Partagez | 
 

 [FB] Laisse-moi une chance de t'attraper [PV Ren Tao]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Kari Crown
La Renarde
avatar
Messages : 372
Race : Humaine
Équipage : Tengoku no Seigi

Feuille de personnage
Niveau:
27/75  (27/75)
Expériences:
84/200  (84/200)
Berrys: 37.964.000 B

MessageSujet: [FB] Laisse-moi une chance de t'attraper [PV Ren Tao]   Lun 5 Oct - 21:57



Laisse-moi une chance de t'attraper

Feat.



Le remède à l'ennui






- Ah…

Kari leva les bras pour s’étirer. Assise sur une caisse en bois, le dos collé au mur, elle semblait attendre. Le soleil tapait dur et fort heureusement elle avait réussi à s’installer dans un coin d’ombre, ce qui n’était pas la chance de tout le monde. Elle scruta la rue, délaissée par les passants qui préféraient la fraîcheur des maisons. A première vue, on pouvait se demander ce que cette jeune femme brune faisait, assise, une jambe ramenée vers elle et l’autre pendante, dans une rue déserte. Elle récupéra le couteau planté dans le couvercle de son siège de fortune, parsemé de petits trous semblables à des entailles. Kari Crown s’ennuyait ferme et la seule occupation qu’elle avait trouvée était de jouer avec son poignard. Il faisait chaud et elle se félicita intérieurement d’avoir mis une chemise légère.
Une porte s’ouvrit de l’autre côté de la rue. Elle jeta un bref coup d’œil avant de retourner à son occupation du moment. Fausse alerte. Une voix s’éleva, perturbant le silence. L’homme qui venait de sortir en salua un autre avant de refermer la porte et de se hâter de trouver un nouveau refuge à l’ombre. La fille aux yeux vairons fit glisser le couteau dans sa main avant de le faire tourner entre ses doigts. Au bout d’un moment, l’arme blanche échappa à sa propriétaire et tomba sur le sol poussiéreux. La brune le regarda un court instant comme s’il allait revenir tout seul puis soupira en se levant pour le ramasser.


~o0o~


Comme à son habitude, Kari avait débarqué ici, sur une petite île de West Blue, en ayant habilement convaincu un capitaine marchand de l’amener jusque-là. Un petit voyage en mer de quelques jours et pour lequel elle avait dû négocier son droit de passage contre des corvées à faire sur le navire. Au final, on lui avait refilé une tâche en cuisine, ce qui ne lui avait pas déplu tant que ça. Et si aujourd’hui la jeune femme se trouvait sur sa caisse à attendre, il y avait une raison bien précise. La chasseuse vadrouillait depuis quelques mois sur West Blue, découvrant les joies de la solitude suite à la lâcheté de son mentor, Aldero. D’ailleurs, elle n’avait toujours pas avalé ce qu’il lui avait fait, celui-là, et peut-être pour se vider l’esprit, avait envisagé une traque qui requérait beaucoup d’investissements de sa part. En effet, c’était en lisant le journal que cela lui avait traversé l’esprit. Il fallait dire qu’à l’époque, c'est-à-dire quelques semaines, cela avait causé pas mal de remous dans le coin. La banque royale de Nighty Town avait été braquée par trois individus qui s’en étaient sorti avec un beau butin. Un joli casse osé mais qui avait payé. Très rapidement, l’un d’entre eux avait été identifié et primé à quinze millions de Berrys. Il s’appelait Ren Tao, enfin c’était ce qu’indiquait l’avis de recherche.

La brune n’avait jamais entendu parler de lui avant, mais la prime alléchante qui pendait au-dessus de sa tête l’avait décidée à s’intéresser à ce cas. Il fallait dire que Kari souffrait du manque d’argent et ses quelques trois mille cinq cent Berrys n’allaient pas dire le contraire. Bien que l’appât du gain la motivait fortement, comme tout bon chasseur de primes, elle était aussi curieuse de rencontrer le jeune homme. Et la proximité géographique avait fini par la faire céder.

Cela n’avait pas été facile de trouver des informations sur le criminel, ou ne serait-ce que sur le casse en lui-même. Les détails étaient souvent omis, pourtant c’était ce qui intéressait Kari dans ses investigations, c’étaient ces informations minimes qui lui permettaient de mieux connaître son futur adversaire et ainsi appréhender au mieux sa chasse. Son enquête l’avait menée dans des milieux pas très fréquentables, dans les rouages de l’ombre. La brune avait fini par retrouver la trace du primé, après des semaines d’investigations pour lesquelles elle ne comptait pas les heures de travail.
Pourquoi lui plutôt qu’un autre, avec tout le travail à fournir ? Comme cela a déjà été dit, Kari était curieuse envers le personnage. Il était subitement arrivé sous le feu des projecteurs avec son braquage, qui avait magnifiquement réussi. Sur une île où les dirigeants étaient une famille royale qui avait mis la Marine dans sa poche et qui en plus étaient propriétaires de la banque. Si c’était pas audacieux, ça. Frapper là où on s’y attend le moins. C’était aussi ce que Kari préférait et une méthode qu’elle utilisait.
Néanmoins, le montant de la prime faisait de Ren Tao l’un des plus hauts primés que Kari avait chassé jusqu’alors, pour ne pas dire le plus haut. Autrement dit, elle jouait avec le feu, mais en ce moment, peu lui importait, c’était comme si elle avait connaissance de la barrière qui la séparait du danger mais qu’elle s’entêtait à vouloir la franchir. Et pourtant, elle était assez intelligente pour savoir qu’elle ne l’aurait pas fait en temps normal. Seulement son mentor venait de foutre le camp avec quelques-unes de ses affaires, alors c’était un peu comme si elle voulait lui montrer qu’elle pouvait très bien se débrouiller seule et mieux que lui. Une sorte de bataille dont l’adversaire n’était même pas au courant des règles et qui pouvait mal finir. Un pur égoïsme, presque enfantin si les enjeux n’avaient pas été aussi sérieux.


~o0o~


Toc. Toc. Toc. La chasseuse rejouait à planter son couteau dans la pauvre caisse et seul le bruit de l’impact brisait la tranquillité environnante. Ren Tao était en face. Juste en face, bien à l’abri des regards dans le bâtiment, mais bel et bien à portée de main. Elle avait eu un mal fou à arriver à suivre sa trace, et maintenant il était là. Elle attendait depuis pas mal de temps, espérant le voir sortir pour le filer et l’observer discrètement, le jauger. De nouveau, la porte devant elle s’ouvrit. Kari releva la tête. Une chevelure rouge apparut. Une couleur de cheveux singulière, portée par une tête primée à quinze millions. Ren Tao venait de montrer le bout de son nez.


Spoiler:
 

_________________


Il est temps d'accorder sa confiance aux autres.






Dernière édition par Kari Crown le Dim 18 Oct - 12:14, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Ren Tao
Crimson Beast
avatar
Messages : 1004
Race : Humain
Équipage : Shadow Ghost

Feuille de personnage
Niveau:
44/75  (44/75)
Expériences:
249/500  (249/500)
Berrys: 337.350.000 B

MessageSujet: Re: [FB] Laisse-moi une chance de t'attraper [PV Ren Tao]   Sam 17 Oct - 21:41


Hide and seek !

Hikari partie, Yao ailleurs, je retrouvais une certaine tranquillité, mais cela ne voulais rien dire. Assis dans une pièce d'un bâtiment se voulant discret, je regardais ce papier avec ma tête dessus. Quinze millions ? Amusé par cette somme - que je jugeais ridicule - je me demandais bien où ils avaient pris cette photo. M'enfin, c'est toujours mieux que de se retrouver avec un dessin fait à la main en guise de wanted n'est-ce pas ? Cette affiche signait le début de mes agissement et la suite serait la formation d'un groupe. Hikari semblait plus ou moins prête pour participer à cette idée, cependant, je me devais de retrouver cette autre " folle ", à savoir : Mina. Cette fille aux cheveux verts m'avait intéressé et je comptais bien lui mettre la main dessus. Manque de chance, je n'avais pas le bras assez long comme on dit. Il me fallait attendre les rapports d'Hikari, qui elle sait dénicher des informations.

Patient comme pas deux, je me décidais donc à attendre un coup de fil la nuit, ce qui signifie qu'il me restait encore la journée. Planqué sur cette île, mes sous bien à l'abri ailleurs, je ne me doutais pas du fait d'être traqué. Après tout, cette prime ne signifiait rien, 15 Millions étant une somme ridicule pour les chasseurs de prime confirmés. Seuls les plus avares allaient s'intéresser à moi, ou bien des débutants. Soupirant de lassitude, je vins à me fumer une clope tout en sortant de là. Le bâtiment semblait classique et malgré ma prime, les gens à l'intérieur ne semblaient pas effrayés, ayant clairement précisé que je n'allais tuer personne en échange d'un certain silence. Trahis ou non, je n'avais aucun ennuis, de part le fait que sur l'île, il n'y avait presque aucune marine. Ainsi donc, tel un homme normal, bien qu'armé - sous mes habits et principalement mes manches et dans les poches - je sortais de là, dans l'espoir de faire une petite balade.

De quoi avais-je bien l'air hein ? Un passant comme un autre qui se démarque juste via sa chevelure de couleur carmin. Peut-être qu'on s'imagine facilement que je suis un dealer, mais qui irait jusqu'à imaginer le fait que je sois un assassin ? Une personne qui derrière son apparence classique, est le genre de gars qui retire la vie pour une modique somme ou simplement via des raisons personnelles ?
Une arme est une arme. Même un enfant pourrait être une arme terrifiante. Dès le moment où un couteau est entre les mains d'une personne, n'importe qui peut prendre le rôle du méchant dans une histoire. Il suffit d'y allier son courage et oublier ses émotions pour passer à l'acte. Rien qu'en y pensant, je ressens presque les morsures sur ma chaire, celui des hivers à m'entraîner dehors alors qu'il faisait froid. Ces fois où j'étais ensanglanté après maintes entraînements... Et pourtant, jamais je n'ai rennoncé. Mes parents m'ont appris à tuer, planter, jouer, bref, à être une arme. Seul mon esprit n'a pas été formaté comme il l'aurait fallut. Il m'arrive encore d'avoir pitié, de réfléchir, alors que le parfait assassin n'hésite nullement avec son arme dans la main. Ce qui me rends plus unique que n'importe quel homme se voulant être un assassin parfait.

" Hm ? "


Alors que je marchais seul dans mon coin, je me retournais un bref instant. Pendant un bref instant, j'avais eu l'impression d'être observé. C'est comme ça chez chacun on a tous cette sensibilité qui vous alerte quand on raconte de la merde dans votre dos, ou qu'on vous regarde de loin. On a comme un picotement dans le corps qui vous indique le malaise.
Pourtant, je ne voyais rien, personne. Haussant les épaules, je me dis que je dois rêver et c'est pour cela que je repris ma route en allumant une dernière clope. Suivis ou non, traqué ou non, cela ne change rien à ma manière de vivre. Peu de monde avaient eu l'idée de s'en prendre à moi et de ce fais, outre les rumeurs du gouvernement à mon sujet, comme quoi je suis " Jeune homme arrogant, coupable de multiples forfaits, notamment un cambriolage. Première prime, aperçu pour la dernière fois sur West Blue. " personne ne sais de quoi je suis réellement capable, mon histoire ou même mes fréquentation. Ils me jugeaient comme un simple criminel, mais qu'est-ce qui affirme que je ne suis pas un larbin de Konan par exemple ? Ou un grand nom de ce monde ? Secouant la tête et souriant en coin, me refusant à être une pute de qui que ce soit, je me remet en tête mon objectif : créer le plus grand groupe que cette planète ait connue et dépasser de loin la réputation des grands pirates ou criminels de ce monde.

Laissant une fine fumée s'écouler derrière moi, je me dirige alors vers un petit coin de terre tranquille. Un petit sentier se dessiner, menant à une petite falaise où il fait bon vivre. L'endroit idéal pour s'isoler et méditer en paix. Ainsi donc, je m'engouffre sur ce chemin, dans l'espoir de planifier de nouveaux coups.


CODE DE PHOENIX O'CONNELL POUR NEVER UTOPIA


_________________
Il n'y a qu'une seule vérité...

Ce monde m'appartient.

