Partagez | 
 

 [FB] - Assassiner pour de la politique [Pv : Bellamy]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Erwin Dog
Commandant de la Révolution
avatar
Messages : 2923
Race : Humain
Équipage : Inquisition

Feuille de personnage
Niveau:
51/75  (51/75)
Expériences:
781/1000  (781/1000)
Berrys: 12.977.359.333 B

MessageSujet: [FB] - Assassiner pour de la politique [Pv : Bellamy]   Sam 7 Fév - 1:58

Assassiner pour de la politique [1]

Une salle sombre, deux hommes assis l’un à côté de l’autre dans un canapé en satin. Dans un coin de la salle, une jeune femme au regard éteint fixait le mercenaire en face d’eux. Ils avaient décidé de faire appel à lui pour une mission délicate, une que seul un hors-la-loi pouvait accomplir. Un assassinat, celui d’un politicien très bien protégé. Sur l’île où ils se trouvaient, le climat politique était à son âge le plus sombre : le Chef était mort six semaines plus tôt, et tous les six jours un nouveau concurrent au titre était mort. Suicide, accident, tous les prétextes étaient bons. Il fallait juste étouffer la vérité, masquer le mal derrière l’amicale facette du hasard, ou de la nature humaine.

Les deux hommes assis étaient habillés en costard, mais ils n’avaient des hommes d’affaire que cet accoutrement ridicule. Leur expression des plus sévère n’avait rien à envier aux hommes ayant dépassé le cap de la soixantaine. Et pourtant, le plus jeune des deux n’avait pas une ride, et l’autre les avait naissante. Sur la table, un dossier avait été posé avec précaution à côté d’un verre d’un alcool fort choisi avec soin par le maître des lieux. Un avant-goût du luxe auquel pourrait prétendre le mercenaire s’il réussissait cette mission.

« - Dans ce dossier, il y a le plan de la maison de votre cible. Elle est très bien protégée : vitres pare-balles, teintées, murs en béton renforcés. Il y a douze gardes en tout, et le double d’animaux. »

En disant cela, le plus âgé des deux hommes avait marqué une pause pour indiquer à son acolyte les plans qu’il voulait mettre en évidence. Celui-ci les sortit du feuillet et les montra au mercenaire. Il n’osa pas un instant croisé son regard. Pourtant les explications continueraient, c’était presque sûr, et il n’avait rien à craindre d’un simple ‘mercenaire’. Lui-même aurait pu se charger d’assassiner l’homme, mais il était occupé à autre chose, et c’était ce soir le sixième jour.

« - Nous avons faits toutes les recherches possibles mais l’intérieur de la maison reste un secret. Enfin, maison… Parlons plutôt d’un manoir, vue la taille. Les domestiques se retirent sur le terrain dans leurs cabanes à vingt-deux heures. Vous aurez donc deux heures pour agir…
- Vous ? »

La voix glaciale de la femme qui s’avança, main sur son sabre, résonna dans la pièce comme le glas qui annonçait la mort d’un homme. Cette question que les trois intervenants, elle y compris, comprenaient n’avait pas sa place dans une réunion d’affaire. Pourtant, pour éclaircir l’affaire et faire comprendre que les dissensions n’étaient que passagères, le chef de la bande, le plus âgé des deux hommes, continua :

« - Oui, ‘vous’. Monsieur, j’espère que vous n’en serez pas offensé mais vous aurez un partenaire pour cette mission. C’est notre jeune prodige, il est capable de miracles avec une arme dans les mains… »

En disant cela, il claqua des mains. La porte s’ouvrit quelques secondes plus tard. On pouvait distinguer dans l’entrebâillement une silhouette rousse, svelte et enfantine. Plus petit que la moyenne pour ses treize ans, Erwin entra. Il avait le regard vide, absent. Ne jetant pas une bride de regard vers l’invité, il n’eut d’yeux que pour la femme en face de lui qui finit par grommeler avant de s’en aller, claquant la porte derrière elle.

« - Je m’excuse pour son comportement. Bien, si vous avez des questions, n’hésitez pas à les poser maintenant… Assis-toi, Erwin, s’il-te-plaît. »

Le jeune homme, n’adressant plus un regard à personne, alla prendre place sur une chaise en bois. Ses mains étaient posées sur ses genoux, son dos droit et, encore une fois, l’air absent. Quant à l’attitude de ce garçon, le maître des lieux ne prit pas la peine de se justifier. Tout comme il ne s’était présenté que sous le nom de « L’Employeur », et son valet sous le nom de « L’Assistant », ce garçon ne ferait que s’appeler « Erwin ». Il n’aurait pas de passé, pas d’histoire, juste un travail à accomplir. Sans presser son locuteur, l’Employeur saisit un verre de cognac presque vide qu’il finit d’une traite. Ah, le goût dur et enivrant du bon alcool.
Spoiler:
 


Dernière édition par Erwin Dog le Mar 10 Fév - 21:11, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

MessageSujet: Re: [FB] - Assassiner pour de la politique [Pv : Bellamy]   Lun 9 Fév - 21:30

« FEAT. BIXLOW »
Assassinat ?!


