Partagez | 
 

 [QUETE FLASHBACK] Terminator. [PV Loyal]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Heziel Coffe
The Juggernaut
avatar
Messages : 1486
Race : Humain
Équipage : Aucun

Feuille de personnage
Niveau:
43/75  (43/75)
Expériences:
86/500  (86/500)
Berrys: 61.706.000 B

MessageSujet: [QUETE FLASHBACK] Terminator. [PV Loyal]   Lun 12 Jan - 23:36






Une petite distraction! Cyborg en colère ?!

- Il fait plutôt beau, aujourd’hui ! C’est agréable !

Notre cuisinier marin avançait d’un pas léger dans la rue dégagée du petit village de Pignouf. Situé sur l’archipel des Zainkonu, ce hameau tranquille se situait plus précisément sur un morceau de terre assez verdoyant nommé l’île de Kapout. Ils avaient accosté ici dans la matinée. Nescafé et Kain étaient pour une fois restés au navire. Pourquoi, vous demandez-vous sans doute devant l’absence dans cette aventure de notre capitaine borgne d’habitude si plein d’entrain ? La raison en était des plus simples : l’idiot en question avait fait une indigestion en tentant d’avaler le savon liquide que Heziel avait entreposé momentanément dans un bol. Agissant avec efficacité, le cuistot n’avait laissé le récipient sans surveillance que trois petites minutes. C’était pourtant bien trop pour échapper à l’estomac sans fond et au cerveau trop vide du mastodonte qui, prenant sans doute le produit de nettoyage pour une quelconque mixture comestible. Même son estomac impressionnant n’avait pas résisté au super décapant du brun, l’amenant donc à un repos forcé avec quelques coliques. Une bosse en bonus de la part d’un poing rempli d’amour qu’il avait appris à connaitre depuis son enfance.

Néanmoins, cela ne coupait pas l’envie aux deux autres de sortir se dégourdir les jambes ! D’autant plus qu’il fallait refaire le plein. Aussi l’aigre-doux portait-il sous le bras gauche un cageot en bois rempli de diverses fruits et légumes, alors que du bras droit il soutenait sur son épaule un large poisson soigneusement emballé : un Nigolimbus Grande, qui arborait une tête ovale caractéristique ainsi qu’une excroissance au niveau du menton en forme de fourchette. Long d’un bon mètre quatre-vingt-quinze en moyenne, la nageoire dorsale imposante de la bête était cuisinée pour sa chair de qualité. Heziel avait eu les yeux pleins d’étoile devant cette trouvaille, qui annonçait en aval un repas succulent. Il ne lui tardait plus qu’une chose : pouvoir travailler cette pièce merveilleuse dans son antre sacré !

Ceci dit, notre second n’était, comme précisé plus haut, pas seul durant cette promenade : en effet, le canonnier de l’équipage s’était joint à lui dans cette marche paisible. Loyal, le magicien étrange aux allures de nain raymanesque, était lui aussi de la partie ! Les instants où il était seul avec son nakama étaient très rares. De plus, supporter la compagnie du nabot irascible relevait de l’exploit pour le commun des mortels… heureusement, notre brun était doté d’un certain calme lorsqu’il ne s’agissait pas directement du capitaine de l’équipage, doublé d’un certain sens du sarcasme qu’il utilisait souvent pour répondre aux remarques peu agréables de son compagnon si particulier. Au final, il l’aimait bien. De plus, Loyal appréciait tout particulièrement les tartes du cuistancier du groupe ; celles qu’il faisait avec des fruits venus d’arbustes. Pour une raison spéciale, l’encapuchonné ne supportait pas les autres fruits.

- Je ne sais pas pour toi, mais en ce qui me concerne… je ne suis pas mécontent d’être descendu trotter un peu. De plus… hein ?

Il pivota la tête de chaque côté. Son camarade n’était nulle part. Où avait-il bien pu passer ? Il était pourtant à côté de lui moins de vingt secondes auparavant ! Avait-il été enlevé par quelqu’un de plus grand ? S’était-il définitivement laissé aller à un processus de rapetissement drastique, finissant ainsi sa « croissance » ridicule ? Peut-être même qu’il l’avait déjà écrasé, le confondant inconsciemment avec une fourmi ! Il adopta sa posture de crabe caractéristique, sans pour autant lâcher les vivre, il continua de regarder rapidement de droite à gauche.

- Loyal ! Loyal ! Ça craint, Loyal a disparu !

Soudain, après quelques secondes d’agitation, il s’arrêta machinalement et baissa la tête. Tout simplement. Son nakama était loin d’avoir disparu, il était juste là, en dessous de sa ligne de vision, comme d’habitude. Il l’observa avec un air curieux sans rien dire de plus. Le vent soufflait doucement dans la grande allée, accompagnant le silence qui englobait cette situation pour le moins débile. Les quelques personnes qui s’étaient retournées face à l’apparente panique éclair de Heziel fixaient elles aussi les deux pirates, se demandant comment le plus grand avait pu à ce point oublier le plus petit. Finalement, notre aigre-doux esquissa un petit sourire en plissant les yeux.

- Oh, tu es là. Désolé, parfois j’oublie que... tu passes debout sous le hamac du bateau.

Une fois cela dit, il se redressa en souriant toujours avant de regarder ailleurs sous l'air sceptique des villageois aux alentours qui se demandaient sans doute quel genre d'énergumène il pouvait bien être. Ce genre de scène était fréquente, souvent suivie d’une volée d’insulte ou d’une réplique non moins cinglante de la part du magicien d’Hozz. Provocation volontaire ou simple constat naïf ? Avec Heziel, c’était parfois difficile de faire la part des choses. Il était devenu maître dans l’art d’envoyer des piques au nabot, si bien que parfois ça se faisait naturellement, un peu comme frapper Kain. Ignorant déjà la réaction probable du petit bonhomme à l’ego surdimensionné, il remarqua quelque chose au loin. Un attroupement remplissait l’espace de la place devant eux. Noire de monde, la zone semblait accueillir un événement particulier : au centre, un objet accroché au bout d’une ficelle dépassait d’un bon mètre et demi la tête des badauds, se balançant de droite à gauche au grès du vent et des coups maladroits portés à son encontre avec une batte qui le propulsaient, à défaut de le faire éclater. Il s’agissait en vérité d’une grande tête de chat à l’apparence ronde et soyeuse. Se dirigeant avec entrain vers la source de sa curiosité, le cuistot s’arrêta finalement pour demander à un spectateur ce que signifiait toute cette agitation.

