Partagez | 
 

 [Présent] Le soleil ne sait rien de l'ombre.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
Kokuro Elina
Jorōgumo
avatar
Messages : 474
Race : Humaine
Équipage : Tsukiyo

Feuille de personnage
Niveau:
36/75  (36/75)
Expériences:
175/350  (175/350)
Berrys: 6.529.496.000 B

MessageSujet: Re: [Présent] Le soleil ne sait rien de l'ombre.   Ven 14 Avr - 19:04

Le soleil ne sait rien de l'ombre.














Elina s'écarta à temps pour laisser passer les Banana Boyz, partis en trombe et accompagnés de leurs vociférations. Leurs lourds pas s'éloignaient à peine qu'elle vit passer devant elle le reste des personnes présentes, jusqu'à ce que Clovis lui lance discrètement un message qu'elle attrapa, puis dissimula au vol. Aben'Gal fut le seul à véritablement engager la conversation et, avant même qu'elle ne puisse réagir à sa mise en garde, Fudo lui répliqua une variante de ce qu'elle lui réservait. Effectivement, elle ne partageait pas les méthodes du criminel hautement primé, malgré la mise en commun des moyens de leurs deux organisations. Leurs roles étaient d'ailleurs bien différents au sein de cette alliance ! Elle se contenta de sourire lorsque l'homme basané regarda Fudo d'un air étonné, avant de répliquer calmement :


- Nous sommes sur la même longueur d'onde, semble-t-il. Très bien. Je vous retrouverai dans deux jours.


Sans un mot de plus, le hors la loi s'éloigna d'un pas agile. De son coté, Elina posa sa main sur l'épaule de Fudo avant de lui faire signe de sortir à leur tour. Elle s'avança dans les couloirs et, après être sortie du bâtiment, s'éloigna peu à peu de ce dernier en silence. Une fois de retour dans les sombres ruelles de Luvneel, l'araignée trouva un endroit calme et s'appuya contre un mur, les sens en alerte, avant d'ouvrir la note laissée par Clovis. À mesure qu'elle en parcourait les lignes, un sourire fleurissait de nouveau sur son visage hybride. Elle finit par déchirer la feuille en minuscules morceaux, avant de la jeter aux égouts. Enfin, la Zoan se tourna vers son coéquipier et lui lança d'un air guilleret :


- Clovis nous propose de le rejoindre à l'emplacement de l'ancien Fight Club, afin de discuter calmement de nos plans d'actions. Apparemment, je ne suis pas la seule à vouloir élaguer nos effectifs.


L'assassin perdit son sourire subitement, avant de reprendre d'un ton très sérieux :


- Sois sur tes gardes, Fudo. Bien que nous soyons sur les Blues, les combattants peuvent réellement nous surprendre, ici aussi ! De plus, il est de notoriété public que Clovis est un homme sournois et un opportuniste de première... il s'agit probablement d'une entourloupe, sinon d'un piège. Garde les sens en alerte.


Elina se permit de reprendre un ton plus léger, avant de terminer sa tirade sur une note toujours plus familière que ce par quoi les deux hors la loi avaient débuté la soirée :


- Cela dit je doute que tu sois dupe, et tu devais probablement t'en douter. Notre rendez-vous est pour minuit, nous avons encore un peu de temps pour trouver deux chambres d'hotels où nous replier, mais aussi afin de quadriller le secteur.


Sur ces mots, la Zoan se remit en mouvement. Elle écouterait les interrogations du jeune homme qui l'accompagnait, et y répondrait tout en marchant au besoin, mais il était primordial de trouver un pied à terre et de ne pas se jeter dans la gueule du loup tête la première. Aussi, elle garderait les oreilles ouvertes et les yeux vifs, afin de ne pas se laisser surprendre.






Revenir en haut Aller en bas
Fudo
Le Roi Fou
avatar
Messages : 628
Race : Humain
Équipage : None

Feuille de personnage
Niveau:
33/75  (33/75)
Expériences:
31/250  (31/250)
Berrys: 325.405.000 B

MessageSujet: Re: [Présent] Le soleil ne sait rien de l'ombre.   Ven 14 Avr - 21:01



- Les soleil ne sait rien de l'ombre -


Ce fut avec surprise que le hors-la-loi se rendit compte que nous partagions le même avis. Ainsi, ma stratégie pour m'élever dans l'underground avait un prix à payer et je passais à la caisse cette nuit là. Je m'y étais bien évidemment attendu, mais venant de sa part ça m'attristait quelque peu. En effet, même un gars comme Aben'gal, qui avait sans aucun doute une sacré expérience dans ce monde, semblait ne pas réussir à me considérer comme autre chose qu'un simili Ren Tao, la force en moins. Ce fut de cette manière que j'interpretais la lueur d'étonnement dans ses yeux, je l'avais donc en travers de la gorge. Il fallait me dissocier de Ren le plus rapidement possible, prouver à ce monde que nous étions deux entités bien différentes. Il n'était que l'équidé sur lequel j'étais monté afin d'être emmené à la ligne d'arrivée, rien de plus. Par quels moyens pouvais-je faire taire ce genre de remarque ? Je n'y avais pas réfléchi, c'était une grave erreur que j'avais commise. Pourtant lorsque Jorogumo vint à moi dans l'espoir d'y trouver le soutien de Ren j'aurais dû me douter que je serais vite confronté à un tel problème. Le miel attirait les guêpes, ainsi en côtoyant Ren Tao le but avait été d'acquérir une prime qui me servirait d'exposition : les criminels solitaires, ou non, seraient alors venus à moi afin d'y trouver un allié. Toutefois, ils ne verraient finalement qu'un sous-fifre du rouquin et donc me percevait comme un simple point d'entrée dans son organisation. Je soupirai donc tandis que Jorogumo et moi sortions de l'immeuble abandonné où avait eu lieu la réunion. La seconde se tiendrait probablement là aussi, puisque Maku n'avait guère spécifié le lieu de la prochaine. Je lorgnais donc le building avant de m'engouffrer dans les nombreuses ruelles exiguës du royaume.


Après quelques minutes de marche, ma collègue prit l'initiative de stopper notre parcours dénué de sens, hormis celui de s'éloigner du bâtiment. Elle déplia un morceau de papier avant de le dévorer du regard. Un rayon lunaire éclairait la feuille, mon attention fut de suite détournée : je ne pus m'empêcher de fixer l'astre. Lorsque mes yeux se plongèrent dans le trou de lumière siégeant dans le ciel, l'image du grand balafré me revint à l'esprit. J’espérais que cet homme à la chevelure de jais n'était pas du même avis qu'Aben'gal et bien d'autres, notre alliance tenait toujours et je lui accordais une importance de taille malgré les circonstances dans lesquelles celle-ci vit le jour. Les mots de Jorogumo me ramenèrent alors à la réalité, la fouine désirait la voir à minuit. Selon elle, il serait question de se séparer de quelques membres indésirables. Probablement ces plagieurs, ils étaient les plus impulsifs, impertinents, et surtout, étaient les suspects numéro un de cette sombre affaire sur laquelle Aben'gal enquêtait. Toutefois, et elle me le rappela, nous ne pouvions être sur de rien. Inutile de spéculer, donc, nous aurions eu nos réponses une fois face au rat. Je pris soin de répondre à la jeune femme avant de nous mettre à la recherche d'un hôtel.

-Un combat serait effectivement ennuyant, puisque si nous sommes contraints de nous battre cela signifiera que nous nous sommes faits devancés par d'autres malandrins. Mais c'est comme ça que notre monde fonctionne, on fera le nécessaire pour s'imposer et faire en sorte que ce siège sur lequel tu étais assise, il y a de ça quelques minutes, te soit attribué une bonne fois pour toute.


____

Une fois arrivés près de la zone de l'entrevue avec Clovis, nous nous mîmes en quête d'un hôtel. Lorsque nous en trouvâmes un, je franchis le seuil d'entrée et me présentai sans plus attendre à la réceptionniste, prenant un air affable.

-Bonsoir, avez-vous une chambre pour deux de disponible, s'il vous plait ? On s'y prend un peu à la dernière minute, je l'admets. -je me retournai vers Jorogumo en grimaçant. -On a pas été des lumières sur ce coup là ! - je recentrai finalement mon attention sur la réceptionniste. Alors le verdict ?

-Oui, il reste trois chambres libres.

-Bien ! Une pour deux s'il vous plait !


La femme se retourna afin de saisir les clefs de la chambre demandée avant de me les proposer en souriant.

-Chambre seize.

-Merci à vous ! Tu vois ça Alice ? On en a de la chance !

Sans plus attendre, simulant toujours mon fantastique enthousiasme, je me dirigeais vers les escaliers jusqu'à parvenir à l'étage. J'attendrais devant la porte que ma collègue me rejoigne, espérant que mon piètre jeu d'acteur lui ait quand même plu. Si j'avais demandé une chambre plutôt que deux, c'était bien évidemment pour augmenter nos chances d'obtenir ce que l'on désirait. Rien de plus.

-Bon, on fait mine de s'installer... -murmurais-je.

J'insérai la clef dans la serrure tout en tournant ma tête vers Jorogumo.

-Et on se tire d'ici en douce, par la fenêtre.



Revenir en haut Aller en bas
Kokuro Elina
Jorōgumo
avatar
Messages : 474
Race : Humaine
Équipage : Tsukiyo

Feuille de personnage
Niveau:
36/75  (36/75)
Expériences:
175/350  (175/350)
Berrys: 6.529.496.000 B

MessageSujet: Re: [Présent] Le soleil ne sait rien de l'ombre.   Sam 15 Avr - 11:00

Le soleil ne sait rien de l'ombre.














Fudo était décidément plein de surprises. Elle l'avais pris, lors de son arrivée au port, pour un parfait débutant ignorant des manigances sous capes et des subtilités du pouvoir. Cependant, plus elle le découvrait et plus il gagnait en profondeur. Non content de disposer d'une bonne capacité d'analyse, il savait garder la tête froide et ne se croyait pas invincible sur les Blues sous prétexte de quelques possibles victoires sur Grand Line. Ce hors la loi était décidément intéressant. Elle opina de la tête avant de le suivre jusqu'à un hôtel proche de la zone où ils devaient rencontrer Clovis. Bien qu'elle ait spécifié vouloir réserver deux chambres, il prit la liberté de jouer un certain jeu d'acteur - qu'il lui faudrait affiner - pour tenter de tromper la réceptionniste. Cette dernière sembla surprise, voire rebutée par l'aspect de la « conquête » de Fudo... mais les goûts et les couleurs ne se discutant pas, l'employée accéda à leur demande.

Elina maugréa en silence et suivit le jeune homme. Fort heureusement, il ne s'était pas réellement senti pousser des ailes et avait bien compris le plan : trouver un point de repli, puis se diriger silencieusement vers le point de rendez-vous. La Zoan acquiesça et mena les opérations à partir de ce point. Les deux criminels refermèrent la porte et la fenêtre derrière eux puis, après avoir repéré la localisation de la chambre depuis l'extérieur, l'araignée pressa le pas. Ils filèrent entre les ruelles sombres pour finalement débarquer non loin d'une ancienne poissonnerie. L'établissement n'était en réalité qu'une devanture et avait servi, des années auparavant, d'entrée dérobée pour l'ancien Fight Club. Cette image lui rappela des souvenirs, et notamment sa rencontre avec l'homme qui s'était déguisé et présenté sous le patronyme de « Fraulein »... Il faudrait d'ailleurs qu'elle reprenne contact avec lui, ne serait-ce que pour savoir s'il avait bien évolué conformément à ses attentes.

Revenant à la situation présente, Elina détailla les lieux. La zone était à présent sinistrée et il régnait un silence de mort dans tous les environs. Néanmoins, l'assassin n'en doutait pas, Clovis serait fidèle au rendez vous. Sans doute préférait-il se retrouver à l'intérieur, là où ils avaient fait connaissance la première fois ? C'était en tout cas ce que laissait supposer son message. Les alentours semblaient abandonnés, sans aucune âme qui vive : aucun son, pas même celui d'un animal nocturne ou d'insectes. Le vent froid de North Blue lui caressa le visage avec insistance, tandis qu'elle finissait de détailler les lieux. Elle n'aimait pas cette impression de se jeter dans la gueule du loup, mais la note de Clovis l'avait intriguée au point de prendre ce léger risque.


- Allons-y, la pièce se situe en sous-sol. Garde tes sens en alerte, Fudo.


Sans un mot de plus, la Zoan sortit des ombres et s'avança rapidement de l'autre coté de la rue. Elle pénétra dans le bâtiment et retrouva le mécanisme d'activation de la trappe à moitié défoncée qui menait au précédent Fight Club. Elle en descendit les marches silencieusement, avant d'ouvrir la porte blindée qui n'était pas verrouillée. Son cœur s'accélérait peu à peu, curieuse d'entendre les demandes de Clovis. Sa tête fourmillait de questions et d'hypothèses, tandis que ses sens aux aguets tentaient de repérer le moindre ennemi à portée. Elle franchit le seuil. Instantanément, elle sentit poindre une migraine intense... et pesta : son Haki de l'observation refaisait des siennes ! Elle se massa la tempe distraitement, mais continua à avancer peu à peu.

Semblable à l'image qu'elle en avait, le lieu underground n'avait pas tellement changé... si on exceptait la poussière, les stigmates des affrontements et l'absence totale de spectateur et de combattant. Tandis qu'elle détaillait les lieux et se remémorait son précédent passage, Elina chercha son hôte des yeux. Soudain, une voix s'éleva depuis le bar, à l'autre bout des gradins :


- Vous êtes pile à l'heure, Jorogumo. Ça me rappelle des souvenirs ! Comment va la petite aux cheveux blancs qui vous accompagnait, la dernière fois ?


Clovis était négligemment adossé au mur, sa sempiternelle flasque à la main. Il souriait d'un air aimable, mais à cette distance la jeune femme ne pouvait pas réellement détailler ses traits. Pour autant, sa voix recelait un petit quelque chose qui la gêna... Ses vieux réflexes se mirent en branle et, tandis qu'elle se rapprochait, elle décortiqua tous les faits et gestes de son interlocuteur. Tout en marchant en direction du bar, la Zoan lui répondit :


- Elle se porte bien, je vous remercie, Clovis. Si nous en revenions à nos affaires ? Que puis-je pour vous, et pourquoi m'avoir amenée dans l'ancien Fight Club ?


L'araignée était presque arrivée à quelques pas de Clovis, lorsque son Haki tempêta de nouveau et elle perdit le simili contrôle qu'elle avait sur ses céphalées intenses. Elle dut froncer les sourcils et se tenir la tête un bref instant... ce qui manqua de lui être fatal.






Revenir en haut Aller en bas
Fudo
Le Roi Fou
avatar
Messages : 628
Race : Humain
Équipage : None

Feuille de personnage
Niveau:
33/75  (33/75)
Expériences:
31/250  (31/250)
Berrys: 325.405.000 B

MessageSujet: Re: [Présent] Le soleil ne sait rien de l'ombre.   Sam 15 Avr - 22:46



- Les soleil ne sait rien de l'ombre -



Une fois le contenu de mon sac, hormis la batte, entièrement déversé sur le matelas je rejoins ma compagne criminelle à l'extérieur de notre repère d'une nuit, au moyen d'une fenêtre. Nous nous engouffrâmes de nouveau dans les ténèbres glaciales du royaume, arpentant de sombres ruelles qui nous seyaient à la perfection, nous, activistes de l'ombre. Jorogumo me stoppa lorsque nous atteignîmes l'ancien commerce qui n'avait servi qu'à camoufler des activités underground. Ma camarade laissa quelques minutes s'écouler, tapis dans l'obscurité, probablement dans la fin de s'assurer que personne ne nous tendait un piège. Nous avions, de cette position, encore le recul nécessaire pour percevoir la fine toile dans laquelle nous ne souhaitions guère être pris au piège. Elle semblait n'apercevoir aucun fil d'une soi-disant toile, ainsi, après ce léger flottement, nous avalâmes la distance nous séparant de la miteuse bâtisse. Une fois le seuil d'entrée franchi, mes poumons s’imprégnèrent de l'atmosphère gorgée de poussière de la boutique, mes yeux scrutaient les divers meubles écornés, rongés par les affres du temps et de la solitude. Le triste tableau qui se dressait devant moi eut le don de faire poindre une certaine excitation dans mes pensées : celles-ci s'agitèrent, ressassant divers récits que j'eus l'occasion de lire autrefois, gamin. Une trappe s'ouvrit alors en soulevant un épais nuage de saletés, mes pupilles se mirent à briller quand Jorogumo débuta sa descente. Une fois en bas de l'escalier, la main droite de mon alliée se posa sur le métal froid, empoussiéré, d'une porte blindée déjà entrouverte. Sous l'effet de la pression exercée par ma collègue l'objet se mit en mouvement dans un bruit sourd. Nous découvrîmes finalement une grande salle souterraine dans laquelle la jeune femme ne tarda point à rentrer, je lui emboîtai donc le pas en remarquant la trace, inscrite dans la poussière, qu'avaient laissées ses phalanges sur la surface métallique.

-Ça va ?

