Partagez | 
 

 Gambit Decima [Event - South Blue 2]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
AuteurMessage
Nils Gratz
Pépé Péteux
avatar
Messages : 1316
Race : Humain
Équipage : Le Compost

Feuille de personnage
Niveau:
33/75  (33/75)
Expériences:
150/250  (150/250)
Berrys: 34.054.000 B

MessageSujet: Re: Gambit Decima [Event - South Blue 2]   Sam 19 Nov 2016, 22:23




Plouf plouf ?



La situation semblait véritablement contrôlée par le vieillard. Du moins c’est ce qu’il pensait vu qu’il n’avait pour le moment rencontré aucune résistance quant à ses actions pour le moins couronnées de succès depuis les débuts. Le retour en terre promise s’annonçait gagné d’avance et c’était pour le moins sous le meilleur jour qu’il s’apprêtait à rentrer pour Toroa.

Inspectant tout de même au loin la bataille qui faisait rage non loin de lui, il constata que ses collègues géraient la situation… enfin c’était surtout ce que se disait l’ancêtre pour s’assurer que rien ne l’empêcherait de rentrer. En réalité, un sursaut de conscience lui disait qu’il aurait peut-être dû intervenir pour aller aider ses collègues. Cependant, empêcher les ennemis d’avoir un moyen de locomotion n’était-il finalement pas le meilleur moyen d’aider ? Ne permettait-il pas, malgré ses actions plutôt farfelues, une aide considérable dans cette bataille navale ? C’était là la façon de penser du grand-père alors qu’il s’acharnait continuellement sur le harpon.

Finalement, au bout de plusieurs assauts, le câble céda alors dans un son que tous auraient pu entendre. Pire encore, les remous des deux navires au départ accrochés firent dangereusement tanguer le navire lors de la rupture. Nils dut s’accrocher comme il put à la rambarde et le ballotage lui donna quelque peu la nausée. Pour sûr : le grand-père, dans une telle situation, semblait être un véritable marin. La tête au-dessus du bastingage, il tentait simplement de se retenir de lâcher tripes et boyaux.

Si jamais on le voyait dans une telle situation, bon nombres d’hommes auraient pu douter qu’un tel personnage puisse être à l’œuvre de tels agissements même si la couleur violacée autour de lui n’inspirait évidemment pas confiance et révélait finalement le pot aux roses.

Pendant ce temps, le navire initial du gouvernement mondial parvenait à distance raisonnable pour finalement aborder le navire préalablement pris par Nils. Tous n’en revenaient pas : le vioque, d’abord incapable de faire quoique ce soit et qui avait finalement perdu toute motivation les jours précédents se révélait être un allié de taille. Avec les yeux écarquillés, il finirent par obéir aux premières directives du commandant, débarquant ainsi en toute hâte avec quelques armes et soldats.

Nils fit alors signe sans même les regarder de fouiller le navire et de préparer le départ. En fait, c’est ce que comprirent les matelots qui donnèrent du crédit au moindre geste du vieillard. En vérité : le médecin, ne se sentant pas bien, espérait juste éloigner les trop curieux d’un signe de main. Si tant est que certains l’approche pour le congratuler, un gaz laxatif sortirait alors du fessier du vieillard qui ne contrôlerait ainsi plus la surprise que celle d’avoir la paix. Après tout, il était tout de même parvenu à récupérer son moyen de locomotion pour rentrer et il comptait bien tirer profit de cette situation. L’enterrement de mamie serait pour bientôt.

Lorsqu’il serait calmé, l’ancêtre se retournerait finalement pour choisir quelques hommes dans son équipage de retour. Il était indéniable qu’il ne pouvait décemment pas manœuvrer un tel navire sans quelques hommes et bien que les dernières actions du vioque aient été pour le moins censées, il n’en restait pas moins vrai que son passé le précédait ! Ce serait donc tout hésitants que les matelots manifesteraient leur enthousiasme au commandant…


On fait ça à plouf plouf alors ?





Beaucoup de conditionnel pour te permettre de m'interrompre si je ne suis pas seul du coup ! Bizouilles loulou !

_________________

Signature réalisée par Komatsu
Revenir en haut Aller en bas
Nathanael Armstrong
ColonelColonel

avatar
Messages : 136
Race : Cyborg

Feuille de personnage
Niveau:
31/75  (31/75)
Expériences:
63/250  (63/250)
Berrys: 32.560.000 B

MessageSujet: Re: Gambit Decima [Event - South Blue 2]   Dim 20 Nov 2016, 15:29



Why am I better than you ? Because I am like a machine, flawless.




Le chaos régnait tout autour de lui et les capteurs auditifs du cyborg étaient désormais saturés du bruit du fracas du métal contre le métal, des cris de souffrance et de la rage expulsés par la bouche de tous ceux qui brandissaient désormais une arme sur le pont de ce navire. La violence engendrait la violence et c’était galvanisé par ce chaos absolu que le jeune colosse était apparu sur ce navire avec la ferme intention de botter des culs et de briser des os, mais toujours dans le respect de l’application absolue de la Justice dont il était ici le représentant.
D’ordinaire le colosse se serait inquiété des cris de souffrance qui parvenaient à ses capteurs auditifs, inquiété de savoir s’il s’agissait de l’un de ses hommes qui ne reverrait plus jamais sa famille, mais il savait qu’ici il n’y avait que son subordonné à ses côtés et celui-ci était suffisamment têtu pour ne pas mourir face à une marée de forbans anonymes bien que très disciplinés. Ainsi le colosse apparut sur le champ de bataille avec la volonté de déferler sa juste fureur sur tous ceux qui avaient choisi de se moquer des lois mais également, bien qu’il ait un peu plus de difficulté à l’admettre, mû par la volonté de se débarrasser de la frustration de sa récente défaite. Chaque coup de poing était un exutoire, chaque os brisé le libérait davantage de ce poids qui écrasait ses épaules et qui enserrait l’endroit où aurait dû se trouver son cœur, chaque cri de souffrance d’un forban était une douce musique lui donnant la force de continuer encore et encore.

Avant d’être un cyborg, avant même d’être un marine le colosse était un guerrier forgé sur l’enclume de la guerre et dans les flammes de la bataille : le pont de ce navire était devenu en un instant un endroit étrangement familier qu’il ne quitterait que lorsque le dernier forban se trouverait enfin face contre terre.

Le colosse en fer blanc aurait bien voulu déployer tout son attirail et tirer dans la foule pour décimer la masse de forbans se rapprochant toujours plus de l’intérieur du navire et des personnes qui y étaient terrées, il aurait voulu se débarrasser de tous ces insectes insignifiants mais avant ça lui faisait face un obstacle de taille armé d’une lame aussi longue que gênante pour un adepte du corps à corps comme lui. Nathanael était tout à fait conscient de la solidité de son nouveau corps mais ses récentes expériences lui avaient montré que cette structure métallique n’était pas à toute épreuve et qu’elle pouvait très bien céder face à une lame très acérée. Serait-ce le cas du bisento que tenait son énigmatique adversaire ? Le gouvernemental ne désirait pas vraiment tenter de diable, il avait encore du pain sur la planche et se battre avec un membre en moins n’aiderait aucunement.

Pour le moment les attaques du gouvernemental avaient été infructueuses mais, enfin, lorsque son uppercut toucha sa cible et la força à reculer le boxeur sut qu’il était en train de remonter la pente. Une sonnerie d’alerte hurlant dans sa tête à l’approche de l’armoire à glace désormais cornue, le gouvernemental éjecta l’un de ses grappins dans la structure derrière son adversaire et se rapprocha de sa cible à une vitesse vertigineuse. Le but était tout autant d’esquiver la collision que de poursuivre son assaut, Nathan usa de son grappin pour passer tout proche de son adversaire en une attaque tournoyante labourant le flanc de l’homme au bisento.
Lames sorties, le colosse tournoya sur lui-même tout en éjectant de ses poignées un flot de flammes. Son adversaire voulait bloquer ses lames ? Parfait mais bloquer des flammes était une toute autre paire de manches. Il ne s’agissait pas ici de cramer l’armoire à glace et le reste du navire, non, le flot était contrôle pour rester dans un périmètre suffisamment restreint pour éviter les dommages collatéraux.

Lames et flammes, voilà comment Nathan poursuivait son affrontement.






Now would be a good time to be scared.








Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Shigo Ike
Super héros fêlé
avatar
Messages : 1025
Race : Humain
Équipage : Lui-même

Feuille de personnage
Niveau:
32/75  (32/75)
Expériences:
185/200  (185/200)
Berrys: 4.013.555 B

MessageSujet: Re: Gambit Decima [Event - South Blue 2]   Lun 21 Nov 2016, 21:31





"Gambit Decima !"



« Shit. », laissa échapper mentalement Wade.


Yeux plissés. Nez retroussé. Lèvres pincées... Ouep. Il connaissait cette expression. Il la connaissait peut être même un peu trop bien, d’ailleurs ! Il avait gaffé avec sa poulette. Qu’est ce que c’était cette fois ? Pourtant, vraiment, il ne voyait pas ce qui avait pu la froisser. Il était un amour, un être adorable et pétri des meilleures intentions du monde, un super héros qui s’échinait à faire rire petits et grands, à amener la joie et la bonne humeur et, si possible, amener un peu de beurre dans ses épinards au passage. Pourquoi ça finissait toujours comme ça ?


« Shit, shit... et re shit ! », rala-t-il de nouveau en pensée.


Seulement voilà. Déterminer les pensées et sentiments d’une personne normale était déjà hors de sa portée en temps normal. Alors décrypter la psychologie d’une sociopathe en puissance ? Pire ! D’une femme ? « No. Fucking. Clue ». Quelle ne fut pas sa surprise lorsque Mathilda se pencha pour lui arracher la carotide à pleines dents crut-il un instant... avant de recevoir un doux bécot dans le cou.


- Wait what ? lança-t-il, totalement éberlué lorsqu’il apprit la mort des parents de la demoiselle.


« Danger ! Danger ! Danger ! », scandait Chuu dans leur tête.
« Psycho Alert ! », surenchérit Wilson de la même manière.


Le petit magicien s’était finalement résigné. Il serait fort et vaillant, résisterait à la tentation de la « crazy girlfriend » et des avantages qui allaient avec... Et peu importait à Wade qu’elle se frotte à lui ! Il s’en tamponnait qu’elle colle son corps chaud contre le sien ! Il se contrefichait qu’elle l’inonde de son doux parfum. Il resta de marbre lorsqu’il effleura sa peau douce peau de pèche et admira ses cheveux soyeux... Ses yeux de biches... Ses lèvres pulpeuses et... Et... Euh... Hum.


- What now, darling ? demanda-t-il, complètement ailleurs. Des poulets ? Je connais une bonne adresse ouais. Mais, euh...


« Elle a pas dit « guilde marchande » à l’instant ? », tenta de placer Chuu.
« Elle a bien dit « guilde marchande » à l’instant, ouep. », abonda Wilson.
« Elle a bien dit « mon chou » là, non ? »
« DAMMIT WADE ! »


- CHATON, ATTENTION !


Instantanément, Wade reprit ses esprits. Il leva les yeux, vit un nuage de la même couleur immonde que le grand père et sut qu’il était dans la panade ! Le super héros qui était en lui étant à court de conneries à débiter, il s’élança d’un vif « Soru ! » en empoignant au passage sa dulcinée. Seulement, dans sa précipitation, il ne contrôla pas sa technique et fonça droit devant sans même chercher à analyser la situation. Manque de pot, à cause de la vitesse il s’emmêla les pinceaux dans le bastingage et s’envola sans maîtriser quoi que ce fût...

Le résultat ? Une charge incontrôlée, droit vers une destination prise au pif.

Ainsi donc, Ike débaroula en direction du navire de la guilde marchande tel un véritable boulet de canon. Lancé à pleine puissance, Mathilda dans ses bras juste devant lui, il vit en un éclair un espèce d’homme macaque devant lui... puis ce fut le trou noir. Puis deux fois tout blanc, et de nouveau tout noir.

« C’est la dernière fois que t’utilises cette technique sans savoir où tu vas ! », l’engueula Wilson en pensée.
« Il fait chaud... Il fait tout noir... J’ai peur... », sanglota Chuu.
« Putain... Les fumiers ! »


Les deux autres colocataires mentaux prêtèrent une oreille attentive à leur demeuré de propriétaire, avant que ce dernier ne continue d’un ton décidé :


« Ça va chier. Ces putains de bandits et de pirates s’attaquent à des marchands ! »
« Euh... », sembla douter un instant Chuu. « Il a compris ? »
« Un peu ouais ! », s’exclama Wade.
« Wait for it... », lança mentalement Wilson, bien plus habitué au trublion que la petite couturière.


Et l’avenir lui donna raison :


« Elle m’a appelé « Chaton », putain ! », hurla-t-il en pensée. « Ces bâtards l’ont forcée à venir avec eux, c’est une prisonnière ! »
« Euh, c’est pas... »
« Shut up ! », l’interrompit Wilson.
« Quoi ? », lança avec hargne Wade.
« T’as raison, gamin. Fucking shenanigans ! Faire ça à une pauvre fille ! »
« Tout à fait ! »
« On les dessoude ! », l’encouragea l’ex mercenaire.
« On leur fait manger leurs dents ! », rebondit Wade.
« Et on récolte le pez ! »
« Et les bisous ! »


Cette fois-ci, Shigo Ike était lancé. Y'allait avoir de la viande sur les murs ! Heureusement qu'il avait un T-Shirt rouge.





Technique utilisée :
Spoiler:
 



Résumé :
Ike lance un Soru complètement incontrôlé, se prend les pieds dans le bastingage et se retrouve avec Mathilda dans les bras (si le MJ est d’accord) puis s’envole vers le navire de la guilde marchande pleine balle ! Si rien n’est fait, il va percuter un des deux hommes macaques de plein fouet.

L’atterrissage est laissé à la discrétion du MJ. Ouep, parce que j’ai pas encore mangé assez de bouts de bateau pour le moment ! Ike finit quoi qu’il en soit au chaud et dans le noir / avec quelque chose sur les yeux. Enfin si le MJ est d'accord...

Please don’t kill me <3 !



_________________
Revenir en haut Aller en bas
Nabeshima Ito
Sergent-chefSergent-chef

avatar
Messages : 79

Feuille de personnage
Niveau:
27/75  (27/75)
Expériences:
189/200  (189/200)
Berrys: 14.700.000 B

MessageSujet: Re: Gambit Decima [Event - South Blue 2]   Mar 22 Nov 2016, 15:12



Gambit Decima
Avec Jugement et MJ.


Il engloutissait la distance qui le séparait de son ennemi, fugace et vorace, mètre par mètre, avec une promptitude et une vigueur qu'il n'avait que très rarement ressenti. Ça peut marcher. L'adrénaline lui battait aux tempes fougueusement, il sentait le sang de son corps tout entier bouillir, sa vue périphérique se gommer progressivement au profit de cette silhouette sombre et menaçante qu'il se devait s'abattre. Ça peut marcher. Le fouet, cinglant, vint menacer ses côtes, et il s'en échappa d'un bond subreptice, avec l'agilité d'un chat et l'expertise d'un serpent, plus insaisissable que jamais sans pour autant perdre de sa promptitude. Ça peut marcher. D'autres assauts se firent, à chaque fois plus offensifs, mais il parvint à les déjouer en alternant les mouvements imprévisibles, considérant cette progression chaotique comme un jeu dont les règles ne pouvaient plus lui échapper. Ça va marcher. Son épée, sortie de son fourreau, se mit soudain à mordre les airs tandis que lui-même se projetait avec virulence pour couper les genoux de son assaillant. Dans le meilleur des cas, les jambes allaient soudainement se séparer en deux et son ennemi, ivre de douleur, s'en irait rapidement à la capitulation, lui permettant dès lors de jeter son dévolu sur un autre opposant. Dans le pire...

Dans le pire des cas, ce type serait susceptible de tirer sa propre épée, et de l'interposer sur le chemin de sa lame. Dans le pire des cas, les mots orgueilleux et vaniteux de son adversaire ne feraient rien de plus que ricocher sur ses tympans, tant la surprise serait absolue et harassante, angoissante. Dans le pire des cas, il serait repoussé sans pouvoir opposer à cela la moindre résistance, et subirait un coup de pied en plein abdomen sec et puissant, susceptible de le projeter jusqu'au bastingage qui se trouvait jusque-là à plusieurs mètres de lui, dans son dos.

Ito s'y heurta donc avec violence, et lâcha sur le champ une quinte de toux endolorie. Le choc brutal et soudain avait bien failli le faire passer par-dessus bord pour le projeter dans l'eau, mais il avait au moins eut la présence d'esprit de s'agripper à l'un des montants de bois pour assurer son équilibre et éviter une trempette des plus désagréables. Dans cet état, le marine n'aurait peut-être même pas été en mesure de retrouver le ciel et l'oxygène, et aurait pu y trouver la mort bêtement... Avec lenteur et douleur, l'élève d'Ericken entreprit alors de se redresser, usant pour ce faire le soutien de son katana qu'il vint planter sur le parquet du pont, d'ores et déjà souillé de sang et d'eau à la suite des multiples effusions. Il se trouvait à nouveau dans cette situation désagréable, lourde et angoissante, dans laquelle il ne pouvait rien faire d'autre que contempler son impuissance et son manque d'expérience... Ses mains tremblantes se firent frénétiques tandis que ses prunelles jetaient un bref regard en arrière, là où l'océan houleux s'étendait. Et, contre toute-attente, le garnement eut soudain une furieuse idée... Il était faible, certes. Plus que son adversaire, personne n'aurait eu l'audace de le contester, sur ce navire au milieu de South Blue. Mais il n'était pas nécessairement moins malin, moins intelligent... Tout au contraire, même.

Mais s'il avait en son for intérieur encore un vague espoir de l'emporter, à l'extérieur, il semblait accablé par la peur et par sa propre faiblesse, qu'il maudissait honnêtement, sincèrement et profondément. Le Nabeshima, les dents serrées, se mit donc à maudire son adversaire et, comme auparavant, se mit à fondre dans sa direction, toujours plus prompt et toujours plus agile. Ses mouvements allaient être plus ou moins similaires à ceux qu'il avait livré un instant auparavant : il allait courir, sauter et courir encore pour s'approcher enfin de l'adversaire, lame dégagée... Puis enfin passer à son véritable objectif.
Avec une vélocité déconcertante, le garnement allait effectivement bondir droit vers Irvein... mais, pour le coup, n'allait étonnamment pas tenter de le trancher. Non, l'objectif était bel et bien de lui rentrer dedans, d'un coup d'un seul. Pourquoi ? Le repousser le plus loin possible. Si cela fonctionnait, l'adolescent n'allait pas perdre une seule seconde, et allait jouer sur l'effet de surprise pour réitérer l'offensive, si possible même avant que son adversaire ne comprenne l'objectif de son assaut hors du commun. A terme ? Le but était de projeter l'épéiste criminel droit vers l'océan, et d'y tomber avec lui... Il avait hâte de le voir user de son fouet, une fois sous l'eau !

Codage par Jibunnie sur NEVER-UTOPIA


Ito comprend qu'il n'est pas assez doué pour faire face à un ambidextre. Donc il tente de retourner la situation, à sa manière.
Revenir en haut Aller en bas
Maître-Jeu

avatar
Messages : 1172

Feuille de personnage
Niveau:
0/0  (0/0)
Expériences:
0/0  (0/0)
Berrys: 0 B

MessageSujet: Re: Gambit Decima [Event - South Blue 2]   Jeu 01 Déc 2016, 01:09







Mathilda Sweetie (primée à 28MB)


C'est avec une surprise certaine que Mathilda se laissa faire, ressentant la prise de son nouveau chouchou se resserrer sur elle alors qu'il tentait le tout pour le tout. Il allait la sauver ! Comme c'était mignon. Elle raffolait, à sa manière, de ce genre d'actes romantiques... autant qu'elle pouvait adorer s'adonner à des exactions bien plus sombres, dont les mélodies étaient principalement composées de hurlements de douleur. Le chasseur de prime, à sa façon, était fait pour elle... ciel, il n'avait pas encore pris la fuite devant son déséquilibre flagrant ! Peut-être parce qu'au fond, il était carrément troué des neurones de son côté. Ensemble, ils formaient une paire improbable par la rareté de ses composants... mais pour l'heure, elle était loin de tenir une pensée aussi profonde.

Ils décollèrent avec brio... un peu trop. Emportée par l'élan fougueux de son chéri, la demoiselle aux cheveux bleutés ne pu que serrer les dents en sentant son estomac subir l'effet d'une mauvaise montagne russe. Mais ça, c'était encore gentil comparé à l'impact qui l'attendait ! Une collision sonore plus tard, elle se retrouva après quelques cabrioles à califourchon sur son "sauveur", ce dernier ayant malgré tout réussi à loger son nez dans sa poitrine. Les hommes... sérieusement !

- C'était dangereux, idiot ! On aurait pu se blesser !

Elle jeta vers lui un regard sévère, avant de finalement rougir en se mordillant un index.

- J'aime l'idée...

