carnassière au Warlord je me mis a dire d'une voix suffisament forte pour que Rin l'entende:

" Hoy ! Les geisha ! plutôt que de faire mumuse avec vos cure dent ça vous dirais pas plutôt de faire une simulation de combat, vous deux contre Vincent et moi ? La règle du jeu, on s'arrete au premier sang ! "

J'adressais un clin d'oeil fourbe a Vincent une lueur folle dans mon regard .



Code by Wiise sur Never-Utopia



_________________
Revenir en haut Aller en bas
Vincent W. Turen
Wardog
avatar
Messages : 260
Race : Inconnu
Équipage : Inconnu

Feuille de personnage
Niveau:
29/75  (29/75)
Expériences:
32/200  (32/200)
Berrys: 27.651.000 B

MessageSujet: Re: Le vent du changement   Dim 23 Avr - 20:25



Un deux contre deux ?! La réponse de Vincent !

♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦

Les deux frères continuaient à se taper dessus quand le musicien approcha. J’étais persuadé qu’il allait les critiquer – que ce soit concernant leur tenue ou leur façon de se battre – et ça ne tarda pas. J’étais pourtant d’accord avec ce qu’il venait de sortir, l’on aurait dit deux gamins faisant mumuse. Ils avaient de beaux mouvements, mais ils n’étaient pour la plupart pas utile. Certains faisaient offices de feintes, mais cela se voyait que ce n’en était pas le but. La finalité de l’impression de Raki me poussa à pouffer un peu. Les traitants de Geisha, il se mit à les provoquer sans une once de honte. Et moi, légèrement interloqué par sa proposition, je restais un peu en retrait. Je n’aurais sans doute pas du.

L’instant d’après, comme s’ils s’étaient réellement reconnus avec ce surnom, les deux jumeaux arrêtèrent tout. Un grand fracas d’une vague contre la coque vint rajouter à ce moment une pointe d’épopée. Je me levais alors pour leur faire face avec le musicien. Sans attendre, ils arrivèrent, un peu agacé de la liberté avec laquelle ils s’étaient fait insulter. Avec légèreté, je m’avançais, comme pour protéger mon musicien favori, sans pour autant m’interposer.

« La proposition me semble intéressante. Commença Rin d’un ton enjoué, mais sérieux.
- Ca nous changera… T’en pense quoi, Vincent ? »
En demandant mon avis, Kizuro me faisait passer pour le responsable de cette chamaillerie, et je n’aimais pas ça. Je les avais vu se battre, l’un contre l’autre, mais c’était ensemble qu’ils étaient les plus dangereux, cela ne me dérangerait pas de me battre contre eux, mais je savais pertinemment que Raki ne tiendrait pas dix secondes face à leurs attaques, surtout si une simple goutte de sang suffisait à faire terminer le combat.

« Je trouve que ce n’est pas équitable… »

C’est vrai que si ça avait été un simple combat de rue, Raki et moi aurions pu les défaire sans soucis, je savais pertinemment qu’ils en auraient directement après lui. De plus, cette situation – un combat contre les capitaines en compagnie de Raki – aurait sans doute pour conséquence de scinder l’équipage en deux et ce n’était absolument pas ce que je recherchais. Bien sûr, ça aurait fait le plaisir du musicien, mais je préférais éviter ce genre de problèmes.

« Combattre avec un seul sang serait trop rapide, après tout, vous savez comment ça peut arriver, mais aller au-delà pourrait être dangereux et lors d’un entrainement – même si ça peut être intéressant – je ne pense pas qu’un tel acte, aujourd’hui, serait utile. »

Même si quelques blessures n’apportaient jamais trop de soucis – surtout lors d’un entrainement – je préférais l’option qui se dessinait dans ma tête.

« Voilà ce que je vous propose. Au lieu d’aller jusqu’au sang, je vous propose de s’arrêter juste avant. Rien de bien méchant, me direz vous, mais la partie la plus intéressante arrive : vous serez tous les trois contre moi. Je pense que la situation sera beaucoup plus équitable ainsi. »

Je sentais que ma réflexion pourrait paraître présomptueuse, même orgueilleuse, mais relativement sur de moi. Après, c’était un challenge à relever et je ne serais pas apte à être l’un des plus grands combattants si je n’arrivais pas à me défaire de trois adversaires coriaces.

« Chacun d’entre nous garde son arme de prédilection, pour moi c’est le sabre. On frappe avec, mais on doit s’arrêter avant de blesser l’autre. Si on blesse – jusqu’au sang – on a perdu. Ca vous va, vous ? »

La proposition pouvait sembler extravagante, mais j’avais sans doute plus l’habitude qu’eux de me battre de cette manière, puisque dans certains lieux underground ce genre de situation m’était déjà arrivé. Je regardais les deux jumeaux, perplexe, puis je me tournais vers Raki. Ce serait lui, sans doute, qui prendrait la décision finale. S’il refusait, il se retrouverait dans une situation assez compliqué, qui pourrait « l’empêcher » de s'entrainement.

Revenir en haut Aller en bas
Raki Goshuushou
Le Régicide
avatar
Messages : 415
Race : humain
Équipage : Paradise

Feuille de personnage
Niveau:
30/75  (30/75)
Expériences:
111/200  (111/200)
Berrys: 3.483.000 B

MessageSujet: Re: Le vent du changement   Jeu 27 Avr - 0:25




Que la fête commence !


Spoiler:
 

Je ne m'attendais pas de prime abord a la réaction du second, loin de la. J'écoutais donc avec attention ce qu'il proposait et tout cela commençais a me mettre la puce a l'oreille concernant certaine technique que je développais dans mon coin. Plaçant mes mains dans mon dos je commençais a ressentir cette mélodie rock et démentiel que je ressentais a chaque combat. Cette percussion cardiaque battant un rythme entrainant et dynamisant, il ne me resté plus qu'a trouver l'instument de choix pour l'accompagner et quoi de mieux pour ça que des muscle a faire vibrer ? Ils serraient les cordes de cet instrument d'un nouveau genre.

Je commençais a déployer trois doigt a main gauche et un seul a la main droite, celle-ci toujours masquées dans mon dos je laissais le Warlord finir sa phrase, puis en guise de réponse positive je lui souris amicalement avant de bondir sur lui tel un félin, plaçant ma main droit en retrait je propulsait ma main gauche en direction du bras droit du sabreur. Je poursuivais mon élan en lançant ma main droite en direction de l'abdomen du sabreur pour ainsi relacher les vibrations que j'avais accumulé. Je profiter de ce mouvement vers le bas pour tomber sur les genoux et glisser sur le plancher du pont en ne sachant trop si mes coups avait fait mouches.

Me redressant en un bont je pris alors ma forme hybride sans sortir les griffes, le but n'était pas ici de blesser mon camarade mais bien de mesurer ma puissance et voir ce dont j'étais capable. Et justement ces coups n'étais aucunement puissant, au pire il occasionnerais quelque handicape qui me permettrais sur le long terme de prendre l'avantage sur le long terme, d'autant que je comptais également sur une petite surprise musicale de mon cru. Certe Vincent connaissait la plupart de mes Tempo, mais mes dernières compositions n'étant pas encore totalement au point c'était l'occasion de tester le potentiel de ce nouvel orchestre symphonique qui me soutiendrais lors de mes combat futur. Souriant alors d'avantage au jumeaux et au Warlord je pris alors la parole bien décider a prouver a ces trois la que j'avais beau être un musicien je n'etais pourtant pas en reste en martière d'affrontement:


" Je choisis ma guitare et mes simples mains et pied comme arme !"



Code by Wiise sur Never-Utopia





Spoiler:
 

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Vincent W. Turen
Wardog
avatar
Messages : 260
Race : Inconnu
Équipage : Inconnu

Feuille de personnage
Niveau:
29/75  (29/75)
Expériences:
32/200  (32/200)
Berrys: 27.651.000 B

MessageSujet: Re: Le vent du changement   Sam 29 Avr - 10:47



Une idée de génie ?! Le combat à trois contre un commence !

♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦

Je ne sais pas si c’était parce qu’ils avaient envie de taper sur Raki, jusqu’à lui faire mordre la poussière ou jusqu’à lui arracher une once de respect, mais les deux frères semblaient désorientés par ma demande. En effet, le musicien venait de s’offrir à eux, de manière bien plus pacifique qu’ils ne l’auraient espérée, et je venais de leur retirer le pain de la bouche. Cependant, je n’étais pas là pour jouer à leur guéguerre, et je ne voulais absolument pas ranimer le brasier de Shell Town, car je le sentais, il était encore là, présent dans les esprits.

Au lieu de ça, je me confrontais à eux trois, dans un combat qui n’était clairement pas à mon avantage, mais dont je savais que je pourrais tirer le meilleur, car il fallait l’avouer, je n’étais pas doué pour faire équipe lors des combats – du moins, je n’avais pas encore pris conscience de mon talent concernant les affrontements en groupe. Je feintais, aussi, sur mon approche, du combat, il ne fallait pas blesser jusqu’au sang, mais rien n’empêchait d’utiliser le plat de son épée, c’est du moins ce qu’ils devaient penser… Ils ne s’attendaient sans doute pas à ce qui allait arriver.