- Ah, ça ? Chaque année, nous organisons un concours de piñata à cette période ! Celui qui gagne remporte des cadeaux et a le droit d’allumer la grande bougie au-dessus du clocher du village !

Sur ces mots, il pointa du doigt une grande bâtisse au loin, qui trônait fièrement en amont de tous les bâtiments présents. Effectivement, on pouvait y voir un grand réceptacle qui ressemblait à un porte-bougie classique, vide cependant. Même si le cuisinier ne comprenait pas vraiment le sens de cette tradition, ça avait l’air d’être tout à fait amusant ! Il remercia l’inconnu avant de s’éloigner un peu, regardant à nouveau son camarade avec un sourire taquin, prenant une voix du même genre.

- Tu veux que je te porte pour mieux voir ?



_________________






Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

MessageSujet: Re: [QUETE FLASHBACK] Terminator. [PV Loyal]   Jeu 29 Jan - 2:01


Je n'aime pas le poisson ...


Qu’il avait fière allure le cuistot : tout satisfait de sa prise fraîchement achetée. Bien que la fraîcheur ne soit pas vraiment ce à quoi pouvait penser les gens aux alentours, ceux-ci étaient plutôt écoeurés par l’odeur répugnante de ce poisson à l’apparence digne du parfum qu’il dégageait. Heziel, au milieu de tout ça, était probablement le seul à y voir un plat ragoûtant. Il ne semblait d’ailleurs même pas se rendre compte des personnes qui s’écartaient sur son passage tout en se bouchant le nez pour des raisons évidentes.
Le nain qui l’accompagnait s’était habitué à cette effluve infâme que les deux compères commençaient eux-mêmes à empester. Il eut néanmoins recours à une pince à linge pour assurer sa survie sur le long terme.

Les circonstances avait amené ces deux ci à se retrouver seuls du reste de la troupe:
le capitaine ayant malencontreusement avalé une mixture indigeste après que le nain lui ait signalé cette dernière comme “absolument délicieuse”. Ce “malheureux accident” lui valait maintenant un temps de repos sur le navire auprès de Nescafé, tandis que les deux autres étaient partis se dégourdir les jambes et faire des emplettes auprès des marchands de l’île sur laquelle ils avaient dernièrement accosté.
Étant donné que Heziel gérait les dépenses de l’équipage plus fermement qu’un huissier des finances et que Loyal était certainement trop radin pour effectuer le moindre achat, le plus petit des deux tentait d’escroquer le plus grand en glissant discrètement certains articles de trop dans les sacs de fournitures, comme par exemple quelques fruits dans le cageot que le brun avait présentement sous le bras. Avec un peu de chance, ce dernier préparerait quelques tartes de plus pour éviter que les fruits de trop n’arrivent à péremption; “ce qui serait fort dommage”.
Hélas, cette stratégie pourrait se retourner contre le nabot si le cuisinier venait à s’apercevoir de la supercherie une fois de retour au bateau, mais le jeu en valait la chandelle.

Il était effectivement peu courent de voir les deux compagnons seuls mais ils ne se détestaient pas foncièrement pour autant, bien que Loyal faisait toujours mine du contraire. Le brun était d’ailleurs bien l’une des rares personnes au monde actuellement prête à supporter la demie-portion dont il ne connaissait cependant pas le plein potentiel d'emmerdement. (Les deux seuls autres qui en soient capables étant le borgne et son rongeur.) Malgré tout, les deux s’envoyaient des piques dès qu’ils en avaient l’occasion. C’était devenu une habitude chez eux.

Pour en revenir à nos moutons, cette journée s’annonçait tout à fait banale. Le duo chargé de provisions s’en retournait au navire lorsque, brusquement, le cuistot se mit à inspecter les lieux sous le regard interrogatif de Loyal qui ne put saisir les réactions anormales de son camarade au naturel si calme, que lorsque celui-ci annonça la disparition du nain dans un moment de panique. Le grand dadais prit ensuite un air embarrassé en réalisant que le porté-disparu était en faite à moins de trois mètres de lui. Cela n’amusa apparemment pas le nabot qui préféra continuer sa route, faisant mine de ne pas connaître cet homme étrange qui cherchait des êtres imaginaires et se parlait à lui-même. Néanmoins, lorsque l’autre énergumène se justifia en mentionnant un certain détail concernant sa taille (entre autre, le fait qu’il pouvait passer sous les hamacs en restant debout), le petit bonhomme fit volte-face et se mit à poursuivre ce dernier en l’incendiant d’un torrent d’injures à une vitesse telle qu’on ne distinguait plus une insulte d’une autre. La victime de tout ce joyeux vocabulaire fit preuve d’une remarquable capacité à ignorer le flot continu alors même qu’il était en pleine conversation avec un villageois pour le questionner concernant un rassemblement qui était en train d’avoir lieu sur la place publique.

Le nain, quant à lui, ne se soucia absolument pas du tintamarre de la populace qui grouillait aux alentours. N’étant pas d’humeur à écouter les propos de l’homme qu’avait abordé Heziel, il se contenta de ne pas y prêter attention, il ne souhaitait que rentrer au navire pour pouvoir exercer son activité favorite: “insulter Kain”. Après quelques minutes passées le regard vide, il fut finalement tiré de son absence mentale par son nakama qui se moqua une nouvelle fois de la principale caractéristique de l’individu: sa taille. Malheureusement pour le cuistot, le nabot prit sa proposition au pied de la lettre et fit son ascension en s’agrippant au vêtement de ce dernier, qui était déjà bien chargé en équipement et ceci jusqu’à atteindre son épaule pour s’y percher fièrement. Il écrasa ensuite la tignasse du brun du plat de son pied tout en prenant une posture de guet à la fût. Mais à peine put il commencer à scrupter les environs, qu’un objet volant non-identifier ayant vaguement la forme d’une pinata, survola la foule sans pour autant échapper à l’impact avec le nain qui avait la vue un peu trop dégagée du haut des épaules du grand gaillard qu’était le cuistot. Le choc entre les deux fit éclater le projectile qui rependit son contenu de sucreries tout autour de l’intercepteur malgré lui qui gisait sur le sol, quasiment KO après cette attaque surprise qui l’avait fait chuter de son support.
Tandis que les témoins se regroupaient sur les lieux pour vérifier l’état de la victime visiblement étourdie, au risque de mourir tous intoxiqués par la formidable odeur de poisson qui parcourait les parages, le responsable de l’incident sortit alors du milieu de la masse populaire pour présenter ses excuses auprès du blessé comateux.

-Euh … vous allez bien ?