Finalement, elle revint à un état de concentration plus correct pour la première fois depuis la découverte de son amour, observant autour d'elle. Mais c'est qu'ils avaient fini sur le navire du vieux chnoque ! Elle remarqua rapidement Frame qui se tenait là, l'air aussi bovin que d'habitude lorsqu'un événement venait perturber ses ordres. Son idiot de frère, pour sa part, n'était pas trouvable... où est-ce qu'il était passé, ce blaireau ?! Se relevant et époussetant sa jupette, elle effectua quelques pas sur le côté. Elle s'apprêtait à sortir un sermon bien senti à cette marionnette ambulante lorsqu'un gros truc se profila dans son dos, aussi bruyant qu'un tracteur équipé d'un minigun faisant feu. Enfin, pas loin.

Il était trop tard pour faire grand chose, aussi ne put-elle interposer qu'une résistance maigre à la charge enragée de Damian Buster, qui la balaya de son chemin en hurlant. Elle se trouvait justement sur la trajectoire du mercenaire venu porter secours à sa partenaire. C'est dans un semi hoquet qu'elle s'envola, s'écrasant dans une pile de caisses qui retombèrent par la suite, disparaissant sous les décombres. Tout cela sous les yeux de son bien aimé, qui ne manquerait sans doute pas d'avoir quelque chose à y redire...


Selucia Khan, Frame (primé à 5M), Work (primé à 5M), Damian Buster

Le bordel. Voilà comment on aurait pu décrire de la manière la plus adéquate l'enchaînement d'événements à l'impact substantiel qui venaient de se dérouler en quelques instants. Alors que l'archère, blessée en plusieurs endroits, luttait jusqu'à une mort qui se voulait inexorable, un objet volant non identifié mais relativement humain (c'est flou, quand ça vole) vint changer la donne. Le super héros du dimanche percuta effectivement avec force Work, ce dernier accusant le coup avant de tout simplement passer par dessus bord... sans autre forme de procès.

Surprise, la tireuse se fit bien oublieuse de l'arrivée de la demoiselle et de son partenaire. Au loin, une forme musculeuse et animale se profilait dans sa direction, qu'elle reconnut sans aucune peine. Toujours se faire remarquer, telle aurait pu être la devise du zoan... un sourire las marqua rapidement le visage de son alliée alors qu'il déboulait comme un train en pleine accélération, éjectant la fille pour laquelle Selucia se garda bien d'éprouver de la peine : elle était en vie, et ça lui convenait parfaitement ! Pour sa part, le macaque s'effaça lestement sur le côté, évitant d'être piétiné par le mastodonte. Se tenant le bras, à moitié agenouillée, la Khan ne put réprimer un commentaire.

- Tes courbatures te ralentissent ?

L'aidant à se relever, l'hybride renifla d'un air vexé alors qu'autour d'eux, les pirates se rapprochaient de façon tangible. Les marins n'offraient plus qu'une résistance éparse et bien faible, tandis que le gros des troupes adverses restait debout... debout et déterminé à trouver Alejandro Don Arrivederci, qui semblait pour l'heure attendre dans sa cabine en compagnie de son associée. Le navire tangua relativement violemment alors qu'il se séparait de celui des assaillants, oeuvre avisée du grand père boiteux mais loin d'être hors de course. Néanmoins, le Rhino n'y prêta guère attention pour l'heure, concentré sur autre chose.

- Un merci aurait suffit, gamine. Tu peux te lever ?

- Oui, mais je ne vais pas te faire un triathlon... assure toi d'en aplatir un maximum. Je vais m'assurer que le boss va bien. Ici, je ne serai qu'un boulet pour toi.

Hochant de la tête d'un air grave, Damian se redressa de toute sa stature, un peu de vapeur sortant de ses naseaux. La demoiselle avait raison. Il était temps de laisser parler leur esprit d'équipe. Elle serait plus à même de protéger le patron d'une flopée de lavettes parvenues par miracle jusqu'à la cabine que des quelques gros morceaux qui semblaient se balader sur le pont. Puis... on ne savait jamais, avec la Marine. Il pouvait subir un revers et riposter, dans son état. Pour elle, ça s'avérait plus compliquée. Il observa donc l'homme aux apparences simiesques, qui se mouvait déjà de droite à gauche avec une dextérité certaine. Un asticot qui lui glisserait entre les doigts. C'était bien sa veine...


Tô Khoo (non primé), Irvein (non primé)


La riposte avait fait effet, mais Irvein ne fut guère étonné de constater que son adversaire n'abandonnait pas. Les Marines, lorsqu'ils n'étaient pas couards et corrompus, avaient tendance à croire en une force supérieure les poussant à aller vers l'avant. La fameuse Justice, sans doute. Une Justice pour laquelle ils donnaient de nombreuses choses avec une grande abnégation... sottise, pour lui qui avait vécu sans pouvoir compter sur la moindre once de droiture. D'un air presque attristé qui le caractérisait si bien, il recommença donc à fouetter avec vindicte en face de lui, tandis que le sergent-chef produisait le même schéma d'attaque qu'un peu plus tôt. Quoi, pensait-il vraiment que ça marcherait ? C'était stupide. Même si les coups de fouets ne touchaient pas, alors il serait sans doute aisément en mesure de... comment ?

L'épaule du Nabeshima s'enfonça dans sa cage thoracique, tout le poids de l'épéiste venant le percuter comme un bloc. Il serra les dents et manqua de cracher sous la surprise, avant de reculer de plusieurs bons mètres dans un bond notable. Il n'avait pas eu l'occasion d'utiliser sa lame, son mouvement étant avorté par l'assaut entêté et imprévisible de son adversaire. Après tout, qui ce serait jeté sur une arme de la sorte ? Au vu de la situation, quelqu'un d'intelligent, somme toute. Néanmoins, la possibilité d'être ainsi pris de cours avait été écartée de l'esprit du brun par l'approche peu subtile et identique de son opposant. Opposant qui repartait déjà à l'assaut.

Pour sa part, l'homme s'était rapproché du bastingage... ce qui était dangereux pour lui, pour une raison à laquelle le sabreur n'avait peut-être pas pensé. C'est d'ailleurs en voulant se retourner rapidement pour observer son navire qu'une secousse secoua leur position, due à la séparation subite des deux bâtiments de mer et à la section du harpon tendu à son maximum. Une secousse qui ne manquerait pas d'empêcher le membre du gouvernement mondial de poursuivre son assaut de façon efficace, ou qui du moins allait laisser à Irvein le temps de s'offrir une porte de sortie... afin de tenter de reprendre l'avantage. Il savait pertinemment que Tô s'occuperait du navire, d'une façon ou d'une autre. Ce n'était pas à lui de prendre ce genre de décision.

Une brume épaisse commença à se soulever autour de lui, à une vitesse bien anormale. Bientôt, elle se répandit autour de son corps, dans son entourage immédiat, puis sur plusieurs mètres... si elle était plus dense là où il se trouvait, elle n'en resterait pas moins gênante pour le reste des combattants en lice. Après tout, comment le voile de plus tôt avait-il pu se lever aussi aisément et rapidement ? Pourquoi les pirates avaient-il pu profiter avec une telle aisance de cette condition météorologique pour prendre d'assaut le Parcimonioso ? Des questions que le Nabeshima aurait l'occasion de résoudre... si il survivait dans le brouillard. Car bientôt, un nouveau claquement se fit entendre en sa direction depuis l'écran blanchâtre qui obscurcissait ses capacités visuelles, signe d'une attaque déjà lancée. Le subordonné du cyborg allait devoir déployer de nouveaux moyens pour ne pas se faire écraser, dans cet environnement en sa défaveur.

De son côté, le manieur de Bisento esquiva efficacement l'attaque de l'animal implacable qu'était devenu Damian, s'étant jeté vers l'arrière pour originellement reprendre le combat d'un angle nouveau. Il avait eu l'occasion d'observer son adversaire, de façon précise... c'était là sa plus grande force. Force malgré tout nuancée par la versatilité de l'homme-machine, qui déployait de nouveaux atouts comme on ouvre une boîte de chocolats à noël. Aussi, contrairement à son idée première, c'est cette fois sur la défensive que se plaça le barbu : il connaissait déjà plusieurs astuces, mais rien ne lui assurait de tout avoir vu. Malgré tout, les systèmes de son opposants avaient bien des limites... limites qu'il tenterait de lui faire dévoiler, avant d'agir en conséquence. La tentative qui s'ensuivit lui donna raison.

Alors que Nathanaël se rapprochait de façon très leste à l'aide de grappins, se tirant in-extremis de la charge du titan cornu, il enchaîna dans un mouvement offensif en tournant sur lui même, lames sorties. Sa posture corporelle était trop ouverte, ce qui clochait dans un premier temps. Après tout, si le Marine avait été attentif, il savait son opposant capable de le prendre de vitesse si l'occasion lui était donnée... aussi, ce petit goût de "trop facile" poussa le guerrier à se décaler sur le côté, laissant la morsure de l'acier ne trouver que le vide... et une nouvelle carte s'étaler sur la table. Le jet de flamme ravageur se propagea en sa direction, maîtrisé de telle sorte qu'il serait la cible principale de l'assaut. Il avait une petite fenêtre de réaction et comptait en profiter... sans compter sur la secousse qui le projeta à terre, l'amenant à laisser traîner un avant-bras dans les flammes un peu trop longtemps.

Son regard, courroucé par une réalisation immédiate, se tourna vers le navire qui était le sien. Ce dernier venait de se séparer de façon nette et abrupte de celui de leur cible, prenant rapidement une distance non désirée. Pour la première fois depuis le début, le Khoo montra un signe visible d'insatisfaction, dans un rictus frustré. Si la présence des membres du gouvernement n'était pas conforme au plan... le vol de son navire et de ce qui était à bord l'était encore moins ! Il lui fallait rapidement réfléchir... et effectuer une action qui nécessitait que le colosse de fer blanc se tienne tranquille. La brume se levait... c'était parfait. L'intervention d'Irvein, bien que non attendue, allait lui donner un avantage certain dans la réalisation de son plan, ne fut-ce qu'un court instant si d'aventure son ennemi pouvait adapter sa vue. Interceptant une bonne dizaine de sbires, il pointa du doigt le colonel.

- Occupez vous de lui !

Il envoyait ces hommes au casse pipe, assurément. Mais n'étaient-ils pas là pour ça ? Ce furent les pensées qu'il tenait alors qu'il s'écartait du combat pour trouver un lieu plus couvert, duquel il pourrait passer un appel rapide.

-----

Alors que le navire s'éloignait de la clameur du combat, lentement mais sûrement, rien ne semblait en mesure d'empêcher le grand-père de rentrer à Toroa. Il était désormais visiblement hors de portée physique des ennemis sur le Parcimonioso, bien trop occupés de toute manière avec ses collègues. Le Gratz disposait donc visiblement d'un nouveau navire à manipuler à sa guise. Par où commencerait-il ? C'était à lui de voir. En tout cas, il allait effectivement pouvoir tirer quelques matelots au sort... juste avant qu'un autre ne vienne briser le momentum.

- Pas d'ennemis à bord ! Personne pour manœuvrer ou pour faire usage des canons. La cale est encombrée de provisions, d'armes, le tout dans des caisses. Néanmoins, l'une d'elle semble beaucoup plus grosse que les autres. Peut-être voudriez-vous y jeter un oeil ?

Il attendit une réponse de son supérieur, mais se sentit finalement obligé d'ajouter un détail. Un détail qui allait peut-être tout changer, si le vieux faisait appel à sa mémoire.

- Nous avons fouillé les cabines et n'avons rien trouvé de substantiel. À part... ceci...

D'une main lente, l'air grave, le soldat remit au vieillard un petit bijou de technologie maritime bien connu pour ses prouesses en termes de navigation. Relativement rares et coûteux, ces log poses particuliers étaient nécessaires pour se rendre en certains endroits, ou rendaient l'accès beaucoup plus facile pour d'autres.

Car c'est effectivement un eternal pose que le vieux Gratz avait désormais à portée de doigts.

Un eternal pose sur lequel était gravé "Merveille".




El rézoumé :

Shigo > Ta princesse se fait casser en deux devant tes yeux après que tu ais envoyé un macaque par dessus bord. Du coup, tu as le type qui vient de l'envoyer valser non loin de toi.

Nils > Ton action est perçue des combattants, principalement Irvein et Tô. Ce dernier semble devoir effectuer quelque chose avant d'agir, ce qui te laisse le temps de t'éloigner de façon plus visible. Suite à tes directives de fouiller le navire, on te rapporte deux choses : une caisse plus grosse que la normale dans la cale, et un élément singulier : un eternal pose pour l'île de Merveille, bastion de Centes Decima.

Ito > Ton idée fonctionne une première fois. J'ai néanmoins pris la liberté d'indiquer que la secousse générée par la séparation des deux navires altère le renouvellement du mouvement de façon à possiblement le mettre en échec (j'entend par là, éventuellement te faire trébucher) : tu peux me faire mentir, mais ça affectera à coup sûr ton attaque ! De fait, dans tous les cas, Irvein en profite pour générer une brume dense dans laquelle il se camoufle lestement, avant de reprendre ses assauts maintenant qu'il te prive d'une qualité de vision importante. Il possède donc le paramecia de la brume, ce qui explique sa réaction face à l'approche du bastingage et semblerait expliquer le brouillard disparaissant soudainement du départ.

Nath' > Tô esquive les lames et reste attentif : il est doté d'une grande capacité d'observation, qui est ici assez contrebalancée par ton côté Cyborg pour te permettre de le surprendre. Néanmoins, chaque gadget utilisé est mémorisé de son côté. Ici, la secousse due à la séparation des deux navires l'empêche d'esquiver totalement le lance flamme. Il se retrouve avec un avant-bras partiellement brûlé. Une dizaine de ses pirates (lvl 15-20) se jettent sur toi par la suite et il en profite, ainsi que de la brume montante, pour s’éclipser dans la cohue. Il semble devoir faire quelque chose.

Pas de nouvelles de Alejandro et Lynda. Selucia rentre dans la cabine, blessée, afin d'être plus utile en surveillant directement son boss. Damian surveille l'entrée, où les pirates commencent à affluer. Frame se tient prêt à attaquer le zoan, qui ne pourra décemment pas s'occuper de tout le monde en même temps.

Damian et Tô sont lvl 30.
Frame, Work et Selucia sont lvl 26. Work aura brillamment joué son rôle avant d'aller dire bonjour aux poissons, visiblement. Joli coup.
Irvein est lvl 21.
Alejandro est lvl 20.
Les pirates semblent lvl 15-20.
À vue de nez, les marins du Galion doivent être lvl 10-15. Il n'en restent qu'une poignée, épuisés et relativement impuissants. Autant dire qu'ils ne sont guère utiles, désormais.

Vous ne connaissez pas les lvl de Mathilda et Lynda.
Mathilda est actuellement sous une pile de barils, caisses et autre fatras. Son statut est inconnu.

Revenir en haut Aller en bas
Nils Gratz
Pépé Péteux
avatar
Messages : 1316
Race : Humain
Équipage : Le Compost

Feuille de personnage
Niveau:
33/75  (33/75)
Expériences:
150/250  (150/250)
Berrys: 34.054.000 B

MessageSujet: Re: Gambit Decima [Event - South Blue 2]   Sam 03 Déc 2016, 19:33




C'est Noel !



Le grand-père était terriblement ému. Tous ses soldats étaient autour de lui après la prise du navire et tout semblait se dérouler sans accros. Bientôt, il pourrait retourner à Toroa pour y enterrer sa femme. L’ensemble de l’équipage semblait témoigner une affection toute particulière au commandant en deuil et ils en vinrent même à lui offrir des présents pour atténuer le choc. Que c’était beau ! Un équipage soudé autour de sa hiérarchie.

Nils n’avait jamais eu l’occasion de s’intéresser à la navigation et lorsqu’on lui tendit l’eternal pos pour Merveille, il la confondit avec une boule à neige, un magnifique présent pour sa femme : une merveille en somme ! Et il ne pouvait décemment pas se tromper : c’était écrit dessus ! Tout content de lui et de ses hommes, le vieillard leur sourit aimablement, presque gêné avant de prendre le bien et de le caller dans une poche tout contre son cœur. Il était évident qu’il défendrait ce cadeau au prix de sa vie, pour l’honneur de sa femme.

Une caisse lui avait également été apportée et bien que le vieillard ne savait plus vraiment quoi dire avec autant de présents, il ne put contenir sa joie et expliqua la situation et son ressenti à l’ensemble de son équipage, presque trop ému dans une telle situation.


Mes chers enfants, ça me touche vraiment ce que vous faites pour mamie. Vous serez tous invités pour la belle fête qu’on fera après la cérémonie. J’vous invite tous dans la grange ! On fera quelque chose de somptueux je vous assure !
La voix presque tremblante, le vieillard s’attacha plus que de raison à l’ensemble de ses hommes. Finalement, ils n’étaient pas de mauvais bougres au final ces petits. Au point qu’il les appelle les enfants quand même !

Devant cette triste réalité, il se rappela donc que quelques hommes étaient encore aux prises avec l’ennemi. Que faire dans une telle situation ? Se contenter de prendre la fuite avec le maximum des hommes ou bien allait-on pouvoir avoir le dessus ? Tout semblait particulièrement difficile. D’autant plus que la caisse attirait toujours l’attention du vieillard. Sans se douter de quoique ce soit, Nils entreprit d’ouvrir cette dernière pour tenter de ranger son contenu en sûreté : il ne pouvait décemment pas laisser des présents pour sa femme sur un champ de bataille mais glissa quelques mots à l’équipage avant de le faire.


Nous devons tout de même récupérer les autres. Du coup : les deux navires que nous avons doivent rester à distance de bataille. Pour le navire officiel de la marine, tentez de le réparer du mieux que vous pourrez. Pour celui-ci, restez à distance et protégez-le au péril de votre vie…
Marquant un temps il ajouta quelque mots tout en se retournant pour regarder en direction du navire assiégé qu’il distinguait difficilement en s’éloignant.


Mamie serait fier de vous !
Attendant quelques instants encore pour ruminer le passé, l’ancêtre expliqua qu’il fallait tout de même rester à distance pour que lui puisse rejoindre la bataille sur l’autre navire via ses compétences. Ce n’est finalement qu’après ces quelques paroles qu’il ouvrit finalement son trésor.




_________________

Signature réalisée par Komatsu
Revenir en haut Aller en bas
Nathanael Armstrong
ColonelColonel

avatar
Messages : 136
Race : Cyborg

Feuille de personnage
Niveau:
31/75  (31/75)
Expériences:
63/250  (63/250)
Berrys: 32.560.000 B

MessageSujet: Re: Gambit Decima [Event - South Blue 2]   Dim 04 Déc 2016, 21:34



Why am I better than you ? Because I am like a machine, flawless.




La plupart des criminels n’étaient jamais aussi à l’aise que dans une scène où le chaos régnait en maître, ils aimaient sentir les fondations de toute forme de civilisation s’ébranler à chacune de leurs actions, ils aimaient probablement sentir qu’ils étaient les principaux acteurs d’un changement qui leur serait profitable. Était-ce là leur principale source de motivation, de modifier le monde à leur image pour en revenir les rois ? Nathanael se l’était demandé pendant de nombreuses années sans réellement arriver à dresser un portrait exact de la psyché d’un criminel, sans vraiment savoir s’il était possible de rentrer les criminels dans différentes catégories comme un psychologue ou un psychiatre seraient en mesure de le faire. Lui ? Oh non, il était bien trop subjectif face à ce sujet-là pour être en mesure de catégoriser les criminels, ces racailles étaient toutes les mêmes pour lui à partir du moment où elles choisissaiet de cracher au visage de la loi et de l’ordre.

Mais heureusement face à cette vague croissante de criminalité il existait des hommes et des femmes qui avaient choisi de jeter leurs désirs personnels aux orties pour servir une cause bien plus grande qu’eux. Peut-être n’étaient-ils pas considérés à leur juste valeur aux yeux de tous les autres citoyens de ce monde, peut-être étaient-ils vus comme des tyrans imposant leur vision des choses au reste du monde mais le fait était que ces hommes et femmes étaient le seul rempart entre la civilisation et le type de chaos qui se déversait sur le pont du navire où se trouvait le boxeur. Enfants de soldats, de fermiers, de forgerons, de commerçants ou de mendiants : ils avaient tous lissé leur vie derrière eux pour enfiler cet uniforme bleu et blanc.

Est-ce que cela faisait d’eux des guerriers invincibles, parce qu’ils pensaient et savaient que leur cause était juste ? Les plus naïfs répondraient que oui mais Nathanael avait trop de bouteille pour être de ceux-là, il savait que les intentions seules ne suffisaient pas et que c’était la raison pour laquelle il avait enterré autant de ses compagnons d’armes.

Aujourd’hui c’était sa propre détermination qui était mise à l’épreuve, sa propre capacité à tirer le meilleur du nouveau corps qui était le sien. S’il gagnait ou perdait aujourd’hui il n’aurait personne d’autre à blâmer ou féliciter que lui et lui seulement.

Alors que son assaut reprenait et qu’il déversait deux langues de feu tout autour de lui dans un vain espoir d’enfin entamer la farouche résistance que déployait son adversaire, Nathanael ne put s’empêcher de ressentir le bateau bouger plus intensément que d’habitude. Un seul coup d’œil lui suffit pour comprendre que le bateau s’était finalement désolidarisé de l’autre ce qui était plutôt une bonne nouvelle, au moins le flot de pirates allait pouvoir cesser !

