Partagez | 
 

 [MISSION] Le casse du siècle

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
Fudo
Le Roi Fou
avatar
Messages : 549
Race : Humain
Équipage : Shadow Ghost

Feuille de personnage
Niveau:
31/75  (31/75)
Expériences:
227/250  (227/250)
Berrys: 353.905.000 B

MessageSujet: Re: [MISSION] Le casse du siècle    Sam 25 Juil - 16:16



- Le casse du siècle -


Le combat était engagé, Ren s'élança dans le couloir et fit une double attaque, un simple coup qui fut esquivé aisément par la garde à la chevelure azurée et un second coup bien plus puissant. De son gantelet naquit une gerbe rougeoyante, cela allait servir à deux choses, faire de gros dégâts et surtout offrir à Rei une opportunité d'attaquer par surprise. Néanmoins, notre adversaire semblait avoir compris tout cela et s'écarta rapidement de nous, évitant les attaques de mon groupe. Le problème était là, cette garde... avait-elle la capacité de voir le futur ? Ou le prévoir tout du moins. Après avoir été témoins de mes propres yeux d'un premier type de haki grâce à Krake, je faisais sûrement face au second. De là, je compris ma situation au sein du combat, lorsque la femme énonça le nom d'un succulent plat en armant sa fourchette et fit un coup d'estoc. Bien qu'elle n'eût guère la portée nécessaire pour empaler Rei, chaque dent de la fourche créa une sorte de lame d'air prenant la forme d'une balle. Ce petit nombre de balle ne présageait rien de bon pour celle qui allait les encaisser. Ces dernières foncèrent vers la jeune semi-louve lorsque Ren l'avertit en lui demandant vivement de se décaler. Ainsi j'eus compris que mon frère d'armes était doté du même pouvoir que notre opposante ce qui renforça mon sentiment. Je n'étais d'aucune utilité au sein de l'affrontement. Sans ce fameux haki j'aurais pu être à la limite utile en faisant diversion et en attendant un moment propice à une attaque surprise, néanmoins avec cette aptitude contre moi toute attaque devint velléité. Ainsi, je choisis de m'éloigner de cette zone, observant rapidement une Rei prise d'une terrible hargne s'élancer vers son homologue tandis que Ren balançait une grenade.

Face à un tel spectacle, je fis le choix de foncer vers notre objectif premier, celui de trouver notre fameux butin. Lors de ma venue dans ce couloir, afin d'ouvrir cette foutue porte, je fis face à une intersection. Un point de croisement, reliant la salle de ventes, le couloir -où l'affrontement avait lieu- et autre chose qui m'était inconnu. Probablement la salle contenant notre graal. J'accélérai alors et rasai le plafond, je comptais me servir de la nouvelle attaque de Ren afin de parvenir à mes fins. Ce dernier aurait sûrement capté la raison de mon absence au sein de l'affrontement au moment où il se sera aperçu de cette dernière. Faisant attention à ne pas être repéré par cette garde qui savait désormais pour mon pouvoir et qui était dans la capacité de me localiser avec une certaine aisance, j'atteignis le croisement et tentai de me diriger vers cette fameuse troisième partie. Toujours sur le qui-vive je découvrais cette zone - si aucun problème ne m'en empêchait - ainsi qu'une salle constituée de cage, ces dernières contenant des esclaves. Je passai mon chemin, ces personnes ne me préoccupaient guère et ce qu'il pouvait leur arriver était le cadet de mes soucis- et m'enfonçais un peu plus dans le secteur dans le but d'atteindre la salle de nos rêves. Billets, bijoux, lingots ou pièces d'or ? Allais-je la trouver ici ? Si oui, comment ferions-nous pour transporter tout ce magot au vu de notre situation ? D'autres gardes étaient sans doute en route vers le couloir à la porte, que se passait-il dans la salle de ventes ? Yao et Aya, avaient-ils rencontrés des problèmes ? Je secouai un bon coup ma tête de frelon et revins à la réalité, je me situais devant l'entrée d'un bureau.

Une nouvelle idée me vint à l'esprit tandis que je continuais mon petit chemin jusqu'à poser ma main sur un de ces fameux billets. Si des gardes étaient apparus dans mon couloir - à ma recherche - j'aurais tenté de me diriger vers la salle aux esclaves, en catimini, afin d'ouvrir les cages en détruisant leurs portes. Le chaos était la meilleure arme utilisable ici, je me serais surement fait passer pour un héros dans le but de galvaniser mes probables soldats et de nourrir une dernière fois leur rage pour mieux la diriger vers les ennemis de Ren. Si aucun gardes n'étaient apparus, j'aurais continué de voler jusqu'à mon graal et aurais réfléchi là-bas en tapant probablement sur des gardes puisqu'une telle somme d'argent devait être protégée. Et sans doute pas par des débutants... enfin ça je ne souhaitais pas trop le savoir.

Revenir en haut Aller en bas
Yao Ming
Trafiquant
avatar
Messages : 363
Race : Humain.
Équipage : Hyakki Yokou Gang

Feuille de personnage
Niveau:
31/75  (31/75)
Expériences:
231/250  (231/250)
Berrys: 718.156.025 B

MessageSujet: Re: [MISSION] Le casse du siècle    Dim 26 Juil - 18:19



Le Bal des Voleurs .05





L
a bouche béante, le regard vide et les jambes légèrement ressérées, Aliyah observait son interlocuteur qui ne lui avait toujours pas décroché mot.

- Pipi ! Urgent ! Pipi !! Urgent !! Pipi !!! Urgent !!!

L'adolescente bougeait de plus en plus sur place, simulant une très forte envie d'uriner. Elle jouait tellement bien la comédie que des larmes coulaient presque en même temps qu'elle accelérait ses demandes !
Mais voila, Abraham ne ce souciait toujours pas plus de la demoiselle. L'homme, comme occupé par quelque chose de beaucoup plus important, sortit alors son escargophone et marmona dans sa moustache. Les seuls mots que comprit la jeune fille fut "ici" et "vite".

Alors que l'homme ignorait toujours la jeune fille, ce fut un nouveau personnage qui fit son apparation. Le chef des gardiens lui demanda alors de surveiller la salle, preuve qu'il avait plus important à faire. Il fit part aussi du problème que représentait Aliyah avant de filer dans un des couloirs du bâtiment un peu plus loin.

Alors que le garde remplacant demandait si l'envie de la jeune fille était pressante et si elle pouvait attendre, il remarquerait très vite que pendant qu'il parlait à son supérieur et recevait les ordres de celui-ci, l'adolescente c'était déjà aventurée dans les couloirs de la bâtisse et avait quittée son champs de vision. De son côté, Aliyah marchait d'un pas rapide à travers le bâtiment, ne sachant pas trop ou allée et poussée par l'envie de faire pipi (qui à force de mensonge, c'était finalement transformé en vérité).

[...]

La situation semblait ce compliquée pour Yao et Ayabusa, au milieu de la salle des ventes. Le voyou venait de remarquer que trop tard que sa petite protégée c'était enfuie de sa zone d'action et qu'en plus de ça, le spitch qu'il venait de sortir avec son collègue n'avait pas marché du tout. La preuve en direct car ce fut quatre gardes supplémentaires qui venaient aider le binome s'occupant des deux hommes sous ordre direct du commandant de la garde Abraham Stocker, l'homme qui parlait avec Aliyah.

Mais le voyou ne pouvait pas surveiller son amie plus longtemps : la situation s'envenimait de plus en plus pour lui. Les gardes s'énervaient de plus en plus et que Ayabusa ou Yao puisse rembourser le noble ou pas, leur sort semblait scellé. D'un regard, les deux hommes comprirent qu'ils ne pouvaient pas continuer la négociation plus longtemps. De plus, l'oeil discret de Yao remarqua la venue d'un nouveau garde prêt du gardien et la fuite de celui-ci de la salle des ventes. Le maffioso comprit directement que le nouveau était le remplaçant d'Abraham et que le Chef des Gardes avait surement quitter son poste afin d'affronter Ren et Rei dans "l'arrière boutique", qui eux avaient surement entamer la seconde phase du plan, celle ou les choses devenaient sérieuses héhé.

Le sabreur des Shadow Ghost prévenu alors le maffieux de s'écarter. Sans réfléchir, le voyou suivit le conseil de son camarade et puis contempler les magnifiques coups d'estocs qui suivèrent. Se mettant accroupie, Yao esquiva le coup de lame visant la nuque des gardes entourants les deux hommes. Puis quand Ayabusa sauta en l'air, Yao fit un bond derrière lui esquivant ainsi les multiples attaques visant les gardes.
C'est alors que l'homme requin fit son apparition en explosant les gonds de la porte principale, créant une panique dans la salle. Yao ne pu s'empêcher de lacher un sourire d'excitation en voyant que la situation dégénrait de plus en plus et que la partie sérieuse du plan allait pouvoir commencer.

- Détrompes toi Ayabusa, la partie ou on rigole vraiment ne vient que de commencer ahah !

Alors qu'il semblait se réjouir de cette situation, Yao ne remarqua que trop tard qu'un garde quelconque présent dans la salle foncait dans son dos afin de lui assener un coup de sabre de haut en bas.

Alors que le mercenaire semblait déjà voir le sang du maffieux coulé sur son arme, il se rendit compte de son manque de force que quand il fut trop tard pour son existence. Alors qu'il ne c'était même pas retourné, la natte de cheveux de Yao c'était transformée en un très gros serpent qui sauta à la nuque du gardien les crocs aiguisés et prêt à lui arracher la tête. Une fois que la bête sauvage tiendrait le cou de sa victime dans la gueule, il tournoyerait son cadavre avant de le balancer au fond de la salle, agonisant et sur le point de mourir.

Le serpent s'enroula alors autour de son maitre, agressant toutes les personnes qui s'approchaient un peu trop prêt de lui et prêt à bondir sur le premier ennemi qui pointerait le bout de son nez. Yao quand à lui se mit en position de combat, regardant un par un le blanc des yeux de tous les gardes présents dans la salle, comme une sorte de provocation. Il fini alors par dévoiler le nom de sa technique et le but de son intervention ici :

- Bai Suzhen ... Bon les merdeux, écoutez le seul conseil que j'ai à vous faire : ne fachez pas le tonton-poisson car il est très succeptible ahah !

Le message s'adressait à l'assemblée. Il était clair, Yao venait de dévoiler son camp, il faisait parti des méchants, comme d'hab héhé. Il voulait aussi faire comprendre à tous les gens présents ici qu'ils n'allaient faire aucun cadeaux à ceux qui ce metteront sur leur chemin. Confiant, prêt à se battre, en position de combat et le Serpent Blanc ghettant ses arrières, Yao était enfin prêt à passer à la seconde partie du plan : celle de la récolte de berrys héhé !
Crédit: Neko-chan in Never Utopia


Techniques utilisées:
 


Dernière édition par Yao Ming le Dim 30 Aoû - 15:31, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Kitchiro Nagami
La Grenouille Fantôme
avatar
Messages : 331
Race : Humain
Équipage : Bandlands Outlaws

Feuille de personnage
Niveau:
22/75  (22/75)
Expériences:
116/120  (116/120)
Berrys: 148.389.000 B

MessageSujet: Re: [MISSION] Le casse du siècle    Mar 28 Juil - 19:09




« Le Casse du Siècle  »



Carnet de nouveau en main, Kitchiro reprenait son observation assidu sur les « lots » qui défilés les uns après les autres sur la scène. Dans ce jeu de riche les hommes et les femmes du haut monde se battaient à coups de millions de berrys et de sur-enchère pour la vie de pauvre gens Mais pendant ce temps le vieux noble qui avait joué avec l'argent qu'un autre avait des problèmes. Plus le temps passait plus des gardes se massaient autour du noble et de son frère. La tension montait de plus en plus jusqu'à que les portes d'entrées volèrent en éclats pour qu'un homme requin à l'air non sympathique pénétra dans la salle des ventes. Aussitôt le plus grand des frères nobles dégaina son sabre et déclencha un genre de lame d'air électrique par réflexe, Kitchiro abaissa la tête pour l'éviter
même si la lame d'air avait apparemment disparu avant d'atteindre son rang. Hélas l'homme requin n'avait pas l'air content, projetant des sièges aux travers de la salle il menaçait toute l'assemblée qu'il tuerait quiconque bougerait pour rien. Mais la tentation était forte, la petite fille venait de passer la porte sous le nez du garde sans autorisation de quoi faire un beau scandale et pénétrer à son tour.

Kitchiro ta versa sa rangée rapidement un peu penchée pour ne pas être vu par l'homme requin qui guettait en haut des gradins et déboula du près du garde :

Sa ne va pas de laisser la fille de Monsieur Von Berg toute seule dans des couloirs sombres menant à des cages à esclaves qui n'attende que de sortir pour semer le chaos ! Vous est vraiment irresponsable, je toucherai deux mots à votre chef voir si il apprécie votre manque de vigilance ! Il faut tout faire soi-même ici !

Sur ses Mots Kitchiro prit le même chemin que la petite fille quelques temps plus tôt ne prenant même pas le temps de vérifier si il y avait quelqu'un derrière lui, la grenouille explora un maximum de couloir en évitant les plus bruyants, signe que des membres du personnel y étaient présent.
Si un garde lui demande se qu'il fait ici Kitchiro avait prévu de répondre qu'il cherche la fille de Monsieur Von Berg car elle est parti toute seule dans le dédale de couloir et que son père ne veut pas la savoir seule et si un garde devient trop gênant, un coup de pistolet ou un tatane dans dents suffiront peut être. Mais pour l'heure il fallait explorer les couloirs et si possible retrouvé la fillette.

Résumé:
 


Codage de gaki sur Epicode
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
PNJ [Civils]

avatar
Messages : 103

MessageSujet: Re: [MISSION] Le casse du siècle    Dim 2 Aoû - 20:12



Garde Peli.

La situation dégénérait méchamment ! Quand bien même elle avait su jouir de son haki de l'observation de l'offensive de son ennemi pour masquer sa propre attaque et tenter d'abattre la gourgandine qui avait souhaité prendre les devants, Peli se heurta à un cuisant échec : la fille en question fut avertie de l'attaque par son collègue, et la gardienne rangea donc celui-là dans la case des utilisateurs du haki de l'observation, à son instar. Ce mec, en plus d'être manifestement plutôt bon, agile et puissant, possédait donc au minimum l'un des deux fluides... C'était donc le visage légèrement crispé que la demoiselle prenait ses distances précautionneusement, comprenant qu'elle aurait bien du mal à s'en sortir dans l'état des choses si elle ne recevait pas très vite un coup de pouce de la part de son supérieur, Abraham, ou de la part d'un autre garde suffisamment doué pour lasser ses chaussures sans s'y coincer les doigts. Problème : les assaillants de la vente aux esclaves ne semblaient pas assez généreux pour leur laisser le temps d'organiser un plan de défense digne de ce nom... Ils se ruaient encore une fois droit dans sa direction ! Comprenant que l'insectoïde allait également profiter de l'attaque pour se faire la malle et explorer le bâtiment plus en profondeur, la jeune fille aux cheveux bleus se concentrant davantage sur Ren et Rei : même si le zoan pouvait devenir un problème épineux, il n'avait pas été suffisamment habile pour éviter sa première attaque... Autrement dit ? S'il tombait sur Abraham, il était un homme mort, et comme le chef de la garde était probablement d'ores et déjà en route, il aurait été sage de la part du zoan de prendre ses mesures pour commander un cercueil. Celui-là allait très probablement servir, s'il restait encore un cadavre à enterrer tout du moins...

En tout cas, dans l'immédiat, elle avait de son propre côté fort à faire : malgré son haki de l'observation et ses capacités martiales hors du commun, Peli ne fut pas en mesure de s'écarter du rouquin assez sèchement pour empêcher la grenade de celui-ci de remplir son office : son pied gauche se trouvait donc entravé de ses mouvements, bloqué au sol par une épaisse couche de gel, tandis que le duo de criminels passait une nouvelle fois à l'assaut, plus motivé que jamais. Problème pour la garde ? Ils étaient deux, au moins aussi puissants qu'elle, et tenir le bon bout dans ces conditions, en considérant son pied coincé, relevait plutôt de l'utopique. Problème pour les deux hors-la-loi ? Ils l'affrontaient dans un espace relativement clos et étroit, un couloir, et n'avaient donc pas d'autre possibilité que celle de lui faire face pour l'attaquer. Du coup ? Certes, la gardienne risquait fort de tomber d'un instant à l'autre mais dans l'immédiat, tant qu'elle se contentait de se défendre, elle avait encore bien assez de ressources pour les retarder... Brutalement, elle en vint à faire tournoyer sa fourchette géante dans sa main, la présentant devant elle comme s'il s'était agi d'un bouclier tout en braillant quelques mots :

-Assiette gourmande !

La fourchette, ainsi déployée, se mit à envoyer de puissantes lames d'air strier les murs, le plafond et le sol juste devant Peli, pour empêcher un assaut de contourner l'ustensile géant, qui agissait en lui-même comme un merveilleux bouclier. Dans l'état des choses, Ren et Rei n'avaient que trois options : soit ils cessaient leurs offensives et attendaient que Peli ne s'épuise, soit ils tentaient de la contourner au risque d'endurer une blessure cuisante occasionnée par des lames d'air, soit ils tentaient effectivement de poursuivre leurs assauts en frappant tout d'abord la fourchette... Quitte à libérer la jeune femme aux cheveux bleus de son piège glacé, étant donné qu'ils lui fourniraient sans doute une énergie cinétique suffisante pour "briser la glace", dans tous les sens du terme.


Garde Lambe Dah.

Lambe se retrouva rapidement bien dépassé par la situation : non seulement les mecs que les gardes avaient tenté d'exclure n'avaient pas l'air de l'entendre de cette oreille mais en plus, la gamine qui disait avoir envie de faire ses besoins un peu plus tôt avait pris les devants, s'engouffrant dans le chemin qu'avait parcouru Abraham un peu plus tôt sans réfléchir ni s'assurer que le garde était d'accord avec cela. Le garde en question s'apprêta à hausser la voix pour lui demander de revenir, souhaitant lui faire remarquer que de toute façon, il n'y avait aucun sanitaire dans une salle de ventes aux esclaves, que de nouvelles péripéties pointèrent le bout de leur nez : l'un des deux bruyants venait d'attaquer quelques gardes qui n'avaient pas été en mesure de se défendre, et les deux criminels venaient d'être rejoint par un autre hors-la-loi, un type à l'aspect dégoûtant... Un homme-poisson. La plupart des nobles furent momentanément pris de hauts le cœur et s'écartèrent violemment, manifestement plus inquiétés par la présence d'un amphibien que par celle de brigands... Mais ils comprirent que ce n'était guère une bonne solution lorsque quelques sièges se mirent à traverser la salle pour percuter ceux qui se faisaient le moins discrets. Dans l'état des choses, le Dah se trouvait dans une bien mauvaise situation : même s'il était bon combattant, il n'était pas certain de pouvoir tenir tête à trois types en même temps, et il n'était pas même assez bon leader pour entraîner ses collègues au combat aussi glorieusement que leur chef n'aurait pu le faire... Mais fort heureusement, il eut bientôt l'occasion de se ressaisir : le droit se redressa lentement et prestement tandis que ses gardes dégainaient tous leurs armes, l'entourant en un cercle parfait pour ne laisser personne s'approcher. Un noble maladroit et un peu trop proche en fit les frais : il trébucha en se redressant en tomba à genoux devant l'un des gardes, qui lui planta sa propre lance en plein dans la nuque avant de repousser le cadavre d'un coup de pied.


Roi d'Eritvol, Shokuneim V et Garde Royal Enricke.

-Je suis lassé. Enricke, pourrais-tu convaincre ces messieurs que nous laisser sortir serait certainement le choix le plus lucide qu'ils seraient capables de faire ?
-Bien, monseigneur.

Son épée bien en main et clairement placée en évidence, dans le champ de vision de ses hypothétiques futurs opposants, le garde royal prit légèrement les devants sur le reste du cortège, toisant ses ennemis d'un regard froid et presque brutal. N'importe qui aurait pu comprendre qu'Enricke n'était plus un amateur depuis belle lurette : en vérité, il avait toujours combattu, d'aussi loin qu'il était en mesure de s'en souvenir. Il était né avec un sabre dans une main et une cape sur les épaules : il avait toujours été destiné à devenir celui qu'il était désormais. Mais ses capacités en tant que bretteur avaient rapidement été suppléées par quelque chose de bien plus impressionnant, de bien plus dangereux... Une capacité dont il se servirait très certainement face à ces trois hors-la-loi s'ils prenaient la périlleuse décision de se dresser sur son chemin.

-Vous avez entendu mon Roi, n'est-ce pas ? Laissez-nous passer, et nous n'entraverons pas votre petit spectacle.

Du coup, remarquant que le blondinet risquait fort de mettre des bâtons dans les roues des hors-la-loi, s'il ne les battait pas carrément, Lambda attrapa vivement la lance de l'un des gardes qui se trouvait près de lui et commença à remonter les marches en direction de ses ennemis, immédiatement suivi par quelques hommes aussi courageux que lui. Enfin, courageux n'était pas nécessairement le bon terme : en vérité, il avait bien plus peur qu'il n'aurait jamais pu le croire possible...


Chef de la Garde Abraham Stoker.