Gangman Style by Psy on Grooveshark



Let's groove tonight ! ♫



Oh ! Eh ! Hein ! Bon ! Qu’est-ce que je foutais là moi, déjà ? Je n’arrivais plus à réfléchir, aie aie aie ! M’avait-on empoisonné pendant mon sommeil ? NON pas possible ! Lui ? Non, il n’aurait pas eu les noisettes pour faire ça. Qui alors ? Je me faisais peut-être des idées après tout, c’était même fortement possible. Apparemment, je m’imaginais souvent des choses ces temps-ci, mon médecin appelait ça « I.D.D.G.T : Inventivité Dépravée Du Gros Taré ». Bien sûr, je prenais vraiment ce diagnostic au sérieux moi, tellement même que je me sentais en danger à la moindre sortie ! Horrible dans la vie de tous les jours. Enfin en tout cas, cette « maladie » me faisait réellement passer pour un attardé de première, si bien que ça m’atteignait dans la réalité. La preuve, je ne savais même plus la raison de ma présence dans cet espèce de bâtiment sombre aux allures de planque de grand méchant dans les films anciens. Tout ce dont je me souvenais à vrai dire, c’était être entré par la petite porte discrète dans la ruelle, puis être accueilli par deux belles brutes en costard cravate. Ils étaient semblables à des montagnes tellement ils semblaient épais et immense, en tout cas pour des Hommes normaux. Ainsi, on m’avait rapidement guidé jusqu’à une pièce se trouvant au premier étage. Décidément, les plafonds de cette bâtisse n’étaient clairement pas faits pour moi. J’étais obligé de me recourber sur moi-même pour espérer pouvoir avancer. D’ailleurs, comme je le craignais, je n’avais pas manqué de me cogner la tête en tentant de me hisser jusqu’à l’étage supérieur. Satané baraque !

« Allez, avancez plus vite. »

« Wo wo wo wo wo ! Tu vas te calmer tout d’suite ! Contrairement à c'que tu crois tu n’es pas intouchable. »

« Ouais, on va dire ça. »

Essayant de l’imiter en grommelant, nous atteignîmes le haut de l’escalier en colimasson, nous présentant devant une porte blindée. L’homme en question cogna trois fois à la porte, et entra alors qu’un fin timbre de voix se fit entendre de l’autre côté. M’avançant lentement au niveau de l’entrebâillement de la paroi, je pus compter quelques personnes présentes. Je fis quelques pas pour entrer dans la salle, et m’arrêtait environ trois mètres devant les deux hommes assis dans le canapé en satin. M’asseyant ensuite sur une petite chaise raisonnable, le jeune garçon qui me suivait se plaçant juste devant moi, mes jambes étant écartées pour prendre un peu plus d’aise. C’est alors que commençait la discussion. Il était question d’un manoir, extrêmement bien protégé, dans lequel je devais me rendre pour un assassinat. Restant immobile pendant que les explications fusaient à propos de la mission qui m’allait être confiée, je pris le temps de réfléchir à quelque chose. A quoi ? Je ne le savais plus moi-même. C’est seulement lorsqu’il eut terminé que je sortis de ces pensées apparemment positives. A vrai dire, je n’avais écouté que le quart de ce qui avait été dit, mais c’était déjà bien suffisant !

« Oula, attendez ! Vous avez bien parlé d’un assassinat ? J’suis pas un assassin moi ! J’suis un vrai Saint... »

Tapant le pied contre le sol, je repris commençant à bouger de façon très étrange sur ma chaise, pendant que le jeune garçon faisait de même, réalisant cependant une chorégraphie différente.

« … J’déconne. Oppan Gangnam Style ! ♫ »









Dernière édition par Bellamy R.Blake le Ven 13 Fév - 20:52, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Erwin Dog
Commandant de la Révolution
avatar
Messages : 2923
Race : Humain
Équipage : Inquisition

Feuille de personnage
Niveau:
51/75  (51/75)
Expériences:
781/1000  (781/1000)
Berrys: 12.977.359.333 B

MessageSujet: Re: [FB] - Assassiner pour de la politique [Pv : Bellamy]   Mar 10 Fév - 21:10

Assassiner pour de la politique [2]

Si l’homme qui semblait être en charge ici fut consterné par la réaction de l’assassin qu’il avait engagé, le trouvant un peu trop exubérant à son goût, l’Assistant éclata d’un rire grossier, attaqué par une forme de puberté tardive. Soufflant un peu, il ne put s’empêcher de redoubler son éclat en fixant l’enfant. Décidément, ils étaient bien drôles ces deux-là… Et pourtant, seul l’assassin les intéressait. Un enfant pour une opération aussi risquée… Cependant, l’Employeur ne fit aucune remarque. Il fixa Erwin, comme pour chercher une quelconque réaction sur les traits du jeune homme, mais rien ne parut. C’était pour le mieux, ainsi il pourrait accomplir ses plans sans hésiter, sans broncher. Il assassinerait les autres politiciens comme il avait assassiné les précédents.

« - Apportez la mallette, lança-t-il en faisant entrer un des gorilles qui lui servait de garde du corps. Et que ça saute ! »

La voix avait monté vers le haut et un instant plus tard, l’Employeur avait repris toute la contenance que la décence imposait quand il s’agissait de discuter de la mort d’un autre homme. Ainsi quelques minutes se passèrent dans le mutisme du plus âgé. L’Assistant, en revanche, montra un intérêt plus pressant pour l’assassin. Il commença d’abord par l’observer, des pieds à la tête. L’air sérieux qu’il avait tenté de garder pendant le début de la réunion l’avait quitté. A sa main droite, malgré son jeune âge, on pouvait observer une bague de fiançailles. Un anneau simple fait d’or pur, c’était un véritable trésor en soit. Il ne le montrait cependant pas plus qu’il ne le cachait, et son regard ne s’arrêtait jamais dessus avec la tendresse des jeunes mariés. Non, il avait dépassé ce stade longtemps auparavant.

