Partagez | 
 

 Engagez-vous, engagez-vous qu'ils disaient [Solo | PNJ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Edward Scoffield
Commandant de la Révolution
avatar
Messages : 47
Race : Humain

Feuille de personnage
Niveau:
16/75  (16/75)
Expériences:
79/100  (79/100)
Berrys: 0 B

MessageSujet: Engagez-vous, engagez-vous qu'ils disaient [Solo | PNJ]   Ven 1 Mai - 9:53

Me voilà arrivé sur l’île du Royaume de Trader, le lieu sur lequel j’allais enfin pouvoir démarrer ma mission. Mais pour comprendre tout ceci, je vous propose de faire un petit Flashback.

=========

Je me trouvais sur le navire de l'équipage « La Famiglia », dirigé par Harold Scoffield, notre capitaine et Aniki. Nous nous rendions vers une base de la révolution afin de pouvoir assister à un conseil de hauts gradés. Du moins, seulement Aniki et moi-même. En effet, il s'agissait d'une réunion classique entre plusieurs capitaines afin de faire des échanges d'informations, des établissements de stratégies et autre bordel. J'avais été choisi, vu que l'on tourne à tour de rôle dans l'équipage, afin de l'accompagner pour faire office de « garde du corps ». Mais tout le monde savait bien que ce n'était qu'une fonction, les pointures présentes ici n'avaient nullement besoin de quelqu'un pour les protéger, vu leur puissance individuelle.

Plusieurs sujets s'enchaînèrent dans la réunion, et même s'ils ne m'intéressaient pas vraiment, je me sentais obliger d'écouter. Aniki nous avait tous inculquait comme doctrine que « l'information représentait le pouvoir ». Sans savoir, il n'y avait aucun accomplissement possible, pas d'évolution, que ce soit dans la science ou même dans la force des combattants. Chaque info qui pouvait être donnée ici allait forcément être utile un autre jour. Vint alors l'arrivée d'un sujet assez inattendu. L'un des autres membres de la table parla à Aniki comme quoi, il avait prévu de ramener quelqu'un qui allait servir de nouvel espion pour la marine. Je ne savais pas par quoi j'étais le plus surpris : le fait qu'ils puissent en parler aussi ouvertement en comité assez restreint, ou alors le fait qu'Aniki se contenta de sourire en me pointant du pouce, signe que le futur espion en question allait sans doute être nul autre que moi.

=========

Voilà donc comment je me suis retrouvé à devoir me rendre sur cette île. N'allez pas croire hein, je ne fais pas ça à contrecœur. Je me sentais, en effet, plutôt honoré que l'on m'ait choisi afin de pouvoir accomplir une mission qui, certes, était potentiellement dangereuse pour moi, mais qui était aussi de haute importance pour l'armée révolutionnaire. Et puis, cela allait lui donner l'occasion de voir de lui-même comment cela se passait de l'autre côté de la ligne. On a beau me dire que la plupart des marines ne sont pas forcément foncièrement des extrémistes qui profitent de leur pouvoir, j'avais du mal à envisager quelqu'un qui se laisse dominer par une ordure comme un Tenryuubito en écoutant ses moindres paroles et désires, au malheur de la simple populace.

Enfin, j'allais devoir calmer mes ardeurs le temps des « négociations », et laisser parler la deuxième force que j'avais après mes jambes, mon sens de la répartie. Je n'aurais certainement pas forcément besoin de prouver que j'étais juste fort à un membre des « forces de l'ordre ». Très souvent même, ils choisissent des gens qui ont l'air plus faible ou plus apte à suivre leur commandement pour éviter de devoir un jour se faire doubler par un simple subordonné. Une psychologie plus que basique appliquée par plus de la moitié de ces rats. Vous vous demandez sûrement la question suivante : « Mais dis-moi, Ed, toi qui es un membre de la révolution, comment vas-tu intégrer un équipage Marine ? ». Très bonne question, mon ami Derp Derpinson. C'est en partie pour cela que je devais me rendre au fameux royaume de tous les échanges de South Blue.

Cette île était un pur concentré de mercenaire et autres chasseurs de primes en tous genre. Allant de la simple vermine au grand justicier itinérant, on pouvait trouver de tout type d'assistance à condition de pouvoir y mettre le prix. L'avantage était surtout qu'aucune question, de manière générale, n'était demandée. Pas d'origine certaine, ni de raisons justifiables. Juste des hommes prêts à offrir leurs « services » contre rémunération. Les marines passant souvent dans le coin pour essayer de recruter des hommes, il me suffisait donc de me faire passer pour un de ces mercenaires afin de pouvoir pénétrer à l'intérieur du système. Aussi simple que cela. Quant à ceux qui pourraient douter de ma crédulité dans ce rôle... Une simple démonstration de force pourrait parfois suffire, qui sait.

Une fois sur les lieux, une question arrivait naturellement : par où devais-je aller ? Oui, on m'avait donné que très peu d'informations, naturellement. Aniki voulait sans doute voir si j'étais capable de me débrouiller en autonomie sur le terrain, sans avoir quelqu'un pour me servir de Back-up. Il était vrai que la plupart des missions que j'avais effectuées au cours de mes années en tant qu'agent s'étaient faites en duo au minimum, c'était la première fois que j'étais lâché en solo. Ce n'était pas plus mal, je commençais à en avoir un peu marre de me retrouver avec toujours quelqu'un pour me servir de chaperon. Je voulais un peu plus de liberté.

Enfin, le temps de faire passer ma « crise d'adolescence », il était temps pour moi de trouver un endroit qui pourrait m'aider à accomplir l'objectif que je m'étais fixé. De préférence un bar hautement fréquenté par les mercenaires, sans pour autant paraître mal famé, et qui serait susceptible d'accueillir un gradé de la marine qui aimerait gonfler ses rangs. Si le premier point pouvait être facile à trouver, les deux autres, ça allait être un peu plus compliqué, si j'ose dire... On me voyait alors faire en sorte d'écouter les conversations des gens, interroger des passantes, avec un e souligné, qui seraient suffisamment aimables pour m'indiquer mon chemin, si ce n'était en plus boire un verre. Au bout de quelques heures de recherches, je tombais enfin sur un établissement qui paraissait plutôt propre, sans trop grande prétention, et qui possédait pas mal de monde à l'intérieur, sans grande bagarre forcément. Décidant de miser sur ce bar, je m'y aventurais afin de pouvoir m'installer au comptoir, et commander un alcool suffisamment fort pour pouvoir paraître crédible, mais pas trop pour ne pas devoir en subir le contrecoup dans l'immédiat, et donc posséder pleinement mes capacités tant physiques que mentale.

