Partagez | 
 

 [MISSION] Le casse du siècle

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
Ren Tao
Crimson Beast
avatar
Messages : 954
Race : Humain
Équipage : Shadow Ghost

Feuille de personnage
Niveau:
43/75  (43/75)
Expériences:
456/500  (456/500)
Berrys: 228.850.000 B

MessageSujet: [MISSION] Le casse du siècle    Sam 27 Juin - 17:04


Briefing

Une semaine était passée. Les informations n'avaient cessé d'être concentré en un seul point et désormais, j'avais de quoi frapper. Dès que l'action commencera, la marine ne tardera pas. Avouons le, trois primés - même si très petit pour ce genre d'endroit - réunis dans un seul et même endroit, ce serais une belle prise s'ils nous arrêtent. Ren Tao, primé à 25 000 000, Rei Mitsuyori primée à 18 000 000 et Yao Ming primé à 15 000 000.  Les trois pour un total de 58 000 000. Belle prise non ? Quant bien même certains se diront que c'est peu, si j'étais un marine, je serais satisfait de ce genre de prise car il vaut mieux arrêter une menace qui grandis, plutôt que vouloir s'attaquer à la menace une fois intouchable. Prenons pour exemple les Younkou... Avant de devenir des légendes, eux aussi ont été des rookies. Il aurait fallut les arrêter à ce moment, plutôt que les laisser grandir. M'enfin, la politique du gouvernement ne se discute pas. Des incapables restent des incapables.

Gin était remis sur pied, bien qu'il avait une jambe amputée. Il ne participerait pas à l'opération, cependant, ses gadgets seraient à disposition de tous. Pour ma part, armé de mon nouvel équipement, je me réserverais que quelques grenades.  Ayabusa, Mélina et Yao manquaient à l'appel, mais ils ne devraient pas tarder.
Prêt pour ma part, je regardais le soleil se lever. La vente aurait lieu seulement dans quelques heures, en début d'après-midi, cependant, j'avais voulu me lever tôt exprès pour être " frais ". Observant les cieux, je vins alors à me concentrer doucement. Usant de mon haki, je comptais les " voix " dans le navire, essayant de distinguer chacune d'elles. Rei, Kômatsu, Gin, Krake et Ganta. Je me jurais que ce soir, je ressentirais le même nombre de voix, si ce n'est pas plus. Mais aucune perte ne sera toléré.

Respirant calmement, je vins à m'assoupir légèrement et repensais au plan.

-------------------

Loin, bien plus loin, dans le dirigeable, Ayabusa avait remplacé Mélina pour piloter le dirigeable. Ils approchaient à toute vitesse de Shabondy et autant le dire ce genre de moyen de transport est plus qu'efficace. Ces deux personnes escortaient royalement Yao et pour cause, depuis qu'ils l'ont pris en charge, ces deux-là s'étaient montrés assez sympathique envers lui. L'ex marine vint alors à lâcher les manettes pour les bloquer et se diriger vers la nacelle où les gens pouvaient se reposer et il vint donc à s'adresser à Yao.

" Huhu. Nous arriverons d'ici peu, très cher Yao. Tu as fais parler de toi récemment hm ? Cela fais longtemps que tu es un complice de Ren ? Encore une fois, excuse nous du manque de grand confort, mais bon, ceci est une propriété exclusive à nos personnes que depuis peu, nous n'avons pas encore eu l'idée de... l’aménager comme il se doit. Des suggestions peut-être pour embellir ? "

Ironique bien sûr, il voulait juste discuter avec le hors-la-lois qui pour sûr, serait une étoile montante de la criminalité sur ces mers et ces terres de ce monde. Allant se rasseoir à son siège de pilote, l'homme replaçait ses lunettes sur le bout de son nez, espérant que l'allié ne s'intéresse pas trop aux lames, car l'épée de Ayabusa n'était pas n'importe laquelle. Sa valeur était estimée à quelques millions étant une lame des 50.

" Nous arriverons bientôt. Pile à temps huhu. "

-------------------

Tout semblait parfait selon moi. Il ne resterait plus qu'à voir comment les choses allaient se passer sur place. Prenant mon den den mushi, je branchais mon appareil blanc dessus, puis je me mis à appeler mes nouvelles recrues. Les hommes de Fenko avaient pour mission de s'occuper de leur pseudo navire, ils ne participeraient pas à la mission, à moins de vouloir s'en  mêler, mais autant en être certain.

" Bon... Aujourd'hui, nous allons frapper. Venez si cela vous chante, mais rien en vous y oblige. Tenez vous prêt à partir plus loin, voir à vous rendre sur Banaro si les choses tournent mal. Jusqu'à nouvel ordre, Banaro devient votre demeure pour vous réfugier. Callie est au courant, elle se fera un plaisir de vous protéger. Faites moi confiance. "

Raccrochant sans plus tarder, je vins alors à faire le numéros d'Ayabusa pour avoir de ses nouvelles. L'heure avait tourné et ils ne devraient pas tarder.

" Où êtes vous ? "
" Nous arrivons... Un peu de patience. "

Cessant cette conversation immédiatement, je vins à laisser le temps passer.  Mes compagnons allaient sans doute se lever vu l'heure. 10h approchait, et la vente avait lieu à 13h45. Krake était debout et il se permis de faire un plongeon, dans le but de se revigorer. Gin quant à lui travaillait sur quelque chose de " grand " comme il le disait souvent. Mystère pour Rei et Kômatsu. Quand l'heure approchait, je vins alors à voir un point noir se dessiner dans le ciel. Souriant en coin, je vins alors à siffler et appeler le monde sur pont. Un énorme  dirigeable se pointait et une fois au dessus de nous, ce dernier se mis à faire une manœuvre pour se poser non loin de notre navire, sur la terre ferme du groove. Une porte s'ouvrit et Ayabusa sortit en premier, suivis de Mélina. Souriant en coin, je vins alors à m'approcher.

" Bon voyage ? "

" Haha.. C'est à notre invité de le demander. "

Attendant de voir Yao, je restais là, heureux de voir une tête connue. Laissant les gens s'approcher pour dire bienvenu, je laissais Kômatsu faire connaissance avec le fameux Ayabusa et Mélina. Une fois ce beau monde réunis donc, je vins alors à remonter sur le navire et expliquer le plan.

" Bien..
Avec les informations que j'ai trouvé et qu'on m'a confié, j'ai réussis à établir un plan. Suite aux récents événements sur le groove 12, la vente a été organisée au groove 1.  Ce qui signifie qu'on est proche de trois zones... Celle qui est composée principalement d'hotels, celle de non droit, mais aussi et surtout...  le lieu où sont rassemblée les forces marines. Traduction de ceci ? Au moins faux pas, ou une alerte, les marines rappliqueront et ... plutôt rapidement.
De ce fais si les choses tournent mal et que les forces ennemies sont trop grandes, on tente d'user du quartier des hôtels pour faire diversion. Si des civils sont impliqués, ils devront forcément choisir entre les civils et nous. Certes en soit c'est cruel, mais dans le cas d'une tentative de capture, c'est les civils ou nous et entre nous, je préfère sauver ma vie que celle d'un civil lambda à l'exception de vous ici présents.
Bref, passons au plan. La vente à lieu à 13h45. Celle-ci est normalement bien organisée. Les gens présents sont un peu de tout. Il risque d'y avoir des gens fortunés, mais aussi des brigands. Les gens se font peut-être recenser, ce n'est pas sûr et portent un numéros. Certains ont donner une somme d'argent astronomique et s'ils n'achètent personne, cette somme est remise en main propre. S'ils achètent par contre, la somme est retiré de leur " banque ". Ce que nous allons faire ? Nous faire passer pour des acheteurs. Du moins, un groupe s'occupera de jouer ce rôle. Tandis qu'un autre se contentera de s'infiltrer dans le bâtiment par l'arrière. Le premier groupe tentera de faire gagner du temps au second jusqu'à ce que l'argent soit totalement retiré.  Éventuellement, on garde certains de côté afin de donner un soutient au premier groupe, ou retarder les imprévus comme la marine, ou des aides aux civils présents.
Une fois cela fais, on se tire comme de parfaits inconnus et on revendiquera l'actions plus tard, sans doute ne se prélassant dans un bain de billets et de pièces si cela vous tente.
En revanche... Si les choses tournent mal... "


Me stoppant, je vins alors à sourire, espérant annoncer quelque chose de réjouissant.

" Pas de pitié. "


Je ne précisais pas pour quoi, mais ce détail n'avait pas besoin d'être cité. Le breefing était fait et il ne restait plus qu'à déterminer qui ferait quoi.

" Pour ma part, je serais polyvalent. Si ça tourne mal avec le premier groupe, je viendrais l'aider. Avec moi, j'aimerais notamment Rei et Mélina. Vos talents de voleuses et de combattantes discrète sont plus qu'utile, à moins que tu veuilles jouer les visiteurs et fouiller les poches des gens présents dans la salle de vente Méli ? "
"  Comme tu veux Ren. "
" Ok. Hm... Gin, tu restes ici à surveiller le navire et le dirigeable ainsi que Ganta. Aya ? Kômatsu ? Krake ? Yao ? "
" Pour ma part, je pense pouvoir jouer le rôle d'un noble venu acheter une petite... un petit objet huhu. "
" M'en fiche. "

J'attendais désormais l'avis de Rei, Kômatsu et Yao. Suite à quoi, nous pourrions commencer à approfondir le repérage des lieux et la mise en place de nos rôles.

CODE DE PHOENIX O'CONNELL POUR NEVER UTOPIA



Ordre de passage :
Spoiler:
 
Infos :
Spoiler:
 

_________________
Il n'y a qu'une seule vérité...

Ce monde m'appartient.

Dita | Epicode


Dernière édition par Ren Tao le Jeu 2 Juil - 23:41, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Rei Mitsuyori
Hateful Wolf
avatar
Messages : 453
Race : Humaine

Feuille de personnage
Niveau:
35/75  (35/75)
Expériences:
151/250  (151/250)
Berrys: 550.000 B

MessageSujet: Re: [MISSION] Le casse du siècle    Sam 27 Juin - 21:53

Casse du siècle
feat. Ren & co

Une bonne semaine était à présent passées. J’avais dans cette semaine, fait quelques recherches sur la vente aux esclaves de Shabondy pour moi personnellement et aussi pour l’équipage. Je voulais avoir quelques informations sur comment ça allait se dérouler, quelles étaient les pauvres personnes qui vont être vendues. Enfin toutes sortes de choses quoi. Je savais très bien que je n’allais pas être vraiment chaude, surtout si je me retrouvais dans le groupe des acheteurs. Je ne voulais vraiment pas refouler ce terrain… Pas une autre fois. J’ai vécu la pire des choses en me retrouvant prisonnière comme tous ces gens qui vont être vendus alors devoir participer à un faux achat, non merci.

Personne ne sait que je suis en réalité une ancienne esclave qui s’est forgé un caractère dans le but de survivre. Et si cette femme ne m’avait pas fait avaler ce fruit du démon, il y a déjà quelques années de ça, je crois que je n’aurais jamais pu arriver à ce que je suis aujourd’hui. Enfin, arrêtons d’y penser pour le moment. Je dois faire outre de ce passé tumultueux même si la situation ne s’y prête pas du tout. Je sens de nouveau le fer rouge qui a marqué ma nuque de cette marque indélébile qui est sur tous les esclaves. Je les revois encore ces hommes et parce que j’ai subitement pété un câble, j’ai quelques peu explosé la porte de ma cabine, rien qu’en me transformant en hybride et foutant un gros coup de poing.

Ayant finalement repris mes esprits, je sortais de celle-ci sans rien dire, comme si de rien n’était. De toute manière, nous devions nous réunir pour le plan donc comme ça c’est fait. Approchant silencieusement, tout le monde semblait déjà réuni. Ayabusa et Mélina venaient même de revenir avec Yao. Génial, je vais peut-être enfin pouvoir lui parler. Expliquant alors le plan, tiens la vente a été déplacée dans un groove qui se trouve en zone marine ; bizarre mais pas tant que ça. Après le grabuge que l’on a fait sur le groove 12, oui je suppose qu’ils se sont dis qu’il vaudrait mieux déplacer sait-on jamais. Enfin, ce n’est pas si con que ça vu que le groove 1 touche directement la zone des marines. S’infiltrer dans le bâtiment par derrière, attendre le deuxième tour et ensuite tout rafler. Oui d’accord, facile. Et puis au passage, tuer les gêneurs aussi. En espérant qu’ils n’y mettent pas des esclaves sur le passage. Parce que je sais d’avance que je serais incapable de leur faire du mal. C’est un peu des camarades encore… Fin, je ne sais pas trop comment l’expliquer mais je n’arriverai vraiment pas à leur faire du mal.

Et là je lâchais un soupir de soulagement alors que j’allais me trouver dans le groupe qui infiltrerait le bâtiment. Ouf, moi qui pensais déjà que j’allais jouer les acheteurs, ouf vraiment. Ça me rassure dans un sens même si comme je le dis, moi les esclaves, c’est mort pour les tuer s’ils se mettent en travers de notre route. Par contre tous les libérer, oui ça j’aimerais bien.

« Personnellement, moi ça va être dans le groupe d’infiltration. Par contre, puis-je avoir une requête si jamais ça se passe mal ou même dans le cas où on tue un peu tous les vendeurs, méchants de l’histoire. Est-ce qu’on pourrait faire en sorte que les esclaves soient libérés ? »

Oui, je prenais gros en demandant ça. Puisque même Ren ne connait pas ce passé, il va me demander pourquoi. Oui pourquoi ferait-on ça ? On est des hors la loi, des méchants un peu quelque part et on est censé juste se faire connaître, conquérir le monde et pas se préoccuper de pauvres esclaves. Bah non, pour moi c’est réellement important. Je vois déjà bien tous les regards tournés vers moi pour me demander si je vais bien ou si je n’ai pas pris un coup sur la tête par hasard.
____________________________
Fiche RP © codé par Hans sur Apple Spring


Dernière édition par Rei Mitsuyori le Jeu 2 Juil - 14:39, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Fudo
Le Roi Fou
avatar
Messages : 506
Race : Humain
Équipage : Shadow Ghost

Feuille de personnage
Niveau:
31/75  (31/75)
Expériences:
137/250  (137/250)
Berrys: 353.899.000 B

MessageSujet: Re: [MISSION] Le casse du siècle    Dim 28 Juin - 9:48

Retrouvailles sur Shabaody
Kômatsu Shokichi feat Shadow Ghost, Yao & Kitchiro


Cela faisait désormais une semaine que j'avais rejoint Ren. Durant ces sept jours, je ne pensais qu'à une seule chose; réussir cette opération. Nous avions pour objectif de rafler tout le butin d'une vente aux esclaves. Faisant totalement confiance à Ren, je le laissais récolter toutes les informations et me concentrait sur mon entrainement. Chaque matin, je m'entraînais sur le pont du navire. Que ce soit du renforcement musculaire, du développement d'endurance ainsi que de ma rapidité et ma précision dans mes coups. Je ne souhaitais rien laisser au hasard, je devais être au meilleur de ma forme. Cette fois-ci, aucune activité ce matin. Je restais cloué dans mon lit, à regarder le plafond. J'éliminais toutes pensées superflues. Une chose importait, revenir sur ce navire le soir. Soudain, quelque chose m'interrompra, Ganta toqua à ma porte puis rentra. L'enfant était au courant qu'aujourd'hui nous avions prévu de faire un gros coup. Il était aussi conscient que nous risquions de nous faire prisonnier par la marine, voir tuer. Ce gamin n'était pas stupide, il avait compris depuis un bon moment que je n'étais pas un saint comme je voulais être à ses yeux. Je me levai et me fixai devant lui avant de me mettre à sa hauteur. Ganta tenait dans sa main ses bandages qu'il utilisait durant ses entraînements.

-Prends les, comme ça si tu as besoin de force tu pourras compter sur la mienne. C'est de cette façon qu'un héros agit après tout.

Prenant les bandages de Ganta, j'enlevai les miens avant de les lui donner en échange. Je tapotais sa tête, l'enfant était sans aucun doute inquiet. Il ne voulait pas se retrouver seul. Et je comptais bien continuer de le protéger et de le faire grandir dans ce monde. Il sera libre, il pourra faire ce qu'il souhaite.

-Ne t'en fais pas trop pour moi. Entraînes toi comme tous les jours, manges bien et si tu t'ennuies tu n'auras qu'à aller parler à Gin. Même s'il est un peu fou sur les bords, je suis sûr qu'il pourra te divertir. C'est une promesse Ganta.

J'observais l'enfant, ses cheveux pourpres, son épée, sa petite taille... cette image était désormais gravée dans mon esprit. Comme celle de mon frère ainsi que celle de Ren. Soudain, j'entendis le sifflement du rouquin, c'était l'heure. Je me redressai puis sortis de la chambre, laissant seul Ganta. Je me dirigeai vers le pont, une fois là-bas je me mis aux côtés de Ren. Le dirigeable était en train de se poser sur le groove. Une fois la manœuvre terminée, une porte s'ouvrit et plusieurs personnes émergèrent de l'engin. Un épéiste, surement Ayabusa, suivi de Mélina et d'un jeune homme aux cheveux bruns, notre allié Yao Ming. J'avançai vers ces derniers afin de faire les présentations le plus rapidement possible. Je posai alors mon pouce sur mon front avant de m'exprimer.

-Kômatsu Shokichi, je suis nouveau ici. Je souhaite passer un agréable moment autour d'un festin avec vous: Ayabusa, Mélina et Yao. En espérant qu'il est de même pour vous, le repas aura lieu ce soir évidemment.

Suite à cela, j'attendais un retour de mes nouveaux camarades avant de rejoindre Ren sur le navire, où il présenta le plan. En ce qui concernait le début de ses explications, rien de bien nouveau pour ma part. Seulement le numéro du groove, le un. Il était évident que les marines viendraient à la moindre erreur. Impliquer des civils ne me dérangeait pas du tout, si nous avions à en sacrifier quelques-uns pour nos vies et notre réussite, alors qu'il en soit ainsi. Puis vint le plan en lui-même, la vente aura lieu dans un peu moins de quatre heures, Ren expliqua le fonctionnement de cette dernière. Nobles et brigands seront réunis, encore une fois des personnes facilement sacrifiables. On pouvait en tout distinguer trois groupes, un se faisant passer pour des acheteurs, un autre qui s'occupera de retirer tout l'argent en s'infiltrant par l'arrière. Enfin un dernier, celui que j'allais sans doute choisir. Mon zoan convenait parfaitement pour ce rôle, je pouvais très bien me déplacer de la salle de vente à la zone ou se trouvait l'argent. Ici mon but serait de tenir informés les deux groupes, de l'avancement et des potentiels problèmes de chacun. Je pourrais aussi rejoindre Ren si quelque-chose foire avant de faire tourner le plus rapidement possible ses directives parmi les membres.

