Partagez | 
 

 Gambit Decima [Event - South Blue 2]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant
AuteurMessage
Maître-Jeu

avatar
Messages : 1172

Feuille de personnage
Niveau:
0/0  (0/0)
Expériences:
0/0  (0/0)
Berrys: 0 B

MessageSujet: Gambit Decima [Event - South Blue 2]   Sam 15 Oct 2016, 12:20



Lynda Lee & Alejandro Don Arrivederci


- Vous pensez vraiment qu'il acceptera ?

Dans la cabine finement décorée du quinquagénaire, la demoiselle passait ses doigts délicats sur un vase en porcelaine soigneusement ouvragé. Un incontournable de la collection personnelle de Don Arrivederci, qui ne se privait pas de montrer à qui voulait -et qui ne voulait pas, d'ailleurs- ses possessions. Pour sa part, elle était plus attirée par le motif délicat représenté, une grue en train de déployer ses ailes, que par le matériau qui composait le récipient même. Les goûts et les couleurs...

- Bien entendu, ma chère. Maxwell est un homme raisonnable. Nous avons tout à gagner dans cette affaire et il le sait.

Assis dans un canapé en cuir à l'armature de bois de chêne, le talon droit posé sur son genou gauche, l'homme d'affaire de la Guilde Marchande lissa quelques instants sa barbe. Sa vieille connaissance obtenait la chance de faire circuler ses marchandises bien plus efficacement... quant à lui, il gagnait en influence auprès de la compagnie. Ce projet d'avenir était porteur d'une croissance exemplaire, il en était certain. Il avait toujours été un fin limier des offres en or, tant et si bien qu'on l'appelait désormais "mani di oro". Pour sûr, son instinct exemplaire de chasseur de bonnes affaires ne le trompait pas : la fortune attendait, là, presque à portée de main. Il s'avança légèrement jusqu'à une table basse circulaire assez large, dans laquelle il ouvrit un compartiment avant d'en sortir deux verres de cristal.

- Brandy ?



Damian Buster & Selucia Khan

Sur le pont du "Parcimonioso", l'énorme galion personnel de Don Arrivederci, l'activité battait son plein : ils étaient très récemment entrés dans une sorte de brume opaque et passablement ennuyeuse. Les marins s'affairaient à assurer le bon déroulement du trajet, ce qui en l'occurrence ici signifiait... ralentir, car la vision était quasiment nulle. Foutu brouillard ! Heureusement qu'on était à South Blue et pas sur Grand Line... c'était du moins la pensée actuellement en train de tourner en boucle dans la tête d'un homme massif, adossé à l'une des parois séparant l'intérieur du navire du large pont. Damian Buster n'avait jamais été un grand fan des caprices de la météo : c'était mauvais pour son teint. Et puis, il détestait se gominer pour rien. Du haut de sa cinquantaine bien consommée, il restait soucieux de son style. Un trait de caractère exacerbé chez lui...

- J'espère que ça va se lever bientôt, maugréa-t-il.
- Le grand Damian Buster craindrait-il l'arrivée de ses premiers rhumatismes par un temps humide ?

La voix qui lui avait répondu, féminine et posée, perçait néanmoins avec une pointe de sarcasme le silence bougon qu'il avait entrepris de conserver. Arrivant depuis l'arrière train du navire, l'archère lui offrit un petit sourire avant de s'installer sur une caisse posée là. Tirant une flèche de son carquois, elle l'observa, s'assurant qu'elle était pile poil comme elle aimait les voir. Elle répéta ce processus plusieurs fois tandis que son aîné grimaçait. À diverses endroits, des lampes à huile rayonnaient telles des points de repère dans la brumasse, permettant éventuellement d'éviter une collision avec un autre navire de passage.

- Je t'en ficherai, des rhumatismes ! Je suis en pleine forme, Selucia. Souviens t'en bien !

Comme pour illustrer son propos, il banda sa musculature imposante, chose qu'il avait également l'habitude de faire sans forcément avoir de raison première... ce qui ne fut accueilli que par un roulement d'yeux de la part de sa collègue de travail. Malgré un duo efficace, certains traits de sa personnalité le rendaient parfois exaspérant.

- Oh, j'espère bien. Te voir faire le beau me manquerait trop, ajouta-t-elle sur un ton désabusé.
- Ah ! Je sais, ça fait souvent cet effet là.
- Je... non, laisse tomber.

Après tout, elle aurait assez vite l'occasion de profiter d'un peu de terre et de détente. Leur destination n'était autre que l'archipel Paradise : avec Alejandro Don Arrivederci comme patron, ça promettait un séjour revigorant. Même si, bien entendu, elle ne garderait jamais son arme et ses munitions bien loin...



????


La toile était tissée, les jeux étaient faits. Ils avaient réussi à couper efficacement la route de l'officiel de la Guilde. Cette brume leur offrait un avantage indéniable. La formation adoptée jouait également en leur faveur. Ces éléments avaient été orchestrés et disposés selon ses conseils avisés. Stoïque et froid, il observait les lueurs qui perçaient faiblement le voile dans lequel s'était embourbé le Parcimonioso. Il se tourna vers ses subalternes, qui attendaient de façon silencieuse. Il était temps de passer à l'acte. Tirant un Den Den Mushi de sa poche, il composa rapidement un numéro spécifique. L'appel fut quasiment pris dans l'immédiat. La sentence fut prononcée.

- Tirez.

Bientôt, les premières détonations se firent entendre des deux côtés du large navire du membre de la Guilde marchande, déchirant violemment la quiétude du brouillard. Celui-ci commença d'ailleurs, étrangement, à se dissiper rapidement alors que les cris des canons éclataient dans les airs et que les sabres étaient tirés au clair. Pour quiconque s'approchant, le spectacle serait simple : la brume, en se dissipant, dévoilerait deux navires flanquant le Parcimonioso et saluant son passage à coups de canons.

Ce trajet vers l'archipel Paradise allait visiblement être plus compliqué que prévu.




Voilà !

En résumé : le galion de Alejandro Don Arrivederci, appelé le Parcimonioso, l'emmène avec sa clique vers l'archipel Paradise afin d'y régler du business. Ils sont entrés dans une brume très dense quelques temps auparavant.

Dans cette brume, une embuscade leur a été tendue. ça promet une bataille navale sympathique ! Vous arrivez donc dans ce contexte avec la brume qui disparaît progressivement, vous dévoilant trois navires. le plus gros, au milieu, est pris d'assaut par les deux autres.

Vous avez 72h pour poster. Votre tour commence quand celui de la personne qui vous précède s'achève ou qu'elle a posté. Vous pouvez demander un délai unique de 24h en cas de besoin.

À vous de jouer, messieurs !
Revenir en haut Aller en bas
Nils Gratz
Pépé Péteux
avatar
Messages : 1316
Race : Humain
Équipage : Le Compost

Feuille de personnage
Niveau:
33/75  (33/75)
Expériences:
150/250  (150/250)
Berrys: 34.054.000 B

MessageSujet: Re: Gambit Decima [Event - South Blue 2]   Sam 15 Oct 2016, 15:49




Papy commande !



Le grand-père n’était plus le même depuis les évènements récents qui s’étaient déroulés avec les révolutionnaires. Bien qu’il ne fût toujours pas au courant qu’il avait eu affaire avec ces derniers, il ne cessait d’être traumatisé par cette expérience. Apprendre la mort de sa femme de cette manière avait de quoi bouleverser un homme et il dormait bien peu depuis quelques temps : chacun de ses rêves étant en relation avec un corps sans visage criblé de balles. Était-il aux prises avec un oubli déjà de sa propre femme ? Ou bien s’agissait-il simplement d’un fantôme d’un passé bien trop lointain pour lui ? Dans tous les cas, Nils s’était réfugié dans le silence. Etrangement pour le vieil homme, il avait fait son travail de façon normale sans incongruité propre à sa personne.

Bouleversé, le voyage semblait long. Il n’aspirait qu’à une seule chose, rentrer pour voir l’ampleur des dégâts et enterrer dignement sa femme. Simplement en y repensant, une tristesse nouvelle s’empara de l’ancêtre alors que son regard était perdu sur le bout de papier que lui avait donné la « mère ». Il appellerait sans doute lorsque l’enterrement aurait lieu, pour le moment, la priorité pour le vieillard était de trouver un moyen de rentrer sur West Blue.

- J’ai mal au dos…


Prend ça et sors de là.
Nils affichait une moue perdue, presque sérieuse. Un simple matelot qui semblait avoir quelques soucis physiques le dérangeait doucement, toujours à l’affut d’une péripétie étrange, mais rien. Ecarquillant les yeux, il prit ce que le docteur lui tendit et sortit presque trop lentement. Tout l’équipage semblait avoir remarqué le mal être de l’ancêtre et certains en viendraient presque à regretter ses sauts d’humeur. Soupirant longuement, Nils sortit de son bureau la tête baissée pour aller sur le pont. Il ne salua personne et s’aida de sa faux pour aller jusqu’au bastingage et s’y accouda tout en laissant son esprit vaquer dans le vide.

Une brume épaisse avait dès lors envahit le pont et Nils ne la remarqua même pas, sans doute un coup de fatigue. Finalement c’était peut-être l’heure de trouver un peu de sommeil pour l’ancêtre qui avait si peu dormi depuis ces quelques jours. Nils ferma les yeux un instant et ses cauchemars refirent alors surface. Il voyait de nouveau sa femme, percutée par d’innombrables balles ainsi que ses petits-enfants, divisés de toutes parts par des sabres difformes. De monstrueux bruits de mousquets bien plus forts que la normale retentissaient dans ses rêves. Agité dans son demi-sommeil, le vioque se réveilla bien vite en sueur. Les siestes éclair, il en était adepte depuis bien des années mais ces dernières se révélaient bien moins réparatrices qu’auparavant et pour cause : à peine ouvrit-il un œil qu’un spectacle déplorable se déroulait non loin de là. Trois navires étaient engagés dans une lutte particulièrement déséquilibrée. Le cœur du vieillard ne fit qu’un tour et en réalité, c’était tout ce qu’espérait le vieillard : un moyen de se changer les idées.

Depuis quelques jours, penser au travail avait été la seule solution pour se sortir de son état végétatif. Ainsi, il chercha du regard le colonel Armstrong si jamais il était réparé, il ne l’avait plus revu depuis les incidents contre les révolutionnaires. Nils espérait que ce dernier était au courant pour sa malédiction et avec une discrétion peu commune, le vieillard expliqua son idée au responsable du navire, en espérant que ce dernier comprendrait.


Choisis la cible pour intervenir gamin, je vais avec les canonniers.
Montrant sa main avec du poison suintant, il espérait que ce dernier comprendrait bien vite.


Allez Gamin ! Au boulot !
Marchant rapidement, du moins aussi rapidement que possible, Nils arriva finalement au niveau des canonniers. Il en engueula certains devant leur couardise, expliquant que de son temps on ne faisait pas comme ça et il expliqua finalement le plan. Posté au milieu, Nils revêtit son Full Armor Venom en laissant sa faux de côté. Déployant ses tentacules, il alla simplement recouvrir de poison chacun des boulets chargés. Ainsi si le coup partait, Nils chercherait à protéger l’équipage en rappelant la maîtrise à lui de son poison et recommencerait l’opération pour les coups suivants. Plus vite ce serait terminé, plus vite il pourrait rentrer.




Techniques:
 

_________________

Signature réalisée par Komatsu
Revenir en haut Aller en bas
Nathanael Armstrong
ColonelColonel

avatar
Messages : 136
Race : Cyborg

Feuille de personnage
Niveau:
31/75  (31/75)
Expériences:
63/250  (63/250)
Berrys: 32.560.000 B

MessageSujet: Re: Gambit Decima [Event - South Blue 2]   Dim 16 Oct 2016, 01:27



Why am I better than you ? Because I am like a machine, flawless.




Pour des hommes vivant sur les mers à longueur de journée le pont d’un navire devenait l’équivalent du salon ou de la salle à manger dans un foyer digne de ce nom, un lieu de vie où tous se rassemblaient régulièrement pour discuter, rire et tout simplement vivre. C’était le moins que l’on puisse attendre de tout navire digne de ce nom, du plus gigantesque galion pirate jusqu’à la plus petite barque de pêcheur, aussi était-il aussi surprenant de voir le pont de l’équipage du Jugement désespérément vide. D’ordinaire ce pont-là était plein de vie mais aujourd’hui – et depuis quelques jours – il était déspérément calme, il y régnait un silence presque religieuse qui faisait écho au moral brisé des membres qui composaient cet équipage.
Quelques jours auparavant, fort de leur puissance depuis l’arrivée du commandant Gratz dans leurs rangs, les membres du Jugement avaient pris en chasse un équipage révolutionnaire car leur mission était de nettoyer south blue de la menace que représentaient ces fauteurs de trouble. Bien sûr depuis la mort de leurs leaders ils étaient divisés, ils n’étaient plus que l’ombre d’eux-mêmes mais ils continuaient de représenter une menace pour la sécurité des braves citoyens de ce monde. Pirates, hors la loi, révolutionnaires, pour Nathanael c’était du pareil au même car leur sort ne serait pas différent selon le camp auquel ces racailles étaient affiliées.

Mais malheureusement la volonté seule ne suffisait pas et les membres du Jugement l’apprirent de la plus brutale des façons, ils se présentèrent sur cette île avec la ferme volontaire de botter des culs mais ils subirent la punition de l’arroseur arrosé. Le colonel Armstrong mena ses troupes dans un pied des plus évidents et, confiant de pouvoir s’en sortir malgré tout, il puisa dans ce qui lui restait de tripes avant de plonger dans l’enfer de la bataille. En sortit-il victorieux ? Non, bien au contraire il en sortit bien plus brisé qu’avant et aurait sans doute été tué sans sa résurrection qui l’avait rapproché davantage de la machine que de l’homme.
Son bras gauche fut le premier à lâcher sous les coups de son adversaire puis, sans crier gare, un second adversaire lui découpa l’autre bs et il fut littéralement fauché au-dessous du torse avant de lamentablement s’effondrer par terre.

Bien sûr qu’il aurait pu crier, insulter, cracher ou supplier qu’on mette fin à ses souffrances mais le désir de vengeance qui brûlait continuellement dans son cœur l’empêcha d’agir ainsi, le forçant à se taire en voyant ces révolutionnaires partir en laissant leurs adversaires brisés. Les blessés avaient été ramenés sur le navire et la troupe reprit la mer peu de temps après en direction de Paradise island pour y faire une halte avant de repartir. Mais repartir vers où ? Encore la même cible ? Non, ils devaient clairement en changer car jouaient dans une toute autre catégorie, ils allaient devoir muscler leur jeu avant d’envisager de pourchasser la même cible. Surtout après la fessée qu’ils venaient de subir.

Alors que tous les autres ruminaient leur défaite, le colonel Armstrong était enfermé dans les profondeurs du navire. Assis sur une chaise il serra les dents l’espace d’un instant lorsque son bras gauche fut enfin connecté au reste du corps, dernière étape de sa réparation qui avait duré un petit moment. Regard d’un œil circonspect le nouveau bras qui venait de lui être greffé pour remplacer l’ancien, Nathan mis quelques secondes à pouvoir bouger de nouveau ses doigts avant de gratifier la personne qui l’avait réparé d’un :

« Ça devrait le faire. Merci doc’.»


Se redressant et attrapant sa veste, le colonel s’habilla et se dirigea d’un pas tout sauf déterminé vers le pont qui fut soudain envahi d’une épaisse brume à couper au couteau. Avant même qu’il ne puisse poser une seule question les premières détonations se firent entendre et le navire se mit en branle, la brume commença à se dissiper et trois navires se dessinèrent non loin du navire du jugement. Deux contre un ? Par très équitable, mais avant que Nathanael ne puisse donner l’ordre à ses hommes de se préparer le papy fit étonnement preuve d’initiative. Ne faisait-il pas son deuil ? Peut-être avait-il justement besoin d’action pour se changer les idées, le colosse pouvait comprendre ça.

Hochant la tête lorsque le commandant se rapprocha de lui pour lui suggérer un plan d’action autant que pour lui faire part de sa malédiction, Nathan ne prononça pas un seul mot et laissa son interlocuteur retourner à son poste. Prenant une profonde inspiration pour que sa voix porte sur tout le navire, c’est avec conviction que Nathanael lâcha :

« Messieurs, tous à vos postes. Nous allons nous rapprocher de la zone de conflit, préparez-vous à faire feu à mon signal. »


Que feraient-ils ensuite ? Ils aviseraient en fonction, pour l’heure le navire se rapprocha du navire le plus proche qui attaquait le bâtiment de la guilde marchande, Nathanael voulait savoir qui il allait peut-être devoir affronter car il serait imprudent de se mêler à la situation sans avoir la moindre information. Une fois à portée, il faisait suffisamment confiance au commandant Gratz pour faire feu avec les canons.
Se tournant vers le sergent-chef en lui faisait signe de le rejoindre, le colosse allait désormais expliquer le plan à son subordonné tout en lui révélant qu’ils allaient peut-être devoir aborder l’un de ces navires et que le boxeur voulait cet épéiste à ses côtés si cela devait se produire. Pas par suspicion, par confiance et désir de soutien.

Now would be a good time to be scared.








Revenir en haut Aller en bas
Shigo Ike
Super héros fêlé
avatar
Messages : 1025
Race : Humain
Équipage : Lui-même

Feuille de personnage
Niveau:
32/75  (32/75)
Expériences:
185/200  (185/200)
Berrys: 4.013.555 B

MessageSujet: Re: Gambit Decima [Event - South Blue 2]   Dim 16 Oct 2016, 11:08





"Gambit Decima !"



Le futur super héros en costume avait le cafard. Voilà plusieurs jours qu’il suivait les marines un peu à distance, à bord de sa Ike-O-Mobil’, laissant Tic et Tac ses deux Kung Fu Dugongs s’entrainer à longueur de journée. Pour sa part, il broyait du noir depuis la déculottée qu’il s’était prise par la femme harpie et son pote le sniper. Se faire avoir comme un bleu, à coup de fléchette tranquillisante dans le cul... quelle humiliation !


« Harambe n’aurait jamais flanché pour une putain de fléchette... », laissa échapper en pensée Wade.
« Qui ça ? », demanda Chuu d’une petite voix.
« Un gorille sauveur de miches qui a fini en gruyère. », expliqua le trublion, sans pour autant trouver un écho de compréhension.


Il soupira, lessivé mais également très irrité. Plusieurs jours de poursuite tranquille, lente et presque saoulante, sans rien pour égayer la journée... ça avait de quoi le mettre dans des états pas possibles ! Aussi le chasseur de primes, perdu dans ses pensées, ne vit-il pas la brume envahir l’extérieur de son habitacle. Tranquillement installé dans son poste de commande, il finit par lever les yeux lors des premières détonations. Ike fronça alors les sourcils lorsqu’il se retrouva dans une purée de pois sans nom, et préféra carguer les voiles, de peur de rentrer dans quelque chose, ou quelqu’un. Soudain le rideau opaque se leva et un sourire innommable illumina le faciès de l’énergumène. Une expression que certaines personnes apprenaient à adorer, d’autres à redouter comme la peste. Un sourire annonciateur d’actions grandioses, stupides et de catastrophes en chaines : il venait d’avoir une idée !