Il ne me restait plus qu’à attendre pour ferrer le poisson.
Revenir en haut Aller en bas
PNJ [Gouvernement]

avatar
Messages : 306

Feuille de personnage
Niveau:
0/0  (0/0)
Expériences:
0/0  (0/0)
Berrys: Beaucoup

MessageSujet: Re: Engagez-vous, engagez-vous qu'ils disaient [Solo | PNJ]   Dim 7 Juin - 10:07







-On peux partir ?

-Non !

-Mais je c'est nul ici, ça sent et c'est plein de gros types bourrés...

-Ça fait au moins cent fois que je dis qu'on doit attendre notre contact ici, on a un budget limité et tu le sait ! Et surveille tes paroles je n'ai guère envie qu'on crois que j'ai élevé une fille complètement irrespectueuse !

Les corvées de ravitaillement n'étaient jamais bien intéressantes pour les jeunes recrues, mais elles faisaient malheureusement parties de la réalité des marines. Si normalement les soldats de la base se chargeaient eux-même de remplir le navire avant son départ, les choses se compliquaient quelque peu sur une île neutre comme le Royaume de Trader. Ici pas de réserves, tout se marchandait comme son nom l'indiquait. C'est d'ailleurs pourquoi les deux femmes étaient assises dans un bar plutôt qu'à se balader dans un marché. En effet, si la seconde option pouvait sembler plus logique étant donné leurs besoins, seul leur contact risquait de leur faire une remise acceptable dans ce pays pourri. Et avec les aubaines viennes les drôles de règles et les point de rendez-vous louches malheureusement.

-Et pourquoi je dois venir avec toi de toute façon ? Je le connais pas ce type ! Dire que je pourrais aller dépenser ma paye dans les boutiques en ce moment même...

-La ferme ! J'arrête pas de dire que ça fait parti de ta formation ! Et puis tu ne laisserais pas ta pauvre mère faire ce genre de rencontre seule, si ?

-Tsk, si quelqu'un t'attaque c'est plutôt pour sa survie que je devrais prier.

-Tu manque de discipline jeune fille ! Comment tu pense devenir amirale un jour si tu persiste à faire preuve d'arrogance devant tes supérieurs hein ?!

-Je cherche pas justement à devenir amirale pour arrêter de recevoir autant d'ordres chiants ? Et puis de toute façon j'ai jamais demandé à devenir marine je te signale, si ça en tenait qu'à moi je marierais un prince charmant et je mènerais la belle vie pour le reste de mes jours. ~

-Franchement tu me fais honte parfois, tellement mollassonne que tes ancêtres se retourneraient dans leur tombe !

-De toute façon si je menais ton style de vie je me trouverait pas de mec avant d'avoir la cinquantaine comme toi...

Si la mère avait, dans son jeune temps, éliminé des hordes de pirates sanguinaires sans le moindre problème, il lui semblait particulièrement étrange qu'elle soit incapable de simplement élever sa propre gamine. Enfin ce genre d'interrogation pourrait attendre une date ultérieure, en effet l'individu tant attendu était enfin arrivé. Malheureusement pour lui il était en retard et lourdement intoxiqué. Observant avec un découragement apparent l'homme tituber dans leur direction, les deux marines tentaient tant bien que mal de se retenir d'aller le chercher pour le ramener à la table par la peau du coup. C'était le genre de choses qui arrivent quand on fait affaire avec l'un de ces abruti de marchand qu'est-ce que vous voulez... En fin de compte, l'homme un peu trop gras avait bien mis cinq bonnes minutes à atteindre le fond du bar, heurtant au passage un pauvre bougre en costard assis au bar avec l'air d'attendre quelqu'un. Un autre type totalement incapable de faire preuve de politesse, rien pour calmer l'énervement croissant de la vieille militaire. C'est seulement après avoir finalement posé ses fesses sur une chaise aux pattes plus solides que les siennes, que les regards des autres clients se détournèrent finalement de leur direction.

-Je ! Chui là ! Qu'est-che que je peut faire pour le gouvernement ma p'tite dame ? J'ai de tout moi ! Churtout de l'alcool si vous voyez che que je veux dire !
Revenir en haut Aller en bas
Edward Scoffield
Commandant de la Révolution
avatar
Messages : 47
Race : Humain

Feuille de personnage
Niveau:
16/75  (16/75)
Expériences:
79/100  (79/100)
Berrys: 0 B

MessageSujet: Re: Engagez-vous, engagez-vous qu'ils disaient [Solo | PNJ]   Mar 16 Juin - 17:56

Patience, observation et écoute. Voilà les qualités que je devais mettre en avant afin de pouvoir repérer mes potentielles cibles. Je ne faisais que boire tranquillement mon verre, tout en regardant autour du bar. Pas grand-chose de surprenant à vrai dire, pas mal de types plutôt musclés et balafrés pour la plupart, d’autres étaient plus maigrichons, mais empestaient tout de même l’alcool comme ce n’était pas permis. Entre deux nausées, j’essayai en même temps de discuter avec le barman et les personnes autour de moi pour recueillir des informations. Selon le serveur, les marines ne faisaient pas forcément l’unanimité dans les lieux, étant donné que même si beaucoup étaient des mercenaires, certains étaient plus qualifiés de malfrats sans vergogne. La plupart des forces de l’ordre de passage étaient surtout des qui faisaient le ravitaillement auprès de marchands locaux.

Je venais enfin de me rendre compte pourquoi je n’aimais pas vraiment ce genre de mission : c’était complètement et incroyablement chiant. Patienter sans agir, attendre que l’occasion se présente… Pourquoi je n’avais tout simplement pas choisi de me pointer devant un bureau de recrutement et fait « Je peux vous rejoindre ? » comme le dernier des débiles ? Oui bon, c’est vrai, si jamais j’avais fait ça, j’aurais sans doute dû trimer pendant X temps avant d’être enfin affecté sur un bateau, et encore, pas forcément dans le secteur visé. Mais tout de même, j’attendais un peu d’action, de rebondissement ! Ça ne m’aurait pas déplu de foutre une raclée à la moitié des personnes présentes dans ce bar, pour non seulement me dégourdir les jambes, mais aussi pour impressionner mes futurs recruteurs.

