Partagez | 
 

 Là où Dead-End passe, les ennemis trépassent ! [FB - Dead End]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Drake Kotori
Révolutionnaire
avatar
Messages : 530
Race : Humain

Feuille de personnage
Niveau:
36/75  (36/75)
Expériences:
5/350  (5/350)
Berrys: 39.701.750 B

MessageSujet: Là où Dead-End passe, les ennemis trépassent ! [FB - Dead End]   Lun 19 Jan - 22:26



La première aventure en cette île avait été éprouvante : tout un coup combat contre les Humandrills, des singes assez spéciaux, qui semblaient gouverner cette île vierge de population. Mais bien qu'avec du mal, je l'avais traversée et j'avais gagné la bataille. Le chef des Humandrills était lui-même venu nous dire bonjour. « Nous », parce que je n'avais pas été seul, non seulement , 'avais été accompagné par Mori, avant que je ne le perde de vue pour ensuite le retrouver sans conscience, mais j'avais aussi cru me trouver un compagnon de fortune, mais qui, malheureusement, n'avait fait que trouver la mort sur cette île. Et il y avait moi, qui m'étais battu comme un lion et avais triomphé, jusqu'à tomber inconscient. Le dernier souvenir qu'il me restait en tête était l'assemblée de singes assistants avec stupéfaction à l'issue du match : la défaite de leur chef.

Après cela, il ne restait plus que le néant, vraisemblablement plus qu'un rideau qui se ferme sur une scène nébuleuse. D'ailleurs, étrangement, le fameux rideau s'était exactement ouvert de la même manière qu'il s'était fermé ; sur du flou. En effet, après un temps indéterminé, mes yeux réussirent à s'ouvrir... Sauf qu'aucune couleur ne fut aperçue... Étais-je mort ? M'étais-je battu comme un serviteur du Dieu de la Guerre pour ensuite avoir été rappelé auprès de lui suite à une victoire ? Être mort de cette manière, après avoir gagné de la plus belle des façons ? Impossible pour un guerrier comme moi de mourir de manière aussi pathétique, à moins que l'on ne m'en veuille en Haut. Où était ma mort épique tant souhaitée, pourfendu par l'un des plus grands guerriers de ces mers, arme en main ? J'avais eu les yeux plus gros que le ventre et là était ma punition.

Mais petit à petit, cette lumière blanche, ce monde immaculé, devient plus concret. Des silhouettes, comme des formes, apparaissaient et se dessinaient à mon œil. Au fur et à mesure que mes yeux s'accommodaient à ce nouvel univers, je pus apercevoir un toit, des meubles, une fenêtre, et surtout, je me sentais comme dans un lit duveteux à souhait... Le Paradis était-il si banal ? Et pourtant, ce n'était pas le Paradis. En effet, c'était la conclusion à laquelle j'avais pu en venir après avoir ressenti une lancinante douleur au niveau de la blessure que ce Humandrill m'avait fait en copiant mon Kami no Ken. J'étais encore vivant, pour ressentir une si vive douleur ! Devenant un peu plus curieux, je regardai autour de moi, pour remarquer que j'étais en réalité dans une chambre... Sans mes armes sous ma main, sans mon bandeau sur mon front, et sans mes lunettes sur mes yeux... Où est-ce que je pouvais bien être ?? C'est alors que je vis entrer dans la chambre un vieux, aux cheveux longs et blanc, et le t-shirt dans la main, comme s'il venait de l'enlever et avec une énorme cicatrice sur le torse...
Spoiler:
 
Ce mec était louche, et s'il faisait un pas de plus, je lui arrachais les tripes, et en plus que ça, il était torse nu ! Ainsi, tout en me levant brusquement de ma couche, je lui mettais dors et déjà en garde, avant de porter ma main à mon abdomen : on pouvait dire que j'avais été bien amoché.

« Le vieux, tu restes où t'es. Et si tu t'approches, j't'arrache les tripes, tu profiteras pas d'ma faiblesse pour m'faire quoi qu'ce soit ! Et puis d'abord, on est où là ? »



Revenir en haut Aller en bas
Dead-End

avatar
Messages : 67

Feuille de personnage
Niveau:
0/0  (0/0)
Expériences:
0/0  (0/0)
Berrys: 589.594.000 B

MessageSujet: Re: Là où Dead-End passe, les ennemis trépassent ! [FB - Dead End]   Lun 2 Fév - 18:22


Hogo et Gaku!






