Partagez | 
 

 L'apparition de Kilroy. [FB-1an]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Sana Asante
Al-Azif
avatar
Messages : 231
Race : Humain

Feuille de personnage
Niveau:
29/75  (29/75)
Expériences:
44/200  (44/200)
Berrys: 1.173.000 B

MessageSujet: L'apparition de Kilroy. [FB-1an]   Jeu 25 Fév - 8:50







Powder Island. L'île m'avait attirée à elle à cause de sa montagne quasiment impraticable, et qui me promettait le plaisir d'un défi, certes mineur au vu d'un autre, mais qui paraissait intéressant et complexe à mes yeux. C'est après mon dernier boulot que j'avais décidé de prendre des «vacances» si tant est qu'on puisse appeler des vacances les périodes de creux que je prends entre chaque boulot. Profitant donc de ce creux, je suis descendu dans une auberge quelconque, profitant du calme de la côte et de l'odeur des embruns. Le premier village que j'ai croisé était assez banal, mais me convenait parfaitement, je m'y suis donc installé.

Le premier jour se passait à merveille, escalade, détente, soirée au bar. Des vacances quoi. Malheureusement, ça a tourné court dès le deuxième jour. La journée avait été ordinaire, mais un gars est venu me contacter le soir, en me disant qu'il voulait m'engager. Au début, j'ai essayé de lui faire comprendre que je prenais pas de boulots, mais il insistait beaucoup, avait l'air extrêmement tendu et désespéré. J'ai fini par accepter de l'écouter et il s'est avéré que j'avais raison. Par contre, la mission pue violemment. Une mission d'assassinat. Normalement, je ne fais pas ce genre de trucs, sauf si la cible est d'ores et déjà hors la loi, auquel cas je peux faire valoir cet argument à la Marine pour m'en sortir. J'ai donc rendez-vous avec mon homme ce soir pour entendre le détail et lui dire si j'accepte ou non le boulot.

Déjà, ça me gêne, je n'aime pas les missions de ce genre. Pas que tuer me dérange, mais je préfère le faire seulement en dernier recours, d'une parce que c'est plus propre, et de deux parce qu'on ne peut pas revenir sur sa décision une fois qu'on a tué quelqu'un. Si une erreur a été commise, on ne peut rien faire d'autre que s'en vouloir. Alors que si il est vivant, on peut toujours s'excuser et vivre avec. En plus la Marine apprécie moyennement les tueurs, donc à moins de preuves tangibles que la cible était pirate ou hors là loi, on est soit très mal vu, soit carrément arrêté, ce qui devient bizarrement gênant, surtout une fois sur l'échafaud.

L'endroit du rendez-vous en vue, je m'approche à l’affût, juste au cas où. Mais fausse alerte, il n'y a que mon commanditaire à l'intérieur de la maison un peu vieillotte. Celui-ci paraît heureux de me voir et m'explique rapidement la situation:

« Enfin, j'ai eu peur que vous ne veniez pas. Je me présente, je suis Jarm Unlik, un ancien scientifique de la Marine. Je les ai quittés suite à l'affaire qui m'amène à vous engager. Un des mes collègues vendait nos inventions à une bande de pillards, et ceux-ci ont fini par frapper ma famille par hasard. Ils sont morts, et malgré toutes mes preuves, la Marine a refusée d'inculper mon collègue. Je les ai rapidement quittés après ça, j'ai passé mon temps à rassembler des preuves, mais la Marine refuse de m'écouter, c'est pour ça que je vous engage. Pour faire ce qu'ils refusent de faire, l'éliminer.»

« Très bien. Et ces preuves? Si je ne suis pas convaincu, je refuse de prendre ce boulot.»

« Les preuves? Elles sont partout autour de vous. Sur la table, sur les murs, dans toutes les pièces!»

En regardant autour de moi je constate qu'il a raison. Des papiers partout, avec des hypothèses, des horaires, des dates d'échange, les numéros et le descriptif des inventions vendues, tout ce qu'il faut pour incriminer quelqu'un. Étonnant que la marine n'ai pas agi après une telle somme de preuve, mais j'en ai assez vu pour juger que la cible est effectivement coupable. J'annonce à mon homme que j'accepte le contrat, et celui ci m'annonce alors que la cible est sur l'île, dans une maison sur le flanc de la montagne, gardé par la Marine car il a subi une attaque récemment. J'aurais aimé ce genre de détails plus tôt, mais j'ai accepté le contrat, et on ne revient pas sur sa parole dans un cas comme ça.

Je suis donc bon pour me préparer à un peu de repérage, puis une infiltration en bonne et due forme dans une maison protégée par la Marine et tuer un de leurs scientifiques véreux. Un vrai challenge comme je les aime.



Dernière édition par Asante Sana le Dim 6 Mar - 16:38, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Kanäe Toupex
MidoriSasori
avatar
Messages : 952
Race : Humain
Équipage : Inquisition

Feuille de personnage
Niveau:
41/75  (41/75)
Expériences:
434/500  (434/500)
Berrys: 12.816.000 B

MessageSujet: Re: L'apparition de Kilroy. [FB-1an]   Jeu 25 Fév - 21:38

Première mission solo
 


Kanäe se trouvait une vaste maison bâtie à flanc de falaise, tout le côté sud n’étant pas à protéger vu qu’il n’est composé que de vide. Kanäe se trouvait dans le salin du vaste bâtiment et était en train de boire un thé offert par l’habitant. Il s’agissait du docteur Atari Kunido, un scientifique de la marine spécialisé en développement d’arme qui avait demandé une protection militaire. En effet, l’homme s’était mis à dos un dénommé Jarm Unlik, hors-la-loi de profession qui profitait de menaces exercées sur la famille du professeur pour lui extorquer des informations sur les armes en développements. La protection militaire avait été accordée mais n’avait cependant pas été accordée de bon cœur, après tout on protégeait un homme qui avait trahi la marine. Estimant cependant que ses actes étaient couverts par les menaces exercées contre sa famille, le quartier général avait décidé de dépêcher une recrue en dernière année de formation pour cette mission, une recrue prometteuse. C’est l’usage, toute recrue prometteuse était envoyée en mission solo au milieu du dernier cycle d’étude, et l’heure était venue pour notre chasseresse verte.
 
Quelques jours plus tôt au QG de la marine à Marijoa, là où se trouvait en poste la chasseresse, elle avait été appelée pour prendre part à sa première mission en solo. On lui fit prendre connaissance des faits : une grosse tête avait trahi sous la menace et risquait des représailles envers elle et sa famille parce qu’elle avait arrêté de fournir des informations à l’ennemi. A cet instant, trois informations : Une île : Powder Island, une mission : protéger l’homme et sa famille, un moyen : une maison en position favorable mise à la disposition de l’opération et quelques hommes sous les ordres de la future lieutenante. Kanäe avait donc pris la mer vers West Blue et notamment vers Powder Island avec une petite section de combattant de la marine relativement peu entrainé mais néanmoins fiable et digne de confiance. Posant le pied sur l’île, la section et sa commandante avait rallié la maison où se trouvait déjà 4 hommes de la marine d’un niveau un peu supérieur à la section débarquant qui assurait déjà la garde de l’homme. Kanäe tenant compte de l’expérience des hommes déjà présents les assigna à la garde rapprochée du scientifique. Ainsi les hommes ne devraient pas s’éloigner de la cible ennemie et le protéger.
 
Assise sur ce canapé, sirotant son thé, Kanäe avait rassemblé quelques éléments et notamment les plans de la maison et les fiches personnelles des membres de son équipe afin de mettre en place la stratégie de défense. Souvent, les missions solos de fin de cycle sont des missions où doivent être mis en place des qualités que la recrue n’a pas vraiment démontrée jusqu’alors et dans le cas de Kanäe c’était exactement ça. La jeune femme était forte, agile et silencieuse, tactique lorsqu’il s’agissait d’agir et d’établir des plans d’actions offensifs mais jamais elle n’avait été confrontée à l’organisation d’une défense et il fallait avouer que ça ne lui plaisait pas. Kanäe était une chasseuse et se retrouver dans la position de proie ne lui faisait jamais plaisir. Elle avait à sa disposition 19 personnes, sans compter le scientifique et sa famille, parmi elles, les 15 hommes qui avaient fait la traversée avec elle et les 4 déjà sur place. Les 4 étaient garde du corps  de Kunido et les 15 autres devaient être postés en fonction des forces et faiblesses de chacun. Kanäe plaça ainsi 3 gardes sur chaque côté de maison sauf au sud où trônait la falaise, 2 hommes dans le hall d’entrée : seul point d’accès normal de la maison, 1 à la base des escaliers menant aux étages où se trouvait principalement la famille à protéger, 2 tireurs d’élite très bien noté dans ce domaine : un sur le toit et l’autre au premier côté nord (où se trouvait la porte) et le dernier patrouillait dans toute la maison. Kanäe quant à elle s’occuperait du petit bonus de la mission : trouver le commanditaire et lui régler son compte. Pour ce faire, Kanäe avait une description physique et un nom, tous les deux fournis par Kunido. Elle expliqua toute la disposition défensive à son protégé pour qu’il respecte les directives de la chasseresse, celui se montrait très attentif pour ensuite en faire part à sa famille.
 
Votre famille doit se mettre à l’abri monsieur, et donc je vous demande de respecter ce plan, toujours resté près de la maison, à tête découverte pour que l’on vous identifie facilement. Mes hommes vont devoir être prudent et je ne veux pas qu’un membre de votre famille soit blessé par erreur. Par ailleurs, je vais devoir partir pour enquêter afin de trouver le commanditaire de votre assassinat et le mettre hors d’état de nuire.  Mes hommes ont un escargophone relié au mien donc appelé moi en cas de besoin. A bientôt.

 

L’homme acquiesça et retourna à l’étage pour prévenir sa famille, pendant ce temps Kanäe termina son thé et mit les voiles se dirigeant vers la ville afin d’obtenir des informations sur le chef des hors la loi présumé commanditaire du contrat portant sur la tête du scientifique. La verte avait été très claire avec ses subalternes : elle ne laisserait pas passer la moindre erreur. La défense était mise en place mais la chasseuse ne resterait pas la proie et se mit en place, la traque commençait : tout était affaire de rapidité : qui était le chasseur, qui était le chassé ? La question trouverait une réponse par l’écoulement du temps. 


 
© Codé par Kari Crown
  
Revenir en haut Aller en bas
Sana Asante
Al-Azif
avatar
Messages : 231
Race : Humain

Feuille de personnage
Niveau:
29/75  (29/75)
Expériences:
44/200  (44/200)
Berrys: 1.173.000 B

MessageSujet: Re: L'apparition de Kilroy. [FB-1an]   Ven 26 Fév - 20:40







Une longue-vue. Je vais avoir besoin d'une longue-vue ou de jumelles pour pouvoir faire mon repérage dans de bonnes conditions. Une planification, du papier, un crayon, la longue-vue. Je vais devoir trouver une planque aussi, pour pouvoir étudier la baraque tranquillement. Je ne connais pas la ville, donc je vais avoir besoin de deux ou trois informations, et qui de mieux placé que mon commanditaire pour me filer un coup de main?

« OK, j'ai besoin de deux ou trois informations d'abord. Premièrement, sur quel versant de la montagne se trouve la maison? Deuxièmement, est ce que tu as une idée d'un endroit d'où je peux l'observer. Et par observer, je veux dire attentivement hein, je vais avoir besoin de noter la disposition de la maison, les emplacements des gardes, si possible avoir une idée de l’intérieur, bref une VRAIE observation. D'ailleurs, t'as pas une paire de jumelles? Je vais en avoir besoin aussi, je ne compte pas m'approcher de la zone à moins de cent mètres, si je me fait repérer, la mission sera compromise. J'aurais besoin de papier et de crayon aussi, histoire de noter toutes mes observations. Et enfin, pas de bêtises. Si vos plans sont remarqués, je vais en prendre pour mon grade très vite, et j'aime suffisamment ma vie pour essayer de la prolonger un maximum actuellement.»

« Ça fait trois ans que je rumine ma vengeance et que j'accumule des preuves, alors ne venez pas jouer au plus malin en me prévenant, je suis parfaitement au courant! La maison est sur le versant sud de la montagne et nous sommes actuellement à l'ouest de l'île. Pour un point d'observation eh bien.... Vous n'avez qu'à aller au village au pied de la montagne, Myork, vous y trouverez une auberge avec une certaine réputation sur l'île, qui réponds au nom du Barillet chargé. Le bouge est tenu par un ami à moi, je vais le prévenir, il vous gardera une chambre donnant sur la montagne. Oh, et demandez lui aussi un télescope et une paire de jumelles en mon nom, il vous fournira ça, il m'en doit une. Faites pas gaffe à son caractère ronchon par contre, il est comme ça.

Hochant de la tête, je lui annonce que je le reverrais dans deux à trois jours, pour un résumé des défenses et mes honoraires. Je ne compte pas travailler gratis pour un boulot comme ça, même si le défi me plaît. Le retour vers mon auberge se fait dans un calme serein, même si mon crâne résonne de nombreuses pensées, à commencer par «Pourquoi as tu été assez idiot pour prendre ce boulot? Attraper des hors-la-loi et des pirates ne t'as donc rien appris?». La réponse, outre l'argent qui n'est somme toute qu'une valeur passagère, est «Pour le challenge». Infiltrer une maison gardée par la Marine, placée sur une montagne extrêmement difficile d'accès pour éliminer un homme sans se faire remarquer, et ressortir sans causer de blessés ou se faire voir, il y a de quoi donner envie. En tout cas, ça ME donne envie, ce qui est le plus important.

En arrivant à l'auberge, j'annonce au patron que je viens juste chercher mes affaires et que je pars pour Myork. Celui ci accueille la nouvelle de façon neutre, comme on pourrait s'y attendre, et je file donc pour le village en question. Après une bonne heure et demie de marche, la majeure partie sous une lune blafarde commençant tout juste à se distinguer après le coucher de soleil, j'arrive au village en question, et me mets à chercher l'auberge que Jarm m'a indiqué. Et c'est là que ça commence à se compliquer. Il fait nuit, la probabilité de croiser par hasard quelqu'un qui m'indiquerait le chemin est donc faible, et je me vois donc contraint de fouiller tout le village par moi-même. Cela prends un certain temps, et j'estime qu'il doit bien être pas loin de minuit quand je l'aperçois, en dehors du village! «Le Barillet Chargé» était en effet situé à pas loin d'un kilomètre du village, et la seule raison pour laquelle j'ai pu l'apercevoir est la présence d'un feu devant l'établissement, causé par deux pochtrons en train de se cogner dessus qui ont laissé tomber une bouteille d'alcool et une cigarette encore allumée.... Deux crétins en perspective, heureusement que Jarm ne m'a pas indiqué le type de réputation du bâtiment.

Et l'intérieur est à la hauteur, quatre mecs saouls qui jouent aux cartes dans un coin et à deux doigts de s'empoigner parce qu'un d'entre eux triche, une prostituée au comptoir et un gérant avec un air tellement revêche qu'on pourrait croire que le mot patibulaire a été inventé pour le désigner. Sans doute l'ami en question, on va devoir rapidement vérifier.

