Partagez | 
 

 [FB] A deux nous irons plus vite [Pv Heziel]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Ghetis Archer
Vice-amiralVice-amiral

avatar
Messages : 1923
Race : Humain
Équipage : La Couronne

Feuille de personnage
Niveau:
47/75  (47/75)
Expériences:
486/750  (486/750)
Berrys: 8.552.132.528 B

MessageSujet: [FB] A deux nous irons plus vite [Pv Heziel]   Jeu 23 Mar - 4:24

A deux nous irons plus vite

Ore Wa Kurohebi Da !



Errant depuis fort longtemps sur les mers bleues à la recherche d’un but, Ghetis Archer rencontra toutes sortes d’obstacle dans sa vie et se construisit petit à petit. Différents individus croisèrent sa route et modulèrent ses choix. Si au début il ne fut qu’un trentenaire un peu trop volatile pour se fixer sur un objectif, il voulut depuis toujours rejoindre la Marine une fois qu’il aurait amassé assez de primes. Chose qu’il fit après la guerre de Drum, la dernière fois où il empocha une prime. A cet instant, il entra dans une politique de Justice Absolue en pensant faire le bien de son équipage ainsi, mais les aléas de la vie lui montrèrent qu’il devait être un peu plus souple et s’il se dirigeait vers une évidente souplesse après les évènements de Whisky Peak, il lui fallait encore un peu de temps pour lui, un peu de temps pour qu’il puisse se retrouver. Il n’avait pas encore communiqué son retour à tous les membres de La Couronne, comme Caligula ou encore Sypher, mais il avait déjà contacté certaines personnes comme Yzis ou Agon. Ceux-ci le conduisaient sur différentes îles où l’homme se recueillait et apprenait de ses erreurs. La dernière île en date avait été une île de d’arbres dorés où il put se remettre véritablement en question… Bien qu’à cet instant le discours de Yang n’était pas encore apparu dans sa vie… Mais dès lors Ghetis possédait déjà une idée qui allait se clarifier dans le futur : Il passerait de destructeur à bâtisseur.


C’était d’ailleurs ce qui l’avait conduit au village d’Itab, un village complètement délabré d’une île perdue sur Grand Line : l’île Saper. -Non pas « sa peur », mais genre « Saper » à l’anglaise stylé… Oups le narrateur parle trop- .

C’est donc sur cette île qu’il jeta son dévolu. Elle se caractérisait par une apparence hétérogène à cinquante pourcents. Une partie était un village plutôt bien bâti, avec une végétation sobre et un port simple, tandis que l’autre était un village en ruine, à la végétation presque entièrement morte et port délabré.

- D’après nos informations, quand le commerce s’est instauré sur cette île la population à migrer vers la zone la plus intéressante, si bien qu’Itab a été la cible de plusieurs pillards jusqu’à en faire le village délabré des personnes trop «pauvres » pour vivre à Siargne, la village en état.

- On ne devait faire que passer, mais la végétation de cette zone est quasiment morte, je ne peux sortir d’une forêt d’arbres d’or pour laisser une terre aussi morte sur l’île qui suit. Restez dans la baie, je vais faire quelques jours sur cette île, le temps d’en rénover au moins la végétation.


Dit le capitaine de La Couronne avant de récupérer son habituelle sacoche qu’il attachait à sa taille de façon à avoir la partie rangement à l’arrière, suivi d’un gros sac, qu’il dont il passa l’anse à son épaule.




Passant à l’arrière du navire où il y avait le jardin, il lança une graine et celle-ci fit naître une plante en forme de parasol. Il n’eut qu’à l’arracher pour s’en faire un parapluie, tandis que de sa main libre il vint « cueillir » une des glaces pistache-choco d’un des arbres du jardin. Ne vous posez pas de question ce sont les pops greens.

La glace en main le capitaine se dirigea vers la figure de proue du bateau et d’une grande impulsion se projeta hors du bateau pour survoler la mer en un jolie bon, son corps bien assez léger pour sa force de géant. Le parasol prenait un peu de vent, mais rien de grave. En quelques geppous Ghetis se dirigea vers la plage en toute tranquillité alors qu’il terminait le cornet de sa glace.

- Bien voyons voir comme ça se passe ici.

Il était vêtu d’un pantalon bleu marine assez ample, celui de tout bon membre de la marine, les pieds nus avec uniquement des bandelettes pour protéger leur plante. Il accompagnait le tout d’un débardeur blanc simple.

Un sourire léger le brun se retourna vers la mer pour observer la belle étendue d’eau qu’il avait survolée d’une traite et dit avec un grand naturel.

- J’irais leur pécher un gros poisson plus tard.

Et à ses mots il tourna à nouveau les talons et avança vers ce qui semblait être une « forêt » tellement morte qu’elle ressemblait plus à une plaine ponctuée de quelques rares arbres. L’herbe était d’une teinte marron, les arbres aux feuilles rouges. Les pieds à même le sol Ghetis sentait bien que le sol n’était pourtant pas sec, la population ne devait pas posséder les bonnes bases en botanique voilà tout.

C’était donc d’une démarche aisée qu’un grand gaillard avançait sous son parasol vert, un sac sur l’épaule, pour arriver doucement vers le village délabrée d’Itab, qui devait pourtant avoir une population attachante.

- Je n’aurais pas dut manger cette glace elle m’a ouvert l’appétit.



DEV NERD GIRL

Revenir en haut Aller en bas
Heziel Coffe
The Juggernaut
avatar
Messages : 1571
Race : Humain
Équipage : Aucun

Feuille de personnage
Niveau:
44/75  (44/75)
Expériences:
50/500  (50/500)
Berrys: 61.814.000 B

MessageSujet: Re: [FB] A deux nous irons plus vite [Pv Heziel]   Jeu 23 Mar - 10:37





Humanité avant tout !


S'étirant de tout son long, Heziel poussa un petit soupir d'aise avant de prendre une bonne goulée d'air frais. Cela faisait une petite heure que les Dokugan avaient accosté de l'autre côté de l'île : le port de Siargne était prospère et plutôt grand, avec une présence inexistante de la Marine. Ils disposaient en effet de leur propre milice et elle semblait en forme : malgré leurs primes, ils n'avaient pas été inquiétés et étaient traités comme tout voyageur de passage. Il ne fallait juste pas faire de grabuge. En d'autres termes, ils avaient pu accoster sans difficulté et chacun avait rapidement trouvé un intérêt à rester dans cette belle cité : néanmoins, pour Heziel, la curiosité habituelle avait repris le dessus et une histoire l'avait particulièrement accroché.

Apparemment, un autre village existait de l'autre côté de l'île. Le village de Itab. Néanmoins, d'une vue éloignée alors qu'ils étaient encore en mer, il sembla au cuistancier qu'il n'y avait que désolation et sécheresse de l'autre côté... une particularité de cette île propre à Grand Line, sans doute ? Mais voilà où se situait justement le fond de l'affaire : une autre communauté survivait bien, tant bien que mal, dans cet environnement austère et inamical. Intrigué et désireux de voir si il pouvait faire quelque chose -après avoir donné à Pumori la mission capitale de s'occuper des courses-, le pirate qui possédait alors encore son chapeau de paille s'était donc muni d'un paquetage adéquat avant de quitter la belle ville de Siargne.

Ses jambes le portaient depuis un moment déjà, alors qu'autour de lui le paysage se dégradait graduellement : la végétation verdoyante et la petite faune, timide mais bien présente, laissaient place à un vide bien triste. Les couleurs et la terre molle cédaient du terrain à un bichrome fade ainsi qu'à un terrain à mi-chemin entre les rocailles et les résidus sablonneux. Portant un regard relativement dépité devant se spectacle, le mormoilnien se demanda ce qui avait bien pu provoquer de telles conséquences. Caprice de mère nature, ou autre chose ? Il n'en avait pas la moindre idée, mais il comptait bien approfondir le sujet de son côté. Les autres ne lui en voudraient pas de prendre un peu de quartier libre, après tout ils n'étaient pas pressés.

- Oh ?

Utilisant sa main comme une visière, le second de l'équipage du Borgne regarda devant lui avec un peu plus de concentration. Au loin se dessinaient quelques formes... caractéristiques, bien qu'en sale état. Un village. Il était sans aucun doute arrivé à destination : la description collait, bien malheureusement, à ce qu'il avait sous les yeux. Quelques arbres morts et un paysage dénué d'intérêt cerclaient des bâtisses croulantes et inanimées. Quelques fumées à droite et à gauche indiquaient la présence de feux et donc, de villageois. Malgré tout, cela faisait peine à voir. Il inspira un grand coup et ajusta son paquetage sur son dos un instant : restait à voir ce qu'il était possible de faire pour améliorer la situation ! D'un pas décidé, le Coffe se dirigea donc vers les maisonnettes en espérant rapidement trouver à qui parler. Il se sentait d'humeur charitable aujourd'hui, plus encore que d'habitude. Alors autant en profiter, non ?



_________________




Revenir en haut Aller en bas
Ghetis Archer
Vice-amiralVice-amiral

avatar
Messages : 1923
Race : Humain
Équipage : La Couronne

Feuille de personnage
Niveau:
47/75  (47/75)
Expériences:
486/750  (486/750)
Berrys: 8.552.132.528 B

MessageSujet: Re: [FB] A deux nous irons plus vite [Pv Heziel]   Lun 27 Mar - 6:00

A deux nous irons plus vite

Ore Wa Kurohebi Da !




La démarche lente, le bonhomme d’un peu plus de deux mètres se promenaient dans ce petit bout de terre avec une toute autre image en tête que ce projetait la zone. Il l’imaginait fleurit et verte de vie lorsqu’il leur aurait transmis ses quelques enseignements. Les techniques en botaniques de Ghetis avaient profondément évoluée pour permettre la réhabilitation de différents lieux s’axant sur une envie de développement d’écosystème plutôt qu’une logique offensive comme pouvait le faire certains utilisateurs des pop greens. Chez lui il s’agissait d’une alternative à la pousse tardive des végétaux et non une arme. Bien sûr il s’en était déjà servi sur un champ de bataille, mais le but premier de ses graines n’étaient pas le combat, c’était par détournement de leur vocation de base qu’il en usa dans certaines batailles, comme utiliser un grand arbre pour voir au loin par exemple.

Qu’importe, c’était avec une belle optique que Ghetis arriva dans ce village assez calme en apparence. Quelques masures fumaient depuis de fragiles cheminées, quelques villageois transportaient des choses ou discutaient. Cela dit, notre Archer ne se voyait pas entrer chez qui que ce soit pour exprimer une envie de rénover ce lieu par pure envie. Alors il avança vers le centre du village, les villageois interloqués au fur et à mesure par ce grand homme et son parasol.

En toute tranquillité, il planta son parasol, et posa son sac au sol pour en sortir un petit rempli de pot rempli graines qu’il commença à jeter nonchalamment sur un sol qui commença à se ponctuer d’e gazon en un instant, jusqu’à ce que l’homme ne se retrouve entouré de plusieurs mètres de gazon. C’était une utilisation simple de deux « connaissances » du botaniste, la Pop hybridation : technique d’hybridation entre une pop green et une autre plante, combinée à des Graines « banales », elle se composer d’un peu toutes les plantes inoffensives comme un pommier ou un rosier par exemple, ici c’était un peu de gazon. Il n’allait être que de courte durée malheureusement, mais ce petit tour de magie suffit à attirer l’attention des villageois à l’extérieur, puisqu’ils arrivèrent rapidement sur le parterre gazonné des sourires émerveillés pour certains, une grand stupeur pour d’autres, un air intrigué pour le reste. Ils n’étaient pas « nombreux » en soi peut-être une dizaine ou quinzaine d’individus au mieux.

Mais les questions fusaient aussi et Ghetis s’en retrouva même gêné l’espace d’une seconde avant de répondre avec moins de « panache » qu’à son habitude lorsqu’il s’exprimait.

- Je suis Ghetis, un botaniste itinérant.

La communauté n’avait pas besoin de savoir qu’il s’agissait d’un Contre-Amiral, il était encore assez récent dans le métier et pour une île perdue comme celle-ci, son poste pouvait être « surprenant ». Par la suite vint la raison de sa venue, accompagnée de plusieurs questions vis-à-vis de la façon dont il faisait pousser des graines de la sorte.

- J’ai ouïs dire que votre village vivait dans la précarité… Alors je suis venu y remettre un peu de verdure.

C’était surtout une bonne façon de tester ses nouvelles expériences botaniques et notamment un engrais de sa conception. Il ne révéla rien sur la façon dont il avait fait pousser le gazon en dépit des nombreuses questions jusqu’à ce qu’une phrase soit plus claire : « Il faut que le chef du village te voit ! » Cette phrase n’avait pas été émise par les adultes présents, mais bien par deux enfants bien moins craintifs, puisqu’ils saisirent la main d’un Ghetis qui eut à peine le temps de prendre son gros sac avant d’être tirée de « force » par les bambins.


Vu le petit nombre de personnes qui l’avaient plus ou moins accueilli, le Vairon estima la population du village à une cinquantaine d’habitants, ce qui paraissait tout de même respectable pour un lieu de ce genre, mais pas surprenant, les bidonvilles étant souvent le théâtre de la surpopulation. Et ça le Contre-Amiral le savait pertinemment ! Il possédait sous sa surveillance la belle île carnavalesque de San Faldo. Celle-ci possédait un bidonville conséquent que Ghetis s’était efforcé de réduire en axant les recrutements des marines sur place dans la population du bidonville et ainsi rehausser petit à petit le niveau de vie de la population du bidonville qui commença ainsi à se rénover.

Cependant, pour Itab l’enjeu ne paraissait pas économique, mais plutôt environnemental, il y avait un manque de denrées évident et il faudrait peut-être plusieurs jours pour remettre la chose en ordre.

Ce fut ainsi qu’il se trouva trainé dans la maisonnette du chef où se trouva un personnage à la tête récemment connue ! Mais le Contre-Amiral n’avait pas encore bien fixé son visage pour reconnaître qui que ce soit, la « popularité » du jeune pirate n’étant que récente et encore « petite » à ce moment.

Et dès son arrivée en ses lieux, les enfants ne cessèrent de crier l’exploitation de plantation du grand brun presque gêné de susciter tant de joie lui qui n’avait pas cette habitude. « Il a fait pousser de l’herbe super vite, c’est Ghetis un botatruc ! Il a dit qu’il vient nous aider ! » Disaient-ils …

- Botaniste.

Compléta donc le capitaine, un sourire toujours aussi gêné, ne sachant guère comment la suite allait s’orchestrer.


DEV NERD GIRL

Revenir en haut Aller en bas
Heziel Coffe
The Juggernaut
avatar
Messages : 1571
Race : Humain
Équipage : Aucun

Feuille de personnage
Niveau:
44/75  (44/75)
Expériences:
50/500  (50/500)
Berrys: 61.814.000 B

MessageSujet: Re: [FB] A deux nous irons plus vite [Pv Heziel]   Lun 27 Mar - 15:41





Humanité avant tout !

Au fur et à mesure de sa progression au travers des masures endommagées, le Coffe avait eu l'occasion d'observer un spectacle déroutant : la pauvreté la plus totale mise à l'oeuvre dans un cadre lent mais sûr de destruction. Les murs tombaient en ruine, les toits étaient écornés, craqués, percés. Les habits des gens avaient cet air usé et sale propre aux vêtements utilisés sans répit. Il constata également quelque chose : même si quelques bambins jouaient ici et là, la part de jeune était largement réduite. Sans doute avaient-ils levé le camp en observant cet endroit les priver de tout avenir ? Heziel restai pensif un instant vis-à-vis de cette possibilité, puis, après s'être présenté comme quelqu'un voulant filer un coup de main, il fut redirigé vers une maisonnette bien spécifique : celle de l'homme en charge de la communauté. C'est ainsi, alors qu'au dehors un individu bien particulier faisait pousser un espoir éphémères mais bien tangible, que le cuistancier se retrouva en train de siroter un simple verre d'eau en compagnie du chef. La seule denrée qu'ils parvenaient à conserver...

- J'apprécie votre sollicitude, mais je crains que vous ne puissiez rien pour nous.

Reposant le récipient dans ses mains, le quinquagénaire aux allures bourrues, encore imposant malgré une restriction nutritive évidente, se laissa aller contre sa chaise grinçante. Il soupira au travers de sa barbe brune et ses yeux se fixèrent vers la lumière extérieure.

- Nous sommes faibles, épuisés. La nature joue contre nous et Siargne ne nous viendra pas en aide. Ceux qui restent le font soit par découragement, soit par amour de leur lieu de naissance...

- Et vos provisions ? Vous avez le nécessaire pour tenir ?

Le chef se redressa puis fit quelques pas vers une cheminée éteinte depuis longtemps, l'air sombre. Ses mains placées dans son dos lui donnaient presque un air militaire, mais ses épaules affaissées montrait le poids de cette communauté en déclin sur ses épaules. Il était fatigué et cela se ressentait, malgré sa bravoure évidente.

- Oh, nous parvenons bien à subsister. Petits travaux ingrats chez nos voisins, le peu de pêche que nous parvenons à effectuer, malgré des monstres marins assez présents. Néanmoins, ce n'est pas une vie. Ce n'est pas celle que je veux pour ces gens.

