Partagez | 
 

 [FB] L'appel des tréfonds [Ft Elina]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Nils Gratz
Pépé Péteux
avatar
Messages : 1682
Race : Humain
Équipage : Le Compost

Feuille de personnage
Niveau:
36/75  (36/75)
Expériences:
106/350  (106/350)
Berrys: 55.957.000 B

MessageSujet: [FB] L'appel des tréfonds [Ft Elina]   Lun 4 Juil - 17:58




J'ai les crocs !



Le coup de fil passé quelques jours plus tôt avait eu le don de ragaillardir le vieillard. Bien que manifestement endommagé et affaibli des suites des événements d’Alabasta, il avait eu tout le loisir pour se balader et tenter de retrouver quelques réconforts familiaux. Malheureusement, ses compétences avec la technologie et par conséquent les den den mushis étaient quelques peu foireuses et c’est tout naturellement qu’il avait fini par composer un numéro aléatoire, bien content d’être tombé sur une oreille attentive.

Il n’avait finalement que peu de souvenir de ce qu’il avait pu raconter lors de cet appel mais il avait été cordialement invité à se rendre sur une ile qu’il ne connaissait pas. Pas le moins du monde en fait, cependant, l’invitation s’était faite alléchante. La correspondante avait l’air d’avoir beaucoup réagi lorsque le grand-père avait dit avoir « trop les crocs ». Il avait également raconté diverses péripéties bien moins intéressantes mais déjà oubliées pour ce dernier.

Mon dieu ce qu'on pouvait se les peler dans cette ile : la morve au nez, le vioque renifla bruyamment en grelottant et en tentant de se vêtir du mieux qu'il put. Il semblait pourtant que la journée n'était pas tant entamée que ça mais le froid glacial eut le don de laisser le grand-père dans l'incertitude. Affublé de son uniforme de lieutenant, le marine s’avançait lentement vers la sortie du port… lentement, un pied après l’autre, se servant de sa faux en guise de canne. Un vrai vieux comme il n’était plus possible d’en faire.

Plissant les yeux pour tenter vaguement de discerner une quelconque personne ou quoi que ce soit d’intéressant, le vieux sénile finit par perdre patience et s’exclama dès lors haut et fort.


Où c’est qu’elle est la soupe ?! J’ai la dalle ! J’ai les crocs !
Nils venait effectivement d’entrer en territoire à la fois inconnu mais surtout dangereux. Il ne savait rien de ce qu’il pouvait faire ici si ce n’est qu’on l’avait écouté. Et ça, c’était déjà un miracle. Faut dire que les matelots qui s’étaient occupés de lui à lui tenir compagnie avaient finalement désertés non pas le navire mais directement la marine arguant qu’avoir un supérieur de cette trempe n’était tout simplement pas permis. Le vieux chnoque était à coup sûr un désastre pour le gouvernement mondial mais son apparence laissait penser tout autre chose : un grade de lieutenant, une faux en guise de canne, une grande gueule et le poids des années qui pouvaient se lire sur le visage. Souvent, les personnes qui le croisaient le prenaient pour un vétéran, un vieux de la vieille qui avait sans doute beaucoup d’expérience et de métier. Si seulement ils voyaient à quel point il pouvait être con…

Seulement voilà : le plus important ici restaient ces deux éléments. Qui était donc son interlocuteur si généreux et surtout, où était cette fucking soupe ?!

Revenir en haut Aller en bas
Kokuro Elina
Jorōgumo
avatar
Messages : 441
Race : Humaine
Équipage : Tsukiyo

Feuille de personnage
Niveau:
36/75  (36/75)
Expériences:
56/350  (56/350)
Berrys: 4.281.896.000 B

MessageSujet: Re: [FB] L'appel des tréfonds [Ft Elina]   Mar 5 Juil - 18:26

L’appel des tréfonds.














Elina ruminait.

Voilà seulement quelques jours qu’elle avait rayé de la carte les assassins envoyés par les trois crocs, tout en leur confisquant leur DenDen Mushi. Un butin extrêmement utile, en théorie, mais qui avait trôné pendant un temps sur sa table de chevet sans lui servir à grand chose. Elle n’avait toujours pas réussi à en tirer quoi que ce fût, manquant de spécialiste en escargophones sous ses ordres. Cependant, le hasard l’avait surprise le lendemain de sa rencontre avec Kanae et Sana, ses coéquipiers d’alors pour débusquer les tueurs.

L’araignée se trouvait dans sa chambre, en pleins préparatifs d’une future contre-attaque visant à déloger les rats qui se terraient sur son l’île. Soudain, le gastéropode s’était mis à sonner ! La protectrice de Yakoutie Island n’avait pas tergiversé longtemps et avait décroché le combiné d’un geste vif. Cet appel sorti d’elle ne savait trop où était une aubaine insoupçonnée. Elle pourrait sans doute en apprendre plus sur cette organisation rivale, peut être même piéger un membre disposant...


- Ma mie ? l’avait interrompu dans ses pensées une voix éraillée. C’est toi ?
- C’est moi, avait-elle répondu pleine d’assurance.
- Ah bah tu tombes bien ! Tu sais depuis quand j’te courre après ? T’as du crapahuter partout encore ! Attends que j’t’explique...


S’en suivit un long monologue qui sembla sans queue ni tête à la Zoan... tant et si bien qu’elle crut s’être trompé de bout en bout ! Elle remit un instant en cause l’intérêt de ce Den Den Mushi, à moins que son interlocuteur ne se soit trompé de numéro et ne livre sa vie à une étrangère sans la moindre gêne ?


« Non. Personne n’est aussi... »
- Et c’est comme ça que se termine mon aventure à Alabasta. Bon c’est pas tout ça mais... J’AI LES CROCS ! Tu t’es occupé de tout, ma mie ?


Un instant, la Zoan resta interdite. Ce choix de presqu’hurler à la mort ces trois mots ne pouvait être anodin. Pas sur ce Den Den Mushi. Pas dans le contexte actuel de l’ile ! Se faire passer pour un abruti fini, presque sénile si on en croyait la voix au bout du combiné... c’était plutôt astucieux, il fallait le reconnaitre. Elle n’y aurait jamais pensé ! Elina avait bien vite repris ses esprits :


- Les crocs ? releva-t-elle, mine de rien.
- Oui. Les crocs ! Alors ? C’est bon ou pas ?
- Je me suis occupé de tout, oui, déclara-t-elle d’une voix de conspiratrice.
- Mais parle plus fort ! J’ai pas compris ! hurla son interlocuteur. La soupe est prête, alors ?
- Tout à fait, vous pouvez d’ores et déjà venir sur Yakoutie pour la savourer ! déclara-t-elle, tandis qu’elle prenait confiance.
- Bon ! J’arrive ! Ça a intérêt à être chaud !
- Il me tarde de vous revoir...
- Haha ! Sacrée mamie !


Et sur ces bonnes paroles, il avait raccroché. L’araignée s’était sentie fière d’elle, pensant avoir attiré un autre moucheron dans sa toile ! Mais voilà qu’en ce jour enneigé sur Yakoutie Island... elle déchantait cruellement. Elle se trouvait sur le port, à discuter avec les badauds tout en surveillant les voyageurs qui accostaient. Elle cherchait un type d’homme ou de femme bien précis. Une personne dont le langage corporel trahirait clairement qu’il ne souhaitait pas être dérangé. Ses associés et elle s’étaient relayés pour cette tache et, alors qu’elle n’avait pris son tour de garde depuis à peine une dizaine de minutes, une voile inquiétante s’était découpée à l’horizon. Au bout d’un long moment, elle devina un navire de guerre dont le mat était orné d’un pavillon redouté.

La mouette des marines.

Les villageois s’étaient ostensiblement renfrognés, mais la protectrice de Yakoutie s’était évertuée à les calmer. Elle les avait enjoints à la diplomatie, tandis qu’elle envoyait un quidam chercher Rollond, le maire principal de l’île. Quelle ne fut donc pas sa surprise en apercevant l’énergumène qui descendit du bâtiment. Un vieillard... qui portait les insignes de lieutenant de la marine. Vaste plaisanterie que cette institution ! Ils cherchaient réellement à gonfler leurs rangs par tous les moyens imaginables ? Loin d’être au bout de ses surprises, l’araignée dut supporter les jérémiades insensées de cet hurluberlu... jusqu’à ce qu’une phrase ne parvienne à ses oreilles :


- Où c’est qu’elle est la soupe ?! J’ai la dalle ! J’ai les crocs !

« Les... crocs ? », répéta-t-elle en pensée, déconfite. « Il serait... Les trois crocs auraient infiltré la marine ?! »


Cette nouvelle n’était clairement pas pour la ravir. Elle avait prévu de kidnapper le pauvre hère qui se serait présenté en triomphe au port de Yakoutie... Qu’il soit un officier rendait cette tache impossible ! Avant de risquer l’incident diplomatique, tant les villageois semblaient choqués par son comportement, Elina prit les devants. Elle s’avança jusqu’à lui d’un pas serein, la tête haute. Une brise soudaine écarta son manteau de fourrure noire, laissant apparaitre une robe en soie sombre. Elle rajusta sa pèlerine face à ce courant d’air froid, avant de faire face à l’ancêtre. Elle le prenait pour un officier « pourri », et ne savait pas à quel point elle avait raison.


- Bonjour, lieutenant. Il me semble que nous devons avoir une petite discussion à propos de votre arrivée sur cette île. Je me nomme Elina, protectrice de Yakoutie Island. Je suis contrainte de vous demander de me suivre et de laisser vos hommes sur le pont de votre bâtiment.


Elle espérait seulement que l’ancêtre était moins ahuri qu’il en avait l’air et comprendrait la perche qu’elle lui lançait pour bénéficier d’un coin tranquille où ils pourraient deviser...




Revenir en haut Aller en bas
Nils Gratz
Pépé Péteux
avatar
Messages : 1682
Race : Humain
Équipage : Le Compost

Feuille de personnage
Niveau:
36/75  (36/75)
Expériences:
106/350  (106/350)
Berrys: 55.957.000 B

MessageSujet: Re: [FB] L'appel des tréfonds [Ft Elina]   Mar 5 Juil - 19:48




Le retour du Mickey !



Il avait finalement fallut très peu de temps au vieillard pour trouver un interlocuteur, ou tout du moins une interlocutrice… et quelle femme ! Encore une jeunette qui semblait avoir un attrait certain pour la mode. Ah ces jeunes ! Vraiment pas foutus de connaitre leurs priorités. Bon, en même temps elle semblait quelque peu indécise : une veste en fourrure avec une robe. A un moment fallait quand même être capable de se décider pour l’un ou l’autre m’enfin ! Jamais Nils ne parviendrait à comprendre les jeunes, et encore moins les jeunes femmes !

Voyant l’air renfrogné des quelques habitants, Nils ne s’en formalisa pas pour le moins. Plutôt habitué à divers regards en biais depuis qu’il était sur le navire, il s’était fait à l’idée de finalement ne pas être véritablement respecté par tous ses pairs ou autres jeunes populations qu’il avait dès lors pu rencontrer. Quand on lui demanda à laisser ces hommes sur le navire, l’ancêtre réagit nonchalamment en s’insérant un doigt dans le nez, farfouillant à l’intérieur de l’orifice comme si un corps étranger s’était infiltré.


De toute façon, j’pense pas qu’y’en ai un seul qui veuille me suivre… ils sont trop contents de voir que je me suis barré surtout ! Y a plus d’respect pour les anciens, j’vous l’dis moi !
Haussant finalement les épaules et retirant un véritable mickey de son nez, le vieillard expulsa son projectile sans vraiment regarder où pour se reconcentrer finalement sur son interlocutrice. Tout sourire, volontaire et décidément ragaillardi par l’idée qu’il avait en tête, il la suivit volontiers. Enfin presque : vieillard et sénile jusqu’au bout, il semblait vouloir prendre son temps comme s’il était nécessaire pour la nouvelle recrue d’apprendre que le froid n’était pas un allié… le vieux marin était véritablement magnanime.

Ce n’était pas comme si le froid offrait une magnifique excuse pour prétexter un gel des articulations et donc une marche encore moins rapide qu’habituellement ! Boarf, le grand-père en profiterait certainement pour raconter d’autres histoires sans intérêt de sa vie : sans doute la fois il avait fauché du blé et du seigle avec la même faux ! Mais quel jeune fou il pouvait être à l’époque…

Recentrant au bout d’un moment la conversation, il rappela tout de même la raison de sa présence à la jeunette, insistant définitivement sur sa soupe et l’espoir qu’elle soit bien chaude. Eternuant finalement bruyamment, une belle goutte coulait maintenant de son nez et il ne semblait pas l’avoir remarquée. Retournant son regard sur la jeune demoiselle, il poursuivit.


Bon et du coup ? T’as vu mamie ? Parce que je l’ai eu il y a quelques jours et du coup elle m’a dit qu’elle serait là. La connaissant, elle a dû me préparer un véritable cocktail détonnant pour mon retour ! C’est qu’j’suis attendu tu sais ?! Ca me rappelle la fois où j’avais confondu la calèche avec la grange…
Riant presque à sa propre histoire, le vieux semblait presque fragile. Absolument pas sur ses gardes, il aurait été aisé de le blesser… ou bien pire !