« Bonsoir. J'ai besoin d'une chambre avec vue sur la montagne, Jarm m'a dit de m'adresser à vous. »

Le regard bovin et antipathique qu'il me jetait jusque là change d'un coup et l'homme paraît reprendre du poil de la bête, me scrute des pieds à la tête avant de lâcher un «Mouais. Moi c'est Lork, Jarm m'a prévenu. Ta chambre est au premier, tout au fond à gauche. Je te filerais le reste demain, j'ai pas ça sous la main.» tout en me tendant ma clef. Je le remercie, monte dans la chambre et constate une magnifique vue sur la montagne, et plus particulièrement, sur la maison où se planque ma cible.

Demain, le boulot commence, mais pour le moment, on dort.

Revenir en haut Aller en bas
Kanäe Toupex
MidoriSasori
avatar
Messages : 952
Race : Humain
Équipage : Inquisition

Feuille de personnage
Niveau:
41/75  (41/75)
Expériences:
434/500  (434/500)
Berrys: 12.816.000 B

MessageSujet: Re: L'apparition de Kilroy. [FB-1an]   Ven 26 Fév - 22:02

Début d'enquête
 Kanäe avait quitté la villa depuis quelques heures déjà pour rejoindre le village en contrebas de la montagne, il s’agissait d’un petit bourg plutôt étrange et pas spécialement accueillant mais elle n’y allait pas pour faire du tourisme, elle cherchait des informations sur l’ennemi de Kunido, ce Jarm Unlik, ce chef hors-la-loi. La verte ne comptait pas le laisser en vie, elle lui montrerait ce qu’il en était de menacer une famille et la marine donnait son aval, après tout : un bon hors-la-loi est un hors-la-loi mort. Le village où se trouvait Kanäe se nommait Myork, un village vraiment étrange, sombre, étriqué, un peu vieillot : tout ce que détestait notre chasseuse dans un village. Elle tournait depuis environ deux heures à tourner dans le centre du village, une place vétuste aux pavés non scellés et aux sculptures « contemporaines ». Elle avait ainsi interpelé plusieurs personnes pour obtenir des informations, elle n’avait jusqu’alors eu affaire qu’à des ancêtres qui ne savaient rien sur la personne recherchée. Ils ne savaient rien, ou du moins ne disaient rien. Kanäe prit donc une décision, elle allait chercher un homme plus jeune et un peu craignos dans le but de le molester un peu pour obtenir des informations. Mais à l’heure actuelle, il n’y avait aucun jeune, que des personnes âgées : l’heure n’était pas assez avancée, le soleil était encore haut et les crapules ne sortaient que la nuit.

 
La chasseuse avait récupéré une cape brune dans son sac, l’avait enfilé et s’était assise dans un coin reculé en attendant la nuit. Elle s’était placée en extrémité du village pour pouvoir gardé un œil sur la villa à protéger. Elle ne voyait rien précisément mais savait que ses hommes n’avaient pas abandonné leurs postes, elle ne voulait pas les espionner mais seulement avoir des certitudes : que la maison ne brûle pas, qu’il n’y ait pas de glissement de terrain, qu’un de ses hommes ne soit pas balancé dans le vide, mais elle ne vit rien de tel et la nuit commençait à tomber. Le voile de la nuit se jetant sur le village fit sortir des hommes, et notamment deux jeunes un peu louches que Kanäe décida d’appâter et la jeune femme savait comment. Elle aurait pu user de ses charmes pour les amener dans une ruelle sombre et peu visible mais non, ce n’était pas le genre de la chasseuse. Elle arriva donc comme une trombe sur la « grand » place du village, saisit les deux hommes par les oreilles devant tous les hommes présents et personne ne bougeait, ils ne voulaient pas se mêler des affaires des deux jeunes. Après tout, ces deux-là étaient de jeunes boucs qui ne faisaient que des bêtises et certains pensaient que la mère venait les récupérer mais il ne s’agissait pas d’elle, mais de Kanäe. La verte pouvait s’estimer heureuse que personne ne bouge mais si ça avait été le cas, elle aurait sorti les armes pour se défendre.
 
Voilà la chasseuse et les deux hommes dans une ruelle, les deux jeunes bloqués contre un mur, une dague sous la gorge chacun et un visage féminin très fermé et menaçant en face d’eux. La chasseresse était en colère et le montrait bien, elle était hors de vue et en profitait bien.
 
Ecoutez-moi bien, je cherche Jarm Unlik et me dites pas que vous le connaissez pas, des grands brigants comme vous connaissent tout le monde.

 
Le plus vieux des deux semblait assez réceptifs aux demandes de Kanäe et répondit assez rapidement sous le regard approbateur de son frère et dévoila quelques bribes d’information. Les deux jeunes étaient en test pour entrer dans l’organisation de la cible mais n’étaient pas encore des membres actifs. Ils ne savaient pas où trouver précisément le chef mais en tout cas il n’était pas là, il était « à la grande ville » comme le disait les gamins braqués. Kanäe tira le plus possible des deux avant de pousser sa prise jusqu’à faire couler quelques gouttes de sang du cou des deux frères.
 
Très bien, maintenant rentrez chez vous, dites à votre mère que vous ne ferez plus jamais de bêtises et que vous l’aimez. Après vous chercherez un travail honnête. Compris ?

 

Les deux acquiescèrent et partirent en courant une fois les dagues de la chasseresse abaissées. Elle devait donc se rendre en ville pour trouver le commanditaire. Elle reprit donc le chemin de la villa pour en informer ses hommes et leur donner des consignes. En passant elle vit une lueur au loin, environ 1km du village, et dans le nuit une silhouette se dessinait clairement, probablement une maison et son propriétaire. Kanäe ne le savait pas mais elle venait d’apercevoir un homme qui serait un jour son ami. 
© Codé par Kari Crown
  
Revenir en haut Aller en bas
Sana Asante
Al-Azif
avatar
Messages : 231
Race : Humain

Feuille de personnage
Niveau:
29/75  (29/75)
Expériences:
44/200  (44/200)
Berrys: 1.173.000 B

MessageSujet: Re: L'apparition de Kilroy. [FB-1an]   Sam 27 Fév - 10:48








Le lit est dur, la chambre pas très propre, le propriétaire désagréable, la clientèle médiocre et ça ne m'aurais pas surpris de voir un cafard débouler dans la chambre, mais je m'en accommoderais. Déjà parce que j'ai déjà dormi dans des endroits pires quand j'étais à la dèche, notamment une grotte qui abritait un ours, mais aussi parce qu'au matin, j'ai pu me rendre compte que la vue sur la baraque était splendide, et que cela fait de ma chambre une superbe base d'opération. J'ai tout de même du repérage extérieur à faire, histoire d'évaluer la distance à laquelle la maison se trouve, la taille des murs et de la maison, les bases sur lesquelles le reste des observations se feront quoi.

En descendant pour prendre ces mesures, Lork m'interpelle pour m'annoncer qu'il a ce que je lui ai demandé, et qu'il mettra ça dans ma chambre tout à l'heure. Je le remercie avant de sortir et de commencer à observer la maison rapidement. J'estime avoir au moins un bon kilomètre de marche à faire, puis encore un autre de ce qui ressemble beaucoup plus à de l'escalade, tout ça pour atteindre le bâtiment. A vue de nez, celui-ci est par contre assez grand, je vais devoir essayer de faire un plan solide pour passer sans être vu, extrapoler les rondes des gardes, bref, du boulot en perspective. Mais pour le moment, je vais sans doute commencer à marcher le long de la montagne, de cette manière, si les gardes me voient monter le jour J, ils supposeront que je suis toujours en train de faire de l'escalade, du moins j’espère.

La marche le long du flanc n'est pas si dure, même si la pente est assez importante. A partir du moment où le marcheur a le sens de l'équilibre, des bons réflexes et des bonnes jambes, elle se fait même plutôt sereinement, même si cela demande pas mal d'effort. Je tente de marcher le plus longtemps possible, mais finit par abdiquer au bout de deux heures et demie de marche. Mes cuisses et mollets hurlent à l'abus, car même en ayant l’habitude de marcher, on parle ici d'une montagne à la pente rude, ce qui est beaucoup plus stressant pour les muscles. Redescendre est encore plus compliqué vu que je glisse le long de la montagne, jusqu'au moment où je décide de me laisser glisser tranquillement, ce qui réduit considérablement le temps de descente.

Je rentre donc au Barillet vers midi, et constate avec plaisir que Lork a effectivement placé une paire de jumelles, un télescope et de quoi écrire dans ma chambre, ce qui va me permettre de préparer mon infiltration beaucoup plus simplement. Sortant donc un semblant de provisions de mon sac, je mange rapidement tout en installant le matériel que Lork m'a fourni. Et après deux ou trois coups d’œil avec les jumelles, je sens que je vais m'amuser.

La villa est vraiment grande, au moins 400m² sans compter l'espace autour. Les murs extérieurs s’élèvent à deux bons mètres de haut, il y a du barbelé en haut, une grille à l'entrée et quelques gardes, peut être cinq ou six pour ce que j'en voit, sûrement plus à l'intérieur. Toute la maison est bâtie sur le flanc de la montagne, et plus précisément sur une plate forme artificielle, qui doit tenir par la magie de l'architecture, car j'ignore totalement comment elle peut supporter le poids d'une maison aussi grande et de ses habitants. Un point intéressant reste le fait que le côté sud de la maison débouche sur du vide. Enfin, du vide, puis les murs de la maison, puis l'intérieur. Je tiens peut-être ma porte d'entrée, ce côté ne sera sans doute pas gardé.

Tout en gribouillant les informations en question sur du papier à côté d'un petit dessin représentant vaguement les dimensions de la maison, sa forme, sa distance aux murs, sa hauteur, bref, les petites information récoltées, et note un début de plan sur un autre papier. Un plan qui promet de me laisser des courbatures dans les bras, mais qui me promet aussi de bien m'amuser, de risquer bêtement ma vie et de remplir mon contrat. Un bon plan en perspective donc.

Revenir en haut Aller en bas
Kanäe Toupex
MidoriSasori
avatar
Messages : 952
Race : Humain
Équipage : Inquisition

Feuille de personnage
Niveau:
41/75  (41/75)
Expériences:
434/500  (434/500)
Berrys: 12.816.000 B

MessageSujet: Re: L'apparition de Kilroy. [FB-1an]   Sam 27 Fév - 12:04

En route vers la grande ville
 


Kanäe avait rallié la villa de nuit en prenant le chemin le plus rapide dans la montagne, elle avait eu de bons conseils et avait pris un animal étrange à la villa, un animal qui appartenait au scientifique et à sa famille. La bête permettait de se déplacer facilement en montagne, un genre de lama mais aux pattes bien plus musclées. La bête était pratique mais néanmoins très bruyante et donc inutilisable lorsque l’on souhaitait être discret, ce qui n’était pas le cas de la chasseresse. Elle avait la tête découverte et sa chevelure verte lui assurait d’être facilement identifiable par ses hommes. Après environ 1h et demi de balade nocturne à dos de bête bruyante, Kanäe avait retrouvé le sol et notamment le sol carrelé de la villa. Elle était partie se coucher alors que les gardes avaient débuté les tours de garde. La nuit fut tranquille mais courte, il faut dire que la verte s’était couchée assez tard du fait de son expédition au village de Myork. Elle rassembla ses hommes de bon matin devant la maison pour leur expliquer le reste des opérations. La chasseuse allait partir pour quelques jours en ville afin de débusquer le commanditaire de la demande d’assassinat. Kanäe ne savait pas si une personne avait accepté le contrat mais elle ne prenait aucun risque et avait donc dit à ses subordonnés de bien conserver leurs places et rôles pour que tout se passe au mieux. Elle leur précisa qu’elle avait sur elle un petit escargophone sur lequel les marins pouvaient la joindre en cas de problème.
 
Après ce débriefing, Kanäe rallia l’étage de la villa et entama les mêmes explications auprès de la famille Kunido en leur promettant qu’elle ferait tout son possible pour débusquer Unlik et l’empêcher de causer du tort à cette famille plus longtemps. Madame Kunido exprima une fois encore tous ses remerciements à la chasseresse qui lui répondit qu’elle ne les méritait pas tant qu’elle n’avait pas accompli sa mission et tant qu’elle n’avait pas mis sa proie à mort. Après une discussion forte en remerciement et explications stratégiques diverses, Kanäe retourna dans sa chambre, prit environ une heure pour élaborer quelques fioles : onguents curatifs et poisons. Elle rassembla ensuite quelques affaires, des vêtements, de l’argent et ses armes pour pouvoir subvenir à ses besoins pendant son séjour urbain. Une fois son paquetage prêt, la jeune femme entreprit une marche d’environ 2h. Kunido avait prévu une demi-heure de descente et une heure et demi de marche jusqu’à la ville. L’estimation paraissait bonne et de toute façon Kanäe n’avait pas d’autres informateurs donc devait bien croire le scientifique. Elle avait ainsi laissé la villa, ses hommes, les Kunido pour entreprendre un nouveau périple, à pied cette fois, préférant ne pas prendre d’animal pouvant la gêner en ville.
 
Le chemin était assez long mais surtout complétement dénué d’intérêt, on entend par là le fait qu’excepté la montagne, l’île n’était pas spécialement belle ou atypique ou même digne d’intérêt selon la chasseresse. Celle-ci avançait en gardant une main sur sa poche où se trouvait l’escargophone : elle ne voulait en aucun cas manquer un appel en provenance de la villa et ne devait pas oublier d’en passer un chaque soir pour avoir le compte rendu de la journée. En chemin, la verte repensait encore à la personne qu’elle chassait, devrait-elle le tuer, l’appréhender ou simplement lui faire retirer le contrat de la tête de Kunido. Par principe de charité, elle aurait pu simplement l’appréhender ou le faire revenir sur sa décision. La seconde option ne pouvait être la bonne, il aurait pu remettre un contrat sur la tête de l’homme à n’importe quel moment. La première option aurait été meilleure mais la prison n’aurait pas tué son organisation qui aurait subsisté le temps que le chef sorte. Ne restait plus qu’une option, celle que Kanäe comptait appliquer dès le début : la mort.
 

Jarm n’avait pas hésité à placer un contrat sur la tête d’un père de famille, enfin la chasseresse comprenait, il n’était pas un enfant de cœur, mais elle ne cautionnait pas pour autant, elle s’était promis de protéger cette petite famille et tuer un criminel n’était qu’un petit prix à payer pour y arriver. Lorsqu’elle arriverait en ville, elle savait qu’elle ne tomberait pas sur son ennemi rapidement, que cela prendrait surement quelques jours. Elle espérait que pendant ce laps de temps, personne n’aurait eu la merveilleuse idée d’accepter le contrat ou du moins que les hommes restés en poste seraient suffisamment bons pour vaincre un éventuel ennemi. Les jours à venir seraient décisifs. 
 