Devant lui se tenait une bataille navale ! Et il allait se joindre à la danse !

Quatre navires, dont celui de ses potes les marines, se retrouvaient engagés dans une baston grandeur bateaux de guerres, avec des vrais morceaux de boulets à l’intérieur ! Putain ! Le pied ! Sérieusement !


- WOUHOUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUU ! lâcha-t-il avant de se rappeler d’un détail. Ah mais, j’ai pas de canon moi, non ? Shit...


Mais, comme une glorieuse idée n’arrivait jamais seule, il trouva la parade à ce revers du destin. Le frapadingue commença à glousser et à se tourner vers Tic et Tac, avant que Wilson ne le retienne mentalement :


« WOW ! STOP ! Je connais ce sourire ! Chaque fois que tu l’as on se retrouve dans une merde noire ! I’m tired of your shit kid ! We go with my way this time ! »
« Nope. », lâcha de la même manière Wade, complètement surexcité. « Pas d’inquiétude, j’ai un plan ! »



Après un court moment de silence mental, Chuu demanda d’un ton soucieux :


« Une arme secrète ? »
« MIEUX ! « Improvisation’s time », ma poule ! », répliqua le petit magicien.
« Oh god... why... », se lamenta l’ex-mercenaire d’un facepalm retentissant.


Sans plus attendre, Ike se tourna vers ses deux élèves :


- TIC ! TAC !


Les deux Kung Fu Dugongs se mirent soudain au garde à vous devant leur maitre qu’ils s’étaient auto-attribués, attendant les directives :


- Vous me chopez les filets élastiques du bateau et vous les arrangez comme ça, ordonna Wade en leur expliquant par gestes. Je vais amener l’IOM dans une meilleure position. Le deux contre un, ça pue ! On va se rapprocher du bateau le plus proche de celui de nos potes les marines.


Tandis que les deux acolytes du dérangé mental semblaient hésiter, le capitaine autoproclamé du navire trancha court à toute possibilité de rébellion :


- EXECUTION MOUSSAILLONS !


« KID ! NO ! », s’exclama Wilson en comprenant ce que son colocataire mental désirait faire. « Même toi t’es pas aussi con pour penser que ça va marcher ! PLEASE ! GOD PLEASE NO ! »


Mais il était trop tard. Un super héros, ça avait besoin d’une entrée en scène du feu de Dieu ! Sinon comment les ennemis sauraient-ils qu’il était temps de conchier leurs fringues ? Dans quelques instants seulement, la foudre allait tomber sur les pauvres clampins qui avaient cru bon d’organiser une attaque en tenaille sur un pauvre bateau solitaire...


Ça allait chier !







Résumé : Super Hero Entry incoming.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Nabeshima Ito
Sergent-chefSergent-chef

avatar
Messages : 79

Feuille de personnage
Niveau:
27/75  (27/75)
Expériences:
189/200  (189/200)
Berrys: 14.700.000 B

MessageSujet: Re: Gambit Decima [Event - South Blue 2]   Dim 16 Oct 2016, 11:45



Gambit Decima
Avec Jugement et MJ.


L'expérience avait été nettement plus douloureuse que les coups infligés en eux-mêmes. Malgré toute sa ténacité, sa détermination, son courage et son entraînement, le jeune vampire qui s'ignorait avait été vaincu sans la moindre difficulté... Et ce à deux reprises. La terrible défaite d'West Blue n'avait pas eu le temps de s'effacer, d'estomper la honte et la rancœur qui le couvraient qu'une seconde venait d'avoir eu lieu, imposant à ses yeux et à son esprit son impuissance croissante. Il n'arrivait à rien. Le gamin était un piètre meneur d'homme, même s'il avait petit-à-petit su pousser ses subalternes au respect, à son égard. Il manquait d'expérience, de connaissances techniques et tactiques pour mettre sur pied des stratégies viables et redoutables. Il manquait d'empathie pour cerner les points forts et les points faibles des siens, et de puissance pour les mener à l'assaut d'un adversaire inébranlable sans avoir à craindre de virulentes représailles. Même après tout ce temps passé à fendre les cieux armé de son katana, même après tous ces entraînements âpres et ardus dans l'objectif de rendre son corps plus performant, Ito n'était encore et toujours qu'un simple débutant, qu'un gamin perdu dans une mission qui le dépassait tout entier. Il s'était imposé une condition complexe, un avenir pavé d'expériences douloureuses et se rendait désormais compte qu'il n'était assurément pas à la hauteur, qu'il était incapable de se montrer suffisamment féroce pour tenir tête à toutes ces crevures qui jonchaient les Seas Blues. A ce stade, seul un orgueil titanesque pouvait le pousser à croire qu'il finirait amiral : il n'avait rien pour lui, aucune capacité extraordinaire, aucune qualité susceptible de le transformer en surhomme. Les entraînements quotidiens imposés par Hato et Ericken fut un temps n'avaient servi à rien, s'étaient avérés totalement désuets... D'ailleurs, la nouvelle de la défaite du prestigieux contre-amiral face à des envahisseurs mal intentionnés sur Nighty Town n'avait aucunement rasséréné le garçonnet. Certes, l'île avait été valeureusement protégée et avait incontestablement repoussé l'assaut, mais son mentor lui-même, qu'il avait toujours pensé invincible, avait été mis à terre... Comment le Nabeshima pouvait-il bien garder confiance en ses compétences, à ce stade ? C'était pour cette raison en particulier qu'il était resté assis sur son lit durant la quasi totalité du voyage, malgré son éveil relativement rapide compte tenu des blessures millimétrées infligées par la révolutionnaire. Encore un bon motif pour le couvrir de honte : ses ennemis étaient encore capables de prendre le luxe de l'épargner volontairement...

Ainsi, ses échanges avec le reste de l'équipage s'étaient globalement avérés prompts et cordiaux. Le vieillard semblait abattu, peut-être plus encore que lui d'ailleurs, et le cyborg quant à lui portait indiscutablement le poids de cet échec tout autant que ses plus fidèles hommes d'arme. Plus de beuveries, plus de festivités incessantes pour tuer le temps sur cet océan placide et vide : tous pleuraient, en leurs âmes respectives, leur impuissance cinglante et terrifiante. De facto, l'adolescent avait souvent pris la décision de rester prostré dans sa propre cabine, à lorgner son katana en se demandant s'il était véritablement digne de le brandir. Incapable de se convaincre de la réponse positive, il avait remué sa rancœur, se coupant du reste du monde par choix, tout-à-fait intentionnellement. Ce ne fut que lorsque de virulentes détonations se firent lieu jusque dans sa chambre, ébranlant les murs avec plus d'intensité qu'il ne l'aurait cru possible, que le vampire parvint à retrouver enfin un tant soit peu de vie et d'énergie. Ito en usa immédiatement pour se redresser, bien décidé à lever le voile sur cette sinistre affaire même s'il ne se sentait à vrai dire guère capable de semer son grain de sel dans une bataille maritime. Certes, son corps épargné de toute malédiction le mettait bien moins en danger que le vieillard, entre autres, mais il fallait pour ce faire qu'il accepte de livrer bataille et de se jeter au sein d'un chaos qui, de plus en plus, le terrifiait et le poussait à bout. L'épéiste en herbe avait compris, au fil du temps, que tout dans une bataille lui échappait, et qu'il ne survivait que par chance, sinon par effronterie. La mort les cernait tous, les abattait sans distinction, vorace et insatiable. Il n'était que plus chanceux que les autres, gâté par un Destin généreux... Pour combien de temps, encore ? Peut-être ce jour-là serait-il le dernier... Le Nabeshima, avec lenteur, ouvrit enfin la porte qui menait au pont pour découvrir enfin la situation qui leur tendait les bras : une bataille navale inextricable venait de s'engager à quelques encablures de là, profitant d'une brume dense pour éclater sans plus de cérémonies. Trois navires qui lui étaient inconnus échangeaient des coups de feu, et l'équipage marine se mettait désormais en branle. Sans doute le cyborg voulait-il se jeter dans la mêlée pour honorer son grade et ses responsabilités... Un fait qui, même s'il effrayait le garçonnet, sembla inévitable : ainsi, lorsque son supérieur lui fit un signe de la main, le môme s'approcha en déglutissant, crispé par le bruit des mousquets et celui des hommes qu'ils abattaient sans répit. Serait-il le prochain ?

Nerveux et légèrement tremblant, l'épéiste entreprit alors de reprendre son calme en procédant à un exercice de respiration lent et profond. Il ne voulait pas couvrir l'Armstrong d'opprobre ou l'accabler de remords : il était le seul responsable de sa propre faiblesse. C'était pour cela qu'il le suivrait et qu'il lui obéirait, comme à l'accoutumée, au doigt et à l’œil.

Codage par Jibunnie sur NEVER-UTOPIA
Revenir en haut Aller en bas
Maître-Jeu

avatar
Messages : 1172

Feuille de personnage
Niveau:
0/0  (0/0)
Expériences:
0/0  (0/0)
Berrys: 0 B

MessageSujet: Re: Gambit Decima [Event - South Blue 2]   Dim 16 Oct 2016, 17:48



Lynda Lee & Alejandro Don Arrivederci


Alors que l'homme d'affaire sirotait doucement son alcool favoris, sa partenaire avait refusé la boisson cette fois-ci. Elle semblait visiblement nerveuse quant à ce qu'on pouvait appeller "l'échange de bons procédés" qui devait bientôt avoir lieu. Pour sa part, Alejandro accueillait cet événement avec un calme olympien : cela faisait des décennies déjà qu'il trempait dans ce genre de mouvements bien plus politiques que commerciaux, et il ne comptait pas s'arrêter de si tôt. Cette manoeuvre ne serait qu'une parmi tant d'autres. Beaucoup de travail l'attendait et...


Une explosion rugissante retentit non loin d'eux. Sous l'effet du bruit, il lâcha son verre qui allait s'éclater sur le sol alors que Lynda laissait un hurlement lui échapper, allant elle même se réfugier derrière le bureau massif. Don Arrivederci manqua lui même de finir les quatre fers en l'air sous l'effet de la surprise, alors que d'autres détonations retentissaient violemment. Les murs tremblaient avec force, un peu de poussière s'échappant d'interstices qui n'auraient jamais du s'agrandir.

- Bon sang, mais qu'est-ce que...!

Ces bruits... des tirs de canon !


Damian Buster & Selucia Khan


Sur le pont, la panique était pour l'heure totale. Alors que la brume commençait à désépaissir, au grand plaisir du Buster qui n'aimait pas spécialement la visibilité limitée qu'elle leur offrait -sans parler d'autres détails relativement inutiles-, l'enfer débarqua littéralement sur le pont sous la forme d'une double salve de boulets de canon. Les deux flancs du Parcimonioso furent pris d'assaut dans un déluge de poudre explosive et de plomb. Certains matelots s'envolèrent propulsés par la virulence des impacts ou encore tout simplement assez malchanceux pour être directement sur la trajectoire des projectiles, qui leur arrachèrent la vie sans plus de cérémonie. Face à l'aspect soudain de cette offensive d'au travers la brume, l'équipage sembla céder à un chaos monumental.

Pour sa part, Selucia avait rapidement effectué quelques bonds habiles afin de se retrouver sur une position plus élevée. Utilisant ses naturels talents acrobatiques, elle était parvenue à escalader le mât et à trouver une prise sur ce dernier, à laquelle elle s'accrocha fermement. D'ici, elle était à l'abri des tirs de canon... et elle avait une superbe vue. Malgré la surprise générale, les deux mercenaires de la Guilde gardèrent un sang-froid à toute épreuve : sans doute avaient-ils déjà connu ce genre de désagrément auparavant. Pour sa part, la demoiselle prépara plusieurs flèches tout en scrutant le voile qui se levait, jusqu'à discerner la forme d'un navire, de plus en plus clairement. Elle sembla commencer à manigancer quelque chose. En contrebas, les débris volaient de toutes parts.

- BORDEL, QU'EST-CE QUE VOUS FOUTEZ ?!

La voix de Damian avait l'espace d'un instant tonné comme la plus puissante des pièces d'artillerie. Tous semblèrent le regarder, tout en cherchant à couvrir leur peau comme ils pouvaient. Happés par la stature imposante du quinquagénaire ainsi que par la présence qu'il dégageait, même les plus apeurés parvinrent à tendre l'oreille dans la cohue. En ce qui le concernait, il fut bref.

- À vos canons, et que ça saute ! Faites leur bouffer du plomb jusqu'à la vessie !

Et alors qu'il hurlait ces mots, un nouveau boulet traversa le pont droit en sa direction. Non content de l'esquiver, il fit un pas de côté et parvint carrément à l'attraper en plein vol. Ses muscles se bandèrent alors qu'il retournait ce petit cadeau directement à son envoyeur. Devant un tel acte, les marins reprirent possession de leurs moyens et se dirigèrent vers les multiples pièces d'artillerie du Parcimonioso. Il était temps de renvoyer la politesse à leurs diverses adversaires ! Lorsque de nouvelles détonations retentirent peu de temps après, elles sonnaient l'heure de la réplique !



????


La bataille avait été engagée. Les premiers échanges militaires, en bonne et due forme, avaient causé un énorme carnage sur le navire de Alejandro Don Arrivederci. Néanmoins, la vengeance vint vite prélever son du : les deux bâtiments navals enserrant dans leur étreinte l'énorme galion furent les victimes de représailles d'une grande virulence. Un boulet de canon, tout particulièrement, sembla bien plus puissant que les autres et arracha la proue de l'un des deux navires sans autre forme de procès. Gardant sa rigidité sans équivalence, l'homme s'appuya sur une sorte d'arme d'hast finement ouvragée, un semblant de bisento de grande qualité. Derrière lui, une autre voix masculine s'éleva.

- Nous ne sommes pas seuls.

Se retournant vers l'extérieur du cercle de cet affrontement en haute mer, ses yeux se rivèrent dans la direction d'un navire de la Marine en pleine approche. Maudits furent-ils... cela allait entraver clairement leur plan. Heureusement, ils étaient préparés à ce genre de problèmes. Il tira son Den Den mushi miniature de sa poche, s'adressant ainsi directement à son contact sur l'autre vaisseau qui était menacé par l'approche des forces de la justice.

- Déployez la voile. Vous devez changer votre angle. Nous ne pouvons courir le risque qu'ils vous prennent en étau !

Une voix féminine lui répondit à l'autre bout du combiné, lui affirmant que sa directive avait été prise en compte. Ce fut rapidement chose faite. Le navire commença lentement à reprendre de la vitesse. L'objectif était de venir se placer devant le Parcimonioso. Si ils pouvaient souffrir de quelques dégâts afin d'en retour détruire le galion au plus vite, ils ne pouvaient définitivement pas accepter d'être pris en tenaille à leur tour. Aussi, cette manœuvre restait la plus judicieuse. Il leva par la suite la main, puis empoigna son arme de l'autre avant de clamer d'une voix force sur le navire, ses subalternes semblant vivre avec un calme dérangeant la pluie de mort qui leur arrivait au visage.

- Déployez les harpons et les crochets ! Nous les prendrons d'assaut sur leur propre pont !




Résumé :

Les échanges s'intensifient alors que le Parcimonioso réplique. Damian rassemble les hommes sur le pont, Selucia prend de la hauteur.

Sur directive de ce qui semble être le leader adverse, le navire duquel vous vous approchez va reprendre sa route en déployant sa voile, dans le but d'éviter d'être pris en étau par votre propre bâtiment et le galion de Alejandro. Quite à subir un tampon frontal, ça reste plus avantageux pour eux car ils pourront toujours pourrir l'avant du vaisseau de la Guilde !

Le deuxième navire va commencer une manœuvre d'abordage.

Alejandro est lvl 20.
Vous ne connaissez pas les lvl de Lynda, Selucia, Damian et l'homme inconnu.
Vous n'avez pas non plus une assez bonne vision pour déterminer la force des troupes en présence.

À vous de jouer !
Revenir en haut Aller en bas
Nils Gratz
Pépé Péteux
avatar
Messages : 1316
Race : Humain
Équipage : Le Compost

Feuille de personnage
Niveau:
33/75  (33/75)
Expériences:
150/250  (150/250)
Berrys: 34.054.000 B

MessageSujet: Re: Gambit Decima [Event - South Blue 2]   Dim 16 Oct 2016, 22:33




Feu.



Le signal ne venait pas. Nils bouillait intérieurement, c’était l’une des rares occasions qu’il avait de pouvoir faire son travail et les ordres ne venaient pas. Il avait besoin de se changer d’air, de faire autre chose que de penser à sa famille. Cette bataille tombait à pic et depuis quelques minutes maintenant, il ne pensait à rien d’autre qu’à une façon de ne pas mourir. De toute façon, s’il voulait enterrer sa femme, il ne pouvait pas décéder là. Mu par cette idée, même si finalement, il continuait tout de même de penser à sa famille, il ne put se retenir.

Regardant les gamins qui n’attendaient que le signal, Nils regardait quant à lui au plafond pour voir si Nathan donnait le moindre signe. Rien. Tant pis, il allait le faire lui-même. Changeant de ton, arborant un visage lourd de sens, un médecin allait peut être ôter la vie de plusieurs marins. Il ne fallait pas y penser pour le moment.

Attendant que les boulets soient suffisamment imprégnés de poison et que le navire soit suffisamment prêt, Nils ne rechigna pas une seule seconde à donner l’ordre.


Feu !
Après tout, lui aussi était lieutenant… ou commandant ou… en fait il ne savait plus mais de toute façon, c’étaient les anciens qui possédaient le savoir et les jeunots avaient encore tout à apprendre. Pour le moment, il fallait néanmoins qu’ils agissent, ce n’était tout de même pas le grand-père qui allait se taper toute la salle besogne !

Les boulets partirent tous dans la direction du navire ennemi. Nils attendit le chargement de la seconde salve pour imprégner de nouveau de poison les boulets avant de remonter prendre les ordres du colonel. Tout devait être coordonné. Le vieillard désactiva son armure de poison en arrivant sur le pont. C'était un simple vieillard qui arrivait donc.

Si l’ennemi comprenait que les boulets de canons étaient spéciaux, ils risquaient d’en conclure qu’un spécialiste des poisons se trouvait encore dans les quartiers des canonniers. En remontant sur le pont et en ayant au préalable enduit les futurs canons, la seconde salve de tir pourrait ainsi retirer d’éventuels soupçons qui pèseraient sur lui et son fruit du démon resterait une relative surprise venant du vieillard. Le coup était donc double : surprendre l’ennemi à la fois sur les boulets avec des attaques empoisonnées sur la première salve mais également sur le possesseur de la technique. La seconde salve permettrait ainsi d’innocenter le grand-père.

Nils n’avait au final jamais été véritablement con. Certes, il jouait de cette représentation tous les jours mais les événements aujourd’hui étaient différents. Plutôt intelligent, il le démontrait par son plan original. En réalité, pouvait-on penser qu’il avait usurpé son titre de commandant ? Ou bien était-il justement suffisamment malin pour avoir de l’autodérision et donc prendre tout le monde à revers ?