Et, tandis que j’observais les deux jumeaux se concerter, je vis le mouvement brusque de Raki s’abattre sur moi. J’eus à peine le temps de place mon épée entre mon bras et sa main, tandis que la seconde attaque arrivait. Je le savais, je n’aurais pas le temps de parer, mais si je le laissais faire, je sentais que j’allais le sentir passer. Je sautais donc en arrière pour atterrir sur le bastingage. Fidèle à lui-même Raki m’avait encore surpris, et j’avais bien failli perdre avant même d’avoir commencé. Pour moi, le combat commençait vraiment maintenant et, tandis que Raki se préparait aussi, les deux frères se mirent d’accord. Ils participaient.

Je comptais bien leur montrer leur faiblesse, à chacun d’entre eux, pour cela, je devais rester concentrer un maximum, car il ne fallait – quand même – pas les sous-estimer. Cependant, mis à part le fait qu’ils étaient trois contre moi, j’avais un autre désavantage. Sur le bastingage, face à eux, j’étais pris en étau, en fait, peu importe où je me trouvais sur le bateau, ils auraient la possibilité de me coincer. Leur supériorité numérique ne faisant aucun doute, je devais déjà limiter leur possibilité. Et, comme on le disait si bien, la meilleure défense, c’était l’attaque !

« Vous êtes prêts ? »

Ma question n’était en fait que le lancement des hostilités. Sans même attendre de réponse de leur part, je descendais du bastingage comme si je me laissais tomber en avant, mais tout cela avait pour objectif de me propulser dans leur direction. Comme prévu, les trois semblaient ne pas s’être assemblés en un seul et même groupe, mais bel et bien en deux. Raki d’un côté et les frères de l’autre. Ce serait donc cette première faiblesse que je profiterais. Diviser pour mieux régner, c’était la devise des gagnants, mais il y en avait une autre… Qui veut vaincre s'attaque au maillon le plus faible.

Je fonçais donc en direction des jumeaux, visant expressément le plus faible des deux. A savoir, les deux étaient quasiment équivalents, ils le savaient – moi aussi – mais Kizuro était plus faible lors des attaques, ils étaient moins vifs, mais plus « intelligent ». Il savait évoluer. Ce n’était pas le cas de Rin, et j’en profiterais. En effet, au moment même où les deux hommes comprirent que je visais le médecin, ils se sont mis à agir totalement différemment. Je ne sais pas si c’est la peur ou l’orgueil, mais je savais pertinemment que Rin ne me laisserait pas agir et il passa devant Kizuro, exactement comme je l’avais prévu.

Kizuro, lui, ne bougea pas, il était prêt à m’attaquer dès que je m’occuperais de son frère, mais c’était lui ma cible, je n’en démordrais pas, à moins que…

Revenir en haut Aller en bas
Raki Goshuushou
Le Régicide
avatar
Messages : 415
Race : humain
Équipage : Paradise

Feuille de personnage
Niveau:
30/75  (30/75)
Expériences:
111/200  (111/200)
Berrys: 3.483.000 B

MessageSujet: Re: Le vent du changement   Sam 29 Avr - 11:21




Prouver sa valeur !

Je dois avouer que je m'attendais a moitié a ce que mes attaque ne fonctionnent pas, certes j'avais du le surprendre avec cette attaque surprise, mais pas suffisament pour qu'il me considère comme une menace réel. Ma machoire se crispa lorsque le Warlord passa a l'action, me laissant totalement de coté il se focalisa sur les jumeaux comme si leur nombre faisait d'eux une dangerosité plus importante que ces maigre coup que j'avais assené.

Mes poings se crispère tandis que je maudissais cette incapacité a attiré suffisament leur attention a eux trois. Je ressentais ce gout amer comme une défaite avant l'heure, gout que je ne supportais pas. Il était hors de question que j'en reste la. S'il souhaitait se focalisait sur les jumeaux grand bien lui fasse il me suffisait de les perturbais suffisament pour me rappeler a leur souvenir. J'empoignais ma guitare et ne focalisant mon attention que sur Vincent je commençais a jouer, au début quelque note puis je prononcer ce nouveau nom d'une voix tendu:


" Duality Tempo: Haters and lovers "

Spoiler:
 

Je savais exactement l'effet que pourrait produir cette technique et malgrés ce qu'il en avait dit je le considéré a la fois comme un adversaire mais également comme un partenaire de jeux. A ce moment la la musique explosa en même temps que mon amour, je vibrais de tout mon être avide de plaire a ma cher et tendre ténébreuse je me laissait transporté par ce son divin, et tout en sachant que cette attaque pourrait être a double tranchant avec l'effet que pouvais avoir ce son sur le Warlord je fondis une nouvelle fois.

J'attaquais sans faire de distinction, la seul chose qui me tenait alors a coeur ne fut que de plaire a cette être que je chérissais. Je gagnais en vitesse a tel point que j'eux l'impression de prime abord que le temps ralentissais, j'arrivais a pleine vitesse sur les trois homme lorsque le refrain arriva pour transformer cette amour en haine profonde, une rage que je n'avait pas ressentis depuis le jours ou nous avions eux cette discussion a quatre. Je leur en voulais a tout les trois, les jumeaux pour leur incapacité et leur ingratitude et le Warlord pour ne pas savoir reconnaitre ma valeur au combat. C'est a ce moment la que les coup de pieds pleuvir a plein puissance sur les trois hommes

Je commençais a envoyer un coup de pied rotatif en direction du visage de Kizuro, et enchainant sur mon élan je ne pris le temps que de poser un pied au sol pour envoyer un autre coup de pied cette fois en direction du dos du Capitaine, pour enfin sauter et effectuer un salto qui n'avais pour cible de reception que le visage du Second. Je ne fis pas attention a la possibilité de reussite de mes attaques, le refrain permutta une nouvelle fois cette rage en amour, me poussant a courir autour du groupe de trois homme.




Code by Wiise sur Never-Utopia





Spoiler:
 

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Vincent W. Turen
Wardog
avatar
Messages : 260
Race : Inconnu
Équipage : Inconnu

Feuille de personnage
Niveau:
29/75  (29/75)
Expériences:
32/200  (32/200)
Berrys: 27.651.000 B

MessageSujet: Re: Le vent du changement   Sam 29 Avr - 15:10



La musique adoucie les mœurs ?! Ouais, mais pas ici !

♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦

Le temps était à l’entrainement et, contrairement à mes entrainements quotidiens, cette fois je n’affrontais pas une ombre imaginaire, j’affrontais réellement les capitaines de l’équipage et le musicien. Tous trois réunis, ils étaient devenus mes partenaires d’entrainement et nous étions – avec des conditions relativement salvatrices – en train de nous battre au milieu du pont du navire. Le combat venait à peine de débuter, pourtant les coups commençaient déjà à pleuvoir et, malgré un avantage certain pour eux, je ne m’inquiétais pas de ma défaite. En même temps, si j’avais décidé de proposer ce genre de combat, c’est parce que je savais que j’avais une chance de victoire – et surtout car j’adorais les défis.

Ainsi, alors que je fonçais sur Rin et Kizuro, après m’être propulsé grâce au bastingage dans leur direction, je vis que celui aux cheveux blancs se mit sur mon chemin. Ils avaient compris que ma cible était le second, je profitais alors du fait qu’il ne cherchait qu’à me repousser pour esquiver son attaque, me retrouvant légèrement à l’écart des deux hommes – en tout cas, dans une zone où aucune de nos armes ne pouvaient atteindre l’autre, mais cela était sans compter sur Raki, qui commençait à jouer de sa guitare. Instantanément, je saisissais le choix qui était le sien. Il voulait profiter de la situation pour m’avoir avec sa musique, mais je connaissais déjà quelques uns de ses tours et, en sentant la colère monter en moi, je savais qu’il augmentait drastiquement ma force aussi. Etait-il en train de m’aider ou bien ?

Je ne saisissais alors pas le sens de sa chanson – surtout… Pourquoi m’aider ? – mais je ne pouvais laisser passer ma chance. En effet, même si le booste de puissance qu’il m’octroyait était important, je savais qu’il ne le ferait pas partager aux jumeaux, j’allais donc entrer dans leur périmètre par la force. Ce n’était pas dans mes intentions de départ, c’était sans doute la colère qu’engendrait la musique de Raki qui joua beaucoup sur mes actions. Je revenais – par le biais du son mélodieux – à cette journée où je m’étais fait capturer par le vice-amiral… Ce jour-là, j’avais atteint un niveau de haine envers Morihei que je n’avais jamais retrouvé depuis. Mais cette satanée musique revenait à nouveau jouer avec mes sentiments… Et… Dans un élan de violence, elle rejaillit. La parade de Rin ne tint pas et il recula de quelques mètres après avoir reçu mon coup, mais ma cible était tout autre : Kizuro.

Il allait mourir. Je ne sais pas s’il le sentait ou s’il était excité à l’idée de m’affronter, mais je le vis trembler. J’approchais rapidement vers lui, un doux sentiment de meurtre dans le corps, j’allais en finir avec la vie de Morihei… C’était ce jour-là que je l’aurais enfin ! Mon sabre allait s’abattre, sans tenir compte du règlement préétabli entre nous quand le refrain de la musique de Raki arriva. Tout à coup… Toute haine disparut immédiatement, comme elle était apparue et laissa place à de l’amour. Je ne saisissais pas du tout la situation, et je vis alors l’homme chat me tomber dessus.