En parlant d’eux, voilà que des inconnues, avec un e, entrent soudainement dans l’enceinte de l’établissement. Ne les remarquant qu’au bruit, je me tournai afin de m’appuyer dos au bar pour observer l’entrée, mes lunettes de soleil me permettant de faire croire que je n’observai personne en particulier. La première personne à pénétrer dans le bar avait attiré l’attention de pas mal des hommes de l’assemblée, beaucoup sifflant sans retenue la jeune femme à la chevelure aux couleurs de cerisiers. Affichant sans honte des courbes plus qu’aguicheuses, la demoiselle ne semblait pas vraiment les liés, se plaignant de manière prolongée auprès de la seconde personne qui été entrée dans le bâtiment. De par ses vêtements, je pouvais déjà déduire qu’il s’agissait du type de personne que je recherchai. Un uniforme pareil, ça ne pouvait qu’appartenir à la marine.

Pour l’heure, je choisis de ne rien faire, d’observer un peu plus la situation. Si j’intervenais directement, je ne ferais que de me faire refouler. Sans doute qu’elles penseraient que je ne suis venu leur parler uniquement pour parler à la jeune fille. Commandant donc un autre verre, je tendis l’oreille afin d’essayer de me concentrer sur leur conversation, et ainsi comprendre la raison de leur venue. Qui sait, en les écoutants, peut-être pourrais-je réussir à trouver une ouverture pour m’insérer dans leur conversation, il me fallait être attentif. De ce que j’entendais de leur part, il semblait qu’elles souhaitaient faire le ravitaillement de leur navire, tant en matériel qu’en nourriture. Hélas, ce n’était pas dans mes cordes. Il me fallait avoir une intervention, l’arrivée d’un nouveau protagoniste.

Il fallait croire que j’avais de la chance, ou alors que le scénario était déjà rédigé à l’avance par une force supérieure, puisque j’eus ainsi la chance de voir l’ouvreur de fenêtre arrivé… Sous l’apparence d’une cuve à vin sur patte. Au début, je n’attachai pas réellement d’importance à cette personne, me disant qu’il s’agissait d’un simple poivrot comme les autres, mais c’est ensuite que je vis, de rapide regard lancé au travers de mes lunettes que c’était la personne qu’attendait notre duo marine. Je me disais donc qu’il me suffirait d’attendre que la rencontre se face pour rentrer en jeu. J’ai dû attendre pas mal de temps, puisque le gars ne marchait point droit, à tel point qu’il me rentra dedans plutôt fortement. Je manquai alors de renverser mon verre et de salir mon costume. Je sentais rapidement les poils sur ma tête commencer à se dresser, mais je fis en sorte de rester calme, difficilement, pour la mission. Il était enfin arrivé, et commença la conversation… Je pus voir que par le fait qu’il était complétement bourré, je pourrais tenter très facilement de le manipuler. D’un geste de la main, j’appelai le barman pour lui dire de commander une bouteille de Whisky pour cette personne. À la suite de cela, je me levai nonchalamment et m’approchai de l’homme pour le tapoter dans le dos.


« - Maître, veuillez excuser mon retard, je ne vous avais pas reconnu tout de suite. Je pense que vous pouvez me laisser m’occuper de ça, vous semblez bien épuiser, je vous ai commandé un verre pour vous détendre. »

Suite à cela, je me dirigeai vers le bar, poussant légèrement de la main le poivrot pour qu'il s’installe sur le comptoir. Une fois qu’il eut enfin réussi de s’asseoir, je lui servis un premier verre et le saluai avant de retourner voir les deux personnes qui m’intéressaient. Me tenant droit face à elle, je me tenais une main dans le dos, l’autre redressant ma cravate puis s’agitant pendant ma prise de parole.

« - Je suis navré de l’état de mon maître, il n’est pas très du matin. Je suis Edward, son assistant et votre humble serviteur, fis-je accompagné d’une révérence devant les deux personnes. Je vais remplacer mon maître le temps qu’il puisse se remettre, que puis-je faire pour aider de si charmantes dames comme vous ? »

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
PNJ [Gouvernement]

avatar
Messages : 306

Feuille de personnage
Niveau:
0/0  (0/0)
Expériences:
0/0  (0/0)
Berrys: Beaucoup

MessageSujet: Re: Engagez-vous, engagez-vous qu'ils disaient [Solo | PNJ]   Lun 29 Juin - 12:42





-Vous êtes en retard mon cher, dites moi, vous n'auriez pas fêté un peu en chemin ?

La vieille affichait un sourire mêlant amusement et énervement, le genre d'expression faciale étrange que vous ne vouliez surtout pas voir sur quelqu'un d'armée.

-Moi ? Mais vous chavez pourtant que je suis un professi- Hein ?

Regardant avec un air amusé, la plus jeune des deux femmes observait le type à cravate se tenant maintenant derrière le pauvre marchand. Ça allait se bastonner ? Peut-être que cet arrêt inutile serait un minimum divertissant après tout, bien qu'elle doutait que le pauvre homme gras puisse opposer une résistance quelconque vu son état...

-Hé ? Vous faites quoi ? Mais lâchez mwah...

Déception, apparemment cette histoire n'irait pas plus loin qu'une simple discussion de taverne. Enfin le bon côté c'était que l'autre gros abruti puant l'alcool à plein nez était finalement sortit de leur champ de vision, franchement le type qui leur faisait maintenant face était bien le minimum qu'on pouvait leur envoyer. C'est vrai quoi une simple douche avant de rencontrer une dame c'était trop demandé de la part de l'autre babouin ?

-Ah bon ? Et dîtes moi monsieur l'assistant, vous êtes toujours aussi ponctuel ? Parce que vous êtes arrivés nettement en avance par rapport à votre patron tout de même, vous fréquentez souvent ce bar ?

L'énervement de la vieille avait fait place à de l'amusement, elle affichait maintenant un sourire narquois en dévisageant son nouvel interlocuteur. La plus jeune de son côté, fidèle à son habitude et à son manque d'attention flagrant, fixait déjà la porte de sortie d'un air désintéressé. Enfin ce genre de comportement n'avait jamais empêché sa mère de discuter avec un charmant gentleman et ce n'était certainement pas aujourd'hui que ça allait commencer...

-Dites-moi, votre patron bois toujours autant avant un travail ? C'est fou, il semblait tellement en état d'ébriété qu'il ne semble même pas vous avoir reconnu à l'instant...

