Partagez
 

 [FB] Naissance d'un lendemain. [PV Kyoshiro]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Fenice Nakata
The Phoenix
Fenice Nakata
Messages : 15024
Race : Humain
Équipage : Tengoku no Seigi

Feuille de personnage
Niveau:
[FB] Naissance d'un lendemain. [PV Kyoshiro] Left_bar_bleue52/75[FB] Naissance d'un lendemain. [PV Kyoshiro] Empty_bar_bleue  (52/75)
Expériences:
[FB] Naissance d'un lendemain. [PV Kyoshiro] Left_bar_bleue879/1000[FB] Naissance d'un lendemain. [PV Kyoshiro] Empty_bar_bleue  (879/1000)
Berrys: 2.235.426.002 B

[FB] Naissance d'un lendemain. [PV Kyoshiro] Empty
MessageSujet: [FB] Naissance d'un lendemain. [PV Kyoshiro]   [FB] Naissance d'un lendemain. [PV Kyoshiro] Icon_minitimeSam 8 Avr - 23:54

Naissance d'un lendemain.
feat. Kyoshiro
Le diable même a besoin d'un compagnon. Proverbe indien.


Le bureau du Phoenix s'était refermé sur le capitaine et sur le bretteur maudit du fruit de la lumière, les plongeant dans un silence et une obscurité à demie oppressante. Simple et leste, guidé par ses flammes qu'il convoquait désormais selon son bon vouloir, le blondinet s'en alla allumer quelques chandelles avant de s'installer près de l'unique table basse, s'installant dans son fauteuil tout en indiquant l'autre présent à Kyoshiro. La réunion qu'ils avaient conduits au côté des autres membres de l'équipage et des forbans alliés s'était dorénavant conclue, et il était grand temps pour eux d'aborder les choses sérieuses plus profondément. Les aventures qui avaient été les leurs, notamment sur Time End, poussaient Nakata à révéler un certain nombre de choses à son vieux confrère qui, jusque-là, lui avait adressé une confiance aveugle sans jamais vraiment chercher à remettre en cause la légitimité de leurs actions. Un tempérament que le mythique ne pouvait que saluer, surtout compte tenu des aigreurs de Méliandre qu'il avait dû tolérer un bon moment durant, mais dont la patience finirait tôt ou tard par être usée. Il fallait donc prendre les devants, et empêcher le sabreur lumineux de ressentir davantage de frustration ou d'agacement, avant qu'il ne prenne la décision d’œuvrer pour le bien par lui-même. Après tout, c'était à cause notamment du manque de transparence d'Arias que le Schichibukai avait autrefois quitté la Révolution : il aurait été bien stupide d'appliquer les mêmes poncifs sans les réfléchir un tant soit peu. Ils s'étaient tout juste installés qu'il décida de s'enquérir au préalable de l'état de son cher subordonné, le tout en leur servant à chacun un généreux verre de whisky, qui ne serait guère de trop pour éponger les émotions qui diverses et vibrantes qui avaient été les leurs.

-Ton épaule va mieux ?

Malheureusement, le créateur de Tengoku no Seigi n'était plus le mieux placé pour parler d'état de santé depuis belle lurette : il était strictement incapable de ressentir de la douleur physique durant plus de quelques instants, à moins de se soumettre à l'étreinte du granit marin qu'il cherchait généralement plutôt à fuir. Seul le temps viendrait à bout des sévisses qu'avait subi Kyoshiro, c'était une certitude, mais les premiers soins apportés par Renald, médecin compétent, pouvaient s'avérer salvateurs à leur manière. Le Fenice se doutait que son acolyte ne se mettrait guère à caracoler et à bataille fièrement les prochains instants durant, mais comme ils avaient de toutes manières quelques heures de calme avant leur prochain mouvement, il restait au bretteur suffisamment de temps pour se reposer et se remettre sur pieds...
Portant son propre verre jusqu'à ses lèvres qu'il trempa délicatement dans le breuvage corsé et ambré avant d'en apprécier la robe et le goût presque épicé, le blondinet laissa un instant de réponse à Kyoshiro avant de quitter son fauteuil, à nouveau. Il se dirigea jusqu'à un coin de la salle, où il récupéra deux sabres religieusement positionnés, et qu'il n'avait plus touché depuis quelques mois. Les deux Kitetsu d'Hato, Nidai et Sandai, ceux avec lesquels l'ancien Supernova avait bataillé jusqu'à la mort. Il les attrapa par le fourreau puis s'en retourna à sa place avant de les poser sur la table, face à Kyoshiro, le tout non sans omettre un soupir profond et lourd de nostalgie.

-Avant de commencer, je voulais t'offrir ça. Ils te sauront plus utiles qu'à moi. Ils appartenaient à Hato... Mon ancien bras-droit, mort au combat. Tâche de t'en rendre digne.

Le Phoenix estimait effectivement qu'il était grand temps de se séparer de ces katanas, qui n'étaient guère dignes de prendre la poussière en guise de vulgaires apparats. Il les avait conservé précieusement, stupidement, comme si leur présence suffisait à réveiller des souvenirs chaleureux et enfouis en son sein depuis trop longtemps... C'était une bêtise. Le meilleur moyen de faire persister l'image d'Hato, c'était de continuer à le faire combattre, grâce à ses sabres notamment. De surcroît, Kyoshiro s'était à d'innombrables reprises montré digne d'un tel présent : il était grand temps de les lui octroyer, par conséquent. Nakata profita d'une poignée de secondes pour avaler une nouvelle gorgée alcoolisée avant de s'affaler plus confortablement dans son fauteuil, fermant ses paupières posément et calmement, profitant du calme et de la quiétude ambiante après l'effervescence brutale et guerrière du champ de bataille et celle non moins oppressante et fatigante de la salle de réunion. Il allait enfin pouvoir jouir d'une nuit longue et reposante, mais ça n'allait pas être pour tout de suite... Bras et jambes croisés, le criminel ouvrit à nouveau les paupières et lorgna l'homme qui lui faisait face avec franchise et droiture. Il prit finalement à nouveau la parole, toujours aussi posément, et à mi-voix, de sorte que personne ne pourrait l'entendre une fois hors de la salle.

-Tu as été compétent et pertinent, à Time End. C'est la preuve que nos dernières batailles t'ont fait grandir, d'une certaine manière. Mais bon, nous ne sommes pas là pour parler de ça... Quel sujet veux-tu que j'aborde en premier lieu ?

Il en existait une foultitude à traiter, en fonction de ses humeurs et de ses envies. L'origine de leur équipage, sa fonction première, la raison pour laquelle il avait embrassé la condition de capitaine corsaire malgré les contestations fermes et colériques, sinon enragées, hargneuses et hystériques de Méliandre, ce qu'il espérait réaliser en luttant aux côtés d'un Gouvernement Mondial véreux, la manière avec laquelle il espérait les quitter maintenant que sa position parmi eux était compromise, la nature des Decimas et la raison du conflit qui les opposait... Il était même envisageable d'aborder un sujet plus lointain et hypothétique, comme leur futur au sein du Nouveau Monde que le Fenice espérait désormais atteindre dans les semaines à venir. Toutefois, c'était maintenant l'homme lumineux qui avait l'initiative : ils s'étaient complus dans le silence trop longtemps durant, et il était grand temps que Kyoshiro voit sa curiosité satisfaite.


_________________
Called to the ring, Taking me round by round
It hurts and it stings, Taking me down, down, down
You think that you caught me, I can hear you taunt me
Fractured and I'm falling down, My enemy is watching me bleed

But I'm not dead yet
So watch me burn.
[FB] Naissance d'un lendemain. [PV Kyoshiro] Nak_si10

Revenir en haut Aller en bas
Tadake Kyoshiro
Pirate
Tadake Kyoshiro
Messages : 1797
Race : Humain
Équipage : Tengoku no Seigi

Feuille de personnage
Niveau:
[FB] Naissance d'un lendemain. [PV Kyoshiro] Left_bar_bleue47/75[FB] Naissance d'un lendemain. [PV Kyoshiro] Empty_bar_bleue  (47/75)
Expériences:
[FB] Naissance d'un lendemain. [PV Kyoshiro] Left_bar_bleue226/750[FB] Naissance d'un lendemain. [PV Kyoshiro] Empty_bar_bleue  (226/750)
Berrys: 66.560.000 B

[FB] Naissance d'un lendemain. [PV Kyoshiro] Empty
MessageSujet: Re: [FB] Naissance d'un lendemain. [PV Kyoshiro]   [FB] Naissance d'un lendemain. [PV Kyoshiro] Icon_minitimeDim 9 Avr - 11:30

Naissance d'un lendemain
pv Nakata | Graou Island



Pour quelqu'un qui avait passé ses derniers mois à se battre sans discontinuer le jeune bretteur avait presque oublié à quel point une simple discussion pouvait être apaisante pour le diplomate qu'il était. Oh oui il avait toujours été un diplomate raté, ses mots n'avaient jamais réussi à percer la carapace d'une crapule pour l'empêcher de commettre l'irréparable, mais le maudit avait-il baissé les bras pour autant ? Non, il avait persisté encore et encore parce que c'était ce qu'il faisait, il avançait encore et encore avec un éternel altruisme et un évident optimiste dans les yeux.
Il avait presque oublié le réconfort que cette île – que ce nouveau foyer- pouvait lui offrir, il avait presque oublié ce que cela faisait de pouvoir s'asseoir confortablement dans un fauteuil sans se préoccuper de quoi que ce soit d'autre que son propre confort. Ce fut lorsque son capitaine l'invita à s'asseoir dans ce fauteuil – et qu'il s'exécuta sans rechigner – que le jeune homme comprit à quel point son corps avait besoin d'un tel repos. Parviendrait-il seulement à se lever, maintenant qu'il était si confortablement installé ? Il en doutait fortement.

Après une telle séparation le jeune homme se doutait bien qu'ils allaient devoir mettre leurs informations à jour pour savoir ce que l'un et l'autre avaient fait depuis Alabasta, ils allaient devoir discuter de choses et d'autres et à ce sujet l'esprit de Kyoshiro ne manquait pas de questions à poser. En vérité il avait toujours eu un tas de questions à poser à son capitaine mais n'avait jamais eu la force de caractère suffisante pour se lever et les poser. Sa personnalité timide et effacée avait toujours tenu le jeune épéiste légèrement en retrait alors qu'il devrait se trouver en premier ligne, mais désormais il se sentait assez confiant pour mettre des mots sur ce qui le turlupinait.
Bien sûr son capitaine ne pourrait certainement pas expliquer un tel changement de prime abord mais la lueur dans les yeux de braise du jeune homme reflétait à elle seule le changement dans l'esprit du jeune épéiste. Récemment il avait été poussé à se battre seul, sans le soutien de ses compagnons, sans la certitude de pouvoir compter sur d'éventuels renforts et il devait bien avouer que de telles épreuves ne pouvaient que renforcer la détermination de n'importe quel individu.
Il s'était battu ardemment et en était ressorti victorieux, c'était à peu près tout ce qu'il y avait à ressortir de ses récentes aventures et aujourd'hui il se présentait devant son capitaine avec une détermination nouvelle réchauffant son regard.