Je n’avais pas vu les coups qu’il avait porté à Rin et son frère et je le voyais à peine arriver dans ma direction. Je ne comprenais pas d’où venait ce sentiment de bien-être, comme si j’étais appaisé. Ce fut comme si j’embrassais enfin ma voie. J’adorais combattre et la musique me le faisait comprendre. Je vis le pied de Raki s’écraser sur mon visage et je tombai au sol, sans pouvoir rien faire. Le coup fut brutal, rapide et puissant. Je n’avais rien pu faire, et c’était car j’avais voulu y aller trop rapidement avec Rin et Kizuro que j’avais pu me faire avoir par Raki. Je comprenais maintenant d’où venait le gros désavantage d’être leurré par la musicalité de l’homme-chat.

A terre, je souriais. Le coup n’avait fait que m’écraser au sol, rien de bien méchant, car il ne m’avait pas semblé être une véritable attaque mais plutôt un « passage », je dirais. Je gardais le sourire en me relevant, mais cette fois la colère revint immédiatement. Si sa façon de contrôler mes sentiments avait tendance à m’exaspérer, le faire d’une manière si répété et différente avait réussi à me sortir de mes gongs.

Lâchant du regard les deux jumeaux, gardant un sourire carnassier sur le visage, j’observais l’homme-chat, qui courrait à toute allure, autour de nous.

« RAAAAAAAAAAAAAAAKIIIIIIIIIIII !! »

J’eus envie de crier que j’allais le tuer, mais mes dents restèrent crispées. Je ne tardai pas à les entendre grincer sous la force de ma mâchoire… Je resserrais l’étreinte de mes mains sur mon sabre, si j’arrivais à l’attraper, il allait sentir sa douleur !

Revenir en haut Aller en bas
Raki Goshuushou
Le Régicide
avatar
Messages : 415
Race : humain
Équipage : Paradise

Feuille de personnage
Niveau:
30/75  (30/75)
Expériences:
111/200  (111/200)
Berrys: 3.483.000 B

MessageSujet: Re: Le vent du changement   Sam 29 Avr - 23:01




Mon pain quotidien !


Spoiler:
 

Je souriais de toute mes dents, il venait enfin de comprendre la situation. Il venait enfin de me remarquer et ma musique ainsi que mon coup y était pour beaucoup. Il y avait autre choses que je tenais a lui montrer a travers cette musique, plus que ma valeur je voulais lui faire comprendre ce que je pouvais ressentir au quotidien, cette rage sempiternel qui était mienne et qui tenter de me consummer a tout moment.

Je ne le montrais pas comme ça mais j'étais d'un naturel réservé et j'avais beaucoup de mal a exprimer autrement que par des manoeuvre ce que je pouvais ressentir, et a mon sens a cette époque la une action valait dix fois plus que des mots, au travers de ce duality Tempo je tentais de lui faire comprendre ce qu'avait était ma vie jusqu'a présent, jamais gris soit tout blanc soit tout noir. Mais s'en rendait-il réelement compte ? Je n'en savais rien mais pour une fois j'était heureux, réelement joyeux sans aucun artifice ni via l'aide de mon Rock Tempo, je ressentais une joie réel qui se couplait a l'amour que je ressentais avec le duality tempo et sans vraiment chercher ma musique changea.

Annulant la Technique précédente je ne savais trop comment j'avais put faire mais je ressentais cette joie et cet amour monter a des degrés au dela du rock Tempo ou du flamenco tempo. J'éprouvais un amour fraternel pour le Warlord et a la fois la joie de l'avoir rencontré lui et Akira. Me laissant totalement submerger par cette musique je la laissait me transcendais et augmentais ma vitesse et mon agilité. J'ajouter a présent a ma course des sauts et accrobatie sur le mat centrale, le bastingage et les parois que je pouvais rencontrer. Je pouvais sentir le rythme de la musique prendre possession de l'integralité de mes mouvement, utilisant la moins parcelle de fluidité que cette agilité accru pouvais me fournir la musique la transposa en une dance funky tandis que je continuais ma course qui se diriger a présent vers Le second, les yeux débordant de larme a cause de l'intensité des émotions qui me submerger je dit alors d'une voix douce qui ne me ressemblais pas:


" Merci ! "

Le coup fusa alors, je plongeais au sol plaquant ma guitare au sol je me mit a tournoyais sur elle le dos de sa caisse de raisonnance glissant sur le planchet humide du pont, j'écarter mes jambes en l'air pour former un grand écart tandis que les coups voler en direction du Warlord. Je n'avais aucun controle sur ma musique et j'étais trop occuper a acceuillir la douceur de ses sentiments pour savoir si mes coup porté ou non de même je ne savais si la musique avait un effet sur lui ou pas. Tout ce que je savais c'est que je voulais le remercier en donnant tout ce que j'avais. Comme un jeune frère souhaite attirer l'attention de son ainé je voulais en cet instant précis qu'il soit fier de moi, fier de m'avoir pour camarade !



Code by Wiise sur Never-Utopia





Spoiler:
 

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Vincent W. Turen
Wardog
avatar
Messages : 260
Race : Inconnu
Équipage : Inconnu

Feuille de personnage
Niveau:
29/75  (29/75)
Expériences:
32/200  (32/200)
Berrys: 27.651.000 B

MessageSujet: Re: Le vent du changement   Mar 2 Mai - 16:53



L'affrontement se termine !
Le coup final est porté ?!

♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦

J’étais là, au milieu du pont, ne comprenant pas. La colère montait encore une fois, cette haine que je redoutais était de nouveau présente et tout en moi en voulait à Raki. Pourtant, je savais très bien que j’étais manipulé par sa musique, je n’y pouvais simplement rien. Je n’avais pas saisi, jusque là, la puissance de sa musique. J’avais bien compris ce qu’elle faisait, bien que je ne comprenais pas comment cela fonctionnait, mais je ne m’étais jamais posé la question quels pouvaient être les « bénéfices » lors d’un combat – et je l’apprenais à mes dépends. Je souriais, de colère, tentant de toutes mes forces, de le rejoindre, mais son agilité et sa vitesse était bien trop importante pour que je puisse l’attraper comme cela. La colère qu’il m’avait insufflé n’augmentait qu’encore… Jusqu’au moment où elle disparut… A nouveau. Comme elle avait toujours fait, à vrai dire.

Tout à coup, la musique disparut. Un semblant de silence s’imposa sur le navire et, comme si les choses n’arrivaient jamais seules, un nouveau son sorti de l’instrument du musicien. C’était bel et bien différent, et ses mouvements changèrent, à mesure que la musique avançait. Pour ma part, je n’étais plus touché par sa colère maladive, j’étais touché par une sorte de grâce. Je savais pertinemment que sa musique me toucher – moi particulièrement – pour des raisons que je ne connaissais pas et je le laissais faire. Je ne pouvais pas faire autrement, de toute manière. Le suivant du regard, il passa derrière les deux jumeaux, sur lesquels je pouvais à nouveau garder un œil. Je les vis, alors, rester sur la défensive. Je ne pensais pas les avoir pétrifiés ainsi, mais c’était sans doute la colère que le magique musicien m’avait fait écouter qui avait changé mon aura. En même temps, sans l’intervention de Raki, Kizuro serait sans doute en danger de mort, maintenant.

Je les laissais alors dans leur coin, me concentrant exclusivement sur l’homme-chat qui sautait dans tous les sens. Malgré le fait que sa musique s’insinuait dans toutes les parties de mon corps, me chantant tant d’amour et de bonheur que je me sentais léger comme une plume, je restais ancré au sol, à l’inverse de mon adversaire. Il n’y avait sans doute que la colère pour me déstabiliser après tout. Je restais concentré sur le combat qui se jouait, et je remarquais dans ses mouvements une sorte de libération, comme s’il essayait, par le biais de ce combat, de me dire quelque chose.

Cependant mon objectif restait le même : lui montrait que j’étais plus fort et quelles étaient ses faiblesses et, même s’il m’avait montré nombre de ses forces, il y avait quelque chose qui lui manquait, et il s’en rendrait bientôt compte.

Le voyant virevolter dans tous les sens, sautant de part et d’autre du navire, je restais calme, immobile, serein et je rangeais mon sabre dans son fourreau, je me préparais. Je préparais la contre-attaque, car je le savais, il n’allait pas tarder à me foncer à nouveau dessus pour en « terminer » et ce serait probablement le cas. Malgré son agilité, sa vitesse et sa hargne, j’avais encore une longueur d’avance, mais je le sentais, il n’était pas loin derrière moi. Un jour, nous pourrions nous affronter en tant qu’égal, mais ce n’était pas ce jour – bien mal m’en faisait – et j’allais lui montrer, sans pour autant lui en faire une offense.

Au moment même où il tendait son attaque vers moi, et ce dans un énième mouvement acrobatique, je saisissais plus fermement mon sabre, prenant toute la force qu’il pouvait me conférer, je saisis l’une des multiples chances qu’il m’offrait pour traverser son mouvement, glissant juste à côté de lui. Je frappais, dans un mouvement similaire à l’Iai, sans pour autant sortir totalement mon arme de son fourreau. Je frappais alors Raki avec le pommeau de mon épée, de sorte à viser son abdomen. Je rentrai alors mon arme et m’éloigna en glissant un peu plus loin.