Première tâche sur le tableau que je m'étais surpris de contempler une nouvelle fois, en ces lieux. Une grimace distordue apparut l'espace d'un instant sur le visage de la jeune femme, je ne compris pas ce à quoi était due une telle expression, je recentrai donc toute mon attention sur elle plutôt que sur les gradins délabrés. Mes doigts enlacèrent le manche de ma batte à travers la toile du sac : une habitude que j'avais prise depuis le début de mon périple. Je suivais mon acolyte vers ce bar en forme de croissant où Clovis nous attendait, fiole à la main. L'homme s'était fait entendre, Jorogumo lui répondit instantanément en soulevant le principal point qui l'intriguait en ce début de journée, minuit était passé après tout. Ce fut à cet instant qu'une seconde tâche apparut, bien plus imposante que la première : ma coéquipière s'était recroquevillé sur elle-même alors que nous étions tout proche du bar. Elle ramena ses mains au niveau de ses tempes probablement douloureuses. Je grimaçai face à une telle situation, ma main gauche vint délicatement se poser sur son épaule, je souhaitais simplement comprendre ce qui lui arrivait. Clovis nous avait-il tendu un piège ? Cette salle était-elle imprégnée d'une substance, d'un pouvoir, qui pouvait atteindre Jorogumo d'une telle manière ? Non, ce n'était pas ça. Pas exactement. Clovis nous avait bel et bien baisé, mais d'une autre façon : un raffut me parvint en provenance des gradins, je me tournai en direction de ceux-ci lorsque je vis la silhouette fondre sur nous. Je tirai d'un brusque geste Jorogumo en retrait. Une batte vint alors s'écraser au sol, à quelques centimètres de mes pieds, là où se trouvait au préalable la jeune femme plongée dans un conflit d'ordre psychique. L'impact avait eut le don de craqueler le sol en plus d'avoir provoqué une légère secousse. Mon regard put alors harponner celui du pic cendré, Yamagera, notre nouvel opposant.

-T'es encore là toi ? Taku !

L'homme, à moitié accroupi, se redressa tout en effectuant une rotation de son buste : sa batte se dirigea de ce fait vers mon sternum. Un simple mouvement me permit de cesser le swing en pleine course, ma batte s'interposa entre l'arme du malfrat et mon torse. Mon index actionna de suite le mécanisme du cadeau que m'avait offert le Ichi : des flashs lumineux apparurent à plusieurs reprises dans un fracas électrique, la toile s'enflamma. Le plagieur effectua de suite un bond en retrait et se tenait désormais sur le bar. Il me fusillait d'un regard empli de rage, mais celle-ci était pour le moment contenue par un tiers : un claquement sec se fit entendre lorsque, je pus aisément le comprendre, la porte heurta son cadre. Les yeux de Yamagera se dirigèrent donc vers les gradins, je me retournai alors afin de découvrir le reste de la bande. Mon visage se fendit au moment où la toile échouait au sol, pour finir de se faire dévorer par les flammes, révélant le cylindre métallique que je tenais depuis tout ce temps. En découvrant Menma s'approcher lentement de nous tout en faisant tournoyer l'un de ses deux tonfas, tout juste sortis de sa veste, dans les airs, je murmurai quelques mots destinés à Jorogumo. J'espérais bien qu'elle soit en mesure de se battre, en deux contre trois et si nos niveaux étaient à peu près équivalents nous aurions pu trouver un moyen de s'en sortir vainqueurs. Un trois contre un ne serait qu'un affrontement perdu d'avance, un combat à sens unique. Il m'aurait fallu dans pareil cas compter sur ma malédiction, ce qui me déplaisait fortement.

-Tes problèmes vont durer encore combien de temps ? Si tu es inapte au combat je peux toujours nous extraire d'ici d'un claquement de doigts, il faut juste que tu me le dises.



Revenir en haut Aller en bas
Kokuro Elina
Jorōgumo
avatar
Messages : 474
Race : Humaine
Équipage : Tsukiyo

Feuille de personnage
Niveau:
36/75  (36/75)
Expériences:
175/350  (175/350)
Berrys: 6.529.496.000 B

MessageSujet: Re: [Présent] Le soleil ne sait rien de l'ombre.   Dim 16 Avr - 14:57

Le soleil ne sait rien de l'ombre.














- Foutu Haki ! avait-elle enragé à voix basse.


La réponse ne satisferait sans doute pas Fudo, mais ses maux de têtes actuels ne lui permettaient pas de se concentrer sur le combat à venir et de parler en même temps. Soudain, en sus des affres liés au Haki de l'observation, ses sens arachnéens lui vrillèrent le crane ! Son coéquipier eut le réflexe salvateur de la tirer à l'écart, laissant une batte monstrueuse fissurer le sol à l'endroit où elle s'était trouvée, quelques secondes auparavant. D'un regard coulé en direction de Clovis, elle le vit se recroqueviller derrière le bar... et comprit. Elle saisit enfin ce que ses céphalées l'avaient empêché de discerner dans la voix du criminel : de la peur. Il s'était sans doute fait menacer pour les attirer ici !

Mais elle avait d'autres chat à fouetter pour le moment !

Avant qu'elle ne puisse réagir, d'autres bruit s'élevèrent derrière eux, révélant le reste des Banana Boyz. Elle ricana nerveusement, se sentant parfaitement idiote d'être tombée si facilement dans une embuscade qu'elle avait pourtant senti venir ! Elle prit une grande inspiration et tenta de se calmer, tant pour diminuer ses souffrances qu'afin de répondre à Fudo. Ce dernier avait réussi à contenir l'assaut de Yamagera une seconde fois et à contre-attaquer en enflammant sa propre arme. Elle profita d'une brève accalmie pour répondre :


- Mon Haki s'est affolé, mais je sais gérer ce genre de désagrément.


Un de ses fameux sourires vint orner le visage de l'araignée, avant qu'elle ne répartisse d'un ton mordant au jeune homme à côté d'elle :


- Mais à vrai dire la situation me sied parfaitement ! Nous allons pouvoir éliminer ces gêneurs sans remord et bien plus vite que prévu !


Sans crier gare, l'assassin disparut. Malgré ses douleurs, elle restait capable de combattre... elle en avait vu d'autres ! Yamagera sentit la fourberie venir et arma un coup puissant avant même qu'Elina ne réapparaisse. Il frappa de ton son poids d'un coup vertical qui aurait du littéralement écraser la Zoan. Mais cette dernière pivota sur elle même, écarta un bras puis sembla disparaître derechef un bref instant, avant que son pied ne s'enfonce dans le visage du criminel. Le coup avait été affaibli à cause d'une nouvelle poussée de Haki, mais il restait clairement suffisant pour blesser. La brute s'envola contre le mur le plus proche et rebondit contre la pierre avant de tomber au sol. Il se releva difficilement en crachant du sang, les yeux injectés de toute la fureur qui l'animait :


- J'vais t'réduire en pièces, pétasse !


L'araignée lui sourit de plus belle, heureuse de tomber sur un adversaire sanguin qui enragerait de plus en plus et, fatalement, laisserait des ouvertures nombreuses dans sa garde ! De son côté, Clovis n'avait pas demandé son reste et s'était retranché le plus loin possible des affrontements, au sein des gradins. Il jeta un œil du coté de Fudo qui faisait face à deux adversaires sacrément remontés ! Menma se lança à l'assaut immédiatement en hurlant :


- Keito ! Soutiens nous !


Et il asséna un énorme coup de tonfa en biais vers Fudo. Mais si ce dernier n'était pas attentif, il ne verrait pas la feinte venir. Le premier coup était un leurre dont le but était simple : forcer Fudo à lever sa garde pour contrer. Si tel était le cas, Menma pivoterait en un clin d'oeil pour enchaîner avec un coup de tonfa horizontal dans les cotes, à l'opposé de là où se trouverait la batte de Fudo ! Pire encore : il allait appuyer sur un pyro-dial pour enflammer son arme et occasionner d'autant plus de dommages !

De son côté Keito sembla se concentrer un bref instant, avant que sa masse capillaire ne décuple de volume ! Sa banane se transforma en une hydre blonde à deux têtes en une fraction de secondes. La première tenta d'attraper la jambe de Fudo, tandis que la seconde fonça entre Elina et Yamagera afin de jouer le rôle de bouclier entre son coéquipier et l'araignée et lui donner une chance de contre-attaquer.






PNJsations vues entre nous en HRP.

Menma : niveau 26
Yamagera : niveau 24
Keito : niveau 20


Techniques utilisées:
Shunpo: (lvl 28)
La maîtrise de ses transformations en Nephila et en forme hybride lui permet de combiner un grand bond en avant et une transformation en araignée minuscule, avant de réapparaitre en forme hybride. La technique donne l’illusion qu’elle disparait avant de réapparaitre au corps à corps. La force de propulsion couplée à sa petite taille lui octroie une vélocité un peu plus importante mais, contrairement au Soru, sa vitesse n’est pas drastiquement augmentée. Plus l’écart de niveau avec sa victime est grand, plus l’effet est important, et vice versa.

Henka : (lvl 33)
Maitrise totale de ses formes complètes et hybrides. Elina est capable de choisir le point de son corps à partir duquel ses transformations s’opèrent. Ainsi, elle peut choisir d’apparaitre sous forme complète là où elle a posé sa main, à titre d’exemple.



Revenir en haut Aller en bas
Fudo
Le Roi Fou
avatar
Messages : 628
Race : Humain
Équipage : None

Feuille de personnage
Niveau:
33/75  (33/75)
Expériences:
31/250  (31/250)
Berrys: 325.405.000 B

MessageSujet: Re: [Présent] Le soleil ne sait rien de l'ombre.   Dim 16 Avr - 19:53



- Les soleil ne sait rien de l'ombre -



-Haki ?

Jorogumo me rassura lorsqu'elle revint à la situation présente. Celle-ci s'était vue dépassée par un pouvoir qu'elle ne maîtrisait visiblement pas encore. Tet m'avait déjà parlé du haki, celui de l'observation, lors de notre rencontre. Bien que je ne comprenais pas l'essence d'un tel pouvoir j'avais compris que ce dernier pouvait s'avérer être problématique lors de filatures. Il s'agissait donc d'une sorte de radar, un moyen de ressentir la présence d'autrui, du moins c'était ce que je pensais d'une telle capacité. Peut-être que je me trompais sur toute la ligne, seul le destin me l'aurait prouvé. Pour le moment je me réjouissais comme ma camarade, mener ce combat était véritablement intéressant, il m'aurait permis de voir si j'avais réussi à devenir plus fort lors de mes entraînements quotidien à bord du navire des Shadow Ghost. Cela s'inscrivait bien évidemment dans mon objectif d'acquérir force et pouvoir. Ce trio de plagieurs était à la tête de leur propre organisation et, ensemble, ces trois gars se hissèrent au sommet du marché noir du Royaume de Luvneel. Ainsi ils n'étaient guère à sous-estimer, et j'en étais certain : ils constitueraient un très bon moyen d'évaluer mes actuelles capacités. Lorsque les dernières paroles de mon acolyte me parvinrent, je lui lançai un regard en biais, celle-ci se volatilisa dès que mes yeux se posèrent sur sa silhouette.


Ma langue se plaqua de suite contre mes incisives, l'excitation monta d'un cran en ces instants où mon attention se centra sur mes nouveaux adversaires. Jorogumo s'occupait du pic cendré, je devais donc me charger de ces deux types. Face à un tel constat, mon poing gauche se ferma instinctivement. Mon corps m'envoya le fameux signal, il considérait que j'étais confronté à un trop grand danger pour que je puisse contrôler la situation sans utiliser ma malédiction. Pourtant c'était bien ce que je prévoyais pour cet affrontement. Reposer sur ce pouvoir démoniaque m'aurait affaiblit plus qu'autre chose, il était question de sortir de sa zone de confort, ici aussi, afin de progresser. En plus de ça si Jorogumo se débrouillait correctement de son côté, elle serait en mesure de me rejoindre très rapidement et, de ce fait, équilibrerait la balance numérique du combat. Il me suffisait de gérer ce deux contre un en l'attendant, c'était abordable, en tous cas je le pensais : j'en avais surtout envie.


Toutefois, il me fallait refréner mes nombreuses tendances primitives qui assiégeaient mon esprit. Oh oui, je désirais imiter mon acolyte en bondissant sauvagement vers Menma avant de régler une bonne fois pour toute notre différend d'ordre capillaire. Mais la situation ne s'y prêtait pas, nous avions déjà commis l'erreur quelques instants auparavant : il était temps d'en tirer une leçon. Je ne connaissais rien des capacités de ce duo, dont le chef venait tout juste de se détacher afin de foncer vers moi à toute vitesse. Répondre à son assaut de manière brutale aurait laissé à la banane blonde l'opportunité de me porter divers coups dont je ne pouvais prévoir les répercussions sur mon corps. Je n'avais donc pour l'heure pas la liberté d'agir selon mes envies : ma batte se planta donc dans le sol, et lorsque Menma débuta sa rotation avant de m'envoyer un coup de tonfa, j'effectuai un bond en retrait tout en raclant le bitume avec ma batte pour envoyer un nuage de débris vers le visage du fougueux. Quand mes pieds touchèrent sol je réitérai un autre mouvement de ce genre, cette fois-ci je me décalai vers la droite afin de garder dans mon champ de vision, bien qu'en arrière plan, la tignasse jaune pisse de son pote. J'attendais la prochaine vague d'attaque : rien de surprenant à noter pour le moment, si ce n'était la capacité de Keito à animer ses cheveux, à la manière du Ming.



Revenir en haut Aller en bas
Kokuro Elina
Jorōgumo
avatar
Messages : 474
Race : Humaine
Équipage : Tsukiyo

Feuille de personnage
Niveau:
36/75  (36/75)
Expériences:
175/350  (175/350)
Berrys: 6.529.496.000 B

MessageSujet: Re: [Présent] Le soleil ne sait rien de l'ombre.   Dim 16 Avr - 20:36

Le soleil ne sait rien de l'ombre.














Yamagera savait se défendre, mais il était trop lent et trop prévisible pour l'araignée qui avait affronté coup sur coup deux redoutables adversaires. Tout d'abord Corgus, ce hors la loi sanguinaire qui avait tenté d'envahir son île. Le combat l'avait poussée dans ses derniers retranchements, jusqu'à arracher la victoire in extremis ! Puis la bête, dans la prison de l'île, lorsqu'elle avait extrait Maimai Kichigai du complexe pénitentiaire alors qu'il s'écroulait sur eux ! La bête dont la simple présence l'avait pétrifiée... Face à ces deux rocs, le pauvre « Banana Boyz » faisait pale figure. Cependant, son agressivité couplée à la coordination de leur petite équipe mit à mal l'araignée, tout du moins elles la forcèrent à reculer de quelques bonds pour éviter une contre-attaque combinée.

La Zoan jeta un bref coup d’œil vers Fudo, mais elle découvrit avec plaisir qu'il réussissait à tenir tête aux assauts multiples de Menma et Keito. L'araignée se concentra un peu plus dans son propre affrontement lorsque Yamagera hurla et repartit à l'assaut de plus belle. Il avait armé son coup, batte vers le bas, sans doute pour une frappe en biais censée la balayer... Cet idiot ne savait-il qu’enchaîner les attaques frontales en jouant sur sa force brute ? Constatant l'échec de sa première tentative, Keito grimaça sous l'effort et fit fleurir deux nouvelles têtes ! Les deux premières tentèrent d'attaquer Fudo au torse et aux jambes, tandis que Menma contournait son adversaire pour l'attaquer en synchronisé dans les flancs ! Ayant pu apprécier les esquives du jeune hors la loi, le chef des « Banana Boyz » s'attendit à une manœuvre similaire et, soudain, retourna un de ses tonfas pour enclencher un bouton :


- Fire Shot !


Instantanément, un torrent de flammes se déversa vers le pauvre Fudo ! Le retournement de situation lui ferait possiblement oublier l'attaque précédente de Keito, qui se révéla être bien plus vicieuse qu'il n'y paraissait ! En effet, les deux têtes ne voulaient pas frapper... mais bien agripper leur cible pour la maintenir sous le déluge ardent ! Elina, en tout cas, avait aperçu la manœuvre grâce à la distance qui lui permettait d'obtenir une vue d'ensemble. Elle sauta au plafond pour esquiver l'attaque brutale de Yamagera et la saisie vicieuse des deux autres têtes de Keito. D'un bond, elle pirouetta et lança deux attaques simultanées en direction des têtes visant Fudo :


- Rankyaku !


Les lames d'airs volèrent, mais elle n'eut pas le temps de voir le résultat car les cheveux de Keito repartirent à l'assaut pour la bloquer de son coté. Elle s'esquiva in extremis d'un Shunpo et s'apprêtait à frapper Yamagera au plexus d'un coup de genou à pleine vitesse... lorsqu'un sifflement infâme l'en dissuada. Ses sens arachnéens s'étaient éveillés de nouveau et, d'une contorsion hasardeuse, elle réduisit les dommages mais l'attaque surprise la toucha néanmoins au flanc droit. Elle fut propulsée dans l'ancien bar et se releva en fusillant du regard l'assemblée... avant de retenir un hoquet de surprise.

Elle ne s'était pas du tout attendu à ça...







Techniques utilisées:
Rankyaku: (lvl 20)
Technique apprise après un dur combat contre une famille d'assassins. Elle consiste à trancher l'air avec son pied et de créer une véritable lame d'air pour blesser son adversaire.
- Toutes les formes.

Shunpo: (lvl 28)
La maîtrise de ses transformations en Nephila et en forme hybride lui permet de combiner un grand bond en avant et une transformation en araignée minuscule, avant de réapparaitre en forme hybride. La technique donne l’illusion qu’elle disparait avant de réapparaitre au corps à corps. La force de propulsion couplée à sa petite taille lui octroie une vélocité un peu plus importante mais, contrairement au Soru, sa vitesse n’est pas drastiquement augmentée. Plus l’écart de niveau avec sa victime est grand, plus l’effet est important, et vice versa
Revenir en haut Aller en bas
Tsukiyo

avatar
Messages : 34
Équipage : Tsukiyo

MessageSujet: Re: [Présent] Le soleil ne sait rien de l'ombre.   Lun 17 Avr - 14:26

link href='https://fonts.googleapis.com/css?family=Great+Vibes' rel='stylesheet' type='text/css'>






Le soleil ne sait rien de l'ombre



Clovis


Clovis était dans de beaux draps. Il s'était réfugié le plus loin possible des affrontements, mais les deux seules issues de l'ancien Fight Club se trouvaient derrière les deux affrontements ! Il était fait comme un rat... l'ironie ! Néanmoins, le criminel vicieux s'en voulait presque cette fois-ci. Il n'avait pas voulu attirer Jorogumo et Fudo dans un traquenard lorsqu'il avait lancé la note vers l'araignée. Cependant, les Skimos avaient surpris son geste et il s'était retrouvé avec la lame d'Urup sous la gorge pour leur révéler le lieu du rendez-vous...