Cette métamorphose de l’ancêtre aurait pu paraître inquiétante à bien des égards. Malheureusement pour ses ennemis : sa femme l’attendait, mais il ne comptait pas la rejoindre aujourd’hui. Il devait d’abord l’honorer et pour ce faire, il ne devait pas mourir ici.

Arrivant aux côtés du colonel Armstrong, Nils indiqua ses dispositions d’un signe de tête. Il était prêt.




Techniques:
 

_________________

Signature réalisée par Komatsu
Revenir en haut Aller en bas
Nathanael Armstrong
ColonelColonel

avatar
Messages : 136
Race : Cyborg

Feuille de personnage
Niveau:
31/75  (31/75)
Expériences:
63/250  (63/250)
Berrys: 32.560.000 B

MessageSujet: Re: Gambit Decima [Event - South Blue 2]   Dim 16 Oct 2016, 23:24



Why am I better than you ? Because I am like a machine, flawless.




Bien sûr que le commandant aurait aimé une bataille à la régulière, voir deux armées foncer l’une sur l’autres et se percutant dans un fracas effroyable, mais il savait très bien que toutes les batailles n’étaient pas aussi simples que cela et qu’il était aussi de son devoir de s’adapter à la situation pour en sortir vainqueur malgré tout. Il était frustré par le fait d’être trop loin pour identifier son adversaire, il n’aimait pas se savoir dans le flou de la sorte mais il savait aussi qu’il n’y avait pas énormément de solutions pour obtenir les informations nécessaires : il allait devoir se rapprocher des combats.

Encore trop loin du navire ennemi pour que ses tireurs puissent atteindre les marins sur le pont ennemi, Nathanael se rapprocha de la rambarde en bois en voyant le navire ennemi se rapprocher de lui mais, avant qu’il ne puisse lui-même en donner l’ordre, le commandant grabataire prit l’initiative de donner ordre de tirer et les boulets firent mouche. Le premier assaut avait réussi et désormais ces individus étaient conscients de la présence de la marine dans leur petite escarmouche, peut-être allaient-ils relâcher un peu la pression sur le navire attaqué de tous les côtés, mais rien n’était moins sûr.
Nathanael s’était montré relativement coulant envers les membres de son équipage durant les derniers jours car il savait que cette défaite en avait secoué plus d’un, peut-être était-ce là son côté paternaliste qui prenait le pas sur la discipline militaire instaurée ici, mais il commençait à se dire que ce n’était pas la meilleure idée qu’il ait eu. Voir le papy mettre la main à la pâte ne pouvait que déconcerter les bleusailles, habituées à le voir faire des conneries et pourrir les toilettes du navire, mais le nouveau colonel ne pouvait qu’être soulagé de voir que le commandant l’aidait enfin à porter une partie du fardeau qu’était la responsabilité d’être un meneur d’hommes.

Mais par contre le colonel ne voyait pas vraiment d’un très bon œil le fait que le vieillard commençait déjà à ignorer son autorité et lui donner des ordres, passant même outre ses instructions pour donner les siennes et ordonner de faire feu avant que le boxeur n’en donne l’ordre, peut-être que les deux officiers auraient une conversation en tête à tête une fois la bataille terminée…ou une fois que le commandant aurait fait son deuil.

Voyant le navire ennemi s’éloigner pour éviter d’être pris en tenaille, tactique tout à fait logique, une idée naquit dans la boîte crânienne métallique de Nathanael et celui-ci, d’un pas leste, se dirigea vers le vieillard. Haussant le ton pour se faire entendre par-dessus le vacarme des détonations qui résonnaient non loin d’ici, il lui fit part de ses consignes :


« Commandant Gratz, je vous confie le navire . Je vais aller saluer le navire qui se fait attaquer, vous avez ma permission d’aborder celui que vous pilonnez ou de le couler selon vos préférences. Amusez-vous bien.»


Bien spur qu’il ne s’agissait nullement d’amusement dans une situation aussi effroyable, mais le colonel espérait que cette petite pointe d’humour parviendrait à détendre les uns et les autres. Se tournant vers le sergent-chef, il lui donna ses propres consignes à son tour


« Sergent-chef, venez avec moi. Nous allons nous présenter à tout ce beau monde. »


Nathanael avait brimé le bretteur pour sa perte de contrôle quelques jours plus tôt mais il avait su rester lui-même lors de leur bottage de cul, et pour cela le colonel se devait de lui faire un peu plus confiance en lui donnant davantage de responsabilités. Ni une ni deux le colonel se mit à grimper au cordage et grimpa tout en haut du plus haut des mas de son navire. Ajustant sa position, se plaçant face au navire de la guilde, il attrapa fermement son subordonné et prit une inutile inspiration, débutant une course effrénée avant de sauter dans le vide. Fou ? Non car ses propulseurs prirent le relais et le colosse fut éjecté dans une envolée qu’on pourrait presque qualifier de lyrique. Telle une fusée la carcasse métallique passa au-dessus du navire ennemi

Se rapprochant dangereusement du navire, Nathanael se rendit compte qu’il avait mal calculé sa trajectoire et dut utiliser ses grappins pour s’accrocher au mât le plus proche et éviter d’aller s’écraser dans l’eau comme la dernière des crottes. Stabilisant sa position il relâcha ses grappins et relâcha a dernier moment son subordonné avant de venir s’écraser lourdement sur le pont de ce navire, brisant sans doute quelques lattes en bois au passage.
Conscient que cette entrée en scène allait en faire paniquer plus d’un, il leva les deux mains en un signe d’absence d’hostilités de sa part, avant de se présenter d’un simple :

« Mesdames et messieurs, merci de garder votre calme. Je suis le colonel Armstrong et voici le sergent-chef Nabeshima, nous venons vous donner un petit coup de main. Est-ce que l’un d’entre vous saurait, à tout hasard, qui s’en prend à vous et pourquoi ? Histoire que je sache dans quel merdier vous vous êtes fourrés. »


Quoi ? Il avait bien le droit d’essayer, non ? Bien sûr qu’il n’espérait pas vraiment obtenir des informations utiles de la part de ces gugusses qui se battaient pour leurs vies au beau milieu de ce vacarme, mais il devait bien commencer par quelque part avant de décider de quelle manière il pourrait se rendre utile.

Now would be a good time to be scared.





Revenir en haut Aller en bas
Shigo Ike
Super héros fêlé
avatar
Messages : 1025
Race : Humain
Équipage : Lui-même

Feuille de personnage
Niveau:
32/75  (32/75)
Expériences:
185/200  (185/200)
Berrys: 4.013.555 B

MessageSujet: Re: Gambit Decima [Event - South Blue 2]   Lun 17 Oct 2016, 00:00





"Gambit Decima !"



Le chasseur de primes était en ébullition. Une bataille navale ! Une vraie de vraie ! Avec ses deux acolytes Dugongs – que son excitation avait contaminés – ils venaient de créer en quelques instants la machine idéale pour son entrée en scène de super héros. L’énergumène recula de quelques pas, fier de lui et de ses talents d’ingénieur loufoque, avant de poser les deux mains sur ses hanches et de sourire à pleines dents !


- Il est PAR-FAIT ! s’exclama-t-il, avant de partir dans un fou rire.


Bien vite, Tic et Tac l’imitèrent sans comprendre. Sans doute les artistes martiaux prenaient-ils cela pour un entrainement particulier ? Mais pour ce que leur « maître » s’en souciait de leur avis, ça n’valait pas grand-chose ! Le ravagé du bulbe vérifia la présence de toutes ses armes dans ses holsters, fourreaux, ceintures, pochettes, poches et d’autres endroits peu recommandables... Yep. Il était fin prêt ! Il envoya Tic manœuvrer le bateau, tandis que Tac lui servirait à actionner le lance-pierre géant qu’ils venaient de confectionner avec les moyens du bord. Littéralement. Hum, bref... Wade s’installa au milieu du filet élastique qui le propulserait selon les calculs de Chuu droit vers le bateau pris en tenaille. D’ailleurs, ce dernier était en train d’être abordé par les méchants ! C’était le moment pour lui d’intervenir !


- OK mes p’tits loups des mers ! vociféra-t-il. On récapitule une dernière fois ! Tic tu gardes l’IOM au chaud et t’évite qu’il coule !


L’intéressé se fendit d’un salut militaire et d’un hochement de tête qui ravit le chasseur de primes. Il se tourna donc vers son frangin :


- Tac ! déclara-t-il en baissant le bras. Quand j’baisse le bras...


Le bruit d’une machette qui coupe une corde retentit soudain. Un « Clac » sonore et un hurlement plus tard, Ike volait dans les airs ! Ce con de Dugong l’avait vraiment propulsé avant qu’il ne soit prêt !


- DEREKOPHILE DE MES DEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEUX ! hurla Wade.
« Toi et tes plans de merde ! On va s’écraser comme un pancakes avec tes conneries ! », l’houspilla en pensée Wilson.
« Faut pas en vouloir à Tac, je suis sûr qu’il voulait bien faire... », tenta de placer Chuu.
« TOI TA GUEULE ! », l’interrompirent les deux males ensembles.


Le silence revint soudain, seulement interrompu par le cri étonné d’une mouette face à un humain qui la dépassait à toute berzingue. Après s’être fendu d’un « Euh... B’jour. » et d’un p’tit geste en direction du volatile, le chasseur de primes se prit le menton dans la main et réfléchit. Il arrivait vite... très vite en direction du navire ennemi. Au dessus et en dessous de lui, de l’air. À droite, à gauche, tout droit et en arrière... de l’air aussi. Ouep. Ça faisait clairement super héros en train de voler. La classe !


« Faut voir le bon côté des choses... mes calculs étaient bons et on fonce bien vers le pont ! », tenta de positiver Chuu.
« T’aurais pu lui dire que c’était pas possible, il t’aurait écoutée... greluche. », répliqua Wilson, de mauvaise humeur.
« Ah... Zut. », se rendit compte la petite couturière aux yeux bridés.
« Plus important ! Vous avez pensé à une bonne punchline ? Un genre de « Dynamic Entry ! » mais en mieux, pour bien montrer qui c’est l’patron ? »
« Just kill me already... », sanglota l’ex mercenaire.


Les flots défilaient à vive allure sous ses pieds. Le chasseur de primes riait aux éclats, cheveux au vent et visage comprimé par tout l’air qui lui rentrait dans la face pour la lui aplatir comme ces chiens qu’on appelait « Carlin ». Mais il se sentait vivant ! Bien plus vivant qu’il ne l’avait été depuis des jours ! Son cœur battait à un rythme endiablé. Une énergie immense baignait tout son corps et il aurait pu soulever des montagnes ! HELL ! Il tremblait même d’excitation ! Ses pupilles dilatées pouvaient déceler les boulets de canons, les marchands et leurs ennemis qui allaient s’affronter dans un combat sans merci ! Mais il admirait aussi les nuages, les reflets des vagues et les tronches de cakes des piafs qui volaient tous à présent autour de lui.


- Formation A-Bleue-trente-deux ! plaisanta Ike en regardant une mouette à coté de lui.


La mouette ne comprit pas et ne rit pas non plus. Quelle conne !

Alors qu’il s’amusait de la situation comme un petit fou, il aperçut du coin de l’œil une silhouette étrange qui volait tout comme lui, avant de venir s’écraser sur le pont du navire qu’il visait. De loin, on aurait dit deux pignoufs qui avaient mal calculé leur coup. C’était pas comme lui qui.... qui... L’énergumène complètement survolté perdait peu à peu de la vitesse et comprit soudain qu’il allait bientôt atterrir à son tour. Et, tout à coup, un problème de taille se posa ! Dans son émerveillement et sa joie de prendre part à la première bataille navale de sa vie, il avait tout prévu pour le décollage, l’angle de tir et l’arrivée... mais rien pour l’atterrissage.


« Et c’est seulement maintenant que tu t’en rends compte ?! », s’époumona Wilson dans leur psyché commune. « What the fuck ?! Mais qu’est ce qu’on t’a fait à la naissance pour que ça tourne comme ça là haut ?! God dammit ! »
« Don’t question greatness... », répondit Wade sans se démonter.


Et pour cause ! Il venait tout juste de trouver sa punchline ! Et, accessoirement, le moyen d’éviter de mourir en atterrissant. Enfin peut être. Ainsi, ceux et celles qui seraient assez proches pourraient le voir armer ses deux poings au dessus de sa tête, tel une horrible chose verte géante, avant de les balancer en avant peu de temps avant l’impact. Simplement, au lieu de lancer son classique « SONIC BLAST ! » à tue-tête, il hurlerait la phrase qui resterait gravée dans les mémoires, pour le meilleur comme pour le pire...


- SUPER HERO ENTRYYYYYYYYYYYYYYYYYYYYYYYYYYY !


Et le crash eut lieu.







Résumé : Super Hero Entry ! I told you ! /SBAM.
Sinon, Ike crée un lance pierre géant avec les moyens présents sur son navire et s’envole pour le bateau de la guilde, afin de partir à la rescousse de ceux qu’il croit être des gentils marchands. Ici j’utilise Hulk Smash pour vraiment tenter de minimiser les dégâts de la chute avec une grande onde de choc. Je laisse le MJ décider où je percute le navire : voile, cabine, pont... mer ^^ (... please not the sea T.T !) et quels sont mes blessures (don’t kill me <3).

Technique utilisée :
Spoiler:
 

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Nabeshima Ito
Sergent-chefSergent-chef

avatar
Messages : 79

Feuille de personnage
Niveau:
27/75  (27/75)
Expériences:
189/200  (189/200)
Berrys: 14.700.000 B

MessageSujet: Re: Gambit Decima [Event - South Blue 2]   Lun 17 Oct 2016, 21:47



Gambit Decima
Avec Jugement et MJ.


La bataille navale qui s'imposait face à la petite troupe ne semblait à vrai dire pas réjouir grand monde : mis-à-part le vieillard qui semblait s'en aller dans un exceptionnel excès de zèle, la plupart des marines demeuraient désœuvrés, découragés, désemparés par la perspective d'un nouvel affrontement à mener. Le colonel d’airain lui-même ne semblait guère dans son assiette, et c'était aisément compréhensible. A ce qu'en avait compris l'épéiste en herbe, le pauvre homme avait subi une déculottée en tout point semblable à la sienne, face aux révolutionnaires menés par cette foutue Lilith. A cela près que Nathanael possédait à son actif quelques années de plus que l'adolescent qui, pour sa part, pouvait excuser ses grossières erreurs par son inexpérience certaine. Ah, il était certain qu'ils renvoyaient sur les mers une bien piètre image du glorieux Gouvernement Mondial, pour l'heure... Ils passaient d'échec en échec comme un navire de vague en vague, sans jamais parvenir à y laisser un sillon convenable. Ils s'y fracassaient davantage qu'ils n'y brillaient, puis avaient besoin d'un laps de temps que l'on ne semblait guère décidé à leur offrir pour se remettre totalement de leurs blessures et pour panser leurs egos meurtris. Pour autant, contrairement à lui, le cyborg ne semblait rien perdre de sa superbe : il demeurait là, stoïque et droit, fier et fidèle à la première image qu'il avait renvoyé au désormais sergent-chef. Un type respectable, un type courageux, sinon inébranlable. Des qualités rares, auxquelles l'élève d'Ericken ne songeait même pas à prétendre tant il était dépassé par la réalité de sa propre condition, de sa propre faiblesse. Evidemment, le vampire qui s'ignorait n'oubliait pas les divers conseils offerts par ses deux principaux maîtres d'armes, qui lui avaient à chaque occasion conseillé de persévérer, de redoubler d'efforts afin de se rendre plus menaçant encore pour ses opposants... Mais à quoi bon ? Il ne faisait qu'arborer l'échec avec davantage de panache... Une cuillerée de ridicule sur votre lit de honte, monsieur ?

En revanche, s'il était un fait constant chez le garnement, c'était sa loyauté stupide et extrême : ainsi, lorsque son colonel l'invita à le suivre pour se présenter aux victimes de l'assaut, l'épéiste ne remit aucunement ses intentions en cause et le poursuivit docilement, grimpant cordages et échelles avec l'agilité qu'on lui connaissait. Ce ne fut qu'une fois perché tout en haut du mât qu'une question idiote et stérile germa dans son esprit : comment se présenter à des personnes qui se trouvaient si loin d'eux ? Légèrement stupéfait tandis qu'il songeait à ce fait, imaginant durant l'espace d'un instant que son supérieur avait peut-être pris un mauvais coup lors des premiers échanges et ainsi complètement perdu la tête, Ito se mit à ouvrir les lèvres pour faire part de son incompréhension à Nathanael lorsqu'il se sentit tout bonnement décoller, envers et contre tout. Si les lois de la physique s'étaient pourtant dérobées durant ce très bref instant de mutisme et d'inconfortable hésitation qui le parcourut, elles revinrent très vite au galop pour lui imposer un fait évident : tout ce qui sautait retombait nécessairement. Ils allaient s'écraser...


-COOOLOOONEEEEEL !

Les yeux soudain pourvus de larmes sous la terrible perspective d'une fin aussi brutale, le cœur affolé par cette expérience inattendue et un sourire crispée devant l'idiotie désarçonnante et parfaitement nouvelle de son supérieur, le Nabeshima scruta avec appréhension la surface de la mer ainsi que celle du navire se rapprocher à grand pas, avaler la distance qui les séparait pour lui infliger le cuisant destin qu'il avait su éviter jusque-là. Néanmoins, le choc tant craint ne vint jamais : le pauvre adolescent se sentit effectivement soudain propulsé vers l'avant, ou plutôt tiré. Il lui fallu quelques instants afin de reprendre son calme complètement, soulagé de voir que son supérieur ne semblait finalement pas avoir perdu la tête, et encore quelques instants pour à nouveau ressentir une honte, mais encore plus infâme que la précédente : il avait douté de l'intégrité spirituelle du colonel ! Une horrible marque d'irrespect, que rien ni personne ne pouvait effac...

-Colonel, les vagues sont proches, non ?

Puis, sans prévenir, d'immenses grappins quittèrent le corps cybernétique de son supérieur pour venir s'accrocher au gigantesque bâtiment qui les dominait tout entier. Le regain d'énergie pourvu à leur trajectoire hasardeuse fut nettement plus conséquent que ce à quoi les deux gradés n'auraient pu s'attendre, tant et si bien que Nathanael prit la sage décision de relâcher son subordonné avant de lui retomber dessus. Une précaution qu'Ito ne pouvait que saluer, malgré l'immense séance de rouler bouler qui s'en suivit pour sa part, et qui ne trouva sa fin qu'au moment de percuter le bastingage. Ainsi jambes en l'air, à demi assis dans une position approximative, l'apprenti bretteur lâcha un soupir de satisfaction plus rassuré encore qu'il ne l'aurait cru possible. Il demeura ainsi durant quelques secondes avant de se rappeler qu'ils venaient tout juste de se frayer un chemin jusqu'au navire qu'ils étaient censés protéger, puis se mit à rougir de honte : piètre image de la justice, une fois de plus... Dans sa précipitation pour se redresser, toutefois, le pauvre sergent-chef en oublia toutes les règles de sécurité élémentaires dans une situation semblable, ce qui le conduisit à tâter à nouveau du pont lorsqu'un boulet de canon adverse vint gagner l'eau à seulement quelques mètres de lui. Ainsi la face écrasée sur une latte, le Nabeshima se rendit compte d'un fait terrifiant : sa vie était encore assez longue pour être encore plus merdique.