Je sentis alors que j’avais raté légèrement mon esquive et je sentais le sang couler dans ma bouche. Pour ne pas le montrer, j’avalais systématiquement tout ce qui pouvait s’accumuler et je souriais, il m’avait bien eu, mais je savais que j’avais fait mouche… A savoir jusqu’à quel point. Je restais un moment sur mes genoux, le temps de me reprendre…


Revenir en haut Aller en bas
Raki Goshuushou
Le Régicide
avatar
Messages : 415
Race : humain
Équipage : Paradise

Feuille de personnage
Niveau:
30/75  (30/75)
Expériences:
111/200  (111/200)
Berrys: 3.483.000 B

MessageSujet: Re: Le vent du changement   Mer 3 Mai - 0:18




Qui t'as dit que c'était finit ?!

Je sentis le coup atteindre mon abdomen sans que je ne puisse rien faire pour l'anticipé ou le contrecarré. La puissance du coup couplé a mon mouvement rotatif me propulsa en arrière dans la direction opposé du Warlord, je ne fit même pas attention au coup que j'avais put lui mettre. Je ressentais cette douleur a la fois lancinante et exaltante, j'en voulais plus cette musique malgrés l'arret dans lequel elle se trouvais avait réveiller chez moi quelque choses que je ne controlais pas. J'en voulais plus, la douleur était la mais en rien comparable a ce que j'avais déjà put ressentir. En definitive je finis par considéré la situation comme une possibilité d'évoluer, comme une possibilité de ne plus être cet exilé que je m'échinais a fuir mais bien d'entrée dans ce monde de liberté qui souhaiter m'acceuillir a bras ouvert.

J'étais toujours dans les air tandis que je sortis de ma réverie, braquant mon regard sur Vincent je lui souris de façon carnassière, je voulais lui signifier par cet intermédiaire qu'il ne m'aurais pas si facilement. Puis pivotant dans les air je me receptionnais les pieds calais sur la parois de bois qui donnais sur les cabines. Lui souriant d'avantage je me propulsais aussi vite que possible dans sa direction, toujours dans les air j'étais bien décidé a lui en faire voir de toute les couleurs. Plaçant mes mains en retrait je commençais a accumuler ces vibrations dans mes doigts, instinctivement je cachais mes mains pour qu'il ne puisse décelé le nombre de doigts utilisé. J'étais prés a attaquer lorsque j'arrivais sur lui mais au lieu de l'attaque que je prétendais faire de prime abord, je ralentis mon vole en posant mes pieds au sol, sortant les griffes pour accentuer le ralentissement je garder suffisament de vitesse pour m'abaisser et tenter de lui faucher les jambes dans un mouvements fluide et ample, de cette façon s'il se retrouvais déséquilibrais par ce mouvement je lui enverais mes deux mains avec les trois doigt relevé, l'une en direction de son bras d'arme et l'autre en direction de sa jambe d'appuis.




Code by Wiise sur Never-Utopia




Spoiler:
 

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Vincent W. Turen
Wardog
avatar
Messages : 260
Race : Inconnu
Équipage : Inconnu

Feuille de personnage
Niveau:
29/75  (29/75)
Expériences:
32/200  (32/200)
Berrys: 27.651.000 B

MessageSujet: Re: Le vent du changement   Ven 5 Mai - 17:19



Les combats peuvent reprendre ! Le retour de Rin et Kizuro ?!

♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦

Grâce à sa musique, l’équilibre des forces n’était plus vraiment d’actualité. Je pouvais me vanter d’avoir affronté toutes sortes d’adversaires, mais ceux qui jouaient avec les cerveaux étaient sans doute les plus difficiles à cerner, bien qu’ils étaient souvent moins fort qu’un combattant lambda, aujourd’hui j’avais la preuve qu’ils pouvaient jouer sur les deux fronts. Je gardais le visage serein, persuadé que le coup que j’avais lancé suffirait à le repousser un moment. Je ne pensais pas l’avoir mis à terre si facilement, mais j’espérais que l’assaut lui avait refroidi ses ardeurs.

En relevant la tête, je compris qu’il n’en était rien et qu’il ne tarderait pas à revenir à l’attaque. Je me relevais, ressentant la douleur lancinante de ses coups. Je ne pouvais qu’applaudir ses exploits, mais ce n’était pas l’heure, et le combat d’entrainement n’était pas du tout terminé. Il flottait encore, inexorablement, jusqu’au bastingage, quand je me tins à nouveau droit debout. Cependant, je le voyais à son visage, il n’allait pas attendre une seconde de plus pour venir sur moi, il allait tout simplement prendre appuie sur le bois et revenir à l’attaque avec encore une attaque rapide. Je pouvais aisément le lire sur son visage et ses yeux qui en redemandaient. Je ne l’attendrais pas cette fois !

J’allais foncer dans sa direction, tentant de contrecarrer son plan, quand je sentis un coup arriver derrière mon dos. C’était les deux frères qui revenaient à l’assaut. J’avais eu peur qu’ils aient abandonnés, mais je vis que non, et cela me rendit quelque peu heureux, de savoir qu’ils n’étaient pas deux froussards. Bien que leurs jeux de jambes n’étaient plus ce qu’ils étaient – sans doute l’adrénaline trop présente pour un simple entrainement – ils tentaient désespérément de me toucher avec leur armes rangés bien sagement dans leur fourreau.

Ils n’avaient pas du bien comprendre le sens de mes mots, au début de notre entrainement. C’était vrai que je ne voulais pas de sang – ce qui compliquait leur tache autant que la mienne – mais je ne voulais pas non plus que l’on s’entraine avec des bouts de bois. Légèrement contrarié, voyant qu’il me restait quelques instants avant le retour de Raki, je profitais de ce court laps de temps pour envoyer valdinguer mon sabre, maintenant sorti de son étui.

Mon premier mouvement fut une esquive. En effet, j’avais seulement ressenti la présence de quelqu’un dans mon dos, une attaque. Je l’avais évité d’un pas sur le côté. Simple instinct, ma chance fut que l’attaque soit verticale. Dès l’instant que j’avais compris leurs intentions, j’avais sorti mon sabre de son fourreau, prêt en en découdre. Je frappais dans l’ordre d’arrivé, pour d’abord repousser leurs assauts, puis, une fois qu’ils furent de nouveau déséquilibré, j’attaquais le plus proche de moi. Cette fois, ce fut Rin qui subit mon attaque. J’allais le cisailler, et il n’allait pas comprendre ce qui lui arrivait, cependant c’était déjà trop tard et Raki arrivait à pleine vitesse.

Ce ne fut pas sa présence que je ressentis en premier, mais je vis le regard fuyant du capitaine en direction du musicien, il « l’avait trahis » d’un simple mouvement de l’œil. L’instant d’après je plongeais sur le côté par-dessus Rin pour éviter l’attaque. Je n’eus pas le temps de souffler, car je sentais qu’il n’allait pas abandonner son attaque si facilement. J’étais donc un peu à l’écart, a trois ou quatre mètres de Kizuro, deux de Rin et Raki se trouvait derrière lui.

J’analysais immédiatement la situation, le seul qui pouvait m’atteindre directement était l’homme-chat, Kizuro trop loin pour agir de manière importante sur le cours des évènements. Je plongeais alors tête baissée vers les deux autres. Je savais exactement comment agir. D’abord, je frapperais de manière diagonale, puis je sauterais sur Raki pour le frapper avec le fourreau de mon arme. A la manière d’un estoc, j’aurais simplement fait une petite feinte avec mon arme pour lui faire croire que c’était sur elle qu’il devait porter son attention.

Revenir en haut Aller en bas
Raki Goshuushou
Le Régicide
avatar
Messages : 415
Race : humain
Équipage : Paradise

Feuille de personnage
Niveau:
30/75  (30/75)
Expériences:
111/200  (111/200)
Berrys: 3.483.000 B

MessageSujet: Re: Le vent du changement   Lun 8 Mai - 21:03




Compréhension !


Spoiler:
 

Je le vis ce geste qui semblait être une simple erreur de prime abord venant du capitaine a mon sens n'en était pas une, ce petit sourire en coin fugace avant que la déferlante ne me tombe dessus. Le Warlord esquiva facilement, mais il ne se contenta pas que de ça, s'accordant un court instant il se remis en marche, d'une vivacité tel que j'eux du mal a le suivre, je vis d'abord son sabre et me préparant a parer son attaque avec mes griffes je sentis le coup d'éstoc me percuter.

Je grimaçais sous la douleur du coup qui m'avais toucher presque au même point que précédement. c'était indéniable il y avait une différence de taille entre lui et moi, tant au niveau de la puissance que dans l'éxpérience du combat en lui même. J'appréhendais enfin la dur réalité qui était la mienne, quand lui avait certainement du s'entrainer dur, je n'étais qu'un pauvre autodidacte tête bruler. En y repensant je me renfrognais un peu plus, il fallait que je sois plus fort, que la pauvre chrysalide que j'étais se transforme en un papillon voluptueux et magnifique. Et pour ça il n'y avait pas trente-six solution, je devais trouvais le temps d'aiguiser mon intellecte comme mon corps afin de devenir ce dont ce monde avait besoin pour devenir libre. Il n'avait pas besoin d'homme bienveillant il en avait déjà une plétore de cette éspèce la, prés a les dorloter dans leur douce réverie candide et égocentrique. Non ce dont ce monde avait besoin était un animal fourbe et terrifiant, une bête capable de tout les sacrifices moraux afin de briser les carcans de peur de l'inconnue qui les opprimé dans leurs chaines lascives.

