Partagez | 
 

  La traque est ouverte. [Event - East Blue]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
PNJ [CdP]

avatar
Messages : 38

MessageSujet: La traque est ouverte. [Event - East Blue]   Jeu 15 Jan - 12:09




Saylond Arnold et Sutcliffe Destiny.

-DESTINYYYYYYYYYYYYYYYYY !

La voix masculine résonna à travers le petit bateau amarré à une île, quelque part au milieu de l'océan presque trop calme d'East Blue. Voix masculine qui eut l'effet immédiat et escompté d'arracher un soupir de lassitude à la demoiselle, qui sauta au sol depuis son lit, attrapa son fusil et se dirigea immédiatement vers la provenance de cette voix. Ce fut quand elle parvint dans la cuisine que la jeune femme comprit immédiatement ce qui gênait Arnold. Ce dernier, les bras croisés et le pied frappant la mesure avec agacement, jeta un regard dédaigneux à un tas d'os, dans un coin de la pièce. Ceux-là semblaient être les vestiges de quelques alléchants morceaux de viande, mais il ne restait à leur surface plus aucune trace de viande comestible... Destiny leva les yeux au ciel, s'apprêtant à récolter le sermon qu'elle avait déjà pu entendre de bonnes dizaines de fois pendant les derniers jours :

-Quand on a décidé de faire équipe, on avait, il me semble, lourdement insisté sur la gestion des berrys et sur celle des vivres. Résultat ? Ton gros cochon bouffe toute la viande, et comme on a besoin de nourriture, on dépense notre fric à tort et à travers !
-C'est normal, Arn..
-Je ne veux pas d'explications !

Le jeune homme à l'allure altière poussa un soupir en se frottant les cheveux, balayant la salle du regard. Il ne restait plus que quelques fruits, tout au plus. Impossible de rejoindre la prochaine île avec une cargaison aussi pitoyable... Et pourtant, le duo de chasseur de prime n'avait plus trop le choix : ils n'avaient absolument rien, pas un seul berry. Et comme ils avaient passé plus de trois jours à arpenter le marché local à la recherche de la viande la moins chère, et bien... Résultat des courses : plus un rond, et plus rien pour se remplir l'estomac non plus. Arnold poussa un nouveau soupir, entamant les cent pas, rappelant étrangement un lion en cage. Son interlocutrice déglutit un court instant.

-Alors qu'on était censés s'entraider pour vaincre nos ennemis plus facilement, voilà non seulement qu'on en croise moins mais en plus que notre fric est constamment avalé par ton cochon !
-Une nouvelle fois Arnold, c'est pas un cochon...
-Ouais, ton chienchon, excuse-moi. N'empêche que ta bestiole est sacrément amochée, et pas que physiquement.

Le chienchon était une espèce excessivement rare sur les Seas Blues, mais bien plus étendue sur Calm Belt. Destiny en possédait un depuis ses dix ans. Il s'appelait Berd et passait le plus clair de son temps à dormir, de préférence sur des surfaces molles. Mais il avait également la fâcheuse habitude de manger autant que possible... Et leurs maigres économies ne suffisaient pas à les nourrir tous les trois, il fallait le dire. Outre ces particularités, le chienchon était une créature qui, comme son nom l'indiquait, mêlait caractéristiques canines et porcines. Ses dents et son museau rappelaient un chien, mais ses courtes pattes, son ventre sphérique et sa ridicule queue en tire-bouchon (littéralement en tire-bouchon) renvoyaient à un cochon. Et comme si cela ne suffisait pas, la bestiole était sacrément tenace : adaptée à la vie dangereuse sur Calm Belt, elle avait développée une cuirasse efficace et presque aussi solide que du fer au niveau de son dos. Du coup, c'était comme un chien, qui courrait à la vitesse d'un homme, qui semblait quasiment indestructible et en effroyablement plus ridicule. Mais la demoiselle possédait d'indéniables liens affectifs avec celui-là : du coup, le faire cuir à la place des gigots était impensable.

-Je vais jeter un coup d'oeil dehors, et demander au marchand s'il peut faire un geste. Sinon, et bah... On mangera des fruits ce soir, et tu iras aider aux déchargements demain matin pour gagner un peu d'argent.
-Pourquoi moi ?!

Le ton scandalisé de la demoiselle sembla faire fulminer Arnold qui pointa son doigt vers le tas d'os, le teint soudainement bien plus cramoisi qu'à l'accoutumée :

-PARCE QUE C'EST TON PUTAIN DE PORC QUI BOUFFE TOUTES NOS PROVISIONS !

Le silence qui suivit cet énervement soudain fut de courte durée, puisque le garçon referma la porte d'un coup sec, fracassant presque son loquet et faisant trembler les vitres du petit bâtiment naval. Son épée bien fixée à sa taille, Arnold sortit donc en plein air, jetant un regard assassin à Berd qui roupillait sagement non loin de l'unique mât avant de sauter sur le ponton et de s'éloigner en direction du marché. A partir de maintenant, le chasseur avait deux possibilités : soit il avait du bol, auquel cas le marchand ferait un geste ou bien il pourrait trouver un moyen de gagner de l'argent au dernier moment, soit il n'en avait pas et il songerait alors fermement à se lancer dans l'exploitation agricole. Lui qui songeait avoir eu un coup de génie en faisant équipe avec cette pimbêche allait de désillusion en désillusion... Ses yeux rubis parcouraient les ruelles avec empressement, espérant pouvoir tomber, pour une fois, sur un petit miracle. Tous les espoirs étaient bons à prendre, après tout...



Par défaut, l'ordre de passage est donc le suivant :
Kain D. Valentine - Heziel Coffe - Kraehe - Watanabe Eri.
Aucun nom de l'endroit n'est spécifié pour empêcher les incohérences. Merci donc de respecter cela !
Vous avez le droit de détailler l'environnement outre plus profondément que ce qu'en a fait l'animateur. Sachez que les PNJs sont tous géographiquement assez proches les uns des autres.
Revenir en haut Aller en bas
Valentine D. Kain
An Incredible Idiot
avatar
Messages : 687
Race : Humain
Équipage : Dokugan

Feuille de personnage
Niveau:
36/75  (36/75)
Expériences:
265/350  (265/350)
Berrys: 10.393.000 B

MessageSujet: Re: La traque est ouverte. [Event - East Blue]   Jeu 15 Jan - 14:20


Kaizoku Ni Ore Wa Naru !



~Un jour quelqu'un a dit, qu'il y avait un trésor inestimable quelque part sur l'océan.
Que la personne qui le trouverait deviendrait le Seigneur des Pirates.
C'est l'ère de la piraterie, la quête du plus grand trésor, le One Piece!


Kain: Bouhahahaha, terre droit devannnnt!

Le gorille avait un rire véritablement démoniaque. C'était après tout l'un de leurs premiers voyage à bord de leur navire flambant neuf, le Youthful Demon. Une sublime caravelle qui avait été retapée précisément pour eux. Ils avaient un pavillon représentant un crâne avec le cache-œil de notre héros qui avait été placé à divers endroit sur le navire. Ainsi, ils étaient désormais facilement reconnaissable. Kain était sur la proue du navire, debout sur la tête du démon borgne. Il pointait son ancre droit devant, son poing gauche était placé contre ses reins.

Comment une conquête de toutes les mers pouvait-elle s'effectuer sans un navire cool après tout ? Alors que l'enthousiasme de notre héros était au plus haut point, on entendit une insulte venant des escaliers. Notre capitaine fit alors volte-face pour savoir ce qu'il s'était passé. C'était Loyal, il avait fait une chute extraordinaire. Il avait rebondit toutes les marches qui menaient à la proue avant de s'étaler comme une crêpe sur le pont du navire. Le pauvre avait choppé une grippe maritime redoutable. Il ne pouvait plus bouger sans assurer de terribles chutes.

Le petit homme lâcha un rot avant de sombrer une fois de plus dans l'inconscience. Malgré ses revendications en hurlant comme quoi il pouvait faire ce qu'il voulait quant il le voulait, cela était un petit peu compromis. Il avait essayé d'ignorer les conseils de Kraehe, le médecin de l'équipage. Ses plans ne c'étaient pas déroulés comme prévu. Sur ordre, Kain alla saisir le nabot avec la délicatesse d'un boulanger soulevant son sac de farine avant d'aller le jeter dans un lit comme on ferait une passe au rugby. La tête du nabot cogna contre le bois, lui offrant une belle bosse.

Nescafé, le fidèle hamster de Kain donna une gifle à son abruti de capitaine avant de descendre de son épaule. Il se saisit alors d'une éponge imbibée d'eau froide qu'il essora avec des prises de catch dont il avait le secret. En utilisant sa force de hamster, il put soulever et déposer l'éponge sur le front de Loyal avant de jouer avec l'objet. Sur une décision commune excluant le nain, il avait été décidé qu'il resterait à bord du navire pendant que l'équipage irait explorer les environs. Le petit rongeur se donna à la dure tâche de rester au chevet du magicien d'Hozz.

L'ancre fut jetée et le capitaine fut le premier à sauter sur le ponton. Ce dernier eut du mal à supporter le poids de notre héros ajouté à celui de son arme. Il brisa ainsi une planche dans sa joie et eut le pied coincé. C'était en râlant et non sans un effort minime qu'il retira son pied, finissant d'arracher ce morceau de bois qui n'avait rien demandé. C'était un petit peu comme un baptême pour le jeune équipage du borgne. À chaque fois qu'ils accostaient sur une nouvelle île, la tête de balais se devait de trouver un endroit où manger. Une fois de plus, le glouton s'exprima avec toute la délicatesse qu'avait pu lui offrir la vie.

Kain: J'AI FAIMMMM!

Les subtiles plans du capitaine ayant atteint les oreilles des deux membres de son équipage valide, à savoir Kraehe le médecin et Heziel, son ami d'enfance, il partit. Il courut à toutes jambes à l'exploration de cette île et à la recherche plus particulièrement d'un bon restaurant. L'odorat de son compagnon poilu ne pourrait pas l'aider dans cette tâche, cette fois, il devait se débrouiller seul.

En marchant dans les ruelles, il remarqua que l'animation était tout à fait remarquable. Cela semblait être le jour du marché local. Il y avait des vendeurs à la criée à droite à gauche. Ils proposaient avec un certain savoir faire leurs produits. Cela allait de la simple noix à la viande succulente, en passant par les fruits et légumes. Il n'était pas dur de s'imaginer que Kain esquiva ces derniers stands. Une attention toute particulière fut portée vis à vis des gigots, des entrecôtes, des brochettes... Le colosse de 2m30 et son ancre se faufilaient avec mal à travers la foule. Bien que cette dernière, semblait craindre ce type bizarre.

Apparemment, il fut même confondu avec une personne lui ressemblant. Les raisons ? Cette personne avait aussi les cheveux blancs et semblait être réputé pour quelques rackets avec un couteau dans les environs. Ainsi, un papy qui semblait avoir oublié ses lunettes prit une peur bleue en voyant le capitaine. Le papy lui offrit alors un sachet plein de brochettes lui demandant en échange d'épargner sa vie... Les paroles du vieil homme sonnèrent creux aux oreilles de l'abruti de service. Heureux de sa nouvelle trouvaille, il se déplaçait dans le marché en dévorant ses brochettes une par une avec un air satisfait.

Il s'autorisa une folie et goba deux brochettes en même temps en faisant glisser la viande sur les piques en faisant glisser ses dents sur ces dernières. La bouche pleine et les joues remplies de morceaux de bœufs, il décida de s'engager dans une petite ruelle. Il mâchait, il était aux anges. C'était alors qu'il se fit arrêter par une petite bande. Ils étaient trois. L'un d'eux semblait avoir les cheveux gris, sauf qu'il mesurait probablement dans le mètre cinquante. En plus de ça, cet homme sentait l'anis. Il était accompagné d'un homme tout aussi grand avec un casque enfoncé jusque son nez et d'une grande femme au nez long. Celui avec le casque enfoncé s'approcha de Kain avec un bâton, notre capitaine qui regardait droit devant ne le vit pas. L'homme casqué tapota son bâton sur le nombril du borgne. Il sortit alors une cigarette anormalement longue et protubérante qu'il alluma. L'odeur de cette fumée donna légèrement le tournis au borgne qui était situé pile poil au niveau du nuage de fumée.

Homme casqué: Hola, juste un instant mon p'tit gars. Tu sais, dans la vie, si t'as pas d'barrière psychologique, t'peux pas aller bien loin. T'sais pas qui on est, mais nous on est là pour t'faire bobo. Tu vas vite fait nous donner tes brochettes et tout ton pognon pour la famille et Tispa. -Tispa était l'homme aux cheveux gris-

Kain ne remarqua qu'à la fin que quelque chose d'insignifiant venait de lui toucher le ventre. Il abaissa les yeux et s'arrêta quelques instants. Puis, sans dire mot, il prit une nouvelle brochette qu'il s'empressa de mettre à sa bouche avec un air gai.

Homme casqué: Tu captes pas comment tu me fais du mal là ? RETOURNE-TOI BAKA ! T'veux pas écouter mon histoire et plutôt m'laisser mourir c'est ça ?

Kain:... Boui.

Le trio à l'unisson: ON COMPREND RIEN QUAND TU PARES LA BOUCHE PLEINE.

Celui qui s'appelait Tispa donna un vite coup de boule dans l'air pour pouvoir placer une mèche grise placée au milieu de son front au niveau de sa nuque. Il s'approcha alors du grand bonhomme et sortit un canif avant de le titiller avec la pointe du morceau de métal.

Tispa: 'coute moi bien mon gros. Tu vas vite fait nous donner ton gros sac d'pognon et qu'ça saute.

Kain: … Mes brochettes ?!

Tispa: … Mais que ?! NON LÂCHE MOI!

Le capitaine se saisit du petit homme et le souleva au-dessus de sa tête. Il tenait le sac de brochettes grâce à ses dents. Là, il plaça la tête la première de son agresseur dans une poubelle. Les fesses de l'homme dépassaient. Le borgne prit alors le couvercle avant de fermer violemment la benne sous le regard horrifié des compagnons du petit homme. L'homme casqué s'approcha avec prudence de Kain, bâton armé. D'un coup de poing vif dans le casque, le second agresseur fut enfoncé eut la tête enfoncée dans un mur. Seul la moitié de son corps apparaissait dans la ruelle. Le poing de notre héros était en train de vibrer après l'impact contre ce casque qui semblait être bien dur. Il se saisit alors du poing tremblant pour essayer de le « calmer ». La femme au nez long prit peur et décida d'employer les grands moyens...

Femme au long nez: AU SECOURS ! CET HOMME AUX CHEVEUX BLANCS ESSAYE DE ME VIOLEEEER !

Kain avec une nouvelle brochette dans la bouche : bé geu? (tr : mais que?)


Avant qu'il ne puisse dire un mot intelligible, une troupe d'homme en colère se glissèrent dans son dos. Une goutte de sueur apparente glissa le long de sa tempe, avant sa boulette de viande. En se retournant, il fut noyé dans un flot d'insultes en tout genre. Alors qu'ils s'apprêtaient tous à lui faire sa fête, Kain plaça sa main devant lui pour leur demander d'attendre une seconde. Aussi étonnant que cela puisse paraître, ils s'exécutèrent, se demandant ce qu'il souhaitait faire. Il sortit alors les dernières brochettes de son sac avant de toutes les placer dans sa bouche. Se tenant ses joues qui avaient pris une taille démesurée, il commença à s'enfuir.

Il fut rapidement poursuivit par toutes ces personnes. Un nuage de fumée était derrière lui alors qu'il courrait dans les rues du marché. C'était dans l'une de ces allées bondées qu'il retrouva Heziel et Kraehe.

Kain: HOOOOOOYYYY HEZ' ! KRAEHEEE!

Il leur faisait de grands signes avec ses bras alors que la troupe était toujours à ses trousses. Il ne prit pas le temps de s'arrêter pour leur expliquer la situation et continua de s'enfuir sans savoir s'ils allaient le suivre.

La course effrénée reprit de plus belle. Si on prenait une vue dessus, on pouvait voir le nuage se déplacer dans toutes les allées/ruelles imaginables de la troupe. Kain prit subitement une petite allée afin de semer les individus, se cachant derrière une grosse poubelle. Reprenant son souffle, il suivait d'un œil discret la troupe qui semblait avoir perdu sa trace. Il passa alors son poignet contre son front pour retirer la sueur avant de ricaner. En levant son unique œil, il remarqua alors deux personnes qui se ressemblaient comme deux gouttes d'eau. Deux jeunes femmes pour être plus précis. Son unique œil se transforma alors en une étoile, se relevant en sursaut. Il décida alors d'adresser la parole au duo.

Kain: TsugEeEeEeeee, c'est une technique ninja de clonage?! (tr : tsuge = super/génial)

Oui... Kain n'avait jamais croisé de jumelles jusqu'à aujourd'hui.


@Heziel Coffe

Revenir en haut Aller en bas
Heziel Coffe
The Juggernaut
avatar
Messages : 1529
Race : Humain
Équipage : Aucun

Feuille de personnage
Niveau:
43/75  (43/75)
Expériences:
195/500  (195/500)
Berrys: 61.706.000 B

MessageSujet: Re: La traque est ouverte. [Event - East Blue]   Jeu 15 Jan - 20:07





Quiproquo dans la ville bizarre ! Des chasseurs de prime ?!

- MERUGOMOOOOOOOOO !

Heziel se dandinait comme un idiot amoureux devant la poiscaille imposante qui trônait devant lui sur son lit de feuille de palmier, tel un trésor inestimable mis en beauté par un quelconque artiste. En fin de compte, c’était juste à première vue un gros poisson à la tête de canette de bière qui sentait bon la mort… mais pas pour notre brun. Pour lui, derrière cette barrière repoussante d’écailles suintantes et de fumet terrible se trouvait une chair si tendre et savoureuse qu’il aurait pu tuer pour l’obtenir. Enfin, presque. Bon, peut-être pas à ce point-là… il n’en restait pas moins que le Merugomo était un poisson extrêmement rare sur les seas blue. Le trouver ici relevait du miracle. En attendant, il trottinait d’un bout à l’autre de l’étal sous l’œil étonné de la vendeuse, qui n’était pas vilaine fille d’ailleurs. Elle l’observa faire son manège quelques instants avant de froidement annoncer le prix.

- HHHHHHHHHEEEEEEEEEEEE ?!

Notre vaillant cuistancier des mers fut abattu par la triste nouvelle, sombrant dans les tréfonds du désespoir. Il tomba à genoux et fouilla ses poches. Il avait de quoi racheter des provisions basiques, mais un poisson d’une telle rareté… malheur, désespoir ! Il essaya de marchander par tous les moyens, et obtint finalement une ristourne incroyable à hauteur de cinq berrys, car il avait animé la galerie. Comprenant l’immonde duperie, la vaste fumisterie même, qui se déroulait sous ses yeux –principalement parce qu’il en était la cible- , il se releva avec toute la dignité dont il pouvait faire preuve et pointa du doigt la vendeuse, ainsi que toutes les personnes présentes. Il termina en pointant du doigt un chat qui passait par là. Celui si lui montra son derrière avant de disparaitre dans un recoin sombre. Notre cuistot se tourna donc de nouveau vers la vendeuse avec un air entre détermination et colère.

- Je l’aurai un jour. Je l’aurai.


C’est pas une blague hein.


Sur ces mots, il leva les voiles et se dirigea vers une artère plus grande. Cette ville était bizarrement conçue… il y avait de nombreuses petites allées et de façon générale, il semblait assez facile de s’égarer si on ne faisait pas attention à l’endroit où on mettait les pieds. Les rues étaient indiquées avec la clarté d’un ivrogne à qui on demande de réciter l’alphabet à l’envers. La masse grouillante qui se trouvait là n’aidait en rien. Heureusement que Loyal était malade : à coup sûr, l’équipage l’aurait définitivement paumé dans cet endroit. En tout cas, l’air frais était vivifiant et la matinée s’annonçait pleine de surprise. En y réfléchissant bien, cela faisait longtemps qu’il avait passé un début de journée ordinaire. À cette pensé, Heziel esquissa un sourire de coin : ses enfoirés de nakamas… ils rendaient la vie tellement plus croustillante.