Codage par Jibunnie sur NEVER-UTOPIA
Revenir en haut Aller en bas
Maître-Jeu

avatar
Messages : 1172

Feuille de personnage
Niveau:
0/0  (0/0)
Expériences:
0/0  (0/0)
Berrys: 0 B

MessageSujet: Re: Gambit Decima [Event - South Blue 2]   Mer 19 Oct 2016, 20:57



Lynda Lee & Alejandro Don Arrivederci



À l'intérieur de la cabine de luxe, la tension était montée de dix bons crans. Même si Alejandro, en homme d'importance qu'il était, n'en était guère à sa première attaque en mer, il n'en restait pas moins que c'était très désagréable. Il avait cependant toute confiance en ses gardes du corps et les marins qui travaillaient pour lui pour éradiquer la menace. Néanmoins, par mesure de précaution, il s'était levé pour se diriger vers son bureau, qui avait glissé d'un bon mètre alors que le navire tanguait d'un coup. Sortant du tiroir gauche un pistolet à silex, il était prêt à abattre tout intrus passant ses lignes de défense principales.

- Nous devons sortir d'ici ! Le pressa la demoiselle.

Il lui fit signe de se calmer de la main et recentra son attention sur la porte de ses appartements. Le premier qui passerait se prendrait une balle en pleine tête, à n'en pas douter.

- Selucia et Damian vont régler le problème. Mettez vous à l'abri quelque part et attendez que ça passe, je vous prie.


Damian Buster & Selucia Khan


Comme si les choses n'étaient pas encore assez graves, voici que plusieurs paramètres venaient de se modifier d'une façon bien défavorable pour les membres de la guilde marchande ainsi que les deux mercenaires et l'équipage tout entier. L'une des caravelle leur coupait désormais la route. L'impact se produirait incessamment sous peu, à n'en pas douter. Elle était d'ailleurs encore dans une position intéressante pour tirer alors que le Parcimonioso était dépourvu de canon frontal ! Décidément, c'était une mauvaise nouvelle. Quant à la deuxième ? Elle s'apprêtait à aborder le navire. Déjà, des crochets étaient visible du côté du pont ennemi. Certains furent rapidement lancés et vinrent s'accrocher à toute prise bonne à prendre. Un canon à harpon fut d'ailleurs mis en place et fit feu. Le projectile alla se ficher droit dans la paroi épaisse du Galion, avant qu'un système mécanique ne soit activé manuellement. Inexorablement, les navires se rapprochaient... ce n'était plus qu'une question de temps.

Mais là n'était pas la chose la plus pressante. Deux invités étaient arrivés en trombe sur le pont. Deux invités non désirés. Des membres de la Marine, rien que ça ! Autrefois, Damian aurait été ravi de voir les bleus débarquer à bord et proposer un coup de main... mais tôt ou tard, ce serait une source d'emmerdes. Les relations entre la Guilde Marchande et le Gouvernement Mondial s'étaient détériorées au point que les accords avaient cessé. Aussi, ils n'étaient plus que des contrebandiers parmi tant d'autres. Néanmoins, le grand baraqué répondit aux interrogations de Nathanaël. L'heure n'était pas à la discorde.

- Pour le calme, ça va être raté, mon gars !

Se retournant précipitamment au bruit d'un coup de feu, il réceptionna avec puissance un pan de la rambarde qui avait volé en éclat droit vers lui avait de le renvoyer négligemment vers l'arrière, lui faisant décrire une ascension puissante. Il se tourna et souffla un coup.

- Notre boss est un type riche, et voilà qu'on nous assaille. Pas besoin de plus d'explications pour comprendre ce merdier !

Du haut de son mât, quant à elle, Selucia s'était saisie de plusieurs flèches. À chacune d'entre elles était accroché un petit sachet qui alourdissait légèrement la pointe. Dans ces conditions, il lui fallait toujours un peu de hauteur et un angle très haut pour réussir à faire feu. Mais c'était idéal. Elle alluma le bout des flèches à l'aide d'un briquet avant de rapidement les tirer en une petite volée qui se dirigea vers le navire tentant de couper le chemin du leur. En contrebas, les marins continuaient de s'affairer, se préparant au choc imminent tandis que des coups de feu avaient déjà commencé à retentir. La mêlée ne tarderait pas à se produire, un combat sanglant et sans merci qui teinterait les eaux de son carmin funeste.

En haut, un autre événement complètement incongru se produisit : alors que le chasseur de prime se préparait à s'écraser sur le pont du navire, ce qui lui aurait sans doute valu un très mauvais quart d'heure, un obstacle volant se dirigea vers lui à haute vitesse. Un morceau de rambarde qui avait été projeté par quelqu'un de très peu précautionneux vint en effet le cueillir en pleine chute, le propulsant inexorablement vers le navire que le vieux était en train de bombarder de boulets empoisonnés... néanmoins, il arriverait après la première salve et était donc sauf à ce niveau là.


Tô Khoo (non primé) & Mathilda Sweetie (primée à 28MB)

Bientôt, ils entreraient en choc frontal. Les deux bâtiments de bois étaient comme attirés l'un vers l'autre au travers des eaux. Une lueur vacilla sur le bisento aiguisé de l'individu qui observait d'un oeil glacial les vies qu'il allait venir trancher de l'autre côté. Certaines silhouette en particulier attirèrent son attention. Damian Buster... l'homme de main par excellent de Don Arrivederci. Il serait un obstacle difficile à surmonter, mais pas impossible. Avec lui se trouvaient deux hommes aux couleurs du gouvernement mondial. Il serra les dents. Il fallait toujours qu'ils se mêlent de ce qui ne les regardaient pas...

- Plus vite !

Les hommes placés au niveau du mécanisme d'harponnage obéirent, redoublant d'effort comme un seul. Ils étaient d'un calme olympien et suivaient sans broncher les commandes de leur chef tandis qu'en face, la panique avait succédé à un semblant de cohésion. Tout ceci ne disait rien qui vaille pour les défenseurs. Les tirs éclataient dans les airs comme une ode à la mort et bientôt, il souleva son arme. Le massacre allait commencer... un énième massacre. Comme c'était lassant.

Sur l'autre navire, une réplique inattendue avait provoqué le chaos : la gélatine visqueuse et violette projetée par les boulets adverses commençait effectivement à prélever son dû parmi les pirates en présence. Ceux qui étaient entrés en contact avec la substance néfaste commençaient à être pris de tremblements, de vomissements et de maux de tête. Devant ce spectacle, la demoiselle serra les poings et se hissa sur la pointe de ses pieds, visiblement en colère. Elle s'approcha de l'un d'eux, l'empoignant soigneusement par le col en évitant d'elle même se soumettre aux effets dérangeants de la ... chose.

- Hé... hé, toi ! Tu vas REPRENDRE TON PUTAIN DE POSTE ! BOUGE TOI, MERDE !

Ne recevant qu'un gémissement en guise de réponse, elle effectua un mouvement sec et se dirigea vers les canons à son tour, le bruit d'un corps qui s'écroule trainant dans son sillage. Il était temps de servir à l'envoyeur une petite dose de munition spéciale. Quelques instants plus tard, une salve de boulets de canon s'abattit sur le navire de la Marine. Cependant, quelque chose était étrange avec les projectiles utilisés : ils étaient entourés d'une sorte de lame, ce qui transformait la simple sphère de plomb en boulet capable de trancher littéralement ce qu'il touchait. Nul doute que les dégâts seraient terribles du côté des représentants de la justice...

- Une bonne chose de...

Quelque chose s'écrasa sur le navire dans un grand fracas. Se retournant avec hâte, elle était prête à tuer l'énergumène qui venait d'atterrir sur le plancher mouillé du pont. Et alors qu'elle posait les yeux sur cet individu étrange dont la tignasse cachait encore le regard, elle fut saisie d'un doute qui l'empêcha d'agir.

- Mais... mais... t'es qui, toi ?

Soudain, une salve de flèches vint se planter à diverses endroits autour des protagonistes. Enflammées, on pouvait aisément voir une sorte de ficelle en train de se consumer, amenant inexorablement les étincelles jusqu'à un petit sac rempli de... on ne savait pas quoi exactement. Mais le plus logique dans les circonstances serait sans doute de la poudre.



Résumé de votre petit bordel :

Shigo > mon petit Shigo. Ton action se déroule, somme toute... pas trop mal ? Mais hélas, en dégageant un éclat qui lui vole dans la gueule, Damian te snipe littéralement. Tu ne prends pas vraiment de dégâts, sauf si tu veux t'handicaper et me permettre de te tuer facilement avoir somme toute la classe! Mais de fait, tu atterris sur le navire qui fait barrière au Parcimonioso et tombe sur Mathilda ! Et là, Selucia fait pleuvoir l'enfer... enfin, pas tout à fait : ça n'a pas encore explosé. Il y a en tout quatre flèches disséminées de part et d'autre sur le pont du navire. Vu la taille des sachets, ça ne l'atomisera pas, loin de là. Mais ça pourrait être dangereux de se tenir trop prêt !

Nath' , Ito > Damian vous répond. Vous pouvez voir Tô qui se prépare à l'abordage sur son propre navire. Un harpon les aide à se rapprocher, ils tractent en réalité leur caravelle vers le Parcimonioso. Des coups de feu éclatent en votre direction, la mêlée va arriver prochainement et certains pirates seront sans doute déjà sur le pont quand vous posterez.

Nils > ton stratagème fonctionne ! Les adversaires sont pris au dépourvu et ne sauraient dire si c'est l'oeuvre d'un fruit du démon ou de munitions spéciales. Néanmoins, une riposte très virulente vous cible. Les boulets envoyés sont comme marqués par un disque au milieu, très aiguisé : ils peuvent aisément couper dans ce qu'ils touchent avant d'exploser.

Alejandro et Lee sont terrés dans la cabine et attendent.

Alejandro est lvl 20.
Vous ne connaissez pas les lvl de Lynda, Selucia, Damian, Tô et Mathilda.
À vue de nez, les marins du Galion doivent être lvl 10-15.
Les pirates semblent lvl 15-20.

À vous de jouer !
Revenir en haut Aller en bas
Nils Gratz
Pépé Péteux
avatar
Messages : 1316
Race : Humain
Équipage : Le Compost

Feuille de personnage
Niveau:
33/75  (33/75)
Expériences:
150/250  (150/250)
Berrys: 34.054.000 B

MessageSujet: Re: Gambit Decima [Event - South Blue 2]   Mer 19 Oct 2016, 21:46




Papy, ce génie incompris



L’idée de génie du vieillard avait porté ses fruits mais la réplique promettait d’être particulièrement virulente et elle ne se fit malheureusement pas priée. Des boulets de canons particuliers vint complètement percuter le flan du navire du jugement. Ces derniers affutés de lames broyèrent absolument tout sur leur passage et passèrent littéralement au travers du navire. Le vieillard assistait ainsi à sa première véritable bataille navale. Chaque fois, la marine avait toujours eu le dessus aisément et les pertes matérielles avaient toujours pu être évitées. Aujourd’hui, c’était tout un autre scénario qui se jouait pour l’ancêtre.

Le choc particulièrement violent de la salve des ennemis avaient réussi à fragiliser les étages inférieurs et le pont s’affaissa soudainement sous le poids mal réparti des soldats encore présents. Ne sachant pas véritablement quoi faire, vraiment perdu dans cette situation sans précédent, Nils ordonna de faire feu une seconde fois avec les boulets empoisonnés. Malheureusement, ces derniers étaient complètement à jour avec l’effondrement du pont seuls deux boulets partirent en direction du navire ennemi.

Grommelant dans sa barbe sur l’incompétence des jeunots dans de telles situations, le vieillard ne pouvait se résoudre à mettre en jeu la vie des autres comparses. Certes, ils étaient particulièrement chiants, grossiers, sans respect et plein d’autres choses encore mais mamie était décédée et c’était de loin une mort bien plus que suffisante. S’accrochant alors pour manœuvrer le bateau alors qu’il n’y connaissait pas grand-chose, il demanda à un des marins une dernière chose. Ce dernier n’était d’ailleurs pas navigateur non plus mais il ne suffisait que d’un cap, rien de plus.


Hey le mioche ! Tu vois l’autre navire ? Rapproche nous de lui. Plus on se rapproche, moins y aura de mioches et on pourra faire feu, je m’occuperai de tout. Toi et tes potes, vous dégagez dès que c’est fait !
Le navire semblait encore être manœuvrable et le soldat eut une moue plutôt déconcertante devant l’ordre qui lui était donné cependant il obtempéra et s’apprêta à placer le navire pour une ligne droite pure. Nils comptait-il aborder seul le navire ennemi ou bien avait-il une autre idée derrière la tête ? Quoiqu’il puisse en être, il donna alors l’ordre à tous les matelots de se diriger vers les canots ou en endroit plus ou moins sûr. Il fallait réagir vite et Nils avait besoin du navire en entier, c’était maintenant certain, il avait une idée derrière la tête.

Quelques soldats n’entendirent malheureusement pas les ordres du commandant et certains même trouvaient que la situation leur permettrait un certain avancement si jamais ils parvenaient à occasionner des dégâts. C’était le cas pour un mousse encore sain et sauf au niveau des canons qui n’attendit aucun ordre pour recharger l’une des armes et tirer de nouveau. Malheureusement, ce boulet était bien mal utilisé et chagrina le grand-père : en effet, il n’avait pas pu être empoisonné. L’ennemi comprendrait-il ?

Le coup de canon parti, le vaisseau vira alors de bord pour prendre la trajectoire ordonnée avant par l’ancêtre.


Aux canots dès que je vous le dirai ! C’est bien compris ?!
Après que le marin lui ait confirmé son ordre, le vieillard tenta de se mettre au centre du navire, bien visible des ennemis et de potentielles lignes de mires et assez loin de la partie du pont qui s’était affaissée. Tous étaient maintenant en danger et mamie attendait. Il était hors de question que ça se termine ainsi ! Le vieillard sortit donc sa grosse voix pour affubler le vaisseau ennemi de plein de jolis sobriquets :


V’nez donc bande de moules dégrossies au karcher ! Papy vous attend les sales embués du bulbe ! Grand papa va v’nir vous foutre une fessée que z’êtes pas prêt d’oublier ! J’vous préviens : j’ai la gastro et je n’hésiterai pas à m’en servir !

La provocation gratuite marcherait-elle sur ces pirates des bas-fonds ?



Techniques:
 

_________________

Signature réalisée par Komatsu
Revenir en haut Aller en bas
Nathanael Armstrong
ColonelColonel

avatar
Messages : 136
Race : Cyborg

Feuille de personnage
Niveau:
31/75  (31/75)
Expériences:
63/250  (63/250)
Berrys: 32.560.000 B

MessageSujet: Re: Gambit Decima [Event - South Blue 2]   Ven 21 Oct 2016, 00:49



Why am I better than you ? Because I am like a machine, flawless.




Nathanael avait toujours l’impression de se donner des grands airs et d’être toujours en contrôle de tout, comme tout leader se devait de le faire pour maintenir la confiance de ses subordonnés et empêcher la confusion et la peur de s’introduire dans leurs cœurs, mais en définitivement quand l’appel du combat résonnait dans ses oreilles il ne se montrait jamais aussi fin tacticien qu’il le devrait. Son père lui avait inculqué les valeurs morales de tout parangon de la justice, sa mère lui avait appris à être une personne décente et la marine lui avait appris à se battre de toutes les façons possibles. Mais qui l’avait donc préparé à être un officier gouvernemental ? Personne et c’était justement pour cela qu’il se trouvait aussi mauvais dans ce rôle de meneur de troupes, bien que ses supérieurs semblaient penser le contraire au vu de ses deux récentes promotions consécutives.

D’ordinaire un commandant de navire formait ses subalternes à l’assister dans sa tâche, à mener leurs hommes sur le terrain pour les faire gagner en maturité jusqu’à ce qu’ils soient en âge de mener leurs propres équipages et formait à leurs tours leurs propres subordonnés. Et ainsi de suite. Mais Nathanael n’avait pas eu cette chance, il avait été nommé sergent pour combler un manque et non pas par mérite, il avait perdu son premier commandant avant même de pouvoir entrevoir l’ampleur de ses nouvelles responsabilités. Et que dire de son dernier commandant en date ? Il avait forcé le lieutenant qu’il était à l’époque à prendre l’équipage en main lui-même car ce commandant restait aux abonnés absents, restait enfermé dans son bureau à lire et écrire des rapports sur des batailles dont il ne connaissait rien ; il s’était éloigné de ses hommes et le boxeur en fer blanc avait été forcé de reprendre ce rôle pour que la roue continue de tourner.

Il n’avait jamais été préparé à ça, n’avait jamais été formé aux tactiques militaires plus poussées que maîtrisaient tous les officiers qui se respectaient, si bien qu’il avait l’impression de ne pas être à sa place et ce n’était pas sa récente dérouillée qui allait lui prouver le contraire. Mais malgré tout cela il avait deux choses simples qui poussaient ce colosse à ne pas abandonner, la première était l’absolue nécessité du rôle de la marine dans ce monde – rôle qu’il plaçait au-dessus de tout- et la seconde étant le simple fait qu’il avait tout sacrifié et qu’il ne lui restait donc plus rien à perdre. Humanité, amis, famille, descendance : il avait jeté tout cela aux orties pour continue de combattre encore et encore.
Oh oui il allait gagner parfois er perdre souvent, oh oui son corps allait être réduit en pièces détachées un nombre incalculable de fois avant d’être réparé à chaque fois, il n’était pas un génie du combat et avançait marche après marche. Il n’avait plus rien, vraiment plus rien, alors il continuer à se battre jusqu’à ressortir vainqueur de toutes ses batailles. Il continuerait à se battre jusqu’à ce qu’il ne reste plus assez de morceaux de lui-même pour être réparé.



Aujourd’hui était un jour comme les autres, aujourd’hui le colosse mettait un pied devant l’autre pour aller se battre comme il avait l’habitude de le faire et, au fond de lui, le gouvernemental savait qu’aujourd’hui ne serait pas le jour où il tomberait pour de bon. Ce n’était qu’une sensation, une certitude lointaine, une réminiscence de son humanité.
Il fit donc une entrée remarquée sur ce vaste navire où un gaillard aussi grand que lui le gratifia d’une remarque qui ne pouvait être que vraie, c’était illusoire de demander à des individus de rester parfaitement calmes alors qu’ils étaient pris en sandwich entre deux navires ennemis. Mais cela ne coûtait rien d’essayer, non ? Observant la situation dans son ensemble, Nathan s’adressa à son homologue colosse d’un :

« Bon, et bien nous allons vous filer un petit coup de main, le temps que la situation se calme. »


Se tournant vers le jeune bretteur à ses côtés, il approcha son visage du sien et lui murmura :

« Nous nous occuperons des deux navires, comme prévu, mais inutile de vous dire de ne pas vous fier à ces gens. »


Et bien vite, alors que le papy continuait de faire des siennes de l’autre côté, le navire ennemi commença à aborder celui où se trouvaient les deux marines, à coups de grappins et de harpon. Ni une ni deux, se tournant vers son subordonné, Nathan pointa du doigt tous les crochets fixés à la rambarde du navire, avant de lâcher :

« Sergent-chef, les crochets ! Coupez moi ça !»