Revenir en haut Aller en bas
Kokuro Elina
Jorōgumo
avatar
Messages : 441
Race : Humaine
Équipage : Tsukiyo

Feuille de personnage
Niveau:
36/75  (36/75)
Expériences:
56/350  (56/350)
Berrys: 4.281.896.000 B

MessageSujet: Re: [FB] L'appel des tréfonds [Ft Elina]   Sam 9 Juil - 12:36

L’appel des tréfonds.














Elina se détendit quelque peu. Fort heureusement, le vieillard semblait un peu plus réceptif que ce que ses âneries ne le laissaient penser. Il comprit d’emblée qu’elle souhaitait s’entretenir avec lui à l’abri des oreilles indiscrètes et accéda à sa requête. Quant à elle, l’araignée admira le côté retord de l’ancêtre : se faire détester de son équipage pour une raison évidente, afin de pouvoir s’absenter en toute tranquillité, sans que ses hommes ne viennent le gêner dans ses sombres activités... La protectrice de Yakoutie Island ne pouvait que saluer la performance !

Elle resserra quelque peu son manteau sur ses jambes, le froid s’engouffrant entre ses pans pour venir caresser ses membres. De son côté, malgré son incorrection évidente et ses airs de vieux décati, le marine semblait user de sa cervelle... ce que son curage de nez ne laissait présager en rien. Il lui emboita le pas et ils laissèrent le port derrière eux, tandis que badauds et matelots reprenaient le cours de leurs vies sans plus de formalité.

Se plaignant du froid et continuant d’endosser son costume d’ahuri d’un autre temps, le lieutenant de la marine – et sans doute des trois crocs – la suivit dans les rues enneigées de Yakoutie. Il ponctuait son avancée de doléances sans fin, laissant Elina de marbre malgré l’énergie qu’il portait à ne pas sortir de son rôle. Elle comprenait déjà pourquoi son équipage refusait de le suivre ! Soudain, alors qu’il continuait d’avancer à une allure d’escargot, il reprit la parole d’un ton toujours aussi niais. Il s’interrogeait maintenant sur la présence de « mamie » et d’un remontant... avant de repartir dans ses élucubrations sans queue ni tête. S’il n’avait pas été un membre du gouvernement mondial, Elina se serait fait une joie de clore le bec de ce vieux qui commençait déjà à lui mettre les nerfs à vif à force de verbiage ! Une fois n’était pas coutume, elle allait devoir jouer d’un peu plus de savoir vivre afin d’extirper quelques informations à cet agent double.

« Soit dit en passant, il n’a vraiment pas l’air sur ses gardes... et ce même si je me suis présentée ! », réalisa soudain l’araignée. « C’est étrange, je me serais attendue à une réaction de sa part, lorsqu’il aurait compris que j’étais toujours vivante. Est-il donc doué à ce point ? »

Prudente comme toujours, elle préféra décrocher son Den Den Mushi et finalement changer de cap. Plutôt que de l’amener dans une maison vide afin de le cuisiner, elle allait passer par Tetsujin afin d’avoir un second avis sur le cas de ce grand père hors du commun. Quelques échanges plus tard à l’escargophone, des jérémiades en contre fond, et le couple disparate gagna plusieurs dizaines de centimètres de plus sur la neige. De longues minutes plus tard, articulations craquantes et mâchoire caquetante en prime, elle aperçut enfin la rue qui menait à leur destination. Voilà bien plusieurs dizaines de minutes qu’elle n’écoutait plus un traitre mot de ce que l’ancêtre pouvait bien jacasser, usée mentalement par cet être repoussant.


- Après vous, déclara malgré tout Elina en ouvrant la porte.


Loin d’elle l’idée de respect des anciens ou d’une quelconque pensée prévoyante. Elle ne souhaitait tout simplement pas lui offrir son dos, aussi peu menaçant que ce marine semblait être à son égard. De même, elle n’avait réellement senti aucune présence durant tout le trajet et doutait qu’on les ait suivis... Cet homme était déconcertant. Il avait sciemment accepté de s’enfoncer en terrain ennemi sans autre arme que sa faux, sans aucun renfort ni même moyen de préciser sa localisation à ses alliés. Que préparait-il donc ?


- Votre repas vous sera servi ici-même pendant que nous discuterons, continua-t-elle d’un air aimable.


L’ancêtre allait-il pénétrer dans ce bar ? Ou allait-il faire des siennes ? La ruelle était vide, froide et austère. Leurs souffles créaient de petits nuages, bien vite emportés par le vent glacial de cette île hivernale... Tandis que la salle semblait confortable, garnie d’un doux feu qui crépitait dans l’âtre et d’une bonne odeur de soupe de légumes. Elle espérait bien qu’il serait raisonnable et qu’ils pourraient percer le mystère de ce vieux et de ses employeurs au plus vite. Malgré l’absence de témoin, recourir à la force face à un vétéran de la marine lui déplairait. Tout finissait par se savoir en ce bas monde, et elle préférait ne pas voir débarquer la marine sur son île de sitôt.

Pour l'heure, il lui suffisait d’user des moyens appropriés pour obtenir ce qu'elle souhaitait de l'officier. Dans le cas présent ? Une soupe au sérum de vérité pour ce vieil excentrique. Un produit simple, efficace, dépourvu de goût et d'odeur pour tenter de délier la langue de cet ancêtre qui, décidément, n’en avait pas tant besoin que ça...




Revenir en haut Aller en bas
Nils Gratz
Pépé Péteux
avatar
Messages : 1682
Race : Humain
Équipage : Le Compost

Feuille de personnage
Niveau:
36/75  (36/75)
Expériences:
106/350  (106/350)
Berrys: 55.957.000 B

MessageSujet: Re: [FB] L'appel des tréfonds [Ft Elina]   Lun 11 Juil - 17:23




Soupolait!



Si l’ancêtre n’était pas particulièrement difficile du point de vue de la bouffe, il l’était tout simplement dans la vie de tous les jours. Imbuvable disaient même certains : plus le temps passait, plus il était loin de sa famille et plus il en voulait à la terre entière. C’est donc toujours dans cette optique que le vieillard appréhendait ses nouvelles rencontres et bien que la jeune femme ait les moyens de lui donner des informations quant à sa famille, il se doutait néanmoins qu’elle allait lui demander quelque chose en retour. Il était donc nécessaire pour le vieux de faire durer le plaisir dans l’optique d’éviter ce malheureux évènement.

A quoi bon ! Si ça se trouve, il pouvait lui-même trouver les informations tout seul ! Bien décidé, le vioque eut soudainement un regain de motivation dans la route qui le menait à sa destination et se dirigea alors vaillamment vers une porte close. Tambourinant avec le baton de sa faux pour ne pas se fatiguer, s’en servant alors toujours comme une simple canne, le décrépi se mit alors à gueuler pour qu’on vienne lui ouvrir… sans succès…


On en a gros !
Décidément, cette ville ne semblait pas très tolérante envers la marine… à moins que ce ne soit parce qu’il faisait froid ? Réfléchissant un instant supplémentaire, le vioque réalisa soudainement que c’était simplement envers la gériatrie qu’ils en avaient.


Bande d’ingras !
Ruminant encore quelques secondes et boudant encore un peu plus, il reprit finalement la direction premièrement indiquée par la jeunette. Son hôte ne serait peut-être pas si dur à convaincre finalement… tout du moins il l’espérait. Arrivant devant la bâtisse qui allait sans doute accueillir la suite de l’aventure, le lieutenant inspecta l’édifice d’un œil circonspect. Hésitant longtemps et alternant son regard entre la jeune femme et la bâtisse, le grand-père finit par se triturer la barbe avant de finalement s’exprimer d’un air des plus sérieux, presque comme un père fourras compréhensible aux oreilles de tous.


Je pense que tu vas m’utiliser bon gré mal gré pour arriver sur la fin…
Le vieux avait bien évidemment en tête que la jeunette comptait sans doute lui demander un service. Après tout, les vieux étaient réputés pour être de véritables sources de savoir et bien qu’au premier abord il soit aisé de prendre l’ancêtre pour un attardé, il en avait tout de même pas mal sous la caboche ! C’est ainsi qu’il entra en agitant tout de même l’index envers la jeune femme comme un parent qui gronderait son enfant. A peine entré, le marin se figea et ferma les yeux dans une position des plus ridicules, un rictus sur les lèvres. Les senteurs étaient parvenues à ses narines et il s’empressa, au bout de quelques secondes, vers la table où sa gamelle l’attendait.

Humant la bonne odeur, il referma sa bouche autour de la cuillère remplie à ras-bord avant de finalement se raviser. Son visage resta ainsi bloqué quelques secondes comme s’il avait remarqué quelque chose. Quelque chose clochait : c’était bien sûr ! Elle tentait de l’amadouer avec la fameuse soupe promise pour mieux lui demander le service avant que lui n’ait les infos sur sa famille ! Elle était fourbe ! Très fourbe ! Mais le vieux était plus malin : il le savait ! Tout naturellement, il reposa sa cuillère pleine dans le bol avant de regarder d’un air suspicieux la jeune dame.


Je sais ce que tu es en train de faire…
Sûr de lui, le vieux croulant marqua un temps et croisa les bras. Baissant quelque peu la tête, un sourire d’illumination recouvrait lentement son visage. Soudain illuminé, il lança haut et fort à son interlocutrice :


Ça ne marchera pas ! Je suis immunisé aux bons sentiments !
Sans même expliquer sa dernière phrase, le vioque engloutit d’un trait la soupe en se brulant au passage. En réalité, le vioque pensait simplement que la soupe allait faire office de contrat et que s’il la mangeait, il allait se sentir redevable envers elle et qu’il serait alors plus enclin à lui rendre service ! Mais que nenni ! Il avait percé le plan à jour et rien ne l’arrêterai… du moins c’est ce qu’il pensait.

Revenir en haut Aller en bas
Kokuro Elina
Jorōgumo
avatar
Messages : 441
Race : Humaine
Équipage : Tsukiyo

Feuille de personnage
Niveau:
36/75  (36/75)
Expériences:
56/350  (56/350)
Berrys: 4.281.896.000 B

MessageSujet: Re: [FB] L'appel des tréfonds [Ft Elina]   Ven 15 Juil - 5:07

L’appel des tréfonds.














Elina se targuait fréquemment d’être une fine psychologue. Sans doute exagérait-elle légèrement ses talents, mais elle n’en restait pas moins une femme douée pour lire le visage des gens qu’elle croisait et anticiper leurs réactions. La jeune femme avait dû apprendre ces techniques il y a bien longtemps, sur Attraction Town, afin de se jouer d’hommes languis d’amour tout en leur soutirant informations et liquidités. Depuis son revirement de fortune et son affiliation malgré elle au monde de l’ombre, l’araignée avait dû aiguiser encore plus ses sens, hausser son niveau de prudence et sa capacité à imaginer le pire pour survivre dans ce monde sans pitié. Malgré tout, la réaction du grand père la prit totalement de court.


- On en a gros ! Bande d’ingrats !


Tout d’abord interdite devant cet écart tant de comportement que de langage, la Zoan se reprit bien vite. Elle allait pousser vivement le grand père en direction de la bicoque, lorsque ce dernier refit des siennes :


- Je pense que tu vas m’utiliser bon gré mal gré pour arriver sur la fin…
« Qu’est ce que c’est que... ceci ? », pensa alors l’araignée, totalement sous le choc.


Elle en oubliait presque, à force de comédies, que cet homme était un dangereux criminel qui avait réussit à s’infiltrer dans les rangs de la marine durant de longues années... Elle l’avait sous-estimé. Aurait-il lu en elle aussi vite ? Elle avait bien pris garde, pourtant, à ne pas laisser échapper le moindre éclat d’hostilité, ni même une once de duplicité dans ses paroles ! L’araignée s’était voulue cordiale de bout en bout. Cet homme était décidément inquiétant à plus d’un titre. Et cette lubie de jouer au vieillard sénile n’arrangeait en rien les plans d’Elina ! Même elle s’était laissée piéger... C’est alors que l’ancêtre rentra dans le bâtiment en pointant un index accusateur vers elle, comme un parent l’aurait fait face à un enfant récalcitrant.


« La forme est très différente de ce à quoi je suis habituée, mais le fond reste la même : déstabiliser pour prendre un avantage. », se morigéna l’araignée. « Je ne me laisserai plus désarçonner aussi facilement ! »


Aussi, lorsque le vieil homme reprit la parole, elle se tenait prête cette fois-ci. Il savait ce qu’elle comptait faire ? Ça ne marcherait pas ? Rirait bien qui... Elle manqua de tomber à la renverse. Cet idiot venait d’avaler d’une traite cette soupe au sérum de vérité ?! Était-il devenu complètement fou, ou alors toute cette mascarade n’était qu’un coup d’esbroufe ? Ce vieux était terrible... Elle le laissait bien trop imposer son rythme depuis le début de leur rencontre. Cela devait changer ! Tandis que l’ancêtre reposait son écuelle, l’araignée refermait la porte afin de les prémunir du froid mordant de l’île. Ce faisant, elle coupait court à toute retraite de la part du vieux fou.