« - Dis-moi, t’as prévu d’entraîner le petit dans ce métier ? »

Souriant à pleines dents, le garçon d’un sérieux disparu laissa percevoir des os blancs, bien organisés et sans un seul travers. Parfaite dentition, cheveux bien coiffés, et pourtant fougueux et jeune. C’était l’homme qu’on aurait pu qualifier de « parfaite petit jeunot », une caricature agaçante en ces temps si sombres.

De son côté, Erwin ressemblait véritablement à un pantin désarticulé. Il n’avait d’yeux que pour le vide, et ses pupilles marron n’étaient pas réactives aux signaux que lui envoyait la lumière qui éclairait la pièce. S’il avait regardé le soleil, il se serait sûrement brûlé les yeux avant de les détourner. Même la danse pourtant amusante n’avait pas réussi à lui décrocher un sourire.

L’Assistant n’avait par ailleurs pas fini de poser ses questions, et il voulut ajouter quelque chose mais la porte de la salle s’ouvrit, et il lança un regard noir et désarçonnant au gorille qui entra. Puis suite à un claquement de langue du patron, il sortit de la pièce à son tour en disant qu’il avait « des affaires urgentes ». Ainsi, seuls les assassins, Erwin et l’Employeur restaient, une mallette fraichement posée sur la table.

« - A l’intérieur, il y a des coordonnées pour trouver du matériel. Ainsi qu’une partie de votre paiement. Le reste arrivera quand la mission sera effectuée. Les coordonnées de la cible sont aussi inscrites à l’intérieur. Sur ce, je vous laisse avec mon f… mon sous-fifre. »

Quittant la salle précipitamment, il fit signe à Erwin de se lever et ce dernier obéit au doigt et à l’œil. A sa ceinture étaient ceintes deux dagues effilées ainsi qu’un pistolet muni d’un silencieux. A présent que son chef et que l’Assistant étaient partis, il ne lui restait plus qu’à se tourner vers la personne en face de lui.

« - Je vous y conduis. »

Et sans ajouter un mot, il ouvrit la porte et commença à marcher d’un pas mécanique vers les lieux où étaient entreposés diverses armes, un peu au Sud de la ville.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

MessageSujet: Re: [FB] - Assassiner pour de la politique [Pv : Bellamy]   Sam 14 Fév - 0:01

« FEAT. BIXLOW »
Assassinat ?!


Gangman Style by Psy on Grooveshark



Let's groove tonight ! ♫



Bah voyons. Cette rencontre était tout à fait typique. Il n’y avait rien à redire là-dessus, vraiment rien ! Mais bon, je ne pouvais rien y faire, j’avais juste besoin de gagner un peu d’argent pour profiter de la vie.. C’était pas de ma faute. Eh ouais, Centes, il avait beau faire le mec très classe, très puissant et très influent, il ne payait pas grand-chose de sa poche hein ! Un peu radin le type.. Mais bon, il fallait faire avec et aller de l’avant. J’essayais toujours tant bien que mal de me mettre ça en tête, pour ne pas crier à l’injustice à tout va. Une bonne technique apparemment, certifiée par les plus grands psychologues de South Blue ! Quoi qu’il en soit, pour en revenir à la raison de ma présence en ces lieux glauques, l’un des hommes se mit à rire grossièrement, mais.. réellement, lorsque nous nous mîmes à danser. Cela faisait plaisir de voir un bon public, pour une fois, bien qu’il fut le seul à réagir de la sorte. Ma foi, il s’agissait tout de même d’un succès. Un petit pas pour l’Homme, mais un pas de géant pour Bellamy le terrible ! Quoi ? Ça le fait pas comme surnom ? Et alors, je trouve que ça me correspond bien, moi ! J’en ai rien à faire de votre avis.

Peu de temps après, celui qui semblait diriger l’affaire fit signe à l’un de ses gardes du corps en prononçant également quelques paroles, d’apporter une mallette. Que pouvait-elle bien contenir ? Des lingots d’or ?! Une arme de destruction massive ? Peut-être un peu trop grand pour entrer dans une boite comme ça. Oh et puis après tout, pourquoi pas ? Ainsi, je fus rapidement ramené sur la terre ferme quand l’homme en question apporta la mallette. S’en suivit alors une demande particulièrement blessante, voire humiliante pour nous. En effet, cet homme d’affaire me demanda si je comptais utiliser le « petit » pour mener à bien ma mission. Prenant un air légèrement outré, je répondis.

« Bien évidemment qu’il vient avec moi ! C’est mon acolyte. »

Pensaient-ils vraiment que mon ami allait rester là bien sagement sans prendre part à l’aventure ? Oh que non ! Jamais de la vie. Plutôt crever, aurait-il dit malgré son jeune âge. Suite à cette réponse enjouée, l’assistant quitta la pièce, accompagné d’une armoire à glace qui venait de frapper à la porte, nous laissant donc seulement en présence de celui que l’on pouvait désigner comme étant le chef, et le jeune garçon au regard vide. Le « mafieux » pointa la boite posée sur la table et décrivit l’intérieur de celle-ci, indiquant notamment la présence de billets. A vrai dire, dans tout ce qu’il venait de dire, c’était la seule chose qui m’intéressait réellement. De ce fait, fixant la mallette avec insistance, je prononçais quelques mots, dévoilant comme une transe parcourant mon corps tout entier.