Alors qu’il continuait de marcher, une fragrance étrange parvint jusqu’à ses narines avisées. Il renifla tout bêtement : on aurait dit une sorte d’encens bizarre. Il tourna la tête en direction de l’origine de cette perturbation olfactive, tout doucement. De quoi s’agissait-il encore ? Finalement, son visage se retrouva à deux centimètres d’un faciès horrible. Une vieille… chose (on aurait vaguement dit une mamie) le toisait avec de grands yeux. La proximité et la surprise jouant, elle avait tout l’air d’une créature de cauchemar sortie des pires songes du cuistot pour détruire sa vie. Et sans doute sa vaisselle. Ils se toisaient avec un calme olympien. Cela dura quelques secondes, avant qu’ils ne lèvent tout deux les bras au ciel.

- HHHHHHHHHHAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAA !
- HHHHHHHHHHAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAA !


- Mais il est fou.

Retrouvant son calme en un instant, la vieille bique sembla se recroqueviller sur elle-même comme un crapaud. Elle observa notre cuisinier qui était désormais assis, adossé contre un mur, les yeux tout blancs. Son cœur semblait vouloir sortir de sa cage thoracique et un filet de bave coulait. Il venait quasiment d’avoir une attaque. Il reprit conscience de façon totalement mystique avant de la fixer d’un air choqué.

- Ne me fais pas des peurs comme ça, Oba-san !

Elle ne répondit rien et sembla s’approcher tout doucement. Elle était vraiment effrayante et se déplaçait comme un crabe, malgré ses allures de crapaud sous son accoutrement de vieille. Mais qu’est-ce que ça voulait dire à la fin ? Heziel se redressa et voulut reculer, mais c’était impossible. Un mur barrait sa route. Saleté de mur, ce complot était décidément super bien orchestré ! L’ancienne finit par l’observer, s’approchant pour mettre en valeur un poireau tout à fait ragoutant sur son gros nez crochu de sorcière. Les poils semblaient bouger tous seuls, animés d’une volonté propre…

- Si je n’étais pas là… vous seriez vous ?

L’expression d’Heziel tourna du choc à la suspicion alors qu’il l’observait. Hein ? Mais qu’est-ce qu’elle voulait dire ? Il ne comprenait vraiment pas… il se glissa hors de ce traquenard étrange tout en énonçant à haute voix ses doutes les plus profonds, révélant le trouble qui agitait son être en cet instant crucial.

- Hein ?

- Laule.

- Tu es bizarre, Oba-san.

- Okay Morray.

- Bon je… heu… écoute, je dois y aller. J’ai laissé mon feu sur le steak.

La quittant sur ces paroles avisées, sans doute reprises d’ici quelques années dans un recueil de phrases les plus philosophiques, il s’éloigna. Hélas pour lui, il se rendit compte assez rapidement qu’il était suivi. Faisant preuve d’une certaine discrétion, la vieille femme ressemblant à une bestiole rampante se faufilait entre les passants qui semblaient ne pas du tout s’en soucier, comme si sa présence était tout à fait normale. Il soupira et continua de tracer sa route dans cette grande rue. Alors que rien ne semblait pouvoir le tirer de ses réflexions, le truc le suivant toujours, il croisa une silhouette noire qu’il reconnut sans mal comme étant celle de…

- Oy, Kraehe ! Tu as trouvé un truc intéressant dans ce patelin ?

Avant qu’il n’ait pu avoir de réponse, un cri à son encontre le fit se retourner. Il reconnut sans mal ma délicatesse monstrueuse d’un homme. Oui, une marque de finesse retrouvée, la saveur d’un véritable gentleman comme on en faisait plus… l’homme qui avait fait de sa vie une véritable aventure, dans laquelle larmes, rires et chansons s’entremêlaient autour d’une bonne pinte de bière et d’un gigot délicieux…


- Kain… Qu’est-ce que tu …

Son interrogation se changea en un hoquet de surprise lorsqu’il se rendit compte que le borgne, avec les capacités sociales habituelles qui lui étaient attribuées (à savoir, celles d’un tyrannosaure lobotomisé), ramenait avec lui tout un paquet de « copains » prêts à en découdre. Vingt-cinq minutes. C’était le temps passé sans incident aujourd’hui. Ils avaient débarqué depuis à peine vingt-cinq… petites minutes. Il pointa du doigt l’abruti qui lui servait de capitaine et proféra à son encontre moult menaces plus majestueuses les unes que les autres, mais tout cela fut complètement perdu dans les cris de la bande de macaques qui courraient après le gorille. Ce dernier finit par lui passer devant sans même s’arrêter, continuant de fuir les ennuis qu’il avait causés pour les laisser sur le dos des autres. L’un des hommes pointa le chef cuistot du doigt, hurlant qu’il était forcément complice du « violeur », car de un, ce dernier avait crié son nom, et de deux, il avait effectué un danse plus que douteuse devant l’étal de la poissonnière. Mais ce qui provoqua la fuite définitive du cuisinier, c’est que dans la marée humaine qui se précipitait sur lui avec colère… se trouvait la CHOSE, agrippée telle une sangsue au dos d’un des poursuivants.

- Mais qu’est-ce que tu me veux à la fin ?!

Il tourna les talons sans s’occuper du médecin de l’équipage, qui saurait très bien s’en sortir seul. Puis il accéléra comme un personnage de cartoon assez célèbre dans une dimension parallèle, détalant comme un lapin devant des chiens de chasse. La masse furieuse se sépara alors en deux : une partie derrière la montagne aux cheveux gris, l’autre derrière la moins montagne aux cheveux bruns. Heziel emprunta une des ruelles et courut à toute jambe. Il esquivait les obstacles, décontenancé par une telle masse de civils. Et puis il n’allait pas leur taper dessus, si ?! Kain avait encore fait une connerie et il lui en toucherait deux mots ! En attendant, il esquivait des projectiles que les passants changés en bulldozers humain lui jetaient pour le ralentir. Il fallait qu’il les sème, il n’avait pas le choix. Si il voulait s’en tirer indemne et échapper à la vieille au poireau dégueu, il devait donner tout ce qu’il avait dans les tripes ! Il décida donc de passer la quatrième vitesse et se contenta de regarder devant lui. Plus rien ne comptait. Il lui fallait juste courir… courir pour s’en sortir. Il commença à distancer ses assaillants assez rapidement, tournant dans diverses ruelles sans jamais s’arrêter, sautant au-dessus des étals, renversant souvent des choses sans le vouloir, ne donnant pas la moindre excuse. Finalement, après une période indéterminée à courir comme Ushein Bault (célèbre coureur de l’ile de Djamaik), il finit par s’arrêter devant un grand terrain vague bordé par une falaise. Des docks se situaient non loin, il y avait aussi quelques arbres vers l’intérieur des terres. Il se retourna pour vérifier que personne ne l’avait suivi jusque-là : tout était bon.

Soudain, il se rendit compte d’une chose. Il pivota le visage, encore et toujours. Non, non, non et non. Définitivement non. Il n’avait pas été assez vigilant… affichant une mine renfrognée, une petite goutte de sueur sur le front, il prit une voix très calme pour annoncer l’évidence face à sa reconnaissance nulle de son environnement.

- Je me suis perdu.



_________________




Revenir en haut Aller en bas
Kraehe
Sombre Chacal
avatar
Messages : 88
Race : humain
Équipage : Borgne

Feuille de personnage
Niveau:
22/75  (22/75)
Expériences:
30/120  (30/120)
Berrys: 100.000 B

MessageSujet: Re: La traque est ouverte. [Event - East Blue]   Dim 18 Jan - 20:16




    Depuis qu'il avait été recruté un peu bon gré mal gré, par l'équipage du borgne, le médecin accomplissait son devoir avec une motivation remarquable, dans ce ramassis de débiles mentales dont la seul motivation à tenter de contrer SES pronostics rendait les choses plus fatiguantes qu'elles ne l'étaient de prime. Et la, c'était la maladie de Loyal qui avait frappé dernièrement. Hors, ce dernier tenait apparemment les capacités de guérison de Kraehe en basse estime, pour oser affronter son jugement aussi ouvertement: quand le toubib daignait lui prescrire du repos intense dans son lit, ce n'était pas pour le voir, moins de quatre heures après, déambuler lamentablement sur le pont du navire.
    Avant de se crasher avec toute attente, amenant un soupir prononcé du médecin et une injonction de sa part au colossale capitaine qui s'amusait sur la proue du navire...


    Kaïn, s'il te plait, déplace donc le Maître Nain au lieu ou il est sensé se reposer, c'est-à-dire dans sa cabine...

    fit-il avant de se retourner et de partir. Il n'avait pas envie de dépenser plus d'énergie que cela à tenter de guérir un petit abruti. Il avait pourtant prévenu l'équipage à peine une fois rentré: soit on suivait ses dires médicales, soit on l'oubliait. Hors, le Maître Nain, comme l'appelait Kraehe, avait reçut une appellation digne de l'intérêt que le médecin commençait à lui porter. Il fallait admettre qu'il ne le supportait que difficilement, et que il soupçonnait le nabot de le tenir en basse estime.
    résultat, il refusait de gaspiller son énergie. Surtout que, à cause des membres.... inexistants de Loyal, impossible pour lui de l'immobiliser dans son lit en lui cassant les jointures. Même si ce n'était pas l'envie qui l'en manquait. Heureusement que le cuisinier et le capitaine, eux, prenaient en considération ces dires... même si parfois, il avait besoin de coller une ou deux baffes au niveau des oreilles dudit capitaine pour que cela rentre dans son crane.
    Qui, d'ailleurs, semblait avoir une idée précise en tête une fois la caravelle proche de l'ile.
    le titanesque borgne commit donc le magnifique et sublime exploit de disparaitre une fois l'équipage arrivé, le cuisinier et le toubib descendant peu de temps après. En marchant, eux.

    Même si Kraehe dut laisser tomber le cuisinier en cours de route, celui-ci comme hypnotiser par la poiscaille. Bon, en soit, il ne lui en voulait pas. Pour le peu de temps passé avec eux, Heziel semblait être le seul individu à avoir la tête sur les épaules, et l'homme en noir pouvait bien lui pardonner ses petits écarts de comportement rares qu'il avait.
    La balade qui s'ensuivit fut des plus ennuyeuses, mais le médecin en profita pour acheter des herbes médicinales et autres besoins nécessaires pour son travail. Il acheta également ce qui semblait être des vivres, bien que lesdits vivres soient juste certains fruits et légumes permettant de soigner le nabot comatisant.
    Même si il ne put s'empêcher de prendre beaucoup, beaaaaaaaucoup de piment pour lui. Mesquin, l'homme au chapeau noir?
    assez.

    Toutefois, le désastre qui eu lieu peu de temps après réduisit toute cette journée prometteuse à néant. La seule réponse qu'il offrit à Heziel quand celui-ci lui demanda ce qu'il avait vu, ce fut une simple désignation du doigt...
    La marée humaine aurait put s'approcher de lui sans que le corbeau ne s'en soucit, si CET ABRUTI DE CAPITAINE ne l'avait pas interpellé en passant, provoquant des torsions de têtes vers sa personne dont, sincèrement, le médecin se serait bien passé.
    Et avec Heziel à côté, il y avait fort à parier que la course-poursuite commence. Kraehe se retourna et posa la main sur l'épaule du cuisinier avant que l'attention ne soit trop grande.
    Une main empreinte d'émotion.


    Surtout, Ô mon ami, n'oublie pas.
    Tu ne m'as jamais vu, et moi non plus...


    Sur ces mots, l'ancien membre de Cipher Pol se mit à courir sur le côté, et s'engagea dans la première ruelle perçu pour disparaître dans l'obscurité des ombres.

    Venait-il lâchement d'abandonner le cuistot devant une foule de gens en colère et prêt à en découdre?
    Oui.

    Allait-il tenter de l'aider pendant la course-poursuite mémorable qui s'ensuivit?
    Certainement pas.

    Ce fut donc le coeur libéré et délivré de tout soucis que l'homme au chapeau noir put reprendre sa découverte de la ville. Poursuivant ainsi ses courses, il put saisir un petit échange entre un homme tatoué et un marchand. Apparemment, le premier tentait d'exhorter au second un moyen d'acheter de la nourriture à moindre frais.
    Le médecin saisit une partie seulement de la discussion, suffisamment pour comprendre
    la tentative de récupérer de la nourriture parce que étant à court de vivre.

    S'approchant du pauvre hère pourtant richement vêtu (même s'il savait parfaitement que l'habit ne faisait pas le moine), le médecin tendit un des sachets à l'homme. Le sachet contenait un peu de viande, quelques pommes et des oignons -de quoi faire un repas, sans plus.
    Un sourire bienfaisant ornait son visage, comme à chaque fois que le "doc" rentrait en action bénévolement. ce qu'il faisait toujours au final...


    Tenez, voici de quoi vous sustenter un temps.
    Cela ne tiendra qu'un repas, mais je crois comprendre que vous en avez plus besoin que moi...




Voili voilou. Au cas ou cela ne serait pas compris, je m'adresse à Arnold quand celui-ci se "bat" avec le marchant Smile

Et oui mon personnage est lâche XD en cas de problème, ma boite à MP est ouverte
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

MessageSujet: Re: La traque est ouverte. [Event - East Blue]   Lun 19 Jan - 1:00



La traque est ouverte

Une nouvelle île et une nouvelle aventure. C'est ce qui arrivait à chaque fois qu'Eri et Hina arrivent sur une île qu'elles n'ont encore jamais visitée. La seule raison, c'est Hina, tout simplement. Cette femme est un vrai aimant à problème. Mais on ne peut pas lui en vouloir, la plupart du temps, elle ne le fait même pas exprès. Au moins maintenant, Eri avait le temps de se préparer un minimum avant de débarquer dans une nouvelle ville.

Et en parlant justement de nouvelles visites, nos deux jumelles arrivent dans le centre-ville. Il y avait des gens partout dans les rues, ça rappelait à Eri son enfance. Les soirs de combat au colisée, les rues étaient aussi remplie que ça, voir peut être plus. Malgré le fait que cette période était sombre pour elle, certains souvenirs n'étaient quand même pas si mal.

Hina était plus qu'émerveillée devant toute les différentes étales, installées un peu partout le long des rues. Plus elles avançaient, et plus elle voulait acheter de tout et n'importe quoi. Bien entendu, Eri gardait un œil sur elle, mais elle était de plus en plus exténuée de devoir la surveiller comme ça, tout le temps. Malgré le fait qu'elle lui a appris à combattre, ce n'était pas vraiment ça le problème, mais c'est surtout que souvent, elle voit le bien où il y a le mal, ce qui lui apporte tout le temps des problèmes. Du coup, Eri gardait le moral en pensant qu'aujourd'hui, ça allait être diffèrent. Peut-être que pour une fois dans leurs vies, elles allaient pouvoir faire le tour d'une ville sans rencontrer de soucis. Mais malheureusement, elle fut très vite coupée de ses pensées quand elle entendit la voix de sa sœur hurler sur une autre personne.

Hina était arrivée devant un stand de bonbons. Elle n'avait pas souvent la chance d'en voir, et du coup, elle voulait absolument acheter quelque chose. Ses yeux se transformèrent en petites étoiles quand elle aperçut dans le fond de la boutique une sorte de nuage rose, accroché au bout d'un petit bâton en bois. Mais il y avait un problème. Il ne restait qu'une seule de ces sucreries. Elle avait de la chance, il n'y avait personne a part elle. Personne... jusqu'au moment où cette petite fillette arriva côté d'elle et demanda la même chose. Hina regarda la petite fille, la petite fille la regarda, puis Hina s'adressa en regardant le vendeur.

    J’suis arrivée avant elle, c’est à moi normalement non ?

Le vendeur ne savait que faire, hésitant, devait-il la donner à Hina ou à cette petite fille. Mais la fillette en question commença à pleurer, elle criait de toutes ses forces. Très rapidement, son père arriva à côté d'elle pour savoir pourquoi elle est dans cet état. Elle pointa du doigt Hina en disant qu'elle voulait lui voler ses bonbons. Eri arriva au même moment, et regarda Hina. Elle se demandait ce qu'elle avait encore pu faire. Le père de la petite fille commença à hurler sur Hina, en disant que c'est inacceptable de traiter un enfant de la sorte. Les gens dans la rue commençaient à se rassembler autour de la scène. Hina continuait de dire qu'elle était arrivée avant et que donc c'est normal qu'elle devait avoir ce qu'elle veut. Le père de la gamine devenait de plus en plus colérique. D'autres personnes commençaient à intervenir dans la discussion, prenant la défense du père et de la petite. En l'espace de quelques minutes, les deux jumelles avaient la moitié de la rue contre elles. La foule huait de toutes ses forces, tous sans exception regardaient les jumelles d'une façon... et bien, disons que c'est un peu comme s'ils voulaient les attraper et les faire payer.

En voyant ça, Eri décida d'intervenir rapidement avant que la situation ne dégénère. Hina n'arrivait pas à arrêter de parler, à chaque seconde, l'endroit devenait de plus en plus dangereux. Eri attrapa alors Hina par le col et elle commença à courir de toutes ses forces en tenant sa sœur derrière, se laissant trainer. On pouvait voir Hina tendre les mains et crier en direction de la petite fille qui était en train de manger cette chose qui avait l'air délicieux, tout en la regardant, avec un sourire narquois.

Après plusieurs minutes de course, Eri s'arrêta dans une petite ruelle, à l'abri des regards. Elle était totalement essoufflée, encore une fois, elle a dû sauver sa sœur.

    Sérieusement, tout ça pour un bonbon...
    C'est pas d'ma faute ! J'suis arrivée avant elle, c'est tout.

La conversation fut vite coupée par l'apparition d'un homme dans la même ruelle. Lui aussi avait l'air poursuivit, décidément, Eri les attire. Il se mit à rigoler légèrement, sans savoir pourquoi. Quand il se releva, les deux jumelles avaient devant elles un géant. En le voyant, Eri avait encore des souvenirs de l'arène qui lui revenait. Mais elle fut vite ramenée à la réalité quand il demanda si elles étaient des ninjas. Hina regarda alors Eri, avec son air de « j'ai rien compris ».

    C'est quoi un ninja ?
    J'ai vu ça dans un bouquin, des mecs qui sautent sur les murs et qui lancent des étoiles.
    Des étoiles ? Dans sa tête, Hina pensait aux étoiles qu'on voit dans le ciel. Et c'est quoi le rapport avec nous, j'suis perdue ?
    J'sais pas, demande-lui. D'habitude rien ne t'en empêches.

Hina se tourna alors vers cet homme, extrêmement imposant. Elle avait l'air minuscule à côté de lui. Elle devait lever la tête pour pouvoir lui parler. Elle avait pris ce petit air sur son visage, tout gentil et radieux.

J'aime bien sa tête, elle est marrante. dit-elle en regardant Eri. Dis, ça te dérange pas de t'accroupir pour discuter ? J'ai mal en bas de la nuque.
Revenir en haut Aller en bas
PNJ [CdP]

avatar
Messages : 38

MessageSujet: Re: La traque est ouverte. [Event - East Blue]   Lun 19 Jan - 13:25




Saylond Arnold et Sutcliffe Destiny.

