Partagez | 
 

 [Conquête] And so he spoke... [PV LIBRE MOTHERFUCKA]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
PNJ [Decimas]

avatar
Messages : 69

MessageSujet: [Conquête] And so he spoke... [PV LIBRE MOTHERFUCKA]   Jeu 28 Jan 2016 - 21:11




Kokuwo Makui, chef de Mars, et Kokuwo Nala.

Une fermeture éclaire s'ouvrit brutalement, au beau milieu de Whiskey Peak, rompant la morne quiétude nocturne qui habitait jusque-là les lieux. Sous les seuls regards de la Lune et des étoiles, deux personnes sortirent immédiatement de ladite fermeture, qui débouchait en vérité sur un univers parallèle des plus étranges : Kokuwo Makui et sa soeur, Kokuwo Nala, étaient enfin arrivés. Organiser l'offensive depuis les événements de Drum n'avait pas été de tout repos, d'autant plus si l'on considérait que Centes laissait toute latitude à Mars pour s'occuper des formalités qui entouraient la récupération du ponéglyphe, mais c'était désormais chose faite : l'organisation criminelle menée par l'ancien vice-amiral allait pouvoir faire des siennes et prouver au Monde entier que, malgré la défaite infligée par Rasgarat Abel et les invités du Jeu de Mars, ils n'étaient pas prêts de déposer les armes. Pire encore : le sourire qui trônait sur le visage de l'ancien gouvernemental, doux mélange entre euphorie et empressement, n'était pas vraiment un bon présage pour ceux qui se trouvaient sur Whiskey Peak et qui souhaitaient bien lui résister. D'une main leste, il tira un petit morceau de feuille de papier de son manteau et contempla alors la direction dans laquelle celui-ci pointait. Il semblait indiquer un énorme bâtiment, non loin de là, que la jeune sœur du leader ne tarda guère à identifier à travers la visière sombre et teintée de son casque :

-Villa Loca. On dirait que Ghetis Archer n'a pas menti, en tout cas concernant Shindô.
-On verra bientôt quant au reste, alors...

Les deux frères firent quelques pas de plus en observant les alentours. La nuit était claire, les rues semblaient désertées et les seules traces de vie qui subsistaient çà et là n'étaient que des paires d'animaux nocturnes égarées et effarées d'apercevoir une apparition aussi brutale que soudaine. Manifestement, la majorité immeubles étaient éteintes et seules quelques poignées de fenêtres laissaient filtrer quelques filets de lumière, notamment celles des tripots et autres bars locaux d'où s'élevaient parfois quelques musiques incessantes. Tant que ces ivrognes restaient bien sagement à leurs festivités, ils ne gênaient aucunement Makui : celui-ci tourna d'ailleurs sur lui-même tout ne humant l'air ambiant avec avidité. L'air marin terriblement quelconque de cet endroit lui plaisait au moins tout autant que la mission d'une facilité déconcertante qu'il avait à remplir... Récupérer le ponéglyphe, quitte à réaliser quelques dommages collatéraux aussi bien matériels que civils. Les Decimas leur avaient donné carte blanche, et ils avaient même le droit à raser l'île si cela leur semblait profitable : dans de telles circonstances, l'ancien haut-gradé ne pouvait que s'épanouir... D'autant plus qu'il s'agissait, et le Monarque avait bien insisté là-dessus, de l'inespérée opportunité de se racheter de l'échec plus ou moins unilatéral qu'avait été le jeu de Mars : certes, certaines pointures y avaient trouvé la mort, Tsukiyo no Hato en tête de liste, pointures qui ne menaceraient de ce fait plus les ambitions du Souverain, mais d'autres en avaient réchappé... Elimane Loyckh, Kokoro Kururu, Sypher Wenham étaient toujours libres de s'opposer aux Decimas, et cela même sans citer Zeke Lundren, manifestement embourbée dans cette histoire de ponéglyphes... C'était d'ailleurs pour lui qu'elle avait souhaité venir. La guerrière à la chevelure rousse contourna son chef sans piper mot, se dirigeant droit vers Villa Loca avec une hâte toute particulière : celle d'en finir avec le pitoyable leader des Badlands Outlaws.


Frija Syrilia.

-Minute, Syrilia. Je ne me souviens pas t'avoir donné d'ord...

Une lame vint se placer, dangereuse et instable, juste devant la gorge de Makui, le coupant alors net dans son élan. Le regard furibond et absolument bestial de l'épéiste lui arracha un soupir de lassitude tandis que sa subordonnée, pas un exemple de loyauté et de docilité à toute épreuve, se contentait de lui balancer la même phrase qu'elle avait pris l'habitude de lui resservir à pratiquement chaque occasion :

-Ne me donne pas d'ordre, Kokuwo. C'est de ta faute s'il est mort.
-Oui, oui, et tu vas le venger... Mais tu ne sais même pas si Zeke Lundren est ici, alors...

Sans lui laisser l'occasion d'étaler ses arguments et ses demandes, la jeune femme rengaina sa lame et reprit le chemin de Villa Loca, sans plus de cérémonies. Le leader de Mars, exaspéré, leva les yeux au ciel en signe de reddition : elle était indéniablement efficace, puissante, agile et rapide, courageuse et impitoyable, mais avait le fâcheux défaut d'être une forte tête... Bien conscient malgré tout du fait qu'elle pouvait encore lui être utile et que l'abattre ici et maintenant ne lui rendrait en rien service, l'ancien vice-amiral décida de se retourner pour faire face aux deux dernières silhouettes qui venaient tout juste d'émerger de la fermeture éclaire.


Rika et Serclay.

Ce qui était visiblement une petite fille, à en voir sa corpulence basse et maigrichonne, ainsi qu'un homme nettement plus grand et carré sortirent de la fermeture éclaire en question et balayèrent tout deux l'endroit du regard. Si les émotions de Rika étaient imperceptibles, la faute à son masque, Serclay, quant à lui, semblait au moins aussi enjoué que ne l'était Makui : se léchant les lèvres avec délectation, il imagina au nombre de personnes qu'il serait en mesure d'éviscérer avant que qui que ce soit n'intervienne pour l'en empêcher, ici bas. Car il n'était pas un petit joueur, dans le monde des assassins : autrefois primé à quelques 73.000.000 de berrys, il n'avait accepté l'invitation du Kokuwo qu'à condition de pouvoir épancher son inextinguible soif de sang et de brutalité. Ces pulsions malsaines, tant qu'elles ne gênaient pas ses intérêts, l'ancien vice-amiral les tolérait, les encourageait même : cela expliquait donc la présence du brigand ici, épanoui d'avoir enfin trouvé un groupuscule de joyeux tarés capable de le supporter plus de quelques heures. Quant à la petite fille...

-Dis, papa... Elle va où, maman ?

Le regard de Makui, attendri, se posa sur la gamine qui lui faisait face : il était bon d'avoir une parcelle de délicatesse et un océan de candeur au milieu d'une organisation telle que celle qu'il contrôlait. Si, de manière générale, savoir une enfant à côté de Serclay n'aurait guère rassuré l'ex gouvernemental, pour Rika, c'était bien différent... Premièrement parce qu'elle était probablement aussi malsaine que le hors-la-loi lui-même, secondement parce qu'il n'était même pas certain que le hors-la-loi puisse en venir à bout sans aide extérieure. Quoi qu'il en fut, le logia aux neutrinos se contenta de prendre la parole, pas formalisé par la dénomination de père qu'il venait tout juste de recevoir :

-Tuer de méchants messieurs. Va avec elle et protège-la, d'accord ?
-D'accord papa !

Attrapant une gigantesque hache, nettement trop grande pour elle et qu'elle laissait traîner dans son sillon, la môme entreprit alors de poursuivre la guerrière tandis que Nala, de son côté, retournait se placer dans la fermeture. Makui et Serclay, côte-à-côte, l'écoutèrent alors prendre la parole, avant qu'elle ne referme la fermeture pour disparaître de leur champ visuel :

-Comme prévu, je surveille et j'informe. Faites attention.
-Pas nécessaire.




Syrilia est niveau 40. Nala est niveau 29.
Makui était niveau 42 lors de Mars, mais semble blessé (et donc un peu moins fort qu'à son apogée).
Serclay et Rika, vous n'en savez rien.

Ce RP est une conquête : non défendue, Whiskey Peak deviendra propriété de Mars (même si bon, ils s'en foutent pas mal, dans l'absolu). Ce qu'ils veulent c'est évidemment le ponéglyphe.
Les défenseurs et, de manière générale, toutes les personnes présentes sur l'île qui souhaitent défendre WP ou le ponéglyphe possèdent une semaine à compté de ce jour pour se manifester, suite à quoi ce sera aux attaquants de poster (moi), etc etc.
Revenir en haut Aller en bas
Carmen y Baroona
Chasseur de marines
avatar
Messages : 229

Feuille de personnage
Niveau:
33/75  (33/75)
Expériences:
12/250  (12/250)
Berrys: 3.166.000 B

MessageSujet: Re: [Conquête] And so he spoke... [PV LIBRE MOTHERFUCKA]   Dim 31 Jan 2016 - 4:59


Round Two…


- Donc en fait, qui est Sen et qui est Ten ?

Sen et Ten n’étaient pas endormis. Comme à leur habitude à cette, ils zonaient prêts de l’accès de la cave. A cette heure-là, ils n’avaient plus besoin d’empêcher les poivrots du bar d’essayer d’y rentrer, puisque tout le monde était censé être rentré chez soi. Shindô non plus ne dormait pas encore, il était venu fermer le bar, vérifier les caisses et s’assurer qu’à l’étage de la Villa, les filles tournent comme prévu.

- Et vous avez toujours bossé ensemble ?

Le fugu détestait ce genre de moments. Il sortait d’une pénible convalescence et il ne se passait rien. Gérer l’administratif de Whiskey Peak n’avait rien de passionnant. Parfois il y avait des clients un peu éméchés qui se mettaient en tête de l’affronter au fight club, mais globalement, la plupart du temps, il n’y avait rien à affaire. Une journée typique commençait par la visite matinale de la Villa, se terminait par la visite nocturne de la Villa et n’avait rien d’intéressant entre les deux.

- Bon bah, Je me tire. Pas envie de passer la nuit ici. Par contre, appelez quelqu’un d’autre en cas de problème s’il vous plait et laissez-moi pieuter.

A ces mots, il ajusta sa massive gourde sur son dos et quitta l’établissement. Le ciel dégagé permettait à la lune d’éclairer les rues de Whiskey Peak, ce qui permit à notre homme poisson d’apercevoir au loin plusieurs silhouettes. Bien que le service des filles ne s’achève en général que dans une heure, il n’était pas impossible de voir débarquer des clients nocturnes de dernières minutes. Généralement il s’agissait d’étrangers de passages sur l’île, mais cette fois-ci, la silhouette de l’un d’entre eux sembla familière à notre chasseur ex-chasseur de prime, qui plissa des yeux pour essayer de dévisager le petit peloton qui s’était détaché du groupe de base.

- Tiens, ce serait pas la rouquine de San Faldo, ça ?

C’était bien elle et elle semblait avoir entièrement récupéré depuis la dernière fois. Il ignorait la raison de sa présence sur cette île mais savait au moins une chose : elle n’était pas là pour discuter. Ça tombait bien d’ailleurs parce qu’il détestait ça, la parlote. D’un coup, la perspective d’un combat imminent fit passer cette journée de médiocre à meilleure de la semaine. La rouquine n’était pas seule mais il s’en foutait ; les autres ne l’intéressaient pas.

- Sympa de ta part d’avoir fait le déplacement, on va pouvoir finir ce qu’on avait commencé ! Lui hurla-t-il en s’étirant les poignets.

A ces mots, il inclina la gourde dans son dos vers le bas, laissant ainsi l'eau se déverser lentement sur le sol.



résumé:
 
Revenir en haut Aller en bas
Tenshi Taya
Impératrice d'Amazon Lily
avatar
Messages : 1300
Race : Humaine
Équipage : Badlands Outlaws

Feuille de personnage
Niveau:
43/75  (43/75)
Expériences:
398/500  (398/500)
Berrys: 80.466.500 B

MessageSujet: Re: [Conquête] And so he spoke... [PV LIBRE MOTHERFUCKA]   Dim 31 Jan 2016 - 13:57




And so he spoke...


    La nuit était déjà tombée depuis un laps de temps que je n’aurais su déterminer avec précision. Pour moi, la nuit s’annonçait longue, j’avais comme l’impression que celle-ci durerait une éternité et j’étais incapable de fermer l’œil pour tenter de la raccourcir en dormant paisiblement. Cela faisait quelques jours que mon sommeil refusait de venir à moi. Assise en tailleur sur un lit, je regardai fixement devant moi durant de longues secondes, avant de glisser en dehors du matelas pour me mettre debout, je me dirigeai vers la fenêtre pour admirer les rues silencieuses et vides. La nuit semblait déjà bien avancée et je n’avais pas l’intention de la passer cloitrée ici.

    Quittant la fenêtre pour récupérer mes armes posées dans un coin, je glissais celles-ci auprès de moi avant de me diriger vers la sortie tout en prononçant quelques mots, autant pour moi que pour l’un de mes katanas :

    - Nous sortons, l’ambiance de cet endroit m’étouffe.

    À peine un pas dehors, la fraicheur de la nuit me frappa au visage, me faisant frissonner. Cela ne m’empêcha pas de progresser dans les rues. Certaines bâtisses étaient encore éclairées et on pouvait entendre des sons en émerger, témoignant de la présence d’un nombre important de personnes ivres en son sein. Depuis que j’avais éveillé ce nouvel Haki, la présence d’êtres humains avait le don de m’exaspérer au plus haut point, me donnant des maux de tête. Pourtant, intentionnellement, j’allais à leur rencontre, souhaitant à tout prix faire disparaitre cette douleur petit à petit. Les choses étaient plus faciles à dire qu’à faire. En tout cas, j’avais trouvé mon occupation de la nuit.

    Ouvrant la porte d’une taverne au hasard et m’y engouffrant, la première chose qui me frappa fut l’odeur nauséabonde qui s’en dégageait, puis, dans un second temps, les maux de tête me frappèrent. Je demeurai immobile quelques secondes, résistant à l’envie de m’éloigner au plus vite, avant de faire quelques pas, regardant autour de moi. Je passais certainement inaperçue dans cette foule de personnes qui n’avaient probablement plus conscience de qui ils étaient.

    Finalement, ce ne fut qu’après quelques secondes que je tournai les talons pour faire demi-tour. Rester ici me dégoûtait plus qu’autre chose et je préférais m’en aller au plus vite. Je ne fis qu’un pas lorsque je sentis une main se poser sur mon épaule. Posant ma main sur la garde d’un de mes katanas, je me retournai, prête à dissuader cette main de recommencer son acte. Pourtant, il n’y avait rien derrière moi. Secouant la tête, j’avais l’impression de devenir folle.

    Je sortis finalement du lieu, prenant une grande inspiration une fois dehors, respirant un air bien plus sain et frais. Je recommençai alors ma marche, abandonnant l’idée de m’engouffrer à nouveau dans une de ses tavernes. De toute façon, des choses bien plus intéressantes se passaient à l’extérieur. En effet, alors que je me trouvais dans une rue adjacente, qu’elle ne fut pas ma surprise d’apercevoir un individu de petite taille, sûrement un enfant, déambuler avec une hache dans la main. Me frottant les yeux, je crus à un rêve dans un premier temps. M’avançant alors quelque peu, je tombai nez à nez avec un groupe de deux individus qui n’avaient pas l’air trop louche. Les interpellant par une courte interjection, je leur demandais alors :

    - Vous avez vu cette personne avec une hache ? C’est dangereux, elle pourrait se blesser ou blesser quelqu’un !