Ce fut à ce moment précis que Tetsujin entra dans la pièce. D’un regard, ayant été mis au courant de la situation par escargophone, il prit la meilleure décision à ce moment précis :


- Bonsoir cher lieutenant, je me nomme Tetsujin, maitre de cette auberge. Désirez-vous encore un peu de soupe ? Ou une boisson de votre choix pour accompagner votre repas ?


En attendant la réponse de son hôte, le vieux renard avait reçu pour consigne de l’observer sous toutes les coutures, afin d’amener un regard nouveau sur cette étrange affaire. Quelque chose dans l’attitude du marine ne plaisait pas du tout à Elina. Mais, d’un autre côté, une petite voix lui disait qu’elle faisait peut être fausse route... il n’avait l’air au courant de rien ! Ou alors n’était-ce là que son intention, se faire passer pour plus sot qu’il n’était ? Elle n’arrivait décidemment à rien avec cet énergumène et l’avis de son maitre espion ne serait pas de trop.

L’homme chauve à la moustache grise s’approcha de leur hôte si peu distingué, un sourire aux lèvres. Ses yeux noisette brillaient d’un éclat amical mais, pour le connaitre un peu mieux que cela, l’araignée le savait en train d’étudier chaque fait et geste de son vis-à-vis. Elle avait peine à l’admettre, mais sans doute ne faisait elle pas le poids face au vieux hors-la-loi : l’expérience restait un atout indéniable dans le monde de l’ombre. Ce lieutenant au nom inconnu ne résisterait pas bien longtemps, elle en était persuadée. D’autant plus qu’il venait d’ingurgiter sa perte : le produit dissimulé dans sa soupe aurait raison de ses éventuelles réticences et il leur dirait tout... absolument tout ce qu’il savait. D’ailleurs, il était grand temps de débuter les hostilités :


- Mais j’y pense, reprit l’araignée d’une voix forte. Quel est votre nom, cher lieutenant ?




Revenir en haut Aller en bas
Nils Gratz
Pépé Péteux
avatar
Messages : 1682
Race : Humain
Équipage : Le Compost

Feuille de personnage
Niveau:
36/75  (36/75)
Expériences:
106/350  (106/350)
Berrys: 55.957.000 B

MessageSujet: Re: [FB] L'appel des tréfonds [Ft Elina]   Sam 16 Juil - 1:27




Mariage dans l'air !



Le repas n’avait pas été trop mauvais, loin de là même, et le grand-père s’en était plus que contenté. Repu, il remarqua tout juste qu’un nouveau protagoniste arrivait sur la scène. Ce dernier semblait bien aimable et paraissait en tout point tout aussi gentil que sa première interlocutrice. Malheureusement pour le nouvel arrivant, le grand-père avait mangé sa soupe bien trop vite et l’additif, bien qu’inodore et sans gout, pesait sur l’estomac du vioque. Non pas qu’il aurait pu savoir que sa soupe avait été trafiquée mais l’estomac de l’ancêtre n’était plus ce qu’il avait pu être de par le passé !

Alors que le maitre espion s’approchait de du vieux sénile, Nils gonfla les joues sous l’effet d’un rôt plutôt maitrisé. Il avait toujours été bien élevé et avait tenté de retenir l’afflux tant bien que mal mais tout comme son vieil estomac, ses vieilles capacités ne suffirent pas et un second rôt tonitruant sortit de la bouche de l’ancêtre en direction du nouveau qui se présentait. Accompagné d’une haleine fétide et empli d’un gaz empoisonné non maitrisé, Tetsujin aurait ainsi le choix entre perdre temporairement ses sens de la vue et de l’ouïe ou bien la maitrise de son colon. Nils lui-même ne savait pas quel poison avait été mélangé à son rot. Quoiqu’il en fut, le poison, quel qu’il soit, serait progressif et le jeune homme pourrait aisément faire semblant de rien pendant quelques minutes… tout au plus.

Le vieux lieutenant de la marine ne s’excusa que par un oups. Finalement, n’était-ce pas le signe que le repas avait été bon et qu’il honorait finalement le taulier de l’auberge ? De toute façon, Elina avait conduit le lieutenant au sein de cette auberge : les neurones du vieil homme n’avaient donc fait qu’un tour en apercevant le maitre des lieux et il lui était apparu évident qu’il s’agissait ni plus ni moins de l’amant de la belle ! Sans crier gare, le grand-père se leva d’un bond pour saluer Tetsujin avec un grand clin d’œil, comme s’il avait compris la situation. Le service qu’on allait lui demander n’était autre que d’officialiser l’union des deux ! C’était pourtant évident ! Avec sa longue barbe, son âge saint, et son look ancestral, il ressemblait bien plus à l’image du sage à qui on pouvait aisément demander d’officialiser des noces ! Du moins c’était là la pensée de l’ancêtre...


Bon : j’accepte ! Et je prendrai bien une verveine au gout papaye pour fêter ça !
Le vieux s’était résigné à la tâche : en vérité, il tenait absolument à obtenir des informations sur sa famille, ainsi, il renchérit avec un regard sérieux que peu lui connaissaient. On aurait pu croire que plus une once de débilité n’apparaissait sur son visage.


Mais il va me falloir les infos… pour Eric et les petits. Et sur Adeline également…
Pfiou ! Une dizaine de mot en mode sérieux ! Voilà qui relevait du miracle pour le sénile lieutenant du gouvernement. Il allait continuer lorsque la petite lui posa une question toute banale. Ouh quelle erreur de débutante lorsqu’on connait le grand-père ! En temps normal, le vieux aurait répondu par un long monologue… mais avec l’effet du sérum de vérité, le vioque s’empressa de s’infliger un facepalm monumental avant de commencer un récit qui promettait d’être long… très très long !


Que suis-je bête ! Moi c’est Nils ! Au début mes parents voulaient m’appeler Robert, mais bon… ça a vite été abandonné quand en 1387, des suites de l’attaque d’un pirate nommé Jean, un Norbert était né sous la coupe du dernier roi. Du coup après, ma mère avait opté pour « Albouse Dumb il dort » mais trop long qu’avait rétorqué le vieux… Boarf ! Ça me fait penser à la fois où on avait voulu donné au petit le nom d’Arthur mais c’était quand même plutôt prétentieux, du coup on avait vu une pièce de théâtre sur…
Il n’en finissait plus… pouvait-on penser que le vieux avait compris qu’il était sous l’effet d’un sérum de vérité ? Continuer de parler pouvait ainsi, non pas annihiler les effets mais permettait tout au moins d’en diminuer l’impact. Plus il parlait, moins il risquait de dévoiler d’éléments d’importances capitales ! S’il avait été un agent double, cette stratégie aurait sans doute été la plus crédible mais… le vieux était simplement bavard. Bien content d’avoir trouvé à qui parler, il ne comptait pas lâcher le morceau maintenant !

Un vieux, c’est fourbe… bon celui-là est juste con mais un vieux con… c’est dangereux !


Revenir en haut Aller en bas
Kokuro Elina
Jorōgumo
avatar
Messages : 441
Race : Humaine
Équipage : Tsukiyo

Feuille de personnage
Niveau:
36/75  (36/75)
Expériences:
56/350  (56/350)
Berrys: 4.281.896.000 B

MessageSujet: Re: [FB] L'appel des tréfonds [Ft Elina]   Dim 17 Juil - 5:39

L’appel des tréfonds.














Le sérum de vérité fonctionnait à merveille. Peut être même trop bien. Cet énergumène l’abreuvait à présent d’un flot ininterrompu de paroles toutes aussi incongrues que depuis le début de leur rencontre ! Elina aurait au moins espéré que la substance ne ramène un peu d’ordre de ce côté-là... et elle s’était bien fourvoyée ! Enfin, l’espion leur livrait au moins les informations qu’ils avaient espérées.

Encore que...

D’un regard outré, elle l’avait vu roter à la figure de Tetsujin, quelques secondes auparavant, tandis que ce dernier avait reculé en toussant. Il avait agité sa main devant lui et plissé le nez tout en fronçant les sourcils. L’odeur devait être infâme, à n’en point douter. Néanmoins, ils n’étaient pas au bout de leurs surprises. À présent, le prénommé « Nils » semblait avoir pris au pied de la lettre la demande de la protectrice de Yakoutie Island : l’origine de son nom depuis la nuit des temps. Elle devait y mettre un terme, sous peine de laisser ses envies de meurtre reprendre le dessus tant ce vieillard l’irritait à présent.


- Fort bien, trancha l’araignée d’un ton qui se voulait un brin amical. L’origine de votre prénom est tout à fait intéressante, néanmoins j’aurais aimé connaitre votre nom complet, puisque je me suis moi-même présentée de la sorte. Sans fioriture, je vous prie.


Comme un long moment passa, alors que le vieillard continuait à déblatérer tout ce qui lui passait par la tête, la Zoan fut prise d’un doute. Ce pseudo-lieutenant était-il sourd ? Réellement idiot ? Ou tout simplement immunisé au sérum ? Cette possibilité ne lui avait pas effleuré l’esprit, étant donné qu’il lui avait révélé le nom de ses complices quelques instants auparavant sans la moindre vergogne : « Eric », « les petits » et « Adeline ». Mais qu’en penser, à présent qu’il parlait d’une poule qui aurait inspiré sa grand-mère pour trouver le nom de son père ?


« Ou bien il se moque de moi, ou ce sérum était un peu trop puissant pour son âge avancé... À moins qu’il n’y soit insensible comme il l’avait laissé entendre ? De fait, il tenterait de brouiller les pistes avec un brio certain, je dois bien le lui reconnaitre. »


Un regard désespéré vers Tetsujin lui apprit que son maître espion n’en menait pas large lui non plus. Il semblait plus palot qu’à l’origine et luttait pour conserver son attention. D’un air à moitié absent, il se massait l’abdomen avec insistance. Il toussa soudain et prit la parole à son tour :


- Cher Nils... lieutenant ?


Comme leur interlocuteur semblait inarrêtable, Elina n’y tint plus:


- LIEUTENANT ! hurla-t-elle presque.


Une fois à peu près certaine d’avoir retenu l’attention de cet hurluberlu, la Zoan lui redemanda son nom complet mais, avant qu’il ne reparte dans d’indescriptibles péripéties, elle mit le holà :


- Fort bien. Et qu’amène donc un lieutenant aussi... distingué... que vous sur Yakoutie ? Mis à part la soupe, bien entendu ?


Les questions ouvertes restaient la plus simple manière d’obtenir des informations que l’on n’aurait soupçonnées jusqu’alors. Bien souvent, cette formulation avait permis à l’araignée d’engranger toutes sortes de renseignements qui... Elle ne comprit son erreur que trop tard. Face à ce vieux décatit, elle venait de réaliser une bourde monumentale. Lui servir ainsi la possibilité de s’étaler encore et toujours un peu plus ? Avait-elle perdu la tête ?! Elle tenta de se reprendre aussi vite que possible. L’araignée n’avait ni la patience ni l’envie de supporter une autre tirade interminable de l’ancêtre !


- Mes excuses, je me suis mal exprimée ! Lieutenant, savez-vous où se terrent les trois crocs ? C’est une organisation criminelle de North Blue, et il me semble que vous devriez la connaitre.


Une question fermée. Un être censé ne pourrait y répondre que par l’affirmative ou la négative, agrémenté d’un tout petit surplus d’information. Elle espérait seulement que ce « Nils » possède un rien de jugeote. Néanmoins, la jeune femme commençait quelque peu à en douter.




Revenir en haut Aller en bas
Nils Gratz
Pépé Péteux
avatar
Messages : 1682
Race : Humain
Équipage : Le Compost

Feuille de personnage
Niveau:
36/75  (36/75)
Expériences:
106/350  (106/350)
Berrys: 55.957.000 B

MessageSujet: Re: [FB] L'appel des tréfonds [Ft Elina]   Lun 18 Juil - 15:28




Les trois petits Crochons !



Quoi ?! On ne l’avait pas laissé continuer ? Cette jeune impudente avait osé interrompre le vioque alors qu’il était parti pour retracer, non pas depuis les débuts avec sa naissance, mais bien avant. Coupé dans son élan, l’ancêtre écouta tout de même attentivement les élucubrations de la jeune femme, cependant il bouillait intérieurement à l’idée de renverser la vapeur. C’était tout le contraire du fameux Tetsujin qui semblait lui aussi bouillir intérieurement mais pour d’autres raisons. De toute façon, ce n’était pas comme si Nils s’y intéressait véritablement.

Au bout de la troisième reprise, le lieutenant s’arrêta finalement dans son monologue et une nouvelle question ouverte lui proposa de suite de renchérir. Relevant le doigt comme pour commencer un tout nouveau récit, il fut très vite interrompu par Elina qui se reprit sur le vif. Raté ! Ou du moins presque car la question suivante fut elle aussi plus ou moins ouverte et Nils, non content de pouvoir en profiter, insista brièvement pour faire part de tout ce qu’il pouvait savoir sur ces « trois crocs ». Pour lui, tout était évident et il allait enfin pouvoir se servir de ce qu’il trimbalait toujours sur lui des fois qu’il ne recroise l’un de ses petits-enfants.