Dita | Epicode


Dernière édition par Ren Tao le Dim 18 Oct - 13:01, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Kari Crown
La Renarde
avatar
Messages : 372
Race : Humaine
Équipage : Tengoku no Seigi

Feuille de personnage
Niveau:
27/75  (27/75)
Expériences:
84/200  (84/200)
Berrys: 37.964.000 B

MessageSujet: Re: [FB] Laisse-moi une chance de t'attraper [PV Ren Tao]   Dim 18 Oct - 12:13




On prend de l'altitude





Le couteau fila droit dans son fourreau tandis que Kari se levait d’un bond. Ren Tao venait de sortir du bâtiment d’en face, seul et s’était aussitôt mis en route. Pour aller où, la chasseuse l’ignorait. Tout ce qu’elle savait, c’était que le primé n’avait même pas prêté attention à elle lorsqu’il était passé devant la jeune femme. Plutôt bon signe, quand on sait que certains nouveaux primés deviennent paranoïaques à l’idée qu’on puisse les capturer et ça, c’était horriblement ennuyeux.
Elle laissa le temps au rouquin de s’éloigner un peu avant de le suivre à une distance plus que respectable. L’ennui, c’était qu’il n’y avait pas un chat dans la rue à cause de la chaleur et que cela pourrait porter préjudice à la brune. Il n’avait pas fait attention à elle, mais ce n’était pas une raison pour qu’il ne remarque pas sa présence en tournant à l’angle d’une rue, par exemple. Ou alors il l’avait déjà repérée et se forçait à l’ignorer en attendant la suite des événements. C’était tout aussi probable, surtout au vu du type. Il avait quand même braqué une banque, ce qui n’était pas donné à tout le monde. De plus, si elle restait aussi loin du jeune homme elle risquait de perdre sa trace, ce qui était impensable en comptant le nombre d’heures que Kari avait passé à l’attendre. La fille aux yeux vairons inspecta les alentours. Sa bouche s’entrouvrit en un fin sourire lorsqu’elle leva la tête. Elle se demandait bien pourquoi elle n’y avait pas songé plus tôt…

La jeune femme s’engouffra dans la ruelle sur sa droite tandis que sa proie s’éloignait toujours. Une échelle en bois était posée contre le mur, couchée. Kari la prit, la redressa contre le pan de mur et grimpa les échelons sans se soucier de la précarité de son perchoir. Arrivée au dernier barreau, elle agrippa le rebord de toit avant de se hisser à la force des bras, balançant sa jambe droite par-dessus le rebord et basculant son corps de l’autre côté. Elle roula sur le toit plat, prit quelques secondes de repos, histoire de recouvrer un souffle convenable avant de se redresser, de rajuster son sac à dos glissé à l’épaule et de se mettre à courir de toit en toit pour rattraper Ren Tao.

En faisant ça, Kari avait quand même pris le risque de le perdre de vue. Elle courait sur les toits plats, enjambait les différences de hauteur entre deux bâtiments collés, ralentissait à peine l’allure sur les toitures pentues, au risque de glisser et de tomber, de se faire repérer ou de se casser quelque chose, voire pire. Finalement, la chevelure flamboyante revint rapidement dans son champ de vision. Elle en profita pour se rapprocher un peu plus et troqua la course contre la marche, beaucoup plus discrète et moins éprouvante. Et puis cela lui permettait aussi de récupérer de son petit sprint.

Le primé se retourna un court instant. Peut-être était-elle trop près, ou alors Ren l’avait-il entendu marcher, ou bien il avait vu tout autre chose, toujours est-il que Kari avait failli être débusquée. Elle s’était rapidement accroupie dès qu’il s’était tourné, ce qui en soit ne servait à rien vu qu’il avait déjà effectué l’action. Par chance, ou parce que le hors-la-loi n’avait pas pensé tout bêtement à regarder sur les toits, il reprit sa petite promenade. Kari dut contenir son soupir. A un cheveu près Ren Tao l’aurait démasquée. A ce moment précis, elle ne savait pas si elle devait se féliciter pour avoir poursuivi sa filature sur les toits au lieu de le suivre dans la rue ou si elle devait se réprimander pour sa faute de discrétion. Oui c’était ça, Ren devait l’avoir entendu, mais cela ne répondait toujours pas à sa question.
La chasseuse se remit elle-aussi en route, se rappelant toutefois que précipitation ne rimait pas avec discrétion. Enfin si, mais pas dans le cas d’une filature.

Le traqué sortit une cigarette avant de l’allumer avec un briquet et de la porter à ses lèvres, comme un fumeur lambda. Cela avait beau être un geste anodin, ça rappela immédiatement à Kari son mentor qui fumait très souvent, pour ne pas dire tout le temps. Elle secoua la tête pour oublier cette image. Pourquoi fallait-il que même disparu dans la nature cet homme vienne la hanter ? La brune reporta son attention sur le jeune homme qu’elle suivait et le vit secouer la tête, comme elle venait de le faire à l’instant. D’ordinaire, on ne secouait pas la tête pour rien, aussi la fille aux yeux vairons se demanda bien à quoi il pouvait penser.
Une poignée de minutes plus tard, le surveillant toujours depuis les toits, la jeune femme eut affaire à un dilemme. En effet, une ruelle minuscule faisait obstacle à son chemin, autrement dit un vide d’environ un mètre la séparait du toit suivant et deux possibilités s’offraient à elle : soit elle descendait de son perchoir, au risque de perdre Ren de vue, soit elle franchissait la distance qui la séparait du prochain bâtiment en sautant et pourrait sans doute dire adieu à sa discrétion mais le primé resterait dans son champ de vision. Le hors-la-loi s’éloignait un peu plus à chaque seconde et Kari devait prendre une décision rapidement. Finalement elle recula de quelques pas, prit son élan, sauta et se réceptionna rapidement avant de s’aplatir sur le toit. Pas question de laisser une seconde chance de se faire repérer. Une volée de secondes plus tard, Kari se redressait et continuait d’avancer.


~o0o~


Ils arrivèrent bientôt en bordure de la ville et cette fois la chasseuse n’eut d’autre choix que de descendre sur la terre ferme. Elle avisa un balcon, se laissa tomber, enjamba la rambarde, s’y accrocha des deux mains et glissa silencieusement. Ses pieds touchaient presque terre, elle n’eut qu’à lâcher la balustrade pour se retrouver sur le sol.
Cette fois elle devrait laisser une bonne avance à sa proie. Cette dernière avait pris un petit sentier, dans un paysage totalement nu, donc sans aucun moyen de se cacher. Lorsque la silhouette lui parut assez lointaine, Kari prit elle-aussi la direction du sentier. Elle ignorait totalement où il l’emmenait, la seule chose de sûre était qu’ils se rapprochaient de la mer, si on se basait sur les bruits des vagues qui allaient en se rapprochant. Une légère brise venant du large soufflait, apportant un peu d’air frais. La silhouette du rouquin se fit de plus en plus proche, pourtant la chasseuse de primes n’avait pas accéléré. Elle décida de stopper sa progression et se contenta d’observer de loin. Malgré tout, elle ne le distinguait pas encore assez précisément pour voir son visage ou ses mains distinctement. Mais c’était une chose essentielle quand on jaugeait quelqu’un. Les gestes étaient révélateurs de bien des choses. L’absence de cachette criait à la brune de cesser sa traque. Elle pouvait encore renoncer, faire demi-tour et se volatiliser. Seulement, quinze millions de Berrys étaient en jeu.

Sa décision fut prise lorsqu’elle avança un pied. Si elle ne pouvait pas se camoufler dans le paysage, elle allait jouer à un jeu très dangereux. Elle devait se rapprocher du hors-la-loi, l’idéal étant dans un périmètre d’une dizaine de mètres. Soit. Elle irait, et sans se cacher.


_________________


Il est temps d'accorder sa confiance aux autres.




Revenir en haut Aller en bas
Ren Tao
Crimson Beast
avatar
Messages : 1004
Race : Humain
Équipage : Shadow Ghost

Feuille de personnage
Niveau:
44/75  (44/75)
Expériences:
249/500  (249/500)
Berrys: 337.350.000 B

MessageSujet: Re: [FB] Laisse-moi une chance de t'attraper [PV Ren Tao]   Dim 18 Oct - 13:00


Hide and seek !

Seul et approchant du bord de mer, j'avais un certain besoin de faire le vide avant la suite. Ce braquage et cette rime signifiaient clairement mon appartenance à ce monde. Autrefois civil, devenu hors la lois inconnu de tous, ce montant d'argent sur ma tête signifiait bien que j'étais visible aux yeux de tous. Et quand on veut devenir connu, craint et respecté, avoir une prime et faire son premier gros coup, c'est ni plus ni moins la première étape qui mène à ces objectifs en tout genre. En prenant clairement conscience, je mettais donc de côté mon passé, méconnu de la plupart. Tout le monde a oublié ce groupe de mercenaires qui avait fait parler d'eux dans le passé. Quoi de plus normal quand au fond c'est juste un homme qui est connu ? Les sous-fifres eux ne sont que des ombres, jouant le rôle de messagers de morts. C'est ainsi que j'ai tué, volé et pris en otage sans jamais recevoir de prime. Ma là, à Nighty Town... S'était bel et bien moi, à visage découvert que j'ai braqué cette banque. Moi, Ren Tao, jeune homme de 24 ans, à la chevelure rousse et aux ambitions énormes.

Ainsi donc, je m'engageais sur ce petit sentier, ne faisant même pas attention au fait d'être suivis. Outre cette impression tout à l'heure, je ne soupçonnais personne de me suivre. Malgré ma formation, il était aisé de faire attention à son environnement. Quelqu'un qui vous suit reste proche de vous et éloigné à la fois, sans vous lâcher du regard. Alors que quelqu'un qui vous suis sur un toit, ne fais que rarement attention à son ombre quand le soleil brille dans son dos, ou alors, il oublie ses bruits de pas. Là, je n'avais rien noté de spécial et pour dire vrai, j'étais dans un contexte largement apaisé, me refusant à être totalement sur mes gardes.
C'est ainsi que je poursuivais mon chemin jusqu'au lieu désiré. Cette falaise était dangereuse si on combat à proximité, mais moi, j'y voyais avant tout la beauté de l'horizon. Cette mer bleutée, les vagues qui se tuent contre la roche... Il n'y à pas à dire, c'est parfait pour méditer. Qu'on soit pirate, méchant de l'histoire, marine, ou homme de justice, c'est ici qu'il faut être pour réfléchir sans être interrompu par de mauvaises pensées. Terminant ma clope, fixant bel et bien au loin, je ne faisais pas attention à mes arrières.

Mais comme je le dis souvent et comme me l'a appris mon père, il n'y a pas besoin de voir pour ressentir. Malgré mon air détendu, je veillais au grain. Le souffle du vent, les bruits des feuilles, chaque détails était soigneusement entendu par ma personne, bien que ce soit vraiment minime. En proie au moindre danger, je ne remarquais nullement la personne qui se voulait téméraire en ce jour. Pensif comme pas deux, je vins alors à fouiller une de mes poches pour chercher mon escargophone, mais finalement, je me ravisais. Où pourrait être ma prochaine destination hein ? Retirant ma main de ma poche sans rien avoir pris, je retirais ma cigarette de ma bouche pour expulser la fumée hors de celle-ci, puis je jetais au loin la cigarette. Soupirant de lassitude, je vins à doucement me frotter la nuque, faisant légèrement craquer celle-ci.

De loin, de quoi avais-je l'air ? Un homme lambda en soit non ? Quoi qu'il en soit, je restais là, ne me méfiant de rien. J'observais avec attention le ciel, les oiseaux et la mer qui était de nature agitée sans trop l'être. Las, je mis une main dans ma poche avant de finalement en sortir une lame fine, une lame faite pour trancher au corps à corps, ou être utilisé pour être lancé. Jonglant avec avec une certaine habileté, je me remis à contempler le paysage, et d'ailleurs, je me permis de parler dans le vide.

" ... Bientôt... "



CODE DE PHOENIX O'CONNELL POUR NEVER UTOPIA


_________________
Il n'y a qu'une seule vérité...

Ce monde m'appartient.

Dita | Epicode


Dernière édition par Ren Tao le Dim 18 Oct - 20:48, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Kari Crown
La Renarde
avatar
Messages : 372
Race : Humaine
Équipage : Tengoku no Seigi

Feuille de personnage
Niveau:
27/75  (27/75)
Expériences:
84/200  (84/200)
Berrys: 37.964.000 B

MessageSujet: Re: [FB] Laisse-moi une chance de t'attraper [PV Ren Tao]   Dim 18 Oct - 20:41




Il faut toujours un grain de folie





De loin, la scène aurait pu paraître curieuse. Kari se tenait à une bonne distance de sa proie tandis que Ren Tao semblait s’être arrêté. Deux personnes, aussi éloignées l’une de l’autre, dans un endroit quasiment désert. La fille aux yeux vairons avait renoncé à avancer, s’accordant encore un temps de réflexion. Aucun d’eux ne bougeait si l’on exceptait leurs cheveux et leurs vêtements soumis à la douce brise. Le temps semblait soudain s’être figé, même si ce n’était pas vraiment le cas. Dans la tête de la brune, tout tournait à cent à l’heure, à mille lieues de ce que laissait entendre son corps, semblable à une statue. Seules ses paupières s’abaissaient régulièrement dans un clignement et son souffle levait doucement son abdomen, signe qu’elle était bel et bien faite de chair et de sang.
La jeune femme voyait le rouquin de dos, tourné face à la mer comme il l’était. De dos et l’air si tranquille. Une occasion rêvée. Ou alors c’était un énorme traquenard, mais la chasseuse ne tenait pas vraiment à vérifier l’exactitude de cette hypothèse. Lui aussi se tenait immobile, parfaitement droit, relâchant de temps à autre une bouffée de fumée qui se tordait avant de se dissiper dans l’air ambiant. Tout semblait calme, trop calme. Tout était là, la proie et son chasseur, la falaise escarpée, le vent qui soufflait, le soleil brûlant, les lames qui s’écrasaient avec force sur les rochers en contre-bas. C’était digne d’une bonne histoire de roman, qui donnait souvent au final une lutte sans merci et de surcroît spectaculaire.