    En y réfléchissant l’espace d’une seconde, je me rendis compte qu’ils étaient sûrement concernés par cette sombre affaire et qu’ils avaient laissé cette personne armée partir en ayant probablement quelques mauvaises attentions. Ce fut à ce moment-là qu’une petit voix dans ma tête me susurra que je devrais me méfier de ces deux individus. Et la question qui me démangeait fusa alors qu’une de mes mains glissa vers mes katanas, prête à les dégainer au moindre geste suspect :

    - Qu’est-ce que vous faites ici au juste ? Vous avez l’intention de faire du mal à quelqu’un ?

    Fronçant les sourcils en tentant de détailler les personnages dans la pénombre, je me trouvai face à deux hommes. Ils n’avaient pas l’air particulièrement maléfique et pourtant, mon instinct me criait de m’en méfier.

    - Vous ne semblez pas bien méchants pourtant…

    Mais les apparences étaient parfois trompeuses. C’était certainement le vrai sens de ma phrase.



_________________
>> Dans la vie, il ne s'agit pas nécessairement d'avoir un beau jeu, mais de bien jouer de mauvaises cartes. <<


Revenir en haut Aller en bas
Badlands Outlaws

avatar
Messages : 10

Feuille de personnage
Niveau:
0/0  (0/0)
Expériences:
0/0  (0/0)
Berrys: 14.972.951.767 B

MessageSujet: Re: [Conquête] And so he spoke... [PV LIBRE MOTHERFUCKA]   Dim 31 Jan 2016 - 21:11

And Shut

the Hell up !



Marxton Dillinger

En cette soirée sinistre sur Whiskey Peak, la lune dégageait une aura particulièrement pesante sur toute l'île malgré la visibilité offerte par sa lumière. Enfin en même temps, pour Marxton toutes les soirées avaient cet air glauque, après tout c'était lui le vieux fossoyeur glauque de l'île ! Ainsi l'homme avait travaillé dur toute la nuit, tout ça pour enfin terminer son travail répétitif en enterrant un énième cadavre décapité dont la tête avait été conservé pour la prime. Écoutant le cri des corbeaux semblant le suivre sans arrêt afin de festoyer sur la chaire de sa marchandise, le vieux enterra le pauvre bougre en moins de quelques seconde histoire de pouvoir enfin retourner en ville et faire un petit somme. Il était un homme simple après tout, une bonne journée de travail devait se terminer par une bonne nuit de repos, malheureusement il n'avait encore aucune idée de la nuit qui l'attendait. Ainsi, posant son lourd cercueil sur son dos et balançant une pierre tombale au sol, le vieux se contenta de sauter sur sa planche de glisse improvisé pour descendre comme chaque jour la montagne en forme de cactus bombé, évitant par le fait même toutes les croix plantés sur les tombe de plus en plus nombreuses des pirates de passage sur l'île. La descente était chaque jour plus complexe, heureusement pour lui le vieux s'améliorait aussi chaque jour et arrivait à vous sortir un slalom d'enfer sur ces pentes. Enfin le plaisir ne fut que de courte durée, après tout il ne fallait que quelques minutes pour descendre à la base de la montagne, si seulement il avait un moyen de remonter celle-ci de la même manière mais en sens inverse tiens...

-Mama woke me on Monday, Sent her to the Graveyard on Thuesday, Buried her on Wednesday, oooh ~ ♪

S'engageant dans la rue principale avec une non-nonchalance digne d'un paysan, le fossoyeur se contentait de marcher tranquillement, pelle sur l'épaule, fredonnant un air étrange comme s'il ne venait pas de faire quelque chose de ridiculement impressionnant. Mais qu'importe, sa soirée venait finalement s'être troublé lorsqu'il tomba sur le petit attroupement qui commençait à se former au bout de la rue de la Villa Loca et au vu du groupe qui venait d'arriver, celui-ci n'avait certainement pas d'intentions amicales. Lui qui était chargé de garder l'île allait devoir faire des heures supplémentaires apparemment, malheureusement même si son job le tenait en forme il doutait de pouvoir se faire une telle petite troupe par ses propres moyens. Ainsi, allant se planquer au coin d'un bâtiment non-loin le Marxton sorti son den den mushi, le premier appel très rapide visant à prévenir toute la ville de la situation afin que ceux-ci agissent en conséquence, le second étant adressé à son nouveau boss. Il n'avait rien d'un informateur, mais tant pis, le fait est qu'il allait devoir en assumer le rôle au final. Sortant une pile d'avis de recherche le vieux analysa longuement le visage des individus se trouvant au loin, du moins ce qu'il arrivait à en voir, résultat des courses il semblait bien que les individus, contre lesquels l'avait prévenu l'autre taré de scientifique, étaient finalement arrivés.

-Hé gamin ?... On a un problème...

Revenir en haut Aller en bas
Maître-Jeu

avatar
Messages : 1201

Feuille de personnage
Niveau:
0/0  (0/0)
Expériences:
0/0  (0/0)
Berrys: 0 B

MessageSujet: Re: [Conquête] And so he spoke... [PV LIBRE MOTHERFUCKA]   Jeu 4 Fév 2016 - 22:04




Kokuwo Makui, chef de Mars, et Serclay.

En voyant une jeune fille s'approcher d'eux, Serclay sembla soudainement s'animer de pulsions malsaines : sa langue vint lécher ses lèvres avec animosité et bestialité tandis que son chef, l'ancien vice-amiral, attendait calmement de savoir ce que leur voulait cette étrangère. Pourtant, il n'eut besoin que d'un coup d’œil, une fois le visage de son interlocutrice illuminé par les éclats lunaires, afin de savoir de qui il s'agissait véritablement : Tenshi Taya, subordonnée de Zeke Lundren, l'un des deux types apparemment directement lié à la présence du ponéglyphe sur cette foutue île. Ainsi, alors que son subordonné s'apprêtait d'ores et déjà à attaquer celle qu'il prenait pour une malheureuse civile, rendue coupable simplement en tant que témoin oculaire, Makui fit un simple signe de geste discret dans sa direction, contenant brutalement le hors-la-loi sans autre forme de procès. Celui-ci, en effet, alla même jusqu'à s'éloigner du logia d'un pas, comme véritable preuve de respect ou, tout du moins, de crainte. Ce geste, dénué d'intérêt pour le maudit, était donc lourd de sens... Et pourtant, cette réaction apparemment démesurée n'attira pas son attention, contrairement aux dires de Tenshi dont il capta chaque bribe avec un intérêt studieux et indéniable. Il se permit ensuite quelques secondes pour tirer des conclusions de ce qu'il venait d'entendre : elle avait vu Rika, s'en inquiétait, demeurait candide et souhaitait avant toute autre chose connaître la raison de leur venue. Avec un sourire cordial, preuve de son incroyable don de comédie, le Kokuwo décida donc de répondre tout en croisant ses mains derrière son dos, habitude militaire dont il n'avait jamais vraiment cherché à se débarrasser :

-Des intentions hostiles ? Allons bon, loin de nous cette idée. Nous sommes à la recherche d'un objet important, et qui nous appartient. Si nous pouvons le récupérer sans effusion de sang ni autre brutalité, nous n'avons pas à nous plaindre !

Le grognement de Serclay, bien que possédant une teinte mécontente, allait en son sens et n'osait surtout pas contredire le maudit. Le maudit en question, d'ailleurs, n'avait pas vraiment menti : pour lui, combattre Shindô et même Zeke Lundren n'était rien de plus qu'une futile perte de temps, dont il se serait bien passé. En revanche, pour Syrilia, la question était toute autre... Restait à savoir si la rousse accepterait docilement de rentrer au siège de Mars maintenant qu'elle avait une opportunité de mettre la main sur le meurtrier d'Aaron. La réponse ne faisait évidemment aucun doute, mais à partir du moment où l'épéiste n'en faisait qu'à sa tête, l'ancien vice-amiral ne la considérait plus vraiment comme une subordonnée... Comme un objet à utiliser avec intelligence et clairvoyance, tout au plus. De facto, ne se préoccupant guère des pulsions guerrières de cette jeune femme et de la gamine qui l'accompagnait, Makui décida d'enchaîner en continuant de discuter avec Tenshi tandis que le hors-la-loi à ses côtés décidait de prendre son mal en patience en se curant les dents grâce à l'une de ses dagues effilées :

-Vous êtes Tenshi Taya, c'est cela ? "Ponéglyphe", ça vous dit quelque chose ?

Il était envisageable qu'elle ne soit pas mise au courant des sombres machinations et desseins de son boss, après tout : demander poliment avant de passer aux menaces et à la brutalité n'était jamais dénué d'intérêt.


Frija Syrilia et Rika.

Shindô. Cette crapule d'homme-poisson, manifestement affilié à Zeke Lundren et à qui elle avait déjà laissé quelques cicatrices durant leur précédente rencontre, lui faisait à nouveau face... Et ce sans la moindre crainte, à en croire sa suicidaire tendance à vouloir affronter tous les dangers. Ne laissant pas la moindre émotion filtrer sur son visage impassible, tout en continuant sa route sur la même lancée, la rouquine l'écouta la provoquer sans arquer le moindre sourcil. Elle ne sembla pas réagir davantage lorsqu'il se mit à faire couler de l'eau de sa gourde, apparemment déterminé à combattre dans son élément. En revanche, Syrilia se permit quelques mots à son intention, toujours en se rapprochant mais en saisissant également ses deux épées de ses deux mains, son insatiable soif de vengeance revenant à l'assaut :

-Zeke Lundren.

Deux mots, dont l'homme-poisson comprendrait très certainement le sens : le tuer, lui, ne l'intéressait pas plus que ça... Mais s'il la contraignait à le faire, elle n'allait pas se gêner. Derrière elle, Rika continuait à courir pour la rattraper, traînant péniblement la hache plus imposante que ne l'était la gamine. Une fois cela fait, elle posa son regard sur Shindô, calfeutrée derrière son masque métallique, puis constata la froide colère qui semblait prendre possession du corps de sa collègue d'instant en instant. Elle demanda alors à mi-voix :

-Faut tuer papa poisson ?


Staz et Agaka.

-Meeeeeeerde... Il avait raison, l'éventail ! Comment il fait ?
-Question con...

Staz et Agaka, dressés sur un toit, contemplaient la scène qui se déroulait en contrebas, quelques ruelles plus loin, près du gargantuesque établissement de luxure et de dépravation qu'était la Villa Loca. Le premier, armé de jumelles et dont la tête dépassait légèrement du rebord, semblait bloqué sur Makui alors que celui-là venait tout juste d'engager la conversation. Le second, en revanche, venait tout juste de s'adosser contre ledit rebord du toit, s'allumant au passage une petite cigarette pour profiter d'une clope nocturne. Après un instant de silence, Staz ne put s'empêcher de prendre à nouveau la parole, imaginant que la simple venue des Kokuwo prouvait que tout le reste était vrai :

-Attend... Donc le ponéglyphe est là ? Si on le ramène, on va choper une fortune !
-Bien, Sherlock. Et tu veux te suicider contre Makui tout de suite, ou on attend un peu ?
-Aller, sois pas con... Y a bien un moyen...
-Non. On attend Betelgeuse, c'est les ordres.
-Mais elle sera jamais là à temps !
-Commence par avertir Zoé...

Profiter de la situation pour s'emparer du ponéglyphe, au nez et à la barbe de son propriétaire actuel et de Centes, cela allait probablement davantage relever de l'exploit et du miracle plutôt que du jeu d'enfant... Et pourtant, les mercenaires étaient des habitués des paris risqués ! C'était d'ailleurs pour cela qu'ils avaient été contacté par leur employeur habituel, puisqu'ils étaient de passage dans la zone : c'était le bon moyen de mettre la main sur un contrat des plus juteux, et de faire parler d'eux dans le milieu. Maintenant, la vie elle-même prévalait sur la carrière : pour l'heure, le jeu n'en valait pas la chandelle, et à moins que les événements ne puissent prendre une tournure extraordinaire, ils allaient devoir se contenter des miettes. Dans l'absolu, la présence de Zoé aurait en tout cas l'avantage de les rassurer tout deux... Pourtant, Staz ne semblait guère vouloir décrocher son regard de l'ancien vice-amiral. Et cette insistance, Agaka ne la connaissait que trop bien : c'était elle qui avait failli les confronter à John Pacifique, elle qui avait failli les faire exploser en même temps qu'un casino, elle qui avait failli attacher quelques boulets à leurs chevilles ! Ainsi, son regard fut suffisant pour transmettre tout son mécontentement à son collègue, qui frissonna rien qu'en le sentant faire.

-Roh mais aller... C'est pas tous les jours qu'on...
-Tant pis. De toute façon, l'éventail nous a donné des ordres : on ne se dévoile pas si les chances de gagner sont dérisoires. Et c'est le cas. Alors tu me files ces jumelles, tu rentres, t'appelles Zoé, tu lui dis de ramener son cul, et vous revenez tous les deux.
-Ouais... Ouais...

Agacé et dépité, Staz fit claquer sa langue contre son palais. Il lança ensuite la paire de jumelles à son jeune ami, qui la rattrapa sans mal, avant de tourner les talons et de tirer un minuscule Den Den Mushi de sa poche.
Cette mission là allait demander plus de doigté que toutes les autres réunies...



Syrilia est niveau 40. Nala est niveau 29.
Makui était niveau 42 lors de Mars, mais semble blessé (et donc un peu moins fort qu'à son apogée).
Serclay et Rika, vous n'en savez rien.

Et hop, on repart sur une semaine de défense.
Je préviens, mais vous ne pouvez pas voir les deux compères sur leur toit. Ils sont pros, et se planquent spécialement pour éviter ça ! La narration n'est là que pour les introduire, en fait, dans l'absolu j'aurais pu m'en passer.
Revenir en haut Aller en bas
Carmen y Baroona
Chasseur de marines
avatar
Messages : 229

Feuille de personnage
Niveau:
33/75  (33/75)
Expériences:
12/250  (12/250)
Berrys: 3.166.000 B

MessageSujet: Re: [Conquête] And so he spoke... [PV LIBRE MOTHERFUCKA]   Dim 7 Fév 2016 - 23:54


...Fight !


- C’est ça que j’aime bien avec toi, tu vas droit au but sans tourner autour du pot. Commençons sans plus tarder alors.

C’est ce qui l’avait attiré, la première fois aussi. Entre guerriers, ils n’avaient pas besoin de mots pour se comprendre l’un l’autre. Elle n’avait eu qu’à prononcer deux mots pour que tous deux sachent à quoi allaient ressembler les prochaines secondes. Secondes et pas minutes, parce qu’avec eux ça ne durerait probablement pas plus longtemps. Ici pas de technique faiblarde en début de combat pour tester l’autre, pas de provocation inutile ou de mouvements pour le style. Non, chaque attaque serait exécutée dans le but de mener à la victoire.

- Hey l’humaine, empêche les autres de perturber notre combat, hurla-t-il alors à sa collègue qui venait d’apparaitre depuis une rue adjacente.

A ces mots, le Fugu plongea ses deux mains dans l’eau qui s’écoulait de sa gourde, manipulant cette dernière afin de former une sphère d’eau condensée. Ses mains passèrent soudain du jaune pâle à l’indigo et son poison se répandit à l’intérieur de la sphère, dont les contours prirent peu à peu la forme d’un poisson-ballon gonflé, dont la forme – boule ronde parsemée de pointes – caractéristique était reconnaissable par tous. Il projeta alors brusquement ses mains vers l’avant, expédiant ainsi le dangereux projectile non pas directement vers la rouquine mais plutôt vers le sol devant elle. Ouais, il visait les pieds, en gros.

- Fu…Gu…Shi…MAAAAAAAAAA !