-Je servirais d'intermédiaire entre chaque groupe. Je suis le plus adapté pour faire cela et je pourrais rapidement venir en aide au deuxième groupe si ça foire. Si cela te convient évidemment Ren.

Enfin, Rei prit la parole. Libérer les esclaves si cela se passait mal ? Si ces derniers devenaient un obstacle, j'en tuerai ou blesserai surement. Seulement le nécessaire évidemment, ceux qui ne poseraient aucuns problèmes seront laissés tranquille. Néanmoins, jamais je ne viendrais en aide à ces personnes, cela pouvait paraître cruel, mais j'avais des promesses à tenir. Je laissais Ren s'occuper de répondre à Rei, il la connaissait mieux que moi et donc savait -logiquement- gérer ce genre de situation. Inutile de créer des problèmes dans le groupe avant de commencer la mission.




Dernière édition par Kômatsu Shokichi le Ven 3 Juil - 8:02, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Yao Ming
Trafiquant
avatar
Messages : 363
Race : Humain.
Équipage : Hyakki Yokou Gang

Feuille de personnage
Niveau:
31/75  (31/75)
Expériences:
231/250  (231/250)
Berrys: 341.991.025 B

MessageSujet: Re: [MISSION] Le casse du siècle    Dim 28 Juin - 22:51



Le Bal des Voleurs





T
anquillement en train de siroter une boisson et de feuilleté son journal, Yao détourna quelques secondes ses yeux du papier pour admirer la magnifique vue qui s'adressait à lui : un océan infini de nuage. Il fallait l'avouer, Yao n'était jamais monté dans un engin d'une technologie similaire et c'était donc son baptème de l'air. Plutôt agréable, il appréciait vraiment ce petit voyage.

Il appréciait de même les hommes de Ren chargés de son escorte et de celle d'Aliyah. Car oui, comme convenu durant leur conversation les semaines précédentes, Yao avait ramener sa petite protégée en tant que "cavalière". D'ailleurs, alors que celle-ci semblait bien s'entendre avec Melina, Ayabusa lui tenta d'engager une conversation avec le criminel. Celui-ci lui posa quelques questions que le voyou y répondit.

- Complice est un grand mot, Ayabusa. Mais pour cité Ren je dirai même plus : c'est un associé, un frère d'arme. Notre premier coup ensemble date d'il y à quelques temps déjà et je n'oublierai jamais cette journée qui fut forte en émotion héhé.

Le voyou venait d'allumer sa pipe en bois. Il demanda à son interlocuteur si le fait de fumer à côté de lui et continua sa réponse.

- Tout est parfait. Je n'étais encore jamais monté dans ce genre d'engin, et à mon humble avis pour ce problème de décoration, un bon petit bar ne serait pas de trop ahah !

Le jeune homme avait toujours le mot pour rire. Mais sa blague venait d'une véritable idée : il était vrai que pour l'alcoolique qu'est Yao il manquait un peu de choses à boire ... Mais ça ce n'était que son avis personnel. C'est alors que les deux hommes continuèrent leur conversation emporté par l'agréable sensation de planer dans le ciel que le dirigeable leur offrait ...

[...]

Shabondy était désormais à portée de vue. Ayabusa avait reprit les commandes pour pouvoir poser cette machine volante sur la terre ferme en toute sécurité. Et malgré quelques frayeurs pour le criminel et son acolyte, l'attérisage ce passa sans aucuns problèmes en particulier.

L'accueil fut tout aussi parfait que le voyage. Dès sa sortie du dirigeable, Ren et ses amis s'approchèrent pour accueilir leur compagnons et amis. Après avoir salué à tout le monde, Yao répondit à son bon vieux pote Ren à propos de l'engin volant.

- Très bon même ! Ren, les autres, je vous présente ma cavalière Aliyah qui m'accompagnera et nous aidera durant cette fameuse mission.

Sur ces paroles, la jeune fille salua tout le monde, les joues rouges et l'air gênée. L'adolescente presque trentenaire n'avait pas l'habitude d'être avec beaucoup de monde, c'était pour cela qu'elle ne disait pas un mot et restait légèrement en retrait derrière Yao.

Mais trève de plaisanterie, il était temps pour la fine équipe de parler de chose sérieuse. Ren dévoila alors son plan à l'assemblée. Yao faisait confiance en son ami, et bien qu'il n'avait pas fait de recherche de son côté, il savait que son frère d'arme et associé choisirai les meilleures options pour la réussite du coup.

- Pour ma part, Aliyah et moi joueront le rôle d'acheteur et interviendront directement pour vous couvrir si les choses tournent mal.

Mais un problème ressurgit dans la tête de Yao pendant qu'il répondait au rouquin.

- Tu parles des marines comme une unique force ennemie ... Es-tu sur de tes informations ? Il n'y aura donc personne d'autres pouvant nous barrer le chemin, comme des gardes entrainés ou des pirates esclaves obligés de combattre ?

Yao dévoilait un point important. Les marines n'allaient sans doute pas être les seuls à vouloir s'opposer à Ren et à sa bande. Mais à vrai dire, Yao se foutait un peu de sa réponse. Quoi qu'ils fassent, le voyou était déterminé à tuer toutes les personnes se mettant sur son chemin. Rien ne l'arrêterait durant cette course au pactole.
Crédit: Neko-chan in Never Utopia
Revenir en haut Aller en bas
Kitchiro Nagami
La Grenouille Fantôme
avatar
Messages : 314
Race : Humain
Équipage : Bandlands Outlaws

Feuille de personnage
Niveau:
22/75  (22/75)
Expériences:
84/120  (84/120)
Berrys: 106.389.000 B

MessageSujet: Re: [MISSION] Le casse du siècle    Mar 30 Juin - 18:22




« Le Casse Du Siècle »



Kitchiro était sur Grand Line, plus exactement sur son île natale à Lunas dans la sixième voie quand celui-ci pris une grande décision pour son avenir. La Grenouille venait d'apprendre que la mort d'Arias à Baltigo, il avait aussi pris conscience que les Ponéghyphes pouvait l'aider dans sa quête de vérité mais surtout que la révolution ferai profils bas pendant un certains temps.
Mais Kitchiro est un homme d'action, et veut faire de son mieux tout le temps (ou presque) et quoi de mieux, que prendre une revanche sur le gouvernement mondial juste après une terrible défaite, pour montrer que même si la tête de l'hydre est coupé deux autres prendront le relais. Et Kitchiro avait déjà une idée en tête : Shabaody. Le révolutionnaire connaissait déjà plus ou moins les mangroves, beaucoup de pirates et de marines racontaient des histoires qui c'étaient déroulées là-bas, et grâce à ces histoires Kitchiro savait où frapper pour faire mal au gouvernement : la vente d'esclaves.
Cela n'était un secret pour personne et Shabaody est encore à ce jour réputé pour cela ; la vente d'esclaves y est plus ou moins « tolérée » et le révolutionnaire comptait bien changer un peu la donne.
Ni une ni deux Kitchiro plia bagages, mais surtout il promit à ses grands parents et à Kedama de revenir au plus vite, cette petite aventure était pour lui qu'un premier repérage.

Sur le navire marchand sur lequel Kitchiro embarqua pour rallier Shabaody, la grenouille commença à préparer son plan, son but était simple, collecter un maximum d'informations pour frapper plus tard quand celui-ci aura la force nécessaires ou un appui adéquat pour entraîner d'autres révolutionnaire dans son plan.

Peu après son départ, Kitchiro posa pied à terre, et demanda directement le chemin pour une petite auberge du groove 37 connu pour ses succulents mojitos mais aussi (officieusement) connu pour être tenu par un révolutionnaire de long date Là-bas Kitchiro savait qu'il pourrait avoir des informations sur le lieu et la date de la prochaine vente aux enchères mais aussi d'autres informations sur se qui se passe sur l'archipel qui pourrait être tourné à l'avantage de la révolution comme part exemple l'avancée des rookies ou le mouvement décimas si celui-ci s'active un peu.

Résumé + HRP:
 



Codage de gaki sur Epicode
Revenir en haut Aller en bas
Ren Tao
Crimson Beast
avatar
Messages : 954
Race : Humain
Équipage : Shadow Ghost

Feuille de personnage
Niveau:
43/75  (43/75)
Expériences:
456/500  (456/500)
Berrys: 228.850.000 B

MessageSujet: Re: [MISSION] Le casse du siècle    Mar 30 Juin - 19:19


Show time

Le casse du siècle... Pour sûr, je comptais bien organiser le plus grand coup de tout les temps. Et si ce dernier n'était pas reconnu comme tel, il devra être reconnu comme audacieux, vu la violence et l'intensité qui y sera déployée. Mon combat contre Oda m'avait servit en fin de compte. Malgré la défaite, comme disait mon père " on se relève pour devenir plus fort ". Bien que dans mon cas, cela ne signifiait pas forcément devenir plus puissant physiquement parlant, je l'étais devenu mentalement. La mort d'un compagnon est très difficile, mais celle d'un second encore pire. Sans doute qu'à chaque mort provenant de ma famille, je deviendrais plus enragé que jamais. Telle une bête, mon esprit sauvage me poussait à repousser mes limites, en l'attente de trouver ces dernières et ne plus pouvoir les dépasser.

Tout le monde était là, réunis comme une belle assemblée. Mon plan semblait plaire à tout le monde. Que ce soit mes acolytes ou mes invités. Tant mieux, cela fais un problème de moins à régler. Chacun donnait son avis et posaient les questions qu'il fallait. L'inquiétude de Rei me surprenait presque. Hm ? Des esclaves ? De vue et de mémoire, je ne savais pas combien rapporte un tel business, mais sans doute moins que la drogue. Vendre des vies, c'plus difficile qu'en éliminer. De ce fais, je vins à simplement hausser les épaules sans répondre oralement à la belle.
C'est Yao qui retint mon attention en me demandant une ultime information. Je reconnaissais bien le jeune homme qui à mes yeux avait autant de talent que n'importe qui dans le milieu du crime. Quant bien même il n'est pas LA référence, ses talents de combattants prouvaient qu'il avait de quoi faire. Souriant en coin à ses dires, je vins alors à répondre clairement à chacun.

" Les esclaves ne sont pas ma priorité.  Je serais du genre à dire qu'il ne faut pas nous encombrer avec des tâches supplémentaires, notre carnet étant déjà bien remplit, mais si tel est ton souhait... Soit. Cependant Rei, ne va pas te mettre dans la merde, ou nous y mettre dedans à cause de ces personnes. Dit toi que même s'ils sont esclaves, ils ne feront rien pour nous dire merci. "

Concrètement, leurs vies ne m'étaient d'aucune utilité. Je ne sauverais personne, excepté un membre de ma famille. Me retournant vers Yao, je vins donc à lui répondre clairement.

" Sans doute. Je ne pense pas qu'ils organisent ce genre de festivités sans un minimum de protections. Mais... Partons du principe que nous avons vu pire. Pour entrer par derrière, nous allons sans doute devoir tuer des gardes, il faudra agir vite dès le moment où le second groupe agira. Pour ce qui est des esclaves, si certains se dressent sur notre chemin, il n'y aura pas d'avertissement. On entre, on récupère l'argent et on sort. Tout imprévu sera purement et simplement éliminé dans mon cas. Libre à vous de les blesser seulement, cependant, je ne tiens pas à perdre du temps avec de la pitié. Il suffit de voir combien de fois cela nous a jouer des tours.

Je vous laisse vous préparer. Gin a de l'armement pour tous ceux qui souhaitent. Voici les notes que j'ai rédigé récemment. Le lieu, la date et les possibles entrées, ainsi que les bâtiments sur un rayon de 10M, même s'il y en a que très peu pour pas dire un... ou deux maximum. Ayabusa, Yao, vous irez donc par la grande porte. Déguisez vous bien si cela vous dis, même si tu n'es pas primé Aya, toi si, Yao. Simplement pour rentrer du moins. Une fois dedans, et si les choses tournent mal, nul besoin de se cacher. Au moins signal, on élimine ceux qui s'opposent à nous et éventuellement, on prends des otages. Une telle vente attirera sans doute des personnalités, qui sait. "

Suite à cela, je laissais mes compagnons se préparer.  Pour ma part, j'avais déjà pris mon stock d'outils de Gin. Mes compagnons étaient libre d'aller le voir dans sa cabine. Monsieur se tenait prêt à faire le vendeur d'arme prêt à tout pour vendre ses bijoux. Attendant un petit moment, quand tout le monde était enfin prêts, je vins à ouvrir la marche.

Une fois en ville, nous eûmes le choix de nous séparer. Pour ma part, j'allais faire un petit détour pour me retrouver derrière le bâtiment où avait lieu la vente. Une fois proche de ce dernier, je vins à chercher un bâtiment et une fois le bon endroit trouvé, j'ordonnais à un des sous-fifres que j'avais " engagé " pour protéger le " cadeau de Fenko " de monter sur le toit pour mettre en place un sniper. Même s'il n'était pas un pro en tir, avoir un mini soutient n'est jamais de trop. Restant à même le sol, je me mis donc à fumer une clope, jouant le passant qui cherchait son chemin, attendant de voir une ouverture intéressante pour entrer par l'entrée des artistes comme on dit. Discrètement, dans ma poche mon den den mushi était relié à tout mes camarades, afin de les tenir au courant en temps et en heure.

" Rei... Rien à signaler de ton côté ? "

Attendant une réponse, je me mis à activer mon haki, dans le but d'estimer le nombre de personnes dans ce bâtiment.

Plus loin, Ayabusa s'était pointé comme une fleur à l'entrée. Celui-ci se présentait brièvement sous un faux nom, sachant que personne ne devraient le reconnaitre, même si on est jamais à l'abri.  Profitant de la foule, la petite Mélina se faufilait comme une petite sourie, s'apprêtant à entrer dans le bâtiment avec Ayabusa.

CODE DE PHOENIX O'CONNELL POUR NEVER UTOPIA



Ordre de passage :
Spoiler:
 
Infos :
Spoiler:
 

_________________
Il n'y a qu'une seule vérité...

Ce monde m'appartient.

Dita | Epicode


Dernière édition par Ren Tao le Jeu 2 Juil - 23:44, édité 6 fois
Revenir en haut Aller en bas
Rei Mitsuyori
Hateful Wolf
avatar
Messages : 453
Race : Humaine

Feuille de personnage
Niveau:
35/75  (35/75)
Expériences:
151/250  (151/250)
Berrys: 550.000 B

MessageSujet: Re: [MISSION] Le casse du siècle    Mar 30 Juin - 23:02

Casse du siècle
feat. Ren & co

Attendant tranquillement la réponse de Ren par rapport à ma question, j’ai bien compris parmi les regards qu’ils n’en avaient complètement rien à foutre des esclaves. J’ai compris, je vais me charger alors personnellement de cette affaire alors. Croisant les bras, je le fixais du regard avec détermination avant de finalement répondre.

« Ne t’en fais pas, je m’occupe personnellement de cette affaire. Et ça ira, je ne mourrais pas, quoi qu’il arrive. Personne ne sera mit dans cette histoire. C’est la mienne… »

Une certaine revanche oui on peut dire ça. Et parce que ça ma touchait personnellement, je comptais bien faire en sorte que ces sournois vendeurs allaient payer chers ce qu’ils font à ces pauvres personnes qui se font piégées et qui n’ont rien demandé. Un casse du siècle, ouais, ouais… Ne disant plus rien, je me contentais d’écouter ce qui se disait pour prendre en compte tous les paramètres possibles. Et Yao souleva effectivement un point important ; la marine… Ca, ça va être aussi mon travail de savoir s’ils sont dans le coin ou pas grâce à mes sens de loup. C’est sûr qu’ils pourraient bien s’inviter sur les lieux et je ne doute pas un seul instant qu’il y aura des marines dans le bâtiment, pour veiller au bon fonctionnement de la vente.

Les souvenirs reviennent de plus belle, moi qui croyait avoir enterré ce passé depuis des années, il faut croire que non. Une fois les groupes faits puis les armes prises auprès de Gin – personnellement, j’ai pris quelques explosifs en plus d’avoir pris mon sabre encore et encore affûté et fourra une dernière chose dans ma poche pour ensuite y donner à Ren quand ce sera le moment. Des informations qui datent de mes souvenirs. En espérant que ce soit toujours le cas. Une fois que nous nous retrouvions seuls en quelque sorte, je lui tendis ce fameux papier.

« Ce sont des informations que j’ai récolté ; j’espère qu’elles sont encore valides, ça date d’un peu vieux. »

Puis sur ces mots, je me transformais en louve avant de disparaître et me mettre à quelques mètres derrière un bâtiment, proche de celui où se passe la vente. Armée de mes sens en alerte, je regardais alors de partout pour commencer à surveiller les alentours. Pour le moment, rien à signaler en tout cas. Ah un appel de Ren… Prenant alors mon den-den, je répondis rapidement.

« Nope rien à signaler pour le moment… Je te rappelle s’il y a quelque chose. Les autres sont déjà à l’entrée du bâtiment. »

Et ça va se jouer bientôt. Raccrochant alors, je reprenais calmement mon poste de surveillante. Espérant juste que tout se passe bien sans que nous ayons forcément à combattre des esclaves ou je ne sais quoi d’autre. Sur ce fameux papier était écrit une sorte de liste. Une liste avec des informations qui je le précise date d'il y a plusieurs années donc elles peuvent être faussées !