Au premier coup d’œil, le paysage respirait une certaine sérénité, si l’on omettait les deux personnages plantés au milieu. Un vrai havre de paix, parfait pour un long après-midi de solitude à démêler toutes les pensées complexes qu’emmagasinait le cerveau humain. Un demi-sourire fendit les lèvres de Kari. Et si c’était ce que pensait Ren actuellement ? Peut-être était-il en train de philosopher sur sa vie, loin du feu des projecteurs sous lequel il s’était retrouvé propulsé ? Cette idée raviva la curiosité de la brune vis-à-vis du rouquin. Un hors-la-loi qui prenait le temps et la solitude pour réfléchir, ça ne courait pas les rues. Pas plus qu’une chasseuse de primes qui poursuivait un homme primé à quinze millions Berrys rangé dans la case « gros gibier », tout en sachant sciemment que cela pouvait mal finir. Parfois le monde était vraiment étrange, mais c’était cette étrangeté qui faisait le monde. Cercle vicieux, ça. La fille aux yeux vairons retint un second sourire. Voilà qu’elle s’y mettait aussi.
Son attention revint vers le rouquin. Sa couleur de cheveux plus que flamboyante se voyait quand même de loin. Le seul mot qui perça l’esprit de Kari fut vulnérable. Ren Tao, en ce moment même, noyé dans ses propres pensés comme il l’était apparaissait tout simplement vulnérable et bien loin de l’image tant stéréotypée des hors-la-loi. C’était ce qui faisait hésiter la chasseuse sur la conduite à tenir. Ses quinze millions de Berrys étaient en face d’elle, quasiment à portée. Elle n’avait qu’à avancer un peu et l’argent serait presque à elle. Il fallait être fou pour ne pas y aller. Mais il fallait aussi être fou pour s’attaquer à ce genre de personnes. Dans les deux choix résidait un grain de folie, plus ou moins dangereux. Il n’y a point de génie sans un grain de folie, avait retenu la chasseuse. Aldero lui avait appris à être ingénieuse, à effectuer des actions avec le plus de sécurité pour s’en tirer le mieux possible en cas de pépin. Un soupir silencieux sortit de la bouche de Kari. Au diable les règles. Au diable Aldero.

La brune fit un pas vers Ren Tao. Une démarche silencieuse, esquivant les cailloux et préférant la terre meuble, une démarche préparée pour des filatures. Le grain de folie avait surgit dans sa tête pour s’emparer de son esprit. Le pire, c’est qu’elle en avait pleinement conscience. Un second pas. Puis encore un autre. La distance diminuait mais il ne semblait toujours pas remarquer sa présence. A un moment, elle le vit enfoncer ses mains dans ses poches, fouiller, ressortir ses mains vides et en diriger une vers son visage. L’instant d’après, un filet de fumée surgissait devant lui, montant dans les cieux et aidé par le vent. La même main se fraya un chemin jusqu’à sa nuque qu’elle massa, et pendant un instant Kari crut qu’il allait se retourner. Le rouquin se remit à fouiller dans ses poches. Pendant une poignée de secondes la chasseuse se demanda ce qu’il pouvait bien chercher comme ça. Elle le vit sortir une seconde fois les mains de ses poches, remarqua qu’il tenait quelque chose mais n’eut pas le temps de voir quoi précisément. Puis les bras de Ren se mirent à s’agiter. Pas de beaucoup, de petits mouvements, surtout visibles au niveau des coudes. Curieux comportement. Elle l’entendit parler, mais le bruit des vagues l’empêcha de distinguer ce qu’il venait de prononcer. Ou alors elle avait eu une hallucination, ça arrivait parfois.

Elle se stoppa, là, toute proche de sa proie qui soit l’ignorait royalement, soit ne l’avait pas remarquée. Un nouveau sourire jaillit de ses lèvres. Il fallait vraiment être fou pour faire ce qu’elle avait en tête. Un dernier instant d’hésitation. Des yeux qui se fermaient et qui se rouvraient, on ne peut plus concentré. De nouveaux pas qui avalaient les derniers mètres les séparant. Un rapide mouvement, un coup de couteau bien placé et cela pouvait en être fini pour le jeune homme.
Et pourtant…

- Magnifique vue, n’est-ce pas ? articula distinctement la chasseuse.


_________________


Il est temps d'accorder sa confiance aux autres.






Dernière édition par Kari Crown le Lun 19 Oct - 13:00, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Ren Tao
Crimson Beast
avatar
Messages : 1004
Race : Humain
Équipage : Shadow Ghost

Feuille de personnage
Niveau:
44/75  (44/75)
Expériences:
249/500  (249/500)
Berrys: 337.350.000 B

MessageSujet: Re: [FB] Laisse-moi une chance de t'attraper [PV Ren Tao]   Dim 18 Oct - 23:17


Hide and seek !

Bientôt... Les choses vont bouger. Le plan était simple, mais dans la vie de manière générale, passer de la théorie à la pratique, c'est une longue histoire. Les techniques d'assassins en sont le meilleur exemple. Pour marcher silencieusement, il suffit de concentrer son poids dans la jambe inverse avec laquelle on appuie sur le moment. Pourtant, maîtriser parfaitement cette technique, cela demande des heures voir des jours, ou même des années pour être maîtrisées à la perfection. De même pour les astuces sur son souffle, encore plus quand on est un fumeur comme moi...
Mon idée était simple, mais terriblement difficile à réaliser. En soit, créer un groupe, ce n'est pas difficile. On invite des gens, on les rassemblent et en avant... Mais une famille, et des gens compétents, c'est autre chose. Il faut trouver des candidats, les convaincre, s'assurer de leurs potentiels et surtout, créer un lien fort pour que la structure générale de l'organisation tienne la route. Bref, mon projet était ambitieux, mais terriblement compliqué à réaliser. Je devais avoir la tête froide et c'est exactement ce que je recherchais en ce lieu et en cet instant.
Isolé, je devais avoir l'air d'être un autre homme. Qui irait imaginer que je suis un criminel ? Capable de braquer une banque ou des gens ? Qui se douterait d'une histoire comme la mienne ? Sans doute peu de gens... Quoi qu'il en soit, je respirais tranquillement, cette fumée toxique me faisant me sentir si bien.

Ce n'est qu'après un bref instant que je vis en coin une ombre grossir sur le côté. Ma lame retombant dans ma main, je ne la rejetais pas en hauteur, mais je m'apprêtais bel et bien à éventuellement la planter dans le ou la responsable de cette visite. Mais alors que le geste allait partir de lui-même, une petite voix se faisait entendre. Hm ? Une femme ? Observant la responsable de ce trouble, je détournais légèrement la tête pour observer la demoiselle qui semblait me poser une question. Désirait-elle vraiment mon opinion ?

" ... Effectivement. "


Rien de plus, rien de moins, juste un ton se voulant classique, bien que sec. Pas d'arguments, pas de verbillage, juste une réponse qui se voulait brève. Sans doute que le message comme quoi je n'avais pas besoin de parler était bien transmit. Ou bien celle-ci ne voulait pas voir la vérité en face. Quoi qu'il en soit, je commençais à me poser les questions habituelles... Pourquoi est-elle ici ? Pourquoi poser une telle question ? Ses motivations pour venir ici ? Un hasard ? Restant stoïque, à la limite de traduire une certaine sociopathie et prouvant bel et bien mon " job " d'assassin - qui en général ne sont pas des gens super sociables - je vins à reprendre ma contemplation, gardant en main une de mes lames. Puis, après un bref instant, je me retournais pour rebrousser chemin.

Je n'avais nul besoin de discuter avec qui que ce soit, puis bon... si je devais passer des coups de fils, autant le faire dans un endroit tranquille. Sans saluer ou quoi que ce soit, je laissais tomber ma clope terminée désormais. Par où aller hm ? Rhooo, puis merde, laisser en plan une demoiselle de la sorte, cela ne se fait pas...

" Bonne journée. "


Non, elle n'avait pas l'air d'un ennemi, ou alors, elle avait une drôle de manière d'opérer.


CODE DE PHOENIX O'CONNELL POUR NEVER UTOPIA


_________________
Il n'y a qu'une seule vérité...

Ce monde m'appartient.

Dita | Epicode
Revenir en haut Aller en bas
Kari Crown
La Renarde
avatar
Messages : 372
Race : Humaine
Équipage : Tengoku no Seigi

Feuille de personnage
Niveau:
27/75  (27/75)
Expériences:
84/200  (84/200)
Berrys: 37.964.000 B

MessageSujet: Re: [FB] Laisse-moi une chance de t'attraper [PV Ren Tao]   Lun 19 Oct - 22:44




Comment engager la conversation






- Magnifique vue, n’est-ce pas ?

Kari Crown vit Ren Tao tourner légèrement la tête dans sa direction lorsqu’elle eut fini sa question et put admirer deux yeux dont la couleur oscillait entre le marron et le doré, exactement comme ceux de l’avis de recherche. Le rouquin avait encore la cigarette à la bouche. Un large sourire étirait les lèvres de la jeune femme, pas un sourire de prédateur mais un sourire sincère, ou du moins qui en avait l’air.

Son mode opératoire avait été fort étrange, elle-même le remarquait. Qui irait saluer sa proie avant de la capturer, hormis un psychopathe ? Qui se montrerait assez fou pour entamer la discussion avec une personne capable de vous tuer ?
Kari. Elle, elle l’avait fait alors qu’elle aurait très bien pu attaquer le rouquin par derrière, l’effet de surprise l’aurait largement servie si toutefois il était resté en vie après le premier coup. Oui, un coup de couteau bien placé, dans la nuque par exemple, on sectionne quelques nerfs et le tour est joué. Elle lui avait adressé la parole avec un sourire, comme n’importe qui pourrait débuter une conversation normale. Mais pourquoi faire ça, n’est-ce pas ? Ces simples mots, ce visage souriant qui n’était qu’une façade savamment maquillé, tout cela faisait partie de son plan. En l’espace de quelques secondes elle venait de créer un premier contact avec le traqué, un premier lien qui pouvait lui permettre d’apprendre des choses sur lui, sur sa façon de vivre et de faire. De plus, cela permettait aussi d’instaurer une certaine confiance, vraiment minime certes, mais cela ouvrait des portes et endormait la méfiance qui pouvait se présenter. En effet, ça ne viendrait à l’esprit de personne qu’un chasseur de primes puisse chercher à discuter calmement avec sa proie. C’était tout bonnement impensable, et c’était cette impossibilité qui laissait toutes ses chances à la fille aux yeux vairons.

- Effectivement.

Ren lui avait répondu. Il avait mordu à l’hameçon, n’avait fait aucun geste brusque, n’avait montré aucun signe d’agressivité. La mascarade avait fait son effet. C’était osé, mais son culot avait payé en retour. Mais ce n’était que le début et la jeune femme aurait encore le temps de déchanter à loisir.
Il avait employé un ton légèrement sec et n’avait pas cherché à faire des phrases, tout en restant face à la mer en ayant simplement tourné la tête. Le message était clair : laisse-moi tranquille. Outre ses mots, son attitude même le criait. A présent, deux choix s’offraient à Kari : ou elle renchérissait, jouant les jeunes femmes bavardes, ou elle laissait couler et respectait la demande muette de son interlocuteur. Elle choisit la deuxième option et le dévisagea longuement. Entre-temps, il s’était retourné pour admirer le paysage ou faire semblant et donc l’ignorer. Impossible de savoir ce qu’il pouvait penser d’elle en ce moment. L’impassibilité même. Le regard de la brune dériva sur le bord de terre qui n’était qu’à quelques mètres d’eux. Un chasseur et un traqué, si près de l’un de l’autre, l’un le sachant, l’autre peut-être pas, tous deux plongés dans leurs réflexions ou leur contemplation, au milieu d’un décor sauvage, ça valait n’importe quel détour si on connaissait la relation qui les unissait. Sinon ils apparaissaient comme deux personnes normales, debout sur le haut d’une falaise, pensifs.

