Partagez
 

 Tout trajet comporte escales. [Solo - Présent]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Fenice Nakata
The Phoenix
Fenice Nakata
Messages : 15024
Race : Humain
Équipage : Tengoku no Seigi

Feuille de personnage
Niveau:
Tout trajet comporte escales. [Solo - Présent] Left_bar_bleue52/75Tout trajet comporte escales. [Solo - Présent] Empty_bar_bleue  (52/75)
Expériences:
Tout trajet comporte escales. [Solo - Présent] Left_bar_bleue879/1000Tout trajet comporte escales. [Solo - Présent] Empty_bar_bleue  (879/1000)
Berrys: 2.235.426.002 B

Tout trajet comporte escales. [Solo - Présent] Empty
MessageSujet: Tout trajet comporte escales. [Solo - Présent]   Tout trajet comporte escales. [Solo - Présent] Icon_minitimeDim 3 Jan - 11:36

Tout trajet comporte escales.
Solo
Trop de repos n'a jamais fait mourir personne. Tristan Bernard


Les pieds du Fenice trouvèrent enfin le sol après quelques minutes de vol juste en face de la clinique de Graou Island. Une partie du personnel en sortit en courant lorsqu'ils remarquèrent qu'il portait une demoiselle à la chevelure écarlate entre ses bras, craignant probablement qu'il ne s'agisse d'Holly, celle qui avait pu refréner la maladie artificielle qui les transformait, toutes les nuits, en une meute de garous affamés et assoiffés de sang... Mais en un sens, ils semblèrent rassurés lorsqu'ils remarquèrent que ce n'était pas le cas, et que cette jeune femme n'était autre que Reina Elisabeth, l'ancienne Schichibukai. Si, à la base, le musicien n'avait guère été inquiété par l'état de la guerrière, songeant qu'elle était de toute façon bien assez solide pour s'en sortir, il devait admettre qu'il commençait à angoisser légèrement : elle n'avait pas pipé mot depuis leur départ d'Impel Down et, pire encore, n'avait pratiquement pas remué. Son état semblait critique, mais les très -trop- modestes connaissances du mythique en médecine n'aidaient en rien à établir un diagnostic certain. Ainsi, Nakata s'avança promptement en direction des portes de la clinique qui furent ouvertes par deux membres du personnel pour le laisser passer, qu'il salua d'un bref signe de tête avant de se diriger vers l'une des chambres à disposition de la patientèle. Tout en prenant garde à ne pas trop secouer la femme pirate, il alla donc la déposer sur un lit délicatement tandis que l'un des médecins de la clinique arrivait tout juste derrière lui, s'empressant de s'avancer dans sa direction :

«Souverain ! Vous n'étiez pas attendu et...»

Un simple geste pour le couper et le Phoenix prononçait d'ores et déjà quelques paroles tout en pivotant pour dévoiler Elisabeth à la vue du spécialiste, l'expression faciale sobre mais inquiétée :

«N'en parlons pas. S'il vous plaît, faites tout votre possible pour la sauver.»

Le médecin demeura immobile et légèrement déconfit un instant avant de se précipiter vers l'ex Schichibukai, pour lui prendre le pouls et d'autres mesures susceptibles de le rassurer et de l'aider dans son travail. Nakata tourna les talons et s'apprêta à quitter la salle mais, au moment de franchir le pas de la porte, marqua l'arrêt et prit la parole en jetant un bref regard au chirurgien qui s’affairait déjà à constater l'état déplorable dans laquelle se trouvait la pirate :

«Je vais chercher Renald et Fordrag. Ils seront en mesure de vous aider.»
«Et bien... Ce ne sera pas de refus...»

Devant l'air manifestement désespéré du savant, le capitaine de Tengoku no Seigi poussa un vaste soupir et s'en alla, quittant même la clinique en adressant quelques signes de tête formels mais chaleureux à l'adresse du personnel et des locaux qu'il croisait. Les gens semblaient l'apprécier toujours autant sinon plus que depuis la conquête de l'île, et c'était une bonne chose : l'artiste n'avait guère comme habitude d'attirer l'antipathie et le dégoût des petites gens. Après tout, les faibles étaient les seuls qui l'intéressaient vraiment, car leur pauvreté et leur manque d'influence les poussait à user de beaucoup plus d'humanité que leurs homologues souverains. Quelque part, lui-même avait quitté cette sphère de modestie pour rejoindre celle, plus cruelle et perpétuellement dangereuse, des puissants... Mais il entendait bien demeurer aussi proche des siens et des civils de tout bord aussi longtemps que possible, ne fut-ce que pour les satisfaire. Il avait d'ailleurs tout juste mis un pied dehors qu'un groupe de jeunes indigènes se jetait dans sa direction le hélant en recouvrant leurs visages de sourires émerveillés. L'air amusé et attendri, le blondinet les attendit et, lorsque les bambins furent proches de lui, leur rendit leur salut avant d'attraper l'un d'entre eux pour le placer sur ses épaules. Le Fenice entreprit alors de marcher en direction de la résidence où devaient se trouver les autres pirates garants de la sécurité de l'île, profitant de l'occasion pour jeter quelques coups d’œil en direction des villages lorsqu'il en avait la possibilité. Les ouvriers travaillaient d'arrache-pied depuis qu'il avait débloqué les fonds nécessaires pour rénover l'île dans son entièreté, et il entendait les bruits des multiples chantiers jusqu'ici... C'était probablement pour cela que la majorité des habitants l'aimaient encore plus qu'avant : parce que différemment la majorité des autres Rois, il prenait la peine de s'occuper massivement de la population qui, en échange, lui adressait un soutien indéfectible.