Mais alors que son adversaire s’écarta du boxeur après avoir été caressé par les flammes, Nathanael observa une poigné de troufions se rapprocher de lui sur ordre de l’homme au bisento qui, de toute évidence, ne chercher qu’à occuper le colosse pendant quelques instants. Pour faire quoi ? Aucune idée mais cela ne présageait rien de bon. Aussi, voyant le groupe de criminels anonymes se rapprocher de lui, Nathan laissa ses cibles arriver très proches de lui avant de s’écrier :


« Oh non tu n’iras nulle part, lâche ! »


À ces mots il déversa deux langues de feu sur les pirates qui pensaient naïvement pouvoir l’atteindre, augmentant la portée de ses jets pour englober l’entièreté des idiots fonçant vers lui. Ils allaient être purifiés par le feu pour ainsi dire, ils allaient hurler et appeler à l’aide en sentant leur peau fondre et leur chair griller comme une viande trop cuite. Mais qui s’en souciait ? Pas le gouvernemental qui, une fois ces hommes purifiés, usa de ses capteurs visuels et de sa vision en rayon X pour repérer la position approximative de son opposant à travers cette épaisse brume qui venait subitement d’apparaître.

Il ne savait pas pourquoi l’homme au bisento partait loin du lieu du combat mais cela ne présageait rien de bon, aussi le gouvernemental décida-t-il de brûler ceux qui se mettaient sur sa route et de partir à la poursuite de son opposant. Quand il commençait un travail il le menait jusqu’à son terme.






Now would be a good time to be scared.








Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Shigo Ike
Super héros fêlé
avatar
Messages : 1025
Race : Humain
Équipage : Lui-même

Feuille de personnage
Niveau:
32/75  (32/75)
Expériences:
185/200  (185/200)
Berrys: 4.013.555 B

MessageSujet: Re: Gambit Decima [Event - South Blue 2]   Mar 06 Déc 2016, 22:06





"Gambit Decima !"



« Dreams... They aren’t for losers. »

C’est ainsi que pensait Ike la plupart du temps. Si on voulait quelque chose, il fallait se bouger le cul, suer, cracher du sang et sentir ses muscles brûler sous l’effort pour, peut être, obtenir satisfaction. Les objets des désirs du chasseur de primes étaient aussi souvent incongrus que volatiles... deux mots dont il ignorait l’existence et, bien entendu, la signification. Mais restait cette envie de toujours se dépasser pour arracher à la vie de quoi le réjouir, ne serait-ce qu’un peu tous les jours ; puis il se faisait une joie de propager sa bonne humeur et son rire communicatif. En ce jour un poil plus agité que les autres, le sociopathe en puissance ne souhaitait qu’une chose cependant : sauver sa princesse ! Bon admettons, peut être une deuxième petite « chose » après réussite de la première mission. Ah ! Et botter quelques culs au passage pour devenir un super héros, aussi... Bref.

Seulement voilà : « Life is a bitch » !

Un rhinocéros surgit de nulle part. Il fonça et dégagea tout le monde de son passage... notamment sa chère et tendre ! La vision d’horreur laissa sans voix le super héros en herbe, totalement incrédule devant la situation invraisemblable ! Même le « Unesco will be so proud ! » qui émergea dans l’esprit de Wade ne put atteindre ses lèvres. Un moment de flottement saisit soudain le petit magicien, tandis que l’ex mercenaire et Chuu restaient silencieux dans leur esprit commun. Ils le savaient, l’arrivée de ce Zoan tombait on ne pouvait plus mal ! Au ralenti, dans un slow motion aussi déchirant que tragique, Wade vit sa nouvelle petite copine être projetée comme un fétu de paille... son corps balancé comme une vulgaire poupée de chiffons. Le choc sourd de sa chair contre le plancher attira bien plus son attention que le duel entre un épéiste et un pirate armé d’un fouet. Même la claire technologie cyborg dont il était si friand, représentée par deux lance-flammes, ne sut accaparer son attention. L’homme macaque ne lui traversa pas même l’esprit tant son cerveau était concentré sur un et un seul fait.

Mathilda était tombée.




Lentement, Ike serra les poings et fit craquer son cou. Tout comme sur Military Island, il sentit des picotements de plus en plus intenses parcourir tout son corps à mesure que la colère l’envahissait. Il voyait rouge. La rage le réchauffait peu à peu, anesthésiant toute autre sensation. Son hilarité face à une bataille navale s’était envolée. Sa joie de faire la connaissance d’une jeune femme tout aussi tarée que lui avait disparue. Son excitation à l’idée de briller en tant que super héros s’était évaporée. Il ne restait plus qu’une sensation intense qui lui brûlait peu à peu tout le corps, lui rendant impossible toute autre action un tant soit peu réfléchie.

Tandis que l’homme-rhinocéros discutait avec une archère, se foutant totalement du sort qu’il avait réservé à sa dulcinée, l’ire du chasseur de primes atteint des sommets. Sa complice s’enfuit à l’intérieur du navire mais, lui, se redressa de toute sa taille comme pour le narguer... C’en était trop !

Ça allait chier !

D’un Soru puissant, Ike se propulsa dans la direction du Zoan. Il l’attaqua par le côté, tandis que l’homme singe semblait retenir son attention frontale.


- SUPER REECOM KICK !


Porté dans son élan, Ike rebondit et se lança dans un enchainement de coups de pieds dans tous les sens ! Il chercha à submerger son adversaire en utilisant son agilité et ses cabrioles sans queue ni tête pour l’attaquer de toutes parts de multiples coups de pieds sur les cotes droites, le genou gauche, les testicules et termina par un coup de talon retourné en plein menton !


- RATATATARYOKEN !


Mais le super héros vengeur était loin d’être rassasié ! Pire ! Il enrageait de plus en plus ! À peine son pied avait-il touché le sol qu’il se propulsa de toutes ses forces en direction du plexus de son adversaire colossal. D’un coup de poing boosté au coté obscur et aux picotements chelous, le fou furieux termina son combo d’un retentissant :


- SONIC BLAST !


S’il ne s’était pas cassé quelque chose sur la masse de muscles en face de lui, il tenterait de se mettre en garde pour continuer l’engagement comme un vrai combattant : « Mano a Mano » ! Ou un truc du genre.






Techniques utilisées :
1) SuperHero Punch ! : (lvl 10)
Un énorme coup de poing en pleine face, alors que Ike charge littéralement l'adversaire. Plus facile à esquiver qu'un coup de poing ordinaire, mais il fait, bien sûr, beaucoup plus mal... Technique généralement utilisée en finish him.
Variation : « Reecom kick ! » (lvl 12). Même chose que précédemment mais avec un grand coup de pied ! En général utilisé contre des portes, des gros tas ou pour dire bonjour aux gens qu’il n’aime pas.
-> Ici c’est Boosté à un Soru, d’où le « Super » Reecom Kick. Logique.

2) Ratatataryoken ! : (lvl 16)
Super combo de coups de pieds sautés et de sauts acrobatiques. Le « finish-him » est un coup de talon retourné en plein menton. Pour ceux qui ne suivent toujours pas, la petite souris passera vous voir plus tard.

3) Sonic Blast ! : (lvl 20)
Technique de : José Fine (PI révolutionnaire arrêté) (« ??? » – lvl ??)
Cette technique consiste à frapper d’une manière particulière, afin de produire une véritable onde de choc lors de l’impact. À la base, José Fine l’utilisait avec des battes de baseball ou des baguettes de batterie, mais notre chasseur de primes n’est pas musicien et n’aime pas les battes. Ike utilise donc ses poings pour cette technique.




Résumé :
Ike pête un cable, laisse son Haki de l’armement (moisi et en éveil) péter et s’envole en direction de Mr. Rhino. L’enchainement peut bien sûr être interrompu à tout moment !

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Nabeshima Ito
Sergent-chefSergent-chef

avatar
Messages : 79

Feuille de personnage
Niveau:
27/75  (27/75)
Expériences:
189/200  (189/200)
Berrys: 14.700.000 B

MessageSujet: Re: Gambit Decima [Event - South Blue 2]   Mer 07 Déc 2016, 21:07



Gambit Decima
Avec Jugement et MJ.


Victoire ! Certes, cette réussite partielle possédait encore et toujours un goût pour le moins amer, mais il s'agissait enfin d'un espoir, maigre et fébrile, d'inverser la tendance face à un opposant qui lui semblait pourtant nettement plus puissant qu'il ne l'était dans l'état actuel des choses. Son coup d'épaule avait porté, et son adversaire avait été contraint de s'écarter brutalement, se rapprochant ainsi vivement du bastingage que l'épéiste en herbe espérait ardemment lui voir franchir. N'écoutant que son courage, et se raccrochant puérilement à l'espoir de plus en plus fragile et candide que l'homme au fouet n'ait pas encore perçu l'objectif à long terme de la manœuvre amorcée, Ito se mit à réitérer la course folle dans la direction du criminel avec l'espoir insondable d'y mettre fin avec la satisfaction qu'il méritait plus qu'amplement. Malheureusement, si le prénommé Irvein n'était éventuellement pas susceptible d'y mettre fin lui-même, le destin s'y chargea à sa place : un concours de circonstances en vint effectivement à faire branler le navire sur lequel il se trouvait avec une virulence inouïe, et le garnement eut presque l'impression que ce dernier en venait à se disloquer purement et simplement. Il alla jusqu'à poser un genou à terre, effaré, et entreprit de se redresser plus ou moins agilement, en tanguant dangereusement, tandis que son ennemi tout désigné s'en laissait enfin aller à une riposte. Autant dire que l'adolescent n'avait pas pris l'ascendant bien longtemps... Tout au contraire, même ! La brume qui se mit à tournoyer autour de son assaillant le prostra dans un silence et une stupéfaction presque tangibles, et il ne lui fallut qu'une paire d'instants supplémentaires pour se rendre compte que la situation ne tournait vraiment pas rond. Une seconde plus tard, et le jeune marine prenait enfin pleine mesure du marasme dans lequel il se trouvait une fois de plus plongé... Ce type face à lui était inévitablement un maudit ! De quel type précisément, il lui était impossible de le dire, mais l'apparition de ce nuage opaque n'était en aucun cas naturel, sur cette partie du monde a fortiori... Les Seas Blues n'avaient jamais eu à se targuer de tels événements. Un rire nerveux et à demi-désespéré s'échappa des lèvres du Nabeshima tandis que le brouillard l'engloutissait et l’oppressait enfin. De deux choses l'une : son adversaire, qui le dominait déjà en temps normal, usait d'un nouvel atout jusque-là précieusement camouflé, et l'action entreprise précédemment qui aurait du le précipiter dans le vide lui aurait donné la victoire d'un coup d'un seul s'il avait été en mesure de la poursuivre jusqu'au bout...

Pourtant, aux yeux du gamin, tout n'était pas perdu. Certes, toute trace de cet Irvein venait irrémédiablement de se volatiliser et son sens de la vue était désormais pleinement saturé, mais la réciproque était éventuellement vraie, et dans ce cas de figure...
Malheureusement pour lui, Ito n'eut pas le temps d'approfondir cette perspective : un claquement sourd vint se produire au niveau de son bras gauche, lui arrachant un grognement endolori tandis qu'il comprenait difficilement ce qui venait d'advenir. Le fouet de son opposant l'avait atteint, et ce avec une facilité pour le moins déconcertante... Mollement, et sans grande conviction, le sabreur en herbe tenta d'interposer sa lame sur la trajectoire précédente de l'arme adverse pour la parer la prochaine fois qu'elle se présenterait à lui, mais elle vint cette fois-ci cueillir, taquine et virulente, son tibia droit. Tandis qu'un mince filet de sang venait encrasser le blanc glorieux de son uniforme autrefois immaculé, l'élève d'Hato se mit à choir à genoux, maladroitement, gauchement. La paume de sa main libre parvint à amortir cet état de fait, mais elle se déroba à son tour lorsque l'offensive adverse eut à nouveau lieu sur le biceps correspondant. Cette fois-ci, le marine s'écrasa lourdement, et son visage s'empoissa d'un liquide ferrugineux et à l'odeur bien particulière. Du sang... Et comme si cet angoissant constat en lui-même ne suffisait pas, le pauvre gouvernemental eut donc la maladresse de se demander s'il s'agissait du sien, ou de celui d'un autre malheureux corps qui jonchaient désormais le parquet à ses côtés. Double peine : alors qu'un nouveau coup s'abattait sur le dos qu'il offrait à Irvein, l'envie de dégobiller se fit des plus oppressantes, et il ne dût donc son salut qu'à l'agonie qui vint lui étreindre la nuque l'instant suivant. Ses mains tatonnèrent alors sans relâche, et si la droite parvint bel et bien à récupérer le pommeau de son katana, la gauche se posa malencontreusement sur une substance plus molle, plus poisseuse. Un corps... N'y tenant plus, le Nabeshima en vint alors bel et bien à recracher son dernier repas en date, avant qu'un nouvel assaut ne l'interrompe dans ce spectacle pour le moins déshonorant : le fouet vint le cueillir en plein front et le projeta sur le dos, où il demeura immobile un instant durant.

Si le constat physique n'était pas glorieux, le moral l'était encore moins. Il sentait se mélanger au goût et aux remugles de son précédent dégueulis l'âpreté des larmes et du désespoir, tant la situation qui s'offrait à lui lui apparaissait à nouveau comme étant parfaitement infranchissable. Comment pouvait-il se targuer d'être un soldat dans ce genre de situations ? Comment pouvait-il espérer faire respecter la loi s'il n'était pas susceptible de donner la vie dure aux brigands qu'il rencontrait ? Lorsqu'un nouveau choc eut lieu, une naïve idée vint germer à son esprit : quelqu'un allait fatalement lui prêter main forte... Non ?

L'instant suivant, l'odeur étourdissante qui embaumait l'atmosphère et les environ se métamorphosa en un parfum délicat et raffiné. La fétidité qui lui collait à la peau se mua en un adorable onguent, et il se sentit comme une nouvelle peau, comme un nouveau corps, comme un nouvel esprit. Sa lame bien en main, l'homme se redressa vampire... Et fut à nouveau heurté, sourdement, par un fouet tranchant et virulent.
Kaze no michi. Sans plus attendre, la bête se projeta dans la direction de l'agression, à l'aveugle. Son odorat et son ouïe lui suffisaient, dans l'état des choses, même si l'effervescence qui l'entourait de toute part compliquaient très concrètement ce genre d'observations pourtant naturelles et élémentaires. Ito avait un besoin simple, à assouvir au plus vite : il voulait du sang. Celui d'Irvein, de préférence... Dès lors que son simulacre de soru le porterait jusqu'à la première silhouette qu'il découvrirait parmi la brume, son épée la trancherait avec voracité. Si cela lui était permis, ses crocs suivraient vivement, dès lors...

Codage par Jibunnie sur NEVER-UTOPIA


Ito perd le contrôle. T'es content copain ? :'(
Revenir en haut Aller en bas
Maître-Jeu

avatar
Messages : 1172

Feuille de personnage
Niveau:
0/0  (0/0)
Expériences:
0/0  (0/0)
Berrys: 0 B

MessageSujet: Re: Gambit Decima [Event - South Blue 2]   Dim 18 Déc 2016, 21:30









Frame (primé à 5M), Damian Buster

Work était à l'eau, Selucia venait de se retrancher à l'intérieur du navire et Mathilda avait fait un magnifique aller simple dans un tas de foutoir pas possible. En d'autres termes, la situation bougeait beaucoup en ce point névralgique de la défense du navire : un point que Damian tentait tant bien que mal de conserver, mais il y avait encore pas mal de pirates à abattre avant d'arriver à cet objectif de façon certaine. Même si il avait confiance en sa partenaire, cela ne l'empêchait pas de se faire du mouron pour elle. Tout particulièrement maintenant qu'elle était blessée et donc, ultimement, dépendante de sa fiabilité. C'est avec ce genre de pensées en tête qu'il observait l'individu simiesque en face de lui, qu'il avait reconnu comme étant l'un des responsables de l'état de sa co-équipière. Il fit craquer ses doigts un grand coup, toujours sous forme hybride, prêt à donner une série de tatanes bien senties à Cheeta dès qu'il en aurait l'occasion.

- On va parler, mon pote. On va parler.

Sa menace ne trouva que le regard vide de toute réaction et le silence inquiétant de son adversaire, qui semblait le jauger en se déplaçant prudemment, comme si il ne s'était pas séparé un seul instant de l'idée d'être en combat. Alors que le rhino s'avançait dans le but d'entamer les hostilités, renversant au passage quelques sous-fifres qui tentaient de passer sur ses flancs, il ressentit une douleur lui parcourir les côtes. Écarquillant les yeux, il tenta de se retourner pour voir ce qu'il en était en grinçant des dents, lorsqu'un nouvel impact le déstabilisa. Puis un autre. Puis un autre ! De multiples coups le forçaient à se tourner en tout sens, sans provoquer de dégâts majeur pour autant. Mais ça faisait tout de même mal, bordel ! Lorsque finalement il vit la forme de son agresseur, il tenta de s'en saisir.

- J'te tiens, sal- !

Un magnifique coup de pied retourné vint le cueillir en plein menton, le forçant à relever brutalement la tête et l'amenant à reculer d'un pas. La surprise de l'attaque, couplée à une force qui restait non négligeable, le poussait pour l'heure à subir la situation plus qu'autre chose. Il massa son menton métamorphosé avant de baisser la tête à nouveau. Cette puce le gavait déjà gravement, alors il allait s'en donner à cœur joie pour contre attaquer ! Du moins, c'était le plan. Un ultime assaut vint le cueillir, assaut qu'il ne put que relativement dévier de sa trajectoire en se déplaçant lui même sur le côté. La sensation désagréable et la douleur se répandirent dans son épaule alors qu'une onde sonore faisait craquer le plancher derrière lui. Il grogna. Beaucoup. Mais cette fois, il le tenait... et il allait lui faire passer un sale quart d'heure ! C'est dans cette optique qu'il tenta de se saisir du chasseur de prime dans le but de le propulser dans une paroi proche. Front, col, épaule, bras, jambe... il s'en tapait, tant qu'il pouvait le transformer en projectile !


Tô Khoo (non primé), Irvein (non primé)


Cela était décidément bien trop facile. Désormais perdu dans le brouillard, le pauvre sergent-chef n'offrait qu'une résistance piètre face aux assauts méthodiques et répétés de Irvein. Ce dernier, totalement dans son élément, avait pratiqué cette stratégie simple un nombre de fois incalculable. L'utilisation des sens était l'une des choses qui permettait de distinguer les très bons guerriers de ceux qui tenaient la route, ou étaient dans la moyenne, à son sens. Même le colosse le plus tenace n'avait guère plus que la dangerosité d'un enfant si il était privé d'un sens dont il ne savait pas se passer. Même l'assassin le plus précis n'était guère plus qu'un moustique si il ne voyait plus ou frapper. Ceux qui savaient se passer de leur vue étaient ceux qui duraient le plus longtemps. Visiblement, le Nabeshima n'en faisait pas partie. Un déluge de coup marqua le point d'orgue de l'assaut alors que le manieur du fouet sentait chaque assaut porter, mordillant la chair et endommageant les vêtements comme un serpent fou. Il lui sembla même entendre son pauvre adversaire rendre ses tripes alors que la souffrance et le châtiment physique associé terminaient de réduire au néant la solidité du Marine. Parfait, se dit l'homme drapé de sombre. Il ne lui suffirait donc que de donner un dernier coup, avant de s'approcher pour terminer sa proie... ce qui, dans les faits, ne se passa pas comme prévu.

Le dernier coup fut effectivement porté, mais l'impact était clairement différent des autres, choses que put ressentir Irvein assez distinctement. Non pas que ça ait pu l'aider en quoi que ce soit, mais il ressentit immédiatement une menace potentielle... menace qui se matérialisa bientôt par la morsure terrible et inattendue de l'acier dans sa poitrine. Il cracha une gerbe de sang sous la surprise, se soulevant du sol alors que l'assaut avait été porté à une vitesse telle qu'il n'avait pu que subir, victime de son propre fruit du démon, la contre-attaque sanglante de celui qui se tenait quelques instants plus tôt sur les rotules. Une deuxième blessure s'inscrivit dans sa chair alors que le semi-vampire parvenait à planter ses crocs avides dans la chair appétissante de son bras au fouet, au travers même du tissu qui le protégeait pourtant de ce genre d'assaut. L'air fou qui s'inscrivait sur le visage de l'épéiste lui glaça le sang et, dans un réflexe de survie pure, il tenta de lui asséner des coups du pommeau de son nodachi sur la tête afin de le faire lâcher, perdu dans le revirement de situation soudain et inexplicable. Cela se manifesta d'ailleurs par une inconsistance dans la brume, qui commença à retomber... et qui dévoilerait sans doute un charnier horrible, ainsi que le combat des deux protagonistes.


Tô devait pour sa part mener sa mission à bien, quelque en fut le prix. Depuis le début des opérations, l'arrivée de la Marine et surtout la ténacité dont elle faisait preuve dans l'exercice de ses fonctions avait été un réel problème pour l'efficacité de sa stratégie. Mais il n'avait pas le temps de s'abandonner à une séance d'auto flagellation sur le fait qu'il n'avait pas prévu ce genre d'éventualité : le navire partait et, à son bord, certains éléments d'une importance capitale avec lui. Il se faufila dans la brume encore épaisse avec agilité, étant lui même habitué à travailler de concert avec l'homme qui en était à l'origine. S'approchant de la cabine, son objectif était de rentrer dedans, tout simplement. Ses troupes s'étaient drastiquement amenuisées, le Zoan qui gardait l'entrée était un réel problème et... oh. Finalement, quelqu'un semblait déjà régler des comptes avec lui. C'était parfait. Se faufilant, il entra à l'intérieur avec promptitude, laissant le carnage et le chaos du pont derrière lui. Il devait aller la trouver.