Le rouquin aux yeux d’or se retourna soudainement. Un regard à la couleur incertaine, tentant de rivaliser d’originalité avec la chevelure rouge carmin. Décidément, on pouvait le remarquer partout où il allait celui-là, un peu comme Kari et ses yeux vairons. Une bouffée de fumée s’échappa de ses lèvres et la clope qu’il tenait tomba sur le sol. Visiblement il venait de finir sa pause cigarette et s’apprêtait sans doute à quitter l’endroit. La jeune femme le sentit hésiter un court instant avant de l’entendre parler.

- Bonne journée, la salua-t-il.

Ren Tao mettait bel et bien les voiles. La chasseuse réfléchit à toute vitesse. Elle ne s’était pas attendue à ce qu’il décampe aussi vite et si elle ne le suivait pas une nouvelle fois, elle pouvait dire adieu à ses quinze mille Berrys. Elle nota tout de même qu’il l’avait saluée, montrant ainsi qu’il lui accordait un peu d’importance. Un geste banal et poli, mais c’était là toute sa dimension. Maintenant qu’il était au courant de sa présence, elle ne pourrait pas le suivre d’ici, là où il n’y avait absolument rien, aussi facilement qu’à l’allée. C’était une trop grosse coïncidence qu’elle parte en même temps que lui. Et soudain la concentration qui accaparait l’esprit de Kari s’évanouit pour laisser place à une décontraction totale. Même son cerveau l’avait lâché sur son nouveau plan.
Avec un sourire elle se tourna vers Ren et prit un air enjoué.

- Hé, attendez monsieur… Ren Tao, n’est-ce pas ?


_________________


Il est temps d'accorder sa confiance aux autres.




Revenir en haut Aller en bas
Ren Tao
Crimson Beast
avatar
Messages : 1004
Race : Humain
Équipage : Shadow Ghost

Feuille de personnage
Niveau:
44/75  (44/75)
Expériences:
249/500  (249/500)
Berrys: 337.350.000 B

MessageSujet: Re: [FB] Laisse-moi une chance de t'attraper [PV Ren Tao]   Mer 21 Oct - 13:43


Hide and seek !

Une visite surprise ? Je ne m'y attendais pas, cependant, ce n'est pas un souci. J'avais eu ce que je voulais, je pouvais donc m'en aller comme si de rien était et ne pas déranger cette personne. Las de cette vue - qui m'avait pourtant fasciné - je m'apprêtais à m'en aller. Laisser cette fille ici en plan cela ne me gênait pas le moins du monde. Pour dire vrai, je me fichais clairement de savoir qui elle était, ni même ce qu'elle faisait ici. Ainsi donc, je me retournais sans vraiment m'intéresser à elle.

Malheureusement, la vie est parfois amusante et aujourd'hui, le destin m'avait envoyé une drôle de personne visiblement. Alors que je commençais à m'éloigner, voilà qu'une vois retentit. Me stoppant, j'écoute alors la demande de la personne et je vins à soupirer. Si je suis bel et bien Ren Tao ? Quelle question... Connaitrait-elle d'autre personnes qui me ressemblent ? Avec aussi 15 Millions sur leurs têtes ? Si oui, alors je me ferais une joie d'éliminer les imposteurs, mais quoi qu'il en soit, je doute de l'intérêt de la question.
Que faire hm ? Répondre oui ? Et ensuite ? Elle va me questionner telle une enfant et ainsi de suite... Non, je ne suis pas d'humeur à cela, alors autant me faire clair. Ainsi donc, regardant celle-ci en coin, je m'immobilisais, ne laissant rien paraitre. L'air froid, impassible, ce n'est qu'un simple geste qui vint briser le silence et l'immobilité de mon corps. D'un coup net, précis et rapide, je venais de lancer ma lame de tout à l'heure vers sa joue. Bien entendu, j'avais visé pour faire en sorte que si elle n'avait pas le temps de bouger, la lame ne fasse que frôler. En revanche, si elle tentait d'esquiver vers la droite... Elle rencontrerait bêtement la lame.

Fixant celle-ci de mes yeux, j'espérais avoir été assez clair, mais vu qu'elle n'a pas l'air d'être une femme du même genre que moi, des mots se devaient être de mise...

" Je ne sais pas ce que tu cherches à faire en m'approchant... Mais tu ferais mieux de te méfier. "


En gros " dégage ". Suite à ces mots, la tension et la froideur déployée disparaissait, laissant place à une silhouette plus humaine, plus calme, plus fantômatique. Soupirant de plus belle, comme si j'étais fatigué de la situation - et s'était le cas - je me remis doucement à marcher avant de balancer quelques faibles mots.

" C'est mon unique avertissement. "


Peu importe qui elle est, je ne voulais clairement pas jouer ami-ami avec qui que ce soit en cet instant.


CODE DE PHOENIX O'CONNELL POUR NEVER UTOPIA


_________________
Il n'y a qu'une seule vérité...

Ce monde m'appartient.

Dita | Epicode
Revenir en haut Aller en bas
Kari Crown
La Renarde
avatar
Messages : 372
Race : Humaine
Équipage : Tengoku no Seigi

Feuille de personnage
Niveau:
27/75  (27/75)
Expériences:
84/200  (84/200)
Berrys: 37.964.000 B

MessageSujet: Re: [FB] Laisse-moi une chance de t'attraper [PV Ren Tao]   Mer 21 Oct - 22:47




Ready for this





Ren Tao s’immobilisa. Pas de doute, il avait entendu ce que Kari venait de dire. Il tourna légèrement la tête, dardant son regard doré sur la chasseuse de primes, un air impassible sur le peu du visage que pouvait voir la brune. Elle attendit sa réponse, restant elle aussi immobile. Encore deux statues, seulement embêtées par la brise. Mais c’ést que ça devenait répétitif à la fin.
Un mouvement attira soudainement son attention. Un geste rapide, sans doute précis. La surprise s’empara de son visage une fraction de seconde, lorsque la main de Ren avait bougé et avait lâché le couteau qui venait dans sa direction. Il ne lui restait que quelques secondes avant que la lame ne l’atteigne. De toute évidence cela lui était destiné, ou alors la première impression qu’elle avait eue du rouquin était complètement erronée, même si la deuxième hypothèse restait quand même fort improbable. Malgré tout, elle eut le temps d’enregistrer ce que le traqué lui disait en même temps.

- Je ne sais pas ce que tu cherches à faire en m’approchant… Mais tu ferais mieux de te méfier.

Il prit le temps de rajouter :

- C’est mon unique avertissement.

Ce n’était pourtant pas l’heure d’avoir de telles pensées. Un couteau lui fonçait droit dessus, il ne fallait pas l’oublier. Elle ne pouvait prédire sa réelle trajectoire, cela relevait de l’impossible pour un humain, mais elle était au moins sûre que le couteau passerait vers elle au niveau de sa tête si l’on regardait rapidement l’inclinaison du projectile. Après, cela pouvait tout aussi bien passer à côté ou entre les deux yeux, Kari n’aurait su faire la différence. Une seule chose était sûre, le couteau se rapprochait un peu plus à chaque milliseconde. Cinq choix s’offraient donc à Kari : elle pouvait plonger en avant pour esquiver, au risque de s’y prendre trop tard et de se prendre le couteau lors de son plongeon, elle pouvait faire la même chose en arrière, auquel cas le projectile pourrait lui atterrir dessus lors de sa descente. De même, elle pouvait tout aussi bien faire un ou deux pas sur la droite ou la gauche pour esquiver, mais la lame pourrait tout aussi bien rencontrer sa chair. La dernière option revenait à rester immobile, tout simplement. Cinq possibilités et une chance de mourir donc. Ou du moins être atteinte, même si se faire toucher par un couteau qui venait face à vous avait nettement plus de chance de vous tuer ou vous blesser gravement que de vous écorcher simplement. Mais d’une façon ou d’une autre on le sentait passer.

Kari devait vite faire un choix. Il lui restait une part infime de temps pour bouger, après ce serait trop tard. Finalement elle resta immobile et se força à garder les yeux ouverts, chose fort difficile que de tenir tête à ce vieux réflexe qui veut vous faire fermer les yeux quand vous sentez un truc vous arriver dessus. Durant un court instant la lame en métal refléta la lumière du soleil avant de passer tout près de la joue de Kari. Vraiment tout près la jeune demoiselle ayant senti le léger déplacement d’air dû au passage du projectile. Elle dut lutter contre elle-même pour ne pas soupirer de soulagement. Après tout, elle venait de frôler la mort, ou du moins si ce n’était pas elle c’était sa consœur la douleur. Kari ne devait pas donner l’impression au primé qu’elle venait de l’échapper de peu. Elle ne devait pas lui montrer qu’elle venait de jouer à pile ou face avec sa vie en jeu.

Elle jeta un rapide coup d’œil vers la position de Ren. Il avait tranquillement fait demi-tour et tentait de partir une nouvelle fois. Oh… Elle n’allait pas le laisser filer. Toujours pas. Elle tenait à ses quinze millions Berrys, tout de même. Son regard changea de cible pour se diriger vers le couteau qui avait fini sa course sur le sol, à deux mètres du bord de la falaise et du vide. En quelques rapides enjambées la jeune femme fut sur lui, le ramassa rapidement, y jeta un bref coup d’œil curieux avant de le lancer à son tour.
Les dernières paroles du primé lui étaient restées en tête malgré l’action qui s’était déroulée et la situation que cela avait engendrée. Se méfier ? Ah, elle était bien bonne celle-là ! Si seulement il savait…

Jamais la brune n’aurait pensé que Ren allait agir de la sorte. Un geste impulsif avec un message aussi limpide que ses paroles. « T’approche pas de moi ». Kari en avait après ta prime, Ren Tao.

- Beau jouet, lança-t-elle à la cantonade.

Pendant ce temps l’arme filait droit sur son propriétaire légitime. Rien de bien méchant puisqu’il allait atterrir vers ses pieds à plat et sûrement glisser encore un peu sur la terre.
La main de la chasseuse se posa sur la poigné de l’un de ses couteaux, prête à dégainer à la moindre réaction de la part du rouquin. Il venait de la provoquer, là. Et même si Kari avait l’habitude de réfléchir avant d’agir, elle n’était pas encore tout à fait remise de la trahison d’Aldero. Son sac à dos glissa de son épaule pour s’écraser sur le sol.

- Ça tombe bien j’ai les mêmes.

Peu importe ce que pouvait valoir Ren Tao en combat. Peu importe les anciennes consignes de son mentor. Peu importe ce que lui hurlait sa propre raison. Kari Crown avait une folle envie de se défouler.


_________________


Il est temps d'accorder sa confiance aux autres.




Revenir en haut Aller en bas
Ren Tao
Crimson Beast
avatar
Messages : 1004
Race : Humain
Équipage : Shadow Ghost

Feuille de personnage
Niveau:
44/75  (44/75)
Expériences:
249/500  (249/500)
Berrys: 337.350.000 B

MessageSujet: Re: [FB] Laisse-moi une chance de t'attraper [PV Ren Tao]   Ven 23 Oct - 16:25


Hide and seek !

Cette miss m'emmerdait de par sa simple présence. Il n'y avait rien de méchant, pourtant, je ne pouvais pas supporter le fait de vouloir être suivis. Alors qu'au fond, ce ne serait pas la première fois qu'on me cherche. Bien que là, ce serais une première si elle était une chasseuse de prime. D'ordinaire, j’avais l'habitude des gens qui réclament vengeance après un meurtre... Enfin bref, ayant lancé ma lame, je n'avais même pas pris la peine de bien regarder sa petite prestation. Avec un peu de chance, elle aurait loupé son coup et ... serait morte ? Au moins, j'aurais eu la paix jusqu'à la fin de soirée.

Du moins, c'est ce que je pensais... Mais une voix se fit entendre, suivis d'une arme qui se plante entre mes jambes, à même le sol. Hm ? Me stoppant une fois de plus, je ramasse l'arme en douce pour l'observer. S'était bien mon arme. Des lames faites pour l'assassina. Quand bien même le design est le même qu'une lame classique, que ce soit l'alliage, le poids et les petits détails de construction, ces couteaux là sont d'une perfection idéale pour le meurtre. De ce fais, quand celle-ci me lançait une petite blague, je me mis à simplement sourire, avant de reprendre un air blasé et me retourner.

" Les même dis-tu ? ... J'en doute fort. "


Jouant avec la lame entre mes doigts, après un petit jonglage qui semblait simple comme bonjour, je vins à maintenir en équilibre la lame sur un de mes doigts. Ce dernier ne bougeait pas d'un pouce, malgré les quelques mouvements de ma main.