Se levant en une seconde, il se souvint soudainement que le dit-objet était sans cesse dans sa veste. Une version miniature pour être exact mais assez épais : à savoir, le conte des « trois petits crochons ». Tout fier de lui, le vieillard l’exposa brièvement à sa comparse avant de l’ouvrir. Il y avait pas mal de petites annotations à chaque page : comme si le vieux avait remanié chaque page à sa sauce et bizarrement, l’histoire nouvelle semblait être bien plus longue que l’histoire originelle. Le « R » des cochons avait lui aussi été ajouté à la main, comme s’il s’agissait maintenant d’une toute nouvelle histoire, issu de l’ingéniosité du vieil homme qui cherchait désespérément à offrir la meilleure histoire pour dormir à ses petits bambins.


Il était une fois, trois petits crochons. Les crochons avaient trois habitations : une en sable, une en poutre de Bamako, une petite ile perdue, et une en fibre de paille de blé cultivée par Gratzouille.
L’ancêtre s’était lancé dans le récit comme si Elina avait été une petite fille, le pouce dans la bouche prête à rejoindre le lit et faire de beaux rêves. Ainsi, l’histoire durerait des plombes si jamais on venait à l’écouter en entier. Presqu’une heure se serait écoulé au bas mot si ce n’est plus dans la mesure où il devait reprendre un petit peu de temps pour se réhydrater. L’histoire en elle-même ne parlait pas de grand méchant loup qui venait souffler mais de gouvernement qui venait arracher les protecteurs des maisons, il y avait même un combat de navires et une histoire d’amour entre une abeille et l’un des trois petits crochons. Cependant, le plus intéressant résidait dans les différentes interventions du grand méchant gouvernement : En soufflant la première maison, il avait fait s’envoler le sable, symbole du temps qui passe. En soufflant la seconde maison, le gouvernement avait fait s’éroder les murs et la bâtisse était devenue inhabitable… symbole du départ. Enfin, la seule bâtisse qui avait résisté était celle du blé du grand-père : symbole de l’amour qui durerait éternellement pour ses petits-enfants.

C’était l’histoire qu’avait choisi de garder le grand-père et sa version préféré. Lorsqu’il eut terminé (et si seulement il eut le temps de terminer son histoire), une larme coula le long de sa joue pour lui rappeler ses si bons souvenirs et tandis qu’il refermait presque amoureusement son ouvrage, il prit un regard bien plus sombre : il était ici pour une seule raison, avoir des informations sur sa famille. Maintenant qu’il avait fourni tout ce que voulait la petite, il était temps pour elle de lui répondre.



A mon tour, je veux mes infos, raison de ma venue ma petite…
Le changement de ton avait été radical. L’ancêtre était parti pour la marine dans l’unique but de protéger son fils mais plus important maintenant, il était temps pour lui de retrouver les siens et il était prêt à tout pour les retrouver. L’air benêt qu’il avait affiché quelques minutes auparavant avait disparu… mais pour combien de temps ? Jamais très longtemps… malheureusement pour tous…


Revenir en haut Aller en bas
Kokuro Elina
Jorōgumo
avatar
Messages : 441
Race : Humaine
Équipage : Tsukiyo

Feuille de personnage
Niveau:
36/75  (36/75)
Expériences:
56/350  (56/350)
Berrys: 4.281.896.000 B

MessageSujet: Re: [FB] L'appel des tréfonds [Ft Elina]   Dim 24 Juil - 6:14

L’appel des tréfonds.














Leur attention toute acquise, les deux criminels écoutaient d’une oreille avide les dires du lieutenant. Tout d’abord interloquée par la forme de son récit, Elina se rassura en se disant que le sérum de vérité faisait effet ce qui, naturellement, empêcherait ce vieux fou de leur mentir. Néanmoins, il se perdait encore et toujours dans des récits improbables. Mais sans doute était-ce là une façade ? Une ruse pour tenter de lutter malgré tout ? Bien sûr, les informations devaient être codées. Pourtant, au fur et à mesure qu’elle écoutait son histoire des « trois petits crochons », l’araignée doutait de plus en plus du succès de cette opération. Elle risqua un bref coup d’œil en direction de Tetsujin, mais ce dernier semblait tout aussi mal à l’aise qu’elle, sinon plus. Il palissait à vue d’œil et ne gardait sa concentration totale que grâce à sa longue expérience de maitre du marché noir.

« Aurions nous été dupés ? », se demanda soudain Elina. « Se pourrait-il qu’il ne s’agisse que d’un imposteur ? »

Pourtant, ce « Nils » avait utilisé l’escargophone réservé aux trois crocs ! Et il semblait en savoir bien plus qu’il ne souhaitait en dire... Tous ses subterfuges ne visaient donc qu’à endormir sa méfiance ? Au bout d’un quart d’heure, Tetsujin n’y tint plus et demanda discrètement à Elina la permission de s’éclipser. Elle lui enjoignit de se renseigner sur ce « Nils », qui avait par ailleurs sciemment omis de leur révéler son nom complet. Le vieux madré. Preuve, s’il en fallait une autre, qu’il cachait quelques informations et jouait un double jeu. Enfin l’araignée l’espérait. Car à entendre cette histoire sans queue ni tête, elle finissait par se demander s’il ne s’agissait pas d’une farce grotesque !

Mais en s’intéressant un peu plus à la trame de l’histoire, le doute la tiraillait toujours autant. Nils lui peignait l’image d’un gouvernement monstrueux et d’une famille qui tentait bon gré mal gré de résister aux souffles destructeurs de la machine gouvernementale. N’était-ce pas là une marque propre à tous les hors-la-loi ? Malgré tout, là s’arrêtait toute vraisemblance dans cette histoire. La jeune femme avait beau analyser les propos de l’ancêtre, il n’en ressortait qu’un torrent de niaiseries navrantes, accompagné d’une naïveté irritante et un attachement presque malsain à sa famille.

Trois quart d’heures s’étaient écoulés depuis le départ précipité de Tetsujin. Enfin, le lieutenant véreux arrêta son monologue abscons. La protectrice de Yakoutie Island accueillit ce silence en messie, soulagée de voir le calvaire enfin terminé ! Elle avait tenu bon uniquement grâce à sa détermination de garder l’île sous son contrôle... Mais la tâche avait été malaisée, pour le moins ! Soudain, tandis qu’elle s’était quelque peu relâchée, l’araignée sentit les muscles de son corps se raidir en une fraction de seconde. Quelque chose avait changé. Ce vieux fripon affabulateur et aussi sourd que myope venait de se parer d’une aura bien plus sérieuse. Son air naïf et gâteux avait cédé la place à un œil d’acier et une bouche au pli décidé. Il avait fini de jouer, ou bien était à court de bêtises ? Quoi qu’il en fut, et contre toute attente, la réelle entrevue pouvait débuter !


- A mon tour, je veux mes infos, raison de ma venue ma petite…


Elina fit la part des choses en un instant. La tentative d’assassinat sur sa personne avait échoué, il le savait mais avait décidé de jouer le jeu et de ne pas affoler la populace en se laissant entrainer dans un endroit clos, malgré la position désavantageuse dans laquelle il se trouverait alors. Il était donc assez confiant en ses aptitudes et pensait sortir victorieux d’un affrontement face à la protectrice de l’île. Cependant, il ne disposait d’aucun renseignement quant à ses capacités de combat ou son fruit du démon, Elina en était certaine. Elle y avait veillé depuis le jour où elle avait été affublée de sa malédiction : aucune âme vivante qui ne lui était pas alliée n’avait vu sa transformation et sa forme humaine !


- Quel genre d’informations souhaitez-vous, cher Nils ? tenta l’araignée afin de gagner du temps. Yakoutie n’étant pas affiliée au gouvernement mondial, je crains que vous ne puissiez exiger de moi quelque réponse que ce soit, à moins de fournir une contrepartie équivalente. Or, je me trouve pour l’instant fortement insatisfaite de vos réponses.


L’araignée planta alors ses iris d’un noir profond dans ceux du vieux fourbe. Elle plissa les yeux avant de reprendre la parole, plus sérieuse que jamais :


- Ne jouez pas avec ma patience, Nils. Je me contre fiche des messages codés ou autres bêtises que vous pourriez inventer. Les trois crocs, l’organisation criminelle qui vise Yakoutie, se situe-t-elle sur North Blue ? Oui, ou non ? Si vous me renseignez, alors seulement je me pencherais sur votre question.


Néanmoins, elle possédait un avantage certain dans les tractations : elle au moins n’avait pas ingurgité de sérum de vérité ! Envoyer le vieillard sur une fausse piste ou le rouler dans la farine restait tout à fait dans les cordes de l’araignée. Tandis que, lui, n’avait d’autre choix que de lui révéler la vérité. Il avait certes usé de malice avec brio jusqu’à présent en détournant la question via des messages cryptés, mais elle était convaincue qu’il finirait par craquer. Ce n’était qu’une question de temps.




Revenir en haut Aller en bas
Nils Gratz
Pépé Péteux
avatar
Messages : 1682
Race : Humain
Équipage : Le Compost

Feuille de personnage
Niveau:
36/75  (36/75)
Expériences:
106/350  (106/350)
Berrys: 55.957.000 B

MessageSujet: Re: [FB] L'appel des tréfonds [Ft Elina]   Dim 24 Juil - 13:10




Ch'creugneugneu !



L’ambiance avait monté d’un ton. Faut dire que le vioque avait complètement changé de ton depuis quelques secondes et les réponses de la petite ne lui convenaient pas du tout. Elle semblait vouloir jouer avec le feu et surenchérir chaque fois un peu plus dans la provocation. Depuis quand espérait-elle vraiment monopoliser le temps de parole ?! Non mais ! Ce n’était pas le savoir-faire du grand-père ça ?!


Non mais dis donc ! Je viens pas de te la fournir la contrepartie ?! Va pas falloir pousser pépé dans l’cagibi hein !
Nils s’adossa tout contre sa chaise en poussant un soupir. On aurait cru un instant qu’il était mort ou qu’il venait de rendre son dernier souffle… si seulement ! Mais non, un véritable ancien : quand ça veut pas lâcher la rampe, ça s’accroche ! Plein d’énergie, il répondait finalement à son acolyte du jour en se relevant : jamais on ne l’avait vu aussi vif et c’est tout bonnement qu’il se mit à hurler, excédé par le fait qu’on ne prêtait pas plus d’attention ou encore de respect à la vieillesse.


I WANT TO KNOW WHERE IS MY WIFE !
Le vioque bougeait les bras de haut en bas en imprimant quelques tractions pour mouvoir l’ensemble de son popotin et donner ainsi plus d’impact à son phrasé. Absolument pas sur ses gardes, il était pourtant dans un repère de hors la loi mais bien évidemment, le vieillard n’en savait rien. Finissant de détacher chaque syllabe, il termina en posant vivement ses deux mains sur la table, le regard déterminé bien planté dans celui de l’araignée. On aurait aisément pu penser à un regard de défi mais il n’en était rien : la flamme qui brulait dans les yeux du grand-père était celle d’un mari aimant qui faisait tout ce qui était en son pouvoir pour avoir ne serait-ce que de menues informations quant à l’hypothétique bien-être de sa petite famille.

Nils ne bougeait pas d’un pouce. Seule sa respiration assez lente laissait présager qu’il était toujours en vie. Ça et le fait qu’il était debout aussi…

Elle était insatisfaite de mes réponses et en voulait plus ? Mais quelle insatiable petite incorrigible celle-ci ! Ah les femmes ! Bien qu’il en avait fréquenté plus d’une, le fait de se retrouver éloigné de sa douce si longtemps lui avait fait oublié à quel point elles pouvaient être « demandeuses ». A peine tu leur donnais un bras qu’elles te prenaient le torse ! Se remémorant ainsi le souvenir de sa douce princesse, le vieillard se rassit tendrement, un visage sur le sourire. Quel ascenseur émotionnel !

Reprenant bien vite ses esprits, le lieutenant retenta d’afficher sa poker face et son visage grave. Y parvenant, il mima la fessée à l’attention d’Elina. La question fermée arriva finalement. Malheureusement, le vioque n’en savait rien et du coup, ce n’était plus un oui ou un non qui allait sortir… mais bien une réponse de son cru. Témoignage d’une véritable résistance au sérum de vérité ou bien juste une connerie à toute épreuve ? D’un doigt accusateur, il finit pourtant par soupirer, agacé et un tantinet énervé :


Ouhhhhh ! Ch’creugneugneu ! Y a des baffes qui s’perdent ! C’comme ça qu’on respecte les anciens ? J’me souviens d’mon temps : ce n’était pas la même chose hein ! Moi quand j’avais le papy qui me demandait quelque chose, j’obéissais, et j’étais marron si je ne le faisais pas !

Oh god no… voilà qu’il était reparti dans une nouvelle histoire… pitié ! Arrêtez-le !


Revenir en haut Aller en bas
Kokuro Elina
Jorōgumo
avatar
Messages : 441
Race : Humaine
Équipage : Tsukiyo

Feuille de personnage
Niveau:
36/75  (36/75)
Expériences:
56/350  (56/350)
Berrys: 4.281.896.000 B

MessageSujet: Re: [FB] L'appel des tréfonds [Ft Elina]   Mer 27 Juil - 6:14

L’appel des tréfonds.