Sur ces mots l'ancienne s'était rapproché davantage afin de mieux observer le gamin à ses côtés. Il était plutôt mignon... Il avait le même nez que ce bon vieux Hector, un vrai séducteur celui-là... Un vrai serpent aussi malheureusement... C'était bien la première et la dernière fois qu'elle se faisait avoir par un homme, enfin bref elle était encore partie dans une autre de ses vieilles histoire mine de rien. Le travail avant tout, n'était-ce pas justement ce qu'elle tentait d'inculquer à sa fille ?

-Vous savez, je dois avouer que le chirurgien à fait un formidable travail... C'est vrai la dernière fois que je suis venu vous étiez tellement plus... Féminine.

Et ouais la bonne femme était loin d'être naïve. Enfin pour être exact elle avait su être plus observatrice avec l'âge... Si l'autre marchand semblait s'être mis dans un état tellement lamentable qu'il n'avait même pas reconnu sa cliente, ça n'avait rien de réciproque. Et puis soyons honnête, le mensonge improvisé du gamin était tellement de piètre qualité que seul un parfait abruti ou... Une pauvre écervelé ne prêtant pas attention à ce qui se déroulait autour d'elle, comme sa progéniture, aurait pu tomber dans le panneau. Enfin bref, l'expérience ne trompait pas... Un peu comme un .45 magnum pointé entre les jambes d'un petit menteur d'ailleurs !

-Enfin c'est bien dommage vous étiez beaucoup plus mignonne en fille je trouve ! Ça vous tente de redevenir comme avant ou vous me dites ce que vous êtes venu faire ici ?

Ce fut à peu près sur ces mots qu'un léger, mais imposant, *Click* se fit entendre sous la table.



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Edward Scoffield
Commandant de la Révolution
avatar
Messages : 47
Race : Humain

Feuille de personnage
Niveau:
16/75  (16/75)
Expériences:
79/100  (79/100)
Berrys: 0 B

MessageSujet: Re: Engagez-vous, engagez-vous qu'ils disaient [Solo | PNJ]   Sam 25 Juil - 14:19

Un sage a une fois dit : il faut toujours faire en sorte d’avoir un coup d’avance sur son adversaire, mais attention à ne pas voir trop loin, sinon, on se prend les pieds dans une racine. Et bien, il fallait croire que j’avais tellement regardé lui que je me suis pris une bûche dans le tibia… Alors que je pensais utiliser mes talents et mes capacités d’orateur afin de pouvoir retourner la situation dans ma faveur, voilà que je me suis mis à la place sur une scène d’exécution publique, dont les victimes ne seraient personne d’autres que mes pauvres bijoux de famille. Autant dire que pour le moment, même si extérieurement, je restai plutôt souriant et de marbre face à mon interlocutrice, intérieurement, toutes mes alarmes étaient au rouge.

On va peut-être faire un résumé au tout début, vous le voulez bien ? La personne qui m’intéressait à l’heure actuelle semblait commencer à douter de moi. Comment le savais-je ? Tout simplement à cause de l’enchaînement des interrogations, non pas sur un ton de curiosité, mais plutôt accusateur. Donc, sa première question était sur le fait que j’étais étrangement ponctuel. J’aurais pu répondre le plus naturel du monde que ce n’était que l’un de mes premiers jours, et ne connaissant pas les habitudes de mon maître, j’ai préféré prendre de l’avance. Seconde question, sur le fait qu’il n’avait pas l’air de me connaître. Encore une fois, j’aurais très bien pu contourner le problème en justifiant que hélas, l’alcool et le fait que l’on se connaisse que depuis peu n’arrivent pas forcément à lui donner pleine possession de ses capacités cognitives.
Elle se rapprocha alors de moi afin de m’observer. Pour lui répondre, je ne fis que conserver mon sourire se trouvant entre la sympathie et l’interrogation, bref, agir de manière naturelle comme quelqu’un qui n’avait rien à se reprocher. Elle continua ainsi en me demandant comment mon « chirurgien » avait-il réussi à me rendre moins « féminine ». Là-voilà donc qu’elle essayait de me coincer en me faisant croire que la vraie personne qui assistait l’homme était une femme. Question complètement conne, puisque dans ce cas, pourquoi elle n’était pas présente ici ? M’enfin, je peux très bien continuer sur ma réponse des plus simpliste : je suis nouveau.

Je choisissais donc d’enfin répondre à l’ensemble de ses accusations d’une vive voix innocente et joviale comme à mon habitude, quand dans mes oreilles sifflotait un bruit qui n’était pas rassurant, un bruit que je n’avais que trop connu. Le bruit du métal se frottant contre le cuir, et surtout, le cliquetit d’un ressort qui mettait en place une balle dans un canon. Pour vous faire court : elle avait braqué un pistolet sur mes valseuses. Je gardais donc encore le sourire face à elle, tout de même, je n'allais pas paniquer et faire exploser ma couverture alors que je n’avais même pas fait l’étape 2 de ma mission (l’étape 1 étant de les trouver). Cependant, je commençai à sentir quelques gouttes de sueur qui perlaient le long de mes joues. Je revoyais dans ma tête toutes les histoires farfelues que je pourrais sortir afin de me sauver, ou plus précisément, sauver ma masculinité, mais je doute qu’après l’interrogatoire qu’elle venait de me faire passer, elle accepterait une autre de mes comptines. Fermant les yeux et prenant une grande inspiration, je lâchai donc un soupir avant de lever les bras en l’air à moitié, avec un sourire blasé.


« - Très bien, vous m’avez eu, je me rends… »


Une tactique plutôt folle, mais je n’avais pas réellement d’autres choix sous la main. Plutôt que d’enchaîner mensonges sur mensonges, il me fallait jouer la carte de « l’honnêteté ». Bien évidemment, je n’allais pas entièrement dire qui j’étais, mais au moins dire pourquoi je suis là. Posant une main au niveau de ma poitrine, et l’autre dans mon dos, je m’inclinais en signe d’excuse.

« - Mes plus plates excuses de vous avoir menti de la sorte. La vérité est que je souhaitai vous parler pour vous adresser une requête assez personnelle. »


Toujours en évitant de faire le moindre mouvement brusque (On ne sait jamais, un doigts qui glisse sur une détente est si vite arrivé…), je me décalai afin de m’approcher d’une des chaises libres de la table et prendre une position confortable, sans pour autant décontractée.