Faisant la moue, Heziel se trouva touché par les dires de l'homme. L'histoire même de cet endroit était encore plus triste : autrefois prospère, c'était un véritable ravage de feu et de poudre qui avait amené ce village à genoux. Les environs avaient été ravagés dans le sang et les larmes, par un équipage de pirates bien peu concerné par les conséquences de ses actes. Les séquelles étaient encore clairement visibles et la terre ne semblait pas pouvoir s'en remettre. La situation au dehors était effectivement déplorable et il n'y avait pas trente-six solutions : la terre devait redevenir cultivable. Mais comment ? Tout semblait mourir, décrépir... ça avait l'air d'une lente agonie pour cette partie de l'île. Néanmoins, peut-être que rénover quelques bâtiments pourrait toujours apaiser les citoyens. Mais dans ce cas, pourquoi ne pas l'avoir déjà fait ? Alors qu'il s'apprêtait à poser la question, ayant remarqué une zone plus montagneuse qui abritait encore selon ses souvenirs une forêt abondante, des marmots firent irruption dans la conversation tout en traînant avec eux un grand gaillard qui ne savait pas tellement comment gérer la situation. Les enfants, eux, scandaient un miracle en assurant qu'il pouvait faire pousser des plantes sur ce lopin de terre morte. Le brun haussa un sourcil tout en observant le nouveau venu. Il était costaud, à n'en pas douter... était-il réellement un simple herboriste ? Quelques signes que tout artiste martial pouvait observer avec un peu de concentration semblaient dire le contraire. Mais ce n'était pas l'heure de s'arrêter sur les détails : Heziel se leva et lui tendit la main, souriant.

- Heziel Coffe, cuisinier !

À la mention de son métier, les gamins se tournèrent également vers lui et commencèrent à l'entourer tout en lui demandant si il savait faire tel ou tel plat. Ils étaient plein de vie... chose qu'il fallait préserver. Le second du Borgne se frotta bêtement la tête tout en s'excusant, sachant pertinemment qu'il risquait de décevoir les mioches.

- Je suis désolé, mais je ne peux pas faire tout ça sans les bons ingrédients...

La déception des gosses fut tangible, mais ils se tournèrent bientôt vers le nouveau venu pour recommencer à louer ses capacités, tandis que le chef arquait un sourcil de son côté. Il s'avança donc d'un pas lent vers le botaniste, dans le but de le saluer proprement. Pour sa part, le Coffe était curieux de voir la suite. Quel destin facétieux les avait donc réunis ici, aujourd'hui ?



_________________




Revenir en haut Aller en bas
Ghetis Archer
Vice-amiralVice-amiral

avatar
Messages : 1923
Race : Humain
Équipage : La Couronne

Feuille de personnage
Niveau:
47/75  (47/75)
Expériences:
486/750  (486/750)
Berrys: 8.552.132.528 B

MessageSujet: Re: [FB] A deux nous irons plus vite [Pv Heziel]   Ven 7 Avr - 19:44

A deux nous irons plus vite

Ore Wa Kurohebi Da !



Ghetis n’était pas vraiment l’homme du peuple, il venait d’une île oubliée du Nouveau Monde, une île au passé mort depuis fort longtemps. Il ne croisait plus de chasseur d’Hunter Island sur les mers depuis fort longtemps comme il le constatait à l’époque de sa « fringante » jeunesse. Aujourd’hui, même lui n’appartenait plus à la faction des chasseurs de primes, il vivait en homme de la Marine. Le jour de sa promulgation en tant que Contre-Amiral, Ghetis n’avait rien de l’homme du peuple, il ne rejoignait pas ce groupe parce qu’il voulait promettre une protection au peuple, pas le moins du monde. Le jour où Ghetis devint Contre-Amiral, il ne voyait qu’une chose : Accomplir ses propres ambitions. Ghetis était un homme de guerre et rien d’autres, son cerveau tournait pour la guerre, les stratégies, sa façon d’affronter l’ennemi, qui pour certains paraissait « simplette et fonçarde », mais il réfléchissait énormément à ses assauts. C’était pour cela qu’il ne comptait encore aucune défaite à son effectif. Contre Dica Awazima, même si c’était grâce à Jasmine, il avait gagné. Face aux Badlands Outlaws à Shabaody, il avait gagné. Contre Ojo Ariake, il avait gagné. Contre les Décimas d’Alabasta, de Drum, une énième fois contre les Badlands, il n’avait fait que gagné, avec des difficultés, avec des défaites minoritaires qui empêchaient juste de dire 100% de réussite. Mais son âme était l’âme d’un chef de guerre et rien d’autres !

Néanmoins, Ghetis évoluait et sans s’en rendre compte il s’intéressait au peuple petit à petit, sans s’en rendre compte il commençait à faire primer la communauté à son envie constante de bataille. Mais surtout sans s’ne rendre compte il devenait un homme du peuple. Il ne l’était pas encore complètement, mais il le devenait, petit à petit il travaillait pour la communauté plutôt que la guerre et lentement il évoluait vers une façon pacifique d’avancer vers la Justice. La guerre avait perdu en intérêt pour lui, il appréciait se battre, mais il était passé de la destruction, à la construction.

Ainsi, voir des enfants le trainer ainsi, comme une ouverture, comme une solution, toute cette joie, ce tout… créait en lui un sentiment étrange que lui-même ne pouvait expliquer, mais ces enfants venaient de créer en lui cette envie de créer le sourire.

Calmement, il tendit sa main à l’homme dont le nom complet fit réagir le brun… N’était-ce pas le nom d’un petit nouveau de la piraterie ? Un doute en tête il ne donna pas suite à cette pensée et bien au contraire quand il fit connaître son manque d’ingrédient, Ghetis fit les enfants s’écarter légèrement.

- Attendez les enfants.

Et alors Ghetis prit le gros sac qu’il portait sur son épaule depuis le début et le posa au sol avant de l’ouvrir. Dedans il y avait des petits sacs, petits bocaux des graines et quelques fioles.

- De quoi as-tu besoin pour cuisiner camarade ? J’utilise une forme de botanique instantanée. Arbre fruité et légumes, je pourrais tous les faires poussés. Fais-moi savoir ce qu’il te faut et je te le fournirai.

Ghetis maitrisait aussi bien la technique des pop greens qui lui permettait de faire pousser instantanément une plante qui allait mourir plus vite malheureusement, mais aussi la technique de l’hybridation qui lui permettait de faire de n’importe quelle plante une pop green. A cela s’ajoutait son nouvel engrais qui faisait les plantes grappillé quelques années en quelques jours puis les stabilisaient.

Sourire aux lèvres il regarda les personnes ici présentes et reprit la parole.

- Que diriez-vous de refaire de vos terres des terres luxuriantes ? Il nous suffira de planter quelques graines, d’utiliser un bon engrais et cela sera durable. Réunissez tous ceux qui le veulent dans le village et nous pourrons vite nous occuper de vos terres.


Ghetis offrait une ouverture au village, en toute simplicité. Il proposait une ouverture à cette communauté pour retrouver son aplomb.


DEV NERD GIRL

Revenir en haut Aller en bas
Heziel Coffe
The Juggernaut
avatar
Messages : 1571
Race : Humain
Équipage : Aucun

Feuille de personnage
Niveau:
44/75  (44/75)
Expériences:
50/500  (50/500)
Berrys: 61.814.000 B

MessageSujet: Re: [FB] A deux nous irons plus vite [Pv Heziel]   Jeu 13 Avr - 10:30





Humanité avant tout !

Les mots du nouveau venu marquèrent une pause dans la discussion : dans un premier temps, il proposa à Heziel de faire pousser ce dont il avait besoin pour cuisiner. Était-ce réel ? Ce botaniste avait-il les moyens de changer ces terres vides de vie en un endroit luxuriant ? Bien qu'il fut étonné de l'entendre parler avec autant d'assurance, il ne remit pas en question ses talents : il ne le connaissait après tout pas et ne se considérait pas en position de faire des conjectures de la sorte. De plus, il lui proposait de mettre leurs capacités respectives en commun dans le cadre de la restauration de ce village. En d'autres termes, ils étaient pour l'heure sur la même longueur d'onde et le Coffe considérait donc judicieux de faire équipe. La lueur d'espoir qui passa sur le visage des enfants et du chef du village, bien que pour sa part il fut encore sujet à la suspicion : il avait vu ce village dépérir malgré tous les efforts possibles et imaginables... comment cela pouvait-il changer ?

- Hm, laisse moi réfléchir un peu...

Le second de l'équipage du borgne se saisit de son menton et le frotta distraitement alors qu'il tentait de trouver la recette idéale pour une telle situation. Ce qui le frappa en premier lieu, après quelques secondes à y réfléchir, ce fut la raison pour laquelle il devait cuisiner : ces gens n'attendaient guère un festin. Non, ils avaient besoin d'énergie, de se fortifier, de solidifier leur corps. Le mental n'en serait que meilleur. De plus, si ils devaient reconstruire leurs terres, ils auraient définitivement besoin de toutes leurs batteries. Il passa en revue différents ingrédients mentalement, différents plats... avant de s'arrêter sur un choix particulier, qu'il lui serait facile de cuisiner ici si son camarade du jour s'avérait capable de faire pousser le nécessaire.

- Je vais avoir besoin de pousses de tournesol et de légumineuses. Des pois feront l'affaire. Si tu peux accélérer la germination des graines, des graines germées de trèfle ou d'alfalfa ne seront pas de refus ; elles permettront de lutter contre la fatigue. Du reste, il me faudra des pommes, des avocats, des légumes feuilles -des épinards, de la laitue-, ainsi que de l'eau. Vous avez de l'eau, pas vrai?

Le chef hocha de la tête, l'air curieux. Ils avaient effectivement encore des réserves d'eau potable, mais il y en avait à peine assez pour le village... Heziel le rassura d'un geste.

- Ne vous en faites pas. Une fois que vous aurez mangé ça, vous ne regretterez pas ce petit sacrifice.

Son but ? Il allait créer une soupe de légumes crus, une soupe aux propriétés nutritives et énergétiques rares. Bien entendu, ça aurait moins l'air appétissant que ce que les enfants pouvaient s'imaginer, mais le résultat serait là : en plus d'être savoureuse et fraîche, cette soupe allait leur donner un coup de fouet inégalable : de quoi aider le botaniste dans ses travaux agricoles par la suite et rénover les bâtiments. Il comptait bien leur fournir ce qui leur manquait le plus : du véritable courage, directement au fond de l'estomac !

- Si tu peux me fournir tout ça, alors on partira sur les chapeaux de roue.


_________________




Revenir en haut Aller en bas
Ghetis Archer
Vice-amiralVice-amiral

avatar
Messages : 1923
Race : Humain
Équipage : La Couronne

Feuille de personnage
Niveau:
47/75  (47/75)
Expériences:
486/750  (486/750)
Berrys: 8.552.132.528 B

MessageSujet: Re: [FB] A deux nous irons plus vite [Pv Heziel]   Jeu 4 Mai - 21:55

A deux nous irons plus vite

Ore Wa Kurohebi Da !



Le jeune homme qui se tenait en face de Ghetis avait un bon fond, il ne dégageait pas cette aura malsaine que certains pouvaient inspirer aux autres, aura que Ghetis inspirait par moment pour être franc. Qui plus est, cet Heziel ne manqua point de vigueur d’esprit pour dire clairement ce dont il avait besoin. Pour le coup il se montrait très fin, ne demandant que des plantes, chose logique certes, mais certains n’auraient pas eu la présence d’esprit de ne demander que des plantes. Qui plus est, il se révélait être assez précis dans ses critères, chose qui surprit davantage Ghetis dont la tête chauffait à l’écoute de tous ces noms. Caligula était le cuisinier à bord, il allait directement se servir dans le jardin du bateau pour cuisiner. Ghetis savait ce qu’il plantait dans son jardin bien entendu, mais il ne savait pas avec quoi cuisinait Caligula, alors il n’était pas sûr de tout avoir.

A chaque nom familier qu’il entendait, Ghetis sortait soit une bourse, soit un bocal contenant différentes graines. Il sortit donc des graines de tournesol, les pops greens d’un pommier, d’un poirier, d’un avocatier, de poivriers gris, de laitue


- Légumi-quoi ? Ah des pois !

Il sortit donc les pops des plantes permettant d’obtenir petits pois, haricots rouges, haricots verts et lentilles. Par la suite il sortit quelques bocaux de plantes utiles en cuisine, comme le tin ou encore le persil.

- Pour la fatigue, je n’ai pas de trèfle je crois… Par contre pour la fatigue j’ai du ginseng de Drum, c’est une bonne plante contre la fatigue et le stress, mais il faut bien le doser.

Ce nom n’était en fait qu’une adaptation au goût du jour d’une plante connue sous le nom de « ginseng de Sibérie », mais One Piece oblige n’est-ce pas ? C’était l’une des rares choses que Ghetis put obtenir de Drum avant de quitter l’île peu après la guerre qui y eut lieu. Il sortit ensuite une autre bourse.

- J’ai aussi du cannabis kiférir, mais je ne suis pas sûr que tout le monde puisse en consommer. En revanche ça aide bien je trouve. Et quand tu disais pommes j’espère que tu ne parlais pas de pommes de terre… J’en ai aussi s’il le faut mais il y en aura peu vu qu’elles naissent de la floraison d’une pousse d’une autre pomme.

Ghetis referma par la suite son gros baluchon à l’apparence difforme, puis s’accroupi pour récupérer une grande partie des bocaux et sac en un tour de bras, les collant tous contre son torse alors que l’autre main souleva le gros sac.

- Prenez ce que j’ai oublié s’il vous plait, nous devons aller à l’extérieur pour planter. Commencez à appeler les autres villageois Mr. Le Chef du village. Heziel il te faudra une énorme marmite je pense, ou plusieurs marmittes.

Et tranquillement Ghetis alla s’installer au milieu de ce qui pouvait être vu comme « la place centrale ». A ce moment il lança les pops des différents arbres fruitiers, poirier, pommier, avocatier, poussant l’un à côté de l’autre. Il lança ensuite plusieurs pop greens qui firent une petite rangée de laitue sortir de terre. Pour ce qui était des « légumineuses » comme disait le Coffe, Ghetis lança les pops de ces plantes si à l’opposer des arbres fruitiers, histoire de ne pas tout coller. La pousse instantanée des pop greens devaient déjà être une chose assez éprouvantes pour un sol comme le leur, alors toutes au même endroit…

Après quoi il prit la dague à sa taille, allant dessiner un sillon dans le sol avec elle et y lâcha quelques graines de tournesol qu’il recouvrit ensuite de terre. Par la suite il ouvrit une petite fiole et en libéra le liquide à l’endroit où il venait de planter les graines et de celles-ci naquirent des pousses.

Il avait planté tout ce qu’on lui avait demandé sans broncher, avec une certaine aisance qui montrait bien l’expérience de l’homme dans la botanique. Il ne s’était pas intéressé au pop green comme il put s’intéresser au rokushiki par exemple. L’amour de la botanique s’était abattu sur lui par hasard au détour d’une discussion avec Donatello Walker, un des meilleurs botanistes au monde, cet homme avec un bonsaï sur la tête.

La majorité des choses plantées, Ghetis fut étonné de voir des villageois faire un petit cercle avec des pierres et y entasser de vieux branchages. Pourquoi ces individus l’aidaient alors qu’il se débrouillait très bien seul ? Après tout, ces personnes ne le connaissait pas le moins du monde… Et même s’il les aidait, ils auraient pu le regarder faire au loin, alors pourquoi ? Etait-ce ça la sympathie ? L’entraide ? L’union ? Ghetis ne ressentait ce sentiment que pour ceux de son équipage, alors pourquoi ces personnes le faisaient pour lui… L’altruisme est-il permis pour n’importe qui ? C’était une véritable leçon de vie que lui donnaient les villageois. Si bien que l’Archer ne put que venir leur tendre quelques graines.

- Plantez-en deux l’une à côté de l’autre, elles feront naître deux pivoines qui prendront feu instantanément. Cela suffira à allumer le ou les feux pour cuisiner.

Et ce fut avec un large sourire que son geste fut accueilli, surprenant encore plus le brunet… Il découvrait une autre facette de la vie en communauté, plus que l’esprit de famille il découvrit la notion de « peuple ».



DEV NERD GIRL

Revenir en haut Aller en bas
Heziel Coffe
The Juggernaut
avatar
Messages : 1571
Race : Humain
Équipage : Aucun

Feuille de personnage
Niveau:
44/75  (44/75)
Expériences:
50/500  (50/500)
Berrys: 61.814.000 B

MessageSujet: Re: [FB] A deux nous irons plus vite [Pv Heziel]   Mar 30 Mai - 10:54





Humanité avant tout !


Suite à une petite discussion avec le botaniste, ce dernier lui affirma ou infirma sa capacité à produire différents fruits et différentes plantes qui les aideraient à mener à bien leur mission du jour. Remplacer le trèfle ne serait pas un inconvénient, si il trouvait une alternative valable : le Coffe avait d'ailleurs hâte de cuisiner ce ginseng de Drum dont il ne connaissait jusque là pas l'existence ! Apprendre de nouvelles choses était également une partie de son attrait envers la cuisine, et il était comblé de pouvoir évoluer dans un monde de découvertes aussi vaste. Il ne connaissait pas non plus ce "Kiférir" et se demandait bien quels pouvaient en être les effets, mais il préférait de loin laisser l'homme à ses affaires et à son propre domaine de compétence pour se concentrer sur le sien.

- De simples pommes suffiront, ne t'en fais pas !

