Partagez | 
 

 [FB] Situation d'Urgence ( Pv Half )

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Taito Nowaki
The Wildest Lizard
avatar
Messages : 509
Race : Humain
Équipage : Aucun

Feuille de personnage
Niveau:
38/75  (38/75)
Expériences:
246/350  (246/350)
Berrys: 120.532.000 B

MessageSujet: [FB] Situation d'Urgence ( Pv Half )   Dim 4 Jan - 1:04



Urgence !


La journée était paisible... Pourtant en un rien de temps, cette dernière est devenue une vraie merde. Alors que cette dernière était paisible sur cette île presque trop normale, une attaque de pirate avait mis en danger une bonne partie des civils ici présents. Ces pirates n'avaient beau pas être extrêmement puissants, ils utilisaient des méthodes assez extrêmes. Et pour preuve, ils usaient de bombes plus puissantes les unes des autres afin de faire fuir les marines, malheureusement, en faisant cela, ils ont endommagés un centre scientifiques qui étudiait des explosifs à but expérimental. Et très vite, les scientifiques ont donnés l'alerte comme quoi, il y avait un risque d'explosion extrêmement importante.

Que faire dans ce genre de situation hein ? La solution était simple, évacuer les civils le plus rapidement possible tout en gérant les pirates en même temps... Autant le dire, la situation était dangereuse et périlleuse. Ayant un soucis techniques, et sans outils capables d'amplifier la voix, nous ne pouvions pas agir d'un coup. Il nous fallais prévenir nous même les civils. Ainsi donc, moi, ma soeur et Hotaru ainsi que les forces de la marine présentes sur l'île, nous nous étions dispersés dans le village.

Violet et Hotaru faisaient leurs travaux chacun de leurs côtés tandis que moi, je tentais de m'occuper des pirates. Me transformant en hybride, je tapais sur ceux qui m'importunaient puis finalement, je me mis à aider les civils présents sur ma scène de bataille et c'est là qu'un jeune homme vint à me demander d'aider sa maman. D'après lui et le den den mushi qu'il tenait en main, sa mère était bloquée chez elle, attaqué par des pirates. Selon les dires de l'enfant, sa maison n'était pas loin et de ce fait, y aller à pied serait rapide. Ainsi, sans prendre le temps de réfléchir, je me dirigeais vers le lieu indiqué le plus rapidement possible, mais ce qui allais se passer n'était pas plaisant.
Alors que nous arrivions sur les lieux, des pirates et civils étaient étalés sur le sol. La maison en face de nous brûlait doucement et menaçait de s'effondrer. Impossible de savoir si la personne était vivante ou non, mais sans aller voir, il serait impossible de juger. Me préparant à y aller, c'est là que la maison s'effondra sur elle-même. Le gamin à mes côtés, nous assistions à une possible mort... Le garçon pleurait assez fortement au point de me donner mal aux oreilles, mais je n'avais pas le temps de penser à cela, puisqu'au fond, ce jeune homme perdait face à lui sa mère et ayant vécu la même chose, je ne pouvais que comprendre sa souffrance.

Concluant cela un peu trop rapidement, aucun de nous deux ne remarquais les silhouettes qui se formaient dans cette épaisse fumée. Des bruits de toux se faisaient entendre et soudain, je redressais le regard pour faire face à ce qui se passait sous nos yeux. Y aurait-il un ou une sauveur(euse ) ? Le gamin sans attendre fonçait vers les deux silhouettes convaincu que l'une d'elle était sa mère.

" Hey... Attends !!! "


Le suivant, plus j'approchais, plus la fumée se dissipait et les deux silhouettes se formaient clairement sous nos yeux. Qui était la mystérieuse personne qui jouait à sauver des gens ? Un bon samaritain ? Ou bien un tiers qui voulait aider la marine aujourd'hui ? A moins que ce soit un piège ?


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

MessageSujet: Re: [FB] Situation d'Urgence ( Pv Half )   Dim 4 Jan - 15:31


Inferno


Feat Taito ~





(Ivan ;Star ;Nicky ;Kaltac ;Steve ;Budolph ; Carin ) (Je rappelle que seul Star parle humain)

Encore une île comme bien d'autres, oubliée des livres, des contes et des légendes. Probablement parce que rien de notable ne s'y était passé. D'une certaine manière, ils se faisaient oublier ainsi, et évitait les problèmes de criminels notoires. Ce jour allait tout chambouler leur vie, puisque ces deux faits volaient en éclats et c'est le cas de le dire : des terroristes s'employaient à détoner des bombes. Tout du moins c'est ce que la marine laissait entendre aux civils. Parler d'un cas isolé de révolte permettait de garder la population sous contrôle, là où une attaque de pirate au côté pyromane pouvait vite susciter la panique. Au final, les pertes civiles restaient les même et grandissaient à chaque seconde que les flammes léchaient le bois et la pierre des structures.

Halfken était arrivé un peu par hasard, une nécessité soudaine d'un ravitaillement important pour Carin dont l'estomac équivalait bien celui d'un géant adulte et obèse. Ivan de son côté souffrait du manque de Whisky, malgré son passage dans l'association-des-rennes-qui-savent-parler-anonyme, son penchant pour l'éthanol restait plutôt élevé. Quant au forgeron solitaire, il avait espéré faire quelques emplettes de métaux et autres minerais précieux. Les rennes, Brume et Halfken étaient séparés au moment de l'assaut des hors-la-loi. Ayant aperçu une grande colonne de fumée sortant du centre de la ville ainsi que des cris désespérés, Halfken comprit rapidement la situation et se mit à la rechercher de ses amis. Il tomba sur Carin en premier alors qu'il tentait de récupérer un morceau de lard rôti dans une boucherie carbonisée.

- Ah Carin, tu tombes bien.

Grâce à des cours intensifs venant de Star, un renne maîtrisant à la fois leur langue et celle des hommes, toute la troupe finit par comprendre les paroles d'Halfken, tant que celle-ci ne partait pas dans des élucubrations à dormir debout. Steve détestait tout particulière l'utilisation du mot « consternant » à son égard, et pour cause car malgré le fait qu'il ignore sa signification, il sentait que cette expression n'avait rien d'un compliment.

- Pas spécialement non, enfin je me débrouille toujours me rattraper à quelque chose.

Heureusement pour lui, Halfken ne comprenait pas un seul des mots de ce que les rennes bramaient.

- Tu vas aller chercher les autres et débrouillez-vous pour aider un maximum de civils à sortir d'ici, je vous rappellerai si besoin.

Aussitôt parti, une silhouette noircie par la suie titubait jusque devant le forgeron solitaire, avant de s'écrouler à terre. Halfken se précipita pour éviter qu'il ne fasse une mauvaise chute sur la tête. La victime eut à peine le temps de bredouiller quelques mots avant de sombrer dans l'inconscience : « Maison... le feu... des survivants ». Il récupéra une toile à moitié troué qui volait grâce à des courants chauds et la roula sur elle-même, formant ainsi un coussin. Une fois placé sous la tête de l'homme devant lui, il partit à toute vitesse dans la direction par laquelle l'inconnu était arrivé.

Halfken trouva rapidement le bâtiment dont il était question, seul habitacle enflammé dans la rue qu'il suivit. Il est rarement bon d'entrer dans un tel incendie, oubliez les contes et les héros de romans, les vapeurs toxiques dégagées assomment un être normalement constitué en moins d'une minute. Pourtant, pas une seule seconde sa mort potentielle ne lui traversa l'esprit, il observait une brèche dans les flammes pour pénétrer. Généralement, trouver une faille comme celle-ci demandait des années d'expériences puisqu'il fallait prévoir le temps pour y entrer. Mais le barbu avait un avantage certain avec son Høres qui lui permettait de se déplacer à une vitesse folle.

On aurait dit l'enfer. Des fragments de bois se transformaient en charbons fumants, des poutres tombaient de tous les côtés, manquant de vous écrabouiller comme une vulgaire fourmi au moindre faux pas mais surtout la fumée noire et les petits débris qui fulminaient ci-et-là, capables de s'introduire dans votre bouche et de vous cisailler la trachée de l'intérieur. A l'opposé des dires du rescapé, aucun survivants ne semblaient présents et la situation devenait de plus en plus dramatique à chaque seconde qui passait. Mais un cri aiguë étouffé par le bruit du crépitement du brasier lui permis de trouver une jeune femme qui pleurait. Elle était coincée dans une pièce qui se désagrégeait peu à peu. Halfken l'attrapa avant de manier son fourreau pour fouetter l'air et lancer des impulsions capables de détruire la baraque qui s'écroula peu après. Les deux toussaient, mais allaient bien. Encore plus quand la miraculée vit une petite silhouette courir vers elle en hurlant.

- Mamaaaaaaan !

Après des retrouvailles émouvantes noyées dans les larmes et les cendres, tous se dirigèrent vers un petit groupe dont provenait manifestement le garçon. Un appel de Star retentit lui expliquant qu'ils avaient tous le maximum de personnes sur leur dos et il lui demandait quoi en faire. L'odeur indiqua immédiatement à Halfken que l'homme aux cheveux blancs était le leader du groupe. Le manteau qu'il portait sur les épaules montrait qu'il appartenait à la marine et c'est pourquoi il semblait le plus apte à répondre à la question.