" Ces lames sont des lames d'assassin... Les tiennes ne sont que des jouets comme tu dis. Les miennes sont légères, mais assez pesantes pour fendre l'air aisément. Le tranchant est unique et de plus, l'équilibre de la lame est parfaite. A moins d'être un mauvais lanceur, il est presque impossible de louper son coup, ce n'est pas la faute du couteau, mais bien du proprio si on loupe un lancer. Tandis que toi... Je ne vois là que du fer, basique, sans rien de particulier, une lame qui ne va pas forcément dans la direction lancée, où quand on loupe, c'est tant la faute du lanceur que de la lame. "

Soupirant, la prenant grandement de haut, je vins ranger ma lame. Nul besoin de l'affronter, j'avais d'autre chats à fouetter. De ce fait, sortant une clope, je la mis en bouche avant de me l'allumer, tranquillement, comme si nous discutions dans un salon de thé.

" ... Va donc courir après des chats errants. Tu te feras moins mal s'ils te griffent. "

Suite à ces mots, je soufflais quelque peu de fumée. Je n'étais pas intéressé par la " proposition " de combat, cependant, il serait amusant de lui faire péter un câble et la forcer à venir à moi. Qui sait ce dont elle est capable. Même si l'on dit qu'on reconnait un bon ouvrier à ses outils, peut-être avait-elle des talents cachés. C'est donc avec cet objectif que je repris la parole histoire de la frustrer un peu plus.

" Tu n'es pas à la hauteur... "



CODE DE PHOENIX O'CONNELL POUR NEVER UTOPIA


_________________
Il n'y a qu'une seule vérité...

Ce monde m'appartient.

Dita | Epicode
Revenir en haut Aller en bas
Kari Crown
La Renarde
avatar
Messages : 372
Race : Humaine
Équipage : Tengoku no Seigi

Feuille de personnage
Niveau:
27/75  (27/75)
Expériences:
84/200  (84/200)
Berrys: 37.964.000 B

MessageSujet: Re: [FB] Laisse-moi une chance de t'attraper [PV Ren Tao]   Ven 23 Oct - 22:25




Je ne céderai pas





Le rouquin ramassa le couteau qui lui appartenait avant de se retourner.

- Les mêmes dis-tu ? J’en doute fort.

Il se mit à jouer avec sa lame, montrant un petit jonglage au passage avant de la faire tenir en équilibre sur l’un de ses doigts. Tentait-il d’impressionner la chasseuse avec ces petits tours de passe-passe ? Il entama un petit discours, arguant que les armes de la brune ne pouvaient équivaloir les siennes, soi-disant parfaitement taillées pour le lancer. Ben tiens. Sinon les chevilles ça allait ?
La demoiselle le vit ranger son couteau en soupirant. Pourtant le message qu’elle avait laissé sous-entendre était on ne peut plus clair, non ? Il reprit une cigarette avant de l’allumer. Il se remettait à fumer alors que sa dernière clope remontait à quelques minutes tout au plus. Sans doute un grand fumeur. Ou alors il n’était pas tranquille et tentait de se détendre un peu.

- Va donc courir après des chats errants. Tu te feras moins mal s’ils te griffent.

Et il souffla de la fumée avant de reprendre :

- Tu n’es pas à la hauteur…

Kari fixa un court instant ces deux yeux qui la regardaient. Il la prenait de haut, tentait sans doute de la faire réagir et de la voir s’énerver et perdre le contrôle d’elle-même. Ce qu’elle ne ferait pas, bien entendu. Mais cette provocation lui rappelait fortement quelqu’un. Un certain chasseur de primes, lui aussi fumeur. Coïncidence ? Elle se mit soudainement à rire.

- Sache qu’on me l’a déjà dit très souvent, j’ai fini par m’y habituer. Et d’ailleurs, comment peux-tu en être aussi certain alors que tu ne m’as jamais vue à l’œuvre ?

Elle dégaina lentement l’une de ses lames avant la porter à hauteur de ses épaules, devant elle et la fit tourner lentement comme pour l’étudier.

- Vraiment un très beau discours que tu m’as fait là. Mais même si mes couteaux ne sont, comme tu l’as dit, que du fer basique, ils n’en restent pas moins tranchants.

Et pour confirmer ses dires elle posa la pointe de l’arme blanche contre l’un de ses doigts avant d’appuyer. Un petit pincement plus tard, une goutte de sang fleurissait au point de contact.

- Tu vois ?

Kari passa un rapide coup de langue sur sa blessure. Il tentait de la provoquer ? Alors ils allaient bien s’amuser… Il avait commencé à jouer avec les mots, les manipuler pour forcer la fille aux yeux vairons à réagir vivement. Malheureusement pour lui elle avait appris à la bonne école d’Aldero. L’éloquence était une autre de ses armes, bien plus subtile et tranchante que toutes les lames du monde.

- Tu penses que tu m’es supérieur alors que tu ne sais absolument rien sur moi, de même que je connais peu de choses sur toi mais j’aimerais corriger ça, Ren Tao.

Elle remit son couteau dans son fourreau. Elle aurait pu tenter de se rapprocher du jeune homme, mais faire ne serait-ce qu’un pas dans sa direction aurait sûrement été pris comme un signe d’agressivité. Certes Kari souhaitait toujours se mesurer contre l’autre, mais sa curiosité l’emporta une fois de plus. Elle écarta légèrement les bras pour montrer qu’elle n’avait nulle intention de lui faire un coup tordu.

- En fait, je n’ai rien contre ta personne et c’est certainement un mauvais concours de circonstances qui nous a mis sur le chemin de l’autre. J’ai, disons… quelques difficultés financières qui me freinent dans mes actions et j’étais déjà sur West Blue quand j’ai appris qu’un jeune homme avait été fraîchement primé à quinze millions de Berrys pour le braquage de la banque de Nighty Town, somme non négligeable pour moi.

La jeune femme prit le temps de faire une pause dans son monologue.

- J’avoue que retrouver ta trace jusqu’ici n’a pas été de tout repos mais j’étais curieuse de te rencontrer, toi qui t’es placé sous le feu des projecteurs. Mes plans peuvent paraître un peu tordus, certes, mais ne me sous-estimes pas. Je ne vais pas m’engager dans de vaines paroles pour te prouver qui a raison et je ne vais pas tenter de te dénigrer comme tu viens d’essayer de me rabaisser. Tu aurais bien voulu que je tombe dans ta provocation, n’est-ce pas ? Et tu as bien raison, quelques mots suffisants sont bien plus forts que n’importe quelle arme en acier.


_________________


Il est temps d'accorder sa confiance aux autres.




Revenir en haut Aller en bas
Ren Tao
Crimson Beast
avatar
Messages : 1004
Race : Humain
Équipage : Shadow Ghost

Feuille de personnage
Niveau:
44/75  (44/75)
Expériences:
249/500  (249/500)
Berrys: 337.350.000 B

MessageSujet: Re: [FB] Laisse-moi une chance de t'attraper [PV Ren Tao]   Dim 1 Nov - 2:12


Hide and seek !

Le but de mon discours était clairement de l'humilier, lui faire sentir que de nous deux, je suis le maître de la situation, tandis qu'elle, elle est celle qui est au mauvais endroit, au mauvais moment. Ses lames n'étaient rien pour moi qui préférais le bon matériel dans de bonnes mains, plutôt que devoir se forcer à devenir talentueux pour triompher. Certes, on ne devient pas grand dans ce bas monde sans forcer les choses via des entraînements, ou des actes, cependant, on né tous avec ou sans cette " chance " que d'autre désigne comme étant le " destin ".

De ce fait, quand celle-ci tenta de me prouver que ses jouets en métal bas de gamme pouvaient rivaliser avec les miens, je me retenais de rire ou de me moquer, bien qu'au fond, mon regard prouvait clairement cette envie de simplement rire et l'inviter à jouer dans un bac à sable. La snober était mon salut et j'allais pas vraiment me priver à la vue de la situation. Cependant, au lieu d'être frustrée et tomber dans mon piège, celle-ci se mis à tenter de faire de l'humour, ou du moins, je le prenais ainsi.

Vouloir me connaitre ? Haha... Quelle idée. Le regardant l'air de m'en foutre complétement, je la laissais donc dévoiler ses intentions à mon égard. Très vite, je compris donc à quel genre de personnage j'avais à faire. Une chasseuse de prime ? Comme c'est mignon. Quoi qu'il en soit, malgré mon énorme envie de rire, finalement, je laissais mon caractère l'emporter et c'est la main devant la bouche que je me permis de bailler lourdement.
Ses explications étaient barbantes à souhait. Un simple "je suis chasseur de prime " aurait suffit. Enfin bref, reportant mes yeux sur elle, je ne pouvais m'empêcher de me demander comment faire pour me sortir de cette situation grotesque.

" Et donc au lieu d'amasser de petites sommes et rester en sécurité, tu préfères courir après des tueurs pour te faire les poches ? Touchante comme histoire. Cependant, mes mots restent les même, tu as fait trop d'erreur pour avoir une quelconque chance de m'attraper.
La première a été de m'approcher de trop près et avoir mis de côté ton effet de surprise. Lla seconde, de ne pas saisir ta chance de me frapper une fois proche de moi. Et la troisième et plus importante, m'avoir dévoilé ton identité physiquement parlant.
Toi et moi, on ne bosse pas dans le même monde, ta manière de penser semble trop honnête, pas assez direct et trop... gentille. Tu ferais mieux de saisir la chance que je t'offre de t'en sortir, plutôt que vouloir t'obstiner, tu auras plus de chance d'avoir les poches pleines en faisant la manche, plutôt qu'en voulant m'attraper. "


Sur ces mots une fois de plus arrogant à souhait, je me retournais, baissant totalement ma garde. Je ne la considérais même pas comme une ennemie, ou un quelconque passe-temps. Juste une gêne qui me retardait dans mes projets, mais je n'étais pas encore dans une humeur noire qui me ferait décider de la supprimer. Non... Flemmard pour une fois, je m'en allais tel un inconnu qui repart dans l'oubli.

" Ciao. "




CODE DE PHOENIX O'CONNELL POUR NEVER UTOPIA


_________________
Il n'y a qu'une seule vérité...

Ce monde m'appartient.

Dita | Epicode
Revenir en haut Aller en bas
Kari Crown
La Renarde
avatar
Messages : 372
Race : Humaine
Équipage : Tengoku no Seigi

Feuille de personnage
Niveau:
27/75  (27/75)
Expériences:
84/200  (84/200)
Berrys: 37.964.000 B

MessageSujet: Re: [FB] Laisse-moi une chance de t'attraper [PV Ren Tao]   Dim 1 Nov - 21:18




Quelle arrogance !






Kari parlait tout en fixant le primé, aussi le vit-elle bailler pendant sa longue tirade. Cela eut pour effet de la faire sourire intérieurement même si l’action du jeune homme prouvait bien des choses. D’une, il se fichait royalement de ce que la chasseuse disait ou alors il voulait se donner cette apparence. De deux, bailler est un signe de détente, autrement dit il n’était nullement inquiété par la présence de la fille aux yeux vairons et se pensait plus fort qu’elle. De trois, cela pouvait s’appeler de la provocation.
Lorsqu’elle eut terminé, ce fut au tour de Ren de prendre la parole pour répondre au discours de la demoiselle. Ainsi donc il la prenait pour une personne faible. Etait-ce parce qu’elle était une femme ? Trop naïve peut-être ? Trop honnête et trop gentille ? Allons bon… Kari réprima le rire qui montait dans sa gorge. Il ne connaissait rien d’elle et c’était justement pour cette raison qu’elle s’était approchée de lui. Mieux on connaît ses ennemis, mieux on est préparé. Et si le rouquin se foutait bien de savoir le niveau de la jeune femme, tentant une fois de plus de la rabaisser, la brune évaluait chacun de ses mouvements et chacune de ses paroles.

Il se trompait. Ils venaient bel et bien du même monde mais n’étaient seulement pas du même camp. Rester en sécurité ? Dans ce monde-là justement, il n’y a aucun endroit plus sûr qu’un autre. Le plus imprenable des châteaux pouvait être rayé de la carte en un claquement de doigt. Les plus puissants tiraient les ficelles mais n’étaient pas en sécurité pour autant, alors quitte à vivre dangereusement, autant le faire en connaissance de cause, on en tire un peu plus de fierté le moment venu. De même qu’il avait tort en affirmant que la chasseuse était trop gentille. La gentillesse était la cause de la perte de beaucoup de monde et Kari n’avait rien de l’héroïne honnête prête à tout pour secourir ses semblables. Elle n’était pas comme ça et se contentait de vivre pour elle, point. Et puis la gentillesse n’était rien d’autre qu’une facette pour contrebalancer ce qui avait été nommé comme la méchanceté, sauf que ni l’une ni l’autre n’avait de contours bien définis et s’utilisait lorsque le cas arrangeait les gens qui avaient le pouvoir d’influencer.