Avant d'entrer dans la Résidence, le forban reposa le moujingue à terre au milieu de ses compagnons et les regarda s'éloigner pendant quelques secondes avant de hausser les épaules et d'entrer dans la gigantesque bâtisse. Ce bâtiment lui plaisait, non seulement parce qu'il ne croulait pas sous l'opulence et le luxe mais aussi et surtout parce qu'il avait été conçu pour abriter quelques dizaines d'âmes : comme les siens s'y trouvaient pratiquement tous, il considérait l'endroit comme son chez lui, presque plus encore que l'Aldébaran lui-même, le navire de Tengoku no Seigi. Mais cela s'expliquait assez facilement : il avait trouvé là un nouveau groupe d'amis, de comparses qui lui étaient tous chers... L'Aldébaran était un symbole, indéniablement, mais ne convenait pas autant à son âme de festif. Pourtant, alors que sa main se posait sur la poignet et commençait à pivoter pour l'ouvrir, Nakata eut un léger pincement au cœur : c'était précisément à cause de cette résidence et à cause de leur popularité croissante que la belle s'en était allée pour changer d'air. Son précédent départ, celui qu'elle avait réalisé pour sauver Len, restait bien trop neuf dans l'esprit du Phoenix qui craignait qu'il ne lui arrive malheur. Elle avait été en grand danger... Et si la chose se répétait encore ? Et si la Rose était blessée, sinon tuée ? Réprimant difficilement un frisson de terreur qui remonta le long de son échine, le capitaine poussa la porte en se dévoilant enfin à l'unique personne présente dans le hall de l'immeuble : Damon.

«T'as pris ton temps pour sortir quelqu'un d'Impel Down... Tu l'as pécho, au moins ?»
«Abruti.»

Les deux hommes s'approchèrent l'un de l'autre et échangèrent quelques amitiés viriles avant que le capitaine ne brise ce moment de retrouvailles avec son vigie de toujours en prenant une mine nettement plus embêtée, oubliant momentanément la provocation que lui avait envoyé son collègue quelques instants plus tôt, comme si ce genre d'injures étaient devenus formalités pour eux :

«Tu sais où sont Renald et Fordrag ? Ils ont besoin d'eux, à la clinique... Elisabeth est dans un état critique.»
«Hmm... Pour Renald, il est dans la salle commune. Fordrag, par contre, je sais pas trop, sûrement dans la forêt. Tu veux que j'aille te le chercher ?»
«Je dis pas non. Profites-en pour entraîner ton observation, si tu veux pas prendre encore plus de retard.»

Le brun lui jeta un prétendu regard noir avant de quitter la bâtisse en s'esclaffant. Le zoan mythique, quant à lui, se contenta d'un bref sourire amical avant de se diriger vers la porte qui menait à la salle de vie principale. Il y pénétra et jeta un bref regard aux personnes qui se trouvaient à l'intérieur : Jeck, l'ingénieur introverti caché sous son épaisse armure, réparait manifestement l'un des deux gants de son costume d'acier intégral, assis à la table qui occupait l'espace central de l'endroit. Juon, le navigateur, était quant à lui penché sur un livre quelconque, assis à la même table mais à l'opposé de l'autre forban. Ces deux-là étaient tellement concentrés qu'ils ne remarquèrent même pas l'entrée de Nakata avant que Renald, affalé dans l'un des fauteuils et en proie à un ennui certain, ne beugle dans sa direction :

«Woooow, regardez qui est là !»

Il se rua alors dans la direction du musicien et se jeta dans ses bras, aussi extraverti et vivant qu'à l'accoutumée. Après un bref instant de retrouvailles, le blondinet prit une attitude nettement plus sérieuse qui sembla inquiéter l'homme-écureuil pendant quelques secondes : lorsque le capitaine de Tengoku no Seigi prit la parole, il écouta avec attention avant de répondre avec l'assurance qui était sienne.

«Renald, ils ont besoin de toi à la clinique. Elisabeth est dans un état critique.»
«Oh, j'y vais direct !»

Pendant que l'homme-bête s'élançait brutalement dans la direction du bâtiment médical, cavalant dans les couloirs sans la moindre discrétion, Jeck adressait au Schichibukai un simple signe de tête. Si ce geste pouvait paraître froid de prime abord, il suffisait de connaître un tant soit peu l'ingénieur pour comprendre qu'il respectait grandement son homologue : il ne s'autorisait ce genre de politesses qu'avec ceux qu'il estimait profondément. Juon, quant à lui, se montra toutefois nettement plus humain : il se leva de son siège et alla saluer le chef de flotte d'une poignée de main, ne tardant guère à s'enquérir de son état et du déroulement de son voyage.