Cette nouvelle technique était redoutable. La bombe aqueuse explosait au moindre contact et quiconque en était éclaboussé se retrouvait intoxiqué. Shin’ n’avait alors plus qu’à tenir, le temps que son adversaire perde peu à peu sa motricité. Il n'attendit d’ailleurs pas d’avoir les résultats de sa technique et avala les mètres qui le séparaient de son adversaire en une fraction de seconde. Il profita alors de son élan pour bondir dans les airs avec la ferme intention d’asséner un coup direct, à la retombée.



résumé & techniques:
 
Revenir en haut Aller en bas
Tenshi Taya
Impératrice d'Amazon Lily
avatar
Messages : 1300
Race : Humaine
Équipage : Badlands Outlaws

Feuille de personnage
Niveau:
43/75  (43/75)
Expériences:
398/500  (398/500)
Berrys: 80.466.500 B

MessageSujet: Re: [Conquête] And so he spoke... [PV LIBRE MOTHERFUCKA]   Lun 8 Fév 2016 - 21:13




And so he spoke...


    Visiblement, les visages de ces individus ne me disaient pas grand-chose et je ne pensais pas les avoir croisé un jour. Néanmoins, je ne me souvenais pas forcément de toutes les personnes que j’avais rencontré et peut-être me connaissaient-ils mieux que je ne le pensais. Pour le moment, je demeurais cette fillette candide dont j’avais l’habitude de porter le costume et qui sembla provoquer la sympathie d’un des hommes en face qui, croisant ses bras dans son dos dans une attitude stricte, répondit à mes interrogations le plus simplement du monde, balayant alors mes craintes.

    L’homme affirma n’avoir aucune mauvaise intention, ou du moins, n’en aurait pas si personne ne l’empêchait de récupérer cet objet inconnu. Je me demandais ce qui pouvait attirer autant leur attention, mais aurais-je vraiment besoin d’attendre longtemps pour connaitre la réponse ? Pas vraiment, cet homme était pour le moins bavard et il en disait peut-être trop à mon goût. En effet, il reprit la parole, me faisant comprendre qu’il me connaissait pour une raison obscure. Néanmoins, ma tête était désormais recherchée, il était donc probable qu’il ait vu mon visage quelque part. Cela réveilla ma méfiance à son égard, pourtant, j’avais comme l’impression que m’opposer à cet individu était une mauvaise idée, il valait mieux rester courtoise, non ? S’il avait voulu me faire du mal, ne l’aurait-il pas déjà fait ?

    Un autre mot éveilla ma curiosité, celui de Ponéglyphe. J’en avais vaguement entendu parler sans jamais avoir eu l’occasion d’en rencontrer un, ni de réellement découvrir quels mystères ils pouvaient révéler. Croisant les bras en réfléchissant quelques instants, je répondis finalement à l’interrogation de l’inconnu :

    - Je sais ce que sont les Ponéglyphes, mais je n’ai jamais eu la chance d’en voir, malheureusement. Est-ce cela que vous cherchez ? Je ne savais pas qu’il y en avait un sur cette île…

    Je me demandais si Zeke était au courant. Probablement pas, il m’en aurait parlé autrement. Du moins, je l’espérais. Néanmoins, là n’était pas la question. En effet, s’il y avait réellement une telle chose dans les parages, je ne pouvais pas passer à côté d’une telle occasion, même si j’étais incapable de le lire. Faire une telle découverte pouvait être très intéressant. Je repris donc simplement la parole :

    - Si vous voulez, je peux vous aider à trouver votre Ponéglyphe, de toute façon, je n’ai rien de mieux à faire pour cette nuit.

    Faisant alors un pas vers les deux individus, une voix m’arrêta l’espace d’un instant. Quelque chose que je semblais être la seule à entendre et qui me dissuadait de m’approcher ne serait-ce qu’un peu, de ces deux inconnus. Des mauvaises personnes. Voilà ce que me criait cette voix et elle refusait de se taire. Grognant l’espace d’une demi-seconde, je demandais alors :

    - Au fait, d’où connaissez-vous mon nom ? Je ne me souviens pas vous avoir rencontré un jour.

    Ce fut à cet instant que la voix se tut. Haussant les épaules, je m’approchais à nouveau des deux hommes avant de leur attraper à chacun un bras pour les entrainer dans une direction bien précise tout en disant :

    - Nous parlerons de tout cela en chemin, nous devons d’abord retrouver cette personne à la hache, je suppose que le Ponéglyphe ne s’évanouira pas entre temps, si ?

    Souriant au seul qui m’avait adressé la parole, l’autre avait l’air moins sociable. Cela n’avait pas beaucoup d’importance, du moment où ils ne montraient pas d’intentions hostiles à mon égard. Le pire était certainement cette voix qui avait repris sa place, me murmurant quelques mauvais présages quant à ce qui risquait de se passer dans un futur proche.



_________________
>> Dans la vie, il ne s'agit pas nécessairement d'avoir un beau jeu, mais de bien jouer de mauvaises cartes. <<


Revenir en haut Aller en bas
Badlands Outlaws

avatar
Messages : 10

Feuille de personnage
Niveau:
0/0  (0/0)
Expériences:
0/0  (0/0)
Berrys: 14.972.951.767 B

MessageSujet: Re: [Conquête] And so he spoke... [PV LIBRE MOTHERFUCKA]   Jeu 11 Fév 2016 - 9:34

And Shut

the Hell up !



Marxton Dillinger

-Oy z'êtes chiants à la fin ! Vous avez jamais appris à prendre rendez-vous avant d'aller chez quelqu'un ?!

La voix de l'ingénieur avait soudainement raisonné en direction du groupe d'intrus venus se poser sur son île sans son consentement. Il était là ! Les renforts étaient finalement arrivés ! La baston allait commencer pour de bon !!! Ou pas... En effet, toute surprise qu'avait pu avoir le groupe en entendant sa voix avait été immédiatement dissipé lorsque celui-ci se retourna pour apercevoir un vieillard tenant un den den mushi au niveau du torse. Pas exactement l'image la plus intimidante, mais bon qu'importe, il ne cherchait pas à l'être dans une situation pareille, après tout ce n'était pas une entrée classe qui allait effrayer une bande de monstres comme ça pas vrai ? Ainsi il allait essayer de gérer cette mauvaise situation autant que possible derrière son escargophone et à distance, tu parle d'un plan de merde.

-Alors... On peut savoir ce que vous faites encore sur l'une de mes îles ? C'est la rouquine qui fait pression pour que vous nous collier sans arrêt au cul ou j'ai juste une chance de cocu ?

Marquant une pause comme s'il s'attendait à une réponse, l'inventeur confortablement installé dans sa chaise poussa un long bâillement, comme s'il n'était pas plus nerveux que cela. Est-ce qu'il était calme en raison de la distance ou simplement parce que ces événements ne l'inquiétaient pas plus que ça... Difficile à dire. En fait, il ne se rappelait pas vraiment avoir fait dans son froc devant la possibilité d'une mort imminente depuis... Son passage sous le bistouri ? Enfin qu'importe sa vision des choses, il avait intérêt à arriver droit au but s'il souhaitait éviter davantage de problèmes inutiles... Et peut-être qu'il y avait moyen de tirer profit de ce bordel tiens.

-Enfin peu importe, à vrai dire j'en avait un peu marre de vous éviter sans arrêt de toute façon, alors autant régler cette histoire une bonne fois pour toute...

Posant sa pelle sur son épaule, le fossoyeur grommela à mi-voix, laissant clairement entendre son mécontentement de devoir poireauter là avec un gros escargot en main.

-Comme vous pouvez le voir on a un petit problème de sécurité en ce moment... On est comme qui dirait en phase de transition, après tout pour survivre sur la mer de tout les périls ils faut savoir s'entourer des bonnes personnes pas vrai ? Et comme par hasard vous débarquez alors que je suis parti négocier une entente. Mine de rien c'est peut-être un signe.

Marquant une nouvelle pause, l'inventeur commença à se marrer dans sa barbe, se moquant clairement de quelqu'un dans toute cette histoire, le problème étant de savoir de qui exactement.

-Aller laisse moi deviner, depuis que j'ai pris la parole la sanguinaire à la chevelure de flamme bouillonne littéralement de rage pas vrai ? Je m'attend pas vraiment à ce qu'elle entende raison... Si tu veux vraiment qu'on s'entretue pour cette vieille histoire Syrilia je comprendrais... Comme tu l'a si bien dit, ton seul objectif maintenant c'est de me trancher la tête je crois... Mais bon je vais quand même faire une contre-offre à ton boss ici présent, ou plutôt je vais répondre à une offre qu'il à fait à l'époque, je cherche des partenaires histoire de prendre de l'avancement... Ça tient toujours votre truc ?




Wala, je m'adresse à tout le groupe de Makui ici évidemment (je crois pas qu'ils ai eu le temps de se séparer pour le moment). Voyons ce que ça donne.
Revenir en haut Aller en bas
PNJ [Decimas]

avatar
Messages : 69

MessageSujet: Re: [Conquête] And so he spoke... [PV LIBRE MOTHERFUCKA]   Sam 13 Fév 2016 - 16:08




Frija Syrilia et Rika.

Une rixe les avait déjà opposé quelques mois plus tôt, sur San Faldo, et la rouquine en était bien évidemment sortie grandement triomphante... Le résultat de l'affrontement qu'ils allaient mener l'un contre l'autre n'allait probablement pas être différent, cette fois-ci. Sûre d'elle et de ses capacités martiales, l'épéiste, armes bien en main, fronça les sourcils d'agacement en voyant que l'homme-poisson ne souhaitait pas collaborer... pas pour l'instant, en tout cas. Prévoyant de lui poser à nouveau la question une fois qu'il aurait perdu ses deux bras, Syrilia attendit patiemment qu'il passe à l'assaut en premier, Rika encore légèrement en retrait. Ce fut bientôt chose faite : une boule aqueuse fut projetée dans sa direction, probablement plus offensive qu'elle n'y paraissait, à en croire son aspect violacé. Brutale et vive, la jeune femme prit de l'élan avant de bondir par-dessus le projectile en un saut périlleux parfaitement exécuté. Celui-ci alla s'écraser à même le sol quelques mètres plus loin, comme Shindô l'espérait, et força d'ailleurs la gamine à bondir sur le côté en poussant un hurlement suraigu. Par la suite, la Frija, toujours en plein air à la suite de son esquive d'une agilité improbable, fut contrainte à endurer partiellement l'attaque suivant de la part du chasseur de primes : bien qu'elle fut en mesure de bloquer le membre du combattant grâce au plat de l'un de ses sabres, l'onde de choc se répercuta sur son corps et la repoussa fermement quelques mètres plus loin. Une série de roulés-boulés, un léger flot de sang et l'envoyée de Decimas se redressait déjà, impitoyable et déterminée : il allait en falloir plus pour la mettre à terre, c'était une certitude. Pire encore : elle ne tarda guère à se mettre en garde avant de balayer une lame d'air dantesque en direction de son opposant, qu'elle poursuivit d'ailleurs. L'objectif ? Ils étaient multiples. Premièrement, la lame d'air, si elle n'était pas contrée, risquait très fort d'endommager ou de détruire Villa Loca, qui se trouvait justement sur la trajectoire. Deuxièmement, si Shindô prenait la décision d'esquiver, la rouquine pourrait tout-à-fait lui rendre sa monnaie de sa pièce en s'élançant dans sa direction pour lui trancher une main. Troisièmement, cela allait tout simplement lui permettre de reprendre l'ascendant...

Un peu plus loin, Rika se redressa péniblement en époussetant ses vêtements et en râlant. C'était toujours à elle de s'occuper des tâches les plus fastidieuses, alors que les autres s'amusaient... Elle se mit à marcher en direction du casino de Renaissance, hache sur l'épaule, bien décidée à aller voir ce que cet établissement avait de spécial... Et si ses gardes en avaient dans le ventre, accessoirement.


Kokuwo Nala.

-Sen et Ten. Je suis Kokuwo Nala. Enchantée.

Elle venait de surgir d'une fermeture éclaire, dans le couloir qui menait à la cave et où le couple semblait monter la garde. Détendue, apparemment calme, paisible, sinon placide, la jeune femme n'arborait aucune arme, ni aucun signe d'agressivité quelconque : elle venait parlementer, c'était un fait immédiat. Les deux gardes n'étaient pas encore au courant de ce qui se tramait à l'extérieur, et de l'énormité de la situation dans laquelle ils s'étaient fourrés en acceptant ce contrat... Alors elle comptait bien faire d'une pierre deux coups. Faciliter la trouvaille du ponéglyphe, les écarter de Whiskey Peak, et hypothétiquement les retourner contre leur employeur si la situation s'y prêtait et que leur caractère était plus lâche et sournois que les rumeurs à leurs sujets ne l'indiquaient. Evidemment, les heures précédents l'assaut avaient été un bon moyen de s'informer... Enfin, Mars ne l'avait pas fait directement, tout occupé qu'ils étaient à se frayer un chemin jusqu'à l'île pour venir récupérer leur dû, mais bénéficier du soutien du criminel le plus redouté au monde, alias Centes Decima, avait forcément de quoi faciliter la tâche. Sans compter le fait que le duo était relativement célèbre, dans le monde de la protection et du mercenariat...

-C'est marrant, vous me rappelez un couple d'amis que j'ai perdu de vue, qui habitaient Logue Town... mais c'était avant l'attentat, ça. Ils ont déménagé, ensuite. Un trou paumé dont j'ai oublié le nom, sans grand intérêt...

Elle divaguait, oui, mais elle en avait l'habitude, sinon la coutume : pas la peine de prendre un air trop sérieux, son travail n'était ni le plus dangereux, ni le plus important. Elle avait juste à s'assurer de la présence du ponéglyphe, et de quelques bricoles supplémentaires... Sans compter le fait que la sœur de Makui jouissait d'un statut particulier : on lui avait donné l'autorisation de fuir si la situation était trop épineuse. Même Centes semblait trouver son fruit du démon trop utile pour être ainsi gâché : une ressource précieuse, sous tout point de vue, voilà ce qu'elle était. Non, vraiment : aucune raison de se prendre la tête.

-Aller, ne perdons pas plus de temps en bavardages. D'ici peu de temps, vous serez morts : c'est pour éviter cet état de fait que je viens à vous. On peut vous proposer de l'argent, du pouvoir, un nouveau travail, une maison... Suffit de nous laisser trouver le ponéglyphe, voire de nous l'indiquer si vous savez où le trouver. Mais vous ne voudriez pas vous attirer l'ire de Centes Decimas... Si ?

La maudite était toujours prête à prendre la poudre d'escampette si la situation se dégradait... Elle était après tout excellente dans le domaine. Mais dans l'immédiat, il n'y avait aucune raison de penser que Sen et Ten ne se montreraient pas coopératifs. Ou en tout cas, pacifiques et censés.


Kokuwo Makui, chef de Mars, et Serclay.

Si elle ne savait rien, autant la tuer tout de suite, pendant que sa méfiance était encore endormie : cette même constatation avait frappée Serclay et Makui simultanément. Fort heureusement pour la criminelle, nettement trop candide pour son propre bien, une nouvelle intervention empêcha les deux membres de Mars de passer à l'action : une voix s'éleva en effet non loin d'eux, derrière eux, plus précisément. Pivotant avec un sourire sur les lèvres, l'ex vice-amiral posa son regard sur le vieillard, et plus particulièrement sur le Den Den Mushi que l'homme portait. Zeke Lundren n'avait pas l'air motivé à l'idée de rejoindre la petite sauterie... Et c'était bien dommage ! Mais dans la mesure où ils n'avaient pas besoin de lui, le Kokuwo s'en fichait pertinemment : il espérait simplement que l'homme en question serait assez intelligent et lucide pour leur offrir ce qu'ils voulaient. Si tel était le cas, la situation n'aurait pas de raison de dégénérer davantage, après tout... Toujours aussi stoïque, les bras croisés derrière le dos, le logia écouta patiemment les dires de son interlocuteur avant d'y répondre, plus sèchement qu'on n'aurait pu l'imaginer :

-Il n'y a aucun compromis possible. Nous voulons le ponéglyphe, et nous le prendrons. A toi de voir, cher Lundren, si tu veux y laisser tes sbires et tes commerces... Ou si tu acceptes de nous laisser agir gentiment. Par ailleurs, sache que le fait de nous aider pourrait te permettre de t'affilier aux Decimas... Syrilia veut ta tête, mais ce n'est pas le cas de l'organisation tout entière : ses décisions ne nous engage pas. Au passage, fort heureusement pour ton homme de main, Syrilia n'est pas ici... Elle est déjà occupée à déblayer le chemin.