© Codé par Kari Crown
  
Revenir en haut Aller en bas
Sana Asante
Al-Azif
avatar
Messages : 231
Race : Humain

Feuille de personnage
Niveau:
29/75  (29/75)
Expériences:
44/200  (44/200)
Berrys: 1.173.000 B

MessageSujet: Re: L'apparition de Kilroy. [FB-1an]   Sam 27 Fév - 15:42







Le plan n'est pas encore vraiment avancé, mais j'ai déjà deux ou trois points. D'abord, l'entrée par la falaise. Je vérifierais plus tard les rondes de gardes pour savoir si ils passent régulièrement de ce côté, mais il y a fort à parier que non, un commandant normal aura jugé l'accès impraticable et aura ordonné à ses hommes de se concentrer sur les autres parties du bâtiment. Ensuite, je devrais pénétrer dans le bâtiment d'une façon ou d'une autre, sans doute par une fenêtre, et m'introduire jusqu'à l'endroit où mon homme réside sans me faire repérer.

D'où mon observation du manoir en question, avec cette taille, on peut clairement appeler ça un manoir. Il est définitivement grand, et je n'arrive pas à apercevoir le rez-de-chaussée à cause de l'enceinte qui fait le tour, mais je devrait pouvoir extrapoler à partir des mouvements. Je commence donc à dessiner trois grands rectangles pour représenter le rez-de-chaussée et les deux étages, ainsi qu'un quatrième pour représenter l’extérieur de la maison. Et l'attente commence.

Je gribouille deux ou trois informations régulièrement, quand j’aperçois une tête dépasser d'une fenêtre notamment, et finit par avoir une vague représentation de la disposition du premier étage grâce aux emplacements des fenêtres et aux déplacements des gardes. Il y a six pièces, répartis dans un couloir en L. En entrant du côté sud, j'aurais donc deux pièces sur ma gauche, trois sur ma droite, et une dernière au bout, juste à côté de l'escalier.

Passant aux deuxième étage, je finis par découvrir la tête d'un homme, puis d'une femme, qui paraissent tout deux apeurés. Ma cible et.... sa femme? Ce n'était clairement pas prévu dans le contrat ça, je vais devoir en parler à Jarm. Je décide malgré tout de me concentrer sur le repérage, dans le pire des cas la mission sera annulée, mais il est fort probable qu'il la maintienne, même si je refuse de toucher un cheveu de sa femme. Les déplacements du deuxième étage sont beaucoup moins fréquents, et je n'ai pu y voir que l'homme, sa femme et un garde de temps en temps, ce qui va ralentir mon mapping.

Après une demie heure à surveiller les allées et venues du deuxième étage, je finis par comprendre qu'il ne s'agit que d'une seule pièce géante, que le nombre de fenêtres et le manque de déplacement me faisait prendre pour un étage mal organisé. Le manque d'informations sur le rez de chaussée est extrêmement gênant cependant vu qu'il s'agit de mon entrée. Tant pis, on essaiera d'extrapoler à partir des positions des gardes.

Les gardes justement. Ils sont beaucoup plus nombreux que ce que je croyais. J'avais pu en apercevoir quelques uns en jetant simplement un coup d'oeil, mais ils sont bien plus nombreux que mes prévisions. J'ai pu en repérer trois sur le côté ouest, trois à l'est et un sur le toit, sans compter qu'il y en a sans doute trois au nord également. On atteint déjà dix, et je n'ai pas compté les deux dans la maison, ce qui nous amène à douze, plus ceux que je n'ai pas vus. La partie devient plus compliquée soudainement, mais pas de quoi me faire paniquer. Le problème principal vient du fait qu'un des hommes dans la maison soit dans les escaliers qui mènent au premier, ça va sans doute m'obliger à pénétrer directement au premier, donc à faire encore de l'escalade.

Le plan est donc tel que suis: Escalade, passer par le dessous de la plateforme côté sud à la force des bras pour remonter sur le dessus, passer au dessus du mur d'enceinte sud sans me faire voir, escalader la façade sud de la maison pour entrer par la fenêtre qui s'y trouve, puis direction le deuxième étage en évitant l'homme qui se balade et élimination de la cible en évitant de se faire voir par sa femme. Je devrais sans doute l'assommer ou au moins la neutraliser de quelque façon que ce soit pour être tranquille. Ensuite, sortie par la même voie et descente grâce à une corde. Le plan me paraît correct, réalisable, et avec du défi.

Il faut par contre que je voit mon commanditaire, pour lui faire part des détails. Descendant donc les escaliers de l'auberge, je me dirige vers Lork pour lui faire part de mes besoins.

« Lork, j'ai à nouveau besoin de deux ou trois trucs. Des pitons d'escalade, un rouleau de corde et un pieu solide, le tout pour demain si possible. Et j'ai également besoin de voir Jarm, tu sais où je peux le trouver? C'est urgent.»

« Je note, tu auras ça demain. Pour Jarm, t'as qu'à retourner à la ville, j'vais le prévenir que tu arrives, il te retrouvera à la taverne de la dernière fois.»

Je le remercie donc, et prends la direction de la ville, pour un débriefing avec mon employeur

Revenir en haut Aller en bas
Kanäe Toupex
MidoriSasori
avatar
Messages : 952
Race : Humain
Équipage : Inquisition

Feuille de personnage
Niveau:
41/75  (41/75)
Expériences:
434/500  (434/500)
Berrys: 12.816.000 B

MessageSujet: Re: L'apparition de Kilroy. [FB-1an]   Sam 27 Fév - 20:46

Arrivée en ville
 Après deux heures de voyage, Kanäe arriva enfin à la ville tant recherchée et se devait d’entamer des recherches et autres investigations pour trouver la planque de Jarm et aussi y moyen d’y entrer, l’homme devait sans doute se cacher dans un bunker très sécurisé. Pour réussir au mieux, la chasseresse mis rapidement en application les cours de stratégie qu’elle avait pu suivre tout au long de son cursus et commença donc par la première leçon : en territoire inconnu et dans l’immédiat non hostile, toujours établir un camp. Kanäe avait laissé toutes les marques la définissant comme membre de la marine à la villa, elle était ici incognito et ne devait donc pas attirer l’attention. Elle choisit donc une auberge modeste mais relativement correct malgré tout pour établir son camp de base. A peine avait-elle fermé la porte de sa chambre à clef que déjà elle s’était mise à l’œuvre. Lorsque d’autres auraient sauté sur le lit pour tester le confort de la couche, ou que d’autres se seraient lancés sous l’eau chaude de la douche pour trouver du réconfort, la jeune femme avait déjà déballé ses affaires, rangé le bureau où trônaient déjà les fioles de produit d’herboristerie et avait déplié une carte que lui avait fourni le scientifique de la marine.

 
La jeune femme se mit à l’aise et alla quand même se doucher, après tout elle n’en restait pas moins une femme qui aimait un minimum prendre soin d’elle. Elle ressorti de la salle de bain bien emmitouflée dans sa serviette, elle se mit à genoux au sol devant la carte de la ville et la regarda attentivement. L’après-midi commençait à peine et Kanäe s’était résigner à lancer une partie de chasse nocturne pour trouver des informations, elle avait eu beaucoup de chance la première fois de tomber sur des gamins influençables et inexpérimentés qui avaient lâché les informations rapidement et sans réellement de résistance. Il était relativement peu probable que d’autres lui donne les informations si facilement. Kanäe avait pensé à un plan selon lequel elle se faisait passer pour une chasseuse de prime afin de trouver rapidement le commanditaire, cela lui aurait évité une chasse longue et fastidieuse mais après quelques heures de recherche en fin de matinée , elle avait appris que le contrat n’était plus à prendre, son premier plan tombait donc à l’eau. Elle s’était donc rendue à l’auberge où elle se trouvait alors, toujours pensive devant le plan de la cité. La verte cherchait le quartier le plus propice à l’organisation de manœuvre de hors-la-loi, elle se pencha donc vers un coin spécial de la ville, un croisement entre la rue commerciale et les quartiers les plus vétustes. C’était clairement le lieu idéal pour les hors-la-loi, la chasseresse verte se voyait déjà avec la tête du commanditaire de l’assassinat séparée de son corps grâce à un coup de dague de la verte. Elle se dépêcha de se vêtir convenablement et surtout de façon à que personne ne puisse voir ni son visage, ni ses cheveux. Elle sorti dans un paysage magnifique, la ville n’était pas exceptionnellement belle mais il s’agissait d’une cité portuaire et le couché de soleil se reflétait parfaitement sur la mer : un spectacle enchanteur. Cependant, contrairement à ce que l’espérais la chasseresse cette nuit ne lui apporterait aucune satisfaction, après avoir observé le soleil tiré sa révérence et la lune prendre la place qui était la sienne dans le ciel. Kanäe reprit le chemin menant au point que la chasseresse avait déterminé sur le plan, elle était persuadé y trouver quelque chose. Elle rallia rapidement et facilement le croisement des rues précitées et se mit en place dans un recoin un peu sombre, entre deux bâtiments. La jeune femme regardait attentivement chaque personne qui passait devant elle mais pour l’heure personne ne semblait bien menaçant, causant le premier doute de la chasseresse, le premier de la nuit. Les heures passaient, les gens aussi mais rien ne retenait l’attention de l’amoureuse de la nature et à chaque personne, celle-ci y croyait de moins en moins.
 
Arriva enfin un homme, en pleine force de l’âge, boitillant et portant un gourdin clouté à la ceinture ainsi qu’une dague dans un étui placé sur son cœur, Kanäe venait de trouver un client potentiel. La chasseresse décida de sortir de son coin sombre pour rejoindre l’homme en question, elle l’attrapa par le bras et le tira jusqu’à un endroit plus calme en lui souriant. L’homme souriait et accélérait un pas déjà titubant pour coller la chasseuse, celui-ci devait penser qu’il venait de tomber sur une fille facile, une prostituée ou encore une femme de notre époque mais ce n’était pas le cas. Lorsque la jeune femme eu fini d’attirer l’homme dans un cul de sac, elle répéta le remède déjà prodiguer aux deux frères la veille. Alors que l’homme se retrouvait avec une lame sous la gorge et la seconde entre la 4ème et la 5ème côte, chemin direct vers le cœur, celui-ci demanda à Kanäe ce qu’elle voulait. Celle-ci n’avait toujours pas découvert ses cheveux, ni le haut de son visage : elle ne pouvait être reconnue et ne serait donc pas obliger de tuer l’homme peu importe le résultat de cette entrevue.
 

Après quelques minutes d’interrogatoire, l’herboriste due se rendre à l’évidence : l’homme savait peut-être quelque chose  mais rien n’était certain à ce propos. La chasseuse assomma son invité et rentra à l’hôtel. La première journée était un échec, elle se posa tranquillement sur son lit, réfléchissant aux manœuvres du lendemain  et au plan qu’elle suivrait pour obtenir les premières informations. Elle décrocha son escargophone et appela ses hommes à la villa pour prendre des nouvelles. La journée avait été calme, aucun signe d’activité ennemi, la discussion fut donc rapide et se termina rapidement sur quelques mises en garde de la chasseresse, quelqu’un avait accepté le contrat : il fallait donc être prudent.
© Codé par Kari Crown
  


Dernière édition par Kanäe Toupex le Dim 28 Fév - 10:23, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Sana Asante
Al-Azif
avatar
Messages : 231
Race : Humain

Feuille de personnage
Niveau:
29/75  (29/75)
Expériences:
44/200  (44/200)
Berrys: 1.173.000 B

MessageSujet: Re: L'apparition de Kilroy. [FB-1an]   Dim 28 Fév - 10:18







Une heure et demie de marche de Myork jusqu'à la ville. J’aurai sans doute mieux fait de partir demain matin, mais cela aurait repoussé la mission jusqu'au surlendemain et je préfère me débarrasser de ça rapidement et aller voir ailleurs encore plus rapidement, sait-on jamais. Je suis parti tard, la nuit commençait déjà à tomber et je n'avais pas réalisé combien de temps j'avais passé à examiner la villa, même si effectivement j'ai pu récupérer les informations dont j'avais besoin assez rapidement.

Je presse le pas, profitant du peu de soleil restant pour arriver plus vite en ville et pouvoir retrouver la taverne sans problèmes vu que je ne saurais pas la situer à l'aveugle. Malheureusement, la nuit est tombée quand j'arrive et même si je parviens à me repérer en ville, la seule raison pour laquelle je trouve la taverne est la rencontre avec un homme tellement alcoolisé que le faire tenir debout sans soutien aurait constitué un exploit à part entière. Par contre, pour le faire me conduire jusqu'à un bar pour lui payer le coup, pas de problèmes, il peut marcher.

Je me retrouve donc à suivre un homme qui parvient à percuter tout les poteaux lumineux de la rue tellement il marche en zig-zag, qui s'arrête toutes les minutes pour vomir à cause de sa consommation d'alcool un peu trop importante, et à l'écouter jacasser toute sa vie en dix minutes, le temps que nous arrivions à la taverne en question. Et pour mon plus grand plaisir, il décide de rester avec moi, «parce que tu m'écoutes toi au moins!».

Je suis donc forcé d'écouter un homme suffisamment alcoolisé pour que son haleine tue les bactéries à elle seule, qui continue à enchaîner verre sur verre en ne faisant jamais mine de s'arrêter et en espérant l'apparition de Jarm pour pouvoir m'éclipser sans le vexer. J'attends donc mon commanditaire, tout en hochant la tête à ce que l'homme raconte et en le regardant s'enfiler bouteille après bouteille jusqu'à son effondrement, qui se produit pas loin de l'heure de fermeture de la taverne.

Très gênant donc, puisque Jarm ne m'a pas contacté alors qu'il aurait dû, d'autant plus que c'était quand même important.... Soit un empêchement grave est survenu, soit la mission n'est pas si importante que ça. Je prends donc le chemin du retour, et environ une demie heure de marche durant, je visualise ce qui peut mal tourner durant l’élimination. Les pitons peuvent être de mauvaise qualité et lâcher, la corde peut casser, il peut y avoir un renforcement des soldats présent pour une raison ou une autre. Et là ça me frappe. Un autre contrat. A tout les coups, il traitait avec quelqu'un d'autre pour le contrat. Si il achève la mission avant moi, pas de problèmes, mais si il échoue et met la villa en alerte, mes plans vont en prendre un sacré coup.

Avant d'avoir pu pénétrer dans Myork, je suis intercepté par un homme essoufflé me disant qu'il vient de la part de Jarm, et que je dois le suivre de toute urgence pour le voir. Je l'aurais bien fait attendre également «juste pour voir», mais le sujet est suffisamment important pour que je ne m'amuse pas avec de tels enfantillages, je suis donc l'homme, qui repart en courant vers le pied de la montagne et arrive à l'espèce de maison vieillotte dans laquelle j'avais été reçu la première fois. Les papiers sont toujours là, et Jarm paraît assez fatigué, mais également très excité. Dès qu'il m'aperçoit, il me présente ses excuses mais devait régler un détail avec quelqu'un d'autre, et je ne peux que supposer que cette personne a également pris le contrat. Cependant, il serait malpoli de demander, et surtout inconvenant.