Silencieux lors des premiers instant sil attrapa le verre qui lui était tendu et, lorsqu'il osa goutter à ce breuvage, la chaleur qui s'empara de sa gorge le poussa à faire une grimace reflétant son inconfort. Il avait beau être un homme il en oubliait parfois ne jamais s'être habitué aux boissons alcoolisées. Comment certaines personnes pouvaient-elles boire cela à longueur de journée ? C'était à n'y rien comprendre !
Reposant lentement le verre sur la table basse devant lui, essayant de masquer l’étouffant chaleur qui enserrait sa gorge, le jeune épéiste écouta son capitaine s'enquérir de son état. C'était amusant de voir le phénix s’inquiéter de la santé de quelqu'un, lui qui pouvait surmonter n'importe quelle douleur ne semblait pas oublier que ses compagnons restaient assujettis à cette fameuse douleur.
Posant une main discrète sur son épaule immobilisée pour les besoins de sa guérison, prenant soin de ne pas la bouger plus que nécessaire, le lumineux maudit répondit :


 « Ça devrait aller, la blessure n'était pas très profonde.»


Repenser à cette blessure dirigea forcément l'esprit de l'épéiste vers celle à qui il devait cette blessure, le jeune homme ne pouvait s'empêcher de se demander si elle allait bien mais, malheureusement, ses pensées furent dirigées vers un sujet un peu plus surprenant. Cela faisait peut-être longtemps qu'ils ne s'étaient vus mais Kyoshiro ne s'attendait pas à recevoir des sabres en guise de cadeau et d'héritage, de la part d'un compagnon mort qu'il n'avait jamais vraiment connu. Pendant un instant l'épéiste voulut poser des questions pour savoir qui était cet Hato mais il se ravisa, devinant que ce n'était pas forcément très engageant de parler d'un mort si tôt après leurs retrouvailles.
Légèrement hésitant de prime abord, Kyoshiro attrapa les deux sabres de sa seule main valide et, les coinçant entre ses jambes serrées, les empoigna tour à tour en les dégainant très légèrement afin de jeter un œil sur la qualité de la lame. Ces lames étaient d'une qualité exceptionnelle mais leurs lames brillaient d'une lueur des plus lugubres que tout épéiste digne de ce nom pouvait reconnaître sans mal. Ces sabres-là portaient avec eux une malédiction qui menait leurs manieurs au trépas, plus d'un épéiste hésiterait à utiliser de telles lames et pourtant ce ne fut pas le cas de Kyoshiro. Pourquoi ? Parce qu'il n'était pas superstitieux et parce que cet héritage était désormais sa propre responsabilité.

 « Ils sont...incroyables. Merci. »


En vérité le jeune homme aurait voulu dire qu'ils étaient maudits et savoir si le capitaine était au courant mais il se ravisa en cours de route, s'imaginant que cela n'amènerait rien de bon à la conversation, s'imaginant que son capitaine voulait se débarrasser au plus vite d'un sujet concernant d'aussi près le décès d'un de ses proches. Rengainant ces deux sabres en les poser tout contre son siège, à sa droite, il jeta un dernier coup d’œil à ses vieux sabres posés à sa gauche en un signe d'adieu discret et silencieux.
Ces sabres avaient été très utiles pendant de nombreuses années mais il était temps de leur permettre de se reposer un peu jusqu'à ce que quelqu'un les empoigne de nouveau.

Se concentrant sur la conversation à laquelle il participa, son cœur semblant s'arrêter un court instant lorsque la question fatidique vint à ses oreilles. Que voulait-il réellement savoir ? Tout un tas de questions se bousculaient dans son esprit en une véritable cacophonie si bien qu'il lui fut difficile d'y mettre de l'ordre, mais après quelques secondes il parvint à vocaliser la question qui le préoccupait le plus.

 « Tes objectifs. J'aimerai savoir où on va, comment mais surtout pourquoi. »


Lorsque ses mots sortirent finalement de sa bouche il réalisa l'impertinence et le culot qu'il avait, aussi sentit-il le besoin de justifier immédiatement sa demander .

 « Je me montre sans doute trop curieux j'aimerais ne plus avancer à l'aveugle. Je ne suis certainement pas le plus fort de tes compagnons, pas le plus sage ou le expérimenté d'entre tous, mais si j'ai mis ma vie entre parenthèses pour te suivre j'aimerai désormais savoir pour quoi.»


Jusqu'à maintenant il n'avait jamais demandé d'aide ou de service à qui que ce soit, il n'avait jamais protesté face aux décisions de son capitaine ou demandé de faveur particulière, il estimait qu'après plusieurs mois de bons et loyaux services il pouvait au moins demander quelques explications et éclaircissements sans offense. Il avait toujours suivi son capitaine avec pour but d'améliorer les choses pour le bien des plus miséreux, il désirait désormais savoir qu'il ne s'était pas fourvoyé et qu'il n'allait pas à contre-sens de ses croyances profondes.





© ANARCISS sur epicode
Revenir en haut Aller en bas
Fenice Nakata
The Phoenix
Fenice Nakata
Messages : 15024
Race : Humain
Équipage : Tengoku no Seigi

Feuille de personnage
Niveau:
[FB] Naissance d'un lendemain. [PV Kyoshiro] Left_bar_bleue52/75[FB] Naissance d'un lendemain. [PV Kyoshiro] Empty_bar_bleue  (52/75)
Expériences:
[FB] Naissance d'un lendemain. [PV Kyoshiro] Left_bar_bleue879/1000[FB] Naissance d'un lendemain. [PV Kyoshiro] Empty_bar_bleue  (879/1000)
Berrys: 2.235.426.002 B

[FB] Naissance d'un lendemain. [PV Kyoshiro] Empty
MessageSujet: Re: [FB] Naissance d'un lendemain. [PV Kyoshiro]   [FB] Naissance d'un lendemain. [PV Kyoshiro] Icon_minitimeMar 11 Avr - 21:44

Naissance d'un lendemain.
feat. Kyoshiro
Le diable même a besoin d'un compagnon. Proverbe indien.


Lorsque les premières interrogations dont Kyoshiro décida de s'enquérir furent formulés, le Phoenix ne prêta pas le moindre intérêt à la forme de ses propos, mais se concentra plutôt que leur fond. Il n'était pas du genre à blâmer ses subordonnés pour leur empressement, a fortiori lorsqu'ils avaient à débattre de sujets aussi profonds et cruciaux que la noblesse de leurs idéaux et les raisons des combats qu'ils menaient. Il était normal, à ce titre, de faire preuve d'emportement ou d'impertinence, car c'était fatalement un sujet qui leur était cher à tous. Ainsi, Nakata se contenta de s'adosser confortablement et posément dans son siège, bras croisés, tout en réfléchissant à la manière avec laquelle il pouvait aborder ce point-là avec autant de pertinence et de clarté que possible. Lorsqu'il eut enfin découvert un angle d'approche efficace, il décida de s'exprimer d'une voix monocorde et calme, exposant les faits sans se laisser aller à du sentimentalisme outrancier. L'homme-lumière voulait savoir, et rien de plus : il était naturel qu'en tant que capitaine, le Schichibukai se mette un point d'honneur à résoudre cette demande de manière concrète et intelligible.

-Le Gouvernement Mondial, c'est le système qu'on accepte faute de mieux. Une espèce d'horizon rassurant, rassérénant, même s'il comporte ses failles, ses zones d'ombre, et même ses lacunes, sa perversion, ses péchés. Il n'est pas tout-à-fait égalitaire, pas du tout même, mais garanti au moins la sécurité. La Révolution, telle qu'elle existait sous Arias tout du moins, c'était une alternative potable, mais encore trop oligarque. C'était la perspective d'une guerre à livrer au nom d'un homme dont on ignorait beaucoup trop. Les Decimas, enfin, ce sont l'arrogance et l'orgueil poussés à leur paroxysme : le droit de régner, comme si une telle chose pouvait exister de manière légitime.

Le Fenice, arrivé à ce stade, s'humecta brièvement les lèvres en repensant à tout ce qu'on avait pu lui narrer sur Centes. Il n'avait jamais eu la chance, ou la malchance de croiser le Monarque personnellement. Il avait toutefois eu la possibilité de rencontrer plusieurs de ses sbires, parmi lesquels Red et Akainu, lors de leur précédente échauffourée. Il ne craignait pas particulièrement leur armée décérébrée et formatée, mais redoutait en revanche qu'ils ne soient pas pris au sérieux par les autorités en place... La Marine était encore susceptible d'endiguer leur progression, bien entendu, mais il fallait lutter fermement pour les pousser dans leurs derniers retranchements. La mort d'un chevalier avait été un bond incontestable dans une telle affaire, mais il restait de nombreux progrès à accomplir, des épreuves d'une difficulté indicible à surmonter afin d'ôter aux Decimas le potentiel destructeur inhumain de leurs troupes d'automates. Sans cervelle, les anciens amiraux n'étaient pas aussi dangereux que Chairoka ou qu'Aston Finley, mais ils possédaient néanmoins des capacités destructrices, des potentiels gargantuesques, susceptibles de libérer sur le commun des mortels un feu vorace et sans pitié à la première folie furieuse du prétendu Roi qui leur ordonnait. Après une brève expiration, le blondinet décida de rentrer plus frontalement dans le vif du sujet afin de permettre au sabreur de comprendre exactement où il voulait en venir.

-Le souci, c'est que ni le Gouvernement Mondial, ni la Révolution, ni les Décimas ne sont plus légitimes que le peuple pour gouverner. S'il est, dans l'immédiat, à notre échelle tout du moins, difficile d'instaurer un véritable système permettant au peuple de récupérer ce qui lui est dû, le pouvoir, il nous est en revanche possible de combattre ce qui le tyrannise, ce qui le brutalise : l'injustice. Tengoku no Seigi, la Justice Céleste... Prétentieux, certainement, mais on ne peut de toute manière pas lutter pour un tel idéal sans faire preuve d'arrogance. "L'homme raisonnable s'adapte au monde ; l'homme déraisonnable adapte le monde à lui-même. C'est donc de l'homme déraisonnable que dépend tout progrès..." Nous sommes déraisonnables, oui. Au nom du bien commun.

Si les dires qu'il venait de prononcer lui semblaient satisfaisants et convaincants, Nakata souhaitait aller un peu plus loin afin d'apporter à Kyoshiro tous les renseignements qu'il avait espéré d'entrevoir via sa précédente interrogation. Il prit ainsi le temps de se servir une légère gorgée de whisky puis, après s'être à nouveau humecté les lèvres, repartit de plus belle, non sans une pointe de nostalgie et de mélancolie dans la voix.