Là-dessus, l'ancien gradé du Gouvernement Mondial attendit patiemment la réponse de son homologue criminel, qui allait très certainement conditionner le reste de l'affaire. Restait à voir si l'homme jouait la carte de la prudence et de l'intelligence, en acceptant de livrer son ponéglyphe, ou s'il jouait celle de la folie et de la stupidité en s'opposant aux Decimas et à Mars... Il n'avait en tout cas aucun moyen d'éviter la décision : elle lui faisait face de manière frontale.



Syrilia est niveau 40. Nala est niveau 29.
Makui était niveau 42 lors de Mars, mais semble blessé (et donc un peu moins fort qu'à son apogée).
Serclay et Rika, vous n'en savez rien.

Syrilia esquive la boule d'eau empoisonnée, mange l'onde de choc après avoir bloqué le coup, se redresse, balance une super lame d'air pour trancher Shindô (et/ou la Villa Loca elle-même) puis court après la lame d'air pour anticiper l'action de Shindô et lui rendre la monnaie de sa pièce. Rika marche tranquillement, à l'écart.

Nala marchande avec Sen et Ten. Je préviens, s'ils s'échauffent, pas de baston envisageable : elle se casse via fermeture éclaire et basta /o/

Makui répond à Zeke. Du coup j'ai considéré que Syrilia n'entendait pas, mais c'est pas incohérent vu que par Den Den, tu peux pas savoir qui se trouve face à toi xD Donc ouais, Mars veut le ponéglyphe et ne repartira pas sans, à toi de voir si tu veux que ça parte en effusions de sang ou pas.


Je coupe la narration plus tôt que prévu du coup, puisque le reste dépendra de la décision de Zeke.
Revenir en haut Aller en bas
Badlands Outlaws

avatar
Messages : 10

Feuille de personnage
Niveau:
0/0  (0/0)
Expériences:
0/0  (0/0)
Berrys: 14.972.951.767 B

MessageSujet: Re: [Conquête] And so he spoke... [PV LIBRE MOTHERFUCKA]   Ven 19 Fév 2016 - 1:44

And Shut

the Hell up !



Marxton Dillinger

-... Bordel le vieux ! Tu m'a dis que Syrilia était là!

-Elle est là, elle n'est juste pas là . Elle est plus loin quoi...

-Mais précise pauvre con ! J'ai pas de visuel de mon côté, tu foire mon entrée !

Retrouvant un peu son sérieux le den den mushi que tenait le fossoyeur se calma pour simplement pointer son regard vitreux vers le chef de Mars. Il était déjà un peu chiant à vrai dire, un ponéglyphe ici ? Ouais pourquoi pas qu'est-ce qu'il en avait à foutre ? À croire que ce type ne l'écoutait pas quand il parlait... Enfin qu'importe, au moins ses doutes sur l'organisation étaient maintenant confirmés, Mars travaillait bel et bien avec les Décimas, une idée qu'il avait considéré lors des événements de San Faldo particulièrement... Suspects.

-Faut revoir ta définition du mot partenaire alors... Si on bosse ensemble j'en ai rien à battre que tu veuille une pierre qui me servirait à rien, prend la qu'est-ce que ça peut me faire ? D'ailleurs je serais curieux de savoir où t'as entendu une telle histoire. M'enfin, rappel tes hommes, pointe moi la direction de cette pierre et je te la ramène, en contrepartie je m'attend à ce que cet échange de bon procédé officialise le deal... Et je suppose que si j'aide les Décimas, il serait peut-être bon que je rencontre votre boss éventuellement... Enfin je sais que c'est un homme très occupé...


Flint Moriarty

Si la lame d'air de l'épéiste était particulièrement intimidante, cela n'empêcha pas celle-ci d'exploser en plein air à peine celle-ci fut-elle créé. La source de ce sauvetage ? Un énorme projectile sorti de nul part était venu frapper avec force la lame d'air en son centre, brisant par le fait même tout momentum ou impact que celle-ci pouvait avoir. Son tireur ? Un sniper posé dans les montagnes de Whiskey Peak avec un canon d'une taille démesuré, prêt à liquider toute personne qui pourrait être tenté de vouloir attaquer de manière frontale la ville dans la rue principale. Enfin... Ça dépendait des ordres qu'il allait recevoir, après tout l'inventeur avait bien mentionné vouloir tenter la négociation avant le combat, mais rien dans ses ordres n'interdisait de bloquer les attaques de la plus folle du groupe. De toute façon vu le calibre que son employeur lui avait filé il n'aurait probablement pas le moindre problème à foutre une balle entre les deux yeux de ces types, forts ou pas...



Court, mais bon j'attend une réponse claire à cette proposition. xD

Ah et pour info, Flint est niveau 32 et possède l'armement en principe (je l'ai créé il y a longtemps, mais seulement fait le recrutement maintenant.)
Revenir en haut Aller en bas
Tenshi Taya
Impératrice d'Amazon Lily
avatar
Messages : 1300
Race : Humaine
Équipage : Badlands Outlaws

Feuille de personnage
Niveau:
43/75  (43/75)
Expériences:
398/500  (398/500)
Berrys: 80.466.500 B

MessageSujet: Re: [Conquête] And so he spoke... [PV LIBRE MOTHERFUCKA]   Sam 20 Fév 2016 - 0:02




And so he spoke...


    Alors que je souhaitais entrainer ces deux inconnus vers une destination tout aussi inconnue, j’étais loin de me douter de ce qui allait se passer l’instant d’après. Cela m’agaça dans un premier temps, mais, après y avoir réfléchi, je réalisais qu’il s’agissait peut-être d’une bonne chose qui me soit arrivée. Après tout, je ne connaissais absolument pas les intentions de ces hommes qui étaient certainement mauvaises. Ce n’était probablement pas pour rien qu’ils connaissaient mon identité.

    En effet, les événements qui suivirent me prouvèrent que le chef de la bande connaissait Zeke et réciproquement. En plus de cela, l’inventeur semblait être au courant de l’arrivée de ce qui semblait être un ennemi sur l’île. Il n’avait pas jugé nécessaire de m’en parler, donc. Cela avait le don de me gêner au plus haut point. J’étais visiblement toujours la dernière à être au courant de tout. Mais, c’était peut-être également de ma faute. Après tout, je ne me renseignais pas énormément sur les potentiels ennemis de notre organisation et je ne cherchais pas vraiment ni à connaitre leurs visages, ni même leurs identités. À vrai dire, je n’avais pas l’impression d’avoir de réels ennemis. De toute façon, je demeurais quelqu’un d’assez sociable et qui ne cherchait que très rarement la bagarre. Alors, d’où pouvaient bien venir les ennemis et les adversaires ? Voilà d’où ils venaient, de Zeke. Il me causait bien des soucis, décidément. Et pourtant, cela ne me gênait pas outre mesure. J’étais même plutôt heureuse de trouver des raisons de me battre à travers lui et il venait tout juste de m’en offrir une sur un plateau d’argent sans s’en rendre compte, très certainement. Cette raison était le nom d’une certaine femme qui le traquait depuis quelque temps désormais et qui voulait sa peau. Il la fuyait probablement et se cachait derrière son Den Den Mushi pour ne rien craindre. Le faire sortir de sa cachette était désormais un objectif qui me paraissait envisageable et souhaitable.

    D’ailleurs, une autre question me venait. Savait-il seulement que j’étais là, aux côtés de celui avec qui il était en train de négocier. Aux côtés de celui, même, qui risquait de me vouloir du mal à chaque bouffée d’air que je prenais. Il prit d’ailleurs la parole pour répondre à celui que je devais considérer comme un supérieur. Une bonne plaisanterie. Alors que Zeke reprenait la parole, continuant ses négociations, il évoqua l’idée de rencontrer le chef des Décimas. Avait-il perdu la tête ? Visiblement, oui. Quoi qu’il en soit, j’en étais certaine, je n’aurais pas mon mot à dire dans tout ceci. Pourtant, comme d’habitude, j’allais n’en faire qu’à ma tête et, cela, l’inventeur risquait de rapidement le comprendre.

    Ainsi, avant que l’homme aux manières de militaire reprenne la parole, je m’avançai vers le vieillard qui tenait le Den Den Mushi avant d’attraper ce dernier d’une poigne décidée. Cela semblait plutôt inutile, mais j’avais l’impression de me sentir plus proche de Zeke, et donc d’avoir plus d’impact, en saisissant moi-même l’appareil. Je lui dis alors, d’une voix calme et tranquille :

    - Alors comme ça, on reste caché à négocier loin de tous dangers ? Et dire que je pensais que ces gens étaient des gentils !

    Prenant un ton un peu plus ironique, j’enchainais immédiatement par :

    - Ah oui, j’oubliais cette Syrillia dont tu as si peur. Puisque les choses sont ainsi, je vais te donner une bonne raison de ne plus te cacher. Bon courage pour tes négociations.

    Sur ces mots, je rendis le combiné au vieillard, tout en me préparant au départ. Si mes mots ne lui semblaient pas clairs, il risquait de les comprendre assez vite. Pour moi, en tout cas, les choses étaient simples. Si cette femme causait du souci à Zeke, il s’agissait simplement de s’en débarrasser. Visiblement, elle faisait déjà des dégâts non loin d’ici de toute façon.

    M’engouffrant rapidement dans une rue adjacente, j’avais décidé de suivre la trace de cette personne à la hache pour retrouver celle de Syrillia. Ma recherche risquait de ne pas être bien longue.




Spoiler:
 

_________________
>> Dans la vie, il ne s'agit pas nécessairement d'avoir un beau jeu, mais de bien jouer de mauvaises cartes. <<


Revenir en haut Aller en bas
PNJ [Decimas]

avatar
Messages : 69

MessageSujet: Re: [Conquête] And so he spoke... [PV LIBRE MOTHERFUCKA]   Mer 24 Fév 2016 - 19:13




Frija Syrilia et Rika.

La lame d'air inquisitrice fendait les cieux, et menaçait de réduire à néant la Villa Loca si personne ne s'y opposait : Shindô lui-même n'avait pas l'air d'être en capacités de s'en charger et sans le projectile salvateur d'un tireur d'élite posté à quelques centaines de mètres de là, le casino aurait évidemment été coupé en deux sans y opposer la moindre résistance. Si la réaction naturelle de Syrilia fut d'interrompre son courroux vengeur pour arquer un sourcil, légèrement interloquée par cette intervention impromptue, Rika fut nettement plus extrémiste : elle se jeta sur le côté avec un cri apeuré qui retransmettait parfaitement sa juvénilité féminine et demeura accroupi dans le sable entre deux murs pendant quelques instants, se tenant la tête comme pour la protéger d'éventuelles blessures. Le réflexe la fit d'ailleurs rougir, et elle plaça ses mains devant son masque tout en se redressant, sans vraisemblablement considérer qu'il n'était pas possible d'observer les émotions qui apparaissaient sur son visage. Elle était parfaitement capable de s'occuper d'un sniper, même placé à distance : une balle n'était qu'une balle et à partir du moment où l'homme perdait l'avantage de l'effet de surprise, il n'était plus qu'une formalité... Pour autant, elle ne pouvait pas s'en empêcher : elle avait une peur bleue des coups de feu, notamment lorsqu'elle n'arrivait pas à les anticiper... Ce qui était le cas, dans cette situation. Si quelqu'un informait Makui de son excès de crainte, il allait encore se fâcher... Gênée à cette idée, la gamine porta son regard sur la rouquine qui, de son côté, n'avait pas l'air plus surprise que ça de la présence d'un tireur : pire encore, en tout cas pour les régents de l'île, cela n'avait pas l'air d'avoir refroidi ses ardeurs.

Car contrairement à ce que l'on pourrait imaginer de prime abord, plutôt que de se mettre à couvert à l'instar de sa jeune amie, l'épéiste s'élança directement à la rencontre de Shindô, sans plus attendre. Pourquoi ? Parce que la Frija ne considérait plus le tireur d'élite comme un danger. Premièrement, en demeurant proche de l'homme-poisson et en continuant à se mouvoir sans arrêt, en le forçant d'ailleurs à en faire de même, elle empêchait les tirs, qui risquaient fatalement d'abattre sa cible plutôt qu'elle-même. Secondement, maintenant qu'elle connaissait la position de l'homme au sniper, elle n'aurait plus aucun mal à bloquer les projectiles, ou à les éviter, rien qu'en surveillant la direction d'un coup d’œil régulier. Si Syrilia n'était pas célèbre pour ses capacités intellectuelles, elle n'en était pas moins une combattante d'exception : il était plus facile de la vaincre via l'effet de surprise plutôt que via une armée composée d'un milliers d'hommes surentraînés.
Bref, elle s'était donc élancée en direction du brigand, et elle ne tarda guère à réitérer ses politesses : ses deux lames vinrent se recouvrir d'une fine pellicule d'haki de l'armement qui les noircit alors et, impitoyable, elle tenta tout simplement de trancher la jambe gauche de son opposant, au niveau du genou, histoire de l'empêcher de se carapater davantage.
De son côté, et avec toute la difficulté qu'imposaient alors ses espèces de moufles, Rika venait de tirer son Den Den Mushi personnel et de composer un numéro maladroitement.


Kokuwo Makui, chef de Mars, et Serclay.

-Quelle mauvaise blague, Lundren. C'est l'arrogance qui brise ainsi ta lucidité ? Et moi qui te prenais pour un homme raisonnable...

Makui avait accompagné cette courte rétorque d'une moue vaguement lassée. Il n'avait pas de temps à perdre en bavardages futiles et inutiles et visiblement, lui et son interlocuteur n'étaient pas sur la même longueur d'onde. Tandis que Tenshi prenait l'héroïque décision de rendre visite à Syrilia, ce à quoi l'ancien vice-amiral se contenta de répondre par un haussement d'épaules, convaincu qu'il était du fait que rien ni personne ne pouvait nuire à la rousse et à la gamine ici, sur Whikey Peak, le chef de Mars, toujours les mains croisées derrière le dos, levait les yeux au ciel avec exaspération pour approfondir ses pensées :

-Pour l'heure, je ne vois pas vraiment ce que vous pourriez m'apporter, toi et les tiens. Je manque de subordonnés, c'est exact, mais le ponéglyphe et Centes passent avant, bien avant ce genre de préoccupations. Des hommes puissants et prêts à m'aider, j'en trouverai toujours des centaines... Voilà donc ce que je te propose : reviens me voir avec ton petit marché lorsque le ponéglyphe sera devant moi.

Il était intransigeant, pour le coup... Et c'était tout naturel. Il n'avait pas de temps à perdre : en vérité, même si cela n'était pas forcément le cas, il était envisageable que les marines, enorgueillis par leur victoire sur Drum, ne décident encore une fois de se mêler d'affaires qui ne les regardait pas. Ghetis Archer était au courant, et même à l'origine de cet assaut : s'il prévenait les autorités en temps et en heure et sans même considérer l'hypothèse d'une visite de la part du chasseur de primes lui-même, alors il y avait quelques chances, certes futiles mais néanmoins à prendre en compte, pour qu'un débarquement du Gouvernement Mondial ait lieu durant les heures suivantes. En tout cas, c'était ainsi que Makui voyait la chose : il n'était ni au courant de la démission de Jasmine et de Dereto, ni des blessures majeures endurées par le contre-amiral Utomo Karast, ni des diverses mobilisations armées de la Section Scientifique pour apporter leurs Cy-Wolfs aux gérants des Seas qui n'en possédaient pas encore... Bref, il manquait de données, mais cela, il n'était pas assez fou pour l'ignorer : c'était précisément pour cela qu'il faisait passer la quête des ponéglyphes en priorité absolue. Dans tous les cas, maintenant que cet état de fait était établi, le Kokuwo avait le choix dans ses manœuvres : poursuivre l'assaut tel quel, s'y rendre lui-même, miser sur la carte de la destruction massive, continuer à frapper de manière chirurgicale et précise en visant uniquement la Villa Loca... Il fut cependant contraint à interrompre ses funestes pensées lorsqu'une sonnerie retentit : son Den Den personnel. Il poussa un soupir et s'écarta légèrement du vieillard, laissant Serclay seul avec son armada de couteaux.

