Partagez | 
 

 Le son des barreaux [Quête au présent]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Aaron Guts
Le Nocturne
avatar
Messages : 283
Race : Humain

Feuille de personnage
Niveau:
23/75  (23/75)
Expériences:
116/120  (116/120)
Berrys: 9.922.000 B

MessageSujet: Le son des barreaux [Quête au présent]   Dim 15 Mai - 4:48











Le son des barreaux









Nom ; Guts.
Prénom ; Aaron.
Surnom ; Le Nocturne.
Âge ; Âgé de 17 ans.
Sexe ; Homme.
Race ; Humain.
Lieu de naissance ; West Blue, à Nighty Town dans le village de Xérèse.
Camp ; Civil.
Équipage ; X
But / Rêves ; Aaron rêve de beaucoup de choses, mais celui-ci n'a jamais eu de réel but dans sa vie.
Métier ; Il n'en a pas, il rend service aux gens et c'est comme cela qu'il est rémunéré.
Arme/Fruit du Démon ; Une canne à pêche solide rustique et une dague en dents de scie. Le Kage Kage no Mi.
♛ Résumé
LE JOUR N'EST FAIT QUE DE CE QUE LA NUIT A DÉCIDÉ.

Vous êtes en taule. Pas dans la superbe prison de Elème, non ! Même pas avec les honneurs, monsieur ! Mais bien dans le cachot de Térèse, sous le contrôle du terrible BigJack. Alors que vous considérez sûrement que votre séjour a assez duré, un nouveau compagnon de cellule arrive, expert en crochetage. A deux, vous pouvez sortir... Mais les hommes de BigJack ne seront certainement pas contents de votre évasion.
♛ Venons-en aux faits
UN HOMME SE MESURE EN UNE NUIT.

Aaron jouait avec une petite pierre dans son cachot, il s'ennuyait à vrai dire. Et oui j'ai bien dit le mot cachot, cette fois-là le Nocturne s'était fais prendre à son propre jeu. La dernière fois il avait foutu un bordel monstre dans la ville maritime de Térèsse et par chance il s'était échappé en vie. Même s'il avait été blessé à l'épaule à vrai dire ce n'était rien comparé au bazar qu'il avait installé. Et pour une fois il n'était pas heureux. Il allait même sûrement mourir, il se demandait justement pourquoi ils l'avaient garder dans un cachot. Les bandits de Térèsse ont une réputation de voleurs et pilleurs et justement ils avaient pile ce qu'il fallait contre le Nocturne. Le granit marin avait annulé tous les pouvoirs d'Aaron et bien-sûr sa canne à pêche et sa dague lui avaient été enlevés. C' est ainsi qu'il fut envoyé au sous-sol, à la dernière cellule possible.

Mais comment s'était il retrouvé là ? Vous savez la réponse, je suis sûr que vous la connaissez. Il s'ennuyait comme maintenant et avait décidé derechef de faire chier les bandits de Térèsse. Sauf qu'il ne s'attendait pas à se faire encerclé dès qu'il fut aux abords du village. Il n'avait aucun échappatoire, ciblé par tous les bandits munis d'une arme à feu. Aucuns choix, il devait se rendre. C'est pas drôle pour lui mais bon sa lui apprendra. Il ne s'était jamais autant ennuyé de sa vie toute entière, et il allait falloir encore quelques heures avant que le village ne se rende compte de sa disparition définitive. Car il arrive souvent qu'Aaron parte, mais il revient toujours avant les 24 dépassées. Ennuyé comme jamais, il décida de dormir.

Son rêve était beau, il était aux côtés d'une charmante fille du village dont vous ne saurez pas le nom. Sa petite technique de drague faisait ses effets et il sentait qu'il allait se passer quelque chose entre eux, il s'approcha pour l'embrasser et se prit une torgnole d'une violence inouïe qui l'éjecta de son rêve. Il alla porter sa main à sa joue afin de la caressée pour évacuer la douleur tandis qu'il ouvrait les yeux en lâchant un "Aieuuuh". Devant lui se tenait un bandit énervé au possible, il lui crachait des tonnes d'insultes dans la face entrecoupés de ce qu'il devait vraiment communiqué. En enlevant les 32 gros mots, il venait de dire au maudit qu'il ne devait pas dormir. Le garde avait gueulé à travers les barreaux mais Aaron ne s'était pas réveillé donc il avait été obligé de rentrer dans la cellule pour le baffer.