La lame d’un poignard se ficha brusquement dans la table dans un bruit sourd, bientôt suivi par une voix agacée provenant d’un peu plus loin dans la pièce :

T’as pas fini de jouer avec ça espèce de débile?! Tu veux te couper un autre doigt c’est ça?!

Hogo grogna en entendant les paroles de Gaku, relançant de nouveau le poignard dans les airs en le faisant tournoyer. Les deux hommes se côtoyaient depuis de nombreuses années désormais et ces piques qu’ils se lançaient à longueur de journée étaient devenus totalement routiniers. Regardant sa main gauche qui ne comportait plus que quatre doigts le grand gaillard aux cheveux blancs soupira avant de répondre à son ami :

Je couperais bien les tiens aujourd’hui!

Essaye donc! Et au lieu de raconter des conneries va voir si l’autre se réveille pas!

Un claquement sourd se fit entendre sur la première phrase du bibliothécaire qui reposa finalement son fouet pour se remettre à la lecture du livre qu’il avait déniché. Le blond était le plus vieux du duo, bien que leurs apparences semblent prétendre le contraire. Il était aussi le plus intelligent, préférant généralement lire et apprendre que combattre, bien qu’il ne refuse jamais un combat quand on lui en mettait un sous le nez. Hogo était beaucoup plus bestial dans son raisonnement, toujours prêt à se battre sans jamais réellement chercher à réfléchir, pour autant jamais Gaku n’aurait imaginé se séparer de lui. Derrière son air un peu simplet se cachait un cœur en or et une amitié profonde liée avec le Dompteur Erudit. Il regarda du coin de l’œil son ami passer à côté de lui, se dirigeant vers la chambre improvisée où ils avaient installés l’homme qu’ils avaient trouvé effondré après son combat contre les singes. Se relevant alors brusquement il reprit de plus belle :

Et remets ton pantalon espèce de dégénéré!

Grommelant sans répondre Hogo réenfila son pantalon avant de continuer sa route vers la pièce de soin improvisée. C’était un trait caractéristique de l’homme aux cheveux blancs, il était rare de parvenir à le tenir dix minutes sans le voir ôter l’un de ses vêtements, une vilaine habitude qui demeurait malgré toutes les tentatives de Gaku. Et encore le progrès était énorme depuis que les deux hommes s’étaient rencontrés, à ce moment-là l’homme ne portait alors qu’un slip et ne semblait pas le moins du monde pudique en présence d’inconnu. Fermant finalement son livre le blond se leva et partit à la suite de son ami, ils avaient à faire et avaient déjà pris du retard sur ce qui était prévu.


Hogo était entré dans la pièce tranquillement, le torse nu et son t-shirt dans la main, ne réagissant pas aux paroles de l’homme allongé sur le lit qui semblait s’adresser à lui. Comme s’il n’avait rien entendu de ce que lui avait dit l’inconnu il l’ignora simplement, ressortant la tête de la pièce pour crier à l’attention de l’homme qui s’approchait à son tour de la pièce :

Hé Gaku ta pouliche est réveillée!

Rentrant lentement dans la pièce le blond, son fouet attaché à la taille, regarda quelques secondes l’homme allongé sur le lit qui semblait quelque peu perdu. Il se retourna finalement vers Hogo, prenant une longue inspiration avant de le frapper derrière la tête :

Pourquoi t’as enlevé ton T-shirt?!! Et c’est pas ma pouliche c’est notre contrat!

Je m’en fous de qui c’est laisse mon T-shirt tranquille ou je t’étripe!

Tu sais au moins où c’est les tripes espèce de débile mental?!

Avec mon sabre dans ton cul je finirais bien par trouver!

Les deux hommes enchainaient ainsi les phrases de défi et d’insultes, ne se préoccupant absolument plus de l’homme allongé sur le lit, agissant comme s’il n’avait tout simplement pas été là. Placé tête contre tête ils débitaient leurs phrases le regard noir vers leur collègue, comme s’ils étaient sur le point de s’entretuer.


Gaku:
 
Hogo:
 
Revenir en haut Aller en bas
Drake Kotori
Révolutionnaire
avatar
Messages : 530
Race : Humain

Feuille de personnage
Niveau:
36/75  (36/75)
Expériences:
5/350  (5/350)
Berrys: 39.701.750 B

MessageSujet: Re: Là où Dead-End passe, les ennemis trépassent ! [FB - Dead End]   Dim 8 Mar - 20:39



Il m'ignorait... Ce mec bizarre osait m'ignorer ! Non seulement, il se pointait devant moi sans tee-shirt, mais en plus, il avait le culot de ne pas me répondre. J'allais le tuer... C'était simplement ce que j'allais faire. Et puis d'abord, qui traitait-il de pouliche ? Il allait se faire démonter... Puis, un nouvel individu entra dans la salle, certainement ce Gaku dont il était question. Lorsqu'il commencèrent à s'engueuler devant moi, je ne pus m'empêcher de me mettre debout, une mine sévère imprimée sur le visage. Mais ce ne fut pas la meilleure des idées... Un vertige assez violent me prit alors à la tête, ce qui m'obligea à me rasseoir, une main sur mes blessures. J'avais trop été sévèrement touché lors de mon combat contre ce singe et peut-être n'était-ce pas une très bonne idée que de forcer sur mes plaies.