Il n'avait jamais réalisé que ces deux gangs avaient passé un marché ! Sinon, il aurait été bien plus prudent. À présent, lui qui voulait juste tester Jorogumo pour savoir s'il pouvait se ranger dans son ombre risquait de tout perdre en une seule soirée ! C'était un véritable cauchemar...



Yapu - Urup - Ouak


-OUAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAK


Fièrement campé sur ses deux petites pattes, à quelques mètres de la Zoan, le pingouin ne put contenir son excitation. Il pouvait enfin faire mumuse avec de nouveaux camarades de jeu. Ouak s'était projeté à toute vitesse depuis sa cachette au moment opportun. Il était resté caché tout du long dans les gradins, conformément aux ordres de son maître. Une chose pouvait désormais être claire dans l'esprit de Jorogumo, si ce pingouin de malheur était en ces lieux, alors forcément le reste du troupeau l'était : elle aurait eu raison. L'arrivée spectaculaire de l'alcidé, qui agitait désormais ses deux ailes dans tous les sens, eut le don de plonger Yamagera dans le silence durant un court instant. Ce fut précisément à ce moment que la criminelle aurait pu l'entendre : le bruit venu du plafond. Mais il était déjà trop tard pour contempler le spectacle, un harpon vint se planter devant ses pieds. Le jeu avait débuté.


-Ouak !


Les ailes de Ouak s'entrechoquèrent tandis qu'il faisait part de son amusement à son maître en beuglant son prénom à tout va. Le but de Yapu était très simple, il s'agissait de profiter de sa proie un maximum. Son paternel lui avait enfin donné l'autorisation d'y aller à fond. Un son strident se fit finalement entendre tandis qu'Urup taillait la toile dans laquelle lui et son fils s'étaient installés durant tout ce temps. Le plafond rugueux et irrégulier avait été creusé dans la roche et, au courant de ce détail, les Skimos s'étaient servis de leurs dons pour se dissimuler sous une toile de la même teinture ! Une toile bien étrange dont les fils étaient jonchés d'hameçons. Une fois celle-ci coupée correctement, Urup planta sa lame dans le plafond afin de conserver sa position, du givre semblait maintenir ses pieds collés à la surface. Entre temps, le fils fougueux se saisit de deux harpons qui reposaient jusqu'à maintenant dans le grand panier en osier siégeant dans son dos. Le pingouin hurla à nouveau au moment où le bruit reprit : Yapu se marrait. Son regard fou harponnait celui de la femme araignée et il balança un de ses deux harpons en sa direction. Si elle y faisait attention, la Zoan aurait peut-être été en mesure de voir le fin fil de piano attaché à l'un des crochets de la pointe du projectile. Le père observerait la réaction de son ennemie avant d'agir. Ouak, plongé dans son euphorie, tournait en rond en tapant ses ailes à intervalles réguliers. Son moment serait bientôt venu.



Keito - Menma - Yamagera


- Vous êtes en retard ! gueula Keito à ses alliés.
- Concentre-toi, Keito ! lui ordonna Menma. C'est pas terminé ! Yama' aussi, tu viens avec moi !


Le chez des « Banana Boyz » enrageait de voir ses assauts ainsi repoussés. Jorogumo venait de trancher avec deux lames d'air l'attaque censée saucissonner Fudo pendant qu'il le grillerait sur place ! Il enragea et repartit à l'assaut sans laisser le temps à Fudo de se reposer. Il arma un double coup de tonfa et tenta d'attaquer en haut et en bas en même temps ! Dans son dos, Yamagera se remettait de ses émotions et obéit aux ordres de son chef à contre-cœur : il aurait voulu réduire en bouillie le crane de cette foutue Zoan ! Cela dit, couper la banane de l'autre imitateur n'était pas pour lui déplaire non plus. La brute épaisse s'approcha donc en hurlant et balança un ignoble coup de batte à pleine puissance, censée cueillir Fudo dans son dos, s'il mettait trop de temps à réagir à l'attaque de son chef.

De son coté, Keito refit pousser ses cheveux qui avait été tranchés pour créer de nouveau trois têtes. L'effort lui demanda un certain temps et ne lui permit pas d’enchaîner sur une attaque tout de suite, à son grand dam !
Codage par Libella sur Graphiorum



Revenir en haut Aller en bas
Fudo
Le Roi Fou
avatar
Messages : 628
Race : Humain
Équipage : None

Feuille de personnage
Niveau:
33/75  (33/75)
Expériences:
31/250  (31/250)
Berrys: 325.405.000 B

MessageSujet: Re: [Présent] Le soleil ne sait rien de l'ombre.   Lun 17 Avr - 19:29



- Les soleil ne sait rien de l'ombre -


Cette première manœuvre défensive menée d'une main de maître -un coup vertical puis un bond en retrait suivi d'un déplacement latéral- ne constituait que le début d'un affrontement effarant. Sous mon pull mes poils se trouvaient désormais au garde-à-vous, mon rythme cardiaque allait en augmentant, bientôt je serais sous l'effet de cette satanée adrénaline et autres hormones en tout genre. J'en aurais bien besoin au vu de ce qui se déroulait sous mes yeux. Le duo ne comptait point m'accorder une once de repos, tandis que deux gueules monstrueuses résultant d'un amas capillaire, qui s'étaient dédoublées, foncèrent en ma direction, Menma dévora la faible distance instaurée au préalable par mes derniers mouvements. Il pivota brièvement sur son pied gauche pour faire finalement face à mon flanc droit. Il beugla soudainement au même moment où la pointe de son tonfa apparut à la place du talon. Malheureusement pour lui, son cri enclencha une nouvelle activité cérébrale qui me permis de répondre convenablement à l'attaque : je réagis de sitôt en me ruant en avant. Je compris qu'il s'en était fallu de peu quand je sentis la chaleur du torrent infernal caresser mon dos. S'il avait fermé sa bouche il m'aurait probablement cramé, cet alarmant constat eut le don de m'énerver. Dopé par cette rage passagère dirigée à mon encontre, je saisis fermement le manche de ma batte avec mes deux mains et me mis à pivoter tout en tendant mes membres antérieurs. J'effectuai un premier tour sur moi-même en enclenchant l'electro-dial d'une pression sur l'interrupteur du mécanisme. Quelques arcs électriques jaillirent donc autour du cylindre durant mon attaque. Le but de cette action était simplement de faire reculer Menma, à défaut de lui refaire le portrait, et de surtout me réorienter correctement afin d'avoir les deux gars dans mon champ de vision.

-Sérieusement ?

Personne ne pouvait réellement comprendre ce que je disais lors de mon mouvement. Ce que je vis m'avait pourtant interloqué, une petite silhouette se dressait devant Jorogumo. Du renfort ennemi ? Probablement, néanmoins je n'avais pour l'instant pas le temps de trop penser à cela : j'avais une technique à finaliser et je le compris bien assez vite quand mes yeux découvrirent de nouveau cette partie de la pièce souterraine. La première rotation finie, je me freinais d'un coup du talon droit au sol en contemplant les deux touffes amorphes au sol. Je ne m'étais a priori pas sorti de ce pétrin tout seul, Jorogumo m'avait aidé, d'une façon ou d'une autre. Enfin, l'intervention de Keito suivie de celle de Menma confirmèrent la venue d'autres adversaires, le pire était à venir : le leader des Bananas Boyz convoqua son bulldog avant de s'élancer une nouvelle fois en ma direction. La situation n'était plus du tout abordable, affronter ces trois types relevait de l'impossible pour mes actuelles capacités physiques. Je devais passer au niveau supérieur, surpasser l'humain en m'en remettant au démon tapis au fin fond de mon âme. La sphère bleutée naquit dans mon poing gauche tandis que mon bras droit s'éleva un peu afin que l'élan eut été suffisant. Au moment où mes doigts s'écartèrent, laissant mon domaine grignoter l'atmosphère, j’imprégnai toute ma force cette attaque afin de mêler extrême vélocité à puissance dévastatrice. L’extrémité de ma batte se planterait dans le sol, entre mes deux pieds, les fissures se feraient alors de plus en plus nombreuses jusqu'à ce la roche ne cède sous mes pieds et tout autour de moi. Mon index gauche se serait levé vers le plafond de sorte à faire léviter les gravats et débris plus imposants lorsque ceux-ci apparaîtraient. Si tout cela avait fonctionné, je pourrais plonger mon regard de maudit dans les yeux de Menma. Les substances secrétées par mes glandes surrénales me donnaient des ailes, divers frissons parcoururent mes pommettes, mes lèvres s'étirèrent tandis que leurs commissures se rehaussèrent. Second pilier : la force.

-Vous constituerez les fondations de mon futur règne.




Techniques utilisées:
 





Revenir en haut Aller en bas
Kokuro Elina
Jorōgumo
avatar
Messages : 474
Race : Humaine
Équipage : Tsukiyo

Feuille de personnage
Niveau:
36/75  (36/75)
Expériences:
175/350  (175/350)
Berrys: 6.529.496.000 B

MessageSujet: Re: [Présent] Le soleil ne sait rien de l'ombre.   Lun 17 Avr - 22:46

Le soleil ne sait rien de l'ombre.














Au moment même où Jorogumo pensait avoir renversé la vapeur, ses sens arachnéens lui avaient intimée de prêter attention à un danger imminent. Elle avait ainsi repéré une silhouette lancée à pleine vitesse sur son flanc, mais n'avait guère réussi à s'en sortir indemne. Le bec de ce satané pingouin semblait aussi solide que l'acier pour avoir réussi à malmener son exosquelette ! Pire encore, s'il était là... le reste de la troupe allait suivre ! Elina effectua un petit bond en arrière pour esquiver le premier lancer d'arme de jet qui vint se ficher au sol. Elle avait beaucoup trop d'informations à gérer... D'un deux contre trois, la situation venait de dégénérer en deux combats à un contre trois ! Et ses adversaires semblaient prêts à en découdre. Elle laissa le sombre et funeste abruti de volatile s'extasier dans son coin, prêtant une attention bien plus particulière à Yapu et Urup. Si l’ancêtre se contenta d'observer, le plus vigoureux passa tout de suite à l'attaque en enchaînant avec un deuxième lancer de harpon.

Elle esquiva de la même manière le projectile certes dangereux, mais s'ils se contentaient de l'attaquer un à la fois... elle ne serait plus aussi facile à toucher ! Après un bond en arrière un peu plus conséquent, afin d'également s'éloigner de Ouak, Elina put embrasser la totalité de la scène. D'un bref coup d'oeil en direction de Fudo, elle se rendit compte qu'il parvenait à s'en sortir tant bien que mal de son côté. Elle fronça les sourcils un bref instant en voyant une étrange zone lumineuse sortir de son corps... ainsi donc il était maudit, lui aussi ? Il faudrait qu'ils en discutent ! Mais pour l'heure, elle replongea dans son combat sans tarder. Les céphalées revinrent, plus tenaces et incommodantes que jamais.


« Foutu Haki ! », pesta-t-elle en pensée. « Il va vraiment falloir que je me penche sur la question et que je le maîtrise ! »


Mais avant de pouvoir s’entraîner à dompter « le fluide » elle devait déjà survivre. La seule cible qui restait à sa portée restait le maudit pingouin, sans compter les trois « Banana Boyz » . Mais quelque chose lui disait que si les deux autres « Skimos » étaient restés en hauteur, c'était pour mieux la surprendre en cas de contre-attaque malhabile. La seule inconnue restait leur capacité à réagir à temps. Alors que choisiraient ils si elle attaquait sur plusieurs fronts à la fois ? D'un sourire mauvais l'araignée, elle, n'hésita pas plus longtemps. Si ses adversaires ne se montraient pas aussi virulents que ceux de Fudo, elle allait en profiter tant que ça durerait !


- Rankyaku ! scanda-t-elle soudain.


Elle envoya deux autres lames d'airs en direction de Keito, dans le but de le blesser ou, tout du moins, de retarder sa poussée capillaire sur laquelle il semblait se concentrer plus que de raison. Prévoyant un probable mouvement de la part de ses propres adversaires, l'araignée grogna sous la douleur causée par son Haki et fonça d'un Shunpo pour tenter de blesser Ouak, puisque les deux autres idiots ne semblaient pas vouloir descendre. Elle réapparut donc soudain devant le pingouin et le salua vertement d'une autre lame d'air en direction du torse ! Immédiatement, elle reporta son attention vers ses amis perchés au plafond. La dernière chose dont elle avait envie était de tomber bêtement dans un traquenard quelconque ! Elle allait les forcer à descendre, lorsqu'ils verraient qu'elle tentait de donner un avantage à son coéquipier s'ils ne lui mettaient pas un peu plus de pression... et s'ils ne réagissaient pas, elle serait bien plus virulente au fur et à mesure du combat !






Résumé :
Elina lance 2 rankyakus vers Keito, puis d'un Shunpo elle arrive au corps à corps sur Ouak et en lance un troisième tout en gardant à l'oeil les Skimos, pour éviter de tomber bêtement dans un piège.

Revenir en haut Aller en bas
Tsukiyo

avatar
Messages : 34
Équipage : Tsukiyo

MessageSujet: Re: [Présent] Le soleil ne sait rien de l'ombre.   Mar 18 Avr - 22:41







Le soleil ne sait rien de l'ombre



Keito - Menma - Yamagera


Yamagera fut le premier à voir les deux nouvelles lames d'air. Après s'être fait repousser par Fudo, à sa plus grande surprise, il dut faire le choix d'arrêter d'attaquer momentanément pour protéger son ami. D'un hurlement puissant, il balança sa batte de toutes ses forces et créa une bourrasque qui vint perturber les lames d'airs. Il pensait que son coup suffirait à les réduire en miettes, mais cela fut à peine suffisant pour les dévier de leur course. L'une vint se planter dans le mur, tandis que l'autre coupa une autre tête de cheveux. La brute enragea, mais voyant la Zoan aux prises avec les « Skimos », se reconcentra sur sa propre cible !

Fudo venait de se la péter en leur parlant de son futur, mais ce qu'il ne comprenait pas c'est que ces trois là ne lui en souhaitaient qu'un seul : mort dans le caniveau ! Keito pesta devant la perte d'une nouvelle tête, mais se contenta de celles restantes qu'il lança à l'assaut de son ennemi. Cette fois-ci, il tenta de marteler le sol avec ses cheveux durcis, comme il l'aurait fait avec des marteaux géants !

Voyant ses précédents combos déjoués sans plus de formalité, Menma commençait doucement mais surement à sentir ses nerfs s'échauffer. Et ses comparses savaient à quel point il était dangereux lorsqu'il ne se contrôlait plus ! Il raffermit sa prise sur ses armes et, tandis que Keito pilonnait les dalles de la salle, il attendit d'observer l'esquive de Fudo pour le choper au dernier moment. Du moins, c'était son plan initial avant qu'une lumière bleutée n'envahisse une bonne partie de la salle. Ce truc devait faire vingt mètres de diamètre ! C'était quoi ce bordel ?!

Menma était le plus expérimenté des trois, il connaissait la dangerosité que pouvaient représenter les fruits du démon et s'était depuis longtemps entraîné afin de déterminer leurs effets le plus vite possible, lui permettant de lutter plus efficacement. Aussi, lorsque Fudo commença à faire léviter les débris de dalles... il comprit que cette zone devait lui permettre de contrôler les objets en son sein à sa guise. Immédiatement, il bondit à l'extérieur de la sphère colorée à toute vitesse.


- Fait chier ! enragea-t-il. YAMA !
- JE SAIS ! UUUUUUUUURYYYYYYYYYYYYYYYYAAAAAAAAAAAH !


La brute venait de lancer une nouvelle bourrasque de vent afin de tenter de disperser les débris. La manœuvre, couplée à l'attaque de Keito, forcerait Fudo à trouver une solution et à retarder ses plans. Pendant ce temps, Menma commencerait à activer ses dials, afin de faire chauffer au rouge le métal dont était fait ses tonfas ! Dans le même temps, il observerait le pouvoir de Fudo afin d'essayer d'en apprendre le plus possible sur ce dernier. Pouvait-il augmenter la portée de cette zone ? La déplacer ? Faire autre chose que léviter des objets à l'intérieur ? Malgré ses airs de rustre écervelé, le leader des « Banana Boyz » ne les dirigeait pas sans raison ! Il savait analyser la situation aussi vite et efficacement que possible, afin de tirer le meilleur parti des capacités de ses acolytes. Il espérait seulement que cela serait suffisant face à un maudit au pouvoir inconnu.



Yapu - Urup - Ouak


Yapu se mordit la lèvre lorsque l'araignée lança une technique en direction des « Bananas Boyz » alors qu'elle devait être occupée avec eux, les « Skimo ». Il savait que son premier assaut était loin d'être fantastique, pire même : il était complètement risible. Pourtant, Yapu avait bel et bien réfléchi à cette première attaque, l'inuit ne voulait simplement pas que sa cible ne se soit trop écartée de leur actuelle position. Malheureusement pour les « Skimo », elle avait à disposition un adversaire à qui s'en prendre, leur fidèle compagnon, le dernier de la famille : Ouak. Ce dernier sursauta, surpris par la soudaine disparition de la Zoan, son aile droite eut à peine le temps de tapoter le haut de son crâne que l’assassin apparut dangereusement devant lui, balançant dès lors une lame d'air.