« Vous ne m'aviez pas dit que sa femme était également sous protection. Ça complique carrément les choses pour moi vous savez. Mais ce n'est pas grave, je ne viens pas ici pour ça. Je viens pour vous dire que je commence après-demain, ou plutôt demain maintenant, et que je demanderais un million de berrys à mon retour. Si l'on considère la cible et la tête de la mission, ça me paraît raisonnable.»

« Sa femme? Il n'a jamais été marié de ce que j'en sais. C'est possible qu'il s'agisse d'une marine en civil, une dernière protection si on veut. Le million me va, mais il faudra me laisser deux ou trois jours pour les rassembler, je n'ai pas ce genre de sommes sur moi.»

« Ça tombe bien, je reviens dans deux jours au soir. La mission sera accomplie, et je repars quasiment aussitôt, alors je vous conseille de préparer la somme. Je ne dénonce pas mes employeurs, ça ne se fait pas, mais on a toujours des moyens de vous mettre dans la merde. Vous libeller comme mauvais payeur, faire circuler des rumeurs, toutes sortes de choses. Évidemment, si j’échoue alors vous ne me devez rien, ce n'est que justice.»

« Arrêtez de prendre ce ton! On croirait presque que vous vous prenez pour un assassin alors que vous n'êtes qu'un chien à la solde du gouvernement. La seule raison pour laquelle je vous ai engagé c'est que vous étiez là! Alors arrêtez de vous prendre au sérieux alors que vous n'avez encore rien fait!»

« Chien du gouvernement? Peut être oui, mais je vous conseille quand même de ne pas trop gueuler comme ça, les chiens ont des crocs aussi. Je reviens dans deux jours, et je veux mon argent.»

Je le laisse ainsi en plan, ruminant ce qu'il a dit. Chien du gouvernement? Objectivement, ce n'est pas faux, mais c'est toujours désagréable à entendre. Notre homme n'était pas marié? Ça c’était gênant, car du coup, cela voulait dire que je devrais sans doute éliminer la femme si il s'agit bien d'une marine, je ne peux pas risquer d'être vu. Et un «dernier détail» avec quelqu'un d'autre, c'est définitivement quelqu'un qui a pris le contrat également. J'espère juste qu'il ne va pas tout faire rater.

Revenant au Barillet, je monte dans ma chambre, me lave grâce à la douche et son semblant de propreté, et m'effondre sur le lit, me préparant mentalement à l'assaut.

Revenir en haut Aller en bas
Kanäe Toupex
MidoriSasori
avatar
Messages : 952
Race : Humain
Équipage : Inquisition

Feuille de personnage
Niveau:
41/75  (41/75)
Expériences:
434/500  (434/500)
Berrys: 12.816.000 B

MessageSujet: Re: L'apparition de Kilroy. [FB-1an]   Dim 28 Fév - 13:19

Tornade verte
Après une nuit de sommeil assez courte, la chasseresse s’était levée du mauvais pied, elle était énervée et comptait bien passer ses nerfs sur des malfrats. Toutes les îles habitées comptait parmi son territoire des personnes corrompues, et bien souvent des hors-la-loi et bien évidemment que Powder Island ne faisait pas exception. Souvent ces raclures organisaient leurs activités de diverses manières mais toujours un concept simple : un lieu de rassemblement. Dans une ville comme celle-là, à l’activité criminelle avérée, il fallait parier qu’il n’y avait pas un mais des lieux de rassemblement, hors un lieu était bien plus simple à trouver qu’un individu. Le problème dans ce genre d’établissement n’était pas tant de le trouver mais plutôt d’y entrer et là Kanäe avait un plan, un plan sur mesure notamment inspiré par son état matinal : elle avait un laisser-passer. En y réfléchissant, elle en avait même deux, elle avait donc décidé de bloquer toute résistance à l’entrée grâce à deux acolytes qu’elles avaient toujours sur elle : ses lames. Elle reprit donc le plan qu’elle avait reposé sur le bureau la veille et visa des zones précises pour débuter ses recherches, après tout trouver un établissement caché pour des activités répréhensibles n’était pas spécialement compliqué : surtout pour une belle femme.

 
La chasseresse s’habilla et descendit dans la rue et fit quelques mètres afin de trouver un bar, le plus sordide possible, elle finit par le trouver non loin de l’endroit où elle avait trouvé son ami alcoolisé la veille. Elle entra dans l’établissement, la tête toujours couverte mais le reste du corps un peu moins couvert, même beaucoup moins couvert. Elle ne voulait pas que l’on puisse voir ses cheveux, après tout c’était son principal signe distinctif et elle avait pas mal d’adresse à visiter. Elle se présenta donc au bar en demandant s’il existait un endroit où des jeunes femmes pouvaient se faire de l’argent facilement dans le coin. Le barman détailla la jeune femme présente devant lui et souri grassement en lui disant que si elle avait un peu de temps, lui pouvait lui donner de l’argent et qu’après il pourrait peut-être l’orienter vers un autre endroit où elle pourrait répéter l’opération. Kanäe acquiesçât et suivi le gros balourd derrière dans une pièce tranquille, elle détestait ce qu’elle faisait à ce moment présent. Déjà qu’elle n’aimait pas utiliser son physique pour obtenir quelques chose, alors se faire passer pour une prostituée pour la deuxième fois en quelques heures … mais comme lui avait dit son mentor : tous les moyens sont bons pour compléter la mission. Une fois dans la pièce fermée, l’homme prit place sur une chaise et demanda  à la chasseresse de lui faire preuve de ses talents de danseuse, en plus de la prendre pour une prostituée, il s’attendait à un strip-tease : de mieux en mieux. Kanäe écarta sa cape au niveau de ses hanches, tirant alors un sourire à l’homme qui déchanta bien rapidement. La chasseuse n’avait pas écarté son habit pour commencer l’effeuillage mais bien pour saisir ses dagues et en menacer le pervers, une dague sur le cœur et l’autre à un endroit avec lequel l’homme comptait pécher. La menace eut un effet immédiat sur la cible qui devint tout à coup beaucoup plus gentleman et beaucoup plus compréhensif.
 
La verte lui demanda donc où elle pouvait trouver Jarm, qui ne tente rien n’a rien, mais le barman ne savait pas où il était habituellement. Le hors-la-loi était connu dans la ville pour son influence mais aussi pour ses vices, il en faisait collection : les femmes, la drogue, l’alcool, le jeu et les assassinats, un tiercé gagnant en somme.  Kanäe demanda donc à son ami pervers où se trouvaient les divers lieux fréquentés par le petit chef de la pègre local, celui-ci se retint de donner  toute information dans un premier temps. La verte eut donc recours à un premier système de persuasion, en effet l’homme était très mal rasé, la chasseresse déplaça la lame pointant le cœur de l’homme à sa gorge et commença un rasage de près, n’ayant pas de mousse ou lotion, elle se permit d’exercer son œuvre à sec. Après quelques passages ayant emporté les poils mais aussi quelques bouts de peau, le propriétaire du bar lugubre sembla plus enclin à délivrer quelques informations et donna alors deux adresses. La première était un petit complexe en sous-sol d’une salle de spectacle de la ville et la seconde, un bar un peu spécial à quelques rues de l’endroit où se trouvait la recrue de la marine. Pour remercier son informateur, Kanäe lui offrit un gros coup de poing en plein visage avant de le ligoter, elle ne voulait pas risquer que l’homme puisse informer les tenanciers des adresses fournies qu’elle arrivait et préférait le garder sous la main dans le cas où il avait menti. Elle sorti et referma la porte en la bloquant, personne n’irait voir la dedans et de toute façon il était ligoté et bâillonné donc pas de risque de fuite ou d’appel au secours.  
 
Il était environ 11h du matin lorsque que Kanäe retrouva la lumière extérieure, elle décida de faire une première adresse de suite se réservant la seconde pour l’après-midi. Elle se dirigea donc vers le lieu le plus proche : le bar. Il s’agissait en réalité d’un bar qui entretenait une activité cachée de « club pour gentleman » comme le disait les clients habituels. La chasseuse ne savait pas ce qu’elle y trouverait mais avait prévu d’encore se faire passer pour une chercheuse d’emploi en arrivant sur place, encore une fois elle devrait refouler ses principes, mais bon il y avait de plus grandes valeurs en jeu : la vie d’une famille.
 
Après une petite dizaine de minute de marche, la jeune femme arriva sur place, poussa la porte et se présenta au bar comme elle l’avait fait quelques minutes auparavant précisant qu’elle venait de la part de son informateur. Le barman lui dit alors qu’elle devait passer devant le patron pour voir si elle était prise ou non et il entreprit de l’emmener devant le dit patron. Il poussa une porte menant à un couloir un peu glauque, plus ils avançaient, plus il était possible d’entendre une musique lascive et lancinante puis arriva une nouvelle porte. Le guide la poussa dévoilant alors une salle assez large avec beaucoup de canapé rouge en velours, des murs de même couleur capitonnés, divers podiums de fortune et notamment un occupé par une fille plus que dénudée. La rousse se trémoussait devant une assemblée de mâle criant, lui proposant un rendez­-vous privé par la suite. Le barman parcouru la salle et avisa l’un des hommes assis sur les canapés, le plus calme. Il s’était penché et lui parlait à l’oreille, après quelques secondes l’homme en question avait détourné les yeux et fixait la nouvelle arrivante. Kanäe avait remarqué qu’elle était observée mais son attention se portait sur la jeune rousse qui dansait au centre de la salle, en plus de son apparence déprimée, la chasseresse se posait des questions sur l’âge de la danseuse, elle paraissait très jeune. Le barman se redressa et fit signe à la chasseresse d’approcher, celle-ci s’exécuta pendant que la rousse dansait encore. L’homme calme s’avéra être le patron et demanda donc une démonstration à celle qui désirait une place dans son établissement, il renvoya alors la rousse qui parut soulagée. Kanäe fit deux pas vers le podium et fit tomber sa cape, dévoilant ainsi son armement, dans un même mouvement elle se retourna vers les 3 spectateurs, le patron et le barman pour en découdre. Le patron se leva immédiatement ainsi que les 3 autres alors que le barman courait déjà vers la sortie s’écroulant avant, touché au ventre par une des lames de la chasseuse. Le bilan était simple : 4 contre 1 avec une dague en moins.
 
La situation empira quelque peu lorsqu’un des hommes sorti un pistolet de sa poche et le pointa vers la chasseresse, celle-ci n’eut d’autre choix que de se débarrasser du danger et lança sa seconde dague qui alla se ficher dans l’épaule du tireur. Celui-ci lâcha l’arme sous le choc et recula de quelques pas. Les deux autres spectateurs arrivèrent alors au niveau de Kanäe qui était donc bonne pour un combat mains nues. Elle parait, esquivait, détournait ou repoussait chaque coup mais bientôt l’homme blessé rejoignit ses amis pour passer la chasseresse à tabac. Pendant ce temps, le patron était parti récupéré le pistolet, il ne le retrouvait pas. La bataille faisait rage et un des hommes avait dû shooter dedans au cours du combat. Alors que le troisième larron rejoignait les autres dans la précipitation, il lança un coup de poing de son bras encore valide vers la combattante qui en profita. Elle saisit le bras d’un des deux autres et le tira d’un coup sec, le visage du tiré rencontra le poing lancé de son ami l’envoyant ainsi au sol. La verte profita de la cohue pour récupérer sa dague dans l’épaule blessée du troisième afin de l’achever en la lui plantant entre les côtes avant de la ressortir rapidement et de la planter dans la jambe du seul homme encore debout. L’homme touché à l’abdomen s’était écroulé, mort, celui touché à la cuisse s’était également écroulé faute d’équilibre et le dernier n’eut pas le temps de se relever que déjà Kanäe l’avait assommé d’un large coup de pied en plein visage.  Quant au dernier, il subit le même traitement : coup de pied l’emmenant dans les vapes.  
 

Alors qu’elle pensait être tranquille, la chasseresse entendit le patron derrière elle, celui-ci venait de lui demander de lâcher son arme et de lever les mains en l’air, il la menaçait avec l’arme qu’il avait fini par retrouver. Kanäe n’eut d’autre choix que de s’exécuter, alors le chef du club lui dit qu’elle allait rejoindre l’homme mort mais qu’avant il voulait savoir qui elle était. Alors qu’il parlait, Kanäe venait de remarquer que la jeune rousse longeait le mur depuis les loges sans faire de bruit, un gros bout de bois à la main, la verte devant détourné l’attention du gérant pour que la danseuse puisse l’assommer. Kanäe pensa tout de même à un plan B, si elle devait mourir autant que ce soit pour quelque chose. Elle expliqua alors qu’elle était un assassin à la solde de Jarm Unlik qui voulait faire fermer le club pour y faire un entrepôt d’arme. Le patron paru étonné, surement que Jarm faisait partie de ses proches amis et demanda à la chasseresse si elle avait une dernière volonté, celle-ci lui répondit d’un ton narquois qu’elle désirait qu’il tombe vite. Il lui répondit alors que jamais il ne tomberait juste avant de tomber, assommé par la jeune danseuse : si l’ironie du sort était une image, elle serait celle-là. Maintenant elle devait attendre qu’il se réveille et la danseuse semblait attendre la même chose. Les deux femmes discutèrent alors, discussion à l’occasion de laquelle Kanäe révéla sa véritable identité et où la danseuse fit part à l’herboriste de la haine qu’elle entretenait contre son employeur en la remerciant pour ce qu’elle avait fait. Elles parlaient, attendant de pouvoir chacune leur tour pouvoir faire subir un châtiment à leur hôte.




© Codé par Kari Crown
  
Revenir en haut Aller en bas
Sana Asante
Al-Azif
avatar
Messages : 231
Race : Humain

Feuille de personnage
Niveau:
29/75  (29/75)
Expériences:
44/200  (44/200)
Berrys: 1.173.000 B

MessageSujet: Re: L'apparition de Kilroy. [FB-1an]   Lun 29 Fév - 18:50







Alors que j'ouvre les yeux, les trois premières sensations que je ressens sont toutes relativement désagréable. Un creux au ventre, un trop plein dans le bas-ventre et un rayon de soleil en plein dans les yeux. Pas de vrais problèmes, mais juste des petites gênes ennuyeuses dès le réveil, mais ça fait partie de la vie. Alors que je me lève pour régler le second problème, je constate que le troisième vient du fait que le soleil est déjà haut dans le ciel, et que j'ai dormi jusqu'à..... et bien, environ treize heures. Ça m'agace légèrement, mais surtout cela rend impossible de mener à bien ma mission aujourd'hui. N'ayant aucun moyen de voir dans le noir et après un rapide calcul du temps que me prendrait mon infiltration, j'en conclus que je suis obligé de reporter le projet à demain. Ça m'apprendra à avoir des contacts tardifs je suppose.