La demoiselle savait dorénavant à quoi s’en tenir. Oui, elle pouvait mettre un nom sur le genre de personne qu’était son primé : un être arrogant et intelligent jouant du côté sombre et souvent sanglant du monde.
Soudainement la fille aux yeux vairons vit sa proie se retourner et s’apprêtant à lever le camp, ce qui se confirma par la dernière parole du jeune homme. Ren Tao voulait une nouvelle fois quitter ce lieu. Encore une fois, elle devait agir. Partir aussi, rester encore un peu ? Son regard dévia sur son sac à dos, toujours au sol. Machinalement elle passa un doigt sur la cicatrice qui lui barrait le visage. Son envie de se défouler était encore bien présente et le niveau de Ren pouvait bien lui être supérieur, elle s’en fichait. Un sourire se dessina sur ses lèvres tandis qu’elle posa la main sur le manche de l’un des couteaux accrochés à sa ceinture.

- Merci pour ces précieux conseils, mon cher Ren Tao.

Elle vérifia qu’il coulissait bien dans le fourreau avant de s’élancer en direction du rouquin.

- Tu permets que je les mette en pratique ?

La lame que Kari tenait à la main brilla, la brise fit onduler un instant sa tignasse brune. Le tranchant était tout bonnement dirigé vers sa cible aux cheveux flamboyants, ses bruits de pas la trahissaient sûrement mais elle n’en avait strictement rien à faire. Elle était là pour les quinze millions de Berrys, après tout.


_________________


Il est temps d'accorder sa confiance aux autres.




Revenir en haut Aller en bas
Ren Tao
Crimson Beast
avatar
Messages : 1004
Race : Humain
Équipage : Shadow Ghost

Feuille de personnage
Niveau:
44/75  (44/75)
Expériences:
249/500  (249/500)
Berrys: 337.350.000 B

MessageSujet: Re: [FB] Laisse-moi une chance de t'attraper [PV Ren Tao]   Dim 1 Nov - 22:46


Hide and seek !

Pour une fois, j'étais gentil... Je me barrais sans faire trop d'histoires, alors qu'en temps normal, j'aurais simplement fais ma route en teintant le sol de son simple sang. Mais là, il n'en était rien, je préférais tuer ses espoirs encore dans l'oeuf plutôt que vaquer et lui laisser croire qu'elle avait ses chances. La cupidité... C'est marrant comme histoire n'empêche. Amusé, mais ne le montrant pas, je regardais face à moi en espérant que mon enseignement lui avait servis. Elle serait moins conne à mes yeux si elle appliquait mes conseils, plutôt que continuer à vouloir se jeter dans la gueule du loup.

Malheureusement, je me rendis bien vite compte que mes espérances étaient trop grande pour l'occasion. Sa parole trahissait son envie du moment et ses bruits de pas indiquaient clairement ses mouvements. Elle courrait vers moi, telle une brute. Tsss. Soupirant de lassitude, je me stoppais alors au lieu de continuer mon chemin et je me frotta la nuque.

" Dès qu'il s'agit d'argent, vous devenez peu raisonnable. M'enfin, la faute au dicton comme quoi la chance souris aux audacieux. "


Manque de pot, ce n'est pas de l'audace actuellement dont elle fait preuve, mais bel et bien de la connerie. Foncer tête basse vers un ennemi qui est clairement habitué au combat au corps à corps, c'est vouloir prendre des coups. Me retournant face à elle, je dégainais une lame et donna un coup verticale du bas vers le haut et le tout, en reculant afin de la faire stopper dans sa charge si possible, tout en me permettant de maintenir une distance entre nous.

Suite à cela, tenant fermement ma lame, je pris une position défensive, prenant appuie sur mes jambes. Prêt à bondir, je scrutais le moindre de ses mouvements. Mon bras armé quant à lui faisait quelques gestes afin de brouiller les possibles mouvements prévisibles. Garder la tête froide est une première règle d'un bon assassin, après quoi, il doit rester lucide lors de ses actions, ne jamais agir bêtement ou trop rapidement. Tout a un sens, rien n'est laisser au hasard. Le gain de temps, c'est un gain d'argent supplémentaire au final.

Doucement, je me mis à faire des pas sur le côté, débutant un mouvement de rotation autour d'elle, cependant, au fur et à mesure que j'avançais, ma personne semblait se démultiplier. Des images de moi au ralentit voyaient le jour et c'est rapidement que celle-ci pouvait admirer quatre Ren autour d'elle, tournant autour d'elle, tel des requins. Au moindre mouvement brusque, mes " clones " disparaitraient, mais au moins, la technique avait le don de surprendre et déstabiliser l'autre en générale. Une vraie technique d'assassin afin de prouver notre différence de niveau.

" Rester silencieux, agir rapidement, sans se précipiter pour autant. Savoir prendre les opportunités qui s'offrent à nous sans les gâcher. Ce sont des règles fondamentales quand on se bat en voulant gagner. Toi... Tu as ouvert ta gueule, brisé l'effet de surprise et j'en passe... Tu tiendras même pas cinq minutes en jouant ainsi. "


Continuant de tourner inlassablement, tenant une lame dans la main, une fois derrière elle, je vins à briser la technique en jetant brusquement la fameuse lame. Les clones disparaissaient et c'est une lame aiguisée qui se dirigeait vers son dos à toute vitesse. Le but étant de blesser et non tuer, d'où le fait de ne pas viser une zone vitale.




CODE DE PHOENIX O'CONNELL POUR NEVER UTOPIA



HRP :
Spoiler:
 

_________________
Il n'y a qu'une seule vérité...

Ce monde m'appartient.

Dita | Epicode
Revenir en haut Aller en bas
Kari Crown
La Renarde
avatar
Messages : 372
Race : Humaine
Équipage : Tengoku no Seigi

Feuille de personnage
Niveau:
27/75  (27/75)
Expériences:
84/200  (84/200)
Berrys: 37.964.000 B

MessageSujet: Re: [FB] Laisse-moi une chance de t'attraper [PV Ren Tao]   Lun 2 Nov - 21:12




Under the Knife





Kari se précipitait en direction de Ren Tao lorsqu’elle vit celui-ci s’arrêter et l’entendit parler.
Non, c’était plus qu’une simple question d’argent au fond, même si la jeune femme ne voulait pas se l’avouer et continuait sur sa lancée sans sourciller. Rapidement, le rouquin se retourna face à elle avec une lame à la main et donna un coup vertical en remontant. La fille aux yeux vairons eut la réaction immédiate de stopper sa course tandis que Ren se reculait, instaurant une certaine distance entre eux. Elle l’observa un instant pendant qu’il faisait de même, le couteau prêt à trancher à la moindre alerte. On aurait pu les comparer à deux fauves aux aguets, soigneusement préparés à attaquer l’autre quand le moment s’y prêterait.
La tension dans l’air était presque palpable et le silence pesant et concentré ne faisait que renforcer cet effet. Kari avait la main crispée sur son arme, les yeux rivés sur son adversaire et le sourire en coin. Elle sentait l’adrénaline monter bien que le combat n’ait pas encore commencé. Le bras du rouquin tenant la lame s’anima en de petits gestes mais la brune préféra se concentrer sur son regard. Même si les gestes prouvaient parfois les intentions, le regard le faisait encore plus et il était plus difficile de mentir avec ses yeux qu’avec ses mains, tout simplement parce que l’œil reflétait les sentiments. Un regard qui changeait soudainement était assez préventif et permettait de gagner un temps considérable lors d’un combat, de même qu’il était facile de déceler les intentions d’une personne en observant ses yeux. On pouvait se forcer à sourire, agiter les mains, adopter un ton enjoué, s’il n’y avait pas cette lueur joyeuse dans le regard cela ne prenait pas. Et en ce moment rien n’indiquait à la chasseuse que Ren allait attaquer tout de suite, même si sa lame disait le contraire.

Le jeune homme fit doucement un pas de côté, puis encore un autre. La fille aux yeux vairons n’eut d’autre choix que de le suivre des yeux. Il s’était mis à tourner autour d’elle avec une lenteur qui en étonnait presque la chasseuse et un instant, elle le compara à l’un de ces grands félins prédateurs en chasse et qui prenait plaisir à s’amuser un peu avec sa proie. En un instant, les rôles s’étaient inversés. Le sourire de la demoiselle s’évanouit pour laisser un visage neutre et concentré. Elle tourna sur elle-même, voulant à tout prix garder son primé dans son champ de vision. Ce n’était absolument pas le moment de lui tourner le dos, Kari le savait. C’est alors qu’elle vit double un instant, ou du moins qu’elle le croyait. Elle cligna des yeux plusieurs fois, tentant d’effacer la deuxième image de Ren qui suivait la première de près, comme un long effet de ralenti. Malheureusement, le phénomène ne disparut pas pour autant et deux autres Ren Tao s’ajoutèrent à sa vision, copiant les gestes du premier qui se fondait dans la masse. Impossible de savoir lequel était le vrai, ils semblaient tout aussi vivants et réels les uns les autres et le fait qu’ils tournaient autour de la brune ne fit que l’embrouiller encore plus. Elle-même pivotait toujours sur ses talons, jetant la tête à droite à gauche pour essayer de les avoir les quatre à la fois dans son champ de vision mais ce fut rapidement impossible. Mais toujours aussi arrogant, il lui fit la morale, ne stoppant pas pour autant ses rotations. Elle avait cherché, elle le savait et ne répondit rien cette fois. Elle ne trouvait tout simplement rien à répondre, sa position était plus que précaire en cet instant.

Cet étrange manège allait finir par lui donner le tournis et même si quatre lames menaçantes se baladaient autour d’elle la chasseuse de primes s’arrêta et ferma les yeux. D’une minute à l’autre Ren pouvait la tuer à présent, elle le savait mais elle avait besoin de cet instant. Elle tenta alors de détecter la position du primé, le vrai et pas l’une de ses copies ralenties, mais c’était impossible. Il continuait sûrement de se déplacer et pourtant ses pas restaient silencieux. Il n’était qu’un fantôme dangereux glissé parmi d’autres, une ombre de la mort qui attendait le bon moment pour frapper. Puis cela fit tilt dans son esprit.
Ren Tao n’avait pas appris tout ça en quelques semaines au moment du braquage de Nighty Town, cela n’avait fait qu’allumer un projecteur sur lui et qu’il n’avait peut-être pas voulu. Il n’arrêtait pas de prôner le silence, la discrétion et la surprise, mais qui attaquait d’une telle manière aussi déloyale ? Un mot vint à l’esprit de la brune. Assassin. Le rouquin était un assassin, le genre de personne qui vit dans le côté obscur du monde, un autre monde comme il l’avait énoncé. Ses armes restaient des couteaux, tout aussi silencieuses que ses pas, taillées pour l’assassinat.

C’était comme si le puzzle se complétait tout seul, même si un point restait irrésolu. Si tel était le passe-temps du jeune homme, alors pourquoi braquer une banque qui l’avait fait connaître du public ? Ce n’était pourtant pas le genre des assassins, de ce que Kari en savait.
Elle rouvrit les yeux. Quitte à être prise au piège, autant garder l’un des Ren à l’œil, d’autant plus que la brune savait où il allait frapper. Elle ignorait encore quand, peut-être qu’elle ne le saurait jamais, mais si elle suivait ce que lui avait soufflé le rouquin… Il restait un assassin, à ce qu’elle avait compris, et même si cela faisait beaucoup d’hypothèses sans vraiment de fondements, elle ne perdait pas grand-chose à écouter son instinct.
Un assassin est un être silencieux qui aime surprendre ses adversaires, donc tout le contraire des attaques de front. Ren allait l’attaquer dans son dos, c’était sûr. Restait à savoir quand.

Brusquement, la silhouette qu’elle suivait du regard disparut. Une alarme sonna dans son crâne. Danger. Tout de suite. En effet, les choses routinières qui cessaient aussi brusquement, c’était toujours de mauvais augure. Le calme qui en résultait, cette fausse tranquillité qui n’attendait qu’à être brisée…
Kari se retourna et aperçut le rouquin, le vrai puisqu’il ne restait que lui, au moment même où une douleur cuisante s’emparait du haut de son dos, juste en-dessous de l’épaule gauche. Une plainte étouffée s’échappa de ses lèvres tandis que son mouvement lui faisait faire de nouveau face au primé. Elle ne put s’empêcher de serrer les dents lorsqu’elle remarqua les deux mains vides de toute arme qui se tenaient en face d’elle. Il l’avait eu, la douleur en témoignait. Un réflexe stupide la força à tâter la blessure, tordant son bras libre comme elle pouvait. Le contact de ses doigts sur sa propre peau lui arracha un frisson tandis qu’elle tâtonnait, à la recherche d’une quelconque information. Il ne l’avait pas tuée et aucun couteau n’était planté dans sa chair. La blessure était plutôt longue, ressemblant à une importante éraflure, presque à l’horizontal, pas assez profonde pour être grave, et au pire seuls des os aurait pu être touchés à cet endroit, ou des muscles, mais ça c’était valable pour tout le corps.