-Kokuwo Makui, j'écoute.
-Papa, c'est moi...
-Rika ? Qu'est-ce qu'il y a ?
-Bah y a un sniper... Et...
-Tu as peur, hein ? Aaah... Bon, très bien. Je m'en occupe.

Il avait poussé un soupir de lassitude tandis que la gamine, elle, avait pris un teint encore plus cramoisi que précédemment sans oser répondre par la négative. La prochaine opération était simple, claire et nette : il lui fallait abattre le tireur d'élite.



Syrilia est niveau 40. Nala est niveau 29.
Makui était niveau 42 lors de Mars, mais semble blessé (et donc un peu moins fort qu'à son apogée).
Serclay et Rika, vous n'en savez rien.

Avant propos : je vous laisse un tour pour vous organiser au niveau de Sen et Ten, voir si Shindô les gère (ce qui me semble logique), s'il délègue la tâche, etc. Si pas de réponse au tour prochain sur le sujet, je tranche moi-même ! (J'ai pas encore réfléchi sur le sujet mais a priori ils n'ont pas vraaaiment de raisons de s'opposer ou de s'allier à Centes, donc ils se casseront sans doute sans s'en prendre à qui que ce soit)

Personne peut entendre le Den Den entre Rika et Makui, à moins d'un Den Den noir (ils se sont assez éloignés pour ça, justement).
Serclay est donc face à Marxton, Makui légèrement à l'écart, Syrilia tente de découper Shindô, Rika s'est planquée dans une ruelle. Encore une fois, j'repousse le poste vraiment conséquent parce que... J'ai toujours pas d'idée parfaite, en fait. Mais du coup, Zeke va peut-être couper le RP avant que les choses sérieuses commencent donc... C'est bien de prendre son temps.
Revenir en haut Aller en bas
Zeke Lundren
Machinehead
avatar
Messages : 1472
Race : Humain
Équipage : Badlands Outlaws

Feuille de personnage
Niveau:
36/75  (36/75)
Expériences:
139/350  (139/350)
Berrys: 5.154.802.733 B

MessageSujet: Re: [Conquête] And so he spoke... [PV LIBRE MOTHERFUCKA]   Jeu 25 Fév 2016 - 21:24

And Shut

the Hell up !



Marxton Dillinger

-Raaaah c'est bon on a compris à la fin t'aime prendre les gens de haut, c'est ton truc. Mais alors là franchement c'est ridicule ton histoire, tu laisse ta partenaire attaquer de front un bâtiment dans lequel se trouve l'objet de ta convoitise sans te soucier du fait qu'elle pourrait démolir ce que tu cherche... Mais c'est bon, si tu veux sortir l'ultimatum en me demandant de sortir un truc pareil sous le feu ennemi, je t'annonce que je jouait déjà le jeu figure toi.

La réponse qu'il reçu à ses paroles fut toutefois quelque peu surprenante, car ce n'était pas la voix du chef de Mars qui lui parvint, mais plutôt celle de sa partenaire, l'accusant de se cacher et de ne pas oser faire face. Apparemment elle avait l'intention de faire quelque chose de très stupide et malheureusement il ne pouvait que difficilement l'en empêcher étant donné sa position.

-Taya, mais qu'est-ce que tu fout ? Reste là !

Des paroles en l'air, en effet l'épéiste était déjà partie et l'ingénieur ne pouvait pas vraiment se permettre de gérer un quatrième appel en même temps que les trois autres qu'il tenait pour le moment, il ne savait même pas s'il avait assez de den den mushi pour ça en fait. De son côté l'ex-vice-amiral venait de recevoir un coup de fil le prévenant de la présence du sniper dans les montagnes de Whiskey Peak, chose problématique, car oui l'ingénieur avait bien eu l'occasion d'assister en partie au pouvoir de ce type lors des événements de Mars, et même s'il n'avait pas trop compris ce qu'il avait entraperçu par le trou du mur de la salle du trône il avait bien retenu un truc, ce mec était rapide. Enfin coup de chance, l'autre glandeur venait enfin de lui redonner des nouvelles sur ce qu'il l'avait envoyé faire, pile dans les temps quoi.

-Pas la peine... Tu le voulais ton ponéglyphe tu l'a, enfin pour être exact ta copine qui s'est introduit dans le bâtiment vient de mettre la main dessus... Ça devrait suffire à la fin non ? Mes hommes ne t'ont pas attaqué, alors maintenant dans la mesure où tu n'est apparemment pas intéressé le moins du monde par mon offre, libre à toi de prendre ton machin dont je me fout complètement et de rentrer chez toi puisque tu m'a l'air pressé. Si en revanche tu veux discuter affaires raisonnablement cette fois je suis tout ouïe...

Pour le coup l'inventeur ne déconnais pas le moins du monde au moins, il avait bien fait de lancer un autre appel en plein milieu de cette conversation, autrement il aurait pris un risque inutile.

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------

-Hein ?! Heu... Ouais j'ai compris, j'y fonce !

Si Mad' avait passé une soirée relativement calme en fricotant avec les filles du dernier étage, cela ne l'avait pas empêché de se ressaisir aussi vite qu'un lapin se faisant foncer dessus par un train lorsque le hors-la-loi lui expliqua la situation. Si tout le bâtiment menaçait de foutre le camp, il ferait peut-être mieux en effet de se bouger le cul et de récupérer la grosse pierre. Fonçant direct vers le coffre, le membre de Renaissance ne mit que quelques secondes à finalement ouvrir cette saleté de grosse porte, plus un petit extra, le temps de foutre le cristal un peu trop gros à son goût sur un chariot laissé dans la chambre forte. La suite ? Bah il avait foncé direct vers la sortie, après tout l'autre lui avait bien demandé de sortir ce machin dans la rue principale et d'aller à la rencontre des envahisseurs immédiatement. Pourtant il n'atteignit jamais la porte, en effet celui-ci avait eu la chance ou le malheur de rencontrer l'une des principales concernés au rez-de-chaussé, une excentrique avec un casque de moto sur la tête, tapant une discute avec Sen et Ten pile au moment où il mit les pieds dans la pièce. Comment il savait qu'elle était avec les autres ? Disons que la menace de mort et le fait qu'elle n'ai clairement pas l'air d'être d'ici demeuraient un indicateur relativement fiable.

-Heu... Je crois que vous cherchez ce truc ?

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------


Flint Moriarty

-...

Foutre le camp ? L'ingénieur devait se faire une idée à la fin... Mais qu'importe contester les ordres ce n'était pas son style, ça et il n'avait pas ouvert la bouche une seule fois depuis son départ de Fullshout, il n'était donc pas vraiment en position de contester. Ainsi, laissant son flingue d'une taille démesuré là où il l'avait posé, le sniper se mit à courir dans le sens opposé, laissant derrière lui tout ce qui pouvait l'encombrer, enfin tout sauf sa seconde arme de taille bien plus raisonnable. Du moment qu'on lui affirmait que son job était accompli, il n'avait strictement aucune raison de risquer inutilement sa vie, il avait déjà donné après tout.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Tenshi Taya
Impératrice d'Amazon Lily
avatar
Messages : 1300
Race : Humaine
Équipage : Badlands Outlaws

Feuille de personnage
Niveau:
43/75  (43/75)
Expériences:
398/500  (398/500)
Berrys: 80.466.500 B

MessageSujet: Re: [Conquête] And so he spoke... [PV LIBRE MOTHERFUCKA]   Dim 28 Fév 2016 - 17:28




And so he spoke...


    M’élançant, je fus bien satisfaite de n’entendre que la voix de Zeke, m’ordonnant de demeurer sur place. Comme si j’allais faire une chose aussi stupide. Zeke avait beau être le chef de l’organisation de laquelle je faisais partie, je n’en demeurais pas moins désobéissante et butée. J’avais une idée en tête et, puisqu’il refusait de se montrer, je n’allais pas le laisser diriger mes pas. Après tout, la seule personne que je mettais en danger à présent, c’était moi. Alors, pourquoi obéir alors que seule ma vie était en danger ?

    Je ne tardai pas à trouver où se trouvait cette fameuse femme rousse, en effet, le bruit du combat attira mon attention et me mena rapidement vers les lieux de la Villa Loca. Un endroit qui n’avait d’ailleurs pas toute mon approbation, mais auquel je ne pouvais pas décemment m’attaquer. En tout cas, je n’avais pas l’intention de défendre ces lieux, mais plutôt de m’attaquer à une personne en particulier. Je ne tardai pas à apercevoir la chevelure enflammée de l’individu en question. Quoi de mieux que de me prêter au jeu des hostilités ?

    Regardant autour de moi, je remarquai rapidement la présence d’un homme armé sur un toit, qui disparut rapidement pour une raison inconnue, ainsi que celle de l’homme poisson combattant l’épéiste. Lui voler son adversaire risquait de ne pas lui faire plaisir, mais, cela n’allait pas me faire renoncer à mon idée. Je voulais me mesurer à cet ennemi et, plus que tout, je voulais m’en débarrasser. Et, visiblement, l’homme poisson risquait d’avoir quelques difficultés à le faire lui-même.

    Syrillia s’était d’ailleurs élancée vers lui à nouveau. Il s’agissait du moment idéal pour interrompre le combat et manifester ma présence à tout le monde. J’espérais simplement que Shindô ne m’en voudrait pas trop d’agir de la sorte. Après tout, je ne le connaissais que très peu et je n’étais même pas certaine de pouvoir réellement lui faire confiance. Qui sait ce qu’il avait derrière la tête ? Je ne connaissais pas les raisons qui l’avaient motivé à nous rejoindre et celles-ci n’étaient pas les bonnes. Néanmoins, je n’avais pas le temps de réfléchir bien longtemps. Ce fut bien pour cela qu’immédiatement après avoir vu la rousse s’engager dans le combat, je m’élançai de même.

    Attrapant deux de mes sabres, je me plaçai entre la femme et son adversaire pour bloquer ses lames des miennes d’un geste précis avant de tenter de la repousser en arrière en frappant son ventre d’une de mes jambes. L’effet de surprise devrait me permettre de mettre un peu de distance entre nous, néanmoins, j’étais loin de connaitre les capacités combatives de l’ennemie, et qui sait de quoi celle-ci était capable ? J’avais peut-être fait une grosse erreur en m’engageant dans la mêlée, il ne s’agissait probablement pas d’une épéiste amatrice qui s’essayait à quelques simples exercices. Les choses étaient plus que sérieuses cette fois-ci.

    Repoussant l’ennemi en arrière, je pris simplement la parole :

    - Tu cherches Zeke, non ? Tu ne le trouveras pas ici, il est bien caché et il ne risque pas de se montrer de si tôt.

    Elle voulait Zeke, j’allais donc lui donner une raison de me combattre pour l’atteindre, sinon, il y avait encore trop de risque qu’elle se contente de se confronter à l’homme poisson. Après tout, qu’étais-je pour elle ? Si ce n’est qu’une petite impertinente qui venait interférer. Je repris donc :

    - Je suis une bon moyen de le faire sortir, qu’en dis-tu ?

    Je n’étais pas certaine d’avoir pu la convaincre, néanmoins, je tentais ma chance. Jetant un coup d’œil derrière moi, je surveillais discrètement l’homme poisson tout en guettant la réaction de l’adversaire qui pouvait tout aussi bien m’ignorer, si elle décidait de n’en faire qu’à sa tête, je n’aurais plus qu’à la forcer à me combattre. Pour le moment, je me contentai donc de surveiller l’ennemie et l’allié, espérant que la première engage le combat, mais que le second demeure tranquille.



_________________
>> Dans la vie, il ne s'agit pas nécessairement d'avoir un beau jeu, mais de bien jouer de mauvaises cartes. <<


Revenir en haut Aller en bas
Carmen y Baroona
Chasseur de marines
avatar
Messages : 229

Feuille de personnage
Niveau:
33/75  (33/75)
Expériences:
12/250  (12/250)
Berrys: 3.166.000 B

MessageSujet: Re: [Conquête] And so he spoke... [PV LIBRE MOTHERFUCKA]   Sam 5 Mar 2016 - 14:48


Les gêneurs

- Mais j'étais dessus en premier, c'est mon combat !, hurla-t-il, le visage couvert par ses avant-bras pour se protéger de la lame d'air. Dégage de là, tireur planqué de mes deux ! Déclara-t-il à l'intention de celui qui venait de lui épargner une nouvelle cicatrice.
Le plan pour la lame d'air était d'éviter de la prendre de face, avec les bras et les jambes en guise de blessures pour diminuer les inévitables dégâts qu'il aurait subit de l'attaque. La lame se serait alors écrasée sur la Villa, entaillant sévèrement sa structure sans détruire le bâtiment pour autant ; suite à quoi, ils auraient repris le combat, tranquillement. Mais ça, c'était avant qu'un tireur d'élite ne s'octroie le droit d'intervenir dans une histoire qui ne le concernait pas. Dans un premier temps, Shindô pensa à projeter une salve de balles aqueuses en direction de la provenance du tir, mais changea d'avis lorsqu'il comprit que son adversaire ne lui laisserait pas le temps de se détourner de leur combat.

Presque heureux de voir qu'elle demeurait déterminée à le vaincre plutôt que de s'occuper des potentiels gêneurs postés dans les environs, Shindô décida donc de lui accorder également toute son attention. Il plaça ainsi son poing au niveau de sa taille tandis que sa main restante, dont les doigts manquants témoignait d'une vie riche en combats, pointait vers son adversaire en pleine course. Il était fort, mais elle était plus rapide, plus technique et surtout plus dangereuse. Aussi, il était impératif de l'envoyer au tapis le plus rapidement possible.
- Sansenmaigawara Seiken !
C'était son attaque la plus puissante, un coup qui suffisait généralement à envoyer ses adversaires au tapis, peu importe leur force, leur taille, leur poids ou même leur défense. Avec le timing de l'attaque, son poing frôlerait peut-être le corps de la rouquine au moment où les lames de cette dernière cisailleraient sa jambe pourtant fraichement recousue. C'était sans compter sur l'intervention impromptue d'une imbécile qui s'interposa entre les deux assaillants. Du coup, la seule chose que son puissant coup de poing puisse atteindre fut le dos de cette humaine. En effet, contrairement aux gens ici, Shindô était incapable d'anticiper les actions et fut donc incapable d'annuler son attaque.

- Ouais mais j’avais prévenu…

<*(((><

Sen & Ten fixèrent l'étrangère pendant de longues secondes et règnait donc dans cette partie peu occupée de la Villa un étrange silence. Si, d'habitude, il était normal qu'à cette heure-ci il n'y ait plus grand monde au sous-sol (la majorité des clients restants trop occupés à soit consommer au bar du rez-de-chaussée, soit chercher de l'affection entre les seins d'une fille à l'étage), là, ce n'était pas normal puisque trois personnes étaient en conversation. De ce long blanc sortit soudain une phrase courte et assez simple :

- Nous ne sommes pas au courant pour les Ponéglyphes, désolé. Par contre, concernant l'offre d'emploi, si vous avez mieux que deux millions par mois à proposer, on pourrait s'entendre.