Par la suite, les gens se dirigèrent à l'extérieur en emportant avec eux le matériel du spécialiste botanique avec eux. Ce dernier se mit à l'ouvrage très rapidement, ce qui scotcha sur place le cuistancier : la vitesse de pousse des plantes qu'il proposait était tout simplement effarante ! De plus, il démontrait une réelle connaissance de son métier dans la préparation des sillons, l'espacement entre chaque graine, ainsi que la conservation et le préservation des sols. Il n'avait définitivement pas affaire à un amateur. Alors que certains villageois préparaient le nécessaire pour un feu, Heziel fouilla sa sacoche à condiments toujours bien accrochée à sa taille à la recherche des ingrédients qui lui seraient nécessaires pour mener à bien son projet culinaire. Tout était là ! Rien d'étonnant, cela dit... il gardait cette petite réserve mieux remplie que les poches d'un Leprechaun.

- Là... laissez moi vous filer un coup de main... hop !

S'emparant à bout de bras d'une très large marmite en fonte qui pesait foncièrement son poids, le Coffe la souleva tout sourire avant de la passer au dessus de son corps pour la poser au dessus du ramassis de brindilles et de branchages disposé là. Son geste sembla surprendre les civils, ce qui était compréhensible : il l'avait fait sans trop réfléchir, mais l'objet avait nécessité deux hommes -par confort plus que par nécessité absolue, malgré tout- pour être acheminé jusqu'à lui. On lui amena de l'eau et il commença donc à en remplir la marmite afin de porter le liquide à ébullition. Encore une fois, les plantes de l'autre brun furent d'une aide précieuse.

Il partit ensuite faire ses courses : incroyable ! Décidément, cette botanique instantané dont on lui avait parlé plus tôt faisait des merveilles. Il récolta très rapidement les ingrédients nécessaires à son plat. Profitant du temps que l'eau mettait à bouillir, il s'affaira à couper le ginseng de Drum dans diverses proportions, demandant sporadiquement au botaniste si telle ou telle dose semblait lui convenir jusqu'à obtenir la bonne. Il n'allait pas se passer de ses conseils, bien évidemment ! Mixant ensuite une partie des autres ingrédients, il les laissa se liquéfier dans l'eau. Il fallut le temps que cela chauffe, tant durant lequel Heziel discuta avec entrain avec certains des villageois. En travaillant tous ensemble, ils parvenaient à redonner un peu de vie à cette communauté. Même si ce n'était que temporaire, ça en valait la peine. Mais si ils parvenaient à rendre ça définitif... à cette pensée, il redoubla d'efforts.

Finalement, il servit le potage de base dans les nombreux bols et assiettes creuses qui lui avaient été apportés. Il y déposa subtilement l'autre partie des légumes, composée de morceaux simplement découpés mais pas encore cuits. C'était là l'intérêt de la recette : aligner le croquant des légumes encore frais et découpés à l'apport énergétique important d'un potage facile à avaler, même pour les personnes les plus affaiblies.

- C'est prêt ! À la soupe, tout le monde !


_________________




Revenir en haut Aller en bas
Ghetis Archer
Vice-amiralVice-amiral

avatar
Messages : 1923
Race : Humain
Équipage : La Couronne

Feuille de personnage
Niveau:
47/75  (47/75)
Expériences:
486/750  (486/750)
Berrys: 8.552.132.528 B

MessageSujet: Re: [FB] A deux nous irons plus vite [Pv Heziel]   Mer 21 Juin - 23:23

A deux nous irons plus vite

Ore Wa Kurohebi Da !



Se sentir utile pour son prochain représentait un nouvel aspect de la vie de l’Archer. Il ne pensait qu’à sa famille et pas énormément aux autres. Mais aujourd’hui il agissait autrement, il s’interrogeait sur son fonctionnement, sa logique et commençait à comprendre certaines choses. Dans le fond le Contre-Amiral se rendait compte du fait qu’il ne s’occupait qu’à moitié d la communauté de San Faldo. Certes il avait cherché une façon de rehausser le niveau de vie de la population en centrant les recrutements de la Marine sur la population du bidonville, mais il n’avait pas offert aux habitants la possibilité de faire autre chose, de développer des idées et d’évoluer positivement.

Néanmoins San Faldo n’était pas vraiment la priorité absolue du brun. Il lui accordait une protection constante, mais de plus malheureusement. Cependant il était fort possible que dans le futur une autre île soit sujette à l’intérêt du Vairon.

C’était une joie indescriptible qui vint ainsi s’emparer du Vairon lorsqu’il vit les villageois se nourrirent les uns après les autres. La botanique instantanée trouvait un nouvel intérêt auquel son possesseur ne pensa point. Pouvoir nourrir une communauté aussi vite était très plaisant, si bien que l’Archer voyait un peu plus vers quoi s’orienterait sa botanique : Une botanique nutritive.

Il allait mettre au point des techniques de botanique visant uniquement à aider les populations ou améliorer leur niveau de vie. De cette façon il comptait raviver la flamme productive des communautés et nourrir les plus démunis. Avec cette spécialisation il pourrait endiguer la faim sur la plupart des îles où il se rendrait.

Un large sourire aux lèvres, Ghetis lança deux graines faisant jaillir du sol deux arbres dont les fruits n’étaient autres que des glaces au chocolat ou à la pistache. C’était une sorte de dessert pour eux en somme. Avec sa il aurait même une belle dose de sucres rapides et ainsi les bougres allaient être en pleine forme.

Pendant ce temps il était donc du devoir de l’Archer et du Coffe de s’occuper de l’eau potable pour les villageois. De quelques pas il s’approcha donc de son collègue du jour, très heureux du travail réaliser par l’homme avant de prendre la parole.

- Pendant qu’il mange et si on faisait un tour rapide du lieu ? Il faut trouver une façon de les approvisionner en eau. Ce serait bien de trouver une cascade ou un point d’eau dans la montagne puis nous n’aurions qu’à creuser une rivière pour la raccorder au village.

Oui, une rivière, c’était bien le mot employé par l’Archer, comme si cela était parfaitement à sa portée, chose qui en disait long sur les forces du Marine ou la façon dont il s’estimait. Son cœur n’était que joie aujourd’hui, si bien qu’il mettrait de grands moyens en œuvre pour les villageois. Après cette phrase il attendrait la réponse de son interlocuteur avant de faire un signe au villageois.

- Nous revenons, nous allons chercher une façon de ramener l’eau au village.

Et à peine dit-il cela que le brun fléchit els jambes avant de s’élancer d’un coup brusque dans le ciel, se projetant assez loin dans le paysage lointain avant de poursuivre le tout à l’aide du Pas de Lune. Bien entendu il ne pensait pas du tout que le Coffe avait pu le suivre et croyait même l’avoir distancé, si bien qu’il fut très surpris de voir le garçon le suivre dans les airs avec une technique similaire.

- Toi aussi tu sais compacter l’air sous tes pieds ? C’est rare dis donc.

Il était peu fréquent qu’une personne n’appartenant pas au Gouvernement sache faire ce genre de chose, mais Ghetis n’allait pas demander à son coéquipier s’il faisait ou avait fait partie du Gouvernement. C’était un peu inutile car dans tous les cas il n’en était plus vu que Ghetis ne le connaissait pas, alors qu’avec un tel niveau de maitrise il aurait au moins été Colonel.

- Les terres ont l’air très pauvres, il va me falloir faire plus de mon engrais pour faire pousser rapidement la flore… Il nous faudra plus qu’un jour du coup. Je propose de nous concentrer sur l’eau pour aujourd’hui. A moins que tu penses être assez vifs pour tout finir… quitte à y passer la nuit.

Les deux hommes avaient l’avantage d’être arrivé dans le village de bonne heure si bien qu’ils disposaient de toute la journée pour faire un maximum. Les villageois étaient en pleine forme alors leur aide changerait beaucoup de chose.

Après ce bref constat Ghetis prit donc la direction de la montagne, pressant le pas par un bon kamisori, alliance du geppou et du soru pour vite survoler le massif rocheux et commencer à l’observer.

- Tu vois quelque chose ? Préviens-moi que je vienne frapper tout ça pour ouvrir un passage. Ou alors tu frappes et je creuse la galerie qu’en penses-tu ? Ensuite nous pourrions raccorder l’eau aux différentes habitations avec des canalisations en bois pour rediriger l’eau.


Une idée par-ci, une idée par-là, tout ça pour remonter le moral des villageois !



DEV NERD GIRL

Revenir en haut Aller en bas
Heziel Coffe
The Juggernaut
avatar
Messages : 1571
Race : Humain
Équipage : Aucun

Feuille de personnage
Niveau:
44/75  (44/75)
Expériences:
50/500  (50/500)
Berrys: 61.814.000 B

MessageSujet: Re: [FB] A deux nous irons plus vite [Pv Heziel]   Jeu 22 Juin - 17:23





Humanité avant tout !


C'était pour ça que Heziel avait entrepris ce beau métier de cuisinier. C'était pour cela qu'il cultivait cette passion ardente pour la découverte, l'agencement et la préparation des ingrédients qui tombaient entre ses mains. Il n'avait pas emprunté ce chemin pour la popularité : bien sûr, être reconnu pour son talent aussi bien parmi ses pairs qu'auprès des non initiés avait son charme. Tout être cherchait à obtenir un minimum de reconnaissance pour ses actes, que cela se traduise par une place dans les livres de recette les plus connus ou par le sourire d'un enfant sur une balançoire. En l'occurrence, le Coffe était comblé : d'abord circonspects, les enfants suivirent vite l'exemple des adultes du village et tous commencèrent à se sustenter avec délice de la soupe nouvelle. Un bon apport énergétique qui allait leur permettre de se remettre d'aplomb, de se refaire un moral plus solide et de participer activement à tous les travaux qu'ils avaient à entreprendre !

- C'est bon ?

Les bambins lui répondirent en hochant vivement de la tête et certains en redemandèrent même ! Bien entendu, il du rationner un minimum la population afin de s'assurer que le tout soit réparti équitablement, mais l'objectif était atteint. Aussi, lorsque le botaniste l'invita à le suivre dans les environs pour explorer, il accepta. Le but était de trouver un point d'eau, une cascade ou autre à raccorder au village par le biais d'une rivière creusée manuellement. L'idée était ambitieuse pour des hommes normalement constitués, mais elle ne semblait pas effrayer l'expert en botanique... au contraire, il proposait ça tout naturellement. Disposait-il d'une façon de rapidement creuser un cours d'eau ? Pour sa part, Heziel pouvait compter sur ses atouts physiques. Sa curiosité n'en fut donc qu'augmentée pour ce camarade de fortune avec lequel il œuvrait pour le bien des villageois. Et ce n'était pas tout ! L'homme en question utilisait le geppou, à l'image du Dokugan lui même ou encore de certains gouvernementaux que le pugiliste avait pu affronter. Il se dévoilait plein de ressources... il n'était définitivement pas un simple herboriste, loin de là. Mais il travaillait dur pour rendre à ces gens des conditions de vie meilleures, aussi le Coffe lui accorda sa confiance, tout en gardant dans un coin de son esprit qu'il y avait possiblement anguille sous roche.

- Je n'ai pas vraiment eu le choix d'apprendre, on va dire.

Il lui adressa un sourire et ils continuèrent leur route. En chemin, le vairon constata qu'il aurait besoin d'engrais pour continuer à développer une flore durable. L'entreprise durerait peut-être plusieurs jours. Cela ne posait pas d'inconvénient au Coffe : il n'aurait qu'à prévenir son équipage de son absence afin de ne pas les inquiéter avant de retourner au travail. À moins que les deux hommes ne parviennent à faire un maximum de travail en une seule nuit : défi intéressant.

- Ma foi, je suis plutôt en forme. Nous verrons bien !

Ils arrivèrent finalement dans l'un des pics montagneux de l'île. Le plan était simple : trouver une quelconque source d'eau à détourner vers le village. Les lacs de montagne, les cascades et autres ruisseaux multiples n'étaient pas rare dans une topographie pareille. Si ils parvenaient à concentrer plusieurs flux en un seul, ils pourraient alors commencer à creuser une véritable rivière, un canal jusqu'au village désolé pour lui redonner un peu plus d'espoir et rendre la région agricole à nouveau. Les deux hommes se séparèrent donc d'un commun accord pour observer les environs et tenter de trouver ce qu'ils cherchaient. Après quelques minutes de fouilles, Heziel s'arrêta au détour d'un massif et s'approcha. Il lui semblait avoir capté un bruit particulier... une caverne, creusée dans la roche, réverbérait des bruits d'écoulement caractéristique. De l'eau, sous terre ! Ni une ni deux, il s'engouffra à l'intérieur.


À l'époque, le brun ne disposait pas encore de son haki de l'observation et fut donc totalement incapable de scanner, même sommairement, l'endroit dans lequel il mettait les pieds. Néanmoins, une odeur fétide l'alarma bien assez tôt alors qu'il s'enfonçait à l'intérieur des tréfonds. Finalement, un craquement sous son pied droit le fit s'arrêter net, puis il regarda vers le sol avec une certaine appréhension : il venait de marcher sur un os. Il n'était pas humain, mais quand même assez gros... indiquant que ce qui l'avait mangé se décomposait soit en une meute importante, soit en un unique prédateur plus gros encore.

- Hmm... bonjour... ?

Un sifflement le mit mal à l'aise alors que dans l'ombre, quelque chose se mouvait. Quelque chose de long se glissa dans son champ de vision, telle la queue d'un serpent géant. Dans l'obscurité, deux billes blanches se mirent à briller alors que la tête qui les portait s'élevait vers le plafond. Sans réfléchir, le Coffe sauta vers l'arrière lorsqu'il entendit que le sifflement montait en puissance : il esquiva de justesse une paire de mâchoires qui se refermèrent comme un clapet d'acier sordide à l'instant où il se trouvait un peu plus tôt. Détalant vers l'extérieur, il entendit malgré tout des bruits lourds dans son dos : la chose disposait de pattes ! S'extirpant de la grotte, il se retourna juste à temps pour arrêter une patte massive qui s'apprêtait à l'enfoncer dans les rochers, juste devant l'entrée. Repoussant du mieux qu'il pouvait l'assaut, il hurla à l'attention de son coéquipier.

- BESTIOLE EN COLÈRE !


_________________




Revenir en haut Aller en bas
Ghetis Archer
Vice-amiralVice-amiral

avatar
Messages : 1923
Race : Humain
Équipage : La Couronne

Feuille de personnage
Niveau:
47/75  (47/75)
Expériences:
486/750  (486/750)
Berrys: 8.552.132.528 B

MessageSujet: Re: [FB] A deux nous irons plus vite [Pv Heziel]   Sam 25 Nov - 19:28

A deux nous irons plus vite

Ore Wa Kurohebi Da !


Il y a fort longtemps que l’Archer ne doutait plus de ses compétences au combat. Il s’était illustré de différents moyens et méthodes et projetait de mener une vie un peu plus paisible désormais. Bien sûr, sa future remise en fonction l’obligerait à guerroyer à nouveau, mais il ferait cela uniquement lorsque le combat était nécessaire ou servait un intérêt purement amical.

Sa façon de s’occuper de ce village, son naturel calme et son envie de bien faire, au terme de ses projets c’est à cela que le brunet devrait ressembler. Il devrait devenir un homme bon et fort à la fois. Les îles célestes lui réserveraient bien des batailles, mais une fois celles-ci passées, ce serait à lui d’établir un royaume calme et prospère.

Assez surpris de voir le Coffe lui suivre dans la voie des cieux, le marine eut un léger sourire, songeant que lui et ce jeunot formaient un sacré duo d’acteurs, tous deux étant manifestement sortis de leur réel cadre de vie. Deux ennemis naturels se retrouvaient lier dans un objectif commun et les différences passaient ainsi inaperçus.

Cela laissait présager un éventuel retour à la réalité, mais rien de grave, l’important était de profité de l’instant présent et peut-être faire naître une amitié saine. Ghetis n’était pas encore pleinement de retour sur la grande scène et il fallait profiter de cela pour laisser naître une relation florissante.

C’est ainsi que le brun commença à tourner autour du massif, cherchant une magnifique source d’eau pour le village. Il commençait alors à réfléchir aux différentes possibilités qui leur permettrait d’acheminer l’eau jusqu’au village songeant alors à creuser directement le sol et la montagne à sa façon. Cette force herculéenne allait enfin servir une brave cause ! C’est en tout cas ce que pensait le capitaine de La Couronne.

Malheureusement, quelque chose vint le sortir de son calme, son coéquipier sortant brusquement d’une grotte le long du massif rocheux. Celle-ci était bien évidemment en hauteur, si bien que l’Archer dut s’y propulser à l’aide de son geppou.

- Une grande bestiole tu dis ?

Fermant les yeux pour ensuite activer son mantra, l’Archer laissa son haki lui figurer vaguement la silhouette de la chose, une sorte de grosse créature se formant dans son subconscient tandis que l’homme rouvrit lentement les yeux. Prenant une grande impulsion avec son geppou pour se projeter à l’intérieur du trou, son poing armé pour frapper d’un coup sauvage la créature, la dégageant directement au fond de la grotte !

- Rejoins-moi cuistot !

S’écria Ghetis, alors qu’il posait à peine ses pieds sur le sol de la grotte, constatant avec surprise qu’il y avait là une étendue d’eau assez clair, pour offrir une légère clarté à la pièce et assez conséquente.