-OUAK ! s'écria Yapu en balançant un autre harpon en direction de la criminelle.
-OUAAAAAAAAAAAK ! répondit le pingouin d'un air affolé.


D'un brusque coup de patte dans le bitume il réussit à s'incliner grossièrement sur la droite avant d'abaisser sa queue. Un jet d'air sortit de son derrière, et le pingouin se vit ainsi propulsé à toute vitesse en direction du bar où se trouvait Clovis. Il esquiva par la même occasion la lame qui lui était destinée. Clovis, désarçonné par l'étrange scène se déroulant sous ses yeux, laissa choir sa fiole au sol. Le bec du pingouin zébra son épaule avant de s’enfoncer dans l'armoire située juste derrière lui tandis qu'il rejoignait les débris de verre en chutant. Les palmes oranges s'agitèrent dans le vide, Ouak faisait de son mieux afin de sortir du meuble en poussant avec ses deux petites ailes. Après une dizaine de secondes l'alcidé parvint finalement à s'extraire, il n'attendit pas plus de temps pour se diriger vers la fouine au sol, faisant fi des bris de verres, et le choppa par le col d'un bon coup de bec. Au moindre faux mouvement de l'homme d'affaire, l'oiseau n'hésiterait pas à lui asséner une belle torgnole à lui en faire perdre le nez.

Pendant tout ce temps, Yapu continuait de canarder la criminelle. Sur la pointe de chacun de ses harpons était attaché un fil de piano, tous ses fils étaient noués à leur autre extrémité à une boucle en fer plantée dans le plafond. Sous les consignes de son père, le Skimo avait muni certains de ces fils d'hameçons. Ainsi, quand bien même la Zoan pouvait éviter de se faire trouer sur place par les projectiles, sa toile se tissait petit à petit. A quelle fin faire cela ? La réponse venait d'elle même, Urup avait fini les préparatifs. La bouche close, le paternel brisa la plaque de givre sous ses bottes pour se laisser tomber. Yapu n'était pas inconscient, il augmenta sa cadence de tir afin de faire gagner à son père le temps d'atterrir convenablement. Une fois le bourru redressé, il fit tournoyer le manche de son coutelas dans sa main avant de le saisir fermement. L'esquimaux s'élança d'un puissant bond vers l'outsider, au même instant son fils s'amusait à restreindre les mouvements de Jorogumo par le biais de lancers qui se firent de plus en plus précis : la trajectoire était telle que pour les esquiver elle ne pouvait se permettre de reculer. L'objectif ? La forcer à se confronter au chef de famille. Une fois celui-ci au contact avec son ennemi, le coutelas se serait dirigé vers l'estomac de la criminelle.

Peu importait comment elle comptait réagir, son intention se serait, et ce même durant une fraction de seconde, focalisée sur la lame en contrebas. Urup se servirait de cet instant pour cracher toute la salive amassée dans sa bouche au visage de la Zoan. Yapu, lui, attrapa de sa main droite l'un des fils relié à un des nombreux harpons au sol. Il se serait dès lors laissé tomber, comme à la tyrolienne, en brandissant son bras gauche vers son compagnon. Le pingouin délaisserait donc le pauvre rat avant de réitérer sa première action : un mouvement de queue, un jet d'air, il rejoindrait dans les airs l'inuit... la coopération pourrait commencer. Les doigts de Yapu enlaceraient le bas de ses pattes, tandis que le corps de l'oiseau semblerait se raidir. Le duo se laisserait retomber sur Jorogumo pour lui infliger un puissant coup, Ouak serait désormais une puissante massue !
Codage par Libella sur Graphiorum

Revenir en haut Aller en bas
Fudo
Le Roi Fou
avatar
Messages : 628
Race : Humain
Équipage : None

Feuille de personnage
Niveau:
33/75  (33/75)
Expériences:
31/250  (31/250)
Berrys: 325.405.000 B

MessageSujet: Re: [Présent] Le soleil ne sait rien de l'ombre.   Mer 19 Avr - 18:31



- Les soleil ne sait rien de l'ombre -


La balance penchait dorénavant de mon côté, et si cela n'était point le cas, elle l'avait fait durant un bref instant, celui où l’extrémité de ma batte pénétra le dallage. L'onde provoquée par mon attaque eut le don d'éclater les diverses dalles ainsi que le bitume en dessous de moi au point d'impact. Je me trouvais désormais au centre de mon domaine, là où le sol s'était affaissé . Les divers morceaux de dalles brisées lévitaient autour de moi, tout avait été un succès. Menma avait bondi hors de la sphère et il fit bien. Ma zone m'octroyait de nombreux pouvoirs dont la seule limite se trouvait être, de ce que je savais, mon imagination. Que ce fut lors de mon premier entraînement avec Yao ou lors de mes divers rixes après celui-ci, je finis toujours pas découvrir de nouveaux aspects de cette malédiction. Au sein de cette zone je transcendais le genre humain, devenant un être capable de contrôler tout ce qui se trouvait dedans de façon assez surprenante. Un jour il aurait fallu que je m'interroge plus en profondeur quant à ces capacités, mais pour l'heure c'était bel et bien sur mes premiers agissements dans ce monde underground que mes réflexions se portaient. Aussi, ce que j'allais faire ne serait pour l'instant que le b.a-ba : agir le plus rapidement possible de sorte à réduire le nombre d'opposant à deux. Mon attention était donc entièrement centrée sur ces trois gaillards, dont la majorité se trouvaient devant moi. Si le leader des Bananas Boyz m'était dorénavant hors de portée, il restait ce blondinet dont les attaques se faisaient de plus en plus ennuyantes. Je constatai d'ailleurs un nouvel assemblement de cheveux au sol, Jorogumo m'était ainsi encore venue en aide. Pas besoin de réfléchir plus pour comprendre que Keito constituait un réel problème, les deux autres gars ne semblaient guère posséder des capacités leur permettant de m'affronter à distance : ils auraient dû venir dans mon domaine afin de me porter des coups. Lui, en revanche, pouvait quitter sans soucis ma zone tout en continuant de diriger ses affreuses créations capillaires en ma direction. Il était mon point faible, la tâche sur le tableau.


Lorsque Menma rouvrit sa gueule afin de beugler un ordre au pic cendré, je saisis de ma main gauche l'un des maint débris à disposition juste devant moi. Sachant que, d'une façon ou d'une autre, l'abruti planifiait de m'étriper je choisis ce moment pour agir. La main gauche tournée au trois-quart vers le plafond, pour que le gravât ne tombe point, je croisai mon index avec mon majeur. Banane blonde, qui n'avait guère eut l'intelligence de son leader en restant dans la zone, se trouvait désormais en son centre. Sourire aux lèvres, j'effectuai une puissante rotation dans le but de me retourner vers lui pour ensuite lui balancer le morceau de roche ramassé primitivement. Quand mon mouvement était quasiment fini, je pus apercevoir Yamagera qui brandissait sa batte comme s'il venait d'effectuer un swing dans le vent. Il n'avait pas attaqué ? Pas le temps de se poser cette question, pas en cet instant ! Peu importait s'il ne s'était pas élancé en ma direction, le résultat n'allait pas changer pour Keito ! Dès que la caillasse quitta ma main je rééffectuai un croisement de doigt afin de m'échanger avec le débris balancé, qui tomba de suite mollement au sol là où mes pieds s'étaient trouvés une seconde auparavant. C'était là mon meilleur combo, la technique qui nous avait permis, Yao et moi, d'éliminer en un rien de temps l'un des hauts gradés du port sur l'île détruite. A la différence que j'étais seul cette fois-ci, et que ça allait être par ma propre force que je comptais anéantir ce plagieur. Ma proie semblait d'ailleurs avoir été déstabilisée pour des raisons qui me dépassaient. Qu'importait ! Le monde était bel et bien pour moi, ses astres ténébreux s'alignèrent ce jour-ci une nouvelle fois ! Le temps n'avait qu'à faire son oeuvre, ma batte heurterait d'ici quelques instants ma pauvre cible. La vélocité offerte par ma précédente manœuvre renforcerait beaucoup mon attaque, et en plus de ça, afin d'assurer ma victoire au cas où ses cheveux s'interposeraient entre nous, je maintins appuyé mon index sur l'interrupteur de l'electro-dial, les gerbes bleutées et blanches apparurent en plusieurs éclats électriques. Mes muscles faciaux, au summum de la crispation, firent apparaître une expression, sûrement peu esthétique, mais qui traduisait sans aucun doute mon actuel état. Mon bras s'activa, le dernier mouvement : le coup partit, ma plus puissante attaque au corps-à-corps, un swing particulier dans lequel j'insufflais, en plus de ma force, toute la bestialité qui me parcourait en ces moments frissonnants. Moins d'un mètre nous séparait, le cylindre toucherait bientôt sa cible.



Techniques utilisées:
 


résumé:
 
Revenir en haut Aller en bas
Kokuro Elina
Jorōgumo
avatar
Messages : 474
Race : Humaine
Équipage : Tsukiyo

Feuille de personnage
Niveau:
36/75  (36/75)
Expériences:
175/350  (175/350)
Berrys: 6.529.496.000 B

MessageSujet: Re: [Présent] Le soleil ne sait rien de l'ombre.   Mer 19 Avr - 22:41

Le soleil ne sait rien de l'ombre.














Durant la réunion précédente, Elina avait bien vite compris l'attachement qui unissait Yapu et son stupide pingouin. Aussi, lorsqu'elle avait attaqué ce dernier, elle s'était bien évidemment attendu à ce que le maître réagisse pour couvrir son animal de compagnie. La seule surprise de cette rencontre fut de voir Ouak littéralement s'envoler hors de sa portée ! Faisant fi de cette déception, l'araignée entendit soudain un autre harpon siffler dans sa direction. Elle se décala bien vite et attrapa le projectile à main nue lorsqu'il passa à portée. Ce fut à ce moment précis qu'elle réalisa la présence de fils reliant ces derniers au plafond ! Tout en gardant un oeil sur ses adversaires, la Zoan tenta de sectionner le lien avec ses griffes, ce qu'elle réalisa sans souci. Elle déporta son regard vers les autres armes de jets et les soupçonna d'être, elles aussi, reliées de la même façon. C'était une information capitale !

Du coin de l'oeil, elle aperçut Clovis se faire menacer, mais ignora superbement l'action de Ouak. Ses migraines fluctuaient, mais une petite accalmie lui permit d'y voir plus clair. Elle se concentra sur Urup qui descendait de son perchoir tandis que Yapu la canardait pour couvrir l'action de l'ancêtre. Le plus sanguin des deux inuit avait du flair... si tel n'avait pas été le cas, elle aurait embroché le plus âgé lors de sa chute avec les armes de son fils ! Au lieu de quoi, elle fut contrainte d'esquiver les nombreux lancers de Yapu qui, toujours, la poussaient vers l'affrontement. Elle n'allait pas se débiner ! Lorsque le doyen du trio se jeta sur elle pour la trancher de sa lame, elle bloqua violemment avec le javelot qu'elle avait en main. Elle puisa dans la force que lui conférait son fruit pour tenter de repousser Urup d'une contre attaque virulente, mais le grand père la surprit !

Elle comprit son erreur, l'ayant cru trop vieux pour réussir à la prendre de vitesse ou se jouer d'elle, lorsqu'elle le vit cracher sur son visage. Elle ferma les yeux en quatrième vitesse et bondit en arrière. Alors qu'elle sentait son visage s'empourprer de rage - avoir été ainsi humiliée par un vieillard ! - elle entendit le pingouin hurler. Elle s'essuya d'un geste vif les yeux, juste à temps pour voir Yapu se servir de Ouak comme d'une massue. Sur le coup, l'attaque si particulière la bluffa et la prit de court ! Elle reçut l'animal de plein fouet et fut envoyée voltiger dans les gradins qu'elle défonça dans sa chute. Durant son vol plané, elle se heurta à une foultitude d'hameçons qui lui labourèrent la peau des bras ou ripèrent sur sa chitine. L'atterrissage fut rude et elle effectua plusieurs rouler-boulers avant de se stabiliser, sans doute sous les regards goguenards de ses adversaires.

Ils allaient vite déchanter.

Malgré l'attaque puissante, son exosquelette avait encaissé une bonne partie des dommages. Elle avait beau souffrir de multiples lacérations et d'une ecchymose sur le crane, sa dignité avait été bien plus touchée encore ! Elle n'aurait jamais cru Ouak si résistant, tant sa texture était proche de l'acier. Cependant elle avait connu pire ! Les attaques de Corgus étaient autrement plus redoutables. Lentement, la Zoan se releva de tout son haut, avant de toiser les trois ignobles cloportes qui l'avaient ainsi maltraitée. Elle remarqua tout de suite qu'ils se situaient dangereusement proche de tous les harpons lancés par Yapu. C'était sa chance !

Le meurtre dans les yeux, Jorogumo mua sous leurs regards effarés. Ses membres s'affinèrent, son exosquelette sembla fondre tandis que de légères volutes de soie venaient épouser les contours de ses quatre bras prêts au combat. À force d'effort, Elina avait réussi à maîtriser assez précisément son fruit pour y puiser un peu plus de possibilités. Voilà très peu de temps qu'elle était capable d'adopter cette forme hybride et, si elle était plus lente que sa forme standard, ses capacités de tisseuses compensaient très largement !


- Zurui Ami ! scanda-t-elle soudain.


Immédiatement, les quatre orifices sécréteurs sur ses poignets firent pleuvoir une quantité astronomique de soie élastique ! En quelques instants, un filet gigantesque vint englober une grande partie des harpons tombés au sol et se fixer sur les murs au fond de la salle derrière les « Skimos ». En une fraction de seconde, la toile se rétracta pour faire converger toutes les armes de jet au même endroit : vers le trio infernal ! Une fois réalisé sa manœuvre pour prendre ses proies au piège via leurs propres armes, la Zoan contre-attaqua. Elina utilisa son Shunpo pour se rapprocher à grande vitesse de Yapu. Si ce dernier n'avait pas été assez réactif, il serait engoncé dans un amas de fils et d'acier. Et s'il s'agissait d'une autre cible, l'araignée frapperait quand même ! Ses griffes acérées viendraient labourer tout le corps de la pauvre âme qui serait restée coincée dans sa toile... Elle allait l’éviscérer, lui faire payer !






Techniques utilisées:
Araignée bolas : (lvl 32)
Forme hybride spéciale, associant une taille humaine à des capacités arachnéennes. Spécialiste des "lancers de toiles" à longue distance, ainsi que du modelage des projectiles. Elle est dotée de plusieurs orifices à soie supplémentaires, sur les poignets des quatre membres centraux, ainsi que de la capacité à modeler ses fils en armes de jets. Forme assez lente, mais qui compense par la forte capacité à produire de la toile et la portée démultipliée de son lancer.

Shunpo: (lvl 28)
La maîtrise de ses transformations en Nephila et en forme hybride lui permet de combiner un grand bond en avant et une transformation en araignée minuscule, avant de réapparaître en forme hybride. La technique donne l’illusion qu’elle disparaît avant de réapparaître au corps à corps. La force de propulsion couplée à sa petite taille lui octroie une vélocité un peu plus importante mais, contrairement au Soru, sa vitesse n’est pas drastiquement augmentée. Plus l’écart de niveau avec sa victime est grand, plus l’effet est important, et vice versa.


Résumé:
Elina se transforme en araignée bolas. Elle tisse très rapidement une quantité astronomique de toile élastique et en lance tout autour des « Skimos » qu'elle fixe sur les murs derrières eux grâce à son lancer. Ainsi, elle resserre son étreinte et tous les harpons ainsi que les fils bardés d'hameçons convergent vers le même point : là où se trouvent Urup, Yapu et Ouak. Le but est de les fixer au mur sous une tonne d'harpons et de toile.
Lorsqu'elle les a terminé sa tentative d'emprisonnement, Elina disparaît d'un Shunpo, réapparaît en forme hybride classique et se défoule sur Yapu ou, à défaut, un autre Skimos pris au piège.
Revenir en haut Aller en bas
Tsukiyo

avatar
Messages : 34
Équipage : Tsukiyo

MessageSujet: Re: [Présent] Le soleil ne sait rien de l'ombre.   Dim 23 Avr - 23:27







Le soleil ne sait rien de l'ombre



Keito - Menma - Yamagera


L'attaque combinée des « Banana Boyz » avait été éprouvée mainte et mainte fois. Le martèlement du sol par les hydres capillaires de Keito occupait généralement l'esprit de la plupart de leurs adversaires et, si par chance l'un d'entre eux s'esquivait à cet apocalypse, il était aussitôt cueilli par Menma et Yamagera, les deux brutes épaisses qui complétaient le trio. Leur coordination atteignait des sommets et, malgré l'absence de Menma du combo dévastateur, ils espéraient bien gagner un certain avantage ! Seulement... tout ne se passa pas comme prévu !

Keito gardait un œil sur Fudo lors de son attaque, mais ne pouvait imaginer qu'il s'en défasse. Aussi commit-il l'erreur de jeter un regard vers le combat des inuits et de la femme araignée et frissonna : ces idiots allaient avoir besoin d 'aide ! Ce bref moment d'inattention lui porta grandement préjudice. Un clignement de cil plus tard et il avait permuté de place avec Fudo ! Sans rien comprendre à ce qui se passait, Yamagera balança sa bourrasque sous l’œil horrifié de ses deux autres camarades ! Si le vandale ne percuta pas tout de suite qu'il venait d'arranger le portrait de Keito, Menma saisit la gravité de la situation lorsqu'il vit Fudo lancer un caillou vers Keito.

