Partagez | 
 

 [FB] - Fuir, fuir, fuir [Pv : Ayato]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Erwin Dog
Commandant de la Révolution
avatar
Messages : 2913
Race : Humain
Équipage : Inquisition

Feuille de personnage
Niveau:
51/75  (51/75)
Expériences:
781/1000  (781/1000)
Berrys: 12.977.359.333 B

MessageSujet: [FB] - Fuir, fuir, fuir [Pv : Ayato]   Jeu 22 Jan - 16:46

Fuir, fuir, fuir [1]

Les petites îles de North Blue étaient nombreuses. Aux abords de la plupart d’entre elles se trouvaient des mers gelées par la froideur de la région, et seuls l’alcool et le chocolat tenaient en vie les marins qui s’aventuraient sur ces territoires hostiles. En leur centre se trouvaient généralement des étendues de neige, vastes et planes, ou montagneuses et nivelées. Les mines inaccessibles ne pouvaient pas toutes être exploitées comme sur Dwarf Town : la plupart du temps, elles étaient bloquées par de lourds blocs de glace, ou des éboulements dus au trop-plein de neige. Et la technologie nécessaire au déblaiement de ces mines coûtait trop chère pour être utilisée. En somme, ces petites îles perdues quelque part sur North Blue n’avaient pour seul attrait que d’être des zones partiellement habitables. Les peuples qui y vivaient étaient majoritairement les descendants des premiers immigrés, qu’on devinait avoir été des hors-la-loi recherchés par le gouvernement.

« - Poisson frais ! Achetez mon poisson frais ! »

La voix de la poissonnière brisait le silence du port où seuls quelques marchands de fruits accompagnaient le plus grand évènement de la semaine : le marché. Au port, un bateau de marines avait abordé le matin même et tandis que quelques mousses se promenaient en ville, le Commandant en charge du bâtiment débarquait quelques vivres pour les habitants. Ils avaient réussi de mettre cette misérable île sous leur protection, la faisant passer dans la partie « civile » du monde.

Erwin avait abordé les lieux grâce à un simple navire marchand deux jours plus tôt, et celui-ci devait repartir dans la soirée pour aborder une nouvelle île. Ainsi, d’ici quelques heures il aurait quitté ces lieux grisants et laisserait derrière lui les cris de la poissonnières, les humeurs maussades et les auberges chauffées aux blocs de glace. Son système immunitaire s’était renforcé grâce à toutes ses aventures mais il n’était pas à l’abri d’une vilaine grippe. Resserrant sa capuche et son écharpe, il s’assit sur un banc en attendant que le temps ne s’écoule. Le navire de la marine, en arrivant, avait déblayé la glace qui bloquait la sortie de l’île.

« - Papa, papa ! Le grizzli va sortir de la montagne cette nuit ? »

Un enfant sautillait en s’extasiant à côté d’un homme au regard fatigué, des cernes violacées en-dessous de ses paupières qui entouraient des vaisseaux sanguins rouge sang. Il parlait de la fameuse légende du « grizzli », une créature demi-géante aux allures d’humain un peu trop poilu. Ou alors d’un ours un peu trop gros. Erwin sourit en écoutant le père tenter de réconforter son enfant et finit par se perdre dans des souvenirs un peu trop douloureux. La marine hurla alors, le sortant de sa torpeur. Des soldats semblaient chercher un homme, une sorte de plaisantin qui aurait fait quoi ? L’ouïe du garçon fut attirée par les cris incessants de la poissonnières, celle-ci ayant haussé d’un ton de peur d’être couverte par le brouhaha des forces de l’ordre. Pendant sa petite pause, elle maugréa des insultes à l’adresse de ceux qui venaient rationner l’île. Plus loin, de jeunes hommes et femmes montaient sur le bâtiment du Commandant, apparemment enrôlés pour servir de nouveau sang-frais dans ces rangs.

« - Arrêtez de gueuler ! Hurla Erwin à la travailleuse qui reçut cet ordre comme une claque. »

A peine la garçon eut-il fini de regarder l’imposante bonne femme que celle-ci se remit de ses émotions et vint aborder son détracteur, commençant à lui gueuler dessus comme du poisson pourri. Il l’avait bien cherché celle-là, mais d’une certaine manière il doutait. Il doutait de sa quête d’aventure, de ses incessants mouvements d’îles en îles. N’allait-il jamais se poser comme tout le monde ? Ne trouverait-il jamais la paix ?
Revenir en haut Aller en bas
Ayato Akuma
The Magical Trickster
avatar
Messages : 234
Race : Humain.

Feuille de personnage
Niveau:
29/75  (29/75)
Expériences:
193/200  (193/200)
Berrys: 840.000 B

MessageSujet: Re: [FB] - Fuir, fuir, fuir [Pv : Ayato]   Sam 24 Jan - 14:52




Hide and Seek


Cela faisait un petit moment que je m'étais séparé de la miss. Mais je savais que je pourrais la retrouver un jour. Quand ce moment viendra, pour sûr que le show sera grandiose, car pour Madoka... tout doit être parfait, je met un point d'honneur à cela huhu. Pour l'heure, je m'étais mis à la recherche de ce fameux " trésor " que je convoitais et c'est pour cela que je voyageais sur North Blue. Les indices étaient faible, et c'est pour cela qu'en ce jour, je me décidais à simplement vivre ma vie en faisant une pause dans cette chasse au trésor. Ce matin, en me réveillant, j'avais pour principal objectif de trouver des vivres, car récemment, j'ai terminé toutes mes rations et je n'avais pas un sous pour me payer quoi que ce soit. Même une orange représente trop pour mes moyens inexistants... Navrant n'est-ce pas ? Quoi qu'il en soit, le vol ne m'était pas interdit. Dans la vie, il ne faut rien se refuser, c'est pourquoi, je me dirigeais vers les lieux marchands de l'île du jour.

Arrivant sur place tranquillement, j'écoutais le son des vendeurs, ou plutôt leurs cris. Que ce soit des fruits, légumes, viandes ou poissons, chacun vantait la qualité de leurs produits locaux ou non. Souriant en coin, je voyais devant moi un véritable buffet ne demandant qu'à être pillé, malheureusement, un magicien qui se trimballe avec un bar sur son épaule et un jambon dans la main, ce n'est guère discret n'est-ce pas ? De ce fait, je me contentais de me diriger vers certains vendeurs de fruits et légumes. Faisant semblant d'observer les aliments, ma main allait ici et là pour attraper quelques fruits et ni une ni deux, ils disparaissaient sans laisser de trace. Seules mes poches trahissaient ma cachette.
Sourire en coin, je quittais la place en ignorants les remarques que me lançaient les vendeurs quand ils se rendaient compte du vol. Je disparaissais au coin d'une ruelle, puis finalement je commençais à manger un peu de mon butin du jour. Croquant dans une pomme, puis dégustant quelques quartiers d'oranges bien sucrées, je me sentais revivre.

" Hmmmm. Quuuueeeeel délice ♥ "


Me léchant les lèvres en démontrant un état d'extase, j'en oubliais ma situation de " fugitif " si on peut dire. Là était mon erreur, car à mon grand regret, des marines débarquaient. Visiblement, les marchands ont signalés le problème et de ce fait, je suis dans de beaux draps. Poussant un soupir de lassitude face à leurs paroles, je me contente de faire un signe de la main et lancer vers eux les peaux d'oranges qui sont désormais dans mon estomac.

" Gardez la monnaie ?"


Sans réfléchir plus longtemps, je me contente de me retourner et c'est partit pour un sprint digne d'un coureur professionnel. Pas besoin de tendre l'oreille que la chasse à l'homme est déclarée. Une petite escouade de cinq personnes me poursuivent et moi, malgré la situation, je trouve cela amusant. Retournant dans une rue où le monde semble présent, j'esquive quelques personnes et soudain, un gosse semble sur ma route. Hm ? Aucune esquive ne semble possible, alors avec une certaine habileté, je saute au dessus de lui en prenant appuie sur son épaule. Au passage, je me contente de dire d'un ton amusé.

" Woops, navré. "


Une fois les pieds sur terre, je reprends ma course sans prendre soin de regarder si j'avais fait tomber au sol ou non le jeune homme. Si les choses continuent ainsi, je pourrais participer à une course avec des haies... Rentrant dans quelques personnes et poursuivant ma course, je cherche un endroit où me cacher et au détour d'une ruelle, je m'engouffre dans cette dernière avant de finalement trouver un tonneau quelque peu miteux. Regardant à droite, puis à gauche, malgré l'odeur de vin qui a imprégné le bois, je me cache dans ce tonneau et remet le couvercle dessus en attendant que l'équipe passe et ne s'arrête pas.
Cache-cache, voilà un jeu bien amusant pour moi. Bien que pour l'heure, dans mes plans les marines devraient passer devant le tonneau, je me mis à réfléchir à ce qui se passerais en cas de capture. Si un seul des hommes à l'idée de chercher dans le tonneau, qu'est-ce qui ce passerais ?

Mon esprit commençait à cogiter et finalement, je me mis à sourire. La situation serait coquasse.


Revenir en haut Aller en bas
Erwin Dog
Commandant de la Révolution
avatar
Messages : 2913
Race : Humain
Équipage : Inquisition

Feuille de personnage
Niveau:
51/75  (51/75)
Expériences:
781/1000  (781/1000)
Berrys: 12.977.359.333 B

MessageSujet: Re: [FB] - Fuir, fuir, fuir [Pv : Ayato]   Dim 25 Jan - 14:20

Fuir, fuir, fuir [2]

La colère ne fut que passagère et les deux protagonistes reprirent leur place, l’un rêveur et l’autre scandant son refrain d’une voix encore plus vigoureuse qu’avant, comme si le fait d’avoir été vexée l’avait rendue meilleure vendeuse. Ce qu’il en pensait, Erwin, ça n’avait que peu d’importance. Il savait qu’intervenir de manière si brutale en donnant un ordre à la première inconnue venue n’était pas une manière de régler un conflit, pourtant c’était la seule qu’il était apte à utiliser. Et en se perdant dans ses pensées, il continua à regarder la mer gelée, à envier les poissons qui étaient capable de la parcourir sans en ressentir le froid, ces « Monstres Marins » comme avaient tendance à les surnommer la caste des navigateurs dont il faisait partie. Un jour, peut-être, pourrait-il créer un rassemblement de navigateur. Oui, c’était une solution pour se poser, cela lui permettrait d’approfondir ses connaissances en la matière. Peut-être même… Peut-être même qu’il pourrait se créer un foyer à partir de là. Enivrer par cette idée, il se releva au moment où un homme passait au-dessus de lui et se fit heurter de plein fouet par celui-ci. Son équilibre fut instantanément perdu et il se rétama sur le sol comme une galette. Les marines qui poursuivaient l’homme ne s’arrêtèrent pas pour l’aider à se relever, comme s’il n’était qu’un dommage collatéral parmi tant d’autres.

