Partagez | 
 

 Une commande, suivit d'une visite [Solo / Achat]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Tokeyshi Nanao
Agent CP9
avatar
Messages : 136
Race : Humain
Équipage : La couronne

Feuille de personnage
Niveau:
24/75  (24/75)
Expériences:
84/120  (84/120)
Berrys: 8.864.000 B

MessageSujet: Une commande, suivit d'une visite [Solo / Achat]   Ven 2 Oct - 15:35

San Faldo, si l’île n’avait pas tellement changé depuis la dernière fois que Nanao s’y était rendu, on ne pouvait pas en dire autant de la ville en elle-même. En effet suite au nettoyage qu’avait organisé le maitre de l’île, Ghetis Archer, le leader de l’organisation nommée la Couronne, le taux de criminalité avait diminué. La disparition du marché noir, avait en outre permis l’éclosion de certains commerces, qui se retrouvaient avec cette concurrence en moins. Malgré tout le jeune agent de l’organisation savait qu’il devait rester quelques vendeurs sous le manteau. Mais plus rien d’aussi organisé qu’avant le nettoyage auquel il avait participé. Mais ce n’était pas pour cette raison, que le rouquin était revenu sur l’île. Il avait besoin de faire améliorer ses lames, ces dernières malgré leur efficacité, risquaient de ne plus être adaptées aux besoins du jeune homme. En effet en intégrant de manière officielle l’équipage de l’homme aux yeux vairons, Tokeshi savait qu’il allait devoir affronter des utilisateurs de Fruits du Démons et ce dans une proportion plus importante qu’actuellement. Pour ce faire, il avait besoin d’adapter son équipement, à cette donne. Grace aux contacts que son Capitaine, il savait qu’il avait la possibilité de trouver sur cette île ce dont il avait besoin. De plus, du fait qu’elle était sous la supervision de la Couronne, il n’aurait pas à débourser la somme nécessaire à son projet. Le jeune membre de l'équipage de Ghétis Archer trouva sans trop de difficulté l'atelier qui lui avait été recommandé. Ce dernier ne payait pas de mine. La devanture était simple, presque anodine, seule l'enseigne en fer forgé représentant une enclume signifiait que l'on se trouvait devant une forge.

Pénétrant dans l'atelier, Nanao fut surpris par la quantité d'armes blanches qui ornaient les présentoirs. Le jeune homme prit plusieurs minutes, afin d'admirer le travail de l'artisan derrière ses fabrications. On trouvait tout type d'armes blanches, des épées, des haches, des poignards, Tokeshi fit bien attention à ne rien toucher, de peur de causer une catastrophe. Ce fut le raclement de gorge qui sortit le rouquin de sa concentration. Tournant la tête vers la personne qui venait de se faire connaitre, il eut la surprise de se trouver face à un jeune garçon, plus jeune que lui. Si il lui prenait bien une tête, en hauteur, Nanao semblait bien chétif comparé à celui qui lui faisait face. Ce dernier lui rappela, son ancien co-équipier Gray, que cela soit par le gabarit que par l'expression qu'il avait affiché sur le visage.

… « C'est vous celui qui casse tout ce qu'il touche ? Suivez moi et ne touchez à rien » …

Surpris, de s'être fait identifié, Nanao mis quelques secondes à réagir. Ce fut en posant son regard sur sa main, qu'il comprit. Emboîtant le pas au jeune garçon, Nanao faillit percuter un tonneau dans lequel se trouvait plusieurs épées. Ravit de ne pas avoir confirmé sa réputation, il parvint à rattraper ce dernier. Leurs pas, les conduisirent dans l'arrière boutique, puis à un escalier qui descendait vers une cave. Ce ne fut qu'en passant la porte de celle-ci que le bruit d'une forge en activité vint à leurs oreilles. Ainsi, l'atelier avait été placé en sous-sol, dans une pièce insonorisée. Trois hommes, représentant trois générations, se partageaient la forge et la fabrication d'une épée. Sans ce soucier de ces derniers, le jeune homme, le représentant de la plus récente génération, conduisit le rouquin dans un bureau.

… « Vous désirez une nouvelle paire d'arme, si j'ai bien compris? » …

Le ton de la voix était neutre, professionnel, ce qui mis en confiance Nanao. Ce dernier dégaina ses Gen'kotsu no Kaze, qu'il déposa sur le bureau. Le jeune homme les pris, les étudia, marqua sa désapprobation devant leur état. Puis secouant sa tête de gauche à droite, les reposa.

... « Vous devriez en prendre soin, c'est à l'état de ses armes que l'on reconnait un bon combattant. Vous pouvez garder celles-ci, je vais juste prendre l'empreinte de vos mains » …

Reconnaissant cette vérité et s'excusant pour sa maladresse, Nanao quitta l'atelier une fois, sa commande enregistrée et le moule fait. Il ne savait pas combien de temps cela allait prendre, mais San Faldo lui proposait de quoi patienter.