Il ne pouvait pas espérer blesser son collègue avec un simple débris ! Non ce mec avait un plan, le chef des « Banana Boyz » pouvait le lire dans ses yeux depuis le début du combat. Alors, compte tenu du spectacle dont il venait d'être témoin... le criminel aux Tonfas comprit : il allait permuter avec ! Il fusa de toutes ses forces, pénétrant dans la zone bleutée et hurlant à Keito de s'écarter... mais ce dernier ne comprenait absolument pas ce qui se passait et ne vit pas le coup venir. Menma serra les dents lorsque la batte se fracassa contre le corps de son ami et l'envoya bouler contre un mur ! Il se retint d'hurler de rage, à la différence de son collègue :


- Enfoiré de maudit ! J'vais t'faire la peau, OI !


Et tandis que Yamagera frappait de toute ses forces pour enfoncer Fudo dans le sol comme un vulgaire clou qui dépasserait, Menma frappa par derrière. Il fit pivoter ses deux armes portées au rouge via leurs poignées latérales jusqu'à emmagasiner de la vitesse, puis déversa toute sa hargne via une attaque croisée dans le dos de Fudo :


- Tonfa fire cross !


De son coté, Keito peinait à garder ses yeux ouverts. Il s'était ramassé le coup de son camarade avant d'être sauvagement projeté par une batte en titane. Ils avaient sous-estimé ce sale imitateur. Mais Menma... Menma le vengerait, il en était certain ! Sur ces pensées encourageantes, l'artiste capillaire sombra peu à peu dans l'inconscience.



Yapu - Urup - Ouak


Le corps durcit de Ouak heurta sans le moindre souci le corps de la Zoan, la faisant valser illico presto vers les gradins les plus proches. Le grincement strident se fit à nouveau entendre, l'excitation de Yapu était à son paroxysme et on pouvait clairement déceler dans son regard une lueur de folie. Il avait un sérieux grain, mais c'était compréhensible pour le jeune Skimo, Jorogumo dut sentir les différents hameçons qui jonchaient les divers fils mis en place quelques instants auparavant. Tandis que la créature se redressait péniblement à quelques mètres d'eux, l'inuit lâcha prise sur les tibias de Ouak qui se posa au sol avant de sautiller. Il fit une nouvelle fois part de son enthousiasme à toute la famille en beuglant son nom. Yapu lui fit un tape m'en cinq tout en s'esclaffant, ignorant totalement son ennemie.


-OUAK OUAK OUAK OUAK OUAK ! le pingouin aussi, ria.


De son côté, Urup était mitigé. Le chef de la famille savait qu'en ce genre de situation, quand on affrontait un adversaire aux capacités inconnues, il ne fallait surtout pas commettre l'erreur de dépecer le phoque avant d'avoir ramené sa carcasse à l'igloo. Ainsi, il raffermit son emprise sur le manche de son coutelas et tenta de recentrer l'attention des deux énergumènes à ses côtés. Néanmoins, alors qu'il avait commencé à tourner sa tête vers Ouak et Yapu, la voile de particule finit de s'estomper et laissa apparaître la Zoan dans toute sa splendeur. Le patriarche sentit à cet instant une suée froide lui parcourir l'échine, il venait de comprendre la nature de cette foutue Jorogumo : une foutue Zoan et non une simple femme araignée ! Lorsque celle-ci brandit ses poignets dans la direction des « Skimos », Urup alerta d'un étrange cri ses comparses. Yapu se retourna avant de se figer, sa mâchoire tomba quand il découvrit l'énorme toile qui se dressait vers eux. Ouak s'écria à nouveau, Urup se mit en position : il était prêt à découper cette soie. Mais, trop tard ! Jorogumo avait été bien plus maligne qu'eux, la toile se rétracta tout en fonçant vers le groupuscule : les différents harpons furent emportés par la création de la nephila. Yapu fut le premier à s'en prendre un dans le bras, quelques secondes après le trio se trouvait scotché au mur, le hurlement de l'oiseau se fit entendre dans toute la pièce.

Le liquide écarlate s'écoulait le long de la lame qui s'était figée dans le triceps du cadet, quelques hameçons étaient accrochés dans l'épaisse fourrure qu'il portait. Urup, lui, avait miraculeusement été épargné, ses jambes étaient simplement entourée de divers fils de piano et bouts de bois, ces derniers provenant des manches brisés des harpons. Son coutelas était toujours dans sa main, au niveau de son bas ventre, il avait commencé sa manœuvre dès qu'il reprit ses esprits : il taillait déjà la soie élastique. Mais, voyant la Zoan s'approcher dangereusement d'eux, il voulut accélérer la cadence et maximiser ses chances : il souffla donc sur la toile, au niveau de son visage puis de son torse. Au bout de quelques instants du givre se formait autour des divers filaments, ils seraient bientôt entièrement gelés et donc brisable d'un simple coup de tête.


-Ouak, on va s'en sortir, fais moi confiance, murmura Yapu, mal en point.
-OUAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAK !


Le pingouin, collé au mur derrière, plaqué par les deux « Skimos » était en état de panique totale. Le pauvre était claustrophobe et cela, en plus de nourrir sa peur, raviva un très mauvais souvenir. Il ne cessait donc de geindre, bougeant du mieux qu'il pouvait ses deux ailes afin d'essayer de se dégager d'ici. Jorogumo, elle, parvint au niveau de Yapu après quelques instants. Elle s'attela à une tâche non déplaisante pour elle : ses griffes déchiquetèrent en deux coups la fourrure protégeant le ventre du cadet, en même temps qu'elles taillèrent la soie à ce niveau là, puis les prochains emportèrent avec eux des morceaux de chair. Bientôt elle aurait été en mesure de voir une partie du système digestif de l'inuit qui contenait ses hurlements du mieux qu'il pouvait. Il se mordit la langue péniblement et supporterait ce calvaire sans geindre, Yapu ne voulait pas affoler Ouak plus que ça. Urup, la boule au ventre face au spectacle qui se déroulait à sa gauche, continuait sa manœuvre. Il savait que c'était là son seul moyen de sortir de ce bourbier. Il fallait donc prendre son mal en patience, garder sa rage dans un coin de sa tête pour se déchaîner quand il pourrait. Ce ne fut toutefois pas le cas de Ouak. Le bec orangé était visible, il s'était frayé un chemin entre les deux hanches des « Skimos ». Une larme perlait dans le coin de son œil droit, mais rien de plus. Les soupapes étaient belles et bien fermées : il déverserait non pas ses larmes mais sa colère, là, tout de suite. Sa queue s'abaissa d'un coup, le jet dial logé dans son derrière s'activa immédiatement, déversant un puissant jet d'air contre le mur qui propulsa le pingouin vers l'avant. Les deux inuits furent écartés par la manœuvre de leur camarade, la toile s'étirait sous cette nouvelle action : elle aurait peut-être cédée une fois le point de non retour atteint.


-OUAAAAK !



Clovis


Clovis avait vu sa vie défiler devant ses yeux lorsque Ouak avait foncé sur lui grâce au jet dial présent dans son rectum. Ce foutu pingouin était complètement con ! Il en avait laché sa flasque et avait bien tenté d'esquiver, mais une longue estafilade sillonnait le long de son bras droit à présent. Complètement à la merci de cet énergumène, Clovis était passé à deux doigts de se manger plusieurs mandales, mais le combat entre Jorogumo et le reste des « Skimos » avait obligé Ouak à reprendre son poste auprès de son maître... Laissant un criminel flageolant et meurtris. Il recommença à s'éloigner, craignant de voir la Zoan perdre plus vite que prévu... lorsque cette dernière renversa la vapeur en dévoilant une autre forme de maîtrise de son fruit.

Elle... elle pourrait peut être gagner !

Sans crirer victoire trop tôt, le rat s'éloigna discrètement et tenta de se cacher au sein des gradins, de peur d'être de nouveau pris pour cible.

Codage par Libella sur Graphiorum



Revenir en haut Aller en bas
Fudo
Le Roi Fou
avatar
Messages : 628
Race : Humain
Équipage : None

Feuille de personnage
Niveau:
33/75  (33/75)
Expériences:
31/250  (31/250)
Berrys: 325.405.000 B

MessageSujet: Re: [Présent] Le soleil ne sait rien de l'ombre.   Lun 24 Avr - 19:52



- Les soleil ne sait rien de l'ombre -


Tout se déroula en un infime laps de temps. Un bruit sourd émana de ma batte lorsqu'elle heurta le blondinet. L'onde provoquée par l'impact se propagea dans toute mon arme avant de faire vibrer chacun de mes os, des phalanges distales jusqu'aux radius et cubitus. Mais bientôt un hurlement me tira hors de cette euphorie, mes fibres musculaires qui s'entrechoquèrent se raidirent alors soudainement, les vagues frissonnantes de chaleur devinrent suées froides. Je vis l'ombre de Yamagera avaler la mienne, bientôt sa batte se serait abattue sur mon crâne. D'un réflexe reptilien, je bondis sur mon côté droit afin d'éviter le coup descendant. La batte s'écrasa brutalement au sol, l'éclatant au point d'impact, mais ce n'était pas tout. Sa brutalité n'avait rien à voir avec la mienne, la fracture béante s'étira vers mes pieds, j'eus à peine le temps de reprendre appui sur mon pied qui venait tout juste d'atterrir que j'aperçus une seconde silhouette surgir de derrière. Ma distanciation me permit de le voir, mais je ne pus rien faire : Menma était trop rapide. Ces deux types avaient lu en moi, ils savaient que j'allais me transposer avec ce caillou afin de vaincre Keito. Je m'étais fait avoir, je n'avais pas prévu un tel scénario et maintenant les deux corps rougeâtres percutèrent ma pauvre carcasse. L'un vint s'abattre sur mon flanc gauche tandis que l'autre heurta avec une violence inédite mon avant-bras gauche. Un crépitement se fit entendre lors du choc, le métal brûlant consuma d'une bouffée une partie de ma veste avant de grignoter ma chair. Je me mordis la lèvre inférieure afin de contenir mon grognement, lorsque les deux tonfas finirent leurs parcours je fus projeté étrangement : mon crâne se dirigeait rapidement vers le dallage. Et pour cause, la fissure avait atteint mon pied droit, m'ancrant de ce fait dans le sol.


Durant ma chute je lâchai ma batte afin de présenter mon membre antérieur au bitume. Mon front heurta le dos de ma main droite, me sonnant presque sur le coup. Le goût ferreux du sang emplit ma bouche, l'intérieur de ma lèvre fut salement tailladée par mes canines. Je venais de passer de grand vainqueur à moins que rien, un cancrelat ramené au sol comme l'avait déjà fait l'immense balafré en une explosion. Mes deux poings se fermèrent, comme si cela pouvait atténuer l'angoisse qui me comprimait désormais la poitrine. Des images défilèrent dans ma tête, elles possédaient toutes un point commun : le feu. Le tonfa de Menma, le bras d'Edward, les flammes jaillissant de la terre morcelée, les torches tenues par les paysans et finalement le début de tout, l'explosion meurtrière et créatrice : le sous-marin. Mes paupières primitivement fermées s'ouvrirent brusquement, en même temps que mes deux poings. Tout d'abord vint la création, celle d'une zone nouvelle, consumant ma flamme intérieure, celle qui brûlait mes entrailles, me rappelant de facto ma condition de vivant. La première zone se fit engloutir par sa cadette. La destruction prit plus de temps à se montrer, elle demandait étrangement plus de carburant que son opposée. Mais tous pourraient le voir, comme je l'avais ressenti en un court instant durant mon scan : dans les gradins s'élèveraient les sièges, ils se détacheraient des gradins un à un, tous en choeur. D'autres corps, en provenance du lieu où se trouvaient Clovis et Jorogumo, rentreraient eux aussi dans la danse. Rien n'était délaissé : la flamme, aussi intense qu'elle pouvait l'être, n'était qu'éphémère. Le compte à rebours était enclenché avec la mise en mouvement des divers systèmes lévitant, mes doigts s'agitèrent de plus en plus : je transformais la pièce en une véritable centrifugeuse.




Techniques utilisées:
 


résumé:
 
Revenir en haut Aller en bas
Kokuro Elina
Jorōgumo
avatar
Messages : 474
Race : Humaine
Équipage : Tsukiyo

Feuille de personnage
Niveau:
36/75  (36/75)
Expériences:
175/350  (175/350)
Berrys: 6.529.496.000 B

MessageSujet: Re: [Présent] Le soleil ne sait rien de l'ombre.   Lun 24 Avr - 20:48

Le soleil ne sait rien de l'ombre.














La rage consumait les veines de la Zoan. Le feu ardent de sa colère se déversait tel un torrent inondant son corps d'une flamme vengeresse. Elle avait été humiliée par un vulgaire vieillard et un foutu pingouin ! Ces salopards étaient d'ailleurs en train de la railler haut et fort ?! Cet affront ne resterait pas impuni. Bien vite, le trio de sombres et funestes abrutis se laissa berner par l'attaque de toile et, lorsqu'ils réagirent, il était déjà trop tard. Sa soie élastique se rétracta et emporta avec elle harpons, fils et crochets, mais aussi ses trois ennemis qu'elle désirait ô combien écharper de ses propres mains. À peine Yapu avait-il été comprimé contre le mur qu'Elina était sur lui d'un Shunpo éclair.

En deux coups de griffes précis l'araignée tailla en pièces ses habits, avant de s'attaquer au corps emprisonné de sa proie. Le sang giclait et les cris étouffés du hors la loi s'élevèrent dans l'ambiance survoltée de l'ancien Fight Club. Cependant, alors que la Zoan s'échinait à réduire en charpie le tronc de son adversaire, n'ayant plus aucune autre idée en tête que celui de les briser un à un, l'improbable se produisit. Si elle avait été plus attentive, elle aurait pu sentir le coup fourré venir. Si son Haki de l'observation incontrôlable ne s'était pas de nouveau déclenché, sans doute à cause des sentiments explosifs de Yapu et de son animal de compagnie, peut être aurait-elle réagi à temps. Mais l’enchaînement des événements la prit de cours, elle qui s'acharnait encore et toujours sur l'inuit qui l'avait envoyée bouler... Elle qui se réservait l'ancien pour la fin !

Le cri de Ouak la sortit de sa fureur.

Le pingouin voltigea sans crier gare, emportant avec lui le filet déjà affaibli par Urup sans qu'Elina ne s'en rende compte. Ses nouveaux maux de tête l'empêchèrent de voir le morceau de plafond, qui s'était décollé un peu plus tôt, tomber vers elle. Il manqua d'un cheveux de l'écraser et de l'assommer sur le coup, au lieu de quoi son exosquelette lui sauva la mise lors d'une acrobatie hasardeuse. Mais l'araignée maugréa malgré tout : ses trois ennemis avaient réussi à s'extirper de sa toile ! Alors qu'elle s'apprêtait à repartir à l'assaut de manière encore plus virulente, le chaos explosa dans la salle.

Ses céphalées se démultiplièrent, marquant l’affolement de son Haki de l'observation. Ses sens arachnéens lui crièrent un danger insondable et, la seconde suivante, la salle se retrouva sens dessus dessous. La lumière bleutée envahit totalement la pièce et de multiples objets se mirent à léviter puis à tournoyer dans un manège aussi impromptu qu'indésirable.


- Qu'est ce que... commença-t-elle à articuler.


Et ses yeux se posèrent sur Fudo. Ce dernier était face contre terre, mais se tenait dans l'oeil du cyclone. Partout autour de lui valsaient chaises, bouteilles, morceaux de dalles, harpons et fils jonchés d'hameçons dans un maelstrom infernal ! Les sens totalement affolés, la Zoan finit par reprendre ses esprit au moment où un harpon faillit l'éborgner ! Elle se jeta hors de la zone de turbulences sans nom et attendit, le cœur battant, que l'orage ne passe. Seulement, ce faisant, la Zoan venait de se rapprocher de son coéquipier du jour qui semblait éprouver quelques difficultés à gérer sa malédiction...


« Qu'est ce que c'est que ce fruit ?! », ne put-elle s'empêcher de penser, totalement estomaquée par le spectacle.


Elle qui pensait avoir gagné un certain avantage ! Voilà qu'elle devait lutter non seulement contre le mobilier, mais également ses propres sens et son Haki qui ne la lâchait pas ! Elle se ressaisit à temps pour garder l'oeil ouvert, dans l'espoir de ne pas se faire surprendre par ses ennemis fort nombreux ! Lentement, elle tenta de reprendre son calme et de dompter ses émotions conflictuelles... Si seulement elle maîtrisait ce foutu Haki !






Revenir en haut Aller en bas
Tsukiyo

avatar
Messages : 34
Équipage : Tsukiyo

MessageSujet: Re: [Présent] Le soleil ne sait rien de l'ombre.   Lun 24 Avr - 23:20







Le soleil ne sait rien de l'ombre



Keito - Menma - Yamagera

Menma et Yamagera avaient enfin réussi à toucher ce putain d'imitateur ! Si la batte de la plus grosse des deux brutes avait loupé son coup, la fissure qu'avait provoquée la frappe dans le sol avait tout de même joué en leur faveur. Fudo venait de se prendre les pieds dedans et de se faire bruler le corps suite aux attaques du chef des « Banana Boyz ». Seulement, alors que les deux hors la loi commençaient à sourire et s'apprêtaient à venger leur camarade tombé à grand renfort de coups puissants... le monde chavira.