Ses pas l'avaient donc guidé jusqu'au petit quartier marchand local, où les tenanciers des étalages commençaient d'ores et déjà à préparer la fermeture de leurs établissements. Par ici, rares étaient les personnes qui profitaient de la nuit pour faire quelques emplettes, et si East Blue n'était déjà pas réellement animée de jour, alors une fois que le soleil disparaissait à l'horizon... Cela étant, c'était précisément sur cela que souhaitait jouer Arnold, en réalité. Avec un peu de chance, l'un des commerçants de vivres aurait un lot d'invendus qu'il accepterait de lui céder à prix moindre... Ou carrément gratuitement, en fait. Bien évidemment, penser ainsi relevait plus de l'optimisme que du réalisme, mais au point où il en était, le jeune homme n'avait pas vraiment le choix. Il n'allait pas passer un repas à manger des pommes et des asperges pour les beaux yeux de la saloperie de cochon de Destiny, à ça non ! Une question résonnait d'ailleurs cycliquement dans la tête du chasseur de primes, et ce depuis plusieurs jours : au final, ne ferait-il pas mieux de reprendre son périple en solitaire ? Poussant un soupir de lassitude, notre jeune ami poursuivit son chemin jusqu'à arriver à un vendeur de nourritures en tout genre, manifestement plutôt axé sur la viande. Enchanté et rêveur, le garçon richement vêtu se dirigea donc à l'intérieur de l'établissement. S'en suivi une discussion particulièrement pénible...

-Les invendus feront l'affaire ! Je peux même vous donner l'argent qu'il me reste...
-Taratata, j'veux rien savoir. Vous vous fichez d'moi, oui ?
-Qu'est-ce que... ?
-Vous êtes fringué comme un p'tit noble mon bon m'sieur. Me prenez pas pour une bille !
-Mais puisque je vous dis que je n'ai pas d'argent !
-C'est c'la oui. Bah moi, j'ai pas d'bouffe, v'là !

Nouveau soupir de lassitude. Le Saylond s'apprêtait d'ores et déjà à tourner les talons pour aller tenter sa chance ailleurs lorsqu'une âme charitable l'intercepta, lui tendant un petit sachet à l'intérieur duquel semblait se trouver de la nourriture. Les yeux ronds, ne s'attendant pas à un tel geste de bienfaisance, Arnold attrapa le paquet qu'on lui présentait d'une main hésitante avant de répondre en bredouillant sous l'air hagard du marchand, à quelques pas de là :

-Bah, euh... Merci mais... Vous êtes sûr que vous n'en avez pas besoin ?
-M'sieur, faites pas de bêtise ! Il a plus de fric qu'nous deux réuni, c'larron ! J'les r'connais, les riches !

Le chasseur de primes s'apprêta à rétorquer quand un homme, la trentaine, déambula à l'intérieur de la boutique, une fourche à la main. Le type, après avoir craché l'équivalent d'un litre de salive à l'entrée de la bâtisse, se dirigea vers le marchand qui semblait être l'un de ses amis, captant au passage toute l'attention du combattant richement vêtu qui se trouvait là. L'homme, après avoir commandé un morceau de "bidoche" pour les "mômes et la gourgandine" qui lui servait d'épouse, se racla la gorge et ajouta :

-Dis, au fait, t'aurais pas vu un grand gars, costaud, les ch'veux gris passer par là ? Il a essayé d'violer une donzelle y a quelques minutes, il nous a s'mé.

Un violeur ? Arnold fronça immédiatement les sourcils, manifestement courroucé à l'attention de ce criminel. Ce genre de type sans foi ni loi, il l'exécrait plus que tout au monde. Espérant que ce pauvre bougre était un primé, le prétendu riche se détourna de son salvateur, lui adressant un nouveau signe chaleureux de la tête avant de sortir de la boutique tout en accrochant le petit sachet de vivres à sa ceinture. Ce n'était pas grand chose, mais cela allait leur permettre de survivre sans avoir à manger des noix pour la soirée. Le jeune homme hésita alors à rentrer au navire pour déposer la nourriture avant de repartir à l'assaut de la raclure qui se trouvait manifestement sur l'île, mais changea d'avis en considérant que le chienchon risquait de se trouver de ce fait à portée de la viande. L'épéiste se contenta par conséquent de dégainer son arme, une lame argentée et luisante à la garde dorée, et se mit aussitôt à courir sans avoir réellement de direction précise, se contentant de suivre son instinct. La chose sembla se préciser lorsqu'il entendit parler, un peu plus loin, d'une fille qui avait essayé de dérober quelque chose à une gamine avant l'intervention du paternel de celle-là. Un groupe de bandits était donc arrivé sur l'île ? Manque de bol pour eux, le Saylond ne comptait pas les laisser partir impunément... Un détail plus intéressant fusa cependant jusqu'à ses oreilles : on avait perdu leur trace à peu près dans le même quartier. Se dirigeant vers l'endroit énoncé à vive allure, le chasseur de primes n'espérait désormais plus qu'une chose : que ces types n'aient pas l'intelligence fourbe de se cacher avant son arrivée...

---

De son côté, Destiny n'arrivait pas à se passer le temps convenablement sans s'ennuyer, et ce depuis le départ d'Arnold. Même s'ils passaient le plus clair de leur temps libre à se tirer dans les pattes, notamment à cause de son chienchon de compagnie, la demoiselle tenait en effet son homologue en haute estime. Grommelant une énième fois, la jeune femme décida de partir elle-même à sa recherche. Décidant d'emmener son camarade porcin avec elle, la chasseuse passa une corde autour du coup de ce dernier en guise de laisse et descendit du navire son fusil en bandoulière au cas où elle pourrait découvrir un ennemi de la justice sur le chemin.



En gros : Arnold remercie Kraehe puis entend parler d'une tentative de viol. Il sort immédiatement et remonte la piste, la recoupant avec celle d'une voleuse à la tire. Il se dirige dès lors droit vers vous (Kain et Eri !).
Destiny, quant à elle, en a marre d'attendre et descend du navire avec son chienchon. Elle se trouve près des docks.
Revenir en haut Aller en bas
Valentine D. Kain
An Incredible Idiot
avatar
Messages : 687
Race : Humain
Équipage : Dokugan

Feuille de personnage
Niveau:
36/75  (36/75)
Expériences:
265/350  (265/350)
Berrys: 10.393.000 B

MessageSujet: Re: La traque est ouverte. [Event - East Blue]   Lun 19 Jan - 18:34


Kaizoku Ni Ore Wa Naru !



~Un jour quelqu'un a dit, qu'il y avait un trésor inestimable quelque part sur l'océan.
Que la personne qui le trouverait deviendrait le Seigneur des Pirates.
C'est l'ère de la piraterie, la quête du plus grand trésor, le One Piece!

Bataille dans East Blue ! Eri et Hina, les jumelles gladiatrices!

Les deux jeunes femmes eurent une réaction peu commune à la phrase de Kain. Aussi étonnant que cela puisse paraître, elles n'étaient pas le moins du monde effrayées, au premier regard, par le colosse. C'était assez extraordinaire, bien que l'une d'entres-elles avait un peu plus de retenue, la première vint lui adresser la parole. Elle fit une allusion sur la tête marrante du capitaine. Il eut une drôle de réaction. Se demandant pourquoi une telle remarque avait été faîte à propos de son visage, il se prit au jeu en faisant quelques grimaces. Il tira sur ses joues et tira la langue. Puis il aplatit ses cheveux avec ses mains avec une larme à l’œil avant prononcer quelques mots.

Kain imitant un cuistot: La vaisselle, c'est sacré abruti.

Son imitation absurde d'Heziel n'était pas la fin de son sketch. Il prit un baton avant de le pointer dans les airs en l'agitant tout en faisant les gros yeux.

Kain imitant un nain: Bande de nuls!

Il avait bien écouté la demande de la jeune femme pour pouvoir discuter avec elles. Cependant, il fallait juste prendre en compte que son cerveau était extrêmement lent. Il fallait donc que ces informations soient traitées lennnntement. Ainsi, une fois ce processus d'escargot tétraplégique terminé, il put finalement s'accroupir avec un air niais. Il s'était excusé de ne pas avoir pu s'exécuter plus tôt. Il présenta alors son pouce en direction des deux dames avant de finalement se présenter.

Kain: Je suis Kain D. Valentine et je suis celui qui deviendra un jour le Seigneur des Pirates!

Un macaque étant bien trop petit pour métamorphiser ce grand dadais, nous utiliserons le terme de gorille. Sans que ce dernier ne se soit rendu compte à quel point il était ridiculement rigolo, il se remit à faire des grimaces en tout genre. Il semblait passer un bon moment avec la fille qui était venu lui adresser quelques mots. Cependant, les petits échanges amicaux avec ces personnes nouvellement rencontrées allait s'arrête bien rapidement.

En effet, une personne passa lentement dans le dos des deux demoiselles. L'oeil unique du capitaine se figea alors sur cette personne. Sa mâchoire se décrocha et des larmes commencèrent à couler de ses glandes lacrymales. Deux petits mots sortaient alors de sa bouche.

Kain: Grand-mère ?...

La vieille femme s'arrêta et tourna alors son visage vers la tête de balais. Elle était bossue et portait un petit sac de courses, sac qu'elle avait accroché à son poignet. Ses cheveux étaient coiffés en un chignon qui retombait légèrement en arrière. Ses traits tirés laissaient apparaître de nombreuses rides et ses yeux semblaient être clos. Ses petites lèvres dessinaient un sourire agréable. Elle se rapprocha alors du colosse qui s'était relevé. Elle portait une tenue ressemblant à des habits de coutume dans un pays réputé pour ses traditions qualifiées de « nippones ». Elle était effectivement vêtue d'un kimono rose où les motifs étaient des fleurs. Elle leva alors son visage pour essayer de voir la tête du capitaine.

Grand Mère: Oh c'est toi mon petit-fils ? J'espère que tu n'as pas encore enquiquiné de gentilles personnes avec ton couteau. Et ton ami qui fait de la drôle de fumée avec ses bâtons, il a arrêté j'espère ! Ces trucs me font tourner la tête. Je suis une vieille dame tu sais, ses discours sur les barrières du jardin ont tendance à me donner mal au crâne. Dis-moi... T'aurais pas grandis ? Je suis sûr que c'est grâce à la bonne soupe de mamie ohoh...

Kain: Oh... - il tapa son poing dans le creux de son autre main. Un petit « pof » sonore s'en dégagea- Je me suis trompé de mémé.

Quelques mots pour expliquer cela. Kain a grandi sur l'île Mormoilnoeud dans East Blue. Ses parents étant des aventuriers des mers, il ne fut pas élevé par eux. C'était ses grands-parents qui héritèrent de la dure tâche d'éduquer cette tête de mule. Son grand-père étant décédé, sa seule famille qu'il ait vraiment fréquenté était donc sa grand-mère. Elle fut celle qui lui offrit ce qu'était l'amour, contrairement à son papy qui le tabassait tous les jours. Il tenait énormément à sa mémé, et il était vrai que cette septuagénaire qu'il croisa sur cette île lui ressemblait fortement.

La grand-mère, un petit peu sourde d'oreille ne fit rien des derniers mots lâchés par le gorille. Elle se contenta de tirer légèrement son pantalon avant de s'exprimer à nouveau.

Grand-mère: Porte-moi mon petit-fils, je suis très fatigué. Tu pourrais m'amener à la maison ?

Kain: D'accord!

On ne savait pas pourquoi il accepta aussi rapidement d'aider cette pauvre dame. Il avait un visage radieux lorsqu'il prit la dame sur ses épaules. Elle fut donc soulevée à plus de deux mètres de hauteurs. Elle se cramponnait à ses cheveux et avait accroché fermement à son coude le sac de courses.

Grand-mère: Oooh... Cela me rappelle ma jeunesse...

Kain eut étonnement un rire bienfaiteur.Une étoile scintilla alors de manière mystique dans le coin de l'oeil de la mamie.

Grand-mère: Aller, uh dada ! Je te montre le chemin, au plus vite que tu peux ! Ton bâton de métal me fait mal aux reins... Dieu que ça me rappelle ma jeun...

Kain: Yosh... IKUZE!

C'était ainsi que Kain se mit à courir à vive allure dans les ruelles du quartier. La grand-mère se croyait probablement dans des montagnes russes. On ne sait toujours pas comment son cœur n'avait pas lâché à ce moment-là. Il se déplaçait avec aisance. Les gens qui passaient par-là étaient bien étonnés de ce drôle de duo. Apparemment, les poursuivants du grand dadais ne s'étaient pas encore retrouvés dans ce quartier. La populace n'était donc pas encore au courant de la « dangerosité » de ce criminel. C'était seulement quelques minutes plus tard que le duo arriva à destination. Kain déposa délicatement (pour une fois dans sa putain de vie) la grand-mère au sol. Cette dernière vacilla sur un pied quelques fois. Ses yeux étaient devenus des spirales et sa bouche formait un « o ». Après avoir essuyé son filet de bave elle sortit de son sac un petit peu d'argent qu'elle tendit au capitaine.

Grand-mère: Tiens, tu pourras aller t'acheter quelques sucreries. Merci beaucoup de m'avoir porté mon petit !

Kain: Tsugeeee des bonbons. Merci Oba-san!

Il se saisit alors de la main de la mémé avec un large sourire, récupérant les quelques pièces. Il avait une larme de joie sur le coin de l’œil.


???: VOUS, LE GRAND VIOLET AUX CHEVEUX GRIS !

Grand-mère: Mais que ?...

Kain fut interpellé par une voix venant dans son dos. Il haussa un sourcil et se releva avant de se tourner vers son interlocuteur. Une foule s'était rassemblée autour du capitaine. Les premiers rangs étaient occupés par des hommes armés d'un casque et d'une matraque. Ils semblaient être la milice locale. En voyant la taille du borgne, ils reculèrent tous d'un pas. Celui qui semblait être le chef de la petite escouade prit finalement la parole.

???: Veuillez décliner votre identité.

Kain : Je suis Kain D. Valentine. Je suis capitaine de mon super équipage et je vais devenir le Seigneur des Pirates.

Une surprise générale aux mots de ce fou. Certains rigolaient, d'autres crachaient. Personne ne restait indifférent devant une annonce aussi absurde. Le chef de la troupe se racla la gorge avant de reprendre son speech.

???: Hum...heu... Kain D. Valentine, vous êtes en état d'arrestation pour la tentative de viol d'une femme sans défense. Pour le kidnapping et violence envers une honorable personne du troisième âge, et également pour le racket de cette dernière. Vous avez été pris la main dans le sac. Veuillez me suivre immédiatement !

Kain: Vous parlez de quoi bon sang ? J'ai rien fait!

Civil dans l'ombre: C'EST CE QU'ILS DISENT TOUS !

Un autre Civil: VIOLEUR D'ENFANT, ASSASSIN !

Encore un: SALE MONSTRE !

Kain cracha sur une chaussure par inadvertance. Puis il se fit finalement craquer les articulations de ses doigts ainsi que de sa nuque. Une fois cela fait, il prit son ancre qui était accrochée dans son dos d'une poigne ferme avant de l'abattre au sol. « L'arme » brisa quelques carreaux ce qui lâcha un sentiment d'appréhension de la part des miliciens. Certains ravalaient leur salive, inquiets... Ils étaient inquiets.

Kain: Comme si j'allais me laisser faire... Ramenez vous, je vais vous défoncer la gueule!

C'était véritablement un coup de sort inquiétant qui s'abattait aujourd'hui sur le capitaine des Dokugans...


@Heziel Coffe

Revenir en haut Aller en bas
Heziel Coffe
The Juggernaut
avatar
Messages : 1529
Race : Humain
Équipage : Aucun

Feuille de personnage
Niveau:
43/75  (43/75)
Expériences:
195/500  (195/500)
Berrys: 61.706.000 B

MessageSujet: Re: La traque est ouverte. [Event - East Blue]   Lun 19 Jan - 20:09





Quiproquo dans la ville bizarre ! Des chasseurs de prime ?!

Un coup d’œil à droite, un coup d’œil à gauche. Rien de suspect, tout était OK. Quelques petites secondes de plus pour s’en assurer, puis un pas de loup vers l’avant. La discrétion, c’était comme la vaisselle : si on s’y prenait mal, les gens s’en rendaient compte. Du moins, être discret en plein milieu d’un terrain vague semblait être une option acceptable pour un certain brun.

- Yosh, je devrais être tranquille au moins maintenant…

En position ninja, notre cuisinier préféré avançait précautionneusement vers les docks, guettant le moindre signe d’une troupe de babouins enragés armés de fourches sur son passage. Il semblait cependant avoir semé ses assaillants, bon gré mal gré. Il n’entendait que le bruit de l’activité portuaire ainsi que la musique doucereuse du vent dans l’herbe à ses pieds et dans les arbres un peu plus loin. Les choses semblaient s’etre calmées, ce qui n’était pas pour le rassurer : il n’avait pas l’intention de provoquer plus de trouble dans cette ville, du moins pas volontairement. Néanmoins, si le temps et les aventures n’avaient pas encore fait leurs œuvres, il comprendrait bien vite que vivre avec un équipage tel que le sien ne pouvait qu’attirer des ennuis. Loin de se douter que dans un autre pan de la ville, son ami et capitaine s’apprêtait à jouer à Frappe taupe avec les autorités locales, il continua donc de progresser vers la zone habitée, relâchant peu à peu sa vigilance vis-à-vis de quelconques poursuivants.

Finalement, ses pas rejoignirent le pavé du monde civilisé : en d’autres termes, il revint aux docks. Personne ne sembla s’offusquer de sa présence ou réagir de façon douteuse, ce qui lui indiquait qu’il avait bel et bien réussi à se tirer des griffes du groupe d’indignés du coin. Non mais et puis quoi encore, un pervers, un violeur… bah voyons. Ses abrutis ne comprenaient juste pas la joie intense qui pouvait faire fondre le cœur d’un chef cuisinier devant une denrée rare n’attendant que ses mains expertes pour se transformer en un met de luxe. À cette pensée, une autre réflexion lui vint : au final, il avait beau être pour beaucoup de monde « le type qui fait la popote », il se savait lui-même détenteur d’une certaine forme d’art. Satisfait par cette petite remontée nécessaire d’ego après de telles péripéties, il continua tranquillement son chemin. Des bateaux étaient amarrés là, tanguant lentement sous le reflux incessant de petites vaguelettes. Les mouettes tournaient dans le ciel en émettant leur chant particulier. Une odeur de soufre s’exhalait d’une forge située non loin, dont provenaient des bruits de coups de marteau.

Quelque chose ne tournait pas rond, cependant. Une sorte de sueur froide qui ne cessait de tirailler l’échine de notre aigre-doux, pourtant en droit de penser que les ennuis s’étaient momentanément estompés. Malgré ce que la logique aurait voulu, il sentait un malaise s’installer au plus profond de lui. Il passa près d’un amas de caisses visiblement vides et ouvertes, sans doute anciennes détentrices de marchandises désormais acheminées. Un élément dans tout ceci n’était juste pas… normal. Une sensation étrange qui lui fit peu à peu revêtir son manteau de ninja intérieur, le poussant à la prudence. Jusqu’à ce que …

- ARRETE TON CIIIRQUE !