- C’est une bonne source souterraine ça, en creusant depuis là jusqu’au flanc de la montagne on pourrait faire une sacrée cascade hein ! Il faudrait la diriger vers le village cela dit, mais rien de bien difficile. Par contre il faut d’abord gérer cette bestiole ! Dit l’Archer avec un sourire léger.

Glissant sa main dans la sacoche qu’il portait constamment au bas de son dos, l’homme projeta un peu partout dans la pièce des pop green « pivoine incendiaire », celles-ci prirent feu instantanément formant alors des sortent de petites torches qui permirent de plus ou moins éclairer la zone.

A partir de là, Ghetis put jauger un peu plus le montre bien étrange et proche du serpent qui se présentait à lui. Le bout de la queue de l’animal trempait encore dans l’eau et le sol sur lequel était posé Ghetis semblait avoir été gratté. Cette bête aurait-elle bouché la sortie de l’eau depuis cette source pour qu’elle ne ruisselle pas le long de la montagne ? Régulièrement elle entretiendrait donc ce barrage de fortune pour préserver son bassin ?

- Je vois… Pour nourrir le village nous allons devoir te sacrifier c’est cela ? Je n’aime pas cette décision. Il doit bien y avoir une façon de préserver ton bassin et offrir de l’eau aux autres.

Dit-il en s’adressant à la créature qui ne lui répondit que par un des cris stridents qui laissaient penser à une véritable envie de combattre. Néanmoins, Ghetis était venu en paix sur cette île et lorsqu’il affrontait un animal sauvage, il lui arrivait rarement de le tuer. Généralement, il se contentait d’assommer la créature et ne tuait que si nécessaire.

- Heziel, je vais tenter de le paralyser, occupe-le pendant ce temps si tu peux.

Après quoi, l’animal vint donner un grand coup de patte en direction de Ghetis ! De peu l’Archer esquiva la bestiole et lança une pop green vers une des nombreuses pattes arrières de la créature. Celle-ci fit alors pousser un grand haricot qui s’entortilla autour de la patte avant de se planter au plafond de la grotte, entravant ainsi une patte de l’animal, Ghetis reproduisant le processus pour en bloquer une autre alors que la créature repassait à l’attaque avec son long corps.




DEV NERD GIRL



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Heziel Coffe
The Juggernaut
avatar
Messages : 1571
Race : Humain
Équipage : Aucun

Feuille de personnage
Niveau:
44/75  (44/75)
Expériences:
50/500  (50/500)
Berrys: 61.814.000 B

MessageSujet: Re: [FB] A deux nous irons plus vite [Pv Heziel]   Ven 8 Déc - 16:45





Humanité avant tout !


- Woah, c'était un sacré coup de poing, ça ! Chapeau !

Malgré son caractère bon enfant et généreux, il était quelque chose que Heziel respectait énormément : la force, pure et simple. Mais pas la puissance brute déraisonnée des tyrans et autres détracteurs de ce qu'il pouvait considérer comme juste. Non, ce que le Coffe tenait en admiration, c'était la force technique et contrôlée. Celle qui, même si elle était bien moins spectaculaire qu'une simple explosion de capacités, traduisait d'une expérience et d'une rigueur certaine. Pas de doute : cette façon d'armer son poing, cette frappe précise et sans appel... l'herboriste était un adepte des arts martiaux, et pas l'un des moindres : combien de surprises lui réservait-il encore ?

Ils s'engagèrent donc dans la grotte sombre et humide, guidés dans les ténèbres par une simple graine de l'Archer, devenue une véritable plante torche. Ces arts botaniques étaient définitivement très intéressants. D'abord nourrir le village, maintenant les éclairer dans le noir complet... utilisées à bon escient, ces merveilles écologiques semblaient capable de réaliser des petits miracles. Sur ses gardes, bien que plus détendu maintenant qu'il était en présence d'un compère martialiste, le cuistancier marin observait avec une certaine prudence les os qui jonchaient les parois de la caverne. La bête qui vivait ici avait fait son lot de victime, sans le moindre doute : restait à ne pas devenir une nouvelle pièce dans sa collection d'osselets.

Le combat reprit bien vite : visiblement, la créature leur bloquait l'accès à une source d'eau importante. Une source d'eau qu'elle utilisait à ses propres fins. Sans doute un besoin naturel, donc. Comment se dépêtrer de ce bazar ? Heziel n'avait pas dans ses principes de sacrifier inutilement des vies, mais il y avait ici tout un village qui pesait dans la balance : si il fallait se débarrasser de cette chose pour leur donner un avenir serein, alors le bien du plus grand nombre l'emportait aisément. Le bien du plus grand nombre... c'était un concept qu'il avait appris à connaître et à appliquer au fil de ses aventures. Pour lui, c'était l'une des règles les plus vraies au monde.

- Pas de problème !

Alors qu'une première création botanique gigantesque entravait l'une des pattes meurtrières du mastodonte caverneux, ce dernier répliqua par une offensive virulente de son corps massif. Faisant fi de sa surprise face au pouvoir de la pop green employée, le pugiliste de l'équipage du borgne s'interposa entre son camarade du jour et la créature, encaissant le coup à sa place dans un choc qui fit trembler les parois de la caverne. S'agrippant à son corps visqueux et relativement mou comme il le pouvait, le mormoilnien tenta d'enfoncer ses doigts dans la peau de la chose afin de trouver une prise. Glissant sur le sol au grès des mouvements du colosse, il parvenait néanmoins à le maintenir sur place... momentanément.

Roulant sur le côté de façon vicieuse et rapide, la monstruosité serpentine écrasa complètement le primé sous son poids, l'enfonçant dans le sol sans la moindre pitié. Un "Aie" à moitié étouffé s'extirpa du trou ainsi provoqué, avant qu'un Heziel courroucé n'en ressorte quelques instants plus tard. Cette saloperie commençait à l'agacer ! Cela avait sans doute rapport au fait qu'il venait d'avoir une vue très rapprochée de l'écosystème minéralogique de l'endroit. Se projetant dans les airs d'un bond vif, il usa de quelques Geppou pour se retrouver devant la gueule béante de la chose, qui s'ouvrit pour dévoiler une rangée de crocs aussi longs que des épées. Trop tard cependant : d'un coup de pied puissant, il envoya l'énorme tête se cogner contre plusieurs stalactites de pierre naturelles. Un grondement résonna dans l'endroit tout entier alors que la chose sifflait sa colère, devant un maitre-coq tout aussi véhément.

- Couché !


_________________




Revenir en haut Aller en bas
Ghetis Archer
Vice-amiralVice-amiral

avatar
Messages : 1923
Race : Humain
Équipage : La Couronne

Feuille de personnage
Niveau:
47/75  (47/75)
Expériences:
486/750  (486/750)
Berrys: 8.552.132.528 B

MessageSujet: Re: [FB] A deux nous irons plus vite [Pv Heziel]   Ven 5 Jan - 7:43

A deux nous irons plus vite

Ore Wa Kurohebi Da !



La botanique de l’Archer avait cette polyvalence certaine qui la rendait assez intéressante et variable, c’était un peu la raison pour laquelle il en était fier, mais aussi la raison pour laquelle il continuait de la perfectionner. Il ne cherchait pas à en faire une arme, mais plutôt un large panel d’outils divers et variés. Et si à ce moment de son aventure il n’en était qu’aux prémices de son talent dans la botanique, le futur qui l’attendait, grâce à l’Archipel de Boyn, allait faire grandir de façon fulgurante son talent. L’anecdote amusante du futur voulant d’ailleurs que Ghetis passerait sur Boyn peu après un passage du Coffe, mais qu’importe !


Le combat qui opposait le pirate à la créature semblait acharné, mais en même temps assez amusant. On sentait que le pirate se battait comme un roc pour résister à son ennemi, mais en même temps on jurerait qu’il ne se donnait pas du tout à fond et se battait un peu n’importe comment. Ghetis l’aurait volontiers rejoint dans cette étrange bataille, mais il ne voulait guère montrer ses véritables compétences de guerrier au jeune pirate, surtout qu’il était un peu en « incognito » sur cette île avant sa reprise au poste de Contre-Amiral.

Officiellement il était en « arrêt » après un simulacre de Buster Call lancé sur Whisky Peak, un succès en soi, mais lourd de conséquence… Néanmoins, il n’allait pas laisser son comparse dans une telle situation.

- Wow quelle force !

Quoique… L’humain venait de montrer une force sans pareil à l’Archer qui n’en croyait pas ses yeux. Maîtrisé le geppou était une chose, être un peu fort en était une, mais pour envoyer valser une créature de ce genre, il fallait une force réelle !

Il devait posséder une force rivalisant facilement avec celle du Contre-Amiral et vu leur différence d’âge, au même âge que le Vairon il serait certainement encore plus fort ! C’était un homme robuste qui se tenait face au serpent géant.

Profitant de ce coup fulgurant, le botaniste lança une nouvelle graine vision qui figea ainsi une autre patte de la bête. Celle-ci en possédait manifestement six dont deux déjà entravées.

- A mon tour d’attaquer, j’ai aussi ce genre de serpent dans mon arsenal.

Exécutant un grand bond en arrière il lança alors une de ses pop greens, celle-ci faisant alors s’élever un majestueux dragon oriental de bois avant que ce dernier ne fonde sur le serpent géant, le heurtant de plein fouet alors que l’Archer en profita pour entraver une nouvelle patte avec ses graines visions.

La construction de bois se brisa en plusieurs morceaux après la collision avec le serpent, alors que l’amirauté se félicitait intérieur de son action. Baissant sa garde un court instant pour admirer l’efficacité de ses graines, ce fut par un vif coup de patte que le serpent le rappela à l’ordre ! Si les réflexes du Vairon lui avaient permis de bondir en arrière pour esquiver le gros de l’attaque, cela n’empêcha pas la créature de déchirer complètement le débardeur de ce dernier !

La pénombre et le faible éclairage de la grotte cachant encore une chose assez frappante sur le physique du brun… une série de tatouages, à la fois sur le dos et le torse. A la lumière les découvrir révèlerait beaucoup de choses sur le personnage qu’était ou avait été ce pseudo botaniste itinérant, mais l’obscurité légère cachait, ou brouillait encore cela pour le plus grand plaisir de l’amirauté.

- Par contre… Nous n’allons pas être d’accord… Déchirer mes vêtements ne faisait pas partie du deal !

Fronçant les sourcils, Ghetis accourut alors vers la créature, fonçant droit sur avant d’exécuter un bond prodigieux imprimant la marque de son pied au milieu du front de la bestiole avant de s’en servir comme appui pour se propulser jusqu’au plafond de la grotte !

Là, il glissa ses mains dans la sacoche au bas de son dos et ressortit finalement ses mains avec des graines entre chaque doigt, tel un ninja préparant ses shurikens ! Et sans plus tarder il les projeta toutes avec vitesse en direction du serpent !

- Goûte à ma Prison Ligneuse !

Plusieurs racines poussant alors de façon disparates autour de la bête, pour se resserrer autour de ses membres, de son tronc, de sa tête, bref de tout son corps ! C’était avec une myriade de graines visions que le botaniste avait réussi ce coup de maître en « figeant » son ennemi dans ces racines.

- Heziel ! C’est le moment de l’assommer ! S’écria Ghetis à son camarade avant qu’il ne retombe au sol.

Avec ce travail d’équipe le duo allait pouvoir assurer une belle arrivée d’eau pour les villageois !

Retombant alors au sol, il porta son regard sur l’énorme monstre avant de balayer du regard la grotte, puis la sortie…

- Si nous pouvions agrandir un peu la grotte de l’intérieur, en creusant une sorte de galerie, l’eau occuperait également ladite galerie et le serpent aurait son « bassin » pour lui seul. De notre côté en créant un assez large sillon en partant de la grotte jusqu’au village nous devrions pouvoir former une belle cascade… Puis une rivière.

A entendre parler le brun, on aurait juré qu’il avait une confiance plus qu’exagérée en sa force, mais le cuistot avait dut déjà comprendre que l’Archer parlait en connaissance de cause.

- Se propulser au ras du sol en Pas de Lune, tout en tournant sur nous même à la manière d’une foreuse pour créer le sillon de la rivière… Ça pourrait fonctionner avec tout l’air balloté en prime… Mais nous serons couverts de terre en plus d’avoir un sacré tournis…

Il n’avait même pas parlé de la difficulté à bien se diriger vers le village en se déplaçant de cette façon, mais c’était pour la simple et bonne raison qu’il comptait se diriger à l’aide de son mantra. Bien sûr, il se garderait bien de le dire, il n’était après tout qu’un simple botaniste itinérant. De plus, il fallait déjà régler le problème de la galerie à construire pour offrir au serpent son propre bassin. Une onde de choc peut-être ?




DEV NERD GIRL



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Heziel Coffe
The Juggernaut
avatar
Messages : 1571
Race : Humain
Équipage : Aucun

Feuille de personnage
Niveau:
44/75  (44/75)
Expériences:
50/500  (50/500)
Berrys: 61.814.000 B

MessageSujet: Re: [FB] A deux nous irons plus vite [Pv Heziel]   Jeu 11 Jan - 16:06





Humanité avant tout !


L'affrontement se poursuivit avec un peu moins de contact physique : la bête désormais un peu sonnée et affaiblie momentanément, le botaniste dévoila une nouvelle facette de ses compétences à laquelle Heziel n'avait tout simplement pas songé : le fait d'utiliser la nature comme une arme. Alors que le Coffe prenait un peu de distance, esquivant une attaque enragée de l'animal qui défendait légitimement son domaine des deux envahisseurs qu'ils constituaient en l'instant, son camarade passa à l'offensive. De grands piliers de bois, qui ressemblaient d'ailleurs à des sculptures en réalité, s'étirèrent hors d'une de ces étranges graines utilisées un peu plus tôt pour venir frapper le colossal reptile de plein fouet. Les diverses chocs furent d'une grande rudesse et ne manquèrent pas d'arracher quelques hurlements colériques au prédateur, ainsi qu'un gémissement rocailleux à l'intégralité de la grotte. C'était un sacré coup !

Pas assez puissant, cependant. Le serpent revint rapidement à lui et frappa l'expert végétal d'un coup puissant et vindicatif, usant de ses griffes épaisses comme des tranchoirs d'ogre pour répliquer. Plus de peur que de mal, cependant : le noiraud s'en sorti sans réelle égratignure, bien que ses vêtements furent passablement amochés par un tel échange. Le pugiliste de l'équipage du Borgne ne prêta guère attention aux tatouages de son collaborateur : ce n'était pas le moment, et sa curiosité n'était pas piquée outre mesure. Pour l'heure, il fixait plutôt la contre attaque savante de son camarade qui, d'une seule traite, parvint à terminer son œuvre : immobiliser le grand reptile de façon plus sévère, l'empêchant de combattre. Il ne restait plus qu'à porter le coup final : une attaque assez puissante pour abattre la bête sans la tuer.

- Je m'en occupe !

D'un bond puissant, Heziel se retrouva à une dizaine de mètres en face de la gueule titanesque qui s'offrait à lui. Il arma ses bras de chaque côté avant d'expirer lentement, recherchant l'équilibre afin d'exécuter un mouvement parfait. Il avait choisi d'utiliser cette technique pour son aspect "diffus". Contrairement à un coup de poing trop virulent, qui aurait tout simplement brisé le crâne de la bestiole, il lui fallait ici lui porter une attaque assez violente pour la sonner de façon prolongée sans pour autant endommager plus que mesure son organisme. Plus facile à dire qu'à faire... mais il était sûr de son coup. C'est ainsi que ses bras se ramenèrent vers l'avant de façon brusque, mais maitrisée.

- Pressure Cooker !

Une terrible bourrasque d'air comprimé s'élança en direction du lézard, comme une énorme balle invisible menaçant de le percuter à tout instant. Ce qu'elle fit avec brio : explosant contre le museau de la créature, cette dernière eut sans doute l'impression de recevoir un lourd mur de parpaing en pleine poire à la vitesse d'un athlète en pleine course. Incapable de s'esquiver, immobilisée, elle encaissa le coup difficilement avant de tourner de l'oeil.


Ses muscles se détendirent tandis que les racines noueuses disparaissaient graduellement, et elle s'écroula au sol. Un rapide check, après quelques recherches maladroites, indiquèrent au Coffe que le pari était gagné : la créature était hors d'état de nuire, mais bien vivante.

- Fiou. C'était un sacré mastodonte, ça.

Se tournant vers le maitre des plantes étranges, il écouta ses propositions relativement saugrenues mais pourtant réalisable. En utilisant le geppou, ils pourraient creuser des sillons rapidement dans la roche... d'une certaine façon, cela était semblable à l'utilisation de son human drill, mais sur de longues distance ! Ainsi, le village serait approvisionné en eau... néanmoins, cela restait très difficile d'exécution, et pour sa part, Heziel ne se sentait pas à l'aise avec l'idée : par contre, fracasser le sol de ses poings pour créer un début de chemin aquatique, qu'il suffirait de déblayer ensuite, ça il pouvait le faire. Aussi s'arrêta-t-il pour sa part sur cette idée. Mais restait le problème du bassin de l'animal.

- Voilà ce que je te propose : je commencerai par affaiblir le sol, puis tu pourras déblayer grâce à ton idée. De cette façon, ce sera plus simple pour toi, et pour moi aussi ! Je risque de finir dans un flanc de montagne avant d'avoir pu dire le mot "spaghetti", sinon !