- " Et pourquoi je dois pas dormir, enculé ? "

Une torgnole encaissée, la deuxième gratuite. La tête du Nocturne valsa de l'autre côté et ainsi il avait les deux mains sur ses joues. Le type en face redoubla les insultes et toujours en activant le filtre, il disait que si Aaron dormait il serait en pleine forme donc justement il fallait casser les roubignoles à ce gosse. Le maudit lui l'insultait dans sa tête en continuant de le fixé d'un air pas content. Vous savez celui que les enfants prennent lorsqu'ils sont très contrariés ? Eh bien vous n'avez qu'a le coller sur le visage d'Aaron.
L'homme en face sortit ensuite en prenant soin de fermer la porte derrière lui. Le Nocturne était donc contraint à ne pas dormir, il lui fallut penser longuement.

La contenance des ses pensées ? Ce qu'il pourrait faire dans cette situation sans ce granit marin qui lui retire ses pouvoirs. Il aurait put créer une petite lame et tuer le garde qui venait, quoi que les mains dans le dos cela aurait été bien difficile. Si seulement il pouvait suivre son ombre et faire comme elle, se glisser. Après tout son ombre c'est lui donc pourquoi ne pourrait il pas échanger de place avec elle ? Il voudrait tellement faire ça là maintenant mais la matière venant des tréfonds marins l'en empêche. Chose bizarre, mais c'est dans les pires moments que notre intelligence est la plus performante. Il souhaitait tellement agir avec son Fruit du Démon, mais il ne le pouvait pas. C'est pour cette raison qu'il fallait qu'il soit plus intelligent que les autres et qu'il prenne les bonnes décisions, il n'était pas nécessairement le plus fort. Mais l'intelligence, il fallait qu'il la travaille et qu'il l'exploite au maximum afin de faire ce qu'il faut au bon moment.

Mais alors qu'il était en plein dans ses pensées, le regard dans le vide alors qu'il jouait encore à se lancer la petite pierre de main en main, du bruit dans retentit dans le couloir. Ce bruit là le sortit de ses songes pour de bon, après quelques secondes il vit arrivé deux bandits et un jeune au milieu, tenu par les bandits au bras. Ce jeune là avait le sourire, et il ressemblait... à ça :



- " Ahah ! Je suis pas tout seul en plus ? Super j'ai un pote ! " disait-il en se faisant jeté comme un malpropre dans la cellule en mordant la poussière. La porte se claqua derrière lui et fut barrée de nouveau. Lorsqu'il se releva il était tout sourire et me salua en se présentant.

" Enchanté, je m'appelle Falynum ! Et toi ? "

- " Aaron Guts, qu'est-ce que tu fais là avec ce sourire ? " ce type était vraiment bizarre, qui serait content d'aller en prison ? Encore plus sous le contrôle de BigJack. Avant de me répondre, il prit le temps d'attendre que les garde soient partis assez loin pour ne plus nous entendre.

- " Ce que je fais là ? Mais je compte pas rester mon pote ! Figure-toi qu'on va se barrer cette nuit ! " au même moment il eût un temps de latence avant de répondre rochignant.