Il s’effaça sur le côté alors qu’une forme se jetait sur lui. Une forme singulière et particulière qui le hantait depuis un peu plus tôt, de par sa bizarrerie sans nom et surtout son comportement inquiétant. La vieille folle aux airs de crapaud se ramassa dans les caisses qui s’écroulèrent les unes sur les autres, sans trop de mal heureusement : elle s’était assommée dans la chute, toute seule. Ceci dit, elle ne semblait pas blessée plus que ça. Heziel avait adopté sa posture de crabe habituelle des grands jours de surprise, soufflant à grands coups devant la scène. Cette vieille fripouille l’avait suivi jusqu’ici, malgré le fait qu’il ait pu échapper à tous les autres ? Mais qu’est-ce qu’elle lui voulait à la fin ? Le coup de foudre semblait l’avoir frappée, mais notre cuisinier s’en serait bien passé. Soudain, un éclair de génie frappa sa caboche dans une illumination fortuite : si... si elle l’avait suivi jusque-là alors qu’elle était avec les autres, alors cela voulait dire que…

- FURROGU-SAN ! (tr : grenouille)

Très rapidement, un groupe d’habitants déferla sur la place des docks, s’approchant avec un air menaçant du cuisinier après l’avoir encerclé. Mince, ils l’avaient suivie alors qu’elle le suivait ! Effet domino incongru, sans doute, mais maintenant ils avaient retrouvé leur cible et en toute honnêteté, Heziel n’avait pas réellement envie d’en découdre avec de pauvres civils qui restaient sur un simple quiproquo. On ne pouvait cependant pas dire que c’était réciproque : tous crocs dehors, les hommes en colères s’approchaient doucement de lui. Leur mécontentement était plus que visible. D’ores et déjà, certains brandissaient leurs armes de fortune. Ils étaient nombreux, mais pas assez pour quelqu’un comme notre cuistot. Le plus regrettable était vraiment d’avoir à en arriver aux mains. Il tenta donc de négocier dans un premier temps, levant les mains en l’air, une goutte de sueur au front et l’air gêné.

- Heumm… eh bien, je sens que nous sommes quelques peu échauffés, pourquoi ne pas en discuter calmement, hein ?

- Tais-toi, mécréant !
- Comment as-tu pu faire ça à Furrogu-san !
- Sale enfoiré ! Mettre une dame de son âge dans une caisse !

- Mais… c’était un accident, elle s’y est jetée… seule ! Et… et puis… ET PUIS QUEL ABRUTI FERAIT ÇA DEVANT DES TEMOINS ?!

Alors que les insultes fusaient à son égard, beaucoup prenant la fin de sa phrase comme la marque démoniaque de sa sombre intelligence criminelle, les rangs se resserrèrent autour de lui. Un des hommes, armé d’une louche, le pointa du doigt en laissant s’échapper quelques dires criés hauts et forts depuis le dessous de sa moustache en forme de casque audio (un truc d’un autre monde qui servait à écouter de la musique).

- Je vous ai vu accoster un peu plus tôt ! Avec vous, les pirates, c’est toujours pareil de toute manière ! On ne peut pas vous faire confiance !

Les autres approuvèrent tous en cœur avant de reprendre leur lourd faisceau d’injures, s’approchant encore plus. La ferme intention d’en découdre se lisait dans leurs yeux. Heziel baissa les mains et soupira. Il allait devoir en venir aux poings et pieds pour se sortir de cette situation embarrassante. Les miliciens autoproclamés semblaient ne pas être très enclins à la communication. Si la force brute était la seule chose qui pouvait fonctionner, alors il lui faudrait bien en venir à cette extrémité. Il n’allait tout de même pas se laisser coincer sur cette ile débile sous prétexte qu’une vieille sorcière qui le pourchassait avait mal ajusté ses calculs de saut ! (Même si dans les faits, il l’avait esquivée…)

- Je n’ai pas le choix, on dirait…


À peine eu-t-il fini de parler que ses nouveaux adversaires se jetèrent sur lui à l’unisson. Cependant, l’un d’eux s’était avancé plus que les autres. Il allait malgré lui servir d’exemple pour tout le reste : lorsque sa pelle frappa la tête du cuisinier, tout ce qu’elle trouva ne fut que le vide. D’un geste leste, Heziel se courba sur le côté avant de lui envoyer un coup de poing dans la mâchoire. L’outil vola dans les airs alors que son propriétaire effectuait un tour sur lui-même, repartant vers l’arrière. Il bégaya quelque chose, les yeux révulsés, avant de s’évanouir. Le coup était loin d’être mortel mais il avait dû le calmer. Ses amis se stoppèrent l’espace d’un instant, surpris de voir le premier d’entre eux mis au tapis avec une telle facilité, sans même pouvoir toucher sa cible. L’aigre-doux se mit ensuite sur ses appuis, prêt à recevoir les compères de sa première victime d’infortune. Les poings levés, un petit sautillement de vigueur, l’échauffement pouvait commencer. Il les fixa d’un air plutôt sérieux, la situation ne lui plaisant pas forcément.

- Je suis désolé, mais vous ne m’aurez pas sans y perdre quelques dents.





_________________




Revenir en haut Aller en bas
Kraehe
Sombre Chacal
avatar
Messages : 88
Race : humain
Équipage : Borgne

Feuille de personnage
Niveau:
22/75  (22/75)
Expériences:
30/120  (30/120)
Berrys: 100.000 B

MessageSujet: Re: La traque est ouverte. [Event - East Blue]   Mer 21 Jan - 20:59




    Avec un amusement prononcé, le médecin au chapeau noir répondit au marchand en même temps qu'il répondait à la question du "noble". Qui ne semblait ni comprendre les raisons de son acte ni y protester pour autant, vu qu'il avait prit quasiment de suite le sac tendu. Enfin, tel était son but initial de répondre, puisque malheureusement il fut coupé dans son élan par un nouveau venu, un paysan -tout du moins en avait-il l'équipement-, qui énonça un fait qui l'interpella en s'adressant audit marchant. Bon, les deux avaient l'air de se connaitre, mais ce qu'il énonçait fit hausser légèrement les sourcils de Kraehe.

    Un colosse au cheveux gris, l'homme n'en connaissais qu'un seul. Un abruti suffisamment débile pour ne pas se rendre compte du mal causé, certes, mais incapable de violer une nana, de cela le doc en était persuadé. Il était tout simplement trop débile pour que l'idée lui traverse la tête, et l'air de rien, sa débilité faisait de lui un être bon. Il savait peut-être que le terme existait (peut-être, avec lui rien n'était sur malheureusement), mais ce n'était pas le genre de chose auquel il prenait plaisir.

    Par contre, cela expliquait à la perfection la raison de la course poursuite de tout à l'heure, à laquelle le toubib avait lâchement et sans aucun regret abandonner ses deux camarades. Il fallait dire à sa décharge que, entre les citoyens de ce bourg et ses deux comparses, l'homme en noir était loin de parier sur la meute qui leur courrait après...
    Il répondit toutefois au signe de tête du noble, trouvant au passage que celui-cii réagissait bien vivement à cette nouvelle, avec une voix chaleureuse.


    Bonne continuation. Et ne vous inquiétez pas pour la nourriture. Comme je l'ai dit, vous semblez en avoir plus besoin que moi, et c'est cela l'important...

    A la suite de cela il s'approcha du marchant, pour prendre commande, en discutant aimablement avec lui et son ami. Il lui expliqua les raisons de son acte, résumant son fait par le fait que, quand quelqu'un était dans le besoin, fut-il riche et avenant, il fallait aider, et qu'un noble ne s'abaisserait pas à tromper son monde. Bien évidemment, cela s’enchaîna sur une agréable discussion sur la logique noble ou pas, en compagnie de son ami, que le docteur au chapeau noir apprécia jusqu’à ce que sa commande fut livrer.
    Quand il se retourna pour partir, ce fut en les saluant poliment, leur souhaitant une bonne journée et leur indiquant qu'il espérait qu'ils s'en sortiraient avec le colosse.
    De fait, bien qu'il entendit derrière lui un soupir sur l'innocence supposé du médecin, ce dernier supposait bien que, si ils attrapaient Kaïn, ils finiraient sans doute les os brisés...

    Avec une furtivité remarquable, et mû par la curiosité évidente de savoir comment se débrouillait ses deux comparses, Kraehe se faufila dans une des ruelles pour pouvoir pratiquer la variante qu'il avait faite du Geppou, lui permettant de marcher sur les murs un instant, afin de se faufiler au toit d'un des bâtiment. La suite était de continuer son exploration par les sommets, avec calme et sérénité pour ne pas se faire remarqué.
    Contrairement aux divers fracas que l'homme put percevoir une fois au sommet... Avec un soupir las, il se dirigea vers les dommages les plus proches, priant pour que lesdits dommages collatéraux provoqués par un de ses camarades ne soient pas trop important.

    ... peine perdue, songea-t-il en entendant cris et fracas à une distance convenable.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

MessageSujet: Re: La traque est ouverte. [Event - East Blue]   Sam 24 Jan - 0:53



La traque est ouverte

Cette conversation ne menait nulle part. Eri restait dans le fond, regardant sa sœur et cet homme, qui venait de se présenter sous le nom de Kain. En le regardant, elle avait presque l'impression de voir sa sœur en homme. Elle était déjà fatiguée de devoir supporter sa sœur, mais là, c'était vraiment un peu trop.

Hina quant à elle était toute heureuse. Plus Kain continuait dans les grimaces, plus elle était contente. Enfin elle avait trouvée quelqu'un qui ne lui attirait pas de problème, qui même était gentil avec elle. C'est après s'être accroupi devant Hina qu'il se présenta, mais la chose la plus surprenante était le moment où il annonça qu'il deviendrait le futur seigneur des pirates. Pour Hina, c'était juste une phrase comme une autre, mais soudainement, Eri était un peu plus intéressée par la conversation. Juste au moment où elle voulut lui demander plus de détails, une vieille dame passa dans la même ruelle. L'homme avec les jumelles débuta alors une conversation avec elle, il avait l'air de la connaitre. Finalement, non, il ne la connaissait pas, mais la veille dame n'avait pas compris, et pour elle, c'était bel et bien son petit-fils. La situation était devenue plutôt... étrange. Elle lui demanda de la ramener chez elle, Kain accepta, il se baissa et la dame monta sur son dos. Eri regardait cette scène de façon très curieuse. Elle se demandait si cet homme était vraiment un pirate. Il ne ressemblait en rien aux autres pirates qu'elle avait pu croiser jusqu'à maintenant. Finalement, il commença à partir en courant, avec la grand-mère sur son dos.

Hina commença à s'énerver. Elle commençait à apprécier la conversation, elle trouvait ce mec génial, mais là, elle n'avait pas vu ça venir. Elle se retourna vers Eri, qui était derrière elle, assise sur un tonneau de bois, caché dans l'ombre.

    Franchement, c'est quoi ça ? On ne lui a jamais appris la politesse ?

Sur cette phrase, Hina parti en courant en suivant la direction de Kain. Eri était plus qu'extenuée, encore une fois elle devait courir après sa sœur pour faire en sorte qu'il ne lui arrive rien. Cette fille était une vraie pile électrique, impossible de la faire tenir en place plus de cinq minutes.

Le problème, maintenant, était qu'Hina ne savait pas du tout par ou partir, c'était comme s'il avait disparu. Il y avait tellement de rues dans ce quartier que c'était presque comme si elle devait le trouver dans un labyrinthe. Mais ce fut après une bonne dizaine de minutes de course qu'elle tomba nez à nez avec un regroupement de soldats et de civils au centre d'une grande rue. Elle commença à se rapprocher et elle entendit la voix de la Kain au milieu de ce regroupement. Elle fronça alors les sourcils, pour montrer son énervement et d'un pas assuré, elle commença à bousculer les gens de la foule un à un, sans s'excuser ou quoi que ce soit, avant d'arriver comme une furie au milieu de ce troupeau, se retrouvant en face de Kain.

    On ne t'a jamais appris à dire au revoir au moins ?

Les gens regroupés tout autour d'eux commencèrent alors à regarder Hina de façon surprise. Pour eux, c'était un criminel et ils n'arrivaient pas à comprendre pourquoi une jeune femme comme elle venait lui parler. Juste au même moment, Eri arriva de la même façon que sa sœur, peut-être même de façon un peu plus violente, car elle fit bouger les civils comme des quilles au bowling. Une entrée vraiment très réussie.

    Tu vois, maintenant elle s'amuse à te courir après, et bien sûr, moi j'dois faire de même... dit-elle en regardant Kain.

Elle eut tout juste le temps de finir sa phrase qu'un des civils, caché derrière la ligne de garde au premier rang, s'exprima en criant, tout en pointant Hina du doigt.

    C'est elle ! La femme qui a essayé de voler une gamine tout à l'heure !
    Attendez, quoi ? dit-elle, les yeux rivés sur l'homme qui venait de parler.

La foule était de plus en plus en colère. Apparemment, ils avaient déjà une dent contre Kain, mais là, c'était peut-être un peu trop. Pour eux, ils avaient maintenant en face les deux criminels dont ils avaient entendu parler plus tôt dans la journée. La situation risquait d'exploser à tous moment.


Revenir en haut Aller en bas
PNJ [CdP]

avatar
Messages : 38

MessageSujet: Re: La traque est ouverte. [Event - East Blue]   Mar 27 Jan - 17:16




Saylond Arnold et Sutcliffe Destiny.

Si Arnold avait dans un premier temps espéré de tout son cœur que ces types ne soient pas suffisamment intelligents pour se cacher à son approche, ses souhaits furent rapidement honorés, comme si une divinité souveraine avait soudainement décidé de lui donner une chance de se constituer un petit trésor qu'il pourrait récupérer suite à la capture des deux malandrins. Car si les primés étaient les seuls qui rapportaient officiellement de l'argent aux chasseurs de primes, il n'était pas rare que quelques civils fortunés reconnaissant accepte de fournir quelques piécettes en échange de la capture d'un dangereux anonymes... Quoi qu'il en fut, le chasseur habillé richement parvint donc bien rapidement au quartier où les forfaits semblaient avoir été commis : c'était non loin de là qu'il entendit des voix, retranscrivant l'agacement manifeste de quelques citoyens impliqués dans un événement bien plus grand qu'ils n'auraient pu s'en douter. Les palabres hurlées attirèrent donc inexorablement l'épéiste qui, toujours son arme en main, découvrit un attroupement conséquent autour d'une touffe de cheveux gigantesque et grise. Il était probable que son possesseur soit pourvu d'une carrure gargantuesque, mais le jeune combattant ne pouvait pas en avoir le cœur net, puisque la présence de spectateurs ne facilitait pas son appréhension visuelle de la situation. Cela étant, la couleur des cheveux était étrangement celle dont on l'avait renseigné, un peu plus tôt : il y avait donc fort à parier que l'homme qui se trouvait au centre de cette foule en colère ne soit finalement le violeur que recherchait le Saylond plus ardemment que jamais. Bon prince, ce dernier s'avança donc arme en main et se mit à hurler en redressant le visage et en arborant un air altier, le vent soulevant sa cape pour lui rendre une apparence quasi impériale :

-Cessez ces folies, damoiselles et damoiseaux ! Ce n'est pas votre rôle que celui d'affronter le mal !

La foule se scinda alors en deux, surprise, et laissa apparaître la créature que recherchait Arnold un peu plus tôt : un gars grand, costaud, borgne, avec une ancre et des cheveux gris. De surcroît, deux jeunes femmes se trouvaient proches de lui. Elles possédaient des cheveux blonds... Un peu comme celle qui avait essayé de voler les bonbons de la gamine ! En bref, l'épéiste était convaincu d'avoir trouvé ses cibles du jour, et il était bien décidé à en finir aussi promptement que possible. Il pointa donc l'index de sa main gauche dans leur direction tout en tenant son épée fermement, prêt à combattre si la situation l'exigeait :

-Vous trois ! Vous êtes en état d'arrestation ! Enfin, surtout toi, le gorille ! Je ne vous laisserai pas semer le trouble ici plus longtemps !

Les citoyens de l'île se concertèrent du regard, ne comprenant manifestement pas où voulait en venir le Saylond, qu'ils ne voyaient après tout que comme un étranger. Cela étant, le chasseur de prime comptait bien leur montrer qu'il n'était pas un inconnu comme les autres : s'il arrêtait un gars potentiellement violeur, il aurait rapidement toutes les marchandises qu'il voudrait et n'aurait plus qu'à abandonner le chienchon quelque part sur l'île, avec ou sans Destiny ! Ce plan machiavélique allait fonctionner... Il n'avait qu'à capturer ces trois malades.

---

Malgré les courtes pattes de son camarade, qui ne devaient en principe pas lui faciliter la tâche au niveau de sa puissance physique, Destiny avait toutes les peines du monde à l'empêcher d'aller fouiner dans les poubelles ou les ordures portuaires, pour l'empêcher de tomber sévèrement malade à cause d'un morceau de poisson avarié. La jeune femme avait beau arpenter le port, elle ne voyait son camarade nulle part, comme s'il s'était momentanément téléporté. Poussant un soupir, la demoiselle continua son chemin quelques temps avant d'entendre des bruits mêlant chocs et cris. Il se passait quelque chose, non loin de là ! La chasseuse de prime, son fusil toujours en bandoulière, la gorge nouée et le cœur battant, se mit à avancer en direction du vacarme, débouchant bientôt sur une petite ruelle qui menait droit à la place d'où semblait provenir le tumultueux brouhaha. La réponse à ses questions furent bientôt apportées quand la Sutcliffe découvrit, non loin de là, un type entouré par des civils énervés. Apparemment, l'homme était un pirate... Cela expliquait pourquoi les citoyens ne voulaient pas le laisser s'échapper sans combattre ! Ces types étaient courageux, finalement, et la tireuse d'élite eut soudainement beaucoup plus d'affection pour eux qu'auparavant. Cela dit, la situation paisible ne dura guère, puisque le criminel parvint à étaler l'un de ses ennemis sans aucune difficulté. Serrant les dents, la jeune femme comprit immédiatement : c'était à elle d'agir ! Elle empoigna son fusil sans plus réfléchir et visa l'inconnu :

-Hey, toi ! Tu vas gentiment poser tes mains sur ta tête et te coucher, sinon je te butte !

Le ton était donné et même si tuer ne l'enchantait guère, elle n'allait pas s'en dispenser puisque ce hors-la-loi faisait preuve d'une brutalité hors norme. Malheureusement, pour le mettre en joue, Destiny avait temporairement lâché la laisse de son camarade, le chienchon... Lequel se rua droit en direction d'Heziel, comme un bon chien de garde. Une fois à portée, il tenta de lui rentrer dedans, au niveau des jambes, pour le faire tomber.



C'est pas top et bref, mais j'avais pas envie de vous faire attendre plus longtemps. Désolé, encore une fois !
Du coup, Arnold débarque et dit à Kain, Eri et Hina qu'il les arrête sans quoi le combat commencera.
Du côté des quais, Destiny tombe sur la scène du combat et son chienchon attaque Heziel. Il veut juste lui rentrer dedans. Même si l'attaque n'est pas rapide, garde à l'esprit que la bestiole est méga solide au niveau du dos !
Revenir en haut Aller en bas
Valentine D. Kain
An Incredible Idiot
avatar
Messages : 687
Race : Humain
Équipage : Dokugan

Feuille de personnage
Niveau:
36/75  (36/75)
Expériences:
265/350  (265/350)
Berrys: 10.393.000 B

MessageSujet: Re: La traque est ouverte. [Event - East Blue]   Mar 27 Jan - 22:23


Kaizoku Ni Ore Wa Naru !


Dokugan no Ichimi

~Un jour quelqu'un a dit, qu'il y avait un trésor inestimable quelque part sur l'océan.
Que la personne qui le trouverait deviendrait le Seigneur des Pirates.
C'est l'ère de la piraterie, la quête du plus grand trésor, le One Piece!


Les hostilités semblaient inévitables. Notre héros s'était une fois de plus mis dans une belle panade. Alors qu'il était complètement perdu dans ses pensées, à savoir qui il devrait cogner en premier, une personne apparue depuis la foule. Il s'agissait de l'une des sœurs jumelles qu'il avait rencontré tantôt. Quelques phrases lui étaient destinées lui faisant remarquer son manque de politesse. Malheureusement, elles étaient en train de discuter avec un mur. Le mot politesse n'avait pas sa place dans son faible vocabulaire, les termes  « manger » et « viande » faisaient office de dictionnaire pour le borgne. Cela n'était pas tout, le brouhaha qui recouvrait les plaintes des citoyens camouflait totalement leurs paroles. Il se contenta donc de faire un sourire et quelques gestes bizarroïdes pour montrer qu'il les avait bien remarqué.