Elina regarda quelques instants le vieil homme se renfrogner, avant de comprendre qu’il allait repartir pour lui jouer une scène insupportable. Et de par le fait, Nils s’évertua à endosser le costume d’ancêtre à moitié dément. Il lui avait offert une contrepartie ? La belle affaire ! Comme si ses digressions interminables pouvaient lui convenir un tant soit peu. Il continua à s’agiter en tous sens, jusqu’à se mettre à crier en se dandinant comme le grand père qu’il était :


- I WANT TO KNOW WHERE IS MY WIFE !


Un regard de défi et une mine fermée suivirent cette déclaration, comme si ce vieil escroc s’était senti ragaillardi en haussant la voix. Il lui mettait les nerfs à vifs de plus en plus et, peu à peu, Elina sentait l’envie de sortir les griffes la tarauder. Néanmoins, comment justifier le meurtre d’un officier de la marine ? Potentiellement corrompu et ayant très certainement fait plus que son temps, certes... mais officier tout de même. Non. Il lui était impossible de prendre ce risque. Pas encore tout du moins. Elle respira profondément, tenta de se détendre et de continuer la discussion, jusqu’à ce que ce vieil ahuris ne la menace d’une fessée imaginaire. C’en était trop.


- Le respect se gagne, assena-t-elle d’un ton sans appel. C’est une voie à double sens et non un acquis, grâce à l’ancienneté ou la réputation. Vous vous comportez en parfait goujat depuis notre rencontre et espéreriez vous en sortir, de part votre âge avancé ? Ne me faites pas rire, lieutenant. Votre attitude ne mérite que le mépris.


L’araignée lui laissa le temps de digérer ce coup d’estoc, puis la Zoan reprit de plus belle :


- Vous êtes venus récolter des informations ? Soit. Cessez ces idioties et ces enfantillages, parlons affaire une bonne fois pour toute ! Je suis disposée à vous aiguiller, si vous y mettez un peu du votre.


La moutarde lui montait lentement mais surement au nez. La présence même de cet être d’un autre temps lui devenait difficile. Il empestait la rouerie et l’eau de Cologne bon marché, agressait tant le regard que l’oreille de ses mots perfides et de ses singeries surannées et, plus que tout, tentait de lui résister sur son domaine. Au cœur de sa toile sur North Blue ! Si les choses continuaient ainsi, son instinct de Zoan finirait par prendre le dessus et elle l’étriperait. Ici. Et maintenant. Elle ferait fi des conséquences tant son ressentiment devenait grand. Accepter de deviser et négocier avec un être aussi répugnant la mettait dans une position plus qu’inconfortable. Pour l’heure, elle demeurait maitresse d’elle-même en ravalant sa fierté un tant soit peu, mais jusqu’à quand pourrait elle tenir ?




Tetsujin luttait. Ses entrailles le brûlaient comme jamais auparavant, lui qui pourtant avait expérimenté des tentatives d’assassinats empoisonnées, des mets exotiques et des alcools aussi forts que bon marché... Il luttait contre la douleur vaillamment qui, néanmoins, commençait à s’atténuer après près d’une demi-heure dans les latrines. Un de ses hommes le ramena au moment présent.


- Chef ?
- Je vous écoute, déclara sobrement le vieux renard.


Le maitre espion d’Elina avait, dès sa sortie de la pièce du haut, avisé ses hommes de la situation et leur avait demandé de cesser toute activité pour se concentrer sur une seule tache : trouver le maximum d’informations sur ce « Nils ». Voilà presque une heure que toute sa fourmilière planchait sur le problème et finalement, ils avaient découvert le pot aux roses. L’espion ne se fit pas attendre et continua son rapport :


- Etant donné que nous ne sommes pas encore implantés durablement dans les autres mers, récupérer des informations sur ce vieux juste avec son prénom a été difficile. Mais c’est plus son attitude que son grade ou autre chose qui nous a fait tilter, avec les gars.
- Soyez plus précis, le coupa Tetsujin, les intestins toujours aussi fragiles que son attention.


L’homme sembla tout d’abord retenir son hilarité, puis se ressaisit devant le regard d’acier de son supérieur hiérarchique. Il se racla la gorge et continua :


- Le lieutenant en haut, avec la patronne, ne peut être que lui, déclara-t-il en glissant une photo assez floue d’un vieillard.
- Tout à fait, c’est notre homme. Qui est-ce ?


Ici encore, l’homme retint un sourire de justesse et reprit d’un air qui se voulait sérieux :


- Le lieutenant Nils Gratz. Les rapports de nos gars et les articles de journaux sont très contradictoires et, puisque nous ne sommes pas capables de nous approprier les rapports officiels de la marine, nous ne sommes pas certains de ce que nous avançons, mais...
- Venez-en au fait.
- En un mot comme en cent, c’est une catastrophe ambulante.
- Je vous demande pardon ?
- C’est un vieux schnock, recruté dans la marine pour une raison inconnue de nos services. Il passe son temps à enchainer les calamités. On ne sait pas exactement quelle est son affectation officielle, ni même son utilité dans les équipages, mais il se fait fréquemment virer apparemment.


Après un bref instant à cligner des yeux et à se masser les entrailles, Tetsujin se reprit :


- Pour quelles raisons change-t-il d’équipage ?
- La liste est longue, chef, et sans doute incomplète pour les mêmes raisons qu’auparavant. Mais de ce que j’ai cru comprendre des ragots dans les ports des iles où nous avons quelques espions : destruction de matériel, incompétence, faux appels téléphoniques, erreurs de mission, querelles avec la hiérarchie...
- Qu’est ce que vous avez dit ?
- Qu’il ne supporte pas l’autorité et que ses chefs...
- Non ! Qu’est ce que vous entendez par « faux appels téléphoniques » ?
- Bin, il se goure fréquemment de numéro. Apparemment il aurait déjà appelé un de nos hommes sur Luvneel en pensant parler à sa femme, et un navire de marchands nous a raconté ça y’a quelques semaines : un vieux lieutenant les avait appelés en mer pour... Chef ? Où vous allez ?
- Une urgence ! déclara sobrement Tetsujin en prenant la poudre d’escampette.


Il fallait à tout prix empêcher Elina de continuer cette conversation. Le vieux roublard avait certes confiance en sa nouvelle patronne, mais elle avait tendance à trop intellectualiser les situations, à chercher des explications rationnelles où, parfois, la raison s’effaçait. Il courut de toutes ses forces dans un long couloir, prit des escaliers et ouvrit violemment la porte. Il en ouvrit à la volée une autre, puis la referma aussi vite avant de s’asseoir sur la cuvette. Une autre urgence avait sonné...




Revenir en haut Aller en bas
Nils Gratz
Pépé Péteux
avatar
Messages : 1682
Race : Humain
Équipage : Le Compost

Feuille de personnage
Niveau:
36/75  (36/75)
Expériences:
106/350  (106/350)
Berrys: 55.957.000 B

MessageSujet: Re: [FB] L'appel des tréfonds [Ft Elina]   Mer 27 Juil - 6:58




T'as un 06 ?



Le vieillard n’en revenait pas : la petite demoiselle lui tenait tête et pas qu’un peu ! Le respect se gagne ?! Mais où était-elle lorsque lui trimait pendant ses études ? Pendant qu’il distribuait la nourriture ? Pendant qu’il enseignait aux jeunots l’art de la médecine ? Les vieux avaient gagné ce respect depuis bien longtemps et il n’allait pas manquer de le lui rappeler. En recommençant du début évidemment ! Sans doute n’écoutait-elle pas mais un long monologue commença et c’est tout naturellement qu’il continua un bon moment avant de se ressaisir complètement. La jeunette acceptait enfin de le renseigner ! Miracle ! Il allait enfin pouvoir avoir des nouvelles de sa petite famille chérie.


Comment qu’ils vont ? J’veux dire Ginny a dû pas mal grandir quand même ! Bon par contre faut pas qu’elle ait de petit ami, sinon papy va pas être content, ou alors il faut que je l’approuve… je me souviens dans le temps ce n’était pas aussi facile qu’aujourd’hui, on n’avait pas toutes les technologies que vous, les jeunes, pouvez avoir. Mais lors de ma première rencontre avec ma première amante, j’avais dû faire dans…
Voilà. Il en était là : il voulait essentiellement des informations sur ses petits-enfants, savoir comment ils avaient grandi et si pépé leur manquait. Certainement qu’il devait manquer à ses petits bambins mais il était toujours bon pour lui de s’en assurer. S’étant presque radouci complètement, arborant un nouveau visage souriant à l’évocation de sa famille, le vieux était redevenu tout guilleret. Il était à mille lieux de savoir ce qu’on avait pu découvrir sur lui.

Rangeant tranquillement son livre dans sa veste, il renchérit une nouvelle fois en planta son regard hagard dans les prunelles de la petite. Il était maintenant tout ouï et prêt à écouter ce qu’on pouvait lui apporter sur un plateau d’argent. Bon bien sûr, il se permit tout de même de dire que la jeune femme ne manquait pas de toupet. Ah les femmes avec du caractère ! Ça aurait peut-être pu convenir à Eric, son fils. Il ne savait pas non plus ce qu’il était devenu depuis ces quelques années : sans doute était-il toujours aussi peureux et peu sur de lui… c’est toujours ce qui l’avait caractérisé et c’était essentiellement pour cette raison que l’ancêtre avait pris sa place pour rejoindre la marine. Cette femme pouvait donc être une bénédiction pour sa famille en fin de compte… même s’il allait être nécessaire de la remettre au pas. C’est donc avec nostalgie, une fois qu’il aurait eu la réponse à ses questions, qu’il comptait poser une question de but en blanc, le regard empli de malice.


Et sinon ma petite… tu es célibataire ?
Est-ce que ça allait être la goutte de sueur de trop ? Inconscient du danger dans lequel il s’était fourré, le vieillard n’était toujours pas sur ses gardes et c’est avec un dernier clin d’œil qu’il attendait la réponse de la demoiselle, en espérant évidemment qu’elle pourrait lui apporter tous les renseignements qu’il désirait mais surtout qu’elle ne penserait pas que le grand-père en pinçait pour elle !


Revenir en haut Aller en bas
Kokuro Elina
Jorōgumo
avatar
Messages : 441
Race : Humaine
Équipage : Tsukiyo

Feuille de personnage
Niveau:
36/75  (36/75)
Expériences:
56/350  (56/350)
Berrys: 4.281.896.000 B

MessageSujet: Re: [FB] L'appel des tréfonds [Ft Elina]   Ven 29 Juil - 5:22

L’appel des tréfonds.














Cela commençait à devenir une habitude. Une fois encore, le lieutenant avait compris de travers ! Il semblait croire qu’Elina était sur le point de tout lui révéler sans le moindre geste de sa part. Comme si l’araignée allait se laisser piéger ! Néanmoins, ce qu’il demandait avait quelque chose de... surprenant. Il baragouinait une n’ième flopée d’inepties à propos d’une « Ginny », sa soit disante petite fille, et du reste de sa famille imaginaire. Tenter de prendre la Zoan par les sentiments restait une piètre initiative, vouée par avance à l’échec. Elle n’avait que faire de ces absurdités ! Mais, de plus en plus, une question la taraudait : la prenait-il vraiment pour une idiote... ou bien était-ce là un subterfuge qui trainait en longueur ?

Le ton et la physionomie du vieillard s’étaient adoucis comme par magie à l’évocation de sa famille. Le lieutenant était décidément un acteur hors norme. Il en aurait presque fait douter Elina ! Cependant, la jeune femme restait méfiante de nature et ne se laisserait pas berner par quelques tours de passe-passe. Elle lassa Nils continuer un temps mais, lorsqu’il fut clair qu’il ne comptait pas devenir sérieux, la patience commença à manquer à la protectrice de Yakoutie Island. Tentant de rester maitresse d’elle-même, Elina prit une grande inspiration. Elle allait prendre la parle pour mettre un terme à cette comédie, lorsque l’ancêtre dépassa de nouveau les bornes :


- Et sinon ma petite… tu es célibataire ?


La bouche entrouverte, prête à faire preuve de diplomatie une dernière fois pour remettre un peu de plomb dans la cervelle de moineau de cette énergumène, Elina se figea un instant. Elle mit quelques secondes à réaliser ce que l’ahuris venait de lui demander. Lorsque ce fut chose faite, elle écarquilla les yeux et ne put s’empêcher d’ouvrir une bouche bée. Il avait osé ?! Non content de tenter de l’humilier et de se jouer d’elle depuis tout à l’heure, voilà qu’il espérait s’aventurer sur ce terrain glissant ! Le mufle ne manquait pas de toupet ! Pire ! Il n’avait aucune limite ! Si la moutarde lui avait picoté le nez, ce fut un véritable brasier qui s’alluma dans les entrailles de la Zoan. Elle perdit patience instantanément et, au fond de son subconscient, l’araignée s’éveilla.

Ses instincts de prédatrice s’animèrent en une fraction de seconde, métamorphosant la vision de Nils par la même occasion. De l’image de grand père déliquescent duquel elle devait extirper des informations sans le brusquer, il prit les atours d’un parasite insupportable à rayer de la surface du globe. Elle sentit, bien malgré elle, ses yeux se pâmer du ton carmin qui caractérisait sa forme hybride. Ses doigts s’allongèrent progressivement en griffe. Sa peau d’albâtre se déforma peu à peu pour laisser poindre par endroit un exosquelette d’araignée. Une petite voix tentait de lutter, de ralentir la métamorphose, de garder son calme et d’empêcher un drame de se produire. En vain.