" Ah mais j'avais oublié que sur cette île il faisait tout le temps noir ! Dit-moi t'es d'ici non, donc tu dois bien savoir quand c'est le soir ou le jour non ? "

- " Moi ?.. Baaah je sais pas. Je fais que de dormir tout le temps ou alors je reste éveillé super tard du coup je me repère plus trop dans le temps. Maaaais au hasard je dirais qu'on est le soir. Et au fait tu comptes t'échapper comment alors qu'on est au sous-sol et tous les deux enchaînés ? "

- "Hé hé, ben je vais nous enlever nos menottes et on va se casser discrètos quoi. C'est pas compliqué. "

- " Vraiment, aussi simple que ça ? Et tu comptes faire comment ? " à mon questionnement il effectua plusieurs mouvement de bouche bizarres avant de tendre la langue au bout de laquelle une aiguille tenait, puis il me fit un mouvement d’œil pour m'indiquer de venir la chercher. Il ne manquait pas d'intelligence, je me leva alors et prit l'aiguille de mes mains dans le dos. Il me signala alors de ne pas bouger et se leva à son tour en s'aidant du mur. Puis il se tourna et me prit l'aiguille, par la suite il se retourna simplement et il revint s'asseoir. Je fis donc de même et lui demanda :

" On se casse pas maintenant ? "


- " Bah non, là ils sont encore beaucoup debout je suppose et ils font gaffe donc on va attendre encore un peu. Du coup, comment t'es arrivé ici toi ? "

- " J'ai voulu faire chier les bandits d'ici. En fait je viens d'un village dans la forêt et nous sommes ennemis avec ce village depuis des centaines d'années. Le truc c'est que je suis le plus fort de mon village actuellement, et comme il m'ont capturé j'ai un peu peur que mon village se fasse bien amoché. Donc plus vite on part et mieux c'est. Au fait, j'ai pas les même menottes que toi, tu peux les enlever celles-là ? " dit-je en tournant mon dos vers lui afin qu'il observe mon entrave faite de granit marin.

- " Hein ? Laisse-moi voir.. Oh c'est du Kairōseki. Ça doit se faire, de toutes façons je suis un pro ! Mais j'essayerais après m'être libéré hein je veux pas me faire piner. "

Lui et moi avons discuté quelques heures dans notre cellule en voyant des gardes passer de temps en temps. On a fait un concours de blagues pas drôles et il a gagné, moi qui croyais être le plus fort à ce jeu là j'ai été bien déçu. Mais le temps s'est plutôt vite écoulé à force de parler tous les deux, de toutes manières on avait que ça à faire. Puis au bout d'un moment les visites des gardes se faisaient de moins en moins jusqu'à ce qu'elles soient régulées à un minimum d'une visite toutes les heures. A partir de ce moment nous deux avions compris qu'il n'y aurait pas un autre meilleur moment. Il n'y avait pas mieux qu'une visite toutes les heures afin que l'on s'échappe. Il devait être tard dans la nuit sûrement, mais Falynum et moi étions surexcités à l'idée d'enlever ces chaînes et de pouvoir nous défouler.

Une heure d'intervalle, on pouvait quand même retirer quelques minutes le temps que le garde passe devant le rez-de chaussée entier puis le sous-sol jusqu'à nous. Le plan dont nous avions discuter pendant les heures d'attentes était le suivant, calculer le temps que les gardes prennent pour venir. Puis s'évader au bon moment afin d'éliminer sans aucuns sons le garde lorsqu'il arriverait au sous-sol afin de gagner le plus de temps possible. Puis il s'agirait "simplement" de remonter et de s'enfuir de Térèsse. Falynum se libéra donc de ses chaînes discrètement après le passage d'un garde, puis il alla dé-crocheter la serrure de la cellule et il revena vers moi. Il inséra l'aiguille et sembla passer quelques instants à réfléchir, puis il donna un coup sec pour faire partir le verrou mais ce fût l'instrument qui était sensé me libérer qui se brisa.

- " Ah.. merde. Ben écoute tu devras te débrouiller sans tes pouvoirs j'imagine. A moins que le garde qui passera ait les bonnes clés, mais sinon t'es foutu. "

- " Ouais, espérons sinon ça va être chaud de s'enfuir. Enfin bref, allons-y. "