De son côté, Abraham s'était tout juste éclipsé qu'il avait entendu de multiples bruits sourds et hurlements résonner dans les couloirs, depuis la salle qu'il venait de quitter. Il comprit bien rapidement que Lambe et les autres allaient avoir du pain sur la planche mais continua pourtant son chemin, possédant apparemment la conviction inébranlable que ses subordonnés seraient en mesure de s'occuper de cette situation, aussi périlleuse pourrait-elle l'être. D'autant plus qu'ils recevraient très certainement l'aide du Roi et de ses sbires... Cependant, quand le chef de la garde entendit des bruits de pas derrière lui, très certainement ceux de la jeune fille qui avait souhaité uriner un peu plus tôt, il se raidit soudainement et s'arrêta. Si Lambe n'avait pas été en mesure d'arrêter la progression d'une gamine, c'était qu'il devait avoir de bonnes raisons... Mais pire encore : grâce à son excellente ouïe, le gradé fut en mesure de comprendre que la gamine n'était plus seule. Instinctivement et mécaniquement, le vampire tira alors son Den Den Mushi de ses vêtements pour composer un numéro et distribuer quelques ordres aux soldats qui devaient encore et toujours se trouver en compagnie des esclaves :

-Libérez Karjo, Nolengton et Rokel. Dites à Nolengton d'aller vers la sallze principale. Que les deux autres aillent aider Peli... Et rapidement. Oh... et appelez également la marine. Dites-leur que la vie du Roi est menacée.

Il ne laissa pas même le temps à ses homologues de répondre et raccrocha avant de pivoter, pour faire face à la demoiselle et à son comparse qui devraient bientôt lui faire face. Le vampire commencerait alors à muter : ses mains s'allongeraient légèrement, ses ongles deviendraient des griffes d'une taille clairement très menaçante, ses dents les imiteraient et son corps viendrait se recouvrir d'une légère fourrure par endroit sans pour autant lui laisser sa majorité de ses attributs humain. Le vampire serait alors devenu un véritable loup-garou, grâce à sa malédiction de type zoan, celle du chacal à flancs rayés. Et il s'élancerait d'un bond extrêmement puissant droit vers la demoiselle pour la décapiter sèchement d'un coup horizontal de sa main droite. Pas de risque à prendre...


Peli (lvl 31) est contrainte de laisser Komatsu passer. Elle essaye ensuite d'empêcher Ren et Rei de l'attaquer (une fois un pied gelé) et tente en effet de créer un véritable bouclier pour leur bloquer le chemin.
Lambe se rend compte que la situation échappe à son contrôle. Fort heureusement, Shokuneim n'a guère envie d'être un esclave et s'apprête à sortir. Enricke ouvre la marche, menaçant, et Lambe attrape une lance pour sonner la contre-attaque. Vous ne connaissez pas encore leurs niveaux.
Abraham se rend compte qu'il est suivi par Allyah et Kitchiro. Il appelle des gardes, se retourne, et attaque la première. Il veut clairement la tuer. Il est niveau 36, vampire + zoan du chacal à flancs. Allyah peut éviter la mort puisqu'elle le voit arriver de face mais vous ne pouvez en aucun cas faire le poids face à lui, c'est un véritable monstre. Vous pouvez essayer de fuir, ou lui tenir tête pour faire gagner du temps à Ren/Rei, à Kômatsu et à Yao/PNJs de l'autre côté.


Kômatsu > J'avais la flemme de continuer le récit donc je le raconte en résumé xDD (D'autant plus que c'est pas primordial, ça dépendra de tes actions)
Dans la salle aux esclaves, il reste quelques gardes. Si tu y retournes, tu peux remarquer sans difficulté qu'ils commencent à libérer les trois cités plus haut. Si tu veux observer la scène et que tu veux par exemple glisser quelques références à leurs physiques, tu peux me les demander, j'ai déjà les avatars.
Sinon, dans un coin de la salle, y a une porte devant laquelle se trouve un garde, stoïque et immobile. Il y a quelques autres portes mais c'est la seule qui est gardée. Tu peux imaginer que ce pour quoi vous êtes venus se trouve là.
Cela étant, si tu attaques, tous les gardes présents sur place risquent fort de rappliquer pour t'empêcher d'atteindre le pactole !

Vos postes risquent d'être très importants mais je vous conseille de réduire le nombre d'ennemis rapidement si vous voulez pas être submergés. La mission est très difficile mais compte tenu de la récompense fallait s'en douter ^^ Vous pouvez fuir à n'importe quel moment, mais si vous faites trop d'erreurs, vos personnages risquent d'en souffrir (dans la mesure du possible, sauf trèèès grosse erreur, comme d'hab, je ne tuerai que des PNJs. Mais les blessures très graves sont à envisager).
Mais ne dramatisez pas pour autant, vous avez fait un bon début, c'est tout-à-fait possible que ça se termine sans le moindre accroc !
Revenir en haut Aller en bas
Ren Tao
Crimson Beast
avatar
Messages : 975
Race : Humain
Équipage : Shadow Ghost

Feuille de personnage
Niveau:
44/75  (44/75)
Expériences:
23/500  (23/500)
Berrys: 293.350.000 B

MessageSujet: Re: [MISSION] Le casse du siècle    Dim 2 Aoû - 23:02


Chaos !!!

Le casse débutait enfin et entamait sa partie sérieuses. Même si le plan de départ avait été d'être discret, entrer, puis sortir sans se faire voir, finalement, notre groupe ne pouvait pas renier ses méthodes classiques. Peut-être que l'infiltration et les actes silencieux seront ma spécialité, mais pas celle de mon organisation toute entière. Actuellement, le plan A était devenu impossible à réaliser et nous nous devions de basculer au plan B. Celui-ci consistait tout simplement à y aller de manière brutale et briser les gens comme il se doit.

Et cela commence par cette gardienne emmerdante avec sa fourchette des plus énorme. Celle-ci ne semblait pas être un réel danger au niveau offensif, mais cela couvre souvent une réalité plus douloureuse. Les personnes de ce genre sont souvent de meilleurs soutient que des combattants individuel, cependant, moi, je ne comptais pas attendre que des renforts arrivent, bien au contraire, le but premier de l'histoire était de s'emparer du butin le plus rapidement possible et se barrer de là. Les autres actes, comme s'en prendre à des gens lambdas, un noble, un roi, ou des civils, s'était du bonus. Car de base, innocents morts ou non, le coup serait reconnu et cela me suffisait amplement.
La demoiselle face à nous avait réussis à éviter nos coups, ou du moins la plupart, cependant, une de ses jambes était gelée. A notre merci donc, je m'apprêtais à sonner l'assaut final, mais visiblement, celle-ci ne semblait pas d'humeur à abandonner. Confirmant mon hypothèse, celle-ci nous offrait une large possibilité d'action, dans l'optique où ne nous l'attaquions pas.  Croyait-elle que notre but était d'aller rejoindre ceux dans la salle principale ? Non, le but était de repartir d'ici avec l'argent, tout simplement... Ainsi donc, la voir user d'une technique pour nous empêcher de passer, cela me fis sourire, alors que je la regardais, tel un chasseur face à une bîche avec une patte prise dans un piège.

" ... Rei, tu la termine et tu vas rejoindre Kômatsu, si elle survie, je m'en chargerais seul... avant de vous rejoindre..."


Ainsi donc, le plan dévoilé, je vins à foncer une ultime fois vers la miss en usant de mon haki pour deviner les possibles coups qui pourraient m'être portés. Certes, la vitesse de Rei était un atout, mais mon haki personnel me permettait de compenser ce manque de vitesse, grâce à une précision plus grande. Une fois assez proche, je synchronisais mes coups et d'un geste rapide, je vins à tenter d'attraper dans un premier temps la fourchette - juste au dessus de là où sa main la tient - tandis que celle-ci était dans une position montrant environ deux heures, et je forçais un maximum dans le sens contraire afin de stopper la rotation. Tandis que de mon autre main, je tentais de l'attraper au niveau du col pour bien la maintenir à portée et non la laisser s'échapper en me laissant sa fourchette. Le but n'était pas offensif, cependant, je comptais bien l'immobiliser, car la puissance du coup était tel, qu'en tentant de le stopper, pour sûr que la glace allait se briser si ce n'était déjà pas fait. D'où ma tentative d'immobilisation qui me maintenait tout autant qu'elle dans une position délicate. Après tout elle pourrait très bien tenter de me mettre un coup à bout portant. De ce fait, histoire de maximiser mes chances de la finir sur ce coup, je vins essayer de lui mettre un coup de tête afin de l'étourdir suffisamment longtemps pour que Rei lance son attaque qui se voudrait pour sûr mortelle.

En haut, les choses semblaient se calmer, mais pour une durée indéterminée. En effet, voilà que un noble se redressait. Le roi en personne ne semblait pas prêter attention aux menaces bien réelles du groupe que les Shadow Ghost représentait et ainsi donc, des gardes synchronisés formaient un cercle parfait autour de cette représentation de la royauté. Même sans les esclaves qu'il avait acheté, il voulait partir. Ceci eu le don d'énerver intérieurement les brigands dans la pièce, mais malgré tout ils restaient Zen. Ayabusa restait visiblement stoïque, tandis que Krake fusillait du regard la petite troupe d'agents de sécurité aux airs de froussards. Ayabusa quant à lui faisait principalement face à la troupe du roi, se présentant comme seul rempart à l'heure actuelle.

Krake grognait en voyant l'homme avec une lance approcher et il vit rapidement la miss qui profitait de tout ce bordel pour se déplacer et approcher derrière la petite troupe. Une fois bien placée, la petite dégaina sa lame et Krake ne perdit pas une seule seconde pour faire comprendre que les gardes inutiles ne devraient pas s'interposer dans ce genre de moment décisif.  Prenant à main nue une petite rangées de sièges - en soulevant quatre - il vint donc à imbiber de haki ceux-ci et lança sans aucun mal cette rangée vers la petite troupe dans le but de les faire s'écraser au sol. Simultanément, la petite fille discrète usa d'une lame d'air pour essayer de blesser les gardes et les empêcher d'esquiver l'attaque de l'homme requin, le dernier à être visé étant bien sûr le fameux Lambe, à défaut d'être le premier visé par la rangée de gradins.

Dans un geste de colère, l'homme requin balança aussi un siège en direction d'Ayabusa, et celui-ci vint à séparer de vue un bref instant le regard d'Enricke et celui du hors la lois. Le regard de deux épéistes est sans appel et sans savoir si oui ou non il allait répondre à cet " appel ", le bretteur tenta donc de trancher le siège en envoyant une lame d'air fortement électrifié, faisant croire qu'un éclair frappait l'ennemi. Restant sur ses gardes, l'attaque servant initialement de coup pour analyser la riposte de l'adversaire, le jeune homme dégaina son épée, prêt à stopper une potentiel riposte.

" Navré... Mais le requin a été clair à ce sujet, les gens restent assis... Ou bien... "


Krake grogna à ces dires avant de jeter un coup d'oeil vers Ayabusa, s'apprêtant à lui prêter main forte. Cependant, sans être sûr de ne pas avoir écrasé - ou non - la troupe de Lambe et ce dernier avec il ne pouvait pas laisser la petite seule.

Plus loin, dans les airs, dans un dirigeable qui s'était élevé dans le ciel hors des grooves, le blondinet fou allié laissait place à sa " folie " parlant à lui-même.

" Ils pensaient vraiment que j'allais pas participer à cette bataille hein ? Garder un gosse, putain...Ces foutus brigands arriveront à garder le navire et le gosse. Attendez moi mes amis... Papa Clifford va tout faire péter avec... ou sans jambe !!! "



CODE DE PHOENIX O'CONNELL POUR NEVER UTOPIA





Résumé :
Spoiler:
 

Tech utilisées :
Spoiler:
 


Infos :
Spoiler:
 

_________________
Il n'y a qu'une seule vérité...

Ce monde m'appartient.

Dita | Epicode
Revenir en haut Aller en bas
Rei Mitsuyori
Hateful Wolf
avatar
Messages : 453
Race : Humaine

Feuille de personnage
Niveau:
35/75  (35/75)
Expériences:
151/250  (151/250)
Berrys: 550.000 B

MessageSujet: Re: [MISSION] Le casse du siècle    Mer 26 Aoû - 21:05

Casse du siècle
feat. Ren & co

Elle m’énervait vraiment cette garde avec sa fourchette géante là. Et puis surtout, à appeler ses attaques par des noms en rapport avec la nourriture. Elle n’a pas compris que ça allait me donner faim ou quoi à force. Enfin bref… je ne comptais certainement pas la laisser vivante de toute manière. Et je doute que ça soit encore aussi facile de pouvoir l’abattre. Puisqu’elle a un foutu haki de l’observation. Regardant Ren, il y avait un truc dans ses paroles qui ne me plaisaient pas. Et je répondis d’ailleurs à cela :

« Nan mais, toi tu avances, moi je la bute okay ? »

C’est mon adversaire bordel. La jeune femme nous envoya des lames d’air par la suite, auxquelles j’ai réussi à esquiver en mettant au sol près de celui-ci. Elle est vraiment tarée… Une fois que la bombe de Ren a fait son petit effet et que la gardienne est immobilisée, je profitais de ce moment pour replonger sur elle afin de tenter une nouvelle attaque. Je pourrais très bien attendre qu’elle s’épuise toute seule en envoyant des attaques à tout va mais ce n’est pas mon but. Il faut faire ça rapidement et je la tuerais quoi qu’il arrive, quitte à m’acharner dessus encore et encore. Ren et Kômatsu n’auront qu’à avancer pendant ce temps là. C’est donc sabre en avant que je plonge à nouveau sur elle pour tenter de lui infliger une attaque mortelle avec mon sabre.

Auquel cas mon attaque n’a pas marché, frustrée comme pas deux de ne pas pouvoir la tuer, je commence à m’acharner un long moment sur elle, ressentant de plus en plus les envies primaires et bestiales qui sont en moi. L’éveil de la bête pourrait bien se cumuler à autre chose de plus fort. Bien plus fort. Comme si mes yeux changeaient de couleur et comme si mon aura devenait plus noire, plus forte, j’ai eu l’impression de donner des coups beaucoup plus fort, beaucoup plus directs… Comme si un nouveau changement s’opérait en moi. Mais bien entendu, je ne pouvais pas savoir ce que ce serait exactement. Personne ne pourrait sembler pouvoir m’arrêter alors que je continue à m’acharner sur cette garde et l’attaquer jusqu’à ce que je m’épuise moi-même et décide de lâcher l’affaire pour aller voir ailleurs.

« MEURS !!!!! »

Je ne sais pas si mes attaques auront marché, si cette sensation bizarre qui m’a donné la force nécessaire pour l’assener de coups m’aura aidé mais je me précipite déjà vers la salle des esclaves afin de libérer ceux-ci de leurs cages.
____________________________
Fiche RP © codé par Hans sur Apple Spring



[HRP : c'est un peu court mais Rei s'acharne donc sur Péli semblant sentir une nouvelle sensation plus sauvage et le fait de vouloir continuer à se battre]
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Fudo
Le Roi Fou
avatar
Messages : 549
Race : Humain
Équipage : Shadow Ghost

Feuille de personnage
Niveau:
31/75  (31/75)
Expériences:
227/250  (227/250)
Berrys: 353.905.000 B

MessageSujet: Re: [MISSION] Le casse du siècle    Sam 29 Aoû - 10:38



- Le casse du siècle -


Continuant l'exploration de cette dernière zone, dans le but de trouver une dernière salle contenant la raison de notre venue, je remarquais que je tournais en rond depuis un moment dans ce couloir épuré. À part la salle aux esclaves et le petit bureau que j'avais trouvé, il n'y avait rien de plus, seulement un cul-de-sac si on pouvait dire ça uh-uh. En fin de compte il me restait une seule option, ainsi je me retournai, pris de la hauteur jusqu'à être quasiment collé au plafond. Évidemment je pris soin de laisser une distance suffisamment grande entre mes ailes et ce dernier afin d'atténuer le vrombissement de mes précieuses durant mon cheminement vers la salle des asservis. La seule et unique pièce que je n'avais pas visitée, en omettant évidemment les éventuelles pièces cachées. J'arrivai au bout de quelques secondes de vol dans ce couloir anonyme, devant l'entrée de la pénitence, je n'eus rencontré aucun garde durant ce dernier. Entrant discrètement dans la salle, je me posais au plafond et l'observais attentivement. Des cages contenant les esclaves- bien que cela ne fut guère une surprise -, plusieurs portes dont une seule gardée, sans doute le passage menant à notre trésor, et quelques meubles disparates ainsi que d'autres gardes. Ce qui retint mon attention fut plutôt un garde qui ouvrit une cage contenant un peu moins d'une dizaine de personnes puis en invitait trois particulières à sortir. Était-ce les prochains à être vendus ? Cela me parut stupide puisqu'au vu de ce que Ren, Rei et moi avions eu à faire, il était sûr et certains qu'Aya ainsi que Yao avait de leur côté déclenché quelques choses au sein de la salle de vente. Tout du moins Aya, Ren l'avait sûrement appelé afin de le mettre au courant de la situation et de son entrée dans le bâtiment.

En considérant ce qu'avait évoqué Yao plus tôt dans la journée, ces prisonniers allaient certainement être utilisés par ces raclures pour nous mettre des bâtons dans les roues. J'observais alors de plus près les trois concernés, un au teint rosâtre et au crâne rasée vêtu d'une tunique de légionnaire, l'autre à la peau couleur ébène au crâne dreadeux, possédant la même tunique que le premier et un dernier, mais pas le moindre, un homme... hyène ? Ce dernier clairement moins amical que les deux autres. Ils avaient néanmoins tous un point en commun, en dehors de leurs chaînes et il se voyait sur leurs visages. Les juste-libérés ne savaient guère pourquoi ils eurent ce privilège, était-ce pour la vente ? Un imprévu ? Au final cela était tout bon pour moi, c'était le meilleur moment pour les rallier à notre cause. Mais, comment fallait-il s'y prendre afin que cela puisse réussir ? Si je leur parlais de notre plan pour voler le butin, quelques malins auraient peut-être voulu nous le piquer, une fois libéré évidemment. D'autres pourraient nous haïr et vouloir aider les gardes, puisqu'ils nous verraient comme ceux qui les avaient privés de leur liberté, intéressés par l'argent et uniquement par cela ? Je me rapprochais du rasta et commençait alors à m'exprimer, je devais prendre une voix sûre, avoir un air convaincu et convaincant.


-Dites, si je vous libère pourr...

Je m'arrêtai directement lorsque je me rendis compte que j'utilisais un ton où perçait hésitation. Suite à cela je pris de la hauteur dans la pièce et me mis à réfléchir. Il me fallait corriger cette erreur rapidement, trouver un moyen de galvaniser ces trois personnes ainsi que les autres esclaves pendant qu'il en était encore temps. Ils étaient actuellement dans le doute, alors je devais me servir de cela pour leur donner un petit coup de pouce dans leur prise de décision. Ainsi pendant quelques secondes je pensai à l'un de ses fameux discours révolutionnaire et trouvai les mots au fur à mesure que je les prononçais à voix haute, toujours sous ma forme d'insecte.

-Je vois vous êtes nombreux... et cela n'est qu'un petit échantillon de ce qu'il y a dans ce monde stupide. Je m'adresse à vous, les opprimés, qui attendez dans ces cages à être vendus, priant pour avoir un maître convenable peut-être ? Ce que vous espérez inconsciemment est qu'un imprévu se déroule et que vous puissiez être libre n'est-ce pas ? Au final, vous avez surement accepté cette condition et serrez les dents le temps que ça se finisse... Une question me vient, où est passé votre dignité ? Car on est rien sans elle. Si on la perd, on peut continuer à respirer et à manger, mais ce n'est plus qu'une façade ! Ce que je hais le plus au monde... ce que nous haïssons le plus au monde, ma famille et moi, ce sont toutes ces choses qui tentent de vous prendre cette dignité ! Ces choses sont partout dans ce monde, que ce soit le regard discriminatoire de certains nobles parce que vous êtes pauvres ou bien que vous possédiez un corps << hors-norme >>. Un homme poisson, un homme bête, un métissé... et j'en passe ! Outre cette liberté que l'on vous a prise, vous avez petit à petit, en acceptant votre nouvelle condition malgré vous, oublié le plus important. Ce qui fait de vous un homme ce n'est pas la liberté mais cette autre chose beaucoup plus importante. Alors je vous rassure, nous sommes ici pour vous aider à faire ce premier pas ! Il est temps pour nous de vous soulager de cette stupidité. Il est temps pour vous de reprendre votre dignité et de ne plus vivre dans la peur du fer rouge ou de je ne sais quel soit disant jeu de vos enflures de maîtres.

Enfin, je fonçai vers le garde qui venait de faire sortir les trois combattants, et repris forme hybride lorsque je fus au dessus de son crâne. Je saisis alors sa tête et la plaquai au sol durant ma chute. Tenant fermement son visage écrasé contre le bitume, je relevais mon visage jusqu'à plonger mon regard dans celui du rasta. Prenant un air sérieux et dessinant un rictus dépourvu de toute trace d'humour, je pris la parole une dernière fois. Cela devait passer ou casser, j'avais joué toutes mes cartes, du moins ce que je pensais être mon atout.

-Alors que décidez-vous ? Je peux vous enlevez ces chaînes matérielles qui vous restreignent tant. La question étant, sans restriction, comptez-vous encore laisser ces gens vous piétiner ? C'est à ces pseudos-maîtres de ressentir la peur désormais.

Tsss... Ce rôle de sauveur ne m'allait vraiment pas du tout, mais si cela passait, le potentiel chaos qu'aurait produit ces pauvres gars nous fera office de bonne diversion. Puisqu'au final les gardes ainsi que les marines qui ne devraient plus tarder à débarquer auront pensé que nous étions là pour eux et non pour notre précieux graal.




Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Yao Ming
Trafiquant
avatar
Messages : 363
Race : Humain.
Équipage : Hyakki Yokou Gang

Feuille de personnage
Niveau:
31/75  (31/75)
Expériences:
231/250  (231/250)
Berrys: 718.156.025 B

MessageSujet: Re: [MISSION] Le casse du siècle    Dim 30 Aoû - 15:49



Le Bal des Voleurs .06






L
a jeune Aliyah, de son air sage et innocent, explorait tranquillement les coulisses de la salle des ventes. Sa petite comédie avait parfaitement fonctionné et le garde remplaçant n'avait même pas sut lui dire quelque chose. Il ne devait pas être habitué et était surement trop débordé de la situation pour pouvoir prétendre à tout géré tout seul.
Et c'est grâce à cela que la petite garce avait réussie à l'esquiver sans trop de soucis, profitant pour aller fouiner à droite à gauche, comme elle en avait souvent l'habitude.

Alors qu'Aliyah s'enfonçait dans les couloirs de la bâtisse, ce fut quelques bruits étranges qui la stoppèrent dans sa démarche. Oui, alors qu'elle n'avait pas encore remarqué que Kitchiro la suivait quelques mètres derrière elle, elle entendit tout de même une voix glauque et sévère parler, dans un combiné surement car il n'y avait pas de réponses.
La vampire ne comprit pas tout, mais il semblait bien que l'homme à quelques mètres de lui devant appelait des renforts. Elle ne s'en doutait pas, mais les choses allaient se gâter très vite pour elle.

Avançant encore de quelques mètres, Aliyah tomba alors sur lui. Il semblait être en pleine transformation. La jeune fille étant une descendante des Nesferati reconnu très vite les traits de vampire qu'avait cette homme, mais la suite la dégoûta carrément quand elle comprit qu'il n'était pas que ça ! Son physique ce changea et après mutation ressemblait à un hybride entre un loup et un vampire. A la seule aperçue de cette transformation, Aliyah avait déjà le sang glacé.

La suite arriva très vite. Tellement vite qu'elle n'eut à peine le temps de comprendre. Un homme, plutôt jeune et portant un chapeau en forme de grenouille, arriva par derrière elle. Était-ce un ennemi, lui aussi ? L’adolescente n'avait de toute façon pas le temps de répliquer ou de faire quoi que ce soit. Car la créature en face de lui fonça à une vitesse effroyable sur elle afin de la frapper d'un coup unique et mortelle. Aliyah eut à peine le temps de se transformer en vampire et par pure réflexe animal esquiva in extremis le coup sec du chef de la garde.

Roulant sur le côté, tapant contre un mur, la jeune vampire poussa alors un cri que seul les créatures de son espèce pouvaient comprendre. Un cri entre la haine et la peur, un cri qui démontrait bien que cet Abraham était beaucoup plus fort qu'elle. Il était si rapide, si puissant, si laid ... C'était un véritable monstre ... Un monstre qui la surpassait en toutes catégories... Elle ne faisait pas le poids, la seule solution de survie était de fuir ...

Sans même s'occuper de cette homme au chapeau de grenouille, la jeune criminelle bondit vivement dans le couloirs derrière elle. Elle rebroussait chemin bien vite, mais que faire d'autre quand elle était clairement pas de taille face à son ennemi ... Elle ne pouvait que rejoindre Yao, désormais ...

[~~]


Dans la salle des ventes, tout était différent. La tension palpable ne faisait que de monter cran par cran entre les criminels et leurs opposants. D'ailleurs, dans tout ce foutoir, Ayabusa semblait même avoir trouvé un nouvel "ami", si je puis dire. En effet, alors que le Roi semblait lassé de cette situation et voulait quitter la salle, son garde, le plus puissant surement, se mit face à face avec l'épéiste des Shadow Ghost. Et vu le duel de regards que les deux hommes se lançaient, Yao savait pertinemment qu'un combat entre eux allait rapidement avoir lieux. Déduction faite grâce à sa propre expérience des bagarres, dirons-nous.

De l'autre côté, vers l'estrade, le garde qui avait remplacé leur chef semblait avoir prit la décision d'agir, enfin. Il avait ramassé une arme et accompagné de quelques uns de ses soldats, avançait d'un pas déterminé vers le mafieux et le reste de sa bande. Et en un geste du requin, les mouvements des braqueurs ce déclenchèrent un à un. L'excitation bouillonnait en Yao. Cela faisait bien longtemps qu'il n'était pas dans ce genre de situation. D'un voix douce mais pourtant très sur de lui, le Dragon pourpre s'adressa alors à Ayabusa qui était juste à côté de lui.

- Dit Aya, le blondinet tu nous le gardes bien au chaud, hein ? Pendant qu'on s'occupe de l'autre guignol la-bas ...

Rapidement, ce fut une rangée de siège imbibée de haki qui vola à travers la salle. Celle ci venait du haut des gradins et c'était l'homme poissant qui l'avait jeté d'une force démesurée. Pour Yao, c'était le signal. Alors que la rangée de siège percuta les hommes, c'était la petite Mélina qui montrait le bout de sa tête, de l'autre côté des gardes. Ils étaient donc prit en tenaille, et la jeune sanguinaire en profita car en simultané avec le lancé de Krae, elle dégaina son sabre et envoya une lame d'air sur la troupe de sécurité. Venant de subir une attaque par devant et par derrière, il était temps pour l'expert en art martiaux de mettre son grain de sel ...

- Sensu Shiki ... Naku Soyokaze !!!

D'un coup les ongles du voyou poussèrent et devinrent tels des lames de sabre. C'était sa technique de l'éventail funeste et que la première étape de son assaut. Profitant alors que Mélina ait frappée de l'arrière, Yao allait tenter un coup rapide et mortelle pour le responsable de cette salle : Lambe Dah.

A la vitesse d'une flèche et une ou deux secondes en retard par rapport à l'attaque simultanée des Shadow Ghost, Yao parcourut la distance qui le séparait avec sa cible et dans un sifflement occasionné par son bras perçant le vent, il vint à essayer de transpercer le Dah de part en part avec sa main droite, brandissant les cinq lames qu'étaient devenus ses ongles. Une attaque rapide en soit, et qui combiné avec ses collègues de fortune pouvait devenir mortelle pour le subordonné d'Abraham...

De plus, la natte de cheveux qu'il avait éveillé en serpent quelques temps auparavant en profita alors pour mordre la nuque d'un ou deux gardes qui n'auraient éventuellement pas trouvé la mort par Mélina ou Krae. En l'ensemble, sans même ce dire un mot, les trois criminels venaient de commettre un combo des plus redoutable ...
Crédit: Neko-chan in Never Utopia


Techniques utilisées:
 
Revenir en haut Aller en bas
Kitchiro Nagami
La Grenouille Fantôme
avatar
Messages : 331
Race : Humain
Équipage : Bandlands Outlaws

Feuille de personnage
Niveau:
22/75  (22/75)
Expériences:
116/120  (116/120)
Berrys: 148.389.000 B

MessageSujet: Re: [MISSION] Le casse du siècle    Dim 30 Aoû - 17:46




« Le Casse du Siècle  »



Kitchiro vagabondait dans les couloirs de la salle de ventes en quête de tout et de rien, si il pouvait trouvé la fille ou même la salle des coffres cela aurait parfait mais le destin en avait décidé autrement. D'un pas silencieux Kitchiro s'approcha lentement du couloir où une voix grave retentissait, sûrement celle du chef de la garde pour prévenir ses collègues qu'il avait trouvé la jeune fille, dû moins Kitchiro espérait au plus profond de lui ce scénario. La vérité était toute autre, Kitchiro aperçu au détour d'un couloir la jeune fille, immobile face au chef de la garde qui était entrain de se transformer pour devenir plus gros, plus fort et plus poilu. Kitchiro se décomposa sur place quand il vit le garde se jeter avec une réelle envie de tuer la fillette dans les yeux. Ce n'est que quand la fillette esquiva l'attaque part une roulade sur le côté et pousse un cri terrifiant qui força Kitchiro à se ressaisit, il ne voulait pas être le prochain sur la liste et devait survivre pour aider la révolution, surtout que personnes de la révolution ne savaient réellement que Kitchiro était là. La fillette couru en direction de la salle des ventes sans même faire attention au révolutionnaire qui faisait toujours face au garde, prenant son courage à deux main Kitchiro pris alors la parole rapidement avant de suivre la fille d'un pas rapide :

-Excusez nous du dérangement, je suis la garde la petite, Monsieur le Comte tient beaucoup à sa fille, je vais l'escorter jusqu'à l’extérieur et tenter d'aider votre collège, ne vous en faites pas et continuer votre route.

Kitchiro priait très fort pour que le garde le lâche et ne le suive surtout pas dans la salle des ventes où les hostilités avaient commencé. Pendant sa course Kitchiro glissa discrètement sa main dans sa veste pour être prêt à dégainer son pistolet au cas où un ennemi l'attendrait dans la salle ou que le chef de la garde ne lui bloque la passage. La tension montait de plus en plus vite et de plus en plus fort, le cerveau bouillant Kitchiro était entrain de réalisé qu'il n'était pas dans la meilleure des situations et qu'il fallait rectifier le tir au plus vite avant que la Marine n'arrive.



Résumé:
 


Codage de gaki sur Epicode
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
PNJ [Civils]

avatar
Messages : 103

MessageSujet: Re: [MISSION] Le casse du siècle    Sam 12 Sep - 17:26



Chef de la Garde Abraham Stoker.

Contre toute attente, la gamine fut assez vive et réactive pour parvenir à en réchapper... Ce qui n'était pas insignifiant. Mais avec une demie-seconde d'observation, le vampire fut en mesure de déceler les gênes qu'il avait en commun avec cette jeune fille : elle n'était pas non plus une simple humaine, et ses sens stimulés ainsi que son instinct de survie bestial étaient sans doute à l'origine de cette réactivité hors norme. Dans tous les cas, si Abraham n'avait pas l'habitude qu'on lui échappe de la sorte, il ne tarda guère à se redresser, jetant un regard froid à la gamine tandis qu'elle crachait et fulminait à son encontre, tant de rage que de crainte. Si la manœuvre pouvait être observée chez la majorité des animaux, notamment les grands carnivores, en guise d'intimidation, le chef de la garde la voyait plus comme un adorable petit chaton tentant de se défendre contre un ours en imitant le lionceau. La main du maudit s'éleva à nouveau, menaçant de percuter la gorge de la jeune fille d'un instant à l'autre, lorsque celle-ci prit la décision sage mais tardive de prendre ses jambes à son cou. Elle se mit à détaler, aussi vite que possible, chose qui aurait pu lui poser problème s'il n'était pas un bon millier de fois plus vif qu'elle ne pourrait jamais l'être... De facto, le Stocker s'apprêtait à se propulser en ligne droite tout en fauchant sa nuque à pleine vitesse pour l'intercepter sans lui donner la moindre chance de survie lorsqu'un autre homme fit irruption, s'excusant pour le désagrément et se présentant comme le garde de la proie qu'il avait failli abattre. Ces paroles suintaient le mensonge, le vampire n'en avait absolument aucun doute, mais pourtant... Il ne fit rien. Il les laissa s'éloigner sans plus s'en préoccuper, et ce pour deux raisons. Premièrement, même s'il s'agissait à ses yeux de microbes, ils risquaient de l'entraver suffisamment longtemps pour permettre à l'ensemble des ennemis de progresser : il ne pouvait pas le permettre pour quelques faiblards. Deuxièmement, sa puissance et son aura maléfique seraient de toute manière certainement suffisantes pour les inciter à quitter les lieux, et à ne plus jamais revenir... S'ils croisaient à nouveau sa route, ils n'auraient pas de deuxième chance.

Reprenant sa forme initiale, celle du vampire en chaire et en os, le maudit du zoan pivota une fois de plus pour se diriger vers son objectif initial : Peli. Si celle-là avouait être tombée sur un os, c'est qu'il était question d'ennemis redoutables : ici, personne n'était donc en mesure de l'aider efficacement, à part lui. En faisant libérer les trois esclaves et en appelant la marine, tout ne comptant sur le concours des gardes du Roi si les choses dégénéraient du côté de la salle de vente, Abraham jouait sur plusieurs tableaux et empêchait ses ennemis de progresser. C'était tout du moins ce qu'il comptait faire, quitte à les repousser au prix de quelques sacrifices. La vie de ses hommes ne valait pas grand chose, ils s'étaient engagés et ils finiraient tôt ou tard à trouver des remplacements d'une valeur plus sûre...


Garde Peli.

Elle pensait s'en être tirée intelligemment et avoir tiré parti de l'immobilisation endurée à cause des offensives ennemies, et elle ne s'était pas vraiment trompée : l'utilisation de sa fourchette pour générer une sorte de bouclier prolongé sembla plonger ses ennemis dans un moment de doute et de stupeur, qui ne fut au final que bien trop court à son goût. Elle entendait d'ores et déjà la voix d'Abraham se rapprocher progressivement, même s'il avait manifestement été ralenti par quelques intrus, il n'allait pas tarder à débarquer... Peli n'avait donc plus qu'à tenir bon jusqu'à l'arrivée de son supérieur, quitte à endurer quelques blessures ou à rebrousser chemin pour aller à sa rencontre. Tant que ces hors-la-loi n'allaient pas assez loin pour libérer les esclaves ou tenter de rafler le pactole qu'ils entreposaient depuis le début des enchères, elle avait de toute manière plus ou moins carte blanche. Il n'était pas question de les laisser triompher, mais leur laisser quelques instants d'espoir pour les briser plus sèchement n'était au final que judicieux.
Malheureusement, elle n'allait probablement pas avoir la chance de réaliser un tel stratagème : l'un de ses opposants, l'homme, fondit dans sa direction avec une vitesse insoupçonnée et utilisa de ses capacités martiales nettement supérieures à celles de la garde pour la prendre de vitesse malgré son haki de l'observation. Sans quelle ne puisse rien y faire, sa fourchette fut immobilisée et le type l'attrapa fermement par le col, achevant de briser la glace déjà fragilisée mais menaçant désormais d'abattre un coup de boule en plein dans le nez de la demoiselle si elle ne réagissait pas promptement d'une manière ou d'une autre.

Et si elle avait été prise de court la première fois, ce ne fut pas le cas pour cette offensive : avec vitesse et brio, elle se pencha en arrière au dernier moment, atténuant de ce fait les dégâts de l'attaque de Ren sans pour autant les annuler tout autant, puisqu'il la tenait par le col et l'empêchait d'aller plus loin. Cependant, Peli profita de ce geste pour fournir à son opposant un généreux et puissant coup de tibia en plein au niveau de la virilité, avec toute la force dont elle disposait encore, et ce pour lui faire lâcher prise avant que la louve ne passe à l'action. Si le choc fut probablement suffisant pour faire regretter à Ren son imprudence, il ne sembla pas pour autant décidé à lâcher prise et Rei eut ainsi tout loisir à passer à l'action, percutant la garde d'une série de coups que celle-ci tenta de bloquer en majorité grâce à sa fourchette également plus ou moins immobilisée par le leader de l'offensive, et donc sans rencontrer un franc succès. Elle perdit conscience après quelques assauts, incapable de retenir le duo plus longtemps.


Garde Lambe Dah.

Lambe, désormais armé et plus ou moins déterminé, se mit à fondre en direction de leurs ennemis, accompagné par une petite cohorte de garde, espérant vainement que les gardes royaux les imiteraient bientôt et qu'ils prendraient ainsi l'ascendant sur leurs ennemis grâce à une supériorité numérique établie. Ce ne fut malheureusement pas le cas et leurs opposants eurent alors tout loisir de passer à l'assaut : les gardiens de l'établissement furent rapidement pris en tenaille et la plupart des soldats tombèrent, soit percutés par des lames d'air, soit par des fauteuils, prouvant que les méthodes barbares de ces intrus n'avaient pas de limites. Le jeune homme, quant à lui, fut en tout premier lieu pris en chasse par l'un des ennemis, Yao, qui tenta de le perforer sans plus attendre. Ce geste fut un échec relatif puisque le garçon, vif d'esprit, parvint à éviter le coup fatal d'un cheveu en déviant la main grâce au manche de la lance qu'il tenait alors : cela n'empêcha pas le hors-la-loi de le blesser au niveau du flanc, lui arrachant un cri de douleur qu'il ne chercha pas même à retenir. Il eut à peine fait deux ou trois pas sur le côté pour reprendre son souffle qu'un fauteuil vint le percuter de plein fouet, l'envoyant au bas des gradés avec fracas.


Roi d'Eritvol, Shokuneim V et Garde Royal Enricke.

-Bravo, t'as réussi à couper un fauteuil. Ça te dirait de t'écarter, maintenant ?

Enricke semblait être de plus en plus agacé : il n'hésita pas une seconde de plus et tira son épée de son fourreau, continuant de progresser en direction de cet épéiste, symbolisant l'avant-garde du groupe royal. Shokuneim, de son côté, n'avait pas même arqué un sourcil devant les actions de leurs opposants : il continuait de progresser, purement et simplement, contraignant ses soldats à l'imiter s'ils ne voulaient pas briser la formation. Autrement dit, dans la situation actuelle, le Roi et ses sbires ne tarderaient guère à arriver à la hauteur d'Ayabusa, qui devrait alors prendre une décision : déclarer les hostilités, auxquelles le blondinet répondrait assurément dans la seconde, ou les laisser passer sagement et ne rien leur demander de plus. La tension était en tout cas à son comble, notamment au niveau des quelques spectateurs impuissants de la scène, encore conscients, en les personnes de quelques nobles.


Karjo, Nolengton et Rokel.

Si le discours du zoan jeta un vague moment de malaise au sein des gardes et des esclaves, qui ne comprirent sur le coup pas de quoi il s'agissait, ce ne fut rien à côté de l'apparition soudaine de Komatsu qui alla jusqu'à fracasser le visage de l'un des gardiens sur le sol froid de la maison de vente, le plongeant derechef dans l'inconscience. Les collègues dudit gardiens pointèrent directement leurs armes en direction du criminel, prêts à l'abattre dans la seconde... Tous sauf un. Celui-là, suite au discours galvanisant du criminel, qui risquait de pousser les esclaves à la rébellion, sortit une télécommande de son manteau et la pointa vers le collier de l'un des esclaves encore en captivité. Le collier de l'homme en question se mit à émettre une série de bips dérangeants tandis que celui-là s'affolait, tentant de retirer l'infâme carcan de ses propres mains... Sans succès. La détonation le plongea immédiatement dans l'inconscience, sinon pire, tandis que le gardien prenait la parole d'un air autoritaire :

-Le prochain qui écoute ses paroles subira le même sort ! Karjo, tu vas à la salle de vente et tu aides Lambe ! Les autres, vous me tuez ce mariole !
-Désolé, t'as l'air d'être un chic type...

Rokel attrapa la hachette que l'un des gardes lui envoya en plein vol et la fit tournoyer avant de se ruer dans la direction du nouvel arrivant. Même s'il appréciait la façon de voir de ce bandit, il ne pouvait pas se contenter de faire comme il le disait : la vie était plus importante que la fierté, il le savait depuis des lustres, et ça n'avait été que davantage mis en exergue depuis sa capture. Une fois à quelques pas de son ennemi, il plaça son pied droit en avant et prit un solide appui, s'envolant pour retomber vivement vers Komatsu en tentant de le percuter de plein fouet, d'un coup de hachette dans l'épaule gauche, verticalement. De son côté, Nolengton attrapa une rapière et se mit en garde, mais n'attaqua pas, comme s'il ne pouvait malgré tout pas se décider à affronter un ennemi en demeurant en supériorité numérique. Kargo, quant à lui, poussa un grognement sonore, plaça un bouclier au niveau de son poignet gauche, attrapa une massue de sa main libre et se rua en direction des estrades, où ses ennemis avaient été indiqués. Ces trois-là détestaient le marché aux esclaves et espéraient bien évidemment que Ren et ses compères ne parviennent à les libérer, mais ils ne se faisaient guère d'illusions... S'ils prenaient les armes, ce jour-là, plus que pour leur survie, c'était d'ailleurs pour honorer leur sang de guerrier : ils avaient combattu pendant toute leur vie et il s'agissait même d'un mode de vie, voire d'une religion. La bénédiction de pouvoir combattre au moins une dernière fois avant une vie de servitude les emplissait de joie...


Abraham est lvl 36.
Peli est lvl 31.
Lambe est lvl 17.
Rokel est lvl 23.

Abraham vous laisse donc partir, Nagami et Aliyah, et continue sa route en direction de Ren et Rei en reprenant forme humaine.
Je pars du principe que Ren ne lâche pas Peli quand elle lui inflige un coup dans les parties, mais quand même, ça fait mal. xD Du coup, elle est inconsciente, vous pouvez la balancer et reprendre votre chemin si ça vous chante !
Lambe dévie le coup de Yao en partie mais est tout de même blessé. Il tente de s'écarter mais prend un fauteuil dans la tronche. La majorité des gardes, tout comme lui, sont KO.
Dernier avertissement de la part d'Enricke, le groupe continue sa progression.
Rokel t'attaque en bondissant et en menaçant de te donner un coup de hache vertical dans l'épaule, Komatsu. Tu peux voir Karjo quitter la salle précipitamment en compagnie de deux gardes et les autres rester à distance à la manière de Nolengton.
Revenir en haut Aller en bas
Ren Tao
Crimson Beast
avatar
Messages : 975
Race : Humain
Équipage : Shadow Ghost

Feuille de personnage
Niveau:
44/75  (44/75)
Expériences:
23/500  (23/500)
Berrys: 293.350.000 B

MessageSujet: Re: [MISSION] Le casse du siècle    Sam 12 Sep - 18:48


Chaos !!!