- Plusieurs types d’esclaves : humain, sirène, vieux personnages etc..
- Personnages potentiellement importants : Tenryuubito
- Prix moyens pour une vente : entre 60 000 et 2 millions de Berrys généralement.
*Suivant la race d’esclaves*
- Sécurité : pas de marines généralement ; que si y'a un problème

Je ne sais pas si ces informations pourraient l’aider mais bon. En fait, ce papier au dos était marqué des mots qui veulent tout dire. Rei Mitsuyori, 15 ans – 150 000 Berrys. Peut-être ainsi saura-t-il pourquoi je tiens tant à sauver les esclaves de ce monde qui se font avoir par des personnes malhonnêtes. Personne ne connait pas ce passé et Ren n’aura qu’à me demander s’il veut avoir des informations là-dessus.
____________________________
Fiche RP © codé par Hans sur Apple Spring


Dernière édition par Rei Mitsuyori le Jeu 2 Juil - 14:37, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Fudo
Le Roi Fou
avatar
Messages : 506
Race : Humain
Équipage : Shadow Ghost

Feuille de personnage
Niveau:
31/75  (31/75)
Expériences:
137/250  (137/250)
Berrys: 353.899.000 B

MessageSujet: Re: [MISSION] Le casse du siècle    Mer 1 Juil - 9:47

Le casse du siècle
Kômatsu Shokichi feat Shadow Ghost, Yao & Kitchiro


Nous étions tous d'accord. Le plan convenait à tout le monde et chacun choisit son rôle. Ainsi Ayabusa et Yao allaient jouer aux acheteurs tandis que Ren, Rei et Mélina s'occuperaient de surveiller les lieux et de récolter le butin. À partir de ces informations je sus ce que j'allais faire assez rapidement. Un nouveau problème fut soulevé, cette fois-ci par Rei. La question des esclaves. Ren répondit à mes attentes, ces types n'étaient que de potentiels nuisibles. Pourquoi vouloir sauver ce genre de personne ? Elles n'avaient pas d'avenir dans ce monde. Leur destin fut scellé au moment où ils devinrent esclaves. Voilà ce que je pensais de ces gens. Rei semblant s'attacher à leur cause, le rouquin décida de la laisser s'en occuper seule. Finalement, Yao posa une question. Les marines n'allaient surement pas être notre seul obstacle. Déjà les esclaves, ensuite il y avait la possibilité qu'un autre groupe de personnes souhaitât s'emparer du butin. La meilleure chose pouvant nous arriver serait sans doute ma dernière idée, des gens voulant sauver les esclaves, en massacrant toutes les personnes se trouvant dans la salle des acheteurs. Elles auraient fait diversions pour nous. Cette idée m'était venue en tête grâce à Rei, mais était peu probable. Nous étions dans une zone de non-droit, remplie de pirates, hors-la-loi et autres mécréants. Qui se souciaient d'esclaves ? Ren était clair et je partageais son point de vue. Tout obstacle sera éliminé. Une fois ses questions réglées, le rouquin nous invita à passer voir Gin afin de s'équiper de quelques armes. Cela m'était inutile, je ne comptais utiliser que mon corps, mon arme préférée. Une arme peut vous lâcher à tout moment, si votre épée se brise lors d'un combat, sur quoi rejeter la faute ? La qualité de la lame ? La personne l'ayant forgé ? Vous même ? Je préférais user de mon corps, si ce dernier me laissait tomber, cela aurait été dû à mon manque d'entrainement uniquement. Néanmoins, je rendis visite à Gin, afin de mettre une chose au claire avec lui. Je me rapprochai de lui puis suffisamment près pour qu'il puisse être le seul à pouvoir m'entendre, je vins à murmurer.

-Si quelqu'un attaque ce navire, peu importe qui, occupes toi de la protection de Ganta en priorité. Et, bien que je ne penses que tu le laisses faire, évites de le faire jouer avec tes armes. Je t'en serais reconnaissant.

Suite à cela, je laissai l'ingénieur à ses occupations. Cela n'était pas une menace, simplement un souhait. Ce Gin avait l'air un peu foufou sur les bords, je me devais de lui remettre les idées en place au cas où il avait oublié. Regardant une dernière fois le soleil, situé cette fois-ci au zénith, je pris une grande inspiration avant de sauter par-dessus bord et de me transformer en un simple frelon. Je fis alors le tour de plusieurs grooves proche du numéro un. Quand l'heure était venue, je rejoins Ayabusa. Je restais sous forme d'insecte, restant quelques mètres au-dessus de sa tête. L'homme se présenta devant le bâtiment en usant d'une fausse identité. J'attendais de voir s'il recevait son numéro, puis s'il entrait sans soucis, j'attendrais l'arrivée de Yao afin de m'assurer que lui aussi puisse passer sans problème. Etant donné que les deux acheteurs ne connaissaient pas mon pouvoir, je comptais me poser délicatement sur l'épaule de Yao un peu avant que ce dernier ne soit parvenu à l'entrée du bâtiment afin de le mettre au courant de ce que je comptais faire.

-C'est sous cette forme que je vous observerais. Si je remarque quelque chose d'étrange je te préviendrais directement.

Je repris de l'altitude afin de le laisser se présenter. De là, je tenterais de rentrer dans le bâtiment, toujours sous forme d'insecte, et de les rejoindre dans la salle de vente. Ma véritable mission commencera là-bas.



Dernière édition par Kômatsu Shokichi le Ven 3 Juil - 8:03, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Yao Ming
Trafiquant
avatar
Messages : 363
Race : Humain.
Équipage : Hyakki Yokou Gang

Feuille de personnage
Niveau:
31/75  (31/75)
Expériences:
231/250  (231/250)
Berrys: 341.991.025 B

MessageSujet: Re: [MISSION] Le casse du siècle    Jeu 2 Juil - 14:06



Le Bal des Voleurs .02





R
en répondit aux problèmes que le voyou venait de soulever. D'après ses dires, le truand n'avait pas tort, il y allait avoir plus d'obstacles que prévu durant ce braquage que de simples et vulgaires trouffions de la marine. Et la réponse du rouquin fut aussi attendue par le maffieux : Pas de pitié, aucun n'en ressortira vivant.

Quand Yao comprit ça, un petit sourire s'afficha sur ses lèvres. Depuis le début et parmis ceux qui tenteraient d'arrêter la fine équipe, il se fera une joie de les emmener jusqu'en enfer. Mais c'est à ce moment la qu'il regarda du coin de l'oeil sa petite protégée Aliyah. Bien qu'elle avait un potentiel énorme, la jeune fille n'était encore qu'une débutante dans le milieu du crime organisé. Il fallait donc la surveiller et la protéger quoi qu'il en coute.
Et cette réflexion amena une autre question : la nouvelle recrue de Ren, le fameux mercenaire Shokichi, était-il un homme de confiance et d'expérience ? Le maffieux pouvait ce poser quelques questions, mais il en fit vite le tour et préféra faire confiance à son bon vieux associé qui ne l'avait certainement pas recruté pour rien.

Reprenant rapidement ses esprits, Yao acquiessa toutes les consignes que Ren fit partager à l'assemblée. Une fois tout ça fini, Ren laissa à ses hommes et à ses invités du temps nécéssaire pour qu'ils puissent se préparer pour cette grande fête surprise.
Yao remercia alors son ami et les personnes qui l'entouraient et invita Aliyah a le suivre pour qu'ils puissent ce changer. Les deux truands entrèrent alors dans une cabine, déguisements à la main, puis se mirent d'accord pour le choix de leur tenue et de leur rôle à chacun.
Quelques temps après, Aliyah se présenta à Yao dans ses nouveaux habits.

- Alors Yao, mon déguisement est bien ?

La jeune fille était vêtue de magnifiques dentelles de soie blanches et dorées, le tout ajusté à son corps et à sa taille. Elle avait associé ses dentelles à une fine robe et un gilet de soie ce qui rendait vraiment bien.

- Parfait ! Il ne te manque plus que ça ... Et moi, comment tu me trouves ?!

Yao ajusta la tenue de sa coéquipière en déposant un long et fin chapeau sur sa tête. Celui-ci s'alliait parfaitement avec les dentelles et la jeune fille ressemblait désormais à une noble, ce qui était le but.
Quand au voyou, sa tenue n'avait pas réellement changé de d'habitude. Il avait opté pour un costume classique, mais pourtant de luxe, et afin qu'on ne le reconnaisse pas, il s'était teint les cheveux en blanc et s'était collé une fausse moustache sur les lèvres. 0 la vue de sa nouvelle coupe de cheveux, Aliyah ne put s'empêcher de rire.

- Bwahaha ! On dirait que tu as pris 20 ans d'un coup !

Bien que cette remarque pouvait être déplaisante pour certains, Yao le prit comme un compliment, car c'était le but recherché. Il laissa donc sa collègue dans son fou rire enfantin et sortit de la chambre, dans sa nouvelle allure, enfin prêt pour passer à l'action...

[...]

La demoiselle soigneusement habillée ne pouvait s'empêcher de se curer le nez. Discrètement, Yao lui tapa dans la main et la prévenu que désormais elle devait jouer le rôle d'une noble, et que dans la noblesse, les jeunes se ne curaient pas le nez en publique !
A peine le temps de la sermoner que la fil d'attente avança d'un pas. Yao jetta un dernier coup d'oeil aux environs. Ayabusa était un peu plus loin devant. Parfaitement déguisé lui aussi, il allait bientôt passer devant les gardes qui s'occupaient des entrées. Il baleya alors l'horizon et retrouva Shokichi. Le frelon qui se baladait en l'air, c'était lui. Son pouvoir était interessant et sous cette forme le mercenaire pouvait être bien plus discret que le reste des brigands. Bien, tout le monde était en place, Yao ne cessa alors de rejouer le sketch qu'il avait préparé dans sa tête ...

Les minutes s'écoulèrent et les deux hors-la-loi arrivèrent enfin face aux gardes. Et comme il était attendu, la réaction du premier garde à l'entente des faux noms donnés ne ce fit attendre.

- Désolé messieurs dames, vos noms ne sont pas sur la liste.
- Quoi ?! Vous ne savez certainement pas à qui vous parler la, vérifiez bien si le nom Miyoischi n'est pas sur votre liste !
- Je suis désolé monsieur, mais il ne s'est toujours pas inscrit par magie.
- Vous vous foutez de qui la ?! Dites-moi ... Vous tenez vraiment à votre poste Monsieur l'Abruti de garde ou vous ne connaissez réellement pas mademoiselle ici présente la Princesse Nesrine Miyoischi de Nighty Town ?!!
- Eh ... Eh bien ... Non, pas vraiment ...
- Pépé, papa ma promis que j'allais acheter pleins de sirènes pour jouer avec pourquoi on ne peut pas rentrer ?
- Excusez moi mademoiselle, il y à quelques soucis, l'organisation à posté des abrutis à l'entrée. Attendez, j'appelle votre père qui fera jouer de ses relations à Marie-Joa, ça ira plus vite ...
- Marie-Joa ... ?! Cela doit être un problème de notre côté, excusez nous du dérangement messieurs dames, je vous souhaite une bonne journée !

C'était donc un abruti de garde. A peine il avait entendu le nom de Marie-Joa que l'homme de la sécurité savait pertinamment qu'il risquait gros ... Si tout ça était réel, bien sur.
Yao jetta alors un regard malicieux à sa camarade. Leur plan semblait bien marcher, du plus le jeu de rôle que le duo avait mis en scène était parfait, normal que la sécurité y tombe dedans.
Le voyou tendis son bras que la jeune fille croisa avec le siens. Les deux brigands camouflés en nobles se mirent alors à avancé de plusieurs pas, pénétrant donc dans le bâtiment ou cette fameuse vente d'esclave avait lieu ...
Crédit: Neko-chan in Never Utopia


Dernière édition par Yao Ming le Ven 3 Juil - 0:05, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Kitchiro Nagami
La Grenouille Fantôme
avatar
Messages : 314
Race : Humain
Équipage : Bandlands Outlaws

Feuille de personnage
Niveau:
22/75  (22/75)
Expériences:
84/120  (84/120)
Berrys: 106.389.000 B

MessageSujet: Re: [MISSION] Le casse du siècle    Jeu 2 Juil - 23:28




« Le Casse du Siècle  »



Kitchiro traversa les grooves les uns après les autres, pour la première fois de sa vie Kitchiro vit Shabaody de ses propres yeux qui n'en déplut. La foule, les bulles et toute cette richesse concentrée au même endroit émerveillait Kitchiro qui se rappela aussitôt qu'il était là pour enquêter sur une vente aux esclaves et que cela était moins cool.
Kitchiro fut étonné de voir comment le gens étaient aussi détendu malgré le faits qu'un grand nombre de pirates arrivaient sur l'île chaque jours. Peut être que pour une fois la marine faisait son boulot .. ou dû moins en partie mais le Jojo-Mojitos se dessinait à l'horizon et Kitchiro oublia instantanément ses pensées négative sur la marine pour saliver à l'odeur des crevettes flambées aux cognac.
La grenouille passa par la porte typique des Western et s'accouda aux bar où un homme d'un certain âge qui essuyait des verres. Celui-ci jeta à Kitchiro d'un air déjà lassé.

-Bonjour jeune homme que puis-je vous servir ?

-J'aimerais goûter à vos fameuses crevettes et à un bon mojitos puis la grenouille ajouta discrètement en se penchant vers le barman pour boire en l'honneur de notre cher Arias.

Aussitôt le regard du vieux homme changea qui s'attela à la préparation de la commande. Une fois la commande servit et son dû récupéré le barman questionna la grenouille pour connaître ses intentions.

-Vous venez d'où pour vouloir un mojitos ici en l'honneur de ce brave homme ?

-Je suis originaire de Lunas sur la sixième voie et j'ai fais mon « service militaire » si l'on peut appeler ça comme ça à (en chuchotant à l'intention du barman ) à Friends Island sous le commandement de Sheldon.


- Un gentilhomme celui-là, tu peut parler librement ici, je connais toutes les personnes ici présente, aucune n'ira balancer ta photo à la Marine vu que certains sont déjà recherché. Alors qu'est ce qui t’amène à Shabaody alors que plus personne ne sait où donner de la tête depuis … Baltigo.

-Personne ne sait quoi faire mais moi si, j'aimerais préparer un gros coup contre la vente d'esclaves pour montrer au gouvernement que nous connaissons ses agissements dans ce domaine et que la révolution n'est pas disparu avec Arias sur Baltigo. Mais j'ai appris en route que le lieu avait changé depuis la dernière fois suite à des … problèmes avec des hors la loi, et j’espérais obtenir quelques informations de votre part sur le lieu, la date et pourquoi pas plus pour m'aider à cela.

-Groove 1, d'ici quelques heures sur listes voilà tout se que je sais. Depuis la dernière fois la vente se passe différemment et surtout l'entrée est filtrée par des gardes avec une liste de personne et seule une belle somme d'argent peut les faire changer d'avis, une somme qui prouve que tu n'est pas là pour commettre un attentat mais plutôt une transaction illégale. Selon les lots qu'ils ont la sécurité est plus ou moins forte à l'arrière aussi, surtout quand il y a des sirènes ou des géants. Si tu as des problèmes et que tu arrive à revenir ici sans te faire voir je pourrais t'aider à quitter les grooves par un réseau sous les racines de la mangrove cependant personne ne doit te suivre avant, il ne faudrait pas que ma couverture ne soit grillée. J’espère t'avoir informé du mieux que je pouvais.

-Merci des précieuses informations, j'essayerai de ne pas avoir recours à ton réseau, je n'y vais pas pour tuer tout le monde mais pour préparer quelque chose de plus subtils, je te dis merci et à plus tard. Au passage tes mojitos sont excellents, autant que les crevettes.

Sur ces mots Kitchiro finit son verre et croqua sa dernière crevette en faisant bien attention à ne pas manger la queue de celle-ci. Mais avant de partir pour les grooves de non droit Kitchiro se changea pour enfiler sa tenue de soirée noire pour se faire passer pour quelque de la haute et pouvoir entrée sans trop de problème.
Spoiler:
 

Kitchiro remarqua très vite le changement de groove les gens étaient plus fuyants, moins joyeux mais aussi plus armés. Kitchiro s’arrêta quelques instant dans une boutique lambda juste pour obersver de loin le lieu de la vente, caché derrière les ratieliers d'armes le révolutionnaire pouvait voir une queue formé devant l'entrée avec de nombreuse personnes de bords différents, des nobles, des membres de la pègre facilement identifiable avec leur tête de méchant ou leur tatouage mais aussi des inconnus surement des gens fortunés ou des coursiers pour le compte de certains et certaines personnes hautement placés aimant être servit. Ceci donna une idée à Kitchiro: se faire passer pour un coursier ou un valet de coursier travaillant pour la Very Melon Society qui pour sûr acheter des esclaves pour travailler dans les mines.

[i]Si je me fais passer pour un membre de la Very Melon Society, ils me laisseront passer vu que cette vieille entreprise de voleur à des contacts et même la protection du gouvernement, au pire je ferais comme avec le capitaine du bateau qui ma emmener à St Trader je les menacerai d'appeller mes "supérieurs" sa marche à chaque fois.
Pensa Kitchiro toujours en faisant mine de s’intéresser aux divers objets de la boutique.


Résumé:
 


Codage de gaki sur Epicode
Revenir en haut Aller en bas
PNJ [Civils]

avatar
Messages : 99

MessageSujet: Re: [MISSION] Le casse du siècle    Ven 3 Juil - 16:21



Installé depuis plus d'une dizaine de minutes, alors que la vente n'était toujours pas amorcée et que le présentateur n'avait toujours pas émergé des coulisses, un jeune homme dans l'un des coins de la salle, calmement placé sur l'un des gradins destinés à accueillir des dizaines sinon des centaines d'acheteurs analysait tranquillement et silencieusement le public, se reportant sans cesse au bloc-note qu'il tenait dans ses mains pour y griffonner quelques mots. Ses yeux, vifs, semblaient détailler scrupuleusement chaque élément qui s'étalait devant lui, au sein de cette pièce. Son attention était manifestement tenue à son paroxysme, puisqu'il ne se gênait guère pour jeter un bref coup d’œil à tous les nouveaux arrivants. Mais ce qui tranchait davantage encore avec le reste des hypothétiques acheteurs, c'était ses habits : certes, il n'avait pas l'air miséreux, mais il ressemblait véritablement au voyageur typique, comme on en trouvait des milliers. Ni pauvre, ni fortuné... Dès lors, n'importe qui aurait pu se demander quel était l'objet de sa présence : il ne semblait toutefois pas s'en inquiéter et laissa sans broncher un couple de jeunes nobles s'installer à côté de lui, profitant de l'occasion pour glisser quelques mots à l'homme :

-Excusez-moi... La vente commence bientôt ?
-Et bien oui, monsieur, elle devrait démarrer d'ici une paire de minutes. On m'a conté qu'ils avaient déniché un longues-jambes, pour cette édition : j'ai hâte de voir ce qu'il en est véritablement !
-Je vois... merci.