Il s’agissait d’un grand bonhomme grassouillet aux allures de babacool obèse. Sa morphologie était d’ailleurs assez amusante et singulière puisque celui-ci était monté sur de toutes petites jambes, ce qui contrastait fortement avec son ventre rond comme un tonneau et lui donnait un air de petit gros alors même qu’il mesurait plus de deux mètres, mais pour une largeur et une épaisseur presque comparables toutefois. Sa tête semblait emmitouflé dans son double menton barbu tout aussi proéminent que sa bedaine. Son air de babacool lui venait de son accoutrement pour le moins folklorique: une chemise d’été rose aux motifs floraux, un short jaune, un bob qui laissait entrevoir un crâne dégarni et, pour couronner le tout, des sandalettes qui recouvraient des pieds en chaussettes.

-Veuillez m’excuser ! J’ai frappé un peu fort c’te pinata et elle s’est décrochée d’sa potence.

L’homme paraissait sincèrement désolé pour cet accident sans grande ampleur, mais ce n’était certainement pas assez pour le nain bien trop rancunier pour laisser un tel affront impuni. Après s’être remis du coup, il se jeta littéralement sur le grand rondouillard, se cramponnant à son col tout en plaquant sa face contre la sienne pour lui postillonner sa haine au visage.

-Pour qui te prends-tu, espèce de misérable et immonde amas de cellulite dégoulinante ? Sais-tu seulement à qui tu as affaire ?

Aussi surprenant que cela puisse paraître, le géant fut intimidé par les hurlements du nabot et s’empressa donc de renouveler ses excuses dans le but de le calmer.

-Désolé! Je suis franchement désolé...

-MONSIEUR LOYAL !!!

-Je suis vraiment désolé Monsieur Loyal !

Cependant, l’homme si docile changea du tout au tout lorsqu’il remarqua la présence du cuisinier qui se tenait non-loin.

-C’te odeur … C’est du poisson ?

Apparemment, la denrée qu’Heziel trimballait venait d’attirer son attention et, de manière aussi inattendue que inexplicable, son expression devint soudainement colère, son teint de peau rougeâtre, ses narines fumantes. Il commença même à trembler incontrablement sous le regard perplexe des deux pirates, animé par une rage venue de nulpart.

-JE...DETESTE...LE … POISSOOOOOOOON !!!! hurla-t-il en faisant lâcher prise à la demie-portion qui retomba sur le derrière.

Son bob ainsi que le peu de cheveux qui lui restait prirent alors feu et devinrent un brasier.
Toutefois, malgré son crâne enflammé dont il ne semblait guère se soucier, il préservait cette motivation d’en découdre avec le cuistot qui ne lui avait rien demandé.
La foule, prise de panique, évacuait la place en précipitation devant le phénomène auquel ils n’étaient pas étrangers, à ce qu’on pouvait entendre.

-C’est Bygbee! Il pète encore un câble!
-Bygbee Zhou s’énerve! Fuyez!
etc...

Rapidement, les lieux se transformèrent en un véritable fleuve humain désordonné et confus. Qu’est-ce que pouvait bien être cet homme qui ressemblait maintenant à une bougie? Que leur voulait-il ?
Quoi qu’il en soit, il était clair que ce fameux Bygbee Zhou avait l’air désormais dangereux, autant pour les deux compères que pour les villageois à proximité qu’il risquait de blesser dans un éventuel affrontement qui paraissait néanmoins inévitable d’après son attitude. Et blesser des innocents: Loyal savait pertinemment que son camarade ne le permettrait pas ...
Revenir en haut Aller en bas
Heziel Coffe
The Juggernaut
avatar
Messages : 1486
Race : Humain
Équipage : Aucun

Feuille de personnage
Niveau:
43/75  (43/75)
Expériences:
86/500  (86/500)
Berrys: 61.706.000 B

MessageSujet: Re: [QUETE FLASHBACK] Terminator. [PV Loyal]   Dim 1 Fév - 21:22






Une petite distraction! Cyborg en colère ?!


En voilà une situation bien particulière : tandis que par réflexe, le cuisinier aux cheveux encore ébouriffés par la victorieuse ascension de son camarade s'orientait de telle sorte qu'il pourrait protéger son fabuleux poisson du jour, les civils courraient pour se mettre à l'abri de l'homme en feu. Pour sa part, le cuisinier considérait le niveau de colère nécessaire pour s'enflammer comme correspondant à celui apporté par la vision d'un frigo vidé à cent-pour-cent au cours de la nuit. Néanmoins, aucun frigo n'était visible et quand bien même, là n'était pas le problème : le grand brûlé n'aimait pas le poisson ! Une fois que le nabot s'était remis de ses émotions suite à un impact de piñata de type 3, il avait immédiatement commencer à incendier (sans mauvais jeu de mot, bien entendu) l'homme maladroit à l'apparence somme toute docile. Ce dernier s'était excusé platement, visiblement intimidé par le nain qui mesurait bien un mètre de moins que lui en hauteur, tout autant en largeur... du moins, c'était avant qu'il ne perde les pédales et entre en combustion spontanée devant notre duo. Le cuistot recula d'un pas, une goutte de sueur sur la tempe et l'air un peu confus, plaçant la poiscaille du bonheur hors d'atteinte du forcené.

- Heu... pas touche au poisson ! Puis d'abord... comment tu brûles comme ça !? C'est les pellicules !? Ça a l'air dangereux !

Il chercha à droite et à gauche un endroit où mettre à l'abri son bien le plus précieux à l'instant T fatidique. Aucune planque n'aurait pu protéger son trésor, à son grand dam. Quant au babacool, il s'approcha en tendant les bras devant lui comme un zombie, à ceci près qu'il semblait tressauter légèrement et par à-coups en émettant des sons étranges. Il sembla même au cuistot que le dangereux individu scintillait de temps à autres, en plus d'être en train de cramer. Il devait avoir de sérieux problèmes de santé. Néanmoins, n'étant guère médecin, Heziel n'aurait pu l'affirmer. Finalement, après quelques pas très lents, l'homme aux sandalettes craqua pour de bon.

- Comment avez-vous osé... comment avez-vous osé... PORTER UNE CHEMISE ?!

-  …. Hein ?