-Hato et moi-même avons fondé l'équipage pour remplacer l'homme que je servais, lors de mes débuts dans la piraterie. Raphaël. Tu en as peut-être entendu parler, puisque j'ai eu sensiblement le même parcours que lui... Montée en puissance, adoration des petites gens, recrutement au sein du corps Schichibukai. Il luttait au nom des opprimés, car on l'avait privé de sa jeune sœur, enlevée par un Tenryubito pour satisfaire ses lubies et ses désirs malsains. Il était fort, mais savait mieux que quiconque quelle terreur inspirait l'impuissance, et à quels extrêmes elle pouvait renvoyer. Plutôt que de sombrer dans la folie ou dans la vilenie, il a fait de sa vie un combat, pour rendre leur dignité à ceux qui en avaient été privés. J'étais dans la marine, à l'époque. Un jeune sergent-chef talentueux, brillant, avec un fruit du démon de type mythique... On me destinait à l'amirauté, et je portais l'espoir de beaucoup de gradés sur mes épaules. Jeune et candide... J'ai été confronté à la réalité du Gouvernement Mondial, à son visage infâme et à ses crimes odieux quand j'ai eu à combattre Raphaël en personne. Ma mission ? Le ralentir, le temps que le Tenryubito qu'il pourchassait soit rapatrié en urgence à Mariejoa... Malheureusement, j'ai réussi. Cette carrière que je mène, ces batailles qui sont les miennes, ces vies que je défends aussi ardemment ne sont ni plus ni moins que mon chemin de croix, que ma pénitence. Il m'a accordé le pardon aveuglément, sans même que je ne lui demande : j'essaye de me rendre digne de sa grandeur, de son sens de la justice, de sa miséricorde. Dieu sait que c'est complexe, mais je crois, pour l'heure, y être parvenu.

Si son faciès s'était progressivement crispé de douleur, de névrose, de tristesse et de regrets bien tangibles au fur et à mesure de sa tirade émotionnelle, il s'était achevé sur une légère quinte de rires à demi-étouffés, guère plus bruyants que le silence ambiant qui, tout en harmonie avec l'obscurité et l'intimité qui les accueillaient tout deux, se montrait de plus en plus assourdissant dès lors que le blondinet fermait les lèvres. Il eut besoin d'une nouvelle expiration lourde avant de reprendre, scrutant Kyoshiro droit dans les yeux avec une franchise indéniable.

-Je ne te demanderai pas de combattre en mon nom, Kyoshiro. Loin de moi cette idée. Ni Damon, ni Alidia, ni Méliandre, Holly ou Hato en leurs temps, ni même Kernoza ou Danaé n'ont à le faire. Vous devez vous battre pour vos idéaux, pour vos croyances. Pour les causes que vous estimez être justes. Moi, je crois que le Monde a besoin d'une justice. Et j'essaye de l'apporter, de gagner en influence, en puissance et en alliés, pour pouvoir imposer aux gouvernements tyranniques et égoïstes ce devoir moral, social et éthique qui devrait être du rang de l'évidence même.

Là-dessus, le capitaine corsaire s'en retourna dans son mutisme, conviant son jeune subordonné à persévérer d'un bref signe de la tête, le tout en récupérant son verre d'alcool et en s'abreuvant avec délectation. La chaleur qui l'embaumait, la puissance de l'alcool qui lui brûlait la gorge le réconfortait presque autant que la promesse d'un lendemain plus glorieux que l'hier.

_________________
Called to the ring, Taking me round by round
It hurts and it stings, Taking me down, down, down
You think that you caught me, I can hear you taunt me
Fractured and I'm falling down, My enemy is watching me bleed

But I'm not dead yet
So watch me burn.
[FB] Naissance d'un lendemain. [PV Kyoshiro] Nak_si10

Revenir en haut Aller en bas
Tadake Kyoshiro
Pirate
Tadake Kyoshiro
Messages : 1797
Race : Humain
Équipage : Tengoku no Seigi

Feuille de personnage
Niveau:
[FB] Naissance d'un lendemain. [PV Kyoshiro] Left_bar_bleue47/75[FB] Naissance d'un lendemain. [PV Kyoshiro] Empty_bar_bleue  (47/75)
Expériences:
[FB] Naissance d'un lendemain. [PV Kyoshiro] Left_bar_bleue226/750[FB] Naissance d'un lendemain. [PV Kyoshiro] Empty_bar_bleue  (226/750)
Berrys: 66.560.000 B

[FB] Naissance d'un lendemain. [PV Kyoshiro] Empty
MessageSujet: Re: [FB] Naissance d'un lendemain. [PV Kyoshiro]   [FB] Naissance d'un lendemain. [PV Kyoshiro] Icon_minitimeMer 12 Avr - 1:39

Naissance d'un lendemain
pv Nakata | Graou Island



Même s'il n'était pas le plus fin des psychologues de ce monde, au fil du temps le jeune homme avait appris que chaque personne en ce mode possédait un but bien précis, une destination à atteindre. Les plus faibles ne désiraient rien de moins que la paix, les plus puissants cherchaient à le rester voire même l’être encore plus et entre ces deux extrêmes se trouvaient tous ceux qui cherchaient à sortir leur épingle du lot de toutes les façons possibles. Cela pouvait passer par le fait de trouver le métier de leurs rêves, de courtiser la femme de leurs rêves et fonder une famille, de gagner le respect de leurs pairs , de devenir célèbre ou encore de braquer assez de banques pour avoir les poches remplies jusqu'à la fin de leurs jours. Il existait pour ainsi dire autant d'objectifs qu'il y avait de personnes dans ce monde et chaque but était aussi louable que celui de son voisin.
Bien sûr il y aurait toujours des divergences et il y aurait toujours quelqu'un pour tenter de prouver qu'il était plus méritant que son voisin mais cela était un tout autre sujet, le but n'était pas de savoir qui méritait le plus d'atteindre son but mais plutôt de savoir comment l'atteindre. Tout le reste relevait du sens de la compétition de tout un chacun.

Même si chacun le faisait assez instinctivement, sans vraiment y réfléchir ou s'en rendre compte, il était important pour individu de se définir un but car sans ligne directrice il finirait par errer comme une âme en peine et gâcherait le don de la vie lui ayant été donné. Tout optimiste qu'il était le jeune homme était persuadé que toute personne finissait forcément par trouver sa voie, que leur but soit de connaître la paix ou d'attraper les étoiles celui-ci finissait par leur être révélé tôt ou tard. Non, en vérité il avait plusieurs fois posé le regard sur des individus si abîmés par la vie qu'ils n'attendaient plus rien d'elle, des hommes et des femmes aux yeux mornes et vides de toute vie, mais même ces tristes rencontrent ne firent pas désespérer l'optimiste de service. Pourquoi ? Parce qu'il était persuadé que chez la plus désespérée des personne résidait encore une petite étincelle d'espoir, une minuscule lueur qu'une main tendue ou un service rendu pourraient réveiller.
Savoir s'il avait raison était un autre sujet, mais c'était en tout cas ce à quoi il voulait fermement croire.

Alors qu'avait-il choisi, lui ? D'aucuns diraient que choisir d'aider les autres dénotait peut-être d'un manque de personnalité ou de volonté de s'affirmer, le jeune homme projetant ses envies à travers les autres plutôt que de les crier haut et forme à la face du monde, tandis que d'autres voyaient en cet altruisme et cette générosité désintéressée la marque de la plus douce des âmes. Que pensait donc le principal concerné de tout cela ? Rien du tout. Non, en vérité il n'avait jamais pris le temps de réfléchir à tout cela, jamais pris le temps de se demander si une autre voie le rendrait plus heureux : il n'imaginait pas vivre sa vie autrement qu'en aidant les autres.

Mais aujourd'hui ce n'était pas lui qui était au centre de l'attention, ou tout du moins pas encore. Aujourd'hui le jeune homme avait suffisamment gagné confiance en lui pour oser poser des questions et aplanir plusieurs mois d'un partage à sens unique. À sens unique, oui, car son capitaine n'avait jamais pris la peine d'expliquer quoi que ce soit, peut-être n'avait-il fait qu'attendre qu'on lui pose les bonnes questions. Les raisons de ce mystère importaient peu désormais car le maudit en avait assez d’avancer à l'aveugle, il en avait assez de se nourrir seulement d'espoir sans savoir vers où il se dirigeait. Si son capitaine n'était pas capable d'expliquer de lui-même le but de tout ce qu'il entreprenait alors il incombait à Kyoshiro de lui exiger de telles explications.

Exiger, oui.

Le dos posé contre le siège du fauteuil dans lequel il était enfoncé, les sabres toujours allongés sur ses jambes, L'épéiste tendit les oreilles et écouta l’interminable tirade du phénix. Présentant les différentes factions qui sévissaient dans le monde, le phénix ne manqua pas de mettre en avant le côté imparfait du gouvernement mondial qui ne trouva aucun écho dans l'esprit du jeune épéiste. Où étaient la perversion et les péchés ? Kyoshiro ne pouvait comprendre ce qu'il n'avait jamais connu, il ne pouvait pas prendre pour argent comptant ce qu'on lui disais sans l'avoir lui-même observé. Espérait-il voir la preuve de cette imperfection dans un futur proche ? Pas vraiment, une partie de lui aurait voulu que son capitaine se trompe, mais il savait qu'une telle preuve lui sauterait tôt ou tard à la figure.
Acceptant le point de vue de son capitaine, le sabreur resta imperturbablement silencieux tandis que le phénix continuait sa propre explication. Le pouvoir au peuple, voilà à quoi pouvait se résumer la suite du speech du phénix qui ne manqua pas de mettre en avant le principe de justice qui semblait régir sa vie. Il pensait les organisations actuelles incapables de gouverner correctement le peuple t, ainsi, le phénix pensait qu'il était de son devoir que de se battre pour apporter la justice et l'égalité dont les petites gens avaient cruellement besoin. Oh oui l'épéiste se savait déraisonnable de par la voie qu'il empruntait, mais il se sentait un peu moins seul dans ce domaine en entendant le phénix rappeler son désir de combattre les tyrans de ce monde et ce désir se retrouvait jusque dans le nom de son équipage.

En d'autres occasions Kyoshiro aurait souri pour mettre en avant son accord avec ce point de vue mais ici il se retint, se contentant de hocher la tête alors que son capitaine se pencha sur une partie un epu plus personnelle de son explication. Un coup d’œil suffit à kyoshiro pour remarquer qu'il était douloureux à son capitaine d'évoquer ces événements mais il ne le stoppa par pour autant, décidant que si le phénix voulait lui dévoiler ses erreurs et la nature de la rédemption qu'il cherchait à atteindre alors il ne lui appartenait pas de couper le mythique dans son élan.

Il avait fait des erreurs comme tout le monde mais il en avait chèrement payé le prix et, en ce sens, Kyoshiro pouvait également se retrouver dans ces explications. Bien entendu ses erreurs n'étaient pas aussi douloureuses que celles du blondinet mais elles restaient ancrées en lui malgré tout, la seule différence était que le lumineux maudit ne mettait pas sa vie en jeu pour la mémoire de quelqu'un ou pour respecter une promesse mais bien parce que c'était dans sa nature profond d'agir ainsi. Il n'avait jamais eu besoin de raison pour aider ou se lever contre l'injustice, les récents événements lui avaient simplement donné la force et la détermination d'aller plus loin que de simplement se lever et protester. Il pouvait désormais agir, avec ses propres mains.

Puis vint enfin la fin du discours, celle où le capitaine enjoignit son subordonné à ne pas se battre en son nom. Cette seule phrase sortit l'épéiste de son mutisme.