- Je m'appelle Halfken, j'ai plusieurs rescapés pour la plupart en sale état, y-a-il un point de ralliement pour les blesser ?


Pas le temps de terminer sa phrase qu'une nouvelle explosion juste à côté détruisit une bâtisse. D'énormes rochers enflammés voltigèrent, menaçant de s'écraser comme des météores sur le groupe. En tant qu'épéiste confirmé, Halfken dégaina Archenemy de son fourreau pour la faire tournoyer dans un mouvement fluide et puissant, créant une sorte de tornade en direction de la pluie de flammes protégeant ainsi chacune des personnes présentes en déviant le cataclysme.

- Il faut faire vite, vous avez plan ? Ajouta Halfken inquiet des événements.

Spoiler:
 

© Len Kagamine - PL:R


Dernière édition par Halfken Lothbrok le Dim 4 Jan - 18:53, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Taito Nowaki
The Wildest Lizard
avatar
Messages : 509
Race : Humain
Équipage : Aucun

Feuille de personnage
Niveau:
38/75  (38/75)
Expériences:
246/350  (246/350)
Berrys: 120.532.000 B

MessageSujet: Re: [FB] Situation d'Urgence ( Pv Half )   Dim 4 Jan - 17:13



Urgence !


La mort est une chose commune dans ce bas monde et elle touche ceux qui le méritent le moins à notre grand regret. Certes, il est cruel de désirer la mort de certains, pourtant, des gens devraient être six pieds sous terre, et non en vie selon moi. Comme les pirates... Mais passons. Des silhouettes semblaient s'échapper de cette fumée et ces débris. Le garçon courait vers ce qui semblait être sa mère et pour ma part, je m'avançais tout en étant sceptique. Redevenu humain depuis un moment, les rescapés ne seraient pas surpris de mon apparence fort heureusement.

Un homme avançait vers moi et il s'agissait sans doute du sauveur. Le fixant de haut en bas, je vins alors à l'écouter parler. Un point de ralliement ? En effet, il y en avait un et il fallait y aller de ce pas. Mais alors que j'allais lui répondre, une belle explosion eu lieu proche de nous. Des éclats imposants et enflammés se dirigeaient vers nous. M'apprêtant à en détruire une partie, l'épéiste sortit sa lame et via une maîtrise assez étonnante, il découpa les morceaux menaçants comme s'il ne s'agissait que de beurre. Quand ce dernier revint à la charge en me demandais si nous avions un plan, je me dis que je ne pouvais pas vraiment lui cacher la vérité sur la situation... Tôt ou tard, cela se saurais, alors bon.

" Un plan ? S'occuper d'évacuer l'île tout simplement. Ces pirates ont fait une belle connerie et bientôt; une explosion va raser une belle partie de cette petite île. Il faut donc évacuer les villageois, chose que nous faisons. Le temps presse !!! "


Sans plus tarder, je commençais à les guider en prenant les devants. Malheureusement, en chemin, voilà que de nouveau, des pirates nous bloquent le chemin. Au nombre de cinq, alors qu'ils ne semblaient pas extrêmement fort, voilà qu'une sixième personne apparait et celle-ci n'est pas des moindre, puisqu'il s'agit du capitaine de l'équipage. Von Maurve Koulante était là, se tenant droit face à nous, tenant sa hache de guerre.
http://img3.wikia.nocookie.net/__cb20130607031432/toriko/es/images/5/55/Zonge_Full.png

Son air ne semblait pas des plus intelligent et pour cause, ce qu'il ordonna était simple " tout détruire ". Waow... Encore un pirate qui avait un Q.I qui dépasse 1000 ... Soufflant de lassitude et n'aimant guère ce genre de personnage, je me contente de faire un geste du bras pour dire aux autres de ne pas bouger. Ne sachant pas si l'épéiste allait m'aider, je commençais à gagner en corpulence et en écailles. Très vite, je passais en forme hybride et sans tarder, je me jetais sur les sbires faibles qui ne méritaient rien de plus qu'une bonne raclée.
Une fois débarrassés d'eux, je me retournais vers le boss qui avec son intelligence ne trouvait rien de mieux que se la péter avec sa hache démesurée. Criant qu'il allait nous tuer, je vins alors simplement à l'informer de la situation.

" On va tous y passer si on reste là, alors tirez vous. "


Malheureusement, s'était mission impossible que de le raisonner. Esquivant un coup frontal, je retournais près des civils et je vins alors à fixer cet homme aussi borné qu'il était idiot. Il ne comptait pas nous laisser passer quitte à y laisser la peau. Tch... Abruti de pirate.

" Je déteste ce genre de type..."



Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

MessageSujet: Re: [FB] Situation d'Urgence ( Pv Half )   Dim 4 Jan - 19:17


Dilemme


Feat Taito ~





La moitié de l'île allait exploser, une révélation qui en aurait choqué plus d'un. Le cerveau d'Halfken était en éruption, quel intérêt aurait ces personne à anéantir une si grosse partie d'une île si insignifiante? Une vengeance ? Tout ceci semblait bien brumeux, mais le temps comptait et partir en débat philosophique ne sauvait pas des vies. Star qui était toujours à l'appareil écouta attentivement les ordres d'Halfken. Ceux-ci était simple, le repérer et le suivre sans s'exposer. Si les pirates étaient prêts à tuer des milliers d'innocents, quelques-uns de plus ne serait qu'une goutte dans l'immensité de cette mer de sang.

En parlant du loup, six d'entre eux les attendaient, bloquant le passage vers la sortie que Taito avait évoquée. L'un d'eux, leur chef, se démarquait tout particulièrement par son physique ignoble. Les cernes autour de ses yeux lui donnait un air de drogué entremêlé d'un certain manque de capacité intellectuelle. Manque qu'il confirma par la suite. Le garçon à la chevelure peu commune s'avança, se métamorphosant peu à peu en une sorte de dinosaure. « Y-a-t-il vraiment des personnes normales sur ces mers ? ». La majorité des rencontres d'Halfken ayant toujours mené à la démonstration de pouvoirs surnaturels tous plus incroyable les uns que les autres, il commençait à croire que les personnes normales devenaient l'espèce rare. Avec le temps, une certaine lassitude s'était installé et ses cils ne clignaient même plus à la vue d'une nouvelle situation incongrue, les mots « fruits du démon » résonnant dans sa tête.

A défaut d'être agréable à regarder, la transformation procurait des capacités physiques assez impressionnantes. En quelques secondes, la poignée d'individus qui accompagnaient le disgracieux furent tous incapacités sans problème aucuns. Privé de ses pattes, il s'approcha de la tête de l'araignée, lui demandant de les laisser passer. Lui aussi risquait sa vie ici, mais il refusa pour une raison qui échappa totalement à Halfken. Le marine, agacé du caractère obstiné de son adversaire me fit part de son aversion pour ces individus. D'une certaine manière, Halfken partageait son point de vue. Pourtant, il ne posait pas un problème en soi : il montrait l'étendue de sa force en bandant ses muscles et en manipulant avec une habileté médiocre son énorme hache. Lent... si lent. L'homme n'avait même pas saisi que le guerrier était arrivé à sa hauteur. Ses yeux firent un tour sur eux-même, quand Halfken lui toucha l'épaule du bout de son index. Dans l'excitation du mouvement il donna une frappe large horizontale avec sa hache, un mouvement doté de tant de faiblesses et d'ouvertures que c'en était déprimant. L'instant d'après, une paume rapide et puissante s'écrasa sur son coude qui s'entrechoqua avec celui de son autre bras. Désarmé et paralysé des bras pour un bon moment, l'homme n'avait d'autres choix que de se morfondre sur son sort, le cul par terre contre le mur gris.

- Tu devrais réveiller tes hommes et partir d'ici au plus vite.

Halfken se remit en chemin. La route était toute droite et il ne pouvait donc pas se tromper quant à l'itinéraire que comptait prendre le marine aux cheveux blancs. Rapidement arrivé à une intersection, il remarqua une bombe posée à une trentaine de mètres sur la droite. A sa gauche, il crut apercevoir en haut de la route en pente un mât, signe d'un port et probablement de la sortie à laquelle escomptait son coéquipier provisoire.

- Qu'est-ce que tu comptes faire ? Demanda Halfken qui ne se sentait pas en mesure de prendre des décisions devant un gardien des mers.

Avant même que celui-ci n'eut la chance de répondre il rajouta une question cruciale pour une bonne entente entre eux.

- Et quel est ton nom jeune homme ? Je n'aimerais pas appeler un marine par des synonymes fallacieux.


Spoiler:
 

© Len Kagamine - PL:R


Dernière édition par Halfken Lothbrok le Dim 4 Jan - 19:57, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Taito Nowaki
The Wildest Lizard
avatar
Messages : 509
Race : Humain
Équipage : Aucun

Feuille de personnage
Niveau:
38/75  (38/75)
Expériences:
246/350  (246/350)
Berrys: 120.532.000 B

MessageSujet: Re: [FB] Situation d'Urgence ( Pv Half )   Dim 4 Jan - 19:45



Urgence !