« J-je.. Je.. Combien y aura-il au final ? »





Revenir en haut Aller en bas
Erwin Dog
Commandant de la Révolution
avatar
Messages : 2923
Race : Humain
Équipage : Inquisition

Feuille de personnage
Niveau:
51/75  (51/75)
Expériences:
781/1000  (781/1000)
Berrys: 12.977.359.333 B

MessageSujet: Re: [FB] - Assassiner pour de la politique [Pv : Bellamy]   Mar 17 Mar - 0:36

Assassiner pour de la politique [3]

Offusqué, l’assassin avait répondu du tac-au-tac en se concentrant sur le petit homme à côté de lui. Erwin ne savait pas qui il était, et tant que cet homme fournissait un travail acceptable, digne de sa réputation, il n’aurait pas à s’en plaindre. Respirant hâtivement, le rouquin prit sur lui sans s’en rendre compte pour supporter la folie grandissante de ce curieux personnage. Un clown ou un imposteur, c’était tout ce qu’il semblait être. Pourtant, ce jugement rapprochait le jeune homme de cette « humanité » qu’il avait quitté contre son gré. Cet homme pourrait déclencher un sentiment, et de ce sentiment pourrait naître quelque chose… Quelque chose de nouveau, quelque chose d’autre. Sans allonger un soupir, il prit en considération la question de l’employé et n’en saisit pas le sens. Parlait-il d’argent ? De victimes ? D’armes ? Toutes ces questions vinrent pendant un instant court-circuité le garçon qui eut du mal à articuler une réponse audible :

« - Dix millions… Une victime recherchée… Stock d’armes indéterminé… »

La réponse saccadée était tout aussi incompréhensible que la question posée. Et pourtant, Erwin passa à autre chose. Son regard froid ne chercha pas celui des deux autres humains dans la pièce, tant était-il qu’ils n’étaient pas d’étranges esprits. Cette fois-ci, ses yeux se portèrent sur l’objectif. Il n’attendait pas à être suivi ou à l’être, il ne ferait qu’exécuter les ordres. S’il avait dû penser normalement, il aurait sûrement été capable, en écartant toute la bonté en lui, d’effectuer la mission tout seul. Mais ce corps, cet esprit, rien n’était fait dans son état pour qu’il puisse prendre une décision périlleuse. Tuer était facile, il y avait un plan, et quand les inconnues étaient écartées, le travail ressemblait à un jeu d’enfant.

Mais cet ennemi était différent. Il y avait trop d’inconnues, raison pour laquelle ils avaient dû faire appel à un… « professionnel », pour peu que sa réputation ne soit pas usurpée. Un sourire apparut brièvement sur le visage du rouquin qui sembla s’amuser. Son humanité combattait-elle sa condition ? Au diable. Il n’avait qu’à exécuter correctement le contrat de ce soir, et l’île appartiendrait totalement à son « maitre ». C’était la seule chose à faire, qu’elle soit bonne ou mauvaise.

Après avoir traversé une partie de la ville avec une discrétion discutable, le rouquin arriva devant l’entrepôt indiqué plus tôt. Il s’y trouvait de nombreuses armes à la disposition de l’assassin. Le Dog n’eut pas à choisir quoique ce soit, il était déjà équipé. Pas de bazooka ou de canon, rien pouvant porter à une destruction massive, c’était peut-être là le seul problème de cette cache, mais des dizaines de pistolets de tout genre, à la pointe de la technologie. Dans le lot se trouvaient même quelques armes avec des baïonnettes. Si l’homme et l’enfant venaient ici, ils auraient la possibilité de prendre tout ce qu’ils désiraient.

Observant le manoir tout en localisant les changements dans les tours de ronde, Erwin, un papier sur le genou, écrivait machinalement un message qui finit bientôt par déchiqueter la feuille, le rendant illisible. « HELP ME ».

___________________________


« - Monsieur, les gardes sont en place. On a aussi renforcé les tours et fait importer des canins pour protéger la propriété. Dents d’argents, et tout le tralala. Quiconque se fera mordre sera… »

Un grognement s’échappa de la gorge de l’épais homme, installé dans son trône devant une baie vitrée. On pouvait encore voir à certains endroits l’éclat des balles qui s’étaient heurtées à la résistance de ce matériau révolutionnaire. C’était une réelle réussite, un succès des plus flamboyants ! Et il en était le principal acteur. Pourtant, les discours barbants de ses subordonnés le lassaient. Il voulait de l’action. Au troisième étage d’une propriété hautement surveillé, il attendait les assassins qu’il savait qu’on avait engagé contre lui.

Non, il ne fuirait pas. Ce n’était pas pour rien qu’il était le dernier vivant. Son infranchissable défense le gardait des opposants. Ses gardes, triés sur le volet, avaient tous une puissance exceptionnelle. Il se sentait invincible, et ce n’était pas des chiens aux dents coupantes comme des rasoirs qui allaient venir insinuer en lui un excès d’orgueil : Il ne pouvait pas être plus orgueilleux qu’il ne l’était à présent.
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

MessageSujet: Re: [FB] - Assassiner pour de la politique [Pv : Bellamy]   Mar 7 Avr - 19:24

« FEAT. BIXLOW »
Azur Carmin


The Days by Avicii on Grooveshark



Let's groove tonight ! ♫



Toujours assis sur ce large fauteuil aux couleurs resplendissantes et brillantes de luxure, je gardais la même position, sans même bouger le petit doigt alors que j’attendais la réponse à ma question. Au début, je m’étais demandé si ce que j’avais demandé avait un sens, étant donné la réaction quelque peu étrange du jeune garçon à la chevelure rousse. Il semblait avoir du mal à articuler le moindre mot, comme s’il ne savait pas à quoi il devait répondre. Pourtant, en me repassant la scène dans la tête en boucle tel un magnétoscope, je ne voyais absolument pas ce qui clochait ! Il était évident que je parlais de la somme à gagner, les pépètes comme on dit ! C’est d’ailleurs pour cela qu’en entendant les deux premiers mots du garçon, je restai bouche-bée. Ceux-ci venaient de me paralyser, littéralement. Jamais quelqu’un ne m’avait proposé une somme pareille pour un contrat. C’était.. A la limite du croyable. Mais ce petit groupe avait l’air d’être composé de bons bougres, ils n’avaient pas la tête d’escrocs. Un bon point, en somme.