C'était alors qu'une nouvelle personne fit son apparition auprès du groupe d'individus. Une voix s'éleva au-dessus de la foule. L'une de ces voix impériales qui pourraient vous obliger à vous agenouiller devant un ton aussi royal. La foule se scinda et dévoila un homme plus que correctement vêtu, cela contrastait parfaitement avec les espèces d'haillons que portait quotidiennement le capitaine des Dokugans. Ce dernier haussa d'ailleurs son seul sourcil apparent en voyant s'approcher cet homme avec une sublime épée à la main. Ce qui marqua indubitablement l'esprit du borgne n'était autre que sa cape qui flottait au vent. C'était d'une classe qui dépassait celle des hommes tatoués. Kain jeta rapidement un coup d’œil à sa veste qui était simplement posée sur ses épaules et qui n'était pas comparable à cette cape.

???: Vous trois ! Vous êtes en état d'arrestation ! Enfin, surtout toi, le gorille ! Je ne vous laisserai pas semer le trouble ici plus longtemps !

Avec une phrase si compliquée à comprendre, Kain ne put rester indifférent. Il lâcha son ancre et se plaça tel un i, croisant ses bras, il plaça par la suite sa main gauche sous son menton. Sa tête bascula de quelques centimètres sur le côté et il ferma son unique œil. À ce moment-là, son ancre bascula et chuta sur le sol. Les carreaux qui composaient la route se brisèrent en mille morceaux au moment de l'impact. De la poussière fut légèrement soulevée. La grand-mère qui se trouvait toujours-là sursauta. Quelques bouches de la part des citoyens s'étaient ouvertes face à un tel constat. Une question leur trottinait dans l'esprit « combien pèse cette ancre ? » Bonne question, son possesseur n'en n'a aucune idée. Seul un petit « hmmm » s'échappait de sa gorge. Il n'avait vraisemblablement pas été perturbé par les cris d'étonnement. Il se mit alors à grimacer. Une veine sur sa tempe se démarqua . Il ouvrit alors son unique œil, gonflant ses joues avant de souffler l'air qui s'y était accumulé. Puis, il annonça d'un air solennel, toujours aussi grognon ceci :

Kain: Yada. (tr: Non/ J'veux pas)

Citoyen lambda: … De quoi tu veux pas ?

Le borgne pointa alors du doigt le jeune homme à l'épée qui s'était pointé il y a peu. Il répondait donc bien à cette déclaration.

Kain: Si tu m'arrêtes, je serai privé de ma liberté et j'veux pas. Si j'veux devenir le Seigneur des Pirates, je ne peux pas me laisser faire arrêter.

Kain se fit alors craquer les doigts et le cou. Son regard semblait bien plus déterminé que tantôt. Il plaça alors son pied sous le manche de l'ancre sans détourner le regard de son nouvel adversaire. D'un simple geste, l'ancre s'envola sous les regards tétanisés des citoyens qui avaient essayé de l'arrêter il y a peu. L'arme virevolta quelques fois dans les airs avant d'être rattrapée par la main ferme du capitaine. Il pointa alors le bout de l'objet vers le fameux ennemi.

Kain: La seule chose que j'ai à faire... buttobase yaru.. (tr: te botter le cul)

Il fit, sur ces paroles, tourner de nouveau son ancre deux trois fois dans la paume de sa main avant de la reposer sur son épaule comme si rien n'était. Il était fin prêt pour le combat.


@Heziel Coffe

Revenir en haut Aller en bas
Heziel Coffe
The Juggernaut
avatar
Messages : 1529
Race : Humain
Équipage : Aucun

Feuille de personnage
Niveau:
43/75  (43/75)
Expériences:
195/500  (195/500)
Berrys: 61.706.000 B

MessageSujet: Re: La traque est ouverte. [Event - East Blue]   Mar 27 Jan - 23:52





Quiproquo dans la ville bizarre ! Des chasseurs de prime ?!

Entouré par un groupe d’insatisfaits, c’était le moins qu’on puisse dire. Déjà que la diplomatie semblait proscrite avant que le premier knockout ne soit distribué, elle était devenue désormais totalement impossible : le poing du cuisinier avait frappé là où les mots ne pouvaient percer, provoquant une vague de doute parmi ses assaillants. De plus, son assertion vis-à-vis d’une possible perte de dents s’ils voulaient continuer ce petit jeu semblait avoir refroidis les citoyens. Il se tenait néanmoins près à en découdre. Ce n’était pas possible, franchement… tomber dans un merdier pareil. Soudain, une voix l’interpella d’en dehors du troupeau qui lui coupait toute retraite. Il détourna le regard, comme le firent plusieurs de ses adversaires présumés : une femme se tenait là, visiblement prête à lui carrer une balle entre les deux yeux s’il n’accédait pas à sa requête. Celle-ci étant tout naturellement une reddition sans conditions.

- Merde. Il manquait plus que ça…


Alors qu’il s’apprêtait à répondre, quelque chose perturba la petite scène. Il n’avait pas encore eu le temps de le voir avant qu’il ne s’enfonce entre les pions de cette masse humaine, mais leur réaction commune l’alerta. Se préparant à ce qui pouvait lui tomber dessus, le cuistancier fit face à un ennemi jamais rencontré auparavant : une sorte de molosse porcin aux proportions étranges se jeta sur lui. Il n’avait pas réellement le temps de s’attarder sur les détails, il était en danger là ! Il leva sa jambe jusqu’à ce que son pied arrive haut au-dessus de sa tête et abattit finalement l’ensemble sur le dessus du crane de l’animal difficilement identifiable comme un compagnon canin.

- Appetizer !

Son talon fila avec force vers le sol et à fortiori vers le haut de la boite crânienne du porc qui se situait entre son pied et les pavés. Selon ses estimations, cela devrait suffire pour assommer la chose sans plus la blesser, lui donnant l’occasion d’affronter l’adversité avec un peu plus de panache que celui d’un homme avec un cochon mutant aux fesses. L’avantage en restant dans la masse était que cette demoiselle qui le menaçait, qui qu’elle fut, ne pourrait tirer sans risquer de toucher une autre cible tant qu’il se maintiendrait en mouvement. L’inconvénient, cependant, était qu’il prenait sciemment le risque d’être saisi par les miliciens qui allaient sans doute bondir sur l’occasion de l’immobiliser. Ils avaient un avantage du nombre clair. Tant que Heziel ne connaissait pas réellement la puissance de cette étrangère, la fuite restait la solution la plus viable. Il ne pouvait pas se permettre de rester bloqué ici et causer du souci à son équipage.

Néanmoins, toutes ces pensées se révélèrent hélas bien futiles puisque le plan ne se déroula pas comme prévu : lorsque son talon entra en contact avec la tête du bestiau singulier, il éprouva une certaine douleur qui remonta le long de sa jambe jusqu’à sa hanche. Rien de bien méchant, mais cela lui indiquait qu’il cognait sur bien plus solide que prévu ! Il serra les dents alors que le machin continuait de progresser sans égratignure apparente, bien que partiellement dévié par le cuisinier. L’aigre-doux profita du talon déjà en place : usant de ses réflexes, il passa par-dessus la bête pendant qu’elle chargeait en trottant sur son échine et se retrouva donc dans son dos. Il eut alors le temps d’observer plus attentivement ce à quoi il avait affaire : une sorte de plaque cuirassée tout à fait naturelle prenait place sur la partie dorsale du chienchon, ainsi que sur sa tête qui rappelait définitivement celle d’un chien. Cela expliquait l’absence de réaction douloureuse du côté de l’animal. Il n’était pas bien haut, environ un mètre au garrot. Si ses membres étaient ridiculement petits comparés à sa corpulence globale, sa queue en tire-bouchon ajoutait un effet encore plus comique à son apparence déjà surprenante.

- C’est quoi ça, un chien tirelire ?

Les hommes autour de lui se posaient en réalité la même question. Ils se mirent à chuchoter entre eux pour trouver une origine possible au machin qui agissait comme un chien de garde. Après quelques hypothèses, l’un d’eux se ressaisit en criant à ses camarades qu’il fallait profiter de cette occasion pour capturer le pirate, car ils avaient de leur côté une nouvelle alliée. La présence du molosse changeait la donne pour Heziel. Rester dans la mêlée était définitivement trop dangereux. Il n’avait jamais pratiqué l’esquive de coup de feu auparavant, mais il y avait un début à tout… Dans cette optique, il bouscula rapidement les hommes qui lui barraient le passage, laissant quelques gnons s’échapper dans la foulée, jusqu’à ce qu’il soit à nouveau libre de ses mouvements. Il se plaça délibérément non loin d’une benne à ordure dans laquelle se trouvaient différents types de déchets sans doute récupérés sur le quai. Ensuite, il fixa du regard la fusilière aux cheveux gris avant de lui adresser la parole.

- T’es qui, toi ? Une sorte de sheriff locale ? Je vous l’ai pourtant dit que la vieille s’était jetée sur moi et avait raté son coup d’elle-même !




_________________






Dernière édition par Heziel Coffe le Sam 31 Jan - 13:39, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Kraehe
Sombre Chacal
avatar
Messages : 88
Race : humain
Équipage : Borgne

Feuille de personnage
Niveau:
22/75  (22/75)
Expériences:
30/120  (30/120)
Berrys: 100.000 B

MessageSujet: Re: La traque est ouverte. [Event - East Blue]   Sam 31 Jan - 0:11




    Décidément, loin de se calmer, ses camarades semblaient faire un rafut tout juste monstrueux. De fait, ce n'était point une, mais deux sources de problème que ses oreilles purent percevoir. Et, cas extrêmement curieux, à deux endroits différents. Enfin cela, c'était avant que il se souvienne avoir plus ou moins dévier l'ensemble des citoyens sur le pauvre petit cuisinier...
    Conclusion, les deux brouahas se levant venaient de ses deux comparses. Et le médecin se demanda vers lequel s'était diriger le jeune noble. Après un peu de réflexion, il se dirigea vers l'un des bruits élevé, au hasard...

    Quand il arriva sur le toit lui offrant angle de vision idéal sur la rue, ce fut pour admirer le cuisinier au prise avec une femme et un... cochon? en tout cas, les citoyens semblaients placés sur le côté, et ledit cuisinier semblait au prise avec ledit cochon. Qui semblait tenir admirablement bien ses coups de pieds...
    Un fait des plus étranges. Par curiosité, le docteur avait mesuré la puissance des jambes de son camarade. Il était parvenu à une pression direct proche du 200kilos de frappe, l'enjoignant à considérer le cuisinier comme un exceptionnel combattant, doté d'une force de frappe égalant presque la poigne de Kaïn. Même si leur absurde capitaine était plus "répartie" musculairement parlant...
    Le fait que ce cochon continue à attaquer était donc surprenant.

    Son regard se porta cependant sur la demoiselle qui l'avait auparavant menacé. Une belle demoiselle, tout à fait charmante, et dôté d'avantages... hum.. considérable. Une splendeur pour les yeux. Délicate, malgré son arme à feu.
    Mmh... amenant la grande question, devait-il aider son camarade?
    Un imposant dilemne... D'un côté son nakama, de l'autre une belle fleur qu'il serait dommage de couper.
    Avec un petit sourire, Kraehe s'assit sur le toit et observa le cuisinier. Il était curieux de voir comme celui-ci s'en sortirait. Il en profita cependant pour prendre un scalpel et le projeter vers le demoiselle. Certes il hésitait, mais bon. Une arme à feu, moyen moyen. le scalpel avait pour unique objectif de se planter dans le revolver pour le coincer. Bon. Il ne doutait pas qu'elle pourrait l'enlever, mais si l'arme se plantait selon ses souhaits, elle mettrait un peu de temps à forcer pour l'enlever.
    De quoi la gêner suffisamment pour que le cochon et Heziel règle leur compte, en somme. Il espérait juste que le tir ne le ferait pas se repérer. ce n'était guère son but, et avec sa discrétion et la situation, il estimait à 32% les chances d'être repérer.

    Bah, au moins à présent avait-il une chance de s'en sortir... C'était mieux que rien. Et sincèrement, le Chirurgien de la Mort se demandait comment il s'en sortirait face à une telle adversaire. Surtout s'il était sensible aux charmes. Il était juste dommage que son nakama manque autant de délicatesse. Un peu de politesse, que diable...
Revenir en haut Aller en bas
PNJ [CdP]

avatar
Messages : 38

MessageSujet: Re: La traque est ouverte. [Event - East Blue]   Mer 4 Fév - 1:17




Saylond Arnold et Sutcliffe Destiny.

Le jeune chasseur de prime n'était manifestement pas le plus chanceux de sa profession : même quand il croisait la route d'un hors-la-loi manifeste, il fallait que celui-ci soit un illustre inconnu ! Motivé, il songea pendant quelques instants que les citoyens finiraient de toute façon par le récompenser d'eux-mêmes... C'était bien une motivation suffisante, après tout ! Ainsi l'épéiste s'apprêta-t-il à faire face à ce monstre de la nature, qui profitait vraisemblablement de sa carrure des plus imposantes pour semer la tyrannie dans son sillon... Un brigand de la pire espèce, entre autres. Arnold ne fut par conséquent pas surpris de voir qu'il s'agissait d'un ahuri notoire : il le comprit dès que le gorille se mit visiblement à réfléchir, tant bien que mal. Espérant que ses deux comparses féminines soient aussi idiotes que lui était donné que la débilité était bien plus simple à combattre qu'une fourberie hors du commun, notre homme vêtu de riches habits attendit patiemment une réponse. Malheureusement et comme il aurait pu s'en douter, le criminel ne semblait pas presser d'abandonner ses méfaits : il prit d'ailleurs une pose clairement offensive, dans le but de montrer qu'il était prêt à combattre pour mener ses idéaux à bien. Cela étant, l'épéiste avait plus particulièrement tiqué sur sa première prise de parole. Ce gros babouin voulait devenir seigneur des pirates, lui ? Le Saylond, qui demeurait de marbre dans un premier temps, fini par éclater de rire, hilare. Un torrent de larmes se déversait de ses yeux tandis qu'il tapait de son poing libre sur le sol, recroquevillé, peinant à reprendre son souffle. Il se redressa après un instant, s'essuyant les larmes avec un sourire difficile à effacer totalement :

-Tu te rends compte de ce que tu dis ? Toi, seigneur des pirates ? Comme si t'en avais l'étoffe...

Après cette brève provocation à l'intention du gorille, notre jeune chasseur de prime se remit en garde, faisant signe aux citoyens de reculer d'un geste de la main. Ceux-ci s'exécutèrent, interloqués. D'un côté, le combattant pouvait les combattre : il faisait facilement deux têtes de moins que l'immondice qui lui faisait face... Mais malgré tout, il demeurait extrêmement confiance ! Après tout, il avait cet avantage, qui faisait de lui un combattant hors normes sur les Seas Blues... Personne ne pouvait rivaliser avec Arnold dans les environs, absolument personne. Ce gars n'y faisait pas exception. Son sourire toujours gravé sur ses lèvres, le sabreur s'élança d'en coup sec. En guise de premier assaut, il allait faire simple, mais terriblement efficace : il allait transpercer son opposant d'un coup d'estoc en visant l'estomac ! Même un monstre de cette taille devait avoir des organes vitaux : une fois que ceux-là seraient hors d'usage, son ennemi finirait tôt ou tard par s'écrouler sur lui-même, dans d'affreuses gerbes de sang...

---

Son ennemi, après s'être momentanément débattu face à son chienchon, tentait manifestement de se frayer un chemin hors de la foule pour pouvoir respirer et bouger plus aisément. Une tentative qui aurait pu se montrer intelligente et efficace si le jeune bougre n'avait pas oublié celle qui le faisait face, et qui se retenait de tirer à cause des civils qu'elle pouvait malencontreusement oublier si ce criminel évitait son tir, par chance ou par maléfice. De facto, Destiny laissa un léger sourire s'inscrire sur son visage tandis qu'elle pointait le canon de son arme droit dans la direction de son opposant. Arnold allait être fier d'elle (et accessoirement de son animal de compagnie) : ils allaient ramener le dîner, grâce à ce petit imbécile de hors-la-loi ! Quand le pirate prit la parole à son intention, la demoiselle se contenta de lui sourire en le tenant en joue, prête à appuyer sur la détente au moindre geste trop brusque de sa part. Elle répondit après quelques instants, comme si elle appréciait le fait de faire attendre autrui :

-Je suis une chasseuse de primes ! Mais je chasse aussi les mécréants dans ton genre, en fait. Et je sais pas de quelle vieille tu parles mais... Tu pourrais montrer un peu de respect pour les vieux tocards, enflure !

La dernière phrase ne sonnait pas très juste dans sa bouche, mais la Sutcliffe était persuadée qu'elle n'avait rien dit de méchant. Quoiqu'il en fut, elle tira immédiatement dans la direction de la jambe d'Heziel... ou en tout cas elle essaya, puisqu'un scalpel vint aussitôt se loger dans son arme à feu. Soudainement affolée, retirant l'objet tranchant de son fusil en s'assurant qu'il était encore en état de marche et regrettant l'immonde rayure qui s'y trouvait désormais, la jeune femme se tourna aussitôt en direction de l'endroit d'où était venue cette arme de jet. Une fois qu'elle l'eut repéré, la donzelle se mit à hurler en gesticulant dans tous les sens, comme si elle était possédée par le malin. Si ce mec venait la voir, il recevrait un joli coup de pied dans son endroit délicat ! Non mais.

Dans tous les cas, le chienchon, quant à lui, n'allait pas s'arrêter en si bon chemin : il reprenait déjà sa course en direction d'Heziel, à peine sonné, et voulait vraisemblablement le faire chuter plus que tout au monde !



Arnold entame les hostilités, Destiny engueule Kraehe et le chienchon remplit son office.
Arnold est lvl 23 !
Revenir en haut Aller en bas
Valentine D. Kain
An Incredible Idiot
avatar
Messages : 687
Race : Humain
Équipage : Dokugan

Feuille de personnage
Niveau:
36/75  (36/75)
Expériences:
265/350  (265/350)
Berrys: 10.393.000 B

MessageSujet: Re: La traque est ouverte. [Event - East Blue]   Jeu 5 Fév - 0:07


Kaizoku Ni Ore Wa Naru !



~Un jour quelqu'un a dit, qu'il y avait un trésor inestimable quelque part sur l'océan.
Que la personne qui le trouverait deviendrait le Seigneur des Pirates.
C'est l'ère de la piraterie, la quête du plus grand trésor, le One Piece!


 ???: Tu te rends compte de ce que tu dis ? Toi, seigneur des pirates ? Comme si t'en avais l'étoffe...

Kain ne prit pas cette provocation à la légère. La personne qu'il avait en face de lui n'était pas la première à lui avoir fait des menaces de la sortes. Le capitaine des Dokugan répondait toujours approximativement de la même manière. Cette fois-ci, il leva son poing en l'air dans sa direction en soufflant de la fumée par ses narines tel un bovin indigné.

Kain: VIENS PAR LA TEME!

L'étoffe pour devenir le Seigneur des pirates ? Au fond de lui, il était plus que certain d'en être capable. Qui pouvait le contredire tant qu'il n'avait pas essayé après tout ? C'était là réellement sa raison de vivre et mourir en essayant d'atteindre son objectif n'était pas quelque chose d'impossible à envisager. Intérieurement, il y était déjà préparé. C'était peut-être là l'un des secrets de sa détermination si particulière.

D'un simple geste de sa main, les citoyens eurent un mouvement de recul. Ils avaient pris conscience qu'ils n'étaient pas de taille face au gorille borgne. Kain fit de même en demandant presque poliment à la grand-mère qu'il avait escortait jusqu'ici de s'éloigner. Ce qu'elle fit immédiatement en rentrant dans sa demeure. D'ailleurs, elle ferma la porte de son appartement à double tou. En espérant peut être naïvement que ce coup de clef pourrait la protéger efficacement du chaos qui s'était emparé du quartier tout entier.