« Mais fermez vos gueules bordel, vous m'explosez le crâne là ! Et si vous recommencer à brailler comme des mômes en manque de bouffe, c'est moi qui vais finir par vous embrocher pas vos trous d'balle avec le même sabre ! »

Le ton était posé. Avec ça, j'espérais qu'ils allaient la fermer, auquel cas j'entrechoquerai leurs crânes si fort qu'ils seraient dès lors définitivement collés. Si je me retrouvais dans cette chambre, sur un lit si confortable, c'était qu'ils m'avaient foutu ici après mon combat. Je ne pouvais pas m'être beaucoup déplacé... Donc peut-être étais-je dans un bâtiment paumé sur l'île, sinon dans le château. Il ne me fallait que pouvoir mettre la tête dehors pour le savoir... Ou le leur demander. Si néanmoins ils se calmaient.

« Vous êtes calmés maintenant ? Donc vous allez me répondre. Où sont mes sabres ? Où est-ce que je suis ? Pourquoi j'suis là ? Et vous êtes qui bordel ? À part un gueulard et une danseuse exhibitionniste ? »

Je m'étais calmé, ils avaient de la chance. Si jamais ils avaient ne serait-ce qu'un geste hostile envers ma personne, malgré mon piteux état, je m'arrangerai pour passer la tête de chacun dans le derche de l'autre, pour les faire passer tous les deux par la fenêtre la plus proche ! Alors que je continuais à faire mon « scrogneugneu », quelque chose vint attirer mon attention, quoi qu'avec un gros temps de latence. Avait-il dit « contrat » ? Nous étions sur l'île de Kuraigana, dans le château... Il avait un fouet à sa taille et m'avait nommé tel un contrat... S'il possédait un fouet, alors peut-être était-il un dompteur ?! Peut-bien que, finalement, cette rencontre tout à fait hasardeuse n'était pas si mauvaise ! Il y avait fort à parier que cet homme me connaissait, et qu'il ne m'avait pas ramené ici pour rien !

« Ahem... Là où Dead-End passe, ses ennemis trépassent ? »


Revenir en haut Aller en bas
Dead-End

avatar
Messages : 67

Feuille de personnage
Niveau:
0/0  (0/0)
Expériences:
0/0  (0/0)
Berrys: 589.594.000 B

MessageSujet: Re: Là où Dead-End passe, les ennemis trépassent ! [FB - Dead End]   Jeu 20 Aoû - 3:29


Premier Contact!






Hogo tourna la tête vers l'homme qui venait de se rasseoir sur le lit, levant un sourcil en se demandant pourquoi celui-ci se mettait à crier. Après tout ils ne l'avaient pas invités à se joindre à leur conversation et la moindre des choses aurait-été de les remercier de l'avoir amené ici et soigné. Se retournant alors vers lui il s'apprêta à lui répondre de manière peu cordiale lorsque la main de Gaku vînt se placer devant lui, suivie de quelques mots prononcés d'un ton sec :

T-shirt! Maintenant!

Sur ces mots le bibliothécaire regarda leur invité commencer à se calmer, semblant finalement reconstituer une partie du puzzle dans sa tête avant de dire la phrase que l'homme attendait. Certes il n'en avait pas réellement eus besoin pour reconnaître l'homme qu'on lui avait chargé de récupérer et de guider mais il préférait qu'aucun doute ne subsiste, autant faire cela dans les normes. Ne prêtant pas attention à son collègue qui remettait son T-shirt en grommelant derrière lui le dompteur sourit à l'homme qui se tenait face à lui avant de répondre :

Je pense que tu as tout à fait saisi qui nous sommes. Mais tâche de ne pas trop t'agiter tes blessures sont encore fraiches et il te faudra de la récupération avant de pouvoir de nouveau être en bonne forme.