D'un autre côté, ça me laisse une journée pour faire ce que j'avais prévu de faire en arrivant sur l'île: glander. Du repos, du tourisme et autres trucs du même acabit. Pas de boissons ce soir, mais aujourd'hui, c'est détente. Et je peux combiner ça au boulot en me déplaçant sur le prochain village, ce qui me laissera une marge d'approche plus tranquille. Je remballe donc le peu d'affaires sorties de mon sac, descends et alpague Lork:

« Hey Lork! Je vais me déplacer sur le prochain village, tu aurais une bonne adresse pour dormir? Je vais devoir t'emprunter les jumelles et ce que je t'ai demandé hier si tu l'as déjà récupéré. Ah, et si Jarm te contacte, préviens le que je suis dans le village suivant et que je le revois dans deux jours.»

« J'ai ton matos ouais. Le voilà, et pour Jarm, et bah je lui dirai si il lui prends l'envie de m'appeler sans raison. Ton adresse ben..... Ça dépends de toi. Si tu aimes l'ambiance comme ici, j'te conseille le Panzerfaust, sinon je dirais sans doute L'Auberge des deux Hommes, au milieu de la ville.»

Je ramasse le matériel, le place dans un sac à part tout en continuant la conversation sur des sujets plus à même de m'offrir une bonne journée, tel les endroits dignes d’intérêts, les activités et autres questions du même acabit. Je finis par arrêter mon choix sur un cours de cuisine commençant dans une heure et demie, remercie Lork et prends rapidement la route vers le village suivant. Pourquoi un cours de cuisine? Facile, parce que j'en ai marre d'être incapable de manger correctement quand je suis en mission loin d'une auberge, et qu'avec un peu de chance, apprendre auprès de quelqu'un sera plus simple qu'apprendre seul.

La route en elle même est relativement sobre, un chemin de gravier blanc, la montagne n'est pas très intéressante à observer, et la mer offre un spectacle agréable mais vite lassant, je me retrouve donc à rapidement presser le pas pour arriver plus vite à destination, et finit la route en une petite heure seulement. Le village dans lequel je viens de débarquer à un air..... très paisible. A tel point qu'on croirait presque une retraite pour gens aux nerfs et au corps fragiles. Mais ici au moins, les gens sont bien plus agréables, et on m'indique la maison de la personne donnant son cours du premier coup malgré mon apparence qui, il faut bien l'avouer, n'incite que rarement les gens à me sourire et à me donner ce que je veux.

Le cours est relativement complexe puisqu'il s'agit d'un plat long à préparer et aux quantités précises. Mais pour une fois, j'arrive à suivre une recette du début à la fin, sans me tromper, et quand le plat sort, je suis tout simplement impatient de voir ce que ça donne. Jusqu'au moment où notre professeur du jour décide de goûter nos plats, et qu'elle m'annonce d'une voix hésitante qu'elle ne sait absolument pas où ça a mal tourné puisqu'elle m'a vu préparer la nourriture, qu'elle n'a pas vu de problèmes mais que le goût n'est non seulement pas celui que le plat devrait avoir, mais qu'il est également relativement faible. Autant dire que ma cuisine n'est pas prête de s'améliorer donc. Mais cette activité m'a détendu, et alors que j'en sors en début de soirée, je me sens ragaillardi et presque prêt à entamer une séance d'escalade, tout en sachant qu'il vaut mieux que je passe le reste de ma soirée à me préparer, vu que je passe à l'attaque dès demain matin.

Je cherche donc l'Auberge des deux Hommes, et n'est pas vraiment surpris de son apparence quand je finis par la débusquer. On croirait une maison de campagne, mais le propriétaire est accueillant et la chambre proprette. Rien à voir avec le Barillet donc, même si les manières bourrues de Lork avait un certain charme également. Et en parlant de Lork, son matériel est impeccable, à croire qu'il l'a acheté rien que pour moi. Je prépare donc un sac avec ce dont j'aurais besoin demain, mange un morceau, et me couche.

Demain, lever aux aurores pour une journée d'enfer.

Revenir en haut Aller en bas
Kanäe Toupex
MidoriSasori
avatar
Messages : 952
Race : Humain
Équipage : Inquisition

Feuille de personnage
Niveau:
41/75  (41/75)
Expériences:
434/500  (434/500)
Berrys: 12.816.000 B

MessageSujet: Re: L'apparition de Kilroy. [FB-1an]   Mar 1 Mar - 7:43

Nouvelle approche

Après une trentaine de minutes, les deux femmes en eurent assez d’attendre et décidèrent de réveiller « le patron ». La belle et jeune danseuse retourna dans ce qu’elle appelait sa loge, une pièce à peine plus grande qu’un placard où les filles étaient censées se préparer, pour y trouver un sceau dans un coin qui servait de récupérateur d’eau de pluie. Profitant du contenu de sceau, et pour ne pas gâcher, il le renversa en intégralité sur la tête de celui qui était son employeur, il convient dans le cas de présent d’utiliser le passé car il ne le serait plus quelques instants plus tard. La danseuse nourrissait une haine intense envers l’homme et avait expliqué à la représentante de la marine que toutes les danseuses étaient comme elle. Elles avaient rejoint cet emploi par obligation, elles avaient toutes été vendues à cet homme et elles avaient peur de lui, mais aujourd’hui les rôles étaient inversés : c’est lui aurait peur d’elle.
 
A peine, avait-elle commencé à verser le contenu du sceau, l’esclavagiste se réveilla en sursaut, mais pour les formes, le contenant fut vider en intégralité. Une fois ses esprits retrouvés et la constatation inévitable qu’il était pieds et poings liés (au sens propre du terme), le patron du club exigea de son employée une explication et celle-ci ne tarda pas. Pendant plus de 5 minutes, et sans aucune interruption, la danseuse balança à son employeur tout ce qu’elle pouvait bien penser de lui, lui remémorant les mauvais traitements, les labeurs dégradants et autres tâches insultantes sans oublier les viols à répétition aussi bien envers elle qu’envers celles qu’elle considérait comme ses sœurs d’infortune. Elle termina en lui disant qu’elle n’avait plus peur et qu’elle allait enfin se venger. C’est à ce moment qu’était intervenue la chasseresse pour donner son point de vue.
 
Elle précisa en premier lieu qu’elle se moquait bien de ce qu’il avait fait subir aux filles, ce qui était faux, et qu’elle se moquait davantage encore de ce que les filles allaient lui faire subir, ce qui était totalement vrai. Elle se présenta et lui expliqua les raisons de sa venue : elle cherchait Jarm Unlik et son établissement recevait souvent la visite de l’homme en question. Le patron aux cheveux blonds en désordre se mit alors à rire aux éclats avant de notifier à la chasseresse verte qu’il était un proche ami de l’homme, qu’il savait parfaitement ou celui-ci se trouvait mais qu’il ne dirait rien. Kanäe comprit donc que dans cette ville tous les hors-la-loi avaient un code d’honneur entre eux, malheureusement. Elle saisit donc une de ses dagues et la planta dans la jambe droite de l’homme au niveau de genou, la réaction fut immédiate, d’un sourire l’homme passa à un râle monstrueux et bruyant : heureusement que la salle était bien cachée. Elle reposa donc la question et fit face à une réponse similaire, le sourire en moins. Sans retirer la première dague, elle planta la seconde au même endroit sur la jambe gauche, le sol en velours violet commençait à se gorger de sang mais rien n’y faisait, il ne disait rien. La verte, de mauvaise humeur depuis ce matin, semblait s’énerver de plus en plus. Elle devait faire vite, la vie d’une famille dépendait de ces informations mais malgré les châtiments infligés, le blond ne lâchait pas une information. Finalement, la danseuse eu un éclair de génie et dit à la chasseresse que l’homme tant recherché se rendait très souvent les après-midi au casino clandestin situé en dessous d’une salle de spectacle locale : le barman avait donc dit la vérité.
 
La chasseresse se releva et récupéra ses dagues encore plantées dans les genoux du porc blond qui hurla une fois de plus et se dirigea vers la sortie. Elle ouvrit la porte mais avant de la refermer, elle adressa quelques mots à la danseuse encore présente. Elle lui dit de faire ce qu’elle désirait de son patron mais de ne pas le laisser sortir de cette pièce avant quelques heures, à cela la belle lui répondit qu’il n’en ressortirait jamais. La chasseresse s’engouffra dans le couloir et après quelques pas rejoignit le bar puis l’extérieur.
 
Pendant ce temps, dans le club clandestin, la danseuse tenait sa vengeance, elle avait saisi l’arme à feu et tenait en respect son ancien employeur. Ce dernier la suppliait en pleurant, il lui promettait monts et merveilles, une belle vie, de beaux vêtements, une maison : la liberté. Dans les yeux de la belle ne se percevait que haine et mépris et au-delà encore : une véritable envie de vengeance. Après avoir écouté les suppliques de celui qui l’avait torturé pendant des années, elle décida de lui renvoyer l’appareil. Celle qui l’avait sauvé du blond avait déjà bien entamé les jambes mais il restait beaucoup de zone à la belle pour exprimer sa colère. L’arme contenait six balles et il avait été décidé par l’utilisatrice qu’elles seraient toutes utilisées. La première fut tirée à bout portant dans l’épaule gauche de l’homme, suivie d’une deuxième dans l’épaule droite. Les deux coups de feu avaient tiré des cris de douleur incroyable à la cible qui pleurait et hurlait abondamment. La scène était horrible mais comment en vouloir à cette jeune femme qui avait subi des traitements physiques et psychologiques bien pires depuis plusieurs années. Les deux balles suivantes furent destinées aux genoux, histoire de parachevé un travail déjà bien entamé. C’est la cinquième balle qui fit hurler davantage le blond, il venait d’être puni à l’endroit dont il tenait le plus, endroit par lequel il avait profané le corps de toutes ses femmes. Enfin la danseuse décida d’en finir en lui logeant une balle dans la tête. Elle venait d’en finir, elle regardait le corps sans vie de ce tortionnaire, elle avait rendu justice, sa justice, la justice de toutes ces femmes. Après quelques instants de silence immobile, elle se releva et récupéra ses affaires avant de quitter la pièce par le même chemin que la chasseresse une dizaine de minute avant elle. Tout était fini, elle pouvait retourner à sa vie.
 
Dans le même temps Kanäe venait de rallier son auberge pour se reposer avant de lancer la seconde expédition, elle en profita pour se doucher et se changer afin qu’il n’y ait plus de trace de sang sur elle. Elle se reposa environ quatre heures avant de partir en direction de son prochain arrêt.
Après une vingtaine de minute, elle arriva à la salle de spectacle, se présenta au guichet et ne donna qu’un nom : celui du patron du club qui venait de rendre l’âme. Sans plus de questionnement ou de cérémonie, le guichetier avait emmené la chasseresse dans un recoin de la salle où se trouvait une cage d’escalier descendante. Elle emprunta le dit chemin comme lui indiqua le guide et arriva rapidement dans une nouvelle salle. Contrairement au club, cette salle était décorée avec très bon goût, très bien gardée et surtout très fréquentée. Le plan qu’elle avait utilisé au club ne pourrait pas fonctionner ici, beaucoup trop de monde, de garde et aucun allié. La salle était pleine de table de jeu, elle-même pleine à craquer de joueur. La verte avait enlevé son couvre-chef sur ordre des hommes de la sécurité à l’entrée de la salle. Elle arpentait les tables et divers lieux d’activités pour essayer de trouver un homme répondant à la description physique de sa cible principale mais ses recherches furent interrompues  par un petit homme, un nain probablement qui avait un message pour la future lieutenante. Le propriétaire de la salle, Monsieur Erik, l’invitait à le rejoindre. Elle n’avait pas vraiment le choix et accepta donc l’invitation, le nain la conduisit à une table dans un coin de la salle, il ne s’agissait pas d’un coin de jeu mais d’une table de repos ouverte sur la salle, idéalement placé pour être à la vue de tous mais aussi pour voir tout le monde. En arrivant à la table le dénommé Erik lui demanda ce qu’une des prostituée de son grand frère venait faire dans son établissement sans celui-ci. Kanäe joua alors l’offuscation et lui demanda si elle avait une tête de prostituée, le propriétaire des lieux parut surpris et demanda alors à l’arrivante qui elle était. Kanäe ne pouvait plus jouer la carte du physique qui ne serait passez utile dans cette situation, elle inventa donc un nouveau stratagème.
 
Elle se présenta comme Clarence, la nouvelle chargée de relation d’affaire du frère de Monsieur Erik, prétextant alors que son patron l’avait envoyé prendre des nouvelles de Jarm Unlik car il n’avait plus de nouvelles depuis quelques jours. L’homme assis devant elle sembla encore plus désappointé et dit alors qu’il ne savait pas où se trouvait la cible de la chasseuse mais qu’il savait que le contrat placé sur la tête du protégé de la marine avait été pris et que Jarm avait rencontré  le chasseur de prime. L’information était très importante mais gênante en un sens, Kanäe devait réfléchir, elle tira donc sa révérence, remerciant ainsi le frère de celui qu’elle appelait patron et retrouva le plus vite possible sa chambre.
 
Il était environ 18h, le soleil avait déjà bien entamée sa course descendante et Kanäe préparait ses affaires. Elle avait enfin trouvé une personne qui savait où elle pourrait trouver la cible dans les prochains jours : le chasseur de prime qui cherchait à tuer son protégé. Tout naturellement elle avait imaginé que le chasseur était en route vers la villa et allait donc la rallier elle aussi. Alors qu’elle se préparait au départ elle entendit son escargophone sonné dans sa poche et décrocha.

© Codé par Kari Crown
  


Dernière édition par Kanäe Toupex le Mer 2 Mar - 17:04, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Sana Asante
Al-Azif
avatar
Messages : 231
Race : Humain

Feuille de personnage
Niveau:
29/75  (29/75)
Expériences:
44/200  (44/200)
Berrys: 1.173.000 B

MessageSujet: Re: L'apparition de Kilroy. [FB-1an]   Mar 1 Mar - 16:35







Insomnie. Un état dans lequel une personne ne parvient pas à dormir, peu importe son niveau de fatigue actuel. Souvent lié au stress, à l'anxiété ou à la dépression. J'ai été atteint d'insomnie quand j'étais enfant, de façon occasionnelle, et plus tard, j'ai découvert que mon corps anticipait mes actions. Me voilà donc couché, de nuit, dans une auberge de bonne qualité, le cœur battant à tout rompre et l'adrénaline commençant déjà à être produite alors que la mission ne commence que dans huit heures. Autant dire que je peux laisser tomber l'idée d'une bonne nuit de sommeil et trouver autre chose à faire.A côté, Kissifrotsipik dort confortablement, tel un ours en plein période d'hiver.

Je suis donc allongé, Kissifrotsipik sur le ventre, et ne peux que réfléchir à quoi faire en attendant le coup des trois ou quatre heures du matin. Cela représente environ six heures de délibération et de pensées, sauf si je trouve autre chose. Et soudain, l'illumination se fait: le livre que j'ai acheté sur les styles de combats non orthodoxes et les armes exotiques. Ça m'occupera bien pendant ce temps, et ça pourrait même me servir plus tard si je croise une personne utilisant un de ces styles, ou si je décide de m'y mettre moi-même.