L'écrivain inlassable s'en retourna à son ouvrage, sous le regard désarçonné puis lassé de son interlocuteur, qui se demandait visiblement si tous les gens du peuple étaient aussi taciturnes et peu ouverts à l'engouement. Ne s'en formalisant guère, l'artiste en question arqua un sourcil lorsqu'enfin une silhouette émergea de derrière les rideaux, s'avançant sur la scène tout en tenant un micro qui lui permettait, grâce à un jeu de Den Den relais, de se faire entendre par tous les visiteurs :


Présentateur de la vente, Tonkoni

-Gentes dames et gentilshommes, bonjour et bienvenue pour cette nouvelle session de ventes ! Aujourd'hui, des lots d'excellentes qualités seront à nouveau au rendez-vous : il n'appartiendra qu'à vous d'en sortir grandement satisfaits ! Commençons sans plus tarder avec deux jumelles, natives d'Alabasta, capables de danser et de satisfaire toutes sortes de désirs ! Cadeau de la maison, nous commençons avec un prix réduit : 550.000 berrys les deux, soit deux fois moins qu'à l'accoutumée ! Ah, monsieur est observateur ! Monsieur, au second rang ? Madame ?

Les enchères s'étaient immédiatement emballées, laissant l'écrivain stupéfait et immobile sur son siège. La main tremblante, il reprit son récit de plus belle, traçant à l'encre fine quelques mots sur son livre : "Ici, les hommes peuvent en acquérir d'autres, tout comme l'on pourrait acquérir un meuble : leurs instincts bestiaux ne semblent être entravés par une quelconque morale et ils se livrent au jeu du plus fortuné, plaçant de formidables sommes pour obtenir le droit de vie et de mort sur des êtres malchanceux. Des riches et des nobles du Monde entier viennent vraisemblablement prendre place, se complaisant dans leur corruption et dans leur bassesse d'esprit : le Gouvernement Mondial n'est qu'une fumisterie, qu'une illusion, qu'une utopie. Nous devons rester indépendants." Puis il referma son ouvrage d'un coup sec, ne tardant guère à se redresser et à se diriger vers la sortie, chancelant et tremblant, nauséeux comme jamais. Le ridicule de l'humanité n'avait de cesse de l'affliger, et ces porcs en étaient même venus à lui donner envie de vomir. Quand son voisin s'étonna de ce comportement pour le moins atypique, lui laissant un regard circonspect et interrogatif, il se contenta de le fixer avec colère et haine, semblant prêt à le déchiqueter d'un instant à l'autre. Il reprit ensuite son chemin, repoussant d'un coup sec le garde qui s'empressait de venir lui prêter main forte, songeant certainement qu'il était malade ou étourdi à cause du climat particulier de l'Archipel.
Il avait désormais une certitude, simple et claire : il n'avait rien à faire ici.


Chef de la Garde Abraham Stoker et garde Peli.

-M'sieur Stoker ! Bran et Paul vont pas pouvoir assurer la protection du show, z'ont une gastro ! Z'ont mangé au même resto hier soir, bouffe pas...
-Epargne-moi les détails. Bon, assure les transferts des esclaves et la sécurité de l'entrée des chasseurs de primes, je me charge de la scène.
-Ok m'sieur !

Tandis que la demoiselle tournait les talons pour, conformément aux ordres de son supérieur, s'occuper des transferts des futurs esclaves, celui-là prenait la direction de la scène et descendait de celle-ci tout en restant discrètement à l'ombre. Une fois dans l'un des coins de la salle, il s'adossa à l'un des murs, ajustant son képi tout en balayant la salle d'un regard inquisiteur. Il n'avait plus l'habitude d'être directement sur le terrain, mais cela n'allait pas l'empêcher de faire son job : il devait sécuriser ce business et il allait le faire. Il n'eut aucun mal à reconnaître quelques têtes connues : des brigands locaux, des chefs mafieux, des nobles de tout étage... Mais ce qui le surprit davantage, ce fut l'homme qui se trouvait exactement au centre des gradins. Une couronne, ça n'était pas souvent...


Roi d'Eritvol, Shokuneim V et Garde Royal Enricke.

-Six millions pour les deux gueuses !

Le Roi s'était levé en prenant la parole, imposant le respect immédiatement : une telle somme, ça n'était pas commun, pour deux simples danseuses... En voyant qu'aucun autre noble ne semblait être en mesure de rétorquer, Tonkoni coupa court à la vente et convia le Roi à se rendre en coulisses après la vente afin de prendre possession de ses deux nouveaux objets, qu'il chassa d'ailleurs promptement de la scène avant de les remplacer par un gaillard bien bâti et dans la force de l'âge. Enricke se pencha discrètement par-dessus l'épaule de sa Majesté pour lui adresser quelques mots, profitant du brouhaha ambiant causé par la perspective d'une nouvelle vente :

-Est-ce bien raisonnable, Majesté ? Les finances se portent mal, et votre oncle n'a accepté le voyage qu'à condition que nous ne...
-Mon oncle acceptera ce que je lui dirai d'accepter.
-Ou... Oui, Majesté. Je comprends.

Le jeune Roi reprit une mine profondément amusée, oubliant momentanément ce passage plus désagréable que la moyenne, tandis qu'Enricke reprenait tranquillement place sous le regard des autres gardes royaux présents. Au total, ils étaient dix à encadrer leur majesté... Mais d'autres, beaucoup d'autres attendaient hors de la salle. En vérité, Eritvol était l'une des 170 nations affiliées au Gouvernement Mondial et se trouvait quelque part sur Grand Line, hors des sept voies, à l'instar de bien d'autres îles... Et même si cet isolement leur permettait de n'être que rarement importunés par des pirates, la famille royale avait la réputation de posséder une bien meilleure gestion militaire qu'économique.


Les principaux protagonistes et antagonistes sont donc apparus : vous pouvez considérer qu'il y a une quinzaine de gardes présents dans la salle en exceptant les gardes royaux de Shokuneim (donc une petite trentaine au total). Bien entendu, Enricke et Abraham sortent clairement du lot, mais ça, vous le saurez en temps voulu !
Vous avez une grande liberté d'action et vos choix vont avoir une réelle importance.

A la demande de Nagami, je rajoute un schéma pour la salle des ventes vu qu'effectivement, Yao y est entré sans soucis, il peut observer précisément !
http://i18.servimg.com/u/f18/18/22/92/77/sallev10.png
Imaginez que le nombre de rangées n'est pas le bon, y en a peut-être trois fois plus, c'est du vite fait.
Le point marron, au centre de la scène, c'est évidemment le présentateur. Toujours proche de la scène, à gauche, le point rouge, c'est bien sûr Abraham qui surveille.
Le point bleu ciel au centre, c'est le Roi. Sa garde est positionnée autour de lui... Mais pour teaser un peu, vous pouvez imaginer sans soucis que pour protéger un si grand personnage, d'autres moyens sont déployés que des gardes visibles et destinés à la dissuasion.
Enfin, le point vert, c'est le fameux écrivain, qui avance vivement en direction de la sortie (l'espace blanc en bas et au centre).
Voilà voilà !
Revenir en haut Aller en bas
Ren Tao
Crimson Beast
avatar
Messages : 954
Race : Humain
Équipage : Shadow Ghost

Feuille de personnage
Niveau:
43/75  (43/75)
Expériences:
456/500  (456/500)
Berrys: 228.850.000 B

MessageSujet: Re: [MISSION] Le casse du siècle    Sam 4 Juil - 4:06


Let's go

Dehors, les choses se déroulaient plus que calmement. En effet, nous étions en phase d'observation et d'analyse. Sans doute l'étape la plus chiante de cette " mission ". Au final, pourquoi nous ne nous amusions pas à rentrer dans le tas afin de faire ça rapidement ? Sans doute pour nous tester. Bien entendu, si les choses ne tournaient pas bien, nous n'aurions plus besoin de nous " brider " et là, une fois que la bête serait lâché, plus rien ne pourrais nous arrêter, qu'importe les obstacles. Du moins, voilà mon mental actuel. Nous sommes les fauves et eux, sont les proies.

Fumant ma clope en douce, restant patient - malgré moi - je regardais en douce les quelques gardes se trouvant ici et là. La porte qu'ils gardaient prouvaient bien qu'il s'agissait d'un endroit important. Quoi qu'au fond, le bâtiment en soit était gardé légèrement, montrant qu'une chose importante se passait. Finalement, j'avais abandonné mon idée de " compter " le nombre de voix qui se trouvaient là, car ma maîtrise n'était pas parfaite. Je ne pouvais nullement sélectionner celles que j'entendais précisément et au final, j'avais eu rapidement en tête une bonne centaine de voix, si ce n'est pas le double, voir le triple... Dur dur d'estimer le nombre de personnes ennemis. J'allais donc me fier uniquement à mes yeux, et mes autres paires d'yeux. Après tout, le but d'une équipe, c'est de faire un n'est-ce pas ? Si je suis jugé comme étant le cerveau de l'opération, alors mes coéquipiers sont tout simplement mes yeux et mes oreilles. 

Ayabusa était entrer au final et n'avait pas vu qu'il s'était fait doubler par Yao et son amie.  Mélina se mis à chercher des places tandis que l'ex-marine restait à l'écart. Jouant le rôle du mec qui cherche une place, il observait la place et admirais les possibles participants de cette intrigue. Hm ? Un visage familier le fit sourire. En effet, parmi la pègre présente se trouvait un petit bandit de bas étage : Roscof DiCarpacio, dit, le spécialiste du carpaccio. Malgré sa connaissance de cette personne, il se mit à l'ignorer, sachant très bien que ce dernier le reconnaitrait pas. Cherchant alors la miss du regard, il avança sans faire attention au fait que les enchères avaient débutés. Il s'en rendit compte uniquement quand un roi se fit voir de tous. Sa montée d'enchère était si magistrale qu'il en avait cloué le bec à tout le monde... A moins que ce soit sa présence royale ? Quoi qu'il en soit, interloqué par cette intervention, il observait le jeune roi et se rendit compte de qui il s'agissait. Cependant, continuant sa route tout en admirant le fameux personnage. Si bien, qu'il en vint à bousculer une personne qui semblait pressée de partir.

" Oh... Excusez moi. "


Se redressant et tendant la main - bien que la personne en face ne soit pas forcément tomber au sol - il regardait alors les traits de l'homme qui semblait pressé de partir. Intrigué, il vint alors à prendre la parole en douce, à voix basse, afin de ne déranger personne de présent dans la salle.

" Je ne vous ais pas fait mal au moins ? Excusez mon impolitesse... Si ce n'est pas indiscret, pourquoi semblez vous... fuir ? Auriez-vous un problème ? Puis-je vous être utile en guise de pardon ? "


Le but de la manœuvre ? Récolter des informations et qui sait... Peut-être plus. L'ex-marine en a sous sa caboche et ses lunettes.  Souriant en coin, il vint à doucement attendre une quelconque réponse, bloquant le passage à l'écrivain. Mélina de son côté continuait à chercher une place se plaçant dans quelques gradins. Cette dernière faisait un repérage des lieux en usant de la présence royale pour essayer de passer inaperçue et s'apprêter à voler les poches de bien des gens. Mais avant, cette dernière se mis à chercher les gardes dans la salle, sans prendre en compte ceux qui étaient trop évident, à savoir, ceux du roi présent dans la salle.

Krake lui était dehors, se tenant à l'écart de cet endroit. Ce dernier était en train de faire les cent pas, prêt à prévenir en cas d'imprévu et éventuellement cogner pour gagner du temps et s'amuser.

Perdant patience, je vins alors à appeler Ayabusa. Ce dernier écoutait la réponse ( ou pas ) de son interlocuteur et coupait net la conversation, se décalant un peu pour parler à voix basse.

" Les choses avancent ? "
" Hm... Il y a de bons invités. "
" Du genre ? "
" Mafieux, brigands et... un roi. "
" ... Je vois. Les autres ? "
" Yao semble avoir pris place, ou du moins, il est dans le coin. Méli se cache comme à son habitude et moi, je m'apprête à me poser. "
" Kômatsu ? "
" Aucune idée... "

Raccrochant net, je vins alors à contacter le jeune homme, et frère d'arme pour alors essayer de lui faire comprendre la situation.

" Kômatsu ? Nous sommes dehors. La porte est gardé de l'extérieur, et de l'intérieur... sans doute. Rien n'est trop sûr. Peux-tu tenter quelque chose pour nous ouvrir la porte ? Discrètement si possible, suite à quoi, on entame la phase deux du plan, à savoir, l'infiltration dans le bâtiment et le gain de temps en haut. J'ai entendu dire qu'un roi se trouvait ici. J'ai peut-être une idée, si les choses tournent vraiment mal. Mais ça promet d'être amusant. Je comptes sur toi. "

Stoppant la conversation, je n'avais nullement fait usage du mot " prise d'otage ", au cas où nous étions écouté. Me tenant prêt de mon côté, je vins à simplement éteindre ma clope et regarder en direction de Rei. Sa voix distincte, elle au moins je pouvais la suivre. Je n'avais pas trop regardé son papier par manque de temps, mais je comptais bien le voir plus tard. Espérant qu'elle me suive. Après avoir attendu cinq petites minutes, je me mis à m'approcher de la fameuse porte, cette dernière étant gardé par des gardes. J'espérais que le timing de Kômatsu serait parfait, sans quoi, j'aurais gagner juste le droit de mettre hors service les gardes qui allaient sans doute m'interpeller suite au fait de mon approche.
J'espérais que Rei allait me suivre aussi, en louve, ou en civil.
Capuche sur la tête, j'approchais en douce, même si niveau approche furtive, on a vu mieux. Une fois à la hauteur de ces derniers, je n'hésiterais pas à sauter sur eux pour trancher leurs gorges et je laisserais Rei finir le travail si l'un tente de gueuler.


CODE DE PHOENIX O'CONNELL POUR NEVER UTOPIA


Résumé :
Spoiler:
 

Ordre de passage :
Spoiler:
 
Infos :
Spoiler:
 

_________________
Il n'y a qu'une seule vérité...

Ce monde m'appartient.

Dita | Epicode
Revenir en haut Aller en bas
Fudo
Le Roi Fou
avatar
Messages : 506
Race : Humain
Équipage : Shadow Ghost

Feuille de personnage
Niveau:
31/75  (31/75)
Expériences:
137/250  (137/250)
Berrys: 353.899.000 B

MessageSujet: Re: [MISSION] Le casse du siècle    Sam 4 Juil - 14:33

Le casse du siècle
Kômatsu Shokichi feat Shadow Ghost, Yao & Kitchiro


Tout se mettait tranquillement en place. Ayabusa ainsi que Yao et sa camarade réussirent à entrer dans le bâtiment. Le groupe de Ren devait sûrement être en place, le seul gars qui ne savait pas quoi faire était Krake. En ce qui le concernait, ce type était venu m'interrompre en bon chemin afin de me ramener une petite bombe portable. Celle-ci créée par l'ingénieur au comportement inquiétant. J'eus imaginé à cet instant que le brave blondinet ne prit mal le petit avertissement que je lui avais fait. Ou alors, il souhaitait simplement se rendre utile et participer à sa manière à cette opération risquée, malgré sa blessure. Demandant au squal plus d'information sur cette grenade, celui-ci me rétorqua qu'elle pouvait libérer un gaz soporifique. Niveau infiltration cela s'avérait être une petite merveille, si bien utilisée pour sûr. J'acceptais donc le fait de devoir dépendre, à un moment ou un autre, de cette bombe et la rangeai dans ma veste.

Maintenant que tout était en place, je devais me bouger. En effet, je m'étais moi-même proposé pour tenir ce rôle d'intermédiaire. La réussite de ce casse, mais surtout la vie de ma nouvelle famille était en grande partie entre mes mains. Je me devais d'être à la hauteur. Ainsi, je pénétrai à mon tour dans le bâtiment sous forme animale, et me dirigeai vers la salle des ventes. Mon but était simple, observer la scène du dessus, repérer les pontetiels dangers et prévenir le second groupe en cas de soucis. Néanmoins, un premier imprévu se présenta au moment où je débarquais dans la salle. Ayabusa était en train de discuter avec une personne au look décalé par rapport au reste du type de personne auquel je m'attendais croiser dans les gradins. Un premier ennui ? Je me rapprochai ainsi d'eux, restant à une hauteur où même mon camarade ne pouvait me voir, et écoutai leur éventuelle discussion si cette dernière n'était point à sens unique. Mais, outre le fait qu'Aya prit la peine d'adresser la parole à ce type, c'était l'appel qu'il reçut qui me fit agir. Ren souhaitait déjà passer à l'action ? Ou avait-il rencontré un problème ? Je ne perdis pas un instant et me déplaçait vers le coin droit de la salle. Une fois m'être assuré à l'ombre de tout regard je prenais forme humaine. De là je lançai un regard dans la salle afin de trouver Yao lorsqu'un homme prit la parole et annonçait un prix exorbitant. La vente avait commencée, apparemment l'homme que je ne pris soin d'observer voulait s'acheter deux esclaves. Suite à cela, un petit bruit émergea de ma veste; mon denden mushi. Je décrochais, Ren avait apparemment des directives pour moi. Une porte à ouvrir ? Je le laissais raconter ce qu'il avait à dire pendant que j'observais les deux danseuses vendues quitter la scène. Une idée me vint à l'esprit, surement la bonne.

-Laisses moi cinq minutes. Passé ce délai considères que j'ai échoué et trouve un autre plan. Je préviens Yao le temps d'une petite minute et je m'occupe de ta porte.

Raccrochant mon den den, je repris forme d'insecte et cherchai notre jeune camarade. Ayant vu son déguisement, ainsi que celui de sa compagne, j'allais le trouver rapidement. Dans ce but je survolais la salle au ras du plafond, l'endroit le plus à l'ombre où aucune personnes normalement constituées penseraient observer lors d'un tel événement. Au bout de quelques secondes je trouvai mon homme. Je me dirigeai vers lui, cette fois-ci en passant ras du sol et en faisant attention à ne pas être écrasé. Une fois à proximité, je pris de la hauteur et lui murmurais quelques mots. Pendant que le présentateur annonçait l'arrivé d'un brave gaillard.

