Partagez | 
 

 Opération sauvetage : Episode 3

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Harlock Zora
D-2537
avatar
Messages : 3199
Race : Humaine parasitée

Feuille de personnage
Niveau:
36/75  (36/75)
Expériences:
8/350  (8/350)
Berrys: 20.976.050 B

MessageSujet: Opération sauvetage : Episode 3   Dim 9 Aoû - 7:26



Début de l’opération


3 : La Traîtresse






L’encyclopédie :
Zehir
L’albinos :
Alice

Shabondy, Grove 26, fin de matinée, dans la cave lugubre d’un bar miteux…

- Cette tarée nous a trahi ! Beugla-t-il, la tête entre ses deux mains. Ils ont trouvé Baltigo !

- Je sais.

- Arias est mort, Alice, par sa faute !

A cela elle répondit par le silence. Durant cette brève pause elle put très clairement discerner le déplacement des trois rats présents dans la pièce, ou encore le faible crépitement de la flamme dont Zehir se servait pour mieux y voir – elle, naturellement, n’en avait pas besoin.

- Et tu veux toujours aller la sauver ?

- Bien que cette nouvelle m’attriste, elle ne changera pas mes projets.

Dans un éclat de rage et à défaut de pouvoir se défouler sur sa partenaire, Zehir perfora un tonneau d’alcool de son poing, en grognant. Ce n’était pas la réponse qu’il aurait voulu entendre.

- Mais elle n’est plus des nôtres, Alice ! Pourquoi s’obstiner, hein ?

- Ce serait trop long à expliquer, on en parlera une autre fois, chuchota-t-elle en lui indiquant de se taire.

En effet, à l’étage, la raison de leur présence dans ce sous-sol venait de passer la porte. Accompagné d’une dizaine de soldats, le sergent Dastre prétexta une envie pressante pour s’éloigner de son groupe et dévala les escaliers pour se trouver face à deux portes en bois : celle d’une toilette en piteux état et celle de la réserve, de laquelle soudain une main jaillit pour l’y attirer.

- Tu n’as pas été suivi, Dastre ? Demanda Zehir en enfonçant le canon de son pistolet dans la joue du militaire.

- Je ne suis pas un amateur, ta remarque me vexerait presque… Ou alors tu aurais toujours des doutes quant à ma loyauté ?

Alice hocha lentement la tête, Dastre ne mentait pas – pas d’après son rythme cardiaque en tout cas. A moitié détendu et encore remonté par la nouvelle, le révolutionnaire rengaina son arme et attrapa la torche qui éclairait la pièce pour l’approcher au plus près du visage de l’indicateur. Nullement impressionné, l’expression faciale de ce dernier se fendit en un sourire lourd de sous-entendus.

- J’ai cru comprendre que la confiance ne régnait pas des masses ces temps-ci au sein de la Révolution… Vous n’avez pas de doute à avoir sur moi, je ne vous trahirai pas.

- On va se passer de ton sarcasme, interrompit-elle d’une voix sèche. Qu’est-ce qu’il se dit à propos de Baltigo ?

Dastre pouffa de rire à l’évocation du nom de cette île. La Révolution… Une belle bande de bras cassés dirigés par un fou furieux radical aux tendances suicidaires. En vérité, Baltigo l’avait déçu, lui et tous les soldats ayant croisé le fer avec la Révolution. Il s’était imaginé une sorte de Marineford bis, un centre gigantesque d’opérations rempli de petits rebelles lobotomisés à la botte du Knightwalker et d’après ce qu’il se disait, la Terre Blanche était loin de tout ça…

- Vous vous adressez à la mauvaise personne, je ne suis que Sergent. Tout ce dont je suis au courant vient de la version qui circule en interne : il y a eu une bataille, les pertes sont importantes, mais Arias (ainsi qu’une multitude de vos camarades) est mort.