Les contretemps ne sont pas ma tasse de thé, surtout dans ce genre d'instants. Au diable l'assassin sociable à ses heures, actuellement, si une aura devait ma caractérisait, ce serait celle d'un vrai assassin sociopathe. Le genre de personne qui ne fais pas preuve de gentillesse. Que ce soit mes gestes, mon regard ou ma manière d'agir, je ne laissais aucun doute envers quiconque : chaque personne qui me gênent seraient éliminées et si pour cela je dois courir après eux lors de leurs fuites, je le ferais. C'est ainsi que j'ouvrais la voie pour Rei. Malheureusement, à défaut de pouvoir l'arrêter seul, la gardienne tenta une dernière chose, mais vaine. Son genoux, mes parties et au final, on en reviens à dire qu'un plus un égal deux. Son coup me touche et je manque de la lâcher. Heureusement, la rapidité de Rei est fiable et c'est ainsi qu'elle subissait ses assauts alors que moi, je retenais un hurlement de douleur. Après tout, que ce soit un younkou, le plus grand criminel du monde ou le plus petit des bébés mâles, les parties génitales sont un point faible universel. Grognant, je laissais doucement la sensation de picotement s'envoler lentement, mais sûrement. On pourra l'affirmer, jusqu'au bout, elle nous aura fait chier.

Alors qu'elle tombait dans l'inconscience, je repensais aux dires de la miss et je vins alors à lui montrer le chemin à prendre. Notre mission ne doit pas être entravé par quoi que ce soit et là, c'est bien en leader que je lui parlais et non en tant qu'homme élu de son coeur. Me redressant en m'approchant de la miss qui dormait au sol, je vins alors à parler à Rei ordonnant à cette dernière de partir pour la suite.

" Va rejoindre Kômatsu, immédiatement. Je vais faire en sorte qu'on ne soit plus déranger, donc prends les devants et je vous rejoins. C'est un ordre. "


Pas de place pour les sentiments, mon regard le montrait bien, si elle disait non, ce n'allait pas être un nouvel ordre qui sortira de ma bouche, mais peut-être une main qui irait à la rencontre de sa joue. Lui faisant de toute manière confiance, j'espérais juste qu'elle n'allait pas rester ici et me poser des questions sur les esclaves. Sans savoir leurs utilités, pour l'heure, toutes les personnes sur notre chemin se doivent d'être effacés, ni plus ni moins, pas de place pour la gentillesse.
De ce fait, afin de bien illustrer la chose, je sortis une lame de ma poche pour alors me mettre à genoux sur le thorax de la miss qui nous avait causé des ennuis. Sans attendre qu'elle reprenne ses esprits ou quoi que ce soit d'autre, je tranche sa nuque, laissant son sang gicler sans tarder. Esquivant de peu le jet, seul un gerbe de sang frôle ma joue, souillant ma peau, mais qu'importe. Mon job ici est à moitié terminé. Soufflant de lassitude, je me redresse avant de me préparer ma concentration.

" Voilà ce qui arrive quand on se met en travers de notre route... "

Impitoyable, voilà le maître mot. J'espérais que ce braquage fasse parler de lui et même mieux, que des images trashs soient diffusées. Indirectement, je souhaitais que ces enflures de Décimas et d'Oda se rendent compte de ce qui les attends tôt ou tard.
Activant de plus belle mon haki, je me mis à faire un repérage des environs et je me rendis compte que quelqu'un approchait. D'ici peu il serait là. Ne connaissance guère cette voix, automatiquement, je le classais dans les ennemis et m'étant juré de ne plus avoir de contretemps jusqu'à nouvel ordre, je vins à fouiller mes poches. J'avais usé de la grenade gelante sur la fille, que me restait-il ? Des grenades classiques et ... Non, pas " ça ", pas maintenant tout du moins. Prenant les deux grenades qu'il me restait, je gardais mon dernier atout sur moi et je dégoupillais les grenades et les lançais au dernier moment plus loin vers le plafond, dans le but de le faire s'écrouler et ainsi bloquer le passage. Certes, un bon combattant pourrait passer outre, mais au moins, si l'effondrement est optimal, cela nous ferais gagner du temps. Désormais, en l'attente du reste, il ne nous restais plus qu'à prendre le butin et s'en aller, mais avant, je devais m'assurer de la fuite de mes autres compagnons.
Prenant mon escargophone, je contactais essentiellement Ayabusa.

En haut, les autres semblaient bien se débrouiller. Le coup de Krake et Mélina avait fais mouche et les seuls trouble fête restant n'étaient autre que le roi et ses chiens de gardes. Ayabusa se sentait quelque peu insulté par la réaction du gardien en chef, mais qu'importe, le clash allait sans doute débuter, mais alors que les lames allaient sans doute se croiser vu le regard qu'il lui lançait, l'appareil de communication se mit à sonner. Ni une ni deux, l'ex marine décroche et laisse court à la petite conversation, reculant et remontant les marches pour laisser le cortège avancer, sans cesser de faire barrage malgré tout.

" Ayabusa ? "
" Ouep, c'est moi. "
" Encore tes deux bras en place ? "
" Oui. "
" Parfait... On a bientôt terminé normalement. Vous de votre côté ? "
" Le nettoyage est presque complet, il reste des gardes d'un fameux roi, et ce dernier en vie. "
" Le roi hm ? "

La conversation pouvait être entendue de quasiment tout le monde, et un grand blanc se mit en place. Les ordres allaient être donnés et pour sûr, l'information qui allait suivre n'allait pas être mise de côté par l'épéiste du roi pour sûr, puisque sa majesté bien aimée était le sujet principal de la discussion. Après un silence pesant, les mots tombaient enfin, annonçant les ordres pour chacun.

" Un ennemi ou peut être plusieurs sont encore dans le couloir... Occupez vous de le bloquer, histoire de piéger dedans les gens qui y restent. Pour le roi... Capturez le et servez vous en comme un otage en cas d'emmerdes supplémentaires. Une fois sortit d'affaire... Tuez le."

Pas le temps d'affirmer qu'il avait bien reçu les ordres, l'ex soldat du gouvernement ne perdit pas une seconde pour tenter de frapper le soldat face à lui. Sa lame bien plus longue que la normale s'abattait sur lui à plusieurs reprises. L'attaque était précise et avait pout but d'éliminer le plus possibles de gardes, et éventuellement blesser le roi lui-même. Les lames d'air se mettaient à former une étoile électrique et le tout à bout portant.
De son côté, Krake à l'entente de ces mots se mis sourire et agir juste avant que Ayabusa attaque.

" Méli, tu t'occupes du couloir ? Tu as ce qu'il faut ? "

Joyeusement, celle-ci prenait soin de se diriger vers le couloir où la copine de Yao s'était engouffrée, s'apprêtant à condamner le couloir, mais elle cru voir des ombres approcher.
L'homme requin n'attendit pas une seconde de plus et sans hésiter, il se jeta sur les gardes à la droite de sa majesté. D'un coup sec, le squale tenta de faucher un maximum de personnes et pour s'assurer de l'efficacité de la technique, il recouvrit cette dernière de haki de l'armement, rendant encore plus noire que la normale sa queue.

L'ambiance se réchauffait et cela n'était que le début. Priant que mon gain de temps allait suffire, je commençais à me diriger vers la salle où le butin nous attendait, mais encore un peu de nettoyage s'imposait.

Au loin, à quelques kilomètres de là, dans le ciel, une forme noire commençait à se dessiner dans le ciel. Un dirigeable approchait à grande vitesse.


CODE DE PHOENIX O'CONNELL POUR NEVER UTOPIA





Résumé :
Spoiler:
 

Tech utilisées :
Spoiler:
 


Infos :
Spoiler:
 

_________________
Il n'y a qu'une seule vérité...

Ce monde m'appartient.

Dita | Epicode
Revenir en haut Aller en bas
Rei Mitsuyori
Hateful Wolf
avatar
Messages : 453
Race : Humaine

Feuille de personnage
Niveau:
35/75  (35/75)
Expériences:
151/250  (151/250)
Berrys: 550.000 B

MessageSujet: Re: [MISSION] Le casse du siècle    Lun 14 Sep - 16:34

Casse du siècle
feat. Ren & co

Elle devait être morte cette bâtarde de garde ! Elle devait être morte après tout ce que je lui ai mis comme attaques dans la gueule ! Mais non, madame a réussi quand même à esquiver certaines grâce à sa fourchette. Et elle avait osé foutre un coup dans les parties de Ren. J’ai mal pour lui pour le coup. M’enfin, assez contrariée quand même, je m’apprêtais à lui planter moi-même la lame dans la tête pour la finir quand Monsieur m’arrêta, m’ordonnant d’aller rejoindre Kômatsu. Tss…

« Tu fais chier, merci du repas. T’as intérêt à me garder un met de choix. »

Me transformant en louve, je ressentais une étrange impression non loin de là mais je n’en fis pas cas et tapais une sorte de sprint pour rentrer dans le bâtiment et commencer à chercher la salle des esclaves. Je passais devant un homme qui – aussi bizarre soit-il – me laissa passer. Je devrais peut-être le remercier mais en même temps, je me demande si Ren va s’en sortir. C’est un ennemi, j’en suis certain mais est-ce qu’il va lui tomber dessus ? Bah je n’en sais fichtrement rien. Je m’arrêtais brusquement à un moment alors que j’entendais des voix suivit d’une série de bip bip… Non… Un de ces hommes avait osé tuer un esclave. Je reconnaissais d’entre mille lieux ce son infernal qui annonce la mort imminente d’un détenu. Je n’allais pas les laisser faire une minute de plus. Et tant pis pour les ordres ou pour les autres. C’est mon combat celui-là ; un combat auquel je tiens. Et personne, ni même mes amis ne se mettront en travers de ma route.

Reprenant ma forme humaine à l’abri, je jaugeais d’abord avant de faire quoi que ce soit. En voyant passer un homme hyène, je ressentis quelque chose d’intriguant. Enfin, ce n’est pas tant intriguant que ça mais on aurait dit que l’homme était confiant en ses capacités. Je n’allais certainement pas le laisser aller plus loin. Prenant ma forme hybride pour être certaine d’arriver à lui faire face sans trop de dommages collatéraux… Ils sont trois, je peux le sentir. Trois et Kômatsu quelque part, par là. Je ne pourrais pas l’aider, il me faut d’abord tuer cet homme hyène. Ensuite, on verra. Non la logique du plan est que j’aille libérer les esclaves. Et a priori, la télécommande qui est reliée aux colliers de ces esclaves, se trouve chez l’un de ces trois hommes. Quant à savoir lequel, maintenant… Ma vision est celle d’un loup et contrairement à ce que l’on dit, on ne voit pas tant que ça. Du moins, pas quand il y a trop de lumière comme ici. Je pourrais très bien niquer toutes les ampoules en moins de deux mais bon, ça niquerait tout de suite ma couverture. Alors que là, je suis cachée prête à bondir sur mon ennemi.

Je prends le laps de temps qui m’est nécessaire pour un effet de surprise auprès de l’ennemi et une fois que j’ai la bonne occasion, je me précipite sur l’homme hyène pour tout de suite l’attaquer. Rapidité, force, avidité de combat. Tel un prédateur en quête de sa proie, je l’attaque crocs et griffes en avant. Mon sabre dans le dos pas encore dégainé. Ce type m’a l’air un peu fort et j’utiliserais ma lame lorsque le moment sera venu de le découper en morceaux. M’aidant des techniques : des crocs du traqueur et des griffes lacérées du loup, je commençais un combo en griffant, mordant tout ce qui se trouvait à ma proximité. Je devrais tenter de faire aiguiser mes crocs mais j’ai peur qu’en redevenant humaine, mes dents soient aussi aiguisées et que je me coupe la langue comme une merde, toute seule… Faudra que je demande conseil aux gens quand on aura fini de faire le ménage ici.

Et je ne sais pas ce qui commençait à me prendre aux tripes mais je me suis mise à rigoler d’un rire que je ne me connaissais pas, tout en continuant à attaquer le plus rapidement et le plus fort possible. Je faisais en sorte d’être ancrée sur l’homme hyène pour continuer mes attaques. Je m’amusais comme une folle, cas de le dire. Puis parce que je commençais aussi à m’épuiser rapidement en faisant ce combo depuis plusieurs minutes, je me suis vivement reculée avant de dégainer mon sabre, effectuer un Soru et attaquer à l’horizontale avec pour but de lui trancher la tête directement.

« Je déteste les gens qui s’amusent de la sorte avec de pauvres personnes. C’est vous qu’on devrait mettre à leur place. »
____________________________
Fiche RP © codé par Hans sur Apple Spring



tech utilisées:
 
Revenir en haut Aller en bas
Fudo
Le Roi Fou
avatar
Messages : 549
Race : Humain
Équipage : Shadow Ghost

Feuille de personnage
Niveau:
31/75  (31/75)
Expériences:
227/250  (227/250)
Berrys: 353.905.000 B

MessageSujet: Re: [MISSION] Le casse du siècle    Dim 20 Sep - 19:52



- Le casse du siècle -


Ma petite entrée en scène lança un froid au milieu de cette salle, certains me fixaient d'un regard exorbitant, des gardes se mordirent les lèvres suite à quoi ils brandirent leurs armes à feu sur moi. Cela me fit sourire intérieurement, puisque je savais qu'il m'était aisé d'éviter leurs potentiels tirs en reprenant ma forme insecte. Puis un homme vint briser la glace avant d'en balancer une autre couche en appuyant sur un petit bouton d'une télécommande fraîchement sortie de son manteau. Suite à la presse de ce dernier, un bip sonore fut émis et enfin un esclave qui tentait d'arracher son collier du coup heurta le sol suite à une perte de connaissance, ou même pire. Grimaçant face à ce funeste spectacle afin de continuer ma petite comédie, car en réalité je n'en avais que faire de ces hommes - puisque ce que je voulais se trouvait à seulement quelques mètres de moi, juste derrière une porte - cela m'énervait plus qu'autre chose. Je vins à resserrer mes poings et jeter un regard glacial en direction de l'homme bip-bip fraîchement nommé. Bip-bip meugla alors dans la salle une menace envers mes potentiels suiveurs et un ordre à un des trois types me faisant face. Suite à cela, un garde lança une hachette en direction de l'homme à la couleur ébène qui la réceptionna et se mit à charger vers moi.

Bah... cela était prévisible, après tout dans la vie rien ne pouvait se passer comme prévu ç'aurait été trop beau dans l'autre cas. Je devais me trouver un nouveau plan, premièrement gérer ce guerrier désespéré qui venait de bondir afin de planter sa hache dans mon épaule gauche. Une idée me vint alors à l'esprit, j'allais m'infliger une nouvelle souffrance, comme si la barre douloureuse que l'on m'avait gravée à l'aide d'une fourchette géante n'était pas assez. Gardant ma forme hybride, je vins à doucement avancer mon buste afin que seul un bout de la hachette se plante juste au dessus de mon déltoïde postérieur. Puis une fois cette dernière suffisamment près, je vins à élever mes talons en me mettant sur la pointe des pieds afin d'amortir, ne serait-ce qu'un peu, le choc. L'homme brun se trouvait désormais devant moi, son regard était plongé dans mes yeux. Je profitais de la situation afin de le bloquer là, en tête-à-tête. Mon front rejoignit ainsi le sien d'un coup, tandis que je saisissais son bras tenant la hachette plantée dans ma chair d'hybride de mes deux mains. Une sur son poignet, une sur son biceps. Je me mis alors à murmurer quelques mots avant de prendre une décision, tandis que les autre, nous regardaient. Si un garde avait la mauvaise idée de me fusiller sur place, je me serais transformé en frelon et le pauvre guerrier esclave se serait tout pris à ma place.

-Tu tiens réellement à vivre une vie enchaîné ? Hormis la survie tu n'as pas d'objectif particulier, du moins aucun réalisable tant que tu as ses chaînes. Penses à cela, une vie sans objectif à accomplir mérite-t-elle d'être vécue ? Penses aux autres dans cette cage, et à ceux, qui, partout dans ce monde porte les mêmes chaînes que toi en ce moment. N'as-tu pas envie de mettre ta misérable vie d'esclave en jeu afin de gagner, et de faire gagner, une vie pleine de possibilité et d'espoir aux autres? En mon sens, si tu refuses cela tu n'es qu'un obstacle pour moi, je sauverais ceux derrière toi quitte à mettre ma vie en péril. Tu as peur de te faire tuer par un collier ? Va reprendre la télécommande au garde. Voir les télécommandes. Pour le bien commun il faut savoir risquer des vies et en sacrifier. Penses qu'à toi si tu le souhaites, tu ne fais que de courir comme un esclave, mais tu ne marcheras malheureusement jamais comme un digne guerrier malheureusement. Quand on veut, on ne peut pas, on doit. Choisis, ferme ton œil droit si t'acceptes de marcher avec moi et toute ma famille.

J'attendais la réponse de l'homme, tandis que je resserrais l'étreinte de ma main gauche sur son poignet, dans ma tête trois possibilités prédominaient. Soit l'homme acceptait de marcher avec moi et alors nous aurions pu passer à l'étape suivante: le massacre des gardes et la libération des autres esclaves. Soit l'homme refusait et j'appliquerais le conseil que Gleinn m'avait donné il y avait bien longtemps contre un adversaire plus fort que soit, ce qui était probablement le cas ici, quand bien même la différence était faible entre nous. Saisir le bras de son opposant, tourner sa paume vers le haut, puis détruire son coude à l'aide d'un coup de genou ascendant. La dernière possibilité était celle qu'un garde ou plusieurs se mirent à tirer, dans ce cas-là j'aurais repris ma forme insecte, après avoir essayé de m'écarter un peu de mon adversaire. Une fois sous ma forme de petit frelon j'aurais probablement quitté la salle un moment afin de réfléchir à la situation, voir de me réfugier dans le petit bureau que j'avais exploré dans le but de prendre des nouvelles de Ren via den den mushi. Mais pour le moment, mon compagnon à la hachette ne m'avait pas donné de réponse.

-Si tu souhaites tant que ça à te battre, fais d'une pierre deux coups en dirigeant cette arme plantée dans mon épaule en direction de ces gardes. Si tu persistes à vouloir m'affronter pour je ne sais quelle raison, très bien je le ferais maintenant si il le faut... Mais cela n'aura rien d'un combat entre deux honorables combattants. Néanmoins, une fois libéré tu pourras défier qui tu souhaites, où tu en as envie. Tu n'as toujours pas envie de récupérer ce qui t'appartenais auparavant ?

Ainsi j'attendais, qu'allait-il se produire ? J’espérais que si parmi les trois possibilités que j'avais envisagée, l'une devait se réaliser, alors celle-ci aurait été la meilleure, pour ce guerrier déchu, ces prisonniers, et moi-même.




Note:
 
Revenir en haut Aller en bas
Yao Ming
Trafiquant
avatar
Messages : 363
Race : Humain.
Équipage : Hyakki Yokou Gang

Feuille de personnage
Niveau:
31/75  (31/75)
Expériences:
231/250  (231/250)
Berrys: 718.156.025 B

MessageSujet: Re: [MISSION] Le casse du siècle    Sam 26 Sep - 14:38



Le Bal des Voleurs .07






L
e voyou c'était élancé sur sa cible d'une rapidité impressionnante. Porté par l'excitation et avec un sourire malsain aux lèvres, il espérait lui porté un coup unique et fatale : l'embrocher vif avec ses lames funestes.
Cependant il semblait avoir sous-estimer son adversaire. Le jeune Lambe Dah réussit à esquiver in extremis l'attaque en ce décalant au dernier moment. Les ongles transformés en armes blanches du voyou coupèrent alors une partie de son flanc, mais ne réussirent pas à transpercer le cœur du garde. Cependant, et grâce à l’enchaînement improvisé des trois hors-la-loi, il ne put esquiver les sièges projetés par Krahe qui percutèrent le jeune homme de plein fouet. Il valsa alors tout en bas des gradins dans un grabuge infernal. Aucune réaction de sa part ne suivit, il semblait être K.O.

Un peu déçu, Yao d'un geste sec de son poignet retira alors le sang qui coulait sur ses ongles, puis cessa sa technique du "Sensu Shiki" retrouvant des doigts normaux. Les civils présents dans la salle pouvaient entendre l'homme marmonner de regret :

- Tss ... Moi qui pensait m'amuser un peu, il est déjà hors-jeu ...

Son regard ce retourna alors vers son collègue Ayabusa. Il semblait toujours faire front face au chef des gardes de sa majesté mais n'avait pas encore engagé le combat, ce qui ne serait tardé.
D'un pas lent et d'une certaine assurance, il remonta alors vers ce groupe. Quand soudain ...


- Ya... Yaaaaaaaooooo !! *chouinement*

Aliyah venait tout juste de sortir du couloir qu'elle avait empruntée quelques temps plus tôt. Le regard apeuré, complètement déboussolée, elle courait en direction de celui qu'elle considérait comme son grand-frère.

Le voyou voyant sa protégée dans cette état s'arrêta alors, interceptant Aliyah et lui demanda ce qu'il pouvait bien ce passer pour qu'elle soit dans cet état.

- Yaooo ... Y'avait un monstre la-bas ... Il est horriblement fort, tirons nous d'ici ...

Le gangster comprit que quelque chose n'allait pas. Il était rare de voir la demoiselle dans cet état, l'homme qu'elle considérait comme monstre devait être sacrément balaise pour qu'elle soit dans cet état... Mais tout allait bien, il l'analysa quelques secondes et ne remarqua aucunes blessures particulières.
Il la saisit alors par les épaules, la regardant droit dans les yeux. D'un ton confiant et rassurant, il ce mit alors à lui répondre.

- Ecoute moi Aliyah, nous ne pouvons pas encore partir ! Ce monstre ne fait pas le poids contre nous, je te le garantie !

La jeune fille semblait être quelque peu consolée. La présence de son grand-frère devait la rassurer. Celui-ci reprit alors ses paroles.