_________________
Called to the ring, Taking me round by round
It hurts and it stings, Taking me down, down, down
You think that you caught me, I can hear you taunt me
Fractured and I'm falling down, My enemy is watching me bleed

But I'm not dead yet
So watch me burn.
Tout trajet comporte escales. [Solo - Présent] Nak_si10

Revenir en haut Aller en bas
Fenice Nakata
The Phoenix
Fenice Nakata
Messages : 15024
Race : Humain
Équipage : Tengoku no Seigi

Feuille de personnage
Niveau:
Tout trajet comporte escales. [Solo - Présent] Left_bar_bleue52/75Tout trajet comporte escales. [Solo - Présent] Empty_bar_bleue  (52/75)
Expériences:
Tout trajet comporte escales. [Solo - Présent] Left_bar_bleue879/1000Tout trajet comporte escales. [Solo - Présent] Empty_bar_bleue  (879/1000)
Berrys: 2.235.426.002 B

Tout trajet comporte escales. [Solo - Présent] Empty
MessageSujet: Re: Tout trajet comporte escales. [Solo - Présent]   Tout trajet comporte escales. [Solo - Présent] Icon_minitimeDim 3 Jan - 12:06

Tout trajet comporte escales.
Solo
Trop de repos n'a jamais fait mourir personne. Tristan Bernard


C'était la première fois depuis près de vingt-quatre heures que le Phoenix quittait enfin la résidence. Le bruit de son retour avait déjà couru sur l'île et les deux maires des villages étaient venus lui rendre visite pour lui signifier leur sympathie tandis que Musashi Miyamoto, le gérant de l'île en son absence, l'avait mis au courant de l'avancée des travaux en le remerciant chaleureusement pour la pharaonique somme qu'il avait déboursé. Par la suite, le capitaine forban avait eu l'occasion de rencontrer Alidia, Danaé, Kernoza et les autres, avec lesquels il avait partagé un repas et un peu d'alcool. Cependant, comme depuis presque un jour, ni Renald ni Fordrag n'avaient quitté la clinique pour revenir à la bâtisse commune, Nakata songea qu'aller y faire un saut n'était que justice. Il avala donc la distance qui le séparait de la maison de santé et y parvint rapidement, tant les deux édifices étaient proches. Il pénétra donc dans l'endroit et se dirigea tout naturellement en direction de la chambre à l'intérieur de laquelle il avait posé Elisabeth avant qu'une infirmière ne l'arrête à mi-chemin, se précipitant dans sa direction en haletant. Lorsqu'elle eut récupéré son souffle, elle indiqua au combattant que la Schichibukai avait été déplacée jusqu'à un bloc opératoire, pour constater des lésions visiblement nettement plus graves que le médecin n'aurait pu s'y attendre de prime abord. Elle conseilla alors au jeune homme de s'y rendre, ce que fit celui-là après l'avoir remercié d'un sourire bienveillant. Il parcourut donc les couloirs avant de s'arrêter devant la porte du bloc, porte qui s'ouvrit bientôt pour laisser sortir un Renald couvert d'une tenue de chirurgien légèrement tâchée de sang, et l'air globalement exténué :

«Yo, Nak... On arrive au bout du diagnostic complet, là et... C'est pas beau à voir, honnêtement.»
«Je t'écoute.»

Sérieux et studieux, le musicien croisa les bras sur sa poitrine en fronçant les sourcils, légèrement angoissé. Elisabeth ne représentait pas grand chose pour lui, sinon une alliée en devenir, mais il fallait admettre que ce genre de situations n'avait rien de vraiment plaisant, d'autant plus qu'à sa connaissance aucun proche de la demoiselle ne s'était encore manifesté. Et si elle n'avait plus personne ? C'était une raison de plus pour la sortir de cet état léthargique, histoire d'échanger avec elle pendant une véritable conversation... Dans tous les cas, l'homme-écureuil hocha la tête lentement avant que ses oreilles ne s'abaissent mécaniquement, signe de bien mauvaises nouvelles :

«Elle souffre de multiples lésions, pas franchement graves mais qui pourraient empirer avec le temps. Ça, c'est sous contrôle. En revanche, son bassin et ses jambes ont été salement touchés... C'est irrécupérable, à ma connaissance. Elle ne pourra plus jamais marcher, en théorie. Pas avec ces jambes, en tout cas.»

L'allusion à des membres cybernétique fut cernée, et le Fenice se contenta d'un simple signe de la tête pour signifier qu'il avait bel et bien comprit le message. Fort heureusement, d'excellents ingénieurs étaient présents sur Graou Island, en commençant par Jeck : faire de nouvelles jambes à la jeune femme en temps voulu ne serait guère plus qu'une formalité. En revanche, ce qui l'inquiétait plus sérieusement, c'était que la mine de son homologue continuait à être de plus en plus déconfite, à mesure que les mots étaient prononcés. Une terrible certitude s'empara alors du blondinet : le pire était encore à venir. C'était avec une appréhension naturelle et légitime qu'il écouta les dires de son interlocuteur :

«Le pire dans tout ça, c'est que son cerveau a été touché. On en cherche encore la cause, mais les zones de la coordination et de la parole sont sérieusement endommagées. Rien d'irréversible, mais c'est suffisamment sérieux pour la condamner à de longs mois de rééducation. Il lui faudra peut-être... Un an avant de pouvoir s'exprimer à nouveau. Je saurais pas te dire, c'est trop compliqué d'estimer, là.»
«Je vois... Il va donc falloir faire preuve de patience...»
«A moins de trouver un miracle, ouais.»
«Repose-toi, Renald, t'as bien bossé.»