Le cuistancier resta béat devant cette accusation terrible. Premièrement parce que l'interdiction de porter une chemise ne semblait pas être en vigueur sur cette île. Deuxièmement, parce que l'accusateur en question en portait une bien moche dans laquelle le cuisinier aurait pu se draper pour dormir, tant la corpulence du bonhomme en imposait. Alors qu'il commençait à se demander si tout ça n'était qu'une vaste fumisterie, le fameux « Bigbi » comme il semblait s'appeler le chargea comme un taureau enragé, lui rappelant une certaine aventure quelques mois plus tôt. Sous la vitesse surprenante du boulet de canon humain, il n'eut d'autre choix que d'esquiver et jouer au chat et à la souris pour protéger son animal mort à la finalité gustative. La force de l'individu n'était pas des moindres : en effet, fonçant droit dans un muret, il l'oblitéra complètement avant de se redresser, faisant preuve d'une certaine aisance vis à vis de sa morphologie peu adaptée. Les coups qui suivirent ratèrent de peu le poisson, ainsi que le cuisinier, qui était en réalité la cible attitrée du fou furieux. Pendant ce temps, Loyal était libre de ses mouvements, l'attention de l'agresseur étant dirigée vers son nakama.

- Protège le !

On aurait pu penser qu'il s'agissait d'une personne ou même d'un animal de compagnie. Non. Ce que le nain vit sans doute lui arriver dessus, lancé avec une certaine grâce et un soin indéniable par son compagnon chef de cuisine, était bel et bien le fameux Nigolimbus Grande. Le poisson mort décrivit une courbe parfaite dans le ciel d'un point A (le cuistot attaqué par un local enragé) ) à un point B (un nain). Effectivement, Heziel avait préféré placer le sort des victuailles dans les mains du nabot maudit. Les victuailles, oui. Dans la mesure où le cageot en bois suivit lui aussi bientôt. Le cuistot devait être doué dans le lancé de provisions, puisque les pertes furent minimes durant le trajet. Il dévia par la suite un coup de poing colérique qui alla se perdre dans le vide, avant de faire un pas vers son adversaire, en position de garde. C'était l'heure de contre attaquer, l'autre l'avait bien cherché !

- Roasting... Rare !

Les poings du cuistot frappèrent tour à tour son adversaire. Visage, plexus, épaule, ventre. La grande taille de l'homme le rendait facile à toucher. Malgré sa force, le pirate se rendit bien vite compte qu'il ne provoquait que peu de dommages à son vis-à-vis : il semblait être très solide ! Suite à une sorte de bip-bip électronique étrange, l'homme rond répliqua en se jetant vers l'avant dans le but d'écraser le brun sous son poids. Sa tête brûlait toujours, mais il ne semblait pas s'en plaindre pour autant. Quelle sorte de malade était-il, exactement ?! L'originaire de Mormoilnoeud s'effaça sur le côté et attrapa l'un des poignets de son gros adversaire, avant de tourner sur lui même plusieurs fois, dégageant de l'air à ses pieds.

- Cook Grasp !

Après avoir engrangé suffisamment de vitesse, il relâcha sa prise et l'imposant babacool enflammé alla s'écraser à l'autre bout de la place, brisant les pavés au passage alors qu'il se les ramassait sur le crâne. Après un court moment de silence durant lequel il resta immobile, l'adversaire de l'aigre-doux se redressa sans porter d'attention apparente aux fragments de pierre juchés sur son crâne, ainsi qu'à ceux qu'il avait lui même créés. Les poings de Heziel se serrèrent d'eux même alors qu'il se préparait à un nouvel assaut, plus alerte qu'auparavant. Le type en face de lui... il n'était pas un être humain ordinaire. Même si il n'avait pas eu l'occasion de discerner ce qui clochait, le cuistancier était déjà certain de devoir agir avec prudence.

- Ce type est loin d'être normal...



_________________






Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

MessageSujet: Re: [QUETE FLASHBACK] Terminator. [PV Loyal]   Dim 22 Mar - 12:28


Le tueur de poissons



Alors que le nain se relevait tout en époussetant son derrière poussiéreux, un redoutable adversaire s’en prit soudainement à lui, le faisant chuter à nouveau. S’étant jeté sur lui avec violence, celui-ci tentait d'étouffer Loyal sous son poids. Mais c’était sans compter sur la détermination du nabot qui commença à se débattre vigoureusement, assénant coups de poing et coups de pied à ce mystérieux assaillant jusqu’à le faire basculer sur le coté pour se dégager. Il sorti finalement triomphant de ce terrible affrontement contre ce qui s’avéra être, en fin de compte, un poisson étrangement semblable à celui que transportait son camarade précédemment … Hélas, il n’eut pas le temps de penser à ce genre de détail, il était bien trop occupé à finir ce valeureux adversaire. C’est ainsi qu’il entreprit une prise de catch à échelle miniature inspirée de Nescafé: soulevant de toute ses forces le limbus au dessus de sa tête avant de le rabattre brutalement au sol en profitant de la force procurée par la pesanteur.
Loyal proclama donc fièrement sa victoire qu’il ne put savourer que très peu de temps avant que l’imposant pachyderme enflammé ne vienne s’écraser non-loin de lui tout en déblayant les pavés sur son passage.
Il avait échappé belle, le petit bonhomme, mais la denrée alimentaire, elle, n’avait pas eut cette chance. Celle-ci venait de passer sous le rouleau-compresseur vivant et n’était plus rien d’autre désormais qu’une bouillie infâme de chaire poisseuse déchiquetée et parsemée d’arêtes broyées. Ironie du sort, celui qui était responsable du lancer de projectile humain qui avait coûté la comestibilité de ce poisson, n’était autre que celui qui était en charge de le cuisiner pour en faire un délicieux repas. Ce qui allait provoquer chez lui, sans l’ombre d’un doute, une réaction peu amusante lorsqu’il s’en rendrait compte. Reste à savoir à qui il ferait porter le chapeau pour ce fabuleux gâchis.

- Ta cuisine me répugne ! proféra le nain tout en désignant du doigt les restes de ce qui aurait put être un met délicat et qui ne pouvait non plus jamais figurer dans une assiette à présent, mais trouvait parfaitement sa place sur son lit de pavois brisés… tel un détritus …

Le nabot se délectait par avance du sentiment de regret mêlée de colère naissant chez le cuisinier, mais quelqu’un ici avait des comptes à lui rendre et même s’il semblait ne pas prêter attention au babacool de l’enfer, il ne l’avait pas oublié pour autant…
Le silhouette verdâtre marquant les yeux du nain se posèrent sur l’individu qui venait à peine de se remettre des assauts du nakama, tandis que son doigt pointait le ciel.

- Quant à toi ...

Sa phrase fut laissée en suspens, la suite des évènements allait parler d’elle même. On put alors entendre l’air gronder légèrement et une ombre se dessina progressivement sous le trouble-fête qui eut tout juste le temps de lever les yeux pour apercevoir de quoi il s’agissait.

- JE DÉTESTE LES PI...