Gaku avait laissé un léger silence entre ses deux phrases, il ne voulait pas trop en dévoiler à l'homme pour le moment. La mission qu'il devait lui confier était difficile, cependant le bretteur avait semble t'il été capable de tenir tête aux Singes de l'île. Un exploit assez important pour être souligné. Néanmoins cette île n'était que parmi les premières de Grand Line, le chemin était encore long avant de parvenir à la fin de la voie numéro 6. Ouvrant un placard sur la droite de la pièce il se plongea dedans le temps d'attraper et de sortir les armes du bretteur, s'avançant tranquillement pour les poser sur la table à côté de son lit. Se retournant alors vers son collègue qui avait remis son t-shirt il ne prêta pas attention à la nouvelle absence de pantalon, il lui lança alors une clé et se contenta de lui dire :

Vas chercher l'enveloppe.

Hogo attrapa la clé au vol et sortit alors de la pièce, d'un air totalement surexcité. Gaku quant à lui se retourna vers le blessé, tirant une chaise avant de s'asseoir face à celui-ci. Il reprit finalement la parole :

On commençait à se demander si tu allais venir. Les journées sont longues quand on les passe enfermé avec cet imbécile.

Poussant alors un long soupir le dresseur sembla alors réfléchir quelques secondes avant de reprendre :

Ton état n'arrange pas réellement nos affaires mais nous pouvons attendre, la mission que nous allons te confier n'est pas urgente, cependant elle doit être réalisée avant de poursuivre notre route sur cette voie vers Berk Town. Dans combien de temps penses-tu pouvoir te battre normalement?

Gaku ne savait pas réellement ce que cet homme avait de spécial, la mission en question n'était pas si difficile que ça mais ses employeurs avaient insisté sur l'importance que cet homme soit celui qui la réalise. A ce point là l'homme ne se posait plus de questions, on l'avait suffisamment payé pour qu'il se contente de faire ce qu'on lui demandait, à savoir soigner un minimum cet homme et l'accompagner jusqu'à son prochain arrêt, à savoir Berk Town, même si ça devait prendre des mois.



Dernière édition par Dead-End le Dim 30 Aoû - 12:13, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Drake Kotori
Révolutionnaire
avatar
Messages : 530
Race : Humain

Feuille de personnage
Niveau:
36/75  (36/75)
Expériences:
5/350  (5/350)
Berrys: 39.701.750 B

MessageSujet: Re: Là où Dead-End passe, les ennemis trépassent ! [FB - Dead End]   Dim 30 Aoû - 11:48



Je m'étais calmé, et eux aussi apparemment... Tout était rentré dans l'ordre et tout allait pour le mieux, puisqu'il était maintenant certain que je n'étais pas en danger avec eux. Il y avait d'énormes chances que ces hommes soient les associés de Kiru que je devais contacter, eux-même qui devait me refiler un contrat, sans que je ne sache vraiment de quoi cela s'agissait. Si je m'étais dirigé vers cette île, c'était parce qu'il s'agissait de la première de Grand Line sur cette voix, mais si j'avais décidé d'y rester, ce n'était pas pour rien. En effet, Kiru avait réussi à me contacter lorsque je faisais encore partie de l'équipage des Sen'Paku no Yume et que nous faisions escale au Cap des Jumeaux. Il m'avait alors proposé de retrouver l'homme qui semblait selon toute apparence se présenter devant moi aujourd'hui, en lui prononçant les quelques mots que je venais de lâcher. À partir de là, non seulement, je serai payé une partie de la somme convenue, mais j'obtiendrai aussi ma mission, qui ne devrait vraisemblablement pas me déplaire... Et je m'attendais à tout de la part de cette vieille rencontre qu'était le Golem.

Et selon la première phrase de l'homme, un certain Gaku, j'avais tout à fait raison. Il s'agissait bien de ceux qui travaillait pour (ou avec, peu m'importait en réalité) le Kabayochi. C'était tout ce qui m'intéressait, qu'il me dise de me tenir tranquille ou pas avec mes blessures revenait au même... Tout d'abord parce que je savais qu'il fallait éviter de les réouvrir, mais aussi, car j'avais conscience que je finirai à un moment ou à un autre par craquer, pour ainsi aller me battre, ou simplement m'entraîner... Après tout, la rééducation n'était-elle pas nécessaire dans des cas comme celui-ci ? Non ? Alors pour moi, cela revenait au même. Il alla ensuite fouiller dans un placard, d'où il sortit la totalité de mes lames. Il les posa sur la table qui se tenait juste à côté du lit sur lequel j'étais assis, néanmoins, je ne pus m'empêcher d'attraper Shûsui et Yubashiri pour les sortir de leurs fourreaux et ainsi pouvoir les examiner. Ces sabres possédaient des lames de qualité supérieure et étaient rare de part le monde entier, je me doutais bien qu'il en fallait beaucoup pour les abîmer, d'autant plus que Shûsui était un trésor national du Pays de Wa, d'une facture si spéciale qu'elle était capable de résister à la puissance et au feu d'un Dragon mais il était mieux d'en avoir le cœur net. C'était là des trésors à la fois culturels, nationaux et familiaux que j'avais en possession.