Néanmoins, nul doute que le Colonel s'était entre temps débarrassé de la chair à canon envoyée piteusement pour le retenir ne fut-ce que quelques secondes. Qui sait ce qu'il trouverait, si il venait à poursuivre son opposant ?

-----

Visiblement, la découverte d'un log pose pointant le blâme vers la faction Decima, tantôt haïe et tantôt adulée par des idéologies de différents horizons, n'avait pas plus que ça décontenancé l'ancêtre qui restait droit dans ses bottes à propos de son réel objectif : aller assister aux funérailles de sa femme, nom de dieu. Les marins étaient quelque part émus de voir le vieillard reprendre ainsi du poil de la bête, lui qui avait passé ces derniers jours dans un cafard abominable. Un juron en plein milieu des réjouissances manquait presque ! Mais il ne fallait pas encore se détendre. Après tout, la bataille n'était pas terminée ! Ils avaient remporté une victoire en prenant ce navire... mais pas la guerre !

Le médecin décida finalement d'ouvrir la fameuse caisse. Elle avait des dimensions assez spectaculaires, si on la comparait aux autres : un bon trois mètres de haut pour deux mètres cinquante de large, autant dire qu'il s'agissait d'un très gros bébé. Rivetée de l'extérieur, l'ouverture n'allait pas être un exercice facile, loin de là ! Mais l'enthousiasme des marins et leur cohésion aurait tôt fait de vaincre la difficulté substantielle de l'exercice afin d'offrir au grand père un cadeau qu'il ne risquait pas d'oublier de si tôt, sénile ou non...

Finalement, la planche de façade craqua lourdement avant de tomber lourdement au sol devant un groupe de marins curieux qui tendaient le cou pour mieux voir ce qui se trouvait à l'intérieur. En l’occurrence, c'est surtout ce qui était à l'intérieur qui vit les marins.


???

Deux yeux d'un rouge à vous faire bouillir du regard défilèrent sur l'assemblée présente. La masse de muscle qui prenait l'intérieur de la caisse tout entier sembla dans un premier temps ne pas réagir à la présence des membres du gouvernement mondial devant lui, tournant la tête dans un craquement peu rassurant. Quasiment métallique. Un bruit similaire à une sorte de grognement de réveil s'extirpa de la caisse. Finalement, les rivets sautèrent de chaque côté du contenant, laissant les planches tomber à grand fracas. Ce que ce spectacle dévoila insinua très certainement la peur dans le coeur des marins présent. L'homme dans cette caisse... était gigantesque. Il s'y tenait d'ailleurs recourbé et culminait désormais à un bon trois mètres cinquante de haut. Une sorte de fourneau était enfoncé là où auraient du se tenir ses abdominaux, et diverses plaques d'acier fixées à même la peau lui servaient de protections. Sa mâchoire était remplacée par une prothèse disproportionnée, créant un sentiment monstrueux au simple regard. Il avança d'un pas lourd comme du granit, faisant grincer largement le sol, tout en continuant d'observer les responsables de son réveil. Néanmoins, il essayait en réalité de reconnaître un visage dans la masse... car il avait un ordre, un ordre très simple.

Un ordre qui risquait de joncher ce navire de cadavres d'ici très peu de temps.




El rézoumé :

Shigo > Tu l'as bien touché. Tu lui fais mal, mais il est hyper costaud quand même, du coup il encaisse et tente de te saisir pour te jeter comme une chaussette dans la première paroi disponible. Frame n'a pas encore agi, mais ça ne saurait tarder.

Ito > Le réveil de la bête ! Irvein prend tarif. Tu immobilises son bras fouet en le mordant, et tu lui infliges une taillade pas très belle à voir sur le torse. Il panique et te flanque des coups de pommeau sur le crâne pour que tu lâches son bras, histoire de reprendre contenance.

Nath' > Tô a donc fui vers la cabine. Comme vu hors fofo, tu peux le suivre. En le suivant, néanmoins, tu tomberas sur Shigo qui tape le gars avec qui tu as parlé plus tôt et éventuellement, tu finiras aussi par voir Ito qui s'énerve dans son coin... du choix à faire sur l'approche, donc !

Nils >Le meilleur pour la fin. Tu as donc ouvert la fameuse caisse en pensant y trouver un cadeau. Tu y trouves un gaillard de 3m50 qui semble pour l'heure "se réveiller", même si de nombreux indices montrent qu'il n'est pas totalement humain. Il n'a pas encore agi, mais il le fera dès le prochain tour... quand il comprendra que vous êtes pas ses potes. Je te laisse l'initiative du coup.

Selucia, Alejandro et Lynda semblent dans la cabine. Tô s'y dirige également, pourquoi ? Onsépa, mais c'est lié au navire qui part faire Toroa Express. Les forces pirates s'amenuisent. Mais que se trame-t-il donc dans cette cabine, je vous le demande ?

Damian et Tô sont lvl 30.
Frame, Work et Selucia sont lvl 26.
Irvein est lvl 21.
Alejandro est lvl 20.
Les pirates semblent lvl 15-20. Ils sont quasiment éliminés.
À vue de nez, les marins du Galion doivent être lvl 10-15. Il n'en restent qu'une poignée, épuisés et relativement impuissants. Autant dire qu'ils ne sont guère utiles, désormais.

Vous ne connaissez pas les lvl de Mathilda, Lynda et du gros monsieur pas beau.
Mathilda est actuellement sous une pile de barils, caisses et autre fatras. Son statut est inconnu.



Dernière édition par Maître-Jeu le Lun 09 Jan 2017, 19:38, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Nils Gratz
Pépé Péteux
avatar
Messages : 1316
Race : Humain
Équipage : Le Compost

Feuille de personnage
Niveau:
33/75  (33/75)
Expériences:
150/250  (150/250)
Berrys: 34.054.000 B

MessageSujet: Re: Gambit Decima [Event - South Blue 2]   Mer 21 Déc 2016, 15:06




Une nouvelle aide-ménagère ?



La situation semblait bien plus désespérée que ce que l’ancêtre aurait pu croire de prime abord mais l’euphorie du moment était tout de même bien trop prenante pour le grand-père. Tandis que les marins étaient revenus chercher le vieillard pour ouvrir la caisse, ces derniers prirent soudainement peur devant le mastodonte qui se dressait devant eux. Les yeux rouges, à moitié robotique comme le laissait penser les plaques métalliques. Nils n’en revenait tout simplement pas et alors qu’il aurait du normalement prendre peur.

Tout heureux, il ne contint tout simplement pas sa joie et enlaça le premier marin devant ce cadeau hors du commun. Et oui ! Sa femme était décédée, qui allait bien pouvoir faire le ménage ?! Une larme coula même le long de sa joue tandis qu’il constatait que tous les cadeaux qui lui étaient offerts n’étaient là que pour justement attendrir le vieil homme et le pousser à ne pas tomber dans une dépression sans précédent. Décidément, viendrait-il un jour où il comprendrait ce qui se passait autour de lui ?

Reprenant un tantinet de sérieux, une possible attaque du géant ne vint tout bonnement pas à l’esprit de l’ancêtre. Tout naturellement, il se présenta alors à son nouvel ami. De très nombreuses étoiles brillaient dans ses yeux, limite en adoration devant son nouvel « outil ». Avançant comme pour se démarquer du groupe, le commandant ne s’attendait toujours pas à une réaction violente de la part du géant. Sans doute se remémorait-il quelques souvenirs avec un troll et un marchandage de l’époque…


Mon nouvel ami ! On rentre bientôt à Toroa !
Le sourire du vieillard était particulièrement sincère, il espérait que son nouvel ami lui apporterait le bonheur perdu d’une femme qui lui apportait tout à l’époque. Il avait faim ? Sa chère et tendre lui préparait un bon petit gâteau. Il avait soif, sa promise lui préparait une boisson digne de ce nom. Certes, les petites engueulades lui manqueraient et il en était particulièrement triste mais ça irait : tout le monde semblait préoccupé par la situation du grand-père. Tous étaient aux petits soins et prêt à l’aider dans la moindre des difficultés.

Si seulement cette aide-ménagère était arrivée plus tôt… peut être qu’elle aurait pu protéger la famille ? Alors qu’il ressassait ces dernières pensées, le vieillard eut de nouveau une larme sincère sur la joue mais il n’avait pas le droit d’être triste… pas avec autant de présents et de cadeaux pour le réconforter.

Les marins aux côtés du vieillard ne semblaient plus trop comprendre ce qu’il pouvait se passer avec le commandant. Quelques-uns en vinrent même à prendre peur pour ce dernier. Peut-être qu’eux seraient plus apte à réagir si cela venait à mal tourner.




_________________

Signature réalisée par Komatsu
Revenir en haut Aller en bas
Nathanael Armstrong
ColonelColonel

avatar
Messages : 136
Race : Cyborg

Feuille de personnage
Niveau:
31/75  (31/75)
Expériences:
63/250  (63/250)
Berrys: 32.560.000 B

MessageSujet: Re: Gambit Decima [Event - South Blue 2]   Sam 24 Déc 2016, 00:17



Why am I better than you ? Because I am like a machine, flawless.




Alors que le chaos ne cessait de croître sur le pont de ce navire tel un véritable feu de forêt, alors que tous laissaient libre cours à leur sauvagerie animale dans le simple but de sortir vivant de ce charnier pour vivre un jour de plus, alors que Nathan s’efforçait de ne pas perdre sa cible de vue, le colosse ne put s’empêcher de se demander si son géniteur était passé par les mêmes incertitudes que lui. Lesquelles ? Le manque de confiance pour commencer et qui constituait sa principale source d’inquiétude. Le commandant Armstrong avait appris à son fils, bien des années plus tôt, qu’un leader était le pilier qui soutenait n’importe quel équipage et qu’en tant que futur officier Nathanael serait amené à devenir un tel phare dans la nuit. Il était là pour motiver les troupes, pour les tirer vers le haut, pour installer un climat de confiance entre les têtes pensantes et les muscles, pour les pousser à se surpasser même lorsque leurs corps leur diraient de s’arrêter là. Il y avait plusieurs façons d’y arriver, par l’exemple ou par des discours aussi inspirants qu’enflammés, mais le but restait bien le même car au final un combattant n’était jamais aussi efficace que quand il n’avait pas à s’inquiéter pour les autres et à constamment surveiller ses arrières.
Mais malheureusement Nathanael devait bien avouer avoir échoué à cette étape, il avait jusque-là été capable de motiver les troupes mais il ne semblait pas être de la trempe de ces icones dont les soldats avaient désespérément besoin dans les moments difficiles. Pourquoi ? Parce qu’il n’avait pas confiance en eux, il restait constamment sur ses gardes depuis sa première cuisante défaite et la récente perte de contrôle du jeune Nabeshima n’avait pas du tout aidé dans ce sens. Comment pouvait-il avoir confiance en des hommes qui lui étaient inconnus ? Le jeune Nabeshima lui avait été confié et sa perte de contrôle l’avait transformé en bombe à retardement aux yeux du cyborg, quant au vieillard qu’on lui avait refilé il fallait bien avouer qu’il ne semblait pas connaître le principe du respect de la hiérarchie et n’en faisait qu’à sa tête.

C’était triste à dire mais au jour d’aujourd’hui Nathanael Armstrong demandait à ses hommes d’avoir confiance en lui alors que l’inverse ne pouvait être vrai, il était constamment à l’affut d’une autre perte de contrôle du bretteur ou d’une autre action imprévisible du vieillard qui ficheraient tout par terre. Ainsi, l’espace d’un instant, il se demanda comment cette confiance était supposée arriver ou comment faisaient les autres officiers pour avoir une confiance aveugle en leurs hommes. Était-ce sa transformation qui l’avait hôte de toute forme d’empathie ou d’humanité de manière générale ? Était-ce sa défaite qui l’avait rendu paranoïaque ? Était-ce la faute de ses imprévisibles compagnons ? Tout à la fois peut-être ? Il n’en avait aucune idée et ce mystère commençait à le rendre marteau, il en avait assez de toujours regarder dans son dos à chaque instant.

Mais dans ce chaos que pouvait-il faire ? S’inquiéter pour le jeune bretteur qui était en train de disputer son propre combat ? Se demander quelle betise allait encore fait le papy ? Non, aujourd’hui il s’était transformé en chasseur et courait à travers la brume pour rattraper sa proie armée de son bisento. Pourquoi lui et pas un autre ? Pourquoi ne pas s’occuper du reste de la piétaille ? Pourquoi ne pas aider les autres ? Parce qu’il avait besoin d’au moins une victoire pour savoir qu’il n’était pas un échec complet, parce qu’il avait besoin que sa vie n’était pas une succession d’erreurs et de défaites cuisantes.

Il avait besoin de cette victoire pour garder la foi en sa cause, en ses capacités, en lui-même.

Ainsi, ignorant le jeune Nabeshima et ignorant même l’autre brute animale qui semblait assaillie par un nouvel invité surprise, concentrant toute son attention sur une seule personne, le colosse se rua à travers l’encadrement de la porte de la cabine avec la ferme intention de plaquer sa proie à terre. Peu importait la raison pour laquelle cet homme-là semblait intéressé par cette cabine, dans ce couloir exigu il ne pourrait pas manier efficacement une arme aussi massive et Nathanael comptait bien profiter de ce manque d’espace pour lui faire bouffer ses dents. Lames, pistolets, explosifs, poings, flammes : il utiliserait tout ce qu’il avait en sa possession mais cet homme-là ne sortirait pas de cette cabine en vie.



Now would be a good time to be scared.





Revenir en haut Aller en bas
Shigo Ike
Super héros fêlé
avatar
Messages : 1025
Race : Humain
Équipage : Lui-même

Feuille de personnage
Niveau:
32/75  (32/75)
Expériences:
185/200  (185/200)
Berrys: 4.013.555 B

MessageSujet: Re: Gambit Decima [Event - South Blue 2]   Lun 26 Déc 2016, 22:44





"Gambit Decima !"



Le temps semblait se compacter autour du super héros en herbe. Il venait d'enchainer son adversaire d'un super combo - grave vénère - et il sentait qu'il avait fait mal. D'ailleurs, le grand hybride mi-homme, mi-rhino et re mi-homme derrière avait tout pris dans la tronche ! Il avait bronché, un instant, avant de se ressaisir. Prêt à en découdre comme un vrai cow boy, à coup de patates dans le menton et de balles dans le bidon, Ike leva sa garde et tenta un autre coup de pied retourné, sûr de lui. Il était toujours porté par cette ire irrationnelle qui le poussait à tabasser sa sale tronche de quadripède gris jusqu'à ce qu'il n'en reste qu'un steak tartare ! Les picotements toujours présents de manière erratique, sans aucun contrôle sur eux, il lança donc sa jambe tandis que l'étrange sensation se concentrait dans sa tête. Mais ça pourrait passer ! En théorie. Seulement voilà... Le rhino avait de la bouteille. Ike sentit tout à coup son pied être enserré dans un étau d'acier. D'un regard, il comprit que le gros patapouf venait de lui attraper la cheville.

Sa réaction ne se fit pas attendre !


« Mistakes were made ! », s'écria-t-il en pensée. « HELP ME ! HELP ME TEAM ! »


Mais son équipe de branquignoles était déjà assez mal en point pour s'occuper du vilain petit canard qu'il représentait. Heureusement, il avait Ducky. Lui au moins le comprenait ! Bref. Le chasseur de primes fut projeté telle une vieille chaussette vers la cabine principale où avait disparu la comparse de mister Rhino. Il s'écrasa comme une crèpe sur le bois... ce dernier grinça, céda, se brisa en mille morceaux, et bientôt le trublion notoire termina son vol plané sur quelque chose de plus chaud et mou, ce qui amortit sa chute. La douleur lui secoua tout son corps déjà meurtri par les précédentes chutes et réceptions houleuses. Son dos lui envoyait des signaux qui semblaient signifier « Je suis en compote, arrête tes conneries ». Mais il ne pouvait pas se plaindre. En tant que super sauveur de miches, il devait au moins avoir l'air d'être incassable. Il retint un geignement de douleur, se releva et reprit son role :


- Atterrisage réussi ! déclara-t-il en sépoussetant, l'air de rien.


Le choc lui avait remis les idées en place et, surtout, lui avait permis de retrouver son sens des priorités. En tant que super héros, il se devait également de protéger la veuve, l'orphelin et, avant tout, les petites minettes qui succombaient à son charme ! Aussi, ni une ni deux et sans même se préoccuper de ce sur quoi il avait atterrit ni de son environnement, l'énergumène chargea tout de go vers l'extérieur à travers le trou béant ouvert dans le bois du navire. Il passa sans doute à coté de l'homme simiesque et de l'autre grand dadais à tronche de rhinocéros, mais il s'en tamponna l'oreille avec une babouche.

Il y avait plus important dans la vie ! Et il se dirigeait à pleine vitesse vers le « plus important » en question.

Bien vite, il se retrouva auprès de l'amas de caisses et de bardas qui avaient accuilli le vol plané de sa chère et tendre. Sans tarder, il commença à déblayer le terrain en l'appelant de son petit prénom d'une voix mieilleuse. Nan parce que, quitte à laver l'affront qui lui avait été fait, autant qu'elle soit encore en un seul morceau ! Ce faisant il jeta un coup d'oeil sur le reste du navire, laissant ses mains se débarasser de tout le fatras qui enselevissait Mathilda.

Et ce fut un choc !

Non seulement la météo avait encore changé, mais en plus les rares choses qu'il voyait se bousculèrent dans sa tête. D'un côté il aperçut une ombre étrange qui semblait bondir sur un homme, prêt à le bouffer tout cru. De l'autre, il vit un officier de la marine pénétrer dans la cabine, juste à côté du trou qu'il avait créé de son petit corps musclé. Ce mec avait l'air bizarre. Il dégageait une impression différente du reste de ses collègues... Un genre de truc inhumain. Le genre de détail qui, si on ne mettait pas le doigt dessus, pouvait faire péter un... un...


« Cable ?! », crut reconnaitre le ravagé du bulbe.


Il se reconcentra de nouveau, l'esprit totalement survolté. D'abord, secourir Mathilda et enclencher l'opération « bisoux bien mérités ». Ensuite seulement, s'assurer qu'il ne venait pas de trouver un pote, coéquipier et frère d'arme en or. Il venait déjà d'oublier qui était ce fameux « Cable » et pourquoi il avait cru le reconnaitre... De temps en temps il était pris de fulgurance comme ça. La plupart du temps il se trompait, lourdement, mais de temps en temps il faisait de belles rencontres !

Bref. Priorité aux bisous en récompense de bons et loyaux services de super héros.


- Mathilda ! s'écria-t-il, tout en continuant de déblayer ce qui recouvrait le corps de sa nouvelle girlfriend.






Techniques utilisées :
Course très rapide. Mais, euh, vraiment rapide hein !



Résumé :
Ike se fait projeter comme une daube et s'écrase comme une crèpe sur la paroi de la cabine. Il la traverse, tombe sur un truc, se relève et avec ses idées remises en place ("lol"), se rue vers Mathilda pour voir comment elle va. Enfin, vers l'amas de caisses où elle a disparue en tout cas !

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Nabeshima Ito
Sergent-chefSergent-chef

avatar
Messages : 79

Feuille de personnage
Niveau:
27/75  (27/75)
Expériences:
189/200  (189/200)
Berrys: 14.700.000 B

MessageSujet: Re: Gambit Decima [Event - South Blue 2]   Mar 27 Déc 2016, 14:46



Gambit Decima
Avec Jugement et MJ.


Le premier et le plus important des talons d'Achilles qu'Ito possédait était sans conteste possible son inexpérience, le poussant généralement à se focaliser sur les situations qui s'offraient à lui avec bien trop de sérieux. Il oubliait ainsi de surveiller ce qui se déroulait tout autour de lui, ne prenait guère conscience des changements qui bousculaient la situation initiale et transformaient l'environnement dans lequel se déroulait le combat qu'il livrait. En bref, il n'usait guère d'une vue d'ensemble, car il pensait tout simplement ne pas avoir les moyens d'analyser et d'assimiler toutes les informations en même temps sans avoir à se mettre en danger. Mais sous cette forme berserk, lorsque ses gênes ancestrales reprenaient le dessus, lorsque son envie insatiable de sang et de fer gommait toute trace de son libre arbitre et de son intellect humain, le garnement franchissait encore un cap supplémentaire : plus rien, mise-à-part sa cible et les proies qui juchaient le sol à ses côtés, n'était susceptible d'attirer son attention. Tant et si bien que le bras de fer engagé face à Irvein poussa notre bon marine à oublier tout et plus : ils n'était plus sur un champ de bataille, plus au milieu d'une mêlée, plus même sur un navire à protéger... Non, le Nabeshima était face à une proie qui avait au moins le mérite de se débattre, et dont il allait abréger les souffrances aussi promptement que possible. Ses premières offensives portèrent leurs fruits avec brio : son épée mordit sa chaire avec encore plus de virulence que sa propre mâchoire, et son opposant se trouva bien vite réduit à quelques molles répliques contondantes pour tenter de lui faire lâcher prise. Malheureusement pour lui, le hors-la-loi oubliait que les prédateurs, bien souvent, s'acharnaient avec d'autant plus de fermeté lorsqu'ils sentaient leur supériorité être contestée : tant et si bien que s'il s'était jusque-là contenté d'absorber autant de sang que possible, l'épéiste en herbe comprit bien vite qu'il allait lui falloir immobiliser sa débonnaire victime afin d'en jouir plus que de raison.