Nakata tapota amicalement l'épaule gauche de son comparse et tourna les talons, s'enfonçant à nouveau dans les couloirs blanchâtres de la clinique Kaigo. Un miracle, hein... Ce mot ne cessait de tournoyer dans l'esprit du pirate, qui y voyait encore une fois une raison de détester l'égoïsme de son fruit du démon : il n'était capable de soigner que ses propres blessures, que son propre corps... Alors qu'il aurait pourtant certainement pu endurer de telles blessures et s'en relever sans la moindre difficulté. Définitivement, ce zoan légendaire avait quelque chose de malsain, de désagréable, qui faisait que malgré toutes ces années à combattre avec, le capitaine ne parvenait pas à l'apprécier outre mesure, à agir avec une attitude fusionnelle. Ce pouvoir n'était pas lui, quelque part, et ne le serait sans doute jamais réellement.
Faisant difficilement fi de ce monstre d'égoïsme, le blondinet sortit du bâtiment avec regret, songeant que les choses ne se seraient peut-être pas déroulées aussi violemment s'il avait su prêter main forte à sa collègue avant que Mendela ne la blesse autant. Pourtant, il n'en avait pas réellement eu l'occasion... Certes, il aurait pu la suivre jusqu'au Nebula, mais il n'avait à l'époque aucun moyen de savoir qu'elle allait tomber dans un piège dont elle ne pouvait pas s'extirper seule. Un nouveau soupir profond et le Fenice s'en retournait à la résidence, l'esprit embrumé et moins clair qu'il ne l'aurait souhaité. Il avait beau réfléchir, il ne parvenait pas à trouver la solution qui, pourtant, se trouvait justement dans ses lointains souvenirs... Un peu de repos lui ferait assurément le plus grand bien, et lui permettrait de faire preuve de davantage de lucidité et de bon sens : c'était donc ce à quoi il allait s'évertuer durant les prochaines heures. Dans tous les cas, le diagnostic vital n'était pour l'heure pas engagé : Elisabeth allait vivre, malgré toutes les blessures dont elle avait à souffrir, et le professionnalisme des médecins de Graou Island ne faisait aucun doute. Ils allaient s'occuper d'elle et améliorer son état jour après jour.

Il n'appartenait donc qu'au corsaire de trouver une solution idéale... Un miracle, comme l'avait appelé Renald.

_________________
Called to the ring, Taking me round by round
It hurts and it stings, Taking me down, down, down
You think that you caught me, I can hear you taunt me
Fractured and I'm falling down, My enemy is watching me bleed

But I'm not dead yet
So watch me burn.
Tout trajet comporte escales. [Solo - Présent] Nak_si10

Revenir en haut Aller en bas
Fenice Nakata
The Phoenix
Fenice Nakata
Messages : 15024
Race : Humain
Équipage : Tengoku no Seigi

Feuille de personnage
Niveau:
Tout trajet comporte escales. [Solo - Présent] Left_bar_bleue52/75Tout trajet comporte escales. [Solo - Présent] Empty_bar_bleue  (52/75)
Expériences:
Tout trajet comporte escales. [Solo - Présent] Left_bar_bleue879/1000Tout trajet comporte escales. [Solo - Présent] Empty_bar_bleue  (879/1000)
Berrys: 2.235.426.002 B

Tout trajet comporte escales. [Solo - Présent] Empty
MessageSujet: Re: Tout trajet comporte escales. [Solo - Présent]   Tout trajet comporte escales. [Solo - Présent] Icon_minitimeDim 3 Jan - 14:03

Tout trajet comporte escales.
Solo
Trop de repos n'a jamais fait mourir personne. Tristan Bernard


Quelques heures s'étaient encore écoulées, depuis le sinistre diagnostic annoncé par Renald. Celui-là était revenu pendant quelques dizaines de minutes pour se restaurer et se reposer un peu avant d'y retourner, faisant fi de ses cernes grandissantes et de la fatigue qui semblait l'harasser, contre l'avis de Nakata qui lui demandait de ne pas trop se surmener. Bien entendu, le Phoenix appréciait que l'on se donne autant de mal pour lui, mais il ne fallait pas que l'homme-écureuil se rende malade pour accélérer très légèrement le processus de rééducation de sa patiente : cela ne les avancerait au final pas à grand chose... Dans tous les cas, Fordrag s'était également fait très discret, jusque-là : lui qui n'aimait pas spécialement les contacts humains à outrance avait tout de même fait l'effort de revenir à la résidence pour adresser quelques salutations aux siens et au Schichibukai avant de retourner dans la forêt, auprès de ses animaux avec qui il passait le plus clair de son temps. Il en avait d'ailleurs profité pour apprendre au musicien que les trois poissons-combattants chargés de protéger l'île d'intrusions marines étaient désormais parfaitement entraînés et éduqués : en théorie, il était en mesure de leur donner des ordres simples et de les relâcher lorsque la situation le nécessitait. Désormais, aucun navire, pas même du Gouvernement Mondial, ne pourrait naviguer au sein des eaux de Graou Island sans l'avis favorable des politiciens en place. Bien entendu, il ne s'agissait pas de renfermer l'île sur elle-même, et les échanges commerciaux en plus des navires plaisanciers étaient tout-à-fait tolérés : l'objectif était plutôt de contrer les possibles attaques et menaces extérieures avant qu'elles ne contreviennent à la quiétude et à l'ordre locaux. Cette précaution rassura grandement le Fenice, qui avait conscience d'avoir de plus en plus d'ennemis : de la sorte, il pourrait s'absenter plus fréquemment et plus durablement sans avoir à s'inquiéter outre mesure pour la sécurité des siens. Une bataille armée ne risquait pas d'éclater sur l'île, à moins que les adversaires ne soient véritablement redoutables... Dans tous les cas, tant qu'il possédait le soutien de la marine et des autres institutions de la justice, les civils pouvaient vivre simplement et tranquillement sans craindre la moindre oppression.