Au moment où le capitaine se retourna pour regarder ce qu'il en était, il vit le nain (pour Kain) s'élancer à vive allure. Sa vitesse était tout bonnement incroyable. On avait l'impression qu'il fendait l'air en se ruant vers le capitaine. Son attaque allait tout du moins être redoutable. Le héro principal autoproclamé de ces péripéties devait trouver un moyen de riposter à cet assaut qui lui était destiné.

Alors que l'adversaire du capitaine se rapprochait dangereusement, ce dernier posa la tête de son ancre sur le sol. On ne sait pas si c'était due à son « expérience du combat » ou à un « instinct » quelconque, mais il était clair que vu la taille de son arme, il ne serait probablement pas en mesure de rivaliser. Sur le principe suivant, en prenant un peu de recul sur la situation. L'ennemi était plus petit et fin, il semblait être bien plus agile que notre capitaine. Avec sa rapidité d'exécution et cette épée qui lui allait à merveille, sa précision pouvait s'avérer être mortelle. Kain ne possédait en effet aucune armure pour pouvoir protéger un quelconque point vital. Un seul coup et cela pouvait en être fini pour lui. Avec les lâches qui utilisaient des armes à distances, ce type d'assaillant faisait partie de la pire espèce pour le borgne. Malgré sa force colossale, il lui serait difficile d'atteindre son adversaire. Avec son manque cruel d'intelligence également, il était tout bonnement incapable d’échafauder un plan correct pour pouvoir asséner un coup fatal sans un facteur chance conséquent.

En revenant au moment de l'action, l'ennemi commençait à étendre son bras. Il effectua un coup d'estoc en direction de l'estomac du capitaine ! Il n'y avait aucun doute, il voulait en finir rapidement et visait sans contestes les points vitaux de Kain. In extremis, le gorille utilisa sa force surhumaine pour pouvoir soulever son corps d'une seule main. Ainsi, il se plaça comme un piquet en s'appuyant sur son ancre. La lame n'avait pas atteint son but. Seulement un petit filet de sang coulait le long du ventre du héros.

Dans la continuité de son esquive, Kain arracha l'ancre du sol avec la ferme intention d’aplatir, littéralement, le méchant. Cet élan de force brute était, aussi étonnant que cela puisse paraître, l'une des redoutables techniques du capitaine. Il prononça d'ailleurs dans la foulée le nom de cette dernière comme à l'accoutumée. Peut être qu'avec l'élan de ce coup d'estoc, il n'aurait pas le temps d'esquiver cette riposte qui lui été destinée.

Kain: URUSAI!



@Heziel Coffe



En bref : Kain esquive l'attaque d'estoc en montant sur son ancre qui était posée droite sur le sol. Il passe donc dans le dos d'Arnold, dans le même mouvement, il saute sur ce dernier en souhaitant utiliser Urusai.

Nom de la Technique : Urusai / Ferme-là 
Niveau : 5
Description de la Technique : Technique unique à Kain qui consiste à donner un coup verticale avec le plat de son arme. Certaines légendes disent qu'il serait capable d'enfoncer dans le sol quelqu'un lorsqu'il est vraiment pas content. Ceci n'est qu'une légende.
Revenir en haut Aller en bas
Heziel Coffe
The Juggernaut
avatar
Messages : 1529
Race : Humain
Équipage : Aucun

Feuille de personnage
Niveau:
43/75  (43/75)
Expériences:
195/500  (195/500)
Berrys: 61.706.000 B

MessageSujet: Re: La traque est ouverte. [Event - East Blue]   Jeu 5 Fév - 18:50





Quiproquo dans la ville bizarre ! Des chasseurs de prime ?!

- QUI NE MONTRE PAS ASSEZ DE RESPECT ?!

Ce fut la seule réaction du cuistot des Dokugan face aux dires de la demoiselle qui pointait gentiment son joujou de mort droit sur son humble personne. En effet, elle venait d'insulter les gens dont elle préconisait le respect, et ce sans même s'en rendre compte. Suite à ce petit instant durant lequel il adopta une tête assez étrange et exagérée, Heziel se concentra à nouveau sur les points importants de sa situation. Après tout, il était en danger là, maintenant, tout de suite. Il avait affaire à une chasseuse de prime et cela n'augurait rien de bon. Le fait qu'elle ait séparé son activité habituelle du fait d'arrêter les « mécréants dans son genre » indiquait que nos compagnons n'étaient pas encore primés. C'était bien beau mais ça n'en changeait pas la finalité de la chose : cette traqueuse le tenait en joue avec l'intention de tirer si nécessaire. D'ailleurs, elle sembla sourire, prête à passer à l'acte. Ce fut sans compter l'intervention d'un objet qui arriva à grande vitesse dans son fusil, bloquant le mécanisme de tir et apportant une aide indéniable à l'aigre-doux.

Celui-ci resta perplexe alors qu'elle s'affairait à retirer la chose qui venait de l'empêcher d'abattre sa proie. Finalement, l'obstacle se révéla être un scalpel. Son ennemie se tourna vers les toits proches et sembla hurler et invectiver l'auteur de cet affront, qui au final n'était pas très dur à trouver pour Heziel. Même si il ne l'avait pas directement dans son champ de vision, partiellement bloqué par son abri de fortune, le brun ne connaissait qu'une seule personne qui puisse utiliser ce genre d'outil pour combattre, avec une précision suffisante pour toucher une cible si petite à une telle distance. Le coupable présumé étant déjà repéré par la chasseuse de prime, l'originaire de Mormoilnoeud ne risquait rien à s'adresser à lui.

- Fais gaffe Kraehe, c'est une chasseuse de prime ! Et son … truc de compagnie est super résistant !

Effectivement, même si pour le bien de la narration, nous savons tous qu'il s'agissait là d'un chienchon, notre pauvre cuistot avait pour sa part bien du mal à qualifier l'animal. De ce fait, faute de mieux, il le résumait à quelque chose de non identifié sous le nom agréable de « truc ». En tout cas, l'arrivée du médecin était plus que bienvenue. Même si pour l'instant, le pronostic vital de notre cuistancier des mers n'avait pas été clairement engagé, il n'en restait pas moins qu'une situation de deux contre un pouvait facilement tourner au calvaire ; surtout en prenant en compte la distance à partir de laquelle la demoiselle pouvait attenter à sa vie. Intéressant, cela dit. Il avait passé beaucoup de temps à développer une certaine capacité, toute indiquée pour une situation de ce type. Lorsque l'occasion se présenterait, il sauterait dessus sans retenue. Il ne pouvait décemment se laisser canarder sans répondre, après tout.

Une autre question pouvait légitimement attirer l'attention de notre pirate. Était-elle venue seule sur cette île, ou avait elle un partenaire, voire plusieurs ? Si tel était le cas, son capitaine serait sans doute en danger, lui aussi. Avec son tact formidable et sa prudence légendaire, il ne tiendrait pas bien longtemps en place et provoquerait l'attention des possibles adversaires. De plus, à la base, c'était lui qu'on poursuivait pour viol... à cette pensée, le cuistot plaqua la paume de sa main contre son front, décidément dépité de constater les compétences impressionnantes de son ami d'enfance lorsqu'il s'agissait d'aimanter les ennuis. Quoi qu'il en fut, il ne pouvait qu'espérer que le borgne s'en tire indemne de son côté. Avec la fusilière et son animal aux trousses, il était proscrit de quitter cet endroit. La fuite se solderait sans doute par un échec.

En parlant de la bestiole, elle en demandait encore. S'extirpant de la masse humaine avec tout le dynamisme dont pouvait faire preuve un chien excité par une chasse, le fidèle emmerdeur canin adopta un pas de course jusqu'à sa cible, qui était toujours le chef cuistot du Youthful Demon. Bavant et haletant, le machin ayant vaguement l'apparence d'un cochon fonça dans les jambes d'Heziel une seconde fois, bien décidé à accomplir la tâche qu'il s'était donnée. On aurait presque cru qu'il voulait jouer... d'ailleurs, la situation aurait sans doute été accueillie avec un peu plus de détente par le cuisinier si tomber au sol n'avait pas signifié une probabilité fortement accrue de mourir.


- Viens voir papa... !

Se préparant à recevoir l'animal, il s'écarta en terrain libre et se plaça de telle sorte qu'il pourrait arrêter sa course et profiter de son élan pour renforcer sa propre offensive. La bête n'était pas bien haute mais cela n'entacherait en rien l'efficacité présumée de la contre attaque. Lorsque l'animal arriva à son niveau, le brun agrippa son corps rondelet et recula en freinant l'assaut du chienchon, avant de commencer à tourner sur lui même en profitant de l'élan donné par l'animal. Dans un mouvement relativement contrôlé, il effectua une rapide rotation tout en emportant la bête à une vingtaine de centimètres au dessus du sol, puis progressivement un poil plus haut. Son objectif était simple : si il parvenait à finir sa manœuvre, il balancerait directement le foutu cabot sur sa propriétaire.

- Cook Grasp !




Spoiler:
 

_________________




Revenir en haut Aller en bas
Kraehe
Sombre Chacal
avatar
Messages : 88
Race : humain
Équipage : Borgne

Feuille de personnage
Niveau:
22/75  (22/75)
Expériences:
30/120  (30/120)
Berrys: 100.000 B

MessageSujet: Re: La traque est ouverte. [Event - East Blue]   Lun 9 Fév - 0:15




    Finalement, la demoiselle repéra l'ancien assassin du Cipher Pol avec une relative facilité. Dans un sens, il était vrai que en voyant par ou le scalpel était planté et le fait que l'homme n'ait pas bougé de sa place, la difficulté pour le repérer n'était pas si élevé, mais tout de même. En soupirant, le médecin de la mort se dressa de toute sa taille et fit un pas en avant, se laissant tomber au sol entre le bâtiment ou il fut auparavant et la "meute". Qui s'était gentiment écarté pour que la jeune femme puisse l'observer attentivement... et lui laisser l'accès, vu que l'homme vêtu de noir semblait soulever pas mal d'interrogations. De fait, les gens se demandaient bien ce qu'il faisait là et la relation qu'il entretenait avec l'un ou l'autre des protagonistes. Il était vrai que c'était questionnable, au vu de l'engueulade massif qu'il eut droit venant de la certaine Destiny.
    Provoquant chez lui un certains amusement et l'amenant à s'avançait, mains levés pour prouver qu'il était désarmé (un fait totalement faux, mais tel était la coutume de rigueur), afin de s'excuser et de tenter de trouver un terrain d'entente. La voix pacifique, en somme...
    Ca, c'était avant deux faits qui arrivèrent à peu prêt en même temps.
    La première, au cours de son engueulade, il entendit Heziel lui crier l'appartenance de la jeune femme parmi les chasseurs de primes, lui faisant hausser un sourcil.
    La seconde, la demoiselle, une fois le médecin arrivé à quatres mètres d'elle, frappa.

    Un magnifique coup de pied dans les parties génitales. De fait, si elle avait attendue un peu plus de proximité, l'homme se serait très très très surement retrouvé à terre, impuissant et à pleurer ses bijoux de familles (dans le meilleur des cas ou celles-ci ne se seraient point fait démolir par les solides bottines de la demoiselle). Heureusement qu'il eu le réflexe de placer son genou à l'encontre du pied pour le stopper. Même si la force de frappe de la jeune femme suffit à passer et frapper ses organes génitaux. Provoquant chez l'homme une mise au sol immédiate, face contre terre, sa main massant les partis douloureuses.
    Et ceci sous les admonestations de la starlette, provoquant chez le mâle -avec sa virilité restante- une bouffée de colère légitime. Après tout, elle venait de remettre en cause ses capacités de procréation.

    Sur le coup, les paroles d'Heziel partirent litérallement aux oubliettes, et l'homme se redressa lentement. Très lentement. A cause de la souffrance notamment. Avant de regarder la jeune femme de ses yeux bleus, son chapeau tombé.


    Nan mais ça va pas??!!!.

    Avec une voix ou pouvait être perçu un calme retenu par une force de concentration considérable et une volonté sans faille, Kraehe fit face à la demoiselle, décidant cette fois-ci d'inverser les rôles. Elle était chasseuse de prime? tant pis... la tirade de Kraehe se fit dans la "joie" et la "bonne humeur"

    Il y a des choses que la bienséance devrait interdire de faire, jeune fille!! dont ce que vous venez d'accomplir!! chasseuse de prime ou pas, ceci est indigne de vous! je sais que votre métier n'est guère plus considérable que celui de pirate vu que les motivations sont les mêmes, mais ce n'est pas une raison pour anéantir la dignité d'un homme!! vous aimeriez que je vous applatisse les seins jusqu'à ce qu'on vous appelle planche à pain, hein? HEIN?

    Remerciez votre agréable apparence de m'en empêcher, ce serait du véritable gâchis! d'ailleurs, est-ce que la réflexion suit bien derrière? VOUS VOUS ATTAQUEZ A UN CUISTOT!! et avec l'aide d'un animal en plus? ah elle est jolie l'amitié homme-bête ou on se sert de son chienchon pour prendre tout les risques! et pour quoi, un problème d'aïeul? c'est à moi de régler le problème en tant que médecin, pas à une chasseuse de prime qui s'attaque à un type sans aucune prime!


    Encore sous le coup de la colère, bien que légèrement calmé par sa tirade, l'homme en noir croisa les bras devant elle, bien que reprenant d'une vois un peu plus calme pour la fin de ses commentaires, son pouce et son index sur l'arête de son nez pour le masser et se détendre un peu.

    Enfin, si on met cela de côté... y a-t-il moyen pour que notre agressé ici présent puisse s'expliquer? non parce que je suis la rencontre depuis le début, et j'attend toujours de savoir de quoi il est accusé...
    Enfin, hormis d'avoir fait du mal à une vieille, ce qui ne devrait pas amener au lynchage quand même. Ah et sinon quelqu'un a pensé à lui demander son avis, à la Dame?

    Oh et veuillez ranger votre arme s'il vous plait... une arme à feu entre des aussi belles mains est indéniablement dangereux, néanmoins elle obscurcit votre jugement... il serait dommage que vous fassiez une erreur, n'est-ce pas?
Revenir en haut Aller en bas
PNJ [CdP]

avatar
Messages : 38

MessageSujet: Re: La traque est ouverte. [Event - East Blue]   Sam 14 Fév - 0:20




Saylond Arnold et Sutcliffe Destiny.

L'affrontement était lancé, le combat allait désormais battre de son plein ! Le jeune homme aux allures d'aristocrate s'était vivement élancé en direction de son opposant, à une vitesse vertigineuse pour des combattants d'East Blue. La moitié des civils auraient sans doute bien du mal à le suivre des yeux à long terme, et il y avait fort à parier que cet espèce de gorille lui-même n'en vienne à subir une cuisante désillusion ! Après tout, son corps musclé n'avait pas l'air d'être fait pour la vitesse et l'agilité... De facto, Arnold était quasiment certain de le dominer purement et simplement sur ces deux domaines-là, a minima ! Le chasseur de primes ne tarda pas à choisir sa cible : l'abdomen de son opposant et, plus précisément, si l'opportunité se présentait, son estomac. En frappant ce golem dans un point vital, il pourrait le terrasser promptement malgré ses formidables atouts naturels. Plus réjouissant encore : il n'avait pas besoin de se retenir, puisque ce type n'avait apparemment absolument aucune prime sur sa tête ! De facto, même s'il le tuait, les citoyens de l'île ne changeraient probablement rien à son hypothétique récompense, qui promettait d'ores et déjà d'être faramineuse... Car heureusement pour lui, son adversaire avait manifestement fait parler de lui ! Quoi qu'il en fut, notre bretteur s'était donc élancé, et son sabre s'était rapidement mis à fendre les cieux droit vers l'organe du criminel, prêt à le perforer d'un instant à l'autre... Malheureusement pour lui, le Saylond n'avait pas prévu que cette affaire tourne au vinaigre : ainsi, ce fut lui qui se heurta au bien trop solide mur des désillusions... Lorsque la pointe de son épée n'entailla qu'un bout de peau au géant colossal qui s'éleva dans les cieux avec ferveur, notre jeune homme comprit immédiatement qu'il risquait de passer un bien sale quart d'heure...

Il avait sous-estimé son opposant, et celui-ci avait rapidement su lui faire comprendre qu'il ne s'agissait gère plus que d'une grossière erreur. Grimaçant l'air embêté, aussi bien agacé contre lui-même que contre ce type aux apparences réellement trompeuses, l'épéiste tenta de rectifier le tir assez vivement pour attendre son opposant. Malheureusement, l'arme inédite de ce hors-la-loi fendait déjà les cieux, et allait lui percuter le crâne d'ici une demie-seconde... En aucun cas Arnold n'était capable d'interposer son sabre en une si brève limite de temps, et même si cela avait été le cas, il doutait d'avoir une force brute suffisante pour le repousser ! Se maudissant intérieurement, il poussa un soupir et une injure :

-Putain d'merde, c'est pas mon jour.

L'ancre percuta violemment le haut de son crâne... Et son corps explosa soudainement. Une nuée de pierres rougeâtres, qui ressemblaient comme deux gouttes d'eau à du grenat, se répandirent alors sur le sol tandis que son épée rebondissait mollement sur les dalles, privée de son manieur. Les civils aux alentours se mirent alors à hurler, effrayer... Mais retrouvèrent rapidement contenance. Les pierres précieuses se réunirent en effet mystérieusement, laissant le Saylond réapparaître suite à leur union. Tout ne se frottant les cheveux, le maudit haussa les épaules. Son ennemi était bon, mais incapable de le blesser... L'affrontement était gagné d'avance.

-Tu m'en veux pas si je fais tourner ça court, hein ? Gāne Gāne no... Suihei ame !

Il fit un mouvement horizontal du bras et une trentaine d'éclats de grenats, aussi pointus qu'un sabre, se dirigèrent droit vers le colosse dans le but de recouvrir son torse de ces pierres carmines. Bien entendu, même si la tentative réussissait, il en faudrait plus pour abattre un bandit de cette stature... Mais cela aurait de quoi le surprendre et le faire paniquer, dans le meilleur des cas.

---

Ces deux types lui sortaient d'ores et déjà par les oreilles. A coup sûr, ce mec, l'auteur de l'envoi de ce scalpel, c'était l'un des potes de ce bandit de grands chemins... Et ils étaient de mèche pour la rendre folle ! Tout d'abord, lorsqu'Heziel prit la liberté d'informer son camarade sur la nature étrange de la bête qui le poursuivait, prouvant à Destiny qu'ils étaient bel et bien allié, celle-ci pivota sur elle-même pour lui faire face et lui hurler quelques mots en le pointant du doigt :

-C'est un chienchon, putain de connard ! Un chienchon ! C'est pourtant pas compliqué ! Vous êtes tous cons, ma parole !

Evidemment, ce pauvre inconnu récoltait les fruits dûment semés par Arnold qui, juste après avoir envoyé cette première offensive, se mit à éternuer. Suite à cela, la chasseuse de prime se tourna à nouveau, faisant cette fois-ci face à Kraehe qui avait eu l'audace de se rapprocher. Comme prévu, le pied de la demoiselle vint rencontre la virilité du jeune homme avec une vigueur exceptionnelle, le clouant au sol un bref instant tandis qu'elle plaçait ses poings sur ses hanches, contemplant l'oeuvre de son dur labeur d'un air satisfait. Avec un peu de chance, ce rebut de la pire espèce ne pourrait ainsi plus se reproduire... Néanmoins, la jeune combattante armée de son fusil n'était pas encore au bout de ses surprises : elle le comprit lorsque son opposant se redressa, lui jetant un regard assassin et une tirade digne d'une pièce de théâtre. Si la plupart des paroles ne ciblaient guère son apparence corporelle, quelques mots prononcés par le forban résonnèrent en boucle plus puissamment que les autres... "vous aimeriez que je vous aplatisse les seins"... "Remerciez votre agréable apparence de m'en empêcher"... "ce serait du véritable gâchis!"... "des aussi belles mains"... Le teint de la demoiselle vira soudainement au cramoisi et elle se replia sur elle-même, les mains croisées au-dessus de la poitrine, se recroquevillant au sol tout en se retournant. La Sutcliffe hurla alors à la face du monde :

-Tais-toi, espère de pervers !