-Fais en sorte que ce gars reste ici pendant cinq minutes. Je vais tenter quelque chose. Ren te mettra au courant par la suite.

Suite à cela, je rejoignis mon ami le plafond et me dirigeai vers la scène afin d'utiliser le chemin emprunté par les deux sœurs et le gaillard pour circuler. Je ne fis guère attention au nombre de garde ainsi que leur position durant ce trajet, le temps m'était compté. Au niveau de la scène je vis un couloir. Si je n'avais pas rencontré de problème jusqu'à maintenant j'aurais parcouru ce dernier, me menant à deux autres. Au bout d'un des deux se trouvait la dite porte, des gardes y étaient présent. De cette position je tentai une ultime approche, Gin allait m'aider. Mon but était simple, foncer sur la porte et une fois à proximité des gardes et de cette dernière prendre forme hybride et balancer la grenade du blondinet dans le but d'endormir les vigiles. Néanmoins, je ne comptais pas attendre une seconde de plus afin d'ouvrir cette foutue porte, peu importe si ces derniers n'étaient pas dans le coaltar, je l'aurais ouverte. Et ce de manière peu commode, en défonçant la poignée grâce à mes deux dards -si cette dernière résistait Ren, surement derrière la porte aurait entendu le bruit et pu agir-. Dans tous les cas, qu'un garde m'aurait arrêté plus tôt ou non, je devais assumer le rôle que je m'étais imposé face aux autres.




Changement d'ordre avec Rei pour ce tour ( avec l'accord de Ren et de Rei )

Techniques utilisées:
 


Résumé:
 


Dernière édition par Kômatsu Shokichi le Sam 4 Juil - 17:28, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Rei Mitsuyori
Hateful Wolf
avatar
Messages : 453
Race : Humaine

Feuille de personnage
Niveau:
35/75  (35/75)
Expériences:
151/250  (151/250)
Berrys: 550.000 B

MessageSujet: Re: [MISSION] Le casse du siècle    Sam 4 Juil - 16:47

Casse du siècle
feat. Ren & co

Même si nous sommes sur le groove 1 et parce que l’on ne sait jamais, je restais en louve pour pouvoir surveiller tous les horizons et ainsi voir ce qu’il pouvait y avoir comme potentiels ennemis avant même de rentrer dans le bâtiment. Fin apparemment, il n’y a pas l’air d’avoir trop de sécurité car plusieurs types sont passés tranquillement et même Ayabusa avec Mélina viennent de rentrer. Donc tout devrait aller bien même pour Kômatsu et Yao. La salle est certainement gardée à l’intérieur aussi alors quand on s’infiltrera, il faudra faire attention. Croisant rapidement le regard de Ren, je me suis mise à bouger en même temps que lui afin de le rejoindre. Il y a quelques gardes qui sont là à cette fameuse porte et vu leurs têtes, c’est certain qu’ils ne vont laisser personne entrer. Après ces gardes, je pourrais tout aussi bien m’en occuper et comme ça, on pourrait alors entrer dans la salle des esclaves. Mais le problème, c’est que j’ai entendu Ren dire à Kôma par den den que lui aussi faudrait qu’il essaie quelque chose pour nous ouvrir la porte. Et ce le plus discrètement possible.

Alors même si je tentais quelque chose de mon côté, il faudrait que je sois coordonnée sur les mouvements de Kôma. Avec mon odorat et mon ouie, je devrais pouvoir les utiliser à bon escient afin de savoir s’il a fait quelque chose ou pas et ensuite de mon côté agir. C’est un peu du quitte ou double sur cette action car c’est ce qui déterminera notre entrée dans le bâtiment. Et bon, il faut bien essayer, je ne compte pas attendre pendant trois ans à l’extérieur avant que l’on puisse enfin entrer. La réponse de Kômatsu arriva par la suite. Cinq minutes. Si dans cinq minutes, rien n’a été fait, que la porte n’a pas pu être ouverte, je vais me charger de l’ouvrir moi-même et passer en force. Restant près de Ren, vu qu’à présent, je me trouvais à côté de lui, je le regardais avant de reprendre ma forme humaine jusqu’au cou. Laissant le visage pour avoir tous mes sens en alerte et remis ma capuche en même temps. Ce sera beaucoup plus simple d’attaquer furtivement de la sorte. Surtout en utilisant ma Kayagi.

« Si dans cinq minutes, rien n’est fait du côté de Kômatsu, je m’en occupe. Ce ne serait que moi, j’aurais fais exploser ce bâtiment en entier et protéger les esclaves. »

Ce n’était pas une question mais une affirmation. Et c’est certain que j’aurais tout fait exploser pour ma part mais bon, le plan est le plan. Alors doucement, discrètement, je me rapprochais suffisamment de l’endroit où sont postés les gardes. Je vais me faire un sacré plaisir à trancher ces gardes tiens. Ca leur apprendra à être du côté de ces gens qui font de l’esclavage tiens. C’est une très bonne raison de les tuer ouais. Restant impassible comme pas deux, je tendais l’oreille pour savoir si je percevais quelques sons que ce soient. Cinq minutes, ça paraît très court mais ce sont des minutes très longues qui défilent alors que j’attends impatiemment de pouvoir m’introduire dans le bâtiment. Ce ne serait que moi, ça ferait longtemps que j’aurais tué les gardes qui sont devant cette grande porte et qui protègent tout. Mais ce n’est pas le plan n’est-ce pas. Proche mais en même temps loin – juste derrière l’angle du mur qui amène à cette fameuse grande porte, je me mettais suffisamment près du mur pour essayer de percevoir tous les bruits environnants. Semble-t-il que la vente a déjà commencé ; je peux entendre quelques bruits sourds de « joie ».

Je peux entendre quelques autres bruits par la suite mais rien de significatif et je ne suis d’ailleurs pas certaine que Kômatsu ait réussi son coup. Je suppose que c’est à moi de jouer. En espérant bien entendu que ça marche et que ce que je vais faire ne va pas alerter non plus tout le monde à l’intérieur. On serait dans de beaux draps. Reprenant aussi mon visage humain, j’avais bien l’intention de jouer en mode « dragueuse » sur le moment avant de les abattre. Alors je m’approchais à nouveau pour me retrouver cette fois-ci devant les gardes sans avoir dégainé mon sabre puis commençais mon petit numéro de charme. Vaut mieux tester le truc si jamais du côté de Kômatsu, ça foire. Car si la porte est bien gardée et à l’intérieur, et à l’extérieur… bah il faut tenter quelque chose pour gagner du temps. Je n’aurais plus qu’à les abattre une fois qu’ils m’ont mangé dans la main.

Et j’attendis bien sûr le bon moment avant de laisser ma lame les atteindre et espérer les avoir tués dans le meilleur des cas.

____________________________
Fiche RP © codé par Hans sur Apple Spring



Changement d'ordre avec Kôma pour ce tour.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Yao Ming
Trafiquant
avatar
Messages : 363
Race : Humain.
Équipage : Hyakki Yokou Gang

Feuille de personnage
Niveau:
31/75  (31/75)
Expériences:
231/250  (231/250)
Berrys: 341.991.025 B

MessageSujet: Re: [MISSION] Le casse du siècle    Dim 5 Juil - 15:09



Le Bal des Voleurs .03





L
a première partie du plan semblait fonctionner. Aliyah et Yao avaient réussis à pénetrer la salle des ventes grâce à un ingénieux bluff de leur part. Le voyou posa à peine ses premiers pas dans l'établissement qu'il chuchota discrètement à l'oreille de sa camarade.

- Bon Aliyah, maintenant trouves nous un bon pigeon à plumer.

La jeune fille était très intelligente, voir même un génie. Bien que Yao aurait pu en trouver un pas mal, Aliyah elle allait trouver l'idéal. Elle scanna de ses yeux toutes les personnes qu'elle croisait et qu'elle voyait, analysant ainsi leur comportement, leur manière et d'autres détails pouvant se rapprocher à une analyse psychologique de leur part. Puis après une brève trève, s'exclama :

- 3ème rangée à gauche en partant du fond, 2ème place à partir de la gauche. C'est un homme seul, il n'est pas accompagné. Le fait de se mettre à l'extrémité de la ligne prouve qu'il est quelqu'un de solitaire, il n'y aura donc aucune présence externe pour le pousser à l'achat. De plus il semble assez refermé et discret, les rapaces d'hommes d'affaires de cette salle de vente vont le bouffer. C'est notre homme.

Yao ne s'empêcha de lacher un léger sourire. Cette fille était forte, il ne lui fallait que de quelques minutes pour en déduire tout ça. Aliyah l'étonnerait toujours, et c'était ça qui lui faisait plaisir.
Les deux brigands déguisés en nobles continuèrent alors leur marche afin de prendre place sur des sièges. Il longèrent pas la gauche les rangées de fauteuil et arrivé à la troisième, Yao s'approcha doucement de l'homme en question et lui tint ce langage.

- Navré de vous opportuné très cher, mais il semblerait que cette broche soit tombée de votre veste.
- Oh ? Nul raison de vous excusez Monsieur, de plus cette broche ne m'appartient pas, vous avez du vous tromper.
- Comme c'est dommage, avec l'âge, mes yeux doivent désormais me jouer des tours. Et bien si quelqu'un réclame son bijoux perdu, vous n'aurez qu'à l'orienter vers moi. Au plaisir.

Yao s'éloigna ensuite de son interlocuteur. Il récupera le bras d'Aliyah qui l'attendait et lui lâcha un léger sourire. En quelques secondes, il avait volé la carte servant pour le paiment à cet homme. Il y avait un nom dessus, et un solde. Le bout de papier appartenait au Duc de Duckingham, et son solde pour les ventes était de cinquante cinq million de berrys. Maintenant et grâce à cet objet, Yao avait tout d'un véritable acheteur. Il pouvait si il le souhaitait monter les enchères et même récupérer son collis à côté de la salle des coffres grâce à cette carte. Ceci expliquait d'ailleurs le choix du pigeon à plumer. Il n'y avait pas de grande chance que cet homme, d'après l'analyse d'Aliyah, utilise son argent aujourd'hui et ne se rendra compte de la supercherie que trop tard.

Les deux brigands s'installèrent donc quelque rangées plus loin, à l'extrémité de la ligne et un peu plus prêt de la scène que ce cher Duc de Duckingham. C'est alors que le présentateur fit son apparation, ouvrant officiellement la vente aux enchères des esclaves de Shabaody.
Les deux premiers lots furent un duo de jeunes danceuses. Plutôt jeune et fraiche, Yao comprennait bien qu'elles pouvaient plaire a de nombreux acheteurs. Mais ce fut un seul homme qui se démarqua des autres, proposant un prix plutôt exorbitant pour de simples jeunes filles. Cet homme portait une couronne, et au vue de la garde présente à ses côtés, il n'y avait nul doute, c'était bel et bien un Roi.

Yao en profita pour un peu mieux analyser les environs. Il y avait quelques gardes présents dans la salle. Et il y avait ceux du Roi. Cet homme était d'ailleurs un très bon otage si les choses viendraient à mal tourner. Mais ce fut un seul et unique homme qui attira l'attention du voyou. Il se trouvait un peu en retrait de la scène et gardait un oeil attentif sur la foule. De plus quelques gardes venaient régulièrement le voir avant de repartir. Il avait le profil exacte pour être le chef de la garde, et de par son grade, allait certainement être l'homme le plus fort qui allait ce mettre sur notre chemin.

Quelques temps après, ce fut le jeune Komatsu dans sa forme animale qui se posa sur l'épaule du voyou. Il avait un rôle important dans notre plan car grâce à son pouvoir, il pouvait se faufiler partout, et était donc notre seul moyen de communication entre l'équipe A et l'équipe B. Un seul mot discret sortit de la bouche de Yao suite aux instructions qu'on lui donna.

- Entendu.

Vint donc le lot suivant. Un brave gaillard se présenta sur la scène. Le présentateur fit une rapide description de cet homme. Bizarrement, Yao trouvait qu'il ressemblait un peu a Billy. C'était surement à cause de leur barbe simillaire et de leur carrure identique.
Un premier acheteur offra alors une proposition des plus basiques : un million. Personne ne semblait vraiment interessé pour cette affaire jusqu'à ce qu'un homme en propose le double : deux millions. Le premier ne suivit pas. Bien, vu qu'il faut faire une diversion, autant s'amuser et lier l'utile à l'agréable.

- Je le prend pour 2M de berrys !
- 2M et 100.000B.
- Très bien ... 3M !
- 3.1M.
- 3.5M !!
- 3.510.000B.
- Grr .... 5M pour le gaillard bordel !
- 5.1M ...
- D'accord, tu veux jouer ? 6M pour l'homme !
- Je te le laisse ... Et puis il ne m'interesse même pas, je voulais seulement te faire cracher un peu d'argent ! Bwahaha !

A la dernière phrase de Yao, l'homme semblait être fou de rage. C'est vrai que cette mascarade avait durer plusieurs minutes et toute la salle observait les prix s'élevés avec étonnement. D'ailleurs, même certains bourgeois et brigands rigolèrent quand Yao précisa à son concurrent d'achat que tout ceci était qu'une farce et qu'à cause de lui, l'homme avait déboursé quatre millions de berrys supplémentaire pour rien.
En tout cas, c'était drôlement amusant, et cela avait fait une bonne diversion. Il ne manquait plus qu'à attendre le prochain collis et que les choses se gâtent. Au pire, si il fallait rejoindre Ren au fond, Yao pouvait toujours simuler un achat et partir à la salle des coffres pour retirer les fameuses soldes du Duc de Duckingham à sa place ...
Crédit: Neko-chan in Never Utopia
Revenir en haut Aller en bas
Kitchiro Nagami
La Grenouille Fantôme
avatar
Messages : 314
Race : Humain
Équipage : Bandlands Outlaws

Feuille de personnage
Niveau:
22/75  (22/75)
Expériences:
84/120  (84/120)
Berrys: 106.389.000 B

MessageSujet: Re: [MISSION] Le casse du siècle    Lun 6 Juil - 0:51




« Le Casse du Siècle  »



Depuis son repère Kitchiro observait avec attention les gens qui entrait les uns après les autres dans la salle des ventes, mais soudain Kitchiro sursauta en voyant un petit gros en costume est haut de forme avec le logo de la Very Melon Sociiety brodé sur l'épaule.

J'en étais sûr, ils viennent chercher leur esclaves ici pour leurs foutues exploitations minières aux travers du monde. Une occasion d'accumuler des preuves sur eux pour faire bouger la révolution sur leur compte et ne pas faire passer sa pour une vendetta personnelle.

Peu après Kitchiro se faufila dans la queue qui diminuait à vue d'yeux, preuve que les enchères aller commencer. Arrivé à la porte Kitchiro dû se heurter aux gardes qui n'avait pas l'air très accueillant, juste de gros gorilles qui ne font que exécuter les ordres, des gens facile à embrouiller pour Kitchiro.

Bonjour, votre nom si vous plaît ?

-Excusez moi, je suis avec le représentant de la Very Melon Society qui est entré il y a peu, j'ai dû faire une commission pour lui et je dois lui rapporter le colis avant la vente sinon Messire sera furieux et sa se sera pas bon ni pour moi ni pour vous quand il apprendra que c'est à cause de vous que je n'est pas pus le rejoindre à l'heure.

Désolé je peux pas vous laisser passer comme ça sur vos dires, veuillez sortir de la queue et passer votre chemin avant que je m'en charge pour vous.

-Très bien je vais l’appeler par den den, dans 5 min il sera là et quand je lui expliquerai de vive voix le problème Messire fera jouer ses relations dans l'administration pour vous faire virer, et il laissera un petit mot à ses amis situés à Marie Joa pour que vous ne trouviez plus de boulot de votre vie.

Sur ses mots Kitchiro dégaina son den den mushi personnelle qui eu un effet de détonateur chez les garçons qui avaient pris une mine inquiète.

Je ne veux pas avoir de problème avec mon chef ni avec Marie Joa, passer et ne dite rien si vous plaît mais si il y a la moindre plainte je vous sort direct à coup de pompe dans le cul !

Un sourire narquois se dessina sur les lèvres de Kitchiro qui franchit la porte de la salle sans plus de problème. Ce n'est qu'une fois à l'intérieur que Kitchiro comprit réellement où il avait mis les pieds : de très nombreux gradins étaient disposés face à une scène immense, presque intimidé par les lieux La Grenouille s'engagea sur la droite pour rejoindre un des rangées plus bas un peu à l'écart du reste du reste des acheteurs pour éviter que ne lui pose trop de questions facheuses.
Au passage Kitchiro croisa deux hommes qui n'avait pas l'air être tout à fait d'accord, la grenouille passa tout près deux, s’excusa pour passer mais surtout il tendit l'oreille pour entendre les dires et en savoir plus sur la situtation. ; la pêche au informations était ouverte !

- Je ne vous ais pas fait mal au moins ? Excusez mon impolitesse... Si ce n'est pas indiscret, pourquoi semblez vous... fuir ? Auriez-vous un problème ? Puis-je vous être utile en guise de pardon ?

petite bousculade, un mec qui fuit pas grand chose d’intéressant mise à part la grande question « pourquoi il fuit ou qui fuit t'il »

Le révolutionnaire se posta au bout milieu d'un des gradins les plus loin de la scène pour avoir une vue d'ensemble. Saisissant alors un petit carnet de note vierge Kitchiro commença à noter le nombre de gardes visibles, le genre de personnes qui fréquentaient les lieux, puis Kitchiro tira un grand trait et nota :

Enchère 1 : deux jeunes danseuses originaire d'Alabasta pour la modique somme de 500 000 berrys.

Le crayon de Kitchiro était suspendu au dessus du carnet en attente de la meilleure enchère pour la noter quand une voix masculine déclara haut et fort « Six Millions pour les deux gueuses »

Choqué la grenouille releva le nez de son carnet pour voir qui pouvait débourser autant et surtout le dire qu'une manière si inattendu que tout le public se tut immédiatement. Et que fut la surprise de l'espion quand la fameuse personne s’avérait être ni plus ni moins un roi, debout en plus milieu des gradins entouré de sa garde plutôt conséquente.