Je sortis alors de mes pensées, une longue trainé de griffure jonchant le pont devant moi, mon regard avait changer en même temps que mon faciès, sans que je m'en rende compte j'avais revetu ce visage inexpressif que je m'empressais de fondre en un sourir chaleureux, sans réelement savoir que j'avais toujours cette pâle et froide lueur dans le regard. Je pris alors le temps de faire signe a Vincent lui indiquant que je m'arretais la, je me posais contre le bastinguage pour sortir une cigarette et l'allumais, j'étais légèrement secouer par cette certitude que je venais de comprendre et cela m'effrayer en un sens. Avais-je moi aussi peur de ce démon de l'inconnue ?




Code by Wiise sur Never-Utopia



_________________
Revenir en haut Aller en bas
Vincent W. Turen
Wardog
avatar
Messages : 260
Race : Inconnu
Équipage : Inconnu

Feuille de personnage
Niveau:
29/75  (29/75)
Expériences:
32/200  (32/200)
Berrys: 27.651.000 B

MessageSujet: Re: Le vent du changement   Mer 10 Mai - 22:57



Un final prévisible ! La déception de Vincent ?!

♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦

Le coup que j’avais lancé avait parfaitement fonctionné et je fus à la fois content et non. J’aurais aimé que le combat dure un peu plus longtemps, qu’ils puissent me montrer autre chose, quelque chose que j’espérais, mais qui n’était pas là. Je regardais autour de moi et, bien que légèrement essoufflé et un peu amoché, j’étais le seul encore debout. Kizuro s’était assis à côté de son frère, qui était couché au sol, tandis que l’homme-chat se tenait accroupit et je voyais dans son regard qu’il abdiquait.

C’était ce que j’avais prévu, mais j’espérais, dans un sens, me tromper. J’avais imaginé tellement de scénario concernant cet échange que celui que je pensais le plus réaliste s’était réalisé, à croire que les choses devaient suivre leur court, à moins que j’avais fait jouer le destin dans mes mains et que je l’avais contrôlé, mais je savais pertinemment comment étaient les choses. J’avais la conviction que Raki et les deux frères ne pouvaient pas travailler de concert. Je savais qu’ils tenteraient chacun des coups de leur côté. Je me savais plus fort que les jumeaux réunis et plus fort que Raki en un contre un. Le seul problème aurait été s’ils avaient essayé de s’entraider, mais ce ne fut pas le cas et, malgré mon envie de les voir un jour se réunir sous un même rang, avancer dans la même direction, je sentais plus que jamais un fossé se creuser entre ces trois-là.

Le seul lien qui les unissait vraiment, c’était moi. Je le savais, et j’en avais pleinement conscience. Raki n’était là que parce qu’il me suivait – et surtout qu’il attendait de moi quelque chose – et les choses changeraient lorsque nous arriverons sur l’ile de Dawn, comme l’on se l’était dit quelques jours plus tôt, lui et moi. Nous aurions cette discussion, concernant mes idées pour l’équipage, j’aurais comme un sentiment amer de trahison sur le cœur, mais rien n’entacherait mon attachement à ces personnes… Du moins, c’est ce que je pensais.

« Bon. Je suppose que c’est terminé. Finalement, ça s’est passé comme je l’avais prédit. Vous voulez que l’on en parle maintenant, à chaud, ou que je vous laisse y réfléchir et on en reparle plus tard ? »

Je rangeais alors mon sabre dans son fourreau, m’approchant de la porte menant à l’intérieur du bateau. J’étais en sueur et, malgré le fait que je semblais exténuer, je sentais que cela n’avait servit que d’échauffement. J’exagérais à peine quand je pensais ça, mais je posais mon sabre à côté de la porte, l’ouvrit et attrapa une gourde qui pendait juste derrière. Pleine d’eau, j’en bu deux grosses gorgées et m’aspergeai avec une grande partie restante. La fin, je la proposais aux autres d’un geste équivoque : je la lançai dans leur direction.

Je repris ensuite mon arme, me présentant à nouveau au centre du pont, je libérai la lame puis, dans un geste lent, précis et puissant je la fis traverser l’horizon, puis je tranchai l’air verticalement et ce, plusieurs fois, très lentement, tout en gardant une force impressionnante sur le mouvement. Je refis ensuite ces mêmes mouvements, plus rapidement encore, encore, encore et encore, toujours plus vite, jusqu’à ce que ne parvienne à tous les spectateurs que le son du mouvement et plus aucune vue sur la lame. J’accélérais pour atteindre une vitesse telle qu’il fut impossible de lire mes mouvements pour un non initié ou même quelqu’un de moins rapide que moi. Je ne faisais pas cela pour me montrer aux autres, je n’aimais pas me vanter, bien que j’aimais avoir un public lorsque je foutais des roustes à d’autres, mais bel et bien pour terminer mon entrainement physique. Je ne connaissais rien de mieux pour terminer un entrainement que de donner son maximum jusqu’à la fin ; le moment où je n’en pouvais plus.

Ainsi, après plusieurs minutes à effectuer ce même mouvement, ils pourraient alors le voir ralentir progressivement – à mesure que mes forces diminuaient. D’abord, ils verraient se dessiner une sorte de huit, qui suivait parfaitement la ligner horizontale et verticale que je parcourais, puis, ils pourraient voir de légers tremblements, que j’essayais tant bien que mal de faire disparaitre, mais la douleur était là, les courbatures arrivaient vite, et je ne pus m’empêcher, au bout du compte, de tout lacher.

Ce furent mes bras, les premiers à abandonner, puis ce fut le tour des jambes. Juste avant de tomber, j’avais remis la lame dans son étui, le laissant glisser au sol. J’étais vraiment, pour le coup, exténuer, et je n’en pouvais plus…

Revenir en haut Aller en bas
Raki Goshuushou
Le Régicide
avatar
Messages : 415
Race : humain
Équipage : Paradise

Feuille de personnage
Niveau:
30/75  (30/75)
Expériences:
111/200  (111/200)
Berrys: 3.483.000 B

MessageSujet: Re: Le vent du changement   Ven 12 Mai - 0:20




Mon ami !


Spoiler:
 

Je n'écoutais que d'une oreilles distraite les dires du Warlord, trop occuper a fumer ma cigarette et a ressasser ce que je considérais comme un manque de capacité individuel, je le regardais faire sa démonstration de force jusqu'a l'épuisement. J'étais admiratif et a la fois envieux, certes dans des conditions tout autres je m'étais retrouvais dans ce même état de fatigue pour finir tel une loque sur le pavé de cette ville ou tout commence et tout finit ! Et même si je ressentais cette jalousie acre et tenace envers les capacité combative de cet homme, ce collègue, cet ami, ce frère, je ne voulais aucunement qu'il se retrouve en position de faiblesse face a ses deux larve qui n'avait pas donné le quart de ce qu'il avait fournit durant ce combat.

Je ne comprenais pas ce qui m'arrivais, je n'avais jamais eux pour habitude de me laissait aller comme ça avec une autre personne qu' Akira, Mélia ou encore Moka. Alors que mes jambes bouger au rythme de la chute du Second je continuais de réfléchir. Inexorable et tenace cette réfléxion s'emparait de moi plus que le plus puissant de mes Tempo, étais-ce ça la véritable force de l'amitié ? Je n'avais jamais eux de réels amis, certes des rencontre amicale, et hormis ce diable de cornu je n'avais personne de réelement présent pour moi sur cette terre. Et voila que je me retrouvais a fouler le plancher de ce pont pour sauver la face de cet être que je ne connaissais que depuis peu. Etre qui me surpassais en terme de puissance, en terme d'honneur, ou de moral, mais avais-je réelement besoin de moral ou d'honneur je n'en savais probablement rien a ce moment la, la seul choses qui comptais a mes yeux étais qu'il ne s'abaisse pas a mettre un genoux en terre face a ses deux rapaces avide de sa charogne.

Un autres pas me raprocha tandis que la situation sembla se ralentir a mes yeux tandis qu'il laissait choir son sabre aprés l'avoir remis dans son étuis, je ne faisait a présent plus attention au regard avide de Rin, me contentant de récuperer l'arme dans son rebond contre le sol je bloquais la chute inéxorable de mon ami dans une étreinte amicale, le replaçant et le soutenant sur ses jambes je lui fit un clin d'oeil amical, avant de prendre la parole afin que seul lui l'entende:


" j'aimerais pouvoir discuter plus amplement avec toi, si ça ne te dérange pas. J'ai certainement des réponse a certaine question que tu doit te poser a mon égard."

Puis me tournant vers les deux autres homme je dit d'une voix plus forte, plus distincte, sans équivoque quand a leur envie de fondre sur leur proie:

" Le premier qui le touche je l'égorge sans préavis ! Nous n'avons pas étais capable de le battre pour la simple raison que vous etes trop imbu de votre osmose jumellaire et que je ne supporte pas votre façon de nous prendre de haut ! Personnelement si tu m'accepte comme partenaire d'entrainement, aussi médiocre que je soit, j'en serrais honoré Vincent !"