Il n’eut pas le temps de terminer sa phrase qu’un piano à queue vint s’écraser sur lui après une chute de 250m, enterrant l’homme sous un amas de débris. L’impact provoqua aussi un dégagement de poussière abondant, ainsi qu’un bruit assourdissant mêlant le son du bois brisé avec la cacophonie des cordes en torsion/tension.

-Tu m’as fait tomber ! … DEUX ! … DEUX FOIS DE SUITE !!! râlât le petit bonhomme une dernière fois avant de tourner dos à la pile de bois cassé qu’il venait d’engendrer.
Tout en se frottant les mains, il avait pour intention de regagner le navire dès à présent, pensant en avoir finit avec le problème. Il n’imaginait cependant pas que le géant se relève si rapidement et presque sans mal, qui plus est.
En redemander après avoir encaissé les attaques d’Heziel et Loyal était une chose remarquable: le cuitot étant doté d’une force brute monumentale et doué d’une grande agilité, ces deux points lui permettent d’envoyer dans le décor une grande partie de la population au sens propre du terme (et même parfois le décor lui-même) lorsque celle-ci le mérite, tandis que les frappes orbitales du magicien se montrent toujours dévastatrices.

En effet, comme l’avait mentionné Heziel, cet homme n’était clairement pas normal. Déjà de par son comportement, son crâne qui s'enflamme, et maintenant de par sa résistance stupéfiante pareille à celle de l’acier.
De plus, en y regardant d’un peu plus près, un élément de son apparence attirait le regard maintenant que l'intégralité de ses cheveux avaient été consumés: une sorte de grille qui striait son cuir chevelu. Ce détail n’était qu’à peine visible à cause du brasier, mais n’échappa pas au regard aiguisé de Loyal qui arriva rapidement à la conjecture que c’était, d’ailleurs, probablement de là qu’émanaient les flammes. Il en avait désormais la certitude; ce type n’était rien d’autre qu’un cyborg. Non pas seulement que tous les éléments le conduisaient à cette conclusion certes un peu hâtive, mais son vécu l’amenait inévitablement à suspecter cette nature chez le babacool. Étant lui-même un cyborg, il savait bien ce à quoi pouvaient ressembler certains d’entre eux et cette grille métallique sur son crâne n’avait rien d’anodin aux yeux de la demi-portion.

- Mi-homme, mi-machine donc … fredonna t’il, espérant répondre à la question de son nakama par la même occasion.

Quoi qu’il en soit, une rage encore plus grande s’empara de l’homme grassouillet. Envoyant valser furieusement les décombres qui entravaient ses petites jambes avec de puissants coups de ventre, il se dégagea rapidement de cette situation et entreprit alors de charger le nain à pleine allure dans un cri de guerre des plus féroces.

- LES PIANISTES DOIVENT MOURIR !!!

Étant donné l’envergure du mastodonte par rapport au petit bout de viande insignifiant que représentait Loyal à coté, il aurait été bien trop téméraire, si ce n’est pas suicidaire, d’improviser une esquive. Le petit homme opta pour une solution bien plus simple.
Alors que la collision avec la panse de l’obèse semblait imminente, ce dernier s’engouffra de manière inattendue dans une trappe qui s’ouvrit sur sa route. Voyageant dans le capharnaüm une courte durée sans pouvoir arrêter sa course folle, il fut happé par une nouvelle trappe qui le renvoya de là où il venait, dans le sens opposé; s’éloignant maintenant de ses deux adversaires tout en hurlant un propos injurieux. Il ne pouvait s’empêcher de reprocher sa situation à un autre.

- NEWTON EST UN FILS DE ...

L’inertie de toute cette masse de graisse le fit persévérer dans son mouvement jusqu’à ce qu’un mur ne vienne s’interposer sur son chemin et dans lequel il s’encastra avec une force inouïe. Il laissa ainsi sa silhouette à tout jamais imprimée dans l’obstacle qui avait mit un terme à sa course, avant de s’en décoller pour retomber sur son arrière train.

- Pitoyable créature obèse !

Toutefois, un peu étourdi par le choc, cela ne semblait pas encore suffisant pour le mettre KO.
Revenir en haut Aller en bas
Heziel Coffe
The Juggernaut
avatar
Messages : 1486
Race : Humain
Équipage : Aucun

Feuille de personnage
Niveau:
43/75  (43/75)
Expériences:
86/500  (86/500)
Berrys: 61.706.000 B

MessageSujet: Re: [QUETE FLASHBACK] Terminator. [PV Loyal]   Ven 27 Mar - 15:25






Une petite distraction! Cyborg en colère ?!


Le cuistot restait abasourdi devant tant de violence et de haine. La magnifique pièce marine qu'il comptait transformer en plat succulent avait rencontré un destin bien plus tragique. Se mêlant aux débris terreux des pavés éclatés, la chair tendre et savoureuse était devenue totalement impropre à la consommation. Telle une peinture couleur saumon réalisée par un artiste ivre, le Nigolimbus Grande reposait là, complètement réduit à l'état de charpie ragoutante. L’œil gauche du brun tiqua plusieurs fois avant que son cerveau n'en parvienne à la conclusion que sa bien aimée denrée alimentaire n'était désormais rien de plus qu'un tas de déchets. Il serra les dents et les poings, regardant tout d'abord le gros balourd qui se redressait en s'énervant sur son environnement. Ce type allait regretter sévèrement d'avoir séparé un cuisinier passionné de sa matière première. Puis, lorsqu'il entendit la remarque de Loyal, il comprit -sans s'en étonner- que le nabot n'avait pas réellement tenté d'accomplir ce qui lui avait été demandé. Ce qui arracha un rictus d’énervement clairement visible à son nakama, qui se demandait sérieusement sur lequel des deux il frapperait en premier.

- Ça tombe bien... je ne me sentais pas vraiment de faire des tartes... pour une durée indéfinie...

La menace lancée, il la mettrait à exécution sans le moindre remord ! Néanmoins, la situation actuelle ne leur permettait pas vraiment de régler leurs différents ici. Après tout, il y avait encore un individu très en colère à maîtriser, et très solide de surcroît. Alors qu'un piano tombait avec toute la majestueuse possible à un gag aussi inattendu -bien que restant potentiellement létal pour toute personne non avertie-, le cuistancier se rapprocha petit à petit de l'adversaire désormais identifié comme un cyborg par son camarade, lui même n'étant pas totalement organique. Cela expliquait effectivement sa résistance peu commune, ainsi que la combustion spontanée dont avait été victime le haut de son crâne. Son comportement changeant découlait peut-être d'un soucis mécanique ? Le brun ne s'y connaissait pas trop, mais il ne pouvait que supposer.