Une seconde sphère, trois fois plus grande que la précédente, naquit à partir de la main de leur cible. La stupeur les frappa lorsque de multiples objets et le mobilier du Fight Club commença à léviter. Avant qu'ils ne retrouvent leur esprit, la salle venait de se transformer en ouragan ! D'innombrables fauteuils tourbillonnaient autour de Fudo, auxquels s'ajoutaient divers objets allant de la flasque de Whisky aux débris de dalles en passant par diverses armes de jet de Yapu.

Soudain, Yamagera sentit sa batte tenter de lui échapper, elle aussi. Il serra de toutes ses forces l'objet mais, très vite, sentit la puissance du fruit la lui arracher des mains... Le mafioso regarda, impuissant, son arme de prédilection virevolter avec toutes les autres d'un regard à la fois outré et malheureux. De son coté Menma sentit un tonfa lui échapper, mais réussit à retenir son autre arme des deux mains, une sur le manche et l'autre sur la poignée latérale ! Enfin, l'attraction puissante s'arrêta et le cauchemar commença ! Les meubles semblaient se liguer contre eux et il dut batailler ferme pour ne pas être envoyé au tapis par les chaises volantes !


- YAMA ! hurla le chef malgré le tumulte ambiant. On se le fait en une deux !


Mais alors que son collègue opinait du chef, les catastrophes s'enchainèrent...



Yapu - Urup - Ouak


La toile s'étira encore et toujours jusqu'à finir par céder, Ouak retrouva ainsi sa liberté et porta main forte, sans en avoir conscience, à Urup et Yapu qui se virent en partie délivrés de la toile. Le patriarche ne se fit pas attendre, il finit le travail en brisant ses liens de soie, désormais gelés, et engouffra ses mains avant d'écarter les filaments. Il put se créer une brèche pour s'extirper de ce piège, après s'être débattu avec les divers bouts de bois autour de ses jambes il parvint à sortir. Il se retourna donc vers Yapu, ses yeux s'écarquillèrent dès que le vieillard découvrit la scène. Jorogumo s'était arrêtée, laissant à Yapu le temps de gérer au mieux sa plaie béante au ventre. Il maintenait ces entrailles dans son tronc à la force de ses mains, son père s'affola.


-Ouak ? murmura le fils.


Les deux mains plongés dans son bide, imprégnées de ce liquide écarlate, Yapu ne semblait pas se soucier de son état. Il ignora totalement la pointe du harpon, fichée dans son bras, qui se mit à bouger : elle semblait se remuer d'elle-même, avant de finalement finir par tailler une bonne fois pour toute le triceps du bougre en quittant le membre concerné. Urup avait aussi du soucis à se faire puisque son coutelas s'agita dans sa main qui s'éleva dans le ciel sous l'action d'une force supérieure. Le vieil homme ne comprenait pas ce qu'il se déroulait, il déporta son attention sur le reste de la salle : les sièges, les gravats, des bouteilles de Whisky bientôt rejoints par leurs armes : tous ces systèmes tourbillonnaient.


-OUAOUAOUAOUAOUAK !


Contrairement à ses attentes, l'oiseau ne toucha pas sol après s'être sorti hors de la toile. Il poursuivit sa trajectoire en passant tout juste à côté de Jorogumo tout en prenant de plus en plus d'altitude. Ouak n'était pas en train de voler pour autant, il le comprit quand la poussée du jet dial cessa. Il flottait dans le ciel, comme un peu comme dans l'eau ! Ses palmes s'agitèrent dans les airs, l'alcidé remua ensuite ses ailes dans tous les sens avant de réaliser une brasse dans l'air. Etrangement, il se mit à avancer, de plus en plus vite, pour finalement s'inscrire dans une trajectoire circulaire dont le centre n'était autre que Fudo. Ouak ne savait point que cela était dû à un fruit du démon, il n'était pas doté d'une telle capacité de réflexion. Il ria alors tout en continuant sa nage tumultueuse, usant de son Tekkai afin de ne pas risquer sa santé quand il entrerait en contact avec certains objets volants.


-T'es sûr ?
-Oui, il faut en finir. Je te rejoins après !


La Zoan s'en était allé, permettant à Urup de venir en aide à son fils en soufflant du froid sur sa plaie. Il put contenir l’hémorragie, mais le cadet des Skimos ne pouvait pas se permettre de trop bouger. Il se vit contraint au repos, il tempêtait donc intérieurement et s'en remettait à son paternel. Urup ramena ses mains vers ses lèvres avant de les entrouvrir. Il pivota d'un bref geste, faisant face au maelstrom, son regard fou se fixa sur la nephila. Avoir blessé son fils à ce point là ! Elle devait le payer, cela n'était pas tolérable. Il s'élança d'un puissant bond vers elle, faisant fi des éventuels corps en mouvement qui pouvaient venir le percuter à n'importe quel moment. La raison passa à la trappe, la rage avait pris le dessus ! Un poing glacé se dirigea dans le dos de Jorogumo, dans l'oeil du cyclone.


-Bien sûr qu'on se le fait en une deux, ta-
-OUAK !


Yamagera n'eut malheureusement pas le temps de finir sa phrase . Comment cela se faisait-il ? Ouak, durant sa brasse céleste, eut la fantastique idée d'enclencher une ultime fois le jet-dial situé dans son rectum. Il voulait voir jusqu'à quel point il pouvait battre son record de vitesse. Cependant, il se trouvait parfaitement aligné avec le pic cendré lorsqu'il actionna le mécanisme. Avec son corps toujours aussi dur que de l'acier, chacun pouvait imaginer la peine du hors-la-loi. Le crâne de l'alcidé frappa son ventre de plein fouet, si bien qu'après s'être remis de la projection, il avait toujours le souffle coupé. De quoi faire fulminer son chef de plus belle, d'autant plus que Yamagera se trouvait dorénavant dans les zones de turbulences.



Clovis


Clovis écarquilla les yeux devant la scène. Il se jeta au sol et se recroquevilla, espérant qu'ainsi il esquiverait l'apocalypse qui secouait son ancien commerce ! Du coin de l'oeil, il essayait de suivre les combats, mais ce fut un autre détail qui attira son attention. Au milieu de tout ce bordel, la deuxième porte du Fight Club explosa sous ses yeux ahuris, laissant apparaitre une silhouette qu'il reconnut immédiatement.


- Mais qu'est-ce qu'il fout là ?!
Codage par Libella sur Graphiorum



Revenir en haut Aller en bas
Fudo
Le Roi Fou
avatar
Messages : 628
Race : Humain
Équipage : None

Feuille de personnage
Niveau:
33/75  (33/75)
Expériences:
31/250  (31/250)
Berrys: 325.405.000 B

MessageSujet: Re: [Présent] Le soleil ne sait rien de l'ombre.   Mar 25 Avr - 21:08



- Les soleil ne sait rien de l'ombre -


Un martèlement régulier et douloureux s'abattait contre mes tempes, mes tympans, eux, étaient assiégés par l'infeste brouhaha accompagnant ma création : un maelstrom destructeur. Celui-ci consommait bien plus d'énergie que je ne l'avais cru, plus il pillait mes réserves plus il en exigeait. Et pourtant, cela me permettait finalement de me confronter une bonne fois pour toute aux maux qui se présentaient à la file depuis Nighty Town. Si chaque humain voyait son existence défiler en accéléré face à un danger mortel imminent, comme si son esprit passait au crible toutes les expériences primitivement vécues dans l'espoir d'y trouver la solution pour juguler la menace présente, je fis de même en ce funeste contexte déclenché par moi-même. Je courrais en ces moments à ma perte, je me dirigeais face à la mort. Tandis que je m'appuyais sur ma main droite, les ténèbres denses m'engouffrèrent d'un battement de cil. Sur mes paupières furent projetées en divers flashs d'atroces images qui se succédèrent mécaniquement maintes et maintes fois, mêlant réalité à imagination. Des corps ensanglantés, tailladés, enchevêtrés afin de former une macabre sculpture : Blémo. Un corps cybernétique dévoré par les flammes touchant le fond de l'océan : Nighty Town. La plaie béante de laquelle un torrent de sang s'écoulait : l'île détruire. Puis finalement, un enfant qui pleurait face à deux silhouettes mortuaires, deux êtres de chairs et de sangs, de son sang, finissant d'ensevelir ma pauvre carcasse : Ren Tao. Chacune de ces visions connotaient avec d'effroyables événements qui ne m'apportèrent rien, si ce n'était qu'un rappel de la cruauté du monde. Ils m'avaient arraché, et ce de façon systématique, une part de bonté en moi. Créant des failles, de la place pour y loger d'éventuels démons. Le doute, la peur, le chagrin, le désœuvrement : il me fallait me débarrasser d'eux.


Une sensation étrange vint alors tout balayer lorsque la lumière s'éteignit pour la seconde fois. Une force intense remua les ténèbres, un éclat distinct se fit entendre au-delà de ces derniers, une substance venait de se faire régurgiter par mon être. La sensation se précisa : il s'agissait là d'une simple envie destructrice. Me détruire entièrement afin de me recréer, me façonner à partir de ces ténèbres immuables, ceux de l'underground. Le monde n'était pas cruel, j'étais simplement pas conçu pour. Face à une telle conclusion, mes paupières frémirent et me laissèrent retrouver la réalité. Toute personne désirant le trône était vouée à être seule. Ni Yao, ni les Shadow Ghost, ni ma famille ne me côtoieraient là-bas. Le passé fut donc recraché pour former cette image que découvrirent mes yeux. Elle fut instantanément gravée dans ma rétine. Je l'étais déjà, et la force que je cherchais à acquérir ne m'aurait jamais permis d'éviter cela. Accepter mon actuelle nature était le premier pas. Comprenant enfin ce fait, le monde m'autorisa à mettre le doigt dessus par le biais de cette gravure. Seul face au sol fracassé, seul face à cette flaque de sang, seul face à mon visage morcelé et torturé s'y reflétant : une mosaïque solitaire. Dès lors mon visage se fendit tandis que j'imprégnai plus de force dans mon appui pour me relever. La bulle brumeuse s'estompa durant mon ascension créatrice, laissant le cri du volatil m'atteindre. Faisant fi de la tempête chaotique, je tournai ma tête sur ma gauche afin de regarder du coin de l’œil le malfrat. Un singe qui voulait s'accaparer mon bien, son compagnon avait été un prémisse de ce qu'il allait devenir. Il servirait d'exemple pour ceux qui se ligueraient contre moi, les cancrelats envieux de s'accaparer mon titre, les pions que j'utilisais actuellement qui finiraient par devenir inutile : tous devaient être brisés en morceaux pour renflouer mes réserves. Une goutte écarlate goutta à mon index droit, il s'agissait là du signal. Mon poing se ferma aux trois quarts tandis que mon attention était focalisée sur un lot de débris volant. Deux siège, une dalle fissurée, une pointe métallique : tous ces systèmes convergèrent immédiatement vers le dos de Menma. Avant de me reposer une première fois dans ma nouvelle vie, je me devais d'aller jusqu'au bout de ma démarche en finissant ce combat.





Techniques utilisées:
 


résumé:
 


Dernière édition par Fudo le Dim 14 Mai - 8:37, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Kokuro Elina
Jorōgumo
avatar
Messages : 474
Race : Humaine
Équipage : Tsukiyo

Feuille de personnage
Niveau:
36/75  (36/75)
Expériences:
175/350  (175/350)
Berrys: 6.529.496.000 B

MessageSujet: Re: [Présent] Le soleil ne sait rien de l'ombre.   Mar 25 Avr - 21:49

Le soleil ne sait rien de l'ombre.














Les surprises s’enchaînaient les unes après les autres. Elina avait tenté de s'éloigner du cataclysme dans lequel Fudo l'avait plongée, mais n'avait réussi qu'à se retrouver dans une zone exiguë où les débris ne semblaient pas voler. L'oeil du cyclone en quelque sorte. Ainsi, elle fut aux premières loges pour observer plusieurs actions simultanées. Menma et Yamagera se mirent d'accord pour lancer une attaque combinée, juste avant que le maudit pingouin ne défonce littéralement le ventre du plus brutal des « Banana Boyz » ! Ouak venait de lui offrir une ouverture inespérée pour tenter de porter assistance au maudit responsable de ce cirque. Alors qu'elle s'apprêtait à porter secours à Fudo, Elina le vit se relever et agiter la main. Tout d'abord soulagée de le voir garder un certain contrôle, elle réalisa immédiatement le revers de la médaille :


« Il a volontairement créé ce capharnaüm ?! », s'étonna-t-elle en son for intérieur.


Alors que Fudo venait d'effectuer un geste particulier, une flopée d'objets hétéroclites se ruèrent dans le dos de Menma. La Zoan ne les avait aperçus que du coin de l'oeil et avait préféré ne pas plus y projeter son regard, de peur d'indiquer la manœuvre à leur adversaire ! D'autant qu'elle avait encore du pain sur la planche de son côté...

Son Haki la taraudait de toutes parts, mêlant impressions désagréables, multiples sentiments étrangers et sensations démultipliées... Son cerveau ne semblait pas capable d'analyser une telle quantité d'informations et le lui rappelait à grand renfort de tambours entre ses deux tempes. Son sang lui martelait le crane avec insistance, signalant haut et fort son mécontentement d'être ainsi assaillie sans aucune possibilité de se soustraire au phénomène incompréhensible ! Elina grognait en silence, réduite à cette position d'impuissance qu'elle abhorrait tant. Elle qui se vantait de toujours tenter de rester maîtresse d'elle-même, d'analyser et prévoir les plans de ses adversaires, mais aussi de tirer le meilleur de ses capacités tant physiques que mentales... voilà plusieurs affrontements qu'elle était ainsi tenue en échec ou mise face à ses propres limites. Être ainsi diminuée lui laissait une amertume telle dans la bouche qu'elle enrageait, lentement mais sûrement. Il fallait que cela cesse.

Faisant fi de la tempête, Urup avait traversé les nuées de chaises, de dalles, de harpons et d'autres décombres pour tenter de se relancer à l'assaut. Son poing glacé fusa et l'impact secoua tout l'exosquelette de la Zoan qui ne l'avait pas senti venir. Immédiatement, le corps de l'araignée réagit en conséquence. Si son esprit était en proie à un marasme innommable du fait de ses capacités incontrôlées qui la paralysaient, son instinct et ses réflexes arachnéens prirent le dessus. Elle accompagna le coup en plongeant en avant, mais ce dernier préleva son dû et lui arracha un autre grognement de douleur. Le froid mordant dans le dos de l'assassin eut l'effet d'un électrochoc. Son esprit sortit quelque peu de sa torpeur et, enfin, Elina contre-attaqua.

Elle disparut soudainement d'un autre Shunpo. En un instant, l'araignée réapparut en tournoyant au corps à corps. Elle frappa la tête de l'inuit de son pied, tête en bas, tandis que sa main prenait appui sur le sol... avant de disparaître de nouveau. En réalité, elle venait de prendre la forme d'une minuscule araignée au niveau de sa main porteuse un bref instant. Une fraction de seconde plus tard, Elina mua en sa forme hybride tout en attaquant d'un violent coup de talon au plexus. La vitesse de la transformation viendrait s'ajouter à la puissance de son attaque pour tenter de mettre fin à la résistance du vieillard. Elle espérait obliger ainsi l'ancêtre à lever sa garde pour parer son premier coup qui n'était autre qu'une feinte. Ainsi, elle se serait ménagé une ouverture pour lui couper la respiration... voire le propulser vers Yamagera qui se trouvait dans la trajectoire de son attaque !







Techniques utilisées:
Shunpo: (lvl 28)
La maîtrise de ses transformations en Nephila et en forme hybride lui permet de combiner un grand bond en avant et une transformation en araignée minuscule, avant de réapparaitre en forme hybride. La technique donne l’illusion qu’elle disparait avant de réapparaitre au corps à corps. La force de propulsion couplée à sa petite taille lui octroie une vélocité un peu plus importante mais, contrairement au Soru, sa vitesse n’est pas drastiquement augmentée. Plus l’écart de niveau avec sa victime est grand, plus l’effet est important, et vice versa.

Henka : (lvl 33)
Maitrise totale de ses formes complètes et hybrides. Elina est capable de choisir le point de son corps à partir duquel ses transformations s’opèrent. Ainsi, elle peut choisir d’apparaitre sous forme complète là où elle a posé sa main, à titre d’exemple.

Revenir en haut Aller en bas
Tsukiyo

avatar
Messages : 34
Équipage : Tsukiyo

MessageSujet: Re: [Présent] Le soleil ne sait rien de l'ombre.   Dim 30 Avr - 13:05







Le soleil ne sait rien de l'ombre



Aben'Gal

Aben'Gal avait vu juste, une fois de plus. Il lui avait semblé étrange que plusieurs corps soient retrouvés inertes, perclus de traces d'injections. Si les « Skimos » avaient bien des défauts, le manque de professionnalisme n'en faisait pas partie. Ces trois ahuris avaient développé une drogue stable et très addictive mais, lorsque bien utilisée, avec un très faible taux de mortalité par overdose. Un si brusque changement ne pouvait signifier qu'une chose : l'arrivée de concurrents et d'un nouveau type de drogue, moins chère mais plus délétère. Aussi, après quelques analyses réalisées et la certitude que la base de cette saloperie était la même... l'homme basané avait compris : les Skimos avaient passé un pacte avec quelqu'un et partagé leur formule en échange de quelque chose. Or, ces salopards gardaient si jalousement ce secret qu'il ne l'auraient partagé qu'en échange d'un avantage plus grand encore ! Et quel pouvait il être ?

La réponse était évidente : le monopole du marché noir.