Gaku se tourna alors vers son partenaire et lui somma d'aller chercher « une enveloppe ». Il ne faisait aucun doute qu'il s'agissait probablement là de la première avance de ma paye et il ne fallait pas nécessairement être un génie pour le deviner. Néanmoins, il finit tout de même par réorienter son attention vers moi en tirant une chaise pour pouvoir s'asseoir à quelques pas de moi. Il s'inquiétait vraisemblablement de savoir quand est-ce que j'arriverai, avant aujourd'hui. Mais une fois que Kiru m'avait proposé des « petits » boulots, sans m'en indiquer la nature, je ne pouvais qu'être curieux et accepter. Suite à cela, il s'enquit de mon état une nouvelle fois, pour savoir quand je pourrai me diriger vers l'une des prochaines îles, à savoir Berk Town. Tant que j'avais de quoi bouffer et boire, je pouvais facilement me rétablir... Mais la question n'était pas là. Cette île était très intéressante et je voulais y rester un petit moment avant de m'en aller, peut-être un mois tout au plus ! Ces singes pouvaient s'avérer de bons partenaires d'entraînement, et maintenant que j'avais écrasé leur chef en duel, il fallait que j'impose totalement ma supériorité au groupe. De plus, il était aussi mieux d'explorer l'île à mon compte maintenant que j'y étais. Seulement après, je reprendrai la mer pour revenir plus tard...

« Pour me rétablir ? Ça prendra pas beaucoup de temps, tant que je bouffe et que je bois... D'la bière, si possible. Mais la question, c'est pas dans combien de temps je pourrai combattre normalement, mais plutôt dans combien de temps je pourrai me battre mieux. Ces singes dehors sont géniaux et je compte bien en faire des partenaires d'entraînement. Donne moi un mois, avant de reprendre la mer. »


Revenir en haut Aller en bas
Dead-End

avatar
Messages : 67

Feuille de personnage
Niveau:
0/0  (0/0)
Expériences:
0/0  (0/0)
Berrys: 589.594.000 B

MessageSujet: Re: Là où Dead-End passe, les ennemis trépassent ! [FB - Dead End]   Dim 30 Aoû - 23:32


Le Contrat!






L'homme ne sembla pas réellement réfléchir avant de répondre à la question de Gaku, semblant surtout rassembler ses idées avant de se mettre à parler. Le bibliothécaire écouta alors les paroles du bretteur sans broncher, assimilant ses demandes et surtout les informations qui l'intéressaient. Un mois, l'homme était légèrement surpris par le délai annoncé par celui présent sur le lit face à lui. Même s'il ne laissa rien paraître il s'était attendu à devoir patienter bien plus longtemps sur l'île de Kuraigana, mais il n'allait pas s'en plaindre, même si la mission n'était pas urgente plus vite elle serait réalisée et mieux ce serait pour l'organisation qui l'employait. Se laissant alors aller en arrière, s'adossant de tout son poids sur le dossier de la chaise, il se mit à fixer le plafond, se remémorant les consignes qui lui avaient été transmises. Se souvenant des premiers détails sur lesquels son contact avait bien insisté il soupira, il était vrai qu'il s'emballait assez vite, l'homme n'était pas encore engagé. Le dresseur devait lui présenter la mission ainsi que la récompense avant que l'homme ne décide s'il acceptait ou non cette offre. Gaku ne savait absolument pas ce qui valait au bretteur un tel traitement de faveur mais il préférait ne pas s'en mêler. Reprenant alors la parole il lança à l'attention du blessé :

Ne t'inquiètes pas pour la nourriture nous avons ce qu'il faut. Quant au délai ce n'est pas un problème tu peux rester ici tu seras nourri et logé et n'auras qu'à nous prévenir lorsque tu souhaiteras partir.