La situation était urgente au point que chaque soucis rencontrés devenaient des histoires insignifiantes. Nous aurions pu rencontrer un supernova, l'instinct de survie aurait pris le dessus et ce dernier serait passé inaperçu. Face à nous, le capitaine faisait le mariole, mais à ma grande surprise, alors que je m'apprêtais à me le farcir en bonne et due forme, voilà que l'homme de tout à l'heure s'active et en usant d'une sorte de coup étrange, il désarme l'adversaire le mettant hors d'état de nuire. Hm ? Repensant au coup qu'il a donné, je me rendais compte de sa prouesse physique. Désarmer une personne ainsi est difficile, sauf si la personne en face est faible. Cet homme doit avoir une certaine capacité physique, bien que de mon côté, via mon zoan je sache me défendre physiquement parlant.

Bref, le petit souci de Von machin étant réglé, il ne nous reste plus qu'à avancer. Bien que de base j'aurais du capturer cette raclure des mers, je ne comptais pas m'alourdir d'un tel fardeau. Qu'il se sente chanceux, mais pour aujourd'hui, je lui laisse une certaine liberté car la situation s'y prête. Fonçant avec les civils, nous nous stoppons à une intersection et soudain, alors qu'un choix semble devoir être fait, voilà que monsieur le combattant se tourne vers moi. Hm ? Je me contente de simplement lui répondre tout en étant direct avec lui, vu le moment, on ne peux pas boire de thé de toute façon et discuter comme des bons amis ou discuter calmement tout court.

" On se dirige vers le port et on met les civils en sécurité sur les navires prêts à partir. Les troupes de la marine s'occupent du reste. Aller on bo..."

Alors que j'allais finir ma phrase, mon den den mushi s'allume et j'écoute ma soeur. Celle-ci semble clairement inquiète.

" Tai', Hota' c'est coincé une jambe, il faut que tu viennes vite. "
" Où ça ?"
" Un bâtiment en forme d'église, il y a une petite chapelle, proche du port. "

Regardant non loin de nous, je vois qu'il faut prendre le chemin de droite. D'ailleurs, une bombe est posée là. Grognant, j'ordonne à la miss de tenir bon, puis je me retourne vers l'homme qui semble plus âgé que moi, mais malgré cette donnée, pas question de le surnommer " papy " ou rajouter " san " derrière son prénom.

" Commandant Nowaki. Taito Nowaki. S'il vous plait, emmenez ces femmes, adultes et enfants au port. Là-bas, aidez les marines présents à mettre en sécurité les civils et si des pirates viennent foutre la merde, faite ce que vous savez faire... Botter leurs culs."


Sans attendre, j'use du soru pour déguerpir d'ici et foncer vitesse grand V vers le lieu où je suis attendu. Pressé comme pas deux, je ne remarque pas si l'homme me suis ou non. Après tout, il pouvait avoir des trucs à me dire etcetc. Arrivant rapidement vers l'espèce d'église, je remarque qu'une partie des lieux est complétement détruite et d'ailleurs, je ne tarde pas à voir le jeune blondinet aidé de ma soeur. Ce dernier est coincé à cause d'un énorme morceau de roche. Usant de ma force, je soulève le débris. Le jeune homme semble blessé et sans tarder, je le prends sur mon dos, lui intilant de bien s'accrocher. Ma soeur m'indique qu'il n'y a plus de civils ici et que la zone est sécurisée. Il n'y a plus de temps à perdre, il faut partir d'ici au plus vite.

Fonçant vers le port, en chemin, à ma grande surprise, nous ne rencontrons aucun soucis. Arrivant face à deux bateau de taille assez médiocre, un problème s'impose : le nombre de passagers. On apprends bien vite qu'il y a trop de monde à charger et que les navires ne sont pas assez grands pour cela. Merde... Va-t-il vraiment falloir choisir qui part d'ici et qui ne part pas ? Ou trouver un endroit capable de résister à l'explosion qui ne va pas tarder ? Grognant, je vins alors à donner Hotaru aux mains des marines qui chargeaient les civils. D'avance, Hotaru et Violet avaient une place toute méritée. Quant à moi, et bien au pire je resterais, mais alors que j'allais agir ainsi, voilà que la miss commence à parler de sa personne. Me retournant vivement vers elle, je m'apprête à protester, mais pas le temps de réfléchir, une rafale de balle nous frôle nous et les civils. Tournant la tête vers l'est, voilà que des pirates et le fameux capitaine reviennent à l'assaut. Pas décidés à abandonner le morceau, j'en appelle aux marines afin de défendre les principaux civils.

" Soldats, aux armes... Repoussez moi ces crevards."


Me transformant de plus belle, je fonce dans le tas dans le but d'en finir au plus vite, chaque minutes étant comptées. Qu'en est-il de l'autre type d'ailleurs ? A-t-il simplement embarqué ? Ou compte-t-il aider ?
Me battant contre un groupe d'hommes au milieu de la mêlée, je ne remarque même pas ma soeur qui elle aussi danse au milieu d'un petit nombre d'individus, usant de sa lame pour couper et tailler certains adversaires. Le capitaine pirate quand à lui commence à chercher un moyen de nous faire mal et il ne trouve aucun autre moyen que d'user d'une bombe qu'il lui reste. L'arment comme il faut, il s'apprête à la lancer de manière fourbe, profitant de la diversion de ses hommes.


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

MessageSujet: Re: [FB] Situation d'Urgence ( Pv Half )   Lun 5 Jan - 22:39


Cataclysme


Feat Taito ~





Clair et concis, le Commandant Taito demandait à Halfken de s'occuper de la populace en détresse qui les avait rejoints au fur et à mesure de leur avancée dans la ville en feu. Une détresse se lisait sur son visage depuis l'appel qu'il reçut sur son escargophone, et il semblait bien pressé de nous quitter. « Plutôt curieux » se dit Halfken. Le plus curieux étant bien sûr sa totale ignorance pour la bombe, ne l'avait-il pas vu ? On ne pouvait quand même pas la laisser ici comme si de rien n'était. D'un autre côté les bateaux n'allaient pas attendre, et les civils blessés avançaient lentement. Usant de ses doigts, le barbu émit un fin sifflement qui attira aussitôt Star – le renne aux étonnantes capacités intellectuelles – devant lui.

- Suis la route, mène les au port et débrouille toi pour que tous les survivants partent d'ici au plus vite, je vous rejoins rapidement.


Le renne sut se montrer suffisamment persuasif pour éviter les traditionnels « oh un renne qui parle », le caractère désespéré de la situation y aidant grandement. De son côté, Halfken maintenait une distance de sécurité en observant la bombe sous tous ses angles : pas de détonateur, ni de mèche, aucune indication visuelle ne permettant de déterminer à quel moment elle pourrait exploser. Peut-être y avait-il un dysfonctionnement ? Ou un oubli ? Venant de pirates, une telle hypothèse se révélait tout à fait plausible aux yeux du forgeron solitaire. Mais si elle était armée, il ne pouvait de toute façon pas décemment la laisser intact aussi il recourut à une solution de secours. Deux entailles et une ou deux maisons écrasées sur la bombe plus tard, l'engin devenait beaucoup moins dangereux. Dans le pire des cas, l'explosion projetait un ou deux morceaux de pierres dans les environs.

Rattrapant le retard, Halfken arriva à l'exact bon moment. Un marine faisait de grands gestes avec ses mains en les plaçant en croix. Il tentait d'expliquer aux civils en panique que le navire était plein, et que de toute façon les vivres ne seraient pas suffisants pour tenir bien longtemps. Star s'approcha de son maître et ami, décrivant la situation, impuissant. Quand le frêle soldat vit Halfken face à lui, il croyait bien avoir un géant face à lui.

- C...C'est complet, bégaya-t-il en le regardant.
- Dis-moi, quand ton supérieur fera les comptes et que les habitants pleureront leurs mort, qui crois-tu qu'il choisira comme bouc-émissaire ? Un groupe de pirates inconnus ou l'homme qui a refusé de sauver une cinquantaine de personnes de plus pour préserver un peu de viande séchée ?


Le subordonné faillit tomber dans les pommes à la suite du petit discours. Halfken avait cette particularité de prendre un air particulièrement effrayant quand il voulait se faire entendre, et lors de ces périodes, un simple regard vous donne la chair de poule des talons jusque dans les oreilles. Toujours est-il qu'il découvrit mystérieusement un peu de place supplémentaire pour d'autres rescapés, ce à quoi Halfken répondit par une petite tape amicale sur l'épaule.

- Soldats, aux armes... Repoussez-moi ces crevards.


Des pirates apparurent à nouveau à l'Est, et le commandant appelait ses compatriotes à la rescousse. Certains le rejoignirent sur-le-champ alors que d'autres abandonnèrent leur uniforme pour s'enfoncer dans les navires à quai et retrouver leurs femmes et leurs enfants. Qui pouvait bien les blâmer pour ça. Le forgeron solitaire, lui, nota surtout que le bandit au physique immonde était de retour, bien décidé à mourir sur cette île apparemment. Une bombe dans sa main, avec tous les coups de feu qui partaient de chaque camp, une seule balle perdue, une seule étincelle et il détonait avec, peignant le sol avec son sang et ses membres. Une chance pour lui, et une malchance pour d'autres, il eut le temps de lancer la bombe à une distance impressionnante. Il ne visait pas les marines mais bien le bateau rempli d'innocent. Halfken était dégoûté par sa façon d'agir, ce qui ne l'empêcha pas de trancher la bombe en deux dont les morceaux tombèrent dans la mer, mouillant la poudre au contact et empêchant toute déflagration. Par la suite, il franchit le champ de bataille telle un éclair au milieu des affrontements pour se retrouver devant le capitaine. Cette fois-ci, pas de paroles bienveillantes, pas de coup de semonce, pas de désarmement. Ses deux poings s'entrechoquèrent contre le torse de son adversaire avec une force phénoménale qui souffla la poussière aux alentours. Les os se brisèrent et du sang s'échappa de sa bouche en un crachotement pitoyable. Propulsé par le coup, il traversa plusieurs murs en brique en brisant chacun d'eux et disparu du champ de vision. C'est à ce moment que le sol se mit à trembler, se fissurant en de larges brèches donnant sur des abîmes. Plusieurs combattants des deux camps tombèrent, surpris. L'île n'allait pas pouvoir tenir bien longtemps.