Mon squatteur préféré couine donc quand je le pousse pour prendre mon paquetage, le fouille et retrouve ce livre, qui s'est un peu abîmé vu que je l'ai acheté il y a un moment, et que je ne l'ai toujours pas consulté. A force de traîner dans le fond du sac, ce n'est pas très étonnant qu'il soit corné, et le fait que je n'y repense que maintenant est bien la preuve que je n'ai pas eu le temps de m'en occuper. Je feuillette donc rapidement l'ouvrage jusqu'aux styles de combat à mains nues, je pourrais sans doute utiliser ça plus tard. Il y a là plusieurs arts martiaux relativement agressifs tel le Xing Quan, mais je ne trouve pas de style défensifs, du moins jusqu'à la fin du livre.

Là, je découvre deux arts martiaux, le Sambo et le Kardad, qui ressemble au genre de trucs que j'utilise. De la défense, et du contrôle de l'espace et de l'ennemi. Le Sambo ressemble à un style épuré qui ne jure que par l'efficacité, preuve en est ses techniques assez sales d'agrippement et d'aveuglement, qui vont du coup à la tempe jusqu'à la destruction des yeux adverses. Peut-être pas exactement ce que je recherchais, mais tout les trucs sont bons à prendre, et certaines techniques sont assez simple pour être apprises sans les pratiquer assidûment pendant des heures. Le Kardad en revanche est tout simplement impossible à apprendre dans mon état actuel. L'auteur annonce même que le pratiquant se doit d'avoir une musculature développée et un corps très souple, ce qui n'est pas vraiment mon cas, ne serait-ce que pour pouvoir utiliser les techniques de base.

N'ayant pas vraiment autre chose à faire, je jette un œil aux arts martiaux offensifs, avant de tomber raide devant certains. L'Asakusen par exemple dont les techniques sont très clairement faites uniquement pour tuer. Pas de coups futiles avec celui-là, les coups sont toujours dirigées à la gorge, aux yeux, ou aux points vitaux, et sans aucune retenue de force. Préférant me tourner vers le Xing Quan aperçu tout à l'heure, qui paraît maintenant beaucoup plus paisible, je découvre que finalement, celui ci me convient plutôt pas mal, à condition que je devienne plus rapide. Certains coups sont facilement réalisables, comme par exemple le triple coup au foie, et d'autre bien plus complexe, notamment une avec une illustration dont j'ai bien du mal à comprendre comment un corps peut se retrouver dans cette position sans y être forcé par quelqu'un d'autre.

Ayant encore deux bonnes heures à tuer, je décide de regarder les dites «armes exotiques», et effectivement, pour être exotiques elles le sont. Je n'ai même jamais vu une de ces armes de ma vie, que ce soit maniée par quelqu'un ou dans une forge. Et sérieusement, y a t'il vraiment des gens qui se battent avec une clef à molette géante et qui ont des techniques de combat particulière pour cette arme? Et existe t-il vraiment des gens qui se battent avec des instrument de musiques? Pour le coup, mes théories de combat en prennent un coup, mais si de tels gens existent, j'ai presque envie de les rencontrer, savoir pourquoi cette arme et surtout comment ils s'en servent. Enfin, se battre avec une guitare est grotesque, le bois devrait se briser rapidement, surtout au manche. Et est ce que je viens de voir passer trois pages détaillant les différentes manières de se battre avec un yo-yo? Je commence soudainement à me poser des questions sur le sérieux de ce livre, jusqu'au moment où je découvre une illustration du-dit yo-yo. Si j'ignorais qu'il s'agissait de ce jouet pour enfant, j'aurais sans doute dit qu'il s'agissant d'une version miniature de la boule d'un fléau, autant dire que le livre est sans doute sérieux finalement. Un type de combat finit tout de même par retenir mon attention, un ensemble de trucs et astuces regroupés sous le nom de Sagiter, destiné aux utilisateurs d'objets lançables, ce qui paraît aller des aiguilles jusqu'aux pièces de monnaie, en passant par des fleurs, des cailloux et même des gens, pour une raison que j'ignore. Je ne pense pas pouvoir faire quoi que ce soit avec des pièces de monnaie, mais des aiguilles peuvent être utiles vu que je n'ai aucun moyen de me battre à distance.

Consultant cette partie, je finis par lever les yeux et constater qu'il est déjà quatre heures. J'en ai pour deux heures à deux heures et demie de marche pour atteindre le pied de la montagne, puis une heure d'escalade, et ensuite, la mission débutera. Si je pars maintenant, j'arriverais donc pour sept heures. Les gardes devraient être en train de changer de tour, donc tous soit à moitié éveillés soient exténués. Remballant mes affaires, je constate que mon calme est revenu, et que l'heure est arrivé. Je laisse le prix de la nuit sur le bureau de la chambre, sors par la fenêtre, et entame donc le chemin.

Revenir en haut Aller en bas
Kanäe Toupex
MidoriSasori
avatar
Messages : 952
Race : Humain
Équipage : Inquisition

Feuille de personnage
Niveau:
41/75  (41/75)
Expériences:
434/500  (434/500)
Berrys: 12.816.000 B

MessageSujet: Re: L'apparition de Kilroy. [FB-1an]   Mer 2 Mar - 17:01

Retour express
Kanäe était en vue de la villa, et le moins que l’on puisse dire c’est qu’il était plus que difficile de passer à côté de la large bâtisse malgré le fait que la nuit soit tombée, un feu fourni était présent devant la façade nord, la façade d’entrée. Kanäe savait que la situation à la villa était mauvaise mais de là à ce que l’assaillant ait débuté un feu, qu’est-ce qui pouvait bien se passer ?
 
Environ 2h plus tôt, l’escargophone avait sonné et Kanäe avait alors eu au bout du fil l’un de ses hommes de la villa, l’une des vigies du toi qui avait repéré un homme en approche de la villa, une personne inconnue. Kanäe avait donc demandé aux vigies de se tenir sur leurs gardes en leur précisant qu’elle préparait ses affaires au cas où la situation empirait. Pendant environ 20 minutes la verte avait remballé ses affaires et attendait des nouvelles de la villa mais n’en avait pas eu pour le moment. Elle était assez stressée car elle savait que le contrat sur la tête du scientifique avait été accepté, l’homme en approche était-il le chasseur de prime qui avait accepté le contrat ? La réponse tomba quelques minutes plus tard lorsque l’escargophone sonna de nouveau.
 
Madame, les choses ont empiré ! L’homme repéré vient de descendre mon partenaire sur le toit avec un fusil de précision. Je suis caché derrière la cheminée de la villa sur le toit mais je ne peux pas me mettre en position. Il a eu aussi le temps de descendre un garde placé à l’ouest et d’en blesser un autre à l’épaule du côté Nord. Tous les hommes sont rentrés à l’intérieur pour protéger la cible et sa famille. Je reste là-haut pour voir ce qu’il en est mais vous devriez rentrer rapidement. Je ne pense pas qu’il s’attende à vous voir débarquer derrière lui.

 
Kanäe ne prit qu’à peine le temps de répondre, signifiant qu’elle arrivait et avait raccroché, rangé son appareil de communication rapidement, avait saisi son sac et sorti comme une furie de l’hôtel sans même prendre le temps de régler le prix de la chambre. Comment un assassin repéré avait pu faire autant de mal parmi les rangs de la marine. Heureusement ses hommes avaient eu le bon réflexe : se mettre à l’abri tout en protégeant le plus efficacement possible la famille Kunido. La jeune femme avait perdu plus de trente minute depuis le début des hostilités et avait encore presque 1h30 de trajet, elle courait le plus vite possible tout en ménageant ses forces au maximum pour pouvoir gravir la montagne et encore conserver de l’énergie pour le combat à venir. Le trajet fut tellement long pour la chasseresse, elle ne le savait pas mais la situation empirait à chaque instant, l’homme s’était mis à couvert derrière un petit python rocheux et avait lancé un cocktail Molotov devant la façade principale de la maison et avait donc débuté un feu. Les hommes de la marine avaient alors été obligés de sortir pour éteindre l’incendie avec des sceaux d’eau, la chaine humaine était efficace dans un premier temps mais c’était sans compter  sur le tueur à gage qui venait de blesser un nouvel homme d’une balle dans la jambe. Presque une heure que la chasseresse s’était mise en route mais la situation était catastrophique. Les 4 gardes du corps avaient emmenés la famille de l’autre côté de la villa, vers le sud : vers la falaise pour les éloigner au maximum du feu.
 
Une demi-heure plus tard, à minuit, le feu était toujours bien présent, les hommes s’afféraient toujours pour l’éteindre mais la moitié d’entre eux avaient quitté la zone de feu pour se concentrer sur un problème plus urgent : l’ennemi avait approché et combattait avec deux haches et le problème restait le manque d’expérience des hommes de la marine contre un tueur bien plus vieux et plus puissant. L’un des hommes de la garde rapprochée avait rejoint le groupe de combat, avait évacué les deux blessé avant de lui-même prendre part au combat. Il avait demandé aux autres marines de reculer pour lui laisser l’espace. Après environ 10 minutes d’un combat acharné, le garde du gouvernement mondial était épuisé mais surtout surpassé.
 
Au même moment, la chasseresse approchait du portail de la villa, elle venait de parcourir le chemin de montagne qui la séparait de son objectif. Elle entendit alors une voix sur le toit prévenant les autres hommes, un simple « Voilà la chef ! ». Au moment où Kanäe passa le portail son regard se posa directement sur un homme les bras écartés, tenant deux haches se refermant brusquement vers le cou d’un homme agenouillé. Le tueur venait d’ôter la vie au garde qu’il combattait depuis une dizaine de minute. Kanäe attrapa ses dagues dans son dos avec une grande froideur, elle approchait à toute vitesse de l’homme qui s’était déjà retourné pour lui faire face. Kanäe fit signe à ses hommes de rester à l’écart, elle allait venger la perte du garde, seule.
 
Le tueur se jeta sur la verte, le regard dur et la bave aux lèvres, l’homme était déjà excité à l’idée de faire une nouvelle victime. C’est alors que la chasseresse baissa le bras, comme si elle renonçait déjà au combat, elle fit simplement un léger signe de tête et un coup de feu retentit et un silence, seulement le crépitement des flammes prêtes à s’éteindre. L’assaillant venait de tomber au sol et les ordres avaient été très bien exécutés. En arrivant en bas de la montagne, Kanäe avait de nouveau décroché le combiné de son escargophone, elle avait fait le trajet très rapidement et avait perdu pas mal d’énergie, le combat serait donc difficile. Elle avait donc joint la vigie encore en vie en lui précisant qu’il fallait qu’il annonce sa venue, pour obliger l’assaillant à faire face à la chef de l’expédition, alors l’homme posté en hauteur pourrait facilement lui coller une balle dans la jambe. La vigie avait parfaitement exécuté sa tâche et le tueur à gage s’était écroulé. Puis une deuxième détonation : la vigie venait de parachever le travail avec une balle dans la seconde jambe. Il ne pouvait plus se relever, mais l’homme à la capuche ne lâcha pas ses armes et s’apprêta à relancer une nouvelle attaque mais à genou. Kanäe fit signe au tireur de ne plus tirer aucun projectile, celui-ci accepta l’idée et se remit en place pour observer les alentours, le reste de la troupe avait réussi à éteindre le feu et Kanäe décida de s’occuper en personne du tueur, elle s’approcha donc, esquiva un coup de lame maladroit et planta une seringue dans l’épaule de l’ennemi.
 
Il se laissa alors tomber vers l’avant tout en lâchant ses armes, l’homme était endormi ; endormi non, il était paralysé et prêt à être interroger.  Kanäe se dit cependant qu’elle devrait mettre au point un poison paralysant qui empêcherait l’adversaire de parler, le tueur était en train de maudire la chasseresse, les hommes de son groupe, leurs familles et descendances à venir. La jeune femme retourna l’homme pour qu’il puisse la regarder en face, elle sourit et lui planta une nouvelle seringue dans la jambe. La séance de torture pouvait commencer, le poison que venait de lui injecter l’herboriste était un poison très utile, un poison de sensibilité qui décuplait toute sensation de douleur à des niveaux extrêmes. La chasseuse expliqua alors au torturé qu’il allait souffrir jusqu’à ce qu’il confie la position effective de Jarm Unlik.
 
Il est inutile de relater la séance de torture qui dura près d’une heure, où Kanäe s’évertuait à lacérer la peau de l’adversaire par petite touche, chaque entaille causait une douleur sans nom à la cible des agissements sadiques de la marine. La verte restait de marbre devant les hurlements de sa proie. Celui-ci finit par demander la promesse d’une mort rapide s’il disait tout, ce que lui promis la chasseresse. Il se résolu alors à donner l’information tant convoitée par la verte, la position de Jarm. Une fois l’information donnée, le torturé fut égorgé de sang-froid, il avait tué 3 hommes et en avait blessé 4 autres en cette nuit tragique et il méritait le châtiment qu’il venait de recevoir. Kanäe se releva et alla se coucher en précisant à ses hommes d’abandonner tous les postes donnés, le nouvel ordre était de rester à l’intérieur, tout le monde sauf la vigie et de protéger la famille à tout prix. Le lendemain aux aurores, sur les coups de 5h du matin, la chasseresse se mettrait en route pour débusquer sa proie.


© Codé par Kari Crown
  
Revenir en haut Aller en bas
Sana Asante
Al-Azif
avatar
Messages : 231
Race : Humain

Feuille de personnage
Niveau:
29/75  (29/75)
Expériences:
44/200  (44/200)
Berrys: 1.173.000 B

MessageSujet: Re: L'apparition de Kilroy. [FB-1an]   Jeu 3 Mar - 10:44







En temps normal, j'aime la marche. On découvre des chemins, un environnement, pas mal de trucs en fait. Mais aujourd'hui, ce n'est pas une marche d'agrément, c'est une marche de mission. Deux heures de marche en fait, et je commence à observer la cible dès la moitié du chemin, grâce aux jumelles empruntées à Lork. Et ce que je vois est étonnant.

L'autre contractant est déjà passé à l'action, sans doute dans la nuit, et la maison est en très mauvais état. Il a du démarrer un feu car toute la façade nord est noircie, et une partie de la façade ouest également. Je suis obligé d'attendre une demie-heure de marche supplémentaire pour avoir des informations supplémentaires grâces aux jumelles, et celles ci sont plutôt bonnes pour moi. Au moins un des gardes a été tué, et plusieurs ont été blessés, ce qui facilitera mon infiltration. Et en parlant d'infiltration, j'arrive à la falaise, vingt mètres d'escalade sur du roc à vif puis quelques chose comme cinq autres sur une plate forme de pierre horizontale, uniquement à la force des bras.