De plus lors de sa dernière visite, il avait fait la connaissance de quelques jeunes femmes peu farouches et sensibles à son charme. Même sa maladresse, avait joué pour lui. Mais comment, ne pas les comprendre, après tout il possédait un physique parfait. Après s'être rendu auprès du forgeron, qui lui avait été recommandé afin de passer sa commande, le jeune homme partit en chasse de ces amies. Il se perdit plus d’une fois, se laissant entrainer par l’ambiance, les divers orchestres et groupes de danseuses qui se produisaient sur la moindre place. Le jeune agent, s’était joint à l’un d’entre eux, mais si ses aptitudes physiques lui permettaient de rivaliser avec la plupart des danseurs, sa maladresse faillit être la cause de l’arrêt de la représentation à laquelle il s’était invité. Voulant impressionner l’une des danseuses, Nanao s’était lancé dans une chorégraphie des plus acrobatiques. Tout se déroulait parfaitement, jusqu’à ce que l’un de ses pieds se prenne dans la robe de la dite danseuse. Perdant l’équilibre dans la glissade qui suivit son geste, il tenta de se rattraper. Pas de chance pour la jeune femme qui vit sa robe être partiellement arrachée, pour le plus grand plaisir des spectateurs masculins, lorsque Tokeshi l’agrippa par reflexe. Voyant le désastre arrivé, peut être souhaité, il tenta de se reprendre, mais finit par partir dans une glissade incontrôlée et totalement chaotique, qui l’envoya finir sa course dans l’orchestre accompagnant la danseuse. Par un miracle, aucun instrument ne fut détruit ou abimé et aucune blessure, si ce n’est l’amour propre de la jeune femme, ne fut à déplorer. Ce fut sous les rires de certains, les regards noirs d’autres que Nanao quitta l’estrade et le groupe, s’excusant platement et ce jusqu’à ce qu’il ne soit plus à portée de vue des malheureuses victimes de sa maladresse.

Le porteur de la bague symbolisant la Luxure, oublia bien vite cet incident, devant le nombre de belles jeunes femmes qui offraient à ses yeux et à ceux des hommes de la rue, leur silhouette légèrement couverte. Il fut plus d’une fois interpellé, certaines personnes le prenant pour un modèle ou un acteur. Comprenant cette méprise et jouant de celle-ci, le jeune homme répondait aux questions posées, signant par moment des autographes, toujours un sourire ravageur et charmeur sur les lèvres. Ce fut donc de mensonges, en tentatives de séductions, qu’il parvint à retrouver l’auberge dans laquelle, il avait fait une connaissance des plus amicales.

La jeune femme finissait son tour de danse, lorsqu’il pénétra dans l’établissement. Ne faisant attention à rien d’autre qu’à sa cible, Nanao vint mettre ses mains sur ses hanches, après un Soru des plus précis. Faisant glisser l’une de celles-ci sur le flanc remontant vers la rondeur d’un sein, il évita la gifle qui siffla en réponse à son hardiesse. Gifle qui fut suivit d’un sourire mauvais, lorsque la jeune femme reconnut l’auteur de cette familiarité.

… « Mais tu crois quoi ? Tu penses pouvoir revenir et te montrer familier après avoir disparu sans un mot! » …

Nanao laissa une grimace apparaitre sur son visage, cherchant de quelle manière il allait bien pouvoir répondre, à cette question qui n’en était pas vraiment une.

… « Excuse-moi, Sylvia mais j’étais tellement bien dans tes bras, que j’avais complètement oublié le temps. Malheureusement ce dernier ne se fige pas et j’étais en retard pour rejoindre mon Capitaine. Par la suite, je n’ai pu revenir vers toi et la chaleur de ton corps, les ordres avaient été donnés pour le départ » …

Avec toute la sincérité dont il était capable, le jeune rouquin, fit montre de véritables regrets.

… « Dès que j’ai pu revenir sur l’île, je n’ai pensé qu’à te rejoindre, retrouver la douceur de ton corps et la chaleur de ton cœur. Tu ne peux imaginer à quel point tu m’as manqué. » …

On dit que pour qu’un mensonge fasse crédible, il faut le saupoudrer d’un peu de vérité. De plus en tant que membre du Cypher Pol et aspirant du CP 9, il avait acquis un certain talent pour la comédie. Est-ce que la belle crut instant à ces belles paroles, qui sait, elle les accepta pour ce qu’ils étaient, une excuse. Comprenant qu’il avait gagné cette bataille, il passa l’un de ses bras autours des hanches de la belle et la conduisit vers un endroit où ils pourront savourer leurs retrouvailles.
Revenir en haut Aller en bas
 

Une commande, suivit d'une visite [Solo / Achat]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Achat d'or sur un site tiers, ATTENTION !!!
» Visite au musée archéologique du Val d''Oise.
» visite chez le gynéco
» salle de visite médicale n°3 infirmière Noeliana
» Que pensez-vous de la visite du President Iranien à Columbia

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
One Piece Seken :: Le monde de One Piece :: Grand Line :: Voie Numéro 1 :: San Faldo-