« - Je me présente donc une nouvelle fois, Edward Endricksen. A cause d’une mauvaise gestion de mes ressources financières, je n’ai pas eu la chance de rejoindre un camp de recrutement marine assez proche, et hélas, comme vous le savez, il n’y a pas de bâtiment du genre sur cette île… »


Prenant une seconde pour vérifier et regardait autour, j’en profitais pour observer avec discrétion, grâce à mes lunettes de soleil, la jeune fille qui accompagnait la représentante marine. Plutôt mignonne, mais un peu tête en l’air si j’en crois son comportement. Mais je n’avais pas le temps de rester distrait, il me fallait me sortir de là. Ramenant mon regard vers la personne armée, je posais mes mains entremêlées l’une dans l’autre sur la table, prenant une dernière fois la parole avec le sourire.

« - En vérité, je souhaiterais intégrer la marine, mais ne trouvant pas l’occasion de vous aborder, j’ai pensais faire en sorte d’utiliser une approche originale… Mais vous ne semblez pas aimer mon originalité, héhé… J’aimerais bien vous parler de ceci plus en détail, mais je me sens un peu mal à l’aise avec un canon braqué sur moi, si vous pouviez faire quelque chose à ce sujet, je vous en serez reconnaissant… »


Voilà, je venais donc de changer de plan. Maintenant, ça passait ou ça cassait... Enfin, ça explosait dans ma situation...
Revenir en haut Aller en bas
PNJ [Gouvernement]

avatar
Messages : 306

Feuille de personnage
Niveau:
0/0  (0/0)
Expériences:
0/0  (0/0)
Berrys: Beaucoup

MessageSujet: Re: Engagez-vous, engagez-vous qu'ils disaient [Solo | PNJ]   Dim 23 Aoû - 3:52





Écoutant patiemment le jeune homme s'expliquer, la vieille semblait s'être détendue, enfin non pour être exact elle n'était pas tendue jusque là, elle était plutôt sur ses gardes. Enfin bref, disons simplement qu'elle n'était plus aussi encline que ça à faire de la purée de kiwis avec son gros fusil. Terminant son discours en demandant à la marine si elle pouvait possiblement arrêter de le menacer ainsi, il se tut comme quelqu'un attendant une réponse. Sortant le pistolet d'en dessous de la table elle présenta celui-ci sous les yeux du jeune homme avant de l'ouvrir.

-Je ne vois pas pourquoi tu te sent menacé par une arme vide mon petit !

Une blague de merde, pile ce qu'on aurait pu attendre d'une petite vieille quoi. A peine lui avait-elle révélé l'absence de projectile qu'elle s'était mise à rire au éclat, laissant par le fait même échapper son dentier sur la table. Remettant rapidement celui-ci en place avec une certaine honte, elle jeta un regard à sa fille la fixant maintenant avec un sourire narquois.

-Jolie démonstration la vioque.

-Hm sale petite... Enfin passons.

Tournant à nouveau son attention sur le gamin, elle tenta d'avancer un peu les choses, elle n'avait pas que ça à faire après tout.

-Tu sais qu'on possède des centre de recrutement en dehors des bases gamin ? Enfin j'imagine que non vu que tu t'es compliqué la tâche en cherchant des marines à qui faire ta demande... Mais c'est une bonne chose j'imagine puisque tu vas être testé par les deux meilleures marines que le gouvernement ai à offrir !

-Va dire ça à Chairoka ou Elkens tiens...

-Oh si on doit prendre en compte les technicalités... Enfin bref, je veux bien prendre ta candidature en compte petit, même si tu t'en doute ce n'est pas ma fonction. Ah ! Mais j'en oublie mes manières, je me présente colonel Tabita Jenkins !

-Ou vieille miss Jenkins.

-Tsk. Et voici ma fille Julia... Enfin bref, dis moi, pourquoi est-ce que tu veux devenir marine ? Justice ? Expérience ? Argent ? Après tout il y a pas mal d'ouvertures chez les gardes du corps sur cette île.

-...Bon j'en ai marre.

Se levant soudainement de table la jeune marine se dirigea d'un pas décidé vers le marchand buvant encore au bar, apparemment elle cherchait à écourter la transaction. Peu importe, après tout rien n’empêchait les deux dossiers d'être gérés en même temps. Écoutant patiemment la réponse de son interlocuteur, la vieille ne pu s'empêcher de sourire légèrement en pensant qu'elle avait devant elle une toute nouvelle recrue. Pour une vieille sorcière stricte, elle s'adoucissait étonnamment vite lorsqu'elle voyait les jeunes s'intéresser à une carrière militaire, peut-être que la nouvelle génération n'était pas complètement perdue après tout ! Enfin elle fut rapidement ramené sur terre lorsque sa subordonné explosa le visage pompette du marchand d'un grand coup de pied.

-Mais qu'est-ce que tu-

-Il a vendu notre marchandise à plus offrant l'enfoiré !

-Mechames chai Trader ichi, le commerche roule...

Étonnamment le pauvre homme était encore conscient malgré le fait qu'il crachait ses dents en pleurnichant.

-Bon alors pas le choix... Demande lui à qui il a vendu le tout, j'ai mise suffisamment de temps à trouver un stock potable dans cette ville, je n'ai pas l'intention de passer une semaine de plus à attendre qu'il trouve autre chose...

Jetant un œil au jeune homme à leur table, la vieille hésita un instant avant de lui poser sa question. Il n'était pas débile il devait bien voir que cette proposition arrivait, alors autant prendre le risque...

-Alors... Prêt pour ton premier test le jeune ? Si c'est le cas va nous attendre dehors et prépare toi...

Revenir en haut Aller en bas
Edward Scoffield
Commandant de la Révolution
avatar
Messages : 47
Race : Humain

Feuille de personnage
Niveau:
16/75  (16/75)
Expériences:
79/100  (79/100)
Berrys: 0 B

MessageSujet: Re: Engagez-vous, engagez-vous qu'ils disaient [Solo | PNJ]   Lun 7 Sep - 13:16

Et voilà, je venais enfin de balancer tout ce que j’avais derrière la tête. Plus de combines, plus de pièces de théâtre, j’annonçai ainsi que je ne voulais que rejoindre l’équipage de la vioque, rien que ça. Bien évidemment, j’avais fait en sorte de révéler la moindre information qui m’aurait mis au fer, comme le fait que je voulais surtout les espionner plus qu’autre chose. C’était la dernière chose que j’avais espéré devoir affronter en acceptant cette mission, je n’avais pas choisi de partir pour un suicide non plus. Enfin, suicide… Tout dépend de s’ils voulaient réellement me tuer sur-le-champ, m’enfermer dans un cachot, ou alors vicieusement me torturer pour récupérer des informations. Comment je savais qu’ils faisaient ça ? Je ne le savais pas, ce n’était que mon imagination après tout.