C'est dans cette optique que sa morsure, dans un premier temps, se fit encore plus oppressante : son but était alors sans nul doute de broyer ce qui passerait sous ses crocs, ou tout du moins de tenter de le broyer. Ses gênes de vampire, estompées par son sang humain, l'empêchaient effectivement de se montrer aussi efficace que les véritables représentants de sa race sur ce plan-là... Toutefois, les muscles et les tissus d'Irvein risquait de peu supporter la pression désormais accentuée de ce supplice hors-normes. Et ça n'était pas la seule action que le prédateur entreprit à l'encontre de sa proie : puisque cette dernière tentait de le combattre grâce à son bras encore libre, il décida purement et simplement de l'en priver. Relâchant prise temporairement, le visage déjà maculé d'un chaud liquide carmin, le gamin fit tournoyer son épée pour tenter de quérir le bras de son adversaire, au niveau de l'épaule. Son objectif ? Sectionner le membre de façon nette, et empêcher l'autre combattant d'en user de quelque manière que ce fut. Si, cette fois-ci encore, Ito réussissait parfaitement son mouvement brutal et sanglant, il reporterait cette fois-ci ses crocs sur le cou du criminel. Il tenterait alors d'y déceler la carotide, la jugulaire, tout ce qui était finalement susceptible de l'inonder de son élixir vital, celui-là même dont il s'était passé durant bien trop longtemps.
Toutefois, s'il était un fait incontournable qui risquait de mettre à mal sa supériorité soudaine, c'était bel et bien ce brouillard qui, progressivement, laissait à nouveau passer les rayons du soleil. Ceux-là même dont le Nabeshima avait été prémuni durant sa subite transformation... Autrement dit : le vampire risquait fort d'avoir à nouveau à subir des effets du soleil et de la chaleur de South Blue, là où le nuage d'Irvein avait paradoxalement été un précieux allié auparavant. Cela allait toutefois avoir un double-sens des plus désarçonnant : affaibli par l'astre divin, le marmot risquait fort de redoubler d'efforts dans sa quête éperdue qui visait à se repaître enfin du sang d'une victime... Ce qui promettait à son adversaire encore une fois quelques dangereuses réactions.

Codage par Jibunnie sur NEVER-UTOPIA


Je mords, je coupe, je mords. C'est facile pourtant, non ?
Revenir en haut Aller en bas
Maître-Jeu

avatar
Messages : 1172

Feuille de personnage
Niveau:
0/0  (0/0)
Expériences:
0/0  (0/0)
Berrys: 0 B

MessageSujet: Re: Gambit Decima [Event - South Blue 2]   Lun 09 Jan 2017, 19:37








Mathilda Sweetie (primée à 28MB), Frame (primé à 5M), Damian Buster

Des sons lui parvenaient. Des bruits, des voix. Les derniers éclats d’une bataille mourante, principalement. Mais quelque chose semblait plus persistant dans tout ce fatras. Un mot qui revenait en boucle et en boucle… son propre prénom. Oh, nul doute qu’elle allait lui faire regretter. Elle allait lui arracher les tripes et le pendre avec. Ou peut-être faire une bourse à dès avec ses boyaux ? L’idée était tentante, mais le voir se vider de son sang comme un cochon avait son attrait. Elle continua à y réfléchir jusqu’à ce que finalement, la lueur du soleil vienne effleurer son visage alors que la voix continuait de scander Mathilda.

-PUTAIN DE CONNARD DE MERDE !

Se jetant telle une furie en avant, elle se saisit de l’homme qui avait pourtant dégagé les obstacles qui maintenaient son corps scellé sous une pile de débris tout en s’armant de la première chose qui lui passa par la main : un simple fragment de bois, pas plus grand qu’une fourchette. Renversant l’individu, elle lui offrit un regard aliéné par la rage et une envie passable de buter quelque chose pour assouvir sa pulsion. Dans sa main, le fragment avait soudain l’air plus tranchant… et soudain l’air d’être en dessous d’une gorge palpitante de vie. Mais… quelque chose la retint de passer à l’acte. Elle souffla lourdement alors que ses prunelles folles redevenaient ce qui se rapprochait le plus de la normalité chez elle. Ce qu’elle s’apprêtait à égorger, ce n’était pas l’enfoiré notoire qui l’avait changée en projectile… non, c’était son chaton !

- Trésor !

Elle retira la menace froide et étrangement acérée de sa jugulaire avant de se redresser un peu et de caresser son visage. Lui offrant un petit sourire presque gêné, presque innocent, elle déposa un baiser candide sur ses lèvres avant de remettre une mèche de ses cheveux bleus ébouriffés en place derrière son oreille gauche.

- Désolée, je t’ai pris pour l’autre saloperie cornue. Enfin, je n’ai pas fait attention. Je ne fais pas attention quand je suis énervée. Et… bref ! Merci d’être venu me chercher ! Maintenant, excuse-moi mon sucre d’orge, mais j’ai un petit compte à régler avec monsieur le Rhino… mais je reviens vite ! J’ai trouvé quelques prénoms de garçon qui devraient te plaire. Yannick, Patrick, Dimitri, Thomas…

Elle ponctua sa phrase en tapotant régulièrement le bout du nez du chasseur de prime de son index. La manière dont elle annonçait la chose était à la fois tellement naturelle et tellement étrange que cela ne la rendait que plus angoissante. Avait-elle perdu la tête ? Sans doute depuis bien longtemps déjà. En réalité, elle entendait par « compter à régler » la mise à mort la plus douloureuse possible… retrouvant rapidement le mastodonte du regard, elle empoigna une plante bien plus longue que la précédente avant de se redresser, abandonnant son aimé et dévoilant au passage quelques marques dues à sa collision précédente. Pour sûr, elle n’avait pas apprécié le voyage… et elle allait lui rendre au centuple ! Se mettant à courir jusqu’à lui, elle sauta finalement tout en empoignant son arme de fortune, pointée vers le bas.

- ICI, GROS TAS !

Le zoan ne se fit pas prier et se retourna immédiatement, lui qui venait à peine de se débarrasser de l’autre peste. Décidément, les moustiques avaient décidé de l’emmerder aujourd’hui. Il reconnut vaguement la chevelure singulière de la demoiselle qu’il avait envoyé valdinguer et ne s’en formalisa pas, posant un bras peu convaincu dans la trajectoire de l’attaque. Le hurlement soudain qu’il poussa marqua son erreur : là où la planche aurait normalement dû rebondir sur sa peau au cuir solide, elle s’y enfonça avec une aisance surnaturelle. Un épais liquide carmin coula rapidement de la plaie alors que Mathilda s’appuyait de tout son poids sur son « arme », un sourire dément aux lèvres. Elle se mit d’ailleurs à glousser avec un air relativement détraqué : ce premier cri de douleur était une note de musique magnifique à ses oreilles. Elle s’effaça en emportant sa planche, dont l’embout était devenu incroyablement tranchant, atterrissant non loin avant de se tourner vers l’homme simiesque qui attendait là, sans être passé à l’assaut.

- Toi, va finir le travail ! Je m’occupe de celui-là !

C’est ainsi qu’à son tour, Frame se dirigea vers la fameuse cabine et pénétra à l’intérieur, peu de temps après Tô et le Marine sur ses traces. Il avait un ordre à exécuter.


Irvein (non primé)

À chaque coup, la douleur dans son bras se faisait plus oppressante. Alors qu’il aurait dû éclater le crâne de son adversaire, ce dernier faisait preuve d’une solidité toute surnaturelle : le type qu’il flagellait sans aucune difficulté quelques instants plus tôt était en train de lui broyer le bras à petit feu. Irvein grogna en réprimant un gémissement de douleur lorsque les dents voraces s’enfoncèrent avec une avidité renouvelée dans la peau et dans les muscles de son bras. Il voulut le secouer, mais rien n’y fit : entre le sang qu’il sentait quitter son corps et la force émise par la mâchoire du Nabeshima, c’était peine perdue. Mais bon sang, qu'est-ce qu'il était vraiment ?

Il écarquilla les yeux lorsque ce dernier tenta de trancher son bras d’un coup net, désirant sans doute éviter une commotion cérébrale à force de recevoir des impacts de ce type sur la tête. Mais si le manipulateur de la brume était en mauvaise posture, il n’avait pas perdu pour autant. Il comptait d’ailleurs bien le faire savoir : profitant de cet assaut, il para difficilement la lame de son adversaire. En réalité, il la laissa plutôt glisser le long de son kodachi et décida de rencontrer la tête virulente de son adversaire, repartie à l’assaut d’un point sanguin à aspirer, de front. Littéralement. C’est ainsi qu’il profita du mouvement du jeune sergent-chef pour lui asséner un coup de tête dont il risquait de lui donner des nouvelles. Néanmoins, les choses n’étaient guère brillantes pour lui : son bras blessé avait grandement perdu en force et il était à la limite de l’inutilisable, là où le membre du gouvernement mondial semblait gagner en force et en violence de seconde en seconde. Il ne lui restait plus qu’à chèrement vendre sa peau… gagner du temps ou essayer d’au moins l’emporter avec lui. Son cerveau lui hurlait de matérialiser sa brume, mais son instinct lui criait de ne rien en faire : il avait été, à l’origine, frappé au cœur même de sa propre brume. À son insu, le soleil s’avérerait peut-être salvateur pour lui s’il tenait assez longtemps…

- Toi… qu'es-tu … ?



Lynda Lee, Tô Khoo (non primé)

Il s’était engouffré à l’intérieur avec une rapidité démesurée, usant de toute sa vivacité et du sacrifice de ces quelques pions pour pénétrer dans la cabine et s’assurer de la réussite de la mission. Certes, le cyborg ne tarderait pas à le retrouver. Certes, il serait alors dans une fâcheuse posture, ainsi reclus en espace clos et armé d’un kanabo aussi ample. Néanmoins, l’ancien général avait survécu à des situations qui dépassaient de loin celle-ci en dangerosité : aussi avait-il réalisé ce mouvement sans le moindre pépin de doute. Quant au Colonel, qu’allait-il trouver ? Cela, Nathanaël le découvrit bien vite lorsqu’il pénétra à son tour telle une furie dans le couloir menant à la cabine privée de Don Arrivederci.

Ce dernier gisait par terre, là, allongé face au plafond, tête dirigée dans l’axe de l’entrée. Une flaque de liquide pourpre et chaud s’étalait lentement en dessous de lui. La mort était visiblement très, très récente. Son teint était encore chaud et ses yeux était fixés dans une expression de surprise mélangée à la toute naturelle peur de la mort. Cependant, quelque chose de singulier pouvait être constaté avec sa blessure. Elle semblait avoir été faite par balle et non à l’arme blanche, ce qui contrastait avec la méthode employée par le guerrier aux airs d'orient. Dans un autre coin de la pièce, l’archère d’un peu plus tôt avait visiblement été encastrée dans un meuble qui s’était brisé sur le coup. Elle semblait elle aussi dans un très sale état… mais il aurait été bien difficile pour un homme normal d’en savoir plus sur ses fonctions vitales sans s’approcher. Au milieu du vaste cabinet, bien qu’encore à peine assez spacieux pour permettre à Tô de se défendre de la façon la plus rudimentaire qui fut, ce dernier se tenait derrière la large table basse. Si l’une de ses mains portait toujours sa fidèle arme d’hast, l’autre tenait désormais un poignard visiblement fait pour l’assassinat, qui menaçait d’un instant à l’autre de mettre fin à l’existence de la dernière personne vivante dans ce chaos : Lynda Lee, actuellement tenue en otage.

- Vous vous êtes admirablement défendu, là-haut. Vous m’avez donné du fil à retordre. Grâce à vous, ce qui aurait dû être un carnage sans aucune autre forme de procès se changera peut-être en une douloureuse survie pour certains d’entre eux. Souhaiteriez-vous ajouter la demoiselle à votre liste ?

Pour appuyer son propos, il pressa l’acier froid et sombre contre la chair palpitante de vie. Dans son étreinte, la demoiselle frémit et riva des yeux emplis de supplique vers le colosse d’airain : elle tenta bien de marmonner quelque chose, de bredouiller un appel à l’aide, sans doute. Mais la présence même de son probable assassin semblait geler son corps de terreur. Sa main droite saignait encore. Peut-être l’avait-il désarmée alors qu’elle tentait de se défendre ?

- Je dois admettre que la franchise et le cœur dont vous faites preuve lorsque vous combattez vous honorent. Je croyais aussi à tout ceci, autrefois. À l’abnégation et au stoïcisme d’un homme qui vit par le combat. Mais ce ne sont que des illusions : le sac de frappe qui encaisse ne fait que canaliser la violence d’autrui. Si le sac de frappe disparaît, la violence, elle, subsiste… nous autres, guerriers en tous genres, n’existons que pour la voir nous survivre.


Tout cela le renvoyait à loin. Bien avant qu’il ne devienne ce qu’il était désormais. Bien avant qu’il ne suive cet homme et ses fidèles dans une quête qui se voulait grande pour le monde entier. Du temps où on louangeait ses actes militaires, où il pensait réellement que la suprématie passait par la force. Que la force pouvait amener la paix… depuis, il avait compris la triste réalité. Il plissa les yeux et une goutte de sang perla sur la peau de la Lee.

- Et elle, survivra-t-elle ?



Ajax (Primé à 65MB)

Un vrombissement mécanique sinistre commença à se soulever alors qu’un nouveau pas colossal approchait la masse de muscles et d’acier du vieillard. Ses hommes se placèrent rapidement à ses côtés, prêts à intervenir. Soudain, l’un d’eux sembla être pris d’une révélation et prit la parole.

- Attendez, mais c’est… Ajax ?

À l’évocation de ce nom, un autre réagit au quart de tour, suivi d’un troisième.

- Commandant, Atten- !

Une masse sombre percuta avec une violence inouïe les deux hommes qui s’étaient jetés devant le vieux médecin, l’emportant au passage. Le coup lui couperait sans doute le souffle, pour deux raisons : dans un premier temps, l’impact en soit avait été suffisant pour tuer sur le coup ses deux sauveurs. Dans un second temps, il fut lui-même projeté vers l’arrière et il n’y avait que peu de chances qu’il soit en mesure de faire quoi que ce soit avant de recevoir le mur en plein dos, ce qui risquait d’être fort désagréable. Quelques cris de surprise et d’horreur marquèrent le premier coup alors que le dénommé Ajax venait d’avancer d’un bon pas, fauchant deux adversaires comme un fermier récupérant ses premières récoltes. Ceux qui tenaient encore debout le mirent en joue.

- Ajax le Broyeur, primé à 65.000.000 de Berries !

Lorsqu’un nouveau pas fut effectué, il n’y eut pas besoin d’ordre de la part du Gratz ou de qui que ce fut : les coups de feu partirent d’eux-mêmes, aussi bien sous la panique que par instinct de préservation. Hélas, c’était un véritable pétard mouillé : les balles ricochèrent sur l’épiderme du titan, qui fixait de ses prunelles sanglantes ses prochaines victimes. Il ne les connaissait nullement : pire encore, il reconnaissait l’uniforme. Aussi, ils venaient tous de gagner un aller simple au cimetière. C’est dans cette optique que sous ses yeux, Nils aurait rapidement l’occasion de voir un véritable massacre. Il empoignait les soldats comme des brindilles, rompant les os et la chaire avec une aisance terrifiante. Entre ses mains, les quelques fous qui tentèrent de l’arrêter ne furent bientôt plus que des poupées désarticulées. L’odeur du fer et de l’hémoglobine envahit bientôt son entourage alors qu’il répandait la mort comme un voile poisseux et coriace. Rien ne semblait pouvoir arrêter son avancée qui le dirigeait droit vers l’ancien. Comment ce dernier et ses hommes restants allaient-ils réagir ? Ce qui était sûr, c’est qu’il ne s’arrêterait pas tant qu’il n’aurait pas éliminé les intrus.





El rézoumé :

Shigo > Je ne t'ai pas fait rentrer directement dans la cabine, dans la mesure où il tente malgré tout d'en protéger l'accès et éviterait donc de t'y projeter directement (et aussi car il y a un couloir d'accès, donc ça impliquerait que t'ai fait une sacréééée voltige, avec un dos un peu plus qu'en compote pour le coup !). Si ça te pose un soucis, n'hésite pas à me le dire ! mais en gros, tu as tout aussi bien pu être envoyé un poil au dessus et t'être réceptionné dans une voile à moitié arrachée (là où Selucia se trouvait plus tôt, par exemple). Tu retrouves bien Mathilda, Damian s'étant tourné vers Frame une fois ton humble personne transformée en foreuse. Elle te saute au cou, pas pour les bécots... enfin, pas dans un premier temps ! Puis elle déblatère et va prendre sa revanche. Là, tu peux remarquer qu'elle est un poil tarée quand même. Enfin, un poil plus que tu ne le pensais. L'avantage, c'est que mister Rhino t'a lâché ! Tu peux aider ta dulcinée (les activités de couple, c'est important), aller dans la cabine car tu vois l'homme singe s'y rendre à la suite de Cable, apercevoir Ito qui tente de se tailler un steak sur Irvein, jouer du banjo... à toi de voir !

Ito > Bent but not broken, il donne tout ce qu'il a pour t'en faire baver ! Il parvient à garder son bras au Kodachi. L'autre est dans un sale état, tu lui as un peu broyé au passage. Il te met un coup de boule quand tu tentes de le mordre. Si ça réussit, il se mettra en garde et se préparera à te recevoir du mieux qu'il pourra avec son handicap, en sortant sa phrase stylée et pas stéréotypée.

Nath' > Tu arrives à l'intérieur sans encombre. Alejandro est mort. Selucia, tu ne sais pas, mais elle est mal. Tô tient Lynda en otage et te parle car il aime bien parler, et j'aime bien faire parler mes méchants car ça leur donne de la profondeur et du charisme. Cela étant, tu peux aisément remarquer un truc louche vis à vis du corps de Don Arrivederci. Je te laisse ouvrir tes chakras et suivre ton intuition. Si d'aventure tu veux affronter Tô, il pourra se défendre mais ça sera de façon sommaire, comme tu l'as soulevé toi même.

Nils > Si tu t'es mangé le mur du fond, tu as les escaliers pour remonter à ta gauche. Sinon, c'est derrière toi à gauche. En face de toi, le fameux Ajax qui vient de t'envoyer une belle droite et qui avance vers toi. T'as sans doute perdu une côte ou deux dans la bataille, mais tes hommes t'ont vaillamment protégé de leurs corps dévoués à la justice et tout ça, et ils continuent à le faire... pour le moment... parce qu'il y en a encore... à toi de voir comment tu gères la situation, la vie de tes protégés dépend également de toi !



Ajax est costaud. What a Face
Damian et Tô sont lvl 30.
Mathilda est lvl 29.
Frame, Work et Selucia sont lvl 26.
Irvein est lvl 21.
Alejandro est lvl 20, mais il est mort le con MDR
Les pirates semblent lvl 15-20. Ils sont quasiment éliminés. Tous, en fait, à coup de scénarite.
À vue de nez, les marins du Galion doivent être lvl 10-15. Il n'en restent qu'une poignée, épuisés et relativement impuissants. Autant dire qu'ils ne sont guère utiles, désormais.

Vous ne connaissez pas le lvl de Lynda.
Revenir en haut Aller en bas
Nils Gratz
Pépé Péteux
avatar
Messages : 1316
Race : Humain
Équipage : Le Compost

Feuille de personnage
Niveau:
33/75  (33/75)
Expériences:
150/250  (150/250)
Berrys: 34.054.000 B

MessageSujet: Re: Gambit Decima [Event - South Blue 2]   Mer 11 Jan 2017, 18:35




Nils le gris !



L’innocence du vieillard en était véritablement indécente. Au point qu’il fallut que ce soient ses hommes qui le sauvent. En réalité, le coup était particulièrement puissant et violent et le carnage commença sans que Nils ne puisse rien faire. Le vieillard sombra d’ailleurs dans l’inconscience immédiatement le coup porté. Encastré dans le mur, le souffle coupé, les yeux roulants dans ses orbites, Nils reprit vaguement conscience en ouvrant un œil. Il n’était alors plus dans la cale…

- Non, non, non, non…
- Magne-toi ! Il est lourd le vieux…
- Tais-toi !


Les marins se disputaient alors que le corps de l’ancêtre était trainé dans les escaliers et que le maximum de jeunes mousses remontait. Des corps jonchaient le sol de la cale maintenant et une partie des effectifs étaient déjà tombés. Rouvrant la bouche comme pour protester, Nils se débattit pour tomber au sol à plat ventre sur le pont du bateau. De nouveau le souffle coupé à cause de cotes qui devaient sans doute être brisées, il intima ses derniers ordres à ses hommes. Le souffle rauque en faisait voleter sa barbe. Relevant la tête, c’était presque un murmure qui s’échappait de ses lèvres.