Je relève mes cheveux en natte à l'arrière du crâne pour ne pas être gêné, place Kissifrotsipik dans le sac à pitons que je passe en bandoulière pour être sur de pouvoir les attraper, et me prépare à l'escalade. Celle-ci s'avère à la fois simple et complexe. Comme il s'agit de pierre nue, je trouve parfois des anfractuosités suffisamment grande pour y placer mains et pieds avant de continuer, mais par certains moment je bénis ma présence d'esprit qui m'a fait demander des pitons, et je bénis Lork qui a pu en trouver d'aussi bonne qualité. Ceux-ci sont en effet très fin avec une tête triangulaire, me permettant de les placer quasiment partout et de marcher dessus sans problème.

Plusieurs fois Kissifrotsipik couine à cause de mes mouvements qui l'empêchent de dormir, sans parler de ma main froide qui le touche chaque fois que j'ai besoin d'un piton vu que ce petit feignant s'est installé dessus sans aucun complexe, mais dans l'ensemble, la première partie se fait sans gros ennui. Pas de rochers qui tombent, pas d'endroits sans aucune prise, rien de vraiment gênant qui pourrait me bloquer ou me retarder. La deuxième partie en revanche est un vrai calvaire. Sans rire, l'escalade horizontale, plus jamais. Là où la première partie m'a demandé entre trente et quarante minutes d'escalade pour vingt mètres environ, la deuxième partie m'aura demandé le même temps pour cinq ou six. Pas de prises stables, obligé d'avancer à la force des bras et la crainte que si une prise lâche, eh bien vingt mètres de chute. Même si je survis, je ne pourrais pas faire grand chose après ça.

Remonter sur la plate-forme après ça est également assez complexe et sportif, la seule solution que je trouve étant de me balancer suffisamment pour avoir un momentum assez grand pour faire le tour d'un coup. Et même si ce plan marche, la peur que j'éprouve à me balancer ainsi au dessus du vide avec des bras criant à l'agonie est suffisamment élevée pour me dissuader de recommencer. Et tenir sur un mètre de roche collé à un mur pour reprendre son souffle, ce n'est pas génial non plus, mais je touche au but.

Après deux ou trois minutes à reprendre mon souffle, je m'assure qu'il n'y a personne de l'autre côté, puis tapote suffisamment un piton à mi hauteur pour pouvoir passer le mur tranquillement. Je pénètre donc dans le jardin, prends appui sur la fenêtre du rez-de-chaussée, atteint celle du premier après un saut hasardeux, me hisse en ignorant les hurlements de contrariété de mes bras déjà bien malmenés et m'assure qu'il n'y a pas de gardes en train de surveiller le couloir. Ne croisant aucune tête, je décide de faire dans la subtilité, et fait rouiller intégralement le loquet de la fenêtre, suffisamment pour que celui-ci tombe en poussière, me laissant ainsi la voie libre pour entrer dans la maison.

Je suis désormais au bon endroit, il ne me reste plus qu'à accomplir ce pour quoi je suis venu, en toute discrétion.



Dernière édition par Asante Sana le Jeu 3 Mar - 18:47, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Kanäe Toupex
MidoriSasori
avatar
Messages : 952
Race : Humain
Équipage : Inquisition

Feuille de personnage
Niveau:
41/75  (41/75)
Expériences:
434/500  (434/500)
Berrys: 12.816.000 B

MessageSujet: Re: L'apparition de Kilroy. [FB-1an]   Jeu 3 Mar - 18:31

Le début de la fin
Le réveil de la chasseresse venait de sonner, elle s’était lever encore plus énervée que la veille au matin. Le soir avait été un catastrophe pour la mission mais l’objectif avait été sauvegardé : le scientifique et sa famille étaient toujours en vie et n’avait pas vu ce qu’il s’était passé devant la maison. Kanäe avait fait un topo avec ses hommes avant de quitter la villa à 5h30 du matin. Elle avait ainsi descendu la montagne en direction d’une petite maison située entre le village de Myork et la grande ville où Kanäe avait mis un beau remue-ménage. Après environ 30 minutes de descente la chasseresse venait de rejoindre le plateau en contrebas de la montagne, prête à se mettre en route pour tuer son objectif majeur. L’assassin de la veille avait donc donné l’emplacement de l’endroit où se trouvait le commanditaire mais aussi le fait que celui-ci n’avait qu’une très petite escorte : seulement 3 hommes. Une escorte de 3 hommes était une bonne nouvelle pour la chasseresse, moins les ennemis étaient nombreux mieux c’était, mais elle ne connaissait pas le niveau de ces hommes ni même le niveau de combat du chef de la bande. A en écouter les rumeurs colportées par le scientifique ou les différentes personnes auprès desquelles la verte avait eu des informations. Apparemment Jarm Unlik était un homme très brutal, une brute avec un physique qui reflétait bien son attitude, on disait encore qu’il avait l’habitude de porter une large épée à la ceinture et qu’il s’en servait pour décapiter ses ennemis dans le moindre remord et sans la moindre hésitation. La chasseuse devrait donc faire attention à sa vie lorsqu’elle pénétrerait dans la chaumière. Elle avait prévu de s’en approcher discrètement mais une fois devant, elle rentrerait sans hésiter et attaquerait. Il ne servirait à rien de se cacher, après tout l’ennemi saurait rapidement qu’il ne s’agissait pas du chasseur de prime qu’il avait engagé.
 
Le trajet dura presque une heure et demi, temps pendant lequel Kanäe revoyait beaucoup d’image : son plan d’attaque avec notamment l’usage de seringues et de ses armes, le spectacle horrible de la veille où elle avait vu l’un de ses hommes se faire décapiter sous ses yeux et l’image de son père. Sa première mission en solo n’avait pas encore échouée mais elle ne s’était pas déroulée à merveille. Elle devait gérer la situation jusqu’à ce que le transport sécurisé n’arrive et n’avait que partiellement réussit cette tâche et ne pouvait se permettre de connaitre un  nouvel échec, enfin du moins une nouvelle faiblesse dans le système de défense de la chasseresse.
 
La chasseresse avait passé l’un des villages depuis un certain temps et portait une grande attention à son environnement jusqu’à ce qu’elle voit une chape de fumée s’élevant dans le ciel à quelques kilomètres à l’ouest. Elle ralentit donc le rythme pour pouvoir souffler, il ne s’agissait pas de sprinter comme une folle pour arriver épuisée à la chaumière et commencer le combat déjà exténuée. Elle parcouru donc la dernière ligne droite en prenant plus de temps, avançant au fur et à mesure, lentement mais surement pour ne pas être détectée rapidement ou encore pour pouvoir conserver l’effet de surprise. Après presque une vingtaine de minute, la verte arriva à quelques mètres de la maison par le coté Est où ne se trouvait qu’une fenêtre, la chasseresse avança à couvert et passa sous la fenêtre pour ne pas être vue. Elle fit le tour de la maison jusqu’à arriver devant la porte.
 
Elle bloqua sa respiration, posa le rythme de ses battements cardiaques avant de saisir une de ses seringues et de se l’injecter directement dans la jambe. Elle saisit ses lames et frappa à la porte. Le combat allait débuter.


© Codé par Kari Crown
  


Dernière édition par Kanäe Toupex le Dim 6 Mar - 11:01, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Sana Asante
Al-Azif
avatar
Messages : 231
Race : Humain

Feuille de personnage
Niveau:
29/75  (29/75)
Expériences:
44/200  (44/200)
Berrys: 1.173.000 B

MessageSujet: Re: L'apparition de Kilroy. [FB-1an]   Ven 4 Mar - 17:01







La maison est silencieuse, ce qui est bien. D'un autre côté, je sais qu'il y a des gardes à l'intérieur, et si ceux-ci sont silencieux, c'est moins bien, puisque cela augmente mes chances de me faire repérer, et donc de mettre fin à ma carrière tranquille. Je me glisse donc par la fenêtre avec le minimum de bruit possible en la rabattant derrière moi, puis décide d'écouter plus attentivement aux portes de l'étage, juste au cas où.

Mes doutes ne sont cependant pas fondés, puisque les chambres sont silencieuses. Vides ou habitées par des gardes endormis, je n'irais pas voir, ce serait trop risqué par rapport à ce que j'y gagnerais, si j'y gagnais quoique ce soit. Une pièce cependant est habitée. Alors que je colle mon oreille au battant, j'entends deux petites voix gazouiller. Des enfants maintenant? D'abord une femme, maintenant des enfants.... Je commence à me dire que je suis en train de me faire avoir, mais je n'ai plus vraiment le choix. Je suis déjà dans la maison, et je me suis déjà compromis, autant dire que si je pars maintenant, toute ma crédibilité s'envole, sans compter de mon vague honneur.

Qu'est ce que je fais? Est ce que j'attends là pour les assommer quitte à me faire repérer par un garde? Est ce que j'entre avant de les assommer en prenant le risque de pouvoir être décrit? Ou alors est ce que je monte directement sans m'en soucier en espérant que ça suffira? Y a pas à dire, les missions d'infiltrations, c'est vraiment pas mon truc. Et maintenant, j'entends des bruits de pas en plus! Qui montent ou qui descendent? Ils descendent. Donc se cacher dans le coin, et on avisera dès que la personne approchera.

Les pas sont assez légers, sans doute sa femme? Ou alors une marine? Si elle tourne et qu'elle me voit, je suis très très mal. Non, elle entre dans la pièce avec les deux enfants pour jouer avec. Donc ce n'était pas une marine, mais bien sa femme. Ce Jarm commence a vraiment me courir sur le haricot, il m'a refilé un petit paquet de fausses infos pour me forcer la main. Mais elle referme la pièce derrière elle, et je l'entends discuter joyeusement avec ses filles, prénommées Chloé et Léa. Un détail dont je me serais bien passé, maintenant éliminer le père va me peser sur la conscience.

Mais je peux du coup les bloquer à l'intérieur de la pièce. M'approchant à pas de loup, je tends la main vers la serrure, et fait tout doucement rouiller le mécanisme. Ça demande plus de concentration que prévu, d'habitude je me contente de faire rouiller les objets le plus vite possible, mais il s'agit ici d'un obstacle plus subtil. Je finis par arriver à un degré de corrosion que j'estime suffisant et réitère mon tour sur la poignée. Celle-ci étant désormais bloquée, la femme et ses filles n'auront pas d'autre choix que de défoncer la porte ou attendre que des marines le fassent. Je prie seulement pour qu'elles ne s'en rendent compte qu'une fois que je serais parti, sinon ça risque de mal tourner. Taper à la porte ferait du bruit et attirerait des gardes, et sauter du deuxième étage n'est pas inclus dans mes plans.

Je monte les escaliers le plus silencieusement possible, heureux que les marches en bois ne craquent pas, et jette un œil dans la grande salle du deuxième étage. Pas de gardes, peu de meubles, pas d'armes apparentes. Un canapé avec la tête de mon bonhomme qui dépasse. Je me glisse doucement vers lui et attrape son cou au creux de mon bras, prêt à l'étouffer. Alors qu'il sursaute et demande qui je suis, je resserre, quand soudainement, l'escargophone sur la table devant lui sonne. Pas très grave, jusqu'au moment où un coup de pied tape dans la table, déclenchant ainsi l'appel.

Là, je suis mal, et ce n'est pas une théorie.

Revenir en haut Aller en bas
Kanäe Toupex
MidoriSasori
avatar
Messages : 952
Race : Humain
Équipage : Inquisition

Feuille de personnage
Niveau:
41/75  (41/75)
Expériences:
434/500  (434/500)
Berrys: 12.816.000 B

MessageSujet: Re: L'apparition de Kilroy. [FB-1an]   Dim 6 Mar - 10:53

Gorges tranchées, sang séché et voix érailée

Après avoir frappé à la porte, la chasseresse verte avait pu entendre quelques éclats de voix, des voix différentes l’invitaient alors à entrer, à refermer derrière elle et à « se bouger le cul » mais la jeune femme n’en fit rien, attendant qu’une personne vienne lui ouvrir. La pluralité de voix confirmait la présence de plus d’un adversaire, selon Kanäe il était au moins trois, ce qui corroborait la version de l’assassin qui en avait dénombré quatre. Après une vingtaine de seconde d’attente, quelqu’un mit la main sur la poignée de porte  et l’abaissa avant de tirer la porte vers lui découvrant ainsi le visage de l’arrivante. Kanäe n’était pas entrée pour une seule raison, l’effet de surprise maximum : si elle était entrée, les hommes auraient eu le temps de réagir avant qu’elle n’arrive sur eux alors que là, au moins un d’entre eux serait à portée et ne pourrait pas se défendre. Le plan de la verte commença donc au moment où elle découvrit le visage interloqué de l’homme qui venait d’ouvrir, l’un des trois sbires de Jarm sans doute. Le portier n’eut pas le temps de donner l’alerte que déjà une dague venait lui ouvrir la gorge, la chasseresse avait réagi au quart de tour, probablement grâce à la drogue qu’elle s’était injectée avant d’entrée. Il s’agissait d’une fabrication maison qui permettait de donner un coup de fouet au système nerveux de l’utilisateur, démultipliant ainsi ses réflexes.
 
Pour en revenir à l’homme blessé, ce dernier s’étala de tout son long au sol et commençait déjà à se vider de son sang, il n’était pas seulement blessé mais bel et bien mort. Kanäe eut alors une vue dégagée sur la totalité de la petite chaumière mais ne prit pas vraiment le temps de l’étudier. Deux hommes étaient assis à une table et commençait déjà à se relever alors qu’un dernier, assez massif se trouvait derrière un bureau de fortune. Le dernier homme ne bougeait pas, il regardait fixement l’assaillante en mangeant des bonbons. Alors que ses deux sbires encore en vie se jetaient sur une chasseresse en pleine course, le patron enfourna une nouvelle poignée de douceur dans sa bouche en souriant, il aimait le combat et semblait impatient d’en découdre. Le premier choc de métal ne fut pas long à attendre et l’imposant Jarm Unlik se régalait du spectacle, il appréciait le choc des lames, le regard furieux ses guerriers et davantage encore le regard emplit de haine de la petite adversaire. Au début il pensait qu’il n’aurait même pas l’occasion de prendre part aux festivités, imaginant, aux vues de la carrure de ses sbires par rapport à celle de la jeune femme, qu’elle ne ferait pas le poids plus de quelques secondes. Il maudissait encore le garde placé à la porte qui avait été assez bête pour se laisser tuer sans même avoir eu le temps de réagir. Mais plus l’affrontement avançait, plus le hors-la-loi souriait, il voyait que ces hommes étaient bien plus lents que Kanäe, qu’elle esquivait tous les coups et surtout qu’elle était la seule jusqu’alors à parvenir à tailler la chair de ses adversaires.
 