Enfin bref, me voilà dorénavant en face-à-face avec la supposée capitaine de l’équipage que j’allais rejoindre, ainsi d’une demoiselle des plus charmantes, bien qu’un peu farouche. Je n’étais pas un expert physionomiste, mais je pouvais deviner une sorte de lien de parenté entre les deux. L’intuition me direz-vous… Ou tout simplement le fait que les deux aient exactement la même couleur de cheveux, allez-savoir. Et pourquoi donc j’avais choisi de m’asseoir ? Je ne sais pas pour vous, mais personnellement, l’idée de me recevoir une balle de revolver dans le corps n’était pas des plus plaisante… Et encore moins si la zone visée était plus exactement mes organes reproducteurs. La douleur n’aurait été que des plus éprouvantes. Remarque, vous me direz, avec mon passé, niveau douleur, je suis rôdé, héhé… Oui, je sais, se marrer sur son passé d’esclave qui aurait été mieux traité dans un club SM n’est pas forcément sein.

J’attendais donc la réponse suite à mon « honnêteté » surprenante de la part de la vioque, qui, contre toute attente… Commença à se marrer comme une baleine. La bougresse m’avait donc menacé avec une arme non-chargée ! Je me retins de péter une durite, gardant mon visage souriant, malgré une veine apparaissant sans le moindre doute sous ma touffe orangée. Et la voilà maintenant qu’elle se moquait de moi à en rire comme une baleine. Je fis en sorte de ne pas m’énerver en enfonçant discrètement mes ongles dans mes cuisses à travers mon pantalon. La chose qui me calma direct ? Le dentier de cette vieille qui s’envola pour atterrir sur la table devant moi. Dégouté ? Oui. Envie de me foutre d’elle ? Beaucoup, mais nous n’allions pas l’énerver. À la place, se fut la charmante damoiselle à ses collègues qui fit la remarque à ma place, de quoi me détendre un peu.

Bien, maintenant, nous pouvions passer à ce qui nous intéressait. Elles se présentèrent donc sous les noms de Tabita et Julia Jenkins. Un nom qui donnerait envie de hurler pour certains, me disais-je. Elle pensait par la suite que je n’avais pas compris qu’il existait des centres de recrutement pour les personnes voulant devenir Marines. Je le savais, bien sûr, mais je savais aussi que cela aurait pris des mois et des mois avant que je ne sois affecté à un navire, et encore plus longtemps avant que je n’aie de vrai poste à responsabilité. Je devais bien brûler quelques étapes si je voulais rentabiliser mon temps ici. La jeune fille au bout de quelques instants décida de partir, trouvant que la discussion était pour le moins inintéressante. Pendant ce temps, la vieille dame m’avait demandé les raisons pour les rejoindre. Encore un mensonge ou une vérité camouflée ? Pour le moment, j’avais la flemme de réfléchir. Autant y aller « franco ».


« - Rien de vraiment particulier, je dois vous l’avouer. J’en ai juste assez de m’occuper de malfrats sans qu’ils ne soient punis après une petite correction… Du coup, être un représentant de l’ordre semble être tout indiqué. »

Pas grand-chose à rajouter en somme. Je n’avais fait que répéter un discours classique que n’importe qui aurait pu ressortir. Je comptais donc sur le côté semblant « Décontracté » de mon interlocutrice afin de me sortir de cette situation des plus délicates… C’était sans compter sur le passage en mode rampage de la belle Julia. En effet, quelle ne fut pas notre surprise en voyant le pauvre vendeur alcoolique tabassé, quelques dents en mois, et la jeune femme avec une veine au front. Il se révéla par la suite que le bougre avait apparemment déjà vendu la marchandise à quelqu’un d’autre. Rien d’étonnant, vu l’état dans lequel il était, je pouvais deviner qu’il venait en fait de fêter cette vente avec un apéro des familles… Je vis ainsi la vieille m’interpeller, me demandant d’attendre dehors, pendant qu’elles allaient l’interroger. Je voyais là une occasion de les faire aller dans ma direction. Me levant donc pour me mettre face à la Colonel, la main sur la poitrine, avant de courber l’échine.

« - Je ferais fit de vos ordres, Madame la colonel, mais je souhaiterai me rendre utile en vous montrant que mes talents de discussion s’avouent plus qu’utiles ! »

Et pourquoi ne pas en profiter un peu, tant que j’y suis ? Tournant ainsi la tête vers la dénommée Julia, je posai un genou à terre, attrapai sa main et fermait les yeux, le visage dirigé vers elle.

« - Quant à vous, Lady Julia, ne perdait plus de temps à souiller vos mains sur cet ivrogne ! Je saurais me montrer digne de faire partir de votre équipage. »

Déposant un baiser chaste sur le dos de la main de la belle, je me relevai rapidement et choppai le col de l’ivrogne pour le traîner plus loin. Même si je pensai que mon charme de séducteur pouvait fonctionner, étant donné l’air assez farouche de la jeune femme, je préférai ne pas prendre le risque de finir à portée de ses bottines. Trainant ainsi le poivrot vers un côté du bar, de sorte à ce que les dames ne nous entendent pas, je le lançai contre un mur pour le caller. Je demandai rapidement au barman de me passer un verre d’eau, chose qu’il fit, sans doute habitué à en donner pour l’usage auquel je comptais utiliser le breuvage. Saisissant le Graal, je vidais le contenu en le jetant sur le visage du poivrot, lui claquant légèrement le visage, dans l’espérance qu’il s’était un peu plus réveillé.

« - Bien, mon cher. Maintenant que vous êtes réveillés, j’aurais besoin de votre coopération. À la suite de cela, je vins frapper le mur, juste à côté de sa tête, avec mon talon. Nous aimerions savoir qui sont les personnes avec qui vous avez marchandé ce que mes supérieurs sont venus chercher. Bien évidemment, nous ne vous obligeons à rien, mais comment dire… Vous voyez ce que ça fait quand on sabre le champagne ? Disons que si vous ne nous dîtes rien… Je fis alors un passage du pouce sur mon cou, avec le sourire le plus long que je pouvais faire, les yeux cachés par le reflet de mes lunettes. Nous « sabrerons le champagne » avec « vous ». Je vous remercierais donc de votre assistance. »

Je ne faisais pas trop attention à l’expression de son visage, mais je me disais que ma petite « intimidation » allait bien fonctionner. Une fois cela fait, je fis donc demi-tour pour passer à côté des deux dames avec un sourire beaucoup plus amical qu’avant pour les saluer, avant de me diriger vers la sortie.