Résumé & Techniques:
 
Revenir en haut Aller en bas
PNJ [Decimas]

avatar
Messages : 69

MessageSujet: Re: [Conquête] And so he spoke... [PV LIBRE MOTHERFUCKA]   Lun 7 Mar 2016 - 19:04




Kokuwo Nala.

Elle s'était donc infiltrée en première dans la Villa Loca, bien décidée à remplir l'ordre de sa mission avec brio : obtenir des renseignements sur le ponéglyphe si cela était possible, et écarter quelques combattants qui, cumulés à ceux de Badlands Outlaw, auraient pu se montrer gênants. Les deux gardes de la boutique comprirent vraisemblablement qu'elle ne nourrissait guère d'intentions hostiles à leur égard : ils prirent même le parti de discuter avec elle, souhaitant avant de trahir leur employeur connaître le prix qu'elle et Mars étaient capable de leur fournir. A ces mots, l'envoyée de Makui poussa un soupir de lassitude exagéré et théâtral. Nala posa ses mains sur sa taille et leva les yeux au ciel, bien que ceux-ci soient parfaitement imperceptibles derrière la visière opaque qui les couvrait alors :

-On leur propose de survivre, et ils veulent encore de l'argent... Ces gardes, de nos jours, de véritables rapiats... On jurerait à une mauvaise blague, ou à une fable grossière dont la morale est tellement évidente qu'elle vous pète à la gueule au bout de deux lignes... Sen et Ten, les avares protecteurs... Ouais, le titre est bon.

Malheureusement pour elle, la demoiselle n'eut pas vraiment l'occasion de poursuivre son discours : un autre homme débarqua en haletant, manifestement mi-désespéré, mi-essoufflé. Le propriétaire du coin, un larbin notoire, un ivrogne lambda, un malheureux quidam ? A vrai dire, la jeune femme n'en avait pas grand chose à faire... Elle se contenta de le fixer tandis qu'il s'approchait, puis d'attraper ce qu'il se décidait à lui tendre. Après un instant de silence, Nala fixa l'objet des convoitises de Centes avec stupéfaction... Nan, sans déconner ? Ils leur livraient tout sur un plateau, ici ? Whiskey Peak était définitivement une terre plus accueillante que ne le disaient les rumeurs... Chasseurs de primes, féroces combattants, ça n'était que du flan : juste des types en quête d'argent, et d'autres trop couards pour se dresser contre la moindre menace. Boarf, elle n'allait pas s'en plaindre : au final, leur travail n'en était que grossièrement facilité ! Elle haussa donc les épaules avant de réaliser un simple hochement positif de la tête, histoire que le pauvre homme ne se mette pas à s'uriner dessus dans l'attente d'une réponse miséricordieuse, puis décrocha son Den Den Mushi personnel pour contacter son cher frangin.


Kokuwo Makui, chef de Mars, et Serclay.

-Si ce que tu dis est vrai, alors elle ne devrait pas tarder à...

Après sa conversation avec Rika, le chef de Mars s'était machinalement retourné en direction du Den Den de Zeke Lundren pour lui répondre. Dans le cas de figure où quelqu'un serait bien en train d'apporter à Nala l'objet de toutes leurs convoitises, ou plutôt de celles de Centes, leur présence sur l'île risquait de s'abréger plus promptement qu'ils n'auraient pu l'imaginer de prime abord. De manière générale, Makui ne pouvait pas se permettre un écart quant aux objectifs du Monarque, cette fois-ci : l'aide de celui-ci était absolument impérative pour l'heure, afin de permettre à Mars un lendemain décent. Le fait d'avoir combattu au côté des Decimas lui avait effectivement grillé un bon nombre de possibilités pour l'avenir : la majorité des factions étaient en effet violemment opposées aux idéaux desdits Decimas, et cela ne faisait que restreindre les options de l'ancien vice-amiral. Au final, il se demandait s'il n'aurait pas mieux fait de rejoindre un baron de la pègre, ou un Yonkou... Néanmoins, le logia fut interrompu dans ses palabres et ses pensées par une sonnerie d'escargophone : le sien. Sans trop se presser, il décrocha et prit la parole :

-Makui. J'écoute.
-C'est Nala. Je suis dedans, là, et quelqu'un m'a apporté le ponéglyphe... On fait quoi ?
-Toi, tu l'apportes directement.
-Si c'est un faux ?
-Demande à Centes de les envoyer, et on étripera Shindô et ses comparses en guise d'exemples.
-Et vous, pendant ce temps ?
-On va essayer de... "calmer" Syrilia. Ce serait dommage qu'elle butte de si raisonnables et adorables criminels.
-Si tu le dis. A toute.

Puis elle raccrocha sans plus de cérémonies. De son côté, Makui poussa un simple soupir, songeant à toutes les peines qui avaient pu leur être évitées si le ponéglyphe offert était un vrai. Dans tous les cas, il ne pourrait pas tromper le Monarque, et dans le cas de figure où on aurait tenté de les tromper, le glorieux Souverain serait parfaitement apte à prendre les décisions qui s'imposaient d'elles-mêmes. Éradiquer toute forme de résistance en était une... Non, définitivement, l'idée de vouloir doubler le leader de Decimas n'était pas des plus brillantes : cela serait tout simplement précipiter la fin de Whiskey Peak. Après ces morbides et funestes pensées, le chef de Mars se mit en marche pour rattraper Syrilia, faisant signe à Serclay de le suivre et destinant quelques dires à Lundren :

-Si tu es vraiment honnête, on aura sans doute une autre petite conversation. Sinon... Et bien, je m'adresserai à ton crâne.


Frija Syrilia et Rika.

Si Rika, de son côté, était encore et toujours recroquevillée dans sa ruelle, effrayée par la perspective certes peu probable mais envisageable d'un tir échappant à son attention pour lui trouer la peau, Syrilia, quant à elle, était toujours bel et bien face à Shindô, prête à en découdre d'un instant à l'autre. Sa ruée héroïque en direction de l'homme-poisson n'allait se terminer que d'une seule et unique manière, et tous le savaient : l'amphibien allait au minimum perdre sa jambe en tentant de répliquer, et elle allait pouvoir lui arracher l'autre d'ici quelques secondes supplémentaires. Si elle était sûre d'elle ? Bien entendu. A vrai dire, elle n'avait pas réellement de raisons de demeurer pessimiste : le sniper s'était dévoilé bêtement et n'arriverait plus jamais à la prendre par surprise, et l'ancien chasseur de primes en lui-même n'était clairement pas assez fort pour lui tenir tête plus de quelques instants et sans aide conséquente. Le plus surprenant, dans l'histoire, c'était qu'il souhaitait également un combat en singulier avec la rouquine... Elle qui s'estimait parfois tête brûlée, elle devait volontiers reconnaître qu'elle avait encore une bonne marge avant d'atteindre le niveau de cet inconscient ! Ainsi donc, elle était prête à en découdre lorsque, contre toute attente, une nouvelle intervention eut lieu. C'était la mode, d'emmerder les gens sur Whiskey Peak, hein... Les lames de la Frija percutèrent effectivement celle d'une autre fille, apparemment plus jeune qu'elle, et visiblement alliée au fugu. Une sbire de Lundren, un électron libre, une amie quelconque ? Difficile de l'estimer de prime abord, mais la membre de Mars entendait bien lui faire bouffer son ardeur d'un bon coup d'épée. Le coup de pied qui lui était destiné la percuta effectivement, mais simplement au niveau du genou qu'elle interposa brillamment. La combattante expérimentée se laissa ensuite repoussée en arrière, profitant de l'occasion pour réaliser quelques cabrioles... Avant que l'homme-poisson, légèrement à la traîne, n'attaque à son tour droit dans le dos de son alliée.

Ces types n'avaient véritablement aucun talent, ou cherchaient simplement à jouer avec ses nerfs ? Courroucée par ce tir allié, probablement plus encore que Tenshi elle-même ne risquait de l'être, Syrilia se redressa presque en retroussant les babines, plus bestiale que jamais : ces deux-là, elle allait se les faire en même temps. Sans vraiment se préoccuper de l'état dans lequel était l'autre jeune femme après cette offensive, elle prit la peine d'envoyer une lame d'air dans la direction de Shindô d'une main experte avant de se ruer vers ladite jeune femme, bien décidée à l'idée de lui trancher la tête d'un coup horizontal.



Syrilia est niveau 40. Nala est niveau 29.
Makui était niveau 42 lors de Mars, mais semble blessé (et donc un peu moins fort qu'à son apogée).
Serclay et Rika, vous n'en savez rien.

Nala prend le ponéglyphe, informe Makui, et se casse via fermeture éclaire.
Makui, lui, se dirige vers Syrilia (sans trop se presser dans le cas de figure où le ponéglyphe serait un faux, évidemment). Serclay le suit.
Syrilia esquive le coup de Shindô grâce au kick de Tenshi, puis balance une lame d'air à Shindô. Ensuite elle court et essaye de décapiter Tenshi.
Revenir en haut Aller en bas
Carmen y Baroona
Chasseur de marines
avatar
Messages : 229

Feuille de personnage
Niveau:
33/75  (33/75)
Expériences:
12/250  (12/250)
Berrys: 3.166.000 B

MessageSujet: Re: [Conquête] And so he spoke... [PV LIBRE MOTHERFUCKA]   Mar 8 Mar 2016 - 3:15


You Loose !


- Une lame d’air ? Alors que le courant passait si bien entre nous ?

Shindô ne comprenait pas. Il ne comprenait pas ces sabreuses et sabreurs qui ne pouvaient s’empêcher d’employer en combat, à toutes les sauces, la technique de la lame d’air et qui, tel le tireur embusqué, attaquait sans relâche sa cible à distance dans le but de la voir tomber ; le comble pour une manieuse d’arme de « corps-à-corps ». C’est vrai quoi, si c’était pour jouer les snipers, il aurait peut-être fallu choisir l’arc ou le gun comme arme, non ? Une de temps en temps ne faisait pas de mal, par contre deux en moins d’une minute c’était clairement un abus. C’est un Shindô déçu qui s’apprêtait à encaisser cette attaque du mieux qu’il le pouvait.

- Karakusagawara…murmura-t-il en ramenant son poing encore entier au niveau de sa taille.

Cette riposte avait déjà fait ses preuves à San Faldo. L’idée était de propager une puissante onde de choc à travers l’air devant lui pour distordre l’onde tranchante et lui faire perdre drastiquement en efficacité. Cependant, lorsqu’il frappa devant lui, rien ne se passa car cette technique avait un démarrage assez long. Tellement long d’ailleurs qu’il réalisa rapidement que son onde de choc ne manifesterait pas à temps. Ainsi, une fraction de seconde avant d’être frappé par cette dernière, réalisant que le combat était terminé pour lui, Shindô lâcha cette ultime phrase :

- Tant pis, je meurs.

Le coup fut d’une violence telle qu’il souleva et fit tournoyer le corps du Fugu dans les airs avant qu’il ne s’effondre au sol, plus loin. Allongé sur le dos, le torse parcourut de long en large par une entaille béante dont suintait déjà le sang de la défaite, l’homme poisson jugea préférable de ne pas se relever immédiatement, le temps de reprendre quelques forces.



Résumé & Techniques:
 
Revenir en haut Aller en bas
Tenshi Taya
Impératrice d'Amazon Lily
avatar
Messages : 1300
Race : Humaine
Équipage : Badlands Outlaws

Feuille de personnage
Niveau:
43/75  (43/75)
Expériences:
398/500  (398/500)
Berrys: 80.466.500 B

MessageSujet: Re: [Conquête] And so he spoke... [PV LIBRE MOTHERFUCKA]   Sam 12 Mar 2016 - 22:18




And so he spoke...


    Mon sabre percuta celui de l’ennemie avec un son strident qui réveilla immédiatement tous ces instincts primitifs qui me guidaient lorsque je m’engageais dans un combat. La montée d’adrénaline témoigna d’ailleurs de ce début de bataille qui, je l’espérais, serait suffisamment palpitante pour ne pas se terminer en l’espace d’une seconde. Pourtant, les choses risquaient de se compliquer et ne pas se passer comme prévu. En effet, l’homme-poisson semblait avoir déjà engagé son attaque qu’il ne chercha pas à stopper en me voyant arriver, comme s’il ne m’avait pas vu. Et me voilà donc la victime d’un coup puissant qui venait me frapper dans le dos alors que je repoussai du pied l’adversaire. Celle-ci s’engagea dans quelques cabrioles, s’éloignant de moi.

    Je n’eus donc que l’espace d’une seconde pour décider de la meilleure chose à faire avant l’impact du poing de celui qui devait se prétendre mon allié. L’instinct prit le dessus et, sans bien m’en rendre compte, je couvris le haut de mon corps d’un Haki que j’avais récemment appris à maitriser. Si cela fut suffisant à réduire considérablement les dégâts physiques d’un tel coup, il ne permettait sûrement pas d’entièrement les inhiber et esquiver l’attaque en entier était inenvisageable. Ce fut donc la première étape.

    La seconde eut lieu immédiatement après. Le coup de l’homme-poisson, produisant une onde de choc assez puissante, eut pour effet de me projeter à grande vitesse vers une sabreuse en colère qui venait tout juste d’envoyer une lame d’air dans la direction de mon allié. Je n’allais certainement pas me mettre plus en danger que nécessaire pour aider ce soi-disant allié à éviter cette attaque. De toute façon, je le jugeai assez grand pour éviter cela tout seul. Grossière erreur. Car voilà ce que ce génie eut l’idée de faire. Envoyer une nouvelle attaque à retardement qui n’eut aucun effet sur l’attaque de la bretteuse et qui, au contraire, vint me percuter alors que je subissais encore l’effet de l’autre onde de choc. Et voilà donc une nouvelle onde de choc qui me projetait encore plus rapidement vers la bretteuse meurtrière. Heureusement pour moi, le Haki réduisait les dégâts, néanmoins, mon dos risquait de bien avoir souffert par tant de chocs.

    Je fis alors ce qui pouvait paraitre le plus logique : tenter de sauver ma peau tout en espérant que la prochaine attaque réduirait assez à néant l’ennemie. Entrainée par l’onde vers l’adversaire, je décrivis, immédiatement après avoir ressenti l’arrivée de la seconde onde, un trait dans l’air à l’aide de ma lame, entrainant ma disparition aux yeux de l’ennemie. L’onde accéléra alors mon arrivée vers l’ennemie.

    Ainsi, l’effet de l’onde de choc, le fait que mon ennemi s’approchait de moi et ma disparition à ses yeux risquaient de perturber quelque peu l’adversaire pour qui je ne réapparaitrais qu’une fois assez proche d’elle pour tenter de lui asséner un coup fatal. Cette disparition n’avait duré que l’espace d’une seconde, mais cela pouvait être suffisant. Ainsi, lors de ma réapparition, proche de l’ennemie, l’une de mes lames partait déjà vers le cou de l’ennemie tandis que l’autre prenait la direction de son abdomen. Si l’ennemie était assez réactive, elle pourrait peut-être éviter l’attaque en partie, autrement, je ne donnais pas cher de sa peau. Etrangement, cela ne me dérangeait pas outre mesure d’avoir à mettre fin aux sévisses d’un adversaire. Certainement l’excitation causée par le combat et l’adrénaline. Pourtant, j’avais l’impression que l’ennemie en face était loin d’être facile à affronter. C’était peut-être l’une des raisons pour lesquelles je ne voulais pas hésiter à tenter des attaques dangereuses. De toute façon, elle n’hésiterait probablement pas à en faire de même, elle avait l’air, d’une certaine manière, d’un animal guidé par ses désirs premiers, par son désir de vengeance et de giclées de sang. En plus de cela, je savais que les effets de l’attaque de l’homme poisson ne tarderaient plus à apparaitre. Tant que l’adrénaline la masquait en partie, il fallait agir.