Ni lui ni Alia, ni même Clovis et Maku ne souhaitaient s'associer à eux ou n'avaient joui d'une part dans le commerce de stupéfiants. Aussi, il n'était resté qu'une seule possibilité : Menma et ses crétins de suivants ! Il avait rapidement envoyé son meilleur éclaireur dans les sous-sols des « Banana Boyz », pendant que lui même avait tenté de prolonger la réunions sans griller leur couverture. Simplement, au lieu de retourner au point de rendez-vous, il avait été interpellé par un de ses informateurs. Ce dernier avait surpris par un pur hasard les menaces proférés à l'encontre de Clovis pour le forcer à attirer Jorogumo dans ce piège. Si lui-même n'appréciait pas plus que cela la Zoan, il ne pouvait pas se laisser ainsi avoir par le plan des deux bandes rivales... Si jamais ces enfoirés avaient réussi leur coup ce soir, le reste du marché noir serait peu à peu tombé entre leurs sales pattes... Et il ne pouvait s'y résoudre.

Aussi avait-il demandé de filer Clovis sans qu'il s'en aperçoive. Lorsqu'il avait appris que Jorogumo venait de pénétrer dans la battisse, il avait décidé d'agir. Ainsi, Aben'Gan venait de défoncer la porte annexe d'un coup sec ! Son regard noir se posa en un instant sur la situation apocalyptique qui se tenait devant lui... et il prit une décision rapide en apercevant l'homme qu'il méprisait tant. D'un bond puissant, il fonça vers Menma tandis que celui-ci tentait de frapper Fudo d'une de ses armes rougeoyante. Alors que les multiples débris allaient frapper sa cible dans le dos, Aben'Gal rugit :


- Lariat Shot !


Et son bras vint s'écraser sur le cou de Menma.



Keito - Menma - Yamagera


Yamagera venait à peine de se remettre de ses émotions et d'entendre l'ordre de son chef, qu'il dut faire face à un problème de taille ! Cet idiot de Ouak lui arriva dessus à pleine puissance. Sans qu'il puisse amorcer le moindre mouvement, le criminel sentit le crane dur comme l'acier de ce maudit pingouin s'enfoncer dans son ventre. La respiration coupée, les yeux exorbitées et un gout métallique dans la bouche, la brute s'envola et s'écroula au sol. Elle tenta difficilement de se lever en crachant du sang, mais se retrouva tout à coup dans la zone de turbulences ! Yamagera esquiva la première chaise, pour se prendre la seconde qui vint le faire reculer dans un débris. Alors qu'il allait se faire submerger, il hurla de rage et tenta de créer une bourrasque sans sa batte. La puissance du coup fit quelque peu reculer les objets, mais alors qu'il souhaitait s'esquiver il écarquilla les yeux en apercevant le nouveau venu. Il manqua de se prendre un autre siège et dut se concentrer sur la tornade qui sévissait pour se frayer un chemin vers l’œil du cyclone.

Menma sentait une rage insondable brûler en lui, aussi puissante qu'un brasier inextinguible, son corps fulminait à l'image de son Tonfa ! Se faire ainsi mettre en échec par un vulgaire imitateur ? Ça n'allait pas se passer comme ça ! Le chef des « Banana Boyz » fit tournoyer son arme et créa un petit arceau flamboyant. Il s'élança en criant à l'encontre de Fudo et s'apprêtait à lui asséner le coup de grâce... lorsqu'il se fit intercepter.


- Lariat Shot !


Son attention était toute focalisée sur son ennemi. Ses nerfs en pelote et sa colère altéraient son jugement. Aussi Menma ne vit pas le coup venir. Le bras puissant d'Aben'Gal rencontra son cou et fit mourir le cri de guerre dans la gorge de Menma. Il hoqueta et fut repoussé en arrière, avant que les multiples débris projetés par Fudo ne l'atteignent dans le dos. Les deux sièges rebondirent simplement, la dalle se brisa à l'impact... mais la pointe métallique se ficha profondément dans l'épaule droite du criminel. Ce dernier grogna, incapable de hurler suite au coup de son ennemi. Ce dernier fut impitoyable :


- Massiv Shot !


Des deux mains, Aben'Gal frappa sur le crane de Menma ! La tête de ce dernier s'enfonça dans le sol et, immédiatement, le hors la loi sombra dans l'inconscience.



Yapu - Urup - Ouak


Le poing du patriarche vint se loger dans dans le creux du dos de la Zoan. Lorsque ses phalanges recouvertes d'une épaisse couche de givre vinrent s'écraser contre sa cible, Urup ne put contenir un grognement de satisfaction. Le Skimo venait de porter un premier coup qui aurait marqué l'infâme outsider pendant un bon moment. En effet, bien que Jorogumo bondit dès qu'elle se prit le coup, le froid eut le temps de faire son oeuvre. Rictus apparent, le vieux inuit arma son prochain coup avant de subitement se figer lorsque son adversaire disparut un court instant. L'expression perverse que présentait son visage se mua en une grimace trahissant le mécontentement d'Urup. La Zoan sut reprendre l'initiative en une technique, elle força le bougre à se mettre sur la défensive. Son activité cérébrale à son paroxysme, les sens en ébullition, Urup leva son bras droit dès que son opposant lança son coup. Puis elle réitéra, une disparition inexpliquée qui brisa en mille morceaux toute possibilité d'offensive de la part du Skimo, cette fois-ci ce fut un pied qui se présenta à Urup quand la Zoan réapparut. Son bras gauche étant resté au niveau de son torse, puisqu'il n'était pas assez stupide pour concentrer toute sa défense pour parer un simple coup de pied, aussi vif pouvait-il être, seul un débutant aurait fait cet erreur. Son expérience portait finalement ses fruits, c'était ce que pensait Yapu en contemplant l'affrontement de sa position aux travers du maelstrom. Néanmoins, et cela le cadet ne put le voir puisqu'il se trouvait dos à son père, Urup avait été pris de vitesse : la Zoan venait de terminer la partie en seulement deux mouvements, il était échec et mat. Désarçonné par la manœuvre de la nephila, le bras de l'inuit n'était pas prêt pour recevoir un tel coup. Le talon heurta avec brutalité l'avant-bras du vieillard, brisant au passage son cubitus, ce dernier vint s'écraser contre sa cage thoracique avant de se faire éclater par le pied. Son tronc bascula en arrière, Urup tenta de se ressaisir en faisant un pas en arrière : son appui était encore fragile. Conscient de la précarité de sa situation, il cracha plusieurs postillons gelés afin de peut-être arrêter le coup fatal.


-PAPA !


Yapu s'était sorti de la toile coupée d'un bond, il ne comprenait pas exactement ce qu'il se déroulait mais voir son père se faire gentiment propulser vers le tourbillon d'objets le poussa à considérer une possible défaite. Si il avait été en état, il aurait déjà pris un de ses maints harpons afin de les balancer sur le Zoan. Toutefois, dans son brusque déplacement, la pellicule de glace qui contenait ses entrailles se craquela. Le sang afflua à la fissure, la pression eut raison de la barrière : Yapu porta ses mains à son ventre afin de contenir le flux écarlate. Il était bloqué dans cette situation et Ouak ne semblait pas être en mesure d'aider Urup, son choc avec Yamagera l'avait stoppé net. Il flottait simplement à quelques mètres du sol, près de Menma et Fudo.


Codage par Libella sur Graphiorum


Revenir en haut Aller en bas
Fudo
Le Roi Fou
avatar
Messages : 628
Race : Humain
Équipage : None

Feuille de personnage
Niveau:
33/75  (33/75)
Expériences:
31/250  (31/250)
Berrys: 325.405.000 B

MessageSujet: Re: [Présent] Le soleil ne sait rien de l'ombre.   Dim 30 Avr - 18:50



- Les soleil ne sait rien de l'ombre -


Mon regard était plongé dans ses deux iris sombres, bientôt Menma serait au sol après s'être pris les divers systèmes convoqués par mes doigts. Ce fut à ce moment, après ma dernière action, qu'une chose entrait et sortait constamment de mon champ de vision. Elle faisait osciller l'air autour d'elle, probablement s'agissait-il là de son tonfa qui s'avérait être brûlant par je ne savais quel mécanisme. Pour autant, face à cet éventuel danger que représentait son arme, je restais campé sur mes positions et ne pris guère la peine de lui attribuer plus de considération. Menma me fit déjà la démonstration de son incroyable vitesse, si il décidait de m'asséner son coup dès maintenant rien n'aurait pu me sauver si ce n'était les corps en mouvement. Peu importait donc ce qu'il se passerait, le combat touchait à sa fin. Pour ma part j'étais confiant, je ne ressenti aucun sentiment négatif, aucune appréhension. Ainsi, quand le plagieur arma finalement son ultime coup, je fermai simplement mes yeux et me tournai pleinement vers cet adversaire. Une voix tierce vint alors me tirer hors de ce nouvel état dans lequel j'étais en train de me plonger. Mes paupières n'étaient guère plus closes, le bras d'Aben'Gal frappa la pomme d'Adam du hors-la-loi avant de le propulser en arrière. Privé du droit d'hurler, l'homme sembla se renfrogner avant de s'élancer dans une nouvelle offensive. Trop tard pour lui, mon attaque vint s'abattre sur lui avec une certaine violence, méritée, Aben'Gal se dirigea alors vers lui pour terminer le travail. Menma, la face enfoncée dans le sol, était dorénavant inconscient. Je voulus m'approcher de lui afin de voir s'il était mort ou simplement plongé dans un sommeil forcé, néanmoins, dès que mon pied droit quitta la surface du sol, je sentis mon être vaciller. La flamme s'était bien amoindrie depuis le temps, bientôt elle se serait certainement éteinte. Je laissai ainsi ma zone s'estomper, de ce fait tous les corps retomberaient au sol dans un fracas incroyable.


Délesté de ce poids, j'imprégnai plus de force dans mon appui afin de me tenir du mieux que je le pouvais. Malgré tout, j'avais réalisé une sacrée performance avec mon pouvoir. Ma zone avait avoisiné le triple de la taille qu'elle possédait autrefois, lors de mon dernier combat. Je venais d'atteindre un tout nouveau palier et je comptais bel et bien ne pas en rester là. Je n'en étais pas content pour autant. Trop de paramètres m'avaient été favorables durant cet affrontement déséquilibré. Que ce fut les diverses aides de Jorogumo, l'intervention miraculeuse de ce volatil ainsi que l'arrivée d'Aben'Gal : j'avais un arrière goût amer, balançant cette victoire à la poubelle. Le monde voulait peut-être m'aider et s'assurer que son roi soit en sécurité, mais pourquoi lui mâcher tout le travail ? Si j'avais effectué cette renaissance cette nuit, c'était bel et bien pour ne point être épargné par les caprices de la fortune et la cruauté de ce monde. Je grimaçais donc tout en lorgnant ma camarade, elle semblait s'en être sortie correctement. L'horizon tangua une nouvelle fois, ma paume vint soutenir mon crâne. Un autre constat s'immisça dans mes pensées. Face à telle supériorité numérique, à l'agressivité inouïe des ce trio ainsi que leurs pouvoirs relativement dangereux, je n'avais point reculé d'un pas. Une fois confronté à ces trois types, lorsque les mots de Jorogumo me plongèrent dans ce combat, je n'avais pas sourcillé d'un cil. L'idée de la défaite m'apparut étrangère et mon esprit s'était retrouvé dans un état qui naquit lors de la mort de ce pauvre pêcheur. Un signe que je prenais le bon chemin, que j'étais fin prêt pour débuter mon périple en tant qu'être nouveau : je me sentais capable de les tuer sans me poser autres questions d'éthiques. Ils étaient mes ennemis, cela suffisait à justifier cet acte.


Un martèlement fit trembler la terre encore une fois, je reculai d'un pas, puis d'un autre. Ma tête commençait à peser, je perdais de la tension. Je tomberais d'un moment à l'autre. Plongerais dans un repos qui finirait cette naissance, il aurait synthétisé toutes ces informations nouvelles qui m'étaient parvenues, ou plutôt qui avaient été découvertes en moi. Finir la suppression de certains défauts s'étant manifestés, puis colmater toutes les brèches par les ténèbres denses de mon tendre monde. De ces abysses je renaîtrais, et bien que d'apparence je ne changerais point, mon être s'en serait bel et bien retrouvé profondément altéré.




Revenir en haut Aller en bas
Kokuro Elina
Jorōgumo
avatar
Messages : 474
Race : Humaine
Équipage : Tsukiyo

Feuille de personnage
Niveau:
36/75  (36/75)
Expériences:
175/350  (175/350)
Berrys: 6.529.496.000 B

MessageSujet: Re: [Présent] Le soleil ne sait rien de l'ombre.   Dim 30 Avr - 21:09

Le soleil ne sait rien de l'ombre.














Le plan de l'araignée semblait avoir fonctionné à moitié. Néanmoins, elle avait encore une fois sous-estimé Urup au point de le croire incapable de sentir venir la feinte. Le vieil homme avait paré d'un de ses bras, en gardant l'autre bien en place... ce qui démontra une bonne fois pour toute qu'il n'était pas un débutant aisé à tromper. Néanmoins, si son esprit restait vif malgré son grand âge, ce fut son corps qui le trahit au plus mauvais moment. Son membre gardé telle une barrière entre lui et la mort se brisa sous la poussée bestiale de la Zoan ! Malgré le cri affolé de son fils mal en point, l'inuit perdit pied. Dès lors, il fut projeté en arrière sur quelques pas et ouvrit sa garde en grand, à cause de son déséquilibre soudain.

Elina s'engouffra sans plus tarder dans la faille.

Elle bondit malgré ses muscles qui commençaient à lui cuire, utilisant de nouveau un Shunpo pour disparaître à la vue du vieillard. Elle réapparut soudain, en tournoyant la jambe parallèle au sol. Elle s'était attendu à ce que, en désespoir de cause, Urup tente une manœuvre comme le crachat de tout à l'heure. Aussi, lorsqu'il projeta des pics glacés avec sa bouche en direction de sa jambe, la Zoan rétracta cette dernière sous la forme minuscule d'un membre d'araignée, laissant ainsi passer les projectiles sans heurt. Elle fit reprendre sa forme hybride à son membre et frappa d'un coup sec à la gorge !


- Kumojie !


Et si un tel coup ne suffisait pas, elle profiterait de son élan pour tournoyer et asséner un violent coup de poing en plein thorax à son adversaire. Peu lui importait d'user d'artifices, de ruses sournoises ou d'éléments du décor pour arriver à ses fins : elle écraserait ses ennemis un à un, quelque soit leur nature. La hargne que mettait l'assassin dans chacun de ses combats n'avait d'égal que sa pugnacité, son obstination à toujours tenter de sortir victorieuse quel qu’en soit le prix ou les moyens utilisés. Et jusqu'à lors, cela lui avait plutôt réussi ! Elina se reprit à temps pour tourner son attention vers le reste des opposants. Elle découvrit avec surprise Aben'Gal qui semblait avoir porté le coup de grâce à Menma, tandis que Fudo commençait à sombrer et sa zone à se dissiper.


« Il a du énormément puiser dans son fruit pour s'écrouler ainsi. », réalisa la Zoan.


Et soudain, le corollaire de cette hypothèse lui sauta aux yeux ! Elle s'esquiva d'un bond et d'un rouler bouler, laissant tous les objets et débris s'écrouler derrière elle. Elle se releva aux cotés de Fudo et l'empêcha de se fracasser la tête au sol. Ce jeune hors la loi était doté d'un don précieux, et il aurait été dommage qu'il finisse ses jours ainsi. Lui aussi avait démontré une rage de vaincre à toute épreuve et, sinon une bonne maîtrise, au moins une utilisation intéressante de sa malédiction. Cette dernière paraissait d'ailleurs bigrement puissante et lui offrait un nombre de possibilités impressionnantes au sein des zones bleutées qu'il créait de toutes pièces. Elle le questionnerait plus tard sur ces points. Pour l'heure, remarquant avec plaisir que tous leurs adversaires étaient hors d'état de nuire, elle se tourna vers l'homme basané :


- Je suppose que des remerciements sont de mise. Mais que faisiez vous là aussi vite, Aben'Gal ? Vous aviez trouvé aussi rapidement que cela les responsables, en fin de compte ?


Elle n'était pas dupe et, depuis la réunion, avait bien compris que le criminel suspectait un autre gang du marché noir. Il enquêtait d'ailleurs probablement sur lui avant même de demander la permission au reste du conseil, raison pour laquelle il avait réussi à apparaître au moment opportun. Sans doute avait-il placé les « Banana Boyz » sous surveillance pour réussir cette prouesse ? En tout état de fait, elle ne pouvait que le remercier. Son intervention rapide et efficace leur avait été d'une grande aide ! Restait à savoir quel en serait le prix.






Revenir en haut Aller en bas
Tsukiyo

avatar
Messages : 34
Équipage : Tsukiyo

MessageSujet: Re: [Présent] Le soleil ne sait rien de l'ombre.   Dim 30 Avr - 21:52







Le soleil ne sait rien de l'ombre



Keito - Menma - Yamagera


Keito avait été mis hors combat depuis quelques instants déjà, et il gisait dans un coin à demi-conscient. Il frémit en apercevant ses camarades subir le même sort que lui, mais ne put esquisser le moindre mouvement. Ses cheveux refusaient d'obéir à son retour à la vie, signe qu'il avait atteint ses limites. Il soupira et baissa la tête car il comprenait ce que cela signifiait : ils avaient perdu.

Menma ne vit pas la seconde attaque venir et, après avoir encaissé tant bien que mal le coup à la gorge, se fit encastrer dans le sol. La puissance déployée par Aben'Gal suffit à le plonger dans l'inconscience, réduisant à néant ses espoirs de mettre la main sur le marché noir de Luvneel. Ce fut donc la rage au ventre et un gout amer dans la bouche que le chef des « Banana Boyz » rendit les armes.