Il avait prononcé ces mots d'un ton cordial, tentant néanmoins de faire comprendre à l'homme qu'il ne serait pas son laquais. Il était payé pour informer et accompagner le bretteur, pas pour lui servir de nourrice. Se levant alors de la chaise il reprit finalement la parole :

Concernant la mission il me semble qu'il faille que je te donne les détails avant que tu l'acceptes ou non. Un groupe de hors-la-loi a élu domicile sur le côté Ouest de l'île et a battit un camp. Ils ont été assez forts pour vaincre quelques Humandrills n'appartenant pas à la tribu principale dont tu as défait le chef. Ils les ont adoptés et entrainés en guise de soldats. La mission consiste à récupérer un petit coffret où se trouve les initiales "SY" qu'ils ont dérobés à un client. Le paiement de la mission est de 6 millions de Berrys.

L'homme ne prêtait pas réellement attention à ce qu'il disait ou aux réactions de l'homme face à lui, il se contentait de réciter les détails de la mission, c'était son travail. Apercevant alors Hogo rentrer de nouveau dans la pièce, son pantalon remis mais ses chaussures à la main il leva les yeux au ciel avant d'attraper l'enveloppe que son acolyte ramené d'un geste vif. Faisant alors un pas vers le lit où ils avaient installés le bretteur il posa l'enveloppe juste à côté de celui-ci avant de continuer :

Voici 3 Millions en guise d'avance! Je te laisse réfléchir à ta décision et te remettre. Si tu refuses celle-ci tu n'auras qu'à nous remettre l'enveloppe. Prends tout ton temps nous serons dans la bibliothèque.

A peine eut-il fini sa phrase qu'il se retourna, poussant Hogo afin de lui signifier de se dépêcher à sortir il tira la porte derrière lui sans la fermer complètement afin de laisser leur contrat seul. Se dirigeant alors vers la pièce où il passait des heures depuis le début de cette mission il adressa un regard désapprobateur mais résigné à l'homme à ses côtés qui avait de nouveau enlever son t-shirt.

Revenir en haut Aller en bas
Drake Kotori
Révolutionnaire
avatar
Messages : 530
Race : Humain

Feuille de personnage
Niveau:
36/75  (36/75)
Expériences:
5/350  (5/350)
Berrys: 39.701.750 B

MessageSujet: Re: Là où Dead-End passe, les ennemis trépassent ! [FB - Dead End]   Dim 13 Déc - 10:12



Un mois, ni plus ni moins... Enfin, à vrai dire, c'était une marge que je me laissais pour des folies. Être rétabli ne voulait pas simplement dire être remis de ses blessures, cela signifiait aussi pouvoir de nouveau se battre, et dans l'état où ce singe m'avait laissé, il me fallait ma rééducation. Après quoi, je pourrais renouer avec mon ancien travail de mercenaire et faire tous les boulots que me proposeraient Kiru et ses potes. Il y eut ensuite un silence relativement pesant, où mon interlocuteur semblait réfléchir à quelque chose qui m'échappait... Peut-être ma réponse spontanée. Après tout, pour des blessures comme les miennes, d'autres auraient eu un temps de rétablissement bien plus long ! Lorsqu'il m'annonça que je serai traité comme un roi, avec le gîte et le couvert à leur charge, un sourire enfantin se dressa sur mon visage. J'espérais bien que leurs stocks étaient conséquents, parce que j'allais les ruiner.

« Et bien, parfait, je vous préviendrai ! »

Vins alors les détails de la mission... En réalité, il me fallait aller défoncer des intrus. Enfin, c'était la mission vulgarisée au plus possible, mais je devais tout de même aller taper du monde à l'ouest de l'île et aller foutre le bordel dans leur camp. De plus, ces derniers avaient réussi à défaire un groupe de Humandrill extérieur à la tribu qui m'avait « accueillie », pour ensuite les enrôlés, les entraînés pour en faire des soldats. Tout ça ne devrait pas être très difficile ! Et d'ailleurs, la prime pour aller leur faire coucou était de 6 millions, ce qui n'était pas rien. Je n'étais pas cupide, mais il fallait bien dire que sans cela, je ne pouvais pas vivre, surtout lorsque tout mon argent passait dans mon matériel !

« 6 millions juste pour foutre le bordel dans un camps de hors-la-loi ? Le moins que l'on puisse dire, c'est que vous payez bien ! »

Le second homme, le plus étrange, était de retour sur le seuil de ma chambre avec cette fois-ci une enveloppe à la main, qu'il lança à son acolyte. Ce dernier l'attrapa avant de me la tendre. 3 millions. Il s'agissait de l’acompte. Ces gars étaient tellement efficaces et professionnels que je n'avais même pas besoin de demander l'acompte moi-même ! Après tout, il s'agissait de la base : ne rien accepter sans acompte. Et d'ailleurs, ma décision était toute faite. J'allais défoncer ces hors-la-loi. Et même, pour un peu plus de plaisir, j'allais mettre de mon côté les humandrills, former un contingent pour lancer un raid sur eux ! Ce serait drôle ! Et puis, j'avais réussi à faire mordre la poussière à leur chef, avec ça, ils devraient me respecter.