Code by Wiise sur Never-Utopia



_________________
Revenir en haut Aller en bas
Vincent W. Turen
Wardog
avatar
Messages : 260
Race : Inconnu
Équipage : Inconnu

Feuille de personnage
Niveau:
29/75  (29/75)
Expériences:
32/200  (32/200)
Berrys: 27.651.000 B

MessageSujet: Re: Le vent du changement   Ven 12 Mai - 11:39



Vincent tombe ! La dépendance à la drogue du Warlord commence ?!

♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦

Quand je m’entrainais, il n’y avait rien d’autre qui importait. J’étais un peu comme dans un autre monde, et les médicaments que m’avait passé Morihei m’aidaient beaucoup en de nombreux points. Certes, il fallait en prendre avant d’entrer en méditation, mais je ressentais leurs effets, lorsque j’étais concentré. Ce n’était pas du même niveau, mais la présence de cette toxine se faisait de plus en plus grande et je ressentais un besoin continuel d’en prendre, encore et encore.

C’était pour cette raison que je m’étais tourné vers Rin et ses poisons, pour trouver un moyen de répliquer cette drogue. Je pensais qu’il fallait des ingrédients bien complexes, mais il m’expliqua qu’il pouvait aisément créer une copie, avec ses moyens, sans pour autant dénaturer les effets. Je m’en remettais donc à son expertise et j’avais, depuis quelques temps déjà, changé de régime et j’utilisais exclusivement sa thérapie expérimentale. Ne voyant aucun changement, j’avais clairement choisi la meilleure solution.

J’avais gardé trois doses de l’originale, au cas où et je me reposais exclusivement sur la drogue de Rin. C’était sans doute pour cela que je ressentais, au fur et à mesure de mes entrainements, une sorte de dépendances à ce poison qui augmentait considérablement mes capacités de progression. Cependant, je n’en avais pas encore conscience et lorsque je sentis mon corps lâcher, tomber, au milieu du pont, je ne sentis pas Raki m’attraper pour m’éviter l’humiliation.

La fatigue, combinée aux effets de la drogue, me changea drastiquement. Au bord d’une inconscience souvent recherchée, j’étais au bord d’une méditation forcée, à mi chemin entre le rêve et la réalité. Je ne sentais pas mon corps, j’étais comme dans une sphère noire et vide, sans bruit. L’instant où je devais toucher le sol m’aurait sans doute éveillé de cette léthargie, mais le sauvetage de Raki l’en avait empêchait. Ce n’était pas une mauvaise chose, mais dans cet état, je ne pouvais pas parler, ni même réagir aux actions extérieures. C’était comme si je m’étais assis et que j’étais entrée en méditation, sans pour autant y être arrivé. C’était la première fois que j’assistais à ce phénomène, mais c’était loin d’être la dernière.

Je ne sentais pas mes pas guidés par Raki. Je n’entendis pas non plus sa voix. Je ne ressentais rien d’autre que du vide et, de temps en temps, je revoyais le combat que j’avais mené contre les trois autres. A la manière de mes séances de méditation, mais cette fois sans en avoir le contrôle. Je revoyais aussi la fin de mon entrainement, Raki qui fumait sa cigarette, puis après plus rien. Puis ça recommençait, et ainsi de suite.

Je ne savais pas combien de temps j’étais resté dans cet état, mais il m’avait paru duré une éternité, peut être même deux. Je ne savais pas non plus que pendant que Raki m’aida à retourner dans ma chambre j’avais eu des sortes de tremblements. Des spasmes, très peu espacés, de très petites intensités, qui étaient en lien aux coups que je prenais dans mes rêves éveillés. Je compris bien plus tard que c’était en lien à ma dépendance au poison de Rin. En effet, les spasmes étaient en réalité des répercussions même des combats qui se jouaient dans ma tête. Je ne faisais pas que les voir, je les vivais à nouveau et mon corps ressentait chacun des coups que « j’imageais ». Ainsi, c’était comme dans mes méditations, plusieurs heures pouvaient se dérouler dans ma tête, alors que de simples minutes s’écoulaient dans le monde externe.

Je me réveillais, je ne sais combien d’heure plus tard, dans mon lit, inconscient de tout ce qui avait pu se produire dans mes rêves et après la fin de mon entrainement. Pour moi, j’étais persuadé d’être juste tombé de fatigue, après mes exercices toujours trop poussés. Pourtant, tous les détails du combat entre Raki, Rin, Kizuro et moi étaient bien encrés dans mon esprit, d’une trace presque indélébile, je pouvais revoir chaque scène, dans les moindres détails, les revivre à tout moment, comme si j’y étais, sans en connaitre réellement la cause. Je ne m’en inquiétais pas plus que ça et j’ouvris les yeux. Ensuite, je me relevais lentement…


Revenir en haut Aller en bas
Raki Goshuushou
Le Régicide
avatar
Messages : 415
Race : humain
Équipage : Paradise

Feuille de personnage
Niveau:
30/75  (30/75)
Expériences:
111/200  (111/200)
Berrys: 3.483.000 B

MessageSujet: Re: Le vent du changement   Lun 15 Mai - 20:57




Noires pensées


Spoiler:
 

En définitive je remarquais que le Warlord plus que tombé d'épuisement avait sombré dans l'inconscience. Il ne pouvais avoir entendu ce que je lui avais dit mais cela pouvais attendre quelque heure le temps qu'il se repose un peu. J'entrepris alors de l'emmener dans sa cabine, pour enfin l'allonger sur son lit et attendre.

Attendre je n'avais que ça a faire, je pouvais certes prendre le temps de me remémorer ce combat pour essayait de décelait des failles dans les mouvement du sabreur ou des jumeaux mais a quoi bon ? Je n'étais résolument pas animé par cette envie la bien au contraire, je me rendais compte que j'étais un cran en deçà de celle du Warlord et de loin. Je finis enfin par m'assoir sur un chaise et me servir un verre, pour finir par siroter ce breuvage tandis que je réfléchissais pensivement, les yeux perdu dans l'obscurité de la pièce.

Je me rendais a présent compte que la seul choses dont j'étais capable présentement n'étais que de ressassé. Je ne le savais a cette époque pas encore mais j'étais nostalgique, nostalgique de ma patrie qui étais loin d'être parfaite, mais qui pouvais avoir tant de potentiel si le déstin en avais décidé autrement. Cette patrie et ses individue qui m'avais tant pris et pourquoi ? Pour une poignée de pièces d'or et l'atrait du pouvoir ? Pour le préstige de l'uniforme ? Tout ça n'avais aucun sens, aucune logique, pas même une once d'ésprit.

Inconsciement je m'étais mis a gratter tranquillement quelques notes aprés avoir but le reste de mon verre pour m'en servir un autre. L'alcool aidant je sombrais un peu plus dans cette réflexion maladive. Il n'y avait rien que je pouvais faire pour libérer ces gens et cette terre qui m'avais vue naitre. Je devais devenir plus fort, afin que mon rève de liberté prenne son envole sur cette terre noir et froide afin que laver dans le sang de ses tortionnaire elle retrouve sa blancheur neigeuse qui étais la sienne.

C'est a peux prés a ce moment la que je remarquais que Vincent s'était redressé, je n'avais pas tenu le compte des heures ou des minutes qui s'étais écouler, je savais juste que je m'étais resservis deux verre de plus pendant ce temps la. Lui souriant je posais ma gratte a coté de la chaise pour lui dire d'un ton simple:


" Comme je l'ai dit tout a l'heure, alors que tu t'endormais, j'aimerais qu'on discute, j'ai peut-etre certaine de tes questions auxquelles je pourrais répondre. Je voudrais également te demander si ça ne te dérangerait pas que l'on s'entraine plus souvent ensemble ? "



Code by Wiise sur Never-Utopia



_________________


Dernière édition par Raki Goshuushou le Lun 15 Mai - 21:32, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Vincent W. Turen
Wardog
avatar
Messages : 260
Race : Inconnu
Équipage : Inconnu

Feuille de personnage
Niveau:
29/75  (29/75)
Expériences:
32/200  (32/200)
Berrys: 27.651.000 B

MessageSujet: Re: Le vent du changement   Lun 15 Mai - 21:32



Encore un réveil difficile ! Raki et Vincent peuvent enfin parler tranquillement ?!

♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦

« Oui, bien évidemment, ça me ferait très plaisir. »

Je répondais d’abord à sa question, à savoir si l’on pouvait s’entrainer plus souvent. Je savais pertinemment qu’il avait encore pour idée de quitter l’équipage quand nous serions arrivés sur l’ile de Dawn, mais je ne pouvais accepter l’idée de me séparer de lui. Il était clairement resté un moment à mon chevet, l’odeur d’alcool et de cigarette embaumé la pièce. Habituellement, je détestais ça, mais il avait, comme avec sa musique, une façon de me la faire apprécier. Je ne dis pas par là que je me mettrais fumer autant que lui, ni même boire comme un trou comme lui, mais j’appréciais les moments que l’on partageait, lui et moi. Je ne pouvais pas le laisser partir.

Il me proposait aussi d’entamer une discussion que je qualifierais d’importante. Il m’assurait qu’il pourrait répondre à certaines de mes interrogations. J’avais tout un tas de questions à lui poser, mais sur le coup, je ne savais pas vraiment vers où me diriger, je lui souris alors simplement, lui rendant le sien.