« - Il est tout à vous, Colonel. Je vous attends donc dehors comme vous me l’avez demandé. »
Revenir en haut Aller en bas
PNJ [Gouvernement]

avatar
Messages : 306

Feuille de personnage
Niveau:
0/0  (0/0)
Expériences:
0/0  (0/0)
Berrys: Beaucoup

MessageSujet: Re: Engagez-vous, engagez-vous qu'ils disaient [Solo | PNJ]   Ven 2 Oct - 3:13





Attendant patiemment la réponse de sa nouvelle recrue, la vieille eu la surprise de constater qu'il... Se croyait dans un téléroman ? Non non peut-être pas, enfin il était bien trop formel pour ce genre d'environnement quoi. La façon de parler du jeune homme était soit ridicule en raison du bar miteux ou bien elle ne faisait que rendre cet endroit encore plus pathétique. Dans les tout les cas il semblait avoir un minimum d'éducation au moins, contrairement à une certaine enfant qu'elle s'était pourtant tué à élever. Le voyant aller embrasser la main de sa fille toujours énervé, celle-ci s'empressa de raccourcir la distance entre eux deux avant qu'une catastrophe ne se produise. En effet, si le pauvre garçon semblait déjà totalement concentré sur le marchand déjà réduit en miette par les deux femmes, il ne semblait pas s'être rendu compte que la plus jeune des deux marine levait déjà la jambe pour lui enfoncer son talon haut dans le bas du crâne. Heureusement la vioque, connaissant bien sa progéniture, s'était contenté de saisir la cheville que sa fille avait doucement lever comme pour la calmer et l'empêcher de commettre un meurtre en une si belle journée. Enfin si elle avait pu stopper un coup de pied enragé elle ne pouvait rien faire pour le regard de mort que Julia balançait vers la pauvre recrue... Dans tout les cas le petit interrogatoire du jeune homme semblait s'être bien passé, certes le menacer de violence était peut-être un peu particulier maintenant qu'il s'était déjà fait refaire le portrait, mais qui voudrait souffrir davantage pour rien après tout ? Dans tout les cas, lorsque le jeune homme s'excusa finalement, la vieille ne pu s'empêcher d'esquisser un sourire presque satisfait. Elle l'aimait bien ce gamin, avide de justice, bien élevé, mais aussi prêt à bosser, quelle femme de son âge n'aurait pas apprécié ? Enfin dans tout les cas la suite de l'interrogatoire ne dura pas plus de... Trois secondes. Un nouveau record. En effet le gros alcoolique n'avait même pas laissé le temps à la capitaine de faire deux pas en avant qu'il avait déjà gueulé toutes les informations dans un langage tordu et difficile à comprendre à cause de sa bouche maintenant enflée.

-Che les ai vendu aux Renchu ! Un de leur pechit commerche dans le port ! ''À pleine voile'' ou un truc du chenre !

-Ah ? Les Rengu c'est ça ? Bon peut-être que les menaces de mort dépassaient un peu les bornes après tout... Pardon pour tout ça, je suppose qu'on pourras encore faire affaire à l'avenir n'est-ce pas ? Et... J'ose espérer sans coup fourré la prochaine fois ?

Affichant un sourire beaucoup trop gentil pour ne pas vouloir dire ''la prochaine fois que tu fais quelque chose sans m'en parler je te crible de balles'' la vieille avait réussi à faire verser quelques larmes à l'homme d'âge mûr. Bien vite les deux marines sortirent finalement de l'établissement pour rejoindre le jeune Edward qui n'avait presque pas eu le temps d'attendre.

-Bien... On sait où aller, l'ennui c'est que les négociations risquent d'être assez tendu avec un groupe comme eux. Si vous voulez éviter qu'on se fasse engueuler par nos supérieurs je crois qu'on ferait bien d'en rester à la diploma-

Regardant derrière elle la vieille constata que sa fille avait déjà disparue et fonçait à pleine vitesse en direction du port comme si elle s’apprêtait à massacrer quelqu'un.

-Merde ! Gamin ! Rattrape la et essais de gérer la situation le temps que je vous rejoigne ! Ses conneries vont nous poser problème... Si seulement mon cœur n'était pas dans un état aussi lamentable...

Fixant avec un certain désespoir sa fille courir comme une dégénéré, la vieille ne pu s'empêcher de constater que leur nouvelle recrue risquait d'arriver un peu trop tard. Elle espérait bien qu'il pourrait utiliser son beau langage employé un peu plus tôt pour désamorcer la situation, dans le cas contraire ils allaient s'attirer de gros problèmes. Enfin sait-on jamais, le commerce devait être à une dizaine de rues de leur position, avec de la chance il arriverait à temps pour calmer les choses, dans le cas contraire ils se feraient passer un sérieux savon. Des marines qui prennent par la force une marchandise vendue en bonne et due forme n'allait pas exactement à des représentants des forces de l'ordre après tout...

Revenir en haut Aller en bas
Edward Scoffield
Commandant de la Révolution
avatar
Messages : 47
Race : Humain

Feuille de personnage
Niveau:
16/75  (16/75)
Expériences:
79/100  (79/100)
Berrys: 0 B

MessageSujet: Re: Engagez-vous, engagez-vous qu'ils disaient [Solo | PNJ]   Jeu 22 Oct - 19:08

Je pensais avoir parfaitement réussi mon infiltration. En effet, même si j'avais fait en sorte de discuter les ordres de celles qui allaient devenir mon supérieur, mais je me disais que j'avais besoin de faire impression pour bien débuter, bien qu'elle pouvait très grandement paraître quelque peu excentrique. J'ai surtout eu l'impression que mon approche de la jeune fille aux cheveux de cerisiers n'était pas en clin à écouter mes belles paroles. Farouche, dangereuse, et plutôt forte tête… Autant dire que l'avoir dans un moment d'intimité pouvait soit faire peur, soit passer une nuit des plus actives. Mais bon, pour le moment, il semblait que je ne pourrais profiter de ce savoir, puisqu'elle ne m'avait pas à la botte. Du moins… Pour l'instant.