Fuyez ! Pauvres fous…
L’instant d’après, sa tête heurtait le pont du navire comme pour faire le mort. Les marins ne s’étaient pas fait prier et alors que le bâtiment voguait à la base au loin, l’un des marins changea de direction pour se diriger de nouveau vers le centre des combats.

- On ne s’en sortira pas ! Il nous faut de l’aide !


La peur panique qu’avait provoquée le colosse rendit le vieillard malade mais il se devait de continuer à faire le mort dès fois que la bête ne remonte. Depuis toujours, la vieillesse de Nils avait été un plus pour simuler la mort : feindre une crise cardiaque, faire croire à des rhumatismes… qui aurait cru que tout cela lui soit utile un jour ? La langue pendante et des croix dans les yeux le vieux était on ne peut plus vivant : même s’il ne bougeait plus, il concentrait son pouvoir en dessous de lui. Le but était simple, commencer à répandre du poison sans être pris. Cela allait-il fonctionner ?

Pendant ce temps, les marines tentaient désespérément de fuir le navire. Certains sautaient à l’eau tandis que d’autres prenaient des canots pour se rendre sur le navire de la marine qui avait été amoché.

Peu à peu, le poison se répandait dans le bois du navire, il faudrait du temps pour transformer entièrement le bateau en bateau de poison et pour le moment, le commandant Nils ne cherchait qu’une seule chose : sauver sa peau en répandant le poison juste sous lui et dans le niveau du dessus. Dommage, une femme de ménage qui s’appelle Ajax était pourtant tellement raccord avec ses plans…





_________________

Signature réalisée par Komatsu
Revenir en haut Aller en bas
Nathanael Armstrong
ColonelColonel

avatar
Messages : 136
Race : Cyborg

Feuille de personnage
Niveau:
31/75  (31/75)
Expériences:
63/250  (63/250)
Berrys: 32.560.000 B

MessageSujet: Re: Gambit Decima [Event - South Blue 2]   Ven 13 Jan 2017, 23:53



Why am I better than you ? Because I am like a machine, flawless.




Même s’il ne connaissait strictement rien de ce navire et de l’équipage qui le composait, le gouvernemental se doutait bien que dans la cabine devait se trouver quelqu’un ou quelque chose de suffisamment précieux pour attirer l’attention de son précédent adversaire. Qui prendrait le risque de fuir un combat sans avoir vaincu son adversaire ? Une personne ayant un plan bien plus important en tête que de simplement vaincre de poignée d’hommes et de marines, une personne avec un objectif bien précis en tête et c’était cette perspective qui poussa Nathanael à s’éloigner du chaos qui régnait sur le pont pour s’enfoncer dans cet endroit sombre et exigüe. Ses restes d’humanité lui criaient de retourner se battre, comme une voix faible et lointaine à travers le brouillard, quant à sa programmation elle était toujours en train de calculer les probabilités qu’avait l’équipage du navire de repousser ces assaillants et les probabilités n’étaient clairement pas favorables.
Devant ses capteurs visuels défilait une liste d’objectifs constamment mis à jour par le partenaire mécanique vissé à son cerveau, l’élimination des forces assaillantes arrivait forcément en tête de liste mais Nathanael ne l’entendait pas de cette oreille. À peine eut-il tourné le dos au combat pour se diriger vers la cabine de l’appareil que ses capteurs visuels furent saturés de messages d’alerte de son partenaire :

*Rappel de l’objectif n°1 : Élimination des forces hostiles. *


L’espace d’un instant Nathanael se surprit à se demander comment une machine pouvait-elle dire qui était hostile ou non dans tout ce merdier, là où chacun se battait bec et ongles pour rester en vie, pour autant qu’il le savait chaque personne pouvait être considérée comme hostile par la personne qu’elle essayait de tuer. Il finit par supposer que cette hostilité concernait ceux qui attaquaient ce navire et que son partenaire lui ficherait la paix une fois tous les forbans six pieds sous terre.
Mais ce n’était pas son objectif principal et, il devait bien l’avouer, voir sa vision saturée de messages d’avertissement commençait à mettre sa patience à l’épreuve.


* La ferme. L’autre beau parleur semblait intéressé par ce lieu et je veux savoir pourquoi. Il serait toujours temps de retourner se battre après que je lui ai fait bouffer ses dents. *


L’IA ne sembla pas apprécier cette explication car un bruit assourdissant satura l’audition du gouvernemental qui serra les dents devant l’atroce mélodie se jouant dans sa tête. Quand il ne sera plus que le silence un autre message s’afficha devant lui :

* Erreur. Terme inconnu ou hors contexte. Explication du terme « La ferme » demandée. *


* Oh la ferme ! Ce n’est pas le moment ! *


Baissant la taille des messages d’avertissement pour libérer une partie de son champ de vision, notant dans un coin de sa tête de demander aux gars de la section scientifique comment passer outre cette énervante intelligence artificielle, le colosse s’engouffra un peu plus dans le couloir dans le plancher semblait souffrir à chacun de ses pas.Il s’était attendu à voir quelqu’un débouler d’une porte dérobée pour le surprendre mais il n’en fut rien, au lieu de cela il pénétra dans la pièce du fond et ses froides prunelles tombèrent tout d’abord sur le corps juste devant lui.
Qui était-il ? Cela importait peu désormais car sa poitrine ne se gonflait et ne s’affaissait plus. Cet homme ne respirait plus, cet homme était mort et cet impact de balle y était sans doute pour quelque chose. Et l’autre demoiselle encastrée dans le meuble ? Une autre camarade du zoan dont Nathanael n’avait que faire, il était bien plus intéressé par sa proie qui avait trouvé refuge derrière le dernier bouclier humain de cette pièce. Si le colosse n’avait pas été aussi lassé de devoir courir après cette proie il se serait sans doute autorisé un sourire, un sourire parce qu’il savait sa proie acculée mais aussi un sourire parce que c’était amusant de voir ce fier guerrier se cacher derrière le frêle corps d’une femme.

Ne lui restait-il donc aucune fierté guerrière ? De toute évidence non. Mais alors que la proie débutait de nouveau un speech donc le cyborg n’avait que faire, ce dernier posa tour à tour son regard sur le cadavre à ses piedset les trois autres personnes de cette pièce. Était-ce le fameux riche boss dont lui avait parlé le zoan quelques minutes plus tôt ? Sa proie ne semblait pas porter de pistolet sur lui alors d’où venait cette blessure ? D’aussi loin qu’il s’en souvenait le cyborg n’avait vu personne quitter la cabine avant qu’il n’y pénètre, pour autant qu’il en savait la demoiselle qui était prise en otage pouvait très bien être celle ayant pressé la détente.
Le problème ? D’ici il n’arrivait à repérer aucune arme à feu, toutes ces conjectures ne serviraient donc à rien pour le moment car personne ici ne viendrait se déclarer volontairement coupable de ce meurtre.

Et puis qu’en avait-il à faire au final ? Il ne savait rien de la nature des victimes de cet assaut, peut-être avaient-elles mérité leur sort…ou peut-être pas.

Cet homme au bisento s’entendait-elle parler ? Avait-il déjà répété l’un de ses discours ronflants ? Il se disait lassé de canaliser en soulignant l’aspect inutile d’une telle existence passée à se battre, comme s’il essayait de faire entendre raison à son interlocuteur, mais ce dernier resta définitivement fermé à cette tentative et répondit sèchement :

« Tu me fais pitié, toi qui te caches derrière une femme comme un enfant apeuré. Tu en as assez de te battre ? De prendre des coups ? Alors empales-toi sur ton arme qu’on en finisse, j’ai autre chose à faire que de traquer une pleureuse.»


Une proie fuyante était déjà frustrante en soi mais pourquoi Nathan avait-il dû tomber sur une proie qui avait autant de fierté qu’une femme vendant son corps pour de l’argent ? Ce lâche se cachait vers la demoiselle en espérant que cela empêche Nathanael de l’atteindre, cela aurait sans doute fonctionné avec un marine un peu plus jeune et plus humain mais malheureusement l’homme au bisento avait tiré le mauvais numéro. Il essayait de plier le métal, il essayait de faire entendre raison à un mur ce qui était une pure perte de temps.
Les marines avaient pour choisi cette voie en sachant qu’ils passeraient leur vie à se battre, ils se battaient pour le bien du plus grand nombre et parfois cela signifiait de devoir se résoudre à quelques menus sacrifices pour neutraliser une menace plus grande encore. Alors pourquoi cet homme espérait-il que son otage suffirait à achever tout désireux belliqueux encore présent dans le cœur d’acier du colonel ? C’était véritablement ridicule.

Écoutant le barbu lui demander si son otage serait la prochaine à mourir, Nathanael répondit aussi clairement que possible :

« Tu me demandes ça comme si j’en ai quelque chose à faire, pour ce que j’en sais elle peut avoir liquidé cet homme tout autant que toi. Je suis là pour toi, rien que pour toi, alors s’il te reste un minimum de fierté guerrière tu vas me faire plaisir de faire face à ta mort, la tête haute. »


Laissant un petit silence s’installer pendant quelques secondes, laissant à son adversaire l’opportunité de faire son choix entre mourir en lâche ou en guerrier, Nathanael conclut son intervention en précisant un point qui avait son importance :

« Caches-toi derrière elle si tu veux, ça ne fait aucune différence. Tu ne sortiras pas d’ici en vie de toute façon. »


S’il devait exploser le navire tout entier et tuer tout l’équipage pour abattre le barbu et ses petits copains alors Nathan le ferait sans l’ombre d’une hésitation. Ces deux femmes seraient sans doute ravies d’apprendre que leurs morts avaient permis d’abattre ce nœud de corruption et de violence qui se trouvait là. Assurément leurs sacrifices ne seraient pas vains.
Ainsi, attendant la réponse de son interlocuteur, le cyborg prépara son armement en tête. Qu’il usa de balles ou d’explosifs ne ferait aucune différence, ainsi caché derrière cette femme le barbu ne pourrait se défendre efficacement.




Now would be a good time to be scared.





Revenir en haut Aller en bas
Shigo Ike
Super héros fêlé
avatar
Messages : 1025
Race : Humain
Équipage : Lui-même

Feuille de personnage
Niveau:
32/75  (32/75)
Expériences:
185/200  (185/200)
Berrys: 4.013.555 B

MessageSujet: Re: Gambit Decima [Event - South Blue 2]   Lun 16 Jan 2017, 23:52





"Gambit Decima !"



« Ok. »


Ce simple mot résuma bien la pensée du trublion, alors que sa dulcinée venait de manquer de l’estropier à la cuillère en bois. Ok... Il avait merdé. Clairement, elle était à droite de la bissectrice de la courbe « Hot-Crazy ».... Elle était même en zone rouge... La tristement célèbre zone Vickie Mendoza ! Ok. Il fallait rester calme. Ce genre de poulette, pour les larguer dans le calme, devaient se gérer de manière subtile, avec tact, grâce et expérience... Il allait certainement y rester.

L’énergumène se secoua la tête et reprit un fil de pensées un peu plus positives. Maintenant qu’il pouvait apprécier l’entièreté de la scène, allongé comme « un chiffon de par terre » à mater le joli petit postérieur de Mathilda s’élancer en direction de Mr. Rhino... Il se remémora l’enchainement des faits qui l’avaient conduit à manquer de conchier son pantalon. Il avait cru atterrir sur le bateau des assaillis, mais avait été bouté à l’aide d’un morceau de navire sur l’embarcation des assaillants. Puis, à la vue d’une charmante jeune femme succombant instantanément à son charme fou, il en avait déduit qu’il devait la sauver tel le super (super) héros qu’il était. Logique infaillible.

Seulement, tout ne s’était pas déroulé comme prévu.

Alors, oui, il avait (peut être) légèrement chié dans le bol de punch avec un ou deux Sorus raté, une esquive d’explosion sans la princesse en détresse et une très malencontreuse confusion dans ses cibles à abattre. Simplement, là, maintenant, tout de suite, il venait de comprendre sa plus grande bourde de la journée.


« J’aurais dû prendre un caleçon marron. »


Le chasseur de primes se releva enfin, s’épousseta et se racla la gorge, tandis que de multiples informations lui parvenaient. La cabine n’était pas ornée d’un trou béant dans son mur extérieur, contrairement à ce qu’il avait cru ressentir dans son dos. En réalité, une vergue semblait brisée et la voile flottait au vent comme un drapeau en berne. Il s’était payé un autre bout de bateau, ce qui expliquait les douleurs dans son dos et le fait qu’il puisse toujours tenir debout. Depuis le début de la mâtinée, il en avait chié. Catapulté, contre balancé, poils de cul roussi, atterrissages incertains, torgnoles en pagaille... Son corps le lui rappelait douloureusement. Simplement, son esprit était accaparé par deux faits qui se produisaient de manière quasi instantanés.

Mathilda, renommée « la douce », se crêpait le chignon avec la montagne de muscles... Et Cable avait été suivi par un babouin bipède à l’air plutôt louche... Certains y auraient vu un dilemme, d’autant plus au vu de l’attitude chevaleresque d’Ike et de son amour de la gente féminine ! Simplement...


« Abrège ! », le coupa Wilson en plein dans son monologue mental. « L’autre poulette est complètement cinglée, encore plus qu’on te l’avait dit ! »
« Yep, je sais. « Broes over Hoes ». Je connais mes classiques ! »
« Encore heureux... »


Son corps endoloris se remit en branle et se dirigea à toute vitesse sur les talons de l’homme simiesque, dans l’espoir de l’empêcher de faire des trous dans Cable avec son canif ! Ses muscles protestèrent et ses dents grincèrent, mais il lança un autre Soru pour se retrouver en un instant devant la porte et la franchir en quatrième vitesse ! Dans le long couloir, il suivit les échos d’une discussion au loin pour se repérer et tenter d’éviter le pire...


« Pas moyen qu’un putain de bonobo plante mon pote venu du futur ! », s’exclama le chasseur de primes en pensée.


Dans le cas où il rencontrerait sa cible de dos, il balancerait un somptueux « Reecom Kick ! » en plein dans sa mouille, histoire d’ouvrir les hostilités en beauté ! Par contre, si jamais il n’apercevait pas son adversaire en chemin et arrivait aux cotés de son comparse qu’il croyait tout droit débarqué d’un univers parallèle... Ike allait déchanter. Il se retrouverait ainsi face à un homme qu’il n’avait jamais vu, arborant les insignes de la marine et une mine sombre. Un mec. Un vrai, quoi. Le genre beau brun ténébreux qui se tape toutes les gonzesses ! Enflure... Anyway... Wait. What ?! Des cheveux bruns ?


- Mais... T’es pas Cable ! hurla-t-il soudain au milieu de la scène tendue. Quoi que y’a comme un air de famille... Nathan ? Nathan Summers ?


Soudain, il se rendrait compte de la situation qui aurait sauté aux yeux de n’importe quel être sensé : une prise d’otage, un voir deux mecs patibulaires, un macchabée et... et...


- OH SHIT ! l’exclamation de surprise retentirait dans tout le navire.


Le fieffé abruti ouvrirait des yeux grands comme des soucoupes et pointerait un doigt vers l’homme qui tenait en respect la belle brune d’un poignard aiguisé. Il gueulerait alors comme un dératé à l’adresse de son pote Cable :


- On me la fera pas deux fois dans la même journée ! Fais gaffe, bro’, les femmes sur ce navire sont complètement tarées et tentent de te la mettre à l’envers !


Puis, l’air de rien, il rajouterait en regardant derrière son épaule :


- Ah ! Et t’as un singe chelou qui te colle aux basques. J’sais pas où il est par contre...

« Tu peux me dire ce que t’as dans la tête, sérieux ?! », l’houspillerait Wilson.
« Là, tout de suite, un singe qui joue du banjo. », répondrait l’intéressé le plus naturellement du monde.


Le bruit d’un facepalm mental marqua la fin de l’intervention, héroïque au possible, du plus taré de tous les chasseurs de primes de ce monde. À vot’ service !







Résumé :
My bad pour le vol plané ! Je n’avais pas imaginé le cockpit comme ça donc effectivement, c’était abusé ! Du coup Shigo remet les pièces en place, se prend la mandale de sa chère et tendre puis se rend compte (enfin ?) qu’elle est complètement tarée (et pas de la meilleure façon).

Les pendules de nouveau à l’heure, Shigo se dit qu’il va laisser le mastodonte fatiguer Mathilda, puis qu’il va rejoindre Cable (Nathan) pour lui prêter main forte car il a vu un péquenaud tenter de l’attaquer par derrière ! En arrivant... il complexifie la situation, comme d’habitude... Enjoy Cablounet <3 !




Juste à temps !

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Nabeshima Ito
Sergent-chefSergent-chef

avatar
Messages : 79

Feuille de personnage
Niveau:
27/75  (27/75)
Expériences:
189/200  (189/200)
Berrys: 14.700.000 B

MessageSujet: Re: Gambit Decima [Event - South Blue 2]   Mer 18 Jan 2017, 21:24



Gambit Decima
Avec Jugement et MJ.


Il était frustré de voir sa proie lui opposer une si farouche résistance, et entendait bel et bien calmer ses ardeurs afin de profiter de son petit repas tranquillement : le vampire attaquait avec l'objectif de meurtrir, voire de tuer, en véritable prédateur qu'il était. Plus son opposant lui résistait, plus son opposant lui tenait tête et tentait de le repousser, plus il se sentait grandir une soif insatiable, inextinguible... Cela étant, son manque de jugeote et ses réactions primaires, dénuées de l'intelligence dont bénéficiait généralement le véritable Ito, avaient parfois tendance à lui jouer des tours. Irvein en profita donc brillamment, usant de son arme pour dévier celle du carnassier qui, sans se douter de rien, se jeta au contact en considérant le bras de fer comme gagné d'avance. La surprise qui vint envahir ses yeux au moment du choc le laissa parfaitement coi, et les deux crânes se percutèrent avec une violence inouïe. L'adolescent, nettement plus frêle que son opposant, fut ainsi repoussée sur deux bons mètres. Il roula au sol un bref instant puis entreprit de se redresser tout en grognant et en crachant, à l'image d'un félin sauvage et agressif. Les mots du maudit qui lui faisait face ne lui furent visiblement d'aucune importance, et il ne prit en aucun cas le luxe d'y répondre... En vérité, il n'était, dans l'état des choses, pas même capable de cerner leur sens, l'idée d'incompréhension qu'ils transmettaient. L'impuissance de l'autre combattant et sa crainte, l'épéiste en herbe la ressentait. Il ne la comprenait pas nécessairement, mais la constatait... Et cela ne faisait qu'exacerber son penchant virulent, bien entendu. C'est ainsi qu'il décida sans plus attendre de repartir à l'assaut, en usant toutefois d'une attaque légèrement plus élaborée que la précédente. Dans un premier temps, le Nabeshima se mouva avec une vélocité exquise pour tenter de se porter au contact. Si le hors-la-loi ne parvenait pas à l'en empêcher, alors son katana se frayerait vivement un chemin jusqu'à la jambe gauche de son adversaire, dans l'objectif de commencer à l'immobiliser le plus possible.

Son instinct carnassier ne le laisserait toutefois pas s'arrêter en si bon chemin. Tout euphorisé qu'il était par les effluves sanguines qui perçaient à travers son odorat et qui embaumaient l'atmosphère, il sentirait alors son appétit redoubler d'intensité... Et, de fil en aiguille, décupler son envie d'en découdre au plus vite.
Ainsi tenterait-il à nouveau de porter un coup en visant la main d'arme du pauvre Irvein, afin de le désarmer une bonne fois pour toutes. Il y avait fort à parier que l'autre homme saurait à nouveau bloquer, plus ou moins correctement, mais le vampire ne semblait guère se décourager... De son point de vue, il était anormal qu'une proie lui résiste aussi bien, alors il ne pouvait foncièrement s'agir que d'un coup de chance, d'une manière ou d'une autre. De fait, il poursuivrait ensuite son indomptable agressive de la même manière que la précédente : il bondirait, tous crocs découverts, en visant à nouveau la gorge pour prélever directement le liquide carmin à la source.

Rien, ni l'effervescence de la bataille qui semblait aller décroissant faute de combattants, ni les divers grondements et explosions qui naissaient tout autour du duo ne semblait perturber Ito outre mesure ou parvenir à le détourner de son objectif originel. S'il avait porté un regard alentour, il aurait sans aucun doute découvert une proie plus simple à atteindre, une cible facile déjà à l'agonie ou, tout simplement, aurait pu porter son choix sur un cadavre au sang encore frais... Mais le prédateur, s'il savait se montrer charognard à ses heures perdues, n'avait tout simplement pas assez de jugeote pour réaliser une telle embardée non plus : il se savait capable de vaincre le maudit qui lui tenait tête, et allait finir par le prouver.