Elle allait l’étriper.

L’égorger et répandre son sang sur les murs.

Faire taire une bonne fois pour toute ce cloporte aussi vieux que fou !

La porte s’ouvrit soudain avec fracas. Tetsujin se découpa dans l’encadrement, en sueur et haletant. D’un seul coup d’œil, il saisit la situation et comprit que ses pires craintes se seraient réalisées s’il était arrivé quelques secondes plus tard. Il se rua sur Elina sans même prêter attention à Nils, s’interposant entre la vue faiblarde du marine et la vision qui aurait signé leur perte à tous !


- Reprenez-vous, Elina ! lui mumura-t-il à l’oreille. Vous êtes en train de vous transformer !


Mais déjà, l’araignée se voyait réduire en charpie le visage rayonnant de l’ancêtre. Lui broyer les os et effacer son sourire goguenard. Elle n’écoutait presque pas son maitre espion. Alors que sa forme hybride gagnait dangereusement du terrain sur son aspect humain, atteignant presque la moitié de la transformation, Tetsujin reprit d’un air intransigeant :


- Si vous vous laissez aller, vous perdrez Yakoutie ! C’est un véritable marine, pas un espion des trois crocs !


L’électrochoc lui remit les idées en place. Elle respira profondément pendant plusieurs instants. L’exosquelette disparut, les traits arachnéens laissèrent place à ceux d’Elina et ses yeux reprirent leur couleur noire de jais. À nouveau, une vision humaine s’offrait aux yeux myopes du vieux marine. Lorsqu’il fut certain d’avoir repris le contrôle de la situation, le vieux renard se tourna vers l’hurluberlu, cause de tout ce remue-ménage. Il espérait seulement que ce dernier n’ait rien aperçut, ou n’ait pas compris ce qui se déroulait devant lui.


- Cher lieutenant Gratz, car c’est bien votre nom il me semble ? commença-t-il d’une voix amicale. J’aimerais juste vous poser une toute dernière question, avant de répondre aux vôtres du mieux qu’il me sera possible.


Laissant un bref instant le silence regagner les lieux, Tetsujin reprit alors d’une voix forte et claire :


- Lorsque vous nous avez joints au Den Den Mushi, qui étiez vous en train d’essayer de contacter ?


La question anodine en apparence, pouvait en réalité déverrouiller une situation explosive en quelques secondes. Tetsujin espérait ainsi éviter un drame et leur éradication pure et simple.




Revenir en haut Aller en bas
Nils Gratz
Pépé Péteux
avatar
Messages : 1682
Race : Humain
Équipage : Le Compost

Feuille de personnage
Niveau:
36/75  (36/75)
Expériences:
106/350  (106/350)
Berrys: 55.957.000 B

MessageSujet: Re: [FB] L'appel des tréfonds [Ft Elina]   Ven 29 Juil - 5:52




Maladie incurable ?



Ouh lala ! C’est que la jeunette ne devait pas être dans son assiette ! A peine avait-il eu le temps de lancer la question fatidique que le lieutenant insista avec un nouveau clin d’œil. Sans doute que ce geste était de trop mais il ne s’en souciait guère, après tout : c’était lui l’ainé dans cette conversation ! La réponse ne se fit pas attendre et la pauvre Elina sembla quelque peu éberluée par l’évocation d’une telle proposition sous-entendue. Au point que plusieurs secondes à peine plus tard, une étrange maladie semblait parcourir tout le corps de la jeune femme.

Des griffes poussaient, les yeux s’assombrissaient, un teint horrible en venait presque à dégouter le vieillard qui accompagna ses pensées d’une réflexion trop peu distinguée.


Beurk, nan oublie, Eric voudra jamais de ça… Faudra penser à consulter pour ça ! ça tombe bien, j’vais t’ausculter ma petite !
A peine se levait-il que l’autre espion entrait dans la pièce. Nils ne bougea pas d’un centimètre, laissant ainsi tout le temps qu’il fallait au maitre pour expliquer la situation à sa responsable. Ah ? On l’avait interpellé par son nom ? C’était une bonne chose ! Après tout : peut-être que le respect n’avait pas définitivement disparu sur cette ile ! Bien heureux de cette réaction, on s’apprêtait à lui poser une nouvelle question… une nouvelle erreur de la part des employés de la petite ?


Je t’écoute mon petit.
Oh god. Une question ouverte… ou tout du moins une question qui ne requérait pas de « oui » ou de « non », encore une chance pour le grand-père de s’étaler en long, en large et en travers à propos des raisons de sa venue.


Bah Linedea pardi ! Elle m’a dit qu’elle était ici, bon après j’voulais ma soupe mais sans doute qu’elle est partie avec son amie là… comment elle s’appelle déjà ?.. Julie ?.. Nan ça ne doit pas être ça. Faut dire qu’elles se sont rencontrées y a pas si longtemps il parait. En fait c’était une ex à moi ! J’vous ai déjà raconté l’histoire du pudding qu’elle avait fait et qu’en fait il était trop cuit ?
Se souvenant soudainement de la maladie de la jeune femme, il reprit tout de même bien vite ses esprits, il fallait faire vite. Assister à un tel spectacle était assez impressionnant et il fallait vite la diagnostiquer ! Faisant le tour de la table, le vioque s’approchait de la jeune femme. Après tout, il était médecin avant tout et spécialisé dans les maladies incurables. Curieux de savoir de quoi souffrait la jeune femme, le vioque ne pouvait faire autrement que se sentir investi.

A l’époque, alors qu’il cherchait un remède pour sa sœur, il était encore jeune et inexpérimenté. Etrangement, et depuis ce temps, lorsqu’il rencontrait des symptômes inconnus, son instinct protecteur de parent refaisait surface : il voulait simplement que personne ne subisse ce qu’il avait pu endurer en étant en fin d’études de médecine.

Le regard un peu plus sérieux, il fixa la demoiselle avant d’expliquer la situation.


Ce que j’ai vu, c’est pas beau. J’vous assure. Je suis médecin et pense que je peux faire quelque chose mais pour ça je dois vous ausculter ma petite.
Il avait utilisé le vouvoiement, signe du médecin sur de lui. Avant même qu’elle ne puisse rétorquer et connaissant un peu mieux son tempérament hautain et chiante envers les vioques. Le grand-père leva un doigt pour insister.


Et pas la peine de dire non. C’est mon devoir en tant qu’ancien, en tant que marine et en tant que père que de jeter un œil à ce dont vous souffrez.

Bon le côté marine, il s'en foutait un peu mais la jeune femme allait-elle finalement se laisser faire devant ce grand-père insistant ?

Revenir en haut Aller en bas
Kokuro Elina
Jorōgumo
avatar
Messages : 441
Race : Humaine
Équipage : Tsukiyo

Feuille de personnage
Niveau:
36/75  (36/75)
Expériences:
56/350  (56/350)
Berrys: 4.281.896.000 B

MessageSujet: Re: [FB] L'appel des tréfonds [Ft Elina]   Sam 30 Juil - 8:20

L’appel des tréfonds.














La Zoan était de nouveau maitresse de son corps et de ses pensées. Elle n’en restait pas moins honteuse, humiliée et ressentait toujours un fond de ressentiment à l’encontre du marine. Ainsi donc, il ne s’était jamais moqué d’elle mais était tout simplement... idiot. Et encore, elle pesait ses mots ! La nouvelle n’avait pour autant rien de réconfortant. Ils étaient passés à deux doigts de l’incident diplomatique qui lui aurait valu la potence ! Encore heureux, le vieux n’avait rien vu car il était aussi sourd que myope et c...


- Ce que j’ai vu, c’est pas beau. J’vous assure. Je peux faire quelque chose mais pour ça je dois vous ausculter ma petite.
- Plait-il ? demanda par réflexe Tetsujin, tandis qu’Elina écarquillait les yeux. Ce ne sera pas nécess... commença-t-il.
- Et pas la peine de dire non, déclara le grand père en levant un doigt inquisiteur. C’est mon devoir en tant qu’ancien, en tant que marine et en tant que père que de jeter un œil à ce dont vous souffrez.
- Quel rapport, dans le contexte ? ne put s’empêcher de demander Elina.


Cette dernière commençait sérieusement à en avoir plus qu’assez de la balourdise de son « invité ». S’il avait cru bon de répondre avec un tant soit peu de sérieux à la question de Tetsujin, il ne leur avait pas révélé sous forme intelligible la triste réalité, mais avait définitivement levé le voile sur la raison de sa présence ici. Cet énergumène s’était trompé de numéro ! Son appel sur le Den Den Mushi des trois crocs n’était qu’un mélange de stupidité et de coup du destin. Coupant court à un possible dérapage de plus, Tetsujin calma la situation aussi vite que possible :


- Ce dont souffre la protectrice de l’île ne nous est pas inconnu, cher lieutenant. Un fameux médecin nous a déjà dressé le diagnostic d’exostose sporadique émotionnelle, et elle suit scrupuleusement son traitement. Néanmoins, il est possible que de temps à autres des situations inattendues et un grand stress puissent réactiver ses... maux.
- Assez, Tetsujin, coupa court Elina. Je ne tiens pas à étendre ma vie privée devant un lieutenant de la marine.


Se tournant de nouveau vers Nils, elle prit sur elle pour lui adresser un sourire hésitant, bien qu’il soit plus proche du rictus mesquin, mais le vieil idiot s’en apercevrait-il seulement ?


- Je vous remercie de votre inquiétude, mais je suis déjà entre de bonnes mains et mon... traitement fonctionne à merveille. Quant à la raison de votre présence ici... Linedea, je suppose qu’elle est votre femme ? Toujours est-il qu’elle n’est pas ici. Nous nous sommes mal compris à l’escargophone, j’en ai bien peur.


Après un très bref instant de réflexion, l’araignée s’empressa de rajouter :


- Quant à cette histoire de pudding, de grâce, n’en dites rien. Je la suppose merveilleuse et enrichissante, mais sans doute voudriez-vous la raconter à vos petits enfants ? Ginny Gratz, il me semble ? Je crois avoir déjà entendu ce nom là, d’ailleurs...


Feignant de réfléchir, décortiquant ses souvenirs les plus brumeux, l’araignée cherchait en fait le meilleur moyen d’éloigner ce vieux fou de Yakoutie. West Blue était une mauvaise idée : elle avait séjourné là bas pendant toute sa jeunesse et son adolescente, et la dernière de ses envies était qu’elle soit retrouvée par ses parents après avoir pris le soin de changer de nom. De même, East Blue avait un peu trop entendu parler d’elle. Il ne restait que South Blue. En plus d’être la plus éloignée de sa position, cette mer bleue n’avait quasiment jamais entendu parler d’elle, à quelques exceptions près à Trader Island notamment.


- Je l’ai croisé à South Blue il y a de ça quelques mois si je ne me trompe pas, mentit de manière éhontée la jeune femme. Cependant... peut être ne devrais-je pas vous en parler, mais...


Ici, elle eut toutes les peines du monde à empêcher son rictus de s’agrandir à l’idée de faire souffrir ce grand père gâteux. Au contraire, elle prit une mine affectée alors qu’elle reprenait la parole :


- Je crains d’avoir de mauvaises nouvelles : elle était accompagnée... par un homme. Difforme qui plus est. Ils semblaient très proches et parlaient de se marier. Je suis désolée...


Elle marqua un silence censément respectueux, qu’elle utilisa plutôt pour se composer un visage de circonstance : triste en apparence, tandis qu’un grand sentiment de joie l’envahissait en son for intérieur. Il s’était joué d’elle jusqu’à présent, elle allait lui rendre la monnaie de sa pièce !


- Concernant le reste de votre famille... Quelle île était-ce déjà ? Je ne me souviens plus où siégeait la famille Gratz. Une idée Tetsujin ?


Comme ce dernier restait coi et mimait l’ignorance, elle se tourna nonchalamment vers le marine qui devait digérer la nouvelle de sa petite fille qui s’acoquinait avec une atrocité de la nature.





Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Nils Gratz
Pépé Péteux
avatar
Messages : 1682
Race : Humain
Équipage : Le Compost

Feuille de personnage
Niveau:
36/75  (36/75)
Expériences:
106/350  (106/350)
Berrys: 55.957.000 B

MessageSujet: Re: [FB] L'appel des tréfonds [Ft Elina]   Sam 30 Juil - 13:45




Docteur Maison !



Le vieux marqua un petit temps à l’évocation de la maladie finalement bien connue. Il avait sorti un petit calepin dans l’objectif de recueillir diverses informations sur le sujet de sa nouvelle patiente. Cependant, il arrêta bien vite lorsque la discussion revint sur sa petite famille. Un sourire radieux illuminait son visage tandis qu’on aurait pu croire l’ancêtre proche de l’extase à l’évocation de l’information. Sa femme n’était pas là. Bon soit ! Mais Ginny semblait être partie en vacance dans South Blue, quelle merveilleuse nouvelle : elle avait tellement grandi loin du grand-père. C’était une histoire merveilleuse… si seulement il n’y avait eu que ça.