- Je vais rester ici, c'est mon devoir ... Je vais te confier une mission importante Aliyah, trouve un passage que ce "monstre" n'empruntera pas afin de te rendre dans la salle des coffres. Plus vite nous aurons l'argent, plus vite nous partirons et plus vite nous éviterons les problèmes ! Compris ?!

Yao avait confiance en sa protégée. Après tout, il avait su repérer l'énorme potentiel qu'elle avait. Il savait qu'elle allait se ressaisir et qu'elle allait trouvé son utilité dans tout ce foutoir. Il sécha alors la larme qui venait de couler le long de sa joue avec son doigt, puis lui tapota l'épaule. Elle fit un signe de la tête d'acquiescement et reprit ses esprits.

Confiant, Yao ce retourna alors, continuant la marche qu'il avait engagé. Il se dirigeait vers le groupe royal, ou était Ayabusa. Se faisant discret, il continuait ses pas, montant petit à petit les escaliers. il pouvait observer que le Roi semblait pressé de partir ... Alors comme ça la petite fête surprise ne lui plaisait pas ? Il était hors de question de le laisser faire. A l’affût, il continuait sa démarche attendant le moment opportun pour attaquer.

De son côté Aliyah séchait ses larmes. En voyant son grand-frère avancé vers le groupe royal, les derniers qui faisaient de la résistance dans la salle des ventes, elle comprit que Yao aussi était prêt à risquer sa vie, mais que comparé à elle, il n'abandonnait pas le front, que malgré tout il avançait toujours au combat. Lui qui était son exemple venait de donner une image combative à la jeune fille.

Elle redescendit les marches des gradins, s'avançant vers la scène, vide de tout être. Elle aperçut alors l'homme qui l'accompagnait dans les couloirs.

- Toi la, chapeau-grenouille ! Pourquoi tu m'as suivi ?! Qu'est ce que tu cherches ?! Tu veux être utile et en ressortir vivant ?! Marche devant moi, comme ça la prochaine fois c'est toi qui risquera ta vie en premier et pas moi enflure !

Laissant parler ses émotions, Aliyah venait de bombarder de questions l'homme au chapeau de grenouille, sans trop de cohérence d'ailleurs. Bizarrement, elle ne lui faisait pas confiance, mais elle savait pertinemment que ce n'était pas un ennemi. Et toute seule, elle avait plus de chance de mourir qu'à deux. Yao lui avait confié une mission importante, elle se devait de la réussir et pour ça, tous les moyens étaient bons, même de recruter des inconnus au bataillon.

D'un pas déterminé et sa confiance remonté à bloque, Aliyah monta alors sur la scène. Une petite idée avait germée dans sa tête, mais avant d'accomplir son plan elle devait retrouver quelqu'un.
S'avançant alors sur les planches en bois, elle aperçut enfin l'homme tant recherché : le présentateur. Complètement apeuré et effrayé, il s'était caché derrière les rideaux et tremblait de peur. Il allait peut-être être utile au groupe d'Hors-la-loi. Après tout, lui qui travaillait ici, connaissait surement tous les chemins et tous les détails de la bâtisse.

Elle s'approcha alors de lui d'un air menaçant. Elle le saisit par les épaules et le secoua brusquement. Elle comptait bien lui tirer les vers du nez.

- Eh le trouillard ! Tonkoni c'est ça ?! Dit moi ou est la salle des coffres et comment je pourrai y aller en esquivant votre chef monstrueux la ! Et t'as intérêt de me tout avouer, car si t'es inutile, je me ferai une joie de te dévorer tout cru petite m*rde !

Dévoilant son vrai visage, celui de vampire, pour fortifier ses menaces et son air cruel, elle comptait aller jusqu'au bout pour dégoter ces informations. Et ses paroles étaient vraies, car comme une vengeance de son inutilité face à Abraham, elle était prête à tout pour accomplir son devoir.

- Y'a pas un passage caché que les esclaves empruntent pour monter sur la scène sans que le public ne le voit ? Ah aussi, si je me rend compte que tu racontes des pipos, sache que c'est la même sentence : ton sang repeindra les murs, tu piges ?!
Crédit: Neko-chan in Never Utopia


PS : Navré pour le retard, j'ai eu une semaine légèrement surchargée.
Revenir en haut Aller en bas
Kitchiro Nagami
La Grenouille Fantôme
avatar
Messages : 331
Race : Humain
Équipage : Bandlands Outlaws

Feuille de personnage
Niveau:
22/75  (22/75)
Expériences:
116/120  (116/120)
Berrys: 148.389.000 B

MessageSujet: Re: [MISSION] Le casse du siècle    Lun 28 Sep - 21:46




« Le Casse du Siècle  »



Kitchiro suivit la jeune fille dans la salle des ventes pour éviter de trop rester dans ce couloir maudit. La scène avait bien changé pendant que Kitchiro était dans le couloir, de nombreuses personnes avaient fuis ou étaient dans les pommes. L'homme requin était encore en haut des estrades et avait visiblement arraché plusieurs sièges donc certains avait fini sur des gardes en particulier sur Lambe, le garde qui avait pris la relève après le départ du monstre. Le roi et son cortège avait changé de place, ils étaient désormais dans les escaliers face à l'un des cambrioleurs mais aussi sabreur, et derrière eux se tenait un genre de mafieux. Celui-ci s’appelait Yao d'après la jeune fille qui trouva réconfort dans ses bras.

Après s'être fait réconforter par son ami, la fillette fut charger d'une mission importante ainsi elle croisa la route de Kitchiro :

-Toi la, chapeau-grenouille ! Pourquoi tu m'as suivi ?! Qu'est ce que tu cherches ?! Tu veux être utile et en ressortir vivant ?! Marche devant moi, comme ça la prochaine fois c'est toi qui risquera ta vie en premier et pas moi enflure ! 

la fille avait l'air curieuse et pressé mais Kitchiro répondit à ses attentes pour ne pas s'attirer les foudres son de protecteur :

-Je t'es suivis pour ma propre enquête mais aussi pour veiller un peu sur toi, sans moi je pense bien que le chef de la garde t'aurait mis en pièce. La présence d'un témoin à dû le gêner. Je pense que je cherche la même chose que vous ou dû moins presque, pour cela je compte rester vivant et même bien vous aidez si nécessaires pour que nos deux projets aboutissent avant que la marine ne se pointe. J'aimerais collecter des informations sur les gens ici ou leurs activités. J'imagine que vous c'est pour l'argent, il y a donc des chances que les infos que je cherche soit dans le coffre ou non loin. Tu peut prévenir tes amis que je ne suis pas là pour vous mettre des bâton dans les roues bien au contraire si je peux filer un coup de main pour faire la misère à ses riches ignorants.

Mais pour le moment la fille n'avait que deux yeux pour la scène, Kitchiro suivit la gothique son pistolet à la main, une fois derrière le rideau la jeune fille commença à mal mener le présentateur jusqu'à révéler un second visage, celui de vampire. Le révolutionnaire n'était tant impressionné il en avait vu d'autres avant elle en particulier le chef de la garde qui devait très probablement être de la même espèce.

-- Y'a pas un passage caché que les esclaves empruntent pour monter sur la scène sans que le public ne le voit ? Ah aussi, si je me rend compte que tu racontes des pipos, sache que c'est la même sentence : ton sang repeindra les murs, tu piges ?!


Pendant que la vampire interrogé l'homme Kitchiro sécurisa les lieux en couvrant l'arrière de son nouveau partenaire, il ne fallait pas se faire surprendre pas l'ennemi pendant une récolte d'information, cependant derrière un rideau Kitchiro pouvait se permettre de tendre l'oreille de d'écouter la réponse de l'homme qui aller sûrement pas tarder à cracher le morceau.
Si la fillette n'arriverai pas obtenir les informations l'espion avait pour idée de braquer son arme sur l'homme et de lui tiré une balle dans le genou avant d'appuyer dessus pour le faire avouer, mais les mots passe avant les coups comme dirait la mère de la grenouille.


Résumé:
 



Codage de gaki sur Epicode


Désolé pour le retard moi aussi, je n'est pas eu d'accès internet du week end (du moins suffisant pour poster (portable … ) cependant la soirée d'intégration était top xDD (on s'en fous je suppose ?)
Pour le MJ il est possible de me « PNJiser » selon la réponse du présentateur Kitchiro peut agir (en cas de réponse négative ) et faire ce qui est dit « (agresser le présentateur voir lui tirer dessus dans un dernier refus).
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
PNJ [Civils]

avatar
Messages : 103

MessageSujet: Re: [MISSION] Le casse du siècle    Mar 29 Sep - 14:14



Roi d'Eritvol, Shokuneim V et Garde Royal Enricke.

S'ils avaient probablement vainement espéré que leurs opposants ne décident de s'écarter gentiment en voyant le cortège royal avancé toutes armes sorties comme un seul homme, les gardes royaux se heurtèrent bien rapidement à une mauvaise nouvelle : les hors-la-loi ne semblaient pas disposés à accéder à le requête, malheureusement pour eux... L'épéiste fut alors le premier à passer à l'action, tentant de prendre l'avantage sur Enricke et plus globalement sur tout le reste des soldats en envoyant des lames d'air chargées en électricité. Malheureusement pour lui, si la faible distance qui le séparait des gardes et la rapidité de ses mouvements furent suffisants pour désarçonner la quasi totalité des gardes présents, ce ne fut pas le cas de tous : le garde royal, dont la lame était déjà sortie, anticipa les mouvements de son opposant et les copia presque au centimètre près, envoyant autant de lames d'air que l'autre homme n'avait été en mesure d'en créer. Ainsi, tous les projectiles furent bloqués, sans la moindre exception, et se volatilisèrent sans blesser qui que ce soit. Le regard de plus en plus froid et de plus en plus bestial d'Enricke continua de lorgner son opposant tandis qu'il progressait toujours un peu plus dans sa direction, lui assénant un nouvel ordre sous le regard vaguement amusé du Roi en personne :

-Ne m'oblige pas à me répéter : dégage de notre chemin.

La lame du garde royal décrivit alors un estoc en direction d'Ayabusa, qui viserait la tête de celui-là et menacerait de la traverser d'un coup d'un seul. Si le hors-la-loi décidait d'esquiver l'offensive, ce qui semblait être l'option la plus intelligente pour l'heure, il aurait rapidement l'occasion de voir le mur qui se trouvait derrière lui éclater en morceau sous la force du choc : Enricke faisait assurément partie des meilleurs épéistes de Grand Line...
Sur le flanc du cortège, ce fut à l'homme-poisson de passer à l'offensive. Malheureusement, pour le coup, le garde royal fut incapable d'intervenir puisqu'il était d'ores et déjà aux prises avec un ennemi relativement redoutable : la queue de l'amphibien fut donc en mesure de faucher deux gardes armés trop peu réactifs, qui eurent l'occasion d'effectuer un baptême de l'air. Les positions autour du Monarque se resserrèrent donc d'un cran tandis que les soldats les plus proches de Krake tendaient leurs armes dans sa direction, dans un effet de dissuasion. Ils ne pouvaient pas risquer de briser leur progression et leur formation pour quelques attaques, mais ne pouvaient pas non plus se permettre de laisser un ennemi accéder à leur souverain. C'était pour cette raison qu'ils entendait bien progresser méthodiquement, pas-à-pas...


Chef de la Garde Abraham Stoker.

De son côté, le chef de la garde se rendit bien rapidement compte qu'il allait tomber sur un os : une grenade fut jetée à quelques pas devant lui, forçant le toit à s'effondrer sur le passage dans lequel il souhaitait pourtant s'engouffrer. S'il aurait évidemment pu user de sa vitesse pour passer en-dessous des décombres et faire regretter cette action au petit malin qui avait décidé d'entraver ses mouvements, il n'en fit rien : il aurait eu besoin de plus de temps pour retourner à la salle des enchères, où le Roi et les nobles se trouvaient encore en compagnie des preneurs d'otage. S'il avait espéré que les esclaves dont il avait demandé la libération arriveraient assez vite pour prêter leur force à Lambe et aux gardes présents sur place, il n'en serait vraisemblablement rien... Or, la présence de la marine ou de renforts ne changerait rien à la chose si les ennemis parvenaient à utiliser Shokuneim comme un otage, pour s'enfuir en tenant en respect les forces gouvernementales. Un tel échec couvrirait l'établissement de honte, bien plus que la perte de quelques berrys et la libération d'une poignée d'esclaves : la plupart des bénéfices étaient récupérés à la fin de toutes les séances par leur haut responsable, dont il n'était finalement qu'un émissaire. Autrement dit ? Si ces lâches de criminels allaient assurément se faire des ennemis, le plus important pour l'établissement de vent était que la sécurité du Roi soit garantie : Abraham tourna donc vivement les talons et reprit sa forme hybride pour s'apprêter à s'élancer en direction de la salle d'enchères... Ce qu'il fit à une vitesse tout bonnement monstrueuse. Mélina n'était toujours pas devant la porte que le vampire devenu une vague ombre noire utilisa sa vitesse pour bondir sur un mur et se projeter droit en direction de sa nouvelle cible, avec une rapidité telle que rares furent ceux en mesure de déceler sa présence. Il cessa sa course une fois dans le dos de Krake et contracta sa main dont les griffes menaçaient de trancher tout ce qui se trouvaient sur leur route pour tenter de transpercer la poitrine de l'homme-requin de son dos jusqu'à son torse, par derrière, n'hésitant pas à causer quelques lésions bien dramatiques. En passant, le Stoker n'hésita pas à jeter un regard à la situation globale pour s'assurer du bien fondé de sa décision... Et effectivement il n'avait pas eu tort de retourner sur ses pas : les ennemis étaient plus nombreux qu'il ne l'avait imaginé mais en plus, la plupart des gardes, Lambe y compris, étaient déjà au sol. Cependant, le zoan comprit également un autre fait : posséder Enricke à ses côtés lui serait largement suffisant pour tuer tous les ennemis présents dans cette pièce, sans la moindre exception. L'opération de nettoyage était lancée.


Karjo, Nolengton et Rokel.

De l'autre côté, Karjo n'avait pas eu le temps de sortir de la salle de dépôt des esclaves pour aller en direction de la salle aux enchères qu'il avait été intercepté par une espèce de folle furieuse, en voulant visiblement à sa vie. Sans la moindre difficulté, l'homme-bête parvint à repousser les premiers assauts bestiaux de la créature d'un coup de bouclier, la forçant à s'écarter avant de faire tournoyer sa masse, prêt à s'en servir. La tuer n'était pas sur le contrat, puisqu'il devait a priori juste se rendre dans la salle aux enchères pour régler leurs comptes aux quelques hors-la-loi en manque de sensations fortes qui s'y trouvaient encore, mais si elle le forçait à le faire il n'allait clairement pas se gêner... Toutefois, les dires de la demoiselle lui firent arquer un sourcil. Elle le prenait pour un esclavagiste ? Un rire légèrement méprisant sortit de sa gueule, ayant d'ailleurs plus des airs de ricanement. Avec la même aisance que précédemment, l'homme-bête bloqua l'épée de la jeune femme avec son bouclier avant de redresser le menton, dévoilant son collier explosif, prouvant son appartenance aux esclaves :

-T'as l'air marrante, mais un peu stupide aussi...

Sans plus se formaliser de la réaction de la jeune femme, Karjo tenta de lui fournir un violent coup de massue en plein dans le ventre, le but étant de l'expédier au sol à quelques mètres de là pour qu'il ne reprenne sa route. Il n'avait pas de temps à perdre et ne comptait donc pas s'acharner sur elle...

Rokel, quant à lui, fut assez désarçonné de voir que son ennemi était capable de s'auto-mutiler pour tenter de lui glisser quelques mots : le type se rapprocha en effet de lui tout en lui tenant fermement le bras, souhaitant visiblement le lui briser s'il se rebiffait encore. C'est pour cela que l'homme à la peau brune attendit patiemment que son opposant ne termine son petit discours, censé le galvaniser et lui donner envie de se rebeller contre ses geôliers. Un sourire amusé vint couvrir les lèvres du guerrier avant que celui-là ne disparaisse, remplacé par une expression de mépris et de dégoût. Ses mots glissèrent alors en direction des tympans de Kômatsu, ne souffrant d'aucune hésitation :

-De beaux discours pour un mec qui ne veut que s'enrichir. Vous, les "libres", êtes les pires des hypocrites... Tu penses que si se libérer de ces colliers était aussi facile, des tonnes de personnes auraient à en souffrir ? Si je tente quoi que ce soit contre eux, je meurs, c'est aussi simple que ça. Alors tu m'excuses, mais ton pseudo côté fraternel, je m'assoie dessus.

Sans laisser à son ennemi le temps de lui briser le bras, Rokel fit un mouvement sec du buste pour briser la position de son opposant. Il enchaîna avec un coup de boule qui visait à l'étourdir et à le projeter au sol pour lui apprendre la vie. Si la majorité des gardes réagirent également, tirant dans la direction du hors-la-loi tout en prenant garde à ne pas blesser leur marchandise, Nolengton en revanche resta bien gentiment dans son coin, en bon spectateur, subissant alors les injures de quelques gardes :

-Va te battre, déchet !
-Désolé, messires, mais je ne puis accéder à cette requête... L'honneur m'interdit de frapper un homme déjà aux prises avec un autre.


Présentateur de la vente, Tonkoni.

-Ouaaah ! Par pitié, me buttez pas !

Bien contraint, Tonkoni écouta les questions de la jeune fille qui le menaçait tandis que la situation se dégradait sévèrement, de manière générale, dans l'établissement de vente aux esclaves. Le sang coulait à flot, de plus en plus, et un simple civil comme lui n'avait rien à faire dans une telle boucherie... puisqu'il était absolument incapable de tenir une arme correctement et encore moins d'en faire usage, le présentateur décida bien évidemment de faire preuve de sagesse et de dévoiler aux ennemis les informations qu'ils lui demandaient, refrénant difficilement son envie d'uriner.

-Y a qu'un seul passage, celui dont vous ressortez ! Enfin non, c'est aussi possible de passer par l'extérieur mais...
-WOOO, BANDE DE FILS DE PUTE ! CA SUFFIT LES CONNERIES ! MAINTENANT VOUS SORTEZ, VOUS FOUTEZ VOS PUTAINS DE MAINS SUR VOS PUTAINS DE TÊTES ET VOUS VOUS EXCUSEZ AUPRÈS DE VOS MAMANS POUR AVOIR ÉTÉ DE VILAINS ENFANTS !


Colonel Strongue et Commandant Vervenne.

-Colonel, voyons, ça n'est pas la peine d'être aussi grossiers...
-J'SUIS GROSSIER SI J'VEUX, VERVENNE ! SI JE VEUX DIRE QUE CE SONT DES FILS DE PUTES, JE LE DIS, POINT BARRE !

Strongue braillait de sa voix rocailleuse dans un Den Den Mushi, lequel était retransmis à des hauts-parleurs susceptibles de faire entendre sa voix à des kilomètres à la ronde. Toutes les personnes à l'intérieur de la salle aux esclaves étaient donc désormais parfaitement au courant que la marine encerclait la bâtisse... Les effectifs déployés étaient assez impressionnants, mais il n'y avait rien d'extraordinaire lorsque l'on considérait que la sécurité d'un Roi était en jeu. Le gigantesque colonel plaça à nouveau le combiné juste devant son casque et hurla à nouveau :

-MAINTENANT VOUS ALLEZ GENTIMENT SORTIR OU JE RENTRE ET JE VOUS BOTTE LE CUL TELLEMENT FORT QUE LE RÉSULTAT SERA LE MÊME AVEC DES JAMBES EN MOINS !


Abraham est lvl 36.
Peli est lvl 31.
Lambe est lvl 17.

Rokel est lvl 23.
Enricke est lvl 34. Le reste des gardes est toutefois bien moins résistant (lvl 10-15)
Karjo est lvl 28.

En gros :
Enricke bloque les lames d'air d'Ayabusa et réplique avec une autre, un estoc plus précisément.
Krake parvient à abattre deux gardes, mais les autres le tiennent en respect. Mélina n'a pas le temps d'atteindre le couloir qu'Abraham en surgit. Il se précipite à une vitesse extraordinaire vers Krake, au niveau de son dos, et tente de le transpercer d'une main.
Il veut tuer tous les ennemis présents dans la salle, vous pouvez vous en douter sans la moindre difficulté.

De l'autre côté, Karjo bloque les assauts de Rei avec son bouclier, montre son collier pour dire qu'il est esclave et tente de la chasser d'un coup de massue dans le ventre.
Rokel tente de se dégager de l'emprise de Kômatsu en tirant sur son bras d'un coup sec et en tentant un joli coup de boule. Les gardes tentent de l'aider en tirant sur Kômatsu en essayant de ne pas toucher Rokel. Nolengton reste dans son coin.

Tonkoni annonce qu'il est possible de passer par l'extérieur mais... Surprise, la marine est là ! Strongue et Vervenne sont juste devant la porte, mais ce sont pas les seuls gradés présents, bien sûr.




Du coup j'ai considéré qu'Abraham était enfermé dans le couloir comme Ren voulait le faire. Rei ne peut donc pas le croiser et surtout pas passer à côté de lui sans qu'il attaque é___è
Donc ouais, pour rappel, le but est pas de battre tous les PNJs hein, va falloir songer à vous tirer avec la caisse Razz
Revenir en haut Aller en bas
Ren Tao
Crimson Beast
avatar
Messages : 975
Race : Humain
Équipage : Shadow Ghost

Feuille de personnage
Niveau:
44/75  (44/75)
Expériences:
23/500  (23/500)
Berrys: 293.350.000 B

MessageSujet: Re: [MISSION] Le casse du siècle    Mar 29 Sep - 15:58


Chaos !!!