D’un pas lourd le colosse se dirigea, de son côté, vers l’appareil qui avait éjecté ce fameux harpon. Tendant les deux mains aussi rapidement que possible, il éjecta deux projectiles explosifs de ses paumes vers l’appareil afin de le détruire et de séparer le harpon de l’autre navire, espérant que dans le feu d'action personne n'ait vu ces projectiles jaillir de ses mains comme par magie. Entre cela et l’action du jeune épéiste, si cela fonctionnait alors les marines auraient gagné quelques précieux instants jusqu’au prochain assaut.

Now would be a good time to be scared.







Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Shigo Ike
Super héros fêlé
avatar
Messages : 1025
Race : Humain
Équipage : Lui-même

Feuille de personnage
Niveau:
32/75  (32/75)
Expériences:
185/200  (185/200)
Berrys: 4.013.555 B

MessageSujet: Re: Gambit Decima [Event - South Blue 2]   Ven 21 Oct 2016, 09:29





"Gambit Decima !"



Ike était armé et paré ! Le meilleur combo qui soit. Il s’apprêtait à marquer la journée de façon mémorable... lorsqu’il vit arriver du coin de l’œil un morceau de rambarde ! Malgré toute la surprise générée par cette situation insolite, Ike resta à peu près calme. Après un hurlement d’horreur aussi strident qu’humiliant lancé par Chuu, les deux mecs réussirent à ramener un peu de testostérone dans leur organisme. Sa course aérienne partiellement ralentie par l’onde de choc de son attaque précédente, le trublion eut le temps de cligner des yeux, deux fois, avant de manquer de se prendre la rambarde en pleine poire. Il amortit le coup en se retournant, plus par un honteux coup de bol qu’autre chose, et se retrouva ainsi projeté loin de sa destination souhaitée, le cul collé à un morceau de navire volant.


« Les mouettes vont plus savoir où elles habitent avec tous ces trucs qui volent... », remarqua Wade en pensée.
« SHUT UP ! », le coupa Wilson avant de prendre possession du corps.


En un instant, l’ex mercenaire évita aux colocataires mentaux de finir en sandwich entre un énorme bout de bois volant et un autre énorme bout de bois flottant. La bonne mort de merde ! Bref. Le chasseur de primes réussit à retrouver un semblant d’équilibre. Il poussa sur ses bras et ses jambes et, après un grognement causé par l’effort, réussit à se propulser en hauteur d’un saut périlleux arrière pas trop dégueulasse. Toutes ces années à répéter dans un cirque itinérant avaient fini par payer ! Ainsi, au lieu de s’éclater au sol et de finir en sauce ketchup humaine, il s’éclata au sol en laissant son moyen de locomotion insolite s’écraser un peu plus loin.

Le choc fut rude malgré tout. Malmené en tous sens comme il l’était depuis quelques instants déjà, il ne réussit pas à s’en sortir indemne. Mais le super héros en devenir n’avait pas dit son dernier mot ! Sa tignasse châtain tombant devant son visage orné d’ores et déjà d’une belle ecchymose sur la joue droite, Ike plaqua ses mains sur le pont pour commencer à se relever. Plusieurs articulations protestèrent, sa tête lui tourna légèrement et ses muscles également lui firent comprendre qu’ils n’avaient pas tant apprécié le voyage que ça... Il fut soudain interrompu par une voix féminine :


- Mais... mais... t'es qui, toi ?


Il ne pouvait décevoir une fan. Aussi, surpassant ses douleurs et le léger vertige, l’énergumène se releva presque d’un bond, s’épousseta comme si de rien n’était, puis se racla la gorge avant de déclarer, sûr de lui :


- Glad you asked ! Je suis le super héros qui va vous sauver les mikettes ! J’m’appelle...


Une volée de flèches enflammées coupa court à son introduction grandiose. D’un regard venimeux dans leur direction, le barjot sur pattes remarqua soudain qu’elles étaient bizarres, ces flèches. Elles avaient emporté de petits sachets de thé avec elle ? Ou alors...




Un gros plan mental força Wade à admirer la mèche qui se consumait peu à peu. C’était pas un sachet de thé...


« Oh shit ! De la poudre... », comprit Wilson.
« No worry ! », s'exclama Wade en pensée. « J'ai un plan! »
« NON ! », gueulèrent mentalement en cœur les deux autres.


Mais il était trop tard.




Ni une ni deux, Ike décida de mettre en place une mesure de « mise en sureté de super héros » en extrême urgence. Il se rua d’un Soru vers un bout relié à une des grandes voiles du navire, puis examina le cœur battant les mécanismes de la poulie. Elle était en réalité reliée à plusieurs bouts, dont un qui semblait convenir à ce qu’il prévoyait de faire ! Vif comme l’éclair, il dégaina, attrapa la corde d’une main aux articulations blanchies par l’effort... puis il sectionna le câble.


- J’ai vu ça dans un fiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiilm ! hurla-t-il alors qu’il s’élevait à toute vitesse en hauteur.


Et comme un malheur n’arrivait jamais seul, deux salves de détonations vrombirent et encombrèrent l’atmosphère déjà électrique qui régnait sur le navire. Plusieurs échanges de boulets de canons secouèrent la scène apocalyptique !

Mais, comme un malheur n’arrivait VRAIMENT jamais seul... il entendit une voix désagréablement familière. Le vieux était là ! Pire ! Il venait le voir et botter des culs ! C’était certain à présent : il était dans la merde jusqu’au cou. Lorsque les explosions retentirent en contrebas, le chasseur de primes était arrivé à destination, très haut au dessus du pont ! En échange, une des voiles de l’embarcation s’était affalée et tombait peu à peu sur le pont... Le mécanisme de contrepoids avait fait effet ! Il pirouetta pour se retrouver sur la bôme dans un équilibre précaire. Toutes ces années sur South Blue à jouer au clown, au magicien et à l’équilibriste... non, vraiment, il bénissait ses parents de l’avoir obligé à faire autre chose de ses journées que de glander !


« Bon c’est pas tout ça, hein... mais quand est-ce qu’on sauve les miches de la princesse et qu’on l’épouse dans cette histoire ? »


Wade n’avait définitivement pas compris là où il avait foutu les pieds. Wilson, bien plus pragmatique, préféra rester en hauteur et estimer les dégâts en contrebas, avant d’éventuellement se lancer à nouveau dans la bataille. C’est que, pour devenir un super héros, fallait déjà rester vivant !







Résumé :
Ike se ramasse la rambarde, réussit à ne pas mourir écrasé lors de l’atterrissage difficile qui lui laisse un bleu au visage, puis se relève et recommence à faire le con. Les flèches le font tiquer, les boulets paniquer, et il s’envole comme dans pirates des caraibes en tenant une corde sectionnée pour le hisser jusqu’à la bôme du navire.

La voile du bateau s’affaisse donc ! Ce qui devrait, normalement, ralentir ce bateau ennemi... Non ? ^^

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Nabeshima Ito
Sergent-chefSergent-chef

avatar
Messages : 79

Feuille de personnage
Niveau:
27/75  (27/75)
Expériences:
189/200  (189/200)
Berrys: 14.700.000 B

MessageSujet: Re: Gambit Decima [Event - South Blue 2]   Lun 24 Oct 2016, 01:19



Gambit Decima
Avec Jugement et MJ.


Il fallut au pauvre bas-gradé quelques instants supplémentaires afin de se remettre les idées en place et de se redresser péniblement : il comprenait malgré son hébétement et sa déprime certaine l'importance de se battre vaillamment. Il était tout juste plongé au beau milieu d'un enfer, tel que ceux qu'il avait dû endurer à plusieurs reprises auparavant, à cela près que cette fois-ci la mer les entourait. N'ayant à craindre aucune malédiction, Ito n'était guère effrayé par la perspective d'une mauvaise chute, qui aurait pourtant guider son corps juvénile jusqu'à cet océan tumultueux : tant qu'il ne s'éloignait pas trop des embarcations, il estimait effectivement être capable de se hisser à nouveau sur l'une d'entre elles avant de mourir bêtement noyé. Toutefois, le garçonnet n'avait guère pour objectif celui de finir trempé : sa principale envie était d'en sortir vivant et entier, et éventuellement victorieux. La perspective d'une bataille enfin remportée se trouvait être à ses yeux de plus en plus lointaine, de plus en plus inenvisageable, alors qu'il n'avait jusqu'à sa récente promotion jamais reçue de véritable déconvenue... Ah, cruel destin que celui de passer d'échec en échec durant autant de mauvaises expériences ! Son pessimisme ne pouvait toutefois guère expliquer décemment une déconcentration majeure, ou tout simplement un désintérêt quant à l'environnement à l'intérieur duquel il évoluait : le sabreur en herbe était avant toute autre chose un sergent-chef, et se devait de se conduire en tant que tel. Autrement dit, le Nabeshima était un subordonné d'élite, un soldat qui se détachait très clairement de la masse par, en l'occurrence, un potentiel certain et un don incontestable, qui ne demandait désormais plus qu'à être peaufiné. Mais même s'il avait pleinement conscience d'être un privilégié, même s'il savait pertinemment qu'il tranchait à son âge bien mieux que la plupart de ses collègues, pourtant fréquemment trentenaires, il lui était compliqué de se montrer aussi froid, droit et inébranlable que le colonel qui, d'un coup d'un seul, prit la décision héroïque de venir en aide à ces apparentes victimes face à leurs terribles opposants... Tout cela en conseillant toutefois au garnement de rester méfiant quant à leurs apparents alliés. Une indication qui, aux oreilles de l'adolescent, semblait tenir de la paranoïa mais qui pouvait tout-à-fait se transformer en sagesse et en pragmatisme d'une minute à l'autre.

Lorsqu'il eut enfin son premier ordre, celui qui allait lui permettre de s'élancer au sein de cette bataille tumultueuse, le sergent-chef hocha la tête plus énergiquement qu'il ne l'était l'instant précédent. Il dégaina sèchement son sabre en fixant l'objectif visé par son supérieur : les diverses cordes qui enserraient le bastingage et permettaient à leurs opposants de se rapprocher seconde après seconde afin de tenter, à terme, un abordage en règle. Sans plus y réfléchir, l'épéiste en herbe se mit à fondre dans la direction du bastingage en question tout en ponctuant cette ruade soudaine d'un simple :

-A vos ordre, Colonel !

Svelte et fugace, la silhouette athlétique du bambin se projeta jusqu'au bastingage, sur lequel il vint se réceptionner avec une agilité déconcertante. Il brandit alors son katana et, d'une main, se mit à trancher les cordes qui s'offraient à lui tout en parcourant le bois à une vitesse modérée, à mi-chemin entre sécurité et efficacité. Il s'agissait de ne pas trop compromettre sa propre position, même s'il avait un objectif dont les conséquences outrepasseraient et de très loin sa seule personne... Durant cette opération, Ito n'oublia toutefois pas les principaux conseils qu'on avait pu lui offrir durant son long et éreintant apprentissage : toujours garder un œil fixé sur les ennemis. Et si certains d'entre eux semblaient pourvus de fusils ou de pistolets, aucun n'était assez précis, vif ou réactif pour véritablement lui poser problème : il évitait habilement les projectiles qu'on lui décernait, tout en demeurant pour l'heure précieusement sur la défensive. A cette distance, nul besoin de préciser que son épée n'était pas forcément l'arme la plus indiquée... A contrario des multiples canons du cyborg qui, de son côté, semblait d'ores et déjà décidé à s'en donner à cœur joie. Néanmoins, et ce malgré son talent indéniable et légendaire en matière d'esquive, le Nabeshima prendrait garde à ne pas trop s'exposer : ainsi, dès lors qu'il aurait tranché les cordes et grappins qui jonchaient son chemin, il s'en irait un peu plus à l'abri du pont, de sorte à être moins exposé au déluge de balles que les hors-la-loi semblaient vouloir faire pleuvoir sur eux. Pour autant, le vampire n'était pas assez sot pour ignorer le fait qu'un comportement aussi précautionneux ne faisait guère plus que retarder l'échéance : ainsi, il espérait secrètement que le colonel Armstrong n'ait un plan solide, afin de les sortir de cette mauvaise passe le plus rapidement possible.

Codage par Jibunnie sur NEVER-UTOPIA
Revenir en haut Aller en bas
Maître-Jeu

avatar
Messages : 1172

Feuille de personnage
Niveau:
0/0  (0/0)
Expériences:
0/0  (0/0)
Berrys: 0 B

MessageSujet: Re: Gambit Decima [Event - South Blue 2]   Mer 26 Oct 2016, 21:30









Damian Buster & Selucia Khan


Bientôt, quelques pirates plus adroits que les autres passèrent le vide qui les séparaient du Parcimonioso. N'écoutant que son courage, ainsi qu'une sacrée envie de se passer les nerfs sur quelque chose, Damian en envoya plusieurs au tapis d'un coup de la corde à linge bien senti. Il était remonté à bloc, ce qui était un sale signe en ce qui pouvait concerner l'équipage des attaquants... en l'occurrence, se débarrasser des forbans semblait n'avoir été qu'une formalité pour lui, qui s'attaquait pourtant à des adversaires visiblement coriaces.

- Allez, amenez-vous ! Avec un peu de courage, tout passe !

Eclatant d'un rire gras, il continua de distribuer des torgnoles à droite et à gauche. Il n'était pas rassuré à cent-pour-cent par la présence des membres du gouvernement mondial. Force lui était cependant d'admettre qu'ils étaient dans le même bateau, au figuré comme au propre : pour l'heure, ils formeraient apparemment un semblant de coopération destiné à repousser les envahisseurs... il s'occuperait de la suite lorsqu'il en aurait l'occasion. Il n'était pas en reste. Les deux bleus commençaient à bouger aussi, dans le but de détruire les liens qui appelaient inexorablement à un abordage sanglant. Au moins, ils avaient le sens des priorités ! De son côté, Selucia observa ce qui se produisait en contrebas avant de tirer quelques flèches destinées à retenir les envahisseurs. Elle se fichait de l'état du navire, ou de la vie de la majorité des marins : elle était là pour protéger son boss et en l'occurrence, un peu trop de brigands semblaient vouloir d'ores et déjà se diriger vers les appartements de Don Arrivederci. Alors qu'elle relâchait un énième tir, ayant raffermi ses appuis, une série de détonations éclata depuis le navire où se trouvait le chasseur de prime aux aspirations incroyablement héroïques. Néanmoins, la deuxième série faillit la faire vaciller. Mais alors, d'où venait la première ?!




Tô Khoo (non primé), Irvein (non primé) & Mathilda Sweetie (primée à 28MB)


Elle tombait bien, vraiment ! Un super héros, rien que ça ! S'arrêtant quelques instant alors qu'elle comprenait en retard les dires de son interlocuteur, elle sembla oublier que tout allait sauter et sauta sur ses petites jambes gracieuses alors qu'elle joignait les mains, visiblement excitée d'apprendre la nouvelle.

- Oh ! Un super-héros ?! Vraiment ?! Naaaaan ! C'EST TROP BIEN ! Du coup tu vas sans dou-

Elle fut totalement coupée dans son élan de fan en folie alors que son idole toute nouvelle se précipitait sur la voile d'un soru ! Ce qu'il se déplaçait vite, c'était stylé ! Elle l'observa avec des yeux ronds et admiratifs alors qu'elle se demandait dans quelle circonstance il allait régler la situation... si il pouvait l'aider à tuer tous les guignoles qui tentaient de l'empêcher d'atteindre ses objectifs, c'était encore mieux ! Lorsqu'il condamna finalement la voile pour s'envoler, elle l'observa avec le rouge aux joues. Qu'il était classe... il était vraiment trop bien ! Puis elle se rendit compte d'un détail. Du moins, de l'absence d'un détail qui mesurait sa taille et son poids, dans les bras de son prétendu sauveur.

- MAIS ET MOI ALORS ?!

Une nouvelle salve de boulets, plus faible que la précédente, vint percuter son navire. Elle manqua de perdre l'équilibre avant de sauter vers l'arrière, se mettant à couvert d'une nouvelle giclée dégoulinante de morve toxique. Au loin, un vieux commença à jouer les coqs en balançant une série d'insultes destinée à faire réagir les différents protagonistes sur le navire. Alors que les quelques marins encore en bon état vivaient plutôt bien la chose, ne répondant guère à la provocation, la demoiselle vit rapidement une veine enfler sur sa tempe de façon démesurée.

- VA DONC TE FAIRE-

La deuxième salve de détonations retentit, mettant littéralement le pont du navire en charpie : en effet, il avait déjà été bien amoché par les échanges précédents. Les quelques personnes encore présentes, dans une grande partie, passèrent par dessus bord ou furent carbonisées par l'explosion. Cette dernière monta jusqu'en haut du mât : pas de quoi réellement mettre en danger Ike, mais ça allait lui donner chaud aux fesses ! Et alors que des débris volaient en direction du navire de la Marine, qui avait poursuivi sa course du dernier souffle, la collision avec le Parcimonioso avait été ralentie par tant de troubles. Elle survint finalement, mais au lieu de totalement couper la trajectoire, les navires se rencontrèrent à la pointe et finirent donc par relativement s'aligner. Le champ de bataille semblait désormais fixé. Émergeant des décombres avec difficulté, en toussant comme si elle avait la mort dans les poumons alors qu'une fumée noire venait envahir l'extérieur embrasé, Mathilda grogna. Sa patience avait des limites, connues par ses pairs pour ne pas être très développées. Elle se tourna pour vriller d'un œil meurtrier le mât du galion désormais à la triste mine avant d'aboyer dans une colère non contenue.

- FRAME ! Tue moi cette garce ! Work, avec moi !

Deux ombres s'extirpèrent rapidement de l'intérieur du navire. L'une d'elle se dirigea à grande vitesse vers Selucia, profitant du chaos et de la proximité des navires pour avancer de façon sûre. L'autre vint se tenir à côté de la demoiselle aux cheveux bleus, l'aidant à se relever alors qu'elle grommelait finalement. Oh oui, elle allait les saigner à blanc.

-----


De son côté, Tô restait focalisé sur l'abordage imminent. Comme il lui semblait évident que cela se passerait, les forces du Gouvernement Mondial tentèrent dans un premier temps de retarder l'assaut frontal. La plus grosse partie des troupes du manieur de Bisento restaient pour l'heure sur son propre navire, mais ça ne devait plus durer : alors que le Nabeshima parvenait à couper certains liens, un simple signe de tête de la part de l'apparent leader suffit. Rapidement, l'un de ses subordonnés passa à côté de lui et envoya rapidement un coup de fouet destiné à arrêter le sabreur avant qu'il ne puisse retarder leur opération de façon trop efficace. Si il ne venait pas le frapper directement, à cause d'une esquive ou autre, il le ferait sans doute reculer. Porté à une bonne distance et d'une main experte, il était difficile d'envisager meilleure façon de réagir. Un homme au teint blafard et aux cheveux d'un noir corbeau se jeta à son tour à bord du galion, se présentant non loin de l'épéiste dont il venait d'entraver l'action.