Aussitôt Kitchiro prit note tout en jetant un œil à la suite des événements qui s’annonçait eux aussi assez palpitants.
un roi vient de payer deux danseuses pour 6 millions de berrys, assez d'argent pour nourrir un ville entière pendant un certain temps. C'est de la démence mais c'est le prix à payer pour posséder le droit de vie ou de mort sur des gens, la corruption fait tellement changé les gens ….

Enchère N°2: Grand Homme assez costaud 1 millions.

la seconde enchère avait l'air d'un jeu pour certains, le but était de surenchérir à chaque fois cependant certains étaient plus malins que d'autres, pour cause quand l'un des acheteurs déclara la belle somme de 6M de berrys le suiveur qui avait l'air d'être un vieux homme rétorqua avec un fond de malice dans sa voix :

- Je te le laisse ... Et puis il ne m'interesse même pas, je voulais seulement te faire cracher un peu d'argent ! Bwahaha !


Ricanant dans son coup Kitchiro nota de nouveau la conclusion de la seconde enchère avec une petite astérisque « Certains ne sont pas là pour acheter mais juste pour grossir les prix et s'amuser avec l'argent des autres, voilà des personnes malines »

Cette technique donna des idées à Kitchiro mais aussi une suite d'un plan, si Kitchiro parvenait à « acquérir » un esclave pas cher celui-ci sera bien obligé de visiter les lieux pour se rendre jusqu'aux lieux de transaction, pour échanger les berrys contre la personne et par conséquent voir le derrière de la scène qui pourrait intéressant pour une future attaque.

C'est donc depuis le fond de la salle que Kitchiro se prépara à jouer au jeu avec nobles pour le compte de la révolution et de la justice !

Résumé:
 



Codage de gaki sur Epicode


Dernière édition par Kitchiro Nagami le Sam 18 Juil - 15:49, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
PNJ [Civils]

avatar
Messages : 99

MessageSujet: Re: [MISSION] Le casse du siècle    Mar 14 Juil - 14:42



Le voyageur et le chef de la Garde, Abraham Stoker.

Le mystérieux voyageur n'avait pas eu le temps de parvenir à la porte de sortie qu'un autre homme, allant dans le sens contraire, en vint à le percuter avant de lui tendre une main sympathique et un sourire convivial, probablement tout deux destinés à faire bonne figure. Si la majorité des êtres humains normalement constitués auraient probablement accueilli cette politesse avec chaleur et bonne humeur, l'étranger n'était pas à son aise dans un tel environnement : prenant son assaillant pour l'un de ces riches prétentieux et égocentriques, il lui envoya un regard animal, bestial, comme s'il était littéralement prêt à lui sauter à la gorge et à lui arracher la carotide à coups de mâchoires. La menace qui planait sur Ayabusa ne fut toutefois que de très courte durée : le voyageur en question détourna vivement son regard et le contourna en continuant son chemin, comme s'il avait soudainement pris conscience du fait qu'il n'était pas présent que Shabondy pour répandre des tripes et d'autres joyeusetés sur son passage. Il était en vérité ici pour une mission diplomatique et politique de la plus haute importance... Le Roi avait besoin de savoir ce qui se tramait dans l'ombre de ce prétendument prestigieux Gouvernement Mondial, de savoir ce que les politiciens de ce monde soit-disant libres orchestraient et réservaient à ceux qui voyaient le monde d'un œil différent. Il n'existait ici ni liberté, ni égalité, ni même humanité : seuls l'argent, le pouvoir, la corruption et la vanité habitaient les esprits et les corps, couvrant les habits de bijoux et les cerveaux d'avarice. Cependant, il n'était toujours pas sorti de la salle qu'un autre homme se fit remarquer : un type qui venait d'entrer quelques instants plus tôt avait pris la décision de renchérir à plusieurs reprises pour forcer l'un des nobles à poser un prix que l'ensemble des potentiels acheteurs pensa extravagant avant de se désister, jetant sur le malheureux acquéreur de nombreux rires.
Malheureusement pour Yao, son petit cinéma n'avait pas attiré que de la sympathie : la majorité des personnes présentes dans la salle s'étaient soudainement crispées, comme courroucées de voir qu'un misérable ignorant avait pu pénétrer dans le sanctuaire bienheureux de leur richesse. S'ils toléraient les criminels, les pauvres et toutes les autres funestes engeances, ils étaient beaucoup moins tolérants quant aux plaisantins... Alors que Shokuneim V entamait la dégustations de quelques fruits portés spécialement pour lui par deux gardes de la maison de vente, Abraham, du coin de la salle, porta un petit Den Den à ses lèvres et y murmura quelques lèvres, l’œil dur et agressif pointé droit vers Yao. L'instant suivant, deux gardes lourdement armés firent irruption par la porte principale de l'établissement et se dirigèrent immédiatement vers le criminel en question, ne tardant guère à lui intimer l'ordre de sortir :

-Navrés, mais vous n'avez rien à faire ici, monsieur. Nous ne pouvons vous permettre d'entraver le bon déroulement des ventes plus longtemps. Il vous faudra attendre à l'extérieur.

Yao n'avait désormais plus qu'un choix à faire : accepter et se plier aux ordres de ses hôtes ou s'attirer leurs foudres. Cependant, il pourrait comprendre d'un bref et simple coup d’œil que ceux-là ne rigolaient pas : la plupart des mercenaires présents dans la salle venaient de poser leurs mains sur leurs armes respectives, les soldats royaux de Shokuneim y compris. S'il ne se pliait pas à leurs exigences, il risquait fortement de le regretter dans la seconde...


Garde Peli.

Boum. Boum ? Boum.
Tout s'était déroulé en vérité assez rapidement. Peli arrivait tout juste dans le couloir qui menait à la porte qu'un gigantesque insecte s'y était également engouffré, lui arrachant un cri de stupeur et d'angoisse. Bah oui, même si c'était un garde de qualité, elle restait une demoiselle comme une autre : elle avait donc tourné les talons brusquement avant de prendre la tangente... Jusqu'au moment où son haki de l'observation lui fit comprendre que quelque chose de louche se tramait. Et son haki, une nouvelle fois, lui avait sauvé la mise : elle comprit que ce gros insecte n'en était pas un lorsqu'il entreprit de reprendre forme humaine, balançant au passage une grenade soporifique qui, sans mauvais jeu de mot, fit mouche : les gardes cibles, à savoir les plus proches de la porte, ne virent rien venir et s'écrasèrent sur le plancher des vaches sans grande résistance, incapables de lutter contre les effets du gaz. Cependant, et bien malheureusement pour Shokichi, son tour de passe-passe n'avait en aucun cas atteint Peli : celle-là ne lui laissa pas le temps d'ouvrir la porte qu'elle attrapa l'immense fourchette qui trônait jusque-là sans son dos, la portant à deux mains pour infliger un coup horizontal à son ennemi digne des plus grands joueurs de base-ball. Bon, bien sûr, vu la puissance qu'elle venait d'y mettre, il y avait fort à parier que l'intrus ne pourrait rien y faire et se contenterait de traverser la porte... Mais d'un autre côté, la garde avait usé de tellement de force qu'il risquait bel et bien de passer tout droit au travers.


Abraham et les gardes surveillent Yao et deux d'entre eux lui ordonnent de bouger, pendant que Peli balance un coup de fourchette (du manche de la fourchette, plus précisément, une attaque contondante donc) dans le dos de Shokichi pour l'envoyer rejoindre Ren en emportant la porte avec lui !
Peli est lvl 31... Autrement dit, je te force pas la main mais t'as aucune chance d'éviter cette attaque Sho' xD (cela étant, je précise d'emblée qu'elle n'attaque pas dans le but de tuer, juste de balancer à travers le couloir. En prenant en compte la résistance de ton perso et sa nature de zoan, tu pourras te relever sans grande difficulté !)

PS : Et navré pour le léger retard !
Revenir en haut Aller en bas
Ren Tao
Crimson Beast
avatar
Messages : 954
Race : Humain
Équipage : Shadow Ghost

Feuille de personnage
Niveau:
43/75  (43/75)
Expériences:
456/500  (456/500)
Berrys: 228.850.000 B

MessageSujet: Re: [MISSION] Le casse du siècle    Mar 14 Juil - 16:00


No mercy

On dit que tout vient à point qui sait attendre, cependant, je ne pensais pas ainsi tout le temps. L'argent est une chose essentielle pour nous et mon organisation, et là, la quantité de pièces était supposée grande. Autant le dire, j'étais plus qu'impatient d'ouvrir la porte et avancer dans cet endroit. Cependant je ne voulais pas la jouer gros bourrin dès le début. Bien au contraire je voulais montrer que la cours des grands est désormais mon terrain de jeu et pour cela, je désirais - dans un premier temps - faire ce casse de manière discrète. Ce n'est qu'après que nous nous occuperions d'annoncer au gouvernement que les responsables sont nous et nous seuls. Avouons le, crier au monde entier un acte réussis avec panache, c'est plus classe que n'importe quelle autre méthode. Cependant, pour faire le grand, il faut en avoir les moyens et malgré ma seule force, peut-être était-il encore trop tôt pour montrer de réels talents qui dépassent la normale en furtivité.

Quoi qu'il en soit, j'avançais avec Rei vers ce peu de gardes qui commençaient à s'agiter. Voir deux inconnus approcher n'était pas quelque chose de normal et la première - et dernière - erreur de ces derniers était de ne pas prévenir des supérieurs de cette drôle d'approche. Une fois à hauteur de ces derniers, alors que le ton de ces hommes augmentait, je vins à agir d'un geste brusque. L'être humain fasse à moi se fit prendre à la gorge et d'une façon brutale, je lui brisais la nuque sans plus tarder. L'autre garde était clairement à la disposition de Rei qui ne devrait avoir aucun mal à le croquer vivant huhu.
Une fois ce petit job terminé, je vins à regarder ma montre. Il restait encore quelques minutes avant que le " délais " de mon ami soit écoulé. Cependant malgré le fait que le " tic tac " de la montre pouvait se montrer angoissant, pour ma part, je restais stoïque, croyant clairement en ses capacités.

En attendant que quelque chose se produise, je vins alors à tirer un peu sur mes manches afin de mettre correctement mes "gants". Il était temps de voir l'efficacité des armes de Gin. Le Smasher était prêt à fonctionner et je vérifiais que les dials étaient mis correctement. Pour le smasher droit, j'avais mis un jet dial, impact dial et electro dial, tandis que dans le smasher gauche, j'avais équipé ce dernier d'un jet dial, impact dial et pyro dial. Prêt pour le combat, je vins alors à patienter encore une fois. Je n'aimais guère cela et Rei pouvait sans doute le ressentir.  

" ... Rei... Tu connais ton rôle n'est-ce pas ? Une fois dedans... On fais le ménage. "

Alors que j'allais continuer de parler, sans que je puisse comprendre le pourquoi du comment, la porte vola de ses gonds. D'un geste rapide, je me décalais afin de ne pas me faire heurter par cette dernière. Hm ? Moi qui m'attendais à une ouverture classique, voilà qui est original. Quoi qu'il en soit, nous pouvions rentrer et vu le peu de gaz qui s'échappait de la pièce, je me rendais compte que le ménage avait été fait. Du moins, je pensais cela jusqu'à remarquer le fait que mon ami était là, avec la porte. Il avait été jeté dehors et non ouvert la porte de lui-même. Prenant un air noir non pas envers Shokichi, mais bel et bien le responsable, je vins à faire quelques pas en avant jusqu'à me mettre face à l'entrée et faire quelques pas pour admirer les dégâts. Des gardes au sol endormi et ... une personne encore debout.

" ... "


Fixant celle-ci d'un air sombre, je vins à sortir mon den-den mushi, puis sans attendre, je donnais mes ordres à mon compagnon sous-marin.

" Changement de plan. On casse tout. "


Sans détourner les yeux, alors que je rangeais mon appareil, je vins alors à demander brièvement à mon ami si tout allait bien. Une fois sa réponse obtenue, je n'attendais guère plus longtemps pour agir. Espérant être assisté par Rei et sa vitesse phénoménale je vins sauter très légèrement dans les airs, puis suite à ce petit saut me décollant du sol, j'usais de mes jets dials afin d'être propulsé en avant à une vitesse elevée. Ne me doutant guère de l'haki de l'adversaire, je partais du principe qu'il était un adversaire lambda. Me rattrapant à un mur - ma trajectoire n'étant pas parfaitement droite - je m'élançais sur ce garde et tentais donc de lui donner un coup de poing, cependant, ce dernier n'était pas un coup simple. Non... Ce coup de poing du gauche était renforcé grâce à l'activation du pyro dial, libérant un gerbe de flamme. Pour ma part, je voulais le frapper vite et bien tout en le brûlant, mais je ne me rendais pas compte que le coup n'étant pas totalement, les flammes pourraient créer un manteau qui pourrait permettre à Rei d'approcher sans être totalement vu, lui offrant peut-être une opportunité de frapper la personne face à moi.

Dans la salle principale, les choses étaient moins tendues pour le moment. Du moins, ceci était sans compter l'étrange regard de cet homme envers Ayabusa. Alors qu'il avait fait preuve de gentillesse, l'ancien homme au service de la " justice " se prit un regard noir en pleine face. Intrigué par un tel comportement, le jeune homme remit en place ses lunettes avant de finalement hausser les épaules. Il fallait parfois laisser pisser comme on dit.
Alors que tout semblait normal, voilà que les choses se gâtaient quand le jeune voyou fit parler de lui en jouant les troubles fêtes. En effet, le fait qu'il fasse perdre plus d'argent à des nobles ne semblait pas plaire aux organisateurs de la vente. Idiotie en soit, car ils se faisaient encore plus les poches ? Où est le mal ? Quoi qu'il en soit, la tension ne faisait que légèrement grimper et cela se ressentais vu le nombre de gardes qui se tenaient prêt à agir.

Alors que deux armoires à glace s'étaient pointées vers Yao, Ayabusa ne pouvait pas laisser faire cela et c'est donc comme une fleur qu'il se pointait de plus belle, se permettant de poser une main sur l'épaule d'un des gardes, alors que son autre main était comme celle des gardes ici présents : sur son fourreau.

" Veuillez m'excuser... Mais cet homme n'est autre que mon frère. Il aime s'amuser avec l'argent, mais si des gens doivent s'occuper de lui, vous êtes priez de me laisser ce plaisir voulez-vous ? Il ne causera plus aucun torts ici présents, je vous en donne ma parole. Son argent est le mien, et celui-ci m'est précieux, aussi, je m'engage à dédommager l'autre personne en guise de bonne volonté.
Je n'aime guère de genre d’intervention salissant mon - que dis-je - notre image. De ce fais, pourriez-vous cesser d'être menaçant envers mon frère ? Vous feriez mieux d'interpeller cet homme étrange qui... semblait dessiner je ne sais trop quoi dans son pseudo livre et discuter de façon si peu audible, qu'on pourrais croire qu'un mauvais coup se prépare. "


Jouant le noble, Ayabusa laissait les gardes décider de son cas désormais lié à celui de Yao. Le ton de ce dernier avait été calme, faisant preuve d'aucune nervosité. D'ailleurs, la discutions était devenue privée, en effet, le jeune homme n'avait pas parler d'une voix très audible, voulant garder cette conversation discrète et non attirer totalement l'attention sur lui. A voir si les choses allaient ou non bien se passer. Son but ? Essayer de calmer les gardes ET se servir de l'homme peu enclin à la discutions comme diversion. Après tout, son comportement louche et sa manière d'être ferait de lui un " coupable " idéal non ? A voir si les gardes observateurs allaient être du même avis, ou bien s'ils allaient croire que le jeune noble se fichait d'eux.

Mélina elle s'était relevé lors des interpellations de la part des gardes. Celle-ci profitait de cette petite interruption pour approcher comme une enfant des gardes royaux. Comme une gentille petit fille d'à peine seize ans, celle-ci interpella un garde cachant son arme qui pourrait lui valoir une réponse hostile, malgré la gentillesse dont elle ferait preuve.

" Excusez moi... M... Monsieur... P... Pourrais-je avoir... un autographe d... du roi ? "


Ajoutant le geste à la parole, celle-ci tendit un morceau de papier et un crayon. Le but de la manœuvre ? Sans doute faire une autre diversion si les choses tournent mal. La petite le savait, si les choses tournaient mal, il y avait d'ici présent Yao, son amie et Ayabusa. Ses risques de mourir bêtement étaient moindre tant que le lieu n'est pas transformé en champs de bataille. Puis... depuis quand on embroche une enfant qui demande un autographe d'un roi ?

Dehors, Krake avait abandonné son poste pour commencer à se rapprocher du bâtiment. Rien pour le cacher, l'homme requin assez svelte approchait à pas régulier, bien décidé à entrer et commencer les hostilités.

CODE DE PHOENIX O'CONNELL POUR NEVER UTOPIA





Résumé :
Spoiler:
 

Tech utilisées :
Spoiler:
 


Infos :
Spoiler:
 

_________________
Il n'y a qu'une seule vérité...

Ce monde m'appartient.