Nous nous levions alors afin de se diriger en silence au fond du couloir du sous-sol. Tous deux cachés dans un coin afin de surprendre le garde qui viendrait. A force d'attendre et de prier mère patience, le garde arriva enfin. Le but était de l'éliminer sans qu'il fasse de bruit et pour cela rien de tel qu'un bon gros coup de pied dans la tête au niveau de la tempe. J'étais celui qui délivrait le coup de pied pour deux raisons précises. Falynum était crocheteur et ne savait pas vraiment se battre, il s'enfuyait la plus part du temps et quand il était attrapé il n'avait qu'à s'échapper à nouveau. Il m'avait même confié qu'il s'amusait parfois à se laisser prendre pour s'évader. M'enfin je dérive, l'autre raison c'était que même avec les mains dans le dos et mon pouvoir pompé par le granit marin je restais celui avec le plus de force. Ainsi quand le choc fut délivré à l'aide d'un coup de pied en bicycle kick, la tête du pauvre alla s'éclaté contre le mur dans un bruit sourd avant que son corps ne chute à terre.

Aaah ! Ça fait du bien de se défouler dit-donc. Falynum prit alors les devants et fouilla le garde, les seuls clés qu'il trouva n’arrangeaient en rien ma situation, il n'y avait pas celles pour mes menottes. A présent alors que nous montions les escaliers, un bruit nous alerta. En bas un prisonnier s'était réveillé, non rien de grave s'il ne s'était pas mit à crier que je cite "QUELQU'UN S’ÉVADE !" comme si ses entrailles se faisaient dévorées. Mais geugneuskeufeu ! Pourquoi fallait-il que ce **** révèle ça ? Il pouvait pas juste la fermer ? Nous étions maintenant au rez-de chaussée, il était temps d'entrer dans cette salle, de prendre les clés afin de me libérer et de se casser !

Le soucis c'est qu'il y avait un garde dans la salle, mais on avais tellement le temps de réfléchir car l'autre truie risquait de le réveiller à tout moment et même d'autres gardes pouvaient arriver. D'un accord verbal succinct, Falynum fonça chercher les clés pour mes menottes et je me rua sur le garde endormit qui ne tarda pas à s'éveiller avec tout le vacarme ambiant. Il se réveillait de sa torpeur mais comprit vite la situation et il se mit alors lui aussi à gueuler à l'évasion. Deux cloches bien accordées dit-donc, ça mérite d'en frapper au moins une ! Comme il était assis, ce n'était pas vraiment facile de l'attaquer. Alors plutôt que de me ruer sur lui, je choisis de faire le tour maaaaaaais il dégaina une lame plus ou moins grande pour m'ouvrir le bide en deux d'un seul coup.

Super, mais derechef je n'avais pas vraiment le choix. Il me fallut l'affronter de face et sans armes. Ma technique ? Décoller un tout petit peu l'une de mes chaussures et lui envoyer dans la tronche avant de lui coller une mandale de l'autre pied en espérant qu'il ne réagisse pas avant moi. Une fois la chaussure envoyée, j'effectua un léger saut vers lui afin de le frapper aux côtes. Mon enchaînement eût son succès et l'homme fût déconcentré quelques instants, ce qui ne l'empêcha pas de bouger sa lame dans tous les sens. Ainsi il taillada la jambe qui le frappait alors que je coinçais sa lame d'une main. Mon coup le déséquilibra et je ne perdis pas un seul instant après être retombé afin de lui foncer dessus et envoyer mon avant-bras replié sur lui-même dans sa gorge.

Le choc fût tel qu'il se laissa glisser le dos sur le mur afin de s'asseoir pour reprendre ses esprits tout en clignant rapidement des yeux et en cherchant sa respiration à présent saccadée. Il n'était plus une menace, mais la trace qu'il avait laissé sur ma jambe allait m'handicapé dans la fuite. Lorsque mon regard se dirigea vers Falynum, il était déjà dans mon dos sans que je l'ai remarqué et il s'essayait à me libérer avec diverses clés. L'alarme vivante en bas continuait de beugler tout ce qu'il pouvait. Pendant ce temps je reprenais ma chaussure puis coinçais mon pied à la va-vite dedans et j'observais également les alentours. Dans un coin de la pièce, non dans un bac plus précisément se tenait tous les objets des prisonniers confisqués lors de leurs captures par les bandits. Et ce bac n'était pas si petit que ça, mais pas grand de tel sorte à ce qu'il accueille ma canne à pêche. En effet, alors que des bruits sourds de pas résonnaient dans ma tête signalant l'arrivée des ennemis, ma vue ne fixait qu'une chose.