Lorsqu'il vit son deuxième ami se faire intercepter, Yamagera suspendit son mouvement sous l'effet de la stupeur. Il n'eut d'ailleurs pas la présence d'esprit d'esquiver l'inévitable : Fudo venait de perdre le contrôle de sa malédiction. Ainsi, tous les sièges et débris retombèrent brutalement ! La brute fut assommée sur le coup et se retrouva bloquée sous un monticule d'objets divers et variés... Yamagera dut également s'avouer vaincu.



Yapu - Urup - Ouak


Urup ne put rien faire, la Zoan le dominait en tous points. Lorsqu'elle évita le jet de postillons le patriarche des Skimo comprit que c'en était fini de lui. Ainsi, les yeux clos, ses pensées allèrent vers son fils. La vision de ce dernier en train de jouer avec Ouak lui permettait de trouver un certain réconfort pendant la brutale déferlante de coups. L'intégralité du contenu de son estomac sortit lors de l'ultime frappe de la Zoan. Urup resta figé sur place, le souffle coupé, le corps arqué, lorsque l'outsider retira son poing de sa cage thoracique. Sa carcasse abîmée s'écroula lamentablement au sol sous les yeux ébahis de son fils quelques secondes après. Ce spectacle suscita une émotion nouvelle pour Yapu, des larmes naquirent dans ses deux yeux humides. Faisant fi de la douleur engendrée par sa grave blessure, il s'extirpa une bonne fois pour toute de la toile et se déplaça vers son paternel en boitillant. Son bras primitivement amoché par un harpon pendouillait durant cette triste marche. Il se stoppa net face à l'amas d'objets tournoyant et y focalisa toute son attention afin d'y déceler la moindre faille pour tenter une percée. Heureusement pour lui, la barrière céda lorsque son créateur débuta sa lente chute. Yapu n'attendit pas plus, renifla un coup pour contenir un sanglot, et enjamba les débris. Sa seule main ne suffisait pas à stopper l’hémorragie : son sang coula au travers de cette plaie béante, la glace s'était entièrement brisée. Il s'échoua à quelques pas du corps inerte de son père.

Il les avait déjà vues, oui, il en était certain. Ces deux chevilles basanées, il les avait vues lors de la précédente réunion !


-Ouak !


Les yeux grand ouverts, le pingouin beugla lorsqu'il comprit qu'Aben'Gal venait de débarquer. Il y eut du chahut auparavant, le volatile n'avait pas réellement capté comment il s'était retrouvé dans une telle position. Il se tenait là, campé sur son crâne, droit comme un « i ». Ses petites palmes s'agitèrent, il remua ses ailes et beugla de plus belle. Il voulait qu'on le sorte de ce pétrin, il avait envie de gerber. Voir le monde à l'envers était une expérience réellement désagréable pour lui.


-Ouaouak !



Clovis


Sous les yeux du petit rat, la situation venait de prendre une tournure bien plus intéressante pour lui. Certes, il devrait encore expliquer à Jorogumo pourquoi il l'avait attirée dans un piège et devait chercher un moyen, pas trop onéreux, de la dédommager pour gagner un début de confiance... mais il s'en était sorti ! Clovis était vivant et, de plus, venait de trouver un bouclier derrière lequel s'abriter. Oui, il ne lui restait plus qu'à présenter patte blanche et il pourrait jouir à nouveau d'une protection intéressante, avant d'évoluer dans l'ombre de cette femme araignée.

Si on lui avait dit, des années auparavant, qu'il tiendrait pareilles pensées... il aurait ri au visage du crétin qui lui aurait fait cette mauvaise blague ! Mais après tout, dans ce monde instable les motivations et les actions nécessaires pour survivre évoluaient à un rythme effréné ! Bien que toujours un brin réticent à l'idée d'accepter de nouveau un patron, ou tout du moins une patronne, Clovis savait qu'il n'avait pas le choix. Tôt ou tard, elle viendrait le chercher pour lui faire cette proposition. Elle l'avait prévenu lors de leur première rencontre : elle cherchait à unifier tout le marché noir de North Blue sous sa coupe. Alors autant tenter de grappiller quelques avantages et imposer ses conditions pour qu'elle le rallie à sa cause !

Fidèle à sa réputation, il ne manquait décidément jamais une opportunité de faire du profit.



Aben'Gal


Le chef des « Maniocs » venait enfin de satisfaire une envie vieille de plusieurs années : détruire la face de ce crétin instable et violent ! Si en plus on ajoutait à cela que les « Banana Boyz » et les « Skimos » allaient devoir assumer cette tentative de putsch ratée, c'était une belle opération ! Car Aben'Gal avait vu clair dans leur jeu à partir du moment où l'homme kidnappé par Jin'Ro avait parlé : ces deux gangs avaient tenté de s'allier pour rafler toute la mise ! Leur alliance sous cape était censée rogner petit à petit leurs territoires en usant de la force pour annihiler toute résistance... Si Menma et ses sbires n'avaient pas coupé la drogue pour augmenter leurs profits sans prendre en considération les risques d'une telle manœuvre, cela aurait pu fonctionner. Mais il oubliait également un événement qui aurait été imprévisible, quelques semaines auparavant.


« Sans leur arrivée, il aurait été bien plus difficile de les battre. », réalisa l'homme basané en se tournant vers Fudo et Elina.


Il répondit d'ailleurs à cette dernière, bien qu'il n'appréciât pas son ton :


- Je faisais suivre Clovis depuis qu'il s'était fait agresser à la sortie de la réunion. Je me doutais qu'ils tenteraient quelque chose, mais je ne pensais pas qu'ils seraient assez stupides pour le faire aussi brutalement.


Il réfléchit un instant, mais finit par se dire qu'il pouvait révéler le reste de ses découvertes à la Zoan. Après tout, elle lui avait été d'une grande aide sans qu'elle s'en rende compte :


- Menma et Urup s'étaient alliés et préparaient un putsch. Votre arrivée à précipité les choses et, même s'ils ont bien joué le jeu durant la réunion, les « Banana Boyz » étaient au courant de votre arrivée puisqu'Urup avait sans doute éclairé Menma.


Il se racla la gorge, puis sortit un Den Den Mushi qui sonnait dans sa poche :


- C'est terminé, déclara-t-il à peine après avoir décroché. Venez les récupérer, soignez les et jetez les au trou en attendant que le conseil décide de leur sort.


Peu de temps après, une flopée d'hommes de couleur débarqua dans l'ancien Fight Club pour menotter et embarquer les adversaires à terre. Une fois ses hommes partis avec les prisonniers, Aben'Gal se tourna une nouvelle fois vers Jorogumo et déclara :


- Nous discuterons à nouveau lors de la prochaine réunion. Sur ce...


Et il s'en alla sans plus de formalité, précédé par un Clovis penaud qui, apparemment, avait tout de même quelques explications à donner au chef des « Maniocs ».


Codage par Libella sur Graphiorum


Revenir en haut Aller en bas
Fudo
Le Roi Fou
avatar
Messages : 628
Race : Humain
Équipage : None

Feuille de personnage
Niveau:
33/75  (33/75)
Expériences:
31/250  (31/250)
Berrys: 325.405.000 B

MessageSujet: Re: [Présent] Le soleil ne sait rien de l'ombre.   Dim 30 Avr - 22:54



- Les soleil ne sait rien de l'ombre -


Les pièces s'imbriquèrent petit à petit dans mon crâne, la mécanique de mon esprit parvint à un nouveau point culminant. Je me retrouvais plongé dans une vision fugace, je me situais dans une pièce obscurcie où seul un mur était visible, celui qui me faisait face. Ce dernier était jonché d'articles de journaux déchirés puis punaisés, des mots y étaient entourés, d'autres inscriptions, visiblement de mon cru, y étaient raturées. J'y avais aussi rajouté plusieurs avis de recherche auquel était accroché d'autres bouts de papiers griffonnées. Si au début mon esprit se perdit dans ce flot d'informations reliées les unes aux autres dans cette toile complexe, je fus bien vite en mesure de prendre le recul nécessaire afin de voir la chose dans son intégralité. Des flèches rouges se dessinèrent sous mon regard et finirent de rattacher quelques noms de lieux entre eux, d'autres bleutées s'occupèrent de lier des visages. Puis mes yeux se posèrent sur une pièce détachée qui venait d'apparaître subitement au centre du tableau : une affaire qui pouvait me servir à débuter mon implantation dans l'économie. Était-ce dû à mon subconscient ? Je n'en savais pas grand chose, en tout cas l'image était claire.


Je me réveillai d'un coup, en une brusque inspiration. Une douleur pulsait toujours à mes tempes, mais celle-ci était bien moindre qu'auparavant. Examinant les alentours une première constatation se présenta à moi : on m'avait déplacé dans la chambre d'hôtel réservée la nuit dernière, peut-être quelques jours avant même, je ne pouvais après tout encore rien dire sur la durée de mon sommeil. Après m'être redressé j'extirpai mes jambes du drap et m'assis au bord du lit en prenant ma tête entre mes deux mains. Je me sentais bien mieux, toutefois quelque chose me pesait sans que je n'arrive à mettre le doigt dessus. Si ce que j'avais désiré effectuer portait ses fruits, cela semblait absolument normal de se sentir étrange, alourdit. Mon crâne me semblait un peu plus étriqué qu'auparavant, mon activité cérébrale avait due atteindre son paroxysme et y rester un instant. Mon repos n'en était donc pas vraiment un si celui-ci avait servi à opérer de gros changement en mon être. Mes paumes glissèrent sur mon visage avant de se balancer dans le vide, je restais un moment figé sur la vision de mon reflet dans la vitre. Les volets étaient toujours fermés à l'extérieur, toutefois des rayons lumineux s'insinuèrent dans la pièce à travers les divers interstices parsèment le matériau.

-Une mosaïque solitaire.


C'était là la conclusion de tout un raisonnement en période de crise, ce que je considérais désormais comme ma véritable nature. Je soupirai longuement, pensant que cela me délesterait du nouveau poids que je me devais de porter. Mon choix avait été effectué, je le savais, quand bien même ce dernier se fit de façon inconsciente il était complètement évident. Mon futur était en parti tracé mentalement, mes prochaines actions - si tout se passait sans encombres - seraient de réaliser une première entrée dans le marché noir de West Blue. Une fois cette implantation effectué, il aurait été temps de jouer à un nouveau jeu : celui des alliances. Les Shadow Ghost étaient insuffisant à la réalisation de mon projet, Ren n'était rien d'autre qu'un vulgaire pion que l'on utilisait pour régler des conflits d'ordre militaires, quand les choses dérapaient. Il n'était rien d'un leader, inutile de lui imputer un grand pouvoir : ce n'était qu'une pièce parmi tant d'autres, dont l'obsolescence était déjà programmée. Voyant une silhouette apparaître dans le reflet de la vitre, je me retournai vers ma camarade.

-Tu m'as pris en charge durant cette plus ou moins longue période, je t'en remercie. Que s'est-il passé depuis ? As-tu finalement atteint le but que tu t'es donné en venant ici ?






Revenir en haut Aller en bas
Kokuro Elina
Jorōgumo
avatar
Messages : 474
Race : Humaine
Équipage : Tsukiyo

Feuille de personnage
Niveau:
36/75  (36/75)
Expériences:
175/350  (175/350)
Berrys: 6.529.496.000 B

MessageSujet: Re: [Présent] Le soleil ne sait rien de l'ombre.   Lun 1 Mai - 10:18

Le soleil ne sait rien de l'ombre.














Elina avait depuis longtemps pris la bonne habitude d'assurer ses arrières, même lorsqu'elle dormait. Ainsi, tandis que Fudo occupait le lit depuis plus d'une journée entière à présent, elle avait tissé une toile dans un recoin de la chambre et s'y était logée sous la forme d'une petite araignée. Afin d'être prévenue de toute intrusion la Zoan avait, par habitude, tissée un fil de soie jusqu'à la fenêtre, un autre jusqu'à la poignée de la porte... et un autre sur son coéquipier. En conséquence, lorsque Fudo se releva le fil avait vibré, prévenant ainsi Jorogumo d'un mouvement au sein de la chambre. Elle s'était immédiatement éveillée et avait scruté la pièce jusqu'à se rendre compte de l'origine de la perturbation.

L'assassin reprit sa forme hybride et attendit que Fudo ne la remarque, car il semblait un brin perdu dans ses pensées. Pendant ce temps, elle détailla les faits et gestes de cet homme imprévisible. Il avait beau jouir de capacités intéressantes et d'une bonne faculté d'adaptation ou d'analyse... il réagissait parfois de manière inconsidérée. Elle en voulait pour preuve la démonstration de son pouvoir qui avait jeté l'ancien Fight Club dans le chaos ! Cependant, il restait indéniable qu'il l'avait grandement aidé lors des tractations mais aussi et surtout lors des combats. Elle doutait franchement de s'en être sortie à six contre une ! Le jeune homme la remarqua soudain et ses premières paroles furent des remerciements, ce qui demeurait rare dans leur milieu, puis des interrogations multiples auxquelles elle prit soin de répondre :


- C'était tout naturel, après le fier service que tu m'avais rendu. Tu as dormi presque trente six heures au total, la deuxième réunion se déroulera dans moins de dix heures.


La Zoan était curieuse d'apprécier sa réaction. Serait-il honteux ? Tracassé à l'idée de devoir s'occuper des esclavagistes en plein jour ? Ou bien partirait-il du principe qu'elle s'était déjà occupé de ce menu problème ? Son vilain petit défaut refaisait surface peu à peu : elle adorait jouer avec ses interlocuteurs, les titiller et décortiquer leurs réactions... mais le travers devenait bien pire lors d'un combat où elle se sentait supérieure. Revenant à la situation présente, l'araignée continua en s'adossant au mur :


- Rassure-toi, je me suis déjà occupée des esclavagistes que nous étions censés réduire au silence la nuit dernière. Un véritable jeu d'enfant, après ce que nous avons vécus.
« Et surtout après la prison... », ajouta-t-elle en pensée.


Elle prit un air goguenard avant de continuer :


- Je gage que cette réunion-ci sera bien plus à mon avantage. Maku m'est déjà tout acquis, Clovis m'a fait parvenir une lettre d'excuse et une demande de partenariat. Aben'Gal reste un fervent défenseur du marché noir avant tout, c'est d'ailleurs un des seuls qui dispose d'une vision globale et ne cherche pas à faire fructifier ses seuls intérêts. Il sait très bien que je représente une avancée pour eux... même si cela ne l'enchante guère.


Ici, elle sourit franchement avant de continuer :


- Quant à Alia, elle s'est jetée dans ma toile d'elle-même. Elle veut me forcer la main et m'obliger à signer un contrat pour recruter ses mercenaires en première intention. Contrairement à ce qu'elle pense, cela la lie à moi et non l'inverse. Mon seul réel problème est de rallier définitivement Aben'Gal, en somme... mais cela nécessitera un peu plus de temps.


Après un court instant, Elina retrouva un visage plus placide :


- Et toi, Fudo ? As tu trouvé ce que tu recherchais... loin de Ren ?


La petite pique n'était pas anodine. Elina avait entendu les paroles lourdes de sens de Fudo lors des affrontements. Il avait, après tout, affirmé aux « Banana Boyz » qu'ils constitueraient les fondations de son futur règne ! La phrase n'avait rien d'insignifiante, en particulier venant d'un lieutenant... si un de ses propres bras droits proférait des bravades similaires, elle le ferait surveiller de très prêt car cela ne pouvait signifier que deux choses : un putsch ou une émancipation. Cela dit, Fudo semblait bien plus enclin à faire son trou dans ce monde par lui-même. Il avait été conquis par les manigances du marché noir, de toute évidence, ce qui différait fortement de l'attitude bien plus directe et brutale de Ren Tao. Ainsi, plutôt que de chercher à prendre la tête de son chef, Fudo souhaitait sans doute voler de ses propres ailes. Cela expliquait également pourquoi Ren ne l'avait pas avisée qu'un de ses lieutenants arrivait à bord d'un bateau estampillé « Shadow Ghosts » sur Luvneel alors qu'elle l'avait, elle, prévenue qu'elle allait y mener des opérations capitales. Il l'ignorait purement et simplement.

Fudo venait de déserter les Shadow Ghosts, elle en était presque convaincue.

Cependant, il lui avait rendu un fier service en l'aidant à mettre la main sur une partie du marché noir de l'île. Aussi, peut être serait-elle enclin à passer sous silence son passage sur ces mers glacées, en juste retour de ce qu'il lui avait apporté. Peut être même pourrait-elle donner un léger coup de pouce au jeune homme... mais elle ne le ferait pas par pure bonté de cœur. Intérieurement, l'araignée souriait sans rien en laisser paraître. Fudo était un jeune hors la loi intelligent, aussi ne tarderait-ilpas à s'en rendre compte de lui-même : rien n'était jamais acquis en ce monde. Et encore moins gratuitement.






Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: [Présent] Le soleil ne sait rien de l'ombre.   

Revenir en haut Aller en bas
 

[Présent] Le soleil ne sait rien de l'ombre.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant

 Sujets similaires

-
» sous le soleil d'Hawaï, rien de mieux qu'une chasse aux trésors !
» Il n'y a rien de nouveau sous le soleil Lavalas
» [FB] La pluie et le soleil n'y changeront rien [PV : Klara]
» Manifestation pour la paix a Cite-Soleil
» Cité Soleil, Evens serait le plus riche des pauvres

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
One Piece Seken :: Le monde de One Piece :: Seas Blues :: North Blue :: Royaume de Luvneel-