Étonnement, les deux femmes sortirent rapidement du bar avec les informations. Je savais que j'avais fait en sorte d'accélérer le travail concernant ma pré-interrogation, mais fallait croire que mes talents de "méchant flic" étaient bien meilleurs que ce que j'aurais pu imaginer. C'est Aniki qui serait fier, lui qui n'aime pas employer la violence directement lors d'interrogatoire, mais qui s'amuse à deviner en combien de temps le gars en face va se pisser dessus. Mais bon, je m'égare. Apparemment, le problème fut que le poivrot avait déjà vendu la marchandise à un autre groupe local, et qu'essayer de s'opposer à eux serait sans doute une mauvaise idée…

… Mauvaise idée que la belle Julia s'empressa d'entreprendre alors qu'elle commença une course effrénée en direction du port. J'avais beau put la voir partir dans le dos de la colonel, je m'étais dit qu'elle prenait les devants pour les opérations, mais pas qu'elle allait elle-même allumer la mèche d'une dynamite. Evitant de faire le genre de remarque qui pourrait me faire virer (sachant que je n'étais même pas officiellement recruté), j'attendis les ordres qui ne tardèrent pas à arriver. La requête était des plus claires : retrouver Julia avant qu'elle n'atteigne les autres détenteurs du butin, et le cas échéant, éviter le massacre imminent. Je ne savais pas vraiment si je pouvais y arriver, mais bon, il ne me fallait pas de grandes raisons pour me permettre de poursuivre une charmante damoiselle.

Acquiescent brièvement, je pris le pas afin de poursuivre la Julia. Heureusement, j'avais réussi à entrevoir vers où elle était partie, ce qui allait m'aider dans ma traque de la belle. Du moins, c'est ce que je pensais. J'avais beau être fier de la puissance de mes jambes, de part mes entraînements plus qu'ardues, je n'étais semble-t-il pas assez rapide pour la rattraper. C'était bien ma veine, je ne pourrais hélas pas la rattraper avant qu'elle n'atteigne la destination. Je me demandais alors si cela aurais-pu être possible si je maîtrisais l'une des techniques d'Aniki, qui lui permettait de faire des Dash rapides… Bah, ce n'était qu'hypothétique après tout.

Et si ce n'était pas suffisant, voilà que la foule dense du marché extérieur m'empêcha de passer. J'avais perdu de vue ainsi la fille du colonel, et je pouvais deviner qu'avec l'avance qu'elle avait, et le fait qu'elle connaissait sans doute mieux la zone que moi, qu'elle rencontrerait bien avant moi les brigands. Il n'y avait pas de temps à perdre, je devais trouver une solution pour passer la foule. Solution qui s'incarna par le passage d'une charrette. Un simple tilt dans mon cerveau, et me voilà en train de m'élancer et de prendre appui sur la marchandise de la charrette afin de bondir dans les airs et atterrir sur le toit. Si je n'avais pas l'avantage de la vitesse, je n'en dirais pas tant pour la force de mes jambes pour les figures acrobatiques.

Me voilà alors en train de parcourir la zone du marché en sautant de toit en toit. Le seul indice qui me permettrait de la repérer serait sa couleur de cheveux peu commune. Espérons que le rose ne soit pas à la mode ici, sinon, je pouvais sentir déjà mon postérieur en prendre pour son grade. Même pas cinq minutes s'étaient écoulées que je me retrouvai enfin au-dessus d'une scène qui ne m'enchantait que très peu. En effet, on pouvait y voir la jeune fille se trouvant devant un bon groupe de vilains et autres mécréants. Inutile de chercher plus loin pour savoir de qui il s'agissait. En observant de loin, j'avais du mal à entendre ce qu'il se disait, mais apparemment, elle ne semblait pas être prête à vouloir communiquer de manière pacifique. Je me disais "tant mieux", elle n'était pas en train de faire un massacre, ce qui me laissait descendre tranquille de mon perchoir. Cependant, à peine, j'avais mes pieds sur le sol que je vis l'un des bandits en avant tourner le dos à la belle, qui était sur le point d'asséner un puissant coup de pied. La poisse ! Pas le temps de réfléchir, me voilà en train de dasher pour essayer de l'arrêter à temps.


" – Lady Julia, attend- "

Hélas, je n'ai pas eu le temps de finir ma phrase. Alors que je pensais réussir à l'interrompre sans violence, il s'avéra qu'elle n'avait pas réussi à l'empêcher de donner son coup de pied. En revanche, il avait réussi à empêcher l'attaque d'atteindre sa cible… En se mettant sur la trajectoire. Me voilà donc propulsé sur le côté, mon corps percutant les marchandises. Quelques secondes de silence et de rebranchement de certaines des fonctions de mon cerveau plus tard, me revoilà debout, en train de me dépoussiérer, alors que j'ai une bonne grosse douleur au niveau des côtes, même si je n'en montrai rien. Je m'avançai alors, le visage souriant et les lunettes de soleil toujours baissées vers la zone d'agitation, avant de me stopper entre les deux camps. M'adressant vers les bandits, je commençai mon exposé.

" – Veuillez m'excuser, messieurs, mais vous nous excuserez un instant, hé hé hé… "

Une fois cela fait, je me mis dans le dos de Julia afin de la pousser légèrement et l'éloigner du groupe, avant de m'adresser à elle d'un ton plus inquiet.

" – Lady Julia, je suis désolé de devoir intervenir ainsi, mais madame la colonel nous a demandé de l'attendre avant d'agir, et je ne suis pas sûr que botter le cul de ces crétins soit une bonne idée. Essayons de garder notre calme face à ces hommes et nous pourront peut être désamorcer la situation ? "

Ce n'était pas que j'avais peur d'affronter ces hommes, au contraire, ça m'aurait un peu défoulé de pouvoir cogner quelque chose après ce coup. Cependant, je devais bien prendre en compte que j'avais des ordres à suivre… Et une couverture à assurer. En espérant que la jeune femme accepte de m'écouter, chose qui, hélas, ne risquait pas d'arriver.
Revenir en haut Aller en bas
 

Engagez-vous, engagez-vous qu'ils disaient [Solo | PNJ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Engagez-vous, Rengagez-vous, qu'ils disaient...
» A QUAND UN DEBAT SERIEUX ? LES ANTI-PARLMENTEURS LEVEZ-VOUS ! DEMASQUEZ-VOUS !
» Vous dirai-je « tu », ou bien me diras-tu « vous » ? »
» Aimez vous lire ?
» Aimez- vous les frites ? Vous en privez-vous ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
One Piece Seken :: Le monde de One Piece :: Seas Blues :: South Blue :: Royaume de Trader-