Spoiler:
 

© Len Kagamine - PL:R
Revenir en haut Aller en bas
Taito Nowaki
The Wildest Lizard
avatar
Messages : 509
Race : Humain
Équipage : Aucun

Feuille de personnage
Niveau:
38/75  (38/75)
Expériences:
246/350  (246/350)
Berrys: 120.532.000 B

MessageSujet: Re: [FB] Situation d'Urgence ( Pv Half )   Mer 7 Jan - 14:46



Urgence !


Je déteste les pirates. Cette haine n'est pas gratuite... Ils ont tués mes parents, ruinés une partie de ma vie et le pire dans l'histoire, c'est que ce sont tous les même. Ils ne savent jamais quand il faut abandonner, ils continuent leurs méfaits sans se soucier des conséquences de leurs actes. Ils agissent pour le profit et uniquement cela. Je me suis juré de combattre l'injustice et la vermine justement pour stopper des gens comme ça. Qu'ils soient idiots comme le capitaine pirate du jour, ou vils comme des "masterminds", ils finiront tous en prison, pour ne pas dire mort...

Combattant ces sous personnes, je laissais libre court à ma sauvagerie. Trop absorbé par ma pulsion du moment, je frappais, projetais et envoyais ailleurs ces ennemis qui ne méritaient rien d'autre que des coups. Les soldats téméraires donnaient un coup de main comme ordonnés tandis que certains fuyaient dans les navires sous prétexte qu'ils devaient les garder. Trop dans mon petit monde, je ne notais pas ces actes et restais concentré sur cette bataille en compagnie de ma soeur.
Les agissements de l'homme barbu passèrent inaperçus à mes yeux étant largement occupé à fracasser deux hommes qui tentaient de me couper. Hurlant à en faire trembler l'environnement tellement ce hurlement était rauque et puissant. Le but de ce dernier était de retirer tout espoirs venant de ces types et visiblement, avec la défaite du capitaine grâce à l'homme barbu, cela semblait fonctionner. A moins que ce soit le sol qui commence à se fissurer dangereusement qui fasse cet effet.

Quoi qu'il en soit, la situation était trop dangereuse, il nous fallait partir. Ainsi donc, quand je vis que les hommes étaient plus ou moins apte, je vins à déclarer haut et fort le replit. Nous dirigeant vers les deux navires qui servaient à accueillir les passagers, je vins alors à demander où en était le compte. Visiblement, ils étaient quasiment tous plein à craquer, mais il fallait que des représentants soient dans chacun d'eux... Comment ça ?

" Je vais dans l'autre Tai'. "

Ma soeur commençait à se diriger vers l'autre bateau tandis que moi, je me devais aller ailleurs. Comment ça ? Je refuse voyons.

" Attends, je viens avec toi."
" Il faut des gradés dans chacun des navires pour donner les ordres Tai'... "

Refusant d'être séparé d'elle, j'insistais, mais égale à elle-même, elle se refusait elle aussi à céder à ce qu'elle considérait comme un " caprice ". Me foutant du regard des autres officiers et passagers qui pouvaient observer la scène, je vins alors à me retourner et lutter contre mon envie de retourner à ses côtés. Cela me fait toujours mal d'être séparé d'elle, mais passons. Allant sur l'autre navire, j'ordonnais de quitter les lieux au plus vite.

Me dirigeant à l'avant du navire, je me mis à observer l'île qui doucement mais sûrement semblait "mourir". Cette vision était justement une belle représentation du mal que font les pirates sur ces mers. Leurs passages sont meurtriers et ils ne méritent pas conséquent que la mort pure et simple... Faisant les cent pas, je tentais de rassurer les quelques enfants à bords et leurs parents. Mais alors que j'effectuais ma ronde, je vins alors à sentir une prise sur mon habit. Un enfant assez curieux faisait entendre sa voix avant de me demander d'un air enfantin si la fille de tout à l'heure était ma petite amie. En guise de réponse, je me contentais de lui tapoter la tête avant de retourner sur l'avant du navire sans remarquer que l'homme barbu était peut-être sur le même bateau que moi, ou celui de ma soeur.

Alors que nous étions à peine éloigné de quelques cinquantaines de mètres, l'explosion tant redoutée eu lieu. Des gerbes de flammes s'élevaient dans les airs, suivis d'une onde de choc qui vint secouer les navires. Soufflé sur le coup, je restais sans voix face à une telle réaction en chaîne. Terrifié par les conséquences d'une attaque de gens stupides, cela me laissais un goût amer en bouche que de ne rien avoir pu faire contre ces pirates, ne rien avoir pu faire pour stopper cette menace. Me mordant la lèvre, je tenais fermement le bord du navire, le menaçant de céder légèrement sous ma prise en main assez puissante.

" ... Merde..."




Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

MessageSujet: Re: [FB] Situation d'Urgence ( Pv Half )   Mer 7 Jan - 16:09


Réprimande


Feat Taito ~





(Ivan ;Star ;Nicky ;Kaltac ;Steve ;Budolph ; Carin ) (Je rappelle que seul Star parle humain)


La dernière fois qu'Halfken eu à faire face à un cataclysme, ce fut sur Shivering Island. Mais par chance il avait pu partir bien avant que l'éruption d'un volcan menace sa vie. Dans le chaos du séisme, le barbu tenta d'aider les marines autant que possible, remontant ceux qui par malheur s'était retrouvés accrochés au sol déchiré. La précipitation avait abaissé les sens d'Halfken, trop occupé à la survie de quelques personnes présentes. Il ne sentit pas venir l'explosion d'un bâtiment à à peine quelques mètres de lui. Un morceau de bois d'une bonne toise de large mais relativement fin lui transperça la cuisse gauche. La douleur entraîna un hurlement terrible, dynamisant les derniers rescapés à fuir vers les docks. Brume s'élança à toute vitesse, ses quatre pattes raflant le sol d'une foulée alarmée. Avant de grimper sur le dos de sa tigresse géante, Halfken brisa les deux morceaux du projectile qui traversait sa cuisse, ne laissant qu'un petit épieu. La montée était éprouvante mais il finit par s'agripper sur le dos de Brume en se maintenant à des touffes de fourrure. Ivan de son côté avait déjà regroupé les rennes en formation, les menant d'un sabot de fer à décoller du sol par de redoutables bonds. Un signe imperceptible entre les deux animaux leur permis de se coordonner à la perfection. Brume atteignit la limite du port au moment où le traîneau passait devant elle. Une fois à bord, elle déposa délicatement Halfken à l'intérieur.

- Qu'est-ce qu'on fait ? Traduisit Star dans le feulement d'Ivan.

Le forgeron observait sa plaie d'un œil médisant, son artère fémorale semblait intact à en juger par la quantité de sang qui s'écoulait. Néanmoins la blessure était sévère, et il devait se décider rapidement dans l'espoir de sauver sa jambe.

- Je ne peux pas la soigner moi-même, approchez-vous du navire où est monté Taito il y a sûrement un médecin à bord.
- Tu devrais faire un garrot.
- Non ! Si je stoppe la circulation du sang, la jambe sera définitivement morte, rétorqua violemment Halfken.

Sur ordre direct, le troupeau se déplaça jusqu'à la proue du bateau où Halfken débarqua avec difficulté au milieu de la foule, indiquant à ses amis qu'il les rappellerait plus tard et devait voler autour du navire en économisant leur force. Tout le monde autour ne s'écartait même pas pour lui laisser un peu d'espace, la plupart dégoûté par la mutilation de sa jambe.

- Déguerpissez bande de vauriens, vous ne voyez qu'il est en train de souffrir ? La moitié d'entre vous ne serait probablement pas là s'il n'avait pas bougé l'autre empoté de marine.

Le vieil homme se déplaçant péniblement avec une canne s'approcha d'Halfken, en examinant son patient. Il sortit d'un sac vert bois une mallette contenant diverses herbes et du matériel médical. Sûr de ses gestes, il claqua violemment sa main sur le visage du barbu en lui retirant simultanément le morceau de bois coincé dans la jambe. En tant qu'ancien infirmier, il connaissait particulièrement bien ce genre de blessures de guerre auquel il fut constamment confronté lors de son service auprès du gouvernement mondial. La suite de la guérison fut assez complexe. Des mélanges entre plante, argile et bandage couvrirent la blessure, puis il donna plusieurs pilules que le guerrier fut forcé d'avaler. Au final, le vieillard attrapa un balais contre la cabine du pont dont il retira l'embout couvert de poil.

- Tient ça sera pas confortable mais tu pourras te tenir debout.