Spoiler:
 

_________________
>> Dans la vie, il ne s'agit pas nécessairement d'avoir un beau jeu, mais de bien jouer de mauvaises cartes. <<




Dernière édition par Tenshi Taya le Sam 19 Mar 2016 - 21:57, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Kitchiro Nagami
La Grenouille Fantôme
avatar
Messages : 317
Race : Humain
Équipage : Bandlands Outlaws

Feuille de personnage
Niveau:
22/75  (22/75)
Expériences:
84/120  (84/120)
Berrys: 148.389.000 B

MessageSujet: Re: [Conquête] And so he spoke... [PV LIBRE MOTHERFUCKA]   Dim 13 Mar 2016 - 1:22




« Arrivée dans la noirceur des ténèbres»




En espérant que la Marine ne l’emmêle pas cette fois-ci, j'en est assez qu'il intervienne à chacun de mes mouvements. Dit moi James, que sait tu d'autres sur la situation

Je sais simplement que des intrus sont sur Whiskey Peak et que nous nous devons de rejoindre les autres sur l'île pour faire face à l'envahisseur. J'ai entendu parlé de Mars dans les conversation Den Den Mushique, je pense que cela à un rapport avec le passé de notre chef.

Pourvu que Villa Loca ne soit pas détruit cela serait dommage, c'est ici même que j'ai rencontré Zeke Lundren avant de le rejoindre, il faut dire qu'il à les mots et les atouts pour se faire comprendre et recruter des gens.

Kitchiro était dans sa nacelle tractée par Typhon son monstre marin venu du Nouveau Monde. Peu de temps avant, il s'était enfui d'une île où la Marine avait tendue un piège à des Supernovas est le fantôme c'était retourné au beau milieu d'un champ de bataille pour aucune raison.
Il n'avait pas loin entre la petite île où la Grenouille avait fait escale et la voie numero un, pour dire Kitchiro était même entrain de la descendre peu de temps avant, il fallait croire que toutes les routes mènent à Whiskey Peak.

James, il va falloir rester aux abords de l'île, je peux quitter mon corps et me promener en forme éthérée mais je n'est pas encore la force de m'en éloigner trop, cependant il faudrait rester en mouvement sous l'eau pour ne pas que quelqu'un nous localise trop vite. Lent, profond discret voici les mot d'ordre.

Depuis Little Garden Kitchiro avait pris du poil de la bête, son si précieux pouvoir lui avait donné des ailes, de jours en jours ce pouvoir s’agrandissait, chaque jour il contrôlait un peu mieux ce don du ciel même si l'adrénaline du combat y jouait pour beaucoup sur sa faculté à manier les ectoplasmes. Aujourd'hui encore il devait prouver au monde qu'il était digne de ce pouvoir, digne de servir les intérêts de son organisation ainsi que ses propres desseins.
Le corps et l'esprit ne font qu'un en combat, les samouraïs eux ne font qu'un avec leurs sabres, ici le révolutionnaire ne faisait qu'un avec la nature, si l'océan, ni les forêts ne pouvait lui cacher ses ennemis car Kitchiro s’apprêtait à quitter le monde physique, pour entrer dans une dimension, la sienne ! Faite d'intangibilité, de discrétion et de transparence, et pour accéder à ce monde Kitchiro n'avait qu'une chose à faire : se concentrer et formuler le mot déclencheur :

Exorcisme murmura Kitchiro en s'évanouissant sur un lit.

James à la seconde où mon esprit sortira de la nacelle pour s'aventurer sur ce nouveau théâtre de guerre mon corps sera sous ta protection, prends en soin si jamais un imprévu pointerai le bout de son nez tu sait quoi faire, plonger dans les abysses où fuir en utilisant la sacrée puissance de Typhon. Si jamais je me venais à saigner ou que tu sent que mon état physique est critique et que je ne suis pas revenu immerge mon corps dans le sas d’accès cela devrait forcer mon esprit à revenir.

Peu après avoir donné le rester des indications à son acolyte Kitchiro traversa la paroi de la nacelle pour sortir à l’extérieur, C'est tout de même bizarre de pouvoir traverser l'eau sous cette forme sans même en ressentir les effets.
Telle une fusée Kitchiro planait à ras des vagues, son approche était rapide, silencieuse et discrète, d'après les informations qu'il avait pu avoir, des combats étaient déjà en cours donc sa venue serai utile et invisible jusqu'au moment fatidique ! Moment fatidique où Kitchiro révélerai sa présence et l'étendue de ses connaissances martiales pour enfin bouter ses intrus hors du territoire des Badlands Outlaws !



Codage de gaki sur Epicode

Résumé:
 
Revenir en haut Aller en bas
PNJ [Decimas]

avatar
Messages : 69

MessageSujet: Re: [Conquête] And so he spoke... [PV LIBRE MOTHERFUCKA]   Dim 20 Mar 2016 - 18:19




Syrilia Frija.

Le premier des deux opposants de la rousse avait rapidement été mis hors d'état de nuire, dès lors qu'ils étaient tous passés aux choses sérieuses : une offensive à distance, une lame d'air vive et acérée, et il avait été contraint à l'encaisser de plein fouet sans parvenir à la dévier ou à l'éclater à temps. Pire encore, en remarquant que le fugu était expédié dans les cieux dans une grotesque effusion de sang, la demoiselle épéiste avait songé qu'il avait probablement agi plus bêtement qu'il n'aurait dû le faire en temps normal : réussir à esquiver une telle attaque n'était pas vraiment un fait d'arme, et même lui aurait dû en être capable en temps normal... Sauf si l'on considérait qu'il était également occupé à se battre avec son alliée, laquelle Syrilia voulait désormais réduire à l'état d'une vague bouillie informe et sanguinolente. Définitivement, ces crétins de hors-la-loi avaient bien du mal avec les concepts pourtant élémentaires de travail en équipe et de camaraderie : certes, la rousse n'y excellait pas non plus, mais elle était au moins assez douée pour éviter de toucher ses alliés lors des batailles massives... Ou, par défaut, pour combattre loin de toute victime collatérale déplorable ! Enfin, pour l'heure, les préoccupations de la puissante sabreuse n'avaient guère à s'éparpiller : il lui restait encore une cible avant de passer les choses sérieuses et d'aller enfin mettre la main sur ce fichu Lundren, tout chien de pleutre qu'il était. Celle-là même qui fondait les cieux dans sa direction, propulsée par Shindô un instant plus tôt... Celle-là même vers laquelle l'envoyée de Mars se projetait déjà, furibonde et déterminée. Cela étant, lorsque son opposant disparut tout bonnement, sans autre cérémonie, la jeune ardent fut contrainte à réduire la cadence : elle se stoppa même brutalement, arquant un sourcil interrogatif et circonspect avant que, l'instant suivant, Tenshi ne réapparaisse brutalement juste devant elle, d'ores et déjà prête à s'en prendre à elle. Si la Frija n'avait pas compris grand chose à ce qu'elle qualifiait déjà comme étant un grossier tour de passe-passe, elle n'hésita pas un instant : ses deux lames, recouvertes de haki, vinrent furieusement cogner celles de son adversaire. Un succès ? Oui, mais relatif. Si la lame qui visait sa gorge fut traitée en priorité et fut donc écartée à temps pour ne lui causer aucune blessure, celle qui visait son abdomen, en revanche, lacéra brutalement son flanc en lui arrachant un râle endolori. Vive, la demoiselle tournoya ensuite pour laisser son ennemie continuer sur sa lancée, s'autorisant une légère seconde de pause tout en laissant Tenshi terminer sa course un peu plus loin.

Que diable s'était-il passé ? Si la rousse n'était pas spécialement un modèle en matière d'intelligence, elle avait les bases en terme de combat, et comprenait tout naturellement que cette disparition momentanément n'avait pas été le fruit d'une simple imagination trop fertile de sa part : son adversaire y était assurément pour quelque chose. Maintenant, quant à savoir quoi précisément, c'était une autre paire de manches : fruit du démon, aptitude particulière, simple fourberie... Tout était envisageable, d'autant plus que cette sale gamine était après tout une des subalternes de cet enfoiré de Lundren : toutes sortes de coups bas pouvaient être au rendez-vous, compte tenu de la lâcheté légendaire dont faisait constamment preuve l'ingénieur. En vérité, Syrilia s'apprêtait à repartir à l'assaut après avoir estimé la gravité de la blessure dont elle avait à souffrir lorsque des claquements de main se firent entendre, lent et las. Elle pivota dans la direction de la provenance de ce bruit machinalement, et fit ainsi face à Makui et à Serclay, qui débarquaient enfin.


Kokuwo Makui et Serclay.

-Allons, allons, c'est terminé. Syrilia, range tes armes, on en a fini ici.
-Makui... Qu'est-ce que...
-Le ponéglyphe est à nous, et Zeke ne se trouve pas ici. Et ses subordonnés ignorent probablement tout de l'endroit où il se terre, d'ailleurs.

Le chef de Mars avait été contraint d'ajouter cette précision futile à ses yeux lorsque sa subordonnée avait ouvert la bouche, féroce et prête à lui répliquer avec l'animosité dont elle savait si bien faire preuve. A vrai dire, regarder la Frija décimer les pauvres combattants présents sur l'île aurait vaguement pu intéresser Makui s'il avait eu une raison de le faire, mais pour l'heure, il n'était guère le temps des combats futiles et des efforts vains. D'autant plus que la rouquine avait été touchée : pas la peine de revenir encore plus blessés au Siège de Mars pour une mission routinière telle que celle-ci. Si l'épéiste, quant à elle, ne semblait pas convaincue, elle finit par se redresser en crachant sur le côté, rangeant brutalement ses armes en maugréant quelques insultes à l'intention de Zeke, quand bien même celui-là ne pouvait probablement pas l'entendre. Pourtant, elle ne pouvait pas se contenter de s'arrêter en si bon chemin : elle progressa promptement jusqu'à arriver à un ou deux mètres de l'homme-poisson allongé plus loin et, se retenant de lui filer un coup de pied qu'il méritait pourtant bel et bien, lui vociféra quelques ordres droit dans la face :

-Toi, l'incapable. Si tu sais où est Lundren, t'as intérêt à cracher le morceau tant que t'es encore à peu près entier.

Elle avait prononcé plusieurs phrases entières, et c'était déjà un exploit : fier de cette réussite absolue, Makui poussa un soupir en haussant simplement les épaules, considérant qu'il ne pourrait probablement jamais la changer. Il préféra au contraire pivoter en direction de Tenshi, plaçant à nouveau ses mains dans son dos, comme il en avait l'habitude :

-Si tu continues à te battre pour lui, elle risque de vouloir te tuer aussi. Et ce serait plutôt regrettable, dans la mesure où tu as l'air vaguement plus compétente que le poisson, là-bas.



Syrilia est niveau 40. Nala est niveau 29.
Makui était niveau 42 lors de Mars, mais semble blessé (et donc un peu moins fort qu'à son apogée).
Serclay et Rika, vous n'en savez rien.

Rien de bien dingue, juste la fin prématurée du combat Syrilia-Tenshi et quelques amorces de discussion, le temps que le ponéglyphe soit bien analysé.
Revenir en haut Aller en bas
Badlands Outlaws

avatar
Messages : 10

Feuille de personnage
Niveau:
0/0  (0/0)
Expériences:
0/0  (0/0)
Berrys: 14.972.951.767 B

MessageSujet: Re: [Conquête] And so he spoke... [PV LIBRE MOTHERFUCKA]   Jeu 24 Mar 2016 - 10:04

And Shut

the Hell up !



Marxton Dillinger

-Alors quoi, t'es tellement enragé que tu sais pas utiliser un escargophone ?

Cette fois peut-être que son entrée serait un peu plus réussi, du moins il l'espérait... Enfin même s'il n'était là que par l'entremise d'un céphalopode débile. Au final, sa petite provocation n'avait pour but que d'attirer l'attention de la sabreuse folle, même si pour le coup sa voix à elle seule aurait probablement suffit à la faire se retourner avec l'écume à la bouche et un bon regard meurtrier.

-Alors avant que tu te mette à attaquer mes hommes sans raison laisse moi te faire un cadeau, après tout ton boss en a bien reçu un ce soir... Tu rêve de me retrouver et de me buter depuis des mois maintenant, en fait j'ai l'impression que ça remonte à tellement loin maintenant que j'ai perdu le compte... Enfin bref, tu veux me tuer et moi j'en ai marre de t'avoir à mes trousses, alors je vais t'offrir ce que tu veux : Je te défie en duel. Ça devrait t'aller comme solution non ? Toute façon vous les sabreurs vous aimez bien en général ce genre de d'affrontements débiles...

Marquant une pause, lui laissant évidemment le temps de considérer les prémices de cette offre non-négligeable, l'ingénieur la laissa un peu languir avant de reprendre avec les détails, probablement la seule chose qu'elle attendait de lui maintenant...

-Comme tu peux le voir je ne suis malheureusement pas sur l'île pour le moment, donc tu te doute bien que la façon la plus simple de me rencontrer est d'accepter... Little Garden, dans une semaine. On se fera une petite promenade romantique dans la forêt... Seuls à seuls évidemment. À toi de voir si tu accepte l'offre, c'est la meilleure façon de m'avoir en face à face sans coup fourré et sans fuite, à toi de décider...

Tournant son attention vers Makui cette fois, l'ingénieur préféra éviter tout malentendu quant à la signification de cette offre.

-Tu ne m'en voudra pas de t'emprunter ta subordonné j'espère ? De toute façon je doute fortement qu'elle aurait accepté de simplement quitter les lieux sans faire d'histoire alors autant lui donner ce qu'elle désire, sinon elle ne fera rien d'autre que me traquer d'ici là...


Revenir en haut Aller en bas
Tenshi Taya
Impératrice d'Amazon Lily
avatar
Messages : 1300
Race : Humaine
Équipage : Badlands Outlaws

Feuille de personnage
Niveau:
43/75  (43/75)
Expériences:
398/500  (398/500)
Berrys: 80.466.500 B

MessageSujet: Re: [Conquête] And so he spoke... [PV LIBRE MOTHERFUCKA]   Sam 26 Mar 2016 - 12:07




And so he spoke


    Proche de l’adversaire du jour, c’était le moment où jamais pour la mettre au tapis rapidement. Si l’homme poisson n’avait pas pris la peine d’intervenir de cette façon, le combat aurait certainement était plus simple pour moi. Néanmoins, même si mon attaqua n’eut pas pour effet d’arrêter totalement la bretteuse rousse, celle-ci parvint tout de même à la toucher au flanc, ce qui permettrait au moins de la ralentir quelque peu. Ce n’était pas un franc succès, mais c’était déjà mieux que rien. Tournant sur elle-même, mon ennemie me laissa alors avancer quelques mètres plus loin où l’onde de choc aurait terminé de me repousser. Je ne pouvais pas faire grand-chose pour ralentir mon avancée, néanmoins, celle-ci ne tarda pas à s’arrêter, me laissant m’écrouler au sol. Ce n’était pas le moment de rester à terre et, ne pensant même plus aux attaques précédentes de mon prétendu allié, je tentai de me relever en vitesse. Néanmoins, je fus rapidement stoppée par une décharge électrique dans mon dos, preuve des dégâts qui avaient été causés. Me tenir droite sur mes jambes risquait d’être assez compliqué pour le moment. Je tentai toutefois de me relever, m’aidant d’un de mes sabres posés fermement sur le sol pour me relever. Ce fut avec une difficulté non feinte que je parvins à poser les deux pieds sur le sol et à demeurer debout, utilisant mon sabre comme appui pour m’aider.