Alors qu’il se relevait, Erwin se frotta la tête et observa la poissonnière lui lancer un sourire narquois, comme si elle lui disait « Bien fait ! ». Et voilà comment cela devait se terminer ? Non, il prendrait sa revanche, bien qu’il n’ait pas vu le visage de celui qui l’avait percuté. S’il ne faisait pas attention aux choses qui l’entouraient, son pouvoir était bien moins pratique.

« - Par où sont-ils partis ? Demanda alors le jeune homme à un passant, puis à un autre, répétant sa phrases comme si le ‘ils’ était évident. »

Finalement, un homme un peu plus perspicace que les autres, et surtout un homme ayant observé la scène, indiqua l’enchevêtrement de ruelles d’où provenaient des bruits de marines en colère. Bien fait pour eux, ils n’avaient qu’à l’aider. Tout en reprenant sa route et se dirigeant vers eux, Erwin prit soin de faire attention à tout ce qui l’entourait… Y compris au chien dont les gémissements se portaient sur un tonneau dans une ruelle, et auquel la marine n’avait pas vraiment fait attention. Le jeune homme s’approcha du tonneau et alors que l’animal se mit à uriner dessus après une longue hésitation, il en retira le couvercle, se retrouvant face à face avec… Un homme.

« - Un homme dans un tonneau ? Fit-il alors, remarquant l’incongruité de la situation. Un homme dans un tonneau…, répéta-t-il alors avant d’entendre les marines se préparer à repasser près de l’allée. »

Refermant vivement le tonneau, il s’assit dessus et essaya de paraître le plus naturel possible. Son regard se porta sur les marines et ceux-ci ne manquèrent pas de remarquer sa présence et de l’observer avec un regard méfiant. Ils se mirent à bavarder entre eux avant de prendre une décision qu’ils faillirent énoncer à haute voix. Heureusement, un cri retentit, les alertant qu’ils avaient « trouvé quelqu’un qui avait vu ». Erwin leur sourit avant de les saluer d’un signe de la main tandis qu’ils partaient. Finalement, il revint au sol et retira à nouveau le couvercle, regardant l’homme qu’il trouvait un petit peu étrange avant de lui dire, en détachant chaque syllabe :

« - Le chien a pissé sur le tonneau… »

Puis il posa le couvercle à terre avant de voir l’animal s’enfuir comme s’il venait de prendre conscience de la grossièreté de son geste. Le rouquin eut un instant d’hésitation avant de prendre à nouveau la parole, cherchant cette fois-ci les mots pour exprimer à la fois sa surprise et son mécontentement.

« - Ce n’est pas tous les jours qu’on se fait frapper par un homme-tonneau… »

Il ne trouvait pas de réplique plus adaptée que celle-ci. Regardant à nouveau le baril en bois, il finit par se demander s’il aurait vraiment du éloigner la marine… Ou du moins protéger cet homme… C’était quoi déjà la close sur l’aide aux criminels dans le Decret Décima ? Déglutissant, il se mit à penser que cette journée n’était pas près de s’achever, et que la neige ne faisait que commencer de tomber sur cette petite île.
Revenir en haut Aller en bas
Ayato Akuma
The Magical Trickster
avatar
Messages : 234
Race : Humain.

Feuille de personnage
Niveau:
29/75  (29/75)
Expériences:
193/200  (193/200)
Berrys: 840.000 B

MessageSujet: Re: [FB] - Fuir, fuir, fuir [Pv : Ayato]   Mar 27 Jan - 1:32



Hide and Seek


Planqué comme le roi du cache-cache le ferais, j'attendais simplement d'être tranquille, sans imaginer l'horrible scène qui allait se dérouler. En effet, les humains passaient à côté du tonneau comme si de rien était, en revanche, le chien lui eut l'idée de renifler. Et malgré l'odeur d'alcool qui a imprégné le bois du tonneau, mon odeur est plus forte que celle-ci. Saleté de clebs, il va faire tout capoter. M'apprêtant à lui cracher dessus, je me contentais de siffler, l'air de dire " dégage ". Manque de pot, je ne maîtrise pas encore l'hypnose. Note à moi-même : apprendre à parler aux animaux. Au moins, j'aurais pu lui dire ; s'il te plait gentil chien, pourrais tu aller gueuler sur un ordre morceau de bois qui cache ma sublime présence ? Mais alors que je croyais la situation merdique, voilà que le chien commence à arrêter d'aboyer pour se mettre à côté du tonneau et .... Non... Il va pas oser si ? Une de ses pattes se soulève et une violente envie de couper ses couilles me prends au vol. Dommage que je n'ai pas les doigts assez fins et longs. Il urine sur le tonneau et indirectement moi. Beurk, c'est répugnant. Mais alors que je me pensais au fond du trou, voilà que le toit de ma " maison improvisée " se soulève. Redressant le regard, je tombe nez à nez avec un gosse qui dit une drôle de phrase. Bah oui un homme dans un tonneau... Je suis pas un bateau dans un trou de chiottes... M'apprêtant à me redresser pour sortir de là, voilà qu'il referme le tonneau et semble s'asseoir dessus.

Comment ?!! Il m'enferme ? Il veut me laisser mourir dans cette odeur bizarre qui mélange urine et vin ? Bon sang, mais c'est un criminel !!! Pour sûr, il finira sa vie au bout d'une corde pour crime contre l'humanité, car m'importuner moi, c'est faire tort à tout le monde. Un sale gosse peut-être ? Qui qu'il soit, il allait en voir de toutes les couleurs, en supposant que je sorts d'ici.
Voilà mes amis de la marine qui reviennent dans le coin et là, ça sent le cramé pour moi. Mmais alors que je me pensais livré comme un vulgaire bout de viande, le jeune homme semble faire distraction. Oh ? Il m'aide ? Intrigué, je reste silencieux et me contente de laisser les choses se passer. Visiblement, un rouquin a été pris pour moi ailleurs et suite à un cri de détresse le groupe prends la décision d'aller voir. S'en suis donc de ma libération de ce sarcophage en bois à l'odeur douteuse. Souriant malgré l'énervement que je cache en moi, je l'écoute attentivement. Un jeune enfant que voilà, du moins, physiquement, je suis loin de me douter de qui il s'agit. Un acteur qui est réservé à jouer un rôle majeur dans le futur. Comme quoi, l'habit ne fait pas le moine, bien au contraire. Rigolant à sa réplique, je vins à dire d'un ton joyeux.

" Ce n'est pas tout les jours qu'on est sauvé par un... enfant ? Oh tient, regarde dans le tonneau.. "


Ne sachant pas s'il allait regarder ou non dedans, j'appliquerais ce scénario.

S'il avait le malheur de regarder naïvement comme s'il espérait trouver un truc, alors je m’empresserais de le choper au niveau des cuisses pour le faire basculer dans le tonneau et remettre le couvercle pour m'asseoir dessus. En gros, je lui ferais tâter de sa propre médecine. Le tout, avec une réplique bien brave du genre : " Qui est l'homme tonneau ? Je suis magicien mon cher... Pour preuve, en un instant, pouf, l'enfant sur scène a dis-pa-ru ".
Cependant, s'il me trouvait trop louche pour faire confiance à ma personne et qu'il ne regarderait pas dedans, alors je me contenterais de hausser les épaules et continuer la conversation comme si de rien était. Heureusement pour lui, ne voulant pas le tuer d'ennui, j'aurais entre temps proposé à ce dernier un tour de magie en sortant de mes manches des cartes.

Attendant de voir quelle sera sa réaction et donc mes actions, je souriais d'un air enjoué. J'ai beau être un voleur, magicien et accessoirement un homme de bonne compagnie, je n'en reste pas moins une personne qui aime jouer. Allait-il jouer avec moi ? Avais-je trouvé ma poire du jour ? Car même si je ne le montrais pas, je le pensais : il a une belle tête de poire comme je les aiment. Toi... Petit Erwin bien que je ne sache pas ton nom et prénom, aujourd'hui, tu seras ma vedette, mon assistant, mon ami du jour et indirectement la victime de mon show, car tu m'inspires en ce doux jour. Estime toi heureux, car tu es en présence de ma personne, Ayato Akuma. Le plus grand magicien du monde.

Jubilant intérieurement en imaginant bien des scènes aussi drôles qu'étranges, je souriais avec un sourire jusqu'aux lèvres.




Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Erwin Dog
Commandant de la Révolution
avatar
Messages : 2913
Race : Humain
Équipage : Inquisition

Feuille de personnage
Niveau:
51/75  (51/75)
Expériences:
781/1000  (781/1000)
Berrys: 12.977.359.333 B

MessageSujet: Re: [FB] - Fuir, fuir, fuir [Pv : Ayato]   Mar 27 Jan - 20:24

Fuir, fuir, fuir [3]

Le ciel avait la couleur de tous les jours, du moins tous les jours qui passaient sur cette île perdue au milieu de l’océan. Et si la glace entourait avec véhémence et insistance, elle n’en restait pas moins l’ennemie mortelle de l’ennui des marines lorsqu’ils arrivaient ici. Rien de plus revigorant que de passer le bulldozer dans la mer pour retirer les plaques qui empêchent l’accès à l’île. Et pourtant, ce n’était là pas le centre de pensée d’Erwin mais de la mouette qui s’amusait à voler au-dessus du duo insolite qui venait de se rencontrer. Elle n’avait que peu d’intérêt dans cette situation, tout d’abord parce que les plus impétueux des vents froids essayaient vainement de geler ses ailes, lui demandant pourtant une certaine concentration pour se stabiliser face à la mer, mais aussi à cause du mouvement de marines qui attiraient toute son attention, revenant au port bredouille après une courte chasse à l’homme.

S’élançant dans les airs, ses puissantes ailes déployées, elle passa au-dessus de ceux qui la regardaient tous les jours avec mépris, et tandis qu’au-dessus de leurs têtes l’occasion lui en prit, elle se rendit compte qu’elle pouvait faire quelque chose de délivrant. Une tâche blanche atterrit quelques secondes plus tard sur l’épaule d’un lieutenant qui hurla au ciel plusieurs jurons. Et cette fois-ci, l’oiseau de malheur s’éloigna, satisfait. Quelques minutes plus tard, la mouette se posa sur une montagne qui surplombait l’île, petite en raison de la taille de l’endroit qui l’abritait.