Quoi qu’il en soit, quelques minutes plus tard, nous sortîmes du bâtiment afin de nous diriger sur les lieux mentionnés dans le contrat. Mais avant cela, petite halte dans un entrepôt où étaient exposées différentes armes, disposant d’un plus ou moins gros calibre. A vrai dire, il y avait de tout, du plus furtif au plus destructeur. Par principe et parce que j’adore faire du grabuge, je pris un fusil sniper, ainsi qu’un revolver, tous deux silencieux. Rangeant l’arme de poing au niveau de ma ceinture et bloquant la seconde au niveau de mon dos, je fis un signe de la tête au jeune rouquin pour lui faire comprendre que j’étais paré. Ainsi, nous nous avançâmes alors jusqu’au grand manoir où tout allait reposer, ce soir-là. Difficile pour quelqu’un comme moi de me camoufler aisément, à cause de ma taille, mais je faisais du mieux que je pouvais.

« T’es prêt à voir des têtes exploser ? Ça va être génialissime, petit ! »

Je me sentais vraiment bien, à ce moment-là. En fait, j’étais dans mon élément, tout simplement. Et cela faisait de moi quelqu’un d’heureux. Rapidement, étant prêt à passer à l’action, je me mis en position accroupi derrière un buisson, attrapant mon sniper et commençant à observer les différentes présences grâce à la loupe. Il y avait en tout… sept têtes à dévisser une par une. En tout cas, elles seules étaient visibles de l’extérieur. De ce fait, serrant un peu plus fort l’arme contre moi, je débutai mon travail. En sept tirs parfaitement cadrés, sept hommes s’écroulèrent au sol, dans une explosion sanguinolente. Ce n’était vraiment pas sorcier, il suffisait juste d’un peu d’entraînement, ma foi.. Suite à cela, je me relevai lentement, attrapant le bras du rouquin pour le guider à travers les feuillages, jusqu’à atteindre l’un des murs du bâtiment. En théorie, le danger était écarté. En tout cas, il fallait l’espérer.

« Si tout est ok.. On va passer par-dessus. Ça te va ? »

Revenir en haut Aller en bas
Erwin Dog
Commandant de la Révolution
avatar
Messages : 2923
Race : Humain
Équipage : Inquisition

Feuille de personnage
Niveau:
51/75  (51/75)
Expériences:
781/1000  (781/1000)
Berrys: 12.977.359.333 B

MessageSujet: Re: [FB] - Assassiner pour de la politique [Pv : Bellamy]   Mer 3 Juin - 0:24

Assassiner pour de la politique [4]

L'homme avait démontré son efficacité dès les premières secondes de l'assaut. Erwin le regardait à peine, mais il pouvait constater que les ennemis tombaient comme des mouches. Sept tirs, sept cibles abattues. Le compte était bon. Un fantôme de sourire sur le coin des lèvres, le rouquin lâcha sa feuille qu'il broya plus encore en passant dessus et s'élança directement vers l'intérieur du bâtiment. Le terrain qui entourait l'habitation était plutôt grand, et des animaux aux dents d'argent avaient été lâchées et se dirigeaient vers l'origine du coup de feu, ignorant l'apparition d'Erwin qui se déplaçait avec une grande discrétion, d'arbre en arbre, ne laissant comme seule trace que son odeur. Les gardes étaient légions : une dizaine avait répondu aux coups de feus en se positionnant avec leurs propres snipers sur les palissades qui entouraient le manoir.

S'il devait agir en fonction de son camarade pour accomplir la mission, l'objectif était temporairement d'éliminer ces hommes pour éviter qu'ils ne blessent le mercenaire. L'attaque fut dans un premier temps portée sur l'homme le plus proche. Sautant vers lui avec une vitesse digne de son statut, l'assassin se servit de sa dague avec habileté pour trancher la gorge de l'homme, lançant sa deuxième arme dans la carotide d'un second qui s'écroula immédiatement. Le massacre fut rapide, mais constant. La dizaine d'homme ne survit pas plus d'une minute, et les palissades furent bientôt nettoyer des hommes alors que Bellamy devait en bas encore se confronter aux molosses.

« - Il est là ! Lança un homme plutôt imposant, les muscles contractés pour apparemment éviter de se faire bêtement transpercer la gorge par un canif. »

Cependant l'expression d'Erwin lui indiqua qu'il était mal barré. Il la connaissait sûrement : c'était le regard d'un homme déterminé à accomplir sa mission, quitte à pousser le vice de l'âme humaine jusqu'à ses plus noires frontières. Le meurtre n'était pas une solution, c'était un moyen. Le moyen de parvenir aux fins de l'Employeur, une fin qui consistait à devenir enfin quelqu'un et à asseoir son autorité, en tuant les plus importants personnages de l'île. Et il ne manquait que cet homme. C'était leur mission, à Bellamy et à Erwin : l'assassiner.