« Je suppose que c’est toi qui m’a ramené ici. Je te remercie, j’en suis désolé. Je n’aurais pas du aller aussi loin, hein !? Mais je crois que si on n’y va pas à fond, un entrainement ne sert à rien, et le fait qu’on ait arrêté si vite m’a un peu… contrarié. »

Je reconnaissais que j’étais un peu extrême quand il s’agissait d’entrainement, mais j’étais content de cet échange, je pouvais leur montrer, à chacun d’eux, leurs différences tares, et quid de mieux que Raki pour commencer. Il était celui qui m’avait donné le plus de fil à retordre, mais je savais pertinemment qu’en un contre un, il était moins fort que moi. Il n’avait pas profité du fait d’être à plusieurs face à moi pour prendre le dessus. Ce n’était pas non plus un défaut, car il m’avait montré une puissance que je ne soupçonnais pas, des techniques que je n’imaginais pas et ça m’avait fait plus que plaisir, mais je devais lui faire ce seul reproche. Cette seule épine sur cette belle plante qu’il m’avait esquissé lors de notre combat.

« On peut peut-être parler un peu de l’entrainement que l’on vient d’avoir… Enfin, je ne sais pas combien de temps ça fait que nous sommes là, mais… Bref, passons. Tu as peut-être quelque chose à redire à tout ça, mais j’aimerais commencer, si ça ne te dérange pas. Le seul gros « reproche » que je pourrais te donner, mis à part le manque de puissance générale, c’est le fait que tu n’as pas su profiter du surnombre que je vous ai donné. Mis à part ça, je suis content de notre combat, tu m’as montré des choses hors du commun dont je ne connaissais rien et je me suis senti, par moment, impuissant face à ta musique. Je ne sais pas ce que tu en pense, mais je crois que tu devrais te concentrer plus sur ce domaine et être une sorte de soutien pour ceux qui sont plus fort. Je suis certain que tu apporterais des atouts offensifs et stratégiques indéniables, enfin, dans un premier temps, si, comme tu me l’as demandé, tu veux t’entrainer plus souvent. Alors, tu feras parti de la première ligne, à part entière, une fois que tu seras devenu plus fort, plus « organisé », je dirais. »

Je ne lui avais pas vraiment laissé le temps de répondre, en fait, et j’étais parti directement dans mon monologue, ne laissant que de courts instants de silence, pour reprendre mon souffle et ma concentration. Je n’allais pas non plus attendre qu’il me réponde pour entamer la question de son passé, mais mon estomac, dans un gargouillement atroce, me rappela que j’étais allé trop loin avec l’entrainement et criait famine.

« Tu crois qu’il est quelle heure ? »

En réalité, la nuit avait bien avancé et on avait zappé le diner… Peut être qu’il restait quelque chose à manger ? Nous pouvions continuer le repas autour d’un bon repas, pour nous – me – remettre d’aplomb !

Revenir en haut Aller en bas
Raki Goshuushou
Le Régicide
avatar
Messages : 415
Race : humain
Équipage : Paradise

Feuille de personnage
Niveau:
30/75  (30/75)
Expériences:
111/200  (111/200)
Berrys: 3.483.000 B

MessageSujet: Re: Le vent du changement   Jeu 18 Mai - 23:13




Révélation


Spoiler:
 

J'écoutais attentivement les dire du sabreur, j'avalais relativement bien la pillule. Je venais de me faire léguer au rang de simple soutien. Le planquer qui resté en retrait, choses que je n'avais jamais été. Je souriais amerement en repensant a tout ça, et l'alcool aidant je revis des images que je ne désirais pas voir. Des vision de meurtre, de sang, de mes propre ténèbres qui me ramener continuellement a cette terre éloigné de North blue qui m'avais vue naitre.

Je ne pris pas le temps de lui répondre lorsqu'il me demanda l'heure, lui indiquant de me suivre je pris la direction de la cuisine pour aller manger un bout. Servant deux assiette de je ne savais trop quoi je continuais de penser, trop peut être, mais je ne pouvais m'en empécher. M'assayant en face du Warlord je ne touchais pas a mon assiette préférant siroter un café corcé que je m'étais servis je finis enfin par soupirer. Je ne savais pas par ou commencer, je ne savais pas comment lui expliquer. Pour une fois je ne savais comment m'exprimer.

Quelque minutes passèrent entre ce soupire et le moment ou je pris la parole. Je commençais alors a lui parler, j'avais l'impression d'être un enfant apeurer par les fantomes tapis dans les ombres de sa chambre. Je lui expliquer dans un premier temps le contexte de l'ile, ce système de caste se basant sur la douleurs des plus faibles crevant litteralement de faim et dans les mines pour pouvoir fournir des matière première a des artisans qui arrivaient tant bien mal a sortir la tête de l'eau, pour fournir les commandes au traficant vivant dans l'opulence et le luxe.

Je lui expliquais en détail mon enfance dans les mines, les coups de mon géniteur, les mort journalier dans les rue comme dans ces sombre caverne ou nous étions obliger de trimer. Je lui détaillais la mort de ma mère suivis de celle de mon géniteur, lui narrant ensuite ma survis dans les rues froides et humide, la peur et la faim le tiraillant les entrailles constament. Pour enfin en venir a la periode qui avait étée la plus heureuse de cette époque de ma vie, j'en vint au dix années passé avec Magnus, qui plus qu'un maitre qui m'avais appris a forger et jouer de mes instruments.

J'essuyais a ce moment la une larme qui perlait au coin de mes yeux, Pour enfin continuais sur ce qui avais suivis, la mort du vieux, mon exile long de quatre ans et enfin ce qui marqua ma vie a jamais, la mort de ma tendre Mélia. Je lui expliquais a quelle point elle pouvais être belle et les circonstances atroce de sa mort. Je pouvais a nouveau voir ses traits et sa tendre parure blanche se colorer de rouge tandis que la vie s'échapper de sa blessure:


" ....Trouves celles et ceux qui te rendront libre...c'était ça dernière volonté. Peut-etre est ce pour ça que j'attache autant d'importance a ma liberté. Quoi qu'il en soit je suis convaincu que je respecterais sa volonté en vous suivant toi et Akira. "



Code by Wiise sur Never-Utopia



_________________
Revenir en haut Aller en bas
Vincent W. Turen
Wardog
avatar
Messages : 260
Race : Inconnu
Équipage : Inconnu

Feuille de personnage
Niveau:
29/75  (29/75)
Expériences:
32/200  (32/200)
Berrys: 27.651.000 B

MessageSujet: Re: Le vent du changement   Sam 20 Mai - 17:50



La morbide histoire de Raki !
Une fin tragique ?!

♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦

Nous étions rapidement sortis de ma chambre pour rejoindre la cuisine. Le bateau était calme, je crus un moment que nous n’étions plus que tous les deux. Un instant, je me demandais s’il n’avait pas tué les autres membres de l’équipage pour une raison quelconque, mais je me rassurai quand j’entendis, dans l’une des chambres, quelqu’un ronfler. Ce devait être Shizuo, ou peut être un des deux jumeaux. Quand nous furent dans la pièce principale du bateau, je me servis une bonne tranche de viande, tandis que le musicien ne se prit qu’un café, sans doute avait-il mangé pendant mon absence.
Je vis enfin l’heure qu’il était et je compris que ça faisait soit que quelques heures, soit un jour et quelques heures, que j’étais alité. Je relativisais, espérant ne pas avoir trop manqué à l’équipage et me convainc que je n’étais pas resté très longtemps couché, mais ma faim me trompait… J’avais atrocement faim ! J’avalais des bouts de viande presque aussi gros que mon poing et, tandis qu’il me parlait de son enfance, traumatisante – bien plus que la mienne, semblerait-il – je me resservis un morceau de viande et le fit cuire tandis qu’il continuait à me parler.
Je n’imaginais pas combien il avait du souffrir et moi, alors que je n’avais jamais connu l’amour d’une femme, ni même le sentiment qu’éprouve un enfant envers ses parents, je ne pouvais comprendre toute l’étendue de sa peine. Cependant, je compatissais, de tout mon être, pour tous les malheurs qu’il avait pu connaitre. A la fin de son histoire, il me dicta les dernières volontés de son amour perdu et je sentis une boule se former dans mon ventre, tant je sentais qu’il avait du mal à y replonger, mais il l’avait fait pour s’ouvrir à moi.

« Je suis vraiment navré pour elle… Pour eux. Je ne sais pas vraiment quoi dire de plus… Tu as pu, au moins, te venger ? Je ne sais pas si ce serait une bonne chose, mais je pense que ça fait du bien, personnellement. »

Je ne sais pas pourquoi je lui avais dit tout ça, ce n’était sans doute pas les meilleurs mots à utiliser, surtout après avoir appris tout ça, mais c’était ce qui était sorti naturellement, et je doute qu’il veuille que je feigne autre chose que ma sincérité. Je le regardais sombrer dans son passé et je me rendais compte que j’avais eu la vie facile avec Morihei. A côté, j’avais eu une belle vie, peut être que c’était un signe du destin qui m’appelait à vivre enfin ma vie plutôt que me consacrer uniquement sur ma vengeance. C’est vrai, maintenant, j’avais d’autres choses plus « importantes » qu’une simple revanche, une simple vendetta. J’étais le second des Psycho Circus et je me devais d’être un peu plus conscient de cette tache, même si je ne savais pas trop en quoi elle consistait.