Elle reprit alors forme humaine. A la place de l’oiseau apparut une femme d’une trentaine d’années. Ses cheveux étaient déjà aussi blancs que la neige, et son regard rose améthyste. Ses mains vinrent trouver les vêtements chauds qu’elle avait laissé là, et sans faire attention à ce qui l’entourait, elle se rhabilla. Un sourire narquois vint fendre son visage tandis qu’elle froissait l’avis de recherche d’un homme, le Commandant MacCartney. Le commanditaire de cette affiche voulait que le travail soit proprement fait : Pas de victimes annexes, pas de corps, juste la mort de ce marine, sa disparition totale.

La « Mouette Sanglante » se mit à rire seule et l’effet d’écho porta sa voix. Alors elle déploya ses ailes sous sa forme hybride, déchirant le tee-shirt qu’elle portait. Un homme allait perdre la vie aujourd’hui, sa griffe sombre allait s’abattre sur lui.

___________________________


Tel un enfant amusé et vexé, le jeune Erwin n’eut pas le réflexe de penser qu’un mauvais tour se cachait derrière la proposition du Magicien, et par un heureux hasard, celui de l’avoir rencontré, il faillit se retrouver la tête dans le tonneau. Heureusement, le rouquin n’était pas n’importe quel homme. Il avait en réserve les tours les plus secrets, et il disparut alors que sa chute s’annonçait douloureuse – et surtout malodorante.

Tout en apparaissant derrière l’homme qui avait tenté de l’entraîner là-dedans, il ne fit que lui asséner un léger coup de pied à plat pour le pousser vers le tonneau et lui montrer que même s’il était un enfant, on ne rigolait pas avec lui.

« - Et dire que je t’ai aidé… Homme-Tonneau. »

Dans le ciel, à ce moment-là, une mouette venait de repasser au-dessus de leur tête. En y pensant, ces conditions météorologiques n’étaient pas idéales pour ce genre d’animal, ce n’était pas normal d’en voir une ici… Peut-être un oiseau de compagnie qui avait disparu de la cage de son propriétaire, et regretterait cet acte aussitôt qu’il serait mort de froid. Reprenant conscience de l’homme en face de lui, le jeune rouquin se mit à maugréer une série d’insultes assez peu usitées, n’essayant pas de vexer son interlocuteur mais d’employer le meilleur terme pour le qualifier.

« - Ah ! Non… Pas ça… »

Et tandis qu’il réfléchissait, il entendit les hurlements lointains de marines qui se plaignaient encore de ne pas avoir réussi à attraper leur cible. Repensant à celle-ci, Erwin lui fit face avec un sourire amusé, les bras croisé, le dos droit mais le pied droit légèrement avancé, tapotant le pavé à intervalle régulier.

« - On dirait que je te dois quand même mon nom. Je m’appelle Erwin Dog, enchanté de te rencontrer. »
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Ayato Akuma
The Magical Trickster
avatar
Messages : 234
Race : Humain.

Feuille de personnage
Niveau:
29/75  (29/75)
Expériences:
193/200  (193/200)
Berrys: 840.000 B

MessageSujet: Re: [FB] - Fuir, fuir, fuir [Pv : Ayato]   Mer 28 Jan - 14:41



Hide and Seek


Cet enfant m'amusait et c'est pour cela que je comptais bien rigoler en sa présence. Oh bien sûr, n'imaginez pas que j'allais le ridiculiser ou quelque chose dans le genre. Non, je prévoyais à son égard un jeu plus amusant, comme lui faire tâter de sa propre médecine, ou alors, si l'occasion ne se présente pas, je verrais plus tard pour son cas. Bref, par chance, ce dernier s'approche du tonneau et tombe dans le panneau. Souriant, je le pousse dans le tonneau, loin de me douter de ce qui va se passer. En effet, alors que je remet le couvercle rapidement sur le haut du tonneau, et je m'apprête à monter dessus afin de me délecter des futurs protestations du jeune homme qui doit aimer sa position dans le tonneau huhu. Mais sans que je puisse agir, voilà qu'un coup se fait ressentir derrière moi. Poussé contre le tonneau, je me rattrape de peu avant de hausser un sourcil alors que je me retourne vers le responsable.

" Ohhhh ? "


Alors qu'il parle, je re-ouvre le tonneau et remarque qu'il est pas dedans. Magie ? Son tour m'intrigue et de cette surprise naît une fascination. Serait-il possesseur d'un pouvoir ? Si oui, je crois deviner lequel, mais cela me semble si surréaliste... Du déplacement instantané ? De la téléportation ? Sans réponse de sa part, rien n'est sûr, mais il a bien apparu derrière moi comme par magie et j'étais sûr de l'avoir poussé dans le tonneau lui, et non un clone ou quelque chose du genre.
Bref, ignorant complétement les cris de marines qui approchaient de plus belle, je le laisse m'insulter de manière très... spéciale ? A vrai dire, le terme " insulte " est presque mal utilisé vu la force de ses mots. On croirais voir un bébé tenter d'insulter son père. Souriant en coin alors qu'il se présente, je me contente de faire une révérence pour démontrer que moi de même, je suis enchanté de le rencontrer.
Me redressant pour me tenir correctement, j'avance une main vers lui, puis je fait mine de chercher quelque chose derrière une de ses oreilles. Retirant ma main avant qu'il me morde * sait-on jamais * je montrais une carte " Joker " avant de la lancer en l'air. Cette dernière comme par magie semblait se décupler, laissant tomber au sol non pas une carte, mais bel et bien cinquante-deux.

" Ayato Akuma, le magicien. Mais tu peux me surnommer Aya si cela te chante huhu. C'est plus courtois que homme-tonneau. Et moins long. N'est-ce pas ? Wiwin ? "

Bah quoi ? Si je lui donne droit à un surnom pour moi, j'ai bien le droit de mon côté non ? Quoi qu'il en soit, je vins ne pas remarquer la présence d'un drôle d'oiseau dans le ciel. En effet, depuis un moment, une mouette semblait survoler la zone, mais rapidement, ce n'est plus seulement une mouette qui volait au dessus de nos têtes. Une personne à mi chemin entre l'humain et un oiseau survolait notre position. Ce n'est que l'ombre de cette personne qui me fit remarquer sa présence. Redressant la tête, je vins alors à être assez surpris.

" Hm ? ... Un TGV ? "


TGV ? Sans doute que le jeune homme en face de moi n'aurait pas compris la signification de la blague, alors autant la lui dire non ?

" Il y a une Très Grosse Volaille au dessus de nous et ..."


Cette dernière se mise à faire un piquet en ma direction. Waow !!! Poussant le jeune homme d'un coup, la personne qui descendait fendait les airs pour alors me percuter de plein fouet. Ses griffes me maintenaient contre un mur et son corps semblait plus que robuste. Ne comprenant pas trop ce qui se passais, je vins alors à grogner délicatement avant de tenter de faire de l'ironie.

" En générale... La colombe sort du chapeau et non de nul part..."


Aie, elle me faisait mal aux poignets la personne. Fronçant les sourcils, je vins à bouger une main et sortir de nul part une carte. Tentant de trancher sa personne au niveau d'une patte, je me mis à gigoter pour forcer sa prise, mais dans l'immédiat, s'était un peu mal barré. Bon sang, pourquoi Madoka est pas là à cet instant hein ? Libérant un seul de mes bras, je tentais de frapper l'étrange personne en plein visage, mais même en agissant ainsi, pas dit que je me libère de son emprise, car sa prise sur mon poignet est plus que forte. Un zoan hein ? Les marines mettent les grands moyens pour si peu ? Comme c'est... navrant. Je vins donc à parler avec l'espoir que mon jeune compagnon soit encore là.

" Mon cher Wiwin Doggy... C'est à cet instant que l'assistant est censé aider le magicien pour qu'il puisse faire son tour. "







Revenir en haut Aller en bas
Erwin Dog
Commandant de la Révolution
avatar
Messages : 2913
Race : Humain
Équipage : Inquisition

Feuille de personnage
Niveau:
51/75  (51/75)
Expériences:
781/1000  (781/1000)
Berrys: 12.977.359.333 B

MessageSujet: Re: [FB] - Fuir, fuir, fuir [Pv : Ayato]   Mer 28 Jan - 23:10

Fuir, fuir, fuir [4]

Le regard d’Erwin avait suivi la carte avec attention, et quand bien même il n’avait pas compris quel tour de magie ce prestidigitateur avait utilisé. Un magicien, hein ? C’était peu courant de voir de telles personnes, principalement parce que leur art attirait à la fois crainte, méfiance et convoitise. Quittant le jeu un bref instant, le rouquin s’intéressa plus à même à la forme qui le surplombait, sans ajouter un mot. Il ne réagit pas non plus à la blague du dénommé Ayato, préférant rester sur un terrain connu pour le coup. Et lorsque la mouette fondit enfin sur le second homme pour une raison qui échappait totalement à la raison, elle tenta de raffermir sa prise sur les mains du magicien qui demanda bien vite de l’aide.

« - Je suis ton assistant maintenant ? S’amusa le jeune rouquin avant de disparaître et de reparaître à quelques pas de la femme aux allures de harpies. »

Celle-ci eut pour première réaction, après avoir remarqué que sa cible lui avait échappé des pattes, de se lancer sur le duo d’infortunés. Sortant une arme de sa ceinture, un petit pistolet à silex qu’il avait emprunté quelques jours plus tôt à Malia, Erwin pointa l’arme en direction de son ennemie qui eut à peine le temps de sauter sur le côté pour éviter le tir. Le jeune homme s’engagea directement à la poursuite de son agresseur, ayant bien envie de savoir pour quelle raison il avait été subitement attaqué, comme ça, de sang-froid.

La course-poursuite ne dura pas longtemps et ne les emmena pas bien loin, car ils tombèrent directement sur des marines qui avaient été attirés par les coups de feu et vers lesquels la Mouette, un plan en tête, les avait menés. Reprenant forme humaine avant d’être à vue de la horde de marines, elle se réfugia derrière l’un d’entre eux, le regard affolé :

« - Messieurs, deux hommes m’ont agressée ! Aidez-moi ! »

A ce moment-même, le rouquin cacha son visage en se mettant de dos, même s’il savait que ça n’allait pas réellement servir à grand-chose. Mais il comprenait un peu mieux pourquoi elle les avait attaqués : sûrement voulait-elle une raison pour que la marine porte son attention sur elle, que ce soit en se faisant témoin d’un meurtre ou victime d’une attaque à main armée. Se dirigeant vers Ayato, Erwin tenta de lui prendre le poignet pour qu’ils puissent s’enfuir un peu plus loin, et en un rien de temps ils se retrouvèrent dans une chambre d’auberge vide, une de celles qu’il avait visité dans l’espoir de trouver un endroit confortable où loger, même si celle-ci était plus que délabrée.