Son élan d'héroïsme de l'année accompli, le petit infirmier reparti dans la masse de rescapés présentes sur le navire sous le regard ébloui de ceux qui avaient pu apercevoir son talent. Halfken savait pertinemment que du repos était indispensable pour sa guérison mais une cause encore plus importante le motiva à se lever. Il se devait d'aller voir Taito qu'il aperçut un peu plus loin. Légèrement à l'écart du reste des passagers, celui-ci semblait en colère.

- ... Merde...
- Ca tu l'as dit, rétorqua Halfken en titubant vers lui. Mais bon sang qu'est-ce qui t'as pris de lancer l'assaut contre ce groupe de pirates ? C'était impossible de gagner l'affrontement, la ville allait exploser. Il suffisait juste de les retenir avec un petit groupe le temps que les derniers civils embarquent. Taito ! Des gens sont morts parce que tu as voulu combattre ! Vociféra le guerrier dans un élan de douleur.



© Len Kagamine - PL:R
Revenir en haut Aller en bas
Taito Nowaki
The Wildest Lizard
avatar
Messages : 509
Race : Humain
Équipage : Aucun

Feuille de personnage
Niveau:
38/75  (38/75)
Expériences:
246/350  (246/350)
Berrys: 120.532.000 B

MessageSujet: Re: [FB] Situation d'Urgence ( Pv Half )   Sam 10 Jan - 14:33



Urgence !


Un déluge de feu et de sang, voilà ce que je voyais en face de moi. Cette île n'avait pas pu être entièrement sauvée même si au final, on a en grande partie évité le pire. L'échec avait un goût amer en bouche et ajoutons à cela le fait que je m'inquiétais pour ma soeur. Prenant mon den den, je vins donc à la contacter et très vite, j'eus de ses nouvelles, ce qui me soulageais. Sa voix me faisait vite oublier l'échec indirect de cette mission. Me mordant la lèvre, je vins alors à repenser à Hotaru cette fois-ci. D'après ma soeur, le jeune médecin était sur mon navire et e soignait tant bien que mal. Raccrochant en regardant cette île en feu à cause de l'explosion, je vins alors à tendre l'oreille quand quelqu'un m'interpella. Hm ?

" ... "


La voix de cet homme devenait désagréable. Il osait douter de mes capacités ? De mes choix ? Qui est-il pour prétendre cela ? A-t-il imaginé une seule seconde être à ma place ? Connait-il l'horrible destin de nous, hommes de justice ? Un dicton dit : ceux qui tirent sont les premiers prêts à se faire tirer dessus. Se rend-t-il compte de cette réalité ? Chaque jours, des gens meurs, certains perdent la vie inutilement, d'autre la donne en héros. Certes, ce serais superbe si on pouvais stopper un conflit sans perdre d'hommes, mais au fond, est-ce possible ? Outre quelques prodiges comme le marine apte à battre 1000 hommes avec seulement une base de 300... Peu seraient capable d'une telle prouesse. Ainsi donc, je me retourne vers lui, le regard sombre. Ses remontrances ne me plaisent guère et il ne semble pas se rendre compte que malgré les pertes, il y a plus de bien que de mal.

" Le combat avait pour but de retenir ces pirates, pas les vaincre. Que ce soit ton choix ou le mien, des gens risquaient de mourir. ' Risquaient '... Tu sous entends que mon choix les a envoyés à la mort, mais c'est faux. Certains sont en vie, d'autre mort uniquement car ils n'ont pas été assez bon. Certes, j'aurais du sélectionner les troupes, mais avais-je le temps ? Qu'aurais tu fait ? Pris les cinq minutes que tu n'avais pas et fait mieux que moi en supposant envoyer quatre personnes au casse pipe ? ...
Ces gens sont prêts à mourir. Ils donnent leurs vie et servent la marine dans le but de faire régner la justice et combattre les monstres de ces mers. Je combat pour faire voir de plus en plus haut et de plus en plus loin ce drapeau qui signifie la liberté et l'ordre. JE suis prêt à mourir... N'en doute pas, je ne te permet pas cela. Tu as beau peut-être avoir plus d'expérience du fait que tu sois plus vieux, ne doute pas de mes compétences ou de mon vécu... "


Mon ton était ferme. Je ne voulais pas m'énerver, mais actuellement, il était en bon chemin pour. Regardant l'île, pensif, je vins alors à lui dire.

" Que vois-tu ? "


Moi, je vois le passage d'hommes qui auraient du être arrêtés bien plus tôt. Même si la marine est plus ou moins efficace, on ne stop pas le mal à la racine. On les laissent grandir, prendre de l'importance et uniquement quand ces monstres sont primés, on les poursuis. Non... Il faut enrayer le mal à la racine, détruire ces souches cancereuses et vaincre avant que le mal ne grandisse. Voilà mon rêve. Eviter les conflits en les arrêtant le plus tôt possible et non quand ils sont mûrs. Half' le comprennait-il ? Avait-il la même vision que moi ? Ou bien est-ce qu'il est enfermé dans un monde où les rêves envahissent sa mémoire au point de fausser son jugement - selon moi - ?

Le laissant répondre s'il le voulait, je vins à l'inviter à me suivre. Je me dirigeais vers la cabine du jeune médecin blessé, histoire de discuter avec lui.


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

MessageSujet: Re: [FB] Situation d'Urgence ( Pv Half )   Sam 10 Jan - 17:33


Opposés


Feat Taito ~





Le ton d'Halfken avait haussé lors de ses reproches au commandant de la marine. Le forgeron solitaire était un homme doté d'un grand sang-froid, ses actions étaient toujours réfléchies et logiques. Il ne recherchait pas un conflit avec Taito, mais il se devait de lui faire comprendre ce qui importait. Sans l'interrompre une seule fois, il écouta avec précision sa réponse en tentant d'oublier la douleur que lui lançait sa jambe mutilée.

Le marine se sentait vraiment agressé par les paroles du barbu et répondit avec tout autant de franchise. Son point de vue se défendait : seuls les plus forts survivent. Quant à ceux qui meurent, les pertes sont négligeables, après tout s'engager au sein d'une organisation militaire impliquait des devoirs mais aussi des responsabilités. Si le gouvernement mondial avait été choisi pour diriger le monde ce n'était pas seulement parce qu'ils étaient les premiers, mais parce qu'ils se sont regroupés au sein d'une hiérarchie et d'une discipline stricte prêt à tout pour faire flotter le drapeau de la justice par-dessus chaque île, chaque mer, chaque parcelle de vie. Quel dommage qu'un discours si fougueux se termine par une boutade tout aussi fausse qu'immature. A aucun moment Halfken ne mit en avant dans sa vie ses compétences, son expérience ou même sa maturité et ne se le permettrait probablement jamais. Comment pouvait-il, après avoir mené une vie de sacrifice et mit en danger sa famille et son village par ses erreurs passées.

Les deux hommes se retrouvèrent dans une petite pièce où se reposait un troisième homme tout aussi mal en point, une autre victime des tristes événements perpétrés sur l'île. Halfken tituba jusqu'à une chaise dans un coin où il s'y affala, un certain réconfort dessiné sur son visage.

- Je n'ai jamais exprimé mon choix ou ma position Taito, si je t'ai jugé comme je l'ai fait, c'était pour obtenir une réaction. Comme tu peux le voir je ne porte pas de manteau sur les épaules ou d'insigne sur mon torse, rien de ce qui s'est passé ici n'est de ma responsabilité, je ne suis qu'un homme qui se fait vieux et qui a eu de la chance de s'en tirer. Tu m'as demandé ce que je voyais, j'ai vu une île en flamme et des cadavres calcinés à perte de vue. Et tu veux savoir le pire ? Je suis certains que ces explosions n'étaient pas le résultat d'une attaque de déséquilibrés. Je pense que le gouvernent faisait des choses ici qui ne leur plaisaient pas. Plutôt que de haïr les pions qui ont servi à détonner la mèche, pose toi la question de savoir qui a démarré le conflit. Pensaes-tu vraiment au fond de toi qu'envoyer tes hommes affronter d'autres hommes sur une île condamnée où chaque seconde était comptée a fait la différence ? Et si eux aussi cherchaient juste à survivre et s'enfuir ? (Il soupira longuement avant de reprendre son souffle) Tu ne cherchais pas à sauver des gens, tes mots peuvent trahir ta pensée mais ni tes yeux ni ton odeur ne le peuvent. La vengeance transpire ton corps et elle te ronge de l'intérieur. Peu importe son origine elle ne te concerne que toi et seulement toi, tes subordonnées n'ont pas à la subir ; as-tu vu leurs yeux ? Ils n'ont pas fuit le combat par peur, mais parce que cette bataille relevait de la folie. Tu n'as fait que les condamner eux et des pères, des frères, des fils à mourir pour l'illusion d'avoir sauvé ceux qui importaient. Tuer ou être tué n'est pas la seule issue possible.

Il laissa un petit moment de vide où il croisa ses mains devant lui et y posa son menton, fixant Taito d'un regard vacillant entre la tristesse et la pitié. Reprenant une manière de s'exprimer beaucoup plus polie et cérémonielle, une question s'échappa d'une voix apathique :

- Vous pensez être un homme bon Commandant ? Quand est-ce qu'un homme bon décide s'il doit tuer ?


Une interrogation que le vieux guerrier posait souvent aux personnes qu'il rencontrait. Il y voyait dans la réponse un livre ouvert où chaque mot désignait une partie de leur personnalité qui peu à peu se transformait pour former un être complexe.