La lame avait tranché sa chair et cela la faisait souffrir. La brune était une habituée des combats, de par sa vocation, mais chaque blessure lui provoquait toujours la même douleur. C’était comme si chaque fois elle redécouvrait la souffrance, à différents degrés. Elle ramena ses doigts poisseux devant elle et les contempla. Elle s’était laissée aller et là voilà que sa proie devenait le chasseur. Depuis l’instant où le tranchant l’avait écorché, son désir soudain de se défouler diminuait et sa raison reprenait le dessus au fur et à mesure que le sang s’écoulait de sa plaie. C’était comme si elle se vidait en même temps de toute cette rage qui l’habitait depuis des semaines, qu’elle se débarrassait de ce sentiment de vengeance dont elle était empreinte et dont elle avait ignoré la présence jusque-là, se focalisant uniquement sur ses traques pour oublier sa douleur. A présent, elle se rendait bien compte de sa folie, elle qui d’habitude planifiait toujours tout à l’avance s’était laissée emporter par ses sentiments. Il avait fallu qu’une plaie physique s’ouvre pour tout faire disparaître, ou du moins une partie.

Kari n’avait pas oublié ce qu’elle avait pris comme coup contre ce petit équipage pirate, seule contre tous ces hommes. Elle n’avait pas non plus oublié la chambre vide qu’elle avait retrouvée après, ce message, ses quelques objets disparus et ce nom qu’elle avait juré de retrouver. Sans qu’elle le remarque, tout l’avait envahi, tout l’avait submergé, toute sa raison avait disparu en un instant, la véritable Kari avait disparu derrière ce masque de revanche et il avait fallu un coup de couteau bien placé pour la ramener sur terre et à elle-même. Oui, Ren Tao avait eu raison sur son compte et elle l’admettait à présent, tout ça à cause d’un vulgaire poignard. Une vérité dévoilée sous le couteau.
Ses mâchoires se décrispèrent et elle pensa tout haut :

- Mais quelle idiote !

Se reprenant, elle baissa doucement son propre couteau. Une zone dans son dos la brûlait. Ren Tao restait toujours un problème. D’autant plus qu’il paraissait difficile de s’extirper de la situation présente. Finalement le bras armé de Kari revint le long de son corps, la lame tranchante toujours en-dehors du fourreau, on ne sait jamais. Elle ne savait pas ce que comptait faire son adversaire, aussi prit-elle la parole, d'une voix qu'elle voulait la plus posée possible :

- Dis-moi, comment se fait-il qu’un assassin, car c’est ce que tu es n’est-ce pas, ait braqué une banque ? C’est quand même pas le genre de la maison ?


_________________


Il est temps d'accorder sa confiance aux autres.




Revenir en haut Aller en bas
Ren Tao
Crimson Beast
avatar
Messages : 1004
Race : Humain
Équipage : Shadow Ghost

Feuille de personnage
Niveau:
44/75  (44/75)
Expériences:
249/500  (249/500)
Berrys: 337.350.000 B

MessageSujet: Re: [FB] Laisse-moi une chance de t'attraper [PV Ren Tao]   Sam 7 Nov - 22:21


Hide and seek !

Sans doute las, je m'étais prêté au jeu. Cette fille parlait beaucoup et cela a le don de m'énerver en général. Pourtant, perdu entre énervement et calme plat, je me laissais aller à ces provocations et je répliquais à son offensive. J'espérais vraiment me tromper sur mon impression de départ, car ce que je voulais, s'était du défi, encore et toujours. De quoi me mettre en difficulté, me faire ressentir cette adrénaline dont je suis fan. C'est pour cela que pendant un instant, je m'étais comporté comme un réel assassin et non un simple joueur. Malheureusement, mon excitation, ma rage de vaincre et mon sérieux avait disparus quand mon coup réussit à la toucher misérablement. Elle n'avait pas de réflexes surhumains certes, mais je lisais clairement la douleur sur son visage alors que la lame avait mordu sa chaire. Alors que ses paroles avaient sonnés comme une invitation au combat réel, désormais, son air ne me faisait penser qu'à un simple animal que l'on vient de blesser.

Pathétique, j'étais déçu, frustré d'avoir été mis de bonne humeur pour rien. C'est comme proposer une sucette à un gosse, la lui faire goûter et au final, lui dire qu'on l'a arnaqué, ou ne plus lui donner droit à cette sucrerie. Mon regard autrefois froid mais excité devint plus froid qu'avant, avec une touche de lassitude. Elle semblait tellement ailleurs, comme ramené à une brutale réalité. Moi, je me tenais là, droit comme un i, me délectant très peu du spectacle qu'elle m'offrait.
Quel plaisir en tirer ? Même si j'étais parfois sadique, là, je n'avais aucun plaisir à la voir saigner, souffrir, avoir mal. Non, je ne ressentais rien face à ces gouttes carmins qui coulaient et imbibaient son habit légèrement au niveau de l'épaule. Rien, le vide complet, juste un sentiment d'oubli qui m'envahit en douce. Quelle déception actuellement.

Quand cette dernière s'amuse à penser tout haut, je me demande bien quoi faire. L'achever ? Ou la laisser ici en lui laissant une seconde chance ? Si je la termine ici et maintenant, elle ne sera qu'un nom de plus à ma liste de victimes. Alors que si je la laisse, elle sera un nom à ajouter sur les possibles gens qui viendraient pour régler des comptes... Partagé entre flemme et cruauté pure, je ne choisissais rien pour le moment, la regardant d'un air étrange, comme si j'espérais qu'elle revienne à l'assaut.

* Aller... Redresse toi, passe outre la douleur, ou transforme celle-ci en rage. Jette toi sur moi, l'arme au poing, essaie de me porter un coup en visant un point précis. Montre moi cette flamme qui brille dans chacun de nous quand il affronte quelque chose d'important. *

Je priais qu'elle devienne un tigre, ou quelque chose du genre. Qu'elle m'en fasse baver soudainement et me fasse dire que je n'ai pas perdu mon temps. Mais plus j'attends et plus la réalité me rattrape quand je la regarde. Elle est déjà vaincu. Quoi que... Elle semblait se redresser, prête à me faire face. Cette simple action me fit sourire comme si j'avais finalement eu ce que je voulais.
Mais - car il y a toujours un " mais " - voilà qu'elle joue les abandons. Son geste est clair à comprendre, elle ne veut pas attaquer par la suite, juste dire un truc. Mon regard froid, mais enjoué se transforme en un regard glacial et las. Merde, moi qui voulais du challenge, j'avais juste une perte de temps actuellement. Merde, merde et remerde...

Voilà qu'en plus elle s'intéresse à ma vie. Tsss... Sortant une autre lame de ma poche, je m'apprête à simplement le lancer en visant sa gorge, mais plus le geste s'annonce, plus je semble ralentir. Je pesais le pour et le contre. Lui raconter la vérité n'allait rien m'apporter et pourtant, j'avais envie de répondre. Aussi idiot cela soit-il, je vins donc à arrêter mon mouvement et laisser glisser ma lame dans ma manche, la faisant " disparaitre ".

" Drôle d'idée que demander le pourquoi du moment dans une telle situation... Mais soit. Assassin, en effet, c'est ma principale qualité. Mais je suis auss voleur et bandit en tout genre. De ce fait, cela devient une banalité pour moi. La banque n'était qu'un début, pour annoncer le début de quelque chose de plus grand, plus grandiose, plus éclatant. Une mise sous la feu des projecteurs pour signaler mon existence, avant de finalement retourner dans l'ombre, jusqu'à apparaitre de nouveau tel un fantôme.
Au final, je ne fais que montrer l'incapacité des marines et des forces quelconque de l'ordre à agir. Tu verras... Il préfèrent courir après des gens avec une grosse prime, plutôt qu'arrêter les petites menaces. C'plus amusant de batailler contre de grosses, mais ils en oublie un point crucial, c'est qu'avant d'être grosses, elles étaient petites. Je vais mettre ce monde sens dessus dessous, humilier cette autorité et montrer que je suis celui à craindre. "

Lui laissant imaginer ce que cela pouvais dire, je rabaissais mon regard vers elle, fusillant celle-ci de mes yeux au reflets dorés.

" Si tu es encore en vie d'ici là, peut-être entendras-tu parler de moi dans l'avenir. Mais enfonce toi ça dans le crâne... Rejoins moi, craint moi, ou meurt. "


Reprenant ma lame en main, je m'apprêtais à la lancer, voulant tester son mental. Allait-elle simplement pleurer ? Ou faire preuve de self control ? Ou encore de curiosité ? J'aimais bien tester, elle était un peu comme un rat de laboratoire. Aimant ce sentiment de supériorité, je la fixais, de mon regard hautain et arrogant.

" Une dernière parole ? "



CODE DE PHOENIX O'CONNELL POUR NEVER UTOPIA


_________________
Il n'y a qu'une seule vérité...

Ce monde m'appartient.

Dita | Epicode


Dernière édition par Ren Tao le Dim 15 Nov - 12:23, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Kari Crown
La Renarde
avatar
Messages : 372
Race : Humaine
Équipage : Tengoku no Seigi

Feuille de personnage
Niveau:
27/75  (27/75)
Expériences:
84/200  (84/200)
Berrys: 37.964.000 B

MessageSujet: Re: [FB] Laisse-moi une chance de t'attraper [PV Ren Tao]   Dim 8 Nov - 18:29




Se faire craindre





Ren Tao la regardait froidement. Peut-être ne pensait-il pas que la jeune femme pourrait réagir de la sorte ? Toujours est-il que Kari sentait le sang couler sur sa peau et tacher sa chemise blanche. Oui, elle avait fait une bien belle connerie, elle le savait et le reconnaissait même. A présent, elle guettait la moindre réaction de son adversaire. Elle n’avait plus envie de se battre contre lui. Plus envie de faire des choses stupides et d’aggraver la situation.
Un soudain mouvement du rouquin attira son attention. Il avait sorti l’une de ses lames et semblait prêt à attaquer. Instantanément la main de la brune se crispa sur son couteau. Elle ne voulait plus se battre, certes, mais elle ne souhaitait pas mourir non plus, ou du moins pas aujourd’hui. Puis le primé arrêta tout aussi soudainement son geste et rangea son arme. Avait-il vraiment changé d’avis ? Allait-il répondre ? La chasseuse ne lâcha pas son couteau pour autant. Etait-ce une feinte ?
Finalement, il prit la parole, et ce pour débiter un petit monologue qui ne laissait pas le temps à la fille aux yeux vairons d’intervenir. Etait-ce vraiment si simple que ça de le faire parler ? Visiblement oui. Ou alors peut-être aimait-il ce sujet. Mais cela lui permit d’apprendre des choses sur lui. D’une, il était bel et bien assassin, comme l’avait supposé la demoiselle. Mais ce qui était intéressant, c’était la suite. Apparemment, le braquage n’était que le début, le prologue d’une histoire encore plus grande. Etre l’homme le plus craint, c’était ce qu’il voulait. Bien. Intéressant, tout ça.

Après avoir terminé, il la fusilla du regard, comme pour approuver ses dires. Puis il continua encore :

- Si tu es encore en vie d'ici-là, peut-être entendras-tu parler de moi dans l'avenir. Mais enfonce-toi ça dans le crâne... Rejoins-moi, crains-moi, ou meurs.

Un sourire étira les lèvres de Kari. Le rejoindre, le craindre ou mourir ? Ainsi donc c’étaient les seules options qu’il lui laissait ?

La chasseuse le vit reprendre sa lame, s’apprêtant une nouvelle fois à l’attaquer. Quelque chose échappait à la jeune femme. Pourquoi… pourquoi s’être stoppé la première fois ? Pourquoi ne pas avoir continué ? Pourquoi avoir expliqué son plan puis vouloir la tuer, car c’était sûrement son but, après ? Pour qu’elle l’applaudisse ou tente de l’arrêter ? Elle s’en fichait ouvertement de savoir qu'il voulait devenir puissant, tant que cela ne lui apportait rien. Et pourtant, l’attaque ne vint pas tout de suite. Il se contenta de la fixer avec arrogance avant de dire :

- Une dernière parole ?

Un sourire fleurit sur les lèvres de la chasseuse. Elle se fichait du but final, certes, mais pas de la démarche.

- Oui, mais ce ne sera sûrement pas la dernière.

Elle prit le temps d’inspirer et d’éclaircir ses idées avant de commencer.