« - Bon, on a une tuile on dirait, lança-t-il comme s’il réfléchissait à haute voix. Je pourrais utiliser mon pouvoir pour nous sortir de cette île mais malheureusement cette femme pourrait donner notre description à la marine et très peu pour moi de me retrouver recherché ici. Non, j’aimerais avoir de l’aide pour qu’on la libère et qu’on fuit de l’île dès à présent. »

Se retournant, il s’installa sur une chaise dont le siège avait été tressée en paille dure. Il sentit quelques épis lui traverser les fibres fins de son pantalon et se releva, légèrement gêné, avant de soupirer et de se remettre à penser. Comment allaient-ils s’y prendre ? Enfin, son camarade n’était pas obligé de le suivre dans cette mésaventure, après tout il était déjà en partie recherché par les autorités.

« - Mais pourquoi cette mouette nous a-t-elle attaqué, nous, particulièrement ? Il y avait des cibles plus facilement abordables… »

Jouant avec le canon de son arme, Erwin soupira longuement. Il haussa les épaules et commença à faire les cents pas en attendant.
Revenir en haut Aller en bas
Ayato Akuma
The Magical Trickster
avatar
Messages : 234
Race : Humain.

Feuille de personnage
Niveau:
29/75  (29/75)
Expériences:
193/200  (193/200)
Berrys: 840.000 B

MessageSujet: Re: [FB] - Fuir, fuir, fuir [Pv : Ayato]   Jeu 5 Fév - 1:13



Hide and Seek


Le jeune homme était mon assistant. Dans mon esprit assez tordu, la chose sonnait juste. En ma compagnie, il ne pouvait être que cela n'est-ce pas ? Un jeune homme si jeune et donc si naïf... Il n'allait pas me laisser dans une telle situation ? Priant pour qu'il m'aide, je ne m'attendais pas à ce qu'il agisse de la sorte. Servant de distraction, de manière rapide et magique, je me retrouvais libéré de l'emprise de cette harpie et sans plus tarder, je me mis à courir au loin, ne désirant pas rester plus longtemps ici à faire le show. D'autres personnes devaient profiter non ? Ignorant le groupe de marine, je me laissais attraper le poignet par le jeune homme qui m'avait rattrapé et en un clin d'oeil, nous voilà tout deux dans un nouveau décor. Intrigué par son pouvoir, je me retournais vers lui alors qu'il exposait la situation et son ressentis.

Ce jeune homme semblait très soucieux de son état. S'il était recherché, il serait dans la merde. Mouai... Il ne faut pas exagérer me disais-je. Après tout, un voleur de légumes et fruits n'est guère un grand bandit comme ces gens avec un poster " Wanted " avec plusieurs zéro à la suite... Au pire des cas, il serait recherché ici pendant deux mois avant d'être oublié de ce bas monde. Sauf si la marine se décide à être plus radicale et traiter les bandits de bas étage comme les grands ennemis de ce monde. Cette politique ferait un carton : " Éliminer la source du mal à la racine, éviter que les petits deviennent des grands ". Diantre, je devrais faire politicien me disais-je. Bref, souriant en coin, je me retourne vers le jeune homme armé. Armé ? Que diable fait-il avec une arme ?

" La libérer ? Que veux tu dire ? Je ne te suis pas sur ce coup. Cette femme est clairement une demoiselle qui cherchait à faire l'intéressante.. Rien de plus. Puis quand bien même tu serais recherché, où est le soucis ? Ce n'est pas comme si tu avais tué sa majesté et que tu ne pouvais plus te montrer au grand jour jusqu'à la fin des temps. Sauf si tu as peur pour ton pseudo profil ? Tu crois que ça fera tâche dans ta vie ? Oooooh... Suis-je bête... Mais non... Papa et maman sans doute... Je suis distrait, excuse-moi. Oui, c'est vrai que si tu es recherché, cela ne devrais pas plaire à tes parents. Si jeune et ... mouai, tu n'as pas la tête d'un petit délinquant, mais plutôt celle d'un bon écolier huhu. "

Je ne moquais guère de lui. Je le jugeais quelque peu et m'amusais de la scène. Partant du principe qu'il avait - à mes yeux - seize ans, ou dix-sept à tout casser, je faisais part de mon ressentis.
Sa question me faisait sourire et rapidement, je me mis devant lui pour alors prendre le canon dans ma main. L'écartant doucement de ma personne, je tentais de lui subtiliser son arme en prétendant " qu'un enfant ne devrait pas avoir ce genre de jouet en sa possession ". Certes, je jouais un peu la nounou, mais je lui devais bien ça non ? Il serait idiot qu'il sorte du droit chemin à cause d'un doigt trop pressé sur la gâchette... Bref, je lui répondais avec ce sourire espiègle qui me caractérise.

" Sans doute nos cheveux... C'est rare de voir des rouquins dans le coin. Un peu comme un taureau face à du rouge. Elle a du avoir des pulsions. "


Laissant croire que je ne savais pas pourquoi et que je me fichais de la situation, au final, je tentais juste de noyer le poisson. Pauvre petit... Je tentais ni plus ni moins de le " fourrer ". Pourquoi donc ? Car actuellement, il est visiblement de mon côté, mais s'il apprends que JE suis le gars en tort dans l'histoire, vu sa jeunesse, il sera logique qu'il retourne sa veste non ? Ayato mon grand, tu vas la jouer magicien. De ce fait, j'essayais de le manipuler soigneusement et pour cela, je jouais la carte de la légèreté et de la naïveté. Frottant sa tête comme s'il s'agissait d'un chien ou tout simplement d'un jeune homme, ou comme si j'étais le grand frère et lui le petit que je taquinais, je vins à dire.

" Cependant, pour se faire oublier, il y a tout simple. Demander à la demoiselle en question de repenser à ses possibles dires. Si tu vois ce que je veux dire. "


Je le laissais imaginer la signification de mes dires. Autant moi je m'imaginais des méthodes d'homme, comme le chantage ou les menaces, autant lui, je me disais qu'il allait se dire qu'il allait falloir user de diplomatie et surtout, de gentillesse. Les enfants, ça m'a toujours amusé, bien que je ne suis pas fan quand ils gueulent... Dire que moi aussi je suis passé par ce stade.

" Bref, tu peux nous déplacer rapidement un peu partout dans l'île ? On la cherche, on la trouve qu'importe son entourage et abracadabra, on lui parle dans un lieu tranquille. "


Attendant qu'il agisse, je souriais toujours de manière heureuse et enthousiaste.

Revenir en haut Aller en bas
Erwin Dog
Commandant de la Révolution
avatar
Messages : 2913
Race : Humain
Équipage : Inquisition

Feuille de personnage
Niveau:
51/75  (51/75)
Expériences:
781/1000  (781/1000)
Berrys: 12.977.359.333 B

MessageSujet: Re: [FB] - Fuir, fuir, fuir [Pv : Ayato]   Ven 6 Fév - 0:56

Fuir, fuir, fuir [5]

« - De deux choses l’une, commença à répondre sèchement Erwin à la première intervention de son collègue d’infortune. Cette fille a vu assez de mon pouvoir pour me vendre au Gouvernement comme un vulgaire bout de viande, et je n’ose pas imaginer ce que je ferai si les Vautours sont au courant. Et je n’ai pas de parents, la seule chose qui m’intéresse, c’est ma propre sécurité… »

C’était en partie un mensonge, mais dans cette petite chambre désuète aux portes battantes et au froid pénétrant, il n’y avait rien qui pouvait être plus approprié que la flamboyante haine d’un enfant envers ses parents pour réchauffer l’atmosphère. Le ton moqueur ne cessa cependant pas dans la bouche de son locuteur, et le rouquin finit par abandonner sa posture défensive, laissant l’homme se saisir de l’arme sans s’en inquiéter. Après tout, une balle avait réellement très peu de chance à l’atteindre. Sur Grand Line, éviter des tirs à bouts portants était devenu un simple exercice de routine, surtout sous le commandement de son maître d’arme.

Cependant, l’homme qui devait dépasser le jeune garçon de trois ou quatre bonnes têtes n’avait pas fini de le taquiner, et sa main finit même par passer dans les cheveux d’Erwin qui, énervé, disparut simplement à un autre endroit de la chambre. Il détestait en ce moment-même, de cette haine enfantine et injustifiée qu’on les jeunes gens, toutes les grandes personnes, à comprendre en tant que personnes de grande taille. Toujours l’oreille attentive, le rouquin ne perdit pas une miette de ce que le Magicien avait évoqué. Et son sang ne fit qu’un tour à la pensée affreuse qui lui venait à l’esprit de menacer la vie de la demoiselle. Puis, en y réfléchissant quelques secondes, il finit par s’y faire. Il n’allait pas la tuer, juste la mettre en danger suffisamment pour qu’elle oublie la possibilité de dévoiler des informations cruciales au Gouvernement.

« - Je connais un volcan, je peux aller vérifier si son cratère est toujours rempli de lave, on pourrait la menacer au-dessus ? »

L’idée semblait tout droit sortie d’un cerveau aux germes diaboliques, dont le ton innocent du corps faisait passer ces paroles pour des frivolités, et pourtant si sérieusement évoquées qu’elles en donneraient la chair de poule à n’importe quel quidam. Mais l’homme en face d’Erwin n’était pas un « quidam », loin de là, il pourrait même trouver la proposition plaisante sous plusieurs aspects.

« - Le problème, c’est qu’elle doit être en train de monter à bord du bateau des marines, ronchonna alors le rouquin en regardant le plancher, en quête d’une planche qui n’ait pas encore été attaquée par la moisissure. Et donc que… Enfin, ça ne doit pas t’intéresser de risquer ta vie. Je m’en sortirai tout seul. »

Lançant un regard de défi au magicien, il ne put cependant s’empêcher de rajouter une boutade amusée, à la limite de l’insolence :

« - Et dire que j’avais cru qu’en bon magicien, tu pourrais faire un tour pour nous faire entrer, et rendre cette journée un peu plus amusante. »

Rire avec le danger ? Cela ne ressemblait pas au maudit, dont la prudence extrême et calculée sur Grand Line lui avait valu une vie sereine, sans embrouilles de toutes sortes. Ce qui voulait dire qu’en faisant cette proposition, il allait sortir des sentiers battus qu’il s’était créé ? De toutes les manières, il y avait peu de chances que le magicien accepte un contrat aussi désavantageux.
Revenir en haut Aller en bas
Ayato Akuma
The Magical Trickster
avatar
Messages : 234
Race : Humain.