L'air affolé n'était pas feint, mais il était en tout cas bénéfique : elle s'était baissée juste au moment où, de l'autre côté, Heziel avait réalisé son lancer de chienchon. De facto, l'animal qui battait les airs avec ses pattes ridicules et qui grognait dans la crainte de heurter le sol trop puissamment se dirigeait désormais droit en direction de Kraehe, et il menaçait de le percuter d'un instant à l'autre... Quand elle le vit passer, la chasseuse de prime oublia tout de suite sa timidité précédente et se redressa, mettant le cuistot en joue avec colère :

-Et tu t'en prends aux animaux, à ce gracieux spécimen en plus ? Vil pirate !

Deux tirs. Le premier visait l'épaule gauche du pirate, le second son pied droit. Avec un peu de chance, si Destiny parvenait à le toucher deux fois d'emblée, elle pourrait prendre l'avantage et s'occuper de son comparse avec l'aide de son familier...



Rappel : Arnold est lvl 23 ! Et ouais, j'suis pas cool. Laughing
Destiny est lvl 17 !
Revenir en haut Aller en bas
Valentine D. Kain
An Incredible Idiot
avatar
Messages : 687
Race : Humain
Équipage : Dokugan

Feuille de personnage
Niveau:
36/75  (36/75)
Expériences:
265/350  (265/350)
Berrys: 10.393.000 B

MessageSujet: Re: La traque est ouverte. [Event - East Blue]   Dim 15 Fév - 19:06


Kaizoku Ni Ore Wa Naru !



~Un jour quelqu'un a dit, qu'il y avait un trésor inestimable quelque part sur l'océan.
Que la personne qui le trouverait deviendrait le Seigneur des Pirates.
C'est l'ère de la piraterie, la quête du plus grand trésor, le One Piece!

L'attaque du capitaine était un franc succès. Jamais notre héros ne pensait qu'elle ferait autant d'effet. Le corps de l'ennemi explosa littéralement sous le choc. L’œil unique de Kain s'écarquilla sur le coup. Il était persuadé de l'avoir tué. Cela ne lui était jusqu'alors jamais arrivé. Cet adversaire aurait été sa première victime ? Le regard des citoyens autour de lui prirent un air grave, désemparé. Ce coup qui avait terrassé l'homme à l'épée, d'étrange perles en étaient sorties. Quel pouvait bien être ce tour de magie ?

Le borgne n'eut pas le temps de souffler que les perles se mirent à fusionner les unes les autres. Roulant en direction du tas principal. Notre héros n'en revenait pas, il était déjà en train de reprendre sa forme de tantôt. Son poing resserra un petit peu plus son ancre en assistant à ce spectacle terrifiant. Kain du fait de son manque d'intelligence, ne se rappelait pas qu'il avait déjà eu affaire avec quelqu'un de son acabit. Il s'agissait d'un homme capable de transformer son corps en craie et de l'utiliser à sa guise. Dans pareil situation, son pouvoir destructeur était tout bonnement nul face à cet homme. Il ne pouvait vraisemblablement pas gagner, mais ça, il ne le savait pas. Alors qu'il était toujours perdu dans ses « pensées », l'adversaire de Kain prononça en fin de comptes quelques mots.

 ???: Tu m'en veux pas si je fais tourner ça court, hein ? Gāne Gāne no... Suihei ame !

Kain: Un fruit du démon?!

La surprise, voilà ce quelle était l'erreur du grand borgne. En temps normal, il aurait été capable d'esquiver ou de parer tous ces projectiles qui lui étaient destinés. Malheureusement pour lui, cela lui coûterait quelque chose. Peu de temps avant que les projectiles ne le traversent de part en part, il eut le temps de donner un coup d'ancre dans le vide. Sa force brute lui permit de dévier la plupart des projectiles. Cependant, il s'y était pris trop tard, ces « lames » étaient bien trop nombreuses pour rendre leur efficacité nulle dans de telles circonstances pour le capitaine. Il due mettre son bras devant son corps. Il protégea les points vitaux, à savoir son visage, son cou, ainsi que le haut de son torse à savoir les poumons et son cœur en particulier. Les éclats de grenats arrivèrent. Quelques unes avaient déviées de leur trajectoire initiale suite à la parade du borgne. Cela n'empêcha à ces piques jaunes de traverser de part en part le haut du corps du capitaine. L'une d'entre elle frôla sa joue, certaines passèrent au niveau de ses cottes flottantes. Deux d'entres-elles vinrent se planter dans l'avant bras qu'avait placé le capitaine pour se protéger.

Kain lâcha un cri de douleur au moment où il sentit cette attaque pénétrer sa chair. Il fut projeté en arrière par la force de cette attaque et s'écroula sur le dos. Son corps glissa sur plusieurs dizaines de centimètres. Son dos rappas contre le sol et quelques gouttes d'hémoglobines jaillirent des plaies de son avant bras. Son corps tremblait. Toujours au sol, il attrapa une pique après l'autre et les retira en grimaçant. Son bras était ensanglanté. Il était essoufflé. Il regardait de son unique œil celui qui venait de lui porter cette attaque.

C'était avec une nouvelle grimace que le borgne décida de se relever en essuyant rapidement son bras. Il se mit alors à courir droit vers son Némésis avec l'intention de lui coller un bon coup. Une bulle blanche se plaça au niveau de son poing, il avait dors et déjà décidé d'avoir recours à son fruit du démon, le Gura Gura no mi. Il avait laissé son ancre posée sur le sol, il était donc désarmé.

Kain: Gura Gura no... Directo!

Cette technique était en quelques sortes son attaque signature. Sa force déjà surhumaine à laquelle venait s'ajouter la puissance destructrice du Gura donnait naissance à un pouvoir redoutable. Dans son coup de poing, il avait probablement la force d'exploser littéralement une maison entière. Il se jetait à corps perdue dans cette bataille. Il avait, si jamais il ne faisait pas mouche, bien l'intention d'en donner un second dans la foulée. Une bulle blanche était déjà en train de se former au niveau de son second poing. En l'état actuel, l'issu du combat ne faisait aucun doutes. Il allait perdre. Ce qui était également sûr, c'est que ces attaques qu'il allait donner ferait assez de grabuges. Suffisamment pour donner inciter le maire de cette ville à voir un nouveau plan d'urbanisme pour ce quartier à minima.


@Heziel Coffe



Spoiler:
 


Dernière édition par Kain D. Valentine le Dim 15 Fév - 21:54, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Heziel Coffe
The Juggernaut
avatar
Messages : 1529
Race : Humain
Équipage : Aucun

Feuille de personnage
Niveau:
43/75  (43/75)
Expériences:
195/500  (195/500)
Berrys: 61.706.000 B

MessageSujet: Re: La traque est ouverte. [Event - East Blue]   Dim 15 Fév - 20:52





Quiproquo dans la ville bizarre ! Des chasseurs de prime ?!

Finalement, l'attaque pu porter ses fruits : le chienchon ne parvint pas à se défaire de la solide poigne du cuisinier et se retrouva peu à peu emporté dans cette centrifugeuse humaine, avant d'être balancé sans autre forme de procès sur sa maîtresse avec assez de puissance pour l'assommer si elle restait là. Néanmoins, pour une raison que Heziel ne saisit pas totalement étant donné qu'il s'était concentré sur la bête et non pas le dialogue entre le médecin et la chasseuse de prime, Destiny venait de s'agenouiller. Esquivant par là même la boule de carapace qui devait se déposer en toute finesse sur sa personne. Maintenant que Heziel pouvait mettre un mot pour qualifier cette race pour le moins étrange d'animal canin, il le trouvait encore plus ridicule. Purement psychologique sans doute, mais il était difficile de qualifier sérieusement une boule sur patte comme étant un ennemi. En tout cas, Kraehe se trouvait désormais droit sur la trajectoire de la créature en vol, risquant donc des dégâts importants si il ne bougeait pas rapidement ! Ceci dit, s'il esquivait, le gentil toutou se ramasserait la tête la première sur les pavés. Avec un peu de chance, il pourrait même finir dans le mur d'une maison un peu plus loin.

- Merde ! Attention !

Il aurait voulu en dire plus, mais la Sutcliffe se retourna avec une colère certaine à la vue de son adorable animal de compagnie qui fendait les cieux telle une balle de golf en format XL. Elle mit immédiatement en joue notre brun qui se mit en alerte, l'observant avec assez de détente possible pour tenter d'esquiver dans toutes les directions. Une goutte de sueur perla doucement sur son front alors que la jeune femme lui communiquait sa désapprobation profonde : une balle au mauvais endroit et il était fini. Il fallait à tout prix qu'il évite ce qui allait venir, sans quoi il commencerait un combat déjà perdu d'avance : si sa mobilité venait à être réduite, il n'avait plus aucune chance face à un adversaire capable de l'affronter et le finir à distance. Lorsque la demoiselle eut fini sa tirade et avant même qu'il ne puisse répliquer quoi que ce soit, deux coups partirent l'un après l'autre dans une cadence diabolique. Sans réfléchir, le membre de l'équipage des Dokugan tenta une esquive sur la gauche, réagissant à très grande vitesse. Merci l’entraînement pour ça !

Néanmoins, ce ne fut pas totalement une réussite : en effet, si le deuxième impact souleva une gerbe de poussière alors qu'il ricochait sur le sol là où se trouvait anciennement le pied droit du cuistancier, le premier fit mouche de très peu sur son épaule droite, le mouvement d'échappatoire ayant mis hors de portée du danger une épaule au détriment de l'autre. La balle arracha un morceau de la chemise d'Heziel et laissa un sillon sanglant sur sa peau. Une douleur vive l'alerta alors qu'il roulait sur le côté pour se rétablir rapidement sur ses pieds. Il fallait qu'il reste en mouvement ! Si il avait été touché ainsi, il était inutile de rester immobile à attendre que la mort vienne pour tenter de la duper. Il ne pouvait plus compter que sur ses capacités physiques propres. Ses réflexes allaient être mis à l'épreuve durant cet affrontement. Il ne pouvait pas se permettre de perdre. Pas avant d'être certain que ses nakamas étaient en sécurité... ce qui n'était sans doute pas le cas pour son capitaine, notamment. Zigzaguant tout en courant aussi vite qu'il pouvait afin de s'imposer comme étant une cible difficile à viser et surtout sur laquelle faire mouche, il décrivit un arrondi pour finalement s'approcher de la jeune femme. Il fallait qu'il utilise cette technique, c'était l'espoir le plus viable de parvenir à portée d'attaque correcte.

- Un spécimen gracieux ? J'ai vu des travers de porc plus charmants !

Lorsqu'il fut finalement assez proche de Destiny pour lui rendre son attaque, il plaça son coude en arrière comme pour donner un coup de poing. Autour d'eux, les civils observaient la scène avec une sorte d'admiration dans laquelle se mêlaient aussi surprise et désarroi. Aussi bien les capacités de fusilière de la chasseuse de prime que l'étonnante réaction de son adversaire pirate, ces éléments suscitaient un sacré remue ménage dans les rangs des spectateurs malgré eux. Tous se demandaient alors ce qu'allait bien pouvoir faire le cuistot. Une dizaine de mètres le séparait de la jeune femme et à moins de pouvoir étendre ses bras, il ne risquait pas de lui faire grand chose ! Du moins, ce constat semblait réaliste. Mais le réalisme cédait bien trop souvent face au fantastique dans ce vaste monde. Heziel contracta les muscles de son bras, se préparant à asséner un coup d'une grande puissance. Si il parvenait ne serait-ce qu'à la toucher une fois, la faire chanceler... il devait y arriver !

- Barometer !

Son poing partit droit devant lui, visant l'estomac de sa cible. Non, son bras ne s'allongea pas. Mais l'effet allait quasiment être le même ! Sous la force musculaire pure déployée par l'originaire de Mormoilnoeud, l'air devant son poing serré se compressa dans un mouvement sec, partant à toute vitesse vers la demoiselle qui risquait fort de passer un sale quart d'heure si elle ne bougeait pas très, très rapidement de là. La vitesse du projectile était dantesque, sans doute pas autant que celle d'un tir d'arme à feu, mais l'effet de surprise couplé à l'efficacité naturelle de la technique donnaient un cocktail étonnant. Si elle subissait cet assaut, alors le cuisinier utiliserait sans doute la technique de Cook Bullet pour lui foncer dessus pendant qu'elle se reprendrait, arrivant ainsi à l'approcher pour lui asséner un coup de poing vindicatif. Pour l'heure, un « coup de poing à distance » dont l'aigre-doux pouvait être fier menaçait la pimbêche.



Résumé :
Spoiler:
 


_________________






Dernière édition par Heziel Coffe le Jeu 19 Fév - 14:54, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
PNJ [CdP]

avatar
Messages : 38

MessageSujet: Re: La traque est ouverte. [Event - East Blue]   Jeu 19 Fév - 16:43




Saylond Arnold et Sutcliffe Destiny.

Bien entendu, son offensive avait été un succès flamboyant : ses projectiles, vifs et puissants, avaient violemment entaillé le pauvre bougre. Quelques uns s'étaient même plantés dans ses bras, lui arrachant un grognement de douleur tandis que le chasseur de primes, de son côté, avait généré une épée de grenat à partir de son propre corps, particulièrement tranchante. Désormais, le logia se mettait à marcher en direction de son opposant, avec un air mêlant arrogance et satisfaction : ce type avait beau être une force de la nature, sa malédiction le rendait absolument invincible... Comment diable cet espèce de gorille pouvait-il espérer triompher dans ces conditions ? Arnold, tranquillement, paisiblement, dans une quiétude dérangeante, ne réagit même pas lorsque son opposant en vint à se redresser, continuant d'avancer avec malice. Sous peu, ce pirate serait hors d'état de nuire, et les habitants locaux le remercieraient chaleureusement ! Le combattant richement vêtu s'y voyait déjà : une fête opulente en son honneur, et quelques repas gentiment offerts... Peut-être qu'un autre combattant déciderait de le rejoindre ? Si tel était le cas, il n'allait pas tarder à imposer un dilemme à Destiny : son chienchon ou lui ! De toute manière, comme il serait considéré comme l'un des plus grands héros d'East Blue d'ici quelques minutes, il n'avait guère besoin de s'encombrer d'une tireuse pitoyablement banale... En son for intérieur, le Saylond, hilare, regardait déjà la demoiselle lui embrasser les pieds et s'excuser pour son comportement odieux tandis que sa grotesque créature, les pattes reliées entre elles par une puissante corde, rôtissait à feu doux au-dessus d'un bûcher sur mesure, en laissant échapper de temps à autres quelques petits jappements... Non, vraiment, il pouvait s'estimer d'avoir mangé ce logia.

Malheureusement, la désillusion fut bientôt au rendez-vous pour le jeune combattant : lorsque le borgne se redressa pour lui envoyer une furieuse attaque, il arqua un sourcil, ne comprenant guère pourquoi cet homme s'obstinait alors qu'il n'allait à coup sûr pas arriver à lui infliger la moindre blessure. Toutefois, l'épéiste en herbe eut rapidement une réponse à ses questions : le poing de son opposant sembla se recouvrir d'une sphère étrange et propulsa une puissante onde de choc en cognant furieusement les cieux. Arnold, estomaqué, n'eut guère le temps de prononcer le moindre mot que son corps explosa en une nuée de petites pierres rouges vives. Le grenat, ne faisant guère rempart à l'offensive de Kain, ne fut pas suffisant pour protéger la bâtisse qui se trouvait sur la trajectoire du cataclysme, et qui vola tout simplement en éclats tandis que les deux bâtiments adjacents s'effondraient tout bêtement. Le logia, après un instant, se reconstitua par la même manœuvre que précédemment, tournant le dos à l'ennemi un court instant pour observer les dégâts de son offensive. C'était ce gorille qui avait fait ça ? Stupéfait, le maudit se tourna une nouvelle fois, faisant face au borgne sans trop savoir quoi dire... Jusqu'à ce qu'il n'en tire une conclusion. Un fruit du démon ! Ce type était également un maudit... Et ses capacités avaient l'air tout bonnement démentielles ! S'étonnant un bref instant qu'un criminel aussi menaçant n'ait toujours pas de prime sur sa petite tête, le combattant prit la parole avec colère, comme s'il était vexé que ce forban ait recours à une telle astuce :

-C'est pas juste de tout casser ! Les civils n'ont rien à voir avec ça ! T'es pas capable de me toucher, donc tu te soumets, c'est comme ça que ça marche !

En constatant que son adversaire n'avait guère semblé être habité par un démon de l'intelligence depuis leur rencontre, le Saylond grogna un court instant, l'air agacé, avant de lever son bras droit en direction des cieux, d'un air presque impérial :

-Rah, puis de toute façon t'es trop con pour comprendre quoi que ce soit ! Meurs, pirate ! Gāne Gāne no Roketto !

De son mouvement vertical naquit alors une lame de grenat, qui fut directement envoyée droit dans la direction du colosse adverse. Celui-là pouvait bien évidemment tenter d'éviter ou de bloquer, mais de toute manière, dans l'esprit du logia, l'affrontement était d'ores et déjà terminé... Il ne pouvait tout simplement pas perdre face à un homme incapable de le blesser, après tout ! Et puis, au vu de sa stature, cet imposant forban ne risquait pas de pouvoir s'en aller incognito bien loin... Tout le reste n'était donc désormais plus qu'une simple formalité !

---

Le chienchon qui avait donc entamé un vol plané des plus grotesques au-dessus de sa coéquipière s'écrasa lourdement en plein dans l'abdomen de Kraehe. Il retomba ensuite violemment sur le sol et, comme si le choc n'avait pas vraiment contribué à arranger le chaos constant qui régnait au sein de ses neurones, se mit à tourner en rond, courant après sa minuscule queue en tire-bouchons. Sa comparse, non loin de là, entreprit au même instant de tirer sur Heziel, lequel parvint à éviter le gros des dégâts, n'endurant guère plus qu'une légère blessure au niveau de l'épaule. Abattre un ennemi en plein mouvement n'était pas chose impossible pour Destiny, mais il fallait admettre que ce bandit était plutôt agile et relativement réactif : dans l'immédiat, il lui fallait surtout attendre qu'il ne baisse sa garde, pour l'abattre sans lui laisser la moindre porte de sortie... Malheureusement, dans l'immédiat, le hors-la-loi ne semblait pas vouloir déposer les armes : a contrario, il s'élança en direction de la demoiselle après quelques pas et amorça un mouvement comme pour lui donner un coup de poing... Alors qu'il se trouvait à une dizaine de mètres d'elle. Interloquée puis amusée, la jeune femme prit alors la parole, avec la ferme intention que celle de le tourner en dérision :

-Ben alors, un peu d'adrénaline suffit à te rendre débile ? Vous, les criminels, vous êtes vraiment... Bleurg

Coupée dans son élan par l'offensive du cuistot qu'elle n'avait pas vraiment vu venir, la jeune femme fut propulsée droit en direction d'une caisse en bois qu'elle explosa en la heurtant. Elle avait également lâché son fusil à mi-chemin, trop gênée par la douleur et la surprise pour conserver ses moyens. Avec un râle de douleur et une paupière fermée, essayant de trouver une prise stable pour commencer à se redresser, la Sutcliffe jeta un regard à son ennemi, se demandant comment ce type pouvait bien être capable d'une telle prouesse. La toucher à distance, alors qu'il n'avait aucune arme ni aucun artifice sur lui ? C'était à coup sûr de la magie ! Mais alors qu'elle souhaitait lui hurler qu'elle ne trouvait pas cette façon de faire très digne, même pour un hors-la-loi, la chasseuse de primes fut à nouveau coupée dans son élan : un brouhaha gargantuesque s'éleva à quelques centaines de mètres, comme si un bâtiment s'était effondré sur lui-même...