Codage par Jibunnie sur NEVER-UTOPIA


De nouveau p'tit poste ! Coup d'épée en visant la jambe, puis le bras, puis morsure à nouveau² !
Revenir en haut Aller en bas
Maître-Jeu

avatar
Messages : 1172

Feuille de personnage
Niveau:
0/0  (0/0)
Expériences:
0/0  (0/0)
Berrys: 0 B

MessageSujet: Re: Gambit Decima [Event - South Blue 2]   Dim 05 Fév 2017, 14:12








Ajax (Primé à 65MB)

La défaite des membres de la Marine avait été sans équivoque. D'une poigne d'acier et sans montrer le moindre signe de répit, Ajax s'était employé à massacrer violemment chacun des représentants du gouvernement qui était passé à portée de ses énormes poings. Il était ainsi remonté sur le pont, tandis que les quelques hommes assez valeureux ou assez fous pour l'affronter avaient tenté de gagner du temps pour le Gratz. Alors que la débandade était totale, le cyborg s'employa même à terminer certains fugitif en utilisant une arme à feu balistique qui semblait être intégrée à ses poignets. Le sang teinta bientôt l'eau d'un rouge âpre, alors que certains autres marins parvenaient à s'enfuir par des canots de sauvetage.

Le navire était désormais parti en direction du Parcimonioso. D'un air vaguement absent et passif, Ajax se tourna vers le corps du vieillard qui semblait reposer là. Ses pas lourds, dont Nils pourrait ressentir l'impact rien qu'en le voyant approcher, l'amenèrent à se retrouver pile devant le comédien qui jouait son rôle de combattant hors-jeu. Il se pencha, l'observa, en émettant toujours un vrombissement étrange. Il sembla un instant s'arrêter pour réfléchir, mais n'avait visiblement pas de moyen de détecter la supercherie du vieillard. C'est pour cette raison qu'il se retourna finalement, marchant au travers des corps qu'il venait de semer pour fixer le navire de Don Arrivederci sans plus émettre de réaction.



Irvein (non primé)

Irvein restait hautement perplexe, en plus de sentir le danger qui planait au dessus de sa tête comme une épée de Damoclès. Ce jeune homme en face de lui n'avait plus rien de normal, désormais. Avide de contact, virulent et sans répit, il se comportait comme une bête en cage à qui on refusait son morceau de viande. Le seul problème ? Il était ce morceau de viande et il commençait à en prendre conscience. À défaut de réellement le déstabiliser, c'eut été mentir que de dire qu'une certaine angoisse ne s'était pas installée en lui lorsqu'il avait réalisé ce fait. Lui qui était pourtant d'ordinaire si placide. Pourtant, les faits étaient là : en l'espace de quelques instants d'inattention, il s'était retrouvé avec une entaille béante au torse et un bras endommagé, bras qui aurait tout aussi bien pu finir en charpie si il n'avait pas interposé de résistance assez promptement. L'homme -ou la chose- qui se trouvait devant lui était une menace directe à son existence et il n'avait plus que l'acier pour s'en défendre.

Le semi-vampire passa à nouveau à l'attaque, poussant le maudit de la brume à se camper sur ses appuis. La sueur perlait sur son front et un mélange collant de poudre, de crasses diverse et de sang le recouvrait par endroits. Il cligna des yeux une première fois et parvint de justesse à parer un coup porté à sa jambe. Il sentit le contact des armes blanche remonter jusqu'à son épaule et serra les dents : comment ce type avait-il pu gagner autant de force physique et de vitesse en si peu de temps ? Il cru cependant voir une ouverture. Alors que leurs épées étaient apparemment verrouillées entre elles, il tenta d'asséner un revers de sa main libre à l'adolescent dans le but de le faire à nouveau reculer et, éventuellement, prendre un avantage de timing qui lui serait salutaire. Hélas, le carnassier avait d'autres plans et il lui fallut se rendre à l'évidence très vite : il se pouvait réellement qu'il meure dans les minutes à suivre.

Car lorsque sa main ne rencontra que du vide, alors que le Nabeshima avait effectué un mouvement pour venir enchaîner sur un nouvel assaut, il fut forcé de s'adapter aux mouvements du membre du gouvernement mondial. Sa parade fut bien moins habile que la précédente, plus précipitée. le claquement de l'acier contre le bois endommagé du pont sonna le glas du hors-la-loi. Il n'eut que le temps de pousser un juron à mi-chemin entre frustration et hâte avant de voir une gueule ornée de deux crocs avides s'abattre sur lui. Il tenta de s'effacer, d'opposer son propre corps comme il lui était possible de le faire. Mais cela s'avéra loin d'être suffisant et il bascula rapidement en arrière, son dos heurtant violemment le sol. Une brûlure terrible sembla se saisir de sa nuque alors qu'il hurlait de douleur, poinçonné directement dans le cou par le semi-vampire qui aurait enfin l'occasion de se repaître comme il l'avait si ardemment désiré.

Néanmoins, alors qu'il se débattrait sans doute dans un premier temps, Irvein n'allait pas accepter son sort et attendre sagement d'être consumé par l'appétit impie du nocturne. Il avait déjà survécu à tant de choses... non, il ne se laisserait pas faire ! C'est pourquoi, dans un ultime effort avant de sombrer dans le néant, il s'emparerait du premier débris pouvant servir d'arme à sa portée... afin d'infliger au Nabeshima un ultime assaut.



Lynda Lee, Tô Khoo (non primé), Frame (primé à 5M)

Tô sembla en premier lieu surpris par la réaction du cyborg en face de lui, mais se reprit rapidement. Peut-être avait-il mal jugé l'individu qui lui faisait face ? Il pensait l'avoir à ses trousses à cause de leur dualité première, à savoir le camp pour lequel ils avaient décidé d’œuvrer. Il pensait que le Armstrong se battait pour promouvoir certaines valeurs et c'était ce qu'il avait ressenti durant leur échange. Néanmoins, il se retrouvait désormais face à un individu tout autre : ses mots comme ses actes lui donnaient plus l'air d'un chien en colère qui refusait de lâcher son os. Le question qui lui traversa alors l'esprit fut très simple : qu'est-ce qui pouvait bien pousser son adversaire à une telle envie d'en découdre et, plus particulièrement, d'en ressortir vainqueur ?

Il afficha donc un sourire relativement amusé. Les quelques provocations du Armstrong ne firent guère effet : il avait passé sa vie à se battre et avait maintes et maintes fois prouvé sa valeur guerrière. Cela ne changeait rien au fait qu'il trouvait désormais cela vide de sens. Oui, il avait vaincu, tué, conquis. Il avait été à la tête de régiments entiers, puis d'une armée. Il s'était montré tour à tour courageux, audacieux, ambitieux, sage. Mais qu'en restait-il aujourd'hui ? Ses conquêtes avaient sans doute été reprises depuis longtemps maintenant. Le sang qu'il avait sur les mains, lui, ne partirait jamais. Tout ça pour quoi ? Du vent.

- Il n'y à rien de louable à arborer une fierté basée sur le meurtre d'autrui. Je vous ai peut-être surestimé : si la victoire est tout ce qui vous importe, vous ne faites que renforcer mes convictions.

Soudain, un individu auquel il ne s'était pas attendu entra précipitamment dans la cabine. Décidément, tout le monde venait entraver ses affaires, aujourd'hui. Le nouvel arrivant glissa quelques paroles incompréhensibles au colonel avant de pointer d'un doigt accusateur la demoiselle, qui écarquilla les yeux sous la surprise. Elle ouvrit la bouche comme si elle allait commencer à parler, mais la pression de la lame sur sa gorge lui rappela visiblement sa position. L'ex-militaire, pour sa part, soupira à nouveau. Tout semblait contre lui, désormais. Dans ce cas, il ne lui restait plus qu'à combattre. Il rétracta son couteau et balança brutalement Lynda sur le côté : la tuer aurait été une perte de temps pure et simple, d'autant que quoi que ses adversaires purent en penser, elle restait jusqu'à preuve du contraire innocente.

- Dégage de là.

La demoiselle poussa un jappement et se retrouva rapidement au sol, non loin de son patron. Elle se traîna difficilement jusqu'au mur le plus proche alors que le Khoo rengainait d'un geste habile son poignard avant d'à nouveau s'armer de son kanabo. Le plafond n'était pas très haut, mais la pièce était large : si il jouait sur des attaques consistant en un balayage latéra, il pouvait encore combattre avec une efficacité relative. Sans compter les estocs ou les tranches diagonales. Cela étant, le mobilier allait s'avérer gênant face à un ennemi qui combattait à mains nues et un autre dont il ne connaissait guère les capacités... celui-ci allait s'avérer problématique. Grâce à son don pour l'observation, il avait décelé un pattern d'attaques chez le Armstrong, ce qui lui donnait un avantage certain en termes d'anticipation. Mais il ne savait rien de son congénère.

- Allez.

Dès qu'il eut fini ce simple mot, il s'avança d'un pas en attaquant droit devant lui dans un coup d'estoc qui, rapidement, se multiplia en une véritable pluie de coups si rapides qu'on aurait pu penser qu'il frappait à plusieurs endroits en même temps. Il visait les deux compagnons d'un coup, globalement au milieu. Clairement, l'objectif était ici de vaincre : il avait été bien trop mou un peu plus tôt, jaugeant le colosse de fer blanc sans mettre l'accent sur une défaite prompte et totale. Il ne ferait plus la même erreur. Il avait déjà subi une blessure de ce fait et le plan avait, pour l'heure, complètement capoté. Cela ne faisait que renforcer sa décision. Il s'attendait à plusieurs réaction, en réalité. Si ils s'esquivaient, il enchaînerait immédiatement sur un balayage horizontal afin de les cueillir en plein mouvement. Si le Cyborg opposait son armement à cet assaut, alors il n'y voyait guère d'inconvénient : la vitesse et le force déployées dans cette technique découperaient en morceaux ses munitions, et il ressortirait gagnant d'un bras de fer contre son lance-flamme. Il était très peu probable que son arme soit saisie en plein mouvement, dans la mesure où cela relevait d'une vélocité supérieure à la sienne. Néanmoins, c'était le chasseur de prime qui l'inquiétait réellement. Il resterait attentif à ses mouvements. Bien entendu, la moindre occasion de sortir de la cabine serait prise pour retrouver un terrain de combat plus propice.

-------

De son côté, Frame se releva après avoir subit un sacré choc dans le dos. Néanmoins, il ne semblait pas s'en formaliser : on aurait su dire si il souffrait ou non, car il ne montrait pas le moindre signe de douleur. Son visage restait aussi passif que le marbre : c'était une caractéristique des pions. Des pions disséminés un peu partout dans le monde, par un régent qui croyait en son objectif ultime et était prêt à sacrifier les libertés les plus fondamentales pour y parvenir... tout comme cela avait été le cas pour le simiesque. Il se redressa donc, faisant fi de l'impact qui lui avait été infligé alors que le héros taré passait dans son dos pour porter secours à Nathanaël Armstrong. Il arriva ainsi bientôt dans leur propre dos, juste à temps pour voir l'assaut de Tô se produire. Cela le poussa, sembla-t-il, à une certaine prudence : il dégaina son arme et se tint prêt à passer à l'action selon ce que feraient les deux représentants du "bien", si l'on en croyait les journaux.






El rézoumé :

Nils > tu peux souffler, il t'a pas vu. What a Face

Ito > T'as gagné, et ouai. Par contre, il t'inflige une dernière blessure pendant que tu essaies de le changer en éponge sèche. Je te laisse choisir une blessure non létale mais qui deviendra handicapante assez vite, située quelque part entre tes hanches et tes épaules sur l'un des flancs. What a Face

Shigo & Nath > Tô vous attaque. Il utilise une technique d'estoc très rapide, partant d'entre vous deux et élargissant vers les extérieurs pour essayer de vous blesser. Si vous esquivez, il enchaînera sur un balayage horizontal. Frame, pour sa part, s'est bel et bien mangé le coup de Shigo et est donc blessé. Mais comme vous l'avez sans doute compris, c'est un pion... donc il reste dans votre dos et se prépare à réagir à vos actions afin de ne pas se faire zigouiller par son collègue.

Vous ne savez pas ce qu'il se passe entre Mathilda et Damian (sans doute se tapent-ils encore dessus) dans la mesure où vous êtes dans la cabine / sur un autre navire / Occupé à vous tailler un steak.

Ajax est costaud. What a Face
Damian et Tô sont lvl 30.
Mathilda est lvl 29.
Frame, Work et Selucia sont lvl 26.
Irvein est lvl 21.
Alejandro est lvl 20, mais il est mort le con MDR
Les pirates semblent lvl 15-20. Ils sont quasiment éliminés. Tous, en fait, à coup de scénarite.
À vue de nez, les marins du Galion doivent être lvl 10-15. Il n'en restent qu'une poignée, épuisés et relativement impuissants. Autant dire qu'ils ne sont guère utiles, désormais.

Vous ne connaissez pas le lvl de Lynda.
Revenir en haut Aller en bas
Nils Gratz
Pépé Péteux
avatar
Messages : 1316
Race : Humain
Équipage : Le Compost

Feuille de personnage
Niveau:
33/75  (33/75)
Expériences:
150/250  (150/250)
Berrys: 34.054.000 B

MessageSujet: Re: Gambit Decima [Event - South Blue 2]   Mar 07 Fév 2017, 23:31




Ultime espoir



Se contrôler, c’était plus ou moins tout ce que le vieillard avait à faire dans cette situation. Plus ou moins car plusieurs facteurs étaient vraiment en train de le rendre complètement maboule. Le gros monsieur Ajax qui aurait certainement dû accepter l’offre initiale de devenir sa femme de ménage était simplement en train de faire trembler le sol et le plus gros défi de l’ancêtre était donc de jouer au jeu du mort tout en contrôlant le poison pour qu’il ne commence à perler que sous lui.

Le risque était total : si jamais la machine de guerre constatait que le vieil homme n’était pas hors de combat en lui roulant dessus, s’en serait véritablement terminé pour sa pomme. Un mal pour un bien si ce dernier pouvait considérer qu’il rejoindrait ainsi sa bien-aimée.

Les pas lourds, la puissance incarnée de Ajax, Nils n’était vraiment pas au mieux. De toute façon, même s’il avait voulu bouger, ses côtes cassées l’en auraient empêché. Seul son état mental était quelque peu aléatoire : le sol vibrait chaque fois plus alors que le mastodonte se rapprochait. En quelques secondes, des pensées horribles assaillirent le commandant Gratz et il fallut pour lui faire preuve de retenue comme jamais. Pour la première fois depuis qu’il s’était engagé dans la marine pour sauver son fils, il avait peur de perdre la vie. Etant médecin et un tantinet observateur tout de même, il comprenait que seul, il n’avait pas la moindre chance. Pire encore, tenir sa promesse envers sa famille deviendrait dès lors impossible…

Toutes ses pensées étaient dirigées vers son fils et ses petits-enfants. L’ambivalence de ses désirs entre rejoindre sa femme et protéger sa descendance était à son paroxysme mais il tint finalement bon. Au final, il n’avait simplement pas le droit de mourir : tout au moins pas avant d’avoir rendu hommage à sa femme et son amour de toujours. Ces souvenirs en tête, comme des paroles réconfortantes et omniprésentes agirent comme une drogue pour le vieillard qui parvint alors à ne rien laisser transparaître. Arrêtant de propager son poison alors que le primé était pendu au-dessus de lui, aucun signe ne le trahissait : c’était comme si sa volonté transpirait pour communiquer avec son jeu d’acteur. Cette volonté, source de force, se révéla d’autant plus importante lorsque Ajax changea finalement d’itinéraire : à peine s’était-il éloigné que la résolution de l’ancêtre redoubla et le poison recommença alors à se répandre dans les cales du navire pour bientôt en recouvrir le maximum de surface.

Une fois qu’il serait certain d’avoir recouvert le plus de surface possible, Nils se risquerait alors à ouvrir un œil pour savoir où il est et ce qui se passe autour de lui. Désireux de ne pas agir seul, il avait deux espoirs secrets. Le premier était qu’on vienne l’aider… après tout, on ne devait pas laisser les ancêtres dans de telles situations, et enfin, avec un peu de chance… le navire dériverait de lui-même jusqu’à Toroa ?




_________________

Signature réalisée par Komatsu
Revenir en haut Aller en bas
Nathanael Armstrong
ColonelColonel

avatar
Messages : 136
Race : Cyborg

Feuille de personnage
Niveau:
31/75  (31/75)
Expériences:
63/250  (63/250)
Berrys: 32.560.000 B

MessageSujet: Re: Gambit Decima [Event - South Blue 2]   Mer 08 Fév 2017, 01:27



Why am I better than you ? Because I am like a machine, flawless.




Lorsque le gouvernemental parlait il n’avait jamais de but caché, il ne ressentait pas le besoin de masquer ses intentions à la face du monde car elles étaient claires comme de l’eau de roche. Il n’aimait pas se battre, il n’aimait pas écraser le visage d’un de ses congénères à coup de poings et de pieds, il n’aimait pas savoir d’autres personnes derrière des barreaux et pourtant il s’efforçait d’y enfermer toutes les personnes qui passaient entre ses mains. On pourrait croire qu’un individu ayant accepté de jeter aux orties son humanité serait rempli de contradictions et trop difficile pour être cerné par ses collègues mais en vérité c’était tout l’inverse, ce colosse en fer blanc était sans le gouvernemental le plus transparent et simple à comprendre du monde entier : seul le devoir lui importait.
Ses croyances profondes avaient été effacées au moment où il avait enfilé son uniforme blanc et bleu pour la première fois, il avait été réinitialisé pour devenir la quasi-parfaite machine de guerre qu’il était aujourd’hui et son avis n’avait désormais plus sa place.

C’était donc avec son seul devoir présent dans son esprit qu’il était monté sur ce navire dont il était bien et c’était dans ce même état d’esprit qu’il avait poursuivi sa proie jusque dans cette cabine, jusque dans cette situation rendue compliquée par cette prise d’otage. Mais ici encore le devoir surpassait tout et s’il devait transpercer cette femme pour arrêter ce criminel alors Nathanael le ferait sans une ombre d’hésitation, mais il fut presque amusé par la tirade de son adversaire. Si le colosse avait été de bonne humeur il se serait autorisé à sourire face à cette tirade ridicule car sa proie confondait le sens du devoir de Nathanael avec un goût ou une fierté pour le meurtre et la victoire.
Fierté ? Quand est-ce que la fierté avait été présent dans la moindre action de ce nouveau colonel ? Quand est-ce que ses désirs et aspirations profondes avaient-elles joué le moindre rôle dans sa prise de décision ? Jamais, il n’avait pas choisi de devenir un défenseur de la Justice pour servir ses propres intérêts mais parce que le monde avait besoin d’hommes comme lui pour ne pas tomber dans le chaos, c’était sans doute un peu prétentieux de sa part de penser ici mais il n’aurait jamais porté cet uniforme s’il n’avait pas pensé pouvoir faire la différence face aux agents du chaos et de l’injustice.

Ainsi son adversaire avait pensé que Nathanael avait des objectifs sous-jacents qui le poussaient à se battre avec un tel acharnement, mais malheureusement ce marine était beaucoup plus simple qu’il n’y paraissait, il se battait parce qu’il le devait et non parce qu’il le voulait. Mais il ne lui fallut que quelques instants pour cerner la psyché de sa proie, il s’agit d’un cas typique du soldat fatigué qu’il avait rencontré plusieurs fois chez certains marines vétérans. Il s’était sans doute battu pendant des années et avait perdu son esprit combattif, il n’avait plus l’énergie et la passion confiées par la jeunesse, il ne voyait probablement plus l’intérêt de se battre et voir un gouvernemental se battre sans autre motif que le sens du devoir sembla confirmer sa lassitude. Fallait-il seulement avoir de nobles et très profondes idéaux pour qu’un combat soit juste et une victoire méritée ? Si c’était le cas alors le maintien de la Justice et de l’ordre face au chaos était la plus noble des raisons.

Non, il était inutile de débattre de ces idéaux ici car ces deux hommes ne parviendraient jamais à se mettre d’accord, il ne restait plus à ce vieil homme qu’à combattre et mourir. Mais avant même que le combat n’ait pu reprendre le dialogue fut interrompu par l’arrivée d’un homme haut en couleur sembla connaître ou reconnaître le gouvernemental. Comment diable aurait-il pu connaitre son prénom s’il ne le connaissait pas ? Bon d’accord il avait tout faux sur le nom de famille mais ce n’était qu’un détail, détail sur lequel Nathan ne s’attarda pas lorsqu’il lui demanda :


« On se connait ? »


Pour sa part le cyborg ne reconnut pas du tout le nouvel arriva mais, lorsque celui-ci l’enjoint à se méfier des femmes présentes sur ce navire y compris celle prise en otage, Nathanael voulut répondre mais ses propres furent tués dans l’œuf quand le barbu jeta la femme sur le côté comme une caleçon sale. Toisant du regard la demoiselle, Nathanael modifia finalement ses propres concernant la méfiance envers les demoiselles :

« Bizarrement je ne pense pas que ce soit le cas de celle-ci.»


Mais malheureusement la conversation ne put se poursuivre car le barbu fut de nouveau prêt à combattre et ne perdit pas de temps. En raison de l’étroitesse de la pièce il ne pouvait pas se mouvoir aussi efficacement qu’à l’accoutumée mais il ne sembla pas baisser les bras pour autant, bien au contraire il ouvrit le bal en une série de rapides coups d’estoc. Conscient de ses capacités, se sachant trop lent pour se glisser entre ces lames ou attraper la longue arme au vol, Nathanael fit ce qu’il savait faire le mieux. Jambes pliées, genoux fléchis, il leva ses deux bras parallèlement au niveau de son torse et de son visage en une posture défensive simple mais efficace. Se changeant en bloc de métal pendant quelques instants il laissa tomber une grenade depuis un espace dans le bas de son dos.
Que cherchait-il à faire ? Il cherchait à prouver sa bonne foi au nouvel individu en lui offrant une arme, une façon de lui tendre la main pour qu’ils mènent ce combat ensemble. Il ne savait pas combien de temps ses solides bras parviendraient à encaisser les coups répétés du barbu mais ils tiendraient bon jusqu’à ce que le nouveau venu passe à l’action, il tiendrait aussi longtemps qu’il le faudrait car il avait une promesse à tenir : celle de ne pas laisser ce barbu sortir d’ici en vie.