Feuille de personnage
Niveau:
29/75  (29/75)
Expériences:
193/200  (193/200)
Berrys: 840.000 B

MessageSujet: Re: [FB] - Fuir, fuir, fuir [Pv : Ayato]   Sam 14 Fév - 23:18



Hide and Seek


Le jeune homme m'écoutait et visiblement, il gardait la tête sur les épaules quoi qu'il arrive. Oh ? L'écoutant d'une oreille attentive, je le laissais me donner son point de vue et son opinion. Il n'est pas marrant à ces heures, me disais-je. Ce jeune homme était jeune et rabat-joie en plus de ça ? Mon dieu, mais où va le monde. Soupirant, je ne me rendis même pas compte de sa téléportation pour esquiver ma caresse sur la tête. Qui n'a jamais eu ce réflexe de traiter un jeune comme un petit animal quand on fait deux, trois ou quatre tête de plus ? Moi en tout cas, les gens largement plus petit que moi, j'ai cette envie irrépressible de titiller leurs têtes comme un petit chien huhu.

Regardant le jeune homme qui semblait presque boudeur selon moi, je notais sa proposition dans un coin de ma tête. Un volcan ? Mais quelle idée magnifique, bien que radicale. Il y a plus drôle. En gros, il voulait protéger son identité et surtout, ne pas voir des informations cruciales sur lui être dévoilées au gouvernement. Quoi de plus normal ? Avec un pouvoir comme le sien, imaginez un peu la merde que ce serais sur les mers. Même si en soit le pouvoir n'est pas offensif, il est très polyvalent et stratégiquement parlant, il est redoutable. Que se passerait-il si la marine, des révolutionnaires, des pirates ou des chasseurs de primes pouvaient se déplacer instantanément d'un point A à un point B, avec seulement quelques secondes d'intervalles hm ? Dans une guerre, cela pourrais être un revirement de situation unique, sans pareil. Non vraiment, ce jeune homme détenait entre ses mains LE pouvoir que ce monde se doit de craindre. Moi-même, je craignais sa personne car imaginez s'il me trahit ? Il pourrait m'envoyer illico à Impel Down, me laisser dans un coin pommé, me faire visiter un volcan. Ou alors... Il pourrait m'aider à m'infiltrer dans certains endroits dit impénétrables, me rendre encore plus magique niveau prestations... Bref, à mes yeux, il est aussi magnifique que terrifiant, mais ça, pas question de le dire.

Ses craintes sont minimes, mais réelles et justifiées. Souriant en coin, je le laisse lancer ses vannes, clairement dites pour me forcer la main. Laissant un petit vent se faire entendre dans la pièce, finalement, j'éclate de rire face à sa belle tentative.

" Tu crois que je ne vais pas taider pour infiltrer un navire de marines et hm... 'prendre à part' une personne ? Sous pretexte que prendre une personne qui est à la marine est un délit en soit et que c'est dangereux ? Alors là... Tu me connais mal Doggy ♥ "

Il devait deviner la suite de mes dires vu mon air et mes paroles, mais je préférais lui confirmer oralement. M'approchant de lui, je lui tendais ma main de manière lente afin qu'il ne s'affole pas.

" Trouvons cette fille, ces marines et niveau plan et distraction... Hm... Je pense avoir de quoi faire huhu. Fait moi juste confiance, c'est la seule contrainte de ce ' contrat ' ".

L'air malicieux, tout le monde se douterait d'une belle idée derrière la tête. Dommage que Madoka ne soit pas là, car dans l'immédiat, elle m'aurait juste traité d'idiot, ou aurait tenté de me discréditer. Attendant une quelconque réaction, je vins alors à agiter doucement ma main, afin qu'il la serre pour signifier son accord.

" Téléporte nous où il faut, et je m'occuperais du reste. Quant à toi, tout ce que tu auras à faire, c'est profiter de la situation pour t'occuper de la demoiselle et basta. Suite à ça, pas besoin de te soucier de moi. Ce coup restera dans les ... livres d'histoire huhu. Tu t'en sent capable ? Car pour ma part, j'ai le meilleur tour du monde entre mes manches. "

De plus belle, ce sourire narquois et angoissant naissait sur mon visage. Plan foireux ou non, j'étais motivé quoi qu'il en dise. Impossible de m'arreter désormais, l'idée est dans ma tête et il m'est impossible de la retirer sans que cette dernière n'est pas réalisé.

Revenir en haut Aller en bas
Erwin Dog
Commandant de la Révolution
avatar
Messages : 2913
Race : Humain
Équipage : Inquisition

Feuille de personnage
Niveau:
51/75  (51/75)
Expériences:
781/1000  (781/1000)
Berrys: 12.977.359.333 B

MessageSujet: Re: [FB] - Fuir, fuir, fuir [Pv : Ayato]   Lun 16 Mar - 23:47

Fuir, fuir, fuir [6]

« - Je peux me battre, Commandant ! »

Le regard du garçon s’était posé sur celui du vieil homme. La déposition de la femme qui s’était faite agressée devrait être rapide à prendre, mais si ce garnement n’arrêtait pas de lui casser les pieds, il allait finir par péter une durite. L’envie d’écraser la tête du mioche contre la paroi en acier n’était retenue que par le frêle sentiment de famille qui le liait à cet avorton. Son petit-fils, rien que ça. S’il lui en collait une, il en entendrait parler pendant des jours ! Et dire qu'en quarante ans de carrières, il n’avait pas dépassé le grade de Commandant. C'était inévitable cependant, son curriculum sur North Blue était assez léger. Une arrestation par-ci, un sauvetage par-là. Ses capacités martiales laissaient à désirer, et s’il avait son propre bateau et ses propres mousses, ce n’était dû qu’à sa capacité à éviter les combats tout en pratiquant les adages de la marine.

Son petit-fils, Richard, en revanche, n’avait pas cette jugeote et souhaite en découdre. Il avait même proposé inopinément de rejoindre les gardes qui patrouillaient en ville pour arrêter les agresseurs. Ce n’était qu’une possibilité, mais il souhaite être aux premières loges et en première ligne pour descendre ces « fils de putes », comme il les avait vulgairement appelés un instant plus tôt. Le vieux commandant avait cependant raison sur un point capital : Laisser Richard aller en première ligne dans cet état d’excitation, c’était donner une victime de plus à leurs ennemis. Non, il rétablirait le calme sans avoir recours à la violence, en espérant que ces gars ne seraient pas trop insistants et quitteraient l’île aussitôt que possible.

« - Va patrouiller sur le pont, pendant que je m’occupe de prendre la déposition. »

Grognant entre ses dents, une vulgaire insulte balancée au « vieux débris », l’injurieux petit garnement d’une quinzaine d’années se dirigea vers le pont au pas de course, évitant une tasse de thé qui s’éclata contre le mur en acier du navire.

« - Ah, j’ai encore perdu mon sang-froid, soupira le commandant avant de se lever, de s’étirer, attrapant une feuille au passage, et de diriger ses pas vers la fameuse salle d’interrogatoire. »

___________________________


Erwin écoutait attentivement son collègue. Le malheur s’abattrait très certainement sur lui s’il suivait le plan que proposait son acolyte, et pourtant l’excitation de l’instant présent n’était toujours pas partie. Il voulait se défouler sur quelque chose, et ses muscles contractés ne semblaient pas capables de renoncer à une opportunité d’en démordre. Le calme qui avait succédé à une passagère folie ne pouvait pas totalement l’empêcher de penser à toutes les sadiques possibilités qu’il y avait. Tout d’abord, le bateau, ensuite… Il verrait. Soupirant longuement, le jeune homme réfléchit un instant à l’endroit où il pourrait téléporter ce magicien… Et il repensa à la configuration des lieux. Oui, le pont était certainement le meilleur endroit pour que cet homme se déchaîne. S’il n’était pas assez bon, il n’aurait qu’à le sauver.

Tendant la main à son allié, il attendit que celui-ci le touche pour le transporter ailleurs. L’odeur de la mer arriva bien vite aux narines du rouquin lorsqu’il apparut au-dessus de l’eau, à une trentaine de mètres du bateau, abrité des regards indiscrets par la cheminée du bâtiment d’où s’échappaient des miasmes blanchâtres, sûrement de la fumée. Puis un instant plus tard, il se retrouva à couvert derrière la cabine d’où le navigateur devait diriger son appareil.

« - Je te laisse ici, bon courage, au besoin… Hurle. »

Et sans laisser au magicien le temps de rajouter une parole, le maudit disparut à nouveau.

___________________________


« - Vous m’avez fait attendre. »

Cette fois-ci, la jeune femme était de mauvaise humeur. Plus de dix minutes qu’elle patientait. Et au lieu de voir un homme d’âge moyen comme l’affiche le montrait, elle fit face à un vieux crouton. Ronchonnant, elle essaya de laisser paraître un maigre sourire pour mettre son interlocuteur en confiance. Il allait falloir lui extirper les informations nécessaires.

« - Bien, commençons, lança l’homme en baillant, laissant glisser sur la table un avis de recherche de trois millions de berry avec le portrait de la femme dessus. Je crois que nous devons discuter, Mouette Sanglante. »
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Ayato Akuma
The Magical Trickster
avatar
Messages : 234
Race : Humain.

Feuille de personnage
Niveau:
29/75  (29/75)
Expériences:
193/200  (193/200)
Berrys: 840.000 B

MessageSujet: Re: [FB] - Fuir, fuir, fuir [Pv : Ayato]   Mar 17 Mar - 1:13



Hide and Seek


Faire quelque chose de " mal " c'est tellement plus excitant que faire le bien. Bon, la notion de bien et de mal est très différente selon les personnes. Pour preuve, certains diront que braquer une banque c'est mal, alors que pour moi, si l'on extirpe de l'argent par la force, pour mieux redistribuer les richesses, où est le mal là-dedans ? Forcer la main à des égoïstes est si vilain que ça ? Malade mentalement ou simplement différent, je me foutais du regard des autres, je vivais ma vie et j'étais heureux ainsi. Ma vie est un show et je ne compte pas le ruiner à cause de gens trop terre à terre...

Ainsi donc, je regardais le jeune homme qui bouillonnait sur place. Quand il me tendit sa main, je ne tardais pas à la saisir. Oh ? En deux temps et trois mouvements, nous voilà ailleurs. La téléportation m'a presque donné immédiatement une nausée, mais je me retiens de recracher un certain déjeuner. Quel pouvoir étonnant, si j'avais le même, j'en connais une qui s’arracherait les cheveux. Peut-être devrais-je en parler au jeune homme tient...
Et si je lui racontais mon histoire avec Madoka ? Oh oui, il faut absolument qu'il connaisse un jour ou l'autre Madoka. Quant bien même elle n'est pas du genre à être ultra sociable à ses heures, elle saurait faire un effort. Puis au pire des cas, ou bien mon entrejambe, ou celui d'Erwin serait brisé par un coup de genoux de la miss, car elle ne mâche pas ses mots, comme ses coups. Sortant de ma rêverie, je m'exclame alors soudainement.