Il se frotta la tête avant d'observer la roche. Briser le barrage, c'était priver le serpent de son bassin. Il faudrait d'abord lui creuser un petit nid douillet, en amont de la source première, afin qu'il puisse continuer à se prélasser et sans doute survivre dans l'eau fraiche qui s'extrayait de la montagne. Frottant son nez, reniflant un coup, Heziel contourna le bassin avant de plonger dedans sans crier gare. L'eau était passablement troublée et salie par la présence de la bête, et il dut de nombreuses fois s'en remettre à son toucher pour progresser dans ce bourbier qui était par ailleurs jonché d'autres d'ossements désormais moussus. Néanmoins, le courant remontant de la roche était aisé à sentir. S'extirpant de là, prenant une grande inspiration, le martialiste entreprit de se placer à quelques mètres du bassin initial.

- J'en aurai pas pour longtemps !

Frappant plusieurs fois le sol de la paume de ses mains, il utilisa de façon répétée une version du cook flattening pour peu à peu creuser dans le sol dur et grisâtre, jusqu'à produire un second bassin, un peu plus petit que le premier certes, mais viable : par la suite, il fracassa une partie de la roche séparant les deux zones, jusqu'à ce qu'un écoulement léger à l'échelle de la superficie mais assez conséquent du point de vue d'un humain normal vienne fournir le bassin. Une fois qu'il serait rempli, les mouvements de la bête le videraient naturellement du surplus, qui retournerait à la terre : un peu comme une baignoire pleine dans laquelle un adulte s'allongerait, mais qui se remplirait en continu. En d'autres termes, à part une humidité plus persistante, l'antre du lézard restait inchangé.

S'essuyant le front, la sueur commençant à poindre à l'horizon, il leva son pouce en direction de cet homme qui était à son insu son ennemi par essence. Il était temps de passer à la deuxième partie des travaux : détruire le barre, commencer à fracasser un chemin jusqu'au village, puis l'étayer avec un peu de technique.

- Je pense que c'est bon ! Plus que le barrage, et on y va !



[HRP : comme ta réponse en dépend un peu, je te donne l'autorisation de PNJser un peu Heziel dedans (tu peux décrire la façon dont il concasse le sol pour aider Ghetis dans sa tâche). Pour éviter qu'on traîne sur une seule action !]




_________________




Revenir en haut Aller en bas
Ghetis Archer
Vice-amiralVice-amiral

avatar
Messages : 1923
Race : Humain
Équipage : La Couronne

Feuille de personnage
Niveau:
47/75  (47/75)
Expériences:
486/750  (486/750)
Berrys: 8.552.132.528 B

MessageSujet: Re: [FB] A deux nous irons plus vite [Pv Heziel]   Mer 7 Fév - 2:44

A deux nous irons plus vite

Ore Wa Kurohebi Da !



Décidément, le monde était fait de façon amusante. Loin des factions et des obligations de la vie, l’Archer et le Coffe se livraient à un travail d’équipe sympathique et paisible qui contrastait avec bien des rencontres dans ce monde vaste. Ils auraient pu se rencontrer de bien d’autres façons et naturellement devenir des ennemis comme le désiraient leurs factions respectives. Mais le hasard décida autrement.

Sans s’en rendre compte, Heziel permettait à Ghetis de reprendre un certain goût à la vie. Le Vairon se murait depuis des mois dans son projet vengeur vis-à-vis de son feu frère et depuis la réussite de ce projet au péril de sa famille, il n’avait plus de réelle ambition. Il avait tout perdu en somme et son appel au ralliement n’avait été entendu que par une poignée de membres de La Couronne. Son retour n’avait même pas attiré le regard d’un de ses fils – en tout cas – à l’heure où se déroulait cette petite aventure. Ainsi, Heziel redonnait une certaine joie au brun de la Marine.

Observant le Coffe s’occuper du bassin, le brun nota le fait que cet homme pouvait nager et ne put s’ôter une pensée guerrière et curieuse.

* Il n’a donc pas mangé de fruit du démon ? Intéressant, c’est un pur combattant.*

Le Contre-Amiral observa longuement le cuisinier et lorsque ce dernier ressorti tout trempée, le Vairon se sentit obliger de lui venir en aide, lâchant une petite graine qui fit pousser une sorte de plante parasol. La partie servant à protéger du soleil était douce et malléable comme du tissu, le cuistot allait pouvoir s’en servir sans trop de soucis.

- Sèche-toi avec ça d’abord camarade. Je doute que tu tombes aussi facilement malade, mais bon les vêtements mouillés ce n’est jamais très plaisant je crois savoir.

Sur le coup, l’Archer vint même à rire intérieur de son geste presque trop maternel, à croire qu’il avait Caligula en face de lui. Une chose était sûre, il commençait à bien apprécier ce cuisinier inconnu. Voyant comme il s’était appliqué, Ghetis décida de lui laisser un léger temps de repos et réfléchit à autre chose.

- Hm… Si on brise cette zone maintenant, l’eau va nous suivre pendant que nous creusons, faisons ça à la fin du coup. Pour l’instant contentons-nous de creuser un peu la cascade et la rivière, ce sera mieux. J’ai ma petite astuce pour ça.

Sans plus tarder l’Archer prit alors une bonne impulsion et se propulsa directement à la sortie de la grotte. Ghetis ôtant brièvement ses sandales, il se mit alors sur la pointe des pieds une fois au bout de la « falaise » qu’était la sortie de la grotte. Là il fit un léger saut et lorsqu’il revint au sol, ses pieds s’y plantèrent net ! Il s’agissait là d’une variante du shigan qu’avait inventé l’Archer, l’utiliser avec ses orteils et l’ensemble de son pied !

D’un coup l’homme commençait alors à tourner sur lui-même et telle une foreuse il commença à descendre du massif montagneux ! Sa force herculéenne rendait la manœuvre un poil plus violente et brisait grossièrement la roche autour de lui, ses bras eux aussi servaient à déblayer la zone et ce fut comme une masse que Ghetis atterrit brusquement au sol ! Dans son passage il avait laissé un énorme sillon le long de la montagne.

- Wow, ça tourne pas mal en fait d’utiliser cette technique à répétition… Je ne vais pas pouvoir
Je ne vais pas pouvoir creuser et me diriger en même temps vers le village.. C’est mission impossible.



S’avançant alors un peu en avant de sa cascade sèche pour l’instant, l’Archer regarda son buste et soupira longuement… Il arborait tout de même le symbole de la Marine sur son pectoral gauche, montrant quelle place il donnait au Gouvernement… Et la large croix du Gouvernement Mondial trônait dans son dos avec en dessous l’inscription « World Govt », le « G » étant entouré pour une raison assez évidente.

La surprise risquait d’être assez grande pour le Coffe s’il ne s’y attendait vraiment pas. Contrairement à la grotte, ici Ghetis était exposé à la lumière de l’astre solaire, autant dire que cela allait se voir. Mais ce n’était pas Heziel qui le gênait le plus dans l’histoire, c’était les villageois. Le Kurohebi ne voulait pas les surprendre avec ses tatouages dignes du marine qu’il était.

* Fichu serpent… M’enfin, je ne suis pas en fonction aujourd’hui, pas besoin de psycoter, continuons cette rivière.*

Prenant une brève inspiration Ghetis fit comme si de rien était si le Coffe l’avait rejoint en chemin et frappa brutalement son pied au sol, y mettant un grande force cette fois-ci. Le but étant de créer un large cratère, qui serait la préquelle du bassin au pied de la cascade, mais aussi un bon moyen de s’enfoncer au sol, pour avoir la terre légèrement surélevée devant lui.

Là, il ramena son poing à sa taille et frappa d’un coup devant lui ! Projetant alors un énorme déferlante d’air à la façon d’une violente onde de choc qui traça alors un épais sillon dans le sol, créant ainsi le début du lit de la rivière ! Et de suite il enchaina avec l’autre point, faisant le sillon gagné en largeur.

- Je pense qu’avec la force dont tu disposes ce genre de chose n’a pas de secret pour toi n’est-ce pas ? Je propose donc de creuser la lit de la rivière comme ça en courant en direction du village tien ! Le premier arrivé gagnera le droit d’ouvrir les vannes de cette bonne rivière ! On y va ?


Courir et frapper l’air pour projeter de grosses déferlantes qui traceraient une rivière ? Quoi de plus fou ?!


DEV NERD GIRL



Haha! J'ai eu une autre idée en écrivant !
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Heziel Coffe
The Juggernaut
avatar
Messages : 1571
Race : Humain
Équipage : Aucun

Feuille de personnage
Niveau:
44/75  (44/75)
Expériences:
50/500  (50/500)
Berrys: 61.814.000 B

MessageSujet: Re: [FB] A deux nous irons plus vite [Pv Heziel]   Ven 16 Fév - 23:41





Humanité avant tout !


Ayant accepté l'offre de séchage de l'Archer, le second de l'équipage du Borgne fut émerveillé une nouvelle fois par l'efficacité quasiment magique des petites graines utilisées par cet homme qui, à son insu, était un haut gradé de la Marine mettant de côté son affiliation pour le bien du plus grand nombre. Utilisant sans plus tarder la matière végétale douce et agréable, le pugiliste s'échina à éliminer un maximum d'humidité avant de reprendre le travail : après tout, si les chose se corsaient, il aurait bien l'occasion de transpirer un peu... inutile de forcer la main au destin ! Écoutant la remarque sage de l'expert des plantes, il resta passif devant la suite des événements, laissant l'individu plein de ressources passer à l'acte.

Les choses s'avéraient plus compliquées que prévu... même si le botaniste venait de creuser assez aisément un sillon dans le flanc de la montagne, un chemin artificiel gigantesque dans lequel l'eau douce des montagnes allait pouvoir s'écouler, jaillissant de la source caverneuse pour venir renflouer le cœur des villageois en sourire et leurs cultures futures en eau ! Malgré tout, le noiraud qui accompagnait désormais le Coffe marquait un point : continuer ainsi à creuser en tournant sur soi même promettait d'être un bel échec. Même en rendant la terre plus malléable pour faciliter le passage du jardinier de l'extrême, il serait sans aucun doute bien vite parti sur les côtés, ne se dirigeant qu'hasardeusement, risquant de provoquer des dégâts environnementaux considérables en plus de se blesser possiblement. Il fallait...

... Quel était ce symbole ?

Écarquillant les yeux alors que l'insigne du Gouvernement Mondial lui sautait presque au visage, le Coffe resta pantois et interdit pendant quelques instants. Ce type... Ghetis, s'il se rappelait bien. Était-il un officiel du Gouvernement Mondial ? En tout cas, il n'avait guère agi de façon néfaste depuis le début de la rencontre. Il avait beau fouiller dans sa mémoire, ce nom ne lui disait rien... en même temps, à l'époque, le Coffe était encore légèrement naïf et avait tendance à ne pas se cultiver assez pour son propre bien sur Grand Line, même si c'était un défaut qu'il tentait d'effacer au maximum. En tout cas, il se trouvait très certainement en compagnie d'un sympathisant de la Marine, qui disposait de capacités pour le moins exceptionnelles et qui n'avait pas tenté de mettre la main sur lui. Au contraire, ils avaient même fait preuve d'un travail d'équipe fort efficace depuis le début de cette journée : ravalant ses appréhensions, considérant que de toute manière, il ne décidait pas de ce que le destin lui réservait, Heziel fit comme s'il n'avait rien vu. L'Archer serait bien assez perspicace pour deviner que le membre de l'équipage du Borgne taisait tout simplement sa réaction à cette découverte. Après tout, le Contre-Amiral avait droit au bénéfice du doute.

Lorsqu'il le rejoignit, il fut surpris de constater que l'homme était également capable de déferlements de puissance brute tout à fait particulier. D'un coup de sandale vindicatif et maîtrisé, il venait de créer un petit cratère dans lequel se trouvaient désormais les deux martialistes. Il exposa ensuite son plan au cuistot, qui oublia momentanément toutes ses craintes lorsqu'il découvrit qu'ils avaient également certaines capacités en commun : faire la course jusqu'à Itab, en dégageant la terre à coups de poing ? Voilà qui promettait d'être intéressant ! Levant le pouce, adressant un sourire relativement serein à son camarade -et allié, pour le moment-, il reprit la parole assez naturellement.

- En effet, c'est dans mes cordes. Prêt ?

Se mettant en place, s'assurant d'être au niveau de Ghetis afin de rendre ce petit concours amical le plus légitime possible, le brun affichait désormais un sourire relativement amusé mais également stimulé par l'envie d'en découdre. Le mormoilnien était très ouvert d'esprit et il ne se sentait en réalité pas tellement mal aux côtés de l'Archer. Aussi, quel mal cela pouvait-il constituer ? De toute manière, si ce dernier avait voulu l'interpeller, il aurait déjà eu l'occasion de le faire très aisément... alors autant laisser de côté les incertitudes. Il voulait participer à ce petit défi et donner le maximum : les capacités surnaturelles de son vis-à-vis l'y obligeraient de toute façon. En utilisant son air compressing, qui retranscrivait la réelle force de ses coups dans des frappes d'air, il aurait sans aucun doute moyen de progresser à une folle vitesse !


- 3... 2... 1... Partez !

La terre vola immédiatement en éclat alors que le brun envoyait un premier coup dans cet obstacle naturel et séculaire qu'ils s'apprêtaient à réduire en charpie. Il ne fit ni attention à la quantité de matière ainsi propulsée, ni aux mouvements de cet autre compétiteur improvisé : nul doute malgré tout que les deux hommes risquaient de sévèrement déménager la baraque. Se jetant vers l'avant tout en essayant de progresser de façon logique, ciblant au loin un point dans le décor qui se rapprochait d'Itab et de ses habitants désireux de reprendre l'agriculture, il se mit à enchaîner les coups en lâchant de "Ora Ora Ora" pleins de volonté ! Il était possible qu'il perde ce petit match amical, bien entendu... mais en tout cas, il allait donner à Ghetis une raison de se souvenir de lui comme quelqu'un qui ne faisait pas les choses à moitié. Bientôt, les deux individus se rapprocheraient certainement du village... qui remporterait cette course improvisée ?




_________________




Revenir en haut Aller en bas
Ghetis Archer
Vice-amiralVice-amiral

avatar
Messages : 1923
Race : Humain
Équipage : La Couronne

Feuille de personnage
Niveau:
47/75  (47/75)
Expériences:
486/750  (486/750)
Berrys: 8.552.132.528 B

MessageSujet: Re: [FB] A deux nous irons plus vite [Pv Heziel]   Ven 23 Fév - 7:26

A deux nous irons plus vite

Ore Wa Kurohebi Da !



Depuis toujours, la définition que se faisait l’Archer du mot « famille » se limitait aux membres de son équipage et à aucun autre individu. En soi le raisonnement n’était pas erroné, mais une imperfection persistait dans cette pensée flouée par un esprit trop étriqué en réalité. Un travail d’équipe avec un inconnu, au nom d’un village d’illustres inconnus, d’habitant qui lui paraissaient encore plus inconnus qu’Heziel avec qui il travaillait depuis ce matin… Eh bien ce travail d’équipe forçait le Vairon à réfléchir, forçait l’homme à revoir sa vision des individus, l’obligeait à se détacher de sa faction pour comprendre les vraies bases de la générosité pure.

Il découvrait en somme le plaisir d’aider une personne sans connaître son origine, de se lier d’amitié avec un individu sans connaître son passé. En bref, contrairement à Whisky Peak où l’Archer se contenta d’appliquer le Décret Décima en considérant tout habitant d’une île criminelle comme étant un criminel ; ici Ghetis jugeait ceux qu’il aidait à leur fond, ce qui constituait aujourd’hui une différence majeure.

Aujourd’hui Ghetis évoluait petit à petit vers l’homme qui prochainement allait chercher à pacifier la Mer Blanche, celui qui chercherait à protéger un peuple.

S’il avait senti un léger malaise de la part de son collègue quand ce dernier le joignit, sans doute à cause des tatouages plus qu’apparent, le marine s’ôta l’idée dans la tête en voyant que son collègue ne lui faisait aucun commentaire et préféra imaginer qu’il s’agissait là d’une fausse impression.

Ainsi, lorsqu’il vit le jeunot se prendre assez rapidement au jeu de course, le Kurohebi ne put s’empêcher de pouffer de rire un bref instant, croyant voir Caligula à l’œuvre avec un tel comportement. Restant même répéter :

- Ora…ora ? Sans réelle conviction.

Il ne comprenait pas bien le sens de ces cris outrageux qui semblaient animer le cuistot à tel point que Ghetis en fut figé, laissant le garçon prendre de l’avance !

- Owh…. J’ai compris ! Un cri de guerre hein ?

Il s’agissait de la seule explication rationnelle que l’Archer voyait à ces cris déchainés, tant et si bien qu’il ne put que rejoindre son comparse dans cette salve de cris de guerre !

- Dans ce cas…. Ore Wa… KUROHEBI DAAAAAAA !

S’écria bruyamment le brun avant de charger un puissant coup de poing dont la déferlante d’air creusa la terre sur une large distance, rattrapant un peu son retard avant d’arriver au pas de courses au côté du Coffe pour courir encore et encore au fil des coups de poings !