Le gros monsieur furieux se jeta à nouveau sur le nain en criant des inepties, décidément désireux d'utiliser son poids et sa stature pour réduire le minuscule magicien en quelque chose de sensiblement plus petit encore... et plus plat. Néanmoins, son assaut ne fut fructueux en aucune façon. Effectivement, le petit magicien d'Hozz avait improvisé une contre attaque intelligente. Le babacool gigantesque se retrouva propulsé dans le sens inverse, poursuivant sa charge irrationnelle jusqu'à un mur dans lequel il vint s'encastrer avec toute la violence dont il semblait capable. Après avoir marqué l'obstacle de façon définitive, y imprimant la forme de sa carcasse cybernétique, il retomba sur son arrière train en dégageant un peu de poussière. Cela n'était guère suffisant pour le mettre hors de combat et il commença à se redresser immédiatement par la suite.

C'est alors que le cuisinier se mit à foncer droit sur lui, ayant décidé de passer à la vitesse supérieure. Si sa peau était plus solide que de la roche, alors il frapperait avec assez de force pour détruire l'acier. Il laissa la colère due à la perte de sa poiscaille s'exprimer alors que ses enjambées avalaient la distance entre l'homme-machine et lui, chaque pas sonnant comme un tic de l'horloge qui annonçait sa correction imminente.

- LES ARCHITECTES SONT DES ABRU...

-  Roasting MEDIUM !

Son poing s'encastra dans le visage du colosse circulaire dans un bruit sourd, envoyant l'arrière de sa tête droit dans la roche dont il venait de s'extirper. Ce coup là semblait l'avoir sonné un peu plus que le précédent, et ses yeux se révulsèrent quelques instants sous la surprise. Après tout, rien ne pouvait le préparer à ce qu'un homme à la stature si banale puisse lui infliger pareils dommages. Sa tête revint vers l'avant alors que l'aigre-doux, sourcils froncés, préparait une salve furibonde à lui faire déguster sans plus attendre.

- Al Dente ! Uppercut ! Body Slam !

Les coups s’enchaînaient fluidement. Le genou du cuisinier s'en alla fracasser la mâchoire du gros balourd, qui se redressa sous le choc en poussant un gémissement. Puis, le poing droit du dokugan s'enfonça à nouveau dans le menton de sa cible pour lui faire quitter le sol, rien qu'un tout petit peu. Alors que l'armoire à glace folle de rage planait doucement au dessus des pavés, il passa dans son dos et, prenant appui sur le mur, poussa avec fougue le corps de son adversaire vers le sol. Bygbee alla à nouveau déguster le sol qu'il foulait quotidiennement, commençant à s'habituer au goût. Entamant une nouvelle course vers le cyborg, Heziel ne comptait pas s'arrêter là.

- Cook Smite !

Cependant, lorsque sa main vint se saisir de la boîte crânienne du trouble fête, celui-ci fut pris d'un réflexe impressionnant et attrapa fermement le bras du pirate, l'arrêtant net. Sa force était réellement impressionnante, à n'en pas douter. Alors qu'il se débattait pour se défaire de l'emprise d'acier du titan, ce dernier se redressa avec un rictus mauvais avant de coller une beigne monumentale au forban pris au piège.

- OUI VRAIMENT, ÇA NE VOUS COUTE RIEN !

Sur ce propos incohérent, Heziel effectua un vol plané très rapide jusqu'à une charrue jusque là rescapée de l'affrontement, son corps s'y enfonçant et la réduisant en morceau alors qu'il crachait une gerbe de salive, les yeux mi-clos. Après autant de roustes, il continuait de rester aussi vigoureux, ne montrant aucun signe de dégâts réels... ce type était un vrai monstre. Alors que le brun se redressait en gémissant légèrement, néanmoins, le fameux Bigbee sembla hésiter un instant. Sa tête tremblait, ses yeux clignotaient presque. Il avança d'un pas, puis d'un autre, difficilement. Avant de reprendre une attitude plus constante. Ses batteries lui faisaient défauts... nos dokugan devaient réussir à l'occuper encore un peu et il tomberait de lui même.



_________________






Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

MessageSujet: Re: [QUETE FLASHBACK] Terminator. [PV Loyal]   Jeu 25 Juin - 22:27


L'assurance bris-de-glace



Le cuisinier se jeta fougueusement sur le cyborg, assénant des coups d’une violence inouïe droit dans la caboche métallique du forcené. Avant même que celui-ci n’ait eu le temps de se remettre de ces attaques dévastatrices qui lui avait été portées, il se fit soulevé du sol puis rabattre quasi-immédiatement et avec une force telle qu’il éparpilla à nouveau les pavés de la place.
Mais cet enchaînement de frappes, aussi brutal que spectaculaire, prit fin lorsque le bras de l’assaillant fut intercepté par Bygbee qui fit preuve d’une réactivité impressionnante. Heziel, surpris par la vivacité inattendue de son adversaire, se retrouva à son tour frappé par le cyborg qui en profita pour faire une conjecture sur les prix du marché. Le cuistot s’envola alors sous la force du poing d’acier et dessina une belle trajectoire parabolique -que son camarade nain ne manqua pas d'applaudir- avant d’aller s’écraser sur une charrue qu’il brisa de tout son poids.

Intérieurement Loyal peinait à le croire. Connaissant la constitution de son ami, peu de gens était capable de lui répondre physiquement, mais il semblait pourtant que celui-ci venait d’être mis en difficulté par celui qu’il malmenait un instant plus tôt.
Déconcentré par cette pensée fugace, le nain baissa sa garde et c’est de ce court instant que Bygbee utilisa pour se hâter vers le nain avec une vélocité qu’il n’avait pas encore dévoilée, aussi étonnante que le gain de force qu’il avait subit pour changer l’issue de son affrontement avec le cuisinier. Sa vitesse fut telle que le nain n’eut même pas le temps de réagir autrement qu’en écarquillant les yeux de surprise alors que le géant brandissait dors et déjà son poing, prêt à expédier sa cible dans les nuages. Dans un mouvement sec, son bras s’étendit de tout son long et en ligne droite dans le but d’aller percuter le visage de Loyal. Le poing de l’individu s’enfonça profondément dans le capuchon obscur, mais étrangement aucun fracas ne se fit étendre. Le nain resta sur place tandis que le titan perplexe tentait maintenant d’avoir prise sur quoi que se soit, allant jusqu’à enfourner la moitié de son bras dans ce qui semblait être un puit sans fin. Après quelques secondes de recherche, il finit par mettre la main sur quelque chose, son faciès s’illumina alors de satisfaction.