" Faut que jte parle d'une fille au faite..."


Silence radio, personne n'est là. Hm ? Où suis-je ? Me retournant à plusieurs reprises, je remarque que je suis sur un joli navire. Oh ? On est déjà là-bas ? Intrigué, je commence alors à marcher, descendre quelques marches et là, je me retrouve sur le pont. Visiblement, je ne suis pas seul et rapidement, c'est un jeune homme qui me fais face. Je le regarde, il me regarde, on se regarde, nous nous regardons, bref, nos regards se croisent. Tandis que je suis silencieux, lui, il commence à se faire entendre, criant à l’intrus.
Poussant un profond soupire, ce n'est pas une armée qui débarque d'en bas du navire, mais seulement cinq personnes. Certes, elles ont l'uniforme et les armes classiques, mais avouons le, il m'en faut plus pour m'impressionner. Zappant le blabla habituel dans ce genre de situation, je tente alors de faire mon show privé, sans savoir si Erwin de son côté observait la scène, ou attendait ma fameuse prise de pouvoir pour profiter du chaos sur le navire.

La tension est palpable, les gens se fixent et moi, je dois dégainer. Fouillant une poche je tire alors une carte " Joker " et je la lance vers celui qui semble le plus nerveux de la bande, suite à quoi, je dis clairement d'une voix ne laissant aucun doute quant à la véracité de mes propos.

" Je me rends !!! "


Et non, pas de combat spectaculaire, pas de tour de magie à première vue, juste... un abandon. La meilleur défense c'est l'attaque ? Et la meilleur tactique c'est celle d'abandonner dans ce cas. Souriant comme un " abruti heureux ", je place mes mains derrière la tête et attends que ces hommes fassent le taff. Sans plus tarder, le plus nerveux s'avance et m'insulte de tout les noms. Me contentant d'encaisser, je le laisse alors me guider vers l'endroit où se trouve le fameux commandant du navire. Le jeune homme hurle haut et fort qu'il a capturé un intrus et moi, je jouis de cette affirmation plus que fausse. Entrant alors dans la pièce, la folle dingue me reconnais et là, c'est le drame. Une deuxième gueulante voit le jour.
D'un côté, c'est : " Commandant, je l'ai attrapé en train de vagabonder sur le navire "
De l'autre : " C'EST LUI !!! Il fait partit de la bande. "

La bande ? Le commandant se demande bien quelle bande et je me contente de hausser les épaules.

" La bande à Aya sans doute... Quoi qu'il en soit, je m'excuse de déranger votre monotonie, votre ennui et autres états d'esprits pour le moins... ennuyeux à mourir. Je me baladais par-là, dans l'espoir de retrouver ma douce et tendre. Devinez quoi, je l'ai retrouvé, puisque c'est cette jolie hystérique ici présente. Bon, je ne vais pas m'attarder d'avantage, et donc permettez moi de la prendre et l'emmener ailleurs hm ? "

Sans forcer, d'un geste aussi simple qu'un mouvement pour dire bonjour, je me libère de l'étreinte faible du fameux Richard et je m'approche alors de la fameuse mouette sanglante, mais visiblement, mon tour de passe passe et mon discours ne plait pas aux marines. Immédiatement, c'est un commandant qui ordonne que je sois neutralisé.

" Oh ? Moi ? Mais qu'ais-je fais exactement ? Attendez... Choisissez plutôt une carte. Pique, Trèfle, Coeur ou Carreaux ? "


Chèvres... Ils finiront tous chèvres à la fin de la soirée. Le peu de troupes sont mobilisées dans la cabine ici-même et c'est là que mon plan agit. Le but ? Monopoliser l'attention pour qu'Erwin agisse. Seul le plan " disparition de ma personne " est encore à voir. Mais au fond, si je peux aider ce jeune à faire sauter sa peine, c'est largement suffisant comme récompense non ? " Idiot " dirait Madoka dans ce genre de situation.

" Pourquoi ne pas me torturer en bas avec une plume ? Ou faire un combat à mort entre nous ? "

Finalement, la décision est prise, je vais être mis en quarantaine en bas. Sourire aux lèvres, je me laisse guider vers mes nouveaux appartements, tout en sachant que les marines, Richard ET le commandant m’accompagnent, délaissant la petite mouette qui une fois de plus rumine face au fait d'être mise au second plan.

Revenir en haut Aller en bas
Erwin Dog
Commandant de la Révolution
avatar
Messages : 2913
Race : Humain
Équipage : Inquisition

Feuille de personnage
Niveau:
51/75  (51/75)
Expériences:
781/1000  (781/1000)
Berrys: 12.977.359.333 B

MessageSujet: Re: [FB] - Fuir, fuir, fuir [Pv : Ayato]   Mar 17 Mar - 14:58

Fuir, fuir, fuir [7]

« - Il y a du grabuge en haut… Quoiqu’il en soit, ma proposition tient toujours. »

La Mouette sanglante n’eut pas le temps de répondre au commandant que déjà les marines apportaient, interrompant l’interrogatoire, l’homme qui venait de faire le cirque. Laissant la jeune femme seule, le maître du navire dirigea vers ses appartements provisoires celui qui venait de faire un peu de bordel. Autour de lui, des cages en fer avaient été érigées, et quelques bandits de bas chemins les habitaient. Celui qui saurait être le camarade de chambre d’Ayato s’appelait « Vain ». Son nom était inscrit au fer rouge sur son front, triste souvenir de sa condition d’esclave. Il s’était échappé quelques années plus tôt grâce à son étrange capacité qui lui permettait de marcher sans émettre un seul bruit. Un véritable fantôme. Le sourire énigmatique qu’il portait sur le visage était le signe d’une folie sous-jacente.

Sans s’attarder plus longtemps, le commandant haussa les épaules et sourit presque en voyant son petit-fils fier de cette capture. Un « Ne foutez pas le bordel, et toi, surveille-les, avorton. » vola à travers la pièce tandis que les prisonniers encore en état de râler commencèrent à grogner. Certains, à l’apparence cadavérique, semblaient condamner à mourir ici. D’autres avaient les airs de la mort elle-même inscrits sur leurs visages tuméfiés. Ce n’était qu’une bande de borgnes, d’estropiés. Des estropiés de la vie, pour sûr. Richard les regardait, condescendant. Il souriait à cette injustice perverse, et s’éloignait, tournant le dos à Ayato pour prendre place à un bureau de fortune, une simple table en bois munie d’une chaise et sur laquelle l’avorton déposa les clefs, hors de portée des mains indiscrètes.

En haut, dans la salle d’interrogatoire, le cri du vieillard retentit lorsqu’il s’aperçut que la femme, et l’avis de recherche par la même occasion, avaient disparu. Volatilisés, alors que le deal n’était toujours pas conclu. C’était impossible. Le cœur de l’homme s’accéléra et l’angoisse le prit. Elle en savait déjà trop, elle allait le faire plonger. Le hublot n’était pas ouvert, pourtant, et le garde affirmait qu’il n’avait rien vu ni entendu d’étranger. Volatilisée. C’était impossible, il fallait faire quelque chose. Retournant ans son bureau, le commandant découpa rapidement l’image qui avait servi à l’avis et ordonna à ses hommes de la retrouver, avec l’indication « Menteuse compulsive » pour qu’ils ne croient pas un mot de ce qu’elle dirait. Pourtant, il n’avait pas encore compris ce qu’il en était.

___________________________


« - Laisse-moi sortir ! T’es qui, bordel ?! »

La femme avait déjà pris son apparence d’hybride pour tenter d’éviter le rouquin dont la main s’était rapidement emparée du poignet fin, grossissant de la créature. Sa transformation n’était en rien impressionnante, elle restait plus humaine que mouette. Selon certaines études, la transformation en Zoan serait potentiellement différente en fonction de la personne qui ingurgite le fruit et de son caractère. Cette hypothèse émanait d’une thèse trouvée dans une bibliothèque de Lunas, « Les Mystères ». Le titre, vague, avait à l’époque attiré l’œil d’Erwin qui s’était jeté dessus et l’avait dévoré en quelques heures.

« - Ne me provoquez pas, j’ai besoin de votre silence. »

Le regard de la mouette sanglante scintilla alors que la proposition tombait. C’était tout à son avantage de conclure un marché, et elle pourrait en profiter plus que le garnement en face d’elle. Son sourire ne laissait rien présager de bon dans cette chambre d’auberge.

« - Intéressant, tu devrais surveiller tes paroles, elles laissent trop transparaître la nécessité, les gens peuvent facilement te manipuler… Bref, j’ai besoin que tu voles des informations dans ce bateau pour moi… Toutes les informations concernant ‘La Mouette Sanglante’, emmène tout le bureau si tu veux, je m’en fous. Marché conclu ? »

Erwin soupira avant de tendre sa main vers la jeune femme pour une poigne serrée. La jeune femme sautilla alors avant de reprendre le chemin du navire où le commandant gueulait déjà sur l’incompétence de ses subordonnés.
Revenir en haut Aller en bas
Ayato Akuma
The Magical Trickster
avatar
Messages : 234
Race : Humain.

Feuille de personnage
Niveau:
29/75  (29/75)
Expériences:
193/200  (193/200)
Berrys: 840.000 B

MessageSujet: Re: [FB] - Fuir, fuir, fuir [Pv : Ayato]   Mar 17 Mar - 16:21



Hide and Seek


Surprise générale, j'étais capturé. Ou plutôt, je me suis rendu à ces gens pour faire la fameuse diversion que j'avais promis à Erwin. Serein comme pas deux, me disant qu'au pire, j'allais rester ici pour quelques heures au grand maximum. Après tout, quel est mon crime si ce n'est être entré de force dans une zone privée ? Oh, j'ai volé quelques trucs il y a de ça quelques heures, mais je l'ai fait dans la nécessité. Est-ce si mal que ça ? Quoi qu'il en soit, je ne m'en faisais pas trop, essayant de voir le bon côté des choses, plutôt que me morfondre sur mon sort.

Emmené dans la cale du navire, j'allais rejoindre des amis visiblement. Dirigé vers une cellule déjà habitée, je vins à regarder mon compagnon de cellule. Sa carrure était assez intéressante, mais le plus marquant était le fait qu'il se déplaçait dans un bruit. En effet il devait faire une tête de plus que moi, quant à son poids, il devait m'être supérieur d'au moins une dizaines de kilos. Le fait de marcher sans faire un seul bruit était presque un miracle qui attirait mon attention. Les gardes nous laissaient en douce et je me retrouvais donc en tête à tête avec Goliath.