« Pas besoin de me proposer, j'accepte d'aller tacler ces troufions. »

Ils s'étaient ensuite dirigés vers la sortie de la chambre, mais avant qu'il ne puisse totalement fermer la chambre, je les interpellais à nouveau. Pour une question qui me taraudait.

« Avant que vous ne partiez... Le singe que j'ai affronté en duel, je ne l'ai pas tué. Y'a possibilité de l'aider à se soigner ? J'vais avoir besoin d'un camarade pour ma remise en forme ! »


Revenir en haut Aller en bas
Dead-End

avatar
Messages : 67

Feuille de personnage
Niveau:
0/0  (0/0)
Expériences:
0/0  (0/0)
Berrys: 589.594.000 B

MessageSujet: Re: Là où Dead-End passe, les ennemis trépassent ! [FB - Dead End]   Dim 17 Jan - 8:12


Le Singe!






Hogo était déjà parti quelques pas devant lui lorsque leur contrat posa une dernière question, s'arrêtant finalement en levant les yeux au ciel Gaku recula de manière à se remettre dans l'ouverture de la porte de la chambre d'appoint du blessé avant de lui adresser un sourire significatif. En réalité il devait aborder ce point dans tous les cas mais il avait tout d'abord pensé attendre qu'il se remette un peu plus, mais puisqu'il le demandait lui-même :

Ah oui ce singe... il a le cuir dur et un organisme visiblement supérieur au notre, il est de nouveau sur ses jambes, même si je ne suis pas sûr que ça continue ainsi s'il continue. Il est visiblement revenu à lui peu après votre combat, et aussitôt il a voulu pénétrer dans le château, suivant apparemment ta trace. Depuis il se trouve devant la porte d'entrée qu'il ne cesse de tenter de forcer pour pénétrer l'édifice, cependant il semble commencer à se fatiguer en ce moment. Allez le voir quand vous serez prêt.

Le singe en question leur avait donné un peu de fil à retordre lors de leur arrivée sur l'île et même s'ils auraient peut-être pu le laisser rentrer ils n'avaient pas été engagés pour soigner cet animal, et ils n'étaient pas dans la charité non plus. De plus les réactions d'une bête demeuraient toujours difficiles à prévoir et ils ne pouvaient risquer qu'il les attaque, ou qu'il attaque le bretteur. Si la porte d'entrée n'avait pas tenu ils auraient certainement été dans l'obligation de le tuer, heureusement pour lui elle avait tenu. Même s'il ne s'agissait pas d'un être humain Gaku préférait éviter de tuer quand il le pouvait, les dégâts collatéraux étaient parfois inévitables et si tuer un contrat ne lui posait aucun problème s'il pouvait éviter de tuer quelqu'un n'influant pas sur sa mission il se retenait. Hochant alors la tête en dernier signe pour le blessé sur le lit il partit à la suite de Hogo, leur mission allait bientôt enfin pouvoir réellement commencer, après tout ils n'avaient pas été engagés pour faire du baby-sitting.

Revenir en haut Aller en bas
Drake Kotori
Révolutionnaire
avatar
Messages : 530
Race : Humain

Feuille de personnage
Niveau:
36/75  (36/75)
Expériences:
5/350  (5/350)
Berrys: 39.701.750 B

MessageSujet: Re: Là où Dead-End passe, les ennemis trépassent ! [FB - Dead End]   Mer 9 Mar - 12:41



Les Humandrills, voilà ce qui rendait cette île vraiment intéressante. J'avais atterri ici, et je n'allais certainement pas laisser cette île. Pour preuve, j'avais déjà mis le chef de ces singes à genoux, et j'étais prêt à le mater à nouveau pour que nous puissions devenir les meilleurs amis. Ce singe était fort. Et grâce à lui, j'allais devenir plus fort que je ne l'étais, et lui allait aussi s'améliorer grâce à moi. Voilà pourquoi je l'avais épargné : parce qu'il s'agissait d'une bête douée d'intelligence, capable de parler avec les être humains et qui plus est, le chef de cette bande de joyeux lurons. Ainsi, non seulement, il deviendrait un allié de choix, mais toute son équipe le serait aussi. Je comptais bien faire de cette île mon territoire, et ces Humandrills en seraient l'armée. Il était tout de même question d'un lieu unique pour s'entraîner, et je n'allais pas me gêner.