QUEUWA ?!
Le vieux avait bondi. Les cheveux dressés sur la tête, le regard furieux et un brin colérique, il avait une nouvelle fois changé d’expression au niveau du visage. Sa petite-fille chérie, sa petite fille adorée était maintenant avec un homme ? Difforme en plus ?!

Nils s’était levé d’un bond et avait presque explosé. La respiration haletante, il posa une nouvelle fois ses deux mains sur la table en approchant son visage de la jeune femme insidieuse.


QUEUWA ?!
Non mais le vioque avait dû mal comprendre, sa petite fille, toute petite et toute mignonne ne pouvait pas déjà être en couple et avec un être difforme en plus ! C’en était trop pour le grand père qui se retourna pour regarder le mur qui était derrière lui dans une moue que beaucoup lui connaissaient. Se retournant en décroisant les bras, il imprima un mouvement de haut en bas avec la tête pour montrer son indignation.


QUEUWA ?!
Ils parlaient de se marier ?! C’en était trop. Le vieux se rassit d’un seul coup en biais sur sa chaise. Il avait l’air bougon et ne proféra qu’un « non ». En vérité, voilà qu’il boudait. C’est donc tout naturellement qu’à l’évocation d’une île possible pour le reste de la famille, le vieux répondit à voix haute sans vraiment s’en soucier. La grand-mère ne se déplaçait plus trop en dehors de Toroa, ainsi, si tout le reste de la famille était réunie, c’était forcément l’ile que cherchait la petite.


Toroa.
Marquant un temps d’arrêt avec cette réflexion et boudant toujours, Nils se retourna vers la petite qui ne s’était pas souvenue d’un des bastions de West Blue. L’une des îles les plus connues. Arquant un sourcil, il pointa du doigt la petite avant de surenchérir.


Vous ne vous souvenez pas d’une telle ile ? Bastion de la marine et réputée sur toutes les blues pour son côté imprenable ? C’est que c’est Alzheimer avant l’âge ma petite !
Se souvenant de l’évocation de la maladie un peu plus tôt, peut-être s’était-il agi d’un nouveau symptôme ! Ressortant son carnet, Nils écrivit quelques notes avant de mâchouiller son stylo avec un air songeur. Non rancunier, la jeune femme, bien que lui ayant donné de mauvaises nouvelles, lui avait tout de même donné des nouvelles. Pas ingrat, il comptait finalement l’en remercier avec un petit quelque chose… bon au fond ça lui permettait aussi d’en savoir un peu plus sur une potentielle maladie qu’il ignorait. A l’image d’un docteur maison, il s’exprima à voix haute.


Bon ! Exostose sporadique émotionnelle hein ? Tumeurs au niveau des os, sensibilité émotionnelle… pertes de mémoires… on a quoi là ?
La question était plus pour lui que pour quelqu’un d’autre en réalité. Se relevant, il boitait maintenant en s’appuyant sur sa faux et faisait les cents pas en évinçant plusieurs diagnostics.


Vous avez vérifié que ce n’était pas une exostose subunguéale hein ? Bon, va me falloir bosser avec votre doc’ ! Il est où lui et son équipe ?

Finalement, il ne put faire autre chose que de décider lui-même. De toute façon, c’était un lupus… c’était sûr : c'était toujours un lupus !

Revenir en haut Aller en bas
Kokuro Elina
Jorōgumo
avatar
Messages : 441
Race : Humaine
Équipage : Tsukiyo

Feuille de personnage
Niveau:
36/75  (36/75)
Expériences:
56/350  (56/350)
Berrys: 4.281.896.000 B

MessageSujet: Re: [FB] L'appel des tréfonds [Ft Elina]   Sam 30 Juil - 15:35

L’appel des tréfonds.














La Zoan exultait. Le grand père semblait terriblement affecté par la nouvelle. Il en radotait, restait bloqué sur le fait horrible qu’elle lui avait présenté et auquel il ne pouvait rien changer. Sa petite fille innocente, sa filleule chérie... dévoyée, dévergondée, humiliée par un homme probablement vulgaire et sans prétention, tous deux situés à des mers de distance. Il ne pouvait plus que se morfondre, tandis qu’il répétait inlassablement le même mot, témoin du choc émotionnel extrêmement difficile à encaisser pour un homme de son âge.

Elina était aux anges.

Pourtant, il la surprit une nouvelle fois en passant du coq à l’âne sans plus de préambule. Tandis que l’aïeul revenait à sa maladie par un biais détourné, la jeune femme trouva le temps de noter dans un coin de sa tête le repaire de la famille Gratz : Toroa, berceau d’une lignée sans doute tout aussi insupportable que leur patriarche. Mais malheureusement, la demeure familiale se situait au cœur d’un quartier général de la marine. Dommage. Elle ne pourrait sans doute jamais leur rendre visite afin de faire regretter au pseudo lieutenant les instants de malheur qu’il lui faisait subir... Elle fut ramenée à l’instant présent par l’ancêtre qui s’agitait en tous sens en boitant. Il ne manquerait plus qu’il tombe et se fracasse quelque chose, elle en serait tenue pour responsable à tous les coups ! Encore que son équipage de marines la remercierait surement, de ce qu’elle avait compris...


- Bon ! Exostose sporadique émotionnelle hein ? Tumeurs au niveau des os, sensibilité émotionnelle… pertes de mémoires… on a quoi là ? Vous avez vérifié que ce n’était pas une exostose subunguéale hein ? Bon, va me falloir bosser avec votre doc’ ! Il est où lui et son équipe ?


Après un bref silence, Elina reprit la parole d’un air mi-intrigué mi-horrifié :


- Vous... vous êtes le médecin de bord de votre navire?


Comprenant la futilité de sa question, la Zoan saisit enfin les réactions des mousses et de ses collègues militaires ! Être soigné au jour le jour par... ça ? Pas étonnant qu’ils lui en veuillent à mort ! La crainte des docteurs n’avait jamais été aussi importante que sur ce bâtiment de la marine, elle en aurait parié sa main au feu. Avant que Tetsujin ne tente de biaiser pour détourner la conversation, elle prit les devant :


- J’aimerais autant éviter cela, lieutenant. J’ai été hospitalisée pendant de longs mois et j’ai subis toute une batterie d’examens. Je puis vous assurer que nous avons testé toutes les possibilités avant d’enfin trouver un diagnostic, puis un traitement qui me soulage.


Elina chercha un bref instant un autre argument pour éloigner le lieutenant, mais ne trouva rien de plus sur le plan médical. Aussi, elle se contenta d’utiliser une seconde carte dans sa manche :


- Par ailleurs, vous n’êtes pas sans ignorer que je suis la protectrice de l’île. La maladie n’aliénant ni mes capacités mentales ni martiales, et ne mettant pas en jeu mon pronostic vital, je pense superflus d’alerter la population. De plus, nous sommes en pénurie de médecins actuellement et celui qui s’occupe de moi est très occupé.


Tetsujin tenta de rajouter son grain de sel afin de finir de convaincre le petit curieux, puis de diriger la conversation vers un sujet moins glissant :


- Et enfin, il n’est pas autorisé à discuter de cette maladie avec les étrangers. Pas même si vous êtes médecin. Vous comprendrez surement, vis-à-vis du secret médical et de la sureté de la population...


Le maitre espion se racla soudain la gorge avant de reprendre d’un air fourbe :


- Mais dites moi, cher lieutenant, il me semblait que des marchands parlaient d’une attaque de hors la loi sur Toroa tout à l’heure ? Ou bien ais-je mal compris ? demanda-t-il en se tournant vers Elina.


Cette dernière saisit la perche tendue pour se débarrasser du vieux fou et la saisit avec empressement :


- J’ai cru comprendre oui. Il y aurait déjà des pertes civiles ! C’est affreux... J’espère que votre famille a réussi à se mettre à l’abri, Nils !


Les deux larrons espéraient bien que cette nouvelle accaparerait l’attention du grand père assez longtemps pour lui suggérer, très fortement, d’aller voir ailleurs pendant le plus longtemps possible. Et ce, bien entendu, uniquement afin de s’enquérir du bien être de sa famille !




Revenir en haut Aller en bas
Nils Gratz
Pépé Péteux
avatar
Messages : 1682
Race : Humain
Équipage : Le Compost

Feuille de personnage
Niveau:
36/75  (36/75)
Expériences:
106/350  (106/350)
Berrys: 55.957.000 B

MessageSujet: Re: [FB] L'appel des tréfonds [Ft Elina]   Sam 30 Juil - 16:05




Ca s'en va et ça revient !




Evidemment que je suis le médecin, et à défaut de la batterie de test, filez moi le dossier médical que j’y jette un œil, je te dois bien ça pardi !
Le vieux était sûr de lui, son grand talent pour le diagnostic différentiel était indéniable et bien qu’il soit l’instrument de mort de bon nombre de patients, ne s’intéressant finalement qu’aux cas rares. Il avait tout de même des capacités extraordinaires pour ce qui était de soigner ces cas extrêmement peu répandus.

Certes, il garderait évidemment toutes les informations qu’il glanerait, dans la mesure où le secret professionnel l’y obligerait. Mais il ne pouvait s’empêcher de penser à cette pauvre jeune fille qui, malgré qu’elle soit en pleine forme, devait prendre un traitement tous les jours, que ce devait être lourd !

Le vieillard fut cependant tiré de ses conclusions médicales bien vite. Malheureusement, une nouvelle bien plus grave venait de lui parvenir aux oreilles. L’ancêtre bloqua même plusieurs secondes pendant qu’on lui racontait ce qu’il pouvait se passer, en venant à lâcher sa faux sous la surprise qui tomba au sol. Toroa aurait été attaqué par des hommes peu scrupuleux ? Cela semblait peu probable vu la défense de l’ile de Toroa… il y aurait des pertes civiles ? Mon dieu ! La famille Gratz ne vivait que dans une petite ferme et loin des protections des ports et de l’ile. La marine mettrait sans doute un temps fou à venir les protéger même si cette dernière était sous leur protection.

La famille s’était illustrée de nombreuses années durant grâce aux compétences et au soutien de la famille qui ne leur avait finalement que peu rendu la pareille en envoyant le grand-père au combat. Mais les faits étaient là : si une bataille rangée avait lieu dans l’ile, alors la famille Gratz courait un grand danger. Sans crier gare après avoir assimilé la nouvelle. Le grand-père se mit à fulminer et courut littéralement jusque la sortie, sortant en trombe de l’établissement. Le vieux savait donc courir ? Toutes pensées hors de lui, il n’était désormais plus question que de rejoindre Toroa au plus vite.

Près d’une minute passa sans que le vioque ne s’arrête. Effectuant un dérapage presque contrôlé et stylé avec ses chaussures dans la neige, le vieux sénile réalisa soudainement qu’il avait oublié sa faux. Entrant donc seulement deux minutes après être parti de la sale où était précédemment la jeune demoiselle et son acolyte, il récupéra sa faux sans crier gare. Pour finalement repartir aussitôt accompagné d’un sourire gêné.


J’avais juste oublié ça…
Le vieux commençait déjà à s’essouffler et retenta un dérapage beaucoup moins contrôlé au bout de la minute. Malheureusement, il chuta dans la neige et c’est la barbe pleine de blanc poudreux qu’il rentrait plus lentement de là où il était parti. Deux nouvelles minutes s’étaient écoulées lorsqu’il entra de nouveau dans la pièce.


J’avais aussi oublié mon carnet… et pour le dossier médical alors ?
Se souvenant de pourquoi il devait partir, il risquait de prendre la poudre d’escampette dans la seconde pour retrouver son navire. Il fallait cependant espérer que les interventions du grand-père n’avaient pas interrompu une quelconque conversation importante ! Un quelconque plan pour une éventuelle vengeance de la jeune femme. Aurait-elle les nerfs assez solides pour résister à l’exaspération que provoquerait sans doute le docteur ? Ou bien est ce que son exostose sporadique émotionnelle risquait de réapparaître ?



Dernière édition par Nils Gratz le Dim 31 Juil - 18:06, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Kokuro Elina
Jorōgumo
avatar
Messages : 441
Race : Humaine
Équipage : Tsukiyo

Feuille de personnage
Niveau:
36/75  (36/75)
Expériences:
56/350  (56/350)
Berrys: 4.281.896.000 B

MessageSujet: Re: [FB] L'appel des tréfonds [Ft Elina]   Dim 31 Juil - 16:22

L’appel des tréfonds.














Les deux mensonges portés à l’attention du vieux marine en un laps de temps très court semblèrent porter leurs fruits. En quelques instants, alors qu’elle avait toutes les peines du monde à s’extirper de cette fâcheuse situation, Elina vit enfin la source de tous ses maux franchir le pas de la porte en courant. Il en était donc capable, ce vieux fourbe... Il aurait pu user de toute cette énergie pour ne pas trainasser dans la neige un peu plus tôt dans la journée ! Décidément, l’araignée gardait une profonde rancune envers ce grossier personnage. Cependant, au-delà de l’aspect émotionnel, un autre détail l’inquiétait.


- Il a fini par partir... déclara Tetsujin, lui aussi épuisé mentalement. Non sans réclamer votre dossier médical, mais jouer sur sa corde sensible était sans doute la seule chose qui l’aurait fait déguerpir.
- Oui, répondit laconiquement Elina, toujours préoccupée.