- C'est inutile.

De son côté, le barbu avait reporté son attention sur Nathanaël, remarquant alors deux missiles qui se dirigeaient droit vers le système d'harponnage à l'efficacité cruciale. Se précipitant à la rencontre des deux tirs, il passa à son tour sur le navire du membre de la Guilde après une série de mouvements fluides et lestes. Il était parvenu à couper un des projectiles de façon nette. Ce dernier alla mourir dans son dos, détonnant en faisant sauter plusieurs de ses hommes. Ce n'était rien. Le second, cependant, fut dévié mais parvint malgré tout à relativement remplir son office : endommageant le support du harpon, ce dernier craqua lourdement avant de se déformer, ce qui donna du mou à la corde. Il semblait que le gros de ses forces n'arriveraient donc pas dans l'immédiat. Il souffla bruyamment. Ces contre-temps fâcheux étaient agaçants. Alors que le gorille de Don Arrivederci était en train de s'occuper de ses larbins, Tô pointa du doigt le colonel tout en faisant tourner son arme d'une main experte, s'approchant à petits pas.

- La vérité d'une bataille est toujours la même. Seuls les visages changent...

Il se mit rapidement dans une posture de combat qui suggérait une suite violente pour sa cible.

- Voyons lequel du votre ou du mien se figera en premier.




El rézoumé :

Shigo > Mathilda à l'air de bien t'aimer, même si le super-héros qui oublie la demoiselle, c'est quand même pas génial ! Du coup... t'as juste un peu chaud aux fesses à cause de l'explosion. Et tu subis le contrecoup de la collision, bien entendu. Mais bon, ton Jack Sparrowisme te sauve les miches !

Nils > les tirs font mouche et, couplés aux flèches de Selucia, plongent le navire ennemi dans la tourmente. Par contre, tes bravades ne font pas effet sur l'ensemble. En somme, tes efforts ont surtout quasiment décimé les adversaire d'un niveau "bas" en face, bien qu'il reste un petit noyau de survivants.

Ito > Ito parvient à trancher quelques câbles. Néanmoins, il est repoussé par Irvein qui l'attaque avec un fouet : je te laisse voir si tu esquives, pares, prend le coup en mitigeant les dégâts... mais en gros, la marge de manœuvre est basse. Cela dit, tu n'as aucune obligation d'être touché.

Nath' > Tes missiles ne font pas tous les deux mouche mais parviennent malgré tout à retarder l'échéance d'un tour. Cela dit, quelques pirates passent sur le pont. Tô, qui a donc réussi à mitiger ton assaut, semble te défier en duel.

Alejandro et Lee sont terrés dans la cabine et attendent, de ce que vous en savez.
Deux ombres viennent aider Mathilda : l'une d'elle va profiter du chaos sur le Parcimonioso et de la proximité des navires pour aller emmerder l'archère.

Alejandro est lvl 20.
Damian est lvl 30.
Vous ne connaissez pas les lvl de Lynda, Selucia, Tô, Mathilda et Irvein.
À vue de nez, les marins du Galion doivent être lvl 10-15.
Les pirates semblent lvl 15-20.

À vous de jouer !
Revenir en haut Aller en bas
Nils Gratz
Pépé Péteux
avatar
Messages : 1316
Race : Humain
Équipage : Le Compost

Feuille de personnage
Niveau:
33/75  (33/75)
Expériences:
150/250  (150/250)
Berrys: 34.054.000 B

MessageSujet: Re: Gambit Decima [Event - South Blue 2]   Jeu 27 Oct 2016, 21:36




Papy commande !



Queuwa ?! Ils se foutent de ma gueule quand même les loustics là !

Complètement désabusé par le fait qu’on l’ignora totalement, le vieillard sénile n’en revint tout simplement pas. Se questionnant sur le respect qu’on pouvait avoir pour les anciens, il en arrivait facilement à la conclusion que ce dernier avait purement disparu de la surface du globe. Maudits jeunots !

Bien énervé, le commandant lança un regard noir en direction du mousse à la barre qui s’apprêtait à suivre les ordres premiers qui étaient de se préparer à fuir. Malheureusement, Nils ne l’entendant absolument plus de cette manière. En plus du regard empli de colère, le vieillard se mit à beugler bien plus fort qu’il ne le devait sur le matelot. Les ordres étaient maintenant clairs, il fallait changer de stratégie.


Changement de trajectoire. On se dirige vers le second navire. Si vous voyez qu’on va se faire aborder, vous fuyez dans les canots. Pour le reste, direction l’autre navire encore en état !

Regardant les autres mousses, il insista également sur de nouveaux ordres.


Vous allez déblayer la partie du pont qui s’est affaissée et tentez de me solidifier ça pour libérer le maximum de canons.
Finalement, c’est vers le plus jeune des mousses qu’il continua sa série d’ordre : Nils, parfaitement sénile avait plus d’un plan dans la caboche mais paraissait étonnement heureux d’avoir l’attention de ses matelots.


Toi, va me chercher une soupe.
Décidément, le vieillard ne perdait pas les bonnes habitudes. Faire chier tout un monde était depuis toujours une façon d’être pour le vieillard et il s’apprêtait maintenant à remettre en œuvre son savoir ancestral. Bien tout ça allait chier, et pas qu’un peu !

C’est ainsi que le bateau contournerait sans doute le premier lieu d’impact pour se diriger vers l’autre navire. Bien que mal en point, le vieillard comptait faire preuve de discrétion et d’ingéniosité. Au final, sa vieillesse lui avait tout de même permis au fil des années d’observer l’humain. Mieux encore, il était plutôt intelligent au final même si ce n’était pas la première qualité qu’on mettait en avant de lui quand on le connaissait. Ses plans étaient assez simples au final. En passant au large et en coupant la route devant l’autre navire, le vieillard aurait relâché un gaz étrange qui formerait ainsi une pluie de poison plusieurs minutes plus tard. Avec un peu de chance, le navire se verrait dans une situation dangereuse sous cette pluie d’acide tandis que le navire du jugement se verrait à l’abri.

Si cette solution ne fonctionnait pas, Nils avait pensé à une dernière solution : le Venom Ship. Le but du jeu était de convaincre les ennemis d’aborder le navire. De les laisser venir pour finalement piéger tous ceux présents avec un bateau de poison. Au final quel aurait été la meilleure fourberie pour vaincre l’ennemi ? Des plans retords, le vieillard semblait en avoir à la pelle… il faut dire que fut un temps, il animait quelques groupes d’écritures à Toroa… oh ! Doux souvenirs… à moins que le plan de Nils ne soit tout autre ? Il rentrerait bientôt à Toroa : c’était certain !




_________________

Signature réalisée par Komatsu
Revenir en haut Aller en bas
Nathanael Armstrong
ColonelColonel

avatar
Messages : 136
Race : Cyborg

Feuille de personnage
Niveau:
31/75  (31/75)
Expériences:
63/250  (63/250)
Berrys: 32.560.000 B

MessageSujet: Re: Gambit Decima [Event - South Blue 2]   Sam 29 Oct 2016, 16:53



Why am I better than you ? Because I am like a machine, flawless.




Comme beaucoup de jeunes personnes avant lui, dans sa prime jeunesse le colosse avait été mû par le profond désir d’apporter sa pierre à l’édifice et de faire quelque chose que les autres remarqueraient, refusant d’être noyé dans la masse et de devenir un maillon anonyme de plus dans l’immense chaîne que constituait ce monde. N’avez-vous jamais voulu la même chose ? Ce n’était pas faire preuve de narcissisme et d’égocentrisme mais plutôt typiquement humain que de vouloir être remarqué par sa famille, ses amis, ses pairs et ses congénères si bien que le colosse ne pouvait jamais en vouloir aux jeunes qui voulaient se faire remarquer et qui finissaient par le faire mais pas nécessaire de la meilleure des façons.
Certains s’engageaient dans des métiers à risques, d’autres partaient à l’aventure, certains autres profitaient du nom de leur héritage pour se forger une réputation et se propulser sur le devant de la scène commerciale ou politique et, enfin, il y avait les égarés qui choisissaient de briser les lois et de faire fi des règles pour faire ce qu’ils désiraient et acquérir de la renommée de la pire des façons.

Nathanael faisait partie de ceux qui avaient choisi un métier à risque pour faire la différence et sortir du lot, il avait choisi l’uniforme bleu et blanc en se demandant comme tous les autres avant lui s’il ferait un marine convenable. D’ailleurs pourquoi ne le serait-il pas ? Il était grand, fort, avec une santé de faire et était suffisamment intelligent pour savoir par quel bout tenir une épée et un pistolet, n’était-ce pas suffisant pour être un bon élément de ce corps d’armée ? S’il n’avait pas eu une éducation stricte Nathanael aurait sans doute partagé cette façon de penser plus que simpliste, mais à force d’extérieur il savait bien que pour faire un bon marine et un bon officier il fallait être bien plus qu’un guerrier.
Bien sûr que les marines avaient un rôle de protection qui mettait leurs capacités martiales à rude épreuve, mais ils avaient aussi un rôle de prévention et parfois même un rôle social quand ils en avaient le temps. Quid des officiers ? Eux ne devaient pas être que des guerriers exceptionnels, ils devaient posséder une intelligence et un sens de la stratégie que le soldat moyen ne possédait pas et, si Nathanael estimait être assez malin, sa transformation lui avait permis de monter toutes ces caractéristiques à un tout autre niveau. Il ne s’agissait pas de foncer bêtement dans le tas en laissant ses muscles faire le reste, ça c’était bon pour la bleusaille de base voulant jouer au héros, il s’agissait désormais de ne pas réitérer l’échec de la mission précédente mais bel et bien de choisir ses batailles.

Nathanael aurait pu décider de foncer sur le navire du milieu et de tirer dans tous les sens jusqu’à ce que plus personne ne soit en vie, il aurait pu accompagner le papy lors de l’attaque du premier navire mais il ne l’avait pas fait. Pourquoi ? Parce qu’il estimait qu’il y avait une façon plus efficace de mettre fin à ce combat, il fallait commencer par se diviser pour se battre sur les deux fronts et neutraliser les ennemis les plus nombreux. Une fois que les deux navires assaillants seraient neutralisés alors les marines pourraient envisager de s’occuper du navire qui avait été pris pour cible, mais pour l’heure ce n’était pas la priorité.

Le papy sur l’autre bateau, le jeune épéiste à ses côtés, le colosse en fer blanc fit face au bateau qui tentait d’aborder celui où il se trouvait et, dans un premier temps, ordonna à son subordonné de retarder l’arrivée des assaillants en coupant les crochets.
Malheureusement deux individus s’extirpèrent du navire ennemi et neutralisèrent une partie des attaques des deux marines, le duo avait à peine gagné un peu de temps mais ils devaient mettre un terme rapide à cet affrontement pour neutraliser le harpon et le reste des crochets sans quoi ce navire serait noyé sous les troupes ennemies qui attendaient de l’autre côté. Balayant la scène de ses capteurs visuels, Nathanael généra une commande dans sa tête :

*Débloques-moi le reste de l’armement létal.*


Seconde après seconde les capteurs balayèrent le navire ainsi que les forces en présence pour, finalement, donner une réponse au marine.

*Analyse de la situation, dommages collatéraux validés comme acceptables. Armement létal déverrouillé. *


Lentement, sans avoir vraiment comment le décrire, le colosse sentit des serrures se déverrouiller et des parois s’ouvrir au sein de son propre corps, faisant écho à la réponse de son compagnon inhumain. Ce fut avec milles précautions qu’il observa un homme doté d’une armée ave une importante portée s’approcher de lui, l’observant juste après avoir tranché son missile en deux.

Le colonel Armstrong allait-il bêtement foncer dans le tas, toutes armes dehors comme la foi précédente ? Non, il allait observer son adversaire et frapper intelligemment…ou du moins allait-il essayer. Son adversaire était doté d’une arme blanche dotée d’une portée qui lui donnait un certain avantage, cette arme blanche étouffait toute possibilité que le colonel avait de l’attaque à coup d’arme à feu car il supposait son adversaire capable de les dévier ou bloquer avec sa lame comme bon nombre d’épéistes pouvaient le faire. Alors quoi ? Le corps à corps ? Il allait devoir s’approcher de son adversaire pour ça, il allait devoir ruser pour passer à travers la défense que lui procurait son bisento : pas une mince affaire !

Écoutant son adversaire faire son petit speech d’entrée pour impressionner la galerie et jeter un voile de doute et de mystère sur sa personne, pensant sans doute que cela allait toucher le colonel, l’officier concerné lâcha dans un soupir à demi-étouffé :


« Encore un à la langue bien pendue. C’est bien ma veine. »


Sans perdre de temps il braqua les paumes vers les pieds de son adversaire et y éjecta deux projectiles explosifs, espérant que l’explosion juste devant lui couvre son champ de vision pendant quelques courtes secondes. Profitant de cette courte fenêtre de temps, Nathanael activa ses systèmes de propulsion et se dirigea vers le flanc gauche de son opposant à une vitesse folle avant de éjecta un puissant crochet en pleine bouche. Ce n’était pas la meilleure des tactiques mais il ne pouvait se résoudre à rester à distance face à un homme ayant une plus grande allonge que lui, il devant plonger et traverser la défense de son adversaire car c’était la meilleure chose à faire. Que ferait cet homme lorsqu’il ne pourrait plus utiliser cette longue arme ? Nathanael avait hâte de le savoir, vraiment hâte.

Now would be a good time to be scared.







Spoiler:
 


Revenir en haut Aller en bas
Shigo Ike
Super héros fêlé
avatar
Messages : 1025
Race : Humain
Équipage : Lui-même

Feuille de personnage
Niveau:
32/75  (32/75)
Expériences:
185/200  (185/200)
Berrys: 4.013.555 B

MessageSujet: Re: Gambit Decima [Event - South Blue 2]   Sam 29 Oct 2016, 17:38





"Gambit Decima !"



Sur la bôme du navire, Ike avait une vue imprenable sur la bataille navale qui se déroulait en contrebas. Les explosions venaient de retentir sur le pont et tout l’équipage était donc sonné ! Mais lui, en bon super héros sauveur de ses propres miches, avait évité le pire. Cependant, le souffle de l’explosion lui roussit les cheveux et arracha un autre cri de peur à Chuu, avant qu’elle ne reçoive un taquet mental, en punition de les faire passer pour des fiottes de communistes. Les folles émotions derrière lui, le chasseur de primes se concentra sur la situation présente. Ainsi perché, il repéra enfin la manœuvre du bateau marine qui tentait d’intercepter le navire sur lequel il se trouvait. D’un œil extérieur, les agissements du grand père pouvaient sembler tout à fait appropriés pour une fois. C’était un déplacement stratégique, un coup adroit, une démarche logique.

Alors pourquoi il ne callait rien ?

Se pourrait-il... Le fêlé du bulbe refit un point sur la situation et tenta de se rappeler à quoi ressemblaient les trois bateaux qu’il avait vus au loin avant de se lancer tête baissée dans la mêlée. Y’avait une couille dans le potage là, non ? Il aurait juré qu’il avait visé le navire attaqué par les deux autres bâtiments, avec son « lance super héros » géant ! Mais avec le projectile énorme qu’il avait reçu sur un coin de la tête, se pourrait-il qu’il ait dévié jusqu’à une des embarcations des assaillants ?


« Mais alors... La princesse qu’on devait sauver là... elle est méchante ?! », s’estomaqua Wade en plaquant ses mains sur ses joues, les yeux exorbités de surprise.
« Avec ses cheveux bleus et sa tenue de dévergondée, t’aurais pu t’en douter ! », répliqua Chuu mentalement.
« Chut. S’pèce de jalouse. Tu dis ça parce qu’elle est trop sexy et toi non ! »
« Shut up, slackers ! », les interrompit Wilson. « Laissez plutôt les pros reprendre la situation en main. »


Et en effet, l’ex mercenaire n’était pas connu pour faire dans la dentelle. Il venait de comprendre où il se trouvait et, surtout, qui étaient ses adversaires ! Ça allait chier ! Ni une ni deux, il sauta sur un des cordages latéraux du navire et entreprit de descendre le plus vite possible jusqu’au pont. En cours de route, il dut s’accrocher de toutes ses forces au filet de cordes, lorsque les coques des deux bâtiments se rencontrèrent, mais il repartit bien vite à la rencontre du plancher. Il arriva peu après que la princesse ait recruté deux affreux jojos pour assouvir ses vils dessins. Y’avait pas à dire, maintenant qu’il savait de quoi il en retournait, tout était bien plus limpide ! La jeune femme donnait des ordres sans grâce aucune :


- FRAME ! Tue moi cette garce ! Work, avec moi !


Mais Wilson ne l’entendait pas de cette oreille. Il se racla la gorge, afin d’obtenir une voix suave à la Barry White, avant de lancer vivement :


- Un instant ! Je crois qu’on a des choses à se dire, toi et moi !


Il espérait bien obtenir l’attention de la jeune femme aux cheveux bleus de cette manière, puisqu’il se contrefoutait des deux autres qui partaient à l’assaut. Il reprit en pointant un doigt accusateur vers « feu » sa princesse, lorsque Wade refit des siennes :


- Tu m’as trompé ! T’as tenté de m’utiliser pour te sauver les miches, alors que c’est toi qui attaques ces graves gens ! Je demande réparation !


Avant que Wilson et Chuu ne puissent l’en empêcher, le petit magicien commença à rougir et à lancer d’une voix légèrement plus anxieuse :


- Tu... Tu vas venir avec moi et on s’fera un diner ! Les chandelles, la musique en fond... Tout ça, tout ça... Nan parce que j’aime ton style, poulette !


« Worst date ever incoming... », commenta mentalement Wilson.
« C’était censé être romantique ? », grinça en pensée Chuu.
« Vos gueules ! », les arrêta de la même manière Wade. « Vous allez pourrir mes chances là ! »
« De même qu’avec la sœur de Taito, Kanae, la vendeuse de Smoothie, la femme poisson, la valkyrie... », commença à énumérer sans aucune pitié Chuu.
« T’as raison ouais, gamin. C’est à cause de nous que tu n’ choppes jamais. », l’enfonça un peu plus Wilson.


Wade resta fier sous les moqueries des jaloux. Il attendait, le cœur battant, la réponse de la jeune femme en face de lui... Pour le meilleur et pour le pire !







Résumé :
Ike comprend enfin la situation dans laquelle il se trouve, sa localisation et ses ennemis. Il retourne donc sur le pont après les explosions et... tente d'obtenir un rencard avec Mathilda. Bah quoi ?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Nabeshima Ito
Sergent-chefSergent-chef

avatar
Messages : 79

Feuille de personnage
Niveau:
27/75  (27/75)
Expériences:
189/200  (189/200)
Berrys: 14.700.000 B

MessageSujet: Re: Gambit Decima [Event - South Blue 2]   Lun 31 Oct 2016, 15:55



Gambit Decima
Avec Jugement et MJ.