La situation était brûlante. Niveau salle aux enchères, tout devenait de plus en plus dangereux. En effet, Ayabusa admirait avec étonnement son adversaire se défaire de ses lames d'air avec une facilité énervante. Cet adversaire lui rappelait vaguement cet épéiste sur le navire d'Oda, mais qu'importe... S'il fallait sacrifier un bras pour vaincre, nul doute que notre petit cerveau sur patte n'hésiterait pas. Pour le butin actuel, perdre un membre n'est absolument quand, surtout si au final, argent et prime sont a rendez-vous. Ainsi donc, dès que les premières lames d'airs étaient brisés comme si elles n'étaient qu'un simple échauffement pour lui, il se mis en garde. Le coup partit tout seul et la seule option acceptable lors d'un coup porté à la tête, c'est l'esquive. Usant d'une certaine rapidité et réflexe - prouvant ses talents d'épéistes pur - le jeune homme s'écarta légèrement tout en interposant sa lame de qualité afin de dévier un peu plus la lame et l'écarter de sa tête. Sa lame servant " d'écran ", il ne serait pas possible d'enchaîner avec un geste en écharpe sans prendre d'élan avant. Les ordres sonnaient faux aux oreilles du jeune homme et ce n'est qu'après avoir remis ses lunettes sur le bout de son nez qu'il reprit la parole toujours avec sérieux, montrant clairement le fait qu'il le prenait au sérieux cette fois.

" Navré, mais toi et moi semblons avoir un point commun : nous sommes les bons chiens de nos maître et le mien m'a donner pour ordre de capturer ton petit prince... Donc .. "


Sans tarder, sa main avait plongé dans sa poche pour en sortir deux dagues qu'il lança en direction du visage du petit blondinet, et simultanément, il donna un bref coup de lame pour séparer leurs lames. Le geste suivant, ou plutôt le combo qui voyait le jour était le suivant. Tandis qu'il essayait de voir comment il allait esquiver ou contrer le coup tout en le mettant potentiellement en danger en même temps, le hors la loi dégaina sa deuxième lame - appartenant à un ancien soldat d'Oda, pour les connaisseurs - et sans plus tarder, il exécuta la même technique en double afin de doubler ses chances. Mais malgré sa stratégie, il gardait à l'esprit que ceci ne serait pas jouer d'avance.

Toujours dans la même pièce, simultanément avec les coups d'Ayabusa, beaucoup de choses se passaient. En effet, lors de l'échange entre Ayabusa et Enricke, une forme monstrueuse était apparue et menaçait désormais notre homme poisson. Sans Haki, ou d'yeux dans le dos, impossible de voir le coup venir, mais ça, s'était sans compter le travail d'équipe qui était le point fort du groupe actuel.

" KRAKE DERRIERE !!! "


La voix de la petite Mélina raisonna et alors que le coup Abraham partait, l'homme requin se mis d'un coup sec à genoux, laissant le coup partir dans le vide. Et sans tarder, ayant vu que les sous-fifres du roi ne faisaient que protéger et dissuader au lieu d'attaquer, le squale usa de sa queue en essayant de faucher les jambes de son invité surprise. Tout en se retournant - pour le faucher avec sa queue qu'il avait mis entre ses jambes - il tenta alors de frapper la mâchoire de l'homme en imbibant son bras entier de haki. S'il y avait bien une chose que le requin détestait, s'était clairement les attaques dans le dos.. Que lui les fassent ok, mais les recevoir, hors de question. Après tout dans l'histoire, les S.G sont les "enfileurs" et non les " enfilés ". Si tout ce qu'il avait prévu fonctionnait, dans un élan de rage, le requin tenterait même de mordre sa cible à la nuque, mais sans haki par contre, gardant ce dernier au niveau des bras.

Les autres dans la pièce, à savoir Mélina voyaient que visiblement bloquer le chemin ne servirait plus à rien. Les gens étaient tous sortis et désormais, il fallait penser à sortir, à moins que Ren ait des plans plus vilains dans ce cas précis.

Et en effet, j'en avais. Marchant à un rythme régulier, j'avais désactivé mon haki après avoir clairement noté la position de Rei et donc la direction à prendre. Sa présence était toute proche et doucement mais sûrement j'entendis des bruits d'affrontement. Hm ? Visiblement, elle avait encore des ennuis. Soupirant de lassitude, je me concentrais afin de visualiser mon objectif et me concentrer uniquement sur celui-ci. Une fois que j'entendis les bruits assez proche, je vins à me concentrer. Ni une ni deux, je débute une course rapide et une fois que j'ai identifié les cheveux rouges de ma belle, je me dirige précisément sur l'autre silhouette avant de lancer mon attaque une fois à portée suffisante. Un sifflement se fait entendre et paf, le coup disparait. Mon bras vise le ventre de la bestiole et sans même voir si le coup fonctionne, je reprends ma course en allant cette fois vers la salle des esclaves. Il fallait vite se dépêcher à s'en aller, sans quoi.. Mais pas question de partir avant d'avoir des sacs remplit de billets verts et de pièces en or.

Déboulant à toute vitesse, j'étais enfin là où Kômatsu se trouvait. Visiblement du monde était là et l'ambiance aussi ici était amusante. Malheureusement, je n'étais pas d'humeur à faire la fête, regardant les quelques personnes qui criait, ou qui s'attaquaient à certains et certaines. Mon regard se posant sur ce qui semblait être la porte d'un coffre, je regardais les quelques gardes et sans même me soucier des histoires de commandes de collier ou autre, je vins simplement lancer des lames en direction de ces gardes avant de lancer d'un ton glacial aux possibles esclaves.

" Soyez avec nous, ou contre nous. Brisez vos chaînes, ou mourrez tout simplement. "

Pas de choix, si ces esclaves s'interposaient entre moi et mon argent, je réagirais. Idem pour mes collègues, nous n'allions pas nous laisser avoir si facilement. Tandis que j'allais donc m'occuper principalement des gardes et possibles esclaves avant d'aller au coffre, voilà qu'un grand bruit se fit entendre. Super... la marine. Haussant un sourcil, je vins à simplement soupirer de lassitude. Des emmerdeurs jusqu'au bout hein ? Sortant mon den den mushi, celui-ci se mis à sonner. Chaque membres recevait le même appel et une voix aussi excitée que celle de dehors se faisait entendre.

" Allôooo ? Hey les mecs, j'espère que vous avez bientôt terminé car le taxi arrive bientôt... Hey... Mais ils ont encerclés tout ça dis do... Who putain, la gueule du vélo, c'est un golem ce truc ? Il gueule comme une fiotte... "

Sans tarder, nous pouvions entendre un petit bruit de mouvements et un grand son strident se fit entendre, comme quand on parle mal dans un micro. Une fois les réglages terminés, au loin, une voix se faisait entendre. Gin semblait vouloir montrer que faire le show, il savait le faire autant que le fameux colonel.

" HEY LES MARINES !!! Vous voulez jouer dans la cours des grands ? On envoie chacun de vos hommes chez les péquenauds. Vous allez le sentir, on vous le garantit. Ils vont vous inspecter par tout les trous !!! Votre médecin de campagne, faudra qu'il fasse importer dix tonnes de pommade pour vous soulager de vos hémoroïdes, alors faites place et laissez passer bordel !!! "

Riant intérieurement à ces dires, je ne me doutais pas de la suite. En effet, le one man show ne s'arrêtait pas là. Ouvrant la porte de la nacelle du dirigeable qui se voyait de plus en plus et qui se dirigeait clairement vers le bâtiment sous le feu des projecteurs aujourd'hui, il vint à tirer une roquette qu'il avait trifouillé. Celle-ci était classique en soit, mais si quelqu'un avait une longue-vue, il pourrait remarquer des paquets intriguant collés avec du sparadrap sur cette tête de roquette. Le jeune homme avait prévu un coktail explosif et tandis que la première roquette visait les hommes qui étaient vers l'entrée de derrière, celui-ci tira une seconde roquette trafiquée en direction des hommes qui se trouvaient devant l'entrée principale du bâtiment. Mais bon, celui-ci avait oublié qu'avec l'angle de tir et la distance la roquette risquait plus de toucher au niveau du plafond proche de l'entrée et non pile où se trouvait les hommes plus loin. Hors de portée jusqu'à preuve du contraire - à l'exception de personnes ayant des armes à longue portée - il espérait faire une entrée en scène qui résumerait bien ce casse : l'entrée du siècle.

Et quand bien même il était la surprise de ce jour, je ne devinais même pas ce qu'il avait lui-même négocié avec nos amis de Fenko.


CODE DE PHOENIX O'CONNELL POUR NEVER UTOPIA





Résumé :
Spoiler:
 

Tech utilisées :
Spoiler:
 

Krake : lv35
Ayabusa : lv 32
Gin : lv 28
Mélina : lv 16

_________________
Il n'y a qu'une seule vérité...

Ce monde m'appartient.

Dita | Epicode
Revenir en haut Aller en bas
Rei Mitsuyori
Hateful Wolf
avatar
Messages : 453
Race : Humaine

Feuille de personnage
Niveau:
35/75  (35/75)
Expériences:
151/250  (151/250)
Berrys: 550.000 B

MessageSujet: Re: [MISSION] Le casse du siècle    Mer 30 Sep - 16:31

Casse du siècle
feat. Ren & co

Raaaah… Pourquoi ont-ils tous le don de me foutre en rogne ? Tous autant qu’ils le sont ! Déjà Ren parce qu’il ne m’a pas laissé tuer Péli comme je le voulais et là ensuite, cet homme bête qui se croit plus malin que les autres ! Et en plus de ça, ce mec qui pare toutes mes attaques… grrr… Puis reculant un instant, il me montra un collier d’esclave… Pourquoi est-il avec ces mecs ? Tout de suite cette question me vient à l’esprit. Pourquoi ne les libère-t-il pas lui aussi ? Rah et puis merde, ça ne changera en rien que je compte moi-même les libérer avec toute la volonté que j’ai. Ma vigilance a baissé quelques secondes… suffisamment pour me prendre son coup de massue dans le ventre et m’exploser un peu plus sur le sol alors que je crachais mes tripes limite. Et il part comme si de rien n’était. C’est quoi son problème à lui sans déconner ?! Je l’aurais bien rattrapé mais dans l’immédiat, ça ne va pas être super possible. Okay, ma forme hybride a quand même bien amorti le choc mais tout de même ; ça fait mal. Et Ren qui déboule ni une ni deux ; enfin c’est en ressentant principalement son odeur.

Ça devient le foutoir complet… En me relevant, j’entendis d’autres bruits. Merde apparemment, la marine s’est invitée sur les lieux. Grr… ça me fout encore plus en rogne. D’ailleurs le prochain qui s’oppose à moi, amis ou ennemis, je lui fracasse le crâne très clairement. Tous mes plans personnels sont tombés à l’eau là ! Enfin, presque tous mes plans on va dire. Bon, je me retrouve du coup libre d’avoir accès à toutes les cages des esclaves. Et bien, il va sans dire que je vais faire mes petites affaires et tous les sortir de là ! J’ai juste plutôt intérêt à me bouger le cul en sachant que les gêneurs sont un peu trop nombreux par ici. Tss… je ne cherchais même pas à savoir pourquoi on me dérangeait encore une fois alors que je n’avais envie que d’une seule chose ; les tuer tous autant qu’ils sont. Bref, me dirigeant vers les cages des esclaves, je voyais bien que ceux-ci avaient quand même un peu la frousse. Normal… mais comme je n’ai pas les clés, c’est plus simple si je suis sous ma forme hybride pour faire en sorte de casser les cadenas. Vous savez à la force brute.

« Hé doucement… je ne vous veux aucun mal. Bien au contraire, je viens pour vous libérer. Mais la marine est dans le coin alors il va falloir que vous vous échappiez très vite si vous voulez survivre. »

Si j’avais suffisamment de temps, oui je les aurais accompagnés jusque dans un endroit où il n’y avait pas d’ennemis mais là bien malheureusement, c’est un peu raté. Et le truc maintenant, c’est les colliers… Je n’ai pas pu récupérer la télécommande et Kômatsu ainsi que son adversaire doivent encore se battre. Ça va être la grosse galère ça… Je n’y avais pas tout de suite pensé et je sais par ailleurs que l’on ne peut pas se défaire de ces colliers tout seul comme un grand. Dafuq voilà comment on veut jouer aux héros sans avoir la seule chose qui permettrait à ces esclaves de vivre en liberté. Je finis par passer un coup de den-den à ceux qui étaient dans le coin.

« Celui qui me trouve la télécommande pour les colliers, qu’il me l’apporte merci. »

Je n’ai pas réussi à localiser cette petite merde jusqu’au bout donc bah maintenant, c’est quitte ou double en fait. Je déteste ce genre de plan où il y a trois milles adversaires gênants… Croisant les bras, tout en faisant les cents pas devant les cages des esclaves, comment est-ce que je vais bien pouvoir les libérer si je n’ai pas cette fichue télécommande. Et est-ce que surtout, je vais pouvoir arriver à les libérer toute seule. Le temps nous manque et ça devient de plus en plus urgent. Hors de question que je laisse ces esclaves ici. Ce serait une grande défaite personnelle et je crois que je ne pourrais jamais pardonner à mes amis si on n’arrive pas à les libérer à temps.

____________________________
Fiche RP © codé par Hans sur Apple Spring



résumé:
 
Revenir en haut Aller en bas
Yao Ming
Trafiquant
avatar
Messages : 363
Race : Humain.
Équipage : Hyakki Yokou Gang

Feuille de personnage
Niveau:
31/75  (31/75)
Expériences:
231/250  (231/250)
Berrys: 718.156.025 B

MessageSujet: Re: [MISSION] Le casse du siècle    Mar 6 Oct - 23:13



Le Bal des Voleurs .08






Y
ao frétillait d'excitation. Lui qui était un adepte incontesté de la bagarre, bien qu'il ce soit calmé avec le temps, ne pouvait rester de marbre face à tant de violence commis en cette salle des ventes transformée en cauchemar pour les riches marchands et autres bourgeois qui se sentaient pour la première fois de leur vie si impuissant.

Alors qu'il venait de quitter sa petite protégée, il avançait d'un pas sur vers sa cible : le Roi. Un sourire malsain se dessinait sur ses lèvres. La garde royale semblait avancée vers la sortie et Ayabusa les bloquait. Yao, lui, montait tranquillement les marches vers ce petit groupe et dans leur dos, s’apprêtait à attaquer. Ou du moins, à les canarder. Car c'est vrai, depuis qu'il venait de prendre en otage la pièce, il ne s'était toujours pas amusé avec ses petits joujous !

Dégainant alors ses deux armes à feu : son pistolet et son fusil-mitrailleur, Yao les chargea rapidement de balles spéciales pour une meilleure déflagration. Son calibre était rempli de plombs en acier trempé, beaucoup plus puissant que de simples balles. Son homologue, le fusil-mitrailleur, lui était chargé avec des balles en acier chemisé, beaucoup plus rapide cette fois-ci.
Et c'est avec un rire machiavélique qu'il se mit à fusiller à tout va et sans distinctions particulières la garde royale qui entourait le Roi. Ses balles fusèrent dans tous les sens, et par leur puissance ou leur vitesse allait certainement en dérouter plus d'un. Puis, quand ses chargeurs se vidèrent, Yao les changea tout simplement, et recontinua à presser la gâchette sans arrêts canardant encore et encore ses ennemis.

Outre le fait que ses seconds chargeurs venaient encore de se vider, c'est bel et bien une voix enraillée qui le fit arrêter son délire. Ces salauds, c'était la marine qui venait d'encercler le bâtiment. Bien, fallait croire que les hors-la-loi ne c'étaient pas assez magnés le cul !
Ces enfoirés de bleus étaient encore gérable à la limite, un paquet d'otage était à la disposition des criminels. Mais un bruit et une certaine aura monstrueuse attira l'attention du voyou. Abraham, le chef de la garde ... C'était lui alors que Aliyah avait croisée ... Il était en train d'affronter Krahe, le squal. Yao avait confiance en l'homme-requin, du moins assez pour qu'il puisse le tenir à l'écart quelques temps.

Sortant son Den Den Mushi, Yao rangea ses calibres un instant et s'adressa à Ren et les autres par le biais de l'escargophone :

- Oh les gars, faudrait songer à se manier le derch' la ... On à des invités surprises, et devinez quoi ? Ça commence vraiment à s'affoler ici !

Ce message s'adressait au second groupe : Ren, Rei et Komatsu. C'était à eux de trouver le coffre et de se tirer, pendant que tous les autres présents dans la salle de vente faisait office de barrage ou bien d'animation. Mais parallèlement, ce message s'adressait aussi à lui-même. Il était temps d’accélérer la démarche. Et bien que tout commençait petit à petit à partir en couille ici, selon Yao, le Roi était réellement la seul clef de sortie qui pouvait faire peser la balance du côté de la fine équipe. Et pour l'utiliser à sa juste valeur : comme un otage de premier ordre, il devait tout d'abord s'occuper de son garde Enricke ...

Ayabusa se préparait à attaquer. Le voyou ne savait pas encore ce que son collègue allait faire, mais vu la différence de niveau qu'il y avait entre eux, une attaque rapide et mortelle dans le dos était sa meilleure chance ! Plaquant ses mains l'une contre l'autre à la manière d'une prière, le corrompu marmonna alors ces quelques mots :

- Ô Grand Bouddha, j'en appelle aux esprits de la troisième voie, donne moi ta force et réincarne en toi en moi, Shinobi l'Assassin de l'Ombre !

Son corps se rapetissa alors. Sa peau se ternie quelque peu et son regard était devenu plus obscur : Yao venait d'utiliser sa fameuse technique du Retour-à-la-Vie, lui permettant d'accéder à ses esprits du cycle bouddhique.

Ne permettant même pas aux témoins de comprendre la scène, Shinobi aperçut alors qu'Ayabusa se mit à attaquer Enricke. Tel un éclair, le voyou réincarné usa de sa technique de célérité Reiheki pour atteindre le dos d'Enricke en une fraction de seconde, laissant des étincelles derrière lui, et dont la vitesse de son mouvement était amplifiée par la renaissance qu'il avait subit.

Armant son bras, l'Assassin de l'Ombre ne calcula même pas les autres gardes royaux. Sa seule cible était Enricke qui était en train de combattre Ayabusa. Contractant alors tous ses muscles de l'épaule jusqu'aux doigts, le Shaolin porta alors son attaque Guan Dao dans le dos de son ennemi. Cette technique littéralement surnommée la Hallebarde était reconnu pour son efficacité. Yao avait misé sur la vitesse de son enchaînement ainsi que de son attaque simultané avec Ayabusa pour en finir une bonne fois pour toute avec ce foutu Enricke ...


Aliyah de son côté était très remonté. Ses menaces envers Tonkoni avaient fonctionnées, mais le malheureux ne pouvait que lui avouer qu'il n'avait aucun autres moyens pour accéder au coffre que le passage qui était désormais boucher.

S'écartant alors de quelques pas, l'air de bouder, la jeune fille réputé pour avoir une QI de génie se mit à réfléchir ... Bordel, elle qui était apparemment super intelligente ne trouvait pas une solution à tout de bazar ?! Se retournant vers le jeune homme qui lui servait de compagnon ... Ou de bouclier humain, elle lui adressa alors ces mots sur un ton fâché :

- Bordel Chapeau-grenouille, t'as pas une idée toi ?! Soit utile pour une fois !

Et c'est à la fin de sa phrase qu'elle entendit du bruit venant du couloir. Discrètement, elle s'approcha du rideau et sortit sa petite tête de fouineuse pour y jeter un œil. Ce qu'elle y vit l'énerva encore plus ... Ce foutu Abraham était de retour ! Et il semblait combattre avec Krahe, l'homme-requin des potes à son grand-frère !

Cet enfoiré ... Il l'avait bien nargué la dernière fois ... Et la il semblait assez occupé avec le squal pour s'apercevoir même de sa présence ... C'était l'heure, l'heure pour une jeune vampire pleine de fierté de se venger. Sortant une lame de son manteau, elle allait tenter d'aider la poiscaille sans se faire repérer.

- Tiens ... Tu voulais faire le malin, bouffe moi ça enflure ! Ghost Attack !

Elle envoya sa lame à la vitesse d'une balle. Elle venait de viser son dos, et espérait vraiment que son attaque surprise allait fonctionner. De plus, elle réservait une autre petite surprise, car vraiment si Abraham par je ne sais quel miracle arrivait à éviter la lame, une seconde avait été projetée et était cachée dans son ombre. Celle ci, pour sur, allait faire mouche !