Quoi qu'il en fut, le donc avait donc continué à se dérouler, et le musicien avait rapidement appris que Kyoshiro avait profité de son absence pour prendre la poudre d'escampette, en quête de sensations fortes. Le logia ne tenait définitivement pas en place, et c'était une qualité qu'estimait grandement Nakata, même s'il la redoutait probablement tout autant : c'était celle qualité qui avait coûté la vie à son précédent bras-droit, après tout... Songeant que le maudit avait les moyens de s'éclipser à toute vitesse dans le cas de figure où un opposant trop puissant se présenterait à lui sans pour autant réussir à se rassurer et à s'affirmer qu'il le ferait bel et bien, le capitaine de Tengoku no Seigi avait ensuite été s'installer dans la salle commune où il avait passé quelques minutes à plaisanter avec Damon, un verre d'alcool à la main. Alidia et Musashi étaient également venus les y rejoindre après une paire de minutes, tandis que les membres des deux équipages alliés se faisaient pour l'heure plus discrets. Ce n'était pas étonnant, au final : Kernoza et Danaé, les deux capitaines épris l'un pour l'autre, passaient désormais le plus clair de leur temps ensemble, et leurs subordonnés apprenaient donc à se débrouiller sans leur autorité. Graou Island possédait des airs de havres de paix que le Phoenix se complaisait à humer. Cette quiétude ne serait certainement pas éternelle, mais un peu de calme et de repos au beau milieu d'une vie bercée par l'aventure et l'adrénaline ne faisait jamais de mal...
Quoi qu'il en fut, le Fenice et trois de ses plus proches lieutenants étaient donc rassemblés pour discuter de tout et de rien lorsque la porte s'ouvrit, dévoilant Preston, l'homme-à-tout-faire des Shinsei Ame. L'homme, un solide gaillard à la peau hâlée et aux cheveux aussi dorés que ceux de l'ex Supernova lui-même, était un combattant au corps-à-corps certes doué, mais manquant encore singulièrement d'expérience. Quoi qu'il en fut, il ne semblait pas là pour déclarer un énième défi à l'artiste : il s'avança dans la salle avant de s'écarter de l'encadrement de la porte, dévoilant alors trois silhouettes qui entrèrent à leur tour.

«Nak, ces trois-là voulaient te voir... Ils disent être venus à bord d'un navire marchand.»

Tandis que le célèbre forban et les siens se redressaient pour accueillir les lointains visiteurs venus leur rendre visite, ceux-là entreprirent de se présenter... Ou plutôt la seule jeune femme du groupe, plantureuse très bien coiffée, décida de prendre la parole d'une manière bien étrange qui ne tarda guère de titiller la curiosité de ses hôtes.

«Vous êtes Fenice Nakata, je crois ?
Je voulais vous parler de vive voix :
Il est rar' qu'un homm', pirate de surcroît,
Use de l'art pour provoquer l'émoi.»

«Minute... Vous êtes Sappho ?»

Le teint de la demoiselle rougit brutalement tandis que l'artiste semblait s'éveiller, sous les regards incompréhensifs de ses camarades. Il fallait connaître le domaine de la poésie pour avoir entendu parler de Sappho, l'une des plus célèbres poétesses encore en vie... Et pourtant, son parcours fascinant n'avait pas grand chose d'ordinaire ! On disait d'elle qu'elle avait commencé à pratiquer dès sa plus tendre enfance, et que cela était devenu son métier durant sa pré-adolescence. Malgré son jeune âge, proche de celui du Phoenix, elle s'était tellement amourachée de la langue et de l'écriture qu'elle avait drastiquement modifié sa manière de s'exprimer pour s'exercer encore et toujours... Nakata avait toujours pensé qu'il s'agissait d'une légende urbaine, mais maintenant qu'il l'avait sous les yeux et qu'il possédait la possibilité de l'écouter parler, il comprenait que cette rumeur tenait plus du vrai que du faux ! Dans tous les cas, la demoiselle semblait avoir perdu tout ses moyens, comme si le fait d'être connue et appréciée par un forban aussi célèbre la désarçonnait au plus haut point : elle se contenta d'ouvrir la bouche à plusieurs reprises, tant et si bien qu'un jeune homme à ses côtés décida de prendre la relève avec un air flegmatique sur le visage :

«Ouais, c'est bien elle... Moi, c'est Brokk, et lui...»
«Ruthven. Tout comme cette poétesse, je caressais l'espoir de vous rencontrer bientôt...»