Le début de l'opération se déroula donc sans encombres : les victimes de l'offensive acceptaient leur coup de main sans trop s'en inquiéter, et les ordres donnés par le colonel convenaient au jeune épéiste qui prit aussitôt les choses en main et essaya de mener l'objectif qui était le sien à bien. Ainsi, les câbles et les cordages qui s'offraient à sa lame n'avaient guère le temps de se montrer véritablement utiles qu'ils s'en retombaient d'ores et déjà dans la mer, en brisant le contact espéré par les assaillants et en les forçant à manœuvrer d'autant plus. Un gain de temps précieux pour les troupes de la justice, et cela même Ito était en mesure de le cerner : dans ce genre de situations, chaque seconde comptait, d'autant plus que des renforts étaient susceptibles de débarquer à n'importe quel moment. Dans l'état des choses, cependant, mieux valait encore ne pas trop y penser : le but était de se débrouiller de soi-même, tel qu'ils avaient échoué à le faire à de trop nombreuses reprises. De facto, l'adolescent se faisait un point d'honneur à parcourir la rambarde agilement et promptement en entaillant ce qu'il avait à entailler et en repoussant ceux qui devaient l'être, à grands renforts de coups de pieds et de bonds quasiment félins. Malheureusement pour lui, ce petit spectacle leste auquel il se livrait corps et âme fut plus vivement interrompu qu'il ne l'aurait souhaité : alors que la méfiance qu'il dressait à l'encontre de ses ennemis commençait à se faner, alors qu'il commençait à supposer qu'ils n'étaient rien d'autres que des brigands de bas étages trop impétueux pour leur propre bien, un coup de fouet eut le don de le rappeler à l'ordre et à la concentration. L'arme vint en effet griffer sa joue tandis qu'il s'éloignait à contre-cœur du bastingage au dernier moment, et un fin filet de sang carmin vint dégouliner le long de sa plaie tandis qu'un criminel, celui qui venait d'agir, le rejoignait enfin pour le toiser de plus prêt. Ce type lui ressemblait, à certains égards : blême, les cheveux sombres, il avait tout l'air d'un gars maladif, tel que le Nabeshima avait toujours cru l'être. Celui-ci, d'ailleurs, poussa un soupir harassé avant de se mettre péniblement en garde, jetant un coup d’œil las à l'océan qui le cernait de tout côté. South Blue et sa chaleur... Courir agilement et bondir vivement mettait son sang de vampire à plus rude épreuve qu'il n'aurait jamais pu l'imaginer, et l'affrontement qui lui ouvrait les bras risquait d'ailleurs de s'avérer plus complexe que jamais. Les quelques mots que lui glissèrent son sordide assaillant vinrent visser sur ses lèvres un sourire mal à l'aise et désarçonné, et il fit fi de cette réplique pour y répondre avec le ton cordial qu'exigeaient les formalités :

-Sergent-chef Nabeshima. Je n'ai rien contre vous, mais je dois visiblement vous combattre.

D'un bref coup d’œil, le garçonnet se rendit compte que son supérieur en acier s'était lui aussi trouvé quelqu'un de taille à affronté. Les hors-la-loi commençaient à nouveau à se rapprocher inexorablement pour entamer un abordage, et il leur fallait donc se montrer prompt dans leur bataille pour passer à autre chose, sans quoi les hommes sous leur protection risquaient fort d'avoir à en pâtir. Lorsqu'il se rendit compte que la jeune séduisante archère se trouvait également menacée par des ennemis, l'adolescent au sabre faillit se ruer dans sa direction pour lui prêter main forte... Avant de se souvenir qu'il aurait été bien maladroit de laisser un autre ennemi vaquer à ses occupations sans avoir à s'effrayer de la présence des gouvernementaux. Ainsi, l'élève d'Ericken mit la priorité absolue sur cet homme qui lui avait infligé une estafilade légère mais d'autant plus cuisante qu'elle était la première blessure infligée durant leur petite rixe personnelle. Il en nettoya le sang qui y perlait d'un revers de la main puis, après avoir brisé sa garde, se mit à foncer droit vers cet assaillant. Au dernier moment, et sans oublier de scruter le moindre de ses mouvements pour, si nécessaire, s'écarter hors de la trajectoire d'une attaque d'un bond, Ito bondirait en visant les jambes du tranchant de son katana. S'il parvenait totalement, il trancherait l'ennemi en trois au niveau des genoux, et le contraindrait ainsi à l'immobilité. Cela étant, il se doutait qu'une telle opération ne serait pas menée à terme aussi aisément : pour l'avoir surpris, son ennemi méritait incontestablement une once de respect.

Codage par Jibunnie sur NEVER-UTOPIA


Ito est touché à la joue à cause du fouet, bénignement, mais ça contribue à lui foutre un coup au moral. Il se met en garde, puis fonce sur Irvein pour lui trancher les jambes au niveau des genoux. Il esquivera d'un bond les attaques qui le menacent entre temps.
Revenir en haut Aller en bas
Maître-Jeu

avatar
Messages : 1172

Feuille de personnage
Niveau:
0/0  (0/0)
Expériences:
0/0  (0/0)
Berrys: 0 B

MessageSujet: Re: Gambit Decima [Event - South Blue 2]   Sam 05 Nov 2016, 12:07










Damian Buster, Selucia Khan, Frame (primé à 5M)


Les assauts des membres de la Marine avaient eu pour effet indiscutablement positif de retarder l'invasion des pirates qui, en majorité, restaient sur le pont à attendre. Quelque chose d'étrange semblait animer les envahisseurs. Une sorte de détermination placide et indéniable. Malgré les tirs de canon, malgré les terribles mandales du Buster ou les flèches mortelles de la Khan, rien ne semblait perturber l'avancée des forbans. Ils avaient tout simplement l'air de ne pas s'en soucier plus que ça, se contentant d'obéir à l'ordre donné plus tôt par leur chef. Alors que Damian ne s'en formalisait guère, se contentant de les étaler à tour de bras -malgré une estafilade sur le torse due au surnombre-, Selucia était bien plus circonspecte depuis son perchoir. Qu'est-ce qui se passait avec ces types ? Quelque chose se déplaça rapidement dans son champ de vision.

- Que... ?!

Un coup rapide et visiblement donné pour tuer découpa une partie de sa queue de cheval de façon nette. Elle tenta de repousser son assaillant d'un coup de pied mais cela ne sembla pas l'affecter. Elle chuta par la suite, se rattrapant tant bien que mal aux cordages et à ce qui pouvait lui servir de prise avant de finir au sol dans un hoquet. La forme vint se poser avec agilité non loin d'elle : un homme d'apparence relativement simiesque et malingre, qui jouait habilement avec un couteau. Son regard était rivé sur elle et il s'approchait d'un bon pas alors qu'en parallèle, les navires entraient finalement en contact. Bientôt, un flot de pirates commença à se déverser sur le Parcimonioso. Ce qui ne laissait rien présager de bon pour les défenseurs... pour l'heure, l'équipage du navire marchand offrait une défense admirable. Mais qu'en serait-il lorsque les sous-fifres seraient tombés ? Combien de temps les plus forts tiendraient-ils ?




Tô Khoo (non primé), Irvein (non primé), Mathilda Sweetie (primée à 28MB), Work (primé à 5M)


Mathilda restait pantoise, tout simplement. Ce type, là... il... lui... offrait un rencard ? Elle resta un instant silencieuse, comme interdite, devant le chasseur de prime rougissant qui lui faisait des avances en tout bien tout honneur (bien entendu). Puis elle observa autour d'elle. Le navire était en feu. La majorité des hommes et femmes sous son commandement étaient passés par dessus bord ou morts, brûlés vifs par les différentes détonations meurtrières. Work restait là, stoïque, attendant des ordres. Elle souffla doucement alors qu'un rose léger lui montait aux joues. Il était temps de reprendre les choses en main. Elle baissa légèrement la tête en se triturant les mains?

- OUIIIII !

D'un bond, elle sauta au cou de l'homme en face de lui. Quoi ? C'était pas tous les jours qu'un mec mignon qui était en plus super héros venait lui proposer un rendez-vous ! En plus, il avait l'air relativement costaud, ce qui n'était pas pour lui déplaire. Il lui fallait un homme fort, après tout. Pour diverses raisons... enserrant son nouveau petit ami (yes, that escalated quickly), elle ne manqua pas de presser sa poitrine contre lui tout en se frottant amoureusement à lui.

- Tu m'emmènes où mon chaton ? Hein ? Hein, dis ? On va oùùùù ?

Elle avait hâte de voir ce que son super héros personnel avait à lui offrir. Peut-être qu'ils iraient braquer une banque ? Ou raser un village ? Oh, il y avait bien ce bar à South Blue où ils avaient du récupérer quelques infos... le gérant était moche et con, puis il la reluquait sans ménagement. Puisqu'ils étaient maintenant en couple, c'était le devoir de son homme d'aller fracasser ce rival, non ? Ohhhh, tant de choses à faire que ça en devenait trop ! Son coeur battait la chamade. Soudain, elle se rendit compte que son subordonné était toujours là, imperturbable.

- Qu'est-ce que tu regardes toi, avec tes yeux de merlan frit ?! Va donc bondir dans quelques cordages et aider ton frère ! On est en pleine bataille, là ! Enfin, toi ! Moi, j'ai mieux à faire...

Ses envies meurtrières canalisées par la proposition incongrue du copieur, elle se retourna vers lui avec un regard conquis tandis qu'autour d'eux, la ruine flottant sur laquelle ils se tenaient s'approchait d'une étrange formation dans le ciel...


-----


Le manieur de Bisento observa avec intérêt son adversaire. Ce dernier semblait ne pas le prendre au sérieux... c'était son droit. De toute manière, langue bien pendue ou non, le combat déterminerait qui aurait raison. C'était toujours comme ça : l'histoire était écrite par les vainqueurs. Une chose qu'il avait autrefois admiré, mais qui le débectait désormais. L'histoire n'avait aucun sens... le monde n'avait aucun sens. Bataille après bataille, c'était un pas en avant pour deux pas en arrière. Il était las de se battre, mais il affrontait une réalité terrible : il ne savait faire que ça, tout simplement. Il était pour l'heure prêt à contre-attaquer, toisant le colonel.

Ce dernier tenta une offensive. Ses mains se pointèrent en direction des pieds tu Khoo, qui regarda avec attention la suite. Ainsi, c'était lui qui était à l'origine de ces tirs destructeurs... il n'en avait pas la certitude, s'étant détourné de lui un instant, mais cela confirmait largement cette hypothèse. Se reculant d'un bond leste, il évita l'impact initial. Une fumée opaque vint peu à peu brouiller sa vision : nul doute qu'en étant resté plus près, il n'aurait pas pu voir la moindre chose. À défaut d'être mort, bien entendu.

Néanmoins, la suite de l'assaut arriva bien assez tôt. Utilisant la diversion provoquée par les résidus de l'explosion, le colonnel se jeta sur lui. Il n'était pas totalement humain, à n'en pas douter : entre les missiles et cette approche, tout semblait le montrer. Problème : il s'approchait désormais dangereusement de Tô qui risquait à tout instant de se manger une mandale très sévère. Or, si cet homme était ce qu'il pensait, c'était un risque à ne pas prendre. Il en avait une parfaite idée, pour d'autres raisons... c'est pour ça qu'il opta pour une esquive offensive. Utilisant ses capacités martiales, il se souleva sur son Bisento d'un geste leste, laissant le point du Colonel rafler l'air là où aurait pu se trouver sa joue. Récupérant rapidement son arme alors qu'il était la tête en bas, il faucha tout simplement en dessous de lui. Il était temps de voir de quelle trempe était fait son adversaire.

De son côté, Irvein était parvenu à faire reculer son adversaire. Mais le sergent chef Nabeshima, tel qu'il s'était présenté, semblait ne pas avoir abandonné sa volonté de combattre. D'un air mélancolique, l'homme au fouet l'observa courir vers lui après s'être passablement excusé d'avoir à l'affronter. C'était... étrange. Dans son monde, ce genre de personne n'existait pas. Il y avait ceux qui tuaient, ceux qui étaient tués. Ceux qui en avaient assez, parfois. Mais ceux qui s'excusaient d'avoir à le faire ? Non, ça, c'était une mauvaise blague. Quelques coups de fouets tentèrent d'entraver la progression de l'épéiste mais ce dernier, habile, s'y était préparé. Il se retrouva donc bientôt dans une proximité dangereuse de Irvein... avec la ferme intention de le trancher au niveau des jambes.

Le bruit caractéristique de deux lames se croisant retentit alors que l'assaut du sabreur avait été stoppé avant de porter ses fruits. L'acier contre l'acier. Dans un tremblement, les deux hommes étaient arrêtés arme contre arme. Un Kodachi était venu empêcher toute tranche au niveau inférieur du corps de Irvein. Ce dernier esquissa une sorte de sourire triste alors que sa petite astuce se révélait encore une fois utile.

- On m'a toujours appris que l'ambidextrie était une nécessité plutôt qu'un don. Que sinon, je mourrais.

D'un geste large, il entreprit donc de repousser la lame de son adversaire. Si il parvenait à le faire, il enchaînerait sur un coup de pied ayant pour simple but de le repousser, avant de reprendre un harcèlement au fouet qui risquait de rendre la tâche bien difficile pour le jeune sergent-chef. Nos marines risquaient d'avoir du pain sur la planche... à moins que l'initiative du vieillard, pour l'heure laissé libre de ses mouvements, ne soit porteuse de réussite ? On ne pouvait pas le savoir.





El rézoumé :

Shigo > À quand le mariage ?

Nils > Rien de spécial à signaler, tu progresses vers le deuxième navire et ta formation empoisonnée se forme sur la trajectoire de celui que tu as précédemment attaqué.

Ito > Irvein pare avec un Kodachi, te glisse quelques mots. Il va ensuite entreprendre de te repousser (dans un premier temps, ta lame, puis toi d'un coup de pied). Si il y parvient, il reprendra une pluie de coups au fouet.

Nath' > Tô sent un peu l'embrouille venir. Il est fin observateur et déduit assez rapidement qu'il faut esquiver les missiles, ce qui lui permet d'avoir un champ de vision un peu meilleur que si l'astuce avait fonctionné. De fait, il esquive en se hissant sur son Bisento avant de le reprendre en main pour te trancher par le dessus.

Pas de nouvelles de Alejandro et Lynda, mais pour l'heure ils ne semblent pas en danger. Par contre, les pirates débarquent finalement sur le Parcimonioso ! Pour l'heure, les défenseurs à vos côtés vont vous filer un coup de main, mais ça va se corser. Lorsqu'ils seront tous morts. What a Face

Damian continue de fracasser quelques têtes. Néanmoins, Selucia est en difficulté à cause de Frame. Work va se joindre à la fête.

Damian et Tô sont lvl 30.
Frame et Selucia sont lvl 26.
Irvein est lvl 21.
Alejandro est lvl 20.
Les pirates semblent lvl 15-20.
À vue de nez, les marins du Galion doivent être lvl 10-15.

Vous ne connaissez pas les lvl de Mathilda et Lynda.


À vous de jouer !
Revenir en haut Aller en bas
Nils Gratz
Pépé Péteux
avatar
Messages : 1316
Race : Humain
Équipage : Le Compost

Feuille de personnage
Niveau:
33/75  (33/75)
Expériences:
150/250  (150/250)
Berrys: 34.054.000 B

MessageSujet: Re: Gambit Decima [Event - South Blue 2]   Dim 06 Nov 2016, 10:29




Papy's Back !



Le palpitant du vieillard était mis à rude épreuve. Aux prises avec les différents mouvements de flottes et son objectif premier qui restait éperdument le même, à savoir retourner sur Toroa, une idée avait germé dans sa tête. Au loin, il percevait les deux navires attachés ensembles par un énorme harpon mais également par plusieurs petits. Le navire était tout de même le moins endommagé de tous et aurait constitué un sublime moyen de locomotion pour mener à bien son retour sur Toroa. De plus les pirates semblaient tous déserter le navire pour assaillir l’autre. Le vieux ne tenait plus en place et n’avait plus qu’une seule chose en tête : sa famille.

Alors que le navire se vidait petit à petit de tous ses membres, il devenait temps d’agir au plus vite mais un abordage n’était pas vraiment possible vu la distance qui séparait le bâtiment du Jugement avec sa cible. Nils n’avait donc plus le choix et reprit une fois encore les choses en mains en expliquant ses ordres.


Je pars devant. Maintenez le cap et préparez-vous à l’abordage du navire de pirates.
Sur ces mots, l’ancêtre activa l’une de ses techniques. Pour une fois, il ne serait pas un boulet : habitué à marcher lentement et à être très peu vif, il se recouvrit de poison avant de faire apparaitre un tube énorme qui partait en direction du navire pirate. Il s’agissait dorénavant de son moyen de locomotion le plus rapide et tenterait ainsi d’arriver en plein milieu du navire ennemi, assez prêt du cordage du harpon. Malheureusement pour lui, le câble du harpon semblait bien plus solide que prévu mais il tenta tout de même de le recouvrir de poison corrosif avant de tenter de le faucher tout simplement.

Profitant de son full Armor, il espérait que l’éclaboussure du Road Venom avait pu entamer les attaches plus fragiles que le harpon principal. Dans le cas contraire, le vieillard se verrait ainsi dans l’obligation de les couper également. Si près du but, il devait impérativement prendre le contrôle du navire. On aurait pu penser à un acte héroïque d’un brave membre du gouvernement mondial… en réalité, ce bateau était une bénédiction tombée du ciel : un navire qui permettrait au grand-père de retourner sur Toroa. C’était simplement pour cette raison qu’il avait pressé le pas et pris des risques quant au fait de se révéler maudit.

Sûr de lui et ne sachant pas véritablement s’il était seul sur le navire, l’ancêtre prit la pause d’un marine qui montre ses galons. Il allait jouer de son autorité, c’était certain !


Au nom de la famille Gratz ! Je réquisitionne ce navire !
Ah ? Finalement, ce n’est pas tant la marine que la famille mais dans le fond, tout ça revient au même. Laissant son poison faire son œuvre, il espérait que le navire ne serait plus véritablement gardé : dans un ultime espoir, le pauvre commandant Nils comptait à la fois sur sa rapidité et sur son effet de de surprise pour prendre le contrôle du navire. En réalité, il espérait surtout que ce dernier serait suffisamment peu gardé pour ne pas l’endommager et ainsi rentrer à bon port jusque Toroa.

Papy était de retour… et ça allait chier grave !






Techniques:
 

_________________

Signature réalisée par Komatsu
Revenir en haut Aller en bas
Nathanael Armstrong
ColonelColonel

avatar
Messages : 136
Race : Cyborg

Feuille de personnage
Niveau:
31/75  (31/75)
Expériences:
63/250  (63/250)
Berrys: 32.560.000 B

MessageSujet: Re: Gambit Decima [Event - South Blue 2]   Mer 09 Nov 2016, 00:42



Why am I better than you ? Because I am like a machine, flawless.