-Qu'est-ce que c'était que ça ?

La demoiselle, avec difficulté, en vint donc à se relever et à jeter un regard en direction de l'endroit d'où s'élevait déjà un épais nuage de poussières. Alors comme ça, là-bas aussi, il y avait du boucan ? Son petit doigt souffla à Destiny qu'Arnold n'était pas tout à fait étranger à ce phénomène pour le moins surprenant... Restait à espérer que le zèle de son allié ne les force pas à quitter l'endroit !



Rappel : Arnold est lvl 23 !
Destiny est lvl 17 !

Doooonc, deux ou trois bâtiments s'effondrent dès le premier coup de poing de Kain et Arnold rétorque. Destiny, qui n'a pas su éviter le coup d'Heziel, entend le bruit et remarque le nuage de poussière en craignant que ce ne soit Arnold qui soit au cœur de tout ça.
Kraehe > Je n'accepte pas ton poste, pour deux raisons. La première, simple, c'est que tu as dépassé ton délai d'une vingtaine d'heures. La seconde, c'est que le poste présente également une incohérence : il t'est complexe voire impossible de porter le chienchon, même à deux mains, alors le tenir à une main pour l'attaquer de l'autre... ça devient tendu ^^' Je te MP ton poste pour que tu puisses toutefois le réutiliser à ta guise.
Revenir en haut Aller en bas
Valentine D. Kain
An Incredible Idiot
avatar
Messages : 687
Race : Humain
Équipage : Dokugan

Feuille de personnage
Niveau:
36/75  (36/75)
Expériences:
265/350  (265/350)
Berrys: 10.393.000 B

MessageSujet: Re: La traque est ouverte. [Event - East Blue]   Ven 20 Fév - 0:30


Kaizoku Ni Ore Wa Naru !



~Un jour quelqu'un a dit, qu'il y avait un trésor inestimable quelque part sur l'océan.
Que la personne qui le trouverait deviendrait le Seigneur des Pirates.
C'est l'ère de la piraterie, la quête du plus grand trésor, le One Piece!


Kain n'eut pas besoin d'aller au corps à corps pour utiliser cette technique. Certes, si jamais il arrivait à placer une telle attaque à bout portant, alors les effets n'en seraient que plus dévastateurs encore. Son adversaire avait décidé de se battre à mi-distance. Notre héros en était également capable. Cela se prouva. L'onde de choc dégagée par son unique poing vint balayer littéralement le corps de l'antagoniste qui vola en éclat. Il n'avait pas retenu son coup. Les premiers bâtiments qui lui faisaient face ne résistèrent pas à l'onde de choc du capitaine. Des éclats de pierres volèrent de part et d'autres. Les civils alentours prirent la fuitent et se mirent à hurler.

One ne savait pas vraiment si c'était grâce à de la chance ou tout simplement due au hasard, mais les victimes ne furent que minimes. Heureusement que la grand-mère de toute à l'heure avait pris le temps de feuilleter chaque page de son magazine du haut de ses toilettes. Ce passe-temps lui sauva la vie. Aussi étonnant que cela pouvait paraître, seul un mur et cette pièce précise résistèrent à l'attaque du borgne.

C'était avec une certaine frayeur que Kain constata une nouvelle fois la reconstitution en directe de son adversaire. Chaque partie de son corps se reformait petit à petit sous son œil médusé. Son adversaire fit d'ailleurs volte face pour constater les dégâts que le borgne venait de causer. Notre héros décida de ne pas bouger de sa position. Il restait sur ses gardes, l'ennemi d'aujourd'hui était probablement le plus redoutable qu'il n'avait jamais eu à affronter.

Arnold fit ensuite de nouveau face au capitaine et lui lança une nouvelle provocation.

Arnold: C'est pas juste de tout casser ! Les civils n'ont rien à voir avec ça ! T'es pas capable de me toucher, donc tu te soumets, c'est comme ça que ça marche !

Kain: Ferme-là, pauvre plouc!

Arnold leva alors son bras vers le ciel et lança une nouvelle phrase.

Arnold: Rah, puis de toute façon t'es trop con pour comprendre quoi que ce soit ! Meurs, pirate ! Gāne Gāne no Roketto !

Quelque chose d'énorme apparut alors au-dessus de la tête de Kain. C'était dangereux. S'il ne faisait rien, il risquait de passer un sale quart d'heure. Sa réflexion simpliste le mena à l'action suivante : rouler. Il se jeta en avant et effectua une roulade en avant. La lame de grenat trouva alors le sol. Ce dernier sembla se séparer en deux. Quelques secondes plus tard seulement, on pouvait dors et déjà constater le trou béant qui avait été laissé par cette épée éphémère. Si le borgne venait à se prendre une technique de la sorte de plein fouet, il ne donnerait pas cher de sa peau.

Il n'avait pas le temps de se reposer. Il avait beau être désarmé, il devait tout de même faire quelque chose. Il braqua alors son corps légèrement en arrière. Une nouvelle bulle blanche se forma au niveau de son poing. L'énergie vibratoire qu'il venait d’emmagasiner avait du mal à rester en place. Son état psychologique était défaillant. Des fissures se créaient autour de son poing venant briser autour de lui quelques carreaux qui constituaient une route pavée.

Ainsi prêt, il se rua droit vers son antagoniste à une vitesse correcte. Une attaque frontale, c'était son idée. S'approchant d'Arnold, il prit appui sur ses jambes et se jeta d'un bond pour atterrir à proximité de lui. S'étant accroupi, il leva la tête pour pouvoir admirer le menton de son adversaire. Sautant en avant, il allait lâcher sa technique suivante.

Kain: Gura gura no... Dokugan PUNCH !

Si jamais son uppercut faisait mouche, il en profiterait pour se glisser dans son dos et effectuer dans la foulée un pile driver. Technique dont il s'était inspiré lorsqu’il coupé du bois pour la famille. Il n'allait pas y aller de main mortes...


@Heziel Coffe

Revenir en haut Aller en bas
Heziel Coffe
The Juggernaut
avatar
Messages : 1529
Race : Humain
Équipage : Aucun

Feuille de personnage
Niveau:
43/75  (43/75)
Expériences:
195/500  (195/500)
Berrys: 61.706.000 B

MessageSujet: Re: La traque est ouverte. [Event - East Blue]   Ven 20 Fév - 0:36





Quiproquo dans la ville bizarre ! Des chasseurs de prime ?!

L'assaut du brun fit effet avec une efficacité plus grande qu'anticipée : au lieu de simplement être touchée et vaciller, la demoiselle se prit l'attaque de plein fouet. Propulsée par la force dégagée, elle alla s'écraser dans une caisse en bois qui éclata sous l'impact, une petite volée de copeaux s'éparpillant autour du lieu de crash. Elle avait mal évalué la dangerosité de son adversaire et elle en payait désormais les conséquences. Dans l'action, elle avait lâché son fusil qui était tombé à mi-chemin entre elle et le cuistot. Désireux de continuer l'assaut dans un premier temps, il révisa sa stratégie à la vue de l'arme qui rebondissait encore sur le sol une dernière fois. La priver de son fusil diminuerait grandement sa dangerosité, faisant d'elle une ennemie moins inquiétante. Alors qu'il avait commencé le mouvement pour la rejoindre, il freina à mi-chemin, annulant son Cook Bullet pour finalement ramasser l'engin de mort. Alors que la chasseuse de prime se redressait avec peine, le cuistot restait sévère, la regardant sans sourciller. Ce n'était pas le moment d'être imprudent. Heureusement pour lui, l'animal de malheur s'était relativement cabossé la cervelle et semblait pour l'instant plus occupé à courir après sa queue ridicule qu'à mordre. Resserrant sa prise sur le mousquet, le Dokugan se préparait déjà à en faire quelque chose de difficilement utilisable.

Ce fut sans compter un tremblement soudain qui attira l'attention des protagonistes, ainsi qu'un véritable vacarme qui fit se retourner le cuistancier. Au loin, dans un quartier adjacent, une colonne de fumée commençait à s'élever, portée par le cri rugissant des bâtisses de pierre qui s'effondrent avec fracas. Une goutte de sueur perla sur la tempe de notre pirate alors qu'il captait immédiatement ce dont il devait s'agir. En dehors des légendes connues par tout un chacun, l'ancien apprenti du chef Pandzani ne connaissait qu'un seul homme capable de provoquer des dommages aussi importants en une seule fois : son propre capitaine. Détenteur du gura gura no Mi, Kain était une véritable arme de destruction massive qui sommeillait encore, sans doute par manque d'expérience. Néanmoins, du peu de fois où il avait vu son ami d'enfance utiliser ses capacités était née une leçon simple : rien n'était épargné. Ami, ennemi, personnes extérieures au conflit... les séismes frappaient de façon aveugle, changeant l'héritier des Valentine en danger public. Si le colosse était bien la raison du sinistre, alors il leur faudrait quitter l'île dans les plus brefs délais.

Cependant, une autre inconnue s'ajoutait à l'équation : Kain avait beau être un idiot, il n'utilisait jamais ses compétences de maudit à la légère. Du moins pas dans une zone aussi peuplée. La vie des gens lui tenait à cœur, profondément. Heziel savait ça. De ce fait, une conclusion simple pouvait être tirée de la situation : son adversaire était fort... peut-être même qu'ils étaient plusieurs. Tout ce que le cuistot savait, c'est qu'une fusilière désarmée et un chien sonné gisaient autour de lui, avec son compagnon qui s'était malencontreusement mangé la bête durant son atterrissage. Ceci dit, Kraehe s'en remettrait et devrait être capable de s'occuper du reste. Face à l'inconnu, il fallait aller de l'avant. L'originaire de Mormoilnoeud prit donc la décision de rejoindre au plus vite son nakama afin de s'assurer de son état de santé. Il se tourna donc vers la demoiselle, exprimant sa pensée d'un ton à la gravité rare.


- Je ne sais pas ce qu'il se passe ici, qui vous êtes et en quel nombre vous êtes venus sur cette île. Mais je peux t'assurer que vous ne nous aurez pas comme ça.

Finissant sa phrase, il asséna un coup de genoux droit sur le dos de l'arme, la tenant fermement à chaque extrémité et abaissant ses bras avec la même fougue. L'objet craqua alors qu'il se pliait violemment en deux, le bois s'effritant tandis que la partie métallique se tordait dans un angle qui rendait toute utilisation ultérieure impossible. Il balança ensuite négligemment l'arme vers les quais, celle-ci achevant sa traversée sur les pontons en bois miteux qui se tenaient là. Il se déplaça ensuite jusqu'à être plus proche de son compagnon déjà présent. Son comportement était bien plus solennel qu'à l'habitude et même si la hiérarchie était un concept vaguement inexistant dans l'équipage des Dokugan, Heziel parlait ici en tant que second autant qu'en tant qu'ami, prenant très à cœur sa part de responsabilité inhérente dans la survie de son équipage et de ses camarades.

- Kraehe, je te laisse le reste ici ! Surtout... sois prudent.

Il entama alors sa course droit vers le site probable d'un affrontement encore plus impitoyable. Une sensation de chaleur l'envahit, comme lors de leur combat contre Gaspard à la craie ou encore contre Kart Dumonde. Même si elle n'était qu'en arrière plan, elle était bien là, prête à bouillir et jaillir dans chaque parcelle de ses muscles. Devant une situation possiblement aussi funeste, cette capacité dont il ne connaissait pas encore les tenants et aboutissant préparait son éveil imminent pour l'affrontement. En temps de trouble, elle lui apporterait toute l'aide possible... du moins, si il parvenait à y faire appel, ce qui restait du ressort de l'inconscient pour le moment. Le manque de contrôle de son Haki de l'armement était aussi normal qu'il pouvait être gênant ou même surprenant. La tension était à son comble. Arriverait-il à temps pour aider son capitaine ? Pourrait-il faire face à l'ampleur de l'opposition qui leur était appliquée ? Ces questions se bousculaient toutes dans sa tête, ne trouvant qu'une seule réponse : celle de se rendre sur les lieux pour décider de cela lui même.

- Kain... tiens bon !




_________________




Revenir en haut Aller en bas
Kraehe
Sombre Chacal
avatar
Messages : 88
Race : humain
Équipage : Borgne

Feuille de personnage
Niveau:
22/75  (22/75)
Expériences:
30/120  (30/120)
Berrys: 100.000 B

MessageSujet: Re: La traque est ouverte. [Event - East Blue]   Lun 23 Fév - 13:28




    Ce fut un Kraehe estomaqué qui reçut les évènements dans la figures. En effet, la jeune femme, loin de considérer ses dires à leur juste valeur et de faire preuve d'un minimum de réflexion, le voyait à présent comme un dangereux pervers, et s'était mit à genous en cachant ce qui devait être caché pour l'empêcher de mener ses "pseudo-menaces" à exécution. Une réaction qui surprit le médecin, qui subit donc les évènements aléatoires que le destin aime tant mettre en travers de la route. Même si, dans le cas présent, cela se présentait sous la forme de sa propre personne sur la noble route d'un chienchon...
    Ne l'apercevant malheureusement que trop tardivement, le pirate reçut l'animal en plein ventre, reconnaissant au passage très nettement la force de frappe de son compagnon. Bien que sa haute taille et son poid naturel faisait un barrage naturel entre la bête et le mur, l'homme glissa sous la puissante de la frappe, laissant sur son passage deux sillons de la taille de ses pieds, alors que l'homme tentait de s'emparer de la bestiole dans ses bras en courbant l'échine afin d'encaisser le choc. Ce qui, toutefois, l'amena contre le mur.
    Il finit dont adossé contre le mur, la très lourde bestiole dans les bras, qui, pendant un instant, passa en mode cerveau off et éprouva une envie incontrôlable de jouer avec sa queue...

    le problème intervint à ce moment-là. Un adversaire belliqueux et bestiale dans les mains, Kraehe sentit ses vieilles pulsions s'éveiller avec une brutalité juste insensée.
    Pendant l'espace d'un instant, le regard portée sur le chienchon, il tendit un bras vers lui... car en effet, il regardait la bête avec un rictus inquiétant, alors que, pendant un temps de une à deux secondes seulement, une intense et inégalable soif de sang empli l'atmosphère. Trop court pour que le destinataire puisse être repérer, l'homme regarda pendant ce temps sa pauvre proie avec les yeux du Joker. Emplie par son envie de le découper, il le portait du mieux possible pour ne pas le faire tomber, ce contact l'emplissant de plaisir, de désir et de satisfaction. Celui d'avoir le corps du futur décédé entre les mains...
    Pendant l'espace d'un instant, l'animal put ressentir le corps dun médecin changer de température. Un court instant, vu qu'un passage à température négatif aussi violent que brutale l'immobilisa. Pourtant, le docteur le prenant dans ses bras sombres en évitant de le soulever, le recouvrant donc de son corps, nul ne pouvait le voir.
    La carapace était toutefois devenu teinté de bleu, l'animal étant bien trop gros pour qu'il puisse camoufler le tout.


    *Je veux trancher. Découper. Tuer. Massacrer. Empaler. Eventrer.
    La mort est une euvre d'art. La Mienne.
    Sois un fragment de... de...
    ...

    NON!*


    Ce fut en se faisant violence que le médecin sauveur de vie s'empêchant de commettre l'irréparable. Quand à l'animal? hey bien, dans le peu de temps ou le Joker était ressortit, il avait pu ressentit tout le froid que Kraehe avait instauré par son propre corps, et étant au première logique, avait reçu le choc thermique de plein fouet. De quoi le rendre inconscient... au mieux si on ne l'aidait pas.
    En apparence fatiguée à cause du choc reçu -et, de fait, ressentant la douleur parcourir son corps, au point qu'il usa de son pouvoir pour l'atténuer un peu en rafraichissant légèrement les sources de douleur-, son regard put se porter sur l'affrontement entre le cuistot et la demoiselle.
    Il aurait bien voulu qu'elle se joigne à eux... Les Dokugans n'étaient pas un tas de pirate "comme les autres", et savait que lui-même était une anomalie parmi eux. Un monstre d'une certaine façon. Une femme aussi belle mais stupide à la fois y avait tout à fait sa place.
    Sa voix se fit assez faible, mais le plus audible possible pour qu'Heziel l'entende.


    Un peu d'aigreur et de douceur dans le plat, le cuistot, s'il te plait...

    Mais le message est reçu...


    Enfin, le médecin se redressa, lachant pour cela l'animal, qui glissa sur le côté, glacé.
    Sur son passage, le corps devenu froid de l'individu causa un rafraichissement ambiant, qu'Heziel put légèrement ressentir avant son départ. Quand à son chapeau, à terre à cause du choc reçut, le médecin ne se donna même pas la peine de le ramasser.

    En revanche, à présent que le Joker était plus ou moins calmé, il put se concentrer sur Destiny... non, le terme était faux. Pour calmer le Joker, il concentra son attention sur la jeune femme, obligeant ses pulsions naturels à reculer à nouveau dans les méandres de son esprit.
    Ce fuut donc un Kraehe concentré et à la peau avoisinant les 42° négatif qui s'avança vers la jeune femme. Et si le médecin en lui n'avait aucune envie de l'affronter, il prenait conscience qu'il n'avait pas le choix. Et que la jeune femme, désarmée par Heziel, ne devrait plus représenter de menae qu'au corps a corps... théoriquement.
    D'un silence dérangeant, l'homme plongea vers la demoiselle: haut du corps penché vers l'avant, course établie à pleine vitesse, aucun de ses mouvements ne produisait du bruit, ce qui, avec sa vivacité, avait un côté troublant.

    Et s'il fit cela, c'était pour combler au plus vite la distance entre Destiny et lui afin de la frapper du poing au niveau du ventre, de se glisser derrière elle, frapper à la tempe, et si cela ne suffisait point, un "calin" à une bonne cinquantaine de degré négatif devrait finir de pouvoir la neutraliser. bien que ne maitrisant les techniques, l'homme restait un ancien membre du Cipher Pol, maitrisant un art martial de combat rapproché... un fait qu'il n'aimait pas utiliser, mais dans le cas présent, le combat au corps à corps ne semblait pas être le poing fort de la demoiselle.
    Chacun de ses mouvements, pourtant, avait pour but de mettre hors combat et non de tuer. Il adressa toutefois un dernier message à la jeune femme avant le contact. ce n'était pas parce que le but n'était pas là que Kraehe n'en ressentait pas l'envie profond au fond de lui. L'envie de lui faire sentir la même chose qu'a la bête, puis s'emparer d'elles pour lui faire subir des sévices innomables. Le Joker, au fond de lui, voyait la femme comme un compsant de chairs et d'os avec lequel s'amuser afin d'en tirer des cris extasant. Seul l'intellect et le serment d'hyppocrate dont le médecin parvenait -tant bien que mal- à se souvenir dans le cas présent l'empéchait de franchir le pas à nouveau...


    ne vous inquiétez pas, je m'occuperais de vous comme il se doit ...

    ... quand au sens de la phrase?
    Allez savoir.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: La traque est ouverte. [Event - East Blue]   

Revenir en haut Aller en bas
 

La traque est ouverte. [Event - East Blue]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant

 Sujets similaires

-
» La traque est ouverte. [Event - North Blue]
» La traque est ouverte. [Event - South Blue 2]
» Oh Jhonny, si tu savais. [East Blue, rang C, Révolutionnaires, Aide & Elimination]
» La traque est ouverte. [Event - Grand Line 1]
» [Fiche d'île] Shimotsuki

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
One Piece Seken :: Le monde de One Piece :: Seas Blues :: East Blue-