Ainsi, l'homme contracta ses poings comme pour montrer qu'il n'était pas apeuré par la situation périlleuse dans laquelle il se trouvait. Il n'eut malheureusement pour lui pas l'occasion de montrer la force dont il était muni, car la lame vint sectionner son poing gauche au niveau du poignet, et l'assassin roux le poussa à terre sans effort en se servant de son pied comme d'une faux pour l'attirer vers lui et le faire basculer par le bas. Des frissons parcoururent l'homme à terre quand la lame vint se poser au-dessus de son œil et que ses collègues, trop lents, subirent l'assaut d'une seconde dague reliée à un fil de fer qui vint virevolter tour à tour sur chacune de leur carotide.

« - Où est ton patron ? »

L'amputé avait à présent une véritable Épée de Damoclès au-dessus du regard. Il sentit que le métal froid pouvait s'abattre à tout instant, et l'idée de recevoir ce dernier directement dans la zone oculaire ne lui disait rien. Il bafouilla une réponse en espérant ainsi s'en sortir, quitte à trahir son employeur, mais la lame lui transperça le cerveau la seconde d'après, ne lui laissant ainsi aucune chance de répliquer. Et retirant son arme sanguinolente, Erwin se retourna vers l'endroit d'où Bellamy devrait arriver, prêt à lui communiquer l'emplacement de leur cible. Ils pourraient ainsi se frotter à nouveau à de nombreux adversaires, s'il avait réussi à passer les clébards sans se faire croquer. L'idée même aurait pu faire rire le rouquin si ce dernier n'avait pas été incapable de ressentir la moindre empathie ou pitié pour le soldat.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

MessageSujet: Re: [FB] - Assassiner pour de la politique [Pv : Bellamy]   Jeu 11 Juin - 17:00




Viens je t'emmène... ♫

feat ERWIN DOG




Tous les snipers avaient été décimés par mes merveilleux coups de feu. A chaque fois que j’avais l’occasion de montrer mes talents, j’en étais fier. Bon, je n’allais pas non plus jusqu’à m’idolâtrer moi-même, n’allons pas si loin.. Mais j’avoue que.. Je ne pouvais que me trouver stylé. Quoi qu’il en soit, lorsque les cibles furent éliminées, j’étirai mes bras jusqu’à ce qu’ils puissent atteindre le sommet de la construction se trouvant juste en face de moi. Ainsi, cela me permettait de m’élever au-dessus du grand mur, sans risquer de passer sur un piège quelconque se trouvant au sol. Juste avant ça, j’avais proposé au jeune rouquin de m’accompagner par ce moyen, mais il avait apparemment préféré se hisser lui-même dans les arbres entourant la demeure. Du coup, c’est peu de temps après que je compris la raison de cette décision. En effet, avec une aisance sans faille, le garçon s’était arrangé pour exécuter tous les hommes venus en renfort. Un coup réalisé avec brio ! Je ne pus qu’applaudir en voyant cela.

Malheureusement, il fallait que je m’occupe d’autre chose.. De très important d’ailleurs. Pourquoi ? Parce que des fichus cabots s’étaient ramenés pour me dévorer tout cru. A ce moment-là, j’enviais presque le gamin de se trouver en sécurité, là-haut. Mais bon, je devais faire avec. Et puis.. Ce n’étaient que des chiens, hein ?

- Bon.. Comment on dresse des chiens déjà ? Avec un os, c’est ça ? Pas cool.

Ne sachant donc pas trop quoi faire face à des bestiaux comme ceux-ci, je décidai simplement de m’accrocher à nouveau au mur afin de garder une marge de sécurité. Ceci fait, je pus tranquillement dégainer mon revolver, essayant de viser le crâne d’une bête, alors qu’elle était en train d’essayer de choper ma jambe. Heureusement, ce genre de chose ne devait pas arriver, vu la hauteur à laquelle je me trouvais. En théorie du moins. Assez rapidement, je réussi à le dégommer, laissant les quelques autres autour, cherchant eux aussi à grimper contre la paroi de pierre. Ils avaient beau avoir l’air féroce et intelligent, ce n’était qu’une apparence apparemment. Très sincèrement, je m’attendais à ce que cette tâche soit bien plus difficile à mener. Mais.. Tant mieux. Je n’avais pas besoin de me fatiguer à courir ou encore à tenter de me battre, comme ça. Tout ce qu’il me restait à faire était de viser juste pour me débarrasser d’eux le plus tôt possible. C’est donc ce que j’entrepris de faire, me concentrant du mieux que je le pouvais avant de tirer chacune de mes balles. Lorsque mon chargeur fut complètement vide, les chiens se trouvaient inconscients, gisant sur le sol.

- Ça c’est fait. Comment ça se passe de ton côté, gamin ?


Revenir en haut Aller en bas
Erwin Dog
Commandant de la Révolution
avatar
Messages : 2923
Race : Humain
Équipage : Inquisition

Feuille de personnage
Niveau:
51/75  (51/75)
Expériences:
781/1000  (781/1000)
Berrys: 12.977.359.333 B

MessageSujet: Re: [FB] - Assassiner pour de la politique [Pv : Bellamy]   Jeu 11 Juin - 20:45

Assassiner pour de la politique [5]

La réponse à ce grand manège, à la recherche de l'homme politique devaient tuer les deux assassins, fut apportée bien plus vite que prévue. Ce n'était pas une myriade de gardes de corps mais seulement deux qui débarquèrent, suivi de leur boss dont le regard masquant parfaitement la crainte, semblait résigné à mourir. Mourir, mais non sans emporter ses adversaires avec lui. Les deux gorilles en costard devant lui semblaient être des adversaires dignes des plus grands polars. Ils avaient le type même des hommes de main expérimentés, ceux que les mafieux sortaient lors de certains carnages. Erwin ne fit alors qu'une constatation, une seule, à l'adresse de son homologue et compagnon :