Restant toujours cachée derrière son rideau, la jeune vampire guettait alors le tournant de la situation ...
Crédit: Neko-chan in Never Utopia


Techniques utilisées:
 
Revenir en haut Aller en bas
Fudo
Le Roi Fou
avatar
Messages : 549
Race : Humain
Équipage : Shadow Ghost

Feuille de personnage
Niveau:
31/75  (31/75)
Expériences:
227/250  (227/250)
Berrys: 353.905.000 B

MessageSujet: Re: [MISSION] Le casse du siècle    Mer 7 Oct - 18:21



- Le casse du siècle -


La diplomatie était sûrement l'un des domaines où j'étais le moins doué malgré toute ma préparation dès mon plus jeune âge. Et ce jour-là, moi qui voulu me relancer dans ce domaine en espérant pouvoir avoir quelques résultats positifs, je fus encore une fois rejeté. Faute de talent ? Mon faciès ? Mes mots ? Ou l'on pouvait voir que je m'en tapais totalement de l'histoire de ces esclaves ? Mon opposant vint, suite à un petit discours énervant, à briser ma posture et me porta un coup de boule que j'amortissai du mieux que je le pouvais en ramenant ma tête en arrière durant le choc. Durant ce cours laps de temps, je repérai quelques mouvements dans mon champ de vision, et instinctivement je sus ce qui se tramait, les gardes tiraient alors en ma direction et ce fut rapidement que je rappliquai en reprenant ma forme insecte pour ainsi éviter les balles. Suite à cela j'entendis deux voix familières dans la salle, la première était Rei, apparemment cette dernière était au courant pour les colliers et souhaitait les libérer plutôt que de remplir la mission. La seconde voix me réconforta néanmoins, Ren venait d'arriver à l'endroit où je me trouvais et avec une seule phrase me remit les idées aux claires. Ainsi je concentrais toute ma rage envers mon opposant et - sous la forme d'un frelon, sans qu'il puisse me suivre des yeux à moins qu'il fut entraîné pour cela - m'envolai à quelques mètres au-dessus de sa tête. Mon bras gauche n'était plus utile pour un combattant d'un tel niveau, ainsi mon attaque allait être simple, rapide et efficace. Je fonçais alors sur mon adversaire, reprenant ma forme hybride et arrachant mon dard gauche - après l'avoir imprégné au maximum de mon venin - de la main droite avant de ramener cette dernière en arrière tandis que je plaçais mon bras inutile en écran dans le but de parer tout attaques imprévisibles de peau brune. J'arborais un grand sourire, ce combat me plaisait désormais. Je n'étais plus restreins, par sa présence, Ren m'avait libéré de toute restriction. Je pus dès lors me donner à cœur joie sans penser au reste. Rokel et moi, tant que l'un de nous deux étaient encore en vie je ne pouvais me concentrer sur autre chose.

-Les types bornés comme ça c'est vraiment énervant, si tu ne veux pas me suivre malgré tout ce que je t'ai dit, alors crèves et va pleurer en enfer !

Au fond de moi, je ne pensais pas cela, je souhaitais le remercier, lui et Ren, de m'avoir permis de m'élancer dans un combat passionnant, même s'il allait surement être très court. L'adrénaline, le sang bouillonnant dans tout le corps, c'était la meilleure chose à ressentir pour un combattant, Rokel avait-il choisi de survivre malgré toutes ces chaînes pour pouvoir vivre cela ?

Sans plus attendre, je balançais mon bras gauche, d'une rotation de buste, dans sa tête afin de perturber son champ de vision et de le gêner dans sa possible réaction, puis tout en retombant je m'apprêtais à lui planter mon dard arraché dans la gorge. Néanmoins, au vu de ma position, du facteur gravité, et de mon élancement, mon aiguillon allait surement atteindre sa clavicule droite. Ainsi nous nous retrouverions tous les deux au sol, lui écrasé par mon poids en train de luter pour retirer mon dard. Si mon coup fonctionnait, ce type allait avoir de sacrés problèmes, j'espérais à ce moment qu'il possédait quelques allergies aux venins pour encore plus augmenter son impact. Diarrhée ? Nausée ? Vomissement ? Comment allait-il réagir ? Si tout avait fonctionné, j'espérais pour lui qu'il était solide, puisque - faisant confiance à Ren pour s'occuper des gardes - je concentrais déjà toute ma force dans mon bras droit dans le seul but de briser cet esclave et de le faire taire une bonne fois pour toute


Revenir en haut Aller en bas
Kitchiro Nagami
La Grenouille Fantôme
avatar
Messages : 331
Race : Humain
Équipage : Bandlands Outlaws

Feuille de personnage
Niveau:
22/75  (22/75)
Expériences:
116/120  (116/120)
Berrys: 148.389.000 B

MessageSujet: Re: [MISSION] Le casse du siècle    Mer 7 Oct - 23:19




« Le Casse du Siècle  »



La vampire avait réussi son intimidation, l'homme avait parlé sans trop de problème, mais sa réponse n'était pas satisfaisante. Les deux entrées et sorties pour le coffre étaient soit par l’extérieur soit par le couloir que Kitchiro et la fillette avaient emprunté. Mais une personne à l’extérieur parlant si fort que tout le monde à un kilomètres à la ronde pouvait l'entendre, Pour cela il fallait sûrement remercier les den den mushi. Cependant il ne pris pas la parole si fort pour rien, l'homme était un marine et ordonnait aux brigands de se rendre. Le bâtiment était dont encerclé par la marine, avec des hauts gradés pour aider le roi à sortir, or les brigands tel que Yao ne l'entendaient pas de cette oreille. Kitchiro compris que la Marine était surtout là pour le roi car ce groove était un groove de non droit, il fallait donc mettre la main dessus pour pouvoir s'en sortir vivant car l'étau était presque fermé mais la clé était encore à porté de main. La fillette de son côté avait l'air aussi de s'exciter un peu avec l'arrivée de la Marine :

-Bordel Chapeau-grenouille, t'as pas une idée toi ?! Soit utile pour une fois !

Il fallait agir et vite alors tout d'abord Kitchiro parlant en direction du présentateur qui s'était entre temps uriné dessus puis répondit à la vampire :

-Toi là, la tapette, aujourd'hui est ton jour de chance tu ne décédera pas de ma main car je te charge d'une mission si tu la rate je te retrouverai et je te saignerai comme un goret compris ? Tu dira au Marine et compagnie que la Révolution n'est pas morte à Baltigo, elle est toujours là, dans l'ombre. Dit leur bien que le nom des Nagami va revenir sur leur bureau.
Nous sommes Légions. Nous ne pardonnons pas, Nous n’oublions pas. Redoutez nous !

La clé du casse tête est le roi, si on arrive le capturer on pourra sûrement marchander.


La fillette précéda Kitchiro et ouvrit le rideau pour y lancer pas u mais deux couteau en direction du chef de la garde qui en avait après l'homme requin, dans son Kitchiro pointa de son arme l'arrière garde royale et tira à plusieurs reprises pour vider son chargeur et pourquoi pas toucher voir tuer un ou des gardes plus concentré sur le combat qui faisait rage à l'avant que sur leur flanc. Si les tire ne faisaient pas mouche Kitchiro s'assura de servir l’intérêt de ses nouveaux alliés 

-Hé la vampire, je vais frapper l'arrière garde qui doit être distraite par l'action qui se passe à l'avant à cause de ton amis, suit moi à deux on aura plus de chance de traverser leur rang.
Sans même attendre Kitchiro partit d'un pas rapide et silencieux entre les rangées avec sa lame qui brillait d'une lumière bleue intense. Le prochain était simple : attaquer l'arrière garde pour faire tomber le cocon protecteur du roi et le capturer pour s'en servir comme moyen d'échange.





Résumé:
 


Codage de gaki sur Epicode

Revenir en haut Aller en bas
En ligne
PNJ [Civils]

avatar
Messages : 103

MessageSujet: Re: [MISSION] Le casse du siècle    Sam 10 Oct - 14:52



Karjo, Nolengton et Rokel.

Contre toute attente, Karjo était parvenu à prendre l'ascendant sur son opposante, notamment par le biais de son passé de fier guerrier mais aussi et surtout grâce à la surprise qu'elle avait visiblement éprouvée en remarquant qu'il était également l'un des esclaves de l'endroit, qui aurait normalement dû être vendu au cours de la séance interrompue. Elle ne parvint donc pas à se ressaisir à temps pour éviter un malencontreux coup de masse, qui l'expédia au sol avec virulence. Sans plus perdre son temps, comprenant que cette demoiselle n'avait rien de vraiment dangereux pour lui mais était plutôt une menace pour les gardes eux-mêmes, ce qui en soi pouvait fortement l'arranger, l'homme-bête reprit le chemin qu'on lui avait ordonné d'arpenter, en direction de la salle des ventes. Cependant, une fois encore, sa progression fut vivement interrompue : un type aux cheveux rouges déboula dans le couloir comme une furie et parvint promptement à sa hauteur, tentant de lui décocher un violent coup de poing. Avec un réflexe salvateur, la hyène parvint à interposer son bouclier au dernier moment, atténuant ainsi la blessure et les dégâts occasionnels, sans pour autant réussir à contrer la totalité de l'assaut. En effet, la force de choc fut largement assez conséquente pour l'envoyer quelques pas en arrière, et il tomba lourdement sur le sol en étant contraint de laisser son ennemi progresser. Interloqué par une interruption si brève, l'esclave grommela en commençant à se redresser, se demandant avec colère si ses ennemis continueraient à lui mettre des bâtons dans les roues tous les dix mètres ou s'il allait enfin pouvoir réaliser les ordres qu'on lui avait donné. Malheureusement, à peine fut-il debout qu'un bruit raisonna à de multiples endroits du bâtiment, semblant attirer sur son visage un air entremêlant crainte et désespoir...

Pour comprendre ce qui avait alors attiré une telle expression sur le visage de l'homme-bête, il faut se reporter à la bataille qui faisait rage, quelques mètres plus loin, et opposait Kômatsu à Rokel. L'homme à la peau d'ébène et son assaillant maudit semblaient jouer du coude et posséder une force globalement équivalente : ce constat s'affirma lorsque le brigand parvint à se libérer d'un violent coup de boule, forçant son ennemi à se reculer avant que celui-là ne disparaisse d'un coup d'un seul, en se voyant menacé par les fusils des esclavagistes. Si la plupart furent stupéfaits d'une telle prouesse, l'homme à la hache comprit bien rapidement que cela était l'oeuvre d'un fruit du démon, et que son ennemi n'était donc finalement pas vraiment disparu : il en eut la certitude lorsque le type se plaça au-dessus de lui, en forme hybride, menaçant de le transpercer de son dard d'un instant à l'autre. Comprenant que cette grosse guêpe à la forme et à la taille vaguement humaine ne lui voulait rien de bien et que se laisser toucher par une telle offensive reviendrait à laisser la victoire à son opposant, l'esclave prit la décision d'éviter in extremis en se projetant sur le côté, s'empêchant donc toute possibilité de contre-attaque même s'il aurait pu tenter de profiter de la charge héroïque pour inverser la tendance. En vérité, en combat réel, Rokel aurait probablement pris le risque de s'exposer davantage s'il avait pu entrapercevoir la victoire, mais la chose était cette fois-ci différente : il ne comptait pas donner sa vie pour le bien être des gardes qui l'avaient tant tourmenté. Il commençait donc à se redresser quand un sinistre bruit se fit entendre, précédé par l'arrivée de nouveaux criminels dans la salle : un garde, manifestement poussé à bout et craignant une révolte imminente de la part des esclaves, avait pris la décision... De les faire exploser.

Le criminel à la peau ébène et Nolengton se tournèrent comme un seul homme en direction du fautif, les visages déformés par la rage et la colère... Mais ils n'eurent malheureusement pas le temps d'agir qu'une détonation se fit entendre, projetant leurs corps carbonisés sur les dalles. Les colliers de tous les esclaves dans le bâtiments venaient d'éclater et tous, Karjo y compris, connurent le même sort, s'effondrant sur le sol comme des poupées de chiffon inanimées. Les gardes restants dans la salle tentèrent de s'emparer d'armes pour défendre le butin de leur établissement, mais ils ne feraient certainement pas le poids face à la furie meurtrière des hors-la-loi...


Roi d'Eritvol, Shokuneim V et Garde Royal Enricke.

Un lancer de dague en guise de reprise des hostilités ? Ce mec était définitivement courageux... Et il n'y allait pas de main morte ! Mais malheureusement pour lui, Enricke était également plein de ressource... Et vu qu'un type était en train de l'attaquer dans le dos, il allait faire d'une pierre deux coups ! Ainsi, lorsque Yao tenta de le transpercer d'un coup de main, le garde royal se baissa brutalement, demeurant flexible sur ses appuis pour laisser le bras de son opposant passer au-dessus de lui. Mais il ne s'arrêta pas en si bon chemin, sachant pertinemment que laisser deux ennemis l'entourer serait d'une idiotie indicible : il se propulsa en arrière, précisément dans les jambes de Yao, avant de se redresser brutalement. Le but de l'opération ? Forcer son ennemi hors-la-loi qui se trouvait derrière lui à passer devant lui, justement sur la trajectoire des lames d'Ayabusa. Ainsi, le garde pourrait non seulement s'en prémunir, mais également en profiter pour forcer les ennemis à se gêner, voire éventuellement, dans le meilleur des cas, à se blesser ! Si toutefois ce petit tour de passe-passe ne fonctionnait pas, le blondinet ne tarderait guère à jouer de son sabre pour tenir les assauts de l'autre épéiste à distance, gardant néanmoins son désormais autre ennemi à l’œil également : même s'il était nettement moins doué, il pouvait rendre l'affrontement plus dangereux en combattant de concert avec ses collègues. Autrement dit, plus que la puissance individuelle, c'était la puissance collective que le soldat royal devait surveiller : l'infériorité numérique était bien plus menaçante que ces ennemis qui, pris un par un, ne lui auraient certainement pas opposé autant de résistance.

Le reste du cortège, qui avait dû faire face aux tirs de Yao, avait déjà été globalement filtré... Et les éléments restants n'eurent aucun mal à se prémunir des balles de Nagami, continuant de progresser en formation serrée jusqu'à la sortie, en encadrant leur leader avec une loyauté inflexible.


Chef de la Garde Abraham Stoker.

Ce mec était doué, en tout cas suffisamment assez pour l'éviter après avoir été averti... Au final, cela n'était plus vraiment une prouesse. Songeant qu'il aurait pu tuer cet ennemi du premier coup si celui-là n'avait pas eu la chance de bénéficier d'alliés concentrés, le chef de la garde reporta son attention sur les actions de celui-là avant de remarquer, du coin de l’œil, du mouvement au niveau de la scène. Les gamins qu'il avait croisé dans le couloir avaient remarqué son arrivé, et semblaient désormais vouloir s'occuper du Roi... Poussant un léger juron en songeant qu'il aurait mieux fait de les tuer lorsqu'il en avait l'occasion et les glissant respectivement numéro 2 et numéro 3 sur la liste de ses cibles dans cette salle de vent, Abraham s'apprêta à observer les mouvements de son ennemi lorsque deux couteaux se mirent à filer dans sa direction. Enfin, officiellement un seul, mais cette gamine était terriblement, effrontément lente : il n'avait eu aucun mal à détailler ses mouvements sans même y prêter une quelconque attention. Pourquoi ? Parce que l'homme le plus rapide, ici, c'était lui, et de très loin. Il le prouva d'autant plus lorsque l'homme-poisson tenta de lui faucher les jambes d'un coup de queue : la main que son opposant avant évité vint se placer sur la tête du squale, dans une position dominante humiliante pour tout combattant qui se respectait, et le vampire profita de cet appui pour passer au-dessus du criminel et ainsi laisser le coup de poing frapper le vide. Une fois de nouveau sur ses pieds, le Stoker au zoan se prépara à attaquer à nouveau... Avant de se raviser. Même s'il n'avait que très peu de chances de défaite dans l'état des choses, ce n'était pas la victoire, son objectif... Mais la survie du souverain qui se trouvait désormais juste derrière lui. Le chef de la garde, un sourire aux lèvres, donna un coup de pied sur l'un des débris, autrefois siège, qui gisait au sol non loin de lui. Le but ? Forcer Krake à se reculer ou à se protéger et gagner une simple demi-seconde. Pourquoi faire ? La réponse fut bientôt donnée.

En effet, Abraham se tourna en direction du roi qui, pour la première fois depuis le début des hostilités, sembla désarçonné sinon complètement inquiété. Réaction plutôt naturel, quand on considérait qu'un buveur de sang aux capacités carnivores nous fonçait dessus à vive allure... Mais le chef de la garde ne l'exécuta pas, contrairement aux apparences. Non, il l'attrapa simplement par le col et... Le balança fermement à travers l'une des fenêtres non loin, sous le regard stupéfait et horrifié de la plupart des gardes, y compris d'Enricke qui ne put que pousser un hurlement tandis que Shokuneim apprenait à voler :

-Votre majesté !

Suite à cela, le vampire se tourna en direction de l'homme-poisson, un sourire carnassier sur le visage, et prit la parole à son tour, plus calmement et bassement :

-On en était où, déjà ?


Colonel Strongue et Commandant Vervenne.

Un putain de dirigeable. C'était un putain de dirigeable ! Et le type qui le conduisait avait l'audace de provoquer le colonel tout en jouissant de sa distance raisonnable, bien à l'abri à quelques dizaines de mètres de haut ! Strongue fulminait, frappant du pied au sol, et les offensives adverses ne firent qu'aggraver son état : le premier missile alla en effet percuter ses subordonnés présents à l'autre bout de l'établissement de vente aux esclaves et, à en croire les cris qui en venaient désormais, personne n'avait été en mesure de prévenir une telle offensive. Au contraire, lorsqu'il comprit que leur ennemi allait prendre la décision de réitérer la même action sur les troupes stationnées à ses côtés, à l'entrée du bâtiment, il prit momentanément la décision de réduire les essais de ce criminel à néant. Ainsi, quand un projectile fondit dans leur direction, quoique manquant de précision et menaçant d'éclater sur la façade de l'édifice d'un instant à l'autre, la main du gradé de la marine partit en direction dudit projectile d'un coup sec et le frappa en plein vol, le faisant détonner. Une chaîne s'actionna alors, ramenant la main indemne au titan d'acier qui poussa à nouveau quelques injures, toujours dans son Den Den Mushi pour s'assurer que tout le monde l'entendait bien :

-TOI, L’ESPÈCE DE FIOTTE, TU JOUERAS MOINS AU GUIGNOL QUAND JE T'AURAI CHOPÉ ! TE CACHER DANS UN DIRIGEABLE... T'ES VRAIMENT QU'UN SALE PLEUTRE ! J'TE JURE QUE JE VAIS TE LE FAIRE REGRETTER, ENCULÉ DE MES DEUX !
-Ah.. Colonel, par la fenêtre !
-DE QUOIIII ?

L'escargophone toujours bien en main, le colonel se tourna en direction de la fenêtre indiquée par l'un de ses subordonnés : celle-là vola en éclats au même moment, laissant ainsi passer un Roi légèrement blessé mais surtout grandement effrayé, et fendant les cieux en direction de marines soudainement désorganisés. Les ordres du supérieur en place furent clairs :

-BORDEL DE MERDE MAIS RATTRAPEZ-LE, BANDE DE CONS ! RATTRAPEZ-LEEEEE !

Ne se faisant guère prié davantage, Vervenne bondit en l'air lorsque le monarque se trouvait à sa hauteur et parvint à le réceptionner en évitant les blessures supplémentaires, le protégeant dans leur chute et leur roulés boulés. Pour Shokuneim, cette journée avait été sans conteste la plus mouvementée depuis des lustres...


Abraham est lvl 36.
Peli est lvl 31.
Lambe est lvl 17.

Rokel est lvl 23.
Enricke est lvl 34. Le reste des gardes est toutefois bien moins résistant (lvl 10-15)
Karjo est lvl 28.

En gros :
Karjo est percuté par Ren, et Rokel évite l'assaut de Kômatsu en renonçant à une contre-attaque, en se propulsant sur le côté. Ils n'ont pas le temps de se relever que leurs colliers explosent, actionnés par l'un des gardes inquiétés. Le reste de la garde tentera de vous vaincre mais vous pouvez nettoyer la salle sans la moindre difficulté, ça n'est que du menu fretin !

Enricke se baisse quand Yao l'attaque et essaye de se projeter dans les jambes de Yao pour passer derrière lui d'une manière un peu brutale. Du coup, Yao se retrouverait dans ce cas-là en danger, puisque les attaques d'Ayabusa le menaceraient.
Si ça ne fonctionne pas, Enricke utilisera sa lame pour se protéger !
Les autres gardes continuent de progresser, il leur faudra plus de quelques balles pour tomber (puisque globalement, seuls les lvls 15 restent, en gros).

Ensuite, Abraham évite les assauts en passant par-dessus Krake et... Attrape Shokuneim pour le balancer par la fenêtre, vers l'extérieur, en direction des marines, donc. Impossible de briser ses mouvements, vu qu'il est purement et simplement basé vitesse et que comme dit, il supplante tout le monde dans la salle dans ce domaine. Par contre, Krake a l'initiative par la suite, puisqu'au lieu d'attaquer, Abraham a protégé le roi, Krake peut en profiter pour attaquer.

La première roquette éclate au niveau des troupes de la marine posées à l'arrière du bâtiment. Ils sont trop désorientés pour vous empêcher de vous enfuir.
Cependant, à l'avant, Strongue éclate la roquette qui menace ses hommes d'une sorte de roquette punch. C'est évidemment un cyborg. Quand le Roi sort par la fenêtre, Vervenne le rattrape. L'agitation désarçonne une partie des marines, et vous pouvez en profiter pour vous faire la malle !

Donc ouais, j'ai énormément précipiter les événements, pour essayer de clore ça avant l'event (ou en tout cas d'en faire une bonne grosse partie).
Le plus simple serait donc de boucler pour ce tour !
Revenir en haut Aller en bas
Ren Tao
Crimson Beast
avatar
Messages : 975
Race : Humain
Équipage : Shadow Ghost

Feuille de personnage
Niveau:
44/75  (44/75)
Expériences:
23/500  (23/500)
Berrys: 293.350.000 B

MessageSujet: Re: [MISSION] Le casse du siècle    Sam 10 Oct - 17:47


Chaos !!!

Les choses arrivaient bientôt à leurs fins. Ce casse prenait une ampleur des plus monstrueuse pour chacun de nos hors la lois en tout genre. En effet, en bas, les choses s'étaient pas forcément passées comme je l'aurais espéré. J'avais espéré que lors de mon arrivée, le coffre soit déjà ouvert, mais il n'en était rien. C'est donc pour cela que je commençais à m'en prendre à des gardes qui firent un mauvais choix : sacrifier les esclaves. Les colliers terminaient donc les esclaves en tout genre, laissant dans la pièce de simples larves qui pourraient juste nous servir d'amuse bouche, du moins, mon regard hautain envers ces gens montraient une vision du genre. Ils n'étaient pas des ennemis, juste un contre-temps. Et c'est donc en regardant les corps inerte des esclaves que je me retournais un bref instant vers Kômatsu. Ses ordres seraient simples et pour cause, ils se résumaient en une seule phrase.