Ma canne à pêche, brisée en quatre à l'intérieur du bac. Les fumiers... ils vont le regretter ! Alors que les pas se rapprochaient de plus en plus, l'animal en bas se taisait. Je fis régner le calme dans ma tête avant qu'une voix enjouée me donne le feu vert :

- " C'est bon mon gars ! " A ce moment précis toute la haine disponible en moi se déversa et mes yeux se révulsèrent, emplis de sang. Tout mon corps était contracté, remplit de mauvaises volontés. Derrière la vitre se tenaient des bandits armés de pistolets, ils firent feu au moment où mon regard se dirigea en leur direction. La volée de balle traversa la vitre en la brisant de toutes parts, pendant ce temps Falynum se coucha sous une table. Je n'étais resté statique qu'un instant avant que mes pas rapides ne se mélangent dans une harmonie incompréhensible, à tel point que mon corps venait à apparaître partout où j'avais laissé des marques depuis la durée de mes pas éclairs.

Une fois toutes les balles évitées, mon corps réapparu à l'endroit originel. Je ne laissa aucunement le temps à mes adversaires de réagir et modula des couteaux de lancer grâce à mon ombre que je lança sur chacun des gardes à des endroits aléatoires. Le but n'était pas forcément de les tuer, mais plutôt de les perturber le temps que je les rejoignent. Et pour cela il me fallait passer une table puis la vitre, je me dirigea en-dessous de la table puis souleva cette dernière avant de l'envoyer à travers la fenêtre sur les bandits. Avant de sauter, je pris le temps de regarder des deux côtés de la vitre, et pour ma joie il restait encore quelques gardes. L'un d'eux qui était le plus proche se mit à courir vers la sortie, sans doute pour alarmer les autres. Alors que les bandits rechargeaient, je rassemblais mon ombre afin de créer un bouclier sur mon bras qui couvrait tout mon corps avant de le placer devant moi. Lorsqu'ils firent feu, les divers impacts de balles contre le bouclier vibraient en moi. Seulement une fois la salve lancée, c'était à moi d'agir ! Je sauta donc par-dessus la fenêtre pour arriver dans le couloir, pendant cette action j'avais remodulé le bouclier en deux dagues symétriques. Devant moi deux sbires de BigJack avait crié "Au diable les pistolets !" tout en dégainant leurs sabres. Il me suffit de les prends de court et de taper de mes poings sur les calottes de leurs armes blanches afin de les rengainées contre leurs gré.

La suite allait être simple, remonter mes bras en levant mes poignets afin de faire une entaille sur le long du torse de chacun des deux bandits. Le cri que je leur arracha fût horrible à entendre, comparable à celui des tortures. D'ailleurs la douleur les empêcha de bouger un instant. Une fois en haut de leurs torses, je planta mes deux dagues vers le bas, les deux lames d'ombres s'enfonçaient dans leurs corps. Je me retourna ensuite pour observer l'ennemi restant. Ce dernier avait sa propre lame dans le bide, les deux mains de Falynum sur le manche. Lorsque je me calma enfin, je retourna dans la pièce et alla fouiller dans le bac pour récupérer mon fil de piano, ma boule de 25 kilos et ma dague.

" T'es violent comme mec en fait, on dirait pas comme ça." disait Falynum, dans le couloir.

- " Je n'ai aucune pitié pour mes ennemis, d'autant plus quand ils cassent ma canne à pêche. " puis je me releva et alla dans le couloir. L'expert en crochetage fouillait les hommes au sol, ce dernier trouva une bonne somme de berrys que lui et moi nous partagions. Après avoir vidé leurs poches, Falynum et moi on se dirigea vers la sortie tout en prenant soin de planquer tout ce qu'on avait ramassé sur nous. Après avoir dépassé les cellules on arriva vers la grande porte. Après un décompte rapide, lui et moi on poussa les portes et on courra de toutes nos forces vers la sortie de Térèsse. Les bandits présents dans les rues, alertés nous tiraient dessus à vue. A ce moment-là, ça a été chacun pour sa peau. Falynum et moi traversions les rues à vitesse maximale.