" Il fait beau ici... C'est charmant. "


L'homme ne semblait pas être du genre ultra sociable. Il me regardait avec un air qui ne me disait rien de bon. Avais-je un point sur le front ? Intrigué, je me grattais le front, puis le nez avant de finalement regarder mon ami du soir. Visiblement, il n'aimait pas le fait que je pénètre dans son espace vital. Si bien, que sans prévenir, il tenta de me frapper. Me redressant vivement, je tentais de blaguer, mais cela me valut un coup dans le ventre, m'envoyant voler contre les barreaux.

" Wow.. On a le sens de l'hospitalité ici..."


S'engageait un combat pour le moins... à sens unique. En effet, la masse adverse frappait et je me contentais d'esquiver tant bien que mal. Me jouant de lui grâce à mon agilité largement supérieur, je laissais l'homme faire du bruit, afin d'attirer des gardes. Ces derniers rappliquaient en se demandant quoi faire. Soupirant et faisant une pause, je vins alors à saisir la main de l'homme alors qu'il tentait de me frapper de plus belle.

" Oh ? Est-il possible de faire une demande de changement de cellule ? "

Les gardes semblaient déjà en avoir marre de moi et de ce fait, ils ouvrirent la porte de manière assez.. inconsciente. Souriant comme un démon, je vins alors à dire d'un ton las de la situation.

" Hm... Vain... Il semblerait qu'on puisse sortir."


Immédiatement, les gardes hurlaient de peur et tentait de refermer la porte, mais Vain saisissait le plus près de lui et essayait de le broyer contre les barreaux. M'approchant pour faire on ne sais trop quoi, je me reculais quand l'autre sortit une arme à feu et pointait Vain qui abandonnait son idée de rébellion. Enfermés de plus belle, nous étions beau tient... Une fois au calme, l'homme grognait en se demandant quoi faire et c'est là que j'interviens. En effet, lui demandant de tourner la tête et se boucher les oreilles, sous les yeux de quelques prisonniers, je sortais de la cage sans difficultés. Mon secret ? Bah... J'ai obtenu les clés voyons. J'ai pris soin de piquer les clés du garde quand il c'est fait attaquer par mon bourrin de compagnon de cellule. Ou du moins, j'avais un double. Souriant, je vins à faire une révérence à mes amis et m'apprêter à sortir de là. Manque de pot, le garde s'était rendu compte de son oubli et le voilà qui ouvre la porte. Immédiatement, je lui donne droit à une belle droite dans la face en lui souhaitant une très bonne nuit.

" Bon... Et maintenant... Place au fun. "


Avant de quitter la pièce, je jetais les clés vers mes compagnons, espérant qu'ils forment un véritable petit soulèvement sur le navire. Ainsi, je pourrais partir de là en douce. Où en était Erwin ? Je me le demandais. Quoi qu'il en soit, JE me faisais discret, tandis que les autres prisonniers s'échappaient de la cale et envahissaient le pont en commençant à créer un véritable chaos sans pareil.

Revenir en haut Aller en bas
Erwin Dog
Commandant de la Révolution
avatar
Messages : 2913
Race : Humain
Équipage : Inquisition

Feuille de personnage
Niveau:
51/75  (51/75)
Expériences:
781/1000  (781/1000)
Berrys: 12.977.359.333 B

MessageSujet: Re: [FB] - Fuir, fuir, fuir [Pv : Ayato]   Mar 17 Mar - 17:20

Fuir, fuir, fuir [8]

La Mouette Sanglante était arrivée sur le pont lorsque la première bagarre avait éclatée dans la cale, et le Commandant, rassuré mais aussi inquiet de son retour, avait décidé de prendre les devants pour savoir si le deal était en bonne voie de se réaliser. Une promesse, un compromis entre une hors-la-loi et un marine. Le nom de ses employeurs et leur localisation en échange de sa liberté. Si ses supérieurs l’apprenaient, il était bon pour Impel Down, mais ce genre de zèle n’était que trop courant chez ce vieil homme. Il ne savait pas se battre, en revanche il était très précautionneux lorsqu’il réalisait des affaires. Cette facette de sa personnalité le rendait à la fois détestable et enviable.

« - J’ai réfléchi… »

La femme sourit en voyant Erwin apparaître derrière le Commandant, sur le pont, le dossier en mains. La suite, le rouquin ne s’y attendait pas. La femme transforma son avant-bras en serre, et arracha d’un coup sec, précis et inflexible le cœur de l’ennemi. La mort dans l’âme, le civil recula et tomba à la renverse sur le pont. Il vit la Zoan s’approcher de lui à toute allure mais disparut à cet instant pour esquiver ses serres. Celles-ci semblaient avoir la drôle d’envie de trancher la main du garçon pour lui prendre les papiers.

« - Reviens ici ! »

Se précipitant à l’endroit où il était apparu, la mouette émit un cri digne des plus affreux oiseaux. Et les esquives se poursuivirent dans un ballet infernal jusqu’à ce que les hors-la-lois remontent sur le pont, libres de leurs chaines, shootant à tour de rôle dans le cadavre de leur adversaire. La puissance des coups finit par détacher la tête du commandant qui se mit à rouler sur le plancher fraichement nettoyé. Erwin eut envie de rendre son déjeuner mais il se contenta de se rendre à l’intérieur du navire. Ce genre de spectacle, malgré leur grande fréquence, avait un goût de tragédie.

En entrant dans le bâtiment et en déambulant, le rouquin finit par tomber sur le magicien. La réaction qu’il eut, entre les déchainements de passions des uns et les hurlements glauques des autres, fut de lui sauter au cou, les larmes aux yeux. Un seul visage familier existait en ces lieux, et c’était celui de cet homme aux mœurs sûrement très légères.

« - Aide-moi, Ayato ! Lança Erwin en regardant celui-ci, une masse de fumée s’élevant du trou qui apparut au milieu du couloir. »

L’acier venait d’être percé d’un simple coup de patte de la part de la Mouette Sanglante. Celle-ci, le regard fou, cherchait les bouts de papiers qui, s’ils étaient remis aux forces de l’ordre, lui rendraient la vie infernale. Personne, à part Erwin, n’avait fait attention quand elle avait arraché le cœur du Commandant. Les marines étaient trop occupés à chercher en ville, et à présent à réunir les prisonniers, pour remarquer ce genre de détail. Seul obstacle entre sa liberté et elle : Erwin Dog. Sautant littéralement sur le jeune homme dont le premier réflexe fut de passer derrière Ayato,

___________________________


Richard était remonté, encore vivant dans tout ce tumulte, mais blessé par les évadés. Il était sûrement le dernier marine en vie sur ce bâtiment, et cette triste pensée fut confirmée lorsqu’il vit le cadavre de son grand-père sur le sol, la tête un peu à l’écart. Ses yeux s’embuèrent, et ses bras tombèrent le long de son corps. Il avait le nez cassé, mais peu importe. Du haut de ses quinze ans, il n’avait pu sauver l’homme qui l’avait toujours protégé. Il se sentait faible. Mettant ses mains devant sa bouche, il se mit à hurler d’un cri étouffé.
Revenir en haut Aller en bas
Ayato Akuma
The Magical Trickster
avatar
Messages : 234
Race : Humain.

Feuille de personnage
Niveau:
29/75  (29/75)
Expériences:
193/200  (193/200)
Berrys: 840.000 B

MessageSujet: Re: [FB] - Fuir, fuir, fuir [Pv : Ayato]   Mer 18 Mar - 1:25



Hide and Seek


C'est la fête. Bien des bandits dehors, le chaos s'installait sur ce petit navire et rapidement, des gens se battaient. Moi, je me contentais de fouiller ce navire à la recherche de je ne sais quoi. Pourquoi n'étais-je pas partit en douce tout simplement hm ? Sans doute que je voulais dire au revoir à Erwin et que je le pensais dans le coin. Ou peut-être voulais-je simplement me dégourdir les jambes comme un touriste au milieu de ces combats, comme si de rien était. Je suis un inconscient au milieu de ces batailles qui résument bien la folie de ce monde.

Entrant de plus belle dans le navire, je commence à parcourir un petit couloir où du bruit semble se faire entendre. Hm ? Il y a de l'ambiance dans ces boites-là. Avançant d'un pas téméraire, c'est là que mon ami apparait. Visiblement, il est pas aussi joyeux que tout à l'heure. Bien loin de son air de gosse, ou de sa supériorité, voilà qu'il est presque en larme. Hm ? Aurait-il vu le capitaine à poil ? Intrigué par cette image d'enfant que j'avais de lui, je le laissais me sauter presque au cou en passant derrière moi. Qui est donc le ou la responsable de son état actuel hm ?

Un trou dans le sol, de la fumée, une forme humaine... Très vite, j'aperçois une personne qui me dit quelque chose. Notre cible ? Mon dieu, mais qu'avait fait notre jeune homme pour s'attirer pareil foudres ? Sifflant d'admiration sans montrer l'étonnement qui me brûlait de l'intérieur, je vins alors à ouvrir grand les yeux.

" Un TG... Oh... Je l'ai déjà faite cette blague..."


La folle semblait chercher quelque chose et cette chose, c'est mon petit assistant qui l'a visiblement. Arquant un sourcil, je l'observe avancer vers nous tandis que mon acolyte me demande de l'aider. Et comment hein ? Une quasi harpie nous fonce dessus et je devrais faire quoi ? Lui servir de bouclier ? Wiwin sérieusement...

" Hm... Et c'est à cet instant que tu désires que je l'enferme dans ma poche en t'affirmant l'avoir envoyé dans un volcan en activité ? "


Allô, je n'ai pas ce pouvoir même en tant que magicien. Cependant, le jeune homme le pouvait non ? Un simple contact et la belle allait voir ailleurs. Indirectement, j'espérais qu'il avait compris mon message. A défaut de pouvoir la toucher sans risquer de se faire avoir par la miss, peut-être pouvait-il la téléporter sans se faire attaquer s'il avait un gain de temps offert par moi ? Soit.

" Bon... Je vais amuser la galerie. Je compte sur toi pour applaudir quand il le faudra."

Encore une fois, un message simple à comprendre. J'agissais et lui, il en profite quand il peut. Me détachant de lui, je fonce sur la demoiselle et tente de la couper avec une carte en métal. Chacun passant derrière l'autre, je me retourne en admirant les dégâts sur elle. Presque rien, si ce n'est une petite trace rouge qui tâchait son corps. Moi en revanche, je sentis un picotement intense au niveau du bras. Hm ? Regardant celui-ci, je vis une belle entaille au niveau de ce dernier. Aisément un centimètre. Il va falloir que je me fasse coudre moi... Faisant une légère moue en cachant mon mal, je remarque alors que la créature pose son regard sur moi, furieux du fait que je l'ai blessé. Oups... Aurais-je fais une bêtise ? Celle-ci fonce de plus belle sur moi, désirant non plus entailler un membre, mais carrément l'arracher. Cela me fais froid dans le dos tellement c'est étrange de faire face à un adversaire du genre.