« - - Cible localisée. »

Mais sans rien ajouter, il se dirigea vers les deux gorilles. Le premier, un homme à la peau mat et aux poings volumineux, ne chercha même pas à esquiver la lame. Il n'avait pas prévu cependant que la fine coupure viendrait lui trancher totalement la carotide malgré la forme peu évoluée de Tekkai qu'il avait hérité de son ancien maître. Portant une main sur son cou, il commença à se vider de son sang. Il posa rapidement un genou à terre, puis l'autre et dévala les escaliers qui se situaient prêts de lui. Bellamy avait à présent le champ libre pour s'emparer de sa cible et l'exécuter.

« - - Il n'y avait aucune issue, mes défenses... Non. »

L'homme politique se retourna un instant, et commença à tenter de fuir, tandis que son garde du corps, un homme d'une quarantaine d'années, ferma les poings et se concentra sur les mouvements du rouquin. Celui-ci s'élança vers le dernier de ses adversaires, sans perdre de temps. Il avait ses deux dagues dans ses mains, et ne prêta pas attention à l'homme qui fuyait. Il était conditionné à servir de soutien pour cette mission, et à laisser la vedette à son camarade un peu trop criard.

La bataille était cependant gagnée d'avance. L'expérience acquise par le garçon lui permettait de parer à de nombreuses situations, et malgré son très jeune âge, il n'était pas un adversaire à prendre à la légère. Sa première attaque visa directement les articulations : genoux, coudes, il était prêt à les sectionner avec la précision d'un chirurgien lors de ses opérations. Il se frotta cependant à un adversaire capable de maîtriser le Haki de l'Armement, et qui se protégea contre les offensives en recouvrant les parties visées de plaques noires.

« - - Tu ne m'auras pas, gamin, j'ai été élevé par un des plus grands maîtres de free-fight de Grand Line, tu ne... »

La discussion était inutile avec le rouquin apathique. Il avait l'air totalement incapable de ressentir des émotions, à tel point qu'en tuant les hommes de mains, il n'avait pas eu une seconde d'hésitation. La résidence était recouverte de cadavres, de cadavres d'intrigues politique. Fermant les yeux soudainement, le jeune homme relança un assaut. Il était beaucoup plus vif, et semblait se baser uniquement sur les bruits, sur les mouvements d'air. L'attaque avait été sidérante : il attaqua d'une première dague pour détourner l'attention et obliger les plaques à apparaître sur le bras, et d'un seul coup, il lança la seconde lame directement dans la gorge de son ennemi.

Celui-ci vacilla en recevant le projectile inattendu. Il se prit les pieds dans la rambarde de la petite terrasse qui surmontait le jardin avant la maison, et atterrit un peu plus, agonisant. L'assassin le regarda à peine. Il sauta à son tour, habilement, pour se retrouver un peu plus bas, et vint reprendre son arme fatale qu'il rangea dans son petit fourreau. Sans ajouter un mot, il se retourna vers Bellamy qu'il gratifia d'un simple :

« - - Mission Exécutée ? »

Si tel était le cas, il le conduirait jusqu'à la cache où était cachée l'argent et le quitterait sans un remerciement.


Dernière édition par Erwin Dog le Mer 17 Juin - 13:08, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

MessageSujet: Re: [FB] - Assassiner pour de la politique [Pv : Bellamy]   Mar 16 Juin - 16:25




Viens je t'emmène... ♫

feat ERWIN DOG




Tous les chiens de garde avaient été mis en morceaux les uns à la suite des autres. Enfin du moins, c’était une façon de parler. Je ne les avais pas découpé ni rien, mais.. Je m’en étais débarrassé du mieux que je le pouvais en tout cas. Suite à cela, je m’étais donc dirigé vers le lieu où tout allait se terminer. Là où se trouvait la cible que nous nous devions d’éliminer pour le bien de la mission. Le jeune rouquin était arrivé avant moi, prêt à se charger des gardes du corps de l’homme. Ceux-ci étaient au nombre de deux et ressemblaient véritablement à des armoires à glace. Leur carrure était impressionnante, tellement que j’en avais presque peur. Non je plaisante. Même avec ça, ils restaient toujours plus petits que moi, et sûrement moins dangereux. C’était un fait avéré que l’on ne pouvait en théorie pas réfuter. Quoi qu’il en soit, Erwin avait décidé de s’en occuper seul, en deux contre un. Cela ne lui posait apparemment pas de souci, et c’était donc à moi de neutraliser la cible. Pour le coup, ma partie était la moins difficile, de très loin.

Lorsque le garçon commença à tabasser l’un des gardes, l’homme dont il était question dans le contrat ne perdit pas de temps et tenta de s’enfuir en prenant ses jambes à son cou. Celui-ci espérait sans doute s’en sortir sans problème, continuant sa vie dans le meilleur des mondes. Cependant, c’était loin de se passer comme tel. Je n’étais clairement pas là pour plaisanter, et j’allais faire tout mon possible pour que la mission soit réussie avec brio. Ainsi, quand je pus apercevoir la cible en train de courir, j’étirai simplement mon bras pour m’accrocher à quelque chose et me propulser jusqu’à lui.

- Eh oh, on bouge pas !