Sans crier gare, le prénommé Ruthven sembla brutalement plus malsain, plus agressif : Preston, encore à la porte, n'eut pas le temps de réagir que l'étranger fonçait droit en direction de Nakata, qui tenait encore son verre d'alcool entre les doigts... Et qui ne bougea pas d'un pouce face à la menace imminente qui planait sur sa sécurité. Au contraire, son visage se fendit d'un sourire amusé tandis qu'il portait le récipient à ses lèvres, avalant une gorgée d'alcool. L'inconnu, quant à lui, avait été stoppé net dans sa course : Musashi, le gérant de Graou Island, avait dégainé ses deux lames pour coincer le cou de son ennemi entre, menaçant de le décapiter d'une seconde à l'autre. Alidia, de son côté, s'était glissée devant lui, sur la trajectoire de sa course, et présentait désormais une dague juste devant son abdomen, qui risquait de lui percer le ventre et d'endommager son estomac au moindre geste suspect. Damon, enfin, était passé derrière l'individu pour sortir le Wado Ichimonji qu'il avait en sa possession, dont la pointe vint caresser la nuque du désormais capturé. Ruthven, immobile, ne chercha pas à bouger davantage et le Phoenix, après avoir reposé son verre avec une expression de profonde satisfaction gravée sur le visage, ravi de voir que ses camarades étaient dotés de capacités qui ne faisaient désormais aucun doute, prit la parole à l'intention de ces trois inconnus :

«Et vous venez tous les trois pour m'assassiner, ou votre visite de courtoisie a un autre objectif ?»

Brokk, qui s'était immobilisé lorsque Ruthven était passé à l'attaque, sembla brutalement se décomposer pendant que le cerveau de Sappho semblait avoir surchauffé : encore plus qu'auparavant, elle semblait démunie et incapable de prononcer la moindre syllabe. Ce fut le premier jeune homme qui prit la parole en levant ses mains en signe de reddition tandis que Preston faisait craquer les jointures de ses doigts, menaçant au possible :

«Non, minute, on se connait pas ! Enfin, on savait pas qu'il venait pour ça, on voyageait juste ensemble parce qu'on voulait tous vous rencontrer !»
«Il dit vrai, mes actes n'engagent que moi.»
«Et pourquoi tenter de m'abattre alors que je suis entouré de mes camarades ?»
«Je ne voulais pas vous abattre, mais vous tester. Et je suis déçu de voir que vous laissez d'autres défendre votre peau...»
«Question de point de vue. Imaginez plutôt que je ne frappe qu'en cas de dernière nécessité.»

Le sourire ironique sur le visage du Fenice sembla déconcerter Ruthven, qui poussa un soupir en haussant les épaules. Preston, de son côté, venait d'attraper les deux autres inconnus par le col et menaçait de les balancer dehors d'une seconde à l'autre, mais fut coupé dans son élan par le capitaine corsaire :

«Laisse-les ici. Ils ne sont pas agressifs... Et même s'ils l'étaient, ils ne sont pas une menace.»
«Tss... Comme tu veux. J'me casse.»
«Merci, Preston. Vous trois, rangez vos armes... S'il avait vraiment voulu me tuer, il s'y serait pris autrement.»
«Comme tu veux... Mais toi, encore un geste suspect, et ta tête roule.»

Damon rangea son arme après cette menace directe mais simple, retourna s'asseoir sur l'un des fauteuils de la salle, à l'instar de Musashi. Alidia, en revanche, se contenta de se redresser en rangeant son couteau. Elle demeura droite, entre son capitaine et ces trois inconnus, prête à tuer si la situation le nécessitait. Ruthven fit un pas en arrière pour s'écarter du maudit mythique, manifestement pour prouver sa bonne foi, et le prénommé Brokk prit à nouveau la parole :

«Bon, en fait, Sappho et moi, on navigue depuis quelques temps... On cherchait Graou. Lui ne nous a rejoint que très récemment. On voulait vous rencontrer... Elle parce que vous êtes un artiste, moi parce que je cherche un endroit où me poser.»
«Et toi ?»
«Juste un pirate. Comme je l'ai dit, je cherchais juste à vous tester... Je suis à la recherche d'un homme que je pourrais servir, et je déteste les faibles.»
«Drôle de façon de tester l'homme que tu devrais protéger...»

Le musicien eut un moment de silence, partagé respectueusement par toutes les autres personnes présentes dans la salle. Il remua légèrement son verre et le contenu de celui-ci avant d'adresser un sourire franc et chaleureux à Brokk et à Sappho, prenant la parole dans le même temps :

«Je n'ai pas spécialement le temps de m'occuper de vous... L'île est en pleine rénovation, comme vous avez pu le constater. Cela dit, Graou ne refuse jamais d'abriter de bonnes âmes : à condition que vous soyez utiles à notre société, vous y trouverez votre place. Toi, en revanche...»