-J’te tiens !

Cependant, ce que Bygbee ignorait, c’est qu’il venait de plonger son bras au fond d’une trappe que Loyal avait judicieusement disposé à l’ouverture de son capuchon. Lorsque la brute eut extrait sa main du trou béant, c’était pour y découvrir un piège à ours refermé sur celle-ci. Au moment où il réalisa ceci, la douleur parvint à son cerveau et il commença à vociférer à haute voix tout en sautillant sur place sous l’effet de la douleur:

-Je déteste les chausseurs ! Avec leurs pièges de m… !

Le nain l’avait échappé belle cette fois-ci, mais ce n’était que partie puisque son adversaire vint lui mettre un coup de pied droit dans les côtes qui l’envoya faire un magnifique vol plané jusqu’à atteindre un mur dans lequel il s’encastra, le marquant à son tour de sa silhouette. Complètement sonné, le petit homme vacilla dangereusement avant d’atteindre une caisse en bois à proximité sur laquelle il s’appuya quelques instants pour se remettre de la puissance du coup qui lui avait été porté. Suite à quoi, il s’emporta, ouvrant petit à petit une trappe aussi grande que menaçante juste au-dessus du cyborg défectueux.

-TU VAS MOURIR, VERMINE CYBERNÉTIQUE !

Le pirate miniature s’énervait certes très régulièrement pour un rien, mais s’il y a avait une chose qui pouvait vraiment le mettre en rogne: c’était bien qu’on le frappe. D’ailleurs, il n’avait pas vraiment l’habitude d’être atteint si facilement. Néanmoins, une chose était formellement proscrite dans l’équipage: “Le meurtre”. Il était strictement interdit de donner la mort à quiconque, sauf en ULTIME recours. Cette règle avait beaucoup de valeur pour l’équipage puisqu’elle représentait une différence significative entre les Dokugans et nombre de pirates naviguant sur les mêmes eaux qu’eux. C’est en particulier pour ces raisons que cet énergumène de Bygbee était encore un seul morceau, car s’il est que les deux compères n’y avait pas été de main morte, il n’a certainement pas non-plus donné le paquet. Ceci étant, le nain se résigna aussitôt et modéra sa réaction en refermant la trappe qu’il venait de matérialiser. De toute façon, cela n’était visiblement pas nécessaire étant donné l’état déclinant du cyborg: ces gestes semblait maintenant rythmés par les saccades intempestives de chacun de ses membres, si bien qu’il ne parvenait même pas à défaire sa main souffrante du piège qui l’enserrait. D’ici peu, il serait incapable de combattre mais autant lui donner un petit coup de pouce pour s’en assurer définitivement. Loyal désigna alors la main encore valide du babacool et la fit prisonnière à son tour à l’aide d’une trappe à mâchoire.
A présent sans défense, inutile pour le gnome de dépenser d’avantage d’énergie, Heziel allait s’occuper de la correction réservé à ce trouble-fête. Loyal n’avait plus qu’à s’installer confortablement sur sa caisse en bois pour voir le spectacle tout en songeant à sa future et délicieuse tarte une fois le duo de retour au bateau.
Revenir en haut Aller en bas
Heziel Coffe
The Juggernaut
avatar
Messages : 1486
Race : Humain
Équipage : Aucun

Feuille de personnage
Niveau:
43/75  (43/75)
Expériences:
86/500  (86/500)
Berrys: 61.706.000 B

MessageSujet: Re: [QUETE FLASHBACK] Terminator. [PV Loyal]   Ven 26 Juin - 14:09






Une petite distraction! Cyborg en colère ?!


Alors qu'il se redressait en ignorant la douleur qui lui parcourait l'échine, le brun ne put malheureusement faire la moindre chose pour aider son nakama désormais ciblé par le cyborg. Ce dernier, malgré sa stature grotesquement imposante, parvint à nouveau à faire preuve d'une rapidité hors normes pour se rapprocher du nabot encapuchonné, armé de la volonté évidente de lui provoquer quelques torts que ce fut. Lorsque son poing s'enfonça dans le visage du petit homme, Heziel serra les dents. Le soulagement n'en fut que plus important lorsque l'ingéniosité du petit être fit ses preuves : un piège à ours se referma avec violence sur son énorme paluche, et il commença à se trémousser sur place en maudissant les inventeurs du concept. Sa rage envers le monde semblait n'avoir aucune limite et aucune distinction : il était juste vachement énervé, en fait.

Alors que le cuistot se redressait, il fut néanmoins au regret d'apprendre que son compagnon avait subit le même sort que lui, à peu de choses prêt : Loyal fit un vol rectiligne droit dans un mur qu'il marqua à jamais de sa majestueusement ridicule et Ô combien timorée empreinte. Néanmoins, la façon dont il vacilla par la suite plaça notre cuistancier dans un dilemme, le cul entre deux chaises. Il ne savait plus si il devait s'inquiéter ou bien encore en rire, d'autant plus qu'un cyborg aux bras et jambes séparés du reste de son corps semblait juste hilarant lorsqu'il se déplaçait avec tant de difficultés. Finalement, il se retint de pouffer de rire, persuadé que son ami se portait à merveille. Juste une petite migraine, à la limite. Mais lorsqu'une trappe obscurcit le ciel au dessus de Bygbee, il cessa immédiatement de rire et adopta une expression plutôt inquiète, connaissant la proprension à la colère de son nakama... ainsi que la nature de son fruit du démon.

- Heu... Loyal... ?

D'autant plus que l'homme-machine semblait déjà souffrir des défauts de ses propres composants : saccadant de façon totalement aléatoire, il n'arrivait plus à contrôler son corps et semblait être sur le point de littéralement exploser. Etait-il vraiment nécessaire d'en arriver jusque là, et surtout, est-ce que sa vie serait mise en danger ? L'équipage des Dokugan ne tuait pas. Et si cela arrivait, alors c'était une nécessité absolue ou un accident très malencontreux. Finalement, le magicien atteint de nanisme modéra sa réaction et referma le portail annonciateur de malheur - à comprendre, d'objets extrêmement lourds propulsés vers le sol à des vitesses relativement excessives dans le but, idéalement, de réduire la cible à l'état de biscuits betterfood – et opta pour une approche plus diplomate, coinçant la main libre du babacool enragé dans une de ses trappes. Ce dernier se retrouvait donc bloqué par une trappe, et par un piège à ours de l'autre. Sans ses deux mains, il lui serait plus difficile de faire des dégâts supplémentaires.