L’action ne manquait pas de peps et le membre de l’amirauté en oubliait même la raison de cette situation, profitant simplement du moment, bourrinant encore et encore ! Itab se faisait de plus en plus proche ! Chaque coup les rapprochait de plus en plus du village et le beau serpent qu’il avait dessiné en creusant le sol prenait réellement forme ! Malheureusement pour le Vairon, la fougue de la jeunesse avant cependant eux raison de lui ! Ce fut au moment de creuser l’arrivée de la rivière jusqu’à l’entrée du village que l’écart se creusa, Ghetis se montrant un poil moins endurant sur le final, mais octroyant de fervent coups de poing à ce sol jusqu’au bout !

- De peu ! Ça aide d’être jeune au final ! Dit-il d’un air amusant, un franc sourire aux lèvres.

A peine étaient-ils arrivés que les différents habitants du vilalge d’Itab se ruèrent dans leur direction, affichant des mines stupéfaites en voyant la rivière encore vide, mais large que les deux hommes venaient de creuser, le torse du Vairon couvert de terre, comme son camarade sans doute. Passer de l’eau à la terre quelle cocasse situation.

Néanmoins les villageois étaient heureux et cela suffisait à justifier la situation ! Les villageois semblaient être en meilleure forme, sans forcément être au summum, mais la nourriture du Coffe portait ses fruits manifestement.

- Il ne nous reste plus qu’à ouvrir les vannes Hez’. Nous pourrions peut-être faire des petits canaux de bois pour permettre à l’eau de circuler dans le village. Ils auront l’eau qui passera un peu partout. Et avec des planches il pourront toujours couvrir les canaux les jours de pluies.

La terre semblait plus ou moins bien cacher ou modifier les tatouages du Vairon… tant mieux en soi… Il put ainsi retourner vers son sac sans trop de réaction de la part des villageois, sortant plusieurs graines et plusieurs fioles.

- Les fioles contiennent un puissant engrais faisant les graines poussées à une taille d’adolescente si je peux dire ça comme ça… Une quinzaine d’arbustes devrait suffire, le village n’est pas bien grand… Il faudra juste vous munir de vos armes pour couper des bûches.

- Et comment aller vous faire un canal avec des bûches ?

- Pas d’inquiétude, j’ai ma petite idée.


Lâchant alors une quinzaine de graines, à l’entrée du village en les espaçant, il versa sur chacune un peu de l’engrais faisant celles-ci devenir de jeunes et beaux arbustes avec lenteur. Les Pop Green finissaient toujours par mourir et dépérir assez vite. Cette technique de botanique à base d’engrais surpuissant était plus utile, puisqu’elle accélérait le processus de croissance de la plante d’environ quelques années en quelques minutes. Les arbustes n’ayant pas poussés d’un coup, mais au fur et à mesure durant cinq à dix minutes.



Souriant, Ghetis observa la grande plaine vide et de verdure disparates signe d’une mort proche de l’écosystème… mais en fermant les yeux un instant il imagina la splendide plaine qu’Heziel et lui laisseraient aux villageois en repartant. Ainsi, quand il ouvrit les yeux, il attrapa son sac et commença à vider les graines et les doses d’engrais pour en donner un peu aux enfants, aux femmes et aux villageois les plus jeunes et d’allure un peu moins robuste.

- Lâchez-les un peu partout sur la plaine, jetez-y un peu d’engrais et vous verrez le résultat. Promenez-vous dans la plaine en le faisant.

Les graines offertes regroupaient des plantes, des fleurs, des arbres fruitiers ou non, des vivres parfois comme des légumes.. Bref, il y avait de tout. Cependant, l’engrais avait beau être puissant, il allait lui falloir une terre bien irriguée pour faire effet avec justesse et qu’une fois son effet disparu que les différents végétaux puissent survivre. Alors, il regarda Heziel et d’un sourire rétorqua.

- C’est le moment d’ouvrir le barrage je pense ! D’en haut tu vas voir la plaine se former petit à petit, le spectacle promet crois-moi.

Il ne fallut pas plus de temps aux enfants pour s’en aller en courant dans la plaine, les mères peinant à suivre leurs enfants surexcités à l’idée de rendre ce lieu verdoyant.



DEV NERD GIRL



Pnjisation ok comme d'hab !
Revenir en haut Aller en bas
Heziel Coffe
The Juggernaut
avatar
Messages : 1571
Race : Humain
Équipage : Aucun

Feuille de personnage
Niveau:
44/75  (44/75)
Expériences:
50/500  (50/500)
Berrys: 61.814.000 B

MessageSujet: Re: [FB] A deux nous irons plus vite [Pv Heziel]   Ven 2 Mar - 22:32





Humanité avant tout !


Couvert de terre mais riant de bon coeur, le Coffe avait terminé cette petite course premier ! Il ne s'y attendait clairement pas, imaginant sans mal que son camarade le dépasserait avant la fin à la vue des compétences qu'il avait été capable d'afficher au grand jour, mais le destin était plein de surprises. Son compagnon fit remarquer sa victoire, bon joueur, ne manquant cependant pas d'ajouter avec taquinerie une remarque sur leurs âges qui étaient sans doute différents. C'est vrai ça, il ne s'était pas posé la question... si Ghetis faisait cette allusion, c'était sans doute parce qu'il était certain de cette différence. Les gens ne se trompant que rarement sur l'âge du Coffe, ce dernier se contenta de hausser les épaules avant de répondre.

- Bah, être expérimenté ça a son avantage aussi !

Il avait établi ce constat assez simplement, maintenant que l'Archer définissait assez clairement qu'il était plus vieux que lui : la façon dont ce dernier avait pris les rênes depuis le début, avec doigté, précision et pertinence, montrait qu'il avait sans doute déjà eu à commander des opérations. Son appartenance au Gouvernement Mondial, quasi-certaine, ne pouvait qu'aller dans le sens de cette idée... il avait sans doute affaire à un gradé, après tout. Néanmoins, ce genre de considération n'était pas à l'ordre du jour : aujourd'hui, les deux hommes faisaient front commun pour aider la population d'un village en détresse, pour anéantir le désarroi d'une communauté, pour faire fructifier un avenir radieux qui permettrait à cette petite ville d'être à nouveau vivante et attrayante.

La suite des festivités allait être haute en couleur : il était temps d'inaugurer la nouvelle rivière, qui descendrait de la montagne pour venir donner couleur et chaleur à cette plaine pour le moment encore morte et stérile. Heziel espérait sincèrement que cette action pourrait améliorer la vie des villageois... après tout, ils manquaient cruellement de cette ressource incontournable qu'était l'eau et il était grand temps de leur redonner accès à cette denrée précieuse et vitale. Le botaniste sembla munir une partie de la population de graines et de fertilisants, leur donnant la consigne de se promener dans la steppe et d'y déposer les graines. L'irrigation aurait bientôt lieu, et la terre s'abreuverait avec délice de ces éléments nouvellement retrouvés... pour eux, la prochaine partie du travail commençait. Se tournant vers son aîné alors qu'il lui disait que l'heure d'ouvrir le barrage était venue, il afficha un sourire radieux avant de faire craquer l'une de ses épaules, tournant finalement le regard vers le trou dans la parois de la montagne qu'ils venaient de creuser, d'où s'écoulerait bientôt le salut de ces terres.

- Tu m'accompagnes ?

Il laisserait le gradé lui répondre, par l'affirmative ou la négative : il lui semblait légitime de passer à la suite à ses côtés, comme ils avaient affronté le serpent géant ensemble et creusé le lit de la rivière côte à côte. Néanmoins, il aurait parfaitement conçu que son compagnon veuille rester avec les villageois pour leur donner des astuces sur les plantes fabuleuses qu'il leur avait prodiguées. Dans tous les cas, il s'envolerait par la suite dans les airs à l'aide du Sky Walk pour se rendre en haut du barrage encore non brisé, faisant rouler ses épaules avant de regarder le sol. Une fois ce dernier aplani, une fois le niveau du bassin plus haut que celui de la pente, alors le miracle pourrait commencer...

- Yosh... j'y vais !

D'un coup de poing puissant, il entama la roche. Un autre suivit, puis un autre, puis un autre... jusqu'à ce que finalement, la paroi ne cède sous ses pieds. L'eau se mit à déferler en contrebas, avec une vigueur nouvelle et la puissance de la terre mère, venant remplir le sillon creuser à la sueur du front des deux hommes. Le liquide clair extrait du cœur des montagnes, limpide et porteur d'un futur meilleur pour les villageois, se fraya prestement un chemin jusqu'au village... et c'est là, au bout de quelques instants à peine, que le prodigieux traitement du terrain effectuer par l'expert des plantes prit forme. Sous les yeux écarquillés d'un Coffe sous le charme, des arbustes commencèrent à pousser le long des champs jusque là vide, surprenant les villageois qui avaient certes semé les graines avec enthousiasme, mais qui ne pouvaient décemment pas s'attendre à un résultat d'une telle ampleur. Le soleil berçait la scène de son éclat et bientôt, le noiraud sentit la fierté poindre en sa poitrine. Le sentiment du devoir accompli... ou presque ! Si Ghetis l'avait suivi, il complimenterait son art.

- C'est... magnifique. Avec ça, les habitants vont regagner un peu d'espoir...

Autrement, il resterait là, ébahi devant un tel spectacle. Mais il ne pourrait pas lambiner bien longtemps : une fois l'écosystème modifié, il leur faudrait aider ces bonnes gens à retrouver un cadre de vie plus sûr et confortable. En d'autres termes ? Il serait temps de les aider à bâtir des foyers plus solides et mieux isolés. Les travaux allaient pouvoir commencer avec une foule bien nourrie et apaisée !





_________________




Revenir en haut Aller en bas
Ghetis Archer
Vice-amiralVice-amiral

avatar
Messages : 1923
Race : Humain
Équipage : La Couronne

Feuille de personnage
Niveau:
47/75  (47/75)
Expériences:
486/750  (486/750)
Berrys: 8.552.132.528 B

MessageSujet: Re: [FB] A deux nous irons plus vite [Pv Heziel]   Mar 24 Avr - 7:36

A deux nous irons plus vite

Ore Wa Kurohebi Da !





Cette nouvelle aventure avait été riche pour l’Archer. Elle ne touchait peut-être pas à son terme, mais l’essentiel avait été réalisé, les villageois n’auraient guère de mal à se ressaisir désormais. Ghetis et Heziel avait su prendre soin de ce peuple et leur offrir un second souffle.

Il ne restait plus qu’à espérer que le village se maintienne et pour cela le marine n’hésiterait pas à leur laisser un peu d’engrais et de boutures au moins le temps qu’ils reprennent bien en main leur vie.

Le Kurohebi aimerait un jour retourner sur cette île et voir le village d’Itab fleurissant, le voir briller par une verdure resplendissante et bien entretenue. C’est ce qu’il attendait de la population qu’il laisserait au terme de la journée.

Ainsi, lorsque son comparse lui proposa d’assister à l’évènement le plus marquant pour l’évolution de ce village, le Vairon ne put qu’accepter, succédant son camarade dans sa course aérienne, son regard porté vers les villageois qui se répandaient sur la vaste plaine.

Il demeura en hauteur une fois proche du barrage, laissant son coéquipier inaugurer le barrage comme il se devait avant d’assister au « miracle » qu’était la chute de cette prodigieuse cascade ! Un flot de liquide translucide s’écoulant le long du mont rocheux pour se diffuser dans le lit fraîchement creusé de la rivière. Bientôt un spectacle des plus délicieux suivrait se miracle, la plaine se couvrant de multiples couches de verdure, avant que des arbustes ne germent du sol ! Des parterres de fleurs virent le jour, tout comme les buissons, la nature reprenait ses droits avec panache et le brunet s’en réjouissait ! Il aimait voir ce spectacle affriolant et se surprenait à aimer « bâtir ».

C’était la naissance du Kurohebi du présent… Ghetis découvrait en ce jour le plaisir de construire, il quittait son cercle vicieux de destruction pour voir une autre façon d’atteindre ses objectifs. Il n’était peut-être pas obligé de détruire pour imposer sa force, il marquait plus durablement les esprits par des actions positives. Peut-être était-ce là une solution bien plus gratifiante pour ses ambitions futures, peut-être était-ce la meilleure façon d’agrandir sa famille : rallier les peuples sous une seule et même bannière.

Alors qu’il revenait au côté de son partenaire, il croisa les bras et regarda avec un large sourire le paysage qui se formait sous ses yeux.

- Ce jour va changer ma façon d’aborder la vie. Je t’en remercie d’avance Heziel.

Cette rencontre lui avait été fructueuse, le doute n’était pas permis.

- Nous pourrons leur faire une arrivée d’eau c’est sûr, mais mes arbustes ne seront pas assez mâture pour fabriquer des toits immédiatement. Il faut les laisser grandir encore un peu, je pense qu’il sera du devoir des villageois de les construire si nous ne restons pas plus longtemps sur l’île.

Il s’étira longuement et reprit tranquillement.

- Néanmoins, je pense que c’est une bonne chose de leur laisser le luxe de fabriquer eux-mêmes leurs toits. Désormais, ils ont toutes les ressources nécessaires pour cela. Revanche nous pouvons utiliser les arbustes pour colmater les brèches de leurs toits actuels, même s’ils ne sont pas en très bon état, ça devrait suffire le temps que les autres arbres deviennent plus grands. Ils pousseront assez vite avec mon engrais, mais il ne faut pas en abuser en un jour sinon la terre sera appauvrie et nous en avons déjà bien usé aujourd’hui. Par contre il y a la solution des pierres que nous pourrions acheminer aux villages dès maintenant pour consolider leur mur.

Sur cette longue prise de parole le Kurohebi se jeta sans crainte du haut de la montagne et se rattrapa in extremis avant le sol, grâce à son Pas de Lune. Là, il se posa au sol, observant les nombreux rochers peuplant le massif montagneux et dit à son camarade, avec une voix assez forte s’il était encore hauteur.

- Faisons chacun un tas et portons le jusqu’au village !

Et sans plus tarder Ghetis commença à rapprocher plusieurs gros rochers en un point, courant rapidement autour de la montagne pour agglutiner les plus gros bouts. Par moment il se laissait porter par le geppou pour en arracher quelques-uns directement sur les parois du massif rocheux, et les acheminait à nouveau vers son point de départ.

La plupart des rochers étaient, d’ailleurs, bien plus grand que lui ou de la même taille ! Malgré tout, il parvint à se faire un tas près de trois fois plus grand que lui voire plus, et se félicita en tapotant ses mains l’une contre l’autre.

- L’étape la plus difficile !

Soulever ce tas !

Les rochers tenaient dans un équilibre précaire que seul un univers aussi « manga » permettait, laissant le Kurohebi les soulever, le corps pencher vers l‘avant pour supporter le tas sur son dos et ses bras tendus vers l’arrière, ses mains complétant le tout

- Allons-y Heziel !

Lentement, mais sûrement, le contre-amiral longea la rivière, perdant parfois quelques rochers qui viendrait apporter de la beauté au somptueux décor que constituait la rivière, lui apportant cette touche naturelle qu’étaient les rochers qu’on trouvait dans toutes rivières de ce style !

Une fois arrivé à l’entrée du village, l’homme posa son monticule devant le village, sous le regard médusé des villageois qui avaient malgré tout commencé à creuser les tranchées qu’avait réclamé le Vairon.

- Ah ! Vous avez eu une bonne idée, maintenant il vous faut taillader le boit pour lui donner la même forme que les tranchées et le placer à l’intérieur. Il permettra à l’eau de mieux circuler et d’afflué dans tout le village. Les jours de pluie il faudra le couvrir avec des planches de bois, mais ça ira.

Il pointa du doigt son tas de pierre et rétorqua.

- Nous avons emmené de quoi consolider les murs ! Nous allons colmater les brèches dans les toits, mais penser à refaire entièrement vos toits quand le bois de votre nouvelle forêt sera assez grand !

Les travaux pouvaient ainsi commencer !


DEV NERD GIRL



Pnjisation pour la suite OK! Comme d'hab !
Revenir en haut Aller en bas
Heziel Coffe
The Juggernaut
avatar
Messages : 1571
Race : Humain
Équipage : Aucun

Feuille de personnage
Niveau:
44/75  (44/75)
Expériences:
50/500  (50/500)
Berrys: 61.814.000 B

MessageSujet: Re: [FB] A deux nous irons plus vite [Pv Heziel]   Mer 9 Mai - 11:02





Humanité avant tout !


- Non, c'est moi qui te remercie. En voyant ces pauvres gens, j'ai eu envie de les aider immédiatement... mais sans tes compétences, tout ça ne serait pas possible. Ce sont de sacrées connaissances que tu as là !

Devant les yeux du noiraud écarquillés de prime abord, puis plissés dans un rictus apaisé par la suite, la plaine prenait littéralement vie. Comme si le sol était bouleversé par une onde provoquée par Mère Nature elle même, une vague verdâtre s'insinuait lentement dans les terrains aux alentours, laissant une contrée verdoyante appartenant à des lendemains meilleurs prouver son existence probable. Si lui même était complètement absorbé par la contemplation, que devait-il en être des villageois ? À cette pensée et à l'idée du bonheur que cela pourrait leur procurer, le Coffe sourit franchement tandis que son camarade du jour donnait quelques directives avisées supplémentaires. Le forban rejoignait le membre du Gouvernement Mondial sur un point : il serait plus bénéfique aux villageois d'avoir l'occasion de se reprendre en main eux mêmes. Ils étaient avant tout là pour leur donner un coup de pouce, une longueur d'avance. Une solution pérenne. S'ils se contentaient de tout leur fournir sans leur laisser ni droit de regard, ni mettre la main à la pâte, ils risquaient non seulement de provoquer un mécontentement latent en plus de les voir sombrer à nouveau une fois partis.