Nakata pivota en direction de Ruthven tandis que les deux autres inconnus se souriaient, manifestement satisfaits du sort qui leur avait été réservé. L'ancien marine jaugea l'inconnu qui avait tenté de l'agresser du regard, estimant d'un bref coup d’œil ses capacités physiques, ou tout du moins ce qu'il pouvait en deviner. A en croire la vitesse dont il avait fait preuve, toutefois supplantée et de très loin par celles d'Alidia, de Damon et de Musashi, il s'agissait d'un combattant doué et expérimenté... Il pouvait se montrer utile, et prouver qu'il n'était pas l'assassin qu'il avait semblé être pendant cette courte entrevue :

«Je te propose de te racheter en aidant les ouvriers à leurs travaux. Tu pourrais te charger des tâches les plus physiques... Quand j'aurai un peu plus de temps, j'accepterai de vous rencontrer à nouveau.»
«Alors permettez-moi de vous remercier.
Nous serons heureux d'attendre votre bonté.»

«Musashi, accompagne-les à la taverne. Dis à l'aubergiste que je réglerais la facture.»
«Très bien.»

Le gérant de l'île se redressa et raccompagna les trois inconnus qui refermèrent la porte derrière eux. L'utilisation de la synérèse pour atteindre l'alexandrin avait surpris Nakata, qui comprenait désormais que cette Sappho avait quelque chose de vraiment effarant. La capacité de pouvoir s'exprimer à l'orale de la sorte et sans la moindre hésitation témoignait d'une véritable habileté dans le langage... Quelque chose que même lui ne possédait probablement pas. Le prénommé Brokk, en revanche, semblait nettement plus quelconque que ses deux comparses. Pourtant, le Phoenix avait la ferme conviction qu'il cachait quelque chose... Conviction manifestement partagée par Damon, qui prit la parole en se servant un nouveau verre :

«Méliandre t'aurait incendié.»
«Je sais, Damon... Je sais.»

_________________
Called to the ring, Taking me round by round
It hurts and it stings, Taking me down, down, down
You think that you caught me, I can hear you taunt me
Fractured and I'm falling down, My enemy is watching me bleed

But I'm not dead yet
So watch me burn.
Tout trajet comporte escales. [Solo - Présent] Nak_si10

Revenir en haut Aller en bas
Fenice Nakata
The Phoenix
Fenice Nakata
Messages : 15024
Race : Humain
Équipage : Tengoku no Seigi

Feuille de personnage
Niveau:
Tout trajet comporte escales. [Solo - Présent] Left_bar_bleue52/75Tout trajet comporte escales. [Solo - Présent] Empty_bar_bleue  (52/75)
Expériences:
Tout trajet comporte escales. [Solo - Présent] Left_bar_bleue879/1000Tout trajet comporte escales. [Solo - Présent] Empty_bar_bleue  (879/1000)
Berrys: 2.235.426.002 B

Tout trajet comporte escales. [Solo - Présent] Empty
MessageSujet: Re: Tout trajet comporte escales. [Solo - Présent]   Tout trajet comporte escales. [Solo - Présent] Icon_minitimeLun 4 Jan - 10:31

Tout trajet comporte escales.
Solo
Trop de repos n'a jamais fait mourir personne. Tristan Bernard


Depuis son retour sur Graou Island, de nombreuses choses avaient su bouleverser son quotidien qui promettait pourtant de présenter une banalité terrifiante : entre les travaux de rénovation de l'île toute entière qui le forçaient à se montrer en public à de multiples occasions, aussi bien pour prêter main forte aux ouvriers grâce à sa condition physique dantesque que pour vérifier les nouvelles installations et l'esthétisme qu'elles dégageaient en accord avec le reste de l'environnement, Nakata avait également dû s'occuper du cas des trois intrus désormais relativement bien implantés dans la société de l'île elle-même. Sappho était devenue une petite célébrité locale, et passait désormais le plus clair de son temps à lire quelques histoires de sa propre invention aux moujingues de Graou, qui venaient en masse pour profiter de ses talents oratoires hors normes. Brokk, quoique d'un tempérament à majorité feignante, avait pris la décision d'aider les pêcheurs des villages à ramener quelques poissons pour les divers repas : il réalisait donc quelques allers-retours à bord des barques et des jonques, armé de filets en tout genre. Ruthven, enfin, était en réalité d'ascendance noble : son nom possédait une particule, et s'il ne se refusait pas à prêter main forte aux ouvriers comme le lui avait demandé le Phoenix, il rechignait toutefois à réaliser les tâches les plus ingrates, les plus manuelles. Toutefois, et puisqu'aucun de ces trois inconnus n'avait été la source de grabuge, le Schichibukai avait décidé de tolérer leur présence : ils jouissaient plus ou moins d'un statut particulier, qui semblait convenir aux habitants qui s'amusaient d'encadrer ces trois visiteurs venus d'ailleurs. Mis-à-part tout cela, les derniers jours du Fenice avaient également été fréquemment ballottés par les rapports médicaux divers et variés concernant l'état physique d'Elisabeth. La batterie de tests dont elle avait été l'objet confirmaient malheureusement le premier constat terriblement négatif de Renald et des autres médecins : le cerveau était touché, et elle ne pourrait jamais plus remarcher de façon naturelle.