    Par chance, ou par malheur, un événement vint interrompre le combat en cours, un claquement de main et revoilà le mauvais bonhomme avec son ami apparaitre au niveau du champ de bataille, ce qui eut pour effet de stopper nette la sabreuse. Cela me fit doucement sourire. Une femme avec un si fort tempérament et en quelques mots, la voilà totalement soumise. Soit cet homme avait un fort potentiel persuasif, soit cette femme ressentait le besoin de se soumettre. Néanmoins, il avait un argument assez convaincant. Zeke n’était pas là et c’était la seule personne qu’elle recherchait réellement. Toutefois, si elle voulait vraiment prendre sa revanche, pourquoi ne pas s’en prendre aux subordonnés ? Regardant la scène, je vis la rousse se diriger vers Shindô, d’un air mauvais. De toute façon, tout en elle respirait le mauvais. Pas un brin de douceur, il n’y avait que de l’animosité en elle. Elle interrogea alors l’homme poisson sur la cachette de Zeke. D’ici qu’elle trouve cette cachette, il sera déjà parti loin, de toute façon. Savoir ou ne pas savoir, lui dire ou ne pas lui dire, cela n’allait rien changer à la situation.

    Ne se préoccupant pas plus de son sous-fifre, le nouvel arrivant s’adressa alors à moi, me suggérant de façon peu subtil que défendre Zeke était une très mauvaise idée. Que ce serait regrettable que sa chère bretteuse veuille me tuer. En quoi cela pouvait-il l’affecter ? Avait-il peur pour elle ou pour moi ? C’était pour le moins étrange. Je voulus répondre à mon interlocuteur lorsqu’une nouvelle intervention de Zeke se fit entendre, proposant de défier la sabreuse en duel sur Little Garden. J’étais plutôt surprise de cette proposition et je n’étais pas non plus certaine que ça soit une très bonne idée. Après tout, avec toute la rage qu’elle avait, elle risquait de découper Zeke en morceau et d’en faire de la pâtée pour chien. Je n’aimais pas du tout cela, mais je ne pouvais pas faire grand-chose pour l’en dissuader. Il était grand après tout, non ? J’attendis donc la fin de cette intervention impromptue pour répondre au chef de Mars :

    - Seriez-vous préoccupé par mon sort ou par celui de votre sabreuse ? Je n’ai pas l’intention de laisser Zeke se faire tuer sous prétexte qu’il a des ennemis. D’ailleurs, votre guerrière meurtrière ne m’effraie pas le moins du monde. Qu’elle veuille ou non me tuer ne me fait ni chaud, ni froid. Une personne aveuglée par sa haine est bien plus facile à combattre d’ailleurs. Sincèrement, trainer ce genre de personne doit être une vraie plaie. Je me demande bien comment vous avez fait pour qu’elle vous obéisse…

    Probablement des paroles pleines de sincérité par une personne qui se mettait à la place de ce pauvre chef qui devait gérer à lui tout seul les envie sanguinaires de la bretteuse. Lui donnait-il de la viande fraiche à manger pour qu’elle calme ses ardeurs ? En tout cas, qu’il parvienne à la soumettre semblait être un petit miracle et j’avais du mal à saisir comment il avait réalisé cette prouesse. Une forme de reconnaissance peut-être ? Ou bien une belle promesse ? Peut-être m’apporterait-il un morceau de réponse ?



_________________
>> Dans la vie, il ne s'agit pas nécessairement d'avoir un beau jeu, mais de bien jouer de mauvaises cartes. <<


Revenir en haut Aller en bas
Kitchiro Nagami
La Grenouille Fantôme
avatar
Messages : 317
Race : Humain
Équipage : Bandlands Outlaws

Feuille de personnage
Niveau:
22/75  (22/75)
Expériences:
84/120  (84/120)
Berrys: 148.389.000 B

MessageSujet: Re: [Conquête] And so he spoke... [PV LIBRE MOTHERFUCKA]   Sam 26 Mar 2016 - 16:54




« Protégons nos terres !»



Planant au dessus du sol de Whiskey Peak, Kitchiro filait dans la pénombre, il se devait de défendre la terre des Badlands Outlaws. Malgré les questions qu'il se posait depuis la rencontre avec les Vices Amiraux Le fantôme restait confiant en son pouvoir, pouvoir qui était entrain de le quitter.

Qu'est ce qui se passe ! Pourquoi mes forces m'abandonne ! Non ! James qu'est qui se passe !

Quand Kitchiro s'ouvrit les yeux il vit la trappe du sas ouvert, sans pouvoir bouger, il sentait l'air de ses poumons partir en bulles dans l'eau salée de cette mer qui le maudit !
Alors que le révolutionnaire était entrain de perdre peu à peu conscience, la trappe se referma et le niveau d'eau s'abaissa, aussitôt James extirpa le corps presque inerte de son allié

Désolé Kitchiro j 'étais obligé de te faire revenir si… brutalement, beaucoup de nouvelles sont tombés entre temps.

Pourquoi tu a annulé mon pouvoir ! T'es fou de me faire ça sans aucune sommation j'étais entrain de croire que la nacelle avait pris l'eau et moi aussi !

Le Ponéghyphe est entre les mains du chef de Mars, nous ne pouvons plus rien faire, il est temps de quitter la zone pour nous, Tenshi est encore sur le terrain mais apparement elle n'a pas besoin de nous, les ennemis devraient quitter la zone d'ici peu, l'échange est en cours avec Zeke. Shindô à jouer à un drôle de jeu, on ne sait même plus si il est notre allié … Sale poisson à frapper ses alliés…. En tout cas il faut partir, quelle destination je dois prendre ?


Si Zeke s'occupe de la transaction alors cela me va, c'est tellement dommage de donner un ponéghyphes mais il en reste d'autres dans ce monde. Je sais grâce à mon cher ami qui est rester dans Moby Dick que à Jaya et Alabasta des stèles on put être caché, mais avant cela il faut tout que j'en apprenne plus sur l'histoires des ses l'îles pour localiser plus facilement les fragments d'histoires.
Direction Lunas, chez moi il y a une bibliothèque presque aussi imposante que celle de Ohara, là bas il y aura sûrement des ouvrages qui m'aideront à ma quête.




Codage de gaki sur Epicode
Revenir en haut Aller en bas
PNJ [Decimas]

avatar
Messages : 69

MessageSujet: Re: [Conquête] And so he spoke... [PV LIBRE MOTHERFUCKA]   Ven 1 Avr 2016 - 15:32




Syrilia Frija.

Lorsque la voix de Zeke se mit à résonner, la demoiselle aux cheveux cramoisis sembla brutalement parcourut d'un frisson qui n'augurait rien de bon. Avec vélocité et férocité, elle pivota tout en se saisissant de ses lames et en les brandissant en avant, les pointant droit dans la direction de laquelle provenait la nasillarde et désagréable sonorité... Avant qu'une moue agacée et lassée ne vienne se graver sur son visage. Un escargophone, encore une fois... Lundren avait manifestement pour coutume de jouer au plus pleutre, à tel point que cela avait l'air d'être une passion, ou tout du moins une tradition de premier rang ! Si la chose fut plus complexe qu'elle n'aurait pu l'imaginer, Syrilia parvint à demeurer calme tandis qu'il prenait la parole, le tout suintant de l'habituelle lâcheté qu'il avait pour habitude d'user... C'était bien sûr lui qui posait le rendez-vous, lui qui choisissait l'île : autrement dit, elle était absolument convaincue du fait qu'il allait profiter de l'occasion pour la piéger d'une manière ou d'une autre. Il n'y avait rien à attendre de plus venant d'un bâtard à l'honneur inexistant... Quelque part, la rouquin concevait sans la moindre difficulté le fait que ses subordonnés étaient plus valeureux et intéressants qu'il ne le serait jamais : eux avaient un tant soit peu de fierté et de répondant, y compris l'homme-poisson de nouveau allongé à même le sol à quelques pas de là. Contre toute attendre, la Frija finit pourtant par rengainer ses armes, sans pour autant prendre la peine d'adresser la moindre parole à cette raclure... Car de toute façon, s'il ne se présentait pas à sa petite fête, elle n'allait guère tarder à remettre la main sur ses subordonnés. Et cette fois-ci, ni la gamine ni la poiscaille ne pourraient s'en tirer à si bons comptes.


Kokuwo Makui et Kokuwo Nala.

-Tu te méprends, jeune fille ! Elle ne m'obéit pas le moins du Monde. Simplement, malgré son ardeur, elle n'est pas incapable de faire preuve de bon sens.

Makui avait regardé d'un œil vaguement amusé l'échange entre Lundren et la rouquine, quelques mètres plus loin, sans pour autant prendre la peine d'y intervenir directement. Les menaces de l'autre lâche ne le concernaient pas directement, et l'animosité exacerbée de Syrilia aurait tout-à-fait pu déboucher sur un génocide de la population de Whiskey Peak qu'il n'aurait pas levé le petit doigt pour l'empêcher... Les mains derrière le dos, le corps bien droit et les pieds solidement ancrés sur le sol, il s'était effectivement contenté de répondre à Tenshi, mettant l'accent sur les faits qui étaient les plus clairs. L'épéiste rousse n'avait plus obéit à personne depuis Mars, et même Centes avait généralement tendance à se heurter à un mur : elle n'écoutait tout simplement pas les ordres. Pourtant, les Decimas tout comme le Kokuwo toléraient cet excès de défiance et de colère... Car après tout, cela n'était ni plus ni moins qu'une force terrible dont ils pouvaient user sans cesse ! L'ancien vice-amiral prenait à nouveau la parole lorsqu'une fermeture éclaire s'ouvrit à ses côtés, dévoilant sa jeune sœur. Le retour de cette dernière sembla le couper net dans son élan et elle se contenta d'ailleurs d'un bref hochement de tête, tout juste perceptible à cause de son casque volumineux, avant de leur libérer le passage en direction de la fermeture qu'elle venait justement d'ouvrir. Pour Makui, comme pour les siens, cette action était claire et compréhensible : le ponéglyphe était bon, et leur mission avait été réalisée avec succès. Tandis que Rika, Serclay et Syrilia s'engageaient les premiers dans la dimension parallèle, l'ex haut-gradé de la marine pivota à nouveau pour faire face à Tenshi :

-Oh, un petit conseil... Ne sois pas trop imbue de tes capacités. Si tu ne te méfies pas des "guerriers meurtriers", il se pourraient bien qu'ils finissent par te jouer des tours... Ton boss est l'un d'entre eux, après tout.

Sur ce, le maître de Mars pivota une énième fois, se dirigeant vers la fermeture éclaire toujours grande ouverte, un sourire satisfait gravé sur le visage. Cette petite excursion s'étaient brillamment déroulée, et ils n'avaient désormais plus à rendre des comptes à Centes... Leur précédent échec avait effectivement été racheté grâce à cette action. De facto, Makui allait pouvoir se consacrer à ses propres objectifs...



Syrilia est niveau 40. Nala est niveau 29.
Makui était niveau 42 lors de Mars, mais semble blessé (et donc un peu moins fort qu'à son apogée).
Serclay et Rika, vous n'en savez rien.

Bla bla, erevoire !
Conquête interrompue, sauf si vous essayez de frapper Makui dans le dos (z'avez pas les couilles, bande de tapettes)
Revenir en haut Aller en bas
Tenshi Taya
Impératrice d'Amazon Lily
avatar
Messages : 1300
Race : Humaine
Équipage : Badlands Outlaws

Feuille de personnage
Niveau:
43/75  (43/75)
Expériences:
398/500  (398/500)
Berrys: 80.466.500 B

MessageSujet: Re: [Conquête] And so he spoke... [PV LIBRE MOTHERFUCKA]   Sam 2 Avr 2016 - 8:53




And so he spoke


    Après les quelques paroles de Zeke, et de façon assez surprenante, la rousse rangea ses armes de la façon la plus pacifique qu’il soit. Il ne faisait presque aucun doute qu’elle se joindrait à Zeke sur Little Garden pour combattre. Je n’avais pas vraiment envie d’assister à ce spectacle, ni même le courage d’intervenir. J’avais simplement l’espoir fou qu’il ne serait pas assez stupide pour se faire tuer et qu’il reviendrait vivant de cette bataille. De toute façon, je n’étais pas en capacité de l’en empêcher et intervenir n’était pas non plus une idée des plus brillantes.

    Ce fut ensuite au chef d’intervenir et de répondre à mes quelques paroles, m’indiquant que la guerrière ne lui obéissait pas le moins du monde mais qu’elle faisait simplement preuve de bon sens. J’avais du mal à comprendre la logique de la chose, mais, après tout, si elle lui était d’une quelconque utilité, tant mieux pour lui. Il n’avait pas l’air d’un imbécile, il devait savoir ce qu’il faisait. Néanmoins, j’avais comme le sentiment que le courant allait mal passer entre nous deux. Après tout, notre première rencontre n’avait pas été des meilleures et tout s’était arrêté un peu trop vite.

    Alors que l’individu prenait la parole, une espèce de fermeture éclair s’ouvrit sur le côté, révélant un nouveau personnage. Un dialogue muet s’engagea alors entre les individus auquel je ne compris pas grand-chose, mais, de toute façon, cela n’aurait pas changé grand-chose à la situation dans laquelle nous étions. Visiblement, toute envie de meurtre et toute animosité avaient disparu en l’espace d’un instant et les choses s’étaient apaisées sans plus d’explication. Ce n’était pas sans me déplaire, je devais bien l’avouer. Après tout, mon état n’augurait rien de bon pour la suite et beaucoup de repos s’imposer, ce qui me déplaisait bien plus.

    Alors que toute la troupe s’engouffrait dans cette ouverture faite dans le vide, je ne fis rien pour les retenir, me contentant de les regarder partir, ne comprenant pas bien ce qui venait de se passer. Quelques explications risquaient de s’imposer. L’homme qui se dirigeait déjà vers la sortie improvisée se retourna pour m’adresser une dernière fois la parole, me glissant un conseil et une mise en garde. C’était généreux de sa part, décidément. Il semblait même me suggérer que Zeke était un danger pour moi. Je ne voyais pas bien où il voulait en venir par de telles paroles. Ne m’en préoccupant pas plus, je hochais les épaules tout en répondant :

    - Merci pour les conseils, je tâcherai de les appliquer.

    Je n’étais pas certaine qu’il entendrait ces quelques paroles, mais cela n’avait aucune importance, après tout, nous risquions d’être amenés à nous revoir à nouveau, non ? Zeke et lui avaient l’air de se connaitre.

    Lorsque, enfin, il n’y eut plus que des alliés dans les parages, je poussai un soupir en constatant que le bilan de cette petite sortie improvisée était désastreux. Au moins, il n’y avait pas eu de morts et la petite fête avait été quelque peu amusante, même si j’en sortais bien plus blessée que je n’aurais voulue, tout ça à cause de cet homme poisson. Jetant un coup d’œil dans sa direction, je ne savais pas si je devais lui porter secours ou le laisser tranquille. De toute façon, les sous-fifres de Zeke pourraient bien s’en occuper, je n’avais pas à m’en inquiéter. Je n’avais, d’ailleurs, pas trop envie de m’approcher de lui. Qui sait, il pourrait bien se relever pour reprendre le combat contre moi. Le mieux à faire ? Retourner au lit et finir sa nuit paisiblement. Le problème ? Cette douleur dans le dos risquait bien de m’empêcher de dormir. Il n’y avait plus qu’à attendre l’arrivée d’un quelconque médecin dans ce cas…



_________________
>> Dans la vie, il ne s'agit pas nécessairement d'avoir un beau jeu, mais de bien jouer de mauvaises cartes. <<


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: [Conquête] And so he spoke... [PV LIBRE MOTHERFUCKA]   

Revenir en haut Aller en bas
 

[Conquête] And so he spoke... [PV LIBRE MOTHERFUCKA]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Obama en chute libre ...
» Un sous-vêtement dans l'arbre [Libre]
» JEAN JUSTE LIBRE HEUREUX ! JACQUES ROCHE EST MORT POU JE'L !
» Pas sur la neige...[Libre]
» ♦ Juste une envie d'oublier ... [ Libre ]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
One Piece Seken :: Le monde de One Piece :: Grand Line :: Voie Numéro 1 :: Whiskey Peak-