 « Je te rassure, je ne le fais pas. Je ne me bats pas pour toi mais pour ceux qui ne le peuvent pas. »


Kyoshiro aurait vraiment voulu expliquer ses croyances profondes mais il se ravisa, les explications étaient celles de son capitaine et pas des siennes. Les siennes viendraient-elles ? Sans doute que non, si personne ne lui avait demandé ses raisons et ses croyances depuis son incorporation alors ce ne serait pas aujourd'hui que cela commencerait.
Se battre avec quelqu'un était une chose mais Kyoshiro ne voulait pas que son existence entière soit associée à celle du Phénix, il possédait des croyances qui lui étaient propres et il ne désirait pas devenir une simple extension du maudit mythique face à lui. Suivre quelqu'un ne voulait pas dire être d'accord sur tout, Kyoshiro n'était pas aussi enclin à la violence que son capitaine mais leurs parcours étaient également bien différents.
Ressentant une pointe de vertige à la vue de ce combat qui lui semblait tout à coup presque insurmontable voire même infini, Kyoshiro lâcha une autre question :

 « Verrons-nous seulement la fin de cette lutte de notre vivant ? »


Combattre était une chose mais l'épéiste désirait ardemment voir le changement arriver de ses propres yeux, c'était la chose la plus naturelle que de voir naître le résultat de son travail. Non ? Mais, avant même que la réponse ne lui soit connue, il posa la dernière question qui s'imposait, tout désireux qu'il était de savoir vers où l'équipage se dirigeait à présent.

 « Quelle est la suite ? »





© ANARCISS sur epicode
Revenir en haut Aller en bas
Fenice Nakata
The Phoenix
Fenice Nakata
Messages : 15024
Race : Humain
Équipage : Tengoku no Seigi

Feuille de personnage
Niveau:
[FB] Naissance d'un lendemain. [PV Kyoshiro] Left_bar_bleue52/75[FB] Naissance d'un lendemain. [PV Kyoshiro] Empty_bar_bleue  (52/75)
Expériences:
[FB] Naissance d'un lendemain. [PV Kyoshiro] Left_bar_bleue879/1000[FB] Naissance d'un lendemain. [PV Kyoshiro] Empty_bar_bleue  (879/1000)
Berrys: 2.235.426.002 B

[FB] Naissance d'un lendemain. [PV Kyoshiro] Empty
MessageSujet: Re: [FB] Naissance d'un lendemain. [PV Kyoshiro]   [FB] Naissance d'un lendemain. [PV Kyoshiro] Icon_minitimeMer 12 Avr - 21:57

Naissance d'un lendemain.
feat. Kyoshiro
Le diable même a besoin d'un compagnon. Proverbe indien.


La première des deux interrogations qui suivirent sa prise de parole et sa tirade si intime et si véridique attira sur les lèvres du blondinet un sourire amusé. La perspective de la mort face à l'immensité de la tâche qui leur restait à accomplir, face au titanesque qu'incarnaient les épreuves qui risquaient encore de s'offrir à eux dans les années à venir était indéniablement palpable. Même le Phoenix y avait pensé de nombreuses fois durant : les décès prématurés de Raphaël et d'Hate l'y avaient notamment convié à de maintes reprises. Il devait admettre que la perspective d'un avenir destiné à la lutte âpre à laquelle il se destinait était glorifiant, mais également indubitablement effrayant, d'un certain côté. Nakata n'était guère du genre insouciant, pas autant tout du moins qu'il ne le laissait paraître : il savait qu'il n'était un homme, peut-être plus doué ou plus intelligent que d'autre, mais guère invincible malgré tout. Leurs ennemis étaient légions, aussi innombrables finalement que le nombre de péchés envisageables et de crimes accomplis sans la moindre inquiétude pour leurs malfaiteurs. Les forbans qui, sans foi ni loi, se complaisaient au viol et au pillage de populations impuissantes et réduites à la passivité face à la force des armes, bien entendu, mais également les gouvernementaux véreux, davantage attirés par la perspective de l'argent et de l'honneur que par le désir du travail bien fait, ou encore les révolutionnaires avides de brutalité et de lutte sanguinaire, incapables de songer à un lendemain heureux et équitable pour tous... Il s'agissait là d'une liste non exhaustive et qui, pourtant, comportait quelques pointures et combattants d'une compétence indéniables. C'est pour cela que, sans la moindre trace de son optimisme habituel, l'artiste répondit avec simplicité et lucidité.

-J'en doute fort. Les injustices existeront toujours, tant que la justice sera envisageable... Et vice versa, fort heureusement.

Aussi sûrement qu'il existerait des riches tant qu'il demeurait des miséreux, aussi sûrement que certains seraient considérés comme étant idiots tant que d'autres apparaîtraient en véritables génies, il était certain que cette lutte ne pourrait jamais trouver de fin absolue. Ce que pensait le Fenice, toutefois, c'était qu'ils avaient, quant à eux, la possibilité d'améliorer drastiquement la situation afin d'améliorer les peines qu'avaient à subir les gens du commun. Une tâche qui semblait nettement moins aberrante et extraordinaire que la perspective d'une abolition pure et dure des injustices, mais qui demeurait néanmoins colossale.
Pour autant, le Phoenix ne s'inquiétait jamais véritablement quant à sa fin, car il savait que, parvenu là où il siégeait, elle entraînerait invariablement la naissance d'un lot conséquents d'autres rêveurs, d'autres belligérants susceptibles de persévérer dans le sillon qu'il avait continué d'élargir, à la suite de Raphaël. Il n'était finalement ni plus ni moins qu'un rouage, et il s'évertuait dorénavant à devenir une pièce suffisamment imposante pour pouvoir en entraîner tout un tas d'autres.

La seconde question que lui posa Kyoshiro était toutefois nettement plus tangible et plus concrète que toutes les précédentes réunies. Il ne s'agissait plus seulement d'idéologie ou d'hypothèses, mais d'un schéma bien concret, celui qu'avait commencé à dresser le Schichibukai depuis quelques temps. Même s'il revêtait fréquemment un habit désinvolte et des habitudes légères, frivoles, le garçonnet n'en avait pas moins été bercé à l'art de la guerre : toute stratégie se devait de naître prématurément, sans quoi il était impossible de la composer avec brio. Nakata avait, à ce titre, envisagé un certain nombre de pistes et de chemins à suivre, et même s'il s'autorisait une ou deux déviations en fonction des opportunités qui s'offriraient à Tengoku no Seigi à l'avenir, il avait bel et bien l'envie, la motivation d'y demeurer fidèle coûte que coûte. Il commença par conséquent par les fondamentaux, ce que son camarade savait déjà, pour enchaîner sur les projets en eux-mêmes, plus tangibles et plus clairs que jamais.

-Nous allons trahir le Gouvernement Mondial et recouvrer notre indépendance pendant que Damon et les autres s'en iront jusqu'à Shabondy. On les retrouvera lorsque cela sera possible, mais nous allons avoir, jusque-là, du pain sur la planche. En premier lieu, nous allons attaquer Impel Down, la prison la mieux gardée du Gouvernement Mondial. Erwin pourra nous y introduire, et nous y libérerons le plus grand nombre des prisonniers de l'étage six, à savoir les prisonniers les plus redoutables du point de vue de la marine. Certains, les sanguinaires et les fous, devront être contenus ici ou rendus... Mais les autres pourront nous servir, augmenter considérablement l'effectif de notre flotte, servir nos alliances et nous prêter main forte dans les luttes à venir. Avec un peu de chance, nous pourrons utiliser ce fait d'arme pour permettre à Erwin de gagner promptement en crédibilité auprès de ses pairs révolutionnaires. Cela devrait le permettre de s'imposer en tant que nouveau chef. Il remplira son rôle avec plus de compétence et de transparence qu'Arias en son temps, j'en suis convaincu.

Gagnant-gagnant. Il utilisait le pouvoir fantastique du rouquin pour parvenir à ses fins, et ce dernier jouissait directement des retombées positives en cas de réussite. Il s'agissait assurément d'un pari risqué, mais le corsaire était désormais prêt à encourir tous les risques. La perspective d'un combat mené directement face à Satan s'avérait par ailleurs alléchante, même si le capitaine devait admettre qu'il n'était pas tout-à-fait sûr de pouvoir en réchapper : la fin justifiait amplement les moyens, pour le coup. Gagner autant d'alliés de qualité d'un coup d'un seul risquait fort de signifier purement et simplement un renouveau absolu de Tengoku no Seigi, ou tout du moins sa brutale montée en puissance. Ils inquiétaient, pour l'heure, certes, mais pas suffisamment à son goût : lorsque les pires dissidents à cet ordre mondial précaire et imparfait décideraient de lutter à leurs côtés, les Gouvernementaux n'auraient d'autre choix que de les considérer tous comme étant des cibles absolument prioritaires. Cela n'était, toutefois, que la première étape d'un parcours plus complexe et plus éreintant...

-Nous nous rendrons ensuite sur le Nouveau Monde, où nous déclarerons la guerre à Hadès. C'est un Yonkou brutal et sanguinaire, issu d'une ère désormais révolue : il sera un parfait symbole pour la transition que l'on espère incarner. Une fois tombé, nos alliés nous permettront de récupérer et de sécuriser ses possessions actuelles, tout en évitant des conflits directs avec d'autres Nebulas.

Le titre d'Empereur. Le Fenice n'y faisait aucune fixette particulière, mais il s'agissait assurément d'une étape nécessaire à franchir afin de parvenir à son objectif absolu, à son dessein originel, à son rêve le plus inavouable. Lorsqu'il disposerait d'une armée conséquente et unifiée, lorsqu'il jouirait du soutien indéfectible d'un certain nombre de fieffés forbans et d'autres révolutionnaires, lorsqu'il aurait tissé d'étroites alliances susceptible de garantir la paix sur les territoires qu'il aurait fraîchement conquis, alors il ne lui resterait plus qu'à abattre son ultime carte...

-Pour finir, nous attaquerons tous ceux qui malmènent la liberté, l'égalité et la justice, de quelque manière que ce soit. Erika Orato, Konan Harishigawa, Centes Decima... La Marine et son Gouvernement hideux. Tous. Nous les détruirons, pour rétablir à la suite un nouvel équilibre, plus équitable que l'ancien. Je n'ai pas vocation à régner, ça non. J'ai vocation à pacifier, quoi qu'il arrive.

Une nouvelle réponse venait d'être offerte aux doutes incertains du jeune épéiste. Il possédait désormais toutes les informations qu'il avait préalablement quémandé : restait à savoir s'il serait désormais satisfait, ou si cela ne ferait que naître davantage de doutes en son for intérieur. Curieux d'avoir un aperçu du résultat qu'il obtiendrait, le Phoenix s'abreuva une fois de plus, inlassable, patientant calmement sans plus hausser le ton.