En effet, Kanäe mettait en pratique tous les enseignements qu’elle avait pu suivre et démontrait aux bandits toute la puissance du style du serpent, un style fourbe qui ne faisait pas dans la demi-mesure. Ainsi après quelques échanges rapides, la verte avait profité d’une ouverture pour sectionner les ligaments du coude droit de l’un des malfrats avant de planter sa lame dans l’aisselle droite du second. Les deux hommes ne pouvaient plus ni l’un, ni l’autre se servir de leurs bras droits ce qui semblait particulièrement handicapé  le plus vieux des deux qui envoyait des mouvements grossiers et imprécis avec son bras gauche. Il fut donc décider qu’il serait le premier à mourir, il s’agissait de la cible la plus facile à abattre et ensuite la jeune marine se retrouverait en face à face avec le dernier sbire. Mais alors que le maladroit lançait encore un coup dans le vide, celui-ci trouva une cible, le second homme blessé au coude s’était jeté sur l’herboriste, sans doute dans le but de la faire tomber au sol. Dans sa précipitation, il ne vit pas le coup de son camarade partir et l’épée de l’empoté entra de plein fouet dans le dos du pauvre assaillant qui s’écroula en hurlant. La chasseuse ne perdit pas de temps et profita de l’erreur ainsi que de son impact sur son lanceur pour achever les deux hommes. Pour l’homme au sol, il y avait le temps, il hurlait et cela s’avérait assez désagréable mais il ne pouvait plus se lever, elle sauta donc sur l’homme encore debout en l’entourant avec ses jambes pour le faire tomber au sol. L’entreprise fut couronnée de succès et bientôt l’homme bloqué entre les jambes de la verte heurta le sol et avant même qu’il ne ressente la douleur de son crâne heurtant le planché, une lame se planta au niveau de carotide puis de son cœur. La tueuse se relevait pour achever l’homme agonisant, le nouveau mort se vidait entièrement de son sang, le sang du premier mort commençait déjà à former une croute noire sur le cou du pauvre bougre et le massif dévoreur de bonbon venait de se lever tranquillement en saisissant une longue et large épée qu’il cachait derrière son bureau.
 
La mort vint rapidement frapper le dernier subordonné lorsque sa nuque craqua sous le mouvement de la jeune représentante de la marine, la future lieutenante venait de lui rompre le cou. Et alors qu’elle se relevait, elle entendit une voix grave dans son dos.
 
Bien, bien, bien… Je vois que je ne suis pas face à une débutante, au contraire tu me semble  être une combattante avertie. Je suppose encore que tu es ici pour me tuer, donc tu dois être la jeune marine dont j’ai entendu parler, celle qui a ôter la vie de mon ami en ville il n’y a de ça que quelques heures. Mais je ne suis pas rancunier et je ne t’en veux pas, la seule question que je me pose est la suivante : lequel de deux chasseurs de prime a vendu la mèche, le grand chevelu ou le petit encapuchonné ?  Quoiqu’il en soit, je te propose un marché : rejoins moi et tue Kunido et je t’offrirai tout ce que tu veux. Sinon … je me verrai dans l’obligation de te tuer.

 
Ce que venait d’entendre Kanäe ne lui plaisait pas du tout, outre la proposition qu’elle refuserait en plantant sa lame dans la gorge du hors-la-loi, elle venait d’apprendre qu’un autre chasseur avait accepté le contrat et que donc le risque n’était pas levé. Une fois son adversaire au tapis, la jeune verte devrait rapidement joindre Kunido pour l’informer de la situation. Mais pour l’heure elle devait se concentrer sur le combat à venir, mais Unlik ne semblait pas presser, il voulait que la jeune femme rejoigne les rangs de son organisation. Il lui expliqua alors tous les bienfaits de devenir une indépendante du gouvernement, mais continua en lui disant qu’il avait chanté Kunido et qu’il avait fait croire à ses chasseurs de prime, en particulier au grand chevelu, que le scientifique avait trahit alors qu’en réalité Jarm Unlik était simplement un monstre. Il s’arrêta ensuite de parler en attendant la réponse de la verte, celle-ci fut sans appel et silencieuse : un moulinet de dague et une charge rapide.
 
Le combat venait de débuter, l’homme lança son impressionnante épée vers Kanäe, et lorsque l’on dit lancer ce n’est pas un coup mais bel et bien un lancer de lame au niveau des hanches, difficile à esquiver donc surtout du fait de la course que Kanäe avait entreprit. Alors que l’épée quittait les mains, la verte se laissa glisser au sol, la puissance du massif Jarm Unlik se vit immédiatement dans son lancer : la lame fonçait à une vitesse fulgurante et passa à quelques centimètres du nez de la chasseresse, coupant même quelques cheveux à la belle. Celle-ci n’interrompit pas sa glissade et alors que l’épée venait de détruire une partie du mur de la chaumière, Kanäe planta l’une de ses dagues dans la cuisse gauche de son adversaire lui arrachant alors un léger cri de douleur. Elle comptait récupérer sa dague et continuer sa glissade en passant entre les jambes d’Unlik, mais c’était sans compter sur les réflexes du bandit qui saisit la main de Kanäe directement sur sa dague. Il affirma sa prise et tira entrainant ainsi l’extraction de la dague et la main suivie du corps entier de la chasseresse, une fois en l’air, il l’attrapa par le cou et commença à serrer pour l’étrangler. Sa main était tellement grande qu’elle entourait complétement le cou de Kanäe, celle-ci se débattait et n’arrivait plus à respirer, elle commençait peu à peu à sombrer mais sans céder à la panique et une idée lui vint, elle prit tant bien que mal un des seringues qu’elle avait à sa ceinture et la planta dans le bras de son opposant, celui-ci ne lâcha pas dans un premier temps, malgré la douleur qui commençait à se rependre dans son bras.  Mais alors qu’il voulut resserrer encore sa prise, celui-ci sentit ses forces l’abandonner, et il lâcha quelques secondes plus tard avant de tomber à genou. La verte ayant retrouvée le sol, tituba un peu et tomba assise en se tenant la gorge reprenant petit à petit son souffle. Elle marqua un long temps de pause alors que Jarm continuait à sentir cette douleur vive et commençait même à suffoquer à son tour. Kanäe se releva et s’approcha pour lui adresser quelques mots, elle commença à parler mais n’y parvint pas, ses cordes vocales avaient dû prendre un coup. Elle s’éclaircit la gorge pendant environ 5  bonnes minutes devant un Jarm de moins en moins bien et qui ne pouvait plus bouger. Elle reprit alors son souffle et réussit enfin à parler d’une voix qui n’était pas vraiment la sienne : une voix étouffée, une voix éraillée.
 
Je viens de t’injecter un concentré de Gelséminine, il s’agit d’un poison assez simple à fabrique provenant du jasmin. Je me doute que tu t’en moques mais je voulais clarifier la situation. Ce poison donne la mort par paralysie du système respiratoire et donc fait plutôt pas mal souffrir et crois moi que je ne vais pas écourter tes souffrances. Par ta faute, plusieurs de mes hommes sont morts et ça je ne peux le pardonner. Maintenant je vais aller me charger de ton deuxième chasseur. Bonne mort.   

 
La chasseresse poussa la porte et retrouva l’extérieur, elle décrocha vite son escargophone pour contacter le scientifique Kunido qui répondit rapidement, la verte ne lui laissa pas le temps de parler et commença avec sa voix méconnaissable.
 
Kunido ? C’est moi, je viens d’en finir avec Jarm Unlik, faites attention il a mandaté un autre chasseur de prime, un grand chevelu qui croit que vous êtes un traitre. Il lui a menti pour qu’il accepte la mission. Prévenez mes hommes et faites attention, je rentre au plus vite.

 
Kanäe ne prit pas le temps d’attendre une réponse et raccrocha avant de repartir vers la villa, laissant derrière elle des gorges tranchées, du sang séché et une voix éraillée.

© Codé par Kari Crown
  
Revenir en haut Aller en bas
Sana Asante
Al-Azif
avatar
Messages : 231
Race : Humain

Feuille de personnage
Niveau:
29/75  (29/75)
Expériences:
44/200  (44/200)
Berrys: 1.173.000 B

MessageSujet: Re: L'apparition de Kilroy. [FB-1an]   Dim 6 Mar - 14:13







« Kunido?C’est moi, je viens d’en finir avec Jarm Unlik, faites attention il a mandaté un autre chasseur de prime, un grand chevelu qui croit que vous êtes un traître. Il lui a menti pour qu’il accepte la mission. Prévenez mes hommes et faites attention, je rentre au plus vite.»

Quoi? Je veux dire.... Quoi? Il n'y a aucun moyen que la femme au combiné sache que je suis là, donc elle est sérieuse. Ça remet pas mal de trucs en cause. Je pourrais finir de le tuer pour honorer le contrat, mais Jarm mort, je n'ai plus rien à y gagner. Et si elle a pu me décrire, même aussi approximativement, elle ne dit sans doute pas de bêtises. Je n'ai pas vraiment de solutions pour le coup.

Décidant d'aller au plus simple, je resserre ma prise, jusqu'à sentir le scientifique s'effondrer. Passant ma main devant sa bouche, je vérifie qu'il respire toujours, et décide de partir au plus vite. D'un autre côté, laisser un petit mot à la marine serait amusant, et ce genre de truc fait toujours parler de soi. Sortant mon couteau, je décide de graver un signe sur la table, un bonhomme au gros nez regardant par dessus un mur. Amusant, mais pas suffisant, le signe pourrait être ignoré. Je ne peux évidemment pas mettre mon nom, mais un surnom pourrait être valable. Kilroy, le roi tueur. Ridicule, mais un surnom est censé avoir de la gueule, alors pourquoi pas. Je grave donc à coté du petit bonhomme un vague «Kilroy était ici» et décide qu'il est temps de mettre les voiles.

Je redescends donc au premier, où la mère et ses filles sont toujours en train de jouer sans un souci, ouvre la fenêtre et saute jusqu'au mur en face. Par chance, personne n'est là et le mur n'est pas très loin de la fenêtre. J'arrive ainsi sur le haut du mur, même si un peu trop proche du bord à mon goût, saute rapidement de l'autre côté, et installe mon échappatoire. Un gros piton, planté dans la roche, et autour duquel j'enroule la corde avant de jeter l'autre extrémité dans le vide, la laissant pendouiller à environ un mètre du sol en bas. Je tire un grand coup pour vérifier qu'elle est bien attachée, et commence à descendre en rappel.

La corde tiens, et je pousse un soupir de soulagement lorsque mes pieds touchent le sol. Je n'ai plus vraiment le temps de flâner, je dois partir de l'île en vitesse. Courant vers le port le plus proche, donc à deux heures de là, je me rends compte que je n'ai pas vraiment le temps de rendre ses jumelles à Lork. Tant pis, il était sans doute impliqué dans l'affaire également de toute façon, considérons ça comme un dédommagement. Pas génial comme affaire, mais je me suis quand même bien amusé, et j'adorerais pouvoir voir la tête de la marine en charge devant mon message.

Je finis par ralentir, presque à bout de souffle, et arrive au port. Un bateau est là, prêt à partir pour ailleurs, et il reste des places. Je m'empresse de monter, m'installe le long du pont, et réfléchit au futur.

Revenir en haut Aller en bas
Kanäe Toupex
MidoriSasori
avatar
Messages : 952
Race : Humain
Équipage : Inquisition

Feuille de personnage
Niveau:
41/75  (41/75)
Expériences:
434/500  (434/500)
Berrys: 12.816.000 B

MessageSujet: Re: L'apparition de Kilroy. [FB-1an]   Dim 6 Mar - 16:26

Avertissement

Kanäe avait quitté la dernière demeure de Jarm depuis plus de trois heures et n’avait toujours pas rejoint la villa, elle venait seulement d’arriver au pied de la montagne et de loin, tout semblait calme. Après avoir appelé le scientifique, la verte était restée assise devant la chaumière un certain temps pour se reposer, le contrecoup de sa drogue faisait effet. Avant de repartir, elle avait vérifié que le commanditaire était bien mort, ce qui était le cas et s’était alors mise en route pour rejoindre ses hommes et préparer son départ, ainsi que celui de la famille Kunido. Malgré le temps de repos qu’elle avait pris, la drogue affaiblissait encore son organisme, il lui était donc impossible de courir sur une longue distance ou même de marcher vite : elle avait donc prit son temps. Sur le chemin elle avait eu un coup de fil, avant de répondre elle avait peur d’entendre un de ses hommes lui dire qu’ils étaient attaqué ou pire que Kunido était mort, mais non il s’agissait du « Coquetier » un bateau civile appartenant à la marine et dont les gouvernementaux se servaient pour des missions sous couverture. Le bateau approchait de Powder Island et pourrait donc assurer le rapatriement de la famille à protéger dans la soirée : tout s’annonçait bien. La verte n’avait aucune idée de ce qu’il s’était passé à la villa.
 
Ainsi après une heure de marche montagneuse harassante, la verte poussa enfin la porte de la villa et trouva, à sa grande surprise, l’intégralité de ses hommes en alerte. L’un d’eux lui expliqua la situation : quelqu’un s’était introduit dans la maison, avait bloqué la porte où se trouvait la femme et les filles de Kunido, avait étranglé le scientifique sans prendre la peine de le tuer et était ressorti, tout cela sans être vu. La chasseuse était fatiguée, ses muscles étaient en compote et demandaient du repos mais elle devrait encore poussé un peu plus loin. Passablement énervée mais toujours aussi impassible, Kanäe houspilla quelque peu ses hommes avant de monter au deuxième étage, là où se trouvait Kunido, sa famille et les trois gardes du corps restant. Arrivée en haut, ce sont ces trois-là qui essuyèrent la colère de la verte, puis elle alla prendre des nouvelles de la famille. Le mari allait bien, il était seulement déboussolé et le reste de la famille n’avait pas souffert, juste un peu d’anxiété de la part de Madame Kunido mais quoi de plus normal après tout.


La chargée de mission quitta la chambre et alla dans le petit bureau où avait été agressé le scientifique, elle inspecta les lieux et trouva rapidement un dessin et une inscription sur la table : un certain Kilroy était passé et avait signé son forfait. La colère atteignit alors un point de non-retour et la verte la laissa sortir, elle leva la jambe et l’abattit de toutes ses forces sur la table qui se brisa en deux, le point d’impact à l’endroit précis où se trouvait le message. Les hommes de la marine se précipitèrent pour voir quelle était la source du bruit et virent donc leur supérieur assise sur le petit canapé faisant face à la table brisée, toujours impassible. Elle leur dit alors de se préparer et d’aider la famille à faire leurs bagages, le départ était imminent.
 
Trois heures plus tard, la famille et les hommes de la marine embarquaient à bord du coquetier avec la chasseresse verte, elle n’avait qu’un nom en tête et se permit un adieu à Powder Island :
 
div class="dialogue_kanae"> A bientôt Kilroy

 

© Codé par Kari Crown
  
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: L'apparition de Kilroy. [FB-1an]   

Revenir en haut Aller en bas
 

L'apparition de Kilroy. [FB-1an]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Apparition (LIBRE mais quelqu'un pitié ^^")
» Ré-Apparition d'un bout de métal rouillé...
» L'apparition de Zeus
» Une apparition au milieu des eaux [Megara]
» Second cours : Disparition, apparition et autre sort

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
One Piece Seken :: Le monde de One Piece :: Seas Blues :: West Blue :: Powder Island-