Dita | Epicode
Revenir en haut Aller en bas
Rei Mitsuyori
Hateful Wolf
avatar
Messages : 453
Race : Humaine

Feuille de personnage
Niveau:
35/75  (35/75)
Expériences:
151/250  (151/250)
Berrys: 550.000 B

MessageSujet: Re: [MISSION] Le casse du siècle    Mar 14 Juil - 20:11

Casse du siècle
feat. Ren & co

Je n’ai pas franchement eu à faire longtemps mon numéro de dragueuse puisque Ren est arrivé et a clairement foiré mon jeu. Bah tant pis, ce n’est pas grave. Le laissant prendre un garde de son côté, je n’ai pas franchement eu du mal à me débarrasser de mon garde sans aller dans le cannibalisme non plus. Je l’ai un peu malmené sous ma lame et finalement, j’ai fini par lui trancher vif la gorge. Que c’est beau le sang qui se teinte sur le sol et sur les murs. Enfin, laissant tomber ce type par terre, j’allais m’apprêter à ouvrir moi-même la porte mais…

« Bien sûr que oui je connais mon rôle, t’en fais pas ! »

Comment dire ça ?... Nous n’avons pas eu à attendre si longtemps que ça puisqu’un gros bruit suivit d’une porte et d’un Kômatsu sont arrivés presque sur nous. Et un Kômatsu en cadeau, un ! Quel beau cadeau haha. Ironie pure bien entendu, je dégainais rapidement mon sabre pour me parer à toute éventualité de la part de l’ennemi. Regardant Ren, je souriais d’un air sadique et hautain. Le responsable de cette entrée en la matière était une garde, qui avait une fourche dans les mains. Hum okay, why not ! J’allais la prendre pour moi toute seule mais manque de pot, Ren m’a devancé. Encore une fois grr… Décidément ! J’aime bien faire les choses toute seule quand même donc là, ça m’ennuie un peu qu’on me pique ma proie. Bah, tant pis, je vais me synchroniser sur ses mouvements et puis faire en sorte de l’attaquer mortellement dès que Ren m’en donne l’opportunité. Je n’aurais qu’à faire comme ça oui. Autant tenter de supprimer les gens sur le passage le plus vite possible, sans faire de chichi comme la dernière fois pour la coéquipière d’Oda. Mais tout d’abord, pendant qu’il commençait à prendre la température disons, j’allais rapidement m’occuper de Shokichi et l’aider à s’enlever de là.

« Ca va aller ? »

Je n’attendais pas réellement de réponse, retournant alors auprès de Ren. Y voyant une potentielle opportunité. Ne prenant alors pas ma forme animale ou hybride, je pouvais avoir un sérieux avantage en utilisant le Soru. Si bien sûr, celui-ci n’était pas découvert par une personne qui utilise le haki, en particulier. Ne me doutant pas que la garde l’avait, j’ai utilisé un soru afin de me propulser rapidement en avant, le sabre bien en avant, armée à l’offensive dans le but de pourfendre mon adversaire. J’ai surtout attendu les flammes offertes par Ren, afin de me créer une parfaite diversion pour sauter dans le tas et donner un coup à la circulaire espérant avoir réussi à trancher mortellement mon ennemi. Le coup s’est fait très rapide et je n’avais pas forcément une bonne visibilité donc je n’ai pas vu si le coup avait réussi ou pas. Je l’espère dans tous les cas… sinon, j’aurais eu cette opportunité pour rien du tout. Puis, ce serait genre bien mieux pour nous s’il n’y avait personne d’autres. Mais bon, de ce que je peux constater, quelle bêtise cette garde a faite. Il n’y a pas d’autres gardes à ses côtés, elle n’en a donc pas appelé. Ce qui est une bonne chose en soi puisque nous allons pouvoir avancer et plus rapidement, comme ça. Je me reculais bien par la suite tout en restant sur mes gardes, toujours le sabre armé à l’offensive en cas d’attaque de la part de l’ennemi qui n’aurait pas mourut sous mon coup.

Décidant de ne pas trop m’impatienter non plus sur cette garde, je rentrais rapidement dans le bâtiment, voulant déjà voir où ils retenaient les esclaves et si possible les libérer de ce calvaire. Personne n’aimerait être vendu contre son gré, surtout pour servir des cons comme les rois ou ce genre de bourgeois. Me faisant silencieuse, j’avançais calmement restant bien sur mes gardes, préparée à toute éventualités dirais-je.
____________________________
Fiche RP © codé par Hans sur Apple Spring
Revenir en haut Aller en bas
Fudo
Le Roi Fou
avatar
Messages : 506
Race : Humain
Équipage : Shadow Ghost

Feuille de personnage
Niveau:
31/75  (31/75)
Expériences:
137/250  (137/250)
Berrys: 353.899.000 B

MessageSujet: Re: [MISSION] Le casse du siècle    Mer 15 Juil - 14:53


- Le casse du siècle -


Être digne de confiance. Tenir parole. Voici les deux lignes de conduite que je m'étais imposé il y avait de cela un moment. Un bon mercenaire se devait de respecter son contrat peu importe le prix à payer. Ce fut dans ce but que mes précepteurs m'éduquèrent. Et ce fut la seule chose qui m'aurait permis d'être considéré autrement qu'un simple pion aux yeux de mon père. Désormais loin de cette tour, je me fichais de cette reconnaissance puisque j'avais un tout autre dessein. Néanmoins, j'eus rencontré une personne qui m'accorda sa confiance en se basant uniquement sur l'image que je dégageai. Ou du moins, sur ce qu'il pu voir de moi. Cet homme suivant les même lignes de conduites me nomma frère et se mit en danger afin de me sauver. Je ne pus ignorer cela et me devais, dès cette nuit sur Nighty Town, de lui rendre la pareille. Dans cet objectif j'acceptai de coopérer avec lui sur ce casse qui allait être pernicieux pour nous tous, mes nouveaux frères d'armes et moi. Ainsi j'eus risqué ma vie, dans un délai de cinq minutes, négligeant les gardes qui auraient pu me tuer à vue, dans la seule fin d'ouvrir une porte. Tout cela de manière à respecter ma parole que je m'étais imposé pour ce rouquin.

Quelques minutes après avoir répondu à Ren, je m'élançai sous forme animale à travers la salle de vente. Puis un couloir où une jeune femme lâcha un petit cri de frayeur lorsqu'elle me vit, et enfin le dernier obstacle me menant à la porte. De là, je pris ma forme hybride - encore dans les airs - et balançai le présent de Gin. La bombe portable atteingnit sa cible, deux gardes s'occupant de la protection de la porte, puis je m'apprêtai à détruire cette dernière. Malheureusement, je sentis une barre métallique percuter mon dos, percusion qui me dut un cri sourd, avant de m'envoyer valser dans le couloir jusqu'à la porte. Ce coup, si puissant, me permit de tenir ma parole envers Ren: la porte se fit emporter avec moi à l'extérieur du bâtiment. Avachi sur cette dernière, mon visage littéralement collé contre sa robuste paroi, je répondis à Rei en levant mon pouce. Je sentais encore la batte ou je ne sus quoi gravé dans mon dos. Quelques minutes passèrent, durant lesquelles je me relevais péniblement, puis essuyant le sang qui sortait de mes narines - une porte dans le pif ne me fus pas du bien - je me redressai totalement. La douleur était encore présente mais je ne me plaignis guère, sans ma forme hybride cela aurait été bien pire. Je retroussai alors mes lèvres en un rictus dépourvu d'humour.

—La cour des grands hein...

Je souhaitais désormais une chose, rentrer dans cette dernière aux côtés de Ren. Pour cela nous devions réussir ce casse. Mais avant de m'occuper de voler le butin, je voulus gêner mon agresseur. Prendre un adversaire par surprise je pouvais l'accepter, mais dans le dos... c'était bien quelque chose de vicieux et cela me répugnait. Je me retournais vers l'endroit d'où je provins et observai mon frère et ma sœur d'armes affronter une jeune femme aux cheveux bleus se battre. De là, je pris forme insecte et je fonçai vers la zone de combat. Mon but était simple, je tournoyais derrière le rouquin afin de capter l'attention de la demoiselle, une seconde aurait suffi pour que ma famille pût s'occuper de lui faire disparaître son air arrogant à jamais Et si je remarquais que la garde se fichait totalement de ma présence auprès de Ren, je me serais occupé personnellement de lui faire payer son coup en la piquant. Je comptais bien déverser un maximum de venin dans cette piqûre pour que celle-ci ait signée la fin de sa vie. Allergie, diarrhée, évanouissement ou vomissement, je me fichais de comment cela aurait pu agir puisque la douleur serait telle qu'elle aurait été immobilisé au moment où mon dard se planterai en elle, laissant à Ren ou Rei la possibilité de l'achever. Évidemment, la voir cracher son repas m'aurait fait plaisir.


Revenir en haut Aller en bas
Yao Ming
Trafiquant
avatar
Messages : 363
Race : Humain.
Équipage : Hyakki Yokou Gang

Feuille de personnage
Niveau:
31/75  (31/75)
Expériences:
231/250  (231/250)
Berrys: 341.991.025 B

MessageSujet: Re: [MISSION] Le casse du siècle    Sam 18 Juil - 15:26



Le Bal des Voleurs .04





L'
amour, l'amitié, la confiance. C'étaient des valeurs que chaques êtres humains normaux cherchaient toute leur vie. Cependant, pour les riches présents dans cette salle dont la moitié avait le coeur corrompu, leurs valeurs n'étaient pas les mêmes. Arrogance, pouvoir et avarice. Voila ce qui les désignaient. Et quand un homme venait à toucher leur "fierté" de noble, beaucoup d'entre eux étaient prêt à dépenser un paquet pour se débarasser de cet affront.

Alors que Yao avait fait rire une partie de l'assemblée présente dans la salle des ventes, tout le monde ne semblait pas d'accord avec son petit numéro. Beaucoup de bourgeois ou autres mercenaires ghettaient du coin de l'oeil les faits et les gestes du brigand sous couverture. En moins, le jeune Ming avait réglé la mission qu'il devait occuper lors de cette première partie du plan : jouer la diversion. Car désormais, quasiment tous les regards ce portaient vers lui ...

Mais voila que le brigand devait maintenant subir les conséquences de ses actes. Analysant la pièce, il remarqua très vite l'homme le fixant avec un regard noir et marmonant dans son Den Den Mushi. Quelques secondes après, c'étaient deux gardes qui bougèrent de leur position et semblaient s'avancer vers le maffioso. Il n'y avait pas de doute, le grand barraqué qui ce dressait à côté de la scène était sans aucun doute le chef de la garde. Il était dès maintenant l'homme le plus à surveiller. S'il venait à bouger, cela voulait dire que les autres avaient attirer l'attention sur eux. Ne disant aucun mot, le plus serein possible, Yao continuait à regarder le reste du spectacle.

Les gardes arrivèrent enfin au niveau de Yao. Le bourgeois que le brigand avait dupé semblait être content, car il ce doutait de la suite : un exclusion temporaire ou définitive de la salle des ventes. Alors qu'il n'eut même pas le temps de placer quelques mots que ce fut Ayabusa qui attérit comme une fleur et qui esseya d'arranger la situation, comme il le pouvait ...

Le sabreur fit semblant d'être le grand frère de Yao. A ces mots, le voyou changea de comportement et se mit en retrait, comme honteux d'avoir fait ramener son ainé ici à cause de ses problèmes. Cependant, il ne put s'empêcher de rétorquer à ses interlocuteurs.

- J'en suis sincèrement navré messieurs les gardes. Il semble que j'ai un humour particulier, et parmi cette assemblée tout le monde ne l'a pas forcément comprit. Cependant mon frère et moi ne sommes pas présent ici pour la rigolade. Notre venue à Shabaody est sérieuse et nous sommes prêt à débourser d'énormes sommes d'argent pour avoir ce que nous recherchons. Alors quand je vois que les ventes démarrent si lentement pour des produits si "médiocres", je n'ai pas pu m'empêcher d'y mettre mon grain de sel.
J'aimerai vraiment rester afin de voir vos produits les plus courtisés, et comme mon ainé à joué sa parole, je saurai me faire extrêmement discret ... Parlez en à votre supérieur, je suis sur qu'il comprendra ..


Les hors-la-loi avaient misés sur le coup de bluff, comme Yao aimait tellement ça. Si les gardes avaient un peu de jugeotes ils demanderaient très vite l'avis de leur supérieur. Cela pouvait gagner un peu de temps en plus, et si par chance ils accepteraient, Yao et Ayabusa allaient pouvoir rester encore plus prêt de l'action afin d'agir au meilleur moment.
Cependant, si leur plan ne marchait pas du tout, Yao allait accepter de se faire virer. Par contre, quand il remettra un pieds dans cette salle, il sera armée jusqu'aux dents et prêt pour faire un carnage ...

Alors qu'il venait de finir ses paroles, le brigand remarqua la petite Mélina jouer la comédie elle aussi. Elle c'était rapprochér de la garde royale et avait parlée avec un des leurs. Elle semblait vouloir un autographe ... Grâce à cela, elle avait pu ce rapprocher des deux HLL sans se faire remarquer. Mais qu'allait-elle faire si le roi refusait ? Bref, pour l'instant et vue la situation tendue dans laquelle Yao c'était fourré, il avait d'autres chats à fouetter.

Yao lâcha alors un dernier regard vers Aliyah, assise à côté de lui. Mais il n'y avait plus personne, la place était vide ! Commençant à s'inquiéter, le voyou la retrouva très vite du regard et fut surprit de sa localisation. La jeune fille était en face du chef de la garde et semblait lui parler. Bordeeeeeel !

- Mooooooonsieur le gardieeeen .... Ou sont les toillettes s'il vous plait ?
Crédit: Neko-chan in Never Utopia
Revenir en haut Aller en bas
Kitchiro Nagami
La Grenouille Fantôme
avatar
Messages : 314
Race : Humain
Équipage : Bandlands Outlaws

Feuille de personnage
Niveau:
22/75  (22/75)
Expériences:
84/120  (84/120)
Berrys: 106.389.000 B

MessageSujet: Re: [MISSION] Le casse du siècle    Sam 18 Juil - 19:03




« Le Casse du Siècle  »



Du fond de la salle Kitchiro était confortablement assit dans son fauteuil un carnet à la main, depuis quelques minutes celui-ci observait un noble situé en contre bas qui avait un humour qui ne plaisait pas à tout le monde. En effet celui-ci venait de gaspiller l'argent d'un autre, même si certains en riaient comme Kitchiro d'autres n'appréciaient pas du tout, à tel point qu'un homme en uniforme et à la mine sombre utilisa son den den mushi. De par sa carrure, son look et les deux gardes lourdement armés qui venaient de passer la porte d'entrée celui-ci ne pouvait n'être qu'autres que le chef des gardes de la vente et la blague ne lui avait pas plus. On pouvait facilement savoir que les gardes étaient là pour l'escorter jusqu'à la sortie. Cette réponse virulente à la blague du noble donna à Kitchiro à réfléchir.

Si il réagisse aussi violemment à la première de ce genre je ne veux pas imaginer l'accueil du prochain qui fera la même chose. Je vais plutôt me taire et attendre avant de faire la même erreur.

Ce qui surpris Kitchiro a été l'apparition soudaine de l'homme qui l'avait croisé à l'entrée peu de temps avant, le grand homme est arrivé de nulle part et apposa sa main sur l'épaule d'un des gardes avant de lui murmurer quelque chose, de sa place Kitchiro ne pouvait rien entendre, l'idée de se déplacer lui effleura l'esprit, mais un homme qui se déplace pour aucune raison pourrait paraître suspect. Mais qui ne tente rien à rien, Kitchiro referma son carnet et le glissa sous sa veste avant de prendre son chapeau grenouille sous le bras pour s'avancer de quelques rangs plus près de la scène mais aussi plus près de ce fameux noble et du roi qui était en train de déguster tranquillement des plats à l'odeur chatoyante. Pour se laisser une porte de sortie en cas de question Kitchiro se plaça un rang derrière le courtier de la very melon society, histoire que si on lui demande celui-ci soit visible pour couvrir la grenouille à ses dépends. Mais l'heure n'était pas à se justifier mais plutôt à étudier les gens qui l'entourait désormais.
Depuis le fond de la salle Kitchiro ne voyait que l'arrière des têtes et pas certaines personnages cachaient auparavant par d'autres. De sa nouvelle place La Grenouille pouvait apercevoir une demandant à un garde un autographe du roi :

Une courtisane ? À quoi bon vouloir de la reconnaisance d'un homme comme ce roi, il achète des filles à un prix exorbitant pourquoi porterait t'il de l’intérêt à une fille comme elle?à moins que cette fille soit la fille DE et que cela intéresse le roi pour des raisons politique.

La scène commençait à reprendre vie, le prochain lot était sur le point d'arrivé quand une inconnue traversa la salle pour discuter avec chef des gardes :

- Mooooooonsieur le gardieeeen .... Ou sont les toillettes s'il vous plait ?

En voilà une bonne idée ! Le coup des toilettes pour entrer dans l'arrière boutique, mais deux personnes aux toilettes en même temps aurait était trop suspect la encore. Attendons un peu de voir si celle-ci à un père ou un garde qui l'accompagnera, j'en profitera pour me faire passer pour son garde du corps car madame est fille du comte … Sandwitch ! Et qu'il a peur pour sa fille dans un lieu pareil … toute seule, il me laisserai sûrement passer. Restons donc aux aguets.


Résumé:
 


Codage de gaki sur Epicode
Revenir en haut Aller en bas
PNJ [Civils]

avatar
Messages : 99

MessageSujet: Re: [MISSION] Le casse du siècle    Jeu 23 Juil - 21:55



Garde Peli.

La jeune femme comprit rapidement que le gros insecte qui avait tenté d'ouvrir les portes avaient de bonnes raisons de le faire, outre une envie pressante de sortir à nouveau : un petit comité d'accueil les attendait à l'extérieur, ayant manifestement décimé les quelques gardes qui étaient censés tenir la garde pour accueillir quelques chasseurs de primes retardataires. Le truc, c'était qu'en y repensant à deux fois, le frelon et sa clique n'étaient au final pas le comité d'accueil : c'était elle, au contraire, puisqu'ils voulaient se rendre à l'intérieur et non l'inverse ! Du coup, Peli entreprit de se présenter avec un large sourire, admirant le courage qu'avait le rouquin qui avait décidé de foncer droit dans sa direction en voyant que son ami avait été capable de réaliser un vol plané d'une beauté spectaculaire :

-Bonjour ! Malheureusement, messieurs dames, l'accueil des nouveaux esclaves est temporairement clos, pour cause de vente en cours... Saurais-je vous demander d'attendre un tout petit peu ?