_________________
Called to the ring, Taking me round by round
It hurts and it stings, Taking me down, down, down
You think that you caught me, I can hear you taunt me
Fractured and I'm falling down, My enemy is watching me bleed

But I'm not dead yet
So watch me burn.
[FB] Naissance d'un lendemain. [PV Kyoshiro] Nak_si10

Revenir en haut Aller en bas
Tadake Kyoshiro
Pirate
Tadake Kyoshiro
Messages : 1797
Race : Humain
Équipage : Tengoku no Seigi

Feuille de personnage
Niveau:
[FB] Naissance d'un lendemain. [PV Kyoshiro] Left_bar_bleue47/75[FB] Naissance d'un lendemain. [PV Kyoshiro] Empty_bar_bleue  (47/75)
Expériences:
[FB] Naissance d'un lendemain. [PV Kyoshiro] Left_bar_bleue226/750[FB] Naissance d'un lendemain. [PV Kyoshiro] Empty_bar_bleue  (226/750)
Berrys: 66.560.000 B

[FB] Naissance d'un lendemain. [PV Kyoshiro] Empty
MessageSujet: Re: [FB] Naissance d'un lendemain. [PV Kyoshiro]   [FB] Naissance d'un lendemain. [PV Kyoshiro] Icon_minitimeJeu 13 Avr - 1:38

Naissance d'un lendemain
pv Nakata | Graou Island



L'ancien candide n'était pas là pour juger mais simplement pour essayer de comprendre. Lui qui ne connaissait presque rien de la vie et de la souffrance humaine ne pouvait se targuer de savoir différencier clairement le bien du mal sans toutes les nuances de gris qu'il y avait autour, il ne pouvait guère faire plus qu'écouter et observer en se gardant d'émettre tout jugement de valeur à l'encontre des propos tenus par ses interlocuteurs.L'épéiste n'avait pas assez vécu pour se permettre de juger ses pairs, il n'avait pas connu la souffrance qui accompagnait la perte d'un être cher et son esprit n'était marqué par par les minces sceaux de l'échec et de l'abandon : deux marques ridiculement petites en comparaison de celles de son capitaine.
Pendant de longues années le jeune homme avait coulé des jours heureux, tout inconscient qu'il était de la vraie nature de ce monde il faisait son petit bonhomme de chemin sans se rendre compte de ce qu'il ratait. Son gardien avait toujours bien fait attention de ne garder que le meilleur et chasser le pire de ses souvenirs, enfermant l'ancien candide dans la bulle d'un monde aussi utopique qu’irréel sans que celui-ci ne se rende compte du subterfuge. Ainsi, pendant qu'il vivait une vie qui n'existait que dans sa tête, d'autres souffraient et mourraient sans qu'il n'en ait seulement conscience. Il y avait fallu plus de deux décennies pour se rendre compte que sa vie était basée sur un simple mais douloureux mensonge, il lui avait fallu plus de deux vingt années pour réaliser qu'il était le plus grand hypocrite du monde et à peine quelques jours pour s'en remettre.
Hypocrite parce qu'il demandait aux autres de continuer à espérer alors qu'il avait fui la douleur par pure couardise, hypocrite parce qu'il demandait aux plus démunis de faire face alors qu'il ne l'avait pas fait, hypocrite parce qu'il se voilait la face sur la véritable nature de ce monde.

Alors non il n'était pas parfait et son altruisme ne compenserait jamais totalement son hypocrisie, mais il faisait de son mieux pour être aussi vertueux que possible aussi bien pour racheter sa lâcheté passée que parce que cela faisait partie de la voie du bushido qui était la sienne.

Aujourd'hui c'était au tour du subordonné que d'apprendre à comprendre, à comprendre son capitaine et le parcours réalisé jusque là par le maudit mythique. Comme beaucoup de gens celui-ci avait fait des erreurs et luttait pour se faire pardonner, comme beaucoup il avait souffert et malheureusement son fruit n'était pas à même de soigner cette souffrance-là. La justice si chère au cœur du blondinet était plus que louable mais, tout pacifiste qu'il était, Kyoshiro était inquiet à l'idée de ne voir jamais aucun changement arriver. Verraient-ils cette luttre prendre fin de leur vivant ? Il posa la question et la réponse ne lui plut pas le moins du monde.

Selon son capitaine les injustices seraient toujours là ce qui prouvait bien que son action pouvait semblait futile, les injustices venaient donc des Hommes de manière générale et pas unique des castes dirigeantes de ce monde. Dans ce cas pourquoi débuter une énième épopée guerrière ? Ce fut avec cette question en tête que l’épéiste demanda :

 « C'est donc un éternel recommencement. Plutôt que de détruire et reconstruire, ne serait-il pas plus sage d'éduquer les Hommes pour les changer? Si les injustices finissent toujours par renaître, les détruire une par une ne fait finalement que gagner du temps. Les malheureux abîmés par la vie ont besoin d'une paix, pas d'un répit. »


Contrairement à beaucoup d'autres Kyoshiro n'avait pas perdue sa croyance qu'il était toujours possible de changer le monde avec des mots, sans avoir besoin de verser de sang,. Bien sûr les récentes histoires avaient su lui montrer que la violence -même justifiée – était un raccourci plus efficace qu'il ne devait pas considérer comme une habitude, mais cette tirade sur le renouveau de l'injustice le fit hésiter. Était-ce véritablement un combat sans fin, et donc aussi épuisant qu'inutile ? Était-ce donc comme tenter de combattre les vagues qui, marées après marées, revenaient forcément pour tenter de l'engloutir de nouveau ? Cette pensée l'épuisa plus que tous les récents combats réunis.

Non, il ne pouvait croire que tout ce qu'ils faisaient était de gagner un peu de temps, au fond de lui résidait encore la volonté de changer durablement les choses et d'apporter une paix dont les plus faibles n'auraient pas à craindre le départ. Baissant la tête en réfléchissant à ses propres propos marqués d'une naïveté évidente, Kyoshiro ne put s’empêcher de sourire face à son propre optimisme qui frôlait dangereusement avec la bêtise. La paix pour tous ? Plus de souffrance ? Était-il encore en train de vivre dans la bulle utopique qui avait été la sienne pendant si longtemps ?
N'attendant pas que son capitaine rebondisse sur ses propos des plus naïfs, il crut bon d'ajouter :

 « Je sais, pas la peine de le dire. C'est stupide d'être aussi naïf. »


Il ne pouvait simplement pas s'empêcher de vouloir le meilleur même si c'était hors de sa portée, il voulait le meilleur pour ceux n'ayant pas la force de l'obtenir. Chassant ce pan de la discussion dans un recoin de sa tête, Kyoshiro reporta son attention sur la suite du discours concernant les actions à venir. Fut-il surpris par les propos de son supérieur ? Ses yeux ronds comme des billes prouvèrent que oui, l'ancien candide n'était pas assez bon acteur pour masquer ce qu'il pensait, au lieu de cela il se contenta de se murer dans un difficile silence. Attaquer la prison la mieux gardée du gouvernement mondial, ces mots semblaient si lointains que le maudit ne se rendit pas tout de suite compte de l'ampleur de cette tâche mais, quand il réalisa enfin, le vertige que cela provoqua chez lui manqua de balayer presque tout le reste du speech du capitaine. Manqua, seulement.
Graou Island, Area eleven, Time End, Alabasta, le Colisée,Wa no kuni et Time End de nouveau,. Pour un pacifiste l'épéiste avait du mal à garder une liste complète de tous ses combats et pourtant celui-ci s'annonçait comme le plus difficile de sa carrière. Pendant un instant il pensa même demander le pourcentage de chance d'en revenir en vie mais il se ravisa bien vite, concluant que ce n'était pas le moment de rentrer dans de tels détails.
Nakata allait redevenir un grand nom de la piraterie, Erwin allait devenir un grand nom de la révolution et lui serait...une ombre lumineuse ? Un grand nom parmi les seconds couteaux ? Un assistant glorifié ? Cette question le hantait toujours mais pour le moment il décida de la remettre de côté.
Ainsi son capitaine voulait défendre un des quatre Empereurs ? L'évocation du nom Yonkou le fit immédiatement penser à Eko Taka, ce qui le poussa à lâcher :

 « Eko Taka pourrait peut-être t'y aider. C'est un homme bien, du moins c'est l'impression que notre rencontre m'a laissé. »


Il ne lâcha pas cela pour se mettre en avant mais comme simple proposition, se doutant déjà du refus de son capitaine qui ne désirerait sans doute pas s'allier avec un autre Empereur pour en remplacer un. Puis vint la fn du discours, celle où le capitaine se dévoila comme pacificateur plus que meneur, ce que le maudit lumineux ne tenta pas de corriger. Au lieu de cela il ajouta son petit avis sur la question en guise de conclusion :

 «  Combattre jusqu'à ce que nous soyons trop vieux ou trop morts, en somme.. Si souffrir est le prix à payer pour que d'autres n'aient pas à le faire, je paie volontiers. »




© ANARCISS sur epicode
Revenir en haut Aller en bas
Fenice Nakata
The Phoenix
Fenice Nakata
Messages : 15024
Race : Humain
Équipage : Tengoku no Seigi

Feuille de personnage
Niveau:
[FB] Naissance d'un lendemain. [PV Kyoshiro] Left_bar_bleue52/75[FB] Naissance d'un lendemain. [PV Kyoshiro] Empty_bar_bleue  (52/75)
Expériences:
[FB] Naissance d'un lendemain. [PV Kyoshiro] Left_bar_bleue879/1000[FB] Naissance d'un lendemain. [PV Kyoshiro] Empty_bar_bleue  (879/1000)
Berrys: 2.235.426.002 B

[FB] Naissance d'un lendemain. [PV Kyoshiro] Empty
MessageSujet: Re: [FB] Naissance d'un lendemain. [PV Kyoshiro]   [FB] Naissance d'un lendemain. [PV Kyoshiro] Icon_minitimeDim 16 Avr - 17:51

Naissance d'un lendemain.
feat. Kyoshiro
Le diable même a besoin d'un compagnon. Proverbe indien.


Éduquer les hommes pour les changer. L'idée dont Kyoshiro venait d'accoucher n'était pas sotte, et l'artiste, en grand penseur et en artiste dévoué, y avait souvent songé... Cela était assurément un instrument de paix et de fraternité que le savoir partagé, que la connaissance au service des bonnes causes. En sortant les gens de la misère et leur faisant comprendre qu'ils étaient une infime et vaine partie d'un tout plus grand, on avait la possibilité de les renvoyer face à la pauvreté, à la misère de leur condition initiale. C'était un constat froid, brutal et implacable mais qui avait, a minima, le mérite de rappeler à tout un chacun qu'ils n'étaient pas indispensables ni même cruciaux quant au bon déroulement de l'Histoire de l'Humanité, quant à la vie de milliards d'êtres sur lesquels ils n'auraient jamais le moindre moyen d'exercer une influence, de la plus petite à la plus titanesque. Pour autant, si la culture et le savoir permettaient aux hommes de transcender l'égoïsme et la vanité qui leur était propre en temps normal, tout cela donnait parfois des instruments supplémentaires aux fous et aux déséquilibrés, qui puisaient dans la violence de la philosophie ou dans l'isolation de leur propre personne vis-à-vis du genre humain, lui-même ridicule mis en comparaison face au règne du vivant tout entier, et à tout ce qui s'étendait par-delà leur conception, pour rendre légitimes leurs actions tyranniques et leur brutalité. Les Tenryubitos, à titre d'exemples, ne manquaient pas de savoir : ils en jouissaient au contraire avec férocité, de même que les gouvernementaux véreux qui se hissaient jusqu'en haut de la hiérarchie pour jouir de privilèges personnels. L'arrogance et l'orgueil poussait fréquemment une frange relativement importante de la population à vouloir s'arroger des droits qui piétinaient la liberté des autres : ces péchés-là et leurs conclusions ne pouvaient pas être combattus simplement, par la distribution de livres ou la dispense de cours magistraux, aussi pertinents et généreux puissent-ils être.