« Je te remercie, Raki, de t’être confié à moi. Je ne doute pas que ça doit être dur de repenser à tout ça et encore plus d’en parler. Je ferais de mon mieux pour que ta liberté ne soit jamais entravée ni bafouée. J’en fais la promesse, mais je ne suis pas tout puissant et j’aurais sans doute besoin de toi… et des autres aussi. Je ne connais pas cet Akira, pourrais-tu m’en dire un peu plus sur lui ? »

J’essayais de changer de sujet, pour son bien, mais aussi pour rendre plus gaie la conversation, qui tournait depuis qu’il avait commencé son histoire en une suite d’atrocité et de malheur. Je relevais la tête, avec un petit sourire, discret, qui, s’il le voulait, le consolerait un petit peu. Je le faisais avec le plus de sincérité possible, tout en gardant consciemment en moi l’idée qu’il était totalement différent de moi – tant par son passé, ses objectifs que ses émotions et ses ressentiments.

Revenir en haut Aller en bas
Raki Goshuushou
Le Régicide
avatar
Messages : 415
Race : humain
Équipage : Paradise

Feuille de personnage
Niveau:
30/75  (30/75)
Expériences:
111/200  (111/200)
Berrys: 3.483.000 B

MessageSujet: Re: Le vent du changement   Sam 27 Mai - 0:40




Behind Blue eyes !


Spoiler:
 

J'écoutais les dires du Warlord, il me parlait de vengeance, j'appréciais sa sincérité mais je constatais également qu'il ne connaissait pas le gout apre et amer qu'elle pouvait procurer sur le long terme. Je ressentais et revoyais les scènes et les sensations qui m'avaient traversées lorsque j'avais eclater ma précédente guitare sur le crâne de Gunther. Sur le coup j'avais ressentis une sensation libératrice presque exaltante, mais rien de ce qui c'était passé ce jours la ne m'aurais ramener ma cher et tendre.

prenant ma guitare je commençais a gratter quelque notes de ce morceau que j'avais composais pour elle tout en continuant d'écouter le second. Je constater que nous étions différent, mais que dans un certains sens nous nous ressemblions. Il avait souffert autant que moi de la trahison de son mentor, la haine que mon devil tempo eveillé chez lui n'était qu'une preuve flagrante de la rancoeur qu'il renfermait en lui. Je prenais la décision ce jour la de vouloir le sauver de cette rancoeur froide qui m'avais consummée et qui me consumerais encore. Je voulais lui evité se déstin funeste qui était le mien. quitte a affronter ce Morihei j'étais pret a donner ma vie pour lui comme pour Akira.

Je laissais ma mélodie se déployais doucement pour n'emplir que la pièce afin qu'elle ne serve que de fond musical. J'étais prés a porté sur mes épaules ce poids qui avais été le mien durant des années durant. Une vengeance froide et sans pareil, j'en étais capable et par cette mélodie je voulais lui faire comprendre ça. Tout ça concorder avec sa deuxième tirade, certes il aurait besoin de moi, mais je ne lui avait jamais dit qu'il ne pourrait compter sur moi. Je lui avais clairement signifier que je ne suivrais pas Rin et Kizuro, mais les révélation que e venais de lui faire changer la donne. Prenant la parole d'un ton chaleureux je lui dis alors:


" La vengeance n'est pas salvatrice pour un sous, elle te soulage pour un instant, mais un meurtre reste un meutre. J'ai suffisament de sang sur les mains pour savoir ce que je dis. Mon ami si tu veux un conseil ne t'engage pas sur cette voix, elle ne t'apportera que du malheur. Pour t'éparnier ça je te fait une promesse sur ce morceau que j'ai composé pour ma belle défunte. Entraine moi, de la meilleur façon qui soit, et je m'occuperais de ta vengeance, laisse mes mains se salir un peu plus mais pour une fois pour un ami, pour un frère et non pour une rancune tenace et froide qui n'appartient qu'a moi !"

A ce moment la j'éludais le sujet d'Akira preférant me concentrais sur le sujet de base bien plus sombre alors que cet ami si lumineux, si salvateur. Je ne pouvais l'associer a ce genre de propos et je ne souhaitais pas laissait cet échappatoire au Warlord. Lui aussi avait besoin de parler, mais ma promesse était poser d'autant plus sur ce morceau ce qui la rendait sans aucune équivoque, un jour pour le bien de mon ami, j'aurais la peau de ce sabreur, quitte a en mourrir son crane se fracasserais sous les coup vengeur de ma maitresse d'ébène !



Code by Wiise sur Never-Utopia



_________________
Revenir en haut Aller en bas
Vincent W. Turen
Wardog
avatar
Messages : 260
Race : Inconnu
Équipage : Inconnu

Feuille de personnage
Niveau:
29/75  (29/75)
Expériences:
32/200  (32/200)
Berrys: 27.651.000 B

MessageSujet: Re: Le vent du changement   Dim 13 Mai - 1:02



Je ne fais pas l'idiot !!
On commence l'entrainement quand ?!

♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️

C’est difficile de revenir sur une histoire aussi vieille, surtout que les choses ont bien changées depuis. Je ne me souviens plus trop du contenu de la conversation, mais je sais qu’elle tournait autour de nos histoires respectives. A ce moment de la discussion, Raki venait de m’avouer ses plus sombres souvenirs et je l’en respectais énormément pour cela.

Il se proposa même pour devenir la lance de ma vengeance, m’assurant qu’il n’était bon pour personne de se faire justice soi-même et que la rancœur que je portais en moi n’était qu’une mauvaise chose que je devais m’extirper. J’en avais conscience, déjà, à l’époque. Ce n’était pas une voie que l’on choisit, elle s’impose à nous, comme elle avait dû s’imposer à lui, à l’époque où il avait perdu son mentor et la femme de sa vie. La nostalgie avait envahi la pièce et, bien que j’aurais tout fait pour fait pour effacer Morihei de ma vie, je ne pouvais imaginer ce que je serais ou qui je serais si je ne l’avais pas rencontré…

Toutes ses idées, imbriquées intérieurement dans mon cerveau, m’accaparèrent un moment, je laissai donc un long silence après la proposition du fumeur. D’ailleurs, comparativement, mon amertume envers mon maitre était assez bien inconsidérée, par rapport à son histoire à lui. Comment avait-il pu ne serait-ce que faire un pas en avant, après tant d’histoire ?! Me serais-je déjà relevé d’une telle aventure ? Des montagnes de muscles, des combattants expérimentés, j’en faisais mon affaire, mais qu’en serait-il d’une histoire de cœur mal terminée, d’une mort tragique dans mon entourage ? Est-ce pour cela que, dans sa grande bonté, Morihei m’avait éloigné de mes amis d’antan ? Ah ah… Impossible !

« Je ne pense pas que cela soit un jour nécessaire, Raki. J’ai bien compris quelque chose, en vous côtoyant, toi et les autres. Ma vendetta, c’est du pipi d’chat… Je pense qu’il y a des choses plus importantes que cette histoire. Certes, elle a défini une grande partie de ma vie, mais je souhaite m’en libérer, et le plus tôt sera le mieux. Tu as raison… La vengeance ne me rendra pas la vie que j’aurais dû vivre… Et qui sait… Peut être que j’ai une meilleure vie grâce à lui… Je ne le saurais jamais. »

La discussion m’avait ouvert les yeux. Certes, l’idée de rencontrer Morihei et de lui déglinguer la tronche était, et je pouvais l’assurer, l’une de mes envies les plus importantes, mais elle ne devait pas régir ma vie. L’amitié qui était en train de se consolider avec l’homme qui me faisait face était bien plus importante. Je voulais, bien évidemment, que toutes ses paroles ne soient pas balancées en l’air et si j’avais pu sceller mes dires dans la roche, je l’aurais fait. Cependant, je me connaissais bien, j’étais capable, dans l’heure qui venait, de changer totalement d’idéologie et de vouloir massacrer quiconque aurait été, de près ou de loin, proche de cette énergumène.

Néanmoins, il y avait quelque chose, alors, qui m’agaçait légèrement plus que l’histoire de Morihei, c’était les deux hommes qui nous servaient de capitaine. Je ne voulais absolument pas revenir sur le sujet, on en avait que trop discuter et c’était peine perdue de trouver, je pensais, un terrain d’entente entre Raki et les jumeaux. Je m’imposai alors de garder le silence encore un peu.

« L’entrainement… Pas de problème. On commence quand tu le souhaites, je suis bien rassasié, là. C’est quand tu veux, l’ami. »

Nous n’avions pas du tout, lui et moi, le même style de combat, mais l’idée d’entrainement venait justement là. Si nous nous entrainions ensemble, nous pouvions parvenir à des combinaisons bien plus recherchées, bien plus travaillées. Nous avions la possibilité de devenir plus fort ensemble et, pour moi, c’était tout bénef, j’acceptai donc sans aucune hésitation, tentant par la même occasion de relâcher la pression et changer de thème de discussion.

« Par quoi tu veux commencer ? »

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Le vent du changement   

Revenir en haut Aller en bas
 

Le vent du changement

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Un vent de changement, prélude de l'ouragan [terminé]
» Le vent du changement.
» Le vent du changement
» Double nationalité: Une promesse dans le vent ?
» Petit Faucon [ Vent ] [PRIORITAIRE]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
One Piece Seken :: Le monde de One Piece :: En Mer :: Bateaux Pirates-