© Len Kagamine - PL:R


Dernière édition par Halfken Lothbrok le Sam 10 Jan - 18:26, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Taito Nowaki
The Wildest Lizard
avatar
Messages : 509
Race : Humain
Équipage : Aucun

Feuille de personnage
Niveau:
38/75  (38/75)
Expériences:
246/350  (246/350)
Berrys: 120.532.000 B

MessageSujet: Re: [FB] Situation d'Urgence ( Pv Half )   Sam 10 Jan - 18:13



Urgence !


La discutions promettait d'être plus que tendue. Qui sait si les choses ne vont pas durer d'ailleurs. Après tout, s'il m'offense, je ne suis pas prêt de lâcher la grappe. Prêt à hausser de plus belle la voix, je me dirigeais vers la cabine du jeune homme. Hotaru... Un jeune équipier qui m'accompagne partout moi et ma soeur. Mais quand j'y repense, qui est-il ? Je ne connais pas son histoire, ni la raison profonde qui l'a poussé à rejoindre la marine. Il semble avoir un bon fond, pourtant, même moi, je suis incapable de voir la douleur qu'il garde en lui.

Entrant dans la pièce, le jeune homme est là, soignant sa jambe via un massage très simple. Il s'apprêtait à parler, mais se stoppa quand il vit l'autre homme qui me suivait. Sans doute sa carrure et son physique d'homme sérieux qui le faisait taire. Le jeune blondinet est aisément impressionné, un homme d'une certaine hauteur et doté d'une barbe, c'est forcément impressionnant pour lui. Lui souriant, je lui demandais brièvement de ses nouvelles et alors qu'il allait me répondre, mon acolyte reprit la parole en me donnant réponse à mes dires précédents et en rajoutant des détails.
Il avait raison et tort à la fois. Pas question de changer d'opinion car il a raison, ou bien, il se devrait de faire de même et vu sa tête, il n'a pas l'air d'être ce genre de personne. Silencieux comme la mort, je me mis à réfléchir, mais encore un peu d'animosité se traduisait dans mes yeux. Il insinue que j'agis sous l'effet de la colère ? Que mes choix sont souillés par l'envie de vengeance ? Même s'il n'a pas totalement tort, il se trompe. Du moins... plus qu'il n'a raison.

" La vengeance m'habite, mais au fond de nous... On a tous une part de ce genre. Oh bien sûr, je ne vais pas te sortir le discours philosophique comme quoi on a tous un bon et mauvais côté. Non... J'agis car en effet, la vengeance m'anime... Mais en partie seulement. Si je n'avais pas envoyé ces hommes et participe moi-même au combat, combien de gens aurait-on sauvés ? Moins qu'actuellement. Certes, des gens sont morts, mais n'oublie pas que dans ce mal, il y a eu du bien. La vie est cruelle et si on y regarde de plus près, dans tout les cas, des gens allaient mourir, ou être mis en grand danger.
Tu les a vu par tes propres yeux. Ces gens n'étaient pas là pour jouer. Ils ont beau être débiles, ils savent agir et ce qu'ils voulaient, ce n'était pas boire le thé avec nous. La cause de ce mal n'est pas forcément ces pirates, peut-être, mais si on commence à raisonner comme toi, sans vouloir t'offenser, on retourne à l'âge de pierre pour éviter cela. La science n'aurait plus sa place dans ce monde et au lieu de chercher des moyens pour vivre, de nouvelles énergies et des armes pour combattre l'ennemi - au risque de lui donner à lui aussi ces moyens - dans ce cas... on ne vie plus, on devient parano et on meurt en idiot. "


J'assumais mes choix, chaque jours et chaque secondes. Des gens sont morts et cela est partiellement ma faute. Tout comme c'est la faute des amiraux si des unités meurt chaque jour lors d'opérations en tout genre. A qui la faute originelle ? La réponse est simple : l'homme.
Regardant ce vieil homme - ou du moins, plus âgé que moi - je fronce doucement les sourcils avant de simplement me calmer intérieurement. Mes hommes ? Avoir peur à cause de la folie ?

" La guerre est une folie. Combattre est une folie. Ce monde mérite une seule chose : la paix. La paix est la seule sagesse qui existe, mais elle est trop rare... Pour ne pas dire inexistante, car il y aura toujours de la folie dans ce monde. Ce combat n'était pas une folie, ce n'était qu'un acte parmi des milliers dans cette pièce de théâtre qu'est la vie."

Hotaru se couchait et tentait de suivre le discours. Lui-même pouvait donner son avis, mais vu mon humeur, il restait là, sans rien dire pour le moment. Peut-être que le vieillard allait lui demander son avis afin de trancher qui a le plus raison dans la situation actuelle.

" Quand est-ce qu'un homme décide s'il doit tuer ? ... Cela ne se décide pas. Tuer c'est faire un choix. Et de ce choix résulte une bonne ou mauvaise chose. De cette décision de quelques instants ou véritables heures... On choisit de porter la cape du gentil ou du méchant. Mais dans tout les cas, le meilleur des choix serait de pouvoir rester là, à parler et simplement régler les problèmes via la parole. "

La guerre est une connerie, mais c'est ainsi que l'homme marche. Il se bat contre ses proches pour trancher une question et quand il franchit la ligne qui est celle du génocide ou de la connerie monumental, il se calme pour un temps. Là on parle de paix. Mais celle-ci ne dure que jusqu'au prochain conflit et ainsi de suite. Il faudra toujours des gens comme nous, des " pions " de la justice pour combattre les " vices " tels que les pirates, révolutionnaires et hors la lois qui tentent de plonger ce monde dans le chaos. Quant à ce que les gens de justices font et qui parfois amène aussi le chaos, alors nous nous contenterons d'une chose : assumer nos actes. Tout simplement.

" Parlez moi un peu de vous. Vous qui semblez avoir vécu des choses... Je peux vous assurer que rien ne sortira de cette pièce. Et à mon tour, je vous ferez part de mon expérience. Peut-être que ainsi, nous pourrons mieux nous comprendre mutuellement. La raison qui nous habite et qui nous pousse à combattre chacun à notre façon. "

Homme de parole que je suis, je ne comptais pas parler de ses histoires en supposant qu'il accepte. D'ailleurs, sans être méfiant de tout le monde, j'ai toujours un carnet et un stylo pour pouvoir écrire et passer un message au cas où nous serions sur écoute. Un homme prudent en vaut deux. Mais pour l'heure actuelle, ne connaissant rien de lui, je me contentais d'attendre ses paroles.



Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

MessageSujet: Re: [FB] Situation d'Urgence ( Pv Half )   Mar 13 Jan - 15:17


Surveillé


Feat Taito ~





« Pas tout à fait tout le monde, non » pensait Halfken en écoutant Taito parler. A ce moment précis le visage de sa femme, Leïla, refit surface des tréfonds de son esprit. Malgré ses nombreuses tentatives de sortir définitivement sa femme de son esprit, elle finissait toujours par réapparaître lors de certains moments comme celui-ci et cela lui faisait toujours amèrement regretter ses choix.

Le jeune marine expliquait son point de vue en long en large et en travers, reprenant ses dires précédentes, il ne semblait pas vraiment saisir ce qu'essayait de lui faire saisir le forgeron solitaire. Halfken s'en doutait, le cœur de cet homme était déjà corrompu par ses souhaits, il ne voyait plus l'importance de la vie. Celui qui met un terme au souffle d'un homme devrait avoir la main tremblante. Sa digression sur la science se révélait encore plus confuse et abstraite de l'idée directrice que le guerrier ne tenta pas de relever quoi que ce soit à ce sujet. Mais son intervention suivante était la première avec laquelle Halfken s'accordait totalement : la guerre est une folie. Halfken la considérait même comme une maladie, qui rongeait les hommes et leurs cœurs, il avait stoppé depuis longtemps ce choix de vie en désertant l'armée de son pays originel.

Étonnamment, Taito esquiva assez simplement la question d'Halfken en mettant de côté la véritable question pour ajouter que résoudre pacifiquement les conflits serait la meilleure des solutions. Une idéologie étrangement contraire avec ses actes précédents sur l'île. Cette division sur lui-même rendait une image assez confuse que le barbu parvenait difficilement à concevoir. La dualité sur le bien et le mal lui parlait bien plus, dualité que le jeune marine tranchait très aisément. Pour Halfken la différence entre un héros ou un monstre dépendait, après tout, de la lumière donnée pour y voir clair.

Sa jambe blessée redevenait douloureuse, aussi il la déplaça dans une position plus adéquate en soupirant de soulagement. Il chercha du coin de l’œil de quoi se désaltérer et ne trouva qu'une vieille bouteille d'alcool qu'il entama en quelques rapides gorgées. Le liquide carmin raviva une sensation chaude et agréable dans sa bouche. Le sentiment de bien être recommençait à illuminer sur son visage tandis qu'il écoutait encore son interlocuteur.

- Parlez moi un peu de vous. Vous qui semblez avoir vécu des choses... Je peux vous assurer que rien ne sortira de cette pièce. Et à mon tour, je vous ferai part de mon expérience. Peut-être qu'ainsi, nous pourrons mieux nous comprendre mutuellement. La raison qui nous habite et qui nous pousse à combattre chacun à notre façon.