Des camarades ? Alice et Zehir savaient que la majorité d’entre eux leur était inconnu. C’était ainsi que ça avait toujours fonctionné : chacun dans son coin et Baltigo se charge de la com’.

- Et que peux-tu nous dire à propos d’Erwin Dog ? questionna-t-il, en pensant à la futur carrière de Maréchal qu’il n’aurait probablement jamais à cause de cette histoire.

- Je n’en sais pas plus que vous, j’imagine. Il a eu un rôle dans l’histoire et il s’est retrouvé avec cette prime conséquente.

- Zora le connaissait, lâcha-t-il à Alice, pensif. Elle le décrit dans son journal, j’ai percuté au moment où j’ai vu l’affiche. M’étonnerait que ce soit un hasard.

- A défaut d’avoir d’autres éléments, ça reste une pure coïncidence et nous ne sommes pas plus avancés, en conclut-elle. Enfin, cette bataille a tout de même permis la destitution d’un Shichibukai et l’affaiblissement de la Marine…

- Je t’arrête tout de suite, l’interrompit-il. Entre les magouilles du Cipher Pol et de l’AOI, le recrutement sauvage de pointures de la Marine, la cupidité de Mijushike et l’opération d’expansion des Decima, les pertes qu’ont pu subir le Gouvernement Mondial ne sont qu’un facteur insignifiant dans l’équation.

Puisqu’il était midi – et aussi parce que la conversation était terminée – les deux révolutionnaires prirent congé du militaire et quittèrent le sous-sol de cette taverne miteuse, en quête de nourriture. Ce qui les mena quelques minutes plus tard, un peu plus loin sur le même Grove, à s’acheter un sandwich chacun, avant d’aller se poser au sommet d’une racine anormale qui ressortait du sol pour former une petite bosse. Ils mangèrent ainsi côte-à-côté pendant une poignée de minutes, jusqu’à ce que l’un d’entre eux se décide à parler.

- Tu devrais repenser à ce que je t’ai dit tout à l’heure, dit-il avant d’avaler ce qu’il avait en bouche. Zora est un aimant à problèmes. Toi qui ne jures que par la logique, ce serait ridicule de dépenser autant d’énergie et de prendre tant de risques pour une traîtresse, non ?

Et pour la première fois depuis qu’ils se côtoyaient, Zehir crut déceler chez Alice de l’hésitation. Son regard vide était dirigé droit devant elle, comme d’habitude, mais il vit son visage se crisper l’espace d’une seconde. Elle ne pouvait pas savoir qu’il la scrutait, mais devait probablement le sentir. La jeune femme demeura silencieuse un certain temps, mordant à nouveau dans son sandwich, avant de finalement lui donner une réponse.

- Ce n’est pas la commandante révolutionnaire que je veux sauver.

Mais elle n’eut pas le temps de s’expliquer d’avantage. Au pied de la racine difforme, une dizaine de silhouettes encapuchonnées firent leur apparition. Instinctivement, Alice dégaina un de ses couteaux, geste que Zehir imita en sortant son arme à feu. Soudain, l’une des silhouettes s’avança, visiblement pour parler au nom du groupe et dévoila un visage que Zehir associa automatiquement à un nom, une date et un souvenir précis ; c’était le visage d’un collègue révolutionnaire.

- Capitaine Alice, Capitaine Zehir. Aux vues des récents évènements nous avons quelques questions à vous poser. Suivez-nous sans faire d’histoire et tout se passera bien.

Revenir en haut Aller en bas
 

Opération sauvetage : Episode 3

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Opération "Sauvetage de Clair de Lune" (PV CHÏRA)
» Opération sauvetage ! S.O.S ! [ PV ]
» Opération sauvetage de sommier !
» Entre mission de sauvetage et opération d'infiltration
» [calendrier]Sauvetage de votre cheftaine : Episode 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
One Piece Seken :: Le monde de One Piece :: Grand Line :: Archipel Shabaody-