Dans sa prime jeunesse le colonel s’était imaginé les champs de batailles comme les combats que racontaient les récits, une vaste pleine sur laquelle deux armées s’affrontaient en se fonçant dessus et en jetant toutes leurs forces dans la bataille, mais il avait depuis longtemps compris que les combats n’étaient jamais aussi propres que ce que les histoires et les livres montraient. En vérité la bataille n’avait rien de simple ou de propre, ce n’était rien de moins qu’un tourbillon atroce dans lequel se mélangeaient la rancune, la peur, la rage et le désespoir jusqu’à ce que les vainqueurs commencent à se dessiner à l’horizon. Ici aussi la situation sembla assez simple de prime abord, deux prédateurs prenant une proie en sandwich, mais une fois plongé dans les flammes de la bataille tout devenait beaucoup plus compliqué.
Qui devait-il défendre ? Sa propre vie, celle de son subordonné ou de ces victimes dont il ne savait rien ? Était-ce un piège de plus dans lequel il venait de tomber ? Espérant que non il continua de tenir tête à l’homme au bisento sans se permettre le luxe de regarder où en était le sergent-chef.

Alors que le colonel se mit en garde pour repartir à l’assaut de ce mystérieux adversaire à la langue bien trop pendue, il sentit le bateau tanguer lorsque le navire adverse se colla finalement à lui. Serrant les dents et pestant contre son attaque qui n’avaient pas beaucoup retardé l’assaut ennemi, Nathanael ne put s’empêcher de cracher :


« Et merde. »


Gérer ce gugusse à la longue lame n’était déjà pas une mince affaire sans que le colonel ne reçoive le reste de la troupe sur les bras. Comment allait-il faire pour gérer ce bordel qui, dans quelques secondes, allait devenir un vrai enfer ? Il ne le savait pas et, l’espace d’un instant, il se surprit à espérer que ce combat soit aussi propre et net que ceux des récits de son enfance. Bien vite rattrapé par la réalité lorsque son adversaire esquiva son assaut, le colosse pivota sur le côté et laissa la puissante lame de son adversaire frôler son visage sans trancher autre chose que quelques cheveux.

Le colosse devait se préoccuper de ses subordonnés, des hommes qu’il désirait défendre et de la situation qui était en train de dégénérer au fil des secondes, bien plus que ce qu’un seul homme pouvait gérer à lui-seul en somme. Mais pour l’heure il se concentra sur la seule chose qu’il pouvait vraiment faire : mettre à bas cet homme au bisento.
Tentant d’immobiliser l’arme en refermant sa main gauche sur son manche, Nathanael fit émergea une décharge électrique de son corps dans le but de donner un coup de jus au détenteur de cette lame. La suite ? Il bondit sur son adversaire et et lui asséna deux uppercuts consécutifs dans le ventre afin de lui couper de la souffler tout en profitant de sa position aérienne. Une fois que le second uppercut aurait percuté le vendre de la cible, la main droite s’ouvrirait et laisserait échapper un projectile explosif à bout portant.

La situation dégénérait de plus en plus, le colonel allait devoir trouver un moyen de neutraliser vite son adversaire pour s’occuper des troupes adverses qui débarquaient désormais sur le navire. Décidemment, le bordel ne faisait que commencer.




Now would be a good time to be scared.









Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Shigo Ike
Super héros fêlé
avatar
Messages : 1025
Race : Humain
Équipage : Lui-même

Feuille de personnage
Niveau:
32/75  (32/75)
Expériences:
185/200  (185/200)
Berrys: 4.013.555 B

MessageSujet: Re: Gambit Decima [Event - South Blue 2]   Mer 09 Nov 2016, 21:54





"Gambit Decima !"



« Wade, s’il te plait ! Elle a l’air complètement folle cette fille ! », déclara en pensée Chuu.
« She’s cute, ok. Mais la p’tite couturière a raison, gamin ! », abonda dans son sens Wilson.


Mais le petit magicien avait un autre avis sur la question, qu’il ne tarda pas à faire partager à ses colocataires mentaux :


« Selon la courbe de Vickie Mendoza, puisqu’elle est « that crazy » elle devrait être « that hot » ... Et donc.... »


Tandis que Wade traçait dans son esprit des lignes les deux autres pouvaient, par un phénomène inexplicable, suivre le cheminement de sa pensée et voir la courbe se dessiner mentalement. Ainsi donc, lorsque le trublion de première désigna un point au dessus de ce qu’il appela à tord « la bissectrice tangentielle hot-crazy », il affirma en son for intérieur :


« Aaaaannd yes, she does. Seems pretty okay to me ! »


Un gros silence ponctua cette intervention. Chuu essaya de convaincre par les maths Wade qu’il faisait fausse route. Wilson allait le menacer quant à lui, lorsqu’une phrase fusa dans leurs pensées collectives :


« Sinon les copains...Euh... Comment dire... On fait quoi quand la fille a dit oui ? »
« T’es pas sérieux là ? »
« Are you kiding me ?! »
« J’sais pas moi ! Mon animal spirituel c’est Johnny bravo ! Mais il a jamais décroché un premier rencard alors... WAIT ! J’ai battu Johnny Bravo ! Self five ! »


Les deux autres allaient l’empêcher d’effectivement se taper soi même dans la main, lorsque soudain sa dulcinée s’élança dans ses bras ! Cette dernière semblait plus qu’enthousiaste et avait l’air de maitriser son sujet ! Tout de suite, elle sut comment lui faire tourner la tête : des yeux doux, des promesses de voyages et le coup des seins hypnotiques, tout comme la sœur de Taito avait – dans les rêves les plus fous du chasseur de primes – tenté de le séduire par le passé. Elle roucoula et lui posa quelques questions qui restèrent un instant sans réponse, avant que Wade ne reprenne ses esprits :


- Et bin, c’est très simple ! improvisa-t-il totalement. Je connais un coin super si on aime les piscines, la bonne bouffe et les sensations fortes. Pis on peut tirer sur des trucs et gagner des billets !


Il faisait bien entendu référence à une superbe fête foraine qu’il avait découverte au court de ses épopées sauvages sur South Blue. Piscine à boules, hot-dogs, barbe à papa, montagnes russes et concours de carabine à plomb ! C’était tout simplement le pied ! Encore une visite ou deux et il pourrait se payer une bague authentique de super héros, certifiée par le vendeur comme ayant appartenu à un mythique sauveur de miches. La petite beauté coutait la bagatelle de deux mille billets de tombola !

Tout à coup, Chuu aperçut le grand père de la marine fuser à travers un tunnel immonde vers le bateau qui assaillait le navire au coude à coude avec leur propre bâtiment naval. Le lavage de cerveau du gouvernement mondial était, par malheur, toujours effectif ! Aussi la petite couturière bouscula leur précaire équilibre mental et força Wade à poser une question qui la turlupinait d’un ton très sérieux tout à coup :


- Par contre, t’es dans quel camp au juste ? Nan parce qu’en temps que super héros, j’suis quand même censé aider les marines ! Donc toi et tes copains vous êtes qui, et qui c’est les guss que vous attaquez ?


Cependant, comme le ravagé du bulbe ne faisait jamais les choses comme on le lui demandait, ou alors jamais totalement, il continua sur sa lancée en adoptant un timbre bien plus suave :


- Parce que bon, si ça devait mal se finir et avant qu’on se suicide tous les deux à la Roméo et Juliette, j’aimerais profiter un peu de la vie... If you know what i mean.


Cette phrase bien étrange fut ponctuée de plusieurs haussements de sourcils rythmiques, bien que le chasseur de primes ne comprenne pas vraiment pourquoi il avait effectué pareil geste.


« Il a pas osé ? », demanda Chuu en pensée.
« Et après il s’étonne de jamais choper... », se lamenta Wilson de la même manière.


Mais le propriétaire du corps s’en tamponnait l’oreille avec une babouche de l’avis des jaloux. Lui au moins avait du style, un style bien à lui, inimitable, formidable et qui pouvait plaire ! Parfois... Avec un peu de chance. Bref. Il haussa donc les épaules, rapprochant sans le vouloir le corps de sa conquête du sien si elle était restée dans ses bras, avant de reprendre d’un ton langoureux :


- Et sinon ? Vous habitez chez vos parents ?
« Oh god... », pensa Wilson tout en gratifiant son front d'un facepalm.
« Si elle ne le gifle pas, c’est moi qui le ferai ! », affirma Chuu de la même façon.







Résumé :
Ike tente de draguer (pitoyablement) Mathilda. Il lui pose quand même une question cruciale pour l'intrigue (mais pas pour lui): de quel camp ses copains et elles sont, puis qui sont les guss qu'ils attaquent.
Questions bien plus importantes posées par Ike à Mathilda: Elle aime les fêtes foraines ? Elle voit de quoi il veut parler Rolling Eyes ? Elle vit chez ses parents ?


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Maître-Jeu

avatar
Messages : 1172

Feuille de personnage
Niveau:
0/0  (0/0)
Expériences:
0/0  (0/0)
Berrys: 0 B

MessageSujet: Re: Gambit Decima [Event - South Blue 2]   Jeu 17 Nov 2016, 01:39







Mathilda Sweetie (primée à 28MB)


Devant les réponses de son nouveau petit ami, la demoiselle se perdit dans la contemplation imaginaire d'une scène qui lui faisait le plus grand bien. D'abord, un bon petit massacre en compagnie de son aimé, qu'elle imaginait grand tireur, du moins assez pour l'épater... quoi de plus viril qu'un tueur, après tout ? Un carnage suivi d'un petit bain en amoureux avant de... elle rougit à l'idée, puis tournoya sur elle-même dans ses bras musclés tandis qu'il continuait de lui expliquer son plan de lune de miel. Comment ça, ça allait définitivement trop vite ?

Néanmoins, lorsqu'il aborda le fâcheux sujet du "camp", elle sembla se froisser sensiblement. Quoi ? Non ! Il n'allait quand même pas.... oh, mais de quoi parlait-il ? Il lui semblait bien romantique d'un coup, mais mourir était d'un tel ennui ! Ne prêtant pas réellement attention à ses idées interdites aux moins de dix-huit ans, elle prit ses mains dans les siennes alors qu'il lui demandait si elle habitait encore chez ses parents. Surprise par une telle demande, une suite d'idées déferla dans sa caboche alors qu'elle imaginait une raison pour laquelle il aurait pu rechercher cette information. Peut-etre qu'il voulait rencontrer ses géniteurs ?!

- Oh, mon beau ! Tu es génial ! Mais bon…

Elle lui glissa un bécot dans le cou avant de reprendre d'un air tout à fait naturel, comme si elle était en train de lui parler de sa liste de course.

- … Ils sont morts !

Elle n'allait pas lui donner tous les détails, mais elle avait vécu seule depuis bien longtemps. Si elle n'avait pas été capable de trancher une gorge dès son jeune age, alors elle aurait sans doute elle-même passé l'arme à gauche ! En tout cas, une chose était sure : pour le coup, elle n'y était pour rien... elle avait certes mis fin à un bon nombre de vies, celles de ses défunts parents ne faisaient pas partie de la liste. Elle se frotta ensuite à lui à nouveau.

- Mais dis-moi mon chou, pourquoi tu parles de mourir ? Ces types que tu accompagnes nous empêchent, mes amis et moi, de nous amuser un peu en débarrassant cette mer d’un gros poisson de la guilde marchande ! Il est plein aux as et normalement, même tes poulets devraient lui coller au train !

Elle fronçait les sourcils de façon désapprobatrice. Il ne fallait pas que son sucre d’orge prenne l’habitude d’aider les mauvaises personnes… par exemple, celles qui protégeaient la paix, l’ordre, bla bla bla et qu’est-ce qu’on s’en fiche ! Néanmoins, elle observa au-dessus d’eux une concentration étrange qui semblait sur le point d’exploser au-dessus de leur tête. Elle leva le doigt, choquée.

- CHATON, ATTENTION !!

La pluie éclata dans un torrent dont elle put reconnaitre le coloris funeste. Qu’allait-il se produire ?


Selucia Khan, Frame (primé à 5M), Work (primé à 5M)


Comme un seul homme, les pirates progressaient vers l’intérieur du navire, seulement retenus par la puissance physique affolante du Buster ainsi que par l’aide de marins qui avaient décidé de vendre chèrement leur peau. Alors que le chaos avait caché le résultat de l’altercation entre Ito Nabeshima et Irvein, ne permettant à personne de dire si le membre du gouvernement mondial avait été touché par la contre-attaque virulente de son rival, les hommes de main de Alejandro Don Arrivederci commençaient à tomber face à l’implacable marée. Le comportement des présumés forban avait de quoi mettre mal à l’aise : même dans la mort, ils restaient d’un calme relatif tout à fait effrayant. Néanmoins, pour sa part, Selucia avait d’autres chats à fouetter… ou plutôt, d’autres macaques.

Esquivant un coup de couteau, elle décocha une flèche à grande vitesse sur son adversaire : cette espèce d’être simiesque à l’agilité et aux réflexes inhumains. Ce dernier se coucha en esquivant le projectile. Néanmoins, cela laissa le temps à l’archère de sortir une autre flèche explosive, cette fois à mèche courte, qu’elle allait lui balancer directement dans la figure. Esquive ou non, il en prendrait pour son grade… Du moins, c’est ce qu’elle pensait.

Un impact dans l’épaule lui arracha un cri de douleur authentique alors qu’elle trouvait difficilement la force de rouler sur le côté. En faisant volte-face, elle remarqua un deuxième individu semblable au premier. Tenant également un couteau, ce dernier lui avait asséné un coup de pommeau puissant, qui n’était pas destiné à tuer. Les deux se dressaient désormais devant elle et commencèrent à l’encercler, faisant aisément fi des quelques marins venus à la rescousse dont ils se débarrassaient sans la moindre difficulté. Bientôt, ils se ruèrent à l’assaut de concert, dans un déluge de mouvements d’une synchronisation exceptionnelle.


Tô Khoo (non primé), Damian Buster

Le cyborg avait évité de justesse le coup de Bisento savamment appliqué qui aurait pu lui fendre le visage en deux, fut-il placé quelques centimètres plus sur le côté. Plissant les yeux, il observa son adversaire saisir son arme. Sa vitesse était plus grande que ne le suggérait sa stature : cela promettait un beau combat. De plus, il s’était déjà montré capable de déployer des missiles qui avaient failli avoir raison du système de harpon de son propre navire, ce qui ne faisait qu’augmenter sa dangerosité. Soudain, une désagréable sensation lui parvint alors que l’électricité crépitait sur le manche de son arme : heureusement constitué d’un bois sec bien que souple, l’effet en fut largement amoindri et il ne put néanmoins esquiver un uppercut, choisissant à la place de l’encaisser de son propre avant-bras. Le choc lui arracha un grognement et il s’apprêtait à se repousser vers l’arrière avant de repartir à l’assaut. Il ne pourrait pas encaisser plusieurs assauts de ce calibre sans en baver.

- SELUCIA !

Alarmé par le cri de douleur de sa partenaire, ainsi que par une ouie particulièrement développée, Damian fonçait vers elle en bousculant tout sur son passage. Si elle tombait, non seulement protéger le boss relèverait du miracle, mais il s’en voudrait pour le reste de ses jours. Il ne pouvait rester inactif ! Aussi traversa-t-il le pont en renversant avec une puissance croissante tout ce qui venait entraver son avancée frénétique, avant de se jeter à corps perdu droit sur l’Armstrong et son adversaire qui étaient également dans sa trajectoire. Cela aurait pu ne pas être inquiétant, mais à mi-chemin, son corps se métamorphosa violemment alors qu’il adoptait une forme mi-humaine, mi –animale. Corne pointée vers l’avant, mesurant désormais un bon deux mètres soixante, il se fichait bien d’empaffer le marine et son opposant si ça pouvait lui permettre d’arriver à temps. Le zoan du rhinocéros noir était entré en scène : Damian Buster, Aka Rhino, allait foutre un vrai bordel.

-----

De l’autre côté, sur le navire des assaillants, les liens commençaient à céder entre le bâtiment des pirates et le Parcimonioso. Nul ne semblait prêt à empêcher le vol intelligemment organisé par le fléau du troisième âge bien décidé à écouter son cœur et rentrer à Toroa. Le harpon, pour sa part, tenait encore bon : un alliage puissant empêchait pour l’heure le lien de se rompre, mais le grand-père aurait tôt fait de mettre fin à sa lutte. Les propriétaires de la caravelle étaient trop occupés à affronter leurs adversaires pour remarquer cela. Néanmoins, le fait que les deux navires se séparent provoquerait immanquablement une secousse, même infime... de quoi remarquer le geste pour les plus avisés.

Mais l'ancien était-il vraiment seul ? Si oui, pour combien de temps ?




El rézoumé :

Shigo > Mathilda t’explique à sa façon la situation, roucoule un peu au passage, puis te prévient que ça va chier des bulles à cause du piège de papy. Je n’ai pas précisé sa réaction. Tu peux sauver ta bien aimée ou la laisser en plan sous la pluie toxique…

Nils > Tu sembles solo sur le navire. Les liens les plus faibles lâchent, le harpon tient bon jusqu’à ce que tu te décides à le couper (donc au prochain tour, tu peux considérer que les navires sont désolidarisés).

Ito > Rien ne bouge, comme tu as prévenu de ton absence ça a été temporisé.

Nath' > Tô ne subit pas l’intégralité du choc électrique (c’est du bon bois, donc plutôt isolant), mais il prend le premier uppercut sous la surprise, qu’il pare tant bien que mal. Il en souffre malgré tout et comprend que vaut mieux ne pas jouer aux boxeurs avec toi. Sur le coup, il s'applique à répliquer après avoir pris de la distance, mais n'a pas encore effectué son geste.

Par contre, comme Selucia se fait agro dans son coin, Damian se porte à la rescousse : forme hybride zoan du Rhino noir, déjà qu’il est mastoc de base c’est encore pire. Vous êtes sur sa trajectoire. Le PNJ comme toi avez peu de temps pour réagir suite à sa transformation.

Pas de nouvelles de Alejandro et Lynda, mais les pirates se rapprochent de l’intérieur du navire. Effectivement, les défenseurs commencent à tomber. Selucia se fait tabasser par Frame et Work, mais Damian se porte à son secours.

Damian et Tô sont lvl 30.
Frame, Work et Selucia sont lvl 26.
Irvein est lvl 21.
Alejandro est lvl 20.
Les pirates semblent lvl 15-20.
À vue de nez, les marins du Galion doivent être lvl 10-15. Et leurs effectifs commencent à se réduire comme une peau de chagrin.

Vous ne connaissez pas les lvl de Mathilda et Lynda.
Cela dit, peut-être que Shigo pourra donner un autre lvl à Mathilda, si vous voyez ce que je veux dire...
Revenir en haut Aller en bas
 

Gambit Decima [Event - South Blue 2]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 4Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant

 Sujets similaires

-
» [South Blue - Ile du Karaté] Les petites drogues du requin
» [Fiche d'île] QG de la Marine de South Blue
» Gambit Décima [Event - South Blue 1]
» La traque est ouverte. [Event - South Blue 2]
» Gambit Decima [Event - Grand Line 2]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
One Piece Seken :: Le monde de One Piece :: Seas Blues :: South Blue-