Quelque part, il s'agissait d'un violent coup dur pour le zoan du mythique, qui avait bien entendu espérer trouver en elle un soutien d'une puissance conséquente. De surcroît, la demoiselle aux cheveux écarlates avait pour réputation d'être une femme de parole, de fierté : puisqu'il lui avait sauvé la vie et rendue la liberté, si elle avait été en mesure de lui rendre la pareille, elle l'aurait probablement fait. Des alliés n'étaient jamais de trop sur Grand Line, et encore moins dans le Nouveau Monde, mais telle quelle, la Reina risquait d'être relativement désuète, ou en tout cas de manquer du mordant qui aurait en théorie dû être le sien. Nakata craignait que la perte d'une majorité de ses capacités ne la plonge finalement dans un désespoir indicible, comme cela pouvait être le cas chez des sportifs de haut niveau dont la carrière était brisée aussi subitement qu'irrémédiablement suite à une blessure d'une gravité trop importante : il n'avait de son côté jamais eu le devoir de se résigner à une existence d'une morne banalité, mais imaginait que cela pouvait être source de bien des malheurs. Cependant, ce qui taraudait l'artiste, avant toute autre chose, c'était que la gravité de ces blessures semblait en majeure partie causée par un manque de soins apportées durant les premières minutes qui avaient suivi sa prise en charge... Comme si le Gouvernement Mondial lui-même, tout en acceptant d'accéder à sa requête, n'avait pas souhaité trop favoriser son ardeur et ses réussites pour autant. Et cela, le blondinet ne l'acceptait que difficilement : il avait été violemment lésé, lui qui avait failli perdre la vie et celles de ses camarades face aux pions des Decimas pour sauver la mise des mêmes magistrats qui avaient fait exprès de garder Elisabeth en vie sans trop la soigner pour autant. D'une certaine manière, le Fenice jubilait déjà à l'idée de leur rendre la monnaie de leur pièce... Mais il allait devoir faire preuve de patience, pour cela : il lui restait des choses à accomplir en tant que Capitaine Corsaire, quand bien même le plus gros avait d'ores et déjà été accompli. Le Monde civil posait désormais sur lui un regard admiratif, sinon bienveillant, voire pour les plus indécis simplement neutre : on le décrivait comme le glorieux combattant qui avait permis l'arrestation du brillant épéiste Wakai Tsuki, on mettait en avant sa facette intellectuelle et artistique, on parlait de lui comme d'aucun autre forban. Humaniste, brillant, artiste, courageux, fort, audacieux et déterminé étaient les principales qualités qui lui étaient louées... Et c'était plus que ce dont il n'avait besoin. La propagande du Gouvernement Mondial finirait par se retourner contre eux, mais tant que le maudit pouvait en bénéficier, il n'allait pas se plaindre !

Maintenant, il lui restait toutefois à agir : Impel Down ne semblait pas motivé à l'idée de libérer Harlock Zora pour la lui fournir, et cela le forçait à revoir quelques unes de ses opérations pour gagner en soutien et en puissance. Pour ce faire, il lui fallait désormais ruser... Et les différents moyens d'y parvenir étaient plus nombreux qu'ils n'y paraissaient. Le plus fous semblait de pousser le Gouvernement Mondial à agir tel qu'il le souhaitait en agissant par la voie de la diplomatie. Il possédait une influence, même si elle n'égalait pas celle de Satan, mais pouvait facilement se rendre aussi indispensable que le directeur du pénitencier à l'heure où quelques places des Schichibukais ne trouvaient pas preneur : il n'y avait aucun candidat idéal, et les hautes strates allaient probablement, par conséquent, mettre en exergue ceux qui étaient en place depuis quelques temps et qui agissaient déjà dans leurs intérêts. Les deux seuls à répondre à ces critères étaient Rasgarat Abel et lui-même.
Pour l'heure, le Phoenix devait donc continuer à se rendre utile, d'une manière ou d'une autre... Ou en tout cas à faire profil bas. Savoir suivre l'actualité du regard sans y prendre part faisait parfois partie intégrante de son travail : c'était actuellement le cas.
"Tout vient à point à qui sait attendre..."

_________________
Called to the ring, Taking me round by round
It hurts and it stings, Taking me down, down, down
You think that you caught me, I can hear you taunt me
Fractured and I'm falling down, My enemy is watching me bleed

But I'm not dead yet
So watch me burn.
Tout trajet comporte escales. [Solo - Présent] Nak_si10

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


Tout trajet comporte escales. [Solo - Présent] Empty
MessageSujet: Re: Tout trajet comporte escales. [Solo - Présent]   Tout trajet comporte escales. [Solo - Présent] Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 

Tout trajet comporte escales. [Solo - Présent]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Une nuit qui prend tout son sens [Hentaï PV Kaine] [Terminé]
» Hentaï
» Rose Ecarlate - Forum RPG hentaï [pour public averti]
» Quand deux corps s'enflâme [Pv Mafuyu Nekokami ][Hentaï]
» Pensionnat Hentaï*! // Partenariat ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
One Piece Seken :: Le monde de One Piece :: Grand Line :: Voie Numéro 7 :: Graou Island-