" Tue les... "


Avançant vers le coffre, je lançais quelques lames - en visant la gorge - des gardes qui s'armaient trop près de moi. Me faisant un chemin en pressant le pas, je me postais vers ce qui semblait être la porte du coffre fort et sans tarder, je sortis mon petit " jouet ". La marque de fabrique de Gin : une bombe. La plaçant sur la porte, j'activais le mini compte à rebours, puis finalement, je vins me retourner pour observer la scène sans même remarquer le fait que Rei avait peut-être rejoins la partie. Prévenant mes compagnons de se tenir prêt, l'explosion eu lieu, envahissant le lieu d'une certaine poussière. Le coffre éventré, il ne restais plus qu'à agir. Ni une ni deux, toussant légèrement au passage, je m'engouffrais et laissais un des deux combattants me suivre pour prendre le pactole. Du fric à gogo, du putain de blé. Prenant mon temps pour respirer une liasse de billets, c'est là que des explosions eurent lieu. Visiblement, Gin s'amusait... Enfoiré qui désobéit à mes ordres. Quoi qu'il en soit, son aide était appréciable.

Une fois que les sacs étaient plein et qu'en temps normal la salle nettoyée par nos soins, je vins alors à prendre deux sacs imposants de part leurs tailles, puis je vins à sonner l'heure de la retraite. Faisant un appel général, il était temps de s'en aller.

" Shadow Ghost... On s'en va, finissez vos adversaires ou enfuyez vous... le job est accompli. "

J'en oubliais un détail qui était le fait que autant pour moi et kômatsu, fuir allait être aisé, alors que de l'autre côté, ça allait être une belle galère en soit. Du moins en théorie, sans imaginer la stratégie radicale que Gin avait en tête.

Dans la salle, les gens étaient plus que chaud. Ayabusa attaquait avec force son adversaire, mais comme un de ses anciens adversaires - qui lui avait coupé un bras - il démontrait une grande ingéniosité. Esquivant l'attaque, il en vint même à retourner une offensive d'un collègue au point de le mettre en danger à sa place. Yao se retrouvait menacé par l'attaque d'Ayabusa et pour l'épéiste, impossible de changer la trajectoire de son coup. Seul le jeune homme devait trouver un truc pour contre ou échapper à l'attaque, sans quoi, il la sentirait passer.
De son côté, l'homme requin se faisait avoir par la rapidité fulgurante de l'homme zoan et vampire. Impressionné et sa fierté blessée, le requin regarda où l'homme allait et quand il vit ce dernier aider la cible primordiale de l'histoire, il compris où il voulait en venir, mais il était déjà trop tard. De ce fait, à défaut de pouvoir choper le roi, il s'en prit à l'homme. Avec rapidité et misant principalement sur le timing et sa puissance, les bras noirs en avant, avec pour but de le frapper en plein visage. Le mieux serait de lui briser le nez, ou l'assommer pour la suite.

En effet, l'escargophone avait sonné et c'est Mélina - qui se tenait à l'écart - qui laissait les ordres se diffuser dans la salle. La fuite était imposée et cela tombait bien. Le roi sortit de la pièce, les pions juste là pour nous faire chier, il n'y avait plus qu'une chose à faire. Trouver comment faire pour se sortir de là sans que Enricke ou Abraham se mêle à la fuite. Tandis que Krake avait peut-être réussit son offensive sur le vampire, et que Ayabusa peut-être blessé Yao et était sur le point de reprendre l'affrontement avec le garde, dehors les choses étaient différentes.

Gin approchait à grand pas et c'est le sourire aux lèvres qu'il accueillait les remarques de la marine. Ow ? Un simple coup avait réussit à stopper sa roquette de malade ? Sans que la main en prenne un coup ? Le génie militaire en voulait plus, toujours plus. Mais quoi qu'il en soit, il n'avait plus qu'une chose à faire, répondre et dévoiler la raison de sa présence. C'est la réponse pour le marine qui se fit en publique, entendu à des kilomètres vu l'intensité du son déployé.

" Tu me veux mon gros ? J'A-R-R-I-V-E !!! "

Changeant de trajectoire, le dirigeable pris rapidement une certaine hauteur, puis l'angle suivant ne laissait aucun doute quand à son objectif : s'écraser. Le génie des armes avait fait son choix et c'est via un appel général et plus précisément destiné à Ren qu'il pris la parole dans son escargophone privé.

" Allô ? Les gars ? Haha... Je vous appelle pour dire simplement... bah... Rho puis merde. Cassez vous, j'assure vos arrières. "
" Hm ? "

Interloqué, je pensais comprendre, mais la colère me montait au nez doucement mais sûrement. Serrant mon appareil, continuant de courir dans les couloirs en apercevant la sortie, ce n'est qu'une fois dehors que j'eus la confirmation de son idée.

" GIN !!! Saute de ce putain de dirigeable !!! "

" Navré mon cher, mais... nos chemins se séparent ici visiblement. J'ai de quoi faire un beau feu d'artifice et s'il y en a bien un qui dois faire le show, c'est moi huhu. "
" Je t'ordonne de redescendre, tu peux faire péter ce dirigeable si tu veux, mais tu restes pas dedans. "
" Et les chances de louper le coup sont multipliées... Nah. "
" GIN !!! "

Serrant les dents, je lui laissais ressentir mon angoisse de le perdre. Mais ce con se mit à rire, laissant tout le monde avec son appareil de communication écouter la conversation pour ceux qui avaient décrochés.

" Désolé Ren, mais le banc de touche, c'pas mon truc héhé. Mais t'en fais pas, vous, vous allez vous barrer avec le fric et moi... j'emporte ces cons avec moi. Et le must, c'est que j'ai ma soeur qui m'attends... l'oublie pas. "
" .... "
" Hey, dis toi qu'au moins, ça fera plus de fric pour vous non ? Aller mec, tu te dis notre chef alors fonce, fonce jusqu'à ce que nos rêves soient réalisés. Toi, tu as réalisés les miens depuis le début, venger ma soeurette. Alors transmet ce message à chacun : vous arrêtez pas.
Des gens vous attendent dans un groove voisin, prêt à partir en bateau, et dans celui-ci se trouve... tout mes projets et armes. Alors foncez !!! "


Raccrochant avec rage, acceptant avec une amertume certaine sa " démission ", je fis un geste pour montrer qu'on devais se barrer.

A l'intérieur, l'ambiance était désormais sous pression. Une explosion monumentale allait avoir lieu et mieux vaut ne pas être pris dans l'onde de choc. Ayabusa vint donc à faire une attaque pour créer un écran de fumée face à Enricke, puis il lança une attaque similaire vers un mur, dans le but de le briser. La lumière pénétrait enfin la salle des ventes, mettant à jour tant nos héros que les anti-héros tel que Enricke et Abraham. La sortie était ouverte, il fallait filer. Ayabusa, Krake après avoir tenté de frapper par surprise Abraham et gagner quelques secondes, Mélina et tout les autres étaient invités à sortir.
Dans le ciel, le dirigeable commençait à plonger presque en piquet, bien que l'angle était juste de presque 45°. La vitesse augmentait, et à l'intérieur du vaisseau aérien, un blondinet au sourire démoniaque hurlait sa joie de pouvoir tenter une telle chose. Qu'importe ce qui se passait, ça allait faire boom. Si le dirigeable était touché par une explosion imposante, la cargaison de poudres, bombes et autres explosifs allaient suivre et autant le dire, on parle pas de 1 ou 2 kilos d'explosifs... Mais bel et bien une cargaison capable de faire exploser le bâtiment entièrement. Le but ? Menacer tant le roi, que ses fidèles sujets qui se donnaient tant de mal pour le protéger et justement, là était la subtilité. Ils allaient devoir se mobiliser pour protéger le roi, si ce n'est pas sacrifié des gens, à moins d'avoir un moyen de défense absolu.

Et ainsi, les autres pourraient fuir, sauf s'ils sont pris dans l'explosion. Le blondinet démoniaque riait à la mort, l’accueillant comme sa meilleur amie.

" ME VOILA LES AMIS ♥ Voici mon cadeau d'adieu Ren !!! "


Tenant un détonateur, il espérait que ces enfoirés arrivaient à voir sa silhouette dans la nacelle. Le point d'impact ou explosion étant sur le point d'être rencontré.



CODE DE PHOENIX O'CONNELL POUR NEVER UTOPIA





Résumé :
Spoiler:
 

Tech utilisées :
Spoiler:
 

Krake : lv35
Ayabusa : lv 32
Gin : lv 28
Mélina : lv 16

_________________
Il n'y a qu'une seule vérité...

Ce monde m'appartient.

Dita | Epicode


Dernière édition par Ren Tao le Mar 13 Oct - 0:01, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Rei Mitsuyori
Hateful Wolf
avatar
Messages : 453
Race : Humaine

Feuille de personnage
Niveau:
35/75  (35/75)
Expériences:
151/250  (151/250)
Berrys: 550.000 B

MessageSujet: Re: [MISSION] Le casse du siècle    Sam 10 Oct - 20:51

Casse du siècle
feat. Ren & co

Une détonation venait de retentir dans la salle des esclaves… J’ai tout de suite compris en voyant que les colliers avaient été activés et que la personne qui avait fait ça, venait de tuer des dizaines de personnes qui ne demandaient qu’à être libérées. Je voulais les sauver, c’était tout ce que j’avais en tête ; surtout parce que moi aussi je suis passée par là. Un moment absente, je restais devant ces corps inertes qui n’avaient pas eu la seconde chance que je voulais leur offrir. Foutus gens ; foutu connard qui a osé les faire mourir juste pour éviter qu’une hors la loi ne vienne tout foutre en l’air à tenter de les libérer. Tout ça pour éviter une possible révolution…

Ren, Kômatsu et les autres n’avaient qu’à faire ce qu’ils voulaient alors que moi impuissante, je contemplais cette œuvre effroyable sans pouvoir arriver à me détacher. Je les tuerais tous autant qu’ils soient si c’était possible. Je finis par quitter ces lieux, leur promettant que j’arriverais à mes fins, que je les vengerais dès que j’en aurais l’occasion. En passant devant la salle du coffre, je ne m’arrêtais même pas. Ren était entrain de prendre son fric, tant mieux pour lui. Je m’en fiche à vrai dire de ça ; je m’en fichais de la récompense. Foutue mission, si j’avais su que mon plan aurait été complètement biaisé, je me serais cassée et ils se seraient démerdés tous seuls. Oui, je ne suis pas digne d’être la seconde parce que je les aurais abandonnés mais cette cause était l’un de mes principaux rêves et objectifs à accomplir…

Recevant ensuite l’appel de Ren alors que je continuais à avancer. Cela ne servait à rien de rester à l’arrière du bâtiment puisque nous avions fini ce que nous avions commencé et qu’il n’y a plus aucun espoir pour sauver des vies innocentes. Soit on fini nos adversaires, soit on s’enfuit. Ca allait être un peu trop simple pour nous puisque nous n’étions pas affublés de beaucoup d’ennemis à la fois. Retournant sur mes pas, je laissais une expression amère sur mon visage et je sortais sans rien dire. Le premier qui aurait envie de se foutre sur le chemin, il recevrait ma lame au milieu de la gorge sans détour ni préavis. Tandis que je tentais de rester très calme intérieurement car je savais que sinon ça allait faire mal, extérieurement, je ne cachais pas du tout le regard de tueuse et le fait que je balançais mon sabre à droite à gauche, abîmant un peu plus les corps des adversaires que l’on a vaincu et tué jusque là.

Un autre appel général mais plus destiné à Ren de la part de Gin fut transmit et certainement écouté par les autres aussi. Qu… quoi ? Il compte faire quoi là ? Retenant ma rage, putain s’il savait ce que j’ai envie de l’étriper pour ce qu’il vient de dire. Maintenant on a un kamikaze dans l’équipe ? Bah voyons ! C’est quoi cette putain de manie de tout faire péter et soi même y compris. Tout ce que je crois avoir réussi à articuler avant de raccrocher, ce fut un :

« Connard quand on se retrouvera dans l’au-delà, j’te jure que je te fais ta fête. »

La journée ne pouvait pas se passer mieux… Je perds un ami cher en plus de perdre ce pourquoi j’ai parcouru le monde, me suis entraînée dur chaque jour. M’arrêtant un instant alors que je n’étais pas encore sortie du bâtiment, je me tournais vers l’endroit qui menait à la salle de vente. Je prie pour que les autres s’en sortent. Et je finis par me transformer en louve alors qu’une détonation se fait entendre. Ce doit être sûrement Gin qui fait tout péter, qui se fait péter en même temps. Sortant assez rapidement, je me suis simplement mise à courir sans attendre les autres. Trop lâche ? Certainement. Ça commençait à bouillonner dans mon esprit et je savais très bien que si je voulais me contrôler avant de tout déchiqueter sur mon passage, il valait mieux que je me casse de là. Je les rejoindrais plus tard au bateau ; ça vaudra mieux.
____________________________
Fiche RP © codé par Hans sur Apple Spring


[HRP : Vous venez de détruire psychologiquement Rei, je vous félicite pas parce que au terme de cette mission ça va ramener autre chose. En bref, bah elle voit son rêve de sauver les esclaves complètement détruit et de même avec l'attentat kamikaze de Gin ce qui fait qu'elle se casse. Pour aller hurler sa rage ailleurs]
Revenir en haut Aller en bas
Yao Ming
Trafiquant
avatar
Messages : 363
Race : Humain.
Équipage : Hyakki Yokou Gang

Feuille de personnage
Niveau:
31/75  (31/75)
Expériences:
231/250  (231/250)
Berrys: 718.156.025 B

MessageSujet: Re: [MISSION] Le casse du siècle    Lun 12 Oct - 23:52



Le Bal des Voleurs .09






F
onçant au maximum de sa vitesse, Yao espérait asséner un coup unique et mortel à sa cible : Enricke le garde royal. Le voyou savait pertinemment que l'homme était plus fort que lui, mais l'attaquer dans son dos était selon le malfrat la meilleure de ses chances.
Malheureusement, il n'avait pas prévu la suite des tournures. Prit de vitesse, Yao n'eut pas le temps de réellement comprendre les gestes d'Enricke. Celui-ci réussit à esquiver son attaque la plus rapide avec une certaine aisance et exécuta même une prouesse technique en passant entre les jambes de celui-ci.

Totalement surpris, prit de court, une boule au ventre, Yao ne pouvait que regarder la réalité en face : l'attaque d'Ayabusa fonçait droit sur lui et il n'avait pas le temps de l'éviter. Par pur réflexe reptilien, il reprit sa forme normal, abandonnant l'esprit du Shinobi, qui aurait été trop fragile pour encaisser les assauts suivants. Contractant tous ses muscles, activant ainsi sa technique du Tekkoura, Yao pria alors le Grand Bouddha qu'il survive à ça.

Les deux dagues ricochèrent alors sur le corps en acier du voyou, si seulement les attaques tranchantes pouvaient aussi ricocher ... Mais bien sur, ce n'était pas le cas. Alors que ces coups étaient censés en finir avec l'épéiste du Roi, Yao eut beaucoup de chance de survivre. Le tranchant à plusieurs reprises le torse, créant d'épaisses giclées de sang, Yao fut projeté plusieurs mètres en bas et arracha les sièges dans sa course ... Sonné et terriblement endolori, il ne se releva pas tout de suite.


Aliyah, toujours sur la scène était témoin de la scène et ne pouvait rien faire. Elle lâcha alors un gémissement de peine et quelques larmes par la même occasion en voyant le corps de son grand-frère encaisser cette terrifiante attaque.
Elle fut aussi le témoin du reste, Abraham venait de projeter d'une manière redoutable le Roi par la fenêtre. Était-il fou, ou simplement incroyablement audacieux ? Mais elle fut aussi la témoin du reste et de la conversation de Gin, assez touchante selon elle.

L'homme était prêt à se sacrifier, et tout le monde l'avait à présent comprit dans la salle : il ne fallait pas rester longtemps ici, car dans peu de temps, cette partie du groove ne sera plus qu'un énorme cratère ! La jeune fille prit alors sa forme de vampire qui lui permettait d'être plus agile et plus rapide. Désormais, elle n'avait qu'un but : sauvé son aîné et fuir d'ici. Apparemment l'ami rouquin de Yao avait réussit à mettre la main sur le pactole, alors ils n'avaient plus aucunes raisons de rester ici. Elle se retourna néanmoins vers son collègue de fortune pour lui prévenir du danger qui s'annonçait.

- Chapeau-grenouille, un conseil, barre toi vite d'ici ! Dans quelques minutes, cet endroit sera réduit à néant, alors fuis en vitesse !

Sans prendre le temps d'écouter sa réponse, Aliyah fit un bond entre les rangées, puis se mit à courir en direction de Yao qui ne semblait toujours pas bouger en enjambant les sièges. S'agenouilla face à lui, elle le prit dans ses bras et lui mis quelques claques histoire de le réveiller. Après tout, même si il venait d'encaisser une très grosse attaque, elle savait qu'il était plus résistant que ça et que ce n'était pas quelques malheureux coups de lames qui allait mettre hors d'état de nuire un futur grand parrain de la pègre !

- Yaooo ! Réveilles toi ! Il faut partir d'ici ! Tout vas péter, Yaaaao réveilles-to..
- Bordel Aliyah ! Tu me donnes encore plus mal à la tête à crier comme ça ...

Le voyou venait de se relever. Mal en point, mais toujours en vie. Aliyah qui commençait vraiment à croire que son bien aimé était mort lâcha quelques larmes de soulagement, mais reprit très vite ses esprits et entoura les blessures saignantes de l'homme avec des tissus afin de stopper l'hémorragie.

Yao qui avait écouter la conversation de Gin et Ren savait très bien ce qui allait ce passer. Il fallait fuir d'ici et en vitesse. Malgré qu'il soit blessé, l'homme pouvait encore se battre et utiliser quelques techniques, de célérité notamment. Il retira alors sa veste et sa chemise en lambeaux qu'il jeta plus loin et fouilla dans la poche de son pantalon.

- Mais avant de partir, laissons un petit cadeau à nos hôtes, non ? Cela leur permettra peut être de mieux profiter du bouquet final !

Sortant un lot de grenades de ses poches, le voyou espérait bien que ces quelques joujous allait assez retarder Abraham pour que les criminels puissent prendre la fuite. Et pourquoi pas, peut être même qu'il perdrait assez de temps et qu'il serait le premier spectateur du grand boom organisé par Gin !

Alors que le chef de la garde ce trouvait plus loin, et qu'il ne semblait pas prêter attention au maffioso, Yao se décida alors de la stratégie optimale.
Il dégoupilla alors ses deux premières grenades : celles à fragmentation. Il attendit quelques secondes avant de les jeter sur Abraham pour que celles-ci explosent à un timing parfait : au niveau du protagoniste.
Mais celles-ci n'étaient qu'un leur. Yao savait très bien que ce n'était pas deux grenades qui allait en finir avec lui, c'est pourquoi il dégoupilla les secondes et les jeta juste après. Une fois que les deux premières explosèrent, les deux dernières, les grenades flashs, allaient elles aussi pétés. Celles-ci étaient étonnamment utile pour étourdir un homme, et cela pouvait faire gagner quelques secondes de plus aux hors-la-loi assez suffisantes pour fuir. De plus, paraîtrait que les vampires aiment pas trop la lumière, deux gros flash dans sa gueule allait pas l'enthousiasmer ...

Une fois fait, le voyou prit Aliyah par les jambes et la mit sur son épaule sans son accord. Se concentrant un instant, il exécuta sa technique de célérité du Reiheiki, profitant de la brèche créer par Ayabusa dans le mur pour enfin quitter cette maudite bâtisse !
Une fois la lumière du soleil tapant sur son visage et ses pieds sur le groove, le voyou reposa rapidement Aliyah à Terre en crachant une gerbe de sang. Son corps lui faisait mal, horriblement mal. Puis il se mit à courir le plus loin possible. Par chance, les marines étaient présents de ce côté du bâtiment étaient déstabiliser par les précédents missiles de Gin ...
D'ailleurs, en parlant de lui, Yao et sa petite sœur pouvait apercevoir le dirigeable se rapprocher dangereusement de la salle des enchères. L'ombre du vaisseau aérien grandissait à un tel point qu'il assombrissait toute la zone, preuve qu'il n'était plus très loin. Préférant éviter d'éventuels gênes, le voyou dégaina alors son Uzi et rafala tous les marines aux alentours durant sa course effrénée contre la mort. Aliyah imita Yao mais avec ses couteaux de lancée. Toutes précautions étaient bonne à prendre pour fuir d'ici au plus vite avant que l'impact n'ait lieux, même le fait de canarder de pauvres marines durant leur fuite ... Héhé.

Cependant, ce n'était pas encore dit que l'équipe de braqueurs arriveraient à prendre assez de distance pour éviter le souffle de l'explosion ...
Crédit: Neko-chan in Never Utopia


Techniques utilisées:
 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: [MISSION] Le casse du siècle    

Revenir en haut Aller en bas
 

[MISSION] Le casse du siècle

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant

 Sujets similaires

-
» Le casse du siècle [Libre]
» l’ennui est un crime, et la vie est un casse du siècle ✤ Eleïos
» [Mission D] Un vulgaire gamin? [1] (Pv : Takeshi, Kallo)
» [Mission rang D] Des gosses casse c*
» Rapport : Mission de bataille à 1500 points ork vs tyty

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
One Piece Seken :: Le monde de One Piece :: Grand Line :: Archipel Shabaody-