Une question épineuse pour le barbu qui se grattait le dessus du crâne. En guise de réflexion il émit un long son guttural de sa voix grave. Plusieurs éléments le mettaient mal à l'aise : le peu de confiance accordé à la personne en face de lui, la présence de l'escargophone miniature entre les deux aponévroses musculaires de son bras doigt qui retransmettait tous ses dires au CP8 et enfin l'absence de volonté à vouloir raconter ces « choses » qu'il avait vécu.

- Ah que dire, que dire. Contrairement à ce que tu as l'air de penser j'ai eu une vie plutôt banale et je ne suis qu'un homme encore en pleine forme qui profite de sa liberté pour voguer et découvrir le monde. Je ne combats personne et j'évite les problèmes, tant que faire se peut. Tout à l'heure il s'agissait d'une situation un peu particulière, dit-il pour se justifier.

D'une certaine manière, il ne mentait pas vraiment, disons qu'il ne révélait pas toute la vérité. Avec le temps il s'était découvert une aisance tout particulière pour mentir sans trop faire apparaître de signes pouvant le trahir. Tout à coup il remarqua qu'il n'avait pas salué l'autre personne présente, trop occupé à tergiverser avec Taito.

- J'en oublie mes manières, je me nomme Halfken, forgeron solitaire. Ah, oui, je suis forgeron, je créer des ornements de luxe à des prix tout à fait acceptables !


Il ponctua la fin de sa phrase en inclinant légèrement sa tête en direction du blessé concerné.

© Len Kagamine - PL:R
Revenir en haut Aller en bas
Taito Nowaki
The Wildest Lizard
avatar
Messages : 509
Race : Humain
Équipage : Aucun

Feuille de personnage
Niveau:
38/75  (38/75)
Expériences:
246/350  (246/350)
Berrys: 120.532.000 B

MessageSujet: Re: [FB] Situation d'Urgence ( Pv Half )   Mer 14 Jan - 2:30



Urgence !


Qu'importe les personnes et les dires, je ne changerais sans doute jamais mon point de vue sur la piraterie et la manière de gouverner ce monde. Pour l'heure, ma vision des choses est comme elle est. Les pirates et révolutionnaires sont les cibles à abattre. Ceux qui profitent de la vie et font des attentas ou autre, ce sont des vermines nettoyer aussi, mais qui sont moins préoccupantes que des cibles désignées. Le bien c'est tout simplement la marine. Mais pas cette dernière en elle-même. La seule chose de juste et équitable, c'est le symbole de la marine. Lui, il ne représente pas une personne, mais une idéologie, une marche à suivre, un espoir. Après, les hommes qui animent ce symbole sont une autre histoire, car nous l'avons déjà vu dans le passé, certains sont corrompus et d'autre non.

Après m'être expliqué avec le vieil homme, j'attendais des révélations à son sujet. Son passé devait sans doute être la raison de son raisonnement philosophique à deux balles. Je n'ai jamais compris ceux qui pensent trop... Pourquoi certains sont encore là à dire que les pirates ne sont pas les mauvais, mais que la base de la faute commise provient de nous ? C'est n'importe quoi, si nous étions la faute, autant dire que le gouvernement se tire lui-même une balle dans la pied... Pour moi, c'est inconcevable et si cela est le cas, alors je serais là pour corriger le tir. Car pour moi, ma soeur et mes compagnons, servir la marine, c'est la rendre meilleur et faire grandir l'envie de vraie justice en chacun de nous.

Bref, attendant une réponse, je le laissais réfléchir, jusqu'à ce qu'il se décide enfin à parler. Il prétends avoir une vie banale et surtout éviter le combat, pourtant, avec ses talents, quelque chose me dit que les combats, il en a souvent. Oh bien sûr, loin de moi l'envie de sous entendre que sa tête lui donne droit à une série de baffe chaque jour, mais pour une raison que j'ignore, je trouvais que ses dires sonnent faux. Mais je ne disais rien sur le coup, bien que j'étais peu convaincu. L'homme se contente d'adresser la parole à mon médecin et je me contente de m'asseoir dans un coin de la pièce.

" Oh... Moi c'est Hotaru. Hotaru Nakamura. Je suis médecin, ou du moins, je tente de devenir un meilleur médecin chaque jour."

Jetant un coup d'oeil vers le jeune homme, je vins alors à attendre qu'il s'exprime. J'étais curieux à son sujet, mais jamais je ne me suis penché sur son cas. Pourquoi a-t-il rejoins la marine ? Pourquoi semble-t-il si peu intéressé par le fait d'être soldat ? Pourquoi le rôle de médecin et rien d'autre ? Tant de " pourquoi " .
Pensif, je vins alors à laisser le jeune homme parler.

" Forgeron d'ornements de luxes ? Du genre décoration pour une arme comme un katana ? Ou des choses plus classiques comme des colliers, des bijoux, ou assemblages de grande valeur ? "


Arquant un sourcil, je vins simplement à soupirer pour ouvrir la gueule et dire quelques détails à mon sujet.

" Pour ma part, vu qu'on semble être dans un moment de ' je dis ce que je suis ', outre mon occupation de commandant, je suis un ingénieur en armes. Mais bon, une fois qu'on touche à ce genre de chose, le reste vient de lui-même..."


Comparé à Hotaru, je semblais moins candide, moins naturel quant il s'agit de me dévoiler. De ce fait, je vins simplement à me redresser. Je n'allais pas jouer au jeu du chat et de la souris longtemps, s'il ne veut pas raconté sa vie, soit, je me devais d'aller me dégourdir les jambes. Même si d'avance une vision d'île détruite, c'est pas le plus beau paysage du monde pour décompresser.

" Je reviens."


Quittant la pièce, le jeune blondinet se mit à regarder l'invité, puis il soupira. Massant sa jambe, il faisait des gestes doux et appliqués. De vue, on pouvais voir clairement qu'il se massait le membre endoloris avec un soin extrême et non grossièrement comme un novice pourrait le faire.

" ... Il faut pas lui en vouloir vous savez. J.. J'ai beau le suivre que depuis quelque temps, je sais ce qu'il a vécu et... Même si je n'approuve pas toujours sa façon de dire, je le comprends. A vrai dire, si vous voulez mon avis, il a juste... peur de mal faire. "

La théorie pouvait sembler idiote, pourtant, la chose est compréhensible.

" Avez vous un frère ou une soeur ? Pour ma part, j'ai une famille. Au diable le cliché de l'enfant qui a perdu sa famille. Mais j'ai perdu un de mes frères à cause du fait que les médecins n'étaient pas assez apte sur le champ de bataille. Je ne sais pas encore une fois, mais... savez vous ce que cela fait de perdre un être cher ? C... Connaissant Taito, je sais que lui et sa soeur ont perdus leurs parents jeunes. Sans doute qu'au fond, il voit sa soeur comme sa seule famille et que malgré sa détermination, il ne supporterait pas le fait de la perdre. "

Laissant le vieil homme réfléchir et répondre éventuellement, le blondinet stoppait son massage avant de simplement tenter de se redresser et marcher. En vain... La douleur était trop fraîche pour permettre au garçon de gambader librement.

" Vous qui avez de l'expérience... Connaitriez vous des personnes apte à donner des leçons remarquable en guise de médecine ? J'aimerais devenir... Meilleur. "



Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

MessageSujet: Re: [FB] Situation d'Urgence ( Pv Half )   Mer 14 Jan - 22:45


Qu'un Aurevoir


Feat Taito ~





Un médecin alors, le comble pour un blessé se disait le forgeron. D'ailleurs il semblait bien jeune pour une personne de sa profession, encore plus que Taito. Ses cheveux blonds coiffés en bataille venait renforcer le côté juvénile de sa silhouette.

- Ni l'un ni l'autre en fait, je fais plutôt dans la décoration de meubles, des cadres de tableau, ce genre de choses. Si on m'en fait la demande, j'étends mes services à toute sorte de travail de métallurgie. Mais toujours dans les métaux précieux bien sûr, ils sont beaucoup plus techniques et amusants à travailler.


Le forgeron passionné qu'il était se retint pour parler des diverses températures de fusions et des systèmes de traitement du métal à base d'huile. Tout ce jargon professionnel n'intéressait généralement pas les gens. Taito profita de l'occasion pour se dévoiler un peu lui aussi. Halfken ne le voyait vraiment pas ingénieur, ce genre de métier très technique et réfléchi ne semblait pas en adéquation avec son tempérament excessif. L'atmosphère à l'intérieur de la cabine devenait pesante, et le commandant ne cherchait pas à la rendre plus agréable. Il sortit assez brusquement, laissant les deux blessés en tête-à-tête. La tension redescendait un peu et Hotaru soupira au même moment que son comparse.

- ... Il faut pas lui en vouloir vous savez. J.. J'ai beau le suivre que depuis quelque temps, je sais ce qu'il a vécu et... Même si je n'approuve pas toujours sa façon de dire, je le comprends. A vrai dire, si vous voulez mon avis, il a juste... peur de mal faire.
- C'est toujours comme ça au début, il changera avec le temps. Enfin je l'espère...