L'idée de l'Archer était en revanche pertinente, malgré son aspect saugrenu qui la rendait réalisable seulement par des gens d'un calibre exceptionnel en termes physiques. En attendant que les arbres deviennent mâtures et que leur bois puisse être utilisé avec parcimonie et bonne intelligence par les villageois qui disposaient désormais d'une chance de renouveau, ainsi que ces derniers reprennent le contrôle du terrain montagneux pour en extraire la pierre dont ils auraient besoin à l'avenir, les deux surhommes étaient en mesure de donner un coup de main non négligeable. Cela de façon ludique ! Marquant son accord avec enthousiasme, le pugiliste se mis donc à la recherche de plusieurs rochers d'une taille conséquente qu'il rassembla lui aussi en un tas précaire contre le sol. Soulever l'ensemble fut difficile ! Mais sa force déraisonnée lui permit de mener à bien cette entreprise, même s'il manqua de broyer l'un des rochers de par sa méthode plutôt stressante pour la matière qu'il compressait fermement entre ses bras, comme un étau. Se cambrant un peu, il parvint à trouver une posture de marche lui offrant un appui stable, avant de retourner au village.

- Fiou ! Pas facile, mais on va pouvoir passer à l'étape suivante !

L'enthousiasme du Coffe, mêlé au calme et à la clarté de l'Archer, ne manquèrent pas d'emporter les villageois qui n'étaient pas allés planter les semis dans les champs nouvellement formés. Ce duo d'inconnus haut en couleur venait d'apparaitre dans leurs vies et, en l'espace d'une petite journée, tout aurait basculé : de quoi redonner un peu de vigueur et de baume au cœur aux civils qui avaient jusque là lutté pour leur foyer ! De plus, les effets secondaires de la cuisine choisie avec expertise par le brun commençaient à se faire ressentir : en lieu et place d'une digestion lourde et classique, un sentiment de bien être et de force timoré mais présent envahissait progressivement les locaux. Une fois les pierres déposées par les deux monstres de force musculaire, chacun donna du sien, de sa sueur et de son huile de coude pour tailler ces pierres dans des dimensions plus raisonnables. l'objectif ? Créer des plaques qui colmateraient les murs du mieux possible, en attendant l'édification de nouvelles maisons grâce à la charpente qui naitrait de la forêt en devenir. Un peu de torchis réalisé artisanalement permettrait de faire la jonction entre les nouvelles couches et les anciennes bâtisses, qui retrouveraient un peu de salubrité dans le procédé. De son côté, le brun faisait usage de ses mains pour travailler aux côtés des villageois, avec lesquels il discutait gaiement. Voir les sourires revenir était l'une des plus belles récompenses au monde.

Le travail leur prit une partie non négligeable de l'après-midi : entre les dimensions à calculer, les coupes à affiner, les structures déjà en place à vérifier pour éviter qu'elles ne soient endommagées ou qu'elles ne s'écroulent lors des rénovations, les toitures à retaper sur le même schéma, les rigoles à urbaniser... les deux hommes n'avaient déjà pas chômé, mais cette partie du challenge se révéla pleine de richesse ! En tout cas, de son côté, une fois le plus gros du travail réalisé, le brun laisserait le destin des habitants entre leurs propres mains : leurs champs resemés, la verdure retrouvée, les bâtiments rénovés en l'attente d'un meilleur futur... il ne pourrait plus rien leur apporter. Bien entendu, il ne se serait pas privé de laisser une liste conséquente de recettes, aussi bien de son cru que plus connues, afin que les villageois soient en mesure de se nourrir sainement et raisonnablement. Il eut été dommage de les voir surconsommer leurs nouveaux acquis, amenant à une situation relativement similaire. Il était également prévu d'ajouter des installations navales nouvelles au village d'Itab. Le but ? Attirer quelques voyageurs et reprendre la pêche avec une plus grande intensité. Régénérer la tranche plus jeune de la population, afin de développer la communauté. Ces rêves, rendus possibles par l'action conjointe des deux individus, ponctueraient désormais l'esprit des habitants d'étoiles plus chaleureuses.

Le second de l'équipage du Borgne, pour sa part, aurait autre chose à faire : curieux, peut-être un peu trop, il désirerait en savoir plus sur sa nouvelle connaissance. Ils s'entendaient bien et venaient de réaliser quelque chose de bon ensemble, alors qu'aurait-il réellement à craindre ? C'est ainsi qu'il attendrait un moment pour prendre à part l'homme plus âgé.

- Bon boulot, Ghetis. On peut être fier de nous. À l'avenir, je repasserai bien ici, si j'en ai l'occasion. Pour voir ce que nous avons planté fleurir.

Il lui adresserait un sourire léger en s'amusant de sa façon de parler, plus propre à un botaniste qu'à un cuisinier. Puis il poursuivrait, sur une note moins légère mais néanmoins ouverte.

- Ce tatouage, dans ton dos... tu fais bien partie du Gouvernement Mondial, pas vrai ?





_________________




Revenir en haut Aller en bas
Ghetis Archer
Vice-amiralVice-amiral

avatar
Messages : 1923
Race : Humain
Équipage : La Couronne

Feuille de personnage
Niveau:
47/75  (47/75)
Expériences:
486/750  (486/750)
Berrys: 8.552.132.528 B

MessageSujet: Re: [FB] A deux nous irons plus vite [Pv Heziel]   Mer 30 Mai - 9:38

A deux nous irons plus vite

Ore Wa Kurohebi Da !





Le Coffe ne s’en rendait probablement pas compte, mais l’aide qu’il avait apporté à l’Archer, surpassait de loin tout ce que leur union réalisa pour les habitants d’Itab. Le membre de la Marine sortait d’une sombre période de son existence, telle la perte de son frère cadet. Vaincu, non pas physiquement, mais moralement par la double trahison d’Erwin Dog et Kanae Toupex, il s’exila de lui-même et décida de prendre un temps pour se retrouver.

Il se replongea paisiblement dans la botanique, cette passion qui lui permettait de songer à autre chose, cette passion qui ne servait pas son envie de combattre, mais bien son plaisir personnelle. Elle sortait du cadre même de l’esprit guerrier et rentrait plutôt dans une part plus sereine du Vairon, cette même part qui prônait la méditation et le calme, en tout cas en ce qui concernait le haki de l’observation et son évolution. C’était un peu la différence entre l’homme de guerre et l’homme libre. D’une part Ghetis avait de réelles ambitions qu’il ne savait assouvir que part l’affrontement et d’autres parts il aspirait à une certaine tranquillité à terme. La botanique était cet instant de tranquillité.

Pourtant, ce moment passé avec le Coffe lui ouvrit les yeux sur une chose… Sa force, son talent pouvait nourrir ses ambitions sans passer par l’affrontement. Il lui était possible de mêler ses ambitions à son désir de tranquillité, par une chose simple : la construction. Reconstruire le village d’Itab représentait réellement un changement clair : de Destructeur à Bâtisseur.

Il n’était pas dit que Ghetis n’attaque plus d’infrastructures criminelles et les réduise en cendres, mais une chose était certaine, il bâtirait désormais. Il bâtirait toujours plus qu’il ne détruirait, c’était une certitude. Mais surtout… il bâtirait pour agrandir sa famille. Ce peuple d’inconnu, ce jeune cuisinier, il ne les connaissait guère, mais il noua un lien fort entre eux, un lien assez fort pour lui rappeler son équipage, un lien assez puissant pour susciter en lui l’envie d’agrandir sa famille. Une île, un archipel, un royaume et pourquoi pas une mer entière ? Pourquoi limiter sa famille à son équipage quand il pouvait veiller à la protection et au bien-être d’un plus grand nombre ?

Il prenait connaissance de tout cela et uniquement grâce à l’existence du cuisinier. Rien ne pourrait affirmer qu’il croiserait à nouveau Heziel un jour et encore moins qu’il pourrait lui rendre la pareille, mais ce jeune homme restait une personne marquante dans son existence. Il avait perdu deux camarades, mais trouvait un souvenir éternel. En l’état, cela ne remplacerait pas deux individus, mais c’était suffisant pour créer une impulsion dans les projets de l’homme.

En ouvrant les yeux de l’Archer de la sorte, le Coffe venait non pas de participer à la reconstruction d’un village, mais bien de plusieurs villes. Cette leçon qu’il donna involontairement à l’Archer allait guider les projets à venir du Vairon, en témoignerait dans un futur proche l’île de Jaya ou l’île de Bilca et bien d’autres encore. Une chose demeurait, c’était en ce jour que Ghetis compris l’inefficacité de son fonctionnement passé.

N’étant guère connaisseur en constructions de ce type, il fut plus élève que réel maître d’ouvrage lors de la rénovation des lieux, le brun n’ayant construit que peu de chose. Il avait vécu une longue période dans une tribu reclus après avoir été banni de son village natal et pris ensuite la mer. De ce fait, il s’y connaissait en construction plus « indigènes » pour mettre une image claire sur cette idée.

Ainsi, sa posture d’élève lui permit d’écouter et d’agir machinalement, le gratifiant d’une certaine liberté d’esprit qui permit à ses pensées de se multiplier en lui durant toute l’après-midi.

Ce ne fut qu’une fois la longue journée de travail achever, qu’il put s’octroyer un temps de repos dont profita allègrement le jeune pirate pour converser un peu avec lui.

- Je pense aussi y repasser, il est bon de voir le fruit de son labeur.

Dit-il en regardant le village, avant de poser son regard sur la prairie herbeuse qu’ils avaient ainsi créé.


A la question du Coffe, l’Archer eut un léger sourire, baissant un peu la tête il fit signe à son camarade de le suivre, s’éloignant ainsi du village pour longer la rivière faite par eux même, le torrent n’était pas encore d’une clarté absolue, mais la terre bougée commençait à tomber au fond de ce vaste canal. Les quelques pierres perdues en route par le binôme offrirent une certaine décoration à la rivière et ce fut d’ailleurs sur l’une d’elle que le Kurohebi sauta, se retrouvant ainsi au milieu de l’eau.

De là, il se mit en tailleur sur la roche et glissa ses main dans l’eau pour ainsi laver les traces de terre qui peinturluraient son torse et son dos. Ceci fait, il attrapa sa large chevelure, pour en faire une queue de cheval, qui demeura assez longue malgré tout, mais dégagea complètement son tatouage. Il ne lui resta qu’à exécuter un saut pour revenir au bord de la rivière, donc au côté d’Heziel.

- C’est exact, j’appartiens au Gouvernement Mondial et toi à la piraterie je suppose. Dit-il d’un sourire légèrement moqueur.

N’ayant pas terminé il comptait ainsi exprimer son propos.

- J’ai un peu de mal à retenir les primes inférieurs aux cents millions, cependant ton nom ne m’était pas inconnu, tu appartiens sans doute à ces jeunes équipages qui intègrent Grand Line en sortant des Seas Blues… Un de mes membres d’équipage observe ce genre d’équipage énormément, son âme d’ancien chasseur de primes sans doute. C’est de là que ton nom a dû sortir.

Bien entendu, Ghetis pouvait se tromper, mais il ne doutait guère de son propos, Agon avait la manie de faire une fixette sur les jeunes primés arrivant sur Grand Line, les considérant tous comme de potentiels dangers. L’Archer les voyait plutôt comme des proies faciles, il avait vaincu seul une supernova et son équipage, alors les rookies de Seas Blues ne l’impressionnaient pas le moins du monde. Malgré tout, il ne niait pas leur puissance, simplement, il ne s’en inquiétait pas.

- L’emblème sur mon cœur est celui de la Marine, c’est l’organisme auquel j’appartiens et je ne dois jamais oublier que c’est de lui qu’est partie ma carrière dans le Gouvernement. J’ai fait ce tatouage, car je vouai une foi aveugle dans la Justice de cette instance. Aujourd’hui cela a changé, mais ce tatouage demeurera tout simplement car cette institution m’a permis et me permet encore de mûrir.

Il se retourna alors, pour dévoiler la grande croix qui trônait dans son dos et le fameux « World Govt ». Le « G » étant lui-même entouré.

- Quant à ce tatouage, il montre le fait que je porte sur mon dos le poids de la Justice. Aussi longtemps qu’elle trônera sur ma peau je servirai la Justice quoi qu’il m’en coûte.

Il revint de face et poursuivit.

- J’ai rejoint le Gouvernement, car il s’agit de la seule institution ayant réussi à étendre une protection globale sur une large partie du monde. Elle n’est peut-être pas parfaite, mais je juge que son existence à un sens. C’est pourquoi mon idée de la Justice ne correspond pas à la Révolution par exemple, qui selon moi, divise le peuple au lieu de l’aider au même titre que le banditisme. Je n’ai rien contre la piraterie « saine », celle qui ne consiste pas à ravager. Néanmoins…

Un silence se posa…

- Je me suis laisser happé dans les sombres recoins de la Marine et je n’ai pas hésité à éliminer des civils pour nourrir mon ambition. Ce choix m’a conduit à la perte de certains proches. J’ai longtemps vu la Justice comme une chose absolue à saisir de force et à imposer à autrui. Cependant, la journée passée à vos côtés m’a permis de revoir mon rapport à la vie. Je risque certainement de prendre la vie de ceux qui desservent la cohésion du monde, mais je ferai tout mon possible pour ne plus prendre la vie d’innocents.

Et à la fin de cette phrase, l’Archer ne put s’empêcher de rire de sa situation, relâchant par la même occasion sa chevelure.

- Je m’amuse. Je te raconte mon existence, alors que tu n’as rien demandé. Je suppose que j’avais besoin de me confesser à une personne neutre. Sans doute est-ce pour marquer le fait que je compte devenir une bonne personne désormais.

A ces mots l’Archer posa un regard sur la rivière et dit pensivement.

- C’est sans doute la première fois que je fais réellement le bien autour de moi.


DEV NERD GIRL

Revenir en haut Aller en bas
Heziel Coffe
The Juggernaut
avatar
Messages : 1571
Race : Humain
Équipage : Aucun

Feuille de personnage
Niveau:
44/75  (44/75)
Expériences:
50/500  (50/500)
Berrys: 61.814.000 B

MessageSujet: Re: [FB] A deux nous irons plus vite [Pv Heziel]   Jeu 7 Juin - 13:17





Humanité avant tout !


Malgré le caractère impromptu du monologue de son compère, le Coffe y prêta une attention toute particulière, cela sans l'interrompre une seule fois. Il y avait deux raisons à cela : d'un côté, sa curiosité était largement assouvie, plus qu'il ne l'aurait pensé de prime abord, devant les propos de Ghetis. Lui qui ne savait rien de cet homme du Gouvernement Mondial quelques instants plus tôt, à part ses capacités combattives, son sens de la botanique et sa volonté d'améliorer la situation de Itab... il avait désormais une vision bien plus exhaustive de sa personne, de qui il était. Bien entendu, il pouvait mentir : mais dans ce cas, certaines de ses phrases le desservaient plus qu'autre chose. Non... il avait l'air sincère. De toute manière, ils avaient travaillé main dans la main pour offrir aux citoyens un avenir plus radieux : à partir de là, pourquoi remettre en doute la parole de l'Archer ? La seconde raison, elle, était tout simplement une question de respect. Il avouait sans détour ses fautes passées, y comprit certains épisodes noirs qui laissèrent le noiraud songeur. Il ne se débinait pas, il assumait qui il était et il désirait devenir meilleur. Il fallait du courage et de l'abnégation pour arriver à mettre ce genre de constat en place, encore plus pour en faire quelque chose de positif dans la durée. Tout ce que le brun pouvait lui souhaiter, c'était de trouver cette nouvelle sérénité qu'il recherchait.

En tout cas, il semblait assez évident que c'était un haut-gradé assez important... un Marine ayant du mal à retenir les primes en dehors de celles des Supernovas avait certainement à affronter de très gros poissons. Pour sa part, avec ses trente-trois millions de Berrys de prime de l'époque, le cuistot n'en menait certainement pas large face à la majorité des cibles de son interlocuteur. Malgré tout, ils discutaient comme deux hommes normaux, sans antagonisme, sans volonté de nuire. Le temps passant, la vision très naïve du monde que le Coffe entretenait dans sa jeunesse s'était estompée pour donner un tableau de multiples gris aux éclats diverses et variés. Cette rencontre était l'une de ces nombreuses lignes : malgré leurs positions diamétralement opposées, l'un d'eux maintenant la Justice des institutions au pouvoir tandis que l'autre la transgressait, ils avaient pu travailler en équipe pour le bien du plus grand nombre. Pour une juste cause. Comme le disait Ghetis, peut-être bien que le Gouvernement Mondial n'était pas si mauvais que cela... en tout cas, la Marine recelait indéniablement de bonnes personnes. Malgré la position de Erwin Dog dans la Révolution, qui aurait  pu pousser le pugiliste à tendre vers des idées similaires, il n'en était rien. La vie lui avait montré qu'au final, il n'y avait que des gens aux motifs diverses, parfois louables et parfois non. Les insignes, les uniformes, les couleurs et les loyautés n'y changeaient rien.

Après la dernière remarque du représentant de l'ordre, Heziel resta un instant silencieux avant de finalement sourire à son tour, se tournant lui aussi vers la rivière. Le flux se naturalisait, se normalisait. Avec un peu de temps, ce serait comme s'il avait toujours été là.