L’homme se mit à trembler, claquant sa mâchoire à répétition comme s’il était mort de froid, ne sachant que faire pour échapper à son sort. Par réflexe, je ne pus m’empêcher de lui montrer un très grand sourire, sachant très bien ce que je lui réservais. Je sortis ensuite le revolver trônant fièrement au niveau de ma ceinture, pour le tendre juste devant son visage. Où allais-je bien pouvoir tirer ? Entre les deux yeux ? Sous le menton ? Dans le cœur ? Au milieu du front ? Je me tâtais. Prenant un air presque intellectuel en réfléchissant quelques instants, je parvins finalement à me décider.

- Allez, on va faire comme ça. Adios amigos !

Pressant la détente, une balle partit et vint se loger entre ses yeux, à l’intérieur de son crâne, laissant un liquide carmin s’écouler sur son visage meurtris.


Revenir en haut Aller en bas
Erwin Dog
Commandant de la Révolution
avatar
Messages : 2923
Race : Humain
Équipage : Inquisition

Feuille de personnage
Niveau:
51/75  (51/75)
Expériences:
781/1000  (781/1000)
Berrys: 12.977.359.333 B

MessageSujet: Re: [FB] - Assassiner pour de la politique [Pv : Bellamy]   Mer 17 Juin - 14:27

Assassiner pour de la politique [6]

Un coup de feu, un chant mortel qui entamait les tympan d'Erwin un peu plus à chaque fois, comme pour creuser jusqu'à son humanité. Le garçon regardait devant lui le cadavre du garde qu'il venait d'assassiner sans réfléchir et se retourna, toujours sans émettre un seul signe d'humanité. Il fronça les sourcils, un peu contrarié, avant de se rendre compte qu'il pouvait encore ressentir quelque chose. C'était le premier pas d'un long voyage. Contrarié par la couleur que sa lame prenait après chaque meurtre : il n'aimait pas le rouge. C'était une couleur tabou. Le sang séché, c'était le pire.

En arrivant devant le cadavre de l'homme, Erwin se saisit sans hésiter d'une épée à proximité. Il piocha dans sa poche un papier qu'il devait donner à son allié une fois la mission terminée. Un simple petit bout de feuille sur lequel était écrit une adresse, ainsi que la somme qu'il allait recevoir pour ses loyaux services. Sans exprimer une seule fugace ou minime émotion, l'assassin écarlate vint trancher la tête de celui qui l'avait défié. Encore une fois, il n'y avait plus aucun témoin pour rapporter ses exactions. Seul Bellamy se souviendrait, avec son petit acolyte, de cette soirée où ils avaient été les démons de minuit.

Sur l'île, une cloche sonna. Elle annonçait la fin d'une ère sur cette île, et l'éveil d'une nouvelle. Le matin même, l'employeur de Bellamy accéderait à son trône. Il prendrait la place des grands de cette île, remplacerait les politiques. Parti unique, propagande, culte de la personnalité et bam, c'était le jackpot. Son rire machiavélique pourrait résonner avant l'aube dans les rues de cette île à la politique défaillante.

« - Au revoir. »

Poliment, comme si un déclic s'était produit dans son cerveau, le rouquin repartit vers l'endroit d'où il venait. Là-bas, une femme inquiète l'attendrait. Elle qui l'avait suivi pendant toute sa transition, elle qui l'avait vu grandir dans l'indifférence, elle qui ne voyait plus en lui qu'une coquille vide. Il était le produit d'une expérience psychique, d'une torture psychologique. Ce n'était qu'un germe prêt à éclore et à se rebeller. Elle était le seul à l'avoir remarqué, et son instinct lui disait de n'en parler à personne.

« - C'est pour le bien de ces villageois, se répétait-elle en boucle, comme si cette formule magique allait l'aider à mettre du baume sur son aveuglement. »

Elle accueillit alors Erwin en lui tapotant l'épaule. Il ne la regarda pas, elle en pleura. Réconfortée par l'amour de sa vie, elle avait compris rapidement que plus rien ne serait comme avant. Un jour, quand il se réveillerait, il lui en voudrait. Il la chercherait sûrement pour se venger, mais elle comptait bien avoir quitté ce monde avant que ça n'arrive. C'est pour cette raison qu'elle prit une mesure extrême, quelques mois plus tard : elle lui effaça la mémoire totalement à l'aide d'un produit de son invention et d'une séance intensive d'hypnose.

Ce faisant, elle lui redonna un jour sa liberté. Lorsqu'il se réveilla, ensommeillé, sur une plage de sable chaud de Grand Line, le garçon ne comprit pas ce qui lui était arrivé. Il savait que pendant un an, il avait vagabondé, mais il ne se souvenait pas d'où, ni de comment. Il ne pensait pas à tout ça, il ne le pouvait pas, mais un visage revenait sans cesse dans son esprit : celui de Louise, son amie d'enfance, irrémédiablement lié à celui de Léon, un autre de ses amis d'enfance qu'elle avait choisi à sa place. Il préférait ne pas y penser, et marcher. Marcher vers où ?
Revenir en haut Aller en bas
 

[FB] - Assassiner pour de la politique [Pv : Bellamy]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» UN DIALOGUE NATIONAL S'IMPOSE POUR UN COMPROMIS POLITIQUE EN HAÏTI.
» Corruption : rapport accablant de Washington pour le pouvoir politique
» Haïti - Politique : Message du MHAVE pour la Diaspora à l'occasion de la Noël
» La Politique pour les nuls (Ou GAVP II)
» Pour mieux comprendre la crise alimentaire.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
One Piece Seken :: Le monde de One Piece :: Grand Line-