Cependant, s'il aurait assurément apprécié le fait d'avoir à débattre à ce sujet avec son camarade, le Phoenix sut s'en retenir : là n'était pas la question, et l'épéiste trancha rapidement en évacuant cette thèse, qu'il jugea hâtivement comme étant naïve. Ce n'était pas tout-à-fait faux, mais pas tout-à-fait vrai non plus : pour Nakata, le problème d'une telle hypothèse relevait davantage de l'époque plutôt que du genre humain dans sa globalité. Les mœurs et les traditions changeaient, lentement mais sûrement, au fil des générations et même des siècles : arriverait ainsi peut-être un jour où la normalité serait de vivre en paix les uns avec les autres, dans la joie et la générosité, la chaleur et la bienveillance, la culture et l'ouverture, la tolérance et l'appréciation d'autrui. Un tel jour signifierait dans tous les cas la fin de bien des vices... Et si le Schichibukai était pratiquement persuadé de ne jamais être témoin direct d'une telle époque, il ne perdait pas espoir, et voulait tout simplement faire partie de ces rouages qui, au fil du temps, permettrait à l'humain de s'émanciper, de transcender, justement, cette vaine condition qui était initialement la sienne. Le mythique voulait changer les choses car c'était à force de modifications, même minimes, à force d'insurrections et d'indignations que ce lendemain bienheureux finirait par s'annoncer. S'il était illusoire de vouloir changer une société aussi complexe et épineuse du tout au tout du jour au lendemain, il était néanmoins permis d'espérer des changements positifs et progressifs, afin de tirer la civilisation humaine de son bourbier de brutalité et de précarité dans lequel elle semblait actuellement se complaire, faute de mieux. Toutefois, toutes ses pensées élaborées et philosophiques furent balayées d'un revers de la main par l'immense état de stupéfaction dans lequel Kyoshiro le précipita d'un coup d'un seul, en évoquant le nom d'un grand Homme qu'il n'aurait jamais cru cité dans de telles conditions : Eko Taka.

-Attends... Quoi ?

Incompréhensif, le capitaine de Tengoku no Seigi évacua d'un coup d'un seul les autres dires de son subordonné et jeune ami pour se focaliser sur ce qui lui semblait être le plus important, le plus capital dans ses divers dires. Cette information, le blondinet n'en avait pas encore eu vent, mais il semblait que Kyoshiro avait eu l'opportunité de rencontrer Eko Taka, l'un des Yonkous, au cours de diverses pérégrinations qui avaient les siennes durant leur plus ou moins brève séparation. S'il était incapable de savoir s'il espérait l'aide d'un aussi grand guerrier ou s'il préférait s'en remettre à sa propre compétence dans l'immédiat, le Fenice savait en revanche une chose : que les aventures qu'avait vécu le maudit de la lumière de son côté n'avaient pas grand chose à envier au tumulte qu'il avait enduré lors de sa prompte conquête d'Armageddon Town... Tout au contraire, même. Ainsi, s'il s'était mécaniquement redressé sur son siège à l'évocation de ce nom, le musicien prit à nouveau un instant afin de retrouver son calme, le tout précédent une nouvelle prise de parole bercée par un sourire interloqué et manifestement empreint d'une surprise indicible.

-Là, pour le coup, tu me prends de court... Tu as été sur le Nouveau Monde, alors ? Qu'est-ce qu'il s'est passé ?

De manière générale, le Capitaine Corsaire n'avait pas eu beaucoup l'occasion de feuilleter la presse gouvernementale ces derniers jours... Mais il était de toute manière certain qu'il n'y aurait pas trouvé grande information au sujet des événements qui auraient éventuellement pu concerner son camarade. La marine ne jetait que de très rares coups d’œil sur la géopolitique du Nouveau Monde, et ils n'avaient aucune véritable raison de citer le nom d'un pirate officiellement rattaché à un Schichibukai, à moins qu'il ne se rende coupable d'un crime effroyable. En bref, Nakata avait pour l'heure soif de renseignements véridiques : il lui était inenvisageables de poursuivre leur discussion comme si de rien n'était. Certes, il avait un devoir de transparence et de communication à l'égard du jeune épéiste... Mais l'inverse aussi était vrai.


_________________
Called to the ring, Taking me round by round
It hurts and it stings, Taking me down, down, down
You think that you caught me, I can hear you taunt me
Fractured and I'm falling down, My enemy is watching me bleed

But I'm not dead yet
So watch me burn.
[FB] Naissance d'un lendemain. [PV Kyoshiro] Nak_si10

Revenir en haut Aller en bas
Tadake Kyoshiro
Pirate
Tadake Kyoshiro
Messages : 1797
Race : Humain
Équipage : Tengoku no Seigi

Feuille de personnage
Niveau:
[FB] Naissance d'un lendemain. [PV Kyoshiro] Left_bar_bleue47/75[FB] Naissance d'un lendemain. [PV Kyoshiro] Empty_bar_bleue  (47/75)
Expériences:
[FB] Naissance d'un lendemain. [PV Kyoshiro] Left_bar_bleue226/750[FB] Naissance d'un lendemain. [PV Kyoshiro] Empty_bar_bleue  (226/750)
Berrys: 66.560.000 B

[FB] Naissance d'un lendemain. [PV Kyoshiro] Empty
MessageSujet: Re: [FB] Naissance d'un lendemain. [PV Kyoshiro]   [FB] Naissance d'un lendemain. [PV Kyoshiro] Icon_minitimeLun 17 Avr - 23:47

Naissance d'un lendemain
pv Nakata | Graou Island



Si le concept de renommée était assez étranger à l'esprit marqué d'innocence du jeune épéiste, celui-ci était assez au fait du monde et de ses divers canaux de communication à commencer par le journal. Il savait que le gouvernement reportait les informations les plus marquantes dans les journées afin d'informer la population des plus grands changements qui avaient lieu aux quatre coins de ce monde. C'était ainsi que le jeune homme s'était fait connaître, bien malgré lui, grâce à ses actions lors des plus combats de sa carrière et que cela avait amené l'un des Empereurs de ces mers à tourner son attention vers lui. Si le monde avait pu entendre parler de combats aussi violents que rapides, le jeune épéiste supposait que tous devaient déjà être au courant de l'entrevue entre cet épéiste montant et le célèbre Eko Taka, mais la réaction soudaine de son capitaine lui fit comprendre qu'il était dans l'erreur.

Se rendant compte qu'il venait de lâcher une énorme information qu'il s'il ne s'agissait que d'une broutille, ayant ignoré la possibilité que tous ne puissent pas être au courant de cet entretien, le maudit ne fit pas attendre son capitaine plus longtemps et dévoila quelques détails.

 « Il m'a invité chez lui, sur Wanokuni. Je ne sais d'ailleurs toujours pas ce qui, chez moi, a pu attirer son attention mais ce n'est pas grave. »


Bien sûr que si il savait très bien ce qui avait attiré l'Empereur car celui-ci le lui avait expliqué très clairement, le fait le plus marquant était sa lutte contre un zoan éveillé au sein de cet immense Colisée, mais le maudit ne désirait pas rentrer davantage dans les détails pour ne pas se mettre en avant plus que nécessaire : ce n'était pas du tout son genre. Il aurait pu décrire l'architecture de cette île et l'ambiance qui y régnait, autant d'éléments qu'il ne pourrait chasser aussi aisément de sa mémoire , mais le maudit supposa que cela n'intéresserait pas son capitaine sans doute plus intéressé par les faits qu'autre chose.
S'avança dans son siège, les mains jointes et les coudes posés sur ses cuisses, le maudit rassembla ses pensées quelques instants pour en extraire les informations utiles et pertinentes, faisant le tri parmi la montagne d'informations qui tourbillonnaient dans sa tête. Décidant de parler brièvement de son combat contre ce criminel avec un bras en moins, le maudit lâcha finalement :

 « C'était un séjour riche en rebondissements. Il m'a demandé de devenir son élève, ce Mendela Yorkshire est arrivé et j'ai eu plus que ma dose d'action face à lui et ses hommes. Si toutes les îles du Nouveau Monde sont aussi agitées que celle-ci, on risque de ne vraiment pas s'ennuyer.»


L'évocation de cet affrontement fit jaillir dans l'esprit de l'épéiste les images de destruction que provoquèrent les affrontements générés par l'arrivée de Mendela et ses alliés du moment. Kyoshiro n'était pas très fier d'avoir participé à cet accès de barbarie mais il pouvait être fier d'avoir évité le pire à cette île et d'avoir gagné l'attention et l'intérêt d'un grand nom de ce monde. Qui aurait cru qu'un anonyme comme lui aurait pu en être capable ?
Il s'agissait désormais de regarder vers l'avenir comme pouvait le faire son capitaine et, surtout, de ne pas rester sur ses acquis et ses victoires passées. En parlant d'avenir justement le jeune homme fouilla dans sa veste et, coincée entre deux de ses doigts, il en ressortit la lettre donnée par Mewi un peu plus tôt. Regardant d'un air pensif cette lettre et ce qu’elle représentait à ses yeux, il rajouta :


 « À commencer par l’île des hommes-poissons...»



© ANARCISS sur epicode
Revenir en haut Aller en bas
Fenice Nakata
The Phoenix
Fenice Nakata
Messages : 15024
Race : Humain
Équipage : Tengoku no Seigi

Feuille de personnage
Niveau:
[FB] Naissance d'un lendemain. [PV Kyoshiro] Left_bar_bleue52/75[FB] Naissance d'un lendemain. [PV Kyoshiro] Empty_bar_bleue  (52/75)
Expériences:
[FB] Naissance d'un lendemain. [PV Kyoshiro] Left_bar_bleue879/1000[FB] Naissance d'un lendemain. [PV Kyoshiro] Empty_bar_bleue  (879/1000)
Berrys: 2.235.426.002 B

[FB] Naissance d'un lendemain. [PV Kyoshiro] Empty
MessageSujet: Re: [FB] Naissance d'un lendemain. [PV Kyoshiro]   [FB] Naissance d'un lendemain. [PV Kyoshiro] Icon_minitimeVen 28 Avr - 15:14

Naissance d'un lendemain.
feat. Kyoshiro
Le diable même a besoin d'un compagnon. Proverbe indien.