- Faire le bien, ce n'est pas toujours facile, pas vrai ?

Il ramena légèrement ses genoux à sa poitrine, avant de poser ses avant-bras contre ses rotules tout en laissant reposer son menton sur l'appui ainsi créé. Il laissa un petit soupir s'échapper avant de reprendre.

- Dokugan no Ichimi. C'est le nom de mon équipage. Nous voyageons simplement en essayant de devenir meilleurs, meilleurs que ce que nous sommes... en ce qui me concerne, je répugne les activités habituelles des pirates. Rapines, destructions... blesser les autres juste parce que je le peux est une chose que je déteste. Mes amis aussi : nous faisons tout pour être dans le droit chemin, mais ce n'est pas toujours facile.

Il repensa à Loguetown. Malgré leur volonté de ne pas causer de trouble, se retrouver pris dans la reconquête de l'île par Lim Focker les avait forcés à montrer les crocs. Kain avait provoqué de grosses dévastations dans cette optique, en tentant de le protéger... lui aussi. Des gens en avaient très certainement payé le prix fort. Quant à leurs autres affrontements, même s'ils s'étaient toujours bien finis, ils impliquaient pour la plupart des destructions matérielles assez importantes : des destructions qui avaient sans doute laissé des séquelles.

- Mais ce que nous avons fait aujourd'hui est définitivement une bonne chose. C'est amusant, pas vrai ? Un gradé de la Marine et un pirate s'improvisant laboureurs et constructeurs pour des gens qu'ils ne connaissent pas.

Vu d'un point de vue extérieur, cette histoire était assez coquasse ! Ils ne se connaissaient pas et avaient toutes les raisons d'être ennemis... au lieu de cela, ils avaient réussi à produire quelque chose de mieux, de plus fort, de plus juste en alliant leurs forces au travers de cette journée. Ils s'étaient mis dans la peau des gens du commun pour mieux les comprendre. Le Coffe avait appris quelques astuces durant cette après-midi de construction. Cela lui avait rappelé son père : pas bien dégourdi avec la manufacture, mais désireux de malgré tout lui enseigner des choses constructives... à ceci près que cette fois, c'était lui le pas dégourdi !

- Même si je ne suis pas dans les clous de la loi, je dois reconnaître que j'ai déjà fait plusieurs rencontres me montrant que ceux qui me courent habituellement après ne sont pas de mauvaises personnes... pas tous. Si c'est pour permettre ce genre de petits miracles que cette institution existe, alors ça me va.

Il plissa les yeux et se frotta les cheveux à son tour.




_________________




Revenir en haut Aller en bas
Ghetis Archer
Vice-amiralVice-amiral

avatar
Messages : 1923
Race : Humain
Équipage : La Couronne

Feuille de personnage
Niveau:
47/75  (47/75)
Expériences:
486/750  (486/750)
Berrys: 8.552.132.528 B

MessageSujet: Re: [FB] A deux nous irons plus vite [Pv Heziel]   Jeu 21 Juin - 3:45

A deux nous irons plus vite

Ore Wa Kurohebi Da !





Faire le bien était définitivement une chose bien difficile et bien complexe. Il fallait parfois faire le mal pour faire le bien sans trop en faire pour autant. Il y existait un juste milieu difficilement cernable dans cette notion aussi vaste et improbable qu’était la Justice.

Ghetis savait pertinemment que sa quête de paix, fraîchement plantée, prendrait une certains temps avant de pousser et un jour donner un bel arbre. Néanmoins, il trouvait une certaine ouverture dans les paroles échangées avec le Dokugan.

Il esquissa même un sourire en entendant ce nom songeant un peu plus à une histoire sordide intégrant le capitaine d’un équipage d’un nom similaire… Une sombre affaire de viol qui ne pouvait concerner l’équipage auquel appartenait le Coffe. Si bien que l’Archer se concentra plutôt sur la suite des propos du garçon, préférant ne pas imaginer qu’il appartienne à cet équipage homonyme dont l’histoire avait su animer les chroniques de façon amusante pour le Vairon.

Il était certes difficile de faire la paix, mais s’il était possible d’offrir ce genre de moment à des individus, alors Ghetis voudrait croire qu’il existait une façon de faire régner la paix. Aujourd’hui, la seule façon qu’il pouvait entrevoir était la construction. L’homme vivait par ses expériences et il s’agissait-là de sa première expérience avec la paix. Malgré tout il affectionnait particulièrement l’idée de créer le bonheur de tout un peuple, voire de plusieurs peuples avec le temps.

En revanche, une chose fit sourire le brun, son comparse semblait avoir une affection même légère pour l’instance gouvernementale à laquelle appartenait l’Archer. Une chose qui faisait plaisir à entendre. Tant et si bien que le contre-amiral se pencha un peu et tapota l’épaule du cuisinier.

- Le Gouvernement a grand besoin de pirate capable de servir ses idéaux. Si tu peux penser que l’existence de cette institution est utile, tu comprendras l’importance que de tels pirates existent.

Le Kurohebi faisait ici allusion aux corsaires bien évidemment. Heziel ne semblait pas être le capitaine de son équipage, mais cela n’était pas une nécessité pour devenir un corsaire. Il suffisait d’avoir la puissance ou l’influence nécessaire pour.

En l’état Ghetis ignorait si son allié du jour possédait les compétences requises pour un tel poste, mais il savait que ce genre de phrase pouvait créer des vocations, alors il décida de la lui dire sans hésitation.

- Peut-être pourront nous combattre ensemble les mauvaises choses gênant la paix et construire du neuf partout où nous le pourrons.

Se redressant pour mener ses mains à sa taille et scruter la cascade qu’ils avaient creusé ensemble, le Vairon laissa un franc sourire prendre son visage et remonta son regard jusqu’aux nuages, pointant ceux-ci du doigt.


- Un de mes fils est originaire d’une île perchée dans les nuages. Je ne sais pas si tu connais leur existence, elles s’appellent îles célestes et se trouvent sur une mer de nuages blancs.

Inspirant un bon coup pour continuer, il enchaina.

- Je ne sais pas si une telle chose existe, mais mes informations semblent convergées en ce sens. De plus, d’après mon fils ce peuple vit dans une situation précaire qu’il souhaite arranger. Malheureusement il n’en a pas encore la force. Je n’avais jamais pensé que cela pourrait être une bonne idée, mais peut-être pourrais-je lui offrir ce cadeau que d’offrir à son peuple sa prospérité d’antan.

Et puis il poussa finalement un lent soupire.

- C’est un gros chantier qui m’attend s’il y a tout à refaire là-bas, mais te rencontrer m’a donné envie de découvrir si je peux prendre goût à cette forme de paix. Et peut-être un jour pourrais-je te montrer ce chantier que j’aurais mené.

Finalement, Ghetis farfouilla dans sa poche, s’éloignant un peu de la rivière et vint y planter une petite graine. Celle-ci germa instantanément en une toute petite pousse. L’engrais utilisé dans toute la prairie avait rendu le sol extrêmement fertile, faisant la graine prendre cette forme immédiatement. Néanmoins, elle ne poussa davantage. C’était là toute la symbolique de ce geste.

- C’est un baobab. Il prendra du temps à pousser, mais formera un jour un bel arbre. Si nos routes recroisent cette île, peut-être pourrons-nous voir à quel point il aura grandis si les villageois s’en occupent bien. Il sera le témoin de notre rencontre.

Se redressant pour offrir un franc regard à son comparse tout en pointant de l’index la petite pousse, il dit avec un air de défi :

- J’espère que nous pourrons venir pêcher sous cet arbre en tant qu’alliés et amis dans le futur. Que tu sois pirate recherché ou corsaire.

Et enfin, il vint frapper son poing droit dans sa paume gauche.

- Et s’offrir un bon combat pour fêter nos retrouvailles.



DEV NERD GIRL

Revenir en haut Aller en bas
Heziel Coffe
The Juggernaut
avatar
Messages : 1571
Race : Humain
Équipage : Aucun

Feuille de personnage
Niveau:
44/75  (44/75)
Expériences:
50/500  (50/500)
Berrys: 61.814.000 B

MessageSujet: Re: [FB] A deux nous irons plus vite [Pv Heziel]   Jeu 28 Juin - 21:59





Humanité avant tout !


Au final, Heziel était soulagé de voir comment cette rencontre avait évolué : lui qui pensait devoir peut-être faire face  à la furie d'un gradé, une fois leur entente terminée... il l'avait échappé belle ! Au final, Ghetis Archer semblait-être un homme ouvert d'esprit et assez intelligent et honnête intellectuellement pour assumer ses pensées, mais également pour les partager et chercher un contact sain avec son prochain : fait qui tranchait avec sa nature prétendument guerrière, sur laquelle peu de doutes planaient... il suffisait de voir comment les choses s'étaient goupillées avec le serpent géant, mais également comment leur petite course s'était faite depuis la montagne. En tout état de cause, le représentant du Gouvernement Mondial semblait ouvert à l'idée d'une collaboration entre la piraterie et la loi, dans un but plus grand : le principe des sept capitaines corsaires, dont Nakata Fenice faisait lui même partie. Une bonne initiative du point de vue de Heziel, même si ses forbans avaient tendance à être mal vus de leurs confrères.

Mais son camarade botaniste semblait également avoir des projets en tête : il mentionna un fils originaire des mers blanches, tout en montrant qu'il n'était pas sûr de leurs existences. Qu'est-ce que cela pouvait bien signifier ? Etait-il frivole ? Avait-il malencontreusement... fait ça... avec une femme vivant dans les nuages ? Ou était-ce une façon affectueuse de désigner quelqu'un avec lequel il n'était pas lié par le sang ? Les questions se bousculaient dans la tête de Heziel, un peu perdu. L'évocation de cette mer mythique le laissais un peu pantois : il en avait entendu parler, mais pour lui c'était une histoire fantastique destinée à divertir ! Pourtant, depuis son arrivée sur Grand Line, pourtant encore récente, il avait eu l'occasion de remettre en question de nombreuses certitudes, qui n'avaient désormais plus de sens. Si l'Archer disait vrai, l'idée d'un jour voir les fruits de ses efforts était tentante, même s'il ne savait pas s'il en aurait l'occasion.

- Ce serait avec plaisir !

Il lui semblait grossièrement qu'ils venaient de former un lien, malgré les différences qui persistaient entre les entités qu'ils représentaient, à différents niveaux... néanmoins, il était certain que si Ghetis était amené à combattre pour la paix, ce serait certainement contre des adversaires que le pugiliste lui même considérerait comme indignes de circuler en liberté. Sur cette pensée, il observa l'expert en plantes donner vie à une petite pousse : infime, timide et peureuse, qui sortait à peine du sol. Il lui expliqua ensuite qu'il s'agissait d'un baobab : un arbre qui verrait sa croissance se terminer dans de nombreuses années. Un arbre qu'ils auraient peut-être l'occasion de retrouver, ainsi que le village de Itab désormais relancé sur de meilleurs rails. Un sourire sincère naquit sur les lèvres de Heziel, touché par ce geste qu'il trouvait significatif. Il s'imagina la possibilité d'être un jour Capitaine Corsaire : si ce titre arrivait un jour chez les Dokugan, ce serait certainement Kain qui en hériterait et pas lui. Néanmoins, il en doutait fortement... devenir Shichibukai impliquait des responsabilités, même minimes, dont son meilleur ami n'aurait jamais su s'acquitter proprement. En plus de ne tout simplement pas en vouloir... non. Les Dokugan risquaient certainement de faire les trouble fête encore un temps ! En tout cas, c'est ce qu'il pensait à l'époque.

Et voilà que désormais, Ghetis lui proposait un petit défi, futur certes, mais tout de même. Un combat pour fêter leurs retrouvailles : voilà qui avait de quoi plaire à Heziel, qui n'en restait pas moins un guerrier et un martialiste. Il en avait vu assez pour savoir que le Vice-Amiral en avait dans le ventre, suffisamment pour peut-être l'écraser en bout de course. Après tout, il ne lui avait pas semblé en difficulté face à l'animal titanesque, en plus de citer nonchalamment que les primes en dessous des cent-millions ne l'intéressaient guère... un niveau de Supernova. Voilà ce qu'il devrait peut-être atteindre pour pouvoir offrir à l'Archer un affrontement digne de ce nom. Il n'avait aucune idée de ce que l'avenir leur réservait, mais il se redressa et hocha vivement de la tête.

- Si l'occasion vient à se présenter, tu pourras compter sur moi !



_________________




Revenir en haut Aller en bas
Ghetis Archer
Vice-amiralVice-amiral

avatar
Messages : 1923
Race : Humain
Équipage : La Couronne

Feuille de personnage
Niveau:
47/75  (47/75)
Expériences:
486/750  (486/750)
Berrys: 8.552.132.528 B

MessageSujet: Re: [FB] A deux nous irons plus vite [Pv Heziel]   Sam 14 Juil - 18:28

A deux nous irons plus vite

Ore Wa Kurohebi Da !





Désormais il en était sûr.

Désormais Ghetis était sûr que ce pirate brûlait d’un feu similaire au sien. Il n’était peut-être pas habité par les mêmes intentions, mais tout comme Caligula, il était habité de cette flamme qui empêchait d’être mauvais, qui poussait à aspirer à une forme de paix. Il était impossible qu’un homme comme le Coffe devienne un jour mauvais, cela se ressentait pleinement et un destin contraire ferait sans doute un pincement au cœur du Vairon.

Ce jeunot venait de lui ouvrir les yeux sur un autre aspect de la vie en l’aidant à relancer ce petit village perdu dans une voie de Grand Line. Il espérait sincèrement que ce garçon grandisse en une personne encore meilleure. Le père n’avait pas encore revu ses fils depuis Whisky Peak et retrouvait ces derniers en ce pirate.

C’est un franc sourire qui naquit du visage du Kurohebi, il ne pouvait en douter et il garderait un œil sur l’évolution de la carrière du Coffe, espérant qu’il reste une bonne personne. Si un jour l’occasion de le pistonner, lui ou son capitaine se présentait il le ferait, mais pour cela il lui fallait d’abord retravailler son image auprès de la Marine. C’était une chose nécessaire pour que sa famille puisse trouver une certaine quiétude, mais aussi que le projet du petit Spown puisse se réaliser ! Pour prendre en charge un aussi grand chantier que es îles célestes il fallait de solides épaules et rien de tel que le Gouvernement Mondial pour renforcer celles du Vairon.
Par un craquement de doigt, notre Kurohebi tendit son poing au cuistot.

- Mon fils aime bien faire ce genre de chose. Un geste amical et fraternel que de joindre les poings de deux personnes.

Il était assez fréquent que Caligula lui tende le poing pour ce genre de geste franc, qui montrait au brun à quel point un lien fort existait entre eux. Ce geste adressé à Heziel était donc le début d’une amitié nouvelle.

Une fois qu’il lui aurait répondu, positivement ou autrement, Ghetis lèveraient la tête vers le ciel, puis observerait longuement le village d’Itab.

- Prenons de la hauteur.

Le Vairon ne tarda à marquer une impulsion pour rejoindre la voie des airs, se stabilisant en vol stationnaire grâce à plusieurs répétitions de geppou pour observer avec le sourire le village qu’ils venaient de reconstruire. Les villageois, représentés par de petites silhouettes, s’affairaient à d’autres efforts, comme préparer le repas, s’installer dans leur maison, cueillir des fruits ou festoyer. Une sorte de force joyeuse animait leur pas et faisait grand plaisir au marine.

- Je pense qu’il est temps de les laisser. Quoi de mieux pour marquer leur esprit que disparaitre comme nous sommes arrivés : sans un bruit.

Il porta ainsi son regard vers la cascade d’eau et d’un ton apaisé poursuivit.

- Ils repenseront à ce jour et à nous chaque fois qu’ils verront cette cascade.

C’était un fait, la cascade serait la preuve la plus forte et la plus tangible de leur passage, en plus de cette belle prairie qui venait de naître avec ferveur. Il leur était arrivé tant de bonnes choses en une journée, que ces villageois n’oublieraient jamais ce jour.

C’est ainsi que Ghetis fit une impulsion légère en direction de la mer, supposant qu’Heziel le suivrait probablement.

- D’ailleurs, avant de s’offrir un beau combat pour nos retrouvailles, que dirais-tu d’un beau combat pour notre « au revoir » ? Juste au-dessus de la mer pour ne pas risquer le village.

Allant un peu plus vers l’étendue d’eau, ce ne fut qu’une fois au-dessus d’elle que Ghetis s’arrêta , guettant avec hâte la réponse de son camarade, pour ne laisser qu’une vive impulsion le projeter vers lui, le poing armé pour qu’un affrontement vif puisse naître et ne connaître pour fin que le coucher du Soleil.


Ils s’étaient connus au lever du Soleil et ce serait par son coucher qu’ils se quitteraient.


DEV NERD GIRL

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: [FB] A deux nous irons plus vite [Pv Heziel]   

Revenir en haut Aller en bas
 

[FB] A deux nous irons plus vite [Pv Heziel]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» Un, deux, trois, nous irons au bois... [version #1]
» un deux trois nous irons aux bois quatre cinq six ....
» Chansons populaires tourangelles
» Hisse et ho, Santiano ! Si Dieu veut toujours droit devant, Nous irons jusqu'à la cité noire [Syrius/Etix/Munja]
» A deux nous sommes plus fort | Anaya

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
One Piece Seken :: Le monde de One Piece :: Grand Line :: Voie Numéro 1-