Ce fut dans cette optique que j'avais demandé à ces hommes s'ils pouvaient faciliter la guérison de l'animal... Il serait dommage qu'il tombe après le combat par une hémorragie externe ou quoi que ce soit d'autre. Mais il n'avait vraisemblablement pas besoin de nous... D'après Hogo, son cuir était dur, et son organisme supérieur à l'humain. Il s'en remettait ainsi petit à petit, néanmoins, depuis sa défaite, il s'acharnait sur l'entrée du château, suivant visiblement mes traces. Quand bien même il était fatigué, quand bien même je ne pouvais savoir clairement sa réaction, j'allais tout de même lui faire l'honneur de ma présence. Il avait été un digne adversaire, il le méritait bien.

Alors que les deux hommes avaient quitté ma chambre, j'avais fini par me lever, en attrapant Shûsui et la gardant dans ma main. J'entrepris alors de rejoindre l'entrée de cet imposant bâtiment. Mon sabre n'était là qu'à titre préventif. Après tout, je ne savais pas comment il pourrait réagir. Ainsi, il pouvait tout aussi bien vouloir prendre le thé contre moi, tout comme être rancunier et vouloir me faire la peau. Certes, dans mon état, je ne risquais pas de faire grand chose, si ce n'était qu'uniquement sortir Shûsui de son fourreau... Mais le cœur y était, et c'était le plus important.

Lorsque j'ouvris la grande porte, déjà avec beaucoup de difficultés dans mon état, il était là, prêt à reprendre le tambourinage. Devant moi, il ne fit étonnamment preuve d'aucune hostilité, quand bien même il avait remarqué mon sabre dans ma main. Il restait là à me dévisager... Avant de prendre la parole. Ce singe était vraiment spécial, c'était la seconde fois que je l'entendais parler, mais cela restait étonnant. Il se nommait Goku, et bien que lui et ses compères ne soient que de vulgaires primates, il existait une tradition chez eux... Quiconque qui renversait le chef du groupe obtenait alors la reconnaissance des Humandrills, du moins la plus grosse majorité et obtenait ainsi une légitimité sur eux. Celui qui renversait l'Alpha, devenait l'Alpha. Je n'étais pas de leur espèce, mais j'avais pourquoi réussi à mettre au sol celui qui régnait en maître sur ce territoire depuis déjà longtemps. Et c'était justement pour cela que, lorsque j'étais tombé, gravement blessé et sans une once d'énergie restante, aucun d'eux n'étaient venu m'achever.

J'étais dès lors leur chef, mais ce n'était pas ce que je voulais. Du moins, pas directement ! Lui seul comprenait ces primates à l'intelligence supérieure, lui seul pouvait communiquer à la fois avec eux et avec nous. Ainsi, il devenait un collaborateur plutôt qu'un sbire, mon premier lieutenant en somme. C'était au travers de sa personne que son espèce allait devenir mon armée ! Grâce à eux, j'allais être au courant de tout ce qu'il se passait sur cette île, grâce à eux j'allais pouvoir devenir plus fort !

Cette île allait être mienne, ce château allait être mien. Beaucoup de personnes ne verraient aucun futur dans une île aussi sinistre, mais pas moi. C'était ici que commençait véritablement mon aventure du Grand Line, et j'allais m'assurer que Goku, voire même les Humandrills qu'il dirigeait, puissent sans problème accéder au château. Après tout, s'ils me reconnaissaient comme le supérieur de Goku, et donc par conséquent le leur, je n'avais aucun raison d'être douteux à leurs égards ! J'allais même peut-être avoir besoin d'eux pour mener à bien la mission que m'avait donnée Dead-End. Avec ces alliés, j'allais besoin faire énormément de choses.


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Là où Dead-End passe, les ennemis trépassent ! [FB - Dead End]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Là où Dead-End passe, les ennemis trépassent ! [FB - Dead End]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Là où Dead-End passe, les ennemis trépassent ! [FB - Dead End]
» Haiti sur une liste de pays juges ennemis de Wasington
» AVIS DE RECHERCHE !!!!! LE PASSE SIMPLE AU PASSE COMPOSE !
» Qu'est-ce qui se passe en Haiti ?
» Road accident leaves at least 32 dead in Haiti. ANMWE!!!!!!!!!!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
One Piece Seken :: Le monde de One Piece :: Grand Line :: Voie Numéro 6 :: Île de Kuraigana-