Pas très sûr de lui, Halfken parlait néanmoins avec sourire et sincérité. Il reprit une gorgée d'alcool qu'il avala goulûment. Taito avait de la chance d'avoir un tel coéquipier à ses côtés. Hotaru paraissait nettement plus calme et patient, un juste contrepoids à l'impulsivité de son commandant. Et puis, un médecin à bord s'avérait toujours être un gros bonus pour n'importe quel équipage. Encore fallait-il qu'il soit en bonne santé, car le jeune homme faisait déjà abstraction d'une des règles capitales pour quelqu'un de sa profession : ne jamais être blessé. C'est tout bête, mais si celui qui peut soigner ne prend pas soin de loin avant les autres, ils risquent tous de ne plus jamais recevoir aucune aide de sa part. D'autant que sa balafre n'était pas superficielle, il était plus mal en point que le barbu.

- Avez vous un frère ou une sœur ? Pour ma part, j'ai une famille. Au diable le cliché de l'enfant qui a perdu sa famille. Mais j'ai perdu un de mes frères à cause du fait que les médecins n'étaient pas assez apte sur le champ de bataille. Je ne sais pas encore une fois, mais... savez vous ce que cela fait de perdre un être cher ? C... Connaissant Taito, je sais que lui et sa sœur ont perdus leurs parents jeunes. Sans doute qu'au fond, il voit sa sœur comme sa seule famille et que malgré sa détermination, il ne supporterait pas le fait de la perdre.

Halfken écouta avec beaucoup d'attention les paroles du médecin qui aimait lui aussi bavarder. Il s'agissait certainement une habitude qui s'installait très vite en collaborant avec son commandant. Hotaru accusait très précisément le personnel médical qui n'avait pas pu sauver son frère lors d'une guerre. Tout comme Taito, il ne visait pas les bons coupables. Halfken était un ancien chef d'une troupe d'élite de son pays, il participa à plus de batailles et de massacres en une dizaine d'années que ce que la plupart font dans leur vie. Quand on est sur le terrain, cela n'a rien à voir avec les entraînements et la théorie. Les corps calcinés, les cadavres d'enfants, les femmes violées, les chiens qui bouffent les cadavres, personne n'agit normalement et encore moins les médecins qui voient toutes ces horreurs plus que n'importe qui d'autre. Le forgeron préférait garder ces détails pour lui, inutile d'encombrer l'esprit de son interlocuteur avec ces horreurs. Il se contenta donc d'intervenir sur le reste.

- Pour le meilleur ou pour le pire, je suis fils unique, ce qui ne m'a pas empêché de perdre des personnes auxquelles je tenais, en quelque sorte...


La voix du barbu déclina tout doucement pour s'éteindre dans un silence des plus complets. Ses yeux descendaient vers le sol et il devenait pensif. Puis, en s'apercevant qu'il venait de se couper en plein milieu de sa phrase il releva brusquement la tête et continua.

- Oui, Taito et sa sœur s'aiment ça crève les yeux. Et je prie pour que tout se passe pour le mieux entre eux.


« La vie est cruelle » comme disait si bien l'officier de la marine, et il ne se rendait pas encore compte à quel point. Heureux de sa conversation avec le jeune médecin, Halfken se leva de sa chaise en prenant appui contre le mur avant de reprendre le balais cassé qui lui servait de béquille.

- J'ai connu un homme il y a longtemps. Il m'a sauvé la vie, j'ignore tout de son identité mais ce qui est sûr c'est que ses compétences médicales dépassaient l'entendement. T'en fais pas, tu te perfectionneras avec le temps, c'est en forgeant qu'on devient forgeron hein ? Ponctua le guerrier avec un sourire. Je crois que je vais y aller, content de t'avoir rencontré Hotaru, on se reverra peut-être un jour.


La porte de la cabine grinça après avoir été de nouveau ouverte. Halfken se dirigea vers Taito près du bord du navire tout en appelant ses rennes qui patrouillaient encore dans les airs afin de se quitter en bon terme.

- Commandant Taito, ce fut un plaisir. Je sens que nos points de vue divergents nous mèneront à nous rencontrer à nouveau un jour alors je ne vous dis pas adieu mais à la prochaine.

En guise de courtoisie, le barbu tendit sa main dans l'espoir de serrer vivement celle de l'officier puis enjamba avec une certaine difficulté son traîneau et s'élança dans les airs à travers l'immensité de l'azur bleuté.

© Len Kagamine - PL:R
Revenir en haut Aller en bas
Taito Nowaki
The Wildest Lizard
avatar
Messages : 509
Race : Humain
Équipage : Aucun

Feuille de personnage
Niveau:
38/75  (38/75)
Expériences:
246/350  (246/350)
Berrys: 120.532.000 B

MessageSujet: Re: [FB] Situation d'Urgence ( Pv Half )   Mer 14 Jan - 23:48



Urgence !


Le jeune Hotaru essayait de discuter avec l'homme en face de lui. Jeune, il avait encore bien des choses à découvrir dans ce bas monde, et ça, il le savait. Ayant dit ce qu'il avait à dire, se montrant même curieux, il espérait obtenir des informations précieuses, cependant, qu'importe la réponse, il ne dirait rien. Ce serais son petit secret à lui, car mine de rien, ses objectifs restent personnels.

Bien que blessé, Hotaru restait calme. De toute manière, peu importe les blessures, tant qu'on ne dois pas l’amputer, pour sûr qu'il reste calme. Sans doute est-ce son insouciance qui fait qu'il est calme. Regardant le vieux barbu, il l'écoutait répondre quelque peu facilement. Il semblait simplement répondre pour répondre. Il ne mettait pas tout son coeur dans ses dires et de ce fait le jeune blondinet pas si con que ça avait la nette impression qu'il ne lui disait pas tout. Soupçonner cela, c'est terriblement frustrant, mais il faut savoir être raisonnable et ne pas trop insister, sans quoi, on énerve la personne, et sa termine mal... Un peu comme quand le jeune tente de savoir si Taito désire du thé quand il bricole. Il insiste et au final, le médecin se retrouve comme étant cobaye des armes de Taito. Amusant n'est-ce pas ?
Bref, cachant son sentiment de frustration derrière un sourire éternel, le jeune homme remarqua que le barbu baissait la tête. Piquait-il du nez ? Intrigué, il se tait et s'apprête à l'interpeller quand il se met à reprendre la parole. Ouf !

" Ils veillent l'un sur l'autre. Et... Je les envient presque à vrai dire."


Le jeune homme se confie à l'homme sans savoir s'il a entendu ou non. Et oui, même si Hotaru semble faire seulement figurant, ce dernier est bien présent et même s'il fait partit de l'équipe, il ne cesse de se demander s'il compte vraiment pour le jeune faux albinos et sa soeur. Il l'ignore, mais pour Taito et Violet, il est comme un petit frère et sans doute s'en rendra-t-il compte quand il lui arrivera quelque chose de grave. Après tout, c'est dans les moments fatidiques que les vrais sentiments se dévoilent. Bref, souriant tristement en se pensant indirectement rejeté alors que ce n'est pas le cas, le jeune homme regarde son interlocuteur étonné. Oh ? Il part déjà ? En tout cas, ses informations sur le médecin miraculeux et ses encouragements font chaud au coeur. Et c'est avec un grand sourire plein d'espoir que le jeune médecin dit au revoir à cet homme qu'il ne connait que de nom.

Dehors, j'attendais patiemment. Ayant terminé une énième discution avec Violet, je me contentais de fulminer encore de l'échec actuel. Le barbu me sortit de mes pensées et je vins à l'écouter. Hm ? ... De base, j'aurais simplement envoyé chier la personne, pourtant, il résumait bien tout, nos points de vue divergent. Cependant, est-ce une raison pour le traiter de tout les noms et le considérer comme un "con" ? Non. Et de ce fait, après avoir pesé le pour et le contre, je vins à serrer vivement sa poigne en lui souhaitant une bonne journée. Son moyen de transport était assez, original, mais je n'y fit pas plus attention.
Au loin, les feux de l'île s'estompaient et il était temps de déposer les civils sur l'île de plus belle. Là-bas, nous pourrons installer un camps, appeler des renforts afin qu'ils aident les villageois à reconstruire leurs maisons ou les aider à trouver où se loger. Puis indirectement, nous pourrons vérifier aussi si les pirates se sont enfuient ou non. Quoi qu'il en soit, la journée ne faisait que commencer. Me tournant vers les marines disponibles, je vins alors à donner mes ordres.

" Levez l'encre, nous retournons sur l'île."


Les nuages noirs de l'explosion s'étaient dissipés et laissaient place à un ciel azur. Un ciel qui donnait presque de l'espoir aux habitants malgré le fait qu'il aient plus que perdu des biens. Rassurant un enfant qui me tirait sur le pantalon, je vins alors à regarder le navire approchait de l'ile, ou plutôt ce qu'il en reste. Les choses n'allaient pas être simple, mais il fallait faire face et avancer. Telle est notre mission.



Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: [FB] Situation d'Urgence ( Pv Half )   

Revenir en haut Aller en bas
 

[FB] Situation d'Urgence ( Pv Half )

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Haiti à l'heure d'un renouveau :situation socio-économique
» REPORTAGE PHOTOGRAHIQUE SUR LA SITUATION DES BRACEROS HAITIENS EN DOMINICANIE
» Haïti/ La situation socioéconomique désastreuse pourrait être uti
» Zimbabwe Issues Half-Billion Dollar Bill
» Jeune Afrique autour de la situation geopolitique mondiale

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
One Piece Seken :: Le monde de One Piece :: Seas Blues :: West Blue-