Si bien qu'encore une fois je foutais la bordel dans Térèsse sans pour autant le vouloir cette fois-ci. Le spectacle était drôle à voir, certains bandits se tiraient mutuellement dessus en voulant nous viser, ainsi des bastons débutaient dans la ville côtière alors que moi et mon compagnon de fuite on se pressaient. D'ailleurs Falynum courrait plus vite que moi, ma blessure à la jambe gauche me ralentissait grandement. Mais c'est pas pour ça qu'il m'attendait, au contraire. Les coups de feux retentissaient et j'entendis un cri de douleur venant de l'expert en serrure. Autour de moi, j'entendais des tas de voix des sbires de BigJack. Si bien qu'après quelques secondes de course à éviter les projectiles ou les coups à l'arme blanche je me retrouva coincé à un croisement. J'étais entouré de bandits qui ou fonçaient ou tiraient sur moi. Que ce soit les balles ou les sabres en acier, tout arrivait sur mon corps à une vitesse effrénée. Afin d'éviter tout cela je n'avais qu'une solution, me dépasser.

Mon corps disparu en un coup avant de réapparaître quelques mètres plus loin. Sans comprendre comment, je m'étais échappé. Je ne pris pas le temps de me retourner pour admirer la réaction des bandits et couru vers les portes de sortie. J'y rejoignit Falynum avec quelques mètres de retard sur ce dernier.

- " Heeey ! Ça va toi ? "

- " J'ai pris une balle dans l'épaule mais sinon tout va bien ! "

- " Ok ! Bah écoute bonne chance pour la suite Falynum ! " disait-je alors que je passait les portes ouvertes par le crochetage de Falynum alors que ce dernier s'enfuyait vers la ville gouvernementale. A mon tour, je m'enfuyais dans la forêt immense et sombre.



♛ Précisions
LA NUIT JE FERME LES YEUX ET JE LAISSE COMMENCER LA VRAIE VIE.

Liste des techniques utilisées ;
- Spectrum :
http://fr.onepiece.wikia.com/wiki/Okama_Kenpo/Newkama_Kenpo[/mention] a écrit:
Ivankov tourne très rapidement autour de l'adversaire et donne l'impression qu'il s'est démultiplié. Dans l'anime, la vitesse développée était assez grande pour brouiller les capteurs visuels d'un Pacifista.
C'est donc la même chose, mais Aaron qui l'exécute. [Niveau 17]
- Arme tranchante : Aaron créer à partir de son ombre ou d'une ombre qu'il a arraché une arme tranchante. (Comme un katana, une hache etc.. La taille reste proportionnée aux armes réelles.) [Niveau 10]
- Arme contondante : Aaron créer à partir de son ombre ou d'une ombre qu'il a arraché une arme contondante. (Comme une massue, un bâton ou une canne à pêche etc..)[Niveau 10]
- You can't touch me :
http://fr.onepiece.wikia.com/wiki/Okama_Kenpo/Newkama_Kenpo[/mention] a écrit:
Une technique d'esquive très rapide. Ivankov tourne sur lui-même et s'échappe a grande vitesse.
C'est donc la même chose, mais Aaron qui l'exécute. [Niveau 17]
Dernier mot ;
© Never-Utopia par Pastomaniac

Revenir en haut Aller en bas
 

Le son des barreaux [Quête au présent]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» « Deux hommes regardent à travers les mêmes barreaux. L'un voit la boue, l'autre les étoiles. » - Dio ♠
» LUNA — et un rayon de lune éclairait son visage, à travers les barreaux de sa prison.
» D'or était fait sa cage et entre les barreaux de sa prison, l'oiseau se faufila -J.White
» Retrouvailles entre deux barreaux [Robin]
» Nos préjugés sont les barreaux de nos prisons [ft. Isdès]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
One Piece Seken :: Le monde de One Piece :: Seas Blues :: West Blue :: Nighty Town-