Pour une nouvelle fois, l'humilité de Kyoshiro le poussa à ne guère être prodigue en informations et en renseignements quant à l'intérêt qu'Eko Taka lui portait, pas plus que quant aux événements qu'il avait eu à affronter une fois sur le Nouveau Monde, aux côtés du célèbre Yonkou. Pour le peu que Nakata en savait, la guerre faisait rage du côté de l'Empereur Aveugle, qui avait affaire aux troupes nombreuses quoique manquantes singulièrement de disciplines des chasseurs de primes, menés par Mijushike Hojo. Des batailles âpres et sanglantes s'y déroulaient depuis quelques mois, et l'Union des Chasseurs, épaulée de temps à autres au niveau militaire et logistique par les quelques bases de la marine, parvenait petit-à-petit à prendre l'avantage, au point de compromettre la sécurité de Wa no Kuni, fief pourtant historique du brillant épéiste. Savoir que son jeune ami avait pris part à une telle bataille, à un conflit si ardent et si virulent avait évidemment de quoi sidérer le capitaine corsaire, qui ne s'attendait guère à une telle révélation... Lui-même n'avait après tout jamais eu l'occasion de se retrouver plongé au sein d'un tel chaos, d'un tel marasme guerrier : il avait bien entendu combattu d'innombrables fois, parfois aux côtés de têtes d'affiches comme sur Baltigo, mais il s'était toujours agit de batailles éparses, solitaires, et qui ne le confrontaient guère à des groupuscules d'une puissance écrasante. Si l'homme lumière avait pu prendre le parti de l'Empereur durant cette bataille, il allait sans dire qu'il en avait potentiellement appris beaucoup, tant sur Eko Taka et ses alliés que sur leurs multiples opposants... A fortiori, savoir que Mendela, qui avait perdu une main à cause de la hargne du Fenice, s'était jeté à l'assaut de Wa no Kuni n'était guère un renseignement à prendre à la légère. Pour autant, le mythique savait pertinemment ce pourquoi le Nebula avait décidé de prêter main forte aux chasseurs de primes ou, à tout le moins, de profiter de la querelle incessante pour y semer son grain de sel : il s'était emparé du Kokuto Yoru sur Baltigo, la lame de qualité autrefois en possession d'Elisabeth Reina, et visait probablement désormais les autres lames prestigieuses. Il allait sans dire que si quelqu'un devait en posséder une, outre Mifune Rortto, célèbre Sword Master, il devait forcément s'agir d'Eko Taka...

Avec lenteur, le Schichibukai fermant à nouveau les paupières, retrouvant sa sérénité et sa quiétude en l'espace de quelques instants, chassant de ses pensées la stupeur et l'incompréhension qui l'avaient frappé une minute auparavant. Il n'était guère l'heure d'entrer dans les détails, à vrai dire : de cela, les deux forbans auraient amplement l'occasion d'échanger plus tard. L'important, le primordial, même, c'était de commencer à préparer l'opération qui allait les voir quitter le Gouvernement Mondial. Pour ce faire, ils devaient commencer par se faire pleinement confiance... Et c'est avec l'ambition d'achever cette entreprise que le capitaine de Tengoku no Seigi reprit la parole, plus posément.

-On en reparlera plus tard, alors. Quand on reviendra sur l'Aldébaran, avec Damon et les autres. Pour l'heure, j'ai une proposition à te faire. Elle va, à vrai dire, de paire avec ces sabres que je viens de t'offrir.

D'un mouvement nonchalant, le blondinet désigna les anciens sabres d'Hato, faisant fi des innombrables souvenirs plus ou moins douloureux à ses yeux qu'ils transportaient depuis des mois. La disparition de son ancien frère d'arme s'était faite trop brutalement, assurément, trop violemment pour qu'il ne puisse sereinement faire le deuil, de nombreuses semaines durant. Il avait perdu plus qu'un simple ami ou qu'un conseiller talentueux, plus qu'un subordonné fier et courageux : il avait perdu un point d'ancrage, un support sur lequel trouver un appui indubitable et terriblement stable, l'une des pierres angulaires de son entourage et de son armée encore embryonnaire à l'époque. Toutefois, Nakata comprenait avec peine qu'il s'était suffisamment lamenté, et qu'il était grand temps d'aller de l'avant : le Monde n'attendait pas, et la justice ne pouvait décemment pas être mise de côté au nom de la mort d'une seule âme, aussi valeureuse et dévouée ait-elle été. L'épéiste taciturne aurait lui-même sommé à son capitaine de persévérer dans leur voie, de brandir plus haut encore leurs idéaux, de faire valoir leurs ambitions à n'importe quel prix. Le Phoenix avait par conséquent sur les épaules un poids colossal, un devoir pesant et lourd, à la fois paradoxalement ineffable et bête, simple, naturel. Il était désormais grand temps, pour lui, de se libérer d'une partie de ses fantômes et de ses hantises, de s'en délester afin d'en ressortir grandi. Il devait chasser ses névroses pour se concentrer sur le présent et sur l'avenir, sur les luttes qu'il avait d'ores et déjà enclenchées et sur celles qui n'attendaient dorénavant plus que lui. Le passé était évanoui, mort, chimérique, et ce envers et contre tout : ses ressentiments n'avaient jamais rien soigné, jamais rien guéri, jamais rien ressuscité. Ceux qui étaient morts ne pouvaient plus vivre... Mais ceux qui vivaient pouvaient, malheureusement, encore mourir. Oui, le Fenice savait qu'il était plus que temps de franchir un nouveau cap, de s'abandonner corps et âme au combat pour la dignité des faibles qu'il menait depuis désormais si longtemps. Son acharnement devait encore croître, encore et toujours, inlassablement... Et, pour ce faire, il n'avait besoin plus que d'une seule et unique chose.

-Tu es talentueux et prometteur. Tu es capable de discernement, mais aussi d'indignation. Tu crois en l'Homme, et tu as toutes les qualités nécessaires pour te vouer plus encore à la cause que l'on sert. J'aimerais que tu m'épaules plus encore qu'auparavant. Que tu deviennes, en quelque sorte, mon bras-droit.

Il n'avait ni hésité, ni flanché durant ces quelques paroles. Il se les était d'ailleurs ressassées un certain nombre de fois, les derniers jours durant, et plus encore depuis qu'ils avaient quitté la tumultueuse Time End et l'excentrique Mewi Taggle. Il était grand temps que Tengoku no Seigi n'évolue enfin vers une nouvelle forme qui lui conviendrait mieux. Holly, Méliandre et surtout Hato n'étaient ni plus ni moins que des artefacts poussiéreux, d'un âge révolu, du point de vue de leur équipage. Si Nakata espérait que les deux demoiselles finiraient par revenir affronter l'injustice à leurs côtés, il ne se berçait guère d'illusions : elles faisaient partie du jadis de cette organisation pirate, aussi sûrement que son ancien bras-droit et co-fondateur. Pour marquer l'Histoire et l'avenir, il devait repartir sur des bases saines. Kyoshiro pouvait lui permettre de les disposer plus sereinement, et sans risquer de tomber dans les travers qu'il s'était juré de ne jamais arpenter. C'était précisément parce que cette lutte était âpre et qu'elle les forçait à se confronter aux pires péchés des hommes que les forbans devaient conserver la tête froide et les idées claires... Car user des folies d'autrui en guise de justifications pour excuser la sienne n'était ni plus ni moins qu'un acte de barbarie.


_________________
Called to the ring, Taking me round by round
It hurts and it stings, Taking me down, down, down
You think that you caught me, I can hear you taunt me
Fractured and I'm falling down, My enemy is watching me bleed

But I'm not dead yet
So watch me burn.
[FB] Naissance d'un lendemain. [PV Kyoshiro] Nak_si10

Revenir en haut Aller en bas
Tadake Kyoshiro
Pirate
Tadake Kyoshiro
Messages : 1797
Race : Humain
Équipage : Tengoku no Seigi

Feuille de personnage
Niveau:
[FB] Naissance d'un lendemain. [PV Kyoshiro] Left_bar_bleue47/75[FB] Naissance d'un lendemain. [PV Kyoshiro] Empty_bar_bleue  (47/75)
Expériences:
[FB] Naissance d'un lendemain. [PV Kyoshiro] Left_bar_bleue226/750[FB] Naissance d'un lendemain. [PV Kyoshiro] Empty_bar_bleue  (226/750)
Berrys: 66.560.000 B

[FB] Naissance d'un lendemain. [PV Kyoshiro] Empty
MessageSujet: Re: [FB] Naissance d'un lendemain. [PV Kyoshiro]   [FB] Naissance d'un lendemain. [PV Kyoshiro] Icon_minitimeSam 29 Avr - 0:18

Naissance d'un lendemain
pv Nakata | Graou Island



Tout avenant et sympathique qu'il pouvait être le jeune homme était devenu particulièrement doué dans l'art d'écouter les problèmes des gens pendant des heures et des heures sans jamais bailler un seul instant, même face aux plus ennuyeuses des histoires, il portait en lui une curiosité des plus pures qui le poussait à s'émerveiller d'un rien et à s'intéresser aux plus inintéressantes des histoires. Pourquoi ? Parce qu'il avait envie d'en découvrir toujours plus, c'était cette fois de connaissance qui l'avait poussé à prendre la mer au départ et qui avait transformé sa psyché pour faire de lui l'épéiste altruiste qu'il était aujourd'hui. Mais si écouter les histoires était une chose important, car beaucoup se sentaient soulagés rien qu'en pouvant parler à quelques de leurs problèmes les plus ardus ou de leurs plus profondes incertitudes, régler les problèmes était un domaine dans lequel il se pensait bien plus doué qu'il ne l'était en réalité.
Pendant longtemps il avait vécu dans une bulle utopique, ignorant l'aspect le plus horrible de ce monde et tordant la vérité pour n'en gardant que le meilleur, si bien qu'il était persuadé de faire vraiment la différence à lui seul en apportant de la lumière et de la chaleur partout où il passait. Il s'était vu comme un protecteur, un chevalier servant du haut de son blanc destrier alors qu'il n'était qu'un imposteur, la lumière qu'il diffusait n'était pas plus puissante qu'une ampoule faiblissante dans la nuit qui s’éteignait aussitôt. Il avait beau se voir comme un diplomate et un pacifiste convaincu, en vérité ses mots n'avait jamais eu autant d'impact sur la vie des gens que ses actes, cette vérité lui était revenu en pleine figure quelques jours plus tôt et il essayait encore de s’habituer à cet état de fait.

Peut-être était-ce sa nature profondément généreuse ou peut-être était-ce sa générosité qui était à l’œuvre, mais le jeune épéiste n'avait pas pour autant abandonné cette voie et avait décidé de continuer à voir les mots comme la plus puissante des armes. Il aimait profondément aimer les gens mais, par contre, lorsqu'il s'agissait de parler de sa propre personne il en était presque tétanisé et devait se faire violence pour ne pas rougir de gêne devant les projecteurs braqués sur lui.
Un protecteur timide, un vrai contraste à lui tout seul.

Parler en public, devant une immense foule ? Rien que penser à cette idée lui donnait le vertige mais dans un cercle plus restreint, face à une seule personne, il lui était possible de répondre à des détails le concernant sans être tétanisé ou sans fuir le regard de son interlocuteur, mais l 'opération restait délicate.
Une question lui avait été posée et le jeune maudit y répondit du mieux qu'il put, il évoqua sa rencontre avec Eko et son affrontement avec Mendela sans rentrer dans les détails autant par humilié que par volonté de ne pas s'épancher là-dessus. Il était ici après tout, il ne s'était pas abandonné à son illustre hôte et s'était rappelé où allait réellement sa loyauté : n'était-ce pas tout ce qui comptait ?