Elle repassait toutes les informations qu’elle avait données, parfois malgré elle, au lieutenant Gratz. Le bilan n’était pas fameux. Elle qui se targuait de maitriser l’art de la persuasion et du mensonge, elle s’était ridiculisée devant un vieillard sénile ! Sans doute une plus grande maitrise de son fruit lui serait nécessaire, à l’avenir, pour éviter un autre fâcheux incident de la sorte. Tandis que son maitre espion s’asseyait sur un tabouret, l’araignée restait plantée là où elle s’était dressée pendant toute la discussion mouvementée avec Nils. La main sur le menton, sa mine se renfrognait peu à peu. Bien qu’il semble aussi attentif qu’un enfant en bas âge, l’hurluberlu était également aussi bavard qu’une pie. Ainsi, la hors la loi craignait qu’il ne laisse échapper par mégarde quelques informations cruciales la concernant, notamment sa pseudo maladie, l’affaire des trois crocs... ou bien d’autres sornettes qu’il aurait pris soin d’analyser et de déformer via son cerveau malade.

Le grand père pouvait devenir gênant. Pire. Il représentait une menace pour son secret. De fait, puisque l’acheter, le capturer discrètement ou le convaincre de garder le silence semblaient impossible, une seule solution s’imposa peu à peu à la Zoan : un assassinat.


- Tetsujin... commença Elina.


Elle fut interrompue lorsque la porte s’ouvrit avec fracas. Quelle ne fut pas la surprise des deux associés lorsqu’ils aperçurent celui qui leur avait donné tant de sueurs froides revenir ! La jeune femme se raidit instantanément. Aurait-il été frappé par un éclair de lucidité ? Revenait-il pour mettre au clair...


- J’avais juste oublié ça… déclara l’ancêtre en se saisissant de sa faux avant de s’éclipser tout aussi vite.


Un rire nerveux agita la protectrice de l’île, tandis qu’elle voyait ce trublion de première disparaitre de sa vue pour la seconde fois de la journée. Elle reprit contenance au bout de quelques instants, tandis que le vieux renard leur servait à tous deux un verre de vin amplement mérité. Elina savoura plusieurs lampées du breuvage, avant d’enfin retrouver son calme. Son maitre espion assis à ses côtés sur un tabouret, ils devisaient de l’absurdité de la situation, reprenant peu à peu le cours d’une vie normale sur Yakoutie : complots, marché noir, larcins et crimes en tout genre.

Ils parlaient des maires de Yakoutie, lorsque soudain un vent frais s’engouffra dans l’établissement. Ils ne s’étaient pas encore retournés qu’une voix tristement célèbre s’élevait derrière eux :


- J’avais aussi oublié mon carnet… et pour le dossier médical alors ?


Elina manqua de briser son verre. Ce marine la répugnait décidément au plus haut point ! Tetsujin, bien au fait que sa patronne avait désormais les nerfs à vifs, manœuvra en précipitation pour éloigner, une fois encore, cette bombe à retardement :


- Comme nous vous l’avons déjà expliqué, nous vous remercions pour votre proposition mais sommes navrés de refuser. Mademoiselle Kokuro est déjà suivie par les spécialistes de l'île. Son état de santé est stable et doit demeurer secret. De plus, nous sommes heureux de vous avoir offert ces quelques informations et vous nous avez pleinement contentés avec celles que vous nous avez confiées. Vous ne nous devez rien, lieutenant. Vraiment.


Ne laissant guère ni le temps ni le choix à l’ancêtre, Tetsujin continua sur sa lancée d’un ton affecté :


- Mais ne devriez-vous pas vous presser de rejoindre votre famille en danger, plutôt que de vous préoccuper d’une situation déjà sous contrôle ? Je ne peux m’empêcher de craindre pour la vie des civils de Toroa. Les rumeurs de l’attaque sont... terribles.


L’araignée espérait bien que Nils Gratz se laisserait embobiner par son maitre espion. L’âge de ce dernier lui avait donné la sagesse et la patience de composer avec ce genre d’individus. Elle qui, en temps normal, pouvait se vanter d’être aussi méticuleuse et calme qu’une véritable araignée, se retrouvait sans autre recours que la colère face au grand père. Oui. Il valait mieux que Tetsujin réussisse à trouver les mots justes...




Revenir en haut Aller en bas
Nils Gratz
Pépé Péteux
avatar
Messages : 1682
Race : Humain
Équipage : Le Compost

Feuille de personnage
Niveau:
36/75  (36/75)
Expériences:
106/350  (106/350)
Berrys: 55.957.000 B

MessageSujet: Re: [FB] L'appel des tréfonds [Ft Elina]   Dim 31 Juil - 17:51




Oh non... il revient...



Heureusement que le Tetsujin était là pour rappeler les priorités au grand-père ! Un peu plus et il allait en oublier sa mission principale : protéger sa famille et assurer leur sécurité. Effectuant un facepalm digne des plus grands maitres de sa main encore libre, il acheva un « mais c’est bien sûr ! » avant de refixer la fillette dans les yeux. Décidément, la petite avait visiblement de plus en plus de mal à se contrôler. Sans doute était-elle en manque de son traitement, à moins que ce ne soit pour une autre raison…

Le grand-père haussa finalement les épaules avant de s’en retourner pour repartir, direction : South Blue ! Il était nécessaire de faire vite pour retrouver la petite avant de retourner sur Toroa, l’heure du rassemblement avait sonné et visiblement, il fallait faire au plus vite. N’oubliant tout de même pas la jeune femme qui semblait mal en point, il la salua en lui tournant le dos, bien décidé à courir pour gagner du temps.


J’reviendrai ! C’est promis ! Et j’ai plein de remèdes miracles de grand-papy ! C’est une promesse ! Je reviendrai même avec toute la famille, on rigolera bien et je pourrai te présenter mon fils : c’est un beau p’tit lot ! Mais bon… une fois que tu seras guérie hein ! Hasta la bistouille Biquette !
Le vieux s’essoufflait à parler en même temps qu’il tentait de courir. Il avait néanmoins parlé suffisamment fort pour que la jeune femme, mais également tout le quartier, puisse l’entendre aisément. A force de raconter sa vie et diverses âneries, la portée de sa voix était devenue considérable. Il ne manqua qu’une ou deux fois de se ramasser sur la neige mais arriva finalement à bon port… au grand dam de l’ensemble de l’équipage qui le vit revenir. Tous tiraient aussi vite qu’ils le purent à la courte paille : il devenait nécessaire de savoir qui allait accueillir le lieutenant.

La chance tomba sur un pauvre le petit dernier qui bégayait. Le pauvre salua le lieutenant d’une voix encore plus apeurée que jamais. Une légende raconte que c’est en devenant au service du lieutenant que serait apparu sa pathologie… légende bien évidemment démentie par le grand-père qui trouvait ça tout bonnement illogique et si peu crédible !


En route pour South Blue les mioches !
Malheureusement, le commandant et capitaine du navire, qui avait profité du fait que le vioque soit parti pour se reposer quelques heures, vint expliquer à l’ancêtre la suite des opérations : ils devraient faire escales sur quelques iles de North Blue avant de rejoindre South Blue. Même lui était déçu : ils n’avaient simplement plus assez de ressources pour rejoindre le « point de livraison » : tous les prétextes étaient bons pour se débarrasser du grand-père et cette livraison signerait pour tout l’équipage actuel comme une délivrance. Beaucoup le disaient : il valait mieux être sans médecin qu’avec un vieillard sénile avec des gazs plus puissants que les mille et une couches d’enfants en bas âge.

Ainsi, tout était écrit. Le vioque partait en destinations de quelques iles de North Blue avant de repartir pour South blue ou il allait être « livré » pour on ne sait quelle nouvelle mission ou nouvel équipage. Tout naturellement, allant pour reprendre ses quartiers, il était tout de même ragaillardi par les nouvelles qu’avait pu lui transmettre Elina. Certes, Toroa était en danger, mais ça ne pouvait pas être trop terrible : l’ile natale de Nils était avant tout un bastion imprenable, ça ne pouvait pas être si terrible. Sinon, à la nouvelle, toute la marine aurait été réquisitionnée pour défendre ce lieu saint ! le doc’ en était persuadé. Revenant à ses esprits, le vieux se sentit d’un coup de bonne humeur, c’est donc tout naturellement qu’il proposa ses services.


J’fais ma tournée d’inspect…
En une seconde, le pont s’était complètement vidé. Totalement désert, ne laissant qu’une boule de poussière et le vieillard qui haussa finalement les épaules avant de partir pour une sieste bien méritée vu le travail qu’il avait pu fournir. Une bonne journée en somme !

Revenir en haut Aller en bas
Kokuro Elina
Jorōgumo
avatar
Messages : 441
Race : Humaine
Équipage : Tsukiyo

Feuille de personnage
Niveau:
36/75  (36/75)
Expériences:
56/350  (56/350)
Berrys: 4.281.896.000 B

MessageSujet: Re: [FB] L'appel des tréfonds [Ft Elina]   Mar 2 Aoû - 4:08

L’appel des tréfonds.














Le soulagement d’Elina fut palpable dans l’atmosphère lorsque le vieil encombrant accepta, enfin, de disparaitre du plancher. Néanmoins, tandis qu’il trottinait aussi vite qu’il le pouvait pour s’éloigner, une phrase lancée à la cantonade la fit frissonner d’effroi : il promettait de revenir ? Pire ! Il voulait lui présenter son fils ?! Ce pauvre fou n’avait donc rien compris à la situation ?! Et, bien entendu, il avait hurlé aussi fort que possible cette dernière phrase, informant tout le quartier de ses plans. Encore que ce dernier détail soit le plus insignifiant, elle pourrait aisément convaincre les habitants que le grand père était sénile. Aurait elle seulement besoin de le leur dire, d’ailleurs ? Dans tous les cas, cela ne ferait que renforcer l’image désastreuse de la marine sur Yakoutie Island. Néanmoins, l’idée de revoir l’ancêtre sur ses terres lui était insupportable...


- Tetsujin, reprit-elle au bout d’un moment, lorsqu’elle fut convaincue que Nils ne reviendrait plus de sitôt. Je veux un rapport de vos hommes sur le port concernant la direction prise par le bâtiment où se situe Nils Gratz. Les rumeurs des marins captées, les ordres entendus, le cap à la sortie de Yakoutie... Qu’ils m’apportent un rapport complet dès ce soir.
-Je ne comprends pas bien l’intérêt de se limiter à si peu d’informations, Elina ? demanda pourtant le maitre espion, légèrement soucieux.


Un simple regard de l’araignée lui confirma ses pires craintes. Il pensa un instant tenter de la dissuader de se lancer dans pareille expédition, mais Elina resta inflexible et lui rappela leur situation :


- Le lieutenant Nils Gratz est un être instable, simplet et grotesque. Parler à un de ses collègues médecin de « l’exostose sporadique émotionnelle » de la protectrice de Yakoutie Island pourrait tout à fait lui venir à l’idée. Pire, si on lui demande de décrire cette transformation, je serai découverte puis mise à mort.
- Encore faudrait-il qu’il s’en souvienne ? releva avec pertinence Tetsujin.
- Je ne prendrai pas le risque de me fier à une quelconque partie de l’esprit de ce pseudo lieutenant. Ma décision est prise.


Son regard se durcit et sa détermination n’en fut que renforcée à cette idée. Elle refusait purement et simplement que son secret, qu’elle s’était échinée à garder pendant de longues années, soit révélé à la face du monde par cet être répugnant ! Qu’un vieil infirme et à moitié dément ait raison d’elle lui était inimaginable. Compte tenu de son âge avancé et des difficultés qu’il éprouvait même pour se déplacer, l’assassiner serait un jeu d’enfant. Il ne lui restait plus qu’à rejoindre au plus vite une éventuelle escale de cet enquiquineur de première, puis de revenir tout aussi rapidement. Les trois crocs n’en sauraient rien si elle quittait le territoire sous sa forme d’araignée et revenait de même

Elle n’allait pas s’en cacher, l’idée de rayer de la surface du globe le lieutenant Nils Gratz restait une douce idée. Tant sur le plan professionnel que personnel, elle ne voyait que des avantages à cette mission discrète et rapide.

« Rira bien qui rira le dernier, cher Nils. », rumina en pensée l’araignée avant de retourner à son auberge.


Seika et Shiro devraient être avertis de son départ précipité pour quelques jours. Tetsujin prendrait le commandement des troupes en son absence et continuerait de tenter de localiser les rats sur son île. Après tout, il valait mieux se dégourdir les jambes que de rester inactive. Et puis, cela lui permettrait de voir du pays, en plus de passer ses nerfs sur quelque chose...




Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: [FB] L'appel des tréfonds [Ft Elina]   

Revenir en haut Aller en bas
 

[FB] L'appel des tréfonds [Ft Elina]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Appel aux dons sauvetage canichous Refuge de Fontorbe
» Appel à l'insurrection.
» La Suisse débloque les fonds de Jean-Claude Duvalier
» Haiti-Politique :Fonds national d’éducation : illégale, la méthode utilisée
» SECURITÉ DE PREVAL ET ARISTIDE: L'ETAT DOIT METTRE FREIN AU GASPILLAGE DES FONDS

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
One Piece Seken :: Le monde de One Piece :: Seas Blues :: North Blue :: Yakoutie Island-