Now would be a good time to be scared.








Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Shigo Ike
Super héros fêlé
avatar
Messages : 1025
Race : Humain
Équipage : Lui-même

Feuille de personnage
Niveau:
32/75  (32/75)
Expériences:
185/200  (185/200)
Berrys: 4.013.555 B

MessageSujet: Re: Gambit Decima [Event - South Blue 2]   Mer 08 Fév 2017, 21:39





"Gambit Decima !"



- On se connait ?


Le verdict était tombé, aussi sec et cassant qu’une pâte à pizza restée trop longtemps au four. Nathan Summers, c’était pas lui. Mais alors c’était qui ce type ? De toute évidence y’avait un truc, un il ne savait trop quoi, qui avait fait qu’Ike avait immédiatement accroché avec le mastodonte. Que ce soit sa bonne gueule, sa ressemblance avec Cable, le fruit de son imagination ou, tout simplement, le fait que ce marine se trouve entre le gros barbu armé d’une arme tranchante et lui… Non, vraiment, aucune façon de savoir ! Pourtant, la réciproque ne semblait pas vraie. Le marine avait l’air de s’en coquiller l’oreille avec une pelle à tarte de la présence de son nouveau copain. Il alla même jusqu’à ne pas croire le nouveau venu quant au caractère dangereux de la gente féminine locale ! Fallait dire que devant le traitement réservé à ladite donzelle par le monsieur barbu… y’avait de quoi douter. Bah ! Il changerait bien assez vite d’avis lorsqu’il verrait Mathilda…

Perdu dans ses élucubrations idiotes, le chasseur de primes faillit manquer l’attaque soudaine du barbu en pagne ! Mais Cable-like veillait au grain. Il fit rempart de son corps ! Quant à lui, Ike se réfugia avec précipitation derrière le mastodonte d’une roulade agile. Tout son corps le faisait souffrir, la faute en incombait à ses galipettes en tous sens et aux chocs répétés avec des parties de navire qui… En y repensant, il s’était quand même fait ramasser la mouille par des morceaux de bateau depuis le début ! Le « Hero-meter » en avait pris un coup, c’était un fait… C’était pas comme le combattant qui se tenait derrière lui, prêt à faire barrage de son corps pour protéger son nouveau pote. Car il ne pouvait s’agir que de ça… Nathan avait fait mine de ne pas le reconnaitre devant le barbu car il devait avoir un plan !

Soudain, une grenade tomba juste devant lui.

Ike leva les yeux et aperçut un compartiment caché dans le bas du dos du cyborg. Mais bon sang c’était bien sûr ! Cable avait toujours été plus rusé que lui, alors il avait tout prévu depuis le début ! Ce mec était un putain de génie. Il ne pouvait pas laisser son coéquipier dans la mouise comme ça. Bon sang ! Lui aussi était un héros ! Un vrai de vrai ! Il aperçut tout à coup le semi-macaque qu’il avait étalé un peu plus tôt s’approcher d’eux par derrière, telle la petite fouine qu’il semblait être. Ce mec comptait les poignarder par derrière ?!

C’en fut trop.




Oubliant sa fatigue et sa douleur, le chasseur de primes se ressaisit soudain et laissa libre court à son instinct. Dans un slow motion digne d’un film de super héros, Ike… retira ses chaussures. Il glissa dans l’une d’entre elles la grenade semtex artisanale qu’il avait récupéré il y avait de ça un certain temps, suite à son affrontement avec Sorn Guard. Il la dégoupilla et lança la chaussure piégée dans le couloir derrière le macaque, avant de balancer son autre chaussure, puis la flash bang en direction du barbu en pagne.

Lui aussi avait son mot à dire dans cette histoire !

Il dégaina ses deux armes à feu et lança une rafale de balles entre les jambes de Cable vers les jambes de leur adversaire commun, avant de ranger ses jouets dans leurs holsters. Dos au fou furieux en pagne, Ike tenta de rassembler ses forces pour lancer une attaque frontale dans la poire de l’homme simiesque afin de le renvoyer vers la grenade d’un retentissant :


- REECOM KICK !


Avec un peu de chance, le bonobo sournois retomberait pile sur sa chaussure piégée… Seul revers de la médaille : il n’aurait plus qu’à se confectionner de nouvelles bottes ! Tout à coup, l’énergumène se rappela de l’effet des grenades semtex… Une explosion à fragmentation avec des bouts de métal qui volaient en tous sens !


« Shit. », eut-il le temps de penser, avant que le slow motion ne prenne fin.


Il plongea au loin de l’explosion, dans l’espoir de ne pas trop morfler lui aussi ! Bon, y’avait encore quelques progrès à faire niveau instinct !







Résumé :
Ike lance une chaussure piégée derrière Frame. Il lance son autre chaussure ainsi que la flashbang en direction de To Khoo. Ensuite, il lance une rafale de balles entre les jambes de Nathanael, puis lance un reecom kick dans la tronche de Frame pour le renvoyer vers la grenade.
Et il plonge pour s’abriter derrière Nathan ^^.


Technique utilisée :
SuperHero Punch ! : (lvl 10)
Un énorme coup de poing en pleine face, alors que Ike charge littéralement l'adversaire. Plus facile à esquiver qu'un coup de poing ordinaire, mais il fait, bien sûr, beaucoup plus mal... Technique généralement utilisée en finish him.
Variation : « Reecom kick ! » (lvl 12). Même chose que précédemment mais avec un grand coup de pied ! En général utilisé contre des portes, des gros tas ou pour dire bonjour aux gens qu’il n’aime pas.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Nabeshima Ito
Sergent-chefSergent-chef

avatar
Messages : 79

Feuille de personnage
Niveau:
27/75  (27/75)
Expériences:
189/200  (189/200)
Berrys: 14.700.000 B

MessageSujet: Re: Gambit Decima [Event - South Blue 2]   Jeu 09 Fév 2017, 19:07



Gambit Decima
Avec Jugement et MJ.


La meilleure défense, c'est l'attaque. L'adage populaire, souvent utilisé à tort et à travers, eut cette fois-ci l'occasion d'être vérifié avec brio : alors qu'il menait très clairement la danse, le vampire assoiffé gomma absolument toute idée de protection ou d'esquive qui aurait pu germer dans son esprit bestial pour se concentrer sur l'essentiel. La mise à mort de son assaillant et la récupération de son fluide vital n'était ni plus ni moins que l'unique objectif qui demeurait au sein de sa psyché défaillante. L'ardeur de ses mouvements en fut alors décuplée, et il se montra concrètement plus imprudent encore, allant jusqu'à avaler la distance qui le séparait de son ennemi pour le harceler au corps-à-corps sans lui laisser la moindre chance de s'esquiver face à cette charge soudaine et brutale. Le désir croissant de laisser le sang couler le long de sa gorge, empoisser sa bouche et les tissus qui le couvraient était désormais tout ce qui permettait à Ito de se mouvoir. Cela expliqua en très grande partie le sentiment de félicité et d'euphorie dont il sembla frappé lorsqu'il parvint enfin à faire basculer le criminel pour planter ses crocs avidement dans la chaire fragile du pauvre homme, en délaissant plus encore le peu de défense qu'il aurait pu espérer avoir auparavant. Ainsi, le carnassier ne se rendit pas compte du danger que représentait Irvein, même à demi-mort, et n'analysa pas du tout la menace qui pointait le bout de son nez avant qu'un éclat de bois ne vienne lui perforer le torse, lui arrachant un hurlement sinistre et strident. Terriblement endolori sur la moitié de son flan, l'épéiste en herbe sentit alors une colère sourde et froide s'emparer de lui. Il était frustré, enragé de remarquer que cette proie faisait preuve d'une combativité à toute épreuve, qu'elle ne faisait pas preuve de la fatalité tant attendue, du défaitisme qui aurait dû la pousser à baisser les bras... Aussi la réaction du Nabeshima fut-elle la plus animale possible. Il s'acharna, encore et toujours, allant même jusqu'à oublier sa lame, préférant au tranchant impeccable de celle-ci l'efficacité discutable de ses ongles pour griffer tout ce qui pouvait l'être, des vêtements jusqu'aux eaux. Lorsqu'il en eut terminé, le spectacle macabre qui pouvait s'offrir aux quelques témoins présents était tout bonnement abominable, et d'un glauque édifiant. Couvert de sang, le vampire s'acharnait sur un cadavre déchiqueté, tandis que de son torse s'échappait un épais filet de son propre liquide carmin.

Il sembla lui falloir encore quelques bonnes dizaines de secondes pour enfin retrouver un semblant de calme : ses yeux voyaient troubles, s'agitaient sans cesse, tournant çà et là en renvoyant l'image d'un animal apeuré, soudain conscient de s'être trop facilement exposé, d'avoir été trop ardemment blessé. Son instinct de meute inexistant, le marine se voyait livré à lui-même dans un environnement qu'il analysait comme étant parfaitement hostile : il y avait trop d'humains ici, et même si la puanteur qui se dégageait de la plupart de leurs corps témoignait également d'une mort omniprésente, quelques uns d'entre eux étaient encore et toujours menaçants, suffisamment en tout cas pour risquer de l'achever d'une minute à l'autre. Son appétit enfin comblé, ses instincts barbares enfin pleinement satisfaits, le marmot récupéra son arme qui traînait non loin de lui et entreprit désormais de se redresser en tanguant dangereusement, le tout sans oublier un seul instant de feuler et de grogner avec rage pour tenir à distance les hypothétiques charognards qui lui tournaient probablement d'ores et déjà autour. Il se mit alors dans l'idée de les devancer, de les prendre à leur propre jeu et de leur prouver à tous qu'il n'était pas aussi faible que son ennemi n'avait bien voulu l'espérer : il devait trouver ces charognards, et leur faire la peau, un à un. Le vampire, tout à sa haine de l'autre, tourna alors violemment sur lui-même dans l'objectif de se trouver une proie facile à atteindre. Il la découvrit alors sans le moindre mal.

Sur le pont de l'autre navire, à quelques mètres de là, se trouvait une proie aux dimensions gargantuesques. Ce monstre de la nature avait beau transpirer de puissance, le carnassier lui découvrit rapidement une attitude relativement paisible, ou tout du moins posée... Un aveu de faiblesse, peut-être ? Difficile à savoir, dans l'état des choses. Toujours était-il qu'Ito, incapable de le rejoindre, se contenta pour l'heure d'émettre dans sa direction de bruyants grognements rauques, afin de tester sa réaction.

Codage par Jibunnie sur NEVER-UTOPIA


Ito tue Irvein, le mange, puis remarque Ajax sur l'autre navire et le taunt (il insulte sa maman en langage animal)
Revenir en haut Aller en bas
Maître-Jeu

avatar
Messages : 1172

Feuille de personnage
Niveau:
0/0  (0/0)
Expériences:
0/0  (0/0)
Berrys: 0 B

MessageSujet: Re: Gambit Decima [Event - South Blue 2]   Dim 19 Fév 2017, 18:02








Ajax (Primé à 65MB)

La distance qui séparait le navire sur lequel se trouvait le colosse et le galion de feu Don Arrivederci était devenue ridicule... du moins, pour un goliath de trois mètres de haut ayant visiblement sous le capot une puissance qui allait de paire avec sa carrure. Ayant d'ores et déjà oublié la présence du vieillard qui avait tout le loisir de préparer un plan dans son dos, le titan fit quelques lourds pas vers l'avant alors que sa vue discernait des formes sur le navire, qui se précisèrent bientôt. Il s'agissait là respectivement du Zoan du rhinocéros et de son adversaire enragée, qui s'étaient engagés dans un bras de fer assez inattendu. Malgré son apparence frêle, la jeune demoiselle semblait être une adversaire redoutable. Le vieux mercenaire, de son côté, avait fait quelques erreurs d'appréciation mais s'était désormais repris : leur affrontement tournait à l'impasse. Mais c'est une autre forme sur laquelle le colosse verrouilla son regard... un schéma de couleur qu'il avait vu quelques instants plus tôt. Alors que le Nabeshima avait réduit en charpie un Irvein parti d'une façon combative, il se tournait désormais vers Ajax en feulant comme un animal sauvage. Un nouveau pas vers l'avant, accompagné de lourds bruits mécaniques, amena le mastodonte un peu plus prêt de la rambarde. Puis il plia les genoux dans un autre son étrange... avant de se propulser dans les airs d'un saut prodigieux, faisant tanguer son navire d'arriver tout entier comme si il venait de se prendre une salve de canons, fracturant une partie du pont au passage.

Il s'écrasa devant le vampire lourdement. Si lourdement qu'il faillit en réalité transpercer le navire d'un seul coup. Tous ceux qui se trouvaient à l'intérieur -comme à l'extérieur- auraient sans doute la surprise de quitter le sol un instant, avant de s'écraser lourdement comme certains avaient pu le faire un peu plus tôt, lorsque le grappin avait été détruit. D'ailleurs, pas sûr que la structure eut tenu le choc entièrement, car dans la cale quelques rivets avaient sauté... rien de grave pour l'heure, mais ça pouvait tourner au naufrage complet si personne ne s'en chargeait. Pour sa part, Ajax avait explosé le point d'impact, descendant d'un étage de trop dans le Parcimonioso. Cela ne sembla pas l'affecter outre-mesure et il remonta bientôt de quelques coups de bras puissants, se hissant de toute sa taille devant l'épéiste, le fixant de son regard rouge sang. Ses doigts massifs, épais comme les barreaux d'un centre pénitencier, s'écartèrent et se déployèrent dans un grincement sordide. Il passerait à l'action à n'importe quel moment, avec un seul but : éliminer ce qui se trouvait en face de lui.



Mathilda Sweetie (primée à 28MB), Damian Buster

Engagés dans un affrontement de longue haleine, les deux individus cherchaient chacun à profiter de leurs forces autant que de diminuer les désavantages de leurs faiblesses : et à raison. Si la Sweetie était rapide et mortelle, sa carrure de princesse ne lui permettait pas d'encaisser les coups enragés de l'homme rhinocéros qui se trouvait en face de lui. Inversement, la lourdeur de Damian ouvrait des possibilités de contre-attaque à la belle qui s'empressait de le changer en bacon à l'aide d'un fruit vicieux : le paramecia de la tranche, lui permettant de changer n'importe quel objet en une lame des plus aiguisées. Elle ne se privait d'ailleurs pas de lui balancer des débris au visage après les avoir changés en une version mortelle d'eux même, débris qui s'enfonçaient dans la peau épaisse du Buster sans trop de difficulté malgré sa solidité. Néanmoins, il avait réussi à la balayer d'un large coup de pied, ce qui avait rétabli une égalité sommaire dans leurs état. Lequel gagnerait en premier ? La réponse pouvait dicter le dénouement même de cette bataille navale...



Lynda Lee, Tô Khoo (non primé), Frame (primé à 5M)

Le déluge d'acier libéré par Khoo trouva une mitigation de fortune en la personne même du colonel Armstrong. Interposant ses bras cybernétiques, il tenta de parer la majorité de l'assaut, ce qui allait se révéler impossible... mais offrirait effectivement une marge d'action à son compère étrange. Alors que le corps du Cyborg subissait de nombreuses taillades ainsi que des estocs passant outre la barrière de ses bras sans pour autant toucher de point crucial, il libéra donc une grenade à l'intention de son camarade du moment. Ce dernier agit donc de son côté en balançant une ... chaussure. Une chaussure piégée, certes, mais une chaussure tout de même... néanmoins, pas de chance pour lui, le simiesque se contenta d'esquiver une première fois avant de s'approcher d'un pas leste et de parcourir la distance qui les séparait alors que le chasseur de prime tentait d'handicaper le manieur de bisento. La Lee, pour sa part, tentait de se rapprocher de la sortie en se mettant le plus à l'abri possible, visiblement désireuse de quitter cet endroit au plus vite.

En l'espace d'une seconde, ce fut un bordel sans nom qui cueillit tous les combattants. Frame se jetait dans le dos d'un Ike offert, prêt à changer sa colonne vertébrale en rangement à poignard. Tô, de son côté, poussant un grognement de douleur et de frustration alors qu'une des balles du chasseur faisait mouche, l'amenant à plier genou à terre et à rater un coup de son enchaînement. Puis tout le monde sembla s'envoler soudainement de quelques mètres alors qu'en réalité, c'est le navire qui s'enfonçait brusquement. Déjà en l'air, Frame ne put rien faire pour s'en prémunir : ratant partiellement son coup de couteau, laissant une estafilade sanglante dans le dos du chasseur de prime, il se mangea le plafond de plein fouet et tomba au sol avant de rouler mollement sur un petit objet étrange, plus loin dans le couloir... c'est dans une déflagration qu'il disparut, sous les décombres qui laissèrent la lumière du soleil arriver partiellement dans la cabine.

De son côté, Tô se retrouva lui aussi projeté et retomba sur le ventre dans un râle, avant d'entreprendre de se relever. Bon sang, que venait-il de se passer ? Une chose que Lynda verrait sans doute d'elle même bientôt, car elle semblait visiblement bien décidée à ne pas mourir ici et maintenant que la sortie s'était agrandie, elle allait s'engouffrer dedans à toutes berzingues. L'ancien général, pour sa part, se saisit de son arme et observa les deux protagonistes devant lui. Il s'épuisait, il était blessé de part en part et cette secousse n'avait pas été salvatrice pour lui. Il commença à envisager sérieusement l'idée d'une défaite cuisante, qui signifierait sans doute la mort si on en croyait les dires de son opposant. Dans un effort qui se rapprochait du dernier, il empoigna son bisento et fonça vers l'avant dans le but d'empaler l'Armstrong sur son acier. Le tout dans un cri qui, à sa surprise, le revigora mentalement. C'était un hurlement qu'il utilisait sur le champ de bataille, autrefois... néanmoins, un large flash l'aveugla complètement. Impossible de voir ce qui l'entourait et ne disposant nullement d'un fluide de l'observation, il poursuivit son assaut avec dignité.

- URYYYAAAHHHH !





El rézoumé :

Nils > T'es sauvé pour l'heure, on peut dire !

Ito > Ajax atterrit devant toi. Il a démoli le pont à son point d'impact.

Shigo & Nath > J'ai pris la liberté de couper ton mouvement, poulet : en effet, lancer les chaussures serait un mouvement simple en soi, mais en truffer une d'une grenade avant de la lancer, puis lancer l'autre dans l'autre direction tout en jetant la flashbang, puis tirer sur le monsieur, puis kicker le singe de l'autre côté, ça laissait des ouvertures ! Du coup, Frame a tenté de te dépiauter la moelle... mais il n'a réussi qu'à te laisser une grande coupure dans le dos avant de se manger le plafond et d'exploser sur ta grenade. Tu as malgré tout touché Tô à une jambe. Nath, tu subis l'assaut et donc des dégâts non négligeables, mais tiens bon. De plus, l'arrivée d'Ajax empêche Tô de continuer et il se jette finalement sur toi pour t'empaler après s'être relevé, dans un cri de guerre. Ceci dit, ta flashbang l'aveugle : donc il poursuit son mouvement car il sait qu'il n'en a plus pour longtemps dans ces conditions, mais il ne pourra pas se défendre. Tu le sens qui touche à la fin. Vous voyez tous les deux Lynda qui rush vers la sortie de ce carnage.

Mathilda et Damian se tapent dessus. Ils se sont sans doute également cassé la figure lorsque le Cyborg est arrivé. C'est pour l'heure un match nul, mais ça pourrait changer et impacter la suite...

Néanmoins, vous l'aurez sans doute compris, le navire a été endommagé par l'arrivée brutale du gros gaillard. Pour l'heure, rien de grave. Mais avec la suite de l'affrontement, ça pourrait tourner à un remake de Titanic...

Ajax est costaud. What a Face
Damian et Tô sont lvl 30.
Mathilda est lvl 29.
Frame, Work et Selucia sont lvl 26.
Irvein est lvl 21.
Alejandro est lvl 20
Les pirates semblent lvl 15-20. Ils sont quasiment éliminés. Tous, en fait, à coup de scénarite.
À vue de nez, les marins du Galion doivent être lvl 10-15. Il n'en restent qu'une poignée, épuisés et relativement impuissants. Autant dire qu'ils ne sont guère utiles, désormais.

Vous ne connaissez pas le lvl de Lynda.
Revenir en haut Aller en bas
 

Gambit Decima [Event - South Blue 2]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant

 Sujets similaires

-
» [South Blue - Ile du Karaté] Les petites drogues du requin
» [Fiche d'île] QG de la Marine de South Blue
» Gambit Décima [Event - South Blue 1]
» La traque est ouverte. [Event - South Blue 2]
» Gambit Decima [Event - Grand Line 2]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
One Piece Seken :: Le monde de One Piece :: Seas Blues :: South Blue-