Mais malgré ses courtes explications le capitaine ne désira pas en savoir davantage sur les péripéties de son subordonné qui, pendant un court instant, ressentit une profonde déception avant de réaliser avec soulagement qu'il n'aurait pas à parler davantage de lui-même. Du moins ce fut ce qu'il crut pendant quelques courtes secondes avant que le blondinet n'évoque une proposition qu'il souhaitait lui faire. Intrigué par cette proposition, haussant les sourcils pour signifier sa surprise, Kyoshiro ne cessa de se demander ce que cela pourrait être.
Une autre mission périlleuse ? Une personne à aller sortir du pétrin ? Non, la proposition lui parvint quelques secondes plus tard et il resta muet pendant un bon moment. Au début il crut avoir eu un problème d'audition, plongeant son doigt dans son oreille pour se la nettoyer il réalisa que son ouïe était intacte et qu'il avait très bien comprit les mots qui venaient de lui parvenir. Pendant un court instant il pensa à une blague comme celles que l'on se faisait entre camarades mais le ton du phénix ne laissait transparaître aucune légèreté qui pourrait laisser penser à une farce.
Non, il était sérieux, Kyoshiro l'avait su dés les premières secondes mais il avait juste refusé d'y croire. Pourquoi ? Parce que cela n'avait pas de sens, Damon était un compagnon plus ancien et plus fiable que lui, bien plus à même de devenir le bras-droit et pourtant ce n'était pas ce nom-là qui était sorti de la bouche du blondinet.

Vouloir sortir de l'ombre de quelqu'un était une chose qu'il pouvait comprendre, mais devenir le bras droit de ce capitaine ? Son homme de confiance ? C'était un tout autre niveau qu'il doutait de pouvoir atteindre un jour. Et s'il trahissait sa confiance ? Et s'il se montrait indigne de cette confiance ? Et s'il échouait et menait le reste de l'équipage à la mort ? Non, il recommençait, cela devait suffire.
Son manque de confiance en lui le poussait ) imaginer le pire quand cela le concernait mais il ne pouvait plus se le permettre, il devait avoir davantage confiance en ses capacités ainsi que sa personnalité et c'était avec cette idée en tête qu'il secoua sa tête pour chasser ces sombres pensées et accepter l'offre pour ce qu'elle était : un vote de confiance.

En posant le regard sur les sabres il sut qu'ils étaient la première étape de ce vote de confiance t cette proposition allait le clôturer.

Fermant les yeux pour calmer son cœur qui battait la chamade, essayant de rassembler ses esprits et de faire paix dans son esprit, le lumineux maudit trouva enfin la force de se redresser pour formuler sa réponse. Se levant de son siège, le bras encore mobile collé le long de son corps, il se pencha en avant pour former un remerciement des plus respectueux. Plus la personne était importante pour celui qui effectuait ce geste et plus il devait se pencher en avant et, dans cette position, Kyoshiro n'aurait clairement pas pu se pencher plus en avant sans que son dos ne se brise en deux.

Il resta là immobile pendant plusieurs minutes, silencieux, penché vers l'avant à un point que cela en devint douloureux mais même cette souffrance ne le fit pas reculer. Que pouvait-il dire ou faire de plus pour remercier ce vote de confiance ? Il n'avait jamais eu les mots que pour seule arme et, finalement, il tenta de briser faiblement le silence qui s'était installé :

 « Merci...»


En plus de son épaule c'était désormais au tour de son dos de le faire souffrir assez pour lui faire serrer les dents mais il lui fallut une minute supplémentaire avant de penser à se redresser, une question venant perturber sa concentration. Lentement, innocemment, quelques mots s'extirpèrent de sa bouche :


 « Mais...en quoi ça consiste au juste ? »


Jamais auparavant il n'avait été le bras-droit de quelqu'un, aussi ignorait-il totalement ce que cela signifiait ainsi que ce qui serait attendu de lui lorsque le monde le connaîtrait comme le bras-droit du phénix.




© ANARCISS sur epicode

Revenir en haut Aller en bas
Fenice Nakata
The Phoenix
Fenice Nakata
Messages : 15024
Race : Humain
Équipage : Tengoku no Seigi

Feuille de personnage
Niveau:
[FB] Naissance d'un lendemain. [PV Kyoshiro] Left_bar_bleue52/75[FB] Naissance d'un lendemain. [PV Kyoshiro] Empty_bar_bleue  (52/75)
Expériences:
[FB] Naissance d'un lendemain. [PV Kyoshiro] Left_bar_bleue879/1000[FB] Naissance d'un lendemain. [PV Kyoshiro] Empty_bar_bleue  (879/1000)
Berrys: 2.235.426.002 B

[FB] Naissance d'un lendemain. [PV Kyoshiro] Empty
MessageSujet: Re: [FB] Naissance d'un lendemain. [PV Kyoshiro]   [FB] Naissance d'un lendemain. [PV Kyoshiro] Icon_minitimeLun 8 Mai - 18:22

Naissance d'un lendemain.
feat. Kyoshiro
Le diable même a besoin d'un compagnon. Proverbe indien.


-Ne me remercie pas et, surtout, redresse-toi. Tu t'es mis en danger et tu as combattu vaillamment au nom de l'équipage et de nos idéaux, il est légitime que tu en sois dignement récompensé.

Le Phoenix avait frontalement manifesté son amusement en affichant sur son visage un sourire enjoué en observant la réaction exagérée et teintée d'une indéniable humilité de son camarade. Il était amusant de détailler Kyoshiro sous cet angle, et encore plus de l'opposer au tempérament taciturne d'Hato, son prédécesseur, ou même à celui, plus éclatant et plus affirmé, du Schichibukai en personne. S'ils étaient les trois pierres angulaires passées et à venir de l'équipage des Tengokus, il allait sans dire qu'ils étaient sur un plan personnel et intellectuel aussi différents que complémentaires. S'ils avaient lutté et continueraient, pour deux d'entre eux, à se battre aux noms des mêmes idéaux, ils n'étaient pas forcément du genre à les promouvoir de la même manière. Ils étaient tous trois d'habiles combattants, certes, mais ils dotaient cette première facette de leur personne d'une quantité colossale d'autres qualités, d'autant plus divergentes qu'ils ne se nourrissaient ni du même parcours, ni des mêmes inspirations. Leurs conclusions avaient simplement été similaires, au point de les pousser à se mettre en danger pour les faire valoir. Ils étaient les hérauts d'une justice plus équitable, plus droite, moins sujette à manipulation et à l'odieuse subjectivité qui teintait la moindre des décisions du Gouvernement Mondial. Ils étaient de vaillants guerriers aux compétences formidables qui usaient de leur courage pour se mettre au service des plus démunis, des plus faibles, des voix dont on n'entendait jamais les tonalités au sommet des États. Ils étaient d'intelligents stratèges, prêts à tout pour étendre encore un peu plus la réputation de leur équipage, afin d'offrir au commun des mortels la gerbe d'espoir dont ils avaient ardemment besoin pour subsister paisiblement. C'était pour cela que la question pertinente de Kyoshiro poussa Nakata à afficher un nouveau sourire, plus énigmatique cette fois-ci. Définir le rôle de bras droit ? Le capitaine n'était à dire vrai pas certain de pouvoir donner une réponse absolument fiable et incontestable. Il l'affirma d'ailleurs bien vite, soucieux d'accompagner son compagnon dans ses premiers pas au sein de ce rôle pesant.

-J'imagine qu'il y a autant de bras-droits que d'hommes. Hate, le bras-droit de mon ancien capitaine, Raphaël, était un homme franc et courageux. Il avait la qualité invraisemblable de s'attirer le respect dès la première rencontre car il était droit, honnête et loyal. Il était une espèce de ciment qui nous reliait tous à notre capitaine, qui nous permettait de graviter autour de lui avec d'autant plus d'efficacité et de pertinence. Il nous permettait, je le crois, de nous améliorer au jour le jour en demeurant à nos côtés. Hato, au contraire, était un bras-droit plus... Farouche, sans doute.

Ces deux hommes, qui l'avaient formé fondamentalement en tant que pirate, avaient effectivement eu le don de le séduire de manière totalement opposée l'un et l'autre. Le premier avait suscité l'admiration chez ce jeune blondinet qui, après avoir trahi marine et révolution, se trouvait plongé dans l'océan de la piraterie et qu'il découvrait tout juste, ébahi et enthousiasmé. Le second avait été un camarade formidable, qui lui avait permis de se construire en tant que chef, de s'affirmer en tant que leader. L'un comme l'autre faisaient sans aucun doute partie intégrante de sa psyché actuelle, tant et si bien que le Fenice ne se figurait aucunement la personne qu'il aurait pu être sans leurs influences terriblement positives. Étant toutefois, pour l'heure, bien loin de toutes ces préoccupations éteintes et appartenant définitivement à une époque révolue, le capitaine corsaire renchérit en jetant un bref coup d’œil aux sabres qui appartenaient désormais à Kyoshiro.

-Il était davantage du genre électron libre. D'aucuns diront qu'il faisait un piètre bras-droit, mais je ne le crois pas. Il était à la fois partie intégrante de l'équipage et élément externe, et il agissait en notre nom pour accroître drastiquement la portée de nos actions sur le reste du monde. C'est également lui qui a donné une direction, je le crois, tout-à-fait louable à la philosophie de l'équipage... Tout ça pour dire qu'il n'existe pas de rôle prédéfini. C'est à toi de former la condition qui te conviendra le plus.

A priori, le musicien voyait mal son jeune interlocuteur en tant qu'électron libre, au même titre qu'Hato. Il semblait à la fois plus sociable et plus naïf, moins apte à se cogner frontalement à la dureté du monde extérieur. Il n'était pourtant pas non plus aussi impétueux qu'Hate qui, d'une certaine manière, savait se montrer en tant qu'homme de scène. Non, Kyoshiro possédait un profil à la fois plus tranquille et plus discret, donc moins fédérateur, mais aussi plus fiable et plus tranquille que les autres bras-droit qu'avait pu côtoyer Nakata par le passé. Quant à savoir s'il comptait se contenter de la personnalité qui le mouvait actuellement ou s'il espérait profiter de cette opportunité pour se métamorphoser d'une manière ou d'une autre, le Phoenix n'en savait pas grand chose et, d'ailleurs, n'en avait que cure. Il était convaincu que le logia saurait prendre les bonnes décisions en temps et en heure... Et c'était d'ailleurs pour cela qu'il l'avait choisi lui plutôt qu'un autre.
Là-dessus, l'artiste se replaça plus confortablement dans son fauteuil, attendant patiemment la réponse de son jeune camarade. Quelle que soit la décision de ce dernier, l'avenir n'attendait pas et ils allaient bientôt avoir à nouveau l'occasion de mettre la fiabilité de leur duo à l'épreuve. Les affrontements qui s'annonçaient à l'horizon étaient aussi légions qu'ils seraient âpres et palpitants... A cela, le blondinet n'en éprouvait pas l'ombre d'un doute.


_________________
Called to the ring, Taking me round by round
It hurts and it stings, Taking me down, down, down
You think that you caught me, I can hear you taunt me
Fractured and I'm falling down, My enemy is watching me bleed

But I'm not dead yet
So watch me burn.
[FB] Naissance d'un lendemain. [PV Kyoshiro] Nak_si10

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


[FB] Naissance d'un lendemain. [PV Kyoshiro] Empty
MessageSujet: Re: [FB] Naissance d'un lendemain. [PV Kyoshiro]   [FB] Naissance d'un lendemain. [PV Kyoshiro] Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 

[FB] Naissance d'un lendemain. [PV Kyoshiro]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
One Piece Seken :: Le monde de One Piece :: Grand Line :: Voie Numéro 7 :: Graou Island-