- J-JE – JJJJEUJ – JE VOUS EMMER--- !

N'arrivant même pas à finir sa phrase tant ses circuits le trahissaient, le grand dadais faisait bien peine à voir. Heziel en conclut qu'il était temps de mettre fin à tout cela. Les rouages allaient s'arrêter de fonctionner. Le feu sur le haut de son crâne semblait également s'éteindre et se rallumer de façon irrégulière, les flammes faiblissant de minute en minute. Le brun fit craquer son poing avant de l'armer, se dirigeant ensuite d'une course rapide vers sa cible. Il se jeta finalement d'une grande enjambée en avant, visant droit dans le nez de son adversaire en apposant violemment la paume de sa main dans l'axe désiré.

- Palm Shot  !



_________________






Revenir en haut Aller en bas
Heziel Coffe
The Juggernaut
avatar
Messages : 1486
Race : Humain
Équipage : Aucun

Feuille de personnage
Niveau:
43/75  (43/75)
Expériences:
86/500  (86/500)
Berrys: 61.706.000 B

MessageSujet: Re: [QUETE FLASHBACK] Terminator. [PV Loyal]   Mar 7 Juil - 2:51






Une petite distraction! Cyborg en colère ?!


Alors que la paume du cuisinier s'enfonçait dans le pif de son illustre ennemi, ce dernier poussa une sorte de gargouillement mêlé à un grognement et à diverses cliquetis mécaniques inquiétants. Ne laissant guère la force du pirate le dépasser, le cyborg tenta de contenir la charge en mettant toute la puissance de son dos dans la manœuvre. Néanmoins, le brun était sérieux désormais et il ne comptait pas laisser l'homme-machine répandre sa haine envers le monde plus longtemps, en plus de provoquer des dégâts assez importants aux alentours. Poussant sur son bras une ultime fois, il passa finalement dans le dos du colosse. Ce dernier, sous le mouvement, fut libéré de la trappe peu orthodoxe du nain encapuchonné pour venir s'écraser dos au sol, glissant sur plusieurs mètres en soulevant un épais nuage poussiéreux.

L'attente se fit tendue alors que les particules terreuses retombaient de façon duveteuse au sol, laissant le voile s'évanouir devant nos forbans. En position de combat, Heziel était paré à y remettre une couche si il s'avérait nécessaire de procéder de la sorte. Finalement, une forme perça au travers de la poussière. Une forme allongée, qui était animée de quelques ultimes soubresauts. Le baba cool gisait là, tremblotant encore, alors que les flammes sur son crâne s'étaient définitivement éteintes. Son système semblait ne plus pouvoir tenir plus longtemps. Du moins, le cuisinier imaginait de façon barbare une grosse pile arrivée à court de courant. Pas de duracell, victoire plus belle. Ouai, aucun rapport. Il souffla alors que la menace disparaissait dans une dernière injonction.

- Je-j-jee... veux ma... maaa... maaaam...

Finalement, la lumière dans ses yeux sembla s'éteindre puis il cessa tout mouvement. Ses circuits devaient sans doute être grillés. Cela revenait-il à l'avoir tué ? C'était une bonne question, et elle avait le mérite de retourner l'esprit de notre cuisinier. Mais d'après ce que Loyal avait pu lui apprendre sur les cyborgs, la mort n'était pas aussi facile à infliger à une machine de ce genre là, et le grand dadais semblait avoir été loin dans sa transformation. Un air quelque peu navré au visage, le cuistancier s'assura que les civils soient en bonne santé avant de leur demander ce qui avait bien pu pousser un homme aux premiers abords si timide et effacé à des accès de rage d'une telle importance. Car Bygbee avait, comme tout le monde, sa propre histoire.

Le pauvre homme avait été victime d'un terrible accident en plein village de Pignouf. Un tragique concours de circonstance l'ayant amené à perdre une bonne partie de son corps. Devant les traitements médicaux insuffisants, la seule façon pour lui de survivre avait été de s'adonner à une sombre expérience auprès d'un scientifique fou, créateur de machines de tout types. Animé du désir de vivre, il était donc devenu un cyborg dans le but de survivre, tout simplement. Néanmoins, les accès de rages étaient vite survenus, sans doute à cause de quelques réglages défectueux, mais le responsable de l'opération était déjà parti. Itinérant, il s'était évaporé pour Grand Line et personne ne l'avait revu depuis. Depuis, le village avait vécu dans la crainte que l'irréparable se produise... ce qui avait été quasiment le cas aujourd'hui. Devant l'incapacité de la communauté en place à faire quoi que ce soit du pauvre hère aux circuits sans doute fondus, Loyal se fit un plaisir de « récupérer » ce qui pouvait l'être sans pour autant toucher aux fonctions les plus vitales. Après tout, peut-être qu'un jour quelqu'un parviendrait à le remettre en marche et lui offrirait alors une nouvelle vie décente. Pour l'heure, il n'avait guère sa place sur le navire...

- Si jamais ça t'arrive un jour, je te jette par dessus bord.

Transportant un sac rempli de morceaux de ferraille diverses et de composants électroniques plus ou moins high tech, le cuisinier observait son nain de camarade avec un air songeur. Heureusement que lui, il était exécrable de base. Au moins, on ne pouvait pas le rendre pire que ce qu'il était déjà. Un dysfonctionnement quelconque aurait même été capable de le rendre poli ! En attendant, le brun avait souvenir d'un poisson qui n'avait que peu été protégé durant l'affrontement... et tandis qu'ils repartaient vers de nouvelles aventures, le forban adressa à son collègue un petit sous entendu.

- Je me ferais bien une bonne tarte. Pas toi ? Non, je suis bête... tu n'as pas faim, ce soir.

Réalité ou simples menaces d'un cuisinier ? Personne ne le saurait jamais... sauf un nabot grincheux dont les plaintes allaient très rapidement rappeler au navire entier qu'il était bel et bien unique en son genre, machinerie intégrée ou non.



_________________






Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: [QUETE FLASHBACK] Terminator. [PV Loyal]   

Revenir en haut Aller en bas
 

[QUETE FLASHBACK] Terminator. [PV Loyal]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» /!\ Grosse Quête ! Besoin de personnes [ FlashBack HRP ]
» Tiens tiens tiens... Comme on se retrouve... {Flashback} [Ryuuku Gakuen]
» J'ai perdu la quete journaliere du lvl 152 :(
» [Spoil] Quete des nagas
» [RP Flashback] Entre Nymphomanie et Psychopathie...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
One Piece Seken :: Le monde de One Piece :: Seas Blues :: East Blue-