Sa rapidité était supérieur à la mienne et quant bien même j'esquivais avec chance, je gagnais des entailles légères, mais de plus en plus profondes à chaque coups. Si je continuais ainsi, celle-ci finirait par m'avoir, mais au moins, je remplissais mon rôle, celui de distraction. Souriant comme un idiot heureux, je me demandais bien si la chouette s'en rendait compte... Hm ? Comment ça ce n'est pas une chouette ? Une colombe alors ? Non plus ? Bref.

Je ne faisais guère attention au hurlement de douleur qui se faisait entendre ailleurs. Quelqu'un pleure un mort ? Cette simple réalité me fis tourner la tête sur le côté et la fameuse zoan en profita pour me donner un terrible coup de genoux dans l'estomac, m'envoyant balader contre une partie du couloir. Ouf... ça fais pas du bien ça. Légèrement sonné, je ne me rendais pas compte du fait qu'elle approchait, avec la net intention d'en finir. Mais alors qu'elle allait attaquer, je me contente de tendre la main et l'ouvrir pour laisser échapper plusieurs cartes. Suite à quoi, je tente de lui donner un coup dans.. les parties. Oui c'est bas, oui surtout sur une femme, mais non je n'ai aucun regret. L'air malicieux bien qu'un peu fatigué, j'espérais offrir l'opportunité à Erwin d'agir, sans m'imaginer une seconde qu'il pourrait pas être apte à faire ce que j'avais eu en tête depuis tout ce temps. Après tout, qui a dit qu'il allait coopérer ou accepter mon plan ?


Revenir en haut Aller en bas
Erwin Dog
Commandant de la Révolution
avatar
Messages : 2913
Race : Humain
Équipage : Inquisition

Feuille de personnage
Niveau:
51/75  (51/75)
Expériences:
781/1000  (781/1000)
Berrys: 12.977.359.333 B

MessageSujet: Re: [FB] - Fuir, fuir, fuir [Pv : Ayato]   Mer 25 Mar - 11:47

Fuir, fuir, fuir [9]

« - T’es vraiment pète-ovaires, toi. »

En disant cette phrase à son adversaire, la Mouette Sanglante ne croyait pas si bien dire. Elle resta là, un instant étouffée par le coup que venait de lui donner le pirate dans les parties. Son regard ahuri rencontra celui malicieux de son adversaire, et elle comprit que sa sombre heure était enfin arrivée. Avant même qu’elle puisse dire « Oudoni », son corps disparut, transporté dans une dimension incertaine, lointaine. Non, il s’agissait juste d’une grotte sombre dans laquelle un rire résonna : Celui familier d’une sirène. La Mouette regarda l’envoûtante créature s’approcher d’elle, et à mesure que le chant continuait de s’élever, la jeune femme rougissait de plus belle. Elle s’approcha de la belle les mains se refermèrent tendrement sur sa gorge.

Au bout de quelques secondes, la sensation d’asphyxie la prit, mais tant qu’elle entendait cette voix charmante, rien ne comptait plus. Puis, quand elle s’évanouit à cause du manque d’oxygène, elle maudit ces deux rouquins qui l’avaient tendrement porté auprès du passeur. Alors c’était à ça, à cette chose informe et inconnue, que ressemblait la mort…

___________________________


Erwin revint sur le bateau, le regard perdu dans le vide. Il tendit une main à Ayato pour le remercier. Ses yeux, encore un peu rouges, cherchaient chez le pirate un réconfort. Avait-il fait la bonne chose ? Envoyer cet oiseau de malheur auprès de cette… femme. C’était peut-être effectivement un mal, personne ne méritait de mourir de cette façon. Il espérait qu’elle vivrait, et pour soulager sa conscience, il ne parlerait plus jamais de cet incident. C’était ce qu’il avait décidé.

Son pouvoir était décidément effrayant. Un toucher et il en était fini de son adversaire. A mesure qu’il apprenait à l’utiliser, il devenait de plus en plus intrigué, de plus en plus affolé. Mais la présence, qu’elle soit amie ou ennemie, du magicien Ayato le réconfortait. Il finit par applaudir, lentement, au milieu des cris de désespoir des marines. Son secret était bien garder à présent, tant que le fauteur de troubles tenait sa langue. Il n’y avait aucun moyen de s’en assurer, seule la confiance était de mise.

Ainsi, le rouquin de petite taille se retourna, il se dirigea vers le pont. L’homme qui dirigeait tout ce foutoir était mort. Les prisonniers s’étaient échappés. La liberté foutait le camp quand il n’y avait pas de loi pour l’opprimer. C’était au maudit de choisir d’intervenir ou non. Il avait commis une erreur en envoyant Ayato ici, il avait commis une erreur en n’arrêtant pas cette mouette en premier lieu.

« - C’est… »

Il ne continua pas sa phrase. Le remord le rongeait déjà tellement qu’il sentait que c’était une chose peu agréable de continuer à parler. Se mordant la langue un instant, il sentit le gout de sang dans sa bouche et arrêta. Ce n’était pas une solution. Un gamin pleurait, une quinzaine d’années tout au plus. Le rouquin se revit un instant dans sa chambre, sur Shabaody, quelques temps après le plus grand incident de sa vie. Il en avait pleuré des jours durant, et peut-être étaient-ce ces faibles cris qui avaient attiré le regard de Cid sur lui. A présent, il ne s’amusait plus avec des armes, il était redevenu faible.

« - Ayato, lança Erwin en se retournant, ne sachant pas si le pirate le suivait ou avait décidé de s’échapper à la volée autre part. Je te dépose quelque part ? »

Le sourire crispé d’Erwin montra que celui-ci cherchait à nouveau la fuite. Il ne voulait pas intervenir, il avait déjà fait assez de mal comme ça. Chercher sa liberté au détriment de celle des autres, protéger la veuve et l’orphelin, assassiner quelqu’un par l’intermédiaire de quelqu’un d’autre… Toutes ces notions qui se bousculaient dans sa tête appelaient au silence. Il lança un ultime soupir, un ultime signe de détresse. Et à nouveau, il choisit que cet endroit ne serait pas son foyer.
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Ayato Akuma
The Magical Trickster
avatar
Messages : 234
Race : Humain.

Feuille de personnage
Niveau:
29/75  (29/75)
Expériences:
193/200  (193/200)
Berrys: 840.000 B

MessageSujet: Re: [FB] - Fuir, fuir, fuir [Pv : Ayato]   Mer 25 Mar - 12:20



Hide and Seek


Le plan allait-il fonctionner ? Je laissais Erwin saisir l'opportunité que je lui offrais. Visiblement, il ne perdit pas de temps et réussis son coup. Rapidement, je me retrouvais seul un bref instant. Où l'avait-il emmené hm ? Dans ma tête, je commençais à faire une liste des lieux où il l'aurait exilé. Une montagne géante bien isolée ? Un volcan en éruption ? Une grotte avec un joli animal sauvage ? Sur un navire d'une personne puissante ? Simplement dans le trou du cul du monde ? Alala, toutes ces possibilités me faisaient réaliser l'étendu du pouvoir d'Erwin. Un seul toucher, et s'en est fini.  Il peut être un allié de choix, ou simplement un taxi des plus intéressant. Ce jeune homme se rend-t-il compte de son pouvoir ? Ses capacités sont tout simplement monstrueusement magique et j'en rougirais presque tant j'en suis jaloux intérieurement. Il pourrait aussi vite devenir... Un rival magique !!! Non... Non, il n'a pas ce droit que de m'éclipser via son aptitude. Je lui interdirais un jour ou l'autre.

" .. Je l'envie..."


Me léchant les lèvres, je me demandais si je ne devais pas le tuer. Après tout... S'il meurt, son fruit sera remis en circulation non ? Wouuuuu... C'est pas gentil comme idée. Me mettant une gifle mentalement, je secoue la tête en imaginant que Callie est à mes côtés. Elle m'aurait dit de revenir sur terre. Il a un pouvoir tel, qu'il a carrément choix de vie ou de mort pour n'importe qui que ce monde. Pris au dépourvu, personne ne pourraient éviter ses pièges mortel.  Son style de combat est redoutable quoi qu'il choisisse comme armes ou techniques... Il pourrait être un parfait assassin, espion, éclaireur.  Sans doute va-t-il être réquisitionné par de nombreuses personnes s'il se fait connaitre.

Revenant à l'instant présent quand il revient et me demande où je vais, je me contente de sourire. Il a l'air si perturbé. Un enfant qui touche déjà au sang... C'est triste d'un certain côté, mais moi, ça me ferais presque rougir de plaisir. Bref, posant ma main sur son crâne pour le " pat pat ", je lui souris histoire de le rassurer. Je me met à carrément ignorer  les cris de l'autre jeune homme. Encore un qui fait face à  la dure réalité : le monde est dur. L'air des pirates est strict, personne n'échappe à la mort, même les plus gentils...

" Hm...Une île pas très loin, ou alors... Un endroit où il fait chaud. Tu peux ? "


Suite à ces dires, je laissais le jeune homme faire ce qu'il voulait. Notre mission était terminée et nous n'avions plus rien à faire. Peut-être aurions nous pu faire quelque chose pour l'autre, mais vu son jeune âge, il aurait juste eu envie de vengeance et rien d'autre. J'en étais presque triste pour lui.. Dommage, mais passons. Une fois dans un autre endroit, je vins à lâcher le jeune sauveur du jour et je lui souris amicalement.

" Bon... Et bien, s'était un plaisir jeune homme. Tient cadeau. "


Sans plus attendre, je lui donnais mon numéros de Den-Den histoire qu'il puisse m’appeler un jour - en supposant que je me rappel de lui - en cas de détresse ou simplement pour se divertir. Suite à cela, je m'en allais en allant au pif , comme un véritable touriste que j'étais. Que d'aventure en si peu de temps. Mais voilà qu'une nouvelle pensée envahissait mon cerveau.

" ... J'ai faim..."




Revenir en haut Aller en bas
 

[FB] - Fuir, fuir, fuir [Pv : Ayato]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Haiti en marche - Haitiens, partout fuir la misere!
» Combien de temps comptes-tu fuir de la sorte? [PV Goudwin]
» Suite de : envie de fuir l'agitation (PV : Moka)
» L'alcool est notre pire ennemi, fuir serait lâche. [Zoey]
» C’est tellement plus simple de fuir que de se battre pour ce qu’on veut vraiment.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
One Piece Seken :: Le monde de One Piece :: Seas Blues :: North Blue-