- Tu me laisses trois possibilités d’en finir, si j’ai bien compris. Je ne te rejoindrais pas. Ou pas maintenant en tout cas, je me suis fixé un autre objectif que je compte bien atteindre. Secundo, je ne mourrais pas non plus. J’ai peut-être perdu mon sang-froid, mais maintenant j’ai les idées claires et je ne compte pas me battre avec toi maintenant. Et troisièmement, je ne te craindrais pas, sinon je serais incapable de te chasser, n’est-ce pas ? Je ne peux avoir peur de ma proie. Cependant je vais te dire une chose : je te propose une quatrième solution : le respect. Je me fiche bien de savoir si tu arriveras à renverser le monde, certes, c’est une idée comme une autre, mais je suis curieuse de connaître la façon dont tu vas t’y prendre. Peu importe le pourquoi du comment de cette affaire, il y a tellement de gens qui se mettront sur ton chemin que tu vas forcément devoir faire quelque chose pour les écarter. Je ne fais pas partie de ceux-là, je ne t’en veux pas personnellement, je te l’ai déjà dit, c’est le montant de la récompense qui m’intéresse. Je me fous de l’honneur et de la fierté à attraper un primé que peuvent avoir les chasseurs de primes. Je veux garder un œil sur toi parce que tu me sembles intéressant et que ta façon de procéder et ta réflexion sur comment le faire… me forcent le respect, tant par ta façon de penser que par tes paroles. Tu sais bien parler, moi aussi. D’ordinaire je suis quelqu’un de stratégique, vois-tu, alors forcément, ton plan ambitieux attise ma curiosité. Pour l’instant et avec le coup que tu m’as infligé, je ne suis pas en mesure de te battre, mais tu le sais sûrement. Je n’ai pas peur de toi, tu es un homme comme un autre, seule ta perception du monde te différencie des autres, alors laisse-moi observer. Laisse-moi voir comment tu te débrouilles dans tes histoires, laisse-moi comprendre ton plan, laisse-moi réaliser mon but et peut-être que la prochaine qu’on se verra, je te suivrais, qui sait.

_________________


Il est temps d'accorder sa confiance aux autres.




Revenir en haut Aller en bas
Ren Tao
Crimson Beast
avatar
Messages : 1004
Race : Humain
Équipage : Shadow Ghost

Feuille de personnage
Niveau:
44/75  (44/75)
Expériences:
249/500  (249/500)
Berrys: 337.350.000 B

MessageSujet: Re: [FB] Laisse-moi une chance de t'attraper [PV Ren Tao]   Dim 15 Nov - 12:22


Hide and seek !

Le dénouement de l'histoire approchait enfin. Avant de prendre une certaine décision sur son propre sort, je voulais voir comment elle allait réagir face à un réel danger. Blessé comme elle est, elle ne pouvait pas tenir longtemps, cependant, elle ne semblait pas baisser les bras pour autant. Hm ? Pourquoi s'accrocher autant à la vie ? Un objectif ? Ou bien est-ce autre chose de plus puéril ? Pour ma part, on m'a toujours dit que ceux qui vivent longtemps sont ceux qui acceptent la mort en premier et pour ma part, je l'accepte en supposant qu'elle vienne me prendre un jour.

Fixant la misérable, semblait amusée de mes paroles. Ma dernière question était-elle si drôle que ça ? Cela me donnais presque envie de mettre fin à cette blague et m'en aller comme si de rien était, pourtant, outre l'aspect qui m'énervait, le sourire en lui-même et son timbre de voix attisait ma curiosité. Merde... Mon point faible, je ne pouvais pas la tuer avant de savoir ce qu'elle avait derrière la tête, sans quoi, ça me hanterais. Tsss...

Visiblement, elle rejette le fait de me rejoindre - dans l'immédiat -, le fait de mourir et surtout... de me craindre. Son raisonnement est juste dans un sens, mais cela me prouve qu'elle n'a pas eu l'occasion de passer outre le stade de l’effroi. Quand on expérimente la peur de la mort, on en sort grandit et je comptais bien lui faire part de mon expérience tient. Ainsi donc, je me mis à écouter ses paroles d'une oreille distraite. Son histoire de respect ne m'intéressait pas, je ne voulais pas de ça, mais bel et bien de la soumission, de la crainte, car les deux riment et indirectement, s'accordent avec le respect. Ainsi donc, je vins à lancer la lame juste devant elle, la laissant se planter à ses pieds.

" Savais qu'après certaines émotions, de nouvelles naissent et te font réagir plus fortement ? "


La laissant cogiter là dessus, je vins alors à m'exprimer de manière complète.

" La peur dans le cas présent. Tu affirmes que tu pourrais pas me traquer en cas de frayeur et pourtant... L'instinct de survie, cela ne te dit-il rien ? Quand on a peur, mais qu'on est obligé de faire face, le corps réagis parfois de lui-même. Des réflexes, des impressions, une intuition, chaque sens se retrouve souvent à son apogée pour une durée indéterminée. En soit, on pourrait en conclure que la peur de la mort à chaque instant te rends plus fort et entre nous... c'est vrai. "

Une fois de plus, je fis une légère pause, histoire qu'elle assimile les paroles que je venais de lui livrer. Libre à elle d'en faire ce qu'elle voulait, que ce soit les oublier, ou bien les enregistrer et peut-être les appliquer. Loin de connaitre sa mentalité, peut-être allait-elle oublier tout ça, car en soit, cela vient d'un assassin et quoi de pire qu'accepter les conseils d'un ennemi ? C'est si humiliant d'un certain côté... Mais l'être humain est ainsi, dans certains moments délicats, il oublie ses règles pour se référer à son instinct et uniquement cela, apprenant de ses défaites et faisant ce qui est nécessaire s'il en a le courage.

" On va faire un jeu plutôt... Comme tu le proposes, tu vas m'observer, admirer ma progression, et en tirer les conclusions qui s'impose. Et en supposant que tu revienne à moi, tu auras plusieurs choix avec cette lame que je te laisse. Interdiction de t'en servir lors d'un combat, outre contre moi d'accord ? Cette lame, ou bien tu me la rendra en main propre si tu me rejoins... Ou bien tu me la lancera ou tentera de l'utiliser contre moi si tu veux toujours me capturer, en espérant que tu es appris tes leçons d'ici là, ou alors... Tu m'imploreras de te la reprendre si tu me crains. "

Sans plus tarder, me fichant de sa réponse, tel un jouet cassé dont je me laissais, je commençais donc à partir, laissant derrière moi une potentielle proie, mais avec un certain potentiel malgré tout. Pourquoi est-ce que j'étais joueur aujourd'hui hein ?


CODE DE PHOENIX O'CONNELL POUR NEVER UTOPIA


_________________
Il n'y a qu'une seule vérité...

Ce monde m'appartient.

Dita | Epicode
Revenir en haut Aller en bas
Kari Crown
La Renarde
avatar
Messages : 372
Race : Humaine
Équipage : Tengoku no Seigi

Feuille de personnage
Niveau:
27/75  (27/75)
Expériences:
84/200  (84/200)
Berrys: 37.964.000 B

MessageSujet: Re: [FB] Laisse-moi une chance de t'attraper [PV Ren Tao]   Dim 15 Nov - 17:56




Strange Promise






Après le petit monologue de Kari, le silence était revenu. Il s’était passé beaucoup de choses depuis le moment où elle avait aperçu Ren la première fois, sortant d’un bâtiment à l’aspect un peu douteux. Il fallait dire que le personnage en lui-même était assez intéressant pour attiser la curiosité de la demoiselle. Le hors-la-loi se retrouvait être la proie d’une chasseuse de primes, mais lui ne semblait même pas inquiet, au contraire, il avait même proposé, entre autres, qu’elle le rejoigne. Non, décidément, cet homme avait une certaine capacité à éveiller l’intérêt des autres à son égard, ou du moins celui de la jeune femme.

La lame que tenait toujours le rouquin finit par voler en direction de la fille aux yeux vairons. Kari, par pur réflexe, recula un pied. Son visage, l’espace d’un instant, refléta une grimace de douleur. Son dos la rappelait à l’ordre, comme s’il tentait de l’empêcher de bouger alors qu’une lame tranchante filait vers elle. Cette dernière perdit bien vite de la hauteur pour se retrouver fichée aux pieds de la brune. Elle la fixa un bref instant. Qu’espérait-il faire comme ça ? La menacer, la faire fuir, la forcer à le craindre ? Non, ce n’était sûrement pas le genre d’un assassin de procéder avec une aussi faible tentative d’intimidation. Il devait avoir autre chose derrière la tête.
Et ce fut le cas, puisqu’il lui fit une remarque pour le moins étrange. Les émotions sont la faiblesse de l’homme, mais c’est aussi ce qui en fait sa force. C’est une épée à double tranchant. Bien sûr qu’il existe des émotions plus fortes que d’autres, des émotions qui font perdre le contrôle de soi-même, qui nous envoient à la mort sans que l’on puisse s’en rendre bien compte ou que l’on trouve que cela nous est bien égal. La tristesse, par exemple. Elle ravage un individu, le plonge dans des limbes obscurs dont il ne peut rarement sortir. Et lorsqu’il y parvient, la tristesse se mue en une force combattive, une force capable de tout, un nouveau souffle. La tristesse devient la vengeance. On peut se venger de beaucoup de choses : la mort, la souffrance, le déshonneur… L’émotion s’empare de la raison, n’importe quel objectif se transforme en cette vengeance. C’est un assaut désespéré, une revanche que l’on veut à tout prix gagner même si l’on ne fait pas le poids. C’est dangereux, c’est un pas de plus vers la mort. Les émotions sont dangereuses.

Mais pourquoi parler de cela, hein ? La réponse vint juste après. Oui, la peur est le moteur de l’instinct de survie. Mais pour autant, Ren avait faux sur un point. Les chasseurs de primes n’ont absolument aucune obligation de poursuivre tel ou tel individu. Ils ne sont pas obligés de faire face et de montrer leur instinct de survie. Alors oui, la peur de la mort peut rendre plus fort, mais elle rend plus idiot aussi. Pour ne pas mourir, n’importe quel être est prêt à faire n’importe quoi. Il est capable de sacrifier ses proches, lancer un assaut qui ne fera qu’échouer, mais en soit il devient imprévisible. Oui, peut-être que la peur devient le moteur d’un combat, mais cela reste aussi une faiblesse. La peur peut faire accomplir des actions incroyables mais la peur peut paralyser un individu.
« C’est vrai ». Pourquoi cela sonnait-il comme un aveu ? Avait-il frôlé la mort de près pour se permettre de faire tout son petit discours ?

Le répit fut de courte durée puisque de nouvelles paroles sortirent de la bouche du primé. Cela sonnait comme une promesse, un contrat, un accord scellé par l’objet qu’il lui laissait. Un couteau d’assassin dont Kari ne pourrait se servir que lorsqu’elle reverrait Ren Tao, si jamais l’occasion se présentait. Il acceptait d’une certaine façon la proposition qu’elle avait fait, tout en repoussant les siennes à plus tard. Le regard de la jeune femme se reporta alors sur ladite lame, fichée dans le sol devant elle. La déclaration avait un goût d’adieux. Le rouquin se retourna et fit mine une nouvelle fois de partir. Encore. La chasseuse devait lui donner une réponse. Confirmer ce qu’il avait proposé et accepter l’arme blanche. Elle ne pouvait faire que ça, pour l’instant, cela prouvait l’engagement dont elle avait décidé.

- C’est d’accord, cria-t-elle. Je garde ta lame et on verra bien ce que j’en ferais la prochaine fois que l’on se rencontrera, si jamais c’était amené à se produire. Mais je te préviens, tu n’as pas intérêt à te faire tuer ou attraper avant que je te rende ce qui t’appartient.

Elle le voyait s’éloigner mais ne chercha plus à le retenir une nouvelle fois. C’en était fini pour aujourd’hui. Kari fit un pas en avant, se pencha et ramassa le couteau symbole de leur promesse. Sa blessure la brûla lors de son mouvement et elle se releva rapidement. Elle ignorait encore bien des choses sur le jeune homme à la chevelure flamboyante. Quand on y pense, tout les opposait et pourtant ils en venaient à tenir des promesses. Le monde était vraiment étrange.
La brune allait garder un œil sur lui, le voir évoluer dans le monde, peut-être le recroiser, en ami ou en ennemi. Peut-être allait-elle apprendre de nouvelles choses entretemps, peut-être que de nouveaux éléments allaient changer sa vision des choses. On ne sait jamais, l’avenir n’est pas écrit à l’avance.


_________________


Il est temps d'accorder sa confiance aux autres.




Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: [FB] Laisse-moi une chance de t'attraper [PV Ren Tao]   

Revenir en haut Aller en bas
 

[FB] Laisse-moi une chance de t'attraper [PV Ren Tao]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Regardez ça aller. Est-ce que je tire trop fort sur la laisse de l'animal?
» C'est un charnier sentimental que je laisse derrière moi [Livre 1 - Terminé]
» Ne la laisse pas tomber, elle est si fragile.. | Asher
» ❝La vie nous laisse le choix d’en faire un accident ou une aventure. ❞ CALLIE&DONOVAN
» Juste une dernière fois... Laisse-moi voir ton sourire. - Flash Back {Emmy ~

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
One Piece Seken :: Le monde de One Piece :: Seas Blues :: West Blue-