Évidemment, ces gars n'étaient pas vraiment du genre bavards : le premier, sans doute un boss ou quelque chose du genre, prit les devants dans une offensive qui semblait certes tout-à-fait brutale, mais effrontément prévisible... Ou tout du moins lorsque l'on possédait le haki de l'observation. Comprenant bien rapidement que ce type ne comptait pas s'arrêter à un simple coup de poing et qu'il avait un moyen efficace de déployer quelques étincelles, Peli prit une décision rapide : dans l'immédiat, il fallait jouer sur l'intelligence et la sécurité, et donc prendre ses aises et s'écarter au maximum des dangers qui la guettaient. Le truc, c'est qu'elle ne perdit pas ses autres opposants de vue... Et conserva son haki en alerte. Celui-ci lui permit notamment d'apprendre que le gros costaud venait tout juste de reprendre une forme animale et qu'il tourbillonnait derrière le geyser de flammes, sans doute pour lui donner un air plus impressionnant... Mais également qu'une autre demoiselle avait l'air motivée à l'idée de se joindre à la petite sauterie. En effet, la fille s'approchait vivement, sabre en main, et ne tarda guère à tenter sa chance par un coup horizontal, à travers le torrent de flammes, espérant vainement taillader une garde trop tête en l'air... Raté. En effet, la fille aux cheveux bleus s'était écartée d'un bond, vivement, laissant le sabre couper les flammes sans la menacer de quelque manière que ce fut... Mais elle ne s'arrêta pas en si bon chemin. Tout-à-fait consciente du fait qu'elle ne pourrait pas tenir tête à de tels ennemis en infériorité numérique parfaite bien longtemps, la jeune femme décida sagement d'utiliser cette situation pour abattre son homologue féminine : elle en vint donc à viser Rei tout en hurlant quelques mots d'un air profondément amusé :

-Brochette tandoori !

Elle fit alors un simple coup d'estoc en direction de la demoiselle grâce à sa fourchette. Bien entendu, la garde se trouvait trop loin pour la toucher directement... Mais de chaque pique du couvert géant naquirent de dangereuses lames d'air, sous forme d'estoc, qui risquaient fort de transpercer Rei et de la forcer à déclarer forfait. Sans plus attendre, ne s'exposant pas plus aux foudres de ses ennemis, la jeune femme entreprit de s'écarter de ses ennemis, à nouveau d'une série de bonds. De toute manière, elle avait déjà rempli son rôle...


Chef de la garde, Abraham Stoker et garde Lambe Dah.

Car en effet, mettant à profit le moment d'absence de son ennemi lors de la découverte du corps meurtri de son collègue, Peli avait d'ores et déjà prévenu Abraham au sujet de la situation et de la présence d'ennemis qui seraient à l'intérieur de façon relativement imminente... Celui-là non plus n'avait pas perdu une seule seconde. Ne jetant pas même un regard à la gamine qu'il écouta tout juste d'une oreille distraite, il composa un autre numéro et murmura quelques paroles assez floues pour une oreille étrangère :

-Lambe, ici, vite.

Il raccrocha aussi sec et ce fut un jeune homme bien vêtu mais à la mine plus blême que jamais qui débarqua d'un coin de la salle, déglutissant bruyamment comme s'il s'attendait à être viré. Après tout, Lambe n'était jamais sûr de rien : peut-être que son boss avait découvert son plaisir secret, manger un pain au chocolat pendant la période de surveillance en début de matinée... Peut-être même qu'un esclave avait cafté ! Alors même qu'il leur en filait un bout... Sa confiance était souillée, trahie...
Mais fort heureusement pour le jeune homme, Abraham n'avait rien découvert et ne comptait pas le punir. En tout cas pas directement. Si le chef de la garde fit signe au présentateur de reprendre ses ventes et aux gardes qui s'occupaient de Yao, un peu plus haut, de "foutre ce guignol dehors", il ne tarda guère à faire volte-face et à s'engager dans un des couloirs en donnant quelques ordres à Lambe :

-Tu feras l'affaire, tient la salle à l’œil. Et... Occupe-toi de la morveuse, elle veut pisser.
-... Ah. C'est pressant ? Ou ça peut attendre un peu ?

Un peu plus haut, considérant la situation avec plus de sérieux que jamais, les gardes ne tardèrent pas à indiquer la sortie à Ayabusa également... Sauf qu'au lieu de rester à deux, ils furent bientôt rejoint par quatre autres de leur compère, triplant les effectifs directement sur place pour s'occuper de cette petite vague. Nul doute quant à la sévérité des tenanciers du lieu : ils ne plaisantaient pas avec le business, et que Yao décide de rembourser le noble qu'il avait escroqué ou pas ne les regardait plus. De toute manière, ils semblaient se faire de plus en plus sérieux, mais aussi et surtout de plus en plus menaçant... Dans leur intérêt, il valait donc mieux quitter le bâtiment au plus vite.


Roi d'Eritvol, Shokuneim V et Garde Royal Enricke.

Toujours dans la même salle, au centre de celle-ci cette fois, le roi d'Eritvol fit claquer sa langue contre son palais, agacé par la tournure des choses et l'incapacité des gardes à résoudre cette crise passagère. Si la plupart des gardes qui l'accompagnaient ne firent guère plus que se renfrogner, semblant tous soudainement légèrement plus tendus qu'auparavant, Enricke quant à lui se mit carrément à fulminer, de rage et d'incompréhension, hésitant réellement à aller foutre ces deux marioles dehors de lui-même. Il se ravisa toutefois lorsqu'une gamine fit irruption, demandant au Roi un autographe. Mécaniquement, deux gardes se mirent entre elle et le monarque, présentant leurs armes à la gorge de la première pour la tenir en respect et l'abattre de sang froid si elle tentait de s'avancer vers le souverain encore un peu plus. Le garde royal, après un soupir d'exaspération, prit les devants et s'approcha de la jeune fille avec un regard froid et déterminé :

-Ce n'est pas l'heure pour les autographes, tu reviendras comme...
-Non... Attend, Enricke.

Shokuneim avait pris la parole en posant son regard sur la jeune fille, intrigué. Il resta silencieux un court instant, imposant le respect à l'ensemble de ses soldats, avant de sourire doucement, l'air légèrement malsain :

-Dis-moi, petite, que dirais-tu de devenir courtisane d'un grand Roi ?


Peli essaye de transpercer Rei à distance, grâce à des lames d'air sous forme de coup d'estoc, après avoir évité vos attaques en reculant vivement dans le couloir.
Elle a déjà prévenu Abraham quand cela a lieu, en fait, et celui-là s'éclipse de la salle en laissant le contrôle à Lambe.
La vente reprend normalement.
Ayabusa et Yao font désormais face à six gardes (puisque quatre autres sont venus en renfort).
Pour Mélina, clairement, ça pue (fallait s'y attendre).

PS : Et navré pour le léger retard !
Revenir en haut Aller en bas
Ren Tao
Crimson Beast
avatar
Messages : 954
Race : Humain
Équipage : Shadow Ghost

Feuille de personnage
Niveau:
43/75  (43/75)
Expériences:
456/500  (456/500)
Berrys: 228.850.000 B

MessageSujet: Re: [MISSION] Le casse du siècle    Ven 24 Juil - 0:28


Chaos start now !!!

Le combat avait commencé à l'intérieur. Sans savoir que cette saleté avait balancé notre présence à un responsable de la sécurité, nous lancions nos attaques de manière à tenter de la finir d'un coup. Cependant, de manière rapide et évasive, j'arrivais à distinguer quelque peu sa façon de se déplacer. Ses esquives étaient justes, droites, sans défaut, à croire qu'elle savait où allaient être les attaques. Tch... Elle semble savoir user du même talent que moi et immédiatement, je sais qu'elle sera une plaie à éliminer. Bien que rien n'est impossible et que l'avantage numérique nous donne une chance de succès largement supérieur à la normale, je ne comptais pas m'attarder sur elle longtemps. Rei et Komatsu pourraient la gérer aisément, du moins, avec de l'effort et de la ténacité.

Bref, notre erreur était de ne pas enchaîner directement les attaques et c'est ainsi que la miss en face réussit à avoir la main. Armée d'une fourchette géante, celle-ci usa d'un coup que je ne comprenais pas au début. Cependant, grâce à mon haki sans doute similaire au sien excepté au niveau de la maîtrise, je pu prédire son coup et de ce fait agir en conséquence.

" REI... sur la gauche !!! "


Je la laissais se décaler afin de ne pas se prendre les coups d'air. Pas question de la laisser encaisser ou quoi que ce soit, si cela se trouve, ces attaques sont surpuissantes. Epaulant mes amis, je vins alors à foncer tandis que la demoiselle s'était écarté de plus belle. Je ne comptais pas la laisser faire ce qu'elle désirait et pour cause, alors que je coursais vers elle, je ne voulais pas la laisser s'enfuir. Je lançais donc un objet assez spécial du cru de Gin. Une petite grenade capable de geler tout ce qui se trouvait dans un petit périmètre. L'objectif étant de la piéger sur place, ou de la gêner assez de temps pour pouvoir m'approcher et attaquer. Ainsi donc, anticipant le rayon d'action de la grenade et son possible déplacement, je bondis vers sa possible position et tenta de lui asséner un coup des plus puissants. En effet, j'usais de mes plusieurs dials simultanément. Le premier étant le jet dial afin de rendre le coup très rapide et le second un impact dial afin de faire plus que mal. Bien entendu, l'esquive était possible et dans ce cas, le sol pourrait en prendre un coup.

Plus haut, dans la salle de vente, les choses reprenaient leurs cours normal, du moins, en apparence. Alors que le chef de la garde disparaissait et que la tension montait pour plusieurs protagonistes de l'histoire, c'est Mélina qui était surprise en premier. En effet, celle-ci affichait un faux air malheureux quand elle se fit menacer, cependant, quand le roi en personne pris la parole pour lui faire une offre - envoyant bouler l'avis de ses gardes qui se taisaient comme des chiens - plus qu'intrigante. Pas question d'énerver un roi pour l'heure et de ce fais, celle-ci souris de manière enfantine.

" Votre majesté, ce serais un honneur. Mais il faudrait demander son avis à mon ami, ce serais méchant que de me priver de sa personne. "


Montrant que l'un de ses amis n'était autre qu'un des emmerdeurs, elle espérait ne point fâcher le roi. Le but étant de tout simplement gagner du temps, car elle n'était pas idiote, son approche était morte... Et sans tour de passe-passe, impossible de reculer et partir comme elle est venue. Il lui fallait une distraction imposante.

Plus haut, dans les gradins, cela chauffait. Alors qu'Ayabusa était convaincu que sa " technique " allait convaincre les gardes, ces derniers redoublaient d'efforts, se ramenant à plusieurs pour virer non pas Yao, mais bel et bien Yao ET Ayabusa. Bref, les négociations étaient terminées et il fallait donc...
Alors que le jeune ex-marine allait agir, les portes de l'entrée volèrent brutalement sur le coup. Ayabusa, Mélina et sans doute bien des gens regardaient dans la direction de la porte et c'est une personne qui apparu aux yeux de tous. Un homme requin, visiblement de bonne humeur. Mélina saisis sa chance et recula doucement, usant de son aptitude pour passer inaperçu, ou du moins, essayer. Ayabusa quant à lui comprenait qu'il était temps d'agir. Au diable les politesses, les langues de bois de noble, la couverture saute pour aujourd'hui.

" Yao... Baisse la tête veux-tu, puis écartez-vous. "


Sans attendre, le marine fis un tour sur lui-même et dégaina sa lame en visant les nuques des gardes autour d'eux. Une sorte de courant électrique se faisait voir tel un petit éclair, et le cercle électrique s'élargissait autour du marine sur environ 500 cm. La tranche était net, précise, bref, n'importe quel spectateur pourrait affirmer que l'homme n'est pas un amateur en matière de combat à l'épée. Bien au contraire, épéiste pur, il ne possède pas une lame des 50 pour rien. Sans plus attendre, après cette première offensive, le jeune homme voulait clairement en finir et s'assurer de mettre hors d'état de nuire ces gêneurs de première et c'est donc sans attendre qu'il sauta dans les airs rapidement, et une fois son bond exécuté, il lança une attaque consistant à envoyer une lame d'air rotative sur les gardes.  Il espérait que Yao et sa copine se seraient écartés, sans quoi, ils pourraient être pris dans l'attaque.
Une fois ceci fais, il retomba au sol avant de déclarer d'un ton semblant calme.

" La partie où on rigole est terminée semble-t-il ? "


Krake surplombant la majeure partie de la salle distribuait des pains à toutes les personnes faibles qui tentaient de l'arrêter. Repoussant quelques personnes de dehors qui avaient tentés de l'arrêter, il vint alors à annoncer ce qui se passais.

" Restez tous assis et fermez là, tout se passera bien. Vous êtes nos otages. Tout ceux qui tentent de riposter seront tués, est-ce clair ? "


Gardes, civils, autres, y compris le roi... Ils étaient ni plus ni moins des potentiels victimes s'ils se faisaient un peu trop chiants. Qu'importe les protestations, personne ici présent ne pourraient faire changer d'avis nos jeunes bandits du jour. Sauf si ces derniers avaient une menace comme une bombe nucléaire dans la poche mais avouons le, c'est rare... Refermant ce qui restais des portes - autant dire, très peu de choses - derrière lui, l'homme poisson s'imposait comme dominateur de la salle. Ayabusa quant à lui souriait en coin avant de doucement jeter un regard vers la star du show : Le roi. Un sourire malsain sur les lèvres ne laissant aucun doute quant à la suite logique des événements : il était sur la liste des gens qui allaient jouer un rôle dans cette pièce de théâtre grandiose aujourd'hui.

Le requin arracha quelques sièges dans les gradins et les lança vers deux personnes qui bougeaient trop à son goût, prouvant une sensibilité extrême. Personne ne pourrait entrer ou sortir de la pièce tant qu'il n'en aura pas donner l'accord. Fulminant à l'oeil nue, il espérait que ses compagnons arrivaient à prendre le contrôle parfait de la salle et cela commence par la mise à mort, ou hors d'état de nuire les gardes en tout genre.

Ayabusa gardait fièrement sa lame et d'ailleurs, il trancha dans le vide, découpant en deux une décoration dans la salle, histoire de montrer qu'il n'était pas le premier des idiots. Sa lame est plus longue que la normale et son tranchant exceptionnel, faisant de lui un ennemi redoutable. Toutes les pièces étaient en place : le gros bordel commence, au diable la discrétion pour cette fois.


CODE DE PHOENIX O'CONNELL POUR NEVER UTOPIA





Résumé :
Spoiler:
 

Tech utilisées :
Spoiler:
 


Infos :
Spoiler:
 

_________________
Il n'y a qu'une seule vérité...

Ce monde m'appartient.

Dita | Epicode
Revenir en haut Aller en bas
Rei Mitsuyori
Hateful Wolf
avatar
Messages : 453
Race : Humaine

Feuille de personnage
Niveau:
35/75  (35/75)
Expériences:
151/250  (151/250)
Berrys: 550.000 B

MessageSujet: Re: [MISSION] Le casse du siècle    Ven 24 Juil - 20:37

Casse du siècle
feat. Ren & co

Et merde ! Notre attaque combinée n’avait pas du marché sur cette garde tenace. L’erreur principale que j’ai faite, a été de me reculer au lieu de continuer à attaquer, avec espoir de la blesser cette fois-ci. Car qui dit temps de recul, dit qu’elle en a profité elle par contre. Hurlant quelque chose en rapport avec la bouffe apparemment, une longue fourchette remplies de lames d’airs allaient me transpercer lorsque Ren me hurla de sauter sur la gauche pour esquiver. Ce que je fis immédiatement bien entendu. Il vaudrait mieux pas se faire transpercer par cela, je ne sais pas du tout si ces lames d’airs sont surpuissantes ou pas. Mais qui dit attaque également ratée, veut dire qu’il y a un haki dans l’air. Certainement celui de l’observation pour avoir esquiver tranquillement nos mouvements.

Et ce n’est pas parce que mademoiselle a le haki de l’observation que je vais me gêner pour l’attaquer encore et encore. Certes, elle pourra deviner certainement mes mouvements mais je pense pouvoir arriver tout de même à faire quelque chose et m’en débarrasser. Ren lui était déjà reparti dans le tas et avait même envoyé une des minis bombes gelées de notre cher Gin. Un beau petit cadeau ma fois si elle marche. De même que pour ma part, j’ai quelques explosifs. Ils n’ont rien de spécial si ce n’est qu’ils font boom et qu’ils explosent sur leur passage quoi. Me transformant en hybride, je pourrais peut-être avoir en plus de ça l’avantage de la puissance. J’ai été rapide certes mais elle a contré complètement mon soru, ce qui fait que cela ne sert à rien de retenter une fois la technique. Je suis quand même rapide avec mon zoan donc je peux quand même au pire tenter de l’attaquer de front. Même si je sais très bien qu’elle pourra voir mes gestes.

Elle est tenace et je n’ai certainement pas dis mon dernier mot également. Elle ne va vraiment pas s’en tirer comme ça cette foutue garde. Alors là on n’aura jamais vu ça ! Moi qui suis en difficulté face à une fille comme elle. Certes, elle a le haki de l’observation, à priori une arme redoutable mais je vais lui faire voir moi. Quand on me cherche, on me trouve. Restant silencieuse comme à mon habitude, je m’approchais rapidement d’elle sans user d’un soru et commençais un combo entre mon sabre et mes attaques griffues. Et si ça ne suffit pas, je peux essayer de la chopper par le col ou n’importe où et l’envoyer valser dans le décor. Je me fiche de savoir qu’elle a appelé des renforts, elle va mourir ici cette saleté. Quoiqu’il arrive, je n’abandonnerais jamais et continuerais à me battre sans répit jusqu’à ce qu’elle veuille bien mourir. Et puis, je lui volerais sa fourchette peut-être aussi. Enfin, restant concentrée, je n’hésitais pas un seul instant à utiliser bien plus mon sabre puisqu’il coupe comme dans du beurre et même pire. Une vraie trancheuse de compétition ma foi. Je ne vais pas rester sur un échec ; oh que non ! Je vais la faire mourir et ce sera tout.

Bizarrement, je bouillonnais de l’intérieur avec un étrange sentiment mais je ne savais pas du tout ce que c’était. Mais une chose était sûre, j’avais envie de me battre, de la battre.
____________________________
Fiche RP © codé par Hans sur Apple Spring
Revenir en haut Aller en bas
 

[MISSION] Le casse du siècle

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant

 Sujets similaires

-
» Le casse du siècle [Libre]
» l’ennui est un crime, et la vie est un casse du siècle ✤ Eleïos
» [Mission D] Un vulgaire gamin? [1] (Pv : Takeshi, Kallo)
» [Mission rang D] Des gosses casse c*
» Rapport : Mission de bataille à 1500 points ork vs tyty

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
One Piece Seken :: Le monde de One Piece :: Grand Line :: Archipel Shabaody-